Vous êtes sur la page 1sur 3

ZORKANI Mohammed Département d’HYDRAULIQUE

Etude d’une onde purement stationnaire


Clapotis total

Exercice N°14 :
Déterminer, par le théorème de superposition «valable en théorie linéaire»,
les expressions des deux composantes horizontale et verticale de la
vitesse des particules d’eau dans une onde purement stationnaire ?

Solution exercice N°14 :


On sait que le potentiel de vitesses (écoulement 2D irrotationnel) d’une
onde de gravité progressive est donné par :
g Hi ch k (y + h) H
Φ i (x, y, t ) = sin(k x − ω t ) pour ηi (x, t ) = i sin(k x − ω t )
2ω ch kh 2
où l’indice « i » désigne incident (donc onde progressive : sens ( + x )).
Le potentiel de l’onde réfléchie est donné par :
g Hr ch k (y + h) H
Φ r (x, y, t ) = sin(k x + ω t ) pour ηr (x, t ) = r sin(k x + ω t )
2ω ch kh 2
La potentiel résultant ( Φ R ) est donc :
Φ R (x, y, t ) = Φ i (x, y, t ) + Φ r (x, y, t ) associé à ηR (x, t ) = ηi (x, t ) + ηr (x, t )
g ch k (y + h)
soit : Φ R (x, y, t ) = {Hi sin(k x − ω t ) + Hr sin(k x + ω t )}
2ω ch kh
H
Le coefficient de réflexion R est définit par : R = r : ainsi
Hi
g Hi ch k (y + h)
Φ R (x, y, t ) = { sin(k x − ω t ) + R sin(k x + ω t )}
2ω ch kh
pour une réflexion totale (onde purement stationnaire) : R = 1 ⇒
h + y
ch 2 π  
g Hi  L   x  t
Φ R (x, y, t ) = − cos  2 π  sin  2 π 
ω h  L  Τ
ch 2 π  
L
 ∂ ΦR 
→  
r u  ∂x 
la vitesse pour cet écoulement plan est : v =   ≡ grad Φ R = ⇒
v
   ∂ Φ R 
 ∂y 
 
Ecole Hassania des Travaux Publics 1 Zorkani Mohammed
Hydraulique Maritime
ZORKANI Mohammed Département d’HYDRAULIQUE

h + y
ch 2 π  
g Hi  L   x  t
Φ R (x, y, t ) = − cos  2 π  sin  2 π 
ω h  L  Τ
ch 2 π  
L
h + y 
ch 2 π  
∂ ΦR Τ  L   x  t
u= = g Hi sin  2 π  sin  2 π 
∂x L h  L  Τ
ch 2 π  
L 
h + y 
sh 2 π  
∂ ΦR Τ  L   x  t
v= = − g Hi cos  2 π  sin  2 π 
∂y L h  L  Τ
ch 2 π  
L 
Mais on a :
 2 πh 
2 ch 
gΤ  2 πh  L gΤ  2 πh  Τ 2π  L 
L= th  ⇒ =c= th  ⇒ =
2π  L  Τ 2π  L  L gΤ  2 πh 
sh 
 L 
d’où
h + y
ch 2 π  
 L   x  t
u = ω Hi sin  2 π  sin  2 π 
 2 πh   L  Τ
sh 
 L 
h + y
sh 2 π  
 L   x  t
v = − ω Hi cos  2 π  sin  2 π 
 2 πh   L  Τ
sh 
 L 
Ebranlement de la surface libre :
H
ηR (x, t ) = ηi (x, t ) + ηr (x, t ) ⇒ ηR (x, t ) = i {sin(k x − ω t ) + R sin(k x + ω t )}
2
qui pour ( R = 1) donne :
H
ηR (x, t ) = i {sin(k x − ω t ) + sin(k x + ω t )} ⇒
2

Ecole Hassania des Travaux Publics 2 Zorkani Mohammed


Hydraulique Maritime
ZORKANI Mohammed Département d’HYDRAULIQUE

 2πx   2πt 
ηR (x, t ) = Hi cos kx sin ωt = Hi cos   sin  
 L   Τ 
nœud
2Hi Mur
ventre

Il existe des points ( x n ) où ηR (x, t ) est toujours nul à tout instant :


 2πx  2 π xn π
cos   = 0 ∀t : = + nπ ⇒
 L  L 2
L
x n = (2 n + 1) position des nœuds
4
L
( x n +1 − x n == ) deux nœuds consécutifs sont distant de ( L 2 )
2
Les ventres ont pour position ( x v ) tel que :
 2πx  2π xv L
cos   = m1 : = π + n π ⇒ x v = (1 + v ) position des ventres
 L  L 2
L
( x v + 1 − x v = ) deux ventres consécutifs sont distant de ( L 2 )
2
donc la distance entre un nœuds et un ventre consécutif est : L 4 .
A savoir le mur est un ventre (la vitesse normale au mur est nulle :
u = 0 au mur (en « x = 0 » si l’origine des x est le mur)
Le même raisonnement s’applique au champs de vitesse : observons que
quand ηR (x n , t ) = 0 (un nœud) la composante horizontale de la vitesse y
est dans le temps de façon extrémale alors que celle verticale y est nulle.
Remarque :
Connaissant le potentiel de vitesse ( Φ ) nous pouvons déterminer la
fonction de courant ( ψ ) par :
∂ψ ∂Φ ∂ψ ∂Φ
( = = u) & ( =− = − v ) en (2D : écoulement plan)
∂y ∂x ∂x ∂y
ce qui vérifie l’équation de continuité : ( u x + v y = 0 ).

Ecole Hassania des Travaux Publics 3 Zorkani Mohammed


Hydraulique Maritime

Vous aimerez peut-être aussi