Vous êtes sur la page 1sur 10

Actes de la recherche en

sciences sociales

L'encombrement et la maîtrise des "biens sans maître"


Luc Boltanski

Citer ce document / Cite this document :

Boltanski Luc. L'encombrement et la maîtrise des "biens sans maître". In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 2,
n°1, février 1976. L’État et les classes sociales. pp. 102-109;

doi : 10.3406/arss.1976.3385

http://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1976_num_2_1_3385

Document généré le 17/03/2016


Zusammenfassung
Überfüllung
Diese Arbeitsnotizen analysieren die Beziehung zwischen dem Thema der Uberfüllung (der Strassen,
der Ferienorte, der Schulen, etc.), so häufig in don bourgeoisen Kritiken der "Moderni-tät' und der
"modernen Zeiten", und den objektiven Phänomenen der Konkurrenz zwischen den sozialen Klassen,
um sich den Raum anzueignen. Die Oberschichten, die das Auto am häufigsten gebrauchen,
kritisieren insbesondere das Auto als solches, da sie die Demokratisierung des Zugangs zu cinem
Auto nicht kritisieren können.

Abstract
Overcrowding
This research note analyses the relationship between the theme of overcrowding (roads, holiday
resorts, schools... so frequent in the bourgeois criticism of modem times and the objective phenomena
of concurrence between classes for the appropriation of space. The upper classes, in particular,
who make the most intense use of cars, only criticize cars for lack of being able to criticize the access
to cars.

Résumé
L'encombrement et la maîtrise des "biens sans maître"
Cette note de travail analyse la relation entre le thème de l'encombrement (des routes, des lieux de
vacances, des établissements scolaires, etc.) si fréquent dans la critique bourgeoise de la
"modernité" et les phénomènes objectifs de concurrence entre classes pour l'appropriation de
l'espace. En particulier, les classes supérieures qui font l'usage le plus intense de l'automobile ne
critiquent la voiture qu'à défaut de pouvoir critiquer la démocratisation de l'accès à la voiture.
102

L encombrement
et la maîtrise des «biens sans maître:

LUC BOLTANSKI

Le thème de l'encombrement, -des routes, des comme un pur artefact statistique) sans pour autant
cinémas, des stations de vacances, des établissements connaître ses limites ni, sans doute, en posséder (à
scolaires, etc.-, dont on sait la place qu'il occupe la différence d'autres formes de groupement comme
dans le bavardage bourgeois, exprime peut-être une l'association ou le corps). Ces paradoxes de la raison
dimension fondamentale de l'expérience bourgeoise sociale n'apparaissent jamais aussi clairement que
du monde social : cette forme historiquement située dans les périodes où l'augmentation rapide du volume
et datée de l'obsession du nombre est sans doute un du capital -économique et/ou culturel- s'accompagne
des lieux communs qui rassemblent et unifient d'une extension du marché des biens rares en un état
différentes fractions de la classe dominante et qui antérieur de la structure de la distribution et,
contribuent a la prise de conscience de sa différence (1). corrélativement, d'une diminution -au moins relative et
Qu'elle s'exprime sur le mode irrationnel et presque provisoire- des prolits de distinction que la répartition
somatique d'une relation angoissée à la foule et à la inégale des produits du capital procure à la classe
perte dans la foule, dans la mise en oeuvre de dominante. Les biens dont la multiplication a été la
stratégies individuelles de distinction ou encore dans un plus rapide ou les services dont l'usage s'est le plus
discours sur l'un et le multiple, l'individu et la largement répandu deviennent alors l'enjeu de la
société, les élites et les masses, l'invasion des masses ou concurrence entre les nouveaux accédants, qui ont
la "massification" -objet privilégié de toute la intérêt à ce qu'ils conservent leur valeur distinctive
philosophie sociale- l'obsession du nombre, de la rareté et et les anciens possédants qui tendent -mais presque
de la fréquence, caractérise l'humeur constamment toujours avec retard- à redéfinir le système clés
associée à l'occupation d'une position dominante. Et il signes extérieurs de l'appartenance à la classe
ne peut en être autrement : dans une formation dominante, donc à les dévaluer ou à les rejeter. Cette
sociale où les classes se définissent -objectivement et concurrence tend à prendre la forme d'un conflit ouvert ou,
subjectivement- au moins autant par des propriétés si l'on veut, d'une lutte des classes, lorsque -comme
relationnelles ou structurales (positions occupées par les on le voit dans le cas de l'automobile et de l'usage de
agents sur la structure de la distribution des l'espace que l'automobile rend possible- des obstacles
différentes espèces de capital) que par des propriétés de matériels, étrangers à la logique de la distinction,
condition, l'inquiétude des limites accompagne presque s'opposent à l'abandon par la classe dominante des
nécessairement la possession d'une forme déterminée biens dont elle a perdu l'usage exclusif.
de privilèges. La classe dominante doit en effet
certaines de ses propriétés fondamentales au fait qu'elle L'expérience de l'encombrement est sans doute une des
fonctionne comme un groupe réel (et non par exemple principales médiations à travers lesquelles les
mécanismes de la concurrence et de la translation ont affecté
les différentes fractions de la classe dominante et la
représentation que les membres de cette classe ont de
la position qu'ils occupent dans la structure sociale ;
comme, en d'autres temps, l'exposition aux épidémies
(1) Ce texte fait suite à "les usages sociaux fie l'automobile et à la mort, elle constitue sans doute, à ce titre,
concurrence pour l'espace et accidents", Actes '■•* la reel; une des expériences collectives à partir desquelles se
on sciences sociales, mars 1975, n" 2, pp. 25-49. construisent les dispositions de toute une classe. Les
103

membres des classes supérieures sont particulièrement l'espace tend alors à constituer un enjeu important de
sensibles aux "agressions" directement ou indirectement la concurrence entre les classes. L'espace routier,
liées à des transformations de la densité d'occupation de abondant au temps où les membres des classes
l'espace (2). Et cela, sans doute, parce qu'ils sont supérieures en faisaient un usage presque exclusif, ne les
relativement à l'abri des aliénations spécifiques associées préservait pas moins du contact des classes populaires
à la dureté des conditions économiques et que et moyennes que la fréquentation des "premières
l'appartenance à la classe dominante implique non seulement classes" en bateau, en avion ou en train : ils pouvaient n'y
la propriété ou la jouissance d'espaces libres (d'un côtoyer que des membres de leur groupe. Ainsi les
grand appartement où chacun peut s'isoler, situé dans voitures constituaient-elles, au temps de leur rareté,
un quartier "calme et aéré", d'une place de des instruments directs de ségrégation sociale, des
stationnement pour la voiture, d'une place réservée au instruments d'appropriation de certains instruments de
restaurant, d'une classe "peu chargée" pour les enfants, etc.) ségrégation, comme la résidence secondaire "isolée"
mais encore la possession des instruments qui sont la dans un "coin perdu" et d'appropriation des "biens
condition de l'appropriation des "biens sans maître"/ libres" -plages, montagnes, forêts, etc.- dont
comme dit le droit, dont l'accès pouvait être l'utilisation est pratiquement subordonnée à la possession
formellement libre de toute contrainte quand les classes d'instruments individuels de déplacement.
supérieures détenaient le quasi -monopole de leur utilisation.
L'accession des classes moyennes et d'une partie au
moins des classes populaires à des lieux publics et à Les membres des classes supérieures sont les plus nombreux à
des espaces collectifs autrefois à la portée seulement être propriétaires d'une résidence secondaire (2-6), à partir en
week-end (2-7), à prendre des vacances (2-1, 2-2), et (à
des classes supérieures a augmenté la densité de l'exception des cadres moyens) à partir en vacances avec leur
peuplement de ces espaces et a modifié la structure de voiture (2-9) pour "circuler" et "voir du pays" (2-8) (cf. tableau).
leur public. En effet, la relation qui s'établit entre La voiture, espace privé, met à l'abri des contacts polluants :
le volume des populations et les dimensions du "Dans un métro ou dans un autobus, je ne suis pas chez moi.
territoire qu'elles occupent n'est pas réductible à un simple Dans ma voiture, je suis chez moi. Je peux penser dans ma
voiture. J'ai quand même trois mètres carrés pour moi. Je ne
rapport numérique entre un ensemble d'individus suis pas bousculé" (Homme, 40 ans, cadre supérieur). (La
biologiques substituables et un espace homogène,, qu'une présence d'une radio, d'autant plus souvent attestée que l'on
série de processus mécaniques tendrait, par exemple, à passe des classes populaires aux classes supérieures (1-6),
maintenir constant (comme dans le cas des accroît l'effet de séparation d'avec le monde extérieur (4)). Elle
populations animales). s'oppose par là aux transports en commun : "Je n'aime pas
prendre le métro, c'est plein "de gens qui ont l'air triste et
ont de sales tûtes, je les regarde, je pense que moi aussi je
L'espace est socialement qualifié : les différents dois avoir une sale tête, et ça m'est désagréable" (Homme,
groupes font un usage différent d'espaces partiellement 35 ans, cadre supérieur).
différents et ne consomment pas la même quantité
d'espace. Pour que la tension entre la population et le
territoire s'accroisse dans des proportions considérables, il Le dé-ségrégation relative entraînée par le
suffit que les groupes socialement dominés (et développement de l'automobile a eu pour effet d'empêcher les
numériquement dominants) accèdent, même partiellement, à membres des classes supérieures de faire de
l'usage de l'espace qui caractérisait en début de période l'automobile l'usage sans contrainte qui constituait un de
les groupes socialement dominants (3). La maîtrise de ses avantages principaux, au moins subjectivement,

(2) Les cadres supérieurs et les membres des professions ( suite note 3 )
libérales sont les plus nombreux à juger "très inquiétante" la exemple, au concept proprement sociologique de densité
situation créée par 1' "encombrement des routes, des plages et des dynamique que Durkheim construit par opposition avec la densité
matérielle*
forets" (pour 35 % contre 21 % des agriculteurs et 29 % des applicable aussi aux populations animales (cf. La
ouvriers) et à penser que les encombrements iront en s'aggra- division du travail social, Paris, PUF, 19G0, pp. 237 et suivantes
vant dans les prochaines années (pour 79 % contre 58 % des et Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 1963,
agriculteurs et 68 % des ouvriers) (IFOP, février 1970). pp. 112-113).
(3) C'est dire que les apports de l'éthologie ne peuvent jamais (4) "(...) sur la route, nous avons entendu la retransmission en
être transposés tels quels aux sociétés humaines, comme le différé d'un concert dirigé par von Karajan. Le bruit du vent
fait par exemple E.T. Hall (pour qui 1' "homme ressent la nous gênait un peu, mais nous n'avons rien perdu des beautés
distance de la môme manière que les autres animaux") lorsqu'il de Beethoven. Dans la plaine, la mer des blés mûrissants se
applique à la sociologie urbaine les analyses de la relation que soulevait sous les coups des bourrasques qui précédaient la
les populations animales entretiennent avec l'espace ("distance pluie. De grands nuages montant de l'ouest composaient peu à
de fuite", "espace personnel", "espace critique", "frontières peu au-dessus de la campagne encore ensoleillée par places,
territoriales", etc.) (La dimension cachée, Paris, Ed. du Seuil, au-dessus des buttes couronnées de villages, un admirable
1966). Durkheim ne s'y trompait pas, qui utilisait l'analogie paysage tragique. Beethoven s'était joint au vent pour créer en
organici;;te pour repérer les propriétés par lesquelles l'ordre nous une sorte de tumulte (...)", Jean Saint-Geours, Vive la
social se distingue de l'ordre naturel. Que l'on pense, par société de consommation, Paris, Hachette, 1971, p. 131.
Luc Boltanski 104

Tableau 1 L'AUTOMOBILE ET LA SECURITE ROUTIERE

o to0) d<oto to t»:0)_,


to01u «01ato u 1a" % g to Ë
% tO to(1) tou «Oiw Ë "öS I I-
s0)u tou<P a eoÜ
o •Su oo o '0)u _o>■> 03O) to 'u
to
OMUCir\ £u .2a) 'bOu > "u a 11
El- Soa too ■Boe3-e
,.t! to3Q,o> auOsi
m 3■£^_3>
to to ri o 1Ü o 0> io ci 0) •o_a ¡bfl-I

1-1 ménages qui possèdent


une voiture 30 ,4 46,1 47 9 60 5 56, 2 79,5 64,7 74,3 93, 3 90,8 99,2
1-2 ménages qui possèdent
plusieurs voitures (1) 1 ,5 2,0 1 7 3 0 3, 1 8,7 7,9 11,5 30, 4 19,4 43,9
1-3 nombre moyen de voitures
possédées actuellement ou
antérieurement par le
nage (1) 1 ,0 0,9 1 1 1 ,4 1, 6 2,7 1,7 3,1 5, 6 3,8 5,6
1-4 le chef de ménage a un
permis et pas de voiture (1) 7 ,7 7,6 11 4 10 2 12, 2 S, 2 8,7 11,7 4, 1 4,0 0,8
1-5 choisissent surtout leur
voiture en fonction de la
puissance, de la vitesse et
de la nervosité (2) 6,0 8,0 6,0 9 0 22,0
1-G ont équipé leur voiture
d'une radio (3) 18,4 28,2 5,4 32 2 35,5
1-7 jugent que pour diminuer
le nombre des accidents il
faut développer les
routes (4) 14,2 12,7 6,4 18 1 16,1
1-8 jugent que pour diminuer
les accidents il faut limiter
la vitesse (4) 29,1 21,5 33,4 19 •3 12,3
■"
(en pourcentage)
Sources : (1) A. Villeneuve, L'équipement des ménages en automobiles, enquête transport 1967. Les collections de
l'INSEE 15 M, juin 1972 ; (2) IFOP, septembre 1965 (3) ] FOP, septembre 1971 ; (4) IFOP , novembre 1968.
i

;■:'!■ rapport aux transports en commun. Surtout, elle mination par le vulgaire s'ajoute l'angoisse de 1'
s condamnait à côtoyer les membres des autres "anonymat" et des risques -pas seulement symboliques -
'lasses dans des situations où ils étaient eux-mêmes qu'elle comporte. Dans l'encombrement ou dans la
l :

unnergés (celle, par exemple, du voyageur qui, sur foule, comme dans la manifestation de rue où ils se
-■;•■ autoroute, s'arrête à une station service pour trouvent "pris par hasard", les membres de la
. 1 .

. cv h-t' de l'essence ou boire un café) et à les perce - bourgeoisie se sentent dépouillés des signes extérieurs de
-<>ir comme autant d' alter ego d'autant plus repoussants l'appartenance à la classe et des protections, des
qu'ils leur renvoyaient une image vulgaire de leur "égards" ou des "libertés" qu'ils assurent. La peur
condition, dépouillée de l'aura que procure la manipulation de ne plus être "quelqu'un", d'être "réduit à rien", un
idéologique de la situation (on part à l'aventure. . . ) et "numéro" ou un "matricule" trahit la panique de
réduite à sa définition objective et en quelque sorte
statistique (on part en famille pendant le mois d'août
''comme tout le monde") (5). A la crainte de la

( suite note 5 )
classes supérieures parce qu'elles ôtent toute distinction, c'est-
à-dire tout "charme", tout "enchantement" c:L toute "séduction"
(5) On pourrait faire la môme remarque à propos d'une infinité à l'action qu'ils accomplissent du seul l'ait qu'elles les obligent
do situations -comme, celles, par exemple, du mariage à la à voir les membres des classes intérieures en train d'accomplir
mairie, où se trouvent môles des couples appartenant à toutes la môme action et les confrontent ainsi aux caractéristiques les
les classes sociales- qui sont insupportables aux membres des plus génériques de leur condition sociale.
105

classe devant le monde social, "impitoyable", "dur", quasi -institutionnalisation de l'état de fait (7). Mais ces
"grossier", la peur surtout des classes populaires et appropriations individuelles des biens collectifs rares,
de la menace qu'elles enferment : celle d'une inversion perçues comme illégitimes dans la mesure où elles
des- rapports de force par la substitution désarmante contredisent la définition sociale du bien commun, ne
de la violence physique à la violence symbolique. C'est sont jamais à l'abri de la controverse et engendrent
dire que l'angoisse de l'écrasement sous le nombre ou des conflits dans lesquels des rapports de force
de la submersion par la "masse" (forme psychologisée directs (parfois de force physique, plus souvent de force
ou somatisée de la crainte de la subversion) dont sociale ou de pouvoir) tendent à se substituer aux
1' "encombrement" ou la "foule" représentent la rapports de force médiatisés par le droit. Elles
transfiguration en phantasme, doit aussi être rapportée à la constituent à ce titre (comme en témoigne la violence des
relation que les membres des classes supérieures querelles entre automobilistes, entre campeurs, entre
entretiennent avec leur corps et, inversement, que vacanciers ou entre ménagères dans une file
l'analyse de la relation au corps propre engage la d'attente), une des occasions privilégiées des luttes de
connaissance des mécanismes structuraux qui sont au classes quotidiennes, particulièrement intenses en période
fondement du phantasme. de redistribution, même partielle ou temporaire, des
En un état antérieur de la structure de la distribution instruments d'appropriation du patrimoine collectif. Le
des biens matériels entre les classes, les ouvriers, discours critique sur la voiture est, en nombre de
les artisans et même, dans une certaine mesure, les cas, le produit de ces luttes. Il exprime alors, sous
employés, pourvus de logements exigus, démunis une forme universalisée, la position critique de la
classe dominante qui ne peut ni accepter sans
d'objets encombrants et fixés dans leurs zones d'habitation, résistance d'être dépossédée d'un de ses privilèges ni
consommaient peu d'espace et restaient à leur place, revendiquer explicitement un droit de priorité illégitime
sociale et physique. Une telle séparation des espaces, sur l'usage de la route.
des marchés et des marchés de l'espace (à laquelle
correspondait la diversité des biens recherchés et des
instruments utilisés pour les obtenir) tendait à limiter Le débat sur l'automobile pourrait illustrer de façon exemplaire
le nombre des agents en concurrence pour un même le fonctionnement d'une problématique de classe cet ensemble
indissociable de schemes cognitifs et d' "affects", d'intérêts et

:
type de biens', à maintenir une certaine homogénéité d'humeurs, de bon sens aveugle et de phantasmes bien fondés,
sociale entre les agents objectivement concurrents et qui définit le pensable, circonscrit l'univers du discours et
par là à limiter la concurrence en la soumettant aux produit le consensus dans et par le dissensus. Ainsi, par
règles qui en chaque groupe et en chaque classe exemple, les ordonnances sur la sécurité routière {printemps 1973)
définissent la bienséance sociale. Si les comportements peuvent susciter, dans la presse, des prises de position
qui entourent l'usage de l'automobile paraissent différentes sans que les discours qui les justifient soient le produit
de schemes ou d'humeurs différents, l'opposition entre la
exprimer sous une forme stylisée l'instauration de relations "droite" et la "gauche", entre les "conservateurs" et les "novateurs"
de concurrence généralisée entre groupes et entre s'opérant souvent par la simple transformation de la nostalgie
classes, c'est peut-être que la concurrence ne prend passéiste en utopie futuriste. Opposer "les manières de vivre
jamais des formes aussi développées ni aussi anomi- d'autrefois", le "Paris artistique et historique", les "jardins"
ques que lorsqu'elle a pour objet l'accaparement des et "l'air merveilleusement parfumé" à 1' "automobile symbole
biens rares improprement nommés biens libres parce de promotion sociale", aux "parkings", aux "garages", aux
"autoroutes", aux "tours à usage de bureaux", etc. (P. Gaxotte,
qu'ils sont soumis de droit à un mode collectif Le Figaro, 28.10.1973), ou exiger la "disparition de
d'appropriation. L' "occupation", mode d'accaparement des l'automobile" symbole "de la réussite, de la domination, de la
choses communes (6), ne peut être institutionnalisée puis ance", "instrument de libération de l'agressivité accumulée"
et éternisée par l'octroi d'un titre de propriété ; pour (P. Clermont, Politique Hebdo, 21.6.1973), au nom de la
défense de l'environnement et de l'amélioration de la qualité de la
assurer la continuité de leur privilège, les individus vie, ce sont deux façons de trahir, en l'euphé misant, une môme
ou les groupes qui ont acquis la jouissance de fait répugnance : l'horreur de la "moyenne", de la "médiocrité
des biens collectifs doivent par conséquent exercer un conservatrice" comme disait Sorel (8), c'est-à-dire le dégoût des
travail ininterrompu d'appropriation et d'expropriation
et déployer un ensemble de stratégies visant à
transformer une situation labile en un état durable, une
occupation discontinue en un monopole continu : telle
est par exemple, la fonction des "objets personnels",
laissés sur le terrain momentanément abandonné -banc
public, gazon ou plage-, autant de balises ou de (7) Ainsi, par exemple, les membres des classes populaires en
marques qui, exprimant sous une forme symbolique la vacances au bord de la mer qui, contrairement aux membres
des classes supérieures dotées de moyens économiques
présence de l'occupant absent, visent à instaurer une permet ant une diversification des activités de loi sir> demeurent souvent
une journée entière sur la plage, chose commune dont l'usage
est gratuit, s'approprient pour un jour une portion d'espace
public par l'amassement des objets personnels qu'ils y déposent
chaque matin et le défendent, comme un camp, contre les
tentatives d'accaparement ou d'intrusion.
(G) Cf. R. Odent, M. Waline, Répertoire de droit public et (8) G. Sorel, Réflexions sur la violence, Paris, Marcel Rivière
administratif, Paris, Dalloz, 1969, pp. 465-46G. et Cie, 1972, p. 97.
Luc Boltanski 106

tableau 2 LES DEPARTS EN VACANCES

moyens libérales
de agriculters exploitans du sup.
person el de et com erc
service sal riés agricoles ouvrie s employés
cadres patrons l'industrie cadres prof,

2-1 prennent des vacances d'été (1) 44,2 43,5 58,7 75,0 10,2 47,7 85,8
2-2 nombre moyen de départs des
individus qui partent en vacances (2) 1,2 1,2 1,1 1,2 1,5 1,0 1,1 1,7
2-3 prennent leurs vacances durant le
mois d'août (2) 41,6 14,6 57,9 42,4 39,9 46,1 49,9 33,6
2-4 font du camping durant leurs
vacances (2) 9,8 - 15,9 14,6 17,4 17,7 9,8 7,8
2-5 passent leurs vacances dans une
maison en propriété (2) 3,6 0,4 4,2 5,6 6,5 - 7,7 13,7
2-6 possèdent une résidence secondaire (3) 6,0 14,0 5,0 17,0 29,0
2-7 partent en week-end souvent ou
quelquefois (4) 21,0 - 28,0 31,0 47,0 - 20,0 48,0
2-8 souhaitent "circuler" et "voir du pays"
durant les vacances (3) 29,0 31,0 33,0 38,0 37,0 44,0
2-9 utilisent l'automobile pour partir en
49,0 65,5 64,3 57,5 78,5 60,6 72,9 73,7
'

vacances (1)

(en pourcentage)
Sources : (1) "Les vacances d'été en 1970". Economie et statistique, n° 23, mai 1971 ; (2) "Les vacances des français en
1964". Etudes et conjoncture, n° 6, juin 1965 ; (3) IFOP, décembre 1962 ; (4) "Les vacances des français en
1966". Etudes et conjoncture, n° 5, 1967.

classes "moyennes", ces corps sociaux impurs, nouvelles lorsque, critiquant la limitation de vitesse, il oppose "le boa
"masses inertes" suspendues entre les deux corps d1 "élite" de la chauffeur à 160 kms/heure au volant d'une Citroen Maserati"
mythologie bourgeoise, l'aristocratie du peuple, paysanne ou au "cafouilleur" qui 's'énerve à 110 à bord d'une X ou d'une Y
prolétarienne et l'aristocratie tout court. Définies de façon aux pneus pourris et à la direction approximative". Le sujet
négative, par opposition aux classes moyennes, ces "élites" des discours sur l'automobile est ainsi dépouillé des apparences
sont caractérisées par un "art de vivre" "authentique", qui rend flatteuses du "sportif" "casse-cou", miis "fair play", pour
les biens inutiles ou en sublime l'usage et qui transfigure tout, prendre une forme monstrueuse, égoïste, et sauvage ; il a suffi
du dénuement à la possession, en choix esthétique : à la "poésie pour cela que la "vulgarisation" de l'automobile ait transformé
de la vitesse" réservée "il y a vinft ans" à quelques happy few les caractéristiques sociales du conducteur modal.
et chantée par "Nimier, Sagan, Déon", "Paris-la Côte dans la
nuit par les nationales 6 et 7 ; le pied nu d'une jeune fille sur
l'accélérateur ; les dragueurs en voiture basse", au "rituel du
danger", aux "princesses anglaises" et aux "Alfa rogneuses",
François Nourrissier oppose (Le Point, 39, juin 1973) la On peut s'attendre à retrouver des discours de môme
vulgarité béotienne du conducteur d'aujourd'hui "limité, ceinturé, forme chaque fois que les mécanismes de la translation
épié au radar, fiché sur ordinateur", la "fureur à front de tendent à accroître le degré auquel les membres des
boeuf dominicale et massacreuse", les "déboîtements vaches, classes populaires et des classes moyennes
les appels de phares, l'occupation goujate des créneaux", les s'approprient réellement les biens collectifs sur lesquels ils
"bras d'honneur", les "hystéries de week-end". "A un certain
degré de démocratisation, l'automobile cesse de pouvoir être ne détenaient jusque là que des droits formels ; et cela
considérée comme un sport"; Thierry Maulnier (Le Figaro, surtout lorsque les classes supérieures ne peuvent,
17.6.1973) exprime en clair et déplore ouvertement ce que sans difficulté, les abandonner au profit d'autres biens.
suggère Jean Francis Held (Le Nouvel Observateur, 2.6.1973) Ainsi s'expliquent les dépl orations sur la dévastation du
107

tableau 3
LES OPINIONS SUR LA PROTECTION DE
L1 ENVIRONNEMENT ET SUR LA POLLUTION

aia eum
o >> to ^ T)
3 S aï
MUm g TJ Q} ou0) M X!
uVto O>i o)œ aS 'S° I ta ^
'u> Ü 'S tg-l 14-1■
lí ■S a ¿J » oB cotf Ua
o d <D

3-1 jugent que la protection de


l'environnement est un but prioritaire du
développement économique en France (1) 16 15 11 16 19
3-2 jugent qu'il faut augmenter les
crédits de recherche scientifique pour
l'environnement (1) 77 89 65 79 89
3-3 jugent qu'il faut augmenter les
crédits de recherche scientifique pour
les biens de consommation (1) 75 67 63 74 46
3-4 jugent la pollution des rivières très
inquiétante (2) 54 55 46 55 69
3-5 jugent la pollution de l'air très
inquiétante (2) 53 58 33 57 64
3-6 jugent l'augmentation du bruit ambiant
très inquiétante (2) 31 40 27 36 50
3-7 jugent la diminution des espaces verts
très inquiétante (2) 31 42 17 36 44
(en pourcentage)
Sources : (1) F. Bon, F. Bonnal, D. Boy, B. Moine, Recherche sur les attitudes de l'opinion publique à l'égard de
la recherche scientifique, Centre d'étude de la vie contemporaine française, Paris, 1973 ; (2) IFOP,
février 1970.

littoral côtier, la profanation des sites naturels, la La dénonciation du "tourisme de masse" est souvent associée à
disparition du gibier ou des poissons de rivière et, la critique de l'automobile et à la crainte de la "pollution" (qui
plus généralement, sur les méfaits des vacances, celles augmente fortement quand on passe des classes populaires aux
des autres, celles des membres des autres classes, classes supérieures, 3-4, 3-5, 3-6, 3-7). Elle exprime le
ressentiment des membres des classes supérieures contraints de
"estivants" ou "campeurs" (9). Sans doute le discours modifier la période de leurs vacances (ils sont les moins
idéologique sur la "pollution" n'aurait-il pas connu une nombreux à prendre leurs vacances durant le mois d'août, 2-3),
diffusion aussi forte, au moins dans la classe la maîtrise du temps permettant très généralement de compenser
dominante, si la souillure du monde naturel -dont la la perte relative du contrôle de l'espace,fide renouveler leurs
beauté se révélait aux yeux de la bourgeoisie à mesure que lieux de villégiature pour échapper au contact polluant des autres
les résidences secondaires se substituaient aux classes au prix de voyages de plus en plus lointains et de plus
en plus coûteux ; les fractions intellectuelles, plus démunies
entreprises agricoles- n'avait été l'expression indirecte de économiquement, ayant pour leur part intérêt à élever la valeur
la souillure sociale qu'engendre le mélange des classes. symbolique de lieux proches dans l'espace ou tenus jusque là
pour dépourvus de tout agrément touristique. On trouvera un
exemple archetypal de cette production idéologique dans un
article d'André Fermigier (Le Nouvel Observateur, 23.8.1971)
qui, associant "camping, varices et pollution", oppose "les
charmants hippies", aux "gros automobilistes" et le calme de
la "vallée de l'Indre", "dernier refuge honorable" à 1' "Europe
(9) Ia part des campeurs varie en raison inverse de celle des dévorée de hordes poussant des cris sauvages pendant tout
propriétaires de résidences secondaires et augmente très l'été". Dans l'imaginaire des classes supérieures, le môme
fortement quand on passe des classes supérieures aux classes scheme sous -tend la représentation stéréotypée de 1' "autoroute"
populaires (2-4, 2-5, 2-6). ou du "camping" et l'image catastrophique du "grand ensemble"
Luc Boltanski 108

"ci.' plaisant", "déprimant" ou "invivable' (bruit, etc.) à cause A preuve, les membres des classes supérieures, sont les moins
du mélange social qu'il entraîne (10). nombreux à mentionner la limitation de vitesse parmi les
mesures propres à diminuer le nombre des accidents de la route
pour lui préférer le développement des autoroutes (1-7, 1-8). La
L'utopie du retour à la nature et la critique de la limitation autoritaire de la vitesse pour tous les usagers et sur
technique et des objets techniques de consommation tous les espaces (y compris les autoroutes), -sorte d'impôt
trouvent leurs consommateurs privilégiés dans la progressif sur le capital de puissance puisqu'elle taxe très
inégalement les différents véhicules en alignant la vitesse des voitures
classe dominante : les membres des classes les plus puissantes sur la vitesse des voitures les moins
supérieures sont les plus nombreux à déclarer que la puissantes- constitue une mesure nivelante. A ce titre, elle pourrait
protection de l'environnement est un but prioritaire du contribuer à transformer la structure des relations entre
développement économique en France ou les plus conducteurs en supprimant, au moins partiellement, l'instrument et
favorables à l'augmentation des crédits de recherche l'enjeu de la concurrence qu'ils se livrent en situation de vitesse
scientifique pour 1' "environnement" et, inversement, les libre. L'autoroute, qui opère une distinction physique entre les
différents espaces de circulation et dont l'usage, interdit à
moins favorables à une augmentation des crédits de certains types de véhicules (vélos, camions certains jours, etc.)
recherche pour les biens de consommation (3-1, 3-2, et soumis à un droit de péage, est d'autant plus rentable qu'on
3-3). Mais cette bonne volonté "écologique" ne utilise un véhicule plus rapide ¡elle tend également à homogénéiser
s'accompagne pas d'une désaffection, même partielle, à les caractéristiques sociales et mécaniques des conducteurs et
l'égard des biens matériels : en témoigne, dans le de leur véhicule. Mais cette égalisation est obtenue au prix d'un
renforcement de la ségrégation sociale (12).
cas de la voiture, le fait que les classes supérieures
sont les moins fortement démotorisées et les plus
fortement multi motorisées ou encore que les ménages Comme on le voit ici à propos des autoroutes (et
non motorisés, dont le chef de ménage détient le comme l'a déjà montré l'étude de la structure du public
permis de conduire, sont les moins nombreux dans les des "maisons de la culture", des "théâtres populaires"
classes supérieures (1-1, 1-2, 1-3, 1-4). Bref, les ou des musées et l'analyse du type d'utilisation auquel
classes supérieures, qui font l'usage le plus intense sont soumis ces "équipements culturels" (13J), les
de l'automobile, qui sont dotées des véhicules les plus biens publics, biens sociaux, biens sous tutelle, ou
puissants et les plus rapides et qui sont les plus biens collectifs, ne sont pas des biens génériques
attachées à la "vitesse" (1-5) ne critiquent la "voiture" également mis à la disposition de chacun. La science
qu'à défaut de pouvoir critiquer la démocratisation de économique découvre parfois des "utilités neutres"
l'accès à la voiture (11). mais à condition de substituer aux agents concrets
pourvus d'intérêts antagonistes ou différents et
inégalement dotés du capital que requiert l'appropriation des
biens libres, un "agent indiscernable" utilisateur de
"biens homogènes", sorte de point abstrait "intemporel"
et "aspatial" (14).

Le bavardage bourgeois, dans ses formes spontanées


comme dans ses formes savantes -du journalisme à
(10) La sociologie de la "modernité" procède de façon identique la philosophie sociale -} mérite d'être écouté : il
dans le cas de l'habitat et dans le cas de l'automobile s'atta- désigne à la sociologie les terrains sur lesquels se
chant aux propriétés substantielles des conditions nouvelles concentrent, de façon provisoire ou durable, les intérêts
:

d'habitat sans analyser le principe de sélection des populations qui (aux deux sens du terme) et souvent les angoisses de
s'y trouvent mêlées, ni le type de relations qui s'instaurent la classe dominante. Ainsi, le discours sur
entre ces populations, la prophétie urbanistique peut réduire un l'encombrement est un discours idéologique bien fondé : à
ensemble de phénomènes hétérogènes et produits par des
mécanismes sociaux différents à l'apparition d' "hommes nouveaux"
au "psychisme original" qui seraient le produit mécanique du
changement des conditions d'environnement (cf.
J.C. Chamboredon, M. Lemaire, "Proximité spatiale et
distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement", Revue
française de sociologie, 11, 1970, pp. 3-33). (12) L'accroissement de la vitesse des véhicules sur autoroute
tend à compenser les gains dus à l'homogénéisation de l'espace
(11) II en va dans le cas de la diffusion de l'automobile comme et ä l'homogénéisation des caractéristiques des véhicules : tout
dans le cas de la diffusion culturelle et sans doute pourrait-on en- restant inférieur au taux actuellement constaté sur le réseau
montrer, par exemple, que l'idéologie de la "massification ordinaire, le nombre dej tués sur autoroute croît de 6 % par
culturelle" qui accompagne la diffusion de la télévision constitue an. Cf. A. Jardin, P. Fleury, La révolution de l'autoroute,
la réponse idéologique au dilemme que pose aux membres des Paris, Fayard, 1973, pp. 202-203.
classes supérieures l' égalisation, au moins apparente (
puisqu'elle exigerait, pour être effective, que les agents soient dotés (13) Cf. P. Bourdieu, A. Darbel, L'amour de l'art, Paris,
du capital culturel incorporé nécessaire à l'appropriation des Editions de Minuit, 1966 et J.C. Chamboredon, F. Bonvin,
biens culturels offerts par la télévision) des chances d'accès à Les conditions sociales de la diffusion culturelle à Yerres,
des biens symboliques dont la valeur dépend de la structure de ronéo, Paris, CSE, 1973.
leur distribution entre les classes ou si l'on veut de leur
rareté (cf. P. Bourdicu, "Les fractions de la classe dominante et (14) Cf. par exemple, P.A. Samuelson, "The Pure Theory of
les modes d'appropriation de l'oeuvre d'art", Information sur Public Expenditure", Review of Economics and Statistics, nov.
les sciences sociales, 13 (3), juin 1974, pp. 7-32). 1954.
109

l'analyse des mécanismes sociaux il substitue la l'encombrement homogénéise et nivelle puisqu'il


connaissance immédiate, opérée, sur le mode de l'humeur, suspend, momentanément, le pouvoir que chaque agent
d'un phénomène qui, produit de ces mécanismes, en doit aux caractéristiques sociales dont il est doté et
donne une image concrète. Pris à sa valeur faciale, aux caractéristiques mécaniques dont est doté son
l'encombrement des routes, processus stochastique qui véhicule. L' "homme encombré" (17) peut ainsi s'intégrer
produit un "effet de masse" (15) présente déjà le à la série des euphémismes, "les foules" du
paradigme du mécanisme sériel : l'agrégation des "pessimisme antidémocratique" -comme dit Dupréel (18)-/
stratégies individuelles de déplacement d'un nombre élevé des Le Bon ou Tarde, 1' "homme -masse" de Ortega
de "personnes" dont les "décisions", prises y Gasset ou 1' "homme massifié" de Morin et des
individuellement, "concernent toutes les autres" "sans que mass-médiologues/par lesquels la classe dominante
l'acte qui transmet l'influence fasse l'objet d'un accord désigne les classes qu'elle domine et les stratégies
entre elles" (16) engendre l'immobilité de tous. Enfin, de concurrence ou de lutte, que ces classes lui
opposent.

(17) L' "homme encombré" est le titre d'un colloque organisé par
le Centre d'études prospectives (cf. Prospective, 15, avril 19G9).
On présentera ultérieurement l'analyse du compte rendu de ce
colloque.
(15) S. C. Kolm, La théorie économique générale de l'encombre-
rnent, Taris, Sédéis, 19G8, p. 2G. (18) E. Dupréel, "Y a-t-il une foule diffuse ? L'opinion
publique", in; La foule, quatrième semaine internationale de synthèse,
(IG) Ibidj p. 17. Paris, Librairie Félix Alean, 1934, pp. 109-130.