Vous êtes sur la page 1sur 201

Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur

Oued Ghiss situé au PK 318+750 de la RN 2.

Mémoire du travail de fin d’études pour l’obtention du


diplôme d’Ingénieur d’Etat de l’EHTP

Réalisé au sein de :
La direction des routes (DRCR)

Réalisé par : Dirigé par :

Bendaoud ASSMAN (3IT2) Mr Mustapha RGUIG (EHTP)

Walid CHARKANI-EL HASSANI (3IT2) Mme Bouchra EL-AMMARI (DRCR)

Casablanca, Juin 2013


Casablanca, Juin 2013
Dédicace :
A celui qui m’a toujours épaulé et orienté, à A mes parents,
mon cher père. Aux longues années qu’ils m’ont consacrées.
Ce mémoire leurs est dédié en gage de mon
A celle qui a attendu avec patience les affection et de ma reconnaissance.
fruits de sa bonne éducation, à ma chère
mère. A mes frères,
Leurs présences à mes côtés et leurs soutiens
A ceux qui m’ont toujours soutenu, à mes me seront toujours indispensables.
frères Imad et Ayoub.
A ma famille,
A ma chère petite sœur Hiba.
A mon binôme,
A toute ma famille.
A mes professeurs,
A mon binôme Assman.
A tous mes amis et camarades. A mes amis,

A tous ceux qui m’ont fait profiter, et avec A toutes les personnes rencontrées au cours
générosité, de leurs expériences durant ce de ce cursus,
stage.
Je dédie ce modeste travail.
Je dédie le fruit de ces inoubliables années
Assman
d’études.
C.H.W

Casablanca, Juin 2013


EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Remerciement :
Nous tenons à exprimer, au terme de ce travail, nos sincères remerciements à toutes les
personnes dont l’intervention, de près ou de loin au cours de ce projet, a favorisé son
aboutissement.

Ainsi, nous remercions vivement notre encadrant interne Mr. RGUIG Mustapha , professeur
à l’EHTP, nous le remercions pour nous avoir encadrés de très près, pour tous les efforts qu’il
a consentis et ses conseils fructueux qu’il n’a cessé de nous prodiguer.

Nos vifs remerciements s’adressent également à notre encadrante externe Mme. Ammari
Bouchra , ingénieur au sein de la Direction des routes, qui nous a consacré son temps et offert
son soutien pour nous aider à élaborer ce travail dans les meilleures conditions. Nous sommes
très reconnaissants des conseils précieux qu’elle nous a donné.

Nous saisissons cette occasion pour remercier vivement Monsieur Jamal Ben Bouziane
pour son aide précieuse.

Nous tenons à remercier aussi tous les membres du jury pour leur bienveillance à vouloir
évaluer notre travail.

Nous adressons, enfin, nos remerciements au corps enseignant pour la formation académique
qu’ils nous ont fourni pendant les trois années et à tous nos amis de l’EHTP pour avoir veillé
à notre confort durant cette période.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 1
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Résumé :
Dans le cadre du projet du dédoublement de la RN 2 reliant Taza à Al Hoceima, la Direction
des Routes nous a bien voulu confié l’étude d’un nouveau pont de dédoublement sur Oued
Ghiss située au PK 318+750 de la RN 2.

A cet égard, on s’évertuera d’étudier cet ouvrage, afin d’élaborer les éléments nécessaires au
franchissement.

C’est ainsi que le premier volet de ce mémoire, porte sur l’étude de définition englobant la
reconnaissance du site et l’étude hydrologique et hydraulique, visant à caler l’ouvrage et
déterminer sa longueur pour sélectionner les variantes envisageables pour l’ouvrage.

La deuxième partie est consacrée au pré-dimensionnement de la variante retenue à l’issue de


l’étude de définition : pont à poutres précontraintes.

La dernière partie est réservée au calcul de la précontrainte et aux justifications à l’ELU et à


l’ELS des différents éléments de la structure, du tablier aux fondations.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 2
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Table des matières


Dédicace : ................................................................................................................................... 0
Remerciement :........................................................................................................................... 1
Résumé : ..................................................................................................................................... 2
Etude de définition : ................................................................................................................. 12
I. ETUDE DE DEFINITION :.............................................................................................. 13
A. Présentation générale : ............................................................................................... 13
1. Situation : ................................................................................................................... 13
2. Topographie : ............................................................................................................. 13
3. Climatologie : ............................................................................................................ 13
4. Trafic : ....................................................................................................................... 13
B. Etude hydrologique :.................................................................................................. 14
1. Méthode empirique : .................................................................................................. 14
2. Méthode statistique : .................................................................................................. 15
3. Calcul du débit total à l’exutoire : ............................................................................. 17
C. Etude hydraulique : .................................................................................................... 17
1. Détermination du PHE :............................................................................................. 18
2. Effet du pont sur l’écoulement (Remous) :................................................................ 19
3. Calage de l’ouvrage : ................................................................................................. 21
D. Les différents types d’ouvrage à envisager : ............................................................. 22
1. Pont à poutre en béton armé PSI-BA:........................................................................ 22
2. Pont à poutre préfabriquées précontraintes par post tension (VIPP) : ....................... 22
3. Pont à poutres caissons construit par encorbellement successif : .............................. 23
E. Variantes choisis :.......................................................................................................... 24
Etude d’avant-projet : ............................................................................................................... 25
II. ETUDE D’AVANT-PROJET : ..................................................................................... 26
A. Pré-dimensionnement du tablier : .............................................................................. 26
1. Pré-dimensionnement du tablier de la variante PSI BA : .......................................... 26
2. Pré-dimensionnement du tablier de la variante VIPP :.............................................. 29

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 3
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

B. Pré-dimensionnement des piles : ............................................................................... 33


1. Le chevêtre : .............................................................................................................. 33
2. Les fûts des piles :...................................................................................................... 34
3. Vérification flambement : .......................................................................................... 34
C. Pré-dimensionnement des culées : ............................................................................. 34
1. Le sommier d’appui (chevêtre) :................................................................................ 34
2. Le mur garde- grève : ................................................................................................. 35
3. La dalle de transition : ............................................................................................... 35
4. Les murs en retour : ................................................................................................... 35
5. Les fûts : .................................................................................................................... 36
D. Pré-dimensionnement des fondations : ...................................................................... 36
1. Choix du type de fondation : ..................................................................................... 36
2. Pré-dimensionnement des fondations sur pieux : ...................................................... 36
E. Calcul des affouillements : ............................................................................................ 38
1. Affouillement général : .............................................................................................. 38
2. Affouillement local : .................................................................................................. 39
3. Affouillement dû au rétrécissement de la section :.................................................... 39
4. Réduction des affouillements et protection des appuis : ........................................... 40
F. Comparaison entre les deux variante :........................................................................... 41
G. Choix de la variante : ................................................................................................. 41
Projet d’exécution :................................................................................................................... 42
III. ETUDE DES POUTRES :............................................................................................. 43
A. Les données de calcul : .............................................................................................. 43
1. Les caractéristiques géométriques : ........................................................................... 43
2. Charges permanentes : ............................................................................................... 43
3. Les charges routières réglementaires :....................................................................... 44
B. Détermination des CRT des charges : ....................................................................... 48
1. Paramètres fondamentaux :........................................................................................ 48
2. Détermination des paramètres de calcul : .................................................................. 50
3. Les Coefficients de Répartition Transversale (CRT) : .............................................. 53
IV. ETUDE DE LA PRECONTRAINTE : ......................................................................... 66
A. Mode de construction : .............................................................................................. 66
B. Géométrie de la poutre : ............................................................................................ 66

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 4
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

C. Récapitulatif des charges et moments induits à mi- travée (l’E.L.S) : ....................... 66


D. Données de calcul : .................................................................................................... 67
1. Béton :........................................................................................................................ 67
2. Aciers actifs : ............................................................................................................. 67
3. Aciers passifs : ........................................................................................................... 68
E. Calcul de la précontrainte : ............................................................................................ 69
1. Calendrier de la mise en tension de la précontrainte : ............................................... 69
2. La première famille des câbles : ................................................................................ 69
3. La deuxième famille des câbles : ............................................................................... 71
4. Diagramme des contraintes finales : .......................................................................... 72
F. Vérification à la flexion en ELU : ................................................................................. 72
1. Moment ultime : ........................................................................................................ 73
2. Position de l’axe neutre : ........................................................................................... 73
3. Allongement Δε3 : ..................................................................................................... 73
4. Allongement ε1 dû à la précontrainte : ...................................................................... 73
5. Allongement ε2 dû à la décompression du béton : .................................................... 74
6. Allongement final ε3 : ............................................................................................... 74
7. Les câbles de la première famille : ............................................................................ 74
8. Les câbles de deuxième famille : ............................................................................... 77
G. Vérifications de la résistance à la rupture par effort tranchant: ................................. 79
1. Vérification à l’ELU : ................................................................................................ 79
2. Vérification à l’ELS :................................................................................................. 80
3. Calcul des armatures transversales : .......................................................................... 80
H. Calcul des ferraillages au niveau d’ancrage : ............................................................ 82
1. Effet d’un effort concentré au centre de la poutre : ................................................... 82
2. Vérification de l’équilibre général de diffusion pure ................................................ 84
3. Justification de la bielle d’about : .............................................................................. 87
4. Equilibre du coin inférieur ......................................................................................... 89
I. Pertes de précontrainte .................................................................................................. 89
1. Données ..................................................................................................................... 89
2. Pertes instantanées ..................................................................................................... 90
3. Pertes différées........................................................................................................... 91
J. ETUDE DE L’HOURDIS : ........................................................................................... 93

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 5
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

1. Calcul des sollicitations: ............................................................................................ 93


2. Calcul du ferraillage : ................................................................................................ 97
3. Dimensionnement de la prédalle : ............................................................................. 99
K. ETUDES DES ENTRETOISES : ............................................................................ 103
1. Calcul des sollicitations : ......................................................................................... 103
2. Ferraillage : .............................................................................................................. 108
L. APPAREILS D’APPUIS :........................................................................................... 111
1. Evaluation des déformations : ................................................................................. 111
2. Détermination des dimensions :............................................................................... 115
3. Efforts horizontaux en tête d’appui : ....................................................................... 116
4. Vérification de la validité de l’appareil d’appui en service: .................................... 119
M. ETUDE DES PILES ................................................................................................ 122
1. Introduction.............................................................................................................. 122
2. Inventaire des charges : ........................................................................................... 122
3. Chevêtre : ................................................................................................................. 126
4. Ferraillage des fûts :................................................................................................. 128
5. Semelle de liaison : .................................................................................................. 131
N. ETUDE DE LA CULEE.......................................................................................... 136
1. Inventaire des charges : ........................................................................................... 136
2. Charges permanentes : ............................................................................................. 137
3. Actions de surcharges : ............................................................................................ 137
4. Descente de charges................................................................................................. 139
5. Ferraillage des culées............................................................................................... 141
O. FONDATIONS:....................................................................................................... 155
1. Calcul de portance du pieu : .................................................................................... 155
2. Justification et ferraillage du pieu : ......................................................................... 158
P. ETUDE SISMIQUE : .................................................................................................. 163
1. Détermination des paramètres de calcul : ................................................................ 163
2. Dimensionnement des appareils d’appui : ............................................................... 164
3. Vérification des appareils d’appui sous sollicitations sismiques............................. 169
4. Pile : ......................................................................................................................... 171
5. Culée : ...................................................................................................................... 174
6. Ferraillage sous les actions sismiques : ................................................................... 179

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 6
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

7. Calcul des pieux :..................................................................................................... 181


Conclusion : ............................................................................................................................ 185
Bibliographie : ........................................................................................................................ 186
Annexes : ................................................................................................................................ 187

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 7
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Figure 1: Valeur de a et b ......................................................................................................... 15


Figure 2: Graphique de la loi Pareto......................................................................................... 15
Figure 3: Graphique de la loi Gamma ...................................................................................... 16
Figure 4: Graphique de la Loi de Pearson III ........................................................................... 16
Figure 5: Courbe de tarage ....................................................................................................... 19
Figure 6: Position de la culée ................................................................................................... 21
Figure 7: Profil en long de la variante VIPP ............................................................................ 26
Figure 8: Profil en travers du tablier......................................................................................... 26
Figure 9: Poutre de la variante PSIBA ..................................................................................... 27
Figure 10: Vue de dessus de la variante PSIBA ....................................................................... 27
Figure 11: Talon de la variante PSIBA .................................................................................... 28
Figure 12: Profil en travers de la variante PSIBA .................................................................... 29
Figure 13: profil en long de la variante VIPP ........................................................................... 29
Figure 14 : Différents types d'hourdis ...................................................................................... 30
Figure 15: profil longitudinal de la poutre ............................................................................... 31
Figure 16: Vue de dessus de la poutre ...................................................................................... 31
Figure 17: Talon de la poutre du VIPP..................................................................................... 31
Figure 18: Chevêtre de la pile .................................................................................................. 33
Figure 19: Chevêtre de la culée ................................................................................................ 36
Figure 20: Schema de position des pieux ................................................................................. 37
Figure 21: Caractéristique dela charge Bc................................................................................ 46
Figure 22: Caractéristique de la charge Bt ............................................................................... 47
Figure 23: Caractéristique de la charge Br ............................................................................... 47
Figure 24: Caractéristique de la charge Mc120........................................................................ 48
Figure 25: Modélisation du tablier par Guyon Massonnet ....................................................... 49
Figure 26: Géométrie de la poutre ............................................................................................ 50
Figure 27: Discrétisation de la section de la poutre pour calcul de l'inertie de torsion ............ 52
Figure 28: Courbe d'influence de K pour une poutre intermédiaire ......................................... 56
Figure 29: courbe d'influence de K pour une poutre de rive .................................................... 56
Figure 30: Contraintes admissibles en construction et en service ............................................ 67
Figure 31: Excentricité des deux familles de câbles au droit de la section médiane ................ 68
Figure 32 : Contraintes admissibles à vide en construction ..................................................... 70
Figure 33 : Contraintes admissibles en charge en construction ............................................... 70
Figure 34 : Contraintes admissibles en charge en service ........................................................ 71
Figure 35 : Disposition des ancrages en about ......................................................................... 77
Figure 36 : Zone de béton tendu sous l'action d'un effort concentré centré ............................. 82
Figure 37 : Répartition des armatures transversales As et Ae .................................................. 84
Figure 38 : Equilibre générale de diffusion .............................................................................. 85
Figure 39 : Equilibre de la bielle d'appui avec un câble........................................................... 87
Figure 40 : Equilibre du coin inférieur ..................................................................................... 89
Figure 41: Schéma de la dalle en encorbellement .................................................................... 95
Figure 42: Position des verins ................................................................................................ 107
Figure 43: Section de calcul des entretoises ........................................................................... 109
Figure 44: Schéma de l'appareil d'appui ................................................................................. 116

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 8
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Figure 45: Calcul des rigidités................................................................................................ 116


Figure 46: Répartition des efforts de retrait et de dilatation................................................... 118
Figure 47: Effet du vent sur la pile ......................................................................................... 125
Figure 48: Calcul de la semelle sous la pile par la méthode de bielle .................................... 132
Figure 49: Corbeau appui de la dalle de transition ................................................................. 143
Figure 50: Mur en retour ........................................................................................................ 145
Figure 51: calcul de la semelle sous la culée par la méthode des bielles ............................... 151
Figure 53 : Le spectre de réponse ........................................................................................... 163

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 9
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Tableau 1: Débits calculés ........................................................................................................ 17


Tableau 2: Calcul du PHE ........................................................................................................ 18
Tableau 3: Calcul du remous .................................................................................................... 20
Tableau 4: Charges des superstructures ................................................................................... 44
Tableau 5: Coefficient de majoration dynamique .................................................................... 45
Tableau 6: Valeurs de a1 .......................................................................................................... 46
Tableau 7: Valeurs de V0 ......................................................................................................... 46
Tableau 8: Coefficients bc ........................................................................................................ 46
Tableau 9: Position du centre de gravité de la section de la poutre ......................................... 50
Tableau 10: Moment d'inertie de flexion de la poutre.............................................................. 51
Tableau 11: Moment d'inertie de torsion de la poutre .............................................................. 52
Tableau 12: Tableau de 𝑲𝟎 𝒆𝒕 𝑲𝟏 pour 𝜽 = 𝟎, 𝟓.................................................................... 54
Tableau 13: Tableau de 𝑲𝟎 et 𝑲𝟏 pour θ=0,55 ...................................................................... 54
Tableau 14: Tableau de 𝑲𝟎 et 𝑲𝟏 pour 𝜽 = 𝟎, 𝟓𝟑𝟖𝟔𝟏........................................................... 55
Tableau 15: Tableau de K pour 𝜽 = 𝟎, 𝟓𝟑𝟖𝟔𝟏 et 𝜶 = 𝟎, 𝟐𝟔𝟏𝟗𝟖 ........................................... 55
Tableau 16: Valeur de K pour une poutre intermédiaire .......................................................... 55
Tableau 17: Valeurs de K pour une poutre de rive................................................................... 56
Tableau 18: Valeurs du coefficient de répartition transversal .................................................. 57
Tableau 19: Poids de la poutre ................................................................................................. 58
Tableau 20: Poids de l'hourdis.................................................................................................. 59
Tableau 21: Poids des entretoises ............................................................................................. 59
Tableau 22: Sollicitations dues au poids des superstructures ................................................... 59
Tableau 23: Sollicitations totales des charges permanentes ..................................................... 60
Tableau 24: sollicitations dues à la charge Al .......................................................................... 60
Tableau 25: Sollicitations dues à la charge Bc ......................................................................... 61
Tableau 26: Sollicitations dues à la cherge Bt.......................................................................... 62
Tableau 27: Sollicitations dues à la charge Br ......................................................................... 63
Tableau 28: Sollicitations dues à la charge Mc120 .................................................................. 64
Tableau 29: Sollicitations due à la charge sur trottoirs ............................................................ 65
Tableau 30: Sollicitations des poutres ...................................................................................... 65
Tableau 31: Contraintes admissibles en construction et en service ......................................... 67
Tableau 32 : Calendrier de la mise en tension de la précontrainte ........................................... 69
Tableau 33 : équation du cable moyen ..................................................................................... 76
Tableau 34 : équation des câbles de la première famille .......................................................... 76
Tableau 35 : Fuseau de passage de la première famille ........................................................... 77
Tableau 36 : La position des ancrages de la deuxième famille ................................................ 78
Tableau 37 : Les équations des câbles de la deuxième famille ................................................ 78
Tableau 38 : Ferraillage de la zone d’about ............................................................................. 87
Tableau 39: Sollicitations de la dalle en encorbellement ......................................................... 96
Tableau 40: Sollicitations de l'hourdis ..................................................................................... 97
Tableau 41: Ferraillage de l'hourdis ......................................................................................... 98
Tableau 42: Vérification d poinçonnement .............................................................................. 99

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 10
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Tableau 43: Sollicitations en service des entretoises ............................................................. 106


Tableau 44: Sollicitations de vérinage des entretoises ........................................................... 108
Tableau 45: Sollicitations de calcul des entretoises ............................................................... 108
Tableau 46: Ferraillage longitudinal des entretoises .............................................................. 109
Tableau 47: Feraillage transversal des entretoises ................................................................. 110
Tableau 48: Sollicitaions de calcul des appreils d'appui ........................................................ 114
Tableau 49: Calcul des rigidités ............................................................................................. 117
Tableau 50: Valeurs des efforts de freinages ......................................................................... 118
Tableau 51: Effort lents de retrait et de dilatation .................................................................. 119
Tableau 52: Effort rapides de retrait et de dilatation .............................................................. 119
Tableau 53: Vérification des appariels d'app ui ...................................................................... 121
Tableau 54: Charges permanentes de la pile .......................................................................... 123
Tableau 55: Sollicitations dans le chevêtre de la pile ............................................................. 127
Tableau 56: Cas de charges de la pile .................................................................................... 128
Tableau 57: Descente de charge de la pile ............................................................................. 129
Tableau 58: Sollicitaions dimensionnantes au pied du fût de la pile ..................................... 129
Tableau 59: Sollicitaions dimensionnantes sous la semelle de la pile ................................... 131
Tableau 60: Effort en tête des pieux de la pile ....................................................................... 132
Tableau 61: Contrainte de la bielle dans la semelle de la pile ................................................ 133
Tableau 62: Ferraillage de la pile ........................................................................................... 135
Tableau 63: Schéma de la culée ............................................................................................. 136
Tableau 64: Charges permanentes de la culée........................................................................ 137
Tableau 65: Poussée de la terre sur la culée ........................................................................... 137
Tableau 66: cas de charge sur la semelle de la culée ............................................................. 139
Tableau 67: cas de charge sous la semelle de la culée ........................................................... 139
Tableau 68: descente de charge sur la semelle de la culée ..................................................... 140
Tableau 69: Sollicitations sur la semelle de la culée .............................................................. 141
Tableau 70: Descente de charge sous la semelle de la culée .................................................. 141
Tableau 71: Sollicitations sous la semelle de la culée ............................................................ 141
Tableau 72: sollicitation dû à la flexion dans le chevêtre de la culée .................................... 147
Tableau 73: Sollicitation due à la torsion dans le chevêtre de la culée .................................. 148
Tableau 74: Effort en tête des pieux sous la pile .................................................................... 152
Tableau 75: contrainte de la bielle de la semelle.................................................................... 152
Tableau 76: ferraillage semelle de liaison de la pile .............................................................. 154
Tableau 77: Classification du sol tiré du fascicule 62 titre V................................................. 155
Tableau 78: Valeur du facteur de portance Kp tiré du fascicule 62 titre V ............................ 155
Tableau 79 : Combinaisons de justification des pieux proposés par fascicule 62 titre V ...... 158

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 11
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Etude de définition :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 12
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

I. ETUDE DE DEFINITION :
A. Présentation générale :

1. Situation :
L’ouvrage d’art objet du présent projet de fin d’étude est situé sur Oued Ghiss au PK
318+750 de la route nationale RN 2 reliant Al Hoceima à Kassita, il est situé à 4,3 km environ
de Ajdir, à partir du branchement de la RN 2 avec la RP 5211 d’accès à AL Hoceima.

2. Topographie :
La zone d’étude est située en terrain vallonné. L’ouvrage assure le franchissement de
l’oued Ghiss, à la cote 20 NGM environ.
Au droit du franchissement, le lit de l’oued est large de l’ordre de 120 à 200 m sous une
hauteur de l’ordre de 4 m. les berges de l’oued sont inclinées de l’ordre de 15%.

3. Climatologie :
Le climat de la région se caractérise par un hiver humide et rigoureux et un été sec et
chaud, avec un gradient thermique relativement important. Ainsi, la température moyenne
enregistrée à la station située à AL Hoceima correspond à un gradient thermique de + 31,6
°C :
- Minimum : 3,2 °C
- Moyenne : 17,8 °C
- Maximum : 34,8 °C
La région se caractérise par une pluviométrie annuelle moyenne enregistrée à la station
Tamassint de 284 mm répartie en 67 jours par an. Historiquement, la pluviométrie a variée
entre un maximum de 456 mm et un minimum de 151 mm enregistrées respectivement en
1993-1994 et 1982-1983. Les précipitations maximales sont enregistrées durant le semestre
Novembre à Avril. Les mois les plus secs correspondent aux mois de juillet et Août.
Du point de vue hydrologique, les cours d’eau du domaine Rifain se caractérisent en
général par leur régime torrentiel.

4. Trafic :
Le trafic sur la RN 2 est estimé sur la base des recueils de comptage de la DRCR. Ainsi, le
Trafic Moyen Journalier Annuel (TMJA) enregistré en 2002 au niveau de la section située
entre Ajdir et Béni Bouayach est de 4273 véhicules/jour.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 13
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Ce trafic correspond à une classe T1 ( entre 2000 et 4500 V/J) selon le Catalogue de
Structures Types de Chaussées équivalent à un trafic de classe comprise entre TPL4 et TPL5
du nouveau catalogue des structures types de chaussées neuves.
Bien que la section en question sera dédoublée (séparation des sens de circulation), compte
tenu de l’évolution croissante du trafic, il est proposé d’adopter la classe suscitée.

B. Etude hydrologique :

1. Méthode empirique :

a) Formule de Fuller II :
Elle donne le débit de pointe Q(T) pour la période de retour T par la relation :
𝟖 𝟎,𝟓 𝟒 𝐍
𝐐 (𝐓) = (𝟏 + 𝐚. 𝐥𝐨𝐠 𝐓 ). (𝐀𝟎 ,𝟖 + 𝐀 ). .
𝟑 𝟑 𝟏𝟎𝟎
Q(T) : Débit de pointe (m3 /s) pour la période de retour T
T : Période de retour (années)
a : Coefficient dépendant de la pluviosité de la région et varie de 0,8 à 3,5
- a= 0.8 à 1.2 pour les oueds rifains
- a= 3.0 à 3.5 pour les oueds sahariens
A : Superficie du bassin versant (km²)
N : Coefficient régional :
80 pour la plaine
85 pour les régions accidentées
100 pour la montagne
Nous avons adopté pour les coefficients a et N les valeurs : a=1 et N=85.
Période de retour 5 10 20 50 100
Debit Fuller II m3 /s 543 640 736 864 960

b) Formule de Hazan-Lazarevic :
Elle constitue l’enveloppe des crues millénaires probables et des grands bassins versants du
Maroc. Elle s’exprime sous la forme :

𝐐𝟏𝟎𝟎𝟎 = 𝐚. 𝐒 𝐛
a et b sont des coefficients qui dépendent de la région.
Le bassin versant étudié étant caractérisé par une pluviométrie de 919 mm par an, et se situant
dans les provinces du Nord, nous adoptons les valeurs suivantes pour les coefficients a et b :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 14
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Figure 1: Valeur de a et b

a = 9,78
b = 0,793
La formule de Fuller I permet de passer de la crue de fréquence milléniale à la crue de période
de retour T :
𝟏 + 𝛂 𝐥𝐨𝐠 𝐓
𝐐(𝐓) = 𝐐𝟏𝟎𝟎𝟎
𝟏 + 𝛂 𝐥𝐨𝐠 𝟏𝟎𝟎𝟎
Période de retour 5 10 20 50 100
Débit Hazan m3 /s 612 785 958 1188 1361

2. Méthode statistique :
Les débits max instantanés enregistrés au niveau de la station hydrométrique Tamassint ont
été ajustés par un certain nombre de lois statistique (Gamma, Pareto, Pearson III). Le test de
χ² a été utilisé pour choisir la loi qui offre un χ² minimum.

a) Loi de Pareto :
L’ajustement avec la loi de Pareto, en utilisant le logiciel Hyfran, nous a montré que cette loi
est applicable pour notre échantillon comme on peut le constater d’après le graphe suivant :

Figure 2: Graphique de la loi Pareto

Le calcul a donné un débit (m3 /s) de :


Période de retour 5 10 20 50 100
Débit Pareto m3 /s 386 596 838 1210 1550

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 15
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Le test de Khi carré a donné :


𝝌² = 𝟏, 𝟔𝟕

b) Loi Gamma :
Cette loi est également applicable à notre échantillon :

Figure 3: Graphique de la loi Gamma

Le calcul a donné un débit (m3 /s) de:


Période de retour 5 10 20 50 100
Gamma m /s 3 420 665 922 1270 1540
Le test de Khi carré a donné :
𝝌² = 𝟔, 𝟗𝟐

c) Loi Pearson III :


Cette loi est également applicable à notre échantillon :

Figure 4: Graphique de la Loi de Pearson III

Le calcul a donné un débit (m3 /s) de:


Période de retour 5 10 20 50 100
Pearson III m3 /s 409 657 921 1290 1570

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 16
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Le test de Khi carré a donné :


𝝌² = 𝟑, 𝟒𝟐
Conclusion :

Période de retour 5 10 20 50 100


Pareto 386 596 838 1210 1550
Gamma 420 665 922 1270 1540
Pearson III 409 657 921 1290 1570
Fuller II 544 641 737 864 961
Hazan LAZAREVIC 613 786 959 1188 1362
Tableau 1: Débits calculés

On retient finalement la loi de Pareto avec un débit centennal de :


𝐐𝟏𝟎𝟎 = 𝟏𝟓𝟓𝟎 𝐦𝟑 /𝐬

3. Calcul du débit total à l’exutoire :


En utilisant la formule de Franco-Rodier :
𝑺𝟏 (𝟏− 𝒌 )
𝑸𝟏 = 𝟏𝟎𝟔 ∗ ( ) 𝟏𝟎
𝟏𝟎^𝟖
On en tire K :
𝒍𝒏(𝑸) − 𝒍𝒏 (𝟏𝟎𝟔 )
𝑲 = 𝟏𝟎 ∗ [𝟏 − ]
𝑺
𝒍𝒏 ( 𝟖)
𝟏𝟎
𝐾 = 4,579
Puisque les deux bassins sont hydrologiquement comparables donc on peut affecter K calculer
sur le premier bassin au bassin Total
D’où
𝑺𝑻 (𝟏− 𝒌 )
𝑸𝑻 = 𝟏𝟎𝟔 ∗ ( ) 𝟏𝟎
𝟏𝟎𝟖
AN :
𝑸𝑻 = 𝟏𝟕𝟏𝟒 𝒎𝟑/𝒔

C. Etude hydraulique :
L’étude hydraulique de l’ouvrage de franchissement est réalisée dans le but de conférer à la
structure une ouverture et un gabarit suffisants pour faire évacuer la crue de projet arrêtée par
l’étude hydrologique, elle se fait en deux phases principales :
 Détermination du niveau des plus hautes eaux (PHE) sans la présence de l’ouvrage
afin d’estimer l’influence directe de cette côte sur la côte à donner à l’intrados de
l’ouvrage.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 17
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

 Estimation de l’effet de l’ouvrage sur l’écoulement (remous) dans le cas de


rétrécissement de la section de l’oued.

1. Détermination du PHE :
Pour le calcul du PHE, on assimile le lit de l’oued à un ensemble de trapèzes, puis on
détermine le débit correspondant à chaque valeur de la hauteur de la crue par le biais de la
formule de Manning-Strickler:
𝟐/𝟑
𝑸𝒑 (𝒎𝟑 /𝒔) = 𝑲 × 𝑺𝒎 × 𝑹𝒉 × 𝑰𝟏/𝟐
Avec:
Qp : Débit calculé en m3 /s.
SM : Surface mouillé en (m²).
RH : Rayon hydraulique en (m) = (surface mouillé / périmètre mouillé).
I : Pente du lit de l’Oued au droit de l’ouvrage. Dans notre cas, I = 0.008 m/m
K : Le coefficient de Strikler représentant la rugosité globale du lit. (K=30).
𝑰 (𝒎/𝒎) 𝑲 𝑪𝒐𝒕𝒆 𝑷𝐦 𝑺𝐦 𝑹𝐡 𝑸 (𝒎𝟑/𝒔) 𝑽 (𝒎/𝒔)
0,008 30 19 104,4023 102,3191 0,9800 270,88 2,6474
0,008 30 19,5 105,6189 153,8125 1,4562 530,26 3,4474
0,008 30 20 140,4699 216,3335 1,5400 774,13 3,5784
0,008 30 20,5 132,5032 273,3653 2,0630 1188,74 4,3485
0,008 30 21 140,3300 344,0108 2,4514 1678,23 4,8784
0,008 30 21,0328 140,1958 348,2577 2,4840 1714 4,9216
0,008 30 21,5 138,2854 408,9609 2,9573 2260,91 5,5284
0,008 30 22 146,0010 482,4711 3,3045 2872,199 5,9531
Tableau 2: Calcul du PHE

Comparaison avec un logiciel de calcul de PHE :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 18
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Figure 5: Courbe de tarage

Alors le niveau des PHE à retenir, d’après ce qui précède, est 21 m avec une vitesse moyenne
d’écoulement 4,92 m/s et un miroir de 138,4 m.

2. Effet du pont sur l’écoulement (Remous) :


Il s’agit du calculer la remontée du niveau du cours d’eau sur les piles qui lui font obstacle.
𝐕𝟐 𝐕𝟏𝟐
𝐡+ = 𝐡𝟏 +
𝟐𝐠 𝟐𝐠
Équation obtenue en égalisant la charge totale de l’eau avant et après passage du pilier, c’est
le principe de conservation de l’énergie mécanique, en négligeant tous les frottements
𝐕
internes, régime fluviale (Nombre de Froude 𝐅 = < 1), aussi les frottements contre le
√𝐠𝐡

pilier.
𝑽𝟐𝟑 𝑽𝟐
𝑯𝟐 = 𝑯𝟏 ==> 𝒉𝟑 + = 𝒉𝟐 + 𝟐
𝟐𝒈 𝟐𝒈
𝒉𝒊 : La hauteur de l’eau à l’endroit i
𝑽𝒊 : La vitesse de l’eau à l’endroit i
Interprétation des vitesses :
𝑽𝟏 : vitesse de l’écoulement à la section du franchissement avant la réalisation de l’ouvrage
𝑽𝟏 = 𝑑é𝑏𝑖𝑡/(𝑑é𝑏𝑜𝑢𝑐ℎé 𝑠𝑢𝑝𝑒𝑟𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑙 𝑐𝑜𝑟𝑟𝑒𝑠𝑝𝑜𝑛𝑑𝑎𝑛𝑡 𝑎𝑢 𝑃𝐻𝐸) = 𝟒, 𝟗𝟐 𝒎/𝒔)
𝑽𝟐 : vitesse au sommet du remous.
𝑽𝟑 : la vitesse de l’eau sous le pont après passe par le remous.
𝑸 𝟏𝟕𝟏𝟒
𝑽𝟑 = = = 𝟑, 𝟓𝟑 𝒎/𝒔
𝒉𝑳µ 𝟏𝟑𝟖, 𝟑𝟗 ∗ 𝟎, 𝟗 ∗ 𝟑, 𝟖𝟗
Le remous maximal s’obtient quand V0 = 0 ; lorsque les particules d’eau arrivent sur le front
du piler ce dernier entrave leurs mouvements, elles perdent de l’énergie cinétique en faveur de
l’énergie potentiel de pesanteur, et donc gagnent en altitude (en hauteur d’eau).

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 19
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

La valeur X est physique, elle représente une distance qui ne peut être négative, du coup 𝑉2
est inférieure à 𝑉3 .
En tendant 𝑉2 vers 0, la valeur du ℎ2 (l’inconnue recherchée) augmente mais cette dernière
devienne stable, à une précision près (0,01 pour notre choix), à partir d’une valeur de 𝑉2 .
Il y a plusieurs manières de procéder, notre méthode à nous consiste à faire des itérations
successives tout en donnant à 𝑉2 des valeurs décroissant à partir de 𝑉3 , et en la réinjectant en
avale !!
𝑉2  𝑣𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟 𝑖𝑛𝑓é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 à 𝑉3
𝑂𝑛 𝑐𝑎𝑙𝑐𝑢𝑙𝑒 ℎ2 𝑒𝑡 𝑋
𝑉2  𝑢𝑛𝑒 𝑎𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑣𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟 𝑖𝑛𝑓é𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒 à 𝑙𝑎 𝑝𝑟é𝑐é𝑑𝑒𝑛𝑡𝑒
𝐶𝑎𝑙𝑐𝑢𝑙 𝑑𝑒𝑠 𝑛𝑜𝑢𝑣𝑒𝑙𝑙𝑒𝑠 𝑣𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟𝑠 𝑑𝑒 ℎ2 𝑒𝑡 𝑋
𝑉3  𝑙𝑎 𝑝𝑟𝑒𝑚𝑖è𝑟𝑒 𝑣𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑉2
D’où :
V2 V3 X h2
3,54 3,54 0 2,7
3,53 3,54 0,003535 2,703535
3,52 3,53 0,003525 2,703525
3,51 3,52 0,003515 2,703515
3,5 3,51 0,003505 2,703505
3,49 3,5 0,003495 2,703495
3,48 3,49 0,003485 2,703485
3,47 3,48 0,003475 2,703475
3,46 3,47 0,003465 2,703465
3,45 3,46 0,003455 2,703455
3,44 3,45 0,003445 2,703445
Tableau 3: Calcul du remous

En sommant les X, on trouve un remous de 0,45 m


Résumé :

 Le débit de projet : Q = 1714 m3 /s


 Le PHE : PHE = 21,45 m
 Le débouché superficiel : Ds = 348,34 m2
 Le débouchée linéaire : DL = 143 m
 La vitesse moyenne d’écoulement : V = 4,92 m/s

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 20
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

3. Calage de l’ouvrage :
Le calage de l’ouvrage nécessite une analyse profonde afin de répondre à plusieurs
contraintes :
 La nature et le mode de construction du tablier.
 Les contraintes naturelles du site.
 Les contraintes fonctionnelles du projet.
On commence tout d’abord par l’implantation des appuis extrêmes « Culées ». Une fois ces
culées implantées, on connaît la longueur totale de la brèche à franchir et on peut élaborer une
première esquisse de solution. Si cette esquisse n’est pas satisfaisante, on retouche
l’implantation des appuis extrêmes et on reprend le raisonnement, selon un processus itératif.

Parmi les techniques d’implantations des culées, et si on veut éviter les affouillements causés
par l’eau, on laisse une marge > 2 m, et on prolonge une droite jusqu’à la ligne rouge, la
détermination de ces deux point permet au projeteur d’avoir une marge pour implanter les
appuis des culées.

Figure 6: Position de la culée

Dans notre cas on trouve un ouvrage de 157 m.


L’ouvrage existant est de 175 m, alors pour ne pas perturber l’écoulement sous les deux ponts
et pour garder l’esthétique de l’ouvrage nous optons pour un ouvrage de 175 m.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 21
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

D. Les différents types d’ouvrage à envisager :

1. Pont à poutre en béton armé PSI-BA:

a) Présentation général :
On distingue les ponts à poutres en Béton Armé à travées indépendantes et ceux à travées
continues, le premier type est le plus employé grâce à ses avantages, comme la possibilité de
préfabrication des poutres et la sensibilité minime aux tassements différentiels.

b) Avantages :
- Il présente l’avantage de comporter des éléments préfabriqués, ce qui permet de
réduire le nombre d’échafaudages et d’augmenter le rendement des ouvriers.
- Facilité d’exécution.

c) Inconvénients :
- Travées de faible portée par rapport aux poutres en béton précontraint (de 10 à 30 m)
ce qui le rend non économique pour les grandes portées (cela nécessite un nombre
important de piles et donc des fondations très coûteuses).
- ils sont très coûteux en main d’œuvre.
- de point de vue architectural, ils sont esthétiquement moins appréciés.
- Existence des fissures dus à la traction du béton.

2. Pont à poutre préfabriquées précontraintes par post tension (VIPP) :

a) Présentation :
Les ponts à poutres précontraintes de type VIPP font partie de la famille des ponts à poutres
sous chaussée en béton. Ces ouvrages sont largement utilisés dans la gamme des ponts de
moyenne portée et son adapté au franchissement en viaduc de brèches importantes, en
longueur ou en hauteur, et aux sites difficiles d'accès.. Ils comportent une succession de
travées indépendantes.

b) Avantages :
Les avantages du tablier à poutrelles enrobées sont multiples :

- Il est naturellement bien adapté aux franchissements rectilignes.


- Son mode de construction qui permet d'éviter le recours aux cintres
s'appuyant sur le sol. On s'affranchit ainsi de nombreuses contraintes liées à la
brèche pour la réalisation du tablier.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 22
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

- Le recours à la préfabrication apporte un intérêt évident, tant sur le plan technique


que sur le plan économique.
- Le recours à la préfabrication permet de réduire les délais d'exécution de l'ouvrage,
puisqu'il est possible de rendre indépendante la fabrication des poutres du reste du
chantier.
- Son fonctionnement isostatique le rend pratiquement insensible aux déformations
imposées, en particulier aux tassements différentiels des appuis et aux effets d'un
gradient thermique.

c) Inconvénients :
- Il s'adapte difficilement aux franchissements biais ou courbes.

3. Pont à poutres caissons construit par encorbellement successif :

a) Présentation :
La construction par encorbellement successif consiste à construire le tablier d'un pont à
l'avancement par tranches successives, en faisant supporter à la partie déjà construite le poids
propre de la tranche suivante et, le cas échéant, le poids des coffrages ou des appareils
permettant son exécution.

b) Avantages :
- Le principal avantage de la construction par encorbellement est la suppression des
cintres et échafaudages, libérant ainsi l'espace situé au-dessous de l'ouvrage.
- Le domaine d'emploi privilégié de ce type de structure correspond à la gamme de
portée comprise entre 60 et 90 mètres, mais cette technique peut être employée jusqu'à
150m.
- la totale indépendance vis-à-vis de la brèche franchie (pile de grande hauteur, site
accidenté, rivière à forte crue).
- l'utilisation répétitive des coffrages rend cette solution particulièrement compétitive.

c) Inconvénients :
- À portées identiques, les ouvrages construits par cette méthodes ont beaucoup plus
lourds que des ouvrages mixtes, ce qui conduit à des appuis et des fondations plus
importantes que celles de ces ouvrages. Bien évidemment, ceci pénalise la méthode,
en particulier lorsque les terrains de fondations sont médiocres ou lorsqu'on est en
zone sismique.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 23
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

- l'importance des tâches à effectuer in situ tant pour le coulage du tablier que pour
l'aménagement des accès au chantier.
- Sur le plan esthétique, les ponts construits par encorbellements successifs sont des
ouvrages dont le tablier est assez épais, ce qui peut poser des problèmes dans certains
sites. Le découpage en petits éléments et la multiplicité des phases de bétonnage qui
en résulte favorisent aussi les différences de teinte entre deux voussoirs successifs.

E. Variantes choisis :
Vu que les structures à travées indépendantes ont une bonne résistance vis-à-vis du séisme
surtout que la zone d’implantation de l’ouvrage est sismique (région du rif), et vue les
inconvénients multiples que présente la variante pont à poutres caissons nous préconiserons le
choix des variantes :
 Variante I : PSIBA : C’est un pont en béton armé, constitué de 9 travées isostatiques
de 20 m, chaque travée comporte 4 poutres, en béton armé, solidarisées
transversalement par le hourdis en section courante et entretoisées au niveau des
appuis.
 Variante II: VIPP : C’est un pont à poutres précontraintes constitué de 5 travées
isostatiques de 35 m, chacune comporte 4 poutres en béton précontraint solidarisées
transversalement par le hourdis en section courante et entretoisées au niveau des
appuis.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 24
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Etude d’avant-projet :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 25
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

II. ETUDE D’AVANT-PROJET :


A. Pré-dimensionnement du tablier :

1. Pré-dimensionne ment du tablier de la variante PSI BA :

a) Conception générale :

Figure 7: Profil en long de la variante VIPP

La section du tablier est constituée de 4 poutres en béton armé d’une longueur de 20 m,


entretoisées au niveau des appuis et solidarisées transversalement par l’hourdis en section
courante. L’hourdis est de type général en BA, et il sera coulé sur place.

Le profil en travers de la plate-forme est de 10 m de largeur comprenant une chaussée de 8 m


et deux trottoirs de 1 m chacun. La chaussée présentera une pente transversale en toit égale à
2,5% permettant l’assainissement de l’ouvrage et les trottoirs présenteront une pente de 2%,
vers l’intérieur de la chaussée, pour le même but :

Figure 8: Profil en travers du tablier

b) Eléments de Pré-dimensionnement :

(1) Poutres principales :


- Choix de la section transversale :
Suivant les instructions du dossier pilote de la DRCR (PA78), on donnera aux poutres une
forme en Té avec un talon (pour le logement des armatures) et des goussets supérieures pour
relier l’âme à l’hourdis.
- Hauteur :
L’élancement économique est compris entre 1/15 et 1/17 qui peut descendre jusqu’à 1/20 pour
les travées continues.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 26
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Ainsi pour un élancement de 1/16 et avec 𝑳𝒄 = 𝟏𝟗 𝒎 (en adoptant des abouts de 0.50 m)
On a: 𝒉𝒑 = 𝟏𝟗/𝟏𝟔 = 𝟏, 𝟏𝟖 𝒎.
On prend: 𝒉𝒑 = 𝟏, 𝟐𝟎 𝒎

Figure 9: Poutre de la variante PS IBA

- Epaisseur de l'âme des poutres :


L'épaisseur de l'âme des poutres est généralement comprise entre 20 cm et 60 cm, cette
largeur est variable linéairement à partir des appuis sur le quart de la portée, et constante sur
la moitié centrale. Ainsi, l'épaisseur de l'âme des poutres dans la section courante sera prise
égale à : 𝒃𝒂 = 𝟎, 𝟐𝟓 𝒎.
Puis, elle augmentera progressivement pour atteindre la valeur : 𝒃𝒂 = 𝟎, 𝟒𝟎 𝒎 au niveau des
appuis (Afin de résister aux efforts tranchants maximaux au niveau des appuis).

Figure 10: Vue de dessus de la variante PS IBA

- Espacement des poutres :


Selon le dossier PA78 de la DRCR, on dispose de quatre poutres en section transversale.
Donc, en adoptant un espacement uniforme entre les poutres, on aura un espacement de :
𝟏𝟎/𝟒 = 𝟐, 𝟓 𝒎.
Donc on adopte un encorbellement de 1.25 m des deux côtés.
- Dimensions du talon :
Pour un ouvrage à poutres en béton armé, la largeur des talons varie de 0,50 à 0,60 m lorsque
la distance entre axes des poutres varie de 2,50 m à 4,00 m.
On a un entraxe de 2,5 m, donc on prend donc :
𝒃𝒕 = 𝟎, 𝟓𝟎 𝒎
𝒉𝟐 = 𝟎, 𝟐𝟓𝒎

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 27
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

L’âme se raccorde à la membrure inférieure, en s’élargissant, par un gousset qui facilite, par
sa forme, la descente du béton .Il doit permettre également un relevage aisé des câbles
latéraux du talon dans l’âme. La tangente de l'angle est normalement comprise entre 1 et 1,5,
(1 < 𝑡𝑎𝑛𝛼 < 1,5) et il est préférable de se rapprocher de la valeur supérieure.
Pour 𝑡𝑎𝑛𝛼 = 1,2 on obtient les valeurs suivantes pour la hauteur du plan incliné :
Sur appui : ℎ1 = 0,075 on prend 0,06 m (soit tanα=1.2)
En travée : ℎ1 = 0,1875 on prend 0,15 m (soit tanα=1.2)

Figure 11: Talon de la variante PS IBA

(2) Hourdis :
L’épaisseur du hourdis est généralement comprise entre 16 et 20 cm, selon l’espacement des
poutres, donc on adopte une épaisseur du hourdis de 20 cm.

(3) Entretoises :
- Nombre :
Deux entretoises d’about pour relier les poutres transversalement au niveau de chaque appui.
- Hauteur :
Il faut aménager un espace suffisant entre le chevêtre d'appui et les entretoises pour faciliter
l'accès aux appareils d'appuis, et aussi pour avoir de la place aux vérins de soulèvement du
tablier. A cet égard, une distance de 0,4 m semble convenable.
La hauteur des entretoises : h= 1.20 – 0.4 = 0.80 m.
- Longueur :
La longueur des entretoises est généralement fixée par l'espacement des poutres principales
qui les relient transversalement. Dans notre cas l'espacement entre axes des poutres est de
2,50 m et en retranchant l'épaisseur de l'âme au niveau de l'appui, on trouve une longueur de
2,10 m entre deux poutres. Soit donc 6,3 m au niveau de chaque appui.
- Epaisseur :
L’épaisseur des entretoises est comprise entre 16 et 40 cm. D’autre part, les entretoises
doivent être conçues de manière à permettre le vérinage du tablier en cas de changement

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 28
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

d’appareils d’appuis. Généralement, c’est la deuxième condition qui l’emporte et on adoptera


par conséquent une largeur de 40 cm.

(4) Dalle de continuité :


Afin d’améliorer le confort de l’usager et de limiter les coûts d’installation et d’entretien des
joints de chaussées, on réalise actuellement une continuité du hourdis entre les travées
indépendantes et on ne prévoit les joints de dilatation que tous les deux ou trois travées. Les
éléments de transition sont les dalles de continuité, réalisées en béton armé et présentant une
grande souplesse par rapport aux poutres.

Figure 12: Profil en travers de la variante PS IBA

2. Pré-dimensionne ment du tablier de la variante VIPP :

a) Conception générale :
Dans cette variante, l’ouvrage est constitué de 5 travées isostatiques de 35 m, chaque travée
comporte quatre poutres préfabriquées, entretoisées au niveau des appuis et solidarisées
transversalement par l’hourdis en section courante.

Figure 13: profil en long de la variante VIPP

L’hourdis peut être choisi de type général en BA réalisé au-dessus des tables de compression
des poutres.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 29
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Les poutres sont, donc, reliées par un hourdis coulé sur des prédalles participantes servant de
coffrages perdus. Les tables de compression des poutres sont larges afin de réduire la portée
des prédalles.

Figure 14 : Différents types d'hourdis

b) Eléments de pré-dimensionnement :

(1) Poutres principales :


- Choix de la section transversale :
On donnera aux poutres une forme en double Té
- Hauteur hp :
L’élancement économique est compris entre 1/16 et 1/18.
Ainsi pour un élancement de 1/17 et avec 𝑳𝒄 = 𝟑𝟒 𝒎 (où Lc est la longueur de travée de
calcul qui est égale à la longueur de la poutre moins la longueur des deux abouts et en
adoptant des abouts de 0,50 m)
On a: 𝒉𝒑+𝒉 = 𝟑𝟒 /𝟏𝟕 = 𝟐 𝒎
On prend : 𝒉𝒑 = 𝟏, 𝟖 𝒎 puisque l’épaisseur de l’hourdis est de 20 cm.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 30
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Figure 15: profil longitudinal de la poutre

- Largeur de table bt :
La largeur de table est dimensionnée surtout pour assurer une stabilité au déversement
pendant la manutention, elle est supérieure à 0,6. hp , donc on prend :
𝐛𝐭 = 𝟏, 𝟔 𝐦
- L’épaisseur de l’âme :
L’épaisseur de l’âme dans la section courante sera prise égale à 𝒃𝒂 = 𝟎, 𝟐𝟓 𝒎. Puis, elle
augmentera progressivement pour atteindre la valeur 𝒃𝒂 = 𝟎, 𝟒𝟎 𝒎 au niveau des appuis.

Figure 16: Vue de dessus de la poutre

- Dimension du talon :

Figure 17: Talon de la poutre du VIPP

Pour la détermination de 𝑏𝑡𝑎 on utilise la formule empirique suivante (élaborée par SETRA) :
𝑳𝑻 × 𝒍𝟐
𝒃𝒕 =
𝑵𝒑 × 𝒉𝟐𝒑 × 𝑲
Avec :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 31
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Np : Le nombre de poutres par travées;


LT : La largeur roulable + 2 fois la largeur d’un trottoir;
hp : La hauteur de la poutre;
l : La portée de la poutre;
K : Une coefficient qui varie de 950 à 1300.
D’où bt varie de 0,64 à 0,87 m. On prend 𝒃𝒕𝒂 = 𝟎, 𝟖 𝒎.
Et on a pour bt appartenant à l’intervalle [0,60- 0,90], h2 varie de 0,1 à 0,2 m, donc, on prend
𝒉𝟐 = 𝟎, 𝟐𝟎 𝒎.
L’âme se raccorde à la membrure inférieure, en s’élargissant, par un gousset qui facilite, par
sa forme d’ «entonnoir», la descente du béton .Il doit permettre également un relevage aisé
des câbles latéraux du talon dans l’âme.
h1 est telle que tanα =1 à 1,5. En prenant 𝒕𝒂𝒏 = 𝟏, 𝟒𝟓 on aura les dimensions suivantes :
Sur appui :
𝒃𝒕𝒂 = 𝟎. 𝟖 𝒎
𝒉𝟐 = 𝟎. 𝟐𝟓 𝒎
𝒉𝟏 = 𝟎. 𝟑𝟎 𝒎
En travée :
𝒃𝒕𝒂 = 𝟎. 𝟖 𝒎
𝒉𝟐 = 𝟎. 𝟐𝟓 𝒎
𝒉𝟏 = 𝟎. 𝟑𝟓 𝒎

- Espacement des poutres :


On adopte un espacement de 2.8 m.

(2) Hourdis :
L’épaisseur du hourdis sera prise égale à 20 cm.

(3) Entretoises :
- Nombre :
On choisit deux entretoises pour relier les poutres transversalement au niveau de chaque
about.
- Hauteur :
La hauteur des entretoises est égale à : 𝑯 = 𝟏, 𝟖 – 𝟎, 𝟒 = 𝟏, 𝟒 𝒎.
- Longueur :
On prend une longueur de 2,4 m entre deux poutres, et dans les abouts on a de chaque côté
une longueur de 0,6 m. Soit donc 8,4 m au niveau de chaque appui.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 32
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

- Epaisseur :
On prendra une largeur de 40 cm.

(4) Dalle de continuité :


On va réaliser une continuité du hourdis entre les travées indépendantes ce qui permet
d’éliminer les joints de dilatation entre travées (sauf pour les joints de raccordement du tablier
aux culées).

B. Pré-dimensionnement des piles :


Il s’agit des piles de type poteaux (ou colonnes) de forme circulaire reliés par un chevêtre.
Leur nombre dépend forcément de la variante à envisager et qui sera égale au même nombre
de poutres en section transversale afin de reporter le poids de chaque poutre sur une colonne
pour assurer une meilleure descente de charge.
Ainsi, on adopte des piles de 4 colonnes pour les deux variantes.

1. Le chevêtre :
- Largeur:
Sa largeur dépend de la dimension des colonnes, de la zone d’about et de
l’espacement entre les travées. Dans notre cas on prend une largeur de 2 m.
- Longueur :
Sa longueur dépend des dimensions de colonnes, de la largeur du tablier et des
espacements entre le bord des appareils d’appui et le bord du chevêtre. Dans notre
cas, on prend une longueur de 10 m.
- Hauteur:
Sa hauteur doit être supérieure ou égale à 0,80 m. On prend une hauteur d’1m.

Figure 18: Chevêtre de la pile

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 33
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

2. Les fûts des piles :


Pour le dimensionnement des piles, le dossier pilote PP73 du S.E.T.R.A, propose une
condition sur le diamètre des fûts D afin d’éviter tout risque de flambement D ≥ Hf/10
avec un minimum de 60 cm. Pour notre cas, la hauteur totale du fût ne dépasse pas 8 m. On
prend alors :
4 𝑓û𝑡𝑠 𝑐𝑖𝑟𝑐𝑢𝑙𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠 𝑑𝑒 ∅ 1 𝑚

3. Vérification flambement :
Les structures élancées, en particulier les piles de grande hauteur, doivent être vérifiées en
tenant compte de l’amplification due à l’effort normal dans les pièces comprimées, c’est
l’objet du calcul suivant :
La section de la pile est :
𝜋 × 𝐷2
𝐵= = 0,785 𝑚²
4
L’inertie de la section :
𝜋 × 𝐷4
𝐼= = 0,049 𝑚4
64
Donc le rayon de giration est de :

𝐼
𝑖 = √ = 0,25 𝑚
𝐵

Par conséquent, l’élancement vaut :


𝑙𝑓
𝜆=
𝑖
La longueur de flambement d’un poteau encastré d’un côté (fondation) et articulé dans l’autre
(chevêtre) vaut selon le BAEL : 𝑙𝑓 = 0,7 × 𝐻 donc :
0,7 × 𝐻𝑚𝑎𝑥 0,7 × 8
𝜆= = = 22,4 < 50
𝑖 0,117
Donc la condition de non flambement est vérifiée.

C. Pré-dimensionnement des culées :


Dans notre cas, il s’agit d’un ouvrage posant sur un sol de moyenne qualité, on a optée pour
une culée enterrée.

1. Le sommier d’appui (chevêtre) :


- La longueur du sommier :
Elle dépend directement de la largeur du tablier. On prend : 𝒍𝒔 = 𝟏𝟎 𝒎.
- L’épaisseur :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 34
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

L’épaisseur du sommier est couramment de l’ordre de 0,60 à 1 m. On prend alors comme


hauteur du sommier : 𝒉𝒄 = 𝟏 𝒎.
- La largeur:
On prend 1,9 m, ce qui est suffisant pour la zone d'about, l'implantation du mur garde grève,
ainsi que l’espace réservé aux maintenances possibles.

2. Le mur garde-grève :
- Hauteur :
Pour la variante I (PSIBA), on trouve une hauteur du mur de 1,55 m. quant à la variante II
(VIPP), on a une hauteur de 2,15 m.

- Epaisseur :
le dossier pilote PP73 du S.E.T.R.A recommande d’adopter les épaisseurs suivantes :
Pour une hauteur de ℎ𝑔 ≤ 1 𝑚 : 𝑒 = 0,20 𝑚
Pour une hauteur de 1 𝑚 < ℎ𝑔 ≤ 2 𝑚 : 𝑒 = 0,10 + 0,10 × ℎ𝑔 (𝑚)
Pour une hauteur de 2 𝑚 < ℎ𝑔 ≤ 3 𝑚 : 𝑒 = 0,30 𝑚
On trouve donc une épaisseur de 0,30 m pour le VIPP et 0,25 m pour le PSIBA.
- Longueur :
sa longueur est égale à la largeur du tablier diminuée de l’épaisseur des deux murs en retour,
on retiendra 9.4 m.

3. La dalle de transition :
Sa longueur, comprise entre 3 m et 6 m, peut être donnée par la formule suivante:

𝑳 = 𝑴𝒊𝒏 [ 𝟔 𝒎 ; 𝑴𝒂𝒙 ( 𝟑 𝒎 ; 𝟎, 𝟔𝟎 × 𝒉𝒓 ) ]

Avec
ℎ𝑟 : Hauteur du remblai au dessous de la dalle de transition.
On trouve donc une longueur de 𝑳 = 𝟑 𝒎.
Pour sa largeur, elle est égale à 𝟗, 𝟒𝟎 𝒎 et son épaisseur est en général prise égale à 𝟑𝟎 𝒄𝒎.

4. Les murs en retour :


L’épaisseur des murs en retour est exprimée par la formule :
L+2
E≥ avec L la longeur du mur (𝟐𝐦 ≤ 𝐋 ≤ 𝟔𝐦)
20
On prend alors L = 3 m et E = 0,30m

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 35
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

5. Les fûts :
En s’inspirant du pré-dimensionnement effectué pour les fûts des piles, on retient pour les
deux variantes :
4 𝑓û𝑡𝑠 𝑑𝑒 ∅ 1 𝑚

Figure 19: Chevêtre de la culée

D. Pré-dimensionnement des fondations :

1. Choix du type de fondation :


Après examen du rapport géotechnique et compte tenu des valeurs obtenus pour
l’affouillement, nous optons pour des fondations sur pieux forés pour les deux variantes.

2. Pré-dimensionne ment des fondations sur pieux :

a) Pieux :
- Nombre de files de pieux :
En règle générale, il est préférable de prévoir un nombre limité de pieux de fort diamètre
plutôt qu’une forêt de petits pieux.
Au Maroc les diamètres exécutés sont tels que :
60 𝑐𝑚 ≤ ∅ ≤ 120 𝑐𝑚
On choisit :
3 𝑝𝑖𝑒𝑢𝑥 𝑑𝑒 ∅ 100 𝑐𝑚 𝑝𝑎𝑟 𝑓𝑖𝑙𝑒 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑡𝑜𝑢𝑠 𝑙𝑒𝑠 𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖𝑠 𝑑𝑒𝑠 𝑑𝑒𝑢𝑥 𝑣𝑎𝑟𝑖𝑎𝑛𝑡𝑒𝑠
- Entraxe des pieux :
Il est communément admis qu’un entraxe de trois fois le diamètre constitue une bonne base de
départ pour le dimensionnement d’une fondation. On doit donc respecter la condition :
𝒍 ≥ 𝟑∅ = 𝟑 𝒎

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 36
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Ceci conduit à un espacement entre rangées de :


𝒍𝒓𝒂𝒏𝒈é𝒔 = 𝟒 𝒎
L’espacement de deux files voisines est conditionné par la nécessité :
 d’une part d’espacer suffisamment les pieux afin permettre une bonne exécution
 d’autre part, de limiter au minimum indispensable les dimensions de la semelle
On retient donc, dans notre cas, un espacement de : 𝒍𝒇𝒊𝒍𝒆𝒔 = 𝟑 𝒎 La disposition des pieux est
explicitée dans la figure suivante :

Figure 20: S chema de position des pieux

b) La semelle de liaison :
La semelle de liaison coiffant les pieux sera rectangulaire, ses dimensions sont conditionnées
par les éléments verticaux de la superstructure ainsi que le diamètre des pieux et leur
écartement.
- Niveau de la semelle :
Comme il s’agit d’un site exposé au phénomène d’affouillement, on placera la semelle sous le
niveau de l’affouillement général, ainsi on placera toutes les semelles à 3,7 m sous le TN au
niveau de chaque appui.
- La longueur de la semelle :
Sa longueur est conditionnée soit par l’écartement extrême des éléments verticaux de la
structure (colonnes), soit par l’écartement entre les rangées extrêmes de pieux : Dans notre
cas, Il s’agit de la première condition qui mène en respectant un débord de ∅ :
𝐿 𝑠 = (n – 1) Lrangées + 2∅ = (3 − 1) ⨉4 + 2⨉1 = 10 m

- La largeur de la semelle :
En respectant comme précédemment un débord de ∅ pieu, on obtient :
𝐿 𝑠 = (𝑁– 1) 𝐿𝑓𝑖𝑙𝑒𝑠 + 2∅ = (2 − 1) ⨉3 + 2⨉1 = 5𝑚

- La hauteur de la semelle :
En ce qui concerne la hauteur de la semelle, la condition de rigidité conduit à un minimum de:

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 37
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

a
h = 0,5 ∗ (l − ) + d
2
D’où :
h = 1,8 m

E. Calcul des affouillements :


On distingue trois types d’affouillement à savoir :
 L’affouillement général ;
 L’affouillement dû au rétrécissement ;
 L’affouillement local autour des piles et des culées du pont.
L’analyse granulométrique effectuée par le LPEE a donné un 𝐷50 = 10 𝑚𝑚

1. Affouillement général :
 Formule de LACY :
𝑫𝒔
𝑯𝑵𝟏 = 𝟎. 𝟒𝟖 × 𝑸𝟎.𝟑𝟔
𝟏𝟎𝟎 − ( )
𝑫𝒍
𝑸𝟏𝟎𝟎 = 𝟏𝟕𝟏𝟒 𝒎𝟑 /𝒔.
𝑫𝒔 = 𝟑𝟒𝟖, 𝟑𝟒 𝒎² 𝐿𝑒 𝑑é𝑏𝑜𝑢𝑐ℎé 𝑠𝑢𝑝𝑒𝑟𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑙
𝑫𝒍 = 𝟏𝟑𝟖, 𝟒𝟏 𝒎 𝐿𝑎 𝑙𝑎𝑟𝑔𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑙’𝑜𝑢𝑒𝑑 𝑎𝑢 𝑛𝑖𝑣𝑒𝑎𝑢 𝑑𝑒𝑠 𝑃𝐻𝐸
𝑯𝑵𝟏 = 𝟒, 𝟒𝟗 𝒎
 Formule de LARRAS :
𝑯𝑵𝟐 = 𝟐𝑩𝟎,𝟑 – 𝑯𝒆𝒂𝒖
𝑩 = 𝟏𝟑𝟖, 𝟒𝟏 𝒎 𝐿𝑎 𝑙𝑎𝑟𝑔𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑢 𝑚𝑖𝑟𝑜𝑖𝑟
𝑯𝒆𝒂𝒖 = 𝟐𝟏, 𝟑𝟏 − 𝟏𝟕, 𝟏𝟏 = 𝟑, 𝟖𝟗 𝒎 𝐿𝑎 ℎ𝑎𝑢𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑙𝑎𝑚𝑒 𝑑’𝑒𝑎𝑢

𝑯𝑵𝟐 = 𝟒, 𝟖𝟖 𝒎
 Formule de LPEE :
𝟔
𝑸 𝟕 −𝟐
𝑯𝑵𝟑 + 𝑯𝒆𝒂𝒖 = 𝟎. 𝟐𝟏𝟕( 𝟏𝟎𝟎 ) (𝑫𝟓𝟎 ) 𝟕
𝑳
𝑳 = 𝟏𝟑𝟖, 𝟒𝟏 𝒎 𝐿𝑎 𝑙𝑎𝑟𝑔𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑙’𝑜𝑢𝑒𝑑 𝑎𝑢 𝑛𝑖𝑣𝑒𝑎𝑢 𝑑𝑒𝑠 𝑃𝐻𝐸

𝑯𝑵𝟑 = 𝟑, 𝟏𝟏 𝒎
 Formule de LEVI :
𝟓
𝑸 𝟔 −𝟏
𝑯𝑵𝟒 + 𝑯𝒆𝒂𝒖 = 𝟎. 𝟐𝟑𝟒( 𝟏𝟎𝟎 ) (𝑫𝟓𝟎 ) 𝟒
𝑳
𝑯𝑵𝟒 = 𝟐, 𝟏𝟒 𝒎

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 38
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

 Formule de DUN :
𝑯𝑵𝟓 = 𝟎. 𝟐𝟒𝟗 × 𝑸𝟎.𝟖 (𝑫𝟓𝟎 )−𝟎.𝟏𝟐 × 𝑳−𝟎.𝟖
𝑳 = 𝟏𝟑𝟖, 𝟒𝟏 𝒎 𝐿𝑒 𝑑é𝑏𝑜𝑢𝑐ℎé 𝑙𝑖𝑛é𝑎𝑖𝑟𝑒 𝑒𝑛 𝑐𝑎𝑠 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑐𝑟𝑢𝑒 𝑑𝑒 𝑝𝑟𝑜𝑗𝑒𝑡

𝑯𝑵𝟓 = 𝟑, 𝟐𝟒 𝒎

 Formule de l’E.D.F :
𝟐
𝑸 𝟑 −𝟏
𝑯𝑵𝟔 + 𝑯𝒆𝒂𝒖 = 𝟎. 𝟕𝟑 ( 𝟏𝟎𝟎) (𝑫𝟓𝟎 ) 𝟔
𝑳
𝑯𝑵𝟔 = 𝟒, 𝟓𝟓 𝒎
Les formules de l’EDF, LARRAS, LEVI, DUN et LPEE donnent des valeurs comparables,
donc on prend la moyenne de ces valeurs :
𝑯𝑵 = 𝟑, 𝟕 𝒎

2. Affouillement local :
 Formule de DUNN :
𝑯𝑳𝟏 = 𝟎. 𝟐𝟕𝟕 × (𝑽 × 𝑫)𝟎.𝟔𝟏𝟗
𝑽 = 𝟒, 𝟗𝟐 𝒎/𝒔 𝐿𝑎 𝑣𝑖𝑡𝑒𝑠𝑠𝑒 𝑚𝑜𝑦𝑒𝑛𝑛𝑒 𝑑𝑢 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡
𝑫 = 𝟏, 𝟎𝟎 𝒎 𝐿𝑒 𝑑𝑖𝑎𝑚è𝑡𝑟𝑒 𝑑𝑒𝑠 𝑝𝑖𝑙𝑒𝑠
𝑯𝑳𝟏 = 𝟎, 𝟕𝟒 𝒎
 Formule de BRENSERS :
𝑯𝑳𝟐 = 𝟏. 𝟒 × 𝑫
𝑯𝑳𝟐 = 𝟏, 𝟒𝟎 𝒎
On retiendra la valeur maximale de l’affouillement local autour des piles obtenue par la
deuxième formule.
𝑯𝑳 = 𝑯𝑳𝟐 = 𝟏, 𝟒𝟎 𝒎

3. Affouillement dû au rétrécissement de la section :


L’affouillement dû au rétrécissement de la section de l’Oued est donné par la formule de
l’EDF :
L’affouillement global (général et de rétricissement) donné par la formule de l’EDF s’écrit :
𝑸 𝟐/𝟑 −𝟏/𝟔
𝑯 = 𝟎, 𝟕𝟑𝟎 × ( ) 𝒅𝟓𝟎
𝑩𝟎
On trouve : H= 8,62 m compté à partir du PHE
D’où :
La profondeur de l’affouillement dû au rétricissement est 𝟎, 𝟏𝟐 𝒎

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 39
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

4. Réduction des affouillements et protection des appuis :


La protection des piles contre l’affouillement peut se faire soit par caissons de fondations, soit
par des enrochements. Cette dernière méthode est la plus utilisée vue sa simplicité et son
efficacité.
 Tapis d’enrochements :
Il s’agit de la méthode la plus couramment utilisée. On déverse des blocs d’enrochements
dans la fosse d’affouillement. L’expérience montre que ce type de protection quand il est bien
exécuté peut réduire, considérablement, les affouillements.
La formule de SOGREAH s'écrit pour un enrochement sur fond plat :
𝜸𝒘 𝑽𝟐
𝒅 = 𝟎. 𝟕 × ×
(𝜸𝒂 − 𝜸𝒘 ) 𝟐𝒈
Avec :
𝑽 = 𝟒. 𝟕𝟖 𝒎/𝒔 𝑉𝑖𝑡𝑒𝑠𝑠𝑒 𝑑𝑒 𝑙’é𝑐𝑜𝑢𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑛 𝑐𝑟𝑢𝑒
𝒈 = 𝟗. 𝟖𝟏 𝒎/𝒔² 𝐴𝑐𝑐é𝑙é𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑝𝑒𝑠𝑎𝑛𝑡𝑒𝑢𝑟
𝜸𝒘 = 𝟏 𝒕/𝒎𝟑 𝐷𝑒𝑛𝑠𝑖𝑡é 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑑𝑒 𝑙’𝑒𝑎𝑢
𝜸𝒂 = 𝟐. 𝟔 𝒕/𝒎𝟑 𝐷𝑒𝑛𝑠𝑖𝑡é 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑑𝑒𝑠 𝑒𝑛𝑟𝑜𝑐ℎ𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠
Ainsi on trouve :
𝒅 = 𝟎. 𝟓𝟒 𝒎
Les enrochements sont placés en talus, leur diamètre moyen sera déterminé par la formule de
LANE suivante :

𝒅𝒕𝒂𝒍𝒖𝒔 = 𝒅⁄𝝀
Pour un fruit du talus de 3/2 on a : λ = 0.5
Donc : dtalus = 1.08 m

Donc la couche de l'enrochement doit avoir une épaisseur égale au moins 2 fois le diamètre
dtalus :
Soit : E = 2.16 m
Le poids d'un bloc d'enrochement est donné par la formule suivante :
𝒅𝟑𝒕𝒂𝒍𝒖𝒔
𝑷 = 𝜸𝒂 × 𝝅 × ⁄
𝟔
P = 1714,91

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 40
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

F. Comparaison entre les deux variante :


La comparaison technique des deux variantes étudiées est faite selon les critères suivants :

 Esthétique : La variante pont à poutres en béton précontraint s’inscrit mieux dans


l’aménagement global étant donné que l’ouvrage existant en est similaire.
 Hydraulique : La variante pont à poutre en béton précontraint est plus favorable à
l’écoulement de l’oued étant donné le nombre réduit de ses appuis centraux.
 Fondation : La variante pont à poutres en béton armé comporte neuf piles centrales
contre quatre pour le pont à poutres en béton précontraint. Ainsi, ce dernier est plus
intéressant dans le cas où la fondation de l’ouvrage s’avérerait de mauvaise qualité.
 Faisabilité : La variante pont à poutres en béton armé peut être réalisée par une
entreprise locale de génie civil. Tandis que, la variante pont à poutres en béton
précontraint nécessite une entreprise spécialisée en précontrainte.
 Economique : Le coût de la variante PSI-BA s’élève à 28 274 349,24 DH TTC tandis
que la variante VIPP est estimée à 27 760 214,64 DH TTC.

G. Choix de la variante :
En analysant les données fournis par chaque variante, on conclue que la variante Viaduc à
poutres Indépendantes en Béton Précontraint (VIPP) semble être la mieux adaptée à notre
projet.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 41
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Projet d’exécution :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 42
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

III. ETUDE DES POUTRES :


A. Les données de calcul :

1. Les caractéristiques géométriques :


On rappelle ci-après les valeurs de données géométriques des poutres principales de la
variante retenue :
En travée Sur appui
Nombre de poutre 𝒏𝒑 4 4
Portée 𝒍 35 m 35 m
Distance entre axes 𝒄 2,8 m 2,8 m
Hauteur de la poutre 𝒉 1,8 m 1,8 m
Largeur gousset hourdis 𝒃𝟏 0,15 m 0,15 m
Hauteur gousset hourdis 𝒉𝟏 0,15 m 0,15 m
Epaisseur de l'âme 𝒃𝟎 0,25 m 0,40 m
Hauteur gousset du talon 𝒉𝟑 0,35 m 0,25 m
Largeur gousset du talon 𝒃𝟑 0,275 m 0,2 m
Largeur du talon 𝒃𝟐 0,8 m 0,8 m
Hauteur du talon 𝒉𝟐 0,2 m 0,2 m

2. Charges permanentes :

a) Poids propre :

Poids propre de la poutre seule (t) 75,355


Poids propre de l’ensemble des poutres (t) 301,42
Poids propre de l'hourdis (t) 175
Poids propre des entretoises (t) 23,52
Total d’une travée (t) 499,94
Total d’une travée (t/m) 14,284
Poids propre de la poutre seule (t/ml) 2,153

b) Superstructures :
Les charges de superstructures se présentent comme suit :
Equipement Nbre Poids unitaire (t/ml) Poids total (t/ml)
Trottoir
Garde-corps (S7) 2 0,034 0,068
Corniche Préfa 2 0,480 0,960
Contre corniche 2 0,090 0,180
Bordure 2 0,108 0,216

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 43
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Contre bordure 2 0,070 0,140


Dallette 2 0,051 0,102
Total Trottoir
Chaussée
Chape d'étanchéité (4 cm, 2,2
1 0,704 0,704
t/m3)
Revêtement (8 cm, 2,3 t/m3) 1 1,472 1,472
Total Chaussée 2,176
Total 3,842
Total sur toute la travée (t) 134 ,47
Total par ml 3,842
Tableau 4: Charges des superstructures

Les charges permanentes totales sont :


La charge permanente totale de la travée en t 634,41
La charge permanente de la travée en t/ml 18,126

3. Les charges routières réglementaires :


Selon le fascicule 61 titre II, les charges d’exploitation prises en compte pour notre ouvrage
sont les systèmes A(l), Bc, Bt, Br, Mc120 et Les charges sur les trottoirs.

a) Définitions :
- La largeur roulable LR :
𝐿 𝑅 = 𝑝𝑙𝑎𝑡𝑒𝑓𝑜𝑟𝑚𝑒 − (2 × 𝑙𝑎𝑟𝑔𝑒𝑢𝑟 𝑑′𝑢𝑛 𝑡𝑟𝑜𝑡𝑡𝑜𝑖𝑟)
La largeur roulable calculée est donc :
𝐿 𝑅 = 10 − 2 × 1 = 8,0 𝑚
- Classe des ponts :
Classe du pont Largeur roulable
1è𝑟𝑒 𝑐𝑙𝑎𝑠𝑠𝑒 𝐿𝑅 ≥ 7 𝑚
2è𝑚𝑒 𝑐𝑙𝑎𝑠𝑠𝑒 5,5 𝑚 < 𝐿 𝑅 < 7 𝑚
3è𝑚𝑒 𝑐𝑙𝑎𝑠𝑠𝑒 𝐿 𝑅 ≤ 5,5 𝑚
Ainsi, notre pont est de : 1ère classe
- La largeur chargeable :
Elle est définie par la formule suivante : 𝐿 𝑐ℎ = 𝐿 𝑅 − n × 0,5
Lch : Largeur roulable en (m) ;
n ∶ Nombre de dispositifs de retenue (n ≤ 2).
Dans notre cas, il n’y aura pas de dispositifs de retenue, donc :
𝑛 = 0 ⇒ 𝐿 𝑐ℎ = 8,0 𝑚

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 44
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

- Le nombre de voies :
Lch 8
Le nombre de voies de circulation des chaussées est : 𝑁𝑣 = E( ) = E(3 ) = 2
3

- La largeur d’une voie :


𝐿𝑐ℎ 8
La largeur d’une voie de circulation est : V = = = 4,0 m
𝑁𝑣 2

- Les coefficients de majoration dynamiques :


Les charges du système B et le système Mc120 sont des surcharges roulantes et par
conséquent doivent être multipliées par un coefficient de majoration pour effet dynamique. Il
est déterminé à partir de la formule :
0,4 0,6
δ=1+ +
1 + 0,2L 1 + 4 G
S
Avec, G : poids total d’une travée ;
S : charge Bc (respectivement Bt, Br et MC120 ) qu’on peut disposer.
Ainsi on obtient les résultats suivants :
Type de chargement La valeur de S en (t) Valeur du coefficient δ
𝐵c une file 60 1,065
𝐵c deux files 120 1,078
𝐵t un tandem 32 1,059
𝐵t deux tandems 64 1,066
𝐵r 10 1,054
𝑀c120 110 1,076
Tableau 5: Coefficient de majoration dynamique

b) Système A(L) :
Ce système se compose des charges uniformément réparties d’intensité variable suivant la
longueur surchargée et qui correspondent à une ou plusieurs files de véhicules à l’arrêt sur le
pont. Elles représentent un embouteillage ou un stationnement, ou bien tout simplement une
circulation continue à une vitesse à peu près uniforme d’un flot de véhicules composé de
voitures légères et de poids lourds. A(L) est donnée par la formule suivante :
𝟑𝟔 𝟎, 𝟐𝐋
𝐀(𝐥) = 𝐦𝐚𝐱(𝒂𝟏 × (𝟎, 𝟐𝟑 + ); 𝒂𝟏 × (𝟎, 𝟒 − )) 𝐞𝐧 𝐭/𝐦²
𝐋 + 𝟏𝟐 𝟏𝟎𝟎𝟎
La valeur obtenue sera par la suite multipliée par les coefficients 𝑎2 puis par la largeur d’une
voie ou des deux voies.
Valeurs de 𝒂𝟏
Nombre de voies chargées 1 2 3 4 ≥5
Classe du pont 1è𝑟𝑒 1 1 0,9 0,75 0,7

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 45
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

2è𝑚𝑒 1 0,9 - - -
è𝑚𝑒
3 0,9 0,8 - - -
Tableau 6: Valeurs de a1

𝑉0
Les valeurs de 𝑎2 sont définies par la formule suivante : 𝑎2 = 𝑉

Valeurs de 𝑽𝟎
1è𝑟𝑒 3,5
Classe du pont 2è𝑚𝑒 3
3è𝑚𝑒 2,75
Tableau 7: Valeurs de V0

Donc :
𝑳 𝑨 ( 𝒍) 𝒂𝟏 𝒂𝟐 𝑽 𝒂𝟏 × 𝒂𝟐 × 𝑨 ( 𝒍) × 𝑽
1 voie chargée 4 3,486 t/ml
35 m 0,996 t/ml 1 0,875
2 voies chargées 8 6,972 t/ml

c) Système 𝑩𝒄:
Le convoi Bc se compose d’un ou au maximum de 2 camions types par file. Dans le sens
transversal le nombre de files est inférieur ou égale au nombre de voies. Les caractéristiques
du convoi Bc sont présentées dans la figure ci-après.

Figure 21: Caractéristique dela charge Bc

Tableau du coefficient 𝑏𝑐 :
Coefficients 𝒃𝒄
Nombre de files considérées 1 2 3 4 ≥5
1è𝑟𝑒 1,2 1,1 0,95 0,8 0,7
Classe du è𝑚𝑒
2 1 1 - - -
pont
3è𝑚𝑒 1 0,8 - - -
Tableau 8: Coefficients bc

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 46
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

d) Système Bt :
Un tandem se compose de deux essieux munis de roues simples pneumatiques. Les
caractéristiques du système Bt sont représentées dans la figure suivante :
 Dans le sens longitudinal, un seul tandem est disposé par file ;
 Dans le sens transversal, deux tandems au maximum

Figure 22: Caractéristique de la charge Bt

Tableau du coefficient 𝑏𝑡 :
Coefficient 𝒃𝒕
Classe du pont 𝟏è𝒓𝒆 𝟐è𝒎𝒆 𝟑è𝒎𝒆
Coefficient bt 1 0,9 -

e) Système Br :
C’est une roue isolée disposée normalement à l’axe longitudinal de la chaussée. Les
caractéristiques de cette roue sont présentées dans la figure ci-dessous :

Figure 23: Caractéristique de la charge Br

Le rectangle de la roue peut être placé n’importe où sur la largeur roulable de manière à
produire l’effet le plus défavorable.

f) Système Mc120 :
Le système Mc120 se compose de véhicules type à chenilles. Il comporte deux chenilles et le
rectangle d’impact de chacune d’elles est supposé uniformément chargé. La pression répartie
au mètre linéaire, appliquée par le convoi est:

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 47
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

110
𝑃= = 18,03 𝑡/𝑚𝑙
6,1
Les caractéristiques du système Mc120 sont représentées dans la figure ci-dessous :

Figure 24: Caractéristique de la charge Mc120

g) Les charges sur les trottoirs :


- Les charges locales :
Pour justifier le calcul des poutres principales :
𝑞𝑡𝑟 = 0,15 𝑡/𝑚²
- Les charges générales :
Pour justifier le calcul de l’hourdis et des entretoises :
𝑞𝑡𝑟 = 0,45 𝑡/𝑚²
Une roue de 6t disposée sur les trottoirs en bordure de chaussée dans un carré de 0,25 m de
côté.

B. Détermination des CRT des charges :


L’utilisation de la méthode de Guyon Massonnet est justifiée par la souplesse du tablier en
raison d’absence des entretoises intermédiaires

1. Paramètres fondamentaux :
On considère une travée indépendante, de portée L, de largeur 2b, dont l’ossature est
constituée par une poutraison croisée de n poutres longitudinales (portée L, espacement b1) et
de m entretoises (portée 2b, espacement L1) intermédiaires, disposées transversalement :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 48
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Figure 25: Modélisation du tablier par Guyon Massonnet

Toutes les poutres sont identique et caractérisées par :


 Leur rigidité à la flexion 𝐵𝑝 = 𝐸𝐼𝑝
 Leur rigidité à la torsion 𝐶𝑝 = 𝐺𝐾𝑝
De même, toutes les entretoises sont identiques, et également caractérisées par :
 Leur rigidité à la flexion 𝐵𝐸 = 𝐸𝐼𝐸
 Leur rigidité à la torsion 𝐶𝐸 = 𝐺𝐾𝐸
Comme il a été déjà signalé, c’est alors le hourdis qui joue le rôle des entretoises.
Avec :
E : Module de Young
E E
G : Module de torsion G = 2(1+ϑ) avec: ϑ est le coefficient de Poisson (ϑ = 0 donc:G = 2 )

Ip : Moment d’inertie de flexion des poutres


K p : Moment d’inertie de torsion des poutres
IE : Moment d’inertie de flexion des entretoises
K E : Moment d’inertie de torsion des entretoises
Par unité de longueur, ces rigidités deviennent :
Les rigidités de flexion :
𝐵𝑝 𝐸. 𝐼𝑝
𝜌𝑝 = =
𝑏1 𝑏1
𝐵𝐸 𝐸. 𝐼𝐸 𝐸ℎ3𝑑
𝜌𝐸 = = =
𝐿1 𝐿1 12
Avec :hd : la hauteur de l’hourdis.
Les rigidités de torsion :
Cp G. K p E. K p
γP = = =
b1 b1 2b1

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 49
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

𝐶𝐸 𝐺. 𝐾𝐸 𝐸. 𝐾𝐸
𝛾𝐸 = = =
𝐿1 𝐿1 2𝐿 1
Le comportement du pont est complètement défini par les deux paramètres principaux :
Paramètre de torsion :
𝛾𝑝 + 𝛾𝐸
𝛼=
2√ 𝜌𝑝 . 𝜌𝐸
Paramètre d’entretoisement :

𝑏 4 𝜌𝑝
𝜃= √
𝐿 𝜌𝐸

2. Détermination des paramètres de calcul :

(1) La rigidité flexionnelle des poutres:


- Position du centre de gravité :
On découpe la section de la poutre en cinq sections S1, S2, S3, S4 et S5 comme indiqué sur la
figure :

Figure 26: Géométrie de la poutre

Si Yi Si*Yi
S1 0,16 1,75 0,28
S2 0,0226 1,65 0,0373
S3 0,375 0,95 0,3563
S4 0,0962 0,316 0,0304
S5 0,16 0,1 0,0160
somme 0,8137 0,7199
centre de gravité de la section YG 0,8845
Tableau 9: Position du centre de gravité de la section de la poutre

- Le moment d’inertie de la section par rapport à l’axe XG :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 50
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

On a: IG = ∑ Ii /G avec i=1…5
Ii⁄ = Ii
Avec : G ⁄G + Si . (Yi − YG )² , i = 1 … 5 (théorème de Hygens)
i

Section 𝐘𝐢 (𝐦) 𝐈𝐢 /𝐆𝐢 (𝐦𝟒 ) 𝐝𝐢 ² = (𝐘𝐢 − 𝐘𝐆 )² 𝐒𝐢 𝐈𝐢 /𝐆


S1 1,75 0,000133 0,74903042 0,16 0,119978
S2 1,65 0,000028 0,58593734 0,0225 0,013212
S3 0,95 0,070313 0,00428572 0,375 0,071920
S4 0,316 0,000655 0,32323155 0,09625 0,031766
S5 0,1 0,000533 0,61549448 0,16 0,099012
moment d'inertie de flexion 𝐈𝐆 (𝒎𝟒 ) 0,335888
Tableau 10: Moment d'inertie de flexion de la poutre

- La rigidité flexionnelle des poutres :


Elle est donnée par la formule suivante :
𝐸. 𝐼𝐺
𝜌𝑝 =
𝑏1
Avec :
E : Module de Young,
b1 : Espacement entre les axes des poutres (b1 = 2,8 m)
IG : Moment d’inertie de la section par rapport à l’axe XG.
On trouve donc :
𝝆𝒑 = 𝟎, 𝟏𝟏𝟗𝟗𝟓𝟕. 𝑬
- La rigidité flexionnelle du hourdis :
Elle est donnée par la formule suivante:
E. hd 3
ρE =
12
h d : Étant l’épaisseur du hourdis.
On trouve donc:
𝛒𝐄 = 𝟎, 𝟎𝟎𝟎𝟔𝟕 . 𝐄

(2) La rigidité torsionnelle des poutres:


- Le moment d’inertie de torsion de la poutre :
La section est divisée en plusieurs zones comme la montre la figure :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 51
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Figure 27: Discrétisation de la section de la poutre pour calcul de l'inertie de torsion

Le moment d’inertie de torsion de la poutre K p est la somme des moments d’inertie K i des
zones « Si » de la poutre :

Kp = ∑ Ki

Avec :
K i = k i . bi . a3i
Où:
1 0,168
ki = − (0,051 + ) . e−0,13.Ri
3 Ri
b
Avec : R i = a i
i

ai : est la largeur de la zone « Si » considérée.


bi : est la longueur de la zone «Si» considérée.
Section 𝒂𝐢 𝒃𝐢 𝑹𝐢 𝒌𝐢 𝑲𝐢
S1 0,1 1,6 16 0,33333 0,000533
S2 0,075 0,55 7,33333333 0,27350 0,000063
S3 0,25 1,25 5 0,26479 0,005172
S4 0,375 0,8 2,13333333 0,22266 0,009393
moment de torsion de la poutre 0,015162
Tableau 11: Moment d'inertie de torsion de la poutre

Par la modélisation sur le logiciel ROBOBAT on a trouvé : 𝐾𝑝 = 0,02251 𝑚4


Le moment d’inertie de torsion de la poutre est alors :
𝑲𝒑 = 𝟎, 𝟎𝟐𝟐𝟓𝟏 𝒎𝟒
- La rigidité torsionnelle de la poutre :
Elle est déterminée par la formule suivante:

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 52
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

𝐸. 𝐾𝑝
𝛾𝑝 =
2. 𝑏1
On trouve donc:
𝜸𝒑 = 𝟎, 𝟎𝟎𝟒𝟎𝟏𝟗.𝑬
- La rigidité torsionnelle du hourdis :
Elle est donnée par la formule suivante:
E. hd 3
𝛾E =
12
h d : Étant l’épaisseur du hourdis.
On trouve donc:
𝜸𝐄 = 𝟎, 𝟎𝟎𝟎𝟔𝟕 . 𝐄

(3) Le paramètre d’entretoisement:


Le paramètre d’entretoisement:
b 4 ρp
θ= √
L ρE
Donc :
𝛉 = 𝟎, 𝟓𝟑𝟖𝟔𝟏

(4) Le paramètre de torsion :


Il est défini par la formule suivante:
γp + γE
α=
2 √ ρ p. ρ E
Donc:
𝛂 = 𝟎, 𝟐𝟔𝟏𝟗𝟖

3. Les Coefficients de Répartition Transversale (CRT) :


Le coefficient de répartition transversale K est un coefficient correctif qui tient compte de la
répartition transversale des surcharges.
Celui-ci montre la proportion des surcharges transmises sur la poutre considérée.
K dépend de la valeur du paramètre de torsion 𝛼, de la valeur du paramètre
d’entretoisement 𝜃, de l’excentricité de la charge e et de l’ordonnée de la poutre considérée y.
Pour:
α = 0 ⇒ K 0 = K 0 (θ, e, y)
α = 1 ⇒ K 1 = K 1 (θ, e, y)
Pour α quelconque, l’interpolation n’est pas linéaire. Elle est donnée par Massonnet:
K = K 0 + (K 1 − K 0 ) √ α
Les valeurs de ces coefficients sont tirées des tableaux et des abaques de Massonnet. Pour une
poutre d’ordonnée y, on procède à une interpolation linéaire sur les valeurs de y données dans
les tableaux de Guyon-Massonnet. Une interpolation linéaire peut se faire par rapport à θ.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 53
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

a) Détermination des CRT :

(1) Tableaux des coefficients de Guyon-Massonnet :


Nous disposons des tableaux donnant les coefficients de Guyon-Massonnet : K 0 et K 1 pour
θ = 0,5 et θ = 0,55
e
Ө=0, 5 𝐾0
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,6203 0,8288 1,0273 1,1877 1,2575 1,1877 1,0273 0,8288 0,6203
b/4 -0,0021 0,3111 0,6223 0,9226 1,1877 1,3721 1,4336 1,425 1,3968
y b/2 -0,5198 -0,1466 0,2317 0,6223 1,0273 1,4336 1,8038 2,0981 2,3613
3b/4 -0,9828 -0,5703 -0,1466 0,3111 0,8288 1,425 2,0981 2,8125 3,514
b -1,4286 -0,9828 -0,5198 -0,0021 0,6203 1,3968 2,3613 3,514 4,7981
e
Ө=0,5 𝐾1
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,8609 0,9276 1,0028 1,0767 1,1146 1,0767 1,0028 0,9276 0,8609
b/4 0,6834 0,7617 0,8547 0,9642 1,0767 1,1557 1,1603 1,1293 1,0937
y b/2 0,5516 0,6326 0,7308 0,8547 1,0028 1,1603 1,2911 1,3544 1,3376
3b/4 0,4538 0,534 0,6326 0,7617 0,9276 1,1293 1,3544 1,5704 1,7409
b 0,3751 0,4538 0,5516 0,6834 0,8609 1,0937 1,3876 1,7409 2,1362
Tableau 12: Tableau de 𝑲𝟎 𝒆𝒕 𝑲𝟏 pour 𝜽 = 𝟎, 𝟓

e
Ө=0,55 𝐾0
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,4848 0,7666 1,036 1,2556 1,3521 1,2556 1,036 0,7666 0,4848
b/4 -0,0883 0,2657 0,6183 0,9592 1,2556 1,4423 1,4571 1,3746 1,2654
y b/2 -0,5233 -0,1538 0,223 0,6185 1,036 1,4571 1,8274 2,0885 2,3046
3b/4 -0,8871 -0,5279 -0,1538 0,2657 0,7666 1,3746 2,0885 2,8585 3,6081
b -1,2289 -0,8871 -0,5233 -0,0883 0,4848 1,2654 2,3046 3,6081 5,0997
e
Ө=0,55 𝐾1
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,8255 0,9069 1,0016 1,0981 1,1489 1,0981 1,0016 0,9069 0,8255
b/4 0,6309 0,7192 0,8275 0,9595 1,0981 1,194 1,1902 1,1411 1,0889
y b/2 0,4916 0,5777 0,6859 0,8275 1,0016 1,1902 1,3443 1,4071 1,4308
3b/4 0,3922 0,4737 0,5777 0,7192 0,9069 1,1411 1,4071 1,6611 1,852
b 0,3153 0,3922 0,4916 0,6309 0,8255 1,0889 1,4308 1,852 2,3314
Tableau 13: Tableau de 𝑲𝟎 et 𝑲𝟏 pour θ=0,55

Pour avoir K 0 et K 1 pour θ = 0,53861, nous effectuerons une interpolation linéaire à l’aide
de la formule suivante :
(0,53861 − 0,5)
K ( θ=0,53861 ) = K ( θ=0,5) + . [K ( θ=0,55) − K ( θ=0,5) ]
(0,55 − 0,5)
K ( θ=0,53861 ) = K ( θ=0,5) + 0,7722 . [K ( θ=0,55) − K ( θ=0,5) ]

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 54
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

On obtient les tableaux suivants :


e
Ө=0,53861 𝐾0
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,51567 0,78077 1,03402 1,24013 1,33055 1,24013 1,03402 0,78077 0,51567
b/4 -0,06866 0,27604 0,61921 0,95086 1,24013 1,42631 1,45175 1,38608 1,29533
y b/2 -0,5225 -0,1521 0,22498 0,61937 1,03402 1,45175 1,82202 2,09069 2,31752
3b/4 -0,9089 -0,5375 -0,1521 0,27604 0,78077 1,38608 2,09069 2,84802 3,58666
b -1,27439 -0,9089 -0,5225 -0,0686 0,51567 1,29533 2,31752 3,58666 5,03100
e
Ө=0,53861 𝐾1
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,83356 0,91162 1,00187 1,09323 1,14109 1,09323 1,00187 0,91162 0,83356
b/4 0,64286 0,72888 0,83370 0,96057 1,09323 1,18528 1,18339 1,13841 1,08999
y b/2 0,50527 0,59021 0,69613 0,83370 1,00187 1,18339 1,33218 1,39509 1,40957
3b/4 0,40623 0,48744 0,59021 0,72888 0,91162 1,13841 1,39509 1,64044 1,82669
b 0,32892 0,40623 0,50527 0,64286 0,83356 1,08999 1,42096 1,82669 2,28693
Tableau 14: Tableau de 𝑲𝟎 et 𝑲𝟏 pour 𝜽 = 𝟎, 𝟓𝟑𝟖𝟔𝟏

Pour α = 0,26198 , l’interpolation est obtenue par la formule suivante :

K = K 0 + (K1 − K 0 ) √0,26198
α=0,26198
e
Ө=0,53861 𝐾
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,67838 0,84774 1,01757 1,16494 1,23358 1,16494 1,01757 0,84774 0,67838
b/4 0,29552 0,50782 0,72899 0,95583 1,16494 1,30294 1,31439 1,25931 1,19023
y b/2 0,00355 0,22781 0,46613 0,72907 1,01757 1,31439 1,57130 1,73466 1,85279
3b/4 -0,2357 -0,0129 0,22781 0,50782 0,84774 1,25931 1,73466 2,22993 2,68584
b -0,4537 -0,2357 0,00355 0,29552 0,67838 1,19023 1,85862 2,68584 3,62648
Tableau 15: Tableau de K pour 𝜽 = 𝟎, 𝟓𝟑𝟖𝟔𝟏 et 𝜶 = 𝟎, 𝟐𝟔𝟏𝟗𝟖

 Pour la poutre intermédiaire 𝑦 = 0,28𝑏 :


α=0,26198
e
Ө=0,53861 𝐾
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
y 0,28b 0,26049 0,47422 0,69745 0,92862 1,14725 1,30431 1,34522 1,31636 1,26974
Tableau 16: Valeur de K pour une poutre intermédiaire

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 55
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Courbe d'influence de K pour une poutre intermédiaire


1,6
y = -2E-06x6 + 8E-05x5 + 0,0003x4 - 0,0041x3 - 0,0223x2 + 0,1534x + 1,1491
1,4
1,2
1,0 Courbe d'influence de K pour une
0,8 poutre intermédiaire

0,6 Poly. (Courbe d'influence de K pour


une poutre intermédiaire)
0,4
0,2
0,0
-5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5
Figure 28: Courbe d'influence de K pour une poutre intermédiaire

 Pour la poutre intermédiaire 𝑦 = 0,84𝑏 :


α=0,26198
e
Ө=0,53861 𝐾
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
y 0,28b -0,3142 -0,0932 0,14708 0,43139 0,78677 1,23444 1,77928 2,39406 3,02447
Tableau 17: Valeurs de K pour une poutre de rive

Courbe d'influence de K pour une poutre de rive


3,5
y = 9E-07x6 - 3E-05x5 - 0,0003x4 + 0,0012x3 + 0,0302x2 + 0,3197x + 0,7866
3,0

2,5

2,0 Courbe d'influence de K pour une


poutre de rive
1,5
Poly. (Courbe d'influence de K pour
1,0 une poutre de rive)

0,5

0,0
-5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5
-0,5
Figure 29: courbe d'influence de K pour une poutre de rive

(2) Les valeurs des CRT pour les différentes poutres


La disposition des charges dans le sens transversal est choisie de façon à avoir le cas de
charge le plus défavorable.
Valeur de K
Cas le plus défavorable
Poutre en y=0,28b Poutre en y=0,84b
Système A(l) 2 voies 1,0423 0,9371 2 Voies
1 trottoir - 2,7723
1 Trottoir
2 trottoirs 0,8171 -

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 56
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Système 𝑩𝒕 1,1817 1,2387 2 Tandems


Système 𝑩𝒓 1,3452 2,5201 1 roue
Système 𝑩𝒄 1,2393 1,4136 2 fils
Système 𝑴𝑪𝟏𝟐𝟎 1,2426 1,571 1 char
Tableau 18: Valeurs du coefficient de répartition transversal

b) Détermination des sollicitations moyennes :

(1) Ligne d'influence :


Notre tablier est composé de travées isostatiques, ainsi le calcul des lignes d’influence des
moments fléchissants et des efforts tranchants se fera juste pour une seule travée.

Ligne d’influence
Position par rapport à l’appui gauche
Effort tranchant Moment fléchissant
P. α x
α< x − P. α(1 − )
L L
α α
α> x P(1 − ) P. x(1 − )
L L

- Pour une charge concentrée 𝑷𝒊


Mx = Pi yi yi : Ordonnée de Pi correspondant sur la 𝐿 𝑖 (Mx).
Tx = Pi yi yi : Ordonnée de Pi correspondant sur la 𝐿 𝑖 (𝑇𝑥 )
Dans le cas de n charges 𝑃𝑖, on somme :
𝑀𝑥 = ∑ni=1 Pi yi ET Tx = ∑ni=1 Pi yi
- Pour une charge d’intensité q répartie sur une longueur de 𝑳𝟏 à 𝑳𝟐
La somme ou bien l’intégrale devient une surface, c’est à dire :
L
Mx = ∫L 2 qyi dy = q : Aire sur la 𝐿 𝑖 (𝑀𝑥 ), entre 𝐿 1 et 𝐿 2.
1

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 57
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

L
Tx = ∫L 2 qyi dy = q : Aire sur la 𝐿 𝑖 (𝑇𝑥 ), entre 𝐿 1 et 𝐿 2 .
1

A la limite, pour plusieurs charges réparties qi :


𝑀𝑥 = ∑𝑛𝑖=1 𝑞𝑖 𝑖 Et 𝑇𝑥 = ∑𝑛𝑖=1 𝑞𝑖 𝑖

(2) Détermination des sollicitations dans les poutres principales


Les poutres principales sont soumises à la charge permanente et aux surcharges routières.
- Sollicitations dues aux charges permanentes :
 Le poids propre de la poutre
Le poids propre de la poutre est uniformément réparti sur toute la poutre alors le moment
fléchissant et l’effort tranchant seront comme suit :

𝑥
𝑀(𝑥 ) = 𝑃. . (𝑙 𝑐 − x)
2

𝑙
𝑀(𝑥 ) = 𝑃. ( 𝑐 − x)
2
poutres intermédiaires Poutres de rive
𝒙/𝒍 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕. 𝒎)
0 0,0000 36,6010
0,1 111,9991 29,2808
0,2 199,1094 21,9606
0,3 261,3311 14,6404
0,4 298,6642 7,3202
0,5 311,1085 0,0000
Tableau 19: Poids de la poutre

 Le poids du hourdis
Le poids supporté par la poutre intermédiaire est 𝑃ℎ = 1,4 𝑡/𝑚𝑙

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 58
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Le poids supporté par la poutre de rive est 𝑃ℎ = 1,1 𝑡/𝑚𝑙


D’où la sollicitation suivante :
poutres intermédiaires Poutres de rive
𝒙/𝒍 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕) 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕)
0 0,0000 23,8000 0,0000 18,7000
0,1 72,8280 19,0400 57,2220 14,9600
0,2 129,4720 14,2800 101,7280 11,2200
0,3 169,9320 9,5200 133,5180 7,4800
0,4 194,2080 4,7600 152,5920 3,7400
0,5 202,3000 0,0000 158,9500 0,0000
Tableau 20: Poids de l'hourdis

 Le poids des entretoises


Les entretoises ne sont prévues que sur les appuis, ce qui engendre seulement des efforts
tranchants sur appuis 𝑥 = 0 𝑒𝑡 𝑥 = 𝐿

poutres intermédiaires Poutres de rive


𝒙/𝒍 𝑻𝒙 (𝒕) 𝑻𝒙 (𝒕)
0 3,36 2,24
Tableau 21: Poids des entretoises

 Le poids des superstructures


Les sollicitations se calculent de façon analogue au poids propre mais en multipliant les
charges du trottoir par 𝐾𝑡𝑟 (2 trottoirs chargés) et 𝐾𝑐ℎ = 𝐾𝐴𝐿 d’où :

poutres intermédiaires Poutres de rive


𝒙/𝒍 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕) 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕)
0 0,0000 15,4247 0,0000 17,6812
0,1 47,1995 12,3397 54,1045 14,1450
0,2 83,9102 9,2548 96,1857 10,6087
0,3 110,1321 6,1699 126,2437 7,0725
0,4 125,8653 3,0849 144,2785 3,5362
0,5 131,1097 0,0000 150,2901 0,0000
Tableau 22: S ollicitations dues au poids des superstructures

Donc la résultante des charges permanentes est :

poutres intermédiaires Poutres de rive


𝒙/𝒍 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕) 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕)
0 0,0000 79,1857 0,0000 75,2222
0,1 232,0265 60,6605 223,3255 58,3858
0,2 412,4916 45,4954 397,0231 43,7893

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 59
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

0,3 541,3953 30,3303 521,0929 29,1929


0,4 618,7374 15,1651 595,5347 14,5964
0,5 644,5182 0,0000 620,3486 0,0000
Tableau 23: S ollicitations totales des charges permanentes

- Sollicitations dues aux surcharges routières :


 Le système A(l) :
 Moments fléchissant :
Le cas le plus défavorable revient à charger toute la longueur de la poutre :

1 𝑥
𝑀(𝑥 ) = . 𝐾𝑒 . 𝐴(𝑙 ). . (𝑙 𝑐 − x)
𝑛 2
 Effort tranchant :

1 (𝑙𝑐 − 𝑥)2
𝑇 (𝑥 ) = . 𝐾𝑒 . 𝐴(𝑙 ).
𝑛 2. 𝑙 𝑐
Avec 𝐴(𝑙 ) = 6,972 𝑡/𝑚𝑙, on a :
poutres intermédiaires Poutres de rive
𝒙/𝒍 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕) 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕)
0 0,000 30,884 0,000 27,767
0,1 94,506 25,016 84,968 22,491
0,2 168,011 19,766 151,054 17,771
0,3 220,515 15,133 198,258 13,606
0,4 252,017 11,118 226,580 9,996
0,5 262,517 7,721 236,021 6,942
Tableau 24: sollicitations dues à la charge Al

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 60
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

 Système 𝑩𝒄 :
 Moment fléchissant

𝑁
1
𝑀𝑥 = . 𝐾𝑒 . 𝛿𝐵𝑐 . 𝑏𝑐 . ∑ 𝑃𝑖 . 𝑦𝑖
𝑛
𝑖=1
 Effort tranchant

𝑁
1
𝑇𝑥 = . 𝐾𝑒 . 𝛿𝐵𝑐 . 𝑏𝑐 . ∑ 𝑃𝑖 𝑦𝑖′
𝑛
𝑖=1

Avec 𝛿𝑐 = 1,085 pour 2 files & 𝑏𝑐 = 1,1 on a :


poutres intermédiaires Poutres de rive
𝒙/𝒍 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕) 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕)
0 0,0000 34,6082 0,0000 39,4756
0,1 102,7224 30,1995 117,1697 34,4469
0,2 175,4657 25,7908 200,1439 29,4181
0,3 224,8430 21,3821 256,4658 24,3894
0,4 244,2412 16,9734 278,5922 19,3607
0,5 253,4994 12,5648 289,1526 14,3319
Tableau 25: S ollicitations dues à la charge Bc

 Système 𝑩𝒕
Les sollicitations sont calculées de manière analogue à celle du système Bc. :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 61
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

 Moment fléchissant :

𝑁
1
𝑀𝑥 = . 𝐾𝑒 . 𝛿𝐵𝑡 . 𝑏𝑡 . ∑ 𝑃𝑖 . 𝑦𝑖
𝑛
𝑖 =1
 Effort tranchant :

𝑁
1
𝑇𝑥 = . 𝐾𝑒 . 𝛿𝐵𝑡 . 𝑏𝑡 . ∑ 𝑃𝑖 𝑦𝑖′
𝑛
𝑖 =1

Avec 𝛿𝑡 = 1,069 pour 2 files & 𝑏𝑡 = 1 on a :


poutres intermédiaires Poutres de rive
𝒙/𝒍 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕) 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕)
0 0,0000 19,7490 0,0000 20,7016
0,1 60,3141 17,7335 63,2233 18,5889
0,2 106,9227 15,7180 112,0802 16,4762
0,3 139,8258 13,7025 146,5704 14,3634
0,4 159,0235 11,6870 166,6941 12,2507
0,5 164,5158 9,6715 172,4513 10,1380
Tableau 26: S ollicitations dues à la cherge Bt

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 62
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

 Système 𝑩𝒓 :
 Moment fléchissant :

1
𝑀𝑥 = . 𝐾 . 𝛿 . 𝑃 .𝑦
𝑛 𝑒 𝐵𝑟 𝑖 𝑖
 Effort tranchant :

1
𝑇𝑥 = . 𝐾 . 𝛿 . 𝑃 . 𝑦′
𝑛 𝑒 𝐵𝑟 𝑖 𝑖
Avec 𝛿𝑟 = 1,053 on a :
poutres intermédiaires Poutres de rive
𝒙/𝒍 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕) 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕)
0 0,0000 3,5436 0,0000 6,6385
0,1 10,8465 3,1891 20,3198 5,9745
0,2 19,2826 2,8346 36,1241 5,3104
0,3 25,3085 2,4802 47,4129 4,6464
0,4 28,9240 2,1257 54,1862 3,9823
0,5 30,1291 1,7713 56,4439 3,3183
Tableau 27: S ollicitations dues à la charge Br

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 63
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

 Système 𝑴𝒄𝟏𝟐𝟎 :
 Moment fléchissant :

1
𝑀𝑥 = .𝐾 .𝛿 . 𝑞. 𝑤
𝑛 𝑒 𝑀𝑐120
 Effort tranchant :

1
𝑇 (𝑥 ) = .𝐾 .𝛿 . 𝑞. 𝑤
𝑛 𝑒 𝑀𝑐120
Avec 𝛿𝑀𝑐120 = 1,082 on a :
poutres intermédiaires Poutres de rive
𝒙/𝒍 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕) 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕)
0 0,0000 33,4542 0,0000 42,2956
0,1 102,4029 29,7887 129,4664 37,6614
0,2 182,0496 26,1124 230,1626 33,0136
0,3 238,9402 22,4362 302,0883 28,3657
0,4 273,0745 18,7599 345,2438 23,7178
0,5 284,4526 15,0836 359,6290 19,0699
Tableau 28: S ollicitations dues à la charge Mc120

 Trottoirs
 Moment fléchissant :
1 𝑥
𝑀(𝑥 ) = . 𝐾𝑒 . 𝑞𝑡𝑟 . . (𝑙 𝑐 − x)
𝑛 2
 Effort tranchant :
1 (𝑙 − 𝑥)2
𝑇 (𝑥 ) = . 𝐾𝑒 . 𝑞𝑡𝑟 . 𝑐
𝑛 2. 𝑙 𝑐

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 64
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

poutres intermédiaires Poutres de rive


𝒙/𝒍 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕) 𝑴𝒙 (𝒕. 𝒎) 𝑻𝒙 (𝒕)
0 0,0000 0,5209 0,0000 1,7673
0,1 1,5940 0,4219 5,4081 1,4315
0,2 2,8337 0,3334 9,6143 1,1311
0,3 3,7192 0,2552 12,6188 0,8660
0,4 4,2506 0,1875 14,4215 0,6362
0,5 4,4277 0,1302 15,0224 0,4418
Tableau 29: S ollicitations due à la charge sur trottoirs

- Combinaisons de charges :
Pour le calcul des sollicitations, on utilisera les combinaisons suivantes :
A l’ELS :
𝑀𝑥 = 𝑀𝑝𝑒𝑟 + 1,2. 𝑀𝑡𝑟 + 𝑀𝑎𝑥(1,2. 𝑀𝑎𝑥(𝑀𝐴𝑙 ; 𝑀𝐵𝑐 ); 𝑀𝑀𝑐 )
𝑇𝑥 = 𝑇 𝑝𝑒𝑟 + 1,2. 𝑇 𝑡𝑟 + 𝑀𝑎𝑥(1,2. 𝑀𝑎𝑥(𝑇 𝐴𝑙 ; 𝑇 𝐵𝑐 ); 𝑇 𝑀𝑐 )
A l’ELU :
𝑀𝑥 = 1,35. 𝑀𝑝𝑒𝑟 + 1,605. 𝑀𝑡𝑟 + 𝑀𝑎𝑥(1,605. 𝑀𝑎𝑥(𝑀𝐴𝐿 ; 𝑀𝐵𝑐 ); 1,35. 𝑀𝑀𝑐
𝑇𝑥 = 1,35. 𝑇 𝑝𝑒𝑟 + 1,605. 𝑇 𝑡𝑟 + 𝑀𝑎𝑥(1,605. 𝑀𝑎𝑥(𝑇 𝐴𝐿 ; 𝑇 𝐵𝑐 ); 1,35. 𝑇 𝑀𝑐
Le tableau ci-dessous résume les résultats obtenus :

ELU ELS
section d'abscisse x
𝑴(𝒕. 𝒎) 𝑻(𝒕) 𝑴(𝒕. 𝒎) 𝑻(𝒕)
0 0,000 163,283 0,000 121,341
intermédiaire

0,1L 480,664 131,039 357,206 97,406


Poutre

0,2L 843,034 103,348 626,451 76,844


0,3L 1097,726 75,674 815,670 56,295
0,4L 1246,604 48,016 926,258 35,758
0,5L 1298,546 20,572 964,852 15,240
0 0,000 167,745 0,000 124,714
Poutre de rive

0,1L 498,227 136,406 370,419 101,440


0,2L 872,643 108,147 648,733 80,448
0,3L 1135,356 79,945 843,994 59,499
0,4L 1293,198 52,745 958,084 39,078
0,5L 1347,081 26,454 998,005 19,600
Tableau 30: S ollicitations des poutres

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 65
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

IV. ETUDE DE LA PRECONTRAINTE :


A. Mode de construction :
- Sur une aire de préfabrication on procède au ferraillage et la mise des gaines, puis on
coule la poutre.
- Après durcissement du béton (𝑓𝑐𝑗 #30 𝑀𝑃𝑎), à partir de La quatorzième journée, on
procède à la mise en tension de la première famille de câbles dont les ancrages sont
situés dans les abouts verticaux.
- Les poutres seront mises en place par lancement. Puis on coule le hourdis pour assurer
une continuité transversale à l’ensemble, et augmenter son inertie.
- Après durcissement du béton du hourdis (𝑓𝑐𝑗 # 30 𝑀𝑝𝑎), on procède à la mise on
tension de la deuxième famille de câbles ancrés au hourdis.
- Enfin, on procède à la réalisation des superstructures.

B. Géométrie de la poutre :
Les caractéristiques géométriques de la poutre sont:

𝑩(𝒎²) 𝒗(𝒎) 𝒗’(𝒎) 𝑰 (𝒎𝟒) 𝝆 = 𝑰/𝑩𝒗𝒗′ 𝝆𝒗’ 𝝆𝒗


Poutre Préfabriquée 0,81 0,92 0,88 0,34 0,51 0,45 0,47
Poutre complète 1,37 0,70 1,30 0,68 0,54 0,71 0,38

C. Récapitulatif des charges et moments induits à mi -travée (l’E.L.S) :


poutre intermédiaire poutre de rive
Moment (MN.m) Moment (MN.m)
Poids propre de la Poutre 3,111 3,111
Poids propre de l'hourdis 2,023 1,590
Superstructures 1,311 1,503
Les charges d’exploitation 3,203 3,777
Les moments maximaux 9,65 9,980

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 66
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

D. Données de calcul :

1. Béton :
Les résistances à la compression et à la traction du béton sont :
fc28 = 35 MPa
ft28 = 2.7 MPa
Pour un âge du béton inférieur à 28 jours, on se réfère aux formules du BPEL suivantes :
j
fcj = f (MPa)
4.76 + 0.83j c28
ftj = 0.06fcj + 0.6 (MPa)
Le tableau suivant récapitule les différentes valeurs des contraintes admissibles en
construction et en service.
Contraintes (MPa) En construction (14 jours) En service (≥ 28 jours)
𝑓𝑐𝑖𝑗 30 35
𝜎̅𝑐𝑠 = 0,6 𝑓𝑐𝑗 18 21
𝜎̅𝑐𝑖 = 0,5 𝑓𝑐𝑗 15 17,5
𝜎̅𝑡𝑖 = −𝑓𝑡𝑗 -2,4 -2,7
𝜎̅𝑡𝑠 = −1,5 𝑓𝑡𝑗 -3,6 -4,05
Tableau 31: Contraintes admissibles en construction et en service

Figure 30: Contraintes admissibles en construction et en service

2. Aciers actifs :

a) Caractéristiques :
On utilise des câbles à base de Torons « T15» dont les caractéristiques sont énumérées ci-
dessous :
- Section nominale : 𝐴 = 139 𝑚𝑚²
- Limite élastique : 𝑓𝑝𝑒𝑔 = 1583 𝑀𝑃𝑎
- Limite de rupture : 𝑓𝑝𝑟𝑔 = 1770 𝑀𝑃𝑎

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 67
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

- Module d’élasticité : 𝐸 = 190 000 𝑀𝑃𝑎


- Relaxation % (1000h) : 𝜌1000 = 2,5
- Diamètre de gaine de 5 à 7 T15 : ɸ𝑔 = 71 𝑚𝑚.

b) Contraintes initiales des câbles :


On a:
σ0 = Min(0.8fprg ; 0.9fpeg ) = 1416 MPa

c) Calcul de l’enrobage :
Pour un enrobage entre axe de gaine et nu du béton est de l’ordre de 1,5
On a pour des câbles 7 T 15, de diamètre de ɸ 𝑔 = 71 𝑚𝑚
- 𝑑’ ≥ 1,5 ∗ ɸ𝑔 = 10,65 𝑐𝑚, soit 11 cm pour les câbles de la 1ère famille.
- 𝑑’ ≥ 1,5 ∗ ɸ𝑔 + ɸ𝑔 = 18 𝑐𝑚 pour de la 2ème famille.

d) Excentricité :
En section médiane, section la plus sollicitée, les câbles sont regroupés dans le talon à un
excentrement maximum, alors on suppose que la section est sur-critique.
L’excentricité est alors égale à : 𝑒𝑜 = − (𝑣’ − 𝑑’)

excentricité de la 1ère famille/G -0,77 m


excentricité de la 2ème famille/G' -1,12 m

Figure 31: Excentricité des deux familles de câbles au droit de la section médiane

3. Aciers passifs :
Les aciers utilisés sont les aciers courants à haute adhérence de béton armé des classes
FeE500.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 68
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

E. Calcul de la précontrainte :
On estime que les pertes instantanées sont de l’ordre de 10% et les pertes différées sont de
l’ordre de 20 %.

1. Calendrier de la mise en tension de la précontrainte :

Nom de la Caractéristiques Caractéristiques Efforts de


Phase
phase physique du béton précontrainte
Coulage du
1 béton des
Section de la poutre
poutres
préfabriquée Pi = 1.2 P1 (perte
Mise en tension
B= 0,81 𝑓𝑐𝑗 = 30 𝑀𝑃𝑎 inst. )
2 des câbles de la
I= 0,34 avec :Pi = P0/1,1
1ère famille
v= 0,92 et v'= 0,88
Coulage du
3
béton de hourdis
1.1 P1 ( 50%
Mise en tension Δσdiff )
4 de la 2ème 𝑓𝑐𝑗 = 30 𝑀𝑃𝑎 Pi = 1.2 P2 (perte
section complète
famille inst.)
B= 1,37
avec :Pi = P0/1,1
I= 0,68
P1 (toutes les
Superstructures v= 0,7 et v'= 1,3
pertes)
5 + Surcharges 𝑓c28 = 35 𝑀𝑃𝑎
P2 (toutes les
d'exploitations
pertes)
Tableau 32 : Calendrier de la mise en tension de la précontrainte

Avec :
- P0 : la précontrainte avant les pertes ;
- Pi : la précontrainte initiale, après pertes instantanées et avant pertes différées;
- P1 (resp. P2) : précontrainte finale de la 1 ère famille (resp. 2ème famille).

2. La première famille des câbles :


On estime que les pertes instantanées sont de l’ordre de 10% et les pertes différées sont de
l’ordre de 20 %.

Pour la première famille, les deux phases les plus défavorables sont :

- Leur mise en tension


- Juste avant la mise en tension de la deuxième famille et après bétonnage du hourdis et
des entretoises complémentaires.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 69
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

a) La mise en tension:

Figure 32 : Contraintes admissibles à vide en construction

Ce qui donne :
P1 ≤ 13.54 MN
{
P1 ≤ 7.15 MN

D’où : P1 ≤ 7.15 MN

b) Avant la mise en tension de la deuxième famille et après bétonnage du hourdis et des


entretoises complémentaires :

Figure 33 : Contraintes admissibles en charge en construction

Ce qui donne :
1ère inégalité
P1≥ -5,35 MN Poutre de rive
P1≥ -4,13 MN poutre intermédiaire
2ème inégalité
P1≥ 2,78 MN poutre de rive
P1≥ 3,09 MN poutre intermédiaire

Donc nous prenons une valeur commune de P1≥3.09

Ainsi on a 3.09 𝑀𝑁 ≤ 𝑃1 ≤ 7.15 𝑀𝑁

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 70
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

4,08 𝑀𝑁 ≤ 𝑃0 = 1,1 ∗ 1,2 ∗ 𝑃1 = 𝐴𝑝1 ∗ 𝜎𝑝𝑜 ≤ 7.81 𝑀𝑁

2883 𝑚𝑚² ≤ 𝐴𝑝1 ≤ 5512 𝑚𝑚²


Le nombre total des T15 qu’on peut utiliser varie de la façon suivante :
21 ≤ 𝑛1 ≤ 40
On prend 4 Câbles 7 T15 pour la première famille : Ap1= 3892 mm²
D’où
4 × 7 × 139 × 10 − 6 × 1416
P1 = = 4,18 MN
1.1 ∗ 1.2

3. La deuxième famille des câbles :


En phase finale on devra satisfaire les conditions de contraintes admissibles, à ce stade on
suppose que la totale des pertes sera effectué.
Les conditions des contraintes admissibles à satisfaire sont :

Figure 34 : Contraintes admissibles en charge en service

Ce qui nous donne :


1ère inégalité
P1≥ -29,99 Poutre de rive
P1≥ -30,79 poutre intermédiaire

2ème inégalité
P1≥ 1,34 poutre de rive
P1≥ 1,12 poutre intermédiaire
Donc nous prenons une valeur commune de P1≥1,34

Ainsi on a :
1.34 𝑀𝑁 ≤ 𝑃1
1.77 𝑀𝑁 ≤ 𝑃0 = 1,1 ∗ 1,2 ∗ 𝑃1 = 𝐴𝑝2 ∗ 𝜎𝑝𝑜
1251,58 𝑚𝑚² ≤ 𝐴𝑝2 ≤ 5512 𝑚𝑚²
Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 71
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Le nombre total des T15 qu’on peut utiliser varie de la façon suivante :
9 ≤ 𝑛1
On prend 2 Câbles 7 T15 pour la première famille : Ap2= 1946 mm²
D’où :
2 × 7 × 139 × 10 − 6 × 1416
P1 = = 2,09 MN
1.1 ∗ 1.2

4. Diagramme des contraintes finales :


Le calcul avec la valeur de P2 trouvée ci-dessus nous donne le diagramme suivant :
L’état de contraintes final, nous montre que :
- En fibre supérieure, la contrainte est de l’ordre de 7.33 MPa qui reste
inférieure à la contrainte admissible estimée en 21 MPa ;
- En fibre inférieure, on a une faible traction de l’ordre de 0.57 MPa
sur une hauteur de 4 cm < 5 cm et qui reste aussi inférieure à la
contrainte de traction admissible égale à 2.7 MPa.
Ainsi, on n’aura pas besoin d’ajouter des armatures de traction.

Armatures longitudinales de peau

Leur but est de répartir les effets de retraits différentiels et de la perturbation de températures,
elles sont disposées dans les zones périphériques des pièces. La section des armatures
disposée parallèlement à la fibre moyenne d’une poutre est de 3 cm² par mètre de longueur de
parement mesuré sur la section droite de l’ouvrage.
Dans notre cas la longueur du parement est de 7.51 m donc:
𝐴peau = 𝟐𝟐. 𝟓𝟒 𝒄𝒎²
On retient 𝐴peau (28HA10).

F. Vérification à la flexion en ELU :


La vérification des contraintes à l’ELU consiste à s’assurer que la force de précontrainte
résiduelle 𝐅𝐩 = 𝐀𝐩 𝛔𝟑 est supérieure à la résultante de compression dans le béton, et ce pour
que l’effet de la précontrainte ne soit pas neutralisé.
Pour cette vérification on suit le cheminement suivant :
- Calcul de la résultante de compression dans le béton Fb due au moment ultime
maximum.
- Calcul de la force de précontrainte Fp.
- Comparaison de 𝐹b et 𝐹p.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 72
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

1. Moment ultime :
Le moment ultime est :
𝑀𝑢 = 13,47 𝑀𝑁. 𝑚
Moment résistant de la table La contrainte admissible du béton :
0.85 × fc28
̅bcu =
σ = 19.83 MPa
θ × γb
La résistance à la compression de la table vaut :
Fte = (b − b0 ) × h0 × σ
̅bcu = (2,8 − 0,25) × 0,2 × 19,83 = 10.115 MN
Le moment résultant de la table est :
h0
Mte = Fte × Zte Où Zte = h − d′ − = 1.76 m
2
D’où: Mte = 17.802 MN. m

On a Mte ≥ Mu Donc la table reprend seule le moment ultime, et par conséquent, la fibre
neutre est dans la table.

2. Position de l’axe neutre :


Le moment réduit vaut :
Mu 13.47
µ= = = 0.071
b × d × σbcu 2.8 × 1.862 × 19.83
2

L’équilibre des moments s’écrit : 𝜇 = 0.8 × 𝜉 × (1 − 0.4𝜉)


y
Dont la racine est : ξ = d = 1.25 × (1 − √(1 − 2µ))) = 0.091

Donc l’axe neutre est situé à y = 0.169 m de la fibre supérieure. Ainsi, la résultante de
compression du béton devient :
Fb = 0.8 × y × b × σbcu = 0.8 × 0.169 × 2.8 × 19.8
Fb = 7.516 MN

3. Allongement Δε3 :
On a la formule suivante :
1 −ξ
∆ε3 = 3.5 × = 34.98 ‰ > 10‰
ξ
Soit : ∆𝜀3 = 10‰

4. Allongement ε1 dû à la précontrainte :
La contrainte σ1 est donnée par l’expression suivant :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 73
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

P1 + P2 4.18 + 2.08
σ1 = = = 1072.73 MPa
Ap 42 × 139 × 10−6
0.9 × fpeg 0.9 × 1583
Or: σ1 < = = 1238,86 MPa
γp 1.15
σ1
Donc ∶ ε1 = = 5.64‰
Ep

5. Allongement ε2 dû à la décompression du béton :


La contrainte dans le béton 𝜎𝑏 au niveau du câble sous l’effet de la précontrainte et les
charges permanentes vaut : 𝜎𝑏 = 6.39 MPa
Donc : ∆σ2 = 5 × σb = 31.98 MPa
La contrainte dans l’acier de précontrainte est :
σ2 σ1 + ∆σ2
D′ où: ε2 = = = 5.814 ‰
Ep Ep

6. Allongement final ε3 :
On a: ε3 = ε2 + ∆ε3
ε3 = 40.79‰
5
𝜎 𝛾𝑝×𝜎3
On déduit ainsi la contrainte σ3 par la loi : 𝜀3 = 𝐸3 + 100 × ( − 0.9)
𝑝 𝑓𝑝𝑒𝑔

La résolution numérique de cette équation donne : σ3 = 1515.56 MPa


D’où Fp = Ap × σ3 = 8,85 MN > Fb = 7.516 MN
Finalement, la section d’acier de précontrainte est suffisante, il n’est donc pas nécessaire
de prévoir des armatures passives. Tracé des câbles :

7. Les câbles de la première famille :

a) Calcul de l’angle de relevage α du câble moyen :


La position du câble étant connue au niveau de la section médiane.
Voyons maintenant ce qu’il en est sur appui.
Les conditions liées à l’effort tranchant imposent sur appuis :

−̅̅̅
Vi ≤ Vmin − Psinαi
V̅f ≥ Vmax − Psinαi
Avec :
Vmin: Effort tranchant extrême crée au niveau des appuis dû au poids propre de la poutre:
Vmin = 0.36

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 74
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Vmax : Effort tranchant extrême crée au niveau des appuis dû aux charges totales en service :
Vmax = 1.21
̅̅̅
Vi : L’effort tranchant « résistant » de la section de la poutre préfabriquée (avant le coulage
du béton de l’hourdis).
V̅f: L’effort tranchant « résistant » de la section finale.

(1) Calcul de V̅i et V̅f:


τ × I × bn
V=
S𝑔
Avec :
- bn : Largeur nette, obtenue en soustrayant de l’épaisseur brute le demi-diamètre des
0.071
conduits des armatures actives : bn = 0.4 − = 0.365 𝑚
2

- S𝑔 : Le moment statique par rapport à 𝐺z de la surface située au-dessus de G. (La


section au niveau d’appui).
Pour la section de la poutre préfabriquée: Sg = 0.271

Pour la section de la poutre complète : Sg = 0.508


P
- La contrainte normale : σx = B

Pour la section de la poutre préfabriquée: σx = 4.21 MPa


Pour la section de la poutre complète : σx = 2.69 MPa
- La contrainte limite de cisaillement : on a σx ≤ 0.4 × 𝑓𝑐𝑗 = 14 MPa donc

2
𝜏̅ = √0.4 × 𝑓𝑡𝑗 × (𝑓𝑡𝑗 + σx )
3

Pour la section de la poutre préfabriquée: 𝜏̅ = 2.235 MPa


Pour la section de la poutre complète : 𝜏̅ = 2.203 MPa
- Le moment d’inertie I égale à :
Pour la section de la poutre préfabriquée: I = 0.336 𝑚4
Pour la section de la poutre complète : I = 0.680 m4
Donc ̅̅̅
Vi = 1.095 𝑀𝑁 et ̅̅̅
Vf = 1.118 𝑀𝑁

(2) L’angle de relevage :


L’angle de relevage est donnée par :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 75
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

𝑉𝑚𝑎𝑥 − 𝑉̅𝑓 𝑉 + 𝑉̅𝑖


arcsin( ) ≤ 𝛼 ≤ arcsin( 𝑚𝑖𝑛 )
𝑃 𝑃
D’où 1.789° ≤ 𝛼 ≤ 20.478°

L’équation du câble sera de la forme : 𝑦 = 𝑎𝑥² + 𝑏 (L’excentricité au niveau des appuis est
nulle)

L’équation de la tangente en : x = 8 ⟹ y(8) = −0.775


Donc le tracé sera comme suit :
linéaire en 0 et 0,8 m 𝑦 = − 0,174𝑥
parabolique entre 0,8 et 8 m 𝑦 = 0,012𝑥² − 0,194𝑥
constant entre 0,8 et 17 m 𝑦 = −0,775
Tableau 33 : équation du cable moyen

L’angle de relevage du câble moyen est 𝛼 = 𝑎𝑟𝑐𝑡𝑎𝑛(0,174) = 9.89°


Donc la condition sur α est vérifiée.

(3) Les équations des câbles de la première famille :


De la même manière que le câble moyen, on détermine les équations des câbles en respectant
les dispositions des ancrages :

câble αi Équation des câbles


0 ≤ x ≤ 0,8 𝑦 = −0,039𝑥 − 0,6
1 2,249° 0,8 ≤ x ≤ 8 𝑦 = 0,003𝑥² − 0,044𝑥 − 0,6
8 ≤ x ≤ 17 𝑦 = −0,775
0 ≤ x ≤ 0,8 𝑦 = −0,129𝑥 − 0,2
2 7,366° 0,8 ≤ x ≤ 8 𝑦 = 0,009𝑥² − 0,144𝑥 − 0,2
8 ≤ x ≤ 17 𝑦 = −0,775
0 ≤ x ≤ 0,8 𝑦 = −0,219𝑥 + 0,2
3 12,368° 0,8 ≤ x ≤ 8 𝑦 = 0,015𝑥 ² − 0,244𝑥 + 0,2
8 ≤ x ≤ 17 𝑦 = −0,775
0 ≤ x ≤ 0,8 𝑦 = −0,309𝑥 + 0,6
4 17,186° 0,8 ≤ x ≤ 8 𝑦 = 0,021𝑥² − 0,344𝑥 + 0,6
8 ≤ x ≤ 17 𝑦 = −0,775
Tableau 34 : équation des câbles de la première famille

(4) Disposition des ancrages en about :


Pour les ancrages de T15 :
- Distance entre axes minimale : 36 cm ;
- Distance minimale de l’axe à la paroi béton : 21cm.
Disposition des câbles dans la zone d’ancrage :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 76
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Figure 35 : Disposition des ancrages en about

(5) Fuseau de passage de la première famille :


Pour que les contraintes normales limites soient respectées tout au long de l’ouvrage, le câble
moyen doit s’inscrire dans le fuseau de passage.

𝑀𝑚𝑎𝑥 + 𝜌. 𝐵. 𝑣. 𝜎̅𝑡𝑖
𝑒𝑠𝑢𝑝 (𝑥 ) = 𝜌𝑣 −
𝑃

𝑀𝑚𝑖𝑛 − 𝜌. 𝐵. 𝑣 ′ . 𝜎̅𝑡𝑠
𝑒𝑖𝑛𝑓 (𝑥 ) = −𝜌𝑣 −
𝑃
𝒙/𝒍 𝑴𝒎𝒊𝒏 𝑴𝐦𝐚𝐱 𝒆𝒊𝒏𝒇 (𝒙) 𝒆𝒔𝒖𝒑 (𝒙) 𝒆(𝒄â𝒃𝒍𝒆 𝒎𝒐𝒚) 𝒗é𝒓𝒊𝒇𝒊𝒄𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏
0 0 0 -0,76725 0,684935 0,000 ok
0,1 1,1199906 1,848271 -1,03551 0,242241 -0,51845407 ok
0,2 1,9910944 3,285814 -1,24415 -0,10208 -0,75710753 ok
0,3 2,6133114 4,312631 -1,39318 -0,34802 -0,775 ok
0,4 2,9866416 4,928722 -1,4826 -0,49558 -0,775 ok
0,5 3,111085 5,134085 -1,51241 -0,54477 -0,775 ok
Tableau 35 : Fuseau de passage de la première famille

Le câble moyen de la première famille est inscrit dans le fuseau de passage, donc les
équations précédentes des câbles sont correctes.

8. Les câbles de deuxième famille :

a) L’angle de relevage :
Les câbles de deuxième famille sont généralement tous relevés en travée. Pour faciliter
l'exécution, on cherchera à adopter un espacement constant entre points de sortie et à
conserver un même angle de sortie pour tous les câbles. L'angle de sortie des câbles relevés
est voisin de 20 degrés, ce qui permet d'une part de limiter la longueur des encoches et d'autre
part d'apporter une bonne réduction d'effort tranchant, et la partie parabolique s’étend sur une
L
longueur de l = 4 ~8𝑚

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 77
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

b) La position des ancrages de la deuxième famille :


On suppose qu’on a seulement les câbles de la première famille, et on détermine l’état des
contraintes dans les fibres extrêmes sous les sollicitations maximales :

Section 1 Section 2 Section 3 Section 4 Section 5 section 6


𝑥 0 3,4 6,8 10,2 13,6 17
α1F moy (rad ) 0,173 0,151 0,111 0 0 0
𝑀max (𝑁𝑚) 0 3,704 6,487 8,440 9,581 9,980
e1Fmoy/G' -0,41 -0,93 -1,17 -1,19 -1,19 -1,19
𝜎𝑠𝑢𝑝 (𝑀𝑃𝑎) 1,256 2,845 4,688 6,628 7,805 8,217
𝜎𝑖𝑛𝑓 (𝑀𝑃𝑎) 6,340 3,399 -0,0133 -3,604 -5,783 -6,546
Tableau 36 : La position des ancrages de la deuxième famille

En analysant l’état des contraintes, on décide d’introduire le 1 er câble en x=3.4 m à partir de


l’appui, et le 2ème en x= 6,8m.

c) Les équations des câbles :

câble αi Équation des câbles


4 et 5 (en prenant la 0 ≤ 𝑥 ≤ 0,8 𝑦 = −0,364𝑥 + 0,5
position de l’ancrage 20,01 0,8 ≤ 𝑥 ≤ 8 𝑦 = 0,025𝑥² − 0,405𝑥 + 0,5
comme origine des x 8 ≤ 𝑥 𝑦 = −1,118
Tableau 37 : Les équations des câbles de la deuxième famille

d) Vérification des contraintes :


Section Section Section Section Section section
1 2 3 4 5 6
x 0 3,4 6,8 10,2 13,6 17
α1F moy (rad ) 0,1725 0,1513 0,1108 0 0 0
𝛼5 (𝑟𝑎𝑑) 0,3492 0,3084 0,2286 0 0
𝛼6 (𝑟𝑎𝑑) 0,3492 0,3084 0 0
𝑀poutre+hourdis (𝑁𝑚) 0 1,8482 3,2858 4,3126 4,9287 5,1340
𝑀𝑚𝑎𝑥 (𝑁𝑚) 0 3,7041 6,4873 8,4399 9,5808 9,9800
e1Fmoy/G' -0,41 -0,93 -1,17 -1,19 -1,19 -1,19
𝑒5 /G' 0,5 -0,5833 -1,08 -1,12 -1,12
𝑒6 /G' 0,5 -0,5833 -1,08 -1,12
𝜎sup 2,7753 2,9874 2,8143 2,0948 2,1542 2,3269
𝑝+ℎ
𝜎inf 7,8598 7,4671 7,7875 9,1193 9,0093 8,6897
𝜎sup 2,7753 4,9026 6,1180 6,3539 6,9548 7,3276
ELS
𝜎inf 7,8598 3,9222 1,6724 1,2359 0,1235 -0,5663
On remarque que les contraintes normales limites sont respectées tout au long de l’ouvrage.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 78
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

G. Vérifications de la résistance à la rupture par effort tranchant:


La section la plus sollicitée vis-à-vis de l’effort tranchant est la section sur appuis. Etant
donné le cas le plus défavorable ne correspond pas nécessairement au pont chargé, il est
impératif d’effectuer la vérification dans les deux cas :
- Cas 1 : Après la pose des poutres et avant le coulage de l’hourdis.
- Cas 2 : Le pont, après la mise en service.
L’effort tranchant à l’ELU et à l’ELS est donné ci-après :
Section d'appui V (MN)
P. propre de la poutre seul 0,4941
ELU
Effort tranchant total 1,6774
P. propre de la poutre seul 0,3660
ELS
Effort tranchant total 1,2471

1. Vérification à l’ELU :
L’effort tranchant réduit à l’ELU:
- Cas 1 : Vrs1 = 1.35 × Vp – ∑ Pi0 sin αi
Vrs1 = 0.494 − 1.149
× (sin(2,249°) + sin(7,366°) + sin(12.368°) + sin(17.186°))
Vrs1 = −0.28 MN
- Cas 2 : Vrs2 = 1.35 × Vp + 1.6 × Vq – ∑ Pi sin αi
Vrs2 = 0.61 MN
Calcul du cisaillement (ELU):
On a
Vrs × S𝑔
τ=
I × bn

- Cas 1 : I = 0.36 m4 , bn = 0.365 m et S𝑔 = 0.271


τ1 = 0.58 MPa
- Cas 2 : I = 0.71 m4 , bn = 0.365 m et S𝑔 = 0.508
τ2 = 1.21 MPa
Le taux de cisaillement admissible à l’ELU est :
fc14
- Cas 1 : τ̅ = = 5 MPa
6
fc28
- Cas 2 : τ̅ = = 5.83 MPa
6

Le taux de cisaillement dû à l’effort tranchant est vérifié à l’ELU.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 79
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

2. Vérification à l’ELS :
L’effort tranchant réduit à l’ELS:
- Cas 1 : Vrs1 = Vp – ∑ Pi0 sin αi
Vrs1 = 0.366 − 1.149
× (sin(2,249°) + sin(7,366°) + sin(12.368°) + sin(17.186°))
Vrs1 = −0.411 MN
- Cas 2 : Vrs2 = Vp + 1.2 × Vq – ∑ Pi sin αi
Vrs2 = 0.183 MN
On a un changement de signe de l’effort tranchant ⟹ Emploi des étriers verticaux.
Calcul du cisaillement (ELS):
On a
Vrs × S𝑔
τ=
I × bn
- Cas 1 : I = 0.36 m4 , bn = 0.365 m et S𝑔 = 0.271
τ1 = 0.84 MPa
- Cas 2: I = 0.71 m4 , bn = 0.365 m et S𝑔 = 0.508
τ2 = 0.36 MPa
Le taux de cisaillement admissible à l’ELS est : (Voir § tracé des câbles : calcul d’angle de
relevage)
- Cas 1 : τ̅ = 2.24 MPa
- Cas 2: τ̅ = 2.20 MPa
En conclusion, le taux de cisaillement dû à l’effort tranchant est admissible.

3. Calcul des armatures transversales :


On utilise des armatures passives perpendiculaires à la fibre moyenne espacées de St pour
reprendre l’effort tranchant. La fissuration éventuelle se produit suivant une inclinaison βu
avec l’horizontal des bielles comprimées et touche n cours de cadres traversant la fissure.
Il est à signaler que la valeur minimale de βu est égale à 30°.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 80
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

a) Calcul de l’angle βu d’inclinaisons des fissures :


2×τu
On a tan(2βu ) = σxu

1 2×τu
Donc βu = 2 arctan ( σ )
xu

Avec : τu : Contrainte de cisaillement ultime ;


σxu : Contrainte normale au niveau de la fibre moyenne.
P
- Cas 1 : τ1 = 0.58 MPa et σxu = = 4.207 MPa
B

Donc βu=7.69°
Donc, on prend βu = 30°
P
- Cas 2 : τ2 = 1.21 MPa et σxu = B = 2.689 MPa

Donc βu=20.98°
Donc, on prend βu = 30°

b) Détermination des armatures verticales:


- Cas 1 : La poutre est coulée sans reprise de bétonnage, donc on gardera βu = 30°

At f f
On a × γe ≥ (τu − 3tj ) × tan βu
bnst s

At bn ×γs ftj
Donc ≥ × (τu − ) × tan βu
st fe 3

At
Ainsi ≥ −3.21 cm2 /m
st

- Cas 2 : on a une reprise de bétonnage, on prend βu = 45°


At fe f
On a × ≥ (τu − tj ) × tan βu
bnst γs 3

At bn ×γs ftj
Donc ≥ × (τu − ) × tan βu
st fe 3

At
Ainsi ≥ 10.14 cm2 /m
st

- Avec une section minimale, pour éviter une rupture fragile due à l’effort tranchant,
telle par :
At fe At
× ≥ 0.6 MPa Donc: ( )min ≥ 5.02 cm²/m
bn st γs st
2×1.13
En utilisant des cadres HA12 (1.13 cm²), on trouve un espacement maximal de =
10.14
2×1.13
20 cm sur une longueur de h/2 =0.9m de l’appui et un espacement de = 40 cm à mi-
5.02

travée
L’écartement maximum des cadres évalué par Min(0.8h ; 3b0 ; 1m) = 1m est vérifié.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 81
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

H. Calcul des ferraillages au niveau d’ancrage :


Les abouts de la poutre subissent des efforts concentrés : forces sous-ancrage et réactions des
appuis. Ainsi, ils doivent être justifiés vis-à-vis de :
- L’action des ancrages ;
- L’équilibre de la bielle d’about ;
- L’équilibre du coin inférieur.

1. Effet d’un effort concentré au centre de la poutre :


Sous l’effet d’une force concentrique appliquée au centre, il se produit deux zones de béton
tendu. La première appelée zone d’effet de surface au voisinage de la paroi, l’autre à
l’intérieur appelé zone d’éclatement.
Après une longueur de régularisation lr, la répartition des contraintes devient linéaire.

Figure 36 : Zone de béton tendu sous l'action d'un effort concentré centré

Dans le cas des câbles multiples, on distingue aussi deux zones :


- Une zone de première régularisation pour chaque ancrage à l’intérieur du prisme :
𝑑𝑖 × 𝑑𝑖 × 𝑏 avec 𝑑𝑖 l’intervalle d’ancrage ou 2 fois la distance aux parois les plus
proches ;
- Une zone d’équilibre général à la longueur 𝑙𝑟, qui reste voisine de h et de b dans le
sens horizontal.

a) Frettage de surface
Pour remédier à l’effet de surface dû à la traction du béton au voisinage immédiat de la paroi
verticale, le règlement BPEL une section d’acier à disposer au voisinage immédiat de la
section Sa:
Max(Pi0 )
As = 0.04 ×
2⁄ × f
3 e

Avec : Pi0 : force à l’origine du câble ancré au niveau i (avant les pertes);

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 82
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

1.379
D’où As = 0.04 × 2⁄ = 1.65 cm²
3×500

b) Frettage d’éclatement :
La justification concerne :
- D’une part, la vérification des contraintes du béton ;
- D’autre part, le ferraillage d’éclatement.
On détermine les zones de première régulation di × di × b
- b : largeur de l’âme de la poutre (b = 0,4m );
- di= max (distance entre ancrages ; 2×dinstance à la paroi la plus proche) si l’ancrage
est de rive sinon di= distance entre ancrages.
câble 1 2 3 4
di 0,57 0,4 0,4 0,63
 La vérification des contraintes du béton :
Les contraintes, du béton, au niveau de chaque câble sont donnés par :
P0 a P0
σti = 0.5 × (1 − i ) et σci =
bdi di bdi

Avec ai : La dimension moyenne, dans le plan d’éclatement, des plaques d’ancrages. (ai =
22 cm)
Sachant que la mise en tension des câble va être faite après 14 jours du coulage du béton ces
contraintes doivent être :
σti ≤ 3MPa et σci ≤ 20MPa
Les résultats sont regroupés dans le tableau suivant :
câble 1 2 3 4
𝝈𝐭𝐢 1,8563 1,9374 1,9374 1,7778
𝝈𝐜𝐢 6,0527 8,6110 8,6110 5,4592

On remarque que les contraintes admissibles sont satisfaites au niveau de chaque encrage.

 Le frettage d’éclatement
Le frettage d’éclatement est donné par la formule :
ai
0.25 × P0 × (1 − )
di
Aej =
2
K i × 3 fe

Où K i = 1 pour les câbles extrêmes et K i = 1.5 pour les câbles intermédiaires (pour tenir
compte de l’interaction des prismes).
On obtient les résultats suivants :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 83
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

câble 1 2 3 4
𝑨𝐞𝐣 (𝒄𝒎²) 6,34 3,10 3,10 6,73

La section définitive d’acier transversale à prendre est :

0.15 × P0
Ae = Max [Max(Aej ); ]
2
3 fe
Soit : Ae = 6,73 cm²
Ces aciers sont répartis sur une longueur de 0.63 m à partir de l’about dont 3.10 cm² sur 40
cm à partir de l’about.

Figure 37 : Répartition des armatures transversales As et Ae

2. Vérification de l’équilibre général de diffusion pure


L’équilibre général peut être considéré d’après le BPEL comme la superposition de deux états
d’équilibre :

- Un état d’équilibre selon la résistance des matériaux en remplaçant les efforts


concentrés de la précontrainte par une distribution de contraintes réparties σ(Pi ) et
τ(Pi ) sur SR calculée selon la résistance des matériaux.
- Un équilibre général de diffusion pure qui résulte de l’application des forces
concentrées Pi la résultante de−σ(Pi ) et −τ(Pi). Cet équilibre traduit l’écart entre la
résistance des matériaux et la distribution réelle des contraintes dans le béton.
On admet aussi pour des raisons de simplification du calcul, que la section résistante est
constituée de l’âme seule (forme rectangulaire).

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 84
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Figure 38 : Equilibre générale de diffusion

a) Calcul de 𝝉𝒈𝒎𝒂𝒙 :

On doit vérifier que : τgmax = (τd + τ)max ≤ 1.5 × ftj


Avec 𝜏 : Le cisaillement dû à l’ensemble des sollicitations y compris celles des câbles ancrés
à l’about.
et τd appelé cisaillement conventionnel dû à l’effort tranchant Vx calculé par :
2 × Vx
τd =
b × lr
Sur un plan de coupure quelconque horizontal (BC), d’ordonné t par rapport à l’extrados, on
calcule les sollicitations suivantes :
𝑉𝑥 (𝑡) = 𝐹𝑥 (𝑡) − 𝑋 (𝑡)
𝑁𝑇 (𝑡) = 𝐹𝑇 (𝑡) − 𝑇 (𝑡)
Avec :
Fx (t) : La composante parallèle à la fibre « t » des actions des efforts concentrés ;

FT (t) : La composante perpendiculaire à la fibre « t » des actions des efforts concentrés ;


t
X(t) = ∫ σ(x) bdx
0
t
𝑇(t) = ∫ τ(x) bdx
0

Les contraintes dans les fibres extrêmes de la poutre sont calculées les lois de la résistance des
matériaux :
∑ Pi ∑ Pi e0i
σ= ±
S I⁄v

5.52
On obtient ∶ σsup ,inf =
0.72
Donc : σ (t) = Cte = 7.67 MPa

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 85
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

(∑ Pio sin(αi )) × Sg
τmax =
I × bn
h
τmax (t = ) = 2.13 MPa
2
On déduit la distribution des contraintes :
σ(t) = 7.67 MPa
τ(t) = −2,633t² + 4.739t
Par intégration on calcul les sollicitations :
t
X(t) = ∫ σ(x) bdx = 3.061 t
0
t
T(t) = ∫ τ(x) bdx = −0.351t 3 + 0.948t²
0

Et voici les résultats du calcul :


𝑭𝐱 𝑭𝐭 𝑿 𝑻 𝑽𝐱 𝑵𝐭 𝝉𝐝 𝝉 𝝉𝐠
t (m)
(MN) (MN) (MN) (MN) (MN) (MN) (MPa) (MPa) (MPa)
0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
0,2 0 0 0,612 0,035 -0,612 -0,035 -1,701 0,843 -0,858
0,4 1,32 0,88 1,225 0,129 0,092 0,750 0,254 1,475 1,729
0,6 1,32 0,88 1,837 0,265 -0,521 0,613 -1,447 1,896 0,449
0,8 2,66 0,93 2,449 0,427 0,213 0,506 0,591 2,106 2,697
1 2,66 0,93 3,062 0,597 -0,400 0,336 -1,110 2,106 0,996
1,12 4,03 0,93 3,429 0,696 0,599 0,237 1,665 2,005 3,670
1,2 4,03 0,93 3,674 0,758 0,354 0,175 0,984 1,896 2,880
1,4 4,03 0,93 4,286 0,895 -0,258 0,038 -0,716 1,475 0,758
1,6 5,41 0,93 4,899 0,989 0,506 -0,056 1,407 0,843 2,249
1,8 5,41 0,93 5,511 1,024 -0,106 -0,091 -0,294 0,000 -0,294
D’après les résultats obtenus : on a τgmax = 3.670 MPa ≤ 1.5 × ftj = 4.05 MPa

b) Calcul des armatures :


Les armatures transversales sont calculées par :
(𝐕𝐱𝐞 )𝐦𝐚𝐱 − 𝐍𝐭𝐞
𝐀𝐜 =
𝟐⁄ × 𝐟
𝟑 𝐞

Avec Vxe calculé à partir de l’effort tranchant Vx par la relation :


𝟐
𝐟𝐭𝐣
𝐕𝐱𝐞 = 𝐕𝐱 [𝟏 − ( ) ]
𝟑𝛕𝐝

Et Nte est l’effort normal concomitant à (Vxe )max


On obtient les résultats suivants :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 86
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

(𝐕𝐱𝐞 )𝐦𝐚𝐱 = 𝟎. 𝟒𝟐𝟒 𝐌𝐍 , 𝐍𝐭𝐞 = 𝟎. 𝟐𝟑𝟕 𝐌𝐍


Soit : 𝐀𝐜 ≈ 𝟓. 𝟔 𝐜𝐦²

c) Récapitulatif :
On récapitule les résultats dans le tableau ci-dessous :
Nature Section min (cm²) Répartition
As 1,65 Près de la surface d’about
0.63 m à partir de l’about dont 3.10 cm² sur
Ae 6.73
40 cm à partir de l’about
Ac 5.6-1.65-9.076 <0 Pas besoin d’armature aditionnelle
Tableau 38 : Ferraillage de la zone d’about

3. Justification de la bielle d’about :

a) Hypothèses du calcul :
- La section résistante de calcul est la section complète (Poutre + hourdis) ;
- On suppose qu’une fissure inclinée peut prendre naissance à l’intérieur de l’appui,
séparant ainsi un bloc d’about du reste de la pièce ;
- On admet aussi que la transmission des charges appliquées à la poutre se fait sur
l’appui par l’intermédiaire d’une bille unique inclinée d’un angle βu :
1 2τu
βu = max( arctan ( ) ; 30°)
2 σxu − σTu

Figure 39 : Equilibre de la bielle d'appui avec un câble

b) Calcul de 𝜷𝒖 :
- Calcul de τu :
Les composantes verticales et horizontales de la réaction d'appui sont :
R u = 1,67 MN
Hu = 0.00 MN
L'effort tranchant réduit est calculé comme suivant :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 87
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Vu = Ru − ∑ 𝑃𝑖 𝑠𝑖𝑛(𝛼𝑖 )
Avec, Fj : La force de précontrainte après pertes.
Donc : Vu = 0.96 MN
Donc le cisaillement vaut :

𝑉𝑢 × 𝑆𝑔 0.96 × 0.508
𝜏𝑢 = = = 1.89 𝑀𝑃𝑎
𝑏𝑛 × I 0.3645 × 0.71
Et on a :𝛔𝐱𝐮 = 2,689 MPa
On trouve ainsi : βu = 27,34°
On prend : βu = 30° (Valeur minimale limite)

c) Armatures transversales d’effort tranchant


La section At et l’espacement st de ces armatures vérifie la relation suivante
𝐴𝑡 𝑓 𝛾
≥ (𝜏𝑢 − 𝑡𝑗⁄3) 𝑠 × 𝑏𝑛 × 𝑡𝑎𝑛 𝛽𝑢
𝑠𝑡 𝑓𝑒
At
D′ où: ≥ 4,11 cm²/ml
st
Un minimum d'armature transversale est exigé et il est donné par :
At γ
= 0,4 × ( s ) × bn = 3,35 cm2 /ml
st fe
At
Donc on prend: = 4,11 cm2 /ml
st

d) Recherche du rang
On numérote les câbles du bas en haut et on cherche, en s’élevant sur l’axe de l’appareil
d’appui, le niveau r pour lequel on a : tan θr ≤ tan βu et tan θr−1 > tan βu
𝑅𝑢 − ∑ 𝑃𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝛼𝑖
Avec ∶ 𝑡𝑎𝑛 𝜃𝑘 =
∑ 𝑃𝑖 𝑐𝑜𝑠 𝛼𝑖 − 𝐻𝑢
Le rang r existe si :

∑ 𝑃𝑖 𝑐𝑜𝑠𝛼𝑖 − 𝐻𝑢 ≥ (𝑅𝑢 − ∑ 𝑃𝑖 𝑠𝑖𝑛𝛼𝑖 ) 𝑐𝑜𝑡𝑔𝛽𝑢

4,09≥1,67 c’est vérifié


On obtient les résultats suivants :
rang 𝒕𝒂𝒏𝜽𝒌 𝒕𝒂𝒏𝜷𝒖
1 1,56
0,58
2 0,72
3 0,41

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 88
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Ainsi le rang est 3.

e) Calcul du ferraillage :
On a : Zr = dr − db
Avec :
- dr est la distance de l’extrados du câble de rang r
h
- db est la distance à l’extrados de la résultante de compression du béton prise égale à 10

dr = 0.92 m et db = 0.2 m
I
Donc : Zr = 0.72 m < Z = = 1.39
Sg

Donc la section d’acier déterminée dans le cadre de la vérification de l’effort tranchant est à
Z
majorer par le rapport .
Zr

At 1.39
Soit = 10.14 × 0.72 = 19.58 cm²/m répartie sur une longueur de Zr x Cotg βu= 1,25 m
S𝑡

4. Equilibre du coin inférieur


Lorsque la réaction d’appui est appliquée près d’une arrête de la poutre il faut s’assurer
qu’il n y a pas de risque de fendage d’un coin de béton entraînant de l’arrête.

Figure 40 : Equilibre du coin inférieur

Il y a lieu de mettre en place une section minimale d'aciers passifs longitudinaux assurant la
couture du coin inférieur :
0.04R u
Aemin = (5 − 4k) avec 0 ≤ k ≤ 1 calculé géometriquement
σs
Le cas le plus défavorable, correspond à une valeur nulle de k (k=0) :
Aemin = 7.68 cm²

I. Pertes de précontrainte

1. Données
On utilisera les données suivantes pour l’évaluation des pertes :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 89
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Ep = 190 000MPa : Module d’Young des aciers de précontrainte ;


σp0 = 1416 MPa : Tension à l’origine ;
f = 0.18 rd−1 : Coefficient de frottement angulaire ;
φ = 0.002 m : Coefficient de frottement linéaire ;
g = 5 mm : Glissement par recul à l’ancrage ;
ρ 1000 = 2.5 % : Paramètre de relaxation.

2. Pertes instantanées

a) Perte par frottement


Les pertes par frottements sont calculées à chaque abscisse x par la formule suivante:
∆σf (x) = σp0 (1 − e − (fα + φx))
Le tableau des résultats (voir Annexe).

b) Perte par recule d’encrage


Le câble est mis en tension à l’aide de vérins qui s’appuient sur le béton de la poutre, Mais
lorsque ces vérins sont relâchés le câble subit un raccourcissement g qui est lui aussi contrarié
par le frottement entre le câble et la gaine, comme à la mise en tension, mais cette fois en sens
inverse, de sorte que l’influence de ce recul diminue de l’ancrage jusqu’à s’annuler à une
distance d dite distance affectée par le recul d’ancrage.

Le calcul de d :
En pratique, en assimilant les branches d’exponentielle à des droites, la distance d peut être
évaluée par la formule :
gEp
d=√ α
σpo (f × + φ)
l
A l’abscisse x, les pertes par glissement d’ancrage sont données par la formule suivante:
∆σ = σp (x) − σ′ (x) (Pourx ≤ d)
p

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 90
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

σ( d) −σ′p0 σ ( d) −σp0
Avec : x ≤ d ∶ σ′p (x) = ( ) × x + σ′p0 et σp (x) = ( ) × x + σp0
d d

Le tableau des résultats (voir Annexe).

c) Perte due à la non simultanéité de mise en tension des câbles


Cette perte est déterminée par la formule suivante :
n − 1 Ep
∆σn = × × ∆σbcj
2n Eij
Avec
σbcj : Contrainte de compression du béton au niveau du câble au jour « j » de la mise en
tension exprimée par la formule suivante :
∑ Pi cos αi ∑ Pi cos αi × ei Mg
σbcj = + +
B I⁄ I⁄
ej ej
Finalement les pertes de précontraintes instantanées sont données par :
∆σpi = ∆σf + ∆σg + ∆σn
Le tableau des résultats (voir Annexe).

3. Pertes différées

a) Perte due au retrait du béton


On se réfère à la formule suivante :
∆σr = εr × Ep
Avec ε = 3. 10−4 , on trouve: ∆σr = 57 MPa

b) Perte due au fluage du béton


Cette perte s’exprime par la formule suivante :
Ep
∆σfl = (σM + σ∞ )
Ei
Avec :
σ∞ : La contrainte de compression du béton, au niveau du câble, en phase finale ;
σM : La contrainte de compression maximale du béton, au niveau du câble, en phase finale ;
Ei : Module d’Young instantané du béton à âge infini.
Le tableau des résultats (voir Annexe).

c) Perte due à la relaxation de l’acier


Elle est donnée par la formule suivante :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 91
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

6 σpi
∆σρ = × ρ 1000 × ( − µ0 ) σpi
100 fprg
Avec :
ρ 1000 : Relaxation des aciers à 1000 heures en % ;
µ0 = 0.43 Pour les aciers TBR.
Finalement les pertes de précontraintes instantanées sont données par :
5
∆σpd = ∆σr + ∆σfl + ∆σρ
6
Le tableau des résultats (voir Annexe).

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 92
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

J. ETUDE DE L’HOURDIS :

1. Calcul des sollicitations:

a) Calcul de la dalle entre poutres :

(1) Charges permanentes :


Portée de l’hourdis entre les poutres : 𝑎 = 𝐿 𝑒 − 𝐸𝑎 − 2. 𝐻1
Avec :
𝐿 𝑒 : Entraxe des poutres
𝐸𝑎 : Epaisseur de l’âme des poutres
𝐻1 : Hauteur du gousset à sa naissance
D’où :
𝑎 = 2,05 𝑚
Portée de l’hourdis dans le sens longitudinal
𝑏 = 33,6 𝑚
Poids de la dalle 𝑔1 = 0,2 × 2,5 = 0,5 𝑡/𝑚²
Poids de la couche de roulement 𝑔2 = 2,2 × 0,04 + 2,4 × 0,08 = 0,28 𝑡/𝑚²
Poids total 𝑔 = 𝑔1 + 𝑔2 = 0,78 𝑡/𝑚²
Moment isostatique maximale M0 = g × a2 ⁄8 = 0,78 × 2,052 ⁄8 = 0,41 t. m/ml
Moment transversal 𝑀𝑎 = 0,8 × 𝑀0 = 3,3 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚
Moment de continuité M𝑐 = 0,5 × 𝑀0 = 2,05 kN. m/m

0,8 : coefficient de réduction pour l’encastrement partiel aux appuis

(2) Charges routières :


- Moments transversal et longitudinal :
On se base sur les abaques du bulletin technique n°1 de SETRA donnant directement les
différents moments selon la charge routière appliquée.
Les abaques sont donnés en fonction de trois paramètres :
a : dimension du côté de la dalle perpendiculaire à l’axe de l’ouvrage 𝑎 = 2,05 𝑚
b : dimension du côté de la dalle parallèle à l’axe de l’ouvrage 𝑏 = 34 𝑚
𝑬 = 𝟎, 𝟕𝟓(𝐄𝐜𝐞 + 𝐄𝐫𝐬) + 𝟎, 𝟓𝑬𝒅 : la hauteur de répartition 𝐸 = 0,19 𝑚

On multiplie les résultats obtenus des différents abaques par le coefficient de majoration
dynamique :
0,4 0,6
𝛿 =1+ +
1 + 0,2𝐿 1 + 4 × 𝐺
𝑆
Avec 𝐿 = inf (sup(𝐿 𝑟𝑖𝑣𝑒 , 𝐿 𝑅 ) ; 𝑃𝑜𝑟𝑡é𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒)

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 93
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

𝐋𝐫𝐢𝐯𝐞 : distance entre poutre de rive Lrive = 8,4 m


𝐋𝐑 : largeur roulable LR = 8 𝑚
𝐋 = 𝟖, 𝟒 𝐦
𝑮: Le poids total, y compris la superstructure, d’une section de couverture de longueur L et
d’une largeur égale à celle du pont.

𝐺 = 8,4 × 10 × (2,5 × 0,2 + 2,4 × 0,08 + 2,2 × 0,04) + 8,4 × 1,66 = 79,464 𝑡
S : Poids total des essieux du système de charge majoré par les coefficients bc et bt pour les
systèmes Bc et Bt.
Système de charge Cas de charge possibles 𝑺 (t) 𝜹
𝐵𝑐 : bc = 1,1 2 files 1,1 × 60 = 66 1,252
Bt : bt = 1 2 tandems 1 × 64=64 1,249
Br 1 roue 10 1,167
Mc 120 1 convoi 110 1,303
Roue de 6t Une seule roue 6 1,160
 Le coefficient bc ou bt pour les charges Bc et Bt : bc = 1,1 et bt = 1
 Le coefficient de pondération des charges : 1,2
 Le coefficient de réduction tenant compte de l’encastrement partiel de la dalle sur
appuis : 0,8 en général
On trouve après lecture :
Moment transversal 𝐌𝐚 Moment longitudinal 𝐌𝐛
Désignation Référence BT1 Ma Référence BT1 Mb
de la charge
Abaque Page 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚 Abaque Page 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚
Camions Bc 9 24 25,23 25 40 12,21
Système Bt 10 25 23,60 15 30 10,90
Roue Br 30 45 16,25 20 35 11,22
Système Mc120 35 50 28,20 --- --- ---
Apres majoration :

Moment transversal 𝐌𝐚 Moment longitudinal 𝐌𝐛


Désignation Référence BT1 Ma Référence BT1 Mb
de la charge 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚
Abaque Page Abaque Page
Camions Bc 9 24 33,35 25 40 16,14
Système Bt 10 25 28,29 15 30 13,07
Roue Br 30 45 18,20 20 35 12,57
Système Mc120 35 50 35,27 --- --- ---
- Moments de continuité:

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 94
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

a : dimension du côté de la dalle perpendiculaire à l’axe de l’ouvrage 𝑎 = 2,05 𝑚


b : dimension du côté de la dalle parallèle à l’axe de l’ouvrage 𝑏 = 34 𝑚
𝑬: 𝐥𝐚 𝐡𝐚𝐮𝐭𝐞𝐮𝐫 𝐝𝐞 𝐫é𝐩𝐚𝐫𝐭𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧 = 𝟎, 𝟕𝟓(𝐄𝐜𝐞 + 𝐄𝐫𝐬) + 𝟎, 𝟓𝑬𝒅 𝐸 = 0,19 𝑚
A : demi largeur de l’appui = (0,25/2) + 0,15 du gousset A= 0,275 m

Moment de continuité sur poutre Moment de continuité sur


Désignation 𝐌𝐜𝐩 entretoise 𝐌𝐜𝐞
de la charge Référence BT1 Mcp Référence BT1 Mce
Abaque Page 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚 Abaque Page 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚
système Bc 5 91 28,04 -- -- --
Système Bt 10 96 20,33 -- -- --
Système Mc120 27 113 22,24 28 114 27,83
Apres majoration :
Moment de continuité sur poutre Moment de continuité sur
Désignation 𝐌𝐜𝐩 entretoise 𝐌𝐜𝐞
de la charge Référence BT1 Mcp Référence BT1 Mce
Abaque Page 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚 Abaque Page 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚
système Bc 5 91 38,61 -- -- --
Système Bt 10 96 25,39 -- -- --
Système Mc120 27 113 28,97 28 114 36,26

b) Etude de la dalle en encorbellement :

(1) Charges permanentes :

Figure 41: S chéma de la dalle en encorbellement

Désignation T(t/ml) Bras de levier (z(m)) Moment (t.m/ml)


Poids propre 2.5 x 0.2 x 0.675 0.3375 0.337 0.1137
Chape étanchéité 2.2 x 0.04 x 0.675 0.059 0.337 0.02
Corps du trottoir 2 x 0.3 x 0.225 0.135 0.123 0.018
Contre corniche 2.5 x 0.3 x 0.15 0.1125 0.32 0.036
Corniche 2.5 x 0.192 0.48 0.695 0.3336

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 95
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Garde-corps 0.034 0.675 0.023


T = 11,58 kN M c = 5,4 kN.m/ml
Tableau 39: S ollicitations de la dalle en encorbellement

(2) Charges d’exploitations :


- Charges locales sur le trottoir :
La charge locale répartie est qtr = 0,45t/m2 ce qui donne
Q 1 = 0,45 × 0,675 = 3,037 KN/ml = 0,3037 t/ml
La poussée sur le garde-corps compatible avec la charge locale est :
Q 2 = 0,5 × (1 + la largeur du trottoir ) = 0,5 × (1 + 1) = 1 KN⁄ml = 0,1 t/ml
Le moment produit par les charges locales sur trottoir est :
Désignation T (KN/m) Bras de levier Z (m) 𝐌𝐞 (kN.m/m)
Charge locale sur trottoir 3,037 0,337 1,023
Poussée sur le garde corps 1 0,675 0,675
Total 1,7 kN.m/m
- Moments d’encastrement et longitudinal :
Les paramètres à définir sont :
a : dimension du côté de la dalle perpendiculaire à l’axe de l’ouvrage 𝑎 = 2,05 𝑚
𝑬: 𝐥𝐚 𝐡𝐚𝐮𝐭𝐞𝐮𝐫 𝐝𝐞 𝐫é𝐩𝐚𝐫𝐭𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧 = 𝟎, 𝟕𝟓(𝐄𝐜𝐞 + 𝐄𝐫𝐬) + 𝟎, 𝟓𝑬𝒅 𝐸 = 0,19 𝑚
On se réfère aux abaques du BT1 :
Moment d’encastrement 𝐌𝐞 Moment longitudinal𝐌𝐛
Désignation
Référence BT1 Me Référence BT1 Mb
de la charge
Abaque Page 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚 Abaque Page 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚
Roue de 6t sur
4 176 26,77
trottoir
Roue de 6t sur
trottoir de route 9 181 17,40
nationale
Apres majoration :
Moment d’encastrement 𝐌𝐞 Moment longitudinal𝐌𝐛
Désignation
Référence BT1 Me Référence BT1 Mb
de la charge
Abaque Page 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚 Abaque Page 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚
Roue de 6t sur
4 176 37,26
trottoir
Roue de 6t sur
trottoir de route 9 181 24,22
nationale

c) Récapitulatif des sollicitations :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 96
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Dalle entre poutres Dalle en encorbellement


Charges Ma 3,3 𝐾𝑁. 𝑚/𝑚
𝑀𝑒 = 5,4 𝑘𝑁. 𝑚/𝑚
permanente Mc 2,05 𝐾𝑁. 𝑚/𝑚
Max(Bc , Bt , Br ) Mc120 Roue de 6t
Ma 33,35 35,27
Mb 16,14 ---- Mtr = 1,7 kN. m/m
Charges
Me = 37,26 kN. m/m
d’exploitation Mcp 38,61 28,97 Mb = 24,22 kN. m/m
Mce ---- 36,26

d) Combinaisons :
Pour la dalle entre poutres :
A l’ELU :
Mu = 1,35 × MG + Max[1,605 × Max(Bc ,Bt , Br ); 1,35 × Mc120 ]
A l’ELS :
Ms = MG + Max[1,2 × Max(Bc , Bt , Br ); Mc120 ]
Pour la dalle en encorbellement :
1,35G + 1,605(Charge locale)
Mu = Max {
1,35G + 1,605(Roue de 6t)
G + 1,2( Charges loacales)
Ms = Max {
G + (Roue de 6t)

Dalle entre poutres Dalle en encorbellement


Moment
Moment de
𝑘𝑁. 𝑚 Moment de Moment Moment Moment
continuité
transversal continuité longitudinal d’encastrement longitudinal
longitudinal
transversal
ELU 57,98 64,73 25,90 48,95 67,09 38,87
ELS 43,32 48,38 19,36 36,26 42,66 24,22
Tableau 40: S ollicitations de l'hourdis

2. Calcul du ferraillage :

(1) Hypothèses de calcul :


 La fissuration est considérée comme préjudiciable.
 Fc28=30 MPa.
 Acier fe500
 Enrobage de 3 cm

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 97
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

(2) Section des armatures :


ELU ELS
Moment Armatures
𝐌𝐮 (𝒕) 𝝁 𝜶 Z A 𝐌𝐬 (𝒕) A
transversal 5,798 0,118 0,157 0,159 8,372 4,33 11,35 6HA16
De continuité
Dalle 6,473 0,132 0,177 0,158 9,426 4,84 12,76 5HA20
transversale
entre les
Longitudinal 2,59 0,053 0,068 0,165 3,602 1,93 4,88 3HA16
poutres
De continuité
4,895 0,100 0,131 0,161 6,990 3,62 9,411 5HA16
longitudinale
Dalle en D’encastreme
6,709 0,137 0,184 0,157 9,799 4,26 11,17 6HA16
encorbelle nt
ment Longitudinal 3,887 0,079 0,103 0,163 5,485 2,42 6,164 4HA16
Tableau 41: Ferraillage de l'hourdis

(3) Vérification au poinçonnement :


Conformément aux prescriptions de l’article A.5.2, 4 des règles BAEL91, il y a lieu de
vérifier la résistance du hourdis au poinçonnement par effort tranchant sous l’effet des charges
localisées du système B.
Aucune armature d’effort tranchant n’est requise si la condition suivante est satisfaite :
𝒇𝒄𝟐𝟖
𝑸𝒖 < 𝑸𝒍𝒊𝒎 = 𝟎, 𝟎𝟒𝟓 𝒖𝒄  𝒉 
𝒃
Avec :
 Q u : Charge de calcul vis à vis de l’E.L.U : Q u = Q  Q

Où : 𝑄 (𝐵𝑐) = 60 𝑘𝑁 ; 𝑄(𝐵𝑡) = 80 𝑘𝑁 ; 𝑄(𝐵𝑟) = 100 𝑘𝑁


 Q (ELU) = 1,6 pour le système B.

 δ : Coefficient de majoration dynamique pour le système B


 uc : Périmètre du rectangle de répartition en cm : 𝑢 𝑐 = 2(𝑢 + 𝑣)
Où u et v sont les dimensions du rectangle de répartition en cm.
On admet que les chargées localisées appliquées à la surface de la dalle se diffusent
suivant un angle de 45° jusqu’au plan moyen. En ce qui concerne le revêtement qui est en
général composé de matériaux moins résistants que le béton, l’angle de diffusion des charges
diminue à 37°.
Ainsi si une charge localisée s’applique suivant une aire rectangulaire de
dimension(u0 , v0 ), celle-ci se répartit au niveau du plan moyen de la dalle sur une aire
rectangulaire de dimension (u, v) appelée rectangle de répartition, tel que :

u = u0 + 2. tg(37°). hr + 2. (hd ⁄2) = u0 + 1,5. hr + h


v = v0 + 1,5. hr + h
Avec :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 98
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

 ℎ𝑟 : épaisseur de la couche de roulement ;


 h : Hauteur du hourdis en cm.
 b : Coefficient de sécurité (b = 1,5).
On établit, donc, le tableau suivant :
Vérification au poinçonnement
Charge 𝑸 𝒖𝟎 𝒗𝟎 𝒖 𝒗 𝒖𝒄 𝑯 𝑸𝒖 𝑸𝐥𝐢𝐦 𝑸𝒖 < 𝑸𝒍𝒊𝒎
Bc 60 25 25 63 63 252 20 120,192 453,6 ok
Bt 80 60 25 120 85 410 20 159,872 738 ok
Br 100 60 30 105 75 360 20 186,72 648 ok
Tableau 42: Vérification d poinçonnement

3. Dimensionnement de la prédalle :

a) Hypothèses de calcul:
 La fissuration est préjudiciable
 𝑓𝑐28 = 35 𝑀𝑃𝑎

b) Calcul des sollicitations:


On dimensionne la prédalle de telle manière à résister à tous les efforts susceptibles d’être
appliquée à celle-ci soit en phase du chantier ou en service.

(1) Phase provisoire (du chantier) :


On doit dimensionner la prédalle pour qu’elle résiste aux efforts induits par la manutention et
la mise en place :
- Manutention :

La charge surfacique due au poids propre est : 𝐺 = 0,06 × 2,5 = 0,15 𝑡/𝑚²

La charge linéaire à l'ELU est : 𝑃𝑢 = 1,35 × 𝐺 = 0,20 𝑡/𝑚


𝑃𝑢 ×𝑙
Les réactions au niveau de A et de B sont : 𝑅𝐴 = 𝑅𝐵 = 2
= 0,13 𝑡

La section des aciers du levage est:


𝑅𝐴
𝐴𝑙 = = 0,03 𝑐𝑚² 𝑆𝑜𝑖𝑡 𝑢𝑛 𝑓𝑒𝑟𝑟𝑎𝑖𝑙𝑙𝑎𝑔𝑒 𝑑𝑒 ∶ 2𝑇6
𝑓𝑒
𝛾𝑠
Le moment ultime au niveau d'encastrement A est:

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 99
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

𝑃𝑢 𝑙²
𝑀𝐴 = = 0,03 𝑡. 𝑚/𝑚𝑙
12
On trouve la section d'armatures suivante:

𝑨𝒔 = 𝟎, 𝟐𝟑 𝒄𝒎²/𝒎𝒍
- Mise en place :
1,3²
Le moment ultime est : 𝑀𝑡 = P𝑢 × = 0,042 t. m/ml
8

On trouve la section d'armatures suivante :


𝑨𝒔𝟏 = 𝟎, 𝟑𝟑 𝒄𝒎²/𝒎𝒍

(2) Coulage du béton:


La charge surfacique due à l'hourdis : 𝑔ℎ = 2,5 × (0,2 − 0,06) = 0,35 𝑡/𝑚
La charge d'exploitation du chantier : 𝑞𝑐 = 0,1 𝑡/𝑚
La charge linéaire à l'ELU est :
𝑃𝑢 = 1,35 × 0,15 + 1,5 × (0,35 + 0,1) = 0,8775 𝑡/𝑚
Le moment en travée :
1,3²
𝑀𝑡 = P𝑢 × = 0,1853 t. m/ml
8
On trouve la section d'armatures suivante:
𝑨𝒔𝟐 = 𝟏, 𝟓 𝒄𝒎²/𝒎𝒍
Vérification de la contrainte de cisaillement:
On a:
1,3
𝑉𝑢 = 𝑃𝑢 × = 0,57 𝑡
2
𝑉𝑢
𝜏𝑢 = = 0,19 𝑀𝑃𝑎 ≤ 0,05 × 𝑓𝑐28 = 1,75 𝑀𝑃𝑎:
1× 𝑑

Pas d’armatures verticales pour la prédalle.

(3) Phase de service :


Pour les moments (voir § calcul des sollicitations dans l’ hourdis)
Le moment en travée :
𝑀𝑎𝑢 = 5,798 𝑡. 𝑚/𝑚 & 𝑀𝑎𝑠 = 4,332 𝑡. 𝑚/𝑚
La section d'armatures correspondante:
𝐴𝑠3 = 10,02 𝑐𝑚²/𝑚𝑙
Donc la section à retenir égale à:
𝐴𝑠 = max(𝐴𝑠1 ; 𝐴𝑠2 ; 𝐴𝑠3 ) = 10,02 𝑐𝑚²/𝑚𝑙
On retient donc :
𝑙𝑒 𝑓𝑒𝑟𝑟𝑎𝑖𝑙𝑙𝑎𝑔𝑒 𝑠𝑢𝑖𝑣𝑎𝑛𝑡 ∶ 5𝐻𝐴16

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 100
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

c) Vérification de la contrainte de cisaillement :

(1) Charges permanentes :


1- poids propre 0,15 t/m²
2- hourdis 0,35 t/m²
3- étanchéité 0,1 t/m²
4- revêtement 0,2 t/m²
La charge totale est : 𝐺 = 0,8 𝑡/𝑚²
La charge linéaire à l'ELU est :
𝑃𝑢 = 1,35 × 𝐺 = 1,08 𝑡/𝑚𝑙
𝑙 𝑝𝑑 × 𝑃𝑢
𝑉𝑢1 = = 0,702 𝑡
2

(2) Charges d’exploitation :


- Charge AL
La charge linéaire à l'ELU est :
𝑃𝑢 = 1,605 × 1 × 𝐴(𝑙 ) = 1,605 × 0,901 = 1,44 𝑡/𝑚𝑙
𝑉𝑢𝐴 = 𝑙 𝑝𝑑 × 𝑃𝑢 = 0,94 𝑡
- Système B :
C’est le système Br qui présente cas le plus défavorable, pour le calcul de l’effort tranchant :
Pour une charge roulante 10t :
𝑃𝑢𝑡 = 1,605 × 1,174 × 10 = 18,78 𝑡
𝑉𝑢𝑡 = 𝑃𝑢𝑡 = 18,78 𝑡
- Système Mc120
Pour Charge roulante 9,02 t/ml.
𝑃𝑢𝑀𝑐 = 1,35 × 1,321 × 9,02 = 16,1𝑡
𝑃𝑢𝑀𝑐
𝑉𝑢𝑀𝑐 = = 8,04𝑡
2
- Effort tranchant total :
𝑉𝑢 = 𝑉𝑢1 + 𝑚𝑎𝑥 (𝑉𝑢𝑡 ; 𝑉𝑢𝑀𝑐 ; 𝑉𝐴 )
𝑉𝑢 = 0,702 + 18,78 = 19,482 𝑡
- Cisaillement :
𝑉𝑢 0,19482
𝜏𝑢 = = = 1,14 𝑀𝑃𝑎 ≥ 0,35𝑀𝑃𝑎 (𝑅è𝑔𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑢𝑡𝑢𝑟𝑒)
1× (ℎ−𝑑′) 1×(0,2−0,03)

La règle de couture n’est pas respecté d’où la nécessité des armatures transversales.
- Calcul des aciers de glissement :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 101
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

𝑓𝑐
On a: 𝜏𝑢 = 1,14 𝑀𝑃𝑎 ≤ min (0,2 × 𝛾𝑏 ; 5𝑀𝑃𝑎) = 4,67 𝑀𝑃𝑎 ⟹ 𝐴𝑟𝑚𝑎𝑡𝑢𝑟𝑒𝑠 𝑑𝑟𝑜𝑖𝑡𝑒𝑠: 90°

Calcul d’acier :
𝐴𝑡 𝜏𝑢

𝑏0 × 𝑆𝑡 𝑓
0,9 × 𝛾𝑠𝑒

D’où:
𝐴𝑡 𝑓 500
≥ 𝜏𝑢 × 𝑏0 × 0,9 × 𝑒 = 1,14 × 1 × 0,9 × = 33,22 𝑐𝑚²/𝑚𝑙
𝑆𝑡 𝛾𝑠 1,15
On choisit :
𝑆𝑡 = 15 𝑐𝑚 ⟹ 𝐴𝑡 = 4,98 𝑐𝑚2
On prend des files de grecques en T8 avec espacement de : 𝑒 = 0,20 𝑚
Vérification :
𝐴𝑡 = 2 × 0,503 × 10,2 = 5,03 𝑐𝑚² ≥ 4,3 𝑐𝑚²

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 102
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

K. ETUDES DES ENTRETOISES :


Le fonctionnement d’une entretoise d’about se rapproche de celui d’une poutre continue, les
charges prises en compte pour le dimensionnement sont :
 Le poids propre de l’entretoise compté depuis les nus des poutres ;
 Le poids de l’hourdis et de la chaussée se situant à la zone limitée par les goussets,
l’extrémité du tablier et les droites à 45° : voir schéma après ;
 Les charges réglementaires B et Mc120 ;
 L’action des vérins lors du soulèvement du tablier.

1. Calcul des sollicitations :


Pour calculer le moment en travée, on considère que la poutre est isostatique et on applique un
coefficient minorateur de 0,8 au résultat obtenu.

a) En service :

(1) Poids propre de l’entretoise :

Le poids propre de l’entretoise 𝑃 = 0,4 × 1,4 × 2,5 = 1,4 𝑡/𝑚𝑙


La réaction d’appui 𝑅 = 𝑃 × 2,4⁄2 = 1,68 𝑡
Le moment isostatique M0 = (𝑅 × 2,8⁄2) − 𝑃 × (2,4⁄2) × (2,4⁄4) = 1,344 𝑡. 𝑚
Le moment en travée Mt = 0,8 × M0 = 1,075 t. m
Le moment sur appui Ma = −0,88 t . m (formulaire du calcul de structure)
L’effort tranchant maximal Tmax = 1,68 t

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 103
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

2,4 2
(3 − (2,8) )
Ma = P × 2,8 × 2,4 × = −0,88 𝑡. 𝑚
24
(2) Charges dues à la superstructure :

La densité surfacique des charges de la superstructure :


𝑔 = 2,5 × 0,2 + 2,2 × 0,04 + 2,4 × 0,08 = 0,78 𝑡/𝑚2

2,4
Charge 𝐏𝟏 P1 = g × (0,7 + ) = 1,482 t/m
2
La réaction d’appui 𝑅 = P1 × 2,4⁄2 = 1,778 𝑡
Le moment isostatique M0 = (𝑅 × 2,8⁄2) − 𝑃 × (2,4⁄2) × (2,4⁄4) = 1,422 𝑡. 𝑚
Le moment en travée Mt = 0,8 × M0 = 1,138 t. m
Le moment sur appui Ma = −0,94 t . m ; (formulaire du calcul de structure)
L’effort tranchant maximal Tmax = 1,778 t
2,4 2
(3 − ( ) )
2,8
Ma = P × 2,8 × 2,4 × = − 0,94 𝑡. 𝑚
24
(3) Sollicitations dues aux charges routières :
- Le système 𝐁𝐜 :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 104
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Réaction d’appui 𝑅 = 12 𝑡
Moment isostatique : 𝐛𝐜 = 𝟏, 𝟏; 𝛅 = 𝟏, 𝟐𝟒𝟗 M0 = bc × δ × (R × 2,8⁄2 − 12 × 0,25) = 19 t. m
Moment en travée Mt = 0,8 × M0 = 15,2 t. m
1,15(2,8 − 1,15)
Moment sur appui Ma = −bc × δ × 12 × = −11,19 t. m
2,8
Effort tranchant maximal Tmax = 1,1 × 1,252 × 12 = 16,52 𝑡
- Le système 𝐁𝐭 :

Réaction d’appui 𝑅 = 16 𝑡
Moment isostatique : 𝐛𝐭 = 𝟏; 𝛅 = 𝟏, 𝟐𝟒𝟔 M0 = b𝑡 × δ × (R × 2,8⁄2 − 16 × 0,5) = 17,98 t. m
Moment en travée Mt = 0,8 × M0 = 14,38 t. m
0,9 × (2,8 − 0,9)
Moment sur appui Ma = −bt × δ × 16 × = −12,20 t. m
2,8
Effort tranchant maximal 𝑇𝑚𝑎𝑥 = 1 × 1,249 × 16 = 19,984 𝑡
- Le système 𝐁𝐫 :

Réaction d’appui 𝑅=5𝑡


𝑃×𝐿
Moment isostatique : 𝐛𝐭 = 𝟏; 𝛅 = 𝟏, 𝟐𝟒𝟔 M0 = δ × = 8,169 𝑡. 𝑚
4
Moment en travée Mt = 0,8 × 8,169 = 6,5352 t. m

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 105
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

1,4 × (2,8 − 1,4)2


Moment sur appui Ma = −δ × 10 × = −4,08 t. m
(2,8)2
Effort tranchant maximal 𝑇𝑚𝑎𝑥 = 1,167 × 5 = 5,835 𝑡
- Le système 𝐌𝐜𝟏𝟐𝟎 :

La charge de la chenille (110/2=55 t) est répartie sur un rectangle de largeur 1m et de


longueur 𝑙 = 0,7 + 2,4⁄2 − 0,25 = 1,65 𝑚
Densité linéaire de la charge 𝑃 = 55 × 1,65⁄6,1 = 14,88 𝑡 ⁄𝑚𝑙
Réaction d’appui 𝑅 = 𝑃 × 1⁄2 = 7,44 𝑡
Moment isostatique : 𝜹 = 𝟏, 𝟑𝟎𝟑 M0 = 1,3 × (R × 2,8⁄2 − P × 0,5 × 0,25) = 11,148 t. m
Moment en travée Mt = 0,8 × M0 = 8,918 t. 𝑚
1
3 − (2,8)²
Moment sur appui : 𝜹 = 𝟏, 𝟑𝟎𝟑
Ma = −𝛿 × 𝑞 × 2,8 × 1 × = −6,497 t. m
24
Effort tranchant maximal : 𝜹 = 𝟏, 𝟑𝟎𝟑 𝑇𝑚𝑎𝑥 = 1,303 × 7,44 = 9,69 𝑡

(4) Tableau récapitulatif :


Désignation de la charge 𝐌𝐭 (𝐭. 𝐦) 𝐌𝐚 (𝐭. 𝐦) 𝐓𝐦𝐚𝐱 (𝐭)
Charge Poids propre 1,075 -0,88 1,68
permanente Superstructure 1,138 -0,94 1,778
Bc 15,2 -11,19 16,52
Charge Bt 14,38 -12,20 19,984
d’exploitation Br 6,5352 -4,08 5,835
Mc120 8,918 -6,497 9,69
Apres applications des combinaisons :
ELU ELS
Expression 1,35𝑀𝐺 + 𝑀𝑎𝑥 [1,605𝑀𝑎𝑥(𝑀𝐵 ); 1,35𝑀𝑐120 ] MG + Max[1,2Max(MB ); Mc120 ]
Sur
𝐌𝐭𝐮 = 𝟐𝟕, 𝟑𝟖 𝐭. 𝐦 𝐌𝐭𝐬 = 𝟐𝟎, 𝟒𝟓 𝐭. 𝐦
M travée
résultat
Sur
𝐌𝐚𝐮 = −𝟐𝟐, 𝟎𝟒 𝐭. 𝐦 𝐌𝐚𝐬 = − 𝟏𝟔, 𝟒𝟔 𝐭. 𝐦
appui
Expression 1,35𝑇𝐺 + 𝑀𝑎𝑥 [1,605𝑀𝑎𝑥 (𝑇𝐵 ); 1,35𝑇𝑐120 ] TG + Max[1,2Max(TB ); Tc120 ]
T
résultat 𝐓𝐮 = 𝟑𝟔, 𝟕𝟒 𝐭 𝐓𝐬 = 𝟐𝟕, 𝟒𝟒 𝐭
Tableau 43: S ollicitations en service des entretoises

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 106
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

b) Sollicitations dues au vérinage :


Le soulèvement du tablier se fait par quatre vérins disposés de la manière suivante :

Figure 42: Position des verins

On suppose que :
 les vérins sont des appuis simples;
 Il n’y a pas de surcharge lors du soulèvement du tablier.
Le poids par mètre linéaire de l’entretoise y compris l’hourdis et la superstructure associée :
On se base sur le calcul déjà fait au début du chapitre
𝑞 = 1,4 + 0,78 × (0,7 + 2,4⁄2) = 2,882 𝑡/𝑚𝑙
Le poids supporté par une poutre y compris l’hourdis et la superstructure associée :
Poutre de rive : Fr = [2,153 + 1,4 + 1,04] × 35⁄2 = 75,13 t
Poutre intermédiaire : Fi = [2,153 + 1,1 + 0,9075] × 35⁄2 = 78,05 t

Moment fléchissant :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 107
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Effort tranchant :

Tableau récapitulatif :
|𝑴𝒎𝒂𝒙 | en t.m |𝑻𝒎𝒂𝒙 | sur appuis en t
Entretoise de rive 45,60 76,85
Entretoise intermédiaire 22,74 83,81
Tableau 44: S ollicitations de vérinage des entretoises

2. Ferraillage :

a) Hypothèses de calcul :
 fc28 = 30 MPa
 fe = 500 MPa

b) Les moments :

Entretoise de rive Entretoise intermédiaire


Niveau d’armatures Sup Inf Sup Inf
Cas défavorable Vérinage Service Service Vérinage
Section la plus sollicitée Sur appui En travée Sur appui En travée
1,35 × 45,6 1.35 ∗ 22,74
Moment dimensionnant 27,38 t.m 22,04 t.m
= 61,56 𝑡. 𝑚 = 30,70 𝑡. 𝑚
Tableau 45: S ollicitations de calcul des entretoises

c) Effort tranchant :

Cas le plus défavorable Effort tranchant


Au voisinage de l’appui vérinage 83,81 t
En s’éloignant de l’appui service 36,74 t

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 108
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

d) Géométrie de la section de calcul :

Figure 43: S ection de calcul des entretoises

Dimensions de la section
b h0 b0 d
1,00 m 0,20 m 0,40 m 1,55 m

e) Les armatures :

(1) Armatures longitudinales :


En respectant la condition de non fragilité (A.4.2, chapitre A4, BAEL91, cas de la flexion
simple) :
0,23 × 𝑓𝑡28
𝑓𝑐28 = 30 𝑀𝑃𝑎 𝑒𝑡 𝑓𝑒 = 500 𝑀𝑃𝑎 ==> 𝐴 ≥ × 𝑏0 × 𝑑 = 6,84 𝑐𝑚²
𝑓𝑒
Section d’acier Barres adoptées
Entretoise de rive 9,025 5HA16
Armatures sup
Entretoise intermédiaire 7,046 4HA16
Entretoise de rive 7,046 4HA16
Armatures inf
Entretoise intermédiaire 7,046 4HA16
Tableau 46: Ferraillage longitudinal des entretoises

(2) Les armatures de peau :


Il s’agit de mettre sur chaque face verticale de l’entretoise une densité d’armatures minimale
qui est donnée par le règlement BAEL91, modifié99. (Article A.8.3), elle vaut au moins
3cm2 /ml de hauteur d’entretoise soit 𝟑 × 𝟏, 𝟔 = 𝟒, 𝟖 𝒄𝒎² on prend : 7HA10

(3) Armatures transversales :


- Au voisinage d’appui:
𝑨𝒕 𝝉𝒖 × 𝒃𝟎

𝑺𝒕 𝟎, 𝟗 × 𝒇𝒆
𝜸𝒔
V𝑢 0,8381
La contrainte du cisaillement : 𝜏umax = b = = 1,35 MPa
0× d 0,4× 1,55

Espacement de deux cours successifs d’armatures : 𝑆𝑡 ≤ 𝑀𝑖𝑛(0,9 × 𝑑; 40 ) = 40 𝑐𝑚

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 109
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

𝐴𝑡 𝜏 × 𝑏0 1,35 × 0,4
≥ 𝑢 = = 13,8 𝑐𝑚²/𝑚𝑙
𝑆𝑡 𝑓 500
0,9 × 𝛾𝑒 0,9 × 1,15
𝑠

On choisit : 𝑆𝑡 = 15 𝑐𝑚 ⟹ 𝐴𝑡 = 2,07 𝑐𝑚²


- A mi- travée :
𝑉𝑢 0,3674
𝜏𝑢 = = = 0,6 𝑀𝑃𝑎
𝑏0 × 𝑑 0,4 × 1,55
𝐴𝑡 𝜏 × 𝑏0 0,6 × 0,4
≥ 𝑢 = = 6,13 𝑐𝑚²/𝑚𝑙
𝑆𝑡 𝑓 500
0,9 × 𝛾𝑒 0,9 × 1,15
𝑠

On choisit : 𝑆𝑡 = 30𝑐𝑚 ⟹ 𝐴𝑡 = 1,84 𝑐𝑚²


On trouve les résultats suivant :
𝛕𝐮 (𝑴𝑷𝒂) 𝐒𝐭 (𝒄𝒎) Section 𝐀𝐭 (𝒄𝒎𝟐 ) armatures
Sur appui 1,35 15 2,07 2 cadres de HA10
En travée 0,6 30 1,84 2 cadres de HA8
Tableau 47: Feraillage transversal des entretoises

𝑓𝑐28
𝜏umax ≤ 𝑀𝑖𝑛 (0,15 × ; 5 𝑀𝑃𝑎) = 3 𝑀𝑃𝑎 ⟹ 𝐴𝑟𝑚𝑎𝑡𝑢𝑟𝑒𝑠 𝑑𝑟𝑜𝑖𝑡𝑒𝑠 ∶ 90°
𝛾𝑏

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 110
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

L. APPAREILS D’APPUIS :

1. Evaluation des déformations :


Béton : fc28=30 MPa

a) Rotation d’appui :
𝑔×𝐿3
Rotation sous le poids propre : 𝑔 =
(24 𝐸𝑣 𝐼)

𝑞  𝐿3
Rotation sous les surcharges :  𝑞 = (24 𝐸𝑖 𝐼)

Avec :
 𝑔 : le poids d’une poutre y compris l’hourdis et les superstructures (𝑔 = 4,46 𝑡/𝑚𝑙).
 𝐿 : la portée de la travée (L = 35 m).
 𝐼 : le moment d’inertie de la poutre en section complète (𝐼 = 0,6799 𝑚4 ).
 𝐸𝑣 : Le module différé de déformation du béton pour les charges de durée d’application
supérieure à 24h (𝐸𝑣 = 11393 MPa).
 𝐸𝑖 : le module instantanée de déformation du béton pour les charges de durée
d’application inférieure à 24h (𝐸𝑖 = 34180 𝑀𝑃𝑎).
𝒈(𝒕⁄𝒎𝒍) 𝒒 (𝒕⁄𝒎𝒍) 𝑳(𝒎) 𝐄𝐢 (𝐌𝐏𝐚) 𝐄𝐝 (𝐌𝐏𝐚) 𝐈(𝒎𝟒 ) 𝛂𝐠 (𝒓𝒂𝒅) 𝛂𝐪 (𝒓𝒂𝒅)
4,46 6,972 35 34180 11393 0,6799 10,2. 10−3 5,36. 10−3

A vide En service
Rotation totale 𝛼 = 𝛼𝑔 = 10,2. 10−3 𝛼 = 𝛼𝑔 + 𝛼𝑞 = 15,56. 10−3

b) Déplacement d’appui :

 𝐷é𝑝𝑙𝑎𝑐𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑑û à 𝑙𝑎 𝑟𝑜𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑’𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖 ∆𝛼 :


 Déplacement dû au retrait ∆r :
 Il est dû à l’évaporation de l’eau qui chimiquement n’était pas nécessaire
pour la prise du ciment mais qui était indispensable pour obtenir une
consistance plastique du béton pour faciliter sa mise en œuvre.
 La déformation de retrait est prise égale à : ε = −4. 10−4 𝑚/𝑚.
 𝐷é𝑝𝑙𝑎𝑐𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑑û à 𝑙𝑎 𝑣𝑎𝑟𝑖𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑡𝑒𝑚𝑝é𝑟𝑎𝑡𝑢𝑟𝑒 :
 A partir de la température ambiante, on envisage une variation saisonnière
(longue durée) de ±20°C, et une variation journalière (instantanée) de
±10°C.

∆𝜶 ∆𝛼 = 𝛼 × ℎ⁄2 = 15,56. 10−3 × 1,8⁄2 ∆𝛼 = +14,004. 10−3 𝑚

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 111
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

∆𝒓 ∆𝑟 = 𝜀 × 𝐿 ⁄2 = −4. 10−4 × 35⁄2 ∆𝑟 = −7,00. 10−3 𝑚


Courte durée ∆𝑡 = ±10−4 × 35⁄2 ∆𝑡𝑐 = ±1,75. 10−3 𝑚
∆𝒕
Longue durée ∆𝑡 = ±3,15 × 10−4 × 35⁄2 ∆𝑡𝑙 = ±5,50. 10−3 𝑚

c) Réaction d’appui :
Les efforts normaux sollicitant les appareils d’appui sont déduits des réactions d’appui dus
aux différents cas de charge en divisant par le nombre de plaques par appuis : 4 plaques pour
les culées et 2×4 pour les piles.
Pour le calcul des réactions d’appui on utilisera les combinaisons suivantes :
A l’ELU A l’ELS
𝑹𝒎𝒊𝒏 𝑅(𝐺) 𝑅(𝐺)
[ (
𝑅 1,35𝐺 + 1,605𝑇𝑟 + 1,605 max 𝐴; 𝐵 )] 𝑅 𝐺 + 1,2𝑇𝑟 + 1,2max(𝐴𝑙; 𝐵𝑐)]
[
𝑹𝒎𝒂𝒙 𝑀𝑎𝑥 { 𝑀𝑎𝑥 {
𝑅 [1,35𝐺 + 1,605𝑇𝑟 + 1,35𝑀𝑐120 ] 𝑅 [𝐺 + 1,2𝑇𝑟 + 𝑀𝑐120 ]
 Charges permanentes :
Les charges permanentes dues au tablier sur une seule travée sont :
Charges du tablier en T
Poutres 301,42
Entretoises 23,52
Hourdis 175
Superstructures 134 ,47
Total en T 634,41 t/travée
L’effort transmis à un seul appui est donc : 𝑅[𝐺 ] = 634,41⁄2 = 317,2 𝑡
 Surcharges réglementaires :
- Charge A[l] :

On a : A(l) = 0,996 t/m3


- deux voies chargées, on a : 𝑎1 = 1, 𝑎2 = 0,875, V = 8 m, d’où : 𝑨(𝒍) = 𝟔, 𝟗𝟕𝟐 𝒕/𝒎𝒍
𝑅 (𝐴𝑙 ) = 𝐴(𝑙 ) × 𝑆 = 122 𝑡
𝑳(𝒎) 𝑨[𝒍] (𝒕/𝒎𝟑) 𝐚𝟏 𝐕𝟎 V 𝐚𝟐 = 𝑽𝟎 ⁄𝑽 𝐚 𝟏 × 𝐚 𝟐 × 𝑨 [ 𝒍] 2 voies chargées 𝑹
35 0,996 1 3,5 4 0,875 0,871 𝑡/𝑚2 6,972 t/ml 6,972×35/2=122 t

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 112
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

L 𝑨 [ 𝒍] 𝐚 𝟏 × 𝐚 𝟐 × 𝑨 [ 𝒍] 2 voies chargées 𝑹𝟏 = 𝑹𝟐 𝑹 = 𝑹𝟏 + 𝑹𝟐
3 2
70 0,669 𝑡/𝑚 0,585 𝑡/𝑚 4,68 t/ml 4,68×35/2=81,95 t 163,9 t

- Charge 𝐁𝐜 :
 Cas d’une travée chargée :

R=1,1× (24×34,5+24×33+12×28,5+24×23,5+24×22+12×17,5)/34
Donc : 𝑹 = 𝟏𝟎𝟓, 𝟔 𝒕
 Cas de deux travées chargées :

R1 =1,1× (24×34,5+24×33+12×28,5)/34 donc 𝑹𝟏 = 𝟔𝟑. 𝟒𝟖 𝒕


R2 =1,1× (12×30+24×25,5+24×24)/34 donc 𝑹𝟐 = 𝟓𝟎. 𝟎𝟗 𝒕
𝑹 = 𝑹𝟏 + 𝑹𝟐 = 𝟏𝟏𝟑, 𝟓𝟕 𝒕
- Système Mc120 :
 Cas d’une travée chargée :

R=6,1×q× (34,5-6,1/2)/34 donc : 𝑹 = 𝟏𝟎𝟏, 𝟕𝟑 𝒕

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 113
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

 Cas de deux travées chargées :

R1 =R2 =6,1/2×q× (34,5-6,1/4)/34 = 53,33 t

- Les surcharges des trottoirs :


𝑇𝑟=0,150×2×34/2 donc 𝑻𝒓 = 𝟓, 𝟐𝟓 𝐭

Tableau récapitulatif :

En résumé, l’effort normal transmis à un appareil d’appui de piles ou culées sous les
charges les plus défavorables sont comme suit:
Charges permanentes (t) A(l) (t) Bc (t) Mc120 (t) Trottoir (t)
Pile 634,4 163,9 113,57 106,66 10,5
Culée 317,2 122 105,6 101,73 5,25

Combinaisons d’actions à l’ELU et l’ELS :


Pour les calculs des réactions d’appuis on utilisera les deux combinaisons suivantes :
A l’ELU :
𝑅𝑚𝑖𝑛 = 1,35. R (G)
𝑅𝑚𝑎𝑥 = 1,35 × 𝑅(𝐺 ) + 1,605 × 𝑅(𝑡𝑟) + 𝑀𝐴𝑋(1,605 × 𝑀𝐴𝑋(𝑅 (𝐴𝑙 ); 𝑅 (𝐵 )); 1,35 ×
𝑅 (𝑀𝑐120))
A l’ELS :
𝑅𝑚𝑖𝑛 = R (G)
𝑅𝑚𝑎𝑥 = 𝑅 (𝐺 ) + 1,2 × 𝑅 (𝑡𝑟) + 𝑀𝐴𝑋(1,2 × 𝑀𝐴𝑋(𝑅 (𝐴𝑙 ); 𝑅(𝐵 )); 𝑅 (𝑀𝑐120))
On obtient :
ELU ELS
𝑹𝒎𝒊𝒏 (𝒕) 𝑹𝒎𝒂𝒙 (𝒕) 𝑹𝒎𝒊𝒏 (𝒕) 𝑹𝒎𝒂𝒙 (𝒕)

Pile 856,44 1135,87 634,4 843,32


Culée 428,22 632,21 317,2 469,72
Tableau 48: S ollicitaions de calcul des appreils d'appui

On note que les appareils d’appuis de la même ligne d’appui seront similaires.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 114
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

2. Détermination des dimensions :

a) Aire de l’appareil d’appui :


D’après les recommandations de SETRA la contrainte moyenne de compression doit être
comprise entre 20 MPa et 25 MPa.

𝑅𝑚𝑎𝑥
𝜎= ≤ 20 𝑀𝑃𝑎
𝑛×𝑎×𝑏

 R max étant la réaction maximale qui s’exerce sur l’appui à l’ELS.


 n: le nombre d’appareil disposés sur chaque appui.
11,3587
 Pour les piles : a × b ≥ 8×20
= 709,9 cm2
6,3221
 Pour les culées : a × b ≥ = 790,26 cm2
4×20

b) Hauteur nette d’élastomère :

 𝑢 1 : déplacement entrainé par l’effort horizontal 𝐻1


 𝜏𝐻1 : contrainte de cisaillement due à effort horizontal 𝐻1 lent (dilatation, retrait,
fluage)
 𝐺 : Module d’élasticité transversal (G=0,9 MPa)
La condition généralement prépondérante est : 𝜏𝐻1 ≤ 0,5 × 𝐺
On a:
𝑢1
𝜏𝐻1 = 𝐺 × → 𝑇 ≥ 2 × 𝑢 1 → 𝑇 ≥ 2 × (14,004 + 7 + 5,5) × 10−3 = 53,008 𝑚𝑚
𝑇

Soit 6 feuillets de 12 mm + deux enrobages de 5 mm : 𝑇 = 72 𝑚𝑚

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 115
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Figure 44: S chéma de l'appareil d'appui

c) Dimensionnement en plan de l’appareil d’appui


On note
 a : le côté de l’appareil d’appui parallèle à l’axe longitudinal de l’ouvrage ;
 b : le côté de l’appareil d’appui perpendiculaire à l’axe de l’ouvrage, 𝑎 ≤ 𝑏.

On cherche à respecter les inégalités suivantes qui concernent la condition de non flambement
et celle d’épaisseur minimale pour les irrégularités de surface de pose.
𝑎 𝑎
<𝑇<
10 5
𝑇 = 60 𝑚𝑚 → 300 𝑚𝑚 < 𝑎 < 600 𝑚𝑚
On adopte : 𝑎 × 𝑏 = 40 × 40 ≥ 790,26 𝑐𝑚²
𝒂 × 𝒃 × 𝒏(𝒕𝒊 + 𝒕𝒔 ) = 𝟒𝟎𝟎 × 𝟒𝟎𝟎 × 𝟔(𝟏𝟐 + 𝟑)

3. Efforts horizontaux en tête d’appui :

a) Calcul des rigidités des appuis :


Les efforts horizontaux se répartissent en fonction de la rigidité de chaque d’appui, la rigidité
k d’un appui sera par définition 𝑘 = 1⁄𝑢 , u étant le déplacement de la tête d’appui sous
l’action d’une force horizontale unité.

Ce déplacement est 𝑢 = 𝑢 1 + 𝑢 2 provient de la distorsion de l’appareil d’appui, de la


déformation du corps de l’appui et de éventuellement du déplacement de la semelle de
fondation.

Figure 45: Calcul des rigidités

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 116
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

𝑘1 : 𝑙𝑎 𝑟𝑖𝑔𝑖𝑑𝑖𝑡é 𝑑𝑒 𝑙 ′𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖 𝑐𝑎𝑙𝑐𝑢𝑙é𝑒 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑑é𝑓𝑜𝑟𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑙𝑒𝑛𝑡𝑒𝑠


On notera {
𝑘2 : 𝑙𝑎 𝑟𝑖𝑔𝑖𝑑𝑖𝑡é 𝑑𝑒 𝑙 ′𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖 𝑐𝑎𝑙𝑐𝑢𝑙é𝑒 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑒𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡𝑠 𝑑𝑦𝑛𝑎𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒𝑠
 Pour la culée : elle est supposée infiniment rigide et seuls les appareils se déforment.
 Pour la pile : on considère aussi bien la déformation des appareils d’appui que celle
des fûts des piles.
 Les déplacements sous efforts statiques et dynamiques de la semelle de la pile ont été
négligés en raison de l’ancrage de cette dernière sous le terrain naturel d’une part, et
de l’ancrage des pieux dans le substratum d’autre part.
Les déplacements en tête d’appui sous un effort horizontal unitaire de 104 N sont les suivants :
Appareil d’appui Fût
𝑢 1 : 𝑑é𝑝𝑙𝑎𝑐𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑠𝑜𝑢𝑠 𝑢𝑛 𝑒𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡 𝑠𝑡𝑎𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒 (d) (1/𝑛)𝑇  104 / (𝐺𝑎𝑏) 𝑙 3 × 104 / (3𝑁𝐸𝑣 𝐼𝑓 )
𝑢 2 : 𝑑é𝑝𝑙𝑎𝑐𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑠𝑜𝑢𝑠 𝑢𝑛 𝑒𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡 𝑑𝑦𝑛𝑎𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒(i) 𝑢 1 /2 𝑙 3 × 104 / (3𝑁𝐸𝑖 𝐼𝑓 )

 n : le nombre d’appareils d’appui sur l’appui (4 pour la culée et 8 pour la pile


intermédiaire)
 a : le côté de l’appareil d’appui parallèle à l’axe longitudinal de l’ouvrage
 b : le côté de l’appareil d’appui perpendiculaire à l’axe de l’ouvrage, 𝑎 ≤ 𝑏
 l : la hauteur du fût de la pile considérée, (l= 8 m)
 T : hauteur nette d’élastomère
 G : module d’élasticité transversal de l’élastomère (G=0,9 MPa)
 𝐸𝑖 : le module instantané de déformation du béton, 𝐸𝑖 = 34180 𝑀𝑃𝑎
 𝐸𝑣 : le module différé de déformation du béton, 𝐸𝑣 = 11393 𝑀𝑃𝑎
 𝐼𝑓 : le moment d’inertie du fût de la pile (𝐼𝑓 = 𝜋 × 𝐷 4⁄64 = 0,049 𝑚4 ; 𝐷 =
1 𝑚: 𝑑𝑖𝑎𝑚è𝑡𝑟𝑒 𝑑𝑢 𝑓û𝑡 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑝𝑖𝑙𝑒)
Fût de la pile Appareil d’appui Rigidité de l’appui
appui 𝑢 𝑣 (𝑚𝑚) 𝑢 𝑖 (𝑚𝑚) Elastomère 𝑢 𝑣 (𝑚𝑚) 𝑢 𝑖 (𝑚𝑚) 𝑘𝑣 (𝑡 ⁄𝑚) 𝑘𝑖 (𝑡 ⁄𝑚)
𝐶0 0 0 4 × 400 × 400 × 6 (12 + 3) 1,46 0,73 685,71 1371,43
𝑃1 0,76 0,25 8 × 400 × 400 × 6 (12 + 3) 0,73 0,36 669,59 1614,63
𝑃2 0,76 0,25 8 × 400 × 400 × 6 (12 + 3) 0,73 0,36 669,59 1614,63
𝑃3 0,76 0,25 8 × 400 × 400 × 6 (12 + 3) 0,73 0,36 669,59 1614,63
𝑃4 0,76 0,25 8 × 400 × 400 × 6 (12 + 3) 0,73 0,36 669,59 1614,63
𝐶4 0 0 4 × 400 × 400 × 6 (12 + 3) 1,46 0,73 685,71 1371,43
Tableau 49: Calcul des rigidités

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 117
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

b) Répartition de l’effort dynamique de freinage :


L’effort de freinage du système 𝐵𝑐 , 𝐹 = 30 𝑡, se répartit entre les différents appuis de
l’ouvrage comme suit :
𝐾𝑖
𝐹𝑖 = 𝐹 ×
∑ 𝐾𝑖
En se basant sur le calcul des rigidités ci-dessus on trouve :
Appui Effort de freinage
𝐶0 4,471
𝑃1 5,264
𝑃2 5,264
𝑃3 5,264
𝑃4 5,264
𝐶3 4,471
Tableau 50: Valeurs des efforts de freinages

c) Répartition des efforts de retraits et de dilatation :


On adopte les notations suivantes :
𝑈𝑖 : Le déplacement de l’appui i
𝑑𝑖 : Le déplacement relatif de l’appui i par rapport à l’appui 1
∆ (𝑙𝑖 ) ∶ La variation de la longueur de la travée i
𝐻𝑙 𝑖: L’effort dû aux déformations lentes appliqué à l’appui i
𝐾𝑙 𝑖: Rigidité vis-à-vis des déformations lentes de l’appui

Figure 46: Répartition des efforts de retrait et de dilatation

Les données sont les variations de la longueur ∆(𝑙𝑖 ) de chaque travée calculées avec les
données suivantes :
- Dilatation linéaire relative de 1×10 -4 pour les actions à courte durée
- Dilatation linéaire relative de 2×10 -4 pour les actions de longue durée
- Déformation relative de 4×10-4 imposé à la tête des appuis suite au retrait et fluage du
béton.
On en déduit le déplacement relative de l’appui i par rapport à l’appui 1 situé le plus gauche.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 118
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

𝑖−1

𝑈𝑖 − 𝑈1 = ∑ ∆(𝑙𝑗 ) = di
𝑗=1

Des relations 𝐻𝑙 𝑖 = 𝐾𝑙 𝑖 × 𝑈𝑖 et ∑𝑛𝑗=1 𝐻𝑗 = 0 on déduit :


∑𝑛1 𝐾𝑙 𝑖 × 𝑑𝑖
𝑈1 = −
∑𝑛1 𝐾𝑙 𝑖
Ainsi connaissant 𝑈1, on détermine :
𝑈𝑖 = 𝑈1 + di Et Hli = Kli × 𝑈𝑖
 La valeur du raccourcissement dû aux actions lentes :
∆𝑙 = (4 × 10−4 + 2 × 10−4 ) × 35 = 21 𝑚𝑚
 La valeur du raccourcissement dû aux actions rapides :
∆𝑙 = (1 × 10−4 ) × 35 = 3,5 𝑚𝑚
Pour les actions lentes
Appui ∆𝒍𝒊 (𝒎𝒎) 𝒅𝒊 (𝒎𝒎) 𝑲𝒍𝒊 (𝒕⁄𝒎) 𝑲𝒍𝒊 × 𝒅𝒊 𝒖𝒗 (𝒎𝒎) 𝑯𝒊 (𝒕)
𝐶0 -10,5 0,00 685,71 0,00 26,25 18,00
𝑃1 -10,5 -10,50 669,59 -7030,70 15,75 10,55
𝑃2 -10,5 -21,00 669,59 -14061,40 5,25 3,52
𝑃3 -10,5 -31,50 669,59 -21092,10 -5,25 -3,52
𝑃4 -10,5 -42,00 669,59 -28122,80 -15,75 -10,55
𝐶3 -10,5 -52,50 685,71 -36000,00 -26,25 -18,00
Tableau 51: Effort lents de retrait et de dilatation

Pour les actions rapides :


Appui ∆𝒍𝒊 (𝒎𝒎) 𝒅𝒊 (𝒎𝒎) 𝑲𝒍𝒊 (𝒕⁄𝒎) 𝑲𝒍𝒊 × 𝒅𝒊 𝒖𝒊 (𝒎𝒎) 𝑯𝒊 (𝒕)
𝐶0 -1,75 0,00 1371,43 0,00 4,38 6,00
𝑃1 -1,75 -1,75 1614,63 -2825,60 2,63 4,24
𝑃2 -1,75 -3,50 1614,63 -5651,20 0,88 1,41
𝑃3 -1,75 -5,25 1614,63 -8476,81 -0,88 -1,41
𝑃4 -1,75 -7,00 1614,63 -11302,41 -2,63 -4,24
𝐶3 -1,75 -8,75 1371,43 -12000,00 -4,38 -6,00
Tableau 52: Effort rapides de retrait et de dilatation

4. Vérification de la validité de l’appareil d’appui en service:

a) Condition sur la distorsion


Il convient de vérifier la condition :
𝐻 = 𝐻1 + 0.5𝐻2 = (𝐺 𝑥 𝑢𝑣 /𝑇) + (𝐻2 /2𝑎𝑏) < 0.7𝐺
Avec :
H : Contrainte conventionnelle de calcul ;

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 119
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

 H1 : Contrainte correspondant aux efforts horizontaux statiques ;


 H2 : Contrainte correspondant aux efforts horizontaux dynamiques

b) Condition sur la somme des contraintes de cisaillement


Il reste à contrôler que pour les différents cas de charges, la somme des contraintes de
cisaillement respecte la condition :
𝑁 + 𝐻 +  < 5𝐺
Avec :
 N : C ontrainte de cisaillement due à l’effort normal : 𝑁 = 1,5 𝑚 / 
Où  : Coefficient de forme donné par la relation :  = 𝑎𝑏/2𝑡 (𝑎 + 𝑏)
 m : Contrainte moyenne de compression, elle est donnée par la formule :
𝑚 = 𝑁𝑚𝑎𝑥 /𝑛𝑎 × 𝑎𝑏 ; Avec na Le nombre d’appareils d’appui.

 H : Contrainte conventionnelle de calcul définie précédemment;


  : Contrainte de cisaillement due à la rotation d’une face d’un feuillet par rapport à
l’autre face ; elle est donnée par la formule suivante :
 = (𝐺/2) (𝑎/𝑡)²𝑡
 t : L’angle de rotation, exprimé en radian, d’un feuillet élémentaire
 t =  T /n ; Avec  T L’angle de rotation de l’appareil d’appui :  T = 0 + 
 0 = 3. 10-3 rad (tablier en béton coulé sur place) et  est la rotation calculée

c) Condition de non soulèvement


Elle est à vérifier lorsque les contraintes de cisaillement dues à la rotation sont susceptibles
d’atteindre des valeurs semblables à celles dues à l’effort normal.
 𝑡 < (3/) (𝑡/𝑎)² (𝑚 /𝐺)

d) Condition sur l’épaisseur des frettes


La condition à vérifier est :
𝑡 > (𝑎/) (𝑚,𝑚𝑎𝑥 /𝑒 )
Les frettes ont à priori une épaisseur de 3mm :  e = 235 MPa.

e) Condition de non glissement


On doit vérifier : H < f.N
H et N étant concomitant
0,6
𝑓 = 0,1 + 1,5 × 𝑆𝑒𝑙𝑜𝑛 𝑁𝐹 𝐸𝑁 1337
𝑚𝑖𝑛
Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 120
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Tableau récapitulatif :
Appui Pile Culée
A 40 cm 40 cm
B 40 cm 40 cm
Appareil d’appui N 6 6
T 12 12
𝒕𝐬 3 3
𝑵𝐦𝐚𝐱 1135,87 632,21
Effort normal
𝑵𝐦𝐢𝐧 856,44 428,22
Effort lent
𝑯𝟏 10,55 18
Effort dynamique
𝑯𝟐 5,264 4,471
α 15,56 15,56
Rotation (10-3)
𝜶𝟎 3 3
𝝉𝐇𝟏 0,281 0,169
Distorsion 𝝉𝐇𝟐 0,279 0,329
𝝉𝐇 0,421 0,333
Rotation 𝝉𝛂 1,547 1,547
𝝈𝐦𝐚𝐱 9,878 8,874
β 8,333 8,333
Compression
𝝈𝐦𝐢𝐧 6,691 6,691
𝝉𝐍 1,778 1,597
Cisaillement 𝛕 3,746 3,477
Non flambement 40<nt<80 40<nt<80
Non soulèvement (𝟏𝟎−𝟑 ) Non vérifié Non vérifié
Epaisseur des frettes (mm) OK (3>2,01) OK (3>1,81)
𝝉𝑯𝟏 < 𝟎. 𝟓𝑮 (𝑴𝑷𝒂) OK OK
𝝉𝑯 < 𝟎. 𝟕𝑮 (𝑴𝑷𝒂) OK OK
𝝈𝒎𝒊𝒏 > 𝟐 (𝑴𝑷𝒂) OK OK
𝝉 < 𝟓𝑮 (𝑴𝑷𝒂) OK OK
𝝈𝒎 < 𝟐𝟎 (𝑴𝑷𝒂) OK OK
𝒇 0,1911 0,2014
Non glissement OK (15,81<28,59) OK (22,47<30,2)
Tableau 53: Vérification des appariels d'appui

On prévoit donc des taquets anti-soulèvement.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 121
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

M. ETUDE DES PILES

1. Introduction
Les piles sont apparentes sur la plus grande partie de leur hauteur et ne transmettent pas des
réactions horizontales importantes.
Dans ce chapitre, nous commencerons, d’abord, par l’inventaire des charges et leurs
combinaisons. Puis, nous effectuerons la descente des charges et finalement, nous
déterminerons le ferraillage des chevêtres, des fûts et des semelles.

2. Inventaire des charges :

a) Charges permanentes :
Pour chaque pile, nous déterminons la charge permanente due au poids des différents
éléments constituants le tablier et la pile considérée. La charge minimale Gmin est calculée en

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 122
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

réduisant le poids volumique du béton du fût et de la semelle à 1,5 t/𝑚3 (Déjaugeage en cas
de crue).Les résultats en tonnes figurent dans le tableau ci-dessous :
Désignation Pile
Hourdis 175
Poutres 301,42
Poids du tablier Entretoisés 23,52
Superstructures 134,47
𝐺𝑚𝑖𝑛 607,516
𝐺𝑚𝑎𝑥 688,198
Chevêtre 50,00
𝐺𝑚𝑎𝑥 62,83
Poids du fût
𝐺𝑚𝑖𝑛 40,96
Poids de la pile
Poids de la 𝐺𝑚𝑎𝑥 225
semelle 𝐺𝑚𝑖𝑛 135
remblai sur semelle 346,764
sur semelle 𝐺𝑚𝑖𝑛 698,476
𝐺𝑚𝑎𝑥 801,028
sous semelle 𝐺𝑚𝑖𝑛 833,476
𝐺𝑚𝑎𝑥 1372,792
Tableau 54: Charges permanentes de la pile

b) Charges de chaussée :

(1) Rappel des données :


 Classe du pont :1
 Largeur changeable 𝐿 𝑐 : 8,00 m
 Nombre de voies :2
 Largeur nominale de voies 𝑉0 : 3,50 m
 Largeur de voie : 4,00 m
 Portée L : 34,00 m
 a1 = 1, a2 = 3,5/4 = 0,875, bc = 1,1, bt = 1
 Les coefficients de majoration dynamique :  b =1,078 et  c = 1,076

(2) Surcharges de trottoir :


𝑇𝑟 = 0,15 × 1 × 2 × 35 = 𝟏𝟎, 𝟓 𝒕

(3) Surcharge AL :
- 2 travées :
𝐴(𝐿) = 0,23 + 36/(𝐿 + 12)
On a 2 travées chargées : 𝐿 = 2 × 35 = 70 𝑚 donc: 𝐴(𝐿) = 0,67 𝑡/𝑚².

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 123
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

La charge qui en découle est :


𝑄(𝐿) = 𝑎1 × 𝑎2 × 𝐴(𝐿) × 𝐿 𝑐 × 𝐿/2
D’où :
𝑸(𝑳) = 𝟏𝟔𝟒, 𝟏𝟓 𝒕
- 1 travée :
On a une seule travée qui est chargée, donc 𝐿 = 35 𝑚. Ainsi 𝐴(𝐿 ) = 1,00 𝑡/𝑚²
La charge qui en découle est : 𝑄(𝐿) = 𝟏𝟐𝟑, 𝟕𝟐𝟓 𝒕
Avec une excentricité ex = 0,50 m.
- Calcul des efforts de freinages correspondants aux surcharges A(L) :
L’effort de freinage correspondant est donné par la formule suivante :
𝐻 = 𝐴(𝐿) × 𝑆/ (20 + 0,0035 × 𝑆) Avec S la surface chargée :
 𝑆 = 280 𝑚² et 𝐴(𝐿 ) = 1 𝑡/𝑚² pour une travée chargée
 𝑆 = 560 𝑚² et 𝐴(𝐿 ) = 0,67 𝑡/𝑚² pour deux travées chargées
 𝑆 = 840 𝑚² et 𝐴(𝐿 ) = 0,54 𝑡/𝑚² pour trois travées chargées.
On trouve donc,
 𝐹𝑟𝐴𝐿 = 13,34 𝑡 pour une travée chargée.
 𝐹𝑟𝐴𝐿 = 17,08 𝑡 pour deux travées chargées.
 𝐹𝑟𝐴𝐿 = 19,77 𝑡 pour trois travées chargées.
L’effort de freinage de A(L) est inférieur à l’effort de freinage de 𝐵𝑐 :(𝐹𝑟𝐵𝑐 = 30 𝑡).
En prenant la même distribution que pour le freinage 𝐵𝑐, la valeur maximale en découlant est :
5,264
𝐹𝑟𝐴𝐿 = 19,77 × = 3,46 𝑡
30

(4) Surcharge 𝑩𝒄 :
La charge découlant de la surcharge 𝐵𝑐 est :
 Pour une travée chargée: 𝑄𝐵𝑐 = 105,6 𝑡
 Pour deux travées chargées: 𝑄𝐵𝑐 = 113,57 𝑡
On prendra, donc, le cas de charge 𝐵𝑐 centrée soit :
𝑄 = 113,57 𝑡
Avec les excentricités suivantes: 𝑒𝑥 = 0,00 𝑚 𝑒𝑡 𝑒𝑦 = 1,50 𝑚.

(5) Surcharges Mc120:


La charge découlant de la surcharge 𝑀𝑐120 est :
 Pour une travée chargée: 𝑄𝑀𝑐120 = 101,73 𝑡
 Pour deux travées chargées: 𝑄𝑀𝑐120 = 106,66 𝑡

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 124
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

On prendra, donc, le cas de charge 𝑀𝐶120 centrée soit :


𝑄𝑀𝑐120 = 106,66 𝑡 Avec 𝑒𝑥 = 0,00 𝑚 𝑒𝑡 𝑒𝑦 = 1,85 𝑚.

c) Charges variables :
Les charges variables sont de cinq types : action du vent, freinage, retrait et dilatation, l’action
sismique et la force du courant.

(1) Action du vent :


En général, on admet les hypothèses suivantes :
 Le vent souffle horizontalement dans une direction normale à l’axe longitudinal.
 Les pressions appliquées aux surfaces sont statiques.
 L’intensité du vent vaut 2kN/m² pour les ouvrages en service.
 Lorsque le vent souffle le pont est supposé porter aucune charge de chaussée ou de
trottoir.
L’action qui s’exerce en tête de fût est:
𝑄 = ( 2 × 35 + 2 × 1 + 0,3 × 35) × 0,2 = 16,5 𝑡
Cette action s’exerce à une distance d au-dessus du chevêtre et est équivalente à l’action d’une
charge de même intensité appliquée au centre de gravité du chevêtre combinée avec un
moment M tel que:
2,3 1
𝑑=( + ) = 1,65 𝑚 𝑒𝑡 𝑀 = 𝑄 × 𝑑 = 27,225 𝑡. 𝑚
2 2
La force qui s’exerce sur le fût par mètre de longueur du fût est égale à :
𝑞 = 1 × 0,20 = 0,2 𝑡/𝑚𝑙.

Figure 47: Effet du vent sur la pile

(2) Répartition des efforts de freinage :


On prend le cas du freinage du système: 𝐵𝑐: 𝐹𝑟 = 30,00 𝑡.
La répartition maximale des efforts de freinage est définie comme suit :
 Effort sur la pile 𝑃𝑖 : 5,264 t

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 125
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

(3) Retrait et dilatation :


La répartition des efforts dus au retrait et dilatation est définie comme suit :
 Effort sur la pile 𝑃𝑖 : 10,55 t

(4) La force du courant :


Les efforts engendrés par l’eau sur une pile sont évalués par la formule :
𝐻 = 𝑘 × 𝑄𝑤 × ℎ × 𝑏 × 𝑣²
La pression sur le fût au niveau des plus hautes eaux est : 𝑝 = 2 × 𝑘 × 𝑄𝑤 × 𝑏 × 𝑣²
Avec 𝑘 = 0,35 , 𝑄𝑤 = 1 𝑡/𝑚3 , 𝑏 = 1 𝑚 et 𝑣 = 4,92 𝑚/𝑠.
Donc, 𝑝 = 16,94 𝑡/𝑚𝑙 au niveau des PHE.
Cette distribution est équivalente à une réaction H avec ℎ = 7,03 𝑚 :
𝐻 = 16,94 × 3,82 × 0,5 = 59,56 𝑡
L’action H engendre à la base de la semelle un moment égale à :
7,03
𝑀 = 𝐻 × 𝑍 = 59,56 × (7,03 − ) = 279,14 𝑡
3
Les actions qui s’exercent sur les différentes piles étant déterminées, il reste maintenant à
faire les combinaisons des charges et déterminer les efforts et moments résultants à la base de
la semelle de chaque pile.

3. Chevêtre :

a) Sollicitations du chevêtre :
Le chevêtre se calcule comme une poutre appuyée sur 4 appuis. Dans notre cas, les piles
sont placées au droit des appareils d’appuis, donc le chevêtre n’aura à supporter que son poids
propre et les efforts de vérinage car les charges du tablier seront transmises directement sur
les fûts.
- Poids propre du chevêtre : 5,00 t/ml
- Charges dues aux vérins (Réaction d’appuis pour le calcul des entretoises):
𝐕𝐢 = 𝟕𝟔, 𝟐𝟖 𝐭
{
𝐕𝐫 = 𝟖𝟗 𝐭
- Poids du tablier : selon PP73 (paragraphe 2.2.2), le tablier n’exerce pas d’efforts sur le
chevêtre lorsque les points d’appui sont disposés en face des colonnes. Ce qui coïncide
avec notre cas.
En utilisant le logiciel RDM 6, on trouve les diagrammes suivants :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 126
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Moment fléchissant :

Effort tranchant:

Le tableau suivant résume les sollicitations maximales trouvées :


Moment fléchissant en t.m Effort tranchant en t
>0 <0 T+ T-
Total (t) 48,10 -26,63 94,95 -94,95
Tableau 55: S ollicitations dans le chevêtre de la pile

b) Ferraillage :

 Pour les armatures de flexion :


 Armatures supérieures: 𝑨𝒔 = 𝟏𝟗 𝒄𝒎²
 Armatures inférieures : 𝑨𝒊 = 𝟐𝟎, 𝟗𝟔𝟒 𝒄𝒎²
D’après les recommandations du PP73, la section minimale d’armatures longitudinales
correspond à un taux de 0.5% de la section du béton, soit 100 cm² :
21HA25

 Les armatures de cisaillement:


𝑓𝑒
 Armatures de l’effort tranchant : 𝐴t / (bo × St ) > u / (0,9 × 1,15 )

Avec, 𝑉𝑢 = 1,35 × 𝑉𝑚𝑎𝑥 = 128 𝑡 et 𝑢 = 𝑉𝑢 / (𝑏0 × 𝑑) = 0,64 𝑀𝑃𝑎


Donc: 𝑨𝒕 /𝑺𝒕 > 𝟑𝟐 𝒄𝒎²/𝒎
En adoptant un espacement de 20 cm, on a:

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 127
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

𝑆𝑡 = 20 𝑐𝑚 ==> 𝑨𝒕 = 𝟔, 𝟓𝟒 𝒄𝒎² ==> 𝟔𝑯𝑨𝟏𝟐


4. Ferraillage des fûts :

a) Sollicitations des fûts :


Les sollicitations à la base de chaque fût pour chaque cas de charges sont représentées ci-
dessous :
Cas Désignation 𝑵 𝒆𝐱 𝒆𝐲 𝑴𝐱 𝑴𝐲 𝑯𝐱 𝑯𝐲 𝒁
CAS 1 𝐺𝑚𝑖𝑛 698,476
CAS 2 𝐺𝑚𝑎𝑥 801,028
CAS 3 Surcharge trottoir 10,5
CAS 4 AL 2 Travées 164,15 31,14 3,46 9
CAS 5 AL 1 Travée 123,7 0,5 92,99 3,46 9
CAS 6 Surcharge 𝐵𝑐 113,57 1,5 170,355
CAS 7 Surcharge 𝑀𝐶120 106,66 1,85 197,321
CAS 8 Vent 175,57 18,1 9,7
CAS 9 Freinage 𝐵𝑐 47,376 5,264 9
CAS 10 Retrait dilatation 94,95 10,55 9
CAS 11 Crue centennale 278,7408 59,56 4,68
Tableau 56: Cas de charges de la pile

b) Combinaisons de charges :
 ELS

 COMB 01 : CAS2+CAS3+1,20CAS4+CAS10+CAS11
 COMB 02 : CAS2+CAS3+1,20CAS4+CAS10
 COMB 03 : CAS2+CAS3+1,20CAS5+CAS10
 COMB 04 : CAS2+CAS3+1,20CAS6+1,20CAS9+CAS10
 COMB 05 : CAS2+CAS3+CAS7+CAS10
 COMB 06 : CAS2+CAS8+CAS10
 COMB 07 : CAS1+CAS8+CAS10
 COMB 08 : CAS1+1,20CAS9+CAS10
 COMB 09 : CAS1+1,20CAS9+CAS10+CAS11
 ELU

 COMB 10 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS4+1,35CAS10+1,35CAS11
 COMB 11 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS4+1,35CAS10
 COMB 12 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS5+1,35CAS10
 COMB 13 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS6+1,605CAS9+1,35CAS10

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 128
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

 COMB 14 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,35CAS7+1,35CAS10
 COMB 15 : 1,35CAS2+1,50CAS8+1,35CAS10
 COMB 16 : CAS1+1,50CAS8+1,35CAS10
 COMB 17 : CAS1+1,605CAS9+1,35CAS10
 COMB 18 : CAS1+1,605CAS9+1,35CAS10+1,35CAS11
D’où :
Combinaisons N 𝑴𝐱 𝑴𝐲 𝑯𝐱 𝑯𝐲 H M
COMB 01 1008,51 132,32 278,74 14,70 59,56 61,35 308,55
COMB 02 1008,51 132,32 0,00 14,70 0,00 14,70 132,32
COMB 03 959,97 206,54 0,00 14,70 0,00 14,70 206,54
COMB 04 947,81 151,80 204,43 16,87 0,00 16,87 254,62
ELS

COMB 05 918,19 94,95 197,32 10,55 0,00 10,55 218,98


COMB 06 801,03 94,95 175,57 10,55 18,10 20,95 199,60
COMB 07 698,48 94,95 175,57 10,55 18,10 20,95 199,60
COMB 08 698,48 151,80 0,00 16,87 0,00 16,87 151,80
COMB 09 698,48 151,80 278,74 16,87 59,56 61,90 317,40

COMB 10 1361,70 178,16 376,30 19,80 80,41 82,81 416,35


COMB 11 1361,70 178,16 0,00 19,80 0,00 19,80 178,16
COMB 12 1296,78 277,43 0,00 19,80 0,00 19,80 277,43
COMB 13 1280,52 204,22 273,42 22,69 0,00 22,69 341,27
ELU

COMB 14 1242,23 128,18 266,38 14,24 0,00 14,24 295,62


COMB 15 1081,39 128,18 263,36 14,24 27,15 30,66 292,89
COMB 16 698,48 128,18 263,36 14,24 27,15 30,66 292,89
COMB 17 698,48 170,99 0,00 19,00 0,00 19,00 170,99
COMB 18 698,48 204,22 376,30 22,69 80,41 83,55 428,14
Tableau 57: Descente de charge de la pile

Les sollicitations de calcul pour le fût de la pile sont déduites du tableau précédant :

N H M
ELS 252,13 15,48 88,87
ELU 340,43 20,89 119,88
Tableau 58: S ollicitaions dimensionnantes au pied du fût de la pile

c) Ferraillage :
- Ferraillage longitudinal :
En utilisant le logiciel EXPERT BA on trouve : As=26.98 cm²

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 129
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

D’après les recommandations du PP73, et en raison du risque de choc sur les colonnes
(charriage d’Oued, choc d’un engin de chantier), la section minimale d’armatures
longitudinales correspond à un taux de 2% de la section du béton, soit 157,08 cm². On adopte
donc : des armatures de 20 HA 32.
- Ferraillage transversal :
𝒇𝒄𝒋
𝑽𝒖 𝑫 𝒅 𝝉𝒖 = 𝟏, 𝟒 × 𝑽𝒖 /𝑫 × 𝒅 𝑴𝒊𝒏(𝟎, 𝟐 × ; 𝟒 𝑴𝑷𝒂)
𝜸𝒃
20,89 1 0,95 0,3078 4

On adopte une section minimale :


𝐴𝑡 𝜏𝑢 × 𝐷

𝑆𝑡 0,9 × 𝑓𝑒
1,15
𝐴𝑡
= 7,86 𝑐𝑚²/𝑚𝑙
𝑆𝑡
Soit un espacement de 15 cm, on adoptera des cerces de diamètre ϕ14
- Justification vis-à-vis le flambement:
Voir le chapitre de pré-dimensionnement.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 130
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

5. Semelle de liaison :

a) Les hypothèses du calcul :


 La fissuration est considérée comme préjudiciable.
Béton :
 La résistance caractéristique : 𝑓𝑐28 =
30 𝑀𝑃𝑎.
 La résistance de calcul en flexion est : 𝑓𝑏𝑢 =
𝑓𝑐28
0,85 × = 17 𝑀𝑃𝑎.
𝛾𝑏

 La résistance du béton à la traction : 𝑓𝑡28 = 2,40 𝑀𝑃𝑎.


Acier :
 L’acier retenu est Fe E500 de limite élastique : 𝑓𝑒 = 500 𝑀𝑃𝑎.
 Enrobage des aciers : 𝑑’ = 5𝑐𝑚

b) Condition d’application de la méthode des bielles :

 a : diamètre du fût ;
 hs : épaisseur de la semelle ;
 ∅ : diamètre du pieu.

L'application de la méthode des bielles est conditionnée par l'angle que fait chacune de ces
dernières avec l'horizontale; cet angle doit être au moins égal à 45°.

Ceci est réalisé si :


l a
d≥ −
2 4
 Pour les culées l=3 m ; a=1 m  d ≥ 1,25 m soit h ≥ 1,3 m
 Pour les piles l=3 m ; a=1 m  d ≥ 1,25 m soit h ≥ 1,3 m
On maintient donc 1,8 m pour la hauteur des semelles.

c) Charges appliquées sous semelle :

N 𝑴𝐱 𝑴𝐲 𝑯𝐱 𝑯𝐲 H M
ELS 1580,27 233,00 385,95 16,87 59,56 61,90 426,78
ELU 2133,58 313,06 521,03 22,69 80,41 83,55 575,79
Tableau 59: S ollicitaions dimensionnantes sous la semelle de la pile

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 131
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

d) La transmission des efforts :

Figure 48: Calcul de la semelle sous la pile par la méthode de bielle

La transmission de l’effort du poteau aux 4 pieux (figure ci-dessus) s’effectue au moyen de 4


bielles partant du centre de gravité de fût. Les efforts transmis sont comme suit :

𝑵 𝑴𝒚 𝑴𝒙
𝑭𝒑𝟏 = − −
𝟔 𝟑 × 𝒆𝟏 𝟐 × 𝒆𝟐
𝑵 𝑴𝒚
𝑭𝒑𝟐 = −
𝟔 𝟑 × 𝒆𝟏
𝑵 𝑴𝒚 𝑴𝒙
𝑭𝒑𝟑 = − +
𝟔 𝟑 × 𝒆𝟏 𝟐 × 𝒆𝟐
𝑵 𝑴𝒚 𝑴𝒙
𝑭𝒑𝟒 = + −
𝟔 𝟑 × 𝒆𝟏 𝟐 × 𝒆𝟐
𝑵 𝑴𝒚
𝑭𝒑𝟓 = +
𝟔 𝟑 × 𝒆𝟏
𝑵 𝑴𝒚 𝑴𝒙
𝑭𝒑𝟔 = + +
𝟔 𝟑 × 𝒆𝟏 𝟐 × 𝒆𝟐
Avec : 𝒆𝟏 = 𝟏, 𝟓 𝒎 et 𝒆𝟐 = 𝟒 𝒎
Application numérique :
Pieu 𝑷𝒊 Effort 𝑭𝒑𝒊 (𝒕)
𝑃1 190,55
𝑃2 225,34
𝑃3 260,12
𝑃4 451,07
𝑃5 485,85
𝑃6 520,64
Tableau 60: Effort en tête des pieux de la pile

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 132
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Calcul des Ti :
𝜆𝑖
𝑇𝑖 = 𝐹𝑝𝑖 × 𝑐𝑜𝑡𝑎𝑛𝜃𝑖 = 𝐹𝑝𝑖 ×
𝑧
Soient :
𝜆1 𝜆
𝑇𝑥−𝑚𝑎𝑥 = max (max(𝐹𝑝2 ; 𝐹𝑝5 ) × ; max(𝐹𝑝1 ; 𝐹𝑝3 ; 𝐹𝑝4 ; 𝐹𝑝6 ) × 2 × sin (20,55°))
𝑧 𝑧
𝜆2
𝑇𝑦−𝑚𝑎𝑥 = max(𝐹𝑝1 ; 𝐹𝑝3 ; 𝐹𝑝4 ; 𝐹𝑝6 ) × × cos(20,55°)
𝑧
Avec :
𝜆 1 = 1,5 𝑚; 𝜆 2 = 4,27 𝑚; 𝑍 = 1,75 𝑚
ELU
Tx−max (𝑇) 445,71
Ty−max (𝑇) 1189,6

e) Vérification des contraintes

(1) Vérification des contraintes de la bielle :


La contrainte de compression, sous le fût, dans les bielles :
𝐹𝑝𝑖
𝜎𝑏𝑐 = max( )
𝑆. sin(Ѳi)2
Pi 𝐅𝐩𝐢 𝛉𝐢 𝐬𝐢𝐧(𝛉𝐢 ) 𝝈𝒃𝒄
P1 1,91 22,28 0,38 4,23
P2 2,25 49,39 0,76 1,25
P3 2,60 22,28 0,38 5,77
P4 4,51 22,28 0,38 10,00
P5 4,86 49,39 0,76 2,69
P6 5,21 22,28 0,38 11,55
Tableau 61: Contrainte de la bielle dans la semelle de la pile

𝑆 = 3,14 𝑚² : Section du poteau


Donc :
𝜎𝑏𝑐 = 11,55 𝑀𝑃𝑎
Or :
0.8. 𝑓𝑐28
= 16 𝑀𝑃𝑎
𝛾𝑏
Donc :
0.8. 𝑓𝑐28
σbc <
𝛾𝑏
OK

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 133
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

(2) Vérification du poinçonnement :

2
D’après le PP 73 (pièce 132), on doit vérifier que 𝐹𝑝−𝑚𝑎𝑥 ≤ 𝑏. ℎ. 𝑓𝑡28
3

Tels que h= 1,8 m, b = 2,8 m et ft28 = 2,4 MPA


On a
𝐹𝑝−𝑚𝑎𝑥 = 5,20 𝑀𝑁
Et :
2
𝑏. ℎ. 𝑓𝑡28 = 8,064 𝑀𝑁
3
OK

f) Calcul des armatures :


- Les armatures longitudinales :
Les armatures inférieures //(OX) :
𝑇𝑥−𝑚𝑎𝑥 × 𝛾𝑠
𝐴𝑖𝑥 = = 102 𝑐𝑚2
𝑓𝑒
Cette section d’acier est à placer dans des bandes axées sur le pieu sur une
largeur égale à la largeur de la poutre noyée : 𝐷 + ℎ = 1 + 1.8 = 2.8𝑚. On dispose
donc 20HA25 sur une bande de 2.8m (PP 73 pièce 132 P 59)

Entre les poutres noyées (bandes axés de pieux), on doit placer des armatures de
répartition au moins avec une densité égale au tiers de la densité Axi des poutres noyées.
Mais, pour des raisons de sécurité, on déposera la même densité de ferraillage sur toute
la longueur de la semelle.

Les armatures inférieures //(OY) :

𝑇𝑦−𝑚𝑎𝑥 × 𝛾𝑠
𝐴𝑖𝑦 = = 273 𝑐𝑚2
𝑓𝑒
Généralement pour les nappes supérieures sont prises égale à la moitié des nappes inférieures:
Les armatures supérieures //(OX) :
1
× 𝐴𝑖𝑥
2
Les armatures supérieures //(OY) :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 134
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

1
× 𝐴𝑖𝑦
2
- Armatures de l’effort tranchant :
On prend des cadres verticaux espacés respectivement de Sv, calculés par la formule
𝐴𝑡
suivante : ≥ 0.2% × 𝑏 (BAEL+DTU associés) où b étant la largeur de la semelle.
𝑆𝑣

On prend l’espacement: Sv = 40cm ⟹ 20 cadres de HA12.

- Armatures de peau :
Conformément à l'article A.8.3 des règles BAEL 91, le ferraillage de peau est pris égal à 3
cm²/ ml, soit A = 3 × h = 5,4 cm² ⟹ HA10 sur chaque face.

Section d’armatures inf //OX


𝑇𝑥−𝑚𝑎𝑥 × 𝛾𝑠 22HA25
𝐴𝑖𝑥 Disposée sur une largeur de ∅ + 102 cm²
𝑓𝑒 e=12
ℎ𝑠 = 2,8 𝑚
Pour des raisons de sécurité, on garde le
Section d’armature inf //OX même ferraillage pour 𝐴′x que pour 𝐴𝑥 le
𝐴′𝑖𝑥 1
Disposée hors de la bande ∅ + ℎ𝑠 minimum est 3 𝐴𝑡𝑥

𝑇𝑦−𝑚𝑎𝑥 × 𝛾𝑠 34HA32
𝐴𝑖𝑦 Section d’armatures inf //OY 273 cm²
𝑓𝑒 e=8
1 12HA25
𝐴𝑠𝑥 Section d’armatures sup //OX × 𝐴𝑖𝑥
2 e=24
1 17HA32
𝐴𝑠𝑦 Section d’armatures sup //OY × 𝐴𝑖𝑦
2 e=16
HA10
𝐴𝑝 Section d’armatures de peau 𝐴𝑝 3 cm²/ml
e=25
20 Cadres
𝐴𝑣
𝐶 Armatures transversales = 0,2%𝑏 = 1 𝑐𝑚 HA12 espacé
𝑆𝑣
de 𝑺𝒗 = 𝟒𝟎 𝒄𝒎
Tableau 62: Ferraillage de la pile

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 135
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

N. ETUDE DE LA CULEE

Une culée bien conçue doit satisfaire à toutes les exigences de la fonction culée, à savoir :
- Une bonne transmission des efforts au sol de fondation ;
- La limitation des déplacements horizontaux en tête, de façon à ne pas entraver le
fonctionnement des appareils d’appui ;
- La limitation des déplacements verticaux (tassement).
Dans ce chapitre, nous présenterons d’abord l’inventaire des charges sollicitant les culées.
Puis nous effectuerons la descente des charges. Enfin, nous déterminerons le ferraillage des
deux culées C1 et C2 .

1. Inventaire des charges :


La figure suivante présente les caractéristiques géométriques des culées :

Tableau 63: S chéma de la culée

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 136
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

2. Charges permanentes :

a) Charges verticales
Les résultats en tonne figurent dans les tableaux ci-dessous :
Désignation N(t)
Poids hourdis 87,5
Poutres 150,71
Entretoise 11,76
Poids du tablier sur la culée
superstructure 67,24
𝐺𝑚𝑖𝑛 303,762
𝐺𝑚𝑎𝑥 344,106
Corbeau 3,38
Chevêtre 47,5
mur garde-grève 24
Dalle de transition + remblai 62,745
Poids mort de la culée
Mur en retour 9,21
Poteaux (Fûts) 31,42
Semelle 225
Remblai sur semelle 374,88
𝐺𝑚𝑖𝑛 419,272
Sur semelle
𝐺𝑚𝑎𝑥 522,34
𝐺𝑚𝑖𝑛 1019,14
Sous semelle
𝐺𝑚𝑎𝑥 1122,22
Tableau 64: Charges permanentes de la culée

b) Poussée des terres :

Désignation H 𝒆𝒛
Poussée sur fût 10,62 0,62
Poussée sur semelle 88,17 2,18
Poussée sous semelle 158,26 2,59
Contre poussée sur semelle -52,80 3,13
Contre poussée sous semelle -58,21 0,84
Total/sous la semelle 47,25 4,15
Tableau 65: Poussée de la terre sur la culée

Le détail du calcul de la poussée des terres est présenté en annexe.

3. Actions de surcharges :

a) Surcharges sur remblai :


Sur les remblais d’accès aux ouvrages, on dispose une charge uniforme répartie sur toute la
largeur de la plate-forme et d’intensité égale à 1t/m². Elle intervient dans la justification de la

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 137
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

stabilité des culées. En outre, pour la justification des éléments de faible dimension (tel que
mur garde grève), il est recommandé de disposer sur le remblai les systèmes Bt ou Br (sans
majoration dynamique), qui peuvent donner des effets plus défavorables que celui de 1t/m².

b) Surcharges routières :

(1) Sur trottoir :


𝑇𝑅 = 0,15 × 2 × 17.5 = 5,25 𝑡.

(2) Système AL 1 travée :


Une seule travée qui est chargée, donc : L = 35 m.
Ainsi A(l) = 1 T/m²
La charge qui en découle est : Q(l) = 122,50 T
Efforts de freinages:
L’effort de freinage correspondant est : 𝐹𝑟𝐴𝑙 = 13,34 𝑡 Pour une travée chargée.
L’effort de freinage de A(L) est inférieur à l’effort de freinage de Bc (𝐹𝑟𝐵𝑐 = 30 𝑡 )
On prenant la même distribution que pour le freinage Bc, la valeur maximale en découlant est:
𝐹𝑟𝐴𝑙 = 2.54 𝑡.

(3) Système 𝐁𝐜 :
La charge découlant de la surcharge Bc est : Q(l)= 105,6 t Pour une travée chargée
Avec : ex = 0 m et ey = 1.5 m
Efforts de freinage:
L’effort de freinage correspondant est : Fr = 30.00 t.
La répartition maximale des efforts de freinage est définie comme suit :
Effort sur les culées C1 et C2 : 4.471 t

(4) Système Mc120 :


La charge découlant de la surcharge Mc120 est : Q Mc120 = 101,73 t pour une travée chargée
Avec : ex = 0 m et ey = 1.85 m

c) Actions naturelles et climatiques :

(1) Action du vent :


La pression du vent par mètre carré est égale à : P = 0.2 t/m²
L’action qui s’exerce en tête de fût est:
𝑄 = (2.3 × 35 × 0,2)⁄2 = 8.05 𝑡

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 138
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Cette action s’exerce à une distance d au-dessus du chevêtre et est équivalente à l’action d’une
charge de même intensité appliquée au centre de gravité du chevêtre combinée avec un
moment M tel que:
2 1
d = ( + ) = 1,5 m et M = Q × d = 12.08 t. m
2 2
(2) Retrait et dilatation :
La répartition des efforts dus au retrait et dilatation est définie comme suit :
Effort sur les culée C1 et C2 : 18 t.

4. Descente de charges

a) Différents cas de charges


Nous donnons dans le tableau ci-après les différents cas de charges possible que nous allons
utiliser dans la justification des appuis :
Sur la semelle :
N 𝐞𝐱 𝐞𝐲 𝐌𝐱 𝐌𝐲 𝐇𝐱 𝐇𝐲 𝒆𝒛
𝐺min 419,26 -0,13 137,16 88,17 2,18
𝐺max 522,34 -0,28 46,18 88,17 2,18
Surcharge trottoir 5,25 0
Surcharge dalle transition 60 -1,45 -87
AL 1 Travée 122,5 20,1
Surcharge 𝐵𝑐 105,6 1,5 158,4
Surcharge 𝑀c120 101,73 1,85 188,20
Vent 49,51 8,05 6,15
Freinage 𝐵c 22,35 4,471 5
Retrait dilatation 90 18 5
Tableau 66: cas de charge sur la semelle de la culée

Sous la semelle :
N 𝒆𝒙 𝒆𝒚 𝑴𝒙 𝑴𝒚 𝑯𝒙 𝑯𝒚 𝒆𝒛
𝐺𝑚𝑖𝑛 1019,14 -0,05 141,11 47,25 2,18
𝐺𝑚𝑎𝑥 1122,22 -0,13 50,13 47,25 2,18
Surcharge trottoir 5,25 0
Surcharge dalle transition 60 -1,45 -87
AL 1 Travée 122,5
Surcharge 𝐵c 105,6 1,5 158,4
Surcharge 𝑀c120 101,73 1,85 188,20
Vent 64 8,05 7,95
Freinage 𝐵c 30,4 4,471 6,8
Retrait dilatation 122,4 18 6,8
Tableau 67: cas de charge sous la semelle de la culée

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 139
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

b) Combinaison des charges


Les combinaisons que nous allons adopter pour la descente de charges sont :
- ELS
COMB 100 : CAS2+CAS3+1.20xCAS4+CAS10
COMB 101 : CAS2+CAS3+1.20xCAS5+CAS10
COMB 102 : CAS2+CAS3+1.20xCAS6+1.20xCAS9+CAS10
COMB 103 : CAS2+CAS3+CAS7+CAS10
COMB 104 : CAS2+CAS8+CAS10
COMB 105 : CAS1+CAS8+CAS10
COMB 106 : CAS1+1.20xCAS9+CAS10
- ELU
COMB 110 : 1.35xCAS2+1.605xCAS3+1.605xCAS4+1.35xCAS10
COMB 111 : 1.35xCAS2+1.605xCAS3+1.605xCAS5+1.35xCAS10
COMB 112 : 1.35xCAS2+1.605xCAS3+1.605xCAS6+1.605xCAS9+1.35xCAS10
COMB 113 : 1.35xCAS2+1.605xCAS3+1.35xCAS7+1.35xCAS10
COMB 114 : 1.35xCAS2+1.50xCAS8+1.35xCAS10
COMB 115 : CAS1+1.50xCAS8+1.35xCAS10
COMB 116 : CAS1+1.605xCAS9+1.35xCAS10
Les calculs effectués sont regroupés dans le tableau suivant :
Sur la semelle :
Combinaisons N 𝑴𝒙 𝑴𝒚 𝑯𝒙 𝑯𝒚 M H
COMB 100 599,59 31,78 0,00 106,17 0,00 31,78 106,17
COMB 101 674,59 136,18 0,00 106,17 0,00 136,18 106,17
COMB 102 654,31 163,01 190,08 111,53 0,00 250,40 111,53
ELS

COMB 103 629,32 136,18 188,20 106,17 0,00 232,30 106,17


COMB 104 522,34 136,18 49,51 106,17 8,05 144,90 106,47
COMB 105 419,27 227,16 49,51 106,17 8,05 232,49 106,47
COMB 106 419,27 253,99 0,00 111,53 0,00 253,99 111,53
COMB 110 809,89 44,21 0,00 143,32 0,00 44,21 143,32
COMB 111 910,20 183,85 0,00 143,32 0,00 183,85 143,32
COMB 112 883,07 219,73 254,23 150,50 0,00 336,03 150,50
ELU

COMB 113 850,92 183,85 254,07 143,32 0,00 313,61 143,32


COMB 114 705,16 183,85 74,26 143,32 12,08 198,28 143,83
COMB 115 419,27 258,66 74,26 112,47 12,08 269,11 113,11
COMB 116 419,27 294,54 0,00 119,64 0,00 294,54 119,64
Tableau 68: descente de charge sur la semelle de la culée

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 140
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

N 𝑴𝒙 𝑴𝒚 𝑯𝒙 𝑯𝒚 M H
ELS 168,65 63,50 47,52 27,88 2,01 63,50 27,88
ELU 227,55 73,63 63,56 37,63 3,02 84,01 37,63
Tableau 69: S ollicitations sur la semelle de la culée

Sous la semelle :
Combinaisons N 𝑴𝒙 𝑴𝒚 𝑯𝒙 𝑯𝒚 M H
COMB 100 1199,47 68,13 0,00 65,25 0,00 68,13 65,25
COMB 101 1274,47 172,53 0,00 65,25 0,00 172,53 65,25
COMB 102 1254,19 209,02 190,08 70,61 0,00 282,52 70,61
ELS

COMB 103 1229,20 172,53 188,20 65,25 0,00 255,32 65,25


COMB 104 1122,22 172,53 64,00 65,25 8,05 184,02 65,74
COMB 105 1019,14 263,51 64,00 65,25 8,05 271,17 65,74
COMB 106 1019,14 300,00 0,00 70,61 0,00 300,00 70,61
COMB 110 1619,72 93,29 0,00 88,08 0,00 93,29 88,08
COMB 111 1720,04 232,92 0,00 88,08 0,00 232,92 88,08
COMB 112 1692,91 281,72 254,23 95,26 0,00 379,47 95,26
ELU

COMB 113 1660,76 232,92 254,07 88,08 0,00 344,68 88,08


COMB 114 1515,00 232,92 96,00 88,08 12,08 251,93 88,91
COMB 115 1019,14 306,35 96,00 71,55 12,08 321,04 72,56
COMB 116 1019,14 355,15 0,00 78,72 0,00 355,15 78,72
Tableau 70: Descente de charge sous la semelle de la culée

N 𝑴𝒙 𝑴𝒚 𝑯𝒙 𝑯𝒚 M H
ELS 1274,47 300,00 190,08 70,61 8,05 300,00 70,61
ELU 1720,04 355,15 254,23 95,26 12,08 379,47 95,26
Tableau 71: S ollicitations sous la semelle de la culée

5. Ferraillage des culées

a) Hypothèses de calcul
- Les règlements B.A utilisées : B.A.E.L 91.
- La fissuration est considérée comme préjudiciable.
Béton
- 𝑓𝑐28 = 30 𝑀𝑃𝑎
0,85×𝑓𝑐28
- 𝑓𝑏𝑢 = = 17 𝑀𝑃𝑎
𝛾𝑏
- 𝑓𝑡28 = 2,4 𝑀𝑃𝑎
- Coefficient de poisson :  = 0,2 à l’ELS et  = 0 à ’ELU
Acier
- Fe E500

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 141
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

- Enrobage des aciers 3 cm (ou 5 cm pour les éléments de grandes dimensions tels que :
semelles, fûts et chevêtre).

b) Mur garde-grève

(1) Sollicitations
Le mur garde-grève est soumis à des forces verticales et horizontales qui produisent des
efforts de flexion et de cisaillement dont les valeurs maximales ont lieu au niveau de la
section d’encastrement dans le chevêtre.
L’effet des charges verticales peut être négligé pour plusieurs raisons, à savoir : l’effet du
poids propre et des charges verticales directement appliquées au garde-grève est plutôt
favorable vis-à-vis des efforts de flexion dû aux forces horizontales. Et l’effet de la réaction
de la dalle de transition venant en déduction des moments maximaux.
L’effet maximal est alors obtenu par combinaison des forces agissant de l’arrière vers l’avant,
ce qui exclut la prise en compte d’une poussée du joint de chaussée.
Les forces à considérer par la suite sont les suivantes :
- La poussée des terres
Le moment du à la poussée des terres derrière le mur est :
3
Mt = γ × K a × h ⁄6
Avec :  = 2 t/m3 , K a = 0,33 et h = 2.15 m
Soit : Mt = 1.09 t.m/ml
- La poussée d’une charge locale située derrière le mur
Le moment fléchissant maximum est obtenu pour le système Bc. Il a pour valeur :
h
K (h − x)
Mp = 12 × ×∫ . dx
(0,75 + 2h) 0 (0,25 + x)

Le coefficient K a pour valeur : K = K a × × bc × 


Avec : bc = 1.1 ,  = 1.078 ,  = 1.2 (Coefficient de pondération).
Soit : Mp = 3.40 t.m/ml
- Effet de freinage d’un essieu lourd du camion Bc
h
Mf = 6 × 1,2 × = 3,40 t. m/ml
(0,25 + 2h)
- Combinaisons de calcul
Le moment total dans la section d’encastrement du mur garde-grève :
À l’ELU : M = 1,35Mt + 1,6Mp + 1,6Mf = 12.35 t.m/ml
À l’ELS : M = Mt + Mp + Mf = 7.89 t.m/ml

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 142
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

(2) Armatures
- Aciers verticaux dans le mur
- Sur la face arrière (en contact avec les terres)
Les données sont : b = 1,00 m et h = 0,30 m
La section d’armatures requise est A = 13,93 cm²/ml (ELS Prépondérant). Soit 10HA14/ml.
- Sur la face avant
Sur la face avant: espacement doublé. (SETRA).
- Aciers horizontaux dans le mur
On respecte le ferraillage minimal préconisé par le PP73, soit des armatures HA10 avec un
espacement e = 15cm sur les deux faces.

c) Corbeau d’appui de la dalle de transition


On adopte le ferraillage type défini au paragraphe 2.2.6 de la pièce 1.3.2 du PP73. Soit des
armatures horizontales 8HA10 et des armatures de peau HA10 espacées de e = 10 cm.

Figure 49: Corbeau appui de la dalle de transition

d) Dalle de transition

(1) Sollicitations
- Réaction de charge permanente
- Poids propre : 2,50,3 = 0,75 t/m²
- Revêtement : 0,082,3 = 0,184 t/m²
- Remblai : 2(2.15-0,3) = 3.7 t/m²

D’où : g = 4,634 t/ml (De largeur de dalle)


- Réaction des surcharges
Selon le PP73 (pièce 1.3.2 paragraphe 2.2.2.3), on ne considére que les charges Bc et Bt, et on
admet que les roues sont placées comme il est indiqué sur le schéma ci-dessous et sont
équivalentes chacune à une charge répartie de 5,5 t/ml assimilable à un rouleau infini.
Pour le calcul de l’effort tranchant, P1 est mis directement sur l’appui droit.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 143
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Pour le calcul du moment fléchissant, les deux charge sont posés symétriquement par rapport
au milieu des deux appuis.

Cependant, on a opté pour une dalle de transition profonde, donc on affecte d’un coefficient
de majoration dynamique de 1,2 aux charges du système Bt.
D’où :
𝑃1 = 𝑃2 = 1,2 × 𝑞 = 1,2 × 5,5 = 6,6 𝑡/𝑚𝑙
On obtient ainsi :
Un effort tranchant maximal Tmax 12,90 t/ml
Un moment de flexion maximal de Mmax 7,25 t. m/ml

(2) Armatures :
En utilisant EXPERT BA on obtient une section d’armatures inférieurs principaux
A=6,39cm²/ml, soit 5HA14/ml.
Dans la direction secondaire de la dalle, on met un ferraillage de 5HA12 /ml minimal.
𝑇𝑚𝑎 𝑥
Et puisque on a 𝜏𝑢 = = 0,47 𝑀𝑃𝑎 ≤ 0,05𝑓𝑐28 = 1.5 𝑀𝑃𝑎
𝑒+1

Alors on n’a pas besoin d’armatures pour l’effort tranchant.

e) Mur en retour
Nous calculons le mur sous les actions suivantes :
 Poids propre y compris les superstructures ;
 Poussée horizontale répartie ;
 Charges concentrées vers l’extrémité du mur.
Les caractéristiques du mur sont :
 longueur théorique : a = 3.43 m
 Hauteur du mur : h = 3.15 m
 Epaisseur du mur : e = 0,30 m
Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 144
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

(1) Sollicitations :

Figure 50: Mur en retour

- Forces verticales
Elles sont constituées par le poids propre du mur, y compris les superstructures et la charge
concentrée de 4 t à l’extrémité.
Les forces verticales exercent à l’encastrement du mur :
 Un effort tranchant : :
e
T = 2,5  a  h  + 0,3  a + 4 = 9.08 t
2
 Un moment d’axe horizontal :
e a2
Mv = 2,5 a² h  + 0,3 + 4 (a − 1) = 16,12 t. m
6 2
- Forces horizontales
Conventionnellement, elles sont constituées d’une force concentrée de 2t et d’une poussée
répartie sur toute la surface du mur, d’intensité uniforme égale à h/3 + 0,5 (en t/m²).
Les forces horizontales exercent à l’encastrement du mur :
h h
 Un effort tranchant : H = (3 + 0,5)  a  2 + 2 = 10.37 t
h h
 Un moment d’axe vertica :Mh = (3 + 0,5)  a2  6 + 2 (a − 1) = 14,43 t. m

(2) Armatures
Armatures pour le moment d’axe horizontal: A = 1.20 cm²
Armatures pour le moment d’axe vertical: A = 12.65 cm².

- Les armatures pour la face interne du mur :


La moitié de cette section d’armatures, soit 6,93 cm² sera disposée sur le quart supérieur de la
hauteur d’attache, soit sur 0.79 m (4HA 16, espacement de 20cm).

l’autre moitié sera répartie sur ce qui reste (12 HA10, espacement de 20cm).

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 145
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

- Armatures verticales :
Les armatures verticales sont proposées par le PP73, soit des cadres HA 10 tous les 30 cm.
- Les armatures pour la face externe du mur :
Ferraillage minimal : D’après le PP73, le ferraillage minimal à prévoir dans le mur sera de 2
cm²/ml sur la face extérieure et dans les deux directions horizontales et verticales, soit
(HA10, espacement de 20cm).

f) Chevêtre

(1) Justification du chevêtre vis-à-vis de la flexion


Charges appliquées au chevêtre :

Charges réparties :
 Poids propre du chevêtre 4.75 t/ml
 Poids mort du garde-grève 2.4 t/ml .Donc, p1 = 7,15 t/ml
 Corbeau arrière 0,34 t/ml
 Dalle de transition 6,31 t/ml .Donc, p2 = 6,65 t/ml
 Surcharges Bt sur dalle de transition p3 = 11 t/ml
Charges concentrées :
 Mur en retour P1 = 9,21 t

Tablier : selon PP73 (paragraphe 2.2.2), le tablier n’exerce pas d’efforts sur le chevêtre
lorsque les points d’appui sont disposés en face des colonnes. Ce qui coïncide avec notre cas.
Charges dues au vérins : VR=89 t et VI=76.28 t. Ces charges ne sont pas cumulables avec les
surcharges Bt.
- Sollicitations dans le chevêtre

Les sollicitations enveloppes sont obtenues à partir des max des deux cas.
Cas 1 : Surchage de la dalle de transition p1, p2, p3, P1

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 146
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Cas 2 : Vérinage du tablier : p1, p2, P1, VR, VI

Les sollicitations enveloppes sont obtenues à partir des valeurs maximales de chaque cas.
Moment fléchissant (t.m) Effort tranchant ( t )
Désignation
>0 <0 T+ T-
Cas 1 8.464 16.36 35.11 35.11
Cas 2 44.92 31.5 105.4 105.4
Valeur maximale 44.92 31.5 105.4 105.4
Tableau 72: sollicitation dû à la flexion dans le chevêtre de la culée

- Ferraillage du chevêtre :
En effectuant le calcul par ROBOT EXPERT on a :
- Armatures supérieures: 𝑨𝒔 = 𝟏𝟖, 𝟎𝟓 𝒄𝒎²
- Armatures inférieures : 𝑨𝒊 = 𝟏𝟗, 𝟔𝟐 𝒄𝒎²
𝒇𝒕𝟐𝟖
- Armatures de non fragilité : 𝑨𝒎𝒊𝒏 = 𝒃 × 𝒅 × 𝟎. 𝟐𝟑 × = 𝟏𝟗. 𝟗𝟐 𝒄𝒎²
𝒇𝒆

- Armatures d’effort tranchant :


On a:

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 147
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

𝑓𝑐28
Tu
u = = 0.58 MPa < lim = min {0,15 × 𝛾𝑏 = 3 MPa
b0 × d
4 𝑀𝑃𝑎
Donc :
𝐀𝐬 𝐮 × 𝐛
≥ = 𝟐𝟖 𝐜𝐦𝟐 /𝐦𝐥
𝐒𝐭 𝟎. 𝟗 × 𝐟𝐞
𝛄𝐬

(2) Justification du chevêtre vis-à-vis de la torsion


Le moment de torsion dans le chevêtre sera justifié vis-à-vis des charges verticales, on ne
prend pas en considération les efforts horizontaux dus à la poussée des terres sur le mur
garde-grève et le chevêtre car en phase de construction la culée n’est pas encore remblayée..
L’effet du tablier n’est pas à prendre en compte puisque les appareils d’appui sont directement
posés sur les poteaux.
- Evaluation des efforts
Le tableau suivant donne les valeurs des moments de torsion pour chaque charge, ainsi
que le moment total de torsion dans le chevêtre :
Moment de
Excentricité (m)
torsion (t)
Poids propre 4,75 -0,35 -2,33
Corbeau 0,34 -1,45 -0,69
Mur garde-grève 2,4 -1,15 -3,86
Charge
Dalle de transition 6,27 -1,45 -12,73
Répartie
freinage 𝐵𝑐 Mt=-3,5*e/2 -4,9
effet du remblai + surcharges 𝑀𝑡 = 2,5 × (ℎ𝑔 + 0,5ℎ𝑐 + 1) × 𝑒/2 14
Surcharge 𝐵t 9,77 -1,45 -14,17
Concentrée Mur en retour 9,21 -2,44 -22,47
Moment de torsion C -47,15
Tableau 73: S ollicitation due à la torsion dans le chevêtre de la culée

- Armatures
On se réfère au PP73, pièce 1.3.2 paragraphe 2.2.5
On a : 𝑙 𝑡 = min (𝑏; ∅ + ℎ) = 1,9 𝑚 et ℎ𝑐 = 1,00 𝑚

- Contrainte tangentielle de torsion


Elle est donnée par la formule :
C 3,6  C
𝑢𝑐 = = a
2  b𝑛   a2  (b − 6)

Avec 𝑎 = b𝑐 = 1𝑚 𝑒𝑡 𝑏 = 𝑙 𝑡 = 1.9 𝑚

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 148
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Donc :

𝑢𝑐 = 0.98 MPa

- Vérification du béton :

On vérifie bien que √𝑢𝑐 ² + 𝑢𝑇 ² = √0.58² + 0.98² ≤ 3.5 σ


̅ ( σ
̅ étant la contrainte de
traction de référence du béton).
- Armatures longitudinales
𝐶𝑝 2,4  𝐶 3𝑏 + 2𝑎
𝐴𝑙 = = 
2    𝑎 𝑎  𝑓𝑒⁄𝛾 6𝑏 − 𝑎
𝑠
Donc, 𝑨𝒍 = 𝟒𝟎. 𝟖𝟔 𝒄𝒎²
- Armatures transversales
𝐴𝑡𝐶 𝐶 0,6  𝐶
⁄𝑆 = =
𝑡 2    𝑎 𝑎  𝑓𝑒⁄  (𝑏 − 𝑎 )
𝛾𝑠 6
Donc :
𝑨𝒕𝑪
⁄𝑺 = 𝟏. 𝟑𝟐 𝒄𝒎²/𝒎𝒍
𝒕

Or la section minimal est 𝐴𝑡𝐶𝑚𝑖𝑛 ⁄𝑆 = 𝑓 = 15.2 𝑐𝑚²/𝑚𝑙


0.4×𝑏
𝑡 𝑒

Remarque :
Ces armatures sont à cumuler avec celles déterminées pour la flexion du chevêtre tout en
respectant les règles de ferraillage minimal préconisé par le PP73.
- Armatures longitudinales : 𝐴𝑡 >= 0,5% 𝐵 = 95 𝑐𝑚² ≥ 40,86 + 19,92 + 19,92
La section d’acier trouvée est au dessous de cette valeur, donc on adopte la section
Al= 95 cm² (la somme des armatures de flexion et de torsion)
𝐴𝑡 𝑐𝑚2
- Armatures transversales: 𝑆𝑡
>= 0,2% 𝐵 = 38 𝑚𝑙
≥ 15,2 + 28

La section d’acier trouvée est au dessus de cette valeur, donc on adopte la section
At= 43,2 cm² (la somme des armatures de flexion et de torsion)
Choix d’armatures longitudinales :
13 HA 20 ∶Comme armatures supérieures, soit une section de As= 40,84 cm²
13 HA 20 ∶Comme armatures inférieures, soit une section de Ai= 40,84 cm²
8 HA 16: Comme armatures longitudinales sur les deux parements verticaux, soit une
section de Av= 16,85 cm².
Soit une section totale de : A = 98,53cm².
Choix d’armatures transversales :
On choisit : 𝑆𝑡 = 20 𝑐𝑚 ⟹ 𝐴𝑡 = 7,6 𝑐𝑚²/𝑚𝑙

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 149
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

g) Ferraillage des fûts

(1) Armatures longitudinales


- Calcul des aciers et vérification des contraintes :
En utilisant le logiciel EXPERT BA, on trouve : Ast = 18.56 cm² d’où l’ELU est le
dimensionnent.

(2) Justification vis à vis du flambement


Ce critère est bien vérifié dans le chapitre Etude d’avant projet.

(3) Armatures transversales


L’effort horizontal maximal appliquée à chaque fût est égale à : 𝑉𝑢 = 37.63 𝑡
Dans le cas des sections circulaire on a :
𝑢 = 1,4 × 𝑉𝑢 / (𝐷𝑑) = 0,5545 𝑀𝑃𝑎 𝑎𝑣𝑒𝑐, 𝐷 = 1,00 𝑚 𝑒𝑡 𝑑 = 0,95 𝑚
Donc :

𝑢 = 0,58 𝑀𝑝𝑎 < 𝑀𝑖𝑛 (0,2  𝑓𝑐𝑗 /𝛾𝑏 ; 5 𝑀𝑝𝑎) = 4 𝑀𝑝𝑎


Les armatures transversales minimales:
𝐴𝑡 / (𝐷 × 𝑆𝑡 ) 𝑢 / (0,8𝑓𝑒 )
C'est-à-dire :
𝐴𝑡 /𝑆𝑡 ≥ 14.19 𝑐𝑚²/𝑚
On disposera des cercles 14 avec un espacement de 10 cm.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 150
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

h) Semelle de liaison :

(1) Les hypothèses du calcul :


 La fissuration est considérée comme préjudiciable.

Béton :
 La résistance caractéristique : 𝑓𝑐28 = 30 𝑀𝑃𝑎.
 La résistance de calcul en flexion est : 𝑓𝑏𝑢 = 0,85 × 𝑓𝑐28/𝛾 𝑏 =17 MPA.
 La résistance du béton à la traction : 𝑓𝑡28 =2,40 𝑀𝑃𝑎.

Acier :
 L’acier retenu est Fe E500 de limite élastique : 𝑓𝑒 = 500 𝑀𝑃𝑎.
 Enrobage des aciers : 𝑑’ = 5𝑐𝑚

(2) La transmission des efforts :

Figure 51: calcul de la semelle sous la culée par la méthode des bielles

La transmission de l’effort du poteau aux 4 pieux (figure ci-dessus) s’effectue au moyen de 4


bielles partant du centre de gravité de fût. Les efforts transmis sont comme suit :
𝑵 𝑴𝒚 𝑴𝒙
𝑭𝒑𝟏 = − −
𝟔 𝟑 × 𝒆𝟏 𝟐 × 𝒆𝟐
𝑵 𝑴𝒚
𝑭𝒑𝟐 = −
𝟔 𝟑 × 𝒆𝟏
𝑵 𝑴𝒚 𝑴𝒙
𝑭𝒑𝟑 = − +
𝟔 𝟑 × 𝒆𝟏 𝟐 × 𝒆𝟐
𝑵 𝑴𝒚 𝑴𝒙
𝑭𝒑𝟒 = + −
𝟔 𝟑 × 𝒆𝟏 𝟐 × 𝒆𝟐
𝑵 𝑴𝒚
𝑭𝒑𝟓 = +
𝟔 𝟑 × 𝒆𝟏

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 151
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

𝑵 𝑴𝒚 𝑴𝒙
𝑭𝒑𝟔 = + +
𝟔 𝟑 × 𝒆𝟏 𝟐 × 𝒆𝟐
Avec : 𝒆𝟏 = 𝟏, 𝟓 𝒎 et 𝒆𝟐 = 𝟒 𝒎
Application numérique :
Pieu 𝑷𝒊 Effort 𝑭𝒑𝒊 (𝒕)
𝑃1 183,65
𝑃2 223,12
𝑃3 262,58
𝑃4 310,77
𝑃5 350,23
𝑃6 389,69
Tableau 74: Effort en tête des pieux sous la pile

Calcul des Ti :
𝜆𝑖
𝑇𝑖 = 𝐹𝑝𝑖 × 𝑐𝑜𝑡𝑎𝑛𝜃𝑖 = 𝐹𝑝𝑖 ×
𝑧
Soient :
𝜆1 𝜆
𝑇𝑥−𝑚𝑎𝑥 = max (max(𝐹𝑝2 ; 𝐹𝑝5 ) × ; max(𝐹𝑝1 ; 𝐹𝑝3 ; 𝐹𝑝4 ; 𝐹𝑝6 ) × 2 × sin (20,55°))
𝑧 𝑧
𝜆2
𝑇𝑦−𝑚𝑎𝑥 = max(𝐹𝑝1 ; 𝐹𝑝3 ; 𝐹𝑝4 ; 𝐹𝑝6 ) × × cos(20,55°)
𝑧
Avec :
𝜆 1 = 1,5 𝑚; 𝜆 2 = 4,27 𝑚; 𝑍 = 1,75 𝑚
ELU
𝐓𝐱−𝐦𝐚𝐱 (𝑻) 333,6
𝐓𝐲−𝐦𝐚𝐱 (𝑻) 890,4

(3) Vérification des contraintes


- Vérification des contraintes de la bielle :
La contrainte de compression, sous le fût, dans les bielles:
𝐹𝑝𝑖
𝜎𝑏𝑐 = max( )
𝑆. sin(Ѳi)2
Pi 𝐅𝐩𝐢 𝛉𝐢 𝐬𝐢𝐧(𝛉𝐢 ) 𝝈𝒃𝒄
P1 1,84 22,28 0,38 4,07
P2 2,23 49,39 0,76 1,23
P3 2,63 22,28 0,38 5,82
P4 3,11 22,28 0,38 6,89
P5 3,50 49,39 0,76 1,94
P6 3,90 22,28 0,38 8,64
Tableau 75: contrainte de la bielle de la semelle

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 152
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

𝑆 = 3,14 𝑚² : Section du poteau


Donc :
𝜎𝑏𝑐 = 8,39 𝑀𝑃𝑎
0.8.𝑓𝑐28
Or : = 16 𝑀𝑃𝑎
𝛾𝑏

Donc :
0.8. 𝑓𝑐28
σbc <
𝛾𝑏
OK
- Vérification du poinçonnement :
2
D’après le PP 73 (pièce 132), on doit vérifier que 𝐹𝑝−𝑚𝑎𝑥 ≤ 𝑏. ℎ. 𝑓𝑡28
3

Tels que h= 1,8 m, b = 2,8 m et ft28 = 2,4 MPA


On a
𝐹𝑝−𝑚𝑎𝑥 = 3,78 𝑀𝑁
Et :
2
𝑏. ℎ. 𝑓𝑡28 = 8,064 𝑀𝑁
3
OK
- Calcul des armatures :

 Les armatures longitudinales :


Les armatures inférieures //(OX) :
𝑇𝑥−𝑚𝑎𝑥 × 𝛾𝑠
𝐴𝑖𝑥 = = 76,72 𝑐𝑚2
𝑓𝑒
Cette section d’acier est à placer dans des bandes axées sur le pieu sur une
largeur égale à la largeur de la poutre noyée : 𝐷 + ℎ = 1 + 1.8 = 2.8𝑚. On dispose
donc 25HA20 (e=10 cm) sur une bande de 2.8 m (PP 73 pièce 132 P 59)
Entre les poutres noyées (bandes axés de pieux), on doit placer des armatures de
répartition au moins avec une densité égale au tiers de la densité Axi des poutres noyées.
Mais, pour des raisons de sécurité, on déposera la même densité de ferraillage sur toute
la longueur de la semelle.

Les armatures inférieures //(OY) :


𝑇𝑦−𝑚𝑎𝑥 × 𝛾𝑠
𝐴𝑖𝑦 = = 204,8 𝑐𝑚2
𝑓𝑒

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 153
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Généralement pour les nappes supérieures sont prises égale à la moitié des nappes inférieures:
Les armatures supérieures //(OX) :
1
× 𝐴𝑖𝑥
2
Les armatures supérieures //(OY) :
1
× 𝐴𝑖𝑦
2

 Armatures de l’effort tranchant :


On prend des cadres verticaux espacés respectivement de Sv, calculés par la formule
𝐴𝑡
suivante : ≥ 0.2% × 𝑏 (BAEL+DTU associés) où b étant la largeur de la semelle.
𝑆𝑣

On prend l’espacement: Sv = 40cm ⟹ 20 cadres de HA12.

 Armatures de peau :
Conformément à l'article A.8.3 des règles BAEL 91, le ferraillage de peau est pris égal à 3
cm²/ ml, soit A = 3 × h = 5,4 cm² ⟹ HA10 sur chaque face.

𝐴𝑖𝑥 Section d’armatures inf //OX


𝑇𝑥−𝑚𝑎𝑥 × 𝛾𝑠 25HA20
Disposée sur une largeur de ∅ + 76,72 cm²
𝑓𝑒 e=10
ℎ𝑠 = 2,8 𝑚
𝐴′𝑖𝑥 Section d’armature inf //OX Pour des raisons de sécurité, on garde le
Disposée hors de la bande ∅ + ℎ𝑠 même ferraillage pour 𝐴′x que pour 𝐴𝑥 le
1
minimum est 𝐴𝑡𝑥
3

𝐴𝑖𝑦 Section d’armatures inf //OY 𝑇𝑦−𝑚𝑎𝑥 × 𝛾𝑠 26HA32


204,8 cm²
𝑓𝑒 e=10
𝐴𝑠𝑥 Section d’armatures sup //OX 1
× 𝐴𝑖𝑥 13HA32
2
𝐴𝑠𝑦 Section d’armatures sup //OY 1 13HA32
× 𝐴𝑖𝑥
2 e=20
𝐴𝑝 Section d’armatures de peau 𝐴𝑝 3 cm²/ml HA10
e=25
𝐶 Armatures transversales 20 Cadres
𝐴𝑣
= 0,2%𝑏 = 1 𝑐𝑚 HA12 espacé
𝑆𝑣
de 𝑺𝒗 = 𝟒𝟎 𝒄𝒎
Tableau 76: ferraillage semelle de liaison de la pile

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 154
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

O. FONDATIONS:
Dans cette partie nous allons traiter seulement le pieu sous la pile.

1. Calcul de portance du pieu :


La charge limite 𝑄𝑢 d’un pieu est obtenue en additionnant la charge limite de pointe 𝑄𝑝 et la

charge limite de frottement latéral mobilisée par friction𝑄𝑠 .

a) Calcul de la charge limite de pointe 𝑸𝒑 :

𝑄𝑝 = 𝐴 × 𝐾𝑝 × 𝑃𝑙𝑒∗
𝐴 ∶ 𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑝𝑜𝑖𝑛𝑡𝑒
𝐾𝑝 : 𝑐𝑜𝑒𝑓𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑛𝑝𝑖𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑎𝑝𝑝𝑒𝑙é 𝑓𝑎𝑐𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑝𝑜𝑟𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒 (𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑐𝑜𝑢𝑐ℎ𝑒 𝑝𝑜𝑟𝑡𝑒𝑢𝑠𝑒)
𝑃𝑙𝑒∗ : 𝑃𝑟𝑒𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑙𝑖𝑚𝑖𝑡𝑒 𝑛𝑒𝑡𝑡𝑒 é𝑞𝑢𝑖𝑣𝑎𝑙𝑒𝑛𝑡𝑒
Selon le rapport géotechnique, la couche porteuse située à 30 m de profondeur est une roche
altérée. (Voir annexe)

Tableau 77: Classification du sol tiré du fascicule 62 titre V

Tableau 78: Valeur du facteur de portance Kp tiré du fascicule 62 titre V

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 155
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Les pieux seront forés et mis en œuvre sans refoulement du sol  𝑲𝒑 = 𝟏, 𝟒𝟓


Calcul de la pression limite nette équivalente :
C’est une pression moyenne autour de la base du pieu, elle est déterminée de la manière
suivante :
𝐷 +3𝑎
1
𝑃𝑙𝑒∗ = ∫ 𝑃𝑙∗ (𝑧)𝑑𝑧
3𝑎 + 𝑏
𝐷−𝑏

Avec :
𝐵
𝑎 = { 2 𝑠𝑖 𝐵 > 1𝑚
0,5 𝑠𝑖 𝐵 < 1𝑚
𝑏 = min (𝑎, ℎ), 𝑎𝑣𝑒𝑐 ℎ = ℎ𝑎𝑢𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑑 ′ 𝑎𝑛𝑐𝑟𝑎𝑔𝑒
D’où :
𝐵 = 1𝑚
𝐷 = 25 𝑚
ℎ=3𝑚
𝑎 = 0,5 𝑚
𝑏 = 0,5 𝑚
32,5
1 𝑃 ∗ (𝑍 ) − 𝑃𝑙∗ (𝑍𝑖 )
𝑃𝑙𝑒∗ = ∫ 𝑙 𝑖+1 × ∆𝑍𝑖
2 2
30,5

𝑃𝑙∗ = 𝑃𝑙 − 𝑃0
Avec :
𝑃𝑙 𝑝𝑟𝑒𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑙𝑖𝑚𝑖𝑡𝑒 𝑚𝑒𝑠𝑢𝑟é𝑒

𝑃0 = 𝐾0 × 𝜎𝑣0 + 𝛾𝑤 × 𝑧 𝑝𝑟𝑒𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 ℎ𝑜𝑟𝑖𝑧𝑜𝑛𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑎𝑢 𝑚𝑒𝑚𝑒 𝑛𝑖𝑣𝑒𝑎𝑢 𝑎𝑣𝑎𝑛𝑡 𝑙′𝑒𝑠𝑠𝑎𝑖
𝐾0 = 0,5
𝛾𝑤 = 10 𝐾𝑁/𝑚3
𝑷𝒓𝒐𝒇𝒐𝒏𝒅𝒆𝒖𝒓 𝒁 𝑷𝒍 ( 𝑲𝑷𝒂) 𝝈′𝒗𝟎 (𝑲𝑷𝒂) 𝒖 (𝑲𝑷𝒂) 𝑷𝟎 (𝑲𝑷𝒂) 𝑷∗𝒍 (𝑲𝑷𝒂)
3 800 30 0 30 770
6 800 60 20 80 720
15 800 150 110 260 540
18 1300 180 140 320 980
21 610 210 170 380 230
22,5 3820 225 185 410 3410
24 1770 240 200 440 1330
24,5 2670 245 205 450 2220
25,5 4470 255 215 470 4000

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 156
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

26,5 3550 265 225 490 3060


27 3090 270 230 500 2590
28,5 2060 285 245 530 1530
30 7850 300 260 560 7290
30,5 6710 305 265 570 6140
31,5 4430 315 275 590 3840
32,5 4883 325 285 610 4273

Alors 𝑃𝑙𝑒∗ = 4,523 𝑀𝑃𝑎  𝑸𝒑 = 𝟓, 𝟏𝟒𝟖 𝑴𝑵

b) Calcul de la charge limite de frottement latéral 𝑸𝒔 :


En examinant le rapport géotechnique on ne trouve pas une friction négative.
L’effort total limite, mobilisable par frottement latéral sur toute la hauteur du fût du pieu est
donné par l’expression:

𝑄𝑠 = 𝑃 ∫ 𝑞𝑠 (𝑧)𝑑𝑧
0

𝑃: 𝑝é𝑟𝑖𝑚𝑒𝑡𝑟𝑒 𝑑𝑢 𝑝𝑖𝑒𝑢
ℎ: 𝑙𝑎 ℎ𝑎𝑢𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑠𝑢𝑟 𝑙𝑎𝑞𝑢𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑠 ′ 𝑒𝑥𝑒𝑟𝑐𝑒 𝑒𝑓𝑓𝑒𝑐𝑡𝑖𝑣𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑙𝑒 𝑓𝑟𝑜𝑡𝑡𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑙𝑎𝑡é𝑟𝑎𝑙
𝑞𝑠 (𝑧): 𝑙𝑒 𝑓𝑟𝑜𝑡𝑡𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑙𝑎𝑡é𝑟𝑎𝑙 𝑙𝑖𝑚𝑖𝑡𝑒 à 𝑙𝑎 𝑐ô𝑡𝑒 𝑧

Courbe de
𝑃𝑟𝑜𝑓𝑜𝑛𝑑𝑒𝑢𝑟 𝑍 lecture 𝑃𝑙∗ ( 𝐾𝑃𝑎) 𝑞𝑠 (𝑀𝑃𝑎)
6 Grave B (Q2) 726 0,05
15 Sable B (Q2) 555 0,04
18 Grave B (Q2) 998 0,06
21 Marne A (Q3) 251 0,01
22,5 Grés C (Q4) 3432,5 0,16
24 1354 0,095
24,5 2244,5 0,12
25,5 4025,5 0,12
26,5 𝑔rave C (Q3) 3086,5 0,12
27 2617 0,12
28,5 1558,5 0,1
30 7320 0,12
31 Rocher A (Q6) 5021 0,26

ℎ 31
𝑞𝑠 (𝑍𝑖+1 ) + 𝑞𝑠 (𝑍𝑖 )
𝑄𝑠 = 𝑃 × ∫ 𝑞𝑠 (𝑧)𝑑𝑧 = 3,14 × ∑ × ∆𝑍𝑖
2
0 0
𝑸𝒔 = 𝟓, 𝟖𝟏 𝑴𝑵

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 157
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

c) Récapitulatif :
𝑫 𝑲𝒑 𝑷∗𝒍𝒆 (𝑴𝑷𝒂) 𝑨𝒑 (𝒎𝟐) 𝑸𝒑𝒖 (𝑴𝑵) 𝑸𝒔𝒖 (𝑴𝑵) 𝑸𝒖 (𝑴𝑵)
Pile 1,00 1,45 4,523 0 ,7854 5,148 5,81 10,958

Combinaisons du pieu foré par le fascicule 62 titre V :


 La charge limite en traction : 𝑄𝑡𝑢 = 𝑄𝑠𝑢
 La charge de fluage en compression : 𝑄𝑐 = 0.5 × 𝑄𝑝𝑢 + 0.7 × 𝑄𝑠𝑢
 La charge de fluage en traction : 𝑄𝑡𝑐 = 0.7 × 𝑄𝑠𝑢
Pile
𝑸𝒕𝒖 5,810
𝑸𝒄 6,641
𝑸𝒕𝒄 4,067
−𝑄
𝑄𝑚𝑖𝑛 = 𝑡𝑢
1,4
 ELU fondamentale : { 𝑄
𝑄𝑚𝑎𝑥 = 𝑢
1,4

−𝑄
𝑄𝑚𝑖𝑛 = 𝑡𝑢
1,3
 ELU accidentelle :{ 𝑄
𝑄𝑚𝑎𝑥 = 1,2𝑢
−𝑄
𝑄𝑚𝑖𝑛 = 1,4𝑡𝑐
 ELS rare :{ 𝑄
𝑄𝑚𝑎𝑥 = 1,1𝑐

𝑄𝑚𝑖𝑛 = 0
 ELS quasi-permanente :{ 𝑄
𝑄𝑚𝑎𝑥 = 1,4𝑐

𝑸𝒎𝒊𝒏 (𝑴𝑵) 𝑸𝒎𝒂𝒙 (𝑴𝑵)


ELU fondamentale -1,4525 7,8271
ELU accidentelle -4,4692 9,1316
Pile
ELS rare -2,9050 6,0372
ELS quasi-permanente 0 4,7435
Tableau 79 : Combinaisons de justification des pieux proposés par fascicule 62 titre V

2. Justification et ferraillage du pieu :


Dans cette partie on s’intéresse au pieu sur la pile déjà étudiée.
Pour la justification et le calcul des pieux on procède suivant la méthode donnée au Fond 72.
On rappelle que :
 𝑓𝐶28 = 25 𝑀𝑃𝑎
 ∅=1𝑚
 𝑆 = 0,785 𝑚2

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 158
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

 𝐼 = 0,049 𝑚4
 𝑅𝑖𝑔𝑖𝑑𝑖𝑡é 𝑑𝑢 𝑝𝑖𝑒𝑢 𝐸𝐼 = 531 𝑀𝑁. 𝑚²
 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑢𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑢 𝑝𝑖𝑒𝑢 = 25 𝑚
 Les sollicitations sur les pieux sont :

Sollicitations sous la semelle de la pile


N 𝑴𝐱 𝑴𝐲 𝑯𝐱 𝑯𝐲 H M
ELS 1628,98 247,93 204,42 16,86 32,35 36,48 279,48
ELU 2199,34 333,10 273,41 22,68 43,67 49,21 374,83

a) Détermination des coefficients d’élasticité des pieux :

(1) Hypothèses du calcul :


- Dans notre cas les pieux sont rigidement encastrés dans le substratum.
- Les couches de couverture (sables et alluvions) ont des modules d’élasticité négligeables,
(On peut donc considérer que le sol de ces couches est sans réaction élastique).

(2) Coefficient d’élasticité longitudinale :


C’est le rapport entre l’effort normal appliqué et la déformation correspondante du pieu, il est
donné par la formule suivante :
ES
µ=
L
Où :
E : le module d’Young du matériau constitutif du pieu
S : l’aire de sa section et L est la longueur réelle du pieu.

(3) Module de réaction du sol


K est le module de réaction du sol donné par la relation :
1 12 × 𝐸𝑚
𝐾= ×
2 4 × 𝐷0 × (2,65 × 𝐷 )𝛼 + 𝛼
3×𝐷 𝐷0
Où :
D0 : Le diamètre de référence fixé à 0,60m
D : le diamètre du pieu en question égal à 1,00m
Em : Le module pressiométrique
α est un coefficient caractérisant le sol pris égal à 0,5
Ainsi, on rassemble ces grandeurs dans le tableau suivant :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 159
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

𝑳 𝝁(𝒕/𝒎) 𝑬𝒎 𝑲(𝒕/𝒎𝟑 )
Pile 25 34044,6 111,4 30642,7

(4) Longueur de transfert :


Dans notre cas les pieux sont rigidement encastrés dans le substratum.
4 4𝐸𝐼
On définit la longueur de transfert par la formule : 𝐿 0 = √ 𝐾∅

 I est l’inertie de la section du pieu


 Φ son diamètre
AN :
𝐿 0 = 1,6225 𝑚

(5) Coefficients d’élasticité croisés :


Les valeurs des coefficients croisés au niveau de la section du pieu qui sépare la couche
réactive et les couches non réactives sont données par les formules suivantes :
𝜌1 = 𝐾∅𝐿 0
1
𝜌1 = 49717,7 𝑡/𝑚
{𝜌2 = 𝐾∅𝐿20  { 𝜌2 = 40333,5 𝑡
2
1
𝜌3 = 𝐾∅𝐿30 𝜌3 = 65441,2 𝑡. 𝑚
2
Les valeurs des coefficients croisés en têtes des pieux sont données par les formules
suivantes :
ℎ ℎ4
𝐷= 1+ (ℎ2 𝜌1 + 3ℎ𝜌2 + 3𝜌3 ) + (𝜌 𝜌 − 𝜌22 ) = 14981,8
3𝐸𝐼 12(𝐸𝐼 )2 1 3
Avec : h la hauteur des couches non réactives 8 m :

1 ℎ
𝜌1′ = (𝜌1 + (𝜌1 𝜌3 − 𝜌22 )) = 48,3 𝑡/𝑚
𝐷 𝐸𝐼

1 ℎ2
𝜌2′ = (ℎ𝜌1 + 𝜌2 + (𝜌 𝜌 − 𝜌22 )) = 570,58 𝑡
𝐷 2𝐸𝐼 1 3

1 ℎ3
𝜌3′ 2
= (ℎ 𝜌1 + 2ℎ𝜌2 + (𝜌 𝜌 − 𝜌22 )) = 8982,87 𝑡. 𝑚
𝐷 3𝐸𝐼 1 3

(6) Calcul des efforts et déformations en tête des pieux :


𝑅𝑖 = 𝑛𝜌𝑖′ Avec n nombre de pieux 6
𝑅1 = 289,8 𝑡/𝑚
{ 𝑅2 = 3423,48 𝑡
𝑅3 = 53897,22 𝑡. 𝑚

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 160
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

- Calcul de λ:
𝑛
𝜆 = 𝑑 × 𝑅1 + 2
(𝑅1 × 𝑅3 − 𝑅22 ) = 875,76
𝑛 . 𝜇. 𝑑
- Calcul de sollicitations au niveau des pieux :
1 1 𝑅 𝑅
𝑁1 = ( 𝑁 + 1 𝑀 + 2 𝐻)
{ 3 2 𝜆 𝜆
1 1 𝑅1 𝑅2
𝑁2 = ( 𝑁 − 𝑀 − 𝐻)
3 2 𝜆 𝜆
1
𝑇 = 𝑇1 = 𝑇2 = 𝐻
6
1 𝑑 × 𝑅1 𝑑 × 𝑅2 × 𝐻
𝑀 = 𝑀1 = 𝑀2 = (𝑀 × (1 − )− )
6 𝜆 𝜆
En résumé :
Sollicitations 𝑵𝟏 𝑵𝟐 𝑻 𝑴
ELU 430,80 302,20 8,03 -36,94
Pile
ELS 319,36 223,64 5,95 -27,38

On vérifie bien que : 𝑄min < 𝑁𝑖 < 𝑄𝑚𝑎𝑥 pour tous les pieux à l’ELU et à l’ELS.
Quant aux déplacements en têtes des pieux ont pour valeurs :
Et les pieux ne sont pas soumises à un arrachement puisque 𝑁1 et 𝑁2 sont positives.
𝑀 × 𝑅2 𝑅3 𝑑
𝑋1 = 𝑋2 = 2 × + (2 × + )×𝐻
𝜇×𝑑×𝑛×𝜆 𝜇×𝑑×𝑛×𝜆 𝜆
𝑁1 𝑁 𝑍 − 𝑍2
𝑍1 = ; 𝑍2 = 2 ; 𝛺1 = 𝛺2 = 1
2𝑛µ 2𝑛µ 𝑑
Déplacements 𝑿𝟏,𝟐 (𝒎𝒎) 𝒁𝟏 (𝒎𝒎) 𝒁𝟐 (𝒎𝒎) 𝜴𝟏,𝟐 (𝒓𝒂𝒅. 𝟏𝟎−𝟑 )
ELU 14,56 12,65 8,88 1,26
Pile
ELS 10,80 9,38 6,57 0,94

(7) Ferraillage :
- Ferraillage longitudinal :
Les pieux sont de section circulaire subissant une flexion composée, le calcul des armatures
sera fait suivant les règles BAEL 91 à l’aide du logiciel ROBOT EXPERT.
On obtient :
As=15,7 cm² ce qui représente 0,20 % < 0,5 % de section du béton, Donc on adopte le
ferraillage minimal : As=39,27 cm ². Soit 14HA20 espacés de 20 cm.
- Ferraillage transversal :
𝒇𝒄𝒋
𝑽𝒖 𝑫 𝒅 𝝉𝒖 = 𝟏, 𝟒 × 𝑽𝒖 /𝑫 × 𝒅 𝑴𝒊𝒏(𝟎, 𝟐 × ; 𝟒 𝑴𝑷𝒂)
𝜸𝒃
8,03 1 0,95 0,1183 4

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 161
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

On adopte une section minimale :


𝐴𝑡 𝜏 ×𝐷
≥ 𝑢
𝑆𝑡 0,9 × 𝑓𝑒
1,15
𝐴𝑡
= 3,02 𝑐𝑚²/𝑚
𝑆𝑡
Soit un espacement de 15 cm, on adoptera des cerces de diamètre ϕ10

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 162
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

P. ETUDE SISMIQUE :

1. Détermination des paramètres de calcul :

a) Accélération sismique nominale :


Les valeurs d’accélération nominale communiquée par l’Administration au niveau de certains
ouvrages situés dans la région montrent ‘qu’elles sont comprises entre 0.16 et 0.20g.Par
ailleurs, d’après le zonage sismique, l’ouvrage est situé dans la zone M5 pour laquelle le seuil
d’accélération est supérieur à 2.2 m/s².Aussi, il est proposé d’adopter une accélération
nominale correspondant au seuil en question, soit : 𝑎𝑛 = 2.2 𝑚/𝑠².

b) Classification du site :
D’après le rapport géotechnique du projet l’ouvrage est fondé sur un rocher plus ou moins
fracturé à joints marneux correspondant à un sol de groupe b dont l’épaisseur du substratum
est considéré par mesure de sécurité supérieur à 15 m conduisant à un site de type S2.

c) Le spectre de réponse :
Le spectre de réponse élastique réglementaire est définit à partir du site sur lequel se situe
l’ouvrage, soit pour un site S2 et un amortissement de 5% :
- 0s ≤ T ≤ 0,6 s : R E (T) = 2.25
1.35
- 0,6 s ≤ T ≤ 3,85 s : R E (T) = T
5.2
- 3.85s ≤ T : R E (T) =
T2

Figure 52 : Le spectre de réponse

Ce spectre est à multiplier par l’accélération nominale (2.2 m/s²) pour les composantes
horizontales du séisme et par 0.7 fois l’accélération nominale pour la composante verticale.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 163
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

d) Coefficient de comportement :
Les calculs sont effectués dans le domaine élastique, aucun coefficient de comportement n’est
pris en compte (q=1).

e) Justification du choix de la méthode monomodale :


L’utilisation de la méthode simplifiée dite monomodale est conditionnée par la vérification
des critères suivants :
- Critère n°1 : Masses modales :
Masse de l’ensemble des piles hors fondations (Mp) < 43% Masse du tablier (Mt)
𝑀𝑡 = 3170 𝑡
𝑀𝑝 = 451.32𝑡 < 3170 × 43% = 1363,1 𝑡
Ce critère est donc vérifié.
- Critère n°2 : Biais :
L’ouvrage se trouve en alignement droit donc le problème de biais ne se pose pas.
- Critère n°3 : Courbure :

Il n’y pas de courbure pour notre ouvrage.


- Critère n° 4 : Symétrie transversale :
L’ouvrage est symétrique aussi bien géométriquement que mécaniquement l’excentricité
est donc nulle et la condition sur l’écart entre le centre des masses et le centre élastique est
vérifiée.

2. Dimensionnement des appareils d’appui :

a) Pré-dimensionne ment des appareils d’appui :


On utilise la formule donnée au paragraphe 3.4.2 du Guide de SETRA « pont courant en zone
sismique guide de conception qui donne le côté d’un appareil carré:
2
3
Mt
a = [0.000273 × aN × b × √ ]
n

Avec,
- 𝑏 = 1,35 (𝑠𝑖𝑡𝑒 2)
- 𝑛 𝐿𝑒 𝑛𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙 𝑑𝑒𝑠 𝑎𝑝𝑝𝑎𝑟𝑒𝑖𝑙𝑠 𝑑’𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖 : 40
Ce qui donne :
𝑎 = 0,37 𝑚
Ce pré-dimensionnement est inférieur aux résultats du calcul de l’appui en ELS.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 164
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

b) Répartition des efforts sismiques longitudinaux :


La répartition des efforts sismique horizontaux est fonction de la rigidité des appuis K=1/u ; u
étant le déplacement en tête d’appui sous un effort de 1t : u=u1+u2+u3 ;
- 𝑢 1 distortion de l’appareil d’appui
- 𝑢 2 déformation de l’appui
- 𝑢 3 déformation de la fondation=0 (semelle ancrée)

(1) Distorsion de m’appareil d’appui 𝒖𝟏


𝑢 1𝑠 Déformation sismique
1T
u1s = Avec G=1.2 MPa et N=Nombre d’appareils d’appuis
G×N×a×b

(2) Déformation de l’appui :


Culées : 𝑢 2 = 0 (Culée enterrées)
Piles : 𝑢 2 = 1 h3⁄(3 × n × E × I)
h est la hauteur libre égale à 9m
𝐼 = 0.049 𝑚⁴
E = 34180 MPa = 3.4 106 t/m²
Module RD Culée RD Pile centrale module pile extrême RD
u1 (mm) 0,94 0,47 0,94
u2 (mm) 0,00 0,36 0,36
u total (mm) 0,94 0,83 1,30
k=1/u (t/m) 1066,67 1202,68 769,10

Module RG pile extrême RG Piles centrales module Culée RG


u1 (mm) 0,94 0,47 0,94
u2 (mm) 0,36 0,36 0,00
u total (mm) 1,30 0,83 0,94
k=1/u (t/m) 769,10 1202,68 1066,67

c) Rigidité des systèmes :


- Module RD :

𝐾 = ∑ 𝐾𝑖 = 1066.67 + 1202.68 + 769.1 = 3038.45 𝑡 ⁄𝑚

- Module RG :

𝐾 = ∑ 𝐾𝑖 = 769.1 + 1202.68 + 1066.67 = 4241.13 𝑡 ⁄𝑚

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 165
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

d) Réponse sismique :
- Module RD :
La masse du tablier : M=2*634=1268 t
La période longitudinale du tablier sur ses appuis vaut :

M 1268
T = 2π√ = 2π√ = 1.284s
K 30384.5

La période du système se situe entre 0.6 et 3.85, donc sur la 1ére branche descendante du
spectre d’où :
1.35
R(T) = = 1.052
T
L’effort total :
Flongitudinal = M × R(T) × an = 1256 × 1.127 × 2.2 × 0.1 = 293.40 𝑡
- Module RG :
La masse du tablier : M=3*634=1902t
La période longitudinale du tablier sur ses appuis vaut :

M 1902
T = 2π√ = 2π√ = 1.331s
K 42411.3

La période du système se situe entre 0.6 et 3.85, donc sur la 1ére branche descendante du
spectre d’où :
1.35
R(T) = = 1.01
T
L’effort total :
Flongitudinal = M × R(T) × an = 1902 × 1.08 × 2.2 × 0.1 = 424.54 𝑡
- Effort par élément porteur :
On a :
K𝑖
F𝐿 = × Flongitudinal
K
D’où

Module RD Module RG
M 1268 t M 1902 t
T 1,284 T 1,331
R 1,052 R 1,01
Effort total 293,40 t Effort total 424,54 t
culée RG 𝐹𝐿 103,00 t Pile entre module 𝐹𝐿 76,99 t

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 166
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Pile centrale module 𝐹𝐿 116,13 t piles centrales module 𝐹𝐿 120,39 t


Pile entre module 𝐹𝐿 74,27 t culée RD 𝐹𝐿 106,78 t

e) Déplacement par rapport au sol :


- Déplacement du tablier :

𝑡𝑎𝑏𝑙𝑖𝑒𝑟
𝑇2
𝑑𝑙𝑜𝑛𝑔𝑖𝑡𝑢𝑑𝑖𝑛𝑎 𝑙𝑒 = × 𝑅(𝑇 ) × 𝑎𝑛
4𝜋 2
On trouve :
Module RD Module RG
d (m) 0,097 d (m) 0,1

- Déplacement de la tête de l’appui par rapport au sol :


Flongitudinal
𝑑𝑙𝑜𝑛𝑔𝑖𝑡𝑢𝑑𝑖𝑛𝑎𝑙𝑒 =
𝐾𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖

On trouve les résultats suivant :


Déplacement de la tête de la pile centrale du module Déplacement de la tête des piles centrales du module

d= 0,042 d= 0,044

Déplacement de la tête de la pile entre module Déplacement de la tête de la pile entre module

d= 0,027 d= 0,028

Déplacement de la culée Déplacement de la culée

d= 0 d= 0

f) Détermination des sollicitations sismiques transversales :


Le tablier est infiniment rigide suivant cette direction et il est bloqué transversalement sur
chacun des appuis par des butées parasismiques. L’analyse sismique se limite au calcul de la
force s’appliquant sur chaque appui. On procède à un calcul similaire à celui utilisé dans la
détermination des sollicitations longitudinales et en prenant la rigidité de l’appareil d’appui
comme rigidité totale de l’appui.
On trouve les résultats suivant :
Module RD Culée RD Pile centrale module pile extrême RD
𝑢1 (𝑚𝑚) 0,94 0,47 0,94
𝑢2 (𝑚𝑚) 0,00 0,00 0,00
𝑢total (𝑚𝑚) 0,94 0,47 0,94 K=
𝑘 = 1/𝑢 (𝑡/𝑚) 1066,67 2133,33 1066,67 4266,67

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 167
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Module RG pile extrême RG Piles centrales module Culée RG


u1 (mm) 0,94 0,47 0,94
u2 (mm) 0,00 0,00 0,00
u total (mm) 0,94 0,47 0,94 K=
k=1/u (t/m) 1066,67 2133,33 1066,67 6400,00

Module RD Module RG
M 1268 t M 1902 t
T 1,083 T 1,083
R 0,692 R 1,25
Effort total 193,16 t Effort total 521,52 t
culée RG 𝐹𝑣 48,29 t Pile entre module 𝐹𝑣 86,92 t
Pile centrale module 𝐹𝑣 96,58 t piles centrales module 𝐹𝑣 173,84 t
Pile entre module 𝐹𝑣 48,29 t culée RD 𝐹𝑣 86,92 t

g) Détermination des sollicitations sismiques verticales :


Les réactions d'appuis sous séisme vertical sont calculées suivant la méthode exposée dans le
guide du SETRA :
R 𝑖 = a. b. . L
Avec :
- a = 0.7 × an × R M = 3.465 (R M correspond au plateau du spectre élastique
normalisé)
-  :  = 18.12 t/m
- L : L = 35 m
- b donnée par le tableau en fonction de la travure

Ainsi les réactions verticales sur les piles et les culées :


Module RD Module RG
culée et pile extrême 𝑅g = 54,94 culée et pile extrême 𝑅d = 68,12
pile centrale 𝑅p = 164,81 piles centrales 𝑅p = 195,58
On remarque que les piles centrales et la culée du Module RG sont les plus défavorables.
Dans la suite de notre analyse sismique on s’intéressera à eux seuls.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 168
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

3. Vérification des appareils d’appui sous sollicitations sismiques


L’AFPS 92 offre trois options de calcul des appareils d’appuis, on choisit la plus courante :
« Les appareils d’appuis sont à dimensionner pour les efforts nominaux du calcul sismique ».
Les appareils d’appuis déjà calculés au paragraphe précédent doivent être vérifiés sinon
ajustés pour satisfaire les quatre conditions suivantes :

a) Résistance à la compression
La contrainte de compression moyenne, calculée sur la section en plan réduite par les
déplacements horizontaux maximaux, ne doit pas dépasser 15 MPa.
Notons par Pu la valeur maximale des charges verticales sous combinaison sismique et S' la
section réduite comprimée (S’est obtenue en retranchant les déplacements sous séisme de
chaque dimensions de l’appareil a ou b), on doit vérifier :
Pu
≤ 15MPa
S′
pile culée
Déplacement 0,067 0,097
S' 0,155 0,139
Pu 1,298 1,343
Pu/S' 8,355 9,662
On a Pu/S’< 15 MPa dans les deux cas

b) Flambement :
Notons par Pu la valeur maximale des charges verticales sous combinaison sismique, on doit
vérifier :
Pc
≥3
Pu
Pc est appelée charge critique de l’appareil d’appui est donnée par :
1 a. b
Pc = 4. G. a. b. S 2 . Avec ∶ S=
n 2e(a + b)
Pour les appareils d’appuis sur les piles
On a : n=6, a =0.4m, b = 0.4mm, G=1.2 D’où S=8.333 ce qui donne Pc= 8.89 MN
Pc
Donc: = 6.62 ≥ 3
Pu

Pour les appareils d’appuis sur les culées


Pc
Donc: = 6.84 ≥ 3
Pu

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 169
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

c) Distorsion
Notons «  » la distorsion de l’appareil d’appui, c’est le rapport du déplacement horizontal à
l’épaisseur d’élastomère.
La vérification à faire est :
Pc min (a; b) P
Si ≥ 4 alors δ < δcritique = 0,7 + 4 × ( − 0,7) × (0,25 − u )
Pu h𝑐 Pc
Pc P
Si < 4 alors δ < δcritique = 1,4 × (1 − 2 × u )
Pu Pc
mi n(a; b) permanent
Avec, doit être compris entre 0,7 et 2 et Pu = FVertical + 0.3 FSéisme
Vertical .
h𝑐
Et h𝑐 : l’épaisseur total du caoutchouc.
Pour les appareils d’appuis sur les piles
Pc
On a: = 9.52 ≥ 4 => δcritique = 1.45 > δ = 1.05
Pu

Pour les appareils d’appuis sur les culées


Pc
On a: = 10,99 ≥ 4 => δcritique = 1.47 > δ = 1.44
Pu

d) Glissement
On doit vérifier : 𝐻 < 𝐻𝑙𝑖𝑚
0,6
f = 0,10 + 
𝐻𝑙𝑖𝑚 = 𝑓 × 𝑁 { 𝑚
Avec Service
𝑁 = FVertical Séisme
− 0.3 FVertical
Service
{ 𝐻 = Flongitudinale
Si cette condition n’est pas vérifiée, il faudrait prévoir un dispositif d’anti-cheminement.
culée pile
H 0,27 H 0,15
N 0,81 N 0,79
f 0,22 f 0,22
𝐻𝑙𝑖𝑚 0,18 𝐻𝑙𝑖𝑚 0,17
vérification NON vérification OUI
Pour les appareils d’appuis sur les culées, la condition de glissement n’est pas vérifiée. On
adopte donc des dispositifs d’anti-cheminement (des goujons), que l’on dimensionne de la
façon suivante :
Dimensionnement des goujons

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 170
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Il s’agit de dispositifs à mettre autour de l’appareil d’appui pour reprendre la différence


𝑇 = 𝐻 – 𝑓 × 𝑁 = 9𝑡

On utilise deux goujons de diamètre d dans chaque côté de l’appareil, le diamètre d est établie
𝑇
à partir de la formule suivante : < 0,6 × 𝜏𝑒
𝑆
2𝜋 𝑑2
Avec, 𝑆 = et 𝜏𝑒 = 240 𝑀𝑃𝑎
4

T
D′ où: d>√ = 19.94mm
0,3π. τe

On prend alors deux goujons de diamètre 20 mm sur chaque côté.

4. Pile :

a) Détermination des sollicitations :

(1) Effort provenant du tablier :


- Efforts sismiques au niveau de la liaison entre le tablier et la tête de pile :
o 𝐹𝐿 = 1.2 𝑀𝑁
o 𝐹𝑇 = 1.74𝑀𝑁
o 𝐹𝑉 = 1.96 𝑀𝑁
Appliqués avec une excentricité 𝑒𝑥 = 0 𝑒𝑡 𝑒𝑧 = 5𝑚
D’où :
MLt = 9 × 1.2 = 10.8 MN. m et MTt = 9 × 1.74 MN = 15.66 MN. m
- Réaction d’appui sous charge permanente :
o Rmax = 6.88 MN
o Rmin = 6.08 MN

(2) Poids propre total de la pile :


PPpt = 1.128 MN

(3) Effort provenant de la mise en mouvement de l’appui :

ρ × S × L4
T = 1.784 × √
EI

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 171
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Avec :
- ρ = 2500 Kg/m4
D2
- S=π = 0.785 m²
4

- L = 9m
- E=34180 MPa
- I=0.049 m⁴

(a) Composante longitudinale :

2500 × 0.785 × 94
𝑇 = 1.784 × √ = 0.156𝑠
34180 × 106 × 0.049

Ainsi avec le spectre utilisé on trouve R(T)=2.25


L’accélération vaut : 𝑎 = 𝑎𝑛 × 𝑅 (𝑇 ) = 2.2 × 2.25 = 4.95 𝑚/𝑠²
On applique cette accélération à l'ensemble du fût. La charge statique équivalente au
chargement sismique s'en déduit par :
𝑝 =𝑎×𝜇 Où 𝜇 = 𝜌 × 𝑆 est la masse linéique du fût.
Donc :
p = 4.95 × 2500 × 0.785 = 9714.375 N = 0.009714 MN
Par suite en pieds de la pile on a :
𝐿2 92
𝑉𝑝𝑙 = 𝑝 × 𝐿 = 0.009714 × 9 = 0.0874 𝑀𝑁 Et 𝑀𝑝𝑙 = 𝑝 × = 0.009714 × =
2 2

0.393 𝑀𝑁. 𝑚

(b) Composante transversale:


De même que pour la composante longitudinale on trouve :
𝐿2 82
𝑉𝑝𝑡 = 𝑝 × 𝐿 = 0.009714 × 9 = 0.0874 𝑀𝑁 Et 𝑀𝑝𝑡 = 𝑝 × = 0.009714 × =
2 2

0.393 𝑀𝑁. 𝑚

(c) Composante verticale :


Une pile étant toujours très raide vis-à-vis des efforts normaux, on se place sur le plateau du
spectre.
1.1283
𝑁𝑣𝑝 = 𝑚 𝑝 × 𝑎 = × (0.7 × 4.95) = 0.977 𝑀𝑁
4
b) Cumul des actions :

(1) Composante longitudinale :


On combine les efforts venant du tablier et ceux venant de la pile :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 172
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

FL FL
VPL = √VpL ² + VTL ² Avec VTL = Et MPL = √MpL ² + MTL ² Avec MTL = ×8
4 4

Ainsi, les sollicitations totales en pied de fût sont :


V = 0.313 MN
EL = { PL
MPL = 2.737 MN. m

(2) Composante transversale :


De la même façon que la composante longitudinale on trouve :
V = 0.433 MN
ET = { PT
MPT = 3.931 MN.m

(3) Composante verticale :

EV = NPV = √NpV ² + NTV ²

EV = 1.093 MN

c) Combinaisons des directions :


Les efforts sismiques sont découplés suivant les directions. On peut donc se limiter à trois
combinaisons de direction :
E1 = EL + 0,3(ET + EV )
{ E2 = ET + 0,3(EL + EV )
E3 = EV + 0,3(EL + ET )

EL ET EV E1 E2 E3
Effort horizontaux longitudinaux VL 0,313 0,000 0,000 0,313 0,094 0,094
Effort horizontaux transversaux VT 0,000 0,443 0,000 0,133 0,443 0,133
Moment longitudinal ML 2,737 0,000 0,000 2,737 0,821 0,821
Moment transversal MT 0,000 3,931 0,000 1,179 3,931 1,179
Effort normal N 0,000 0,000 1,093 0,328 0,328 1,093

d) Combinaison des actions sismiques :


Les combinaisons des actions sismiques prises en compte sont :
COMB1 : E1+Rmax+PPP
COMB2 : E2+Rmax+PPP
COMB3 : E3+Rmax+PPP
COMB4 : -E1+Rmin+PPP
COMB5 : -E2+Rmin+PPP
COMB6 : -E3+Rmin+PPP
(Le signe - porte uniquement sur l'effort normal puisque le fût est symétrique)

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 173
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Combinaisons d'action VL VT ML MT N
Comb1 0,31 0,13 2,74 1,18 2,33
Comb2 0,09 0,44 0,82 3,93 2,33
Comb3 0,09 0,13 0,82 1,18 3,10
Comb4 0,31 0,13 2,74 1,18 1,47
Comb5 0,09 0,44 0,82 3,93 1,47
Comb6 0,09 0,13 0,82 1,18 0,71
(Les charges sont en MN pour les forces et MN.m pour les moments)

5. Culée :

a) Effort provenant du tablier :


Efforts sismiques au niveau de la liaison entre le tablier et la tête de pile :
- 𝐹𝐿 = 1.06 𝑀𝑁
- 𝐹𝑇 = 0.87𝑀𝑁
- 𝐹𝑉 = 0.68 𝑀𝑁
Appliqués avec une excentricité 𝑒𝑥 = 0 𝑒𝑡 𝑒𝑧 = 4 𝑚
D’où MLt = 5 × 1.06 = 5.32 MN. m et MTt = 5 × 0.87 MN = 4.35 MN. m

b) Les sollicitations statiques :

(1) Effort provenant du tablier :


- Rmin = 3.03 MN
- Rmax = 3.44 MN

(2) Poids propre total de la culée :


PPc = 1.06 MN
Appliqué à une excentricité 𝑒𝑥 = −0.31 𝑚.
D’où
MLPPc = 1.06 × 0.31 = 0.329 MN. m

(3) Poussé des terres statique :


- Longitudinale :
VLPTS = −1.59 MN Appliquée à une excentricité 𝑒𝑧 = 0.28 𝑚.
D’où
MLPTS = −1.59 × 0.28 = −0.445 MN. m
- Transversale :
VTPTS = −0.08 MN Appliquée à une excentricité 𝑒𝑧 = 0.28 𝑚.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 174
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

D’où
MTPTS = −1.59 × 0.28 = −0.0231 MN. m

c) Calcul des efforts sismiques inertiels sur la culée :


On détermine les sollicitations en pied des fûts en appliquant à la masse de la culée une
an 2.2
accélération horizontale σh = = = 0.224 et une accélération verticale
g 9.81

σv = 0.5σh = 0.112.
Ainsi forces sismiques horizontales et verticales sont calculées avec :
FLc = σh × PP Et FVc = σv × PP Où PP est le poids propre la culée et seront appliquées au
centre de gravité de la culée.
Ainsi on trouve au niveau inférieur du fût :
Fhc = 0.224 × 106.29 = 23.8 t et FVc = 0.112 × 106.29 = 11.9 t
Appliquées à une excentricité 𝑒𝑥 = 0.31 𝑚 𝑒𝑡 𝑒𝑧 = 4.17 𝑚.
D’où
Mhc = 23.8 × 4.17 = 120.096 t. m et MVc = 11.9 × 0.31 = 49.62 t. m

d) Efforts provenant de la mise en mouvement des terres reposant sur l’appui :


Ils sont déterminés de la même manière que les efforts dus au poids de la culée, c’est à
dire, il faudrait accélérer les terres avec H et V.(voir Calcul des efforts sismiques inertiels
sur la culée).
Ainsi :
Fth = 0.224 × 374.88 = 83.97 t et Ftv = 0.112 × 374.88 = 41.99 t

e) Effort dynamique de la poussée des terres :

(1) Présentation de la méthode utilisée : (la méthode de Mononobé-Okabé) :


Sous séisme, les forces de poussée ou de butée d’un sol sur un mur ou un écran peuvent être
prises en compte sous la forme d’un chargement pseudo-statique en utilisant la méthode dite
de Mononobe-Okabe. Cette méthode qui reste limitée aux remblais sans cohésion repose sur
la méthode de Coulomb. Sous séisme, la poussée dynamique globale, comportant à la fois les
effets statiques et dynamiques de la poussée active des terres, s’exerce à mi-hauteur de la
paroi (diagramme de pression rectangulaire) et a pour valeur :
1
Fad = × γ(1 ± σv ). H 2 × K ad
2
Donc l’incrément dynamique de la poussée des terres est donnée par :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 175
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

1
∆Fad = × γ × H 2 [(1 ± σv ). K ad − K a ]
2
Cette force est appliquée à 0,6 H compté à partir de la base de l’écran. H étant la hauteur de
l’écran.
Avec,
 : Masse volumique des terres ;
𝐾a : Coefficient de poussée statique des terres ;
𝐾ad : Coefficient de poussée dynamique des terres.
cos 2 (φ − λ)
Ka = 2
sin(φ + δ) sin( φ − δ)
cos 2 λ.cos(δ + λ) [1 + √ cos(δ + λ) cos(δ − λ) ]

cos 2 (φ − λ − θ)
K ad = 2
sin (φ + δ) sin( φ − β − θ)
cos θ . cos 2 λ. cos(δ + λ + θ) [1 + √ ]
cos(δ + λ + θ) cos(β − λ)

Où,
φ : Angle de frottement interne des terres derrière la culée
λ : Angle d’inclinaison de l’écran par rapport à la verticale
 : Angle d’inclinaison du talus
 : Angle de frottement sol-écran (il est conseillé de le prendre nul)
 : Angle apparent de la gravité :
σH
θ = Arctg ( )
1 ± σV
H et V étant les accélérations.
Remarque concernant les poussées des terres sur les colonnes des culées
- Poussée statique :
Dans le cas des culées à colonnes, la poussée statique sera supposée s’exercer sur le
double de la largeur offerte aux terres par les colonnes.
- Incrément de poussée dynamique :
Dans le cas des culées à colonnes, l’incrément de poussée dynamique sera supposé
s’exercer sur :
o Le triple de la largeur offerte aux terres par les colonnes pour l’évaluation du
ferraillage de ces dernières.
o La totalité de la largeur de la culée pour l’évaluation de la stabilité externe

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 176
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Bien sûr, dans tous les cas, on ne dépassera jamais la largeur de la culée.

(2) Calcul :
H σ σ
On a θ = Arctg (1+σ ) = 0.199 rad et θ = Arctg (1−σH ) = 0.247 rad
V V

Et  =2t/m3,  =30°, = =0°,  =0° , Ka =0,33


Ainsi Ka =0,48 Et Kad =0,52
et par suite on trouve :
1 1
∆Fad = × γ × H 2 [(1 + σv ). K ad − K a ] = 10.1𝑡/𝑚𝑙 𝑒𝑡 ∆Fad = × γ × H 2 [(1 − σv ). K ad − K a ] = 6.76 t/ml
2 2
Ainsi
Fs = 10 × 10.1t = 101 t et Fs = 10 × 6.76 = 67.6 t
Et
7.15
Ms = × Fs = 361.075 t. m et Fs = 10 × 6.76 = 241.67 t. m
2

f) Combinaisons des actions statiques :

N VL ML VT MT
𝑅min 0,759 0,000 0,000 0,000 0,000
𝑅max 0,860 0,000 0,000 0,000 0,000
Poids Propre culée 0,266 0,000 0,082 0,000 0,000
Poussée des terres 0,000 -0,398 -0,111 -0,080 -0,023
𝑅min + 𝑃𝑃𝑐 1,025 -0,398 -0,029 -0,080 -0,023
𝑅max + 𝑃𝑃𝑐 1,126 -0,398 -0,029 -0,080 -0,023

g) Combinaisons des actions interstitielles :


Les actions inertielles étant toutes dans la même direction, il est intéressant de les considérer
en même temps.
Ces actions sont celles de la masse de la culée, du sol sur la semelle et du coin de sol entrant
en rupture (Mononobé-Okabé).
Les actions inertielles se cumulent directement : Fi = Fhc + Fs
A la base du fût on a :
La composante horizontale (longitudinale ou transversale) du séisme est :

Fℎ𝑖 = 101 + 23.8 = 124.8 𝑡


et
Mhi = 361.075 + 7.378 = 368.45 MN. t

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 177
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

La composante vertical du séisme est : (Mononobé-Okabé s’exerce uniquement


horizontale ment) :
FVc = 11.9 t et MVc = 11.9 × 4.17 = 49.62 t. m

h) Cumul des actions :

(1) Composante longitudinale :


On combine les efforts venant du tablier et ceux venant de la pile :
FL F 𝐿𝑖
VCL = √VcL ² + VTL ² Avec VTL = 𝑒𝑡 VcL =
4 4
MLt MLi
Et MCL = √McL ² + MTL ² Avec MTL = 𝑒𝑡 McL =
4 4

Ainsi, les sollicitations totales en pied de fût sont :


VCL = 0.45 MN
EL = {
MCL = 1.589 MN. m

(2) Composante transversale :


De la même façon que la composante longitudinale on trouve :
V = 0.723 MN
ET = { CT
MCT = 2.768 MN. m

(3) Composante verticale :


De la même façon que la composante longitudinale on trouve :
V = 0.227 MN
EV = { CV
MCV = 0.124 MN. m

i) Combinaisons des directions :


Les efforts sismiques sont découplés suivant les directions. On peut donc se limiter à trois
combinaisons de direction :
EL ET EV E1 E2 E3
Effort horizontaux longitudinaux VL 0,411 0,000 0,000 0,411 0,123 0,123
Effort horizontaux transversaux VT 0,000 0,380 0,000 0,114 0,380 0,114
Moment longitudinal ML 1,622 0,000 0,124 1,659 0,524 0,611
Moment transversal MT 0,000 1,424 0,000 0,427 1,424 0,427
Effort normal N 0,000 0,000 0,173 0,052 0,052 0,173

j) Combinaisons des actions sismiques :


Les combinaisons des actions sismiques prises en compte sont :

COMB1 : E1+Rmax+PPC
COMB2 : E2+Rmax+PPC

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 178
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

COMB3 : E3+Rmax+PPC
COMB4 : -E1+Rmin+PPC
COMB5 : -E2+Rmin+PPC
COMB6 : -E3+Rmin+PPC
(Les charges sont en MN pour les forces et MN.m pour les moments)

Combinaisons d'action VL VT ML MT N
Comb1 0,01 0,03 1,63 0,40 1,18
Comb2 -0,27 0,30 0,49 1,40 1,18
Comb3 -0,27 0,03 0,58 0,40 1,30
Comb4 -0,81 -0,19 -1,69 -0,45 0,97
Comb5 -0,52 -0,46 -0,55 -1,45 0,97
Comb6 -0,52 -0,19 -0,64 -0,45 0,85

6. Ferraillage sous les actions sismiques :

a) Hypothèses de calcul :
- Règlement de dimensionnement : BAEL91 avec γs=1,00 et γb=1,30
- Béton :
o Résistance nominale à la compression : 30 𝑀𝑃𝑎
o Résistance nominale à la traction : 2.4 MPa
o Contrainte de compression admissible à l’ELU: 0,85 × 30/1,3 = 19,62 MPa
o Hypothèse de fissuration : Préjudiciable
o Contrainte de cisaillement admissible à l’ELU: Min (0,15 × 30/1,3; 4) = 3.46 MPa
o Contrainte de cisaillement des voiles au-dessous de laquelle les armatures
transversales ne sont pas requises, sans reprise de bétonnage dans l’épaisseur
: 0,07 × 30/1,3 = 1,62 𝑀𝑃𝑎
o Contrainte de compression admissible à l’ELS : 0,6 × 25 = 18 𝑀𝑃𝑎
- Armatures
o Résistance à la traction des HA : 𝑓e = 500 𝑀𝑃𝑎
o Contrainte de traction admissible à l’ELU : 500/1 = 500 𝑀𝑃𝑎
o Hypothèse de fissuration : Préjudiciable
o Contrainte de traction admissible à l’ELS :
𝑀𝑎𝑥 (240 ; 110 × √𝜂 × 2.1 = 240 𝑀𝑃𝑎 (𝜂 = 1,6 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝐻𝐴 ≥ 6𝑚𝑚)
o L’enrobage : 5 cm

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 179
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

b) Ferraillage des fûts


Les sollicitations de calcul en flexion composée en ELU pour le fût de la pile et de la culée
sont déduites des tableaux précédents :
H (t) N (t) M (t.m)
Pour la pile 45,32 309,55 401,60
Pour la culée 83,11 129,89 174,69

(1) Armatures longitudinales


On considère la section circulaire d’encastrement du fût dans la semelle, définie par la figure
comportant une section A uniformément répartie.
En utilisant les mêmes paramètres cités dans le calcul en statique concernant le ferraillage des
fûts circulaires et les abaques d’interaction, nous trouvons :
- Pour les fûts des piles : A=197.8 cm²
- Pour les fûts des culées : A= 78.5 cm²
On vérifie bien que les sections sont comprises entre 0,5%B et 3%B.
La section d’armature acquise est :
- Pour les fûts des piles, on adopte 25HA32.
- Pour les fûts des culées, on adopte 25HA20.

(2) Ferraillage transversal


Dans le cas d’une section circulaire, la contrainte de cisaillement est donnée par la relation :
Vu
u = 1,4 ×
Dd
Avec, D = 1,00 m : le diamètre d’un fût, d = 0,95 m : la distance utile et Vu : l’effort tranchant
maximal appliqué à chaque fût.
- Pour le fût de la pile :
L’effort horizontal maximal appliquée à un fût est égale à : Vu = 45.32 t
0,2𝑓𝑐𝑗
Donc, 𝑢 = 0,668 𝑀𝑃𝑎 < 𝑀𝑖𝑛 ( ; 5 𝑀𝑃𝑎) = 4,61 𝑀𝑃𝑎
𝛾𝑏
𝐴𝑡 𝑢
Les armatures transversales minimales: 𝐷×𝑆𝑡
 0,8𝑓𝑒

𝐴𝑡
C’est à dire ≥ 16.69 𝑐𝑚²/𝑚.
𝐷×𝑆𝑡

On disposera des cercles HA14 avec un espacement de 15 cm.


- Pour le fût de la culée :
L’effort horizontal maximal appliquée à un fût est égale à : Vu = 83.11 t
0,2fcj
Donc, u = 1.31 MPa < Min ( ; 5 MPa) = 4,61 MPa
γb

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 180
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

At u
Les armatures transversales minimales: 
𝐷×St 0,8fe
At
C’est à dire ≥ 32.8 cm²/m .
𝐷×St

On disposera des cercles HA14 avec un espacement de 9 cm.


Remarque
Selon l’AFPS 92, l’utilisation de spire hélicoïdale pour les fûts circulaires est interdite. Il
recommande en plus de mettre un chemisage métallique extérieur pour le bon confinement du
béton.

7. Calcul des pieux :


On procède au calcul des pieux sous la pile central du module RG. (pile le plus défavorable)
Pour ce calcul, on effectue un calcul de déplacement imposé et l’autre en appliquant les
efforts qui viennent de la structure en élévation.

a) Calcul du déplacement imposé :

Le déplacement différentiel entre le rocher et la surface du sol est :


2Hs 2
dmax = λaN ( )
πVs
Avec: λ = 0.9 (Site 2); a𝑁 = 2.2 m/s; Hs = 25m ; Vs = 0.6 x 150 = 90 m/s (Tableau 4-4
[4.1.5.1] document SETRA).
Donc :
dmax = 0.06192 m
L’équation de la déformée est :
πz
U (z) = dmax cos(
)
2Hs
Le moment est obtenu donc on dérivant la déformée par rapport à z deux fois, et en
multipliant par EI, soit :
π 2 πz
M(z) = EIdmax ( ) cos( )
2Hs 2Hs
Et l’effort tranchant est donné par :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 181
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

dM(z) π 3 πz
T(z) = = EIdmax ( ) sin( )
dz 2Hs 2Hs

On utilise du B25 pour le pieu, donc E=32165 MPa, et I = 0.049 m4.


Le moment maximal est obtenu pour z= 0 :

𝑀max = 0.385 𝑀𝑁. 𝑚


Ce moment sismique est obtenu pour une seule direction, on l’additionne à un moment dans la
direction orthogonale de valeur 0.3 x 0.385 = 0.116 MN.m
Ainsi, le moment maximal est :

M = √ML 2 + MT 2

M = 0.40 MN. m
L’effort tranchant et maximal pour z=15.91m et a une valeur de :
𝑇max = 0.017 𝑀𝑁

b) Calcul en efforts imposé :

(1) Détermination des sollicitations en tête de pieux :


Les efforts à appliquer sur les pieux sont : les efforts inertiels du tablier, les efforts inertiels de
la pile, et les efforts inertiels de la semelle des pieux.
an 2.2
Les coefficients sismiques sont : σh = = = 0.224 et σv = 0.5σh = 0.112.
g 9.81

Le poids propre de la semelle : 𝑃𝑃𝑠 = 10 × 5 × 1.8 × 2.5 = 225𝑡 = 2.25 𝑀𝑁


Ainsi VLs = VTs = σh × PPs = 2.25 × 0.224 = 0.504MN Et 𝑁𝑠 = σv × PPs = 0.252MN
Les efforts sismiques dans la direction longitudinale sont :

𝑉𝑆𝐿 = √𝑉𝐿𝑠 ² + (4 𝑉𝑃𝐿 )2 + 𝐹𝐿 ² = 1.35 𝑀𝑁

Et

𝑀𝑆𝐿 = √(𝑉𝐿𝑠 × 0.9)² + (4 𝑉𝑃𝐿 × 6.3)2 + (𝐹𝐿 × 10.8)² = 13.20 𝑀𝑁. 𝑚

De même les efforts sismiques dans le sens transversal sont :

2 + ( 4 𝑉 ) 2 + 𝐹 2 = 1.84 𝑀𝑁
𝑉𝑆𝑇 = √𝑉𝑇𝑠 𝑃𝑇 𝑇

Et

𝑀𝑆𝐿 = √(𝑉𝐿𝑠 × 0.9)² + (4 𝑉𝑃𝑇 × 6.3)2 + (𝐹𝐿 × 10.8)² = 18.89𝑀𝑁. 𝑚

Et les efforts verticaux valent

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 182
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

𝑁𝑆 = √𝑁𝑠 ² + (4 𝑉𝑃𝑉 )2 + 𝐹𝑉 ² = 4.38 𝑀𝑁

La méthode
Comme précédemment on combine les directions du séisme :
EL ET EV E1 E2 E3
Effort horizontaux longitudinaux VL 1,351 0,000 0,000 1,351 0,405 0,405
Effort horizontaux transversaux VT 0,000 1,843 0,000 0,553 1,843 0,553
Moment longitudinal ML 13,195 0,000 0,000 13,195 3,959 3,959
Moment transversal MT 0,000 18,882 0,000 5,665 18,882 5,665
Effort normal N 0,000 0,000 4,379 1,314 1,314 4,379

Ainsi les torseurs introduits en base de la semelle sont les suivants :

Combinaisons d'action VL VT ML MT N
Comb1 E1+Rmax+PPp 1,35 0,55 13,20 5,66 9,32
Comb2 E2+Rmax+PPp 0,41 1,84 3,96 18,88 9,32
Comb3 E3+Rmax+PPp 0,41 0,55 3,96 5,66 12,39
Comb4 -E1+Rmin+PPp 1,35 0,55 13,20 5,66 5,89
Comb5 -E2+Rmin+PPp 0,41 1,84 3,96 18,88 5,89
Comb6 -E3+Rmin+PPp 0,41 0,55 3,96 5,66 2,82

La combinaison 4 permet de dimensionner le ferraillage des pieux et la combinaison 3, la


capacité portante de la fondation. La combinaison 6 permet de s'assurer que le pieu reste en
compression.
Comme les pieux sont circulaire on cumule directement les efforts obtenue en tête de pieux
avec :

M = √ML 2 + MT 2 et V = √VL2 + VT 2

N = 5.89 MN ; V = 1.46 MN ; et M = 14.36 MN


Or on a sous chaque semelle six pieux d’où pour le calcul de ferraillage de chaque pieu on
utilise les efforts :
N = 0.981 MN ; V = 0.243MN ; et M = 2.39 MN

(2) Ferraillage du pieu :


C’est le calcul des efforts imposées qui est le plus dimensionnant.

(a) Détermination du ferraillage longitudinal :


En utilisant le logiciel EXPERT BA on trouve :
As=124.2 cm²

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 183
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

(b) Détermination du ferraillage transversale :


On a
1.4 × V
τu =
Bd
Avec : B = 1 m, et d = 0.9 m et V = γ𝑟 × 0.243 avec γ𝑟 = 1.4 donc V = 2.044 MN
Ainsi τu = 3.18 MPa
On vérifie bien que :
0.2fcj
τu = 3.18 MPa < min ( ⁄γ ; 5) = 0.534 MPa
b

La zone critique est de 2.5Ф = 2.5 m.


On dispose des cerces en HA20 tous les 10 cm en zone critique et les 20 cm hors zone
critique.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 184
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Conclusion :
L’étude présentée dans ce document se place dans le cadre du projet de fin d’études.
Elle consiste en la conception et le dimensionnement d’un ouvrage d’art sur Oued Ghiss au
PK 318+750 de la RN2 entre Taza et Hoceima.

A travers ce rapport nous ne prétendons pas avoir couvert toutes les notions liées au
projet, mais bien sûr nous avons essayé d’aller au long des notions dont nous avons eu
réellement l’expérience pratique de proche ou de loin. Ce projet de fin d’études nous a permis
non seulement d’approfondir nos connaissances en matière d’ouvrages d’art mais aussi
d’acquérir une expérience extrêmement valorisante d’un point de vue professionnel dans la
mesure où il reflète parfaitement le domaine dans lequel nous aimerions poursuivre notre
carrière.

Cette étude, quoique faite, ne serait vraiment complète qu’après l’achèvement total du
projet, en raison des imprévus qui peuvent surgir tout au long des étapes de sa réalisation, et
qui risquent d’engendrer beaucoup de modifications, chose qui nécessite de la part de
l’ingénieur un suivi et un contrôle permanents. Ainsi, une bonne coordination entre les
différentes entités du projet (maître d’ouvrage, maître d’œuvre et entreprise d’exécution) est
fortement recommandée pour la réussite du projet.

Pour finir, nous sommes très être heureux d’avoir pu effectuer ce travail de fin
d’études entourés de personnes compétentes qui ont su nous guider dans nos démarches tout
en nous laissant une certaine autonomie.

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 185
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Bibliographie :
 Guide de conception des ponts VIPP _ SETRA
 Cours de conception des ponts de M. Rguig (EHTP)
 Dossier PP73 de SETRA
 Dossier PA78 de la DR.
 Calcul des hourdis de ponts – Bulletin technique n°4 du SETRA– 1974
 Règles techniques de conception et de calcul des fondations des ouvrages d'art -
CCTG Fascicule N°62 - Titre V
 Fascicule n° 61 : conception, calcul et épreuves des ouvrages d´art - titre ii -
programmes de charges et épreuves des ponts-routes
 Formulaire du béton armé (Victor DAVINOVICI)
 Cours de calcul de précontraintes aux états limites (M. AZIZI, EHTP)
 Le BPEL
 BPEL 91
 Appareils d’appui en élastomère fretté, Guide SETRA

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 186
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Annexes :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 187
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Avant métré PSI BA :


Prix unitaire en
N° prix Désignation des prestations Unité Qté DHS (HORS TVA) Prix total
100 Installation générale
101 Installation et repli du matériel Ft 1 500 000 500 000,00
102 Démolition de l'ancien ouvrage amont y compris ses fondations Ft 1 100 000 100 000,00
200 Terrassement, fouilles
201 Fouilles pour fondations m3 2 896,10 110 318 571,00
202 Remblaiement des fouilles m3 1 834,90 100 183 490,00
300 Fondation profonde
301 Mise en place du matériel de forage Ft 1 350 000 350 000,00
302 Installation de l'atelier de forage au droit de chaque appui U 6 12 000 72 000,00
303 Perforation des pieux en terrain de toute nature ml 1620 3 000 4 860 000,00
304 Béton pour BA des pieux m3 1177,5 1 800 2 119 500,00
305 Béton pour BA des semelles de liaisons m3 750 1600 1 200 000,00
306 Acier haute adhérence kg 112 500 15 1 687 500,00
307 Recepage des pieux sur 1m U 60 1 000 60 000,00
309 Coffrage ordinaire pour parments des semelles de liaisons m² 918,6 200 183 720,00
310 Chemisage métalique épaisseur 6 mm mL 60 2 000 120 000,00
311 Tube d'auscultation mL 1620 120 194 400,00
400 Culées & pile
401 Béton pour BA de classe B2 m3 358,592 1 600 573 747,20
402 Coffrage soigné m2 874,84 250 218 710,00
403 Béton de propreté de classe B5 m3 50 1 000 50 000,00
131
404 Acier haute adhérence Kg 226,00 15 1 968 390,00
500 Tablier Poutre Béton Armé 15 0,00

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 188
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

501 Installation de préfabrication des poutres Ft 1 500 000 500 000,00


502 Echafaudage Ft 1 100 000 100 000,00
503 Béton pour B.A dosé à 400kg/m3 m3 384 2 100 806 400,00
504 Acier haute adhérence Kg 61 440 15 921 600,00
505 Coffrage soigné m2 4 536,00 250 1 134 000,00
600 Divers
601 Joint de chaussée semi lourd ml 30 10 000 300 000,00
602 Joint de trottoir et de bordure ml 6 10 000 60 000,00
603 Etanchéité en film mince de Brai Epoxy m2 1662,5 200 332 500,00
604 Revêtement de chaussée en enrobé bitumineux à chaud ép. 6cm T 197,4 700 138 180,00
605 Gargouilles U 10 1 000 10 000,00
606 Bordures de trottoir ml 380 150 57 000,00
607 Corniche préfabriquée ml 380 900 342 000,00
608 Garde corps béton et métallique ml 380 1 300 494 000,00
609 Appareils d'appuis en élastomère fretté dm3 1247,4 900 1 122 660,00
610 corps du trottoir ml 380 200 76 000,00
611 Glissière de sécurité type souple ml 170 1 000 170 000,00
612 Descente d'eau en tuiles de 0,34 ml 16 250 4 000,00
613 Remblais contigus à l'ouvrage m3 500 50 25 000,00
614 Géotextile sous enrochement m² 2921,67 50 146 083,50
615 Enrochements de protection m3 3361,51 600 2 016 906,00
616 Revêtement des trottoirs en carreaux de ciment m² 380 120 45 600,00
Total Hors TVA 23 561 957,70
Taux TVA (20%) 4 712 391,54
Total TTC 28 274 349,24

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 189
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Avant métré VIPP


N° prix Désignation des prestations Unité Qté Prix unit.(HT) Prix total
100 Installation générale
101 Installation et repli du matériel Ft 1 500 000 500 000,00
102 Démolition de l'ancien ouvrage amont y compris ses fondations Ft 1 100 000 100 000,00
200 Terrassement, fouilles
201 Fouilles pour fondations m3 1 750,32 110 192 535,20
202 Remblaiement des fouilles m3 1 110,67 100 111 067,00
300 Fondation profonde
301 Mise en place du matériel de forage Ft 1 350 000 350 000,00
302 Installation de l'atelier de forage au droit de chaque appui U 6 12 000 72 000,00
303 Perforation des pieux en terrain de toute nature ml 972 3 000 2 916 000,00
304 Béton pour BA des pieux dosé à 400KG/m 3 m3 763,02 1 800 1 373 436,00
305 Béton pour BA des semelles de liaisons dosé à 350KG/m 3 m3 540 1600 864 000,00
306 Acier haute adhérence kg 114 453 15 1 716 795,00
307 Recepage des pieux sur 1m U 36 1 000 36 000,00
309 Coffrage ordinaire pour parments des semelles de liaisons m² 443,16 200 88 632,00
310 Chemisage métalique épaisseur 6 mm mL 36 2 000 72 000,00
311 Tube d'auscultation mL 972 120 116 640,00
400 Culées & pile
401 Béton pour BA de classe B2 m3 323,13 1 600 517 008,00
402 Coffrage soigné m2 581,16 250 145 290,00
403 Béton de propreté de classe B5 m3 32,82 1 000 32 820,00
404 Acier haute adhérence Kg 48 469,50 15 727 042,50
500 Tablier Poutre Béton Précontraint
501 Installation de préfabrication des poutres Ft 1 500 000 500 000,00
502 Echafaudage Ft 1 100 000 100 000,00

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 190
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

503 Béton pour béton précontraint des poutres dosé à 500kg/m 3 m3 567 2 100 1 190 700,00
504 Béton pour dalle et entretoise m3 438,3 1 800 788 940,00
505 Acier haute adhérence Kg 160 800 15 2 412 000,00
506 Coffrage soigné m2 5 250,89 250 1 312 722,50
507 Acier pour précontrainte 60 kg/m3 kg 34 020,00 50 1 701 000,00
508 Têtes d'ancrage des câbles U 480,00 2 000 960 000,00
600 Divers
601 Joint de chaussée semi lourd ml 30 10 000 300 000,00
602 Joint de trottoir et de bordure ml 6 10 000 60 000,00
603 Etanchéité en film mince de Brai Epoxy m2 1662,5 200 332 500,00
604 Revêtement de chaussée en enrobé bitumineux à chaud ép. 6cm T 197,4 700 138 180,00
605 Gargouilles U 10 1 000 10 000,00
606 Bordures de trottoir ml 380 150 57 000,00
607 Corniche préfabriquée ml 380 900 342 000,00
608 Garde corps béton et métallique ml 380 1 300 494 000,00
609 Appareils d'appuis en élastomère fretté dm3 693 900 623 700,00
610 corps du trottoir ml 380 200 76 000,00
611 Glissière de sécurité type souple ml 170 1 000 170 000,00
612 Descente d'eau en tuiles de 0,34 ml 16 250 4 000,00
613 Remblais contigus à l'ouvrage m3 500 50 25 000,00
614 Géotextile sous enrochement m² 2136,76 50 106 838,00
615 Enrochements de protection m3 2420,11 600 1 452 066,00
616 Revêtement des trottoirs en carreaux de ciment m² 380 120 45 600,00
Total Hors TVA 23 133 512,20
Taux TVA (20%) 4 626 702,44
Total TTC 27 760 214,64

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 191
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Pertes de précontrainte
Caractéristiques de la gaine :
 𝑓 = 0,18 𝑟𝑑−1
 ∅ = 0,002
 𝑔 = 5 𝑚𝑚
Les pertes instantanées :
Pertes par frottements :
abscisse câble 1 câble 2 câble 3 câble 4 câble 5 câble 6
0 0,00 0,00 0,00 0,00
3,4 13,18 21,36 29,50 37,59 0,00
6,8 27,33 45,95 64,32 82,45 42,50 0,00
10,2 38,36 60,33 81,47 101,51 93,38 42,50
13,6 47,70 69,52 90,51 110,42 113,12 93,38
17,5 58,33 79,98 100,81 120,56 121,95 113,12

Pertes par recul d'ancrage :


câble 1 câble 2 câble 3 câble 4 câble 5 câble 6
d 16,48 13,76 12,09 11,39 10,19 9,23

𝜎𝑝𝑔𝑜 1308,16 1292,27 1278,64 1261,18 1241,33 1224,41
𝜎p (𝑑) 1362,08 1354,13 1347,32 1338,59 1328,67 1320,21

abscisse câble 1 câble 2 câble 3 câble 4 câble 5 câble 6


0 107,84 123,73 137,36 154,82
3,4 85,59 93,16 98,73 108,59 174,67
6,8 63,34 62,59 60,10 62,35 116,40 191,59
10,2 41,08 32,02 21,47 16,12 58,13 121,01
13,6 18,83 0,00 0,00 0,00 0,00 50,44
17,5 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00

Pertes par déformation instantanée du béton :


abscisse câble 1 câble 2 câble 3 câble 4 câble 5 câble 6
0 6,15 6,07 5,99 5,91
3,4 9,31 8,73 8,14 7,56 2,80
6,8 10,42 10,37 10,32 10,27 7,67 3,33
10,2 9,44 9,44 9,44 9,44 11,46 8,70

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 192
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

13,6 8,74 8,74 8,74 8,74 12,06 11,85


17,5 8,39 8,39 8,39 8,39 11,80 11,80

Total pertes instantanées :


abscisse câble 1 câble 2 câble 3 câble 4 câble 5 câble 6
0 113,99 129,80 143,35 160,73
3,4 108,08 123,26 136,37 153,73 177,47
6,8 101,09 118,92 134,75 155,07 166,56 194,92
10,2 88,88 101,79 112,37 127,07 162,98 172,21
13,6 75,27 78,26 99,25 119,16 125,19 155,68
17,5 66,71 88,37 109,19 128,95 133,76 124,93
% maximal 8,050% 9,167% 10,124% 11,351% 12,533% 13,765%
Moyenne 10,832%

Pertes différées :
Pertes par retrait du béton :
abscisse câble 1 câble 2 câble 3 câble 4 câble 5 câble 6
0 57 57 57 57
3,4 57 57 57 57 57
6,8 57 57 57 57 57 57
10,2 57 57 57 57 57 57
13,6 57 57 57 57 57 57
17,5 57 57 57 57 57 57

Pertes par Relaxation:


𝜇0 = 0,43 & 𝜌 = 2,5
abscisse câble 1 câble 2 câble 3 câble 4 câble 5 câble 6
0 59,6842 57,2354 55,1711 52,5688
3,4 60,6092 58,2439 56,2304 53,6110 50,1115
6,8 61,7129 58,9164 56,4786 53,4105 51,7071 47,5999
10,2 63,6583 61,6018 59,9365 57,6560 52,2367 50,8790
13,6 65,8582 65,3728 62,0045 58,8787 57,9455 53,3205
17,5 67,2567 63,7416 60,4348 57,3663 56,6298 57,9859

Pertes par fluage :


abscisse câble 1 câble 2 câble 3 câble 4 câble 5 câble 6
0 93,832 81,992 69,572 56,679
3,4 107,014 103,941 100,787 97,563 32,439
6,8 125,002 124,824 124,640 124,464 71,571 40,679

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 193
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

10,2 138,899 138,929 138,952 138,985 96,827 78,555


13,6 139,457 139,464 139,512 139,556 98,128 96,917
17,5 135,468 135,518 135,565 135,608 94,407 94,390

Total pertes différées :


abscisse câble 1 câble 2 câble 3 câble 4 câble 5 câble 6
0 200,56844 186,68788 172,5479 157,4867
3,4 214,52153 209,477908 204,6453 199,2385 131,19875
6,8 233,42988 230,921525 228,7058 225,9724 171,65986 137,3458145
10,2 248,94796 247,263411 245,8993 244,0313 197,35723 177,9538466
13,6 251,33888 250,9413 248,1822 245,6218 203,41634 198,3508547
17,5 248,51511 245,63579 242,9271 240,4136 198,59898 199,7113368
% maximal 17,551% 17,347% 17,156% 16,978% 14,025% 14,104%
Moyenne 16,194%

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 194
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Poussée des terres :


SUR FUT :

Hx = 1/2 . Ka .  . h1² . L
avec :
Ka = 0,33 h1 = 1,85 m
 = 2,00 T/m3 L = 9,40 m

Hx = 10,62 T
ez = 0,62 m

SUR SEMELLE :

Hx = 1/2 . Ka .  . (h1²+ h2²) . L


avec : h1 = 1,85 m
Ka = 0,33 h2 = 5,00 m
 = 2,00 T/m3 L = 9,40 m
h1
Hx = 88,17 T
ez = 2,18 m

SOUS SEMELLE :

h0= 1,85 m
h'1 = 4,00 m

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 195
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

h1 = 5,00 m
h2 = 1,80 m

La poussée des terres sur fût

P0 = Ka . . h0
P1 = 1,22 T/m² L1 = 9,40 m
h1/3 +
Hx1 = 1/2 . P1 . h1 . L1 ez = h2
Hx1 = 10,62 T ez = 7,72 m
h2
La poussée des terres sur semelle :

P1 = Ka . . h1
P1 = 3,30 T/m² L1 = 9,40 m
h1/3 +
Hx1 = 1/2 . P1 . h1 . L1 ez = h2
Hx1 = 77,55 T ez = 3,47 m

La poussée des terres total sous la semelle


La poussée des terres sous la semelle : :

P2 = Ka . . (h1+h2) Hx =  Hx 
158,26
P2 = 4,49 T/m² L2 = 10,00 m Hx = T/m²
Hx2 = (P1+P2)/2 . h2 . L2 ez = (P2+2.P1)/(3.(P1+P2)).h2
Hx2 = 70,09 T ez = 0,85 m ez =  Hx.ez ) / Hx
ez = 2,59 m
La contre-poussée des terres sur semelle :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 196
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

CP1 = Ka . . h'1
CP1 = 2,64 T/m² L'1 = 10,00 m
h'1/3 +
CHx1 = 1/2 . CP1 . h'1 . L'1 ez = h2
CHx1 = -52,80 T ez = 3,13 m

La contre-poussée des terres sous la semelle :

CP2 = Ka . . (h'1+h2)
CP2 = 3,83 T/m²
CHx2 = (CP1+CP2)/2 . h2 . L2 ez = (CP2+2.CP1)/(3.(CP1+CP2)).h2
CHx2 = -58,21 T ez = 0,84 m

La poussée total exércée au niveau des barrettes est don égale à


:

Hx =  Hx +  CHx
Hx = 47,25 T

ez =  Hx.ez +  CHx.ez) / Hx


ez = 4,15 m

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 197
EHTP & DIRECTION DES ROUTES

Sondage pressiométrique :

Projet de fin d’étude 2013: Etude d’un ouvrage d’art de dédoublement sur Oued Ghiss 198