Vous êtes sur la page 1sur 93

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE L OUIS LUMIERE

MEMOIRE DE FIN D’ETUDE

ETUDE SUR LA DIRECTIVITE OPTIMALE


DES ENCEINTES
PLACEES EN CONFIGURATION 5.1
DANS LE BUT D’UN ELARGISSEMENT DE LA
ZONE D’ECOUTE

PAR J ULIEN BASSERES

DIRECTEUR INTERNE : L AURENT GIVERNAUD

DIRECTEUR EXTERNE : PATRICK THEVENOT

SOUTENU EN J UIN 2006


RESUME

Le 5.1 se caractérise par un élargissement du rendu spatial et une immersion totale de


l’auditeur.
M algré tout, la localisation reste très instable et dépend de la place de l’auditeur : plus on
s’approche de l’une des enceintes plus les sons semblent provenir de celle-ci malgré le codage
en amont. La zone d’écoute optimale en est donc limitée au centre du cercle où sont situées
les enceintes.
Alors, comment élargir cette zone d’écoute ?
Une proposition assez originale consiste en une optimisation des directivités dans le
but d’une compensation du déplacement de l’auditeur. Ainsi, en convergeant les enceintes
devant ce centre idéal, il est possible de rattraper tout écartement de l’auditeur par une
différence d’intensité entre chaque paire d’enceinte.
On améliore, de fait, la localisation quelque soit la position sur la zone d’écoute élargie.
Cette étude se propose donc de déterminer les directivités appropriées pour chaque
enceinte, la zone d’écoute que l’on arrive à obtenir et de définir les limites de cette méthode.

ABSTRACT

The 5.1 manages to achieve a widening of the sound image and a total immersion of
the listener.
But, those criterions suffer from a lack of localisation’s stability in accordance of the audience
position : the optimum listening area is limited to the sweet spot.
So, how widen this listening area?
A uncommon proposition consist of a directivity’s optimisation in order to compensate
the listener movement. So, by converging the loudspeakers in front of the sweet spot, the
difference of intensity between each pair of them should recover every listener’s movement.
The localisation should be better wherever on the wider listening area.
This research try to determinate the appropriates directivities for each loudspeaker, the
listening area which can be obtained and the limits of this method.

2
REMERCIEMENTS

M es premiers remerciements vont à mes deux directeurs de mémoire : Laurent


Givernaud et Patrick Thévenot, qui m’ont accompagné dans cette étude, bien souvent même
guidé par leur conseils avisés, leur rigueur et leur expérience, chacun de manière
complémentaire. Pour ce qu’ils m’ont appris, pour leur disponibilité et pour l’intérêt qu’ils ont
porté sur le sujet, je leur exprime toute ma gratitude.
Je tiens également à remercier tous ceux qui m’ont apporté leur soutien logistique :
une partie du corps enseignant de l’Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière : Jean-Paul
Bourre, Philippe Lemenuel, Pascal Spitz, Christian Canonville, M ohamed Elliq, et Philippe
Simonet, pour avoir mis à disposition l’ensemble du matériel disponible de l’école ; Jacques
Fuchs et Patrick Thévenot de Taylor M ade System, pour le long prêt de leurs enceintes
personnelles ; M athieu Delquinies, de la société APG, pour l’essai de systèmes de
sonorisation et la longue explication sur leur mode de fonctionnement et leur fabrication ;
enfin, Christian Briguet, du Conservatoire National de Région de Boulogne-Billancourt, pour
son prêt sympathique de console.
Une pensée va aussi à toute l’équipe du personnel administratif de l’école : en
particulier pour tous ceux « de l’accueil », pour leur gentillesse, leur disponibilité et leur
bonne humeur, ainsi qu’à Nicole Demars, qui finalement se retrouve à organiser les mémoires
de la section son de cette année, alors que ce n’est pas son travail.
Le métier de testeur est difficile, des fois périlleux, et surtout non lucratif (sauf en
chocolat !) : qu’ils soient tous remerciés pour m’avoir prêté leurs oreilles.
Un petit salut particulier va à Yann M agnin, qui, en bon vieux camarade, m’a tapé tous
les codes sous M atlab, afin d’obtenir les belles figures polaires des directivités.
Enfin, comment ne pas oublier tous mes collègues de la promotion 2006, cela fait trois
ans que cela dure : je vous salue vieilles canailles !

3
SOMMAIRE

RESUME ..........................................................................................................................................................................................2
AB STRACT.....................................................................................................................................................................................2
REMERCIEMENTS.....................................................................................................................................................................3
SOMMAIRE....................................................................................................................................................................................4
1. PRESENTATION DU SUJET DE MEMOIRE .......................................................................................................5
1.1. I NTRODUCTION...................................................................................................................................................................5
1.2. P LAN DE RECHERCHE..........................................................................................................................................................7
2. CHOIX DU SUJET DE MEMOIRE............................................................................................................................8
2.1. TERMINOLOGIE...................................................................................................................................................................8
2.2. OPTIMISATION DES DIRECTIVITES D’ENCEINTES EN 5.1....................................................................................................10
2.2.1. Le point de départ : la problématique de la localisation .....................................................................................10
2.2.2. Choix de la zone d’écoute mise en place..............................................................................................................12
2.2.3. Les restrictions de l’étude en configuration 5.1 ...................................................................................................15
2.2.4. Les théories précedentes.......................................................................................................................................16
2.2.5. Axe de recherche des direcitvités.........................................................................................................................17

3. Q UELQUES RAPPELS… ............................................................................................................................................19


3.1. LA NORME ITU-R BS.775-1 .............................................................................................................................................19
3.1.1. Contexte................................................................................................................................................................19
3.1.2. Configuration ........................................................................................................................................................20
3.2. LES DIRECTIVITES D’ENCEINTES.......................................................................................................................................26
3.3. THEORIES PSYCHOACOUSTIQUES RELATIVE A LA LOCALISATION....................................................................................28
3.3.1. Les mécanismes de base.......................................................................................................................................28
3.3.2. Critères de localisation sur enceintes ..................................................................................................................29
3.3.3. Localisation sur l’ensemble du plan horizontal ...................................................................................................31

4. TESTS DE PERCEPTION...........................................................................................................................................32
4.1. CHOIX DE TEST : GENERALITES........................................................................................................................................32
4.2. 1ER TEST : ETUDE DE LA COMPENSATION ∆T  ∆I POUR CHACUN DES CADRANS 5.1.......................................................33
4.2.1. Elaboration du test ..............................................................................................................................................33
4.2.2. Réalisation pratique du test..................................................................................................................................36
4.2.3. Résultats des tests .................................................................................................................................................39
4.3. 2EM E TEST : ETUDE DU RATTRAPAGE EN INTENSITE SUR LA ZONE D’ECOUTE....................................................................49
4.3.1. Elaboration du test ...............................................................................................................................................49
4.3.2. Réalisation pratique du test..................................................................................................................................55
4.3.3. Résultats du test....................................................................................................................................................56
4.3.4. Conclusions ..........................................................................................................................................................65
5. ELAB ORATION DES DIRECTIVITES EN FONCTION DES TESTS........................................................66
5.1. CALCUL DES DIRECTIVITES...............................................................................................................................................66
5.2. ELARGISSEMENT DES DIRECTIVITES OBTENUES...............................................................................................................77

6. TEST DU SYSTE ME SELON LES DIRECTIVITES RETENUES................................................................81


6.1. ELABORATION DU TEST.....................................................................................................................................................81
6.2. REALISATION PRATIQUE DU TEST.....................................................................................................................................84
6.3. RESULTAT DU TEST...........................................................................................................................................................85
6.3.1. Résultat d’ordre général.......................................................................................................................................85
6.3.2. Résultats complets ................................................................................................................................................86

7. CONCLUSIONS G ENERALES.................................................................................................................................89
B IB LIOG RAPHIE.......................................................................................................................................................................90
TAB LE DES ILLUSTRATIONS............................................................................................................................................92

4
1. PRESENTATION DU SUJET DE MEMOIRE

1.1. I NTRODUCTION

La volonté d’introduire la reproduction multicanale chez le particulier n’est pas un


phénomène récent. Face à la pluralité des systèmes de diffusion multipoints, la tendance
commerciale actuelle tend à se développer vers la configuration dite 5.1, répondant à la norme
internationale ITU-R BS.775-1[12].
Le grand apport du 5.1 par rapport à la stéréophonie classique (biphonie ou
« 2.0 ») paraît évident : un élargissement du rendu spatial à l’ensemble du plan horizontal1,
c’est-à-dire 360° autour de l’auditeur, et donc une immersion totale de ce dernier.
M algré tout, une écoute préservant l’ensemble des critères spatiaux : la localisation, le
réalisme du rendu sonore ou encore la sensation d’enveloppement, souffre, dans cette
configuration, d’un manque de robustesse2 et d’une instabilité du rendu spatial en fonction de
la place de l’auditeur dans l’espace multicanal.
Sa zone d’écoute optimale en est donc limitée pratiquement à un point : le centre du cercle où
sont situées les enceintes.

Figure 1 - zones d'écoute de la biphonie et du 5.1 en pratique

1 Ce terme est expliqu é en page 8

2 Ce terme est expliqu é en page 8

5
Et c’est bien là tout le paradoxe : alors que l’on a multiplié les enceintes dans un souci
d’une plus grande immersion, on a finalement limité le nombre possible d’auditeur profitant
au mieux de son programme multicanal à presque une seule personne.
Alors, comment élargir cette zone d’écoute à un plus grand nombre ?
La réponse à cette problématique ne semble pas à première vue aisée.
Plus on s’éloigne de ce point central, appelé dans les littératures anglo-saxonnes « sweet
spot », plus on se rapproche de l’une ou l’autre enceinte. Et plus l’influence en intensité de
celle-ci masque les autres, faussant ainsi l’image spatiale reproduite. Voir Figure 2.

Figure 2 - démonstration de l’influence d’une enceinte par rapport aux autres


(les flèches représentent les niveaux d’intensités de chaque en ceinte au point où se situe l’auditeur)
Ainsi, pour remédier à cela, il faut pouvoir adapter le niveau d’intensité de chaque
enceinte en fonction du positionnement de chacun des auditeurs.
Et il semble qu’une des rares solutions possibles à l’heure actuelle passe par une maîtrise des
directivités de chacune des enceintes, de façon à étendre significativement la zone d’écoute et
augmenter le nombre d’auditeurs en même temps.
L’objectif de ce mémoire sera donc d’essayer de proposer une optimisation des
directivités de chacune des enceintes de la configuration 5.1 dans le but d’élargir la zone
d’écoute.

6
1.2. PLAN DE RECHERCHE

L’étude de ce mémoire commencera par mise en place des hypothèses émises afin
d’obtenir un élargissement de la zone d’écoute, quelles en sont les limites, et sur quelles
théories précédentes cette réflexion se construit.
Elle s’appuiera, ensuite, sur une analyse approfondie de certains points essentiels de la
norme ITU en rapport avec le mémoire, afin de mieux comprendre les enjeux de ce sujet. Un
rappel des travaux sur la perception auxquels ce travail se réfère, ainsi que sur certains
principes des enceintes et les familles de directivités de celles-ci sera aussi proposé par la
même occasion.
On trouvera ensuite les résultats d’une série de tests de perception effectués sur les lois
de compensation de la différence de temps par une différence d’intensité.
Tous ces résultats amènent à l’élaboration des directivités de chacune des enceintes.
Puis de leur test final devant un public.
Enfin, ce mémoire conclue sur l’intérêt de ce type de procédés, sur les résultats
obtenus, et sur les prochains points de réflexion possible afin de faire évoluer encore ce
système.

7
2. CHOIX DU SUJET DE MEMOIRE

2.1. TERMINOLOGIE

Afin d’éviter des confusions sur le sens des mots, précisons le vocabulaire utilisé dans
1
ce mémoire :
- La reproduction multicanale est un terme qui englobe toutes les possibilités
d’agencement dont le nombre de canaux de reproduction est supérieur ou égal à
deux. L’écoute est restituée par un casque ou par des enceintes.
- Le terme 5.1 (5 canaux discrets et un caisson de basse) sera préféré à 3/2 (trois
enceintes avant et deux arrière pour l’enveloppement) pour son utilisation plus
courante. Le terme 5.1 renvoi à la normalisation ITU-R BS.775-1. Le terme 5.1
sera donc employé même lorsque la reproduction se fera sur 4 canaux et sans canal
basse fréquence, la configuration restant physiquement conforme à la
recommandation ITU.
- La robu stesse désigne la surface de réception pour laquelle les caractéristiques de
localisation, d’enveloppement ou encore de discrimination angulaire de l’écoute
multicanale sont correctes.
- Le système de coordonnées adopté est polaire, la tête de l’auditeur est son centre.
Le plan frontal est le plan vertical passant par les oreilles. Le plan médian est
l’autre plan vertical traversant la tête à 90° du précédent, sa coordonnée angulaire
par rapport à l’axe horizontal est l’élévation. Le plan horizontal a pour
coordonnée angulaire par rapport à l’axe vertical l’azimut. (voir Figure 3)

Figure 3 - Système de coordonnées (source Blauert [4])


(r est la distance, δ l’élévation et φ l’azimut)

1 Ces définitions sont tirées des trav aux de Jens Blau ert [4] et Laurent Givernaud [9]

8
- On distinguera l’événement sonore de l’événement auditif.
Le premier désigne l’événement sonore physique, acoustique et existant dans l’air,
le second désigne la perception qui en est faite du premier par le système oreille –
cerveau. Cette distinction est nécessaire, car le lieu physique de la source sonore
(événement sonore) ne correspond pas toujours à l’emplacement où le système
auditif localise la source (événement auditif).[5]
- La localisation qualifie le lieu d’où semble provenir le son à l’auditeur, c'est-à-dire
le lieu de l’événement auditif. Cette localisation est définie par ses trois
coordonnées : azimut, élévation, distance. Dans notre cas de configuration 5.1,
seule la perception angulaire de l’azimut ou latéralisation suffira à la déterminer
car la perception en élévation n’est pas recherchée, et la notion de distance ne sera
que peu appréhendée dans notre cas.
- Lors des tests, l’espace sera délimité par cadrans ou zones angulaires repérés par
les angles physiques des enceintes. (voir Figure 4)

Figure 4 - cadrans des tests


- La différence de marche, s’exprime en mètre, c’est l’écart de chemin parcouru CB
pour une source sonore S entre deux point A et B dans l’espace. Voir Figure 5.

Figure 5 - différence de marche

- Liste des abréviations utilisées dans ce mémoire :


o L : canal ou enceinte avant gauche
o C : canal ou enceinte centrale
o R : canal ou enceinte avant droite
o Ls : canal ou enceinte arrière gauche
o Rs : canal ou enceinte arrière droite
o ∆t : différence de temps (en seconde – s)
o ∆I : différence d’intensité (en décibel – dB)
o ddm : différence de marche (en mètre – m)

9
2.2. OPTIMISATION DES DIRECTIVITES D’ENCEINTES EN 5.1

2.2.1.LE POINT DE DEPART : LA PROBLEMATIQUE DE LA LOCALISATION

Une question se pose en terme de multicanal pour les professionnels : la localisation


des évènements auditifs (communément appelés image « fantôme » ou « virtuelle » de la
source) varie en fonction du placement de l’auditeur.
Dans le cas d’un mixage musical en 5.1, alors que les ingénieurs du son ont passé,
généralement, beaucoup de temps dans le positionnement des images virtuelles des
instruments dans l’espace ; ces placements ne sont localisés correctement que dans la position
où ce dernier s’est placé pour le faire: c’est-à-dire sur le « sweet spot » ou centre idéal.
Dans toutes les autres positions, la localisation certes existe mais la spatialisation de départ
n’est plus du tout retrouvée.

Figure 6 - Ex emple d'un mix age en 5.1 écouté sur le centre idéal
En général, la spatialisation récrée, lorsqu’on s’écarte de ce centre idéal, est influencée
par les enceintes dont on s’est rapproché. Le point critique se trouve lorsque l’auditeur est
situé très près d’une enceinte, dans ce cas, il a l’impression que la plupart des instruments sont
localisés dans cette enceinte, ce qui n’était bien sûr pas le cas au départ.

10
Figure 7 - Ex emple d'un mix age en 5.1 écouté à proximité d’une enceinte
Une écoute à plusieurs personnes est donc, si l’on veut être rigoureux, à proscrire, car
personne ne localiserait les instruments aux mêmes endroits, ce qui, dans un sens, dénature le
travail de mixage.
Alors, comment rendre un mixage multicanal plus robuste ?
Il existe déjà des systèmes de prise de son 5.0, rendant la spatialisation complètement
invariante quelque soit la position de l’auditeur, et ces systèmes fonctionnent par optimisation
des directivités des microphones. Il paraît donc envisageable de pouvoir transposer ce
principe de la prise de son à la restitution.
Est-ce qu’il est possible d’élargir la zone d’écoute à l’ensemble de l’espace délimité par les
enceintes en 5.1 ?
Il reste donc à définir la zone d’écoute de l’espace multicanal, pour laquelle, l’optimisation
des directivités permettra de garder une localisation et une spatialisation cohérente.

11
2.2.2.CHOIX DE LA ZONE D’ECOUTE M ISE EN PLACE

M on principal axe d’étude, pour augmenter la zone de stabilité de l’écoute


multicanale, se base sur une compensation d’un déplacement de l’auditeur de la position
d’écoute de référence (sweet spot) par une différence d’énergie (∆I) entre les différentes
enceintes, tout en gardant une puissance acoustique globale constante.
Ce déplacement s’exprime dans les théories de la perception auditive par une différence de
marche (ddm) donc une différence de temps d’arrivée du signal émis par chacune des
enceintes (∆t).
Dans le cas idéal où l’on veut élargir la zone d’écoute à l’ensemble défini par le cercle
où sont placé les enceintes, il faudrait donc, qu’en tout point, le niveau de puissance
acoustique (Lw) soit identique.
Ainsi suivant l’exemple de la Figure 8, il faudrait que l’on obtienne :
Lw1 = Lw2 = Lw3 = Lw4 = Lw5
Sur le schéma, les flèches correspondent à Li, le niveau d’intensité acoustique par enceinte.

Figure 8 – Elargissement idéal de la zone d’écoute optimale


Donc pour résumer la Figure 8, si l’on veut que le niveau de puissance acoustique reste
constant, il faut que la somme des niveaux d’intensité rapportée par chaque enceinte soit
constante en tout point.

12
Il semble alors évident, que, si l’on veut pouvoir avoir plusieurs auditeurs en même
temps, avec les technologies actuelles, une solution à l’aide d’une optimisation de la
directivité de chaque enceinte semble un bon compromis.
L’autre but recherché est que tous les auditeurs perçoivent le programme sonore dans
les mêmes conditions, donc que chacun localise les évènements auditifs aux mêmes endroits.
Or, dans ce cas, la zone d’écoute possible se trouve grandement réduite, car une multitude de
position deviennent antagoniste. Voir Figure 9.

Figure 9 - ex emple d'impossibilité


Dans l’exemple de la Figure 9, on se rend bien compte que l’auditeur en position  et
celui en  se situent sur le même axe par rapport à l’enceinte arrière droite (Rs). Si les deux
perçoivent l’événement auditif (symbolisé par les notes de musiques), crée par l’enceinte
avant droite (R) et arrière droite, au même endroit, on a forcément :
Li RS1 > Li RS2

Or, ceci est physiquement impossible pour l’enceinte. Générer une intensité acoustique
proportionnelle à la distance, dans le sens où : plus on s’éloigne de la source dans un axe plus
celle-ci est forte, relève, dans ces conditions d’écoutes et à l’heure actuelle, de la science
fiction !
Ainsi, en croisant les impossibilités dans chacun des cas et pour chacun des cadrans, on
arrive, dans le cas du 5.1, à la zone d’écoute élargie à une ligne entre toutes les enceintes.
Voir Figure 10.
Elle peut donc avoir la forme que l’on souhaite (arc de cercle, demi-droites avec un angle a

13
variable…). M ais pour des raisons pratiques, la ligne droite, passant sur l’ancien « sweet
spot » et représentée sur la Figure 10 par la zone 1, a été retenue.
Ainsi, on imagine bien l’apport de cette zone d’écoute élargie, dans le cas professionnel,
derrière une large console de mixage, ou dans le cas domestique, où plusieurs auditeurs
écoute un programme multicanal sur un canapé !
M algré tout, je tiens à signaler que la zone 2 serait certes moins pratique pour les applications
citées ci-dessus, mais conviendrait mieux en terme de localisation d’évènement auditif sur les
cadrans latéraux.

Figure 10 - Zone d'écoute théorique en 5.1 optimisée


Une fois que cette zone a été délimitée, on se rend bien compte que l’espace possible
d’élargissement d’écoute est mince, mais tout de même intéressant à obtenir.
Il faut s’appuyer maintenant s’appuyer sur des familles d’enceintes dont la directivité
peut être maîtrisée 1 et voir quelles sont les enceintes dans les 6 du 5.1 dont la directivité est
facile à obtenir ou cette directivité peut être adaptée dans tous les cas.

1 Voir au chapitre 3.2 page 26

14
2.2.3.LES RESTRICTIONS DE L’ETUDE EN CONFIGURATION 5.1

La configuration retenue pour ce mémoire sera donc celle du 5.1, voire de la 2/2 : deux
enceintes avants et deux arrières. L’enceinte centrale et le caisson de grave pouvant dans une
certaine mesure être écartés de l’étude.

Pourquoi écarter l’enceinte centrale dans l’étude des directivités ?


L’enceinte centrale fera l’objet de propositions mais son étude sera limitée pour des
raisons d’ordre pratique car les types directivités demandées sont, pour l’instant, difficiles à
réaliser.
Je pars aussi d’un postulat, tiré de plusieurs discussions et d’observations auprès d’ingénieurs
du son utilisant le 5.1 dans un contexte musical et radiophonique, que la tendance actuelle est
de sous-utiliser ce canal central, sauf lors d’une utilisation similaire à celle qui est faite dans
le cinéma c'est-à-dire un recentrage des dialogues ou d’une voix chantée. Dans ce cas, sa
directivité soulève moins de questionnement car son rôle est déjà celui d’une aide à la
localisation, avec peu de corrélation de phase avec les autres enceintes, puisque le signal est
affecté à l’enceinte.

Pourquoi faire de même avec le caisson de renfort de basse ?


L’étude de la directivité du caisson de renfort basse fréquence ne sera pas incluse dans
ce travail. Son influence et son placement dépendent déjà de l’acoustique du local d’écoute, il
me semble donc difficile d’élaborer une directivité générale ce cas.
D’une manière générale, je ne me préoccuperais pas trop de la zone de fréquence 0 à 400Hz,
car la plupart des modèles d’enceintes à directivités maîtrisées n’ont que peu d’efficacité dans
cette zone (aux dires de leurs fabricants) et se retrouvent omnidirectionnelles.

REMARQUES SECONDAIRES :
Les limites physiques dans les utilisations domestiques
Il ne faut pas oublier que le respect d’une telle disposition d’enceinte n’est pas
toujours évident à respecter, surtout dans le cadre domestique, et son installation souffre, dans
bien des cas, de légers écarts à la règle, ce qui complique encore davantage la tâche. Je pars
donc du principe théorique que la configuration reste physiquement conforme à
recommandation ITU-R BS.775-11[12].

L’influence de l’atténuation d’une source en ∆I de 6 dB par doublement de la


distance
Etant donné les distances très petites auxquelles on a affaire (2-3 m), l’atténuation en
∆I de 6 dB par doublement de la distance est négligeable dans notre cas.

1 Voir chapitre 3 page20, dans le cas où les enc eintes ne peuvent pas être à la bonne distanc es ou à la
bonne hauteur, l’utilisat ion de délai de récupération, ou de matriç age est autorisé.

15
2.2.4.LES THEORIES PRECEDENTES

Ces propositions, développées dans ce mémoire, sur l’amélioration et l’élargissement


de la zone d’écoute en multicanal sont inspirés de travaux précédents pour la base
stéréophonique. [5][18][19]
La question se posait sous la même forme, car même si la zone d’écoute est plus large en
stéréophonie (cf. Figure 1), elle n’est pas des plus pratiques dans le domaine domestique.
1
C’est pourquoi, Patrick Thevenot à utilisé des enceintes directivité croissante afin
d’augmenter la zone de stabilité de l’écoute stéréophonique.
Pour cela, et toujours sur le principe de compensation de la différence de temps par une
différence d’énergie, les enceintes convergent devant la zone d’écoute et la compensation se
fait par la directivité de l’enceinte. Ce qui donne la Figure 11

Figure 11 – compensation du ∆t par des enceintes à directivité croissante contrôlée


(Document A2T)
Les résultats sont très satisfaisants dans son cas, et la zone d’écoute très large.
Dans le triangle trouvé, la localisation reste stable, mais le niveau de puissance acoustique
(Lw) n’est pas constant. Plus on s’approche des enceintes, plus il augmente.
Au départ, la fabrication d’enceintes à directivité croissante avait pour but de limiter
l’influence des enceintes dans la salle et limiter les réflexions sur les parois, afin de maîtriser
l’équilibre tonal.
En multicanal, la solution est complexifiée par l’ajout d’une paire d’enceinte arrière (si
l’on néglige l’enceinte centrale), ce qui amène le résultat à une solution de deuxième ordre :
pour chaque point il n’y a plus une différence d’intensité à maîtriser (enceintes avant) mais
deux (enceintes avant et arrière), on ne peux donc pas sortir d’une ligne comme zone
d’écoute.

1 Voir chapitre 3.2 page26, mais une enc eint e à direct ivité cro issant e, possède donc une directiv ité qui est
fonction de la fréquenc e : plus la fréquence augmente plus celle-ci est directive

16
2.2.5.AXE DE RECHERCHE DES DIRECITVITES

Le principe de compensation d’une différence de temps (∆t) par une différence


d’intensité (∆I)
A la base un système d’écoute en 5.1 est conçu pour être écouté par un auditeur sur le
centre idéal (« sweet spot »). A ce point, un même signal envoyé en même temps par les
enceintes arrive au même moment à l’auditeur. Si l’auditeur se déplace de ce point, ce même
signal envoyé par chacune des enceintes arrive à l’auditeur avec un décalage au niveau
temporel différent. Ce décalage est appelé différence de temps (∆t), car il est fonction de la
différence de marche apporté par ce déplacement entre chacune des paires d’enceintes.

Etant donnée que la différence de marche est différente pour chacune des enceintes,
l’information de localisation s’en trouve donc faussée. Ce ∆t ne peut pas être rattrapé par un
délai entre les enceintes car cela ne serait valable que pour une seule position à nouveau.
Le seul moyen connu pour remédier à ce déphasage perceptif temporel, est un rattrapage en
différence d’intensité entre les enceintes.
M ais cette méthode ne fait que tromper perceptivement le cerveau car on ne fait que
pondérer une information de localisation par une autre et don elle fait appel à certains critères
de psycho-acoustique1.

1 Voir chapitre 3.3, page28

17
Le fonctionnement des directivités
Il s’agit donc, dans notre cas, d’élargir le travail précédent au multicanal :
- Les enceintes convergeront devant la zone d’écoute et ne pointeront plus comme
c’était le cas dans le contexte classique sur le centre idéal.
- Les directivités se compenseront afin de rattraper la différence de temps
occasionnée par un déplacement de l’auditeur du centre idéal.

Figure 12 - optimisation des directivités


Il faut déterminer deux directivités d’enceintes, une pour le cadran avant et une autre
pour le cadran arrière, puisqu’il y a symétrie. Il s’agira, comme cela est montré sur la Figure
12 de déterminer les niveaux d’intensité nécessaires pour chaque enceinte en chaque point de
la zone d’écoute (Li à 0°, à 10°…)

Remarques :
- Reste à savoir si la directivité est fonction ou non de la fréquence. Auquel cas, il
sera nécessaire de chercher la directivité de chaque enceinte par fréquence ou
bande de fréquences.
- Dans cette disposition, la stabilité de la localisation sur les cadrans latéraux reste
non maîtrisée, sur l’ensemble de la zone d’écoute. Il faudra vérifier dans quelle
mesure cela nuit-il à la spatialisation globale.
M ais avant tout, il est nécessaire de préparer les tests par :
o une analyse de la recommandation ITU, afin de connaître ce qu’elle
propose déjà et quelles en sont les limites.
o une étude des directivités d’enceintes disponibles sur le marché.
o Un énoncé des lois de psycho-acoustiques, utilisées dans la compensation
∆t  ∆I.

18
3. QUELQUES RAPPELS…

3.1. LA NORME ITU-R BS.775-1

Le but de ce chapitre est de préciser les points sur lesquels je vais travailler ou
m’appuyer. Je ne vais donc pas présenter tous les points de la norme (en l’occurrence les
problèmes de compatibilité de conversion, la question du caisson de basse), mais je
m’attellerais surtout à tout ce qui concerne le placement des enceintes et l’écoute en général.
Je m’appuierais bien évidement sur la recommandation de l’ITU [12], mais aussi sur le
document technique de l’AES[1] et sur celui de l’EBU/UER[7][8] reprenant cette norme.

3.1.1.CONTEXTE

Le résultat de cette disposition est, en fait, issu d’un compromis. L’utilisateur doit
pouvoir chez lui aussi bien regarder un film en DVD, une émission HDTV, qu’écouter de la
musique par un SACD ou un DVD audio en multicanal par le même système d’écoute.
Ce positionnement essaye donc de répondre aux exigences du son lié à l’image d’une part
(utilisation du canal central pour les voix, et les autres canaux comme un champ sonore
enveloppant) ainsi qu’à celles de l’audio seul (localisation spatiale la plus réaliste possible et
compatibilité avec la stéréophonie classique). Il n’est donc pas idéal pour chacune de ces
applications mais il a le mérite de les rassembler sur un codage unique.
Il faut savoir, historiquement, que le multicanal s’est développé d’abord avec le
cinéma. Dans la diffusion cinéma, le format 5.1 qui se rapproche le plus de la norme ITU est
celui-ci :

Figure 13 - le format Dolby digital au cinéma


On s’aperçoit d’un point de vue disposition, que les enceintes de devant (L, C, R) sont
sur une ligne droite derrière l’écran, et que les « canaux » de surround sont répartis sur
plusieurs enceintes pour recréer un champ sonore enveloppant.

19
3.1.2.CONFIGURATION

DISPOSITION DES ENCEINTES

L’utilisateur dispose de 5 enceintes sur un arc de cercle :


- une enceinte centrale face à l’auditeur
- une paire frontale placée symétriquement à +30° et -30°
- une paire arrière placée symétriquement à +110° et -110° à ±10°.
A cela s’ajoute un caisson destiné aux extrêmes graves.

2 C 1
L R

β1
β2
60°

100°
100°
120° 120°

LS RS

Screen 1 HDTV – Reference distance = 3 H (2β 1 = 33°)


Screen 2 = 2 H (2β 2 = 48°)
H: height of screen
B: loudspeaker base wi dth

Figure 14 - Configuration de référence du 5.1


(Document ITU [12])

20
DISTANCE D’ECOUTE RECOMMANDEE

Selon la Figure 14 ci-dessus, on remarque qu’avec un écran, la distance d’écoute


recommandée, donc le rayon du cercle où sont placées les enceintes, est proportionnelle à la
hauteur de l’écran.
Pour un écran en position , la distance d’écoute recommandée est équivalente à 3 fois la
hauteur de l’écran.
Pour un écran en position , la distance d’écoute recommandée est équivalente à 2 fois la
hauteur de l’écran.
Donc par exemple, si l’on prend un écran de 70 cm de hauteur (ce qui correspond à un écran
16/9 d’environ 100cm de longueur- ce qui est, à l’heure actuelle, plutôt grand !), en position
 la distance d’écoute recommandée serait de 2m10. En position , la distance d’écoute
recommandée serait de 1m 40.
Dans le cas d’écoute 5.1 sans écran, il n’y a pas de distance d’écoute recommandée,
sauf dans le document de l’EBU[8] préconisant 2 à 4m. De toute les manières, l’expérience
montre que dans le cas d’une écoute domestique ou de studio, cette distance reste plutôt dans
l’ordre pratique d’utilisation en grande écoute et semi-proximité.

ELEVATION DES ENCEINTES

Tableau 1 - élévation et hauteur des enceintes

Hauteur Inclinaison
C 1,2 m* 0°*
L, R 1,2 m 0°
Ls, Rs 1,2 m ≤ 15°
* Dépend de la forme, du type et de la taille de l’écran
Ainsi on se rend compte, que toutes les enceintes doivent être si possible à la même
hauteur. Le parti pris par la recommandation est de donner une hauteur à niveau des têtes de
gens assis. Car c’est le cas pratiquement de la plupart des conditions d’écoute (à domicile ou
en studio). Voir Figure 15 ci-dessous.

Figure 15 - Elévation des enceintes


D’une manière générale, cette proposition semble adaptative, il semble qu’il est plutôt
nécessaire de garder au maximum les centres acoustiques de chaque enceinte au niveau de la
tête. Donc les 1,2 mètres sont variables et à affiner en fonctions du positionnement de
l’auditeur (si celui-ci est plus ou moins grand, si l’écoute se fait debout ou sur des
tabourets…).

21
D’autre part, cela pose aussi les problèmes pratiques engendrés par la multiplication
des enceintes :
- Il n’est pas toujours évident de faire cohabiter l’enceinte centrale avec un écran.
On voit souvent des enceintes centrales dont la disposition des haut-parleurs est
horizontale. Dans quelle mesure cela change-t-il les caractéristiques de
rayonnement des enceintes aussi bien d’un point de vue fréquentiel (observée dans
le temps de propagation de groupe et la dispersion) que sur des critères de
localisation ?
De plus, il arrive que celle-ci, pour les mêmes raisons, soit placée plus haute ou
plus basse que les autres enceintes. Cela crée-t-il des distorsions de localisation en
terme d’image sonore ?
- La recommandation permet une plus grande liberté en ce qui concerne le
placement des enceintes arrière (que ce soit en terme d’azimut 110° à ±10°, qu’en
terme d’élévation). Cela ne peut pas s’expliquer par une plus faible acuité de
localisation sur le cadran arrière (voir le chapitre 3.3), car celui-ci est presque aussi
fiable que le cadran avant. Quel est le degré d’influence, en terme de localisation,
lorsque l’on déplace les enceintes arrière en azimut et en élévation dans les limites
données précédemment ?
Je n’ai pas trop de réponse dans les deux cas, et il serait intéressant de creuser la question car
les recommandations restent assez évasives sur ce point.

UTILISATION DE DELAI DE COMPENSATION

Lorsque le positionnement sur la circonférence du cercle d’une ou plusieurs des 5


enceintes n’est pas possible, il est recommandé d’utiliser des délais de compensation réglés
pour rattraper l’écart de distance par rapport aux autres normalement situées.

Figure 16 - Ex emple d'insertion de délai de compensation

22
Prenons pour exemple la Figure 16, même si celle-ci n’est pas une installation à
recommander ! Si l’on prend le rayon R égal à 2m :
- L’enceinte centrale est au même niveau que les enceintes L et R, comme c’est le
cas par exemple dans un contexte domestique d’enceintes posées sur un même
meuble, en théorie il faudrait rattraper son placement de 30 cm vers l’avant par un
délai de 0.9 ms.
- L’enceinte Ls est avancée, car dans l’exemple la salle est dissymétrique et pour des
raisons d’agencement de salle ou d’habitat, on ne peut pas recentrer l’ensemble de
l’installation, il faudrait par ailleurs aussi rattraper le placement de cette enceinte
par un délai de compensation. Si dans l’exemple, cette enceintes est avancée d’1
mètre il faudrait un délai de 3ms.
Il existe de plus en plus d’outils destinés à compenser ce genre de disposition lié à la
difficulté de respect du positionnement selon la norme 5.1. M alheureusement, ces derniers ont
beaucoup de mal à s’implanter ailleurs que dans le domaine de l’audiophilie, pour des raisons
de coup d’installation et d’intérêt.
REM ARQUE : Ces délais de compensation sont valables que pour des enceintes
situées à l’intérieur du cercle de placement 5.1.

ZONE D’ECOUTE

Selon le document de recommandation de l’AES[1], ainsi que dans celui de


l’EBU/UER[8], la zone d’écoute en 5.1 serait équivalente à un cercle de rayon rL ≤ 0,8 m
(zone grisée dans la Figure 17 ci-dessous)

Figure 17 - zone d'écoute selon les recommandations AES et UER


(Document EBU/UER)

23
Cette zone d’écoute sera vérifiée d’une certaine manière lors de mon premier test (voir
chapitre).
Je n’ai pas réussi à avoir plus d’information pour savoir sur quels critères cette zone d’écoute
a été définie. M ais, d’un point de vue localisation, comme on a pu le voir précédemment (voir
chapitre 2.2.2), cette zone définie par un cercle ne semble pas cohérente.

SUGGESTION SUR LES CARACTERISTIQUES D’ENCEINTE

Tableau 2 -Caractéristiques d'enceinte 5.1 selon l'AES [1]

Paramètres Unité/Conditions Valeur


Réponse Bande Valable : 40Hz-16kHz A 0° : tolérance de ± 4dB
amplitude/fréquence
A ±10° : déviation par
rapport à 0° ≤ 3 dB
A ± 30° : déviation par
rapport à 0° ≤ 4 dB
Différence entre les enceintes Bande Valable : 250Hz- 0.5dB
frontales 16kHz

Différence de temps entre ∂t ∂t ≤ 10 µs


enceintes
Dynamique L eff m ax L eff m ax > 112dB
(mesure selon la norme IEC
60268 @1m)
Niveau de Bruit Lb L b ≤ 10dBA
Dans ce qui nous intéresse pour la suite, on remarque que l’AES recommande des
enceintes relativement directives[1]. A 30°, l’enceinte doit avoir une fourchette de déviation
de 4dB maximum par rapport au 0°. Sur la Figure 18, la partie rouge correspond à la
fourchette de directivité dans laquelle doit se trouver une enceinte en 5.1.

Figure 18 - fourchette de déviation de la directivité selon l'AES

24
CONDITION D’ECOUTE

Sans trop entrer dans les détails d’acoustique des salles, voici quelques
recommandations proposées par l’AES[1] :
Tableau 3 - Caractéristiques de salle

Paramètres Unité/Conditions Valeur


2 2
Taille de la salle S (en m ) S > 40 m
(surface au sol)
Proportion de la salle h = hauteur ; L = longueur ; 1.1 l/h ≤ L/h ≤ 4.5 l/h-4
L = largeur
et L/h < 3 ; l/h < 3
ères
1 réflexions 0 – 15ms < 10 dB relativement au son
direct
(dans la zone 1 à 8kHz)
Temps de réverbération Tm (en s) valeur nominale Tm = 0.25 (V /103)1/3
dans la zone 200 à 4 kHz
V : volume de la salle
3
100 m : volume de référence

NIVEAU D’ECOUTE DE REFERENCE

Un signal de bruit rose à -18dB FS (rms) doit être écouté à un niveau de référence à 78 dBA
(rms –temps d’intégration lent) par canal à la position d’écoute de référence.
Suivant la loi :
L ref = 85 – 10 log n (en dBA)
Où n est le nombre de canal et si n = 5 (nombre de canaux significatifs pour le 5.1) on a
alors :
Lref = 85 dBA
sur la position d’écoute de référence

25
3.2. LES DIRECTIVITES D’ENCEINTES

M ême si leur degré de directivité varie, en théorie, il existe 3 grandes familles


d’enceintes :
- les enceintes « grand public », qui ont, bien souvent, une réponse en fréquence
accidentée due à un filtrage sur les zones de raccordement de chacun des haut-
parleurs. Leur directivité est des plus aléatoire.
- les enceintes à directivité croissante, c'est-à-dire que plus la fréquence augmente
plus celles-ci sont directives. C’est le cas de certaines enceintes de qualité
professionnelle. Ceci est plutôt le résultat d’une volonté d’adéquation du
transducteur avec l’acoustique du local. Le but premier étant par ce biais de limiter
les premières réfections gênantes.
Pratiquement ce sont des enceintes possédant une amorce de pavillon dont
l’angulation à été étudiée.
- les enceintes à directivité con stante quelque soit la fréquence son rayonnement est
à intensité constante, mais ce niveau varie uniquement en fonction de son angle,
sauf dans les basses fréquences où ces enceintes restent omnidirectionnelles.
Leur domaine d’application se situe davantage dans le domaine de la sonorisation
de salles, pour l’instant. Elles sont principalement utilisées dans les systèmes de
diffusion dits « Line-Array », mais aussi dans le cas de sonorisation de lieux public
où l’on veut préserver des lieux de calme tout en envoyant au mieux l’information
ailleurs. Par exemple, les halls de gare, ou les supermarchés où l’on veut préserver
les caissières des informations publicitaires du magasin.
On obtient ce genre de directivités, soit à l’aide de haut-parleur chargés et bien
souvent couplé avec un pavillon. Soit à l’aide de guide d’onde, soit à l’aide
d’enceinte colonne.
Voir Figure 20.
Il existe certains transducteurs qui permettent d’avoir des directivités de type cardioïde
mais je n’en sais pas beaucoup plus à ce jour.
Cette étude utilisera vraisemblablement des enceintes à directivité contrôlée croissante
ou constante. Si la directivité est fonction de la fréquence, on utilisera des enceintes à
directivité croissante, si ce n’est pas le cas, la directivité constante sera plus appropriée.

Figure 19 - ex emple d'enceinte


1) amorce de pavillon pour une enceinte à directivité croissante
2) et 3) ex emple de pavillon

26
Figure 20 - les différentes familles de directivité d'enceintes

27
3.3. THEORIES PSYCHOACOUSTIQUES RELATIVE A LA
LOCALISATION

Comme nous l’avons vu, le principe de rattrapage d’une différence de temps par une
différence d’intensité fait appel à certaines lois de psycho-perception [3][4][5][11][14][16].

3.3.1.LES M ECANISM ES DE BASE

La différence interaurale de temps et la différence interaurale d’intensité


Ce sont les mécanismes de base de la perception et de la localisation de source.
Tous deux sont fonction de la différence de chemin parcouru entre l’oreille droite et l’oreille
gauche, elles sont liées aux fonctions de transfert de la tête (HRTF), l’atténuation par écran de
la tête et aux micros variations de mouvements de cette dernière.

La différence interaurale de temps

Figure 21 - localisation par différence interaurale de temps


Dans cet exemple, la source sonore est localisée par différence de temps due à un
allongement du chemin parcouru par le son pour aller sur l’oreille droite (SR) par rapport au
chemin parcouru pour aller sur l’oreille gauche (SL).

La différence interaurale d’intensité

Figure 22 - localisation par différence interaural e d'intensité

28
Dans cet exemple, on a :
LiL > LiR
Tout simplement, parce que le chemin de LiR est un peu plus long et qu’en plus il est
masqué par la tête. Ceci permet de localiser la source S par intensité.

3.3.2.CRITERES DE LOCALISATION SUR ENCEINTES

On utilise ces différences interaurale dans les mécanismes de localisation sur


enceintes. Ainsi, entre deux enceintes, il est possible de déplacer un événement auditif (appelé
couramment source virtuelle ou image fantôme) entre les enceintes par un mécanisme de
différence de temps ou d’intensité.
De nombreuses expériences ont été menées pour la biphonie, correspondant au cadran
avant en 5.1, mais rien en ce qui concerne les autres cadrans.

Localisation par différence de temps

Figure 23 - direction angulaire des évènements auditifs en fonction de la différence de temps


(cadran avant)1
La Figure 23 montre des expériences menées afin de déterminer la différence de temps
(∆t) nécessaire pour localiser un évènement auditif à diverse directions angulaires, entre les
enceintes, en retardant une voie sur l’autre.
On remarque que les résultats des travaux ne convergent pas tous, suivant le type de signaux
utilisé.
De ces travaux, on en a tiré une moyenne, pour savoir à partir de quelle différence de
temps entre les deux enceintes percevait-on l’évènement auditif « dans une enceinte » et
l’approximation est de l’ordre de 0,9 à 1,1ms.
Au-delà, l’auditeur sera confronté à un effet d’antériorité (effet Haas) puis, lorsque la
différence sera trop importante, l’auditeur percevra un écho (doublement du son).

1 Source Hugonnet et Walder [11]

29
Localisation par différence d’intensité

Figure 24 - direction angulaire des évènements auditifs en fonction de la différence d’intensité


(cadran avant)1
Ce sont des expériences similaires mais cette fois-ci c’est la différence d’intensité (∆I)
permettant une latéralisation du signal qui est étudiée.
On observe, cette fois, une plus grande divergence des résultats de chacune des expériences.
La latéralisation totale est observée pour des valeurs allant de 14 à 24dB, ce sont donc
des résultats à interpréter avec prudence.

Compensation ∆t  ∆I
La localisation conjugue ∆t et ∆I, ainsi un décalage du à une différence de temps peut
être rattrapé par une différence d’intensité et inversement.
M ertens en l’occurrence en a tiré des courbes de compensation :

Figure 25 - courbes de compensation ∆t  ∆I selon Mertens (signal parlé -1965)

1 Source Hugonnet et Walder [11]

30
A noter que cette courbe de compensation n’est valable que pour le cadran avant.
Beaucoup d’autres études donnent des résultats différents, ce qui s’explique toujours par le
choix du signal test et la difficulté d’expérimentation. Il n’empêche que ce sont les courbes de
M ertens qui sont toujours les plus utilisées encore aujourd’hui.

Remarque :
Ces courbes sont l’une de clé de l’élargissement de la zone d’écoute, il sera donc
nécessaire d’en obtenir les valeurs pour chacun des cadrans de l’espace 5.1.

3.3.3.LOCALISATION SUR L’ENSEM BLE DU PLAN HORIZONTAL

La localisation de l’oreille humaine n’est pas aussi précise quelque soit l’azimut. Elle
s’est adaptée en fonction de besoin de l’espèce.

Figure 26 - imprécision en fonction de l'azimut1


La Figure 26 montre que l’oreille humaine est la plus performante sur le cadran avant,
cette partie de l’espace est appelée « cône de présence » et correspond à une acuité accrue en
rapport avec l’angle d’ouverture de la vue.
L’imprécision est maximale (de l’ordre de 3 fois plus que dans l’axe) sur les côtés et
redeviens quasi identique qu’à l’avant pour le cadran arrière. Cette précision dans la zone
arrière palie les carences de la vision.

Remarques :
Cette imprécision devra être prise en compte lors de l’exploitation des tests.

1 Source Blauert, résult ats des trav aux de Reibish - Effenberg er et Haustein – Schrimer [4]

31
4. TESTS DE PERCEPTION

4.1. CHOIX DE TEST : GENERALITES

Un test psycho acoustique doit réunir un grand nombre de conditions pour répondre de
sa fiabilité. On citera tout d’abord les différents problèmes inhérents à la réalisation de chacun
des tests puis on donnera les solutions pratiques choisies au cas par cas avec les conséquences
qu’elles entraînent :
o Quel signal test est assez pertinent et facile d’utilisation ?
o Quelles sont les enceintes les plus représentatives pour ce test ?
o Comment s’affranchir, le cas échéant, de la directivité des enceintes
choisies ?
o A quelle distance doit-on placer les enceintes de l’auditeur ?
o Quel type de local doit-on utiliser ?
o Quelle est la durée optimum du test pour obtenir un maximum
d’information sans engendrer de fatigue auditive ?
o Quel type de protocole, le testeur doit-il être passif ou non ?
o Quelles sont les directives à donner pour que la localisation ne soit pas
faussée ?
o Quel public souhaite-t-on viser ? Son nombre pour fiabiliser
l’expérience ?
Ce sujet amène à l’élaboration de plusieurs tests. Ces questions seront donc
récurrentes et marqueront la construction de chacun d’eux.

32
4.2. 1ER TEST : ETUDE DE LA COMPENSATION ∆T  ∆I POUR
CHACUN DES CADRANS 5.1

L’élargissement de la zone d’écoute par l’optimisation des directivités des enceintes


en 5.1, utilise le principe de compensation ∆t ∆I. Or, les seules études faites dessus
fonctionnent uniquement pour le cadran avant (courbes de M ertens, Figure 25 page 30). Il est
donc nécessaire d’obtenir ces mêmes courbes pour chacun des cadrans de l’espace 5.1.

4.2.1.ELABORATION DU TEST

Pour obtenir cette étude sur l’ensemble de l’espace 5.1, il faut effectuer les mêmes
mesures par cadran (avant, arrière, gauche et droite). L’opération, dans un souci de rigueur,
sera donc renouvelée 4 fois. Ceci préfigure déjà un test assez lourd, où il faudra préserver la
fatigue de mes testeurs.
Voici le protocole pensé, afin d’obtenir les courbes de compensation de la différence
de temps par une différence d’énergie par cadran, le schéma est ci-dessous Figure 27 :
L’auditeur est placé sur le « sweet spot » durant la durée du test.
Un signal test monophonique est envoyé sur les deux enceintes de chaque cadran à intensité
identique constante.
L’auditeur perçoit ainsi « l’image fantôme » du signal à équidistance des deux enceintes. Ce
sera la localisation de référence pour lui, elle sera repérée par un signe distinctif visuel.
On intègre par la suite un délai sur l’une des enceintes du cadran par rapport à l’autre.
L’image auditive virtuelle s’en trouve déplacée en terme de localisation. Le testeur devra
ensuite rattraper ce déplacement par une différence d’intensité (typiquement ajustable à l’aide
de fader) entre les deux enceintes afin de replacer, l’image virtuelle sur la position de
localisation de référence.

Figure 27 - configuration du test, ex emple sur le cadran gauche

33
Pour obtenir les courbes de compensation par cadran, il suffit d’intégrer le délai par
pas et que le testeur ajuste lui-même en intensité pour chacun de ces pas.

Les avantages :
- On s’affranchit des directivités des enceintes, car elles pointent toutes sur
l’auditeur dans leur axe, et celui-ci ne se déplace pas.
Ainsi, le choix des enceintes n’est plus primordial, on peut utiliser n’importe
quelle enceinte, du moment que sa qualité de restitution est jugée satisfaisante.
- Le testeur agit directement et influe personnellement sur les réglages. Ceci permet
une meilleure maîtrise de l’auditeur et peut-être des valeurs plus fines.

Les remarques :
- Par cette méthode, la mesure ne couvre que la moitié d’un cadran, puisque l’image
du signal test démarre du centre.
Si l’on veut être complètement rigoureux et couvrir l’ensemble de l’espace, il est
nécessaire par cadran de mettre un délai par pas une première fois sur la première
des deux enceintes puis sur l’autre.
L’inconvénient, c’est que cela alourdit encore la durée du test, il y aura donc un
choix à faire.
- Il faut aussi se préserver des mouvements intempestifs de la tête, ceci fausserait les
résultats. Pour s’affranchir de cela, une lumière clignotante située en face
l’auditeur, focalisera son attention. Et il lui sera demandé de viser la source
virtuelle avec un bras lorsque celui-ci manipule, si besoin est, puis seulement de
vérifier le cas échéant.

CHOIX DU SIGNAL TEST

Le sujet du mémoire concerne une étude de la directivité sur l’ensemble du spectre


audible, extrêmes graves mis à part.
Comme ce test à pour but de jeter des premières bases de travail, il ne faut pas le rendre trop
long.
Ainsi, il n’utilisera pas de signal test limité en bandes de fréquences et le choix du stimulus se
finalisera sur un son musical qui est plus représentatif des sonorité écoutées généralement.
Une salve de bruit ou autres stimuli artificiels seraient scientifiquement plus rigoureux
et formellement plus neutre. M ais pour des raisons de fatigue auditive du testeur, il sera plus
agréable pour eux de travailler avec un échantillon musical répété qu’une salve de bruit.
Le morceau choisi est un air chanté a capella par Suzanne Vega, « Tom’s dinner » tiré
de l’album solitude standing sorti en 1987 chez A&M records, qui a été utilisé avec beaucoup
de succès pour d’autres travaux [5][9]. Ce morceau à l’avantage de proposer un spectre plus
étendu qu’une voix parlée tout en privilégiant les zones spectrales de la voix nécessaires à la
clarté du message. Il contient des attaques intéressantes pour la richesse des transitoires.

Lors d’essais, j’avais comparé ce morceau avec un extrait de théorbe tiré du disque Les
Plaisirs du Palais, Chanson à boire de la Renaissance de l’ensemble Clément Janequin sorti
en 2001 chez Harmonia M undi. Et bien que cet extrait n’était pas inintéressant en terme de
localisation : il possédait une plus grande richesse de transitoire ; il n’a pas été retenu, car il

34
ne couvrait pas une assez large zone spectrale. Alors que l’extrait de Suzanne Vega couvre
assez uniformément les zones fréquentielles de localisation.
Les analyses spectrales de chacun des morceaux, Figure 28 pour l’extrait de voix
chanté et Figure 29 pour l’extrait de théorbe non retenu, montrent effectivement que l’extrait
de Suzanne Vega est spectralement plus homogène. L’extrait de théorbe montre une
décroissance continue à partir des 500Hz.
Dans mon cas, j’en ai tiré une copie sur compact disc dont le signal stéréophonique
avait été au préalable sommé afin d’obtenir un extrait rigoureusement monophonique.
Cette opération a été réalisée à l’aide du logiciel Protools LE.

Figure 28 - analyse spectrale du morceau a capella "Tom's dinner" de Suzanne Vega

Figure 29 - Analyse spectrale de l'ex trait de théorbe

35
CHOIX DES ENCEINTES

La restitution se fait sur le système d’enceintes en multicanal disponible dans l’école


en matériel mobile : le modèle system 600A de chez Tannoy avec des amplis Samson Audio
Servo 170. La réponse en fréquence est de qualité correcte.
Comme la directivité n’est plus un problème (cf. chapitre 4.2.1 page 33), ce choix a été avant
tout guidé par un modèle dont les caractéristiques ne s’écartent pas trop de la moyenne
(nombre de voie, directivité, encombrement, relatif appairage et qualité globale).

DISTANCE D’ECOUTE

La distance d’écoute choisie est de 2,5 m. L’idée est d’écarter les enceintes
significativement des murs (ici 1,5m), tous en gardant une distance raisonnable que l’on peut
retrouver chez le grand public et en studio.
Les tests se sont déroulés dans le studio de prise de son musicale de l’Ecole Nationale
Supérieure Louis Lumière. C’est une salle moyennement réverbérante, son temps de
réverbération est de 0,9 s pour un volume de 420m2.
Pour limiter les effets de salle, j’ai utilisé des panneaux mats à divers endroits pour casser au
maximum l’acoustique du lieu et ses réfections indésirables.
Une salle avec un temps de réverbération plus court eût été préférable, ou une écoute plus
proche des transducteurs, la distance critique de la salle étant de 1,5 m1.
M algré tout, les résultats trouvés restent significatifs.

4.2.2.REALISATION PRATIQUE DU TEST

DUREE DU TEST

Un essai préliminaire m’a permis de déterminer qu’un pas de délai de 0,2 ms semblait
le plus judicieux : c’était le meilleur compromis pour obtenir un maximum de mesure tout en
limitant la fatigue auditive du testeur.
A partir du moment où l’évènement auditif n’était plus localisable facilement, et que
l’on entrait dans l’effet Hass (cf. page 29), les mesures s’arrêtaient et l’on passait à un autre
cadran.
Effectivement, l’expérience montrait qu’à partir du délai où l’auditeur localisait l’évènement
auditif dans l’enceinte, il lui était particulièrement difficile de la resituer par différence
d’intensité au point de localisation de référence.
Il arrivait que pour certains, je passe certains pas en 0,1 ms, pour obtenir plus de
précision ou pour voir si les testeurs ne répondaient pas par habitude.
Quelques auditeurs ont eu droit à des passages de délai aléatoire afin de vérifier la validité de
la procédure par pas.
L’essai préliminaire m’a permis d’observer qu’au bout d’une ½ heure, le testeur
commençait sérieusement à ressentir la fatigue et avait une grande baisse de concentration. Il
fallait donc faire au moins un côté par cadran pour chacun d’entre eux dans ce lapse de temps,
afin d’avoir un maximum de mesure pour chacun des cadrans.

1 r = A/50 avec A =0.16V/TR60 et TR60 = 0.9ms, V = 420 m3

36
SYNOPTIQUE DE L’INSTALLATION

J’avais comme outils : une console numérique Yamaha de type DM1000 afin de
pouvoir mesurer et noter précisément la différence d’intensité (en dB) ajustée aux faders par
le testeur. Un lecteur CD dont je ne prenais qu’une seule sortie (le signal étant passé en
monophonie au préalable). Et le gestionnaire numérique d’enceinte Behringer Ultra drive me
permettait d’intégrer les délais à l’écart de l’auditeur sans l’influencer, et gérer les départs
vers les différentes paires d’enceintes.
Une calibration en niveaux des enceintes a été faite à chaque début de journée à l’aide d’un
sonomètre analyseur de spectre de marque Ivie et du bruit rose.

Figure 30 - synoptique de l'installation du premier test

37
DEROULEMENT DU TEST

Le test s’est déroulé sur deux demi-journées. Les auditeurs sont issus des étudiants de
l’Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière. Ils sont majoritairement très sensibilisés au son.
Sur les 16 testeurs, tous sont issus de la section son de l’école sauf deux, un de la section
cinéma et un autre de la section photo. Par ailleurs, 69 % des auditeurs du panel sont de sexe
masculin.
Afin d’éviter des inversion de localisation avant arrière, le test commence toujours par
le cadran avant. Ce choix permet de référencer qualitativement de manière cognitive
l’auditeur sur la couleur du son. Le son latéral et arrière est détimbré naturellement par les
HRTF, il n’y a pas de confusion possible avec la référence préalablement entendue.
La phase de test comprend l’écoute proprement dite d’environ ½ heure, et un dialogue
sur l’impression de chacun des testeurs.
Le fait que ce test se soit déroulé sur deux demi-journées, m’a autorisé l’élaboration de
tests complémentaires, plus en rapport avec mon sujet.
Cette fois-ci, l’auditeur n’était plus situé sur le « sweet spot » mais décalé à 50 cm puis
80 cm sur la droite. Les cadrans étudiés étaient ceux avant et arrière. La méthodologie était la
même, mais cette fois, j’augmentais le délai sur l’enceinte du cadran dont il était le plus
proche (R ou Rs), et je lui demandais de compenser aux faders pour retrouver l’image
auditive de la voix au centre des deux enceintes.

Figure 31 - configuration du test complémentaire : décalage du cobaye à 50 ou 80cm,


ex emple sur le cadran arrière

38
4.2.3.RESULTATS DES TESTS

RESULTATS D’ORDRE GENERAL

Voici les commentaires tirés de l’échange oral avec chacun des auditeurs après le test
noté par mes soins.

Le test est perçu comme fatiguant malgré un côté très ludique:


Tout d’abord, le fait qu’ils soient actifs rendait le test moins pénible, voire même assez
ludique pour certains d’entre eux.
Aucun d’entre eux ne s’est ennuyé durant les mesures, et je pense que ce côté distrayant a
même amené un réel engouement, qui m’a permis de ne jamais être en manque de public.
M algré cela, d’un point de vue fatigue auditive et concentration, le test semblait pour
une majorité trop long. Il est vrai que tant que les auditeurs n’étaient pas pleinement satisfaits
de leur rattrapage au fader, l’extrait musical continuait, ce qui donnait une moyenne d’une
minute par mesure. Et cela, même si je leur demandais de rester sur leurs premières
impressions lors des mesures, afin de limiter la difficulté du test.
Quatre d’entre eux ont eu l’impression de ne plus être objectifs à la fin du test.
Bizarrement, ceux qui ont eu le moins de difficultés, et de fatigue étaient les deux étudiants
qui n’étaient pas de la section son, et leur résultat étant similaire aux autres !

Le choix d’un signal musical :


Le choix d’un signal test de forme musical à été unanimement apprécié, et personne
n’a été dérangé par la voix de Suzanne Vega, bien au contraire. Certains ont même tellement
apprécié l’extrait, que je me demande si je n’ai pas fait augmenté sa vente de disque de l’ordre
de deux ou trois exemplaires !

De grandes difficultés de localisation


En revanche, la difficulté de localisation, au fur et à mesure que le délai augmentait, a
été unanimement ressentie. Elle devenait même quasiment impossible une fois que l’image
auditive était localisée dans une enceinte.
Une fois dans les enceintes, les difficultés s’explique par la mise en évidence de l’effet Haas.
M ais avant cela, le délai engendrait aussi des distorsions fréquentielles telles, que
pour l’unanimité, ils ressentaient les attaques et le reste à des localisations différentes. Cela
engendrait pour deux d’entre eux des effets de phasing voire même de filtrage en peigne.
Cela s’explique par le fait que la localisation est fonction de la fréquence.
Comme on l’a vu au chapitre 3.3.2 page 29, en fonction du signal test (bande passante, nature
dynamique…), la direction angulaire de l’événement auditif variait beaucoup (voir Figure
23). Il n’est donc pas étonnant d’avoir de grande variation de localisation dans un signal
complexe comme la voix.
Enfin, l’image auditive de la voix était ressentie comme assez floue et couvrant une
zone relativement large. Alors que le signal monophonique de départ sans délai était
complètement ponctuel.

39
Une disparité de localisation entre les cadrans latéraux et les cadrans avant – arrière :
Il a été ressenti, pour la plupart, que la localisation sur les côtés est vraiment très
difficile et très aléatoire, beaucoup plus que sur l’avant et l’arrière assez proches.
Pour l’un deux, elle était même quasiment impossible.

Des difficultés similaires dans le second test :


En ce qui concerne le test complémentaire, l’image auditive était ressentie, comme
précédemment, très floue et avec de larges distorsions fréquentielles.
A l’exception du moment où l’on approchait du délai compensant le rapprochement physique
de l’enceinte. Là, l’image auditive redevenait complètement ponctuelle.

Toutes ces remarques trouvent une résonance dans l’analyse des tests. Et malgré la
grande concentration requise pour effectuer les mesures, tous sont ressortis du test plutôt
satisfaits.

40
RESULTATS COMPLETS

Dans la mesure où le test a été effectué avec la même rigueur par tous les participants,
tous les résultats ont été pris en compte même ceux qui semblent dévier anormalement de la
tendance générale. La démarche inverse pourrait d’ailleurs être jugée non scientifique.
N’oublions pas que la perception de la localisation d’une image fantôme n’est pas forcément
similaire entre les individus.
On trouvera dans les pages suivantes, les résultats sous forme graphique avec la
moyenne, et les valeurs maximums par cadran. En abscisse, on trouve la différence de temps
(en ms) d’une enceinte à une autre, et en ordonnée on trouve, la différence d’intensité (en dB)
avec en chiffre négatif l’atténuation sur un des haut-parleurs, et en positif l’atténuation de
l’autre.
Pour le cadran avant Figure 32, j’ai rajouté les valeurs de la courbe de pondération
selon M ertens, afin de comparer les résultas à ceux que l’on peut trouver dans la littérature.
Puis à la fin on trouvera les résultats de tous les cadrans réunis sous forme repliée par
la médiane en raison de la redondance par deux du test, ils serviront à l’analyse de la
conclusion.

20

15

10
diff érence d'int ensité (en dB)

0
,1

,9

,7

,5

,3

,1

0,7

1
0,

0,

0,

0,

1,
-1

-0

-0

-0

-0

-0

-5

-10

-15

-20
d if férence de t emps de gauche à droit e (en ms)

v aleur minimum v aleur maximum différenc e d'intensité cour be de mertens

Figure 32 - Résultats du cadran avant - Courbe de pondération ∆t  ∆I


On remarque sur la Figure 32 que les courbes sont très régulières. Il n’y a pas de
dissymétrie droite – gauche.
L’écart type moyen est de 1,2 et l’image fantôme de la voix à été ressentie localisée « dans
l’enceinte » en moyenne à 0,9 ms de délai.
En abscisse, les différences de temps négatives représentent le retard de l’enceinte de
gauche : la localisation se fait sur le côté droit, et inversement.

41
En ordonnée, les différences d’intensité négative représentent l’atténuation sur
l’enceinte de gauche, et inversement.
Par contre, en comparant les valeurs trouvées dans ce test à celle de M ertens, on
remarque une très grande divergence, certainement due au principalement au type de signal
source, et peut-être aussi à l’influence du local (M ertens les avait fait en chambre
anéchoïque).

25

20

15

10
diiférence d'intensité (en dB)

0
,1

,9

,7

,5

,3

,1

0,3

0,5

1,1
0,

0,

0,
-1

-0

-0

-0

-0

-0

-5

-10

-15

-20
différence de temps d'arrière gauche à droit (en ms)

valeur minimum valeur maximum différence d' intens ité

Figure 33 – Résultats du cadran arrière - Courbe de pondération ∆t  ∆I


On remarque sur la Figure 33 que les courbes sont très régulières à part pour la
dernière valeur à 1,1ms côté arrière gauche. Il y a un légère dissymétrie arrière droite – arrière
gauche de l’ordre de 0.5dB, qui peut s’expliquer par un très légère différence de calibrage des
enceintes. En effet les amplis Samson ont un volume qui passait par cran, et je me rappelle
qu’il y avait un léger écart de ce type possible.
L’écart type moyen est de 1,4 et l’image fantôme de la voix à été ressentie comme localisée
« dans l’enceinte » en moyenne à 0,9 ms de délai.
En abscisse, les différences de temps négatives représentent le retard de l’enceinte
arrière gauche : la localisation se fait à ce moment sur le côté arrière droit, et inversement.
En ordonnée, les différences d’intensité négative représentent l’atténuation sur
l’enceinte arrière gauche, et inversement.

42
20

15
différence d'intensité (en dB)

10

0
,5 ,3 ,1 ,9 ,7 ,5 ,3 ,1 0 0, 1 0, 3 0 ,5 0, 7 0 ,9 1,1 1, 3 1 ,5
-1 -1 -1 -0 -0 -0 -0 -0

-5

-10

-15
différence de temps d'arrière à ava nt (en ms)

va leu r minimum valeur maximum différen ce d 'intensité

Figure 34 - Résultats du cadran gauche - Courbe de pondération ∆t  ∆I


La Figure 34 met en évidence de grande irrégularité dans la localisation latérale.
L’écart type moyen est de 1,7 et l’image fantôme de la voix à été ressentie localisée « dans
l’enceinte » en moyenne à 1,1ms de délai.
En abscisse, les différences de temps négatives représentent le retard de l’enceinte
arrière gauche : la localisation se fait sur le côté avant gauche, et inversement.
En ordonnée, les différences d’intensité négative représentent l’atténuation sur
l’enceinte arrière gauche, et inversement.

43
15

10

5
différence d'intensité

0
,5

,3

,1

,9

,7

,5

,3

,1

0,1

0,3

0,5

0,7

5
0,

1,

1,

1,
-1

-1

-1

-0

-0

-0

-0

-0
-5

-10

-15

-20

diffé rence de te mps d'arrière à avant (en ms)

valeur minimum va leur maximu m diffé ren ce d'int ensité

Figure 35 - Résultats du cadran droit - Courbe de pondération ∆t  ∆I


La Figure 35 montre que le cadran droit est encore plus irrégulier.
L’écart type moyen est de 1,7 et l’image fantôme de la voix à été ressentie localisée « dans
l’enceinte » en moyenne à 1,2ms de délai pour l’avant droit et 0,8 ms pour l’arrière droit !
Selon toute vraisemblance, il y a une grande dissymétrie entre l’avant et l’arrière sur ce
cadran.
En abscisse, les différences de temps négatives représentent le retard de l’enceinte
arrière droit : la localisation se fait sur le côté avant droit, et inversement.
En ordonnée, les différences d’intensité négative représentent l’atténuation sur
l’enceinte arrière droit, et inversement.

44
CONCLUSIONS :

18

16

14
différence d'intensité (en dB)

12

10

0
0 0,1 0 ,3 0,5 0,7 0 ,9 1,1 1,3 1 ,5

différence de temps (en ms)

avant arrière droite gauche Courbe de Mertens

Figure 36 - Comparaison des courbes de pondération ∆t  ∆I de chaque cadran repliées par la


médiane et moyennées
De la Figure 36 et des autres, on remarque :

- Une large divergence de l’ensemble des courbes trouvées dans le test par rapport à
celle de Mertens pour le cadran avant.
Ceci peut s’expliquer par la nature du signal, bien que M ertens avait pris une voix
parlée, ce qui ne s’éloigne pas tant que cela de la voix chantée à capella de Suzanne Vega.
Une autre explication peut-être trouvée dans le fait, que nous n’étions pas en situation
d’expérience en chambre anéchoïque, mais je ne trouve pas d’autre explication.

- Les courbes de pondération ∆t ∆I du cadran avant et arrière sont assez proches dans
leur tracé, ainsi que celles des cadrans latéraux.
Ce qui confirme, l’acuité de l’audition sur le plan horizontal (voir chapitre 3.3.3 page
31). Ainsi la localisation est aussi précise pour le cadran avant que le cadran arrière. Et les
résultats de pondération ∆t ∆I sont assez proches alors que l’angle physique entre les
enceintes n’est pas le même (60° pour l’avant et 140° pour l’arrière).
Il en va de même pour les cadrans latéraux. Le fait de trouver des courbes similaires
montre qu’il n’y a pas de dissymétrie droite gauche, même si l’acuité est beaucoup moins
bonne sur les côtés que sur l’avant et l’arrière.

45
Ceci entraîne aussi le fait que :

- Il n’y a pas de dissymétrie réelle des mesures due à l’acoustique du lieu

- Les cadrans latéraux, due à leurs difficultés de localisation, peuvent être négligés par la
suite.
Les courbes latérales sont beaucoup plus accidentées, les mesures étaient d’ailleurs
très divergentes. On observe sur les maximums et minimums, que certaines mesures arrivaient
à un rattrapage dans l’autre sens.
L’écart type est d’ailleurs plus grand que pour les cadrans avant et arrière.
Ces difficultés sont peut-être dues au placement géométrique des enceintes en
configuration 5.1. Déjà que cette zone, n’est pas celle de la plus grande acuité de l’oreille,
l’angle entre les deux enceintes sur le côté est de 80°, ce qui assez large. Et dans cette
expérience, l’auditeur n’avait pas l’occasion de se tourner pour essayer de mieux localiser la
source sur le côté, ce qui fait que l’expérience amenait vite à un cas critique.
Tout ceci, avec les remarques générales de chacun des testeurs, laisse penser que les
cadrans latéraux sont très difficile à valider, et peuvent être négligés par la suite.

RESULTATS DES TESTS COMPLEMENTAIRES

Les résultats de ses tests sont à prendre avec beaucoup de parcimonie, car ils servaient
juste à préparer la deuxième série de test : il n’y a que 3 personnes qui l’ont testé.
La Figure 37 présente les résultats de l’expérience menée avec le sujet décalé de 50
cm sur la droite et la Figure 38 pour un sujet décalé de 80cm.
Explication des courbes des Figure 37 et Figure 38 : en abscisse, nous observons
toujours la différence de temps (en ms).
En ordonnée, la différence d’intensité est exprimée pour l’enceinte R ou Rs par rapport
à l’enceinte L ou Ls, la localisation se fait sur le côté droit. Comme le délai est sur l’enceinte
de droite, plus il augmente, moins son influence est grande.

Conclusion
Ces deux mesures donnent une idée du délai nécessaire pour compenser un écartement
par rapport au centre idéal de 50 et 80cm, et ils ne sont pas accessibles par la méthode du test
précédent.

46
10

0
différences d'intensité (endB)

0 0,25 0,5 0,75 1 1,25 1,5 1,75 2 2,25 2,5 2,75 3 3,25 3,5 3,75 4

-5

-10

-15

-20

différence de temps (en ms)

Moyenne Cadran avant Moyenne Cadran arrière


r

Figure 37 - courbes de compensation ∆t /∆I avec le sujet décalé de 50 cm vers la droite

0
0 0,25 0,5 0,75 1 1,25 1,5 1,75 2 2,25 2,5 2,75 3 3,25 3,5 3,75 4 4,25 4,5 4,75 5
différence d'intensité (en dB)

-2

-4

-6

-8

-10

-12

-14

-16
différence de temps (en ms)

Moyenne Cadran avant Moyenne Cadran arrière

Figure 38 - courbes de compensation ∆t /∆I avec le sujet décalé de 80 cm vers la droite

47
CONCLUSIONS GENERALES A CES DEUX SERIES DE TEST

Des perceptions inégales entre les cadrans


Les résultats du cadran arrière sont très proches de ceux du cadran avant. Alors que les
cadrans latéraux sont beaucoup plus aléatoires dans leur résultat.
Ce test servait avant tout à faire un choix : dans la configuration retenue pour élargir la zone
d’écoute, on ne peut pas obtenir une localisation idéale pour chacun des cadrans à moins de
changer la zone d’écoute (cf. chapitre 2.2.2 page 12). Il fallait donc faire un choix sur les
cadrans à privilégier.
Et donc, les résultats de ce test poussent à penser qu’il est beaucoup plus important de soigner
la localisation avant et arrière par rapport au latéral.

De légers mouvements de la tête peuvent fausser la localisation : qu’en est-il de la


robustesse de la zone d’écoute proposée par l’ITU ?
Ces résultats mettent en évidence que la zone d’écoute proposée par la
recommandation ITU, un arc de cercle de 80 cm de rayon (voir chapitre 3.1.2 page23), n’est
pas rigoureusement valable en terme de localisation.
Un déplacement de la tête de 10 cm par exemple (∆t = 0,3 ms) entraîne un ∆I de l’ordre de
3dB environ (exactement entre 2 et 4 dB).
Ceci montre bien que même un léger déplacement de la tête fausse complètement la
perception de localisation des sources.

Des résultats intéressants mais pas suffisants


La méthodologie du premier test ne permet pas d’obtenir directement les rattrapages
en différence d’intensité pour des écartements par rapport au centre idéal réaliste. Une
différence d’intensité de 1,1ms correspond à une différence de marche de 36 cm ce qui n’est
pas suffisant. Il faut donc effectuer un deuxième test pour obtenir les résultats attendus.

48
4.3. 2EME TEST : ETUDE DU RATTRAPAGE EN INTENSITE SUR LA
ZONE D’ECOUTE

L’objectif de ce test est d’obtenir les courbes de compensation de la différence


d’énergie par rapport à un écartement du centre idéal dans la zone d’écoute souhaité. Cette
pondération permettra donc de garder une localisation similaire sur l’ensemble de la zone
d’écoute.

4.3.1.ELABORATION DU TEST

L’étude précédente a donc montré qu’il n’est pas nécessaire d’étudier l’ensemble des
cadrans. Le côté gauche et droit, vu la difficulté de localisation qu’ils engendrent chez
l’auditeur, ne feront pas l’objet de cette étude. Ainsi, seuls les cadrans avant et arrière seront
analysés.
La méthode du premier test n’est donc pas adaptée, les délais mis en jeu étant trop
petit. Il faut donc recréer les différences de temps de manière naturelle.
Ainsi, si l’auditeur se déplace le long de la zone d’écoute que l’on cherche à obtenir, il se crée
une différence de marche par rapport au « sweet spot ». Il suffit de mesurer la différence
d’intensité entre les enceintes par cadran nécessaire pour rattraper cette différence de marche
occasionnée.
Cette différence d’intensité peut être crée, comme précédemment, à l’aide d’une console.
L’auditeur percevra toujours l’image auditive au même endroit, quelque soit son
positionnement sur la zone d’écoute. Voir Figure 39 ci-dessous.

Figure 39 - mise en place du 2ème test

49
CHOIX DU SIGNAL TEST

Le premier test m’a induit dans l’idée que la localisation d’une source peut être plus
évidente sur certaines bandes de fréquence que d’autres.
Ceci m’invite à penser que le rattrapage en intensité peut être différent en fonction de la
fréquence.
Il serait donc intéressant d’étudier la localisation d’une source et son rattrapage avec
un signal centré sur différentes bandes influant à priori sur la localisation : 500Hz, 2kHz, et
8kHz.
En dessous de 500Hz, la plupart des constructeurs d’enceintes avouent que la directivité
influe peu et est difficilement maîtrisable, donc cela ne sert à rien, dans ce test, d’étudier une
bande de fréquences inférieures.
Au dessus de 10kHz, il y a relativement peu d’information, elles sont facilement maîtrisables
et les résultats à 8kHz sont interpolables.
De plus, je pense que travailler en zone spectrale, facilitera la localisation pour
l’auditeur, car les informations seront plus précises, même si cela se fait au détriment d’une
qualité de son, dont la détérioration peut gêner dans certain cas.
L’échantillon sonore reste le même, car l’extrait de Suzanne Vega a largement fait ses
preuves. De plus, il est assez large spectralement pour être coupé en trois selon les fréquences
choisies au dessus (voir Figure 28).

RESTITUTION

Les mêmes enceintes seront utilisées : le système mobile en multicanal de l’école,


system 600A de chez Tannoy avec des amplis Samson Audio Servo.
Il est par contre primordial de s’affranchir de leur directivité, car cette fois-ci il y a un
déplacement de l’auditeur. Il faut donc que, pour chaque mesure, chacune des enceintes
pointent sur l’auditeur quelque soit son placement. Ceci est pratiquement possible car le
système mobile dispose de pied d’enceinte et il suffit de les tourner sur leur axe à chaque
déplacement.
Pour des raisons pratiques, et pour accélérer la manipulation, le testeur sera debout, et
le centre acoustique des enceintes sera élevé au niveau de son visage. Cette hauteur sera donc
adaptée pour chaque individu.

DISTANCE D’ECOUTE

Il convient de savoir si la distance d’écoute influe sur la différence de marche à chaque


placement de l’auditeur.
Par exemple, si je me situe à 1mètre sur le côté droit par rapport au centre, la différence de
marche entre les enceintes gauche et droite, ainsi que celle entre l’arrière gauche et l’arrière
droit, est-elle différente si les enceintes sont situé à 2 mètres, 3 mètres ou 4 mètres de
l’auditeur ?
Si oui, il y aurait donc une distance optimale.
Les calculs viennent de dessins (exemple Figure 40) mis à l’échelle où j’ai mesuré les
différences de marche aux distances de 0,3 m ; 0,5m ; 0,8m ; 1m ; 1,25m.
Je l’ai fait pour des distances d’écoute de 1m ; 2m ; 2,5m ; 4m.

50
Voici le résultat de mes calculs :
Tableau 4 - Calcul de la différence de marche en fonction de la distance d'écoute (AVANT)

Ecartement du centre vers la gauche ou vers la 0,3 m 0,5 m 0,8 m 1m 1,25 m


droite (en m)
Distance d’écoute à 1 m :
Différence de marche (ddm en m) 0,29 0,51 0,64 0,74
Différence de temps (∆t en ms) 0,87 1,5 1,9 2,24
Distance d’écoute à 2 m :
Différence de marche (ddm en m) 0,28 0,48 0,84 0,92 1,18
Différence de temps (∆t en ms) 0,84 1,4 2,54 2,78 3,57
Distance d’écoute à 2,5m :
Différence de marche (ddm en m) 0,3 0,5 0,73 0,95 1,28
Différence de temps (∆t en ms) 0,9 1,51 2,19 2,87 3,8
Distance d’écoute à 4 m :
Différence de marche (ddm en m) 0,32 0,52 0,76 0,96 1,16
Différence de temps (∆t en ms) 0,96 1,57 2,3 2,9 3,5

Tableau 5 - Calcul de la différence de marche en fonction de la distance d'écoute (ARRIERE)

Ecartement du centre vers la gauche ou vers la 0,3 m 0,5 m 0,8 m 1m 1,25 m


droite (en m)
Distance d’écoute à 1 m :
Différence de marche (ddm en m) 0,56 0,97 1,29 1,62
Différence de temps (∆t en ms) 1,69 2,9 3,9 4,9
Distance d’écoute à 2 m :
Différence de marche (ddm en m) 0,54 0,96 1,48 1,88 2,28
Différence de temps (∆t en ms) 1,63 2,9 4,48 5,69 6,9
Distance d’écoute à 2,5m :
Différence de marche (ddm en m) 0,55 0,95 1,5 1,85 2,33
Différence de temps (∆t en ms) 1,66 2,87 4,46 5,53 7,04
Distance d’écoute à 4 m :
Différence de marche (ddm en m) 0,56 0,92 1,48 1,84 2,32
Différence de temps (∆t en ms) 1,69 2,78 4,48 5,57 7

51
Figure 40 -Calcul de la différence de marche par rapport à la distance d'écoute - ex emple à 2.5m

Conclusion des calculs :


On peut donc dire que la différence de marche n’est pas vraiment fonction de la
distance d’écoute.
Il n’y a pas d’exception à la règle, à part à 1m, pour les distances qui s’écartent trop du
centre (0,8 et 1m à l’avant, 1m à l’arrière). Ces distorsions s’expliquent, car à ces distances,
on est, soit en face de l’enceinte, soit on l’a dépassé complètement. Ce sont les cas les plus
critiques à éviter.
D’une manière générale, on peut donc dire que la différence de marche est égale
au déplacement par rapport au centre pour le cadran avant, et égale au doublement de
cette distance pour le cadran arrière.
Ceci est d’autant plus vrai que la distance d’écoute est grande.
Pour ses raisons, je vais choisir une distance d’écoute identique au test précédent :
2,5m. Car cette distance est assez proche de ce que l’on retrouve en moyenne aussi bien dans
le domaine domestique que dans le domaine professionnel alors que 4m est un peu trop grand.
Qui plus est, cette distance est assez pratique pour étudier la zone d’écoute la plus large
possible.

LIEU DU TEST

Ce test, cette fois-ci, sera conduit dans l’auditorium de mixage cinéma de l’Ecole
Nationale Supérieure Louis Lumière. Les enceintes et l’auditeur seront placés à l’avant de la
salle. Ce lieu est traité acoustiquement, et sans connaître le temps de réverbération précis, je
sais que celui-ci est très mat.
Cette distance d’écoute de 2,5 m doit être plus proche de la distance critique de la salle que
lors du test précédent.
Ce lieu possède quelques modes propres connus mais qui ne gênent pas pour les fréquences

52
choisies lors du test. De plus, le choix d’un signal musical filtré plutôt que des sinusoïdes
pures, limite les inversions de localisation avant arrière.
Arbitrairement le déplacement sur le côté droit sera choisi. C’est un parti pris afin de
limiter le temps de passage du test, afin d’éviter les fatigues.
Un essai préliminaire de ma part, ne m’a pas montré de vraie différence notable entre un
déplacement vers la gauche de la salle et celui vers la droite.

DUREE DU TEST

Les mesures sont choisies arbitrairement à 20cm, 30 cm (pour voir si les résultats sont
très loin du test précédent), 50 cm, 80 cm, 1 m ,1m20 (presque en face de l’enceinte avant
droite). Cela fait donc 6 mesures pour le cadran avant et 6 pour le cadran arrière a multiplié
par 3 séries (centrée à 500Hz, 2kHz, et 8kHz). Ce qui fait un total de 36 mesures par
personne.
On peut donc raisonnablement penser que l’on descendra en dessous de la ½ heure par
auditeur.

SYNOPTIQUE DE L’INSTALLATION

J’utilise le matériel de l’auditorium de mixage cinéma :


- Le lecteur CD duquel je n’envoie qu’une seule sortie à la console.
- La console Yamaha DM 2000, qui distribue le signal à chacun des canaux et qui
permet d’effectuer un filtrage programmable et mémorisable à toute ses sorties.
Ceci m a permis d’obtenir des signaux très resserrés autour de la fréquence
centrale, raisonnablement de moins d’1/2 octave.
Une calibration en niveaux des enceintes est faite à chaque début de journée à l’aide d’un
sonomètre analyseur de spectre de marque Ivie et du bruit rose.

53
Figure 41 - synoptique du deuxième test

COMPORTEMENT DE L’AUDITEUR

L’intérêt d’une source lumineuse clignotante comme précédemment n’est pas aussi
primordial, car l’auditeur se déplaçant, il n’est pas toujours face à celui-ci. Ceci est encore
plus problématique pour le cadran arrière. Ainsi un repère visuel type pied de micro au centre
des deux enceintes frontales suffira. Il lui sera demandé de toujours se tenir bien droit et de
regarder face à lui, afin de respecter une configuration « audio seul », cas à priori plus critique
qu’un « son lié à l’image ».

54
4.3.2.REALISATION PRATIQUE DU TEST

1 journée ½ à été impartie a ce test. Le déroulement des mesures fonctionnait par


cadrans, en commençant toujours par le cadran avant afin de référencer cognitivement
l’auditeur sur la couleur du son comme précédemment.

Mise en place
Etant donné que la console était située un peu en arrière, et qu’elle ne pouvait pas être
déplacée, le auditeur ne pouvait pas agir dessus directement et ainsi, comme précédemment
régler au mieux la compensation d’une enceinte par rapport à l’autre.
Ainsi, c’était donc moi qui dirigeais la mesure, en baissant petit à petit le fader commandant
le niveau envoyé à l’enceinte R ou Rs jusqu’à temps que l’auditeur m’arrête sur la valeur qui
lui semblait la plus juste. J’essayais de rester le plus neutre possible, avec le mouvement de
fader le plus identique possible. L’auditeur me guidait jusqu’à temps que la localisation lui
convenait.
Ainsi, il n’avait plus qu’à se déplacer sur les marquages au sol, et repointer à chaque fois les
enceintes vers lui.
Pour certain, afin de préciser la localisation, lorsque le besoin s’en faisait ressentir, je
leur proposais de s’aider en visant l’image auditive de leur main.
Autre demande, pour éviter toute confusion sur la source à localiser, je leur demandais
de ne pas se baser sur les attaques pour localiser l’image auditive mais plutôt sur la présence
de la voix. Car lors d’essais, je m’étais rendu compte que même si le phénomène s’était
atténué grâce au filtrage, les attaques restaient encore très instable et passaient très vite d’une
enceinte à l’autre.

Le public
Les intervenants étaient issus des étudiants et du personnel de l’Ecole Nationale
Supérieure Louis Lumière, ils étaient donc majoritairement très sensibilisé par le son. Ils
proviennent des milieux suivants :
- 17 soient 89 % étaient des étudiants de la section son de l’école.
- 1 étudiant était de la section cinéma donc assez sensibilisé au son.
- 1 personne était du personnel de l’école, peu sensibilisé au son car assistant du
laboratoire d’électronique.
En tout, donc, 19 personnes ont participé à ce test et 69 % d’entre eux étaient de sexe
masculin.
La phase de test comprend l’écoute et les mesures proprement dites, suivi d’un
dialogue sur la perception individuelle de chacun.

55
4.3.3.RESULTATS DU TEST

RESULTATS D’ORDRE GENERAL

Voici les notes que j’ai prises lors des dialogues avec chacun des participants à la fin
de leur passage.
Tout d’abord la longueur du test semblait correcte.

Remarques par rapport aux extraits musicaux filtrés


Alors, que l’écoute d’un extrait musical en bandes filtrées est assez désagréable, la
répétition de cet extrait ne les a pas trop dérangé. On peut donc penser qu’il y a eu une
accoutumance à l’écoute d’un signal tronqué. M ais je pense aussi que cela vient du fait que le
panel était des spécialistes habitués à entendre des sons filtrés tout en se concentrant sur une
caractéristique précise.
Remarque intéressante, les deux personnes qui ont fait se test et qui n’appartenaient pas au
monde de l’audio, ont eu des résultats similaires aux autres et n’ont pas eu de difficultés
notables ou de gênes lors des mesures.
Pour ceux qui ont participé aux deux tests, certains ont trouvé que la localisation était
plus facile avec l’extrait filtré qu’avec celui non filtré du test précédent. La bande centrée
autour de 500Hz était plus difficile que les autres. Cela prouve que les informations situées
dans les 2 à 8kHz influent beaucoup dans la localisation.

Les difficultés de localisation à l’arrière


Tous ont remarqué qu’à l’arrière, plus on se rapprochait de l’enceinte « Rs », plus le
son était difficilement localisable. La source auditive restait dans l’enceinte « Rs » pour
passer très vite dans l’enceinte « Ls ». Ainsi ils localisaient au centre quand l’image virtuelle
n’était ni dans l’enceinte arrière droite, ni dans l’enceinte arrière gauche.
Pour ceux qui n’avaient pas ce problème, la complexité à l’arrière était de bien
replacer la voix de Suzanne Vega au centre des deux enceintes et non juste derrière eux.
Il n’y a pas eu d’inversion de localisation avant arrière. Il faut dire que j’ai utilisé des
panneaux acoustiques absorbant afin de cacher les surfaces qui pouvaient être acoustiquement
réfléchissantes, lors de l’installation.

RESULTATS COMPLETS

Comme lors du premier test, tous les résultats ont été pris en compte.
On trouvera dans les pages suivantes, les résultats sous la forme de deux tableaux tout
d’abord. Le premier donne les résultats obtenus pour le cadran avant et le second pour le
cadran arrière. Le calcul de l’écart type montre, celui-ci étant globalement faible, que les
valeurs trouvées par chacun des cobayes sont très proches les unes des autres.
Ces résultats sont ensuite présentés sous forme de courbes par cadrans et par bande de
fréquences. Ces courbes présentent, à chaque fois, la valeur moyenne, les extremums, ainsi
qu’une courbe de tendance logarithmique. Figure 42 à Figure 47
D’une manière générale, on ne remarque pas d’accident notable, la tendance
polynomiale se confond avec la moyenne.

56
La Figure 48 réunit les 3 moyennes obtenues pour le cadran avant sur un même
graphique.
La Figure 49 réunit les 3 moyennes obtenues pour le cadran arrière.
La Figure 50 fait apparaître ensemble la moyenne générale du cadran avant et celle du cadran
arrière.

Tableau 6 - Résultats du test pour le cadran avant

Décalage sur la droite 0 20 cm 30cm 50cm 80cm 1m 1m20


Moyenne cadran avant à 500Hz 0 -6 -7,584 -9 -11,68 -12,65 -13,54
Mesure minimum 0 -5 -5,5 -5 -8 -9,5 -9,5
Mesure maximum 0 -8 -9,5 -13 -17 -17,5 -17,5
Ecart type 0 0,79 1,32 2,00 2,61 2,63 2,56
Nombre de mesure 16 16 13 16 16 16 16

Moyenne cadran avant à 2kHz 0 -6,59 -7,54 -9,16 -10,53 -11,31 -12,21
Mesure minimum 0 -4 -5,15 -7 -8 -9 -10
Mesure maximum 0 -8,8 -10 -12,3 -14 -16 -17
Ecart type 0 1,42 1,58 1,74 1,88 1,99 2,19
Nombre de mesure 20 20 17 20 20 20 20
Moyenne cadran avant à 8kHz 0 -7,12 -8,65 -10,18 -11,37 -12,56 -13,25
Mesure minimum 0 -5,5 -6,5 -7 -7 -8 -9,5
Mesure maximum 0 -9 -12 -14,5 -15 -16 -18
Ecart type 0 1,21 1,66 1,79 2,36 2,16 2,42
Nombre de mesure 16 16 13 16 16 16 16

Moyenne cadran avant total 0 -6,57 -7,92 -9,45 -11,19 -12,17 -13,00

57
Tableau 7 - Résultat du test pour le cadran arrière

Décalage sur la droite 0 20 cm 30cm 50cm 80cm 1m 1m20


Moyenne cadran arrière à 500Hz 0 -7,34 -8,85 -10,62 -12,8 -14,8 -16,63
Mesure minimum 0 -5 -6 -7 -7,5 -9,5 -10
Mesure maximum 0 -10 -12 -16 -18 -21,5 -25
Ecart type 0 1,60 1,67 2,64 2,65 2,87 3,78
Nombre de mesure 16 16 13 16 15 15 15

Moyenne cadran arrière à 2kHz 0 -7,03 -9,27 -10,85 -13,15 -11,31 -12,21
Mesure minimum 0 -4 -5,5 -6,25 -7 -9 -10
Mesure maximum 0 -9 -12 -14,7 -17 -16 -17
Ecart type 0 1,39 1,96 2,24 2,26 1,99 2,19
Nombre de mesure 19 19 17 19 19 20 20

Moyenne cadran arrière à 8kHz 0 -7,84 -10,21 -11,7 -13,28 -12,56 -13,25
Mesure minimum 0 -6 -7 -8 -8,5 -8 -9,5
Mesure maximum 0 -11 -14 -16 -19,5 -16 -18
Ecart type 0 1,63 1,62 1,85 2,67 2,16 2,42
Nombre de mesure 16 16 14 15 16 16 16

Moyenne cadran arrière total 0 -7,40 -9,44 -11,05 -13,07 -15,40 -16,97

58
0
0 20
cm cm cm cm 1m
-2 20 30 50 80 1m

-4
d ifférence d 'in tensité (en d B)

-6

-8

-10

-12

-14

-16

-18

-20

Ecartement p ar rapport au centre idéal (en m)

valeur maximum valeur minimum MOYENNE CADRAN AVANT à 500Hz Courbe de tendance logarithmique

Figure 42 - rattrapage en ∆I de l'écartement par rapport au centre idéal


(signal test centré autour de 500Hz –CADRAN AVANT)

0
0 20
cm cm cm cm 1m
20 30 50 80 1m

-5
Différence d'intensité (en dB)

-10

-15

-20

-25

-30
Ecartement par rapport au centre idéal (en m)

va leur minimum valeur maxim um MOYENNE CADRAN AVANT à 2kHz Courbe de tend ance log arithmique

Figure 43 - rattrapage en ∆I de l'écartement par rapport au centre idéal


(signal test centré autour de 2kHz –CADRAN AVANT)

59
0
0 m 20
c cm cm c m 1m
20 30 50 80 1m

-5
Différenc e d'intensi té (en dB)

-10

-15

-20

-25

-30

Ecartement par rapport au c entre idéal (en m)

Mesure minimum Mesure maximum


MOYENNE CADRAN AVANT à 8kHz Logarit hmique (MOYENNE CADRAN AVANT à 8kHz)

Figure 44 - rattrapage en ∆I de l'écartement par rapport au centre idéal


(signal test centré autour de 8kHz –CADRAN AVANT)

0
0 20
cm cm cm c m 1m
20 30 50 80 1m
-5

-10
Diffé re nce d'intens ité (e n dB)

-15

-20

-25

-30

-35

-40

Ecartement par rapport au c entre idéal (en m)

Mesure minimum Mesure maximum


MOYENNE CADRAN ARRIERE à 500 Hz Logarit hmique (MOYENNE CADRAN ARRIERE à 500Hz)

Figure 45 - rattrapage en ∆I de l'écartement par rapport au centre idéal


(signal test centré autour de 500Hz –CADRAN ARRIERE)

60
0

cm

cm

cm

cm

1m

20
1m
30

50

80
20
-5

- 10
Di ffére nce d'i ntens ité (en dB)

- 15

- 20

- 25

- 30

- 35

- 40

Ecartement par rapport au centre idéal (en m)

Mesure minimum Mesure maximum


MOYENNE CADRAN ARRIERE à 2kHz Logarith mique (MOYENNE CADRAN ARRIERE à 2kHz)

Figure 46- rattrapage en ∆I de l'écartement par rapport au centre idéal


(signal test centré autour de 2kHz –CADRAN ARRIERE)

0
0

20
cm

cm

cm

cm

1m

1m
30

50

80
20

-5
Di ffér ence d'inte nsité (en dB)

- 10

- 15

- 20

- 25

- 30

- 35

Ecartement par rapport au centre idéal (en m)

Mesure minimum Mesure maximum


MOYENNE CADRAN ARRIERE à 8kHz Logarith mique (MOYENNE CADRAN ARRIERE à 8kHz)

Figure 47- rattrapage en ∆I de l'écartement par rapport au centre idéal


(signal test centré autour de 8kHz –CADRAN ARRIERE)

61
0
0 20 cm 30cm 50cm 80cm 1m 1 m20

-2

-4

-6
intensité (en dB)

-8

-10

-12

-14

-16
Ecartement par rapport au ce ntre idéal (en m)

MOYENNE CADRAN AVANT à 500Hz MOYENNE CADRAN AVANT à 2kHz


MOYENNE CADRAN AVANT à 8kHz Logarithmique (MOYENNE CADRAN AVANT à 500Hz)
L ogarithmique (MOYENNE CADRAN AVANT à 2kHz) Logarithmique (MOYENNE CADRAN AVANT à 8kHz)

Figure 48 - rattrapage en ∆I de l'écartement par rapport au centre idéal sur la droite – AVANT

62
0
0 20 cm 30cm 50cm 80cm 1m 1 m20
-2

-4

-6
intensité (en dB)

-8

-10

-12

-14

-16

-18

-20
Ecartement par rapport au ce ntre idéal (en m)

MOYENNE CADRAN ARRIERE à 500Hz MOYENNE CADRAN ARRIERE à 2kHz


MOYENNE CADRAN ARRIERE à 8kHz Logarithmique (MOYENNE CADRAN ARRIERE à 500Hz)
Logarithmique (MOYENNE CADRAN ARRIERE à 2kHz) Logarithmique (MOYENNE CADRAN ARRIERE à 8kHz)

Figure 49 - rattrapage en ∆I de l'écartement par rapport au centre idéal sur la droite – ARRIERE

63
0
0 20 c m 30cm 50cm 80cm 1m 1m20

-2

-4

-6
intensité (en dB)

-8

-10

-12

-14

-16

-18
Ecart ement par ra pport au centre idéa l (e n m)

MOYENNE CADRAN AVA NT TOTAL MOYE NNE CADRAN ARRIERE TOTAL


Logarithmique (MOYENNE CADRAN AVA NT TOTAL) L ogarith mi que (MOYE NNE CADRAN ARRIERE TOTAL)

Figure 50 - Rattrapage en intensité de l’écartement sur la droite - moyenne

64
4.3.4.CONCLUSIONS

Un rattrapage en intensité très important


Quand on étudie les tableaux, on se rend compte que le rattrapage en intensité est vite
très fort, puisque déjà à 20cm d’écartement il est déjà à 6-7 dB !
Cela signifie que les directivités que l’on va trouver seront très resserrées.
Il n’y a pas de palier autour du centre idéal, mais cela avait déjà été montré dans le premier
test.

Les résultats entre les deux tests concordent


On peut remarquer que les résultats entre les deux tests concordent. Car si l’on prend
l’exemple des 20cm, cela fait une différence de marche à l’avant de 20 cm et à l’arrière de 40
cm. Cela fait donc une différence de temps respectivement de 0,6 ms et 1, 2 ms. Or dans le
premier test on a trouvé pour 0,6 ms à l’avant une différence d’intensité à 5,75 dB ce qui est
assez proche. Pour l’arrière, il n’y a déjà plus de mesures ! Ceci montre une certaine
complémentarité dans les tests.

Le rattrapage en intensité n’est pas fonction de la fréquence


D’autre part on remarque sur les Figure 48 et Figure 49, que les courbes sont très
proches les unes des autres. Le rattrapage en intensité n’est donc pas fonction de la fréquence
et ceci est très important dans le choix du type d’enceinte.

Le cadran arrière nécessite un rattrapage plus important que le cadran avant


Enfin, la Figure 50 renseigne sur le fait que le cadran arrière nécessite un rattrapage
plus fort. Ce qui est logique vu le placement à 110° des enceintes arrière en 5.1.

65
5. ELABORATION DES DIRECTIVITES EN
FONCTION DES TESTS

5.1. CALCUL DES DIRECTIV ITES

Le test précédent nous donné la différence d’intensité totale nécessaire pour rattraper
le décalage par rapport au « sweet spot » ou centre idéal. Ce décalage mesuré vers la droite est
aussi bien valable à gauche.
Or, cette différence d’intensité doit être partagée par les paires d’enceintes. Dans le cas
comme le notre, où l’on fait pointer les paires d’enceintes avant le centre idéal, quand
l’intensité de l’une augmente, celle de l’autre diminue, quelque soit le placement sur la zone
d’écoute. Voir ci-dessous.

Figure 51 - ex emple de l'influence des enceintes, cas de la paire frontale


La différence d’intensité apportée par chaque enceinte est donc divisée par deux, ce
qui donne :
Ecartement 0 20 cm 30cm 50cm 80cm 1m 1m20

moy enne avant par enceinte à 500Hz 0 ±3 ±3,792 ±4,5 ±5,844 ±6,328 ±6,773

moy enne avant par enceinte à 2kHz 0 ±3,295 ±3,772 ±4,583 ±5,268 ±5,658 ±6,105

moy enne avant par enceinte à 8kHz 0 ±3,563 ±4,327 ±5,094 ±5,688 ±6,281 ±6,625

Moyenne avant par enceinte total 0 ±3,286 ±3,964 ±4,725 ±5,6 ±6,089 ±6,501

moy enne arrière par enceinte à 500Hz 0 ±3,672 ±3,692 ±5,313 ±6,4 ±7,4 ±8,317

moy enne arrière par enceinte à 2kHz 0 ±3,516 ±4,635 ±5,425 ±6,579 ±7,85 ±8,758

moy enne arrière par enceinte à 8kHz 0 ±3,92 ±5,107 ±5,85 ±6,641 ±7,844 ±8,391

Moyenne arrière par enceinte total 0 ±3,703 ±4,478 ±5,529 ±6,54 ±7,698 ±8,489

66
Ainsi, la directivité sera fonction de la distance d’écoute et de l’endroit ou on a décidé
de faire pointer l’enceinte, car l’angle à laquelle ces écartements seront atteints par chacune
des enceintes varie en fonction de la distance ! Voir Figure 52.

Figure 52 - Démonstration de la directivité fonction de la distance d'écoute


Je rappelle que les valeurs trouvées dans le test à une distance 2m50, sont en théorie
aussi valable aux autres distances d’écoute. Puisque, comme cela à été montré au chapitre
4.3.1 page 52, la différence de marche reste constante quelque soit le rayon où sont placées les
enceintes.
Ainsi, on peut donc déterminer la directivité des enceintes des cadrans avant et arrière pour
chaque distance d’écoute. Pour ma part je ne donnerais que quelques exemples, j’ai fait les
calculs à 1m, 2m50 et 4m. Car, il me semble que pour des distances de 2m et 3m, les résultats
seront significativement assez proche du résultat à 2m50.
Comme mes mesures ne vont pas plus loin qu’un écartement de 1 m 20 par rapport au
centre idéal, j’ai décidé que le 0° de mes enceintes avant et arrière pointerait sur cette distance
à gauche comme à droite.
Ainsi, pour l’instant, je limite l’étude de l’élargissement de la zone d’écoute à 1m20 de part et
d’autre du centre idéal pour mes directivités théoriques et je ne me préoccupe pas de ce qui se
passe après. M ais il est clair, qu’il est possible de prolonger la zone d’écoute à l’aide des
courbes tirées du deuxième test.
Dans le cas où la distance d’écoute est à 1mètre (Tableau 8), Les enceintes ne sont pas
pointée à 1m20 comme les autres mais à 1m, car pour le moment je ne me préoccupe pas de
ce qui se passe en dehors de l’aire définie par la distance d’écoute.
Le Tableau 9 nous donne les valeurs pour une distance d’écoute à 2m50.
Le Tableau 10 nous donne les valeurs pour une distance d’écoute à 4 m.
Suivent ensuite les diagrammes polaires tracé sous M atlab, avec tout d’abord ceux de
2m50 pour les cadrans avant, arrière, pour les 3 bandes de fréquences du test et en moyenne.
Puis celle à 1 m et 4 m pour les cadrans avant et arrière en valeurs moyennées seulement.

67
Tableau 8 - directivités des enceintes avant et arrière pour une distance d'écoute à 1 m,
les enceintes pointent à 0° sur 1 m d'écartement par rapport au centre idéal

Angulation de la directivité avant


0° 4° 11° 17° 20° 30° 40° 46° 59° 78° 88°
(en degré)
Avant 500Hz (en dB) 0 -0,48 -1,83 -2,54 -3,33 -6,33 -9,33 -10,12 -10,83 -12,17 -12,66
Avant 2kHz (en dB) 0 -0,39 -1,08 -1,89 -2,36 -5,66 -8,95 -9,43 -10,24 -10,93 -11,32
Avant 8kHz (en dB) 0 -0,59 -1,19 -1,95 -2,72 -6,28 -9,84 -10,61 -11,38 -11,97 -12,56
Moyenne avant (en dB) 0 -0,49 -1,36 -2,13 -2,80 -6,09 -9,38 -10,05 -10,81 -11,69 -12,18

Angulation de la directivité
0° 1,5° 4° 6° 8° 11° 16° 19° 30° 59° 92°
arrière (en degré)
Arrière 500Hz (en dB) 0 -1 -2,09 -3,70 -3,73 -7,4 -11,07 -11,09 -12,71 -13,8 -14,8
Arrière 2kHz (en dB) 0 -1,27 -2,43 -3,22 -4,33 -7,85 -11,37 -12,49 -13,28 -14,43 -15,7
Arrière 8kHz (en dB) 0 -1,20 -1,99 -2,74 -3,92 -7,84 -11,76 -12,95 -13,69 -14,48 -15,69
Moyenne Arrière (en dB) 0 -1,15 -2,17 -3,22 -4 -7,70 -11,4 -12,18 -13,23 -14,24 -15,4

68
Tableau 9 - directivités des enceintes avant et arrière pour une distance d'écoute à 2 m 50,
les enceintes pointent à 0° sur 1 m 20 d'écartement par rapport au centre idéal

Angulation de la directivité
0° 2,5° 5° 10° 12,5° 15° 18° 22° 25° 28° 36° 41° 48°
avant (en degré)
Avant 500Hz (en dB) 0 -0,45 -0,93 -2,27 -2,98 -3,77 -6,77 -9,77 -10,57 -11,27 -12,62 -13,1 -13,55
Avant 2kHz (en dB) 0 -0,45 -0,84 -1,52 -2,33 -2,81 -6,10 -9,4 -9,88 -10,69 -11,37 -11,76 -12,21
Avant 8kHz (en dB) 0 -0,34 -0,94 -1,53 -2,30 -3,06 -6,63 -10,19 -10,95 -11,72 -12,31 -12,91 -13,25

Moyenne avant (en dB) 0 -0,41 -0,90 -1,77 -2,54 -3,22 -6,50 -9,79 -10,46 -11,23 -12,1 -12,59 -13

Angulation de la directivité
0° 1° 2° 4° 4,5° 5° 7° 10° 11° 12° 16° 20° 25°
arrière (en degré)
Arrière 500Hz (en dB) 0 -0,92 -1,92 -3,00 -4,62 -4,65 -8,32 -11,99 -12,01 -13,63 -14,72 -15,72 -16,63
Arrière 2kHz (en dB) 0 -0,90 -2,179 -3,33 -4,12 -5,24 -8,75 -12,27 -13,39 -14,18 -15,34 -16,61 -17,52
Arrière 8kHz (en dB) 0 -0,92 -2,12 -2,91 -3,65 -4,84 -8,76 -12,68 -13,87 -14,61 -15,4 -16,6 -17,15

Moyenne Arrière (en dB) 0 -0,91 -2,07 -3,08 -4,13 -4,91 -8,61 -12,31 -13,09 -14,14 -15,15 -16,31 -17,1

69
Tableau 10 - directivités des enceintes avant et arrière pour une distance d'écoute à 4 m ,
les enceintes pointent à 0° sur 1 m 20 d'écartement par rapport au centre idéal

Angulation de la directivité
0° 2,5° 4° 7° 9° 10,5° 13° 15° 16° 19° 23° 26° 30°
avant (en degré)
Avant 500Hz (en dB) 0 -0,45 -0,93 -2,27 -2,98 -3,77 -6,77 -9,77 -10,57 -11,27 -12,62 -13,1 -13,55
Avant 2kHz (en dB) 0 -0,45 -0,84 -1,52 -2,33 -2,81 -6,10 -9,4 -9,88 -10,69 -11,37 -11,76 -12,21
Avant 8kHz (en dB) 0 -0,34 -0,94 -1,53 -2,30 -3,06 -6,63 -10,19 -10,95 -11,72 -12,31 -12,91 -13,25

Moyenne avant (en dB) 0 -0,41 -0,90 -1,77 -2,54 -3,22 -6,50 -9,79 -10,46 -11,23 -12,1 -12,59 -13
Angulation de la directivité
0° 0,5° 1,5° 3° 3,5° 4° 5° 6° 6,5° 8° 10° 11,5° 14°
arrière (en degré)
Arrière 500Hz (en dB) 0 -0,92 -1,92 -3,00 -4,62 -4,65 -8,32 -11,99 -12,01 -13,63 -14,72 -15,72 -16,63
Arrière 2kHz (en dB) 0 -0,90 -2,179 -3,33 -4,12 -5,24 -8,75 -12,27 -13,39 -14,18 -15,34 -16,61 -17,52
Arrière 8kHz (en dB) 0 -0,92 -2,12 -2,91 -3,65 -4,84 -8,76 -12,68 -13,87 -14,61 -15,4 -16,6 -17,15
Moyenne Arrière (en dB) 0 -0,91 -2,07 -3,08 -4,13 -4,91 -8,61 -12,31 -13,09 -14,14 -15,15 -16,31 -17,1

70
DIRECTIVITE PAR BANDE DE FREQUENCE
DISTANCE D’ECOUTE : 2,50M

Figure 53 - directivité par bande de fréquence des enceintes avant


à une distance d'écoute de 2 m50

Figure 54 - directivité par bande de fréquence des enceintes arrière


à une distance d'écoute de 2 m50

71
DIRECTIVITE MOYENNE
DISTANCE D’ECOUTE : 2,50M

Figure 55 - directivité des enceintes avant à une distance d'écoute de 2m50

Figure 56 - directivité des enceintes arrière à une distance d'écoute de 2m50

72
DIRECTIVITE MOYENNE
DISTANCE D’ECOUTE : 1 M

Figure 57 - directivité des enceintes avant à une distance d'écoute de 1m

Figure 58 - directivité des enceintes arrière à une distance d'écoute de 1m

73
DIRECTIVITE MOYENNE
DISTANCE D’ECOUTE : 4 M

Figure 59 - directivité des enceintes avant à une distance d'écoute de 4m

Figure 60 - directivité des enceintes arrière à une distance d'écoute de 4m

74
CONCLUSIONS

Des enceintes à directivité constante sont plus appropriées que des enceintes à
directivité croissante.
Puisque la fréquence influe peu sur la directivité idéale, il est nécessaire d’utiliser des
enceintes dont la directivité reste constante sur une zone de fréquence allant de 500 à 20 kHz.
Les enceintes à directivité croissante sont donc à écarter d’un premier abord.

Des directivités très resserrées sont nécessaires quelque soit la distance d’écoute.
On se rend bien compte que les directivités nécessaires afin d’obtenir une localisation
cohérente voire identique sur l’ensemble de la zone d’écoute élargie demande des directivités
très resserrées et « pincées ».
En sonorisation, pour donner une idée rapide de la directivité des enceintes, on parle d’angle
d’ouverture ou de couverture des enceintes. C’est la zone angulaire pour laquelle, le niveau
d’intensité acoustique de l’enceinte n’a pas subi d’atténuation supérieure 6 dB par rapport à
son axe.

Pour une distance d’écoute à 2,5 m :


Il faudrait des enceintes possédant des angles d’ouverture horizontale de l’ordre de 35
à 40° pour les enceintes avant et 10 à 20° pour les enceintes arrière avec une distance d’écoute
de 2-3 mètres.

Pour une distance d’écoute proche de 4 mètres :


Les directivités à atteindre sont presque impossible, car il est nécessaire d’obtenir une
ouverture de 25° à l’avant et seulement 10° à l’arrière !

Pour une distance d’écoute proche de 1 mètre :


Les directivités sont moins marquées, puisque à l’avant l’ouverture demandée est de
l’ordre 30° et 20° à l’arrière. Le problème c’est qu’à cette distance des enceintes, on ne peux
positionner beaucoup de monde en même temps sur la zone d’écoute : de l’ordre de deux,
côte à côte. Ce n’est donc pas une distance que l’on ne peut pas vraiment retenir dans le cas
d’une écoute domestique. Par contre, ceci trouve peut-être sa place dans le cas d’une écoute
de proximité en studio.
J’émettrais juste un léger doute, sur la justesse des directivités trouvées à 1 mètre, car
comme cela à été mis en lumière page 51, la différence de marche est égale à l’écartement
par rapport au centre idéal à toute les distance d’écoute, sauf à partir de 80 cm. M ais cela
n’accentue pas la directivité bien au contraire : cela doit adoucir la pente entre 0 et 5° et 30 à
60°.

Seule la pente de la directivité nous intéresse


Comme le montre Figure 61, seul la pente de la directivité nous intéresse dans ce cas.
A partir du moment, où une partie de la directivité correspond, orientée de la bonne façon, la
compensation en différence d’intensité fonctionne.

75
Figure 61 – ex emple d’enceinte dont la directivité peut convenir

Les enceintes de ce type qui existent aujourd’hui


Les enceintes réunissant l’ensemble de ces caractéristiques n’existent pas encore dans
le domaine de l’écoute professionnelle de studio et encore moins dans le domaine domestique.
Pour commencer à s’approcher de cela, il faut tester les enceintes de sonorisation, à l’aide de
technologie très diverse : guide d’onde (commercialement appelé « Line Array »), enceinte
colonne, enceinte à pavillon…
M ais, le principal souci d’adaptation dans une écoute de semi-proximité, comme c’est
le cas à 2-3m, c’est que ces enceintes sont destinées à travailler avec de forte puissance. Ces
technologies sont développées pour de grandes portées sans perte. D’autre part, à cause de
leur utilisation et de leur puissance, leur encombrement n’est pas négligeable.

En conclusion
Pour l’instant, à part utiliser des enceintes à 1mètre de distance, les directivités à
obtenir, surtout celle des enceintes arrière, ne sont pas facile à trouver.
Il serait vraiment intéressant de trouver des directivités faciles plus à obtenir à une distance
d’écoute correspondant à l’utilisation générale : 2,50m.
Pour l’instant, les directivités obtenues à 2,5 m sont valables que si l’on pointe celle-ci
à 1,2 m d’écartement.
Essayons de voir ce que l’on obtiendra comme directivités, si l’on restait à une distance
d’écoute à 2 m 50, mais que l’on pointait les enceintes à 2m50 d’écartement par rapport au
centre idéal.

76
5.2. ELARGISSEMENT DES DIRECTIVITES OBTENUES

Il s’agit donc là, de ne plus pointer l’axe des enceintes à 1m20 d’écartement de part et
d’autre du centre idéal, en effectuant un croisement des enceintes par cadran, mais de les
pointer à 2m50 d’écartement.

Figure 62 - Enceintes pointant sur 2 m 50 d'écartement

Les avantages :
Géométriquement, on donne plus d’angulation donc on retrouve les zones proches du
centre, qui nécessitent de forte différence d’intensité, sur les zones angulaires dont la pente de
la directivité est la plus forte.
C’est aussi bénéfique au niveau perceptif, on élargit la zone d’écoute à 5 m de
longueur, tout en écartant la zone où l’on est plein axe de l’enceinte. Car dans l’axe, on peut
trouver un phénomène de surprésence, due à de légère différence en terme spectral et peut-
être aussi en terme psycho acoustique.

La méthode
Il est nécessaire pour obtenir ces courbes d’effectuer une interpolation des résultats des
deuxièmes tests. Ainsi, je reprend les courbes de la Figure 50, et j’utilise les courbes de
tendance logarithmique tracées à partir des résultats obtenus pour avoir des valeurs sur des
écartements supérieurs, j’obtiens les directivités pour les cadrans avant et arrière présenté
dans le Tableau 11 et les Figure 64 et Figure 65.

77
5

0
0 1 2 3 4 5 60 70 80 90 00 10 20 30 40 50 60 70 80 0 00 10 20 30 40 50
0, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 1, 1, 1, 1, 1, 1, 1, 1, 1, 1,
9
2, 2, 2, 2, 2, 2,
Différence d'intensité (en dB)

-5

-10

-15

y = -5,0279Ln(x) - 0,2876

-20

y = -6,3963Ln(x) + 0,1896

-25

Ecartement par rapport au centre (en m)

cadran avant cadran arrière Logarithmique (cadran avant) Logarithmique (cadran arrière)

Figure 63 - Interpolation par rapport aux moyennes

78
Tableau 11 -interpolation des directivités

Ecart ement par rapport à l’origine


(valeur relative en m) 2,5 2,3 2,1 1,9 1,7 1,5 1,3 1,1 0,9 0,7 0,5 0,3 0,1 0

Angulation avant (en degré) 0 2 3 5 7 8,5 10,5 13 15 18 21 24 28 30

Intensité (en dB) 0 -0,3 -0,4 -0,8 -1 -1,3 -1,6 -2 -2,5 -3,1 -3,6 -4,4 -6,9 -8,4

Angulation arrière (en degré) 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 5 5,5 7 9 10

Intensité (en dB) 0 -0,3 -0,6 -0,9 -1,2 -1,7 -2 -2,5 -3,2 -3,9 -4,8 -5,6 -8,6 -10

Ecart ement par rapport à l’origine


(valeur relative en m) 0,1 0,3 0,5 0,7 0,9 1,1 1,3 1,5 1,7 1,9 2,1 2,3 2,5

Angulation avant (en degré) 32 36 40,5 45,5 50,5 56 61 66 71 77 81 86 90

Intensité (en dB) -9,8 -12,3 -13 -13,6 -14,2 -14,7 -15,1 -15,5 -15,7 -15,9 -16,3 -16,5 -16,7

Angulation arrière (en degré) 11 13 15 18 22 25 31 36 44 53 65 76 88

Intensité (en dB) -12,1 -15,1 -15,8 -16,8 -17,5 -18,2 -18,7 -19 -19,5 -19,8 -20,1 -20,4 -20,7

79
Figure 64 - Directivité avant pour des enceintes pointées à 2,5m

Figure 65 - directivité arrière pour des enceintes pointées à 2,5m


On obtient donc des directivités moins marquées, avec des angles d’ouverture de
l’ordre de presque 60° pour l’avant et tout de même 15-20° pour l’arrière.
Attention : la Figure 65, pour des raisons que j’ignore, n’a pas la même échelle que
les autre ce qui lui donne cet aspect différent ! Il ne faut prendre en compte que les 20
premiers dB.
Ces directivités sont plus faciles à trouver, essayons les lors d’un dernier test !
M ême si les enceintes trouvées ne sont pas idéales, elles permettront de vérifier la validité de
l’approche théorique.

80
6. TEST DU SYSTEME SELON LES DIRECTIVITES
RETENUES

Effectuer un test fiable et exhaustif avec un système idéal n’est pas réalisable dans le
temps alloué à un mémoire. Cette démarche est longue et doit être extrêmement rigoureuse, ce
qui pourrait faire l’objet d’un mémoire à elle seule ! Le test du système qui nous intéresse
devra donc s’accommoder d’une procédure plus modeste qui ne pourra en aucun cas qualifier
ses performances brutes.
Ce test s’attachera à valider la qualité de la localisation et de l’enveloppement obtenus
sur la zone d’écoute recherchée d’un système dont les caractéristiques s’approche du modèle
théorique par rapport à un système classique.
La distance d’écoute sera donc à 2,5m

6.1. ELABORATION DU TEST

CHOIX DES SYTEM ES D’ECOUTE

Le système classique sera celui qui a servi tout au long des tests précédents : le modèle
system 600A de chez Tannoy avec des amplis Samson Audio Servo 170. Cela permet une
certaine continuité avec les autres tests.
Le système à directivités optimisées retenu est un compromis : il est constitué de 4
enceintes B4027 de chez A2T et il sera utilisé avec le même type d’ampli que les Tannoy.
Ce sont des enceintes à directivité croissante. On s’éloigne donc du modèle idéal à
directivité constante. M ais ces modèles se trouvaient que dans utilisation de type sonorisation,
ils étaient beaucoup trop gros, quasiment intransportables dans les conditions de ce mémoire.
Et il est peut-être plus judicieux, si l’on veut faire un test en aveugle d’avoir des enceintes qui
se confondent un peu.
Au niveau directivité, comme on peut le voir sur la Figure 66 : en la tournant de 15°
supplémentaire par rapport au cas idéal (ce qui fait 45° par rapport à l’axe du centre idéal), on
obtient une courbe qui fonctionne de 0 à 30° pour l’avant.
Pour l’arrière ce n’est bien sûr pas suffisant mais cela donnera déjà une idée.

81
Figure 66 - directivité de la B4027 comparé au cas idéal à l'avant

CHOIX DES EXTRAITS TESTES

Pour tous les extraits choisis, étant donné qu’il n’y aura pas d’enceinte centrale, le
signal de ce canal sera donc envoyé sur les deux canaux, gauche et droite, mais diminué de 3
dB.
D’autre part, étant donné que l’arrière n’a pas vraiment la directivité souhaitée, mon
premier choix se porte sur un extrait multicanal où les arrières sont plus des ambiances et où
l’avant possède une image stéréophonique bien définie et stable.
C’est pourquoi mon choix s’est porté sur un enregistrement live du Count Basie Orchestra,
extrait d’un SACD de prise de son de démonstration effectué par Neumann.
L’avantage de ce dernier c’est que le placement des instruments est très bien défini dans une
volonté de naturalité. Voici d’ailleurs, l’installation de l’enregistrement :

Figure 67 - installation de l'enregistrement de l'orchestre de Count Basie

82
A l’avant, il y a un micro par canal et le signal arrière est constitué par une tête
artificielle.
Il y aura donc un extrait de cet enregistrement, plus le même passage filtré autour de
6kHz car c’est la zone spectrale où l’A2T est la plus proche de la directivité idéale.
Enfin, un dernier extrait utilisant plus les canaux arrière est choisi, il s’agit d’un
morceau du D VD 5.1 sorti en 2004 (chez Warner) de Jean-M ichel Jarre appelé « AERO » et
l’extrait « Oxygène 4 ».
L’intérêt de celui-ci, c’est qu’il possède une introduction avec de nombreux sons tournants et
un fort enveloppement.

LIEU DU TEST

Toujours pour des raisons de compatibilité avec les expériences précédentes, le test est
réalisé dans le studio de mixage cinéma de l’Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière.

ORGANISATION DE L’ECOUTE COMPARATIVE

Afin de tester les qualités de localisation sur l’ensemble de la zone d’écoute élargie, 4
positionnements d’auditeur sont déterminés :
- Une position sur le centre idéal, afin de voir si le fait d’avoir optimisé la zone
d’écoute sur une zone plus large n’a pas détérioré les qualités d’écoute du départ.
- Une position écartée de 50 cm.
- Une position écartée de 1m.
- Une position écartée de 1,5m.
Le déplacement se fait aussi bien vers la gauche que vers la droite, afin de pouvoir
avoir un maximum d’auditeur en même temps.

83
Figure 68 - installation de l’écoute comparative
Le passage de l’écoute Tannoy à l’écoute A2T s’effectue à la demande des auditeurs, à
l’aide d’une console DM 2000, on pouvait donc écouter simultanément l’un ou l’autre des
systèmes.

6.2. REALISATION PRATIQUE DU TEST

Le test s’est déroulé sur une journée. Les auditeurs sont issus des étudiants de l’Ecole
Nationale Supérieure Louis Lumière. Ils sont majoritairement très sensibilisés au son. Sur les
21 testeurs, tous sont issus de la section son de l’école. Par ailleurs, 66 % des auditeurs du
panel sont de sexe masculin.
La phase de test comprend l’écoute proprement dite d’environ ½ heure, et un dialogue
sur l’impression de chacun des testeurs.
L’ensemble des auditeurs n’a pas forcément écouté les 3 extraits pour des raisons de
temps et d’affluence au test.
Lors de l’écoute chaque auditeur avait à remplir un questionnaire avec 3 critères à
juger par position :
- La qualité de la localisation des sources fantômes
- La qualité de spatialisation et d’enveloppement.
- La stabilité de l’image
Il y avait au départ un critère sur la reproduction spectrale, mais les systèmes n’étant
pas égalisés et étant donné leur facture, ils avaient un rendu complètement différent. Les
Tannoy descendaient plus bas dans le spectre, et les A2T montaient beaucoup plus haut.

84
Pour noter ces critères, il avait à cocher par un système de case : une enceinte était
vraiment meilleure que l’autre (2+), un peu meilleure (1+) ou bien similaire (=)

6.3. RESULTAT DU TEST

6.3.1.RESULTAT D’ORDRE GENERAL

Voici les commentaires tirés de l’échange oral avec chacun des auditeurs après le test
noté par certains auditeurs.

Une écoute « en aveugle » qui a bien fonctionné


Le principe d’écoute en aveugle à bien fonctionné, car les auditeurs n’arrivaient pas à
déterminer de quelles enceintes provenait le signal (elles étaient l’une sur l’autre).
Ceci permet de valider les conditions de test, car ils ne savaient donc pas quel système ils
écoutaient.

Une zone d’écoute plus stable avec le système optimisé


D’une manière générale, il semblait que plus les auditeurs s’écartaient du centre, plus
le système A2T semblait meilleur en tout point de vue que le système classique.

L’extrait filtré était plus facile à comparer


Après l’extrait n°2, je leur demandais d’apprécier la différence entre le 1er extrait de
jazz non filtré et le même filtré en passe bande autour de 6kHz. Selon la plupart des notes,
l’extrait n°2 faisait apparaître de plus grandes différences entre les systèmes d’écoute.

Pour certain, le système classique présentait une spatialisation aberrante aux positions
extrêmes
Seul quatre d’entre eux ont remarqué sur la position à 1,5m, que l’image diffusée par
le système classique était aberrante et restait « collée » dans les enceintes. En d’autre terme la
spatialisation n’existait plus du tout. Ils ont d’ailleurs mis la note maximum (2+) en terme de
spatialisation au système optimisé.

Le système optimisé par son angulation, peut gêner visuellement certains auditeurs
L’un des testeurs m’a fait remarquer, que le fait que les enceintes du système optimisé
n’étaient pas tournées vers eux, le gênait visuellement en particulier à la position centrale.
Heureusement ceci n’est qu’anecdotique, il faut dire que la plupart des testeurs ne
connaissaient pas le principe du système optimisé et ce n’est qu’après que je lui aie expliqué
le principe à la fin du test qu’il en a compris les enjeux.

85
6.3.2.RESULTATS COMPLETS

Comme lors des autres test, tous les résultats ont été pris en compte.
On trouvera dans les pages suivantes, les résultats sous la forme de graphique.
En abscisse, on trouve la position de l’auditeur (de 1 à 4) :
- 1 correspond à la position sur le centre idéal
- 2 correspond à la position écartée de 50 cm
- 3 correspond à la position écartée de 1m
- 4 correspond à la position écartée de 1,5m
En ordonnée, on trouve la note donnée pour chaque critère (de - 2 à 2)
- -2 correspond la note ++ donnée au système classique
- -1 correspond la note + donnée au système classique
- 1 correspond la note + donnée au système optimisé
- 2 correspond la note ++ donnée au système optimisé
La Figure 69 exprime la note donnée par l’ensemble des auditeurs sur le critère de
localisation, sur les 3 extraits en fonction du placement.
La Figure 70 exprime la note donnée par l’ensemble des auditeurs sur le critère de
spatialisation - enveloppement, sur les 3 extraits, en fonction du placement.
La Figure 71 exprime la note donnée par l’ensemble des auditeurs sur le critère de
stabilité de l’image, sur les 3 extraits, en fonction du placement.

86
2

1,5

0,5

0
1 2 3 4

-0,5

-1

-1,5

-2

position de l'auditeur

extrait 1 extrait 2 extr ait 3

Figure 69 – critère de localisation

1,5

0,5

0
1 2 3 4

-0,5

-1

-1,5

-2
position de l'auditeur

extrait 1 extrait 2 extr ait 3

Figure 70 - critère de spatialisation – enveloppement

87
2

1,5

0,5

0
1 2 3 4

-0,5

-1

-1,5

-2

position de l'auditeur

extrait 1 extrait 2 extr ait 3

Figure 71 - critère de stabilité de l'image


On remarque que pour les trois critères, la préférence va plutôt pour le système
optimisé, sauf au centre idéal où la tendance s’inverse légèrement pour le système classique.
On remarque aussi, que plus on s’éloigne du centre idéal, plus le système optimisé est
ressenti comme meilleur.

Conclusion
Alors que le système optimisé n’avait pas les courbes de directivité idéales (en
particulier à l’arrière), il semble quand même qu’il permet un élargissement notable de la zone
d’écoute.
Les résultats de ce test semblent plutôt positifs, et peut-être que des enceintes, dont la
directivité est constante et très proche de celle trouvé par les tests précédent, permettent
d’encore améliorer ce résultat.
M ais cela mériterait des écoutes encore plus approfondie, car même si la zone
d’écoute semblait améliorée, les résultats n’étaient pas encore satisfaisant, notamment en
terme de stabilité de l’image.
Il serait intéressant aussi de tester la robustesse de l’image fantôme de ce système,
dans le cas d’un déplacement, et observer aussi ces qualités sur les images latérales.
En position centrale, le système optimisé montre quelques faiblesses par rapport au
système classique, une solution peut être trouvée à l’aide d’un filtrage optimisant ses
caractéristiques à ce point.
Ce principe ouvre des portes, mais, comme on vient de le voir, il reste encore à
l’optimiser.

88
7. CONCLUSIONS GENERALES

La reproduction multicanale, a peut-être trouvé une méthode pour élargir la zone


d’écoute, mais ceci pose encore quelques difficultés.

D’un point de vue utilisation


Ce n’est pas un système qui est universel et facile d’emploi. Les directivités sont
fonction de la distance d’écoute et fonction aussi de l’angulation que l’on donne aux
enceintes. Ce n’est donc pas un système que l’on peut donner au particulier « clé en main »,
car il nécessite quelques réglages et optimisations.
Ceci s’adresse peut-être plus à des audiophiles avertis qu’à un public plus classique dans le
domaine domestique.
En ce qui concerne le milieu professionnel, l’intérêt est certes évident, mais ce
système à directivité optimisé va peut-être se heurter aux habitudes de placement d’enceinte,
orienté vers le centre idéal. Il faudra améliorer le système pour être sûr d’avoir, d’abord une
qualité équivalente au système classique sur le centre idéal, et d’obtenir exactement le même
rendu sur l’ensemble de la zone d’écoute élargie.

D’un point de vue de la conception


Pour l’instant, il paraît assez difficile de fabriquer des enceintes plutôt compactes
permettant d’obtenir toutes les directivités souhaitées en fonction des distances d’écoute.
M algré tout, on peut aussi utiliser des enceintes dont une partie de la pente de directivité
correspond aux directivités souhaitées. M ais ceci demande aussi d’étudier l’acoustique du
lieu, afin d’absorber toute la partie d’énergie qui n’est pas utilisée.
Encore mieux, rêvons un peu : pourrais-t-on un jour inventer une enceinte dont la
directivité est adaptable en fonction des besoins ?
Enfin, afin de résoudre le problème visuel de l’orientation des enceintes, pourquoi ne
pas essayer d’utiliser des enceintes dont la directivité est asymétrique ?

La question de l’enceinte centrale


Dans ce mémoire la question de la directivité de l’enceinte centrale a été évoquée mais
n’a jamais été développée. C’est une vaste question qui pourrait elle aussi faire l’objet d’un
mémoire. Sur le même principe, on pourrait imaginer une enceinte, qui au lieu d’être très
directive, est plus forte sur les côtés que dans l’axe. Pourquoi ne pas utiliser une enceinte de
directivité cardioïde dont on utilisera les lobes arrière ? La question reste entière.

89
BIBLIOGRAPHIE

[1]. AESTD1001.1.01-10 (2001) M ultichannel surround sound systems and operation. AES
technical council.
[2]. ANET CHRISTOPHE (2003) Placement and room acoustics interaction. Genelec Oy,
2003. Published in Resolution Magazine, Sweet Spot, pp 54-55, Nov/Dec 2003, Volume
V2.8
[3]. ARNAUD YANN (1996) Etude du système à enceintes croisées : « de la pertinence de la
localisation stéréophonique en diffusion multipoints ». Mémoire de fin d’étude de l’Ecole
Nationale Supérieure Louis Lumière.
[4]. BLAUERT JENS (1997) Spatial hearing : The psychophysics of human sound
localization. MIT Press.
[5]. BRUHNES JEAN-BAPTISTE (1999) Localisation d’une source monophonique musicale
en multicanal 5.1. Mémoire de fin d’étude de l’Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière.
nd
[6]. EBU-UER TECH 3276 – 2 EDITION (1998) Listening condition for the assessment of
sound programme material : monophonic aund two-channel stereophonic. EBU-UER
technical specification.
[7]. EBU-UER TECH 3276 – E SUPPLEM ENT 1 (2004) Listening condition for the
assessment of sound programme material : multichannel sound. EBU-UER technical
specification.
[8]. EBU-UER TECH 3286 SUPPLEM ENT 1 (2000)Assessment methods for subjective
evaluation of the quality of sound programme material – M ultichannel. EBU-UER
technical specification.
[9]. GIVERNAUD LAURENT (2000) Etude de la perception de la localisation pour une prise
de son acoustique en différence d’intensité en 5.1. Mémoire de fin d’étude du
Conservatoire National des Arts et Métiers.
[10]. HOLM AN TOM LINSON (2000) 5.1 surround sound : up & running. Focal press.
[11]. HUGONNET CHRISTIAN et WALDER PIERRE (2003). Théorie et pratique de la
prise de son stéréophonique. Edition Eyrolles.
[12]. ITU-R BS.775-1 (1994) M ultichannel stereophonic sound system with and without
accompanying picture. ITU technical council.
[13]. JBL PROFESSIONAL TECHNICAL NOTES. JBL Precision Directivity™ PD700
Series Co-Axial M id/High Speaker Systems. JBL Technical Notes Volume 1, Number 29.
[14]. LEDÛ GUILLAUM E (1999) Conception de systèmes de prise de son multicanaux :
application à l’enregistrement musical. Mémoire de fin d’étude de l’Ecole Nationale
Supérieure Louis Lumière.

90
[15]. MARTIN JULIE (2003) Sensation d’espace dans la musique de variété mixé sur un
système multicanal 5.1 norme ITU-R BS.775-1. Mémoire de fin d’étude de l’Ecole
Nationale Supérieure Louis Lumière.
[16]. THEILE G. et PLENGE G. (1976) Localisation of lateral phantom sources. Journal de
l’Audio Engineering Society, Vol 25, N°4, Mars 1976.
[17]. THEILE G. (1980) On the localisation in the superimposed soundfield. Universität
Berlin.
[18]. THEVENOT PATRICK L’influence du local sur l’écoute monitoring en prise de son.
Document A2T.
[19]. THEVENOT PATRICK Diffusion sonore cinématographique et vidéo en milieu
difficile. Document INA département INNOVATION.
[20]. VAN BEUNINGEN G.W.J. et START E.W (2000) Optimizing directivity properties
of DSP controlled loudspeaker arrays. Duran Audio BV.
[21]. ZACHAROV NICK (1998) Subjective appraisal of loudspeaker directivity for
multichannel reproduction. Journal de l’Audio Engineering Society, Vol 46, N°4, Avril
1998.
[22]. ZACHAROV NICK, BECH SǾREN et M EARES DAVID (1998) The use of
subwoofers in the context of surround sound reproduction. Journal de l’Audio
Engineering Society, Vol 46, N°4, Avril 1998.
[23]. ZACHAROV NICK et M EARES DAVID (1999) M ultichannel level alignement part
III : the essfects of loudspeaker directivity and reproduction bandwith. AES 106th
Convention - Munich.
[24]. APG. www.apg.tm.fr
[25]. A2T. www.a2tproduction.com
[26]. DURAN audio. www.duran-audio.fr
[27]. Genelec. www.genelec.com
[28]. JBL. www.jblpro.com
[29]. Turbosound. www.turbosound.com

91
TABLE DES ILLUSTRATIONS

Figure 1 - zones d'écoute de la biphonie et du 5.1 en pratique..................................................................................................................5


Figure 2 - démonstration de l’influence d’ une enceinte par rapport aux autres (les flèches représentent les niveaux
d’intensités de chaque enceinte au point où se situe l’auditeur)..................................................................................................6

Figure 3 - Système de coordonnées (source Blauert [4]) ...........................................................................................................................8


Figure 4 - cadrans des tests..............................................................................................................................................................................9
Figure 5 - différence de marche ......................................................................................................................................................................9
Figure 6 - Exemple d'un mixage en 5.1 écouté sur le centre idéal.........................................................................................................10
Figure 7 - Exemple d'un mixage en 5.1 écouté à proximité d’ une enceinte.........................................................................................11
Figure 8 – Elargissement idéal de la zone d’ écoute optimale .................................................................................................................12
Figure 9 - exemple d'impossibilité................................................................................................................................................................13
Figure 10 - Zone d'écoute théorique en 5.1 optimisée..............................................................................................................................14
Figure 11 – compensation du ∆t par des enceintes à directivité croissante contrôlée........................................................................16
Figure 12 - optimisation des directivités.....................................................................................................................................................18
Figure 13 - le format Dolby digital au cinéma ...........................................................................................................................................19
Figure 14 - Configuration de référence du 5.1...........................................................................................................................................20
Figure 15 - Elévation des enceintes..............................................................................................................................................................21
Figure 16 - Exemple d'insertion de délai de compensation.....................................................................................................................22
Figure 17 - zone d'écoute selon les recommandations AES et UER......................................................................................................23
Figure 18 - fourchette de déviation de la directivité selon l'AES...........................................................................................................24
Figure 19 - exemple d'enceinte 1) amorce de pavillon pour une enceinte à directivité croissante 2) et 3) exemple de pavillon
.................................................................................................................................................................................................................26
Figure 20 - les différentes fa milles de directivité d'enceintes.................................................................................................................27
Figure 21 - localisation par différence interaurale de temps..................................................................................................................28
Figure 22 - localisation par différence interaurale d'intensité.................................................................................................................28
Figure 23 - direction angulaire des évènements auditifs en fonction de la différence de temps (cadran avant)...........................29
Figure 24 - direction angulaire des évènements auditifs en fonction de la différence d’ intensité (cadran avant).......................30
Figure 25 - courbes de compensation ∆t ∆I selon Mertens (signal parlé -1965).............................................................................30
Figure 26 - imprécision en fonction de l'azimut.........................................................................................................................................31
Figure 27 - configuration du test, exemple sur le cadran gauche...........................................................................................................33
Figure 28 - analyse spectrale du morceau a capella "Tom's dinner" de Suzanne Vega .....................................................................35
Figure 29 - Analyse spectrale de l'extrait de théorbe................................................................................................................................35
Figure 30 - synoptique de l'installation du premier test............................................................................................................................37
Figure 31 - configuration du test complémentaire : décalage du cobaye à 50 ou 80cm, e xe mple sur le cadran arrière.............38
Figure 32 - Résultats du cadran avant - Courbe de pondération ∆t ∆I..............................................................................................41
Figure 33 – Résultats du cadran arrière - Courbe de pondération ∆t ∆I ...........................................................................................42
Figure 34 - Résultats du cadran gauche - Courbe de pondération ∆t ∆I...........................................................................................43
Figure 35 - Résultats du cadran droit - Courbe de pondération ∆t ∆I ...............................................................................................44

92
Figure 36 - Comparaison des courbes de pondération ∆t ∆I de chaque cadran repliées par la médiane et moyennées..........45
Figure 37 - courbes de compensation ∆t /∆I avec le sujet décalé de 50 cm vers la droite...............................................................47
Figure 38 - courbes de compensation ∆t /∆I avec le sujet décalé de 80 cm vers la droite...............................................................47
Figure 39 - mise en place du 2 ème test..........................................................................................................................................................49
Figure 40 -Calcul de la différence de marche par rapport à la distance d'écoute - exemple à 2.5m................................................52
Figure 41 - synoptique du deuxième test.....................................................................................................................................................54
Figure 42 - rattrapage en ∆I de l'écartement par rapport au centre idéal (signal test centré autour de 500Hz –CADRAN
AVANT)................................................................................................................................................................................................59
Figure 43 - rattrapage en ∆I de l'écartement par rapport au centre idéal (signal test centré autour de 2kHz –CADRAN
AVANT)................................................................................................................................................................................................59
Figure 44 - rattrapage en ∆I de l'écartement par rapport au centre idéal (signal test centré autour de 8kHz –CADRAN
AVANT)................................................................................................................................................................................................60
Figure 45 - rattrapage en ∆I de l'écartement par rapport au centre idéal (signal test centré autour de 500Hz –CADRAN
ARRIERE).............................................................................................................................................................................................60
Figure 46- rattrapage en ∆I de l'écartement par rapport au centre idéal (signal test centré autour de 2kHz –CADRAN
ARRIERE).............................................................................................................................................................................................61
Figure 47- rattrapage en ∆I de l'écartement par rapport au centre idéal (signal test centré autour de 8kHz –CADRAN
ARRIERE).............................................................................................................................................................................................61
Figure 48 - rattrapage en ∆I de l'écartement par rapport au centre idéal sur la droite – AVANT....................................................62
Figure 49 - rattrapage en ∆I de l'écartement par rapport au centre idéal sur la droite – ARRIERE................................................63
Figure 50 - Rattrapage en intensité de l’ écartement sur la droite - moyenne.......................................................................................64
Figure 51 - exemple de l'influence des enceintes, cas de la paire frontale............................................................................................66
Figure 52 - Démonstration de la directivité fonction de la distance d'écoute.......................................................................................67
Figure 53 - directivité par bande de fréquence des enceintes avant à une distance d'écoute de 2 m50..........................................71
Figure 54 - directivité par bande de fréquence des enceintes arrière à une distance d'écoute de 2 m50........................................71
Figure 55 - directivité des enceintes avant à une distance d'écoute de 2m50.......................................................................................72
Figure 56 - directivité des enceintes arrière à une distance d'écoute de 2m50.....................................................................................72
Figure 57 - directivité des enceintes avant à une distance d'écoute de 1m...........................................................................................73
Figure 58 - directivité des enceintes arrière à une distance d'écoute de 1m.........................................................................................73
Figure 59 - directivité des enceintes avant à une distance d'écoute de 4m...........................................................................................74
Figure 60 - directivité des enceintes arrière à une distance d'écoute de 4m.........................................................................................74
Figure 61 – exemple d’ enceinte dont la directivité peut convenir..........................................................................................................76
Figure 62 - Enceintes pointant sur 2 m 50 d'écartement...........................................................................................................................77
Figure 63 - Interpolation par rapport aux moyennes.................................................................................................................................78
Figure 64 - Directivité avant pour des enceintes pointées à 2,5m..........................................................................................................80
Figure 65 - directivité arrière pour des enceintes pointées à 2,5m.........................................................................................................80
Figure 66 - directivité de la B4027 comparé au cas idéal à l'avant........................................................................................................82
Figure 67 - installation de l'enregistrement de l'orchestre de Count Basie...........................................................................................82
Figure 68 - installation de l’ écoute comparative........................................................................................................................................84
Figure 69 – critère de localisation.................................................................................................................................................................87
Figure 70 - critère de spatialisation – enveloppement..............................................................................................................................87
Figure 71 - critère de stabilité de l'image ....................................................................................................................................................88

93