Vous êtes sur la page 1sur 94

Reproduction, fonction

rénale et organes des sens

2014-2015
Pr. Mohamed BNOUHAM

1
• Cours :
• Chapitre 1 : Physiologie Cardiovasculaire
• L’appareil circulatoire : cœur et vaisseaux
sanguins
• L’appareil lymphatique et les organes lymphoïdes
• La circulation
• Chapitre 2 : Physiologie de la Respiration
• L’appareil respiratoire
• La respiration
• Chapitre 3 : Digestion, Absorption et
Métabolismes
• L’appareil digestif
• La digestion : buccale, stomacale et intestinale
• L’absorption digestive
2
Pr. M. Bnouham
• Chapitre 4 : Physiologie de la Reproduction
• Activité génitale mâle et femelle
• Fécondation
• Gravidité
• Lactation
• Chapitre 5 : Physiologie Rénale et Métabolisme
Hydrominéral
• Le système rénal
• La filtration glomérulaire
• Chapitre 6 : Physiologie des Système Sensoriels
• Audition
• Vision
• Goût
• Travaux dirigés :
• Séries de TD pour les chapitres enseignés
• Complément de cours sur la thermorégulation

3
Les structures du testicule

4
Les structures du testicule
Tubes séminifères,
• Sites de la spermatogenèse
• La longueur totale de 250 m.
• Chaque tube séminifère est entouré d'une membrane
basale.
• Au centre de chaque tube, une lumière remplie de
liquide contient les spermatozoïdes.
• La paroi tubulaire est constituée de:
•  cellules germinales
•  cellules de Sertoli.
• Les cellules de Leydig, ou cellules interstitielles sont
localisées dans de petits espaces de tissu conjonctif
entre les tubes,
• Les cellules de Leydig sont responsables de la
synthèse et sécrétion de testostérone.
5
Deux compartiments dans le
testicule
 Les productions d'androgènes et de
spermatozoïdes se déroulent dans deux
compartiments testiculaires
 Les spermatozoïdes se développement
dans les tubules en association avec les
cellules de Sertoli.
 Les androgènes sont synthétisés par
les cellules de Leydig entre les tubules
6
Les glandes annexes
• La prostate et les vésicules séminales sécrètent la
plus grande partie du liquide (sperme) dans lequel les
spermatozoïdes éjaculés sont en suspension.
• Les sécrétions glandulaires
•  des nutriments,
•  des tampons pour protéger les spermatozoïdes
contre les
• sécrétions acides du vagin,
•  des substances chimiques (provenant
essentiellement des
• vésicules séminales) qui augmentent la mobilité des
spermatozoïdes
•  des prostaglandines. Le rôle des prostaglandines, qui
sont synthétisées par les vésicules séminales, reste mal
connu.
•  Les glandes bulbo-urétrales (glandes de Cowper) :
7
petit volume de sécrétions mucoïdes lubrifiantes.
Coupe histologique au niveau du testicule

Cellule de Leydig
(tissu interstitiel)
Lumière du tube
séminifère

Cellule souche
(cellule germinale)
Spermatozoïde

Cellule de Sertoli

Vaisseau sanguin

8
Physiologie de la fonction de
reproduction mâle
 La migration testiculaire correspond à la
descente des testicules dans le scrotum au
7ème mois de grossesse,
 Cette descente est essentielle à la
production normale de
 spermatozoïdes chez l'adulte,
 La température locale du testicule est < de 2
°C à la température interne
 La cryptorchidie correspond à la non-
descente des testicules. Dans ce cas la
spermatogenèse est bloquée
9
La spermatogenèse

 La spermatogenèse est le processus de production des


spermatozoïdes, qui a lieu dans les tubes séminifères
des testicules. Elle englobe les phénomènes qui, des
spermatogonies, cellules souches diploïdes (2n
chromosomes), aboutissent aux spermatozoïdes,
gamètes mâles haploïdes (n chromosomes).
(Spermatogonie → Spermatocyte I → Spermatocyte II
→ Spermatide → Spermatozoïde)

 La spermiogenèse est quant à elle la différenciation


des spermatides en spermatozoïdes.

 La spermatogenèse débute à la puberté, atteint son


maximum vers 20-30 ans, ralentit progressivement vers
la quarantaine mais peut se poursuivre jusqu'à un âge
avancé. La spermatogenèse est un processus lent et
continu nécessitant 74 jours environ chez l'homme. 10
Fonctions des cellules de Sertoli

 Élaborent une barrière pour les échanges de substances


chimiques avec le plasma
 Nourrissent le spermatozoïde en développement
 Sécrètent du liquide luminal et la protéine de liaison des
androgènes
 Répondent à une stimulation par la testostérone et la FSH par
 une sécrétion d'agents paracrines qui stimulent la prolifération
et la différenciation des précurseurs des spermatozoïdes
 Sécrètent l'hormone protéique inhibine qui freine la sécrétion
hypophysaire de FSH
 Sécrètent des agents paracrines qui agissent sur les cellules
de Leydig
 Phagocytent des spermatozoïdes défectueux
 Sécrètent, au cours de la vie embryonnaire, de l'hormone
antimüllérienne qui fait régresser le système de canaux
primordiaux féminins
11
L'activité endocrinienne du testicule et
le contrôle de la spermatogenèse
Le testicule produit des hormones
 Androgènes qui jouent un rôle essentiel, à la
fois au cours du développement et dans les
fonctions reproductive et sexuelle du mâle
 Oestrogènes,
 Inhibine,
 Activine,
 Hormone antimullérienne (HAM ou MIS)
 Relaxin-like factor (RLF)
 Ocytocine.

12
Effets de la testostérone chez l’homme

 Fait apparaître les caractères sexuels secondaires;

 s'oppose aux effets des oestrogènes sur la croissance


des seins

 Stimule l'anabolisme protéique, la croissance osseuse


et induit l'arrêt de la croissance osseuse (soudure des
cartilages de conjugaison)

 Stimule la sécrétion d'érythropoïétine par les reins

 Intervient dans le comportement sexuel et peut


majorer les comportements agressifs
13
Les dangers des usages abusifs des
stéroïdes anabolisants

 Hypertension artérielle Hypertrophie


cardiaque concentrique
 Augmentation des facteurs de risques
 Cardiomyopathie
 Infarctus
 Déséquilibre musculo-tendineux
 Tendinites
 Ruptures tendineuses
14
Schéma de régulation de l’axe gonadotrope mâle

Centre intégrateur
- Fixe la valeur
de consigne
Récepteur

- Capteur

Messager

FSH LH
+ +
Cellules de Sertoli Cellules de la glande interstitielle Effecteur

Paramètre réglé

Spermatogenèse Testostérone Organes cibles

Organes cibles:
caractères sexuels
secondaires
15
La fonction de reproduction féminine
Fonction cyclique
Homme la production de sperme est continue
Femme : ovulation cyclique (maturation de l'ovule, puis libération par
l'ovaire. La structure et la fonction de l'appareil reproducteur féminin
(utérus, ovaire) synchronisées avec ces cycles ovariens.
Chez l'être humain,
Cycles menstruels.
La longueur des cycles varie d'une femme à une autre et chez une
même femme,
En moyenne de 28 jours. Premier jour de menstruation est considéré
comme jour 1.
Modifications utérines cycliques
Dues aux variations cycliques de sécrétion hormonale par les ovaires,
Ovulation vers la moitié de chaque cycle menstruel.
maturation d'un gamète à chaque cycle
sécrétions hormonales induisant des modifications cycliques de tous les
organes reproducteurs féminins (notamment l'utérus).
Les modifications utérines : préparation à recevoir et nourrir un gamète
fécondé. Ce n'est qu'en l'absence de grossesse que survient la
menstruation.
16
Fonctions ovariennes
 ovogenèse, (production de gamètes au cours de la
vie fœtale)
 maturation de l'ovocyte,
 expulsion de l'ovocyte mature (ovulation)
 sécrétion des hormones sexuelles
- stéroïdiennes féminines (œstrogènes et
progestérone),
- hormone peptidique, l'inhibine.
 Avant l'ovulation, la maturation de l'ovocyte et les
fonctions endocriniennes de l'ovaire se déroulent
dans une structure unique, le follicule.
 Après l'ovulation, le follicule, dépourvu de l'ovule, se
différencie en corps jaune qui n'a que des fonctions
endocrines.
17
Développement des follicules ovariens
Dans les ovaires, les ovocytes sont dans des structures appelées
follicules.
Follicules primordiaux : constitués d'un ovocyte de premier ordre
entouré d'une couche unique de cellules dites cellules de la
granulosa.
Secondairement : augmentation de la taille de l'ovocyte,
 prolifération des cellules de la granulosa en plusieurs couches
 séparation de l'ovocyte des cellules internes de la granulosa par
une épaisse couche de substance, la membrane pellucide.
 Les cellules de la granulosa sécrètent des oestrogènes et une
petite quantité de progestérone juste avant l'ovulation, ainsi que
l'hormone peptidique inhibine.
 Jonctions communicantes entre cellules de la granulosa et
l'ovocyte : nutriments et les messagers chimiques ---> ovocyte
 les cellules de la granulosa synthétisent un ou plusieurs facteurs
qui agissent sur les ovocytes de premier ordre pour les
maintenir en arrêt méiotique

18
Croissance du follicule ovarien

19
Formation du corps jaune

 Après expulsion du liquide antral et de l'ovule par le


follicule mature
• Affaissement du follicule autour de l'antre
• Hypertrophie des cellules de la granulosa --->
structure glandulaire : le corps jaune, qui sécrète des
oestrogènes, de la progestérone et de l'inhibine.
 Si l'ovule libéré, situé à ce stade dans une trompe de
Fallope, n'est pas fécondé:
• le corps jaune atteint son développement maximal
en 10 jours environ
• Puis dégénère rapidement par apoptose.
• la disparition de la fonction du corps jaune est
responsable de l'apparition de la menstruation et du
début d'un nouveau cycle menstruel.
20
Hormones ovariennes et cycle menstruel
 Au cours de la phase folliculaire, les
oestrogènes sont synthétisés et libérés dans
le sang principalement par les cellules de la
granulosa.
 Après l'ovulation, les oestrogènes sont
synthétisés par le corps jaune.
• La progestérone est synthétisée et libérée en
très petites quantités par la granulosa et les
cellules thécales juste avant l'ovulation,
• sa principale source est le corps jaune.
 L'inhibine est sécrétée par les cellules de la
granulosa
• par le corps jaune.
21
Hormones stéroïdes et cycle menstruel

La concentration plasmatique d'inhibine suit celle des


oestrogènes, elle augmente en phase folliculaire
tardive, reste élevée en phase lutéale, diminue avec
la dégénérescence du corps jaune.

22
23
La phase folliculaire

1. La sécrétion de FSH et LH augmente la


concentration plasmatique des oestrogènes
est faible, exerçant un rétrocontrôle négatif
minime.
2. De multiples follicules antraux commencent à
augmenter de taille et à sécréter des
oestrogènes.
3. La concentration plasmatique des
oestrogènes commence à s'élever.
4. Un follicule devient dominant et sécrète de
très grandes quantités d'oestrogènes.
5. La concentration plasmatique des
oestrogènes s'élève considérablement. 24
La phase folliculaire
« suite »
6. La sécrétion de FSH et sa concentration
plasmatique diminuent, induisant une atrésie
des follicules non dominants
7. L'élévation des oestrogènes plasmatiques
exerce un rétrocontrôle «positif» sur la sécrétion
des gonadotrophines.
8. Un pic de LH est déclenché.
9. L'ovule achève sa première division méiotique
et sa maturation cytoplasmique, pendant que le
follicule sécrète moins d'oestrogènes et qu'il
apparaît une certaine sécrétion de
progestérone,
25
La phase lutéale

10. L'ovulation a lieu


11. Le corps jaune se forme et commence
à sécréter de grandes quantités
d'oestrogènes et de progestérone.
12. Les concentrations plasmatiques
d'oestrogènes et de progestérone
s'élèvent.
13. La sécrétion de FSH et LH est inhibée
et leurs concentrations plasmatiques
diminuent.
26
La phase lutéale
« suite »
14. Le corps jaune commence à
dégénérer et sa sécrétion d'hormones
diminue.
15. Les concentrations plasmatiques
d'oestrogènes et de progestérone
diminuent.
16. La sécrétion de FSH et LH commence
à augmenter et un nouveau cycle
commence.
27
Évolution du nombre des cellules
germinales ovariennes au cours de la vie
 A la différence du mâle où les pro-
spermatogonies restent en cycle mitotique
pendant toute la vie adulte reproductive
 Les ovogonies de la femme cessent de se
diviser avant la naissance
 A sa naissance la femme contient dans ses
ovaires tous ses ovocytes
 En cas de destruction par irradiation, les
ovocytes ne pourront pas être remplacés par
des cellules souches
 De nombreux ovocytes bloqués en méiose
meurent entre la naissance et la puberté
28
Effets physiologiques des oestrogènes
 Stimulent la croissance des ovaires et des follicules (effets
locaux).
 Stimulent la croissance du muscle lisse et la prolifération du
revêtement épithélial du tractus génital.
 Trompes de Fallope: Augmentent les contractions et l'activité
ciliaire.
 Utérus:
- Augmentent les contractions myométriales et la réponse à
l'ocytocine.
- Stimulent la sécrétion d'un mucus cervical liquide et
abondant.
- Prépare l'endomètre aux effets de la progestérone en
induisant des récepteurs à la progestérone.
 Vagin: Augmentent le nombre de couches des cellules
épithéliales.
- Stimulent la croissance des organes génitaux externes,
notamment à la puberté.
 Stimulent la croissance des seins.
 Stimulent le développement d'une morphologie corporelle 29
féminine à la puberté: épaules étroites, hanches larges,
Effets physiologiques des oestrogènes «
suite »
 Stimulent une sécrétion liquidienne des glandes
sébacées cutanées.
 Stimulent la croissance osseuse.
 Protègent contre l'ostéoporose
 n'ont pas d'effet anabolisant.
 Effets vasculaires (leur carence provoque des «
bouffées de chaleur »)
 Ont des effets de rétrocontrôle sur l'hypothalamus et
l'antéhypophyse
 Stimulent la sécrétion de prolactine mais inhibent ses
effets sur la production de lait par les seins.
 Protègent contre l'athérosclérose en agissant sur le
cholestérol plasmatique, les vaisseaux sanguins et la
coagulation

30
Effets de la progestérone
 Convertit l’endomètre préparé par les
oestrogènes en tissu sécréteur actif permettant
la nidation de l’embryon
 Fait apparaître un mucus cervical épais et
collant
 Atténue les contractions des trompes de
Fallope et du myomètre
 Diminue la prolifération des cellules épithéliales
vaginales
 Inhibe les effets de la prolactine sur la sécrétion
du lait
 Rétrocontrôle sur l’hypothalamus et
l’antéhypophyse 31
 Augmente la température corporelle
32
33
Régulation de la fonction de reproduction chez la
femme
Phase folliculaire : J1 à J14 du cycle menstruel

Complexe
hypothalamo-
Hypothalamus
hypophysaire
GnRH

Hypophyse antérieure
Rétroaction
négative

FSH Stimule la
LH
Peu
croissance du
oestrogènes follicule

Follicule en
croissance

Peu Ovaire
oestrogènes

Utérus
Stimule
l’épaississement de Endomètre
l’endomètre

Action sur la viscosité de la Col de l’utérus


glaire cervicale : resserrée
en début de cycle
Menstruations J
14 34
J Phase folliculaire Ovulation Phase lutéale
1
Régulation de la fonction de reproduction chez la
femme
Ovulation le 14e jours du cycle menstruel

Complexe
hypothalamo-
Hypothalamus
hypophysaire
GnRH

Hypophyse
Rétroaction
positive antérieure
Pic de LH : déclenche
Ovulation à J FSH LH
l’ovulation
Beaucoup 14
oestrogènes

Follicule mûr

Ovaire
Beaucoup
oestrogènes

Utérus
Stimule
l’épaississement de
Endomètre
l’endomètre

Action sur la viscosité de la


glaire cervicale : elle devient
plus relâchée
35
Régulation de la fonction de reproduction chez la femme
Phase lutéale : de 14J à 28J du cycle menstruel

Complexe
hypothalamo- Hypothalamus
hypophysaire
GnRH

Rétroaction Hypophyse
négative
antérieure
Beaucoup de Permet la Formation et le
progestérone FSH LH maintien
du corps jaune
Oestrogènes

Corps jaune

Ovaire
Oestrogènes

Utérus
Beaucoup de
progestérone
Endomètre
Formation de la
dentelle utérine

Resserre le maillage de la
glaire cervicale

Remarque : en fin de phase lutéale le corps jaune dégénère ce qui entraîne une chute du taux
plasmatique de progestérone à l’origine des menstruations donc d’un nouveau cycle.
36
(Ces évènements ne sont pas représentés sur le schéma bilan)
Physiologie de la grossesse
GROSSESSE

 La gestation ou grossesse est la période pendant


laquelle l’enfant - fœtus - embryon est porté dans
l’appareil reproducteur féminin.
 La grossesse nécessite des transformations
physiologiques afin de permettre à la mère de porter,
de protéger et d’assurer le développement de son
bébé.
 Au départ :
1) rencontre d’un ovule et d’un spermatozoïde  zygote
 de division en division  blastomère  embryon 
fœtus.
2) les hormones de la grossesse :
- Œstrogène – progestérone - HCG et autres – relaxine -
prolactine 37
•  1er signe de la grossesse : absence de règle
Capacitation
 étapes suite à l’éjaculation permettant aux
spermatozoïdes d’acquérir le pouvoir fécondant

 pendant cette période,


– les substances inhibitrices (facteurs décapacitants)
sont diluées ou éliminées par le passage des
spermatozoïdes dans le mucus cervical
– il y a perte de cholestérol et redistribution des
protéines membranaires
– augmentation de la perméabilité au calcium et
acquisition d’une hypermotilité (hyperactivation du
flagelle)
– préparation des membranes pour permettre la liaison à
la zone pellucide et la fusion de l’acrosome (réaction
acrosomique)
–  ces étapes ne doivent pas nécessairement avoir lieu dans
les voies génitales féminines
38
Fécondation et développement
prénatal
Fécondation

 1 spermatozoïde féconde 1 ovocyte de 2eme


ordre
 la fécondation a normalent lieu dans les
trompes utérines

– 250 000 000 spermatozoïdes (vagin)


– 100 000 spermatozoïdes (utérus)
– 50-100 spermatozoïdes (trompe utérine
--
distale) 39
Probabilité de fécondation

 ovocyte demeure viable pour 12-24 h (48h max)


 spermatozoïdes peuvent survivre entre 24 et 72
heures (120 max).
 probablité est bonne si le coït a lieu entre 72 h
avant et 24 h après l’ovulation.

spermatozoïdes
-72 h -48 h -24 h +24 h +48 h

ovocyte
40
Durée des phases de la grossesse

 produit de la fécondation est un zygote


(diploïde)
 développement prénatal est divisé en 3
phases:
1) pré-embryonnaire: 0-3
semaines
2) embryonnaire: 4-8 semaines
3) du foetus: 9-40 semaines

 période de gestation normale = 270 ± 14


jours
41
à partir la fertilisation
1. Développement pré-embryonnaire
- plusieurs divisions mitotiques (1ère = 24 h)

3j

7j

42
2. Développement embryonnaire
3 feuillets embryonnaires primitifs, suivi de la formation
des différents organes
Ectoderme: tissu nerveux, peau, cornée, émail
Mésoderme: muscles, cartilages, os, organes génito-
urinaires (uretères, reins, gonades)
Endoderme: epithélium du tube digestif, des poumons,
des conduits génitaux, de l’urètre et la vessie

43
Preuves probables d’une
grossesse
 Grossissement de l’abdomen
 Changement de forme, de taille de
l’utérus
 Changement au niveau de l’anatomie
du col utérin
 contractions Braxton-Hicks (ou fausse
contraction, est une contraction isolée de l'utérus
qui survient à partir de la sixième semaine de
grossesse)
 Ballottement
 Présence de hCG dans le sang/urine
maternels 44
hCG (Gonadotropine chorionique
humaine)
 sécrétée par les trophoblastes
de l’embryon
(syncytiotrophoblastes)
 2) cellules cibles: le corps
jaune (via récepteurs LH-
hCG)
 embryon doit signaler sa
présence (par la
gonadotropine chorionqiue --
hCG) sinon le corps jaune
dégénère

 tests de grossesse: détection


de hCG dans l’urine maternel
(en partant de 9-10 j après la
fécondation) 45
Hormones sexuelles en période de
grossesse

46
Rôle du placenta
Le placenta est un organe temporaire et un tissu très
vascularisé permettant un échange entre la
mère et le foetus pour
- les gaz (oxygène et CO2)
- les nutriments, les ions
- l’élimination des déchets

• en temps normal, il n’y a pas de contact direct entre


le sang de la mère et celui de l’enfant.

Le placenta est aussi une glande endocrine


produisant beaucoup d’hormones
La placentation est la formation du placenta (3 mois)
47
hCG: Fonctions

hCG se lie aux récepteurs LH-hCG et assure


la survie du corps jaune pour au moins 7-8
semaines allant jusqu’à 12 semaines
 si le corps jaune est perdu,
< 7e semaine avortement
spontané
7-12 semaines réponse variable
12 semaines + aucun avortement
 à la fin de la période de transition, le
placenta produit normalement assez de
progestérone pour soutenir la grossesse
48
hCG: Fonctions
 hCG est importante pour la sécrétion de la
testostérone chez l’embryon mâle lors du
développement
 hCG stimule la sécrétion de relaxine:
- relaxation, assouplissement et
élargissement de la symphyse pubienne et
des ligaments pelviens
- amollissement du col utérin; participe à la
réaction déciduale
- inhibition des contractions utérines
- potentialisation de l’effet de l’ocytocine
- vasodilatation, hyperfiltration rénale,
angiogénèse, … 49
Progestérone

 produite d’abord par le corps jaune


puis par le placenta à partir de la 8eme
semaine
 synthétisée à partir du cholestérol-LDL
en provenance de la mère
“maintient l’endomètre”
 soutien le développement du zygote en
stimulant les sécrétions dans les
trompes utérines et au niveau de
l’endomètre
 inhibe les contractions utérines 50
Oestrogènes

 produits, initialement, par le corps jaune puis


par le placenta

 l’oestradiol est toujours l’œstrogène


prédominant mais on retrouve aussi de
l’estrone et de l’oestriol

 puisque le placenta ne possède pas de 17


alpha hydroxylase, la voie de production
placentaire d’oestrogènes nécessite une
coopération maternelle-foetale
51
Oestrogènes

 “maintient l’endomètre”
 aident à préparer les contractions
utérines
 croissance des canaux dans les
glandes mammaires
 les oestrogènes et progestérone
contribuent à la rétroinhibition de FSH
et LH pendant la grossesse
52
Développement et fonctionnement
de la glande mammaire: 5 phases
• 1. Mammogenèse: développement du tissu
mammaire
• 2. Lactogenèse: développement de la capacité
de sécrétion de lait
• 3. Galactopoièse: maintien de la synthèse de
lait pendant une longue période
• 4. Ejection de lait: expulsion du lait à partir des
alvéoles
• 5. Involution: régression de la glande
mammaire après l’arrêt de la lactation

53
Structure de la glande mammaire

54
Prolactine

- Elle est sécrétée par les cellules lactotropes de


l’antéhypophyse.
- Sa concentration plasmatique, est voisine de 6 ng /ml
chez l'enfant et l'homme adulte et de 9 ng / ml chez la
femme.
- La demi-vie de la prolactine est d'environ 30 minutes.
- Elle augmente tout au long de la grossesse pour
atteindre une concentration de 200 ng/ml en fin de
grossesse. Elle s'abaisse progressivement durant les
jours et les semaines du post-partum jusqu'à la
normalisation et apparition des premières règles.
- Durant la période d’allaitement, la tétée provoque à
chaque fois une élévation de 10-20 fois de la
concentration plasmatique de prolactine.
55
Synthèse de la prolactine

• L’apparition d’une activité synthétique de la


cellule mammaire pendant la mammogenèse
• Deux phases
– Lactogenèse I
• Gestation
• Accumulation lait dans la lumière des alvéoles
– Lactogenèse II
• Après la parturition
• Forte augmentation de la synthèse de lait, hyperplasie
cellules épithéliales mammaires

56
Contrôle de la mammogenèse

Hypothalamus

GH
Hypophyse antérieure
Prolactine

Canaux Oestrogènes
Ovaires
Alvéoles Progestérone

Hormone
Placenta
lactogène
57
Contrôle hormonal de la
lactogenèse
Stress Glucocorticoïdes
parturition Stimule
lactogenèse
oestrogènes Prolactine

Naissance Portée Têtée

Expulsion du Inhibe
Progestérone
placenta lactogenèse

58
Actions de la prolactine

• Prolactine
– Agit sur les cellules épithéliales sécrétrices
– Stimule la synthèse des protéines du lait
– Concentrations plasmatiques élevées au
cours de la lactation
– Libération au cours de la têtée

59
Effets Physiologiques

• La prolactine contrôle la montée laiteuse après l'accouchement.


Cette montée est précédée d'une préparation de la glande
mammaire par: les oestrogènes. la progestérone, le cortisol et
l'insuline……

• L'action de la prolactine est directe sur la glande mammaire


dont les conduits galactophores ont proliféré puis ont subi un
développement lobulo-alvéolaire suivi d'une hyperplasie au
cours de la grossesse.

• La prolactine augmente le nombre de ses propres récepteurs


puis active la formation d'ARN m spécifique de la caséine, l'une
des principales protéines du lait.

• Elle active également la synthèse des lipides du lait. A des


concentrations élevées la prolactine inhibe la pulsatilité de Gn
RH et bloque ainsi l’ovulation chez la femme et la
spermatogenèse chez l’homme. 60
Régulation de la Prolactine

61
Les facteurs inhibiteurs

• L'hypothalamus exerce un effet inhibiteur tonique


sur la sécrétion de prolactine par l'hypophyse. En
effet, déconnectée de l'hypothalamus et transférée
sous la capsule rénale ou dans un milieu de culture
l'hypophyse sécrète abondamment la prolactine.
• - La dopamine et les agonistes dopaminergiques
réduisent in vivo comme vitro la synthèse et la
sécrétion de prolactine. - La progestérone par contre,
stimule la production de dopamine et atténue donc
l'élévation de la prolactine pendant la grossesse.
• - L’acide gamma aminobutyrique (GABA) et la
gonadotropin releasing hormone associated peptid
(GAP) inhibent aussi la sécrétion de prolactine par
une action directe et spécifique.

62
Les facteurs stimulateurs
- Les réflexes neuro-endocriniens : la sécrétion de
prolactine est augmentée par divers stimuli
périphériques tels que la succion du mamelon au
cours de la tétée et la stimulation du col utérin.

• L’élévation de la prolactinémie qui accompagne la


stimulation du mamelon n'est plus observée après
dénervation mammaire. Les influx nerveux sensitifs
en provenance du mamelon gagnent la corne dorsale
de la moelle puis via des fibres médullaires le tronc
cérébral et l'hypothalamus où plusieurs peptides et
neuro-médiateurs sont mobilisés pour aboutir à la
libération concomitante de prolactine, qui entretient la
sécrétion de lait, et d'ocytocine qui assure son
éjection.

63
Les facteurs stimulateurs « suite »
• - La thyrolibérine (TRH)
• - Les oestrogènes
• - Le Vaso Intestinal Peptide (VIP)
• - L'ocytocine
• - Les peptides opioïdes, principalement la 
endorphine augmentent la sécrétion de prolactine
probablement en inhibant la sécrétion de dopamine et
en stimulant simultanément la sécrétion de sérotonine.
• L'angiotensine II stimule aussi la sécrétion de
prolactine par action directe sur les cellules lactotropes

64
Les facteurs stimulateurs « suite »
• - La thyrolibérine (TRH) stimule in vivo comme in vitro la sécrétion de
prolactine. Les hormones thyroïdiennes (T3 et T 4) influencent la
réponse des cellules à la TRH. Celle-ci est affaiblie par l'hyperthyroïdie
et augmentée par l'hypothyroïdie, en raison d'un effet inhibiteur de la
T3 sur la transcription du gène de prolactine.
• - Les oestrogènes sont capables de moduler l'action de la dopamine
sur les cellules à prolactine en diminuant le nombre de récepteurs
dopaminergiques. La conséquence étant une augmentation de la
prolactinémie comme on le constate en période pré-ovulatoire. Les
taux élevés d'oestrogènes pendant la grossesse, sont en partie
responsables de l’élévation régulière de la prolactinémie au cours de
cette période.
• - Le Vaso Intestinal Peptide (VIP) est un puissant stimulateur de la
sécrétion de prolactine.
• - L'ocytocine présente dans le sang porte hypophysaire et la
neurohypophyse stimule directement la sécrétion de prolactine.
• - Les peptides opioïdes, principalement la  endorphine augmentent
la sécrétion de prolactine probablement en inhibant la sécrétion de
dopamine et en stimulant simultanément la sécrétion de sérotonine.
• L'angiotensine II stimule aussi la sécrétion de prolactine par action
directe sur les cellules lactotropes.
65
Mécanismes d’action des hormones
lactogènes
Prolactine
Induction de la transcription des gènes des
protéines
du lait et stabilité de leurs ARNm
Glucocorticoïdes
Effet synergique de la prolactine
Réduction de la dégradation des ARNm
Insuline
Augmente le réticulum endoplasmique
66
Anomalies de la sécrétion de
Prolactine
Les hypoprolactinémies:
• Elle s’observe en particulier chez la femme lors de la
nécrose ischémique de l’hypophyse (syndrome de
Sheehan) au cours d’un accouchement
hémorragique accompagné d’un état de choc.

Les hyperprolactinémies:
• Elle peut être secondaire à une lésion
hypothalamique ou à une tumeur sécrétant la
prolactine.
• Chez la femme, elle se manifeste par une lactation
persistante et une aménorrhée (absences de règles):
syndrome galactorrhée aménorrhée.
• Chez l’homme, elle se manifeste par une
impuissance avec trouble de la libido.
67
L'OCYTOCINE

SÉCRÉTION
• La concentration plasmatique de l'ocytocine est de
quelques pg/ml. La demi-vie est de l'ordre de quelques
minutes.

EFFETS PHYSIOLOGIQUES
• Chez les mammifères femelles, l'ocytocine agit sur
l'utérus et la glande mammaire.
sur l'utérus
• Elle entraîne la contraction du muscle utérin, en particulier
lors de l'expulsion. La sensibilité de l'utérus est maximale
à l'accouchement. Elle est fonction de l'imprégnation en
progestérone et oestrogènes.
sur la glande mammaire
• Elle entraîne une contraction des cellules myoépithéliales
des acini et des fibres musculaires des canaux excréteurs,
ce qui provoque l'éjection du lait. En l'absence de succion,
le lait est retenu dans la glande mammaire par des 68
éléments sphinctériens du mamelon.
Ocytocine
Rétroaction positive
2. Éjection du lait - rendre le lait accessible au bébé
Lait est emmagasiné ds les glandes mammaires et
libéré uniquement sur demande

• Succion du bébé (cris ou autres) envoie un signal


à l’hypothalamus
• Effet
– Contraction des cellules entourant glandes
mammaires
– Libération du lait dans les conduits jusque dans la
bouche de l’enfant 69
Chapitre:
Physiologie rénale et
métabolisme hydrominéral

- Système rénal
- Filtration glomérulaire

70
Description anatomique
• Les reins sont au nombre de 2 et sont située de part et d'autre de la
colonne vertébrale (D12 à L3) dans l'espace rétro-péritonéal

• Ils ont la forme d'un haricot


– la partie concave constitue le hile, zone de passage du bassinet et
du pédicule rénal (artères, veines, lymphatiques, nerfs)

• Au niveau d’une coupe sagittale, on distingue 2 zones


– la zone corticale d'environ 1cm épaisseur, avec des
prolongements entre les pyramides de Malpighi : les colonnes de
Bertin
– la zone médullaire formée par les pyramides de Malpighi dont
le sommet constitue la papille

• Les papilles se jettent dans les calices dont la jonction constitue le


bassinet
71
ANATOMIE
L’appareil urinaire

Aorte Veine cave inférieure


Glande surrénale
Rein
Artère rénale
Hile
Veine rénale
Uretère

Vessie
Urètre
72
ANATOMIE Coupe longitudinale d’un rein

Cortex Capsule

Medulla
Pyramide de
Malpighi
Papille rénale
Veine rénale
Colonne de
Artère rénale Bertin

Calices
Bassinet

Uretère

73
ANATOMIE
Le néphron, unité fonctionnelle du rein
Tube contourné distal (TCD)
Tube contourné
proximal (TCP)

Capsule de
Bowman

Anse de Henlé

Tube collecteur 74
de Bellini
ANATOMIE Vascularisation du néphron

Capillaires péritubulaires
Artère
Artériole afférente

Glomérule de Malpighi

Artériole efférente

Vasa recta

75
Veine
Schéma de deux néphrons : à droite, néphron superficiel à anse courte
à gauche, néphron profond à anse longue

76
Définitions
L’appareil urinaire a pour fonction d’assurer
l’épuration du sang ; il extrait en effet du sang
circulant les déchets et les substances
toxiques qui résultent du métabolisme et du
travail des différents organes et des tissus et assure
leur rejet à l’extérieur sous forme d’urine.
Par son action d’élimination sélective,
il concourt de plus au maintien de la
constance du milieu intérieur.

77
Le rein a plusieurs rôles:
• Maintien de l'homéostasie c.à.d. le maintien de l'équilibre
hydro-électrolytique et acido-basique de l'organisme (contrôler
les concentrations d'électrolytes telles que sodium, calcium,
potassium, chlore; réabsorber des petites molécules telles que
acides aminés, glucose, peptide)

• Elimination de déchets endogènes provenant des différents


métabolismes essentiellement des produits azotés, urée
(catabolisme des protides), créatinine, bilirubine, hormones

• Détoxification et élimination de déchets exogènes comme les


toxines, les antibiotiques, les médicaments et leurs métabolites.

78
Rôles endocriniens et métaboliques

• fonction endocrinienne: sécrétion certaines


hormones (système rénine angiotensine,
érythropoïétine)
• fonction métabolique:
néoglucogenèse (20% en cas de jeûne)

79
L’homéostasie
HOMEOSTASIE = ensemble des mécanismes qui permettent la
stabilité des paramètres physico-chimiques
du milieu intérieur

80
Le rôle le plus important du rein est la sécrétion de l’urine.
CONSTITUANTS URINE PLASMA
quantité pour 1000cc Quantité pour 1000 cc
· Eau 950 cm3 900 cm3
· Protides 0 75 g
· Lipides 0 6 g
· Glucides 0g 1 g
· Urée 25 g 0,25 g
· Acide urique 0,50 g 0,0 3g
· Créatinine 1,5 g 0,010 g
· Chlorures 5 à 15 g 3,65 g
· Sodium 4,5 g 3,25 g
· Potassium 1,5 g 0,20 g
· Calcium 0,15 g 0,10 g
· Acide hippurique 0,5 g 0
Ammoniaque 1g 0
81
FILTRATION GLOMERULAIRE
Définition

FILTRATION =
Passage de l’eau et des
solutés du plasma vers les
tubules rénaux pour
former l’urine primitive

82
Structure du filtre glomérulaire

83
Filtration glomérulaire

Pf = Pc – ( Pu + Po )
AA

Po Pu
Pf
Pc

AE
La filtration glomérulaire est de 120 ml/mn ou 180 l/j
84
FILTRATION (3)
Mécanisme de la filtration

Sang Urine primitive

Pression 55 mmHg 30 mmHg


Pression
hydrostatique hydrostatique
glomérulaire capsulaire

15 mmHg
Pression
oncotique

Pression nette de filtration (Pnf)

Pnf = (55 mmHg) - (30 mmHg + 15 mmHg) = 10 mmHg


la filtration glomérulaire
– C’est un phénomène passif qui dépend de la pression efficace
de filtration
– Elle résulte de l'équilibre des pressions de part et d'autre de la
paroi capillaire glomérulaire

Pf = Pc – ( Pu + Po )

Pf Pression efficace de filtration 25 mm Hg

Pression hydrostatique
Pc 70 mm Hg
P dans les capillaires glomérulaires
C Pression hydrostatique
gPu dans la capsule de Bowman
15 mm Hg

Pression oncotique des protéines


Po 30 mm Hg
dans les capillaires glomérulaires 86
Mesure de la filtration glomérulaire
Concept de clairance
• La fonction globale du rein est évaluée par la
filtration glomérulaire
• La clairance d’une substance librement filtrée et
complètement éliminée par le rein, est égale au débit
de filtration glomérulaire
• DFG = U x V / P
• Clairance: volume de plasma épuré d’une substance
par unité de temps
• Elle est exprimée en ml/min ou en ml/sec.
87
FORMATION DE L’URINE
Récapitulatif
Artériole afférente
Glomérule

Artère
Artériole
efférente
Capsule de
Bowman

Tubule rénal

Capillaires
Filtration (eau, glucose, ions,
péritubulaires
déchets azotés, etc.)
Réabsorption (eau, glucose,
ions, urée, acides aminés, etc.)
Vers les
Sécrétion (ammoniac, certains veines
médicaments) URINE
REGULATION DE LA FONCTION RENALE
Mécanisme de la réabsorption obligatoire de l’eau

 P.osmotique  volémie

Neurohypophyse

ADH

Tube contourné distal


Tube collecteur

 Réabsorption d’eau

 volémie
 pression osmotique
REGULATION DE LA FONCTION RENALE
(Hormone antidiurétique)

90
REGULATION DE LA FONCTION RENALE (4)
Excrétion minérale : l’appareil juxta-glomérulaire
L’appareil juxta-glomérulaire

92
REGULATION DE LA FONCTION RENALE (5)
Excrétion minérale : l’appareil juxta-glomérulaire

Les cellules de l'appareil juxtaglomérulaire sont


sensibles à 3 facteurs :
- Baisse de pression sanguine dans l'artériole afférente.
- Baisse du taux de Na+ dans le TCD (signe d’une diminution du
débit de filtration).
-Influx du système nerveux végétatif.

Les cellules juxta-glomérulaires réagissent à ces facteurs en


sécrétant une hormone : la rénine

93
Régulation du système rénine-angiotensine

94