Vous êtes sur la page 1sur 70
 
E
UTHANASIE
I
 NTRODUCTION
Le terme "euthanasie" (du grec
eu
, bonne,
thanatos
, mort) a la signification étymologique de "trépas naturel et serein, dépourvu de souffrances particulières et d'angoisse, sans amertume ni regrets, en paix avec soi-même, avec Dieu et avec le prochain. Le mot a été employé pour la première fois par Francis Bacon au XVIIº siècle pour désigner "une mort facile et douce". La signification du mot s'est  progressivement élargie: au XVIIIº siècle on commence à désigner par ce mot une "action qui procure une mort facile et douce": au XIXº siècle une "action qui tue une personne pour des raisons de pitié", un "meurtre par pitié".Par euthanasie on entend aujourd'hui
l'acte de supprimer délibérément la vie d'un malade inguérissable pour mettre un terme à ses souffrances, et donc pour un motif de pitié.
 Dans son Encyclique
 Evangelium Vitae
 du 25 Mars 1995, le Pape Jean Paul II a consacré une importante réflexion au thème très actuel de l'euthanasie. Comme le Pape le souligne avec justesse, une telle réflexion doit commencer par une définition précise et sans équivoque de ce que signifie ce terme d'"euthanasie". Voici la définition qu'il nous en donne:"Par
euthanasie au sens strict 
, on doit entendre une action ou une omission qui, de soi et dans l'intention, donne la mort afin de supprimer ainsi toute douleur. «L'euthanasie se situe donc au niveau des intentions et à celui des procédés employés»
1
(
 Evangelium Vitae
 n65)Le débat public sur l'euthanasie a commencé plus tard que celui sur l'avortement, mais nous en sommes arrivés au stade législatif avec la dépénalisation de la "mort douce" et la réglementation de son application par la
décision du 14 avril 1994 de l'Assemblée Néerlandaise
, suivie de la légalisation de l'euthanasie dans ce pays par la loi adoptée le 10 Avril 2001 et entrée en vigueur le 1er janvier 2002. Cette loi a été suivie par l'adoption d'un texte similaire en Belgique le 16 mai 2002
2
,
Document transmis par Mgr J. Suaudeau
 Pontificia Academia Pro Vita
le 7. I. 2009Édition numérique par salettensis@gmail.comDisponible àhttp://www.scribd.com/doc/37281324/euthanasie-bioethique-20091Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Déclaration sur l'euthanasie
 Iura et bona
 (5 mai 1980), II:
 AAS 72
 (1980) p.546.2Chambre des Représentants de Belgique, 5 Novembre 2001, Projet de Loi relatif à l'euthanasie, Doc 50 1488/001.
.La Belgique légalise sous conditions l'euthanasie
, Le Monde, Samedi 18 Mai 2002, p.5.
 
on consultera utilement le dossier http://www.genethique.org/doss_theme/dossiers/euthanasie/acc.euthanasie.htm du site de référence pour la bioéthique : http://www.genethique.org
T
ABLE
 
DES
 
MATIÈRES
I. Definition..............................................................................................................................................................................3A. Le sens propre.......................................................................................................................................................3B. L’ambiguïté du terme............................................................................................................................................3C. La confusion dans le terme...................................................................................................................................4D. quand parle-t-on d'euthanasie ?............................................................................................................................4
1. On parle d'euthanasie quand il y a homicide volontaire. 2. L'euthanasie se situe avant tout au niveau de l'intention. 3. L'euthanasie se situe aussi au niveau des méthodes.
II. Historique.............................................................................................................................................................................6A. Ancienneté de l'euthanasie....................................................................................................................................6C. Les manifestes en faveur du « droit de mourir avec dignité »................................................................................8D. Le débat sur le « living will »................................................................................................................................8E. Développement du mouvement pro-euthanasie et la propagande pour « la mort douce » et le suicide assisté.......9
1. La Volontary Euthanasia Society. 2. Derek Humphry, Hemlock Society and "Final Exit". 3. Dr. Jack Kevorkian. 4. Dr. Philip Nitschke. 5. Le mouvement mondial en faveur de l'euthanasie. 6. Passage de la condamnation à la tolérance
F. Vers une législation.............................................................................................................................................15
1. La Hollande. 2. La Belgique. 3. Territoires du Nord-Est en Australie. 4. l'état de l'Oregon (USA)
III. Les racines actuelles de l'Euthanasie.................................................................................................................................20A. La sécularisation et le refus du transcendant.......................................................................................................20B La déshumanisation de la mort............................................................................................................................21C. La culture du rationnel et de l’efficacité..............................................................................................................22D. La revendication d'autonomie.............................................................................................................................23G. La « culture de mort » et l'euthanasie des personnes âgées.................................................................................25H. La proposition d'euthanasie comme conséquence paradoxale des progrès de la médecine.................................26IV. Le Débat...........................................................................................................................................................................29A. Les thèses et les politiques du mouvement en faveur de l'euthanasie..................................................................29
1. L'invocation du pluralisme. 2. La liberté individuelle. 3. La réévaluation du rôle du médecin et de sa mission. 4. Le suicide assisté. 5. Le living will pour l'euthanasie
B. Critique de ces thèmes........................................................................................................................................31
1. Relativité de la notion d'incurabilité. 2. L'ambiguïté de la « pitié ». 3. Le risque de glissement sur le plan juridique. 4. Le rôle prévu pour le médecin dans le processus d'euthanasie. 6. Y-a-t-il un « droit » à la mort ? 7. Dieu seul est le maître le vie: l'euthanasiste "joue à Dieu". 8. La souffrance est elle inutile ?
V. L'enseignement du magistère de l'Eglise............................................................................................................................38A. Déclaration de Pie XII........................................................................................................................................38
1. 12 Novembre 1944, aux médecins de l'"Union Saint Luc" 2. 24 Février 1957, aux participants du IX Congrès d'anesthésiologie. En résumé. 3. Problèmes médicaux et moraux de la réanimation, 24 Novembre 1957
B. La déclaration iura et bona de la congrégation pour la doctrine de la Foi, 5 mai 1980.......................................46
1. Principe de l'inviolabilité de la vie humaine. 3. La souffrance et l'analgésie. 4. Utilisation proportionnée des moyens thérapeutiques
C. La lettre apostolique salvifici doloris, 11 février 1984........................................................................................55D. La catéchisme de l’église catholique 1992..........................................................................................................59E. L'encyclique Evangelium Vitae, 25 mars 1995....................................................................................................
601. Une des racines de la requête d'euthanasie se trouve dans l'acharnement thérapeutique. 2. La réponse aux problèmes  posées par l'acharnement thérapeutique se trouve dans les "soins palliatifs". 3. C'est dans le contexte de ces soins  palliatifs que se pose le problème de l'analgésie-narcose. 4. Le cas particulier du suicide assisté. 5. Gravité de l'euthanasie comme "fausse pitié". 6. La réponse à la propagande pour l'euthanasie: l'accompagnement et la solidarité. 7. La perspective chrétienne sur la souffrance et la mort
E. Synthèse..............................................................................................................................................................
651. Condamnation de l'euthanasie. 2. Refus de l'acharnement thérapeutique. 3. Utilisation proportionnée des moyens thérapeutiques. 4. L'usage des analgésiques.
VII. Jusqu'à la mort accompagner la vie.................................................................................................................................69
2
 
ID
EFINITION
A. Le sens propre
Le terme de "
mort douce
" est repris par la Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la Foi dans sa "Déclaration sur l'euthanasie"du 5 mai 1980. Le Document rappelle le sens premier, étymologique du mot: "
une mort douce
 sans cruelles souffrances", pour ajouter aussitôt que l'on "ne songe plus guère aujourd'hui au sens premier de ce mot, mais plutôt à une intervention de la médecine qui atténue les douleurs de la maladie et de l'agonie, parfois même au risque de supprimer prématurément la vie". Cependant, ajoute le document, l'euthanasie a pris aujourd'hui, un "sens plus particulier": le terme désigne alors le fait de "
donner la mort par pitié
", "pour supprimer radicalement des souffrances extrêmes ou éviter aux enfants anormaux, aux incurables, aux malades mentaux la prolongation, pendant des années peut-être, d'une vie  pénible qui pourrait en outre imposer des charges trop lourdes aux familles ou à la société".Le texte de la Sacrée Congrégation corrige de suite cette définition par trop subjective  pour donner la définition suivante, plus objective, de l'euthanasie:"
Par Euthanasie nous entendons une action ou une omission qui, de soi ou dans l'intention, donne la mort afin de supprimer toute douleur".
 Cette même définition a été reprise par le Pape Jean Paul II dans son Encyclique
 Evangelium Vitae
 du 25 Mars 1995 (n° 65).
B. L’ambiguïté du terme
Au sens propre l'euthanasie est donc un
homicide volontaire
, intentionnel, réalisé par une méthode comportant le moins de douleur ou de désagrément possibles, "
par pitié
", pour
mettre fin à des souffrances
 insupportables, ou pour éviter à une personne une
vie de souffrances
, ou une vie estimée "
non humaine
""non digne" d'une personne humaine. Elle se situe ainsi à la fois au niveau des intentions (accomplir un homicide) et au niveau des moyens employés (action portant directement la mort).Présentée en ces termes, le concept d'euthanasie montre toute son ambiguïté:- d'un côté on y trouve une formulation technique: il s'agit d'un homicide délibéré et direct (qui peut se faire au travers d'une action positive ou par omission), qui exclut tout rapprochement avec une des formes d'homicide involontaire (non prémédité, par imprudence, etc..)- d'un autre côté on prétend légitimer l'homicide par la présence de sentiments de pitié, mais une pitié assez particulière puisqu'elle porte au meurtre de la personne qui souffre, avec ou sans son consentement préalable (euthanasie volontaire et involontaire).
3
576648e32a3d8b82ca71961b7a986505