Vous êtes sur la page 1sur 34

2014/2015

Rapport de stage: Effectué au sein de l’OCP Khouribga

Réalisé par :

 EL ANKOURI Anas

Encadré par :

 M. Said BOUTBHIRT
 M. Mohamed Arian
.

Sujet de stage : Analyse du Réseau Faisceau


Hertzien (Du 10 Juillet au 09 Aout 2015)

1
Avant tout développement sur cette expérience professionnelle, il apparaît
important de commencer ce rapport de stage par des remerciements, à ceux qui
m’ont beaucoup appris au cours de ce stage, et même à ceux qui ont eu la
gentillesse de faire de ce stage un moment très profitable.
Aussi, je remercie M. Mohamed Arian mon encadrants de stage et M.Rachid
Kabbori qui m’ont formé et accompagné tout au long de cette expérience
professionnelle avec beaucoup de patience et de pédagogie.

2
Sommaire
I. Introduction .................................................................................................................................6

Chapitre I : Présentation du groupe OCP ……………………………………… 7


I. Définition du groupe OCP ……………………………………………………………………………………………………. 7

II. Historique ……………………………………………………………………………………………………………………………..7

III. Etat juridique ………………………………………………………………………………………………………………………. 8

IV. Organisation du groupe OCP …………………………………………………………………………………………………9

V. Les fonctions du groupe OCP …………………………………………………………………………………………….. 10

VI. Organigramme du service Télécommunication ……………………………………………………………………11

Chapitre II : Etude de réseaux et télécommunications de la zone de


Khouribga.......................................................................................................….13
I. Introduction ………………………………………………………………………………………………………………………. 12

II. Le réseau télécom de la zone de Khouribga …………………………………………………………………………12

1. Schéma synoptique du réseau télécom de la zone Khouribga…………………………………………….. 12

2. Les caractéristiques techniques de ses composantes ………………………………………………………….14

2.1. La voix ip……………………………………………………………………………………………………………………..16

2.2. Les Autocommutateurs privés (PABX) ……………….……………………………………..…………………17

2.3. Les répartiteurs téléphoniques ……………………………………….…………….…………………………..17

2.4. Les faisceaux hertziens ……………………………………………………………………….……………………….19

2.4.1 Caractéristiques de l’antenne………………………………………………………………………………….. 18

2.4.2 Présentation du système PTP ……………………………………………………………………………………19

2.5. Les avantages et les inconvénients d’une liaison par faisceaux hertziens ….……………..…21

2.6. Les inconvénients majeurs …………….………………………………………………………………………….. 21

III. Limitations du réseau existant …………………………………………………………………………………………… 21

Chapitre III : les pistes d’amélioration de ce réseau multifonction à base de liaison


Wireless de type PTP600…………………………………………………………………….23

3
I. Redondance hotstandby ………………………………………………………………………….………………………….24

1. Introduction ………………………………………………………………………………………………………………………..24

2. Principe de fonctionnement ………………………………………………………………………………………………. 24

3. Configuration des routeurs principaux ……………………………………………………………………………….25

4. Maintenant on active le hotstandby sur nos interfaces ……………………………………………………….27

Chapitre IV : Solutions proposées pour améliorer le réseau de la zone OCP-


Khouribga…………………………………………………………………………………..
I.Introduction…........................................................................................................................

II. Gestion de la QoS sur le LAN : La technologie des VLANs ............................................

III. : La solution VPN (Réseaux privés virtuels) ……………………………………………..

Conclusion générale……………………………………………….

4
I. Introduction générale

ans le but d’établir une complémentarité entre les connaissances de base théoriques,

D il est indispensable que toute formation soit couronnée par des stages dans une
enceinte professionnelle. En effet, ces stages ont pour intérêt de valoriser la formation
théorique et de la mettre à la disposition de la pratique, ainsi d’enrichir nos idées et acquérir de
l’expérience. Cette confrontation avec le monde professionnel ne peut se manifester que par les
responsabilités que nous serons invités à accomplir dans les meilleures conditions.

L’objectif de ce stage est d’étudier les caractéristiques techniques des composants de réseau
télécom de la zone Khouribga, puis nous allons proposer des améliorations de ce réseau en se basant
sur la technologie Wireless de type PTP600 ainsi de sécuriser ce réseau contre les Intrusions, les
interférences et assurer la qualité de services.

Premièrement je vais commencer par une description des travaux du groupe O.C.P, puis la
télécommunication au sein de groupe O.C.P, ensuite je vais proposer des améliorations du réseau
existant, enfin je vais opter pour des solutions pour sécuriser ce réseau contre les instruisons et les
interférences.

5
Chapitre I : Présentation du groupe OCP
I. Définition du groupe OCP
Le groupe Office Chérifien des Phosphates (OCP) est un établissement semi-public marocain,
il est le premier producteur mondial de phosphate et d'acide phosphorique ainsi que l'un des
principaux fabricants mondial d'engrais phosphatés.

Il joue un rôle très important dans l’économie nationale, il vend ses produits finis dérivés du
phosphate aux cinq continents, sa capacité de production dépasse 23 millions de tonnes de
phosphates par an, et ces exploitations représentent plus de 30% du commerce international du
phosphate, ce qui permet au Maroc d’occuper la première place dans le domaine d’exportation et
la troisième dans celui de production, de plus, le groupe OCP joue pleinement son rôle d’entreprise
citoyenne. Cette volonté se traduit par la promotion de nombreuses initiatives, notamment en faveur
du développement régional par la création d’emplois et favorise l’émergence d’entreprises pour
jeunes diplômés. Le potentiel humain actuel au niveau du groupe est approximativement de l’ordre
de 20 000 agents dont 830 ingénieurs et équivalents.

II. Historique
 La découverte des premiers indices phosphatés au Maroc remonte à 1905 dans le
bassin des Meskala au centre du pays. Néanmoins, cette découverte n’avait pas
suscité d’intérêt notable dans le temps vu que les phosphates n’étaient pas
Exploitables à cette époque. Ce n’est qu’en 1912 que fut la découverte du phosphate
dit exploitable à Oued Zem, à l’occasion des travaux de terrassement d’une voie de
chemin de fer. Arrive ensuite le 07 Août 1920, date de création de l’OFFICE
CHERIFIEN DES PHOSPHATES, mais l’exploitation effective n’a commencé qu’en
février 1921 dans la région d’OUED ZEM. Et ce n’est qu’en 30 juin 1921 que le
premier train sur voie large de 1.60 m a été chargé est dirigé vers le port de
CASABLANCA. Un mois après l’exploitation a commencé par voie maritime.
 En 1930 un nouveau centre de production de phosphate est ouvert à Youssoufia
connu sous le nom de Louis Gentil (1931).

6
 La méthode d’extraction en découverte à KHOURIBGA n’est mise en œuvre qu’en
1952 suivi de la création d’un centre de formation professionnel en 1958.
 1965 : Mise en service de Maroc chimie à Safi pour le traitement des
dérivées phosphatées et engrais.
 1975 : Création du groupe OCP organisationnel intégrant l’OCP et ses entreprises
filiales.

 1984 : un projet industriel colossal qui est une première plateforme mondiale de
production d’engrais.

 A l’aube du nouveau millénaire, l’OCP noue de grands partenariats internationaux, on


cite comme exemples:

 L’usine EMAPHOS (Maroc/Belgique/Allemagne) en 1998, l’usine IMACIDE pour


acide phosphorique (Maroc/Inde) en 1999, etc.

 2008 : L’office chérifien des phosphates devient une société anonyme, dénommée
«OCP SA », avec une présence mondiale renforcée.

 2013 : Lancement du chantier de Safi Phosphate Hub plateforme de traitement, lisier


Tests de pipelines, Mise en service du Maroc Central, Ouverture de l'École de gestion
industrielle (EMINES) de l'Université Mohammed VI polytechnique.

 2014 : Lancement de plusieurs grands projets industriels y compris le pipeline à boues


sur les flux et la première usine d'acide phosphorique utilisant de la pâte.

III. Etat juridique :


L’O.C.P a été fondé sous la forme d’un organisme d’état. Etant donné le caractère
commercial et industriel de ses activités, le législateur a tenu à le doter d’une
organisation. Dite « Société Anonyme » lui permettant d’agir avec la même
dynamique et la même souplesse que les puissantes entreprises privées avec
lesquelles il est en concurrence.
 Fonctionnement : Il fonctionne ainsi comme une société anonyme, dont l’actionnaire
unique est l’état Marocain, dirigée par un président directeur général nommé par Dahir.
En ce qui concerne le contrôle, il est exercé par un conseil d’administration.
 Gestion financière : En ce qui concerne la gestion financière, elle est entièrement
indépendante de celle de l’état. L’O.C.P établit son bilan, son compte d’exploitation et
ses revenus comme toute entreprise privée. De plus, l’O.C.P est inscrit au registre du

7
commerce et soumit sur le plan fiscal aux mêmes obligations que n’importe qu’elle
entreprise privée (droits de douane, taxe à l’exploitation, impôts sur les bénéfices…).
Chaque année, il participe au budget de l’état par le versement d’une partie de ces
dividendes.
IV. Organisation du groupe OCP

V. Les fonctions du groupe OCP :


L’O.C.P prend en charge lui-même l’extraction, le traitement, la valorisation ainsi que
l’exportation du phosphate et ses dérivées aux pays demandeurs :

8
L’extraction : est une opération qui consiste à extraire le phosphate de la terre, il se fait
en ciel ouvert. Cette étape s’exécute en quatre phases : Forage, sautage, décapage et
défruitage. Le phosphate provient des sites de Khouribga, Benguérir, Youssoufia et
Boucraâ. Au niveau de Khouribga l’extraction se fait dans les sites Sidi Chennane, Lmrah
Lhrach et Sidi Daoui.
Le traitement : est une opération qui se fait après l’extraction. Selon les cas, le minerai
subit une ou plusieurs opérations de traitement (criblage, concassage, séchage,
calcination, flottation, enrichissement à sec…) et a pour but d’améliorer sa teneur (la
pureté).
Le transport : Une fois traité, il est exporté tel que ou bien transporté aux industries
chimiques du groupe, à Jorf Lasfar ou à Safi, pour être transformé en produits dérivés
commercialisables : acide phosphorique de base, acide phosphorique purifié et engrais
solides, puis il est transporté vers les ports de Casablanca, Safi ou El Jadida à destination
des différents pays importateurs.
La vente : le phosphate est vendu, sur les cinq continents de la planète, selon les
demandes des clients.
VI. Organigramme du service Télécommunication

Chef de service

Secrétariat

Responsable Responsable Responsable Responsable Responsable


sidi Beni Idir Coz Mera
Point B
chennane

Figure 2 : Organigramme du service Télécommunication

9
Chef du service:
■ Gestion du travail entre services.
Secrétariat :
■ Réception et émission du courrier.
■ Communication interne et externe.
■ Classement et archivage des documents.
Responsable des différents sites :
■ Assurer le bon fonctionnement des matériels du site.
■ Installation de nouvelles lignes téléphoniques.
■ Maintenance des matériels défectueux.
La fonction de base du service télécommunication est de permettre une conversation entre deux
abonnés, quelle que soit leur localisation dans le monde. Son rôle :

■ Etablir une connexion entre les différents abonnes.


■ en place des projets d'évolution en fonction des besoins des utilisateurs.
■ Gérer le budget du service télécommunication.
■ S’occuper du management des équipes.
■ Exercer une veille sur les évolutions technologiques.
■ Rédiger les plans prévisionnels.

10
Chapitre II : Etude de réseaux et télécommunications de la zone de
Khouribga

I. Introduction :
Le MAN (Métropolitain Area Network) de Khouribga est le plus grands réseau de l’OCP, il
permet notamment d’interconnecter plusieurs équipements de la zone, et il permet au personnel
de :

■ Partager les ressources matérielles et logicielles.


■ D’échanger des informations et de partager des données.
■ D’avoir accès à des services divers.

L’OCP Khouribga dispose d’un réseau de télécommunication en FULL IP à base de la technologie


Wireless constitué de liens principaux et liens secondaires. Dans ce chapitre nous allons étudier
des nouvelles technologies utilisées ainsi la proposition des améliorations pour sécuriser le réseau
contre les intrusions.

II. Le réseau télécom de la zone de Khouribga

1. Schéma synoptique du réseau télécom de la zone Khouribga

Les sites de l’OCP de Khouribga disposent d’un réseau propriétaire qui est basé sur la
technologie des faisceaux hertziens, et d’un ensemble de centraux téléphoniques qui comportent
des autocommutateurs téléphoniques de capacité qui varie selon le nombre des Abonnées de
chaque site, ce qui permet d’interconnecter les différents points du site de Khouribga. La figure
suivante montre l’architecture de faisceaux hertziens de la zone OCP de Khouribga :

11
Figure 3 : Réseau PTP-58600 liant les différents sites de la zone OCP-Khouribga

12
2. Les caractéristiques techniques de ses composantes

Chaque site se compose d’un central téléphonique, du réseau informatique et d’une station des
faisceaux hertziens pour la liaison entre les différents sites.

Le central téléphonique contient un autocommutateur PABX (Private Automatic Branch


exchange), le répartiteur principal et des sous-répartiteurs afin de gérer le trafic téléphonique
entre abonnée.

Le support de transmission qui permet la liaison entre les différents sites de la zone OCP est un
système radio PTP (Point To Point) 58600 de Motorola, qui se compose d’une antenne, un ODU
et un PIDU.

La figure suivante montre le schéma général du système de télécommunications dans chaque site
de la zone OCP de Khouribga.

13
Figure 4 : Différents composants d’un réseau de télécommunications d’un site en
communication avec un autre site

2.1.La voix IP

La voix subit toutes les transformations détaillées ci-dessous avant d’être transportée par
le réseau :

14
Figure5: Traitement subi par la voix avant d’être envoyée sur le réseau

Acquisition du signal :
La première étape consiste naturellement à capter la voix à l’aide d’un micro, qu’il s’agisse de
celui d’un téléphone ou d’un micro casque.

Numérisation :
La voix passe alors dans un convertisseur analogique numérique qui réalise deux tâches
distinctes :
Échantillonnage du signal sonore : un prélèvement périodique de ce signal, il s'agit d'enregistrer
à des intervalles très rapprochés la valeur d'un signal afin de pouvoir disposer d'un
enregistrement proche de la valeur réelle de ce signal.
Quantification, qui consiste à affecter une valeur numérique (en binaire) à chaque échantillon.
Plus les échantillons sont codés sur un nombre de bits important, meilleure sera la qualité.

Compression :
Le signal une fois numérisé peut être traité par un DSP (Digital Signal Processor) qui va le
compresser, c’est à dire réduire la quantité d’informations nécessaire pour l’exprimer.
L’avantage de la compression est de réduire la bande passante nécessaire pour transmettre le
signal.

Habillage des entêtes :


Les données doivent encore être enrichies en informations avant d’être converties en paquets de
données à expédier sur le réseau. Exemple : type de trafic de synchronisation, s’assurer du
réassemblage des paquets dans l’ordre.

Emission et transport :

15
Les paquets sont acheminés depuis le point d’émission pour atteindre le point de réception sans
qu’un chemin précis soit réservé pour leur transport, en utilisant la fonction de routage du réseau.

Réception :
Lorsque les paquets arrivent à destination, il est essentiel de les replacer dans le bon ordre et
assez rapidement. Faute de quoi une dégradation de la voix se fera sentir.

Conversion numérique analogique :


La conversion numérique analogique est l’étape réciproque de la deuxième étape.

Restitution : Dès lors, la voix peut être retranscrite par le hautparleur, du casque, du combiné
téléphonique ou de l’ordinateur.

2.2.Les Autocommutateurs privés (PABX)

 Définition :

Un PABX est une abréviation anglaise (Private Automatic Branch exchange), en


français « Autocommutateur téléphonique privé ». Il sert principalement à relier les postes
téléphoniques de l’OCP (lignes internes) avec le réseau téléphonique public (lignes externes) et il
assure l'alimentation et la commutation des postes téléphoniques, numériques et/ou analogiques,
dans la zone de l’OCP de Khouribga. Il met en relation deux correspondants suivant les règles
fondées sur le numéro composé par l’appelant, ainsi que plusieurs commutateurs peuvent
s’enchaîner entre l’appelant et le destinataire. Il intègre toute l’intelligence du système de
communication

Figure 5 : PABX

16
 Le PABX est alimenté en courant faible avec une tension en général de 48 volts continu,
et il possède une autonomie de quelques heures en cas de coupure du courant secteur. Et
il alimente plusieurs postes (de 2 jusqu'à plusieurs milliers), qu'ils soient analogiques ou
numériques.
 Le PABX possède au Minimum une unité centrale (CPU), avec des processeurs
d'entrées/sorties qui gèrent les interfaces de lignes et d'équipements des postes.
2.1 .1 Le réseau des PABXs dans la zone de Khouribga

Nous avons déjà vu que le réseau de télécommunications de la zone OCP de Khouribga est
subdivisé en différents sites qui contiennent des centraux téléphoniques. Ces derniers sont
responsables d’assurer la communication permanente entre les différents agents OCP.

Les centraux téléphoniques contiennent différents types des autocommutateurs, Ci-après un


tableau qui montre quelques spécifications des PABXs existants :

Site Marque Type Capacité


d’implémentation
Khouribga SIEMENS HICOM 392 1000
Mera ALCATEL A4400 200
Sidi Chennane SIEMENS EMS 601E 255
Usine Ben Idir SIEMENS HIPATH 4000 400
Coz ALCATEL A 4400 200
Point B PHILIPS SOPHOS 400

Parc El wafi SIMENS EMS 601M 400


Laverie Mera SIEMENS HIPATH 4000 400

17
Figure 6 : spécifications des PABXS

2.2 Les répartiteurs téléphoniques

Afin d’acheminer la ligne téléphonique vers l’abonné, les gens ont conçu un réseau local filaire de
manière hiérarchique afin de couvrir un grand nombre des abonnés, le répartiteur est relié à
l’autocommutateur PABX d’une côté, et si nécessaire, il est relié à plusieurs sous répartiteurs de taille
réduite. La figure 7 montre un exemple de répartiteur téléphonique

Figure 7 : Exemple d’un répartiteur

2.3. Les faisceaux hertziens

Pour transmettre des informations d’un point à un autre, il faut un canal qui servira de chemin
pour le passage de ces informations. Ce canal est appelé canal de transmission ou support de
transmission.

18
Figure 8 : Exemple d’une station faisceau hertzien implanté à la zone de Khouribga

Le réseau OCP de Khouribga est relié par des systèmes radio PTP58600 à base des faisceaux
hertziens qui se trouvent dans différents sites de toute la zone couverte.

 Description des systèmes FHZ

Un faisceau hertzien(FHZ) est un système permettant de transmettre de signaux via l’interface


aérienne (en air libre) donc sans fil. Il s’agit d’une liaison monodirectionnelle ou bidirectionnelle
et généralement permanente, entre deux sites géographiques fixes. Il exploite le support d'ondes
radioélectriques, par des fréquences porteuses allant de 1 GHz à 40 GHz (gamme des Micro-
Ondes) selon l’usage et la distance à parcourir. Le système FHZ est focalisé et concentré grâce à
des antennes directives.

Chaque lien FHZ se compose de :

Une antenne.
Une unité OutDoor : OutDoor Unit (ODU).
Une unité InDoor : InDoor Unit (IDU).
2.3.1 Caractéristiques de l’antenne

19
L’antenne est le dispositif permettant de rayonner (émetteur) ou, de capter (récepteur) les ondes
électromagnétiques. L'antenne est un élément fondamental dans un système radioélectrique, et
ses caractéristiques de rendement, gain, diagramme de rayonnement influencent directement les
performances de qualité et de portée du système.
Les antennes installées aux niveaux des stations hertziens sont de types paraboliques
unidirectionnels de forte directivité, L’antenne qu’on va adopter pour notre solution est de type
parabolique très directive qui va communiquer avec une autre antenne de même type installé
dans l’autre site.

Figure 9 : Caractéristiques de l'antenne utilisée pour la liaison point à point

2.3.2 Présentation du système PTP

La PTP série 600 agit en tant que pont transparent entre deux segments du réseau de l'OCP. En
ce sens, elle peut être traitée comme une connexion filaire virtuelle entre deux points. Le PTP
58600 transmet les paquets Ethernet 802.3 destinés à l'autre partie.

Les deux figures suivantes montrent les composant IDU et ODU d'un système FHZ PTP-58600:

20
Figure 10 : le PIDU et l’ODU du système radio PTP-58600

■ Spécifications du PTP 58600 :

Technologie radio Spécifications

Bande de fréquence 5.725-5.850 GHz

Espacement entre les canaux 5, 10, 15 et 30 MHz

Type d’antenne (Integrated) Antenne plane ; 23 dBi

 Antenne parabolique : Le gain maximal permis : 37.7


dBi
Type d’antenne (External)  Antenne plane :Le gain maximal permis : 28.0 dBi
Pertes en espace libre 166 dB

(Canal à 5 MHz)

Portée  125 miles (200km) en visibilité directe.


 6 miles (10km) en absence de visibilitédirecte.
Puissance de transmission Jusqu’à 25dBm

Figure 11 : Spécifications du PTP 58600

2.3.2.1 Equipment radio Outdoor unit ODU

21
L’ODU désigne l'ensemble de l'équipement hertzien qui est placé à l'extérieur du bâtiment. Elle
constitue l’interface intermédiaire entre l’antenne et l’IDU. On distingue les ODU par leurs
fréquences et aussi par leurs types selon la densité du trafic supporté. L’ODU a comme
fonctionnalités basiques la modulation et la démodulation, l’amplification du signal en bande de
base.
Comme on a déjà cité ODU désigne l'ensemble de l'équipement radio qui est placé à l'extérieur
du bâtiment. L'ODU est une unité autonome qui comporte le système radio, qui assure la
modulation et la démodulation du signal en bande de base. Il contient le transmetteur qui
comporte un port RF pour l’émission ou la réception du signal de ou vers l’antenne.
2.3.2.2. Unité Indoor unit IDU

C’est la partie intelligente du système, liée avec l’ODU par des câbles coaxiaux, elle est
employée pour convertir les données, la vidéo, ou la voix pour qu’ils soient transmis à l’ODU
qui va les transmettre par voie hertzienne à la station réceptrice. Elle assure l’alimentation des
différents composants.
2.2 . le choix de système PTP 58600

L'OCP a choisi d'utiliser le système radio PTP-58600 pour la liaison entre ses differents sites,
grâce à ses différents caractéristiques, on cite par exemple :

■ Connexions sans fil allant jusqu'à 200 km.


■ Haute disponibilité de la liaison, à travers l'utilisation des techniques de modulation et
d'adaptation.
■ Gain de système élevé grâce à son antenne à haute sensibilité pour une meilleure
récupération du signal.
■ Un système radio qui fonctionne sur des processeurs de signal numérique ultra-rapide.
■ Une gamme de fonctionnalités de sécurité pour l'accès aux données. La sécurité est assurée
par un mécanisme de brouillage propriétaire qui ne peut pas être désactivé, falsifiée ou
espionné.
■ Configuration et reconfiguration très simple via une interface graphique.

2.4 Les avantages et les inconvénients d’une liaison par faisceaux hertziens

22
Comme nous l'avons déjà spécifié, un faisceau hertzien est un système de transmission de
signaux (aujourd'hui principalement numériques) entre deux points fixes. Ces principaux
avantages sont entre autres :

Faible coût de déploiement comparé à la fibre optique ;


La possibilité d'avoir des débits et des portées très élevées ;
La fiabilité et la sécurité ;
Matériel flexible et évolutif.

2.5 Les inconvénients majeurs sont :

Ses ondes sont principalement sensibles aux masquages (les bâtiments par exemple ...),
aux précipitations, aux conditions de réfractivité de l'atmosphère et présentent une
sensibilité assez forte aux phénomènes de réflexion ;
Obligation de vue directe entre les paraboles (LOS : Line Of Sight), l’effet de cet
inconvénient est remarquable dans les installations FHZ de l’OCP où quelques sites ne sont
pas liés directement, d’où la nécessité d’une station relais.
Liaison sensible aux intempéries, notamment lors de fortes pluies.

III. Limitations du réseau existant

L’architecture de télécommunications actuelle présente plusieurs limites à savoir :

1. Encombrement : Les centraux téléphoniques sont constitués des unités d’alimentations,


de commande, de différentes cartes en plus des répartiteurs. Chaque central est composé
de plusieurs cartes, chacune a un rôle particulier, et à chaque abonné est attribuée une paire
téléphonique (deux fils) ce qui rend la gestion de la totalité des abonnées très difficile et
nécessite une familiarisation et une grande expérience pour chaque site de la zone. Tout
ceci engendre bien évidemment un encombrement assez important, tout en occupant un
local de surface relativement importante.
2. Utilisation des anciennes signalisations : L’installation téléphonique de la zone de
Khouribga présente une variété des liaisons de signalisation (analogique et numérique). Le
réseau n’est pas alors unifié et il est limité au niveau de nombre des communications voix

23
possible en même temps. L’installation d’un nouveau système supportant plus de trafic
Voix/Data/Vidéo est indispensable.
3. Absence d’une liaison redondante au niveau de la PTP600, ce qui fait que lorsqu’un
lien d’un site donné tombe en panne, la communication est coupé au niveau de ce site
jusqu’à sa réparation.

24
Chapitre III : les pistes d’amélioration de ce réseau multifonction à base
de liaison Wireless de type PTP600

Le chapitre III présente des solutions d’améliorations du réseau existant à base de liaison Wireless
de type PTP 600 de marque Motorola qui opère dans la bande 5.8Ghz en tenant compte de :

 La redondance hot standby de configuration 1+1.


 L’augmentation du débit actuel.

Figure 12 : schéma de routage

Les sites marqués en jaune sont les sites principaux qui permettent de créer des routes de secours
en se basant sur la configuration 1+1

25
I. Redondance hotstandby :

1. Introduction

Le protocole HSRP ou Hot Standby Routing Protocol, est un protocole propriétaire Cisco. Il
permet de gérer la redondance de routeur pour que lorsqu’un routeur tombe en panne un routeur
de secours prenne le relais. HSRP permet d’augmenter la tolérance de panne sur un réseau en
créant un routeur virtuel à partir de 2 routeurs physiques (ou plus), une élection déterminera le
routeur actif et les autres routeurs seront en "attente" (standby). L’élection du routeur actif est
réalisée grâce à la priorité configurée sur chaque routeur.

2. Principe de fonctionnement :

En pratique, HSRP permet qu’un routeur de secours (ou Spare) prenne immédiatement, de façon
transparente, le relais dès qu’un problème physique apparaît.

En partageant une seule et même adresse IP et MAC, plusieurs routeurs peuvent être considérés
comme un seul routeur “Virtuel”. Les membres du groupe de ce routeur virtuel sont capables de
s’échanger (Multicast) des messages d’état et des informations.

Un routeur physique peut donc être “responsable” du routage et un autre en redondance. Si le


routeur, que nous appellerons primaire, a un problème, le routeur secondaire prendra sa place
automatiquement. Les paquets continueront de transiter de façon transparente car les 2 routeurs
partagent les mêmes adresses IP et MAC.

Un groupe de routeurs va négocier au sein d’un même groupe HSRP (ou standby group), un
routeur primaire (Active router), élu au moyen d’une priorité, pour transmettre les paquets
envoyés au routeur virtuel. Un autre routeur, le routeur secondaire (Standby router), sera élu lui
aussi afin de remplacer le routeur primaire en cas de problème. Le secondaire assumera donc la
tâche de transmettre les paquets à la place du primaire en cas de défaillance.

Le processus d’élection se déroule pendant la mise en place des liens, une fois ce processus
terminé, seul le routeur primaire (Active) va envoyer des messages HSRP multicast en UDP aux
autres afin de minimiser le trafic réseau. Si ces messages ne sont plus reçus par le routeur

26
secondaire (Standby), c’est que le routeur primaire à un problème et le secondaire devient donc
Actif.

L’élection se fait un peu à la manière de spanning-tree, en prenant en compte une priorité. Cette
priorité est composée d’un paramètre “priority” compris entre 1 et 255 (255 étant le plus
prioritaire) et de l’adresse IP de l’interface.

A priorités statiques égales, la plus haute adresse IP sera élue. Plusieurs groupes HSRP peuvent
exister au sein d’un même routeur sans que cela ne pose problème (depuis l’IOS 10.3). Seuls les
routeurs du même numéro de groupe s’échangeront les messages HSRP.

3. Configuration des routeurs principaux

 Le routeur de site de Beni dir

Beni dir(config)#int fa0/0


Beni dir (config-if)#ip address 172.23.100.5 255.255.255.248
Beni dir (config-if)#no sh
Beni dir (config-if)#int fa 0/1
Beni dir (config-if)#ip address 172.23.102.33 255.255.255.248
Beni dir (config-if)#no sh

Beni dir (config-if)#exit


Beni dir (config)#router rip
Beni dir (config-router)#network 172.23.100.32
Beni dir (config-router)#network 172.23.102.0
Beni dir (config-router)#exit

 Le routeur du site KHOURIBGA

KHOURIBGA(config)#int fa0/1
KHOURIBGA(config-if)#ip address 172.23.100.9 255.255.255.248
KHOURIBGA(config-if)#no sh
KHOURIBGA(config-if)#int fa0/0
KHOURIBGA(config-if)#ip address 172.23.100.1 255.255.255.248
KHOURIBGA(config-if)#no sh
KHOURIBGA(config-if)#exit
KHOURIBGA(config)#router rip
KHOURIBGA(config-router)#network 172.23.100.0
KHOURIBGA(config-router)#network 172.23.100.0
KHOURIBGA(config-router)#exit
 Le routeur du site POINT-B :

27
POINT-B(config)#int fa0/1
POINT-B(config-if)#ip address 172.23.103.77 255.255.255.248
POINT-B(config-if)#no sh
POINT-B(config-if)#int fa0/0
POINT-B(config-if)#ip address 172.23.102.37 255.255.255.248
POINT-B(config-if)#no sh
POINT-B(config-if)#exit
POINT-B(config)#router rip
POINT-B(config-router)#network 172.23.103.64
POINT-B(config-router)#network 172.23.102.32
POINT-B(config-router)#exit

 Le routeur du site Mera :

Mera (config)#int fa0/1


Mera (config-if)#ip address 172.23.103.37 255.255.255.248
Mera (config-if)#no sh
Mera (config-if)#int fa0/0
Mera (config-if)#ip address 172.23.100.13 255.255.255.248
Mera (config-if)#no sh
Mera(config-if)#exit
Mera (config)#router rip
Mera (config-router)#network 172.23.103.32
Mera (config-router)#network 172.23.100.0
Mera (config-router)#exit

4. Maintenant on active le hotstandby sur nos interfaces :


 Configuration sur Khouribga

KHOURIBGA (config)# interface Fa0/0

KHOURIBGA (config-if)# standby 1 ip 192.168.0.254

KHOURIBGA (config-if)# standby 1 priority 200

KHOURIBGA (config-if)# standby 1 preempt

28
Chapitre 4 : Solutions proposées pour améliorer le réseau de la zone
OCP-Khouribga

I. Introduction

Dans cette partie, je traiterai des solutions pour quelques


problèmes que j’ai identifiés dans le réseau de
télécommunication de la zone OCP Khouribga afin de
l’améliorer et le rendre plus fiable.

II. Gestion de la QoS sur le LAN : La technologie des VLANs


Les réseaux doivent prendre en charge une large gamme d'applications et de services, et
fonctionner sur de nombreux types de câble et de périphérique, qui constituent l'infrastructure
physique. Dans le contexte actuel, l'expression « architecture réseau » désigne aussi bien les
technologies prenant en charge l'infrastructure que les services programmés et les règles, ou
protocoles, qui font transiter les messages sur le réseau. Alors que les réseaux évoluent, nous
découvrons que les architectures sous-jacentes doivent prendre en considération quatre
caractéristiques de base si elles veulent répondre aux attentes des utilisateurs notamment la
tolérance aux pannes, l’évolutivité, la qualité de service (QoS) et la sécurité. C’est dans ce
contexte qu’entre cette dernière partie qui traitera quelques solutions qui entrent dans les quatre
caractéristiques déjà citées qui prouvent la fiabilité d’un réseau

29
1. L’apport des VLANs à l’OCP
Les VLANs représentent un mécanisme simple permettant d'adapter un réseau aux objectifs de
l'entreprise. Ainsi, les principaux avantages des VLANspour l’OCP sont les suivants :

► Sécurité : les groupes contenant des données sensibles sont séparés du reste du réseau, ce qui
diminue les risques de violation de confidentialité. Comme l'illustre la figure suivante, les
ordinateurs des ingénieurs se trouvent sur le VLAN 10 et sont complètement séparés du trafic
des données des autres employés

Figure 13 : sécurité au niveau de VLAN

30
► Réduction des coûts : des économies sont réalisées grâce à une diminution des mises à niveau
onéreuses du réseau et à l'utilisation plus efficace de la bande passante et des liaisons montantes
existantes.

► Meilleures performances : le fait de diviser des réseaux linéaires de couche 2 en plusieurs


groupes de travail logiques (domaines de diffusion) réduit la quantité de trafic inutile sur le
réseau et augmente les performances.

► Réduction des domaines de diffusion : la division d'un réseau en VLANs réduit le nombre de
périphériques dans le domaine de diffusion. Comme l'illustre la figure, il y a six ordinateurs dans
ce réseau, mais seulement trois domaines de diffusion : Ingénieur, Chef de service et Employé.

► Efficacité accrue du personnel informatique : les VLANs facilitent la gestion du réseau, car
les utilisateurs ayant des besoins réseau similaires partagent le même VLAN. Lorsqu’nous
configurons un nouveau commutateur, toutes les stratégies et procédures déjà configurées pour le
VLAN correspondant sont implémentées lorsque les ports sont affectés. Le personnel
informatique peut aussi identifier facilement la fonction d'un VLAN en lui donnant un nom
approprié. Dans la figure 4-2, pour qu'ils puissent être facilement identifiables, le VLAN 10 a été
nommé « Ingénieur », le VLAN 20, « Chef de service» et le VLAN 30, « Employé ».

► Gestion simplifiée de projets et d'applications : les VLANs rassemblent des utilisateurs et des
périphériques réseau pour prendre en charge des impératifs commerciaux ou géographiques. La
séparation des fonctions facilite la gestion d'un projet ou l'utilisation d'une application
spécialisée. Concernant le service de télécommunications de l’OCP il existe plusieurs
applications utilisées telles que : la voix, les données, la vidéo, le multimédia qui nécessitent
d’être séparé dans des VLANs afin de gérer chaque flux séparément et afin de transmettre le flux
voulu à l’équipement de destination approprié.

31
II. Sécuriser la connexion site à site : La solution VPN (Réseaux privés virtuels)

Pour sécuriser la transmission de la voix entre les sites, qui doit passer par un site intermédiaire,
nous proposons d’utiliser des VPNs (VirtualPrivate Network) qui permettent de créer des tunnels
virtuels dans un réseau IP non sécurisé, ce VPN est réservé à un groupe d’usagers déterminés par
authentification, ainsi les données échangées sont protégées contre tout accès non autorisé par un
algorithme de cryptage. L’infrastructure VPN est une architecture capable de transporter la voix
sur un réseau sécurisé à base du protocole IPSec. Ce dernier est un ensemble de protocole
utilisant des algorithmes de cryptage permettant le transport de données sécurisées sur un réseau
IP. Parmi les caractéristiques d’IPSec que les données transitant le réseau sont chiffrées, les deux
extrémités doivent être authentifiées, les adresses sources et destinations sont chiffrées avec
IPSec.

Figure 14 : la solution VPN

32
Conclusion générale
Ce travail s’est concentré principalement sur l’étude de l’existant du réseau de la zone
OCP de Khouribga en termes d’équipements et le type du réseau mis en place pour
assurer la communication entre les employés de l’OCP. A la lumière de cette étude, il
s’est avéré qu’il faut suivre l’évolution et l’extension des chantiers que connait l’OCP et
cela en adoptant des solutions pour faire face aux différents problèmes aussi les
différentes améliorations proposées sur le réseau de la zone OCP Khouribga notamment
le déploiement de la VOIP dans les différents chantiers de la zone de Khouribga.

D’autre part, je trouve parmi les limites que j’ai cité dans l’étude du réseau, le problème
de l’absence de redondance au niveau de liaison PTP600, qui entraine en cas de panne
l’arrêt de la liaison. L’une des solutions que nous proposons afin d’assurer la disponibilité
du réseau est la configuration 1+1, qui consiste à mettre en place deux PTP l’une primaire
et l’autre secondaire (standby) qui fonctionnera en cas de panne. Or, la technologie
PTP600 ne supporte pas la redondance 1+1, d’où la proposition d’une convergence vers
la technologie PTP820- l’une des versions les plus évolués de la PTP600- se pose. Cette
dernière supporte la redondance et fournit un grand débit qui peut aller jusqu’à 2 Gbps.

A la fin de ce travail, je tiens à rappeler que ce projet n’était pas juste un devoir à faire,
mais plutôt un ensemble d’informations et d’expériences professionnelles dont je dois
profiter dans la suite de mon parcours.

33