Vous êtes sur la page 1sur 2

Tests ELISA : l’origine de cette technique d’immun enzymologie

A la fin des années 60, Stratis Avraméas un chercheur du CNRS ( Centre National de Recherche
Scientifique) et G.B Pierce ont mis au point une technique d’analyse par réaction entre antigènes et
anticorps, utilisant pour marqueur des enzymes. Cette technique d‘immun enzymologie est plus sûr que
le procédé de test de dosage radio-immunologique qui, lui, utilise la radioactivité pour provoquer une
réaction chimique.
Cette innovation a permis, en 1971, à deux scientifiques du nom de Peter PERLMANN et Éva ENGVALL,
de conceptualisés et développés par la suite la méthode ELISA. Ce test est depuis, utilisé à travers le
monde.

Celui-ci possède de nombreux avantages comme :


– Son accessibilité pour tous les biologistes
– Une détection plus spécifique grâce à l’utilisation d’anticorps monoclaux
– La réalisation de gamme en parallèle qui permet une quantification
– La technique est sensible en raison de l’utilisation d’anticorps
– Un appareillage spécialisé n’est pas nécessaire pour la détection d’un signal
– Les trousses ont une validité d’environ 1 an

Inconvénient de la technique:
la limite de détection est moins bonne que la technique RIA.
la réaction enzymatique rend cette technique dépendante de la température du PH et l'éclairement .

Principe de la méthode Immuno-enzymatique ELISA


La méthode immuno-enzymatique ELISA (Enzyme Linked ImmunoSorbent Assay) est une
technique dans laquelle une substance (antigènes, anticorps) est détectée par son ligand conjugué à une
enzyme qui produit une réaction colorée en agissant sur un substrat chromogénique.
Les types d'Elisa :

- Elisa direct
- Elisa indirect ELISA non-compétitif
- Elisa sandwich

- Elisa compétitif
Application :
- Recherche et dosage d'anticorps pour le diagnostic de maladies infectieuses : en parasitologie et en
virologie (virus de l'hépatite b, virus du SIDA …).
- L'ELISA a été largement utilisé dans divers domaines sache en immunologie, la pharmacie biologie
etc.
- Egalement été trouvées dans le test de grossesse à domicile, et dans l'industrie alimentaire lors de la
détection des allergènes alimentaires potentiels tels que le lait et céréales, etc.
Le technique ELISA sur le domaine alimentaire :
La technique ELISA consiste à détecter les allergènes ou les protéines servant de marqueurs
spécifiques par liaison avec un anticorps marqué par une enzyme.
La technique ELISA permet, en théorie, une quantification de l’allergène recherché grâce à
l’utilisation de standards. En pratique, les matrices alimentaires et les traitement industriels subis par
l’aliment interfèrent sur l’extraction et la détection des protéines ce qui rend une quantification exacte
hasardeuse. La limite de détection de cette technique se situe aux alentours de quelques ppm (variable
avec la matrice et l’allergène recherché).
Il existe deux variantes de l’ELISA toutes deux applicables à la détection des allergènes alimentaires ;
L’ELISA sandwich (ou non compétitive) et l’ELISA compétitive:
L’ELISA sandwich consiste à fixer des anticorps spécifiques de l’antigène recherché sur un
support solide (puits). Les protéines (antigènes) spécifiques de l’échantillon à analyser se lient alors
aux anticorps fixés au fond des puits. On ajoute ensuite un second anticorps, marqué par une
enzyme, reconnaissant également l’antigène à mettre en évidence. Il y a ainsi formation d’un
sandwich (anticorps-antigène-anticorps) révélé par l’ajout d’un substrat chromogène. Le signal,
mesuré par spectrophotomètre, est proportionnel à la quantité d’allergènes présente dans
l’échantillon.
L’ELISA compétitive repose sur une compétition entre antigènes (allergènes) marqués et
allergènes de l’échantillon. Dans ce cas-ci, on dispose également de puits au fond desquels des
anticorps spécifiques sont fixés. L’échantillon et la solution d’antigènes marqués sont introduits dans
les puits. Les allergènes contenus dans l’échantillon rentrent alors en compétition avec les allergènes
marqués pour la fixation sur les anticorps. Les antigènes marqués se fixeront sur les anticorps non
occupés par les allergènes de l’échantillon. Le signal final sera inversement proportionnel à la
quantité d’antigènes dans l’échantillon.