Vous êtes sur la page 1sur 8

hème : « La pollution.

Année Solaire 2016-2017

PLAN

INTRODUCTION

1. I. DEFINITION
2. II. LES DIFFERENTS TYPES DE POLLUTION

1- LA POLLUTION DE L’EAU

2- LA POLLUTION DE L’AIR

3- LA POLLUTION DES SOLS

1. III. CAUSE DES POLLUTIONS

1- CAUSE DES POLLUTIONS DE L’EAU

2- CAUSE DES POLLUTIONS DE L’AIR

3- CAUSE DES POLLUTIONS DES SOLS

1. IV. LES CONSEQUENCES DES POLLUTIONS

1) LES CONSEQUENCES DES POLLUTIONS DE L’EAU

a) LES PLUIES ACIDES

b) LA SANTE HUMINE

2) LES CONSEQUENCES DES POLLUTIONS DE L’AIR

a) SUR LE PLAN SANITAIRE

b) SUR LE PLAN ENVIRONNEMENTAL

3) LES CONSEQUENCES DE LA POLLUTION DES SOLS

a) SUR LE PLAN SANITAIRE

b) SUR LE PLAN ENVIRONNEMENTAL

1. V. LES MOYENS DE LUTTE


2. VI. CONCLUSION.
INTRODUCTION

La pollution est un problème d’actualité présent dans tous les pays du monde. Cependant,
ce problème ne constitue en aucun cas un problème récent ou un phénomène épisodique car ses
origines remontent aux périodes préhistoriques. Elle a suscité plusieurs conférences
d’intervention, mais rien n’y fait : c’est un problème toujours présent, d’actualité.

Ainsi en quoi consiste le processus de pollution de l’environnement ? Quels sont ses


différents aspects ? Et quelles sont ses répercussions sur notre vie ?
Il s'agira donc au cours de notre étude de montrer d'abord les origines de la pollution, ses
différentes formes et leurs conséquences et enfin les solutions apportées en vue de l’endiguer.

Mais qu’est-ce que la pollution ? Quelles sont les causes et ses conséquences ? Quels sont
les moyens de lutte contre ce fléau ?

Telles sont les questions auxquelles nous tenterons de répondre tout au long de notre labeur.
I. 1. DEFINITION

La pollution est la dégradation d’un milieu naturel par des substances extérieures introduites de
façon directe ou indirecte. La santé humaine, la qualité des écosystèmes et de la biodiversité
aquatique ou terrestres peuvent être affecté et de modifiées de façon durable par la pollution. Polluer
signifie étymologiquement profaner, souiller, salir, dégrader.

II. 2. LES DIFERENTS TYPES DE POLUTION

a) La pollution de l’eau

Les pollutions de l’eau peuvent se présenter sous différentes formes : Chimique mais aussi
bactériologique, pollution thermique, et les eaux ou masses d’eau concernées peuvent être douces,
saunâtes ou salées, souterraines ou superficielles. Il peut même s’agir de pluie ou des rosées de
neige ou des glaces polaires.
Elle peut aussi concerner des interfaces, dont les estuaires, les zones humides, et en particulier
leurs sédiments peuvent absorber puis relâcher certains polluants. Les sentiments peuvent être
fortement pollués et conserver les traces de pollution ancienne (on y trouve parfois de nombreux
plombs de chasse et de pêche là ou les activités sont pratiquées). La lutte contre cette pollution est
d’autant plus difficile que ce qui est au fond de l’eau, ou dilué dans l’eau est souvent invisible, est
que certains toxiques infiltrés dans le sol ne produisent souvent leur effets qu’après un long délai et
que de nombreux polluants agissent en synergie complexes. Ainsi un déversement accidentel de
4 000 litres de tétrachloréthane survenu près d’Erstein en 1970 est passé presque inaperçu à
l’époque entrainant 20 ans plus tard, la contamination de la nappe phréatique et d’un puits creusé 7
kilomètres en aval. Les nitrates ne peuvent atteindre certaines nappes qu’après plusieurs décennies.
En Europe, la directive 2000/60/CE du 23 octobre 2000 est le cadre pour le domaine de l’eau. Il
rappel et renforce les orientations communautaires relatives au bon état des écosystèmes aquatique.
Son article 16 vise à renforcer la protection de l’environnement aquatique par des mesures
spécifiques conçues pour réduire progressivement les régis, émissions et perte de substances
dangereuses prioritaires dans l’eau. Les états doivent décliner cette directive dans leur droit national.
La France a publié une liste d’activités dangereuses et mortelles pour la faune marine
recommander par la directive 2000/60/CE et par secteur d’’activité industriel des substances
dangereuses potentiellement présente dans les rejets aqueux des établissements exerçant cette
activité industrielle ainsi d’une liste des installations classés concernés par des surveillances pour
quelques substances prioritaires.
b) La pollution de l’air

Encore appelée pollution atmosphérique, la pollution de l’air est un type de pollution caractérisé par
une altération des niveaux de qualité et de pureté de l’air. En France, elle défini par le code de
l’environnement comme suit « constitue une pollution atmosphérique au sens du présent titre
d’introduction par l’homme, directement ou indirectement ou la présence, dans l’atmosphère et les
espaces clos, d’agent chimique, biologique ou physique ayant des conséquences préjudiciables de
nature à mettre en danger la santé humaine, à nuire aux ressources biologiques et aux écosystèmes,
à influer sur le changement climatique, à détériorer les biens matériels, à provoquer les nuisances
olfactives excessives. « La loi Grenelle à ajouter les termes « ou la présence » à l’article préexistant
pour également prendre en compte les polluants naturelles afin qu’ils soient au même titre que les
polluants d’origine anthropique. La dégradation de l’air résulte généralement de la combinaison
d’un cocktail de polluants tels que des matières particulaires, ou autres substances dont les degrés de
concentration et les durées de présence sont insuffisants pour produire un effet toxique et ou
écotoxique.
c) La pollution des sols

Décaissement d’un sol pollué par un réservoir de goudron. La pollution du sol désigne toutes les formes de
pollutions touchantes n’importe quelle type de sol (agricole, forestier, urbain…).

Un sol pollué devient a son tour une source possible de diffusion directe ou indirecte de sol polluant dans
l’environnement, via l’eau, les envolées de poussière, émanations gazeuses ou via reconstruction et transfert
de polluant par des organismes polluants (bactéries, champignon, plants à leur tour mangés par des
animaux).

A titre d’exemple, la France estime au début des années 2000 à 230 000 le nombre de site connu pour avoir
été pollué, ou pour avoir pu l’être, par l’industrie ou des services dans le pays, dont près de 4000 fond l’objet
de mesures de surveillance diagnostiques ou de réhabilitation. Il faudra y ajouter les anciennes décharges
municipales au moins pour chacune des 36 000 Communes), les pollutions d’origine militaire, agricole
cinétique, …. Au Etats Unis, un fond spécial dit superfund, avec la contribution des pollueurs est dédiée »
au traitement des cas les plus graves, sous l’autorité de l’état fédéral.

III. LES CAUSES DES POLLUTIONS

Les causes des pollutions sont nombreuses, l’identification des causes des différentes substances polluantes
et de leurs effets sur l’écosystème est complexe. Elles peuvent provenir de catastrophes ou résulter de
l’activité humaine comme les marées noires, les pollutions chimiques, les accidents nucléaires….

1- Les causes de la pollution de l’eau :

Elle est causée par :


- Les déchets ménagers et humains qui sont transportés par l’écoulement des eaux de pluies vers les
points d’eau ;
- Les excrétas humains et animaux et les dépouilles animales près des points d’eau ;*
- Les femmes qui font la lessive près des points d’eaux ;
- Les déchets industriels comme les produits chimiques (soude) trouvée dans certaines zones provenant
sans doute des huileries de la place, les eaux usées domestiques et celles des teintureries, qui entrainent la
pollution des cours d’eaux ;
- Les déversements des résidus de fosses sceptiques ou WC par les camions ou des citernes vidangeurs
non loin des points d’eau et dans d’autres lieux encore ;
- Les pesticides et engrais utilisées par les agriculteurs et les maraichers ;
- Pollution des cours d’eau par les sociétés qui alimentent les villes en eau : Cas de Nasso au Burkina
Faso par l’office National de l’Eau et de l’assainissement (ONEA) ; En effet l’ONEA alimente la ville de
Bobo-Dioulasso par la source de Nasso ;
- Les déchets plastiques rejetés par l’homme dans la nature ;
- L’augmentation des lotissements créés par l’augmentation de la population qui entrave la
préservation de la Nappe phréatique des forêts classées, des réserves, des espaces verts

2. Les causes de la pollution de l’air

Elle est due :


- Eau gazeuse, fumée et odeur rejetée par les usines ;
- Aux gaz rejetés par les vieux véhicules et mobylette ;
- Aux gaz à effet de serre comme le gaz carbonique ;
- Aux odeurs de WC ;
- Aux odeurs des excrétas humains dans la nature à cause du manque des toilettes ;
- Aux odeurs des déchets provenant des WC de la ville déversés par des camions vidangeurs de WC,
exemple : à proximité du lycée professionnel régional Guimbi Ouattara de Bobo-Dioulasso des camions
vidangeurs viennent déverser leur contenu ;
- Aux odeurs des eaux usées ;
- Aux odeurs des excrétas et dépouilles d’animaux ;
- A la destruction des forêts par les feux de Brousse, la coupe abusive du bois et la divagation des
animaux (Ce qui réduit l’absorbation du dioxyde de Carbonne)
- A la poussière que les compagnies minières soulèvent en concassant le granite de la cours à ciel
ouvert, selon les techniciens de l’environnement, ce type de compagnie n’a pas le droit de s’installer au
milieu des gens. Les textes les obligent à être au moins à 200 m de la population.

3. Les causes de la pollution des sols


Elle est due :
- Aux déchets déversés de façon non contrôlée par différentes industries ;
- Aux déchets ménagers jetés pa r la population n’ importe où ;
- Aux pesticides et engrais chimiques utilisés par les agriculteurs et les maraîchers ;
- La présence massive des troupeaux qui dégradent les berges de cours d’eau ;
- Aux feux de brousse qui dégradent le sol et provoque la déforestation ;
- Aux déboisements sauvages sans autorisation ;
- A la divagation des animaux ;
- Aux déchets plastiques comme aux sachets plastiques jetés dans la nature et souvent utilisés comme
emballages par les hommes ;
- Aux déchets humains dans la nature à cause du manque de toilettes,
- Les lieus de décharges sauvages sont connus et tolérés par les autorités de l’Etat. Le service
technique lui-même les utilise !
- Centaines villes ne disposent pas d’un site de déversement de déchets industriels.

III.3. LES CONSEQUENCES DES POLLUTIONS

1- La pollution de l’eau

a) Les pluies acides


En général, l’eau de pluie a un PH d’environ 5 à 6. C’est donc naturellement un liquide neutre,
généralement acide. Lors des précipitations, l’eau de pluie dissous les gaz, tels que le dioxyde de Carbonne
et l’oxygène. De nos jours l’industrie émet des quantités de monoxyde de Carbonne. Ces gaz se dissolvant
également dans l’eau de pluie de ce fait le PH des précipitations change, le PH de l’eau de pluie est alors
inférieure ou égale à quatre. Quant une substance a un PH inférieur à 6,5 ; elle est acide.
Plus le PH est faible, plus la substance est acide. C’est pourquoi la pluie avec un faible PH due à la
dissolution des émissions industrielles sont appelées des pluies acides.
b) La santé humaine
Dans le monde plus de deux milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable. Dans les pays ou l’eau
manque, les populations sont obligées de consommer et d’utiliser le peu d’eau dont ils disposent.
Les enfants de moins de moins de deux ans sont les principales victimes puisqu’on a constaté environ 6 000
enfants morts par jour à cause des maladies diarrhéiques tels que la dysenterie, la fièvre typhoïde et le
collera. L’utilisation d’eau polluée entraine également des maladies de la peau comme la gale.
Mais les êtres humains ne sot pas les seuls à subir les conséquences de la pollution de l’eau : La flore et la
faune sont également victimes. Les substances toxiques contenues dans l’eau polluée peuvent êtres stockées
par les plantes cultivées dont la consommation ultérieure peut provoquer des maladies digestives : Des
atteintes au foie et aux reins.
LA pollution marine est à la source de la dégradation de la faune et de la flore aquatique. Les produits nocifs
contenus dans les déchets qu’on déverse directement dans la mer sont plus ou moins absorbés par les
organismes marins.
De ombreuses espèces animales et végétales ont beaucoup disparues et beaucoup d’autres sont en voie de
disparition.
2- Les conséquences de la pollution de l’air
Les conséquences de la pollution de l’air sont nombreuses :
a) Sur le plan sanitaire :
- Les difficultés respiratoires, des maladies respiratoires : (comme les toux ; les rhumes, l’asthme, les
douleurs de poitrines),
- Des irritations aux yeux, des problèmes de vision ;
- Des maux de ventre à cause des odeurs nauséabondes des eaux usées ;
- Dans les cas extrêmes, des risques de cancers, tel que celui du foie et de la peau (ceux dues à la
perturbation de la couche d’ozone) et l’augmentation de la mortalité des espèces humaines, animales,
végétales qui peuvent aller jusqu’à l’instinction de l’espèce.
b) Sur le plan environnemental :
- Des changements climatiques avec des inondations et des destructions des biens et des vies
humaines, la sécheresse et la famine causée par les élévations de températures, des retards ; des
imprévisibilités, des irrégularités et des réductions de la pluviométrie. Ceci amène la diminution des
pâturages et la dégradation des terres qui crée la vulnérabilité de l’activité agro-pastorale, cette dernière
entraine ou accentue l’exode rural et l’augmentation des prix de denrées de première nécessité. Le
changement climatique entrave le développement durable de notre très cher planète ;
- La perturbation de la couche d’ozone qui nous protège contre le rayon ultra violet du soleil.

3- Les conséquences de la pollution des sols.


Les conséquences de la pollution des sols sont :
a) Sur le plan sanitaire :
- Des maladies comme le choléra, la fièvre typhoïde, les maladies diarrhéique, les maux de ventre à
cause de la contamination des fruits et légumes et de la nappe phréatique de certaines villes causées par les
eaux usées ; les pesticides et les engrains chimiques utilisés par les agriculteurs et les maraîchers et par le
lotissement anarchique de nos villes.
b) Sur le plan environnemental
- La décroissance de plantes ;
- La destruction des habitats naturels ;
- L’enlaidissement de nos pays ;
- L’étouffement des plantes par les déchets plastiques, des animaux quand ils avalent des sols aussi car
ils ne sont pas tous biodégradables. En effet, selon le ministère des ressources animales, les sachets
plastiques augmentent de 30 % le taux de mortalité des animaux.

V. LES MOYENS DE LUTTE


Comme un médicament sur un individu, une substance ajoutée artificiellement a un milieu a toujours des
répercutions. La pollution est un mal qui atteint tous les pays du monde. Pour lutter contre ce fléau,
différentes actions sont menées ; on a :
- L’évacuation des tas sauvages d’ordures ménagers
- La pré-collecte des ordures ménagères ;
- La gestion des eaux usées ;
- L’évacuation des eaux pluviales : curage des caniveaux ;
- L’approvisionnement en eau potable : micro crédit à l’eau.
- L’éducation environnementale et sanitaire ;
- Le ramassage et le recyclage des sachets plastiques usagers dans les rues. Ceux-ci sont ensuite
transformés selon différentes formes de fabrication possible : Le crochetage, la fonte, le tricotage et le
tissage.
- Utiliser les produits biodégradables, des produits moins nocifs pour l’environnement ;
- Ne jamais jeter dans les égouts des produits toxiques tels que les huiles de vidange, les solvants ayant
servi a nettoyé des pinceaux de peinture….
- Les toilettes ne sont pas des poubelles. Il ne faut pas y jeter des ordures (tampons, mégots, coton-
tiges) ni de l’huile pour éviter d’entraver le bon fonctionnement des stations d’épuration. Les médicaments
ou les produits chimiques toxique (peinture, pesticides) n’ont pas non plus à être jetés dan les toilettes. Pour
les déchets non ménagers il existe des déchèteries ;
- Ne pas laver sa voiture ou sa mobylette dans la rue car l’eau utilisée peut couler dans les ruisseaux,
préférer une station de lavage où l’eau sera traitée et recyclée.
Mais toutes ces actions gagneraient à être accompagnées de plu d’efforts de nous tous habitants de la terre :
- Trions les déchets en mettent dans la poubelle correspondantes ;
- limitons la consommation de sachets plastiques et refusons-les dans nos boutiques ;
- Achetons les produits possédant de moins d’emballage possible ;
- Trouvons les moyens de détruire les médicaments usagers en préservant la nature ;
- Récupérons tous les matériaux recyclables et montrons aux autres les astuces de récupération de
certains déchets ;
- Evitons les gaspillages d’eau, d’énergie, de bois, de consommables divers ;
- Luttons contre les feux de brousse qui appauvrissent les sols et détruisent la faune et la flore ;
- Diminution l’utilisation de pesticides et d’engrais chimiques et remplaçons les par des pesticides et
fumures organiques moins polluants ;
- Nettoyons les coins et recoins de nos villes ;
- Organisons plus souvent ‘la semaine de balayage » où tout le monde pourra nettoyer la ville ;
- Eteignons la lumière en sortant d’une pièce et n’allumons pas les lumières dont nous n’avons pas
besoin car tout éclairer c’est gaspiller de l’énergie ;
- Allons à pied ou utilisons les vélos pour les courtes distances et les transports en commun pour les
longues distances ; sinon veillons à la santé de nos véhicules enfin de réduire les dégagements des gaz nocifs
pour la santé ;
- Evitons la divagation des animaux ;
- Plantons beaucoup d’arbres car ils absorbent les gaz carboniques, protègent contre les sécheresses et
la famine ;
- Dans nos actions de reforestation, préférons les plantes locales, ces espèces procurent des
médicaments aux hommes, des nids et de la nourriture pour les animaux. De plus elles sont plus adaptées à
notre climat et nécessite moins d’entretient ;
- Evitons de jeter des huiles de vidange dans la nature ;
- Limitons la vitesse de nos engins pour soulever moins de poussière ;
- Utilisons dans nos ménages, dans nos commerces, dans nos jardins maraichers, dans nos moyens de
déplacement des produits qui ne polluent pas ;
- Multiplions les espaces de verdure, embellissons nos maisons, nos bureau, fleurissons notre cadre de
vie ;
- Utilisons l’énergie solaire qui est une énergie propre et gratuite.
CONCLUSION

En Somme, nous pouvons retenir que la pollution est un phénomène ayant plusieurs
origines mais deux d’entre elles restent majeures à savoir l’origine humaine qui en est la
cause principale et l’origine naturelle, par ailleurs ce phénomène comme vu plus haut dans
notre étude présente de nombreux dangers pour l’environnement et l’être humain dont les
conséquences pourraient s’avérer plus grave et même conduire a l’extinction de la race
humaine ; il est donc nécessaire pour les états d’adopter des mesures drastiques en vue
d’endiguer cette menace qu’est la pollution , et la solution la plus viable et meilleure est sans
doute l’utilisation des énergies renouvelables ensuite la réglementation de l’utilisation des
énergies fossiles ainsi que la prise de sanction envers les pollueurs notoires peuvent
accompagner cette solution en vue de son optimisation .
La pollution est donc un problème grave aux conséquences dévastatrices. Chacun de
nous est concerné. Ensemble, agissons pour la sauvegarde de notre environnement. Il y va de
la survie de notre planète !