Vous êtes sur la page 1sur 111

Carnot, Lazare (1753-1823). Campagnes des Français, depuis le 8 septembre 1793... jusqu'au 1er ventôse an V. 1797.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la
BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :
*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.
*La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits
élaborés ou de fourniture de service.

Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans
l'autorisation préalable du titulaire des droits.
*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque
municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur
de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non
respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.


1'71
jt.
"C A~P~~S~

/~ïnNcELOw~
BES

F R A N C A ï<~
LE S~PTE~&E t
~BPPIS

t~. de~ R~bliqne,


~M ~ctid~~m
H&MS~t

AN 5.
VENTÔSE,
/U
jf'

.M
'Ec;

(~6< y. ~t"~p~°~S~
~e~ '331~~

i~L~i~5~ ~a~~
~r.~I~`~`~ z
(~)
C A M P G N E
DES
F R A N Ç A I S,
Depuis Je 8 Septembre i~g5, jépondant an?e'
22 Fructidor de Fa~ F*, de la République
IratTçaise,jusqu~au i 5 Pluviôse, an Iir.

Aaaass.
AnMEBS. H
Ho'NSCOO.TE
'H 0)1S'¡;PTL.u:rn
HoNDTSCHOOTE.
~– an 1 de la
~fut/c~r~~K~, ~eHera~ e/ï e~~ Re~n!).
NoRD. Bataille d'Honscoote, gagnée par seize g.
mille républicains contre dix-huit mille
tommes de troupes coaEsees.
1
Six mille ennemis tant tués que HessÉ~,

HASTIROULHASTIÈRES~prèsGivet.
J~o~Npjf, cp~mo~o~. i
A~DZNHBs. Enlèvementdes postes d'HastIëres; perte 8.
considérable des ennemis.

B&opi s, et a.utres postes aux environs


(teSospjeHo. ¡,

J~ tr j~ js B~ ~Mcf~

ÏTAn~ Déroute complète des Piémontaiis, 8.


~~sésjdes postes de Brouis/~utel ettl.e-
T~ '<
'~&&'t'H~nnemts,tués.

.'ËÙ.NK-~Q~B/et:B'$/~ S.

!oyc~~K..D'~ ~~gr~c~

~uitepréeiptt~e~&dHcd'Yorck~ g,
de'~uSramtemi!]Le~ug!~ts,Hess~ et co~-
~~Hsés.fb'rcéapeL)'smt.e'd" d ~ï~Bd'goas- ,i:~
:<0~

ë'

:~–
~;(~

A RMji Bs. coote, de lever le blocus de Dunkerque et Sm'TBMM


,C," ~9~'
.n~- dé jBergues.
N o B.c. Prise de cinquante-deux canons et de
trois cents milliers de poudre.

PLAINE D'AiGUEBEM.Es, en Maurienne.

JO 0 y JE JV~ commandant.

At.pBt. Avantage des républicains dans la plaine ~i.


d'Ai~uebeIles déroute des rlémontMs de-
vant des forces inférieures.
Quarante ennemis tués.

DAHNBRUCK, BLETSWEIÏ.LER~ NtDER~,


HORBACH~ BARBELROTH~ et forêt de
BlENVAI-B.

Z~jVBNB3fOjCfr~c<?MMan~a[K~~7tc&~
M-
Rnut ExpuMon de l'ennemi attaqué sur toua
tes points de ses postes, au Dahnbruck et
dans la foret de Bienvald près Lanj<ter-
bourg les émigrés campés près ~arbeirqth
et Bleisweiller, mis en déroute, éont pour-
suiyis jusqu'à Niderborbach.
Deux batteries emportées, un p~usier et
trois canons eucloués, une ptëce de vingt-
cinq démontée, toute une compagnie d'ar-
tllleneprisônnièrë, etcentchëTauxttiés.

'W'Ë~wtc~~et~G;
.~js~o~,r~E~Y<<
'A\~ ,S.
~~e;jDO~Jdfjcjo~j~

Ne!tD Combat à ~erwic~tCom!nét;~si&~


'~quaraiAe-bù~cân~s. ~7'~
~Deux'mIllëYenne~s~ris&ac!ers. -–°'

':?'r. ;( ~].>
Ep'IEKRE.~Ct'/BEtLEVtM~E~en'~
ÈPIERRE Ct {' :};~
<w -.i
~y~<~H~

~.A:t~< ~~ExpulJMon~~enN~~d~ ~'M*


(3)

A~M~ BelJeviHe; prise da la redoute et desre- S~T~mz


~fAt~“ < tranchemensd'Epierret. t?sS.
Grand nombre ~ennemis iaM,dix-Beni ~–~
prisonniers. *5–4.

NoTKW<!TI.HtK, BoNDttfTHA~

~~y~A~jtirojyr, ~TMf~ en c/~


Rw:tt. ~°~enient,àIabaïoBnette,dNc<nnpre-
tranché de Nothweiller; l'ennem: ett
pour-
suivi jusqu'au-deta de Bomdemtha!.
Prise de dam canons et de
quinze cents
usils.

MONTAISU.

C~yc~~F~~aM'fMc~
OwztT. ~ctotreretnportée par les républicains t6.
)rès de Nontaigu.

TI R DA c B en Espagne.

2tfpjn:j!cpmma'~d<ï~emeAe~
PTMSt~Bt Avantage sur les Espagnols a Urdach il
~cciDBNTAM.anslayalléedeBastan.
Crand nombre d'ennemis tués.

~?,X..Ct.P~Y'RZ.~
` -D < T, C~
PTR~~M ~~P"se d~~ de Pernet de,six
.'MMiAM<pièces de canon par quinze cents Français.
.MaeaTéyres-Të~~ se
J miUecinqcentsE~Bc~ssar~ nuli~
Ëspagnoîs.?'~ ~r~
:/r~<n~
~s~ qttafie
~~et-~qu~ti~eted~rg~m~~
;j' 'f~ents.~a ~ues:~~l~uz~ ~ent~
~SSsésA~ct~~ents~s.sONMB~

~d~
(4 )

s. S TERRY, près le portde Paillas. SEp~~ 1


ARMEE..
n G C077MH(M<&0~.
~r!/e!y~ï', cQmmandant. <
Py~N)'M Prise,deviveforce,deSterryparlesré-
pftBNTAi.Bs.
pubUcains, e<
de trentemillecartouches
debeaucoup d'effetsdecampement.

Y1 LL EF RANCHE, P RADE S.

} COmnKïM&ïKS.
2~ 7 J
M<:m. Prisede VUtefranche et du campde ai.
Prades,de deuxpiècesdecanonetd~uNë
grandequantitédetentes.
'–~– ––––
'c
E SCAL 0 UB 0 RSY. ?
)S~~rt7CF~ET, coM/Mayï~o!
Me?ft. Trisede cesdeuxpostessur les Espa– M
gnols, dont beaucoupde tuéset prison;-
niers. $

CHATIL.LO:N.
~'jTNjOBj~~j'r~cbmman~
t Enlèvement, devisefQrce,desretranch)~
tnensdeChâtilIoh,surIesPiém6ntaM~i~
en dérouteet forcéslie repasse~ J:
..deGi~ S
Grandnombred'ennemis tu~

Go~&ESDESA~I~N&ES~pT~Sj~l~
*B. 1 7comina7tant.
Mem. péfaifede l~nn~mi~amsTe~~orges~
'~M~~m'.et~di~M]S~
E vmg~-u~p~~ni~ ~~$S~
(5) ).
=– .===='-
A RM B s. M ON T C 0 R M E T. V~o~.
aniî.
C~r~~JBjs~t~~r~c~ co/M~aM6~
.t
A t. E a. Enlèvement, de vive force, des retranche- a'
mens du mont Cormet, par cinq cents répu-
blicains qui repoussent tnllle Piéntpntais
retranchés dans ce poste avec du canon.
Nombre d'ennemis tués et blessés,

'VA'LMENYER. ~S

JP~y,,co7MmK~n<7(a!n~. $

Mem. Enlèvement, à la baïonnette~ du poste de n.


Valmeieyer; prise de deux canons, de beau-
coup de tentes, équipagcsietmunittons.
Soixante ennemis tués.jquatre-yimgtprl-
sonniers.

.BEAUFOB.T. T.

~T~
Cx~~B~z.JT~c~j r g

idem. enlèvement, de vive force du poste dé Il.

.Beanibrt. J $

;Ï~OUTiERS~ët.'Bo~R&ST~ T. a'~URICE. .').

~r~
~M. ''Msë~e~o~lËÈrs' ét dü bOÛrg 't.t-
r!ce;expuls!ouderennemi~du~ërStotrp
j 'du.MQnt-Blanç.

Co'R'C'Ë''A~E~ ~tl~-C~~SSO~l~

r" J ~M~

-~<~
~;J'veat~t~~ ~ve
foY~~y~.j`~ea3M~ · ia
~ortaMt~t[~cgl..d~dejM& lv~~
'~and~MN~a~
.i:M~MeMi~ ua~ 1~
i;N!mKaBK,ss ~~ss~&a&Nitif±Ë~S .S~S
(6)

'AR M Ba. LE BouLoc et ÂR&ELÈs, près Collioure. VEon~M.


an il
J~B~~T~ commandant.

PYn~N~M Enlèvement des camps espagnols duBou- n-


oMtNTALBs.[on et Argelès prise d'un canon de deux
mortiers, et de quantité de munitions.

CAMFREDON.

J)-~COB~JRS', commandant.

Ment. Prise de Campredon, fuite des Espagnols, '3.


évasion des habitans.

Près de Vi LI.RLON &uE.

J9jE~~J'J!!J?, commandant.

Idem. Combat entre la garnison de CoUIouïe et i3.


la cavalerie espagnole; déroute des enne-
mis.
Grand nombre de tués, trente-six pjri-
sonniers.

ARRÀU,VALLi:Ë D'AURE~

Z~
J~f~SC~~O~Jf, t C07tMnaMj<H~.
J9~y, j
PTR~tt~E! Enlèvement des postes d~ArMu et de h t5.
vallée.~d'Aure
O,GCIDIix¢ALBS.
qcciDBN~ALEs. après une
vallée d'Aure .après ~une attaque
7 sur.trois
sur troM
.colonnes.
Retraite de l'ennemi.

BiThHEetRoBLBACH.

Z)x~~Erjr.~ï',<*6MMm<xadfsH< t

MotBiLE. Combat et retraite ptécipitée des coalisél- 94.


qui s'étaient portés sur Bijtche et Horbac]
ivec douze JmiUehoMHnest!tquatorzepières
le'canpn. ~r~r' ?:
Cinquante ennemistuét.~
(7)

ARMBBa. 8 ARGUB Mt NE9. VcxB~M.


JO~'J'F~~y~es~~sgs.~s~. "-<
MotBm; Combatprèsd&Sarguemînes; l'ennemi a5~
avecpertede trente hemmet,
repoussé et
un obusierdémente.

WATTiGNiES~ prt!SMambeNgc.
y 0 MiRJC jf ~a~ <f7t<'Zt<~
Not D. BataHIe de Wattignies,gagnéesur les a5–a6.
Amncluehs,aprèsdeuxjoursdecpmbatet
troischarges
àla baïonnette;levéeduMo-
oisdeMaubeuge. ?
SixmilleAutrichiens
taês. ?

'GlU.ETTE. E.
~FCOJtfJtfT~jt.~M~~C~c~:
~ÏT~nB. Avantagede$ix.centsrépn]blica!ns,j)nla?.
I se battent pehdànt~âïxhenrê~ansar~e-
pe,etrepou~t9matre~iÏIeA~tnph!~
.0~~ si~
~.pIèeMde~ano'n. .t' j
t Grandnombre d'ennem!tnés,qttatfe- î
~Yingf-h'uitpnsonmers.
~–––––––– -M- ~r'r~r~ /j'
-~& ,o,.o~:o-o_oOo-V:oo ?
"o-t oCOOO"
D u a u';
~M. ~M~~p~e:~mF~ à
Ginette;~nIèTemettt~~r~)a~ lâ ~s ?"
g '°~~iB"se~e]ieu~canoM,~ i
? ~~ce°t<Bnnemist~
ceat~in~MaB~Hsonniêts, S~

S~" ~~P~etcoM~era~dë~~
(8) ).

AnM&Bs. VALLÉE DEBAIGORY. Bnc~mB,


atlïl.
Z)~B&!7Ç~~T gB~ra~-COTKTKaTM~ ~<

PT~tf)4E5 Avantages sur les Espagnols dans la val- i.


oMBNTAMs.IéedeBaigory.
Cent cinquante ennemis tués, onze pri-
sonniers. w

–––––––––––––––––––––––––––y–––––~
<
WAR.N E T 0 N, C 0 M1 N H S, 'W~ER W1 CK.

<S'o!r~Af,co~Mcm~a~.

No~D. Enlèvemeilt des postes deWarm~ton, t.


Conunes,Werw!ck,R~ttcq:,AIhun,Mie" j
nin, Fumes, et 1'op.efj'ngues.
Frise de sept canons, quarante ennentM
tués, cinq cents prisonniers.

UïELOuHuTEL. T~E

~P~K~Ba~A~

ÏTALiE. Deiaiteàtitëlde~tnq~Mèenne~ f,
nètif cents rcpuMicains,'après onze'Itëures %g
de~eombat. .)":<'R~

;B.B..ET.TE-N-STE''t-N.

~~AC]r.,CO~m<ï/!f&X~.
.j~J' t~ '3.B't~~
R, Attaque dn posté de Bre!tenstetn par tes
~A~tHcht~ns'enn~p~s~ ui~e
s'a'
'pe-Ete~msid~r~

'ËnAvant~trL.L, ~L~

..2~&

PY~tt~M RèpTise~ à 1& b~onn~~


oEtMTAtM.n:e~e~~n.~aMt~e~HI~ 's s
.~Gentettn~ntj,3.tKés,,trente~eux,p~~
's
~niers,
rM ,'f~-
~j:MM~~
~9 )-
)

A~~B~ Gn.ANDVïM.E. E. BMMMM.


au 11.
X ifOTKMMf~a~. ~-u~––~
OczeT; Défattcdes reb&tlesde la Vendée,sous
les estnursde6rand~'Ue.

PfësS'fRASBOU!K;.
jP'J C ~~E&JR g'a~C~ C~~
j Surprise et enlèvement de trol&postes ''6.
ennemis.

BtTCHE.
S~XjB~~commatM~a~.
KotB~~B. Défaitede quatre mille Autrtch!ensde-
vantBitche~grattdnombrede tués.
Cent cinquanteprisonniers.

''< IjÉB~CH.
g ~~jïBjRr, ccmMsne~

JMem. Dé~outecompl&tedes à près


Autrichiens,
Lé~ch grandnombrede fan~sîns et cent
f trente cavaSersfaits' p~sdam~~cënt~ ~S;'i
vaux pris. 'S~

BlSIN&BL't.SE~jCA.&EB,

.~rocjTBj~o~eytCj~e~
~MfM. P~Bisit!g;et.Blïse-C.astet~ un
con~Ëa.t.;?s'~teentsei~e~ tués.

?'' -M' NE~vn.i.EB~

~t~t~ 'Enlèvement,
de'vLve~rc~~d~p.bs~ S
?!'? ~euviHer~.eîdeqnat~a~r~;Bn~oNna~ K~S
s~
~TBt~
(~0)
ARMEES. WANTZEN~U. BmcMAmB, anH.
~P.jfC~~EC~ty~ g~KC7'<~C~~
RHtN. Prise
d'uneforteredouteetdesept a8.
decanon,
)Ièces prèsWantzenau.
Environs deBouxwEi LLER.
jBt77?cir, co~moMtZ~
f</eM. Enlèvement
dedeux redoutes
fornuda-as.
~cs prèsdeBouxveiller.
~tM~M.
BoUXWEILLEB.~BRUMï'T~HACrUENAU.
~EC~t/er~e~cZ'~
7f7em.CombatssuccessUs detou~
eteMievement Dutau5.
cespostes
¡ t'ennem!. parlesFrançais de
déroute

CASTEL-GENEST,BREC,Fl&ARETTO.
.~f s ,S.BN COm!HCMC~)!K<.
tTAME.Défaite
deTinitcents pat 4.
Piémontàis~
Français,
cinqpehts età
aCasteI-Genest
Brëc, deux
après combats
successits.
Frise
deFi~arettoetde
troiscents
tentes;
grandnombre d'ennemis
tjiés,soixante
prisonniers.
HcUTEM~WERWICK~
6'OF~r~COiM7Ma~
NoRB. attaquedetousles postescn~ 10.
I.y~,centcinquante
ennemis
~t~
i' "quar~nte~prIsoKniers~
.– ?
L:AN'DGRA~,EN, G;À.MBS~HEIMt'
? .e'j[jc., eonMnaR(~a[K<.
Rzt~. :ÊnlèvementdeIai'edoutedMpontdeLac;d~
tt. s
t~~ -et~des:jetranchemensyde.;û
'grab'en., M 'Y
{~ ~eim-per<cpnsidêrable~dë~eMne~t~
.ïM
(1.)
ARM~o. EntrePALMA&NEetFALMI&NOULE~FMMAtRB,
au i I.
· Givet.
prèii
prèsGivet. ~~J~~
~0~'r'ojc.~wr, <ï<~M<~a;M<eM~a~-
commandant.

ARBBNNBs. Vigoureuse sortie de la garnison de &I- i'


vêt, qui tue beaucoup d'ennemis et ne
perd que cinq à six hommes, entre Fal-
magne et Falmignoule.

Près du bois de GAMBSHEiM.

9~~T"r~V~
0~TX, COMTKCCTM~M.
Cojtr~ )
R~Hiit. Combat l'ennemi repoussé perdsoixante “.
hommes tués on lui prend cinquante che-
vaux.

OFrENDpR.FF~D~UZENHEIM.

~'JCjtT~CJtF~ ~8K~r<ï~ en chef.


MeM. Expulsion de l'ennemi du vIilaged'Of- t4.
endorft il est poursuivi jusqu'à Dru-
zeniteim.

DAWENDOREF, ORtre BopXWEIt.LER


etHAGUENAU.

P c ~r c F~ général en cA~

Z~rOiy~JVJ! P<Xpt~t~-CO/Mt-
mandant la MM~MNîe compagTM~
~rM~f)ZaK<e.

Mem. des hauteurs de DawendorT, après


uneâctiontrès-vive.
-f" –

"I.E''MÀN'S.

~&'&P'<SO~m~6~

i Q~B~t. Victoire remportée sur les rebelles ~'pr~s ?


.t'.Y .et'daas'Ia'.ViIle'du'-BTans. -<- t'

M'S%?!SS
;(ï2) 1

ARMÉES. PtèsS'f.jEAN-DE-LtJZ. FMMAtK~.


an 11.
~f j? général en chef. s
PYB~~Bs Déroute des Espagnols forcés de repas- a3.
eroBENftt.BB.ser la Bidassoa après une perte considé-
rable.

DAHNBRUCK et LEMBÂCH.

j?oj<rj<r~7,
U~~JVG~T. FC/t~raM~-
} 7
i fOMMa/m~ns.
2 r o jv E jK, )
Mo s E n- E. Enlèvement, de vive force par trois
ditterentes divisions de rarmee, des hau-
teurs de Marsal du Dahnbruck et de Lem-
bach.

PROMONTOIRE aE L'Al&UILLETl'E
près Toulon.

jP~OOJtf~ffJS~M~~e~C~~
ITAMB. Enlèvement, de vive force, des retTan- 95.
chemens et redoutes qtudÉfendaient Tom-
Ion.
Prise de treize pièces de canon.

T o U L o N.

2) 6r e o j)f r E js en e/5e~
~Ke~
Me~. Prise de Toulan des
f~e préctpi~
A~glaIsetdes!E<pag~pïs~
~Douzeeentsennentlstuss~

j BpISBËyAMAIQU&,prës~

..H'R.joj'co~nM~~n~" `: ~K~

'Cotatat près le bp~~ ue S '.2~.


~~nEnsE!
une partie d.e ta garn~sandteGi.vet et les
Au~nchlens. ~?~
~p~emi~epoussë~a~c~ertë~ 't?~
(i3)
AnM~Bt. HautCUJS pïèsVïM.ELO~UE. FnmAmz,
an II.
Do P r T CC~~Ù!KC?Û!M~.
à la baïonnette, r
PM~t)~z< Enlèvement, par deux 93.
o~moTAt-M. mille cinq cents Français,, des hauteurs
près Villelongue,
Prise de seize canons, de deux obusiers,
d'un mortier, le reste des canons encloues
cinq cents ennemis tués cent prisonniers.

~B.
WERDOuWEB.DT~REISHOFFEN
CtGoNDERbHOFFEN.
jyo c ~r J?~ ~~M~aJ en cAe~
R Hi M Défaite de Fennemi à Werdt enlève- a.
M et 1.1.E a la baïonnette, de plusieurs re"
rëunles. doutes.
Prise de seize canons, et de vingt-quatre
caissons; trois cents ennemis tués ou bles-
sés cinq cents prisonniers.

&ISCHWEtH.ER.,DRUZËNHEÏM.
HAGUENAU.

C JT t/~ ~K~faJ.
MeM~ Enlèvement de tous les rctranchemens de S.
BlschweIIler,DruzenheimetHaguenau.
Prise de plusieurs canons et caissons, et
de quantité demunitions.
MIIleprIsonniers.

OBERSEEBACH.

~Oc~r~B~ira~CKC~<~
JMeM. Déroute de l'ennemi, chargé jusqu'à six
fols, grand nombre de morts et de Messes.

'GE.IS~BER.G.t

ï' CCMM?M[/ï<~sn<.S~p~O!-
'<Mr6.
~M. Brise du .château ,'dè '"Ge'!s6'erg:, ,et ge '5.
deUKp~es~e~rMn~
Ë&i. ~i'
~)
AnM~Bs. Ll&NES DE LALAUTER Nivoss,
anit.
etWEISSEMBOURG. s~<
~T o c ~r j? général en cAe~
Rn i N Évacuation forcée des lignes de la. Lau 5-6.
M os~ï'.1.1E ) c We!s<embourg et levée du blocus
réunies, de Landau par l'ennemi.

GERMERSHEIM et SpIRE.

Ho c BTB, généralen c~e/~


R H t N. Enlèvement des postes de Germersheim 7.
et Spire; prise de magasins considérables
de vivres et de fourrages.

Entre GERMERbHEtM et FRANCKENTHAL.


j? o c en chef.
général
Poursuite de l'ennemi, et combats mul- i4.
R a ax
et tipliés entre l'avant-garde française et l'ar-
nere-gar e ennemIe.
réunies.rlère-garde ennemie.
Cent vingt ennemis tués, soixante pri-
sonniers.

NoiRMOUTIER.

J~T~xo~co/KM~M~a~.
toiMMMtBR. Prise sur les Kibellee, de l'Ue de Noir- i4.
moutler, de cinquante pièces d'artillerie
et de huit cents fusils.

WoBLMS.
o c JB., Ct F~~eraZen cAe~
R H1 !t
et Prise de Werms, après la retraite torcée ty.
MO
'des 9 E L 4 E desennemis.
ennemis.

MONTAGNE DE LOUIS XIV,


près Ispeguy.
~L~~O CjH~j?, général C?e&?'tgO!E~
co~TMOtnt~M~.
PïMMBS 1
de
devlye&rce,
occmBtf-fAi.Es. S,urprise ~t enlèTement,
Surprise et vive£~rce, ~5.
j)f'IDBJlTALES. enlèvem,ent,
(~)

ARMEES. poste de la Montagne de Louis XIV, Ntvo~B,


1
)ar quatre cents républicains destruction
PYRENEES de tous les ouvrages espagnols.
OCCIDENTALES.

PoRTVAUBAN.

jy 0 C JETB ~M~raJ en chef.

Rnts Les ennemis font une aortie du fort 97.


Vauban. Combat opiniâtre. Il~aoJttrepous-
RL L
réuniet. ses avec perte de deux pièces de canon et
de quarante prisonniers.

FORT V A U B A N.

./? o c ~r général.
RniN. Évacuation totale du département du ~g.
Bas-Rhin, par les coalisés.
Reprise du fort Vauban.

P)t.OTi6sB.
CoLD'HARRIE T T E

près d'Ispeguy.
~C~ C~ë/* de brigade
COm7M<MM~7~.
PvKKNirs Enlèvement, à la baïonnette, paLr deux
cents Français,
occufBtiTAt.E.s. de la redoute d'HarrIette
prèsispeguy.
Huit ennemis tués, quarante-sept pri-
sonniers.

tfRRU&NE~et SAINT-JEAN-DE-L.UZ/
OUCHAUVIN-DRA&ON.

3f~j:a/~cA~.
F j': o E coMman<&ïM<.
Déroute de quinze mille EspagMoîs, Bat-
Idem.
tusàUrrugnéetGh~~ `pac
cmqmIlerépubItcaLtïis.~
~Doù~ë~nt~aeBm~ts'tné~
°- ~.=..
(i5)
A~M s. S A R E et B E R R A. an mIL
~r
Z) ï~ JP N T, commandant.

PYR~tf~Es Déroute complète des Espagnols à Sare 17-


occtDBojjn.Ei..etBerra.

OGERSHEIM.

2) N X commandant.

Rmjf. Enlèvement, de vive force, du poste i.


d'Ogersheim par les Français.
Prise d'une grande quantité de vivres et
de fourrages.
Cent quatre ennemis faits prisonniers.

SOTMOY,CEB.FFONTAINE)
près Philippeville.

H,e~Y;
~comm~~M.
T 0 z rl"dv 1r1T,comma,ndans.
R 8 /!o~To~yT~J
16.
ARnENNEe. Com.batprèsSoumoyetCerSFontaine;
défattederenneml.
Quarante Autrichiens tués, quatre-vingts
blessés.

HAUTEURS et FORGES D'I~GERTHAI..

?'~fJ'Cjy/BB~COmnM!nt&

M q SEME. Dé&tte de trois ~jat~Ho~~utrIcM~ t<.


èur les hauteurs des Forges d'Isger~aL~
]MsededëH~~drapMùx.

'ABACH~\&unM~€

j~jE'jF~CO~M~HT~

~Mem. Ayàntagc.BQNtr~~s-~ cfm ~5.


:t. ~quent'Iesavant-post~fj~~p~bh~ ~s
j~ .I~ennemtTepoussé~~yecp!
(~7)

ARM~Bs.
SAiNT-MicHEL, à deux lieues deG*M"
c..
bamt-Jean-de-Luz.
ï t Tr aniï.

~f~ftyco,

deviveforce,du retran-
Ft~N~Ee Enlèvement, ~4.
occtDBNTAi-Bs.
chement
d'Ozone
prèsSaint-Michelfuite
desEspagnoIst

tl E NDAYE.
JP'A~CJ; C07mnM!7K&)!
Me~. Défait.;
desEspagnols
prèsHendaye.
Nombred'ennemie
tuéset Messes.

FOUGASSE. (

J?jr~~jfjV~2'~ coM~ane&ïn<.
ITAHE. Enlèvement,parsixcentsFrançais,
après
[mitheuresde combat,du campdeFou-
gasse,occupépar deux.milleTiémontais
et Autrichiens.

0 ~an<le comtéde Nice.


BuEGLio,
~r~CÇ~y, COMMa!~<
Mem. Enlèvement detouslespostesauxenvi- 18.
ronsdèBrëglio.
PrIsë~d.'uncanonjd'unfiisH~dërempart,
demunitions.
et dequantité

i/i~L'B.

r. jr~ ~S~uch'es, .9..


1~)

ARMEES. MONTEILLA et UpGEL.


GpRMtWAt-,
aal t.
Z~~co~~Tïy~ commandant. – –
PYR~n~s Défaite des Espagnols à Moc~eHIa.
oMENTALM. Prise d'Crgel et de sept pièc~ de canon.
Grand nombre de prisonniers.

Entre ViLLIERS et FLORENNE, à


une lieue nord-est de Philippeville

( ou Vedette républicaine ).

Cj?~7:7!Oy~K<CO?K/n<!M~a~.
ARB]EKt)zSt Avantage signalé remporté par un faible
détachement, sorti de PbUIppeviUe ou
Vedette républicaine), qui chasse l'ennemi
du bois situé entre Villiers et Florenne, et
le met en déroute après lui avoir tué soi-
xante-dix hommes et fait plusieurs pri-
sonniers.

HAUTEURS DETiFERDANGE.
jP~~O~ comM<ïM<~K<.
MesB~iLB. Combat d'une compagnie du premier 36.
bataillon du Haut-Rhin et quatre-vingts
chasseurs républicains, contre soixante
hussards de Wurmser, et quatre cents
paysansarmés.
Les hussards mis en fuite les paysans
tai!lésenpièees.

HAUtETRS DE ~ERTZIR.
~t~C~NTj pom~

f<& Occupation des~ hauteurs de Mértzig, ay.


apresavoirrepoussél'emBemI..

PoNTE Di NATA~ eurle Tanare~

-N~B'y~~eo~~a~~

ÏTAi.tt. DéMtëdeqmnzecën~A~
Ponte'diNaTa;centennentis~ ~Éu~ "-H
S~
(i9)
Atm~Bs. ORMËA, dans le comté GERMiNAi.,
de Céva.
ail IL
jtf~Bj!f~f, COm7MC!/Ï~O!H<. '-–
ITAMB. Prise d'Orméa de douze canons qua- 38.
rante barils de poudre et de trente mille
fusils.
Quatre cents ennemis prisonniers.

A R L 0 N.

Jo~.Rjp~y, général c~ cA~


M o s B 1.1.E. Bataille gagnée prise d'Arlon. ~g.
Déroute complète de l'ennemi.
Vingt-deux canons trois caissons.

A u s s o Y, prèa de Philippeville. FM~Ai..

Ca~~Tï~ojfjf~j~, général-commandant.
ARDENNBs. Déroute complète de l'ennemi après un g
combat de douze heures aux environs
d'Aussoy.
Deux cents Autrichiens tués.

Près de Ku]3LWEtLLER. f

jM~cjT~n'JB, général en chef.


R K i s. Victoire remportée après un combat 4.
opiniâtre.
Le champ de bataille resté aux Français ç
huitcents ennemis tant tués~ue Messes.
––––––
––––––––––– ,––––––––––
MoNTSVALAISAN et ~MNT'B~RNARD, T

PoEtedëLATHUIL];
J?~C~JE2.0.fj?~:COM7Ma!~a~a!n~
~tfB~. s. Enleveme!it,-deviye forée-, de toutes les îi
redou~s.des :mbmt~:VaIa~a% ~t Sa~
nard,6tduppstedelaTInnle.
Prise d~t~gtb~aches,~ cents
~ils,~ quatorze espingo~ ~;et quantité ë
-Mrs~J~
,9~l1.i:!nIl~mi$
.C~ennemM.tués,~e~~ '!1l~~i"t9wf;l1.~4I?r~$A~-
niBrs.
L~ _&
(M) 1
*T'
A~MEBo.ÂRNÉ&UY, IRAMÉNACA OUIpAMÉACA. Fi-oR~B,
anII.
~f-4 N commacMC~M~. "~–'
PYRENEES Déroutede~Espagnolset desémigrés, 7'
repoussés
occiDENTAt~s. despostesd'Arnéguyet d'Ira-
méaca.
ennemistués, dix-sept
Quatre-vingts
faitsPrisonniers.

lAU'i'EURSDEBOSSU,BEAUMONT.
C'jT~j!~ojVjyj~, 1 ~M~HMr-
2)~~j~mjojjy~~ j co/mmaM~osTM.
Victoireremportée
A~)nz!)ttE:. aprèsquatreheures 7.
d'unerésistanceopiniâtre.
enlèvement, deviveforce,deshauteurs
te Bossuperteconsidérabje del'ennemi
entréeet réuniondesarméesdesArdennes
etduNorddansBeaumont.

C 0 UR TRAY.
~Pjr c~r c JRF, ~eKe~~ï c~~
Z~~JS~JO~~N~C07n7ma7K~7ï<.
NenD. PrisedeCourtray.aprèsunebataljlegé- y.
néralesurtoutelallgne~depuIsDunk,erque
usqu'aGIvet;prIsedetroIspiècesdeca-
nonetdeplusieursmagasins. ?

RoGHEH.D'ARB.pLA..
~jK'f~r~rdm~&
PYtt~~E! Enlèvement,
deviveiorcs~dupostedu
~~M~Robherd'AtroIa.

.'1\G~~È'Ë~~O-'Q~E':E.'a't:E. !&
S'' .) /F'c~p~'eom~cm~d!~ 'K,
g Me~ Béroutede~uatremilieh~ g
Ë terle ëtdèdixes~ S
\y~pagR~ëuMe~~a:~aï6nNett~
~erte.constdéraM~erennëm~~S~
?
(ai)
MUMM-
ARM~E.. OMSetPoNTDECÉRET. Ft.T.,
an II.
~~co~jtfjr~ ~e~Z en c~ '–~–~
Pv~~Bs Expulsion de dix mille ennemis du vil- 8-10.
oR~NTAM,.lage d'Oms, par trois mille républicains.
Enlèvement des gorges et du pont de
Ceret.

MoNT-CASTEL.

'S'O~~r~jff~co~
NoRD.
Victoire à Mont-Castel, sur vingt mille to.
Autrichien.
Prise de'trente-deux canons et de deu~
drapeaux quatre mille ennemis tués.

M E N 1 N.
~fo JE~ F, 1
eo~M.
Idem. Prise de Menin et d'une *°-
grande quantité
d'artillerie.
Quinze cents ennemis tués.

S A O R G 10.

~f~~N~hv~~ T)
~~Cp!&y,
ï T Ai. ï t. Victoire sur les Plémontals. M.
Prise de Saorgio,
do l'artinerie ennemie,
et de quantité de
munitions..

LE& RETDbUTE
AUBÈRES, D.E f_
MONTESQUIEU.

2)ycO~J)fj~jR~e7ïp%
FTR~N~s Bataille gagnée sur fies
Espagnols aux n–ta.
oRisNTtt.Ba. Alberes. Enlèvement de la iameûseMdoute
de Montesquieu.
i Prise de deux cents
pièces de canon,
grand nombre d'ennemis tués,, deux mitle
prisonniers.
(M)

A.ttt~5. LAMBSHEIMCtFn.ANCKENTHAL.
an I I.
Jtf~ c 7T t/ général en. chef.

S. Ht w. Prise de Lnmbslieim et de Franckenthal


par les Français; les portes de cette der-
rière ville sont enfoncées à coups de canon.

CApBÉA!tN,CoLMOURE,€tPpYS
DE LA9-DA 1 NE S.

Z) G0 J)f j)f jE
~f j c ~Mer~M~-
<?~~j'.j:py, comnMKd~?M.
~~r~T~~x~
PrR~N~iM t5.
Occupation, par les Français, deshau-
oKiENTAMa.teurs du Cap Béarn et du Puys de las-
Daines, ou six mille hommes arrivent à
travers les plus nombreux obstacles. Com-
mencement du siège de Collioure.

FORT MIXABOUCK,
?OR.TMlB.ABOUCK, POSTES
PosTESDE DEI
VlI-LENEUVE DES PRATS.

C~JiR~~ CQTKmaK~
At.pE<. Prise du fort JiUrabouck, après Quatorze ao.
heures d'attaque.
Enlèvement des postes de Villeneuve
des Prats.

REDOUTE DE MAUPERTCIS.

C~jfKjf, comms~<
f<!em. Pnsë de la redoute de Mâ~
traite précipitée de quatorze cents Fiëm
tàisaràpproche desixcemtsFrancais.
l,
'1 ~t'-H'ir.tN. N. .:?-
~RpB-<<:7~ co7m7man~7ï<.
Prise de Thutn par.les Français, âpres at.
uncombat,opmiatre.L: –~
EnleVemènt,~Xt~b~ M~
;lesretramcK<emeNsautri<~tëns~
(~3)

ARM~Es. OevantTouRNÀï,f!€vantCoTRTRAY FM<n~t.,


.!– etlN&ELNUNSTER.
<S'O~Jf~M.
COMMa/ZCM/ïS.
E 1V'D E L
J'BJVJOjE~ j)
NoRO. Défaite des ennemis devant tournai ;2t,Met~.
prise de onze pièces de canon douze cents
hommes tués.
Combat de sept heures devant Courtray
déroute complète de l'ennemi prise de
plusi eurs canons et caissons, cent cinquante
prisonniers.
Déroute de l'ennemi à !nge!munster
grand nombre de tués prise de quatre
canons.

CAMP DE MERBES.

DjSSJ~O/jV~ général de ~fMMM


commandant,

;ARcENMEs. Enlèvement de tous les ouvrages du a3.


camp de~rbes,d'oùrennem!est&<rcé
de se retirer sous'le canon de Crandreng.
L'armée, commandée par Des~ardin
charge sous le feu des batteries ennemiM,
en criant vrvE i.A R~ruBMQUE 1
Au passage delà Sambre (le25), te~grO-
nadiers du Age. réjgiment~ci-devaBt'v~!ntî-
mllle, s'élancent à l'eau pour soutenir les
tirailleurs.
Ce 4as. régiment met en déroute ÏalégM~
<t!:
deBourbon(Ie34).
Le 68e. régimeat, ci-devant Bëàuce, sou-
tient seul, sur un pont, t'attaque des Autn-
chiens de beaucoup supérieurs, quoiqu'en
e butte à l'artIHerie~ et conserve son posté.

GRANDREN~àtfôMMeue8nord-oue$t
de Beaumont.
~j!~j~~jy~, ~6a~a~&
'eo~~sn~ '=.

.J<~m. ~~mb~~)~tt~<Mae.~e~n~~ tico~s s4.


&Is,.du ytI~~J~E.

:~F ~.wx ~F~


(24)

AttM~Eo. MoNT–CjÈNIS. Ft.onAM.,


¿ an
J9y~f~ ,1
c ~j. i; B.- 1 f~
RAGDELO,
j?
ALpEs. Enlèvement, deviveforcedesredoutesNn:tdua4
desRivets,dela Ramasse, et autrespostes
surle Mont-Cétiis.
Fuiteprécipitéedes Piémoutals,pour-
suivisà plusdetroislieues.
Prise de leursartillerie,équipages et
munitions.
Grandnombred'ennemistués neuf
centsprisonniers.

C 0 L L.1 0 URE.
Z) !7e o 3fjtf j j: ~eraZ <'M cAe~
PYR~nirs Sortiedela garnison
deCollloure;trois a?.
oMBM-Ai.Bs.
mille Espagnolsrepoussésavec perte
grandnombredeprisonniers.
Le généralen chefdesFrançais,blessé
danscetteaction.

MoESCROEN OU MQUCKON.
y ~r~ A A y~ com/na7:<Zo!n<.
N Défaitede FennemiaMoescroen; enlè- ~9'
desesretranche–
vement,à la baïonnette,
mens.
Prisedequatrecanons,quatrecentaprï-~
spnniers.. _L.––

/EntM'N.EN''IN'~ IJRTRAY.
iSoF~e&
MfBt. Bataillegagnée~suri~coalisésentre
.J' ~etM~êt'Cburtray.
Fuiteprécipitée
du~du~-Yorck. ?9'
/°' ~so~mtte~M~
f3~°ombr~3'Nte~~ -é
(~5)
A n ME Bs. B 0 U 1 L L ON vers C U R F 0 Z. FMz~At.,
l anU.
-–~–~
jPt~FOt/j'<O~MaM~K<~M&Ù!<<t~O~
d~B~~

ARCSNNB6. Glorieuse résistartoe


de quinze cents 39.
Français, qui s'opposent à la marche de
quatorze mille Autrichiens vers Curfoz.
Videur signalée de cent cinquante~eunes
gens de la première réquisition, qui tien-
nent en éche~ toUtf la droite dé l'armée de
Beaulieu devant Bouillon.

GRANDE MATURE ROYALE,


près Baïonne.
Z? r r B T x o w c~e/* de ~~û!~o~.
PyttEntSM Enlèvement de six magasins ennemis, *9
nccinENTAi.M.~vai~ pi~ d'un million.
Rupture des écluses de'la Grande Mâture
roy-alo.
Prise d'une grande quantité de bestiau~.

P os T E Br
u R C CH~ R, prèsBerra, >

~fy.H.fN!~<9ftcA~
Mem. Déroute des Espagnols, repousses à !a '9-
batonnettetuaq)~ °Berra; avëc
une perte consIdéraMe. i

Enviroës 3e Fi G~ ï È R.~s. <

` 'r6:E'R'B~
FT<t<!t~s 5o.
Déroute des.Ësp%giiqls.presdB!ptgMieE~s.
°
OMtNMi.Bt..Grand ~nombre d'epRemis tu.ésj_.tr~iis
cents prisonniers.

L ~j~

?
iARBENNBt. BelI~'dëî~~d~eBn~ë~~ g~. ?
H~etm~s'eS<em~~m~e~e~
~e~s~d.ans~~&aM~S~ t~~
"4wi<
(~S)
LOBBÉS
ARMEES. PuAttuAi.,
et ERQCELINNE.
anH.
~jE~J~'JK~jr.y~j? ccimma~Mm~
Défaite
A~BENNBs. àLobbes
de~rcnnemi etErque- ï'
Hune, uncombat
après desixheures.
cents
Quinze hommes
tués.

ScHITFERSTADT.
~f~c~r~ ~/ïer<ï~ ~7ïc~~
Rtt:N. Bataille
deSchIfFerstadt, par 4.
gagnée
nnUe
quinze Républicains
pontrë
quarante
mille
Autrichiens.
Mille tuésoublessés.
ennemis
C.entprisonniers.
Ungénéral
Autlicitlen
tue.

EUF CHATEAUj prèsBoulHoh.


Jo jmJ'y ~~r~ e~c~c~¡,
S11 Déroute del'ayant-gardejde
complète
''BeauIIeu.
Grandnombre
d'ennemis
tues.
Çentprisomuers.
MERBES–LË-CHATEAtr.t
JF~BB.BA,CCiMyHa7î~QtM<.
A~DE.tH~s.
~~MireaMerbes~ &'S.
générale;
charge tue~~
douzècentsennë~

~'?'~o;K';jo~ _,raen f

S: d~j'tdtj~pM~d~~
J ~~utti~d~~e~~ eson~c
un
~Mu- (27)
ARMEES. DiNANT, à quatre lieues de Givet. PMMttt-,

Yo~jy~ ~m~a:/ en chef.. '–


'tot]!t.i.]!. Prise des redoutes et de la ville de 7-
Dinant.
Grand nombre d'ennemis tués et Messes.
Soixante prisonniers.

FOB.T SAINT-ELME,J'QRT-VENDB.I
Ct COLLIOTRE.
D G0 Jtf JE en C~I
général
FTRi!~E< Évacuation, par l'ennemi, des- forts 7.
MUiNTAi.M.Saint-Elme et Port-Vendre.
Reprise de Collioure.
Sept mille Espagnols .mettent bas les
armes et sont faits prisonniers jusqu'à Fé
change.
Prise de toute l'artillerie ennemie.

SAINT-GERARD.
*Yd r r jv, ~?67' c~e/~
tt.osti.t.E. Attaque des avant-postes du camp de 13.
Saint-Gérard par les répuMIëattis.
Les coalisés débusqués de la majeure par-
tie de leurs avant-postes.

BoiS DE SAINT E-MARIE,


à cinq lieues
d'Yypi-Carig&an.
B .?, Cp~pMM<&K~.
LRDBNwBs. Déroute
des ennemis près le bôîs de i4.
Sainte-Marie; deux cents hommes tués.

DoLD'IsPE&UY, LES ÀLOUDËS,


\r BERBARÎTZ.

~Z.'J!R~N\
ZjtrjrcToj~ C917G1JD(b1Z(~(17ES:
~~x~~y~ t

PY~M'M. .\BataîUe~&gn~nK~ i5.


Ecn~mA~ _L~~°~
(a8)
A n/M]i Bs. d'Ispeguy et des redoutes des Aldudes et PnAtMju:,
an II-
de Berdaritz.
P!KExj!M Grand nombre d'ennemis tués.
occiDBtifAt/Es. Quatre cent quatre vingts prisonniers. i5.

RlBEN,TouZEN.

D o r r ET commandant.

FTR]!)«tEs Prise de Touzen et RIben sur les Es- 16.


oRtENTAMs. `
pagnots, forcés à la retraite.

Pf~STE DES BARRICADES~


VALLÉE DE STCRE.

7'<<iyjBOf~~ commandant.

Ai. pE s. Prise du fameux poste des Barricade!}, 17.


communicàt!o!t rétabite. entre l'armée des
Alpes et celle-d'Italie.

Atl-delà de LA JoNQUiEïtE.

~~KjCjKro~~eom7MaM<
PY!t~N~.Es
v Défaite de ~ooo Espagnols par un petit '9-
omEtffjM.Bs.nombre de Français.
Poursuite de l'ennemi au-delà de ses re-
tranchemens; prise de son camp.
ÏnTestIssementdeBelIegarde.

'CA-M~R'E.D'b'.N.~
'oyp 'js r~eo7MM~~M~(-t;

.T~m. ~nIeTementdedt~eremspos~ '9'


"r' "-j
'de'Campredon.

VALLEE D'AQSTE,OU.VAT~ D'Ao~s~

:co)wm~7ï< ,j'
A p <, Déroutede i5ôo Piémontais par ~)o a5.
Ftm~~dan~la~all~d'~ste.
9 yë K~<~uaLra~e~naémis~tués.
.3~5' r =~ -F.·_ .<i i L_k_. s.adar,r..as;'£


F.
(~9)
)(.11E 8; =
AttM~S.
AR R l1 P 0,
0 L i.
L. 'PtAÏBU!
amtï I.
Z) o P j'.B
R" T, commaM{ZcM/. "7'

Pxtt~~a et destruction des s5.


Prise, de vive force,
ontBNTAt-Bs.ForgesdeRipoll.

SAMBRE,CHARLEROY.

J o Jt jo JV, ~ne~ e~ cA~


Mo9En.E. ~z. PassagedelaSambreparFarméedela la s~.
Moselle.
luYestissementdeCharleroy.
Combat aux avant-postes.
L'ennemi, par tout repoussé Msse
beaucoup de prisonniers.

G o s s E L i ES, près Charleroy.

.~o~\R~ ~e/ï~a~Mtc~~
Mo~Ei-i-B, Action vigoureuse sur plusieurs co- ~4..
AnDBNNBs, tous les avant-
et NORD,{)nnes<q~ repoussent
réuniessurla postes de Charleroy, et se portent victq-
SAMB~B. ~uses
jusqu'au-dessus de Gosselies.

PtèsCHAB.Ï.EROV. Y:

.D~r~x, }comm~
B o r s = G ~x ,a a n
BojN-GB-j! J commandans.

Enlèvement et destruction sous le fet) 96.


7~eM.
ducanôneNnemt,d'uneredouteprèsC!har-
leroy..
La garnison de Charleroy vigoureuse-
ment repoMssée. y

Près CHAtHEROY, à çpté de la chaussée


d~~Br&xeUes. ~7

J9jsr~FX,a~H~era~
~CO~BM!:tt<
'J~eM. .Snl&yement.,de.Tive;Ibr6p'et~!mBl~ ~K' S~
(3o)
An MtEs. ~s dix minuter de la redoute près Charly- FRttptM.,
nr, roy, à côté de la chaussée de Bruxelles le
MnBEn.E, premier bataillon du Bas-Rhin repousse c
vigoureusement mie sortie de la garnison
e~<)~'
etl~onn,
réunies sur la de Charleroy.
SAM B R E.

TRASSI&NIE S.

~0 ~7:j) ~N~ en chef.


général
Victoire sur les coalisés, après un combat a8.
Idem.
de douze heures.
Prise de sept canons.
Six mille ennemis tués.
Cinq cents prisonniers.

Y P R B S.

.~o.R.E~ o'~ comm~n~K~.

NoRD. Prise d'Ypres, après douze jours de ~9-


tranchée ouverte. f;
La garnison de sixmllle hommes pri-
sonnière.
Frise de cent pièces de canon vingt-
neuf drapeaux, neuf cents cheyaux.

.PETIT S A 1N T Ë H. N A R D.

JS~Gr~~ojv~B~com~aM~

Défaite des Flémohtals au tetit Saint- go.


Bernard.
Cent ennemis tués, cent prisonniers.

MBSsmoB.~
GAM.PR'ELDON.
`
-J?~o~.r-p~eo/~maM~~

t' PYR~~Bt Rppnse de Campredon à là suite d'nn t.


contoat.
jsRtiMTjH.Bs.~ y X' ~~S~~S
(3i)

AmM~Es. L' E T 0 1 L E, B E A L U. MesstonR.


anïï.
2L Jtf 0 JT ? CC/n77!0:K<7<îK~.
PYR~.tfKEs Pri?edespo?tesdel'J!:tuIleetdeBezalu, a.
jMBNTALBs.[g
quatre drapeaux, cent trois tentes, qua-
rante barils de poudre, vingt-neuf ton-
neaux de cartouches, et beaucoup d'autres
munitions de guerre.

POS'fES DU ROCHEB. Dos-D'ÀNE,


et CROIX DES BOUQUETS.

.Fj!BCJ?~J2.J&B~ commandant.
PYj))i!ft!t:! Bataille de la Croix des Bouquets, et en 5.
c.ciDBNT~Es.
~~gnient des postes du Rocher Do~d'Ane.
Déroute complète d'onze mille Espa-
gnols huit cents ennemis tués ou blessés
quaranteprtsonnieM.t
,t

CKÂRLEROY.

Jo~~jO~M éra_-clzë·f.'
Nonn, PrisedeChafriëroy rendu a discrétion; y.
~troismiUe hommes de.garMsonprIsonniers;
cinquante pièces de canon.

s' ''F'LEURU'S.
< Jor\Rj6~M~a7e~c~~
Victoire m~morabte de NeUrus,Tëm- S.
jr~m
portée, après dix-hititheuEes de cotub~t, par
soixante-dix mili'ërépubHcalas contre~
m.iMe hommes des am~ées coalisées.
h Fmtederenneml'a~éc.perte.déiS~mi~e~
'hommes'tués. ?~t-

':–– ,t~
?. .< 'f "B"ELV''t:TR.

C~CO~

~PMN~< Pr~
~M~MS. f."
(' trois~ceHts'~Ms~m'e~
t~u~ -– -& ––
(~)
AttMBK'e. Ls it N
~RNES,MARCHIENNES~MoNCEABMBSHt)OR,
c Mît,
SOUVR-ET.
etSoCVRET.

~r~~7!

7''0.!VCjE'ï'~ t
J9~J~R/

ni!u
S t MB Avantage considérable t'emporté sur l'en- g.
nemi aux postes de I<ërnes,MarcIitënne<; <
USE.
ŒonceauetSouvret. i
Fuite et perte c.ONstd.érable:de l'emnem!. )

R<BU~X,MoîtT-PA.LISBt,'BoiSD'HARVE.
f
~~J~JSj'i'~H~ COm~~M~
Idem. Enlèvement des redoutes et dn camp de i3.
Rœulx,despostesduMont-pa]iseletdu
Bqisd~Harvé. d'I3arçé.. J
Prise de deux canons.

~J~pj~

''J~B\EJT'~ 'CO~Ï~ É°
ç Nona
SAMBRE
E Prise de Mons; déroute de l'ennemt, jS.
prise de vingt,mille quintaux de grains.

} SENEFF,NlVELLES vers GEatBT.QTfX.

'T~
-a~~Tt~E'~y. f~
~e Sérieff -~5-
~AMB~BXi;uÏston;~tenu~m~
Ë'ârméede6ëaulieuëstyIgoTtréusemettt ;?
< ?
repousséedaupresde&embloux.

.t '~O~S.T~tt~D~/
-f

f?N~;B, ~~rMe'd'an~~ de ~"?3


~{~ s~aux'ennemis.

f.
m (~)
-~–––––––––––––––––––––
–––––––.––––––––––––.––––-–––––-––––––
Atm~Et.. TotfR.NAÏ. Mmm~tt,
~an M.
jPfC~~CACr~ co~mah.cfaM<.

N o tt D. Entrée des Françaïs dans Tourna!. i4.


Pnse <le vingt pièces de canu~ et de
~eaucoupdennla!tions.
–––––,––

FRBÏBACH/ HAMBACtt~, 1
HocHSTETT.

~ffC~~F~~ général en C~
Rem. de vive Corée, de plusieurs i4.
Enlèvement,
avant-postes et retrancheMens ennemis.

LoCANp e!: PlËTRA


sur!esc6tesde&ênes. t

D M Kjt j o y~ ~aZ en cA<~

t T t B. Déroute de quaLtre m!He Pi&mhhtais par i5.


~b garnison de Louano; leur expulsion de
P-~tra< '}
“ .{,

:0!ÛDE''N'A~'D~E.et*6.ANB. ~––

I' r c x $ a it !<
'fC~~C~C'M~C~e/j er~

No~D. PMsed'Onde~rdeietdè~ah~~ ~7. j


quatre pièces de can~~d~m~He~mulets,
J ~roiscentmtHerattonsdefqurrages, qu&-
torze bateaux chargés dé tEiunittons.
:&M~S~~

~Y~ER~<

jFo'y~ 'r.~

?
~l.B~A-r'

~SA)[t!t~ D~të''de'%tM~ ett~ls§"xl _~a~ t9.–.


et\ ~g~f~
~Mjiet,~ ~~l~ttiMat!~
.A~.i, ~s~4,M~M~~
-<:
7-~7~
.(34)
ARMEES.s. SoMBR.EF~BojGNÉE.BALATRE.M~sstDoR,
“ antï.
jy T y eOTKmane~ -–

S.tt;BnB n Victoire remportée sur les coalisés à 18–i;).


M~sE. Sombrer.
Quatre mille ennemis tués, huit cents
prisonnier'

CHAPELLE SAINT-LAMBERT.

Z~y~Of~,COm~M~~M~
Me~ Combat très-vif à Chapelle Saint-Lam- *'°'
bert; déroute de l'ennemi, qui laisse beau-
coup de prisonniers.

BRUXELLES.

7o)yXD~.jV,ya7~c~~
Mem. Entrée victorieuse de l'armée de Sambre at.
et Meuse dans Bruxelles.
Prise des. magasins et des munitions.

BERDARi'rz, aux AMdee.


T-
./tfojvcBy,coM/y:af!e~tM/.
P~R~N~s Enlèvement, de vive Ibrce; du camp des
°~°~ émigrés, près Berdaritz.
Fuite de l'ennemi avec perte de cent
hommes tués, grand nombre de Massés,
quarante-neuf prisoEniers.

FRpIBACH,.PREIMERSHEIM,rLAtZBERG
etSAlOOoi.r.

~fjc~ ~~E
jŸ chef.
RHm. Bataille gagnée sur foute la ligne; en-
ièvement, de vive force, des postes de
FreIbach,Freimersheim; et des montagnes °
AePM~ber~ètSauMp.
I~ë~mtlle~quatreeehts ennemis t~~
-Prisedequinze canons.
a â35) aumviummmm
A~BS. GORGES
J D'HOCHSPIRE, SpiREjn~p.
.r' l et N E u § 'i'~ c T.â. I:
"II¡ir¿,A~I..
c .D CM c~C/:
RNtN. Prise des gorges d'Ho~h~ire, et entrée t6.
des Français dans Spire et ~eustadt.
Grand nombre de prisonhrers.

VERTTAu'fE,,vu!age du <:omté de
T~jtJe, sur le seul chemin qui sert
~e Passage pa~ lés A!pea, dé Tende
'e-onï. .'i

~y~ coMMaMe~
1-irAt/tB. PMsëdeVerttauteparlesFrançais.
Cinquante-neuf prisonniers}- cinquante
tués 0)i bleM~s.

'?~ .i:t<h1'
'T B.,1 .F S,T..AD.?
s~'
Jtfo~\E~~x, comatsm~
:F -L
MotEn.z. a. Enlèvement, alaba'tonn6tte,des]-e- ~6.
dontesetdup~stedetripstadt..
Prise de six canons ef~edë~xbBusieM. L
'.S <! *j j,

M'O~~ë~E'~E–FEà~O~YAlN. k.

'i~ 'COM/M~
~B'~em€n~dë~ve~ âû-poste ~ë
MBcs~ ~Mbntagne-de-fer~pr&s~uyaln. >J;
L'ennemi chassé de t-ouVaih; prise.de
cetteYilleapres~ne~~nretjEerésisïaSeë~ "1

r/ .-J
M'ALÏNË-S. 1

~°~
No Rc.;
~rise ~.MaHaes~p~9:iM~iMM~ -9~
LMFMnçaM~nt~o~~ 'n,~p/i~p:q~i~rsÍ

=L.2; ~?~
(5G~
AttM~ee. N A M U R. MEMMoaL,
jmtt.
Jo yj':j0 y~ général en cAc~
.~f~ T at y commandant.

StMBttBs Prise de Namur;fetra!teibrcée de l'en- 38.

Msuss. nemi; cinquante-une pièces de canon qua-


tre cents prisonniers.
.–~–“
KAYSBRSLATTERN.

Jtf/ C général <? C~~


Trise de Kaysersiautern et d'une! qMan- sg.
P a =s
tité considérable dé mutittions.
Fuite précipitée de Teuuënu.

L ANDRE Ci ES.
Nc J: jE R coymma!MC~O!M<

SAMB~B Reddition de Landreciesaprès six jours as.


et detr&nchée.~
Ms uss.' La garRisom, ib~te de quinze cents
hommes, pritontuère; prise de quatre-
vtQgt-douzecanons.

t B FOR T.

.j~o c~ <'07mM<tMt&Mj!.

N o)m. Pr!se de Nteujiortrapr~s cinq ;puM de 3o.


tranchée.
;deri~-ÿmilie
,1soixante'piëces~e~m~
j~ime~I~~soam'erst~

HAUTE U R a D~B TtRB OT<T. Tn~Mm


`
~oy~jo~y en ^chef.
Mv aa BéMtedel'enBemt~rle~haHteuTsen t.~
et arrierë~de;'T!t!Smoat. 't-
Graad~b~br~d'BmMniK't~~ :s~aot€
?risOMmeM.A~-r: ~L"
ÇS7)
AKM~~s. H U 1 et S A 1 N T-T R. OJï. TnttMRB
antt.
~–
~}.
Déroute de r~nnemi, à Hui. 3.
SfBtm E
MBc* PrisedeSaittt-Tron.

VALLÉE DE BASTAN/FoRT MAYA,


MotrTA&~E BEGOMMÏ~AR~~
.Fp.NTAR.ABJt.E.<
M'O W C.B~ f
j? 0 A B B C<M?MMaM<&t7M,
J~REC~r~B~)
PT~«<E* Entrée: des BépttMicain! dane'ta vàUee S, v, S, 9
ncMBBSTAMt.deBastan. et M.
Enlëvement, à là batonmette, des re- U
trancheme~s ënnëMtit; prise d~tt~s~ettrs
camps, de neùftanoms, deTiXobtt~lejrtf,
L
dix-RmtthtUefasHs.
Bombatdè~ëat de IFomtarattië gMad
nombre d'eHnemistaés cin~ <:eatif pri-
<r
sonniers. j

[loccAVtoN.yiUagc du Piémont ye~


°
ia rive gauche de Geeso ~aLdeux
Hsuesaûd~o~~t dëCo~i.
JE ..Bt~~y Jt eo~MMtM~n~.
B.
t, Frise, de vive force, par les Ffan~ts, ¡
'du;v:Uaëë.d~.R6c'ca~Mn~
1 trëate-MXprIsQnMets,et~g~
;MMSêS. .t.A

~T~&M~

StMB~T.;D~ =cÎéae~it 9-
~a~~ é e., entrée dea Fxan à~
f.. *°/dans~cett~t~~rM~ d,s~nca.upnf, trois
MM(38)
AKM~Es. IsLE DE CASSANDRIA. TnEKMtB.
~~r-~ anH.
~O R E A
~tfo~TT~ C.·?!7,.»,7.rr.
co/Km~M~K~.

Prise dé Cassandria et de soixante-dix *°


No.K~
canons.
Passage du Cacysche; retraite de l'en-
nemi sur Ysendick.

IRUN FORT DU FiGUIER FoNTÀRABIE


REDOUTE SAINT-MARTIAL.

MoN'cj?y~
2'BCjs~j?~ y comt~a~~ns. i
Z<~BORJOja;, j! .r

io,i5ett4.
PY~N)'E; Conquête de la v~n~edeBastan.
occiD~NT~t. ~!ëvei~eNt de toutes les redoutes; prise
du fort du Figuier, de Fon~arable, de
toutes les tentes,et munItIpjM deux cents
boùcnes à feu, sept mille fusils; deux mlUe
prisonniers..

~RNANI, SAINT-SEBASTIEN~

etIePoRT-DU-~PASSA~E.

~foy~~y; co~MaM~a/tt

F'jR B 6 J? J .6 l ~MCMM~
r c~ayi~ïan.
~~B~-jK~

ffïem. ~EnlÈvement dû poste Importamtd'Er- 16.


n&ni,TBtpMsedeSaint-Sébastietr,desxcI-
tadelle, du Port~d~MS~ge, de 2000 hom-
mes de troupes de ligtie'espagnoles faits
prisonniers, de iooboudies feu, d' im-
menses magasins de munitions de guerre et
débouche, et de* 36 Navires, dont plu--
sfeUrs charges de mar6hand}ses. Déroute
~"dël~~ëë ennemie, poursutviepa~
Français jusquessoTis les murs de Tol~sa;.
(39)
ÂRMJi~e. P E L l,
1 N G E N. TBKtnmO
anï~.I.

Cbmmdndans.
2) ~ro!~n~
N ~cO~~K<
MosBuB. Enlèvement, à la baYonnette, des re- 9t.
tranchemens et hauteurs de Peltugen.
Quatre cents ennemis tant tués que pri-
sonniers..

PONT DE VASSERBIUCH.

Z~B~~P~FX~t t
~~J.T,
r.M:RE.nT, Jjc0~7n~

MeM. EnIèTement, dé Tive force, dn pont de


VasserbH!ch.
Prise d'un canon trois cents ennemis
tués ou Messes quatre-vingts prisonniers.

'T~R. EVE S.

~o:R~~rx, ~er~~
Mem..Entrée des Français dans TTêves; prise
de trente-six canons et de vingt-qaàtre
mlUecartonches.

9'L'O.S.~A.

.j~ ~Rm~a~ti~m~. ~–
PifR~~ 'P~sedeTp~Q~
ocMnEtftAMt.deux cent cinquante énn~it!Ha"tnês', cent
cinquante'pnsbnnters. ,~J
.Èt:

~S-ArN~-E'N-lG.-H--A'CrE'A't'––––' s.'

~0~
,K~ .4~,$~ p~~tcs es~xa
;~8ls',e~dj6~egp~ cl~ruç- ~1
't'i~~?'~ai~M~< ~r'.
L ~PS~~M~~mË.~ ~rxse dés efl~t~
'~ampemë~qua~vt~ts~nem~~t~~ S
,( j ~~rzg~n~?~ v
(4o)
ARMjitt. SATNT-LAURENT DE 1,A MouCA. TnMmo.
~–~ 'en H
J9 C0 jtf Jtf f ~K~C~ <'7î chef. ~–~–~
PY~tt~Et Victoire pr&~Sa~nt-Laurent de laMou~s; 'S.
oMEXTA~Bs.cinquante mille Espagnols mis en fuite
deux milte cinq cents tués.

RoCASEIN$.

tS~R~!T~
~fjfC~ ~COMMam~n~.
i JU r C t
Idem. sC'
Dé&tte à Rocaseins de quinze miHe
Espagnols, par quatre mille répnMicains;
grand nombre d'ennemis tués prise d~un
canon.

L E Q U ES N0 Y.

<Sc~J?J:~N, CQn:7!tCP/!C?.afM<.
.RPpn~e(tnQue<!noy, rendu a discrétion ~S.
t
MEc<B. :!pr&stit)~t jours ttetranrhée; cent vingt
bouches &f'u; munitions d~~outf! espèce: f,
deu':m)itIe-}mit~Bf'nts prisonniers.

~Q~~ ~Ec~ FtLBcr.n.~

~fojRB~F, coM~an<&)tn~. S
~–
NctD.
o a a: Prise du ïërtrËcIuse, dé c~t cinquante 9.~
deux bouches a teu,ct'nt~!m~I;e
~p~hu;Lt,cent5~st!
Ln ~ai-nison, coB~pos~e~
-r hgmmes,pr]tsonntëte~ “

~4'

T~o~
R
~0~

,:SAM.n~&n~ vtlla~e
et ~i
~.M- ~'A~2aul~ et es- ~oste's ~e redtiutes
x
fe~t~n~
.j"Vaïenctenacs.
~J~L
~i~iYi~iei~f
-'AKttt~M. V~ t. B~e tÊW tt Za. FtecTtm.

jS c Jtr jR '«~
MB <B Repri $ede Valenc~eoN~1~ gantYSon,de i*.
Mt?51.' ~t''e ~IM~nq' 't'emtt '-Ïto~tnM~p~a- .< Fç,
âui p~tôl'e.
'/Ni~esU]i'~atQ~
Prise de déni: <:fntTi~g&9eptcanons)! de t
tnitcfntsimmier~de pondre, et démena-
s!nsdetoute.e!p&ce. ji t

j. "E,tBO~ ,r.f
"e' i~ 'iy' ~'co~m~c~t&. !j
St~tn&tw Be&tte
~~ept'm~leJ~a~nolt ~~b~
oMmBtTtt~.p~dede~xdTapeâux.
–––––––––––––~–––––––––––––––––––i–––––––––––;i

".E,.&Mtt..t..t/ h

.titt~ %0!!N~M&Nt<. `
f<tm)t. .D~e~gnQÏs~ ''p'onir~&n~s~àtt ~t.
~\de.a~e~Me-.<~&de~<~
'!)~dn'&mNfe~dt'~s. j
t"r~
Y
XO~-D'.<0-.B.;O.A.' ''j '>s.

~)~< ·r
''jMe~ 'E~eë.è~~ e 'tt.
'~de~iit~M~ o.r~ ~ié~c
d~M~4- = ~“

..4 '1
~ë~~M&.X

~M~~

-11 ~mrqrl-7 i.yt '~3,


tkt 5; W R
-· -a- x
j(~)
~.MM~
.M.~a. &-–r~r-T: ~_–l–l
AtH~Ejt.. S~NDtWEtT.LER. F&BCTtB.
,a<ttj[.
}C07mmaMN'0'M."i
2~j\E~'e~)
t~Qg~ iCombattrès-vif, prÈ~Sandwetney;r~h-
hemidébusquédesesposttioas;
perte,cou-
stdérabledes~A~trIc.hieas.

1 j .VALLÉ-E"D'A~P'E. r
~'o j? Jï T~eoMnRa;7K&j'm<.
PYR~NMaDéfaite,dans'laVHHêe d'Aspe,de ~Ix t8.
nct.tDENTAi.jss.mIUe
Espagnols Rarsix centsJF~n~ais;
grand nombre
r-' d~nnemis~és.
d ~nnemls¡lies.' ri,
j ~<A'&:T.~ ~n.-fr
«
LTES.CP~
J~Oï'
“ _'}CM~mmMM~~
(~~AJRïN~J co.)nanc/aIfE8.
~jr~m. DéroutedesEsp~gT~I&mts en &dtepar iS.
les avant-postes del.e~cu.n.
C~cn~éniMtu&trQt~ I"ësss
so~~ntc-quatreprts~me~
'.j .–
? HA~TEU~S DE.G'OURTBRBN.
<
< 2) F y jK f~ co~m/K~sonc.)
Mo'sBu.B. combateït avant&~CoiMtëren;p~te 96.
;j 'constdéraMcdës~AN.~iEM~
:ùqprisONniets'fa:u~'é~t~t;

"r'~DE.]~E~

~T'~ 6W~
– :A.t,B.~f'nlè%me~ -Iài~be6~l ~z
g ;d~.la.Ghënat~ rs

R'-a~
? ccn~'qua~-Yin~~tx~r~n~t~
(43)
Atm~Bo.~ r BoXTEL. /· Fnccnn.
aa-H.
P l C 8' B _r
JP~c~rjEc~ r~
g~/ï~ zc~c~

NeRD. Déroute totale de l'ennemi à Boxtel; 30.


cinq mille A~gla~s battus par huit cents
Français ,'deux MàtaHioas enaernis. désar-
mes par trente hussards.
Prise de huit canons deux mille prison-
ni ers.
.–––-
~––––––.––––_––:–~––~ –––––
T, JoDmsS
BE~L EGARD E.

J9~CO~~f~ ~M~~ g~ chef.f:

ryn~N~t Reprise de Pellegarde dernière place


omENrAMs. française occupée p~l'eanemi.
*La ville rendue à discrétion, après quatre
et demi d'Investissement*
Prise de soixante-~H:x canons et de qua-
ranteminiersdepoudre.
MiUe hommes de garnison prisonniers.

NA&ËICK,LÀUWF~Ï..D,ÈMAjLE,
MoNTENAGKM,]L'O~TetL'AYWALS,
SpRIMONT~CAMP DE LA CHARTREUSE.

Jo~~D~JVj ~~r~J <?M c~~

~e'BN~ ~K~ŒM~ c!e<~Mno~


~J&B~~R ~0/Km<!Mt&]'?~S.

S AMBRE
s Victoire.rempartée.par toute là Mgne-de 9.
~r'~ï~IepmsMaseiek jusqu'à Sprimônt;
< tprIsedeI~auwMd,d'J~maIo~etdeM<)nte-
,uacken; passage de l'Om't*et~deLayw~Ie~
ÏéyAe~canipdetaChartr~p.tFl~ettne-
t: .;v~taï;de,u~;miile.u!t;p~ts~~ ~iens tué.5 ~2
~H~inq~Kts.p~so~~
~~a&eeaao~s~n~~ap~au~ sü;iaa~rtè:
dix«'.neufcals.sons~t.

~a~~ F-<s,'ér~s.
j~a.
(44)
!W! < ~~)~~W~m~t~;m~~J~M~W~mM~
A)m~Bs. HAUTEURS O~Cï.E&MONT. J<H~t
“ ,~j~ COMft.<tt.
C~r~C~VJV~ anH.
Z~C~~JV~,
a
SjtMZKz Enlèvement, de vive force, des hauteaK
M*~ Y. de Clermont, après sept attaques succes-
sives.t
Huit cents ennemis tués ou MeMés.

CAIRO, entre FtNALE et ACQU~

2? y JtfB R B jf <~N~~~f~ C~C~ )


ÏTAt.!B. Victoire du Cairo, remportée sur les 4–S'
Plémontai~, soutenus par dt]t<huUeAutrI-
~cMens.
Prise de magasioscopst~~Mes.
Mille enuemis tu&$ou blessés.

M o Nt R o c H, à trois lieues.
deBeUégar'îe.
~o:Nj:.<p~ eo)Mm<ïn~om/.
Py!t~!t<B< Déroute des Bspagnokaunomt-Roch; ~~5.'
omiBNTAM!prisede quatre canons.
Douze cemt~ emnennstués ou Messes.

B 0 1 S D* A IX LA-CHA?Et<LE
ET DE RECKEM. ~n~
f~
~o~D~jV~r~emc~<~<
SAMBR* Enlèvement, d~vive~ p~ s
,e' duboisd'AixetdeReckeaitt
~M~eM~&Mt~
-––––
~–––

~C~p~~p~c~

PTK~Bt Enlèvement de !a redoute et da can~~e Dn su a~


oMBNttt.Bs.<~ato~ge,atB~qn~det~ les effetë~~e
ca~pemeat~'te~ptécïp!té~~ at~
considéFâHe~e.î'ehnemi.
<; ;i~ ?. ;j~~ t,
V
~45)
!'t~J')n!U~L~<L~t<m.<H~
Att~Be. 0 L 1 A et'M 0 NOT~T L L A. VMC<M.
.mt.M.
C'~r~Aj&~r,<'0~7~<)!K<&ifn<.

PYn<t)~ De~t~d.spegaQ~aQItaetaBjtoN- 5.
eMMTAutt. te!Ha..
SotMnteennemMtttés. t

C A z v E c ar c &.

JO~eoMman(~aa&

Note. ëapitulationâeCrevecœur. e.<-


Prise de vingt-neuf bouches à feu, miUe
fasib, trente miÛtet~de ~oit~te; cinq j~
centspfisùnnteM.. {~

~AtSBRS~AUTER~,Àt.SBOtHt.

~~c~~c~ ~yçhef `
Rat*.
cw. Remisé ae~~éMtaatëru et gt g.
e,
~~e~po~s. t~
.MMM~t~ ~etéa~~e.. )t

?~ =
~a;,c~$r.

~W~
n
%tK<!n BatMiÏed'AldenhoveN; côn;-
'M~~t)t. ~e~.coaN~
.C'~M~ ~e~t qtt~~$s.

~J~ ~~J~ '~j


r' ~3- ~'<~Jt~i~ fEl~h~
MeM.~? ~i~N~
~s~et~ ~–
~<
~~i~K<stë~B!
(~5)
Rmi~
iz 6.
4 ARMEES. 'C 0 L 06 G ~N
C N E.
Y. VBm<
Yo~~jO~jV~ .1
~g~e~~Z C~<~
S Att BRE Reddition de Cologne, i5.
Frise d'une grande quantité d'ar~Yérie,
MIl,Uu02.
JI.
et d'immenses magasins; fuite précipitée
des Autrichiens.

F. R AN K E N T H A L.

-D JE X, COMMMn<~OM<

Rnm. CoHNbatdeFrankenthàl;pr!se'aecette ~7.


ville; quatre cents ennemis tués soixante
prisonniers.

.t
SHELAUDENBAÇH.

~fjrcJT~O~r~CMC~e~
Mem. Prise de Schelaudenbach et de VoINstein, 18–tg.
après un léger combat et,réunion de~ar-
mées du 'Rhin et de la MoseHe à Lautreck~

PLATEAU DU MoNT~SAINT'-BlEïHtE.~
i
~~jEr~E~jtr~~ co?~?ma!n<&~j! ~ây-
M~ C/~H'~e fZe ~K~&S&~M~/tt
~K'<xe.c~

S A MBn E Reprise, de vive ~r<jp, Ae d~eux canons:, ~g.


ett par I~Sc. régiment de chasseurs à cheval,
a
M BU~°* a et1!reprise dud château
hA dde;Mont-~aint-Merre.
l, S. n':
Quatre-vingts ennemis tués ou iaitspr~-
~pnniej's. ,1. '? .s~

il
B~]E'.EN~E~~TyOa;E'B.
TRARBACH,MEMENHEIM.
M'O R E'
~fo ri g e/z c~
AJB ~f ~X~ A ~énéx.al en cJref
MosEi.L~ Marche des Français sur BIrkenfeldM, .-90.
Ob~MteIn,,Er~tTrarbac~e~~taenR'ein~~
T où les retranchemens des ennemis s~Bt
i,
forcés.
;acaa~bn~~e:u~.ces~p~~tp
!) ëo~Isêst'<t<i4~s~
_)__

,A
.Att.)t~E;s. BotS'-LË-Dcc~ VBxn~t.:
~t~M J .< ~m MI..
'<J~&'jtf-)!r~M/H~<i!7K&ï~.
~Eptrée.eN trottes r~tïbHMinesdaM ai;
'!ois-Ie-D<ic, pns& décent iqua)faht<MX
)ou<:lt'e«~feu,cettt trente mHIiëts de p~u- Ot
r
é drc,neutm.iUe fusils, six cent cinquaûte-
1 tuit prisonnière.

–––––~– ––––––––~––––––– -~–


0 f'fE )? BE !R & 'R &C Kt: NN~C S E
S :~4N~A~BÏN~et,QB~5A~SJE~
~.c ,C,g~ 'J
Pdsea'Omrbërg~RtM~mM~e&~and~ a3. t
J Rtttt.~
Ï ~e]Fg,Atzetajetdber~a~
ï tratte forcée de l'ennemu. f

t (~-R;!i.,&~H.M:G.B.NS~T'~D~
FH.A~.K.'E.N;T..H,.A~ i
?'s1'a~s!t:<.<i <it.~
'<
'C-i~M~i~
Mem. Cbml)atetprisède6eiiheï~
stadt; et reprise de Frankënthai.
i'
j Entre L'E,C.W:W~ERY..€tVl.L~ANp'~A. ij

~o~e,~ Y,gén~ra~As~ elt~f .J


PïK<t~9~ .BatMn~ gagnée sur l~EsBa~
pxfxsé a6.
Se/'Ia te&e'mat~r~yya'
oteat'EttTA~s. ~ixper.;s~_ '?
J ;{~er~gay~'d~r~ -1
trën~d~t~m~ËnS.
a i Priàe de ~Inquà&te canons, dë~ dra- j
~p~amx.et,d.e.~lu~iëM~.Ntag~~ ?
~ux mUle cinq cën~ eEaenu~ tués;
E ~dMï'n~ çin'qdëû~sF~risôtrnigrx.
$ ~J.& h~~

~ti4~~3~F i C ~lii
~,f~ F

j ~JK~B~ b~éi~éral en °~l~ejf;

?.'$ô EtWs .~r~it~tar


4.ran<f" t 'ci
é?:- F .rl. h` b~~t°~'·
`
(48)
ï<ttRGjpEt, Al.M'ÀNT!0 S.<
,A~-etjt~. VetiM~
¡ iB~p~CO~Ï/m~i'
P]r~N<M Bé&Ite
desept
mmeEspagNoIs,
près!de~<i
octtDBSTAt.Ee.
ïurguetetd'AImaMdos.
Lamajeure
partie
tuée,
l~riB~tepnson-
iuer.,

.K.~R.C~!t.EÏ,-M.WoB.ËS.
Í ~~C~J')~)~
R Déroute 9~.jt
de'ren~èmTp~ès'ii~iBr~t~m
et.Worjms;de.ces~de~TiUM.~
prise
ENVIRONSDENtMiiSPE.
.? o~s~eoM~A<&aT~
¡ NoR~. DéSKe
del'ennemi deNi- 96.
auxenvirons
~g&e;déstB&~ondetaMgmnd~&ohân;
)i!ix
pMs6d'undFap~dequatre~$mctns,
.cëhtspnsonnfërs.

~B't.
.d~X~M~ ëlef-:
Mos-<t''t.
't~ ,ntrë'e'&es~canqgis' J
'~HMt~.Bingen/'ttp~
~&9~
là~s'
av'6tr"cKas~rn~iens~
"POïiil~
r" pô'rtàntes
q~UsaTai'6at'yant~
~S~

~M~Bentis.S
(~1 `

~f 2tp'~Bï?,cq~pt~)M&)!n<.
SAttBait
Ji prie"
Prise~.eÔoMeAtz;
'Rtz; et<enlevé}-
atta~ne
"1: a.
MB~tzJ ?* r.etranc~emeas,; del'ennemi
fmte
au-delà nombre
d)ij~hitf;~aNd detuéset
deptMONniera.. 'è'
t~f'-i;
BKAC
JOjB K~CLX~C~MC)M~ L
~FT~tniEt'Combat danslequel 9.~
~e~E~pag~oIssot~t
oR~NTtLEs,
repoussés,avec co~sidéraHe,
perte jusqu'à
Bhaga~ ;?. <-
_L
~DoRi/Tô~~s,"G~s~~LL,AN;;

'L,
MfM.j Enlèveme~,udet)ïi~des,pp~es2.
S~rce~
deD.orietTqzaStetdesseptrétranche-
E mens Se Castëni~; prÎM~ ~-–
des maga~i&s d'ennemip
~rand~aQ~bjM
tués.

.« ~S'U~'t-Z~~A&E,h~
j c~ r e.jt..p-& J'
.t.t< 1IL; _,i:
jt;t¡~;l'i_
NottB.iMsedeRultz,~xelet, 'd, 5.
J M''€&eieË~mt~i~so~~resj,d~
J. j~5m:e. ~A .M; -t
~-j
a. ~<
'J~.W~M~
~f<!em. -;S)Me~de'V~~$~q~par.;et~
cain
ba.0
te,t«r~~
ç

7r7 1
J~)
An.M'ë~s.
R.EVERSDEI.AMoNTAGNENoïKE.BRCMAttE,
J,p c
..T-
.F~r~'N~'i J eo~ aniH.
Déroute
!pY!N!'Es surlesrevers
desEspagnots de ~i.
laMontagneNoire.
~MENTALES!.
Grandnombre tués;te'reste
d'ennemis t
à1~baïONnette,
poursuivi, ~usqaedamsses
retranehemens.

'RL'HEIN'TFELS. i
~fojtjp~~x~ ~~r~c~e~e~ &
~jjVc~N'jT'~epMm~tn~n~. c,
MosB1.1. Entrée
desFran~ai~
dans éva-
T!};etnfels~
ennemis.
euepà)*dotiz&~éHt&
;j Prise
detrente-neuf
boucnes
àfen,etde
,j quantité
defusilsët-]hanitioas.

~E-S~'t.C~ ~~? Ë
.jt~au~ 'i_
âe 14. S
~StMamB Frisédé'Maëstricht~ptès'onze
jours t
et traMchée.ou.Ter~
aitch'e
ouyex~e~î~ill1ë
mille t
,.t~.i..
dedt~
Garnison hommes,-
hommes,
prisën-
~~MM~~M~ t.
Prisedefretsceët~;iaqtt3'j~e~nmiesJ!<ON~-
chesafeu,devingtmHUBitM~ket~qN~~
trecentsmillMr~.dLe-pondjre.~
¡
F<)~T'DESc~EN~t~

NoRB.'
~.pr:se;du.{ortdeS<
~~ent~nt~
(5.)

An MBEt, BERG-CJP-.Z~OON. BnnMMM~


an i z I
~"r ~~2'y!j, $ z
T%Y~ z° che
C~ 'cle
E bataillon;
~C~~on~ 'g-
CONt~a?ï<&!Mt.

K o B D. Sortie de la garmson de Berg-op-zoom, 17.


t chargée à la baïonnette, par les França~
et forcée d'y rentrer, ~avecpette de ce'at
hommes tués, et de quatre-vingts faits
prisonniers.

– NlM.E<i-rE. –'

S o JET j~~ eomntaK&ï~.

Mem. Entrée triomphante des, FrascaM dans 18.

.NilNegue.
Douze cents Hollandais pTlsonniers de
guerre pris& de cent bouches a feu.

i.i. ~B'U~B.ï-C~.

~p~
~jvjo~jMr.afB~~ T~
Me~. prisedeBunc~sesteftanchemeus&rcés. 19.
CenteNnëtnistuéStCitiqtMTtteprKonniers.

~t f
Mo.B~A,p'];
1
~F~~g~ë~c~
RBiN.' Prise de'Monhach et de tous les postes aa.
de 1~ foret en ayantdecc~Uage~d~pt
l'ennemiestchassé. J

4. j
~I''S'S"EN'T~B'
–' m ?
'jS~M~

i~?a~ i

.s;rt~~e,~eiss~~ apres rp)EUs~eitrs


.14'a&8~~$&c~S~ ~'e~7
uj6~~uatt~n~.Bït~Bt~
`,
(~)
~jm~Bt.SAINT-SÉBASTrENDETAMoTJGA,BM~nM,
"'33' MONTAGNES DE"M-
et C&APELLE
LAMADE.LAÏNE
etDECARBOUH.HE.
J3!7eoj)f~f~ ~e/ï~Z C%~
<MS~M/t Z'ae-
CO~<fo&MS~NC~M<
~ïpM.
jPjr~~cjvo~~~n~nï~
Px~r~BsBatqIHe surlesEspagnols, a?.
gagnée
oBtEi~AMs.
EnlèvemeatdeptusieuM etAe
camps
huitredoutes; dedeux
prise drapeaux,
et
detentespour miltehommes.
diTt
Trente àfeu quinze
bouches cents
fu-
sils,douzeprisonniers.

EaCOLA,LlEttS,VïLARTOLY.
\P~~Î~CTVOyj~Me~~
\f<&m.Patat!IegagBëe&,Escola,Her&etTFHaT-
g,
toty,surcinquante Espagnols
nulle misen
déroute.
Enlèvement deplusieurs etde
camps
redoutes.
quatre-vingts
Deux feu.
centsbouches
Neuf mille tu~és.
ennemis

B<LASC!ÎEIDT,LoRENTSWEH.]LER. J
.D~~B A!7~r~eompMmd~n~.
MosEt &B.~3Dé&Ite
dedouKe~ceats,
hcmme~d'!a~a-g~
teriéetde~trais
centshommes
decava-
leHë,auprèsdeBIa~che~et e 0-
.Beattc~emne~~
b. -< ,~>
(53) 1,W,bw
AtM~Ea. FoRETDE &RUNNEVA]LD~ FMMttM,
antti.
prèsLuxemboutg.
Z~B~y~
JV~ ~T, }cC7KM~nC~!H~.
jPjBjMrCjHr~t~
M ot B t.s. Défaite de plus de quatre mUleennemM, t.
après un combat de sept heures.
Pri~ë de trois pièces de canon et de qua-
tre caissons.
Trente ennemis faits prMommeM.

GORGES D'OSTES.
2tf 0 F COMm<NM&ï~<.
Pv~N~M Victoire remportée a Ostét, après An 4–S.
occm~NTAMt.
combat de deux jonts.
Déroute complète de l'armée espagnoÏe.
Mille ennemis tués où blessés, grand
nombre faits prisonniers.

Ft&UtÈB.ES.
jP J o JV~ gs7ï~'<
T*TX~ T'nsede]a%r~essedeN[gùiërë9,de 7'
otHENTti-Et.'.e~nt soixante-onze bonches afen., deux
centmilliers de poudre.
La garnison de neuf mille cinq cents
hommes,prisonnière.

BE GA!t,A A<C U~Tï A AS JPETF1 À.

"Q-p- ~y- -––


Nc~jr~J~ ~}C<M?Hn<MM~HM.
7'cj!r~jm~,j
PY~)!i~t ~ata~Iè gagnée sur les ~àgnolis." t.
i eccmBttttMs. 'Tr~e~temrs~~e~~jg~
drapeanx~ d~un canon ~ct~q]~ ftisil_s i
0' t'e~ ~eî~it~~tr~~s~~ns ~<J
j iM~~n~ri~iqnan~
}'3N~tts~,e~~ trié~b~. c~erfts -i
~p'i~~i~e~ML~:f'M: yr`~ ,4
tNm&.t.M ~S- .––S
Y~-~LP~ è·>>
(54)
ÂRM~Bs. REDOUTE DE MES. 1
LIN, FRtM~M, ,i
devant an ni,
Mayence.

~~jr~x'-C'vj' ~M~r~J <~ ~M. “


CO/K/M~/ZC~Q!?!
x Enlèvement de la redoute, dite de Mer-
R~m
MosBt.t.j!devantMayence.
''Filse de quatre canons deux obusiers.
Six cents ennemis tfiés,
quatre-vingts
prisonuieM.

REDOUTES DE SAJ~BACH,
prèsMayehce.
t x~ ~M~raZ
~fo cA~
-t
MotEn.B. Enlèvement, de vive force, des yedoutes
deSalbach.
Prise de six pièces de canon et d'un
obusier.
Six cents Autrichiens /tues, deux cents.
d
prisonniers.

BpM.MEL. 0 Ii>'S:J'
etFot~SAIN.T-ANBRE.
~F À.ND ~i. Nivôss.
J9J<By\D~Z~cO/7tMC7M~n<.
N o R n. Passage du Waal les retranchemens en- y.
nenns forcés à la baïonnette..
~Prise de BoStmel, daiortSaiMt-Aadré,
et de quatre postes enviranaans~
'.<

'iG.K.~V~

jPjr<CJtP,.er~7ï~MC~
.o;
.Mt~
'Cp:*t"< .<
~eM~ ~edattIon'de~~T.tTe.
j Dix.MtfcetitspNsotmIer<,Noa~Bt?]!s
'la'gatai's~f.s~ <ry
Centb6u<~hesàfeu;sixcea;tstBË~8~i~
i. .J.,
.r
'('M)
'!1.
–––––––––––~––~–––
AnmiiEs. FORT-Ï.A-TR.T~ITÉ OU Bo~TON NiT6:6e~
-~–––- DE ROSES. ântr~

*fS~ U JF!JE T*, COM/FKïMC~

Pt~N~s PnseduFort-ta-TrtnIté,deneufbou-< 17.


ofnKNTALEe.cites à feu et de quantité de muTtttions< *<
Fuite aoctujcne de l'ean~L
'––––––-–––––––––––––––––––– –-r,
È

j& ~r ar T JE, commo~d~


NeRB. rMeedeT:eletdesIx&)rts,enlevéssous
~I,efeu]~epIusternMe.
s Trois cents canons
dix-Neuf ,dr.~j6Mix,
beaucoup demunitions. e t

HE TJ~ D E tf,

-PjrcjTZcjR~ro~e~~
·~ !f
')' tt
jr~M. prise d'Heusdenj, ds cent so~pte-treize '4.
CI¡',
t P'ècesd~câ&etcentctNq~
'depQtidrc~
Douze cents hommes de gàrnïsompH-'
sounier! sur parole. ?
j
:t. ~t -T*

UTRECNT,AB[ERSFOB.T.

~~jrc~~ejay~ ~je~

Mem. ~H~d'IIttej~d'Amers~-t,etd~nes aSt
6teb; qua~-e vingts pt&jces de caaba. ¡
PassagedeIftLeck.~
'–––~––"

&E,R.T~n~DE'-N.BER6. R

~C~~C'JK.F~0~ ~l~e~

'€ s ';t
1
f
~M«!M.. ~Pr~B'de~erM~dêmb~~ as.
W~
.dem~t~~atM~ ~ent
~de't~~st~
~L'a':gwm~M'~ grxâo~ii~x~t~sür

7;~i"
-r-

~$D~~ pt.n~

PTR~o~M Frise après t5,


de Roses~ YingE-septjou~

Red~i&on~
d'une-~aTti~

.“o't.
~i.~tS~ ru".
~t;},~
"P~,c;c~<.j
"'f'" "f~
~T

"'I: .t~ ':i;,i~ :,1~

t'
's~ '? s

F ~`
~a.~ sr~ ifi~ j-.s~
`~5~`~F~

°.
yxX~~a~, ~r~i x~>~
q~ ~.Y
S E C 0 N B T ABL E AU
DES

C A M PAC NE S
DES
F R. A N C A 1 S

Attt~B:. BEZALU. IU. VMT6sz,


« mUI.
~crc~j: ~~t~)? <~ ~fïstOK ~–'
t;OMt?KCCM<~cm~
Pr~)f<z~ Prise de BézatM;l'ennemi vint y atta-
oMBtfTAMh qnef lesf Ftan~s,~aisH fut Rtteé àla
".TetMite.. .t'

q'I:ST-EDL'A. "S~
~yCjB&7~r~<&<~MMH~
e~M~
Mem. LesEsp%gn~at~nent~c de
Cistella, sont co~pléttement t~ttns ~t
i~
tepot];s.i).és,.ceat~pnsûn~s'~Fhui~jE'ëti~s
~é~~ou ,~eM~t~nt~

~x~M'~jn~~

f" B~M~s~'Ï~S~~

~le,

f'h'
(58)-)
––~––~–M–
AnM~Ea. MUSQÙIRACHU. U. FM~AT-,
~-–-s~t. anIII.
.~f~ .BOT~ ~~r~ t~ &rM'M~.
<Sf
CJSr
jf.Z<
JO~
N'C&Mt~tK~Tï~
Pï~N~Bt ducamp
Attaque deïamontagneûe ao.
otHENTAt.Bs.
Musqutrachu;rennemitnlsenf~~pat'an-
donueSoncamp.touttenduetibu~
tes
etTets
decampement.
Centquaramteenne-
<nls
tués, faits
cinquante prisonniers
PmAtRML.
HAUTE P RS DEP0 NT0S.
.C~e2?Jt~E~!7~COTMman~/ï~.
M~M.Dixmillehommes etdouze7'
d'infanterie
,'1 cents
decavalerie
ëspaghetesattaqu~ntune
reconnaissance
~aite,
parl es du
tFoupes
campdeshauteurs
dePontos;
mais
ilssont
misendéroute.

~E~MB~UR/G~
~~T~~ ~?~7'~<~e
~fMtOTtj, J

i; S M
BR-~T
~~Prise'ae
~Ûx~~rg~~ a4."?
j Mz?s.d~~m~t~~

'p~;ao&t;q~atre .i.
.3
ljë-ïiitce
üirintë--
~is
i
~9)
AtmjSBs. L A F L Ù-V 1 A. FRAïMH-,
– amJHï.
'S'c~r~~Â~~ chef. '<–'
~J~s'~J
PTa~N~Bt Bataille de la Fluvia. Déroute de vingt- "S.
OMBNMM9. mille Espagnols qui étaient vends
attaquer un grand fourrage fait par less
dans la plaine de Saint-:F ère
~ca~~s
Pest~~r; après* dix heures de combat, ils
repassent la Fluvia en grand désordre;
douze cents ennemis tués ou blessés, beau-
coup de prisonniers, trois cents chamois
de bled rentrés le camp de Rimors.
dans

Coi< D E TERME.

S~7:J: O~X~JF~t~ ~eKerC!~ de ~tfMM/

~BTjrT-G ~jr ~.M~~K~Z


~e&n~M~~
Ai.rE: s ~Pé&ite d'un corps Nombreux dë~!p~- s.
iTAi.tB Moutais venus pour s'emparer d'Ormea.
réan;cs. &Eand nombre d'ennemis, taés ou Messéa.

>
''DE.-VA.

< ~o~c~J~.e~

i Ft~N~ PMse,du,caTap;r~anc&~ 10.


°
McmBNTtMS.sl'eura; ennemis t~
i ~onnIeM.unjdr~p~au~e~~ âe

~––“ .K '.? ~r ~.Q~ t;A.ï~ ~> _t".

1 ?. .8 Y'~ ~~r~~3~~Cl~,f
s~~
-j .H~ fY
mi'és'usq~à 7~ ~`~~t~~yt~
t
~< r°
~~S.
,I ~r~?~$~~ S.S?~?~
1 ~S.

.1.
(6o)
AtHt~za. Y. R U R S U ~1.
Y.RURSUM. Massmon,
ARMÉBS. W L
.r,
~J~J.Or, général -de Ar-M~~
bi ô an I II.
commandant.
PTt~Bs Combat d'Yrursum, où l'infanterie fran- 1$.
çaise charge et dé&it la cavalerie espa-
occtBBBTAt.Bs.
gnole cinq cents ennemis tués, deux cents
prisonniers.

D E Y B A R.
D JEN N jV géneral de ~fMM~ .#
commandant.
jT~em. Prise du camp retranché de Deybar, et s4.
de onM pièces de canon.

DUKAN60.
D~N~~jjy~ ~em~c~ de division
commandant.
f<&nt. Prise de Durango, de plusieurs magasins 95.
considérables et de onze pièces de canpn.

VICTOB.tA, BlLBAO.
~fo jv c général en chef.
D~~N~~JV~ général de division.
T~f o général de brigade.
Mem. L'ennemi forcé dans toutes ses positions,
.6 97 etao
abandonne la Biscaye et se retire derrière
l'Ebre; prise des salines, de Victoria et tte
Bilbao: grand nombre d'enneimisMtés~et
Messes. La mou~eUe déjà pai~av~~E<* v
P~nearnTe~l'ar~e~eM<~Brmiaor.
–– –––––~– '~– –<
"9~
Cn~AMP D,t_P't~ '1'
Z ~fjt y JE ~a~a~ c~s <&~MMm
cOB~cn~CM<.
At~zs e EBÏèTemMtdB&)'edaMtes de champ,di
lT~L~B.4~P~~M~
~~npM~ss; ~mrs ennemis ta~et j
blessés. :––s$- J

<; x, 3.:
(S~).)
_–––~––
An~~BO. SAïNT-BERNÔUnt.. FMCTm.
<M. !t~ anïtt.
A t. r Bs Victoire remportée sur un corps. comsi- ~–~–~
et déraMe de PIémontan grand nombre 8.
!TAt.t!ennemIstués,MessésetpriMnniers.

ONT-GENÈ.VRE.
y* général de brigade.
Idem.
Déroute de quatre mille PIémontais, ve- ~4.
nus p0ur attaquer le mont Genevre cin-
quante ennemis tués, deux cents prison-
niers.

CËRtSE.

S~Jt~y~fj! général de division,


com~w~&M&
Ment. Délaite de quinze certs Piémontais, Te- i5.
nus pour at~uerl~po&teae Cerise; plu-
sieurs ennemis tués et blessés et si~ cents
prisonniers.

PASSAGE DP RHIN.

J~~J~B~ Y
Z-JE~r~J!~ ~~<a'M.c
-6~jt-]E~~9~ ~pma~.
C'B-<0~9!
s
'*J! ~n < P~~Mie ~aMc~e~e ~9et ..o.j
Mz~ 4. lad~arm~è;~enà~ichaM~~ton~~ 1
.~M~~e~a~ perte considé-
<ame,t~tentuès,M~sés~pnsonnI~~
~aa~pH~ae~keisers~a~
soM~Ïl~de~usseîdorB'~o~~
j .'mit~enn~dt~~ cetïis'
] 'd~e~)~ là y
.He:de,~c.~p~ di~ m~llé j
'~ibj, gâtér~e, ttte
r~ 7. F
(62)

AnMJSB~ · `:5 H ENEF. FMcTtB.

~–––.–––~ ~ï~'
LjTF~B~.R~ ~fMMM~ '~–;

M~MMM~M~
S AMBRE
E Combat d'Henef et d'HaneIshom, où 97.
M E~sE. t'~nemi fut echarpé et mis en fuite prise
d'une redoute et de deux canons.tgramd
nombre de tués et
Messe& prisoi~S

Al.TENKtB.CHEN.

~JB.EN. .P
x
Z~j~~r~ },
C~ <

Mem. Combat emprise d'AltenHrchen.L'enne- 5o.


mi cômplettement battu, se retire sur la
Lahn.

v Je en s
LA A m
i~ N:
LAHN.
j~~jE~ ~e~raM~
jL~FS~R~~ ~e~fMÏo~.

M<nt. Combat sur ~aLahn; prise de I~mbourg, 5.


DIetz et Nasseau; perte coasidérable des
hussards de Saxe et de la cavaïerie des
émigrés.

~–––––,–––ê––––––––~ H 0 R. & H E T t. 0.

~NjTy~ra~~

~J~ ~M~r~

JT~LiE~ Combat sur la lrgne. de Bôr~he~to,; dé g..


faite de~uItmin~A~ cei~ts
ennemis tues, quatre ceBtspHsonnM~

l' M..
RH'IN~ -t
M osBL~E. Reddition de Manheim par eapti~ation. 4. ?

iiiiiiiIiiiiiii
~f,i~F~r~s;~<;
(~ ~),~

Attt~Bi. G AR E 1 0.O., VEKD~M.


J0 ~~<~ <& &r~K& t
CO~~CMC~M~. t
ÏTAUB. AHairede Gareslo; soixante-neufenne- 5'
mistués dix-neuf faits prisonniers.
}~~

CRECTZENACH. H. BRUMAIRE.~i'
~f~ c ~e/ïe7'<ïJ<~ J~MM~.
,SAMBnB Combatprès Creutzenach,on rennemi ao.
MB~sz. été &!rcëde repasserla Nahe; quatre
centsennemistués, cent cinquanteprison-
niers, dont six omciers et un aide-de-
campdu général CIair&it.

CHAMP DI PlETRI.
~C~N~r~~c~ L
')-MM~
C&a~X' /&~MM~.
ÏTAnz. CoM~tle Champ 26.
dl~etri; perte con-
sidéraMe de l'ennemi en tués. Messes;
jrise de cinqcents prisonniers,troispièces 1
dé canon~ et quatrecentsfusils. &
>

"L.O~N'O. FM~tm)!.
~C~B~ c~~

Ment. ~tailÏedeLoàno;dêroutedesAustr~- M
..i ~s.nuUe~ennemM.;t~~ ciù
r' -pus~ie ?'
~~ux~ët'-a!~Mnts..oa~ers~~ tôüs

~SB~ -cèùt ?
? ~'cai~t~Ë~ m
~(64).

ÂRMEEB. INTR.ÂPA ET GÀREStO. FMM'Mtj

'S'RJE~jBJî~~y~MMM~
coi~no'a!

ITALIE. Combat d'Intrapaf et de Garesto; perte 3'


considéraMe de l'ennemi en tties~ Messes
et prisonniers.

S T R 0 M B E R &.

S AMn nB L'ennemi chassé de Stromberg et de 3.


et tous ses postes; deux cents ennemis tuée
cent cinquante prisonniers.

S PI N A & D 0.

~ty~E~t~~Mer~e~tK~M~o~.
< Ï TAi.iEz. Combat de Spihardo et autres lieux 6,7et&.
quatre 'cents ennemis tués y M'essés,~
cents prisoaniers; prise de dix-neuf pièces
'dec~pn. <

C R E U T Z E N A C H.

? ~Ajy~DOïT~gien~~(~e<S~Mto~. j
S AMBRE
z Attaque et ptise de Cretttzen![cn;denx'<J
t ~?~)~~ce~~]~mm~

-j~c~ atix

Mem. 'mb~surtoute~la~t~e~daBsIeNu~ ~6.


srUc~. l'ennemi battu tous les pQir~~
~.perd~re~~Mab~
~nons~et'~at~fc~mm~;pNsaB~~M
de d~guerre.~S~
(65)
A~')~. CAIR!0.. ~~Mb
anïv
ÏTA'n'E.Reco'ai~àn€e~t~re
ennemis les'SSS
~ers.jRatF~ iB.
'ostes sontct~lbuté~. {!
–––––––––––––––––~ .–––––––––––
/Vo"L'T'B.'Tr.)-.
7jSJtrOjy~~ '&~tgM~B~ 1,
~< eo~~jQ! .i~
Mem. AN'aIre de~ol~r~belle défense
d'âme ao.
bngàde contre
républicaine dix-neuf
miHe
¡
'tnchi&n~i.
len&;¡'" 'l, .t ~i
.trlC
<t
–––––- 'L. .–––––
-M'.0';N.T.E.fZ.tM~0.90.M/i

~> C07~man<M!n<. i
Mem.~ Attaque deMontetezinte,
de,jaredoute a,
i)d6Md~~i~~ra~fÏ'~
-t~tse~ep~t~s ;t.
o'u..bleMés.. .r:

–––1 .A~a~- ––~


t'; ~N-N'j'.t~M~
i M!MJ Ba;atUede~Mpn)~ e0 sS. S
.mi~e:ho~i!~ ;j
'Hso~~:~t:ti~!t)~
aa"fs,ej.3<Rs~')t<~

j .< -6*s'itt*)~~ .t.–-<

t
(66)

A&ttiiB~. M LES
Mtt.t.BSïMO. GzMMMt,
1 1\1
anïV.
jTc~~fp~~x'jB~ général en c~e~ '<
ttAt-tz. Bataille de Millesimo, gagnée sur les
Austro-Sardes; deux mille cinq cents
ennemis tués ou blessés, huit mille pri-
sonniers; prise de vingt-neuf canons et
s quinzedrapeaux.

B~EGO.

Nojv~r~~îa'jTj.te~~
~<N~J)?JV~) ~n~'O~t~~MMM.
Mem.
j CotnbM de Dego~ déroute de'l'ennemi;
six
cents ennen~s~uésqnliesses ~qu~tor~e
cents&titspnaonmers.
C'

r
.A~Lt~J~BARWïp~
y 4- c ~/i~ra~ <& &rtga~,
COMMMM<&M<.
~em. C&mtatet~Me~'de~Snt-~ean,"d~s "a6.'
1 IaTaIMeaëlitBa~m!a~~r~dede~s
!?'P'B''<?<
i guerre.
a––––– ~mi~i'n ,t.\t.l
.y' 'i.)~. 'e- V;?. '<
BATtSOI.OetBACNOSCO. L
-<t'o.n.f.;).'r'J.' ;')!€oj'ii'cS .~n\J;1.
17
t'3pf''s.)-t'L:cas~Ms~~ r:J,
1-'(t:;¡.)-¡l.d"¥~J.(.i;b}~Ji~Jl i 1
Ii, "1-
~së-ue~t~tdT~ ~11de j
Pomtenocetto, avec soixante pHso~rs t

'1W
&.R~8-j~ ,(),
,f ;X^·®
~·g,
1 i
0 l,
'tt~a~ ~t~M
f -M~L

t~M~M~~
Pnse des redoutes de
Jr~nt.~ Mantez~
~<~ 'V .if¡
( 3
~–jMMM.SM..

MA'n' CBVA. GrnMM~


S-~–~–~ ~l'V.
~~CNXB~t? ~s~?~ ~MM~. "–
Jb~~jfaT, ~T~raMa?
J~M~~p~ <&'&r~a~c.
PrMe du camp retranché ët de la vitle a?.
de Ceva.

o N D 0 V ï.

BoN~r~mr~~ ~eMer~ c%~


~<!ent. Combat et prise de la ville de MpmdpTt; 3.
Snqcenteenneans tués, tre!ze cents ta~ta
trisQnmers, dont trois omc!er9 généraux
et quatre colonels piémontaM; prise de
onze drapeaux, huit bouches & feu et
quinze caissons.

.B;N~ t, ,=

S~A~C~<~<RW!M'
~MMMM~M~.
Me~. S.
Entrée des Français danslaTiUede~e~e.

FostANO, CàZRAMOet D'A~.B~

~M~~M~ ~~M~
i
> 'M- .f K
~.M~
Mem. Prise de F<tssaBO,d~Ç~~ x <.
et de vingt-huit pièces d~ canon ~fnrec des
=r~
'B~aMM~&Nsidera~~

t
'Hem~°~ ~'de ~~r-
j
~da!gne.. ~<
~M~M~[~?& b

~r~
~bM. F ~Ktr~d~~a~t~
Ceva'<G~
t.f.
~.M.M.t..s~ o~
'––––––––––––~––
(68) -M" .U~
`

AnM~EB.
RU iis. T o0 R,R T 0O N N E.
E., Fi.oMiM-,
au au 1 IV.
V.

Entrée
Entrée des .dans
dans la ville de
iL 3, à
iTALtB. rrànçais
Français ~g

Tortonne.

PLAISANCE.

Idem. Reconnaissance faite sur la rive du Pô0 18-


vers Plaisance prise de cinq bateaux où
se trouvent cinq cents autrichiens, beau-
coup de riz, et la pharmacie de l'armée.

PASSAGE DU P6 COMBAT DE FoMBIp.

~J~Mf~cjVB/g~r~ e~ brigade.
'1..
z~j<&

Idem. Passage du Pô par t'avant-garde repu- t9.


jlicame, et combat de Fombio; rennenu,
fort de huit miHe hommes
d'infanterie,
deux mille de cavalerie, de vingt canons,
fortement retranché dans le village, est
mis en fuite et poursuivi jusqu'à l'Adda,
avec perte de cinq cents tués, cent cin-
quante prisonniers .trois cents chevaux,
et beaucoup de bagages.

'CA~S'A'.t..E.'

FF
~7~'<njMe<~f
Z~j*<
jBjFXTjervjBA~ )
t~'Ki~Ht.
l'- 3-"
Mem. Les Autricluéns ~f;j~<f;'7_
attaquent, pr~ de C~
'c'-
90.
dogno, la division Laha~e, et sont ~ïg
'Treusemënt repousses par les rép~
[ui s'empaTënt'deËMale!,{j[eur prennent
cinquante hommes prisonniers, et beaB-
coupjlebagages~ w

~––––––––-t-––––
T~em. Inclusion ne l'armi~ce~a~~ 20.
de-Parme.
t "")
x –L.=~
AttM~BB. L 0 D T. ?M~t.,
L
~oy~p~Ry~a~e~cA~ '–~–~
.t'-
iTALt~. BataIHe de Lody; passage du pont, de- ~i l
fendu paf l'armée e~èrede~eàMÏieu;
trois in!lle ennemis t~és ou Messes, huit
cents prisonniers et prise~dè vm~tpièces
decanon. °

~M ï*Ï~Ï~SITONEetG;RiMONE. f

~oNr~r~~T~e~
H~m. P"ssdePizz!ghitone;tro!scents hommes aa.
de garnison faits prisonniers de
gnerre
prisedecinq canona debronzeet de piu-
Steurs magasins; entrée des Français dans
Crémone.

M'nt. ConciNStondelapaixave~ieroIdt: aS.


Sarda!gne.

¡
MlLA~PAVIEetC&ME. G~~ï~l~
Ment. LesFrançâ!occupentMtlan,~PayIeet a8.
Corne, ou ils ont trotta des magasins <
imm'ënse's.

Mem. Conclusiott d~erarmMticeafvéc le daëde


'Modène. i.

']B-A:6~.N.A.S.C;~0.o.

~Z~aj~e/o~
/C<9't'
Mem. HuitceN~M~m~é~in~
Bagnasco, son~M,~n~ Fent;dés
~nrs'tués,;Ije.TiUage~r&Ïé.

t. '?~; "M' '.x~a e ,2 3 <


(70)
ARM~o. P A t E. F~iM~,
anIV.
~CN~r~~rjE~~enera~~cAe/I ~–~–~

1T Y.n. Révolte de Pavie; les portes de la ville y.


sont enfoncées à coups de haches par les
grenadiers répuNicatns, grand nombre de
rebcUestués.

Bo&ftK&'rTo.

Bo.cf~Jp~x'r~, ~M~r<~ <? e~


~ft~yj. Y ~M~ratMf~
C~m~~M~jf 3 ~(M~f, t
Ment. Défaite de cmqa~HeAutrIcm!eNs, dont ~t.
deti~mmedec~Tt~frie~aYecviNgtpièces
de canon, atiteqneoet chargét à Borghetto
passage du Minc!o par les grenadiers; prise
du village de VaUeggIo fuite de l'ennemi,
quinze cents des siens tués on blessés;
prise de cinq cents chevaux, quatre canon
ethuit caissons.

Nï~ER-D~ZBAGN et ~A~NeBACH.

~D~MïOK C~~JX~~ÛJfJf~T.

r,
SAtt~RB A minuit un quart, les RépnNicaats M.
MB~sE. s'emparent des avant-postes situés en aYant
deNider-Diebach, et dans !e jour, forcent
l'ennemi d'ahandonner jtagwge de Map-
nebach grand nombre d~ennëmts tués et
blessés, plusieurs pHaestueM.

'P'E''S'C'-H~Ï~'BN.A. e.

.~F~jE~y~s~*<&~tt'~M)~~
<OMMM~?M~<.
ÏTAME. Prisedela~tteressedePëschiera, ;tS.
avec quatre-~Ylmgt pièces de cactin et ?
cent prisonniers.
L. -i~ J'['[.
(7~)
Â-tt'it<s*. L.À St~EG. PWM-.
aniy.
~B~ ~t&eK~MMn.~bom-'–
mo[~6Xa!<8c&'o~e<&r/M~,
j&E~~JtB~ ) ~~nïMiC'~
~C'0~iy\0~ C~M~MMM.
SttmB à, Attaque_des,retranchemens
delaSieg
MB~'ez. Acher; l'ennemi ettattu
cha~é
r millequatre
surtouslespb!nt~de~x
centsennemi dontmille
tuésouMesses
j~ fiutspris&MnieM.-

M~. 'Ts'0"'N'Tt~S< {s
m. .n"t'M".'<" f
M' Jjojr~r~jtTjs'~M'tK
--t5.
t~––Entrée des-FraneMSttens~VéfonHe~–

~A~N~ ¡, ¡
~'– ,f r~z~if~t~M~ ¡

i.4~,<~
'tjn.t.fL.sa~~ a E
mtafBn~
BatMned'AItenktrct[en,rettBe~u~us
nombre
M~« ¡ *°déroute; gN!id a
detues~r~M
*t'"mnïe:~r!8~p)~ ?'
~eau~~t'd~Mae~t~i~y~
desmaga~n~ f
caistomaet.d'~qntpàges~
tÇ'' '} ~H,.j~

.K' 'M~e, t;
(7~)
N~J!jaj.<<L -––-M-.M~BjjaajJjJ
Antt~tt. FAUBOURG DE MANTOUE. ?'W~i-.
~Y.J
~t~e~~jT~D~~ ~M6r~ t~M'Mto~~ ~–~–~
COWMKïM~

ÏTAHB E. Prise du faubourg de Chériale, de ses t6.


retranchemens et de la tour; 1'ettnem!
~orcé à se retirer dans la place.

r_.
~<ÏBM. Conclusion de l'armistice avec le roi de 17.
Naples. f

FORT DE FUENTES~

Mem. Une colonne.~Tt~nsai~e, dirigée sur ~le ty.


[ac de Como enlève et détruit le fort de
fuentes,

DïERDOFF,MoNTABAU&etBENDOR?F.

~Vs~OM~M~OM~r~COMMMt/M&ï~.
SAMBRzJI"
PrIsedeDîerdoTetd~'N'~a~
ME~SB. 'WS'?f~T~°~P'
i de deux cents quintaux de fanne, mi~le
saë~ d'avoine, cent ~nqBamtemNté~-atiqns
dç pain, et di%tnille deux cents bottes
r:~e%n. -–––––– i.<~
',?- !t.t. !a..?a 3
~< ttuft.
,:I-{
WE:'t ~.B~Os<K-G.?"f"
f. ,M't'<t'K'tM
~y~<&&r~eom~
f~?t. –BrIsede~eIlnont~e~e~n.<t!MtM!aMt~a: ~S~J
sins considérables en fourrage et avoine'
-M?~ -X Ci ~S~A~'
..&U S _j
~–
~AY~Ë~~A'E~
¡
.&
-~)~
K'HiHi' ~n'e~~ate~aM~- ;<t.~
a
Mo~ }'staaN,d~)P§p~e~o~B~a~i!M
°~ cents prisitnnïS- '<6~ta~
.t f7~
ARMEES. NA_&SA U. PRAM.IÀt,
`·oy, an IY.
~N'OTT~~ ~M~a7 /7M~M' '~–
CO~tMMTK~Q!
S A MB R B Six compagnies de grenadiers s'emparent ~6.
MB csE. de Nassau la légion de Rohan a perdu
soixante-dix hommes tués, soixante-deux
blessés, et douze prisonniers.

MUTTERSTATT.

7~0 B général en chef.


R n m N Les retranchemens des Autrichiens ibrcés a6.
M o s B1.1.z. entre Fraiickenthal et le Rehut sept cents
ennemis tués ou blessés, deux cents
pri-
sonniers.

W E T Z L A R.

Z~~E~r~~ général de division.

~fCJ?~7~~ général de &r~Z(.


SAKBRBmm Combat près de les ennemis
Wetzlar 37.
MB*usE. ~cés de repasser la Dillë. grand nombre
d'ennemis tués dont urne division de cui-
rassiers presque en totalité.

REGGM, BOLOGNE et FORT URBAIN. MEM~~

~o~~r~jtT~~ ~~ra~ e7t c~

~~cjs'A~~y~ ) ~m~Mr e~
~f~~Of~, division.
ÏTAi.iB. Entrée des Français dans Reggio et Bo-
~ogné,%ù Us font prisonniers quatre cents
soldats du pape, avec le cardIna~Ïégat;
prise de quatre drapeaux et cinquante ça-
nons reddition du~ibrtUrttain et de trois
cents homimes des garnison, pns~ dedh-
quante~:anons,clmqm][lle fusils, cinq mille
livres de poudre, etdMmagais!ns;<~cii-
p'si~ôm:a~Fe~râre'et-d~n~ëMt'ëaH't avec
te~?q~la~)e~e~eamo?~ -i~it
pns&nnier.. -f;< ~j

K.
(74)
AnM~Bs. Jt~S~ FS~ de ~fMtO~. Mzssmon,
/'S antV.
C077:KtO!Kt)Mi~.

t TA
L i E. Les Français attaquant les avant-postes 3.
de Beaulieu, les mettent en déroute; qua-
rante ennemis tués cinquante prisonniers.

Idem. Conclusion de l'armistice avec le pape. 5.

KEHt.
~o r ~~ro!~ en c~e~
R atN Passage du Rhin, près Strasbourg; prise 6.
}1 du ~°*
Moeta B 1.1. B. fortt de
dé Kehl perte considérable de
'ennemi huit cents des siens faits prison-
niers enlèvement de seize canons et de
deux mille fusils.

W t ;E. S T E T T.

.~fo.R~cr., général en c/5~

-D~N~~jE~~T~~eXe~MM~.
.Me~ Prise de Wilstett cent cinquante cui- y.
rassiers faits prisonniers; prise de~oixante
chevaux et une pièce de canon,

? OFFBm: BOUR<&.
Z? X ~/t~Ct~ de division
ee~UKSMtXa!

Ment. Prise d'OSembonrg; deux cents ettnemis ` 8.


deux cen~prisonniers pE~s dé de~uc
aleee~ de canon.

A,~?'E~
~~Bc~~y~ <M~~aM~Merot~
commandant.
:v
Mem. L'e~P<s~d'Appen~~lH~ ~ec 9.
P~toc~ns:d~]~e~ués~t~e~é~~
j1 cinquante prisonniers et cent ~.hs~a~b~ ~` s
e =:
'?3J. ..·
<<tt~~<<t<<<~Mte<)t.f-~t<ttt!<

AttxëB6. U R T~~ T 2'


F B N. MB3Stnot,
"c
~y
6' .4 .l
7 ft~)S'k- t1
c- $? .4 ZIf
11 enéràl
jy~ r., ~~<~ <&
de s–
ce~~Mt/M&ti~.
i&~Fa~
'° L'emnemI repoussé 9-
RBtn d'UrtafFen cept
tlot L ILB tûmme~ laits pns&nniers.

L X'1'"
V 0 TT R NE.
J~< C'~PJT~ ~7t~ de tSM~O~

ÏTAne. Entrée des FTançâîs dans HYantne; prise –


g.
~e dix tnilHoNS d~ m~reh&ndi$es apparte-
nantes auk Anglais.

R Ë N C tï E N.

J~f 0 A g~~M!~ chef.

J~fX~~n~aJ~e~fMto~.
~fJB-<$~N~~J~J?~ l~e

&rtgŒ
Rnn) x. pataille de Renchen; perte énorme de 10.
et en tués et blesses, douze cents
'ennenti
'05.L~II. trisonn!ërs; pi8cës de
neuf pièces
prise de neuf de c&Non
c~non
E
etdesïX~ëntscItevaux.

~[~ 1 L ~~N.~

jPjs~r~.tfo~ 1
~~eF'a/Mtoït.
tTAi.i$. Capitulation du château d~Milah; la M.
garnison d%dt!U~!aiHe huit cents hotnm~Bs
set~jt~pri~n~ière dt~uerTe~~r.Ise de
cent cinquante bouches feu, de~ cents
miîltëfs de pottdre, cinq ~itie~
-––-–– –~ "J'
.e-
~K~~ ?
de Ifnt~is; t4. ?'
RNt<i'
dt quatrc
~p)~~n~eao'ftt~~
.ce~p~aniers~~ ~le~ls r-:
canoms.i ,j~
(76)'
A RM E Bs. NBUWÏED. B. MESsino~,
an IV. ¡,
~r,
yb~jrr~y~ ~7K3y~ 'j_- S
C'a~pjro~w~y~ ~<]!M.ce~
jSjS~N~~Oï ï'jE J ~fMtOT~.
S A MBR B Passage du Rhin près Neuwied;'prise de i4.
ME~sE. ['lusieurs redoutes armées; grand nombre
d'ennemi tués et blessés, sept cent quatre-
vingt prisonniers, dont vingt cavaliers
montés prise~e trente voitures d'équi-
pages le général autrichien et ïes deux
princes de Rohan, émigrés, n'ont que le ¡
tems de se sauver, et perdent leurs équi- f

pages.

WIL.LERDORFT.

LjEjFjErHBj. général de division


commandant.

Idem. Combat près WIIlerdorS'; grand nombre


d'ennemis tués, sept cents faits prisonniers.

Oss, BADBN et FREUDENSTATT.

~.E~JX~ ~~rO!M~~e<~fM.
S~INT-Cf~ J C07H7Mù!K~a7M.

RstN N Combat de Qss; attaque et priss de 16.


Baden et Freudenstatt perte considérable
M~~T
M'~B r.13.
E
de l'ennemi en tués et blessés, trois cents
prisonniers.

RASTADT.

~OJï.E~e~
J~.E~~jr~j ~~raMX~
'S~~j~Cjr~ <~fMM~.

Mem. Bataille de Rastadt perte énorme de


l'ennemi sur le champ de bataille; il est
chassé de ]~upenheim,tet contraint de
repasser lai.~urg, six cents autrtchjtjHM
faits ppMOBBijpM~pTiac de tïois pièces ~a
canon.$:'
~77')

AHM]:BS. B E t, 0 NE. MEMtBM,


.1
~f~ ''fIt f -7 7 7. an IV.
général de, division.
Jo B B Jt T, ~~n~Z &rtgïM~.
1 AL1.1z. Enlèvement la baïonnette des retran- '7.
chemens autrichiens, entre la tête du lac
de Garda et l'Adige et de la position
de Belone quatre cents enmtCtM tués
deux cent soixante-dix faits prisonniers i
prise de quatre cents tîntes.

L u & o.
jPo!jDj~.t:~ chef de &~<M~~
COT~mo~t~Z~.
Idem. Plusieurs milliers de paysans révoltés t8.
sont attaqués. au village de Lugo par
un bataillon et mis en déroute grand
nombre de révoltés tués.

LIMBOUR& )Bt RrNKEl..

~JV~BOTT~ /) ~~HM? de
C~r~Mr~ojfjv~r~J
,CH,împioNNET,) JtfMîo/ï,
JJrdivisione
S A MB R B Combat devant LImbSurg l'ennemi ig.
ME~iE. poursuivi jusques dans la ville attaqus
et prise de ~unkel; grand nombre d'en-
nemis tués, quatre-vingt prisonniers.
–––––––––-–––'
~L A L/A~
~o'r~jD~jv~~gK~c~e~
Passage de la Lahn marche de l'armée 21.
sur Francfort et
––––––.–––– Mayence.

E~ASTATT, GuERSBACH et DoC~ACH.


°
~X ~~r.
N~- Cyj: coMM~
R~i tf: ~~at en avant ~eRa~ta~ la a~
t ans la
etatt" e~ ;adâns
gojrge
Mo~t.t'B.~ae~en.a~anttde
oi'.cé.desetettrèr-derrier~o
'mb~Bna~B~~ =~a s~~
cents prisonniers, UNcân~~

~b _g_~ù '<
(78)
A RM)! e a. BUTZBACH y OBERMEI, ÇAMBER& MBMipeà
~––~ Ct FRIEDBERG.
~1~
j?
g~M~ de
C~
Z~F~T!~
C- f

S A MBR B Combat en ava&t de Butzbach, d'Oser- 2t et aa.


mel et de Camberg prise de Priedberg
MsvaE.
l'ennemi mis en fuite avec perte de
quinze cents ~hommes tués ou Messes,
cinq cents prisonniers, trois canons, un
drapeau et trois mille quintaux de
'arine.

ETTLIN6EN, DpM.ACH et CAXLSR~H.

~MTo JK E Jf y ~/M~ c%C~


R Hi K L'ennemi chassé d'Ettlirigen Durlach sa-
M o <~ i. B. et Carisruh seize cents ennemis tués et
autant de prisonniers.

H A S L A C K et H A TT S S E N.
l
Yo~~r~ général <& &M~~
CO/~TMayU~Q!

~Mt. Prise à la baïonnette des postes d'Has- <6.


[ach~et de Haussen après la plus vive
résistance; grand nombre d'ennemis tués,
deux cents prisonniers et deux pièces de
canon.

'––––:––––––––~–––––––––––––
.[ A. N.f 0 C E,

~OHjSXZ~/ de'
~t~
Ji~Mo~.
.Z?~tLLrs~c.atc~r,8, 3 cdiviâion.,
jO~c~j!~
ï T'A ME. Quatre. Mille ei&q cents âutricMensd~
kg~nisonde Màntoue&ntMne sottie,
et sont B~pouM~s ~qu'aux
¡:.< palissade~
~~c~u~3~mti~~j~QmmB~~&4es~
blessés.
E"·
(79~
Atm~Bs. F R A N C T 0 & T. MEssMon,
v.y. I V.
K J~J!
L B~s BjR ~rénér~tl de
~t ? ~~7* C~ au
<KfMtp7!.
g
Prise de Francfort et de cent soixante- a8.
MBc z. onze canons de bronze cinq mille fusils,
quinze miUe cartouches à fusil dix-neuf
cents livres de poudre.

A L r E R S B A C H.
~~f w jtf j!f JB, g~~raZ de &r~o!~
commandant.
Idem. Attaque et prise du poste d'AIpers- ~9'
bach l'ennemi taillé en pièces, deux
cents prisonniers.

R a Et NF E ~B N.
Z cA~* <~ &r~<M~.
JMeM). Attaque ~t déroute de tous le3 postes ag.
ennemis entre le Necker et la EI;nche
grand nombre d'ennemis tues ou blessés,
trois cents prisonniers, six caissons qua-
rante chevaux.
.PBise de RhemMden, Sectingen et de
toutte~nckt~~o~s'empaTedebeau-
ï coup de vivres et de quetquescamons.
~-–––––~

'o~a~ ~vw~-..Y~
ït.
Mem. Rëco~aissance mllltaite~ p,lr les aa.
~)'ançals sur la route d'A~cn~Se~Sourg ç
? ~rtse de quatre cent c~qùante sacs de
farine etdeuxnuUe M~'avolne,etdu
~ê~Kement qui gardait W

,'?-M~T~
.P~~X~
~[~llt i11~R >n~I~e

~-T~tf')Sà ~`' .~s,- "–3,~


~.cnteas~~us~B~~oue~~so~t~~
(8o)

AKM~ES. jusques sous les murs de la place; pen- Mmsicon,


s. «o dant ce tems les Français mettent le ieu an ÏV.
ITAUB. en cinq endroits dans la ville, et ouvrent
la tranchée, à cinquante toises des on-
vrages avancés.

S'fUTT&ARD.
~f 0 R ~g~ya~ en cA~

~jVr-Cy~eKcy'&T't.mMXe.
F
KH!Hrr Entrée desFra.içais duns Stuttgard 30.
Mo s~L1.1. combat opiniâtre à Bchingf n; les Français
maîtres de toute la rive gauche du Necker
huit cents ennemis tant tués que blessés
trois, cents prisonniers.

ScHWI NT ÙR T. TBMMm.

Co~~r~ général de ~~MK?~~


S t MB RE commandant.

M~sE. Prise de Schwinfurt. 4.

WtTRTZB OU H~. f~

jV ~M~û!~ ~e &r~<~a~.
Idem. Capitulation de la ville et citadelle de 6.
Wurtzbourg deux mIHe hommes d'In- J
&nterle et trois cents de cavalenë Faits
prM&nnIer& de guerre prise de trois cent
huit bouches a feu soixante-douze
m))l-
hors de poudre, deux cent vingt-quafre
tMlle cinq cent vingt-trois cartouches à
fusil. J

F 0 & T D E K m N 1 & S 1 E 1 N. ?!

j~f~ C.E J<F~ g~m~~ & division.


M~m. Capitulation du fort a~ Kœnigstein six g
cents hommes, faits prisonniers prise de
4, cent soixàmte-onze canons des mumtitUls
de guerre,, et ~es vivres pour sUËmpis i3
desiége. ,<
,(.8~.

ARM zt. M AY E NC E. TnBtfittn.


~f~ C.E~P~ t& &~ï0~~
i ~cbm~aM~
a~DtB&]t Sortibde~agàrhiso~dëMayence;ren-n.
MB~a
EliSt. vigôurëttsiëinent
B~iousséavecperte
de beaucoup'd'hoùnmestuéset de cin-
quanteprisonniersdeguerre.
S A ï.'0.
<SoK~r~r~t~&7'~<M~.
1TA1.1!E. Défaitedes Autrichiens à Sald prise ~5.
de deuxcanonset deuxdrapeaux, etde
deuxcentsprisonniersle généralGmieux
~uiy étâît cerné'depuisquarante Kuit
iteuressanspain, aprèsavoirTaitla pttts
belledépense,est ~nvr~.
LONADO. o.
2?~B3f~CJSrE~<&&tgïM~~
COMm~~M~c~. < J
Ment. t'ennenu tattù a ~onado, perdisix tZ.
cents hontes'tu~s~W Messes,et~Ix
¡six
;!Geattt,pri~mH~je!PSK'n; <'

~~cr~o~
'de
Ment. Reprise'd~sc~metfde tousles ma- t4.
et-malades t
qu'ony avait
jEc~n~aÎA.
't"gasins
lais.sés. -i 4;

K.N.S~O.-? T ~J

SAMBi.?~~ e-
et .neufpieiMs~écaaoa~ luequitre &ï
p~ou~e<
~ol-ï,w

(8a)

AtM~Es. H El DENHE IM. TmMtm.


an IV.
S~f~JTT- CT~ général ~fMtO~ s, antV.
coKï/Ma!/K&ïM<.
Rat M Prise du poste de Heidenh,eim.; trois 16.
Mos~t-i-E. cents enaernis faits prisonniers; prise de
cinquante voitures d'ambulance et de
trois mille niatelas.

SALO, LotïADO et CASTICHONE.

~oy~r~~y~yaZe7ïeA<?/:
3f~NNBjV~~ ~~y~MX
Ï7 C N r., division,

lTA!.tE. DéfaitecompIetedesAutrïchiehs;repmse 16.


de Salo, Lonado et CastIgYlone; trois nulle
ennemis tués ou Messes quatre mille pri-
sonniers vingt canons et trois drapeaux
pris.

'O~ETO.

jN~E~j~f~.
..(t.')'<J..t!.l,fi; eK~MeXat~K~r~,
.P- .J-
.i .rs.
Jdem. Deux bataillons ènmemïaBNsen déroute; ty.
pNse~e~aint-Ozetô.
~.––,–––– L

~?~o.~
2)~ ~M~r~~ c~ &a~~
.~eo~a~m~ '=-:~1~i
/t,“)'
Mem. ?n bataHIom &ançSs ~arcite L
sut~ ty.
~ardo, culbuté les ènnemts, fMt'beanGoup
deprIso~Mers; ést~Maë'ÏM~ 'ttiui' ®t
se fait jour aVec~9es%&ïo&metSs.<

/A'A.

i 'S~jH~A'M~

~JMen! He~e'd.'Mne~~Rne~nnemlea~ ,`s7


dix-huit cents Itbmmes faits î
prison~niërs~ ~i
.j_ ~f'f.M.
~c~S~
.cm.

ARttizs. L 0 N A D 0. ÏBNUun.
AlI ah~V.
J9ojy~r~~rj?~~Kera~eM.cA~ '–
tWMM~M&M~
lT~tz. QttatremHIe AutTicMens, a~e delà1a i~
caTaterieetderartIUerie, vienneat som-
mer Lonado de se rendre; le géméral en
chef s'y trouve et quoique n'ayant que
douze cents hommes, il fait mettre bas les
armesà!'enhemL

BAMBBRC.
{ G~rj~M/T.o~~MK~
<mM~~M~

S AMBn B Prise de Bamberg et de dix-huit mitle ty.


Ms~sB. ~et~amagasin~OBSt4
:f deraMo,d'avome. :4

CASTI&Ë't'ÛNB;~tY-I.A"'C'&t]Ë'8A.i

~OJV~Jt~g-°.c7~;
r
'N.M~––
~tM~R~ r

~$~
~Ij t n'tE. ~L'armée/de.up~er~pQs~e~emtr.e:~ "'g"
t' ~tUa~e~&~oliennQ~-Ia~~î~ erz
~.déroute ètpouM.p,endaai;~o~~ ~e euéxâ;:
~deuxtHtHe ësi~~iMu~ou~nsoB~~ S,.
èk de ce~its~t~
.as<

~[~ T t~ gercéral en ~cl~ ~.–;

-tf"
;r~
~84)
ÂRtf~E~- ALTENDORFF.y. tttnnMto.
~J!jR~J?r~~j ~M~~<&<MM7Z~«
COiTN7M!KûXQ!M/.
SAMBRE Combat grandnombre19.
d'-Altendorff
U&E-d'ennemis
MB~sE. tués,centsoixante
faitsprisonniers.
hommes

VixONsNZ.
~N~y~/ T g~MMMx<& L
~~CB~~P;~ ~~MM~.
1TAnE. LesFrançaisreprennen~I~uf~
a~c~Bnpep
fontquatre
positions, <~ents
prisonnieM,
1
etprennent
septcanons, leMincio~
passent
arrivent
a;dixheuTe~du'soir
à Véronne,
Ee&se
qui, d'ouvrir
sesporteseHesson~
enfoncéescoupsdecanon,etony fait
troiscents,
prispnniers.

N'E.B.ES.Bt.I.M.
~ORB~
de at,
NN L'enmemjt&tta~é~danssapositiqnde
Rut!!
L estmis%'nfuitequatre
Neresheim,
MosEt.i.z. ce'T
f ctnquanteprtsomtters..

Ï~tB~, j.
JF~rBXK~Î~~ë~
maMc!aM<
e~cAë~~
~armtenat.
6 'ZBF~J%JE~' ~j~a!MrcXB t
t~P' 'J'M'iCOn.
!StMBRB 9~
~?~ tu
F. Messe~ou~K~n~~
de'sQ.i:~t~Spi'eces"defcaNonet'qu&â~
(~).
AttHliBS. M A– N T 0 U B. TMMHD.
'tf
j Z,~f~~mpjEX'Tjc~~/ze~a< c'ejpr~ïKte.
1 TALt z. Las Françats repr~u~ut l~ra, ppsMons s5.
devant MantOÙe s'emparent de quelques
coaYQM,etfbntdeeprisoomte~-s.
–––––
~––––––––~––,––––––=––.––
I~A ÇARONA/ M'ONTEBALDO'
6tPR~AB;qLO.
~aBr~MMi~.
J~M. et&MQB- 34.
I<'eNji~ml,a.tt&qné-à.Ja.Caron9
tebaido les Français s'emparent de ces
postes et de Préabolo quatre cents pn-
~9WMSj)~tqan<qns,.

ÏI E 1 D E N B~E 1 M.
JM~ON~efo~~c~
tS'~fjvap-e~t~.aHa~~
~J?N~j[,X~ J~ ,MM~.
RHïn ·
Bataille de Heiden&eim;apr~~tix-sept
Mof?t.i.E. ~cs de combat~ ~nn~M&it sa retraite
derrière la YerMtz~sept m~lle ennemis
~s.ouM~p~o~

~r;&
.yxp~ en ~~ie~

!StttzK~ ï~ Prisedn&rtde~oth~ber~et~
MB~B.i q~ ~e.-ceri~-
f Cinquante tonnesde.&urtàe.

t' B.B.E&NT'Z..
~yi ?.. ~o~g~r~ `di~zsaon
~ei~a~ ''r~a'~de
~,Rm. ~~ïir~é'd~runçai~r~s'~é pri /.a4.

!M. ~~t,ts~ ~p, ~`~5~

~1~18 ~l~e Gi~~


~t vr .s!!
(~) ,)
AttM~BS.RpquEJi DANFONCE. THEBtttn.
NojR~y~ ~M~r~MM?~
'S~~jya'-Zff~B~j&a!&.
ÏTAHE.L'ennemiestforcé
àlaRoqueDamfbnce sg.
età Lodron.
Bonnombre detués,onze
centsprisonniers,
sixcanons
jBt
desba-
gages.Uneautrecolonne
passe
rAdige, j~
¿.
poussel'ennemi
surRovëredo, et fait
quelques deprisonniers.
centaines

NEUMAR.s..
~~?'a~<&<M~MMK)]%~
2?.E~V.~DO;ry~
COMMOn~O!
.SAMBitB dequel- 98.
PrisedeTJèumark;ehlÈYement
ME~\E.ques
prisonniers chevamE.
etplusieurs
(-–'––––- '–––~––-<-–––~–'––––––––
SuLZBACH,PofER& etLEINrELD.
VP~cA~j~~
qu estré~- 5o.
l'ennemi,
Me~ Attaquefaitépar
poussé deM~u~enrd;ëSu~
etchassé 'h,
es.
apFes.unëomIba~dMpluso~~
X CppbatdePopeB~et~tafe~ r~p
~R~~t~~puzet~
? repoussé
jusqu'~Amberg; déCas~
prise
douze'cents'enn'êmi:s~uëa~u'.b~
j.ceNtsprIsomuj~
s Rttut Conclusion
dutratté4e~at~~vM~3o.

,1,
~S.. p br~, sa: .rl
~j, le~G~~a.
(§7)

AtHt~BO. GoVERNOLOetBoRCOTOJLTE.
~~j~t7c~T., g~~ro~ ~~fM!OM. <!
IT~ME. pr;sedeBorgofbï'teet de Govermolo,?'
aprèsunevivecanonnade;cinqcantsemne-
m!stuésou blessés.

PASSA&EDcLECH,F&I]EDBB&&.
~foJKjE~tr~ e~ C~~
RBitf Combat deFriedbergetpassageduLech 7'
Mo~t-tB.à-lanage,parlesFrançaisl'ennemi ~-e-
tousséet misen déroute;grandnombre
f ennemistuésoublessés,seizecentsfa!~ :M
prisedevingtcanoms,et
prisonniers; deux
drapeaux.. <

Mem; Conclusion le
dutraite de?paix-avec t3.
de Baden.
margrave

lN&.o.'t.ST'A.Dr,:et-F~iNi&.
~fojt~~g~Me~e~j~ if.

t.t~jB~o~r~~

'i'ihgolstadt~'ttsqM~Fr€s!
tousles~o;ë~
ou'Me&s-ésfy-~ots't~~a
~pN~~de'cent~si~che~~
:-) un caisson. M'

~.L~&
S'oy~ den,,
eh
~,88)
A~M~Bs. Hgnës et postes de Pi'ê~e'et Hbvéredo se FàccTiBo~j
!< rëtireauchâteaudeIaPiétra, oùilest'force an~V- '1
t T A n B. et mis en fuite grand nombre d'ennemM
tués ou blessés, sixaseptrniHeprisonniërs;
prise de vingt-cinq pièces de canon, din-
quante caissons et de sept drapeaux..

B R Ù S C H A I. L.

S c s ~~ero!7 & &r~s<&.


JR~Af~j~ C!O~M<&)!7î<e/a~
Ra i H l,es garnisons de PMlisboufg -et HTan-; jS.
Motion-. he!4n avec quatre mHl~ ~aysâas a~rmes
ayaht'résolu d'attaque!' 'le oaimp Ïratt~atS de
Bruschall, furent deYancées, 'Httaqu~ et t
repousséeisyusques sous les murs de PibJUs-
bourg; les <payMnsfurent en grande partie
tail!ës en pièces.

'T Tt'E N T B 'et JL<Mrt s. ,?

~~SN~ )~~er~M~~
r 0 J N t~f~Ï~.

ï TA n B. Trise de Trente te p&nt et le 'TH~ge 19.


deLavtsJbrcés;;grand~oMbreâ'ennehus
.tu~s;'cent hussatd~:de.~Wur,mser avec lenrs
guidons;, et trots'eents hommes d'In~h-
itMie;fajitSfprIspnniers. ~St
>
R "i ai.
Armistic&co'mcIaaTec~S. S. ~E.'Ba~ro
et ."3
Mos~t-B. Palatine.
1 f
~j

't.M~t~-Ko'I~~o~

2'E~O~ <SfMM'~j ~t
iS~~P~iB~Mt~* ¡
\'¡.i'ctJ'!t~fJt. a,
MemJ I.'aTant-gard6~ucpmtpe-rencQntteI'<n-
nëmïa~ ;,la~au!:J¡e !H
·
de'ia'ai~ï~n ~t
suR Mos~Q~rg., et 'llfrIlIFeriIlÓj:m,~e
l'en chassé ç at ~~t
cinquante enme~~ faits priMnaicrs~ jp~~st -!M
d'un canon. ? i'!m
M~ttS~M; ;.i.M .B~t~
( ~J
,'}
a n~~,s s PMMOLAN, LA BRENTA et CoVEÏ.0. "j'
AARM~BS.
"Or'"PR1MOL~IN'~ ~I~A.y ~R~NTA ~S°*
e~ CiOYE~O.IâÍ1'~I'V'¡J
.Bojv~y~jEï'TK~ e~ cAe/:

~~CB.KjE~y~ général <~ C?~M!0~


ÏTAUB. AtUqueducàmpretranchédePrImolan; ai.
l'ennemi mis en fuite se rallie dans le fort
de Covelo, qu'il est forcé d'évacuer la
cavalerie républicaine le poursuit, atteint
la tête de la colonne, qu'il fait prison-
nler6; grand nombre d'ennemis tués ou
tiessés, quatre mille prisonniers prise de
dix canons, quinze caissons et neuf dra-
(eaux.

LA BRENTA~ BA8SANO.

B o jv r jt TB ~M~r~ 'chef.

~t7G~j':j?~ g~~r~ efe division.


Idem. L'ennemi chassé de la~lTe droite de la aa.
Srenta, se retire à Bassàno; les républi-
cains lui livrent bataille en avant de la
,>' ville, le jettent en déroutejet~Ie~ppursu!-
vent jusqu'à Cjtta~Rlla; ctnqasmmtUe
hommes faits prisonmers pris~ de~ 1
drapeauy, quarante-M~ jcanons~u~~ é
~age ,.çq~pl,~t,(},e;
page comptât de pondons, de~ cents
,.}?iS"c~~u
Eourgpns toutatel~, jet de m~g~ ini=
mensësà'Bass~hb.

K-A~L-.A.c'n.

K; JP~jry~ divisaon
.c~Mi~asdhjmf.-

Rent 'mba~de~mlaclt. ~e.


et ~'qu'~Mt~del~
f'àws~Ie~ câ~ad~eaèu~~
'~Tpresqu'MaË~~ ~~j
(9~)-

A~M~BSt PpRTO I,< E G N A & 0. Fn~cTMOB


l,' .R an IY.
~~CJS~y~ <~H*CM. '<
~S~r~
1 TAL t E. Prise de Porto Legnago, de la garnison., a?.
forte de seize cent soixante-treize hommes,
vingt-deux pièces de canon de campagne,
tout attelées, ainsi que leurs caissons.

]
S AÏNT-GBOR
&E~.
jBo.N~NT.B~ ?? e~~
jgeT~'a~
¡
Idem. Rati)Ule de Saint-Greorges; renneNN ag.
battu sur tous les points, est contraint de
se sauver dans Mantoue; deux mille cinq
cents ennemis tués ou blessés, deux mille
faits prisonnteM dont un~ ré~ment entier
de cuirassiers et une division de hulans
prMB de vingt-cinq canons, avec ~e~.u-s
caissons tout attelés.

K E H B.
cottrmtt-
~J & < ~MT~ f~ ~MgM~.

Rz tN pointe du jjour l'ennemî attaqua 9,


et te fort de Kehl, te traverse, arrive jusqu'à
1
'tatêtë du gTan<îpont, oùil aétêarrêtéi,
culbuté et repoussé jusqu'au-delà du vil~-
lage dé Këhl, avec u~e. perte consId.êraM~B
en tués et Nessés trois centa ennemis talltjs
prisonniers, dont trente Omcters.

G 00 T
V E R N
y Ot.
0.1. 0.
O. T~~
an- V.
~-·o
JF~jBjtf~fa~~ ~~)t~~ ~MM~
~MMœNmeBaM<.

ÏT~iB. It:?'ennetn~aMaqité~f6ejMraoh;t,e!BLm%
ea. d~ceMiB~BH~CtpjiEMd~ atn~e~~ ;1
h<a~meB..&~p]'Moanj~S! o~q) caaatM~
et caissons to~attejbé~ ~<~
~ii~L~

AtHf~EiB. N T D E B-U I. M. ~'Bim~tt.

~~<aj9y~ ~~y~ ~e &aM~e~ ~–<–~


<MM~&
StWzttt il Attaque Mté, t)&)- i'ean~O&i, t~r les <.
Mz~<~E points a6W~M~tt.Nt~M,0!)M~
NItt~~lN~Htei~, d'cù H ~t~&Msé
atecvi~e~t.6tatd!tbMi~ft!â)ts~!éMtUés
<t~ ~t&~és, soi~tH66 Mts
~Nitti~.

RECr&ÏO.

t 1.1 z. Cent cinquante hommes font une Mr~ie $.


âëMàntttut~tf-sËp~ettrei'-a&~&t~gjB;
ne po)ivant.ifea~ret,ilt M retirent à Reg-
!9"M~sarméstespour?uiveht
M~u'auchàtea~deNonte~C~erpgoîo.et
M~bntprMonmersparcapifa~bttCn. j

R t ?~?~6 et '~l~H'~â~

Mojî~~y~~j~~c~

R t -L L'ennemi, attâ~é sn~~âte M~, J


~'d eë,
Mo~t.t&
d'hommes fidti
iu~I~n~~e~ttt j
pnsonme~/a~nFso~cmqo~

canons.

.M~

I~t~t~ e ,.j

"T~a-
(9~)
AnMBzs. RENTZENGENet SiMONSWALD.VMm~
'~–< <V-
~o~F~roiZ~McA~
B~~<!7yC~/N~ ~y~J C~ d~fMtO~.1
Rnut L'arméefrançaiseest attaquéesur son a8.
centreetà sa ganchepardesiorcessupé-
Mos~ 1.1.1.
rieure' les eSbrtsde rennemisont inu-
tiles II perdcinqcentshommes tués, un
grandnombrede Messes, et sept cents
prisonniers.

BASTIA, BoNIFACM.
SAINT-FLORENT,
C~N~~y~~g~/MM~<~ &r~<K~~
COMUM~~M~M~.
lrtt.tE. LésFrançaisayantdéDarquéen Corse, "9*
sontjointsparun nombreassezconsidéra-
bled'habitans;ils se portentsur Bastia
et sommentles Anglais,qui étaientdans
le fort au nombrede troh mille ceux-ci
sejettenten désordresur leursvaisseaux
le généralCasalta&md sur eux, et leur
fait huit à neufcents prisonnteM.Les
Françaiss'emparentde Saint-Florentet
Boni&cio,et fontprisonnières lés garni-
sonsdecesdeux~Iaces.

NEU'Wt'Eït.. î
j8~!7x~ojv~ ~~r~ eM c~I
C~r~jfr~o~jsr~y~ ~n~raM~a~
G~~jSrj~jt~ ~fMM~.
SAK~RB L'ennemi passele B.~inj~ur
six points, 3..
MEusE.
~puisBacha~h.jusqu'à ÂBdernach,et
la
attaque iê~upom déN est, i
forcéà la tet~te~ aptes avoir laisséla
terrejonchéede tnortset deMesses.'r~nt,
cequiadél)arqS~de~paM~-de l'cane
a été tué",;tis6nnMr ou n<?y~x
cents'prisonS~'et~uàtreeepi~
sontrestésampoNTOir desFrançais,
-.i~ ,ïm
ARM DEs. SAtNT-WENDEï., KïRCHBN?OLAND~ BacMjH!
BïN&EN~etC.
J~/CJV~~jm~
jP~r, } ~r~~ 1
~p~ {
8Ait B nB Attaqueet prised? Saimt-~endel,Kay-
MB~~E.sersIautern,~ycheBpoïaB~]Bt~ de
la mo~t~aeSa~at-Koch, l~~eml&M
touses peints/Mtobii~)~a~BdQja~
quatrecamps.Grandnpjmb)redessienstmés
et MeMés,dont cmqoScierssiapérieurs
centhommes &itspnMBniers; prised'uH
canon.

_MANTpCJB.
JK'o~y~~ c~ &r~<
ï TAm!. L'enpetniJMt~unesor~~deBtamtPMe, et
débar~meentre S-unt-GBorgeset .<Bipa3~
i! Mtcu~ute'sur Nom-
sés,bajteaa!~Gramd
bre des steas tués ou Ne& '<
cinquanteiaitsprisoNiMeM~~

\I~%ÏCH~

M<m. FTis~a~vIHag~de Sâiùt-Mïéhel-


)onts~ayrAdigetraI~par~~
~'L~nnemitse~port~~TÏ~T~
Mttu'et.~eMs-é~t~a~e~e
Segonzano.'Do~zecem~èNaem~~–
~~S~~q'Mtrecent-quarM~ fàits
'.4; ? 'L 't~-S.

os
.?-s'

?. ~~9)~&f$~
AttM~ )is. SAIMt-MA'R'Tttr SA'ï'N'T-MAHBl. BttC!tMM~
'~– 'BtCjn.MRio.
Bo jv ~r f < t g~/t~-e~ en, e~e~

~j~C~ ~R~aM~
j ~f~ N J! ~M~O~'
ITAUB. L'atmée française ~ûr't'ge,i'ènc~ atetst.
tre rettnelht~tteS~nt-~àrttmet~at~t-
Michëi/lebùt~~te et lepbu~!tj'ësp~c
detfois ~ill~]Le'%n~pâ~Ïes''ae~x
armées se tfb~vent en présë~e.f,~l~ é
~ntémsa6'rèux,reBnem:â~é~rcë'a à
CaMero et dans ses autres posHîons on tui
a ËMt sept cents prisonniers eterP~~a,P!l~7
pr~ ptK'-
s!eurs canons.
sieurs canons.

'J'C'
'~ojy.j'M~L~<<~ -~j

\e~1.r ~a,
CZ~Nia~
Mem. ` Cette bâtait ;.n;~m(;raMe a; ~M~<5~6et!t~
ioursdesutte;eHea.do~}d.
.P~~?i~
netnia été chassé e): p~r~tuvt ~q~&
/B<MM~)~'M~ ~o~ttni~es ]
'H6s,,)a~~t~ce~
pri~am~d(~t:q% ]
ïl.a\~r~~a~<e,A~e~h!t'
` ~t:
';N~M~q~M'

eAMBA~Ï~O~~(~

~OJV~JP~y'M~~q~g~ i

~j~jg~ .j
'M!
> ~a c~t:i~étl:(~
Me~ attaane~ 'repous~é de
Een~eWt~t t.
'm~û)~B~&&<Mr~-aR~
'yo~on~t~?~~ ~~r~g~ ~i
;:>
1 .D~ t'1~x§' t
~tiS~i~ ,.o
~a~M~~t~
.M~s~a~M~ 3..s ~f"
(<~
/r~ ~T'it
~°* o .s c~ 'i.m
~~s~f~~m~ct~M'M~M.
B &orRe'vIg<~Mùsef~e'pp~hg~
RtttH
s~KëM~~l!gM~nc~e~?oB~
~re~an~c<mp.'&&'fua~jH!B~~ttI~.dp-'sdn
artiUMieençlpuÉt!.PeEteo~~4~
jj~- rennsm~M..t.Msss~ .t,
cents
faits dedixoi~'M
ersprise
pr~onni
'M*Air'0"'C'
~ij)rr,, ~/î~ (~0!
COMMMH~H~-
z. Sottie
1T11.1 pM~m~ttdeMantoue!,
&nte
-~rest~e~e~s~e,
~~e~tr~]~"Bl~~M~,rete~4",ts s.
?
d'<i~N,e~MN~~
~is~pm~

~t."et'
g
IL '-ig 1.
Ma~-tt.~
:A.;on~e)~eutes,du~s~mt~~
E ~~S.;o~aïi~)~
i.il~est.r~.un~m~e~~
(~6)<1;
ARN~BS.M0NTEBA1D 0. NnrAsE.
a.<i''V'
J~CrJ!T~Ù!ëC?t~Mt07t~ ~–~
C&~iMaMcXo!
1TAmE. L'ennemi latêtedelaligne
attaque de sS.
Hontebaido,
où après uncombattrès-
vif,IIe~repousséavec ,de
pertede,trois
centsprisSËHtiers.
i,
BATAILLE DERïVOU.
~ojv~r~jîT~, ~e~r~e~c~e~
Jcrs~~r~ ) g~~rctMa?<& g
JB~RTB~~A~j tKt~MM.
7~m. Alapomte com-
dujour,labataille aSetap..
mençaparlaprisedeSaint-Marco,ëtdura
usqu'auaolr;l'enmemifutmiséntiètement
etpoursuivi toute
la
indéroute, pendant la
nuit. IItenaiternëbreà
Lelendemain.
Corona:la,tou~cequrétait%c~appéala
futtué,NeMé
ournéedelaveille outait
prisonnier
deguerre. L'ennennperd~ )
da&sces,'deuxjourn6e)!,pu~ett.n
grand
nambr~detuésouMesses, ,~t j S
tretzpmiHe
hom~s'iaj~s~sonmers~M~ S
[)l'usleursdrapeaux.
\N.'&~R~~A'~y.
~P-
CI u Y,
~\jr~ 'mlïle.n~e~s: 25026~
-1
d'~gl~ re
'M~~ ro
'.droit~uri~M~ jt
.m~n&~tN~~
<~) :>
S AH~T-& 0'R&ES.
:r J ,) ,an.
JËT~t)2. &rïgm~.
ItAUB. Legénérât à laJ~tede-six t6.
Provera,,
mtHe
hojnmesattaque Saint-
lefaubourg
Georges
pendant mais
toutela~)ourn6e,
Inuttleme'nt
n~ayant
entrer i!'
itt~rehes~r~aFavetrï~.

BAtAlM.E DELAFàVO&lTE.
?0~~r~~T~j, ~A~~ cA~
j
S~j!j!jjEj<t~Tt~M~M~~e
~CirO~~ J ~~MMM.
Mem.'~M~<~e'avaMt'OMt't''MHa'e?)~-a't!ta-
97..
'queh'~<)r~e:rat'S€t-'&it
une.sordede.JKan~He~et.atteque
AuNoeus parSatnt~ntpt~ il ~Bt
obHgéderentrer
aan~ia~ avc
.tte'.cen~sbp~et.'q.~
et Messes;
letué~ la colomieenmemi~,
le".g'é.ite~'Provër~'
coM'ntanSf'ëë~par <ts'
~est~a~er9û~~b~e~
'Hljej~n~ 8âi--lu a cri etàé

.N.NJB~<t<~

:Me~ ~~ne~M~
e~)~

.NB~~sB~B
,U!t?t;
(98)
ARMEES. Av 10. Ft.CVl69E,
1 V
Jo~r~ ~ribéTûl dB dzvisi
L-,g~M~'M~ J~MOM.on. anV.
t f AM E. L'ennemi poursuivi dans les gorges du 8-
Tyrol, est atteint à Avio, où on lui fait
trois cents prisonniers.
*–––––– –––––––––––––––

TOR&OLE,MORÏ, TRENTE.

~y~ généraux de
~"J } brigade.
/~7~. Le général Murat déb~tque à Torgole, 9.
en chasse les ennemis. Le général Vial les
tourne, et~eur* fait quatre cent cinquante
prisonniers. Entrée des Français dans Ro-
veredo et Trente; l'ennemi perd trois cents
< hommes faits prisonniers, outre deux mille
malades trouYes dans les hôpitaux.

UVNIN&UE..

C~NS~CjVjE~ de &r~g~
chef
RniN u trois heures du matin, les RépuM!- M.
cains, sur deux colonnes, font une sortie
de la tête du pont d'Huningue, chassent
l'ennemi des deux premières parallèles
où ils restent jusqu'an jour. Deux cents
ennemis tués, six cents blessés,pr!se de
deux canons, de fusils et d'une grande ~t~'
quantité d'outils; cinq canons encloa~s. S
–-–––– –––––––-–-––––– .–t' '–*––-

LA'VI'-S.

Yo B~ js Nr ~~7'a7 de ~~Mn..

~j~j!<~ c~e/'<& &M~<?e..


ITAUT. Les Français attaquent les'débris de 14.
'armée autriGh~nMe derrière le Lavis,
esrepousseNt~u~q~~aS&mt-MIeheI.G~
nombre d,'enne~ tués et bles~
cents'faits prisonniers.

~T~M~
(M)
A.M~B.. IMOLA, FAENZA, FoRH. an Y.
C y0 ~7 C~ division.
.Z~NJV.B~ ~~ey~ de &r~ù!<&.

1 Tt Li B. Entrée des Français dans Imola. Le len- '5 et i4.


demain, trois à quatre mille hommes de
l'armée du pape, retranchés derrière la
rivière de Senio, sont mis en déroute avec
perte de cinq cents hommes tués, dou~e
cents prisonniers, huit drapeaux, quatorze
canons huit caissons.
Entrée des Français dans Faenza et'Forli.

M A N T 0 U E.

tS~~mt/JRJ~~t~ général de division.


?
.M'M. Capitulation de Mantoue;~à garnison i4.
t prisonnière de guerre.
On y à trouvé cinq cent trente-huit
bouches à feu; dix-sept mille cent quinze
fusils quatre mille quatre cent quatre-
vingt-quatre pistolets Quatorze mille cinq
cent soixante-deux bombes cent quatre-
vingt-sept mille trois cent vingt-neuf
boulets; cinq cent vingt-neuf mille livres
de poudre un million quatre cent un mille
trois cent soixante-dix-neuf gatgousses et
cartouches de tout calibre; trente-six mille
cent livres de fer; trois cent vingt-un
mille quatre cents livres de plomb; cent
quatre-vingt-quatre charriots ou caissons.

D E R U N B A N 0.

3f~J:~ï'M~&~<XO~.i J

Mem. Les avant-postes âerennemit~pou~é.s ~8.


sur la droite de l'Adige prise de perutt-
bano deux cent trente-sept prisonnitirs j
de guerre. {

""T~T
_( JLQO)_

-A~ A N-e 0. N.B. ~r~'


~*f(*X'Q~~ Q~ t~WM-K~.
1T t.mi. Ees tfOMpMd.)t p~pe, au non~brede st.
douze cents hommes, sur les hauteurs en
~wantd'Ancône,sont enveloppéeset iaite&!
prisonnières,sanstirer un coup d~fusH.
Prise d'Ancone et d~ecent vingt ptètses
de canon, trois mil~ f&H)s,etCt
––––– ~–.––––r––––––––––– ––––
L 0 R B T T 0.

~jtfo~T~ c~e/*t~ &e~.


Ment. Prise defLaretto,On y a(Wouvépour tm aa.
million en matièresd'or et d'argent.

VE,.Ta~
~em. Traita de paix avec le pape, Conclu!a
Tolëntino.
(ÏM)

S 0 M M A 1 R E

DES AVANTAGES REMPORTÉS

PAR LES ARMÉES DE LA RÉPUBLIQUE,

j9~pMM ~8 sep<eM~ty~~M;gM~M î~Kfdse~ «tK.5,,

SAVOIR:

Cent victoires, dont


quatre-vin~-dix-huit
quarante q~tfe en batailles raingées cent
mHIë Rëtif cent cinquamte
quarante-huit
ennemis tués, deux cent soixante-quinze

m-tË~ 'h'u'i-t cent 'treB~-sept' .on~e~ d~ i

~gu~Me p~ise~ ~ent~


places tartes. ou.Ë~tn]~~
cen~ soixantje-si~ ~a~, ou redouter
camps
~ouê~es à
s<ëpt tniUc huït <~nt tpente-hu~

~?0; 'cent~qua~m~ cinq <t'~

~soigEamt~ 'Jif'~nt¡~
r
~M~a~-h~~
~pQudjfë' .~dei~se~
~~tG. ~et~.etc.. '~tc.
(joa)

11 T A B L E ALPHABÉTIQUE
DESS NOM.9 DE LIEUX.

A. B
Balatre.F~e 34
A B
Bamberg. 85
AcQT!t.Pag~ 44 Batmtda(Va]lée de la ). 66
Aiguebelles (Plaine d' ) ). a pBarricades ( Poste des )). 2S
AiguIIIette(Promotoiredel'): i~ Bàscara. 5~
Aix4a-Chapel!e( Bols d'-). 44 Bassano. 8~
Alba. 67 E Vallée 87
2t B~tan
). ( de).
Albères les E
Aldénhoven 45 Bàstjta.H
rBatisolo. 6f]'
AIdules(!es ). 27 E Béarn ( Cap). 3:t
AJloqui. 3g pBeatifort.
AImandos.t.. 48jBeaùtnont.
- xS
Alpersbach. 7Q 1 55
Aisborn. 45 Bëgâra.r
Bellegardev.45
~itendore' .84~ j 1BeIleyIUe, en Maurienne. 2
jAttehMrche~ es, 7ï jEtelone,
jl x
.Aizein. '-47; ;Be~er.A. ;5i~
~tzey~48~ :'B~âbi-a'
~A-tnesioft' ~aa~ .Tr ~ia'ë't~.16'7 6~
tAmster'd.am!J j]~rdaritz. s'y j5~
~nc&M. '?'t"M'o< Ït~~j~zdeB~
\'Ang'hiat'h. 9$~ j ïjergties.y.<Ki..
,~An:6am;r~Va~M!ietines~ j 1B~)i~T:ë,.
Aoste ou Aouste (vaUee ou val d' )
BezaJ~t.<5]f;,i~
~< BtËtga~.t~ 9
~pach au nord deSIerc! 16 j Bienval ( Eorët de ).S a,
~ppenwhit.4' '74. j E~ao~
~~(;6~e.– -,94; qBi~en~.t~i.t<j.8!
'~rgeHës~ptëS CoH-i~u~eM. :]
.< ~r~t~l~
.~rion. :i~ Bt~cI~eill~S,<$
.rR~Y;
.~iA'rfau.6;
Rocher d' ); ?~?-6~9'
.M~la~ ~la$ë~$tï. 'S~
~scuatia.x55~ ~.i'.
~CM~~jf'
-Lsp€all<d' ~se~e~t~L~
'spetta.Sf ~~O~g~~t~J
~re~l~ ~~]~M$~ <f.s~
'ssoy~p~ppeM~a~
.Lvlo 't.
~!&el. ~.M.$.j. ~ojSdtBtitha!
'~Aywale (R~iÈre~4~
~0,A.3;j~
'B~]Eg!ietto.~3~
~tL.1~ ~0)~Q~Ë~S~~
~~aden.j.7~i ~K~$~~
~ae~asëo. r 66 &p` ~ouM!!c~j.
~S~~MSM~ r# .3"
;M~M~'<t~~
(.o3)
1.- 1
Bourg Sa~nt-Maurice. Page 5 Cpssaria.Pagw 5
6$
Bouxweiller ( Environs de.).. ~o (Costouge. 4~
Boxtel. 45 (Conrteren( hauteursde) .4~
Brec. to ( Courtray. 30, ~5 z4
Bregentz. 85 (Covel<). 8c)
BregIIo,dansIecomtédeNIce. 17 (crémone. 6g
Breitenstein. 8 3respia. 67
Brenta(la). 8a~q5 lÇrent~enach. 47 48, 65 64
Bresnia. 81 (~revecœur. 45
Brouis. i 1CrqixdesBouquets (poste de la) 5i
Brucshatl. 88 13urfoz.25
Brumpt. 10
Bruxelles. 54 D.
Burguet. 48
BuNch. 5i ]Dahnbruck. a, t'.5
Butzbach. 78 Dawendorff, entre BouxwelUer
et.Haguenau. 11
c. Dégo. 66
Oerumbano. M
Ca!ro. 44, 65 Deva.
Caldero. Sg
g4 7Deybar. 6p
Camberg. 78 BierdoiF. 72
Campana. g4 Dinant, à41ieues de &ivet. 27
Campredon. 6, 28, 3o Dolce. Q4
Carbouilhe. t, û3 Dordrecht. a6
Carier uhe. 78 Pon.
t)?
49
Carpenedolo du rocher) 3t
Sos-d'AsBe(poste
Casale~8;
~~?8 Dbùrlâ~h.77,
Cassandria ( Iste de ). 78
Bjruzenheim. <n t3
Casteillan. 4g Duo'kerque. ji
-Castel-Genest. 10
Durango. 6û
C~stiglione. 83,85
Cj?ats(Mont). 24
Cëret( gorges et pont de ). 21
Cer~oittaine, prèsPhUtpp~IHe ï6
SefUse. ~t.t'6'.ï Ecluse(Fort 1' ). 4o,
ë~ ( 1' ).
,~7! JEcuimbery
O~spëlle Sait~Laaibert.34! ~tbom. 4i
~a.rJt'eroy. /3:g'3~ "]~male' ''4g
(Btif~ttrcûse ( can~) de Ja 45 3Ëpierr~ enMâùMeMne. a
<Oha.teaii-DanpIiin(vallée4ë).. 4a:
CMtlHon 4
Ci~eaal ( cat~pdei~à ). 42; Erquelinne. iQ-
CIiërascd. 67 'JEscàlo"pM'EscoÏ& '4-
€~i~( la:).
JEtoHe(T~rt de4' ). 3t
j~t~Ha,
~<C~)~ont.ett~ld~t;~
~R~
~l,~d.ë,ert!ie,
Ë~~e.
~)[3~~e~
.~ïi~j.“jt~
~g~ .c'
~M'~LM~~ de~) t~~7_

'M~

~&

jR~<
(io4)
~eurus.t n.P<ta'e 5t Hochspire (forges d'). ~g'e SB
FIorenne, près Philippeville.. 18 Hochstett. 3S
F~i~(ia). 5g Hollande. 56
Fombio ( Combat de ) ). 68 Honscoote ou Hondtschoote.. i
Fontarabie.57 58 Houtem. 10
ForJI. M Hui. Sy
Forscheim. 84 Huttz. 4q
Fossano. 67 Huningue. g5 08
Fougasse. 17 Hundsrueh. 64
Francfort. 7g
franckenthal.i4, 22, 46, 47 I.
Freibach.55, 34
Fre!mersLeim. 54 laegerthal
(Forges
ethaRteursd'~
t6
Fresin. 87
Freuden';tatt. Imola. (j(<)
76
Friedber. 78, ingelmunster.
87 aS
Fuentes(Fort de ). fugotstadt.
72 87
Intrapa. 64
G. ~raménaca Ott Iraméaca. 20
Irum. 38
111 Ispeguy(Cold').
.Gambsheimetbo!sde.io,
Gand. 5L'
Garesio. 65, 64 J.'
GaTardo.8':
Geisberg.i5 Jamaique (Bois de ) près Philip-
Ge]he!m. 4y7 pevUte.t. ta
Gemblo~x. 5~ Jonquièfe(ta).s! a.
Germersheim. i4 J%I~:rs.t. 45
Gertruydenberg. 55 ],~j!
GiMette. 7 K.
GoudershoSen. i5
Gotcum. 66 Kamiach.t.
Gosselies près CImrIeroy. 20 Kaysersiautern.56 45 ~2
Governolo.87, go Keh!y4, go, 95
GTandreng, à trois Heues de Beau- Kircheim. 45
tnont. 23 Kircheupoland 11 .g5
Grande mâture royale, près KIrn. %S
Bayonne. 25 Knubts ( Montagne de ) ~5
Gratidville. g Kœnigshotfen t&t
Gra\'e. 54 Keenigstein ( FoTt de ) .80
Grunnevald ( Foret de ). ~5 &upwetlle)' tg
Grunstadt. 47
Guersbach 77

H. Lahn.62,
Lam~sIiÈtta. s~
10, i5
Hagnenau. Landgfàt(ea .<° ?to
Hambach. 55 ~hdrSÈc~s.aS i~
Harriette ( Col de ) ). i5 .t.aadsber-g t.7
Harvé ( Bois d' ). Ss
Lttuterf Lignesde la ) .N tw
Hasiach.4. 78 Dan<wfe!d. 4~
HastirdMHastI~rM. l I,avM( le ). 88, ~S 98
Hausser jL&bach.M.
~Eeide~hetTn. 8~, '85 Deck (Passage Su ~1. '8y
~endaye.]t.
I?ndaye.17 ~7 Ltecumbery.4'i c~
,MS9
~nef. 6'* Le' ndfeld ~i.~So
~asden. 55 Lent~se~ t tt.[a
(io5)
Lernes. F~e Sa ~nji-ëbnnet.<J~e'
I<escun. 42 ~ontebatdon '.8S,
Mége. 57 ,MonteilIa.t~~
Mers.? ~Montelezimo.5
,L!mbourg. 77 Montëttaeken.t. a~
Mvoume. 70 ~o~teBO~
toatto.165 ~o~t~sqweu; ( Redoute-dëP~.4.
3L<)bbes. 26 'MoatMemo. t. i "ëS
Lodi. 6q Mont-Scnèvre. 6Ï a
lioaado.8t 8~, 85 'Rtont-~Patissel. i.. S~
1-oretto.100 ô Mont'-Roch. ?
IfbrejtttsweiMër. Sa Mont~aint-Pt'et-re(ptateaud&1~S
~ouaùo.. 55 M'ofi.
t.ou:s XI V, (Montagne de ) près
Ispesuy. i4 t~OUttÛM.
&anTaia. "55
Ï.<igo. 77 MuttërMatt. "vS
Luxembotirg. 58
N.
M.
~ttiur. 36
Maedelaute ( Col de la 5
Nass~H. ~5
'–~MontagneetchapeU&dela) 52 Neresth~iitn J. 8&
~aestricht. 50 ~eHf-eËâtean près BoniUbu. aS
J~autbourg. 88 N!e~nna!:k.t. 8S
MalM(VaUéede).t. 42 ~e~tattt. 35
MaUne~ 53 Se~ytUpr. §
&tamhe~m.6~ Neuwted. y6 q~
ManHehach.R. 76 Nteuport. 5$
Mans (le ). n Nider-Dlebach
.70
MantoM.. 78,79,.85,~ ,95,95,99 Tifidér~Hbrbach. z
iM.antone{Eaubfnrg de ).. 71, 72 NIder-Uhn. qi
MarcMeane; 52
Nim~eue. A8,, §~
~a~Idf. '45 NiireHes.
JMEaupeiM/ais (<Redoutesd6). 22 NotDmoutieM( Mede ).
Maya.(.Fott.), NotittweiMef.
8i
~ayeacB.“
4tJat~~ce. t .i
~eatn~<M~4 ,S
9(terbe~ (.Camp de ).3
Merbe~atet'a .<<~
~Kerlin ( .RedoNte.de ) < !54 ~berseebach"0
~ertzi~ (Hauteurs de ~1~ t'Oberst~tn'
wH'~a~t. 69'y~5
~Mm~si~oi.< t' ''pis
~itabo.Hc~.(.:Fojt.).t.
-JM'o~ctoem.eM.MoucBoa.
~tESaieh. ~.).~ n~~
'~OjM!e~f.
a~ft~oyi. ~ë~
~ons.M;
\N.tW~<
M~RtagMdefër.~rèsî.o~RiM.
\~No&e.(~~eS:<t~
']<tp!ttatgu~

~o~b.
( io6 )
Onrt ( Rivière 43
def ).?a~ 's.
Ozeto. Sa
Saint-André de )..P~e
–– Bernard ( Port
'?' P 54
.H~y
–– Bernou!! ( Mont ). ig
6t
Pav:e.60, 70 ––
Pelingen ( Haateurs de ). 5o –– Elme ( Fort 27
Peschtera. 70, 83 Engrace. Sa
–– Florent.
PetIt-àa~nt-Bernard. 3o 02
3 -–
Péyres-Tortes. –– Georges.
Gérard.
go, 97
Pi~tra.33, 87 –– 27
BIetri ( Champ di ).60 65 Hubert. 26
fieve. 87 –– ––
Jean-de-Luz bt près. 12, i5
PIz~Ighitone. 6a Laurent de la Mouga. 4b
–– Martial 58
Ptaisance. 68 ( Redoute de )
Platzberg ( le ). 54 –– Martin. o4
Pô(PassagedH~ 68 –– Michel. 17, g5, o4 g5
––
Ponte diNava, sur le Tanaro. 18 Sebastien.58 5z
Pontos ( Hauteurs de ) ). 53 ––Tron. 57
-–
Poperg. 86 W*'ndel. aS
Port du Passage 58 Sainte-Marie ( Bois de). 27
Porto-Legnago. Salbach ( Redoute de). 54
go
27 SaHanges ( Gorges dé ).
Port-Vendre. 4
Prades. 4 Sa!o. 8l, 8~
Pratz ( Camp de ). 4a Sambre ( la )< 2g
Pféaboto. 85 Sambuck ( Camp dé ). 4~
Erimolan. 89 Sandweilitr.
8g 4?
Puys de las-Daines. 22 Santo-'Marco 87
Saorg~o. ai
Q. Sarguemines 7
Sare. y6
Quesnoy ( le ). 4o Sas de Gand. 4o
R. SauMpp.54
Schelaudenbach. 4S
Bastadt.76, 77 ~Schenk (Fort de ) 55
Beckem. 44SchiKerstadt. 26
.J~eggip.75, Qj Schwtnfmrt, 86
I{etst)0<!en. 13' Sene<r<5':
Renchen. y5 S.eg( la ).<7i
Rentzengen. 03 û~Sit~onswald. Qz
~hemfelden. 70 Somberf. < 34
]~he!nMs
n' hein,felden. .79 ~o Soumoi, près BMttppe~iNe. t6
RMh ( Passage du ). 61 Souvret. 52
Riben ~8 Spia~rdo. 64
Rtberac.oi Spire. i4, 55, 72
Rtpoll. t.t. sqSprimoat .< 45
Rivoli ( et bataille de ). o4, g6 ~e.ithaMe'f' '< ~i
Rocase'ns.ï;M
~oceavion. ~)y~
3~ <St~a<bo~rg ( pf~~ a
Rocher( Poste du ). :omberg.6%
Rockenhauseo. 4~ ,Siu]-e:( ~aHée de,). 42 i
RoGque d'An&)nce. 86 ~tïtttgatd .80
,Mx. 'g~ 1S~~t~ch.86
~~queluche ( Crête de).ao 4 s':f
JR~~M~
''S~<
.RSthemberg a
8&; ~httHe ( ~Qate.de ~i! ma
~uN~Ï' ,“ ;7
~t~tt .M.
Whu)..
'f~,
(i~7)
net.f~e 55 yauban( Fort ). JF*<~i5
Tiferdange ( Hauteurs de ) t8 Venio 4o
Tirlemont ( Hauteursde ). 56 cornet.
Tolosa. Sa Véronne. 71'
Torgole. g8 Tertautte.< 3~
Tortone. 68 Victorta 60
Toulon. ta ViTaMoly. 5~
Tournai. sS, 55 Villa Nov~ 47
Touzen. 28 Ville&anche. 4
Tozas. 49 VHleÏoNgne ( en avant de et hau-
Trarbach. 46 tears près ).6, 8,
Trassignies. 50 Villeneuve des Pratz ( Poste de')
Trente.86, 88, 98 22
Trèves. Sq Villiers près Philippeville. 18
Trinité ( Fort de la ). 55 yoltry. 65
Tripstadt. 55, yz
U.
Wantzenàu M
Uaborsy. 4 Warneton 8
Urbain( Fort ). yg Wattignies, près Maubeuge.. 7
Urdach, en Espagne. 5 WeUbourg. 72
UrgeL. 18 Weissenau. ai
Brruene. y, tg Weis9embotirg(I-,ignesde).. t4
UrtaN'en. 75 Word OMWerdt. t3
UteIo~HuteI. 8~ Wer~e~2,8, lo
Utrecht. 55 Wotziard. 75
WHIerdoriF. 76
V' Wilstett. 74
Worms.i4, 48
'Valaisan ( Mont). in Wurtzbourg. 80
Valenciennes ( et redontesprès)
4o,4t Y.
VMtnenyer. 5
Vasserbtiich ( Pont de ). 3q Ypres. go
yaterto.53 TPrursdB! 60