Vous êtes sur la page 1sur 18

C. R. Acad. Sci.

Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328
 2001 Académie des sciences / Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés
S1251-8050(01)01648-2/REV

Planètes / Planets
(Atmosphère planétaire / Planetary Atmosphere)

LE POINT SUR...
CONCISE REVIEW PAPER

Les relations entre le Soleil et la Terre ✩,✩✩


Gérard Thuillier
Service d’aéronomie du CNRS, BP 3, 91371 Verrières-le-Buisson, France

Reçu le 23 avril 2001 ; accepté le 16 juillet 2001


Rédigé à l’invitation du Comité de lecture

Abstract – The Sun–Earth relationship. The Earth’s atmosphere evolution through geological
times has induced significant changes in its composition. The properties of today’s atmosphere,
due in particular to the presence of oxygen, show strong evidence of the Sun–Earth relationship.
The influence of solar activity will be presented, concerning the neutral and ionised atmosphere
including the magnetosphere, the thermosphere down to the troposphere, and climate as well as the
various consequences on our environment (space weather).  2001 Académie des sciences / Éditions
scientifiques et médicales Elsevier SAS

Sun / climate / solar cycles / Earth’s atmosphere

Résumé – L’évolution de l’atmosphère terrestre au travers des temps géologiques a entraîné


des changements importants de sa composition chimique. Les propriétés de l’atmosphère
actuelle, en particulier en raison de sa richesse en oxygène, montrent que c’est dans celle-
ci que les relations Soleil–Terre y sont les plus marquées. C’est pourquoi l’influence
de l’activité solaire sur l’atmosphère neutre et ionisée (incluant la magnétosphère, la
thermosphère et jusqu’à la troposphère) ainsi que sur le climat sera présentée, avec ses
conséquences sur notre environnement (météorologie de l’espace).  2001 Académie des
sciences / Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS

Soleil / climat / cycles solaires / atmosphère terrestre

Abridged version During the 17th century, the role of the Sun with respect to
climate change was suspected, but without any conclusive
Since long ago, the Sun has been acknowledged to be demonstration. At that time, the theory of gravitation was
the primary source of energy, and without that source life the central subject in the development of the Astronomy,
could neither have appeared nor be sustained on Earth. and the Sun–Earth relationship was first of a gravitational

✩ ✩✩
NDLR. Différents travaux récemment parus dans les Comptes Editors’ note. Several studies have been published recently
rendus de l’Académie des sciences concernent le Soleil et notre envi- in the Comptes rendus de l’Académie des sciences about the Sun
ronnement : l’interface entre le vent solaire et la magnétosphère [55], and our environment: the interface between solar wind and the
les sous-orages magnétosphériques [54], la rotation du soleil et ses magnetosphere [55], magnetic sub-storms [54], the Sun’s rotation and
cycles d’activité [50], les particules solides du système solaire [28], its cycles of activity [50], the solid particles of the solar system [28],
l’eau dans le système solaire et les exoplanètes [22] ainsi que la water in the solar system and exoplanets [22], as well as life in the
vie dans le système solaire [10]. Le présent article établit les consé- solar system [10]. The present article shows the consequences of the
quences de la variabilité du Soleil dans les différentes régions de l’at- Sun’s variability at different regions of the Earth’s atmosphere, as
mosphère de la Terre, ainsi que son influence sur le climat. well as its influence on climate.
Adresse e-mail : Gerard.Thuillier@aerov.jussieu.fr (G. Thuillier).

311
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

nature. However, a possible link appeared during the to 40 % of this variation corresponding to wavelengths
next century: during the Maunder minimum, few auroras shorter than 400 nm. Variability is also observable in the
were observed. When the solar activity resumed in 1715, radiowave domain, but it is ineffective photochemically.
some auroras were observed later in the north of Paris. Finally, the photons of the variable part of the solar
People who had certainly forgotten the existence of such spectrum are absorbed by molecular and atomic species,
phenomena were either afraid or astonished. The Royal such as oxygen and nitrogen, or are able to ionise such
Academy of Sciences asked J.-J. Dortou de Mairan to species. This is why variability is observable in the Earth’s
study this phenomenon. In his report (1733), he suggested atmosphere temperature, thermal structure and dynamics
a Sun–Earth relationship. It is only in the course of the as a function of the solar activity. The most variable regions
20th century that the aurora events have been understood. after the troposphere are the ionosphere and thermosphere,
Aurora are certainly the most spectacular and obvious because these regions are highly controlled by the most
phenomenoa demonstrating the Sun–Earth relationship. variable sources of solar photons and particles. Because
The energy of the Sun, in the form of photons and par- of this, the main properties of the ionosphere and neutral
ticles, induces several chemical reactions (photodissocia- atmosphere from the thermosphere to the troposphere are
tion, photoionisation, recombination...), especially after the reviewed, as well as their relation with solar activity. In the
oxygen has been released from the dissociation of carbon troposphere, the evidence for solar activity may be found in
dioxide, as a consequence of life development. The en- droughts, precipitations, hurricanes..., however, cautiously,
ergy released by the Sun in the form of particles has a due to the presence of an important level of noise of
strong interaction with the Earth’s magnetic field, leading meteorological origin. This suggests investigating climate
to the generation of the magnetosphere and allowing par- variations and their relationship with solar activity. This
ticles to interact with the Earth’s atmosphere at high lati- constitutes today an important subject of discussion, taking
tudes. The most important properties of the magnetosphere into account the presence of an increasing concentration
are reminded and, in particular, the mechanisms that gen- of greenhouse gases in the Earth’s atmosphere. Recent
erate the aurora, which display strong evidence of the Sun– findings are examined, especially climate changes up to
Earth relationship. However, the Sun’s energy is mostly re- 1000 AD. Some radiative and non-radiative effects of the
leased in the form of photons. Through a cascade of chem- Sun photons and particles are reviewed.
ical reactions induced by solar photons, deep chemical The Sun, as a non-constant star, may release variable
changes have been generated in the molecular and atomic amounts of photons and particles able to act on our
species composition. Consequently, the thermal structure atmosphere and our equipment in space and even on
and the dynamics of the Earth’s atmosphere have signif- the ground. Low altitude spacecraft may experience a
icantly changed. An example of such important changes significant atmospheric drag, causing their fall in case of
is the existence of the stratosphere. Particles and photons high solar activity (e.g., SkyLab, SMM). In the case of
are not the only sources acting in the atmospheric sys- flares and coronal mass ejections, such large amounts of
tem. Waves generated in the lower atmosphere may propa- particles may affect directly our communications systems
gate upward and may deposit their energy, typically in the or power lines or even pipelines. This constitutes the
stratosphere and above. space weather, whose importance is increasing, taking into
The Sun is a variable star whose variability is manifested account the level of technology entering into our way of
in the UV and EUV domains. For the Schwabe cycle life.
22–23, the total solar irradiance varied by 0.1 %, 30

1. Introduction celles-ci conduisent, en première analyse, à une dimi-


nution de la surface émissive ; ce n’est que beaucoup
L’importance du Soleil pour la Terre a été reconnue plus tard que le rôle des facules sera compris. L’idée
très tôt, depuis l’Antiquité. Il était clairement compris était intéressante, mais le raisonnement était erroné,
qu’il était notre source de chaleur et que, sans le puisqu’il conduisait à un réchauffement. Néanmoins,
Soleil, la vie s’éteindrait très rapidement. la relation entre les taches solaires et le climat se trou-
Le XVIIe siècle connut deux phénomènes remar- vait évoquée et sera étudiée aux siècles suivants.
quables, l’un, astrophysique, se traduisant par une di- Après cette première relation, un peu intuitive
minution, puis une absence prolongée de taches so- et non concluante, une deuxième relation s’établira,
laires et l’autre, géophysique, par un climat anormale- d’origine gravitationnelle. L’héliocentrisme, sans dou-
ment froid, particulièrement dans la seconde moitié de te compris très tôt par Aristarque (vers 310–230 av.
ce siècle. À ce propos, le rôle du Soleil fut évoqué par J.-C.), renaît au XVIe siècle avec Copernic. Newton,
J.-B. Riccioli (1598–1671), astronome et géographe au siècle suivant, établira définitivement la théorie
italien, pour expliquer cette période froide. Or, l’ab- de la gravitation. Cette relation, encore mystérieuse,
sence de taches suggérait un Soleil plus actif, puisque représente le deuxième lien scientifiquement fondé

312
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

entre la Terre et le Soleil, qui se manifeste en par-


ticulier par sa contribution aux marées océaniques.
Mais, dès le début du XVIIIe siècle, un troisième lien
est suggéré, dont l’existence ne sera démontrée qu’au
XXe siècle.
La période de très grand calme que connut le Soleil
de 1645 à 1715 [56], appelée minimum de Maunder,
s’était manifestée aux yeux des observateurs par
une absence de taches solaires, mais aussi par la
rareté des phénomènes auroraux. À la sortie de cette
période, l’activité solaire reprenant, des aurores furent
observées aux moyennes latitudes. Elles provoquèrent
l’étonnement des populations. J.-J. Dortou de Mairan,
chargé par l’Académie des sciences de l’étude de ce
phénomène, remit son mémoire en 1733. On y trouve
suggéré que de la matière d’origine solaire pourrait Figure 1. Spectre solaire mesuré au sol, hors atmosphère et sa
être dispersée dans l’espace et entrer en contact avec variabilité [44].
l’atmosphère de la Terre, provoquant les phénomènes Figure 1. Solar spectrum measured on the ground and outside the
lumineux observés. atmosphere, and its variability [44].
Si la relation gravitationnelle Soleil–Terre est au
XVIIe siècle déjà bien élaborée, celle concernant dans le proche infrarouge, dues à la vapeur d’eau.
le climat et les phénomènes auroraux attendra le Néanmoins, l’ozone et les oxydes d’azote sont aussi
XXe siècle pour voir leur étude scientifiquement fon- des absorbants importants dans le visible.
dée. Néanmoins, pour sommaires que ces réflexions La variabilité solaire est minimum dans le domaine
soient, elles ont ouvert le grand chapitre des relations visible et proche infrarouge (figure 1). Elle augmente
entre le Soleil et la Terre par l’effet du vent solaire et dans l’infrarouge et le domaine radioélectrique, mais
des photons sur l’atmosphère de notre planète. ces domaines ne jouent aucun rôle dans la photochi-
mie atmosphérique. En revanche, la variabilité solaire
est décelable dans le fond de certaines raies de Fraun-
2. Le Soleil hofer (exemple, CaII), et dans les domaines UV, EUV
et X. C’est à ces longueurs d’onde que la variabilité
Pour comprendre les relations entre le Soleil et la solaire se manifeste le plus. Par suite, c’est dans la
Terre, nous avons besoin de connaître la nature et la haute atmosphère de la Terre que l’on trouvera le plus
variabilité des sources d’énergie qui concernent notre facilement la signature de l’activité solaire. La quan-
atmosphère. La plus importante d’entre elles est le So- tité d’énergie en dessous de 300 nm ne représente que
leil. L’énergie totale fournie par le Soleil dans 4 π est 1 % de l’énergie totale que nous dispense le Soleil ;
la luminosité qui, en raison de son origine thermo- cependant, c’est cette petite fraction qui est la source
nucléaire, est vraisemblablement peu variable. En re- de l’influence directe du Soleil, particulièrement sur
vanche, le Soleil, étoile variable, manifeste sa variabi- les régions supérieures de notre atmosphère.
lité par une modification plus ou moins périodique des Photosphère, chromosphère et couronne solaire ont
régions émissives aux basses et moyennes latitudes des émissions qui intéressent une région de l’atmo-
héliographiques. En raison de la position respective sphère terrestre. On peut ainsi schématiquement ef-
du Soleil et de la Terre, l’énergie reçue par celle-ci dé- fectuer le classement proposé dans le tableau I.
pend surtout de ces régions, et est donc variable dans L’énergie que le Soleil disperse dans l’espace se
le temps. présente aussi sous forme de particules. Dans le cas
Le spectre du Soleil mesuré à la distance d’une des neutrinos, l’énergie correspondante est estimée
unité astronomique est présenté sur la figure 1. En des- à 2 % de la constante solaire [2]. Les autres parti-
sous de 160 nm environ, le spectre solaire est formé cules qui constituent le vent solaire ont des vitesses
de raies d’émission. Au-dessus, leur nombre diminue, variant de 400 à 700 km·s−1 pour une activité so-
faisant place à des raies d’absorption superposées à laire moyenne. Cependant, lors d’éruptions solaires
un continuum. L’énergie que l’atmosphère de la Terre majeures, des protons et électrons accélérés sont éjec-
reçoit a pour origine les couches les plus extérieures tés avec des énergies pouvant atteindre quelques MeV
du Soleil, la photosphère, la chromosphère et la cou- pour les protons et jusqu’à 40 MeV pour les élec-
ronne. La figure 1 montre aussi le spectre du Soleil ob- trons. Leur vitesse est alors de l’ordre de quelques
servé au sol. On distingue les absorptions telluriques dixièmes de celle de la lumière. Néanmoins, l’éner-
principales, au-dessous de 300 nm, dues à l’ozone et, gie moyenne des particules atteignant l’atmosphère de

313
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

Tableau I. Les différentes régions solaires et leur influence sur l’atmosphère terrestre. Les régions D, E, F (F1 et F2 ) de l’ionosphère sont définies
sur la figure 7. Ly α est l’émission de l’hydrogène de la série de Lyman à 121,6 nm.
Table I. The solar regions and their influence on the Earth’s atmosphere. D, E, F (F1 and F2 ) ionosphere regions are defined in figure 7. Ly α is the
hydrogen emission at 121.6 nm of the Lyman series.
Domaine spectral Atmosphère solaire Atmosphère terrestre
Visible (300–750 nm) et
photosphère troposphère, stratosphère
IR (750 nm–10 mm)
UV (300 nm–Ly α) photosphère stratosphère, mésosphère, basse thermosphère
EUV (Ly α–10 nm) chromosphère thermosphère et ionosphère (E, F)
Rayons X couronne ionosphère (E et D)

la Terre reste très petite devant celle correspondant à Dans la zone convective du Soleil, les champs
la constante solaire. Le flux de particules variant en magnétiques sont variables dans le temps, de façon
fonction de l’activité solaire, les phénomènes que ces assez périodique. Associées à la rotation différen-
particules provoquent dans l’atmosphère terrestre pré- tielle [36], des régions actives apparaissent et dispa-
sentent donc la signature de la variabilité solaire. L’in- raissent préférentiellement entre l’équateur et les ré-
teraction entre le vent solaire et le champ magnétique gions de moyennes latitudes héliographiques. Il en ré-
terrestre est si considérable que la structure de ce der- sulte que, l’axe de rotation du Soleil étant presque
nier en est profondément modifiée et des phénomènes perpendiculaire au plan de l’écliptique, cette situa-
très spectaculaires, tels que les aurores, en sont une tion favorise la variabilité de l’énergie reçue par la
des conséquences. Terre. Depuis 1978, la quantité totale d’énergie reçue
Le Soleil est une étoile variable, parce que le flux par la Terre est régulièrement mesurée en orbite pour
de photons et de particules change en fonction du en déterminer la valeur absolue et la variabilité. La
temps. On peut décomposer les changements observés constante solaire, définie comme la quantité d’énergie
en deux catégories, ceux de nature périodique et reçue à une unité astronomique, sur un mètre carré,
ceux qui apparaissent de façon un peu aléatoire, mais hors atmosphère et perpendiculairement au rayonne-
qui, statistiquement, tendent aussi à suivre l’activité ment incident, est ainsi variable. Sa variation est de
solaire moyenne, mais avec des écarts importants par 0,1 % pour les cycles solaires 21 et 22 [25]. De cette
rapport à cette moyenne. variation, 30 % correspondent aux longueurs d’onde
La première évidence de variations cycliques a été inférieures à 400 nm [43], le reste se répartissant entre
fournie par l’apparition des taches solaires. Observées le visible et l’infrarouge. Du minimum au maximum
instrumentalement depuis 1611, elles montrent une solaire, le taux de variation des émissions est très dé-
périodicité voisine de 11 ans. Ce cycle, mis en pendant de la longueur d’onde (tableau II).
évidence en 1843 par H. Schwabe, porte désormais Mesurant la constante solaire et la surface des
son nom. L’amplitude de ce cycle est variable : elle taches et des facules ainsi que leur position par rap-
peut être très grande, comme en 1958, faible, comme port à la direction Soleil–Terre, celle-ci a été modéli-
autour de 1810 (minimum de Dalton), ou même très sée [42]. Cette modélisation sera utilisée au § 5. Un
faible, comme entre 1645 et 1715. L’analyse des cas particulier de variabilité solaire observée depuis
variations d’amplitude fait ressortir un cycle de 90 la Terre est lié à la rotation synodique du Soleil. Cette
ans, appelé cycle de Gleissberg. Cette périodicité variabilité est très fréquemment rencontrée dans les
étant obtenue, on peut extraire un cycle de période observations ; il convient de la distinguer de la varia-
plus longue, voisine de deux siècles, en y adjoignant bilité liée au cycle de Schwabe, par exemple. En effet,
des données de la concentration en 14 C ou en 10 Be [5] la rotation du Soleil sur lui-même entraîne les régions
pour étendre la durée des observations. Ce cycle est actives qui, selon qu’elles se trouvent au bord solaire
appelé cycle de Suess. ou au centre, n’ont pas la même influence sur l’éner-
Aux variations régulières se superposent des varia- gie reçue par la Terre. Cet effet de la rotation solaire,
tions à déclenchements plus rapides, de durées de vie souvent présent dans les mesures, n’est pas une ma-
allant de quelques minutes à quelques semaines. Ces nifestation intrinsèque de la variabilité solaire. En re-
phénomènes, tels que les protubérances et les éjec- vanche, son amplitude en est une expression.
tions de masse coronale, se produisent plus fréquem- L’activité solaire, qui se traduit, entre autres, par
ment à forte activité solaire. une modification du flux solaire et du flux de parti-
Les changements évoqués ci-dessus produisent des cules, est souvent caractérisée par deux nombres uti-
effets sur l’atmosphère terrestre, que nous explique- lisés pour la modélisation de l’atmosphère terrestre.
rons aux chapitres suivants. Pour caractériser le flux de photons UV et EUV

314
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

Tableau II. Variabilité de quelques émissions solaires pour le cycle de Schwabe. Nous avons aussi indiqué les régions de l’atmosphère terrestre
impliquées par ces variations. Ly β (102,5 nm) est le deuxième terme de la série de Lyman de l’hydrogène.
Table II. Some typical solar emissions variability with the Schwabe cycle. Relevant regions of the Earth’s atmosphere are also shown. Ly β
(102.5 nm) is the second term of the Lyman hydrogen series.
λ (nm) Région Variations undécennale
> 300 stratosphère et troposphère négligeable
250 stratosphère 5%
200 stratosphère 10 %
170 basse thermosphère 30 %
Ly α région D facteur 2
91,1–Ly β région E facteur 2
8–91 région F facteur 3
3,5–8 région E facteur 6–10 (éruption solaire)
0,2–0,6 région D facteur 10

(ces domaines sont définis dans le tableau I), on uti- périeure à celle existant dans les lobes nord et sud.
lise souvent l’intensité de l’émission radioélectrique à La configuration de la magnétosphère habituellement
10,7 cm, car elle est quotidiennement mesurée. Sa ca- présentée correspond à un état stationnaire rarement
pacité à représenter les variations des émissions UV observé, en raison des petites fluctuations incessantes
et EUV (voir tableau II) est bonne, à l’échelle du du flux de particules du vent solaire et de la direction
cycle de Schwabe. En revanche, elle traduit mal les ainsi que de l’amplitude du champ magnétique inter-
variations liées à la rotation solaire. L’indice du ma- planétaire.
gnésium II [29] décrit beaucoup mieux ces derniers Ce type de modèle doit aussi rendre compte de la
effets et permet une description spectrale de la va- pénétration du vent solaire dans la magnétosphère.
riabilité solaire remarquablement proche des obser- Pour cela, on considère une reconnexion entre les
vations [19]. Son utilisation pour la modélisation de lignes du champ magnétique interplanétaire et celle
l’atmosphère est en cours [67]. Quant au flux de parti- de l’ionosphère. Elle peut être stationnaire (se produi-
cules, on le caractérise par une variation de l’intensité sant en avant et dans la queue de la magnétosphère)
du champ magnétique terrestre. À l’échelle du cycle ou non stationnaire (pénétration impulsive en diffé-
de Schwabe, les émissions EUV et l’activité géoma- rentes régions) en raison de la turbulence magnéto-
gnétique sont corrélées. Mais les deux indices qui les sphérique [55]. L’arrivée d’un flux intense de parti-
décrivent ne sont pas équivalents. En effet, la vitesse cules constitue les orages magnétiques.
du vent solaire est telle que plusieurs jours sont néces- L’activité solaire se manifeste par des variations du
saires aux particules pour atteindre la Terre ; il existe flux de particules, de l’intensité et de la direction du
un aspect parfois chaotique des événements magnéto- champ magnétique interplanétaire. Si Bz , sa compo-
sphériques. sante parallèle à l’axe du dipôle terrestre équivalent,
est dirigée vers le sud, une reconnexion du champ
3. La magnétosphère de la Terre magnétique interplanétaire et du champ magnétique
terrestre peut se produire. Dans les conditions d’une
En l’absence de vent solaire, le champ magnétique reconnexion stationnaire, une zone annulaire, dans la-
de la Terre serait très voisin de celui d’un dipôle. quelle le plasma solaire pénètre, se forme au voisi-
L’interaction entre ce champ et le vent solaire a nage du plan équatorial. Dans la queue de la magnéto-
été étudiée d’un point de vue théorique (MHD) ; sphère, une zone de reconnexion peut être aussi créée.
ces prévisions ont été confirmées dans l’ensemble Elle conduit à une striction du feuillet de plasma [20].
par l’observation directe, grâce à plusieurs missions Celle-ci se produit loin dans la queue de la magné-
spatiales. tosphère, compte tenu de la valeur du champ magné-
Le vent solaire exerce une pression qui confine le tique interplanétaire. Cette configuration est instable
champ magnétique de la Terre dans une cavité dont et le retour à l’équilibre se produit brutalement par
la frontière est appelée magnétopause. Le vent so- un mouvement d’arrière en avant. Ce mouvement de
laire ayant une vitesse supersonique, une onde de choc nature supposée adiabatique propulse vers les hautes
se produit en avant de la magnétopause. Dans cette latitudes, côté nuit, le plasma magnétosphérique, qui
région réside un plasma. À l’arrière de la magnéto- se trouve ainsi accéléré. Les lignes de champ se re-
sphère, la région appelée feuillet de plasma contient ferment donc à hautes latitudes et leur intersection à
des particules d’origine solaire, dont la densité est su- l’altitude de 100 km, là où les aurores intenses sont

315
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

observées, définit l’ovale auroral. La comparaison de de l’ozone. Plus généralement, les espèces atomiques
l’énergie moyenne des particules en zone aurorale formées ainsi que les ions se recombinent ; ces réac-
avec celle des particules du vent solaire montre un tions exothermiques sont à l’origine du chauffage du
coefficient d’amplification de l’ordre de 50 à 100, milieu.
expliquant l’intensité des phénomènes lumineux en Les processus de photodissociation et de photoio-
zone aurorale. En conséquence, les aurores se pro- nisation dépendant de la longueur d’onde, la connais-
duisant dans la calotte polaire (région située à l’in- sance du spectre absolu du Soleil et de sa variabilité
térieur de l’ovale auroral) sont beaucoup moins in- est indispensable.
tenses, parce que les particules qui leur donnent nais- Une deuxième source de chauffage est constituée
sance n’ont pas subi ce processus d’accélération. par les particules dont l’action conduit aussi à former
Les aurores constituent certainement le premier des ions atomiques et moléculaires. La recombinaison
phénomène le plus facilement observable montrant des ions et la thermalisation des états métastables
une relation entre le Soleil et la Terre. De plus, leur par collisions constituent une source importante de
brillance, leur fréquence et leur latitude d’apparition chauffage de ces régions, ainsi que l’effet Joule dû
témoignent aussi de l’intensité de l’activité solaire. à la circulation de courant. Les rayons cosmiques
En effet, plus Bz (< 0) est grand en valeur absolue, galactiques ne constituent pas une source importante
plus la reconnexion se produit à proximité de la Terre, de chauffage, mais leur action ionisante, parfois
conduisant les particules à des latitudes subaurorales jusque dans la troposphère, est à considérer. Elle
et expliquant que des aurores sont observables aux dépend indirectement de l’activité solaire, car les
moyennes latitudes, comme ce fut le cas en France rayons cosmiques sont plus ou moins défléchis par le
à l’été 2000. À cela s’ajoute le fait que le flux de champ magnétique interplanétaire ; leur flux est donc
particules rend les aurores elles-mêmes plus brillantes anticorrélé avec l’activité solaire.
et donc plus aisément observables. Une troisième source d’énergie pour l’atmosphère
Il est intéressant de souligner que la reconnexion est de la Terre est constituée par la dissipation d’ondes de
aussi le mécanisme de formation des protubérances, différentes natures. Créées dans la basse atmosphère,
des éruptions solaires et des éjections de masse elles se propagent vers le haut et dissipent leur
coronale. énergie.
Dans l’atmosphère moyenne et la basse thermo-
sphère, trois types d’ondes, d’énergie comparable à
4. L’atmosphère de la Terre celle des photons solaires, sont à considérer : il s’agit
des ondes de gravité, des marées atmosphériques et
L’atmosphère primitive de la Terre, composée ma-
des ondes planétaires.
joritairement de dioxyde de carbone, a peu à peu
évolué, en raison de la formation des carbonates et Les ondes de gravité sont engendrées dans la basse
de l’augmentation de la concentration de l’oxygène atmosphère par des instabilités d’origine météorolo-
moléculaire, conséquence de l’activité biologique. La gique ou par l’interaction du vent avec le relief. Du
présence d’oxygène a considérablement modifié la fait de leur propagation oblique, elles se propagent
structure thermique, la dynamique de notre atmo- vers le haut, avec une amplitude croissante, en rai-
sphère et sa variabilité, en raison des propriétés de son de la diminution de la densité avec l’altitude. Vers
l’atome et de la molécule d’oxygène dans les do- l’altitude de 80 km, en présence de vent horizontal,
maines EUV et UV, domaines spectraux pour lesquels elles peuvent céder leur énergie au milieu. Ces ondes
la variabilité solaire se manifeste. n’ont pas de caractère régulier, mais elles sont plus
fréquentes en hiver qu’en été et contribuent à l’inver-
4.1. Les sources d’énergie sion de la température entre l’hiver et l’été dans la mé-
sosphère et de la basse thermosphère par l’établisse-
Les photons solaires, après avoir traversé l’espace ment d’une circulation méridienne du pôle d’été vers
interplanétaire, pénètrent dans notre atmosphère. Se- le pôle d’hiver, accompagnée d’une ascendance en été
lon leur longueur d’onde et la présence de certains (refroidissement adiabatique) et d’une subsidence (ré-
composants, ils peuvent être totalement absorbés, pro- chauffement adiabatique) en hiver.
voquer la photodissociation de molécules, photoioni- En revanche, les marées atmosphériques présentent
ser atomes et molécules ou être diffusés par les mo- un caractère régulier, en raison même de leur nature.
lécules de l’air et les aérosols. Leur action est domi- Les photons solaires UV et IR, étant absorbés dans la
nante aux basses et moyennes latitudes, ainsi qu’aux stratosphère et la troposphère par l’ozone et la vapeur
hautes latitudes en été. d’eau respectivement, constituent une source d’éner-
La photodissociation est à l’origine d’espèces ato- gie périodique, mais dissymétrique par son absence
miques, qui se recombinent avec les molécules, en- de nuit. Ce chauffage périodique, décomposé en série
gendrant ainsi de nouvelles espèces. Tel est le cas de Fourier, fournit, pour l’essentiel, une composante

316
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

Figure 2. Énergie des ondes [32]. a. Ondes planétaires en été.


b. Ondes planétaires en hiver. c. Vent zonal moyen. d. Ondes de
gravité. e. Marées atmosphériques.
Figure 2. Energy of waves [32]. a. Summer planetary waves. Figure 3. Le profil de température de l’atmosphère [3].
b. Winter planetary waves. c. Mean zonal wind. d. Gravity waves.
Figure 3. Temperature profile of the atmosphere [3].
e. Atmospheric tides.

diurne et une composante semi-diurne. Marées diurne de l’action des photons solaires sur notre environne-
et semi-diurne peuvent ou non se propager loin de leur ment (tableau III).
région de création, selon la latitude. C’est ainsi que la Les trois sources d’énergie décrites ci-dessus ne
marée semi-diurne s’observe aux moyennes et hautes suffisent pas à expliquer, par exemple, le profil ther-
latitudes et la marée diurne aux basses latitudes, dans mique de notre atmosphère, tel que celui montré sur
la basse thermosphère. la figure 3. Pour cela, il convient aussi de connaître
Quant aux ondes planétaires, elles correspondent les processus de refroidissement (figure 4). Dans la
à l’écart entre la circulation atmosphérique et sa va- troposphère, le refroidissement est dû à l’émission IR
leur moyenne. Les ondes planétaires sont quasi sta- (à 80 µm). Dans l’atmosphère moyenne, le refroidis-
tionnaires et ne se propagent verticalement qu’en pré- sement est dû pour l’essentiel au rayonnement IR du
sence d’un vent zonal d’ouest, c’est-à-dire pendant CO2 (à 15 µm) et de l’ozone (à 9,6 µm). Dans la ther-
l’hiver. Elles jouent un rôle très important dans la dy- mosphère, ce sont les émissions IR de l’oxygène ato-
namique de la stratosphère, de la mésosphère et de la mique qui permettent l’équilibre thermique de cette
basse thermosphère. La figure 2 illustre l’importance région, auxquelles on doit ajouter le transport de cha-
de l’apport d’énergie sous forme d’ondes. Bien qu’in- leur vers le bas par la turbulence de la basse thermo-
direct, cet apport d’énergie d’ondes provient encore sphère.

Tableau III. Les trois types d’ondes contribuant au bilan d’énergie de la stratosphère, mésosphère et basse thermosphère. λh est la longueur d’onde
horizontale.
Table III. The three types of waves contributing to the energy budget of the stratosphere, mesosphere and lower thermosphere. λh is the horizontal
wavelength.
Ondes Périodes Origine Extension λh (km) Rôle
planétaires 3j troposphère globale 10 000 à 40 000 mésosphère, stratosphère
marées atmosphériques 0,5–1 j troposphère et stratosphère globale 20 000 à 40 000 basse thermosphère
de gravité 1j troposphère locale 10 à 1 000 basse thermosphère

317
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

Les photons solaires aux longueurs d’onde infé-


rieures à 242 nm dissocient l’oxygène moléculaire :

O2 + hν → O(3 P) + O(3 P) (λ < 242 nm) (1)

Dans la basse mésosphère et la stratosphère, l’oxy-


gène atomique se recombine avec la molécule d’oxy-
gène conduisant à la formation d’ozone :

O2 + O + M → O3 + M (2)

Dans cette équation, M représente une molécule


quelconque (par exemple N2 ou O2 ).
Cependant, l’ozone est aussi détruit par l’action du
flux solaire et par collision avec l’oxygène atomique,
Figure 4. Taux (K·j−1 ) de chauffage et de refroidissement dans
l’atmosphère moyenne [47]. conduisant à la restauration de deux molécules d’oxy-
Figure 4. Heating and cooling rate (K·d−1 ) in the middle at-
gène. Le chauffage résulte des recombinaisons et des
mosphere [47]. absorptions.
Il est à noter que, tant dans le processus de forma-
4.2. Action des photons solaires et des particules tion que dans le processus de destruction de l’ozone,
le flux solaire intervient. C’est pourquoi on retrouve
4.2.1. Action des photons solaires la variation undécennale dans la concentration de
La pénétration des photons solaires dépend de la l’ozone [30]. Plus généralement, la photochimie de
valeur de la section efficace de photodissociation et tous les composés présents dans la stratosphère dé-
de photoionisation. Or, ces grandeurs dépendant de la pend du spectre solaire par le jeu de nombreuses ré-
longueur d’onde, il en résulte que les photons solaires actions catalytiques, imposant une connaissance très
peuvent pénétrer dans l’atmosphère à des profondeurs précise du spectre solaire.
variables (figure 5). Le rayonnement solaire entre 175 nm et Ly β (con-
En dessous de 300 nm, aucun photon n’atteint le tinuum de Schumann–Runge) photodissocie l’oxy-
sol. Plusieurs absorptions notables existent cependant, gène moléculaire, mais l’un des atomes d’oxygène est
aux longueurs d’onde supérieures à 300 nm ; elles porté dans l’état métastable 1 D :
sont dues à l’ozone (bande de Chappuis), aux oxydes
d’azote, à la vapeur d’eau et au dioxyde de carbone. O2 + hν → O(3 P) + O(1 D) (λ < 175 nm) (3)

Figure 5. Profondeur de pénétration du rayonnement solaire en fonction de la longueur d’onde. L’altitude à laquelle le flux solaire est atténué d’un
facteur 1/e est indiquée [9].
Figure 5. Altitude at which solar radiations are reduced by 1/e as a function of wavelength [9].

318
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

Figure 6. Production de chaleur


dans la thermosphère [3] pour deux
températures exosphériques (750 et
2 000 K). En trait plein, le chauf-
fage par le continuum de Schumann–
Runge. En pointillé, le chauffage par
les EUV.
Figure 6. Heat production as a func-
tion of altitude in the thermosphere [3]
for two exospheric temperatures (750
et 2 000 K). Solid curve, heating by
the Schumann–Runge continuum radi-
ations. Dash curve, heating by solar
EUV.

Dépendant de la densité du milieu, une désactivation énergie thermique se produit loin du lieu de la réaction
collisionnelle peut se produire, principalement en initiale, à cause des mouvements de l’atmosphère, du
dessous de 150 km : parcours des électrons secondaires engendrés par les
collisions successives et de la durée de vie des états
O(1 D) + M → O(3 P) + M (1,96 eV) (4) métastables.
L’énergie est fournie au milieu par la thermalisa- La figure 6 montre que la production de chaleur
tion des états métastables et la recombinaison des dans la basse thermosphère est due à l’absorption
atomes d’oxygène. Le processus de chauffage est du flux ultraviolet dans le continuum de Schumann–
maximum vers 110 km d’altitude (figure 6). Pour les Runge et que le chauffage des régions supérieures est
réactions (1) et (3), tout l’excès d’énergie au-dessus surtout dû au rayonnement EUV solaire.
du seuil de photodissociation de O2 est converti en De l’énergie radiative reçue, un tiers chauffe le
chaleur. Compte tenu de la distribution verticale de milieu, 40 à 50 % sont réémis dans le domaine UV
O2 , la photodissociation de O2 chauffe surtout la basse et 20 % sont absorbés dans les réactions chimiques.
thermosphère. Dans la thermosphère, la désactivation La conduction thermique est importante et tend à
est radiative, conduisant en particulier à l’émission de diminuer les gradients thermiques horizontaux.
la raie à 630 nm de l’oxygène atomique (d’autres pro- 4.2.2. Action des particules
cessus y participent aussi). Quelle que soit leur origine, les particules qui en-
Aux longueurs d’onde inférieures à 150 nm, des ré- trent dans l’atmosphère terrestre provoquent l’ionisa-
actions de photoionisation se produisent. Pour l’oxy- tion des espèces présentes. Des recombinaisons ont
gène moléculaire dans l’état fondamental, le seuil de lieu, créant de nouvelles espèces.
photoionisation est situé à 102,78 nm : En outre, l’augmentation de la densité ionique
O2 + hν → O∗+ + O∗ + e (λ < 102,78 nm) (5) conduit à la circulation de courants, apportant à ces ré-
gions une énergie par effet Joule, qui peut être tempo-
l’astérisque indique un état fondamental ou méta- rairement supérieure à celle engendrée par les proces-
stable O(3 P), O(1 D), O(+4 S0 ), O(+2 D0 ), selon l’éner- sus de photodissociation et de photoionisation. Lors
gie des photons incidents. Des réactions similaires se des collisions, des électrons secondaires sont engen-
produisent avec N2 et O, conduisant à des ions molé- drés ; ils poursuivent les processus de collision jus-
culaires et atomiques. qu’à leur thermalisation complète. En cas de précipi-
Quant au reliquat d’énergie des photons, il est tation d’électrons et de protons très énergétiques, des
fourni aux photoélectrons créés par la réaction (5), qui ions NO+ sont formés ; ils entrent ensuite dans la pho-
se thermalisent par une suite de collisions. Il en résulte tochimie de l’ozone. Selon leur énergie, les régions
que la transformation de l’énergie des photons en atteintes sont plus ou moins basses.

319
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

et de l’activité géomagnétique, en raison du flux de


particules directement injectées par la magnétosphère
dans la haute atmosphère polaire.
Par exemple, la densité électronique de la région F à
moyenne latitude suit le cycle de Schwabe, à la fois en
phase et en amplitude. De façon générale, l’altitude du
maximum d’ionisation s’élève lorsque la température
des espèces chimiques neutres augmente, c’est-à-dire
qu’avec l’activité solaire et à altitude constante, la
concentration des ions et des électrons augmente.
Mais l’activité solaire induit un changement dans la
composition ionique. En effet, l’action des photons
solaires et des particules sur les espèces neutres
conduit à la création d’ions et d’électrons. En raison
de la profondeur de pénétration des photons et des
particules, la composition ionique change en fonction
de l’altitude. C’est ainsi que l’altitude à laquelle
[O+ ] = [N2 + ] augmente de 200 à 250 km lorsque
l’activité solaire passe du minimum au maximum.
En zone aurorale, des résultats semblables sont aussi
obtenus : les ions moléculaires sont majoritaires en
dessous de 150 km et l’ion O+ devient dominant
au-dessus de 250 km. L’altitude de transition définie
par le rapport [O+ ]/Ne , égal à 0,5, se situe vers
200 km en l’absence de précipitation de particules
(Soleil calme). En cas de précipitation de particules,
Figure 7. L’ionosphère [3]. Les différentes contributions du rayon- des augmentations de température et de vitesse des
nement solaire sont indiquées en fonction de l’altitude ainsi que les vents se produisent, de même qu’un changement
principaux ions. important de la composition ionique, se traduisant par
Figure 7. Ionosphere [3]. The solar radiations contributions are une remontée de l’altitude de transition de 50 km,
shown as a function of altitude as well as the corresponding main associée au développement d’un champ électrique
ions. important [41].
L’ionisation de la haute région E (figure 7) résulte
Les particules dont on vient d’évoquer les effets pé- de l’action des EUV et, à plus basse altitude, de
nètrent dans l’atmosphère de la Terre de différentes l’action de Ly β et des rayons X (1 à 10 nm). Des
façons : par la calotte polaire (région située à l’inté- phénomènes semblables à ceux déjà décrits pour la
rieur de l’ovale auroral), où les lignes de champ sont région F sont observés.
généralement ouvertes ; par l’ovale auroral (énergie L’ionisation de la région D est le résultat d’absorp-
de 1 à 10 keV), région de pénétration des particules tion dans différents domaines de longueur d’onde. Les
du feuillet de plasma ; par la zone subaurorale, où les EUV du domaine 10–91 nm sont complètement ab-
particules confinées dans les ceintures magnétosphé- sorbés par N2 et O. Au-dessus de 91 nm, la section ef-
riques ont des énergies de l’ordre de 10 à 100 keV. ficace d’absorption de O2 présente une structure com-
Leur action est d’autant plus importante que le So- pliquée, qui par hasard permet à la raie Ly α de pé-
leil est actif. Les précipitations de particules suivent nétrer jusqu’à 75 km d’altitude et d’être la source
l’activité solaire. En revanche, le rayonnement cos- majeure de l’ionisation de cette région par produc-
mique, qui pénètre jusque dans la haute troposphère, tion de l’ion NO+ . À plus basse altitude, ce sont les
y produit une ionisation dont l’importance est anticor- rayons X (< 1 nm) et les rayons cosmiques qui pro-
rélée avec l’activité solaire. duisent l’ionisation de la partie inférieure de la ré-
gion D (figure 7). L’activité solaire modifie, comme
4.3. L’ionosphère attendu, les propriétés de cette région, en particulier
en cas d’éruption solaire, qui apporte une augmen-
La source de l’ionisation dans la thermosphère tation des émissions X et de l’ionisation correspon-
(figure 7) étant principalement le rayonnement EUV, dante. Mais, en fonction du cycle de Schwabe, l’abon-
elle possède une grande variabilité avec l’activité dance des rayons cosmiques étant anticorrélée avec
solaire. Il en résulte que les caractéristiques de la l’activité solaire, leur diminution complique le com-
région F dépendent très fortement de l’activité solaire portement de la basse région D.

320
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

L’ionosphère présente par ailleurs un comporte- d’énergie dans la thermosphère, dont la température
ment inattendu, qui a été révélé au monde scienti- moyenne est de 1 000 K environ.
fique depuis 1992 [57, 58, 71]. Il s’agit d’émissions
lumineuses qui ont été observées depuis la navette 4.4.2. La variabilité de l’atmosphère neutre
spatiale, par avion et plus récemment à partir du sol. Les sources d’énergie pour la thermosphère ex-
Elles revêtent plusieurs formes : les sprites, qui pren- pliquent assez simplement les principales proprié-
nent naissance au-dessus des nuages et se dévelop- tés de cette région. D’une part, les photons UV et
pent jusqu’à l’altitude de 100 km ; les blue jets, qui EUV y déposent leur énergie ; d’autre part, les par-
forment des cônes atteignant l’altitude de 40 km ; les ticules magnétosphériques ou celles du vent solaire
elves, qui forment des halos horizontaux vers 90 km peuvent aussi fournir de l’énergie, mais aux hautes
d’altitude. L’origine de ces émissions n’est pas éluci- latitudes. La thermosphère reçoit son énergie de ces
dée. Plusieurs mécanismes d’émission sont proposés ; deux sources, l’une agissant plus particulièrement aux
l’implication de l’ionosphère et des rayons cosmiques basses latitudes et l’autre aux hautes latitudes. Si la
semble leur conférer une dépendance par rapport au variabilité de ces deux sources est, à l’échelle du cycle
cycle solaire. de Schwabe, statistiquement corrélée, à l’échelle de
quelques heures ou quelques jours, ces deux sources
4.4. L’atmosphère neutre présentent leur propre variabilité. De plus, la troi-
sième source évoquée plus haut conditionne, par son
4.4.1. La variation de température en fonction de dépôt d’énergie d’origine ondulatoire, la basse ther-
l’altitude mosphère. Cependant, le domaine spectral à l’origine
La figure 3 montre le profil de la température de de ces ondes présentant une faible variabilité, l’es-
l’atmosphère en fonction de l’altitude. À partir du sentiel des variations observées dans la thermosphère
sol dans la troposphère, la température décroît de provient de son mode de chauffage par les particules
5,5 ◦ C par kilomètre. Le rayonnement qui traverse la et les photons solaires de longueurs d’onde inférieures
troposphère dans le domaine visible est peu absorbé à 175 nm. De tout cela résulte la configuration parti-
par l’air, mais il est, en revanche, fortement absorbé culière de sa structure thermique, de sa dynamique et
par le sol. La troposphère est donc chauffée par le bas, de leur variation dans le temps :
conférant à cette région une instabilité conduisant à – la variabilité des émissions solaires croissant pour
des mouvements beaucoup plus compliqués que ceux des longueurs d’onde décroissantes, la température
des régions supérieures. Ce sont ces instabilités qui varie davantage dans la haute thermosphère que dans
sont à l’origine des ondes qui se propagent ensuite la basse thermosphère (tableau II) ; il en est de
vers le haut et qui sont capables de modifier le bilan même pour l’effet jour–nuit, qui est important dans
d’énergie dans l’atmosphère moyenne et la basse la haute thermosphère (250 K), mais qui, dans la
thermosphère. basse thermosphère, n’est que de 30 K environ, en
Vers l’altitude de 12 km, le gradient de tempéra- raison de l’apport d’énergie sous forme ondulatoire,
ture devient nul, puis s’inverse. Ce phénomène est dû peu dépendant du cycle diurne ;
à l’ozone, dont nous avons expliqué l’origine. Sa pré- – le maximum de température se trouvant près de
sence modifie complètement le milieu, qui subit un la région subsolaire, la température exosphérique
échauffement. Le gradient positif rend cette région décroît régulièrement en s’éloignant de cette région,
dynamiquement stable, c’est-à-dire bien stratifiée ver- en particulier vers les pôles ; cependant, l’apport
ticalement. Cette propriété a permis de nommer cette d’énergie aux hautes latitudes peut inverser le gradient
région la stratosphère. latitudinal de température et engendrer un maximum
Cependant, la production d’oxygène atomique se de température qui peut atteindre 2 000 K de nuit
poursuivant et la densité de l’atmosphère diminuant en régions polaires, en cas d’éruptions solaires ou
régulièrement avec l’altitude du fait de l’équilibre d’orages magnétiques majeurs ;
hydrostatique, la recombinaison de l’oxygène ato- – de la même façon, le maximum de densité suit la
mique avec l’oxygène moléculaire devient de moins position du point subsolaire et conditionne en consé-
en moins importante, entraînant une diminution de la quence la direction des vents, qui divergent du côté
concentration d’ozone. Il en résulte un échauffement jour et convergent du côté nuit ; lors d’un dépôt impor-
moindre, puis une décroissance de la température jus- tant d’énergie d’origine magnétosphérique, cette si-
qu’à 180 K environ, atteinte vers 90 km. À cette al- tuation peut être profondément bouleversée (des vents
titude, l’oxygène moléculaire devient le principal ab- neutres convergeant vers l’équateur peuvent être en-
sorbant, selon la réaction (3), et devient la principale gendrés et atteindre des vitesses de 500 m·s−1 ; dans
source de chaleur pour la basse thermosphère. À plus ces conditions, des vents neutres verticaux tempo-
haute altitude, c’est la photoionisation par les EUV raires peuvent exister, engendrant des oscillations ver-
de O, O2 et N2 qui devient la source prépondérante ticales de l’atmosphère).

321
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

Ces réponses de l’atmosphère ont été observées latitudes, la stratosphère se refroidit [33]. Aux hautes
à l’aide d’interféromètres de Fabry–Pérot placés au latitudes, le refroidissement de la stratosphère se pour-
sol [1], des interféromètres de Michelson–Micado [23, suit, mais la mésosphère s’échauffe de 1 K environ.
68] et WINDII, placés en orbite à bord du satel- Ces variations sont faibles, comme attendu, en raison
lite UARS [40]. Placé en zone aurorale, le sondeur du domaine spectral des photons concerné par l’alti-
à diffusion incohérente Eiscat mesure plusieurs pa- tude de ces régions. Le réchauffement stratosphérique
ramètres ionosphériques. De la vitesse ionique, il est et mésosphérique aux basses latitudes est facilement
possible de déduire la vitesse des neutres, dont l’étude explicable par l’effet radiatif solaire direct. Ces ob-
a conduit à des conclusions similaires [70]. servations sont bien reproduites par les modèles pho-
Dans la thermosphère, des états métastables sont tochimiques [31]. En revanche, le refroidissement de
créés par action des photons et des particules sur les la stratosphère à moyennes et hautes latitudes ainsi
neutres et par les réactions chimiques de recombi- que l’échauffement de la mésosphère ne peuvent se
naison. Quand ces états ne sont pas désexcités par comprendre que si les ondes planétaires sont prises en
collision, il y a émission de lumière à une longueur compte [12, 13]. C’est pourquoi ces effets dépendent
d’onde caractéristique des espèces chimiques et de aussi de la QBO, dont la phase agit sur la propaga-
l’état métastable. Dans la thermosphère, l’intensité de tion de ces ondes. Ces résultats illustrent le fait que
ces émissions dépend de l’activité solaire, mais aussi la structure thermique de l’atmosphère, qui dépend au
de la dynamique de cette région, c’est-à-dire du trans- premier ordre du bilan radiatif, dépend aussi de la dy-
port des espèces. La signature de la rotation solaire à namique de ces régions.
27 j se retrouve aussi, mais seule son amplitude est Les rayons cosmiques ont suffisamment d’énergie
caractéristique de l’activité solaire. pour atteindre l’atmosphère moyenne et produire des
La thermosphère est la région de l’atmosphère la ions, en particulier NO+ . Par une suite de réactions,
plus variable après la troposphère, mais pour des la concentration d’ozone devrait s’en trouver affectée.
raisons totalement différentes. C’est effectivement ce qui a été mis en évidence
Compte tenu du domaine spectral concerné par en comparant les flux de rayons cosmiques et la
le chauffage de la stratosphère et de la mésosphère, concentration totale d’ozone, l’augmentation du flux
on ne peut s’attendre à une forte signature solaire de rayons cosmiques correspondant à une diminution
présente dans ces régions. Néanmoins, la température de la quantité totale d’ozone de quelques unités
des régions polaires de l’hémisphère nord présente Dobson autour de 300 [4]. Des résultats similaires ont
une corrélation avec l’activité solaire, si l’on tient été obtenus lors de précipitations de particules dans la
compte de la phase de l’oscillation quasi biennale zone subaurorale [39].
(QBO) des vents de la stratosphère tropicale [37]. Dans la troposphère, on devrait s’attendre à ce
En effet, en séparant les données selon la direction qu’aucune variation liée au cycle de Schwabe n’existe ;
est ou ouest des vents, des résultats importants sont pourtant, quelques-unes, de faible amplitude, ont été
obtenus : lorsque les vents sont dirigés vers l’ouest, la détectées.
température des régions polaires à l’altitude de 25 km À bord du satellite Nimbus 7, la quantité totale
est corrélée avec le cycle solaire. Cette corrélation d’ozone a été mesurée (expérience TOMS). Ces me-
est observée depuis 1956 (début des mesures). Pour sures ont permis de déduire la variation de la quantité
les vents dirigés vers l’est, une anticorrélation peut totale d’ozone troposphérique au-dessus de l’océan
s’observer ; aucune corrélation n’est constatée lorsque tropical entre 1978 et 1992 [11]. Contrairement à
la distinction des phases est et ouest n’est pas faite. l’ozone stratosphérique, l’ozone troposphérique varie
À 100 hPa (environ 16 km), la vitesse des vents pour en opposition de phase avec l’activité solaire. L’ex-
une QBO Ouest suit l’activité solaire [35]. plication du phénomène implique le couplage dyna-
La température dans la stratosphère et la méso- mique entre la stratosphère et la troposphère. Cette
sphère a été régulièrement observée par fusées ; elle variation est beaucoup plus forte que celle prévue par
est maintenant mesurée depuis le sol par Lidar, en les modèles.
fonction de l’altitude. La pérennité de ces équipe- La température de l’air a été étudiée pour 1 197 sta-
ments permet d’étudier avec précision ses variations tions météorologiques situées aux États-Unis. Cette
à long terme. Du minimum au maximum de l’acti- statistique, portant sur des mesures effectuées de-
vité solaire ainsi que pour le cycle de 27 jours, on puis 1900, montre une réponse en fréquence ayant
observe une variation de température de 1 à 2 K, dé- un pic à 10,4 ans. Cette valeur évoque le cycle de
pendant de l’altitude et de la latitude. Pour les stations Schwabe, mais l’analyse fournit aussi une réponse à
tropicales, il s’agit d’une augmentation dans la stra- 18,8 ans, qui pourrait être liée à la Lune et dont l’ori-
tosphère et la mésosphère. Pour des stations subtro- gine n’est pas élucidée [18]. Cependant, la tempéra-
picales, il subsiste une faible augmentation de tempé- ture dans la stratosphère mesurée par le satellite Nim-
rature (< 1 K) dans la stratosphère. Aux moyennes bus 7 montre clairement une forte corrélation avec le

322
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

cycle de Schwabe [46] de 1979 à 1990, période cou- de la constante solaire (0,1 % pour les cycles 21
verte par cette étude. et 22), seules de très faibles – voire inexistantes –
Les précipitations, qui sont une importante carac- variations climatiques liées à l’activité solaire seraient
téristique de la troposphère, peuvent être étudiées à prévisibles. Nous avons mentionné que cette relation
partir de la hauteur des lacs, en estimant que ceux-ci avait été envisagée au XVIIe siècle.
constituent des intégrateurs aptes à éliminer le bruit L’histoire climatique de la Terre est connue avec
affectant la hauteur d’eau. Une étude similaire à celle une précision variable en fonction du temps. Pour les
de la température a été conduite par le même au- époques les plus reculées, on a déterminé les ten-
teur [17] quant à la hauteur de 1 203 lacs américains ; dances les plus marquées. L’ensemble a été analysé
elle a aussi mis en évidence les deux mêmes réponses pour en rechercher les périodes. La figure 8 montre
que pour la température. Toutefois, ces réponses ont le résultat de cette analyse [26, 48]. Les très longues
une faible amplitude et il convient de signaler le cas périodes (300 Ma) seraient attribuables à la tecto-
du lac Victoria, qui a présenté une corrélation avec le nique des plaques, les continents exerçant une in-
cycle des taches entre 1896 et 1923, qui cessa ulté- fluence importante sur la circulation atmosphérique et
rieurement. La sécheresse a aussi été l’objet d’études océanique. De même, les périodes (30 Ma) seraient
similaires. De 1700 à 1920, une assez bonne corréla- la conséquence du volcanisme de points chauds. No-
tion avec le cycle des taches est observée, en parti- tons, cependant, que ces périodes sont aussi parfois
culier avec les minima d’activité des années 1810 et attribuées au mouvement du Soleil dans la Galaxie,
1900. Cependant, plutôt que le cycle de Schwabe, une rencontrant des nuages de poussières plus ou moins
périodicité de 20–22 ans est trouvée [49], interprétée denses. Les périodes 100 000, 41 000 et 20 000 ans
selon les auteurs comme le cycle de Yale, l’influence sont, en revanche, attribuables sans ambiguïté à la va-
lunaire (18,6 ans) [16], ou un battement des deux [6]. riation séculaire des paramètres orbitaux de la terre
Le déclenchement des cyclones tropicaux étant dé- (cycles de Milankovitch) [7]. À l’extrémité du spectre
pendant de la température de l’eau de surface, une re- de fréquence, on trouve naturellement l’année et le
lation avec l’activité solaire par effet radiatif peut être jour, mais entre ces dernières et les périodes des
probable. Pour l’océan Indien, elle fut trouvée à partir cycles de Milankovitch, il existe des périodes de
de 1845 (date des premiers enregistrements), mais la l’ordre de quelques dizaines d’années et de quelques
corrélation cessa dans les années 1920, comme celle, siècles, dont on peut s’interroger quant à l’origine.
curieusement, concernant le lac Victoria. En revanche, Nous allons montrer que ces périodes sont vraisem-
en ce qui concerne l’océan Atlantique, cette corréla- blablement d’origine solaire.
tion semble beaucoup plus stable, ainsi que la lon- De façon intuitive, le rôle du Soleil dans le climat
gueur de la saison pendant laquelle les cyclones tropi- de la Terre semble évident. Pourtant, lorsque l’on
caux se produisent [14]. rechercha, au XIXe siècle, la corrélation entre la
Les orages ont fait l’objet d’étude similaires, mais température et le nombre de taches, des résultats
avec des résultats contradictoires. Si l’on considère contradictoires ont été souvent obtenus. S’agit-il de
le seul effet radiatif du Soleil sur la convection la base de données de température ou des méthodes
équatoriale, la signature de l’activité solaire devrait de traitement qui sont mises en cause ? Une autre
être trouvée. Cependant, l’ionisation de la haute interprétation est une oscillation naturelle du climat,
troposphère est un paramètre à considérer, car elle initiée par des changements tels que l’activité solaire
devrait a priori faciliter le déclenchement d’orages. ou le volcanisme. Dans ce cas, la notion de corrélation
Dans ce cas, les fortes éruptions de protons peuvent est illusoire. Nous nous placerons dans l’hypothèse où
atteindre l’altitude de 20 km et ioniser le milieu. le climat répond de façon déterministe aux différents
De plus, le rôle des rayons cosmiques comme agent forçages extérieurs que constituent le volcanisme et le
d’ionisation de la troposphère doit être ajouté, mais Soleil.
leur anticorrélation avec l’activité est de nature à L’étude des climats montre que l’océan joue un
compliquer l’analyse et à rendre ses conclusions rôle essentiel, en raison de la circulation thermoha-
de moins en moins fiables. C’est pourquoi nous line. Mais les océans étant chauffés par le haut et l’at-
arrêterons là la recherche des signatures solaires dans mosphère par le bas, cette différence confère à cette
la troposphère. dernière des constantes de temps de réaction beau-
coup plus petites. C’est donc vraisemblablement par
l’atmosphère que l’activité solaire influence le climat
5. Le climat de la Terre terrestre aux courtes périodes.
L’influence de l’activité solaire dans la tropo-
Le Soleil est la première source d’énergie pour sphère décrite au paragraphe précédent reste, dans
notre atmosphère. Compte tenu du domaine spectral l’ensemble, peu marquée ; ce n’est que grâce à des
concerné (visible et IR), et de la faible variation moyens mathématiques puissants que l’information

323
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

Figure 8. Les périodici-


tés des variations du cli-
mat [26, 48].
Figure 8. Periodicities in
climate recordings [26,
48].

est extraite du bruit. Ce fait est lié à la variation de


l’énergie émise par le Soleil, qui est de 0,1 % pour les
cycles tels que les cycles 21 à 23. On peut cependant
estimer que des effets plus importants peuvent se pro-
duire dans les circonstances suivantes :
– une variation supérieure à 0,1 %,
– une variation faible, mais appliquée de façon per-
sistante.
Le fonctionnement de la machine climatique montre
que les rétroactions positives y jouent un rôle prépon-
dérant (cas des cycles de Milankovitch). C’est pour-
quoi, quelle que soit l’amplitude de la variation de la
constante solaire, il convient de souligner que la répar-
tition de l’énergie dans le spectre solaire est modifiée Figure 9. Reconstruction (moyenne sur 10 ans) de la constante solaire
en favorisant la partie UV, dont on a vu le rôle dans la et de la température au sol en été de l’hémisphère nord, à partir
stratosphère. de la largeur des cernes des arbres [8] depuis le XVIIe siècle [42].
On a montré [21] que l’activité solaire déduite de la L’influence du volcanisme est indiquée pour certaines périodes.
variation de la concentration de l’isotope 14 C (extrait Figure 9. Reconstruction of the total solar irradiance and north
du carbone des cernes des arbres) et la sévérité des hemisphere summer temperature based on tree rings [8] from the 17th
century [42]. Periods of intense volcanic activity are shown.
hivers à Paris et à Londres étaient bien corrélées
depuis l’an mil. Ce résultat suggère une corrélation
entre les variations climatiques et l’activité solaire.
En utilisant la modélisation de la constante so- en particulier entre 1815 et 1835, période qui connut
laire [42], on a reconstitué ses variations d’avant 1978 plusieurs éruptions majeures (Tambora, 1815, Cosi-
en utilisant les observations anciennes (figure 9) de guina, 1835) ayant entraîné un refroidissement impor-
taches et de facules. Cette figure montre aussi la varia- tant. On peut noter avec regret que l’éruption de 1815
tion de la température de l’hémisphère nord. On note ait coïncidé avec le minimum de Dalton, empêchant
la corrélation entre la température et la constante so- une évaluation sans ambiguïté de l’effet radiatif so-
laire, à quelques exceptions près, dues au volcanisme, laire sur l’atmosphère. La concentration du dioxyde

324
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

de carbone montre que le froid qui sévit pendant le rôle des particules de haute énergie dans la forma-
minimum de Maunder ne peut être attribué à une di- tion des noyaux de condensation. Cependant, l’éner-
minution de l’effet de serre. Le modèle climatique du gie solaire reçue au sol, apparaissant corrélée avec le
LMD [59] a été utilisé pour vérifier si la réduction de flux de rayons cosmiques, s’interprète dans le même
la constante solaire de 2 W·m−2 (figure 9) permet de sens que les résultats reliant ces derniers à la nébulo-
reproduire la variation de température moyenne ob- sité [69]. D’autres rétroactions positives faisant inter-
servée. L’ordre de grandeur (environ 2 ◦ C pour l’Eu- venir la biosphère sont aussi à l’étude. Il est à noter
rope) a été retrouvé, sans toutefois que les variations que, si l’effet radiatif direct privilégie les moyennes et
régionales soient bien reproduites. les basses latitudes, l’action des particules est, en re-
Pour la période 1860 jusqu’à nos jours, la variation vanche, plus importante aux hautes latitudes. Leur ca-
de température moyenne au sol en fonction de la ractère chaotique est de nature à expliquer les contra-
longueur du cycle solaire a été étudiée [24]. Une dictions rencontrées dans la recherche de corrélations
remarquable corrélation apparaît. Le choix de la entre l’activité solaire et certains paramètres de la tro-
longueur du cycle est judicieux car, compte tenu des posphère.
constantes de temps du système atmosphérique, la Tous ces résultats ont ouvert la voie à de nom-
durée du cycle est sans doute plus représentative que breuses études de sensibilité du climat aux variations
l’amplitude de son maximum. On remarquera que la de l’activité solaire [15, 27, 45, 51–53, 60, 61, 64],
période 1940–1970, qui subit un petit refroidissement, dont il ressort aussi que la vapeur d’eau joue un rôle
se trouve bien représentée. Après 1975, la corrélation capital (rétroaction, non-linéarité) et que sa modélisa-
devient discutable, car l’augmentation de la quantité tion est un problème difficile.
de gaz à effet de serre ne peut être ignorée. D’autres Le grand débat actuel porte sur les contributions
études [64] ont conduit à des résultats similaires. respectives des gaz à effet de serre et du Soleil dans
L’étude portant sur la période 1860 à nos jours [24] l’évolution climatique depuis 1800. Il existe de nom-
a été étendue à cinq siècles [38], montrant aussi breuses modélisations, à caractère plus ou moins em-
une forte corrélation entre l’activité solaire et les pirique (par exemple [34, 62]), essayant de fixer cette
variations du climat. proportion dans le réchauffement actuel. Si, avant
Ces résultats posent la même question : si la prise 1975, l’influence solaire semble établie (en particu-
en compte de l’effet radiatif solaire explique au moins lier le refroidissement des années 1940–1970), l’ef-
l’ordre de grandeur des variations observées de tem- fet anthropique paraît l’emporter ensuite. À ces mo-
pérature, comment l’atmosphère peut-elle réagir si délisations plus ou moins empiriques, des modèles
rapidement ? Pour cela, plusieurs rétroactions posi- dans lesquels les rétroactions positives seront prises
tives capables d’accélérer ces changements sont en- en compte sont actuellement en cours de développe-
visagées, d’origine radiative ou non. ment. Cependant, le rôle du Soleil dans la variabilité
Pour les premières, l’ozone, dont la production dé- du climat se trouvant précisé, la prévision du climat
pend de l’activité solaire, peut jouer un rôle en mo- à venir suppose notre capacité à prévoir l’activité so-
difiant l’équilibre thermique de la région (absorption laire. Or, celle-ci est actuellement à court terme. C’est
dans l’UV et contribution à l’effet de serre par sa pourquoi l’étude des causes de la variabilité solaire
bande d’absorption à 9,6 µm). Une modification de la revêt une importance toute particulière.
structure thermique de la stratosphère entraîne aussi
une modification de la dynamique de cette région,
qui peut aussi affecter au moins la haute troposphère. 6. La météorologie de l’espace
Un autre conséquence possible est la génération des
ondes de toute nature dans la troposphère et leur pro- La météorologie est la discipline scientifique qui
pagation vers le haut [63, 65]. a pour objet de comprendre, puis de prévoir tous
Des effets non radiatifs peuvent être aussi envi- les phénomènes (pluies, vents...) et les conditions
sagés. Ils sont liés aux particules du vent solaire, (température, humidité, nébulosité...) caractérisant la
aux protons émis lors des éruptions solaires affectant basse atmosphère.
l’ozone et aux rayons cosmiques. Une intéressante Une extension en a été faite récemment : « la mé-
corrélation a été mise en évidence par Svensmark et téorologie de l’espace », qui a pour objet de prévoir,
Friis-Christensen [66] entre la nébulosité et le flux d’évaluer et de prévenir les conséquences de chan-
de rayons cosmiques, dont il résulte une anticorréla- gements d’origine astrophysique, par exemple liés à
tion entre l’activité solaire et la nébulosité, qui consti- l’activité solaire.
tue une rétroaction positive non radiative. Cependant, En effet, le Soleil, en raison de son activité va-
cette corrélation, établie sur une période de sept ans, riable, peut augmenter ses émissions X, EUV et UV,
devrait être confirmée sur une plus longue période et dont nous avons vu les effets sur l’atmosphère de la
confortée par des mesures de laboratoire montrant le Terre, et émettre soudainement un flux important de

325
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

particules (éruptions et éjections de masse coronale), freinage atmosphérique sur les satellites, dont l’effet
qui peuvent affecter l’état de l’ionosphère, les circuits est d’autant plus important que leur orbite est basse.
électroniques des satellites et même certains équipe- C’est pourquoi les satellites en orbite d’altitude infé-
ments placés au sol. rieure à 1 000 km sont plus particulièrement concer-
Lors d’une éjection de masse coronale, quelques nés. C’est ainsi que la station Skylab connut une fin
milliards de tonnes de particules sont propulsées dans assez rapide en 1979, de même que le satellite So-
l’espace, à une vitesse de plusieurs centaines de kilo- lar Maximum Mission en 1989. Moins spectaculaire,
mètres par seconde. Ces éjections se produisent plus mais aussi plus fréquente, est l’entrée de différents dé-
fréquemment en période de forte activité solaire, at- bris d’engins spatiaux en orbite autour de la Terre, qui
teignant quelques événements par jour. Si un satel- retombent sur elle, plus particulièrement au moment
lite se trouve sur leur trajectoire, ses circuits électro- des maxima solaires.
niques peuvent être momentanément perturbés, voire Si, dans bien des cas, l’activité solaire concerne
détruits, avec plusieurs conséquences selon les fonc- plus spécialement des problèmes purement scienti-
tions de ce satellite. Cet effet est surtout marqué pour fiques, l’importance prise par la technologie dans
les satellites en orbite haute, que l’atmosphère ter- les activités humaines, en particulier l’utilisation des
restre ne protège pas ou que peu. C’est pourquoi les moyens spatiaux de communication, nous rend dépen-
télécommunications, les émissions de radio et de télé- dants des humeurs du Soleil.
vision peuvent être perturbées, ainsi que la navigation
aérienne et maritime. Les conséquences de ces pertur-
bations peuvent être très grandes, en particulier pour 7. Conclusion
les astronautes et éventuellement pour les pilotes des
avions volant à haute altitude. Dans le cas d’événe- L’atmosphère primitive de la Terre a considérable-
ments majeurs, les perturbations peuvent atteindre le ment évolué, en raison de la formation des carbo-
sol et, en particulier, les lignes haute tension. C’est nates, diminuant la concentration en dioxyde de car-
ainsi que les équipements électriques d’une centrale bone, et du développement biologique, augmentant
alimentant la ville de Québec furent détruits en 1989, la concentration en oxygène moléculaire. Cette évo-
privant d’électricité six millions d’habitants. On a lution a complètement transformé la photochimie de
aussi signalé la corrosion anormale des oléoducs, qui l’atmosphère par la présence de l’oxygène atomique
serait engendrée par la circulation de courants tellu- et moléculaire, conduisant à la formation d’ozone, qui
riques liés à ce type d’événements. Le plus souvent, a entraîné des changements profonds de sa structure
la Terre ne se trouve pas dans la direction d’émission thermique et de sa dynamique. La photodissociation
de particules coronales, mais le risque existe et il peut et la photoionisation de l’oxygène se produisant dans
être prévenu. les domaines UV et EUV ont ensuite rendu les pro-
L’activité solaire conduit aussi à augmenter les priétés de l’atmosphère dépendantes de l’activité so-
émissions X, EUV et UV, soit de façon assez régu- laire et de l’action des particules.
lière, selon la tendance du cycle de Schwabe, soit de La variabilité de l’atmosphère d’origine solaire
façon soudaine, comme lors des éruptions solaires. décroît de la thermosphère à la troposphère, où
Or, nous avons vu le rôle des émissions X et EUV cependant elle n’est pas nulle. C’est pourquoi on
pour l’ionisation des régions F, E et D. L’augmenta- soupçonne depuis longtemps que le climat de la Terre
tion de l’ionisation conduit à modifier les caractéris- dépend aussi de l’activité solaire. La prise en compte
tiques des couches ionisées (altitude, fréquence cri- de rétroactions positives dans la modélisation du
tique) et, par suite, la propagation des ondes, en raison climat de la Terre est en cours. Son intérêt scientifique
de l’altitude à laquelle elles seront réfléchies ou absor- et tous les enjeux qui y sont associés rendent cette
bées. Il en résulte des difficultés de liaison, lorsque ces tâche prioritaire. Cependant, si le rôle du Soleil dans
couches sont utilisées pour communiquer entre deux la variabilité climatique se trouve mieux précisé, la
points éloignés sur le globe. prévision du climat suppose notre capacité à anticiper
L’activité solaire se manifestant par une augmenta- l’activité du Soleil. Or, actuellement, nos prévisions
tion des flux UV et EUV, leur effet dans la thermo- sont à court terme. C’est pourquoi l’étude des causes
sphère consiste en un accroissement de la tempéra- de la variabilité solaire revêt aussi une importance
ture et de la densité. Il en résulte une augmentation du toute particulière.

326
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

Références 1 [18] Currie R.G., Luni-solar 18.6 and solar 10–11-year signals in
USA air temperature records, Int. J. Climatol. 13 (1993) 31–50.
[1] Aruliah A., Rees D., Fuller-Rowell T.J., The combined effect [19] DeLand M.T., Cebula R.P., Composite Mg II solar activity
of solar and geomagnetic actiuvity on high-latitude thermospheric index for solar cycles 21 and 22, J. Geophys. Res. 98 (1993) 12809–
neutral wind. Part I: Observations, J. Atm. Terr. Phys. 53 (1991) 467– 12823.
483. [20] Dungey J.W., Interplanetary magnetic field and the auroral
[2] Bahcall J.N., Solar interior: neutrinos, in : Murdin P. (Ed.), zone, Phys. Rev. Lett. 6 (1961) 47–50.
Encyclopedia of Astronomy and Astrophysics, Vol. 3, Institute of [21] Eddy J., The Maunder minimum, Science 192 (1976) 1189–
Physics Publishing, Bristol, 2001, pp. 2593–2602. 1202.
[3] Banks P.M., Kockarts G., Aeronomy, Academic Press, 1973. [22] Encrenaz T., Cox P., L’eau dans l’univers, C. R. Acad. Sci.
[4] Bazilevskaya G., Krivolusky A., Ivanova I., Nazarova M., Paris, série IV 1 (2000) 981–993.
Perejaslova N., Petrenko I., Cosmic rays and ozone variability, in : [23] Fauliot V., Thuillier G., Hersé M., Observations of the F-
Stratospheric processes and their role in climate, Proceedings of the region horizontal and vertical winds in the auroral zone, Ann.
First SPARC General Assembly, Vol. 2, 1997, pp. 469–472. Geophys. 11 (1993) 17–28.
[5] Beer J., Raischeck G.M., Yiou F., Time variation of 10 Be and
[24] Friis-Christensen E., Lassen K., Length of the solar cycle: an
solar activity, in : Sonett C.R., Giampapa M.S., Mattews M.S. (Eds.),
indicator of solar activity closely associated to climate, Science 254
Sun in Time, University of Arizona, Tucson, 1991, pp. 343–359.
(1991) 698–700.
[6] Bell P.R., Predominant period in the time series of drought area
[25] Fröhlich C., Irradiance observations of the Sun, in : Pap J.M.
index for the western high plains AD 1700 to 1962, in : Proc. of the
(Ed.), The Sun as a Variable Star, Cambridge University Press, 1994,
Workshop on Solar Constant Variations, NASA, Washington, 1982,
pp. 28–36.
pp. 257–264.
[26] Ghil M., Quaternary glaciations: theory and observations, in :
[7] Berger A., Astronomical theory of paleoclimates, in : Bou-
Sonett C.R., Giampapa M.S., Mattews M.S. (Eds.), The Sun in Time,
tron C. (Ed.), Topics in atmospheric and interstellar physics and che-
University of Arizona, Tucson, 1991, pp. 511–542.
mistry, ERCA, Les Éditions de Physique, 1994, pp. 411–452.
[27] Hansen J., Lacis A., Ruedy R., Sato M., Wilson H., Global
[8] Bradley R.S., Jones P.D., Little Ice Age summer temperature
climate change, National Geographic Research Explorer 9 (1993)
variations: their nature and relevance to recent global warming,
143–158.
Holocene 3 (1993) 367–376.
[9] Brasseur G., Physique et chimie de l’atmosphère moyenne, [28] Haudebourg V., Cabane M., Levasseur-Regourd A.C., Bot-
Masson, 1982. tet R., Polarisation de la lumière diffusée par des particules agrégées
fractales, C. R. Acad. Sci. Paris, série IV 1 (2000) 537–542.
[10] Blamont J., La vie dans le système solaire, C. R. Acad. Sci.
Paris, série IIa 331 (2000) 515–524. [29] Heath D., Schlesinger B.M., The MgII 280 nm doublet as a
monitor of changes in solar ultraviolet irradiance, J. Geophys. Res. 91
[11] Chandra S., Ziemke J.R., Stewart R.W., An 11-year solar (1986) 8672–8682.
cycle in tropospheric ozone from TOMS measurements, Geophys.
Res. Lett. 26 (1999) 185–188. [30] Hood L.L., Mc Cormack J.P., Components of interannual
ozone change based on NIMBUS 7 TOMS data, Geophys. Res. Lett.
[12] Chanin M.-L., Keckhut P., Hauchecorne A., Labitzke K., (special issue) 19 (1992) 2309–2312.
The solar activity–QBO effect in the lower thermosphere, Ann.
Geophys. 7 (1989) 463–470. [31] Huang T.Y.W., Brasseur G.P., Effect of long-term variability
in a two-dimensional interactive model of the middle atmosphere,
[13] Chanin M.-L., Keckhut P., Influence on the middle atmos- J. Geophys. Res. 98 (1993) 20413–20427.
phere of the 27-day and 11-year solar cycles radiations on the dy-
namical forcing, J. Geomagn. Geoelectric. 43 (1997) 647–655. [32] Hudson R.D., Reed E.I., The stratosphere: present and future,
NASA reference publication 1049, Washington, DC, 1979, pp. 220–
[14] Cohen J.J., Sweetser E.I., The ‘spectra’ of the solar cycle and 228.
of the data for Atlantic tropical cyclones, Nature 256 (1975) 295–296.
[33] Keckhut P., Hauchecorne A., Chanin M.-L., Middle latitude
[15] Cubash U., Voss R., Hegerl G.C., Waszkewitz J., Crow- long-term variability of the middle atmosphere: trends and cyclic and
ley T.J., Simulation of the influence of solar radiation variations on episodic changes, J. Geophys. Res. 100 (1995) 18887–18897.
the global climate with an ocean–atmosphere general circulation mo-
del, Clim. Dynam. 13 (1997) 757–767. [34] Kelly P., Wigley T.M.L., Solar cycle length, greenhouse
forcing and global climate, Nature 360 (1992) 460–462.
[16] Currie R.G., On bistable phasing of the 18.6-year induced
drought and flood in the Nile records since AD 650, J. Climatol. 7 [35] Kodera K., Yamazaki K., Long-term variation on upper
(1987) 373–379. stratospheric circulation in the northern hemisphere in December,
J. Met. Soc. Jpn 68 (1990) 101–105.
[17] Currie R.G., O’Brien D.P., Deterministic signals in USA
precipitation records. Part II, Int. J. Climatol. 12 (1992) 373–379. [36] Kosovichev A.G., Schou J., Scherrer P.H., Bogart R.S.,
Bush R.I., Hoeksema J.T., Aloise J., Bacon L., Burnette A., De
Forest C., Giles P.M., Leibrand K., Nigam R., Rubin M., Scott K.,
Williams S.D., Structure and rotation of the solar interior: initial
1 Chacun des sujets qui a été abordé mériterait de l’être de façon results from the MDI medium-l program, Solar Phys. 170 (1997) 43–
exhaustive, ce qui aurait conduit à un article très long. Nous avons 61.
montré des résultats décrivant les relations les plus marquantes entre [37] Labitzke K., van Loon H., Association between the 11-year
le Soleil et les différentes régions de l’atmosphère de la Terre, ainsi solar cycle, the QBO, and the atmosphere. Part 1: the troposphere
que son climat. Il en est de même pour la bibliographie, qui fournit and stratosphere on the northern hemisphere in winter, J. Atm. Terr.
plusieurs références, mais sans prétendre à l’exhaustivité. Phys. 50 (1988) 197–206.

327
G. Thuillier / C. R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la Terre et des planètes / Earth and Planetary Sciences 333 (2001) 311–328

[38] Lassen K., Friis-Christensen E., Variability of the solar cycle [55] Rezeau L., La turbulence magnétique à l’interface vent
length during the past five centuries and the apparent association with solaire/magnétosphère, C. R. Acad. Sci. Paris, série IIb 327 (1999)
terrestrial climate, J. Atm. Terr. Phys. 57 (1995) 835–845. 299–311.
[39] Lastovicka J., Mlch P., Is ozone affected by geomagnetic [56] Ribes J.-C., Nesme-Ribes E., The solar sunspot cycle in the
storm?, Adv. Space Res. 24 (1999) 631–640. Maunder minimum AD 1645 to AD 1715, Astron. Astrophys. 276
[40] Lathuillère C., Lilenstein J., Gault W., Thuillier G., Me- (1993) 549–563.
ridional wind in the auroral thermosphere: results from EISCAT [57] Rodger C.J., Red sprites, upward lightning and VLF pertur-
and WINDII-O1D coordinated measurements, J. Geophys. Res. 102 bations, Rev. Geophys. 37 (1999) 317–336.
(1997) 4487–4492.
[58] Rowland H.L., Theories and simulations of elves, sprites and
[41] Lathuillère C., Blélly P.L., Lilensten J., Gaimard P., Storm blue jets, J. Atmos. Terr. Phys. 60 (1998) 831–845.
effects on the ion composition, Adv. Space Res. 20 (1997) 1699– [59] Sadourny R., Maunder minimum and Little Ice Age: impact
1708. of a long-term variation of the solar flux on the energy and water
[42] Lean J., Beer J., Bradley R., Reconstruction of solar irra- cycle, in : Duplessy J.-C., Spyridakis M.T. (Eds.), NATO ASII series,
diance since 1610: implications for climate change, Geophys. Res. Vol. 22, Springer Verlag, Berlin, Heidelberg, 1994.
Lett. 22 (1995) 3195–3198.
[60] Sadourny R., Sensitivity of climate to long-term variations of
[43] Lean J.L., Rottman G.J., Kyle H.L., Woods T.N., Hickey J.R., the solar output, in : Nesme-Ribes E. (Ed.), The solar engine and its
Puga L.C., Detection and parametrisation of variations in solar- and influence on terrestrial atmosphere and climate, NATO ASI Series,
near-ultraviolet radiation (200–400 nm), J. Geophys. Res. 102 (1997) series I, Vol. 25, Springer Verlag, Berlin, Heidelberg, 1994, pp. 479–
29939–29956. 491.
[44] Lean J., Fröhlich C., Solar Total Irradiance Variations, ASP [61] Schatten K.H., Arking H., Climate impact of solar variability,
Conf. Ser., Vol. 140, 1998, pp. 281–285. NASA-CP-3086, 1990.
[45] Lean J., Rind D., Climate forcing by changing solar radiation, [62] Schlesinger M.E., Ramankutty N., Implications for global
J. Climate 11 (1998) 3069–3094. warming of intercycle solar irradiance variations, Nature 360 (1992)
[46] Lee R.B., Implications of solar irradiance variability upon 330–333.
long-term changes in the Earth’s atmospheric temperature, J. Ntl [63] Shindell D., Rind D., Balachrandran N., Lean J., Lonergan P.,
Technol. Assoc. 65 (1992) 65–71. Solar variability, ozone and climate, Science 284 (1992) 305–308.
[47] London J., Radiative energy sources and sinks in the stratos- [64] Solanki S.K., Fligge M., Solar irradiance since 1874 revisited,
phere and mesosphere, in : Proc. of the NATO Adv. Study Institute Geophys. Res. Lett. 25 (1998) 341–344.
on Atmospheric Ozone, N◦ FAA-EE-80–20, US Dept. of Transporta-
tion, FAA-Washington, 1980, pp. 703–721. [65] Soon W.H., Posmentier E.S., Baliunas S.L., Inference of
solar variability from terrestrial temperature changes, 1880–1993: an
[48] Mitchell J.M., An overview of climatic variability and its
astrophysical application of the sun–climate connection, Astrophys.
causal mechanisms, Quat. Res. 6 (1976) 481–493.
J. 472 (1996) 891–902.
[49] Mitchell J.M., Stockton C.W., Meko D.M., Evidence of a 22-
[66] Svensmark H., Friis-Christensen E., Variation of cosmic ray
year rhythm of drought in the western UD related to the Hale solar
flux and global cloud coverage: a missing link in solar–climate
cycle since the 17th century, in : Mc Cormack B.M., Seliga T.A.
relationships, J. Atm. Solar Terr. Phys. 59 (1997) 1225–1232.
(Eds.), Solar Terrestrial Influence on Weather and Climate, D. Reidel,
Dordrecht, 1979, pp. 125–143. [67] Thuillier G., Bruinsma S., The MgII index for upper atmos-
[50] Mouradian Z., Bocchia R., Botton C., Rotation et cycle phere modelling, Ann. Geophys. 19 (2001) 219–228.
d’activité solaire, C. R. Acad. Sci. Paris, série IV 1 (2000) 353–358. [68] Thuillier G., Lathuillère C., Hersé M., Senior C., Kofman W.,
[51] Nesme-Ribes E., The solar engine and its influence on Duboin M.L., Alcaydé D., Barlier F., Fontanari J., Co-ordinated
terrestrial atmosphere and climate, Springer Verlag, 1994, 25 p. EISCAT-MICADO interferometer measurements of neutral winds
and temperatures in E- and F-regions, J. Atmos. Terr. Phys. 52 (1990)
[52] Nesme-Ribes E., Thuillier G., Histoire solaire et climatique, 625–636.
Belin, Paris, 2000.
[69] Veretenenko S.V., Pudovkin M.I., Variation of solar radia-
[53] Pecker J.-C., Caractères météorologiques du climat et activité tion input to the lower atmosphere associated with different he-
solaire : quelques remarques, in : Marilopoulos E.G., Thocars P.S., lio/geophysical factors, J. Atm. Sol. Terr. Phys. 61 (1999) 521–529.
Mavridis L.N. (Eds.), Compendium in Astronomy, D. Reidel, Dor-
drecht, 1982, pp. 151–160. [70] Witasse O., Lilenstein J., Lathuillère C., Pibaret B., Meridio-
nal thermospheric neutral wind at high latitude over a full solar cycle,
[54] Pellat R., Le Contel O., Perrault S., Hurricane O.H., Co-
Ann. Geophys. 16 (1998) 1400–1409.
ronti F.V., Luciani J.-F., Une nouvelle approche pour les sous-orages
magnétosphériques, C. R. Acad. Sci. Paris, série IV 1 (2000) 975– [71] Wright K., Big sky, hot nights, red sprites, Scientific Ameri-
980. can, Special, spring 2000, pp. 49–53.

328

Vous aimerez peut-être aussi