Vous êtes sur la page 1sur 6

L’audit comptable & financier

Section 3 – La pratique de l’audit financier


Les étapes et les techniques d’audit financier sont bien communes,
voire strictement identiques à tous les auditeurs légaux du monde
économiquement développé.
Les auditeurs ne travaillent pas au hasard au gré de leur
inspiration. Ils respectent une méthodologie qui comprend des étapes
de travail et des techniques à mettre en œuvre lors de chacune de ses
étapes. La parfaite connaissance de l’entité auditée, de ses antécédente
et de ses besoins, permet parfois d’éviter une étape, ou d’imaginer
dans un cas d’espèce une méthode particulièrement efficace même
s’elle est peu courante. Néanmoins, dans les cas les plus usuels,
l’auditeur légal respect lors de l’audit financier conduisant à la
certification trois principale étapes : la planification de la mission
d’audit (§1) l’évaluation du contrôle interne (§2) et le contrôle des
comptes (3).
« Ces trois phases correspondent à trois périodes concrètes de la
mission d’audit : la planification, l’intérim (intervention au cours de
l’exercice) et le final (intervention postérieur à la clôture des comptes)
entre ces trios périodes 20».

1- La planification de la mission d’audit


Cette étape est essentielle pour permettre à l’auditeur d’affecter en
priorité ses moyens aux secteurs les plus importants de l’entreprise,
elle se fait en trois étapes : la prise de connaissance générale de

20
OLIVIER HERBACH : audit comptable et financier. PAGE 20

Mémoire de fin d’études 2004/2005 22


L’audit comptable & financier

l’entreprise, le plan d’audit et la programmation. Ces trois étapes


correspondent à une constriction progressive de la mission d’audit,
grâce à la prise de connaissance générale de l’entreprise on peut
élaborer l’approche globale de la mission, qui va elle-même être
déclinée en procédure à effectuer d’une certaine manière, la
planification représente une « réception » du travail d’audit qui sera
réalisé.
La prise de la connaissance générale de l’entreprise a pour but de
cumules le plus possible d’information concernant l’entité contrôlée
c'est-à-dire que l’auditeur doit par exemple identifier les principales
caractéristiques de fonctionnement et d’organisation et d’apprécier
son (entreprise) évaluation dans le temps, l’auditeur acquit cette
connaissance à travers des entretiens avec les dirigeant, l’étude de la
documentation interne et externe sur l’entité et son secteur, la vitesse
des locaux.
L’examen analytique des états financiers permet à l’auditeur
d’identifier les évolutions et tendances ainsi que les flux financiers
significatifs21.
L’ensemble de ces informations lui permet d’élaborer son plan
d’audit, ce plan est appelé plan général d’audit (plan de mission) son
objectif est de « synthétiser l’information obtenue et de formaliser les
décisions qui en découlent sur l’orientation et la planification de la
mission 22».

21
DIDER DE MENONVILLE, JEAN RAFFEGEAU, PIERRE DE FILS : L’audit financier. PAGE 55
22
ALAIN MIKOL : les audits financiers. PAGE 140

Mémoire de fin d’études 2004/2005 23


L’audit comptable & financier

Sur la base du plan d’audit, on peut alors établir un programme de


travail qui indiquera de manière plus détaillée les contrôles à effectuer
en définissants du plan général d’audit et détaillé par sous- ensemble
d’opération ou de compte.
L’approche à retenir : évaluation ou non de procédures.
La notion des travaux à effectuer : (type de contrôle ou de
vérification).
L’étendue des travaux : (nombre d’élément à prélever pour
contrôle).
Le calendrier des travaux : c'est-à-dire la date à laquelle des
contrôles doivent être effectués (voir plus loin « contrôle des
comptes »).
C’est sur la base du programme de travail que les auditeurs de
terrain effectuent leurs testes de procédures et leurs contrôles de
compte.
Pour chacune des trois phases de la planification, les cabinets ainsi
que la profession en général ont développé des outils méthodologiques
de planification et de programmation des travaux. Ces outils
consistent en des manuels d’audit, des questionnaires de planification,
des plans d’audit et des programmes de travaux standardisés à adapter
à chaque mission. Les supports de planification sont conçus pour
faciliter la tache de l’auditeur et augmenter son efficacité au prix
toutefois d’une certaine limitation de son initiative. Cependant ils ne
doivent pas faire oublier le rôle important de l’individu qui les utilise.

Mémoire de fin d’études 2004/2005 24


L’audit comptable & financier

2- L’évaluation du contrôle interne


L’évaluation du contrôle interne de la société contrôlée a pour
objectif d’identifier les risques liés à son fonctionnement et d’apporter
les travaux d’audit en conséquence. Elle repose sur l’évaluation des
procédures de l’entreprise.
La première étape de l’évolution du contrôle interne est la
description des procédures de l’entreprise. Cette étape est réalisée par
l’intermédiaire de l’entreprise avec les responsables et le personnel
des différents services de l’entreprise.
« Elle porte en principe sur les seuls aspects intéressant d’auditeur,
c'est-à-dire ceux ayant une incidence sur l’organisation de ses
contrôles ou les états financiers 23».
Après les descriptions des procédures, la deuxième étape consiste
en « la réalisation de test de conformité 24» qui permet de s’assurer
que la procédure décrite est bien conforme à la réalité.
Les tests de conformités constituent à suivre une transaction ou
une opération tout au long de la procédure (par exemple, réception
d’une commande, traitement, expédition des marchandises, facturation
au client et encaissement.)
Une fois les deux premières étapes réalisées, il est possible de se
livrer à l’évaluation du contrôle interne, ici outre son bon sens et son
expérience, l’auditeur dispose d’outils méthodologiques pour effectuer
ce travail tels que les questionnaires de contrôles interne qui ont pour
objet d’examiner successivement les éléments d’un dispositif de

23
DIDER DE MENONVILLE, JEAN RAFFEGEAU, PIERRE DE FILS : L’audit financier. PAGE 59
24
ALAIN MIKOL : les audits financiers. PAGE 147

Mémoire de fin d’études 2004/2005 25


L’audit comptable & financier

contrôle performant, l’auditeur va s’attacher à dégager de sa revue les


points forts et les faiblesses du contrôle interne. « Le programme de
contrôle des comptes sera éventuellement modifié pour tenir compte
des risques liés aux faiblesse dans les procédures de suivi des comptes
clients de l’entreprise, il renforcera des vérifications des comptes
clients en fin d’exercice pour déceler d’éventuels impayés
25
significatifs »

3- Le contrôle des comptes


Le contrôle des comptes est la dernière phase de l’audit, elle
consiste à comparer les chiffres des comptes annuels avec divers
justifications (factures d’achat ou de vente, bon de commande ou de
livraison, relevés bancaire……), autrement dit il faut justifier un
chiffre par une pièce comptable, donc l’auditeur doit au long de sa
mission cumuler toutes les pièces justificatives nécessaire.
La norme internationale d’audit N°500-2 indique « l’auditeur doit
réunir des éléments probants suffisants et adéquats pour parvenir à des
conclusions raisonnables sur les quelles fonder son opinion 26».
Après que le contrôle réuni l’ensemble des pièces nécessaire la
recherche de la preuve lui nécessite l’application d’un certain nombre
de techniques qui sont au nombre de six :

25
OLIVIER HERBACH : audit comptable et financier. PAGE 30
26
ALAIN MIKOL : les audits financiers. PAGE 152

Mémoire de fin d’études 2004/2005 26


L’audit comptable & financier

L’examen et observation ou bien la vérification physique qui


consiste à assurer que les actifs inscrits dans les comptes sont réels ;
« par exemple de trouver dans les comptes d’immobilisation27 ».
La vérification sur document28 cette technique permet de valider
les soldes des comptes à partir des pièces comptables qui les justifient.
Les confirmations directes ici l’auditeur peut faire appel à des
tiers (extérieur de l’entreprise audit) pour avoir certaines informations.
Les demandes d’explication auprès de la direction permettent
de juger des caractères raisonnables, des options de comptabilisation
prise par l’entreprise29.
Les calcules consistent à vérifier directement l’exactitude
arithmétique d’un document ou d’une information en refaisant les
calcules.
L’examen analytique consiste à examiner si les tendances, ratios
évaluation de l’entité auditée sont cohérents entre eux et avec les
informations générales obtenues à un cycle de l’entreprise, l’auditeur
émet un jugement sur les résultats obtenus, autrement dit le contrôleur
doit rédiger un rapport appelé rapport de fin de mission, il est écrit
date et signé, il doit être déposé au siège social ou au lieu de la
direction administrative de l’entreprise au moins quinze jours avant la
date de l’assemblée générale.

27
DIDER DE MENONVILLE, JEAN RAFFEGEAU, PIERRE DE FILS : L’audit financier. PAGE 62
28
DIDER DE MENONVILLE, JEAN RAFFEGEAU, PIERRE DE FILS : L’audit financier. PAGE 63
29
OLIVIER HERBACH : audit comptable et financier. PAGE 32

Mémoire de fin d’études 2004/2005 27