Vous êtes sur la page 1sur 10

RAPPORT

MINI-PROJET
FONDATIONS
Station de pompage sur la berge
de BOUREGREG

Encadré par : Professeur Jamal BEN BOUZYANE


Ing, M.Sc. A., Ph.D

GROUPE : CLASSE :

ABAD SOUFIANE 2 GC 2
ABBADI ABDELHAMID
BAKKALI MOHAMED
EL GOUMRI ACHRAF
HADADI ABDESSAMAD
SAMADI JABER
SGHIOURI EL IDRISSI ZAKARIA
Introduction:
Parfois dans une étude de réalisation d’aménagements hydrauliques
on se trouve devant des exigences géologiques et géographiques
imposées, suivant les caractéristiques du bassin, qu’on peut
modifier. Ainsi dans notre cas où on se trouve obligés de mettre en
œuvre une station de pompage dans un site exigé et à des cotes
précises.

Le site coïncidant malheureusement avec une formation géologique,


remblai de décharge sur une marne gris-bleu vaseuse, qui est d’une
très mauvaise qualité pour assurer le bon fonctionnement de la
structure proposée.

0.00

Remblai de
décharge

4.8
00
Marne gris-
bleu vaseuse

Vase gris de décharge


Coupe lithologique du site

Pour remédier à ce problème, la solution qui était proposée est une


« structure suspendue à une couche tampon » concrétisée par une
structure en « jupe cylindrique » qui prendra appui sur un

RAPPORT MINI-PROJET FONDATIONS Page 1


épaulement annulaire assis sur un remblai qui fera interface entre la
plateforme d’appui et la vase.

Modélisation de la Jupe cylindrique, réalisée par Sketchup

Solution technique de la mise en place :


Le havage :
Le havage consiste à enfoncer un ouvrage (construit sur place ou
préfabriqué) dans le sol en creusant à l’intérieur pour qu’il descende
par son propre poids.
Cette méthode permet de réduire :

• l’emprise de la fouille;
• les matériaux de déblai;
• les matériaux de remblai.

Cette méthode est idéale dans des


terrains peu stables comme le sable ou
lors de présence d’eau.
Le processus du havage
La technique du havage est aussi utilisé
pour la construction de :

RAPPORT MINI-PROJET FONDATIONS Page 2


• Puits;
• Bassins;
• Regards de contrôle.

Elle est surtout choisie pour éviter la mise en place d’étayages


lourds et/ou des travaux spéciaux.

Partie calcul
𝐿 2𝜋×5.75
On considère la fondation comme étant une semelle filante, car = =6>5
𝐵 6
1- Calcul de la capacité portante admissible nette :

On a :
1
ql   1BN ( )  c Nc ( )  (q   2 D) N q ( )
2
 Cas du court terme :

ql  cu Nc (0)  q  2 D

Puisqu’on calcule la portance nette alors :  2 =0

D’où : ql  cu Nc (0)  30.5,14  154, 2 KPa

ql
Par suite : qa   51, 4 KPa
3

 Cas du long terme :

1
ql   1' BN ( ')  c' Nc ( ')  (q   2' D) N q ( ')
2

De même on a :  2' =0

Alors :

1
ql  ( sat   w ) BN ( ')  c' Nc ( ')  0,5.(18,5  10).6.1,913  10.11,631  165,1 KPa
2

ql
D’où : qa   55, 03 KPa
3

RAPPORT MINI-PROJET FONDATIONS Page 3


2- Calcul de la surpression admissible moyenne sous les épaulements :

On a :

Qinf = Qsup

Avec :
Qinf : est la charge appliquée au niveau de la surface de la vase.
Qsup : est la charge appliquée au niveau des ailes de la semelle.

Donc :
 a .Ssup  qa .Sinf

D’où :

Sinf
a  .qa
Ssup
 A court terme :
 .(8, 752  2, 752 )
a  .q
 .(6, 752  2, 752 ) a
A.N :

 a =93,332 KPa
 A long terme :
69
a  .qa
38
A.N :
 a =99,925 KPa

3- Scénario de réalisation de la jupe cylindrique :

 Déblayement du remblai existant.


 Remblaiement de substitution général (en un seul étalage) par couche
et compactage.
 Enfoncement de la partie cylindrique de la jupe dans le remblai par
havage jusqu’à la cote donnée.

RAPPORT MINI-PROJET FONDATIONS Page 4


 Pompage des eaux envahies dans le fond par la nappe.
 Recouvrement des aciers de la base.
 Coulage du béton sur la base et coffrage des ailes tout en ajoutant des
adjuvants pour éviter les joints secs.

La jupe cylindrique après mise en place, réalisée par Skechup

4- Calcul du tassement :
Tout d’abord, on va découper la couche de vase en 9 sous couches de 4m
d’épaisseur, ensuite on va calculer le tassement pour chaque sous couche en
utilisant la formule suivante :
H0  '
H  .Cc .log(1  ' v ) (*)
1  e0  v0
 
Avec e  s sat
 sat   w
En supposant  s =26.5 KN/m3
On obtient :
e =0.941
On peut également calculer e à partir de la méthode suivante :
On a :
w
w  e0 .Sr .
s
Et : 𝑆𝑟 = 1

RAPPORT MINI-PROJET FONDATIONS Page 5


Et puisque :

wl  wnat
I p  wl  wp et I c 
Ip

Alors :

w = wl  I c .I p
D’où :

s
e0  .( wl  I c .I p )
 w .Sr
On trouve :

e0  1,059

Dans tout ce qui suit on va prendre e =0.941.


- Calcul du tassement au centre :

En utilisant la formule (*), et pour le I on utilise le principe de la superposition


on résume les résultats du tassement au centre dans le tableau suivant :

Hi Zi σ'u0 I Δσu' Δhi


4 2 89 0,19241216 10,5886338 0,02817009
4 6 123 0,57038154 31,3886663 0,05695803
4 10 157 0,47017595 25,8742527 0,0382294
4 14 191 0,33499816 18,4352835 0,0230904
4 18 225 0,23851787 13,1258767 0,01420864
4 22 259 0,17472095 9,61506872 0,00913461
4 26 293 0,13210478 7,26985795 0,00614189
4 30 327 0,10279094 5,65668795 0,00429795
4 34 361 0,08197923 4,51139896 0,0031123
0,18334331

Tassement au centre

En effectuant la somme des tassements au centre ΔHi on obtient le tassement total :

ΔH=0,183m

RAPPORT MINI-PROJET FONDATIONS Page 6


Ce tassement a une valeur importante, toutefois on ne peut la juger qu’en calculant
le tassement différentiel. Pour cela, on commence par calculer le tassement au bord
de la fondation au niveau de chaque couche.

- Calcul du tassement au bord :

En utilisant la formule * et on exploitant l’abaque de love pour déterminer les


contraintes au bord on obtient les résultats résumés dans le tableau suivant :

Tassement au bord :
Hi Zi σ'u0 Igd Ipd I Δσu' ΔHi
4 2 89 0,48 0,0033 0,4767 26,2332777 0,06473491
4 6 123 0,38 0,021 0,359 19,756129 0,03732736
4 10 157 0,3 0,028 0,272 14,968432 0,02282069
4 14 191 0,24 0,025 0,215 11,831665 0,01506166
4 18 225 0,18 0,019 0,161 8,859991 0,00967863
4 22 259 0,15 0,016 0,134 7,374154 0,00703524
4 26 293 0,12 0,0125 0,1075 5,9158325 0,0050093
4 30 327 0,095 0,01 0,085 4,677635 0,00355932
4 34 361 0,075 0,0095 0,0655 3,6045305 0,00248977

En effectuant la somme des tassements au bord ΔHi on trouve le tassement total


au bord :
ΔH= 0,168m

D’où le tassement différentiel :

ΔS= 1,56 cm

- Evolution du tassement dans le temps :

RAPPORT MINI-PROJET FONDATIONS Page 7


On a :

cv .t Tv
Tv  Et : U v  2.
H2 

D’où :

S (t )  U v .S
Avec :

∆𝑆∞ = 1,56 𝑐𝑚

On résume les résultats dans le tableau suivant :

t(ans) 10 50 100
Tv 4,87.10-3 0,0244 0,0488
Uv 0,0787 0,1763 0,2493
S (t ) (cm) 0,123 0,275 0,389
Scentre(cm) 2,054 4,6 6,565
Sbord(cm) 2,177 4,876 6,954

Donc le tassement différentiel à 100 ans est :


∆𝑆100 𝑎𝑛𝑠 = 0,389 𝑐𝑚

Commentaire :

On remarque que cette solution technique a considérablement diminué la


valeur du tassement différentielle.
La valeur du tassement est importante. Par conséquent, elle va changer les
charges hydrauliques initialement considérés. Donc, on doit régulariser les
côtes en fonction du tassement.

RAPPORT MINI-PROJET FONDATIONS Page 8


Conclusion:

Ce projet nous a permis de consolider nos connaissances dans la matière des


fondations, il nous a permis aussi de découvrir de nouveaux procédés de mise en
place, à savoir le Havage. Egalement, devant des situations problématiques, l’esprit
ingénieur s’impose en proposant des solutions techniques adéquates et optimales
pour la situation du problème, comme notre cas ici la « Jupe cylindrique » qui a
permis de répondre d’une part aux exigences sur les côtes et à la stabilité de
l’ouvrage même sur un sol de très mauvaise qualité.

D’autre part, le travail en équipe s’est avéré une pratique indispensable pour bien
réussir la conception et les calculs des structures grâce à la multitude des visions et
de l’auto-enrichissement.

RAPPORT MINI-PROJET FONDATIONS Page 9