Vous êtes sur la page 1sur 30

François Monchy

Claude Kojchen

MAINTENANCE
Outils, méthodes et organisations
pour une meilleure performance

4e édition
Complément en ligne
Vous trouverez, sur la page du site Internet de Dunod (www.dunod.com)
­concernant cet ouvrage, des extraits du Code de travail relatifs à la maintenance.
Vous y aboutirez directement grâce à ce QR Code :

Photo de couverture : © Andrei Merkulov - Fotolia.com

© Dunod, 2000, 2003, 2010, 2015


5rue Laromiguière, 75005 Paris
www.dunod.com
ISBN 978-2-10-072278-5

 Avant-propos

Avant-propos

« Je maintiendrai »
(devise des Pays-Bas)
De discipline peu lisible et souvent méconnue des décideurs qui sous-estiment son
impact, la maintenance tend à devenir une composante de plus en plus sensible de
la performance de l’entreprise. Il est important de la faire mieux connaître.
Le sens général de cet ouvrage est d’aider le lecteur à comprendre le rôle de la main-
tenance et sa place au sein de l’outil productif.
Son ambition est de donner au lecteur les connaissances de base de ce qu’est la
maintenance, puis de lui permettre d’approfondir progressivement les aspects qu’il
souhaite.
Il traite de la maintenance réalisée dans l’industrie, le terme industrie étant pris dans
un sens très large, quels que soient la production ou le service proposés.
Les différents concepts, méthodes, ou explications développés sont complètement
transposables dans toutes les applications de la maintenance, comme dans le secteur
hospitalier, pour le tertiaire ou le transport.
Cet ouvrage est conçu comme une boîte à outils à destination des personnes concer-
nées par la maintenance :
▶▶ en premier lieu les professionnels de maintenance : responsables et chefs de
services, adjoints, cadres, agents de maîtrise ou techniciens ;
▶▶ les interlocuteurs principaux de la maintenance, à commencer par la direction
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

d’un site, les directeurs industriels et les responsables production, qui ont aussi
besoin d’en connaître les concepts de base. C’est pourquoi les premiers chapitres
leur sont destinés ;
▶▶ les enseignants et les étudiants, qui y trouveront des outils moins théoriques que
dans les éditions précédentes mais issus du terrain.
Cette édition est le reflet des nombreuses missions et formations menées auprès
d’industries (au sens large), qui constituent mon expérience.

III
Un certain nombre de modifications importantes ont été apportées à la dernière
édition. Les voici :
▶▶ Le plan de l’ouvrage a été profondément remanié pour tenir compte des diffé-
rents publics auxquels il s’adresse, et surtout des attentes des lecteurs. Ainsi, un
lecteur qui a besoin d’une vue synthétique et rapide de la maintenance peut se
contenter de ne lire que la première partie, clairement destinée aux interlocuteurs
de la maintenance.
Un professionnel de la maintenance, ou une personne qui souhaite le devenir,
lira avec profit les parties qui traitent de la maintenance de façon globale mais
approfondie.
Enfin un lecteur à la recherche de techniques spécifiques, de renseignements
précis ou de détails, les trouvera dans la dernière partie.
▶▶ Les définitions prennent en compte la norme européenne NF EN 13306. Cela
modifie et renouvelle un certain nombre de définitions et de terminologies, mais
ne change pas l’esprit et les fondamentaux de la maintenance.
▶▶ Les modes de management ont évolué, et cette édition prend en compte ces chan-
gements.
La maintenance et son organisation sont de plus en plus souvent traitées sous
forme de processus, intégré au processus global du site. La maintenance comme
processus est donc développée. D’où également le fait que les services deman-
deurs sont considérés comme des clients.
Sont également prises en compte les exigences Lean dans l’entreprise, et l’impact
qu’elles ont et auront sur la maintenance.
▶▶ Des modifications plus mineures ont eu lieu comme le fait de séparer les tâches
réalisées (préparation, réalisation, etc.) des fonctions qui les réalisent.
Les fonctions et le « qui fait quoi » sont abordés dans la partie management.
L’ouvrage est ainsi structuré en cinq parties :
▶▶ La première partie (A : chapitres 1 à 3) est conçue avec une double finalité. Elle
comporte une introduction aux enjeux, aux grandes descriptions et aux défini-
tions de la maintenance. Elle est aussi prévue pour que tout acteur d’une industrie
qui connaît peu la maintenance puisse, en quelques pages, se familiariser avec les
concepts principaux. Pourront utilement consulter cette partie des responsables
de sites, de production, des contrôleurs de gestion, des acheteurs, etc.
▶▶ La seconde partie (B : chapitres 4 à 8) décrit la maintenance en tant que discipline :
son histoire, ses hommes, ses fondements, ses stratégies, sa gestion et ses budgets,
ses processus. Y sont expliqués les principaux concepts et méthodes à connaître
pour un professionnel de la maintenance.

IV
▶▶ La troisième partie (C : chapitres 9 à 12) décrit les nombreux outils, méthodes et
méthodologies utilisés en maintenance.
▶▶ La quatrième partie (D : chapitres 13 à 16) explore les questions de management
d’un service maintenance, ses spécificités et les points d’attention.
▶▶ La cinquième (E : chapitres 17 à 23) comporte des approfondissements d’un
certain nombre de notions abordées dans les parties précédentes.
Ainsi, les notions de base de maintenance sont abordées dans la première partie, les
notions de fiabilité, maintenabilité et disponibilité dans la troisième partie, enfin le
détail des aspects mathématiques et les différentes lois sont explorés en cinquième
partie.
Enfin, je ne conçois pas un ouvrage de ce type sans possibilité pour ses lecteurs de
revenir vers l’auteur, pour lui adresser remarques, compléments, retours d’expé-
riences, suggestions ou critiques.
C’est pourquoi j’ai créé le blog : kojchen.blogspot.com
J’aimerais qu’il soit lieu d’échange entre professionnels sur des thèmes de mainte-
nance et point de départ de réflexions et de progressions communes.
Aussi n’hésitez pas à vous y rendre pour contribuer à ces échanges.
Claude Kojchen
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

V
Mes premiers remerciements vont à mes proches, Isabelle, les enfants, pour leur
soutien.
J’aimerais également remercier quelques collègues sans qui cet ouvrage n’aurait pas
toute sa teneur : Carole Scordia, Florent Biller, Yves Gasnier, Gérard Voisin.
Enfin, lorsque je pense à mes premières années professionnelles, les plus structu-
rantes ont sans doute été celles passées à travailler pour le cabinet Cort, référence en
maintenance dans les années 1980, où j’ai été formé à la maintenance, à sa gestion,
et son organisation.

VI
Table des matières

Avant -propos III

A
Introduction générale
à la maintenance
Chapitre 1 : Introduction et enjeux 3
1.1  La maintenance, lieu de tous les records 3
1.2  Les enjeux de la maintenance 4
1.3  Des humains face à des machines 11

Chapitre 2 : Notions de base et définitions 15


2.1  Les différents types d’interventions 15
2.2  Déroulement d’une intervention 20
2.3  Les trois formes de la maintenance corrective 22
2.4 Définition des différentes opérations
de maintenance 23
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

Chapitre 3 : Fonction maintenance


et service maintenance 27
3.1  Responsabilités du service maintenance 27
3.2  Autres activités du service maintenance 30
3.3  Autres services qui « font » de la maintenance 34
3.4 Importance de la distinction entre fonction
et service de maintenance 35

VII
B
La maintenance est une discipline
Chapitre 4 : Histoire et métiers de la maintenance 39
4.1  Brève histoire de la maintenance 39
4.2  Les femmes et les hommes de maintenance 42

Chapitre 5 : Concepts fondamentaux 51


5.1 Stratégie équipements et stratégie
de la maintenance 51
5.2 Criticité et plans de maintenance 53

Chapitre 6 : Gestion de la maintenance 61


6.1 Gestion et maintenance 61
6.2 Gestion des pièces de rechange 68
6.3 Budgets et dépenses 94

Chapitre 7 : La maintenance


dans son environnement 100
7.1 Maintenance et sécurité 100
7.2 Législation et cadre(s) réglementaire(s)
de la maintenance 111
7.3 Maintenance et contraintes métiers 119
7.4 Maintenance et environnement 124

Chapitre 8 : Connaissance des équipements


et de leurs comportements 130
8.1 Comprendre les comportements pathologiques :
un enjeu stratégique 130
8.2 Terminologie 131
8.3 Analyse qualitative postdéfaillance 135

VIII
C
Outils, méthodes et méthodologies
Chapitre 9 : Outils métier 141
9.1  Processus d’ingénierie de maintenance 142
9.2  Déroulement d’une opération de maintenance 145
9.3 GMAO 148
9.4  Préparation des travaux 148
9.5  Méthode de diagnostic 159
9.6  Dépannages, résolution de problèmes et causes racines 175
9.7  Compte rendu d’intervention 177
9.8  Retour d’expérience (REX) 182
9.9  Préventif systématique 185
9.10 Préventifs conditionnel et prévisionnel 202
9.11 Arrêts programmés 215
9.12 Système documentaire 223

Chapitre 10 : Méthodes techniques 244


10.1  Fiabilité, maintenabilité, disponibilité (FMD) 245
10.2 Sûreté de fonctionnement et maintenance 247
10.3 AMDEC (analyse des modes de défaillances,
de leurs effets et de leur criticité) 250
10.4 A
 utres formes d’analyses voisines de l’AMDEC 258
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

10.5 Arbres de défaillance 261


10.6 P
 oka Yoke (détrompeur) 265
10.7 SMED 266

Chapitre 11 : Méthodes organisationnelles 268


11.1 Pareto, ABC, 20-80 268
11.2  Prévoir, développer, contrôler, ancrer (PDCA) 277
11.3  Programmation des travaux 279

IX
11.4 Les 5 S 286
11.5 Automaintenance 290
11.6 Taux de rendement synthétique (TRS)294
11.7 Kanban 298
11.8 Kaizen 300
11.9 Management visuel 302
11.10 T
 héorie des contraintes 304
11.11 S
 outien logistique intégré (SLI) 306
11.12 LCC et maintenance à l’investissement 309

Chapitre 12 : Méthodologies Lean, TPM et 6 Sigma :


impacts et évolutions 322
12.1 Introduction 323
12.2 Lean manufacturing 324
12.3 
Total Productive Maintenance : TPM 333
12.4 Le 6 Sigma 334

D
Management de la Maintenance
Chapitre 13 : Spécificités du management
de la maintenance 339
13.1 La maintenance face aux changements 339
13.2 Manager une équipe de maintenance 340
13.3 Structure du service 347
13.4 Le facteur humain : force et faiblesse
de la maintenance 352
13.5 Articles du Code du travail spécifiques
à la maintenance 355

X
Chapitre 14 : Systèmes de management intégré (SMI) 356
14.1 Principe et intérêt des SMI 356
14.2 Processus de maintenance 360
14.3 Qualité et maintenance : différentes situations possibles 364

Chapitre 15 : Externalisation de la maintenance 366


15.1  Contexte de l’externalisation 366
15.2  Choisir de sous-traiter 367
15.3 Sous-traiter en maintenance 371
15.4 Sous-traitance sous contrat 382
15.5 Aspects réglementaires
concernant la sous-traitance 393

Chapitre 16 : Optimiser la fonction


maintenance402
16.1 Indicateurs de performance 402
16.2 Plan de progrès de maintenance 412
16.3 Groupe d’analyse de pannes (GAP) 421

E
Techniques et méthodes approfondies
de maintenance
Chapitre 17 : Les cinq niveaux de maintenance  425
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

17.1 Niveau 1 425
17.2 Niveau 2 426
17.3 Niveau 3 427
17.4 Niveau 4 428
17.5 Niveau 5 429

XI
Chapitre 18 : Le Cma (coût moyen annuel
de maintenance) et ses utilisations 430
18.1 Formule et courbe représentative du Cma 430
18.2 Application du Cma à la détermination
du « budget annuel admissible » 431
18.3 Application du Cma à la politique
de renouvellement d’un matériel 432

Chapitre 19 : Fiabilité, Maintenabilité,


Disponibilité 433
19.1 Les analyses FMD des systèmes réparables 433
19.2 La fiabilité : introduction et expressions mathématiques 453
19.3 La fiabilité : analyse par les lois de probabilité 465
19.4 Maintenance basée sur la fiabilité (MBF) 496
19.5 Introduction à la maintenabilité 506
19.6 Construction de la maintenabilité intrinsèque 518
19.7 La disponibilité des systèmes réparables 523

Chapitre 20 : Projet de GMAO 544


20.1 L’outil GMAO : une assistance « nécessaire mais
non suffisante » 544
20.2 Les logiciels de GMAO : analyse des différents
modules fonctionnels 545
20.3 Le choix d’un outil GMAO bien adapté 552
20.4 Conduite d’un projet GMAO 557

Chapitre 21 : Compléments sur la TPM 562


21.1 Les enjeux de la TPM 563
21.2 Améliorer le rendement d’un équipement : 
les six sources de pertes 565
21.3 Développement d’un programme TPM :
les douze étapes 569

XII
Chapitre 22 : Modes de défaillances 579
22.1 Modes de défaillance mécanique  579
22.2 Modes de défaillance par corrosion 588
22.3 Modes de défaillance des pièces plastiques
et des composites 590
22.4 Modes de défaillance des parties « commande » (PC) 591

Chapitre 23 : Compléments sur l’erreur humaine 595


23.1 Essai de typologie des erreurs humaines 595
23.2 Notion de fiabilité sociotechnique 598

Bibliographie601

Acronymes, sigles et abréviations 603

Index607
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

XIII
A
INTRODUCTION
GÉNÉRALE À LA
MAINTENANCE
1
1.1 La maintenance, lieu de tous les records

A
Introduction et enjeux

Introduction générale à la maintenance


Ce premier chapitre est une introduction à la maintenance dans l’in-
dustrie. Il est destiné à donner les bases de réflexion et de décision aux
décideurs, aux professionnels, aux professeurs et étudiants qui, sans
être acteurs de la maintenance, sont en contact plus ou moins direct
avec cette discipline et ses praticiens.

« Cette panne-là je la connais par cœur, vous allez voir, je répare en vitesse, les yeux
fermés ! » Lorsque j’entends cette phrase, je sais que, sans remettre en question les
compétences techniques ou la bonne volonté du technicien, il existe un gisement
inexploité de défaillances non résolues sur les équipements qu’il entretient.
Quelle est sa signification ? Que cette panne est connue de lui, qu’il a l’habitude
d’intervenir et que, plutôt que de chercher à l’éviter, la fonction maintenance du site
ne fait que répéter ce geste de dépannage et réparation.
Au-delà de l’anecdote, elle illustre bien l’évolution de la maintenance et du niveau d’exi-
gence. L’entretien « à l’ancienne » dépannait, réparait, cherchait un peu à améliorer
certes, mais sans méthode ni préparation. L’image est celle du « mécano » arrivant sur
place comme un sauveur pour dompter la machine et la faire redémarrer.
La maintenance a changé, et continue d’évoluer.
Au-delà du fait de chercher à éviter les défaillances et à diminuer leur impact, les exigences
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

actuelles vont dans le sens de la quête du geste de maintenance le plus juste et efficace.

1.1 La maintenance, lieu de tous les records


Pourquoi parler de records pour un service autrefois considéré comme la 5e roue
du carrosse ?
Record de besoins en compétences : quel autre service d’un site industriel néces-
site des compétences sur les technologies utilisées, les matériels ou machines, les
produits et procédés, les dangers représentés par chacun, pour soi-même et pour les
autres, les méthodes d’intervention, etc. ?

3
1 Introduction et enjeux

Record de manque de reconnaissance : le réflexe de tout « technicien » au sens large


(de l’ingénieur à l’ouvrier) est de se dire que bien travailler suffit. Une fois son inter-
vention terminée, il peut passer à la suivante. Or cela ne suffit pas, cela n’a jamais
suffi : il faut communiquer sur son travail. Ces aspects paraissant secondaires à un
technicien deviennent cruciaux, le compte rendu et la transmission d’information
sont obligatoires. La solution au manque de reconnaissance de l’activité de mainte-
nance passe par l’information : « j’ai fini, tu peux redémarrer » ; « voici (en images)
les travaux que nous avons réalisés au cours de l’arrêt d’été » ; « nos résultats du
mois sont… » ; etc.
Record de complexité du management : quel manager voudrait diriger une équipe
de techniciens autonomes (plus ou moins), revêches (souvent), compétents (mais
pas partout et jusqu’où ?), éparpillés sur l’ensemble du site, devant être présents
pendant les horaires d’ouverture et les horaires de fermeture, et suivre des objectifs
de performance d’équipements qu’il n’exploite pas directement ?
Concevoir, produire et commercialiser sont des fonctions nécessaires et facilement
identifiables de l’industrie. La maintenance est une fonction « support », fortement
évolutive et dont les « clients » sont internes.
Bien menée, elle est un facteur important de réactivité, de qualité, de sécurité, de
respect des délais et de productivité, donc de compétitivité de l’entreprise. Comment
savoir si elle l’est ? C’est souvent à la suite d’un incident que la preuve est faite : le
coût des conséquences d’une panne majeure joue un rôle moteur dans la prise de
conscience qu’on ne peut pas faire l’économie d’une maintenance efficace.
On a entendu et vu de nombreuses âneries à propos d’une certaine éclisse d’ai-
guillage et de sa maintenance après le drame ferroviaire de Brétigny-sur-Orge
en juillet 2013. Mais quel article de fond a abordé cette question pour mieux le
comprendre ? Tâchons donc d’améliorer l’image de la maintenance.

1.2 Les enjeux de la maintenance


De quoi parle-t-on avec la maintenance ?

1.2.1 Enjeux humains

La relation production/maintenance
Le responsable production doit en permanence faire face à l’ensemble des aléas liés
à une bonne production :
▶▶ approvisionnement de la matière première, en quantité, en qualité et dans les
temps ;

4
1.2 Les enjeux de la maintenance

▶▶ présence de son personnel formé au process, à son travail, et concentré ;


▶▶ bon fonctionnement des machines de production ;
▶▶ conformité des produits finis.
A
Pour chacun de ces aspects, il doit pouvoir compter sur des services supports, dont

Introduction générale à la maintenance


le service maintenance.
C’est le principal client direct de la maintenance. Cela crée des relations humaines
fortes (parfois très fortes, encore que le rôle de chacun soit de plus en plus souvent
pacifié), où chaque partie doit à la fois voir son point de vue et comprendre celui
de son collègue. Là se trouve la clé des enjeux humains de la relation production/
maintenance.

La sécurité
Une machine non fonctionnelle (qui a une défaillance totale ou partielle) voit les
risques qu’elle fait courir augmenter.

1.2.2 Enjeux économiques de la maintenance

La maintenance est un gisement de productivité


Pour les décideurs qui ont une approche de gestionnaires, la maintenance demeure
ce qu’était l’entretien : un centre de coût facilement identifiable. La tentation est donc
grande d’obéir au réflexe suivant :
conjoncture difficile = 
réduction des dépenses = 
réduction du budget maintenance
Or ce réflexe entraîne une aggravation des difficultés :
réduction du budget maintenance = 
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

moins de moyens pour maintenir le parc = 


plus de pannes et de défauts = 
pertes de qualité et de productivité =
conjoncture encore plus difficile
Montrer que la maintenance est un gisement de productivité implique la maîtrise
des coûts indirects, dits « de non-maintenance », analysés au paragraphe 6.1.2.
Si Ci représente les coûts d’indisponibilité d’un équipement, et Cm son coût de main-
tenance, le ratio Ci/Cm illustre la criticité économique d’un équipement.

5
1 Introduction et enjeux

Cm est dans le budget de la maintenance.


Ci n’y est pas, mais il se retrouve forcément dans le prix de revient des produits et
des services vendus.
Lorsque Ci/Cm > 2, mieux vaut se donner les moyens de maintenir !

La maintenance est un centre de ressources…


La maintenance est souvent, de par sa nature et ses compétences, chargée de missions
périphériques à la maintenance au sens strict. Il est important de faire apparaître ces
diverses activités complémentaires au budget, car leur incidence économique peut
être lourde.
C’est particulièrement vrai dans des sites de taille moyenne, où la maintenance a
souvent la responsabilité de la gestion des énergies, de la maîtrise de l’environne-
ment, des services généraux et de la sécurité. Mais toutes ses missions exigent des
moyens à budgétiser pour pouvoir être menées à bien, avec la même situation para-
doxale que pour la maintenance des équipements : les coûts directs sont visibles sur
le plan comptable, les gains le sont moins.

Les risques d’une réduction drastique du budget


de la maintenance
Nous avons vu que les coûts de maintenance ne sont que la partie visible d’un iceberg
dont les pertes sont la partie immergée, bien plus importante. Lorsque la mainte-
nance est considérée sous le seul angle de ses dépenses, les décideurs choisissent
une politique à court terme, caractérisée par la réduction simpliste et autoritaire
du budget. Pour un résultat économique immédiat, nous aurons inévitablement
des effets pervers, difficilement récupérables à moyen terme, par augmentation des
pertes liées aux dysfonctionnements des installations.

Réduction du budget Taux de défaillance croissants


Pertes de productivité et de qualité
Accroissement des Cm ! Vieillissement prématuré du parc

Figure 1.1 Le cercle vicieux de la réduction du budget de maintenance

6
1.2 Les enjeux de la maintenance

Quels sont les risques liés à une réduction drastique du budget ? Si l’on admet que
la réduction sensible des moyens implique la croissance du taux de défaillance des
équipements, ce qui n’est guère discutable, les risques concernent : A
▶▶ l’organisation (davantage de fortuit, donc moins de planification) ;

Introduction générale à la maintenance


▶▶ la sécurité (risques liés aux conséquences des défaillances et aux situations
d’urgence) ;
▶▶ la technologie (dégradation des équipements) ;
▶▶ la production (perturbations, productivité diminuée et qualité dégradée) ;
▶▶ les hommes (démotivés et stressés par la course contre les pannes) ;
▶▶ l’économie (accroissement des coûts directs incontournables de dépannage et de
réparation). Mais surtout croissance des coûts indirects d’indisponibilité.
Il ne faut pas confondre cette politique simpliste du court terme explicable seule-
ment par des contraintes financières impératives (conjoncture économique) avec la
réduction « stratégique » du budget de quelques pour cent par an, justifiée par l’hypo-
thèse qu’à moyens constants, un service maintenance « stabilisé » est chaque année
plus efficace, donc moins dépensier !
L’expression habituelle concernant la maintenance est qu’elle coûte. Elle représente
effectivement une des charges (au sens comptable) de l’entreprise, charge indirecte,
parfois qualifiée d’improductive. À ce titre, elle coûte à l’entreprise en main-d’œuvre
et en pièces de rechange.
La direction d’un site industriel, confronté à l’obligation d’amélioration de renta-
bilité, sait que les coûts directs de maintenance représentent un poste de dépenses
important et bien visible.
Le fait que la maintenance soit en même temps un gisement de productivité est un
fait avéré mais moins visible. En effet, elle intervient à la fois :
▶▶ au numérateur de la productivité, en améliorant les quantités produites ;
▶▶ au dénominateur, en optimisant les dépenses engagées pour cette production,
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

que ce soit en main-d’œuvre, en matière, en énergie dépensée, etc.


Les coûts indirects de maintenance, conséquences des arrêts non programmés et des
aléas des machines, « s’évaporent » de la comptabilité analytique, mais se retrouvent
inexorablement dans les coûts de production.
La maintenance est donc un champ d’action privilégié de la recherche d’amélioration
des coûts de production, et c’est la seule source significative de productivité indé-
pendante des conditions extérieures : elle ne repose que sur le professionnalisme de
l’entreprise relativement à la maîtrise de l’ensemble de son système de production.

7
1 Introduction et enjeux

Remarque
Le maintien de la production en quantité et en qualité passe par l’efficacité de la main-
tenance de l’outil de production.

Coût direct de maintenance


Cet ensemble de coûts ou de charges qui sont faciles à collecter (les postes comp-
tables permettent de les identifier directement) définit ce qu’on nomme le coût direct
de maintenance. Ce coût direct se décompose en :
▶▶ main-d’œuvre interne et intérim (masse salariale) ;
▶▶ main-d’œuvre externe (coûts des travaux réalisés à l’intérieur du site par des
entreprises extérieures) ;
▶▶ achats de pièces de rechange (réalisées ou achetées à l’extérieur) ;
▶▶ sorties enregistrées de pièces de rechange du stock.

Pièces de rechange
Pas de maintenance sans pièce de rechange.
Elles représentent 40 à 60 % du coût direct de maintenance, donc un gisement impor-
tant de coût ou d’économies.
Elles sont soit achetées directement, soit stockées en attendant d’en avoir besoin.
La vocation première d’un magasin pièces de rechange est de permettre de dépanner
rapidement une machine (plus rapidement qu’en achetant la pièce à un fournisseur).
Par extension, ce magasin permet aussi de stocker en un même endroit l’ensemble des
pièces et consommables dont on peut avoir besoin. Il évite d’avoir à approvisionner un
joint, puis un roulement, puis un palier, etc.
Cette fonction du magasin pièces de rechange est donc fondamentalement différente
de celle d’un magasin matières premières ou produits finis. Si les euros immobilisés
dans ce type de magasins sont les mêmes, la raison pour laquelle ils le sont est diffé-
rente, et on ne doit pas attendre les mêmes rotations d’un magasin pièces de rechange.
Le choix de stocker des pièces de rechange et celui du nombre de pièces à stocker
dépendent des probabilités d’avoir à utiliser ces pièces.
Il faut bien entendu gérer et optimiser un stock de pièces de rechange, mais selon des
critères différents de ceux d’un magasin de production.

8
1.2 Les enjeux de la maintenance

Coût indirect de maintenance


On néglige souvent de calculer ce coût, ou devrait-on dire, ces coûts indirects de
maintenance. Or ils sont souvent de même ordre de grandeur que le coût direct, et
A
ils sont un levier puissant de réflexion sur l’efficience de la maintenance.

Introduction générale à la maintenance


Les coûts indirects ne sont pas des charges directement mesurables dans le compte
d’exploitation de l’entreprise. Ils sont constitués des surcoûts d’exploitation dus aux
arrêts fortuits et aux aléas des équipements. On va ainsi calculer ce que coûtent
l’ensemble des pannes en termes de non-production. Ne sont intégrés dans ce coût
que les arrêts fortuits : un arrêt programmé est considéré comme permettant à la
production de s’organiser, et n’est donc pas compté. Nous verrons plus loin différentes
méthodes de calcul, mais l’exercice est souvent délicat, et demande l’intervention du
contrôle de gestion, qui a l’habitude de manier les ratios et valeurs de production.

1.2.3 Enjeux techniques


Pérennité des équipements
L’un des enjeux de la maintenance est de maintenir le matériel en état. Ce qui signifie
de le faire durer.
Vision à long terme contre vision à court terme
Le rêve de tout décideur d’entreprise est de promouvoir une maintenance moins
dépensière et plus efficace. Mais ce même décideur pratique trop souvent une gestion
à court terme, le regard fixé sur le compte d’exploitation de l’année. Or ni la main-
tenance du parc, ni les investissements liés à la mutation des compétences, ni le
développement de projets restructurants ne sont prioritaires ni même rentables dans
une vision à court terme.
Pourtant, les actions à mener sur les équipements comme sur les compétences, ainsi
que le déploiement de nouvelles organisations représentent des enjeux sur le futur
proche : les négliger se paiera cher ultérieurement. Bien des responsables de main-
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

tenance en sont conscients, sachant que le matériel dont ils ont la responsabilité est
engagé pour 10, 15 ans ou plus.
Par contre, certains dirigeants d’entreprises n’ont pas la même conscience du coût
du cycle de vie d’une installation. Ils sous-estiment souvent l’impact d’une bonne
maintenance sur l’efficacité et la durabilité du capital productif.
L’incalculable retour sur investissement
Un autre aspect de ce problème est que le coût de développement de beaucoup de
projets (plan de préventif, programme TPM, projet GMAO par exemple) est chif-
frable, alors que les gains attendus à moyen terme sont aussi indiscutables qu’ils ne

9
1 Introduction et enjeux

sont pas facilement chiffrables pour un esprit comptable. Pour illustrer ce problème,
c’est comme le budget d’une campagne publicitaire que l’on connaît au centime près,
et l’apport de cette campagne que l’on sait être bénéfique par bien des aspects, mais
que l’on ne sait pas comptabiliser.
Les deux objectifs fondamentaux de la maintenance
Nous pouvons identifier deux objectifs majeurs de maintien d’un site de production :
▶▶ l’un est à dominante économique : réduire les dépenses et à travers elles, le
budget du service ;
▶▶ l’autre est à dominante opérationnelle : améliorer la disponibilité du système
productif et à travers elle, la productivité.
Ces deux objectifs seront analysés indépendamment, en les considérant a priori
comme incompatibles afin de mieux pouvoir identifier les leviers d’action propres à
chacun, sans oublier qu’une méthode de « compromis dialogique » comme la Main-
tenance Basée sur la Fiabilité (MBF) (voir § 19.4) se donne pour objectif d’obtenir
plus d’efficacité au moindre coût.
Autre aspect  : ces deux objectifs peuvent se succéder (cas d’une surcapacité de
production suivie d’une période surchargée par exemple), ou peuvent coexister sur
des équipements d’environnements économiques différents.
Les deux objectifs supposent en commun la maîtrise technique de l’outil de travail,
ainsi que la définition d’indicateurs qui permettent de mesurer objectivement les
progrès attendus et obtenus.
Le graphe « économique » de la figure 1.2 illustre chacun des deux objectifs possibles,
ainsi que leur incompatibilité de principe, sinon de fait.
Coûts de
maintenance Coût du correctif Coût total

Coût du
préventif

Moyens requis
Disponibilité
Objectif 1
zone d’optimal économique
Objectif 2
zone de forte disponibilité
améliorations et préventif

Figure 1.2 Les deux objectifs possibles de maintenance d’un équipement

10
1.3 Des humains face à des machines

« Réduire les dépenses » de maintenance consiste à optimiser les coûts directs des
moyens mis en œuvre pour maintenir une installation, c’est-à-dire choisir le niveau
de préventif qui optimise le coût total. Mais le coût total direct n’intègre pas les A
coûts des conséquences des défaillances qui justifient souvent l’objectif « davantage
de disponibilité », donc plus de préventif et d’amélioration. Cette performance ne

Introduction générale à la maintenance


s’obtient malheureusement pas au coût direct minimal.

1.3 Des humains face à des machines


Comment parler de maintenance sans parler des femmes et des hommes qui la
rendent possible ?
En maintenance, la réflexion, la préparation et les méthodes sont nécessaires mais
cette discipline est avant tout, et finalement, réalisée par une intervention humaine.

1.3.1 La vie d’un service maintenance


Le management d’un service maintenance est différent par nature des autres types
de management : autonomie des intervenants, compétences nécessaires.
Un intervenant de maintenance est autonome par nature et obligation. Il connaît
l’ensemble de l’usine, ou du moins son secteur, par cœur. Il connaît chaque opéra-
trice ou opérateur, et est connu d’eux (ce qui explique pour moi en partie le fait que
l’on trouve souvent des délégués au sein d’un service maintenance). Lorsqu’il quitte
son atelier pour réaliser une intervention, il a pensé aux outils dont il aura besoin,
et organisé mentalement son chantier.
Cette autonomie suppose un mode de management spécifique, fait de confiance
réciproque et de solidarité.
Au-delà du management classique d’une équipe technique, les critères de réussite
d’une intervention ne sont pas toujours simples. Une intervention peut-elle être
considérée comme réussie dans les cas suivants ?
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

▶▶ Dépannage (remise en route) rapide d’une machine stratégique, mais comment


qualifier l’intervention interrompue à cause de ce dépannage ?
▶▶ Diagnostic juste, mais ayant obligé l’électricien à redémarrer l’équipement pour
pouvoir analyser le problème (donc en augmentant son exposition aux dangers).
▶▶ Remise en route rapide de la machine grâce au coup de téléphone du responsable
maintenance au responsable SAV du fabricant ayant permis d’accélérer la livraison
de la pièce défaillante (mais cette pièce peu onéreuse n’était pas en stock).
Ces trois exemples parmi tant d’autres montrent la complexité des critères de
réussite en maintenance. L’atteinte d’objectifs en est bien sûr un, mais c’est dans

11
1 Introduction et enjeux

le temps que le responsable maintenance peut et doit connaître les membres de


son équipe.

Triptyque Technique – Gestion – Management

Management

Technique Gestion

Figure 1.3 Triptyque Technique – Gestion – Management

La figure 1.3 montre les trois composantes liées aux métiers de la maintenance :


▶▶ La technique, vocation première et principale de la maintenance. Sans compé-
tence technique, il est impossible de réaliser ou de faire réaliser une intervention
de maintenance.

Remarque
La maintenance ne se fait pas seulement outil en main, mais aussi au cours de travaux
de gestion (approvisionnement de pièces de rechange).

▶▶ La gestion : sa nécessité est apparue au tournant des années 1980, au moment où


la bonne gestion des activités est devenue importante. Il s’agit de gérer :
▷▷ les budgets et les dépenses ;
▷▷ les interventions et leur avancement ;
▷▷ les pièces de rechange et leur stockage ;
▷▷ le préventif : création, lancement, suivi de réalisation.
L’outil de cette gestion est par essence la GMAO.
▶▶ Le management : le fort besoin de cet aspect apparaît clairement depuis quelques
années.
Les proportions de chaque composante changent selon la fonction, mais elles sont
toujours présentes. Chaque niveau hiérarchique doit déployer à un moment l’une de
ces trois compétences. Le responsable maintenance a une forte part de management

12
1.3 Des humains face à des machines

et de gestion, mais conserve une part de technique. Inversement, un technicien verra


sa plus grande part d’activité consacrée aux aspects techniques, mais devra consa-
crer un temps à la gestion et, ponctuellement, au management. A
Sécurité et qualité de vie des intervenants

Introduction générale à la maintenance


Le service maintenance doit être présent, et pendant le fonctionnement d’un site, et
pendant son arrêt. Une présence est en effet nécessaire pendant le temps d’ouverture
pour pallier les problèmes éventuels, et elle l’est aussi pendant les arrêts pour pouvoir
réaliser des travaux nécessaires à l’arrêt.
Ce qui veut dire que les horaires de couverture d’un service maintenance vont
toujours au-delà des horaires de production. Cela impacte la qualité de vie au travail
des équipes.
Comment intervenir en sécurité alors qu’une machine en panne est un matériel dont
l’état n’est, par nature, plus conforme. Comment intervenir efficacement sur un tel
équipement ? Comment savoir quel est le problème sans tenter de le redémarrer
partiellement ?
La sécurité lors des interventions doit être un souci constant des responsables et des
intervenants. Ces différentes questions sont abordées au § 7.1.

1.3.2 L’évolution des technologies


L’évolution des machines
L’entreprise, pour assurer sa fonction de production, doit augmenter sa productivité
et utilise de moins en moins d’hommes. Le temps de production « machine » a
supplanté, dans tous les pays industrialisés, le temps de production « homme-
outil » (le menuisier et son rabot), puis « homme-machine » (le tourneur et son tour).
Au cours du siècle précédent, les technologies en jeu au cœur des machines ont
profondément changé :
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

▶▶ De purement mécaniques, mues par des courroies reprenant l’énergie de rota-


tion d’un axe principal, les machines ont commencé par intégrer de l’électricité
pour leur puissance. Puis l’électricité a également servi à la commande. L’énergie
pneumatique est apparue, pour la puissance et ponctuellement la commande.
▶▶ Les automates et les régulations électroniques ont permis des commandes
souples, et programmables.
▶▶ Pour la puissance, les variateurs de vitesse puis les moteurs brushless ont apporté
une souplesse et un couple inconnus jusqu’ici en évitant les longues séances de
nettoyage et de remplacement des balais des moteurs à courant continu.

13
1 Introduction et enjeux

▶▶ Les capteurs sont devenus et continuent à devenir de plus en plus sophistiqués


(et chers).
▶▶ Les robots, par leur adaptabilité et leur robustesse, ont aussi révolutionné la
maintenance.
▶▶ Enfin, l’informatique industrielle tend à superviser de plus en plus le fonction-
nement de machines ou de lignes.

Impacts sur la maintenance


Un technicien de maintenance entré il y a 35  ans dans un service (vous en
connaissez), et toujours en activité, a commencé à travailler sur des machines
purement mécaniques (tours, fraiseuses), ou comportant beaucoup d’hydraulique,
souvent proportionnelle. Les lignes de machines étaient des machines-transferts,
dont les commandes étaient des cames, des chaînes et des mécanismes élaborés.
Pour dépanner, il avait accès directement à l’ensemble des organes (souvent sans
protecteur) et pouvait constater rapidement d’où venait la défaillance.
Aujourd’hui, il travaille sur des machines dont tous les mouvements peuvent être
engendrés par des moteurs brushless (mais qui comportent au minimum un moteur
asynchrone et un variateur). L’ensemble de la machine est piloté par un automate,
voire par un PC industriel. Pour dépanner, il doit la plupart du temps s’appuyer
sur les schémas électriques et d’automatisme, quand il ne doit pas consulter le
programme automate.
Les équipements se sont complexifiés, ce qui complique les interventions.
L’évolution des technologies a été profonde, et elle continue.
Cet impact sur les hommes et leurs compétences n’est jamais abordé, sans doute
parce que trop quotidienne. Il n’empêche qu’elle est majeure.
À cela s’ajoute que le niveau d’exigence dans les comptes rendus a augmenté. Lors
des premières GMAO, une secrétaire les saisissait sur des terminaux réservés aux
chefs. Aujourd’hui, c’est l’intervenant lui-même qui fait sa saisie.
Les intervenants de maintenance se sont adaptés à ces profonds changements. Reste
qu’organiser un service dans lequel sont nécessaires des compétences à la fois très
diversifiées et des expertises est ardu.

14
2
2.1  Les différents types d’interventions

Notions de base A
et définitions

Introduction générale à la maintenance


Ce chapitre a pour objet de donner, en quelques pages, les notions
nécessaires à tout décideur de l’industrie. Chaque site possède ses
propres termes, son jargon, ses habitudes, liées souvent à la façon
dont la GMAO a été paramétrée. Cet ouvrage reprend la description
de la norme NF EN 13306 de 2010, de terminologie, mais il est toujours
nécessaire de préciser en interne les termes du vocabulaire utilisé.

La maintenance est « l’ensemble de toutes les actions techniques, administratives et de


management durant le cycle de vie d’un bien, destinées à le maintenir ou à le rétablir
dans un état dans lequel il peut accomplir la fonction requise » (NF EN 13306, 2010).

Remarques
▶▶ Les actions de maintenance peuvent être techniques, administratives et de mana-
gement. Cela signifie que rechercher une pièce auprès de fournisseurs, établir le
budget de maintenance de l’année suivante, mettre une pièce en stock, planifier les
horaires de l’équipe, être en réunion de service ou représenter la maintenance en
réunion production sont des actions de maintenance.
▶▶ L’expression «  maintenir en état  » sous-entend bien sûr le préventif, celle de
« remettre en état » le correctif.
© Dunod – Toute reproduction non autorisée est un délit.

2.1  Les différents types d’interventions


Un service maintenance peut être amené à réaliser des interventions qui ne sont pas
du ressort de la maintenance. Inversement, certaines interventions d’autres services
peuvent être assimilées à des interventions de maintenance. Cette distinction est
détaillée dans le § 3.1.
Abordons tout d’abord les grands types d’interventions de maintenance.

15
2 Notions de base et définitions

Cette description reprend celle de la norme NF EN 13306 de 2010, de terminologie,


suivant le schéma de la figure 2.1.

Maintenance

Maintenance préventive Maintenance corrective

Maintenance Maintenance
conditionnelle systématique

Programmée, à la Programmée Différée Immédiate


demande ou
continue

Figure 2.1 Types de travaux de maintenance

2.1.1 Maintenance corrective


C’est la « maintenance exécutée après détection d’une panne et destinée à remettre
un bien dans un état dans lequel il peut accomplir une fonction requise » (NF EN
13306, 2010).
C’est la partie réparation, après panne.

Panne et défaillance
La panne est un état  : la machine est «  en panne  ». L’état qui l’a précédé était «  en
marche ».
La défaillance est la «  cessation de l’aptitude d’un bien à accomplir une fonction
requise ».

État de marche
Défaillance

État de panne

Figure 2.2 Défaillance et panne

16