Vous êtes sur la page 1sur 78

MINISTERE DE LA SANTE DE LA POPULATION ET DE LA

REFORME HOSPITALIERE

Institut National de formation Supérieure Paramédicale De

Biskra

MEMOIRE PROFESSIONNELLE FIN D’ETUDES EN

VUE DE L’OBTENTION DU LICENCE

PROFESSIONNALISANT

Filière :Médico-Technique

Spécialité :Laborantin de Santé Publique

Thèmes :

L’INTERET D’APPLICATION LES REGLES DU


GROUPAGE SANGUIN SELON LES NORME
INTERNATIONAL

(Enquête réalisée au niveau de (CTS) d’EPH Bachir ben nascer


et laboratoire EPH Dr SAADANE)

PRESENTE PAR :

- . SAHRAOUI Rahma.

- .HACHI Amira.

SOUS LA DIRECTION DE :

-Mr .NOUI ALI : PEPM.

Promotion : 2013/1016.
Remerciement

Nous tenons tout d’abord à remercier Allah Qui nous a donné la force et la volante à rédiger ce
modeste travail .

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui nous ont aidés à la réalisation demémoire de fin
d'étude. En particulier

Le directeur de paramédical de Biskra : Madame AMI ALI MERIEM. et le directeur des études et
stage Madame HAMZAOUI.R

Monsieur BALLA MOHAMED : Professeur d’enseignement de l’institut de formation supérieure


paramédical de Biskra , Dr. khelil khaled Assistant en Microbiologie pour tout le savoire qu’ils
nous ont donné .
promotrice de mémoire: Monsieur Noui Ali qui grâce à leur conseils, encouragement

et aide que ce mémoire à été réalisé et Dr nabet Médecin spécialiste en Hémobiologie.

Mr. bouzahere Yassine à chef d’option des laborantins pour ces grands efforts pendant notre étude

Chef d’option: Mr. MERIDJA ABDELMAJA.

A touts les enseignants qui ont contribué à mon étude.

Nous adressons nos remerciements également aux membres de jury qui accordent l'honneur de juger
ce travail.

A tous nos collègues de la promotion 2013/2016.


TABLE DE MATIERES

-Remerciement.
-Delimitation des concepts.
-Les abréviations.
-Introduction.
-Choix du thème.
-Problématique.
-Hypothèse.
PARTIE THEORIQUE

CHAPITRE01: Généralité sur le sang .


1-Définition du sang …………………………………………………...09
2- Propriétés physiques du sang et son composition …….…………..09
3-Les fonctions du sang ............................................................................10
4 -Immunologie ………….…………………………………………….10
4-1les antigènes………….............................................................................................11
4-2 les anticorps (Les anticorps réguliers, Les anticorps irréguliers)……………..........11
4-3 la réaction antigène – anticorps …………………………………………................11
4-4 la réaction d’agglutination………………………………………………..…….......12

CHAPITRE02: Généralités sur les groupes sanguin

1-Définition d’un Groupe sanguin……………………………………14


2- le systèmeABO……………………………………………………....14
2-1 Définition ……………………………………………………………..…………...14
2-2 Les antigènes du systèmatique………………………………………..…………...15
2-3- Les Anticorps du Système ………………………………………..……………...16
2-3-1Anticorps dits naturels réguliers…………………………………………..….......16
2-3-2 Anticorps dits acquis irréguliers………………………………..........................16
2-4- Heredite du systeme ABO………………………………………………………...17
3-Le système rhésus……………………………………………….…..18
3-1 Définition …………………………………………………………………...........18
3-2Les antigènes du système rhésus…………………………………………………...18
3-3les anticorps du système rhésus…...……………………………....…………….....18
3-4Génétique du système rhésus ………………………………………………..........19
4-les autres systèmes des groupage sanguin…..……………………………….........19
4-1-Le système Kell………………………………………………….………………...19
4-2-Le système Duffy……………………………………………….………………....20
4-3-Le système Kidd…………………………………………….……………….........21
4-4- Le système MNSs…………………………………………….………………......22

CHAPITRE03 : Les méthodes et les techniques des groupages


ou phénotpage sanguins. 1-
Détermination du système ABO……………….................................24
1-1 –Introduction………………………………………………………………….……24
1-2le principe………………………………………………………………….………..24
1-3- prélèvement……………………………………………………………………….24
1-4-Les Méthodes………………………………………………………………………24
1-4-1Epreuve globulaire (Beth-Vincent). …………………………………………....24
1-4-2- Epreuve sérique (Michon-Simonin) ………………………………..…………26
2- Détermination du système rhésus……...…………………………… 28
1-2Principe ……………………………………………………………………………28
2-2Technique ………………………………………………………………………....28
2-3Lecture des résultat………………………………………………………………...29
2-4Détermination de l'antigène Du……………………………………………………30
2-4-1- Principe ……………………………………………………………………..….30
2-4-2- Technique ………………………………………………………………………31
2-4-3- Lecture des résultats ……………………………………………………………31
3-Détermination du système Kell ……………………………………31
3-1 principe…………………………………………………………………………….31.
3-2 technique……………………………………………………………………..……32
3-3- Lecture des résultats…………………………………………………….………..32
4-principales indications du phénotypae ……………………………32
PARTIE PRATIQUE

CHAPITRE1 : L’aspect Méthodologique


1-Méthode de larecherche ………………………………………………34
2Etude…………………………………………………………………...34
3Population d’étude……………………………………………………..34
4- limites espacio-temporelle……………………………………………34
5-Instruments de recherche: questionnaire………………………………35

CHAPITRE2 : Présentation et analyse De résultat.


1- Identification de la population………………………………….…….37
2- Présentation et analyses le Questionnaire de centre de la transfusion sanguin
de Biskra « CTS »… …………………………………………..39
3- Présentation et analyses le Questionnaire d’EPH Docteur Saâdan
Biskra……………………………………………………………………50
4- Présentation et analyses le Questionnaire de médecines du service….52
-Analyse globale………………………………………………………...63
- Conclusion
-Suggestion
-Bibliographie
- Annexes.
Les abréviations

Ag : Antigène

AC : Anticorps.

GR : Globules rouges.

RH : Rhésus.

HLA : Antigène lymphocytaire humain.

HPA : Antigène humain de plaquette.

Sb : Substance.

EPH : Établissement publique hospitalière.

CTS : Centre de transfusion sanguin.

LSP :Laborantins de santé publique .

RAI : Recherche agglutination irrégulière.


Delimitation des concepts

- L’intérêt : l’importance, l’utilité.

-les Normes : Ensembele de régles principe ,critere au quel se régléree toute jugement.

- Groupe sanguin : Un groupe sanguin est définit par un ensemble d’individus qui
ont sur leurs hématies un caractère commun qui les différencient les autres.

- Groupe sanguin « O » : Un des quatre groupes sanguins du système ABO,


Caractérisé par l’absence d’antigènes A et d’antigènes B à la surface des globules
Rouges.

- Anticorps : Protéine du sérum sanguin sécrétée par les lymphocytes B (globules


Blancs intervenant dans l'immunité) en réaction à l'introduction d'une substance
Étrangère (antigène) dans l'organisme.
- Antigène : On appelle antigène toute substance étrangère à l'organisme capable de
Déclencher une réponse immunitaire visant à l'éliminer.
- Transfusion sanguine : Selon l’OMS La transfusion sanguine est le transfert de sang
ou de constituants du sang d’un individu (donneur) à un autre (transfusé). Elle peut être
vitale et les services de santé se doivent d’assurer un approvisionnement suffisant en
sang sécurisé et de veiller à ce qu’il soit utilisé judicieusement.
- Hémolyse : L'hémolyse est la destruction normale ou pathologique des hématies.
(Globules rouges).

- Hémolysine : Anticorps provoquant des lésions de la membrane des globules rouges


Et aboutissant à leur destruction.

 http://www.futurasciences.com
 (Larousse médicale)
 (http://www.vulgaris-medical.com)
INTRODUCTION
Les groupes sanguins, ou phénotypes érythrocytaires, correspondent à des Ag
membranaires de l’érythrocyte, dont l’expression est déterminée par une série de systèmes
génétiques polymorphes.

Ces Ag, introduits dans un organisme qui les reconnait comme étrangers, peuvent être la
cible d’AC sérique naturels ou immuns, responsables d’une lyse cellulaires parfois grave,
voire mortelle. Cette notion s’exprime dans deux domaines de la pathologie : Les accidents
immunologiques transfusionnels et l’incompatibilité fœto-maternelle.

Plus de trente cinq (35) systèmes de groupes sanguins ont été identifiés depuis la
découverte des systèmes ABO par Landsteiner en 1900. Certains de nature glucidique,
comme les systèmes ABO, Lewis, dont les extrémités terminales glycoprotéiques ou
glycolipidiques membranaires portant les antigènes. D’autres, de nature peptidique, représente
l’expression directe des gènes et sont ancrés dans la membrane des hématies.

Au contraire des Ag de nature peptidique dont l’expression se trouve souvent restreinte aux
cellules sanguines et généralement limitée à l’homme, les Ag glucidiques sont des Ag
tissulaires, présent sur de nombreux organes, et exprimés dans d’autres espèces y compris les
bactéries.

Les AC anti-érythrocytes dirigés contre ces systèmes de groupes sanguins, en se fixant sur
la membrane érythrocytaire, entrainent fréquemment une diminution de la durée de vie des
hématies et une hémolyse retardée par phagocytose. Ils peuvent parfois induire une hémolyse
intra-vasculaire massive par activation du complément.

Les applications cliniques des conflits immunologiques mettent en jeu, de façon


considérable, les Ag de groupes sanguins. Il faut distinguer deux situations très différentes :

La présence d’AC naturels dans le système ABO représente un obstacle infranchissable à


toute transfusion « incompatible» dans ce système.

L’apparition d’AC irréguliers vis-à-vis du système Rh ou d’un autre système « majeur»


impose de sélectionner des hématies (donneurs) compatibles pour les transfusions ultérieures.
Cependant, nous avons constaté sur les terrains de stage que ces règles ne sont pas
strictement respectées par les laboratoires ce qui nous a encourager de centrer la lumière sur
ce sujet.

Notre travail « l’intérêt d’application les règles du groupage sanguin selon les Normes
Internationales » est divisé en deux grandes parties :
-Une Partie Théorique : repartie en trois chapitres : Generalite sur le sang, Généralités sur
les groupes sanguins, Les méthodes et les techniques des groupages sanguines.
-Une Partie pratique : réservée à l’aspect méthodologique de notre recherche, L’analyse et
l’interprétation des résultats obtenus et enfin des suggestions et une conclusion.
Choix du thème

Au cours de nos stages pratiques dans les différents hôpitaux et exactement dans les
services de laboratoires de la ville de biskra nous avons constaté que dans la réalisation du
groupage sanguin certaines techniques ne sont pas appliqué au cours de l’étude
principalement au niveau des EPH, EHS, EPSP ce qui nous a attiré notre curiosité de
connaitre les raisons pour les quelles certaines méthodes ne sont pas utilisées.
On a choisi le thème : « l’intérêt d’application les règles du groupage sanguin selon les
Normes Internationales » vu l’importance de détecter le groupage sanguin selon les Normes
mondiales.
Pour cela on a tracé les objectifs suivants :
-Approfondir nos connaissances sur les groupes sanguines.
-Mettre en évidence l’importance de l’application des techniques de groupage
strictement respectées par les laboratoires.
-Améliorer la qualification biologique (Immuno-hématologique)
- Mettre en évidence l’importance des techniques non utilisées.
PROBLEMATIQUE

Les groupes sanguins, ou phénotypes érythrocytaires, correspondent à des antigènes


membranaires de l’érythrocyte, dont l’expression est déterminée par une série systèmes
génétiques polymorphe.
Le groupage ABO et Rh D est une analyse réalisée à l’occasion de chaque don sur un
échantillon de sang anti coagulé.
Le groupage ABO comporte obligatoirement, en plus des témoins, deux études
complémentaires :
- L’étude des hématies qui consiste à rechercher les antigènes érythrocytaires A et B avec le
réactif anti A, anti B et anti A+B.
- L’étude de plasma qui consiste à rechercher des anticorps anti A et anti B avec des hématies
tests A1, A2, et B ; en cas de nécessité, cette étude peut se faire à partir du sérum.
-Le groupage Rh D comporte obligatoirement l’étude des hématies avec un réactif anti-D et
un réactif témoin.
-Le groupe sanguin ne sera réputé définitif qu’à la suite de deux déterminations réalisées à
partir de deux prélèvements sanguins différents et par deux techniciens différents.
-Un résultat RHD négatif et complété par l’étude des antigènes C, E, c, e et par la recherche
du D faible (Du) par un test indirect à l’antiglobuline polyvalente. Les unités RHD négatif
possédant l’antigène C et/ ou l’antigène E sont étiquetées RHD positif.
-La recherche des anticorps anti-A et anti-B immuns est une analyse Immuno-hématologique
réalisée à l’occasion de chaque don du groupe sanguin O. la présence d’anticorps anti A et/ ou
anti B immuns doit être mentionnée sur l’étiquette des produits sanguins labiles.
-La recherche des anticorps anti- érythrocytaires doit être pratiquée par un test indirect à
l’anti globuline un test en milieu salin et/ou un test enzymatique (Le Ministre de la Santé et
de la Population).

Lors de nos différents stages pratique au niveau de certains Laboratoires, on à constaté que
au cours de la réalisation de la technique du groupe sanguin certaines méthodes ne sont pas
utilisées avec les Normes mondiales ou ne sont pas utiliées du tout et qui sont nécessaire
d'effectuer toutes les technique .
De ce fait la question posée est la suivante «Est-ce que les laborantines appliquée toutes
les régles du groupage sanguin sélon les normes,Est-ce que l’examen du groupage
sanguin avec une technique incomplète ( méthode de beth vincent seule, la recherche de
faible (Du) ou la recherche des hémolysines de donneur ‟O” dangereux, utilisation de
témoins, les sous groupes pour les polytransfusée) constitue un risque sur le pronostic
vital du malade ? ».
Hypothèse
- les régles du groupage sanguin ils ne sont appliquée par les laborantins et les
biologistes réguliérement .
-L’examen du groupage sanguin avec technique incompléte constitue un risque le
pronostic vital le malade.
PARTIE théorique
CHAPITRE01 :
Généralité sur le sang
CHAPITRE01 : Generalite sur le sang

1-Definitions :
Le sang et un tissu vital, fluide plus dense que l'eau son PH est légèrement alcalin (7.2 à
7.5).
C'est aussi l'organe le plus volumineux (5Kg), unique par sa composition liquide qui le
rend
d'accès particulièrement facile (prélèvement veineux ou capillaire), il
circule dans le système vasculaire d'une façon contenue et régulière par le système
cardiovasculaire.
Le sang est constitué d'une suspension de cellules dans un liquide complexe appelé plasma
comprenant
lui même de l'eau sels minéraux, éléments organiques (glucides, lipides, protéines).
Les cellules sont appelées les éléments figurés du sang dont la plus part sont des cellules
différenciées et fonctionnelles, sont séparables par centrifugation, appartenant à trois
groupes:
- les globules rouges ou érythrocytes.
- Les globules blancs ou leucocytes.
- Les plaquettes ou thrombocytes.

2- Proprietes physiques du sang

2-1- Une partie solide :


2-1-1- Les globules rouges: c'est une cellule dont le cytoplasme est riche en
hémoglobine et qui assure le transport du dioxygène. Chez les mammifères cescellules sont
dépourvues de noyau. Il y a environ 5 à 5,5 millions de globulesrouges par mm3 de sang.
2-1-2- les globules blancs : c'est une cellule présente dans le sang, dont le rôle est de
défendre l'organisme. Les adultes en bonne santé possèdent, normalement,entre 4 mille et
11 mille de globules blancs par litre de sang.
2-1-3- les plaquettes : c'est une cellule du sang, formée dans la moelle osseuse mais
qui se fragmente immédiatement en petits éléments. Les plaquettes permettent la formation
d'une croûte rouge sombre, qui bouche la plaie, et qui finira par se décrocher à la fin de la
cicatrisation. Les plaquettes sont donc importantes pour la coagulation sanguine.
2-2- Une partie liquide :
Plasma :Le plasma est le liquide jaunâtre surnageant dans le sang total. Il sert à
transporter les cellules sanguines à travers le corps.

9
CHAPITRE01 : Generalite sur le sang

C'est la partie liquide du sang ne contient pas les cellules sanguines.


C'est un liquide jaune clair constitué de 92٪ d'eau, sels minéraux des produits de
métabolisme cellulaire
(urée, co2….), les enzymes, les hormones.
- son aspect peut être trouble si le taux de lipides est augmenté et il est
jaune foncé si le taux de bilirubine est augmenté.
Après centrifugation du sang prélevé sur un anticoagulant on obtient une phase
solide constituée de cellules et une phase liquide qui est le plasma.
Par contre si on effectue un prélèvement sans anticoagulant la phase liquide
sera nommée " sérum" qui est différent du plasma car il est dépourvu de
fibrinogène et des protéines de coagulation

3- les fonctions du sang :


Les fonctions du sang sont nombreuses:
- fonction respiratoire assurée essentiellement par les hématies grâces à leur pigment
respiration l'hémoglobine.
- fonction immunitaire et de défense assurée par les globules blancs.
- fonction hémostatique assurée par les plaquettes et certaines protéines plasmatiques.
- fonction de nutrition et d'épuration.
4-Rappelle Immunologie :
4-1- les antigènes :
L'antigène est une substance capable d'induire une réaction immunitaire et de réagir
spécifiquement avec le produit de cette réaction cet antigène peut être particulaire (cellule,
bactérie, virus) ou soluble (protéine).
Les antigènes peuvent se groupes en 5 grandes familles : les haptènes, Les Ag protéiques,
les Ag polysaccharidiques, les lipides lorsqu’ils sont couplés avec les protéines ; et les
acides nucléiques. Selon leur origine on distingue : les Ag naturels, synthétique et
artificiels.
Parmi les antigènes naturels on trouve:
Les xéno antigènes, les allo antigènes, les autos antigènes.
Le potentiel immunogène est lié à divers facteurs, une substance est considéré comme
immunogène si elle remplie un certain nombre de conditions: le poids moléculaire,
caractère étranger, nature chimique et la voie pénétration.

10
CHAPITRE01 : Generalite sur le sang

4-2- les anticorps :


Les anticorps sont des protéines synthétisées dans un organisme vivant en réponse à une
stimulation antigénique, ils sont présents dans le plasma, le sérum ainsi et dans d'autres
liquides et tissus (urines, liquide céphalo rachidien, lait,
ganglions et la rate).
Mais en présence des antigènes qui leur ont donné naissance les anticorps ont la
propriété essentielle de réagir spécifiquement avec les antigènes in vivo et in
vitro.
Des procèdes d'analyses immunologiques et physico chimiques ont permet de
reconnaître 5 grands groupes d'anticorps :
IgG, IgA, IgD, IgM, IgE.
Les anticorps sont faits de 4 chaines polypeptidiques : 2 lourdes « H » et 2 légères « L»
unies ensemble par des ponts disulfures.
La mise en évidence par immunofluorescence des AC dans les plasmocytes a permet
d'attribuer à ces cellules la fonction de production des AC qui ne leur est d'ailleurs pas
exclusive puisque certains lymphocytes B peuvent aussi synthétiser les AC.
On distingue 2 types d'anticorps :
4-2-1- les anticorps réguliers
Ils sont toujours présents avec ou sans pré immunisation préalable apparente par l'antigène
correspondant, ce sont des anticorps complets et ils peuvent être d'origine naturelle (les
anticorps du système ABO) ou immune (après immunisation).
4-2-2- les anticorps irréguliers
Anticorps détectés parfois dans le plasma, ce sont des anticorps incomplets et sont
d'origine immune (les agglutinines irrégulières) ou naturelle (anticorps anti Lewis, anti P).
4-3- la réaction antigène – anticorps :
La combinaison des anticorps et des antigènes correspondants se révèle par des réactions
immunologiques d'aspect varié, suivant le type d'antigène ou d'anticorps, mais qui révèle
des mêmes principes généraux.
L'étude de la réaction élective entre le déterminant antigénique et le site anticorps a pu être
entreprise grâce à l'emploi de système simple tel que les haptènes.
La réaction Ag-AC est spécifique à chaque déterminant correspond un anticorps spécifique
de ce déterminant ce ci implique une complémentarité étroite entre les structures réactives
antigènes et anticorps.

11
CHAPITRE01 : Generalite sur le sang

Cette réaction n'est pas covalente et met en jeu des forces d'interactions moléculaires
relativement faibles comparables à celles existant entre les acides aminés constituants les
chaines protéiques.
La stabilité de la liaison Ag-AC sera donc fonction de l'exacte complémentarité entre les
sites Ag et AC qui réduit au maximum les distances.
4-4- réaction d'agglutination :
Elle met en évidence des Ag particulaires qui s'amassent en dépôts volumineux en
présence d'immun sérums qui leurs sont spécifiques.
Lorsque les particules (bactéries, GR, GB, plaquettes), sont en suspension en tube, leur
agglutination les entraîne au font et le surnageant s'éclaircit.
L'agglutinat est provoqué par la neutralisation des forces répulsive portées par les
particules (potentiel zêta) et la formation d'un réseau. La réaction d'agglutination est
particulièrement facile à obtenir avec des AC appartenant à la classe des IgM, les AC
agglutinants furent appelles agglutinines.
Applications :
L'agglutination est dite active lorsque l'Ag reconnu par l'AC agglutinant appartient en
propre à la particule, si l'Ag ne fait pas partie intégrante de la particule l'agglutination est
dite passive.
On appelle agglutination directe une réaction entre un antigène particulaire et un AC
agglutinant, lorsque l'AC est n'est pas agglutinant l'on à recourt à l'antiglobuline
l'agglutination est dite indirecte.
- l'agglutination active et utilisée lors de la détermination des groupes sanguins,
lors du diagnostic des maladies infectieuses (salmonelloses).
- l'agglutination passive est utilisée lors du diagnostic des maladies auto immunes,
diagnostic sérologique de la poly arthrite rhumatoïde dans le cas du test au latex et
l'hémagglutination dans le Waaler-rose.
- l'agglutination indirecte est représentée par le test à l'antiglobuline encore appelé le test du
coombs

12
CHAPITRE02 :
Généralités sur les
groupes sanguin
CHAPITRE02 : Généralités sur les groupes sanguins

1-Définition d’un Groupe sanguin :


Le système ABO est le premier système de groupe sanguin découvert. Le terme ABO est
une combinaison de trois lettres utilisées pour définir les 3 groupes sanguins décrits dans le
système : A, B, O auxquels s’ensuite ajouté le groupe : AB.
Un groupe sanguin est une classification de sang reposant sur la présence ou l’absence
de substances antigéniques héritées à la surface des globules rouge (hématies).
Ces antigènes peuvent être des protéines, des glucides, des glycoprotéines ou des
glycolipides.
Selon le système de groupe sanguin et certains de ces antigène sont également
présents à la surface d’autres types de cellules (groupes sanguins leucocytaires : jean
DAUSSET à découvert le système H.L.A. humain leucocytes antigène.) et (groupes
sanguins plaquettaire :
H.P.A: humain platelet antigènes définis par le comité de nomenclature des plaquettes crée
en 2003.

2-Le système ABO : 2-1-Définition :Le système ABO est défini par la présence
d’antigènes érythrocytaires (A et B) et d’anticorps naturels réguliers, anti-A et anti-B (cad
présent de façon constante dans le sérum sans allo- immunisation préalable) correspondant
aux antigènes absents du globule rouge. Le non-respect de compatibilité ABO entre le
donneur et le receveur conduit à un accident hémolytique grave et parfoisfatal.2-2- Les
antigènes du système ABO : Les systèmes ABO
comprend deux antigènes A et B qui sont présentsSur la membrane des globules rouges et
décrivent les quatre groupesÉrythrocytaires :Groupe A ou B possèdent sur leurs globules
rouges les antigènes A ou B.0Les individus du groupe AB possèdent à la fois les antigènes
A et B. Ceux du groupe 0 (zéro) n'en possèdent aucun.
Il est à noter que le groupe A est hétérogène et peut être divisé en deux sous groupes
portant les Ag, un peut différents qui sont A1 et A2.En fonction de cette différence le
système ABO peut être divisé en sixgroupes quisont : A1,A2 ,B,A1B,A2B ,O.

Leurs natures chimiques sont complexes. Ils sont des protéines formées de chaînes
polypeptidiques auxquelles sont accolés des Oligosaccharides (N-acétyle-galactosamine et
Galactose).

14
CHAPITRE02 : Généralités sur les groupes sanguins

Élaboration des Ag A et B :La


a)-Élaboration La production des Ag A et B est sous la dépendance d’un
gène H, ce gène définit la Sb H à partir d’une Sb précurseur. Cette Sb H est à la base des
groupes sanguins.La présence du gène A provoque la production d’un Ag A. la présence
du gène B provoque la formation de l’Ag B. la présence du gène A et B provoque la
formation des Ag A et B. tel que le gène H est présent.

Nature des Ag du système ABO :Il s’agit d’une structure chimique comportant un
b)-Nature
précurseur commun aux Sb A, B et H : Le galactose –N -acétyle
acétyle glucosamine – muco poly
saccharide doué d’une spécificité de type pneumocoque fixé sur un polypeptidique sur
lequel viennent se greffer par des liaisons covalentes
covalentes des fixations se fait grâce à des
enzymes, transférases spécifique pour chaque sucre codé par le gène
correspondant.Remarque :Dans
:Dans le groupe A il existe donc deux sous groupes :Sous
groupe A1 : L’Ag A1 présent chez 80% des sujet. Toute la Sb H à été con
convertie en A, il y
aura donc une grosse agglutination rapide avec anti A, mais pas avec anti H.
H.Sous groupe
A2 : L’Ag A2 présent chez 20% des sujet. Toute la Sb H n’a été entièrement convertie, il ya
donc une grosse agglutination mais plus lente avec Anti A et anti H.

Représentation schématique de l’expression des Ag A, B et H.

la substance H : L'Ag H existe chez la plupart des individus, les antigènes A et Bs


‘élaborent chimiquement à partir de ce précurseur; la quantité d'antigène H sera plus
importante sur les hématies A et B que sur les hématies AB, elle sera élevée sur les
hématies OLe : substance H elle-même
Le phénotype Bombay :La même est produite par le gène H ;
si ce gène est absent, aucune substance de groupe A ou B ne peut être formée malgré la
présence des gènes A ou B.Le sang est alors dit de «phénotype Bombay».Il est observé
15
CHAPITRE02 : Généralités sur les groupes sanguins

particulièrement, quoique rarement, chez les populations indiennes, et représente un


problème transfusionnel majeur car les sujets de phénotype Bombay ne peuvent être
transfusés qu'avec du sang de même groupe.

Subject O Subject Bombay HH


Substance A - -
Substance B - -
Substance H +++ -
Anti-H - +++

2-3- Les Anticorps du Système ABO :Il y a 3 classes principales :

2-3-1Anticorps dits naturels réguliers :


-Le système ABO est très particulier en raison de l'existence de ces anticorps naturels
réguliers. Naturellement et constamment présents en dehors de toute immunisation :
Un sujet pourvu d'un antigène A, par exemple, possédera un anticorps anti-B.
Le nouveau-né possède souvent des anticorps naturels acquis par vois transplacentaire et
ses immunoglobulines seront à un titre faible, d’où des difficultés de groupage.
-Les anticorps naturels sont des IgM, agglutinants en milieu salin à4°c.
- anti-B de sujet A.
- anti-A de sujet B.
- anti-A + B de sujet O.
2-3-2 Anticorps dits naturels irréguliers :
Il existe parfois chez certaine personnes (ils sont alors dits irréguliers, car inconstant),
exemple : anti-A1 chez des sujets A2 ou A2B, anti-H.
Anticorps immuns « irréguliers »:
Il sont au contraire généralement acquis survenant à la suite d'une transfusion
incompatible soit d'une grossesse à la faveur d'un passage dans la circulation naturelle
d'hématies fœtales

Tableau :Les propriétés des anticorps naturels et immuns.

16
CHAPITRE02 : Généralités sur les groupes sanguins

anticorps naturels anticorps immuns

1- retrouvés spontanément 1-retrouvés après stimulation


2-toujours présents : réguliers antigénique
3- agglutination en salin 2-apparition inconstante et irrégulière
4- non hémolysants 3-agglutination indirect (coombsenzyme)
5-optimum d'activité de 4°c à 18°c 4- hémolysants
6- de classe IgM 5-optimum d'activité à 37°c
7- ne traversent pas le placenta 6- de classe IgG
8- apparaissent après 3 mois chez le n-né 7- traversent la barrière placentaire

2.4. Hérédite du système ABO :


Conception classique de Bernstein (1924)
La transmission des caractères antigéniques A, B, 0 est sous la dépendance d'un système de
gènes poly alléniques constituées par trois allèles A, B, 0, qui occupent un seul locus.
- A et B sont des caractères dominants
-0 est un caractère amorphe.
-Ceci a été vérifié sur des milliers de familles et sur de nombreux
échantillonsdepopulation.De ceci découle un certain nombre de règles de l'hérédité qui sont
à la base de la recherche de paternité en médecine légale :
-La règle de dominance est constamment vérifiée pour ABO : un enfant ne peut avoir
l'antigène A ou B si l'un au moins de ses parents ne le possède déjà.
- La 2ème règle : un sujet ne peut avoir pour parent un individu ayant deux gènes différents
de ceux qu'il possède : par ex : un enfant du groupe 0 et de père AB

Gènes A et B considérés comme pseudo-allèles.

Tableau : les génotypes des groupes


Groupe(phenotype) Genotype
A1 A1/A1 ,A1/A2 ;A1/O
A2 A2/A2 ;A2/O
B B/B ;B/O

17
CHAPITRE02 : Généralités sur les groupes sanguins

O O/O
A1B A1/B
A2B A2/B

3-Le système rhésus:


3-1-- Définition :
Le système rhésus est parmi les systèmes immunogènes dont les Ag sont le plus souvent
responsables d'allo-immunisation transfusionnellesou fœto-maternelles.
Il est caractérisé par l'absence d'iso agglutinines naturels dans lesérum et l'existence sur les
hématies d'une mosaïque d'Ag, parmilesquels l'antigène D qui est le plus important dont les
sujets possédantscet Ag (85%) sont dits rhésus (+) et ceux qui ne possèdent pas (15%)sont
dits rhésus
3-2-Les antigènes du système rhésus :
cours de la méiose, ainsi, toute hématie qui ne possède pas D a le petit d, quand il n’y a pas
E il ya e, quand il n’y a pas C il y a c.
a. Le phénotype RH standard ou groupe rhésus
Lors de la mise en contact GR+ sérum test anti D :
- Il n’ya aucune agglutinations le sujet est dit rhésus négatif,

- S’il ya agglutination, le sujet est dit rhésus positif : il est homozygote s’il a 2 grand D
(1hérité de son père et 1hérité de sa mère),

- Ou D/d si un de ses parents est rhésus négatif : il est double hétérozygote.


La détermination de tous les Ag du système ou phénotype rhésus est d’une importance
vitale chez les polytransfusés.
b. Les variantes des antigènes du système rhésus
Il s’agit sur tout des variantes de l’Ag D, on distingue :
-a)L’antigène D faible ou Du :
Ce sont des hématies dont l’antigène rhésus n’est pas mis en évidence par la majorité
d’anti sérums anti d utilisées avec des techniques d’agglutination standards.
Il fout donc : soit traiter les hématies par les enzymes pour faire apparaître les sites, soit
utilisé des sérums plus puissants.
Le danger de ces Ag Du est de donner de fausseréaction négative,, donc de conclure à un
rhésus négatif.

18
CHAPITRE02 : Généralités sur les groupes sanguins

-b) L’antigène D partial :L’Ag D est considéré comme une mosaïque de sous unités.
Un sujet peut manquer de l’une de ces sous unités et s’il est exposé à un Ag D complet, par
grossesse ou par transfusion, il peut s’immuniser contre la partie dont il manque.

3-3-les anticorps du système rhésus :


a. Conditions d’apparition
Les anticorps anti rhésus sont pratiquement toujours de nature immune.
 Anticorps anti D :
-Après transfusion d’un sang rhésus positif à un sujet rhésus négatif,
-Après immunisation foeto maternelle: mère rhésus négatif, foetus rhésus positif,
 Autres anticorps :
Ils sont dirigés contre les Ag E, c, e, ils sont retrouvés chez les polytransfusés ou dans
l’immunisation foeto maternelle.
3-4-génétique du système rhésus :

Les gènes concernés sont situés sur le chromosome1. Il y a une zone sur le chromosome 1
qui porte les locus des trois allèles ; cette zone est transmise en bloc lors de la mitose =
haplo types : D d /C c / E e4-les autres systèmes des groupes sanguins :

-En dehors des systèmes ABO et RH, il existe de nombreux


antigènesconstituants une trentaine de groupes érythrocytaires et si leur étudeapprofondie
ne se justifie pas ici, il est néanmoins nécessaire d'en connaître les plus importants.4-1-le
système Kell :L'importance du système Kell est due à l'antigène K, qui lui a donnéson
nom et qui possède un très fort pouvoir immunogène.

Il figure parmi les systèmes de groupes sanguins les plusimmunogènes aussitôt après le
système RH, d’où la fréquence des allo- immunisationpar transfusion ou par grossesse due
aux anticorps anti-K.
L'antigène Kell est le produit de l'allèle K mais son antigène antithétique appelé cella nô K
est beaucoup plus fréquent.L'expression des Ag du système Kell liée à un autre antigène
appelé Kx,produit par un gène localisé sur le chromosome X.L'Ag Kx est nécessaire à
l'intégrité morphologique et fonctionnelle la membrane du globule rouge.

Le système Kell n'est pas seulement limité aux deux antigènes K et Ken fait, c'est un
système très complexe constitué schématiquement dequatre séries d'allèles étroitement liés:
Kk, KPa, KPb, JSa, JSb, K11, K17.D'autres Ag appelés "para-Kell", sont d'une manière ou

19
CHAPITRE02 : Généralités sur les groupes sanguins

d'une autreassociés à ce système.Les AC du système Kell sont à quelque exception près


des AC immuns et incomplets (lgG), réagissant bien en test de coombs indirect(mais
parfois mieux en sérum AB).L'anti-K est le seul qui ne soit pas rare et qui soit responsable
deconflits transfusionnels et fœto-maternels relativement communs (91%des receveurs
sont K(-): quand un flacon de sang leur est injecté, ceflacon a 9 chance sur 100 d'être K(+),
et dans cette circonstance, lerisque d'immunisation est d'environ 10%).

4-2-Le système Duffy :


Le système Duffy occupe la quatrième place après ABO, RH etKell dans l'échelle
d'importance clinique des systèmes de groupe.
Il doit cette place à deux Ag: Fya et Fyb produits par deux allèlesqui furent les premiers
gènes de groupe a être localisés sur un autosomedéterminé.
Les AC anti-Duffy sont des AC immuns, de nature lgG, qui sontau mieux détectés par le
test de coombs indirect.
Ils peuvent être responsables d'accidents transfusionnelshémolytiques, parfois mortels, et
sont une cause occasionnelle de maladie hémolytique périnatale

20
CHAPITRE02 : Généralités sur les groupes sanguins

4-3-Le système Kidd :


Le système Kidd est important parce que l'antigène JKa, est trèsimmunogène.Le dépistage
et l'identification de l'anti-JKa chez des maladespoly-transfusés sont souvent difficiles et
pourtant essentiels.
Cet anticorps peut être à l'origine de réactions hémolytiquessévères.
Le système Kidd est représenté par deux antigènes antithétiques: Jka et JKbproduits par
deux allèles.

Un phénotype silencieux, JK (a - b) est très rare: ces sujets


peuvent produire un anti JK3 qui réagit avec les hématies JK (a+)
et/ou JK (b+).

4-4-Le système MNSs ;


Le système MNSs est un système complexe, caractérisé par unnombre toujours croissant
de variantes génétiques.
21
CHAPITRE02 : Généralités sur les groupes sanguins

Il se présente alors comme un système à deux couples d'allèlesco-dominants, étroitement


liés sur une paire de chromosomes.
Il existe donc 4 chromosomes (NS étant le plus rare), 10génotypes et 9 phénotypes.
Le système MNSs est fondé sur l'existence de quatre haplotypesformés par deux paires de
pseudo-allèles: M et N d'une part et S ets d'une part.
Les antigènes M et N sont localisés sur le glycophorine A tandis
que les antigènes S et s sont situés sur la glycophorine B. que les antigènes S et s sont
situés sur la glycophorineB.

Schéma n°1 : Réparation de groupe sanguine

22
CHAPITRE03 :
Les méthodes et les
techniques des groupages
ou phénotpage sanguine.
CHAPITRE03 : les techniques de groupage sanguin

1-determinatio de système ABO :


1-1-Introduction :
Cette détermination comporte obligatoirement deux épreuves qui sont réalisées au
laboratoire.
La première est l'épreuve globulaire de Beth-Vincent qui consiste à l'aide de sérum-test à
mettre en évidence les antigènes présents sur les hématies d'un sujet.
La seconde est l’épreuve sérique de Simonin qui à l'aide de globules rouges test permet de
déceler et reconnaître les anticorps naturels Anti-A et/ou anti-B du sérum de ce sujet ,
1-2-Principe : la principe de ces deux méthod et basé sur l’agglutination directe des
hématies porteuses d’anti éne par des anticorps spécifique .
1-3 :Le prélévement : Il doit être recueilli sur un anticoagulant (EDTA. citrate de
soude, oxalate), 4 à 5 ml de sang sont nécessaires, le tube doit comporter I’ identification
Complète du sujet à grouper: nom, prénom, date de naissance, service demandeur ou
adresse du sujet.
1-4-Les Méthode :
1-4-1-Épreuve globulaire (Beth-Vincent) :
Principe :
C'est la recherche d’antigènes érythrocytaires présents sur la membrane du globule rouge à
l’aide de réactifs de spécificité : Anti- A, Anti-B, Anti-AB, Anti A1, Anti-H.
Réactifs et matériels :
Sérum-tests :

- D'origine humaine anti-A. anti-B, anti AB.

-D'origine végétale : anti-A1, anti-H.

Ils doivent être conservés à (+ 4°c). Toute contamination par des érythrocytes doit être
soigneusement évitée.

- Soluté physiologique.

- Baguette de verre rodé.

- Tubes à hémolyse

- Centrifugeuse

24
CHAPITRE03 : les techniques de groupage sanguin

- Portoir

-Technique :

Le groupage sanguin s'effectue sur plaque ou en tube.

-Sur plaque :

-S'assurer de la propreté de la plaque avant la détermination.

-Déposer sur la plaque d'opaline de haut en bas ou côte à côte :

* Une goutte de sérum test anti A

* Une goutte de sérum test anti B.

* Lire goutte ce sérum test anti AB

* Une goutte de sérum test anti A1.

* Une goutte de sérum test anti H.

Déposer à côté de chacune de ces gouttes de globules rouges de l’échantillon à tester.


-À l'aide d'un agitateur ou d'un fond d'un tube de verre, on mélange soigneusement chaque
couple : sérum-hématie. ---
-L'agitateur est soigneusement essuyé entre chaque mélange. Le diamètre du cercle
d'étalement doit être de 2 à 2,5cm, on imprime à la plaque un mouvement d'osculation
circulaire de faible amplitude.
lecture de résultats :
Quand l'agglutination se produit, il apparait des amas globulaires de plus en plus nettement
définies nageant dans un liquide limpide. Au contraire en l'absence d'agglutination le
mélange restant en suspension uniforme.

- En tube :

Il faut utiliser des tubes à hémolyse


- Déposer respectivement les antisérums Anti-A. Anti-B. Anti-AB, Anti-A1, Anti-H.
-Ajouter successivement dans chaque tube les hématies à tester préalablement lavées en
eau physiologique, et suspendues dans celle- ci à la concentration de 3 à 5%.

25
CHAPITRE03 : les techniques de groupage sanguin

-Bien mélanger et centrifuger tout les tubes pendant 15 minutes à 3400 tours/minute, ou
laisser reposer les tubes à la température du laboratoire pendant 15 à 60 minutes.
- Agiter légèrement les tubes pour remettre les hématies en suspension, puis rechercher la
présence d'agglutination des globules rouges

-lecture des résultats :


-La lecture s'effectue on secouant légèrement les tubes et en observant simultanément le
comportement des globules rouges S’ils se remettent aisément en suspension : il ya
absence d’agglutination, s’ils se présentent sous forme d’un culot se décollant difficilement
en un ou plusieurs blocs : il y a présence d’agglutination.

1-4-2 Épreuve sérique (Michon-Simonin)


-Principe :
-C'est la recherche d'anticorps naturels plasmatiques à l'aide de globules tests : A1, A2, B
et O,

- Réactifs et matériels :
-Les globules tests: spécificité A1. A2, B, O, doivent être préparé quotidiennement à partir
du sang fraichement prélevé.

-Baguettes de verre rodé.

-Tubes à hémolyse.

-Centrifugeuse

-Portoirs.

-Pipettes pasteur.

-Technique :
- Sur plaque :

- Déposer sur la plaque d'opaline de haut en bas ou côte à côte :quatre gouttes, de plasma
échantillon, à côte de chacune de ces gouttes déposé respectivement :

* Une goutte de globules –tests A1.

* Une goutte de globules –tests A2.

26
CHAPITRE03 : les techniques de groupage sanguin

* Une goutte de globules –tests B.

* Une goutte de globules –tests O.

A l’aide d'un agitateur (baguette de verre) On mélange soigneusement chaque couple


plasma-hématie.
L'agitateur est soigneusement essuyé entre chaque mélange, on imprime à la plaque un
mouvement d'osculation circulaire de faible amplitude.

- lecture des résultats :


Présence d'agglutination se traduit car l'apparition des amas globulaires
nageant dans un liquide limpide.
- L'absence d'agglutination se traduit par une suspension uniforme.

- En tube :

- Déposer et repérer au marqueur quatre tubes.


-Déposer dans chaque tube une goutte de plasma échantillon.
-Ajouter au premier tube une goutte de suspension de globulestestsA1 au second tube une
goutte de suspension de globulestests A2, au troisième tube une goutte de suspension de
globules-tests B et dans le dernier tube une goutte de suspension de globules-test O.

-Lecture des résultats :


-La lecture s'effectue en secouant légèrement les tubes et en observant l'absence ou la
présence d'agglutination.
*Témoins utilisés :
*Témoin auto: sérum du malade + ses propres globules rouges (GR) : démontre s'il est
négatif, l'absence d'auto anticorps actifs à la température du laboratoire (auto anticorps
froids).
*Témoin AB : sérum AB+ GR du malade. garantit l'épreuve globulaire en démontrant s’il
est négatif, l'absence de poly agglutinabilité .
*Témoin ALLO : sérum du malade + un panel de GR O.
Ces témoins s'ils sont négatifs garantissent l'épreuve sérique en démontrant qu'il n'y a pas
d'allo anticorps (AC irréguliers) puissants en dehors du système ABO actif22°à.
2Détermination du système Rhésus :
2-1Principe :

27
CHAPITRE03 : les techniques de groupage sanguin

- Le système Rhésus est un système de groupes sanguins caractérisé par l'existence sur
l’hématie d'une mosaïque de plusieurs antigènes et par l’absence d’iso-agglutinine dans le
sérum.
La détermination du facteur Rhésus standard se fait par agglutination entre un sérum-test
anti-D et les hématies du sujet, cette réaction doit être effectuée sur plaque à 37°c. la
recherche de facteur Rhésus est effectuée en duplicata par deux opérateurs différents
utilisant chacun un anti-D différent.
" Matériels et réactifs :
- Hématies du sujet.

- Sérum-test anti-D.

- Bain-marie à 370 c.

- Centrifugeuse et microscope.

- Rhésuscope.

2-2Technique :
- la réaction se pratique à chaud : 370 à 400c sur plaque chauffante ou en tube.
- Sur plaque :
Préparer une dilution concentrée à 50% de globules à tester dans leur propre plasma.
- Amener la plaque à une température voisine de 400c (Rhésuscope).
- Déposer côte a côte :
* Une goutte de sérum-test anti-D.

* Une goutte d'hématie.

- Étaler les gouttes sur la plaque d'opaline chauffante en les mélangeant sur une surface
ronde de 2 cm de diamètre.
- Attendre 2 à 3 minutes en soumettant la plaque à un lent mouvement de bascule, autour
de son axe jusqu'à ce qu’apparaisse le premier agglutinat.
-En tube:
-Placer une goutte de sérum-test anti-D dans un tube à hémolyse dans lequel on ajoute une
goutte de globules rouges à tester en suspension sérique à 5%. (Cette suspension peut être
effectuée, soit dans leur propre plasma. soit après lavage des hématies) Laisser le mélange
une à deux heures à 37C° ou lire après centrifugation à 1000 tours/minute.

28
CHAPITRE03 : les techniques de groupage sanguin

2-3- lecture des résultats :


-Si l'agglutination se produit, le sujet est dit « Rhésus positif »
-Si l'agglutination ne se produit pas, le sujet est dit « Rhésus négatif ».

Témoins utilisés :
Adjoindre à chaque série de groupe deux témoins de l’activité de sérum test.

*Témoin positif : une goutte d'anti-D plus une goutte de

suspension globulaire (50%) de globules rouges Rhésus positif connus.

* Témoin négatif: une goutte d'anti-D plus une goutte de suspension

globulaire (50%) de globules rouges Rhésus négatif connus.

* Un témoin albumine : il est effectué avec chaque détermination pour éliminer les
fausses positivités dues à une auto-agglutination. Il est effectué en ajoutant une goutte
d'hématie à une goutte d’albumine.

Utilité de témoin albumine : point fondamental car toute hématie sensibilisée par un
anticorps (AC) de type IgG ou en milieu hyper protidique est généralement agglutinable en
milieu albumineux. Par exemple un malade atteint d'une anémie hémolytique avec auto-
anticorps (AC) de type IgG ses GR déjà recouverts d'anticorps (AC) avant la mise

au contrôle sur le réactif anti-Rh. Donc ils seront agglutinés hors de la réaction même s'ils
sont Rh(-) à cause de l'albumine présente dans le réactif ; on est alors obligé d'utiliser
un anti-Rh agglutinant en milieu salin

2-4-Détermination de l'antigène Du :
2-4-1- Principe :
La présence de l'antigène Du sur les hématies peut parfois être suspecté sur la constatation
d'agglutinations très fines et d'apparitiontardive avec le sérum anti-D.
Sa recherche doit être effectuée chez tous les individus Rhésus négatifs et plus
particulièrement s’ils possèdent l'antigène C ou l'antigène E.
La recherche de l'antigène Du est effectuée par réaction de Coombs indirect.

Réactifs et matériels :

-Hématies du sujet.
29
CHAPITRE03 : les techniques de groupage sanguin

-Hématies Rhésus positif servant de témoin positif.

-Anti globuline polyvalente, anti-D.

-Soluté physiologique.
2-4-2-Technique :
- Laver trois fois les globules rouges à tester et les mettant en suspension à 10% en eau
physiologique et décanter complètement le surnageant après chaque lavage.

- Ajouter à chaque tube (contenant des hématies) : une goutte de l’anti-D.

- Faire un témoin positif dans les mêmes conditions.

- Incuber une heure à 37°c.

- Laver trois fois.

- Ajouter une goutte d’antiglobuline

- Centrifuger une minute à 1000 tours/minute.

- Rechercher macroscopiquement et microscopiquement la présence ou l'absence


d'agglutination.

3-3-Lecture des résultats :


L'absence d'agglutination dans le tube inconnu indique que les hématies
ne possèdent pas la variante de l'antigène Du et sont considérées comme Rhésus négatif.
S'il y a présence d'agglutination dans le tube inconnu, les hématies
possèdent l’antigène Du et sont considérées comme Rhésus positif.

3- Détermination du système Kell :


3-1- Principe :
La technique utilisée est basée sur le principe de l’agglutination.
-des hématies portants l’antigène Kell s’agglutinent sur plaque en présence d’un antisérum
anti Kell et sont dites alors Kell positifs.
-des GR dépourvus d’Ag Kell ne s’agglutinent pas en présence d’antisérum anti Kell est
sont dites Kell négatifs.
3-2- technique :

30
CHAPITRE03 : les techniques de groupage sanguin

sur une plaque d’opaline déposer côte à côte les gouttes de sang à tester.
-juste prés de ces gouttes on met deux gouttes de d’antisérum anti Kell.
-on mélange chaque goutte de sang avec son antisérum tout en effectuant un cercle de 2 cm
de diamètre.
-on agite doucement et circulairement la plaque et on surveille l’apparition de
l’agglutination..
3-3- résultats :
La présence d’agglutination avec un anti Kell indique que les GR sont des Kell positif, et
les GR Kell négatif ne sont pas agglutinés par un anti Kell.
4- Principales indications du phénotypage :
-chez un malade polytransfusé pour diminué le degré d’allo immunisation.
-chez les femmes non ménopausées et qui doivent recevoir du sang afin d’éviter une allo-
immunisation foeto-maternelle en cas de grossesse.
-lorsqu’une transplantation est prévue.

31
PARTIE PRATIQUE
CHAPITRE 01 :
l’acpecte methodologique
CHAPITRE01 : L’aspect Méthodologique

1-Méthode de la recherche :
Comme méthode de travail, on a choisi la La méthode hypothético-déductive : cette
méthode permet d’associer des connaissances, la rigueur et le sens d’analyse, il consiste plus a
explicité dans phénomènes qu’à le transformer, son usage est surtout destiné à permettre de
comprendre la déférence entre la rationalisation d’un problème et son analyse.

2-Etude : descriptive : Cette méthode vise à structurer et simplifier les données


issues de plusieurs variables, sans privilégier l'une d'entre elles en particulier

3-Population d’étude : On a pris la totalité de personnel vu que le nombre est


réduit de 15 laborantins de la sante public ,Cinque biologistes et 5 médecines Généraliste
et Spécialiste praticiens de la santé publique du centre de transfusion sanguine de l’EPH
BACHIR BEN NACER, EHS DOCTEUR SAADAN BISKRA service Laboratoire
Hématologie , autre sévices de l’EPH BACHIR BEN NACER (l’hémodialyse,
l’urgence médicale ), L’EHS GENICO-OBSETERIQUE.

4 limites espace-temporelle :
4-1 Lieu de recherche :
Situation de la structure :
Notre étude s’est effectuée dans 2 terrains principale : Le centre de la transfusion
sanguine de Biskra « CTS » et EPH DOCTEUR SAADAN BISKRA Service de
Laboratoire biochimie .
Le centre de transfusion sanguine (CTS) : est situé au niveau EPH El Alia (Hôpital
Bachir Ben Nacer Biskra)
Les zones principales du CTS sont :

-salle de prélèvement et de collecte de sang

-salle de séparation et conservation

-salle de distribution

-une paillasse d’analyses d’immuno-hématologie

-une paillasse de sérologie

Le personnel du CST :

-01 médecin chef de service.

34
CHAPITRE01 : L’aspect Méthodologique

-04 médecins de transfusion .

-01 surveillant médicale.

- 07 laborantins principaux.

- 04 infirmiers principaux.

-01 secrétaire médicale.

- 02 biologistes.

- Personnel d’hygiène : 02 femmes de ménage.

EPH DOCTEUR SAADAN BISKRA Service de Laboratoire biochimie :


Unité de biochimie : divisé en :
- Bureau de chef service.
- Salle de réception des prélèvements.

- Salle pour les analyses biochimiques.

-Salle pour les analyses hématologiques.

- Salle de stockage.

- Un vestiaire aménagé pour le confort et le repos des laborantins.

- 3 unités compartimentées, ce sont :

* Biochimie.

*Hématologie.

* Sérologie.
Les personnels d’unité de biochimie :
- Chef de service.

-Cinque laborantines de santé publique.

- Douze biologistes.

35
CHAPITRE01 : L’aspect Méthodologique

- Une femme de ménage.

4-2Période : l’espace temporelles réserve a cette recherche s’étale sur une période bien
d’déterminée du mois de (24-04-2016) à (10-05 2016).

5-Instruments de recherche: questionnaire


Nous avons choisi un questionnaire destiné à Les péronnelles de la santé « L’intérêt
d’application du règle de groupage sanguin selon les norme international »
Cet outil offre également aux questionnés, le respect de l’anonymat du questionnaire, ce
qui garantit une certaine faisabilité des réponses.
On a choisis d’utiliser le questionnaire plutôt que l’entretient .En effet, il est distribuer à un
grand nombre de personnel.
Il est anonyme, individuel et offre la possibilité la personne de le remplir dans les
circonstances qu’elle choisit .Les réponses sont alors plus réfléchies, concises et moins
soumises à l’influence des autres.
L’emploi du questionnaire facilite l’analyse des réponses dans le sens où elles sont ciblées et
précises par le type de questions posées (questions fermées).Les questions fermées font appel à
une réponse clair et brève, cherchent à obtenir une information ponctuelle, une vérification.
Les questions fermée correspondent à des questions à choix multiples et fixent la réflexion sur
un terrain déterminé à l’avance et permettent de confirmer et de tester une ou plusieurs
hypothèses.
-Le questionnaire comprend troix rubriques :
-Axe 1 : Identification de la population.
-Axe2 : Questionnaire pour le de transfusion sanguine de l’EPH BACHIR BEN NACER
(CTS), Questionnaire pour laboratoire hématologie EPH DOCTEUR SAADAN
BISKRA, Questionnaire pour les médecines de services.

36
Chapitre 02 :
Présentation et analyse
des résultats
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

Présentation et analyse des résultats


Après la collecte et le dépouillement des questionnaires, nous sommes arrivées aux
résultats suivants :

1- Identification de la population :
A-répartition
répartition selon le grade :
 Présentation tabulaire :

Grade Nombre Pourcentage %

LSP 10 50%
Biologiste 05 25%
Médecine Général 03 15%
Médecine Spécialiste 02 10%
Total 20 100%

 Présentation graphique :

LSP
médecine Général
Médecine Spécialiste
biologiste

 Commentaire: Suite aux résultats obtenus, nous constatons que sur effectif total
de (20)) personnes questionnées soit 100% : personnes :-Dix (10)personnes
personnes soit50%
des questionnés sont des LSP.
LSP
-Cinque
Cinque personnes soit 25%des
25% questionnés sont des biologistes.

37
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

Deux (02) personnes soit 10%


10% des questionnés sont des médecinsSpécialiste.
médecinsSpécialiste.-trois
(03) personne soit 15%
15 des questionnés
és sont des médecines général,O
général,On constate
que Les laborantins de santé publique dominent à les médecines et les biologistes .

B-répartition
répartition selon l’ancienneté :Présentation tabulaire :

Ancienneté Nombre Pourcentages %


-(5) ans 4 20%
Entre 5 et 10ans 9 45%
(+) de 10ans 7 35%
Total 20 100%

 Présentation graphique :

-(5)ans
Entre 5 et 10ans
(+) de 10ans

 Commentaire : L’identification selon l’ancienneté nous montre que


que45%
sont ancienneté entre 5et 10 ans, puis 35% sont plus de 10 ans, et enfin 20%pour
les moins de 5 ans,
ans D’après les chiffres on constate qu’il est existe des
personnelles que sont anciens. Une raison qui traduit qu’ils sont capables de gérée
les problèmes.

38
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

Présentation et analyses le Questionnairedu


Questionnairedu centre de
transfusion sanguin (CTS)
Analyse et interprétation de résultat :

QUESTION1 :Estce que vous avez bénéficié de formation en Immuno


Immuno-hèmatologie ?

 Présentation tabulaire :

Les réponses Nombre Pourcentage%


Oui 05 100%
Non 00 00%
Total 05 100%

 Présentation graphique :

Oui
Non

 Commentaire : La réponse « Oui » au pourcentage (100%) , On constate


que la totalité des laborantins bénéficiés de formation spéciale en immuno
immuno-
hèmatologie

39
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION02 :Est - ce que vous respectez les règles de groupage sanguin ?


 Présentation tabulaire :

Les reponces Nombre Pourcentage%

2 déterminations effectuées 05 100%


par 2 techniciens.
2 prélèvements différents. 00 00%
2 séries de réactifs 00 00%
Total 05 100%

 Présentation graphique :

2 déterminations effectuées par


2 techniciens.
2 prélèvements différents.

2 séries de réactifs

 Commentaire : La totalité des réponses (100%) a montré que l’utilisation


simultanée des deux techniques qui se contrôlent l’une L’autre ; Et la
détermination faite en parallèle par deux personnes différentes et (00%) pour les
réponses prélèvements différents 2 séries de réactifs (00%) aussi.

40
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION 03 :Est- ce que vous appliquer les méthode de groupage ?


 Présentation tabulaire :

Les reponces Nombre Pourcentage%


Sur plaques 04 80%
Sur tube 01 20%
Total 05 100%

 Présentation graphique :

Sur plaques
Sur tube

 Commentaire :
-La
La réponse «sur plaques» au pourcentage le plus élevé (80%).
(80%)
-La réponse « sur
ur tube» au pourcentage (20%).
On constate que la majorité des laborantins appliquer de groupage sur plaques.

41
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION 04:Comment
Comment vous faite la détermination des groupages érythrocytaires ?

 Présentation tabulaire :

Les réponces Nombre Pourcentage%

Deux méthodes 05 100%

Une seule méthode 00 00%

Total 05 100%

 Présentation graphique :

Deux méthodes
une seule méthode

 Commentaire :On peut conclure d’après les réponses que les deux méthodes
appliquées à chaque test de groupage (100% des réponses). Les laborantins du C.T.S.
utilisent les deux technique simultanément qui se contrôlent l’une l’autre, qui ont une
relation de complémentarité et de confirmation
confirmation de groupage sanguin .

42
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION 05 : Quelle est l’intérêt de l’épreuve sérique (Simonin) ?

 Présentation tabulaire :

Les réponces Nombre Pourcentage%


Formalité 00 00%
Epreuve de contrôle et 05 100%
confirmation
Total 05 100%

 Présentation graphique :

Formalité

Epreuve de contrôle et
confirmation

 Commentaire : La totalité de réponses (100%) à montré que l’épreuve sérique


contrôlé et confirmé l’épreuve globulaire.

43
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION 06 :Est
Est ce que vous faite le phénotypage érythrocytaire
érythrocytaire systématiquement
?.

 Présentation tabulaire :
Les reponces Nombre Pourcentage%

Oui 05 100%

Non 00 00%

Total 05 100%

 Présentation graphique :

Oui
Non

 Commentaire :
la totalité des laborantins de (CTS )disait
) faire le phénotypageérythrocytaire
rocytaire
systématiquement.

44
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION 07 : Est-ce
ce que vous faites
faite le dépistage : Du faible ?

 Présentation tabulaire :

Les reponces Nombre Pourcentage%

Oui 05 100%

Non 00 00%

Total 05 100%

 Présentation graphique :

Oui
Non

 Commentaire :
Les laborantins font le dépistage:Du
dépistage faible la totalité de réponse (100%)
(100%).

45
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION 08 : Est- que vous faites le dépistage de Donneur « O » Dangereux :?

 Présentation tabulaire :

Les réponces Nombre Pourcentage%

Oui 01 20
20%
Non 04 80
80%
Total 05 100
100%

 Présentation graphique :

Oui
Non

 Commentaire :La majorité des participants (80%)disait


disait qu’Ils ne font le
dépistage de Donneur « O » Dangereux, alors que 20% disait qu’ils font.

46
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION09 :Est-ce
ce que chaquegroupage sanguin dispose t’il d’une carte?

 Présentation tabulaire :

Les reponces Nombre Pourcentage%

Oui 5 100%

Non 0 00%

Total 5 100%

 Presentation graphique :

Oui
Non

 Commentaire : La totalité (100%)


0%) du personnel dans le (CTS) a répondus
qu’ilest réalisé d’une carte de groupage.

47
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION 10 :Est-ce
ce que le laboratoire est doté suffisamment de matériels et réactifs
pour Groupage sanguin ?

 Présentation tabulaire :
Les reponces Nombre Pourcentage%
Oui 04 80%
Non 01 20%
Total 05 100%

 Présentation graphique :

Oui
Non

 Commentaire :
-La réponse « Oui » au pourcentage le plus élevé (80%)
-La réponse « Non » au pourcentage le (20%).
On constate que laborantins de CTS est doté suffisamment de matériels et réactifs pour
Groupage sanguin .

48
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUISTION11 : Le CTS
TS refait le groupage sanguin et le test de compatibilité pour tous
les cas?
 Présentation tabulaire :

Les reponces Nombre Pourcentage%


Oui 05 100%

Non 00 00%

Total 05 100%

 Présentation graphique :

Oui
Non

 Commentaire :
La réponse « Oui » au pourcentage (100%)
On constate que la totalité des laborantins font les tests de compatibilité et groupage
sanguin des poches de sang et des malades dans tous les cas.
cas

49
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

Présentation et analyses (EPH) DocteurSaâdan


Saâdan
Biskra)Présentation
Présentation et analyse des résultats
QUESTION01 :Est
Est ce que vous avez bénéficié de formation en Immuno
Immuno-hèmatologie

 Présentation tabulaire :
Les réponces Nombre de réponce Pourcentage%

Oui 08 80%

Non 02 20%

Total 10 00%

 Présentation graphique :

Oui
Non

 Commentaire:
La réponse « Oui » au pourcentage la plus élevé (80%), On neconstate
constate que la majorité des
laborantins bénéficiés de formation spéciale en immuno-hèmatologie.
immuno
La réponse « Non » au pourcentage
ourcentage (20%).
(2

50
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION02 :Est- ce que vous respectez les règles de groupage sanguin ?

 Présentation tabulaire :

Les reponces Nombre Pourcentage%

2 déterminations effectuées 10 100%


par 2 techniciens.
2prélèvements différents 00 00%

2 séries de réactifs 00 00%


Total 10 100%

 Présentation graphique :

2 déterminations effectuées par


2 techniciens.
2 prélèvements différents

2 séries de réactifs

 Commentaire : La totalité de réponses (100%) a montré que l’utilisation


simultanée des deux techniques qui se contrôlent l’une L’autre ; Et la détermination
faite en parallèle par.
par Deux personnes différentes et (00%) pour les réponses prélèvements
différents 2 séries de réactifs
ré (00%) aussi.

51
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION03 : Est-ce
ce que vous appliquer les techniques de groupage ?

 .Présentation tabulaire :

Les réponses Nombre Pourcentage%

Sur plaques 10 100%

Sur tubes 00 00%

Total 10 100%

 Présentation graphique :

Sur plaques
Sur tubes

 Commentaire :On peut conclure d’après les réponses que les techniques (Sur
plaques)sont appliquées à tout test de groupage (100% des réponses).

52
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION04 : Comment vous faite la détermination des groupages érythrocytaires ?


 Présentation tabulaire :

Les réponses Nombre Pourcentage%

Deux méthodes 00 00%

Une seule méthode 10 100%

Total 10 100%

 Présentation graphique :

Deux methodes
Une seule méthode

 Commentaire :
On peut conclure d’après les réponses que le uneseuleméthode sont appliquées à chaque
test de groupage (100% des réponses).
Les laborantins et les biologistes du (EPHDocteur Saâdan Biskra.)N’utilisent
utilisent les deux
techniques simultanément.

53
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION05 :Quelle est l’intérêt de l’épreuve sérique (Simonin) ?

 Présentation tabulaire :

Les réponses Nombre Pourcentage %

Formalité. 00 00%

Epreuve de contrôle et 10 100%


confirmation.

Total 10 100%

 Présentation graphique :

Formalité

Epreuve de contrôle et
confirmation

 Commentaire: La totalité de réponses (100%) a montré que l’épreuve sérique


contrôle et confirme l’épreuve globulaire

54
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION06 :Est-ce
ce que vous faites le dépistage : Du faible :?

 Présentation tabulaire :

Les réponses Nombre Pourcentage %

Oui 01 10%
Non 09 90%
Total 10 100%

 Présentation graphique :

Oui
Non

 Commentaire:
La réponse « NON » au pourcentage le plus élevé (90%)
La réponse
ponse « OUI » au pourcentage (10%).
(1
On constate que la majorité n’ont pasfaites le dépistage Du : Du faible

55
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION07 :--Est- que vous faites le dépistage


ge de Donneur « O » Dangereux ?

 Présentation tabulaire :

Les réponses Nombre Pourcentage %

Oui 00 00%

Non 10 100%

Total 10 100%

 Présentation graphique :

Oui
Non

 Commentaire:
Es que vous faites le dépistage de Donneur « O » Dangereux ? La totalité de réponses
(100%) Non.

56
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION08 :Est-ce
ce que chaque groupage sanguin dispose t’il d’une carte?

 Présentation tabulaire :

Les réponses Nombre Pourcentage%

Oui 00 100%

Non 10 00%

Total 10 100%

 Presentation graphique :

Oui
Non

 Commentaire : La totalité (100%)


0%) du personnel a répondus qu
qu’ils ne sont
pasréalisésd’une
d’une carte de groupage.

57
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

Présentation et analyses le Questionnaire des médecines


médecinesdu
service
QUESTION01 : Est ce que faite-vous
faite vous le test de compatibilité au lit du malade ?

 Présentation tabulaire :

Les réponses Nombre Pourcentage %


Oui 4 80%
Non 1 20%
Total 5 100%

 Présentation graphique :

Oui
Non

 Commentaire: La majorité des questionnés soit quatre (04) personnes (80%) dit
que ils faire le test de compatibilité au lit du malade , alors que Un seul (01) personnes
soit 20% disait que ils ne faire.

58
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION02 : Avez –vous


–vous rencontrer une réaction d’incompatibilité après le test ?

 Présentation tabulaire :
Les réponses Nombre Pourcentage %

Oui 3 60%

Non 2 40%

Total 5 100%

 Présentation graphique :

Oui
Non

 Commentaire: Suite aux résultats obtenus, nous constatons que sur un effectif
total de cinq (5)personnes questionnées soit 100% : La majorité des questionnés
(60%) connaissent il-y-a
il une réaction d’incompatibilité après le test par contre
(40%)
0%) dit que il n’a pas une réaction d’incompatibilité .

59
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION03 : Avez –vous


–vous observé des signes évoquant une réaction immunita
immunitaire au
cour de la Transfusion où âpre 24 heure ?

 Présentation tubulaire :
Les réponses Nombre Pourcentage %

Oui 4 80%

Non 1 20%

Total 5 100%

 Présentation graphique :

Oui
Non

 Commentaire: La majorité des questionnés soit quatre (04) personnes (80%) dit
que il n’observé des signes évoquant une réaction immunitaire au cour de la
Transfusion ou âpre 24 heure , alors que Un seul (01) personnes soit 20% disait que
ils est observé .

60
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION04 : Est-ce
ce que la cause ce les groupe ?

 Présentation tabulaire :
Les réponses Nombre Pourcnetage %

Oui 01 20%

Non 04 80%

Total 05 100%

 Présentation graphique :

Oui
Non

 Commentaire : La réponse «Non» au pourcentage élevé (80%) et (20%)pour la


réponce «Oui». On constate que la cause d’un groupage sanguines standardse pas
la cause riel.

61
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

QUESTION05 : Est- ce que la cause ce les sous


sou groupes ?

 Présentation tabulaire :
Les réponses Nombre Pourcnetage %

Oui 04 80%

Non 01 20%

Total 05 100%

 Présentation graphique :

Oui
Non

 Commentaire:La
La réponse «Oui»» au pourcentage élevé (80%) et (20%)pour la
réponce «Non», On constate que les sous-groupes cause principale d’uneréaction
d’incompatibilité.

62
CHAPITRE02 : Présentation de résultats et commentaires

Analyse globale

-Malgré une réglementation de bonnes pratiques des qualifications biologiques, sur


présentation d’une double détermination du groupage sanguin, certains Laboratoire
recopient le groupage sanguin du malade de son ancien dossier au lieu de pratiquer
parceque ilscomptent sur la fiabilité du CTS pour confirmer et tester la compatibilité
sanguine en cas de transfusion.

-Absence totale d’épreuve sériques au niveau des services, malgré son importance pour
confirmé l’épreuve globulaires à par le (CTS).

-Presque tous les services de laboratoires ne respectent pas les règles de groupage sanguin
(2 épreuves, 2 techniques, 2 séries de réactifs, 2 lots d’hématies- tests, 2 techniciens ainsi
que les 3 témoins).

- Au niveau du service labo-Maternité les groupages se font avec la méthode la plus facile
pour groupage sanguin- d’urgence.

- Les autres laboratoires comptent sur la fiabilité du CTS pour confirmer et tester la
compatibilité sanguine en cas de transfusion.

- Les laborantins et les biologistes du C.T.S. utilisent présque toutes les techniques sauf
le dépistage de Donneur « O » Dangereux Ils dites que le groupe « O » Dangereux est très
rare, les autre systémes du groupage sanguin Duffy,Kidd,MNSs..chezpolytransfusés pour
le manque de réactif

- La totalité des personnels interrogés pensent que le matériel présent au niveau


deLaboratoireest suffisant, donc leproblème est le manquedematériel pour
appliquerRecherches de groupagre.

-Malgré toutes les précautions et le recours à l’ultime test avant chaquetransfusion


l’ensemble du personnel soignant àrévélé qu’il y a eu des accidents transfusionnels chez
certains polytransfusés que les causes de ces accidents est probablement la présence des
anticorps irréguliers et dont la recherche « RAI » (les sous-groupes ) n’est pas effectuée au
niveau du CTS pour des raisons ,soit le manque de réactif ( panels d’hématies phénotypes )
ou que l’examen n’est pas demandé par le médecin.
63
Conclusion

Pour conclure notre modeste travail concernant « L’intérêt d’application les règles de
groupage sanguin selon les Normes international » qui menée auprès déférentes
laboratoires (EPH Dr.Saâdane et la banque de sang l’EPH BACHIR BEN NACER) :

On peut déduire que malgré la simplicité de la méthode et des moyens de la Groupage


sanguin ne sont pas réalisés par tous les laborantins et les biologistes selon les Normes
internationales.

Le but d’un groupage sanguin c’est :


Permettre un contrôle soigneux = que son sang est compatible avec celui d’un donneur
approprié.

L’intérêt de la détermination : Les systèmes ABO et Rhésus sont les plus importants à
déterminer dans le cadre de transfusions sanguines afin de respecter les règles de
compatibilité. En effet, l'injection de produit sanguin d'un donneur non compatible avec le
groupe sanguin du receveur peut entraîner des accidents transfusionnels dramatiques.

C'est pourquoi la détermination du groupe sanguin est si importante et nécessite au moins 2


déterminations avant la délivrance d'une carte.

Donc Le groupage ABO comporte obligatoirement, en plus des témoins, deux études
complémentaires (BETH-VINCENT + SIMONIN) « Arrêté du mai 1998 ».

Les laboratoires comptent sur la fiabilité du CTS pour confirmer et tester la compatibilité sanguine
en cas de transfusion. Et en plus les autres services de laboratoire ne respectent pas les règles de
groupage sanguin ».

Vu l’importance du thème on souhait que nos futurs collègues, travaillent plus dans ce
domaine. Pour mettre en évidence l’importance de d’application les règle de groupage
sanguin selon les normes international.
Suggestion

Suite au travail que j’ai effectué, après constatation et évaluation :

1- Il faut respecter les règles de groupage sanguin selon Les Norme Internationale.

2-Il faut que les deux méthodes de groupage sanguin Beth veincent et simonin soit réalisées
en même Temps pour plus de Faibilité.

3- En faisant la recherche du Facteur Rhesus, Il est important de Faire la recherche de faible


Du, afin d’éviter des Accidents Transfusionnelles ou cas de la femme enceinte RH(-) qui
peuvent être graves.

4- Les réactions d’agglutination ou de non-agglutination doivent être Identiques dans les deux
échantillons.

5-Il faut réalisées le phénotypage érythrocytaire systématiquement chez des éventuels


polytransfusés.

6- Pour l'établissement d'une carte définitive de groupe sanguin, nécessite deux prélèvements
à des moments différents.

7- Le groupage sanguin doit être refait et comparer aux anciens dossiers.

8-Enfin pour appliqué les régles de groupage sanguin selon Les Norme Internationale il faut
équiper les laboratoire des hôpitaux eu matérielle et réactif .
Bibliographie
Les livres :
-Belhani Meriem, Hématologie, office des publications universitaire 1, place centrale de Ben-
Aknoun (ALGER) 1989, pages 01, 228, 229, 230, 237,240, 241, 242, 243, 244.
-Corinne Sliwka et al, Hématologie et soin infirmiers, Edition lamarre 47 rue Saint-André-
des Arts 75006, pages 156, 157.
-Corinne Sliwka et autres, (2001) : Hémato L’infirmière en hématologie, Edition lamarre 1,
avenue Edouard-Belin 92500 Rueil-Malmaison France
-Jean François Schved, Hématologie, Edition ellipses marketing SA 1999 page 175, 176.
-Ch.Salmon/J-P .Cartron/ P.H Rouger
« Les groupes sanguins chez l’homme » Masson paris 1991
- Bachir Dora/Belabes Saliha/ Smaili Farida/ Bouzid Kamel Sous la direction du professeur
Belhani Meriem « Hématologie clinique » Office des publications universitaires Alger
1993.

Mémoire :
Intérêt de l’application des deux méthodes Dans la détermination des Groupes sanguins,
Promotion : 2009/2012.
-L'intérêt de la recherche des agglutinines chez les polytransfusés 2009/2012, Mémoire
Professionnel laborantins diplômés d’état, Promotion : 2009/2012.

Les dictionnaires :
Larousse Médicale, PARIS 2003.

Les Revus et poly coupe:


-Mr : Balla Mohamed ; Coures hématologie, groupage sanguin ; 2011-2012 page 37, 38, 41, 42,
44.
-Le Groupage ABO (H) et Rhésus Standard TP 2 Gabin-gauthier11/11/2009

Les sites :
http://www.Sante-médecine-commentcamarche .ne
http://www.chups.jussieu.Fr/pols/hémato.html.
http://www.futura-sciences.com/magazines/matiere/infos/dico/d/chimie-fer-721/
Les Annexé

Annexe N°01 :
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULAION ET DE LA
REORME HOSPITALIERE
INSTITUT NATIONAL DE FORMATION SUPERIEURE
PARAMEDICALE BISKRA
QUESTIONNAIRE DE RECHERCHE :

Les Questions de (CTS)


QUESTION1 :Estce que vous avez bénéficié de formation en Immuno-hèmatologie

-Oui

-Non
QUESTION 2 :Est- ce que vous respectez les règles de groupage sanguin ?
-2 déterminations effectuées par 2 techniciens.

-2 prélèvements différents.

-2 séries de réactifs
QUESTION3 :Est- ce que vous appliquer les méthode de groupage ?
- Sur Plaques

-Sur Tub

QUESTION 4:Comment vous faite la détermination des groupages érythrocytaires ?


-Deux méthodes
-Une seule méthode

QUESTION 5 : Quelle est l’intérêt de l’épreuve sérique (Simonin) ?

- Formalité.

-Epreuve de contrôle et confirmation


QUESTION 6 :Est ce que vous faite le phénotypage érythrocytaire systématiquement ?.

-Oui

-Non

QUESTION 7 : Est-ce que vous faites le dépistage : Du faible ?

-Oui
-Non

QUESTION 8 : Est- que vous faites le dépistage de Donneur « O » Dangereux :?

-Oui
-Non

QUESTION9 :Est-ce que chaquegroupage sanguin dispose t’il d’une carte?


-Oui

-Non

QUESTION 10 :Est-ce que le laboratoire est doté suffisamment de matériels et réactifs


pour Groupage sanguin ?

QUISTION11 : Le CTS refait le groupage sanguin et le test de compatibilité pour tous


les cas?
- Oui

- Non
Les Questions (EHSDocteur Saâdan Biskra)
QUESTION1 :Est ce que vous avez bénéficié de formation en Immuno-hèmatologie ?

-Oui

-Non
QUESTION2 :Est- ce que vous respectez les règles de groupage sanguin ?
2 déterminations effectuées par 2 techniciens.

2 prélèvements différents.

2 séries de réactifs
QUESTION3 : Est-ce que vous appliquer les techniques de groupage ?

- Sur plaques

-Sur tubes

QUESTION4 : Comment vous faite la détermination des groupages érythrocytaires ?


Deux méthodes : une seule méthode

QUESTION5 :Quelle est l’intérêt de l’épreuve sérique (Simonin) ?


-Formalité.
-Epreuve de contrôle et confirmation

QUESTION6 :Est-ce que vous faites le dépistage : Du faible :?


-Oui

-Non

QUESTION7 :-Est- que vous faites le dépistage de Donneur « O » Dangereux ?


-Oui

-Non

QUESTION8 :Est-ce que chaquegroupage sanguin dispose t’il d’une carte?


-Oui

-Non
Questionnaire aux médecines du service
QUESTION1-Est- ce que faite-vous le test de compatibilité au lit du malade ?

-Oui

-Non

QUESTION 2 : Avez –vous rencontrer une réaction d’incompatibilité après le test ?

-Oui

-Non

QUESTION 3 : Avez –vous observé des signes évoquant une réaction immunitaire au
cour de la Transfusion où âpre 24 heur ?

-Oui

-Non

QUESTION 4 : Est-ce que la cause ce les groupe ?

Oui
Non

QUESTION 5 : Est- ce que la cause ce les sous groupes ?


-Oui

-Non
Annexe N°02 :
Agence nationale du sang
Transfusion sanguine
Textes réglementaires (ANS ,1998)
Arrêté du 24 mai 1998 fixant les règles de bonnes pratiques des qualifications
biologiques du don de sang.
Article 2
Précautions A respecter lors des qualifications biologiques du don de sang :
- Le groupage ABO et Rh D est une analyse réalisée à l’occasion de chaque don sur un
échantillon de sang anti coagulé.

-Le groupage ABO comporte obligatoirement, en plus des témoins, deux études
complémentaires :

a) L’étude des hématies qui consiste à rechercher les antigènes érythrocytaires A et B avec
le réactif anti A, anti B et anti A+B.

b) L’étude de plasma qui consiste à rechercher des anticorps anti A et anti B avec des
hématies tests A1, A2, et B ; en cas de nécessité, cette étude peut se faire à partir du sérum.

- Le groupage Rh D comporte obligatoirement l’étude des hématies avec un réactif anti-D


et un réactif témoin.

- Le groupe sanguin ne sera réputé définitif qu’à la suite de deux déterminations réalisées à
partir de deux prélèvements sanguins différents et par deux techniciens différents.

- Un résultat RHD négatif et complété par l’étude des antigènes C, E, c, e et par la


recherche du D faible (Du) par un test indirect à l’antiglobuline polyvalente. Les unités
RHD négatif possédant l’antigène C et/ ou l’antigène E sont étiquetées RHD positif.

- La recherche des anticorps anti-A et anti-B immuns est une analyse Immuno-
hématologique réalisée à l’occasion de chaque don du groupe sanguin O. la présence
d’anticorps anti A et/ ou anti B immuns doit être mentionnée sur l’étiquette des produits
sanguins labiles.

-La recherche des anticorps anti- érythrocytaires doit être pratiquée par un test indirect à
l’antiglobuline un test en milieu salin et/ou un test enzymatique.

Le Ministre de la Santé et de la Population