Vous êtes sur la page 1sur 3

COURS : Théories contemporaines sur le genre

PROFESSEUR : Julie Lavigne


NOM : Karol Altamirano
LECTURE : Sexual Skirmishes and Feminist Factions. Twenty-five years of debate on
Women and Sexuality (Stevi Jackson and Sue Scott - 1996)

RÉSUMÉ CRITIQUE

« Sexual Skirmishes and Feminist Factions » est l'introduction au livre « Feminism and Sexuality. A
reader » qui compile des lectures de diverses féministes dans le but de fournir un guide pour le
développement des débats féministes sur les femmes et la sexualité. La sexualité, définie par les
auteures, comme un concept qui « englobe les désirs érotiques, les pratiques et les identités » (page
2). Dans cette section, Stevi Jackson et Sue Scott expliquent comment et pourquoi la sexualité est
devenue un enjeu politique pour les féministes et font un voyage historique (1970-1995) des différents
courants de pensée du féminisme occidental qui ont abordé cette question.

La thèse principale présentée par les auteures est que « la sexualité est devenue une question politique
centrale pour les féministes et a également été une source de divisions entre elles » (page 1). S'il est vrai
que la sexualité a été un sujet débattu par les féministes depuis le XIXe siècle, c'est à partir de 1970 que
la sexualité devient un enjeu politique. Cela a conduit à des désaccords et des confrontations entre les
groupes féministes qui sont toujours en place et qui sont attendus pour les prochaines années.

Comment et pourquoi la sexualité est-elle devenue un enjeu politique?

Les auteures soulignent que, historiquement, la sexualité féminine a été contrôlée et dirigée pour être
monogame et hétérosexuelle. Parallèlement, les femmes ont été exposées à la violence et à la coercition
sexuelle masculine. Avec certaines limites, le féminisme de la première vague a abordé ces
problèmes; cependant, ce n'est qu'au moment du féminisme de la deuxième vague que de nouvelles
possibilités ont été créées pour les approches féministes de la sexualité. Une influence supplémentaire
dans ce contexte fut la soi-disant « révolution sexuelle » de 1960 qui promettait de nouvelles libertés
sexuelles.

Les nouveaux idéaux de la libération sexuelle placent les hommes et les femmes sur un pied d'égalité et
défient l'ancien modèle des doubles standards. Cependant, dans la pratique, ils ont eu des conséquences
différentes parce que les plus touchés étaient les femmes. Tout cela, combiné à la marginalisation et aux
problèmes des femmes au sein des organisations de gauche, qui ont donné naissance à la deuxième
vague, a provoqué la critique et la résistance féministes, générant la politisation de la sexualité.

Les auteures soulignent que les féministes de gauche croyaient que les problèmes individuels qui
affectaient les femmes découlaient à la fois de leur situation sociale et de l’oppression dont elles étaient
victimes. En ce sens, puisqu'il s'agissait de problèmes sociaux, ils nécessitaient des solutions politiques.

Dans une perspective de donner mon opinion sur le sujet, je considère que le concept développé par les
auteures de « transformer un sujet en politique » est un peu confus. En ce sens, il est nécessaire de
spécifier ce concept. Qu'est-ce que cela signifie de politiser un sujet?. Je crois que ce concept de base
aurait dû être défini comme cela a été fait avec le concept de sexualité. De mon point de vue, les auteures
n'indiquent pas clairement de quelle manière la sexualité est devenue un sujet politique.

En raison de l'abondance d’information présentée par les auteures dans l’introduction du livre, je ne
développerai dans ce présent argumentaire que deux aspects des débats féministes sur la sexualité, je
laisserai les autres points pour d’ultérieures discussions en classe.
Déterminisme biologique de la sexualité, oppression et réalités différentes

Jackson et Scott soulignent que le Mouvement de Libération des Femmes (WLM) a contesté l'hypothèse
dominante selon laquelle les désirs et les pratiques sexuelles étaient déterminés par la nature et ne
pouvaient donc pas être changés. Cette stratégie politique était importante pour la lutte féministe, car en
remettant en question le déterminisme biologique de la sexualité.

L'idée que la forme actuelle de la sexualité est oppressive pour les femmes et doit être changée a
déclenché des divergences et des divisions au sein de la pensée féministe. Ce sont ces diverses positions
qui ont généré des théories féministes sur la sexualité. La plupart de ces théories ont conceptualisé la
sexualité comme étant quelque chose de socialement construit. Également, un courant minoritaire
soutenait que les femmes avaient une sexualité qui était réprimée ou réprimée dans les sociétés
patriarcales.

D'autre part, les auteures soutiennent que « si nous pouvons démontrer que la sexualité n'est pas la
même dans toutes les cultures et qu'elle a historiquement été sujette à des changements, nous avons un
contre-argument efficace pour le déterminisme biologique » (page 8). En ce sens, elles soulignent que de
nombreuses théories et politiques féministes ont contribué à l'accumulation de connaissances sur les
différentes formes que la sexualité a adoptées dans différents contextes historiques et culturels.

Ma critique à propos de cette partie est qu'en racontant les divergences des mouvements féministes par
rapport à la sexualité, les auteures supposent que le lecteur connaît tous les courants du féminisme.
Cependant, il est nécessaire d'identifier préalablement les mouvements afin de comprendre la complexité
du sujet et ses implications. De la même manière, certains concepts théoriques de la sexualité sont
exposés, mais ne sont pas expliqués en profondeur, tels que « l'envie du pénis » selon Freud, la
contribution de Lacan au féminisme.

Par ailleurs, je vois positivement que les auteures ont considéré les différentes réalités de la sexualité
comme une stratégie politique des mouvements féministes pour défier le déterminisme biologique de la
sexualité. Ce serait une prémisse de la thèse de l'intersectionnalité posée par Kimberlé Crenshaw dans la
mesure où la sexualité des femmes n'est pas homogène en raison des différences de race, de sexe et de
classe.

Le sexe et ses dangers

Jackson et Scott décrivent les tensions dans la pensée féministe sur les pratiques sexuelles et leurs
dangers. S'il est vrai que les groupes féministes ont exprimé leur préoccupation pour le contrôle de la
sexualité des femmes, beaucoup de ses membres ont souligné que l'hétérosexualité était un facteur de
risque pour les femmes « soit en matière de double standard et de peur de perdre “réputation” ou
grossesse, maladie, violence et coercition » (page 17).

En ce qui concerne la violence sexuelle, c'était un objectif principal de l'activisme féministe. Selon les
auteures, c'était un problème autour duquel les féministes auraient pu se rencontrer, mais c'était une
question épineuse, surtout en ce qui concerne les intersections entre l'oppression raciale et sexuelle. La
violence sexuelle avait une signification très spécifique pour les féministes noires en raison du lien avec
l'esclavage et le colonialisme, raison pour laquelle elles critiquaient le féminisme blanc pour leur
insensibilité à ces questions. Autre source de dissidence de l'activisme féministe provenait du fait que
certaines femmes estimaient qu'on avait trop mis l'accent sur les risques de la sexualité en limitant et
opprimant le plaisir sexuel.

Ce qui me frappe c’est la tension qui existe entre la régulation et la liberté. Selon les auteures, certains
groupes féministes ont cherché à montrer comment la régulation peut être une source d'exclusion, de
normalisation et de hiérarchisation; tandis que d'autres groupes ont essayé de révéler comment
l'argument de la liberté peut être une excuse pour la préservation des relations de domination et de
violence. De mon point de vue, il convient de noter que ces grands débats théoriques et politiques ont été
très bien détaillés et illustrés, donnant lieu à futurs débats.

Alors que le livre « Feminism and Sexuality. A reader » rassemble les débats féministes et les points de
vue de Jackson et Scott selon une perspective occidentale, il est important de souligner que ce travail
collectif rassemble les textes nécessaires pour connaître les débats féministes sur la sexualité qui a servi
de base à des discussions dans d'autres parties du monde comme l’Amérique Latine par exemple.

Méthodologiquement, il aurait été souhaitable que dans l’introduction Jackson et Scott identifient
clairement la provenance des auteures citées qui ont contribué à la construction des nouvelles théories
exposées dans ce chapitre.

Afin de susciter les discussions suite à la lecture, je pose les questions suivantes: quel a été l'impact de
ces débats féministes sur la sexualité dans le féminisme des nouvelles générations? Lesquels de ces
débats sont toujours d’actualité?