Vous êtes sur la page 1sur 9

Date : Sciences de l’Ingénieur/Production/Traiter Nom :

Classe : 1STM Phase / Sous-phase / Opération Doc Professeur

I. Phase
1.1. Définition
La phase est une étape dans le processus d’une réalisation d’une pièce. C’est un ensemble
d'opérations réalisées sur un même poste de travail (montage, contrôle) ou sur une même
machine (usinage).
1.2. Exemple : processus de réalisation du porte-clés.

II. Sous-phase
2.1. Définition
La sous-phase est un ensemble d'opérations limitées par un montage et démontage de la
pièce sur une même machine.
2.2. Exemple : réalisation de la phase 20 (tournage).

III. Opération
3.1. Définition
Une opération est une action élémentaire permettant d’apporter
de la valeur ajoutée au produit.
En usinage, une opération permet de réaliser une ou plusieurs
surfaces en n'utilisant qu'un seul mouvement relatif dans le couple
outil-pièce.
3.2. Exemple : phase 20, sous-phse A. opération a
3.3. Remarque :
 L’opération qui finit (respect des spécifications imposées)
est une opération de finition.
 L’opération qui prépare la finition (enlèvement d’un
excédent de matière par exemple) est une opération
d’ébauche.

Prof : EL MOUKHTARI
Lycée AL FATH : 2016/2017 Doc : Page 1 /
EL Mustapha
Date : Sciences de l’Ingénieur/Production/Traiter Nom :
Classe : 1STM Cotes fabriquées Doc Professeur

I. Introduction :
Le BM établit l'avant-projet d'étude de fabrication, sa vérification et le calcul des cotes
fabriquées à partir des spécifications (cotes fonctionnelles, tolérances géométriques, états de
surface) du dessin de définition réalisé au BE. Les moyens de fabrication prévus dans l'avant-
projet d'étude de fabrication permettent parfois de réaliser directement certaines cotes
fonctionnelles (les cotes directes). Les autres cotes, réalisées indirectement, nécessitent un calcul
appelé « transfert de cotes ».
II. Définition
Une cote fabriquée intervient à différents stades de la
fabrication, directement (cote directe) ou indirectement (cote
transférée), dans l’obtention d’une cote condition du bureau
d’étude ou du bureau des méthodes.
Exemple : Soit une série de pièces à fabriquer suivant
la figure, les cotes possibles suivants l’axe OZ sont (CF1,
CF2, CF3) et suivant OX est CF4.
III. Différents types de cotes fabriquées (Cf)
3.1. Cote - machine (Cm)
C’est la distance entre la surface usinée et la surface de référence.

3.2. Cote – outil (Co)


Ce sont les cotes définissant la forme, la dimension, la précision des surfaces usinées
données, par l'outil (foret, alésoir, fraise 3 tailles) ou par l'association de plusieurs outils
travaillant simultanément (train de fraises)

Prof : EL MOUKHTARI
Lycée AL FATH : 2016/2017 Doc : Page /
EL Mustapha
Date : Sciences de l’Ingénieur/Production/Traiter Nom :
Classe : 1STM Cotes fabriquées Doc Professeur

 exemple 3 :  exemple 4 :

 exemple 5:

3.3. Cote – appareillage (Ca)


Une cote – appareillage est une cote obtenue à partir d’un appareil (montage
d’usinage, dispositif de guidage, etc.).
 Exemple : Utilisation des canons de perçage pour obtenir des cotes appareillage

N.B : Toutes les cotes (Cm, Co, Ca) sont notées Cf

Prof : EL MOUKHTARI
Lycée AL FATH : 2016/2017 Doc : Page /
EL Mustapha
Date : Sciences de l’Ingénieur/Production/Traiter Nom :
Classe : 1STM Transfert de cotes Doc Professeur

I. Définitions:
1.1. Le transfert de cotes (TC) :
Le transfert de cotes (TC) est un moyen de calcul permettant la détermination des cotes
utiles à la fabrication.
a) Cote directe :
Lorsqu'une cote de fabrication s'établit entre les mêmes surfaces que celles indiquées par
le dessin de définition, on dit que cette cote est obtenue par une cote directe.
b) Cote transférée :
Si la cote du dessin de définition n'est pas réalisée directement mais résulte de la
combinaison de deux (plusieurs) cotes de fabrication Cf, elle devient une cote transférée. La
détermination des cotes de fabrication permettant d'obtenir la cote transférée nécessite toujours
un calcul appelé transfert de cote.

1.1.1. Exemple 1
a) Dessin de définition de la pièce :

b) Opérations d’usinage des différents contrats de phase :


Phase 10 : Contrôle du brut étiré

Phase 20 : Tournage

Phase 30 : Tournage

Prof : EL MOUKHTARI
Lycée AL FATH : 2016/2017 Doc : Page /
EL Mustapha
Date : Sciences de l’Ingénieur/Production/Traiter Nom :
Classe : 1STM Transfert de cotes Doc Professeur

c) Méthode vectorielle de détermination des cotes de fabrication

Prof : EL MOUKHTARI
Lycée AL FATH : 2016/2017 Doc : Page /
EL Mustapha
Date : Sciences de l’Ingénieur/Production/Traiter Nom :
Classe : 1STM Transfert de cotes Doc Professeur

1.1.2. Exemple 2

Soit à réaliser un axe épaulé, les cotes


fonctionnelles du dessin de définition à respecter suivant
l’axe oz sont A = 60 ± 0,15 et B = 35 ± 0,2. La cote A est
réalisée directement à l’aide de la cote machine Cm2. La
cote B (cote condition n’apparait pas dans les cotes de
fabrication) est réalisée indirectement à l’aide de cote
machine Cm1 ; un transfert est donc nécessaire.
a) Etude du transfert de cotes
 Calcul de Cm1
On appliquant les règles relatives à une
somme vectorielle (B = vecteur résultant, Cm1 et
Cm2 = vecteurs composants), On trouve les relations
suivantes à respecter :
 B max = A max – Cm1 min. (1)
 B min = A min – Cm1 max. (2)
 Tolérance de la cote condition = somme des
tolérances des cotes composantes. (3)

 La cote condition B peut être prise indifféremment


au maximum (application de la relation (1)) ou au minimum (application de la relation
(2)).
 La tolérance de Cm1 est déterminée à l’aide de la relation (3).
 Calcul de Cm1 à l’aide des relations (1) et (3) :

 Calcul de Cm1 à l’aide des relations (2) et (3) :

Prof : EL MOUKHTARI
Lycée AL FATH : 2016/2017 Doc : Page /
EL Mustapha
Date : Sciences de l’Ingénieur/Production/Traiter Nom :
Classe : 1STM Transfert de cotes Doc Professeur

b) Méthode vectorielle simplifié


Cette méthode est surtout intéressante lorsqu’il y a un grand nombre de chaines ou un
nombre important de composantes dans une même chaine. Elle évite de poser les équations (1)
ou (2) ; les calculs étant méthodiquement effectués à l’aide d’un tableau.
 Détermination de Cm1 en prenant la cote
condition B minimale.

(2) : B min = A min – Cm1 max

B min + Cm1 max = A min

- De l’examen de l’égalité (2), on tire la règle suivante :


Si la cote condition est minimale, les composantes de même sens
que la condition sont minimales et les cotes composantes de sens
opposé sont maximales.

 Exploitation du tableau
 La somme de chaque colonne étant égale, on obtient par soustraction
la cote Cm1 max cherchée :
Cm1 max = Amin - B min.
 Le calcul de la tolérance de Cm1 s’effectue en appliquant la
règle (3) :
Tolérance B = tolérance Cm1 + tolérance A.
 De l’examen de l’égalité (2), on tire les règles suivantes :
La valeur de la cote condition minimale doit être
inscrite dans la
même colonne que les cotes composantes maximales.
La somme des cotes inscrites dans la colonne des cotes minimales est égale à la somme des cotes
inscrites dans la colonne des cotes maximales (cote condition minimale incluse).
 Application
- Calcul de Cm1 en prenant la condition au minimum - Calcul de Cm1 en prenant la condition au maximum
Soit 34,8 et elle est placée dans la colonne max. Soit 35,2 et elle est placée dans la colonne min.
-

Prof : EL MOUKHTARI
Lycée AL FATH : 2016/2017 Doc : Page /
EL Mustapha
Date : Sciences de l’Ingénieur/Production/Traiter Nom :
Classe : 1STM Transfert de cotes Doc Professeur

Conventions adoptées pour tracer le graphe de transfert :


1. La cote condition (à transférer) est la cote qui ne peut être réalisée directement.
2. Le vecteur cote condition est tracé en double trait. Le sens positif habituellement utilisé
est de la gauche vers la droite ou de bas en haut.
3. Les lignes d'attache de cotes sont numérotées de 1 à n.
4. Il ne peut pas avoir plus d'une cote fabriquée Cf par chaîne de cotes.
5. La chaîne de cotes doit être la plus courte possible.
6. (*) L'IT de la cote condition doit être supérieur ou égal à la somme des IT des cotes
composantes.
IT cote condition IT des cotes composantes
7. Les cotes de même sens que le vecteur cote condition sont maxi ou mini en même temps.
8. Les vecteurs des composantes sont tracés de manière à fermer la chaîne, leur sens étant
choisi afin que la somme algébrique de ces composantes soit égale au vecteur cote
condition. Pratiquement on peut prendre l'habitude de toujours partir de l'origine du
vecteur cote-condition qui est en même temps l'origine d'une des composantes.

(*) Note :
La tolérance de la cote condition est inférieure à la somme des tolérances des cotes composantes. le
transfert est théoriquement impossible. on peut :
 Soit consulter le bureau d’étude afin d’augmenter la tolérance de la condition.
 Soit diminuer la tolérance d’une ou de plusieurs composantes.

Exemple 3 :
Soit D le cylindre à usiner
 X est la cote fabriquée à calculer
Les cotes fonctionnelles du contrat sont :
A = 15±0.4
B = 60±0.1
C = 20±0.4
 C C’est la cote condition
 Travail demandé
1- Tracer le graphe de transfert :
 Tracer Le vecteur cote condition en
double trait
 Vérifier d'abord si le transfert est
acceptable

2- on donne A = 15±0.2 B = 60±0.1 C = 20±0.4


Calculer la cote fabriquée Cf « X »

Prof : EL MOUKHTARI
Lycée AL FATH : 2016/2017 Doc : Page /
EL Mustapha
Date : Sciences de l’Ingénieur/Production/Traiter Nom :
Classe : 1STM Transfert de cotes Doc Professeur

Vérifier d'abord si le transfert est acceptable :

IT X = IT C – IT A – IT B

IT X = 0,8 – 0,8 – 0,2 = - 0,2

Conclusion : ITX étant négatif, le transfert n'est pas acceptable.

Au regard des équations ci-dessus et compte tenu du fait qu’on ne peut pas augmenter l'IT de la
cote condition C, il résulte qu'on doit réduire ITA ou ITB, ou à la fois ITA et ITB, afin d'obtenir
un ITX acceptable. Comme ITA > ITB on va essayer d'abord de réduire ITA à une valeur encore
réalisable normalement en fabrication, soit 0,2 par exemple. L'équation ci-dessus devient :

IT X = 0,8 – 0,4 – 0,2 = 0,2

Si cette valeur est également jugée réalisable en fabrication, ces nouvelles cotes tolérancées
peuvent être retenues. Sinon, on peut tenter d'autres modifications, par exemple réduire aussi
ITB (l'essentiel étant que tous les IT soit réalisables).

Il est recommandé de répartir l'IT de la cote condition entre les différentes composantes (dont la
nouvelle cote) de manière judicieuse, en accordant des IT plus importants aux cotes jugées les
plus difficiles à réaliser par l'usinage.

Prof : EL MOUKHTARI
Lycée AL FATH : 2016/2017 Doc : Page /
EL Mustapha