Vous êtes sur la page 1sur 136

l'isolation phonique écologique

matériaux
mise en œuvre

Vous rêvez d'une maison silencieuse, mais maîtriser le bruit vous semble trop
complexe? Dans cet ouvrage, Jean~Louis Beaumier vous permet justement
d'y accé er, en décrivant concrètement les situations les plus fréquentes.

Vous faites construire votre maison ou la rénovez, vous habitez en apparte-


ment? Vous êtes gêné par les bruits de vos voisins, de votre chaudière, de
vos équipements électro-ménagers ..., par l'atelier du coin de la rue, le chien
des voisins, une route ... ? L'auteur apporte des solutions adaptées, exclusive-
ment avec des matériaux écologiques.

Cet ouvrage explicite et illustré permet en fonction des cas d'agir soi-même
ou de devenir un interlocuteur éclairé face aux professionnels.

9
n~mnn
782914 717267 Prix: 71 €
Sommaire
Introduction ''.''.''.'' ''' '.''.''.'' ''''.''.'' ''' '.''.'''.' ''' '.''' '9

Premier chapitre
Le bruit, l'isolation .. . . .......... . . .......................... Il

1. Un peu de théorie ................................................. 11

La hauteur ........ .. ............ . ................................... 11


L'intensité . ........ . ................................................. 12
La durée ... ...... .. .......................................... . ...... 14
La propagation des bruits ... .. ......................................... 14

2. Le bruit, une nuisance majeure ............... . .................... 15


Les bruits de faible intensité ....................................... . .... 15
Mais qu'est-ce donc qu'une maison silencieuse? .................. . ....... 17

3. L'isolation :principes, bases et indices .............. . .............. 18


Réduire à la source . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
Correction acoustique et isolation phonique ............................. 18
Bruits aériens et bruits solidiens ............................... . ........ 19
Isolation phonique, comme isolation thermique ? .... . ..................... 19
Indice d'affaiblissement aux bruits aériens ................................ 19
Indice d'affaiblissement aux bruits d'impact .. . ............................ 20
Une autre caractéristique :l'absorption .................. . ............... 20
Le système masse-ressort-masse .......... . ...................... . ..... 21
Quand penser au traitement acoustique ? ... ............................. 21

Deuxième chapitre
Les matériaux écologiques ............................. . ......... 23
Mais qu'entendons-nous par matériau écologique? .............. . ......... 23
Où trouver ces matériaux ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .............. 25

1. Les matériaux de structure ....... ... .......... .. . ................ 25


Les briques monomur- les carreaux de brique ........ . .................. 25
Les plaques de plâtre « conventionnelles » ......................... . ..... 29
Les plaques de plâtre « écologiques» . ... ........... ... ................. 33
Les panneaux de bois dense ........ ... . .. ........ . ...... . ..... . ....... 36
Les blocs chaux-chanvre .......................... . ........ .. .......... 37
Un produit d'autoconstruction :la paille ........... . ............. . ....... 38

2. Les matériaux de remplissage ...... . ......................... . ... . 39


A. Les matériaux végétaux .................. . ...... . .................... 40
Le chanvre ... ....... ...... .................................... . .. . .. 40
Le lin ... ..... ...... ... ..................... . ... .. ............ .. ..... 43
La cellulose .......................................................... 46
Le coton . .... . .... . ............ . .... . ................... ... . .. ...... 50

5
IJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

La fibre de coco ... . . ........................... . ...... . . . ...... . ... . 5 1


Le liège ............. .. .... ... ....................................... 53
La fibre de bois .............. .. ..... . .... . ........................... 56
Une innovation :un isolant issu des fibres du bananier .. . . . . .. .............. 58
B. Les matériaux animaux ............... . ... . .. ... .... . . . ....... . ....... 58
La laine de mouton ............................. . ....... . . . . . ... . ... . . 58
Les plumes et le duvet ....... . ................. .... ....... .. . .. .. ... . . 62
C. Les minéraux en vrac . .................................... . .......... 64
L'argile expansée . ... . . .................................... . ..... . ... . 65
Le verre expansé ou verre cellulaire ..................................... 65
La perlite .............. ... .. .. .... .. ..... . ...... . .. . ... ....... .. . ... 66
La vermiculite ................. . .... .. ... . ........................... 66
~
3. Les produits composites .. . .. . ............. . ................. .. .. . 68
Le système Pan-terre . ... ... .. .... .. .... . ...... ..... ..... ..... ........ 68

4. Les produits conventionnels sans équivalent écologique .... . ..... . 71


.Les mousses ............. . ... .. .... . .... .. .............. .. ........... 71
Les caoutchoucs ... ......... ........ . ......... . . . ......... . . . .. . ..... 72
Les complexes lourds .......................... . . .. . .. ..... . .......... 73

S. Les dispositjfs développés pour leurs qualités acoustiques ......... 73


Les portes acoustiques ....................... .. ... .. .. .. .... .. ........ 73
Les fenêtres .. . ..... . ................... . .... . .... . .... . ..... . . . .. ... 75
Les caissons pour aérateurs et circulation d'air ........................... . 77
Les coffres de volets roulants .......................................... 77
Les rideaux . .. ................. . ......... . ......... .. ................ 78

Troisième chapitre
La mise en œuvre des matériaux ..... . ...... .. ... ....... . ........ 79

1. Pour la réussite du chantier ............. .' ............. . . ... . ..... . 79


Le placard des fausses bonnes idées ..................................... 79
Le découplage des dispositifs ........................................... 80
Passage d'air= passage de bruit ...... . ...... . ...... . ..... . ............. 81

2.Tôt, c'est mieux: le projet acoustique au stade de la construction


ou de la rénovation ...... ... ..... . .... .. ............................. 82
L'étude acoustique ..................... .. ... .. .. .. .. . .... .... ... .. ... 84

3. Prévenir les nuisances dans un nouveau projet .................... 86


Cas 1 : Plancher fiottant entre étages dans une maison ...................... 86
Cas 2 : Isolation entre chambres dans un appartement ................ . ...... 88
Cas 3 : Équipements sanitaires dans une maison ........................ . .... 90
Cas 4 :Atelier artisanal à proximité de la maison .. . ......... .. .... .. ........ 92

4. Repousser les nuisances nouvelles ... . .... .. .. .. ..... .. .. .......... 95


Cas 1 :Bruits de voisinage dans un lotissement ......... .. . . ... .. ... .. ..... .. 95
Cas 2 :Voisins de l'étage supérieur dans un immeuble ........................ 97
Cas 3 :Voisins d'une maison mitoyenne .................................... 99

6
SOMMAIRE

Cas 4 :Bruit routier sur un boulevard .... ... ........ . .................... 102
Cas 5 :Bruits d'une chaufferie à granulés de bois ..... .. ........... . ....... . 1OS

Quatrième chapitre
Le bruit intérieur :les équipements domestiques . ... . ...... . .. 109

1. L'option d'achat .... . ............................. . ............... 110

2. La réduction du bruit des appareils ........................ . ...... 111


Armoires et encoffrements ........................................... 111
Supports antivibratiles ........................... .. ........ . ....... .. 113
Colliers et suspensions ......................... .. .................... 115
Piège à sons ..... .. ...................................... . .......... 117

Un souhait pour finir ........... ... ........ .. . ................ . ... 119

Annexes
Labels et certifications écologiques ....................... 120
Qu'est-ce qu'un label? ..... . ................... . ..................... 120
Les labels écologiques ............................................... 121
L:exploitation des forêts .. . ......... .. ................................ 121
Les matériaux d'isolation écologiques ............................. . .... 122
Les entreprises certifiées ............................................. 124
Glossaire ....... ... . . ..... . ... . .............................. . ..... 126
Unités et mesures ................................................ 127
Carnet d'adresses .... .. ......... . ................................ 128
Documentation générale . . ......... . . ................... . ............ 128
Fabricants, importateurs ........... . ......... .. ........ . .............. 130
Adresses des fabricants et importateurs cités .. .. ........................ 132

7
jean-Louis Beaumier est ingénieur du
son, directeur technique de théâtre
et de festivals. Il travaille aussi en
Recherche et Développement dans le
domaine de l'acoustique. Enfin, il
apporte son expertise pour lutter
contre les nuisances sonores dans les
logements.

à Séverine, écrivain

Coordination éditoriale, conception


graphique, réalisation : Béatrice Gauge

Dessins : Hervé Nallet

© terre vivante, Mens, France, 2006


ISBN 10:2-914717-26-1
ISBN 13:978-2-914717-26-7

Tous droits de traduction, de


reproduction et d'adaptation, par tous
les moyens tant actuels que futurs,
strictement réservés
pour tous pays.
Introduction
L'habitat écologique :voilà une idée qui se répand. Les magazines spécialisés
se multiplient et même la presse grand public s'empare de la question au fil
d'enquêtes et de témoignages. À la lecture de ces magazines se dessine une
image enchanteresse de la maison écologique :elle est construite dans un
environnement préservé, généralement éloignée de tout voisinage, on l'ima-
gine ouverte sur une grande pièce centrale et rien ne vient y troubler le bon-
heur de vivre dans un lieu chaleureux et accueillant
Cette vision idéale ne correspond hélas pas toujours à la réalité. Et la maison
écologique n'est pas toujours- pas souvent, même- à l'abri de toutes les
nuisances extérieures. Parmi ces nuisances, le bruit se place au premier plan.
Ainsi 79 % des Français interrogés considèrent le bruit comme la plus grave
nuisance de leur environnement ( 1) et 40% disent vivre eux-mêmes avec
des problèmes de bruit dans leur environnement

La maison écologique : dans un


environnement préservé, à l'abri
des nuisances extérieures.

Alors, quelle conduite tenir?


Quand on parle d'isolation thermique, la cause est entendue :les matériaux
écologiques sont nombreux, référencés, ils ont fait l'objet de tests, les docu-
ments techniques sont clairs et précis, l'utilisation bien cernée. Un ouvrage
comme L'isolation écologique de Jean-Pierre Oliva n'est pas sans raison
devenu la bible des utilisateurs comme des maîtres d'œuvre en archrtecture
écologique. Mais pour l'isolation phonique, où en est-on? Une recherche
bibliographique donne un résultat quasiment nul. Rien n'a donc été compilé
jusqu'à présent sur la question.
( 1) Enquête du CIDB - Centre d'information et
de documentation sur le bruit.

9
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

Le propos de cet ouvrage est donc précisément d'apporter des réponses


aux questions que se posent ceux qui veulent prévenir ou combattre les nui-
sances sonores dans un habitat écologique. Nous avons parfaitement
conscience d'être des précurseurs en ce domaine, c'est la première limite de
ce travail. Mais en même temps, nous avons voulu 'qu'il soit un outil pour
ceux qui, tentés par l'aventure - ou la nécessité -, voudraient mettre en
œuvre eux-mêmes des solutions acoustiques ou faire réaliser des travaux. À
ces derniers, nous souhaitons apporter suffisamment de clés pour que leur
chantier soit conduit avec les meilleures garanties de réussite.

Dans le premier chapitre de cet ouvrage, nous irons à la découverte des sons
- et des bruits.
Le deuxième chapitre présentera les matériaux « écologiques » utilisables en
acoustique.
Nous traiterons ensuite de la mise en œuvre et de l'utilisation pratique de
ces outils d'isolation.
Enfin, nous nous intéresserons à la lutte contre les bruits produits par les
équipements installés dans la maison.

Pour l'instant, abordons quelques données simples pour comprendre le


champ d'action de la « chasse aux bruits ».

10
PREMIÈR CHAPITRE
Le bruit, l'isolation
1. UN PEU DE THÉORIE ...
Oh, pas beaucoup mais seulement pour nous rappeler quelques notions uti-
les. Et pour commencer. un bruit, qu'est-ce que c'est? Et quelle différence
entre un bruit et un son ?
Facile : un son, c'est une sensation auditive engendrée par une onde acousti-
que, c'est la définition physique. Un bruit, c'est une sensation auditive perçue
comme gênante ou désagréable, notion qui introduit donc une idée de
valeur.

Comment un son est-il caractérisé? Principalement par sa hauteur et son


intensité.

La hauteur
La hauteur du son, du grave à l'aigu, est déterminée par le nombre de vibra-
tions de l'air qu'il provoque par seconde. C'est ce que l'on appelle la fré-
quence. Pour caractériser la hauteur d'un son, on ne dira pas « n... vibrations
par seconde » mais « n... Hertz », unité qui signifie la même chose. Les sons
graves s'échelonnent entre 20 et 100 Hertz (Hz). les médiums entre 100 et
500, les aigus entre 500 et 20 000 Hz.
La hauteur du son :les fréquences
Ce sont là les limites de la perception humaine. Certains animaux perçoivent sont indiquées en Hertz.
des sons plus aigus, qui sont pour nous dans le domaine des ultrasons. Les
sons plus graves, appelés infrasons, sont assimilés à des vibrations ; ils sont
donc susceptibles de nous intéresser en tant que nuisance.

Dans notre travail de chasseur de bruits, la hauteur est importante car


l'oreille humaine n'est pas sensible de la même manière à tous les sons. Elle
comporte un maximum de sensibilité aux sons médium et aigus de 500 à
3 000 Hz. Les sons graves, de 20 à 500 Hz, et les sons très aigus, de 5 000 à
20 000 environ, sont moins perçus.

Mais il faut retenir que la plupart des bruits sont constitués de sons com-
plexes, c'est-à-dire qu'ils sont formés, non pas d'un son «pur» d'une seule
Son pur grave Son complexe aigu
fréquence (500 Hz par exemple), mais d'une« bande de fréquences» (300 à
800 Hz par exemple, incluant la fréquence 500 Hz). Un exemple de son pur
est le ronronnement des appareils électriques, à la fréquence du secteur.
50 Hz ou, plus souvent, à la fréquence harmonique de 100 Hz. Quant au son
complexe, composé d'un ensemble de fréquences, il est bien représenté par 63 Il S 250 500 1000 2000 -4000 8000 16000

le bruit d'un ventilateur de VMC (ventilation mécanique contrôlée) ou d'une Contrairement à un son pur, un son
complexe est formé d'une « bande de
hotte de cuisine.
fréquences ».

Il
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

L'intensité
L'intensité d'un son ou d'un bruit est mesurée en décibels. On écrit cette
unité dB parce qu'il s'agit de dixièmes de bel. Pour nous familiariser avec cette
mesure, on peut prendre une échelle des bruits courants.

Une échelle de bruit


Le 0 dB qui serait le silence absolu n'existe pas, il ne peut pas être mesuré. Ce
que l'on peut mesurer et qu'on appelle 0 dB, c'est le seuil de perception
humaine, c'est-à-dire le son le plus faible qui puisse être entendu par une
majorité d'êtres humains (équivalent à 2.1 o-s Pascal, le Pascal étant une unité
de pression). Cela ne correspond pas à une absence totale de son et il faut
remarquer que certaines personnes, dotées d'une ouïe particulièrement sen-
sible, entendent des sons situés au-dessous du 0 dB de référence. Cette
hypersensibilité n'est d'ailleurs pas sans poser de problème à ces personnes.
À partir de cette référence 0 dB, on peut établir une échelle :

20 dB Correspond à ce que l'on appelle le silence,


dans nos sociétés occidentales.
22-24 dB Niveau très calme, assez fréquent dans la chambre
d'une maison en campagne, la nuit, sans vent.
30-32 dB Silencieux en ville dans la journée.
40-50 dB Niveau d'une conversation calme.
50-60 dB Musique d'ambiance, orateur dans une conférence,
bureau occupé par plusieurs personnes.
60-70 dB Écoute de la télévision, écoute de musique en ambiance,
rue normalement animée.
70-80 dB Rue bruyante, bruit d'une foule, baladeur à niveau normal.
80-90 dB Carrefour bruyant, atelier de mécanique, écoute d'un
concert classique.
90- 110 dB Atelier de chaudronnerie ou de métallerie, machines à
bois, discothèque, baladeur écouté très fort.
Il 0- 130 dB Voiture ou moto de compétition, concert rock.

~ P.~~!P.~i~.~ ~~ .~~~!~ ~~'?!~~- ..................... . - Appartement, bibliothèque 20 à 30 dB


-Écoles 25 à40 dB
On remarquera à ce propos que la perception du bruit et - Grands magasins 45 à 55 dB
des nuisances sonores a connu une grande variabilité au fil - Rues moyennement calmes 50 à 65 dB
du temps. On sait que dès l'époque romaine, le bruit a été - Places, avenues des villes 60 à 80 dB
identifié comme une nuisance. Sans remonter jusque-là, les
appareils de mesure du bruit (les sonomètres, pour l'es- Les mêmes experts indiquaient, dans cette étude : « ainsi,
sentiel) ont été créés vers 1930 ; ils ont acquis une cer- un niveau de 10 à 15 dB semble la limite de ce que puisse
taine précision au lendemain de la dernière guerre, au supporter sans fatigue supplémentaire un malade ».
début des années 1950. En 1958, un collège d'experts éta- On a constaté que depuis cinquante ans, le niveau de bruit
blissait l'échelle suivante des niveaux sonores mesurés: moyen a augmenté d'environ 10 dB et parfois beaucoup
-Hôpitaux 10 à 15 dB plus, notamment dans les écoles, avec toutes les consé-
- Chambre calme 15 à 20 dB quences que l'on connaît aujourd'hui.
LE BRUIT, L'ISOLATION

L'émergence
Mais les notions d'intensité ou de hauteur; parfaitement mesurables, ne sont
pas suffisantes pour quantifier la gêne éprouvée. La notion d'émergence est
tout aussi importante et elle mérite une explication.
-~~
...
- __ ...,..
10
L..-_..________ _
_, . ..,_
..... _ _

L'émergence, c'est la quantité de bruit qui dépasse du niveau sonore ambiant. 1 1 1 • 1 1 ' 1 1

Et la gêne en émergence n'est pas fonction que du niveau sonore, mais aussi L'émergence, quantité de bruit qui
beaucoup du rapport entre le niveau ambiant et le niveau de bruit émergent. dépasse du niveau sonore ambiant.
Ainsi, un bruit de 29 dB dans un environnement de 27 dB a toutes les chan-
ces d'être considéré comme gênant, alors qu'un bruit de 65 dB dans un envi-
ronnement de 63 dB sera nettement moins gênant et ne sera peut-être
même pas perçu comme bruit supplémentaire.

Une fausse bonne idée

Une anecdote bien connue des acousticiens et des urbanistes a illustré


avec fracas cette notion d'émergence. Au début des années 1970 existait,
dans une grande ville française, une résidence HLM, édifiée le long d'un
boulevard périphérique à quatre voies, très fréquenté. La vie dans cette
résidence était assez éprouvante en raison du bruit, les occupants
connaissaient un taux anormalement élevé de dépressions, de troubles
nerveux, de problèmes médicaux. Sous la pression des locataires, l'Office
HLM a donc entrepris de gros travaux qui ont consisté à doubler les
façades d'un isolant, à installer des doubles vitrages partout, voire à
déplacer des cages d'escalier pour soustraire les habitants au bruit qui _
s'y propageait. Le niveau sonore dans les appartements a ainsi diminué
de 9 à 12 dB selon les endroits. Six mois plus tard, l'Office devait faire
face à une avalanche de plaintes de voisinage et c'était la guerre dans les
immeubles. L'explication fut vite trouvée :la résidence avait été édifiée à
une époque où l'isolement acoustique entre logements n'était pas pris
en compte. Pendant longtemps, les bruits routiers avaient masqué les
bruits de voisinage. Quand ces bruits se sont trouvés atténués, ce sont
tous les bruits de voisinage qui sont devenus émergents. Le bénéfice de
l'opération était nul.

Depuis, ce phénomène a été rencontré assez fréquemment et a


rendu les urbanistes particulièrement prudents quant aux projets
d'isolation des bâtiments d'habitation.

La sensibilité personnelle
Un point important consiste aussi à remarquer que la sensibilité au bruit est
une question très personnelle. Certaines personnes supportent sans gêne des
événements sonores qui seraient intolérables à d'autres. Bien sûr; la sensibilité
au bruit est d'abord question d'acuité auditive :des personnes présentant une
surdité vivront sans problème dans des appartements que d'autres ne pour-
raient habiter. Mais l'acuité auditive n'est qu'un élément puisque, à sensibilité
auditive égale, on observe de grandes disparités dans les comportements et
les réactions au bruit. On rappellera également la situation souvent pénible de
ces personnes affligées d'hyperacousie (hypersensibilité auditive), pour qui

13
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

l'environnement acoustique quotidien peut devenir un enfer: Ces phénomè-


nes d'hyperacousie se rencontrent fréquemment chez des victimes de « blast
» auditif, détonation ou explosion, ou exposées auparavant à des surniveaux
sonores importants, mais on les trouve parfois en l'absence de toute cause
traumatique.

La durée
Bien sûr; la nuisance ressentie est d'autant plus forte qu'elle se prolonge. La
durée du bruit est effectivement un élément important dans la gêne éprou-
vée. Mais les rapports sont étroits entre l'intensité, la durée et la périodicité
d'un bruit On peut ainsi distinguer quelques constantes.
Pour beaucoup de personnes, les bruits séquentiels (qui se répètent à inter-
valles réguliers) sont les pires, mêmes s'ils sont faibles, car ils fixent l'attention
et peuvent devenir totalement obsessionnels. Ce peut être le cas par exem-
ple avec le bruit d'une vieille horloge, battement lent et rythmique, ou
encore avec le déclenchement de la vis qui amène le combustible au foyer
dans une chaudière à bois déchiqueté, qui tourne, par exemple, deux secon-
des toutes les minutes.

La propagation des bruits


Les bruits se propagent de deux façons différentes :

t Par voie aérienne, c'est-à-dire par les vibrations de l'air: Ce sont les voitures
qui passent dans la rue ou la musique que vous entendez dans la cuisine
quand la chaîne hi-fi fonctionne dans le salon. Les ondes acoustiques mettent
en mouvement l'air ambiant, peuvent aussi traverser les parois et se propager
de l'autre côté de ces parois, ou bien suivre les murs.

t Par voie solidienne ; il s'agit de propagation de vibrations dans les parois,


planchers, plafonds ou structures. La source sonore ébranle alors directement

Propagation du bruit par voie solidienne


Propagation du bruit par voie aérienne.
et bruits d'impact.

14
LE BRUIT, l.JSOLATION

la paroi. C'est le cas par exemple quand on entend dans une chambre l'esso-
rage du lave-linge placé dans la salle de bains ou bien les pas des voisins du
dessus, qui marchent avec des talons durs sur le carrelage. Dans ce dernier
cas, on parle de bruits d'impact; c'est une notion que nous retrouverons dans
l'étude de certains matériaux. Notons que les bruits solidiens ne sont pas
nécessairement situés dans le grave, les vibrations médium et aiguës existent
aussi, même si leur propagation est plus difficile.
Ces deux types de propagation sont, on le voit, assez différents, même si, bien
entendu, des bruits d'impact sur un plancher ébranlent l'air à l'étage inférieur
-c'est pour cela que nous les entendons. Par conséquent, les techniques de
réduction des nuisances sonores devront être adaptées au mode de propa-
gation du bruit et à la nature de la source. Nous y reviendrons tout au long
de cet ouvrage.

Il faut déjà remarquer que la mise en œuvre d'une solution inappropriée est
généralement totalement inefficace. Nous pensons à ces personnes qui ont
revêtu des pièces de leur maison de textiles muraux en pensant réduire le
bruit d'une chaudière à fuel, sans que leur problème soit résolu. C'est pour-
quoi nous déconseillons d'entreprendre des travaux correctifs sur une simple
impression. De plus, bien entendu, de nombreuses situations voient les deux
types de transmission s'exercer conjointement Pour réduire le bruit de cette
chaudière à fuel, par exemple, il fallait quantifier la part de transmission
aérienne et celle de transmission solidienne pour mettre en œuvre les tech-
niques les plus adaptées.

2. LE BRUIT, UNE NUISANCE MAJEURE

Les bruits de faible intensité


On connaît bien, maintenant, les effets néfastes des surniveaux sonores. Les
campagnes de prévention en milieu professionnel ou auprès des jeunes pour
l'écoute de musique amplifiée ont largement propagé la connaissance des ris-
ques. Mais qu'en est-il des bruits beaucoup plus faibles, ceux que l'on qualifie
en premier lieu de simplement gênants? Eh bien ils sont peut-être faibles en
intensité mais leur potentiel de nuisance est énorme. Les effets des bruits fai-
bles seront essentiellement d'ordre psychique, avec, évidemment, des réper-
cussions au niveau physiologique. On parle par exemple souvent de troubles
du sommeil ou de la concentration, des états de stress entretenus.

UNE ÉCOUTE ACTIVE


Il faut à ce propos remarquer que l'on ne peut pas fermer ses
oreilles comme on ferme ses yeux. L'écoute reste active en per-
manence. Ainsi, la nuit, pendant le sommeil, les bruits activent la
vigilance du cerveau. Si les bruits sont continuels ou fréquents, le
cerveau poursuit sans repos son activité de perception et d'ana-
lyse. C'est là une des raisons essentielles de leur dangerosité.
C'est aussi un élément constitutif de la vie animale. Dès les pre-
miers âges de la vie terrestre, la survie des espèces a nécessité

15
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

une vigilance constante vis-à-vis des prédateurs. Cette vigilance


devait s'exercer à chaque instant de la vie, quelles que soient les
circonstances. La vision n'était pas un bon outil d'alerte parce
qu'elle n'est pas omnidirectionnelle. L'audition, elle, est un bon
outil d'alerte. Au stade évolué des mammifères, l'écoute permet
de détecter précisément non seulement la direction, mais la dis-
tance d'un objet sonore et sa vitesse de déplacement.

De la même façon, l'écoute de l'homme est active en perma-


nence, même pendant le sommeil, si un événement sonore la
mobilise. Le cerveau continue à percevoir, à analyser, à traiter
les bruits qu'il reçoit. Cette activité produit un sommeil peu
réparateur et une fatigue essentielle s'installe. Nous avons là
une des explications à la dégradation de l'état nerveux des habi-
tants des villes. La permanence de bruits, même faibles, est d'au-
tant plus mal ressentie qu'elle se produit à des moments ou
dans des lieux qui devraient être associés au repos. Cinquante
décibels au bureau dans la journée, c'est juste un peu agaçant,
cinquante décibels le soir à la maison, c'est intolérable.

Dans les effets néfastes des bruits faibles, on trouvera aussi des modifications
du comportement, dépression ou agressivité, conduisant parfois à des
tableaux de névroses graves. Sans aller jusque-là, on observe des difficultés
d'attention, de concentration, des perturbations de la mémoire. C'est vrai
aussi bien pour les adultes que pour les enfants.

Le bruit, cause de stress


Pour vérifier l'influence des bruits de faible intensité sur la santé des
enfants, une étude a été menée conjointement en Autriche et aux
États-Unis, sur un échantillon de 115 enfants de 10 ans ( 1).Ils ont été
choisis pour leur lieu d'habitation :un premier groupe vit dans un
quartier où le niveau sonore moyen extérieur est de 50 dB, le second
dans un quartier où le niveau sonore moyen est de 60 dB. Les
chercheurs ont mesuré le rythme cardiaque, la tension artérielle, le
taux d'adrénaline et de cortisol, ils ont aussi pratiqué une batterie de
tests psychologiques. Les résultats montrent que dans le second
groupe,la tension artérielle est plus élevée. Ce stress serait à l'origine
du syndrome dit « d'impuissance acquise » qui provoque chez les
enfants des effets semblables à la dépression, avec une démotivation
très forte.

Pour les adultes, le tableau est le même et il a été largement confirmé


depuis quelques décennies. Un grand nombre d'expérimentations ont
été faites dans ce domaine, par exemple des exercices de tri et de
classement, dont le taux de réussite baisse au fur et à mesure que le
bruit s'élève. Ou des séries de saisie de texte sur clavier d'ordinateur.
Dans cette situation,le nombre d'erreurs, de fautes, augmente si
l'exercice se déroule dans le bruit.

( 1) Source : Pediatries Volume 108, 200 1.

16
LE BRUIT, lJSOLATION

Au niveau physiologique, on note un accroissement important des troubles


avec l'élévation du niveau sonore. Bien sûr; on connaît les phénomènes de
baisse de sensibilité auditive, conduisant parfois à la surdité. Mais on observe
aussi généralement une augmentation des problèmes cardio-vasculaires, par
effet de stress. On parle aussi, dans beaucoup d'études, d'accélération du
rythme cardiaque, de la respiration, de la pression artérielle, de modification
des mouvements de l'estomac et des intestins, de changements au niveau de
la fonction rénale, d'augmentation de la pression intracrânienne. En fait, ce
sont tous les facteurs du métabolisme qui semblent être affectés, plus ou
moins durablement, par le bruit. C'est une raison largement suffisante pour
tenter de limiter les atteintes, dans tous les cas où nous pouvons intervenir et
donc, en premier lieu, chez nous.
Pour donner enfin quelques chiffres provenant du CDIA (Centre de docu-
mentation et d'information de l'assurance- octobre 2003), le bruit serait res-
ponsable de 15 % des journées de travail perdues et de 20% des interne-
ments psychiatriques. Environ 10 000 plaintes pour nuisance sonore sont
déposées chaque année, uniquement dans la ville de Paris.

Mais qu'est-ce donc qu'une maison silencieuse?


La réponse n'est pas unique. Pour certains, ce sera une maison où toutes les
sources de bruit intérieur auront été réduites au minimum et les nuisances
extérieures éliminées, par une vigilance portée à chaque élément de
construction et d'aménagement. Pour d'autres, ce sera simplement une mai-
son où les bruits ne nuiront pas au repos, ou au sommeil. Pour d'autres per-
sonnes, encore, maison silencieuse signifiera maison où l'on vit sans percevoir
le moindre bruit : idéal impossible dans le monde moderne ?

La notion de maison silencieuse est une notion très subjective. Nous l'avons
vu, elle dépend bien entendu, en premier lieu, de l'acuité auditive des occu-
pants. Elle dépend aussi de la tolérance individuelle aux bruits, des facteurs
d'émergence de bruits considérés comme polluants. Bref, la maison silen-
cieuse, c'est un idéal relatif et non pas un idéal absolu, qui sera technique-
ment plus ou moins difficile à atteindre selon le niveau d'exigence.

C'est donc encore la notion d'émergence qui va guider notre action. Parmi
tous les bruits qu'une maison peut transmettre ou amplifier; ceux qui nous
gêneront seront ceux que l'on remarque quand ils émergent au-dessus du
bruit de fond général. Ce sont ces bruits que nous devrons combattre. Et ce
combat sera défini non pas en fonction de mesures objectives, n ... dB ici ou
n... dB là, mais en fonction de ce que nous ressentons et de la gêne que nous
éprouvons. C'est aussi ce qui nous différencie de beaucoup de spécialistes de
l'habitat. Pour nombre d'entre eux, en effet, dès lors qu'un appareil ou un local
répond à des normes, on ne peut demander plus. On a vite fait alors de traiter
les gens qui souffrent d'originaux voire d'anormaux. Mais, à l'opposé, certains
acousticiens remarquent que les limites réglementaires sont assez anciennes -
elles datent pour certaines de 1985- et qu'elles ne correspondent plus aux
exigences actuelles en matière de silence ou à la pr.ogression des connaissances

17
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

dans ce domaine. Le CSTB, Centre scientifique et technique du bâtiment, qui


fait autorité pour l'étude des normes, est de cet avis et prône un renforcement
et une redéfinition de la réglementation et des normes.

~~,!~~~-~~~~i.'!~ .................................... . les immeubles de logement collectif. Elle indique que le


niveau sonore des divers équipements -ascenseur, chau-
La réglementation existe en effet et elle comporte des dière, extraction, vide-ordures, etc.- ne doit pas dépasser
limite~ de niveau sonore à ne pas dépasser dans l'habitat. 30 dB perçus dans les pièces principales et 35 dB dans les
Ces limites sont définies par le Code de la construction et cuisines et les pièces de service. On le voit, il ne s'agit pas
de l'habitation. d'une exigence de limitation du bruit à sa source mais d'un
La réglementation actuelle ne s'applique qu'aux immeubles plafonnement du bruit perçu dans le logement, obtenu par
construits depuis le 1er janvier 2000 et uniquement pour des dispositifs d'isolation.

3. L'ISOLATION :PRINCIPES, BASES


ET INDICES
Le traitement acoustique des locaux obéit à quelques grands principes qui
doivent être pris en compte avant toute autre démarche. De même, les uni-
tés et les indices qui servent à déterminer les caractéristiques acoustiques
sont d'utilisation courante et doivent être connus.

Mais commençons par un point de vocabulaire.Vous trouverez fréquemment


au cours de la lecture les mots « isolation·» et « isolement». La différence est
simple : l'isolation est la technique ou l'action d'isoler, l'isolement est le résultat.
Exemple :une isolation en laine de lin peut procurer un isolement de 32 dB.

Réduire à la source
Il est toujours préférable de réduire la nuisance à sa source. Le traitement du
local de réception est toujours plus difficile et onéreux, on ne l'entreprend que
lorsque la réduction à la source n'est. pas possible. Exemple :si une installation
de chauffage à proximité de votre chambre est source de bruit, il vaut mieux
agir au niveau de l'installation plutôt qu'au niveau de la chambre. En revanche, si
c'est le bruit de la circulation qui vous gêne, comme il sera généralement
impossible de détourner le flux automobile, il faudra traiter le logement.

Correction acoustique et isolation phonique


On se gardera de confondre correction acoustique et isolation phonique. La
correction acoustique consiste à modifier les caractéristiques intérieures d'un
local, c'est-à-dire principalement son taux de réverbération aux diverses fré-
quences. L'isolation phonique, elle, a pour objet de créer une barrière entre
\.::_ne source sonore et un local de réception . Cette confusion a suscité, il y a
quelques décennies, nombre d'initiatives cuisantes. Rappelons-le donc claire-
ment: la pose de revêtements muraux n'a jamais permis de supprimer une
nuisance extérieure, de même que la méthode des boîtes d'œufs collées aux
murs, très en vogue dans les années 1970, s'est révélée une bonne correction
Correction acoustique. acoustique mais un parfait échec en isolation phonique.

18
LE BRUIT, LISOLATION

Isolation phonique.

Bruits aériens et bruits solidiens


N'oublions pas non plus la différence, essentielle, entre bruits aériens et
bruits solidiens ou bruits d'impact. Nous allons voir que le traitement des uns
et des autres fait appel à des matériaux et à des techniques différents. Il sera
donc capital d'identifier précisément le mode de production et de propaga-
tion de la nuisance à combattre et, dans certains cas, de quantifier la part de
propagation aérienne et la part de propagation solidienne qui constituent le
trouble.

Isolation phonique, comme isolation thermique ?


Peut-on penser l'isolation phonique comme l'isolation thermique? Non, défi-
nitivement non et il vaut mieux, pour réussir un chantier; oublier ce que vous
savez de l'isolation thermique. La méthodologie est différente, les matériaux
ne sont pas les mêmes, la mise en œuvre sera aussi très différente.
En thermique, l'essentiel de l'isolation est fourni par les matériaux souples, de
faible densité, en Clcoustique ce sont les matériaux rigides, de forte densité,
qui assureront la base de la performance.
De plus, beaucoup de matériaux utilisés en thermique sont peu performants
en acoustique.

Indice d'affaiblissement aux bruits aériens


Les grands principes, on pourrait même dire LE grand principe de l'isolation
phonique aux bruits aériens consiste donc à intercaler un écran entre source
et récepteur. On obtiendra alors une diminution du niveau sonore perçu.

L'indice d'affaiblissement (c'est son nom) obtenu est souvent noté Rou Rw' il
est exprimé en dB. Par exemple, si l'intensité d'un son est de 70 dB à sa
source et de 25 dB de l'autre côté d'une paroi, cela signifie que l'affaiblisse-
ment de cette paroi a une valeur de 45 dB.

Voici quelques chiffres indiquant l'affaiblissement moyen obtenu pour des


parois courantes :
-Carreau de plâtre de 7 cm d'épaisseur 35 dB Indice d'affaiblissement.
-Brique creuse de 20 cm d'épaisseur 48 dB
-Parpaing de béton de 20 cm d'épaisseur avec enduit ciment 52 dB

19
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

Indice d'affaiblissement aux bruits d'impact


L:indice Rw défini ci-dessus concerne les bruits aériens, ceux transmis par la
vibration de l'air. Les bruits d'impact, ou bruits de chocs, sont définis par un
autre indice, plus exactement par deux indices, qui fonctionnent inversement,
notés respectivement LN et 8L. Plus LN est petit, meilleur est l'isolement aux
bruits d'impact. Plus 8L est grand, meilleur est l'isolement. Au long de cet
ouvrage, nous avons choisi de n'employer que l'indice LN, ceci afin de faciliter
la lecture. Le second est mentionné ici car vous pouvez le trouver sur des
documents techniques de fabricants. Pour fixer un ordre de grandeur, un
plancher nu sur solives aura un Rw d'environ 25 dB, ses capacités d'isolement
sont donc faibles ; cela correspondra à un LN de l'ordre de 98 dB. Les gains
en isolement se traduiront donc par un Rw croissant et un LNdécroissant.

h es matériaux spécifiquement étudiés pour réduire les bruits d'impact se


b trouveront principalement dans les planchers et les plafonds.

Une autre caractéristique :l'absorption


Les matériaux souples, de faible densité, sont intéressants par leur capacité à
absorber, au sein de leur structure, les vibrations sonores. Cet indice intéresse
surtout l'acoustique industrielle, qui doit fréquemment faire face à des
niveaux sonores importants, ou des applications spécifiques comme l'acousti-
que des salles de spectacle, des cinémas ou des aud itoriums. En effet, dans
ces locaux, la qualité de diffusion sonore et l'intelligibi lité sont des facteurs
primordiaux. Le traitement des parois internes est réalisé par le placement
judicieux de panneaux plus ou moins absorbants. Ceci a pour effet de réduire
le temps de réverbération du local, tout en modifiant la répartition des fré-
quences absorbées et réfiéchies. C'est ainsi que l'on gagne en clarté du son
Absorption dans un matériau. et en intelligibilité.

Dans l'habitat, quand il s'agira de réduire une nuisance environnementale ou


d'éviter la transmission du son par _un plancher, l'indice d'absorption sera
rarement utilisé. Nous l'avons cependant relevé pour certains matériaux,
quand les fabricants fournissaient des données qui autorisaient des comparai-
sons. Il faut toutefois noter que ces comparaisons sont extrêmement aléatoi-
res : de nombreux paramètres, y compris le local de test et le matériel de
mesure, modifient les résultats.
L:absorption n'est jamais identique à toutes les fréquences du spectre audi-
ble. Voici, pour quelques matériaux, les indices d'absorption du bruit. Un chif-
fre tendant vers 0 signifie une absorption faible - et donc une réfiexion du
son importante - , un chiffre tendant vers 1 ou supérieur à 1 indique une
absorption plus importante - et une réfiexion réduite. Les coefficients d'ab-
sorption (notés a ou a sabine) sont toujours indiqués pour les fréquences
d'octave normalisées, du grave à l'aigu.

20
LE BRUIT, L'ISOLATION

Coefficients d'absorption selon la fréquence pour quelques matériaux


Fréquence en Hz
125 250 500 1 000 2 000 4 000
Laine minérale (épaisseur 50 mm,
densité 100 kgfm 2) 0,27 0,62 0,82 0,93 0,81 0,76
Panneau de fibres de bois
(épaisseur 20 mm, densité 230 kgfm2) 0,15 0,44 0,45 0,44 0,53 0,59
Vitre (épaisseur 4 mm) 0,03 0,03 0,03 0,02 O,Q2 0,02
Panneau de laine de lin compressée 0,09 0,18 0,48 0,73 0,50 0,33
-
On voit que la succession des chiffres peut dessiner une courbe d'absorption,
spécifique de chaque matériau. Ces quelques exemples montrent la grande
diversité des capacités d'absorption.

Le système masse-ressort-masse
Le modèle technique adopté aujourd'hui pour l'isolation entre locaux est isolant souple = ressort

celui de l'ensemble« masse-ressort-masse». Il nécessite quelques explica-


tions. Un écran interposé entre une source et un récepteur peut barrer le
passage au bruit soit par son inertie (la masse), soit en absorbant le son (effet
ressort). L.:effet de masse le plus courant est obtenu par un mur de béton ou
de pierre épais. Le bruit est alors réfiéchi par le mur; une infime partie étant
absorbée . L.:effet ressort se manifestera dans un isolant souple comme la
laine minérale ou végétale. Le bruit se disperse alors dans le matériau. Mais
un panneau souple seul ne suffit pas. On a donc imaginé de l'enfermer entre
deux parois rigides. C'est le système« masse-ressort-masse».

Ce système, que l'on peut moduler en fonction des résultats souhaités, se Le système masse-ressort-masse.
révèle très performant ; les limites, en fonction de l'affaiblissement recherché, 1. La première paroi rigide réfléchit une
partie du bruit, en laisse passer une autre
seront le coût et l'encombrement.
part.
2. L'isolant souple absorbe encore une
Voici quelques indices pour des parois courantes : partie du bruit restant.
-·Paroi de 10 cm de laine de lin, garnie de chaque côté 3. La paroi rigide opposée en réfléchit
encore une part à l'intérieur du matériau
d'une plaque de plâtre de 12,5 mm d'épaisseur
souple.
- Paroi de 10 cm de cellulose, garnie de chaque côté de 4. Ce qui traverse finalement les trois
2 plaques de plâtre de 12,5 mm superposées Rw :51 dB épaisseurs n'est qu'une faible part du
bruit initial.
Quand penser au traitement acoustique ?
La réponse est immédiate : le plus tôt possible et le plus globalement possi-
ble. Un exemple pour illustrer cette idée . On construit une maison indivi-
duelle près d'un atelier de menuiserie. Conscient de cette nuisance, le pro-
priétaire a donc renforcé la qualité acoustique des fenêtres, placé les cham-
bres à l'opposé de l'atelier: Il a peut-être aussi pensé que le bruit pouvait pas-
ser par la porte d'entrée de la maison et se propager dans le séjour: Il a donc
choisi, plutôt qu'une porte simple (coût: 700 euros), un bloc-porte (ouvrant
+ porte, voir p. 73) acoustique performant, qui permet un isolement de
42 dB. Coût de ce dispositif: environ 1 100 euros. Surcoût: 400 euros. Mais
s'il a oublié ce point faible, il le découvrira en s'installant dans la maison. Il fau-
dra alors:

21
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

-Déposer l'ancienne porte avec tout son cadre, en abîmant la maçonnerie;


cette porte sera alors inutilisée et il faudra peut-être élargir l'ouverture pour
placer le nouveau cadre.
-Fixer le bloc-porte acoustique.
-Refaire la maçonnerie et l'étanchéité autour du nouveau cadre, et finir avec
un rattrapage du crépi ou des parements.
Coût total de l'opération : environ 1 500 euros, qui s'ajoutent au coût de
l'installation initiale.

Cet exemple, tiré d'une situation vécue, nous semble assez significatif.

La « boîte dans la boîte » dans des situations très particulières.


Autorisant des valeurs d'affaiblisse-
C'est la solution d'isolation parfaite. ment qui dépassent les 80 dB, elle
Elle consiste à créer une « boîte » permettra par exemple à un pianiste
totalement désolidarisée du local qui de pratiquer son instrument sans que
la renferme. Même les portes et les voisins entendent le moindre son.
fenêtres sont doubles, sans liaison En fait, le procédé est mis en œuvre
entre les deux parties, distinctes. principalement pour des studios
Cette solution n'est bien sûr pas d'enregistrement ou des audito-
appliquée dans l'habitat ou seulement riums.
La« boîte dans la boîte ».

Unités utilisées
···············•·······································•···············
Intensité du son exprimée en dB (décibel)
Fréquence du son exprimée en Hz (Hertz)
Affaiblissement aux bruits aériens noté Rw exprimé en dB
Affaiblissement aux bruits d'impact noté LN exprimé en dB
Absorption défini par le coefficient a ou a sabine

Le deuxième chapitre de cet ouvrage va donc aborder les matériaux qui


nous permettront de nous isoler des bruits extérieurs. Nous parlons ici d'ha-
bitat écologique, ce sont donc bien sûr les matériaux écologiques qui seront
étudiés.

22
DEUXIÈME CHAPITRE
Les matériaux
écologiques
Depuis plusieurs décennies, de nombreux matériaux acoustiques ont été
développés par l'industrie. Ces produits, au premier rang desquels on peut
citer les laines minérales et les plaques de plâtre, ont fait l'objet de multiples
essais et d'améliorations constantes. La littérature sur le sujet est donc abon-
dante et innombrables sont les guides et les ouvrages à destination des bri-
coleurs.

Il n'en est pas de même pour les matériaux écologiques, d'usage beaucoup
plus récent et encore marginal. La connaissance et l'utilisation dès matériaux
de construction écologique ont certes progressé ces dernières années et
plusieurs ouvrages y ont contribué. Mais on y parlait généralement d'isolation
thermique, même si l'on mentionnait au passage que tel ou tel produit pos-
sède de bonnes caractéristiques en acoustique.

Nous avons donc rencontré au cours de notre étude certaines difficultés :


- La plupart des matériaux ont été développés pour l'isolation thermique, les
informations manquent sur le plan acoustique.
-Le traitement acoustique de l'habitat n'est pas encore entré dans les habi-
tudes, la demande reste donc marginale.
- De plus le coût élevé des essais et des certifications n'incite pas les fabri-
cants à les faire réaliser.
-Enfin, les conseils restent encore souvent empiriques et plus encore pour
les matériaux écologiques (« Pour votre plancher? Mettez du chanvre, c'est
aussi efficace que la laine de verre»).

Mais qu'entendons-nous par matériau écologique ?


Tentons donc en premier lieu de déterminer ce que serait le matériau écolo-
gique parfait :
- Il est issu d'une ressource renouvelable.
-Sa production et sa transformation requièrent peu d'énergie.
-Son extraction ou sa récolte ne causent pas de dommage à l'environne-
ment.
- Il est entièrement recyclable ou réutilisable.
- Son innocuité pour les êtres vivants est totale.
- Il ne perturbe pas l'environnement électromagnétique.
- Il est fabriqué localement pour limiter les frais de transport.
- Son installation se fait sans énergie complémentaire.
-Sa durée de vie est importante pour éviter l'obligation de renouvellement.

23
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

On le voit, ce matériau idéal est difficile à concevoir et les choix que nous fai-
sons sont toujours des compromis. Notre étude n'échappe pas à cette règle
et nous avons dû fixer nos propres limites. Dans cet ouvrage, un matériau
écologique sera donc :
-Un matériau qui ne nuit pas à la santé et ne perturbe pas l'environnement
électromagnétique.
- Un matériau dont le bilan extraction, transformation, recyclage ne nécessite
pas une débauche d'énergie.

C'est ainsi que nous n'avons par exemple pas retenu certains produits
comme les matériaux composites d'isolation formés d'une épaisseur de laine
de mouton prise en sandwich entre une feuille d'aluminium et une feuille de
polyéthylène, ou bien les granulés de chanvre enrobés de bitume.
L'aluminium, le polyéthylène, le bitume, présentent des caractéristiques trop
éloignées de notre définition. De même, nous n'avons pas retenu les laines
minérales.

Une lecture attentive des documents techniques peut se révéler utile et nous
engageons le lecteur à ne pas accorder de confiance a priori aux affirmations
des fabricants. On évitera ainsi ce matériau d'isolation de toiture, développé
« selon les impératifs modernes en matière d'isolation thermique, mais aussi
écologique », constitué d'un sandwich de bois et de polystyrène, liés par une
colle polyuréthane, la colle préconisée pour l'assemblage de ces panneaux
étant une mélamine urée-formol. Ces produits dégagent en effet des vapeurs
nocives très longtemps après leur application. Dans cette étude, nous privilé-
gierons les matériaux qui présentent des caractéristiques de composition et
de fabrication homogènes.

Les matériaux d'origine végétale ou animale sont par nature plus sensibles au
feu que ceux de nature minérale. Pour vous aider dans votre choix, si cette
caractéristique vous importe, nous avons relevé le classement des matériaux,
qui est souvent indiqué (sur les docùments techniques et commerciaux) de
manière synthétique. Nous livrons ici la signification des symboles rencontrés.

Réaction au feu des matériaux

MO Incombustible
M1 Non inflammable
M2 Difficilement inflammable
M3 Moyennement inflammable
M4 Facilement inflammable

Rappelons enfin que notre travail concerne l'habitat ; on ne trouvera donc


pas ici les fabrications développées plus particulièrement pour l'industrie ou
les locaux professionnels.

24
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

Où trouver ces matériaux ?


Précision
Lessor de la filière des matériaux écologiques se produit de façon quelque peu
désordonnée. Entre le moment où nous avons commencé à écrire cet ouvrage
Précisons également que nous
et le moment où il a été terminé, soit en l'espace d'un an, des produits ont dis- nous sommes limités aux produits
paru, d'autres sont nés ; des entreprises ont vu le jour; d'autres ont été rache- disponibles sur le marché français.
tées, des regroupements ont eu lieu. Les adresses, les contacts que nous pro- La plupart sont également disponi-
posons sont exacts au moment où nous les écrivons, ils peuvent ne plus l'être bles en Suisse et en Belgique, à
quand vous lisez ces lignes. Surtout, nous avons bien conscience que nous ne l'exception de productions régio-
pouvons être informés de toutes les créations d'entreprises qui abordent ce nales et de faible importance. En
domaine. Celles qui ne figurent pas ici voudront bien nous en excuser. Allemagne, en Autriche, dans les
pays nordiques existent bien d'au-
Un dernier point pour préciser que l'essentiel des chiffres que nous livrerons tres fabricants, dont la production
est absorbée par le marché natio-
ici concernera l'affaiblissement aux bruits aériens ou aux bruits d'impact.
nal et donc inconnue chez nous.
Nous devons cependant manipuler ces données avec précaution : la quantité
Ces matériaux étant pour la plu-
de variables à prendre en compte, la diversité des modes de calcul des indi-
part équivalents à ceux disponibles
ces, la grande disparité des matériaux entre eux, tous ces facteurs font qu'il en France, il aurait été sans intérêt
est présomptueux de vouloir établir des comparaisons entre matériaux, sur- - et très difficile - de référencer
tout quand les écarts de performance sont de quelques dB. On se gardera toutes les productions européen-
donc de considérer les résultats affichés comme des valeurs exactes. Ils servi- nes. En revanche, cette similitude
ront beaucoup plus à positionner les produits en fonction de leurs points 'des caractéristiques permet de
forts - et donc de leurs utilisations privilégiées. transposer les commentaires et
les analyses d'un produit à ses
équivalents sans risquer de gran-
des erreurs d'appréciation.
1. LES MATÉRIAUX DE STRUCTURE
Nous parlons ici des matériaux « lourds » qui constituent la partie « masse »
des systèmes composés. Matériaux de structure également parce qu'ils for-
ment les murs extérieurs ou le cloisonnement porteur d'un bâtiment.

Les briques monomur- les carreaux de brique

Origine
La matière première, argile, lœss, marne, étant universellement répandue, les
entreprises de fabrication se sont implantées sur les zones d'exploitation de
la ressource.

Fabrication
Son principe n'a pas varié depuis les origines. Seuls les outils ont évolué. La
terre mélangée à de l'eau, et dans certains cas à des additifs de cuisson, passe
à travers des machines de façonnage. Les briques sont ensuite cuites au four.

Caractéristiques du matériau
Résistant, pérenne, doté d'une inertie thermique importante, recyclable,
régulateur de l'hygrométrie.
Selon les fabrications, la brique incorpore divers additifs. Les briques à usage
acoustique peuvent être remplies de laine de roche ou de polystyrène. Elles

25
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

ne semblent pas pouvoir prendre place dans un bâti écologique. D'autres


produits ont fait l'objet de tests environnementaux et sont garantis sans addi-
tifs et sans fibres extérieures, les émissions de radioéléments étant pour la
plupart voisines des valeurs naturelles. Le taux d'émission du radon, entre
autres, est l'un des plus faibles des matériaux de construction, avec le plâtre
naturel.

Présentations
On peut distinguer deux familles de produits : les éléments de gros œuvre
(brique classique ou monomur) et les carreaux minces, utilisés en doublage
de murs.

- Brique « classique »
Très grande diversité de modèles, de tai lles. C'est la brique la plus ancienne,
plus ou moins cloisonnée, destinée à tous les usages.

- Brique monomur
Ce type de produit se présente sous la forme de blocs constitués de multi-
Brique monomur (doc.Wienerberger).
ples alvéoles. Gamme de produits pour toutes les situations de construction :
bloc de chaînage, d'ébrasement, poteau ou bloc d'angle, embase, etc. Les
dimensions sont très diverses selon les fabricants et permettent dans tous les
cas d'édifier des murs de 20 à 40 cm d'épaisseur. Son nom vient du fait
qu'elle est utilisable sans doublage ni cloison supplémentaire en raison de ses
caractéristiques thermiques. La technique la plus récente d'assemblage est
dite «maçonnerie roulée». Elle utilise un mortier très mince ( 1 à 3 mm)
déposé au rouleau sur chaque rangée ( 1).

- Brique de doublage
Brique de doublage (doc. Wienerberger). Épaisseur de 3 à 12 cm. Elle sera généralement associée à un isolant souple
pour former des ensembles acoustiques « masse-ressort-masse ».

épaisseur: Utilisation privilégiée en acoustique


4 ou 5 cm
~ Brique monomur
Gros œuvre de construction, murs extérieurs.
Murs de refend, cloisonnements porteurs.
~ Brique de doublage
Doublage de murs ou construction de cloisons intérieures en association
avec un isolant souple ou semi-rigide.

Caractéristiques acoustiques
En pratique, les briques de terre cuite sont généralement recouvertes d'un
enduit ou d'un crépi. Les mesures effectuées tiennent compte de cette situa-
Carreau de brique pour cloison
tion, elles sont donc pratiquées sur des murs construits et finis. Voici les indi-
intérieure (doc.lmérys).
ces d'affaiblissement acoustique pour quelques produits. Nous complétons
( 1) Chez Wienerberger. par exemple, ce mortier. ce chiffre global, quand nous disposons de données suffisantes, par une indi-
composé de 50% de ciment, 45 % de sable et 5 % cation de la bande de fréquences sur laquelle le produit est le plus perfor-
d'adjuvants cellulosiques, est garanti sans dégage-
ment de COV (composés organiques volatils).
mant en affaiblissement.

26
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

1. Brique de cloison Cloisobric ( 1) (épaisseur: 5 cm)


+ 2 faces plâtre ( cm)
1 Rw: 33 dB

2. Brique de cloison Cloisobric (épaisseur: 10 cm)


+ 2 faces plâtre ( 1 cm) Rw: 35 dB

La comparaison entre ces deux cloisons est intéressante puisque l'on voit
que le doublement de l'épaisseur de matériau ne fait gagner que 2 dB.
Continuons en choisissant une autre référence, d'épaisseur encore double.

3. Brique BGV (épaisseur: 20 cm), joint roulé,


enduit sur 1 face

Bande de fréquences de meilleure efficacité : 2 000 à 4 000 Hz pour la cloi-


son ci-dessus.

Conclusion: Ce n'est pas par l'épaisseur d'un seul matériau que l'on obtien-
dra les meilleurs résultats. Essayons donc en plaçant deux cloisons côte à
côte.

1. Brique de cloison Cloisobric (épaisseur: 2. Brique de cloison Cloisobric (épaisseur : 3. Brique BGV (épaisseur: 20 cm),joint
5 cm) + 2 faces plâtre ( 1 cm). 10 cm) + 2 faces plâtre ( 1 cm). roulé, enduit sur 1 face.

4. Double cloison Megabrique composée de 2 cloisons


(épaisseur: 4 cm) séparées par une lame d'air de 1 cm,
les faces extérieures étant recouvertes d'un enduit plâtre
de 5 mm ; épaisseur totale 1 0 cm, montage avec colle
spécifique, les 2 cloisons sont désolidarisées
par des bandes résilientes (voir p. 28)

Meilleure efficacité pour la cloison ci-dessus :au-dessus de 2 000 Hz.


L'amélioration est plus significative, mais c'est en association avec un isolant
4. Double cloison Megabrique : 2 cloisons
souple ou semi-rigide que la paroi de brique atteindra ses meilleures perfor-
(épaisseur:4 cm) séparées par une lame d'air
mances. de 1cm, faces extérieures recouvertes d'un
enduit plâtre de 5 mm.
( 1) Les essais ont été réalisés avec les matériaux
indiqués. On peut supposer que les résultats
seraient sensiblement les mêmes avec des maté-
riaux aux caractéristiques similaires.

27
l.JSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

S. BGV (épaisseur: 20 cm), joint roulé, 1 face avec enduit,


1 face avec un isolant de type laine minérale (8 cm)
+ plaque de plâtre ( cm)
1 1

Bande de meilleure efficacité : efficacité croissante du grave à l'aigu, meilleure


de 500 à 4 000 Hz et au-delà.

6. Double cloison Sibo formée de 2 cloisons de 4 cm,


montées séparément sur des bandes résilientes et séparées
S. BGV (épaisseur: 20 cm),joint roulé, 1face par 5 cm d'isolant semi-rigide de laine minérale f\: 54 dB
avec enduit, 1face avec un isolant de type laine
minérale (8 cm) + 1plaque de plâtre ( 1cm).
On pourra s'étonner de trouver ici les laines minérales, que nous ne considé-
Laine minérale
rons pourtant pas comme des produits écologiques (voir p. 23). La raison en
est simple: la plupart des tests réalisés sur les briques de structure l'ont été
en association avec des laines minérales. Pour donner des éléments de com-
paraison sur les différents montages, c'est notre seule source d'information.
On retrouvera cette situation pour les plaques de plâtre.

Et pour finir, voyons dans quelle mesure l'inertie du matériau peut entraver la
propagation des bruits.

7. Brique classique (épaisseur: 24 cm), joint roulé, remplie


de béton (densité : 2 445 kg/m3), enduit plâtre de 10 mm
6. Double cloison Sibo formée de 2 cloisons
sur chaque face Rw :59 dB
de 4 cm, montées séparément sur des
bandes résilientes et séparées par 5 cm On voit là que l'effet de masse joue parfaitement.
d'isolant semi-rigide de laine minérale. Meilleure efficacité :efficacité très homogène sur toute la bande de 125 à
4000Hz.

Conclusion pour le produit brique


Ces mesures confirment les deux façons d'obtenir une isolation acoustique
performante: l'effet de masse avec des ~arois lourdes ou le système «masse-
ressort-masse».

Fabricants et importateurs (liste non exhaustive) : Bellenberg Allemagne


(monomur 3B, distribué en France par AC2P), Bouyer-Leroux (Bio Bric
Monomur, BGV, G7), lmerys Structure (Carrobric, Gelis), Sibo (Megabrique),
Wienerberger (briques Biomur, Murbric, Cloisobric).
7. Brique classique, remplie de béton et
enduit plâtre.

28
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

Les plaques de plâtre « conventionnelles » Les bandes résilientes

Par plaques « conventionnelles» nous entendons celles que l'on trouve sur Elles sont formées d'un matériau
le marché courant, par opposition aux plaques dites écologiques, proposées, (chanvre, laine, liège, fibre de coco
il est vrai, par peu de fabricants. ou caoutchouc) de 1 à 7 mm
d'épaisseur; elles sont posées sur
Origine la tranche des parois afin de les
La plaque de plâtre est un grand classique de l'isolation et depuis des décen- désolidariser de la paroi support.
nies les fabricants ont développé des produits de plus en plus spécialisés. Dans Nous y reviendrons à plusieurs
tous les cas, la matière première est le gypse, naturel ou synthétique. Le gypse reprises dans cet ouvrage.
naturel, ressource non renouvelable, est extrait de carrières, puis broyé et cal-
ciné. Son équivalent synthétique - le désulfogypse - est issu de la désulfura-
tion des fumées de combustion du charbon ou du fuel, essentiellement celles
des centrales thermiques de production d'électricité. C'est donc un sous-pro-
duit qui se trouve ainsi valorisé. Les gisements de gypse naturel sont nom-
breux dans le monde ; la France en possède plusieurs, qui produisent plus de
5,5 millions de tonnes par an, ce qui la place au septième rang mondial. La
fabrication des plaques de plâtre consomme 75 % de cette ressource, le reste
entrant dans la composition des ciments. Le gypse synthétique, lui, se déve-
loppe fortement car il fournit un plâtre de grande qualité. De ISO OOOtonnes
à la fin des années 1980, la production est passée aujourd'hui à plus de 2 mil-
lions de tonnes.
Sol
Fabrication
Le plâtre obtenu par la « cuisson » entre 100 et 200 oc du gypse est broyé
et tamisé. On lui ajoute divers adjuvants solides ou liquides et de l'eau. La
pâte est étalée entre deux feuilles de carton qui se déroulent en continu et
Positionnement d'une bande
laminée à l'épaisseur désirée. À la fin de la chaîne, la ligne continue est cou- résiliente.
pée pour former les plaques, qui sont alors séchées à l'air chaud.

Caractéristiques du matériau
Les plaques de plâtre conventionnelles ont souvent eu mauvaise réputation
auprès des tenants d'une construction écologique. Faisons donc le tour de
quelques reproches courants :
t Les plaques contiennent de l'amiante.
Faux. Certains gisements de gypse nord-américains, un en particulier situé au
Canada, étaient en effet contaminés par des veines d'amiante ; leur exploita-
tion s'est poursuivie jusqu'à la fin des années 1970, elle est maintenant stop-
pée. Ces produits n'ont pas été exportés, les gisements européens sont
exempts d'amiante, aucune plaque vendue en Europe n'a donc jamais
contenu ce polluant. Plaque de plâtre « conventionnelle »,
t Les plaques diffusent de la radioactivité. dessous, et plaque de plâtre
écologique Fermacell (gypse +
Faux. Il y a confusion avec la laine minérale qui leur est souvent associée dans
cellulose), dessus (doc. A. Bosse-Platière).
des complexes isolants. Des déchets naturels faiblement radioactifs ont en effet
été incorporés entre 1996 et 2000 à des laines de verre (lsover), dans le simple
but de recycler ces matériaux plutôt que de les stocker. Ceci ne concernait
d'ailleurs pas toutes les unités de fabrication et la formule a été abandonnée.

29
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

t Les plaques dégagent du formaldéhyde ou d'autres COY (composés


organiques volatils).
Vrai. Les additifs parfois incorporés au plâtre brut, fongicides, biocides ou rési-
nes, peuvent provoquer des réactions allergiques. Le carton qui garnit les
deux faces de la plaque n'est pas non plus exempt de reproches. À base de
journaux recyclés, il contient encore des résidus d'encre et des solvants. De
plus, ce carton peut être traité avec des produits fongicides ou des retarda-
teurs de fiamme. L'accroissement du nombre de personnes allergiques a
conduit les fabricants à limiter autant que possible la présence de ces pol-
luants. Mieux, certaines fabrications sont garanties sans émission de formaldé-
hyde. On les utilisera de préférence.
t Les colles et enduits de jointoiement sont peu recommandables.
Parfois vrai quand ils contiennent des fongicides ou des adjuvants de surface,
mais il existe maintenant pour cet usage des produits inoffensifs, que l'on
trouvera aisément chez les revendeurs de matériaux écologiques.

Cependant les plaques de plâtre ont aussi des qualités, notamment la résis-
tance au feu, la stabilité dimensionnelle, la faculté de réguler l'humidité des
pièces, la facilité de manipulation et de mise en œuvre, le coût très modéré.
Au chapitre des inconvénients, on mentionnera leur faible résistance mécani-
que et, casse-tête fréquent, la difficulté d'y ancrer des charges lourdes.

Poids : environ 10 kg/m2 pour une plaque de cloison d'une épaisseur de


13 mm, 23 kg/m2 pour une plaque de sol d'une épaisseur de 25 mm.

Présentations
Très grande gamme de dimensions ; les longueurs s'échelonnent entre 2 m et
3,60 m environ, avec des largeurs de 0,60 m à 1,20 m.
Épaisseurs courantes : 10 mm, 13 mm, 15 mm, 18 mm. Plus rarement 23 mm
et jusqu'à 25 mm pour les plaques de sol.

Gammes spécialisées :
- Pour locaux secs, couleùr blanc cassé ou gris, le modèle le plus courant.
- Pour locaux humides, le plâtre et les cartons sont hydrofugés (la nature des
produits n'est pas connue et incite à la réserve), couleur verte.
-Densité renforcée, pour locaux nécessitant une paroi résistante (salles de
. sport ... ), couleur jaune.
-Pour protection incendie (plusieurs indices de protection), par adjonction
de vermiculite et de fibre de verre.
- Pare-vapeur intégré, plaques de sol, plaques perforées, etc.

Utilisation privilégiée en acoustique


t Doublage de murs intérieurs ou extérieurs.
t Création de cloisons intérieures.
t Isolation entre étages, sous plafond ou sur plancher.
t Isolation sous toiture, combles aménagés.
t Création de coffres de volets roulants ou de tous encoffrements.

30
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

Caractéristiques acoustiques
• Montage de cloisons
1. Cloison montée sur ossature métal (largeur: 48 mm)
garnie de chaque côté d'une plaque (épaisseur: 13 mm)

2. Cloison montée sur ossature métal (48 mm) garnie


de chaque côté de 2 plaques de 13 mm superposées Rw :44 dB
Meilleure efficacité en affaiblissement : entre 500 et 2 000 Hz, puis au-delà de
5000Hz.

Le système «masse-ressort-masse» est constitué, c'est alors l'air qui joue le


rôle de ressort. L'alourdissement de la paroi par la pose de deux plaques
superposées renforce l'efficacité. 1. Cloison sur ossature métal avec 1 plaque
de plâtre de chaque côté.
Il faut signaler ici que si l'on désire monter une cloison sur ossature métalli-
que, il est impératif de relier cette ossature à la mise à la terre du logement.
Ceci évite les perturbations du champ électromagnétique créées par la
masse métallique.
Mais les plaques de plâtre sont rarement employées seules. Le montage clas-
sique est une association avec des laines minérales.

3. Cloison de 2 plaques de plâtre, espace empli


de laine minérale Rw :48 dB
Si l'on recherche une efficacité acoustique maximum, on pourra se tourner
vers les systèmes développés spécialement pour cet usage. li s'agit principale-
ment d'ossatures métalliques avec des profils particuliers destinés à empê-
cher le passage des sons entre les deux parois. L'affaiblissement dépassera 2. Cloison sur ossature métal avec 2 plaques
alors les 50 dB comme dans le cas suivant. de plâtre de chaque côté.

4. Cloison montée sur ossature métal spécial acoustique


(largeur: 62 mm) garnie de chaque côté de 2 plaques
(épaisseur: 13 mm), vide empli de laine minérale Rw: 55 dB
On pourra ainsi atteindre un affaiblissement de 62 à 65 dB pour des cloisons
simples, avec des profils spécialement développés pour leurs performances
acoustiques. La double paroi, selon le système vu précédemment pour les
briques, assurera un isolement de 70 à 80 dB, largement au-dessus de ce qui
est habituellement nécessaire dans un habitat.

3. Cloison faite de 2 plaques de plâtre,


espace empli de laine minérale.

31
IJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

t Doublage de murs
S. Mur de parpaings pleins (épaisseur: 15 cm)- mur seul

6. Le même mur avec 45 mm de laine minérale


+ 1 plaque (épaisseur: 13 mm) Rw :67 dB

7. Le même mur avec 45 mm de laine minérale


+ 2 plaques (épaisseur: 13 mm)

Le mur assure l'effet de masse, l'ajout d'un isolant et d'une plaque de plâtre
crée un système« masse-ressort-masse»(+ 12 dB d'efficacité). Ensuite, la
5. Mur de parpaings pleins. pose d'une seconde plaque ajoute 3 dB d'efficacité.

t Isolation entre étages


Les plaques de plancher sont fréquemment associées à un isolant en vrac,
typiquement l'argile expansée ou la vermiculite.

8. Plancher seul Rw :25 dB LN: 98 dB

9. Plancher recouvert d'une plaque spécial sol Rw :34 dB LN: 93 dB

1O. Plancher recouvert de 4 cm de billes


d'argile expansée + 1 plaque pour sol Rw :43 dB LN: 84 dB
7. Mur de parpaings pleins avec laine
minérale et 2 plaques de plâtre. 11. Même disposition avec 8 cm de billes d'argile Rw :44 dB LN: 81 dB

12. Même disposition avec 16 cm de billes d'argile Rw :48 dB LN: 80 dB

Cet exemple montre l'intérêt d'un «plancher fiottant »créé par l'épaisseur
des billes d'argile qui désolidarise plancher et plafond. L'augmentation de
l'épaisseur d'isolant apporte ensuite un gain d'efficacité.

Fabricants et importateurs (liste non exhaustive) : BPB-Piaco (Piacoplâtre),


Lafarge, Knauf.

Rw :25 dB- LN :98 dB

â. Plancher seul.

Rw :44 dB- LN :81 dB

Il. Plancher recouvert de 8 cm de billes


d'argile expansée + 1 plaque pour sol.

32
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

Les plaques de plâtre « écologiques »

Origine
Bien connues en construction écologique, ces plaques sont un mélange homo-
gène de plâtre et de 20% de fibres de cellulose, issue du recyclage du papier.

Fabrication
Après mélange et addition d'eau sans aucun autre liant, la pâte obtenue est
comprimée et façonnée en panneaux. Ces derniers sont séchés, imprégnés
d'un produit imperméabilisant puis découpés aux dimensions commerciales.
Plaque de plâtre« écologique» (doc.
Un fabricant occupe une position dominante : le groupe Xella, avec les pro-
Fermacell).
duits Fermacell.

Caractéristiques du matériau
Sa masse volumique est de l'ordre de 1 000 à 1 250 kg/m3, c'est donc un
matériau lourd.
Résistance au feu, perméabilité à l'air; adaptation aux locaux humides, résistance
mécanique en sont les atouts majeurs. Contrairement aux plaques de plâtre
conventionnelles, ces panneaux acceptent des fixations et des ancrages lourds.
Les plaques de plâtre Fermacell ont été classées parmi les matériaux recom-
mandables en construction écologique et ont obtenu plusieurs labels de qua-
lité dans ce sens.
Le fabricant affirme que les panneaux ne contiennent pas de substances dan-
gereuses pour la santé mais on ignore la nature de l'imperméabilisant déposé
en surface. De plus, le papier recyclé qui entre pour 20% dans la composi-
tion de la plaque est susceptible de renfermer encore les encres et les pro-
duits de fabrication d'origine.

Précaution tion, irritants pour la peau, potentiellement cancérogènes.


Cependant. il s'agit de substances instables, qui se dégradent
La colle de jointoiement préconisée par le fabricant (Xella) au fil du séchage en composés inertes et donc inoffensifs. Si
ainsi que la colle de montage pour plaques de sol, vendues l'on ne souhaite pas utiliser ces produits de mise en œuvre,
sous sa marque, peuvent aussi retenir notre attention. Elles on emploiera plutôt des colles équivalentes mais sans dan-
libèrent en effet des isocyanates au moment de la mise en ger, que l'on trouvera chez les marchands de matériaux et
œuvre. Ces composants ont été classées nocifs à l'inhala- produits écologiques.

Prix élevé, en moyenne trois fois plus cher que la plaque classique, mais les
caractéristiques en isolation phonique sont également supérieures.

Présentations
De multiples dimensions sont disponibles, depuis le petit format de 1,50 m x
1 m jusqu'aux panneaux de 3 m x 2 m. On trouve même une plaque
« géante » de 6 m x 2,54 m.
Les épaisseurs courantes sont 10 mm, 12,5 mm, 15 mm et 18 mm.
Des modèles spécifiques existent pour le sol, en utilisation avec un plancher
chauffant.

33
l.JSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

Le même fabricant produit sous la marque Fermacell des plaques de plâtre


doublées de polystyrène. On ne les retiendra pas dans une liste de matériaux
écologiques. Un panneau composite a été également développé par ce fabri-
cant ; il se compose de couches extérieures dures de ciment renforcé de
fibre de verre. L'intérieur du panneau recèle des billes d'argile expansée. Le
procédé de fabrication nous semblant particulièrement lourd et vorace en
énergie, nous ne le retiendrons pas non plus.

Utilisation privilégiée en acoustique


t Construction de cloisons.
t Isolation entre étages, sur plancher.
t Isolation en plafond possible avec des plaques de faible épaisseur.

Caractéristiques acoustiques
Pour une plaque nue, les valeurs d'affaiblissement acoustique sont :
4. Cloison montée sur ossature métal avec
1. Plaque d'une épaisseur de 10 mm f\v: 31 dB
1plaque de plâtre de chaque côté.
2. Plaque d'une épaisseur de 12,5 mm Rw :32 dB

3. Plaque d'une épaisseur de 15 mm Rw :32 dB

t Montage de cloisons
4. Cloison montée sur ossature métal (largeur: 75 mm),
garnie de chaque côté d'une plaque (épaisseur : 12,5 mm) f\v: 4 1 dB
5. Cloison montée sur ossature métal (largeur: 75 mm),
garnie de chaque côté de 2 plaques de 12,5 mm superposées Rw :52 dB

La seconde plaque apporte un gain de 11 dB.

En construction ou en rénovation écolqgique, on peut cependant préférer


6. Cloison montée sur ossature bois avec
1plaque de plâtre de chaque côté. monter des cloisons sur une ossature en bois plutôt qu'en métal. Les perfor-
mances acoustiques en seront un peu modifiées.

6. Cloison montée sur ossature bois de 60 mm x 80 mm,


garnie de chaque côté d'une plaque de 12,5 mm d'épaisseur f\v: 36 dB
On voit que le rendement acoustique est inférieur - 36 dB au lieu de 41 dB.
Ceci est dû à la surface de contact entre les deux plaques, plus importante
avec le bois et qui crée un « pont acoustique ».

7. La même cloison, garnie de chaque côté de 2 plaques


de 12,5 mm superposées Rw : 45 dB
Le doublement de la plaque apporte un gain appréciable en augmentant
l'inertie du système.
7. Cloison montée sur ossature bois avec
2 plaques de plâtre de chaque côté.

34
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

8. Reprenons la cloison sur ossature métallique de Rw


dont l'indice d'affaiblissement est de 52 dB. Remplaçons
maintenant l'ossature de base par une ossature métallique
spécialement conçue pour freiner la transmission des sons :

Conclusion: selon que l'on souhaite privilégier l'efficacité acoustique ou la valeur


écologique, on choisira une construction sur ossature métal spécial acoustique
ou une ossature bois que l'on renforcera en doublant, voire en triplant les pla-
ques de plâtre et en désolidarisant les deux parois par des bandes résilientes. Si
l'on choisit l'ossature métallique, il sera alors important de relier à la terre la
structure de chaque paroi.
laine minérale
aIsolation entre étages
9. Base de calcul : séparation entre étages formée de panneaux de bois
(épaisseur: 22 mm), sur poutres de 200 mm ·x 80 mm. Le plafond au-dessous
est constitué par une plaque de plâtre (épaisseur : 10 mm); une couche de
laine minérale de 50 mm d'épaisseur est étendue sur cette plaque.
Caractérisation de ce plancher: f\ :40 dB LN : 75 dB
1O. 1re formule : on ajoute sur ce plancher Rw : 40 dB- LN : 75 dB

une couche de 10 mm de laine minérale 9. Plancher de base : panneaux de bois avec


compressée et 2 plaques de plâtre dessous une plaque de plâtre et une couche
de laine minérale.
(épaisseur : 10 mm) superposées
Laine minérale

Le gain est donc assez important, qu'il s'agisse des bruits aériens (7 dB) ou
des bruits d'impact (9 dB).

11. 2e formule :on ajoute sur le plancher de


base 20 mm de laine minérale compressée
et 2 plaques de plâtre (épaisseur : 12,5 mm)
~ :47 dB-~ :66 dB
Le gain est minime par rapport à la première formule, il n'est donc pas cer-
1O. Plancher avec laine minérale et 2 plaques
tain que le surcoût soit justifié. de plâtre.

Fabricant des plaques de plâtre « écologiques » : Fermacell (Groupe Xella).

Conclusion pour les plaques de plâtre


Si on les compare à une construction traditionnelle en briques, on observe
qu'elles offrent d'excellentes performances acoustiques pour des épaisseurs
réduites. Leur facilité d'utilisation est aussi un atout non négligeable. En revan-
che, leur côté « froid » et géométrique s'accorde mal à des maisons auxquel-
les on veut conserver une âme traditionnelle. Elles seront donc plutôt adap-
tées à des architectures contemporaines.

35
IJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

Les panneaux de bois dense

En dehors des très classiques plaques de plâtre, on peut trouver d'autres


produits de structure, destinés à la construction de cloisons ou au doublage
de murs. On retiendra parmi eux les panneaux de bois dense. Ces panneaux
ne doivent pas être confondus avec les plaques de bois aggloméré (panneaux
de particules), ni avec les produits de moyenne densité appelés MDF, généra-
lement obtenus par adjonction de colle ou de liants souvent diffuseurs de
formaldéhyde. Ceux qui peuvent prendre place dans notre liste de matériaux
écologiques sont uniquement liés par la résine naturelle du bois, sous l'in-
fluence de la chaleur et de la pression. Il sera donc important de se rensei-
gner auprès des fabricants et distributeurs sur les qualités réelles des produits
proposés. En effet, les mêmes entreprises peuvent proposer, sous la même
marque, des produits écologiques et d'autres qui le sont beaucoup moins.

Panneaux de bois dense (doc. Pavatex). Deux catégories existent : les panneaux minces, de 2 à 6 mm environ, réser-
vés à la fabrication d'emballages ou à l'ameublement, et les panneaux plus
épais, de 6 à 10 mm, susceptibles de constituer des cloisons, des plaques de
sol ou des doublages de murs. Seuls ces derniers nous intéresseront

Origine
L'industrie de transformation du bois est présente dans de nombreux pays,
les fabricants de panneaux durs sont tout aussi nombreux. La technique de
fabrication est assez ancienne puisqu'elle date de la fin des années 1920, mais
elle connaît aujourd'hui un véritable essor, lié à la demande de matériaux
naturels.

Fabrication
Le bois utilisé provient essentiellement de l'exploitation de forêts ou de scie-
ries. Une partie peut aussi être du bois recyclé. Il est d'abord défibré, les par-
ticules obtenues sont mélangées avec de -l'eau pour former une pâte homo-
gène. La pâte est agglomérée par la chaleur et la pression en présence de
vapeur d'eau. La lignine et l'hémicellulose, constituants de base, se recombi-
nent alors, assurant la cohésion du panneau. Une petite quantité de colle est
incorporée dans certains cas, notamment pour des plaques de sol. Nous
n'avons obtenu aucune information sur la nature de cette colle. Les plaques
obtenues sont séchées puis découpées aux dimensions commerciales.

Certains panneaux sont soumis à un bain d'huile de pin puis durcis à 155 oc
pendant 8 à 12 heures. Ce traitement leur donne une résistance mécanique
accrue et améliore leur tenue à l'humidité.

Caractéristiques du matériau
-Aggloméré avec sa propre résine, sans aucun liant extérieur, sauf certaines
plaques de sol.
- Bonne résistance mécanique et excellente stabilité dimensionnelle.
- Résistant à l'humidité et aux moisissures mais craint l'eau.

36
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

- Permet l'accrochage de charges lourdes.


- Biodégradable, totalement recyclable.
Ces panneaux peuvent être collés entre eux avec des colles ou des mastics
écologiques.

Présentations
Panneaux de dimensions diverses selon les fabricants : longueur de 1,20 m à
plus de 3 m, largeur de 0,60 m à 1,35 m, épaisseur de 6 à 10 mm.
Densité de l'ordre de 700 à 970 kg/m3.

Utilisation privilégiée en acoustique


t Cloisons intérieures.
t Doublage de murs.
t Plafonds sous lambourdage ou faux plafonds. Montage de panneaux de bois dense
t Sous-couche de sol : peut recouvrir un ancien sol avant le revêtement d'uti- (doc. Pavatex).
lisation (tapis, parquet. .. ).
t Plaque de sol, posée directement sur lambourdes pour former le sol défini-
tif

Caractéristiques acoustiques
L'usage en isolation phonique est malheureusement très marginal pour ce
produit. Aucun essai officiel n'a été réalisé jusqu'à présent et si des tests inter-
nes ont été effectués par les fabricants, ils ne sont pas communiqués. On ne
peut donc qu'émettre des hypothèses. Les panneaux de bois dense peuvent
remplacer les plaques de plâtre dans des montages masse-ressort-masse.
Leurs performances dépendent alors principalement de leur rigidité et de
leur de~sité. La densité est assez proche de celle des plaques de plâtre.
Quant à la rigidité, elle semble plus importante. On peut donc supposer que
leurs performances en affaiblissement sont voisines de celles des plaques de
plâtre, ou meilleures. Des tests permettraient d'inscrire ces produits dans la
gamme des matériaux utilisables en acoustique. Il serait notamment intéres-
sant pour des utilisations industrielles de connaître les indices d'affaiblisse-
ment selon la fréquence pour les diverses épaisseurs disponibles.

Fabricants et importateurs (liste non exhaustive) : lsoroy, Pavatex, QEM,


Unalit.

Un produit récent: les blocs chaux-chanvre


Depuis peu est apparu sur le marché un nouveau produit de construction. Il
s'agit de blocs constitués de chènevotte de chanvre, agglomérée avec de la
chaux. Les dimensions sont diverses et permettent de réaliser aussi bien des
murs extérieurs que des cloisons, ou de doubler des murs existants.

Ce produit a fait l'objet de tests en laboratoire mais ils ne concernent que les Bloc préfabriqué de chanvre et de
caractéristiques en absorption. Les résultats révèlent d'assez grandes différen- chaux (doc. A. Bosse-Platière).

37
l.JSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

ces en fonction de l'épaisseur, de la technique de mise en œuvre et de la fini-


tion de surface. Les moyennes semblent toutefois assez intéressantes, elles
laissent supposer un bon confort acoustique intérieur. Les caractéristiques en
affaiblissement ne sont pas encore connues.

À notre connaissance, le bloc de chaux- chanvre n'a pas donné lieu à des
applications en acoustique de l'habitat. Nous ne pouvons donc donner
aùcune préconisation dans ce domaine.

Fabricants et distributeurs (liste non exhaustive) : L'Atelier du chanvre, Easy


Chanvre.

Un produit d'autoconstruction :la paille

Les isolants que nous avons étudiés jusqu'à présent sont tous des produits
commerciaux, fabriqués plus ou moins industriellement. Depuis plusieurs
décennies existent des démarches parallèles. Elles tendent à l'utilisation de
produits naturels, d'origine régionale, mis en œuvre localement en autocons-
truction ou en tout cas avec le minimum d'apports extérieurs. Parmi ces pra-
tiques, la construction en paille a une certaine antériorité et a su trouver un
public.

Les habitants de ces demeures ont depuis longtemps observé que leurs mai-
sons présentaient un confort sonore significatif Ceci a conduit une associa-
tion néerlandaise à faire réaliser des tests acoustiques, tests effectués en 2003
à l'université d'Eindhoven. Ils sont effectués sur des murs typiques d'une
construction en paille, composés d'une superposition de bottes de paille
compressée, revêtues sur chaque face d'un enduit d'argile de 25 à 35 mm
d'épaisseur. Les indices d'affaiblissement par fréquence obtenus sont variables
selon la compression de la matière, meilleurs si la paille n'est pas trop serrée.
On peut retenir les résultats suivants :

Construction d'un mur à ossature Fréquence en Hz


bois avec remplissage en bottes de 125 250 500 1000 2 000 4 000
paille compressées (doc. A. Bosse-
Affaiblissement en dB 36,4 36,1 46,2 59, 1 67,0 59,2
Platière).

Le calcul de l'affaiblissement moyen (ce n'est pas une moyenne arithmétique


des indices par fréquence !) donne un résultat de 60,5 dB, ce qui est une
bonne performance. Malheureusement, nous n'avons pas pu connaître
l'épaisseur du mur considéré, qui serait de dimensions classiques pour une
construction en paille, soit 35 à 50 cm. Les comparaisons restant très aléatoi-
res, on remarquera simplement que l'affaiblissement maximal est obtenu aux
fréquences de plus grande sensibilité de l'oreille, ce qui justifie bien l'impres-
( 1) Documentation auprès de La maison en paille,
sion de confort acoustique ressenti ( 1).
association animé par André de Boute;,
La maison en paille, 16290 Champmillon. Tél. OS
45 66 27 68. www.lamaisonenpaille.com

38
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

2. LES MATÉRIAUX DE REMPLISSAGE


Les matériaux de remplissage seront utilisés en complément des matériaux
de structure, soit dans la construction de cloisons, de planchers, soit dans le
doublage de parois existantes, ou encore pour l'isolation de combles ou de
toitures. Sur le plan acoustique, ce sont les matériaux « ressort». Ils seront
plus ou moins performants, en fonction non seulement de leur nature mais
également de leur densité. Les matériaux de moyenne densité se classent
globalement mieux que les produits légers. La dispersion du son (réfraction)
dans l'épaisseur y est plus importante.

Plusieurs grandes familles sont présentes, avec des utilisations différentes : la


matière en vrac (fibres ou granulés), les rouleaux souples, et les panneaux
semi-rigides de densité faible ou moyenne. Ces matériaux sont d'origine
minérale, végétale ou animale.

En revanche, pour un produit, la ouate de cellulose, les


points de vue s'accordent à considérer le pare-vapeur
Une question se pose, systématique dès lors que l'on parle comme une nécessité technique. En effet, ce produit est
d'isolation : doit-on, avec les nappes ou les panneaux, poser particulièrement sensible à l'humidité, qui risque d'altérer
un pare-vapeur, un freine-vapeur, un pare-pluie ... ou rien ? ses performances.

Il nous est malheureusement impossible de donner une En dehors de ce cas bien connu, nous avons choisi de ne
réponse générale. D'abord, les documents des fabricants pas entrer dans une discussion particulièrement complexe.
ou des. distributeurs ne s'accordent pas à ce sujet. Pour un
même matériau, les avis peuvent diverger selon les fournis-
seurs. De plus, la réglementation comme les habitudes Et la ventilation ?
sont différentes selon les pays et un produit pour lequel un
freine-vapeur est obligatoire en France s'en dispense en La question se pose également de la nécessité d'une lame
Allemagne. Enfin, la destination des pièces peut être prise d'air avec apport d'air extérieur dans l'espace renfermant
en compte et on conseillera plus volontiers un pare- l'isolant. Les réactions thermiques entre l'intérieur et l'ex-
vapeur au plafond d'une salle de bains que dans un salon. térieur peuvent en effet être source de condensation. La
Comment décider, donc ? C'est certainement en recueil- question se pose pour l'isolation sous toiture ou bien en
lant des avis nombreux, en interrogeant des maîtres d'œu- doublage de murs extérieurs. Certains fabricants prônent
vre, des architectes aussi bien que des utilisateurs que l'on la systématisation de la ventilation, d'autres ne sont pas
pourra se forger une opinion. Les aspects réglementaires aussi catégoriques. Encore une fois, c'est la discussion avec
ne seront pas à négliger et il sera notamment utile d'en les professionnels qui apportera la solution, adaptée à cha-
discuter avec votre assureur. que projet de construction ou de rénovation.

39
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

A. Les matériaux végétaux

Le chanvre
Origine
Plante annuelle cultivée dans toute l'Europe, le chanvre se fait une place dans
le domaine de la construction depuis une vingtaine d'années, avec de réels
atouts. La France est le premier producteur européen à destination du bâti-
ment; la plus grande exploitation, sise à Bar-sur-Aube (dans l'Aube), occupe
6 000 hectares et assure 75 % de la production française . Plante résistante, le
chanvre peut être cultivé sans engrais ni pesticides.

Fabrication
Le chanvre offre toute une gamme de produits adaptés à des usages très
variés. La partie extérieure de la tige (la filasse), formée de fibres longues, sert
à la fabrication de la laine de chanvre, présentée en rouleaux souples ou en
panneaux semi-rigides. La partie centrale (la chènevotte) sera utilisée sous
forme de « granulés » dans des bétons allégés, ou bien déversée en vrac.

De nombreux produits à base de chanvre ont vu le jour, on citera par exemple


!-;~ P.'?!~~~~!r.................. . les complexes chanvre-bitume ou les panneaux rigides chanvre-ciment. On ne
Produit de synthèse, le polyester
les présentera pas ici car ils n'entrent pas dans notre définition des produits éco-
semble parfaitement neutre et sta- logiques. Les rouleaux ou les panneaux de base eux-mêmes peuvent contenir
ble, il ne dégage pas de vapeur diverses fibres annexes destinées essentiellement à accroître la tenue mécani-
toxique et ne perturbe pas l'envi- que, la résistance à l'affaissement et la facilité de mise en œuvre. On pourra ainsi
ronnement électromagnétique. Il trouver des apports de cellulose ou des fibres synthétiques (polyester). D'une
est donc accepté par les labels manière générale, la laine en rouleau contiendra moins de fibres extérieures que
d'éco-matériaux. les panneaux. Les fibres de polyester se retrouveront d'ailleurs dans la plupart
des isolants en nappe, où elles assurent la cohésion du matériau.

Caractéristiques du matériau
- Respirant et régulateur de l'hygrométrie.
- Protection au feu réduite, ainsi que pour tous les isolants végétaux naturels.
-Totalement recyclable et réutilisable.
-Le chanvre n'est pas consommé par les rongeurs.
- Coût modéré pour les produits simples, pouvant être important pour les
produits manufacturés.

t Laine en rouleaux
Dans les laines en rouleaux sont incorporées de 10 à 30% de fibres synthéti-
ques qui servent de liant ; les laines sont fréquemment traitées aux sels de
bore (produit d'origine naturelle) contre les parasites. Elles peuvent aussi
contenir un retardant au feu (phosphate d'ammonium, carbonate de soude
ou similaire).
- Densité de l'ordre de 25 kg/m3.
Laine de chanvre en rouleaux (doc. - Tendance à s'affaisser dans le temps.
LCDA).
- Plutôt recommandé en pose horizontale.

40
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

~~ P.~?~P.~~~~- ~:~~~-~~!~~ ......................... Le carbonate de soude est un produit simple, alcalin


comme beaucoup de produits d'ignifugation. Il est parfaite-
Il est présent comme inhibiteur de flamme dans de nom- ment inoffensif et se retrouve même dans des préparations
breux produits. Mais en cas d'incendie, il dégage des vapeurs alimentaires ou médicales. Il s'utilise essentiellement dans
toxiques. Al'état brut et concentré, il émet des traces d'am- les produits lessiviels (cristaux de soude). Dans la laine de
moniac lors de l'exposition à l'air et peut être irritant pour chanvre ThermoHanf (distribué par Sainbiose), il est incor-
les yeux. Mais la quantité de produit incorporée à la laine est poré dans une proportion de 3 à 5 %.
très faible. D'autre part, la dilution et la dispersion du pro- Quant au sel de bore, utilisé contre les parasites, il est
duit conduisent à une forme stable et parfaitement inoffen- accepté par les labels de produits écologiques (Oko-Test,
sive. Sous réserve de tests approfondis, l'utilisation de ce NaturePius) ; il est réputé stable et sans danger.
produit semble donc sans danger pour la santé.

• Panneaux
Les panneaux contiennent de 30 à 50 % de fibres synthétiques pour assurer
la rigidité et la résistance mécanique. Ils peuvent recevoir aussi des traite-
ments antiparasitaires et des retardants au·feu.
- Densité : 25 à 35 kgfm3.
- Bonne tenue mécanique pour utilisation verticale.

• Chènevotte en vrac
Les granulés en vrac sont disponibles soit bruts, soit enrobés de sels miné-
raux qui limitent la sensibilité à l'humidité et assurent une protection au feu. Laine de chanvre en panneaux (doc.
-Vrac compressé : densité de 40 kgfm3 à 110 kg/m3. Haga).

• Feutre de protection : poids de 500 à 800 g/m2.

• Sous-couche pour plancher flottant, composée de 60 à 70 % de chanvre,


25 à 35 % de jute ou de lin recyclé, 5 % de polyester; poids moyen de
750gfm2.

Présentations
- Rouleaux de 5 à 1 0 m de long, 45 à 1 00 cm de large ; épaisseur : 60, 80, ou
100 mm. Chènevotte en vrac (doc.J.-L. Beaumier).
- Panneaux de 1,20 m à 1,35 m x environ 0,60 m, épaisseur de 40 à 200 mm
selon les fabrications.
-Vrac en sacs, diverses contenances.
- Feutre de chanvre en rouleaux de 25 m x 1 m et 25 m x 2 m ; épaisseur :
5 mm,8 mm.
-Sous-couche pour plancher en rouleaux de 25 m x 1 m et 25 m x 2 m ;
épaisseur: de 4 à 5 mm.

Utilisation privilégiée en acoustique


• Laine en rouleaux
Isolation de rampants par-dessous ou par-dessus avant pose de la toiture.
Garnissage de cloisons intérieures mais risque d'affaissement de la laine.
Bottes de chanvre (doc.A. Bosse-Platière).

41
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

• Panneaux
Isolation de rampants par-dessous ou par-dessus avant pose de la toiture.
Garnissage de cloisons intérieures.

• Chènevotte en vrac
Isolation de toiture par-dessus avant pose de la toiture.
Isolation entre étages.

• Feutre
Bandes résilientes, réalisation de colliers et manchons antivibratiles.

• Sous-couche
Sous un plancher fiottant, isolation intérieure de coffrets ou enrobage d'élé-
ments, supports antivibratiles d'appareils.

Pose directe déconseillée sur un mur extérieur en raison du risque de


condensation et d'accumulation d'eau.

Caractéristiques acoustiques
• Affaiblissement comparé

1. Cloison sur ossature métal (largeur: 70 mm)


garnie de chaque côté d'une plaque de plâtre
(épaisseur: 12,5 mm), espace entre les plaques laissé vide Rw :35 dB

2. La même cloison emplie de laine de chanvre


(densité: 25 kg/m3, épaisseur: 60 mm) Rw :41 dB

Meilleure efficacité : 500 Hz à 2 200 Hz environ, soit sur la bande de fréquen-


1. Cloison sur ossature métal. ces où se développe la majorité des nuisances environnementales ; c'est aussi
la zone de plus grande sensibilité auditive ..

• Absorption
a sabine pour un panneau de laine de chanvre de 35 kg/m3 de densité et
60 mm d'épaisseur:
Fréquence en Hz
125 250 500 1000 2 000 4 000
Coefficient d'absorption 0,23 0,43 0,57 0,66 0,69 0,74

L.:absorption est d'une efficacité croissante du grave à l'aigu ..

Conclusion pour le chanvre


On ne dispose malheureusement pas de données comparatives en affaiblis-
sement entre les rouleaux (densité : 25 kgfm3) et les panneaux (densité :
35 kgfm3). En théorie, les panneaux doivent présenter une performance
2. Cloison sur ossature métal emplie de
laine de chanvre.
supérieure de 1,5 à 2,5 dB. Ils peuvent donc être intéressants par leurs quali-
tés acoustiques et leur facilité de mise en œuvre. Un des bons choix actuels

42
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

pour son rapport efficacité-prix. Le chanvre est actuellement dans le peloton


de tête de la demande en isolants écologiques.

Fabricants et importateurs (liste non exhaustive) : Le secteur du chanvre a


connu de multiples transformations en France ces dernières années. Le
groupe le plus important se présente ainsi : La Chanvrière de l'Aube cultive le
chanvre et produit la filasse et la chènevotte, matières premières, La
Chanvrière du Belon et Effiréal élaborent les produits finis, rouleaux, pan-
neaux, enrobés, Chanvre et Techniques commercialise le tout. En dehors de
ce groupe, il faut citer Bio Innova, fabriqué en Autriche (distribué en France
par lsover Saint-Gobain), lsonat, Meha, QEM (produit Chanvrilis),
Terrachanvre .. . Ce dernier se distingue en proposant des produits issus de
culture biologique, c'est l'exemple d'une démarche véritablement cohérente.

UNE INNOVATION INTÉRESSANTE


Au moment de valider la dernière version de ce texte, nous
découvrons une innovation qui nous paraît intéressante. Une
nouvelle structure, de forme associative, a été créée par des
agriculteurs de Poitou-Charentes pour cultiver du chanvre et
transformer la matière première. Le « Chanvre Mellois » pro-
pose trois variétés de chènevotte et une laine de chanvre brute.
La culture est réalisée sans pesticides et sans engrais chimiques.
La chènevotte est façonnée différemment en fonction de son
utilisation :enduit mural isolant, enduit de finition ou chapes iso-
lantes. Elle est disponible en vrac ou en « big-bags », pour une
réduction des coûts de conditionnement.
Chanvre en ballots (doc. Chanvre
La laine de chanvre est cardée sans aucun apport de fibres exté·
Mel lois).
rieu res, elle se présente en ballots de 1S à 20 kg de laine com-
pressée. Les ballots se divisent en plaques de 50 cm x 40 cm
environ, qu'il faut secouer pour qu'elles retrouvent leur épais-
seur normale, de S à 7 cm.
L'ensemble des produits ne reçoit aucun additif d'aucune sorte,
ni au stade de la fabrication ni comme protection ultérieure.
Les initiateurs de ce projet conduisent actuellement de nom·
breux tests pour connaître exactement les caractéristiques du
produit :résistance et durabilité, stabilité dimensionnelle dans le
temps, réaction aux parasites ...
Cette initiative nous paraît bien aller dans le sens d'une démar-
che écologique cohérente, incluant la proximité de la produc·
tion et le conditionnement.

Le lin
Origine
Le lin, plante aux fleurs blanches et bleues, est cultivé depuis des temps très
lointains pour l'usage textile : draps, vêtements, nappes, etc: Il entre
aujourd'hui dans la famille des produits d'isolation. La France est le premier
producteur mondial de lin, avec 80 000 hectares cultivés dont environ 60 %
en Normandie. Elle exporte une grande part de sa production. Le lin nor- Isolant en laine de lin (doc. A. Bosse-
mand a acquis une grande réputation en raison de la qualité de ses fibres. Platière).

43
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

Fabrication
Les fibres longues sont destinées avant tout à l'industrie textile. Viennent
ensuite les revêtements muraux, les tissus techniques ou les billets de banque
et le papier à cigarettes. Seules les fibres courtes sont utilisées pour produire
des isolants, c'est ainsi toute la plante qui est valorisée.

La fibre de lin est cardée, agglomérée en ouate, puis façonnée en rouleaux


souples ou en panneaux semi-rigides. On peut également la trouver sous
forme de feutre dense ou de flocons livrés en vrac. Des sels de bore et du
silicate de sodium sont incorporés au stade de la fabrication, pour augmenter
son insensibilité aux parasites, aux rongeurs et aux moisissures. Ce traitement
améliore en même temps sa réaction au feu. La fabrication incorpore des
fibres synthétiques (polyester), dans une proportion d'environ 15 % pour les
rouleaux souples et 40 % pour les panneaux semi-rigides.

Silicate de sodium soluble dans l'eau. Cependant, une fois dilué, il se trans-
•··•·········•·•···•···•·•···················•·····•·• forme en silice dissoute, d'une formule proche de la silice
Le silicate pur est un produit hautement alcalin, corrosif. Il naturelle, stable et sans danger. Sous réserve d'essais
est classé comme irritant pour les yeux, la peau, les voies approfondis, son utilisation dans la fibre de lin ne semble
respiratoires. Il est ininflammable, très stable dans l'air, pas présenter de risques pour la santé.

Caractéristiques du matériau
- Régulateur de l'hygrométrie.
- Respirant
- Imputrescible.
- Électriquement neutre.
-Totalement recyclable.

Présentations
- Fibre en vrac, en sacs de 20 kg.
- Rouleaux de 10 m x 0,60 m, épaisseur de 60 à 100 mm.
- Panneaux semi-rigides de 1,35 m x 0,60 m, épaisseur de 40 à 80 mm, den-
sité de 30 kgfm3
- Feutre de lin en rouleaux de 10 m x 2 m, épaisseur de 2 à 10 mm.

Utilisation privilégiée en acoustique


t Fibre en vrac
Laine de lin en vrac (doc.Textinap). Isolation de combles ou de planchers en déversement manuel ou mécani-
que.

t Laine en rouleaux
Isolation de rampants par-dessous ou par-dessus avant pose de la toiture.
Garnissage de cloisons intérieures mais risque d'affaissement de la laine.

t Panneaux
Isolation de rampants par-dessous ou par-dessus avant pose de la toiture.
Garnissage de cloisons intérieures.

44
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

t Feutre
Bandes résilientes et sous-couche acoustique pour plancher fiottant.

Caractéristiques acoustiques

t Affaiblissement comparé
Cloison ossature bois de 60 mm x 100 mm formée de 2 plaques de plâtre
de 12,5 mm d'épaisseur, vide de 100 mm.

1. Espace entre les plaques laissé vide

2. Vide empli de laine minérale (densité : 17 kg/m3) Rw :40 dB

3. Vide empli de laine de lin (densité : 30 kg/m3) Rw :40 dB

t Absorption comparée
- Panneau de laine de roche (épaisseur: 40 mm, densité : 35 kg/m3)
-Panneau de laine de lin (épaisseur: 40 mm, densité: 30 kg/m3)

Fréquence en Hz
Coefficient d'absorption 125 250 500 1000 2 000 4 000
Laine de roche 0,30 0,70 0,88 0,85 0,65 0,60 1. Cloison sur ossature bois, espace laissé
Laine de lin 0,09 0, 18 0,48 0,73 0,50 0,33 vide.

Conclusion pour le lin


Les performances de la laine de lin semblent identiques à celles de la laine
minérale en affaiblissement et inférieures en absorption, mais les données
manquent pour confirmer ces seules mesures disponibles. Dans le doute, il
sera peut-être plus judicieux de réserver la laine de lin pour des applications
thermiques si ses caractéristiques conviennent et de choisir un isolant plus
connu dans le domaine acoustique.

Fabricants et importateurs : Le produit connu sous la marque Natilin est


maintenant fabriqué en Angleterre. Sa distribution en France ne dépend pas
d'un importateur exclusif, de nombreux fournisseurs de matériaux s'approvi-
sionnent directement. Un autre produit est disponible actuellement, le 3. Cloison sur ossature bois, espace empli
Thermolin, panneau semi-rigide. de laine de lin.
Distributeurs (décembre 2005) : Dom us Matériaux, La Maison de l'écologie
et de nombreux distributeurs régionaux de matériaux écologiques.

45
LISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

La cellulose

Origine
La cellulose, constituant de base du règne végétal, existe partout dans la
nature. La matière première utilisée pour la fabrication d'isolants a diverses
origines: l'exploitation forestière, les journaux recyclés ou d'autres fibres tex-
tiles comme le lin. L.:Amérique du Nord et surtout le Canada sont d'impor-
tants consommateurs et aussi d'importants producteurs de cellulose.
L'Europe est également représentée avec des usines dans plusieurs pays.
notamment l'Allemagne et la France. La cellulose est l'isolant en vrac le plus
utilisé en construction écologique.

Fabrication
La matière première est broyée et réduite en fiocons. auxquels on pourra
ensuite donner diverses formes. Ces fiocons peuvent simplement être
conservés en l'état, pour déversement, ou mieux, pour soufflage à la machine.
Ils peuvent aussi être texturés et agglomérés avec d'autres matières (du lin
par exemple) pour obtenir des rou leaux ou des panneaux plus ou moins rigi-
des. Une autre technique consiste à comprimer fortement les fibres au tra-
vers d'une filière, sans aucun liant, pour obtenir des granulés de quelques mil-
limètres de diamètre. La densité est alors beaucoup plus importante. De
Cellulose en vrac (doc.j.-L. Beaumier). nombreux composites ont également vu le jour; qui associent cellulose et
plaque de plâtre, cellulose et bois aggloméré, ou constitués d'une plaque de
cellulose recouverte de deux feuilles de carton.

La cellulose à base de papier recyclé fait parfois l'objet d'une méfiance, due à
la persistance des encres et additifs du papier d'origine. On a ainsi soupçonné
ce produit de contenir des métaux lourds. Précisons donc que les encres uti-
lisées en imprimerie ne contiennent plus de métaux lourds depuis bien long-
temps ; le reproche est parfaitement infondé. Il reste que les autres compo-
sants ne sont pas d'une totale innocuité. Un fabricant a donc résolu le pro-
blème en choisissant, plutôt que des papiers recyclés, des boues papetières
(pâte à papier non utilisée) issues directement de la filière bois ( 1).

La cellulose reçoit généralement des additifs, variables selon les fabricants :


( 1) Cet isolant, le seul à notre connaissance à n'in- sels de bore, si licates, hydrate d'alumine, phosphate d'ammonium ou tanin
corporer aucune part de papier recyclé, est pro-
duit sous la marque Cellubio par la société fongicide . Ces produits sont destinés à protéger la fibre des moisissures, des
Synergie. insectes, des rongeurs, ou à améliorer son comportement au feu.

L'hydrate d'alumine
•......•....................................•..•••...• en incorporation à la cellulose. Pour le phosphate d'ammo-
nium, le sel de bore, voir l'article « chanvre ». Le tanin fon-
L'hydrate d'alumine (ou hydroxyde d'aluminium) présente gicide est généralement un extrait végétal, accepté en éco-
des dangers en ingestion ou en inhalation à forte dose. construction.
Incombustible, non soluble dans l'eau, il semble inoffensif
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

Caractéristiques du matériau
- Aucun dégagement de vapeurs toxiques, mais le papier recyclé conserve
les encres et les additifs de sa fabrication.
- Inodore.
- Sensible à l'humidité, pare-vapeur indispensable.
- Comportement au feu : M2, difficilement inflammable, ou M1, non inflam-
mable, selon les fabrications.
- Entièrement recyclable.
- Coût compétitif par rapport aux isolants de laine minérale, un des maté-
riaux écologiques les moins chers pour l'isolation phonique.

t Flocons en vrac
La densité est variable en fonction du soufflage, de 25 à 80 kg/m3.
Dégagement de poussières et de fibres à la pose.
Risque de tassement si le produit n'est pas déposé selon les spécifications.

t Panneaux
Densité de 70 à 100 kglm3.
Tassement peu important.

t Granulés
Densité : 500 kg/m 3, granulés de 4 mm de diamètre environ et 15 mm de
long. Soufflage de cellulose (doc.Warmcell).
Tassement très limité.
Pas de dégagement de poussière à la pose.

Présentations
- Flocons :sacs de diverses contenances,« big-bags » de 200 kg environ.
- Panneaux : 2,50 m x 0,60 m ou 1,20 m, épaisseur de 12 mm ou 20 mm.
-Granulés :sacs de 40 litres,« big-bags ».

Utilisation privilégiée en acoustique


La pose du matériau par insufflation nécessite un savoir-faire particulier; elle
est donc effectuée par des entreprises spécialisées. Le déversement des gra-
nulés sur le sol peut en revanche être réalisé par l'utilisateur:

t Flocons en vrac
Soufflage dans toutes cavités : isolation sous toiture, remplissage de parois,
doublage de murs mais attention au tassement.
Projection directe (flocage) par voie humide sur murs ou cloisons, avant
recouvrement.

t Panneaux
Utilisation verticale privilégiée, remplissage de parois, doublage de murs, isola-
tion sous toiture, sur planchers.
En épaisseur de 12 et 20 mm de forte densité, sous-couche de planchers.

47
l.JSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

~ Granulés
Déversement manuel pour isolation des combles avant pose de toiture, iso-
lation sur plancher.

Caractéristiques acoustiques
~ Affaiblissement comparé
Ainsi que nous l'avons vu jusqu'à présent, les mesures des isolants souples
sont généralement réalisées sur des parois constituées d'un matériau ressort
(le produit testé) et d'un matériau rigide, souvent une plaque de plâtre. Il en
est de même pour la cellulose.

1. Cloison montée sur ossature métal (largeur: 50 mm)


emplie de laine de cellulose (densité : 30 kg/m3), garnie de
chaque côté d'une plaque de plâtre (épaisseur: 12,5 mm)

2. La même cloison, mais d'une largeur de 100 mm Rw :45 dB

Nous avons déjà rencontré cette situation, où le doublement de l'épaisseur


d'isolant apporte un gain d'environ 3 dB.

3. Cloison de 50 mm comme ci-dessus, garnie


de chaque côté de 2 plaques de plâtre de 12,5 mm d'épaisseur ~: 49 dB

Nous retrouvons là une observation maintenant connue : il est toujours pré-


férable de renforcer l'inertie (la masse) plutôt que l'isolant souple (le res-
sort).

Laine de cellulose

•'J

1• Cloison sur ossature métal, emplie 2. Cloison sur ossature métal, emplie de 3. Cloison sur ossature métal, emplie de
de laine de cellulose, épaisseur 50 mm, laine de cellulose, épaisseur 100 mm, laine de cellulose, épaisseur 50 mm,
avec une plaque de plâtre. avec une plaque de plâtre. avec 2 plaques de plâtre.

Voyons maintenant ce qu'il en est des cloisons sur ossature bois. Si l'on se
réfère aux situations déjà étudiées, le résultat devrait être inférieur.

48
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

4. Cloison montée sur ossature bois de 60 mm x 100 mm,


l'épaisseur ( 100 mnî) étant emplie de laine de cellulose
(densité: 40 kgfm3), et garnie de chaque côté d'une plaque
de plâtre (épaisseur: 12,5 mm) Rw :41 dB
À comparer aux 45 dB obtenus avec une ossature métal de même largeur:
On retrouve là ce résultat inférieur causé par l'importance des ponts acousti-
ques entre les deux parois.
. .' )

5. La même cloison, garnie de chaque côté de 2 plaques


de plâtre (épaisseur: 12,5 mm) superposées . '
)

La laine de cellulose peut aussi être utilisée en déversement au sol, notam- 4. Cloison sur ossature bois emplie de
ment pour l'isolation entre étages. cellulose, épaisseur 100 mm, avec 1 plaque
de plâtre.
6. Plancher de contreplaqué (épaisseur: 19 mm)
sur poutre de 220 mm x 60 mm, panneau de plâtre
(épaisseur: 15 mm) sous poutre, vide de 220 mm
empli de granulés de cellulose déversés et tassés Rw :48 dB

Ce résultat n'est pas une performance remarquable. Les bruits d'impact se


transmettant par les « ponts acoustiques » que constituent les poutres, il sera
peu efficace d'augmenter l'épaisseur de matériau. La seule manière de gagner
en isolation sera de désolidariser la surface du plancher et la structure de pla-
fond, en créant un « plancher fiottant » sans lien avec le support. Nous étu-
dierons plus loin cette solution, qui fait appel à des couches alternées de
matériaux.
5. Cloison sur ossature bois emplie de
t Absorption cellulose, épaisseur 100 mm, avec 2 plaques
de plâtre.
Coefficient a comparé pour :
-Une plaque de 42 mm de laine de verre (densité: 70 kgfm3),
- Une plaque de 60 mm cellulose (densité :50 kgfm3).
Note : Ces indices sont comparables entre eux mais pas avec ceux des maté-
riaux déjà étudiés, l'échelle de mesure n'étant pas la même.

Fréquence en Hz
Coefficient d'absorption 125 250 500 1 000 2 000 4 000
Laine de verre 0,20 0,36 0,64 0,81 0,90 0,94
Cellulose 0,25 0,68 1' 17 1,09 1,14 1,13

Avantage très net, donc, à la cellulose. Les épaisseurs et les densités ne sont
pas les mêmes mais les différences ne semblent pas suffisantes pour justifier
les écarts observés.

Conclusion pour la cellulose


Ce produit garantit un bon niveau de performances acoustiques, surtout
pour les présentations de moyenne densité, de 30 à 50 kgfm3. Les résultats

49
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

en affaiblissement sont bons, voisins de ceux obtenus avec les meilleurs


matériaux. En absorption, l'écart se creuse, avec d'excellentes performances.
La mise en œuvre nécessite cependant des précautions particulières, surtout
si elle est réalisée par insufflation. Il semble que les fibres de cellulose soient
beaucoup plus petites que celles de tous les autres isolants naturels, bien
qu'elles ne soient pas aussi fines que celles de la laine de verre. Elles sont
donc susceptibles de provoquer des inflammations pulmonaires. Ce matériau
doit être soigneusement encloisonné afin de ne pas disperser de particules
dans l'air. Avec ces réserves d'utilisation, il s'agit probablement d'un des meil-
leurs matériaux pour le traitement acoustique de l'habitat.

Une particularité de la cellulose doit être mentionnée : ses performances


acoustiques se dégradent si le matériau est un peu trop compressé. Ainsi,
dans une cloison type, l'insufflation à une densité de 50 kgfm3 procure une
atténuation de 62 dB, mais elle n'est plus que de 57 dB si le produit est souf-
flé à 66 kg/m3.

Fabricants et importateurs (liste non exhaustive) :les fabricants et importa-


teurs sont nombreux, puisque la demande est assez forte. Parmi les marques
présentes sur le marché français, on peut citer: Beno-Therm, Cellubio
(Synergie), lsoi'Ouate (distribué par Xylobell), Homatherm, lsofloc,
Thermofloc (distribué par Domus), UniverCell (fabriqué par Soprema).

Le coton

Origine
Il existait, jusqu'à une date récente, une production allemande de laine de
coton (lsocotton). Cette marque semble avoir disparu et à notre connais-
sance deux produits seulement sont disponibles en France ( 1).

Fabrication
On sait que la culture du coton est une des plus polluantes qui soit sur la pla-
nète . La laine de coton fabriquée et distribuée en France échappe à ce
reproche puisqu'elle provient entièrement de la filière de recyclage du coton
Isolant en laine de coton.(doc. A. Bosse-
industriel. Il n'y a donc pas de culture destinée à cet usage. Les fibres sont
Platière). lavées et effilochées, ce qui donne l'aspect laineux du matériau. Divers traite-
ments sont ensuite appliqués, contre les moisissures et les champignons,
contre les insectes et les acariens, ainsi qu'un traitement pour améliorer le
comportement au feu. Les fabricants ne souhaitant pas faire connaître la
nature des produits utilisés et le mode d'application, nous ne pouvons en dire
plus. Un apport de 12 à 18% de fibres de polyester accroît la st;abilité dimen-
sionnelle et la résistance à l'affaissement. La laine est façonnée en rouleaux,
en panneaux ou bien emballée en vrac.

( 1) Celui de la société lsoa et la « Neige de coton»


de la société SPIN.

50
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

Caractéristiques du matériau
- Régulateur d'humidité.
- Protection au feu M2 par traitement, difficilement infiammable, auto-extin-
guible.
- Sans formaldéhyde, ni résine phénolique, ni fibres minérales.
- Produit issu de recyclage et lui-même recyclable.

Présentations
- Rouleaux de 7 m ou 10 m de long sur 0,60 m ou 1,20 m de large, épais-
seurs de 80 et 100 mm, densité de 25 kgfm3.
- Panneaux de 1,20 m x 0,60 m, épaisseur de 40 à 100 mm, panneaux de
2 m x 0,60 m, épaisseur de 200 mm, densité de 25 à 30 kg/m3.
-Vrac pour soufflage.

Caractéristiques acoustiques
La laine de coton est un produit récent sur le marché des isolants naturels, il
n'a donc pas encore fait l'objet de tests officiels. La société ISOA a cependant
réalisé à titre privé un ensemble de mesures acoustiques. Nous n'avons pas
obtenu la communication de ces résultats et nous ne disposons donc d'au-
cun moyen d'évaluer ce produit. En l'absence de toute information, nous ne
pourrons conseiller son usage en acoustique, quelles que soient par ailleurs
ses qualités en isolation thermique.

Fabricants et distributeurs (liste non exhaustive) : lsoa, SPIN.

La fibre de coco

Origine
Plusieurs fabricants étrangers proposent des produits d'isolation à base de
fibre de coco. La noix de coco, originaire de l'Inde et du Sri Lanka, provient
de divers pays tropicaux; les fibres sont issues de la« bourre» qui l'enve-
loppe. Les produits sont régulièrement importés et assez aisément disponi-
bles. li n'en est pas de même pour les informations techniques, dont les distri-
buteurs semblent démunis et que les fabricants négligent de communiquer:
Nous n'avons ainsi aucune information sur les procédés de fabrication mis en
œuvre.

Un produit (Emfa pour sous-couche) est garanti sans aucun ajout de substan-
ces extérieures. Certaines autres présentations sont ignifugées (aucune infor-
mation sur le produit de traitement) ou traitées aux sels de bore. Un autre
enfin (Corkoco) se compose d'une épaisseur de fibre de coco liée à un pan-
neau de liège (aucune information sur la colle utilisée). On ne présentera pas
ici les innovations qui utilisent la fibre de coco associée à la mousse de poly-
uréthane, ni les enrobés à base de fibre et de mousses synthétiques.
Fibre de coco en plaques (doc.
Amorim).

51
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

Caractéristiques du matériau
- Réputé pour son élasticité et sa durabilité.
- Perméable à la vapeur d'eau.
-Inflammable, sauf présentations ignifugées.
- Électriquement neutre, ne perturbe pas les champs électromagnétiques.
-N'est pas consommé par les rongeurs ni par les termites.
- Imputrescible.
- Recyclable ou réutilisable selon les versions.

Présentations
- Fibre en vrac pour remplissage ou déversement manuel, sacs de 7 à 15 kg.
- Rouleaux de 10 m x 1 m, épaisseur de 15 à 50 mm, densité de 60 à
95 kg/m3.
- Panneaux semi-rigides de 1 2.50 mm x 62.5 mm, épaisseur de 10 à 40 mm,
densité de 80 à 12.5 kg/m3.
- Rouleaux minces pour sous-couche résiliente, 1 2.50 mm x 62.5 mm, épais-
seurs de 13 à 2.8 mm, densité de 12.4 kg/m3.
-Bandes minces de 10 mm d'épaisseur; dimensions : 1 2.50 mm x 80, 100 ou
12.0 mm, pour utilisation en bandes résilientes.

Panneau de fibre de coco associé à Utilisation privilégiée en acoustique


une couche de liège (doc.Amorim). Toutes les utilisations classiques selon l'épaisseur et la densité du matériau.
Les configurations minces semblent particulièrement performantes en sous-
couche de plancher; pour la réduction des bruits d'impact.

Caractéristiques acoustiques
Comme nous l'avons indiqué, les informations manquent pour évaluer ce
matériau et beaucoup de chiffres communiqués sont inexploitables.
L'indication «atténuation de x dB» ne signifie rien en effet puisqu'elle ne
précise ni l'épaisseur d'isolant ni la composition de la paroi support. On trou-
vera ci-dessous les quelques données récoltées.
Fibre de coco
t Affaiblissement aux bruits aériens

1. Cloison de 96 mm d'épaisseur; formée de 2. plaques de plâtre


de 13 mm sur ossature métal, vide intérieur de 70 mm
contenant un panneau de 2.5 mm de fibre de coco
(densité : 115 kg/m3) Rw :41 dB

Application comme sous-couche d'un sol : l'interposition d'une nappe de


18 mm d'épaisseur de fibre de coco brute apporte une' atténuation de 2.6 dB.

t Affaiblissement aux bruits d'impact

2. Dalle autoportante de béton, épaisseur 100 mm,


1. Cloison avec panneau de fibre de coco. recouverte d'un plancher en bois massif

52
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

3. La même dalle, recouverte de panneaux de fibre de coco


(épaisseur: 25 mm, densité: 115 kgfm3)
et du même plancher bois

Ce bon résultat ( 17 dB d'atténuation) est à mettre en regard de l'efficacité


aux bruits aériens relevée ci-dessus (26 dB), qui témoigne d'un comporte-
ment bien homogène.

Conclusion pour la fibre de coco


À utiliser de préférence en sous-couche de sol ou en bandes résilientes, dans
les mêmes applications que le liège ou les plumes compressées. Cependant,
nous n'avons pas d'information sur les procédés de fabrication et les éven-
tuels adjuvants de fabrication ou de protection.

Fabricants et importateurs (liste non exhaustive) :Amorim (distribué par


HPK, Nature et Habitat), Emfa, Stroba.

Le liège

Origine
Écorce de chêne-liège. Le Portugal est le premier fournisseur mondial avec
50% de la production, le reste provenant essentiellement de l'ouest du bas-
sin méditerranéen. Seuls les arbres de plus de 30 ans peuvent être exploités.
La récolte se fait entre juin et août, l'écorce n'est prélevée que tous les 6 à
9 ans sur un arbre.

Fabrication
Le liège est d'abord stocké à l'air pendant environ 3 mois, ce qui permet de
lui retirer une grande part de son humidité. Il subit ensuite un bain d'eau Liège en vrac (doc.Amorim).
bouillante additionnée, selon les fabrications, de produits fongicides. Les
divers fabricants précisent dans leur documentation la présence ou non de
ces additifs. Liegisol, par exemple, indique que son produit est « cuit à la
vapeur surpressée sans adjonction d'aucun composant quelconque ». Il
« mûrit » encore 3 à 4 semaines avant façonnage .

La matière première est réduite en granulés et séparée de la poussière. Les


granulés sont ensuite soumis à la vapeur surchauffée, avec plus ou moins de
pression : sous cette action, les résines du liège - la subérine, substance com-
plexe ~ agglomèrent sans aucun liant les granulés en blocs qui seront ensuite
usinés aux dimensions commerciales.

Caractéristiques du matériau
- Constituants chimiques naturels : subérine 45 %, lignite 27 %, cellulose
12 %, tanins 6 %, cires 5 %, eau et sels minéraux dissous 5 %.
- Densité: 80 à 195 kg/m3 selon la compression de la matière première.
- Chimiquement neutre, antistatique, insensible aux UV, imputrescible, n'est

53
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

pas consommé par les rongeurs.


- Comportement au feu :classement M3, moyennement infiammable ; tem-
pérature d'utilisation - 80 oc à + 110 oc.

Présentations
- Granulés en vrac.
- Plaques de 100 cm x 50 cm et de 10 à 300 mm d'épaisseur; les plus cou-
rantes de 20 à 100 mm.
- Plaques de faible épaisseur; de 2 à 5 mm, destinées à la réalisation de pan-
neaux d'affichage ou de décoration ou comme bandes résilientes pour
découplage.
- Blocs de 100 cm x 50 cm x 33 cm.
- Toutes autres formes sur demande pour applications industrielles.

Utilisation privilégiée en acoustique


Le liège est utilisé depuis très longtemps comme matériau acoustique, les
informations sont donc nombreuses et fiables.
t Isolation entre étages/dalle fiottante: panneaux d'épaisseur variable entre
couches ou granulés déversés en vrac.
t Isolation sous toiture de combles aménagés : panneaux en pose par-des-
Plancher avec isolation en liège (doc. sous ou vrac déversé par-dessus.
Liegexpan). t Garnissage de doubles cloisons intérieures et doublages de murs : vrac ou
panneaux.
t Garnissage de caissons de volets roulants ou d'aérateurs: feuilles minces de
liège aggloméré collées.
t Désolidarisation d'appareils·ou de machines: socles sous les appareils ou en
garnissage vertical autour des encastrés.
t Correction acoustique d'un local : panneaux apparents collés en plafond ou
sur murs en faible épaisseur; bandes résilientes pour désolidariser des cloi-
sons, en remplacement des bandes de polymère synthétique.
Panneau de liège

Caractéristiques acoustiques (ces valeurs varient selon la densité)


t Affaiblissement

1. Cloison de 50 mm : plaque de liège de 30 mm


entre 2 plaques de plâtre de 10 mm

t Réduction des bruits d'impact selon la fréquence

2. Panneau de 10 mm d'épaisseur et de 95 kg/m3 de densité


Fréquence en Hz
125 250 500 1000 2 000 4 000
Réduction de 3 dB 3 dB 8 dB 21 dB 38 dB SI dB

Le calcul de l'affaiblissement moyen sur toute la gamme de fréquences donne


1. Cloison constituée de liège, épaisseur un résultat de 43,4 dB.
30 mm, et d'une plaque de plâtre de chaque
côté.

54
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

3. Panneau de 40 mm d'épaisseur et de 120 kg/m3 de densité


Fréquence en Hz
125 250 500 1000 2 000 4 000
Réduction de 3 dB 3 dB 12 dB 30 dB 43 dB 57 dB

Soit un affaiblissement moyen total de 49,4 dB.

t Absorption
Absorption a sabine selon la fréquence

4. Panneau de 20 mm d'épaisseur et de 120 kg/m3 de densité


Fréquence en Hz
125 250 500 1000 2 000 4 000
Coefficient d'absorption 0,09 0,08 0,35 0,60 0,36 0,49

S. Panneau de 20 mm d'épaisseur et de 185 kg/m3 de densité


Fréquence en Hz
125 250 500 1000
Coefficient d'absorption 0, 10 0,05 0,08 0,40 0,70 0,50

6. Panneau de 40 mm d'épaisseur et de 185 kg/m3 de densité


Fréquence en Hz
125 250 500 1000 2 000 4 000
Coefficient d'absorption 0,0 1 0, 10 0,23 0,65 0,30 0,50

Conclusion pour le liège


Le liège a la réputation d'être un produit cher mais il faut comparer à don-
nées égales. On remarque alors son bon pouvoir d'affaiblissement phonique
par rapport à l'épaisseur mise en œuvre. Il ne faudra pas négliger la solution
offerte par le liège si l'on dispose de peu de place pour un isolant.

C'est dans la réduction des bruits d'impact qu'il présente les performances
les plus intéressantes. Elles conduisent à préconiser ce matériau principale-
ment dans ce domaine, que ce soit en faible épaisseur ou en panneau épais.
L'utilisation dans le traitement des bruits aériens reste tout aussi performant
mais d'autres matériaux présenteront un meilleur rapport coût-efficacité. Les
faibles épaisseurs de liège permettront d'isoler des appareils bruyants ou de
réaliser des bandes rési lientes.

Fabricants et importateurs (liste non exhaustive) : Aliecor; HPK, Liegisol,


Liegexpan, QEM, SMT-SNIC.

ss
IJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

La fibre de bois

C'est un produit universellement connu que nous abordons maintenant.


Connu et assez ancien (dans la famille des matériaux d'isolation écologique)
puisque les panneaux de bois fibré existent depuis plus de soixante-dix ans
(le procédé de défibrage du bois a été mis au point vers 1850).
Après avoir étudié les panneaux durs, employés comme éléments de struc-
ture, nous nous tournons maintenant vers les panneaux mous, produits de
remplissage et constituants « ressort».
Plancher avec isolation en fibres de
bois (doc. j.-L. Beaumier).
Origine
De nombreux pays possèdent des industries de transformation du bois. La
France produit elle aussi des panneaux isolants ; on ne rencontrera jamais
aucune difficulté d'approvisionnement.

Fabrication
La transformation des fibres de bois a donné vie à un grand nombre de pro-
duits. Nous nous intéresserons ici à ceux qui présentent des qualités sur le plan
écologique : il est en effet possible de fabriquer des panneaux sans liant ni colle.

Le bois, issu de l'exploitation des forêts (nettoyage) et des scieries, est défibré
mécaniquement. On ajoute de l'eau pour obtenir une pâte, certains pan-
neaux d'isolation reçoivent aussi un apport d'environ 5% de fibres de cell u-
lose. La pâte est chauffée pour que les fibres s'agglomèrent naturellement,
parfois compressée pour ac~roître la densité, puis façonnée aux dimensions
commerciales.

Caractéristiques du matériau
- Comportement au feu : infiammable mais excellent retardateur naturel de
feu, les sous-produits de combustion sont ceux du bois.
-Aucun dégagement de formaldéhyde.
- La concentration en métaux lourds est celle du bois.
- Perméable à la vapeur d'eau.
Panneaux de fibres de bois (doc.lsoroy). - Biodégradable, peut être mis en décharge ; totalement recyclable ; res-
source renouvelable.
- Insensible aux parasites, aux champignons.
- Mise en œuvre aisée.
- Coût modéré.

Il faudra être attentif aux colles et enduits préconisés par les différents fabri-
cants pour la mise en œuvre des panneaux de fibres. Beaucoup sont des pro-
duits peu sains, voire à déconseiller dans un habitat écologique. On les rem-
placera avantageusement par des formulations équivalentes et sans danger:

Cloison avec isolation de fibres de Présentations


bois (doc. J.-L. Beaumier). La gamme des formats est particulièrement riche puisque les fabricants sont
nombreux. On trouvera aisément des panneaux allant de 1, 15 m x 0,50 m à

56
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

2,50 m x 1,20 m, dans des épaisseurs de 8 mm à plus de 120 mm. Des dalles
sont également proposées, d'environ 60 cm x 90 cm. Panneau de fibres de bois
Les densités sont tout aussi variables, de 120 à 280 kg/m3.

Utilisation privilégiée en acoustique


• Isolation phonique entre étages (réduction des bruits d'impact). C'est une
des applications classiques.

• Panneaux en remplissage de cloisons, sous toiture, isolation de rampants,


comme matériau « ressort ».

Caractéristiques acoustiques
Comme toujours, c'est en comparant diverses situations que l'on pourra éva- 1. Panneau de fibres de bois en sous-toiture.
luer les atouts d'un matériau d'isolation.

• Affaiblissement des bruits aériens Panneau de fibres de bois

1. Sous toiture : panneau isolant mou (densité : ISO kg/m3), sur chevrons et
sous couverture, posé sur lambris (épaisseur: 20 mm)
Isolant de 120 mm d'épaisseur Rw 41 dB
Isolant de 180 mm d'épaisseur Rw: 46 dB

2. Plancher flottant entre étages 2. Panneau de fibres de bois dans un


plancher fiottant entre étages.
Plancher nu sur solives (épaisseur: 22 mm) Rw: 25 dB
Plancher recouvert d'un panneau (épaisseur: 60 mm,
densité: 180 kglm3) et d'un second plancher (épaisseur: 22 mm) Rw: 40 dB
R,. :57dB

3. Doublage d'une paroi de briques


Paroi de briques creuses (20 cm), enduit plâtre sur les 2 faces Rw: 48 dB
La même paroi, doublée avec panneau isolant
(épaisseur: 16 mm) et une plaque de plâtre (épaisseur: 10 mm) Rw: 57 dB

• Réduction des bruits d'impact entre étages

4. Plancher nu sur solives (épaisseur: 22 mm) LN: 98 dB Panneau de fibres de bois


Plancher recouvert d'un panneau
3. Panneau de fibres de bois en doublage
(épaisseur: 60 mm, densité: 180 kg/m3)
d'une paroi de brique.
et d'un second plancher (épaisseur: 22 mm)

Conclusion pour la fibre de bois


La très grande diversité des produits issus de la transformation du bois per-
met de trouver une solution à chaque nécessité de traitement acoustique
dans l'habitat, avec des performances qui les classeront parmi les très bons
isolants acoustiques.

Fabricants et importateu rs (liste non exhaustive) : Gutex, Homatherm,


Iso roy, Pavatex, Steico (distribué par La Vieille Montagne), Unalit.

57
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

Une innovation :un isolant issu des fibres


du bananier

Le marché de l'isolation étant fiorissant et celui des matériaux naturels se


développant rapidement, on peut pressentir des innovations et l'apparition
de nouveaux produits. C'est le cas au moment où nous rédigeons cet
ouvrage, avec la découverte d'un procédé de fabrication d'un isolant à base
de fibres de bananier. Un traitement mécanique et chimique de la fibre abou-
tit à une matière qui peut être texturée en rouleaux ou proposée en vrac à
déverser. Présentée comme résistante, non infiammable (classée M 1), peu
sensible à l'humidité et dotée de hautes performances thermiques et acousti-
ques pour un prix de revient très modéré, elle n'existe pour l'instant Qanvier
2006) qu'en laboratoire. Nous ne disposons donc d'aucun renseignement
technique. Elle s'inscrit cependant a priori (mais nous ne connaissons pas le
procédé de fabrication) dans cette philosophie d'utilisation de ressources
renouvelables.

B. Les matériaux animaux

La laine de mouton

Comme matériau d'isolation, la laine de mouton occupe une place marginale


dans la gamme des isolants naturels. Cependant, il s'agit d'un marché en
constante progression, qui vient heureusement s'opposer à la chute de la
demande en matière textile: La laine ne représente en effet aujourd'hui que
3 % de la demande en fibres textiles.

Origine
Calfeutrement des huisseries avec de
Les laines utilisées pour la fabrication proviennent pour une part des pays
la laine de mouton en écheveaux (doc.
Daemwool). européens et en partie d'Australie et de Nouvelle-Zélande. On peut situer la
production française aux alentours de 2 000 tonnes par an de laine brute, de
qualité très variable. Les Australiens, premiers producteurs mondiaux de
laine, ont développé depuis plus de vingt ans l'utilisation dans l'habitat. La
laine de mouton occupe aujourd'hui en Australie la troisième place des iso-
lants du bâtiment.

Fabrication
Le rendement de la laine est faible puisque la simple opération de lavage lui
fait perdre 35 à 65 % de poids. Les produits lavants peuvent être simplement
des savons et des cristaux de soude. La laine est ensuite cardée pour obtenir
Isolation avec de la laine de mouton une nappe brute qui sera façonnée pour les diverses utilisations.
en nattes (doc. Daemwool).

Plusieurs techniques de fabrication coexistent pour les rouleaux : la première


consiste, comme pour d'autres matériaux, à incorporer au façonnage un pour-
centage ( 12 à 15 % pour la laine en rouleaux) de fibres de polyester qui assu-
rent la stabilité dimensionnelle. La seconde méthode utilise une résille en poly-

58
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

propylène (3 % du poids total) qui sert de support à la nappe de laine ( 1). On


peut enfin, grâce à un procédé d'aiguilletage mécanique, trouver des rouleaux
souples de laine de mouton sans adjonction de fibres synthétiques (2).

!:~ P.'?!~~!?P.~~-~~~................................... . fabrication passée, ce sont des produits parfaitement iner-


tes, qui ne présentent aucun danger pour la santé, sauf en
Le polypropylène existe sous un très grand nombre de for- cas d'incendie. À ce titre, ils sont utilisés dans la fabrication
mes.ll représente une grande part de ce que l'on appelle de matériel médical ou alimentaire. Les polypropylènes ne
communément matières plastiques. Une fois l'étape de sont pas dégradables et se recyclent mal.

Une fabrication particulière (3) est celle du feutre de laine, nappe mince de
7 mm d'épaisseur; utilisé comme amortisseur des bruits d'impact dans les
planchers flottants ou comme sous-couche acoustique. La laine est alors car-
dée et aiguilletée sans adjonction d'autres fibres pour obtenir cette feuille de
faible épaisseur:

La laine de mouton doit être traitée avec des produits anti-mites, des retar-
dants au feu et des fongicides, sels de bore essentiellement ou mitin (voir
encadré ci-dessous) pour certaines fabrications. Depuis une dizaine d'années,
la laine de mouton a essuyé de nombreuses critiques, dues, semble-t-il, à sa
propension à héberger des parasites et notamment des mites. Des condi- Laine de mouton en rouleaux et en
vrac (doc. A Bosse-Platière).
tions climatiques particulières pourraient avoir une influence déterminante.
Les cas d'infestation rapportés ne représentent cependant qu'une faible part
des utilisations, ils sont très dissemblables et ne permettent pas de tirer des
conclusions.

La dénomination « mitin » même, sa manipulation et son application nécessitent des


précautions particulières, mais c'est le cas pour la plupart
Cette dénomination recouvre en fait des substances diffé- des produits de traitement des isolants que nous avons
rentes, qui sont toutes des pesticides de synthèse. rencontrés.
Certaines peuvent présenter une toxicité. Le mitin incor- Le sel de bore, comme de nombreux sels, est sensible à
poré à la laine de mouton est du « mitin FF », également l'humidité. Or la laine de mouton possède une capacité
utilisé pour les plumes et duvets. Stable et sans émanation hydrophile assez importante. C'est un isolant qu'il faudra
après application, il est classé sans danger pour l'homme et donc tenir à l'abri de tout risque d'humidité, sous peine de
accepté par certains distributeurs de matériaux écologi- voir le sel de bore se dégrader et perdre son efficacité.
ques. En revanche, son processus de fabrication est lourd C'est peut-être une des raisons des ennuis rencontrés par-
et produit des substances dangereuses (dioxines). De fois avec ce produit.

Caractéristiques du matériau
- Confort et agrément de pose et de manipulation.
- Régulateur d'hygrométrie.
- Comportement au feu :difficilement inflammable, auto-extinguible, sans
émission de vapeurs toxiques.
- N'est pas consommé par les rongeurs. ( 1) Deamwool, de QEM.
(2) Éco-Logis.
- Sans. émission de COV ou autres polluants, pas de formaldéhyde. (3) Fabrication de QEM.

59
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

-Totalement recyclable.
- Coût encore important pour les produits les plus élaborés.

Présentations
- Laine en rouleaux souples de faible densité ( 15 kg/m3), longueur 10 m, lar-
geur de 0,45 m à 1,20 m ; épaisseurs : 40, 60, 80, 100 mm.
- Panneaux semi-rigides.
- Laine en vrac.
- Feutre de laine de mouton, rouleaux de 15 m x 1 m, épaisseur de 7 mm,
poids de 450 g/m2.

Utilisation privilégiée en acoustique


• Laine en rouleaux
- Isolation de rampants par-dessous ou par-dessus avant pose de la toiture.
- Garnissage de cloisons intérieures mais risque d'affaissement de la laine.

• Panneaux
Isolation de rampants par-dessous ou par-dessus avant pose de la toiture.
Garnissage de cloisons intérieures .

. • Laine en vrac
Isolation de toiture par-dessus avant pose de la toiture.
Isolation entre étages.

• Feutre de laine
Sous-couche d'isolation phonique : planchers flottants, doublage de sols.

Caractéristiques acoustiques
• Affaiblissement comparé

Un mur double paroi composé de 2 plaques de béton de 70 mm d'épaisseur;


1. Mur constitué d'une double paroi de
béton avec un espace vide entre les deux.
espacées de 40 mm.
1. Espace entre les plaques laissé vide Rw: 64 dB

2. Espace empli de 40 mm de laine minérale


d'une densité de 79 kgfm3 Rw :67 dB

3. Espace empli de 40 mm de laine de mouton


d'une densité de 26 kgfm3 ~ :68 dB

On constate que la performance est quasiment identique, à 1 dB près, avec


une densité bien différente entre laine minérale et laine de mouton. On peut
donc penser qu'une densité supérieure de laine de mouton donnera des
résultats meilleurs, à épaisseur égale.
3. Mur constitué d'une double paroi de
Un autre test porte sur une cloison sur ossature bois de 100 mm x 50 mm,
béton avec laine de mouton entre les deux,
épaisseur 40 mm. garnie de chaque côté d'une plaque de plâtre d'une épaisseur de 15 mm.

60
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

L'affaiblissement est mesuré en premier lieu en laissant l'espace intérieur vide,


puis en emplissant l'espace de 100 mm de laine de mouton d'une densité de
25 kgfm3:

4. Cloison vide Rw: 31,7 dB

S. Cloison emplie de laine de mouton Rw :40,1 dB

Meilleure efficacité :courbe homogène entre 200 Hz et 4 000 Hz, l'efficacité


est bien répartie sur la bande des fréquences.

t Absorption
L'absorption comparée d'une nappe de laine de mouton d'une épaisseur de
60 mm et d'une nappe de laine minérale de même épaisseur donne un avantage
d'environ 0,2 point en a sabine à la laine de mouton, à toutes les fréquences.

Conclusion pour la laine de mouton


S'agissant d'un produit récent et encore peu implanté dans la gamme des
matériaux naturels, il est difficile d'obtenir des chiffres issus de tests compara-
bles. Sous réserve d'essais complémentaires, on peut penser que les perfor-
mances de la laine de mouton la classent très correctement dans la gamme
des matériaux d'isolation phonique. Elle est au moins équivalente et plus pro-
bablement supérieure aux matériaux conventionnels. Comme pour d'autres
matériaux, on utilisera de préférence les produits de moyenne densité, les
nappes, plus légères, seront réservées à l'isolation thermique. Reste laques-
tion de la sensibilité aux mites, qui pourrait inciter à la prudence dans l'utilisa-
tion de ce produit. Mais les cas rencontrés semblent aujourd'hui marginaux et
localisés. Les marchands de matériaux écologiques implantés régionalement
seront les mieux placés pour offrir informations et conseils.

Fabricants et importateurs (liste non exhaustive) : Éco-Logis, Étoile du


Berger, QEM (Daemwooi,Thermolaine), Second Nature UK (Thermafieece),
SPIN SARL (RK-Laine).

La laine de mouton brute rapportent des situations malheureuses. Les reproches les
plus fréquemment entendus concernent le tassement
Nous avons considéré dans ce paragraphe les produits important au fil du temps, l'invasion du produit par des
manufacturés. Mais la laine de mouton est abondamment colonies de mites, le rancissement et le durcissement du
disponible à l'état naturel, chez les éleveurs notamment, à suint qui entraîne une désagrégation du matériau au fil du
un coût très intéressant. Peut-on l'utiliser directement ? temps. Les satisfaits répondent que dans le premier cas, le
Les expériences en autoconstruction ont donné lieu à des bourrage à la pose devait être insuffisant, que les mites
bilans tellement opposés qu'on ne peut en tirer aucune n'attaquent pas les produits bruts ·non lavés, naturellement
conclusion. protégés (« On n'a jamais vu de mites sur le dos d'un mou-
ton ! ») et que le durcissement est causé par une exposi-
D'un côté les satisfaits, qui n'ont jamais connu le moindre tion trop importante à l'humidité. En l'absence d'étude
ennui, même au bout de plusieurs années de présence de technique sur la question, nous nous garderons bien de
la laine sous toiture ou en cloison. De l'autre, les déçus, qui trancher.
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

Les plumes et le duvet

Origine
Les plumes et duvets sont, bien entendu, des sous-produits de l'industrie ali-
mentaire. lis sont donc considérés comme des déchets. Mais leur pouvoir iso-
lant et leur légèreté leur confèrent un tout autre statut, celui de matière pre-
mière. Il s'agit de plus d'une ressource renouvelable.

Fabrication
La matière première est triée et lavée avec des savons naturels. Elle subit un
traitement à ISO oc qui permet la destruction des acariens et autres facteurs
allergènes. Des fongicides et anti-mites (à base de perméthrine) sont appliqués.
Les plumes sont ensuite agglomérées en panneaux avec un apport de 10 %
de laine de mouton et 20 % de fibres de polyester. Cette adjonction assure la
tenue mécanique et la stabilité dimensionnelle du panneau.

En France, à notre connaissance, un seul produit est aisément disponible, sous


la marque Batiplum. Comme pour le chanvre, la fabrication des produits fait
appel à deux sociétés : l'une, lnterplume, se charge du collectage et de la pré-
paration de la matière première qui provient du Sud-Ouest de la France, la
seconde, Nap'tural, produit les rouleaux et assure la commercialisation.
Depuis juin 2005, la distribution en France a été confiée à lsover Saint-
Gobain, par l'intermédiaire d'Aitermat. Cette structure est une division du
groupe Saint-Gobain, créée pour occuper une place sur le marché des nou-
veaux isolants (isolants minces réfléchissants, notamment). Cet accord de dis-
tribution semble avoir rendu l'accès au produit plus difficile. Outre une aug-
mentation sensible du prix, les minima de commande, assez importants,
imposés aux revendeurs sont un frein au développement de la commerciali-
sation. En revanche, Nap'tural assure la distribution à l'étranger.
Pose d'isolant en plumes (doc.lsover).
Caractéristiques du matériau
- Naturellement résilient : en cas de piétinement, il reprend seul son volume
initial.
- Imputrescible.
- N'est pas consommé par les rongeurs, n'attire pas les acariens.
- Pas d'émission de COV, aucune irritation pour la peau ou les voies respira-
toires.
- Régulateur de l'hygrométrie.
-Pas d'émission de fibres.
- Pas d'émission radioactive.
- Électriquement neutre.

~~~~~~~~-~ .................................... . liste Oko-Tex et classée sans danger pour l'homme. Ce


label ne doit cependant pas être confondu avec le classe-
Pesticide de synthèse, la perméthrine entre aussi dans la ment du magazine Oko-Test (voir annexe : labels et certifi-
composition de certains mitins. Elle est présente dans la cations).
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

- Insensible à l'eau et à l'humidité, il reprend seul son volume et ses qualités


au séchage.
- Risques d'affaissement très limités.
-Totalement recyclable.
- Déconseillé par certains pour l'isolation en toiture de combles perdus non
chauffés, mais cette précaution n'est pas partagée par tous les spécialistes.

Présentations
- Rouleaux de 7 à 10 m de long, 0,60 m de large, épaisseurs de 60, 80,
100 mm, densité de 20 kg/m3, pour isolation de combles et sous toiture.
-Panneaux semi-rigides de 1,25 m x 0,60 m pour les murs et cloisons, utilisa-
tion verticale ; épaisseurs de 40 à 110 mm, densités de 26,5 à 33 kg/m 3.
-Rouleaux de 10 m de long, 1 m de large, épaisseurs 10 et 20 mm, pour iso-
lation sous planchers (parquet fiottant) ou sous moquette, densité de 75 et
100 kg/m3.

Utilisation privilégiée en acoustique


Toutes les utilisations classiques, en remarquant que des présentations diffé-
rentes ont été élaborées en fonction des utilisations ; le fabricant conseille de
respecter les préconisations.

Caractéristiques acoustiques
t Affaiblissement des bruits d'impact et bruits aériens sur plancher
Il s'agit là d'essais internes à un fabricant Les conditions de mise en œuvre et
de mesure sont moins performantes que celles d'un laboratoire agréé mais
plus proches de la réalité de l'habitat Les mêmes essais effectués en labora-
toire donneraient probablement des résultats un peu supérieurs.

1. Plancher en bois (épaisseur : 22 mm) sur solives de 100 mm x ISO mm,


lambris (épaisseur: 10 mm) vissé directement sous solives; espace entre les
solives laissé vide.
Atténuation des bruits aériens 25 dB
Atténuation des bruits d'impact 3 dB 1. Plancher en bois nu, espace vide entre les
solives.
2. Plancher en bois avec pose d'une nappe de plumes (épaisseur: 20 mm)
sur le plancher.
Atténuation des bruits aériens 29 dB
Nappe de plumes
Atténuation des bruits d'impact 8 dB

3. Ajout d'une plaque de plâtre spécial sol (épaisseur: 20 mm) sur la nappe
de plumes.
Atténuation des bruits aériens 34 dB
Atténuation des bruits d'impact 10 dB

t Affaiblissement des bruits aériens sur cloison 3. Plancher en bois avec nappe de plumes
et plaque de plâtre.
C'est le seul chiffre permettant des comparaisons puisqu'il est le résultat d'un
test réalisé par un organisme agréé, selon un protocole de mesure précis.

63
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

4. Cloison sur ossature métal (largeur: 48 mm),


garnie de chaque côté d'une plaque de plâtre
(épaisseur: 12,5 mm), remplissage par nappe de plumes
(épaisseur: 40 mm, densité : 30 kg/m3) Rw :41 dB

Meilleure efficacité :entre 630 Hz et 2 000 Hz. Contrairement à d'autres pro-


duits dont l'efficacité maximale est croissante dans l'aigu, le produit plumes
est performant sur une bande de fréquences inférieure, dans laquelle se
situent de nombreux bruits d'origine industrielle :machines tournantes, outils
de façonnage, de coupe ... Mais c'est aussi la bande de fréquences de meil-
leure performance pour les plaques de plâtre nues ; l'association des deux
matériaux renforce donc probablement cette caractéristique.

S. La même cloison, sans remplissage

t Absorption
Les seules données existantes sont issues de tests internes d'un fabricant.
Elles montrent des capacités d'absorption limitées à l'aigu pour les plaques
minces de sol, on préférerait une plus grande efficacité dans les fréquences
médium. Les courbes des produits pour murs et toitures sont en revanche
intéressantes parce qu'elles montrent une absorption performante dès
500Hz, c'est-à-dire dans la zone la plus critique pour les bruits environne-
mentaux. L'augmentation de l'épaisseur permet de gagner encore sur les fré-
quences graves, et pour le produit le plus épais, de 110 mm d'épaisseur, l'ab-
sorption est performante dès 200 Hz.

Conclusion pour le produit plumes


En l'absence de tests superposables, la comparaison avec d'autres produits
est difficile. En affaiblissement notamment, il serait très utile de connaître les
résultats pour les nappes de 80 ou 100 mm d'épaisseur. Les meilleures per-
formances en affaiblissement comme en absorption semblent obtenues sur
une bande de fréquences où se développent de nombreuses nuisances
sonores environnementales. Cet isolant peut donc probablement être consi-
déré comme un bon choix parmi les matériaux naturels.

Fabricants et importateurs (liste non exhaustive): Nap'turai,Aitermat.

C. Les minéraux en vrac


Nous avons vu, en introduction à ce chapitre, que rares sont les matériaux
d'origine naturelle qui ont été développés principalement pour l'acoustique.
C'est encore plus vrai pour les minéraux en vrac, dont l'objectif premier était
l'allègement des chapes et des bétons, assorti d'une performance thermique.
Ceci explique que les données acoustiques manquent cruellement pour éva-
luer ces outils. Malgré des démarches auprès des producteurs et des entre-
prises de transformation, nous n'avons pu rassembler que trop peu d'infor-

64
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

mations dans le domaine qui nous intéresse. Nous ferons donc un survol
rapide de cette gamme. Les produits existent, ils sont distribués, on peut les
employer en acoustique, mais il faudra encore certainement quelques années
pour obtenir des éléments de valeur et de comparaison.

La matière première des isolants minéraux est dans tous les cas une roche ; la
facilité d'approvisionnement et l'abondance ont suscité l'installation d'entre-
prises de transformation dans de nombreux pays. Ces isolants sont disponi-
bles sous diverses formes, pour une utilisation en simple déversement ou
dans la réalisation de mortiers ou bétons allégés.

L'argile expansée

Fabrication
La cuisson d'argile à haute température provoque l'expansion des gaz empri-
sonnés dans la matière. Le produit se présente sous la forme de billes dures
de matière poreuse. Des composés spéciaux ont été élaborés pour des usa-
ges spécifiques, industriels ou agricoles. On trouve ainsi des granulés imper-
méabilisés ou des mortiers prêts à l'emploi incorporant des liants. En acousti-
que, on utilisera plutôt le produit brut.

Caractéristiques du matériau
- Incombustible, classé MO.
- Résistant à la compression.
- Imputrescible, insensible aux parasites, non consommé par les rongeurs.
- Densité de l'ordre de 330 à 460 kg/m3 selon la taille des billes. Mise en place de billes d'argile
expansé (doc. Leca).
- Réutil isable mais non recyclable.

Fabricants et importateurs (liste non exhaustive) : Laterlite.

Le verre expansé ou verre cellulaire

Fabrication
Le verre expansé est le produit d'une transformation du sable siliceux.
Certaines productions s'inscrivent également dans la filière du verre recyclé.
La matière première est chauffée à près de 1 000 degrés en présence de
C0 2. La « mousse » qui en résulte, matériau à cellules fermées, possède des
propriétés isolantes intéressantes pour un poids très réduit. Elle est façonnée
en panneaux dans les dimensions commerciales ou bien conditionnée en
Panneaux de verre cellulaire (doc.
vrac pour soufflage ou déversement. Foamglas).

Caractéristiques du matériau
- Incombustible, classé MO.
- Insensible à l'eau.
-Aucun dégagement de vapeurs, matériau inerte.

65
l.JSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

- Stabilité dimensionnelle, tassement limité.


- Densité de 90 à 180 kg/m3.
- Insensible aux parasites, non consommé par les rongeurs.
- Coût assez élevé.

Fabricants et importateurs (liste non exhaustive): Foamglass (distribué par


Pittsburgh Corning).

La perlite

Fabrication
La base est une roche d'origine volcanique. Fortement chauffée, elle subit
une expansion importante sans aucune adjonction. Elle se présente alors
sous la forme de petites bi lies de couleur claire.

Des unités de fabrication existent en France comme dans la plupart des pays
européens.

Caractéristiques du matériau
Perlite (doc. A. Bosse-Platière). - Incombustible.
- Insensible aux parasites, non consommé par les rongeurs.
- Matériau très absorbant, retient l'eau.
- Densité de 90 à ISO kg/m3 environ.
- Coût assez élevé.

Fabricants et importateurs (liste non exhaustive) : Ceca, Efisol, Knauf

La vermiculite

Fabrication
Il s'agit d'un mica qui a la particularité d'être expansible sous l'effet de la cha-
leur. Ce phénomène appelé exfoliation produit des particules de couleur
beige, légères.
La France dispose de plusieurs unités de production de vermiculite expansée
mais la matière première est importée, d'Afrique pour l'essentiel. Le produit est
Vermiculite (doc. Efisol). utilisé non seulement dans la construction mais aussi en agriculture et en horti-
culture, comme substrat de culture, et dans l'industrie, pour ses propriétés
absorbantes. On trouve également la vermiculite «crue», c'est-à-dire non
expansée, mais ce produit n'a pas d'application en acoustique. Des produits
dérivés, constitués de vermiculite enrobée de bitume ou de silicone, sont égale-
ment proposés; ils n'entrent pas dans notre champ des matériaux écologiques.

La vermiculite a suscité des inquiétudes il y a quelques années, certaines


fabrications pouvant contenir de l'amiante. Le produit mis en cause provenait
d'un seul site nord-américain, il était distribué sur les marchés canadien et

66
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

américain sous la marque Zonolite. Il n'est plus disponible depuis plus de dix
ans. Les présentations vendues en France et en Europe ont subi des tests
garantissant l'absence d'amiante.

Caractéristiques du matériau
- Incombustible.
- Incompressible.
- Sans aucun dégagement de vapeurs ou de toxiques.
-Inodore.
- Densité variable selon la taille des grains, de 60 à 200 kg/m 3 environ.
- Insensible aux parasites, non consommé par les rongeurs.
- Retient l'eau ; la vermiculite est utilisée précisément pour ses capacités
d'absorption Gusqu'à 325 %en poids, 50% en volume).

Fabricants et importateurs (liste non exhaustive): CMMP (Granutec), Efisol,


TBF.

Conclusion pour les matériaux de remplissage

Dans de nombreux domaines existent des tests comparatifs, qui autorisent


un classement des produits. En matière d'isolants écologiques, rien de tel et
cela se comprend. Les densités, les épaisseurs, les données de mise en œuvre
sont tellement différentes que la mesure de caractéristiques ne signifie pas
grand-chose.

Si l'on essaye d'en tirer au moins le plus petit dénominateur commun, on voit
que l'on peut établir une sorte de classement des performances acoustiques
des matériaux disponibles en nappe ou en panneau. On considère alors : le
chanvre, le lin, la laine de mouton, la cellulose, les plumes et on ajoute la laine
de roche qui sert de référence. Les observations ainsi que les calculs de pon-
dération en fonction de l'épaisseur ou de la densité montrent que la plupart
des produits ont des performances très proches de celles de la laine de
roche, et souvent supérieures. Mais nous livrons ces résultats avec beaucoup
de précautions, les conditions des tests et des mesures n'étant pas suffisam-
ment fiables. Rappelons aussi que seuls les produits cités ci-dessus font partie
de cet essai de comparaison.

Avec ces réserves, il semble que la cellulose soit particulièrement bien pla-
cée, suivie des plumes et des panneaux de laine de chanvre, tous ces produits
obtenant des notes supérieures à celles de la laine de roche . juste derrière
serait la laine de mouton. La laine de lin semble moins performante en acous-
tique, presque à égalité avec la laine minérale.
Il faut enfin rappeler que, contrairement aux travaux d'isolation thermique,
les réalisations en isolation a~oustique doivent privilégier des matériaux de
moyenne densité,beaucoup plus performants dans ce domaine. Une densité
qui soit au minimum de l'ordre de 30 à 35 kg/m3 est souhaitable.

67
lJSOLATION PHON IQUE ÉCOLOGIQUE

lourde et dont la fabrication peut utiliser ou produire des


substances dangereuses.
La plupart d'entre eux sont réputés sans danger pour la Le seul traitement contre les parasites qui échappe à ces
santé humaine, au moins dans les concentrations habituel- reproches est le sel de bore, minéral naturel extrait d'an-
lement présentes dans les matériaux isolants. Certains ciens lac salés.
sont acceptés en éco-contruction en raison de cette inno- Rappelons enfin que la certification Oko-Tex est sans rap-
cuité. En revanche, qu'ils soient d'origine naturelle ou de port avec les classements du magazine allemand Oko-Test
synthèse, ce sont des produits issus de l'industrie chimique (voir Annexe : Labels et certifications, p. 120)

3. LES PRODUITS COMPOSITES


Comme nous l'avons mentionné à plusieurs reprises, de nombreux produits
composites ont été développés par les fabricants. Ils tendent, pour la plupart,
à associer un matériau rigide à un matériau souple afin de créer des systèmes
masse-ressort-masse. Beaucoup associent des matières «écologiques»,
végétales ou animales, et des matériaux moins recommandables. Parm i ceux
qui manifestent une certaine cohérence dans le champ écologique , on peut
citer la gamme Pan-terre de la société Acoustix.

Le système Pan-terre
C'est véritablement de système que l'on peut parler en effet, avec les nom-
breuses déclinaisons d'une idée de base. Lidée de base, c'est l'association de
la cellulose et de la paille de lin dans un panneau rigide.

Origine
Cette « découverte » a été réal isée il y a une vingtai ne d'années par une
entreprise allemande, qui cherchait à améliorer les matériaux d'isolation ther-
mique. Les essais démontrèrent que l'amélioration était bien plus intéres-
sante sur le plan acoustique ; le panneau Pan-terre était né.

Fabrication
Système Pan-terre (doc. J.-L. Beaumier). Elle est toujours réalisée à Herstal en Belgique, dans une usine du grou pe
Terre. La pâte à papier issue du recyclage de vieux papiers est mélangée à la
paille de lin hachée (ana de li n) produite en France. Les deux matières sont
mélangées en proportions égales. La pâte ainsi obtenue est étalée, séchée
puis découpée aux dimensions commerciales. Des fongicides y étaient aupa-
ravant incorporés, ils sont encore mentionnés dans divers documents mais ils
ne sont plus utilisés. Certains produits de la gamme reçoivent un traitement
ignifuge, ils sont identifiés comme tels et classés M1, non inflam mable. La
nature de ce traitement n'est pas communiquée par le fabricant

68
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

Caractéristiques du matériau
- Bonne résistance à la compression et à l'affaissement, la cellulose assure la
rigidité du panneau.
-Sensible à l'humidité.
-Comportement au feu M2, difficilement infiammable, ou M 1, non infiamma-
ble pour la version ignifugée.
-Aucune émission de formaldéhyde, mais le papier recyclé peut contenir les
encres et additifs de fabrication résiduels.
- Insensible aux parasites, aux champignons, si le panneau reste sec.
- Entièrement recyclable.

Présentations
Le panneau Pan-terre existe en version « brute» :
- Pan-terre Nature :diverses dimensions, longueur de 0,80 m à 2,50 m, lar-
geur 0,60 m ou 1,20 m, épaisseur 7, 12 ou 20 mm, poids de 1,9 kg à
5,4 kg/m 2.
· Version ignifuge M 1.
Mais les associations sont multiples, notamment :
- Pan-terre Carton : panneau revêtu sur ses 2 faces d'un carton, longueur
2,50 m, largeur 1,20 m, épaisseur totale 20 mm, poids 6,2 kg/m 2
-Pan-terre Plâtre : panneau collé sur une plaque de plâtre cartonné de
12,5 mm, longueur 2,50 m, largeur 1,20 m ou 0,60 m, épaisseur totale
32,5 mm, poids 16 kg/m2.
-Pan-terre Fermacell : panneau collé sur une plaque de Fermacell de
12,5 mm, longueur 2,50 m, largeur 0,60 m ou 1,20 m, épaisseur totale
32,5 mm, poids 20 kg/m2.

Dans tous les cas, l'assemblage est réalisé au moyen de colle à base d'acétate
de polyvinyle et d'alcool polyvinylique.

En plus de ces différentes versions, la société Acoustix a mis au point des


accessoires de pose permettant de tirer le meilleur parti des qualités acousti-
ques: profil ressort de fixation en acier, joint mousse périphérique (en PER,
polyéthylène réticulé), cavalier antivibratoire acier-caoutchouc (Silentbloc).

!-:':'~~~~~ .~! .~?!r!!~Y!!............................. . la fabrication des cigarettes (pour coller le papier et le fil-
tre) et constitue l'essentiel des colles blanches, colles à
Certaines formulations de l'acétate de polyvinyle peuvent bois, etc. Sa toxicité semble très faible mais non nulle. Il
contenir de petites quantités d'acétate de vinyle, qui est peut dégager de l'acide acétique au séchage et entraîner
classé A3-2B, cancérogène prouvé sur l'animal, cancéro- des irritations, des nausées ou un étourdissement en cas
gène possible pour l'homme. d'inhalation à forte dose (usines de fabrication ou d'appli-
Mais la formulation employée pour la colle est réputée cation).
sans danger. L'alcool polyvinylique, lui, est d'un emploi uni- Fermacell, de son côté, affirme que la colle, une fois sèche,
versel, il entre dans la composition des chewing-gums, dans est totalement inerte et ne dégage plus aucun composant.
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

Utilisation privilégiée en acoustique


- Pan-terre Nature :planchers fiottants, planchers sur dalle, isolation sous et
plafond.
- Pan:terre Carton :doublage de murs, doublage de cloisons.
- Pan-terre Plâtre :plafonds, construction de cloisons, doublage de murs.
- Pan-terre Fermacell :construction de cloisons, doublage de murs.

Caractéristiques acoustiques
t Construction de cloison :bruits aériens
Panneau Pan-terre

1. Cloison sur ossature métal de 70 mm, garnie


de chaque côté d'un panneau Pan-terre Plâtre,
largeur totale de 134 mm

2. La même cloison, espace empli de laine minérale

3. Cloison sur ossature métal de 70 mm, garnie


de chaque côté d'un panneau Pan-terre Fermacell,
espace empli de cellulose, largeur totale de 134 mm Rw :60 dB

Ce résultat semble un record compte tenu de l'épaisseur (moins de 15 cm)


1. Cloison sur ossature métal avec panneau
de la cloison.
Pan-terre Plâtre.

t Doublage de cloison :bruits aériens


Panneau Pan-terre

4. Cloison en carreaux de plâtre de 70 mm d'épaisseur

S. Cloison doublée par Pan-terre Fermacell


monté sur profil ressort

On voit ici l'importance de la désolidarisation des parois entre elles.

3. Cloison sur ossature métal emplie de


cellulose avec panneau Pan-terre Fermacell.

4. Cloison de carreau de plâtre. 5. Doublage d'une cloison de carreau de


plâtre avec panneau Pan-tere monté sur un
profil ressort.

70
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

t Isolation sur dalle béton :bruits d'impact


L, :82 dB
7. Dalle de béton (épaisseur: 16 cm)

8. Dalle + parquet fiottant (8 mm)


sur Pan-terre Nature de 7 mm

Soit une amélioration de 22 dB en atténuation des bruits d'impact, excellent


résultat.

Conclusion pour le système Pan-terre 7. Dalle seule.


S'agissant d'un ensemble élaboré spécifiquement pour l'isolation phonique,
les performances se révèlent d'excellent niveau. Probablement un des meil-
leurs choix pour le rapport efficacité-encombrement, au prix malheureuse- Panneau Pan-terre

ment d'un coût élévé.

Fabricant : Acoustix Belgique.

4. LES PRODUITS CONVENTIONNELS


SANS ÉQUIVALENT ÉCOLOGIQUE
Il faut bien reconnaître que l'industrie conventionnelle a plusieurs longueurs
d'avance sur les approches écologiques, en termes de technicité. Depuis long-
8. Dalle de béton avec plancher fiottant sur
temps, nombre de produits et de dispositifs ont été développés dans le panneau Pan-terre.
domaine acoustique, qui restent encore sans équivalent. Le choix est donc
simple et il se présente comme une évaluation, toute personnelle, de la
balance entre bienfaits et inconvénients. Chacun décidera, une fois les élé-
ments de connaissance acquis, s'il doit privilégier, sur un chantier donné, l'effi-
cacité du matériau ou bien rester cohérent avec une approche écologique de
l'habitat. Chaque fois que des équivalents écologiques sérieux existent, nous
les choisirons.

Les mousses
On parle ici des mousses synthétiques, des produits à expansion, souvent pré-
sentés en aérosol. Nous les citons parce que nous avons parfois vu des person-
nes employer ces produits pour combler une cavité qui propageait des bruits.
En réalité, il faut savoir que leurs performances en isolation phonique sont très
modestes, voire dérisoires: ils n'ont pas été élaborés pour cet usage. Au
demeurant, ces isolants sont souvent classés parmi les produits dangereux. Ils
ne trouvent pas leur place dans un habitat écologique. Comment procéder
alors, pour combler un espace ou une petite cavité ? Si le vide à remplir est
aisément accessible, il sera facile d'y introduire des fibres en vrac. Un bourrage
assez dense absorbera suffisamment les sons. En revanche, si la cavité est quasi- Mousse synthétique (doc.Wattelez).
ment fermée, le problème persiste. On peut alors tenter d'insuffler, à l'aide d'un
tuyau, type tuyau d'arrosage, des « moutons» de fibre en vrac.

71
l.JSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

Les caoutchoucs
Les caoutchoucs sont présents dès qu'il s'agit de désolidariser un appareil ou
une installation de son environnement. Ce sera le cas avec les silent-blocs, les
colliers antivibratiles, les plaques de sol à placer sous les appareils. Les bandes
résilientes qui permettent le découplage d'une paroi ou que l'on place sur les
faces d'une ossature bois peuvent aussi être faites de caoutchouc. Nous en
parlerons plus en détail dans la troisième partie de cet ouvrage, mais voyons
déjà ce que sont ces produits.

Le marché des matériaux résilients utilise indifféremment les caoutchoucs


synthétiques et les caoutchoucs naturels. Ces derniers sont issus du latex,
fourni par divers végétaux, le plus connu étant l'hévéa. Leurs homologues
synthétiques sont des élastomères préparés à partir d'hydrocarbures.

Aujourd'hui, la presque totalité du latex naturel provient d'Asie du Sud-Est. La


matière première doit subir de nombreux traitements pour être utilisable :
purification, pour éliminer les résines indésirables, amélioration de l'élasticité
par l'adjonction de carbonate de calcium ou de sulfate de baryum, renforce-
ment de la résistance par le noir de carbone, l'ox}'de de zinc ou le carbonate
de magnésium. On incorpore également des adjuvants de fabrication, en
Support antivibratile (doc.Watt~lez). général des sous-produits pétroliers, huiles, graisses ou goudrons. En fin de
chaîne, la vulcanisation consistera à chauffer le matériau à 250 ou 300 oc,
sous une pression élevée, en présence de soufre. Les caoutchoucs spécialisés,
par exemple le caoutchouc mousse, sont obtenus par l'adjonction d'ingré-
dients en émulsion.

L'appellation de caoutchouc synthétique recouvre plusieurs familles de pro-


duits: SBR (copolymère du butadiène et du styrène), EPM et EPDM (copoly-
mères d'éthylène et de propylène), caoutchouc butyle, et le classique et uni-
versel néoprène, que nous retrouverons dans de nombreux systèmes rési-
lients et produits d'isolation phonique. Nous arrêterons là cette énumération,
beaucoup d'autres caoutchoucs spécialisés ont été élaborés au fil des années
pour des usages particuliers.

Ce que nous pouvons retenir, c'est que les caoutchoucs dits naturels font
l'objet de tellemént de traitements et d'apports que la distinction avec les
synthétiques n'est plus significative. Quelle que soit son origine, le caoutchouc
préparé comme isolant acoustique n'a rien d'écologique. Doit-on le bannir
de notre environnement? Peut-on le remplacer? La réponse dépend de son
affectation dans l'habitat. Nous verrons cette question dans la troisième par-
tie de l'ouvrage mais on peut déjà poser un principe :dès lors qu'il s'agira de
supporter ou de suspendre des appareils, nous déconseillons formellement
les solutions alternatives. Les plots antivibratoires qui désolidarisent une
chaudière à gaz de la paroi sont choisis parmi des centaines de produits en
fonction de paramètres bien précis. Vouloir« bricoler» une solution person-
Supports antivibratiles (doc. Wattelez). nelle, fût-elle écologique, est dangereux, les produits industriels ne doivent
pas être remplacés pour ces applications qui touchent à la sécurité.

72
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

Les complexes lourds


Par complexes lourds, nous entendons les composites élaborés pour offrir
une densité importante sous un volume réduit. Agissant par effet de masse, ils
sont très utilisés dans l'industrie mais certaines fabrications sont destinées au
grand public. Ils sont employés pour densifier une paroi vibrante, le capot
d'une machine, un encoffrement. Leur composition est variable, les composi-
tes les plus répandus sont formés de couches alternées de plusieurs maté-
riaux. La répartition de ces couches est étudiée pour obtenir un affaiblisse-
ment à certaines fréquences et pour éviter la résonance (fréquence critique).
On trouve ainsi des sandwichs de bitume lourd, de plomb, de résine, de Complexe lourd (doc.Wattelez).
caoutchouc densifié, et bien d'autres formules.

Tous ces outils sont le fruit de procédés industriels coûteux en énergie et en


exploitation des matières premières, quand ils ne sont pas contestables sur le
plan de la qualité de l'air. C'est pourquoi nous ne les retiendrons pas. Ils ne
sont pas directement remplaçables si l'on doit observer un rapport masse-
volume particulier. Les solutions de remplacement passeront nécessairement
par une distribution différente de l'espace. Cette question sera aussi abordée
dans le chapitre suivant.

S. LES DISPOSITIFS DÉVELOPPÉS POUR


LEURS QUALITÉS ACOUSTIQUES
Le préambule que nous faisions en introduction du précédent chapitre s'ap-
plique également aux dispositifs élaborés pour leurs qualités acoustiques. Là
encore, il faudra choisir sa propre ligne de conduite, entre des produits effica-
ces et souvent composés de matériaux peu écologiques et la fidélité à une
démarche naturelle. Dans ce chapitre aussi, chaque fois que des alternatives
écologiques peuvent être mises en œuvre, nous les signalerons.

Les portes acoustiques


De nombreux fabricants proposent des portes à isolation renforcée. Les
technologies sont diverses et elles font généralement appel à des matériaux
industriels non écologiques :aggloméré de bois dense, résine synthétique,
feuilles d'acier, mousse urée-formol, etc.

Les modèles les plus simples sont constitués de bois exotique dense, parfois
renforcé par un raidisseur métallique. L'affaiblissement moyen aux bruits
aériens est de l'ordre de 30 dB. Autant que la nature du vantail lui-même,
c'est la qualité du ou des joints périphériques qui procurera l'efficacité. Les Porte acoustique (doc. Huet).
modèles plus performants comportent un triple joint sur les quatre
chants ( 1), ils peuvent atteindre des in.dices de 50 à 55 dB en affaiblissement.
Ces blocs-portes intègrent donc une barre de seuil ; les systèmes moins per-
formants se contenteront d'un joint acoustique sur les côtés et le haut. Les
portes palières ou portes d'extérieur comportent généralement une barre ( 1) Chant :côté le plus étroit d'un objet.

73
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

de seuil, les portes de séparation (intérieures) n'en sont pas munies mais un
joint acoustique, souvent formé de plusieurs lames de caoutchouc, occupe le
chant inférieur. Ces portes demandent des précautions d'installation, que
nous détaillerons au prochain chapitre (étude de cas no 2).

Les blocs-portes techniques sont soumis à une obligation d'information, c'est


l'étiquette FASTE toujours visible sur le chant du vantail, qui y répond. Elle
atteste la conformité aux normes NF et la véracité des chiffres. En face de la
lettre A (comme Acoustique), on peut lire la valeur d'affaiblissement du sys-
tème. Attention, un bloc-porte est, comme son nom l'indique, un système
complet intégrant le cadre, le vantail et les accessoires. Changer ou modifier
un seul élément peut grandement en altérer l'efficacité.

Peut-on remplacer ces portes par des fabrications en bois régionales ou arti-
sanales ?Tout dépend du niveau d'isolement dont on a besoin. Une porte
massive en bois, réalisée par un artisan compétent, équipée d'une feuillure
complexe et d'un joint périphérique avec une barre de seuil, donnera déjà 28
à 30 dB d'atténuation. Si son épaisseur est de l'ordre de 60 mm, on atteint
des valeurs encore plus intéressantes.Au-delà, le bruit passera plutôt par l'es-
pace entre ouvrant et dormant : il est parfaitement inutile de construire une
porte digne d'un château fort.
Bloc-porte acoustique.
Différentes épaisseurs composent le bloc-
En revanche, si l'on a besoin d'une efficacité supérieure, la réponse est néga-
porte.
1. Bois densifié tive. Plusieurs facteurs jouent en effet pour l'efficacité :
2. Lame de métal - La masse du vantail ou le système masse-ressort-masse dans certains cas ;
3. Bois - La nature et l'épaisseur du éadre ;
4. Feuille de PVC - La forme de la feuillure et des profils de recouvrement ;
- La nature et le positionnement des joints souples.

De plus, le bois massif est sensible aux changements climatiques et suscepti-


ble de subir des variations dimensionnelles importantes. ln fine, pour une
égale efficacité, une porte de bois massif devrait être deux fois plus épaisse
que le modèle industriel.

Tenter d'imiter ces fabrications avec des matériaux plus écologiques est donc
voué à l'échec. Le problème est-il donc insoluble ? Pas du tout. À défaut
d'une bonne porte, la solution consiste à en placer deux, pour former ainsi
un sas. L.:espacement entre les deux sera alors de l'ordre de 20 à 30 cm, ce
qui permet d'installer le second cadre non pas sur la maçonnerie mais sur le
doublage du mur de façade. Si la porte d'entrée donne sur un couloir; il est
aussi possible de poser la seconde porte au bout de ce couloir. Il faut alors
Étiquette FASTE que l'on doit trouver s'assurer que le bruit ne se propage pas à travers la cloison du couloir vers
sur les blocs-portes et qui atteste de leur une pièce que l'on veut rendre silencieuse.
conformité avec la norme NF.
A propos des portes, un petit bricolage très simple peut rendre un grand
service. Les portes intérieures d'une maison - sauf s'il s'agit de portes techni-
ques- ne sont généralement pas garnies d'un joint d'étanchéité. La ferme-

74
LE BRUIT,l.JSOLATION

ture se fait donc bois sur bois, ce qui peut se révéler assez bruyant, notam-
ment pour des portes en bois massif. La solution est d'une grande facilité : il
suffit de coller dans la feuillure du cadre deux ou trois petits morceaux de
feutre ou de liège, espacés sur la hauteur de la porte. La fermeture se fera
sans bruit. Il faut que ces pièces soient très minces, 1 ou 1,5 mm, pour ne pas
gêner l'enclenchement du pêne dans la gâche. Ou bien il sera nécessaire de
limer un peu la gâche pour faciliter la fermeture .
Cet aménagement est aussi utile quand le jeu est trop important entre le
pêne et la gâche. La porte vibre alors au moindre courant d'air: En ajoutant
une épaisseur; on élimine le jeu, la porte devient silencieuse.

Fabricants et importateu rs de blocs-portes acoustiques (liste non exhaus-


tive, ils sont très nombreux, les marchands de matériaux et de menuiseries
sont les distributeurs privilégiés) :France-Portes, Huet, Lebeau, Malerba.

Les fenêtres
Les ouvertures vitrées constituent souvent le maillon faible de l'isolation acous-
tique. C'est donc un sujet à traiter en priorité en construction ou en rénova-
tion. Mais c'est aussi un point où l'empirisme conduit à de cruels déboires.
Commençons donc par là et par tordre le cou à quelques idées répandues.
Double porte acoustique.
• Un double vitrage isole mieux qu'un simple.
Faux. Pour une même épaisseur totale de verre, les performances d'un dou-
ble vitrage sont inférieures à celles d'un simple vitrage. Cela est dû à la fré-
quence de résonance de chaque vitre.

• Un bon vitrage thermique est aussi efficace en acoustique.


Faux. Les vitrages acoustiques sont très spécifiques. Par exemple, les doubles
vitrages emplis d'argon avec oxydes métalliques anti-émissifs, très perfor-
mants en thermique, sont inutiles, voire déconseillés en acoustique.

• Les châssis en PVC sont meilleurs en acoustique que les châssis en bois.
Faux. Le bois reste le meilleur matériau, à épaisseur égale. Mais il nécessite un
entretien pour conserver ses qualités.

Comment choisir un vitrage lation phonique.


!l!=.'!~~!~CJ~~- ! .................... . 4. Les doubles vitrages acoustiques
sont toujours constitués de deux
1. Le double vitrage standard est effi- verres d'épaisseur différente, juste-
cace seulement pour les fréquences ment pour éviter les résonances.
aiguës, il sera inopérant pour atténuer 5. Plus large est la lame d'air entre les
le bruit d'une route par exemple. deux verres, meilleure sera l'efficacité.
2. Plus on augmente l'épaisseur de 6. On peut choisir le bois mais il
verre, plus l'atténuation augmente devra être parfaitement sec pour que
dans les graves. ne se crée pas de jeu entre ouvrant
3. Un vitrage feuilleté améliore l'iso- et dormant au vieillissement.

75
l.JSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

17 dB La réglementation nous aide aussi à choisir le bon produit. On privilégiera


ceux qui portent la marque NF- Nouvelle Fenêtre Bois. Elle est matérialisée
par le logo NF placé dans l'angle supérieur droit du dormant. Quatre classes
d'isolation acoustique ont été définies :
-AC 1 = affaiblissement égal ou supérieur à 28 dB.
- AC2 =affaiblissement égal ou supérieur à 33 dB.
- AC3 = affaiblissement égal ou supérieur à 36 dB.
Grave : 125 Hz - AC4 =affaiblissement égal ou supérieur à 40 dB.
23 dB

Il faut savoir que ces chiffres sont des moyennes d'isolation à un bruit de type
trafic routier: En effet, l'efficacité n'est pas identique à toutes les fréquences. Ainsi,
si vous devez vous isoler de vibrations à base de fréquences graves et extrême
graves, il vaudra mieux choisir« large» l'efficacité acoustique de la fenêtre, c'est-
à-dire prendre un produit d'efficacité supérieure à celle nécessaire.

32 dB Notons aussi qu'il en est de même pour les fenêtres et pour les blocs-portes
acoustiques. C'est l'ensemble cadre, vantail et accessoires qui présente des
qualités acoustiques ; si un élément est modifié, le résultat risque de ne plus
être le même. Nous avons ainsi vu des trous pratiqués dans le cadre d'une
fenêtre, avec simplement un aérateur en plastique placé dessus, pour accroî-
tre la ventilation de la pièce. Il va de soi que les performances acoustiques
étaient gravement altérées.

31 dB Enfin, nous sommes partis du principe que l'on souhaite des fenêtres efficaces
à la fois sur les plans thermique et acoustique. En revanche, si le critère ther-
mique n'est pas important, ée qui est quand même plutôt rare, il sera plus
adapté de choisir un simple vitrage épais, placé bien entendu sur un châssis
lui-même très performant. Un vitrage simple de 10 mm d'épaisseur assure un
isolement de 37 dB, ce qui est très confortable, pour un prix inférieur au
Vitrage épais: 10 mm double vitrage mais avec, bien sûr; un mauvais rendement thermique.

Fabricants et importateurs de fenêtre acoustiques (voir paragraphe sur les


Aigu : 1 000 Hz 37 dB
portes) :Duale, Franciafiex, Huet,Tryba.
Double vitrage

Rwtotal : 35 dB
Grave: 125 Hz

Fonctionnement d'un vitrage


acoustique.
Un vitrage épais atténue plutôt les fréquen-
ces graves, un vitrage mince plutôt les fré-
quences aigües.

76
LES MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

Les caissons pour aérateurs et circulation d'air


Les habitations modernes comportent des systèmes de ventilation, naturelle
ou mécanique. Intéressons-nous donc aux aérateurs placés sur les cadres des
ouvertures.

La pire solution serait évidemment de boucher ces ouvertures. Outre que


cela est dangereux et interdit si le logement comprend une installation de
gaz, on risque de modifier les équilibres climatiques intérieurs et d'engendrer
humidité et condensation. Il faut conserver l'aération mais en empêchant les
sons de passer. Facile ? Pas vraiment. En général, on dispose d'assez peu de
place autour des aérateurs.

Notons que les fenêtres et portes-fenêtres acoustiques du commerce sont


généralement équipées dès l'origine d'aérateurs spécifiques.Vérifiez ce point
à l'achat. Ces dispositifs sont munis de chicanes et tapissés d'un matériau Aérateur de fenêtre intérieur.
absorbant. Ils sont efficaces, au prix d'un encombrement pas toujours très
esthétique. Si vos fenêtres sont dépourvues de dispositif acoustique (chica-
nes, matériau absorbant) et que des sons gênants les empruntent, vous pour-
rez faire appel à des systèmes à installer a posteriori. Les dispositifs existants
sont plutôt destinés à des locaux commerciaux ou industriels, où l'on peut
occuper un espace plus important sans que l'esthétique soit un critère
majeur. Il faut donc concevoir et« bricoler» notre propre système, c'est ce
que nous ferons au prochain chapitre.

Détail d'un aérateur acoustique de


Les coffres de volets roulants fenêtre.
Remarquons tout d'abord que ce sont là des points faibles classiques des ins- I.Air
2. Bruits extérieurs
tallations. 3. Matériau absorbant

Dans de nombreux appartements ou maisons modernes, les volets roulants


s'enroulent vers l'intérieur, le coffre avançant alors en saillie dans la pièce. Les
coffres ne sont malheureusement souvent que de simples caissons de
contreplaqué ou de carton-plâtre, leurs performances acoustiques sont
décevantes. La forme en creux du coffre joue d'ailleurs parfois le rôle d'am-
plificateur (résonateur) pour tous les sons extérieurs. Plusieurs solutions exis-
tent pour réduire ce point faible : les coffres isolés, les coffres extérieurs ou
les coffres« tunnel »qui sont insérés dans l'épaisseur du mur. Pour chacun de
ces modèles, on peut atteindre des affaiblissements de l'ordre de 48 à 50 dB
avec des produits du commerce.

Les volets roulants et les coffres associés se trouvent en très grand nombre
sur le marché ; les marchands de matériaux de construction seront des inter-
locuteurs pour leur choix, de même que les distributeurs de menuiseries,
portes et fenêtres. De nombreux fabricants ont développé des solutions
Renforcement acoustique d'un volant
acoustiques, elles sont aisément disponibles. Les matériaux utilisés pour par-
roulant intérieur.
venir à ce résultat sont les laines minérales denses, les complexes bois-ciment 1• Renforcement des parois du coffre
ou des polystyrènes spéciaux. Un bon bricoleur pourra concevoir et réaliser 2. Matériau absorbant

77
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

lui-même un encoffrement de volet roulant avec des ITl<ltériaux naturels,


nous en donnons quelques exemples au chapitre suivant.

Les rideaux
Pourquoi parler des rideaux, qui ne sont pas vraiment des outils d'isolation
phonique ? Eh bien, d'abord, qui n'a jamais vu ces lourds rideaux posés contre
la porte, chez le médecin ou le notaire ? Symbole traditionnel de discrétion,
pour empêcher les conversations de passer dans le local adjacent, mais tenta-
tive souvent vaine. Ensuite, il faut savoir que les rideaux acoustiques, les vrais,
existent. Ils sont constitués de plusieurs couches :velours, PVC, feuille d'alu-
minium. Ce sont des tissus lourds, souvent de plus de 1 200 g/m 2.

Que peut-on attendre de ces outils?


1. En pose simple, sur tringle, le rideau pendant librement sur les côtés et au
sol, l'affaiblissement f\ sera de l'ordre de 16-17 dB.
2. En pose tendue sur un cadre, comme une porte, on pourra atteindre 18-
19 dB.
1. Rideau acoustique :simple pose, rideau
libre. Ces valeurs sont généralement suffisantes pour empêcher la propagation de
bruits d'intensité moyenne (conversations). Mais le rideau doit être posé de
façon à déborder largement du vantail, sinon les sons passeront par l'espace
de la feuillure.

Il n'existe pas de solution de ~emplacement à base de matériaux naturels. Les


diverses couches de ces rideaux sont en effet choisies pour alterner les indi-
ces d'absorption aux diverses fréquences, l'aluminium ne se comportant pas
comme le coton ou un matelas de fibres. Les initiatives personnelles seront
donc empiriques, elles consisteront à empiler des couches de matériaux les
plus différents que possible les uns des autres.

Fabricants de rideaux acoustiques (liste non exhaustive) : Gerriets, Sud


Textiles.

Exemple de composition d'un


rideau acoustique.
1. Velours
2 Feutre
3.PVC

2. Rideau acoustique : simple pose, rideau


tendu sur un cadre fixé sur les côtés.

78
TROISIÈME CHAPITRE
La mise en œuvre
des matériaux
Tous les matériaux ne sont pas égaux dans leurs caractéristiques et donc
dans leur uti lisation. Il y a même des cas où un produit donné pourra aggra-
ver la situation acoustique que l'on veut modifier. Cette partie sera donc
consacrée à la mise en œuvre des matériaux. Les informations livrées ici sont
le fruit de l'expérience des fabricants et des distributeurs mais aussi de quel-
ques maîtres d'œuvre audacieux qui font œuvre de pionniers en préconisant
des solutions « naturelles », sans oublier notre propre pratique des applica-
tions acoustiques.

1. POUR LA RÉUSSITE DU CHANTIER


C'est ici que nous allons approfondir quelques grands principes, pour certains
déjà évoqués.

Le placard des fausses bonnes idées


Il peut paraître curieux de commencer ce chapitre avec un survol de ce qu'il
ne faut pas faire, mais nous en aurons ainsi fini avec ces « bonnes idées » :

La moquette murale
Comme pour les boîtes à œufs, ce peut être un bon outil de correction
acoustique, en revanche n'y comptez pas pour réduire la nuisance issue d'un
local adjacent.
La végétalisation des abords
Selon des études réalisées ces dernières années, une bande de terrain boisé
de 30 mètres procure une atténuation de 6 à 8 dB. Si l'on souhaite se proté-
ger d'une route fréquentée, une épaisseur de bois de l'ordre de 80 à 100 m
donne un bon résultat; le reste est plutôt d'ordre psychologique.
Les rideaux devant les fenêtres
Nous avons traité auparavant cette question. La formule ne sera efficace que
si le rideau est un vrai rideau acoustique ; un simple velours, même épais, sera
sans effet.
L'obturation des aérateurs
Faut-ille répéter? N'entravez jamais l'aération d'une pièce, il y va de votre
santé et au minimum de la santé de votre habitat.
On pourrait certainement trouver d'autres mauvaises idées imaginées par
des bricoleurs, on se contentera de celles-ci qui sont les plus fréquentes.
Voyons maintenant les « vraies bonnes idées ».

79
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

Le découplage des dispositifs


C'est la règle no 1 et elle ne souffre aucune exception. Dans un système clas-
sique masse-ressort-masse, le meilleur résultat sera obtenu si les deux parois
rigides ne sont pas reliées entre elles. Souvenons-nous des mesures réalisées
sur des parois :on obtient un meilleur affaiblissement quand l'ossature est un
fin profilé métallique plutôt qu'une structure en chevrons. Pourquoi ? Parce
que dans le second cas, la surface de contact entre les deux plaques rigides
est beaucoup plus importante, et que les bruits mettent en résonance toute
la paroi. Eh bien, il en sera de même si des « ponts acoustiques » sont créés,
par oubli ou par erreur. C'est le cas d'un petit morceau de bois laissé entre
les deux plaques d'une cloison, ou d'un morceau de béton coincé au bas du
mur doublé d'une plaque. Le bruit empruntera les « ponts » existants entre
deux parois. Des oublis ou des négligences aussi minimes suffiront pour met-
tre à mal vos efforts. La vigilance est donc impérative .

..,
..

Pont acoustique créé par un petit morceau Pont acoustique créé par un morceau de
de bois oublié entre deux plaques. béton coincé entre deux plaques.

Comment obtenir le découplage des dispositifs? Ce n'est pas très compliqué.

Cas d'une cloison neuve sur ossature bois.


Système masse-ressort-masse avec deux plaques de plâtre et un isolant sou-
ple intérieur.
L'ensemble de la cloison est posé sur une épaisseur de matériau résilient,
liège, caoutchouc, fibre de bois. Cette bande mince entoure les quatre côtés
de la paroi. On évite ainsi les transmissions latérales. L'ossature est la plus
légère possible, ou bien les chevrons sont revêtus de bandes résilientes, avant
pose des plaques. L'isolant intérieur est suffisamment dense pour ne pas s'af-
L'ensemble de la cloison est posé sur faisser dans le temps.
un matériau résilient : liège,
caoutchouc, fibre de bois...
1. Bande résiliente
Le plancher flottant
2. Ossature bois L'isolant, de préférence dense, est déposé sur le plancher d'origine. Une
3. Isolant bande étroite de matériau résilient court tout autour de la pièce, sur l'isolant,

80
LA MISE EN ŒUVRE DES MATÉRIAUX

et remonte contre les parois. Une ou deux épaisseurs de matériau rigide (ce
peut être un plancher comme dans le dessin ci-dessous) sont placées par-
dessus, sans contact avec les murs de la pièce, en affleurant simplement le
matériau résilient. Celui-ci est ensuite coupé à ras du nouveau plancher, ou
bien laissé derrière les plinthes. Ces dernières ne doivent évidemment pas
toucher le plancher, sous peine de créer un pont acoustique entre plancher
et parois.

1. Plancher d'origine
2. Isolant
3. Bande résiliente
4. Plancher final
S. Plinthe
1. L'isolant est posé sur le plancher 2. Le nouveau plancher est posé sur
d'origine. l'isolant sans contact avec les murs.

3. Le matériau résilient est coupé au 4.Variante : le matériau résilient est


ras du plancher. laissé derrière les plinthes.

Passage d'air= passage de bruit


Il en est exactement de même avec les «trous » dans la continuité de l'isola-
tion. Imaginons encore une fois une cloison formée de deux plaques de plâ-
tre sur ossature bois de 80 mm sur 60 mm. Le vide entre les deux est donc
empli de 80 mm d'isolant semi-rigide. En isolation thermique, si vous laissez, à
un endroit de la cloison, un « vide » de 20 ou 30 cm2, le résultat sur latem-
pérature de la pièce ne sera pas beaucoup modifié et de plus, vous risquez
fort de ne pas vous en apercevoir, à moins de faire des relevés de tempéra-
Point faible acoustique.
ture de surface sur toute la cloison. En acoustique, c'est bien différent. Un tel Un tassement de l'isolant va permettre une
vide va créer une rupture d'isolement et vous allez entendre distinctement zone de passage du bruit.

81
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

les sons qui traversent ce point faible. Soit la propagation restera localisée et
vous aurez vraiment l'impression d'une « fenêtre » au travers de la cloison,
soit elle se développera sur toute la cloison. Dans les deux cas, l'isolation sera
un échec.
Il est donc très important de ne laisser aucun point faible, aucun endroit où
l'isolant serait absent ou en faible quantité. Bien entendu, on aura peut-être
des difficultés avec des parois complexes, des recoins difficilement accessibles,
mais il faut prendre le temps de parfaire le travail. C'est un gage de réussite.

1'
2.TÔT, C'EST MIEUX: LE PROJET
ACOUSTIQUE AU STADE DE L~ .
CONSTRUCTION OU DE LA RENOVATION
Rappelons cet exemple donné dans un précédent chapitre : la plus-value
pour la pose d'un bloc-porte acoustique, décidée au moment de la construc-
tion, s'élève à 400 € . Le même chantier; réalisé a posteriori, revient à 1500 € .
Point faible acoustique.
C'est donc bien au stade de la conception qu'il est préférable de penser
Le vide créé par la pose d'une prise de
courant va, de la même façon, favoriser un acoustique. Mais comment pense-t-on acoustique? La démarche n'est pas
passage du bruit bien effrayante si l'on suit une méthode simple, que l'on peut présenter
comme suit.

É.tape 1 :identifier les risques


Questions sur l'environnement
t Pollution sonore existante :. route, rail, circulation aérienne. Voisinage : ate-
lier bruyant, chiens, animaux d'élevage, voisins bruyants (s'installer non loin
d'une bergerie, c'est mignon quand on visite la maison mais c'est très vite
insupportable : les moutons, ça bêle aussi la nuit). Orientation des pièces à
Tout d'abord, identifier les risques vivre, des terrasses (barbecues et autres), des voisins.
de l'environnement.
LA MISE EN ŒUVRE DES MATÉRIAUX

Proximité d'activités collectives : école, stade ou salle de sport, centre de


vacances, discothèque, bar ou restaurant.
Distance de ces sources de bruit : une foule dans un stade peut être enten-
due à 1 ou 2 kilomètres si les conditions de propagation s'y prêtent, elle sera
gênante à plus de 500 mètres.

Pour les logements collectifs :tout ce qui précède concerne la transmission


par les façades, les portes, les fenêtres, les prises d'air ou les extractions ; on y
ajoutera la mitoyenneté : quelles sont les faces de mon logement en contact
avec le voisinage ? Position des pièces des logements voisins par rapport aux
pièces de mon logement : pièces à vivre contre chambres, pièces de service
contre pièces à vivre ?
Équipements collectifs : localisation des gaines techniques, de la cage d'ascen-
seur, emplacement de la machinerie d'ascenseur, de la centrale de VMC, revê-
tement de sol sur palier et circulation collective.

t Pollution sonore hypothétique dans l'environnement proche :création ou


élargissement d'une voie, installation d'autres habitations, changement de
destination d'un local, installation de nouvelles activités : étudier le plan d'ur-
banisme, le plan cadastral.
L'intérieur du logement :proximité des chambres et des pièces de service,
isolement d'un étage à l'autre, voisinage des équipements domestiques
(chaufferie ... ), passages des canalisations d'eau et des évacuations, portes des
chambres en vis-à-vis.

Étape 2 :identifier le mode de propagation


Origine des bruits : bruits aériens, vibrations, bruits de chocs. Machine à chocs qui produit des
Mode de transmission : par les parois, les planchers, les façades, les portes, bruits d'impact.
Grâce à cette machine, on peut mesurer
fenêtres, caissons de volets roulants, etc. l'isolement d'un plancher (doc. CESVA).

Étape 3 :définir une attente


Quels sont les bruits qui me gênent ? Ceux qui sont supportables ? Ceux qui . -
..
'~"'""'-

li . .
~ .
ne me dérangent pas ? Quels sont ceux que je veux réduire ou éliminer?
. . .
Étape 4 : choisir la marche à suivre puis éventuellem ent les maté-

~., {,] ' \1


riaux et dispositifs
En fonction des réponses aux questions qui précèdent, je peux décider de la
marche à suivre. Si un haut niveau de confort acoustique est exigé, on ..... ,.;;;.···"

conseillera de faire réaliser une étude acoustique par un spécialiste ; cette


étude débouchera sur des propositions, un choix de matériaux, un cahier des
charges pour la mise en œuvre.
Sinon, il s'agit de choisir les matériaux et les dispositifs, après avoir défini les
Source de bruit émettant un bruit
zones à traiter et les dispositifs à installer aérien.
Le bruit produit par cet appareil, mesuré
Étape 5 :réaliser la mise en œuvre selon les règles dans le local d'émission puis dans le local de
On peut alors effectuer soi-même la pose ou la faire exécuter par une entre- réception, permet de déduire
l'affaiblissement de la paroi observée (doc.
prise : il faudra ou bien s'adresser à une entreprise spécialisée dans les travaux CESVA).

83
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

d'acoustique, ou bien disposer soi-même de bonnes connaissances et être très


présent sur le chantier. Ce dernier point peut être contraire aux usages du bâti-
ment. Mais nous avons régulièrement observé que des ouvriers, même qualifiés
en bâtiment, qui n'ont pas les connaissances et les réflexes spécifiques aux tra-
vaux d'isolation acoustique, peuvent commettre des erreurs irréparables. C'est
ainsi que nous invitons le lecteur à ne pas accorder une confiance aveugle à des
ouvriers habitués à travaille'r en isolation thermique. Les principes et les proto-
coles de mise en œuvre en sont trop différents ; ce qui est sans grande impor-
tance en thermique peut se révéler préjudiciable en acoustique.

Nous venons d'aborder la question de l'étude acoustique. Beaucoup ~'idées


un peu floues courent à ce propos, il n'est donc pas inutile d'y consacrer un
peu de temps. Que faut-il en attendre? Est-ce une nécessité? À quel
moment doit-on la réaliser? Qui va s'en charger? Nous allons essayer de
répondre à ces questions.

l'étude acoustique
Et pour commencer; reprenons le travail que nous venons d'effectuer:
1. Identifier les risques.
2. Identifier le mode de propagation, avec les points faibles de l'habitat, les
points de passage du bruit.
3. Définir une attente.
4. Décider des matériaux et dispositifs et de la manière de les mettre en
œuvre.

Eh bien voilà, à quelque chose près, les prémices d'une étude acoustique. En
fait, le travail sera un peu plus complexe.ll dépendra en premier lieu de la situa-
tion :s'agit-il de prévenir; pour une construction neuve, les nuisances sonores
extérieures mais aussi intérieures ? Ou bien sommes-nous dans une maison
existante, soumise à des perturbations sonores intérieures ou extérieures ?
Dans le premier cas, votre interlocuteur est l'architecte. Si vous avez un pro-
jet de construction et que vous soupçonnez le risque d'une nuisance sonore,
c'est avec l'architecte et sur plan que vous discuterez d'abord. Les architectes
travaillent généralement de concert avec des bureaux d'études acoustiques
qui disposent de matériel spécialisé et de techniciens compétents.
Si au contraire, vous découvrez une nuisance nouvelle, prenez le temps de
bien en comprendre tous les aspects avant de décrocher votre téléphone.
C'est l'acousticien qui entrera alors en jeu.

Voici quelques conseils pour mener à bien cette étape :


- Dans tous les cas, il sera judicieux de faire appel à un bureau d'études spé-
cialisé en acoustique du bâtiment (renseignements auprès du CIDB, Centre
d'information et de documentation sur le bruit).
- Demandez des devis à plusieurs entreprises.
- Précisez bien vos demandes. Souhaitez-vous un simple relevé de mesures ?
Relevé de mesures pour évaluer le
niveau sonore d'une chaudière Des conseils et des solutions? Le bureau d'études peut-il assurer la maîtrise
(doc. J.-L. Beaumier). d'œuvre (suivre le chantier) ?Aurez-vous des garanties de résultat? .

84
LA MISE EN ŒUVRE DES MATÉRIAUX

L.:étude acoustique est-elle une nécessité? Difficile de répondre à cette ques-


tion : si le problème à résoudre est simple, vous pouvez vous-même tenter de
choisir la solution. En fait, ce n'est pas tant au stade de la pose des dispositifs ou
de la construction que l'on peut s'interroger: un bon bricoleur, aidé de quel-
ques bons ouvrages, réussira sans encombre une isolation phonique (sauf s'il
s'agit de toucher à la structure du bâtiment). C'est plus pour l'identification de
la nuisance, des modes de propagation, des mesures qui vont objectiver une
situation et donc déboucher sur des solutions que le spécialiste pourra être
précieux. Alors la solution est-elle de faire appel à l'acousticien pour les mesu-
res et les propositions de solutions, en vous chargeant vous-même de la réali-
sation ? Cela dépendra surtout de vos talents de constructeur.

Au minimum, un relevé de mesures peut être intéressant. Il permettra de


quantifier la nuisance et de connaître les valeurs approchées d'atténuation
nécessaires. Exemple : le niveau sonore « de base » la nuit dans la maison est Relevé de mesures pour évaluer
de l'ordre de 26 dB, la nuisance émergente est perçue à 31 dB. Pour que le niveau sonore d'un radiateur
celle-ci ne soit plus gênante, il suffit d'atténuer sa perception de 6 dB, elle sera (doc. J.-L. Beaumier).
alors juste en dessous du niveau de base. Il sera parfaitement inutile d'entre-
prendre des travaux qui atténueront le bruit de 10 ou 12 dB.

Alors, comment se déroule une étude acoustique dans l'habitat ? En voici un


schéma sommaire. Il s'agit là d'une étude rassemblant la quasi-totalité des
informations qui peuvent être demandées. Bien sûr, dans le cas d'un pro-
blème simple, il ne sera pas utile d'effectuer toutes ces recherches. C'est aussi
pour cette raison qu'il n'est pas possible de donner tm ordre de prix pour
l'intervention d'un acousticien ; un rapport de 1 à 6 ou de 1 à 7 sera courant
en fonction de l'importance du travail.

1. Mesures physiques 3. Solutions envisageables


t Mesure des niveaux de bruits environnementaux et des t Projet de traitement acoustique, choix des matériaux et
bruits intérieurs. dispositifs en fonction de :
t Mesure du contenu spectral des bruits environnemen- - La valeur d'isolement recherchée ;
taux et des bruits intérieurs. - La localisation ;
t Mesure des T R' temps de réverbération dans les pièces - L'indice d'affaiblissement et le coefficient d'absorp-
concernées. tion;
t Calcul de l'émergence et des valeurs de confort à obtenir. - La fréquence critique (fréquence de résonance pro-
pre) des matériaux;
2. Étude architecturale - Les facilités de mise en œuvre ;
- Le coût de l'opération.
t Mesure des valeurs d'affaiblissement des éléments de
construction, avec source de bruit normalisée pour les
4. Éventuellement maîtrise d'œuvre du chantier
bruits aériens et machine à chocs pour les bruits d'impact.
t Recherche des points faibles des locaux, passages de t Recherche d'entreprises et demandes de devis.
bruit. t Choix des entreprises.
t Étude des modes de propagation en fonction de la fré- t Suivi du chantier de réalisation.
quence.
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

Avertissement ments ou des installations de confort, à la portée d'un bon


······················································ bricoleur. En revanche, dès lors que l'on touche à la struc-
Les travaux intéressant la structure d'un bâtiment enga- ture du bâtiment, le recours au professionnel est indispen-
gent toujours la sécurité du lieu et de ses habitants. C'est sable. Ainsi, dans les cas étudiés ci-dessous, le détail des
un domaine qui ne peut se satisfaire d'empirisme et d'ap- étapes de la mise en œuvre a pour objectif de vous per-
proximations. mettre de comprendre précisément la méthodologie de
Au fil de cet ouvrage et particulièrement dans ce chapitre, l'isolation, de discuter avec un architecte ou un acousticien
nous livrons des indications sur la marche à suivre dans et de suivre l'avancement du chantier. Ce n'est en aucun
diverses situations. Certains travaux sont des complé- cas un guide pour une réalisation personnelle.

3. PRÉVENIR LES NUISANCES DANS'


UN NOUVEAU PROJET

t Situation
Maison individuelle en construction. Au rez-de-chaussée sont les pièces à
vivre, les chambres sont à l'étage.

t Risque acoustique
Les parents souhaitent recevoir des amis, écouter de la musique, sans déran-
ger les enfants qui dorment à l'étage.

t Intensité moyenne du bruit


Une estimation de 65 à 75 dB au centre de la pièce.

t Mode de propagation
Bruits aériens.

Plancher flottant
entre étages dans une
maison individuelle.
LA MISE EN ŒUVRE DES MATÉRIAUX

t Solutions envisageables
Plafond acoustique ou plancher fiottant pour l'ensemble de l'étage.

t Solution retenue
Plancher fiottant pour tout l'étage, ce qui permet de choisir ensuite la finition
du plafond du rez-de-chaussée pour chaque pièce, ou de laisser les poutres
apparentes. On traite ainsi en même temps la question des bruits d'impact
(pas ou chocs à l'étage). On pourra ensuite, si on estime le résultat insuffisant,
poser un plafond absorbant qui procurera un confort supplémentaire au rez-
de-chaussée comme à l'étage . Ce plafond pourra être constitué d'un pan-
neau Pan-terre cartonné de 20 mm d'épaisseur.

t Mise en œuvre
1. Pose des poutres de structure.
2. Premier plancher, formé d'une double épaisseur de plaques de fibres de
bois de haute densité. Les plaques sont croisées afin que les bords ne corres-
pondent pas.
3. Les cloisons intérieures (cloisons sèches) sont construites sur ce plancher.
La charge finale sur le sol sera importante, il faut donc calculer les dimensions
des poutres et du plancher pour assurer la stabilité mécanique. L'intervention
d'un architecte ou d'un bureau d'études techniques nous semble indispensa-
ble pour la conception d'un tel chantier.
4. Dans chaque pièce ainsi formée, agrafage d'une bande résiliente en périphé-
rie, en prenant soin de remonter assez haut (20 cm par exemple) sur les murs.
S. Pose de la nappe d'isolant, en prenant garde que la bande résiliente
dépasse largement le long des murs.
6. Plancher final ; ce plancher doit affleurer les murs et venir contre la bande
résiliente. Il est simplement posé sur l'isolant mais non fixé, la stabilité impose Variante avec pose d'un plafond
donc un isolant suffisamment rigide. absorbant.
7. Les plinthes sont enfin posées dans chaque pièce, en contact avec la bande
résiliente périphérique et sans appui sur le sol.

Pose du plancher.
1. Poutre .de structure
2. Premier plancher
3. Cloison intérieure
4. Bande résiliente
S. Isolant
6. Plancher final
7. Plinthe
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

t Précautions particulières
-Prévoir; dès le stade des plans, l'épaisseur de plancher au-dessus des pou-
tres ; elle peut atteindre 10 à 12 cm selon les matériaux mis en œuvre.
-Toute traversée de cet ensemble peut créer un point faible : conduites
d'eau, évacuations, fourreaux électriques seront de préférence passés dans
l'épaisseur des murs ou entre mur et doublage.
-Si des canalisations (chauffage central par exemple) circulent entre les deux
niveaux, il faut prévoir des manchettes acoustiques placées le plus près possi-
ble de la séparation d'étage et du côté du local émetteur de bruit Une autre
Manchette acoustique (doc. 1FT). solution est de choisir ces canalisations en PER (polyéthylène réticulé) plutôt
qu'en cuivre. Les radiateurs sont de préférence fixés aux parois plutôt qu'au
sol.

t Situation
Appartement en rénovation. L.:intérieur du logement est entièrement réamé-
nagé, seuls les murs extérieurs et murs de refend sont conservés.

t Risque acoustique
Les chambres des parents, des enfants, la chambre d'amis, sont côte à côte ;
nécessité de les isoler acoustiquement les unes des autres.

t Intensité moyenne du briJit


Estimation entre 50 et 60 dB.

t Mode de propagation
Bruits aériens.

Isolation entre
chambres.
LA MISE EN ŒUVRE DES MATÉRIAUX

t Solution retenue
Cloisons acoustiques entre les chambres mais aussi entre chambres et cou-
loirs, afin d'éviter les transmissions par l'extérieur des pièces. Portes acousti-
ques simples, sans barre de seuil, pour parfaire la tranquillité.

t Mise en œuvre
On a choisi des plaques de plâtre sur ossature bois, avec un isolant végétal en
panneaux semi-rigides ; deux plaques de plâtre superposées sont posées de
chaque côté de l'ossature. La section des bois sera de préférence de l'ordre
de 60 mm x 80 mm.

1. Construction de l'ossature, en interposant sur les chants une bande rési-


liente, de la largeur de la cloison terminée. La paroi est renforcée par des tra-
verses et montants intermédiaires. L'emplacement des portes est réservé, on
accole deux lambourdes pour accroître la rigidité du cadre, l'ouverture est
celle du cadre de la porte. La meilleure efficacité sera obtenue en recouvrant
les bois, sur les deux faces, d'une bande résiliente mince identique à celle de Construction de l'ossature avec pose
d'une bande résiliente.
la périphérie. Cette bande peut être collée ou agrafée. 1. Bande résiliente
2. Pose d'une première paroi sur une face. La plaque est vissée sur l'ossature, 2. Ossature
avec des vis spéciales pour plaques de plâtre. On s'assure que le chant de la 3. Lambourde
plaque porte sur la bande résiliente. On réalise les joints entre plaques et les
joints périphériques. Il vaut mieux attendre le séchage avant la pose de la
seconde épaisseur.
3. Pose de la seconde épaisseur de plaque de plâtre, avec la même attention
sur la bande résiliente. Les jonctions entre plaques sont calculées pour ne pas
coïncider. Finition des joints.
4. Pose de l'isolant entre les bois. Les panneaux sont découpés un peu plus
larges que l'espace entre les bois, pour éviter tout point faible; ceci permet
également aux panneaux de tenir seuls en place.
S. Recouvrement par une plaque de plâtre, joints, séchage, pose de la
seconde épaisseur.
6. Pose des cadres de porte. Les cadres sont vissés sur les lambourdes, en
intercalant une bande résiliente. L'étanchéité sera ainsi renforcée et un bruit
éventuel à la manœuvre de la porte ne se communiquera pas à la cloison.

t Précautions particulières
-Le choix de l'épaisseur d'isolant a une certaine importance, l'idéal sera qu'il
emplisse entièrement la cavité, en étant maintenu entre les deux plaques - Pose des plaques de plâtre et de
l'isolant.
mais il ne doit pas être compressé. 4. Isolant
-Comme nous l'avons vu dans l'étude des matériaux, une cloison montée 5. Plaque de plâtre
sur ossature métal présentera des performances acoustiques supérieures.
- Les interrupteurs et les prises de courant de deux pièces contiguës ne doi-
vent pas être placés dos à dos en encastrement. On réduit ainsi le point faible
dû au percement de la cloison. Les boîtes d'encastrement sont des modèles
déjà isolés acoustiquement.
Les interrupteurs et les prises de
courant de deux pièces contiguës
doivent être décalés (vue du dessus).

89
lJSOLATION PHON IQUE ÉCOLOGIQUE

~'!~~ -~~.1??.~.~~ !l.c.'!~~~!~~!:~ ........................ . d'épaisseur et de faible largeur, sur laquelle viendront s'ap-
puyer les joints. Dès que l'on ouvre la porte, les joints
Cette opération mérite un paragraphe à elle seule. Les échappent à cette épaisseur et sont dans le vide. Cet appui
portes acoustiques intérieures ne disposent pas d'une peut être en bois, il sera simplement collé au sol. Un cou-
barre de seuil mais le chant inférieur est muni d'une ou vre-joint de 20 mm de large et 3 mm d'épaisseur, à bords
plusieurs lames de caoutchouc. Nous avons trop fréquem- arrondis, est un excellent choix ; on trouve cette pièce de
ment vu des ouvriers poser ces portes en dépit du bon bois (couvre-joint) dans tous les magasins de bricolage.
sens. Si le vantail ne touche pas le sol, l'isolement phonique Ensuite, il faut positionner et fixer le cadre pour que le
est grandement altéré, c'est une évidence. On pose donc le joint porte sur cette réglette quand la porte est fermée et
bloc pour que les joints de caoutchouc fassent contact en échappe complètement, sans toutefois toucher le sol,
avec le sol ... et au bout de six mois, ils sont abrasés ou en position porte ouverte. C'est un réglage un peu délicat
déchiquetés par le frottement. Mais alors, comment procé- mais c'est la seule bonne solution pour une porte acousti-
der ? La solution est très simple : elle consiste à créer une que intérieure.
sorte de petite barre de seuil, de quelques millimètres
Porte fermée. Porte ouverte.
Pose d'une porte acoustique.

Cas 3 :Équipements sanitaires dans une maison


..............................................•............................
t Situation
Maison individuelle en construction. Le bloc sanitaire (toilettes et salle de
bains) est situé à l'étage.

t Risque acoustique
Bruits des équipements sanitaires, adduction, évacuat ion.

t Intensité moyenne du bruit


Impossible à déterminer:

t Mode de propagation
Transmission solidie~par canalisations et bruits aériens.

t Solution retenue
Création d'une gaine technique pour toutes les canalisations, désolidarisation
des canalisations, choix des équipements sanitaires.

90
LA MISE EN ŒUVRE DES MATÉRIAUX

Bloc sanitaire
d'une maison
en construction.

t Mise en œuvre
La gaine technique est spécifiée par l'architecte, à l'établissement du plan. Elle
traverse le plancher de l'étage et toute la hauteur du rez-de-chaussée, pour
aboutir dans le vide sanitaire. Cette gaine est formée de deux épaisseurs de
fibre de bois dense de 10 mm d'épaisseur, collées-vissées l'une sur l'autre.
Des tasseaux dans les angles permettent la construction. Elle est revêtue
intérieurement de cellulose semi-rigide collée, de 40 mm d'épaisseur. La gaine
est conçue sur le princi pe du conduit de cheminée, elle n'est jamais interrom-
pue du bas en haut, le plancher d'étage est bâti autour.
Les canalisations d'eau chaude et froide ainsi que les évacuations empruntent
cette gaine. On profite de la présence de cette gaine pour y faire passer les
canalisations de chauffage central. Des manchettes acoustiques sont placées
sur les tuyaux, à environ 1 mètre sous les raccordements aux appareils sani-
taires. Un système anti-coup de bélier est placé en tête, sous le raccorde-
Construction d'une gaine technique
ment au lavabo, à la douche et à la baignoire.
pour les canalisations.
Les équipements sanitaires sont choisis dans des gammes assurant de bonnes 1. Panneau de fibres de bois dense de
performances acoustiques (voir le quatrième chapitre p. 109). 10 mm d'épaisseur
2. Tasseaux d'angle
3. Cellulose semi-rigide de 40 mm
t Précautions particulières
d'épaisseur
La cellulose est ici employée comme matériau absorbant. Il est donc impor-
tant qu'il n'y ait aucune rupture de continuité. On conseille de bâtir la gaine
par hauteurs successives en commençant par le bas, afin de disposer la cellu-
lose au fur et à mesure que l'on monte. On peut aussi confectionner les pan-
neaux à l'avance, avec la cellulose pré-collée, mais il faut une grande précision,
toujours pour éviter les points faibles.

91
L'ISOLATION PHON IQUE ÉCOLOGIQUE

Cas 4 :Atelier artisanal à proximité de la maison


...........................................................................
t Situation
Maison individuelle en rénovation.

t Risque acoustique
Proximité d'un atelier de menuiserie, bruit des machines.

t Intensité moyenne
55 à 65 dB au niveau de la maison, le travail dans cet atelier commence très
tôt le matin.

t Mode de propagation
Bruits aériens.

t Solution retenue
Isolation intérieure et pose de dispositifs acoustiques.

Rénovation d'une maison à proximité


d'un atelier de menuiserie. t Mise en œuvre
Il s'agit là d'une opération d'envergure, sans commune mesure avec ce qui
précédait. S'.agissant d'une maison existante que l'on restaure, la marge de
manœuvre est plus réduite que pour une construction neuve. On ne pourra
pas, par exemple, inverser l'emplacement de la cuisine et des chambres, pour
placer ces dernières à l'opposé de l'atelier de menuiserie. On a décidé, en
revanche, de déplacer certaines cloisons et d'en abattre d'autres. Avant de
détailler la mise en œuvre des dispositifs, voyons les choix qui ont été faits
dans ce cas précis.

92
LA MISE EN ŒUVRE DES MATÉRIAUX

La maison est une construction des années 1950, en parpaings de béton


creux de 20 cm d'épaisseur; fabriqués régionalement. Elle est de plain-pied
mais les combles sont perdus, bien qu'accessibles, car occupés par les fermet-
tes de la charpente. Il ne sera donc pas nécessaire d'isoler sous toiture, une
isolation sur plancher des combles sera plus rapide et facile. On a décidé les
travaux suivants :
- Doublage des murs extérieurs et d'un mur de refend par une cloison de
brique sur laine de chanvre (doublage par l'intérieur).
- Remplacement des cloisons en carreaux de plâtre par des cloisons de plâ-
tre-cellulose (Fermacell), garnies d'un isolant semi-rigide.
- Remplacement des portes extérieures et des fenêtres.
- Déversement d'un isolant sur le plancher des combles.

Dans l'habitat écologique, l'isolation thermique par l'exté-


rieur est couramment pratiquée, notamment dans les pays
Dans cette situation particulière, on pourrait envisager une du Nord. Elle fait appel aux panneaux de fibres de bois, aux
isolation par l'extérieur, comme on le pratique de plus en composés chanvre-chaux ou encore au liège expansé.
plus en isolation thermique. De fait, le traitement des faça- À notre connaissance, l'isolation phonique par le doublage
des est fréquemment réalisé sur des immeubles collectifs de façade en matériaux écologiques n'a été réalisée que de
pour les soustraire aux bruits environnementaux. Mais manière très marginale et sans que des bilans à long terme
dans tous ces cas, ce sont évidemment des matériaux aient été établis.
conventionnels qui sont utilisés et qui ont fait l'objet de Par sécurité, nous ne retiendrons pas cette solution, qui
nombreuses expérimentations. mériterait de faire l'objet d'études.

Une étude acoustique sommaire est effectuée, qui consiste simplement à


relever les niveaux de bruit extérieurs et intérieurs. À l'extérieur et le long de
la façade la plus exposée, le bruit atteint 67 dB quand les machines les plus
bruyantes sont en fonctionnement; c'est ce chiffre qui nous servira de base.
Les façades perpendiculaires reçoivent entre 55 et 60 dB, celle opposée n'est
plus soumise qu'à un bruit de l'ordre de 40 à 45 dB. La maison étant placée
dans un environnement très calme en dehors de cette seule nuisance, on
souhaite que le bruit résiduel à l'intérieur soit toujours inférieur à 18-20 dB.
Tous les éléments de construction devront donc proposer un affaiblissement
égal ou supérieur à 47 dB.

L.:isolement procuré par un mur de parpaings creux est en théorie de l'ordre


de 52-53 dB, mais l'essentiel de la pollution sonore avant travaux passe par
les ouvertures en simple vitrage, on ne peut donc vérifier ce point. Dans le
doute, on prévoit un doublage apportant un minimum de 15 dB d'atténua-
tion. Ce sera une cloison de brique de 5 cm, posée sur une épaisseur de
4 cm de laine de chanvre semi-rigide.

La porte principale n'étant pas située sur la façade la plus exposée, une porte en
bois massif, de 44 mm d'épaisseur (2 planches de 22 mm superposées), suffira.

L.:isolement demandé aux fenêtres est en revanche important, de près de


50 dB, mais seules deux fenêtres du salon sont situées sur la façade exposée. Le

93
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

coût d'une fenêtre dotée de ces performances est incompatible avec le budget
de la rénovation ; on décide donc d'installer une double fenêtre, formée d'une
fenêtre en double vitrage acoustique de 29 dB d'atténuation côté extérieur
(elle assure aussi l'isolation thermique) et d'une fenêtre avec simple vitrage de
8 mm côté intérieur. Cette dernière procurera un affaiblissement de l'ordre de
30 dB. Les autres ouvertures de la maison et notamment celles des chambres
seront équipées de fenêtres acoustiques donnant un affaiblissement de 32 à
34 dB. On considère ici que l'atelier ne fonctionnant pas la nuit, les chambres
. sont à l'abri de l'essentiel de la nuisance.

Le plancher des combles recevra une épaisseur de 20 cm de laine de chan-


vre, déversée en vrac, qui assurera également l'isolation thermique.

~ Travaux réalisés
1. Dépose des anciens enduits et crépis, démontage des cloisons, démontage
des fenêtres et de la porte. Un nouvel enduit de jointoyage à la chaux est posé.
Construction du doublage.
1. Mur d'origine en parpaings creux
2. Construction du doublage : les panneaux de laine de chanvre sont posés
2. Panneau de laine de chanvre contre le mur et recouverts peu à peu par les briques, l'isolant et la cloison
3. Cloison de brique étant montés simultanément. Le tour des ouvertures est fermé par des tas-
seaux de bois. S'agissant d'une isolation aux bruits aériens, le découplage de
la cloison de brique et de son support est moins crucial.
3. Scellement des cad~es de la porte et des fenêtres. Sur la façade exposée,
où des doubles fenêtres sont installées, le cadre de la fenêtre extérieure est
posé entre tableaux ( 1) sur l'épaisseur du mur de parpaings, la seconde fenê-
tre, à l'intérieur, est posée sur l'épaisseur de la brique. On obtient ainsi un
découplage optimal des deux châssis.
4. Construction des cloisons intérieures. Montage d'une ossature métallique
de 75 mm d'épaisseur. L.:ossature est posée sur une bande résiliente de liège.
Une face est revêtue d'une plaque de Fermacell de 12,5 mm. Une épaisseur
de 60 mm de laine de chanvre semi-rigide est placée contre la plaque. La
seconde plaque est alors vissée sur l'ossature. L.:affaiblissement obtenu, d'envi-
ron 45 dB, est jugé suffisant par l'occupant, s'agissant de cloisons séparatives
entre pièces.
S. Enduits de finition à la chaux sur brique et sur cloisons.
6. Déversement de laine de chanvre en vrac sur le plancher des combles.

~ Précautions particulières
- Bourrer le moindre interstice entre les cadres des fenêtres et la maçonne-
rie avec de la fibre de chanvre.
Pose de deux fenêtres. - Bourrer avec de la laine de chanvre pour garnir soigneusement tout l'inté-
1• Fenêtre intérieure
rieur des cloisons, sur l'épaisseur désirée de 60 mm.
2. Fenêtre extérieure
- La laine de chanvre souple est livrée en rouleaux, un peu compressée pour le
transport. Secouer le contenu pour qu'il reprenne son volume, avant de l'éten-
dre. Ceci est d'ailleurs valable pour la plupart des isolants végétaux souples.
- Ne jamais peindre ni lasurer les joints des portes et fenêtres acoustiques, ils
durciraient et perdraient leur efficacité.
( 1) Tableau : paroi latérale des murs encadrant
- Attention, la fenêtre extérieure doit être légèrement plus petite que la
une fenêtre ou une porte. fenêtre intérieure. Sinon le vantail viendra buter contre le cadre intérieur.

94
LA MISE EN ŒUVRE DES MATÉRIAUX

4. REPOUSSER LES NUISANCES


NOUVELLES
Comme précédemment, nous avons choisi d'étudier quelques situations assez
représentatives. Elles sont familières aux acousticiens et constituent une part
importante des demandes d'intervention, comme des contentieux de voisinage.

Chaque cas sera développé selon le schéma utilisé précédemment pour la


lutte a priori contre des risques de nuisance sonore. Nous avons soulevé à
plusieurs reprises la question de la réduction du bruit à la source. li est effec-
tivement toujours préférable d'agir sur l'origine de la nuisance plutôt que sur
le site de réception. Nous envisageons cette situation avant toute autre inter-
vention dans les cas qui suivent.

~ Situation
Maison individuelle récente dans un lotissement très calme.

~ Nuisance
Un nouveau voisin propriétaire de chiens bruyants, notamment la nuit ; le
bruit est entendu principalement dans une chambre mansardée.

~Mode de propagation
Bruits aériens.

~ É.tude acoustique
Pas nécessaire techniquement, mais utile. D'abord pour préciser les points fai-
bles de la maison, ensuite pour servir de preuve en cas de contentieux. Bruits de voisinage.
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

Dans ce cas, l'étude doit être faite en enregistrant le signal sur une longue
durée (une ou plusieurs nuits). Cet enregistrement permettra également de
savoir si les valeurs sont constitutives d'une infraction.

t Résultats de l'étude acoustique réalisée


Niveau sonore relevé la nuit en dehors de la nuisance sonore : 20-22 dB.
-Points faibles dans le local de réception (points de passage du son) :la fenê-
tre, pourtant avec double vitrage, le caisson du volet roulant, situé à l'intérieur
de la pièce et constitué d'un panneau mince de contreplaqué, sont les princi-
paux points faibles. Néanmoins, il se peut que la toiture laisse passer du bruit
mais ce point est difficile à déterminer puisque l'essentiel du son passe par la
fenêtre.
- Intensité moyenne du bruit dans la chambre, fenêtre ouverte : 44-46 dB.
-Intensité moyenne du bruit dans la chambre, fenêtre fermée: 29-31 dB.
La différence est d'environ 15 dB. L'isolation procurée par une fenêtre double
vitrage classique étant de l'ordre de 25 à 28 dB, on peut penser qu'une
grande partie du bruit transite par le coffre du volet roulant Les mesures de
proximité confirment cette hypothèse.

t Trait, ment du problème à la source


Chiens enfermés la nuit, c'est la meilleure de toutes les solutions, elle résout
le problème pour tout le voisinage.

Caisson d'origine de volet roulant. Si la solution à la source est impossible, prévoir deux phases de travaux :
1. Traiter d'abord la fenêtre et le caisson du volet roulant
2. Si le résultat est insuffisant, traiter le plafond de la chambre mais c'est un
gros chantier: Compléter alors (ce qui évitera peut-être ce gros chantier)
l'étude acoustique pour déterminer le mode de transmission :directe (toi-
ture), ou latérale- ce qui obligerait à réaliser une« boîte dans la boîte» pour
isoler entièrement le local.

On choisit une fenêtre acouStique procurant un affaiblissement de 39 dB. On


ne souhaite pas remplacer le volet roulant par un modèle à enroulement
extérieur, il faut donc modifier le caisson.

t Mise en œuvre
1. Dépose de l'ancienne fenêtre et du caisson du volet roulant
2. Pose du cadre de la fenêtre acoustique avec joint sur la maçonnerie.
3. Reprise de la maçonnerie extérieure sur le n,ouveau cadre.
4. Confection d'un nouveau caisson de volet 'roo1ant
Ce caisson est formé d'une paroi rigide en bois aggloméré de forte densité,
d'une épaisseur de 19 mm, garnie à l'intérieur d'une nappe de feutre de bois
de 40 mm d'épaisseur: Le volume occupé par ce nouveau caisson est assez
Caisson de volet roulant acoustique. important mais accepté par l'occupant
1. Renforcement des parois du coffre S. Finitions intérieures avec enduit, peinture ou papier peint
2. Matériau absorbant 6. Pose des ouvrants et réglage fin des jeux.

96
LA MISE EN ŒUVRE DES MATÉRIAUX

t Précautions particulières
Réaliser très soigneusement la jonction du nouveau caisson avec la maçonne-
rie, pour éviter toute fuite.

t Résultat
Plus aucun bruit n'est perceptible en journée. La nuit, en étant très attentif, on
peut discerner encore parfois des aboiements, probablement les plus pro-
ches et les plus sonores, mais sur le graphique d'enregistrement, le bruit est à
peine distinct du bruit de fond général. Ce résultat convient parfaitement à
l'occupant qui n'éprouve plus de gêne. On évite donc les travaux complé-
mentaires très lourds qui auraient été nécessaires en cas d'insatisfaction.

t Situation
Appartement en ville.

t Nuisance
Les voisins de l'étage supérieur: le sol est recouvert de carrelage dans toutes
les pièces. Bruits de pas, de chaises déplacées.

t Mode de propagation
Bruits solidiens, bruits d'impact.

t Étude acoustique
Inutile, le trouble est nettement caractérisé, les solutions sont connues. Peut
être utile en revanche en cas de contentieux. L.:immeuble a été construit dans
les années 1980, les performances acoustiques étaient alors moins bien pri-
ses en compte qu'aujourd'hui.

Bruits de pas des voisins de l'étage


supérieur.

97
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

t Traitement à la source
Il dépend de la bonne volonté des voisins. Au minimum :marcher avec des
chaussons plutôt qu'avec des chaussures à talons durs, munir les chaises, fau-
teuils et meubles déplaçables de patins de feutre. Dans l'idéal :refaire les sols,
en intercalant une couche résiliente sans contact avec les parois. On pourrait
aussi en profiter pour remplacer le carrelage par du parquet ou un parquet
flottant stratifié. Dans tous les cas, pose selon les règles de l'art en matière
acoustique.

Si un traitement à la source est impossible, envisager le doublage du plafond


du local de réception mais le résultat risque de n'être pas satisfaisant en rai-
son des transmissions latérales par les parois. Il faudrait alors, en plus du pla-
\ fond, doubler les parois pour réaliser une désolidarisation complète, ce qui
constitue un gros chantier:

t Travaux effectués
Pose d'un sous-plafond isolant. Un faux plafond acoustique performant
occupe une épaisseur d'environ 20 cm. La hauteur sous plafond dans cet
appartement est de 2,46 m, il n'est pas envisageable d'en rabaisser le niveau
de 20 cm. L:occupant est donc conscient que la solution mise en œuvre peut
n'être pas totalement satisfaisante. Le choix se porte sur une double plaque
de plâtre de 12,5 mm, montée sur suspentes acoustiques et surmontée d'un
panneau souple de fibres de bois de 80 mm. Une lame d'air de 10 mm est
laissée au-dessus du panneau de fibres. L:épaisseur totale sera donc de
115 mm, compromis entre l'épaisseur et l'efficacité.

t Mise en œuvre
Le plafond de l'appartement correspond à la face inférieure de la dalle
d'étage, simplement revêtue d'un enduit. Il est donc facile d'y accrocher le
sous-plafond.
1. Traçage des emplacements d'accroche, perçage des trous et pose des che-
villes.
2. Plutôt que de réaliser une double accroche pour l'isolant et pour les rails
support, on décide de placer les panneaux isolants sur le maillage de rails.
Pose des suspentes acoustiques et des rails support des plaques.
3. Mise en place des panneaux de fibres de bois. Le maillage du plafond par
les rails support permet de les maintenir en place et de bourrer de petits
morceaux d'isolant dans tous les interstices.
4. Vissage de la première plaque sur les rails, puis la seconde plaque est col-
lée-vissée.

t Précautions particulières
-Le réglage de la hauteur du rail est réalisé minutieusement pour que l'es-
pace de 90 mm soit constant (80 mm d'isolant+ 10 mm d'air).
-Si l'isolant tient difficilement en place, on peut tendre quelques fils métalli-
ques entre les rails pour le soutenir:

98
LA MISE EN ŒUVRE DES MATÉRIAUX

-Attention à la pose de l'isolant, le moindre manque de matière crée un Mise en place du sous-plafond.
pont acoustique qui peut altérer gravement le résultat. 1. Suspente acoustique.
2. Rail support de l'isolant.
- La seconde plaque est posée en alternant les joints. 3. Panneau de fibre de bois.
4. Double plaque de plâtre.
t Résultats
Comme on pouvait le craindre, la satisfaction n'est pas totale. Les bruits d'im-
pact sont certes très atténués mais pas totalement inaudibles. La localisation
du bruit semble déplacée : la source du plafond étant réduite, les transmis-
sions latérales prennent plus d'importance. Les travaux pour obtenir le
silence étant trop importants, ils ne seront pas entrépris.

t Situation
Maison mitoyenne de plain-pied. Il s'agit d'une maison de construction assez
ancienne (début des années 1960). À cette époque, on n'hésitait pas trop à
placer les pièces à vivre (salon dans ce cas) de chaque côté de la séparation
entre les deux logements. Aujourd'hui, on accole plutôt les garages ou les
pièces de service.

Bruits entendus entre


deux logements.
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

t Nuisance sonore
Radio, télévision, bruits de voix, entendus d'un logement à l'autre.

t Mode de propagation
Bruits aériens, propagation au travers du mur de séparation.

t Traitement à la source
Concerne les deux occupants.

t Étude acoustique
On observe en premier lieu que le mur entre les deux habitats est une sim-
ple paroi de parpaings de 20 cm d'épaisseur. elle s'appuie sur les fondations
et monte jusqu'en toiture. En revanche, les deux toitures sont totalement
désolidarisées, elles ne sont pas à la même hauteur. probablement pour des
raisons d'esthétique architecturale. C'est un bon point pour éviter la propa-
gation des bruits. Le mur séparatif est recouvert dans chaque logement d'un
enduit de plâtre d'environ 15 mm et d'un textile mural de parement

La collaboration des deux occupants est acquise puisque tous deux sont éga-
lement gênés, il est donc facile de réaliser des mesures. Une source de bruit
est placée à 1 m de distance du mur dans un logement, elle délivre 94 dB. Le
niveau mesuré dans le logement mitoyen, à 1 m de distance du mur. est de
48 dB. L:affaiblissement est donc de 46 dB, ce qui est inférieur à la moyenne
pour une paroi de cette nature (52 dB environ). Il est cependant difficile de
quantifier la part du bruit qui se propage par les murs perpendiculaires et les
planchers. La mauvaise qualite des parpaings ou leur cloisonnement peuvent
aussi être en cause.

t Travaux effectués
On décide le doublage du mur séparatif sur chaque face. Ce doublage sera
constitué d'une cloison en carreaux de plâtre de 5 cm, montée à 12 cm du
mur. le vide étant empli de cellulose insuffiée à la machine. La raison de ce
choix réside simplement dans le fait que l'un des occupants travaille dans une
entreprise voisine d'application de la cellulose. Il peut également se procurer
aisément les carreaux de plâtre.

t Mise en œuvre sur chaque face


1. Dépose des plinthes et du textile mural mais l'enduit de plâtre, parfaite-
ment sain, n'est pas touché.
2. Montage de la cloison de carreaux de plâtre, désolidarisée du sol par une
bande résiliente de liège plus large que la cloison.
3. Ouverture de plusieurs trous répartis sur la paroi : ils permettront l'insuf-
fiation de la cellulose et accélèrent le séchage des joints.
4. Après séchage complet de la paroi, insufflation de la cellulose, rebouchage
successif des trous au fur et à mesure de l'insufflation.
S. Enduit, pose des plinthes, finitions de surface.

100
LA MISE EN ŒUVRE DES MATÉRIAUX

Doublage du mur séparatif


t Précautions particulières sur chaque face.
- Dans cette configuration, le mur isolé n'étant pas un mur extérieur, il est 1• Carreaux de plâtre
2. Cellulose
considéré que le pare-vapeur n'est pas indisper.1sable. 3. Enduit de plâtre
- L'insufflation de cellulose provoque beaucoup de poussière, un voile de 4. Parpaing creux
plastique est donc tendu dans la pièce pour éviter la dispersion des particu- 5. Bande résiliente
les, le technicien applicateur est équipé d'une combinaison et d'un masque de 6. Plinthe
protection.
- Les plinthes sont réinstallées en appui sur la bande de liège qui dépasse de
la cloison.

t Résultats
La source de bruit délivrant 94 dB est réinstallée. Le son est encore entendu La paroi finie se présente donc ainsi,
dans le logement mitoyen mais il est très atténué et ne provient que des en partant d'un côté :
murs latéraux, et plus du tout du mur mitoyen. Le sol semble mieux désolida- - Carreau de plâtre, 5 cm ;
risé de la paroi séparative, il ne transmet aucun bruit. L'élimination complète - Cellulose, 12 cm ;
du bruit aurait nécessité de doubler également les murs latéraux de chaque - Enduit de plâtre, 1,5 cm ;
- Parpaing creux, 20 cm ;
logement. Les deux occupants sont néanmoins satisfaits du résultat qui amé-
- Enduit de plâtre, 1,5 cm ;
liore considérablement leur confort respectif. On peut aussi penser que la
- Cellulose, 12 cm ;
solution mise en œuvre était quelque peu surdimensionnée. Le traitement
- Carreau de plâtre, 5 cm ;
d'une seule face aurait probablement suffi pour obtenir l'isolement souhaité. Soit une épaisseur totale de 57 cm.
Mais elle a eu le mérite de mobiliser les deux occupants et donc de renforcer
les liens de voisinage.

101
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

Cas 4 : Bruit routier sur un boulevard

t Situation
Maison individuelle avec un étage en bordure d'un boulevard périphérique.

t Nuisance
Bruit routier en permanence.

t Mode de propagation
Bruit aérien.

Bruit en provenance d'un boulevard.

t Étude acoustique
Le bruit routier se développe principalement dans le grave, avec la présence
de vibrations de basse fréquence dues au passage des camions. Les mesures
effectuées en extérieur au niveau de la maison donnent un bruit moyen en
journée de 72 dB, avec des pointes à 79 dB pour les véhicules les plus
bruyants. Un enregistrement montre un pic momentané à 89 dB, il s'agit
peut-être d'une moto. À l'intérieur de la maison, le bruit résiduel est de l'or-
dre de 38 à 52 dB selon l'orientation des pièces. La recherche des points fai-
bles met en évidence la transmission des bruits par toutes les ouvertures
ainsi que par la toiture. Les fréquences les plus basses engendrent aussi des
phénomènes vibratoires, qui mettent en résonance les vitrages.

t Traitement à la source
À défaut d'agir sur la circulation, le traitement le plus rapproché de la source
est l'édification d'un mur anti-bruit. Il s'agit là d'une opération lourde qui
concerne la voirie, elle est donc du doma:ine de la collectivité locale. Plusieurs
facteurs seront déterminants :
- Le nombre d'habitations lésées : si un seul propriétaire est concerné, il y a
peu de chances qu'il obtienne gain de cause.

102
LA MISE EN ŒUVRE DES MATÉRIAUX

-L'antériorité : la maison existait-elle avant le boulevard ou bien est-elle


venue s'installer ultérieurement ?
- L'importance de la nuisance, susceptible d'entraîner une dévalorisation du
bien, voire d'un quartier entier:
Le référent sera souvent la commune, c'est donc la mairie qu'il faudra
contacter en premier lieu.

Sur le plan technique, notons que les murs anti-bruit ne sont pas de simples
parois en béton plus ou moins hautes. Ces systèmes ont fait l'objet d'études
poussées et leur architecture offre maintenant des caractéristiques d'atténua-
tion assez intéressantes. Leur structure est complexe et leurs dimensions
aussi bien que les revêtements côté route sont le fruit de nombreux calculs.
Ceci pour dire qu'un simple mur de brique ou de béton, quelles que soient
sa hauteur ou son épaisseur, sera bien loin d'offrir les mêmes performances.

Enfin, si l'envie vous prenait d'édifier un mur anti-bruit le long de votre pro-
priété, sachez que le coût est de l'ordre de 400 € le mètre carré pour un
produit de série, de 600 à 800 € pour une fabrication spécifique. Une hau-
teur de 4 m est une dimension courante, permettant un bon niveau d'atté-
nuation, ce qui donne un minimum de 1 600 € le mètre linéaire.

Édification d'un mur anti-bruit :


une solution très coûteuse.

t Travaux effectués
L'occupant souhaite obtenir un niveau de confort sonore élevé, la base de
travail sera l'objectif d'un bruit résiduel inférieur à 28 dB dans les pièces les
plus exposées. Toutefois, la suppression des incursions sonores les plus fortes,
correspondant aux passages de véhicules particulièrement bruyants, nécessi-
terait des travaux d'un coût prohibitif. On admet donc que ces bruits non
permanents restent audibles. Par ailleurs, la réalisation d'un mur anti-bruit par
la col lectivité n'est pas envisagée.

L'opération programmée comprend donc :


- L'isolation sous toiture des combles aménagés en chambres ;
- La pose de vitrages acoustiques et de blocs-portes acoustiques, avec une
attention particulière portée aux vibrations des vitrages.

103
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

Les fenêtres seront des modèles à triple vitrage feuilleté. La vitre extérieure
est épaisse de 12 mm, les deux autres respectivement de 4 et 6 mm ; elles
sont séparées par des lames d'air de largeur différente. La feuillure est com-
plexe et l'ouvrant comporte 3 joints de caoutchouc. Ces fenêtres sont crédi-
tées d'un affaiblissement de 56 dB. Outre leur coût, elles présentent un poids
important, le cadre doit donc être posé avec soin.
La porte d'entrée est remplacée par un bloc-porte acoustique d'un degré
d'affaiblissement de 47 dB. Le vantail est composé de 3 feuilles d'acier sépa-
rées par des panneaux de bois densifié. Son épaisseur est de 63 mm, il com-
porte 2 lames de caoutchouc formant joint. Le cadre intègre une barre de
seuil. Lensemble avoisine les 90 kg.

À l'étage, la hauteur des combles ne permet pas un renforcement de l'isola-


tion par-dessous. Il faut donc intervenir par-dessus, en démontant la toiture
Pose d'une fenêtre à triple vitrage de tuiles mécaniques. Par chance, la structure de la charpente laisse une
feuilleté. ·
épaisseur de 24 cm pour la nappe isolante, ce qui est très suffisant. Lisolation
1. Vitre extérieure : 12 mm
2. Vitre de 4 mm d'origine est assurée par 20 cm de laine minérale, posée sur un pare-vapeur.
3. Vitre intérieure : 6 mm Elle sera remplacée par une même épaisseur de plumes agglomérées en
nappe.

t Mise en œuvre
1. Dépose de toutes les fenêtres et de la porte.
2. Scellement des nouveaux cadres des fenêtres et de la porte.
3. Reprise de maçonnerie autour des cadres puis, après séchage, montage et
réglage des ouvrants.
4. Dépose de la toiture.
S. Enlèvement de la laine minérale et du pare-vapeur.
6. Pose d'une première couche de plumes sur freine-vapeur; puis de la
seconde couche croisée.
Pose d'un isolant par dessus.
7. Remise en place de la couverture.
1. Freine-vapeur
2. Isolant en plumes (2 couches croisées)
3. Couverture t Précautions particulières
- Le réglage des ouvrants est effectué soigneusement pour obtenir le meil-
leur contact des joints.
- En toiture, le bourrage des moindres vides est impératif pour supprimer les
points faibles.
-De même, les panneaux d'isolant (nappe de plumes agglomérées) sont
découpés un peu plus large afin que les lés soient serrés côte à côte ou
contre les chevrons de la charpente.
-Il est nécessaire de conserver la lame d'air initiale et de ne pas boucher les
passages d'air entre isolant et couverture.
-On doit penser à se protéger lors de l'enlèvement de la laine minérale :
masque, gants, coiffure et combinaison fermée sont nécessaires. Un net-
toyage soigneux est effectué après dépose du pare-vapeur; au moyen d'un
aspirateur industriel.

104
LA MISE EN ŒUVRE DES MATÉRIAUX

t Résultats
Le bruit moyen est ramené à un niveau où il n'est plus jugé gênant (26-
28 dB). Le bruit résiduel semble d'ailleurs ne pas provenir des ouvertures, il
est totalement diffus dans le volume des pièces, ce qui laisse penser qu'il se
propage au travers des murs eux-mêmes. En revanche , les sons les plus
intenses, motos ou voitures à l'échappement défectueux, sont toujours per-
ceptibles à des niveaux de l'ordre de 31 à 33 dB. Rappelons quand même
qu'il s'agit là de niveaux très faibles. Dans les chambres, à l'étage, la différence
est tout aussi nette. L'efficacité des 20 cm de plumes est manifestement supé-
rieure à celle des 20 cm de laine minérale, mais on notera que l'isolation
d'origine avait un objectif thermique, elle n'était donc pas réalisée avec autant
de soin que l'isolation phonique.

t Situation
Maison individuelle récemment équipée d'un chauffage central avec chau-
dière à granulés de bois. La chaufferie, petit local de 4 m x 2,50 m, a été ins-
tallée au garage, en sous-sol de la maison.

t Nuisance
Le bruit du système d'alimentation du foyer (vis sans fin : bruit du moteur et
rotation de la vis), séquentiel, se propage dans les pièces à vivre au rez-de-
chaussée ainsi que dans une chambre à l'étage.

Propagation du bruit d'une


chaufferie.

lOS
lJSOLATlON PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

• Mode de propagation
Il est mixte. Par voie aérienne à travers la dalle du rez-de-chaussée et par
voie solidienne! par le sol de la chaufferie et le long d'un mur de refend qui
traverse le sous-sol, le rez-de-chaussée et l'étage.

• É.tude acoustique
Une simple analyse spectrale a été réalisée, dans les locaux concernés, pour
caractériser le bruit : les fréquences les plus présentes sont situées dans le
bas médium, entre 125 et 300 Hz.
Supports antivibratiles placés sous
une chaudière (doc.J.-L. Beaumier).
• Traitement à la source
C'est le plus facile. Il serait déraisonnable en effet d'entreprendre des travaux
pour isoler le salon et la chambre alors qu'on peut traiter le local de la chauf-
ferie. Cependant, plusieurs solutions sont envisageables :
- Poser tous les éléments mécaniques, supports de la vis sans fin, du moteur,
chaudière, sur des silent-blocs.
-Accroître l'inertie de la paroi par un matériau dense.
-Absorber le bruit par un matériau souple avant qu'il se propage.

La première formule nécessite de rehausser les appareils de plusieurs centi-


mètres, équivalant à l'épaisseur des silent-blocs. Il faut donc démonter les
machines et refaire tous les raccordements. Elle répond au problème de la
propagation par voie solidienne mais n'élimine pas la transmission aérienne
par la dalle.
Accroître l'inertie de la paroj, en doublant le mur d'un panneau lourd et
rigide, permet d'éviter de démonter les appareils mais est sans effet sur la
transmission par le sol et par le plafond.
L'absorption du bruit par un matériau souple peut être une bonne formule
pour la transmission aérienne, elle peut aussi réduire la propagation le long
du mur mais ne peut pas être mise en œuvre sur le sol. Le poids des machi-
nes l'interdit en effet car il perdrait son efficacité.

• Travaux effectués
La solution retenue est multiple. Elle consiste à placer les appareils sur silent-
blocs pour les découpler du sol, puis à revêtir les murs et le plafond d'un
matériau absorbant. Les silent-blocs sont des composés acier-caoutchouc,
l'absorbant est un panneau mou de fibres de bois de 60 mm d'épaisseur, qui
sera laissé brut, sans revêtement.

• Mise en œuvre
On commence par démonter tous les appareils. L'installation doit être vidan-
gée, tous les raccordements défaits. On se trouve là dans une situation carac-
téristique :si le chauffagiste, ou l'occupant des lieux, avait su anticiper le risque
de nuisance sonore, on aurait évité une perte de temps et d'argent significa-
tive.
Mise en place de silent-blocs sous la Quatre silent-blocs sont ensuite placés sous la chaudière. Le constructeur de
chaudière et de manchettes
""
acoustiques sur les canalisations. l'appareil a d'ailleurs prévu cette installation par des piètements spécifiques, il

106
LA MISE EN ŒUVRE DES MATÉRIAUX

fournit également un tableau de répartition des charges selon les points, ce


qui facilite le choix des supports antivibratiles. Les supports de vis sans fin et
du moteur sont également posés sur silent-blocs.

L.:ensemble est rehaussé de 4 cm.Tous les raccordements d'eau de lachau-


dière ne sont donc plus adaptés, il est nécessaire de les modifier: On profite
de ce travail pour intercaler sur chaque canalisation, au plus près de la chau-
dière, une manchette acoustique ; elle évitera la transmission du bruit aux
parois par la canalisation.
Une fois cette étape terminée et l'installation prête à fonctionner; il reste à
mettre en place les panneaux isolants. S'agissant d'un local technique, on
choisit d'employer un panneau certifié M1, non inflammable. Les murs de la
chaufferie sont en brique. Le mur de refend est en brique monomur de
37 cm d'épaisseur; les autres parois sont constituées de briques de 10 cm.
Elles ont été laissées sans enduit. Les panneaux de fibres de bois seront donc
simplement collés sur la brique, par des plots épais de colle. Ceux du plafond
seront vissés sur des chevrons eux-mêmes chevillés dans la dalle.

Isolation de la chaufferie.
1. Panneau de fibres de bois
2. Silent-bloc
t Précautions particulières
-On pose en premier l'isolant du plafond. Les vis utilisées sont en matière
synthétique, elles sont spécifiques à la fixation de panneaux de fibres sur
ossature bois.
- Les panneaux des murs sont ensuite découpés pour s'appliquer étroite-
ment contre le plafond, sans laisser de jour: De même, ils sont serrés les uns
contre les autres pour éviter tout vide entre deux panneaux. Les plots de

107
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

colle sont suffisamment minces pour ne pas laisser de vide entre le panneau
et la brique. Au besoin, on gratte un peu les joints des briques pour ôter les
aspérités de ciment.

t Résultats
Conformes aux attentes, la nuisance est supprimée, le bruit est devenu tota-
lement inaudible dans le salon comme dans la chambre.

Ce bilan permet, en conclusion, d'insister sur la nécessaire attention portée à


la mise en œuvre des matériaux acoustiques. La qualité de pose est absolu-
ment essentielle en phonique. Un point faible, un pont acoustique ignoré, un
vide même minime, peuvent largement altérer les résultats d'un travail.

...

108
QUATRIÈME CHAPITRE
Le bruit intérieur:
les équipements
domestiques
Tout ce qui précède avait un but : nous mettre à l'abri des nuisances sonores
sans devoir en passer par les matériaux que l'on nous propose généralement
et qui sont bien éloignés de notre idéal de maison saine. Notre maison est-
elle maintenant un havre de silence, où rien ne vient troubler le repos ou la
réfiexion ? Pas sûr ...

Pas sûr, en effet. Certes, nous avons combattu, efficacement on l'espère, les
sources de bruit extérieures. Certes, nous avons construit ou rénové notre
lieu de vie pour que chacun puisse y vivre à son rythme, à sa guise, sans gêner
les autres occupants. Mais ...

Mais la maison elle-même est pleine de pièges sonores. Les radiateurs de


chauffage central chuintent, le bruit d'essorage du lave-linge se communique
à tout l'étage, quand ce n'est pas le moteur de la VMC qui ronronne ou un
coffret électrique qui grésille.

~'
~~
---'
~~ô 11
.....
- 1

Un petit tour des lieux nous donnera d'ailleurs la mesure du nombre de sour-
ces de bruits indésirables qu'elle peut contenir: car, outre les équipements
domestiques comme les chaudières ou les poêles, la VMC (ventilation mécani-
que contrôlée), la distribution d'eau et les évacuations, on trouvera bien sûr
tous ces appareils ménagers qui peuplent la cuisine ou la salle de bains, depuis
le lave-linge jusqu'au rasoir électrique, en passant par l'aspirateur, les robots de
cuisine et même la hotte de cuisine ou le four à chaleur tournante.

109
IJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

La question est particulièrement vaste et ferait l'objet d'un ouvrage à elle


seule. On ne fera donc que la survoler ici. En fait, les solutions sont de deux
ordres : le choix des appareils au moment de l'achat, puis, dans un deuxième
temps, la réduction du bruit des appareils dans leur environnement domesti-
que. Le choix d'appareils peu bruyants offre bien sûr de vivre dans un envi-
ronnement pas trop pénible. Mais surtout il permet de réduire sensiblement
le poids des mesures de correction. On comprend bien en effet qu'il sera
beaucoup plus simple de s'isoler du bruit d'un lave-vaisselle qui délivre 42 dB
que de son voisin qui affiche 65 dB. Ce seront donc les deux axes de notre
action.

1. L'OPTION D'ACHAT
Mais comment choisir? La réglementation européenne et ses déclinaisons en
droit français nous aident en partie, mais malheureusement insuffisamment.

En effet, l'indication du niveau sonore des appareils domestiques reste facul-


tative en France, contrairement à d'autres pays européens. Les fabricants ou
les importateurs sont libres de le mentionner sur l'étiquette « Énergie» qui,
elle, est obligatoire, et qui comporte des informations sur les qualités énergé-
tiques des appareils. En revanche, si un fabricant décide de communiquer le
niveau sonore émis par un appareil, il ne pourra le faire qu'en se conformant
à des protocoles de mesure définis par des normes européennes. Ces nor-
mes s'appliquent pour les appareils suivants :

-Aspirateurs,
- Convecteurs électriques à ventilateur;
- Lave-vaisselle,
- Lave-linge,
-Appareils de chauffage à accumulation,
-Sèche-linge,
- Réfrigérateurs et congélateurs,
- Robinets, mélangeurs et mitigeurs.

Cela signifie qùe les appareils d'une de ces familles seront tous mesurés selon
les mêmes protocoles, ce qui assure de pouvoir les comparer entre eux.
Ainsi, quand on trouvera dans les rayons d'un magasin un aspirateur qui affi-
che 77 dB, on pourra être certain qu'il est plus bruyant que celui qui revendi-
Il est possible d'obtenir, lors de
que 73 dB.
l'achat d'un appareil ménager, des
indications sur son niveau sonore :
à comparer avec les autres modèles Mieux encore, à défaut de réglementation nationale, certains labels ont
(doc. G. Larbi). édicté leurs propres règles. C'est le cas de I'Éco-Label européen, qui impose
aux produits labellisés des obligations en matière sonore. Voici par exemple
les niveaux maxima admis pour certains appareils :
-Aspirateur: 76 dB;
-Lave-linge: 56 dB en lavage et 76 dB en essorage;

110
LE BRUIT INTÉRIEUR: LES ÉQUIPEMENTS DOMESTIQUES

-Lave-vaisselle: 53 dB pour les modèles en pose libre et 50 dB pour les


encastrés.
Hélas, ces limites ne sont pas bien contraignantes et il est quand même fré-
quent de trouver en magasin un aspirateur crédité de 70 ou 72 dB, un lave-
linge qui s'affiche à 52 ou 54 dB et un lave-vaisselle aux alentours de 50 dB.

Mais la lutte contre le bruit est devenue un tel enjeu de société que beau-
coup de produits affichent un niveau sonore et en font même un argument
publicitaire. C'est le cas par exemple des moteurs de VMC. des hottes de cui-
sine, des chaudières à gaz et à fuel ou des climatiseurs. Les petits appareils ne
sont pas en reste et on pourra trouver- en insistant parfois auprès des ven-
deurs - des indications de bruit pour les robinets, mélangeurs ou mitigeurs.

Tous ces appareils indiquent volontiers le niveau sonore émis. Il nous appar-
tient donc, dans chaque acte d'achat, de comparer les modèles, de demander
aux vendeurs des informations complémentaires, d'explorer les fiches techni-
ques des constructeurs.

2. LA RÉDUCTION DU BRUIT
DES APPAREILS
Malgré tout, une fois l'appareil installé, les mauvaises surprises ne sont pas
exclues. Mais les matériaux d'isolation écologiques peuvent encore nous
venir en aide dans de nombreux cas. Nous allons voir comment.

Armoires et encoffrements
Une excellente solution pour réduire la propagation d'un bruit est souvent
d'enfermer le dispositif en cause dans un coffret ou une armoire. Mais cette
formule n'est pas toujours applicable.Voyons ici quelques cas classiques.

Les coffrets électriques, compteurs, disjoncteurs


Les anciens compteurs électriques ronronnent parfois et d'autant plus volon-
tiers qu'ils sont posés sur une paroi légère, un simple coffret de bois par
exemple, comme dans les maisons anciennes. Mais les composants modernes
ne sont pas exempts de reproches et on observe fréquemment des coffrets
électriques émettant des grésillements ou des bourdonnements désagréa-
bles. La situation est moins courante dans les maisons modernes puisque les
armoires électriques sont désormais placées dans des pièces de service, ou
bien dans le garage ou l'atelier.
Les coffrets électriques entraînent
bien souvent divers bruits
En revanche, dans un appartement en ville, le coffret électrique sera installé indésirables (doc. G. Larbi).
dans l'entrée, au mieux au fond d'un placard, mais la légèreté des cloisons
n'em pêche pas les vibrations de se propager. La solution dépend donc de
cette paroi support. S'il s'agit d'une cloison légère, en plaques de plâtre par
exemple, il sera très difficile de réduire la propagation des sons. Il serait en
effet inutile d'isoler l'avant de l'armoire si le bruit se propage par l'arrière, au

Ill
lJSOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

sein de la paroi support. Dans ce cas, la seule solution sera malheureusement


de rigidifier la paroi en question, ce qui implique de gros travaux sur le bâti.
On pourra alors recouvrir cette cloison d'une seconde, voire d'une troisième
couche de matériau rigide, afin de renforcer l'effet de masse qui s'oppose à la
propagation.

Concrètement, il faudra démonter l'armoire en place, traiter la cloison, puis


remonter cette armoire en prenant la précaution d'intercaler entre la paroi
et les côtés de l'armoire une feuille de matériau résilient, liège, feutre ou fibre
de coco.

Si par bonheur le coffret électrique est posé sur une paroi rigide, un mur
extérieur ou un mur de refend, le bruit se propage uniquement vers l'avant ;
la solution est alors beaucoup plus simple. Elle consiste à enfermer ce coffret
dans une armoire rigide et capitonnée de matériau absorbant.

Ce type d'armoire sera d'ailleurs utilisé dans d'autres cas.Voyons donc de


quoi il s'agit. Une paroi mince ne sera que très peu efficace, il faut donc privi-
légier un matériau dense, doté d'une inertie importante. Mais en même
temps, il faudra éviter de construire un dispositif trop volumineux. Quelques
matériaux répondent à notre demande : les panneaux de bois durs agglomé-
rés sans colle correspondent à ces contraintes, ou bien une plaque de plâtre
de forte densité ou encore la superposition de deux ou trois plaques de plâ-
tre, collées-vissées l'une sur l'autre. Si l'armoire ainsi conçue est de grandes
dimensions, il sera utile de consolider les angles intérieurs par des tasseaux
de bois dur; on peut même visser d'autres tasseaux en oblique sur les faces,
ils participeront encore à la rigidité. Ce caisson sera calculé avec des dimen-

Construction d'une armoire rigide,


capitonnée.
1. Mur porteur
2.1solant
3. Porte
4. Tasseau de renfort

112
LE BRUIT INTÉRIEUR: LES ÉQUIPEMENTS DOMESTIQUES

sions suffisantes pour pouvoir être garni intérieurement d'un matériau « res-
sort », de préférence assez dense. On choisira ainsi une épaisseur de cellu-
lose ou de plumes compressées plutôt qu'une nappe de chanvre ou de lin,
pas assez dense pour cet usage .Voilà un dispositif que l'on pourra retrouver
en plusieurs endroits de la maison et notamment pour réduire la propaga-
tion du bruit d'une chaudière murale.

Les chaudières murales


Il s'agit là de chaudières à gaz, posées sur une paroi, généralement dans une
pièce de service. Avant d'entreprendre des travaux, il faudra déterminer pré-
cisément la part de propagation aérienne et celle de propagation solidienne.
Comme pour les coffrets électriques, il est parfaitement inutile de construire
un placard autour de la chaudière si c'est toute la paroi support qui vibre .
Dans ce cas, il sera nécessaire de désolidariser l'équipement de son support
Les chaudières murales nécessitent
au moyen de silent-blocs ou supports antivibratiles. Mais c'est là un travail qui l'intervention d'un professionnel (doc.
n'est plus du ressort du bricoleur et qu'il faudra, pour d'évidentes raisons de G. Larbi).
sécurité, confier à un professionnel.

En revanche, s'il suffit de s'opposer à la diffusion par voie aérienne, notre pla-
card isolant sera parfaitement adapté. Mais attention, il est bien entendu
impératif de laisser une arrivée d'air libre, pour le fonctionnement de la chau-
dière. Elle sera construite en prévoyant une chicane garnie de matériau
absorbant, qui laissera passer l'air tout en stoppant la diffusion des sons (voir
dessins p. 117).

Supports antivibratiles

Les machines tournantes


Une autre situation fréquemment rencontrée est la vibration de machines
tournantes, lave-linge, lave-vaisselle ou sèche-linge. Ces vibrations peuvent se
transmettre à travers le sol sur toute la surface d'un étage ou bien être per-
çues à l'étage inférieur: Comme nous avons choisi dans cet ouvrage de ne
faire appel qu'à des matériaux écologiques, nous n'utiliserons pas ces petits Supports antivibratiles pour une
supports en caoutchouc synthétique que l'on trouve dans les magasins de chaudière murale.
bricolage. Placés sous les pieds des appareils, ils les désolidarisent du sol et 1. Support antivibratile
évitent ainsi la transmission des vibrations. Comment les remplacer? Ce n'est
pas très compliqué et les matériaux minces et denses feront parfaitement
l'affaire. Le feutre, la fibre de coco, le liège, les plumes agglomérées pourront
être employés, soit en découpant des carrés à placer sous les pieds, soit en
posant l'appareil sur une nappe entière de même dimension. Là aussi, il faut
remarquer que les isolants de faible densité comme les laines végétales ne
sont pas adaptés à cet usage. L'épaisseur idéale dépend de la densité du
matériau et du poids de l'appareil. Sans effectuer de calculs complexes, on
peut considérer que pour un appareil standard, lave-linge ou lave-vaisselle,
une épaisseur de 1 à 2 cm est suffisante pour éviter la transmission des vibra-
tions au sol.

113
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

La question des appareils encastrés est plus délicate parce que le bruit se
communique non seulement au sol mais aux structures en contact avec les
côtés. Par ailleurs, les dimensions d'encastrement laissent rarement la place à
une épaisseur d'un matériau résilient, même mince. C'est pourtant la seule
solution :elle consiste à garnir les· côtés de l'appareil d'une nappe mince et
dense, qui va le désolidariser de son environnement. On n'oubliera pas non
plus de le poser sur des supports amortisseurs, et là encore se pose le pro-
blème de la hauteur. Ajouter ne serait-ce qu'un ou deux centimètres de hau-
teur n'est pas sans conséquence sur un plan de travail préfabriqué. On
pourra parfois minimiser le problème en ôtant les pieds ou les roulettes
d'origine des appareils mais il sera plus profitable de tenir compte de la pré-
sence du matériau amortisseur dès la réalisation des plans d'ensemble.

LesVMC
Un autre cas est celui des moteurs de VMC. Dans beaucoup d'habitations
récentes, la nécessaire aération des pièces est obtenue par un système d'arri-
vée d'air frais et d'extraction de l'air vicié. Une VMC peut être à simple fiux,
ce sont alors les aérateurs installés sur les fenêtres qui amènent l'air exté-
rieur, l'extraction de l'air intérieur se faisant par des bàuches et un moteur
qui évacue l'air à l'extérieur. À double fiux, l'arrivée d'air comme l'extraction
sont contrôlées mécaniquement, mais c'est une solution plutôt rare dans l'ha-
bitat. Le moteur est fréquemment installé dans les combles ou au-dessus
d'une pièce de service, et comme tout moteur ... il fait du bruit. Nous ne
parlons pas ici du bruit d'extraction, provoqué par le mouvement d'air, il sera
Bloc moteur de VMC avec suspente traité au paragraphe suivant. Mais si vous entendez le moteur de la VMC ron-
antivibratile. ronner au-dessus de votre tête dans la salle de bains, que faire ?
1. Suspente antivibratile
Comme toujours, la solution consiste à désolidariser l'appareil de son sup-
port. S'il est simplement posé sur le sol du grenier, ce sera simple, il suffira de
le placer sur une plaque de matériau moyennement dense, liège, feutre épais
ou cellulose ferme, de 7 à 10 mm d'épaisseur. En revanche, s'il est fixé sur une
paroi, ii faudra faire appel à des silent-blocs. Mais là encore, la modification
n'est pas à portée d'un amateur. Les silent-blocs industriels sont étudiés pour
fonctionner dans des conditions précises de compression, d'étirement. de
cisaillement, l'empirisme ne pourra donner de bons résultats et conduirait
même, au pire, à la destruction du matériel avec des dégâts considérables sur
le bâti. C'est donc un travail -ou au minimum une étude- à confier à un
professionnel. Une dernière solution consiste à suspendre l'appareil à une
poutre ou une fermette de la toiture. On réalise cette suspension avec 4 fils
Bloc moteur de VMC posé sur silent-
bloc. d'acier, accrochés aux angles du bloc et réunis en un seul point d'accroche,
avec une suspente antivibratile adaptée au poids de l'ensemble.

Les petits appareils et composants électriques


Les supports antivibratiles seront utiles également quand il s'agira de suppri-
mer la transmission des bruits produits par les petits appareils et composants
électriques, et parmi eux, les transformateurs. Dans la maison, ils alimentent
notamment les luminaires basse tension et une grande partie des appareils

114
LE BRUIT INTÉRIEUR: LES ÉQUIPEMENTS DOMESTIQUES

de bureautique, imprimantes, scanners ou ordinateurs portables. Les trans-


formateurs vibrent fréquemment et cette vibration peut se propager dans la
masse du meuble qui les supporte, voire le long du plancher s'ils sont au sol. li
faut savoir que la plupart d'entre eux restent sous tension même quand l'ap-
pareil est éteint parce que l'interrupteur de mise sous tension est placé après
le transformateur et non pas avant. Cette observation nous donne la pre-
mière solution : il suffira de débrancher l'appareil ou bien d'intercaler un
interrupteur sur la ligne avant le transformateur.

Mais certains de ces appareils doivent rester sous tension, un répondeur par
exemple. Dans ce cas, une épaisseur de matériau amortisseur suffira pour
éviter la propagation solidienne du bruit. Comme le poids est faible, on
pourra employer un matériau un peu moins dense que pour un appareil
électroménager. Une épaisseur de cel lulose, une plaque de fibres de bois
mou ou de liège de faible densité feront l'affaire. Nous déconseillons vive-
ment d'enfermer un transformateur dans une boîte garnie d'un isolant phoni-
que. Un transformateur chauffe et doit être laissé à l'air libre. Le risque existe
d'une surchauffe et de la destruction de l'appareil.

Colliers et suspensions

Les canalisations
Voilà un autre point de mécontentement, propagateur de bruit plutôt que
source de bruit. Nous parlons ici essentiellement des canalisations qui
conduisent de l'eau, chaude ou froide. Arrivées d'eau, évacuations, canalisa-
tions de chauffage central, peuvent être de multiples objets sonores dés-
agréables. Nous avons nous-mêmes réalisé des interventions dans des mai-
sons où les canalisations de chauffage étaient tellement bruyantes que le
sommeil des occupants en était contrarié pendant toute la saison d'hiver.
Que faire, donc, dans des situations aussi pénibles ? Cela dépend de la nature
des bruits. Ils sont en effet très variés : siffiements, vibrations graves, coups
secs et espacés ... Les causes elles-mêmes seront diverses.

Dans certains cas, on n'aura d'autre ressource que de changer en partie ou Collier antivibratile.
en totalité le réseau de tuyaux. Parfois, il sera possible d'enrayer la propaga-
tion des bruits en intercalant des manchettes acoustiques souples ou en pla-
çant des dispositifs réducteurs de pression ou anti-coup de bélier. La question
du bruit des canalisations demanderait une place importante qui n'entre pas
dans le champ de notre étude, mais dans le cadre d'un ouvrage spécifique.
Nous aborderons ici une situation plus simple mais tout aussi courante qui
voit des bruits indésirables se propager dans les parois légères (cloisons en
plaques de plâtre), par l'intermédiaire des canalisations qui y sont fixées. La
solution sera donc de désolidariser la canalisation de son support. Les plom-
biers et les chauffagistes utilisent pour cela des colliers antivibratiles. t..:anneau
métal lique qui enserre le tuyau est garni intérieurement d'un caoutchouc Collier antivibratile de fabrication
synthétique absorbant, qui empêche la transmission du bruit. Fidèles à nos «maison» (doc.j.-L. Beaumier).

115
L'ISOLATION PHONIQUE ÉCOLOGIQUE

préceptes, nous allons tenter de remplacer ces colliers par des fabrications
personnelles avec des matériaux écologiques.

Cette opération pourra être délicate si l'on doit traiter des longueurs impor-
tantes ou des sections verticales de tuyauterie. Il faut alors trouver le com-
promis entre le maintien du tuyau, qui entraîne l'écrasement de l'isolant- et
donc son inefficacité-, et la conservation d'un certain jeu qui permet à l'ab-
sorbant de jouer son rôle. Pour cela, on choisit un collier métallique de plus
gros diamètre que le tuyau, on entoure le tuyau d'un manchon d'absorbant,
Les canalisations d'eau sont un des en laissant dépasser de quelques centimètres de chaque côté du collier; puis
éléments qui propagent facilement
on visse ce dernier sur le manchon en prenant garde de ne pas l'écraser. Le
les bruits (doc. G. Larbi).
matériau absorbant pourra être une feuille de liège, de feutre, ou de fibres de
coco de faible épaisseur.

Cet aménagement donnera de bons résultats dans deux cas particulière-


ment. Le premier est la transmission de bruits issus d'un appareil, par exem-
ple une chaudière ou le circulateur d'eau du système de chauffage, si ces
bruits se propagent ensuite dans les cloisons. Il faut bien voir que nous évite-
rons là cette propagation dans les cloisons légères mais que nous n'empê-
cherons pas la canalisation elle-même de propager les bruits. Des travaux
d'une autre nature seront nécessaires pour cela. L'autre cas concerne les
tuyauteries d'arrivée d'eau chaude, à un lavabo, un évier ou une douche. On
entend parfois quand l'eau coule des bruits plus ou moins sourds et espacés,
qui s'estompent au bout d'un moment. Il s'agit tout simplement de la dilata-
tion des tuyaux. Ces tuyaux, f~xés aux parois par des colliers métalliques, sont
soumis à des microdéplacements brusques, dus à la variation de tempéra-
ture. Comme les colliers enserrent étroitement les tuyaux, ces derniers ne
peuvent se dilater que par à-coups. La souplesse d'une suspension avec un
matériau absorbant élimine cet ennui en permettant au tuyau de se dilater
graduellement.

Le compteur d'eau
À la tête du réseau de distribution, le compteur d'eau peut aussi être source
de bruit. Certains compteurs anciens émettent en effet des cliquetis bien
audibles au passage du flux. Ce n'est généralement pas un gros problème
parce que les compteurs sont souvent placés dans des dépendances ou des
pièces de service, où l'on ne les entend pas. Si toutefois le bruit vous gêne,
vous l'atténuerez très simplement en entourant l'appareil d'une nappe d'iso-
lant de moyenne densité, en prenant soin d'entourer aussi la canalisation sur
quelques dizaines de centimètres en amont et en aval. Bien entendu, il faut
prévoir un accès facile pour le relevé des consommations, un petit coffret
entourant le compteur et garni d'isolant sera peut-être utile. Mais on peut
aussi préférer; plutôt que ces travaux correctifs, demander simplement au
service des Eaux le remplacement du compteur par un modèle récent, tota-
lement silencieux.

116
LE BRUIT INTÉRIEUR: LES ÉQUIPEMENTS DOMESTIQUES

Piège à sons
Pour finir; nos matériaux acoustiques vont se nicher dans tous les coins de la
maison ! Et notamment si les bruits de ventilation, soufflage ou extraction,
nous gênent. Nous avons vu précédemment comment réduire la transmis-
sion du bruit du moteur d'une VMC. Mais outre le bruit du moteur; les
conduits et les bouches causent parfois une pollution sonore désagréable.
Peut-on la réduire? Heureusement oui, avec quelques outils simples. Les
sources de bruit peuvent être diverses :VMC, bien sûr; mais aussi souffiage
d'air chaud issu d'un récupérateur de chaleur (un insert par exemple) ... Mais
dans tous les cas, c'est le fiux d'air qui provoque le bruit. La forme et le maté-
Manchon réalisé en laine de chanvre.
riau des conduits, le modèle de bouche, ont une incidence sur le niveau de
1• Matériau de faible densité.
bruit. À défaut de pouvoir intervenir sur ces paramètres, on peut tenter de 2. Grillage à petites mailles.
réduire le bruit en insérant dans le conduit, juste derrière l'orifice, un «piège
à sons » de notre fabrication.

Il s'agit de réaliser un manchon, à partir d'une nappe de matériau de faible


densité, laine de chanvre, laine de lin ou de mouton par exemple. Ce man-
chon sera rigidifié par un grillage à petites mailles, qui formera l'armature inté-
rieure du tube ainsi formé. Le diamètre extérieur sera ajusté pour insérer le
manchon dans le conduit en le compressant légèrement. Attention, l'absor-
bant devra rester très souple, sans compression excessive. La longueur peut
être de l'ordre de 20 à 30 cm mais dépend de la portion de tuyau située
avant un coude.

Il est intéressant de commencer à installer ce tube tel quel. La réduction du


bruit sera déjà sensible. Si elle n'est pas suffisante, il faut renforcer le filtre de
la manière suivante. À l'intérieur; une chicane est aménagée, selon le schéma
ci-contre. Chaque élément de la chicane occupe environ 1/3 de la section du
tube. Il est fixé au moyen d'un fil de fer à l'intérieur du tube. Réduire davan-
tage la section du conduit amènerait certes une diminution du niveau sonore
Réalisation d'un filtre avec des
mais au détriment de l'aération des pièces ou de l'arrivée d'air chaud, ce qui chicanes.
pourrait être dommageable pour la santé des habitants ou du logement. 1. Matériau de faible densité.
2. Grillage à petites mailles.
Avec ce petit accessoire se termine notre tour d'horizon des matériaux éco-
logiques et de leur mise en œuvre. Nous avons bien conscience d'avoir seule-
ment abordé la question mais l'acoustique est un domaine si vaste et si com-
plexe que prétendre y consacrer une «somme» serait une illusion d'autant
plus grande que nous sommes en terrain quasiment vierge. Comme nous
l'avons déjà remarqué, cet ouvrage est le premier qui aborde le sujet des
matériaux acoustiques utilisables dans l'habitat écologique. Nous espérons
seulement que la tâche sera poursuivie au fur et à mesure des progrès dans
la connaissance et l'utilisation de ces outils.

117
118
Un souhait pour finir
Nous avons, dès le début de cet ouvrage, rapporté les difficultés rencontrées
pour réunir la documentation sur les produits. Il y a là ce qui nous semble
être une incohérence.

D'un côté, toutes les enquêtes démontrent que le bruit est classé par le
public comme l'une des plus pénibles nuisances de notre environnement.
Dans certains comptes rendus, il apparaît même comme la plus importante,
touchant toutes les catégories et tous les lieux de vie, sans distinction
ville/campagne.

Mais d'un autre côté, beaucoup de fabricants et de distributeurs de maté-


riaux écologiques semblent se désintéresser des applications acoustiques de
leurs produits, comme si par définition une maison écologique n'était jamais
sujette à des nuisances sonores. Nous savons qu'il n'en est rien, hélas, et que
la pollution sonore existe partout.

Alors, notre souhait serait que les fabricants, les importateurs, les distribu-
teurs, s'unissent enfin pour réaliser des tests qui soient réellement des outils
d'appréciation et de comparaison. Les caractéristiques thermiques des maté-
riaux sont bien connues et largement répandues, pourquoi n'en serait-il pas
de même dans le domaine acoustique ? Si l'on veut promouvoir et diffuser
l'utilisation des matériaux écologiques, on ne peut pas continuer à se satis-
faire d'approximations, d'arguments publicitaires ou de chiffres invérifiables.
C'est l'essor de toute la filière des matériaux écologiques pour l'acoustique
qui est en jeu. Alors, messieurs les professionnels, nous attendons vos engage-
ments.

119
Labels et
certifications
écologiques
De nombreux labels écologiques ont vu le jour ces dernières années, qui
prétendent tous valoriser les meilleurs produits ou services. Cette multiplicité
risque d'entraîner une certaine confusion auprès des consommateurs,
puisqu'ils ne concernent pas les mêmes domaines. Il nous semble donc utile
de tenter une classification de ces appellations. Mais tâchons d'abord de défi-
nir le concept.

Qu'est-ce qu'un label ?


Il s'agit d'une « marque de qualité », mise en place généralement pour distin-
guer des produits ou des services qui présentent des caractéristiques parti-
culières valorisantes. Mais un label ou une certification peuvent aussi simple-
ment attester la conformité à des normes réglementaires ou instituées par
un organisme professionnel ; il sera donc important de les différencier.
Un label peut être créé à l'initiative d'un organisme indépendant (association
de èonsommateurs) ou des pouvoirs publics, ou encore par un groupement
de fabricants désireux de distinguer leurs produits.
Un label est bâti autour d'un « cahier des charges» plus ou moins contrai-
gnant. Les produits ou les services qui répondent à ce cahier des charges
peuvent obtenir le label. Pour s'assurer du respect des règles, les responsables
d'un label étudient les documents des fabricants, visitent les entreprises et
réalisent des tests de conformité.
En général, la labellisation est une démarche volontaire de l'entreprise, elle
n'est pas acquise d'office. C'est aussi fréquemment une opération d'un poids
financier non négligeable puisque tous les tests, obligatoires, sont à la charge
de celui qui postule.

Les marques de la construction


Il ne faut pas confondre « label écologique » et « label de qualité ». Ces der-
niers indiquent une qualité de construction particulière ou bien valorisent un
savoir-faire, il s peuvent se réclamer d'une démarche de « développement
durable » mais ne se situent pas dans une dimension écologique globale,
même s'i ls se rapprochent parfois des labels écologiques par certaines
recommandations : utilisation de matériaux renouvelables ou recyclables, inci-
tation à la limitation des produits de synthèse, prise en compte du coût de
fonctionnement d'un habitat, énergie grise ( 1) du produit, etc. Leur nombre
est assez impressionnant puisque, à la suite des pouvoirs publics, beaucoup
( 1) Énergie grise : quantité d'énergie nécessaire à
lia production d'un matériau (extraction ou
d'organismes professionnels ou de groupements de fabricants ont créé un
récolte, transformation, transport).

120
LABELS ET CERTIFICATIONS ÉCOLOGIQUES

label spécifique à leur activité. On ne les présentera pas ici, citons simplement
les plus connus: Qualibat, Qualitel, Promotelec,Vivrelec, Qualifelec, norme
ISO 1400 1 et l'un des derniers apparus, la certification HQE, Haute Qualité
environnementale. Ce dernier; pas plus que les autres, ne donne l'assurance
d'un matériau respectant tous les critères de la construction écologique.

Les labels écologiques ***


* C' *
Là aussi la diversité est grande, les champs d'activité multiples. Rien qu'en * \: *
* *
Europe, on peut identifier une vingtaine de logos. Il faut remarquer que cer-
tains pays, notamment l'Allemagne et les pays scandrnaves, ont une bonne
longueur d'avance sur la France en matière d'écologie et plus particulière-
'(~
"'***
ment d'éco-construction. De nombreux produits existent dans ces pays, qui
ne sont pas distribués en France. Plusieurs labels écologiques coexistent éga-
lement pour distinguer ces produits. Les labels, tout autant que les matériaux,
sont inconnus en France. Il serait donc inutile de les citer tous.

Les plus connus sont: NF-Environnement, I'Éco-Label européen (la fleur),


l'Ange bleu allemand, le Cygne blanc en Scandinavie, les labels TCO, Energy
Star: Certains de ces labels distinguent uniquement des appareils électriques,
d'autres intègrent dans leur champ de compétence des secteurs très divers,
qui peuvent aller du lave-vaisselle à la peinture, en passant par les pompes à
chaleur et les matériaux de construction. Parmi ces derniers encore, la plu-
part se limitent à référencer des peintures et des produits de traitement ou
bien des moquettes et revêtements de sol. Par exemple, ni la marque NF-
Environnement, ni le label européen ne distinguent de matériaux d'isolation
(pour le second, la classe « revêtements de sol » ne concerne que des carre-
lages).

Un cas particulier est celui du label Oko-Tex. Il revendique la place de leader


mondial dans le domaine des labels de protection pour le consommateur: Se
présentant comme le premier label écologique pour les textiles, il a été créé
en 1992 et fédère aujourd'hui plus de 4 200 entreprises à travers le monde.
Son nom et sa publicité sont trompeurs :en fait, ce label atteste simplement
que les textiles testés et certifiés respectent les seuils réglementaires de subs-
tances toxiques. Il est donc au textile vraiment écologique ce que l'agriculture
raisonnée est à l'agriculture biologique. Notons enfin que ce label est totale-
ment étranger à l'association et au magazine Oko-Test, présentés ci-dessous.

L'exploitation des for.êts

Le label FSC
Créé en 1993 par le WWF, Greenpeace et les Amis de la Terre pour pro-
mouvoir une gestion responsable des forêts, le FSC (Forest Stewardship
Council) est une organisation internationale, indépendante des gouverne-
ments. Il rassemble des associations de protection de l'environnement, des
t;S
FSC
entreprises et des propriétaires forestiers. Le cahier des charges du FSC
constitue un engagement global de gestion des forêts, incluant le respect des

121
ANNEXES

peuples et des territoires, la biodiversité, le renouvellement des ressources


ou les conditions d'exploitation. Actuellement, près de 60 millions d'hectares
dans le monde sont gérés selon le cahier des charges FSC et bénéficient de
ce label.
Le FSC ne distingue pas les produits finis issus de la filière bois mais la prove-
nance de la matière première utilisée c'est-à-dire le bois.

Le label PEFC (Pan European Forest Certification)


« Concurrent » et très semblable au précédent, le label PEFC a été créé en
1998 par un groupement de grands propriétaires forestiers européens, sou-
tenus par les pouvoirs publics de douze pays. Il représente actuellement
123 millions d'hectares dans le monde, dont 50 millions en Europe (contre
23 millions pour le FSC en 2005). Cette domination en volume s'établit sur
des critères moins contraignants. En effet, si le label FSC est attribué sur la
base d'un engagement mais aussi d'une pratique déjà existante de gestion
forestière, le label PEFC se contente, lui, d'un simple engagement. Par ai lleurs,
les critères FSC sont plus précis et demandent à l'adhérent une plus grande
vigilance dans la gestion des espaces et de leur exploitation.

Les deux labels sont néanmoins fondés sur les mêmes principes de gestion
responsable, de contrôle externe et de démarche volontaire. Comme pour
le précédent, le logo PEFC apposé sur un matériau à base de bois indique
que la matière première est issue de forêts gérées selon les principes du
label, cette certification ne caractérise pas le produit fini.

Swiss Quality
Q La Suisse a créé son propre label de gestion forestière, sur des critères assez
semblables aux précédents. Les bois issus de forêts suisses labellisées portent
le logo« Swiss Quality ».Mais le label FSC s'est implanté dans ce pays depuis
2003 et il gagne du terrain d'année en année.

Les matériaux d'isolation écologiques


Les certifications ne sont jamais attribuées de manière défin it ive. Par ailleurs,
les gammes de produits évoluent rapidement. Les indications qui suivent sont
donc probablement très incomplètes, d'autant que les organismes certifica-
teurs semblent avoir du mal à diffuser des listes des produits qu'ils labellisent.
Un effort d'information du public ajouterait certainement à la réputation des
labels écologiques.

Précisons enfin que l'absence d'une marque ne présume en rien des qualit és
d'un produit. De la même manière, on peut trouver un label sur une partie
seulement de la gamme d'un fabricant. Cela signifie généralement que seule
cette partie a fait l'objet d'une demande de certification, en tout cas au
moment où nous écrivons. Le coût des tests et de l'adhésion étant important
et les incidences en termes commerciaux difficilement quantifiab les, de nom-
breux fabricants hésitent à s'engager dans cette voie.

1.22
LABELS ET CERTIFICATIONS ÉCOLOGIQUES

NaturePius
Il s'agit d'un label européen de qualité environnementale, qui s'applique aux
produits et aux matériaux destinés à la construction. La gamme est particu-
lièrement vaste et comprend :
- Les revêtements de sol ;
-Les tuiles et ouvertures de toiture ;
- Les matériaux isolants composés de matières premières renouvelables ;.
- Les peintures et laques ;
- Les matériaux en bois ;
-Les mortiers, colles et enduits;
- Les plaques de plâtre.

Les critères de base pour l'attribution du label imposent pour chaque produit:
- La déclaration intégrale de toutes les substances mises en œuvre dans le
produit;
- Une fraction d'au moins 85 % de matières renouvelables ;
- L.:utilisation de matières premières dont les réserves sont abondantes ;
- L.:interdiction des substances susceptibles de nuire à la santé ou à l'environ-
nement;
-Une consommation d'énergie réduite pour la fabrication ;
- La réduction des émissions et de tous polluants en cours de fabrication et
en cours d'exploitation ;
- L.:optimisation du conditionnement;
- L.:obligation de fournir des conseils et recommandations aux utilisateurs
pour la mise en œuvre.

Outre ces critères de base, communs à tous les produits, NaturePius a édicté
des critères par type de produit, que doivent aussi respecter les candidats à la
certification.
NaturePius est pour l'instant le plus important label spécialisé pour les maté-
riaux de construction et son obtention peut être considérée comme un des
meilleurs gages de qualité. Afin d'éviter une confusion par la multiplicité des
appellations, certains labels déjà existants dans le domaine de la construction,
ECO, lOB et TÜV, ont décidé de se rallier à NaturePius.

L'Ange bleu
C'est le plus ancien des labels nationaux puisqu'il fut créé en 1977 en
Allemagne. Il référence aujourd'hui plus d'une centaine de types de produits,
prenant en compte toute la chaîne depuis la fabrication jusqu'au recyclage, en
passant par la mise en œuvre. Les critères d'attribution sont donc nombreux
et complexes mais assurent une réputation méritée à ce label. Connu princi-
palement pour les appareils électriques, il intègre aussi certains produits du
bâtiment, peintures, revêtements de sol et quelques isolants.

Le Cygne blanc
Équivalent scandinave de l'Ange bleu, créé en 1991, son champ de compé-
tence s'étend à plus de 1 000 produits. Dans le domaine de la construction,

123
ANNEXES

on trouve les peintures et laques, les. revêtements de sol et les panneaux de


fibres de bois. Le Cygne blanc est aussi le seul label européen à référencer
des menuiseries préfabriquées (fenêtres).

Oko-Test
Oko- Test est un magazine allemand de consommateurs, à vocation écologiste.
À l'instar des autres magazines de consommation, il réalise des tests et des
bancs d'essai de produits. Il ne délivre pas à proprement parler de label mais
les classements qu'il publie sont réputés, voire redoutés. Les tests sont réali-
sés par des laboratoires indépendants. Ils donnent lieu à un classement en
quatre catégories, du « recommandé » au « déconseillé ».

Labels divers
Certains matériaux distribués en France sont distingués par des labels dans
leur pays d'~rigine . Nous en citons ici quelques-uns.

IBR: Ce label allemand (institut de biologie de Rosenheim) s'applique notam-


ment aux sous-produits animaux (laines, duvets) et atteste l'absence de ris-
que pour la santé. Il labellise par ailleurs d'autres matériaux végétaux ou
minéraux, notamment les produits à base de fibre de bois.

ANAB: C'est la certification ·de l'Association nationale italienne pour l'archi-


tecture bio-écologique.

IBO :Marque de l'Institut autriçhien pour l'architecture bioclimatique.

IBN : Label délivré par l'Institut pour l'architecture bioclimatique de


Neubeuern (Allemagne).

NIBE: Nederlandse lnstituut voor Bouwbiologie en Ecologie, équivalent


néerlandais du label IBO.

Les entreprises certifiées


Dans notre domaine des isolants écologiques pour l'acoustique, nous avons
pu recueillir les informations que voici- rappelons que cette liste n'est pro-
bablement pas exhaustive :

Brique
Bellenberg, brique monomur 3B: recommandé par Oko-Test.

Plaques de plâtre
Xella Fermacell, tous produits: recommandés par IBO, label de qualité IBN,
classés« 1b, à utiliser de préférence», par NI BE.
Xella Fermacell HD: testé et recommandé par IBR.

124
LABELS ET CERTIFICATIONS ÉCOLOGIQUES

Fibre de bois
Steico AG : FSC, NaturePius, recommandé par Oka-Test. Ces distinctions
concernent l'ensemble de la gamme des produits Steico.
Emfa Dammstadt, Plus NF et Plus Klick: NaturePius.
Pavatex, Pavatherm coins d'isolation, ainsi que lsoroof-Natur: NaturePius.
Homatherm, Holzflex et UD25 : NaturePius.
Gutex,Thermofiex: NaturePius.
lsoroy : PEFC pour tous les produits, IBR pour toute la gamme (absence de
risque pour la santé) ; panneau dur Agepan UDP : NaturePius.

Chanvre
Steico, Canafiex : NaturePius.
lsover, Florapan (Biolnnova) : NaturePius.
Emfa, HanfTop : NaturePius.

Cellulose
Dammstatt, lsoi'Ouate en vrac Cl40 :Ange bleu, recommandé par Oka-Test.
Thermofloc, en vrac: IBO.

Fibre de coco
Emfa :certification IBR.

Laine de mouton
Daemwool : label allemand IBR, absence de risque pour la santé, testé et
recommandé par Oka-Test.
Woolin : NaturePius.

Argile expansée
Laterlite, Leca, Lecacem et Lecamix :ANAB, IBO, IBN.

Vermiculite
CMMP, Granutec :TÜV-CERT (intégré à NaturePius).

Composites
Acoustix, Pan-Terre Panneau naturel: NaturePius.

125
ANNEXES

Glossaire
Absorption
Capacité d'un matériau à absorber; au sein de sa structure, les vibrations
sonores.

Affaiblissement
Diminution du niveau sonore perçu. Par exemple si l'intensité d'un son
est de 70 décibels à sa source et de 25 décibels de l'autre côté d'une
paroi, l'affaiblissement est de 45 décibels.

Bande résiliente
Bande formée d'un matériau peu épais ( 1 à 10 mm d'épaisseur) qui
permet de désolidariser une paroi ou un matériau de la paroi support.
Elle peut être en chanvre, laine, liège, fibre de coco ou caoutchouc.

Correction acoustique
Modification des caractéristiques intérieures d'un local, principalement
son taux de réverbération aux diverses fréquences.

Énergie grise
Quantité d'énergie nécessàire à lia production d'un matériau (extraction
ou récolte, transformation, transport).

Fréquence
C'est la valeur numérique de la hauteur d'un son.

Hauteur du son
Elle est déterminée par par le nombre de vibrations de l'air que le son
provoque par seconde.

Indice d'affaiblissement
Exprimé en décibels, il caractérise la différence de niveau sonore entre la
source d'un son et sa mesure après un obstacle (par exemple, une
paroi) .Voir Affaibl issement.

Isolation
Technique ou action d'isoler.

Isolation phonique
Création d'une barrière entre une source sonore et un local de
réception.

126
GLOSSAIRE

Isolement
Résultat de l'isolation. Par exemple, une isolation en laine de lin peut
procurer un isolement de 32 décibels.

Sile nt-bloc
Petit bloc en caoutchouc placé entre des pièces qui absorbe les
vibrations.

Tableau
Paroi latérale des murs encadrant une fenêtre ou une porte.

Unités et mesures
Unités utilisées
••.•........•••••••••......••••••............•.•••••...•.....•••••••••.
Intensité du son exprimée en dB (décibel)
Fréquence du son exprimée en Hz (Hertz)
Affaiblissement aux bruits aériens noté ~ exprimé en dB
Affaiblissement aux bruits d'impact noté ~ exprimé en dB
Absorption défini par le coefficient a ou a sabine

Réaction au feu des matériaux


.•••••••........••••••.•.•.......•••.•.••••.........•.•••••••..........
MO Incombustible
M1 Non inflammable
M2 Difficilement inflammable
M3 Moyennement inflammable
M4 Facilement inflammable

127
Carnet d'adresses
Note : Cette liste de références ne saurait être exhaustive, notamment pour les
fabricants ou distributeurs de matériaux acoustiques. li s'agit simplement d'une sélec-
tion de sociétés que nous connaissons. Le Cl DB, notamment, est susceptible de four-
nir des listes beaucoup plus complètes, ainsi que les adresses de professionnels en
région, acousticiens, bureaux d'études, entreprises spécialisées. San~ oublier les archi-
tectes, qui travaillent fréquemment avec des spécialistes de divers domaines ; ils
seront toujours de bon conseil.

Les adresses, les contacts que nous proposons sont exacts au moment où nous les
écrivons, ils peuvent ne plus l'être quand vous lisez ces lignes. Surtout, nous avons
bien conscience que nous ne pouvons être informés de toutes les créations d'entre-
prises qui abordent ce domaine. Celles qui ne figurent pas ici voudront bien nous en
excuser.

Documentation générale

t AAE (Association des acousticiens de l'environnement)


cio CIDB (adresse ci-dessous)

t ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)


27, rue Louis-Vicat, 75737 Paris. Cedex 15
Tél. 0 1 47 65 20 00- Fax 0 1 46 38 37 13
www.ademe.fr

t AFSSE (Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail)


27, 31 avenue Général-Leclerc, 94709 Maisons-Alfort
Téi.OI56291930-Fax0143963767
www.afsse.fr

t AFNOR (Association française de normalisation)


Il, avenue Francis-de-Pressenssé, 93571 Saint-Denis-la-Plaine Cedex
Tél. 0 1 41 62 84 37 - Fax 0 1 49 17 90 00
www.afnor.fr

t AICVF (Association des ingénieurs en climatique, ventilation et froid)


66, rue de Rome, 75008 Paris
Téi.OI42942534-Fax0142940456

t CIDB (Centre d'information et de documentation sur le bruit)


12-14, rue jules-Bourdais, 75017 Paris
Téi.OI 47 64 64 64 - Fax 01 47 64 64 65
www.bruit.fr

t Conseil national du bruit


20, avenue de Ségur; 750302 Paris 07 SP

128
CARNET D'ADRESSES

Téi.OI42191536-Fax0142191465
wwvv.environnement.gouv.fr

t CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment)


4, avenue du Recteur-Poincaré, 75782 Paris Cedex 16
Tél. 0 1 40 50 28 28 - Fax 0 1 45 25 61 SI
wwvv.cstb.fr

t IFEN (Institut français de l'environnement)


61, boulevard Alexandre-Martin, 45058 Orléans Cedex 1
Tél. 02 38 79 78 78 - Fax 02 38 79 78 70
wwvv.ifen.fr

t INC (Institut national de la consommation)


80, rue Lecourbe, 75732 Paris Cedex 15
Tél. 0 1 45 66 20 20- Fax 0 1 45 66 21 20
wwvv.conso.net

t INRS (Institut national de recherche et de sécurité)


30, rue Olivier-Noyer, 75680 Paris Cedex 14
Tél. 0 1 40 44 30 00 - Fax 0 140 44 30 99
wwvv.inrs.fr

t LNE (Laboratoire national d'essais)


29, rue Roger-Hennequin, 78197Trappes
Tél. 0 1 30 69 21 12- Fax 0 1 30 69 12 34
wwvv.lne.fr

t Ministère de l'Écologie et du Développement durable


20, avenue de Ségur, 75302 Paris 07 SP
Téi.OI 42 19 20 21
wwvv.environnement.gouv.fr

t Terre vivante (Centre d'écologie pratique :jardinage bio, habitat écologique)


Domaine de Raud, 3871 0 Mens
Téi.04 76 34 80 80- Fax 04 76 34 84 02
wwvv.terrevivante .org

t wwvv.europa.eu.int
Site internet pour la législation européenne

t wwvv.legifrance.gouv.fr
Site internet pour la législation française

129
ANN EXES

Fabricants, importateurs
(liste non exhaustive)

Les fabricants de matériaux acoustiques ne distribuent pas toujours directement


leurs produits. On peut les contacter pour obtenir l'adresse de leurs revendeurs, ces
derniers disposent des catalogues et tarifs.

Briques
Bellenberg Allemagne (monomur 3B, distribué en France par AC2P), Bouyer-Leroux
(Bio Bric Monomur, BGV, G7), lmerys Structure (Carrobric, Gelis), Sibo
(Megabrique),Wienerberger (briques Biomur, Murbric, Cloisobric).

Plaques de plâtre conventionnelle


BPB-Piaco (Piacoplâtre), Lafarge, Knauf.

Plaque de plâtre écologique


Fermacell (Groupe Xella).

Panneaux de bois dense


lsoroy, Pavatex, QEM, Unalit.

Blocs chaux-chanvre
LAtelier du chanvre, Easy Chanvre.

Paille
Documentation : La maison en paille.

Chanvre
La Chanvrière de l'Aube, La Chanvrière du Belon, Effiréal, Chanvre et Techniques,
Biolnnova, fabriqué en Autriche (distribué en France par lsover Saint-Gobain), lsonat,
Meha, QEM (produit Chanvrilis),Terrachanvre.

Lin
Distributeurs (décembre 2005) : Domus Matériaux, La Maison de l'écologie et de
nombreux distributeurs régionaux de matériaux écologiques.

Cellulose
Beno-Therm, Cellubio (Synergie), lsoi'Ouate (distribué par Xylobell), Homatherm,
lsoftoc,Thermoftoc (distribué par Domus), UniverCell (fabriqué par Soprema).

Coton
lsoa, SPIN.

Fibre de coco
Amorim (distribué par HPK, Nature et Habitat), Emfa, Stroba.

Liège
Aliecor; HPK, Liegisol, Liegexpan, QEM, SMT-SNIC.

Fibre de bois
Gutex, Homatherm, lsoroy, Pavatex, Steico (distribué par La Vieille Montagne), Unalit.

130
CARNET D'ADRESSES

Laine de mouton
Éco-Logis, Étoile du Berger, QEM (Daemwooi,Thermolaine), Second Nature UK
(Thermafieece), SPIN SARL (RK-Laine).

Plumes et duvet
Nap'tural, Altermat.

Argile expansé
Laterlite.

Verre cellulaire
Foamglas (distribué par Pittsburgh Corning).

Perlite
Ceca, Efisol, Knauf.

Vermiculite
CMMP (Granutec), Efisoi,TBF.

Système Pan-terre
Acoustix Belgique.

Portes acoustiques
Ils sont très nombreux, les marchands de matériaux et de menuiseries sont les distri-
buteurs privilégiés :France-Portes, Huet, Lebeau, Malerba.

Fenêtres acoustiques
Ils sont très nombreux, les marchands de matériaux et de menuiseries sont les distri-
buteurs privilégiés : Duale, Franciafiex, Huet,Tryba.

Rideaux acoustiques
Gerriets, Sud Textiles.

131
ANNEXES

Adresses des fabricants et importateurs cités

t AC2P (Briques monomur Bellenberg)


13, place Marcel-Lenoir, 82000 Montauban
Tél. OS 63 66 64 89 - Fax OS 63 66 55 49
www.monomur3b.com

t Aliécor (Liège)
3190, avenue de la Chalosse, 40 140 Magescq
Tél. OS 58 47 67 67- Fax OS 58 47 68 68
www.aliecor.com

t Acoustix (Système Pan-terre)


Quai Godefroid Kurth 30, B- 4020 Liège
Tél. (32) 4 340 19 15 - Fax (32) 4 340 19 10
www.acoustix.be

t Altermat (Batiplum)
Zl des Noues, 8521 0 Sainte-Hermine
Téi.0228140473-Fax0228140474
www.altermat-isolation.com

t LAtelier du chanvre (Chanvribloc, bloc chaux-chanvre)


Les Pras, 38350 Oris-en-Ratier
Tél. 04 76 81 27 45- Fax 04 76 30 97 94
www.atelierduchanvre.com

t Bouyer-Leroux (Brique)
BP 5, 49280 La Séguinière
Téi.0241637620-Fax0241637635
www.bouyer-leroux.fr

t BPB-Piaco (Plaques de plâtre)


34, avenue Franklin-Roosevelt, 92282 Suresnes Cedex
Tél. 0 1 46 25 46 25 - Fax 0 1 41 38 08 08
www.bpbplaco.com

t Chanvre etTechniques (Chanvre)


BP 3, 29340 Riec-Sur-Belon
Tél. 02 98 06 45 34- Fax 02 98 06 56 68
www.technichanvre.com

t Chanvre mellois (Chanvre)


Mairie (Monsieur Emanuellngrand), 79500 Saint-Vincent-la-Châtre
Tél. OS 49 29 65 65 (Monsieur Hubert Rinaldi)
www.ebusinessgeneration.netlchanvre-mellois

t CMMP (Vermiculite, perlite expansée)


45, rue de Saint-Petersbourg, 75008 Paris
Téi.0143874575-Fax0142949632
www.cmmp.fr

132
CARNET D'ADRESSES

t Dammstatt WE.R.F. (Cellulose)


Markgrafendamm 16, D- 10245 Berlin
Tél.+ 49 (0) 30 29 39 41 30- Fax + 49 (0) 30 29 39 41 04
www.daemmstatt.de
(distribué en France par Ecofa)

t Décibel France (Dispositifs antivibratiles, mousses et plots acoustiques)


616, rue de la Dombes, Les Échets, 01706 Miribel Cedex
Tél. 04 37 26 03 03- Fax 04 37 26 00 00
www.decibelfrance.com

t Domus Matériaux (Gamme de matériaux écologiques, fabricant et distributeur)


ZA 1, rue Dewoitine, 31700 Cornebarrieu - Toulouse
Téi.0561854306-Fax0561854893
www.domus-materiaux.fr

t Easy Chanvre (Bloc chaux-chanvre)


4, rue du Phare, 56470 Saint-Philibert
Téi.0297591298-Fax0825143558
www.easychanvre.fr

t Écofa SARL (Gamme de matériaux écologiques, distributeur, importateur)


10, rue du Bernstein, 67650 Dambach-la-Ville
Tél. 03 88 92 49 92- Fax 03 88 92 48 94
www.ecofa-habitat.com

t Efisol (Vermiculite)
14/24, rue des Agglomérés, 92024 Nanterre Cedex
Tél. 03 86 63 29 00- Fax 03 86 91 18 79
www.efisol.fr

t Étoile du berger (Laine de mouton)


Prades, 6321 0 Saint-Pierre-Roche
Tél. 04 73 65 89 03
www.etoiledubergedr

t France air (Dispositifs antivibratiles et équipements de VMC)


Rue des Barronnières, BP 406 Beynost, 01708 Miribel Cedex
Tél. 04 72 88 11 1 1 - Fax 04 78 55 54 90
www.france-air.com

t Gerriets (Rideaux anti-bruit)


BP 44, 68600Volgelsheim
Tél. 03 89 22 70 22- Fax 03 89 22 70 25
www.gerriets.com

t Homatherm France (Cellulose)


77, rue du Grand Chemin, 59100 Roubaix
Téi.03 20 Il 19 IO-
www.homatherm.de

Ill
ANNEXES

t HPK (Fibre de coco)


19, rue de Lasserens, 47230 Lavardac
Tél. 05 53 65 51 46- Fax 05 53 65 86 4 1
www.lieges-hpk.com

t Huet (Portes et fenêtres acoustiques)


BP 559,85305 Challans
Tél. 02 51 49 53 00- Fax 02 51 49 19 00
www.huet.fr

t lmerys structure (Brique)


BP 3 13, 3 1773 Colomiers Cedex
Tél. 05 61 30 61 03 - Fax 05 61 30 6 1 28
www.imerys-structure.com

t lsoa (Laine de coton)


Le Suchet, 24750 Boulazac
Téi.05 53 04 24 76- Fax 05 53 06 69 70
www.isoa.fr

t lsoléco (Gamme de matériaux pour l'habitat: distributeur, importateur) (Cellulose


Warmcel)
7, avenue de Verdun, 88100 Saint-Die-des-Vosges
Tél. 03 29 55 12 48 - Fax 03 29 56 64 98
www.isoleco.fr

t lsonat (Chanvre)
BP 23, 69470 Cours-la-Ville
Tél. 04 74 89 95 96 - Fax 04 74 89 88 89
www.isonat.com

t lsoroy (Panneaux de fibres de bois)


BP 25,47700 Casteljaloux
Tél. 05 53 93 04 78 - Fax 05 53 93 52 19
www.isoroy.fr

t lsover France (Laine de chanvre Biolnnova, panneaux de plumes Batiplum)


Les Miroirs, 92096 La Défense Cedex
Tél. 0 1 47 62 40 00
www.isover.fr

t Knauf (Plaques de plâtre, vermiculite)


Zone d'activités, 68600Wolfgantzen
Tél. 03 89 72 11 12 - Fax 03 89 72 11 15
www.knauf.fr

t La Maison en paille (Information, stages)


16290 Champmillon
Tél. 05 45 66 27 68
www.lamaisonenpaille.com

134
CARNET D'ADRESSES

t Laterlite (Argile expansée)


122, montée du Plantin, 69380 Chasselay
Tél. 04 78 47 31 07- Fax 04 78 47 08 29
www.leca.it

t La Vieille Montagne (Fibre de bois Steico)


ZA de Ranfaing, 88200 Saint-Nabord
Tél. 03 29 22 11 04 - Fax 03 29 22 11 OS
www.lavieillemontagne.com

t Liegexpan (Liège)
23, rue Principale, 57510 Ellviller-Loupershouse
Tél. 03 87 09 62 76- Fax 03 87 02 63 20
www.liegexpan.com

t Liegisol - SARL Solobri (Liège)


20, rue de Moscou, BP 33, 40 140 Soustons
Tél. OS 58 41 10 42- Fax OS 58 41 10 03
www.liegisol.com

t Müpro France (Dispositifs antivibratiles et équipement acoustique pour sanitaires)


Rue Camille-Guérin, BP 727, 62031 Arras Cedex
Téi.03 21 50 57 57- Fax03 21 50 57 58
www.mupro.com

t Nap'tural (Plumes) (Batiplum)


94, route de la Roche, 8521 0 Sainte-Hermine
Tél. 02 SI 28 88 31 - 02 5 1 28 88 64
www.naptural.com

t Nature et Habitat (Fibre de coco)


95, Mas des Gardies, BP 4054,30001 Nîmes Cedex 5
Tél. 04 66 64 22 74 - Fax 04 66 23 98 77
www.nature-et-habitat.fr

t Pavatex (Panneaux de fibres de bois)


37, route de la Pisciculture, CH- 170 1 Fribourg
Tél. + 41 (0) 26 426 31 11- Fax + 41 (0) 26 426 32 09
www.pavatex.ch

t Paulstra Vibrachoc (Dispositifs antivibratiles)


61, rue Marius-Aufan, 92305 Levallois-Perret
Tél. 0 1 40 89 53 31 - Fax 0 147 57 28 96
www.paulstra-vibrachoc.com

t Pittsburgh Corning France (Verre expansé Foamglas)


Parc Silic, BP 40125, 94523 Rungis Cedex
Tél. 0 1 56 34 70 00 - 0 1 56 34 70 0 1
www.foamglas.fr

135
ANNEXES

t Sainbiose (Gamme de matériaux écologiques, import chanvre Thermohanf et fibres


de bois)
9, rue du Périgord, 69330 Meyzieu
Tél. 04 78 37 16 03 - Fax 04 78 37 25 20
www.sainbiose.com

t Second Nature UK (Laine de mouton Therma~eece)


Sou lands Gate, Soulby, Dacre, Penrith, Cumbria CA 11 OJF
Tél. + 44 (0) 17 68 48 62 85 - Fax + 44 (0) 17 68 48 68 25
www.secondnatureukcom

t Sibo (Brique)
BP 30619, 44006 Nantes Cedex 0 1
Tél. 02 40 73 68 97 - Fax 02 40 73 92 0 1
www.sibo.fr

t SMT-SNIC (Liège)
BP 8021 3, 66161 Le Boulou Cedex
Tél. 04 68 83 0 1 60- Fax 04 68 83 38 55
www.smtsnic-liege.com

t Soprema (Cellulose)
14, rue Saint-Nazaire, 67100 Strasbourg
Tél. 03 88 79 84 00 - Fax 03 88 79 84 0 1
www.soprema.fr

t Spin SARL (Laine de mouton) .


Zl Domitia Sud, av. Jean-Monnet, 30300 Beaucaire
Tél. 04 66 59 13 79 - Fax 04 66 59 51 69

t Sud Textiles (Rideaux anti-bruit)


14 3, rue de Paris, 93000 Bobigny
Tél. 0 1 48 91 22 38 - Fax 0 1 48 44 80 63
www.sud-textiles.com

t Synergie (Cellulose Cellubio)


BP 73,94142 Alfortville Cedex
Tél. 0 1 56 29 13 13 - Fax 0 1 56 29 13 10
www.cellubio.com

t Terrachanvre (Chanvre)
Loriot Mine, 2211 OTremargat
Tél. 02 96 36 58 83- Fax 02 96 36 59 07
www.terrachanvre.com

t Unalit (Panneaux de fibres de bois)


BP 10, Saint-Usage, 21 170 Saint-Jean-de-Losne
Tél. 03 80 72 68 00 - Fax 03 80 39 26 44
www.unalit.fr

136
CARNET D'ADRESSES
~
~
t Wattelez (Supports antivibratoires, matelas d'amortisement acoustique)
18, rue Gérard-Bongard, 78302 Poissy
Téi.OI30740207-Fax0130742009
www.wattelez.com

t Wienerberger (Brique)
18, rue du Canal, Achenheim, 67087 Strasbourg Cedex 2
Tél. 03 90 64 64 64 - Fax 04 90 64 64 61
www.wienerberger.fr

t Xella- Fermacell France (Plaques de plâtre)


30, rue de l'Industrie, 92563 Rueil-Malmaison Cedex
Tél. 01 47 16 92 90- Fax 01 47 16 92 91
www.fermacell.fr

t Xylobell (Cellulose)
280, traverse Fontmerle, 06600 Antibes-juan-les-Pins
Téi.04 93 74 41 00- Fax 04 93 74 87 30
www.xylobell.fr

Du même auteur Il contient 8 tests, à réaliser chez soi, sans matériel spécia-
lisé, pour évaluer des fonctions d'écoute importantes:
« Comment entendez-vous la musique ? » - Courbe de réponse relative :sensibilité comparée
gauche/droite
Trophée Louis Jouvet de l'Innovation 1999 - Oreille dominante : oreille directrice en écoute attentive
Un CD de tests d'écoute musicale. -Pouvoir séparateur : perception des transitoires et sons
brefs
L'écoute, qu'il s'agisse d'écoute attentive (notamment - Discrimination :capacité d'attention en bruit ambiant
quand on écoute de la musique) ou de vigilance auditive, - Sélectivité : reconnaissance des hauteurs des sons
mobilise diverses fonctions cérébrales spécifiques. Ce pro- - Latence :réactivité à l'apparition d'un signal sonore
cessus, complexe mais inconscient, nous échappe générale- - Rémanence : réactivité à la disparition d'un signal sonore
ment. Pourtant, notre perception du monde est condition- - Dynamique :tolérance aux sons d'intensité élevée
née en grande partie par l'écoute.
Développé à l'origine pour les professionnels de la musi- Détecter les points forts et les faiblesses, améliorer son
que et du son, le CD « Comment entendez-vous la musi- écoute, c'est ce que proposent ces tests, avec les analyses
que ? » est aussi un outil de connaissance de soi et de per- et les conseils qui les suivent.
fectionnement. Distribué par :MEN, chemin de la Velle, 30131 Pujaut
Tél. 04 90 26 46 58. www.men.fr

137 1
138