Vous êtes sur la page 1sur 28

Eurocodes pour

les Structures Mixtes


Élaboration d'une
Approche Transnationale

Formation : Eurocode 4

Leçon 1 : Introduction à la construction mixte


dans les bâtiments

Résumé :
 Cette leçon présente une introduction au dimensionnement et aux applications des structures mixtes.
Les avantages et les domaines d'utilisation de la construction mixte sont également mis en évidence.
 Certains exemples de bâtiments existants et des méthodes de construction sont présentés.

Prérequis :
 Aucun

Notes destinées aux Formateurs :


 Ce cours correspond à une leçon de 60 minutes
 L'enseignant adaptera la Leçon aux documents d'application nationales des Eurocodes
 Toutes les modifications additionnelles aux supports de cours sont sous la responsabilité du formateur

SSEDTA –2 - Version française


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Objectifs :
 Présenter une vue d'ensemble des possibilités des structures mixtes illustrés par des exemples de
structures réelles.

Références :
 [1] Gerald Huber : Non linear calculations of composite sections and semi-continuous joints
Doctoral Thesis, Verlag Ernst & Sohn December1999
 [2] ECCS 83 European Convention for Constructional Steelwork : Design Guide for Slim Floors
with Built-in Beams
 [3] ECCS 87 European Convention for Constructional Steelwork : Design Manual for composite
Slabs
 [4] Tschemmernegg F : Lecture Mixed Building Technology in Buildings, University of Innsbruck
 [5] Helmut Bode : Euro Verbundbau, Konstruktion und Berechnung, 1998
 [6] EN 1994-1-1Draft No.2 : Design of composite steel and concrete structures, 2001
 [7] COST C1 Control of the semi–rigid behaviour of civil engineering structural connections
Proceedings of the international conference, Liége, 17 to 19 September 1998
 [8] Teaching Modules of A-MBT,1999/2000 : Application Centre Mixed Building Technology ,
Innsbruck -Austria,
 [9] ESDEP : Europäisches Stahlbau - Lehrprogramm CD-Rom, 1996

04/03/18 - Version française 2


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

1 Généralités
L'association de l'acier et du béton est la combinaison de matériaux de construction la plus
fréquemment rencontrée tant dans les bâtiments que dans les ponts [1]. Bien que de nature
franchement différente, ces deux matériaux sont complémentaires :

 Le béton résiste en compression et l'acier en traction.


 Les éléments métalliques sont relativement élancés et sujets au voilement, le béton peut
empêcher le voilement.
 Le béton assure à l'acier une protection contre la corrosion et une isolation thermique aux
températures élevées.
 L'acier permet de rendre la structure ductile.

Le dimensionnement des structures de bâtiments et de ponts est dominé principalement par la


réalisation et le support de surfaces horizontales. Dans les bâtiments, les planchers sont
généralement réalisés en béton armé par des armatures en acier résister à la traction.
Cependant lorsque les portées augmentent, il est plus économique de supporter la dalle, par
exemple par des poutres, plutôt que d'épaissir le plancher. Dans les structures de bâtiment, le
grillage de poutres est soutenu à son tour par des poteaux. Les poutres et les poteaux peuvent
être réalisées en utilisant des sections acier, généralement des profilés laminés en I et en H
respectivement. Il était usuel de dimensionner l'ossature métallique pour reprendre seule
l'ensemble des charges, mais depuis les années 50, il est devenu de plus en plus courant de
connecter les dalles de béton aux poutres les supportant à l'aide de moyens mécaniques. Ces
derniers éliminent ou du moins réduisent le glissement à l'interface acier-béton de telle façon
que la dalle et la poutre métallique agissent ensemble comme un élément unique,
communément appelé "poutre mixte" (Figure 1) [7].

Figure 1 Poutres non mixte et mixte


Pratiquement, la connexion est assurée par des goujons à tête ou d'autres connecteurs qui sont
soudés ou fixés par pistolet à l'acier structurel et ceinturé par le béton [8].

Les éléments mixtes que sont les poutres mixtes, les poteaux mixtes et les dalles mixtes avec
tôle profilée sont utilisés depuis de nombreuses années. Des hypothèses simplificatrices sur
l'interaction entre l'acier structurel et la dalle de béton ont permis de considérer la construction
mixte comme une simple extension de la construction métallique. L'application de cette
technologie ayant montré son efficacité, des projets de recherche à grande échelle ont démarré
à l'échelle mondiale en vue d'améliorer les connaissances.
Un domaine de recherche concernait l'interaction entre la poutre métallique et la dalle de
béton. L'avantage d'une poutre mixte est évidemment de présenter une raideur et une résistance
plus élevées que celles de son équivalent non mixte. Une première étape simplificatrice était de
considérer l'interaction comme infiniment rigide, empêchant tout glissement entre les deux
éléments. Cependant généralement, la voie la plus économique n'est pas la voie extrême mais
la voie médiane, une connexion complètement rigide ne peut être réalisée pratiquement car
elle requière un grand nombre de connecteurs et est donc d'un coût élevé. De même, ignorer
complètement l'effet de la dalle conduit également à des coûts élevés et à une solution non
économique. Aujourd'hui, de nombreuses études basées sur des essais et des simulations
numériques apportent une justification sérieuse à la compréhension de l'interaction incomplète
entre l'acier et le béton d'une poutre mixte.

04/03/18 - Version française 3


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

2 Raisons d'utiliser des structures mixtes


Tout dimensionnement doit non seulement prendre en compte l'optimisation de la résistance
aux charges, de la raideur et de la ductilité mais également les aspects architecturaux,
économiques, de fabrication et d'utilisation des poutres, dalles et poteaux.

Aspects architecturaux
Les structures mixtes permettent de nombreuses variations architecturales pour combiner les
différents types d'éléments mixtes.
En plus de réduire les dimensions des poutres, la construction mixte permet
 des portées plus importantes
 des dalles plus minces
 des poteaux plus élancés
et offre une grande flexibilité et de nombreuses possibilités lors de la conception.

Aspects économiques
L'intérêt économique des structures mixtes provient de dimensions plus réduites (la rigidité
plus élevée entraîne des flèches plus faibles, des portées plus grandes et des hauteurs totales
plus faibles) et d'une construction plus rapide.
Les rapports portée sur hauteur (l/h=35) des poutres sont faibles et peuvent présenter plusieurs
avantages :
 La réduction des hauteurs permet de réduire la hauteur totale du bâtiment et permet dès
lors une diminution de la surface de couverture
 Les portées plus grandes pour des hauteurs identiques (par rapport aux autres méthodes de
construction) permettent de libérer des poteaux les pièces qui offrent alors plus de
flexibilité
 Pour une même hauteur totale de bâtiment, celui-ci peut présenter plus d'étages.

Les structures mixtes sont simples à construire et présentent des temps de construction réduits :
--> économie de coûts suite à la réalisation plus rapide du bâtiment
--> coûts de financement plus faibles
--> prêt à l'emploi plus rapidement et donc revenu d'utilisation plus élevé

Fonctionnalité
Les structures métalliques traditionnelles présentent des systèmes de protection au feu
rapportés qui permettent d'isoler l'acier de la chaleur due à l'incendie. Les structures
métalliques et mixtes actuelles peuvent présenter une résistance au feu en utilisant les
principes des constructions en béton armé dans lesquelles le béton protège l'acier grâce à sa
masse élevée et sa conductivité thermique relativement faible.

Tout comme les planchers mixtes qui peuvent résister au feu, les poutres mixtes peuvent
également être utilisées sans protection des semelles mais avec un enrobage de béton armé
entre les semelles. Ce béton ne sert pas uniquement à maintenir des températures relativement
basses dans la semelle supérieure et dans l'âme mais également à apporter de la résistance
flexionnelle compensant la perte de résistance de la semelle inférieure portée à haute
température.

04/03/18 - Version française 4


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Équipements et utilisation flexible du


bâtiment
Les structures mixtes s'adaptent aisément aux modifications susceptibles de se produire durant
la vie d'un bâtiment. Cela est particulièrement le cas lorsque la dalle est en présence de
structures en portiques. Il est alors toujours possible de créer une nouvelle cage d'escalier entre
deux planchers en ajoutant simplement les poutres de renvoi nécessaires.
Les évolutions récentes dans les technologies informatiques, de communication et
d'information ont montré l'importance d'être capable de modifier rapidement l'organisation des
équipements d'un bâtiment. De plus, dans les bâtiments commerciaux ou en co-propriété, il
doit être possible de modifier les équipements sans occasionner d'inconvénient aux autres
occupants. Pour résoudre ces problèmes, les ingénieurs doivent choisir entre plusieurs
solutions. Il y a généralement trois manière d'installer les équipements :
 dans les faux plafonds
 dans un faux plancher
 dans des caissons situés le long des murs
L'espace entre la retombée et la semelle inférieure d'une poutre mixte constitue une zone idéale
dans laquelle les équipements peuvent être installés.

Assemblage
Les planchers mixtes sont maintenant la solution privilégiée pour une grande variété de
structures car ils offrent aux concepteurs et aux clients les avantages suivants :

 Plate-forme de travail :
Avant le bétonnage, la tôle profilée constitue une plate-forme de travail sûre et qui permet
d'accélérer le processus de construction d'autres éléments.

 Coffrage permanent :
La tôle profilée porte de poutre à poutre et sert de coffrage permanent au béton tel que
généralement des étais provisoires ne sont pas nécessaires. La tôle profilée est également une
barrière efficace à la vapeur.
La retombée de la poutre reste propre après le bétonnage et l'utilisation de tôles peintes peut
donner un bon aspect au plafond mais la peinture peut causer des difficultés en cas de soudage
des goujons à travers la tôle.

 Armatures :
La section d'acier du profilé métallique est généralement suffisante pour résister au moment de
flexion positif. Des armatures supplémentaires peuvent être présentes dans la dalle pour
résister au retrait, aux mouvements dus à la température ou afin d'assurer une continuité aux
appuis (moment négatifs). L'action mixte est obtenue grâce à la forme du profil ou à l'aide de
moyens mécaniques tel que des indentations ou un bossage de la tôle profilée.

 Vitesse et simplicité de construction


Les tôles profilées combinant une rigidité élevée et un faible poids rendent aisé le transport et
le stockage du matériel sur chantier. Un camion est souvent capable de transporter jusqu'à
1500m² de plancher. Une équipe de quatre hommes peut installer 400m² de plancher par jour.
Les panneaux sont légers et sont des éléments préfabriqués qui peuvent être aisément
transportés et installés par deux ou trois hommes.

 Produits à la qualité contrôlée :


Les éléments métalliques des structures mixtes sont fabriqués et contrôlés en usine. Cela
permet l'établissement de procédures de qualités strictes qui diminuent l'incertitude liée au
travail sur chantier. Le résultat en est une précision de construction plus élevée.

04/03/18 - Version française 5


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Comparaison avec d'autres méthodes


Pour pouvoir user des effets de synergie et profiter des avantages disponibles possibles, il est
nécessaire d'utiliser des éléments mixtes, les éléments mixtes présentant une rigidité et une
capacité de charge plus grandes qu'un élément métallique présentant les mêmes dimensions.
h

h
h
Poutre mixte Poutre métallique sans coonexion au cisaillement

Section métallique IPE 400 IPE 550 HE 360 B

Hauteur [mm] 560 710 520

Charge 100% 100% 100%

Poids d'acier 100% 159% 214%

Hauteur totale 100% 127% 93%


Rigidité 100% 72% 46%

Tableau 1 Poutre mixte – Poutre métallique [8]


Le Tableau 1 compare une poutre mixte avec deux type de poutres métalliques sans connexion
de cisaillement dans la dalle de béton. La capacité de charge est sensiblement identique mais
les différences de rigidités et de hauteur totale sont clairement mises en évidence.

Généralement, les dimensions des sections d'éléments mixtes sont bien inférieures à celles des
éléments correspondant en béton armé ou en acier seul.
Le Tableau 2, par exemple, compare les tailles de poteaux et poutres mixtes relativement
importantes avec leur équivalent en béton armé pour des conditions de chargements identiques.

Mixte Béton armé

Poteau

Dimensions [cm] 70 / 70 80 / 120

Poutre

Dimensions [cm] 160 / 40 160 / 120

Tableau 2 Comparaison d'éléments mixtes et en béton armé [8]

04/03/18 - Version française 6


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

3 Méthodes de construction
Généralement deux méthodes opposées de construction sont utilisées, chacune présente ses
avantages et ses inconvénients qu'il est utile de mentionner.
 La méthode de construction conventionnelle en béton permet une grande variété de
style et de formes, elle est simple à mettre en oeuvre sur chantier et offre une résistance
thermique, une isolation phonique et une résistance contre les agents chimiques agressifs.
Cependant, le pois propre est élevé en regard de la résistance, le coffrage et le
durcissement du béton demandent un temps important. De plus, comme le béton est
incapable de résister à la traction, la mise en place d'armatures est nécessaire, ce qui
allonge encore le temps de construction.

L'avantage principal de la
 Construction métallique est sa grande capacité portante pour un faible poids. La
fabrication pouvant se dérouler indépendamment des conditions météorologiques,
l'érection qui suit est très simple et se réalise avec des tolérances faibles. La résistance au
feu des structures métalliques peut causer problème. Cette difficulté peut seulement être
résolue en utilisant des sections plus importantes ou à l'aide de mesures de prévention
coûteuses. La nécessité de disposer de travailleurs mieux formés doit être également
mentionnée à décharge de la construction métallique.

La comparaison de ces deux méthodes montre que leur combinaison est la voie la plus
économique. En plus de présenter les avantages de chacune de ces méthodes, d'autres
avantages peuvent apparaître. Ainsi par exemple, les éléments mixtes peuvent présenter des
capacités de charge plus élevées que des éléments métalliques ou en béton armé. La rigidité et
la redistribution plastique peuvent également être augmentées en combinant l'acier et le béton.
D'une part, cela permet de tirer parti des réserves plastiques de la structure et de l'autre de
réduire les facteurs de sécurité grâce à la ductilité inhérente aux modes de ruine des structures
mixtes.

Parlant ici de construction mixte, il est important de signaler que dans beaucoup de cas, ce sont
des technologies de construction mélangées qui constituent les solutions les efficaces. Le terme
mixte décrit seulement l'interaction de deux matériaux dans un même élément constructif Voir également
(par exemple un poteau tubulaire métallique rempli de béton) alors que les technologies de paragraphe 4 :
constructions mélangées se rapportent à la combinaison d'éléments constructifs réalisés Définitions et
selon différentes méthodes de construction (par exemple un poteau en béton utilisé terminologie
conjointement avec une poutre mixte et une dalle préfabriquée).

Réaliser une structure mixte de manière économique peut se faire suivant les opérations
suivantes :

 Tout d'abord, l'ossature métallique contreventée ou non est érigée. Si des tubes creux sont
utilisés pour les poteaux, les cages d'armatures peuvent déjà être positionnées en atelier.

 Tous les corbeaux, ailettes et goujons (boulons sans têtes ou clous tirés au pistolet)
assurant le transfert d'efforts entre l'acier et le béton doivent être préparés en atelier pour
accélérer l'érection sur chantier qui demande une planification détaillée. Après avoir
positionné les poteaux, les poutres métalliques sont simplement appuyées entre elles.

 Les éléments en béton armé ou la tôle profilée sont disposées entre les poutres servant à la
fois de coffrage et de plate-forme de travail.

Finalement, lors du bétonnage en une même phase des dalles et des poteaux, la rigidité et la
résistance des poteaux et des poutres augmente et les assemblages cessent d'être des rotules
pour devenir semi-rigides.

04/03/18 - Version française 7


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Éléments de construction
La Figure 2 montre les principes de la méthode de la construction mixte. Les dalles portent
entre des poutres qui s'appuient sur des poteaux. Le plancher est donc constitué des poutres de
plancher et de la dalle. La Figure 3 montre ces différents éléments sur un chantier. Les
paragraphes suivants présentent des éléments de construction individuels utilisés fréquemment
en construction mixte ou en technologie de construction mélangées.

dalle mixte

poutre mixte
poteau mixte
plancher=poutre+dalle

Figure 2 Éléments de construction [1]

Figure 3 Poteaux et dalles sur chantier (Citibank Duisburg,


Allemagne) [8]

04/03/18 - Version française 8


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Dalles
Dalles en béton armé
Suivant la complexité de la forme du plancher, de la planification et des capacités de
préfabrication en atelier, des dalles en béton armé peuvent être fabriquées

 sur site en utilisant des coffrages


 en utilisant des éléments partiellement préfabriqués
 en utilisant des éléments entièrement préfabriqués

Pour ces différentes possibilités illustrées à la Figure 4, il est possible d'utiliser du béton
normal ou léger. Pour des dalles entièrement préfabriquées, il faut prêter attention que seule le
peu de béton coulé entre les interstices pourra agir de manière mixte avec les poutres.

in-situ concrete on shuttering partially prefabricated slabs fully prefabricated slabs


dalle coulée sur coffrage dalle partiellement préfabriquée dalle complètement préfabriquée
Figure 4 Types de dalle en béton [1]

Dalles alvéolées en béton précontraint


Ces dernières années, des dalles précontraintes ont souvent été utilisées pour de grandes
portées entre poutres métalliques. Originellement, ces éléments étaient destinés à être utilisés
entre des supports rigides tel que des murs raides en béton. Il faut donc être conscient des
problèmes auxquelles on est confronté en augmentant le domaine d'application de ces dalles :
 des appuis flexibles comme les poutres (acier, béton ou mixte) mènent à de la flexion
transversale
 L'action mixte non souhaitée mène à des contraintes de cisaillement transversal.
 L'échauffement local des semelles de poutres servant d'appui peut provoquer la rupture des
ancrages et réduire la résistance au cisaillement des nervures de béton
 Une attention particulière doit être prêtée aux déformations thermiques différentielles à
proximité des extrémités
 Des restreintes non souhaitées pourraient nécessiter l'usage d'armatures dans la couche
supérieure
 L'influence des flèches de poutre sur la rupture des dalles est fortement réduite lorsque les
poutres présentent une pré-flèche – pour redevenir droites sous le poids propre des dalles–
et lorsque les critères communs de flèches des structures métalliques sont respectés.
Utiliser une couche de caoutchouc intermédiaire entre les dalles et le plat de la semelle
inférieure est une règle de bonne pratique. Les remplissages de béton des alvéoles
d'extrémité ont un effet favorable sur la résistance au cisaillement. Cependant, la flexion
est toujours le critère dimensionnant pour les dalles précontraintes usuelles

Figure 5 Dalles précontraintes alvéolées [1]

04/03/18 - Version française 9


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Couverture en tôle profilée


A la fois des tôles profilées trapézoïdales conventionnelles et des tôles propres aux planchers
mixtes sont utilisées. S'il n'y a pas moyen d'assurer une action mixte, les profilés acier
reprennent l'ensemble de la charge verticale (tôles profilées de grande hauteur ; le béton entre
les nervures servant uniquement à la répartition des charges) ou ils sont uniquement utilisés
comme coffrage perdu en négligeant la contribution qu'ils pourraient apporter à l'état final. Ces
deux extrêmes mènent à une utilisation non économique des deux matériaux.
Dans les dalles mixtes, plusieurs possibilités existent pour assurer une liaison entre l'acier et le
béton :
 La liaison chimique fragile et peu fiable, dès lors, elle ne doit pas être considérée dans les
calculs
 La liaison de frottement, incapable de transférer des efforts de cisaillement important
(voir Figure 6)
 La liaison mécanique assurée par un bossage de la tôle profilée (voir Figure 7)
 La liaison par ancrage d'extrémité tel que des boulons à tête, des cornières ou des
déformations d'extrémité de la tôle, elle entraîne une introduction de charge très localisée
à l'extrémité et donc une augmentation soudaine de la résistance métallique seule à la
résistance mixte (voir Figure 8).

Figure 6 Liaison par frottement dans les dalles mixtes [1]

Figure 7 Liaison mécanique dans les dalles mixtes [1]

Figure 8 Ancrage d'extrémité dans les dalles mixtes [1]

04/03/18 - Version française 10


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Poutres
Les poutres supportant les dalles et amenant les charges aux poteaux sont le deuxième élément
du plancher. Dépendant de la disposition des poutres, les dalles portent dès lors dans une seule
direction. Suivant la philosophie de structures mélangeant plusieurs technologies, ces poutres
peuvent êtres métalliques, en béton, mixtes ou même faites d'autres matériaux ou de leurs
combinaisons. Dans ce qui suit, seul les poutres de plancher mixtes seront traitées en détail.
Par l'intermédiaire des connecteurs de cisaillement, le béton de la dalle est comprimé dans les
zones de flexion positive de la poutre. Les goujons à tête sont les plus utilisés en pratique. Ils
présentent l'avantage de combiner une rigidité relativement élevée avec une grande capacité de
déformation. Dès lors, par rapport à des cales, les goujons à tête peuvent être disposés avec un [6]
espacement suffisant qui facilite grandement leur utilisation. Leur inconvénient est lié au 6.7.6
problème de soudabilité, particulièrement lors de l'utilisation de tôles galvanisées ou de
semelles de poutres peintes mais également en présence d'eau entre la tôle profilée et la
semelle.

Figure 9 Solutions classiques et innovantes de poutres mixtes [1]

Figure 10 Types de connecteurs de cisaillement [1]

04/03/18 - Version française 11


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Figure 11 Soudure des connecteurs de cisaillement (goujons à


tête) [9]

Les grandes rigidité et capacité portante des poutres mixtes permettent la construction de très
grandes pièces libres de tout poteau pour un poids de construction limité. Jusqu'à aujourd'hui,
les poutres mixtes ont été construites comme bi-appuyées ou continues, les assemblages rigides
aux poteaux ayant été évités par manque de connaissance. Pour les parties métalliques, des
IPE-, HEA-, HEB-, des U – mais également des profilés reconstitués soudés sont utilisés pour
les portées communes. Pour un espacement de poteaux encore plus grand, des poutres ajourées
ou des treillis peuvent être nécessaires. Dans certains cas, les sections métalliques des poutres Voir les exemples
peuvent être partiellement enrobées pour leur assurer une protection au feu. mentionnés au
paragraphe 5
La technologie "slim-floor" où les poutres sont complètement intégrées aux planchers a
entraîné une véritable explosion de l'utilisation de la construction mixte dans les pays
scandinaves. Elle permet de disposer d'un plafond plat sans devoir descendre en dessous des
poutres. Les systèmes "slim-floor" présentent les mêmes avantages que les dalles en béton
conventionnelles en évitant cependant les problèmes bien connus de poinçonnement aux
sommet des poteaux. L'utilisation conjointe de planchers "slim-floor" et de poteaux creux
semble promise à un grand avenir.

04/03/18 - Version française 12


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Poteaux
A côté de la possibilité de réaliser des poteaux métalliques ou en béton uniquement, la capacité
portante des poteaux mixtes est largement dominée par la partie métallique de ceux-ci.
Les poteaux mixtes sont généralement utilisés en présence d'efforts normaux élevés et d'un
souhait de sections de faibles dimensions. Comme les poteaux mixtes peuvent être préfabriqués
ou préparés en atelier, le temps de construction peut être fortement réduit par rapport à la
construction sur place en béton armé. L'avantage principal des poteaux mixtes par rapport aux
poteaux métalliques est la grande résistance au feu de ceux-ci sans la mise en oeuvre de
mesures préventives.

Figure 12 Exemples de poteaux mixtes [1]

Figure 13 Poteau tubulaire avec clous tirés au pistolet comme


connecteur de cisaillement et armatures sur chantier (Citibank
Duisburg, Allemagne) [8]

Pour les sections métalliques, des profilés laminés en I aussi bien que des tubes rectangulaires

04/03/18 - Version française 13


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

ou circulaires conviennent. Les profilés en I peuvent être complètement ou partiellement


enrobés, seul l'espace entre les semelles étant alors enrobé. Les sections creuses présentent
l'avantage de ne pas nécessiter de coffrage supplémentaire lors du bétonnage. Elles ont
généralement la faveur des architectes et se comportent très bien au feu. Pour des charges très
élevées, des sections métalliques peuvent être placées dans les sections creuses. L'ensemble des
types de poteaux mixtes utilisés pratiquement est représenté à la Figure 12, tandis que la
Figure 13 en présente une application.

Pour assurer une action mixte suffisante entre les parties métalliques et en béton, des
connecteurs de cisaillement doivent être installés dans les zones d'introduction de charges
concentrées, et donc au niveau des planchers ou juste en dessous. Des goujons à tête ou des
cornières peuvent être utilisés pour des sections laminées. Pour des poteaux à section creuse,
des boulons sans tête introduits au travers de trous et soudés à la surface de la section satisfont
aux tests et assurent en plus l'espacement entre les barres afin de ne pas gêner le bétonnage.
Cependant, la soudure de ces connecteurs de cisaillement nécessite du temps. Une alternative
économique est la technique du clouage de connecteurs de cisaillement dans les sections de
poteaux creux développée par Hilti (Figure 14). La pose est simple, très rapide et la résistance
observée est très élevée en pour une bonne ductilité.

Figure 14 Clou HILTI X-DSH32 P10

04/03/18 - Version française 14


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Assemblages
Traditionnellement, les assemblages ont été considérés comme faisant partie du poteau et n'ont
pas été pris en compte dans l'analyse globale. Bien qu'un assemblage soit seulement constitué
d'une partie des poteaux, des poutres, des dalles, d'éléments d'attache et parfois de raidisseurs,
son comportement réel peut seulement être traduit en le considérant comme un élément séparé
de la structure au même titre que les poutres et les poteaux. D'une part, cela permet des
constructions plus efficientes mais d'autre part, l'influence des assemblages sur le
comportement global est tellement importante que les anciennes méthodes considérant les
assemblages comme des rotules parfaites ou des encastrements parfaits ne décrivent pas le
comportement réel des assemblages semi-continus (voir Figure 15) Selon cette approche, les
assemblages doivent être définis suivant les trois caractéristiques principales suivantes.

 rigidité : Un assemblage présentant une rigidité de rotation très faible et qui dès lors ne
reprend aucun moment de flexion est une rotule. Un assemblage rigide est un assemblage
dont la rigidité est plus ou moins infinie et donc tel qu'il assure une continuité parfaite.
Entre ces deux extrêmes, les assemblages sont dits semi-rigides.

 moment résistant : Au contraire d'une rotule, un assemblage dont la résistance ultime est
plus grande que celle des éléments qu'il assemble est un assemblage parfaitement
résistant. De nouveau, un assemblage partiellement résistant est le cas intermédiaire entre
ces deux extrêmes. Pour simplifier, le terme "résistance" sera utilisé dans ce qui suit pour
qualifier la valeur de la résistance ultime.

 capacité de rotation (ductilité) : Un comportement fragile est caractérisé par une rupture
pour une faible rotation, généralement sans déformation plastique. Un comportement
ductile est lui caractérisé par une non-linéarité marquée de la courbe moment - rotation et
un plateau important qui précède la ruine et qui indique généralement la présence de
déformations plastiques. Le coefficient de ductilité est le rapport entre la rotation ultime et
la rotation élastique. Les assemblages semi-ductiles sont situés à nouveau entre ces deux
extrêmes.

M
moment résistant

 M

rigidité initiale


capacité de rotation

Figure 15 Courbe de comportement d'un assemblage [1]

Le nombre de paramètres influençant le comportement des assemblages est trop grand pour
pouvoir étudier ceux-ci à échelle réelle. Dès lors, la méthode dite des composantes est
maintenant partout considérée comme la meilleure méthode pour décrire le comportement des
assemblages de manière analytique. Au contraire de la méthode des éléments finis (FEM), qui
échoue souvent pour prendre en compte les problèmes d'introduction de charges local,
l'assemblage est ici divisé en parties logiques exposée à des efforts intérieurs. De la même
manière que la FEM pour les déformations et les contraintes, la méthode des composantes
s'attache aux déformations et efforts intérieurs de ressorts de composante.

Ces dernières années, des campagnes d'essais à grande échelle ont été réalisées dans de

04/03/18 - Version française 15


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

nombreux pays pour étudier le comportement non linéaire des composantes individuelles et
leur assemblage pour obtenir le comportement non-linéaire des assemblages formés de ces
composantes. De plus, comme le transfert des efforts de cisaillement verticaux est difficile dans
les assemblages entre poutres et poteaux à section creuse, l'accès à l'intérieur des poteaux y
étant impossible, de nombreux efforts ont été entrepris pour développer des assemblages
présentant une capacité portante de cisaillement suffisante et pouvant être préparés en atelier
ou aisément mis en place sur chantier. Le problème se complique suite à l'excentricité des
charges dues aux tolérances et à la minceur des parois métalliques. La Figure 16 montre un
exemple d'assemblage de ce type.

corbeau pour la semelle inférieure


enlevé après bétonnage
armature

soudure de couture pièce de contact


corbeau avec connecteur
de cisaillement
clous tirés au pistolet

Figure 16 Exemple du transfert du cisaillement vertical entre les


poutres et les poteaux mixtes [1]

 Un corbeau réduit peut être soudé à la surface du poteau et supporter soit la semelle
supérieure ou inférieure. Le support de la semelle inférieure nécessite une protection au
feu du corbeau. Dans les cas où aucun faux plafond n'est utilisé, l'architecte pourra refuser
d'utiliser des éléments si peu esthétiques. L'utilisation d'un corbeau pour la semelle
supérieure s'avère plus difficile lors de la construction, particulièrement lorsqu'un
assemblage rigide est souhaité à l'état final.

Pour résumer, il faut souligner que la méthode de construction la plus économique est de
commencer avec des poutres métalliques (étayées ou non) simplement appuyées entre les
poteaux. En plaçant des plaques de contact et des armatures, on obtiendra très simplement des
assemblages semi-continus après le durcissement du béton.

04/03/18 - Version française 16


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

[6]
1.4.2(1)
4 Définitions et terminologie
Comme certains termes en construction mixte sont souvent utilisés dans un contexte erroné, ce
qui mène à des incompréhensions, il est utile de définir les termes suivants :

Élément mixte
Élément structurel comprenant du béton et de l'acier de construction ou profilé à froid, relié
par des connecteurs de cisaillement de telle façon que le glissement longitudinal entre le béton
et l'acier et la séparation entre ceux-ci soient limités.

Connexion au cisaillement
Connexion entre le béton et les composantes métalliques d'un élément mixte qui présente
suffisamment de résistance et de rigidité pour permettre de calculer ces parties comme un
élément structurel unique

Poutre mixte
Élément mixte soumis principalement à de la flexion

Poteau mixte
Élément mixte soumis principalement à de la compression ou à de la compression et de la
flexion

Dalle mixte
Élément mixte à deux dimensions horizontal soumis principalement à de la flexion dans lequel
la tôle profilée
 est utilisée comme coffrage permanent capable de supporter le béton frais, les armatures et
les charges de chantier
 constitue ensuite une partie ou l'entièreté de l'armature de traction de la dalle en se
combinant structurellement au béton durci

Ossature mixte
Ossature dans laquelle certains des éléments sont des éléments mixtes, la plupart des autres
éléments étant métalliques

Assemblage mixte
Assemblages entre éléments mixtes dans lequel les armatures sont destinées à contribuer à la
résistance et à la rigidité de l'assemblage

04/03/18 - Version française 17


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Comportement cisaillement - glissement


d'un connecteur unique
Abandonnant les anciennes méthodes considérant qu'un élément (connecteur, assemblage,...)
est soit rigide ou complètement articulé, complètement ductile ou fragile, la relation idéalisée
entre l'effort de cisaillement et le déplacement d'un connecteur est lièe à trois caractéristiques
dominantes :
 La rigidité initiale
 La résistance (capacité de cisaillement)
 La capacité de déformation
Le glissement est défini comme le déplacement relatif entre les deux matériaux assemblés dans
la couche d'interface suivant l'axe de la poutre. Le soulèvement entre l'acier et le béton doit être
empêché par des ancrages (par exemple des goujons à tête) ou d'autres éléments capable de
transférer des efforts de traction tel que des étriers.

T résistance

rigidité initiale

capacité de déformation
s

Figure 17 Courbe de comportement cisaillement - glissement d'un


connecteur [1]
le comportement global d'une poutre ou d'une dalle construite en positionnant les connecteurs
de cisaillement l'un derrière l'autre est fortement influencée par ces trois caractéristiques. Ainsi
le degré de connexion au cisaillement d'une poutre, mis à part le nombre de connecteurs, est
relié directement à la résistance du seul connecteur (voir Figure 17). L'interaction au
cisaillement dépend de la rigidité initiale des connecteurs utilisés et de leur nombre. La
capacité de déformation de la poutre entière est également reliée à celui du connecteur
individuel lui-même.

04/03/18 - Version française 18


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Degré de connexion (résistance)


Le degré de connexion détermine le rapport entre la capacité portante de la connexion au
cisaillement et celle de la section mixte elle-même dominée par sa partie la plus faible (soit
l'acier ou le béton). Considérant un comportement parfaitement plastique, le degré de
connexion  dépend de l'importance relative des résistances de l'acier et du béton et peut être
exprimé par la formule donnée à la Figure 18

 
- -

+ +

N i ,Rd N i ,Rd
 
N Rd ,béton N Rd ,acier

avec
N i ,Rd   TRd ,i
nombre de connecteurs

Figure 18 Degré de connexion

0 %
 100 %

no shear partial shear full shear


connection connection connection
big end slip small end slip
big steel beam many dowels

pas de connexion connexion partielle connexion complète


important glissement d'extrémité nombreux goujons
poutre métallique importante
Figure 19 Degré de connexion au cisaillement [1]

Un degré de connexion nul (=0) signifie que les deux sections agissent de manière
complètement séparée. Tandis qu'une connexion complète (100%) signifie que la
connexion au cisaillement assurée par les goujons est suffisante pour assurer une ruine de la
section elle-même (plastification de toutes les couches). Entre ces deux extrêmes, il s'agit d'une [6]
connexion partielle (0100%), ce qui constitue généralement un optimum d'utilisation des 6.7
matériaux et de coût (Figure 19). En connexion partielle, la capacité portante de la poutre est
limitée par la ruine de la connexion au cisaillement.
Il faut remarquer que la connexion partielle n'est permise dans l'EC4 que si les conditions
suivantes sont respectées : connecteurs de cisaillement ductiles, chargement statique, moments
positifs, portée limitée..

Il faut remarquer qu'une connexion complète ne signifie pas qu'il n'y ait pas de glissement à
l'interface. Un glissement nul ne peut être obtenu que par un degré de connexion très élevé qui
dépend des connecteurs eux-mêmes. Dès lors, augmenter le degré de connexion au-dessus de
100% en ajoutant des connecteurs de cisaillement n'augmente pas la résistance de la poutre à
l'état limite ultime mais amène une réduction du glissement et de la flèche à l'état limite de
service. Cependant, il faut prêter attention à ne pas dépasser la capacité en cisaillement des

04/03/18 - Version française 19


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

semelles de béton , ce qui peut conduire à une ruine fragile.

Interaction au cisaillement (rigidité)


Les connecteurs de cisaillement et leur nombre déterminent si la connexion au cisaillement est
complète (rigide, raide) ou incomplète (semi-rigide, faible, légère) par comparaison à la
rigidité des éléments assemblés (poutre métallique et dalle béton). Dès lors, une définition
claire entre ces deux cas ne peut être donnée
complète incomplète aucune

Force horizontale Ni
complète
de cisaillement T

Interaction au
cisaillement
incomplète

non
s glissement

Figure 20 Interaction au cisaillement [1]

L'interaction idéalement rigide signifie qu'il n'y a pas de déplacement relatif (glissement) entre
les éléments au niveau de l'interface de cisaillement. Comme les connecteurs de cisaillement
agissent comme des ressorts parallèles, une augmentation de la connexion au cisaillement va
de pair avec une augmentation de l'interaction au cisaillement (réduction du glissement). Une
interaction infiniment rigide sera uniquement possible pour des connecteurs infiniment rigides
ou pour un nombre infini de ceux-ci (ce qui est irréalisable en pratique). Le terme interaction
complète signifie donc que les déplacements sont suffisamment petits pour que leurs effets
puissent être négligés. Dès lors, pour une interaction incomplète, terme lié à l' état limite de
service, les déplacements relatifs au niveau des connecteurs doivent être pris en compte pas un
saut dans la distribution des déformations. L'hypothèse de Bernoulli considérant les sections
droites comme planes à l'état déformé est alors uniquement valable individuellement pour les
deux parties de la section mais plus pour la section mixte toute entière.
Pour une interaction incomplète, le glissement est accompagné d'une augmentation de la flèche [6]
à mi-portée par rapport à une poutre présentant une connexion au cisaillement infiniment 7.2.2.2(4)
rigide comme le montre la Figure 21. Dans l'EC4 [6], cet effet est pris en compte de manière
approximative à l'aide d'une interpolation linéaire dépendant du degré de connexion :
  
 1   1-    a  1
c  c 
avec a flèche de la poutre métallique seule
c flèche de la poutre mixte en considérant une connexion au cisaillement
infiniment rigide
 degré de connexion au cisaillement
 facteur dépendant du type de cisaillement (0,3 ou 0,5)
Cette formule montre que le code considère qu'une connexion complète (100%) peut être
considérée comme correspondant environ à une interaction au cisaillement infiniment raide.

04/03/18 - Version française 20


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Force
[kN] erreur
rigide  100 %
1000 Force
60 %
800
20 %
600
0%
400
w
200

w
0 50 100 150 [mm]
Flèche à mi-portée

Figure 21 Influence de l'interaction partielle sur la flèche des


poutres [1]

04/03/18 - Version française 21


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

5 Exemples

Millennium Tower (Vienne – Autriche) [1], [8]


La MILLENNIUM TOWER de Vienne est un premier exemple de bâtiment existant où des
structures mixtes ont été utilisées avec succès.
Cette grande tour de 55 étages (Figure 23) avec une surface au sol d'environ 1000 m 2 et une
hauteur de plus de 202 mètres (antenne comprise) est le plus haut bâtiment d'Autriche. Sa
construction a pu être réalisée en seulement 8 mois de mai à décembre 1998 (Figure 24).
Ce qui signifie la construction de 2 à 2,5 étages par semaine!
Un cœur en béton contenant les ascenseurs et les escaliers assure la stabilité horizontale du
bâtiment. Autour de ce cœur, des planchers slim-floor portent sur les poteaux mixtes très
élancés de la façade (Figure 22).
Grâce à la restreinte amenée par les assemblages semi-continus (développés spécialement)
entre les poutres de plancher et les poteaux mixtes tubulaires, l'épaisseur totale de la dalle a été
réduite à seulement 19cm. Cela a donné lieu à une réduction de la consommation de
matériaux, des fondations et des coûts. Des calculs particuliers ont été réalisés à l'état limite de
service pour les vibrations et les retraits différentiels entre la structure mixte externe et le cœur
de béton interne.
Enfin, la technique de clouage développée à Innsbruck a été appliquée à la Millennium Tower
pour la première fois : le transfert des efforts verticaux entre la section métallique du poteau
tubulaire et le béton contenu à l'intérieur est assurée par des clous tirés au pistolet, fixés
simplement de l'extérieur sans soudage par pénétration du tube afin atteindre l'intérieur du
poteau.

Les nombreuses études initiales nécessaires pour réaliser un projet aussi novateur mises à part,
l'enthousiasme des concepteurs, des architectes, de l'entrepreneur et du propriétaire du
bâtiment a été énorme et permet d'attendre beaucoup du futur.

42,3 m

33,05
m

Dalle de béton
Cœur en béton

Poutre mixtes
avec planchers slim-
Structure mixte
floor
Poteaux mixtes
Figure 22 Millennium Tower Vienne (Autriche), vue en plan

04/03/18 - Version française 22


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Figure 23 Millennium Tower Vienne (Autriche) [8]

04/03/18 - Version française 23


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Figure 24 Étapes de la construction (temps total de construction


de 8 mois) [8]

04/03/18 - Version française 24


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Citibank Duisburg (Duisburg – Allemagne)

Figure 25 Citibank Duisburg (Allemagne) [8]

Le bâtiment de bureaux de la Citibank de Duisburg (Allemagne) a une hauteur totale de 72m


pour 15 étages avec une surface au sol totale de 14500 m 2.

C'est un exemple typique de bâtiment mélangeant plusieurs technologies. Le cœur intérieur en


béton reprend les efforts horizontaux et a été construit à raison de 3m par semaine. Les
poteaux mixtes et les dalles l'entourant ont été construits presque au même rythme, ce qui a
permis une construction très rapide.

04/03/18 - Version française 25


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Parking “DEZ” (Innsbruck- Autriche) [8]

Figure 26 vue générale du parking [8]

Un exemple supplémentaire de structure mixte est un nouveau parking à Innsbruck (Autriche)


qui montre comment la technologie conduit à des solutions innovantes tant au niveau de la
conception que de l'exécution et de la construction. Les impositions structurelles et les
conditions limites sont expliquées rapidement, la solution utilisant un système structural
adéquat est expliquée.
Le parking est un bâtiment de 4 étages de 60X30m au sol.
La particularité est le plancher slim-floor de 26cm assemblé de manière semi-continue aux
poteaux mixtes.
La portée maximale des poutres de plancher mixte est de 10,58m.
Une autre particularité du bâtiment est le cantilever de 4,8m et les poteaux très minces
(poteaux mixtes : Ø=355 mm).

Ce bâtiment est un exemple de simplification du processus d'érection. En utilisant des poteaux


sur 2 étages et des dalles partiellement préfabriqués, le temps d'érection a pu être diminué.

Figure 27 Érection de poteaux mixtes sur 2 étages

04/03/18 - Version française 26


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

Figure 28 Assemblage des poutres de plancher slim-floor et des


dalles de béton préfabriquées
La Figure 29 montre la section des poutres de plancher slim-floor et de la dalle
200
260
60

Figure 29 Coupe des poutres slim-floor et de la dalle


 dalle de béton de 200 mm
 prédalles béton de 60 mm
 poutre acier : âme : 16520 mm, semelle 24540 mm
 goujons à tête Ø 22 m

04/03/18 - Version française 27


Eurocodes pour les Structures mixtes – Développement d'une Approche Transnationale
Introduction à la construction mixte dans les bâtiments

6 Futurs développements
De nombreuse recherches partout en Europe ont amélioré les systèmes existants de
construction mixte et ont mené au développement de nouvelles technologies comme les
planchers slim-floor avec des assemblages semi-continus aux poteaux, des nouveaux profilés
métalliques ou des systèmes minimisant les temps d'érection et d'assemblage.

D'autres développements concernant le comportement réel des structures et des éléments


mixtes sont publiés dans le projet COST-C1.[7].

7 Conclusions
La construction mixte est populaire pour les bâtiments et les ponts à causes des aspects
suivants :
 Économie
 Architecture
 Fonctionnalité
 Équipements et utilisation flexible du bâtiment
 Assemblage

Cependant, l'utilisation de la construction mixte devrait se renforcer pour prendre une place
importante à côté de la construction métallique traditionnelle à l'aide des Eurocodes, des
documents d'application nationale, des modules de SSEDTA 1 (EC3) et des modules de
SSEDTA 2 (EC4) comme supports additionnels.

04/03/18 - Version française 28