Vous êtes sur la page 1sur 4

Méthode Guyon-Massonnet :

1. Détermination des paramètres fondamentaux


GEOMETRIE A DETERMINER :
 La longueur : L
 La largeur du tablier : 2b
 Le nombre de poutres : n
𝐿𝑎𝑟𝑔𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑢 𝑡𝑎𝑏𝑙𝑖𝑒𝑟
 L’entraxe moyen : 𝑏1 =
𝑁𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒𝑠

 On a des poutres en T pour le cas BA et T avec talon pour le cas BP

LES INERTIES

Moment d’inertie de flexion de la poutre :


2 2 ]2
1 1 [(𝑏0 −𝑏𝑎 ).ℎ𝑑 +𝑏𝑎 .ℎ𝑝
Pour la poutre en T : 𝐼𝑝 = 3 [(𝑏0 − 𝑏𝑎 ). ℎ𝑑3 + 𝑏𝑎 . ℎ𝑝3 ] + 4 (𝑏0 −𝑏𝑎 ).ℎ𝑑 +𝑏𝑎 .ℎ𝑝
1
Pour la poutre en T avec talon : 𝐼𝑝 = 3 [𝑏𝑎 . ℎ𝑝3 + (𝑏0 − 𝑏𝑎 ). ℎ𝑑3 + (𝑏𝑡𝑎 − 𝑏𝑎 ). ℎ𝑡𝑎
3
]+
1 2
[(𝑏𝑡𝑎 − 𝑏𝑎 ). (ℎ𝑝 − ℎ𝑡𝑎 ). ℎ𝑝 . ℎ𝑡𝑎 ] − 4 [[((𝑏0 − 𝑏𝑎 ). ℎ𝑡𝑎 ) + (𝑏𝑎 . ℎ𝑝2 ) + ((2ℎ𝑝 − ℎ𝑡𝑎 ). (𝑏𝑡𝑎 −
𝑏𝑎 ). ℎ𝑡𝑎 )]2 ]

Rigidité de flexion de la poutre :


𝐸. 𝐼𝑝
𝜌𝑝 =
𝑏1
Moment d’inertie de torsion de la poutre :
Cas poutre en T :
𝐾𝑝 = Γ1 + Γ2
1 1
. . 𝑏 . ℎ3
Γ1 =
{ 2 3 0 𝑑
Γ2 = 𝑘(𝑅). (ℎ𝑝 − ℎ𝑑 ). 𝑏𝑎3
1 0.168
−0.13𝑅
= {3 − (0.051 + 𝑅 ) 𝑒 𝑆𝐼 𝑅 ≤ 10
Avec : 𝑘(𝑅)
0.333 𝑆𝐼𝑁𝑂𝑁
 Déterminons le R :
2(ℎ𝑝 −ℎ𝑑 ) 2(ℎ𝑝 −ℎ𝑑 ) 1
- On calcul , si le terme est supérieur à 1 alors 𝑅= , sinon =
𝑏𝑎 𝑏𝑎 𝑅
2(ℎ𝑝 −ℎ𝑑 )
.
𝑏𝑎

Cas poutre en T avec talon :


𝐾𝑝 = Γ1 + Γ2 + Γ3
1 1
. . 𝑏 . ℎ3
Γ1 =
2 3 0 𝑑
Γ2 = 𝑘(𝑅1 ). (ℎ𝑝 − ℎ𝑑 ). 𝑏3𝑎
3
{Γ3 = 𝑘(𝑅2 ). (𝑏𝑡𝑎 − 𝑏𝑎 ). ℎ𝑡𝑎
1 0.168
−0.13𝑅
= {3 − (0.051 + 𝑅 ) 𝑒 𝑆𝐼 𝑅 ≤ 10
Avec : 𝑘(𝑅)
0.333 𝑆𝐼𝑁𝑂𝑁
 Déterminons le R1 et le R2 :
2(ℎ𝑝 −ℎ𝑑 ) 2(ℎ𝑝 −ℎ𝑑 ) 1
- On calcul , si le terme est supérieur à 1 alors 𝑅1 = , sinon =
𝑏𝑎 𝑏𝑎 𝑅1
2(ℎ𝑝 −ℎ𝑑 )
.
𝑏𝑎
𝑏𝑡𝑎 −𝑏𝑎 𝑏𝑡𝑎 −𝑏𝑎 1 𝑏𝑡𝑎 −𝑏𝑎
- On calcul , si le terme est supérieur à 1 alors 𝑅2 = , sinon = .
ℎ𝑡𝑎 ℎ𝑡𝑎 𝑅2 ℎ𝑡𝑎

Rigidité de torsion de la poutre :


𝐸. 𝐾𝑝
𝛾𝑝 =
2𝑏1
Rigidités de flexion et de torsion de l’entretoise :
Dans le cas d’étude où on assimile l’entretoise à l’hourdis :

𝐸. ℎ𝑑3
𝛾𝐸 = 𝜌𝐸 =
12
Sinon
𝐸. 𝐼𝐸
𝜌𝐸 =
𝐿1
𝐸. 𝐾𝐸
𝛾𝐸 =
2. 𝐿1

On recalcule de la même méthode.

LES PARAMETRES FONDAMENTAUX


Il est à noter que l’hourdis et les poutres sont du même matériau, et donc ont le même module de
Young.

Paramètre de torsion
𝛾𝑝 + 𝛾𝐸
𝛼=
2√𝜌𝑝 𝜌𝐸

0≤𝛼≤1
Paramètre d’entretoisement
𝑏 4 𝜌𝑝
𝜃= ×√
𝐿 𝜌𝐸

On peut utiliser la méthode de Guyon-Massonnet uniquement pour θ>0.3

2. Le calcul des CRT pour une poutre


LA COURBE DE K(e)

Les tables de Guyon-Massonnet


Exemple d’une table :

 
y\e -b - 3b/4 - b/2 - b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0.1776 0.6223 1.0524 1.4121 1.5752 1.4121 1.0524 0.6223 0.1776
b/4 -0.2731 0.1624 0.6014 1.0347 1.4121 1.6143 1.518 1.2565 0.952
b/2 -0.5207 -0.169 0.1974 0.6014 1.0524 1.518 1.8946 2.0666 2.1547
3b/4 -0.6691 -0.4303 -0.169 0.1624 0.6223 1.2565 2.0666 2.9669 3.8208
b -0.7883 -0.6691 -0.5207 -0.2731 0.1776 0.952 2.1547 3.8208 5.8338
 
y\e -b - 3b/4 - b/2 - b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0.7485 0.8588 0.9965 1.1468 1.231 1.1468 0.9965 0.8588 0.7485
b/4 0.5289 0.633 0.7702 0.9493 1.1468 1.2818 1.2516 1.1561 1.0648
b/2 0.3823 0.4734 0.5966 0.7702 0.9965 1.2516 1.4559 1.5073 1.5005
3b/4 0.286 0.3648 0.4734 0.633 0.8588 1.1561 1.5073 1.8418 2.0659
b 0.2171 0.286 0.3823 0.5289 0.7485 1.0648 1.5005 2.0659 2.7342

Voir Excel

Lorsqu’on obtient une valeur 𝜃 cette valeur est compris dans un intervalle [a,b]

Avec :
𝑏 = 𝑎 + 0.05 𝑠𝑖 𝜃 < 1
{
𝑏 = 𝑎 + 0.1 𝑠𝑖𝑛𝑜𝑛
On prend les deux tableaux (chaque tableau contient le cas α = 0 et α = 1) du document Excel.

Interpolation sur y

Quand on choisit une poutre, cette dernière est distante de l’axe d’une valeur donnée qu’on nomme
y. Les valeurs dans la table de Guyon Massonnet sont : 0 ; b/4 ; b/2 ; 3b/4 ; b. on détermine quelles
sont les deux valeurs qui cadre dans un intervalle [a,b] y et on interpole linéairement

Rappel mathématique :

Soit x ϵ [a,b] et y est une fonction qui transforme a en y(a) et b en y(b), l’interpolation de y(x) est :

(𝑦(𝑏) − 𝑦(𝑎)). (𝑥 − 𝑎)
𝑦(𝑥) = 𝑦(𝑎) +
𝑏−𝑎

Interpolation sur α
La formule de Sattler est :
0.065 − 𝜃
𝐾0 + (𝐾1 − 𝐾0 )𝛼(1 − 𝑒 𝜃0 ) 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝜃0 = 𝑠𝑖 0.3 ≤ 𝜃 ≤ 1
𝐾={ 0.663
𝐾0 + (𝐾1 − 𝐾0 )√𝛼 𝑠𝑖 𝜃 > 1

Interpolation sur θ
On effectue alors une interpolation linéaire entre ces deux valeurs encadrant θ.

La courbe de K(e)
Après ces interpolations, on obtient des valeurs de K en fonction de e. on trace (manuellement ou
sur Excel) la courbe où on projet les divers chargement.