Vous êtes sur la page 1sur 8

L'absorption de la lumière

Définition
L’absorption de la lumière est un phénomène optique au cours duquel
l’énergie lumineuse ou électromagnétique est absorbée par une substance
quelconque.

Le spectre d'absorption est le spectre obtenu par le passage d'une onde


électromagnétique (la lumière en particulier) à travers un milieu transparent,
ou semi-transparent, dans lequel l'absorption affaiblit — voire élimine — les
contributions de certaines longueurs d'onde, ce qui conduit à des raies
caractéristiques. (Le terme « spectre d'absorption » peut aussi désigner
la courbe caractéristique qui est tirée de ce spectre.)

Comment obtenir un spectre d'absorption ?

Grâce à un spectrographe, le spectre d'absorption peut être enregistré


de manière à être étudié par la suite. En effet, le spectre d'absorption est
caractéristique de l'espèce qui en est à l'origine et il permet donc de l'identifier.

Lorsqu'un gaz, à basse pression et à basse température, est traversé par


de la lumière blanche, certaines des longueurs d'onde de cette lumière sont
absorbées. Le spectre qui en résulte est ainsi constitué de raies noires qui
viennent couper le fond coloré du spectre de la lumière blanche. Ces raies
correspondent à des transitions électroniques entre des niveaux
d'énergie dans les atomes. On parle alors de « spectre de raies d'absorption » et
les raies observées trahissent la nature des atomes présents dans le gaz.

Spectre de raies, spectre de bandes

Les raies observées sur un spectre d'absorption sont situées aux mêmes
endroits du spectre que celles qui pourraient être observées sur le spectre
d'émission du même gaz. Un gaz froid absorbe donc les mêmes radiations que
celles qu'il émet lorsqu'il est chaud.

De la même manière, les spectres de bandes résultent de transitions


entre bandes de niveaux d'énergie et révèlent la présence
de molécules caractéristiques.

Spectre d'absorption du soleil


L'étude des spectres d'absorption — comme celle des spectres
d'émission — permet de tirer des renseignements sur les sources de lumière,
comme les étoiles, par exemple, qui ne sont pas accessibles directement à

Page 1
L'absorption de la lumière
l'expérimentation. Le spectre du soleil présente ainsi plusieurs milliers de raies
d'absorption qui révèlent la composition chimique de son atmosphère. Son
cœur chaud, en effet, émet un rayonnement continu qui est ensuite
partiellement absorbé par son atmosphère.

Les chlorophylles

Parmi les composants de la membrane thylacoïde des chloroplastes, on


trouve divers pigments qui captent l'énergie lumineuse nécessaire à la
photosynthèse.

Les chlorophylles sont les principaux pigments. Elles ont une orientation
particulière dans la membrane thylacoïde du fait de leur liaison non-covalente
aux protéines de cette membrane.

Leur biosynthèse commence à partir du glutamate.

La technique de chromatographie d'adsorption inventée par Mikhaïl


Tswett (1872 - 1919) lui a permis de séparer la chlorophylle b de pigments
d'épinard et de mettre en évidence six pigments différents.

Les chlorophylles possèdent toutes :

 une même chaîne latérale phytol hydrophobe qui ancre la molécule à la


membrane.
 un même anneau porphyrine hydrophile.

Elles sont donc amphipathiques

Source : "Principes de Biochimie" Horton et al. (1994) - Ed. De Boeck Université

Il existe quatre types de chlorophylle chez les organismes phototrophes.


Page 2
L'absorption de la lumière
Ils se distinguent par la nature chimique des chaînes latérales fixées à la partie
centrale de la molécule (tableau ci-dessous).

 les chlorophylles a et b (Chla et Chlb) sont les types des plantes


supérieures. La Chla est plus abondante que la Chlb.

les bactériochlorophylles a et b (BChla et BChlb) sont les types des


bactéries photosynthétiques.

L'anneau porphyrine ressemble à l'hème. Cependant, il contient du magnésium


Mg2+.

L'hème est un groupe


prosthètique
des cytochromes, de
l'hémoglobine et de la
myoglobine. Il contient
un atome de fer Fe2+ au
sein d'un
anneau porphyrine lié à
4 atomes d'azote.

Source : "Electron Transfer Chain"

Page 3
L'absorption de la lumière
Spectres d'absorbance des chlorophylles

La lumière est la partie visible du rayonnement électromagnétique, oscillation


couplée du champ électrique et du champ magnétique qui se propage.

 un rayonnement électromagnétique se caractérise par sa longueur


d'onde λ ou sa fréquence ν, qui sont inversement proportionnelles : ν = c

Dans le vide, le rayonnement électromagnétique, et en particulier la lumière, se


déplace à la vitesse : c = 299.792.458 m.s-1.

Les chlorophylles a et b absorbent la lumière de la région qui s'étend :

 du violet au bleu : longueur d'onde d'absorbance entre 400 nm et 500


nm
 de l'orange au rouge : longueur d'onde d'absorbance entre 650 nm et
700 nm

Cependant, leurs structures étant différentes, les chlorophylles ont des


longueurs d'onde d'absorbance maximales distinctes.

Comme ni la chlorophylle à, ni la chlorophylle b n'absorbent la lumière verte et


la lumière jaune, cela contribue à la couleur verte des plantes.

Les membranes photosynthétiques contiennent d'autres pigments, en


particulier :

Page 4
L'absorption de la lumière
 les caroténoïdes
 les phycobilines (phycoérythrine et phycocyanine)
 voir les types de pigments selon les organismes

Comme les chlorophylles, ces molécules possèdent une série de double liaison
conjuguées qui leur permet d'absorber la lumière visible.

Leur pic d'absorbance sont complémentaires de ceux des chlorophylles.

Source : "Principes de Biochimie" Horton et al. (1994)

Ainsi l'ensemble des pigments absorbent une zone d'énergie radiante qui
couvre tout le spectre visible

Rappel sur l'absorption de l'énergie d'un photon par la matière

Le photon est un concept utilisé pour représenter les interactions entre


les rayonnement électromagnétique et la matière. Son énergie est : E = hc / λ =
hν (h : constante de Planck)

Lors d'une interaction entre un photon et un atome, l'énergie totale du système


(photon + atome) et la quantité de mouvement totale (photon + atome) sont
conservées.

 E01 = énergie de l'atome au repos dans l'état fondamental (avant


interaction avec le photon)
 E02 = énergie de l'atome au repos dans l'état excité (après interaction
avec le photon)

Page 5
L'absorption de la lumière
 ΔE12 = hν12 = E02 - E01 est l'énergie de la transition entre l'état excité et
l'état fondamental
 Il faut donc que : ΔE12 = Ephoton = hc / λ
 Cela signifie que seuls les photons ayant une longueur d'onde donnée
seront absorbés.
 L'énergie d'un photon est exprimée en électron-volt (eV), soit l'énergie
d'1 électron accéléré par un potentiel de 1 volt. Les photons de
la lumière visible les plus énergétiques (violet) sont de 3 eV.

4. Absorption de l'énergie lumineuse par les chlorophylles :


l'excitation

La chlorophylle peut adopter divers états d'excitation (parties A et B de


la figure ci-contre) :

 2 états singulets (spins électroniques parallèles)


 2 états triplets (spins électroniques antiparallèles)

Source : "Physiologie végétale" (1995) - Laval-Martin & Mazliak

Page 6
L'absorption de la lumière
En ordre d'énergie croissante par rapport à l'état fondamental, ces
niveaux sont : le premier état singulet excité / l'état triplet métastable / le
second état singulet excité / l'état triplet excité

Les photons préférentiellement absorbés sont ceux qui créent de telles


délocalisations des électrons de la chlorophylle. Le spectre d'absorption
possède donc 4 pics.

Désactivation des chlorophylles

a. Emission de photons non utilisables pour la photosynthèse

La première transition du retour à l'état fondamental se fait sans émission de


radiation. Elle a lieu si rapidement (10-14 s) que l'énergie ne peut être utilisée
pour aucun processus. Elle est dissipée sous forme de chaleur.

Quand un électron d'une molécule de chlorophylle est dans l'état singulet


excité, la désactivation de la molécule par retour de l'électron à l'état
fondamental (10-15 s) peut s'effectuer selon plusieurs voies et par transition
successives (parties C et D de la figure ci-dessus) :

 chacune de ces transitions peut correspondre à l'émission d'un photon


de longueur d'onde située dans l'infrarouge. Il s'agit d'une
émission calorifique et non pas lumineuse.

 la molécule peut aussi émettre un photon de fluorescence qui


correspond à la région 720 nm du spectre dans le cas de la chlorophylle
a.

b. Emission de photons utilisables pour la photosynthèse

A l'intérieur des complexes d'antenne photosynthétiques, où se trouve une


forte densité de chlorophylle, l'énergie de désactivation se propage
par résonance.

Ce phénomène de résonance perpétue l'énergie qui migre parmi les molécules


de pigment jusqu'à ce qu'elle soit piégée par les pigments primaires constitués
de chlorophylle a.

C'est seulement à partir du premier état singulet ou de l'état triplet


métastable que le retour de l'électron à l'état fondamental peut fournir une
énergie utilisable chimiquement, c'est-à-dire qui permet les réactions
photochimiques de la photosynthèse (figure ci-dessous).

Page 7
L'absorption de la lumière

Source : "Physiologie végétale" (1995) - Laval-Martin & Mazliak

Ces réactions ne sont en effet possibles que si la différence d'énergie


momentanément stabilisée dure plus de 15 10-9 s.

Cette stabilisation s'opère par un mécanisme de séparation des charges


positive et négative entre un donneur et un accepteur primaires
d'électrons associés à la chlorophylle a du centre photochimique.

Liens Internet et références bibliographiques


"Principes de Biochimie" Horton, Moran, Ochs, Rawn et Scrimgeour (1994) - Ed. DeBoeck Universités - ISBN : 2-
8041-1578-X
"Physiologie végétale" (1995) volume I - "Nutrition et métabolisme", Danielle Laval-Martin et Paul Mazliak,
Collection "Méthodes", Hermann / ISBN : 2 7056 6253 7

"La Photosynthèse" - "Les pigments photosynthétiques" - Université Pierre et Marie Curie (Paris - Jussieu)

Page 8