Vous êtes sur la page 1sur 1

  

1 Fondations superficielles
1.1 Généralités
On désigne par fondation la partie enterrée d’un ouvrage, conçu pour transmettre au sol les
charges provenant de la superstructure. Lorsque les caractéristiques mécaniques du sol sont
convenables au voisinage de la surface, les fondations sont exécutées avec un encastrement
minimum. (Figure 1-1).
Cette profondeur minimum est toutefois indispensable pour mettre la fondation à l’abri du gel,
dans ce cas, on réalise des fondations superficielles dont l’encastrement D < 4 ou 5 fois la
largeur.

Figure 1-1 : Technologie de construction

1.2 Types de fondations superficielles


La figure 1-2 présente les différents types de fondations superficielles, on distingue :
Les semelles filantes, généralement de largeur B modeste (au plus quelques mètres) et
de grande longueur L (L / B > 10) ;
Les semelles isolées, dont les dimensions en plan B et L sont toutes deux au plus de
quelques mètres ; cette catégorie inclut les semelles carrées (B / L = 1) et les
semelles circulaires (de diamètre B) ;
Les radiers ou dallages, de dimensions B et L importantes ; cette catégorie inclut 3 les
radiers généraux.

Figure 1-2 : Types de fondations superficielles

1.3 Problèmes posés par un projet de fondation superficielle

1.3.1 Méthode de calcul


Un projet de fondation nécessite en premier lieu un calcul de mécanique des sols qui consiste
à un :

ϳ
DŵĞKhZK<DZEd^͘͘