Vous êtes sur la page 1sur 26

ECOLE SUPERIEURE D’INGENIEURS

EN ELECTRONIQUE
ET ELECTROTECHNIQUE
Cité DESCARTES – BP 99
93162 NOISY-LE-GRAND CEDEX
TEL. : 01 45 92 65 00 – FAX : 01 45 92 66 99
INTERNET : http://www.esiee.fr

DETECTION SYNCHRONE

Unité EM4-CIAN
2003-2004
O. Français
Détection Synchrone Groupe ESIEE

SOMMAIRE

I RAPPELS SUR LE BRUIT ............................................................................................................................... 3


I.1 DEFINITION .................................................................................................................................................... 3
I.2 VARIABLE ALEATOIRE ................................................................................................................................... 3
I.2.1 Densité de probabilité ........................................................................................................................... 4
I.2.2 Loi de probabilité équiprobable............................................................................................................ 4
I.2.2 Loi de probabilité gaussienne ............................................................................................................... 5
I.3 OUTILS MATHEMATIQUES ASSOCIES A L’ETUDE DES BRUITS EN ELECTRONIQUE ............................................ 5
I.3.1 Représentation temporelle..................................................................................................................... 5
I.3.2 Représentation fréquentielle.................................................................................................................. 6
II PRINCIPALES SOURCES DE BRUIT.......................................................................................................... 7
II.1 BRUIT THERMIQUE (JOHNSON NOISE) ........................................................................................................... 7
II.2 BRUIT DE GRENAILLE (SHOT NOISE) ............................................................................................................. 7
II.3 BRUIT DE FLICKER (ROSE OU DE SCINTILLEMENT) ........................................................................................ 8
II.4 BRUIT D’UN AMPLIFICATEUR ........................................................................................................................ 8
II.5 BRUIT TOTAL ................................................................................................................................................ 9
III PRISE EN COMPTE DU BRUIT DANS LES SYSTEMES ..................................................................... 10
III.1 CALCUL DU BRUIT SORTIE D’UN SYSTEME LINEAIRE ................................................................................. 10
III.2 BANDE EQUIVALENTE DE BRUIT ................................................................................................................ 11
III.3 FACTEUR DE BRUIT ................................................................................................................................... 12
IV DETECTION SYNCHRONE : THEORIE ET APPLICATIONS............................................................ 13
IV.1 CADRE DE LA DETECTION SYNCHRONE ..................................................................................................... 13
IV.2 CHAINE DE MESURE CLASSIQUE ................................................................................................................ 14
IV.3 CHAINE DE MESURE MODULEE .................................................................................................................. 14
IV.4 DÉTECTION SYNCHRONE ........................................................................................................................... 15
IV.5 CONCLUSION SUR LA DETECTION SYNCHRONE .......................................................................................... 17
IV.6 INFLUENCE DE LA PHASE : CAS DE RECUPERATION DE PORTEUSE ............................................................. 18
IV.7 DOUBLE DETECTION SYNCHRONE ............................................................................................................ 19
IV.8 CAS D’UN SIGNAL NON CONSTANT ............................................................................................................ 19
V REALISATION DU MULTIPLIEUR........................................................................................................... 19
V.1 CAS DE LA BASSE FREQUENCE .................................................................................................................... 19
V.2 CAS DE LA HAUTE FREQUENCE ................................................................................................................... 20
V.2.1Multiplieur à paires différentielles...................................................................................................... 20
V.2.2 Multiplieur par Découpage................................................................................................................ 20
VI APPLICATION – EXTENSION DU PRINCIPE ....................................................................................... 21
VI.1 DETECTION SYNCHRONE APPLIQUEE A LA TRANSMISSION DE SIGNAUX .................................................... 21
VI.1.1 Transmission AM avec Porteuse....................................................................................................... 21
VI.1.2 Transmission AM sans porteuse ....................................................................................................... 21
VI.1.3 Transmission AM à Bande Latérale Unique (BLU).......................................................................... 22
VI.1.4 Démodulation I/Q ............................................................................................................................. 23
VI.2 RECHERCHE DE NON-LINEARITE ............................................................................................................... 23
VI.3 DÉTECTION SYNCHRONE UTILISÉE EN LOCK IN ...................................................................................... 24
Cas N°1 : Modulation du point de mesure .................................................................................................. 25
Cas N°2 : Modulation autour du point de mesure....................................................................................... 26

Olivier Français 2
Détection Synchrone Groupe ESIEE

DETECTION SYNCHRONE
La détection synchrone est un procédé utilisé lorsque l’on souhaite extraire un signal
utile ‘noyé’ dans du bruit. Ce principe s’applique généralement à des signaux de très faibles
amplitudes (µV). On retrouve l’utilisation de cette technique pour :
- Mesure de tension de faible niveau noyé dans du bruit qui peut peut être aléatoire
ou périodique (type rayonnement 50Hz).
o Capteur
o Chaîne de mesure et de transmission
- Signaux très basses fréquences, en bande étroite, qui peuvent être considérés
comme quasi-constants.

La détection synchrone est un moyen de minimiser l’influence du bruit sur le signal


utile en effectuant une mesure optimisant le rapport signal sur bruit :
_______
2
V (t) S
SNR dB = 10 log _______ =
B
b 2 (t )

I Rappels sur le bruit

I.1 Définition
Dans toute mesure ou transmission de signal, on observe des signaux d’origines
multiples (rayonnement, effet d’antenne, bruit des composants…) qui se superposent à
l’information recherchée. Ce bruit se traduit par l’apparition de signaux erratiques qui
génèrent des tensions ou courants parasites et se rajoutent au signal utile.

be(t)

e(t) Système
d’analyse
s(t)
bi(t)

Le bruit est donc un signal indésirable qui vient perturber l’information utile. Il peut
être de deux origines :
- Externe au système : c’est le cas des perturbations électromagnétiques (50Hz
Phénomène d’antenne, de diaphonie…). Il est toujours possible de minimiser leur
effet par des blindages appropriés ou des filtrages appropriés.

- Interne au système : Ce bruit est généré par les composants eux-mêmes. Il ne peut
être éliminé.

I.2 Variable aléatoire


Avant d’aborder les bruits rencontrés en électronique, nous allons d’abord faire
quelques rappels sur les variable aléatoires.

Olivier Français 3
Détection Synchrone Groupe ESIEE

I.2.1 Densité de probabilité


Une variable aléatoire ‘x’ est classiquement associée à une densité de probabilité
‘p(x)’ qui caractérise la loi de probabilité d’apparition d’un événement (son occurrence) vis à
vis de la variable aléatoire. Ainsi, la probabilité qu’un événement se produisent sur un
intervalle ]x, x + dx ] est telle que :
x + dx
Pr{X ∈ ]x , x + dx ]} = ∫ p(x )dx
x
Ainsi, l’événement certain implique qu’une densité de probabilité soit telle que :
+∞

∫ p(x )dx = 1
−∞
A partir de la densité de probabilité, on peut calculer l’espérance mathématique E liée
à la variable x :
E ( x ) = ∫ x.p( x )dx = x

E(x) n’est autre que la valeur moyenne de x.

L’espérance mathématique de x² vaut : E( x ²) = ∫ x ².p( x )dx = x ²

Ce qui nous permet de définir la variance qui n’est autre que l’espérance
mathématique de (x − E( x ) )² , elle est notée σ² :
σ 2x = E((x − E ( x ) )² ) = E ( x ²) − x ²

I.2.2 Loi de probabilité équiprobable

Dans ce cas, la densité de probabilité est constante sur la gamme de valeur de la


variable aléatoire. C’est le cas par exemple du bruit de quantification. Dans le cas d’une
quantification centrée, le bruit varie entre +q/2 et –q/2 avec q le pas de quantification. Dans le
cas d’un signal variant de plusieurs pas de quantification, on suppose une équi-répartition des
valeurs du bruit de quantification entre ±q/2, soit une densité de probabilité de 1/q :

p(b)
1/q

b
-q/2 0 +q/2
Ainsi : p(b) = 1 / q pour b ∈ [−q / 2 : +q / 2]
p(b) = 0 pour b ∉ [−q / 2 : +q / 2]

On trouve alors une valeur moyenne du bruit : E(x)=0.

Une variance : σ²=q²/12.

Olivier Français 4
Détection Synchrone Groupe ESIEE

I.2.2 Loi de probabilité gaussienne


De nombreuses variables aléatoires sont du type gaussien. La densité de probabilité
d’une gaussienne centrée en a s’écrit :
1 ( x −a ) 2

p( x ) = e 2σ 2
σ 2π
Sa représentation est la suivante :
p(x)

x
0 a
Ce qui donne comme espérance mathématique de x et de x² :

E(x)=a et E(x²)=σ²

On appelle ‘a’ la valeur moyenne de la gaussienne et σ l’écart type.

I.3 Outils mathématiques associés à l’étude des bruits en électronique

A la différence d’une variable aléatoire, un bruit en électronique possède une valeur


aléatoire qui fluctue dans le temps. Par contre, ce bruit possède des propriétés statistiques qui
sont invariantes dans le temps et le rendent indépendants du temps. On dit qu’il est
stationnaire et ergodique (moyenne temporelle = moyenne statistique).

I.3.1 Représentation temporelle

Un bruit est un signal aléatoire qui est en général associé à une fonction de distribution
(ou de répartition) et dont la valeur instantanée est imprévisible. La valeur temporelle b(t) qui
lui est associé est en générale telle que sa valeur moyenne est nulle :
b( t ) = 0
Par contre, sa valeur quadratique moyenne est non nulle est peut servir à sa
_
caractérisation. On la note B 2 et elle vaut :
_
1 T
B 2 = lim
T − >∞ T
∫0 b²(t )dt

_
Rem : B 2 correspond à l’espérance mathématique de b².

Olivier Français 5
Détection Synchrone Groupe ESIEE

La valeur quadratique moyenne n’est autre que le carré de la valeur efficace du signal
associé au bruit. Le bruit est associé soit à une source de tension vb soit une source de
courant ib représenté par :

Vb(t) Ib(t)

On caractérise ces sources par leur tension ou courant efficace en utilisant la puissance
moyenne réduite de bruit, puissance calculée sur une résistance de 1Ω :
_
2 _ _ _
Pb =
Vb = 2
ou 2
Pb = R Ib = Ib
2
R
V b

En tout point du circuit, ce bruit est toujours ramené aux propriétés du signal par le
calcul du rapport de la puissance du signal sur la puissance de bruit (SNR) :

Ps
(SNR ) dB = 10 log
Pb

Où les puissances calculées correspondent à la puissance réduite des signaux et sont


donc les valeurs quadratiques moyennes du signal et du bruit.

L’influence du bruit sur le signal sera d’autant plus faible que le (SNR)dB sera grand.
Le calcul de la puissance réduite de bruit peut se faire à partir du comportement en
fréquence du bruit au travers du système.

I.3.2 Représentation fréquentielle


On caractérise les bruits par leur Densité Spectrale de Puissance (DSP). La DSP n’est
autre que la transformée de Fourier de la fonction d’auto-corrélation du bruit.
Elle correspond à la répartition en fréquence de la puissance de bruit.
+∞
Pb = ∫ DSPb (f )df (cas monolatérale)
0

Ainsi, la puissance du bruit est obtenue en intégrant sa DSP sur la gamme de


fréquence utile.

Rq1 : Une DSP peut être associée à un comportement en tension ou en courant :


Vb2 (f ) -> V²/Hz
I 2b (f ) -> A²/Hz
I 2b (f )
Rq2 : Dans le cas d’une DSP constante dans la bande de fréquence utile on parle alors
de bruit blanc.

Rq3 : On définit aussi la DSP comme étant le carré du module de la transformée de fourrier:
2
D b = X (f )

Olivier Français 6
Détection Synchrone Groupe ESIEE

II Principales sources de bruit


Dans ce qui suit, on se place dans un plan de fréquence monolatérale [0 ; +∞].

II.1 Bruit thermique (Johnson noise)

Dans un conducteur, sous une agitation thermique, les électrons ont des mouvements
aléatoires qui génèrent des variations de potentiels qui se modélisent pour une source de bruit.
Ainsi, une résistance génère un bruit d’origine thermique ayant comme densité spectrale de
puissance :
hf
X(f ) = 4k TR hf
kT
(V2/Hz)
e kT − 1
Avec T la température en degrés Kelvin, R la résistance en ohms, h la constante de Planck
(6,6.10-34Js) et k la constante de Boltzmann : 1,38.10-23J.K-1

A température ambiante (300K ) :


hf hf
pour f=1Ghz hf
kT
≈1 pour f=1Thz hf
kT
≈ 0,9
e kT
−1 e kT
−1
hf
kT
On notera que pour les applications d’électronique, on peut négliger le terme hf
.
e kT
−1

Ainsi, le bruit thermique d’une résistance est considéré comme un bruit blanc et
possède donc une DSP constante égale à 4kTR (Pour R=1MΩ, X(f)=10-14 V²/Hz).

X(f ) ≈ 4k TR

On modélise ainsi la résistance ‘bruyante’ par un générateur de tension placé en série


avec une résistance « parfaite » :

R
R ou R
4kT/R

4kTR
Modèle de bruit d’une résistance

Ainsi, la tension efficace de bruit (moyenne quadratique) ou le courant efficace de


bruit introduit par une résistance dans un système ayant une bande utile ∆f vaut :
kT∆f
V T = 2 k TR ∆f Is = 2
R

II.2 Bruit de grenaille (Shot noise)

Ce bruit est du à une génération aléatoire des porteurs dans les semi-conducteurs au
travers d’une jonction et est proportionnel au courant qui traverse le composant. Ces

Olivier Français 7
Détection Synchrone Groupe ESIEE

fluctuations microscopique du courant dans les semi-conducteurs se modélisent par une


source de bruit en courant ayant comme DSP :

X(f ) = 2q I moy (A2/Hz)


Avec q=1,6.10-19C

Par exemple, une diode génère un bruit de grenaille du type bruit blanc quand elle est
traversée par un courant et on le modélise par une source de courant en parallèle sur la diode :

Modèle de bruit d’une diode

Dans un système ayant une bande passante ∆f , le courant quadratique moyen généré
par le ‘shot noise’ vaut :
2
I s = 2qI m ∆f (A²)

II.3 Bruit de flicker (rose ou de scintillement)

C’est un bruit basse fréquence. Il est lié à la présence de défauts ou d’impuretés au


sein d’un semi-conducteur (absorptions et relâchements aléatoires de porteurs). Il est défini
par un coefficient empirique (K) qui est lié à la technologie et aux caractéristiques des
composants. Sa dépendance spectrale en basses fréquences évolue en 1/F :
K
X (f ) = (V2/Hz)
f

II.4 Bruit d’un amplificateur

Un amplificateur contient dans sa structure interne des diodes, transistor, résistances


qui viennent dégrader le signal par le bruit qu’ils génèrent. Il est pratique de représenter les
caractéristiques en bruit de l’amplificateur par un modèle équivalent en bruit ramenée en
entrée constitué par :

- un générateur de tension de bruit placé en série (type bruit thermique).

- un générateur de courant de bruit placé en parallèle (type bruit de


grenaille).

Olivier Français 8
Détection Synchrone Groupe ESIEE

Le modèle d’un amplificateur avec son bruit ramené en entrée est le suivant :

V²(f)

+
A.Op
I²(f)
- non
bruyant
Modèle de bruit ramené en entrée d’un Ampli. Op.

Le modèle avec bruit ramené en entrée est obtenu par identification en calculant le
bruit total en sortie de l’amplificateur pour les deux représentations de l’amplificateur
(Amplificateur bruyant et amplificateur non bruyant avec bruit ramené en entrée).

L’identification est effectuée en deux temps afin de déterminer la source équivalent de


bruit en tension puis la source équivalent de bruit en courant (ou inversement !) :

♦ V²(f) : Entrée mise en court-circuit, calcul du bruit en sortie puis


identification avec le calcul fait avec le bruit ramené en entrée seul (V²(f)
en V²/Hz).

♦ I²(f) : Entrée en circuit ouvert, calcul du bruit en sortie puis identification


avec I²(f) (en A²/Hz).

A noter, que cette représentation peut s’appliquer pour tout système. Une fois établie,
elle simplifie grandement les calculs, car le système (Ampli, Quadripole…) est alors
considéré comme parfait (non bruyant), il juste prendre en compte les sources équivalentes de
bruit placées en entrée (Ib et Vb).

Les data sheet des C.I. fournissent des renseignements concernant les valeurs Vb et Ib.
Les valeurs typiques sont une tension efficace de bruit de 10nV/ Hz et un courant efficace de
bruit de 0.01pA/ Hz .

II.5 Bruit total

Les bruits n’étant pas corrélés entre eux (à priori…), le bruit total en sortie d’un
système est la somme des bruit présents au sein du système :
__ __
Pbtot = ∑ Pbi 2
V btot = ∑ V bi2
i i
Ce qui s’applique aussi pour la DSP :
DSPbtot (f ) = ∑ DSPbi (f ) 2
V btot (f ) = ∑ V bi2 (f )
i i

Ci dessous, l’exemple d’un relevé de la densité spectrale de puissance de bruit d’un


amplificateur inverseur à Ampli. OP, le relevé a été effectué pour différents gains :

Olivier Français 9
Détection Synchrone Groupe ESIEE

Bruit en sortie d’un Amplificateur inverseur (Source Gilles Amendola)

On remarquera, dans ce cas, que le bruit est important en basse fréquence (bruit de
flicker), qu’il présente un minima pour 200kHz (zone de Bruit thermique du type bruit blanc),
qu’il diminue fortement au-delà de 100Mhz (coupure en fréquence de l’ampli). Le bruit total
est la superposition des différents bruits présents dans le système (A.OP et résistance).

III Prise en compte du bruit dans les systèmes

III.1 Calcul du bruit sortie d’un système linéaire

Le calcul de la puissance de bruit en sortie d’un système s’effectue à partir de la


réponse en fréquence qui lie la tension de bruit en sortie Sb à l’origine de la source de bruit
Vb. Soit H(f) cette fonction de transfert :

Sb(t)
Vb(t) Système
H(f)

Connaissant H(f), on peut écrire que :


S b (f ) = H(f ).Vb (f )

Ce qui implique en terme de densité spectrale de puissance que :


2
S 2b (f ) = H(f ) .Vb2 (f )

La densité spectrale de puissance en sortie du filtre S 2b (f ) est le produit entre la densité


spectrale de puissance en entrée Vb2 (f ) multiplié par le module élevé au carré de la fonction de
transfert du système H(f ) 2 .

La puissance en sortie se calcule en intégrant la DSP S 2b (f ) :


+∞

∫ S b (f )df
2
Ps, b =
0

Olivier Français 10
Détection Synchrone Groupe ESIEE

Exemple : Calcul de la tension efficace de bruit aux bornes d’un circuit RC :

C b C
R R v(t)

On prend en compte le bruit de la résistance en lui associant sa tension de bruit b


(Bruit thermique de DSP Db(f) = 4kTR, du type bruit blanc). Le calcul s’effectue en trois
étapes :
a: Calcul de la fonction de transfert qui lie la tension v à la source de bruit b est :
V (f ) 1
H (f ) = =
B(f ) 1 + j2πRC

b : Calcul de la DSP de bruit au niveau de la tension v :


2 4kTR
D v (f ) = H ( f ) D b ( f ) =
1 + (2πRC)²

La représentation dans le plan de fréquence de la DPS en sortie est donc le produit


entre le bruit blanc de la résistance R et le module au carré d’un filtre passe bas de fréquence
de coupure 1/RC :

Dv(f) 4kTR
Db(f)

1/RC
0 f

c : Calcul du carré de la tension efficace de bruit en sortie, qui correspond à la


puissance réduite de bruit, obtenu en intégrant la DSP :
__ +∞ +∞ +∞
4kTR  kT  kT
Vb2 = ∫ D v (f )df = ∫ 1 + (2πRC)²
df = 
 πC
ac tan(2πRC) =
0 C
0 0

kT
On obtient donc une tension efficace de bruit Vb=
C

III.2 Bande équivalente de bruit

Soit un filtre de gain G(f), la bande équivalente de bruit est une bande de fréquence
(∆fb ou Beq) donnant la même puissance de bruit en sortie du filtre en considérant une

Olivier Français 11
Détection Synchrone Groupe ESIEE

caractéristique du filtre idéalisée par un gain constant Go sur cette bande de fréquence (Beq
ou ∆fb). Le gain constant Go a pour valeur le gain nominal de la fonction de transfert :

bruit
blanc Gmax

f f
0 0 B
Représentation par bande équivalente de bruit

L’utilisation de la Bande Equivalent de Bruit (Beq) se fait dans le cas de bruit


possédant un comportement du type bruit blanc (de valeur De). Ainsi dans ce cas, le calcul en
sortie du filtre de la puissance de bruit est :
+∞
2
S 2b = De ∫ G (f ) df
0
En considérant le filtre idéalisé (Gain Go sur une bande de fréquence Beq), on obtient
comme puissance de bruit en sortie :
S 2b = De.Go.Beq

Par identification on en déduit la valeur de la bande équivalente de bruit Beq :


1 2
B eq =
G o2
∫ G (f ) df

Exemple : Calcul de la Bande équivalente de bruit pour un filtre passe bas du premier ordre

1 1 π
df = fo[arctan(f / fo)]0 = fo

H( w ) = B= ∫
0 1 + (f / fo )
f 2
2
1+ j
fo

La connaissance de la bande équivalente de bruit Beq d’un filtre de gain nominal Go


permet, dans le cas de bruit à densité spectrale constante De, de calculer la tension efficace de
bruit en sortie de l’amplificateur de manière directe en appliquant la formule :

Vb,s = De.Go.Beq

Cela permet de simplifier les calculs à partir de la connaissance des Beq des filtres
utilisées.

III.3 Facteur de bruit

Le facteur de bruit (noté F) permet de connaître la détérioration d’un signal vis à vis
du bruit au travers d’un système et ceci en terme de rapport signal sur bruit. Il est le rapport
entre le SNR en entrée et le SNR en sortie du système. Il correspond aussi au rapport entre le
bruit total en sortie et le bruit en sortie en considérant le système parfait :

Olivier Français 12
Détection Synchrone Groupe ESIEE

F=
(S / B)entrée
=
[Bruit total en sortie]
(S / B)sortie [Bruit en sortie du à la résistance de générateur d'entrée]

En effet, considérons un quadripôle (système) ayant un gain en puissance G et


générant en sortie un bruit Ni. On branche en entrée un signal de puissance Se et ayant une
puissance de bruit Ni. En sortie du quadripôle, on retrouve le signal avec une puissance
Ss=G.Se et un bruit de puissance Ns=Ne.G+Ni. Le calcul du facteur de bruit est donc :

[S / B]in Se / Ne 1 G.Ne + Ni Ni Ns
F= = = . = 1+ =
[S / B]out Ss / Ns G Ni G.Ne G.Ne

On trouve bien une dégradation du SNR, puisque F est supérieur à 1.

Rq : La puissance de bruit en entrée est en général associée à une résistance qui est prise
comme la résistance équivalente du générateur d’entrée.

Cas de l’association de plusieurs quadripôle (Gain en puissance Gi, Facteur de bruit Fi) :

On montre que le facteur de bruit de l’ensemble est obtenu par la formule de Friss :

F2 − 1 F3 − 1 F4 − 1
Ftot = F1 + + + + .....
G1 G 1G 2 G 1G 2 G 3

On voit qu’il est important de soigner le facteur de bruit du premier étage (étage
d’entrée, le pré-amplificateur), car une fois le signal amplifié par le gain G1, celui ci vient
rendre négligeable les facteurs de bruits suivants (division par G1). On peut considérer que le
signal amplifié par le premier étage (G1) devient insensible aux bruits des quadripôles
suivants.

IV Détection synchrone : Théorie et applications

IV.1 Cadre de la détection synchrone

On utilise le principe de la détection synchrone dans principalement deux cas dédiés à


la mesure de tension de faible niveau (µV) noyé dans du bruit (aléatoire thermique) ou
périodique (induit 50H) :
• Mesure : Signal issu d’un capteur
• Transmission : Réception d’un signal modulé

Nous allons montrer l’intérêt de la détection synchrone appliqué à la chaîne de mesure


d’un signal issu d’un capteur.

Olivier Français 13
Détection Synchrone Groupe ESIEE

IV.2 Chaîne de mesure classique


Une chaîne de mesure conventionnelle associe un capteur, un amplificateur puis un
filtre :
Vout Vmesure

Capteur Ampli Filtre


Gain Gd
Passe bas
Alim E (DC) Bande utile
Chaîne de mesure classique

La tension en sortie du filtre est du type (cas montage type pont de wheatstone) :
Vout = E.G d .A + b( t )
Avec E : tension d’alim du capteur, Gd : Gain différentiel de l’amplificateur, A : Info à mesurer issue du capteur,
b(t) :bruit introduit par le capteur et l’ampli (prépondérant en basse fréquence).

Ainsi, le filtre va permettre de récupérer le signal utile et de minimiser la présence du


bruit b(t). La mesure est effectuée ici en basse fréquence (Alimentation en DC), or c’est en
basse fréquence que le bruit de flicker est prépondérant (Voir Caractéristique d’un
amplificateur I.4)

Filtre

f
dB
1
Mesure avec moyenneur en sortie

On peut se contenter de ce type de mesure si le calcul du SNR répond au cahier des


charges. Si ce n’est pas le cas, la première idée pour améliorer le SNR est d’effectuer une
mesure dans une gamme de fréquence où le bruit est minimum et non pas en basse fréquence,
zone où le bruit de Flicker est prépondérant.

IV.3 Chaîne de mesure modulée


De manière à assurer une mesure dans une zone de bruit minimal, on vient moduler la
source de mesure pour effectuer la mesure sur une fréquence donnée. Ainsi le capteur est
alimenté non plus en continu mais via une fréquence de modulation :

Modulation Vout Vmesure

Capteur Ampli Filtre


Gain Gd
Sélectif
[Beq]
Alim AC (Fm)
Chaîne de mesure modulé

Olivier Français 14
Détection Synchrone Groupe ESIEE

Avec la modulation de la source du capteur, la tension en sortie de l’amplificateur est :


Vout = EG d A cos ω m t + b( t )

Le choix de la fréquence de modulation est lié à la zone de fréquence où la DSP du


bruit est minimum. Le rôle du filtre sélectif va consister à ne conserver en sortie de chaîne que
la fréquence de modulation Fm.

Filtre
Sélectif

Ampli
f
dB
1 Fm
Mesure avec filtrage sélectif en sortie

On considérera que le bruit est caractérisé par une puissance σ 2b et qu’il se répartit sur
une bande équivalente de bruit Beq. L’amélioration du SNR va être lié à la bande passante (∆f)
du filtre sélectif :

Avant filtrage : SNR =


(EG d A )2 / 2
σ 2b

Après filtrage : SNR =


(EG d A )2 / 2
∆f
σ 2b .
Beq

On voit que si l’on veut améliorer le SNR, il faut alors réaliser un filtre sélectif avec
un très bon facteur de qualité Q (Bande passante étroite) :

fm
Q=
∆f

Or d’un point de vue pratique, le facteur de qualité d’un filtre classique ne peut
dépasser la valeur de 100. On va donc pouvoir améliorer le SNR, mais on va se butter à une
limite technologique.

Mais si cette technique en terme de SNR n’est pas suffisante, il faut alors faire appel à
une technique complémentaire qui va permettre de réaliser un filtre à Bande Passante très
étroite. C’est le principe de la Détection Synchrone.

IV.4 Détection synchrone

La détection synchrone s’appuie sur la modulation de la source du capteur pour être


dans une zone de bruit minimum. Le signal est ensuite amplifié et éventuellement filtré de

Olivier Français 15
Détection Synchrone Groupe ESIEE

manière sélective. Il est alors dirigé vers un multiplieur pour effectuer la démodulation
synchrone et puis filtré à l’aide d’un intégrateur :

Modulation Vout Vmesure

Intégrateur
Capteur Ampli Multiplieur Passe Bas
(+ Sélectif)
(Fm) Démodulation
Générateur
Pilote
Principe de la détection synchrone

Le signal en sortie de l’amplificateur (sélectif) est : Vout = EG d A cos ωm t + b f ( t )


Ce signal est multiplié par la « porteuse » Ecoswmt.
On a alors en sortie du multiplieur :

Vmult = (EG d A cos ωm t + b f ( t )) * E cos ωm t


Vmult = E 2 GdA / 2 + E 2 GdA / 2 cos 2ωm t + b f ( t )E cos ωm t
⇓ ⇓ ⇓
Continu Pulsation 2ωm Bruit centré en ωm

Le signal en sortie du multiplieur est ensuite filtré par un passe bas (Fréquence de
coupure Fc) pour ne récupérer que la composante « continue » du comportement du capteur :
Vmult = E 2 G d A / 2

Le rapport signal sur bruit en sortie de chaîne est alors :


SNR =
(EGd A)2 / 4
πfc
σ b2.
Beq
(on suppose un filtre passe bas du 1er Ordre Beq=π/2.Fc)
Multiplication
Intégrateur
(Passe Bas Fc)
Ampli
Sélectif
Bruit

f f
0 Fm 0 Fm 2Fm
Démodulation synchrone : translation de fréquence

En comparant le SNR de la détection synchrone (II.3) au SNR obtenu par modulation


et filtrage sélectif (II.2), on voit que le moyenneur (filtre passe bas) se comporte comme un

Olivier Français 16
Détection Synchrone Groupe ESIEE

filtre sélectif, il est alors dans le cadre de la détection synchrone équivalent à un filtre passe-
bande de sélectivité 2fc fm .

On peut donc obtenir de très grande sélectivité équivalente et donc des facteurs de
qualité élevés (>100). De plus, c’est un filtre passe bande équivalent qui s’adapte
automatiquement à la fréquence centrale (ici de modulation/démodulation) :

Passe bande Passe Bas


(Sélectivité 2Fc/Fm) (Fréquence de coupure Fc)
2Fc

Comportement
identique

f f
0 Fm 0 Fm
Equivalence du passe bas en passe bande sélectif

IV.5 Conclusion sur la détection synchrone

La détection synchrone est constitué des étapes suivantes :


• Modulation à une fréquence fm, zone de fréquence où le bruit est minimum
(élimination du bruit en 1/f, du bruit d’environnement type 50Hz ou
multiple et d’autres interférences).
• Amplification (Sélective : réduction à la bande de fréquence utile occupée
par la modulation). Forte atténuation du bruit hors bande.
• Démodulation par multiplication synchrone : Transposition autour de zéro
des fréquences synchrones de fm.
• Moyenneur (Fréquence de coupure fc) : Récupération des signaux avec une
bande passante d’autant plus étroite que la constante de temps du
moyenneur est grande. (SNR important).

On détecte ainsi les signaux initialement situés (avant démodulation) dans la bande de
fréquence [fm-fc ;fm+fc].

Afin de parfaire la réduction de bande, on utilise après la modulation un amplificateur


sélectif de manière à éliminer les harmoniques de fm (3fm, 5fm…). De cette manière on
s’affranchit des non-linéarités éventuelles du multiplieur et du THD du générateur pilote.

Le rapport signal sur bruit sera d’autant plus grand que la constante de temps du
moyenneur sera grande (fc petit).

Olivier Français 17
Détection Synchrone Groupe ESIEE

IV.6 Influence de la phase : Cas de récupération de porteuse

Nous avons vu l’intérêt de la détection synchrone appliquée à l’amélioration du


rapport signal sur bruit (SNR) dans un dispositif de mesure. Dans ce cas, la fréquence de
modulation (porteuse) est identique à la fréquence de démodulation.

Dans le cas de la transmission de donnée par modulation d’amplitude, le même


principe peut être appliqué pour réaliser la démodulation et récupérer le signal transmis. Par
contre dans ce cas, la porteuse n’est plus physiquement présente du faite de la transmission
qui sépare l’émetteur du récepteur. Il faut donc être capable de restituer la porteuse. On utilise
pour cela des PLL (Boucle à Verrouillage de Phase).

Signal Détection Vm
reçu synchrone

Récupération
de porteuse
(PLL - Boucle de costas)

Une PLL est capable de restituer la fréquence de la porteuse avec une amplitude
constante, par contre il est possible qu’il subsiste une différence de phase ϕ entre la fréquence
de la porteuse et la fréquence restituée :

Signal d’entrée (issu de la réception) : A cos ωm t (A :amplitude à détecter)


Porteuse restituer en sortie de PLL : E ' cos(ωm t + ϕ) (E’ :amplitude fixe)

La multiplication de ces deux signaux pour la démodulation puis moyennage donne


comme signal de mesure :
E 'A
Vm = cos ϕ
2
avec ϕ déphasage entre porteuse émise et porteuse restituée

La présence dans le signal de « mesure » de ϕ vient perturber la démodulation :

• Il faut s’assurer que le déphasage entre la porteuse émise et restituer est constant :
⇒ Importance de la PLL qui assure cette fonction par asservissement de phase.

• Il faut que ce déphasage soit différent (éloigné) de π/2 sinon le signal de mesure
est nul (Vm=0)

C’est ce que l’on appelle la démodulation synchrone où il faut faire un contrôle de la


phase précis. Utiliser un oscillateur local non asservi n’assurerait pas une démodulation
correcte.

Olivier Français 18
Détection Synchrone Groupe ESIEE

IV.7 Double Détection Synchrone

Si l’on souhaite effectuer une démodulation qui ne dépende pas de la phase existante ϕ
entre la fréquence de modulation et de démodulation, il est possible d’utiliser ce montage :

Double détection synchrone

IV.8 Cas d’un signal non constant

Si on souhaite détecter une amplitude A(t) qui varie « lentement » en fonction du


temps, le principe de la détection est toujours applicable. Dans ce cas, il faudra choisir un
moyenneur en sortie de multiplieur ayant une constante de temps inférieure ou égale à la
« vitesse de variation » du signal à mesurer. Cela se traduit par une fréquence de coupure
supérieure ou égale à la fréquence maximum du signal A(t).

V Réalisation du multiplieur

V.1 Cas de la basse fréquence

Dans le cas d’une porteuse en basse fréquence, la détection synchrone peut se faire de
manière complète en numérique en utilisant un DSP associé à des filtres numériques :

Démodulation
E/B DSP DSP CNA Vm
Capteur Ampli
CAN multiplieur filtrage filtre

CNA EPROM Clock


Modulation filtre sinus programmée

Olivier Français 19
Détection Synchrone Groupe ESIEE

V.2 Cas de la haute fréquence

V.2.1Multiplieur à paires différentielles


On utilise une paire différentielle à base de transistor bipolaire de manière à effectuer
la multiplication. La structure à cellule de Gilbert permet d’obtenir une multiplication dans les
quatres quadrants.

V.2.2 Multiplieur par Découpage

On vient multiplier le signal d’entrée par un signal de découpage (±1).

R1
E
R1 Vc
E +1
- S
R2 + -1
S
Vc

Détection synchrone par découpage

La commande du découpage est tel que :


- Vc>0 ⇒ S=+E
- Vc<0 ⇒ S=-E

Cela revient à multiplier E par un signal créneau Cr de valeur ±1 :


S(t)=E(t)Cr(t) avec

4 1
Cr(t)= ∑ sin( 2n + 1)ωcr t (DSF du créneau)
π n =0 2 n + 1

On effectue donc une multiplication par un fondamental (n=0) et des harmoniques


(n>0). En prenant un créneau synchrone avec le signal S(t) ( ωcr = ωm ), on se replace dans le
cas d’une détection synchrone :
4 ∞ 1
S( t ) = A sin(ωm t ) * ∑ sin( 2n + 1)ωcr t
π n =0 2 n + 1
A4
S( t ) = + [2ωm ] + [4ωm ] + ...

Le filtre passe bas placé en aval élimine non seulement la pulsation double (2wm) mais
aussi toutes les harmoniques (4wm, 6wm….). En sortie du passe bas on récupère uniquement le
2A
terme constant : S( t ) = .
π

Olivier Français 20
Détection Synchrone Groupe ESIEE

Remarque :
Pour le passe bas, plus la fréquence de coupure est basse plus le SNR sera grand mais
plus le régime transitoire sera long. Il y a donc un compromis à faire entre la rapidité et la
qualité de la démodulation.

VI Application – Extension du principe

Les applications de la détection synchrone se retrouvent sous deux familles qui sont
les dispositifs de mesure (le signal qui sert à effectuer la modulation et celui qui fait la
démodulation, l’ensemble du système est local) et les systèmes de transmission où à la
réception on est amené à reconstituer le signal de modulation à l’aide d’une PLL.

VI.1 Détection synchrone appliquée à la transmission de signaux

Elle s’applique dans le cas de la transmission par modulation d’amplitude. On parle


alors de démodulation synchrone. Il existe différents cas liés aux caractéristiques de la
modulation d’amplitude.

VI.1.1 Transmission AM avec Porteuse

Le signal modulé est du type : s( t ) = A(1 + m cos Ωt ) cos ωm t . Avec m le taux de


modulation, Ω la fréquence du signal à transmettre et wm la fréquence de modulation. La
démodulation se fait en multipliant s(t) par la porteuse restituée via une PLL (II.6) :

Principe de la démodulation synchrone avec PLL

Le filtre de sortie a pour rôle de ne conserver que le signal utile, ici la fréquence Ω.

VI.1.2 Transmission AM sans porteuse


Dans ce cas, le signal à démoduler est du type :
s( t ) = A cos Ωt cos ωm t

Olivier Français 21
Détection Synchrone Groupe ESIEE

Il ne contient aucune ‘énergie’ à la pulsation wm de la porteuse. Une simple PLL ne


suffit plus pour effectuer la démodulation. On utilise alors une boucle de Costas constituée de
deux PLL :

La boucle de Costas pour la démodulation synchrone

♦ Note sur la boucle de Costas :


Soit Bcos(ω 0 t+a) le signal en sortie de l'oscillateur local, après multiplication et


filtrage on obtient : KABcos(a)e(t)/2 où K est la constante du multiplieur, on a donc bien
réalisé une démodulation. Il reste cependant un problème majeur à résoudre, en effet si la
phase α de l'oscillateur local est de pi/2 le signal récupéré est nul car cos(pi/2)= 0; il est donc
indispensable de verrouiller la phase de l'oscillateur local. Une simple boucle à verrouillage
de phase ne permet pas de verrouiller la phase de l'oscillateur local car le signal modulé reçu
ne contient aucune énergie à la fréquence f 0 . Pour verrouiller la phase de l'oscillateur local, il
faut générer un signal d'erreur indépendant de e(t); c'est ce que réalise la boucle de Costas du
nom de son inventeur.

VI.1.3 Transmission AM à Bande Latérale Unique (BLU)


Afin de réduire l’encombrement spectral, on ne transmet qu’une seule bande (droite ou
gauche autour de la porteuse). Le signal transmis est du type :
s( t ) = A cos(ωm + Ω) t

Olivier Français 22
Détection Synchrone Groupe ESIEE

La démodulation synchrone se fait en recomposant une porteuse en phase avec la


porteuse émise. Cela n’est possible que si une porteuse dite réduite est transmise de manière à
permettre à la PLL de s’asservir en phase sur la porteuse :

Démodulation synchrone pour BLU

VI.1.4 Démodulation I/Q

Lorsque que l’on souhaite transmettre plusieurs informations sur un même canal, de
manière à réduire l’encombrement spectral, on est amené à utiliser une seule porteuse. Dans le
cas de deux signaux, on utilisera la porteuse ‘brute’ dite en phase (In phase) pour un signal et
la porteuse déphasée de π/2 dite en quadrature (Q) pour l’autre. A la réception, un
démodulateur I/Q assurera la restitution des deux signaux :

Démodulation I/Q

Il faut être capable de restituer la porteuse en verrouillant sa phase vis à vis d’un
oscillateur local. Ceci se fait en général avec une boucle de Costas. Cette technique est
appliquée pour le codage de la chrominance pour le codage du rouge et Bleu (NTSC et PAL).

On peut étendre ce principe au cas de n signaux en créant des constellations de


déphasage et d’amplitude à partir d’une porteuse principale. C’est le cas de nombreuses
transmissions numériques de données par téléphonie.

VI.2 Recherche de non-linéarité

Olivier Français 23
Détection Synchrone Groupe ESIEE

La détection synchrone peut s’appliquer lorsque l’on souhaite caractériser les non-
linéarités d’un système du type :
Y = aX + bX ² + ...

La connaissance du nième coefficient (a, b, …) peut être obtenue en excitant (modulant)


le système par une fréquence « w » et en le démodulant par une fréquence « nw ».

♦ Exemple : cas Y = aX + bX ²
bE ² bE ²
X = E cos ωt ⇒ Y = aE cos ωt + bE ² cos ²ωt = + aE cos ωt + cos 2ωt
2 2

Obtention de a : Démodulation (multiplication) de Y par E cos ωt puis moyenneur



S=a
2

Obtention de b : Démodulation (multiplication) de Y par E cos 2ωt puis


moyenneur
E3
S=b
4

La limite de cette technique est liée à la capacité du système de générer des


harmoniques en phase avec le fondamental (pour n coefficients il faut n harmoniques). En
numérique, ce problème est résolu en utilisant une mémoire contenant une sinusoïde et que
l’on vient lire à fréquence variable.

VI.3 Détection synchrone utilisée en LOCK IN

Un système de mesure dit ‘Lock In’ consiste à réaliser une mesure en 4 étapes :
modulation, amplification sélective, démodulation synchrone et moyennage (filtrage passe
bas). Les trois dernières phases sont réalisées par un amplificateur ‘lock in’.

Lorsque que l’on cherche à tracer la dépendance d’un phénomène physique Y en


fonction d’un paramètre X (Y=f(X)), on peut utiliser une modulation du paramètre X pour
améliorer le SNR qui est détérioré par la présence d’un bruit basse fréquence souvent lié à
l’appareillage.

Pour se faire, on effectue un balayage (lent) du paramètre X avec une période To


auquel on vient rajouter une fréquence de modulation (rapide) pour effectuer la mesure dans
une zone de faible bruit.

Olivier Français 24
Détection Synchrone Groupe ESIEE

Capteur Détection Filtre Passe Bas


Ampli (Sélectif)
Paramètre Synchrone T=RC

Source de Démodulation
polarisation Générateur
modulation Pilote Y

X Visualisation
Source de
Balayage To (Période de balayage)
Principe du Lock-In

Cette modulation peut se faire de deux manières

Cas N°1 : Modulation du point de mesure


On est dans un cas comparable à de la modulation d’amplitude. On multiplie le signal
X par la fréquence de modulation :

Sans modulation Avec modulation


X X = [at ]To X = [at ]To * cos(2πf m t )
Y Y = f (X) = f ([at ]To ) Y = f ([at ]To ) * cos(2πf m t )
To
Comportement

Y Y Modulation Fm
Temporel

0 To t 0 t

Y(f) Y(f) Ampli Sélectif


Comportement
Frquentiel

f f
0 2fo 0 fm
fo fm+2fo
fm+fo

On notera que l’amplificateur sélectif ainsi que le filtre Passe Bas de sortie ne doivent
pas perturber le spectre contenant la mesure. Il faut donc s’assurer que leur bande de
fréquence respective est bien supérieure à la bande de fréquence du signal Y qui contient des
harmoniques de fo.

Si on veut réduire la bande de fréquence de Y il faut augmenter la durée T de balayage


(diminuer la fréquence de balayage).

Olivier Français 25
Détection Synchrone Groupe ESIEE

Cas N°2 : Modulation autour du point de mesure

Dans ce cas, on ajoute la fréquence de modulation au signal de manière à se placer


dans une situation du type « petits signaux » :

Sans modulation Avec modulation


X X = [at ]To X = [at ]To + b cos(2πf m t ) = X A + ∆X fm
Y Y = f ([at ]To )  dY 
Y = f (X A + ∆X) = f (X A ) + ∆X 
 dX  X A
(D.L. Taylor Ordre 1)
To
Comporteme

Y Y
Temporel

A
nt

0 To t 0 t
Y(f) Y(f)
Comportement
Frquentiel

f f
0 2fo 0 2fo fm
fo fo

Après démodulation et filtrage, on obtient un signal dont l’amplitude est l’image de la


pente de la courbe d’évolution de Y en fonction de X :

b 2  dY 
Vs ≈  
2  dX  X=Xa

Cela suppose que l’on effectue une faible modulation autour du point.

Pour obtenir la courbe Y=f(X), il suffit d’intégrer le résultat.

Olivier Français 26