Vous êtes sur la page 1sur 19

1

L'emprunt obligataire

Fatiha Regragui
Oeuvre publiée sous licence Creative Commons by­nc­nd 3.0
En lecture libre sur Atramenta.net

2
Chapitre 1 : Les caractéristiques de l’emprunt
obligataire

3
Chapitre 2 : Le rendement des obligations

 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 

4
Chapitre 1 Les caractéristiques de l’emprunt
obligation

 
 Les fondements de l’emprunt obligataire :
 
L’E O est l’emprunt matérialisé par l’émission d’un titre (ou actif
financier), appelé obligation.
Ce   type   d’emprunt   est   créé   pour   remédier   au   problème   de
faiblesse d’octroi des emprunts indivis.
Une obligation est un titre émis sur le marché financier par un
demandeur   d’argent   et   acheté   par   diverses   personnes   à   la   fois,
appelées souscripteurs ou obligataires.
L’obligation comporte les éléments suivants :
­La valeur nominale : C’est la valeur marchande inscrite sur le
titre, appelé encore pair.
­La valeur d’émission : c’est le prix d’achat de l’obligation et elle
peut   s’écarter   de   la   valeur   nominale,   généralement   elle   l’est
inférieure.
­La   valeur   de   remboursement :   c’est   le   prix   de   règlement   de
l’obligation à l’échéance, généralement elle est supérieure à la valeur
nominale.
­Le coupon : c’est l’intérêt versé à l’acheteur de l’obligation en
fonction de la valeur nominale et du taux fixé sur le contrat.
­La prime de remboursement : C’est un ajout de valeur, versé à
l’obligataire quand la valeur de remboursement < valeur nominale,

5
c’est   la   différence   entre   la   valeur   nominale   et   la   valeur   de
remboursement.
­La   prime   d’émission :   C’est   un   ajout   de   valeur   profitant
l’émetteur   de   l’obligation   quand   la   valeur   d’émission   <   valeur
nominale   (différence   entre   la   valeur   nominale   et   la   valeur
d’émission).
Le règlement se fait par le moyen de tirage au sort annuel.
La valeur remboursée peut être supérieure à la valeur nominale,
on dit que le remboursement se fait au dessus du pair.
La valeur remboursée peut être égale à la valeur nominale, on dit
que le remboursement se fait au pair.
Les   obligations   sont   indexées,   participantes   ou   convertibles   en
action.
Les obligations sont indexées car le prix ou l’intérêt ou les deux
sont fixés en fonction d’un indice monétaire ou non monétaire.
Les   obligations   sont   participantes   car   elles   font   des   bénéfices
assurés par l’investissement.
Les obligations sont convertibles car elles sont échangeables en
actions dans certains cas, fixés par le contrat.
Ce qui nous intéresse de l’étude de l’E O est la constitution du
tableau d’amortissement.
Quels sont les éléments du tableau d’amortissement ?
 
 Les éléments du tableau d’amortissement :
 
­Nombre d’obligations émises : N
­Prix d’émission (<VN) : E
­Valeur nominale (assimilée au capital) : C
­Prix de remboursement (> VN) : R
­Coupon annuel : c= C. T
­Amortissement : A
­Nombre   des   obligations   restantes   en   circulation   après   le   ième
tirage : Ni
­Annuité : a (a1…….an)
L’annuité=   coupon   des   obligations   en   circulation   et

6
l’amortissement des obligations arrivant à échéance.
A1, A2……, An : le nombre des obligations amorties au premier,
…….nième tirage.
A la dernière année, toutes les obligations doivent être amorties et
donc le nombre des obligations restant en circulation = 0
 
 
 
III­ Relation entre les éléments du tableau:
 
*Relation   entre   le   nombre   des   obligations   émises   et
l’amortissement :
Somme Ni= N1+ N2+…..Nn
Le nombre des obligations émises = total des obligations amorties
Somme Ni= A1+ A2+…..An
N= Somme Ai
*Relation entre les annuités et les amortissements :
ap+1­ap= Ap+1 R­Ap R(1+t)
ap+1­ap= Ap+1 R­Ap.R(1+t)
ap+1=NPC+Ap+1R
et ap= Np­1C+ApR
ap+1­ap= Npc+Ap+1R­(Np­1c+Ap.R)
orNp= Np­1­Ap
ap+1­ap= Np­1 c­Apc+Ap+1 R­Np­1c­Arp
=Ap+1R­Ap(R+c)
=Ap+1R­ApR(1+c/R)
=Ap+1R­ApR(1+r)
on pose c/R= r
*Si les annuités sont constantes :
ap+­ap=Ap+ R= ApR(1+r)
Ap+1= Ap(1+r)
 
*Si le remboursement se fait au pair :
R= C et r= c/R= C.t/R
R=t

7
Ap+1= Ap( 1+t)
Les   amortissements   forment   une   progression   géométrique   de
raison (1+t)
 
*Si les amortissements sont constants : A= N/n
ap+1­ap= N/n.R­N/n.R(1+r)
ap+1­ap= ­N/n.R.r
or r= c/R ap+1­ap= ­N/n.c
 
*Relation   entre   le   nombre   des   obligations   émises   et
l’amortissement :
­Si les  annuités sont constantes et le remboursement se fait au
pair :
N= A1+A1 (1+t)+…….+A1(1+t) n­1
N= A1 (1+t)n­ 1/t
A1=N .t/(1+t) n­ 1 Amortissement théorique
Nn­1= An et an= An(c+R) dernière annuité est égale au dernier
amortissement augmenté d’intérêt.
­Relation entre le capital et les annuités :
N1=N­A1
N1.R= NR­A1.R
Or a1= N.c+R.A1
A1.R= a1­N.c
N1 R= N.R­a1+N.c
= N(R+c)­a1= NR(1+c/R)­a1
N2R= N1R (1+c/R)­a2= NR(1+c/R)2­a1(1+c/R)­a2
N3R= NR (1+c/R)3­a1(1+c/R)2­a2(1+c/R)­a3
NnR= NR (1+c/R)n –a1(1+c/R)n­1­a2(1+c/R)n­2­…….­an­1(1+c/R)­
an
Or Nn= 0 et c/R= r
NR(1+r)n= a1(1+r)n­1+a2(1+r)n­2+a3(1+r)n­3+….+an­1(1+r)+an
NR=a1 (1+r)­1+a2 (1+r)­2+….+an­1(1+r)­(n­1)+an(1+r) –n.
 
*Annuités constantes:
NR (1+r)n= a(1+r)n­1­ a(1+r)n­2+…..+a(1+r)+a

8
NR (1+r)n= a(1+r)n­1/r
NR= a.1­(1+r)­n/r
 
Si le remboursement se fait au pair: R=c et r= t
NR= N.c= a 1­(1+t)­n/t
A= Nc.t/1­(1+t)­n annuité théorique
 
Exemple :
2000 obligations sont émises  pour une valeur nominale de 200
DHS   l’une,   le   coupon   annuel   est   de   10   DHS   et   la   valeur   de
remboursement est de 220 DHS.
Le   remboursement   s’effectue   par   tirage   au   sort   /an   et   par
versement des annuités constantes.
Déterminer A théorique, An (dernier amortissement) et l’annuité
théorique.
N= 2000, c= 10, C=200 et n= 8
A1=N.r/(1+r)n­1=2000.r/(1+r)8­1
Or r= c/R=10/220= 0, 0454545
R=0, 45
A1= 213, 22 et r= 0,04545, A1= 212,87536
An= A1 (1+r) n­1
A8= A1 (1,045)7
A8= 290,163
A’8=290, 57467
A= constante= N.R.r/1­(1+r)­n= 2000.220.0,045/1­(1,045)­8
A= 66708,247
A’=66832, 172
Ou a1=N.C.T+R.A1= 2000.10+220.212, 8736=66832,17
 
IV­Le tableau d’amortissement:
Pour dresser ce tableau, il faut tout d’abord se fixer la nature de
remboursement :
­Remboursement au pair ou au dessus du pair
­Par annuités constantes ou variables
 

9
*Cas de remboursement par annuités constantes :
Le tableau est formé des éléments suivants :
­annuité théorique : at= N C t/1­(1+t)­n
­Intérêt : I= N.C.t=c
­Amortissement théorique : At= at­c
­Obligations amorties : Ai= At/VNC
­Amortissement réel ou effectif :Ar= Ai.R
­Annuité effective ou réelle : ar= Ar+I
­Obligations vivantes : Ni= N­Ai
­Capital restant : CR= obligations non amorties.VN= Ni.VN
 
Présentation :
 
A= constante
 
 
Remarque:
 
Nn=0(les obligations vivantes à la dernière année=0) ;
CRn=0(le capital restant à la dernière année =0) ;
Somme Nombre des obligations amorties : somme Ai= N ;
Et somme amortissement réel= N.R ou VN= capital total selon la
nature du remboursement.
L’amortissement Ai (nombre des obligations amorties) doit  être
un nombre entier, même chose pour l’amortissement effectif, si non
on doit arrondir le chiffre par excès ou par défaut.
 
 Cas de remboursement au pair :
Une   banque   a   émis   un   emprunt   obligation   pour   le   besoin
d’augmentation de son capital de valeur 400 000 DHS, formé par
2000 obligations de 200 DHS l’une.
La durée d’emprunt est de 3 ans et le taux d’intérêt appliqué est de
10 %.
Dresser le tableau d’amortissement relatif à cet emprunt sachant
que   le   remboursement   se  fait   au   pair   et   par   le   biais   des   annuités

10
constantes.
­at= CNt /1­(1+t)­3= 200. 2000. 0, 1/1­(1, 1)­3= 160845, 92
­coupon= 2000.200.0, 1=40 000
­   Amortissement   théorique   =   At1=   at­I1=   160845,   92­
40 000=120 845,92
­A1 (obligations amorties)= At1/VN=120845,92/200=604
­Ar= A1.200=604.200=120800
­ar=Ar1+I=160800
­Obligations circulantes=2000­604=1396
­CR1=1396.200=279200
 
S=2000 S=400000
 
b­Cas de remboursement au dessus du pair:
Dans ce cas, toutes les valeurs financières gardent la même valeur
que dans le cas précédent :
Coupon, At, at, Ni, Ai, CR, tandis que A réel, Ar, et l’annuité
réelle : ar changent de valeur.
Exemple : Sur la base des mêmes données précédentes, dresser le
tableau d’amortissement y relatif, R> c R= 210 (remboursement au
dessus du pair)
 
On doit maintenir la formule :
 
At=   constante=   N.C.t/1­(1+t)­n=   2000.200.0,1/1­   (1,1)­3=
160 845,92
Le tableau d’amortissement est dressé selon 2 méthodes :
 
La première conservera toutes les valeurs sauf changement de Ar=
Ai.R et ar= Ar+c. Sans avoir besoin de calcul de r.
La deuxième nécessitera le calcul de r car elle consiste à calculer c
en fonction de N.R.r au lieu de N.VN.t et calculer cR en fonction de
R au lieu de VN.
 
La première méthode :

11
 
 
 
La deuxième méthode :
 
S=2000 S=420000
 
CR change de valeur car elle est fonction de R>VN.
 
 

12
Chapitre 2 : Le rendement d’obligations

 
 Le taux de rendement d’une obligation ou taux actuariel :
L’émission des obligations se fait à un prix généralement <VN, or
l’intérêt versé à l’obligataire est fonction de la VN et non de la VE
(la valeur effectivement reçue).
c= V N .t et non E .t.
Donc l’intérêt versé à l’obligataire est supérieur à l’intérêt effectif
et qui doit être versé en principe.
Tr   est   le   taux   de   rendement   distingué   en   taux   fonction   des
obligations totales et en taux fonction des dates de tirages au sort.
 
1­Le taux de rendement lié à l’emprunt total :
 
L’emprunteur reçoit contre son émission totale N.E (valeur totale
d’émission).
En   contrepartie   de   cette   émission,   il   doit   régler   l’emprunt   et
verser des intérêts donc régler des annuités constantes ou variables.
 
Cas des annuités constantes :
 
L’annuité constante= C.t /1­(1+t)­n= N.VN.t/1­(1+t)­n
 
Le taux de rendement est le taux de rémunération des obligations,
il reflète la vraie rémunération.

13
Le taux qui permet l’égalisation à la date d’émission de la valeur
actuelle de la somme reçue par l’obligataire à la valeur actuelle de la
somme versée par le même agent.
Ou encore, c’est le taux d’égalisation de a’ de la somme versée
par l’émetteur à a’ de la somme reçue par le même agent.
A’ (somme versée)= a’ (somme reçue)
a.1­(1+tr)­n/tr=N.E
Or a= C.t/1­(1+t)­n
VN.N.t/1­(1+t)­n .1­(1+tr)­n/tr=N.E
1­(1+tr)­n/tr = N.E. 1­(1+t)­n/VN.N.t
TFN°4 : 1­(1+tr)­n/tr= E. 1­(1+t)­n/VN.N.t
 
Ou encore: TFN°5: tr/1­(1+tr)­n= VN.t/E 1­(1+t)­n
 
Exemple d’application :
Un emprunt obligataire est émis au nombre de 30 000 obligations
de valeur 500 DHS l’une, le taux d’intérêt fixé est de 8%, la valeur
d’émission E= 487,0941DHS.
Le réglement se fait par le versement de 5 annuités constantes.
Déterminer le taux de rendement à la date d’émission.
1­(1+tr)­n/tr= E. 1­(1+t)­n/VN.N.t
3,889651= 487,0941/500.1­(1,08)­5/0,08
TFN°4: tr= 9%
 
Le taux de rendement (tr) reflète alors  la charge supportée par
l’émetteur au profit du souscripteur.
Il est moyen car il est calculé en fonction du nombre total des
obligations émises.
Pour tenir compte du nombre des obligations amorties, on doit
calculer  ce taux en fonction des  dates  de remboursement, càd  les
dates de tirages au sort.
 
2­Le taux de rendement lié aux dates de tirage au sort :
 
C’est le taux qui égalise la valeur actuelle de la somme reçue sur

14
une obligation à la valeur actuelle de la somme versée à la suite d’un
tirage au sort.
C’est   le   taux   qui   égalise   a’   de   la   valeur   d’émission   d’une
obligation à la valeur actuelle a’ de l’annuité versée après un tirage
au sort.

Tr au premier tirage :
A la date 0 : a’(E)= a’(a1) or a1= I1+A1=C.1+A1
Si le remboursement se fait au pair : E.1=a’ (VN.t+VN)
487,0941=a’(500.0,08+500)=a’(540)=500.0,08(1+t)­1+500(1+t)­1
(1+t)­1= 487,0941/540=0,9020261
­log(1+t)=­0,0447808
(1+t)=1,1086151
t=0,1086151
tr=10,86%=11%.
Par capitalisation :
Evaluation à la date de remboursement
487,0941(1+t)=540
1+t=540/487,0941=1,1086154
tr=10,86=11%
 
tr au deuxième tirage : Evaluation  à la date de remboursement
figurant à l’année2

487,0941(1+t) 2= a’(E)
a’(500.8%+500)=a’(a) +a’ 500.0,08
487,0941(1+t)2 =540+40(1+t)
on pose (1+t) =x
487,0941 x2­40x­540=0
∆= (­40)2 ­4(487,0941) (­540)= 1053723,3
V∆=1026,5102
X1=40+1026,5102/2.487,0941=1,0947681
1+t= 1,0947681
t=9,47%
 

15
tr au dernier tirage :
 
Evaluation à la date d’émission 0 :
487,0941= 40(1+t)­1+40(1+t)­2+…..+40(1+t)­5+500(1+t)­5
= 40 1­(1+t)­5/t+500(1+t)­5
Généralité :
E=c.1­(1+t)­n/t+VN (1+t)­n.
Le taux de rendement cherché doit être > au taux d’intérêt, appelé
encore taux nominal car le premier est calculé en fonction de VN >
VE, d’où son appellation taux effectif.
Essayons pour t= 8,25%
40 1­(1,0825)­5/0,0825+500(1,0825)­5= 500> 487,0941
Donc essayons pour t= 8,5%
40 1­(1,085)­5/0,085+500(1,085)­5
500>487,094
t=8,75 E=487
Valeur=485,3 tr=8,7%
 
 Le taux de revient :
Généralement,   l’émission   des   obligations   est   facilitée   par
l’intervention   des   banques   qui   prélèvent   contre   leur   service   des
commissions.
Ce qui explique que la somme effectivement reçue par l’émetteur
est < N.E
(E­commissions).N.
Le taux de revient est le taux de la charge effectivement supporté
par l’émetteur.
C’est   encore   le   taux   d’égalisation   à   la   date   d’émission   de   la
somme véritablement reçue à celle versée.
A’ (annuité : somme versée)= a’(somme reçue)
Désignons par tR, le taux de revient
F : les frais d’émission
A’ (annuité)= a’ somme nette reçue
N.C.N/1­(1+t)­n.1­ (1+tR)­n/tR= N.(E­f)
TFN° 4: 1­(1+tR)­n/tR=E­f/VN.1­(1+t)­n/t

16
Exemple:
Un emprunt Obligation présente les éléments suivants:
VN=300 N=5000 n=7 ans E=297,28416 t=6,25%
Si les frais d’émission s’élèvent à 5% de VN, calculer t R à la date
d’émission.
1­(1+tR)­7/tR= 297,28416 ­15/300. 1­(1,0625)­7/0,0625
TFN°4 : tR= 8%> taux nominal

Remarque :
 
­Les frais peuvent être expression de VN, de E ou de toute autre
valeur.
­Le   taux   de   revient   >   taux   réel   car   il   exprime   plus   la   charge
supportée par l’émetteur.
­La charge de rémunération de l’obligation est en fonction de VN
et   non   en   fonction   de   la   somme   effectivement   versée   par   ce
dernier(E)   plus   la   charge   de   rémunération   de   son   intermédiaire
financier (f).
­Le taux de revient peut être aussi moyen quand il est fonction du
nombre total des obligations émises et il peut aussi être fonction des
différentes dates de tirage au sort.
Exemple :
 
Supposons que la valeur de remboursement = VN= 300 et que le
tirage au sort a fait l’objet d’une obligation.
Déterminer t R au premier tirage au sort.
A’(E)= a’ (annuité)
E­f= (300. 0,0625+300). (1+t)­1
(1+t)­1= 297,28416­15/18,75+300=0,8855973
1+t= 1,129
tR= 12,9%.
 
 
 
 

17
 

 
 
 
 

18
FIN

Merci pour votre lecture.

Vous pouvez maintenant :
• Donner votre avis à propos de cette œuvre
• Découvrir d’autres œuvres du même auteur
• Découvrir d’autres oeuvres dans notre catalogue 
 «    Sciences et Techniques   »

Ou tout simplement nous rendre visite :
www.atramenta.net

Suivez­nous sur Facebook :
https://www.facebook.com/atramenta.net