Vous êtes sur la page 1sur 136

Université Hassan 1er – Settat

Faculté Polydisciplinaire Khouribga

Mémoire de fin d’étude Pour l’obtention de la licence fondamentale


Filière : Science Economique et Gestion
Option : Gestion

Sous le thème :

La Gestion du risque des crédits bancaires :


Typologies et mécanismes d’analyse et de gestion
« Cas de Crédit Agricole de Maroc »

N° ordre : ……………/…………

Réalisées Par : [Encadré par :

 QEBBACH Bouchra  Mr. OUBRAHIMI Mostafa


 QEBBACH Fatima Ezzahra

Année Universitaire : 2015/2016


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Dédicaces

Nous dédions ce travail :

A nos parents, nos sœurs et tous les membres de nos familles,

Pour le soutien moral, et financier,


Sans lesquels ce mémoire n’aura pas vu le jour.

A mes amis,

Sincère amitié, profond attachement pour votre


Soutien moral.

A tous ceux qui ont contribué de près ou de loin


À la réalisation de ce travail…

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 2


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Remerciement

Aucun travail n’est véritablement individuel

Pour autant qu’il soit la somme d’une expérience ou d’un essai de réflexion, les aides ou
influences extérieures ne sauraient être méconnues, encore moins, reniées.

Tout d’abord, Nous tenons à remercier sincèrement Monsieur OUBRAHIMI MOSTAFA


qui a accepté d’encadrer ce mémoire et qui s'est toujours montré à l'écoute et très disponible
tout au long de la réalisation de ce dernier, ainsi pour l'inspiration, l'aide et le temps qu'il a
bien voulu nous consacrer et sans qui ce mémoire n'aurait jamais vu le jour.

Nous remercions également Mlle Fadoua Badri, chargé du crédit au sien de la banque de Crédit
Agricole de Maroc pour leur accueil, leur gentillesse, leur disponibilité et pour le temps qu’ils
nous ont consacré.

Nos remerciements vont également à tous ceux qui ont acceptés de répondre à nos questions
et à satisfaire nos curiosités de la manière la plus efficace possible.

Enfin, à toutes les personnes ayant contribués, de près ou de loin, à la réalisation de ce


mémoire, qu’elles trouvent ici l’expression de notre reconnaissance et de nos sincères
remerciement.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 3


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Sommaire

1ère Partie : Concept et Fondements du risque de crédit bancaire au sien de la


banque

CHAPITRE I : LES CREDITS ACCORDES PAR LA BANQUE 10


SECTION 1 : DEFINITIONS ET ROLE DES CREDITS BANCAIRES 10
SECTION 2 : CLASSIFICATION ET TYPOLOGIE DES CREDITS BANCAIRES 14
SECTION3 : L’APPRECIATION ET LE CHOIX DU CREDIT BANCAIRE 18

CHAPITRE II : LE RISQUE DES CREDITS BANCAIRES : SOURCES ET EVOLUTIONS 24


SECTION 1 : LE RISQUE DE CREDIT BANCAIRE 24
SECTION 2 : LES COMPOSANTES DE RISQUE DE CREDITS 30
SECTION3 : L’EVOLUTION DE LA REGLEMENTATION BANCAIRE 33

2ème Partie: Risque de crédit bancaire: Méthode de gestion et d'analyse au sien


de la banque

CHAPITRE I : GESTION ET ANALYSE DE RISQUE DE CREDIT BANCAIRE 46


SECTION 1 : GESTION DU RISQUE DE CREDIT BANCAIRE 46
SECTION 2 : LES METHODES D’ANALYSE DU RISQUE DE CREDIT BANCAIRE 56
SECTION 3 : LES MOYENS DE SE PREMUNIR DU RISQUE DE CREDIT 67

CHAPITRE 2 : CONTROL ET SUIVI 72


SECTION 1 : CONTROLE INTERNE 72
SECTION 2 : MODALITE DE BANK AL-MAGHRIB EN MATIERE DE CREANCES EN SOUFFRANCES 74

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 4


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3ème partie : Etude de cas : Analyse de la gestion du risque des crédits


bancaires au sien de la banque « Crédit Agricole de Maroc »

CHAPITRE 1 : DESCRIPTION DU PROCESSUS D’OCTROI DE CREDIT DU « CREDIT


AGRICOLE DE MAROC » ET GESTION DES RISQUES LIE 82
SECTION1 : PRESENTATION DU CAM 82
SECTION 2 : PROCESSUS D’OCTROI DU CREDIT AU SIEN DU CAM 90
SECTION3 : LA GESTION DES RISQUES DE CREDIT AU SIEN DU CAM 95

CHAPITRE2 :L’ANALYSE DE LA GESTION DU RISQUE DE CREDIT BANCAIRE AU SIEN


DU CREDIT AGRICOLE DE MAROC 100
SECTION1: L’ANALYSE DE LA GESTION DU RISQUE DES CREDITS BANCAIRES ACCORDES AUX
ENTREPRISES 100
SECTION2 : PROCESSUS DE CONTROLE ET DE SUIVI ACTUEL CHEZ CAM 108
SECTION 3 : PROPOSITION D’ACTIONS POUR L’AMELIORATION DU SYSTEME DE GESTION DU RISQUE DE
CREDIT BANCAIRE 112

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 5


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Introduction Générale
Aujourd’hui les banques occupent une place centrale dans le système économique mondiale,
elles pratiquent le rôle d’intermédiaire entre les placeurs de fonds et les emprunteurs, c'est-à-
dire, elles collectent les capacités de financement des agents économiques disposant
d’excédant et les prêtent aux agents déficitaires. C’est pour cela on peut dire que les banques
jouent un rôle critique et privilégié dans le système économique moderne.

Pour les établissements bancaires, la distribution de crédits est le générateur essentiel de


bénéfices. Généralement, plus le volume de crédits offert aux clients est élevé, meilleure est la
rentabilité. Toutefois, la distribution de crédits ne se fait pas sans mal. Comme le précise Mr.
Jacque FERRONNIERE : « l’expérience a maintes fois, prouvé qu’il n’y a pas de crédit
totalement exempt de risques, qu’elles que soient les garanties dont il est assorti »1.

En effet, le risque de perte totale ou partielle des créances est d’autant plus accru lorsque le
volume de crédits distribués est élevé, et qui influe négativement la rentabilité des banques.

Ce paradoxe est universel mais il se fait ressentir de façons plus évidentes dans les pays en
voie de développement, généralement plus exposées aux effets de la mondialisation de
l’économie. Nul ne doute que tous les établissements de crédit essaient de cerner ou plutôt
d’encadrer le risque de crédit dès l’entrée en relation avec leur clientèle et chaque banque
essaie de se prémunir au mieux à l’aide d’outils et de mécanismes divers ; ce n’est hélas pas
suffisant. En réalité, le suivi et la gestion du risque de crédit se prévaut comme étant un
impératif trivial, assurant la survie de tout établissement de crédit.

Gérer le risque, c’est suivre l’affaire depuis sa création ou son entrée en relation avec la
banque, de façon minutieuse, afin de minimiser les risques et amoindrir les pertes s’il devait y
en avoir.

De fait, la gestion des risques dans les établissements bancaires s’est fortement développée au
cours des dernières années, il s’agit de l’ensemble des techniques et des outils de gestion qui
permettent de mesurer et de contrôler les risques financiers. Cette progression n’est pas le
fruit du hasard, mais une simple conséquence des problèmes économico-financiers.

1
Mr Jacques FERRONNIERE « les opérations de banque » Dalloz 1958

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 6


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Sur le plan national, les marchés financiers et les métiers de la banque sont passés ces
dernières années par une phase de turbulence assez significative. Ces changements induisent
des risques nouveaux, d’autant qu’il y a une forte volonté politique d’accélérer l’ouverture du
royaume sur le plan économique, comme en témoigne la concrétisation des accords de libres
échanges avec plusieurs pays.

Dans ce contexte, le secteur bancaire marocain connait également des mutations profondes
avec une évolution remarquable de l’activité, de la concurrence et de la diversité des services
rendus à la clientèle. En parallèle, les directives de BANK AL-Maghrib (la banque centrale du
Maroc), impliquent de modifier et renforcer l’organisation des banques en matière de maitrise
des risques et de contrôle interne.

Tout au long de ce mémoire nous analyserons des crédits bancaires, de l’identification à la


gestion, tout en répondant aux questions suivantes :

 Quels sont les fondements du concept de risque ?


 Quels sont les différents risques du crédit qui peuvent apparaitre lors de l‘octroi du
crédit ?
 Quels sont les mécanismes d’analyse et de gestion du risque des crédits ?
 Comment le Crédit Agricole de Maroc gère-t-elle le risque des crédits ?

Pour répondre à ces questions, nous proposons un plan en trois Parties, la première va être
consacrée au concept de risque par la présentation des crédits bancaires et les risques liés, ses
composants et son cadre réglementaire.

La deuxième Partie sera réservée à la méthode de gestion et d’analyse de risque des crédits
bancaires, ainsi que le contrôle et suivi.

Enfin, la troisième Partie de ce travail sera dédiée à une analyse critique du système d’étude,
d’analyse, de suivi et de contrôle du risque au sein de la banque Crédit Agricole de Maroc.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 7


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

« Concept et fondements de risque du crédit au sein de la banque »

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 8


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

1ère Partie Concept et fondements de risque du crédit au sein de


la banque

Le risque est inhérent à toute activité humaine, notamment lorsqu'on fait des affaires. Dans les
métiers de la banque, le risque est un élément que l'on vit au quotidien. En effet l'activité
principale de la banque étant de distribuer du crédit, le risque de non remboursement est
omniprésent.

Le crédit est une opération récurrente surtout dans notre environnement ou la liquidité est
presque chose inexistante chez les clients (entreprise, particulier). En effet, ceux-ci ont
toujours des besoins à satisfaire comme le financement de leur exploitation ; de leur
consommation le paiement des salaires et impôts ; etc.

Par conséquent la relation banque client s'exprime mieux dans les facilités c'est pourquoi la
banque doit fixer des limites pour contrecarrer les excès et le défaut pouvant survenir durant
la relation. En général, le principal défaut supporté par la banque est le risque de crédit qu'il
doit circonscrire par une bonne définition et une bonne analyse à fin d'en avoir une mesure
assez correcte lorsqu'elle prête à tel ou tel client (particulier ou entreprise)

Cette première partie du mémoire, sera composés de deux chapitres: le premier nous
permettre de définir le crédit bancaire, ainsi que présenter la classification et typologie de
différent type des crédits bancaires. Et le deuxième chapitre sera consacré la risque liés aux
crédits accordés par la banque.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 9


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Chapitre I : Les crédits accordés par la banque

Le crédit bancaire est l’un des moyens les plus importantes de financement de l’économie, il
joue un rôle important dans le développement de l’activité économique.

Nous essayerons à travers de ce chapitre de définir le concept de crédit bancaire et de mettre


en évidence son rôle, ainsi que la classification et typologie des crédits bancaires et enfin
l’appréciation et le choix de crédit.

Section 1 : Définitions et rôle des crédits bancaires

La définition des crédits a été développée pour la première fois dans la loi bancaire de 1993.

Le mot « crédit » à la même étymologie que le mot « croire » (en latin, ‘crédo’ = je crois, j’ai
confiance). C’est donc une activité qui repose sur la confiance, celle que le préteur accorde à
l’emprunteur, de qui, il attend le remboursement du prêt.

L’opération de crédit est un contrat particulier qui permet le transfert de fonds entre un
emprunteur et un préteur. Le préteur loue des fonds à l’emprunteur pour qu’il ait à sa
disposition des moyens de faire un achat. En contrepartie l’emprunteur s’engage à lui
rembourser plus tard non seulement le capital emprunté et aussi à verser un loyer pour
indemniser le préteur de son renoncement à son épargne.2

En général, il existe plusieurs définitions de crédit. Et cette section sera consacré à les
définitions du crédit bancaire soit au niveau de la loi commerciale, soit au niveau de la loi
bancaire ou selon standards mondiales et présenter son rôle.

2
Economie Bancaire, Par Antoine Gentier, 1 juillet 2013, page18/256

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 10


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

1. Définitions de crédit bancaire :

1-1 / Définition selon le code de commerce :

Au terme de l’article 524 relative au code de commerce du 1er Aout 1996, le crédit bancaire
est défini par le code comme étant :

« L’engagement de la banque de mettre des moyens de paiement à la disposition du


bénéficiaire ou de tiers, désigné par lui, à concurrence d’une certaine somme d’argent.»3

1-2 / Définition selon la loi bancaire :

La loi bancaire du 14 Février 2006 relative aux établissements de crédits, donne une définition
de crédit bancaire comme suit :

« Constitue une opération de crédit tout acte, à titre onéreux, par lequel une personne :

• met ou s’oblige à mettre des fonds à la disposition d’une autre personne, à charge pour
celle-ci de les rembourser ;

• ou prend, dans l’intérêt d’une autre personne, un engagement par signature sous
forme d’aval, de cautionnement ou de toute autre garantie. »4

1-3/ Autre définitions :

Plusieurs auteurs ont essayé de donner des définitions au crédit bancaire, en définissant le
crédit se réfère à son étymologie cardère qui veut dire croire, faire confiance.

Selon Böhm-Bawerk cité par (Raymond Barre, 1970 : 143), « le crédit est l'échange d'un
bien présent contre un bien futur ». 5

Le crédit est considéré comme un acte de confiance comportant l'échange dans le temps d'un
bien sous condition d'une contrepartie futur. Le crédit implique une confiance fondamentale

3
Article 524 de code de commerce du 1er aout 1996
4
Dahir n°1-05-178, du 14 février 2006, de la loi n°34-03 relative aux établissements de crédits
5
Mémoire online « Economie et Finance »

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 11


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

dans la réalisation de cette contre partie. Comme le précisent de M.Terrel et M. le jeune et


Georges Petit DUTTAILLIS :

Georges P.DUTTAILLIS définit le crédit comme suit : « Faire crédit, c'est faire confiance »6

De même M.Terrel et M. Lejeune définit le crédit ainsi « Le contrat de crédit suppose


essentiellement le déplacement momentané d’un capitale qui fera retour, à un moment
donné, lui ou son équivalent, à son possesseur. Il y’a dans tout crédit une idée de terme et
de délai »7

Selon J.BRANGER, « le crédit est une opération qui consiste à se dessaisir du bien, à céder
un pouvoir d'achat, à prendre un engagement en échange de la promesse d'une contre
prestation différée dans le temps, la confiance l'emportant sur la crainte du risque »8

Donc après ces définitions qui expliquent d’une manière précise ce que veut dire un crédit,
qu’est une notion qui comporte deux éléments principaux à savoir le temps et le risque. D'une
part, la location de l'argent en fonction de la durée du prêt, pour le prêteur correspond à une
indisponibilité de fonds. D'autre part, au fur et à mesure de la durée du prêt, le risque
d'insolvabilité de l'emprunteur augmente, cela justifie une sorte de prime qui s'ajoute au loyer
de l'argent.

On conclure que le crédit englobe quatre éléments essentiels:

le temps: pendant lequel l'emprunteur disposé du bien prêté, et le prêteur se prive de la


jouissance de ce bien;

la confiance: fait par le créancier au débiteur, donc obtenir un crédit c'est bénéficier
de la confiance, la promesse de réalisation du prêt;

Le risque : Potentiel de l’opération que supporte le préteur.

le prix du crédit est l'intérêt : Le service rendu se voit clairement quand on compare
le poids du gain prêté et celui de la récolte obtenue, et on peut partager le bénéfice
avec le prêteur.

2. Le rôle de crédits bancaires :

6
Cité par Farouk Bouyakoub, « l’entreprise et son financement bancaire » Ed 2000 page 17
7
M.Terrel « Traité des opérations commerciales de banques » Ed 1951 page 41
8
Mémoire online « Economie et finance »

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 12


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Aucune économie ne peut nier le rôle que joue le crédit en matière de facilitation des
échanges, stimulation de la production, d’amplification du développement et enfin, son
rôle d’instrument de création monétaire. 9

Le crédit permet les échanges. C’est une ancienne fonction des banques d’assurer aux
entreprises, une continuité dans le processus de production et de commercialisation. Le
pouvoir d’achat ou d’échange aux entreprises trouve son origine, par le recours de ces
dernières, à la banque afin d’anticiper leurs recettes.

Aussi, le rôle du crédit réside dans son pouvoir de stimulateur de la production. Car
l’activité de production se modernise au jour, grâce à l’innovation des équipements ou leur
renouvellement. Le recours au crédit permet à l’entreprise d’acquérir une nouvelle
technologie, lui permettant d’accroitre la qualité et la quantité de sa production. Cette
dernière, sera consommée par les ménages à travers les crédits à la consommation accordés
par les banques, afin de stimuler les achats et, par conséquent, le secteur de production.

Le crédit permet d’amplifier le développement. La théorie bancaire a évoqué le rôle


multiplicateur du crédit, qui s’explique par les effets d’un prêt pour l’achat d’un bien de
production ou de consommation. Ces effets ne se manifestent pas uniquement chez l’argent
économique bénéficiaire de l’opération mais, ils s’étendent indirectement à d’autres agents.

Au sujet de l’effet multiplicateur du crédit dans le développement économique. J.A


Schumpeter, dans sa contribution concernant l’étude des conditions de financement de
l’évolution économique. Il va donc rompe avec l’analyse classique du financement.10

Pour J.A Schumpeter, les banques vont financer les investissements par la création de
nouveaux moyens de paiement et non pas, par une épargne préalable déposée chez elles.

En effet, la création de nouveaux moyens de paiement permet le déplacement des facteurs


de production vers les entreprises nouvelles, sans détruire les anciennes. On aura grâce au
crédit, des ressources productives sans fournir en contrepartie, au départ, des biens ou des
services.

9
: Guy Caudamine, jean Montier « banque et marché financier » Ed 1998, Page 142
10
: Sylvie Diatkine, « les fondements de la théorie bancaires : des textes classiques aux débats contemporains »
Ed 2003, Page 39

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 13


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Section 2 : Classification et typologie des crédits bancaires

Il s'agira dans cette section de mettre en exergue la classification de types de crédit, on a


choisie de parler sur trois classification prévues essentiels qui consistent sur les facteurs de
« la durée, l’objet et nature, et destination »

1. Classification selon la durée :

Cette distinction est importante dans la mesure où elle a entrainé une spécialisation des
établissements bancaires et para-bancaires. Ainsi, les crédits à court terme finançant le besoin
courant des affaires étant l’apanage des banques de dépôt. Ce finançant les besoins de
consommation des particuliers était dévolu essentiellement à la société de crédit à la
consommation, alors que les crédits à moyen terme finançant les investissements étaient
principalement octroyer par les anciens organismes financiers spécialisés (CNCA, CIH).

1-1 / Les Crédits à court terme :

On désigne sous le thème des crédits à court terme l’ensemble des techniques de financement
spécialisées relatives aux opérations du cycle d’exploitation et d’autre part des moyens de
financement dont la durée est extrêmement courte, de quelques jours à quelques mois. Pour
préciser cette définition, il faut examiner la nature des opérations auxquelles le crédit est
attaché. « Ainsi, suivant la durée du cycle de production ou de commercialisation, le crédit
à court terme peut être relativement long et atteindre une période de l’ordre d’un an, on
désigne alors ces crédits sous le nom de court terme prolongé, et on les distingue des
opérations plus courtes qui portent sur une période de trois à six mois »11

Par maturité, et selon les statistiques communiquées par Bank AL-Maghrib, l’année 2014,
l’encours des CCT s’est replié de 7.5% à 265,8 milliards de dirhams, évolution liés
notamment à la baisse des facilités de trésorerie et des crédits de consommation , leur part
dans le total des crédits étant revenue , d’une année à l’autre de 38,4% (2013) à 34.9%
(2014).12

11
Conso Pierre, « Gestion financière de l’entreprise »2005, page 310-311
12
Rapport annuel de Bank AL-Maghrib, exercice 2014
Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 14
La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

1-2/ Les crédits à moyen terme :

Selon Pruvost, «Le crédit à moyen terme ainsi que son nom l’indique, est un crédit sur une
durée moyenne qui peut aller de 24 à 84 mois c’est-à-dire de 2 ans à 7 ans». 13 Les crédits à
moyen terme oscillent entre CCT et les CLT.

Certains les appellent des « Crédits à long terme courts » tandis que d’autre les appellent des
« crédits intermédiaires ». Ils servent au financement des activités rentables à moyen terme.
(Ex : construction).

Les prêts à moyen terme, représentent au Maroc une part de 26.4% de l’ensemble des crédits
octroyés à fin de l’année 2014. Les CMT ont vu leur encours diminuer de 5,8% à 201
milliards et ce, en dépit de la légère reprise des prêts à l’équipement et leur poids, en
conséquence, reculé de 2,1 points à 26,4%.14

1-3/ Les crédits à long terme (CLT) :

Les crédits à long terme peuvent, en matière commerciale commencé à 5 ans. Mais du point
de vue des finances de l’Etat, cette durée ne constitue véritablement pas du long terme, il faut
qu’elle soit encore plus longue. C’est ainsi que l’on le définit à partir de 7 ans et peuvent
atteindre de 10 à 15 ans voir même plus dans certains cas (20 à 25 pour certains crédits
d’habitat).

Les entreprises préfèrent ce genre de crédit lorsqu’elles investissent dans des projets qui
donneront des résultats qu’à long terme (ex : usine).

Au Maroc, les prêts à long terme se sont renforcés de 19% à 242 milliards de dirhams, leur
part s’étant accrue de 4,6 points à 31,8%.

Les crédits à l’habitat s’établi à 181 milliards de dirhams, et bénéficiant une hausse de 6.7%.15

En générale, les statistiques données par Bank AL-Maghrib à travers son rapport annuel
concernant l’exercice 2014, montrent que les crédits à terme (court, moyen et long) ont
connus un mouvement oscillatoire d’une année à l’autre. Le graphique suivant explique d’une
manière claire le mouvement des crédits à terme octroyés par les banques pendant trois ans.

13
Pruvost Jean-Marie, « Dico du financier », 2009, page 72/304
14
Rapport annuel de Bank AL-Maghrib, exercice 2014
15
Rapport annuel de Bank AL-Maghrib, Exercice 2014

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 15


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Figure N° 1 : Les crédits octroyés par les banques en fonction de leur terme (en%) 2012 à 2014

Source : « Rapport annuel de Bank Al-Maghrib, exercice2014 »

2. Classification selon l’objet et la nature :

2-1/ Selon l’objet :

Cette classification permet de faire la distinction entre le crédit bancaire qui est un prêt en
argent, et le crédit commercial qui est consenti par un fournisseur à son client à l’issue d’une
vente de marchandise et qui correspond au délai de règlement ou facilité de paiement accordé
par le premier au second. Notons qu’il existe une grande corrélation entre les deux types de
concours.

2-1-1 Le crédit bancaire :

Prend généralement en compte l’importance des crédits commerciaux accordés par


l’entreprise à sa clientèle ainsi que ceux qui lui sont consentis à celle-ci par ces propres
fournisseurs. Cela contribue ente autre à dégager les besoins en trésorerie et en fonds de
roulement à déterminer le montant en crédits bancaires requis.

2-1-2 Le crédit commercial :

Peut servir de support au crédit bancaire comme dans les cas de l’escompte d’effet de
commerce ou de créances professionnels.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 16


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

2-2/ Selon la nature :

On peut deviser les crédits bancaires en deux grands catégories :

2-2-1 Les crédits en capitaux :

Ils s’impliquent pour une banque des décaissements effectifs en argent (cas de la facilité de
caisse du découvert, de l’escompte, des avances diverses, du crédit à moyen terme). Ces
crédits sont d’ailleurs couramment appelés « crédits par décaissements »

2-2-2 Les crédits en garantie 16 :

Ils ne nécessitent que la signature du banquier, qui s’engage par sa signature sans
décaissement effectif d’argent lors de l’octroi de crédit (caution et crédit documentaires). Ces
concours sont connus dans le jargon bancaire sous l’appellation de «crédits par signatures ».

Ce genre de crédit présente des avantages pour le banquier comme pour son client, ils
permettent aux banquiers d’éviter toute sortie de fonds et aux clients d’améliorer leur gestion
de la trésorerie, d’abaisser leurs couts financiers et de valoriser leur image de marque. Ces
crédits génèrent par contre aux banquiers des risques difficiles à évaluer et dont le suivi est
lourd à gérer.

3. Classification selon la destination 17 :

Cette distinction peut s’opérer soit par rapport au secteur d’activité soit par rapport au circuit
économique soit par rapport à une catégorie socioprofessionnelle déterminée.

3-1/ La distinction des crédits par rapport au secteur d’activité :

Agriculture, pêche, mines et industrie, commerce et service permet à la banque de connaitre


leur pénétration dans les différentes branches, l’évolution du financement de celle-ci est
d’orienter en conséquence leur politique respective.

16
BERRADA .M.A « Les techniques de banque et crédit au Maroc » Ed 1982 page 222
17
BERRADA .M.A « Les techniques de banque et crédit au Maroc » Ed 1982 page 222-223

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 17


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3-2/ La distinction des crédits par rapport au circuit économique

3-2-1 Les crédits à la production :

Sont prisés par les banques et organismes financiers spécialisés car destiné à promouvoir les
développements du pays, les banques leurs consacrent une part non négligeable de leur
ressources (soit prêt de 38% actuellement).

3-2-2 Les crédits à la commercialisation :

Ont trait aux besoins d’exploitation des entreprises commerciales ou de service et plus
rarement de leur équipement. Les banques réservent une large part de leurs concours à ces
financements (plus de 62%).

3-2-3 Les crédits à la consommation :

Distribués principalement par les sociétés des financements se développent rapidement. Ce


phénomène explique à la fois par l’augmentation des besoins des particuliers et de leurs
endettements et par les taux élevés pratiqués qui sont attrayant pour les établissements de
crédits.

Section3 : L’appréciation et le choix du crédit bancaire18

Le choix par le banquier du crédit le plus adéquat devant, à la fois, répondre aux besoins
d’une entreprise cliente et satisfaire à ses contraintes de bonne gestion, nécessite de sa part
tout un art que seule une longue expérience permet d’affiner.

Loin de nous la prétention de formuler une méthode, nous essaierons de faire apparaitre les
éléments importants qui contribuent à une bonne estimation du crédit sachant que celle-ci
résulte de la conjugaison d l’étude critique de l’objet du crédit et de l’adaptation de celui-ci
aux besoins réels de l’entreprise.

1. L’étude critique de l’objet du crédit

L’étude critique de l’objet d’un crédit consiste, en fait, en l’analyse de son opportunité, de sa
destination et de ses justifications économiques, commerciales et financières.

18
BERRADA Mohamed Azzedine « Les techniques de banque et de crédit au Maroc » page : 277

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 18


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Cet examen est généralement facilité par l’évaluation préalable de l’entreprise et les
différentes conclusions qu’elle a permis de tirer.
Signalons que sont écartés, généralement d’emblée, les crédits destinés à financer :

Des opérations à caractère spéculatif, telles :

 Des augmentations de stocks qui ne sont justifiées ni par l’activité normale


de l’entreprise concernée, ni par une commande importante en cours de
préparation ;

 Des acquisitions de terrains qui ne sont pas prévues dans le cadre de projets
d’investissements productifs…

Des opérations pouvant entrainer un risque d’immobilisation du crédit, comme par


exemple des acquisitions de biens immeubles non susceptibles d’être financées par
des crédits à moyen terme réescomptables (fonds de commerce, terrains nus,
immeubles, participation…)

Des insuffisances importantes ou permanentes de capitaux qui risquent, à la longue,


de mettre la banque en situation de commandite.

Lorsque le crédit est justifié, les banques cherchant à l’adapter aux besoins réels de
l’entreprise.19

2. L’adaptation du crédit aux besoins réels de l’entreprise20

L’adaptation du crédit aux besoins réels de l’entreprise concerne à la fois sa forme, son
importance et ses modalités de remboursement.

2-1/ Etude de la forme du crédit

Les différentes formes de crédit développées dans les chapitres suivants, répondent chacune à
une catégorie de besoins bien déterminée (voir tableau ci-après).

19
BERRADA Mohamed Azzedine « Les techniques de banque et de crédit au Maroc » page : 278
20
BERRADA Mohamed Azzedine « Les techniques de banque et de crédit au Maroc » page : 279

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 19


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Tableau N° 1 : « Tableau D’adéquation besoins – crédit »

Objet Besoins Crédit


crédit à long terme direct
-crédit à moyen terme direct
Immobilisations -crédit à moyen terme réescomptable
Investissements
-crédit-bail (matériel)
-crédit acheteur (matériel)
-crédit fournisseur (matériel)

TRSORERIE -Crédit relais


-Crédit de courrier
-Facilité de caisse
-Découvert
-Avances diverses (sur différé, sur titre…)
-Escompte
-Avals et cautions (fiscales, diverses)

STOCKS -Crédits de campagne


-Avances sur marchandises
-Avances sur nantissement industriel
-Avances sur crédits garantis par l’Etat =
avances sur coton, avances sur céréales et
légumineuses aux organismes coopératifs
agricoles.
Exploitation -Avances sur Warrants Magasins
Généraux
-Crédits agricoles (crédits de cultures,
crédits d’embouche…)
MARCHES -Cautions administratives
ADMINISTATIFS -Avances sur marchés nantis
-Avals Caisse Marocaine de Marché
(C.M.M.)
* Préfinancement
* Accompagnement
* Mobilisation
- Escompte papier C.M.M.

Importations -Avances sur marchés import


-Crédits de dessaisissement
- Crédits documentaires
Commerce
Extérieur
Exportations -Cautions douanières
-Avances sur créances nées à l’exportation

Sources : BERRADA Mohamed Azzedine « Les techniques de banque et de crédit au Maroc »

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 20


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Le client, méconnaissant généralement les différentes techniques de crédit, mais ayant un


besoin de financement (acquisition de matériels, financement de stocks, financement de
marchés passés avec l’administration …) peut solliciter « une facilité de caisse », un
« découvert » etc., en fait un prêt qui puisse lui permettre, essentiellement dans l’immédiat, de
faire face à ses besoins.

C’est donc au banquier, connaissant parfaitement les nuances existant entre les différentes
sortes de crédit, qu’incombe la tâche de déterminer les formules les plus appropriées à
l’activité ou aux opérations spécifiques de son client.

C’est à lui qu’échoit, également, la tâche d’étudier et de « cerner » les besoins de celui-ci afin
de fixer les plafonds d’autorisations qui seront nécessaires à son activité.

2-2/ l’étude des besoins du client

L’étude des besoins repose sur l’analyse de l’évolution financière et commerciale de


l’entreprise cliente.

Les conclusions y afférentes peuvent refléter ;

 Des besoins inexistants ou non apparents ;


 Des besoins irréguliers ;
 Des besoins réels.

2-2-1 Les besoins inexistants ou non apparents

C’est le cas lorsque le client demande un crédit sans objet précis, à titre de sécurité par
exemple, alors que sa trésorerie est large (différence positive entre le fonds de roulement et
les besoins en fonds de roulement).

Notons que l’aisance de trésorerie d’une entreprise se trouve généralement confirmée par une
marche créditrice, par l’existence de bons de caisse, de comptes à terme…

Les crédits sollicités dans ce cadre peuvent, bien entendu, être destinés à conférer une certaine
sécurité, voire même, parfois, à satisfaire un besoins de prestige. Ils peuvent aussi être
demandés pour compléter le financement d’une opération déterminée mais dont les
caractéristiques, estimées confidentielles par le client, sont ignorées par le banquier.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 21


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Ces concours dont la destination est imprécise comportent des risques élevés, aussi sont-ils
rares en pratique.

2-2-2 Des besoins irréguliers

Les besoins irréguliers sont ceux qui résultent :

 soit d’une gestion financière ou commerciale laissant à désirer, telle par exemple celle
qui provoque des resserrements de trésorerie à la suite de :

l’acquisition de valeurs immobilisées par des ressources à court terme ;

Un resourcement inopportun de comptes courants associées entraiment un


équilibre de la structure financière ou un équilibre instable de celle-ci ;

Une augmentation importante des facilités accordées à la clientèle qui seraient


supérieures aux usances pratiquées ou qui ne seraient pas en rapport avec les
moyens financières de l’entreprise ;

Un stockage pléthorique.

 Soit d’une mauvaise détermination du niveau des concours sollicités comme par
exemple :

Une fiche d’escompte dont le montant est supérieur à la somme moyenne des
postes « Clients+ effet à recevoir » ;

Une cote d’avances sur marchandises dont le plafond est plus élevée que les stocks
moyens de l’entreprise etc.

Il convient de signaler que certaines demandes peuvent paraitre inopportunes aux banques
quoique pouvant correspondre à des besoins effectifs. C’est le cas notamment d’une extension
de crédits sollicitée au moment où le chiffre d’affaires est en baisse ou bien à la suite de
retraits de comptes courants associés.

2-2-3 Les besoins réels

Les besoins réel sont ceux qui découlent de l’évolution normale de l’activité d’une affaire.
Un examen et une correction éventuelle des différents facteurs intervenant dans le
resserrement de la trésorerie permettent de fixer l forme de l’importance des autorisations de
crédit.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 22


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3. La détermination des modalités de remboursement :

Les modalités de remboursement appelées encore « sortie » ou « plan d’amortissement » du


crédit sont généralement proposées par le client.

Elles sont souvent rectifiées par le banquier, en même temps que le niveau du crédit demandé,
pour tenir compte des besoins réels du client et de ses possibilités (moyens financiers d’une
personne physique ou capacité d’autofinancement d’une entreprise).

Il convient de noter que certains crédits ne nécessitent pas la précision de leurs modalités de
remboursement soit parce qu’ils sont un caractère renouvelable :

Concours dit « revolving », comme par exemple les crédits de fonctionnement mis à la
disposition des différentes entreprises industrielles, commerciales… soit parce que leur sortie
est connue d’avance tels que les crédits fiançant des campagnes agricoles ou industrielles.

En conclusion, on peut dire que la détermination de la forme, de l’importance et de la sortie


d’un crédit respectivement appropriée aux besoins réels d’une entreprise et adaptée à ses
moyens financiers, confère aux banquiers :

La meilleure garantie d’un remboursement normal ;

L’atténuation de risque de détournement de l’objet pouvant être engendré par des


crédits inadéquats ou trop larges ;

La diminution du risque d’une désagrégation des liens commerciaux que des crédits
trop restreints peuvent provoquer avec différentes entreprises.21

Conclusion de chapitre1 :

A travers ce chapitre, nous avons essayé de définir le crédit ainsi que la typologie de
différents types des crédits bancaires.

Au regard de tous ces types de crédits présentées, il est important de se demander quels sont les
risques qui y sont liés ?

21
BERRADA Mohamed Azzedine « Les techniques de banque et de crédit au Maroc » page : 281

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 23


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Chapitre II : Le risque des crédits bancaires : Sources et évolutions

Ce chapitre nous permettre d’aider le lecteur de cette mémoire à avoir une bonne
compréhension de la notion risque lié aux crédits bancaires, Nous identifiant d’abord le
concept du risque de crédit bancaire et leur caractéristique en suite nous présentons les
composantes du risque de crédit, et nous développons enfin l’évolution de la réglementation
bancaire.

Section 1 : Le risque de crédit bancaire

Dans cette section, nous allons d’abord voir le concept du risque de crédit bancaire avant de
présenter les caractéristiques et les différents types de risques

1- Définition du risque de crédit bancaire :

Le risque en matière bancaire peut être défini, selon Rouach22, comme étant « un engagement
portant une incertitude dotée d’une probabilité de gain et de préjudice, que celui-ci soit une
dégradation ou une perte ».

Sampson, 23 pour sa part considère que : « la tension qui habite les banquiers est inséparable
de leur métier, ils veillent sur les économies d’autrui et partant ils les font bénéficier en les
prêtant à d’autres ce qui comporte inévitablement des risques. Il continue en précisant
qu’un banquier qui prend pas de risque n’en est pas un ».

D’après Martinet 24 « Le risque est un phénomène aléatoire correspondant à une situation


ou le futur n’est prévisible qu’avec les probabilités ».

Aussi, la prise de risque est tout simplement liée à l’objet principal de l’activité bancaire :
l’octroi de crédit. Cette prise de risque est inéluctable et justifie l’existence même des
banques.

Le simple retard dans un remboursement peut être préjudiciable pour une banque qui travaille
avec des fonds empruntés, car comme tout commerçant ou industriel, il doit faire face, de son
coté, à ses propres échéances et, par conséquent, compter sur les rentrées nécessaires à
l’équilibre de sa trésorerie. Si, par suite de circonstances imprévisibles, ou même par suite

22
Rouach : www.Mémoireonline
23
Sampson Anthony, « Les banquiers dans un mode dangereux » ED 1982 page38/37
24
Martinet « Lexique de gestion »5eme ED 2000 page 81/453

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 24


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

d’une politique de crédit imprudente, les retards se généralisaient, il pourrait en résulter une
immobilisation de capitaux susceptible de mettre la banque en sérieuses difficultés, même si
les crédits accordés ne sont pas compromis.

2- Les caractéristiques de risque de crédit bancaire 25:

Les risques sont au cœur de la création de valeur dans les banques. En effet, ces dernières
présentent des spécificités qui permettent, en général, de les distinguer des autres entreprises
Commerciales.

2-1/ Sensibilité au risque de fraude :

Les banques ont la garde d’un volume considérable d’instruments monétaires, notamment
d’argent liquide ou d’instruments négociables dont elles doivent assurer la garde.

Ceci s’applique tant à la conservation qu’au transfert d’instruments monétaires, ce qui les
rend vulnérables aux malversations et aux fraudes, les banques ont donc l’obligation de
mettre en place des procédures formelles, de bien définir le pouvoir discrétionnaire accorde à
chaque employé et d’établir des systèmes de contrôle interne rigoureux.

2-2 /Sensibilité à la qualité de l’information :

Les banques réalisent un volume considérable de transactions très diverses, tant en valeur
qu’en quantité d’opérations.
Pour y faire face, elles sont tenues de mettre en place des systèmes comptables et de contrôle
interne complexes et recourent de façon importante au traitement informatisé des données.

2-3/ Sensibilité au risque de décentralisation :

Les banques disposent en général d’un vaste réseau de succursales et d’agences dispersées
géographiques.

Cette structure implique une plus grande décentralisation de l’autorité et la dispersion des
fonctions comptables et de contrôle, ce qui pose des problèmes pour maintenir l’homogénéité
des procédures et des systèmes comptables, notamment lorsque le réseau des succursales
s’étend au-delà des frontières nationales.

25
« Évaluation du risque de crédit en milieu bancaire » mémoire de doctorat par Mlle Ilham Loubna LAHLOU-
1999

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 25


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

2-4 /Sensibilité au risque de non détection :

Les banques souscrivent des engagements importants sans transfert de fonds. Ces opérations
de ≪ Hors bilan ≫ ne font pas toujours l’objet de suivi comptable rigoureux et leur absence
d’enregistrement peut être difficile à détecter.

2-5/ Sensibilité au risque de la multiplicité des obligations


réglementaires :

Les banques font l’objet d’une réglementation particulière et les obligations réglementaires
ont souvent une incidence sur les principes comptables généralement reconnus et les pratiques
du secteur.

L’ensemble de ces éléments impose aux banques la gestion des divers risques auxquels elles
sont exposées et en particulier le risque de crédit qui est le risque traditionnel de cette activité
et dont la gestion est incontournable.

3- La typologie des risques des crédits bancaires :

En dehors des risques communs à toutes les entreprises (risque logistiques, juridiques, de
malversation…), les banques sont confrontées à des risques spécifiques inhérentes à leurs
activités : les octrois des crédits.

Ces risques ne sont pas purement hypothétiques. Cependant, lorsqu’ils se réalisent, ils peuvent
entrainer de lourdes conséquences.

Il existe une multitude de risques des crédits bancaires. Leurs classifications (typologies),
diffèrent selon les auteurs à cause surtout des fortes interdépendances qui existent entre les
risques, les uns pouvant entrainer les autres. Toutefois, nous retenons les mêmes éléments
constitutifs du risque bancaire quel que soit l’auteur.

Sardi26 par exemple, inventorie une dizaine de risques des crédits bancaires regroupés en cinq
catégories : le risque de contrepartie, le risque particulier à un client ou à une opération, le
risque de taux, le risque corporatif ou professionnel et le risque général.

26
: Sardi Antoine « audit et contrôle interne bancaire » ED 2002, page 39-47/1065

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 26


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3-1/ Le risque de contrepartie :

Selon Calvet27, « de façon tout à fait générale, le risque de contrepartie ou de crédit ou


encore de signature, est le risque de défaillance d’une contrepartie sur laquelle est détenue
une créance ou un engagement de hors-bilan assimilable ».

Dans un premier temps, le risque de crédit est donc le risque de subir une perte dans
l’hypothèse où la contrepartie se révélerait dans l’incapacité de faire face à ses engagements.

C’est le risque à la fois le plus dangereux et le plus courant pour une banque. Il s’agit du non-
respect par un client de son engagement financier à savoir, dans la majorité des cas, un
remboursement de prêt.

Les événements qui peuvent amener un emprunteur à ne pas respecter ses engagements sont
multiples :

 une malhonnêteté évidente (escroquerie, abus de confiance) ;

 un cas de force majeure. Ceci est notamment le cas en ce qui concerne les crédits
accordés à des emprunteurs étrangers qui peuvent être confrontés à des risques de
guerre, de révolution, de catastrophes naturelles ou de non transfert ;

 Le plus souvent, la cause du non remboursement est à cherche aussi dans une
défaillance économique ou financière involontaire des débiteurs : Chômage pour un
particulier ou dépôt de bilan pour une entreprise.

3-2 / Le risque particulier à un client ou à une opération :

Le risque particulier à un client dépend d’éléments qui ne dépassent pas le cadre d’une
affaire. Il est fonction de la situation financière, industrielle ou commerciale de l’entreprise,
ainsi que de la compétence technique et de la moralité de ses dirigeants.

Les crédits accordés à des entreprises qui manquent de ressources, qui a trop
d’immobilisation, qui n’ont pas un fonds de roulement suffisant, qui sont surendettées ou dont
la trésorerie est lourde comportent des risques assez grands.

27
: Calvet Henri « Méthodologie de l’analyse financière des établissements de crédits » page 96/461

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 27


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Des installations industrielles vétustes ou, à l’inverse, des installations somptueuses, des frais
généraux excessifs, des prix de revient exagérés, une production de mauvaise qualité ou, au
contraire, de belle qualité mais trop chère, doivent inspirer au banquier une certaine prudence.

De même, la compétence technique des dirigeants de l’entreprise joue un rôle primordial. En


effet, une affaire mal dirigée est presque inévitablement vouée à des catastrophes, même si les
circonstances lui sont provisoirement favorables.

Il convient également d’attacher une grande attention à la moralité des dirigeants d’une
affaire. Sans doute des commerçants ou des industriels peu scrupuleux ont souvent réussi
brillamment, mais le banquier doit craindre que leur habileté ne s’exerce à ses dépens ou
qu’elle ne provoque des incidents dont il sera indirectement la victime.

Ainsi, les entreprises qui faussent leurs déclarations fiscales peuvent se voir infliger des
amendes susceptibles de les mettre en position critique, notamment par l’absence d’accord de
classement de la Banque Centrale.

Le risque particulier à une opération est fonction de sa nature, de sa durée, de son montant,
surtout lorsque celle-ci a été fixée trop largement par rapport à la surface du client.

3-3/ Le risque de taux :

Le type de risque a pour origine l’activité même de la banque qui consiste, rappelons-le, à
réaliser des prêts et à y adosser une collecte. Le risque de taux apparait lorsque le cout des
ressources devient supérieur aux produits perçus sur les emplois.

« Le risque de taux est identifié par le fait de voir les résultats affectés défavorablement,
par les mouvements des taux »Bessis 28

Ce risque ne se matérialise jamais lors de la réalisation du crédit car, à un instant donné, il


sera absurde qu’une banque prête à un taux inférieur au cout de sa collecte.

Le risque de taux ne peut donc apparaitre que le temps et uniquement si les durées des
emplois et des ressources ne sont pas parfaitement adossés (il y a adossement parfait lorsque
les emplois et les ressources sont sur une même durée, préservant dans le temps la marge de la
banque).

28
: Bessis Joel « Gestion des risques et gestion Actif-Passif des banques » page 18/574

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 28


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Même dans une situation d’adossement parfait, le risque peut apparaitre lorsque les
emprunteurs (les déposants) viennent rembourser (se faire rembourser) leurs prêts (leurs
placements) par anticipation. Dans ce cas, l’adossement prévu à l’origine disparait.

3-4 /Le risque corporatif ou professionnel :

Le risque corporatif ou professionnel réside essentiellement dans les brusques changements


qui peuvent modifier les conditions d’un commerce ou d’une industrie : pénurie de matières
premières, effondrement des prix, révolution technique ou même simplement modifications
profondes dans les procédés de fabrication, apparition de produits équivalents et moins chers
et changements de mode ou désaffection de la clientèle.

Certaines branches d’activités peuvent être durement frappées par la fermeture d’un débouché
extérieur, ou, même sur le marché intérieur, par la suppression d’une protection douanière.
Les banques redoutent tout particulièrement les positions spéculatives qui, se généralisant
dans une profession, peuvent rendre celle-ci très vulnérable.

3-5 /Le risque Général :

Le risque général dépasse le cadre de l’affaire au profit de laquelle le crédit est sollicité, pour
frapper l’économie d’une nation entière, d’une région voir la situation internationale. Le
risque général est difficile à prévoir, et il est encore plus difficile d’y parer.
Leur prévision, même lorsqu’elle est possible, est à elle seule un élément de trouble pour les
affaires.

3-6/ Le risque règlementaire :

Pour Sardi29 , « Le risque règlementaire correspond au risque d’encourir des sanctions


fiscales ou juridiques, suite à une non application des dispositions légales en vigueurs »
Dès que la banque entre en relation d’affaires avec un client, notamment lors de l’octroi de
crédit d’investissement, elle peut courir ce type de risque.

3-7 / Le risque d’image commerciale :

« Risque de politique commerciale, il correspond au risque lié à une perception négative de


l’activité commerciale de la banque par ses clients potentiels que sont les membres
adhérents pour la plupart » Maders30.

29
Sardi Antoine « Audit et contrôle Interne bancaire » page 451/1065
30
Maders : www.memoireonline
Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 29
La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Section 2 : Les composantes de risque de crédits :

Le risque de crédit consiste dans la défaillance possible d’emprunteurs dans le remboursement


de crédit. Ce risque est assimilé aussi au risque de contrepartie du fait qu’il trouve son origine
chez le débiteur.
Les développements ci-après seront consacrés à la définition et aux modalités d’appréciation
des risques prévisibles.

1- Le risque inhérent à la qualité du débiteur et au crédit accordé 31

1-1/ le risque inhérent à la qualité du débiteur :

Il s’agit d’un risque majeur et ses effets s’accroissent considérablement pour deux raisons
principales :

La montée générale des risques individuels lies à des mutations économiques et à


des modifications du comportement ;

La concurrence qui oblige les préteurs à modifier leurs approches.

Aujourd’hui, la connaissance personnelle du client et la relation humaine préteur emprunteur


constitueront les éléments de référence, sans oublier la mise en place de nouveaux outils
d’aide à la décision.

1-2/ le risque inhérent au crédit accordé :

Les différents concours bancaires se distinguent par le degré de risque théorique.

Cette classification s’appuie sur :

Les comportements d’achats vis-à-vis du type de concours concerné ;


Les possibilités de recours en cas d’impayés.

31
: Berrada. M.A « Les techniques de banque et crédit au Maroc »ED 1991 « Evaluation du risque de crédit en
milieu bancaire » mémoire en vue de l’obtention du diplôme national d’expert comptable, par Mlle Loubna
LAHLOU, ISCAE, 1999 page 11-12

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 30


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

2- Le risque inhérent à l’inadéquation entre le besoin et le


financement32

Le risque d’inadéquation entre le besoin et le financement mis en place résulte essentiellement


de deux causes distinctes :

Le financement est inadapté à l’objet du besoin : tel qu’un investissement financé par un
crédit à court terme (trésorerie ou crédit de compagne) ou encore un bien de consommation
financé par un crédit à long terme.

Le financement est adapté à l’objet du besoin mais pas aux caractéristiques du besoin. Par
exemple un financement réalisé à 100% au lieu de 70% ce qui exonère l’emprunteur de toute
participation à l’opération en fonds propres.

Il y a aussi, la durée de crédit qui est inadaptée à l’objet financé (matériel d’occasion) ce qui a
pour conséquence de déséquilibrer le rapport entre le capital restant dû et la valeur résiduelle
du bien.

33
3- Le risque lié à la prise des garanties et au manque de suivi

3-1/ Le risque lié à la prise des garanties :

La qualité des garanties offertes ne constitue jamais le seul critère de décision, toutefois, le
recours à la prise des garanties est quasi-systématique pour certains crédits.

En effet, le choix de la garantie résulte de l’évaluation de plusieurs éléments : le type,


l’efficacité, la valeur et le coût de la garantie.

3-1-1 Type de garantie :


Le choix de la garantie doit toujours s’effectuer selon les caractéristiques du client, ainsi a
titre d’exemple : le nantissement de matériel et l’outillage est exclusivement réserve aux
professionnels. L’hypothèque ne peut être consentie par un service public.

32
: Berrada. M.A « Les techniques de banque et crédit au Maroc » ED 1991
« Evaluation du risque de crédit en milieu bancaire » mémoire en vue de l’obtention du diplôme national
d’expert comptable, par Mlle Loubna LAHLOU, ISCAE, 1999 page 11-12
33
: Berrada. M.A « Les techniques de banque et crédit au Maroc »ED 1991
« Evaluation du risque de crédit en milieu bancaire » mémoire en vue de l’obtention du diplôme national
d’expert comptable, par Mlle Loubna LAHLOU, ISCAE, 1999 page 11-12

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 31


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3-1-2 Efficacité de la garantie :

Le banquier doit connaitre et évaluer les droits procures par chaque garantie : les sûretés
conférant au droit de préférence et de suite (hypothèque), les sûretés conférant un droit de
rétention (gage) et les sûretés conférant un véritable droit de propriété (cession de créances).

3-1-3 Valeur de la garantie :

Le banquier doit s’assurer que la valeur du bien constituant la garantie couvre le montant du
crédit. S’il s’agit d’une personne qui se porte garante de remboursement, il doit s’assurer de sa
solvabilité et de sa capacité à honorer son engagement.

3-1-4 Coût de la garantie :

Le banquier doit toujours rechercher la garantie la moins onéreuse possible pour le client.

3-2 / le risque inhérent au manque de suivi :

Une action efficace pour une bonne appréciation des risques signifie, d’une part, une bonne
connaissance des clients à titre individuel et d’autre part, un suivi régulier par marches, par
régions…

Cette démarche doit globalement satisfaire aux préoccupations suivantes :

Identification précoce des situations du risque


Gestion anticipée de l’impayé
Appréciation globale de la situation de l’emprunteur.

Enfin, il convient d’insister sur la rigueur nécessaire en termes de délais. En effet, le préteur
est fréquemment pénalisé en cas d’interventions trop tardives.

Plus le nombre des facteurs de risque est élevé, plus grande sera la difficulté d’appréciation.
Mais, quelle que soit la qualité de l’analyse et des moyens mis en œuvre pour le réduire, on
doit se rappeler que le risque ne pourra jamais être totalement éliminé. Il subsistera donc
toujours une incertitude sur l’évaluation du risque.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 32


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Section3 : L’évolution de la réglementation bancaire

1 : La montée du risque de crédit dans les années 1980 et l’accord de Bâle


de 198834

Le risque de crédit ou risque de défaut de remboursement des prêts est le plus ancien et,
encore aujourd’hui, le principal risque pour une banque. Durant les années 1980, ce risque a
fortement augmenté en raison de la montée en puissance de divers facteurs :

La forte augmentation des faillites d’entreprises après les deux chocs pétroliers ;

La forte baisse de la valeur des actifs des sociétés sous l’effet de la hausse des taux
d’intérêt nominaux et réels ;

La montée des risques pays et la crise de la dette des PVD.

Face à la montée du risque de crédit, le système bancaire et financier est apparu fragile,
comme en témoigne le retour de difficultés ou de faillites de grandes banques inconnues
depuis les années 1930 (Continental Illinois en 1984, banques texanes à partir de 1985,
notamment) et la réapparition des crises financières (krach boursier de crises spéculatives sur
les marchés des changes). Cette fragilité était accentuée par la faiblesse relative du montant
des fonds propres des banques, notamment des grandes banques internationales les plus
engagées dans les opérations présentant les risques les plus élevés.

De plus, sous l’effet de la déréglementation financière et du renforcement de la


concurrence entre banques, celles-ci ont été confrontées à une forte érosion de leurs marges,
contribuant mécaniquement à la faiblesse des leurs fonds propres.

Ces événements et ces menaces sur la stabilité du système bancaire et financier conduit le
Comité de Réglementation Bancaire (Comité de Bâle) à proposer à la communauté bancaire
un accord sur un niveau minimum de fonds propres pour les banques internationales. Ainsi,
est né en 1988 l’accord de Bâle qui a instauré des nouvelles obligations réglementaires en
matière de fonds propres des banques, connues sous le nom de ratio de Capital ou ratio
Cooke.

34
Michel DIETSCH et Joël PETEY « Mesure et gestion du risque de crédit dans les institutions financières »
page 15 et 16

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 33


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

A la place de dérégulation financière dont l’objet était d’accroître l’efficience des marchés
bancaires et financiers succédait donc une phase de réglementation financière ayant pour
objectif d’accroître la sécurité des banques et la stabilité du système financier dans son
ensemble.

Cette réforme a porté ses fruits :

Le niveau des fonds propres des banques a nettement augmenté au cours


des années récentes.

Le ratio de capital s’applique dans un très grand nombre de pays, au-delà


des pays du G1035 de sorte que les distorsions de concurrence entre
banques qui pourrait résulter de différences d’exigences en fonds propres
ont été réduites.

2 : Le nouvel Accord de Bâle 36

Cependant, au cours des années 1990, le risque de crédit n’a pas baissé, en raison de la
présence et de la relative permanence des facteurs suivants :

Le nombre de faillites d’entreprise, et notamment des grandes entreprises, a continué à


se maintenir à un niveau élevé ;

Le processus de désintermédiation a modifié de façon substantielle le contenu des


portefeuilles de crédit des banques, en augmentant la part des emprunteurs plus
risqués ;

La concurrence par les prix et la conquête des parts de marché ont amené les banques
à prospecter des clientèles plus risquées, sans que les primes de risque soient accrues
en conséquence ;

Corrélativement à l’accroissement de la part des crédits plus risqués, les marges


d’intérêt ont baissé ;

35
G10 : Belgique, Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Luxembourg, Pays-Bas, Suède, Suisse, Royaume-
Uni et Etats-Unis
36
Michel DIETSCH et Joël PETEY « Mesure et gestion du risque de crédit dans les institutions financières »
page 16 et 17

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 34


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Les garanties réelles ont eu tendance à perdre de leur valeur, comme cela est apparu
lors de la crise de l’immobilier, au début des années 1990, et lors de la crise asiatique,
à la fin des années 1990 ;

Le risque de contrepartie a également augmenté sur les marchés des instruments


dérivés.

De plus, même si les exigences de fonds propres instaurées en 1988 ont été considérées
comme un bon rempart contre l’instabilité financière, de nombreuses faillites de banques ont
eu lieu au cours des années 1990. En raison du rôle spécial des banques dans l’économie, leur
coût est élevé. Ainsi, selon Hoggarth, Reis et Saporta (2002), le coût des crises bancaires en
termes d’activité perdue atteindrait à 15 à 20% du PIB.

Enfin, face à l’évolution des risques de crédit, le dispositif du ratio Cooke a montré des
lacunes liées à l’absence de relation entre les exigences de fonds propres et le risque effectif
des crédits à l’économie, c’est-à-dire au caractère insensible de ces exigences au risque.

En particulier, le ratio ne tient compte :

Ni des différences de qualité des emprunteurs privés, puisque virtuellement


tous les prêts au secteur privé supportent des charges en fonds propres
correspondant à 8% des sommes prêtées, quelle que soit la maturité des crédits,
leur taille ou la solidité financière de leurs bénéficiaires ;

Ni de la réduction potentielle du risque induite par la diversification du


portefeuille, la prise de garanties ou l’assurance-crédit.

Ces lacunes ont incité les banques à minimiser les charges de fonds propres sans réduire le
risque du portefeuille en sortant de leur bilan les actifs les moins risqués et en ne conservant
que ceux qui présentent les risques les plus forts, mais se voient appliquer un taux de
changement en fonds propres forfaitaire qui ne reflète pas le niveau de leur risque. Devant
l’importance de ce phénomène d’arbitrage (Regulatory Capital Arbitrage illustré par Jones
[2000]), et la menace sur la rentabilité du système bancaire qu’il représente, il était impératif
de réformer la réglementation du capital des banques.

Aujourd’hui, il ne suffit pas de contraindre les banques à détenir un niveau minimum de


fonds propres. Il faut parvenir à une meilleure gestion du risque bancaire en poursuivant les
objectifs suivants :

Inciter les banques à mettre en place une gestion efficiente de leurs risques et à se
doter des instruments de mesure et de contrôle correspondants.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 35


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Diminuer les coûts des difficultés ou faillites bancaires, tout en permettant aux
banques de jouer leur rôle économique et social fondamental qui est de fournir des
crédits à des emprunteurs risqués et dont la situation est complexe à analyser.
Réduire les coûts pour la société du « filet de sécurité »
Déterminer le montant minimum des fonds propres bancaires.

C’est pourquoi le Comité de Bâle a lancé, en juin 1999, une première consultation auprès des
banques suivie, en janvier 2001, d’un nouveau document consultatif (BIS, 2001) qui pose les
bases d’une réforme du ratio de capital.

Le nouvel accord sur les fonds propres proposé par le Comité de Bâle reposes sur une
philosophie visant, d’une part, à faire converger le capital réglementaire et le capital
économique – notion désormais répandue dans les établissements de crédit – et, d’autre part, à
inciter à l’utilisation progressive des méthodes internes les plus avancées en matière de
mesure et de gestion des risques de crédit.

Cette philosophie s’appuyant en outre sur deux principes :

« les bons élèves seront récompensés », à savoir, à qualité de portefeuille comptable,


les banques utilisant les méthodes internes les plus avancées auront des exigences
moindres en fonds propres réglementaires.

Le niveau des fonds propres réglementaires, à l’échelle de l’ensemble du secteur


bancaire, devrait rester globalement le même qu’actuellement.

Ainsi, plutôt que d’agir par la contrainte, la réglementation bancaire veut désormais être
davantage incitative et récompenser les « meilleurs pratiques » en matière de mesure et
contrôle du risque de crédit.

L’idée sous-jacente est que les banques qui disposent des meilleurs instruments de gestion
des risques puissent utiliser leur savoir-faire et leurs technologies en matière de contrôle des
risques pour calculer au mieux leurs charges en fonds propres.

Cette évolution était déjà perceptible dans l’extension de la réglementation aux risques de
marché.

En effet, la réglementation instaurée en 1996-1998 permet aux banques d’utiliser les


résultats des modèles internes pour déterminer les fonds propres réglementaires destinés à
couvrir les risques de marché ainsi que le risque de crédit sur le portefeuille de transaction.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 36


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Le récent projet de réforme du ratio Cooke-communément appelé Bâle II- prévoit aussi
d’utiliser les résultats de modèles internes pour mesurer le risque de crédit et allouer les fonds
propres couvrant ce risque.

Même si les propositions de Bâle ne prévoient pas, dans l’immédiat, de calculer les fonds
propres réglementaires sur la base des mesures réalisées par les banques elles-mêmes à partir
de leurs propres modèles internes de risque de crédit et de valider ces modèles, comme c’est
déjà le cas pour les modèles de risque de marché, les modèles de risque de crédit sont
cependant appelés à devenir un élément essentiel de la gestion des risques de crédit dans les
banques.

La définition du niveau précis des fonds propres réglementaire est une question importante.
En 1988, le taux de 8% a été choisi de l’observation des meilleurs pratiques, et non sur des
bases analytiques.

Aujourd’hui, on considère que le niveau minimum des fonds propres doit dépendre de la
probabilité de défaut que la banque elle-même choisit de supporter.

Ainsi, un établissement de crédit cherchant à avoir un certain rating doit obtenir une
probabilité de défaut sur son portefeuille de crédits qui corresponde à la probabilité des
banques ayant la note recherchée. Suivant la même logique, le montant des fonds propres
destinés à couvrir le risque de crédit doit être déterminé en fonction du portefeuille de la
banque.

3- : Les Ratios limitant le risque de crédit

3-1 / Le Ratio de Cooke « Bâle I » 37

3-1-1 Principe

Le ratio Cooke est un ratio prudentiel destiné à mesurer la solvabilité des banques et des
établissements assimilés.

Le calcul est effectué d’après le rapport entre les fonds propres (capital pur) et quasi fonds
propres (réserves+provisions+titres) et ensemble des engagements pondérées selon la nature
de l’emprunteur. Le ratio Cooke doit respecter 2 Exigences :

37
Arnaud SERVIGNY « Le risque du crédit face à la crise » ED 2010 page 257

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 37


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

 (Fonds propres + quasi fonds propres) / ensemble des engagements pondérés >8%
 Fonds propres / ensemble des engagements pondérés >4%
 Un taux de pondération est appliqué aux engagements figurant au bilan et en hors
bilan

Figure N°2 : « Le ratio de capital réglementaire minimum »

RISQUES PONDERES

RATIO DE SOLVABILITE = >=8%


FONDS PROPRES

Secteur Taux pondération


Etat OCDE 0%
Banque CCDE 20%
Hypothécaire 50%
Autres 100%
Source : Arnaud SERVIGNY (le risque du crédit face à la crise), 4eme édition 2001

Ainsi couvrir un risque revient à allouer une quantité de fonds propres, en d’autre terme un
engagement de 100 nous coute un montant de 8 à immobiliser.

3-1-2 Les limites38:

A/- Limites liées au statut de l’emprunteur :

Différentes taux de pondération sont appliqués pour déterminer la charge de capital.

Le Ratio Cooke a donc une logique forfaitaire ; il n’introduit aucune distinction fondée sue le
risque de Crédit de l’emprunteur, mais uniquement sur son statut-entreprise, banque,
collectivité locale ou Etat, ne tenant donc pas compte de la valeur et du risque intrinsèque de
l’entreprise. Le contenu informationnel du ratio se trouve biaisé puisqu’un prêt à un
emprunteur risqué est pris en compte dans la même proportion qu’un prêt à un emprunteur
présentant peu de risque.

38
Arnaud SERVIGNY « Le risque du crédit face à la crise » ED 2010 page 257

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 38


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

B/- Un mécanisme inactif :

Le mécanisme peut avoir un effet pervers : afin d’augmenter sa rentabilité la banque


souhaitant augmenter ses risques à intérêt à recomposer son portefeuille d’actifs en y incluant
des actifs risqués générant une marge plus élevée que celle obtenue par la banque sur ses
opérations « traditionnelles » tout en exigeant un même degré de couverture par les fonds
propres. Cette limite provient de la logique forfaitaire du ratio Cooke.

C/- Capital économique et capital réglementaire :

Le ratio Cooke entraine une distorsion entre le capital économique et le capital réglementaire.
Ce dernier peut être défini comme la mesure réelle du risque en fonction de la réalité
économique d’un portefeuille donné.

C’est le moment de fonds propres que la banque doit avoir pour faire face à une circonstance
exceptionnelle en rapport avec son client (par exemple : effondrement économique du secteur
d’activité). Le capital réglementaire, capital déterminé par le ratio Cooke, diffère du capital
économique dans la mesure où il ne prend pas en compte le risque réel du portefeuille.

En effet, dans la logique du ratio Cooke, le risque est fonction de la structure de la contre
partie et non du risque des engagements pris par la banque. Une contrepartie peut, selon le
ratio Cooke, exiger un niveau de fonds propres inférieur à une contrepartie présentant un
risque moindre. La logique forfaitaire ne permet donc pas de prendre en compte le risque du
portefeuille.

En raison des limites et faiblesses citées précédemment relatives aux accords de Bâle I, le
Comité s’est penché sur une réforme de ce dispositif, d’où la naissance des accords de Bâle II.

3-2 /Ratio McDonough « Bâle II » 39:

3-2-1 Principe :

Le nouvel accord sur les fonds propres adopté par la Comité de Bâle II sur le contrôle
bancaire, a pour objectif de renforcer la sécurité et la fiabilité du système financier,
d’améliorer l’égalité des chances en matière de concurrence ainsi qu’à appréhender de
manière plus complète l’ensemble des risques.

39
: Arnaud SERVIGNY « Le risque du crédit face à la crise » ED 2010 page 259

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 39


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

En effet, le risque encouru par les banques ne se limite pas au seul risque de liquidité mais au
risque de crédit, risque de marché, risque opérationnel et au risque d’intérêt. Chaque risque
trouve son origine dans les pertes que la banque doit couvrir avec son capital propre. Les 25
principes fondamentaux doivent être appliqués aux banques à vocation internationale, mais
également aux banques de plus petite taille et les banques opérant à l’échelon local.

3-2-2 Structure du nouvel accord du Comité de Bâle II :

La nouvelle réglementation ne reprend pas seulement l’ancien et unique plier des standards
minimaux en matière de fonds propres « pilier I », mais intègre aussi les deux piliers de la
procédure de surveillance prudentielle « pilier II » et de la discipline de marché « pilier III ».

Autre nouveauté : les risques opérationnels sont séparés des risques de crédit et doivent
également être couvert par des fonds propres. Elle entrera en vigueur progressivement : les
procédures simples seront introduites fin 2007 et les procédures complexes, fin 2010.

A/ -le risque de crédit :

Est le fait qu’un créancier (particulier ou société) se trouve dans l’impossibilité de rembourser
ses dettes à la banque comme convenu. La banque encourt alors une perte.

B/- le risque de marché :

Se produit lorsqu’une banque place, par exemple, l’argent sous forme de devises étrangères
ou en actions. Si le cours de la devise s’effondre, la banque peut là aussi connaitre alors une
perte.

C/- le risque opérationnel :

Pourrait se déterminer comme les risques de pertes dues à une inadéquation ou à une
défaillance des procédures, personnels, systèmes internes ou à des événements extérieurs.

Cette définition part des effets (les pertes) pour remonter aux causes (inadaptation, défaillance
ou événements extérieur.)

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 40


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3-3 / les trois piliers du nouvel accord de Bâle II 40 :

Depuis l’entrée en vigueur de Bâle II, les marchés financiers, les activités bancaires et plus
encore, les méthodes de gestion des risques ont subi une profonde transformation. Tenant
compte de cette évolution, Bâle II propose un dispositif d’adéquation des fonds propres qui
prend davantage en considération les risques liés aux crédits.

Fondée sur trois piliers, la nouvelle réglementation cherche à renforcer la sécurité et la


stabilité du système financier national et international en poursuivant un triple objectif :

Affiner les exigences minimales de fonds propres, consolider le processus de surveillance


prudentielle et soumettre les banques à une discipline plus rigoureuse.

Tableau N°2: « les trois piliers du Bâle II »

Les trois piliers du Bâle II

Pilier 1 Pilier 2 Pilier 3


Principe de capital Méthodologie de supervision Le recours à une
minimum : par les régulateurs : discipline de marché :

L’objectif est de mieux L’objectif est de permettre une L’objectif est de parvenir à
mettre en adéquation le intervention très en amont, une information au marché
niveau de capital avec le lorsque le niveau du capital améliorée pour favoriser
niveau de risque des retenu ne présente pas une un « monitoring » de la
engagements bancaires. couverture du risque suffisante. banque par la communauté
Mais le fait générateur du financière.
déclenchement du contrôle du
régulateur n’est pas
précisément défini.
Source : Arnaud SERVIGNY « Le risque du crédit face à la crise »,4eme édition 2010

40
: Arnaud SERVIGNY « Le risque du crédit face à la crise » ED 2010 page 260

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 41


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Conclusion de chapitre2 :

Nous avons présenté dans ce chapitre les différents risques bancaires tout en mettant l’accent
sur l’importance du risque crédit et sur la réglementation internationale auxquels sont
confrontés les établissements de crédit.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 42


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Conclusion de la première partie :

L’activité bancaire, est en grande partie orientée vers la mise en relation des agents
économiques. Ce rôle d’intermédiaire se manifeste habituellement par l’octroi de crédits aux
entreprises mais, les banques sont souvent confrontées à des risques en cas d’insolvabilité de
celles-ci. Face à ce problème, les banques doivent donc adopter certaines mesures afin de
pouvoir se préserver et continuer à exercer correctement leurs activités.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 43


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Risque de crédit bancaire : « Méthode de Gestion et d’Analyse au sien de la banque »

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 44


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

2ème Partie Risque de crédit bancaire : méthode de gestion et


d’analyse au sien de la banque

Dans cette deuxième partie qui est l'objectif de ce présent mémoire nous allons surtout mettre
l'accent sur la gestion et l’analyse du risque de crédit bancaire.

La gestion du risque de crédit appelé aussi « Risk Management »41 répond principalement à
des objectifs :

En parallèle, elle doit aussi fournir à l’établissement une estimation des pertes maximales
possibles, c'est-à-dire le plafond statistique des pertes que la banque peut potentiellement
avoir à supporter. Ces pertes maximales, probablement réalisables permettent alors de fixer le
montant des fonds propres que la banque doit avoir pour assurer le risque total sur son
encours de prêts.

En fin une mesure du risque doit permettre à l’intermédiaire bancaire de communiquer avec
les actionnaires, les déposants et les autres banques d’un coté et les autorités de surveillance
(commission bancaire) de l’autre. Ces dernières imposent aux banques des règles strictes sur
le niveau du risque à prendre.

41
La gestion de risque crédit ou le Risk Management sous entend le processus de gestion du risque crédit avant,
pendant et après octroi de crédit.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 45


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Chapitre I : Gestion et analyse de risque de crédit bancaire

L’activité bancaire, pour parer aux défaillances des emprunteurs, a mis en place des « gardes
fous » qui se présentent sous diverses formes.

En effet, le secteur bancaire a réfléchi sur les documents ayant une valeur juridique, des
garanties réalisables permettant de recouvrer au moins une partie de la créance compromise,
une assurance-crédit (sous régionale ou internationale) pour compléter cette garantie.

Dans ce chapitre, nous essayerons de présenter les principales méthodes d’analyse et de


gestion du risque de crédit.

Section 1 : Gestion du risque de crédit bancaire

La gestion des risques bancaires correspond à l'ensemble des techniques, outils et dispositifs
organisationnels mis en place par la banque pour identifier, mesurer et surveiller les risques
auxquels elle est confrontée.

1- Stratégie bancaire face à la gestion de risque de crédit 42

1-1 / Stratégie bancaire face à la gestion de risque de crédit :

La capacité de l’établissement à mesurer de gérer ses risques constitue un des facteurs


fondamentaux de l’efficacité de sa gestion et de la réussite de sa stratégie : La gestion du
risque est au centre de la stratégie bancaire car elle est source d’avantage concurrentiel
décisif.

1-1-1 Présentation des stratégies :

Face aux risques, les institutions financières peuvent faire appel à quatre stratégies
alternatives fondamentales.

42
Mémoire online : Gestion de risque

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 46


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

A/- Eviter le risque :

Cette stratégie consiste à éviter totalement un type de risque et donc de renoncer à certaines
opérations.

Ainsi un établissement dont l’activité principale est le crédit à la consommation peut-il avoir
comme stratégie de limiter ses risques aux risques commerciaux afférents à ces crédits (risques
de contrepartie) et donc de décider de couvrir systématiquement ses autres risques (taux,
change).

B/ - limiter de risque :

Cette stratégie vise à accepter un risque mais en fixant des limites que la banque s’interdit
de franchir. Ces limites peuvent être déterminées en volume : nombre de contrats, montant
d’options…, ou en montant de fonds propres engagés, en partes maximales : ainsi une salle
des marchés se voit-elle fixer des « stop-losses »43.

C/ -Transférer le risque :

Un établissement, qui se trouve soumis à un risque qu’il ne souhaite pas garder (parce qu’il
a été pris par erreur ou qu’il s’est aggravé après être entré dans le bilan de la banque, parce
que la stratégie a changé ou parce qu’une meilleur opportunité se présente) accepte de payer
une prime pour transférer totalement ou partiellement le risque.

D/- Payer le risque :

Cette stratégie revient à supporter directement le coût d’un risque en le payant


éventuellement par les prélèvements sur ses fonds propres ou sur ses réserves. Le risque, s’il
se réalise, s’impute alors soit dans les charges de l’exercice, soit sur une dotation de
provisions.

1-2 / La banque face à son choix de stratégie de gestion de risque :

Un même établissement peut utiliser, successivement ou même simultanément, plusieurs


de ses stratégies. Mais chacune d’entre elles répond plus particulièrement à un type de risque
défini par son coût et sa fréquence. Si le coût est faible, l’établissement acceptera le plus
souvent de le payer en cas d’évolution défavorable.

43
Lorsque le niveau de père est atteint, l’opération est instantanément dénoncée, sans aucune réserve

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 47


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

En revanche, s’il est très élevé, il n’aura d’autre choix que de l’éviter ou de le transférer à
d’autre. De même, si le risque présente une probabilité faible, l’établissement acceptera d’en
supporter directement le coût. En revanche, si la probabilité d’intervention est élevée, la
banque cherchera à l’éviter ou en tout cas à le réduire par une stratégie de transfert.

1-3 / Objectif de la gestion de risque de crédit :

La gestion des risques vise la réalisation de quatre objectifs :

Assurer la pérennité de l'établissement, par une allocation efficiente des


ressources et une allocation adéquate des fonds propres qui permettra une
meilleure couverture contre les pertes futures.
Elargir le control interne du suivi des performances au suivi des risques
associés.
Faciliter la prise de décision pour les opérations nouvelles et permettre de les
facturer aux clients.
Rééquilibrer le portefeuille de l'établissement, sur la base des résultats et des
effets de diversification.

1-4 /Les étapes de la gestion du risque des crédits bancaires :

La gestion des risques repose sur un processus de six étapes :

1-4-1 Identification des risques:

Cette étape consiste à établir une cartographie des risques auxquels la banque est
confrontée. Cet exercice ne doit pas être limité dans le temps, vu les changements internes et
externes qui touchent le milieu bancaire et qui peuvent engendrer l'apparition de nouveaux
risques.

1-4-2 Evaluation et mesure des risques:

Elle consiste à quantifier les coûts associés aux risques identifiés dans la première étape.

La mesure du risque dépend de la nature de ce dernier, s'il est quantifiable ou non. Lorsque les
risques sont quantifiables comme dans le cas du risque de crédit et du risque de marché, le
concept le plus utilisé est celui de la Value at-Risk. Dans le cas des risques non quantifiables,
une méthodologie objective est appliquée pour les estimer, à travers deux variables:

La probabilité de survenance d'un événement négatif, qui à défaut de


quantification, peut se voir attribuer des valeurs relatives : forte, moyenne et
faible probabilité.
Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 48
La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Gravité de l'événement en cas de survenance du risque : là aussi, en absence de


données quantifiables, on peut attribuer une variable relative : élevé, moyen,
faible.

Le croisement des deux séries de variables, permettra de donner une idée relative du risque44.

1-4-3 Sélection des techniques de gestion des risques:

Les techniques de gestion des risques visent principalement l'un des trois objectifs suivants :

Eviter le risque
Transférer le risque
Encourir le risque

1-4-4 La mise en œuvre:

Cette étape consiste à mettre en œuvre la technique choisie, elle doit être réalisée par une
unité clairement désignée à cet effet, par exemple : la salle des marchés pour les risques de
marché, la direction des engagements pour le risque de crédit, ALM pour la gestion du risque
de liquidité et de taux.

Quand au risque opérationnel, il a la particularité d'être plus difficilement attribuable à une


unité spécifique vu ça présence partout.

Le principe fondamental de cette étape de gestion des risques est de minimiser les coûts
attribués à la mise en œuvre de la solution.

1-4-5 Surveillance des risques:

Le suivi permanant des risque est primordial, et ce afin de s'assurer que les stratégies
adoptées donnent des résultats optimaux. En effet, au fil du temps et selon les circonstances, il
se peut que les décisions initialement prises deviennent incompatibles avec la conjoncture et
de ce fait elles doivent être modifiées ou carrément remplacées.

44
Mémoire Online > Economie et Finance La Gestion du Risque de Crédit: un enjeu majeur pour les Banques

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 49


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

1-4-6 Reporting des risques:

Le reporting est l'aboutissement logique de tout processus de gestion, il s'agit d'une


synthèse qui fait ressortir les éléments clés sous une forme analytique, adressée aux
responsables sous forme d'un rapport dont le contenu et le niveau de détail dépend de la
fonction du destinataire.

2- Méthode de limitation du risque de crédit bancaire45

La volonté bancaire de réduire le risque client à un niveau raisonnable se traduit par la


mise en œuvre des méthodes très diverses concernant tant la mise en place d’un contrôle de
gestion approprié au sien de la banque, que l’adoption des règles précises en matière de
plafonnement d’encours sur un client donné, d’exigence de garanties suffisantes, et enfin de
recherche d’un éventuel partenariat en matière de partage du risque pris sur un client.

2-1/ Un contrôle de gestion approprié : la gestion des délégations de


signatures et la spécialisation des analystes :

Le développement quantitatif lié à un taux de bancarisation croissante a d’abord conduit


les établissements bancaire à mettre en place un type d’organisation centré sur d’agence et de
fonde de pouvoir associant une large décentralisation des décisions au niveau de l’agence, et
conférant une responsabilité particulière en matière de résultats au fond de pouvoir de
l’agence détenteur d’une délégation de signature.

Ce type d’organisation, intéressant dans une place de croissance et de conquête, dans la


mesure où il s’appuie sur un élément important, la proximité de la clientèle, peut toutefois
receler des faiblesses lorsque l’objectif principal devient la maîtrise des risques : on ne peut
guère, en effet, attendre de chaque fonde de pouvoir qu’il ait une connaissance intime des
conditions d’exploitation particulières de chacune des entreprises de sa zone de chalandise ;
on ne peut dés lors que s’accommoder du risque élevé de mauvaise décision qu’une telle
hétérogénéité suppose.

Aussi, dans les années récentes, la plupart des grands établissements bancaires, face à la
montée des risques, se sont-ils efforcés de remodeler leur réseau, en le spécialisant, par types
de clientèle (particuliers, professionnels et entreprises), pour leur permettre de mieux
appréhender le risque bancaire associé à chacune d’elles.

45
Mémoire de master « Les nouvelles approches normes de gestion des risques bancaires dans le cadre du
comité de Bâle II » Année 2005-2006

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 50


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

2-2/ Le plafonnement des engagements bancaires :

Ce souci de limite son risque de crédit vis-à-vis de ses clients conduira les dirigeants d’un
établissement à imposer à l’exploitation le respect des normes plafond (concernant notamment
le niveau des fonds propre et la capacité d’endettement de l’entreprise) lors de l’attribution
des crédits nouveaux ou le renouvellement des autorisations de crédit à leur clientèle.

2-2-1 L’instauration de taux-plafonds présente plusieurs avantages :

Elle permet en premier lieu de responsabiliser les exploitants, qui, plus prés de la clientèle,
pourraient être amènes, en raison de relation d’amitié avec les dirigeants d’une entreprise ou
en raison d’une situation comptable délicate, à prendre des risques jugés trop importants par la
dirigeants d’une constatée d’une situation comptable délicate, à prendre des risques jugés trop
importants par la direction des engagements de la banque.

Elle permet en outre d’homogénéiser sur tout le réseau les règles d’attribution des crédits
bancaires ;

Elle fournit enfin des limites précises à la délégation de signature accordée à chacun des fonds
de pouvoir de la banque aux divers échelons de la prise de décision d’octroi du crédit ; un
dépassement des taux-plafonds signifiant de facto un dessaisissement de la délégation pour le
dossier en question et l’obligation, avant l’acceptation du dossier, d’en référer à l’échelon
hiérarchique supérieur.

2-3/ La prise des garanties suffisantes :

Il s’agit essentiellement de sûretés réelles et personnelles.

2-3-1 les sûretés réelles :

Elles correspondent à des techniques juridiques permettant à un établissement bancaire et


financier aidant une entreprise à acquérir un actif en lui apportant tout ou partir du
financement nécessaire à l’acquisition, de se voir attribuer un droit de préférence sur cet actif
jusqu’au complet remboursement du crédit initial.

Selon la nature de l’actif concerné, il pourra s’agir d’hypothèque d’un bien immobilier, de
nantissement d’un fonds de commerce, de nantissement de matériel et d’outillage, de
nantissement de titres ou de gages, l’actif gage pouvant être un véhicule automobile (gage
automobile), un stock de marchandises ou de matières premières (Warrant).

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 51


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Un banquier préteur à long terme mettra particulièrement l’accent sur l’hypothèque lors du
financement d’un bien immobilier ou sur le nantissement de matériel et outillage lors de la
mise en place d’un prêt permettant l’acquisition de ce matériel ; toutefois la prise de telles
garanties ne se limite pas à la période de mise en place d’un tel financement ; elle peut être
plus tardive ; il en est ainsi lorsqu’un préteur à court terme (à l’occasion d’un renégociation de
ses concours de trésorerie à une entreprise) entend se ménager une garantie hypothécaire sur
le même bien immobilier en compensation des risques encourus par elle au titre du
renouvellement de ses concours ; il en est ainsi également pour un autre préteur à court terme
qui, dans les mêmes conditions, si aucun nantissement ou gage ne grève un actif donné,
pourra exiger de le faire nantir (fond de commerce, matériel et outillage ; titre…) ou gage
(stocks) à son profit exclusif.

2-3-2 les sûretés personnelles :

Il s’agit essentiellement des cautions personnelles par lesquelles une personne s’engage à
rembourser l’établissement préteur à la place du débiteur si celui-ci n’honorait pas ses
engagements.

2-3-3 la caution apportée peut être simple ou solidaire :

Simple, si le banquier doit d’abord s’efforcer de se faire rembourser par son débiteur
principal avant de se retourner contre la caution.

Solidaire lorsque le banquier est habilité à la caution de rembourser les dettes de son débiteur
à la place de celui-ci, sans même que celui-ci ait été invité préalablement à rembourser ses
dettes.

2-3-4 la caution apportée peut en outre être limitée ou illimitée :

Limitée à un montant donné et/ou à une période donné illimitée, si le montant de


l’engagement n’est pas plafonné et l’engagement pris pour une durée indéterminée.

Le recours aux cautions personnelles est relativement fréquent, un banquier pouvant faire
dépendre le renouvellement ou l’augmentation de ses concours de trésorerie à une entreprise,
de l’apport de cautions personnelles.

L’avantage pour la banque de telles cautions personnelles est là encore l’élargissement de


l’assiette de la garantie apportée à la banque tout ou partie du patrimoine personnel du
signataire, mais aussi l’obligation pour le dirigeant de s’impliquer dans la gestion de son
entreprise, tous ces éléments augmentant les chances de la banque d’être finalement
remboursée.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 52


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

2-4/ les recours bancaires aux techniques de transfert ou de partage


du risque-client :

2-4-1 le souci de partage du risque-client avec d’autres partenaires prend diverses


formes :

Dans une optique de division des risques, une forme traditionnelle de partage du risque-
client est la constitution d’un pool bancaire.

Même si un client parait en bonne santé, et ne parait pas présenter un risque important, il
peut être opportun pour un banquier de solliciter la participation active de quelques confrères
lorsque les besoins de l’entreprise, dus à la taille importante de celle-ci ou à un taux de
croissance élevé risquent de conduire la participation du banquier de base à un niveau jugé
trop important pour celui-ci. Ce peut être également le cas lorsque, déjà engagé lourdement
dans un secteur d’activité donné, le banquier initial souhaite, sans remettre en cause ses
relations d’affaires avec une entreprise de ce secteur d’activité, limiter sa propre contribution
au financement de celle-ci.

Concrètement ceci se traduira par l’élaboration d’un contrat de pool bancaire avec
l’entreprise concernée, contrat prévoyant les parts respectives de financement attribuées à
chacun des membres du pool au cours d’une période donnée (40%, 25%, 15%, 10%, 10, %
par exemple).

D’un outil lié à la mise en œuvre d’une politique dirigiste de distribution du crédit, le pool
bancaire est devenu un outil de division des risques bancaires dont l’intérêt croit avec la
montée des provisions dans les bilans bancaires.

3- Les facteurs complémentaires intervenant lors de la décision d’octroi


de crédit46

Outre les facteurs essentiels qui viennent d'être analysés, doivent être également considérés
certains autres facteurs qui, ne peuvent être ignorés : le facteur "qualité du dirigeant" tout
d'abord, la difficulté de rompre une relation d'affaires avec l'un de ses clients ensuite, le
facteur conjoncturel enfin.

46
Mémoire de master spécialisé en Finance « Gestion du risque de crédit » Par Najib SAJID 2008

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 53


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3-1/ Le facteur qualité du dirigeant :

Ce facteur qualité du dirigeant est souvent présenté comme un facteur essentiel à la prise
de décision; en témoignent certaines déclarations des banquiers selon lesquelles au facteur
humain pourrait être imputé le tiers voire la moitié de la décision prise; en témoignent
également les résultats de certaines enquêtes effectuées auprès de Directeurs d'Engagement
d'Etablissements Bancaires mettant clairement en évidence un rang prééminent de ce facteur
parmi les divers critères d'appréciation bancaire d'un dossier de crédit.

3-1-1 Les attributs du facteur « Qualité du dirigeant » :

Si l'on en croit la littérature bancaire en ce domaine, un dirigeant de qualité doit satisfaire


aux conditions suivantes :
Il doit être honnête, respectueux des engagements pris. En outre, il doit être compétent, et
capable de retourner une situation jugée difficile.

Notons toutefois le caractère éminemment subjectif de ces diverses caractéristiques, et la


quasi impossibilité d'en fournir une estimation mesurable, entraînant de ce fait une association
de la notion de "dirigeant de qualité" à celle de "dirigeant en qui on peut avoir confiance",
confiance s'appuyant sur une relation sans histoires que l'on a pu avoir dans le passé avec lui,
la régularité avec laquelle il fournit les informations comptables et financières nécessaires au
suivi de son compte,... voire même la qualité des informations fournies.

3-1-2 Les principaux éléments influençant le niveau perçu par le banquier de la


qualité d'un dirigeant :

Toute appréciation de la qualité d'un dirigeant implique le plus souvent que celui-ci soit
déjà client de la banque (ancienneté du compte).
Lorsque ce n'est pas le cas, et qu'il s'agit d'un nouveau client, c'est à la "réputation" de ce
dernier que l'on se référera, élément là encore éminemment subjectif, ou élément qui l'est
moins, la cote de ce dernier, telle qu'elle est appréciée (signature admise, signature admise
mais appréciation réservée ou signature écartée).

3-2 La difficulté d'une rupture de relation d'affaire avec une


entreprise donnée 47

Si l'entreprise est fragile ou en difficulté, un retrait brutal de la banque ne peut que la


condamner irrémédiablement en la conduisant au dépôt de bilan.

47
Thèse du Doctorat « La gestion Actif/Passif dans la banque »par Karima TOUILI, 2005

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 54


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Le coût pour la banque est ici la perte probable pour la banque d'une partie non négligeable de
ses encours dans l'entreprise, part qui, dans cette éventualité, ne lui sera jamais remboursée.

A ce coût financier s'ajoute un coût d'image pour la banque: il n'est jamais positif pour un
établissement bancaire, du point de vue de ses propres clients, d'avoir été celui dont le retrait
a précipité le dépôt de bilan d'un de ses clients.

Cet élément sera d'autant plus fort que l'entreprise concernée est un acteur important de
l'économie locale et qu'est grande la probabilité de voir sa responsabilité engagée par le client
devant les Tribunaux au titre d'une rupture abusive de crédit.

C'est pour toutes ces raisons que, sont extrêmement rares de tels retraits brutaux d'un
établissement bancaire, la solution choisie par ceux-ci étant plutôt des retraits progressifs et si
possible négociés avec l'entreprise.

Le retrait progressif consiste dans un premier temps à éviter de voir s'aggraver le risque
pris sur le client concerné et de prendre des mesures de surveillance rapprochée du compte de
ce dernier : surveiller les utilisations des concours accordés à l'entreprise par ses divers
partenaires bancaires à partir des renseignements fournis, s'assurer que le compte du client
fonctionne dans la limite des autorisations accordées, notifier à l'entreprise dans les formes
légales une révision à la baisse du découvert bancaire autorisé…

Dans tous les cas de figure, l'établissement bancaire aura intérêt, dès la décision de
désengagement prise, à la faire connaître à l'entreprise, de telle sorte que puisse être négocié
avec ses responsables un rythme de désengagement progressif compatible avec la situation
financière de l'entreprise et susceptible de préserver les intérêts et de l'entreprise et de
l'établissement bancaire.

Ce n'est guère finalement que pour les entreprises dont la situation est jugée
«irrémédiablement compromise » et/ou pour lesquelles existe pour la banque un risque d'être
mise en cause pour soutien abusif de crédit que peut être attendue une rigueur extrême du
prêteur de fonds, celui-ci étant alors soucieux de ne pas enfler inconsidérément un passif de
liquidation dont la responsabilité pourrait plus tard lui être imputée.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 55


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3-3/ Le facteur conjoncturel 48 :

On ne saurait omettre le rôle de ce facteur conjoncturel dépendant de la situation


économique d'ensemble et du secteur bancaire et de ses clients.

Face à la montée des provisions dans les bilans bancaires, résultant d'un engagement sans
doute excessif, et de la fragilité du tissu de l’entreprise face à la récession économique,
beaucoup d'établissements bancaires restreignent leur offre de concours aux entreprises,
chacun se contentant de suivre à minima ses propres clients, et s'efforçant de n'élargir sa
clientèle qu'à des entreprises exemptes de tout risque.

La conséquence d'une telle politique est de rendre plus difficile l'accès au crédit de
nombreuses entreprises qui ne faisaient pas partie de ces "bons risques". C’est souvent au
cours de ces périodes qu’il est fait référence à la montée du rationnement du crédit (crédit
rationing).

Section 2 : Les méthodes d’analyse du risque de crédit bancaire

L’analyse du risque de crédit est un processus qui s’inscrit dans l’utilisation des différentes
méthodes après la phase de l’identification du risque de crédit.
Dans cette section nous voir les différentes méthodes de l’analyse de risque, permettant en
principe de limiter le risque de crédit sur l’ensemble du portefeuille d’une banque.

1- L'entrée en relation :49

L'entrée en relation est extrêmement importante. Pour différentes raisons que nous allons voir,
il se peut qu'une demande de crédit ne soit pas possible ou fasse l'objet d'une plus grande
attention dès la prise de contact.

Ce travail est effectué par le chargé d'affaire d’entreprise ou le chargé de clientèle pour les
particuliers. L'examen initial de tout client demandant un crédit implique de respecter
quelques principes généraux assez identiques dans toutes les banques.

48
Mémoire de master spécialisé en Finance « Gestion du risque de crédit » Par Najib SAJID 2008 p 59
49
http://www.memoireonline.com/07/09/2383/analyse-et-gestion-de-risque-du-credit-bancaire.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 56


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

1-1/ Examen du profil du client :

Toutes les entrées en relation ne sont pas possibles car elles présentent par nature de risques.

1-1-1 La cotation banque de France :

Ainsi, concernant le marché des entreprises, les établissements de crédit s'interdisent toute
entrée en relation avec les entreprises dont la cote de crédit ou la cote de paiement Banque de
France est défavorable.

1-1-2 Les entreprises en création :

Par ailleurs, les établissements de crédit se montrent très sélectifs pour les concours
sollicités par des entreprises en création.

Les critères de compétence ou de notoriété des dirigeants sont particulièrement déterminants


en sus des équilibres financiers qui devront nécessairement être toujours respectés. Le chargé
d'affaires aura l'obligation dès le départ d'obtenir les informations spécifiques à ce type de
client plus risqué.

1-1-3 Le secteur d’activité :

Il peut exister des dispositions particulières concernent certains secteurs d'activités plus
sensibles. En effet, outre les règles de vigilance s'appliquant aux entreprises en création, ou
dont la cotation est dégradée, certains secteurs font l'objet d'une surveillance particulière.

Actuellement, les secteurs qui présentent aux yeux de la profession bancaire un risque accru
sont :

Les entreprises de promotion immobilière,


Les entreprises de bâtiment et de travaux publics.
Les entreprises de transport.
L'hôtellerie ou plus globalement les cafés, hôtels, restaurants.
Les services (agences immobilières, conseils en informatique, centres sportifs
ou de Loisirs).
Les discothèques.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 57


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Toutefois, il convient d'admettre que cette liste non exhaustive doit être révisée
périodiquement pour tenir compte de l'évolution des risques aussi liés à la conjoncture de ces
secteurs d'activités. A cet effet, un rapport annuel sur chacun de ces secteurs peut être
présenté au Comité de Crédits dans une banque.

2- La méthode du crédit Scoring

Les premières recherches d’entreprises pour automatiser l’étude des demandes de crédit
ont été menées aux Etats-Unis dans les années 30 lorsqu’un vendeur de voiture d’occasion
constata que les clients qui avaient achetés à crédit une voiture et qui remboursaient avec
difficulté, présentait de nombreux points communs.

Elles se sont développées parallèlement à l’accroissement du crédit à la consommation grâce


aux méthodes statistiques de classement des éléments d’une population.

Elles ont été introduites en France dans le courant des années 70 et à l’heure actuelle tous les
établissements de crédits utilisent le crédit Scoring pour analyser le risque des crédits aux
particuliers d’où l’intérêt présenter l’objectif, la méthode et la portée de cet outil d’analyse du
risque.50

51
2-1 / Définition du Scoring :

Le Crédit Scoring est le processus d’assignation d’une note (ou score) à un emprunteur
potentiel pour estimer la performance future de son prêt (Flaman, 1997).

Le Crédit Scoring utilise des mesures quantitatives de performance et les caractéristiques des
prêts précédents pour prédire la performance des prêts futurs avec des caractéristiques
similaires.

Le Crédit Scoring n’approuve, ni ne rejette une demande de prêt, il peut plutôt prédire la
probabilité d’occurrence de mauvaise performance (défaut) telle que définie par le préteur
(Caire et Kossmann, 2003).

Le Crédit Scoring constitue un ensemble de modèles de décision et les techniques sous-


jacentes qui aident dans la décision d’octroi des crédits de consommation (Thomas 2002).

50
Sylvie de coussergues et Gautier BOURDEAUX « Gestion de la banque du diagnostic à la stratégie » 6eme
édition Page 178
51
Mémoire de master de Mlle. Ilham LOUBANI « Risque de crédit de la nouvelle réforme Bâle II » ISCAE
2007

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 58


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Plusieurs explications peuvent être fournies sur la définition et le rôle du Crédit Scoring, elles
peuvent être résumées comme sur la figure ci-dessous :

Figure N°3 : Processus du crédit Scoring

En résume, on peut dire que le Crédit Scoring est un outil de gestion des risques qui vise à
prédire la probabilité de défaut d’un nouveau prêt en utilisant les prêts précédents. Ainsi,
l’objet du Crédit Scoring est de prédire le risque et non de l’expliquer; il est toutefois
important d’analyser les facteurs importants permettant de discriminer entre bons et mauvais
prêts.

2-2/ Objectif du crédit Scoring 52 :

Le crédit Scoring est une technique qui s’efforce de synthétiser le risque de contrepartie au
moyen d’une note (score) en affectant à chaque information représentative de la solvabilité de
l’emprunteur une pondération.

Le totale des pondérations comparées à une note limite préalablement établie, permet de
prendre immédiatement une décision d’accord ou de refus de la demande de crédit.

Le crédit Scoring relève des méthodes de notation interne du risque sur lesquels on reviendra
plus loin. A ce titre, le crédit Scoring accélère la prise de décision qui se doit d’être rapide
pour un crédit à la consommation d’un montant modérer.

Pour que la technique du Scoring, telle quel vient d’être brièvement définie, soit performante,
deux conditions sont nécessaires : les emprunteurs doivent présenter une certaine
homogénéité de comportement à fin que les critères décisionnels soient valable pour tous ; le
crédit doit représenter également une certaine identité du montant, de durée et d’objet pour
que les risques encourus soient comparables.

52
Mémoire de master de Mlle. Ilham LOUBANI « Risque de crédit de la nouvelle réforme Bâle II » ISCAE
2007

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 59


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Ceci explique alors que le crédit Scoring s’applique toute particulièrement aux crédits à la
consommation et à l’analyse du crédit représente par un particulière lors de l’ouverture d’un
compte ou de la vente d’une carte bancaire.

53
2-3/ La méthode du crédit Scoring :

Pour construire un modèle de crédit Scoring, on utilise principalement des méthodes


économétriques (modèle Logit et Probit) aux statistiques d’analyse de données, comme par
exemple l’analyse discriminante. L’analyse discriminante permet, à partir d’un ensemble
d’attribut caractérisant chaque élément d’une population, de distinguer plusieurs classes
homogènes vis-à-vis d’un critère préétabli et d’affecter tout nouvelle élément à la classe à
laquelle il a toutes chance d’appartenir.

De ce fait, le crédit Scoring comporte deux étapes, la détermination d’une note limite et
l’utilisation de cette note pour tout nouveau dossier de crédit.

2-3-1 L’analyse discriminante d’un échantillon de dossiers :


L’analyse discriminante s’effectue à partir d’une population constituée par un échantillon des
dossiers de demande de crédit déjà traités par la demande54.
Dans cet échantillon, deux classes peuvent être aisément distinguées puisqu’il s’agit de
dossier archivé : bons clients qui ont remboursés leur crédit sans incidents de remboursement.
Il s’agit alors de repérer les attributs qui caractérisent le mieux les bons et les mauvais clients
et leur affecter une note :

A/ -Les attributs de solvabilité :


Sur chaque emprunteur, le banquier dispose d’informations variées comme l’adresse, la
profession, l’âge, le revenu ou la situation familiale.
Ces informations sont mises en relation avec le fait d’être bon ou mauvais payeur et l’analyse
discriminante permet de repérer les informations les plus significatives et de leur affecter une
pondération car certaines sont plus influentes que l’autre, ce qui revient à établir une liste
d’attributs pondérés de solvabilité.

B/ -La détermination de la note limite :


Il s’agit à présent de déterminer une note limite, en dessous de laquelle la probabilité que
l’emprunteur se révèle insolvable est élevée. Cette étape est cruciale dans la technique du

53
Sylvie de COUSSERGUES et Gautier BOURDAUX “Gestion de la banque du diagnostic à la stratégie “6eme
ED page 178-179
54
« Traité de gestion bancaire » Par Raymond Théoret page 250

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 60


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

crédit Scoring car malgré tout le soin apporté à la discrimination de l’échantillon, de bons
clients obtiennent de mauvaises notes et inversement.

2-3-2 L’utilisation du crédit Scoring :

Toute nouvelle demande de crédit sera traitée à partir d’une grille d’analyse comprenant les
attributs de solvabilités ainsi que leurs pondérations selon le modèle du tableau suivant :

Tableau N°3 « grille d’analyse du risque de crédit »


Grille d’analyse du risque de crédit
Logement : Age :
Propriétaire ou en cours d’accession Mois de 45 ans
Locataire Plus de 45 ans
Autres cas

Durée de résidence à la même adresse : Situation de famille :


Mois de 6 mois Célibataire homme
6mois-2ans Célibataire femme
2ans-7ans Marié
Plus de 7 ans

Profession : Nombre de personne à charge :


Chômeur ou assisté social
Retraité Néant
Cadre moyen ou supérieur, profession Une personne
Libérale 2 Personnes
Commerçant Plus de 2 personnes
Technicien, agent de maitrise
Ouvrier spécialisé, agent de bureau
Travailleur saisonnière ou intérimaire

Ancienneté dans son emploi : Revenus mensuels :

Mois-1ans Moins de 800


1ans-3ans 800-1200
3ans-5ans 1200-1800
Plus de 5 ans Plus de 1800

Références bancaires :
Aucune
Compte chèque
Compte chèque et d’épargne
Source : « gestion de la banque du diagnostic à la stratégie » 6éme édition

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 61


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3- Méthode de Crédit rating

Le rating reflète la qualité de crédit d’un émetteur d’instrument de dette. Les agences de
notation55 utilisent l’information tant quantitative sur les émetteurs. La procédure de notation
est en général plus fondée sur des critères qualitatifs, le jugement et l’expérience de l’analyse
en charge du dossier, plus que sur une modélisation mathématique de risque de défaut.
L’approche quantitative est plutôt réservée à la notation des produits structurés de crédit.

Les critères qualitatifs et quantitatifs de notation des agences sont disponibles sur leur
internet. Le marché de la dette est très important aux Etats-Unis et au Canada, ce qui explique
la très large couverture des agences de notation sur les entreprises et les collectivités nord-
américains. En Europe les agences de notation notent beaucoup moins d’émetteurs car le
marché obligataire est beaucoup plus restreint et se limite aux grandes entreprises. C’est la
raison pour laquelle les banques ont investi, plus qu’ailleurs, dans l’élaboration de modèles
internes.

Pour le risque de crédit les banques peuvent employer différents mécanismes d’évaluation.
La méthode dite standard consiste à utiliser des systèmes de notation fournis par des
organismes externes.

Les méthodes les plus sophistiquées (Méthode IRB pour Internal Ratings Rased56 implique
des méthodologies internes et propres à l’établissement financier d’évaluation de cotes ou de
notes, afin de peser le risque relatif du crédit. Les différentes mesures ont une incidence
directe sur la capitalisation requise.

3-1/ Approche Standardisée 57:

Elle se distingue de celle de l’accord actuel par deux aspects.

Les engagements sont répartis en différentes catégories d’actifs, lesquelles sont rangées dans
des classes de risque sur le rating58 établis par des agences de notation externes.

A chaque classe de risque correspond un coefficient de pondération (0%, 20%, 50%, 100%
ou 150%). Le taux de fonds propres réglementaires sera indiqué pour tous les crédits affectés

55
Une notation est une évaluation de la solvabilité d’un créancier spécifique, c'est-à-dire de la probabilité de voir
l’emprunteur rembourser le crédit contracté.
56
L’approche IRB avancée est une approche interne qui repose sur l’appréciation par la Banque elle même de
son risque.
57
Thierry RONCALLI « Introduction à la gestion des risques »
58
Rating : Méthode d’analyse permettant de déterminer la solvabilité d’une entreprise et sa capacité à faire face à
ses engagements financiers.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 62


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

à la même classe de risque. Malgré les performances de cette approche, il reste à signaler qu’il
n’existe pas des agences de notation externe sur le marché marocain.

Tableau N°4 : « Pondération des risques de crédit : Approche standard »

Pondération des risques de crédit : Approche standard


Notion/ Rating AAA BBB+ à BB+ à Non
A+à A- B+à B- B-
à AA- BBB- BB- noté
Etats 0% 20% 50% 100% 100% 150% 100%

Banque et Option1 20% 50% 100% 100% 100% 150% 100%


collectivité
locales Option2 20% 20% 20% 50% 50% 100% 20%

Option3 20% 50% 50% 100% 100% 150% 50%

Entreprises 20% 50% 100% 100% 150% 150% 100%


Source : Thierry RONCALLI « Introduction à la gestion des risques »

Chaque rating à une qualité de crédit. On peut qualifier la qualité de crédit pour chaque
rating :

Tableau N°5 : « La qualité de crédit pour chaque rating »

La qualité de crédit pour chaque rating


AAA Meilleur qualité de crédit, excellente solidité
AA Très bonne qualité de crédit, très solide

A Bonne qualité de crédit, plus sensible aux conditions économiques

BBB La plus basse qualité de crédit en Inversement Grade


BB Prudence requise, la meilleure qualité de crédit en Spéculative Grade

B Vulnérable59, peut encore honorer ses engagements

Source : Vivien BRUNEL « Gestion des risques et risque de crédit »

59
: Vulnérable est utilisé pour le risque « négatif », l’opportunité pour le risque « positif ». Se caractérise par un
impact défavorable, souvent limité dans l’évaluation aux pertes financières induites par la réalisation d’un
événement aléatoire frappant une ressource de l’entreprise.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 63


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3-2 /Approche fondée sur les ratings internes 60 :

Une banque pourra, à condition que l’autorité de surveillance l’y autorise, utiliser son
système de rating pour calculer le montant des fonds propres exigés pour la couverture du
risque de crédit.

A chaque classe de rating correspond un pourcentage de fonds propres réglementaires. Cette


méthode a le double avantage de prévoir les subventions croisées entre les classes de rating61
et de rendre possible un pricing individualisé, ajusté au risque.

Figure N°4 : « Approche fondée sur les risque interne(IRB) »

62
Source : Arnaud SERVIGNY «le risque du crédit face à la crise »

60
: Vivien BRUNEL « Gestion des risques et risque de crédit »
61
: Rating : Evaluation du profil de risque d’un client du type entreprise, collectivité, souverain ou banque, ou
bien d’une transaction.

62
Arnaud SERVIGNY « le risque du crédit face à la crise » 4eme ED 2010, Page 264

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 64


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3-3/Approche fondation et avancée :

Trois éléments clés caractérisent chacune des catégories d’actifs couverte par le dispositif
NI :

Les composantes du risque, c’est-à-dire les estimations des paramètres du risque fournis par
les banques, certaines étant des évaluations prudentielles;

Les fonctions de pondérations, c’est-à-dire les moyens permettant de traduire les


composantes du risque en actifs, puis en exigences de fonds propres ;

Les exigences minimales, c'est-à-dire les normes minimales que les banques doivent respecter
pour appliquer l’approche NI63 à une catégorie donnée.

Pour beaucoup de catégories, le comité a prévu deux grandes approches : Une approche
fondation et une approche avancée. Dans la première, les banques fournissent en général leurs
propres estimations PD et appliquent aux autres composantes celles de l’autorité de contrôle.

Dans le cadre de l’approche avancé, les établissements font davantage appel à leurs
évaluations internes pour PD, PCD et ECD. Dans les deux cas, les banques doivent toujours
utiliser les fonctions de pondération pour déterminer leurs exigences de fonds propres. Ces
approches sont développées ci-après64.

Avec :

 PD : Mesure la Probabilité de Défaut


 PCD : Mesure la Perte en Cas de Défaut
 ECD : Mesure l’Exposition en Cas Défaut

Figure N°5 : « L’approche de la méthode avancée »

CDR = PM = E * PCD * PD
(Cout du (Perte moyenne) (Exposition) (1-TRG) (taux de défaut)
risque)
Sources : Arnaud SERVIGNY « Le risque du crédit face à la crise »

63
Notation Interne
64
Arnaud SERVIGNY « Le risque du crédit face à la crise », 4eme ED 2010, Page 265

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 65


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Figure N°6 : « Les composantes de la perte attendue »

* Reflète la qualité de la
Probabilité contrepartie
de défaut de
la * Déterminée par la classe de
contrepartie risque de la contrepartie.

* Montant en dirhams estimé du


crédit au moment du défaut (dans
Perte Exposition l'hypothèse ou le client est en
attendue en difficulté de paiement.
attendue
cas de défaut
* Déterminé par la limite et son
utilisation au moment du défaut.

* Part que la banque pense perdre


Taux de sur un dirham d'exposition suite à
perte un défaut.
attendue en
cas de défaut * Déterminée principalement par
la structure de crédit, c'est à dire
le taux de couverture est le taux de
perte sur la couverture.

Source : Arnaud SERVIGNY « le risque du crédit face à la crise », 4ème ED 2010

Ce nouveau dispositif va permettre aux banques de bien gérer leurs portefeuilles de crédit en
termes de risque et de rentabilité, selon plusieurs axes, à savoir par la qualité du portefeuille,
par secteur d’activité et même par unité de business. C’est donc et surtout d’abord un outil
d’aide à la décision dans leurs choix stratégiques.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 66


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Section 3 : Les moyens de se prémunir du risque de crédit 65

En tant que métier lié au risque, la profession bancaire mis sur pied les « grandes fous »
qui se présentent sous diverses formes pour pallier aux éventuelles défaillances des
emprunteurs.

En fait, la banque s’est orientée sur les documents juridiques, les garanties réalisables pouvant
recouvrer totalement ou partiellement la créance, une assurance crédit comme complément de
cette garantie.

Ainsi, ce chapitre nous permettra de mieux cerner les moyens de se prémunir du risque de
crédit dans trois points qui sont :

Les supports à exiger dans l’administration du crédit.


Les garanties, pour se prémunir du risque de défaillance.
Les clignotants ou « tableau de bords » permettant de détecter les risques de
crédit.

1- Les supports :

Lorsqu’un crédit est octroyé, un ensemble des documents l’accompagne durant sa période de
remboursement. Ces supports sont stockés dans ladite banque, et pourront servir de référence
pour de future ou de renouvellement dudit crédit ou d’un autre concours bancaire que pourra
solliciter le client.

Ces documents sont d’autant importants qu’ils constituent une base de données au niveau de
la banque centrale « BCEAO »

Nous allons vous présenter, tout au long de ce point, les documents les plus importants dans le
dossier du crédit.

1-1 /Convention de crédit :

C’est un document conçu par la banque dans lequel, elle détaille les conditions de crédit.
Cette convention a une valeur juridique de contrat car l’emprunteur doit approuver après avoir
pris connaissance du dit document.

65
Thèse du Doctorat « Gestion du risque de crédit et rentabilité bancaire » par Louis Wilfried Mba Obiang, 2008

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 67


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

1-2 /Assurance crédit :

Dans la quête de sécurité, le banquier insère dans le dossier du prêt, une assurance de
crédit. Cette dernière a pour objectif de rassurer la banque dans sa prévention de sa gestion du
risque d’impayé, au recouvrement des créances commerciales en souffrance et à une
indemnisation rapide. Ce mécanisme d’assurance s’assimile à la caution.

En effet, moyennant un versement (prime), l’assureur s’engage ainsi à dédommager le


bénéficiaire qui est ici la banque. De ce fait, cette assurance vise en général la garantie de :

Paiement des créances impayées issues des procédures collectives.


Recouvrement en cas d’impayé des sommes prêtées aux clients.
L’indemnisation des pertes financières dans les limites de la garantie attribuée
aux clients.

Face à une multitude de formules, le banquier choisira le produit d’assurance crédit adéquat à
la couverture de son risque.

1-3 /contre garantie :

C’est une technique d’incitation à l’octroi des crédits à moyen terme, encore peu
développée, qui consiste à « partager » avec une institution financière le risque commercial de
défaut de ses débiteurs par l’attribution de garanties partielles.

Elle s’ajoute aux garanties habituellement usitées par les banques. Compte tenu des sommes
consistantes souvent sollicitées auprès de cette « prêteuse de fond », le recourt à cette forme
de garantie est nécessaire.

Dans le cadre de notre étude, il est tout à fait logique de nous baser sur les organismes
africains. En effet, comme tous les autres, leur fonction est de permettre :

La garantie des prêts à moyen ou long terme destinés au financement des projets
économiques et financiers rentables.
L’assouplissement d’intérêt ou l’allongement de la durée de crédit.
Le financement des opérations spécifiques sur emprunt subventions :

Projet intégrateurs, assistance technique, étude de viabilité technique et financière.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 68


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

2- Les garanties :

Elles sont les conséquences d’une situation emprunteur - préteur et permettent au créancier
de se prémunir contre le risque d’insolvabilité de son débiteur en prenant sur celui-ci des
sûretés. Elles peuvent se présenter comme suit : les sûretés classiques, et les garanties
liquides.

2-1/ les sûretés classiques :

Elles viennent se greffer pour garantir au créancier de recouvrer au moins le principal prêt.

2-1-1 les sûretés personnelles :

Pour quelques entreprises, elles peuvent se présenter sous la forme de caution du dirigeant
qui présent un double avantage car le dirigeant va se sentir impliqué dans les activités de
l’entreprise et veillera à la réussite de l’investissement, mais également en cas de procédure
collective, la banque peut saisir directement le patrimoine du dirigeant pour éviter la
concurrence des créanciers.

2-1-2 les sûretés réelles :

La variété est d’autant plus large qu’il existe des sûretés réelles. En effet, pour l’entreprise,
la banque sollicitera cette deuxième forme sous les formules de nantissement (fonds de
commerce, du matériel de l’entreprise,…) ou d’hypothèque de rang privilégié.

Ces sûretés on un caractère illusoire car si le débiteur est en procédure collective, le rang de la
banque va s’effriter au profit de l’Etat et des travailleurs de l’entreprise.

2-2/ les garanties liquides :

Elles sont composées de dépôts à terme et autres placements et des ordres de virement
irrévocables et permettent à la banque de suivre le circuit des ressources de l’entreprise pour
pouvoir très vite recouvrer le montant de son crédit.

Les garanties dans leur objectif premier auraient du suffire pour prévenir les risques de
défaillance du débiteur mais en général elles ne satisfont pas à cet objectif. Néanmoins, elles
permettent aux entreprises d’accéder au crédit en améliorant le regard des créanciers vis-à-vis
de l’emprunteur.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 69


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3- les clignotants ou « tableau de bord »

La banque peut détecter les risques plus particulièrement le risque de crédit doit analyser
l’entreprise depuis sa création jusqu’à la situation actuelle par le biais des clignotants
suivants :
3-1/ la présentation des comptes :

L’activité économique de l’entreprise génère des mouvements des biens, de services, de


moyens de règlement dans l’entreprise et les agents économiques. Ces mouvements sont dits
des flux et répondent à une répondent à une classification selon que le flux soit liés :

3-1-1 A la nature :

Réel : concerne des biens matériaux et services,

Financier : monnaie ou autre moyens de règlement

3-1-2 A la destination :

Externe : concerne l’entreprise dans ces échanges avec des partenaires


Interne : concerne les échanges entre deux composantes de l’entreprise

Toutes ces opérations doivent faire l’objet d’enregistrement pour chaque partie de l’entreprise
(biens, services, ressources,…) et d’une ouverture de compte qui enregistre tous les
mouvements dudit élément (augmentation de valeur, diminution, destruction,…).

A la suite de l’enregistrement des divers flux, l’entreprise pourra générer des documents de
synthèse qui servent de présentation des comptes. Ce sont :

 Le bilan
 Le compte de produits et charges (CPC)
 L’état des soldes de gestion (ESG)
 Le tableau de financement (TF)
 L’état des informations complémentaires

3-2/ Vie de l’entreprise :

La vie de l’entreprise doit être étudiée pour apprécier le risque dans la mesure où
l’entreprise effectue des échanges dans son milieu qui améliore sa situation initiale. Donc, il
est important de tenir compte de la vie de l’entreprise pour refléter à temps opportun, une
nouvelle image du patrimoine.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 70


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Mais quelque fois, les banques ne l’utilisent pas car certaines entreprises ne disposent pas des
états financiers.

3-3/ Fonctionnements du compte de l’entreprise dans la banque :

La banque dispose d’information sur la tenue du compte de l’entreprise. Elle examinera


avec soin les événements relatifs à la société c’est-à-dire :

Les impayés,
Le respect des échéances,
Le solde moyen du compte.

4- les autres clignotants

La direction : un changement principalement ;


Les associés ou actionnaires : les cessions de titre, l’entrée d’un nouvel
associé.
Le décès du principal animateur de l’entreprise le cas des PME
Les produits obsolètes ou marchés saturés,
Un changement de législation
La perte de licence
Le redressement fiscal
La tendance baissière du chiffre d’affaire
Le changement du régime
Une tension de la trésorerie
Une baisse de l’activité

Tous ces éléments montrent que la mesure du risque de même que sa gestion constituent des
éléments que la banque doit maitriser pour sortie vainqueur des maux liés au crédit. En effet,
la banque est confrontée à des éléments externes et internes aux entreprises et à leur
environnement qu’il lui sera assez difficile de comprendre.

C’est pourquoi, tant au niveau national, qu’à l’international, de même qu’en son sien, la
banque développe des moyens de gestion qui lui permettent de minimiser les effets du risque
de crédit, tenant compte de tous les aspects (réglementaire, économique,…) de
l’environnement aussi bien interne qu’externe de l’entreprise.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 71


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Conclusion de chapitre 1 :

A travers ce chapitre, nous avons essayé de faire ressortir les Méthodes et les mécanismes
propres aux banques qui leur permettent de gérer, analyser et réduire les risques de crédit
bancaire.

La gestion des risques a gagné du terrain dans les établissements financiers. La forte
croissance des différentes activités (crédit aux entreprise ; crédit au particulier..) a incité les
banques à mettre en place des moyens pour pouvoir gérer leur risque de crédit bancaire, Ces
moyens de gestion permettent de maintenir ce risque dans une enveloppe acceptable, et par
conséquent de limiter les pertes en cas de défaut

Chapitre 2 : Control et suivi

L’application correcte dans la banque de la politique de maîtrise des risques définie, doit
faire l’objet de contrôles réguliers.

Ces contrôles visent à vérifier l’utilisation, par les exploitants bancaires, des outils (score,
délégation, cotation…), des procédures (division des risques), des structures (agence, service
juridique, recouvrement, comités de crédit…), et des méthodes employées dans la gestion
quotidienne du risque.

Section 1 : Contrôle interne66

Le management des risques lié aux crédits avec ses méthodes et ses techniques reste
hypothéqué, dans son efficacité, par la qualité de l’organisation et du contrôle interne.

Le contrôle interne représenté par l’ensemble des points de contrôle prévus et actifs au sien
de la banque dans le cadre de la gestion de l’activité de crédit. Les moyens englobent les
ressources humaines, l’organisation et les procédures de gestion, les outils techniques. Il
traduit un état de culture d’entreprise, qui véhicule que l’efficacité à toute épreuve passe par
un contrôle et donc une action d’évaluation omniprésente. Toute action, toute étape dans le
processus de crédit comporte un ou plusieurs points de maitrise qui garantit que les instances

66
Mémoire de fin d’étude « gestion du risque des crédits » par LOUKTIBI Amina, ESCAE, 2008

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 72


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

de la banque agissent et réagissent conformément aux directives et aux instructions de la


hiérarchie.

Le contrôle interne n’a pas la prétention d’éliminer les risques n’est du crédit, mais il a
l’ambition d’identifier un risque dés sa naissance. Ainsi averti, on peut déployer les actions,
voir la stratégie adéquate pour circonscrire les effets dudit risque.

Les fondements du contrôle interne peuvent être synthétisés dans ce qui suit :

Des directives, des instructions, des objectifs présentés clairement et sans risque de
confusion ;
Une maitrise et un respect rigoureux des dispositions légales et réglementaires ;
Un système d’alimentation en informations à la fois performant et sécurisé ; Une
organisation et des procédures dument formalisées réduisant la marge de l’informel
qui affecte négativement le degré de maitrise des risques de crédit ;
Une préservation de la sécurité des personnes, des biens, des opérations et des
valeurs ;
Un système de mesure et de gestion des risques de crédit ;
Une séparation des fonctions incompatibles et une suppression rigoureuse ;
Une articulation harmonieuse des activités de contrôle.

En matière de contrôle, on distingue 4 niveaux de contrôle : l’auto contrôle, les contrôles de


premier, de second, et de troisième niveau.

L’activité de crédit est stratégique et comporte des risques majeurs. De ce fait, elle doit être
organisée de manière à respecter le principe de séparation des fonctions : une même quantité
ne peut maitriser l’ensemble de la chaine de décision et de traitement.

On peut distinguer notamment :

 Les unités de front-office qui initient les opérations


 Les unités qui valident les opérations
 Les unités chargées de contrôle et de la surveillance des risques.

Les contrôles externes, commissariat aux comptes, l’audit contractuelle, inspection de Bank
Al-Maghrib, constituent, le cas d’échéant, une occasion pour voir une appréciation
relativement neutre et donc objective sur la qualité de la gestion des crédits67.

67
Mémoire de fin d’étude « Gestion du risque des crédits » par LOUKTIBI Amina, ESCAE, 2008
Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 73
La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Section 2 : Modalité de Bank AL-Maghrib en matière de créances en


souffrances

1- : Les créances en souffrance 68

1-1 /Définition des créances en souffrance :

On entend par créances tous les éléments du bilan et du hors bilan, quelles qu’en soient la
forme, la monnaie de libelle et la contrepartie, susceptibles de générer un risque de crédit :
risque d’immobilisation des fonds prêtes et risques de non remboursement.

Sont considérées comme créances : les crédits par décaissement quelle que soit leur nature, les
titres de créance et les engagements par signature.

2- Classification des créances :

Les créances sont reparties en 3 classes :

2-1/ Les créances saines :

Dont le règlement s’effectue normalement à l’échéance et qui sont détenues sur des
contreparties dont la capacité à honorer leurs engagements, immédiats et/ou futurs, ne
présente pas motif d’inquiétude. Elles sont intégralement couvertes par : des dépôts de
garantie (GOD), des garanties reçues de l’Etat ou de la Caisse Centrale de Garantie, des
garanties reçues des fonds et institutions marocains de garantie des crédits, le nantissement
des titres émis ou garantis par l’Etat , le nantissement de compte à terme ouverts auprès de
l’établissement de crédit lui-même, de bons de caisse ou de titre des créances négociables.

2-2/ Les créances en souffrance :

Qui présentent un risque de non recouvrement total ou partiel, eu égard à la détérioration


de la capacité de remboursement immédiate et/ou future de la contrepartie. Les créances en
souffrance sont, compte tenus de leur degré de risque de perte.

68
« Circulaire relative à la classification des créances en souffrances » Bank Al-Maghrib

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 74


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

2-3 /les créances pré-douteuses :

Les encours des crédits amortissables dont une échéance n’est pas réglée 90 jours après son
terme.

Les encours des crédits remboursables en une seule échéance qui ne sont pas honorés 90 jours
après leur terme.

Les loyers des biens donnés en crédit-bail, qui ne sont pas réglés 90 jours après leur terme.

Les encours des crédits par décaissement et/ou par signature consentis à des contreparties dont
la situation financière ne peut être évaluée faute de disponibilité de l’information ou de la
documentation à cet effet.

Les encours des crédits par décaissement et/ou par signature dont le recouvrement total ou
partiel est, indépendamment de tout impayé, susceptible d’être mis en cause en raison de
considérations liées à :

La capacité de remboursement du débiteur, des événements concernant les principaux


dirigeants ou actionnaires (décès, dissolution, mise en liquidation,..), l’existence de problèmes
de gestion ou des litiges entre les associés ou actionnaires, des difficultés au niveau du secteur
d’activité dans lequel opère la contrepartie.

2-4/ Les créances douteuses :

Les soldes débiteurs des comptes à vue qui n’enregistrent pas, pendant une période de 180
jours, de mouvements créditeurs réels couvrant au moins des agios imputés à ces comptes
ainsi qu’une partie significative desdits débiteurs.

Les encours des crédits amortissables dont une échéance n’est pas réglée 180 jours après son
terme.

Les encours de crédit remboursables en une seule échéance, qui ne sont pas honorés 180 jours
après leur terme.

Les loyers des biens donnés en crédit-bail, qui ne sont réglés 180 jours après leur terme.

Les encours par décaissement et/ou par signature consentis à des contreparties déclarées en
redressement judiciaire.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 75


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Les encours des crédits par décaissement et/ou par signature dont le recouvrement total ou
partiel est, indépendamment de tout impayé, incertain compte tenu de la dégradation de la
situation de la contrepartie du fait des considérations évoquées plus haut.

2-5/ les créances compromises :

Les soldes débiteurs des comptes a vue qui n’enregistrent pas, pendant une période de 360
jours, de mouvements créditeurs réels couvrants au moins le montant des agios imputes ò ces
comptes ainsi qu’une partie significative des dits soldes débiteurs.

Les encours des crédits amortissables dont une échéance ne sont pas réglés 360 jours après
son terme.

Les encours des crédits remboursables en une seule échéance qui ne sont pas honorés 360
jours après leur terme ;

Les loyers des biens donnés en crédit-bail qui demeurent impayés 360 jours après leur terme ;

Les encours des crédits par décaissements et/ou par signature dont le recouvrement total ou
partiel est peu probable du fait de considérations telle que :

La perte, par la contrepartie, de 75% ou du tiers de sa situation nette, lorsque l’assemblée


générale extraordinaire ne s’est pas réunie, dans les délais légaux requis, pour décider de la
continuité de l’activité ;

L’introduction d’une action en justice à l’encontre de la contrepartie pour le recouvrement des


créances,

La contestation, par voie judiciaire, de la totalité ou d’une partie des créances par la
contrepartie,

La cessation d’activité,

La liquidation judiciaire de la contrepartie et la déchéance du terme ou, en matière de crédit-


bail, ou la résiliation du contrat.

Les crédits amortissables par remboursements mensuels dès qu’ils cumulent 9 échéances
impayées.

Les encours des crédits par décaissement, y compris les loyers des biens donnés en crédit-bail
ayant fait l’objet de restructuration, doivent classés dans la catégorie des créances

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 76


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

compromises lorsqu’une échéance demeure impayée pendant une période de 180 jours après
son terme.

2-6/ les créances irrégulières :

Sont considérées comme créances irrégulières, les créances en souffrance, mais qui sont
intégralement couvertes par l’une des garanties suivantes :

Les dépôts de garantie (GOD),


Les garanties reçues de l’Etat ou de la Caisse Centrale de Garantie, homologuées par
l’Etat,
Les garanties reçues des fonds et institutions marocains de garantie des crédits
assimilées à celles de l’Etat,
Le nantissement de titres émis ou garantis par l’Etat,

Le nantissement des comptes à terme ouverts auprès de l’établissement de crédit lui-même ou


de bons de caisse ou de titre de créance émis par lui. Le classement d’une créance dans la
catégorie des créances irrégulières ou dans l’une des catégories des créances détenues sur la
contrepartie concernée.

3- Règles relatives à la constitution des provisions 69

La constitution des provisions est soumise à des conditions de fonds (respect des critères
de la circulaire de BAM) et à des conditions de forme (respect du délai d’un moins avant le
provisionnement, envoi d’une lettre de mise en demeure).

Les créances pré-douteuses, douteuses et compromises doivent donner lieu à la constitution de


provisions égales au moins, respectivement, à 20%, 50% et 100% de leurs montants,
déduction faite des agios réservés et des garanties citées ci-dessus.

Les provisions relatives aux créances compromises doivent être constituées au cas par cas.
Celles ayant trait aux créances pré-douteuses peuvent être constituées de manière globale.

Les garanties pouvant être déduites de l’assiette de calcul des provisions et les quotités qui
leur sont détaillées, ci-après :

69
Mémoire Master « la structure du système bancaire et les principaux aspects de la gestion d’une banque au
Maroc », par AMINA HAOUDI, 2011

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 77


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

 Quotité de 100%

Les dépôts de garanties (GOD)


Les garanties reçues de l’Etat ou de la Caisse Centrale de Garantie, homologuées
par l’Etat.
Les garanties reçues des fonds et les institutions marocaines de garantie des
crédits assimilées à celles de l’Etat.
Le nantissement de titre émis ou garantis par l’Etat.
Le nantissement des comptes à terme ouvert auprès de l’établissement de crédit
lui-même ou de bons de caisse ou de titres de créance émis par lui.

 Quotité de 80%

Les garanties reçues d’établissements de crédit et assimilés marocains ou étrangers de premier


ordre, habilités à donner des garanties.

Les garanties reçus d’organismes d’assurance des crédits.


Les garanties reçues des banques multilatérales de développement et organismes
assimilés.
Le nantissement de bons de caisse et de titre de créance émis par les autres
établissements de crédit et assimilés marocains ou étrangers de premier ordre.
Le nantissement de titre émis par les banques multilatérales de développement et
organismes assimilés.

 Quotité de 50%

Les hypothèques sur des biens immobiliers, sur des aéronefs ou sur des bateaux.
Les attestations de droits constatés délivrées par l’Administration aux entreprises
adjudicataires de marchés publics.
Le nantissement de véhicules automobiles neufs.

Conclusion de chapitre2 :

Le portefeuille des risques potentiels doit être réajusté en fonction des nouvelles informations
recueillies. Certains risques pouvant disparaître, d’autres apparaître ou d’autres encore,
considérés initialement comme faibles, pouvant devenir rapidement inacceptables pour
l'entreprise dès lors qu'ils n'ont pu être maîtrisés, le niveau d’exposition aux risques du projet
est amené à changer. C'est pourquoi il est important de procéder périodiquement au suivi et au
contrôle des risques encourus.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 78


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Conclusion de la deuxième partie :

Il est vrai que chaque établissement de crédit est confronté à des multiples risques dont le
risque crédit est le plus important. Cela s’explique bien évidemment par la nature de l’activité
principale de la banque qui est l’octroi de crédits aux entreprises mais aussi aux particuliers.

La gestion du risque de crédit se prévaut comme étant un impératif trivial, assurant la survie
de tout établissement de crédit. Cette nécessité est l’essence même du présent mémoire.

Cependant, on se demande comment le Crédit Agricole de Maroc gère-t-elle le risque de


crédit ? Pouvons-nous prétendre que l’on gère le risque comme il se doit ?

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 79


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Etude de cas : Analyse de la gestion du risque des crédits bancaires au sien de la banque
« Crédit Agricole de Maroc »

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 80


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3ème Partie Analyse de la gestion du risque des crédits bancaires au


sien de la banque « Crédit Agricole de Maroc »

Le souci permanent des banques est de disposer d’un dispositif de contrôle très efficace qui
permet d’atténuer leur prise de risque.

Après la revue de littérature, nous allons procéder à la mise en pratique de notre méthodologie
d’étude pour effectuer l’analyse des risques liés aux crédits accordés aux entreprises par le
Crédit Agricole de Maroc.

Ainsi, cette partie comprendra deux chapitres. Le premier consistera à faire une description du
dispositif du processus d’octroi de crédit à « Crédit Agricole de Maroc » ainsi que celui de la
gestion des risques qui sont liés, le second chapitre nous permettra de faire une analyse
critique de la gestion des risques liés aux crédits accordés aux entreprises et en conclut par des
proposition d’action pour l’amélioration du système de gestion de risque des crédits.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 81


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Chapitre 1 : Description du processus d’octroi de crédit du


« Crédit Agricole de Maroc » et gestion des risques lié
Les entreprises, pour exercer pleinement leur activité, ont besoin des ressources importantes
tant financières que matérielles. Ces ressources peuvent devenir insuffisantes au sein des
entreprises à cause de l’augmentation de la demande ou des changements technologiques.
Face à cette insuffisance de ressources, les entreprises doivent faire appel aux concours
extérieurs notamment les financements bancaires.

La banque joue un rôle d’intermédiation dans la vie des entreprises dans le financement de
ses activités et de ses investissements.

Les crédits accordés par la CAM aux entreprises sont souvent caractérisés par une incertitude
en raison de leur durée. Dans ce chapitre, On va présenter la banque CAM, ainsi nous verrons
le processus d’octroi de crédit de la CAM et les mesures mises en place pour se couvrir contre
le risque de crédit.

Section1 : Présentation du CAM

Positionner le Crédit Agricole du Maroc à l’horizon 2014 au rang des leaders du secteur
bancaire, en axant nos démarches et nos actions sur la performance et en focalisant nos
efforts vers le professionnalisme, telles sont les nouvelles orientations de notre Directoire
déclinées dans notre plan d’Entreprise » CAM 2014 70

Interview de M.Tarek SIJLMASSI, Président de Crédit Agricole du Maroc

70
Interview de M.Tarek SIJLMASSI, Président de Crédit Agricole du Maroc

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 82


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Tableau N°6 : « Fiche technique de Crédit Agricole de Maroc »

Fiche technique de CAM


Dénomination sociale Crédit agricole de Maroc
Forme juridique Société anonyme

Raison social Depuis 1961 à 2005, la raison sociale était « caisse


Nationale du Crédit Agricole » A partir de 2005
elle a été baptisée le crédit agricole du Maroc
(CAM) à l’occasion de la transformation du statut
juridique en société anonyme.

Siège social Le siège social du Crédit Agricole du Maroc est sis


aux 28 rues Abou Fares Al Marini Bp 10000, à
Rabat
Téléphone 212-37-20 8219
Président directeur Tariq Sijilmassi (PDG)
général
Site internet www.creditagricole .ma
Date de constitution 4 décembre 1961
Capital social Le capital social du Crédit Agricole du Maroc
s’élève à 120 MDH
Source : www.cdm.ma

1- Les missions :71

La Mission Principale du Crédit Agricole du Maroc se ramène à trois axes importants :

 Financer l’agriculture et les activités concernant le développement économique et social


du monde rural afin de :

71
Rapport annuel de Crédit Agricole de Maroc 2014

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 83


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Faciliter l’accession des agriculteurs à des formes modernes et rentables


d’exploitation ;

Mobiliser l’épargne nationale au profit du développement rural ;

Développer la bancarisation des agriculteurs et des ruraux par l’offre des services
financiers adaptés ;

Appuyer la création d’entreprises agricoles en améliorant leur accessibilité au crédit ;

Promouvoir le conseil et l’expertise au profit des exploitants agricoles en vue


d’accroître leur production ;

Valoriser la production agricole par l’intégration agroindustrielle et la


commercialisation…

 Assurer pour le compte de l’Etat les missions de service public, notamment, les
opérations entrant dans le cadre des conventions signées avec celui-ci, et portant sur les
opérations suivantes :

Les subventions de financement de la petite et moyenne exploitation agricole ; ces


subventions peuvent être étendues aux grandes exploitations dans des cas fixés par
voie réglementaires;

Les subventions nécessaires au rééchelonnement des crédits accordés aux


agriculteurs ;

Toute opération, aide, prime ou bonification des taux d’intérêt décidée par l’Etat.

 Effectuer toutes les opérations bancaires universelles, conformément aux dispositions du


Dahir portant Loi n° 1-93-147 du 6 juillet 1993 relatif à l’exercice de l’activité des
Établissements de crédit et de leur contrôle.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 84


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

2- Organisation 72:

Figure N°7 : « Organisation de CAM »

Sources : rapport annuel de CAM

2-1 / Le Pôle « Banque Commerciale » :

Ce Pôle se structure de façon à répondre à la nouvelle vision basée sur une approche par
marché. Sa mission consiste à :

Générer du PNB sur chacun des marchés cibles, tout en diversifiant les sources de
risques ;
Rester en cohérence avec sa spécificité de banque du monde rural.

Il se compose de trois directions spécialisées par marché cible, de la Direction International


et Corporate ainsi que de neuf Directions Régionales.

72
« Les enjeux de la maîtrise du risque de crédit » Mlle Imane AISSAL ,Année 2005/2006

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 85


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

2-1-1 Les Directions de marché

Les Directions de marché ont pour principale mission de :

Positionner la banque sur chacun de ces marchés ;


Réaliser les objectifs marketings et commerciaux sur ceux-ci ;
Appuyer les Directions Régionales dans la réalisation de leurs objectifs sur
chacun de ces marchés.

Elles se répartissent sur les trois marchés cibles définis dans le cadre du plan stratégique :

La Direction du Marché des Petites et Moyennes Exploitations Agricoles ;


La Direction du Marché des Particuliers et Professionnels ;
La Direction du Marché des Filières Alimentaires

2-1-2 La Direction International et Corporate

La mission principale de la Direction Internationale et Corporate consiste à :

Positionner notre banque sur le maillon du financement des opérations avec


l'étranger ;
Promouvoir, exécuter et contrôler toutes les opérations avec l'étranger ;
Faire de celle-ci un véritable centre générateur de commission.

2-2/ Les Directions Régionales :

Ainsi sur une spécialisation du réseau de distribution. Les neuf Directions Régionales et
leurs découpages géographiques sont conservés. Leur réorganisation correspond aux
impératifs de rentabilité de la banque. Elle repose ainsi sur une spécialisation du réseau de
distribution.

Elles ont pour principale mission de :

Réaliser les objectifs à la fois commerciaux et en termes de Produit Net


Bancaire et de rentabilité qui leur sont assignés par marché ;
Assurer une bonne représentation du CAM dans la région ;
Gérer de manière efficiente les ressources humaines et matérielles mises à leur
disposition.
Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 86
La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Elles coiffent, de même, le réseau de points de vente spécialisé par marché cible :

Les Caisses Locales pour les PMEA ;


Les Agences Particuliers pour le marché P&P ;
Les Caisses Régionales et les Agences Entreprises pour le marché des filières

2-3/ Le Pôle Support :

Le Pôle Support a pour principale mission d’apporter un appui aux fonctions de


distribution et de pilotage afin de permettre à la banque d’atteindre ses objectifs.

Il se compose des structures suivantes :

La Direction des Systèmes d’Information, chargée de doter le CAM d’un système


d’information qui assure un soutien performant, efficace et conforme aux objectifs de
la banque ;

La Direction des Traitements Bancaires, chargée d’assurer la centralisation des


traitements bancaires au niveau du Siège, dans le respect de la réglementation interne
et externe et ce, dans les meilleurs délais de production ;

La Direction Juridique, chargée de conduire les études juridiques n’ayant pas trait à la
relation clientèle, et répondre aux consultations émanant des entités du Siège et du
Réseau ;

La Direction des Ressources Immobilières et Matérielles, chargée de gérer le


patrimoine immobilier, les achats et approvisionnements, les assurances des biens et
des personnes ainsi que les archives du Siège ;

La Direction de l’Organisation, chargée de veiller à l’efficacité des systèmes de


gestion, à l’optimisation des procédures de travail et à l’harmonisation des structures
organisationnelles ;

La Direction de la Qualité chargée de mettre en œuvre la politique Qualité du CAM

Le Département Administration du Siège a pour mission la prise en charge des


moyens d’exploitation au niveau des immeubles du siège notamment l’entretien, la
sécurité, la fourniture de bien et service.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 87


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

2-4/ Le Pôle Risques :

Le Pôle Risques a pour principale mission de contribuer à l’amélioration de la rentabilité


de la banque par une gestion optimale du risque. Pour ce faire, sa mission principale consiste
à:

Optimiser la gestion du risque clientèle de la banque en amont, par la gestion des


octrois de crédit et, en aval, par la gestion du recouvrement ;

Soustraire au réseau une partie des tâches administratives au profit du temps


commercial.

Le Pôle Risques se compose des structures suivantes :

La Direction des Engagements, chargée d’appliquer la politique des engagements de


la banque en contrôlant la qualité du portefeuille ;

La Direction du Recouvrement et du Contentieux, chargée de dynamiser les actions


de recouvrement normal, amiable et contentieux des créances de la banque;

2-5/ Le Pôle Finance :

Le Pôle Finance a pour principale mission de :

Assurer toutes les activités financières de la banque ;

Doter le management de la banque d’outils de planification, de contrôle et de suivi


fiables ;
Veiller aux équilibres financiers de la Banque.

Il se compose de trois Directions que sont :

La Direction de la Comptabilité, chargée d’assurer les traitements comptables et la


production des documents comptables, d’effectuer un contrôle périodique et
d’actualiser les normes et procédures comptables ;

La Direction des Affaires Financières, chargée de contribuer à la performance de la


banque par une optimisation de sa gestion financière ;

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 88


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

La Direction du Budget et du Contrôle de Gestion chargée de consolider et suivre le


budget annuel de la banque et de fournir à celle-ci des outils de contrôle de gestion
pertinent et fiables, permettant au management un pilotage fin.73

3- Présentation sommaire des priorités stratégiques :

Feu S.M le Roi Hassan II, en nommant en 1997 Monsieur IBRAHIMI à la tête de cette
institution financière, a redéfini la mission de la banque :

« …Nous sommes convaincus également que la Caisse Nationale de Crédit Agricole


deviendra un instrument de la nouvelle politique que nous voulons suivre dans ce domaine
et qui consiste ne premier lieu à encourager le producteur et non le consommateur, car
nous ne voulons pas devenir une société de consommation.

L’époque que nous vivons et les étapes que nous allons entamer sont celles de
l’encouragement de la production et de la compétitivité. Elles favorisent l’aptitude à être
concurrentiel sur les marchés, ou tout au moins, à se rapprocher le plus possible de
l’autosuffisance.
Il s’agit donc d’accompagner l’agriculteur, de le conseiller, de l’orienter et de l’assister en
matière d’investissement, de l’aider à se maintenir sur sa terre afin qu’il ne vienne pas
constituer un fardeau sur les villes et, en fin de compte, de lui donner la place qui lui
revient dans l’économie de ce pays et ce, à travers son encouragement d’abord en tant que
producteur… »74

L’entrée en vigueur du nouveau statut juridique du Crédit Agricole du Maroc s’est traduite
par la mise en place d’un nouveau mode de gouvernance et d’un dispositif de contrôle
amélioré. Ces avancés permettront de mobiliser d’avantage de ressources et de contribuer de
manière efficiente au financement du développement du monde agricole et rural tout en
préservant la pérennité de l’institution et sa mission de base.

Parallèlement, et après la restructuration de la CNCA, réalisée grâce à la mise en œuvre de


son plan d’entreprise OUFOUK 2003, le crédit agricole entame une nouvelle phase, celle du
développement sur ses marchés cibles, et la définition d’une nouvelle vision à l’horizon 2014.
L’ambition de la nouvelle direction générale est de faire de la banque à l’horizon 2014, une
institution forte, classée parmi les principales banques marocaines.

73
Rapport annuel de crédit Agricole de Maroc

74
Rapport annuel de Crédit Agricole de Maroc 2014

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 89


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

La nouvelle stratégie consiste en la mise en œuvre de l’organisation, du processus et des


moyens qui permettront au Crédit Agricole de renforcer son positionnement et de devenir une
entreprise puissante et innovante, capable de relever les défis de sa mission.

A cet effet, le nouveau plan d’entreprise, baptisé CAP 2014, se propose d’afficher les
ambitions stratégiques du Crédit Agricole du Maroc, de les décliner en plans stratégiques par
marché cible et par métier de manière à pouvoir orienter et fédérer les plans d’actions de ces
différentes structures opérationnelles et fonctionnelles.

L’objectif du projet d’entreprise CAP75 2014 est triple :

 Définir une stratégie de déploiement de l’activité de la banque qui permette de


pérenniser et sécuriser sa croissance, tout en maintenant son nécessaire implication
dans le financement de l’agriculture marocaine viable.
 Modifier en profondeur la culture de l’entreprise pour ancrer dans le quotidien de la
banque et de chacun de ses employés le réflexe de l’optimisation du ratio rendement
risque.
 Le troisième objectif de CAP 2014 est la mise en place progressive des outils de
gestion qui permettront à la banque de se mettre au standard des normes de la place
bancaire, aussi bien les règles prudentielles actuelles, les dispositions réglementaires
de Bank al Maghrib et à celles requises pour le respect de Bale II. 76

Section 2 : Processus d’octroi du Crédit au sien du CAM

Le processus d’octroi de crédit à la CAM présente la démarche qui sera réalisé lorsque le
client entre en relation avec la banque jusqu’à l’accord du prêt. A cet effet, nous décrirons le
processus suivant les responsables de chaque étape.

1- : Le conseiller Clientèle :

Le conseiller clientèle est le premier contact du client. Il reçoit habituellement la demande


de concours des clients. Pour bénéficier d’un crédit au sein de CAM, les entreprises doivent
être en règle avec un certain nombre de documents :

75
CAP entreprise : propose un accompagnement global et personnalisé comprenant un diagnostic de l’entreprise,
de la formation, du conseil. Ce dispositif s’adresse au digérant de l’entreprise ou à son associé actif
76
Rapport annuel de Crédit Agricole de Maroc 2014

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 90


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Un plan d’affaires qui permettra au client de présenter à la banque les caractéristiques


techniques, économiques, financières, juridiques du projet à financer et les apports des
différentes parties ;

La situation bancaire du client (endettement bancaire) : le conseiller va vérifier les


différents engagements contractés par le client auprès d’autres banques de la place. Il
définit également le type de crédit contracté (crédit court terme, moyen terme ou long
terme, engagements par signature), ainsi que son plafond et l’utilisation qui est
l’encours du crédit à une date donnée.

Tableau N°7 : « Endettement bancaire »

Source : www.CAM.ma

La situation du compte courant du client : il est question pour le conseiller de voir les
mouvements effectués sur le compte du client. Les informations sont résumées dans
un tableau présenté de la manière suivante :

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 91


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Tableau N°8 : « La situation de compte courant »

N° du compte
Intitule du compte
Date d’ouverture du compte
Solde de départ de la période
Total des mouvements créditeurs
Nombre d’opérations au crédit
Date du dernier mouvement créditeur
Solde créditeur le plus élevé
Total des mouvements débiteurs
Nombre d’opération au débit
Solde débiteur le plus élevé
Solde actuel
Source : www.CAM. ma

Le conseiller présentera au client les deux types de dossier proposés par la CAM pour que
celui-ci donne sa préférence en fonction de l’objet du prêt sollicité :

Le crédit par caisse : ce type de crédit regroupe les facilités de caisse, le prêt
commercial, les avances sur marchés, le prêt aux particuliers et les crédits
d’investissement ;

L’engagement par signature : ce type de crédit concerne l’aval, le crédit


documentaire, caution bancaire…

Le tableau ci-après éclaire l’analyse sur l’évolution des engagements du client dans les livres
de la banque :

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 92


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Tableau N°9 : « Engagement du client »

Intitulé du compte : Date d’entrée en relation :

N° du compte : Responsable :
Nature des Plafonds Date de Utilisation en Plafonds Variations
crédits actuels validité cours demandés
Crédits par
caisse
Facilité de
caisse
Découvert
Prêt MT

Escompte
commerciale
Avances

CCT

Crédit de
campagne
Engagement
par signature
Total des
risques
Les garanties
constituées
Source : www.CAM.ma

Pour le montage du dossier au niveau de l’analyse, le conseiller prendra en compte les


éléments suivants :

Les données financières apportées par le client et le complément d’analyse à


apporter (bilan..) ;

Les garanties déjà disponibles et nouvelles à formuler ;

Les conditions à appliquer au crédit.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 93


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

2- Le contrôle des risques 77

Les dossiers venant du conseiller seront vérifiés à ce niveau. Le responsable chargé de


l’analyse effectue cette tache.

L’analyse va d’abord procéder au contrôle de la composition du dossier, c’est-à-dire


l’identification du client, les engagements à la date précisée, … Il contrôle aussi les pièces
jointes au dossier (plan de financement), les garanties proposées et les mouvements du
compte client (Est-ce que la société achète ses produits à crédit ou au comptant ? Et si elle
vend à crédit ou cash ?)

L’analyse se penche ensuite sur le compte de résultat des trois dernières années du client. Il
s’intéresse aux soldes significatifs de gestion tels que le chiffre d’affaires, la valeur ajoutée et
le résultat net.

L’analyse regarde enfin si le résultat net de l’entreprise est satisfaisant et vérifie la conformité
et l’opportunité des garanties matérialisées ou à matérialiser par rapport aux caractéristiques
de prêt et à l’apport du client. Au terme de ces vérifications, une fiche de décision comportant
l’avis et l’appréciation de l’analyse et du chef du service crédit est établie.

La décision finale sur le dossier de crédit revient à la Direction Générale. Si la demande est
accordée, elle précise les conditions (taux, durée, commission). Une fois la décision prise,
une correspondance est adressée au client (notification).

3- Le Chargé des engagements et du portefeuille

Lorsque la Direction Générale donne sa décision, une copie est transmise au chargé des
engagements et du portefeuille pour la prise de garantie et la mise en place effective du crédit.

3-1 / La prise de garantie :

Le chef du service des engagements et du portefeuille après la réception de la copie du


dossier, la transmet au niveau du service crédit qui établira une note de vérification des
étapes déjà accomplies et la conformité du dossier étudié. Le dossier est ensuite transmis au
service juridique pour l’appréciation des garanties.

77
Rapport de stage à Crédit Agricole de Maroc par BADAOUI Sanaa, 2006

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 94


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Il peut s’agir d’une hypothèque ou encore d’une caution personnelle. Le chef du service
juridique peut trouver les garanties du client insuffisantes, et demande donc d’autres types de
garanties.

Lorsque la vérification est terminée, les actes sont soumis à la signature du client et de la
banque.

3-2 /La mise en place du prêt :

Le service des engagements procède à la préparation de la fiche de saisie du prêt. Il le fait


signer par la Direction Générale, et saisit comptable le prêt conformément aux éléments
contenus dans le contrat de prêt. Un tableau d’amortissement validé est remis au client,
concomitamment avec un exemplaire du contrat de prêt.

Section3 : La gestion des risques de crédit au sien du CAM

La gestion des risques est assurée grâce aux normes de la banque, à l’analyse économique
et financière de la demande de crédit et à la prise de garanties. Nous nous intéresserons
également au suivi de l’utilisation du crédit octroyé au client ainsi qu’aux mesures prises en
cas de non remboursement des crédits.

1- Normes de gestion des risques de crédit de la CAM :

Les règles de gestion de la CAM doivent être conformes aux normes de gestion imposées
par le Groupe.
Pour cela, elle dispose du Document de Référence du Groupe, qui constitue le référentiel
auquel chaque filiale doit se rapprocher le plus possible dans sa gestion courante.

La gestion des risques du groupe repose sur les deux principes suivant :

les services chargés de l’évaluation des risques doivent être indépendants des
directions opérationnelles ;
l’approche et le suivi des risques doivent être homogènes dans l’ensemble du
groupe.

1-1 /Organisation et structure :

Le service du crédit travaille conjointement avec le service des engagements et du


portefeuille, le service juridique du recouvrement et du contentieux et le service de l’audit
interne. Chacun de ces services est chargé de :

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 95


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

fixer des limites de crédit globales et individuelles par client, catégorie de


client ou type de transaction ;
surveiller les opérations afin de limiter les risques d’erreurs techniques, les
fraudes ;
s’occuper de la gestion des créances douteuses et litigieuses.

1-2 / Politique de crédit :

La politique de crédit du groupe repose sur le principe que tout engagement comportant des
risques de crédit s’appuie sur une connaissance approfondie du client et de son activité, la
compréhension de la finalité et de la nature du montage de la transaction ainsi que des
sources de recettes qui permettront le remboursement de la créance. La décision d’accorder
un crédit doit aussi s’assurer que la structure de la transaction permettra de minimiser les
risques de perte en cas de défaillance de la contrepartie.

2- L’analyse financière et économique de la demande de crédit :

Dans l’analyse économique, il est question de connaitre le secteur d’activité du client ainsi
que son positionnement concurrentiel sur le marché. Elle permet de savoir quelles sont les
chances possibles pour que le client s’en sorte sur le marché.

Au niveau de l’analyse financière, le bilan et le compte de résultat fournis par le client feront
l’objet de retraitement si les montants y figurant ne sont pas en phase avec les montants
confiés à la banque. Pour qu’une suite favorable soit donnée au dossier, il est nécessaire que
les états financiers soient réalistes. Le compte de résultat est analysé en tenant compte des
grandeurs suivantes : le chiffre d’affaires (CA), l’excédent brut d’exploitation (EBE), le
résultat net (RN), les cash-flows prévisionnels et les frais financiers (cause de leur évolution).
Le bilan lui, est analysé grâce aux grandeurs telles que : le fonds de roulement (FR), le besoin
en fond de roulement (BFR), la trésorerie nette (TN). La fiabilité des états financiers
présentés par le client est établie en fonction de plusieurs critères tels que :

la connaissance du client : lorsque le client entretient une relation suivie avec la


banque et a déjà bénéficié de concours qui se sont dénoués sans incident, ce dernier
est considéré comme étant sérieux et de bonne facture ;
le secteur d’activité : lorsqu’il s’agit d’un secteur économique qui fait l’objet d’une
règlementation rigoureuse.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 96


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3- La prise des garanties :

La CAM, dans le souci de se prémunir contre le risque de crédit exige de ses clients des
garanties avant de remettre les fonds. Ces garanties seront réalisées par la banque en cas de
non remboursement ou de problèmes dans le recouvrement du crédit octroyé. Il s’agit des
garanties réelles, de la domiciliation des recettes et des garanties personnelles.

3-1/ Les garanties réelles :

Les garanties réelles se font au moins à hauteur du prêt c’est-à-dire que la valeur de la
garantie doit être au minimum égale au montant du crédit sollicité.

Les garanties réelles comprennent les éléments suivants :

l’hypothèque, est un contrat par acte authentique qui détermine les conditions de
réalisation du bien garanti, en cas de non-paiement de la créance. Il constitue « un
droit de suite » et « un droit de préférence » pour le créancier ;

le fonds de commerce est constitué des biens corporels et incorporels : il peut être
donné en nantissement sous réserve de son enregistrement.

3-2/ La domiciliation des recettes :

Elle constitue des engagements qui sont pris par le client de verser ses recettes de ventes
régulièrement dans son compte domicilié dans la Banque.

3-3/ Les garanties personnelles :

Les sûretés personnelles comprennent la caution solidaire et indivisible, l’aval, la lettre de


garantie ou de contre garantie.
Les sûretés personnelles ont un certain nombre de critères qui sont nécessaires à leur
validation :

le cautionnement ne se présume pas, c’est un acte écrit sous seing privé ;

la caution doit présenter des garanties de solvabilité ;

le cautionnement n’est valable que si l’obligation principale l’est juridiquement ;

il doit exister une équivalence de montant entre la caution et l’obligation principale ;

l’engagement de la caution ne saurait être aggravé par un engagement postérieur du


débiteur principal ;

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 97


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

sauf avenant express, les engagements antérieurs du débiteur principal ne sont pas
garantis par la caution ;

le cautionnement s’étend au principal, aux accessoires de la créance et aux frais de


recouvrement de la créance.

4- Le suivi de l’utilisation du crédit par le client :

Lorsque la banque accorde le crédit au client, elle met en place des mesures afin de se
prémunir d’une utilisation non conforme des fonds par le client, ce qui pourrait occasionner
une défaillance de remboursement de ce dernier. A ce niveau, la tâche incombe au service de
crédit d’effectuer ce suivi :

les agents de ce service effectuent des visites clientèle afin de s’assurer que les
fonds sont utilisés exactement comme indiqués dans le contrat ;
il est demandé au client de présenter les factures relatives aux différentes
dépenses qu’il aura à effectuer.

5- Mesures prises en cas de non remboursement des crédits :

Le client peut à un certain moment avoir un défaut de contrepartie, ce qui devient complexe
pour la banque. Elle essaye donc de mettre en place des mesures pour minimiser ce risque de
défaut du client. Lorsque la banque constate que le client n’arrive pas à honorer ses
engagements, elle procède au déclassement de son dossier, c’est-à-dire que le dossier est
transmis au service juridique, de recouvrement et du contentieux qui s’occupe de la gestion
des créances douteuses et litigieuses.

La Banque Crédit Agricole de Maroc précise que pour considérer le déclassement d’un client,
il faut la survenance d’un certain nombre d’évènements à savoir 78 :

survenance de trois impayés successifs ;

compte du client ayant un solde débiteur et n’ayant pas enregistré de


mouvement créditeur sur trois mois ;

78
Emission d’obligations Crédit Agricole

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 98


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Compte du client ayant un solde débiteur et dont les mouvements créditeurs


enregistrés ne sont pas assez significatifs et ne couvrent pas les agios du
compte sur une période de 6 mois.

Le recouvrement de la créance se fait en plusieurs étapes :

 Le recouvrement amiable : le client se présente après réception d’une correspondance


l’informant de sa situation dans les livres de la banque. Il convient avec son conseiller de
régler la somme due à une échéance déterminée ou de rééchelonner la dette ;
 le recouvrement contentieux : suite à plusieurs correspondances non abouties, une lettre
de mise en demeure est adressée au client, après cette lettre, une autre correspondance
dénommée lettre de clôture de compte avec poursuite lui est envoyée. Le recouvrement
judiciaire intervient suite à l’injonction du juge, la banque saisit un huissier par le biais du
chef de service juridique, du recouvrement et du contentieux qui, après une injonction de
payer, procède à la saisie des biens du client. Pour les dossiers avec garanties, la banque
procède à la réalisation de la garantie.

Conclusion de chapitre 1 :

Le processus utilisé par la CAM pour octroyer un crédit à un client est minutieux, ce qui
témoigne de la qualité des services fourni par la banque. Avant de décider d’octroyer un crédit
à un client, la banque s’assure des différentes garanties et la notoriété de l’entreprise désireuse
du prêt afin de ne pas ternir son image. Elle met en place des mesures de gestion de risque de
crédit pour se protéger contre le risque de défaut du client. Il serait donc intéressant pour nous
de faire une analyse de cette gestion dans le chapitre qui suivra et aussi proposer des
recommandations.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 99


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Chapitre2 :L’Analyse de la gestion de risque de crédit bancaire


De Crédit Agricole de Maroc
Section1: L’Analyse de la gestion du risque des crédits bancaires
accordés aux entreprises

Cette section nous permettra d'apprécier l'efficacité de la gestion des risques de crédits
bancaires de l'institution financière. Elle débute par la prise de connaissance de
l'établissement (son environnement externe et interne), l'identification des domaines
spécifiques et la prise de contact avec les futurs interlocuteurs. Cette phase de préparation a
permis d'élaborer la cartographie des risques, d'analyser l'efficacité des dispositifs mis en
place et de faire des recommandations. L'évaluation de la gestion du risque de crédits
bancaires a aussi nécessité l'utilisation d'outils de collecte et d'analyse des données comme les
interviews, l'observation, les questionnaires de contrôle interne, la grille de séparation des
tâches, des tests de conformité et de permanence.

1- Identification des risques liés aux crédits bancaires accordés aux


entreprises :

Les risques auxquels la banque est exposée dans la gestion de risque d’octroi de crédit sont
multiples. Il s’agira à ce niveau de présenter les risques les plus significatifs associés à chaque
étape du processus d’octroi du crédit par la CAM, de montrer l’impact qu’ils pourraient
causer sur le bon fonctionnement du processus.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 100


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Tableau N°10 : « Identification des risques liés aux crédits bancaires accordés aux
Entreprises »

Différentes étape du Risque associés Impact Dispositif de maitrise


processus des risques
1. Négligence dans - Lenteur dans le -Suivi méthodique dans
l’étude du dossier du traitement des dossiers l’étude des dossiers par
client une liste de vérification
- Conflit avec le client
2. Mauvais accueil du - Vérification situation
client - Perte de ressources financière du client
Conseiller clientèle
3. Etats financiers du - Créances irrécouvrables - Mise en place d’un bon
client falsifiés service accueil
- Perte clientèle
4. Fausse adresse
5. Composition du - Défaut de - Vérification des
dossier non conforme remboursement du client dossiers à travers le
canevas de la banque
6. Garanties proposées - Conflit avec le client
fictives - Vérification de
Analyste - Perte de ressources l’authenticité des actes de
7. Mouvements du propriété
compte client douteux
- Analyse des
mouvements du compte
client
8. Erreur dans la saisie - Conflit avec le client - Contrôle du dossier
du prêt après saisie pour éviter
les erreurs
- Perte de temps
9. Retard dans la mise en
place du prêt - Exiger un délai pour la
10. Perte de dossier suite - Défaut de
mise en place du prêt
à un défaut de classement remboursement du client
Service des
11. Validation du dossier - Mandater un
engagements et du - Perte de crédibilité de responsable pour le
portefeuille/mise en par une personne non l’entité classement des dossiers
place du prêt qualifiée
- Conflit avec le client -Etablir une fiche
12. Absence de relance périodique des impayés et
du client pendant relancer les clients de
- crédibilité de l’entité paiement.
le déclassement
mise en cause
13. Mauvaise -S’assurer de la
conservation des conservation effective
garanties. des garanties
Source : nous même

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 101


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

2- Evaluation des risques liés aux crédits bancaires accordés aux


entreprises :

Lorsque les risques sont identifiés, il faut maintenant procéder à leur évaluation pour
faire ressortir la probabilité de leur survenance et la gravité de leur impact s’ils se réalisent.

Pour parvenir à un consensus sur la probabilité et la gravité des risques de la CAM, nous
avons effectué des entretiens et des ateliers dans le cadre de notre étude. L’évaluation a été
aussi effectuée sur la base des résultats issus du guide d’entretien (voir l’annexe).

Chaque risque est coté en fonction de l'échelle de gravité et de probabilité ci-dessous. Un


tableau sera présenté à cet effet :

Tableau N°11 : « Echelle de l'impact des risques »

Impact/ gravité de risque Cote

1 Non significatif
2 Modéré
3 Majeur
Source : nous même

Tableau N° 12 : « Echelle de probabilité des risques »

Probabilité du survenance Cote

1 Probabilité très faible


2 Probabilité faible
3 Probabilité moyenne
4 Probabilité forte
Source : nous même

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 102


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Tableau N°13 : « Evaluation des risques liés aux crédits bancaires accordés aux
entreprises «

Risque Probabilité (P) Impact (I) Criticité


Appréciation cote Appréciation cote (P*I)
1-Négligence dans l’étude du Probabilité très 1 Non significatif 1 1
dossier du client
faible
2-Mauvais accueil client Probabilité 2 Modéré 2 4
faible
3-Etats financiers de client Probabilité forte 4 Modéré 2 8
falsifiés
4-Fausse adresse du client Probabilité 3 Majeur 3 9
moyenne
5-Composition du dossier non Probabilité 2 Non significatif 1 2
conforme faible
6-Garantie proposées fictives Probabilité très 1 Modéré 2 2
faible
7-Mouvement du compte Probabilité très 1 Majeur 3 3
client douteux faible
8-Erreur dans la saisie du prêt Probabilité 3 Modéré 2 6
moyenne
9-Retard dans la mise en place Probabilité 3 Modéré 2 6
du prêt moyenne
10-Perte de dossier suite à un Probabilité 2 Modéré 2 4
défaut de classement faible
11-Validation du dossier par Probabilité très 1 Majeur 3 3
une personne non qualifiée faible
12-Absence de relance du Probabilité 3 Majeur 3 9
client pendant le déclassement Moyenne
13-Mauvaise conservation des Probabilité 2 Majeur 3 6
garanties faible
Source : nous même

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 103


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

A partir de l’évaluation des risques ainsi constituée, nous allons établir un tableau de
hiérarchisation des risques. Le tableau de hiérarchisation des risques permet de mettre en
exergue les risques les plus élevés afin que l’entreprise y consacre les ressources nécessaires
pour les réduire.

Tableau N°14 : « Hiérarchisation croissante des risques »

Risques Criticité

* Négligence dans l’étude du Dossier de client 1


*Composition du dossier non conforme 2
*Garanties proposées fictives 2
*Validation du dossier par une personne qualifiée 3
*Mouvements du compte client douteux 3
*Perte de dossier suite à un défaut de classement 4
*Mauvais accueil de client 4
*Mauvaise conservation des garanties 6
*Retard dans la mise en place du prêt 6
*Erreur dans la saisie du prêt 6
*Etats financière du client falsifiés 8
*Fausse adresse du client 9
*Absence de relance du client pendant le déclassement 9
Source : nous même

3- Analyse du dispositif de gestion du risque lié aux crédits bancaires


accordés aux entreprises :

De manière générale, un système de contrôle interne efficace au sein d'une banque est
caractérisé par : des objectifs clairement exprimés et des moyens appropriés, une forte
implication des organes délibérants et exécutifs, une organisation cohérente des organes de
contrôle, des systèmes de mesure, de limites et de surveillance des risques rigoureux, une
stricte séparation des fonctions et des tâches, le contrôle permanent des opérations et la
supervision, des procédures qui mettent en application la politique de contrôle interne, un
système comptable fiable pour traduire une image fidèle, un système d'information
performant et sécurisé et une entité d'audit interne forte.
Dans le cadre de l'analyse des dispositifs de contrôle interne, il convient de s'assurer:

de la centralisation et le respect des ratios prudentiels ;


du respect des règles, systèmes et procédures de gestion du risque de crédit ;
du respect des conditions réglementaires ;
de l'efficacité des fonctions de contrôle et de surveillance ;
de la maîtrise du risque de crédit.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 104


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

L'analyse des dispositifs permet de voir si les dispositifs identifiés sont effectivement mis en
place dans la banque et s'ils sont maîtrisés. Le tableau ci-dessous présentera cette analyse.

Tableau N°15 : « Analyse des dispositifs de contrôle interne de la gestion des risques
liés aux crédits accordés aux entreprises »

Appréciation des
Risques Dispositif
dispositifs
1-Négligence dans l’étude de  Une liste de vérification est Bonne maitrise dispositif
dossier du client établie afin de suivre chaque
dossier
2-Mauvais accueil du client  Un service d’accueil est mis
en place

 L’analyse chargé de vérifier Maitrise moyenne de dispositif


les états financiers a les
3. Etats financiers du client compétences requises.
falsifiés  Les états financiers sont
attestés corrects par
l’analyste

4. Fausse adresse du client  Le service courrier est Le dispositif n’est par très bien
renforcé à cet effet maitriser

5. Composition du dossier non  L’analyste vérifie la Maitrise du dispositif


conforme conformité du dossier du
client du canevas de
6. Garanties proposées fictives dossiers.
 Il vérifie si les garanties sont
7. Mouvements du compte réelles et comment
client douteux fonctionne le compte du
client

8. Erreur dans la saisie du prêt  L’agent chargé de la saisie et Maitrise moyenne du dispositif
de la mise en place du prêt
9. Retard dans la mise en place fait un rapprochement avec
du prêt les informations reçues du
service crédit

10. Perte de dossier suite à un  Un agent effectue la tache du Le dispositif n’est pas
défaut de classement classement de dossier parfaitement maitrisé car
l’agent qui fait le classement
n’est pas toujours le même
Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 105
La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

11. Validation du dossier par  Les signatures apposées pour


une personne non qualifiée la validation du dossier sont
faites selon l’ordre Bonne maitrise du dispositif
hiérarchique.

12. Absence de relance du  Le chef du service procède à Le dispositif est moyennement


client pendant le déclassement la relance des clients en maitrisé car les relances des
défaut et effectue un bilan clients se font souvent
13. Mauvaise conservation des périodique tardivement et le suivi des
garanties  Il conserve les garanties garanties n’est pas toujours
réelles exigées du client effectué

L'analyse du dispositif existant établie, il serait donc intéressent de formuler des


recommandations qui permettront à la banque de maîtriser davantage ses risques et d'atteindre
les objectifs qu'elle s'est fixée.

4 : Recommandations

Les recommandations seront formulées à l’attention des acteurs qui interviennent dans le
processus d’octroi du crédit à la CAM.

4-1/ Recommandations à l’endroit du conseiller clientèle :

Le conseiller pourrait effectuer une comparaison des états financiers des clients ne
présentant pas des comptes certifiés avec les clients connus évoluant dans le même
secteur d’activité. Cela lui permettrait de s’assurer que les états sont le plus proche
possible de la réalité. Il pourrait également être demandé à ce type de client de fournir
une attestation prouvant que leurs comptes ont été établis avec l’assistance d’un
cabinet comptable ;

Le conseiller pourrait effectuer une visite sur le terrain, avant l’octroi du prêt, pour
s’assurer que l’adresse fournie par le client est exacte. Cette action permettrait de
réduire les pertes de courriers lors de l’application des procédures de recouvrement par
le contentieux.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 106


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

4-2/ Recommandations à l’endroit du responsable chargé de


l’analyse :

L’analyse de la situation du client doit être faite par deux agents au moins. Cela
permettra d’éviter d’octroyer des crédits à des clients dont le remboursement sera
compliqué et donc occasionner des pertes financières pour la banque ;

Les agents du service doivent effectuer des visites régulières afin de s’assurer de la
bonne exécution des engagements contractuels. Un planning de visite client pourrait
donc être mis en place à cet effet ;

Pour minimiser le risque d’insolvabilité du client, l’analyste doit bien s’informer


auprès de la centrale des risques établie par la CAM, pour s’assurer que le client n’a
pas déjà contracté de crédit dans une autre institution financière et dépassé sa capacité
d’endettement.

4-3/ Recommandation à l’endroit du service des engagements et du


portefeuille :

Pour éviter les erreurs de saisie dans la mise en place du prêt, une séparation des
tâches de saisie de la fiche et le contrôle serait pertinente ;

Le temps de traitement du dossier pour la mise en place du prêt qui est parfois long est
dû au transfert physique des dossiers aux différents acteurs concernés pour les avis à
émettre.
Les garanties fournies par le client pourraient faire l’objet de visite sous la supervision
d’experts immobiliers agréés par la banque afin d’éviter les prises de garanties fictives
ou surévaluées ;

Il faudrait mettre en place un planning de relance des clients. Des sorties


hebdomadaires pourraient donc être effectuées à cet effet.

4-4/ Le suivi des recommandations :

Nous proposons un tableau qui permettra à la banque de faire un suivi périodique (mensuel,
trimestriel,…) de ces recommandations si elle les trouve pertinentes.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 107


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Tableau N°16: « Tableau de suivi des recommandations »

Recommandations Suivie Partiellement suivie Non suivie


formulés
1
2
3
Source : Nous même

Section2 : Processus de contrôle et de suivi actuel chez CAM

L'entité suivi et Contrôle du risque de crédit au sein CAM, a pour principale mission la
détection, le contrôle et le suivi des créances en difficultés.

1-La réalisation de cette mission passe par diverses étapes :

La définition des processus de suivi et de maitrise des risques ;

La définition des outils permettant la mise en application de la politique des risques ;

Le suivi hebdomadaire et mensuel des créances irrégulières dont détail (cf. contrôle
continu et exhaustif) ;

Le contrôle trimestriel du portefeuille ;

La mise à contribution des agences pour le recouvrement des créances impayées ;

La participation aux comites des créances en difficultés ;

Le suivi des décisions prises par la comite des créances en difficulté : restructuration
de la créance (rééchelonnement, délai supplémentaire), abandon de la créance,
recouvrement amiable, mise en demeure, contentieux…etc.

La mise en demeure des clients litigieux ;

Le déclassement des créances et le transfert des dossiers au département


"Recouvrement et Contentieux".

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 108


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

C’est a l’entité "Suivi et Contrôle des Risques de Crédit" qu’est dévolu le rôle de détection, de
contrôle et de suivi des risques de crédit et de provisionnement des créances éligibles en
conformité avec les règles de BANK AL MAGHRIB.

L’entité se base sur plusieurs contrôles pour détecter, rapidement, les créances difficiles. Il
existe un contrôle continu et un contrôle exhaustif.

1-1 /Contrôle continu :

Le contrôle continu porte sur :

Les dépassements par rapport aux autorisations de crédit ;


Les impayés escompte commercial ;
Les impayés crédits amortissables ;
Et les comptes en phase de gel.

Les fréquences de ces contrôles sont :


Hebdomadaire pour les dépassements et les impayés escompte ;
Mensuel pour le reste.

1-2/ Le contrôle exhaustif :

C’est un contrôle périodique réalise une fois par trimestre appelé "toilette des Comptes". Il
met en œuvre, en plus des critères du contrôle continu, d'autres indicateurs qualitatifs. Ces
indicateurs sont des signaux précurseurs de crises et de difficultés pour une créance donnée.
Ils sont détectés automatiquement à travers une application informatique.

Les principaux indicateurs définis par la banque sont :

 Dépassements : Compte débiteur de plus de KDH 10 sans autorisation par décaissement


ou de KDH 100 par signature, compte en dépassement de 30% par rapport à l’autorisation
de crédit.

 Impayés : Impayé crédit mobilisable ou amortissable, impayé escompte commercial ou


escompte chèque, impayé crédit de consolidation, persistance d’utilisation en compte
d’avance avec une autorisation échue.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 109


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

 Gel des comptes : Compte débiteur de plus de KDH 10 sans mouvement pendant 1 mois,
compte débiteur de plus de KDH 10 dont le mouvement annuel net au crédit est inferieur
à la somme des utilisations par décaissement.

2- Contrôle après constatation de la défaillance de la contrepartie :

Le système actuel de contrôle et suivi de risque de crédit permet une évaluation du risque
à posteriori, c’est-à-dire, après la constatation de défaillance.

Cette approche n’apporte pas une vision anticipative du risque qui constitue pourtant un
élément normal de dépréciation de la valeur d’un portefeuille de crédit. Cette insuffisance
amène à un retard au niveau de la valeur de la détection des créances en souffrance ou
susceptibles d’être en souffrances, ce qui ne permet pas d’intervenir au moment opportun et
prévenir ainsi le risque. Par ailleurs, cette pratique conduit à une comptabilisation surestimée
des provisions pour créances en souffrance sous la pression des règles prudentielles de BANK
AL MAGHRIB. D’où, une réduction abusive du bénéfice imposable.

Par ailleurs, ce mode de contrôle « après la constatation de la défaillance » empêche


l’établissement bancaire de réagir à temps si un problème devait survenir et compromettre sa
créance. Etant entendu bien sûr que même les garanties prise initialement en couverture du
risque peut ne pas suffire pour le recouvrement des créances consenties.

D’autre part, le système actuel d’audit de risque de crédit amène à une sous-estimation et
une sous tarification du risque lors de renouvellement des lignes des crédits et à l’entrée d’une
relation qui présente le même niveau de risque.

3- Contrôle à distance basée uniquement sur des états édités par le système
informatique :

Le contrôle à distance tel qu’il est exercé actuellement ne permet pas de donner une image
fiable sur la réalité des risques encourus au niveau des entités de production. Les états sur
lesquels est effectué le contrôle étant des étant qui puisent l’information à partir du système
central ou l’information a été introduite par l’analyste au moment de la proposition de la
demande de crédit.

4-Absence d’outils fiables pour le suivi de la qualité des engagements :

Le système actuel de contrôle du risque de crédit se base essentiellement sur des états
informatiques édités par l’entité informatique et dont le contenu est purement quantitatif.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 110


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

D'autant plus que les critère mise en place sont ceux imposés par BANK AL MAGHRIB et
n’intègrent pas des indicateurs sur la qualité des engagements de la banque.

En effets, les données sur la qualité des créances sont généralement négligées et restent
néanmoins difficile à développer sur le système informatique. On en cite par exemple :

Suivi des Garanties


Suivi du secteur d’activité et le positionnement de la clientèle ;
L’évolution des affaires sur le terrain ;
Engagements des promoteurs auprès de la banque.

5- Support informatique insuffisant :

Dans un établissement de crédit, et notamment pour l’entité des risques un système


d’information devrait procurer un certain nombre d’informations nécessaires et à
l’appréciation de la qualité des demandeurs des crédits et au suivi méticuleux des créances et
crédits consentis.

Le système d’informations utilisé par le département des risques chez CAM ne génère
toutefois pas de façon automatique et périodique les éléments d’informations nécessaires au
suivi rigoureux des crédits.

En effet, chaque auditeur établit des contrôles périodiques pour avoir une idée sur
l’évolution des engagements des relations qu’il gère ; on ne saurait dès lors mettre en exergue
tous les risques qui accompagnent ces opérations de contrôle : le système d’informations
procure des données comptables à la date de fin du dernier mois précédant la date du contrôle.
Ceci présente un risque important vis-à-vis de la production de l’image réelle des créances en
difficultés et de la qualité des engagements de la banque.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 111


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Section 3 : Proposition d’actions pour l’amélioration du Système de


gestion du risque de crédit bancaire79

Compte tenu des limites relevées, en matière de gestion du risque crédit au sein du
« Crédit Agricole du Maroc » et pour sécuriser le développement du portefeuille crédit de la
banque à l’instar des nouvelles orientations stratégiques tout en respectant les exigences
réglementaires en la matière, nous proposons dans ce chapitre une série de mesures à
entreprendre dans les meilleurs délais pour mettre à niveau un système de gestion du risque
crédit.

Comme tout système, un système de gestion du risque doit disposer de :

Une politique déclinée en stratégie qui oriente l’action,


Des ressources qui alimentent le système,
Des structures qui optimisent le fonctionnement du système,
Des outils de gestion modernes pour assurer son efficacité.

Ainsi les mesures proposées s’articuleront autour de ces propositions. Ces mesures
correspondent soit à des actions ponctuelles ou à des projets entiers. Nous insisterons dans
leur présentation sur leurs objectifs et leurs démarches d’implémentation.

1. Une nouvelle politique de gestion de risque crédit :

Le point de départ de la construction du système de gestion du risque crédit est la définition


d’une politique claire. C’est un ensemble d’orientations stratégiques qui cadre les actions en
la matière et assure leur cohérence et leur intégrité. Il est à rappeler au départ de contexte
d’élaboration de cette politique :

La stratégie de diversification adoptée par le CAM implique l’ouverture du


portefeuille crédit de la banque sur des nouvelles expositions. En effet le financement
de nouveaux segments induit un besoin de réadaptation de l’appareil de gestion du
risque aux spécificités de chaque segment.

L’évolution du contexte réglementaire locale et international (Bâle II) qui oblige les
institutions financières à respecter les nouvelles exigences réglementaires calculées
selon les nouvelles méthodes.

79
« La gestion du risque de Crédit Agricole du Maroc » par BADOUI Sanaa, ISCAE

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 112


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

1-1 Finalité du système :

Compte tenu des limites du système de gestion du risque actuel et eu égard du


contexte d’actions du CAM, on peut formuler la finalité du système de gestion du risque
comme suit :
Compétitivité de l’offre de financement,
Rentabilité du portefeuille crédit,
Respect des règles prudentielles,

1-1-1 Compétitivité de l’offre de financement

Les dix dernières années ont été marquées par l’augmentation de la compétitivité entre les
banques marocaines eu égard de leurs orientations stratégiques similaires à savoir devenir des
banques universelles servant toutes les catégories de clientèle et pratiquement tous les
secteurs. Ces transformations ont repositionné les facteurs clés de succès sur le marché pour
devenir :
La différentiation de l’offre produite ;
L’adaptation de la tarification des produits et services ;
La qualité et la célérité des traitements.

L’appareil de gestion du risque du CAM doit ainsi tenir compte de ces enjeux adaptant ces
pratiques, ses outils et son organisation.

1-1-2 Rentabilité du portefeuille crédit :

La sécurité du portefeuille crédit de la banque est une condition sine que non la pérennité de
la banque, elle suppose l’adéquation permanente entre le niveau de rentabilité et le niveau de
risque supporté. Cet exercice d’adaptation, similaire aux pratiques de gestion du portefeuille
dans la finance des marchés, nécessite la mise à niveau de dispositif de pilotage du risque
permettant de :

Prévoir la qualité de risque encouru en estimant l’impact du risque individuel de


chaque crédit sur le risque global,
Surveiller en permanence l’exposition,
Orienter les actions correctives opérationnelles et participer à la construction de la
politique du risque,
Mesurer l’impact des actions correctives.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 113


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

1-1-3 Respect des règles prudentielles

Nul ne peut nier le respect des règles prudentielles dans la construction de son système du
risque. En effet, la réforme qu’a connaît le système bancaire marocain, à travers
l’actualisation des règles prudentielles à l’instar des dispositifs internationaux en la matière
nécessite, de la part des banques d’engager un projet d’implémentation des approches
proposées dans ces dispositifs selon une démarche progressive et pragmatique.

2-Les objectifs stratégiques :

La déclinaison de la finalité formulée en préalable pour la mise à niveau du système de


gestion du risque ressort deux objectifs stratégiques : l’assainissement et la surveillance du
portefeuille actuel d’une part et la pérennisation de la croissance du portefeuille d’autre part.

Pour le premier objectif, il s’agit d’engager une démarche :

Apprécier le niveau d’exposition actuel du portefeuille crédit de la banque,


Entreprendre les actions de recouvrements nécessaires pour améliorer la qualité des
engagements,
Mettre en place les mécanismes de suivi et de pilotage nécessaires.
Selon les résultats, la banque pourrait étudier d’éventuels projets de titrisation de
certaines créances.

Pour le second objectif, la banque est appelé à moderniser son dispositif d’appréciation du
risque et de prise de décision par le recours à des techniques de modélisation (scoring,
cotation) et à la décentralisation des délégations de pouvoir. Ses dispositifs supposent la
préparation des bases de données.

3. Les axes stratégiques :

Les axes stratégiques qui découlent des deux objectifs susmentionnés se présentent comme
suit :

3-1/ La mise en place d’une approche différenciée :

La maîtrise du risque crédit ne peut s’effectuer en adoptant la même pour tous les segments
de clientèle, d’où la nécessité de mettre en place des approches différenciées par catégorie de
clientèle de sorte à apprécier, le mieux, le niveau de risque. Toute fois ces approches doivent
être élaborées dans une logique d’ensemble pour assurer une cohérence dans leur mise en
place et pour et faciliter leur consolidation.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 114


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3-2 /La mise à niveau des outils de gestion du risque :

Il est clair que le Crédit Agricole doit déployer un grand effort dans la modernisation des
outils de mesure du risque notamment par le recours à la modernisation de certains risques.
Les outils opérationnels de gestion sont également à mettre en place notamment les tableaux
de bord et le reporting risque.

3-3 /Renforcement des structures :

Pour optimiser le fonctionnement du système, les efforts du CAM doivent s’axer, en


particulier, sur le renforcement des structures de gestion du risque régionales et centrales, il
s’agit concrètement :

Définir leurs missions et attributions,


Déterminer leurs pouvoirs décisionnels,
Les doter des ressources humaines et matérielles

3-4/ Refonte des procédures risques :

L’analyse du système de contrôle interne actuel du CAM relève une série de


dysfonctionnements organisationnels, ce qui se traduit sur le plan gestion du risque par une
faiblesse majeur et une réactivité très limitée. D’où la nécessité de mener une opération de
refonte des processus et de normalisation des procédures correspondantes. Le but étant une
industrialisation de l’activité crédit et le renforcement du système de contrôle interne pour une
meilleure vigilance.

3-5/ Système d’information en risque :

La mise à niveau du système d’information de la banque de sorte à optimiser la gestion du


risque s’impose eu égard du niveau d’élaboration du système actuel. Depuis 2005, le Crédit
Agricole s’est engagé dans un processus de refonte structurelle de son système d’information
selon une approche modulaire, il s’agit maintenant de contribuer activement dans la définition
des besoins en matière de gestion du risque, les intégrer dans le cahier des charges globales et
de participer dans les phases d’implémentation du nouveau système.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 115


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

4. La mise à niveau des ressources du système risque :

4-1 Assainissement et enrichissement de la base de données


clientèles :

La construction d’une base de données clientèle fiable est l’un des piliers du système de
gestion du risque, dans la mesure cette base constitue la matière première d’appréciation des
facteurs risque présentés par le client.
Le système d’information actuel au Crédit Agricole du Maroc est un système orienté
comptable, ceci explique largement le grand déficit en matière de connaissance de la clientèle.
L’absence de base de données clientèle a un double impact sur la qualité d’appréciation du
risque client :
Sur le plan individuel lors du montage d’un dossier de crédit, il est difficile d’identifier le
profil risque potentiel d’un client et sur le plan portefeuille de la banque, on ne peut procéder
à une qualification du risque couru par la banque.
C’est dans ce cadre qu’il est impératif d’asseoir un processus de mise à niveau de la base
de données à travers l’assainissement des comptes et l’enrichissement des fiches client selon
des canevas appropriés en phase avec les pratiques bancaires et les exigences de Bank Al
Maghrib. Ceci suppose la mise en place des moyens techniques et humains nécessaires.

4-2 /Segmentation de clientèle :

Outre l’intérêt commercial que présente la segmentation de la clientèle, elle permet de


construire l’approche risque appropriée à chaque sagement, sa mise en place au Crédit
Agricole du Maroc suppose une harmonisation des définitions des segments selon des critères
claires et disponibles au niveau de la base de données une première segmentation ressort 6
segments.

Les particuliers ;
Les professionnels et les professions libérales ;
Les Petites et Moyennes Entreprise/ Industriels ;
Les Petites et Moyennes Exploitations Agricoles ;
Les entreprises de la filière Alimentaire ;
Les corporates (Groupes).

Cette première approche est structurante mais il s’agit de la détailler davantage pour
obtenir des sous-segments encore plus explicites en matière de mesures du risque. Il s’agit là
encore d’engager les ressources techniques nécessaires pour l’analyse et l’identification des
critères discriminants.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 116


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Conclusion de la 3ème partie

A travers de cette partie, nous avons essayés d’identifier et d’évaluer les risques qui relèvent
du processus d’octroi de crédit à la CAM. Une cartographie des risques a été établie grâce aux
résultats obtenus. L’analyse nous montre que tous les dispositifs mis en place par la banque ne
sont pas totalement bien maîtrisés.

Des recommandations ont donc été formulées pour contribuer à minimiser les risques et
améliorer la performance de la banque, et des propositions d’actions pour l’amélioration du
Système de gestion du risque crédit.

Donc, le Crédit Agricole de Maroc, se différencie de ses concurrents par la disponibilité et le


professionnalisme de son personnel et par la qualité de son organisation. Aussi, elle a mis en
place différents dispositifs pour la gestion du risque de crédit afin de pérenniser la rentabilité
de son activité : l'implication des organes dirigeants dans la gestion des risques ; une politique
en matière de gestion des risques ; la limitation des transformations ; des systèmes de mesure,
de limite et de surveillance des risques de crédit appropriés et fiables ; le respect des ratios
prudentiels ; etc.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 117


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Conclusion Générale

Le risque existe et existera toujours. Il ne doit pas pour autant figer les banques dans
l'attentisme. Il n'ya pas de développement sans entreprises et il n'ya pas d'entreprise sans
crédit. Les banques veulent bien prendre des risques mais il appartient aux autorités
étatiques de veiller à ce que le sel ne transforme en vinaigre car la catastrophe de l'Etat sera
la catastrophe des banques, les sinistres bancaires seront autant de sinistres pour l'Etat (le cas
de la crise financière de 2008 où on peut tirer les causes dans l'octroi des crédits de manière
laxiste et imprudente).

La conséquence est inhérente au crédit ; il ne peut être totalement éliminé. Tout le jeu
consiste à prendre de bons risques, des risques normaux. Un risque peut être considéré normal
lorsque son appréciation s'effectue à partir des normes généralement admises dans la
profession.

La conscience du risque doit émerger de toute l'activité de la banque et avant tout,


s'intégrer pleinement dans la démarche professionnelle quotidienne de ses collaborateurs.
Bien sur de nouveau les questions organisationnelles, la patience des structures décisionnelles
sont fondamentales tandis que la formation d'équipes efficaces et la spécialisation de certains
agents dans les activités de contrôle des risques apparaissent comme essentielles, comme les
systèmes de contrôle et de régulation (la faillite de ces systèmes de contrôle et régulation est
aussi l'une des causes de la crise financière de 2008). Mais il faut que la culture du risque
acquière une portée plus générale, en touchant l'ensemble du personnel. Il doit y avoir, à tout
niveau et en permanence un reflexe sur ce plan, une très forte capacité de réaction face à
l'incertitude et ses conséquences défavorables.

On l'a dit, il n'y a pas de modèle unique ; chaque établissement bancaire doit rechercher
lui- même une très marge gamme de possibilité, les solutions les mieux adaptées à son
activité, ses structures, ses ressources, sa culture.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 118


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Il faut faire adapter les risques tant bien les procédures efficaces qui permettent de
maitriser les risques tant en amont qu'en aval. Il faut également savoir partager les risques
avec d'autres établissements et nouer des partenaires notamment pour offrir certains à sa
clientèle mais sans assurer tous les risques afférents.

L'avenir est sans doute à la formation d'alliance multiple et à la constitution des réseaux
plus ou moins larges et diversement structurés. La meilleure vertu ne serait elle pas alors à
l'imagination ? Ainsi, on peut estimer que les établissements qui recherchent l'excellence dans
cette voie, qui donc acceptera les contraintes de discipline et de rigueur qui résultent de la
montée des risques, seront capables d'affronter avec moins d'angoisse un monde devenu bien
plus dangereux pour l'activité bancaire.

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 119


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Abréviations
BAM Bank Al-Maghrib

BCEAO La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest


CAM Crédit Agricole de Maroc
CAF Capacité d’autofinancement
CCT Crédit à court terme
CMT Crédit Moyen Terme
CLT Crédit Long Terme
CNCA Conseil National de la Communication Audiovisuelle
DH Dirham
ECD Exposition en Cas Défaut
FDR Fond de Roulement
GRR Gestion Global de Risque
GOD Dépôt et garantie
IRB International Rating Based
MRE Marocains Résident à l’Etranger
NI Notation interne
OCDE Organisation de Coopération et de Développement Economique
PCD Perte en Cas de Défaut
PD Probabilité de Défaut
PVD Pays en Voie de Développement
PIB Produit Intérieur Brut
PME Petit et Moyenne Entreprise
PMEA Petits et Moyennes Exploitations Agricoles
PDG Président Directeur Général
P&P Particuliers et professionnels
SA Société Anonyme

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 120


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Liste Des tableaux

Tableau N°1 D’adéquation besoins – crédit 20


Tableau N°2 Les trois piliers du Bâle II 41
Tableau N°3 Grille d’analyse du risque de crédit 61
Tableau N°4 Pondération des risques de crédit : Approche standard 63
Tableau N°5 La qualité de crédit pour chaque rating 63
Tableau N°6 Fiche technique de Crédit Agricole de Maroc 83
Tableau N°7 Endettement bancaire 91
Tableau N°8 Situation de compte courant 92
Tableau N°9 Engagement du client 93
Tableau N°10 Identification des risques liés aux crédits bancaires accordés aux entreprises 101
Tableau N°11 Echelle de l'impact des risques 102
Tableau N°12 Hiérarchisation décroissante des risques 102
Tableau N°13 Evaluation des risques liés aux crédits bancaires accordés aux entreprises 103
Tableau N°14 Hiérarchisation croissante des risques 104
Tableau N°15 Analyse des dispositifs de contrôle interne de la gestion des risques liés aux 105
crédits accordés aux entreprises
Tableau N° 16 Tableau de suivi des recommandations 108

Liste des figures

figure N°1 Les crédits octroyés par les banques en fonction de leur 16
terme (en%) 2012 à 2014
Figure N°2 Le ratio de capital réglementaire minimum 38
Figure N°3 Processus du crédit Scoring 59
Figure N°4 Approche fondée sur les risques internes (IRB) 64
Figure N°5 L’approche de la méthode avancée 65
Figure N°6 Les composantes de la perte attendue 66
Figure N°7 Organisation de CAM 85

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 121


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Les Annexes
Tableau de cout de risque

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 122


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Guide d’entretien

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 123


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 124


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 125


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Bibliographie

Les Ouvrages :

1 : BERRADA MOHAMED AZZEDINE


« Les techniques de banque et de crédit au Maroc », Edition 1982 / 3eme Editions ,1991

2 : BESSIS JOEL
« Gestion des risque et gestion Actif-Passif des banques », Edition Dalloz, Paris, 1995

3: BOURDEAUX GAUTIER et SYLVIE de COUSSERGUES


« Gestion de la banque du diagnostic à la stratégie » 6eme Edition Dunod, 7 avril 2010

4 : CALVET HENRI
« Méthodologie de l’analyse financière des établissements de crédit »,2eme Edition
Economica, Paris, 2002

5 : CAUDAMINE GUY et JEAN MONTIER


« Banque et marchés financiers », Edition 1998

6 : CONSO PIERRE
« Gestion financière de l’entreprise », Edition Dunod, Collection Gestion Sup, Paris, 2005

7: DIATKIN SYLVIE
« Les Fondements de la théorie bancaire : Des textes classiques aux débats
contemporains» Edition 28 novembre 2002

8: DIETSCH Michel et PETEY Joël


« Mesure et gestion du risque de crédit dans les institutions financières » Edition la revue
banque 2004

9 : FERRONNIERE JACQUES
« Les opérations de banque » Edition Dalloz 1958

10 : ANTOINE GENTIER
«Economie bancaire», Edition Publibook, Amazon, Paris, 1 juillet 2003

11 : MARTINET ALAIN-CHARLES et SILEM AHMED


« Lexique de gestion »5eme Edition Dalloz-Sirey, Paris, 2000

12 : PETIT DUTTAILLIS GEORGES


«Le risque du crédit bancaire », Edition Scientifique Ripert, Paris, 1971

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 126


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

13: PRUVOST JEAN-MARIE


« Dico du financier », Edition DUNOD, Paris, 2009

14 : RONCALLI THIERRY
« Introduction à la gestion des risques » (Introduction to Risk Parity and Budgeting (Chapman
& Hall/CRC Financial Mathematics Series) by Roncalli, Thierry (2013) Hardcover), Edition
2013

15 : SAMPSON ANTHONY
« Les banquiers dans un mode dangereux » Edition Robert Laffont, Paris, 1982

16: SARDI ANTOINE


« Audit et Contrôle Interne Bancaire », Edition AFGES, Paris, 2002

17 : SERVIGNY ARNAUD
«Le risque du crédit face à la crise», 4eme Edition 2010

18 : TERREL HENRY et HENRI LEJEUNE


« Traité des opérations commerciales de banques », Edition 1951

19 : THEORET RAYMOND
« Traité de Gestion Bancaire », Edition 2005

Rapport et publication:

 BADAOUI Sanaa
« Rapport de stage à Crédit Agricole de Maroc», ISCAE ,2006

 Bank Al-Maghrib
« Circulaire relative à la classification des créances en souffrances », LE GOUVERNEUR
Circulaire n° 19/G/2002 Rabat, le 18 Chaoual 1423 23 Décembre 2002 CIRCULAIRE N°19
RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES CREANCES ET A LEUR COUVERTURE PAR LES
PROVISIONS.

 Bank Al-Maghrib
«Rapport annuel de Bank AL-Maghrib, Exercice 2014»

 Code de commerce du 1er aout 1996 (Article 524)


 Dahir n°1-05-178, du 14 février 2006, de la loi n°34-03 relative aux Etablissements de
Crédits
 Interview de M. Tarek SIJLMASSI, Président de Crédit Agricole du Maroc, CAP ,2014
 Rapport annuel de Crédit agricole de Maroc 2014

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 127


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Thèse et travaux de recherche :


 BADOUI SANAA
« La gestion du risque de Crédit Agricole du Maroc », ISCAE, 2006

 HAOUDI AMINA
Mémoire Master « la structure du système bancaire et les principaux aspects de la gestion
d’une banque au Maroc »,2011

 IMANE AISSAL
« Les enjeux de la maîtrise du risque de crédit », ISCAE, Année 2005/2006

 LAHLOU LOUBNA
« Evaluation du risque de crédit en milieu bancaire » mémoire en vue de l’obtention du
diplôme national d’expert-comptable, ISCAE, 1999

 LOUBANI ILHAM
Mémoire de master « Risque de crédit de la nouvelle réforme Bâle II », ISCAE, 2007

 LOUKTIBI AMINA
Mémoire de fin d’étude « Gestion du risque des crédits », ESCAE, 2008

 SKAITA MOHAMMED
Mémoire de master « Les nouvelles approches normes de gestion des risques bancaires dans le
cadre du comité de Bâle II » ISCAE, Année 2005-2006

 SAJID NAJIB
Mémoire de master spécialisé en Finance « Gestion du risque de crédit », ISCAE, 2008

 TOUILI KARIMA
Thèse du Doctorat « La gestion Actif/Passif dans la banque »,2005

 WILFRIED MBA OBIANG LOUIS


Thèse du Doctorat « Gestion du risque de crédit et rentabilité bancaire »,2008

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 128


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Webographie :

-Bank AL-Maghrib :
www.bkam.ma

-Code de commerce :
www.droit_afrique.com

-Crédit agricole de Maroc :


www.cam.ma

-Mémoire online :
www.mèmoireonline.com

-La finance pour tous :


http://www.lafinancepourtous.com

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 129


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Table de matière :
DEDICACES 2
REMERCIENMENT 3
SOMMAIRE 4
INRODUCTION GENERALE 6
1ère Partie : Concept et fondements du risque de crédit bancaire au sien de la banque 8
CHAPITRE I : LES CREDITS ACCORDES PAR LA BANQUE 10
10
SECTION 1 : DEFINITIONS ET ROLE DES CREDITS BANCAIRES 10
10
1.DEFINITIONS DE CREDIT BANCAIRE : 11
1-1 / DEFINITION SELON LE CODE DE COMMERCE 11
1-2 / DEFINITION SELON LA LOI BANCAIRE 11
1-3/ AUTRE DEFINITIONS 11
2.LE ROLE DE CREDITS BANCAIRES 13
SECTION 2 : CLASSIFICATION ET TYPOLOGIE DES CREDITS BANCAIRES 14
14
1. Classification selon la durée 14
1-1 / Les Crédits à court terme 14
1-2-/ Les crédits à moyen terme : 15
1-3/ Les crédits à long terme (CLT) : 15
2. Classification selon l’objet et la nature 16
2-1/ Selon l’objet 16
2-1-1 Le crédit bancaire : 16
2-1-2 Le crédit commercial 16
2-2/ Selon la nature 17
2-2-1 Les crédits en capitaux 17
2-2-2 Les crédits en garantie 17
3. Classification selon la destination 17
3-1/ La distinction des crédits par rapport au secteur d’activité 17
3-2/ La distinction des crédits par rapport au circuit économique 18
3-2-1 Les crédits à la production 18
3-2-2 Les crédits à la commercialisation 18
3-2-3 Les crédits à la consommation 18

Section3 : L’appréciation et le choix du crédit bancaire 18


1. L’étude critique de l’objet du crédit 18
2. L’adaptation du crédit aux besoins réels de l’entreprise 19
2-1 : Etude de la forme du crédit 19
2-2 l’étude des besoins du client 21
2-2-1 Les besoins inexistants ou non apparents 21
2-2-2 Les besoins irréguliers 22
2-2-3 Les besoins réels 22
3. La détermination des modalités de remboursement 23

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 130


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

Conclusion de chpaitre1 23

Chapitre II : Le risque des crédits bancaires :Sources et évolutions 24


Section 1 : Le risque de crédit bancaire 24
1- Définition du risque de crédit bancaire 24
2-Les caractéristiques de risque de crédit bancaire 25
2-1/ Sensibilité au risque de fraude 25
2-2 /Sensibilité à la qualité de l’information 25
2-3/ Sensibilité au risque de décentralisation 25
2-4 /Sensibilité au risque de non détection 26
2-5/ Sensibilité au risque de la multiplicité des obligations réglementaires 26
3-La typologie des risques des crédits bancaires 26
3-1/ Le risque de contrepartie 27
3-2 / Le risque particulier à un client ou à une opération 27
3-3/ Le risque de taux 28
3-4 /Le risque corporatif ou professionnel 29
3-5 /Le risque Général 29
3-6/ Le risque règlementaire 29
3-7 / Le risque d’image commerciale 29

Section 2 : Les composantes de risque de crédits 30


1-Le risque inhérent à la qualité du débiteur et au crédit accordé 30
1-1/ le risque inhérent à la qualité du débiteur 30
1-2/ le risque inhérent au crédit accordé 30
2-Le risque inhérent à l’inadéquation entre le besoin et le financement 31
3- Le risque lié à la prise des garanties et au manque de suivi 31
3-1 : Le risque lié à la prise des garanties 31
3-1-1 Type de garantie 31
3-1-2 Efficacité de la garantie 32
3-1-3 Valeur de la garantie 32
3-1-4 Coût de la garantie 32
3-2 : le risque inhérent au manque de suivi 32

Section3 : L’évolution de la réglementation bancaire 33


1 : La montée du risque de crédit dans les années 1980 et l’accord de Bâle de 1988 33
2 : Le nouvel Accord de Bâle 34
3-: Les Ratios limitant le risque de crédit 37
3-1: Le ratio de cooke "Bâle I" 37
3-1-1 Principe 37
3-1-2 Les limites 38
A/: Limites liées au statut de l'emprunteur 38
B/: Un mécanisme inactif 39
C/: Capital économique et capital réglementaire 39
3-2 : Ratio MC Donough "Bâle II" 39
3-2-1 Principe 39

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 131


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3-2-2 Structure du nouvel accord du Comité de Bâle II 40


A/ : le risque de crédit 40
B/ : le risque de marché 40
C/ : le risque opérationnel 40
3-3 : les trois piliers du nouvel accord de Bâle II 41
Conclusion du chapitre2 42
Conclusion de 1ère partie 43

2ème partie : Risque des crédit bancaire: Méthode de gestion et d'analyse au sien de la banque 44
Chapitre I : Gestion et analyse de risque de crédit bancaire 46
Section 1 : Gestion du risque de crédit bancaire 46
1-Stratégie bancaire face à la gestion de risque de crédit 46
1-1 / Stratégie bancaire face à la gestion de risque de crédit 46
1-1-1 Présentation des stratégies 46
A/ Evier le risque 47
B/ Limiter le risque 47
C/ Transférer le risque 47
D/ Payer le risque 47
1-2 / La banque face à son choix de stratégie de gestion de risque 47
1-3 / Objectif de la gestion de risque de crédit 48
1-4 /Les étapes de la gestion du risque des crédits bancaires 48
1-4-1 Identification des risques 48
1-4-2 Evaluation et mesures des risques. 48
1-4-3 Sélection des techniques de gestion des risques 49
1-4-4 La mise en œuvre 49
1-4-5 Surveillance des risques 49
1-4-6 Reporting des risques 50
2-Méthode de limitation du risque de crédit bancaire 50
2-1 Un contrôle de gestion approprié : la gestion des délégations de signatures et la 50
spécialisation des analystes
2-2/ Le plafonnement des engagements bancaires 51
2-2-1 L'instauration de taux-plafonds présente plusieurs avantages 51
2-3 La prise des garanties suffisantes 51
2-3-1 Les sûretés réelles 51
2-3-2 Les sûretés personnelles 52
2-3-3 La caution apportée peut être simple ou solidaire 52
2-3-4 La caution apportée peut en outre être limitée ou illimitée 52
2-4 les recours bancaires aux techniques de transfert ou de partage du risque-client 53
3-Les facteurs complémentaires intervenant lors de la décision d’octroi de crédit 53
3-1 Le facteur qualité du dirigeant 54
3-1-1 Les attributs du facteur "Qualité du dirigeant" 54
3-1-2 Les principaux éléments influençant le niveau perçu par le banquier de la qualité d'un 54
dirigeant

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 132


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3-2 La difficulté d'une rupture de relation d'affaire avec une entreprise donnée 54
3-3 Le facteur conjoncturel 56
SECTION 2 : LES METHODES D’ANALYSE DU RISQUE DE CREDIT BANCAIRE 56
56
1- L'entrée en relation 56
1-1/ Examen du profil du client 57
1-1-1 La cotation banque de France 57
1-1-2 Les entreprises en création 57
1-1-3 Le secteur d'activité 57
2-La méthode du crédit Scoring 58
2-1 / Définition du Scoring 58
2-2/ Objectif du crédit Scoring 59
2-3/ La méthode du crédit Scoring 60
2-3-1 L'analyse discrimination d'un échantillon de dossiers. 60
A/- Les attributs de solvabilité 60
B/- La détermination de la note limite 60
2-3-2 L'utilisation du crédit Scoring 61
3-Méthode de Crédit rating 62
3-1/ Approche Standardisée 62
3-2 /Approche fondée sur les ratings internes 64
3-3 Approche fondation et avancée 65

SECTION 3 : LES MOYENS DE SE PREMUNIR DU RISQUE DE CREDIT 67


67
1-Les supports 67
1-1 /Convention de crédit 67
1-2 /Assurance crédit 68
1-3 /contre garantie 68
2-Les garanties 69
2-1 les sûretés classiques 69
2-1-1 Les sûretés personnelles. 69
2-1-2 Les sûretés réelles 69
2-2/ les garanties liquides 69
3- les clignotants ou « tableau de bord » 70
3-1 la présentation des comptes 70
3-1-1 A la nature 70
3-1-2 A la destination 70
3-2/ Vie de l’entreprise 70
3-3/ Fonctionnements du compte de l’entreprise dans la banque 71
4- les autres clignotants 71
Conclusion de chapitre1 72

Chapitre 2 : Control et suivi 72


SECTION 1 : CONTROLE INTERNE 72
72
SECTION 2 : MODALITE DE BANK AL-MAGHRIB EN MATIERE DE CREANCES EN 74
SOUFFRANCES

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 133


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

1- les créances en souffrance 74


1-1Définition des créances en souffrance 74
2-Classification des créances 74
2-1/ Les créances saines 74
2-2/ Les créances en souffrance 74
2-3 /les créances pré-douteuses 75
2-4/ Les créances douteuses 75
2-5/ les créances compromises 76
2-6/ les créances irrégulières 77
3-Règles relatives à la constitution des provisions 77
CONCLUSION CHAPITRE 2 78
CONCLUSION DU 2EME PARTIE 79

3ème partie: Etude de cas : Analyse de la gestion du risque des crédits bancaires au sien de la 80
banque "Crédit Agricole de Maroc "

CHAPITRE 1 : DESCRIPTION DU PROCESSUS D’OCTROI DE CREDIT AU 82


SIEN DU « CREDIT AGRICOLE DE MAROC » ET GESTION DES RISQUES LIE 82

SECTION1 : PRESENTATION DU CAM 82


1-Les missions : 83
2-Organisation 85
2-1 / Le Pôle « Banque Commerciale » 85
2-1-1 La direction du marché 86
2-1-2 La direction International et Corporate 86
2-2/ Les Directions Régionales 86
2-3 Le Pôle Support 87
2-4/ Le Pôle Risques 88
2-5 : Le Pôle Finance 88
3-Présentation sommaire des priorités stratégiques 89

SECTION 2 : PROCESSUS D’OCTROI DU CREDIT A LA CAM 90


90
1-: Le conseiller Clientèle 90
2-Le contrôle des risques 94
3-Le Chargé des engagements et du portefeuille 94
3-1 / La prise de garantie 94
3-2 /La mise en place du prêt 95

SECTION3 : LA GESTION DES RISQUES DE CREDIT A LA CAM 95


95
1-Normes de gestion des risques de crédit de la CAM 95
1-1 /Organisation et structure 95
1.2 / Politique de crédit 96
2-L’analyse financière et économique de la demande de crédit 96
3-La prise des garanties 97
3-1/ Les garanties réelles 97

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 134


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

3-2/ La domiciliation des recettes 97


3-3/ Les garanties personnelles 97
4-Le suivi de l’utilisation du crédit par le client 98
5-Mesures prises en cas de non remboursement des crédits 98
CONCLUSION CHAPITRE1 99

CHAPITRE2 :L’ANALYSE DE LA GESTION DE RISQUE DE CREDIT BANCAIRE


DE « CREDIT AGRICOLE DE MAROC » 100
100
SECTION1: L’ANALYSE DE LA GESTION DU RISQUE DES CREDITS 100
BANCAIRES ACCORDES AUX ENTREPRISES
1-Identification des risques liés aux crédits bancaires accordés aux entreprises 100
2-Evaluation des risques liés aux crédits bancaires accordés aux entreprises 102
3-Analyse du dispositif de gestion du risque lié aux crédits bancaires accordés aux 104
entreprises
4 : Recommandations 106
4-1/ Recommandations à l’endroit du conseiller clientèle 106
4-2/ Recommandations à l’endroit du responsable chargé de l’analyse 107
4-3/ Recommandation à l’endroit du service des engagements et du portefeuille 107
4-4/ Le suivi des recommandations 107
SECTION2 : PROCESSUS DE CONTROLE ET DE SUIVI ACTUEL CHEZ CAM 108
1-La réalisation de cette mission passe par diverses étapes 108
1-1 /Contrôle continu 109
1-2/ Le contrôle exhaustif 109
2- Contrôle après constatation de la défaillance de la contrepartie 110
3- Contrôle à distance basée uniquement sur des états édités par le système informatique 110
4-Absence d’outils fiables pour le suivi de la qualité des engagements 110
5-Support informatique insuffisant 111

SECTION 3 : PROPOSITION D’ACTIONS POUR L’AMELIORATION DU 112


SYSTEME DE GESTION DU RISQUE DE CREDIT BANCAIRE
1. Une nouvelle politique de gestion de risque crédit 112
1-1Finalité du système 113
1-1-1 Compétitivité de l'offre de financement 113
1-1-2 Rentabilité du portefeuille Crédit 113
1-1-3 Respect des règles prudentielles 114
2-Les objectifs stratégiques 114
3. Les axes stratégiques 114
3-1/ La mise en place d’une approche différenciée 114
3-2 /La mise à niveau des outils de gestion du risque 115
3-3 /Renforcement des structures 115
3-4/ Refonte des procédures risques 115
3-5/ Système d’information risque 115
4.La mise à niveau des ressources du système risque : 116

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 135


La Gestion du risque des crédits bancaires : Typologies et mécanismes d’analyse et de Gestion

4-1 Assainissement et enrichissement de la base de données clientèles 116


4-2 /Segmentation de clientèle 116
CONCLUSION DE LA 3EME PARTIE 117

CONCLUSION GENERALE 118


ABREVIATIONS 120
LISTE DES TABLEAUX ET DES FIGURES 121
LES ANNEXES 122
BIBLIOGRAPHIE 126
WEBOGRAPHIE 129

Mémoire de licence en Science Economique et Gestion Page 136

Vous aimerez peut-être aussi