Vous êtes sur la page 1sur 74

D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 1 / 74 23/02/2018

CHAPITRE 1 - PROPRIÉTÉS PHYSIQUES DES LIQUIDES.................................................................3


1.1. DÉFINITION : FLUIDES, LIQUIDES, GAZ............................................................................3
1.2. POIDS ET MASSE..............................................................................................................3
1.3. SYSTÈMES D’UNITÉS........................................................................................................3
1.4. SYSTÈME INTERNATIONAL D’UNITÉS (SI)........................................................................3
1.5. MASSE SPÉCIFIQUE OU MASSE VOLUMIQUE....................................................................4
1.6. POIDS SPÉCIFIQUE OU POIDS VOLUMIQUE.......................................................................4
1.7. DENSITÉ...........................................................................................................................4
1.8. VISCOSITÉ........................................................................................................................4
1.9. TENSION SUPERFICIELLE – CAPILLARITÉ........................................................................5
1.10.PRESSION.........................................................................................................................7
1.11.CÉLÉRITÉ DES ONDES ÉLASTIQUES..................................................................................7
1.12.SOLUBILITÉ DES GAZ DANS L’EAU..................................................................................7
1.13.PARAMÈTRES GÉOMÉTRIQUES.........................................................................................7
CHAPITRE 2 - BASES THÉORIQUES DE L’HYDRAULIQUE...............................................................8
2.1. GÉNÉRALITÉS..................................................................................................................8
2.2. MOUVEMENT LAMINAIRE ET MOUVEMENT TURBULENT.................................................8
2.3. TRAJECTOIRE D’UNE PARTICULE......................................................................................8
2.4. LIGNES DE COURANT.......................................................................................................8
2.5. DÉBIT – VITESSE MOYENNE............................................................................................8
2.6. EQUATION DE CONTINUITÉ..............................................................................................9
2.7. EQUATION GÉNÉRALE DU MOUVEMENT (NAVIER – STOKES)..........................................9
2.8. SIMPLIFICATION DE L’ÉQUATION DU MOUVEMENT........................................................10
2.9. ECOULEMENT EN RÉGIME LAMINAIRE DANS LES TUYAUX (POISEUILLE)......................10
2.10.ENERGIE DES ÉCOULEMENTS.........................................................................................10
2.11.THÉORÈME DE BERNOULLI (ÉNERGIE D’UNE PARTICULE LE LONG DE SA TRAJECTOIRE)11
2.12.LIGNES D’ÉNERGIE ET LIGNE PIÉZOMÉTRIQUE..............................................................13
2.13.ENERGIE OU CHARGE DANS UNE SECTION D’ÉCOULEMENT..........................................13
2.14.QUANTITÉ DE MOUVEMENT (THÉORÈME EULER)..........................................................13
CHAPITRE 3 - HYDROSTATIQUE............................................................................................................15
3.1. PRESSION RELATIVE ET PRESSION ABSOLUE..................................................................15
3.2. PRESSION ET HAUTEUR DE PRESSION............................................................................15
3.3. EQUATION FONDAMENTALE DE L’HYDROSTATIQUE.......................................................15
3.4. DISTRIBUTION DES PRESSIONS.......................................................................................15
3.5. PRINCIPE DE PASCAL.....................................................................................................15
3.6. FORCES PRESSANTES.....................................................................................................16
3.7. RÉSULTANTE DES PRESSIONS SUR DES SURFACES PLANES.............................................16
3.8. POUSSÉE SUR DES CORPS IMMERGÉS : PRINCIPE D’ARCHIMÈDE...................................16
3.9. INFLUENCE DE LA COMPRESSIBILITÉ.............................................................................16
CHAPITRE 4 - ECOULEMENTS PERMANENT EN CHARGE............................................................17
4.1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES PERTES DE CHARGE (LINÉAIRES ET SINGULIÈRES).......17
4.2. PERTES DE CHARGES RÉGULIÈRES OU SYSTÉMATIQUES................................................18
4.3. PERTES DE CHARGES SINGULIÈRES OU ACCIDENTELLES...............................................23
4.4. LIGNE DE CHARGE ET LIGNE PIÉZOMÉTRIQUE...............................................................26
4.5. SYSTÈME DE CONDUITES SOUS PRESSION......................................................................28
CHAPITRE 5 - ÉCOULEMENTS À SURFACE LIBRE...................................................................................32
5.1. GÉNÉRALITÉS...................................................................................................................32
5.2. ECOULEMENTS À SURFACE LIBRE – RÉGIME UNIFORME...............................................33
5.3. ECOULEMENTS À SURFACE LIBRE – RÉGIME UNIFORME (VARIÉ)..................................38
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 2 / 74 23/02/2018
CHAPITRE 6 – MESURES HYDRAULIQUES..............................................................................................48
6.1. MESURES DES NIVEAUX ET DES PRESSIONS...................................................................48
6.2. MESURES DES VITESSES................................................................................................49
6.3. MESURE DES DÉBITS DANS LES CONDUITES EN CHARGE...............................................50
6.4. ORIFICES........................................................................................................................51
6.5. DÉVERSOIRS EN MINCE PAROI.......................................................................................54
6.6. DÉVERSOIRS À LARGE SEUIL.........................................................................................56
6.7. DÉVERSOIRS À SEUIL COURT.........................................................................................57
6.8. CANAUX VENTURI.........................................................................................................57
CHAPITRE 7 - POMPES CENTRIFUGES.....................................................................................................59
7.1. DÉFINITION ET CLASSIFICATION....................................................................................59
7.2. DÉBIT.............................................................................................................................60
7.3. HAUTEUR D'ÉLÉVATION.................................................................................................60
7.4. PRESSION ABSOLUE MINIMALE ADMISSIBLE À L'ASPIRATION........................................62
7.5. PUISSANCES ET RENDEMENTS.......................................................................................62
7.6. VITESSE DE ROTATION...................................................................................................62
7.7. VITESSE SPÉCIFIQUE......................................................................................................63
7.8. LIMITES D'ASPIRATION...................................................................................................63
7.9. COURBES CARACTÉRISTIQUES. POINT DE FONCTIONNEMENT.......................................63
7.10.COUPLAGE DE POMPES EN PARALLÈLE..........................................................................65
7.11.COUPLAGE DE POMPES EN SÉRIE...................................................................................66
7.12.CONDITIONS DE DÉMARRAGE........................................................................................67
7.13.INSTALLATION, EXPLOITATION ET ENTRETIEN...............................................................68
7.14.AVARIES........................................................................................................................68
7.15.ÉLÉMENTS À FOURNIR AU CONSTRUCTEUR POUR LE CHOIX D'UNE POMPE CENTRIFUGE68
CHAPITRE 8 – PHÉNOMÈNES TRANSISTOIRES.....................................................................................70
8.1. COUP DE BÉLIER............................................................................................................70
8.2. Phénomènes de cavitation.............................................................................................70
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 3 / 74 23/02/2018

CHAPITRE 1 - PROPRIÉTÉS PHYSIQUES DES LIQUIDES


1.1. Définition : fluides, liquides, gaz
Les fluides sont des corps qui peuvent s’écouler, c’est-à-dire subir de grandes variations de forme.
Les liquides et les gaz sont des fluides. La mécanique des fluides étudie leur équilibre et leurs mouvements, que
l’on appelle écoulements.
Les liquides occupent un volume déterminé. Ils sont peu compressibles. L’hydraulique étudie leurs mouvements
ou leur équilibre.
Les gaz occupent toujours le volume maximum qui leur est offert et sont très compressibles.

1.2. Poids et masse


Le poids et la masse sont des choses tout à fait différents :
 La masse d’un corps est une caractéristique de la quantité de matière que ce corps contient, c’est-à-dire
l’inertie que le corps oppose au mouvement.
 Le poids d’un corps représente l’action (force) que la pesanteur exerce sur lui.
Le poids G et la masse m d’un corps sont liés par la relation fondamentale : G = mg, où g est
l’accélération de la pesanteur.
L’accélération de la pesanteur g, est fonction de la latitude et de l’altitude. La valeur de g, en France et au
niveau de la mer, est de 9,81 m2/s.

1.3. Systèmes d’unités


Traditionnellement, l’hydraulique a utilisé le système métrique dont les unités fondamentales sont : unité de
force F (kgf ou N) ; unité de longueur L (m) et unité de temps T (s)
Dans le système CGS (type MLT), les unités fondamentales sont le centimètre (cm), le gramme (g) et la
seconde (s). L’unité de force est le dyne (dyn).

1.4. Système international d’unités (SI)


Actuellement, on emploie le Système International d’Unités (SI), de type M.L.T.
Les unités fondamentales et de base du SI sont :
Grandeur Nom Symbole
Masse (M) mètre m
Longueur (L) kilogramme kg
Temps (T) seconde s
Courant électrique Ampère A
Température Kelvin K
Intensité lumineuse candela cd
La relation entre température Celsius (°C) et Kelvin (K) est : K = °C + 273,15

Les unités dérivées peuvent être exprimées en unité de base ; certains portent un nom spécial.
Grandeur Autres
Nom Symbole Unité SI Dimension
unités
Surface mètre carré m2 - m2 L2
Vitesse mètre par seconde m/s - m.s-1 LT-1
Masse spécifique kilo par mètre cube kg/m3 - kg.m-3 ML-3
Force Newton N - kg.m.s-2 MLT-2
Pression Pascal Pa N/m2 kg.m-1.s-2 ML-1T-2
Energie, travail Joule J N.m kg.m2.s-2 ML2T-2
Puissance Watt W N.m.s-1 kg.m2.s-3 ML2T-3
Fréquence Hertz Hz cycle/s s-1 T-1
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 4 / 74 23/02/2018
On exprime les multiples et sous-multiples de ces unités à l’aide des préfixes suivants :
Facteur Préfixe Symbole Facteur Préfixe Symbole
1012 téra T 10-2 centi c
109 giga G 10-3 milli m
106 méga M 10-6 micro µ
103 kilo k 10-9 nano n
102 hecto h 10-12 pico p
10 déca da 10-15 fento f
10-1 déci d 10-18 atto a

1.5. Masse spécifique ou masse volumique


La masse spécifique  (rhô), est la masse contenue dans l’unité de volume. Elle a les dimensions ML -3. Dans le
SI, on l’exprime en kg/m3.
La masse spécifique de l’eau est à 4°C de 1 000 kg/m3 ; à 20°C, elle sera de 998,2 kg/m3.

1.6. Poids spécifique ou poids volumique


C’est le poids de l’unité de volume (force d’attraction que la terre exerce sur l’unité de volume). On le note 
(oméga). Dans le SI, on l’exprime en N/m3. Sa dimension est : ML-2T-2
Le poids spécifique et la masse spécifique sont liés par la relation fondamentale :  =  g.
Le poids spécifique de l’eau à 4°C est de 9 810 N/m3.

1.7. Densité
La densité ( : delta) est le rapport de la masse (ou du poids) d’un certain volume du corps en question à la
masse (ou poids) d’un égal volume d’eau à la température de 4°C. Elle est sans dimension, notée (-).
Pour mesurer la densité des liquides, on peut utiliser un densimètre qui est un appareil constitué d’une tige de
faible section soudée à sa base à une carène lestée. Son principe repose sur le théorème d’Archimède (à
l’équilibre, le densimètre est soumis à son poids et à la poussée que le fluide exerce sur lui). La densité est
calculée en fonction de la longueur de la tige immergée : d = M / [(V + x s) eau] avec :
 M : masse totale du densimètre (kg) ;
 V : volume de la carène jusqu’à la tige (m3) ;
 x : longueur de la tige immergée (m) ;
 s : section intérieure de la tige (m2) ;
la longueur de la tige immergée est fonction décroissante de la densité d du liquide.

1.8. Viscosité
1.8.1. Le phénomène
 L'eau, l'huile, le miel coulent différemment : l'eau coule vite, mais avec des tourbillons ; le miel coule
lentement, mais de façon bien régulière.
 La chute d'un parachutiste se fait à vitesse constante, contrairement à la loi de la chute libre.
 La pression d'un liquide réel diminue tout au long d'une canalisation dans laquelle il s'écoule, même si elle
est horizontale et de section uniforme (contrairement au théorème de Bernoulli).
Conclusions :
 Dans un fluide réel, les forces de contact ne sont pas perpendiculaires aux éléments de surface sur
lesquelles elles s'exercent. La viscosité est due à ces frottements qui s'opposent au glissement des
couches fluides les unes sur les autres.
 Les phénomènes dus à la viscosité ne se produisent que lorsque ces fluides sont en mouvement.
1.8.2. Profil des vitesses
Sous l'effet des forces d'interaction (entre les molécules de fluide et) entre les molécules de fluide et celles de la
paroi, chaque molécule de fluide ne s'écoule pas à la même vitesse. On dit qu'il existe un profil de vitesse.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 5 / 74 23/02/2018
Si on représente la vitesse de chaque particule située dans une section droite perpendiculaire à l'écoulement, la
courbe obtenue représente le profil de vitesse.
vmax

z+z
v+v
z
v
v=0

1.8.3. Viscosité dynamique


Le mouvement du fluide peut être considéré comme résultant du glissement des couches de fluide les unes sur
les autres.
Considérons deux couches de fluide contiguës. La force de frottement F qui s'exerce à la surface de ces deux
couches s'oppose au glissement d'une couche sur l'autre. Elle est proportionnelle à la différence de vitesse des
couches, à leur surface et inversement proportionnelle à la distance entre ces deux couches.
Le facteur de proportionnalité de ces forces (dans les fluides en mouvement) est le coefficient de viscosité
dynamique ( : mu) du fluide.
Il a les dimensions L-1MT-1. Dans le SI, son unité est le poiseuille (Pl) ; 1 Pl = 1 N.s/m2.(ou Pa.s). Pour l’eau à
20°C,  = 10-3 N.s/m2.
La viscosité des liquides diminue beaucoup lorsque la température augmente. Il n'existe pas de relation
rigoureuse liant  et la température. L’influence de la pression est négligeable. Contrairement à celle des
liquides, la viscosité des gaz augmente avec la température.

Fluide  (Pa·s)
eau (0 °C) 1,787·10–3
eau (20 °C) 1,002·10–3
eau (100 °C) 0,2818·10–3
huile d'olive (20 °C)  100·10–3
glycérol (20 °C)  1000·10–3
H2 (20 °C) 0,86·10–5
O2 (20 °C) 1,95·10–5

1.8.4. Viscosité cinématique


Le coefficient de viscosité cinématique ( : nu) est le rapport entre le coefficient de viscosité cinématique et la
masse spécifique :  =  / . Ses dimensions sont L2T-1. Il s’exprime en m2/s dans le SI. Le stoke (unité CGS)
est égal à 10-4 m2/s. Pour l’eau à 20°C,  = 10-6 m2/s.

1.9. Tension superficielle – Capillarité


1.9.1. Le phénomène
 Observations :
 La surface libre de l'eau dans un tube forme un ménisque près des bords.
 Les poils d'un pinceau sec se rassemblent lorsqu'ils sont mouillés.
 Une aiguille fine en acier flotte à la surface de l'eau.
 L'eau monte dans un capillaire alors que le mercure descend (sens du ménisque inversé).
 Une plaque de verre adhère très fortement à une surface plane lorsque celle-ci est mouillée.
 Conclusions :
 La surface libre d’un liquide tend à se contracter spontanément de façon à acquérir une aire
minimale.
 La surface d’un liquide se comporte un peu comme la membrane tendue d’un ballon.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 6 / 74 23/02/2018
La formation des mousses est aussi un phénomène de capillarité.

1.9.2. La force de tension superficielle


Une molécule liquide au repos est soumise aux forces de contact de surface que les molécules voisines exercent
sur elle. Par contre, une molécule à la surface libre d’un liquide n’est plus soumise à l’action de forces
symétriques, puisqu’elle n’est plus entourée systématiquement par d’autres molécules de même nature ; ainsi, la
résultante des forces moléculaires n’est plus nulle. La surface de séparation se comporte comme une
membrane.
On désigne par tension superficielle ( : sigma) la tension par unité de longueur d’une ligne quelconque de la
surface de séparation. Les dimensions sont MT-2. Dans le SI, on l’exprime en N/m.
liquide  (N·m–1) à 20 °C
eau (à 20 °C 73·10–3
eau (à 0 °C) 75,6103
huile végétale 32·10–3
éthanol 22·10–3
éther 17·10–3
mercure 480·10–3
Ordres de grandeur (dans le cas d'interface liquide - air)
La tension superficielle décroît quand la température s’élève (attractions intermoléculaires diminuent).
Le rôle des agents tensioactifs est d'abaisser la valeur de la tension superficielle des liquides dans lesquels ils
sont ajoutés pour les rendre mouillants, moussants, détergents, émulsifiants...

1.9.3. Angle de raccordement liquide /


solide
Une goutte de liquide déposée sur une plaque solide plane et horizontale peut :
 soit s'étaler largement (par exemple de l'eau sur du verre propre) ; dans
ce cas, on dit que le liquide mouille parfaitement le solide, et l'angle de
raccordement  vaut 0°,

 soit former une lentille :
 si  < 90°, le liquide mouille imparfaitement le solide (par exemple
l'eau sur du verre sale)
 si  > 90°, le liquide ne mouille pas le solide (par exemple le mercure
sur du verre).
Le même angle de raccordement se retrouve à la surface libre d'un liquide près des bords du récipient et
provoque la formation d'un ménisque dans les tubes.

1.9.4. Tube capillaire - loi de Jurin


Un tube capillaire (du latin capillus : cheveu) est un tube de petit diamètre intérieur.
Lorsqu'on plonge un tube capillaire, ouvert aux deux extrémités, dans un liquide, celui-ci
"monte" (si  < 90 °) ou "descend" (si  > 90 °) dans le tube d'une hauteur h telle que :
2    cos  h r : rayon intérieur
h où
r  g du tube capillaire
r : rayon intérieur du tube
 : masse volumique du liquide
g : intensité de la pesanteur
 : tension superficielle du liquide
 : angle de raccordement liquide/solide
Les phénomènes de capillarité qui se produisent à la surface libre d’un liquide dans un
tube étroit sont dus à la tension superficielle. On constate :
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 7 / 74 23/02/2018
 surélévation de la surface libre avec formation d’un ménisque concave, si le liquide mouille la paroi ;
 abaissement de la surface avec formation d’un ménisque convexe, si le liquide ne mouille pas la paroi.

1.10. Pression
C’est la résultante des forces exercées la surface d’un fluide (normale à cette surface) ; donc la force agissant
sur l’unité de surface. Elle a les dimensions ML-1T-2. Dans le SI, on l’exprime en Pascal (Pa), N/m2.
p (Pa) = F (N) / S (m2)
Les unités « industrielles » utilisées sont :
 l’atmosphère : 1 atm = 101 300 Pa ;
 le bar : 1 bar = 105 Pa ; le millibar (mbar) = 100 Pa ;
 le millimètre de mercure : 1 mm Hg = 133,3 Pa ;
 le mètre de colonne d’eau : 1 m ce = 9 810 Pa.
La pression p, mesurée par rapport à la pression atmosphérique, est appelée pression relative ; la pression
absolue pa est la somme de la pression relative et de la pression atmosphérique p0.
La valeur de la pression atmosphérique p0 (dans les conditions normales, au niveau de la mer) est :
 101 300 Pa,
 1 atmosphère,
 1,013 bar,
 760 mm de colonne de mercure,
 10,33 m de colonne d’eau.
La pression atmosphérique varie avec l’altitude :
 altitude 0 m : 101 300 Pa,
 altitude 500 m : 95 300 Pa,
 altitude 1 000 m : 89 600 Pa,
 altitude 1 500 m : 84 200 Pa,
 altitude 2 000 m : 79 120 Pa,
 altitude 2 500 m : 74 200 Pa,
 altitude 3 000 m : 69 600 Pa,
 altitude 3 500 m : 65 200 Pa,
 altitude 4 000 m : 61 000 Pa.
En hydraulique, il est commode d’exprimer la pression en hauteur de la colonne liquide ; elle s’exprime en
mètre de colonne d’eau (m ce). h = p /  .

1.11. Célérité des ondes élastiques


C’est la vitesse de propagation d’une variation de pression dans un liquide. Dans l’eau à 10°C, la célérité (c) est
égale à 1 425 m/s (elle est infinie dans un liquide incompressible).

1.12. Solubilité des gaz dans l’eau


L’eau peut retenir de l’air en dissolution jusqu’à 2 % de son volume.
Pour un gaz déterminé, on appelle coefficient de solubilité le rapport du volume maximum de gaz dissous au
volume de liquide qui le contient.

1.13. Paramètres géométriques


Les paramètres géométriques les plus utilisés en hydraulique sont :
 Section mouillée (S) : section occupée par l’écoulement.
 Périmètre mouillé (P) : périmètre de la section mouillée en contact avec le liquide écoulé. Dans les
écoulements à surface libre, la partie en contact avec l’air n’entre pas dans le périmètre mouillé.
 Rayon hydraulique (Rh) : Rh = S / P, quotient entre la section mouillée et le périmètre mouillé.
 Diamètre hydraulique (Dh) : Dh = 4 Rh ; dans les conduites circulaires, le diamètre hydraulique est le
diamètre la conduite.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 8 / 74 23/02/2018
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 9 / 74 23/02/2018

CHAPITRE 2 - BASES THÉORIQUES DE L’HYDRAULIQUE


2.1. Généralités
L’hydraulique est une branche des sciences physiques qui a pour objectif l’étude des liquides en mouvement.
On l’appelle aussi « mécaniques de fluides ».
Si un liquide s’écoule en contact avec l’atmosphère, on dit qu’il y a écoulement à surface libre. Dans un tuyau
fermé, avec un écoulement occupant toue la section du tuyau, on dit qu’il y a écoulement en charge.
Si les caractéristiques de l’écoulement (pression, température, vitesse, viscosité, …) sont au cours du temps, on
a un régime permanent ou stationnaire ; dans le cas contraire, on a un régime variable ou transitoire.
NB : Quand les liquides sont incompressibles et peu dilatables (constante) ; les écoulements sont isovolumes.

2.2. Mouvement laminaire et mouvement turbulent


Il existe deux types de mouvements des fluides :
 le mouvement laminaire (ou visqueux), où chaque particule décrit une trajectoire bien définie et est
animée d’une vitesse uniquement dans le sens de l’écoulement ;
 le mouvement est turbulent si chaque particule est animée d’un mouvement d’agitation avec des
vitesses transversales à l’écoulement.

2.3. Trajectoire d’une particule


On appelle trajectoire de la particule le lieu géométrique des positions successives occupées par la particule au
cours du temps.
On définit en chaque point P(x1,x2,x3) d’un écoulement et à un instant donné, un vecteur vitesse V(v1,v2,v3).

2.4. Lignes de courant


Ligne de courant : En régime stationnaire, on appelle ligne de
ligne de courant
courant la courbe suivant laquelle se déplace un élément de
surface S entourant le point M
fluide. Une ligne de courant est tangente en chacun de ses points
au vecteur vitesse du fluide en ce point.
Tube de courant : Ensemble de lignes de courant s'appuyant sur
M
v
une courbe fermée.
section S1 Filet de courant : Tube de courant s'appuyant sur un petit
filet de courant élément de surface S (infinitésimal). La section de base S du
tube ainsi définie est suffisamment petite pour que la vitesse du
tube de courant
fluide soit la même en tous ses points (répartition uniforme).
section S2

Pour un écoulement permanent, les trajectoires et les lignes de courant coïncident.


Dans un mouvement turbulent, l’étude des lignes de courant est effectuée avec des vitesses moyennes.

2.5. Débit – Vitesse moyenne


2.5.1. Débit masse
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 10 / 74 23/02/2018
Si m est la masse de fluide qui a traversé une section droite de la conduite pendant le temps t, par définition
le débit masse est (unité : kg.s-1) : Qm = m / t.
2.5.2. Débit volume
Si V est le volume de fluide qui a traversé une section droite de la conduite pendant le temps t, par définition
le débit volume est (unité : m3.s-1) : Qe = e / t.
2.5.3. Relation entre Qm et Qe
La masse volumique  est donnée par la relation :   m / v d'où : Qm =  Qe.
Par la suite, on appellera Q le débit volume (Qe).
2.5.4. Expression du débit en fonction de la vitesse
Le débit est la quantité de fluide liquide écoulé à travers la surface S dans l’unité de temps.
En considérant un champ de vitesse V, le flux ou débit à travers une surface S est :
Q = s V n dS avec n vecteur normal à dS
En général la vitesse V n'est pas constante sur la section S d'un tube de courant ; on dit qu'il existe un profil de
vitesse (à cause des forces de frottement). Le débit s'obtient en intégrant la relation précédente.

S S vmoy

Ecoulement laminaire (profil parabolique) Equivalent en vitesse moyenne


Dans une section droite S de la canalisation, on appelle vitesse moyenne U la vitesse telle que :
U=Q/S ou Q=US
La vitesse moyenne U apparaît comme la vitesse uniforme à travers la section S qui assurerait le même débit
que la répartition réelle des vitesses. Elle est inversement proportionnelle à l'aire de la section droite.
U1 S 2
 La vitesse moyenne est d'autant plus grande que la section est faible.
U 2 S1

2.6. Equation de continuité


L’équation de continuité traduit la conservation de la masse dans un écoulement.
La variation de masse est égale à la masse de fluide qui pénètre, moins la masse de fluide qui sort durant le
temps dt.
Considérons un tube de courant entre deux sections S1 et S1. Pendant l'intervalle de temps t, infiniment petit, la
quantité de fluide ayant traversé la section S1 est la même que celle ayant traversé la section S2.
En régime permanent, le débit est le même à travers toutes les sections droites d'un même tube de courant.
L’équation de continuité appliquée à un tube de courant (section S 1 et S2 avec des vitesses moyennes U1 et U2)
s’écrit : U2 S2 – U1 S1 = 0 ou U2 S2 = U1 S1 = Cte.
Le débit Q = U1 S1 qui entre, est égal au débit Q = U2 S2 qui sort.

2.7. Equation générale du mouvement (Navier – Stokes)


L’équation générale du mouvement des fluides désignée par « équation de Navier-Stokes » est très difficile à
intégrer. On obtient cette intégration dans des cas particuliers d’écoulements laminaires.

  F : représente les forces de masse ; c’est généralement le poids ;


  dV/dt : représente les forces d’inertie ;
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 11 / 74 23/02/2018
 grad p : (vecteur des composantes p/xi) correspond à la variation des pressions mesurées dans le sens
de l’écoulement (gradient : pour caractériser la variation d’un point à l’autre d’une grandeur) ;
  2 V : (diffusion du vecteur V dans l’écoulement) traduit l’action d’une particule sur les autres qui
peut se produire sous l’effet de la viscosité (rappel : 2V = div (gradV)) ;
 1/3  grad : influence de la compressibilité (s’annule dans le cas d’un fluide incompressible).

2.8. Simplification de l’équation du mouvement


Dans le cas de liquides incompressibles et parfaits (ou idéal), on aurait  = 0 ; l’équation générale de Navier-
Stokes se simplifie en : grad (z + p/) = - 1/g dV/dt ; avec :  =  g (poids volumique ou spécifique).
Dans le cas d’un liquide au repos, on aura V = 0, d’où : z + p/ = constante. Cette relation représente la
variation de pression dans un liquide au repos (hydrostatique).

2.9. Ecoulement en régime laminaire dans les tuyaux


(Poiseuille)
Considérons, un tuyau cylindrique de rayon r0 en régime laminaire (trajectoire de la particule d’eau
élémentaire dans le sens de l’écoulement) et permanent (caractéristiques indépendantes du temps).
Si l’axe du tuyau coïncide avec l’axe x1 (sens de l’écoulement), on aura v1 = V et v2 = v3 = 0.

La distribution des vitesses est parabolique avec une vitesse maximale au centre et une vitesse nulle aux parois.
En considérant la vitesse moyenne U, on aura : V(r) = 2 U [1 – (r/r 0)2], d’où Vmax = 2 U (pour r = 0, donc au
centre du tuyau). Sur les parois (r = r0), on aura V = 0.

2.10. Energie des écoulements


L’énergie (ou travail) W, est définie, en mécanique, comme le produit d’une force par un déplacement
(dimension L2 M T-2). Son unité dans le SI est le joule (J).
Dans les problèmes d’hydraulique, l’énergie est rapportée à l’unité de poids écoulé (dimension M L T -2 ; G =
mg ou  e ou  g e = m g), et est désignée par la charge E. Elle a les dimensions d’une longueur.
 Si la particule est animée d’une vitesse V, son énergie est cinétique : Wc = ½ m V2. L’énergie par unité
de poids sera alors :
Ec = Wc / ( e) = ½ m V2 / ( e) = ½ / x V2 = V2 / 2g avec e : volume considéré
 L’énergie de position est potentielle : Wz = ( e z). L’énergie potentielle de position par unité de poids
écoulé sera donc : Ez = Wz / ( e) = z.
 La même particule sujette à une pression p, possède une énergie potentielle de pression Wp = p e ; de
la même manière, on aura : Ep = Wp / ( e) = p/.
Une particule de liquide est animée d’une vitesse V, sujette à une pression p (pression relative) et placée à une
cote z au-dessus d’un plan horizontal de référence. Elle a, par unité de poids, les types d’énergie suivants qui
s’appellent des hauteurs de pression :
 énergie de position : cote au-dessus d’un plan de référence au hauteur géométrique ; Ez = z ;
 énergie de pression : pression exprimée en hauteur d’eau ; Ep = p/ ;
 énergie cinétique : hauteur cinétique ; Ec = V2 / 2g.
L’énergie totale, par unité de poids écoulé exprimée en hauteur de pression, sera alors :
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 12 / 74 23/02/2018
E = z + p/ + V2/2g
Hauteur piézométrique : hauteur d’une colonne de liquide capable, par son poids, d’engendrer la pression p.
La hauteur cinétique représente la hauteur h, dont un élément de fluide doit tomber en chute libre (dans le vide)
pour atteindre la vitesse V.

2.11. Théorème de Bernoulli (énergie d’une particule le long


de sa trajectoire)
2.11.1. Théorème de Bernoulli pour un écoulement
permanent
Un fluide parfait est un fluide dont l'écoulement se fait sans frottement.
On considère un écoulement permanent d’un fluide parfait, entre p1, v1, S1, z1
z
les sections S1 et S2, entre lesquelles il n’y a aucune machine
hydraulique, (pas de pompe, ni de turbine). p2, v2, S2, z2
Soit le volume du fluide qui passe à travers la section S 1 entre les z1
instants t et t+t. Pendant ce temps le même volume de fluide passe à
travers la section S2. Tout se passe comme si ce fluide était passé de la
position (1) à la position (2). z2
En appliquant le théorème de l’énergie cinétique à ce fluide entre les
instants t et t+t (la variation d’énergie cinétique est égale à la somme
des travaux des forces extérieures : poids et forces pressantes), on 0
obtient :
U2 P
z  H  E  Cte
2g g

P
Avec : H est la Hauteur totale, g
est la Hauteur de Pression,
v2 P
z est la cote, est la Hauteur cinétique, z  g est la Hauteur piézométrique.
2g
Tous les termes s’expriment en en mètres de colonne de fluide.
Conclusion : La pression d'un fluide diminue lorsque sa vitesse augmente.
En multipliant tous les termes de la relation précédente par le produit g, on écrit tous les termes dans la
dimension d'une pression (en Pa).
U2
  gz  p  Cte
2
2
v
p est la pression statique, gz est la pression de pesanteur,  est la pression cinétique.
2

2.11.2. Cas d'un écoulement (1)(2) sans échange de travail


Entre deux sections de l’écoulement, dans le cas de fluides parfaits (ou de fluides réels quand on peut négliger les pertes
de charges) et qu’il n'y a aucune machine (ni pompe ni turbine) entre les points (1) et (2) d'une même ligne de courant, on
aura : E1 = E2. La relation de Bernoulli peut s’écrire sous l'une ou l'autre des formes suivantes :
1
  p  p1   0
U 22  U 12   ( z 2  z1 )  2
 U 22  U 12   g ( z 2  z1 )   p 2  p1   0
1
ou
2 2g g
S’il n’y a pas de frottement l’écoulement s’effectue sans pertes d’énergie.
2.11.3. Cas d'un écoulement (1)(2) avec échange d’énergie
Lorsque le fluide traverse une machine hydraulique, il échange de l’énergie avec cette machine sous forme de travail W
W
pendant une durée t. La puissance P échangée est : P  (P en watt (W) ; W en joule (J) ; t en seconde (s))
t
 P > 0 si l’énergie est reçue par le fluide (ex. : pompe) ;
 P< 0 si l’énergie est fournie par le fluide (ex. : turbine).
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 13 / 74 23/02/2018
La perte de charge entre les deux sections sera :
E12 = E1 – E2, soit : E12 = (z1 + p1/ + U12/2g) – (z2 + p2/ + U22/2g)
La puissance perdue par l’écoulement entre les sections 1 et 2 est : P12 =  g Q E12 =  Q E12
La puissance peut être perdue par des frottements internes contre les parois qui dégradent l’énergie en chaleur.
La méthode recommandée pour appliquer le théorème de Bernoulli est la suivante :
1) Tracer un schéma du système hydraulique en donnant un nom à tous les éléments (sections droites,
singularités, …).
2) Appliquer l’équation de Bernoulli dans le sens du courant. Choisir un plan de référence : il est logique de
prendre le point le plus bas (pour éviter les valeurs négatives et réduire les risques d’erreurs).
3) Calcul l’énergie en amont (recommandée en mètres de colonne de fluide).
4) Ajouter (en mCF) tout apport d’énergie effectué par des dispositifs mécaniques (pompes).
5) Soustraire (en mCF) toute énergie perdue au cours de l’écoulement (pertes de charges régulières et
singulières).
6) Soustraire (en mCF) toute énergie dépensée par des dispositifs mécaniques (turbines).
7) Egaler cette somme d’énergie (3+4+5+6) à l’énergie en aval (cote + hauteur de pression + cinétique).
8) Si l’énergie cinétique n’est pas connue, trouver une relation à l’aide de l’équation de continuité.
E1 + Pajouté – Pperdue - H12 = E2 (équation générale de l’énergie)

2.11.4. Application du Théorème de Bernoulli


a) Tube de Pitot
On considère un liquide en écoulement permanent dans une canalisation et deux h
tubes plongeant dans le liquide, l'un débouchant en A face au courant, et l'autre en B
est le long des lignes de courant, les deux extrémités étant à la même hauteur. Au
point B, le liquide a la même vitesse U que dans la canalisation et la pression est la A B
même que celle du liquide pB = p. En A, point d'arrêt, la vitesse est nulle et la pression est
pA. D'après le théorème de Bernoulli :
1 1
pB   U 2  p A soit   U 2    g  h d’où U  2gh
2 2
En mesurant la dénivellation h dans les deux tubes, on peut en déduire la vitesse U d'écoulement du fluide.

b) Phénomène de Venturi
Un conduit de section principale SA subit un étranglement en B où sa section est S B. La
vitesse d’un fluide augmente dans l’étranglement, donc sa pression y diminue :
D'après l'équation de continuité, UA SA = UB SB = Q et UB > UA donc pA > pB.
Le théorème de Bernoulli s'écrit ici : A B
1 1 1
1 1 p A  pB   .( 2  2 ).Q 2  k .Q 2
p A    U A2  p B    U B2 2 SB SA
2 2 d’où :

La différence de pression aux bornes aux extrémités du tube de Venturi est proportionnelle au carré du débit ;
application à la mesure des débits (organes déprimogènes). On peut citer la trompe à eau, le pulvérisateur.

c) Écoulement d'un liquide contenu dans un réservoir -


Théorème de Torricelli
Considérons un réservoir muni d'un petit orifice à sa base, de section s et une ligne de courant partant de la surface au
point (1) et arrivant à l'orifice au point (2). En appliquant le théorème de Bernoulli entre les points (1) et (2),
U 12 p U2 p
  z1  1  2   z 2  2
2g  2g  z1
v1=0

Or p1 = p2 = pression atmosphérique. z
Et U1<< U2 d'où U2  2 g  z s v2
z2
La vitesse d'écoulement est la même que la vitesse de chute libre entre la surface libre et jet
l'orifice, quelle que soit la masse volumique du liquide. parabolique
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 14 / 74 23/02/2018
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 15 / 74 23/02/2018
2.12. Lignes d’énergie et ligne piézométrique
En régime permanent et en chaque point d’une ligne de courant, on définit les énergies spécifiques suivantes :
 énergie (ou charge) statique ou piézométrique : Es = z + p/ ;
 énergie (ou charge) dynamique ou cinétique : Ec = V2/2g ;
 énergie (ou charge) totale : E = z + p/ + V2/2g.
La somme z + p/ représente l’énergie potentielle de position et de pression, dont la variation permet de
connaître les variations de position et les pertes par frottement.
Si, le long d’une ligne de courant, nous marquons sur la verticale, à partir du plan horizontal de repère, les
longueurs représentatives de la charge (ou énergie) statique (ou piézométrique), on obtient la ligne
piézométrique correspondant à la ligne de courant considérée.
De même, si nous marquons la charge (ou énergie) totale, on obtient la ligne de charge totale, ou ligne
d’énergie. La ligne d’énergie est éloignée de la ligne piézométrique d’une longueur (mesurée à la verticale)
égale à la charge cinétique.
S’il n’y a pas de pertes de charge (Bernoulli), la ligne d’énergie est horizontale. S’il y a des pertes de charge,
la ligne d’énergie descend toujours le long de l’écoulement.

2.13. Energie ou charge dans une section d’écoulement


On peut définir la charge totale, non seulement en un point d’une ligne de courant, mais encore dans une section
d’un écoulement, à condition que les lignes de courant soient sensiblement rectilignes ou parallèles.
La charge statique (ou piézométrique) a la même valeur pour toute la section. La vitesse V peut varier d’un
point à l’autre de la section (vitesse maximale au centre). Si l’on fait intervenir la vitesse moyenne U, on
introduit un facteur de correction de l’énergie cinétique (coefficient de Coriolis).
La charge totale dans une section droite sera alors : E = z + p/ +  U2/2g.
Si la répartition des vitesses est uniforme,  = 1, dans le cas contraire  > 1. En régime turbulent,  oscille
entre 1,05 et 1,20.
Dans la pratique, on omet ce coefficient de correction (), en admettant qu’il est égal à 1.

2.14. Quantité de mouvement (théorème Euler)


2.14.1. Quantité de mouvement
La quantité de mouvement d’une particule de masse m, qui se déplace à la vitesse V, est M = m V (M L T-1).
La quantité de mouvement d’une masse liquide sera la somme des quantités de mouvement de ses particules.
Dans une section où s’écoule un débit Q à une vitesse moyenne U, la quantité de mouvement, par unité de
temps, sera : M =   Q U (dimension d’une force M L T-2).
 : coefficient de correction (Boussinesq) des vitesses (ponctuelles V par moyenne U). Si répartition uniforme
des vitesses,  = 1 ; dans le cas contraire  est légèrement supérieur à 1. Dans la pratique, on prendra  = 1.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 16 / 74 23/02/2018
2.14.2. Théorème d’Euler
Les forces agissant sur un volume de liquide sont les suivantes :
 G : forces de masse, qui se réduisent généralement au poids (= g e = mg) du volume liquide ;
 A : résultante des forces d’inerties dues aux accélérations ; dans le cas d’un régime permanent A = 0 ;
 M : quantité de mouvement globale du volume qui est égale à M1 – M2 :
 M1 celle du liquide qui rentre à la vitesse moyenne U1,
 M2 liquide qui sort à la vitesse U2 ;
 P : résultante P de toutes les forces extérieures (positive si dirigée vers l’intérieur).

Ces 4 forces maintiennent le liquide en équilibre ; c’est le théorème d’Euler : G + A + P + M1 – M2 = 0.


soit le poids (G) + l’inertie (A) + les forces extérieures (P) + quantité de mouvement = 0

2.14.3. Exemple
Soit l’exemple suivant : un tuyau de 10 m le long et de 1 m2 de section avec un écoulement permanent.

On a d’après Euler : G + A + P + M1 – M2 = 0 avec :


 G =  g e (dimension M L T-2 car  a M L-3, g a L T-2 et « e » a L3).
 A = 0, car on est en régime permanent et il n’y a pas de forces d’inertie.
 P (forces extérieures) = - R + S1 p1 - S2 p2 :
 R, résultante des pressions sur les parois du tube par le liquide (vers extérieur) ;
 S1 p1, pression sur S1 (dimension M L T-2 car S1 a L2 et p1 a M L-1 T-2) ;
 S2 p2, force de pression sur S2 (vers extérieur).
 M1 =  Q U1 ( = 1) (dimension M L T-2 car  a M L-3, Q a L3 T-1 et U a L T-1).
 M2 =  Q U2 ( = 1).
Pour un tuyau horizontal de 10 m de long avec S1 = S2 = 1 m2, U1 = U2 et p1 = p2, on a :
M1 = M2 et A = 0 d’où :
G + P = 0 avec P = -R (vers extérieur) + S1 p1 (vers intérieur) - S2 p2 (vers extérieur)
p1 = p2 ; d’où R = G =  g e = 1 000 x 9,81 x 10 = 98 100 N.
Pour un tuyau vertical de 10 m de long avec S1 = S2 = 1 m2 et U1 = U2 et p1 = 3 104 Pa, on a :
G + P = 0 avec P = -R (vers extérieur) + S1 p1 (vers intérieur) - S2 p2 (vers extérieur)
on calcule avec Bernoulli : p2 - p1 = (z1-z2)  g = 10 x 1 000 x 9,81 = 98 100 Pa
d’où R = G - (p2 - p1) S = 98 100 – 98 100 x 1 = 0 N.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 17 / 74 23/02/2018

CHAPITRE 3 - HYDROSTATIQUE
3.1. Pression relative et pression absolue
La pression p, mesurée par rapport à la pression atmosphérique, est appelée pression relative pr (ou pression
effective) ; la pression absolue pa est la somme de la pression relative et de la pression atmosphérique p0. Quand
on parle de pression, on fait référence à la pression relative.
p = pa - p0 ou pa = p + p0

3.2. Pression et hauteur de pression


En hydraulique, il est commode d’exprimer la pression en hauteur d’eau de la colonne de liquide.
Considérons, une colonne de liquide en repos, de hauteur h et de surface de base S. La force que le liquide
exerce sur la base de la colonne est égale au poids du liquide, autrement dit :  S h ; la pression (force par unité
de surface) sera alors : p =  h.
La pression p est associée à une hauteur de liquide (eau ou autre) h = p / .
L’énergie de pression peut donc être exprimée en :
 pression : unité Pascal,
 ou en hauteur de pression ou hauteur d’eau : unité mètre de colonne d’eau (m ce).
La relation entre les deux notions est : p (Pa) =  h =  g h ou h (m ce) = p /  = p / ( g)

3.3. Equation fondamentale de l’hydrostatique


Dans le cas d’un fluide au reps soumis uniquement à l’action de la gravité, les forces extérieures se réduisent au
poids du liquide par unité de masse, g. Dans ce cas, l’équation de Navier-Stokes s’écrit :
z + p /  = constante (hauteur de pression) ou p +  g z = constante (pression)

3.4. Distribution des pressions


La surface libre d’un liquide est la séparation entre le liquide et l’air ambiant. Elle a une pression égale à la
pression atmosphérique p0. Sa pression (pression relative) est donc égale à 0. Les surfaces de séparation de
liquides non miscibles sont des plans horizontaux car les surfaces isobares sont des surfaces d’égale densité.
Dans le cas de fluides incompressibles, on aura :  = cte (masse volumique). Si l’on néglige les variations de g,
on aura :  = constante. Dans ce cas, les surfaces isobares (d’égales pressions) sont des plans horizontaux.
La différence de pression entre deux points quelconques d’un liquide au repos ne dépend que de la différence
de cotes entre les points et du poids spécifique () du liquide :
pA – pB =  (zA – zB)

3.5. Principe de Pascal


Principe de Pascal : dans un liquide en équilibre, les variations de pression se transmettent intégralement en
tous les points (de la masse liquide). Les liquides transmettent la pression.
Si on prend la surface libre (p = 0) comme plan horizontal de référence, on obtient :
p =  h avec h distance de la surface libre au point considéré.
Dans le cas de liquides non miscibles, superposés, de poids spécifiques différents, la pression p en un point de
profondeur h (comprise entre h2 et h3) est :
p = 1 h1 + 2 (h2 – h1) + 3 (h – h2), h1, h2 et h3 sont les profondeurs des fluides 1, 2, 3.
Le principe de Pascal est utilisé pour la conception des presses hydrauliques composées par 2 pistons mobiles
de sections bien différentes s et S. On aura : p = f/s = F/S, d’où : F = f (S/s).
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 18 / 74 23/02/2018
3.6. Forces pressantes
 Sur le fond du récipient : FF = p S =  g h S et elle ne dépend que de la masse volumique du liquide
(), de la surface du fond du récipient (S) et de la hauteur de liquide dans le récipient (h).
 Sur les parois latérales du récipient : la résultante est égale P - FF (P : poids du liquide contenu dans le
récipient ; FF : force sur le fond) et est fonction de la forme du récipient (nulle si parois verticales ;
positive et donc descendante, si forme en V [surface supérieure > surface du fond] ; négative et
ascendante, si forme en V renversé [surface supérieure < surface du fond]).
 Sur une paroi rectangulaire verticale : force résultante F = 0,5  g S h (avec S : surface de la paroi et
h : hauteur). Le point d’application de la force est en partant de la surface à une distance de 2/3 h.

3.7. Résultante des pressions sur des surfaces planes


Une surface plane quelconque (horizontale, verticale ou inclinée) est soumise sur chaque face à une résultante
(normale à la surface) des pressions élémentaires que l’on appelle poussée totale. Sa valeur est :
I =  y S avec :
 S est l’aire de la surface ;
 y la distance verticale de son centre de gravité à la surface (si plan incliné, y = y’ cos  avec y’
distance du centre de gravité suivant la direction du plan incliné jusqu’à la surface et 
angle du plan avec la verticale).
Si la surface est totalement immergée, l’ensemble des poussées est nulle (poussée totale sur une des faces est
égale et de signe contraire à celle qui s’exerce sur l’autre face).
Dans le cas de surface horizontale, le centre de poussée coïncide avec le centre de gravité ; dans les autres cas,
le centre de poussée est situé sous le point de gravité.
Point d’application de la poussée : La distance x (mesurée verticalement) de la surface libre au point
d’application de la poussée (centre de poussée) est :
 plan horizontal : x = y (centre de poussée au même lieu que le centre de gravité)
 plan vertical : x = y + (K2 / y)
 plan incliné : x = y + ( K2 cos2 / y) avec :
 2 2
K = a / 12, pour un carré,
 K2 = 0,25 R2, pour un cercle,
 K2 = (a2 b2) / (6 (a2 + b2)), pour un rectangle.

3.8. Poussée sur des corps immergés : principe d’Archimède


En appliquant le théorème d’Euler à un corps immergé dans un liquide au repos, la poussée (résultante des
pressions sur la surface) est donnée par : P (poussée vers le haut) = - G (poids vers le bas)
Cette expression traduit le principe d’Archimède suivant lequel tout corps de volume « e » plongé dans un
fluide au repos, subit une poussée de bas en haut égale au poids du même volume de fluide.
L’équilibre est stable si le centre de gravité est au-dessous du centre de poussée (il flotte).
Le théorème d’Archimède n’est applicable que si les fluides et le solide sont en équilibre (immobiles).
Il est applicable pour un solide immergé dans plusieurs fluides : chacune des parties du solide est soumise à une
poussée d’Archimède égale et opposée au poids du fluide déplacé.
On appelle plan de flottaison tout plan capable de délimiter dans le flotteur (bateau, par exemple) un volume tel
que le poids d’un volume égal de liquide soit égal au poids total du flotteur.

3.9. Influence de la compressibilité


La compressibilité est toujours très faible et elle décroît quand la pression augmente. Pour l’eau, elle est de
l’ordre de 5 10-10 Pa-1 et elle sera toujours négligée dans le cas d’écoulement dans des tuyaux ou canaux.
Par exemple, pour une colonne d’eau de 1 km de hauteur, le fait de négliger la compressibilité n’entraîne
qu’une erreur de 0,5 % sur le poids volumique et de 1 % sur la pression.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 19 / 74 23/02/2018

CHAPITRE 4 - ECOULEMENTS PERMANENT EN CHARGE


4.1. Présentation générale des pertes de charge (linéaires et
singulières)
4.1.1. Le phénomène
 Observations
 La pression d'un liquide réel diminue tout au long d'une canalisation dans laquelle il s'écoule,
même si elle est horizontale et de section uniforme, contrairement au théorème de Bernoulli.
 La pression d'un fluide réel diminue après le passage à travers un coude, une vanne ou un
rétrécissement.
 Conclusions
 Un fluide réel, en mouvement, subit des pertes d'énergie dues aux frottements sur les parois
de la canalisation ou sur les « accidents » de parcours.
 Les frottements du fluide sur la paroi interne de la tuyauterie sont appelés pertes de charge
régulières ou systématiques.
 La résistance à l'écoulement provoquée par les accidents de parcours (coudes, élargissements
ou rétrécissement, vannes, ...) sont les pertes de charge accidentelles ou singulières.

4.1.2. Les différents régimes d'écoulement : nombre de


Reynolds
Les expériences réalisées par Reynolds (1883) lors de l'écoulement d'un liquide dans une conduite cylindrique
rectiligne dans laquelle arrive également un filet de liquide coloré, ont montré l'existence de deux régimes
d'écoulement : laminaire et turbulent.
filet
coloré

écoulement laminaire écoulement turbulent écoulement turbulent


vue instantanée vue en pose
En utilisant des fluides divers (viscosité différente), en faisant varier le débit et le diamètre de la canalisation,
Reynolds a montré que le paramètre qui permettait de déterminer si l'écoulement est laminaire ou turbulent est
un nombre sans dimension appelé nombre de Reynolds et donné par :
U D U D
Re  ou Re 
µ 
 = masse volumique du fluide, v = vitesse moyenne, D = diamètre de la conduite.
µ = viscosité dynamique du fluide,  = viscosité cinématique  = µ / .
L'expérience montre que :
si Re < 2000 (2500) le régime est LAMINAIRE
si 2000 < Re < 3000 le régime est intermédiaire
si Re > 3000 (4000) le régime est TURBULENT
Ces valeurs doivent être considérées comme des ordres de grandeur, le passage d'un type d'écoulement à un
autre se faisant progressivement.

4.1.3. Théorème de Bernoulli appliqué à un fluide réel avec


pertes de charge
Lors d'un écoulement d'un fluide réel il peut y avoir des pertes de charge entre les points (1) et (2) : dans le cas
d’une installation ne comportant pas de machine hydraulique (pompe ou turbine) on écrira la relation de
Bernoulli sous la forme :
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 20 / 74 23/02/2018
 p  p1 
1
2g
U 22  U 12   ( z 2  z1 )  2

 E   E

E représente l’ensemble des pertes de charge entre (1) et (2) exprimées en mètres de colonne de liquide.

4.1.4. Expression des pertes de charge


Lorsqu'on considère un fluide réel, les pertes de charge (ou pertes d'énergie spécifiques) dépendent de la
forme (section), des dimensions (longueur) et de la rugosité () de la canalisation, de la vitesse d'écoulement et
de la viscosité du liquide (mais non de la valeur absolue de la pression qui règne dans le liquide).
Ces éléments sont liés par des grandeurs comme la vitesse moyenne d'écoulement U (ou le débit Q) et le
nombre de Reynolds Re qui joue un rôle primordial dans le calcul des pertes de charge.
 Rugosité : la rugosité absolue  est donnée par la mesure des aspérités du tuyau. La rugosité relative
/D est le rapport de la rugosité absolue  au diamètre de la conduite D. Dans la pratique, la rugosité
absolue n’est pas uniforme, mais on peut la caractériser par une valeur moyenne :
 dans les conduites en béton, la valeur de la rugosité absolue dépend essentiellement de la
finition, ainsi que de la fréquence et de l’alignement des joints ;
 dans les conduites métalliques soudées, la valeur de  dépend du type et du mode
d’application du revêtement ;
 dans les conduites métalliques rivées, le revêtement n’a plus qu’une importance secondaire ;
le facteur principal est le procédé de rivetage (nombre et écartement des rivets) ;
 dans les conduites en bois ; c’est surtout l’alignement des joints qui importe.
 Tuyaux lisses et tuyaux rugueux : il existe, en régime turbulent, près des parois une couche appelée
« film laminaire » où l’écoulement est laminaire (vitesse entre 0,55 U et 0,85 U) ; son épaisseur varie
en sens inverse du nombre de Reynolds ; en général, son épaisseur est de l’ordre de quelques dixièmes
de millimètre.
 Lorsque les rugosités des parois sont plus faibles que l’épaisseur du film laminaire (les
rugosités non pas d’influence sur la turbulence), on dit que l’écoulement a lieu en tuyau lisse.
 Dans le cas contraire, les irrégularités de la paroi pénètrent dans la région turbulente de
l’écoulement : on dit que l’écoulement a lieu en tuyaux rugueux.
 Par conséquent, l’écoulement turbulent peut s’effectuer en tuyaux lisses (écoulement
turbulent lisse) ou en tuyaux rugueux (écoulement turbulent rugueux).
Si les forces de viscosité n’existaient pas (fluide parfait), le théorème de Bernoulli s’appliquerait sous sa forme
la plus simple (E1 = E2). Dans une conduite horizontale, l’écoulement à débit constant se ferait sous pression
constante (il ne serait pas nécessaire de dépenser de l’énergie pour entretenir l’écoulement à débit constant).
Or en réalité pour un écoulement à débit constant, la pression baisse d’amont en aval.

4.2. Pertes de charges régulières ou systématiques


4.2.1. Expression générale des pertes de charge linéaires
(ou systématiques)
Ce genre de perte est causé par le frottement intérieur qui se produit dans les liquides ; il se rencontre dans les
tuyaux lisses aussi bien que dans les tuyaux rugueux.
Entre deux points séparés par une longueur L, dans un tuyau de diamètre D (ou diamètre hydraulique de la
section) apparaît une perte de pression p. exprimée sous la forme suivante :
U 2 L H  
U2 L
p  
2 D 2g D
Différence Perte de charge exprimée en
de pression (Pa). mètres de colonne de fluide (mCF)
H : perte de charge ou la perte d’énergie, mesurée en hauteur de liquide.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 21 / 74 23/02/2018
 : coefficient sans dimension appelé coefficient de perte de charge linéaire ou facteur de résistance ; il est
fonction du nombre de Reynolds Re et la rugosité relative /D ( rugosité absolue de la conduite). Le calcul des
pertes de charge repose entièrement sur la détermination de ce coefficient .
La perte de charge d’une longueur unitaire, ou perte de charge linéaire, sera représentée par i, soit :
i = H / L =  U2 / 2g D
i : perte de charge par unité de longueur de la conduite (sans dimension).
L’expression peut s’écrire : i = a Q2 avec a = 0,0826  D-5 pour une conduite circulaire ; les dimensions de a
sont L-6 T2.

4.2.2. Cas de l'écoulement laminaire : Re < 2000 (2 500)


On montre que le coefficient  est uniquement fonction du nombre de Reynolds ; l'état de la surface n'intervient
pas et donc  ne dépend pas de  (hauteur moyenne des aspérités du tuyau), ni de la nature du tuyau.
64 UD 64 U 2 L
 avec Re  d’où : H 
Re  Re 2 g D

H est proportionnel à la vitesse U (et donc au débit Q), et à la viscosité cinématique .


Dans une conduite circulaire, en remplaçant  dans l’équation générale (i = H / L =  U2 / 2gD), on obtient :
32 U  U Q
i  3,26  4,15 (loi de Poiseuille)
g D2 D2 D4

Dans le cas de conduites non circulaires, on a : i =  U / ( g S) avec  fonction de la forme de la section.

4.2.3. Cas de l'écoulement turbulent : Re > 3000 (4 000)


En régime turbulent l'état de la surface devient sensible et son influence est d'autant plus grande que le nombre
de Reynolds Re est grand. Tous les travaux ont montré l'influence de la rugosité et on s'est attaché par la suite à
chercher la variation du coefficient  en fonction du nombre de Reynolds Re et de la rugosité  du tuyau.
Les phénomènes d'écoulement sont complexes et la détermination  résulte de mesures expérimentales. C'est ce
qui explique la diversité des formules anciennes qui ont été proposées pour sa détermination.
La formule de Colebrook est considérée comme celle qui traduit le mieux les phénomènes d'écoulement en
régime turbulent. Elle est présentée sous la forme suivante :
1  2,51
 2 log10 (  )
 3,7 D Re 
L'utilisation directe de cette formule demanderait un calcul par approximations successives ; on emploie en
pratique des représentations graphiques (abaques).
Pour simplifier la relation précédente, on peut chercher à savoir si l'écoulement est hydrauliquement lisse ou
rugueux pour évaluer la prédominance des deux termes entre parenthèses dans la relation de Colebrook.
Remarque : On fait souvent appel à des formules empiriques plus simples valables pour des cas particuliers et
dans un certain domaine du nombre de Reynolds, par exemple :
 Formule de Blasius : (pour des tuyaux lisses et Re < 105)   0, 316 Re 0,25
Pour les conduites circulaires, on obtient i (perte de charge linéaire) en fonction de  sous la forme suivante :

La valeur de b est fonction de Q et de D et est donnée par des abaques.


Dans le cas des conduites non circulaires, le diamètre hydraulique, Dh, est affecté d’un facteur de correction,
qui peut prendre les valeurs suivantes : section carrée = 1,00 à 1,17 ; section triangulaire équilatérale =
1,30 ; section rectangulaire large ou annulaire étroite = 0,84.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 22 / 74 23/02/2018

4.2.4. Diagramme universel de Moody


En se fondant sur un grand nombre d’expériences, Moody a établi un diagramme universel logarithmique, où 
est donné en fonction du nombre de Reynolds et de la rugosité relative /D.
Le diagramme de Moody s’applique à n’importe quel fluide et à n’importe quel type de mouvement. Sa difficulté
d’utilisation réside parfois dans la détermination de la valeur de la rugosité absolue, .
 Exemple d’application du diagramme de Moody : Déterminer la perte de charge linéaire dans une
conduite en acier, soudée, peinte avec du bitume. Diamètre de la conduite D = 1 m ; longueur L =
1 000 m. Dans la conduite s’écoule un débit d’eau Q = 0,785 m3/s à 20° C ( = 1,01 X 10-6 m2/s).
Solution :

Sur la table 32, on voit que les valeurs extrêmes de la rugosité absolue sont 0,0003 n et 0,0009 m.
À partir du diagramme de Moody, pour Re = 107 et /D = 0,0009 on aura  = 0,0192. Et pour Re = 107 et /D =
0,0003, on a  = 0,0157.
On obtient donc :

La valeur de H sera comprise entre 0,0157 x 51 = 0,80 m et 0,0192 x 51 = 0,98 m.


Une connaissance plus parfaite de l’état de conservation de la conduite et de la nature du problème à étudier
orienterait l’auteur du calcul dans le choix de la valeur la plus adéquate.

4.2.5. Formules empiriques


Pour la détermination des pertes de charge régulières, il existe diverses formules empiriques qui sont valables
dans le domaine dans lequel elles ont été établies. Elles ont l’avantage d’être traduites en abaques. Nous
citerons donc les principales.

a) Formule de Manning-Slrickler
Cette formule, désignée en Amérique par formule de Manning, et en Europe par formule de Strickler, a
l’avantage d’être une formule monôme (et par conséquent susceptible de calcul). Elle s’écrit :
U2 10,3
U  Ks R 2/3
i 1/ 2
ou i  2 4 / 3  aQ 2 avec a 2 en conduites circulaires.
KS R K S D 16 / 3
Cette formule est valable en unités métriques (U en m/s et R en m). Ks, le coefficient de rugosité, est d’autant
plus grand que le tuyau est plus lisse ; ses dimensions sont [L]1/3 [T]-1.
Un abaque permet la résolution directe de la formule de Strickler. La relation entre le coefficient de résistance de
Strickler, Ks, et le coefficient de résistance, , du diagramme de Moody est :
D 1 / 3
  124,6 2
KS
b) Formules du type Chézy
Cette formule, établie d’abord pour l’écoulement en canaux, a été généralisée aux conduites en charge.

où R est le rayon hydraulique et C un coefficient expérimental (L0.5 T-1). On peut écrire i = aQ2, où :

Les coefficients de résistance, , de Strickler, Ks, et de Chézy, C, sont liés par les expressions :
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 23 / 74 23/02/2018

c) Formule de Hazen - Williams


L’équation de Hazen-Williams est celle qu’on utilise le plus lorsqu’on veut calculer les caractéristiques des
écoulements dans les conduites sous pression :
0 , 63
U  0,8494 C HW Rh i 0,54 avec :
 U : vitesse moyenne de l’écoulement (m/s) ;
 CHW : coefficient de rugosité de Hazen-Williams, la valeur de 130 est le plus souvent utilisée
(voir valeurs ci-dessous et tableau joint avec l’abaque de Hazen) ;
 Rh : rayon hydraulique (en m) avec Rh = d/4 pour les conduites circulaires en charge (d :
diamètre intérieur de la conduite en m) ;
 i : pente de la ligne d’eau ou perte de charge (m/m).
L’abaque de Hazen-Williams permet de calculer soit le débit (ou le diamètre) en fonction des pertes de charge
(ou de la vitesse) et inversement.
La valeur du coefficient de rugosité CHW varie en fonction du matériau de la conduite, du régime d’écoulement
(laminaire ou turbulent), de l’âge et état de la conduite et de la température de l’eau. Pour un même diamètre, le
débit sera supérieur de 30 % pour un coefficient de rugosité passant de 100 à 130. Un tableau des coefficients
de rugosité est donné pour la fonte en fonction du diamètre et de l’âge. Les valeurs généralement admisses du
coefficient de rugosité CHW pour divers matériaux utilisés pour la fabrication de conduites sont :
 acier riveté neuf : 110 ;
 bois, béton : 120 ;
 conduite très lisse : 140 ;
 fonte ou acier soudé (neuf) : 130 ;
 fonte ou acier très corrodé : 80 ;
 fonte ductible avec revêtement de ciment : 140 ;
 PVC : 150.

d) Autres formules monômes


Voici quelques-unes de ces formules suivant la nature du matériau.

e) Choix de la formule à employer


D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 24 / 74 23/02/2018
Le nombre considérable des formules existantes rend difficile le choix de la formule à utiliser pour résoudre un
problème déterminé. Un certain nombre de formules anciennes (Prony, Dupuit, Levy, Tutton, etc.), qui ont été
remplacées par d’autres sont à éliminer.
Le choix définitif de la formule appartient au technicien. Suivant la nature du problème, il conviendra d’utiliser
des valeurs par défaut ou par excès, de prévoir ou non le vieillissement, etc.
Quelques orientations de caractère général :
 Ecoulements laminaires : (rares pour l’eau, mais fréquents avec les graisses et les huiles) toujours
employer les formules de Poiseuille ou le diagramme de Moody (ce qui revient au même).
 Conduites de grand diamètre (supérieur à 1 m) et très lisses (cas des grandes galeries de dérivation des
barrages, des grandes conduites en charge des usines) : le régime ne sera pas complètement turbulent,
c’est le diagramme de Moody qui doit être exclusivement utilisé.
 Diamètres de petite dimension et en écoulement turbulent rugueux :
 le diagramme de Moody peut donner de bons résultats ;
 cependant, il est recommandé de rechercher, parmi les indications données par les
différentes formules, celle qui s’adapte le mieux au cas concret ; toutes les fois qu’une formules
s’adapte au cas à l’étude, il est recommandé de l’utiliser.

4.2.6. Ecoulements en tuyaux souples


Dans un tuyau souple, la résistance à l’écoulement est fonction non seulement de la rugosité mais encore de la
pression absolue (puisque le diamètre augmentera avec la pression étant donné l’élasticité du matériau).
On pourra utiliser la relation suivante (entre variations des pertes de charge et variations des diamètres) :
i D
 5
i D
La formule de Chézy peut être utilisée car les abaques donne la valeur de C (coefficient de Chézy) pour ce cas
particulier.

4.2.7. Vieillissement des conduites


II est très difficile d’évaluer le vieillissement des conduites, c’est-à-dire l’augmentation de la rugosité et, en
conséquence, la réduction de la capacité de transport de la conduite au bout de T années.
Divers facteurs peuvent intervenir dans l’augmentation de la rugosité d’une conduite : caractéristiques de
l’eau, matériau de la conduite, type et le mode d’application du revêtement intérieur, action de bactérie, …
D’un point de vue pratique, on peut envisager le phénomène du vieillissement de deux manières :
 tenter de l’atténuer en corrigeant les caractéristiques de l’eau à transporter ou en appliquant un
revêtement intérieur approprié ;
 ou surdimensionner la conduite pour compenser la réduction de sa capacité de transport.
Dans la plupart des cas, la première solution sera la plus économique. P
Pour pouvoir prendre une bonne décision, il faut donc avoir une idée du vieillissement.
Lamont, se fondant sur des expériences, donne les indications suivantes pour le calcul du vieillissement :
 Avec des eaux incrustantes, on peut estimer la diminution de section à partir de l’indice de Langelier
et d’abaques.
I = pH+ Log Ca + Log Alc - K - 9,3
 Avec des eaux corrosives, l’augmentation de rugosité, , en mm/an, est donnée par l’équation suivante
(résolvable par abaque) :
 1
log 
K1 2,6
K1 : coefficient fondé sur l’observation de données expérimentales (même matériau et l’eau de mêmes
caractéristiques). A défaut de données, on utilisera les fourchettes de valeurs de K1 suivantes :entre
0,01 et 0,05 (à adopter suivant l’ampleur de la corrosion). S’il y a présomption de forte corrosion, il
faudra appliquer pour  des valeurs supérieures (pouvant atteindre 0,2).
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 25 / 74 23/02/2018
 Pour des eaux agressives, dans les conduites en fonte, acier (produits bitumineux) et en fibrociment, les
effets de vieillissement ne sont pas apparents. Dans les conduites en béton, en fonte ou acier revêtues
(mortier de ciment), il pourra y avoir une réduction de la capacité de transport. Ce vieillissement
peut être réduit en appliquant un produit bitumineux sur les parois intérieures.
Dans la pratique, il est recommander, au moment d’élaborer le projet, de prévoir une réduction de 5 % de la
capacité de transport ; réduction qu’il sera prudent de porter à 10 % quand il s’agit d’eaux agressives pour le ciment,
et que l’on n’aura pas prévu de protéger par un produit bitumineux.

4.3. Pertes de charges singulières ou accidentelles


4.3.1. Généralités
Les pertes de charge singulières sont proportionnelles au carré de la vitesse (de la section la plus faible) :
U 2 H  K
U2
p  K
2 2g
Différence Perte de charge exprimée en
de pression (Pa). mètres de colonne de fluide (mCF)
K est appelé coefficient de perte de charge singulière (sans dimension).
La détermination de ce coefficient est principalement du domaine de l'expérience.
Lors d'un écoulement d'un fluide réel entre les points (1) et (2) il peut y avoir des échanges d'énergie entre ce
fluide et le milieu extérieur :
 par travail à travers une machine, pompe ou turbine (P) ;
 par pertes de charge dues aux frottements du fluide sur les parois ou les accidents de
parcours ; la différence de pression étant p.
Le théorème de Bernoulli s'écrit alors sous la forme générale :
2 2
( p  p 2 ) (U 1  U 2 ) P P
E  ( z1  z 2 )  1   E1  E 2   H totale    aL  bK  Q 2
g 2g gQ gQ

 P : somme des puissances échangées entre le fluide et le milieu extérieur (machine) entre (1) et (2) :
 P >0 si le fluide reçoit de l'énergie de la machine (pompe),
 P <0 si le fluide fournit de l'énergie à la machine (turbine),
 P = 0 s'il n'y a pas de machine entre (1) et (2).
 H : somme des pertes de charge entre (1) et (2).

4.3.2. Expression générale. Longueur équivalente de


conduite
Les pertes de charge singulières en régime turbulent peuvent s’écrire sous la forme :
U2
H  K  bKQ 2 avec : b  0,0826 D 4 pour les conduites circulaires.

2g

K est essentiellement fonction des caractéristiques géométriques. Dans la plupart des cas, l’influence de la
rugosité et du nombre de Reynolds est négligeable.
On assimile la perte singulière à une longueur fictive de conduite qui provoque la même perte d’énergie et que
l’on désigne par longueur équivalente de conduite (Le). Comme la perte de charge régulière peut toujours
s’écrire sous la forme H = a L Q2. La longueur fictive sera telle que a L = b K d’où : Le = b/a x K.

4.3.3. Pertes dans les élargissements brusques


Dans le cas d’un élargissement brusque, les pertes de charge sont dues, essentiellement, à la séparation
provoquée par un gradient positif de pression résultant de la réduction de vitesse.
Le calcul s’effectue en appliquant le théorème de la quantité de mouvement au volume compris entre les
sections 1 (avant élargissement) et 2 (après) (figure ci-dessous). On obtient la formule de Borda :
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 26 / 74 23/02/2018
2 2
U1  S 
H  K avec : U1 : vitesse avant élargissement et K  1  1 
2g  S 2 
Dans le passage d’une conduite dans un réservoir de grande dimension K = 1 ; d’où H = U2/2g, qui équivaut
à la perte totale de l’énergie cinétique.

4.3.4. Élargissements progressifs. Diffuseurs


La perte par élargissement brusque est importante. Pour la réduire on d’établit un élargissement progressif, au
moyen d’un diffuseur. La perte de charge dans un diffuseur se compose de deux parties : perte de charge sur les
parois (frottement) et celle inhérente à la forme du diffuseur. On peut utiliser la formule de Lorenz.
2
U 4  
H  K 1 avec K  tan   avec :  angle d’ouverture du diffuseur.
2g 3 2

Pour passer de la section initiale Sl à la section finale S2, les pertes dues à l’élargissement, seront d’autant plus
faibles que l’angle d’ouverture du diffuseur sera plus petit ; mais, au contraire, les pertes par frottement, le long
du diffuseur, seront d’autant plus grandes. L’angle d’ouverture optimal est souvent de 10 à 12°.

4.3.5. Pertes dans les rétrécissements et les entrées


Les pertes de charges dans un rétrécissement résultent surtout des pertes par élargissement, dues au passage de
la section contractée, Sc, à la section S2 (figure ci-dessous). Au point de vue pratique, on écrit également :

1  D2 
2

Pour les rétrécissements brusques, la valeur de K est : K  1  2  (avec U2 vitesse de sortie).
2  D1 
Les pertes par rétrécissement avec transition sont très faibles et habituellement négligées (K  0,01). Dans ce cas,
il importe d’éviter la cavitation ou le décollement de la veine.

Pour le passage d’un réservoir à une conduite, s’il est à arête vive, et si la conduite n’est pas rentrante (figure a
ci-dessus), le coefficient de perte de charge est donné par la formule de Weisbach.
K = 0,5 + 0,3 cos  + 0,2 cos2 où  est l’angle formé par l’axe du tuyau avec la paroi du réservoir.
Quand l’axe de la conduite est perpendiculaire à la paroi du réservoir, on a  = 90° et K = 0,5. Si la conduite
est rentrante, d’une longueur l (figure b, ci-dessus), la valeur de K est fonction des rapports l/D (abaques).

 D1 2  1
Pour un diaphragme on a : K    1  . Pour un Venturi normalisé, on aura : K = 1,01.
2  9
 0,62 D2 

4.3.6. Pertes dans les vannes et robinets


D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 27 / 74 23/02/2018
Dans ce cas également, les pertes de charge sont données par H = K U2 / 2g, (U vitesse moyenne dans le
tuyau). On peut diviser les vannes en deux groupes principaux suivant la forme de l’écoulement :
 le premier comprend les vannes où l’écoulement ne subit pas de grands changements de direction
(robinets-vannes, vannes-papillons, soupapes de retenue, vannes-clapets et clapets de non-retour) ;
 le second, où l’écoulement est très sinueux (robinets à soupape, vannes d’angle et vannes en "y").
Les valeurs de K varient suivant l’ouverture de la vanne : quand la vanne est ouverte K  0,3.
La perte de charge la plus importante, quand elles ne sont pas complètement ouvertes, est due à l’élargissement
brusque qui se produit en aval de la vanne. Valeurs en fonction de la fermeture (en °) de la vanne :
 vanne papillon : 0°, 0,25 ; 30°, 4 ; 45°, 19 ;60°, 78 ; 70°, 750 ;
 vanne à opercule (robinet vanne) : 0°, 0,12 ; ¼ 0,26 ; ½ 2 ; ¾ 17 ; 7/8, 98 ;
 robinet à boisseau : 10°, 0,31 ; 30°, 6 ; 40°, 21 ; 45°, 41 ; 50°, 95 ; 55°, 270 ; 65°, 490 ;
 clapet : 20°, 1,7 ; 30°, 3,2 ; 45°, 7,5 ; 60°, 30 ; 70°, 62 ; 75°, 90.

4.3.7. Pertes dans les coudes


Un coude provoque une perturbation dans l’écoulement, par suite de l’augmentation de pression (diminution
corrélative de la vitesse) qui se produit dans la partie extérieure de la courbe, et de la diminution de pression
(augmentation de la vitesse) dans la partie intérieure (figure ci-dessous). Cette différence de pression
provoque une modification de la forme de l’écoulement. L’influence de ce phénomène persiste sur une longueur
considérable de la conduite, en aval du coude (à peu près 50 fois le diamètre de la conduite).

Le minimum de perte de charge, dans des coudes à 90° est obtenu quand le rapport Sl / S2, entre la section
d’entrée et la section de sortie, est compris entre 1,2 et 2.
Il existe de nombreux abaques donnant K pour des coudes à 90 ° ou autre angle. Les formules les plus
employées sont celles de Weisbach :
  D   
7/2
2  4 
coude avec arrondi : K   0,13  1,185    ; coude brusque : K  0,947 sin    2,047 sin  
  2R 90 2 2
 D : diamètre (m),
 R : rayon de courbure de l’axe du coude (m),
  : angle du coude en degrés.

4.3.8. Pertes dans les branchements et bifurcations


Dans un branchement, l’écoulement prend la forme indiquée sur la figure a ci-dessous :

Si les vitesses des deux courants sont différentes, il y aura une zone de choc et de mélange. Dans le sens de la
veine la plus rapide, il y aura toujours une perte de charge (K> 0).
Les pertes de branchement résultent, essentiellement : choc entre des courants de vitesse différente, changement
de direction de l’un des courants et élargissement dans la partie divergente.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 28 / 74 23/02/2018
Une des manières de réduire les pertes de charge dans les branchements consiste à arrondir l’angle de jonction,
ou bien à assurer un élargissement progressif.
Il existe de nombreuses formules et abaques pour le coefficient K. Pour un té : K entre 1,5 et 2.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 29 / 74 23/02/2018
4.3.9. Grilles à barreaux
La grille est un élément essentiel pour protéger les prises d’eau contre les corps solides : entrées de pompes, de
turbines, de canaux, etc.
La perte de charge de la grille est définie avec l’écartement entre les barreaux, leur dimension, l’épaisseur des
barreaux et la forme de leur section transversale. (voir abaques spécifiques)

4.3.10. Pertes dans les tôles perforées


La perte de charge dans une tôle perforée peut être calculée à partir de la formule suivante :

où  = S0 / S est le rapport entre la superficie totale des trous et la superficie totale de la grille. Cette formule est
valable pour une paroi mince (épaisseur tôle / diamètre orifice < 0,015).

4.3.11. Pertes dans les rainures et joints de dilatation


Une rainure correspond à un élargissement suivi d’un rétrécissement brusque. Le coefficient K est calculé
(abaques) en fonction des caractéristiques des rainures (largeur dans le sens de l’écoulement, longueur
dans le sens perpendiculaire à l’écoulement, profondeur, angle de la paroi aval avec l’horizontale).

4.3.12. Singularités en séries


En aval d’une singularité (turbulence augmente), les caractéristiques de l’écoulement reprennent l’aspect
qu’elles avaient avant la singularité à une distance limite Lo donnée, approximativement par la formule :
1/ 4
K 
L0  0,075 D  Re  avec :
 
 K = coefficient de perte de charge de singularité ;
  = coefficient de perte de charge par frottement ;
 Re = nombre de Reynolds de la conduite ;
 D = diamètre (hydraulique) de la conduite.
Au cas où il existerait une nouvelle singularité à une distance L < L0, la perte de charge totale ne devrait pas
correspondre à la somme des pertes de charge de chacune des singularités considérées isolément.

4.3.13. Cônes
Le coefficient de perte de charge de singularité K pour les cônes est donné par les formules suivantes :
2
  D 2  4  
 cônes divergents : K  sin  1   1   ou K  tan  
  D2   3 2
 cônes convergents : Si  < 20° : K  0 ; sinon 0,2 < K < 0,5 ; avec :
 D1 : diamètre d’entrée (m) ;
 D2 : diamètre de sortie (m) ; D2 > D1 ;
  : angle au sommet du tronc du cône en degrés.

4.4. Ligne de charge et ligne piézométrique


Soit une conduite de section S, où s’écoule un débit déterminé Q ; la charge totale qui s’écoule dans chaque
section est :
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 30 / 74 23/02/2018
p U2 p Q2
E  z   z 
 2g  2 gS 2

Considérant deux sections 1 et 2, où les charges totales sont, respectivement (figure ci-dessous), El et E2, la
différence E12 = El - E2 représente, d’après Bernoulli, la perte de charge entre les sections 1 et 2.
Cette perte de charge correspond à l’énergie dégradée en chaleur, par frottement des particules les unes contre
les autres et contre les parois de la conduite, ou à l’énergie convertie en énergie mécanique ou inversement, au
moyen d’une machine hydraulique.

La puissance dissipée ou transformée entre les sections 1 et 2 est égale au produit :


W =  Q E12
Les pertes d’énergie par frottement peuvent être de deux types :
 les pertes linéaires, qui se produisent tout au long de la conduite,
 les pertes singulières ou locales, dues à des singularités.
Les pertes de charge linéaires entre les deux sections seront représentées par H12. La perte de charge linéaire
par mètre de conduite sera représentée par i. Désignant par L12 la longueur du tronçon, on obtient :
H12 = i L12
Les pertes de charge singulières seront représentées par Hsingulières..
La somme des pertes de charge linéaires et singulières sera représentée par E12 ou Htotale.
H totale  H régulière  H sin gulière  E  E1  E 2   aL  bK  Q 2

Si la section demeure constante, la ligne piézométrique est parallèle à la ligne de charge et se situe en dessous
d’elle, à une distance égale à U2/2g :
 à une augmentation locale de vitesse (diminution de section) correspond un abaissement de la
ligne piézométrique ;
 à une diminution de vitesse (augmentation de section) correspond une élévation de la ligne
piézométrique.
La ligne de charge descend toujours dans le sens de l’écoulement. Il n’en est pas de même de la ligne
piézométrique (cas d’élargissement ou de rétrécissement, cf figure ci-dessus).

4.5. Système de conduites sous pression


D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 31 / 74 23/02/2018
4.5.0. Définitions
 Système de conduites : ensemble des tuyaux constituant un réseau.
 Système en série : tuyaux de différents diamètres reliés les uns aux autres en série.
 Système en parallèle : 2 ou plusieurs tuyaux qui partent d’un point (où ils étaient réunis) pour venir se
raccorder plus en aval.
 Système ramifié : 2 ou plusieurs tuyaux qui partent d’un point sans venir se raccorder à nouveau en
aval.
 Conduites équivalentes : une conduite est équivalente à une autre conduite (ou à un autre système de
conduite) lorsque, pour une perte de charge donnée, le débit produit dans la conduite équivalente est le
même que celui qui avait lieu dans le système initial. Il est souvent commode de remplacer un système
compliqué par une seule conduite équivalente.

4.5.1. Expressions générales


Dans la résolution des problèmes d’écoulements en charge (en régime permanent), il convient de tenir compte
des équations générales de l’hydraulique et des expressions des pertes de charge linéaires et singulières.
Les pertes de charge linéaires sont toujours de la forme H = a L Q2.
Les pertes singulières sont toujours du type H = b K Q2.
L’expression générale de la perte de charge totale est donc :
1/ 2
 E 
E  E1  E 2   aL  bK  Q 2 d’où : Q  
 aL  bK 
Le théorème de Bernoulli s'écrit alors sous la forme générale :
2 2
( p  p 2 ) (U 1  U 2 ) P P
E  ( z1  z 2 )  1   E1  E 2   H totale    aL  bK  Q 2
g 2g gQ gQ P : somme

des puissances échangées entre le fluide et le milieu extérieur, à travers une machine :
P > 0 si énergie reçue (pompe) ; P < 0 si fluide fournit l'énergie (turbine) ; P = 0 s'il n'y a pas de machine.
H : somme des pertes de charge linéaires et singulières.

4.5.2. Conduites en séries


Dans le cas de plusieurs conduites de différents diamètres ou rugosités, disposées en série (avec accessoires),
l’application des expressions générales indiquées au paragraphe précédent. suffit pour résoudre les problèmes.
Les sections et le débit étant connus, la perte de charge correspondante est déterminée directement par
application de ces équations.
Si l’inconnue est Q, on choisit une valeur approchée pour la vitesse, ce qui permet de déterminer des valeurs
approchées pour des pertes de charge, puis du Q et donc de la vitesse. On renouvelle ces opérations jusqu’à la
précision désirée.

4.5.3. Réseaux ramifiés


Un réseau est dit ramifié quand les conduites qui le composent se divisent successivement à partir d’un point
commun sans se rejoindre jamais (figure de gauche du paragraphe suivant).
La charge E au point initial O étant connue, on peut écrire, par rapport à chacun des points terminaux IV, V, VI,
VII, une équation du type :

En chacun des nœuds I, II, et III, on doit vérifier l’équation de continuité : Q = 0.


D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 32 / 74 23/02/2018
Si l’on impose la différence de charge H0,IV et les diamètres, et qu’on désire calculer les débits à chaque
branchement, on a un système de 7 équations à 7 inconnues.
Si l’on impose les diamètres et les débits, la charge en chaque point terminal est déterminée directement au
moyen d’une équation du type ci-dessus, puisqu’il s’agit alors d’un cas de conduites en série, dont les débits
sont variables de tronçon en tronçon.

4.5.4. Systèmes en parallèle


(figure de droite ci-dessous) On peut considérer deux cas : la perte de charge entre I et II est connue et on veut
déterminer le débit ; le débit total Q est connu et on désire déterminer la perte de charge.
Le premier cas se résout directement, puisque la perte de charge est donnée, on connaît le débit de chaque
tronçon ; le débit total est la somme des débits dans les différents tronçons.

Le second cas exige un calcul par approximations successives, qui peut être fait comme suit :
 On fixe le débit d’une conduite Q’1 par exemple, et on calcule la perte de charge correspondante H.
 Partant de la valeur de H, on calcule les valeurs de Q’2 et Q’3 dans les autres conduites. Additionnant
ces débits, on obtient Q’.
 On répartit le débit total Q dans les différentes conduites, dans le même rapport que les débits calculés.
On aura alors : Q’’i = Q’i x Q/Q’.
 Partant de ces valeurs, on calcule la perte de charge dans chaque conduite. Si les résultats sont
suffisamment approchés, on considère le problème comme résolu ; sinon, on reprend le même calcul
en partant de la valeur de Q’’i ainsi calculée.

4.5.5. Cas de plusieurs réservoirs reliés entre eux

Dans ce cas (figure ci-dessus), l’équation de continuité à satisfaire s’écrit Q 1 = Q2 + Q3 ou Q1 + Q2 = Q3 selon la


position relative des niveaux des réservoirs. La méthode à appliquer est la suivante :
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 33 / 74 23/02/2018
 on fixe la hauteur piézométrique au point I ;
 partant de cette valeur, on calcule Q1, Q2, et Q3 ;
 si l’équation de continuité est satisfaite, le problème est résolu. Sinon, on choisit une nouvelle valeur
pour la hauteur piézométrique en I pour obtenir par aprroximations successives la statisfaction de
l’équation de continuité.

4.5.6. Réseaux de conduites – Méthode de Hardy Cross


Dans le calcul de réseaux de distribution maillés, où l’on veut déterminer le rapport des débits aux pertes de
charge, la solution doit satisfaire les conditions suivantes :
 La somme algébrique des pertes de charge successives dans chaque maille doit être nulle.
 La somme des débits arrivant à un nœud doit être égale à la somme des débits qui en sortent.
 Pour chaque côté, la loi de perte de charge entre les extrémités doit être satisfaite.
L’une des méthodes qui permet d’effectuer le calcul est celle de Hardy-Cross :
 On choisit arbitrairement une distribution de débits, satisfaisant à l’équation de continuité.
 De chaque côté de la maille, on calcule la perte de charge H = aLQ2 = sQ2, avec s = aL.
 Pour chaque contour, on fait la somme H = sQ2, en tenant compte du signe de H.
 Si H  0, on ajoute à chaque contour un débit Q, tel que : Q = sQ2 / 2sQ.
 On recommence le calcul, jusqu’à obtenir l’approximation désirée.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 34 / 74 23/02/2018

4.6. Résume sur les pertes de charge dans les conduites en


charge
4.6.1. Pertes de charge linéaires
U2 L
H    i L  a L Q2
2g D

Nom Domaine d’application  a (conduites circulaires


Pour tout type d’écoulement
Donné par diagramme en fonction de
Moody (laminaire, turbulent lisse ou rugueux) 0,0826  D 5
Re,  et rugosité relative /D
– Diagramme universel
Ecoulement turbulent rugueux 8g 6,48 5
Chézy D
(normalement formule pour canaux) C2 C2
Ecoulement turbulent rugueux 124,665 0, 333 10,3 5,333
Strickler 2
D 2
D
(normalement formule pour canaux) KS KS
Hazen – Ecoulement turbulent rugueux (très 0 , 63
utilisée pour calculer les vitesses) U  0,8494 C HW Rh i 0,54 avec RH = D/4
Williams
64 64
Poiseuille Régime laminaire (Re < 2 000 – 2 500)  en fonction de Q (i=aQ)
Re U D

4.6.2. Pertes de charge singulières


U2
H  K  b K Q2
2g

Valeurs de K ( H calculé avec la vitesse de la section la plus faible) :


  D   
7/2 D : diamètre (m)
Coudes (arrondis) K  0,13  1,185    R : rayon de courbure de l’axe du coude (m)
  2 R   90  : angle du coude en degrés
4   D1 : diamètre d’entrée (m)
Cônes divergents K tan   (avec U1) D2 : diamètre de sortie (m) ; D2 > D1
3 2  : angle au sommet du tronc du cône en degrés
Cônes convergents Si  < 20° : K  0 ; sinon 0,2 < K < 0,5 (avec U2)  : angle au sommet du tronc du cône en degrés
D1 : entrée ; D2 : sortie (avec U2)
1  D2 
2
K  1  2  Diaphragme :
Sortie réservoir : Arête vive : K = 0,5 ; arête
arrondie : 0,05 < K < 0,5
2  D1 
Rétrécissement
brusque 2
 D1 2  1
  1 
 0,62 D 2  9
 2 
Elargissement 2 D1 : entrée ; D2 : sortie (avec U1)
 D12  Entrée réservoir : K = 1
brusque K  1  2 
 D2 
Vannes suivant ouverture de la vanne ; ouverte : K  0,3
Pour un té : K entre 1,5 et 2. Pour un Venturi normalisé : K = 1,01.

4.6.3. Expression générales des pertes de charge :


Entre deux points (1) et (2), la perte de charge totale (régulière + singulière) est donnée par l’expression
générale suivante :
H totale  H régulière  H sin gulière  E  E1  E 2   aL  bK  Q 2
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 35 / 74 23/02/2018
Le théorème de Bernoulli s'écrit alors sous la forme générale :
2 2
( p  p 2 ) (U 1  U 2 ) P P
E  ( z1  z 2 )  1   E1  E 2   H totale    aL  bK  Q 2
g 2g gQ gQ
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 36 / 74 23/02/2018

CHAPITRE 5 - ÉCOULEMENTS À SURFACE LIBRE


5.1. Généralités
5.1.1. Nombre de Reynolds et nombre de Froude
Les écoulements à surface libre (de même que les écoulements en charge) sont caractérisés par le nombre de
Reynolds, qui exprime l’action des forces de viscosité. Ils sont également fonction du paramètre sans dimension
qui traduit l’influence de la pesanteur et que l’on appelle nombre de Froude.
Le nombre de Reynolds, pour les écoulements à surface libre, est : Re = U Dh / , où :
 U est la vitesse moyenne ;
 Dh, le diamètre hydraulique égal à 4Rh, Rh étant le rayon hydraulique ;
 et  le coefficient de viscosité cinématique.
Rappel : rayon hydraulique, Rh = S / P, rapport entre la section mouillée et le périmètre mouillée :
 section mouillée S : section occupée par l’écoulement,
 périmètre mouillée P : périmètre de la section mouillée en contact avec le liquide
écoulé ; dans les écoulements à surface libre, la partie en contact avec l’air n’entre pas
dans le périmètre mouillé.
Exemple : canal carré de largeur 1 m et hauteur 1 m : S = 1 m2 ; P = 3 m ;Rh = 1/3 m ; Dh = 4/3 m.
Pour des canaux de largeur infinie, on aura Rh = h, h étant le tirant d’eau.
U
Le nombre de Froude, pour les écoulements à surface libre, s’écrit : Fr  gh

Il est appelé coefficient cinétique et représente la relation entre la vitesse de l’écoulement et la vitesse de
propagation des petites perturbations. Certains auteurs adoptent le carré de cette valeur.

5.1.2. Types de mouvements


 Influence du nombre de Reynolds, Re
 Dans les écoulements à surface libre, le régime laminaire existe pour des valeurs du nombre
de Reynolds, inférieures à 2 000 (2 500). Ce régime ne se produit que dans des canaux
extrêmement petits ou avec des vitesses très faibles. Il peut également survenir dans les
inondations de terrains très plats.
 Pour des valeurs supérieures à 2 000 (2 500), le régime devient turbulent.
 Influence du nombre de Fronde, Fr
 La célérité des petites ondes, ou vitesse critique, s’écrit : Vc  gh
 Dans un canal, si la vitesse moyenne dépasse cette valeur (Fr, > 1), les petites ondes ne
peuvent pas se propager vers l’amont, et l’écoulement est dit rapide ou torrentiel.
 Si U < Vc (Fr < 1), les petites ondes se propagent vers l’amont : régime est dit lent ou fluvial.
 Si U = Vc = gh (Fr = 1), le régime est dit critique.
 Au chapitre 5.3., en nous fondant sur les notions d’énergie et de quantité de mouvement, nous
donnerons de nouvelles définitions des régimes rapide, lent et critique.

5.1.3. Distribution des pressions et des vitesses


La pression à la profondeur y, mesurée d’après la normale au fond dans un écoulement en régime uniforme,
s’écrit :
p =  y cos avec :, angle du fond du canal avec l’horizontale (figure ci-après).
Pour y = 0, on a p = 0, c’est-à-dire que la ligne piézométrique relative coïncide toujours avec la surface libre.
Comme, en général,  = 0 et cos  = 1, on obtient : p =  y qui est l’expression habituellement utilisée et qui
correspond à une distribution hydrostatique de pressions.
Si le fond du canal est concave ou convexe (cf. figures a et b)) dans le sens longitudinal, on observe une
augmentation ou une diminution des pressions (force centrifuge provenant de la courbure des lignes de courant).
Si courbures faibles, on admet que les pressions ont une distribution hydrostatique.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 37 / 74 23/02/2018

Dans les canaux artificiels de forme régulière, la distribution des vitesses obéit à une loi parabolique, avec
des valeurs qui vont décroissant en fonction de la profondeur (figure ci-dessous). Dans les canaux
trapézoïdaux, la vitesse est maximale un peu au-dessous de la surface libre.

La figure b ci-dessus montre, à titre d’exemple, une distribution de vitesses dans un canal irrégulier.
Avec U vitesse moyenne de l’écoulement ; VM vitesse maximale à la surface libre ; Vf la vitesse près du fond ; Vy la
vitesse à la profondeur y ; et h la hauteur d’eau dans le canal, on peut utiliser les approximations suivantes :

5.2. Ecoulements à surface libre – Régime uniforme


5.2.1. Pertes de charges
a) Formules du régime uniforme
Régime uniforme : la vitesse moyenne ne varie pas.
Dans les écoulements à surface libre, il est commode de considérer la charge par rapport au fond du canal, que
l’on désigne par charge spécifique, H :
p U2 U2
H    h avec h : tirant (ou hauteur) d’eau dans le canal.
 2g 2g

En régime uniforme, les pertes de charges, El2, par rapport à un plan horizontal (v. première figure) sont
entièrement compensées par la pente du fond du canal.
La charge spécifique, H, et la hauteur d’eau h, restent constantes ; le fond du canal, la surface libre et la ligne
d’énergie (ou ligne de charge) restent parallèles. On a alors :
I = J = i, où :
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 38 / 74 23/02/2018
 I = sin  tg = pente du fond du canal,  étant l’angle avec l’horizontale.
 J = pente de la surface libre.
 i = perte de charge linéaire de l’écoulement dans le canal.
D’une manière générale, la précision obtenue dans le calcul pour des écoulements à surface libre est
inférieure à celle qui est obtenue pour les conduites. C’est pourquoi, des calculs très précis ne se justifient
pas dans le cas des canaux.
Les pertes de charge continues sont données par des expressions similaires à celles des écoulements en charge.
 Ecoulement laminaire (rare en hydraulique) : lois de Poiseuille ( = Re/64 et i = 4.15 Q/D4).
 Ecoulement turbulent : les formules les plus usuelles sont la formule de Chézy et la formule de Strickler.
 Formules du type Chézy :
U2
U  C RH i ou Q  C S RH i ou i  2
C RH
où U est la vitesse moyenne ; RH le rayon hydraulique ; i la perte de charge par unité de longueur, égale à la pente
du fond du canal et à la pente de la surface libre, étant donné qu’il s’agit du régime uniforme. C est un coefficient
de dimension L1/2 T-1, donné par diverses formules, dont les plus utilisées sont :
87 RH 100 RH 1/
Bazin  C  Kutter  C  Re lation entre K S ( Strickler) et C (Chézy ) : C  K S RH
KB  RH KK  RH
KB et KK dépendent de la rugosité des parois (abaques).
Exemple : Soit un canal de section trapézoïdale, dont les caractéristiques sont les suivantes : largeur du fond, l =
4 m ; pente des côtés, m = 1/1 ; rugosité des parois, KB = 0,16 ; pente du fond, I = 0,30 m/km ; tirant d’eau, h=
1,6 m. Calculer U et Q.

 Formule de Manning-Strickler : (la plus utilisée)


2/3 2/3
U  K S RH i Q  K S S RH i
 Les dimensions de Ks, coefficient de Strickler, sont L1/3 T-1.
 L’inverse, n = 1 / KS s’appelle le coefficient de Manning.
 Les valeurs de Ks sont données par des abaques pour des canaux réguliers (100 si
parois très lisses, 15 si parois très rugueuses), et pour les cours d’eau naturels (25 pour
ruisseau de montagne à 45 pour fleuve).
 Le coefficient Ks et le coefficient C (Chézy) sont liés par la relation C = KsR1/6.
Quand on projette un canal, il ne faut pas oublier que les éléments les plus fins seront entraînés ; la rugosité doit
être établie pour des éléments dont on suppose, compte tenu des vitesses admises, qu’ils ne seront pas entraînés.
La formule de Strickler a sur les formules de Bazin ou de Kutter l’avantage d’être logarithmique. Elle s’adapte donc
plus facilement aux calculs.

b) Détermination de la profondeur normale


Les formules de Chézy et de Strickler peuvent s’écrire, respectivement :
Q Q
 CS R (Chézy) ou  K S SR 2 / 3 (Strickler)
i i
Les seconds membres de ces égalités ne sont fonction que de la nature des parois (C ou Ks) et de la forme de la
section ; une fois fixée la nature de la paroi, le second membre n’est fonction que de la profondeur h.
La valeur de h telle le second membre égale le rapport Q/ i s’appelle la profondeur normale de l’écoulement (on la
note parfois hn ou h0).
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 39 / 74 23/02/2018
La courbe tracée en fonction de h (calculée avec l’un des seconds membres suivant que l’on utilise Chézy ou
Strickler) s’appelle courbe des profondeurs normales de la section.

Tandis que dans les sections évasées, le débit croît toujours lorsque la profondeur de l’eau augmente, il n’en est
pas de même pour les sections voûtées, puisque, dans la partie supérieure de ces dernières, le périmètre mouillé
croît plus rapidement que la superficie.
Exemple 1 : Soit un canal rectangulaire de 4 m de large ; la rugosité des parois est, d’après Kutter, KK = 0,25 et
la pente du fond 4 %. Déterminer le tirant d’eau qui, en régime uniforme, permet d’écouler un débit de
170 m3/s.
Solution 1 : Q/ i = 170 / 0,04 = 850 m3/s. Ensuite, on calcule avec diverses valeurs de h le second membre
CS R . Après calculs, on obtient la profondeur normale par interpolation. Les différents points calculés permettent
de tracer la courbe des profondeurs normales de la section.

Exemple 2 : Dans l’exemple précédent, déterminer la pente qui, en régime uniforme, correspond à un tirant
d’eau égal à 2,52 m.

Voir également tous les exemples traités à la suite des tables de régime uniforme.

c) Sections de débit maximum


II y a parfois intérêt à déterminer, pour une forme géométrique donnée, la section qui, à égalité de surface, offre la
capacité d’écoulement maximale.
Pour une même surface, S, le débit est maximum quand le rayon hydraulique, Rh, est également maximum (par
exemple : si S est constante, quand le périmètre mouillé P est minimum).
 Pour la section semi-circulaire, la surface libre doit coïncider avec le diamètre du cercle. Le tirant
d’eau est alors égal au rayon du cercle et le rayon hydraulique sera Rh = h/2.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 40 / 74 23/02/2018
 Le profil trapézoïdal qui correspond au débit maximum est (pour une valeur donnée de la pente des
côtés, m) celui dans lequel on peut inscrire une demi circonférence dont le diamètre coïncide avec la
surface libre.
 La section rectangulaire est le cas limite de la section précédente (lorsque m tend vers zéro), ce qui
conduit à une largeur égale au double de la hauteur.
Des trois profils indiqués, c’est le profil semi-circulaire qui, pour écouler le même débit, exige les plus petites
dimensions (sa construction est difficile, et c’est pourquoi on adopte plus couramment le profil trapézoïdal).
Si le canal est revêtu, le minimum de coût peut ne pas correspondre au minimum d’excavation. Dans la pratique,
parmi les différentes dimensions qui peuvent donner satisfaction, il faut chercher la section qui entraîne le
minimum de coût.

d) Sections complexes
Dans le cas d’un section constituée par un lit mineur et par un lit majeur (cf. figure ci-dessous), on calcule le
débit en ajoutant au débit correspondant à toute la section centrale, définie par les points C’’CDEFF’’ (à laquelle
correspond le périmètre mouillé CD + DE + EF), les débits correspondant aux deux parties latérales ABCC’ et
HGFF’ (auxquelles correspondent, respectivement, les périmètres mouillés AB + BC et HG + GF).

Si, dans la section transversale, existent plusieurs types de rugosités, on pourra tenir compte, d’après la
formule d’Einstein, d’un coefficient de rugosité de Strickler, Ks pour l’ensemble, donné par l’expression :
2/3
 
 
 P 
KS  
Pi
  3/ 2

 K Si 
Avec : P : périmètre mouillé total ; Pi : périmètre mouillé à laquelle correspondant au coefficient Ksi.

e) Marge de sécurité dans les canaux


Le calcul des pertes de charge dans les canaux à surface libre n’a pas toujours la même précision que pour les
conduites en charge. Une perte de charge non prévue provoque une élévation de la surface libre et un risque de
débordement.
Il faut donc toujours prévoir une marge de sécurité, au-dessus de la ligne d’eau calculée, afin de tenir compte de :
 difficultés de calcul des pertes par frottement et des pertes singulières ;
 surélévation dans les coudes ;
 vagues provoquées par le vent ;
 variation de la pression atmosphérique ;
 accumulation de dépôts solides ;
 croissance de la végétation, etc.
La marge de sécurité oscille, généralement, entre 0,30 m, pour les petits canaux, et 0,60 à 1,20 m pour les grands
canaux. On peut adopter comme règle générale, 1/4 de la profondeur.

5.2.2. Stabilité des canaux non revêtus


Pour le dimensionnement d’un canal non revêtu, où les berges et le fond sont constitués par des matériaux non
cohérents, il est nécessaire d’en garantir la stabilité, afin d’éviter les érosions provoquées par les forces
hydrodynamiques engendrées par l’écoulement.
Les conditions dans lesquelles les particules du matériau non cohérent qui constituent le fond et les berges d’un
canal commencent à se déplacer (appelées conditions critiques) peuvent s’exprimer en fonction des vitesses de
l’écoulement (vitesses critiques) ou des tensions tangentielles exercées sur les particules (forces tractrices
critiques).
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 41 / 74 23/02/2018
Dans la plupart des applications pratiques, il n’est pas possible de déterminer avec une précision suffisante la
vitesse critique près du fond (Vf)crit, C’est pourquoi on a coutume de fonder l’analyse de la stabilité du fond des
canaux sur la vitesse moyenne de l’écoulement.
Dans le cas général, la tension tangentielle maximale (N/m2) sur le fond d'un canal est donnée par : O =  R i.
La relation entre la vitesse d'écoulement près du fond et la tension tangentielle de l'écoulement est établie par
une équation du type : O = K Vf2

5.2.3. Canaux avec végétation


La végétation est un moyen efficace de protéger les canaux contre l’érosion. Cependant, elle provoque une
augmentation de rugosité et un certain retardement dans l’écoulement.
Dans le calcul des dimensions d’un canal revêtu de végétation, il faudra tenir compte de l’état de développement
de la végétation. Le calcul devra être effectué en deux phases :
 dans la première phase, on effectue le calcul correspondant à un développement de la végétation qui
assure la stabilité du canal ;
 dans la deuxième phase, on admet que la végétation se développe plus qu’il n’est nécessaire pour
garantir la stabilité contre les érosions, avec une augmentation correspondante de rugosité : dans ce cas,
il faut assurer l’écoulement du débit maximum.
Ainsi, connaissant le débit Q, une fois définies la pente i du canal et sa forme géométrique, et après avoir choisi
le type de revêtement végétal, on procède de la manière suivante :
 A - Calcul pour garantir la stabilité contre l’érosion
 A1 - Connaissant les espèces qui constituent le revêtement végétal, on détermine, compte tenu
des conditions locales, les valeurs extrêmes de la hauteur et de la densité de végétation
prévisibles. À partir de la table 125a, on classe la végétation en l’un des cinq types identifiés
de A à E.
 A2 - On fixe une valeur de Ks et, à partir de la courbe de l’abaque 125b, correspondant au plus
faible revêtement végétal prévisible en fonction du débit, Q (courbes D ou E, par exemple), on
extrait la valeur de UR.
 A3 - À partir de la table 125c, on fixe la vitesse admissible, U ; une fois connue la forme
géométrique de la section, on détermine la valeur de R à laquelle correspond une surface
mouillée S = Q/U ; à partir de la formule de Strickler, on calcule la valeur de UR.
UR  K S R 5 / 3 i 1 / 2
On compare cette valeur avec celle qui a été obtenue en A2.
 A4 - On répète le calcul avec d’autres valeurs de KS, jusqu’à ce que la valeur de UR calculée
en A3 coïncide avec la valeur de UR déterminée en A2.
 B - Vérification de la section pour un plus grand développement de la végétation
 B1 - On fixe une profondeur d’eau, h et on calcule les valeurs correspondantes de S,R,U =
Q/S et UR.
 B2 - Pour le développement maximum possible de la végétation déterminé en al, et avec la
valeur de UR calculée en B1, on obtient, à partir de l’abaque 125b, la valeur de Ks.
 B3 - On calcule U = Ks R2/3 i1/2 et on compare avec la valeur de U obtenue en B1.
 B4 - On fixe de nouvelles valeurs de h jusqu’à ce que la valeur de la vitesse calculée en B3 soit
égale à celle qui a été obtenue en Bl.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 42 / 74 23/02/2018
5.3. Ecoulements à surface libre – Régime uniforme (varié)
5.3.1. Equations générales
a) Différents types de mouvements
Dans un canal, dont la pente, la section, la rugosité et le débit sont constants, c’est toujours le régime uniforme
qui finit par s’établir. Dans ce régime, les pertes par frottement sont entièrement compensées par la pente du
fond. La présence d’une singularité (rétrécissement, élargissement, discontinuité du seuil, etc.), provoque (en plus
d’une perte localisée d’énergie, comme dans les écoulements en charge) une modification de la surface libre.
Le régime est alors différent du régime uniforme. On l’appelle régime varié.
Quand les vitesses augmentent dans la direction de l’écoulement, celui-ci est dit accéléré ; quand elles diminuent,
l’écoulement est dit retardé.
On peut diviser les mouvements variés en deux grands groupes :
 les mouvements graduellement variés, dont les caractéristiques hydrauliques ne changent que très
lentement d’une section à l’autre ;
 les écoulements rapidement variés, où l’on constate une évolution rapide dans une zone relativement
courte ; les plus importants sont le ressaut hydraulique, la chute brusque (déversoirs).
Les équations fondamentales pour l’étude du régime permanent sont les équations générales de l’hydraulique :
équation de continuité, théorème de Bernoulli associé aux équations des pertes d’énergie, et théorème d’Euler.

b) Pertes de charge
En régime uniforme, la perte de charge linéaire (par unité de longueur du canal) peut être exprimée par des
formules du type Chézy ou de Manning-Strickler. Tout au long du canal, la valeur de i est constante et la ligne
de charge est parallèle au fond du canal.
En régime varié, comme le rayon hydraulique varie d’une section à l’autre, la perte de charge varie également :
 En régime graduellement varié, on admet que dans un tronçon court, la valeur de i est égale à celle que
l’on obtiendrait en régime uniforme (tirant d’eau égal à celui de la section moyenne de ce tronçon).
 Dans le cas du régime rapidement varié, l’inclinaison des trajectoires fait que l’écoulement est éloigné
du régime uniforme et (qu’il n’est plus possible d’appliquer ces formules) qu’il faut calculer la perte de
charge totale entre les deux sections extrêmes.

c) Énergie par rapport à un plan horizontal de référence


La charge E (énergie totale) est la somme de trois termes : les hauteurs géométrique, piézométrique et cinétique.
Son expression pour les écoulements à surface libre s’écrit :
U2 U2
E  z  h cos   zh
2g 2g
La ligne de charge descend toujours dans le sens de l’écoulement. Entre deux sections, la charge E subit une
variation E12 = E1 - E2, correspondant aux pertes par frottement.
Dans le mouvement uniforme, la ligne de charge est rectiligne et parallèle à la surface libre et au fond
Dans le mouvement graduellement varié, la ligne d’énergie est curviligne (voir fig. ci-après).

Si les variations d’énergie cinétique sont négligeables par rapport aux variations de la profondeur d’eau, la ligne de
charge et la surface libre sont sensiblement parallèles, et on peut considérer que la pente de la ligne de charge est
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 43 / 74 23/02/2018
approximativement égale à la pente de la surface libre : i  J (i : ligne de charge ; J : pente surface libre ; I : pente
fond).

d) La charge par rapport au fond. Charge spécifique


La charge spécifique, par rapport au fond du canal, s’écrit :
U2 U2 Q2
H  h cos   h   h
2g 2g 2 gS 2

Tandis que la charge totale, E, rapportée à un plan horizontal de référence, décroît toujours dans la direction de
l’écoulement ; l’énergie spécifique H (par rapport au fond) peut rester constante, (régime uniforme), ou bien peut
être croissante ou décroissante, suivant les caractéristiques de l’écoulement, dans les régimes variés.
L’équation ci-dessus définit, pour une section déterminée, un rapport entre H (charge spécifique), h (tirant d’eau) et Q
(valable pour n’importe quel type d’écoulement).

Débit constant
Posant Q = Q1 (constante), dans cette expression, on obtient une courbe H = f (h) (figure ci à gauche) qui donne les
profondeurs d’eau h, en fonction de l’énergie spécifique H.
Avec la même charge spécifique (H), le même débit peut s’écouler sous deux profondeurs différentes : l’une, h’
correspondant au régime rapide, ou torrentiel ; l’autre, h’’, correspondant au régime lent, ou fluvial (h’ et h’’ sont
appelées profondeurs conjuguées avec la charge spécifique H). Le point de la courbe défini par (Hc, hc) représente le
régime critique avec : Hc, charge critique, et hc, la profondeur critique.
Le point minimum de la courbe est obtenu par :
Q S
S S hm avec hm = S / L, la profondeur moyenne.
g L

On constate qu’en régime fluvial, H et h varient dans le même sens, c’est-à-dire, sont simultanément croissants ou
décroissants ; en régime torrentiel, c’est le contraire qui se produit.
Au voisinage du régime critique, une légère variation de charge, H, conduit à des variations appréciables des
profondeurs d’eau, h. C’est pourquoi, dans tout écoulement au voisinage du régime critique, de petites
irrégularités sont suffisantes pour maintenir une ondulation appréciable de la surface libre.

Charge spécifique constante


Si on prend H = H1 = constante, on obtient l’équation :
Q  S 2 g  H 1  h) 
Pour h = 0 (S = 0) et pour h = H, le débit Q est nul. On obtient la valeur maximale de Q pour :
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 44 / 74 23/02/2018
Q S
S S hm avec hm = S / L, la profondeur moyenne.
g L

Pour un même débit, une énergie constante permet un écoulement à deux profondeurs : h’ correspondant au
régime rapide, et h’’, correspondant au régime lent.
Le point (Qc, hc) correspond au débit maximum que la section peut écouler avec la charge spécifique H1. Ce
point représente le régime critique qui coïncide avec le régime critique défini précédemment.
Si la charge spécifique, H, reste constante, une augmentation de débit se traduira par une élévation de la
hauteur d’eau en régime torrentiel, et par un abaissement en régime fluvial.
Le régime critique correspond au minimum de charge qui permet l’écoulement d’un débit déterminé, dans une
section, ou bien au débit maximum qui, sous une charge donnée, s’écoule dans la même section.
L’équation générale, qui correspond au régime critique est, comme on l’a vu :
Q S
S S hm Cette expression ne dépend pas de la rugosité.
g L

Exemples : On donne un canal à section trapézoïdale dont les caractéristiques sont les suivantes : largeur du
fond l = 4 m ; pentes des berges m = 1/1. Déterminer la profondeur critique pour Q = 6 m3/s.
On pourrait utiliser l’abaque 128 de la même façon que dans l’exemple qui y est traité. Ce serait le procédé le
plus rapide. Toutefois, à titre d’exercice, on tracera la courbe
On calcule à partir de h : S = h (4+h), L = 4 +2h, hm = S/l et S hm pour des valeurs de h comprises entre
0,45 et 0,65 m (de 0,05 en 0,05 m).
On obtient Q/ g = 1,92. Par interpolation, on détermine la profondeur critique, hc = 0,58 m.
La pente critique, pour un débit donné, est celle pour laquelle ce débit s’écoule en régime uniforme critique,
autrement dit la pente où le débit s’écoule sous un minimum de charge.

e) Le facteur cinétique : nombre de Froude


Rappel : Le nombre de Froude est le rapport entre la vitesse U de l’écoulement et la vitesse de propagation de
U
légères perturbations Fr  gh
.

Le nombre de Froude est une mesure de la « cinéticité » de l’écoulement, c’est-à-dire de sa rapidité (ou de sa
lenteur) ; c’est pourquoi on l’appelle parfois facteur cinétique.
La charge spécifique H (par rapport au fond) peut s’écrire :
H = h ( l + ½ Fr2)
Dans un canal rectangulaire, le régime critique est défini par F r = 1, et par conséquent, Hc = 1,5 hc : le régime
fluvial se caractérise par Fr < 1 et H < 1,5 h ; en régime torrentiel Fr > 1 et H > 1,5 h.

5.3.2. Mouvement graduellement varié – Courbes de remous


a) Équation générale du mouvement graduellement
varié
Le calcul de la ligne d’eau, h (s), que l’on désigne par courbe de remous, consiste en l’intégration de
l’équation suivante.
dh I i

ds Q2L
1 a
gS 2
où, s est le développement du canal à partir d’une section initiale ; h est le tirant d’eau ; Q, le débit ; L, la
largeur superficielle ; S, la section mouillée ; I, la pente du fond de canal ; et i, la perte de charge unitaire.
On aura l’expression de i en fonction de Chézy ou Strickler.
bQ2 1 1
i avec b  2
ou b  2 1/ 3
RS 2 C KS R
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 45 / 74 23/02/2018
Cependant, avant d’examiner les méthodes d’intégration, il convient d’analyser, qualitativement, les formes des
courbes de remous.

b) Formes des courbes de remous


 Canal à pente faible : (I < Ic ; hn > hc) - Courbe M
 h > hn (Branche M1)
La courbe est concave. En amont, elle tend vers la profondeur du régime uniforme. En aval, elle tend vers
l’horizontale. Cette branche se trouve notamment en amont d’un barrage, des piles d’un pont, ou bien dans
certains cas de variation brusque de la pente.
 hc < h < hn (Branche M2)
En amont, elle tend vers la profondeur uniforme ; en aval, elle atteint perpendiculairement le niveau critique
(chute brusque). On trouve cette branche en amont d’un élargissement, d’une chute brusque, etc.
 h < hc (Branche M3)
La courbe est concave. Elle conduit au ressaut proche de la profondeur critique. On la trouve à la sortie des
vannes de fond d’une hauteur inférieure à la profondeur critique ; en aval des barrages déversoirs, etc.

 Canal à pente forte : (I > Ic ; hn < hc) - Courbe S


 h > hc (Branche S1)
La courbe est convexe. Vers l’amont, elle naît perpendiculairement au niveau critique, ordinairement après un
ressaut ; en aval, elle tend vers l’horizontale. On la trouve en amont de barrage et de rétrécissements.
 hn < h < hc (Branche S2)
La courbe est concave. En amont, elle naît perpendiculairement au niveau critique ; en aval, elle tend vers le
régime uniforme. Ordinairement, elle tend très vite vers le régime uniforme. On la trouve dans les transitions
entre les chutes brusques et le régime uniforme et dans les augmentations de pente des canaux rapides.
 h < hn (Branche S3)
La courbe est ascendante et tend au régime uniforme. On la trouve en aval des vannes, à la base des déversoirs.

c) Section de contrôle
Pour intégrer l’équation de la courbe de remous, il faut connaître les caractéristiques de l’écoulement dans une
section de référence, ou de contrôle, que nous appellerons 0.
dh I i
  f ( h)
Equation de la courbe de remous : ds Q2L
1 a
gS 2
Cette section de contrôle est localisée à l’aval quand le régime est fluvial (h > hc ; profondeur supérieure à la
profondeur critique) ; dans ce cas, la courbe de remous doit être calculée de l’aval vers l’amont.
La section de contrôle est localisée à l’amont quand le régime est torrentiel (h < hc). Dans ce cas, la courbe de
remous sera calculée de l’amont vers l’aval.

d) Résolution par la méthode graphique


Le second membre de l’équation générale du remous définit une fonction de la profondeur h. En effet, une fois
connues les caractéristiques géométriques et la rugosité de la section, les variables de l’équation de la courbe de
remous ne sont fonction que de h. On calcule la valeur de la fonction f(h) pour différentes valeurs de h (dans
l’intervalle qui nous intéresse pour la résolution du problème).
Comme ds / dh = f(h), on obtient, par intégration entre une section à la distance so de l’origine et une autre section
qui se trouve à la, distance s,
h
s  s0   f (h)dh
h0

C’est-à-dire que l’aire limitée par la courbe f(h), l’axe Oh et les droites verticales d’abscisses h0 et h, donnera la
valeur de (s - s0). Ainsi, partant d’une section d’abscisse s0 où le tirant d’eau est h0, on peut déterminer l’abscisse s,
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 46 / 74 23/02/2018
d’une section où la hauteur d’eau a une valeur h 1 quelconque. Il n’est pas nécessaire de déterminer des points
intermédiaires. Cette méthode ne comporte aucune hypothèse simplificatrice complémentaire qui puisse nuire à
la rigueur des résultats.
Exemple : Dans un canal trapézoïdal avec une pente des côtés de 1/1 et une largeur du fond de 10 m, s’écoule
un débit de 15 m3/s. La rugosité des parois correspond à un coefficient de Strickler K s = 100 m1/3/s. La pente du
radier est égale à 0,3 pour mille. Un barrage déversoir règle la profondeur dans la section à l’amont immédiat
du barrage à la valeur h0 = 2,5 m. Déterminer la courbe de remous.

I = 3 10-4 ; D correspond à I-i ; Q2 / …..S2 correspond à i.

e) Courbes de remous en cours d’eau naturels


La méthode, décrite ci-dessus, pour déterminer les courbes de remous suppose des sections régulières et
uniformes et par conséquent ne sont pas applicables aux cours d’eau naturels.
Dans ceux-ci, le calcul de remous doit toujours être effectué en divisant le canal en tronçons élémentaires. Il faut
choisir les tronçons de façon à pouvoir considérer pour chacun d’eux une valeur moyenne de la pente, de la section
et du coefficient de rugosité.
 On considère que la pente moyenne d’un tronçon est égale à la pente moyenne du fond de ce tronçon.
 On admet que la section moyenne dans un tronçon est la section placée au milieu de ce tronçon.
 On peut déterminer le coefficient de rugosité à partir de la profondeur d’eau avec laquelle un débit
connu s’écoule dans le tronçon, par application des formules du régime uniforme. Si ces données ne sont
pas connues, on fixe, le coefficient de rugosité à partir de la connaissance de la nature du lit.
Avec des valeurs moyennes, on peut appliquer à un cours d’eau naturel la méthode graphique.
Pour les cours d’eau naturels, on a parfois recours à des méthodes expéditives comme : méthode de Grirnm,
diagramme de Leach, méthode du profil de la ligne d’eau pour différents débits, méthode d’Ezra.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 47 / 74 23/02/2018
5.3.3. Mouvement brusquement varié – Ressaut hydraulique
a) Définitions
Le ressaut hydraulique est une surélévation brusque de la surface libre d’un écoulement permanent qui se produit
lors du passage du régime torrentiel au régime fluvial.
Il est accompagné d’une agitation marquée et de grandes pertes d’énergie.

Désignons par section 1, la section d’amont, ou d’entrée, du ressaut, et par section 2 la section d’aval, ou de
sortie (fïg. a). Les profondeurs h1 et h2 sont appelées profondeurs conjuguées du ressaut. La distance entre les
sections 1 et 2 est appelée longueur du ressaut. La perte de charge est représentée par H.
U1
Le ressaut est généralement caractérisé par le nombre de Froude en amont : Fr1 
gh

Pour les valeurs de Frl inférieures ou égales à 1, le régime est lent, ou critique, et il n’y a pas de ressaut.
Pour des valeurs du nombre de Froude comprises entre 1 et 1,7, la différence des profondeurs conjuguées en
amont et en aval est très faible, et le ressaut est caractérisé par de légères rides à la surface libre, aspect qui
diffère peu de celui que l’on observe dans le régime critique : ressaut ondulé (fig. b).
Pour des valeurs de Frl comprises entre environ 1,7 et 2,5 on constate le même phénomène, mais plus accentué ;
dans ce cas se produisent déjà de petits tourbillons superficiels. Jusqu’à ces valeurs de F rl, la surface libre est
raisonnablement plane et la distribution des vitesses est régulière : ressaut faible (fig. c).
Pour des valeurs comprises entre environ 2,5 et 4,5 l’écoulement est pulsatoire ; la plus grande turbulence se
situe soit près du fond, soit à la surface : c’est le ressaut oscillant (fig. d). Chaque pulsation produit une onde de
période irrégulière, qui peut se propager sur plusieurs kilomètres (ce qui peut causer des dommages aux berges).
Pour des nombres de Froude compris entre environ 4, 5 et 9, le ressaut est dit établi (fig. e).
Pour des valeurs de Frl supérieures à 9, on constate des masses d’eau qui roulent et retombent de manière
intermittente, provoquant de nouvelles ondulations en aval : le ressaut fort (fig. f).

b) Détermination des profondeurs conjuguées du


ressaut
On ne peut pas appliquer le théorème de Bernoulli entre les sections 1 et 2 pour déterminer les profondeurs
conjuguées du ressaut, étant donné que le terme E, qui représente la perte de charge, n’est pas connu et que les
formules du régime uniforme ne sont pas applicables.
C’est le théorème d’Euler qui permet de résoudre le problème. L’équation générale est la suivante :
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 48 / 74 23/02/2018
S 2 h2 2 S 
2  1  Fr1 1  1 
S1 h1  S2 
avec : h tirant d’eau et  définit par y =  h, y étant la profondeur du centre de gravité.
Analysons la forme de cette équation dans quelques cas particuliers.
 Canal rectangulaire
On constate que : 1 = 2 = ½ ; S2/S1 = h2/h1. On a alors :

 Canal triangulaire
On a : : 1 = 2 = 1/3 ; S2/S1 = (h2/h1)2. On a alors :

 Canal trapézoïdal
Dans ce cas, il est possible d’obtenir des courbes pour diverses valeurs du paramètre :  = l / m h1
où l est la largeur du fond ; m, la pente du talus (hor. / verticale), et h la profondeur d’eau en amont (abaques).

c) Détermination de la perte d’énergie


En admettant que z1 = z2 (canal horizontal), on obtient :
 U 12   U 22 
E12  H 12    h1     h2 
 2g   2g 
Le rapport H2 / Hl est appelé efficacité du ressaut. La perte d’énergie relative est donnée par la formule :
H1  H 2 H
 1 2
H1 H1
L’abaque 137 donne la valeur de cette perte d’énergie pour diverses sections et différentes valeurs de Frl.

d) Localisation et longueur du ressaut


Le ressaut se produit toujours au cours du passage d’un régime torrentiel à un régime fluvial (dans une section
où les quantités de mouvement totales ont la même valeur).
La longueur du ressaut, C, est la caractéristique du ressaut la plus difficile à déterminer car il est difficile de définir
la fin du ressaut.
Dans la pratique, pour calculer les dimensions de bassins d’amortissement, on considère comme fin du ressaut
le point à partir duquel le revêtement de béton n’est plus nécessaire.
Pour la détermination de la longueur du ressaut dans les canaux rectangulaires, consultez l’abaque 138a.
Pour les canaux trapézoïdaux, la formule suivante, très approchée donne pour valeur de la longueur C :
C  L  L1 
 51  4 2 
h2  L1 
h2 étant la hauteur du ressaut en aval, Lt et L2 les largeurs en surface, respectivement, en amont et en aval du
ressaut.

5.3.4. Singularités dans les canaux


Une singularité provoque dans les écoulements à surface libre une modification du régime uniforme, associée à
une perte de charge localisée (ou singulière).
Dans les écoulements en charge, une perte de charge singulière provoque un abaissement brusque de la ligne de
charge ; au contraire, dans un écoulement à surface libre dans un canal suffisamment long, une perte de charge
singulière provoque une perturbation qui se propage au long d’un tronçon plus ou moins long (mais, en dehors de
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 49 / 74 23/02/2018
ce tronçon, le régime se maintient uniforme avec des caractéristiques énergétiques similaires à celles qui se
produiraient s’il n’y avait pas de singularité). Sa détermination est plus difficile. C’est pourquoi, toutes les fois
que la nature du problème se justifie, il est recommandé de faire des essais sur modèle réduit.
Sans un canal suffisamment long (pour que puisse se rétablir le régime uniforme en amont et en aval de la
singularité), la perte de charge entre les sections extrêmes doit être la même que celle qui se produirait si le
régime restait uniforme (autrement dit, s’il n’y avait pas de singularité).

a) Elargissement brusque
Dans le cas d’un élargissement brusque se produisent des pertes du type Borda :
U 1  U 2  2
H  K   h2  h1 
2g
Si h2 se rapproche de h1, le second terme est négligeable, et l’on revient à un écoulement en charge.

b) Passage d’un réservoir à un canal

 Si I > Ic (I : pente du fond du canal) : (écoulement est similaire qu’avec un déversoir) le débit est donné
par :
Q  LH 3 / 2 2g
L étant la largeur, H la charge totale sur le seuil et  le coefficient de débit (pour µ, voir chapitre 6).
L’écoulement est critique dans une section au voisinage de l’entrée du canal et devient vite uniforme.
 Si I < Ic : le régime uniforme dans le canal et le débit est donné par la résolution graphique
(intersection) des 2 équations suivantes :

Le coefficient K tient compte des pertes d’énergie à l’entrée ; pour une entrée bien dessinée, on a K = 0,90.

c) Passage d’un canal à un réservoir


Généralement le débit ne sera influencé que si le remous provoqué atteint l’entrée du canal.
Le débit subira une diminution si I < Ic et si le niveau dans le réservoir est supérieur à celui du canal.

d) Surélévation du fond
La perturbation provoquée par un obstacle dans le fond d’un canal ou d’un cours d’eau (barrage déversoir par
exemple) peut être étudiée aisément au moyen des courbes donnant la charge spécifique en fonction de la profon-
deur d’eau. De nombreux cas-types ont été étudiés et peuvent être trouvés dans la littérature.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 50 / 74 23/02/2018
e) Rétrécissements localisés : piles de ponts
La perturbation provoquée par un rétrécissement peut être analysée facilement au moyen des courbes donnant h
en fonction de H dans la section du canal et de H’ dans la section contractée. Pour l’analyse de ces phénomènes
voir la littérature (nombreux ouvrages).

f) Rétrécissement long
On désigne par rétrécissement long, la diminution de section d’un canal dans un tronçon suffisamment long pour
pouvoir y provoquer des mouvements graduellement variés.

g) Changements brusques de pente


La figure ci-après montre la forme de la surface libre dans quelques cas caractéristiques de changements
brusques de pente.

 Cas a : Augmentation de la pente, qui demeure toujours inférieure à la pente critique :


Dans le deuxième tronçon, l’écoulement est uniforme ; dans le premier tronçon, il y aura une courbe de remous,
qui tend vers la profondeur normale (h1) ; le point de départ pour déterminer cette courbe est le point 2.
 Cas b : Diminution de la pente, qui demeure toujours inférieure à la pente critique :
C’est un cas similaire au précédent.
 Cas c : Canal à forte pente relié à un canal à pente faible :
II y aura un ressaut dans le passage du régime torrentiel au régime fluvial. L’un des problèmes qui se présente
consiste à savoir si le ressaut est situé dans le tronçon à forte pente ou dans le tronçon à pente faible.
 Cas d : Canal à contre-pente ou à pente nulle, suivi d’un autre à forte pente :
Dans ce cas, la courbe d’aval tendant vers la profondeur normale. Le point de départ initial, pour le calcul des
deux courbes, est le point 1, défini par la profondeur critique.

h) Chutes brusques à la fin d’un canal


Si le canal est à pente faible (/ < /c), au niveau de la chute survient le régime critique (fig. a).

Si I = 0, ou I < 0, le passage se fait en régime critique.


Si le canal est à forte pente (I > /c), le régime reste uniforme jusqu’à la section de la chute (fig. b).

i) Ecoulements dans les courbes


Les courbes dans les rivières et les canaux introduisent diverses perturbations dans l’écoulement, qui se traduisent
par des pertes de charge singulières, par la formation de courants secondaires et par la modification de la forme
de la surface libre.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 51 / 74 23/02/2018
Les courants secondaires provoquent une circulation de l’écoulement de forme hélicoïdale. Ils sont responsables
de l’accroissement des forces de frottement (interne à l’écoulement et près des parois du canal).
Dans les rivières à lits alluvionnaires, les courants secondaires sont responsables de la modification de la
forme du fond alluvionnaire. Ils entraînent une excavation du matériau près des talus extérieurs des
courbes, et un dépôt près des talus intérieurs.
Ecoulements en régime rapide : les courbes provoquent des ondes croisées de forte ampleur.
Dans l’écoulement en courbe, il faut tenir compte de la perte de charge H, à laquelle correspond une
surélévation de la surface libre h, et, d’une surélévation transversale de la surface libre Z, due aux effets de
la force centrifuge, qui provoque une augmentation de la hauteur d’eau dans l’extrados, et une diminution à la
partie ultérieure de la courbe.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 52 / 74 23/02/2018

CHAPITRE 6 – MESURES HYDRAULIQUES


6.1. Mesures des niveaux et des pressions
6.1.1. Appareils donnant directement la position de la
surface liquide
Ce sont les appareils les plus simples qu'on utilise en hydraulique.
 Échelles limnimétriques : Elles sont constituées par une échelle graduée, dont la lecture permet la
détermination directe de la position de la surface libre, à partir d'un zéro dûment repéré.
 Perches de sondage : échelle portative qui permet de déterminer la hauteur d'eau par rapport au fond.
 Limnigraphes : permettent la mesure et l'enregistrement des niveaux d'eau. Le système le plus simple
comporte un flotteur relié par un câble souple à un système d'enregistrement.

6.1.2. Tubes piézométriques


Un tube piézométrique est un tube relié par sa partie inférieure au récipient qui contient le liquide et par sa
partie supérieure avec l'atmosphère. Le niveau dans le tube donne directement la position de la ligne
piézométrique (z + p / ). On a p =  h.
Pour la lecture du tube piézométrique, il faut tenir compte de l'effet de la capillarité présent pour des diamètres
très faibles (on peut adopter un diamètre minimum du tube de 15 mm pour l'eau et 10 mm pour le mercure).

6.1.3. Manomètres à tube en U


Pour le cas de pressions très élevées, le tube piézométrique est remplacé par un tube en U, contenant un liquide
de poids spécifique ’ supérieur au poids spécifique  du fluide du récipient. La surface AA’ étant une
équipotentielle, les pressions doivent être égales en A et A’.
On peut écrire p +  b = ’ h, et par conséquent : p = ’ h -  b

Pour la mesure de pressions très faibles, on emploie un tube en double U, avec un liquide manométrique de
poids spécifique inférieur à celui du fluide contenu dans le récipient.
Les pressions en A et A' étant égales ; on peut écrire : p -  b = - ’ h, et donc : p = - ’ h +  b

6.1.4. Manomètres différentiels


Ils sont employés dans la mesure des différences de pression entre deux points d'un circuit où s'écoule un fluide.
Deux tubes piézométriques placés côte à côte peuvent constituer un manomètre différentiel. Ordinairement, les
tubes sont reliés de façon à former un U et sont remplis d'un liquide autre que le fluide en mouvement.
Si le poids spécifique du liquide manométrique ’ est supérieur au poids spécifique  du fluide, on dispose le U
vers le bas (figure de gauche), La différence de pression entre les points 1 et 2 s'écrit alors :
p1  p 2  ' 
 h    1 h'
  
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 53 / 74 23/02/2018
Si le poids spécifique du liquide manométrique est inférieur au poids spécifique du fluide en mouvement, on
doit adopter le dispositif contraire, c'est-à-dire que l’U du manomètre vers le haut (figure de droite).

p1  p 2   '
De la même façon, on peut écrire :  h   1   h '
   

6.1.5. Règles pour l'installation des tubes piézométriques et


des manomètres
 Le point de la prise de pression doit être situé sur un tronçon rectiligne assez long de la conduite.
 On doit pratiquer plusieurs prises de pression, disposées symétriquement.
 L'axe de la prise de pression doit être perpendiculaire à la paroi de la conduite
 L'orifice de la prise de pression doit être de faible diamètre, 2 à 3 mm environ pour des conduites de
diamètre inférieur à 30 cm, et 3 à 4 mm pour des conduites de diamètre supérieur.
 Transmission de la pression à l'appareil de mesure par liquide, air ou électriquement. Dans le cas de
transmission hydraulique, il faut éliminer complètement les bulles d'air.

6.2. Mesures des vitesses


6.2.1. Flotteurs
Ils sont utilisés pour les vitesses superficielles. La mise en œuvre est difficile car ils tendent à se diriger vers la
région de vitesse maximale.
Pour des courants un peu réguliers, la vitesse moyenne U est égale à environ 0,7 - 0,8 fois la vitesse maximale.

6.2.2. Tubes de Pitot


Un tube de Pitot est constitué par deux prises de pression, l'une A d'axe perpendiculaire à l'écoulement et l'autre
B d'axe parallèle à l'écoulement (qui mesure : p /  + V2/ 2g). La différence des deux hauteurs de pressions h
donne la valeur de la pression dynamique. Théoriquement, on aura donc V  2 gh .

6.2.3. Moulinets
On appelle moulinet un système d'hélices (monté sur un axe) qui est mis en mouvement par la vitesse de l'eau.
Le nombre de tours de l’hélice est fonction de la vitesse de l'eau. La façon de compter le nombre de tours est
spécifique à chaque type d'appareil.
La relation entre la vitesse et le nombre de tours est obtenue par étalonnage. L'équation d'étalonnage est du
type : V = a + bn ; V étant la vitesse, n le nombre de tours, a et b deux constantes propres à chaque appareil.

6.2.4. Mesure de la vitesse moyenne dans une section


Soit une section S normale à la direction de l'écoulement. Si l'on connaît la distribution des vitesses ponctuelles
dans la section, la vitesse moyenne dans cette section est donnée par :
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 54 / 74 23/02/2018
1
U   V dS
S S
A partir de la répartition des vitesses ponctuelles (mesurées avec un moulinet ou des tubes de Pitot), on calcule
cette intégrale en multipliant l'aire de la maille par la valeur de la vitesse mesurée au centre de la maille.

6.3. Mesure des débits dans les conduites en charge


6.3.1. Méthodes volumétriques
Rappel : Le débit est le volume qui s'est écoulé pendant l'unité de temps.
Pour mesurer les volumes, on emploie des réservoirs dûment étalonnés ; pour mesurer le temps, on utilise des
chronomètres. La précision est de l'ordre de 1 %. Cette méthode n'est utilisable que pour les débits faibles.

6.3.2. Appareils déprimogènes


Les appareils déprimogènes permettent de déterminer le débit dans les conduites par la mesure d'une dépression
provoquée par un rétrécissement (fig. ci-dessous). Ceux sont les diaphragmes, les tuyères et les tubes de
Venturi. Il existe plusieurs types normalisés de chacun de ces éléments.

d 2
Le débit massique écoulé (kg/s) est donné par : Qm   2  1 p
4
d étant le diamètre de l'orifice ; p = p1 – p2 la pression différentielle en N/m2 ;  la masse spécifique dans la
section 1, en kg/m3 (constante pour les liquides) ; ( et  sont des coefficients sans dimensions, déterminés
expérimentalement). Dans le cas de fluides incompressibles (liquides)  = 1.
En amont, le tuyau doit être rectiligne sur une longueur de 20 à 30 fois son diamètre ; en aval, sur une longueur
de 10 à 15 fois son diamètre.

6.3.3. Compteurs mécaniques


Les compteurs mécaniques se divisent en deux grands groupes :
 Compteurs de vitesse : mesure de la vitesse de rotation d'un moulinet ou d'un dispositif identique, mis
en mouvement par l'action du liquide.
 Compteurs volumétriques : mesure des volumes : l'organe moteur est constitué par un disque, un
piston ou une roue qui, mû par l'action de l'eau, se déplace à l'intérieur de la chambre de mesure,
propulsant, à chaque oscillation, translation ou rotation, un certain volume de liquide.
II existe sur le marché une grande variété de marques et de modèles différent entre eux par le calibre, le débit
nominal, la pression de service, la perte de charge qu'ils introduisent, la position de montage, la capacité de
mesure, la sensibilité et la précision, le type de totalisateur et de transmission, etc.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 55 / 74 23/02/2018
La capacité de mesure peut varier de 1 l/s (DN : 15 mm) à 1 m3/s (DN : 800 mm).

6.3.4. Compteurs électromagnétiques et ultrasoniques


Les compteurs électromagnétiques sont fondés sur la mesure de la tension induite au sein d'un liquide qui
traverse un champ magnétique.
Les compteurs ultrasoniques sont basés dans l'émission d'un signal sonore qui incide sur un capteur placé en
aval et qui est réfléchi dans la direction du point d'émission. Le temps écoulé, entre l'émission et la réception du
signal, permet de mesurer la vitesse de l'écoulement.

6.3.5. Mesure des débits au moyen de coudes


Dans un coude, il se produit des différences de pression entre la partiel intérieure et la partie extérieure. On peut
s'en servir pour mesurer le débit, qui est donné par la formule :
Q  µK S 2 gh
 étant un coefficient de débit et K un coefficient de forme donnés des abaques (fonction du rayon du coude R
et du diamètre de la conduite D) ; S est la section de la conduite ; h = h2 — hl est la différence de pression
entre la face intérieure et la face extérieure du coude.

6.3.6. Choix d'un mesureur de débits pour les écoulements


en charge
Le champ d'application des compteurs mécaniques est pratiquement limité aux systèmes d'eau propre.
Les appareils déprimogènes peuvent être utilisés pour mesurer des eaux propres ou des eaux d'égout (charge
solide faible).
Les compteurs électromagnétiques et ultrasoniques sont d'application générale et ont tendance à substituer
tous les autres, vu qu'ils ne perturbent pas l'écoulement.

6.4. Orifices
6.4.1. Définitions
Les orifices sont des dispositifs très précis pour la mesure des débits.
Un orifice est une ouverture de forme régulière, pratiquée dans une paroi ou dans le fond d'un récipient, à
travers laquelle s'écoule le liquide contenu dans le récipient.
L'orifice est dit en mince paroi (à arête vive) quand la veine liquide n'est en contact qu'avec son bord intérieur.
Un ajutage est un orifice dont les parois sont prolongées sur une longueur de 2 ou 3 diamètres (ou bien une
ouverture ménagée dans un récipient à parois relativement épaisses).
Le jet est le courant liquide qui sort de l'orifice. La charge est la hauteur d'eau qui provoque la sortie du liquide.
La vitesse d'amenée est la vitesse du liquide à son arrivée au récipient.

6.4.2. Orifices de petites dimensions


Dans un orifice en mince paroi pratiqué dans le fond d'un récipient et dont les dimensions sont faibles par
rapport à la charge, le jet a la forme indiquée dans la figure (plan de l’orifice S, contraction sur  et section
contractée Sc). La vitesse de sortie, dans la section contractée, est donnée par la formule de Torricelli.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 56 / 74 23/02/2018
V  2 g (h   )
où h +  représente la charge totale sur la section contractée, h étant la différence de cotes entre la surface libre
et le plan de l'orifice et  la distance verticale entre le plan de l'orifice et la section contractée.
Dans les orifices circulaires,  est à peu près égal au rayon de l'orifice. Pour des charges élevées, on peut
pratiquement négliger . Si l'orifice est dans une paroi latérale, on a toujours  = 0.

Dans la section contractée, la pression est pratiquement égale à la pression atmosphérique. Dans la section de
l'orifice, la pression varie entre la pression atmosphérique aux bords et un maximum égal à 0,6  h au centre.
On appelle Cv un coefficient qui traduit l'influence du frottement et la viscosité, qui s'appelle coefficient de
vitesse moyenne réelle U
vitesse ; il varie entre 0,96 et 0,99. Il est égal à : Cv  vitesse moyenne idéale  2 gh
(idéale : sans
frottement)
On appelle coefficient de contraction, Cc, le rapport de la section contractée, Sc à la section de l'orifice S. Cc =
Sc/S. La valeur du coefficient de contraction est en général supérieure à 0,5.
Dans la pratique, l’influence du coefficient de vitesse, du coefficient de contraction et de la distance  est
traduite par un seul coefficient : le coefficient de débit . Le coefficient de débit mesure le rapport du débit réel
débit réel Q
au débit idéal ; ce rapport peut s’exprimer par : µ  débit idéal  S 2 gh  Cc Cv

Le débit écoulé à travers les orifices pratiqués dans le fond ou dans les parois de réservoirs se calcule avec :
Q  S 2 gh
, étant le coefficient de débit, S l'aire de l'orifice et h la charge sur le centre de l'orifice.
Pour tous les liquides,  = 0,6 est valeur approchée généralement admise quelle que soit la forme de l'orifice.
Les limites usuelles les valeurs sont 0,63 et 0,59. Pour des charges très faibles, on peut atteindre 0,7.
S'il y a une vitesse d'amenée U0 dans la direction de l'axe de l'orifice, le débit s’exprime par :
 U 
2

Q  S 2 g  h  0   S 2 gH
 2g 

Le temps (en s) nécessaire pour vider un réservoir par un orifice à paroi mince est (pas de débit entrant) :
t
2 ST
h1
1/ 2
 h2
1/ 2
 si h 2 = 0, on a : t 
ST 2h
µ S0 2g µ S0 g
 S0 : section de l’orifice ;
 ST : section du réservoir ;
 µ : coefficient de débit de l’orifice (en général : 0,6) ;
 h1 et h2 : hauteurs d’eau initiale et finale par rapport à l’orifice (si vidange totale : h2 = 0).

6.4.3. Orifices de grandes dimensions


Si un orifice de grandes dimensions est situé au fond d'un réservoir, les formules précédentes sont encore
valables. Mais s'il est situé dans la paroi du réservoir, on ne peut plus considérer la charge h. comme constante
en tout point de la section de l'orifice.
Dans le cas d'orifices rectangulaires de largeur l et de hauteur h2 — h1 (fig. ci-dessous), le débit écoulé est :
Q
2
3

 l 2 g  h2  3 / 2   h1  3 / 2 
S'il y a une vitesse d'amenée, U0, on obtient :
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 57 / 74 23/02/2018

II est difficile de fixer la valeur à attribuer au coefficient ’, mais on peut prendre une valeur de 0,60.
Dans les cas pratiques, on emploie la formule des petits orifices avec la charge h appliquée au centre de gravité
de l'orifice.

6.4.4. Vannes
En général, l'écoulement à travers les vannes est comparable à l'écoulement à travers les orifices.
La valeur de  est donnée par des abaques.
La valeur de h employée est la charge au fond du système (canal) et non au centre de gravité de l'orifice.

6.4.5. Orifices partiellement ou complètement noyés


Un orifice est dit complètement noyé quand le niveau de l'eau en aval est supérieur au point le plus haut de
l'orifice (cf. figure).
L'orifice est dit partiellement noyé quand le niveau de l'eau en aval est compris entre le bord supérieur et le
bord inférieur de l'orifice (cf. figure).

Dans le cas des orifices complètement noyés, le débit est donné par la formule :
Q  S U 2  2 gh  U 1  U 2 
2 2
 
 étant le coefficient de débit ; h la différence entre les niveaux amont et aval : U1 la vitesse moyenne à
l'amont ; U2 la vitesse moyenne à l'aval. Si les vitesses U1 et U2 sont négligeables, on obtient :
Q  S 2 gh

Pour étudier les orifices partiellement noyés, on les considère comme divisés en 2 parties, dont une est libre et
l'autre noyée. Le débit est alors donné par :
Q  µ1l  h3  h2  2 gh2 
2
3
3/ 2
µ2 l 2 g h2  h1
3/ 2

Le premier terme de l’équation représente la partie noyé, tandis que le second terme la partie libre.
Les valeurs de 1 et 2 sont mal connues, mais on peut les prendre égales à 0,60.

6.4.6. Ajutages
On appelle ajutage un tuyau d'une longueur approximativement égale à la distance entre le plan de l'orifice et le
plan de la section contractée (déterminé dans le cas d'un orifice à arêtes vives) qui prolonge l'orifice vers
l'extérieur ou l'intérieur.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 58 / 74 23/02/2018
Si la forme de l'ajutage est telle qu'elle n'affecte pas la forme de la veine correspondant à l'orifice à arête vive,
son effet sur l'écoulement est nul.
Généralement, la forme de l'ajutage modifie la forme de la veine et des sections contractées, et, en conséquence,
les coefficients de débit. Les coefficients de débit pour les ajutages non noyés et noyés sont donnés par des
abaques.
Dans le cas d'ajutages cylindriques intérieurs, le coefficient de débit est d'environ 0,5.
Dans le cas d'ajutages cylindriques extérieurs, le coefficient de débit prend une valeur entre 0,65 et 0,8.

6.4.7. Mesure approchée des débits à partir de la forme du


jet
 Dans le cas d'une conduite placée verticalement, où le jet atteint une hauteur h, le débit déchargé peut
être déterminé par (unités SI ; h : hauteur du jet ; d : diamètre de la conduite) :
Q  5,47 d 1.25 h1.35 pour h  0,37 d
Q  3,15 d 1.99 h 0.53 pour h  1,4 d
Pour 0,37 d < h < 1,4 d, le débit est légèrement inférieur à celui donné par l'une ou l'autre de ces formules.
L'erreur commise est d'environ 15 % et 20 %.

 Pour une conduite horizontale totalement pleine, on a :


 d2 x2
Q g
3,2 2y
Étant donné la difficulté qu'il y a à mesurer x et y, l'erreur est de l'ordre de 10% à 15%.

6.5. Déversoirs en mince paroi


6.5.1. Définitions
Les déversoirs peuvent être en mince paroi, quand les dimensions de la partie du seuil qui est en contact avec
l'eau, c'est-à-dire l'épaisseur de la crête, sont très réduites (1 à 2 mm) (voir figure).

La charge est la différence de niveau entre la ligne d'énergie en amont et la crête du seuil déversant. En général,
la ligne d'énergie coïncide avec la surface libre. On aura alors h  H (figure ci-dessus ; H = h + U2/2g).
Les déversoirs en mince paroi sont des dispositifs très précis pour mesurer les débits.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 59 / 74 23/02/2018
6.5.2. Déversoirs rectangulaires sans contraction latérale
(déversoir de Bazin)
La formule qui donne le débit déversé est, en unités métriques :
Q  µ l 2 g h 3 / 2 ; où l est la largeur du déversoir, et h la charge.

Le paramètre  est donné par la formule de Bazin :


0,003    h  
2

µ   0,405   1  0,55  
 h    h  a  

« a » est la différence de niveau entre le seuil du déversoir et le fond du canal d'alimentation (voir figure).
Les limites d'applications sont : 0,08 m < h < 0,70 m ; l > 4 h ; 0,2 m < a < 2 m ; précision : 1 à 2 %.
Il existe une formule simplifiée, donnant, en unités métriques :
 h
Q  1,782  0,24  l  h  0,0011
3/ 2

 a

6.5.3. Déversoir rectangulaire avec contraction latérale


II y a contraction latérale quand la largeur L du canal est supérieure à la largeur l du déversoir.

Il existe de nombreuses formules pour ce déversoir. La formule de Francis est une des plus pratique :
Q  1,83  l  0,2h  h 3 / 2
La charge doit être mesurée à une distance d’au moins 2 m en amont du déversoir. La surlargeur, « L – l » du
canal doit être au moins, égale à 6 h.

6.5.4. Déversoir triangulaire


Dans un déversoir triangulaire, le profil de la crête est un triangle.

Comme formule pratique pour des calculs approchés, nous proposons celle de Gourley et Grimp :
 2, 47
Q  1,32 tan h
2
où Q est le débit en m3/s ; h, la charge sur le sommet, en m ; , l'angle du sommet.
La surlargeur, « L — l », doit être, au moins, égale à 3 l / 2.
Pour  =  / 2, indiquons également la formule de Thompson : Q = 1,32 h5/2
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 60 / 74 23/02/2018
6.5.5. Déversoir trapézoïdal (déversoir de Cipoletti)
Le déversoir trapézoïdal le plus fréquemment utilisé est désigné par déversoir Cipoletti (cf. figure), dont la crête
est constituée par la plus petite base, de largeur l ; la pente des côtés est de 1/4 (horizontale/verticale).

L'équation fondamentale du débit écoulé par un déversoir Cipoletti est :


Q  µl 2g h3 / 2 avec  : coefficient de débit ( 0,63).
Quand la vitesse d'amenée est négligeable, on a : Q  1,861 l h 3 / 2 avec Q exprimé en m3/s, et l et h en m.
Les limites d'application sont : 0,06 m < h < 0,60 m ; h /1< 0,5 ; a > 2 h, avec le minimum de 0,30 m ; b > 2 h,
avec un minimum de 0,30 m.

6.5.6. Déversoir circulaire


Le débit déversé est donné par la formule : Q  µ  d 5 / 2 avec : d est exprimé en dm et Q en dm3 ;  est une
d h
fonction du degré de remplissage h/d, donnée par des abaques, et  est donné par : µ  0,555  110 h  0,041 d

6.5.7. Précisions des formules des déversoirs en mince paroi


Le déversoir rectangulaire est plus précis (1 %), mais moins sensible que le déversoir triangulaire (1 à 2 %).
Au-dessous de 30 l/s, il faut utiliser le déversoir triangulaire.
La précision des valeurs mesurées avec un déversoir Cipoletti (5 %) est inférieure à celle qui est obtenue, dans
les mêmes conditions, avec des déversoirs rectangulaires et triangulaires.
Pour un déversoir circulaire, la précision est de l’ordre de 2 %.
Aux erreurs des formules, il faudra ajouter les erreurs qui résultent des mesures.

6.6. Déversoirs à large seuil


6.6.1. Déversoirs
On désigne par déversoir à large seuil une structure sur laquelle les lignes de courant peuvent atteindre un
parallélisme tel que il y ait une distribution hydrostatique des pressions. Pour obtenir cette situation, il est
nécessaire que 0,08 < H/b < 0,50 (H : charge ; b : longueur du seuil).

 Dans le cas d'une section rectangulaire de largeur l, on aura : Q  1,7 Cd Cv l h 3 / 2


D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 61 / 74 23/02/2018
Cv et Cd sont donnés par des abaques (Cd dépend des formes de construction).
 Pour mesurer une vaste gamme de débits, il vaut mieux utiliser une section de contrôle triangulaire.
Les débits seront donnés avec une précision raisonnable, même quand ils sont faibles.

 5/ 2
Q  1,26 Cd Cv tan h : valable pour h < 1,25 ht, où ht = 1/2 l cotg(/2).
2
Les valeurs de Cd et Cv sont données par des abaques.

6.6.2. Chute libre dans un canal


Toutes les fois que l'on dispose d'une chute libre dans un canal, celle-ci peut servir pour la mesure des débits.

3/ 2
 hS 
 Pour un canal rectangulaire sans contraction latérale, le débit sera donné par : Q  l g  
 0,715 
Si hs (hauteur d’eau au droit de la chute) est mesurée au milieu du canal : erreur de 2 à 3 %.
 En cas de chute libre dans un canal trapézoïdal avec section de contrôle rectangulaire, le débit est
donné par la formule : Q  k l h 3 / 2 . La valeur de k est donnée par des abaques (m1/2/s).

6.7. Déversoirs à seuil court


Intermédiaire entre « paroi mince » et « à large seuil ». (pas à arête vive, pas suffisamment épais pour établir le
parallélisme des lignes de courant [une distribution hydrostatique des pressions]).
La formule ci-après est valable pour les profils trapézoïdaux et triangulaires : Q  µ l 2 g h 3 / 2
Les valeurs des coefficients de débit pour cette formule sont données par des abaques.

6.8. Canaux Venturi


Par analogie avec les tubes Venturi, on désigne par canal Venturi un dispositif pour mesurer les débits en
réalisant une réduction de section (rétrécissement, surélévation du fond ou les deux moyens).
La section contractée, qui est la section de contrôle, est suffisamment longue (longueur L) pour que s'y établisse
le parallélisme des lignes de courant (cf. figure). Le tronçon de la section de contrôle doit être horizontal.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 62 / 74 23/02/2018

Les débits sont donnés par les formules suivantes :


 Section de contrôle rectangulaire : Q  1,7 Cd Cv l h 3 / 2 ; Cd et Cv sont donnés par des abaques.
 Section de contrôle trapézoïdale : Q  Cd  l h  m h 2  2 g  H  h  ; abaques pour Cd et Cv.
Les principales limites d'application sont : h > 0,06 m ; h > 0,1 largeur ; 0,1<H<1,0 ; largeur > 0,30 m.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 63 / 74 23/02/2018

CHAPITRE 7 - POMPES CENTRIFUGES


7.1. Définition et classification
On appelle pompe une machine capable d'élever la pression d'un fluide (ou de lui communiquer de l'énergie).
Dans les pompes, l'augmentation de pression résulte de la force imprimée au fluide par une roue (propulseur)
qui se meut à l'intérieur du corps de pompe (qui oriente le fluide, de l'entrée à la sortie).

Suivant la forme de la roue, il existe essentiellement trois types de pompes :


 Les pompes centrifuges ou à écoulement radial :
 La pression est développée principalement par l'action de la force centrifuge. Le liquide entre
axialement par le centre et sort radialement par la périphérie.
 Si l'entrée se fait par un seul côté, on dit que ces pompes sont à simple aspiration (fïg. a). Si
l'entrée se fait par les deux côtés, on dit qu'elles sont à double aspiration.
 Ce type de pompe s'adapte principalement aux grandes hauteurs d'élévation.
 Pompes à écoulement semi-axial :
 La pression est développée en partie par la force centrifuge et en partie par l'action
d'aspiration des aubes sur le liquide.
 Le liquide arrive axialement et sort dans une direction intermédiaire entre la direction axiale
et la direction radiale (fig. b).
 Ce type de pompe est spécialement indiqué pour des hauteurs d'élévation moyennes.
 Pompes à écoulement axial :
 La pression est développée surtout par l'action d'aspiration.
 Le débit arrive axialement et sort presque axialement.
 Ce type de pompe s'adapte bien aux faibles hauteurs d'élévation.
En ce qui concerne le nombre de roues ou propulseurs, on peut diviser les pompes en deux catégories :
 pompes à un seul étage, lorsqu'il n'y a qu'une roue ;
 pompes multicellulaires, lorsqu'il y a plus d'une roue.
Les pompes multicellulaires peuvent être reliées en série ou en parallèle (voir infra).
Quant à la position de l'axe, les pompes sont classées en pompes à axe horizontal, à axe vertical et à axe incliné.
En ce qui concerne le sens de rotation :
 Les pompes peuvent être classées en pompes à sens direct et pompes à sens inverse.
 Pour déterminer le sens de rotation d'une pompe à axe horizontal, il faut regarder la pompe du
côté du moteur qui l'actionne : si l'axe tourne dans le sens des aiguilles d'une montre, la
pompe est à sens inverse. Dans le cas contraire, elle est à sens direct.
 Pour le sens de rotation d'une pompe à axe vertical, il faut la regarder de haut en bas.
En résumé, le type de pompe est déterminé en fonction de :
 l’écoulement (radial, axial, semi – axial ;
 le nombre de roues (ou propulseur ou étages) ;
 la position de l’axe (horizontal, vertical, incliné) ;
 le sens de rotation (direct ou inverse) ;
 le type de montage (série ou parallèle).
Les pompes centrifuges sont caractérisées par : débit, hauteur d'élévation, charge absolue à l'aspiration au-
dessus de la tension de la vapeur, puissance et rendement, vitesse de rotation et vitesse spécifique.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 64 / 74 23/02/2018
7.2. Débit
Le débit est le volume de liquide pompé par unité de temps (Q en m3/s ou l/s).

7.3. Hauteur d'élévation


La hauteur d'élévation est l'augmentation de pression que la pompe peut communiquer au fluide. On l'exprime
habituellement en mètres de hauteur du liquide (ou N/cm2). Nous la représentons par H.
Nous adopterons les symboles suivants :
Z1 : Cote de la surface libre dans le réservoir d'aspiration.
Z2 : Cote de la surface libre dans le réservoir de refoulement (si les surfaces libres des réservoirs de
refoulement ou d'aspiration ne sont pas à la pression atmosphérique, Z1 et Z2 seront les cotes atteintes par le
liquide dans des tubes piézométriques branchés sur les réservoirs).
Zb : Cote de l'axe de la pompe (cote de la section d'entrée, si à axe vertical).
Za : Cote de la ligne de charge relative à la bride d'aspiration de la pompe.
Zr : Cote de la ligne de charge relative à la bride de refoulement de la pompe.
Z'a : Cote de la ligne piézométrique relative à la bride d'aspiration.
Z’r : Cote de la ligne piézométrique relative à la bride de refoulement.
Ya = Z1 – Zb : Hauteur géométrique ou charge statique, d'aspiration. Négative dans le schéma a ; positive dans le
schéma b.
Yr = Z2 – Zb : Hauteur géométrique ou charge statique de refoulements.
ha = Z’a – Zb : Hauteur manométrique d'aspiration : indication d'un manomètre placé sur la bride d'entrée de la
pompe, par rapport au plan horizontal de cote Zb, exprimée en colonne de liquide. Négative dans le schéma a et
positive dans le schéma b.
hr = Z'r – Zb : Hauteur manométrique de refoulement : indication d'un manomètre placé sur la bride de
refoulement, par rapport au plan Zb, exprimée en colonne de liquide.
h = Z’r - Z'a : Hauteur manométrique totale : indication d'un manomètre différentiel placé entre les brides
d'entrée et de sortie, exprimée en colonne de liquide.
Ua : Vitesse dans la section d'entrée de la pompe.
Ur : Vitesse dans la section de sortie de la pompe.
Ua2 / (2g) : Charge cinétique dans la section d'entrée.
Ur2 / (2g) : Charge cinétique dans la section de sortie.
Ha = Za - Zb = ha + Ua2 / (2g) : Hauteur totale d'aspiration. Négative dans le schéma a. Positive dans le schéma
b.
Hr = Zr - Zb = hr+ Ur2 / (2g) : Hauteur totale ou charge totale au refoulement.
H = Zr – Za : Hauteur totale ou charge totale.
Ha = Z1 – Za : Pertes de charge singulières et continues, dans la conduite d'aspiration.
Hr = Zr – Z2 : Pertes de charge singulières et continues, dans la conduite de refoulement.

Ces diverses grandeurs sont liées par les relations suivantes :


h = hr – ha
H = Hr – Ha
Si Ua = Ur, on a aussi : h  H
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 65 / 74 23/02/2018
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 66 / 74 23/02/2018
7.4. Pression absolue minimale admissible à l'aspiration
La charge absolue à l'aspiration est la différence entre la hauteur totale d'aspiration, rapportée à la pression
absolue et la tension de la vapeur du liquide. On la représente par H0 (voir exemple ci-dessus).
H0 = p0 + Ha - hv où :
 p0 = pression atmosphérique en m,
 Ha = hauteur totale d'aspiration en m : négative dans le schéma a ; positive dans le schéma b,
 hv = tension de vapeur en m.
Si p0 et hv sont exprimés en Pa, on aura alors, en représentant par , le poids spécifique du liquide en N/m3.
H0 = (p0 – hv) /  + Ha
Pour éviter les phénomènes de cavitation dans les pompes, et pour éviter le désamorçage, la charge H0 ne peut
être inférieure à une valeur limite, dite « pression absolue maximale admissible à l'aspiration » (ou N.P.S.H.
requis : net positive suction head par rapport à la pression atmosphérique normale). Cette valeur qui dépend de
la vitesse spécifique de la pompe est une caractéristique de chaque pompe en général fournie par le
constructeur.

7.5. Puissances et rendements


 Puissance utile de la pompe (Pu) : puissance correspondant au travail réalisé par la pompe ; Q étant le
débit pompé en m3/s et H la hauteur totale en mètres, on peut écrire, avec  exprimé en N/m3.
Pu  QH en Watts.

 Puissance absorbée par la pompe (Pa) : Puissance fournie sur l'axe de la pompe.
 Rendement de la pompe ( = Pu / Pa) : rapport de la puissance utile à la puissance absorbée. Donc :
Pu QH
Pa   (en W)
 
De même, on peut définir la puissance utile du moteur P'u, le puissance absorbée par le moteur P'a et le
rendement du moteur '.
À titre d'exemple, indiquons les valeurs suivantes de rendements considérés comme bons pour les pompes
centrifuges (pour l’eau) :
Basse pression Haute pression Fort débit

Q(l/s) 3 25 2 25 100 150 1 000 2 000

% 56 78 53 81 84 86 90 91
(Cependant, le rendement est sensiblement inférieur pour des liquides à viscosité élevée avec augmentation de
la puissance absorbée, réduction de la charge et diminution du débit. Toutes les fois qu'on veut connaître plus
en détail ces quantités, il faut procéder à des essais préalables avec le liquide visqueux à pomper.)

7.6. Vitesse de rotation


La vitesse de rotation n est le nombre de tours effectués par la pompe dans l'unité de temps. Sa valeur a une
influence appréciable sur le fonctionnement de la pompe.
Les règles générales suivantes sont valables :
 Les débits Q sont proportionnels à la vitesse de rotation n : Q / Q’  n / n’
 Les hauteurs H varient proportionnellement au carré de la vitesse : H / H’  (n/n’)2
 La puissance absorbée varie proportionnellement au cube de la vitesse : Pa / P’a  (n/n’)3
 Le rendement est pratiquement indépendant de la vitesse de rotation.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 67 / 74 23/02/2018
7.7. Vitesse spécifique
La vitesse spécifique ns est la vitesse de rotation d'une pompe semblable qui, avec une charge totale égale à
l'unité, élèverait l'unité de débit.
Q
L'expression de ns sera donc : n s  n
H 3/ 4
On calcule la vitesse spécifique pour le point de rendement optimal.
Pour une pompe multicellulaire, on prend la hauteur d'élévation de chaque étage pour calculer la vitesse
spécifique. De même, si l'on veut comparer les vitesses spécifiques d'une pompe à aspiration double et d'une
pompe à aspiration simple, il faut diviser par 2 le débit de la première, ou bien diviser sa vitesse spécifique par
2 =1,41.
Dans le Système International, on exprime Q en m3/s et H en mètres ; n devrait être exprimé en tours par
seconde. Cependant, dans la pratique, il est coutume de l'exprimer en tours par minute.
Cette classification des pompes en fonction de la vitesse spécifique (classification non rigoureuse) :
 Pour ns (en tours/mn) inférieur à 70 ou 80, les pompes sont à écoulement radial à aspiration simple.
 Pour ns entre 70 à 80 jusqu'à près de 120, les pompes sont à écoulement radial à double aspiration.
 Pour des valeurs de ns entre 120 et 150/170, les pompes sont à écoulement semi - radial.
 Pour des valeurs de ns supérieures, les pompes sont à écoulement axial.

7.8. Limites d'aspiration


Le paramètre qui traduit le mieux la possibilité de fonctionnement d'une pompe (au point de vue aspiration) est
la vitesse spécifique, conjointement avec la charge nette absolue à l'aspiration.
Une pompe à vitesse spécifique faible, fonctionne mieux pour les grandes hauteurs d'aspiration.
Au contraire, avec de faibles hauteurs d'aspiration ou des charges positives à l'aspiration, on doit augmenter la
vitesse et employer une pompe plus petite, donc moins chère.
La tension de vapeur d'eau à 30°C est égale à 4,2 10 3 Pa, c'est-à-dire 0,43 m de colonne de liquide. La
dépression maximale que l'eau peut subir à cette température et cette pression est égale à 101,3 - 4,2 = 97,1 10 3
Pa, qui est équivalente à une colonne de liquide de 9,9 m. Ainsi, à une hauteur d'aspiration H’ a donnée (avec le
signe algébrique conforme à la figure des hauteurs), équivaut une charge nette absolue égale à :
H0 = h0 – hv - H'a = 9,9 + H'a
Exemple : Dans les conditions de l'exemple 2 du n° 7.4, déterminer la vitesse spécifique optimale, pour une
charge totale H = 100 m. D'après l'exemple, Ha = 1,14 m, H0 = 5,7 m.
La valeur de H'a équivalente à l'eau à 30°C à la pression normale est donc : H’a = 5,7 - 9,9 = - 4,2 m
Le tableau 211, pour Ha = - 4,2 m et H = 100 m, donne ns = 22 si on adopte une pompe à écoulement radial à
aspiration simple.

7.9. Courbes caractéristiques. Point de fonctionnement


Les relations entre le débit Q, la hauteur totale H, la puissance absorbée Pa, et le rendement  sont données par
les courbes caractéristiques des pompes à n constant.
On établit ordinairement les courbes caractéristiques suivantes (figure ci-après) :
 Courbe (I) : Courbe des hauteurs totales H en fonction des débits.
 Courbe (II) : Courbe des puissances absorbées Pa en fonction des débits,
 Courbe (III) : Courbe des rendements  en fonction des débits.
Les courbes caractéristiques de la pompe sont utilisées avec les courbes caractéristiques de l'installation :
 Courbe (IV) : Courbes des pertes de charges totales H (pertes linéaires et pertes singulières, dans
l'installation) en fonction des débits.
 Courbe (V) : Courbes H1 = Y + H en fonction des débits. Cette courbe est obtenue à partir de la
précédente, en ajoutant à H le terme Y correspondant à la hauteur géométrique totale.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 68 / 74 23/02/2018

Les courbes caractéristiques une fois dessinées, on obtient le point de fonctionnement de la pompe par
intersection de la courbe (V) avec la courbe (I) ; ce point A, défini par (HA, QA), équivaut à une certaine
puissance absorbée PA et à un rendement A déterminé.
Si toute la courbe (I) est située au-dessous de la courbe (V), la pompe ne peut pas convenir à l'installation
définie par (V), et par conséquent elle n'élève aucun débit.
Il faut tenir compte des remarques suivantes :
 Le point correspondant à Q = 0, de la courbe (I) (caractéristique de la pompe), doit être au-
dessus du point correspondant à Q = 0, de la courbe (V), caractéristique de l'installation.
 La région comprise entre l'axe vertical et les courbes (I) et (V) (aire hachurée de la figure)
doit avoir la plus grande surface possible.
 Le régime de la pompe est d'autant plus stable que le rayon de courbure des courbes (I) et (V)
est plus grand.
 Le point de fonctionnement doit se situer un peu au-delà du point de rendement maximum M,
pour tenir compte d'une diminution éventuelle de débit due au vieillissement.
On défini par Q0, H0 et P0, les valeurs correspondant au point de fonctionnement nominal auquel correspond le
rendement maximal.
À propos des diverses formes possibles des courbes caractéristiques des pompes, nous ferons les remarques
suivantes (figure ci-après) :
 En ce qui concerne la stabilité dans le fonctionnement, si la courbe caractéristique de l'installation ne
coupe la courbe H(Q) qu'en un seul point M, le fonctionnement sera stable (courbes a et c).
 En ce qui concerne le démarrage, il s'opérera sans difficulté dans le cas a, avec la vanne de refoulement
fermée (Q = 0), ce à quoi correspond la valeur minimale de puissance. Au contraire, dans le cas c, le
démarrage devra être effectué avec la vanne ouverte (puissance augmente quand le débit diminue).
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 69 / 74 23/02/2018
 Dans le cas b, le démarrage est impossible, étant donné que, pour Q = 0, la hauteur d'élévation est
supérieure à celle que la pompe peut atteindre pour le même débit. Dans ce cas, le démarrage ne sera
possible que si l'on crée un by-pass entre le refoulement (avant la vanne) et l'aspiration de la pompe.

7.10. Couplage de pompes en parallèle


Considérons plusieurs pompes couplées en parallèle, trois par exemple (cf. figure), dont les courbes H = f (Q)
sont respectivement (1), (2) et (3) ; on obtient la courbe correspondant à l'ensemble (courbe (1) + (2) + (3)) en
additionnant les abscisses des courbes H individuelles. Le point de fonctionnement A est l'intersection de la
courbe, ainsi, obtenue, avec la courbe H1 caractéristique de l'installation. On obtient le débit élevé par chaque
pompe en menant une horizontale par le point A et en déterminant son intersection avec chacune des courbes
(1), (2), (3).

Le débit total sera la somme des débits des différentes pompes : Q = Q1 + Q2 + Q3. Dans le couplage en
parallèle, le débit total est toujours inférieur à la somme des débits de chacune des pompes fonctionnant
séparément.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 70 / 74 23/02/2018
La charge totale est égale à HA pour chacune des pompes et pour l'ensemble.
La figure ci-après montre un couplage en parallèle effectué dans de mauvaises conditions. Entre A et B, seule
une pompe débite ; l'autre tourne à vide (sans débit), ce qui risque d'endommager la pompe.

7.11. Couplage de pompes en série


Dans ce cas, la courbe H de l'ensemble est obtenue en additionnant les ordonnées des courbes H correspondant
à chacune des pompes (cf. figure).
On obtient, le point de fonctionnement A, par intersection de la courbe H de l'ensemble avec la courbe H1
caractéristique de l'installation. Le débit de toutes les pompes est évidemment le même et égal à QA.
Les hauteurs d'élévation sont respectivement H1, H2 et H3. On doit remarquer, cependant, que le couplage de
pompes en série peut offrir des difficultés considérables ; en effet, la pompe (3) est construite pour subir une
pression inférieure à la pression à laquelle elle sera réellement soumise.
C'est pourquoi, en général, il vaut mieux employer des pompes multicellulaires au lieu de pompes en série.
En effet, une pompe multicellulaire est un couplage en série de plusieurs roues montées sur le même arbre ; les
courbes caractéristiques sont obtenues d'une manière identique à celle que nous avons décrite précédemment, à
partir de la courbe caractéristique de chaque impulseur. Le rendement de la pompe augmente, en général, avec
le nombre d'étages (cellules) jusqu'à une certaine limite.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 71 / 74 23/02/2018

7.12. Conditions de démarrage


La puissance P d'une machine rotative est donnée par la formule P = n C, où n est le nombre de rotations et C le
couple mécanique. Dans le système international, les unités sont : n, tours par seconde - tr/s ; et C, Newton
mètre (Nm). On aura donc P en Nm/s.
Durant la période de démarrage, le couple de démarrage doit être suffisant : pour vaincre les frottements sur les
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 72 / 74 23/02/2018
coussinets, les garnitures, etc ; pour vaincre l'inertie de la pompe ; pour accroître la puissance de la pompe
durant l'accélération jusqu'à ce que soit atteinte la valeur P0 du régime nominal (et la vitesse nominale n0).
Dans les pompes radiales, la puissance est minimale pour un débit nul ; dans les pompes axiales, la puissance
est maximale pour un débit nul. Dans ces conditions, il convient que les premières démarrent la vanne de
refoulement fermée (Q = 0) et les secondes la vanne de refoulement ouverte.
Le moteur d'entraînement d'une pompe centrifuge doit satisfaire non seulement aux conditions de
fonctionnement nominal, mais encore aux conditions de démarrage. Ainsi, le couple de démarrage du moteur
doit toujours être supérieur au couple de démarrage de la pompe.

7.13. Installation, exploitation et entretien


Pour qu’une pompe fonctionne sans avaries, il faut prendre les précautions suivantes :
 La pompe doit être placée aussi près que possible du liquide à pomper, afin d'éviter d'augmenter la
hauteur d'aspiration.
 La pompe doit être protégée contre les inondations. Le moteur électrique doit être installé dans un
endroit sec (sauf quand il s'agit de pompes submersibles).
 Le groupe électro - pompe doit être fixé et mis de niveau, avant d'être relié aux tuyauteries d'aspiration
et de refoulement.
 On doit monter, sur la conduite de refoulement, une vanne de manœuvre pour le démarrage et l'arrêt. Il
est recommandé de fermer la vanne avant d'arrêter le moteur, notamment quand la pompe est soumise
à une forte charge statique.
 Entre la vanne de manœuvre et la pompe, on doit installer un clapet anti-retour.
 La tuyauterie d'aspiration doit être exempte de rentrées d'air, surtout lorsque la hauteur d'aspiration est
importante.
 On doit s'assurer aussi que la pompe est amorcée (conduite d'aspiration et pompe pleines d'eau) avant
de la mettre en marche.

7.14. Avaries
Les principales avaries des pompes et leurs causes les plus fréquentes sont :
 Pas de débit : pompe désamorcée ; vitesse trop faible ; hauteurs d'aspiration ou de refoulement
exagérées ; roue complètement engorgée ; sens de rotation inversé.
 Débit insuffisant : poches d'air dans l'aspiration ou le corps de pompe ; vitesse faible ; hauteur de
refoulement excessive ; hauteur d'aspiration exagérée ou charge nette absolue insuffisante ; roue
partiellement engorgée ; défauts mécaniques ou roue endommagée ; clapet de pied trop petit ou
insuffisamment immergé ; sens de rotation inversé.
 Pression insuffisante : vitesse insuffisante ; de l'air ou des gaz dans le liquide ; défauts mécaniques ou
roue endommagée ; diamètre de la roue trop petit ; sens de rotation inversé.
 Perte dans l'aspiration après une période de fonctionnement satisfaisant : rentrées d'air dans la conduite
d'aspiration ; engorgement de l'aspiration ; hauteur d'aspiration excessive ou charge nette absolue
insuffisante ; de l'air ou des gaz dans le liquide ; usure des presse-étoupe.
 Consommation excessive d'énergie : charge inférieure à la charge prévue, provoquant le pompage d'un
débit exagéré ; poids spécifique ou viscosité du liquide trop élevés ; défauts mécaniques tels que
gauchissement de l'axe : pièces en rotation trop serrées.

7.15. Éléments à fournir au constructeur pour le choix d'une


pompe centrifuge
Dans les cas usuels, il convient de fournir les indications suivantes :
 Schéma de l'installation, coté, dans la mesure du possible, conformément à la figure des hauteurs.
 Liquide à pomper (nom usuel). Débit désiré.
 Principaux agents corrosifs : acide sulfurique, acide chlorhydrique, etc. (pour le cas de mélanges, en
définir les pourcentages).
 pH, dans le cas des solutions aqueuses.
 Impuretés éventuelles (sels métalliques ou substances organiques, même en pourcentage très faible).
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 73 / 74 23/02/2018
 Poids spécifique de la solution à une température déterminée.
 Températures maximum, minimum et, normale.
 Tension de vapeur aux températures précédentes.
 Viscosité.
 Air dissous dans le liquide (sans air, avec un peu d'air ou saturé).
 Autres gaz dissous (en ppm ou en cm3 par litre).
 Solides en suspension (poids spécifique, quantité, diamètre des particules, caractéristiques de dureté).
 Type d'utilisation (continue, intermittente ou autre).
 Préciser si l'attaque du métal est ou non indésirable.
 Décrire des essais préalables éventuellement réalisés.
 Indiquer ce que l'on considère comme durée économique (parfois un remplacement fréquent des
pompes peut être plus économique que le montage d'une pompe très chère).

7.16. Formules simples et très commodes


 Diamètre utile de canalisation en fonction du débit à véhiculer :
Dmm  25 Qm 3 / h

Q (m3/h) 10 50 100 300


D (mm) 79 177 250 433
 Volumes des tubages :
D pouces  2

exemple : tube de 4’’ : 8 l/m ; 8’’ : 32 l/m ; 10’’ : 50 l/m.


Vl / m 
2
 Puissance pour pompage électrique :
P = 3,3 kVA par CV ou P = 4,7 kVA par kW (puissance x 4 au démarrage).
 Coût du pompage électrique (rendement 0,55) :
Coût = 0,005 x Q (m3/h) x HMT (m) x Prix du kW/h x heures
 Amortissements :
Somme à payer chaque année en % du capital investi (selon le nombre d’année et le taux) :
Taux de prêt 8% 8% 8% 4,5 %
Nombre d’années 20 ans 10 ans 5 ans 50 ans
Somme à payer chaque année 10 % capital 15 % capital 25 % capital 5 % capital
 Intérêts composés : doublement en a années au taux t tel que : a x t  72 %
Exemple : doublement en 10 ans pour 7 % ; en 9 ans pour 8 % ; en 24 ans pour 3 %.
 Relation conductivité et salinité de l’eau (résidu sec) :
RS (mg/l) = conductivité (µS/cm) x C ; C : 0,882 à 10 °C ; 0,773 à 15 °C ; 0,688 à 20 °C ; 0,620 à 25 °C.
D42 Cours Hydraulique – GEMEAU 1 74 / 74 23/02/2018

CHAPITRE 8 – PHÉNOMÈNES TRANSISTOIRES


8.1. Coup de bélier
Le coup de bélier est le terme utilisé pour désigner le choc résultant de la décroissance soudaine de la vitesse
d’un fluide. Dans une canalisation, le temps de trajet de l’onde de pression aller et retour est donné par :
longueur du tuyau 2L
t2 
vitesse de l ' onde de pression c

L’augmentation de pression causée par la fermeture d’une vanne se calcule par :


variation de pression = densité x vitesse du son x variation de vitesse

8.2. Phénomènes de cavitation


Lors de la vidange d’un réservoir par un siphon, le point le plus élevé du tuyau siphonnant est limité ; au-delà
du point critique, le siphon risque de se désamorcer et l’écoulement interrompu.
Ce point critique haut du tuyau siphonnant est en théorie tel que : zmax < zsortie + (pentrée – pv) / g.
pv : pression de vapeur saturante à la température de l’écoulement (la pression d’un fluide ne peut indéfiniment
baisser ; quand le liquide commence à bouillir, la pression se stabilise à cette valeur pv).
La vapeur qui se forme provoque l’interruption de l’écoulement : c’est le phénomène de cavitation.
En pratique, on se donne toujours une marge de sécurité pour éviter la cavitation. Ce d’autant plus qu’avant de
bouillir (avant que la pression pv soit atteinte), le liquide se dégaze (dégagement de gaz dissous).
Ce phénomène de cavitation n’est pas particulier aux siphons dont la hauteur au-dessus de la surface libre serait
exagérée. Il est dû au fait que la pression devient trop faible.
Ce phénomène risque de se produire dans tout les cas où une baisse de pression peut apparaître. Par exemple, la
cavitation pourrait se produire dans un Venturi ou dans une pompe.
La cavitation engendre des vibrations importantes des conduites qui peuvent être dangereuses. On calcule
toujours les installations pour éviter que ce phénomène se produise.