Vous êtes sur la page 1sur 13

Chapitre II cadre et contexte du projet

Chapitre II cadre et contexte du projet

Chapitre II : cadre et contexte du projet

Pour cerner les différents aspects de ce projet,


il est primordial de présenter d’une manière
générale le lieu de stage à savoir l’atelier
énergie et fluides. Dans ce chapitre, on
abordera le contexte et l’environnement du
projet, pour entamer ensuite la problématique
détaillée traitée, la mission qui nous a été
confiée ainsi que les objectifs à atteindre, et
finalement une planification du déroulement
de la réalisation de ce projet de fin d’étude.
Chapitre II cadre et contexte du projet

Contexte du projet
a) La centrale thermique :
 Deux groupes turboalternateurs de capacités : 2*16,5 MW.
 Une chaudière auxiliaire à fuel de capacité 30 tonnes/heure, pour la production de l’appoint
en vapeur haute pression.
 Un compresseur d’air pour la production d’air comprimé Service et Instrument.
 Un groupe électrogène (groupe Diésel) de capacité 2MW destinée pour secourir les
équipements électriques en cas de nécessité.
 Une liaison ONE réversible de capacité 15 MVA destinée à assurer l’appoint en énergie
électrique de l’ONE en cas de déficit et de livrer le surplus en cas d’excédent.
b) Station de pompage de l’eau de mer (lieu de stage):
La station de pompage de l’eau de mer assure le refoulement de l’eau de mer vers les
ateliers de production. L’eau subit les étapes suivantes :
 Tranquillisation : L’eau de mer passe à travers un tunnel pour alimenter un bassin de
tranquillisation pour amortir la houle.
 Dessablage : Après le bassin de tranquillisation, l’eau passe à travers un second bassin
qui permet le dessablement.
 Filtration : L’eau dessablée alimente deux filtres rotatifs du type Beaudry travaillant
en parallèle et pouvant traiter 12 000 m3/h par filtre.
L’eau est refoulée à l’aide de 6 pompes (3 pompes BP d’un débit de 5 400m 3/h, 3
pompes HP d’un débit de 1 000 m3/h) vers les ateliers de production pour les besoins de
réfrigération.
Chapitre II cadre et contexte du projet

c) Bassin de filtration de l’eau de mer (lieu de stage) :


L’eau de mer passe par une deuxième station de filtration, cette dernière est équipée de :
1- Un racleur de dessablement,
2- Deux dé-grilleurs,
3- Deux filtres rotatifs Beaudrey,
4- Un bassin froid,
5- Un bassin chaud,
6- Deux pompes d’un débit de 5 100 m3/h alimentant la centrale thermoélectrique (une
pompe en service et l’autre en réserve),
7- Deux pompes d’un débit de 6 900 m3/h vers SEM 2 (une pompe en service et l’autre
en réserve),
8- Deux pompes de débit 4 000 m3/h refoulant vers PS2 (une pompe en service et
l’autre en réserve),
9- Deux pompes débit 5 500 m3/h vers PP2. (Une pompe en service et l’autre en
réserve).
Chapitre II cadre et contexte du projet

9
7
8

5
3

4 2

6 1

d) Station de surpression de l’eau de mer n°2 (SEM2) :


La station SEM2 sert à alimenter quelques ateliers de MC en eau de mer. Elle est
constituée de :
 Une pompe sur-presseuse de débit 3 200 m3/h alimentant PP1 et PE,
 Une pompe sur-presseuse de débit 1300 m3/h vers CAP6,
 Deux pompes sur-presseuses de débit 3 000 m3/h refoulant vers PS3 (une pompe en
service l’autre en réserve).

e) Station de traitement de l’eau douce (TED) :


L’eau douce brute provenant de la retenue de Safi à raison d’un débit maximum de 1000
3
m /h subit dans la station TED plusieurs opérations de traitements. Cette station se compose de
deux unités principales :
 Unité d’épuration :
Chapitre II cadre et contexte du projet

Elle consiste à éliminer les matières en suspension et les substances colloïdales suite à
une série d’opérations enchaînées :
 Répartiteurs : Au niveau des répartiteurs, des quantités de chlore, de sulfate
d’alumine Al2(SO4)3 et de super floc sont ajoutées pour détruire les matières
organiques et rassembler en un précipité volumineux et lourd les matières en
colloïdales très fines contenues dans l’eau.

 Décantation : Elle permet la décantation, le dépôt pour évacuation des particules en


suspension dans l’eau résultant de la floculation.

 Filtration : Les filtres à sable permettent de retenir les fines particules en suspension
qui n’ont pas pu être décantées.
Chapitre II cadre et contexte du projet

 Unité de déminéralisation :
Elle a pour un rôle d’éliminer les ions contenus dans l’eau filtrée pour avoir l’eau
déssilicée. Cette unité est dotée de deux chaînes composées chacune d’une chaîne primaire et
d’une autre secondaire :
Chaîne primaire : elle est destinée à éliminer la majeure partie des ions contenus dans l’eau
filtrée, elle comprend :
 Un filtre déchlorure contenant 2 m3 de charbon actif qui sert à éliminer le chlore
libre,
 Un échangeur cationique contient une résine cationique destinée à éliminer les
ions positifs contenant dans l’eau,
 Un dégazeur pour l’élimination du CO2 libre,
 Un échangeur anionique contient une résine anionique destinée à éliminer les
ions négatifs contenant dans l’eau.
Chaîne secondaire : elle sert à capter les fuites ioniques de la chaîne primaire et les sels
d’acides faibles tels que Silice et CO2 l’échange d’ions se fait grâce à un échangeur à lit mélangé
(Mixed Bed) les deux résines (cationiques, anioniques) sont placées à l’intérieure et séparées
par ordre de densité.
f) Station de compression de l’air :
La station de compression d’air assure les besoins en air de service et l’air
d’instrumentation, elle est équipée de :
 Deux compresseurs ATLAS COPCO ZR5 N°1 et ZR5 N°2 de débit nominal 3
000 N.m3/h,
 Un compresseur INGERSOLL-RAND CENTAC de débit nominal 5 000
N.m3/h,
 Un compresseur ZR 500 de débit nominal 4 200 N.m3/h.
g) Station de pompage du Fuel :
Elle est composée de deux citernes pour le stockage du fuel lourd de capacité 1 000 m3/h
chacune. La station permet le dépotage des citernes et l’alimentation des ateliers demandeurs.
Chapitre II cadre et contexte du projet

Cadre du projet :
Après avoir présenté l’environnement de travail, il est maintenant temps de définir notre projet
en termes d’objectifs visés, la démarche, les facteurs du succès et les risques.

Mise en situation du projet :

Dans notre projet industriel de fin d’études nous avons travaillé sur la fiabilisation du
circuit de l’eau de mer. Premièrement le projet sera reposé sur l’étude critique de la politique
de maintenance actuelle du circuit de l’eau de mer (Atelier centrale et utilités) en se basant sur
l’analyse d’un diagnostic technique des différentes équipements (Historique des pannes, arbre
de défaillance ……) pour dégager les équipements névralgiques et les problèmes majeurs
fréquemment rencontrées sur train. Et par la suite proposer des actions et des améliorations et
les adoptés pour augmenter la disponibilité et la maintenabilité des équipements du circuit.

Après l’atteinte des objectifs de la première mission, la deuxième partie est consacré
à la fiabilisation de la filtration de l’eau de mer utilisée pour le refroidissement de l’acide
sulfurique véhiculé à travers des échangeurs installés au niveau de l’entrée des ateliers
sulfuriques PS2 et PS3.
Problématique :
L’eau de mer est un élément indispensable au sein du complexe Maroc chimie de
Safi, l’ensemble des ateliers l’utilisent pour des différentes opérations à savoir le
refroidissement des équipements et le processus de production. Donc le circuit d’eau de mer
constitue le cœur de Maroc chimie.
Chapitre II cadre et contexte du projet

Les équipements du circuit tombent souvent en panne et causent l’arrêt de la


production générant ainsi des pertes importantes. C’est pourquoi le service maintenance
cherche à augmenter la productivité des différents ateliers en assurant une disponibilité
maximale des équipements du circuit de l’eau de mer.
Cela met en relief l’importance de l’amélioration de la politique de maintenance des
équipements et la résolution des problèmes majeurs souvent rencontrées afin d’éviter les
défaillances pouvant nuire à la productivité des ateliers, et diminuer les pertes causées par ces
défaillances dont la valeur est estimée à (les pertes en production due aux anomalies au
circuits de l’eau mer).

Donc, notre projet est destiné à l’implantation d’une démarche efficace, dont le rôle
principal est dédié au suivi des différentes équipements à l’aide des indicateurs de performances
standardisé, et la détection des équipements névralgiques au niveau des installations PEM et
BEM, et ensuite la proposition des solutions optimales pour la fiabilisation du circuit d’eau de
mer.
Objectifs du projet
Compte tenu de la problématique soulevée, les objectifs principaux ont été fixés a priori afin de
mieux gérer la progression du projet. Ils se présentent comme suit :
-Etude critique de la politique de maintenance actuelle du circuit d’eau de mer (Atelier énergie
et fluides).
- Fiabilisation de la filtration d’eau de mer au niveau de l’entrée des ateliers sulfuriques.
Pour bien situer l’analyse et atteindre les objectifs de base, on a tracé les repères suivants :
- Faire un diagnostic technique des différents équipements du circuit de l’eau de mer (historique
des pannes souvent rencontrées sur terrain).
-analyser les résultats du diagnostic pour localiser les équipements névralgiques et les
problèmes majeurs qui affectant la disponibilité et la maintenabilité de ces équipements.
- la mise en place des actions et des améliorations pour les différentes équipements critique
(analyse du problème : vérification des conditions de fonctionnement, étude hydraulique).
- L’élaboration d’un tableau de bord pour le suivi des actions et les améliorations.
- définir une politique de maintenance pour les équipements concernée par notre étude.
- L’élaboration des dossier machines pour les postes critique suivant le standard de l’OCP.
-Faire un état des lieux des filtres au niveau de l’entrée des ateliers sulfuriques.
Chapitre II cadre et contexte du projet

-Comparaison des deux filtres (PS2 et PS3) en termes de conception, filtration.


-Inventaire des modes de défaillance de de ces filtres.
-Elaboration du plan de maintenance de ces filtres.

Démarche globale projet

Afin d’atteindre les objectifs définis au préalable de notre projet, on a adopté le plan d’action
suivant :

 Phase 1 :

- Compréhension du contexte général du projet et les besoins de l’atelier énergie et fluides et


les ateliers sulfuriques.

- Analyse et suivi des processus d’analyse existants :

 Inventaires et fiche techniques des équipements du circuit de l’eau de mer.


 Recensement des données : historiques des anomalies sur les différents
équipements des installations PEM et BEM. (Brainstorming)
 Analyse des données collecté pour établir une liste des équipements vitales
(outils : méthode ABC, Pareto …)

- la mise en place des actions et des améliorations pour la fiabilisation du circuit de l’eau de
mer :

 Identification des causes racines pour les différentes anomalies des postes
en question (arbres de défaillances,5M, les cinq pourquoi …)
 Implantation d’une politique de maintenance basé sur la criticité des
équipements critique de circuit de l’eau de mer (méthode AMDEC…)
Chapitre II cadre et contexte du projet

 Elaboration d’un plan de maintenance efficace et efficient adéquat à


l’installation de notre étude
 Proposition des solutions amélioratives en cas de besoin (optimisation des
circuits hydrauliques)
 Elaboration d’un TDB de suivi des actions et des améliorations.

-La démarche d’évaluation des risques est une démarche structurée selon les étapes suivantes
mettant en œuvre différents outils :

 Déterminer la portée de l’analyse


 Identifier les tâches à réaliser
 Faire l’inventaire des risques pour chaque tâche
 Estimer les risques
 Choisir les mesures correctives et préventives pour les risques graves et
sérieux, selon le plan d’action
 Mettre en œuvre les mesures immédiates ou permanentes
 Réévaluer le niveau de maîtrise des risques.

-Proposer des actions de prévention

-élaboration des dossiers machines pour les équipements de la PEM et BEM.

-étude technico-économique du sujet :

 Collecte des données qui indiquant des pertes en production due au manque de l’eau de
mer pour l’année 2017.
 Calcul les couts maintenance et les couts des actions correctives effectuées sur
l’installation pendant l’année 2017.
 Calcul des couts de la maintenance après la mise en place des actions et les améliorations
sur les différents équipements.
 Comparaison et calcul du gain.
 Phase 2 :

- Faire un état des lieux des filtres au niveau des ateliers sulfuriques (PS2 et PS3) et les comparer
en termes de conception :

 Décomposition fonctionnelle des deux filtres.


Chapitre II cadre et contexte du projet

 Description du principe de fonctionnement aux niveaux conceptuelle et en termes de


filtration.
 Établir un bilan de comparaison.

- Faire un diagnostic des anomalies souvent rencontrées sur terrain pour établir l’inventaire
des modes de défaillances des deux filtres.

- Elaboration du plan de maintenance de ces filtres.

Facteurs du succès et éléments de risque

Les paramètres essentiels favorisant la réussite de ce travail sont :


- Planification des tâches
- Implication des différents intervenants dans le projet
- Absence de conflit entre le comité de pilotage et l’équipe de projet

Cependant, il faut prendre en considération des risques lors de l’étude, parmi ces risques on
liste :
- Difficulté d’obtention des données
- La dispersion géographique des activités de OCP Safi
- une résistance au changement de la part des différents acteurs

Planification du projet :

-Organigramme des taches

-Diagramme Pert

-Diagramme GANTT
Chapitre II cadre et contexte du projet