Vous êtes sur la page 1sur 16

Volume LxxxvI N 0 19

- Le journal indépendant de l’Université d’Ottawa -

Déroulez le tapis rouge


pour la poutine

www.larotonde.ca LaRotonde @LaRotonde La RotondeVideo


section

éditorial Mathieu Tovar-Poitras


redaction@larotonde.ca
Rédacteur en chef

Des cadres qui ignorent le portrait?


MATHIEU TOVAR-POITRAS
RÉDACTEUR EN CHEF
On entend souvent dire que c’est à l’uni-
versité que l’on se crée des amitiés et
des souvenirs pour la vie, que ce temps
passé sera un bassin de mémoires nos-
talgiques. Et bien, à l’Université d’Ot-
tawa (l’U d’O), les combats et embûches
entourant le labyrinthe administratif de
l’institution constituent des souvenirs qui
sont – et seront – partagés par plusieurs.

L’U d’O s’affiche publiquement comme


étant une institution pour qui l’expé-
rience de son corps étudiant est l’épi-
centre de plusieurs efforts. Par contre,
cette même université prend ensuite
des décisions remettant en question ce
même principe. En effet, l’augmenta-
tion de salaire des cadres exécutifs est
particulièrement intéressante car elle se
veut dans l’esprit de hausser la place de
l’U d’O dans les sondages tant prisés par ILLUSTRATION ANDREY GOSSE
celle-ci.
Pourquoi les cadres ? sont pas eux qui doivent guider des étu- que travailler dans une université revê-
diant.e.s qui viennent les voir complè- tait d’un honneur particulier, compte
Mais devrait-elle le faire au détriment
C’est une question intéressante. De tement confus.es. Ce ne sont certaine- tenu qu’il s’accompagne de responsa-
d’autres projets qui s’avèrent plus pro-
quelle manière une augmentation du sa- ment pas eux qui se taperont de longues bilités « faisant une différence dans la
fitables à l’ensemble de la communauté
laire des cadres exécutifs viendrait-elle heures à prêter assistance aux élèves et vie de chacun des […] étudiants » et que
universitaire ?
redorer l’expérience étudiante ? Com- qui devront gérer les périodes les plus cela « implique de leur donner les outils
ment est-ce que cette hausse importante achalandées de l’année. afin de faire une contribution significa-
Un de ces enjeux est celui entourant les
viendra réellement, et concrètement, tive à la société ».
péripéties auxquelles font face ceux et
bénéficier à la réalité du personnel de Pourquoi alors prétendre que la hausse
celles qui ont à prendre leur mal en pa-
l’U d’O qui est en contact direct avec le de 59 600 $ que se verra accorder le Alors M. Frémont, à la base de cet idéal,
tience lorsqu’il faut adresser une ques-
corps étudiant ? recteur ne pourrait pas être investie ail- ne pensez-vous pas que l’Université de-
tion administrative. On peut penser aux
leurs ? vrait investir davantage dans les outils
questions entourant les changements
Pour être honnête, ce sont des ques- entourant le quotidien de l’entièreté
de note, le temps d’attente pour consul-
tions plutôt difficiles à répondre, sur- Si ces cadres méritaient vraiment cette de la population étudiante ? Cette ap-
ter brièvement le personnel de sou-
tout si l’on prend en considération que proche ne priverait pas l’U d’O de se
tien et les confusions qu’occasionne la augmentation, cela veut dire qu’ils se-
l’U d’O a adopté une approche d’austé- tailler une place dans l’élite de la re-
constance dans les informations trans- raient au moins pleinement conscients
rité datant d’avant la venue du recteur cherche universitaire; nous savons que
mises. de la situation sur le terrain des per-
actuel, Jacques Frémont. Comble de c’est l’un – sinon votre – fer de lance.
sonnes définissant réellement l’U d’O
l’ironie, c’est cette même optique qui a Améliorer le service aux étudiant.e.s en
Pourtant, le personnel de soutien est et que malgré cela, ils justifient raison-
été utilisée pour renforcir la ligne direc- augmentant les ressources dédiées au
débordé et les mesures prises par l’ad- nablement cette hausse. Par contre, ce
trice de la position de l’U d’O face aux personnel administratif et de soutien de
ministration au cours des dernières an- n’est pas le cas et les 155 823 $ que re-
diverses négociations qu’elle a dû tenir l’U d’O ne fera qu’augmenter l’appré-
nées ne semblent pas avoir augmenté présentent l’addition des cinq hausses
avec plusieurs syndicats et associations. ciation envers l’institution. L’un n’em-
les ressources dédiées à cette dimension se perdront inutilement dans les poches
pêche pas l’autre.
clé de l’expérience étudiante. Rien que de certains.
Sauf que ce ne sont pas les cadres qui
l’an dernier, des coupures représentant font de l’U d’O ce qu’elle est. En fait, c’est Une augmentation salariale dédiée qu’à
une compression de 4% ont forcé les partiellement faux : les cadres dictent Revoir ses priorités cinq cadres supérieurs vient contredire
facultés à prendre des décisions sur les les grandes lignes mais ce ne sont pas en partie l’argument voulant que ce soit
dépenses liées à plusieurs volets de leur eux qui doivent ensuite recevoir toutes Lors de son discours d’installation en dans le but d’améliorer l’expérience
propre administration. les demandes de révision de note. Ce ne octobre 2016, Frémont avait indiqué étudiante.

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

ACTUALITÉS Nicolas Hubert


actualites@larotonde.ca
Chef de pupitre actualités

Programme de rémunération des cadres exécutifs

De l’austérité au faste, inégalités salariales


fier une telle augmentation.
NICOLAS HUBERT
À l’instar du vice-président externe de
Le 3 février 2017, le Bureau des Gou- l’APTPUO, Pascal Sergent, l’agente des
verneurs de l’Université d’Ottawa (U communications et de la recherche de
d’O) a publié le Programme de rému- l’APUO, Anne-Marie Roy, explique en ce
nération des cadres exécutifs de l’U d’O, sens que la comparaison effectuée inclut
approuvé par le ministère de l’Ensei- les grandes universités canadiennes qui
gnement supérieur et de la Formation possèdent des budgets et populations étu-
professionnelle de l’Ontario. Soumis à diantes largement supérieurs à l’U d’O,
une période de consultation publique ainsi que des mandats de recherche et des
entre le 3 février et le 3 mars, ce pro- contextes différents.
gramme propose une réévaluation des
rémunérations des cadres exécutifs de Pour Sergent, ce rapport se rapproche
l’Université dont les salaires sont gelés ainsi « plus d’un argumentaire pour sup-
depuis 2010 en raison de la Loi sur la porter [cette hausse salariale] plutôt que
responsabilisation du secteur parapu- d’une étude indépendante ». « On a reçu
blic. la semaine dernière une comparaison de
nos salaires comme professeurs avec seu-
Jusqu’à 59 600 $ d’augmentation lement les universités en Ontario », ajoute
Susan Spronk, la présidente de l’APUO,
En insistant sur la nécessité de « retenir avant de demander « pourquoi ils ont
des leaders de haut calibre » pour faire de choisi ces universités nationales au lieu de
l’U d’O « l’une des cinq grandes universités faire la même comparaison qu’ils ont fait
de recherche au Canada », ce programme avec nos salaires ». ILLUSTRATION ANDREY GOSSE
vise spécifiquement l’augmentation pour
cinq hauts cadres de l’administration. « L’Université ne voulait pas que l’on universitaire sont la cible depuis plusieurs pas l’inflation des prochaines années.
en parle » années des politiques d’austérité menées
Le recteur de l’Université se verrait ainsi
gratifier d’une hausse de 59 600 $ pour par l’administration de l’U d’O. L’expérience étudiante en prime
Si l’U d’O est tenue par la loi de soumettre
atteindre un salaire annuel de 454 600 Comme le soulignent Spronk et Laberge, Alors qu’une partie importante de la justi-
ce programme de hausse salariale à un
$, le vice-recteur aux études et provost une compression budgétaire de 4 % a été fication de cette hausse salariale repose sur
processus de consultation d’au moins 30
d’une hausse de 53 500 $ pour atteindre l’amélioration de l’expérience étudiante,
jours, Roy souligne l’absence de commu- imposée l’année dernière à l’ensemble
un salaire annuel de 350 500 $, tandis que Spronk insiste sur le fait que « le nombre
nication effectuée à ce sujet. « C’est clair des facultés de l’Université, une situation
les vice-recteurs à la recherche, aux res- de cadres de l’exécutif a également aug-
que l’Université ne voulait pas que l’on en affectant particulièrement l’expérience
sources et aux relations extérieures béné- menté depuis les dernières années », de
parle, que les gens de la communauté par- étudiante par la réduction du personnel
ficieraient de hausses de 2 123 à 28 700 $ 9,8 pour 10 000 étudiants en 2009 contre
ticipent au processus de consultation ou de soutien, des postes d’assistants d’ensei-
pour atteindre des salaires annuels allant 21,2 en 2016.
apportent une rétroaction », affirme-t-elle. gnement, des bourses d’admission, ainsi
de 298 700 $ à 311 900 $.
que par l’augmentation du ratio d’élèves « On a plus d’administrateurs, mais moins
Sergent souligne pour sa part l’erreur
« On parle par ici d’augmentations farami- par professeurs. de professeurs pour la croissance démo-
de calendrier faite par l’U d’O. En effet,
neuses » et non « d’augmentations mini- du côté de l’APTPUO, toute l’attention graphique des étudiants », ajoute Roy en
« Cela fait deux fois qu’en négociations
males pour suivre l’inflation », s’insurge le converge vers l’application du projet de demeurant dubitative sur la manière dont
l’Université nous dit qu’on est en période
président du syndicat des étudiant.e.s em- loi 148. Cette dernière, qui prévoit une ré- cela pourrait améliorer la qualité de l’édu-
ployé.e.s de l’U d’O (SCFP2625), Xavier d’austérité et qu’il y a des coupes partout
munération horaire équivalente entre tra- cation.
Laberge. sur le campus », rappelle Laberge en pré-
vailleurs à temps partiel et à temps plein, cisant, à tire de comparaison, que la seule « Si on veut vraiment améliorer l’expé-
entrera en vigueur le 1er avril. augmentation de salaire pour les 5 postes rience étudiante […] l’argument [doit être]
Une comparaison ambiguë
Sergent estime ainsi que si « l’Université ciblés correspond à 30 contrats d’assis- le même pour les professeurs à temps
Comme le rappelle Laberge, cette hausse tants à temps plein. plein, les professeurs à temps partiel et
pense qu’elle a des budgets à employer
globale des salaires de 155 823 dollars va les assistants d’enseignement » estime
au niveau de la masse salariale, elle ferait
porter à « une masse salariale totale de « Juste pour notre dernière convention pour sa part Laberge, en dénonçant cette
mieux de se préparer à mettre en applica-
1 715 000 $ » pour 5 employés. L’Associa- collective, notre négociation a été très ar- utilisation des fonds de l’Université. « On
tion cette nouvelle loi ».
tion des professeurs de l’U d’O (APUO) due. On a été chercher 1,6 % d’augmenta- voit en fait qu’il y a une partie qui va di-
et l’Association des professeurs à temps tion pour les étudiants gradués », précise- rectement pour les hauts cadres » et c’est
Une situation d’austérité
partiel de l’U d’O (APTPUO) dénoncent t-il avant d’ajouter que « l’Université disait consternant de voir « qu’une bonne partie
l’ambiguïté des méthodes de comparaison Cette proposition est d’autant plus mal vraiment que ce n’est pas possible d’aller des frais de scolarité va être utilisée pour
employées au sein du rapport pour justi- reçue que les acteurs de la communauté chercher plus » alors que cela ne palliera ça », conclut-il.

w w w. l a r o t o n d e .c a
4 actualités l laar ro ot to onnd de e l e lmuanrddi i 52 9M amrasr s2 021081 6

Réunion du Bureau des gouverneurs

Budget fédéral, admissions et visite royale d’accommodement.


Stéphanie Bacher

Lors de la réunion du Bureau des gou-


Un budget fédéral à surveiller
verneurs (BdG) du 26 février, les repré-
Durant la présentation de son rapport,
sentants de la communauté universitaire
Frémont a affirmé que le gouvernement
ont abordé les questions de l’accessibilité,
allait annoncer un budget féministe,
du budget fédéral 2018, des admissions
« peu importe ce que ça veut dire », avec
et de l’arrivée prochaine de la visite
des dispositions à l’égard des sciences.
royale belge à Ottawa, qui en profitera
Frémont a indiqué que des regrou-
pour faire une apparition sur le campus.
pements d’universités, dont l’U d’O,
avaient fait des représentations auprès
Une nouvelle politique d’accessibilité du gouvernement fédéral pour discuter
du sujet, et qu’on leur avait dit que « ce PHOTO ANDREY GOSSE
La réunion du BdG a débuté par l’an- serait dans le budget ». Frémont a aussi
nonce du nouveau règlement de l’Uni- exprimé la crainte que ce réinvestisse-
versité d’Ottawa (U d’O) en matière ment soit très ciblé, à l’image de ce que Une hausse qui se fait également sen- Ottawa le 13 mars prochain. Ils passe-
d’accessibilité, qui constitue selon Da- le précédent Premier ministre cana- tir aux cycles supérieurs. L’Université ront la journée sur le campus de l’Uni-
vid Graham, vice-recteur aux études et dien, Stephen Harper, avait fait. a notamment reçu 8 500 demandes, versité et assisteront en avant-midi à un
provost, une refonte complète par rap- soit une hausse de 500 demandes par colloque intitulé « L’éducation multi-
port à celui qui était déjà en place. Graham a par la suite présenté les der- rapport à l’année dernière. Ces hausses lingue et l’apprentissage des langues  :
niers chiffres relatifs aux admissions sont particulièrement prononcées dans le Canada et la Belgique à la croisée des
Cette nouvelle politique, qui a été ré- à l’Université et précisé que « les de- les Facultés d’éducation, de génie et de chemins », où le roi prononcera une al-
digée par le Bureau des droits de la mandes ont bondi de 16 % par rapport à locution.
droit, de «  bonnes nouvelles » selon
personne de l’U d’O, vise à se confor- l’an dernier », dont une montée de 8 %
Graham.
mer aux nouvelles exigences de l’Onta- dans les premiers choix des étudiant.e.s. Plusieurs recteurs d’universités belges
rio en la matière. Selon les chiffres de À l’heure actuelle, l’U d’O a émis plus de seront aussi présents, un point que
l’Université, on retrouve environ 2 254 16 000 offres au premier cycle, dont en- Une visite royale bientôt à Ottawa Frémont trouve particulièrement inté-
étudiant.e.s en situation de handicap viron 1 000 à des étudiants internatio- ressant puisque, «  ce qui les intéresse
sur le campus, soit 5% de la population naux outre-mer. Frémont a aussi fait savoir que le roi et ce sont les universités hors-Québec,
étudiante qui nécessite diverses formes la reine de Belgique seront en visite à les universités de recherche intensive »

Gouvernance de l’Université d’Ottawa

Vers une réforme du Sénat ?


Charley Dutil
fonctionnement du Sénat. Quant à Gra- « Enlever le pouvoir que possède le Majorité facultaire
ham, il avait pour sa part évoqué son
Sénat »
souhait de rendre le Sénat plus inclusif, En insistant sur l’importance des en-
Le 5 février dernier, à l’occasion d’une
notamment en ouvrant à la possibilité Spronk rappelle toutefois qu’au cours jeux académiques pour l’APUO, Spronk
rencontre avec professeurs et étudiants
d’intégrer les professeurs à temps par- des négociations établies entre l’AP- rappelle également que contrairement
à la Faculté des sciences sociales, dans
tiel au sein des réunions et du conseil TPUO et l’U d’O, l’administration de au Bureau des gouverneurs de l’U d’O,
le cadre du processus de transparence
du Sénat. l’Université avait proposé « d’enlever le le Sénat demeure la seule instance de
et d’inclusion mis en place pour l’élabo-
pouvoir que possède le Sénat pour éva- gouvernance qui possède une majorité
ration du budget de l’Université d’Ot-
Pour le Président du syndicat des luer des programmes et des membres », facultaire.
tawa (U d’O), le recteur de l’Université,
étudiant.e.s employé.e.s de l’U d’O un pouvoir cependant défendu par la
Jacques Frémont, ainsi que le vice-rec-
(SCFP2625), Xavier Laberge, présent à convention collective de l’APUO. Spronk plaide ainsi pour une orien-
teur aux études, David Graham, se sont
la rencontre avec Frémont et Graham, tation plus inclusive du Sénat, afin de
exprimés quant à leur appréhension
la volonté de réforme des deux hauts «  C’est vraiment le Sénat qui est en conférer un plus grand pouvoir à la
respective du Sénat de l’U d’O.
cadres de l’Université demeure floue. charge des enjeux relatifs au plan aca- communauté universitaire au sein de
De son côté, la présidente de l’Asso- démique  » explique Spronk en préci- cette instance de gouvernance. Dans
« Au Sénat, il n’y pas de débat » ciation des professeurs de l’Université sant que pour l’APUO, le plan acadé- une perspective similaire, Laberge es-
d’Ottawa, Susan Spronk, confie ne pas mique  touche également le domaine time qu’il serait pertinent d’y inclure les
Frémont avait notamment déclaré que avoir eu vent d’une éventuelle volonté financier, notamment en raison de la syndicats. Pour ce dernier, cela contri-
« au Sénat, il n’y a pas de débat », avant de l’administration de réformer, voire nécessité d’allouer les budgets néces- buerait notamment à assurer une plus
de directement évoquer son souhait même de modifier le fonctionnement saires à la réalisation des programmes grande participation de la communauté
d’explorer la possibilité de revoir le du Sénat. et projets académiques. universitaire.

lA ROTONDE EST À LA RECHERCHE DE BÉNÉVOLES. eNVOYEZ


VOS CANDIDATURES À BENEVOLAT@LAROTONDE.CA
w w w. l a r o t o n d e .c a
actualités la rotonde numéro 19 5

Vox Pop

Les SSUO ont-ils toujours la confiance des étudiant.e.s ?


mais être faites. C’est des principes humains de base,
Charley Dutil
vous savez, le droit à la vie privée. Les gens dans cette
Médecin de famille des Services de Santé de l’Univer- position devraient savoir qu’il est illégal de faire ceci.
sité d’Ottawa (SSUO), Vincent Nadon a été arrêté en Je ne dirais pas que c’est un abus de pouvoir puisque
janvier suite aux accusations d’une de ses patientes le je pense que cela n’avait rien avoir avec lui en tant que
suspectant de l’avoir filmée à son insu au cours d’une docteur, il s’agissait plutôt de filmer des patientes à leur
consultation. En attente de son procès pour agression insu pour des fins personnelles.
sexuelle et voyeurisme, le docteur est soumis à une ar-
restation à domicile et fait face à de nouvelles accusa-
tions de la part d’autres patientes. La Rotonde est allée
prendre le pouls de la communauté universitaire sur
son appréhension de cette affaire fortement médiati-
Michael Flynn - Étudiant en Histoire
sée.

Je pense que ça devrait être une cause pour une investi-


gation interne quant à la manière dont l’Université gère
des plaintes et comment le service de santé opère dans
ces facilités. Cependant, je suis content que l’Université
ait averti la police au plus tôt qu’ils ont pris connais-
Ahmed Youssef - Étudiant en Sciences de la santé sance de la situation. Selon moi, il s’agit ici d’un clair
abus de pouvoir, mais je crois que même sans le mouve-
Personnellement, je ne suis jamais allé aux cliniques de ment #metoo la situation aurait été réglée de la même
l’Université, mais ça me fait questionner encore plus manière.
l’intégrité des docteurs. Dès un jeune âge, nous sommes
conditionnés à penser que les docteurs savent tout et Yohan Louise - Étudiant en Gestion
Alex Nytschyk - Étudiante en étude des femmes qu’il faut avoir confiance en eux, mais on voit des cas
comme ceux-ci et on se questionne si c’est vraiment
Je pense que c’est écœurant, c’est malheureux qu’un le cas. De plus, on peut définitivement relier ce cas au
employé ayant beaucoup de pouvoir et représentant un mouvement #metoo et à la violence faite aux femmes.
service de l’école abuse de son pouvoir pour ses propres
fins. Ça démontre qu’en tant qu’étudiants sur le cam- Danielle Hudspeth et Camille Trottier -
pus, notre service de santé ainsi que l’Université ne Étudiantes en relations publiques
prennent pas les mesures nécessaires pour éviter une
situation comme celle-ci.

Premièrement, c’était mon médecin de famille. Je n’ai


reçu un courriel que trois jours après m’informant que
le médecin avec été suspendu. J’ai découvert toute l’his-
toire sur Google en lisant des articles issus des médias,
puisque l’Université ne m’a pas donné de détails sur
l’incident. J’ai trouvé ça un peu hypocrite que l’Univer-
sité ne dise pas à ses patients toute l’histoire et que ses
C’est dégueulasse ! Honnêtement, on est supposé avoir
patients ont dû la découvrir sur Internet. Je trouve ça
confiance en l’Université et les docteurs et quelque
aussi bizarre qu’il n’y ait pas deux personnes en perma-
chose comme ceci arrive : ça te fait questionner si on est
nence dans la salle de consultation de la clinique des
en sécurité sur notre campus. Ce n’est pas correct. Cela
Shaz Mirza - Étudiant de l’Université d’Ottawa services de santé : c’était la règle dans les institutions ou
dit, c’est bon qu’après l’incident les gens se soient mis à
j’étais auparavant patient. PHOTOS Charley Dutil
parler de leurs propres expériences.
C’est horrible, je pense que ces choses ne devraient ja-

w w w. l a r o t o n d e .c a
6 actualités l laar ro ot to onnd de e l e lmuanrddi i 52 9M amrasr s2 021081 6

Lutte contre l’itinérance chronique

Pleine vue sur Le logement d’abord !


situation d’itinérance chronique de sortir
Nonibeau Gagnon-Thibeault des refuges ou de la rue. Actuellement, les
Le sujet de l’itinérance a été mis de gens en situation d’itinérance chronique
l’avant à l’Université d’Ottawa (U d’O) représentent 15% des itinérants, mais
la semaine dernière avec le passage prennent plus de 50% des lits dans les re-
de la marche de La nuit la plus froide fuges. « C’est eux qu’on cible avec ces pro-
de l’année, réclamant un virage dans grammes », précise Aubry.
les actions de la Ville d’Ottawa pour
contrer l’itinérance, ainsi que la tenue « Ça prend un virage »
d’un symposium sur l’itinérance chez
les jeunes ottaviens. La Rotonde vous L’an passé, seulement 4 millions de dol-
offre un regard sur une approche ré- lars ont été dépensés pour Logement
clamée lors des deux événements : le d’abord, sur un budget totalisant 80
Logement d’abord. millions de dollars alloués pour contrer
l’itinérance. «  Ils ne suivent pas leur
À l’encontre du plan de la Ville plan jusqu’à date. À mon avis, c’est un
problème », estime Aubry avant d’affir-
Le plan décennal de logement et de lutte mer : « Ça prend un virage ».
contre l’itinérance adopté par la Ville d’Ot-
tawa en 2014 vise à diminuer les séjours Le logement abordable serait une par-
dans les refuges et à favoriser l’accès au ticulièrement bonne solution pour
logement abordable pour les personnes en contrer l’itinérance chez la jeunesse,
situation d’itinérance. selon Cora MacDonald, qui en est à sa
première année de doctorat en sociolo-
Toutefois, comme le souligne Tim Aubry, gie à l’Université de Carleton. « Ça leur
professeur à l’École de psychologie et ti- permet d’avoir un logement, ce qui les ILLUSTRATION ANDREY GOSSE
tulaire de la Chaire de recherche en santé aiderait à finir leur éducation secon-
mentale communautaire et itinérance de daire, se procurer un emploi et sortir de
l’U d’O, le projet du nouveau complexe de la rue », explique-t-elle. de toxicomanie. Lui-même aux prises prennent à interagir avec nous comme
l’Armée du Salut à Vanier et la possible avec des problèmes psychologiques si on était des humains qui ont besoin
augmentation du nombre de lits va à l’en- Le logement abordable comme solution et de dépendance, il juge que sans ces d’aide », plaide Daniel. D’autres ont une
contre de ce plan alors même que l’orga- améliorations, les itinérants continue- opinion plus mitigée en ce qui concerne
nisme est soutenu par la Ville. Pour Daniel, un itinérant régulièrement ront d’être dans une situation instable. l’approche Logement d’abord : « Je ne
hébergé par l’association Gîte ami, le Ceci doit aller de pair avec une inter- sais pas… Ça peut régler les problèmes
Selon Aubry, l’approche Logement logement abordable aiderait la plupart vention policière davantage axée sur de certains, mais pas de tous  », juge
d’abord, qui se focalise sur l’accessibilité des itinérant.e.s, mais ce n’est pas as- l’aide, ajoute-t-il. Neil, un autre itinérant familier au Gîte
au logement abordable pour les personnes sez. Selon lui, il faut aussi améliorer ami . «  Par contre, ça serait bon pour
itinérantes, permettrait à 80% des gens en l’accès aux services psychologiques et «  Il faudrait que les policiers ap- moi », ajoute-t-il.

Chronique

La réalité du journalisme étudiant à la Faculté des sciences sociales. Ceci à deux. d’O, la FÉUO et La Rotonde de pou-
Nonibeau Gagnon-Thibeault était fait dans le but d’échanger avec voir établir une communication effi-
les professeurs, employés et élèves de C’est dans ce genre d’atmosphère ciente. Une telle attitude en commu-
Lorsque j’ai commencé à travailler à la Faculté dans un but de transparence que les journalistes de La Rotonde nication dans d’autres sphères de la
La Rotonde en tant que journaliste, il y et de dialogue afin de mieux connaître politique serait catastrophique. Com-
travaillent, et on ne parle pas des
a presque un mois, j’étais enthousiaste les préoccupations de chacun et de les ment se fait-il que cela soit tenable à
courriels qui n’obtiennent jamais de
d’écrire sur l’actualité entourant le cam- inclure dans l’élaboration du budget l’U d’O?
réponse de la part de membres de
pus. Cet enthousiasme s’est rapidement de l’U de O. l’exécutif de la FÉUO.
modéré lorsque j’ai constaté la grande Les étudiant.e.s s’attendent à ce que
difficulté d’avoir des réponses de la Après la séance, j’ai envoyé une de- leurs institutions leurs soient rede-
part de l’administration de l’Universi- mande d’entrevue à M. Frémont afin
Pas de conversation, pas de participation vables, qu’elles répondent à leurs
té d’Ottawa (U d’O) et de la Fédération de pouvoir revenir sur certains sujets questions. Sans ceci, à quoi bon par-
étudiante (FÉUO). Cette attitude n’était qui sont restés en surface, faute du Alors qu’on est dans une période ticiper? Il semble plutôt que la réalité
pas fréquente de la part de la plupart grand nombre de sujets amenés et le d’apathie étudiante, que le recteur du- de ce campus « est plus un spectacle »
des intervenant.e.s à qui j’ai parlé dans temps limité pour en discuter durant rant la séance de discussion avait ad- plutôt qu’une vraie conversation,
mes autres expériences en journalisme. la séance. Ma demande a été faite le mis que les taux de satisfaction de la comme l’a souligné la présidente de
5 février et bien que la gestionnaire part des étudiant.e.s de l’U d’O pour- l’Association des Professeurs de l’U
Une discussion se fait au moins à deux des relations avec les médias, Isabelle raient être meilleurs et que la FÉUO a d’O, Susan Spronk, le 5 février, à la
Mailloux-Pulkinghorn, m’ait assuré des difficultés à susciter la participa- suite de la séance de discussion du
Cette réalité m’a frappé dès ma pre- que l’on avait soumis ma demande tion de ses membres, ne serait-il pas recteur de l’Université.
mière affectation à La Rotonde. J’écri- d’entrevue, je suis toujours sans ré- logique d’ouvrir ses communications
vais sur une séance de discussion orga- ponse un mois plus tard. Normale- davantage? Sans conversation, on n’a pas de par-
nisée par le recteur, Jacques Frémont, ment, une discussion se fait au moins Il serait tout aussi bénéfique pour l’U ticipation et non plus de satisfaction.

w w w. l a r o t o n d e .c a
actualités la rotonde numéro 19 7

assemblée générale du réfo

Élections serrées et nouvelles propositions


Charley Dutil

Organisée du 2 au 4 mars à l’Univer-


sité Saint-Paul, l’Assemblée Générale
Annuelle (AGA) du Regroupement Étu-
diant Franco-Ontarien (RÉFO) s’est
conclue sur l’élection des nouveaux re-
présentant.e.s étudiant.e.s ainsi l’adop-
tion des propositions qui guideront la
ligne politique de l’organisme au cours
de l’année à venir. L’événement a été
l’occasion d’offrir une plateforme de
rencontre et d’échange entre les étu-
diant.e.s franco-ontarien.ne.s issu.e.s de
plusieurs institutions post-secondaires
en Ontario, dont notamment Hearst,
l’Université Laurentienne, Saint-Paul
ainsi que l’Université d’Ottawa (l’U d’O).

Étalée sur une fin de semaine


PHOTO ANDREY GOSSE
Lors des deux premiers jours de
l’AGA, l’attention fut tournée vers des
déficit pour une somme de 630 $. impasse chez l’électorat et est passée de
groupes de discussions à propos de
À l’issue des scrutins, Marie-Pierre Hé- justesse au deuxième tour.
problématiques sociales et politiques
Le RÉFO serait néanmoins assuré par roux a remporté le premier poste de
auquel la jeunesse francophone fait
une réserve de plus 18 000 $ qui a coprésident du RÉFO, suivi de Radi
face. L’attention s’est notamment por- Nouveaux élus.e.s pleins d’espoir
été mise à contribution pour payer ce Shahrouri, élu au tour suivant. Finale-
tée sur l’importance de l’implication ment, Kelia Wayne fut élue après deux
faible déficit budgétaire. Ogden rap-
des jeunes francophones dans leurs En entrevue avec La Rotonde, les trois
pelle à ce sujet que le RÉFO demeure tours où il n’y eut plus de candidat.e.s
communautés, l’importance d’avoir nouveaux coprésidents du Regroupe-
un organisme à but non lucratif et qu’il ayant 50.1 % du vote. Gabrielle Chénard
des alliés anglophones ainsi que les ne génère en ce sens aucun profit. fut quant à elle élue sans opposition en ment étudiant ont énoncé leur vision
violences et le harcèlement dont sont tant que représentante du RÉFO à l’U pour le futur du RÉFO. Marie-Pierre Hé-
victimes les femmes. d’O. roux nous a déclaré que son but « était
Un vote préférentiel
d’agrandir le regroupement en faisant
Le dimanche 4 mars, jour de vote, campagne sur les différents campus
Pour voter, la RÉFO à recours au vote Des propositions radicales
l’AGA s’est ouverte sur un discours de de l’Ontario  ». Elle souhaite pour cela
préférentiel, un système où l’électorat
Carol Jolin, président de l’Assemblée
choisit leurs candidat.e.s en ordre de L’un des autres objectifs de l’AGA était « donner une formation aux membres
de la francophonie de l’Ontario (AFO),
préférence. Ce processus s’effectue en d’établir les propositions sur lesquelles du Comité d’Administration [du RÉFO]
invité pour l’événement, au sein du-
plusieurs tours, et après chaque tour le sera développé l’agenda de l’exécutif du pour leur donner des outils pour être ca-
quel il a rappelé les enjeux actuels de
vote est redistribué jusqu’à tant qu’un.e RÉFO au cours de la prochaine année. pable de recruter plus de membres ».
la communauté franco-ontarienne.
candidat.e obtienne 50% + 1 du suffrage. Au cours de cette 9e Assemblée géné-
Si dès le premier tour, un.e candidat.e rale, les propositions adoptées ont no- Quant à Kelia Wayne, elle affirme que
Un rapport financier déficitaire obtient 50.1% du suffrage il ou elle est tamment abordé la nécessité de donner son but « est de se concentrer sur le pro-
élu.e, et si personne n’a 50.1%, le ou la une plus grande visibilité au RÉFO sur
jet de l’université francophone pour que
L’AGA a également été l’occasion de candidat.e qui a reçu le moins de votes les campus universitaires de l’Ontario
celle-ci ouvre en 2020  ». Finalement,
revenir sur les aspects financiers du est éliminé.e. ainsi que la création d’un comité trans-
Radi Shahrouri nous a fait part de son
Regroupement étudiant. Le direc- genre au sein du RÉFO.
souhait de continuer de travailler sur
teur général du RÉFO, Steven Ogden, Six candidat.e.s, dont trois issu.e.s de
explique que le précédent exercice l’Université franco-ontarienne ainsi que
l’U d’O, se sont présenté.e.s à la copré- En revanche, plusieurs autres propo-
financier a été l’un des plus impor- sidence du RÉFO. Avant le vote, chaque sitions, dont une appelant à l’abolition de rendre le RÉFO plus visible via des
tants connus par le Regroupement candidat.e a eu l’occasion de répondre des frais de scolarités, ont été refusées. kiosques et des sessions d’informations
étudiant. L’organisme aurait en effet aux questions des membres, ainsi que Une des propositions les plus contro- en classe ». Les nouveaux élu.e.s pren-
dépensé au cours de l’exercice 2016- celle de présenter leur vision et agenda versées proposait de pousser pour des dront possession de leurs postes le 30
2017 plus de 266 000 $, le plaçant en pour la prochaine année. stages non rémunérés, ce qui a créé une avril prochain, pour un mandat d’un an.

w w w. l a r o t o n d e .c a
8 actualités l laar ro ot to onnd de e l e lmuanrddi i 52 9M amrasr s2 021081 6

Trois questions pour comprendre  par Nicolas Hubert La Parenthèse


La culture sourde française
NICOLAS HUBERT
André Thibeault
Chaque semaine, La Rotonde interroge un des
1200 professeurs de l’U d’O sur un sujet d’actualité.
L’occasion pour vous d’en apprendre davantage, Burkina Faso – Attentats à Ouagadougou
Chargé de cours,
et pourquoi pas, de briller dans les Au moins 13 personnes ont trouvé la mort,
Faculté d’éducation soupers de famille et autres lieux propices aux dont 5 assaillants et 8 militaires burkinabé,
débats. le 2 mars suite à la double attaque perpétrée
Université d’Ottawa contre l’Ambassade de France et l’État-ma-
jor des armées burkinabé, au sein duquel

1
À partir de quand a-t-on commencé à évoquer la “culture sourde” ? se tenait une réunion du G5 Sahel. Tandis
qu’un commando a tenté de s’introduire
Ça a commencé avec l’utilisation du terme « Sourd » avec la majuscule initiale (S) dont l’existence remonte
dans l’Ambassade de France, une voiture
seulement aux années 1970 et non celle de la minuscule initiale (s) qui existe depuis fort longtemps, qui ne
décrit que le handicap. D’abord, le mot Sourd avec un (S) majuscule est une convention académique adoptée
piégée a explosé devant les bâtiments ci-
par l’Université Gallaudet à Washington D.C. pour désigner ceux qui font partie de la communauté linguis- blés. Tandis que l’attaque a été revendiquée
tique et culturelle des Sourds qui utilisent la langue des signes. le lendemain par le Groupe malien de sou-
tien à l’Islam et aux Musulmans, il semble-

2
rait néanmoins que l’ensemble des assail-
Que regroupe cette culture et quelles sont ses particularités ? lants soient burkinabé. Dans la nuit du 3 au
Comme dans n’importe quelle minorité, l’emphase est fortement mise sur les liens familiaux et sociaux, 4 mars, un second commando aurait tenté
lorsque les membres de la famille sont de la même culture ou de la même communauté. On a fréquemment de forcer un barrage de police alors qu’il se
observé que les Sourds se tiennent souvent en groupe à parler longtemps, par exemple après la fin d’une dirigeait vers le palais présidentiel.
réception ou après que le restaurant se soit vidé. Une raison certaine à cela est que les Sourds se plaisent en
compagnie d’autres personnes sourdes qui partagent le même esprit. Ils sentent qu’ils reçoivent support et
confiance d’autres Sourds qui partagent les mêmes croyances et attitudes culturelles. Niger - L’eau contaminée à la radioactivité
à Arlit C’est ce que dénonce la réalisatrice

3
nigérienne Amina Weira au sein de son
Est-elle liée à un sentiment d’appartenance communautaire et comment cela se retran- film La Colère dans le vent présenté à la
scrit-il dans le quotidien d’une personne sourde ? fin février à l’occasion du festival Films
Femmes Afrique de Dakar. Accueillant
Une personne sourde peut avoir un sentiment d’appartenance à la communauté Sourde suite à une ex-
périence négative avec un.e enseignant.e en salle de classe. Il/Elle peut s’identifier aux premiers élèves depuis 40 ans l’une des principales mines
des institutions pour sourds qui, eux aussi, ont été maltraités. Les personnes sourdes peuvent se déplacer d’exploitation d’uranium de la compagnie
d’une région à une autre et s’intégrer à une nouvelle communauté avec une relative facilité. Elles appor- française Areva, la région d’Arlit est forte-
tent avec elles un bagage culturel qui leur permettra d’établir de nouveaux liens communautaires et de ment exposée aux impacts de l’activité mi-
découvrir les problèmes particuliers et les façons de faire de la nouvelle communauté. C’est pourquoi il ex- nière. L’eau empoisonnée, la poussière ra-
iste plusieurs communautés Sourdes différentes au Québec, mais il n’y a qu’une seule culture des Sourds dioactive et la contamination des sols et du
québécois dont les membres vivent dans des communautés différentes. bétail sont lourdes de conséquences pour
les populations qui vivent parfois à moins

Revue de presse par Mathieu Tovar-Poitras de 200 mètres de la mine.

RDC – L’opposition en tête d’un sondage


L’Université de Moncton accueille un événement eSports Réalisé par le Congo Research Group, as-
Le Front, Université de Moncton socié à l’Université de New York, ce son-
dage place l’opposant Moïse Katumbi en
C’est la quatrième édition du TomorrowLAN, un événement visant à réunir les adeptes de jeux vidéos de l’Atlantique, qui tête du premier tour de la présidentielle
s’est installée sur la piste d’athlétisme de l’Université de Moncton. L’un des objectifs de l’organisation est de combattre avec 26 % des voix, malgré son exil, tan-
les stéréotypes auxquels font face les joueurs et joueuses de jeux vidéo. L’événement relativement jeune démontre un vif dis que l’actuel président Joseph Kabila
intérêt de la part des amateurs, comme le témoigne les hausses de participation constantes depuis les dernières éditions. n’obtiendrait que 7 % des suffrages. Re-
poussées depuis 2016, ces élections pré-
sidentielles sont devenues la principale
priorité de la mission de l’ONU en RDC,
Un club végétalien soulève des tollés alors que Kinshasa subit une lourde pres-
The Ryersonian, Université Ryerson sion internationale pour leurs organisa-
tions.
La manifestation annuelle du Groupe d’éducation végétalien de Ryerson (GÉVR) a suscité diverses critiques suite aux ac-
tions de certaines personnes non-affiliées au club. Plusieurs se sont mis à suivre des passants portant un manteau de la
marque Canada Goose en brandissant des signes les qualifiant de meurtriers. Les services de sécurité de Ryerson auraient Haïti – Le gouvernement accuse l’ONU
été approchés par l’une des passantes. La manifestation s’est poursuivie comme prévu et a aussi attiré son lot d’appui. d’ingérence La mission de l’ONU pour
l’appui à la justice en Haïti a suscité l’in-
dignation de Port-au-Prince après avoir
salué l’avancée d’un dossier portant sur
Rassemblement en solidarité pour Colten Boushie la corruption présumée de plusieurs an-
The Sheaf, Université de la Saskatchewan ciens membres du gouvernement haïtien.
En conférence de presse, le premier mi-
Ce sont près de 300 étudiant.e.s qui se sont réunis pour marcher en mémoire de Colten Boushie et pour dénoncer le
nistre Jack Guy a rappelé le 1er mars la
verdict de non-culpabilité accordé à Gerald Stanley. La trajectoire de la marche avait comme point de conclusion la Cour
du banc de la Reine de la Saskatchewan. Les verdicts des affaires Stanley et Cormier (jugé non-coupable du meurtre de souveraineté d’Haïti et le caractère hau-
la jeune Tina Lafontaine) ont soulevé de vives dénonciations du processus judiciaire et du racisme institutionnel du sys- tement politique du dossier en question.
tème.

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

Arts et culture Gabrielle Lemire


culture@larotonde.ca
Cheffe de pupitre

Célébrations sur le campus

Récapitulatif du Mois de l’histoire des Noirs


GABRIELLE LEMIRE
À l’occasion du Mois de l’histoire des
Noirs, un grand gala a été organi-
sé par la Fédération étudiante de
l’Université d’Ottawa (FÉUO) dans
la salle Huguette-Labelle du Pavil-
lon Tabaret. Le gala ayant pris place
en soirée le mardi 27 février a sus-
cité une participation telle des étu-
diants que tous les billetEs ont été
distribués. Des étudiants canadiens,
immigrants et internationaux pro-
venant de la majorité des pays de la
diaspora se sont réunis au gala pour
célébrer les multiples initiatives pré-
sentes sur le campus durant le der-
nier mois. La Rotonde vous fait un
retour sur février, Mois de l’histoire
des Noirs.

ILLUSTRATION ANDREY GOSSE


La salle Huguette-Labelle se fait belle

Bien que le gala ait été planifié pour Pour plusieurs une occasion de réseau- par ailleurs abordé le climat sur le cam- talent des artistes noirs du campus, des
18h00, à 18h45, des dizaines d’étu- tage et de remémoration des accom- pus de l’Université d’Ottawa: « Les gens soumissions d’œuvres à une exposition
diant.e.s échangeaient dans la rotonde plissements des Noirs dans l’histoire racialisés et des Premières nations sont d’arts visuels étaient ouvertes jusqu’au
du pavillon Tabaret. Pour la plupart en mondiale, le mois de février représente souvent mis de côté. Il devient difficile et 14 février dernier.
habits de soirée ou traditionnels afri- aussi une occasion de partage des tra- vraiment fatigant de se battre continuel-
cains, ceux-ci attendaient avec fébrilité ditions entre personnes noires. Selon lement pour créer des espaces les uns Le 14 février, une soirée d’humour avait
l’ouverture des portes de la salle de bal Joshua Dadjo, étudiant de quatrième pour les autres », affirme-t-elle. lieu au Café Nostalgica où les comédiens
où un décor feutré les attendait. Des dra- année en biochimie, « comme peuple Aba and Preach étaient mis en valeur.
peaux représentant divers pays étaient marginalisé, [le peuple noir] n’a pas eu Pour Joshua Dadjo, qui est né au Canada
disposés à chaque place autour des pour longtemps la chance de célébrer et a vécu le système d’éducation, « si les Le 6 février, le Centre de ressources
tables rondes. [sa] culture et même aujourd’hui, célé- professeurs n’ont pas de confiance en tes des femmes de l’Université organisait
brer cette culture est vu comme quelque habiletés, ça devient un défi. Quand tu son premier atelier pour l’entretien des
Des œuvres d’art de l’artiste Emmanuel chose à considérer deux fois ». Dadjo af- arrives dans un contexte universitaire et cheveux noirs où les différents trucs et
Akintade, originaire du Nigeria, étaient firme : « Nos étudiants font face chaque que le prof te juge déjà à cause de la cou- astuces étaient partagés avec les partici-
disposées un peu partout dans la salle, jour à des défis qui leurs sont uniques leur de ta peau, ils ont déjà un préjugé pantes. Un deuxième atelier permettra
ses peintures à l’huile représentant pour ». Tel que mentionné par la maître de contre toi. C’est extrêmement important entre autres aux participantes de fabri-
la plupart des femmes. « Mes peintures cérémonie, Vanessa Dorimain, ces dé- qu’on en parle » Lors du panel de dis- quer leurs propres produits naturels.
ne sont pas par rapport à être blanc ou fis se rapprochent de ceux vécus par les cussion, le thème récurrent était celui du Leïla Moumouni-Tchouassi indique
noir, explique Akintade, quand je fais étudiants autochtones des Premières manque de ressources pour les étudiants vouloir un espace où les étudiantes
une peinture, je veux que les gens la nations, Métis et Inuits sur les campus racialisés, que ce soit des formations du s’identifiant en tant que femmes noires
voient et s’imaginent eux-mêmes, qu’ils universitaires. corps professoral et des intervenants pourraient se réunir plus régulièrement.
y trouvent leur propre définition ». Pour dans les divers services fournis par les En découle donc des rencontres hebdo-
ce dernier, qui habite à Montréal, le universités.
Pour créer une discussion quant à ces madaires entre femmes noires au Centre
Mois de l’histoire des Noirs tient sa dé-
enjeux, soit les défis que peuvent ren- de ressources des femmes.
finition en deux mots : « liberté et fierté
contrer les étudiants noirs, la FÉUO or- 28 jours de célébrations
». L’artiste proposait donc de célébrer
ganisait le 28 février un panel de discus- Le Centre universitaire Jock Turcot prê-
en s’unissant pour connecter, toutes
sion sur la réalité des personnes noires Que ce soit au campus ou dans les en- tera également son sous-sol à un Marché
cultures confondues.
en contexte universitaire. Y siégeaient virons, la communauté noire a rayonné noir le 19 mars prochain où des produits
la vice-présidente pour l’équité Leï- tout au long du mois de février. À elle traditionnels africains seront vendus. Le
Enjeux des étudiants noirs sur les la Moumouni-Tchouassi ainsi que des seule, la FÉUO a proposé une dizaine Marché sera ouvert à tous les membres
campus étudiant.e.s des Universités de Toronto, d’activités en partenariat avec le Service de la communauté noire ainsi qu’à ses
Trent, Ryerson et Carleton. Celle-ci a de vie communautaire. Pour souligner le alliés.

w w w. l a r o t o n d e .c a
10 A R T S e t C U LT U R E l a lrao troont do en d e l eL umnadri d5i M2 9a rmsa2r0s1 28 0 1 6

Lancement de l’album Vivre en ville

Rats n’Roll dans la capitale


appartement du complexe résidentiel
CHARLEY DUTIL
Lees, indiquant qu’il « espère n’avoir pas
C’est sous les yeux d’une statue de pierre réveillé et dérangé trop d’étudiants du-
de la vierge Marie dans le bar du sous- rant les sessions d’enregistrement ». Afin
sol de l’église Saint-Brigid que les Rats d’aider avec l’album, les Rats d’Swompe
d’Swompe ont célébré le lancement de ont sollicité l’aide de leurs amis, les frères
leur premier album, Vivre en ville, avec Joly. Rocheleau indique que « la chimie
avec eux et leur talent derrière la console
un concert intime pour leurs amateurs les
ont donné à notre album un son profes-
plus ardus mardi soir dernier. L’album du
sionnel qu’on aurait pensé seulement ob-
groupe traditionnel-rock francophone fut
tenir dans un studio professionnel et non
officiellement lancé vendredi dernier le 2
dans un appartement ».
mars et est disponible sur iTunes et Spo-
tify. Réalisé par le joueur de basse Martin
Dans tout album, des influences gran-
Rocheleau et produit par les frères Joly,
dement présentes peuvent être décelées
l’album marie le son traditionnel de la
par le public. Rocheleau affirme que « le
musique canadienne française avec des PHOTO COURTOISIE
groupe a été très influencé par la Bottine
crochets de guitare rock.
souriante ainsi que les groupes celtes
punk Flogging Molly et Great Big Sea ». Natasha Picher nous a affirmé qu’étant
Composé de Yan Leduc et de Martin L’influence des groupes celtes a été très
Rocheleau, originaires de l’Est ontarien, fille de campagne, elle s’identifiait aux Un phénomène intéressant fut la ges-
présente lors de leur concert, alors que
ainsi que de Patrik Pharand, originaire du paroles des chansons. Patenaude, après tion impeccable du son. Malgré l’empla-
leur graphiste Pat Patenaude est monté
nord de l’Ontario, le groupe rassemble les avoir travaillé et joué avec le groupe, cement moins qu’idéal pour le groupe,
sur scène pour jouer du tambour tradi-
Franco-ontariens tout en intéressant toute nous a affirmé qu’il « adorait travailler la batterie ne fut pas trop forte et n’a à
tionnel irlandais et chanter une chanson
la population canadienne-française. aux saveurs très celtiques et irlandaises. avec le groupe et performer ». Quant à aucun moment enterré la voix du chan-
la liste des chansons des Rats d’Swompe, teur, chose commune dans des endroits
Un produit de Lees les gens présents ont eu la chance d’écou- comme le Brigid’s Well. Finalement, il
Un accueil chaleureux 
ter à la majorité des chansons de leur est important de souligner les prouesses
En entrevue avec La Rotonde, le bassiste C’est sous des cris d’«  encore » que les nouvel album ainsi que des reprises de bien connues dans tout l’Ontario fran-
des Rats d’Swompe et producteur de l’al- Rats d’Swompe ont quitté la scène du chansons connues de Mumford & Sons çais du joueur de violon Patrick Pharand
bum Martin Rocheleau a déclaré que le petit bar irlandais mardi dernier. En en- et de Darius Rocker (comme Hootie and qui dansait et sautait en se démenant sur
groupe avait enregistré l’album dans un trevue avec La Rotonde, la concertiste the Blowfish). son violon.

Contrôle V2 de Lary Kidd

Le contrôle après le dérapage dits. Cela se sent dès la première piste, Bien que l’ensemble de l’œuvre soit gé- touches d’humour et de refrains accro-
NONIBEAU GAGNON-THIBEAULT
Petit Jésus, où il met de l’avant son in- niale, on peut être agacé par les paroles cheurs, Lary Kidd nous démontre une
Lary Kidd nous offre quatre nouvelles térêt pour les Beaux-Arts et son mépris de Lary qui sont parfois trop hachées œuvre musicale réussie.
pistes dans Contrôle V2 qui contrastent de l’ignorance sous un son bien rythmé par le rythme dans la chanson Les fleurs
avec l’album original. Alors que l’on de Ruffsound. Dominant, il se permet bleues. Plus on écoute la chanson, plus Récupérer le gangsta rap à l’image
pouvait entendre il y a quelques mois le même de répondre avec habileté aux on est conscient de certaines pauses au
de la jeunesse québécoise
rappeur québécois en plein dérapage se lignes de son comparse Maybe Watson, beau milieu de phrases qui laissent mo-
questionner par rapport à sa place dans qui l’avait visé dans Ça que c’tait. mentanément en suspens. Le génie de Lary Kidd dans Contrôle V2
l’univers du gangsta rap sur des rythmes
réside dans la récupération du gangster
souvent sombres et émotifs, on assiste Le rappeur québécois passe plusieurs Ceux qui ont connu Lary Kidd avec le rap, dont les propos généralement vé-
dorénavant à un renouveau avec V2. commentaires ayant pour but de susciter trio Loud Lary Ajust (LLA) pourront en hiculés, que ce soit l’obsession des fusils
la réflexion de l’auditeur. Critiquant au- apprendre plus sur l’histoire racontée et de la violence ou encore de l’objectifi-
Une œuvre réussie tant la plus vieille génération qui regarde dans Blue Volvo. Dans Ce monde là, Lary cation de la femme, peuvent heurter les
TVA qu’aux jeunes qui s’emballent pour nous raconte avec une certaine nostalgie valeurs de la jeunesse québécoise. Lary
Équilibrées et réfléchies, ses chansons les bitcoins, Lary Kidd accumule des ré- non complaisante sa jeunesse et son pas- Kidd ici réussit à refléter la jeunesse qué-
nous montrent un Lary Kidd en contrôle, férences québécoises très actuelles. On sé rempli d’activités délinquantes. bécoise sans pour autant rendre le style
assumé et même arrogant, qui se ques- pourra notamment être agréablement moins punché. Il réussit notamment à
tionne par rapport à la société québé- surpris de le voir inclure le nom de Sé- Nous offrant un produit recherché qui inclure son féminisme d’une manière à
coise. Le ton n’est plus le même. Il a bastien Bovet, analyste politique pour aborde des thèmes totalement différents plaire à ceux qui aiment la forme du rap.
trouvé sa place dans l’univers du gangs- Radio-Canada, dans une de ses lignes. de ce à quoi on a pu être habitué dans Décidément, son étiquette autoprocla-
ta rap en récupérant des thèmes iné- le rap québécois, qui est parsemé de mée de « jeune homme » lui va bien.

w w w. l a r o t o n d e .c a
A R T S e t C U LT U R E la rotonde numéro 19 11

Entrevue

CNA présente Catherine Leduc et Maude Audet


de la musique, je fais des choses moins
GABRIELLE LEMIRE standard. Donc je n’ai pas les mêmes bar-
rières qu’un musicien aurait. Il y a des cô-
Le paysage musical canadien-français est tés négatifs des fois à pas être un musicien
de plus en plus diversifié alors que l’on dé- de formation, puis en même temps il y a un
couvre de nouveaux artistes chaque jour. côté super positif parce qu’il y a un côté de
Folk, indie, rock alternatif, space, vintage naïveté qui reste.
: voilà ce qui caractérise en particulier le
style musical de Maude Audet et Cathe- LR : Catherine, qu’est-ce qui diffé-
rine Leduc, toutes deux des artistes solo. rencie ton nouvel album Un bras
À l’occasion de leur spectacle commun à de distance avec le soleil de ton pre-
la quatrième scène du Centre national des mier projet solo Rookie?
Arts, La Rotonde a eu la chance de s’entre-
tenir avec les deux amies de longue date. CATHERINE LEDUC CL : À mon avis c’est une suite logique.
Après, les différences, je pense que Rookie
La Rotonde : Comment décri- est plus un carré noir et Un bras de dis-
douceur à un petit peu plus rock. juste de repartir à zéro par moi-même. Me
riez-vous vos styles respectifs? tance avec le soleil c’est comme un cercle
faire confiance et me mettre au défi.
rond. Pour moi, on va toujours préfé-
Catherine Leduc : Je ne sais pas trop LR : Catherine, peux-tu expliquer la
rer la dernière chose qu’on a faite, parce
quoi répondre à ça. Je dirais, ça part sur transition entre Tricot Machine et LR : Maude, quelle est l’influence de qu’on est plus abouti. Mais un n’enlève
une base folk mais après c’est comme un ton projet solo? l’absence de formation musicale sur rien à l’autre. C’est aussi des points, mais,
folk alternatif avec des touches psychédéli- ton parcours? pour moi, c’est comme si je m’en vais vers
ques. C’est inspiré. J’essaie de ne pas coller CL : Ça a été quand même naturel. Je quelque chose depuis toujours avec le
à un style comme tel, je fais à ma tête. pense que j’avais besoin de ça, j’avais be- MA : C’est arrivé plus tard dans ma vie point de départ de Tricot Machine. Cer-
soin de me réaffirmer et de repartir de que j’assume ça, que j’avais envie de faire tains disent que Tricot Machine et ce que
Maude Audet : Moi aussi ça part du folk la base pour m’exprimer, exprimer mes de la musique. J’avais déjà des études en je fais c’est vraiment différent, mais pour
mais il y a un côté un peu vintage feutré et chansons à moi. Tricot Machine, c’était d’autres choses. Je pense que le désir de moi c’est la même démarche. C’est comme
des fois un petit côté un peu rock alternatif. un duo mais aussi plus que ça, il y avait le faire ça est aussi présent et j’aime vraiment un canal qui devient de plus en plus précis.
On s’entend que ce n’est pas un projet très frère de Mathieu [Beaumont] qui écrivait ce que je fais. Mais il y a un côté, des fois, Je sais que c’est une route, j’acquiers des
rock, mais c’est teinté de ça. Ça passe de une partie des textes alors moi ça a été qui fait que, vu que je connais pas les bases choses et j’ai des idées.

Calendrier culturel Du 5 mars au 12 mars 2018

Lundi Mardi Mercredi Jeudi vendredi Samedi Dimanche


Concert uOttawa Mondmann: Missions Participez à la murale Conférence Caroline Les vendredis québécois Un/school Karaoké Poésie
Lunaires franco! Néron
19h30-21h 21h-2h midi-17h 19h30-22h30
10h30 midi
9h-19h
4e salle Centre national Minotaure Cour des Arts Bar Robo
DMS 12102
des Arts Nouvelle-Scène Pavillon Roger-Guindon

Conférence Toshiko Mori Groupe Black Femmes The Normal Heart Films: Femmes inspirées Martin Matte Fais-moi sourire, rire ou Resonation Vernissage
et inspirantes pleurer
18h30-20h 13h 20h 14h-17h
19h30-21h30
16h 15h30-16h45
Centre de ressources des
Musée des Beaux-Arts Bibliothèque publique Centre national des Arts Bibliothèque publique Cube Gallery
femmes uOttawa The Gladstone Theatre Ottawa Ottawa

Film: Strike A Rock Gestion de carrière en Drum Circle pour les Exposition Journée Célébration Sahra Psychedelic Underground
art femmes internationale de la Bright Nights Film Festival
18h-20h30 femme 23h-2h30 20h-minuit
19h-21h30 17h30 16h-17h30
Théâtre Mayfair 20h30-23h City at Night Prvt Prprty
Centrepointe Theatre Cour des Arts
Centre culturel Wabano Rooster’s Coffeehouse

Légende:
festivals cinéma théatre arts visuels musique ateliers divers

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

sports et bien-être Slim Essid


sports@larotonde.ca
Chef de pupitre

basket-ball féminin
La dernière ligne droite pour atteindre la finale
SLIM ESSID

En ce mercredi 28 février, l’équipe


de basket-ball féminine des Gee-Gees
s’apprêtait à jouer le match le plus
important de sa saison face à leurs ri-
vales d’Ontario, les Marauders de Mc-
Master. À Hamilton, les deux équipes
s’affrontaient pour une place en finale
avec une participation au champion-
nat de la Coupe Critelli et aux natio-
naux tant convoités.

Une prudence légitime


L’avant-match est sans aucun doute
peint majoritairement par la foule. Le
stade était plein à craquer et l’atmos-
phère laissait penser à un début de
grand événement de sport universi-
taire. Bref, les partisans avaient déjà
enfilé leurs maillots de joueur sup-
plémentaire. Cela est d’ailleurs com-
préhensible : ce n’est non seulement
une demi-finale, au dernier carré d’un
tournoi autant admiré que disputé,
mais aussi à une partie des Marauders,
meilleure équipe de la division Ouest,
qui affrontait l’une des équipes les plus
craintes du tournoi. PHOTO courtoisie

Les esprits restent toujours marqués


par l’impressionnante série de huit du match et cela leur a probablement sique imposant. La qualité défensive des décisifs de leurs adversaires du jour,
victoires consécutives des Gee-Gees et coûté par la suite, mais le septième point deux équipes qui s’affrontaient ce soir a tout juste lorsque l’arbitre préparait son
leurs derniers affrontements face à To- a été reçu comme la goutte d’eau qui a sûrement été l’élément le plus influent sifflet de fin de match. Score final : 47 à
ronto, où elles ont largement dominé fait déborder le vase. sur la physionomie de la rencontre. Cela 46 pour les Marauders de McMaster.
avec 73 à 50, ainsi que face à Queens, avait déjà été le cas lors de leur dernière
avec 73 à 63. Les statistiques étaient C’est sans compter sur la doublette confrontation et le score, vous le verrez,
aussi en faveur des Gee-Gees avec 7 composée de la numéro 21, Brigitte ne diffère pas tant que ça. Ne jamais crier victoire trop tôt
victoires à 3 défaites dans les dix der- Lefebvre-Okakwu et de la numéro 4,
niers matchs entre les deux effectifs. La Brooklyn McAlear-Fanus, qui a sonné L’intelligence tactique et le placement Cette défaite, en plus d’être d’un petit
dernière confrontation entre les deux la révolte et le réveil du Gris et Grenat des joueuses avaient l’air d’être les pro- point de différence, aura surpris même
équipes s’était d’ailleurs soldée par une et permis à l’équipe de prendre un avan- duits d’une mise en place étudiée et du- les spectateurs du jeu, puisque les Gee-
victoire compliquée : 48 à 45 pour la tage assez conséquent de 21-15 à la fin rement travaillée lors de l’entraînement, Gees, à part dans les première minutes
troupe d’Andy Sparks, il y a presque de la première période. La première a tant le match fut serré pendant la grande balbutiantes, ont toujours été devant au
trois mois, le 2 décembre 2017. Le fait amassé un très bon total de 11 rebonds majorité de la partie. niveau du résultat. Les voir derrière, à la
intéressant reste que c’était la dernière alors que la seconde s’est surtout démar- fin de la partie, a donné un certain goût
fois de la saison que les Marauders ont quée par ses cinq passes décisives et cinq Une maîtrise au bord de la zone de danger d’amertume, comme une occasion ratée.
été vaincues! rebonds.
Du côté positif, les Gee-Gees conservent
Malgré la difficulté à trouver des espaces toujours une chance de se rendre aux
Un début de match difficile Des défenses expertes et à percer les défenses des Marau- nationaux. De plus, cette saison aura
ders, la troupe d’Andy Sparks a quand
montré un esprit d’équipe qui n’a fait
Une chose est certaine, les Marauders de La numéro 13 et attaquante Angela Ri- même été capable de maintenir son
que grandir au fil de la saison. « On vit
McMaster ont compris et su comment barich en a probablement payé le prix, avance pour la majeure partie du match.
entamer la rencontre avec un pressing car elle a vraiment eu du mal avec la En effet, les Gee-Gees maîtrisaient leur bien dans ce groupe, on apprend à se
incroyable de tous les côtés du terrain défense des Marauders en inscrivant avantage jusqu’à la dernière seconde où connaître de jour en jour et ça, c’est sûr
et c’est durant ces premières minutes 2 points. Cependant, il faut dire que tout a basculé. Malchance, ou erreur de que ça aide dans les performances », a
impressionnantes qu’elles ont pris un même durant ce genre de soirée, elle concentration, l’équipe s’est probable- affirmé Isabelle Dion des Gee-Gees. Cela
avantage de 7 point à zéro. Les Gee-Gees réussit toujours à bousculer les défenses ment déjà sentie en finale, ce qui a mené est de bon augure et est prometteur pour
ont eu du mal à rentrer dans le rythme adverses grâce à son gabarit et son phy- au marquage des deux derniers points les rencontres à venir.

w w w. l a r o t o n d e .c a
Sports et Bien-être la rotonde numéro 19 13

ENTRevue

Yanick Evola, « Une saison positive »


YE : Premièrement, j’ai bâti le pro-
SLIM ESSID
gramme de A à Z et j’ai donc été la pre-
En tant que sixième entraîneur de
mière personne à le mettre en place
l’histoire des Gee-Gees de l’Université
au collège Montpetit. C’est sûr que ça
d’Ottawa, Yanick Evola est en train de
m’a donné beaucoup d’expérience sur
devenir peu à peu un personnage em-
comment déléguer, gérer un certain
blématique des sports universitaires.
nombre de choses comme les voyages
Sa nomination en tant qu’entraîneur de
sur la route ou un staff, une équipe…
l’année lors de la saison 2015-2016 lui a
Cela m’a donné l’opportunité de faire
valu une place spéciale dans la profes-
bien plus que d’entraîner un collectif. Le
sion et n’a fait que confirmer la valeur
côté administratif était très présent mais
de son travail depuis des années.
c’était vraiment phénoménal. J’ai aussi
eu la chance d’entraîner de très bonnes
La Rotonde : Est-ce qu’être entraî- joueuses comme Mélodie Daoust, nom-

neur était dans votre ligne de mire ? mée meilleure joueuse olympique, qui a
joué à McGill et à Ottawa pendant cinq

Yannick Evola : J’ai commencé à ans. Le fait d’entraîner des joueuses de

faire du hockey dès mon plus jeune âge. l’équipe nationale ça a été un excellent

Après, à l’université, j’ai travaillé avec apprentissage, un grand défi!

Dany Slim, mon entraîneur universitaire


que je considère comme un mentor en LR : Est-ce que votre carrière de
quelque sorte. J’admirais beaucoup ce
joueur vous a préparé ?
qu’il faisait et je dirais que ça c’était mon
début de carrière. Au niveau des études,
YE : Oui, c’est sûr. La vie dans le sport
j’ai fait un baccalauréat en éducation
apprend beaucoup de valeurs au niveau
pendant deux ans et ensuite j’ai conti- de l’état d’esprit, de la gestion du stress,
nué avec une maîtrise en psychologie du du leadership, de la gestion et de la dis-
PHOTO courtoisie
sport à l’Université de Montréal. J’étais cipline, et j’en oublie. Il y a beaucoup de
passionné par ce domaine, mais je n’ai équipe qui est jeune, c’est quand même L’un des facteurs qui n’a pas aidé est le
choses apprises, oui.
pas complété le diplôme. Je dirais qu’à assez exceptionnel. Ce qui est positif, nombre de blessures. Cela a tout compli-
cette période là, j’étais vraiment appri- c’est que la vision commune a été res- qué parce qu’on n’a pas trop vu l’équipe
LR : Comment jugez-vous la saison
voisé par le métier de coach et j’ai com- pectée, et le processus d’adaptation et au complet et cela influe sur la prépara-
des Gee-Gees?
mencé justement à coacher à la Ligue d’intégration a bien fonctionné. tion des matchs.
nationale féminine, aujourd’hui appelée
YE : Je la juge comme très positive
Ligue féminine de hockey. J’ai même LR : Comment expliqueriez-vous les Le deuxième facteur est sans aucun
jusqu’à maintenant. C’est sûr que la dé-
été propriétaire de l’Axion de Montréal, doute le manque d’expérience des filles.
faite face à Concordia reste à part mais hauts et les bas de l’équipe cette
qui a ensuite changé de nom en les Ca-
Elles ne sont pas habituées à jouer dans
la saison a été très bonne. Troisièmes au saison ?
nadiennes de Montréal. J’ai vraiment
classement, on a battu quatre différentes une ligue et concilier ceci avec leurs
beaucoup aimé l’expérience!
équipes de qualité, avec trois séries sur YE : Je dois dire qu’il y a plusieurs fac- études n’a pas été facile. L’inexpérience

quatre de gagnées, avec cinq matchs teurs. Je ne suis pas le genre d’entraî- nous a définitivement coûté des points,
LR : Comment votre expérience vous mais cela fait partie de l’apprentissage.
contre chaque équipe. On a gagné quatre neur à chercher des excuses, mais c’est
sert-elle aujourd’hui à la tête des parties sur cinq contre l’Université Car- vrai que c’était assez compliqué pour Cependant, nous restons confiants pour

Gee-Gees? leton, trois sur cinq contre l’Universi- nous cette saison; c’est pour ça que je la suite et nous sommes contents des
té Concordia. Je trouve que pour une suis d’autant plus fier de mes joueuses. joueuses que l’on a!

w w w. l a r o t o n d e .c a
14 A RSTpSo re t sC eU tLTBUi Re En - ê t r e l al laraortroootntodonenddee l eL umnadri ld5ui nM2d9ai rm5saM2ra0sr1 2s8 021061 8

Chronique

Le sport et ses formes


SLIM ESSID Karaté : Cet art martial a connu son ori-
gine au Japon et est aujourd’hui l’un des
L’activité physique n’a pas de forme ab-
plus connus dans le monde. D’un point
solue; chacune concerne des concepts
de vue physique, il s’agit d’un sport in-
particuliers, tel que le cardio et/ou le
tense qui regroupe un ensemble de tech-
développement musculaire, mais à dif-
niques supposées dévier les attaques
férents degrés. Une catégorie d’activité
de l’adversaire. En effet, coup de poing,
qui représente à merveille cette combi-
coup de coude ou encore techniques de
naison des deux est celle des arts mar-
blocage sont surtout apprises pour se
tiaux.
protéger et non pour porter l’offensive.
Cet art martial demande aussi une uti-
Longtemps pratiqués et enseignés en
lisation complète des jointures et des
Europe et en Asie, ces types d’activités
muscles du corps, et nous apprend à se
ont toujours eu plusieurs objectifs, le
concentrer même dans les moments dif-
premier étant d’améliorer les capacités
ficiles, ce qui garantit une amélioration
d’un individu à se défendre en cas d’at-
de la condition physique et mentale sur ILLUSTRATION Andrey Gosse
taque. D’autres buts tels que la prépa- le moyen et long terme.
ration des soldats pour une éventuelle
guerre ou encore l’ascension spirituelle Kickboxing : Cet art martial est pra-
(pour certains) font aussi partie de cet tiqué pour de nombreuses raisons, soit
ancien système codifié que beaucoup re- Krav Maga : Inventé en Israël après la Aikido : Un autre art martial japonais
pour acquérir des capacités d’autodé-
gardent de loin encore aujourd’hui. Seconde Guerre mondiale, cet art mar- qui est, sans aucun doute, le plus pai-
fense, soit pour améliorer ses capaci- tial est en fait violent, agressif et vise sible de tous. La traduction est d’ailleurs
tés physiques. Ce qui est sûr, c’est que plutôt l’offensive, allant jusqu’à blesser
Vous l’aurez compris, les arts martiaux révélatrice puisqu’Aikido signifie « la
plonger dans cet art augmentera consi- gravement son adversaire. Créé comme
ne sont pas qu’un simple sport mais voie de l’esprit harmonieux ». L’objectif
dérablement votre condition physique un mécanisme de défense pour survivre
constituent un monde à eux seuls. principal est de déstabiliser les attaques
et mentale. Les séances de kickboxing, dans la rue, il est enseigné aux Forces adverses sans causer de dommages. Ce
en effet, sont extrêmement intenses : armées américaines et incorpore diffé- sport de l’esprit se concentre sur les
Les arts martiaux les plus populaires elles durent généralement 45 minutes rentes techniques provenant du jiu-jitsu, points faibles de l’adversaire en utilisant
et peuvent brûler jusqu’à 500 calories! de la boxe traditionnelle et de quelques son momentum contre lui, tout en main-
Il en existe des centaines, voire des mil- Comme pour le karaté, l’ensemble des techniques de karaté. tenant un calme et un équilibre absolu.
liers. Par exemple, juste pour vous mon- jointures et des muscles sont recrutés
trer la profonde diversité dont on parle, pour réaliser les différents coups de Muay Thai : Une version plus violente
il existe plusieurs styles de Kung Fu et pieds et coups de poing. Les abdominaux et complète du kickboxing. Si ce dernier Penser utilité
non un seul, comme nous le fait croire sont aussi une pièce centrale, car c’est à permet seulement l’utilisation des coups
la culture populaire. Mais, malgré leurs travers eux que les différents mouve- de poing et de pieds, le Muay Thai au- Le bénéfice le plus important de ces dis-
différences, ils possèdent un point com- ments s’effectuent avec harmonie et un torise à utiliser les coups de coude et les ciplines reste sans l’ombre d’un doute
mun majeur : ils nous apprennent à maî- maximum d’efficacité. Vitesse et agilité coups de genoux. Originaire de Thaï- leur utilité. Pratiquer les arts martiaux
triser notre corps et surtout, notre esprit. sont aussi des compétences que l’on ac- lande, ce sport est vu comme un frère offre une chance d’apprendre à se dé-
quiert grâce au kickboxing. Certes, cela rapproché du kickboxing et les deux fendre en cas de danger, améliorer la
Voici donc ceux qui sont les plus popu- est difficile au début, mais la force men- sont souvent mélangés dans les salles posture, rendre plus flexible, agile, vi-
laires, avec leurs différentes particula- tale et physique que l’on développe avec de sport américaines. La ligne entre les vace et puissant. Ces qualités, quand
rités et les bénéfices que vous pourrez le temps est absolument phénoménale. deux est en effet de plus en plus floue. elles sont proprement développées,
en tirer : peuvent transformer des vies!

le mardi 29 mars

w w w. l a r o t o n d e .c a
Rédacteur en chef Correctrice
Mathieu Tovar-Poitras Mélanie Chénier
redaction@larotonde.ca texte@larotonde.ca

Actualités Directeur artistique


Nicolas Hubert Andrey Gosse
actualites@larotonde.ca direction.artistique@larotonde.ca

Arts et culture Directeur de production


Gabrielle Lemire Ayoub Ben Sassi
culture@larotonde.ca production@larotonde.ca

sports Vidéaste
Slim Essid Shérazade Faynel
sports@larotonde.ca videaste@larotonde.ca

journalistes WEB
Maria Princene Dagba
web@larotonde.ca
Charley Dutil
informations@larotonde.ca
Photographe
Nonibeault Gagnon-Thibeault Samah Zkiou
reportage@larotonde.ca photographe@larotonde.ca

Stéphanie Bacher Coordinnatrice des bénévoles


nouvelles@larotonde.ca Christine Bourgeois
benevolat@larotonde.ca
Secrétaire de rédaction Direction générale
Molly de Barros Ghassen Athmni
correction@larotonde.ca direction@larotonde.ca

La Rotonde est le journal étudiant de l’Université d’Ottawa, publié chaque


lundi par Les Publications de La Rotonde Inc., et distribué à 2 000 copies
dans la région d’Ottawa. Il est financé en partie par les membres de la FÉUO
et ceux de l’Association des étudiants diplômés. La Rotonde n’est pas res-
ponsable de l’emploi à des fins diffamatoires de ses articles ou éléments gra-
ILLUSTRATION Andrey Gosse phiques, en totalité ou en partie.

Les horoscopes de la semaine!


Par Benedict Levure Krebs
Bélier Capricorne Cancer Balance

(21 mars au 20 avril) (22 décembre au 20 janvier) (21 juin au 22 juillet) (23 septembre au 22 octobre)

Vous êtes au meilleur de vous-même Vous flottez dans un monde invisible. Faites attention à la pluie, surtout à celle Vous vous sentez comme quelqu’un qui
quand vous êtes au gym, les autres utili- Mine de rien, l’éveil pourrait être diffi- du dimanche… Elle pourrait se changer recommence à marcher après une longue
sateurs du gym sont jaloux que vous leur cile. en glace sur les trottoirs durant la nuit... blessure, vous sentez une nouvelle éner-
montriez vos muscles à chaque opportu- gie jusqu’à ce que vous arriviez en retard
nité. à l’arrêt de bus et que vous ratiez votre
cours de photographie de 8h30.

Verseau Taureau Lion Scorpion

(21 janvier au 18 février) (21 avril au 20 mai) (23 juillet au 23 août) (23 octobre au 20 novembre)

Vous êtes épuisés, arrêtez de vous en Votre rasoir se cassera cette semaine, Vous aurez une mauvaise aventure cette Les autres animaux sont jaloux de votre
faire. Votre MPC va descendre même mais vous n’avez pas les moyens de vous semaine et un de vos t-shirts préférés se habileté à piquer au bon moment. Faites
si vous ne faites pas de siestes. Prenez en acheter un nouveau, donc prépa- fera déchirer par accident. attention, cette semaine vous serez infi-
congé cet après-midi et allez ronfler dans rez-vous à vous faire pousser une barbe. niment seul et serez donc une cible facile.
votre lit tout douillet.

Poisson Gémeaux Vierge Sagittaire

(19 février au 20 mars) (21 mai au 20 juin) (24 août au 22 septembre) (21 novembre au 21 décembre)

Les étoiles du mois de février vous ont Vous avez beaucoup de blagues en Profitez de la belle température pour Vous êtes célibataire et fier/fière de
amené du bonheur, mais le mois de fé- banque ces jours-ci, mais faites atten- porter un t-shirt pour aller dehors, n’ou- l’être, cependant il flotte dans l’air une
vrier est passé, profitez d’un mois plu- tion, vous êtes vite sur la gâchette et vous bliez pas que bientôt vous serez aux odeur de printemps… ce n’est qu’une
tôt relax ce mois-ci puisqu’avril sera un pourriez allez un peu trop loin. prises avec des milliers de moustiques… question de temps avant que vous ne
mois très stressant. tsé le zika. vous trouviez un.e partenaire.

w w w. l a r o t o n d e .c a
Étudiants en relations publiques et comm
communication
f rence

vous présentent la conférence

 Le monde de d
des
communications
  à l'ère des
Pavillon Tabaret,
Salle Hugette-
  plateformes
Labelle, local 112  numériques.
14 mars 2018 GRATUIT!
9h à 14h30 Diner servi
 Photos
uocmn.ca LinkedIn
w w w. l a r o t o n d e .c a