Vous êtes sur la page 1sur 61

Mécanique des fluides Table des matières

Table des matières


Chapitre 1. PROPRIETES DES FLUIDES.................................................................................. 3
I- Définition d’un fluide ..................................................................................................................... 3
II - Concept du milieu continu ............................................................................................................ 3
III- Compressibilité d’un fluide ........................................................................................................... 4

Chapitre 2. STATIQUE DES FLUIDES ....................................................................................... 6


I- Pression en un point d’un milieu fluide ........................................................................................... 6
II- Equation générale de l’hydrostatique ............................................................................................ 7
III- Théorème de Pascal ..................................................................................................................... 8
IV– Action de pression exercée sur une paroi plane ............................................................................ 10
V- Poussée d’Archimède ................................................................................................................... 18

TD Hydrostatique ............................................................................................................................ 23

Chapitre 3. VISCOSITE ................................................................................................................. 26


I. Phénomène et Observations ...................................................................................................... 26
II. Mise en situation ..................................................................................................................... 26
III. Profil des vitesses .................................................................................................................. 26
IV. Viscosité .............................................................................................................................. 27
IV.1. Viscosité dynamique ............................................................................................................ 27
IV.2. Viscosité cinématique ........................................................................................................... 27
V. Mesurage de viscosités .............................................................................................................. 28
V.1. Viscosimètre d'Ostwald ........................................................................................................ 28
V.2. Viscosimètre à chute de bille ou viscosimètre d'Hoepler .......................................................... 28
V.3. Viscosimètre rotatif ou viscosimètre de Couette ...................................................................... 28

Chapitre 4. DYNAMIQUE DES FLUIDES INCOMPRESSIBLES ....................................... 29


I. Définitions ............................................................................................................................... 29
I.1. Débit massique .................................................................................................................... 29
I.2. Débit volumique .................................................................................................................. 29
I.3. Relation entre qm et qV........................................................................................................ 29
II. Notions fondamentales sur les écoulements................................................................................ 30
II.1. Définitions ........................................................................................................................... 30
II.2. Propriété .............................................................................................................................. 31

ISET Bizerte 1
Mécanique des fluides Table des matières

III. Equation de conservation de la masse ou équation de continuité ............................................ 31


III.1. Conservation du débit........................................................................................................... 31
III.2. Expression du débit en fonction de la vitesse v ....................................................................... 32
III.3. Vitesse moyenne ................................................................................................................... 32
IV. Théorème de BERNOULLI ................................................................................................. 33
IV.1. Phénomènes et observations .................................................................................................. 33
IV.2. Théorème de Bernoulli appliqué à un écoulement permanent - fluide parfait incompressible .. 33
IV.3. Cas d'un écoulement (1)(2) sans échange de travail ........................................................... 34
IV.4. Cas d'un écoulement (1)(2) avec échange d’énergie ............................................................ 34
V. Application du Théorème de Bernoulli...................................................................................... 35
V.1. Tube de Pitot ....................................................................................................................... 35
V.2. Tube de Venturi ................................................................................................................... 36
V.3. Ecoulement d'un liquide contenu dans un réservoir - Théorème de Torricelli .......................... 37

TD Dynamique des fluides parfaits............................................................................................... 43

Chapitre 5. FLUIDES VISQUEUX ET PERTES DE CHARGES ......................................... 44


I. Mise en situation ..................................................................................................................... 44
II. Les différents régimes d’écoulement. Nombre de Reynolds ......................................................... 44
III. Expression des pertes de charge ............................................................................................. 45
III.1. Influence des différentes grandeurs ........................................................................................ 45
III.2. Pertes de charge systématiques (linéaires ou régulières) .......................................................... 46
III.3. Pertes de charge accidentelles (singulières) ............................................................................. 49
III.4. Théorème de Bernoulli généralisé ......................................................................................... 51
III.5. Pertes de charge totales ......................................................................................................... 52
IV. Notions sur les puissances ..................................................................................................... 53
IV.1. Exemple d’un groupe électropompe ....................................................................................... 53
IV.2. Exemple d’un groupe Turbine-alternateur ............................................................................ 54
V. Théorème de la quantité de mouvement (théorème d’Euler) ....................................................... 55
EXAMEN FINAL 2009/2010 ........................................................................................................ 59

ISET Bizerte 2
Mécaniques des fluides Chapitre 1 : Propriétés des fluides

Chapitre 1. PROPRIETES DES FLUIDES

I- Définition d’un fluide

Les fluides sont des substances susceptibles de s’écouler; les forces de cohésion entre ces
particules élémentaires sont extrêmement faibles, de sorte qu’un fluide est un corps sans forme
propre et prend la forme du récipient qu’il contient.
Tous les fluides présentent un certain degré de compressibilité et n’offrent aucune résistance
au changement de forme.
On peut répartir les fluides en liquides et gaz.
Gaz : Les gaz sont constitués de molécules neutres en faible concentration: les molécules y
sont éloignées les unes des autres et se meuvent en général en ligne droite. Plus précisément, la
trajectoire d’une molécule est une ligne brisée constituée de segments, le long desquels la
molécule se meut librement, raccordés par des coudes brusques qui se produisent quand deux
molécules se rencontrent (collision binaire)
Liquide : Les liquides sont constitués de molécules neutres en forte concentration,
pratiquement au contact les unes des autres; elles sont en interaction permanente avec
plusieurs molécules voisines. Les forces d’interaction à courte portée étant violemment
répulsives, un liquide est un fluide très peu compressible.

Remarques: Les principales différences existant entre les liquides et les gaz sont :
Les liquides sont pratiquement incompressibles tandis que les gaz sont compressibles.
Les liquides occupent des volumes bien définis et présentent des surfaces libres, tandis que une masse
donnée d’un gaz se dilate jusqu’à occuper toutes les parties du récipient qui le contient.

II - Concept du milieu continu

A l’échelle microscopique, le fluide est constitué des particules élémentaires discrètes. Afin
de déterminer le mouvement d’ensemble des particules élémentaires, la théorie cinétique des
fluides ou la mécanique statique utilisent des méthodes statistiques. Pour atteindre le même
objectif, la mécanique des fluides considère la matière comme un milieu contenu.
Le concept du milieu continu ne peut être adopté que lorsque les dimensions des problèmes
considérés sont plus grandes que la distance moyenne de la particule élémentaire qui
correspond au libre parcours moyen dans le cas d’un gaz. Dans ces conditions, le fluide en

ISET Bizerte 3
Mécaniques des fluides Chapitre 1 : Propriétés des fluides

écoulement peut être caractérisé par des variables telles que la densité, la vitesse, température
et la pression.

 Fluide : un fluide est un milieu contenu tel que les forces de cohésion entre les
particules qui le composent sont extrêmement faibles, de sorte qu’un fluide est
un corps sans forme propre et qui prend la forme du récipient qui le contient.

 Fluide parfait : un fluide parfait est un fluide à l’intérieur duquel les forces de
cohésion sont nulles.

III- Compressibilité d’un fluide

Lorsqu’on étudie une masse de fluide, plusieurs grandeurs interviennent :


- La pression : P
- La température : T, les températures sont souvent reportées en °C mais l’unité de
température (absolue) est le Kelvin (K), avec : t (°C) = T(K) – 273.
- La masse volumique : 
- La vitesse : v
D’une façon générale  = f (T, P), lorsque  est indépendante de P et T.
- Théoriquement on dit que le fluide est incompressible :
 
 0
P T
- Pratiquement : on considère les liquides comme des fluides incompressibles et les
gaz comme des fluides compressibles.

 Masse volumique ( ):

C’est la masse de l’unité de volume :  = m / v en kg/m3


Exemple : eau = 1000 en kg/m3
air = 1,293 kg/m3
 Densité (d) :
masse volumique du liquide
Pour les liquides : d 
masse volumique du l ' eau
masse volumique du gaz
Pour les gaz : d 
masse volumique du l ' air

ISET Bizerte 4
Mécaniques des fluides Chapitre 1 : Propriétés des fluides

 Viscosité : C’est la résistance à l’écoulement, elle caractérise les frottements internes ou


intermoléculaires à l’intérieur du fluide.

La viscosité et le point d’écoulement sont les propriétés principales d’un fluide. Plus une huile
est épaisse, plus sa viscosité est élevée.
- La fluidité est la propriété inverse de la viscosité.
- La viscosité de la majorité des fluides diminue lorsque la température augmente.

 Viscosité cinématique ν :
Elle est déterminée en mesurant, à une température donnée, la durée de l’écoulement d’un
volume connu de liquide à travers un appareil comportant un orifice (tube calibré ou tube
capillaire) de dimensions normalisées.
C’est le rapport de la viscosité dynamique par la masse volumique du fluide.


 

L’unité est le m2/s: Stoke (St) ou centistokes (cSt); 1 Stokes (St) = 10-4 m2/s = 100 CSt.

 Viscosité dynamique µ :
L’unité de la Viscosité dynamique µ est le Pascal seconde ou la Poise (Po)
1 Po= 0,1 Pa.s et 1000 cP(centpoises) = 1 Pa.s
 Si µ=0, on dit que le fluide est parfait.
 Si µ>0, on dit que le fluide est réel.
Propriétés de quelques fluides à 20°c à Patm
µ [ Pa.s ]  [ kg/m3 ] Type de fluide
Méthane 0,000717. 103 Compressible
Air 1,8.10-5 1,2
Eau 10-3 103
Essence 2,9.10-4 680 Incompressible
Huile SAE10 0,09 909

ISET Bizerte 5
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

Chapitre 2. STATIQUE DES FLUIDES

I- Pression en un point d’un milieu fluide

Soit un élément de surface dS, très petit qui sépare deux volumes élémentaires dV1 et dV2.
Soit n : La normale à dS passant par un point M de dS.

d N1/ 2 dV1

n dV2

dR1/ 2

dT1 / 2

Dans le cas général, l’action de dV1 sur dV2 est exprimée par :

dR1/ 2  dN1/ 2  dT1/ 2

 dT1/ 2 : Composante tangentielle à dS due à la viscosité du fluide lorsqu’il y a


mouvement relatif (glissement de dV2 par rapport à dV1).

En statique le fluide est au repos : dT1/ 2 = 0.

 dN1 / 2 est dite la force de pression :

On pose dN1/ 2  P.dS

N1/ 2
P
dS
* N1/ 2 exp rimé enN

* dS exp rimé en m 2
* P est la pression au po int M exp rimé en Pa (1Pa  1N/m 2 )

La pression P au point M dans un fluide, ne dépend pas de l’orientation de la surface dS.

ISET Bizerte 6
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

II- Equation générale de l’hydrostatique

Etudions l’équilibre d’un cylindre élémentaire de petite dimension du point M, de masse


dm, de hauteur dz et de surface de base dS.

Inventaire des actions :


- A distance : le poids du cylindre élémentaire.
dP = dm.g =dm g. z
- De contact :
Sur la face supérieure : une pression P qui résulte un effort
N =P dS. z
Sur la face inférieure : une pression (P+dP) qui résulte un effort
N’ = -(P+dP) dS z
Sur la face verticale : les efforts de pression sont horizontaux.
On applique le principe fondamental de la statique suivant l’axe z :

dP + N + N’ = 0
dm.g +P.dS - (P+dP).dS = 0
dm.g - dP.dS = 0
dm.g = dP.dS
Or dm= ρdv = ρ. dS.dz
Donc dP.dS= ρ.dS.dz. g

ISET Bizerte 7
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

Application : liquide dans un réservoir.

PA est la pression à la surface du réservoir et PM la pression à la profondeur h. la pression augmente avec


la profondeur et :
ΔP = PA – PM = ρ. g. h
 ρ: Masse volumique du fluide : (Kg.m-3)
 g = 9,81 m.s-2
 h : Profondeur en m

Déterminer la pression dans l’océan à une profondeur de 1000 m,ρeau =1030kg.m, Patm = pression
atmosphérique = 105 pa.

Solution :

PM – Patm =ρ . g. h = 1030 . 9,81. 1000

PM = 105 + 101.043.105 = 102.105 Pa.

Schématiquement, la pression augmente de 1 bar tous les 10 mètres

III- Théorème de Pascal

Soit un fluide en équilibre et soient deux points M1(p1, z1) et M2(p2, z2). Si en M1 on a une perturbation
telle que la pression soit égale à p1 +  p1, étudions alors la pression en M2, p2 + p2.
On a alors : ( p2 +  p2 ) - ( p1 +  p1 ) = p2 - p1 +  p2 -  p1

= .g . (z1 - z2)

ISET Bizerte 8
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

p 2 – p1 =  . g (z1 – z2)
p 2 – p1 = p 2 - p1 +  p2 -  p 1
= . g (z1 – z2)
 Δp2  Δ p1
Il y a transmission de pression d’où le théorème
de Pascal :

Dans un fluide iso volume en équilibre, les accroissements de pression se transmettent.

Dans un fluide incompressible au repos la pression se conserve.


 Les plans d’égale pression sont appelés des plans isobares.
 Tous les plans horizontaux sont des plans isobares.
 La surface libre (plan de contact entre le liquide et l’air ambiant) est un plan
Isobare : La pression qui règne à ce niveau est la pression atmosphérique patm = 1 bar = 105Pa.
 La surface de séparation entre deux liquides non miscibles est un plan isobare.
 Le liquide le plus léger est toujours au-dessus.
Application : Liquide 1
De 1
Soient deux liquides de masse volumique 1 ≠ 2 et deux points
M(z) et M’(z’) appartiennent à la surface de séparation.
Montrer que la surface de séparation des deux liquides différents, ne peut être Liquide 2
de2
qu’une surface horizontale.
Solutions:
M et M’ appartiennent aux deux liquides
p(M) = p ;
p(M’) = p’ ;
Patm

M(z)
1
2
M’(z’)

ISET Bizerte 9
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

D’après le principe fondamental de la statique :


Du coté liquide (1) :
p’- p = 1. g. (z – z’) ; (1)
Du côté liquide (2) :
p’- p = 2. g. (z – z’) ; (2)
Il y a égalité entre (1) et (2)
D’où : 1. g. (z – z’) = 2. g. ( z – z’)
 Pour que cette égalité soit vraie, il faut que 1 = 2, ce qui est en contradiction avec les
hypothèses.
 Pour la rendre vraie, il faut que z’ = z c’est à dire M et M’ se situent sur le même plan
horizontal.

IV– Action de pression exercée sur une paroi plane

Soit un point M appartenant à la paroi dS.


La pression au point M du côté du liquide est p1(M) = pa + .g.h.

 L’action de pression qu’exerce le liquide sur l’élément de surface dS est : dF1  p1 (M).dS. n .

(Toujours perpendiculaire à dS)



 L’action de pression qu’exerce l’air sur l’élément de surface dS est : dF2  - p 2 (M).dS. n

A l’équilibre de la surface dS : la résultante des actions de pression élémentaire est


    
dF  dF1  dF2  p1(M).dS.n - p2 (M).dS. n

ISET Bizerte 10
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

 
dF  ( p1 - p2). dS. n . Or p1 – p2= .g.h
 
dF  . g. h.ds. n
p1(M) - p2(M)= p1(M) - patmo: est appelée la pression effective sur la paroi au niveau du point M.

IV-1. Intensité de la force de pression


  
La force de pression F aura pour intensité : F  S .g.h.ds. n
  
- Dans le repère R(O , u , v , w ) le point M est de coordonnées (u,v,0),Alors : dS = du.dv
  
- Dans le repère R(O , u , v , w ) , h = u M .sin ( l’angle d’inclinaison de la paroi), alors :
 
F  S  . g . sin θ . U .dS . n
M
Par définition le centre de gravité est défini par :

S . OG   OM . dS  S . OG  S . uG .
 
Par suite F   . g . sin θ . uG . S . n avec hG  sin θ . uG

Finalement :
 
F  . g . hG . S . n

* hG est la profondeur du centre de gravité de la paroi par rapport à la surface libre.


Application 1 :

Calculer la résultante générale des actions de pression sur la paroi noyée.

Réponse :

ISET Bizerte 11
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

 La pression du côté liquide (1) : p1( z ) = pa + .g. ( z – 0 )

 La pression du côté liquide (2) : p2 ( z ) = pa + .g. ( z – z2 )


 
dF  ( p1( z ) - p2( z )) . dS . n
 
dF   . g . z2 . ds . n

D’où :
  
R   dF   . g . z2 . S . n
s

Application 2 :

Calculer la résultante générale des actions de pression sur une paroi verticale rectangulaire de
longueur (L) et de largeur (l).

Réponse :
L
hG  et S  L . l
2

La résultante générale est :


  L    1 2 
R   dF  .g. . L.l.n  R   dF   .g.L .l.n
s 2 s 2

IV-2. Position du centre de poussée de la résultante par rapport à la surface libre


du liquide:
Soit C de coordonnées (uC, vC, 0) le point d’application de la résultante des forces de
pression. On désire déterminer la position de ce point.

ISET Bizerte 12
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

A cet effet on a la procédure suivante :



 Calculer le moment de la force élémentaire dF exercée au point (M) par rapport au
centre du repère (O), puis faire l’intégration (on obtient une 1ere équation).

MO ( dF )  S OM  dF

 Calculer le moment de la force Fc exercée au point (C), par rapport au centre du repère
(O)(on obtient une 2eme équation).

MO ( FC )  OC  Fc

 Identifier les deux équations pour déterminer (uc et vc ).

MO ( dF )  MO ( F )

u 0 S dF.v
 S OM  dF  S v  0  S  dF.u
0 dF 0

uC 0 Fc.vC
 OC  FC  vC  0   Fc.uC
0 FC 0

 Fc.vC  v. dF (I)




s
 Fc.u C  u.  dF (II)

 s

L’équation (II) nous donne :

Fc.uC   u . dF  ρ .g . hG . S . uC   u.ρ..g.h.ds
s s

ISET Bizerte 13
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

 hG . uC .S   u . h.ds
s
 hG . uC .S   u . u.sin.ds
s

 h G . uC . S  sinθ . S u 2 .dS

S u .dS : Cette quantité représente le moment quadratique de la surface.


2

S u .dS = IOv, Or d’après Huygens :


2

I Ov= I Gv + S.u2G

S. hG .uC= sin . (I Gv+ S.uG2)


I S . uG 2
u  GV . sinθ  . sin θ ;
C S.h hG . S
G

Avec hG = uG.sin
Finalement

uC  IGV  uG ;
S.uG

hC I h
 GV . sin θ  G ;
sin θ S.h G sin θ

hC  IGV . sin 2 θ  hG ;
S.hG

h : Profondeur par rapport à la surface libre du liquide.


L’équation (I) nous donne :
Fc.vC   v . dF  ρ .g . hG . S . vC   v.ρ..g.h.ds Avec (h = u.sin) ;
s s

 hG . vC . S  sin θ . u . v.ds
s

 u . v.ds  IOUV ( c' est le produit d'inertie )


s

Or d’après Huygens : I Ouv = I Guv + VG .U G .S.


S. hG . vC = sin . (I Guv +vG.uG.S);

ISET Bizerte 14
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

vC  IGUV . sinθ  vG ;
S . hG

Notons Bien :
Le moment quadratique :

I GV  u . ds  0  C est situé


2
au - dessous de G.

Lorsque l’un des axes (Gu) ou (Gv) est un axe de symétrie de la paroi alors le IGUV = 0, c’est
à dire que vC = vG.(G et C sont alignés)

Pour une paroi verticale : Pour une paroi horizontale :

θ 

 sin θ  1
θ  0  sin θ  0
2

IGV  uG hC  hG uC  uG
hC  IGV  hG et uC  et
S.hG S.uG

Application :

Calculer les coordonnées du centre de


poussée et le point d’application de la
résultante des efforts de pression appliqués à
un barrage contenant de l’eau.

Solution :
D’après le cours on a :

hC  I GV
 hG , uC  IGV
 uG et vC 
I sinθ
GUV .
 vG
S.hG S.uG S . hG

θ    sin θ  1
2
Or I   u . ds avec ds = du. dv
2
GV

L l L
2 2
u
3 2

Par suite : I   u . du . dv I
2

GV GV l.
3
-L
2
-l
2   -L
2

ISET Bizerte 15
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

l . L3
Le moment quadratique d’une surface rectangulaire plane est : IGV 
12

La hauteur correspondant au centre de gravité G est : hG  L


2

La hauteur correspondant au centre de poussée C est : hC  2L


3

2L L L
uC  - 
3 2 6
L l
2 2
Le produit d’inertie est : I   u . v.ds    u . v . du . dv
GUV s -L l
2 2

   
L l
l
IGuV   u2 -L 
2
v2 2
-l  IGuV  0
4
2 2

En tenant compte de la position du centre de gravité par rapport à l’axe (Ov) : vG = 0 .


Finalement la position du centre de poussée par rapport à l’axe (Ov) est : vC = 0 .

IV-3Eléments de réduction du torseur des forces de pression par rapport au centre


de gravité de la surface noyée:
La paroi verticale possède un axe de symétrie (G, Y). G est son centre de surface. D’un côté de
la paroi il y a un fluide de poids volumique ϖ, de l’autre côté, il y a de l’air à la pression
atmosphérique Patm. On désigne par PG la pression au centre de surface G du coté fluide.

Connaissant la pression PG au point G, la pression PM au point M est déterminée en appliquant


la relation fondamentale de l’hydrostatique :

ISET Bizerte 16
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

PG  PM  .g.y  PM  PG  .g.y
 PG  .y avec   .g (N/m3)le poids volumique

Exprimons la force de pression en M : dF  ( PG - .y) . dS . x

Soit cohésion
G le torseur associé aux forces de pression relative :
 R  S dF
cohésion G   

 
 G S
M GM  dF
G

La résultante des efforts de pression est :



* R  s dF  s ( P G - .y) . dS . x

 s P G.dS- .s y.dS 
 s P G. dS- .Y .S . x
G


Or YG  0 par rapport au repère R; d' ou R  s P G. dS . x 
Finalement : R  P . S.x
G
Le moment résultant des efforts de pression par rapport au point G est :
MG  SGM  dF

Dans le repère (G, X, Y, Z) on peut écrire :


GM  y . y et dF  (P - .y).dS.x,
G

Donc MG   y.y (PG ω.y).dS.x ,
s 
Sachant que y  x  - z

M G  PG .s y.dSω.s y 2 .dS.(z)


 

On sait que s y.dS yG .S  0 et

2
s y .dS  I : Moment quadratique de la surface S par rapport à l' axe (G, x) passantpar
(G,z)
le centre de surface G. Donc :

M G  . I .z
(G, z)

 P .S.x 
En résumé : cohésion G .IG .z

 (G,z)  G

ISET Bizerte 17
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

V- Poussée d’Archimède

V-1. Enoncé du théorème


Tout corps complètement immergé dans un fluide, reçoit de ce fluide une poussée verticale
réagissant de bas vers le haut ayant une intensité égale au poids du fluide déplacé.
 Si le solide et le fluide sont homogènes alors G et C sont confondus.
 Si le solide et le liquide sont hétérogènes alors G et C sont distincts.
Pour assurer l’équilibre du corps immergé, il faut que le centre de poussée et le centre de
gravité soient alignés.
On cherche à déterminer la résultante des forces de pression qui s’exercent sur un solide en
équilibre dans un liquide.

V-2. Mise en évidence

Le volume fictif de fluide reste en équilibre sous l’action de son poids m.get de l’ensemble des
forces de pression exercées sur sa surface extérieure par le fluide environnant.
L’application du principe fondamental de la statique montre que la résultante des forces de
pression (ou poussée d’Archimède FA) est égale et opposée au poids m. g .

FA m.g .Vg
V: volume de fluide déplacé (m3)
g = 9,81 m. s-2
FA : poussée d’Archimède (N)
ρ= masse volumique du fluide (kg.m-3)

ISET Bizerte 18
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

V-3. Solide Partiellement immergé


Dans le cas d’un solide partiellement immergé, ou dans le cas d’un solide complètement
immergé mais non homogène, le centre de poussée A est distincts du centre de gravité G du
solide, ce qui influe sur la position d’équilibre de celui-ci.
Exemple :
Le point M, situé à l’intersection de la verticale passant par le point A et de l’axe de symétrie
du solides, est appelé métacentre et dm est la distance métacentrique.
Si M est situé au-dessus de G, il y a toujours stabilité ; le solide tend à revenir dans sa position
d’équilibre après un écart. Il y a instabilité dans le cas contraire, lorsque M est au-dessous de
G.

Application 1:
Un tronc d’arbre de forme cylindrique de (diamètre D = 50 cm , longueur L = 4.5 m ) est immergé dans
un bassin d’eau , comme le montre la figure 1.
1°) Si à l’équilibre le tronc est à moitié immergé, calculer la masse volumique t du tronc. On donne la
masse volumique de l’eau eau = 1000 Kg/m3 .

2°) Si le tronc est creusé de diamètre intérieur d = 40 cm, calculer la force F1 qu’il faut appliquée pour
que celui-ci reste à moitié immergé, comme le montre la figure 2.

ISET Bizerte 19
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

3°) Calculer F2 pour que le tronc soit totalement immergé.


Réponse:

1°) Bilan des actions extérieures :

Le solide est soumis à son propre poids : P et à la poussée d’Archimède : PA

A l’équilibre : P + PA = 0  PA  P ;

La poussée d’Archimède :
PA  m eau  g  ρeau  v eau  g

Vt 1  2
Avec Veau   l D (1)
2 2 4

Le poids du tronc : P  m t  g  ρt  v t  g

 2
Avec Vt  l D (2)
4
ρeau
En égalisant entre (1) et (2) on aura : ρt   500 Kg/ m3 .
2

2°) A l’équilibre : P + PA + F1 = 0  P  F1 - PA  0 (3)

La poussée d’Archimède : PA  m eau  g  ρeau  v eau  g ;

Veau  Vt  1  l   ( D2 - d2 )
Avec 2 2 4 ;


P  m t  g  ρt  v t  g  ρt  g  l  ( D
2
Le poids du tronc : - d2 ) ;
4
Compte tenu de l’équation (3 ) :

 ρeau ρeau
F1  PA - P  lg  ( D2 - d 2 )  (  ρt) ; or ρt   F1  0
4 2 2
3°) On a P  F2 - PA  0 (4) ;


F2  PA - P  l  g   ( D2 - d2 )  (ρeau  ρt)  1560 N .
4

ISET Bizerte 20
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

Application 2 :
Un cube en acier de côté a=50 cm flotte sur du mercure.
On donne les masses volumiques :
- de l’acier ρ1= 7800 kg/m3.
- du mercure ρ2= 13600 kg/m3.
1) Appliquer le théorème d’Archimède,
2) Déterminer la hauteur h immergée.

Réponse :
1) Théorème d’Archimède : la poussée d’Archimède est égale au poids du volume déplacé :
P  a 2 .h.  2 .g
Archimède

2) Equation d’équilibre : PArchimède  Poids

1 7800
a 2 .h.  2 .g  a 3 .1.g  h  .a  .50
2 13600
 28.676 cm
Application 3 :
On considère une plate-forme composée d’une plaque plane et de trois poutres cylindriques en
bois qui flottent à la surface de la mer.

On donne :
-Les dimensions d’une poutre : d=0.5 m et L=4 m ;
-La masse volumique du bois : 700 kg/m3 ;
-La masse volumique de l’eau de mer : 1027 kg/m3 ;
-La masse de la plaque Mc = 350 kg ;
-L’accélération de pesanteur : g= 9.81 m/s2.

Travail demandé :

1- Calculer le poids P0 de la plateforme.

2- Ecrire l’équation d’équilibre de la plateforme.

3- En déduire la fraction F(%) du volume immergé des poutres.

4- Déterminer la masse Mc maximale qu’on peut placer sur la plateforme sans l’immerger.

ISET Bizerte 21
Mécaniques des fluides Chapitre 2 : Statique des fluides

Réponse:

 D2
1) Poids total de la plate - forme : P0  (M p  3.M b ).g  (M p  3. boids  .L).g
4
 0.52
A.N : P0  (350  3.700  .4)  19613.5 N
4
2) L' équation d' équilibre découle du PFS : P0  Poussée d' Archimède

3) Poussée d' Archimède  Poids du volume d' eau déplacé


A.N : PArchimède  3. eau .Vimmergé .g  P0
P0
Vimmergé 
3. eau .g
Vimmergé P0
La fraction du volume immergé (%)  .100  .100
Vpoutre 3. eau .g.V poutre

19613.5
La fraction du volume immergé (%)  .100  82,62%
 .0,5 2
3.1027.9,81. .4
4
4) Poutre complèteme nt immergée
La fraction du volume immergé (%)  100%  Vimmergé  V poutre
P0  M C .g 1
 V poutre  M C  .(3. eau .g.V poutre  P0 )
3. eau .g g
1  .0,5 2
A.N; M C  .(3.1027.9,81. .4  19613.5)  420,5 Kg
9,81 4

Application 4 :
Soit un solide de volume v = 200 dm3 .Pour le maintenir complètement immergé dans l’eau
eau = 1000 Kg/m3 , on exerce dessus une force F1 = 400 N .Pour le maintenir complètement
immergé dans un autre liquide de masse volumique 2, on exerce dessus une force F2 = 150 N.

1°) Calculer le poids du solide.

2°) Calculer la masse volumique 2, de l’autre liquide.

3°) Calculer le volume immergé du solide dans l’eau et dans l’autre liquide lorsqu’on n’exerce
plus de force dessus.

ISET Bizerte 22
Mécaniques des fluides TD Hydrostatique

TD Hydrostatique

Exercice1- Mesure d’une pression par un tube piézométrique


Soit un point M d’un liquide en équilibre. Faisons déboucher en M un tube transparent dans lequel la surface
libre se fixe à la hauteur verticale z au-dessus de M. Le niveau A atteint par le liquide dans le tube s’appelle
niveau piézométrique. La pression atmosphérique régnant à la surface libre du liquide est Pa.
Montrer que la mesure de la pression PM en M peut se faire par la mesure de la hauteur z en donnant la
relation qui relie les deux variables.
Quelles sont les hauteurs de fluide correspondant à une différence de pression de 1 atm dans les deux cas
suivants : le fluide est du mercure (=13 600 kb/m3) ; le fluide est de l’eau (=1000 kg/m3)

Exercice2- Manomètre simple dérivé du tube de Torricelli


L’appareil représenté sur la figure ci-contre
permet de mesurer la pression d’un fluide, un gaz
par exemple, par la mesure de la longueur L. Le
gaz est en contact avec un seul liquide.
1- Exprimer P en fonction de L.

2- Montrer que la sensibilité L/P augmente si le liquide a une faible masse volumique (eau,
alcool au lieu du mercure) et si l’angle  du tube avec l’horizontal diminue.

Exercice 3- Siphon
Un siphon est essentiellement constitué par un tube en J renversé, dont
les deux extrémités ouvertes plongeant dans deux récipients situés à des
niveaux différents. Supposons qu’un robinet soit placé à l’extrémité
inférieure et soit tout d’abord fermé. Les deux récipients contiennent un
même liquide et le siphon est aussi rempli intégralement de ce liquide.

1- Exprimer la pression au point B’ au-dessus du robinet en fonction de


la pression B’’ dans le récipient inférieur. Que se passe-t-il lorsque l’on
ouvre le robinet ?

ISET Bizerte 23
Mécaniques des fluides TD Hydrostatique

Exercice 4- Tube en U
Un tube en U de section uniforme contient du mercure. Dans une des branches, on verse de l’eau ; dans
l’autre, on verse de l’alcool. On constate que les surfaces libres de l’eau et de l’alcool (surfaces en
contact avec l’atmosphère) sont dans un même plan horizontal et que le mercure présente une
différence de niveau 0.5 cm entre les deux branches du U.
1- Faire un schéma représentatif du système.
2- Calculer les hauteurs h et h’ d’eau et d’alcool.

On donne : mercure= 13600 kb/m3 ;

alcool=800 kg/m3.

Exercice 5- Manomètre à deux liquides


La figure montre un manomètre différentiel à deux liquides non miscibles de masses volumiques  et ’
voisines. Pour que la surface de séparation des deux liquides puisse subsister, il faut que le liquide le plus
dense soit au-dessous ; dans le cas de la figure, il faut donc que ρ’. Si la pression étudiée P augmente de
P, le niveau de la surface de séparation des deux liquides baisse de z.
Exprimer P et la sensibilité z/P en fonction de  et ’ et des sections droites s et S du tube et des cuves.
On utilise souvent l’eau à 20°C (=998 kg/m3) et l’aniline à 20°C (’=1022 kg/m3), calculer la variation de
pression correspondant à une variation de niveau z de 1 mm, si S/s=100. Comparer à un manomètre à
liquide simple (=/2)

ISET Bizerte 24
Mécaniques des fluides TD Hydrostatique

EXAMEN NOVEMBRE 2009


Exercice 1 : Voir figure 2
Le barrage représenté sur la figure ci-dessous est constitué d’une structure en équerre, de
hauteur H, de largeur Let de longueur l posée au sol. Il permet de retenir une hauteur H d’eau.
On se propose de déterminer le rapport critique entre les deux dimensions H et L permettant
d’éviter tout risque de basculement autour de l’axe de pivotement matérialisé par le point O
situé à l’extrémité droite de sa base.
1. Exprimer la force hydrostatique FA s’exerçant sur la partie verticale de l’équerre et
déterminer les coordonnées de son point d’application A.
2. Exprimer la force de pression FB s’exerçant sur la partie horizontale de l’équerre en
supposant que seul le poids de l’eau entre en jeu. Déterminer les coordonnées du point
d’application B de cette force.
3. Calculer le moment de FA et FB par rapport à O, O centre du repère (O,x,y,z).
Après avoir évalué les moments par rapport à l’axe de pivotement de chacune de ces deux
forces, exprimer le critère de basculement.
4. En déduire le rapport H/L devant être vérifié pour assurer la stabilité de la structure.

Figure1 Figure2

Exercice 2 : Voir figure 1


Un iceberg a un volume total Vt= 600 m3. Sa masse volumique est 1 = 910 kg.m-3 celle de
l'eau de mer est 2 = 1024 kg.m-3 .
1. Schématiser l'iceberg flottant et préciser les forces auxquelles il est soumis lorsqu'il est à
l’équilibre.
2. Trouver une relation entre le Volume immergé Ve, volume total Vt et les masses
volumiques.
3. Calculer le volume Vt et la masse de l'iceberg.

ISET Bizerte 25
Mécaniques des fluides Chapitre 3 : Viscosité

Chapitre 3. VISCOSITE

I. Phénomène et Observations

 L'eau, l'huile, le miel coulent différemment : l'eau coule vite, mais avec des tourbillons ; le
miel coule lentement, mais de façon bien régulière.

 La chute d'un parachutiste se fait à vitesse constante, contrairement à la loi de la chute


libre.

 La pression d'un liquide réel diminue tout au long d'une canalisation dans laquelle il
s'écoule, même si elle est horizontale et de section uniforme, contrairement au théorème de
Bernoulli.

II. Mise en situation

 Dans un fluide réel, les forces de contact ne sont pas perpendiculaires aux éléments de
surface sur lesquelles elles s'exercent. La viscosité est due à ces frottements qui s'opposent
au glissement des couches fluides les unes sur les autres.

 Les phénomènes dus à la viscosité des fluides ne se produisent que lorsque ces fluides sont
en mouvement.

III. Profil des vitesses

Sous l'effet des forces d'interaction entre les molécules de fluide et des forces d'interaction entre
les molécules de fluide et celles de la paroi, chaque molécule de fluide ne s'écoule pas à la
même vitesse.

On dit qu'il existe un profil de vitesse.

Si on représente par un vecteur, la vitesse de chaque particule située dans une section droite
perpendiculaire à l'écoulement d'ensemble, la courbe lieu des extrémités de ces vecteurs
représente le profil de vitesse.

ISET Bizerte 26
Mécaniques des fluides Chapitre 3 : Viscosité

Le mouvement du fluide peut être considéré comme résultant du glissement des couches de
fluide les unes sur les autres. La vitesse de chaque couche est une fonction de la distance z de
cette courbe au plan fixe :v = v(z).

IV. Viscosité

IV.1. Viscosité dynamique


Considérons deux couches de fluide contiguës, distantes de z. La force de frottement F qui
s'exerce à la surface de séparation de ces deux couches s'oppose au glissement d'une couche sur
l'autre. Elle est proportionnelle à la différence de vitesse des couches soit v, à leur surface S et
inversement proportionnelle à z :

Le facteur de proportionnalité  est le coefficient de viscosité dynamique du fluide.

Dimension : [] = M.L1.T-1.


v
F   .S .
z

Unité : Dans le système international (SI), l'unité de viscosité dynamique est le Pascal seconde
(Pas) ou Poiseuille (Pl) : 1 Pas = 1 Pl = 1 kg/ms

La viscosité de produits industriels (huiles en particulier) est exprimée au moyen d'unités


empiriques : degré ENGLER en Europe, degré Redwood en Angleterre, degré Saybolt aux
USA.

IV.2. Viscosité cinématique


Dans de nombreuses formules apparaît le rapport de la viscosité dynamique et de la masse
volumique 


Ce rapport est appelé viscosité cinématique  : 

Dimension : [] = L2.T-1.

Unité : Dans le système international (SI), l'unité de viscosité n'a pas de nom particulier :
(m2/s).

Dans le système CGS (non légal), l'unité est le Stokes (St) : 1 m2/s = 104 St

ISET Bizerte 27
Mécaniques des fluides Chapitre 3 : Viscosité

Ordre de grandeur ; influence de la température

Fluide  (Pa·s)
eau (0 °C) 1,787·10–3

eau (20 °C) 1,002·10–3

eau (100 °C) 0,2818·10–3

huile d'olive (20 °C)  100·10–3

O2(20 °C) 1,95·10–5

La viscosité des liquides diminue beaucoup lorsque la température augmente.

V. Mesurage de viscosités

V.1. Viscosimètre d'Ostwald


On mesure la durée d'écoulement t d'un volume V de liquide à travers un tube capillaire. On
montre que la viscosité cinématique  est proportionnelle à la durée t. Si on connaît la
constante de l'appareil (K) fournie par le constructeur :  = K ·t

Si on ne connaît pas cette constante, on la détermine préalablement à l'aide de l'eau.

V.2. Viscosimètre à chute de bille ou viscosimètre d'Hoepler


Une bille sphérique tombe lentement dans un tube bien calibré
renfermant le liquide visqueux. On mesure la durée t que met la bille
pour parcourir une certaine distance. On montre que la viscosité
dynamique  est proportionnelle à la durée t :  = K·t

V.3. Viscosimètre rotatif ou viscosimètre de Couette


Un cylindre plein (A) tourne à vitesse constante dans un liquide contenu dans un récipient
cylindrique (B) ; celui-ci, mobile autour de son axe de révolution, est entraîné par le liquide.

Un ressort, exerçant un couple de torsion après avoir tourné d'un angle, retient (B) en
équilibre.

On montre que la viscosité dynamique  est proportionnelle à l'angle  :  = K·

ISET Bizerte 28
Mécaniques des fluides Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles

Chapitre 4. DYNAMIQUE DES FLUIDES


INCOMPRESSIBLES

I. Définitions

Le débit est le quotient de la quantité de fluide qui traverse une section droite de la conduite
par la durée de cet écoulement.

I.1. Débit massique


Si m est la masse de fluide qui a traversé une section droite de la conduite pendant le temps
t, par définition le débit-masse est :

Unité : kg.s-1
m
qm 
t
I.2. Débit volumique
Si V est le volume de fluide qui a traversé une section droite de la conduite pendant le temps
t, par définition le débit-volume
est :
V
Unité : m .s .
3 -1 qV 
t

I.3. Relation entre qm et qV


La masse volumique  est donnée par la relation :

m

V

D’où :
qm  .qV

Remarque :
 Les liquides sont incompressibles et peu dilatables (masse volumique constante) ; on parle
alors d'écoulements iso volumes.

ISET Bizerte 29
Mécaniques des fluides Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles

 Pour les gaz, la masse volumique dépend de la température et de la pression. Pour des
vitesses faibles (variation de pression limitée) et pour des températures constantes on
retrouve le cas d'un écoulement iso volume.

II. Notions fondamentales sur les écoulements

II.1. Définitions
L’écoulement d’un fluide peut être permanent ou non permanent, uniforme ou non uniforme,
laminaire ou turbulent.
a- Ecoulement permanent : un écoulement est permanent si la vitesse des particules de fluide
qui se succèdent en un même point, et quel que soit ce point, reste la même (constante) au
cours du temps.
b- Ecoulement uniforme : un écoulement uniforme si la vitesse des particules de fluide est la
même en tout point de l’écoulement (même direction, même intensité et même sens en
chaque point).
c- Fluide parfait ou idéal : un fluide parfait est un fluide dont la viscosité est supposée nulle. Il
n’y a pas de contraintes de cisaillement dues au frottement interne entre molécules et
frottement contre les parois. Il n’y a pas de rotation des particules de fluide autour de leur
centre de masse (elles sont dites irrotationnelles). Il ne supporte que des forces de pression et
les écoulements puissent être représentés par des lignes de courant.

d- Lignes de courant : les lignes de courant sont des lignes imaginaires de l’écoulement indiquant la
direction du mouvement du fluide. la courbe suivant laquelle se déplace un élément de fluide. Une
ligne de courant est tangente en chaque point aux vecteurs vitesses des particules.

ISET Bizerte 30
Mécaniques des fluides Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles

e- Tube de courant : C’est l’ensemble formé à partir d’un faisceau de lignes (sorte de canalisation).il
n’y a pas d’écoulement de fluide latéralement ou transversalement au tube. L’écoulement s’effectue
par les sections d’entrée (S1) et de sortie (S2).
f- Filet de courant : Tube de courant s'appuyant sur un petit élément de surface S.

La section de base S du tube ainsi définie est suffisamment petite pour que la vitesse du fluide
soit la même en tous ses points (répartition uniforme).

g- Lignes d’émission : à un instant donné, c’est la courbe géométrique décrite par les particules de
fluide qui passent en un point choisi de l’écoulement

II.2. Propriété
En écoulement permanent, lignes de courant, trajectoires et lignes d’émission sont identiques
ou confondues.

III. Equation de conservation de la masse ou équation de continuité

III.1. Conservation du débit


Considérons un tube de courant entre deux sections S1 et S2. Pendant l'intervalle de temps t,
infiniment petit, la masse m1 de fluide ayant traversé la section S1 est la même que la masse

m2 ayant traversé la section S2. qm1  qm2


En régime stationnaire, le débit-masse est le même à travers toutes les sections droites d'un
même tube de courant.

Dans le cas d'un écoulement isovolume ( = Cte) : qv1  qv 2

ISET Bizerte 31
Mécaniques des fluides Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles

En régime stationnaire, le débit-volume est le même à travers toutes les sections droites d'un
même tube de courant

III.2. Expression du débit en fonction de la vitesse v


Le débit-volume est aussi la quantité de liquide occupant un volume cylindrique de base S et
de longueur égale à v, correspondant à la longueur du trajet effectué pendant l'unité de temps,
par une particule de fluide traversant S.

Il en résulte la relation importante : qv  v.S


III.3. Vitesse moyenne
En général la vitesse v n'est pas constante sur la section S d'un tube de courant ; on dit qu'il
existe un profil de vitesse (à cause des forces de frottement). Le débit-masse ou le débit-volume
s'obtient en intégrant la relation précédente :

S Sv
m
o
y

Dans une section droite S de la canalisation, on appelle vitesse moyenne vm la vitesse telle
que :

qV
v moy 
S
La vitesse moyenne vm apparaît comme la vitesse uniforme à travers la section S qui assure le
même débit que la répartition réelle des vitesses.
Si l'écoulement est isovolume, cette vitesse moyenne est inversement proportionnelle à l'aire de
la section droite.

qV  v1moy .S1  v 2moy .S2  Cte


C'est l'équation de continuité.

v1 S2
 ; La vitesse moyenne est d'autant plus grande que la section est faible.
v 2 S1

ISET Bizerte 32
Mécaniques des fluides Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles

IV. Théorème de BERNOULLI

IV.1. Phénomènes et observations


 Une balle de ping-pong peut rester en suspension dans un jet d'air incliné.

 Une feuille de papier est aspirée lorsqu'on souffle dessus.

Conclusion : La pression d'un fluide diminue lorsque sa vitesse augmente.

IV.2. Théorème de Bernoulli appliqué à un écoulement permanent - fluide


parfait incompressible
Un fluide parfait est un fluide dont l'écoulement se fait sans frottement.
On considère un écoulement permanent iso volume d’un fluide parfait, entre les sections S1 et
S2, entre lesquelles il n’y a aucune machine hydraulique (pas de pompe, ni de turbine).

Soit m la masse et V le volume du fluide qui passe à travers la section S1 entre les instants t et
t+t. Pendant ce temps la même masse et le même volume de fluide passe à travers la section
S2. Tout se passe comme si ce fluide était passé de la position (1) à la position (2).

En appliquant le théorème de l’énergie cinétique à ce fluide entre les instants t et t+t (la
variation d’énergie cinétique est égale à la somme des travaux des forces extérieures : poids et
forces pressantes), on obtient :

v2
  gz  p  Cte
2

ISET Bizerte 33
Mécaniques des fluides Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles

P : Pression statique,
gz : Pression de pesanteur,

v2
 : Pression cinétique.
2
Tous les termes s’expriment en pascal.

En divisant tous les termes de la relation précédente par le produit g, on écrit tous

v2 P
z  H  Cte
2g g

Les termes dans la dimension d'une hauteur (pressions exprimées en mètres de colonne de
fluide).

P
H est la Hauteur totale, est la Hauteur de Pression,
g

v2 P
z est la cote, est la Hauteur cinétique, z  est la Hauteur piézométrique.
2g g

IV.3. Cas d'un écoulement (1)(2) sans échange de travail


Lorsque, dans un écoulement d’un fluide parfait, il n'y a aucune machine (ni pompe ni turbine) entre
les points (1) et (2) d'une même ligne de courant, la relation de Bernoulli peut s’écrire sous l'une ou
l'autre des formes suivantes :

1
2
 
 v 22  v12  g( z 2  z1 )  p 2  p1   0

1 2
  p  p1   0
v 2  v12  ( z 2  z1 )  2
Ou 2g g

IV.4. Cas d'un écoulement (1)(2) avec échange d’énergie


Lorsque le fluide traverse une machine hydraulique, il échange de l’énergie avec cette machine
W
sous forme de travail W pendant une durée t. La puissance P échangée est P
t
Unités : P en watt (W) ; W en joule (J) ; t en seconde (s).

q
v 1 2

p
om
pe

ISET Bizerte 34
Mécaniques des fluides Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles

P > 0 : Si l’énergie est reçue par le fluide (ex. : pompe) ;


P< 0 : Si l’énergie est fournie par le fluide (ex. : turbine).
Si le débit-volume est qv, la relation de Bernoulli s’écrit alors :

1
2
 
ρ v 22  v12  ρg(z 2  z1 )  p 2  p1  
P
qv

V. Application du Théorème de Bernoulli

V.1. Tube de Pitot


On considère un liquide en écoulement
permanent dans une canalisation et deux
tubes plongeant dans le liquide, l'un
débouchant en A face au courant, et l'autre en
B le long des lignes de courant, les deux
extrémités étant à la même hauteur.

Au point B, le liquide a la même vitesse v que dans la canalisation et la pression est la même
que celle du liquide pB= p.

En A, point d'arrêt, la vitesse est nulle et la pression est pA.

D'après le théorème de Bernoulli,

1 1
  v 2  p A Soit   v    g  h
2
pB 
2 2
En mesurant la dénivellation h du liquide dans les deux tubes, on peut en déduire la vitesse v
d'écoulement du fluide.
Exemple de réalisation :
On utilise donc une sonde qui a souvent la forme représentée ci-dessous :
En supposant les pressions en M’ et M’’ très voisines de celle en N, on a :

ISET Bizerte 35
Mécaniques des fluides Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles

2
v N2 v
pM  pM    pM '  
2 2
p M  p M '   mano .g .h
2. mano.g .h
v

V.2. Tube de Venturi


C’est un organe déprimogène là encore très utilisé dans les procédés. Son principe repose sur
l’effet Venturi, autrement dit sur le fait que la pression est plus basse là où la section est plus
faible.
Cet effet ne doit plus nous étonner maintenant que nous avons vu le théorème de Bernoulli,
puisque ce qui est « gagné » d’un côté est « repris » de l’autre, à savoir une vitesse de fluide plus
élevée là où la section est plus faible………..
Le schéma type d’un débitmètre de Venturi est le suivant :

1
* Théorème de Bernooulli : p A  p B  ..( v 2B  v 2A )
2
* Hydrostati que : p A  p B  .g.h
* Définition du débit : Q v  SA .VA  SB .VB
ce qui permet d ' écrire :

..Q 2v . 2  2 
1 1 1
.g.h 
2 SB SA

S2A  S2B
C' est à dire : Q v   . 2.g.h
S2A .S2B

ISET Bizerte 36
Mécaniques des fluides Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles

D’ un point de vue pratique, les sections ne sont fonctions que du dispositif , si bien
que la relation se retient sous la forme :
Q v  k Venturi . 2.g.h
le débit est proportion nel à la racine carrée de la hauteur de dénivelé.

V.3. Ecoulement d'un liquide contenu dans un réservoir - Théorème de


Torricelli
Considérons un réservoir muni d'un petit orifice à sa base, de section S et une ligne de courant
partant de la surface au point (1) et arrivant à l'orifice au point (2). En appliquant le théorème
de Bernoulli entre les points (1) et (2)

v1=0
z1
z
s v2
z2
jet
parabolique
v12 v 22
     g  z1  p1       g  z 2  p 2
2 2
Or p1 = p2 = pression atmosphérique et v1<<v2.
D’où La vitesse d'écoulement est la même que la vitesse de chute libre entre la surface libre et
l'orifice, quelle que soit la masse volumique du liquide.

v2  2  g  z
Application 1 :
Un étage est alimenté en eau à l’aide d’une pompe entraînée par un moteur électrique Voir figure .La
pompe puise de l’eau d’un réservoir de grande dimension et ouvert à l’air libre et le refoule à l’air libre.
Le débit assuré est 1 l/s .Le diamètre de la conduite d’aspiration est da = 32 mm et celui du
refoulement est dr = 18 mm .

ISET Bizerte 37
Mécaniques des fluides Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles

Un étage est alimenté en eau à l’aide d’une pompe entraînée par un moteur électrique Voir figure .La
pompe puise de l’eau d’un réservoir de grande dimension et ouvert à l’air
libre et le refoule à l’air libre. Le débit assuré est 1 l/s .Le diamètre de la
conduite d’aspiration est da = 32 mm et celui du refoulement est dr = 18
mm .On donne en plus :ha = 5 , hr = 15 m , le rendement de la pompe p
= 0.6 et celui du moteur M = 0.85 .Calculer :

1°) L’énergie par unité de volume fournie par la pompe à


l’eau ;

2°) La puissance électrique consommée ;

3°) Les pressions absolues et effectives à l’entrée et à la


sortie de la pompe.

Corrigé :

1°) On applique le théorème de Bernoulli à l’entrée et à la


sortie de la pompe :
1 ρ vs2  ve2   ρ  g (zs  ze)  ps  pe   PFluide
2 qv
Calculons alors les vitesses à l'entrée et à la sortie :
4  qv
On a: v  ;
  d2
4  qv
vs  = 3.93 m/s;
  d2
4  qv
ve  = 1.24 m/s ;
  d2

2
3
 3

D’ou 1 10 3.932  1.242  10  10 (15  (-5) )  pat  pat   PFluide ;
qv
L’énergie par unité de volume fournie par la pompe à l’eau est alors :
PFluide
 E  206953.4 Pa  PFluide  206953.4 * q v  Pfluide = 206.9 w
qv

2°) Le rendement sur la pompe est : ηp  Ph  P  Ph  206.9  344.85 w


P ηp 0.6
P
Le rendement sur l’arbre de transmission est : ηm 
Pe

ISET Bizerte 38
Mécaniques des fluides Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles

P 344.85
La puissance électrique consommée est alors : Pe    405.7 w
ηm 0.85
3°) On applique le théorème de Bernoulli entre les points (3) et (4) :

1 ρ v24  v32  ρ  g (z4  z3)  p4  p3  0


2
La vitesse v4 étant juste à la sortie de la conduite donc v4 = v3 et z4 – z3 = hr .
D’ou p3 = p4+  . g .hr .
Et p3 = psabs = 105 + 104 * 15 = 2.5. 105 Pa
psabs = 2.5 bar
pseffe = 1.5 bar

*On applique le théorème de Bernoulli entre les points (1) et (2) :

1 ρ v22  v12  ρ  g (z2  z1)  p2  p1  0


2
Or v1 = 0 (vitesse nulle à la surface du liquide)
1  2 2
 ρ  v  v   ρ  g (z1  z2)   p1  p2
2  2 1
et p2 = peabs

peabs = 105 – 0,5 .103 .1.242 +104.(-5) = 0.49 bar

peeffe = 0.49 –1 = - 0.51 bar

Application 2:

On considère la vidange d’un grand réservoir ouvert à l’air libre et contenant de l’eau. La conduite de
vidange a un diamètre D = 40 mm et elle est terminée par une tuyère (rétrécissement progressif) tel que
le diamètre de sortie soit d = 25 mm voir figure. On donne hE = 3 m et hS = 5 m.
En supposant que l’eau comme étant un fluide parfait, calculer :
1°) Le débit de vidange ;
2°) La pression en E et la pression à l’entrée de la tuyère en B ;
3°) La pression en E lorsque la tuyère est bouchée.

ISET Bizerte 39
Mécaniques des fluides Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles

Corrigé :

1°) On applique le théorème de Bernoulli entre les points A (point de la surface du liquide) et le point S.

ρ  vA  ρgzA  pA  ρ  vS  ρgzS  pS
2 2

2 2
Or vA 0 et pA = pS = patm.

g ( zA - zS )  pA  vS  vs 
2
2.g.h
2
AN : à la sortie on a : vs = 10 m / s.
Le débit volumique est alors qv = V.S = 4.9 l /s.
2°) La pression au point E :

vS . Π.4d
2

qvSqvB  vB  vS . SS
 Π.D2
SB 4

VS . d2
A.N : VB   3.9 m / s
D 2
On applique le théorème de Bernoulli entre le point E te le point A on aura :

pE  - ρ  vE  ρ  g  (zA - zE ) pA
2

2 pE = 1.224 bar
On applique le théorème de Bernoulli entre E et B , on aura :

pB  ρ  g  (zE - zB )  pE
pB = 1,424 bar
3°) Lorsque la tuyère est bouchée :

p'E  ρ  g  hE pA  1.3 bar

Application 3 :

ISET Bizerte 40
Mécaniques des fluides Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles

Un pipe-line de diamètre d=25 cm est de longueur L est destiné à acheminer du pétrole brut d'une
station A vers une station B avec un débit massique qm=18kg/s.

Les caractéristiques physiques du pétrole sont les suivantes:


- masse volumique ρ =900 kg/m3,
- viscosité dynamique μ =0,261Pa.s.
On suppose que le pipe-line est horizontal.
1) Calculer le débit volumique qv du pétrole.
2) Déterminer sa vitesse d'écoulement V.
3) Calculer le nombre de Reynolds Re.
4) Quelle est la nature de l'écoulement?
5) Calculer la valeur du coefficient de perte de charge linéaire λ .
6) Exprimer la relation de Bernoulli entre A et B.Préciser les conditions d'application et simplifier.
7) Déterminer la longueur L maximale entre deux stations A et B à partir de laquelle la chute de
pression (PA-PB) dépasse 3 bar.

Réponse :
Q m 18
1) Le débit volu mique : Q V    0.02m 3 / s
 900
4.QV 4.0.02
2) V    0,407m / s
 .d 2
 .0.0252
 .d 0,407.0.25
3) Re    351
  0,267 
   
  900 
4) Re  351  2000, l' écoulement est laminaire

64 64
5) Le coefficien t de perte de charge linéaire :     0,1824
Re 351
64 64
5) Le coefficien t de perte de charge linéaire :     0,1824
Re 351

6) Equation de Bernouilli :
2
 
VB  V A2  PB  PA   g.Z B  Z A   J L
1 2 1

ISET Bizerte 41
Mécaniques des fluides Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles

Conditions d’application : VB=VA, ZB=ZA

Equation de Bernoulli simplifiée :


1
PB  PA   J L

PB  PA   J L avec J L  - V . L 


2
1
7)Calcul de lalongueur de la conduite :
 2 d
2.PA  PB .d
Donc L   5516.15 mètres
..V 2

ISET Bizerte 42
Mécaniques des fluides TD Dynamique des fluides parfaits

TD Dynamique des fluides parfaits

Exercice1 : Ecoulement à travers un ajutage


Une cuve est remplie d’eau (voir schéma ci-dessus). On supposera que le
niveau A dans la cuve est constant. Le fluide s’écoule par un trou de diamètre
D situé dans le fond de la cuve. L’eau sera considérée comme un fluide parfait
incompressible.
Enoncer le théorème de Bernoulli pour un fluide parfait en précisant la
signification des différents termes.
Appliquer le théorème de Bernoulli entre les points A et B et déterminer
l’expression littérale de la vitesse VB au niveau du trou.
Donner les relations permettant de calculer le débit volumique et le débit massique au point B.
Calculer numériquement la vitesse VB et le débit volumique au point B.
En fait, le débit réel vaut 0.92 L/s, comparer à la valeur trouvée ci-dessus. On explique en partie cette
différence par une contraction de la veine liquide à la sortie. En déduire le diamètre D’ de la veine liquide à
la sortie de la cuve. H= 0.82 m, D=2 m,  = 1000 kg/m3.

Exercice 2 : Mesure de débit avec un venturi incliné


Une des méthodes peu couteuses employées pour la mesure du
débit dans une canalisation est l’utilisation d’un tube de venturi.
Il est proposé de démontrer qu’avec cet instrument, il est
possible, en supposant que l’écoulement stationnaire est
unidimensionnel au moins dans les sections A0 et A1 et que le
fluide circulant est dénué de viscosité, de calculer le débit de ce
fluide, et ceci sans qu’intervienne l’inclinaison éventuelle de
l’appareil. Le fluide en écoulement est une huile incompressible
de masse volumique =820 kg/m3. La section A0 d’entrée dans
le Venturi est caractérisée par son diamètre D0 = 125 mm.

La seconde prise de pression statique est en section A1 où le diamètre est D1 = 50 mm. A l’intérieur du
tube en U où aboutissent les prises de pression est placé un fluide de mesure de masse volumique m =
13600 kg/m3 (mercure). L’inclinaison du tube et les différentes cotes de niveaux sont repérées par
rapport à une base horizontale arbitraire.
En supposant qu’une ligne de courant (au moins) passe par des points voisins de chacun des orifices de
prise de pression, calculer la valeur du débit volumique d’huile, lorsque la dénivellation observée dans le
tube est ∆h= 200 mm. On prend g= 9.81 m/s2.

ISET Bizerte 43
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

Chapitre 5. FLUIDES VISQUEUX


ET PERTES DE CHARGES
I. Mise en situation

 La pression d'un liquide réel diminue tout au long d'une canalisation dans laquelle il
s'écoule, même si elle est horizontale et de section uniforme, contrairement au théorème de
Bernoulli.

 La pression d'un fluide réel diminue après le passage à travers un coude, une vanne ou un
rétrécissement.

 Un fluide réel, en mouvement, subit des pertes d'énergie dues aux frottements sur les parois
de la canalisation (pertes de charges systématiques) ou sur les "accidents" de parcours (pertes
de charge singulières).

II. Les différents régimes d’écoulement. Nombre de Reynolds

Les expériences réalisées par Reynolds (1883) lors de l'écoulement d'un liquide dans une
conduite cylindrique rectiligne dans laquelle arrive également un filet de liquide coloré, ont
montré l'existence de deux régimes d'écoulement : laminaire et turbulent.
En utilisant des fluides divers (viscosité différente), en faisant varier le débit et le diamètre de la
canalisation, Reynolds a montré que le paramètre qui permettait de déterminer si l'écoulement
est laminaire ou turbulent est un nombre sans dimension appelé nombre de Reynolds et donné
par :

ρ.v.D
Re  Re v. D
 Ou ν

Avec :*  = masse volumique du fluide ;

* v = vitesse moyenne ;

* D = diamètre de la conduite


viscosité dynamique du fluide,  = viscosité cinématique  

ISET Bizerte 44
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

L'expérience montre que :

SiRe< 2000 le régime est LAMINAIRE

Si 2000 <Re< 3000 le régime est intermédiaire

SiRe> 3000 le régime est TURBULENT

Ces valeurs doivent être considérées comme des ordres de grandeur, le passage d'un type
d'écoulement à un autre se fait progressivement.
Théorème de Bernoulli appliqué à un fluide réel avec pertes de charge
Lors d'un écoulement d'un fluide réel il peut y avoir des pertes de charge entre les points (1) et (2)
: dans le cas d’une installation ne comportant pas de machine hydraulique (pompe ou turbine)
on écrira la relation de Bernoulli sous la forme :

 
 v 2  v1  g(z 2  z1 )  p 2  p1   p
1 2 2
2
p représente l’ensemble des pertes de charge entre (1) et (2) exprimées en Pa.

III. Expression des pertes de charge


III.1. Influence des différentes grandeurs
Lorsqu'on considère un fluide réel, les pertes d'énergie spécifiques, dépendent de la forme, des
dimensions et de la rugosité de la canalisation, de la vitesse d'écoulement et de la viscosité du
liquide mais non de la valeur absolue de la pression qui règne dans le liquide.

La différence de pression p = p1 - p2 entre deux points (1) et (2) d'un circuit hydraulique a
pour origine :

 Les frottements du fluide sur la paroi interne de la tuyauterie ; on les appelle pertes de
charge régulières ou systématiques.

 La résistance à l'écoulement provoquée par les accidents de parcours (coudes,


élargissements ou rétrécissement de la section, organes de réglage, etc.) ; ce sont les pertes
de charge accidentelles ou singulières.
Le problème du calcul de ces pertes de charge met en présence les principales grandeurs
suivantes :
Le fluide caractérisé par :

 sa masse volumique  .

ISET Bizerte 45
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

 sa viscosité cinématique ν.
Un tuyau est caractérisé par :

 Sa section (forme et dimension) en général circulaire (diamètre D) ;

 Sa longueur L ;

 Sa rugosité k (hauteur moyenne des aspérités de la paroi).

Ces éléments sont liés par des grandeurs comme la vitesse moyenne d'écoulement v ou le débit
q et le nombre de Reynolds Re qui joue un rôle primordial dans le calcul des pertes de charge.

III.2. Pertes de charge systématiques (linéaires ou régulières)


a- Généralités :

Ce genre de perte est causé par le frottement intérieur qui se produit dans les liquides il se
rencontre dans les tuyaux lisses aussi bien que dans les tuyaux rugueux.

Entre deux points séparés par une longueur L, dans un tuyau de diamètre D apparaît une perte
de pression p. exprimée sous la forme suivante :

v 2 L v2 L
p   h  
2 D 2g D

Différence de pression (Pa) Perte de charge exprimée en mètre

D’après DARCY-WEISBACH de colonne de fluide (mCF)

Est un coefficient sans dimension appelé coefficient de perte de charge linéaire.

Le calcul des pertes de charge repose entièrement sur la détermination de ce coefficient.

b- Cas de l'écoulement laminaire : Re< 2000

Dans ce cas on peut montrer que le coefficient  est uniquement fonction du nombre de
Reynolds Re ; l'état de la surface n'intervient pas et donc  ne dépend pas de k (hauteur
moyenne des aspérités du tuyau), ni de la nature de la tuyauterie.

64
 Avec Re v.D
Re ν

Il est alors immédiat de voir que h est proportionnel à la vitesse v et donc au débit q, ainsi
qu'à la viscosité cinématique 

ISET Bizerte 46
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

c- Loi de HAGEN-Poiseuille

Pour un écoulement laminaire, dans une conduite cylindrique horizontale, le débit-volumique


d'un fluide est donné par :

  r4 Z
Qv   p1  p 2   .g.Z  h
8  

2r

p1 v p2

l
Avec :
Qv : débit-volume (m3·s–1).
r : rayon intérieur (m).
 : viscosité dynamique du fluide (Pa·s).
 : Longueur entre les points (1) et (2) (m).
p1 et p2 : pression du fluide aux points (1) et (2) (Pa).
Z : 0 ; La position de 1 et celle de 2 sur la même altitude Z.

d- Cas de l'écoulement turbulent : Re> 3000

Les phénomènes d'écoulement sont beaucoup plus complexes et la détermination du


coefficient de perte de charge résulte de mesures expérimentales. C'est ce qui explique la
diversité des formules anciennes qui ont été proposées pour sa détermination.
En régime turbulent l'état de la surface devient sensible et son influence est d'autant plus
grande que le nombre de Reynolds Re est grand. Tous les travaux ont montré l'influence de la
rugosité et on s'est attaché par la suite à chercher la variation du coefficient  en fonction du
nombre de Reynolds Re et de la rugosité du tuyau.

Une équation empirique a été proposée par COLEBROOK en 1939 pour représenter la totalité
de la courbe, depuis e R = 4000 jusqu’à e R > 108 :

ISET Bizerte 47
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

1  2,51
 2 log(  )
 3,7 D Re 
L'utilisation directe de cette formule demanderait, du fait de sa forme implicite, un calcul par
approximations successives ; on emploie aussi en pratique des représentations graphiques
(abaques de MOODY).

Pour simplifier la relation précédente, on peut chercher à savoir si l'écoulement est


hydrauliquement lisse ou rugueux pour évaluer la prédominance des deux termes entre
parenthèses dans la relation de Colebrook.
Le profil des vitesses et la perte de charge dépendent fortement de la rugosité des parois en
régime turbulent. Pour une conduite de diamètre « D », on définit une rugosité relative par le
quotient /D, où  est une épaisseur moyenne caractérisant la hauteur, la forme, le nombre, et
la répartition des aspérités.
Cette grandeur  est appelée rugosité absolue.

ISET Bizerte 48
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

Quelques exemples de rugosité absolue


Matière Etat Rugosité absolue  en mm
Tube étiré (verre, cuivre, laiton 0.001
Tube industriel en laiton 0.025
Tuyau en acier laminé Neuf 0.05
Rouillé 0.15  0.25

Remarque :
On fait souvent appel à des formules empiriques plus simples valables pour des cas particuliers
et dans un certain domaine du nombre de Reynolds, par exemple :

Formule de Blasius : (pour des tuyaux lisses et Re<105)

  0,316 . Re 0,25
III.3. Pertes de charge accidentelles (singulières)
Ainsi que les expériences le montrent, dans beaucoup de cas, les pertes de charge sont à peu
près proportionnelles au carré de la vitesse et donc on a adopté la forme suivante d'expression :

v 2 v2
p  K h  K
2 2g

Différence de Pression (Pa) Perte de charge exprimée (mCF)

K est appelé coefficient de perte de charge singulière (sans dimension).

La détermination de ce coefficient est principalement du domaine de l'expérience.

ISET Bizerte 49
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

EXEMPLES DE SINGULARITES PRESENTES DANS UN ECOULEMENT

ISET Bizerte 50
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

III.4. Théorème de Bernoulli généralisé


Lors d'un écoulement d'un fluide réel entre les points (1) et (2) il peut y avoir des échanges

V
1 2
d'énergie entre ce fluide et le milieu extérieur :

 Par travail à travers une machine, pompe ou turbine ; la puissance échangée étant P (voir
Théorème de Bernoulli)

 Par pertes de charge dues aux frottements du fluide sur les parois ou les accidents de
parcours ; la différence de pression étant p

Le théorème de Bernoulli s'écrit alors sous la forme générale :

1
2
 
 v 22  v 12  g( z 2  z1 )  p 2  p1  
 P  p
qv

Avec :

 P : somme des puissances échangées entre le fluide et le milieu extérieur, à travers une
machine, entre (1) et (2) :

 P >0 : si le fluide reçoit de l'énergie de la machine (pompe).

 P <0 : si le fluide fournit de l'énergie à la machine (turbine).

 P = 0 : s’il n'y a pas de machine entre (1) et (2).

 p : somme des pertes de charge entre (1) et (2).

ISET Bizerte 51
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

Pompe

III.5. Pertes de charge totales


Lors d’un écoulement dans une conduite hydraulique, les pertes de charge totales sont
l’addition de deux types de pertes de charge (régulières et singulières)

PT  P r  P s

Avec :  
Pr  Kr  1    v2 pertes de charge par frottement ;
2

 
Ps  Ks  1    v2 : Pertes de charge singulières ;
2
Kr et Ks doivent être considérés comme des ordres de grandeur, le passage d’un type
d’écoulement à un autre se fait progressivement.

ISET Bizerte 52
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

Exemple :

Le Théorème de Bernoulli nous donne la forme suivante :

2 - 1  1 ρ v22v12  ρ g (z2z1)  p2p1  P  E


2 qv

 La puissance hydraulique fournie ou prélevée au fluide sera : P = E .Qv .

 Si la machine fournit de l’énergie (pompe), nous aurons : J2 > J1 et on trouve

E > 0 (qui entre dans le système fluide).

 Si la machine prélève de l’énergie (Turbine), nous aurons J2 < J1 et E < 0 (qui sort du

système fluide).

IV. Notions sur les puissances


IV.1. Exemple d’un groupe électropompe

Le moteur est alimenté par la puissance électrique Pe qu’il absorbe mais comme il a un
rendement m , Il restitue sur l’arbre de transmission , la puissance P telle que :

P = Pe .m

Cette puissance de transmission est absorbée par la pompe : compte tenu de son rendement
p,elle restitue la puissance Ph telle que : Ph = P .p

ISET Bizerte 53
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

finalement : P = Pe .p .m

G =p .m : Rendement du groupe électropompe .

On remarque que Pe> P > Ph : La puissance de départ est donc toujours la puissance la plus
élevée, elle ne fait ensuite que diminuer.

La puissance transmise au fluide, Ph sera dite puissance hydraulique.


Nous insistons sur le fait qu’il s’agit d’un exemple. La chaîne des machines pourrait être
différente, si par exemple, la transmission entre le moteur électrique et la pompe se faisait par
courroie, il y aurait un rendement de transmission à introduire.

IV.2. Exemple d’un groupe Turbine-alternateur

L’eau alimente la turbine avec la puissance hydraulique Ph que celle-ci absorbe mais comme
elle a un rendementT, elle restitue sur l’arbre de transmission la puissance P telle que :
P = T . Ph

Cette puissance de transmission est absorbée par l’alternateur : compte tenu de son rendement
a, il restitue la puissance Pe telle que :
Pe = P .a

Finalement : Pe = Ph .T .a



ISET Bizerte 54
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

G = T .a: Rendement du groupe Turbine-alternateur.


On remarque que Ph> P > Pe: La puissance de départ est donc toujours la puissance la plus
élevée, elle ne fait ensuite que diminuer.

V. Théorème de la quantité de mouvement (théorème d’Euler)


Dans le cas d’un fluide tout se passe comme si la masse Δm de fluide entrant par S1 était
instantanément transportée et passait par S2 pendant l’intervalle de temps Δt. il en résulte que
la variation de la quantité de mouvement entre S1 et S2 est égale à Qm.(V2-V1) avec Qm le débit
massique.

Enoncé : la résultante des actions mécaniques extérieures exercées sur le fluide isolé (fluide
contenu dans l’enveloppe limité par S1 et S2 est égale à la variation da la quantité de
mouvement du fluide qui entre en S1 et sort par S2.

F mgP1S1P2S2 RQm. V2 V1  


m.g : poids du fluide isolé

P1S1 : résultante des forces de pression sur la section S1.

P2S2 : résultante des forces de pression sur la section S2.

R : résultante des actions exercées par l‘enveloppe ou la canalisation sur le fluide.

Application 1:

ISET Bizerte 55
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

Déterminons la résultante des actions exercées par un écoulement de pétrole sur un coude
horizontal à 90°. P1=2 bars, les pertes de charges sont égales à 1,2m de pétrole (872 kg.m-3).

Le débit est de 0,86 m3.s-1, le diamètre du coude de 0,5m et le poids de fluide sera négligé.

Réponse :

V1 = V2 = Qv/ S = 0,86 .4 / 0,52.  = 4,38 m. s-1

S = S1 = S2 = 0,52.  /4 =0,19635 m2

Qm= . QV = 872 .0,86 =750 kg.s-1

P2 = P1 – pertes = 200000 –  . g . h = 200000 – 872 .9,81 . 1,2 =189735 Pa

Théorème de l’Euler appliqué au fluide du coude isolé ( R est la résultante des actions exercées par le coude
sur le fluide):

R + P1S1 + P2S2 = Qm. (V2 - V1)

Projection sur x:
h- Rx+ P1S1 = - Qm. V1
RX = P1S1 + Qm. V1 = 200000 x 0,19635 + 750 x 4,38 =42555 N

Projection sur y:
Ry - P2S2 = - Qm.V2
Ry = P2S2 + Qm. V2 = 189735 x 0,19635 + 750 x 4,38 =40539 N

R Rx2  Ry2 58773N


Application 2 :

ISET Bizerte 56
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

Du fuel lourd de viscosité dynamique μ= 0.11 Pa.s et de densité d=0,932 circule dans un
tuyau de longueur L=1650 m et de diamètre D=25 cm à un débit volumique qv=19,7 l/s.
On donne la masse volumique de l’eau ρeau = 1000 kg/m3.
Travail demandé :
1) Déterminer la viscosité cinématique  du fuel.
2) Calculer la vitesse d’écoulement V.
3) Calculer le nombre de Reynolds Re.
4) En déduire la nature de l’écoulement.
5) Déterminer le coefficient λ de pertes de charge linéaire.
6) Calculer la perte de charge JL dans le tuyau.

Corrigé
  0.11
1) La viscosité cinématiqu e :     118.10 6 m 2 / s
 d .eau 1000.0,932
4.qv 4.19,7.10 3
2) La vitesse d' écoulement : V    0,4013 m / s
 .d 2  .0,252
V .d 0,40103.0,25
3) Le nombre de Reynolds : Re    850,2
 118.10 6
4) Le nombre de Reynolds : Re  2000  l' écoulement est laminiare.
64 64
5) La formule de Poiseille :     0,07527 m / s
Re 850,2
V 2. L 0,401032  1650 
6) Perte de charges linéaire : J L    0,07527.    40 J / kg
2.d 2  0,25 

Application 3

ISET Bizerte 57
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

La figure ci-dessous représente le serpentin d’un plancher chauffant à circulation d'eau utilisée
dans une habitation. L’eau chaude utilisée, serpente dans le plancher pour chauffer la surface
du sol. Une pompe de circulation de débit volumique qv=0,236 L/s, non représentée dans le
schéma, permet de refouler l’eau chaude qui rentre par la section A

ou la pression est PA=8 bar, circule dans le serpentin en passant par 10 tronçons de tubes
rectilignes de section circulaire, de diamètre intérieur d=10 mm, de longueur L= 6 m chacun,
reliés entre eux par 9 coudes à 180°, pour enfin sortir par le point B ou la pression de l’eau
chute à cause des pertes de charge pour atteindre une pression PB qu’on veut déterminer.
On donne :
- la viscosité cinématique de l’eau chaude =0,75.10-6m2/s
- le coefficient de perte de charge singulière Ks=0,148 pour un coude à 180°.
Travail demandé :
1) Déterminer la vitesse d’écoulement V de l’eau dans le serpentin.
2) Calculer le nombre de Reynolds Re.
3) En déduire la nature de l’écoulement.
4) Déterminer le coefficient de perte de charge linéaire λ.
5) Calculer la perte de charge singulière Js totale due aux 9 coudes.
6) Calculer la perte de charge linéaire JL totale due aux 10 tronçons rectilignes.
7) En déduire la perte de charge totale JAB du serpentin.
8) En appliquant le théorème de Bernoulli entre les sections A et B, exprimer puis calculer
la pression de sortie PB en fonction de PA, ρet JAB.

Corrigé

ISET Bizerte 58
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

4.qv 4.0,236.10 3
1) La vitesse d' écoulement : V    3m/ s
 .d 2  .0,012
V .d 3.0,01
2) Le nombre de Reynolds : Re    40000
 0,75.10 6
3) Le nombre de Reynolds : 2000  Re  100000  l' écoulement est turbul ent lisse.
4) La formule de Blasius :   0,316. Re 0, 25  0,316.400000, 25  0,02 m/ s

V2 32
5) Perte de charge singuliair e : J S  9.Ks.  9.0,149.  6 J / kg
2 2
V 2 .10 L 32  10.6 
6) Perte de charges linéaire : J L    0,02.    594 J / kg
2.d 2  0,01 
7) Perte de charge totale : J AB  J L  J S  6  594  600 J / kg

V  VA P  PA
2 2
8) Equation de Bernouilli : B  B  .g(ZB  ZA   J AB
2 
Avec VB  VA et Z A  ZB
Alors PB  PA  .J AB  8.105 - 1000.600  2.105  2Bars

EXAMEN FINAL 2009/2010

Exercice 1 :(8 pts)


Une conduite amène l’eau (supposée incompressible, de masse volumique ) d’un
barrage vers une turbine (voir figure 1). La conduite cylindrique, de diamètre constant D = 30
cm, se termine horizontalement, son axe étant situé à H = 160 mau-dessous de la surface libre
de l’eau dans le barrage de grande capacité. Le départ de la conduite est à H0 = 20 mau-dessous
de la surface libre de l’eau, de niveau pratiquement constant. On négligera tout frottement (et
donc les pertes de charge).
Pour les applications numériques, on prendra : la pression atmosphérique P0 = 105Pa,
l'accélération de la pesanteur g = 10 m.s-2et = 103kg.m-3.

ISET Bizerte 59
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

Figure : 1

1. Calculer la vitesse de l’eau à la sortie A de la conduite (sans injecteur).


2. On visse sur l’extrémité A un injecteur de diamètre de sortie d et d’axe horizontal.
Montrer que la vitesse augmente entre la section A et celle de S.
3. En prenant d = 15 cm, calculer la vitesse Vi de l’eau à la sortie S, le débit volumique qv ainsi
que la puissance cinétique du jet (P = pression cinétique x débit volumique).

Exercice 2:( 12 pts)


Soit un groupe turbine-alternateur, de puissance de turbinage Ph = 600 106 W, utilisé pour la
production de l’énergie électrique dans un barrage. Ce groupe est placer entre deux bassins de
dénivellation de 1695 m à 740 m. Le débit d’écoulement de l’eau à travers la turbine est de
262,8 106 l/h (fig.1).
La conduite est de diamètre intérieur constant égale à 3 m.
On supposera qu’en 1 et en 5 l’eau est à la pression atmosphérique (Patm = 105 Pa).
On donne : z1 = 1695 m, z2 = 1590 m, z3 = 1505 m, z4 = 787 m, z5 = 740 m,  =20°, T=
0,8 et a= 0.65 , ν=10-6 m2/s.
1. Calculer la vitesse de l’écoulement de l’eau dans la conduite.
2. Calculer le nombre de Reynolds, déduire le type de cet écoulement.
3. Dans le trajet 15 calculer la somme des pertes de charges p15.
4. Supposons que les pertes de charges, trouvées dans la question précédente, soient localisées
comme des pertes de charges linéaires dans la conduite entre 3 et 4.

ISET Bizerte 60
Mécaniques des fluides Chapitre 5 : Fluides visqueux et pertes de charges

a)- Déterminer le coefficient de pertes de charges linéaires 34.


b)- Calculer la pression p4 à l’entrée de la turbine.
5. L’énergie électrique produite par l’alternateur sera utilisée pour l’alimentation des groupes
motopompes utilisés pour l’irrigation des terres agricoles. En supposant que les motopompes
utilisées possèdent les mêmes caractéristiques, déterminer le nombre maximal des
motopompes qu’on peut utiliser.
On donne : la puissance hydraulique développée par une pompe est Ph = 5 KW, p= 0,85 et
m= 0,75.

1 z1

2 z2
3 z3


5
z5
4 z4
T

ISET Bizerte 61