Vous êtes sur la page 1sur 152

C'est la vie !

2 GUÍA PORTADILL 2/12/04 18:59 Página 1


C'est la vie ! 2 GUÍA PORTADILL 2/12/04 18:59 Página 2
668780Indice.qxd 2/12/04 18:54 Página 3

Table des matières


AVANT-PROPOS ................................................................................................................................................... 4

UNITÉ 0 .................................................................................................................................................................. 17

UNITÉ 1
Objectifs et contenus ........................................................................................................................................ 23
Leçon 1 .................................................................................................................................................................. 24
Leçon 2 .................................................................................................................................................................. 34
Bilan .................................................................................................................................................................. 41

UNITÉ 2
Objectifs et contenus ........................................................................................................................................ 43
Leçon 3 .................................................................................................................................................................. 44
Leçon 4 .................................................................................................................................................................. 52
Bilan .................................................................................................................................................................. 61
Projet 1 .................................................................................................................................................................. 63

UNITÉ 3
Objectifs et contenus ........................................................................................................................................ 65
Leçon 5 .................................................................................................................................................................. 66
Leçon 6 .................................................................................................................................................................. 77
Bilan .................................................................................................................................................................. 85

UNITÉ 4
Objectifs et contenus ........................................................................................................................................ 87
Leçon 7 .................................................................................................................................................................. 88
Leçon 8 . ................................................................................................................................................................. 97
Bilan .................................................................................................................................................................. 105
Projet 2 .................................................................................................................................................................. 107

UNITÉ 5
Objectifs et contenus ........................................................................................................................................ 111
Leçon 9 .................................................................................................................................................................. 112
Leçon 10 ................................................................................................................................................................ 122
Bilan .................................................................................................................................................................. 130

UNITÉ 6
Objectifs et contenus ........................................................................................................................................ 133
Leçon 11 ................................................................................................................................................................ 134
Leçon 12 (Projet) ............................................................................................................................................... 142
Bilan .................................................................................................................................................................. 147
PASSEPORT C'EST LA VIE ! 1 ........................................................................................................................... 149
PASSEPORT C'EST LA VIE ! 2 ........................................................................................................................... 151
668905Intro.qxd 2/12/04 18:57 Página 4

Avant-propos
A. INTRODUCTION

• C’est la vie ! 2 est une méthode de français destinée aux grands adolescents et adultes qui se caractérisent par une
grande diversité :
- de milieux socioculturels.
- de parcours professionnels : certains font encore des études, d’autres les ont finies depuis longtemps ; certains sont sur le
marché du travail, d’autres n’exercent pas ou plus d’activité professionnelle.
- d’objectifs : certains désirent établir des contacts avec des jeunes francophones, d’autres souhaitent communiquer lors de
voyages ; d’autres encore veulent obtenir une reconnaissance professionnelle, un diplôme supplémentaire, ou tout simple-
ment découvrir une autre langue, une autre culture.
- d’attentes et de besoins : parfois très précis et pointus (regarder des films en V.O., lire la presse…), parfois très généraux et
flous.
- d’habitudes d’apprentissage (toujours liées à des expériences scolaires antérieures) et de niveaux linguistiques généralement
assez hétérogènes.

• Cette diversité, ainsi que le fait que tous - adultes et grands adolescents - remplissent une fonction sociale déterminée
et utilisent à cet effet la langue (maternelle et étrangère), déterminent une approche linguistique, méthodologique et
didactique que nous allons maintenant définir.

1. Nous nous situons dans le courant d’une perspective de type actionnel « qui considère avant tout l’usager et l’apprenant d’une
langue comme des acteurs sociaux ayant à accomplir des tâches (qui ne sont pas seulement langagières) dans des circons-
tances et un environnement donnés à l’intérieur d’un domaine d’action particulier » (*) et qui utilisent, pour ce faire, des com-
pétences générales et langagières, des stratégies, des capacités et des ressources personnelles.
(*) Extrait du Cadre Européen Commun de Référence

2. Nous avons fait le choix de suivre de très près le Cadre Européen Commun de Référence (communément accepté actuel-
lement comme document de base pour la description des apprentissages / enseignements des langues et pour la définition
des curriculums) parce que :
a) il offre, pour chacun des 6 niveaux de référence fixés permettant d’atteindre la compétence d’utilisateur expérimenté (maî-
trise), un développement minutieux des compétences à obtenir dans chacun des domaines de langue et chacune des situa-
tions de communication.
b) il établit des échelles qui modulent la progression de la compétence de communication niveau par niveau et qui permettent
de dessiner une progression rigoureuse et évaluable, non seulement au sein du groupe-classe mais aussi individuellement.
c) il décrit minutieusement et concrètement les actes de communication envisageables et cohérents avec le contexte, ce qui
permet de cibler et de décrire, en termes de savoir-faire, les objectifs linguistiques fixés.
d) il offre un répertoire des stratégies à utiliser pour développer chacune des quatre compétences de communication, aidant
ainsi les apprenants à apprendre à apprendre. Il offre également des outils et des grilles d’auto-évaluation leur permettant
de savoir très exactement ce qu’ils sont en train d’apprendre et pourquoi, et de se situer clairement dans leur progression
et dans leur apprentissage.

3. Nous avons mis en relation ce cadre général avec les curriculums de quelques centres spécialisés dans l’enseignement des
langues étrangères pour définir de manière précise « la matière linguistique » à acquérir par des apprenants généralement inté-
grés dans des structures d’enseignement et / ou qui désirent obtenir des diplômes officiels (tels que ceux délivrés par les EOI,
les DELF / DALF…).

4 //// AVANT-PROPOS
668905Intro.qxd 2/12/04 18:57 Página 5

B. PRÉSENTATION DE C’EST LA VIE ! 2

1. Niveau de compétence retenu pour C’est la Vie ! 2 : élémentaire (consolidation) et indépendant


(introduction du niveau « seuil »)
Nous reprenons, renforcé et complété, l’ensemble des objectifs du niveau A2 (intermédiaire ou de « survie ») traités dans C’est
la vie ! 1 et nous abordons ceux du niveau B1 (niveau « seuil »), qui seront approfondis et développés dans C’est la vie ! 3.
Pour reprendre les termes du Cadre Européen Commun de Référence, cela signifie que l’apprenant ayant atteint le niveau fixé
aura, dans le cadre d’échanges avec des francophones, la pleine capacité de : « comprendre des phrases isolées et des expres-
sions fréquemment utilisées en relation avec des domaines immédiats de priorité (par exemple, informations personnelles et
familiales simples, achats, environnement proche, travail) ; communiquer lors de tâches simples et habituelles ne demandant
qu’un échange d’informations simple et direct sur des sujets familiers et habituels ; décrire avec des moyens simples sa forma-
tion, son environnement immédiat et évoquer des sujets qui correspondent à des besoins immédiats » (niveau A2).
Il aura, dans le même cadre d’échanges, une certaine capacité –qu’il développera dans C’est la vie ! 3– à : « comprendre les
points essentiels quand un langage clair et standard est utilisé et s’il s’agit de choses familières dans le travail, à l’école, dans
les loisirs… ; se débrouiller dans la plupart des situations rencontrées en voyage dans une région où la langue cible est parlée
; produire un discours simple et cohérent sur des sujets familiers et dans ses domaines d’intérêt ; raconter un événement, une
expérience ou un rêve, décrire un espoir ou un but et exposer brièvement des raisons ou explications pour un projet ou une
idée » (niveau B1) .
Nous définirons le niveau de compétence (en compréhension et en production) retenu pour C’est la vie ! 2 comme le passage
de phrases isolées et d’expressions fréquemment utilisées en relation avec des domaines immédiats à des textes courts, simples,
de registre standard et en relation avec des domaines d’intérêt et des thèmes familiers.

2. Domaines de langue retenus


Pour tenir compte de la grande diversité de nos publics, nous avons décidé de traiter particulièrement les domaines éducatif, per-
sonnel et public et d’aborder légèrement le niveau professionnel (prise de contact, recherche de travail, présentation personnelle)
qui sera développé dans C’est la vie ! 3.
Nous pensons que des apprenants abordant le niveau « seuil » doivent être capables d’échanges simples dans l’ensemble de ces
contextes.

3. Situations de communication retenues


Nous avons privilégié les deux grands types de situations de communication possibles dans une classe pour aborder l’ensemble
des situations à travailler :

a) La situation de communication de groupe

• L’objectif est que le français, dans la ligne du travail amorcé dans C’est la vie ! 1, devienne la « langue de la classe » : langue
de communication (celle des conversations amicales, des demandes d’explications, des conversations à propos de l’ap-
prentissage, des activités en sous-groupes) et langue d’échanges plus élaborés utilisée pour réaliser des activités complexes
et des projets, pour proposer, argumenter, négocier et prendre des décisions.
Le professeur-utilisateur verra que cet objectif est fixé dès la leçon 0. Il est explicité comme objectif général de la leçon et
dans les activités d’auto-évaluation initiale qui sont toutes centrées sur la connaissance des membres de la classe et donc
sur la naissance du groupe qui devient lieu de parole dynamique et positif.
Cette importance donnée à la situation de communication de la classe répond à la volonté de faire en sorte que :
- le français ne soit pas réduit, comme souvent, à un métalangage artificiel alors que l’expression de l’affectivité et de l’émo-
tivité du groupe est réservée à la langue maternelle.
- le français soit la langue par laquelle passent les besoins réels de communication des membres du groupe-classe en ce qui
concerne leurs préoccupations, leurs aspirations, leurs centres d’intérêt. Un groupe d’adultes étant un microcosme social
assez représentatif de la société actuelle, il offre tout naturellement une matière linguistique privilégiée pour l’apprentissage
langagier. Il n’est donc pas nécessaire de chercher artificiellement à introduire « le réel » dans les cours : il suffit de faire
émerger la richesse et la diversité des expériences vécues par tous les membres du groupe.

AVANT-PROPOS //// 5
668905Intro.qxd 2/12/04 18:57 Página 6

• Développer la situation de communication de la classe a également une fonction psychopédagogique très importante :
- Les adultes ont besoin de motivations fortes pour aborder et surtout pour continuer un apprentissage qui requiert temps et
persévérance. Or, connaître d’autres adultes, échanger des expériences (parfois similaires, parfois complémentaires) et éta-
blir des relations amicales devient très vite une source de motivation très forte.
- Les adultes ont besoin de points d’appui divers pour faciliter leur apprentissage. Les relations à l’intérieur du groupe aident
à créer ce réseau d’entraide qui bien souvent s‘étend au-delà des limites de la classe.
• Enfin, développer le français comme langue d’apprentissage permet de rendre l’apprenant autonome par rapport à son
apprentissage. C’est pourquoi les éléments tels que l’avant-propos, le précis grammatical, les consignes et les explications
grammaticales des matériaux d’apprentissage ont été rédigés de façon claire et accessible, de façon à être réellement utili-
sés. Ainsi, les apprenants peuvent, au cours des activités du Portfolio et des 3 sections Faire le point, s’auto-évaluer égale-
ment par rapport à leur compréhension écrite de la langue de la classe.
Nous encourageons donc le professeur-utilisateur de cette méthode à demander aux apprenants de lire, commenter et uti-
liser tous ces textes et consignes.

b) Les situations de communication simulées dans le groupe


• Présentes principalement dans certains jeux de rôles et activités ludiques, elles permettent d’aborder la langue d’une manière :
- plus structurée, puisqu’il s’agit de découvrir différents types de textes (à l’oral : conversations, monologues, débats…) qui
serviront de modèles pour des productions ultérieures.
- plus systématique et plus exhaustive, afin de travailler l’ensemble des actes de parole définis pour chaque séquence d’ap-
prentissage.
- plus créative et donc plus personnelle et plus motivante.
- plus réelle : la sensibilisation et l’accoutumance aux registres de langue permet une compréhension de la langue beaucoup
plus fine et une perception des éléments culturels qu’elle véhicule.
Ces situations réelles ou simulées, permettent d’aborder et d’exploiter, sous différents points de vue complémentaires et dans les
domaines fixés, des textes assez courts et assez simples, « semi-authentiques » et porteurs d‘un réel contenu culturel et pragmatique.

4. Activités de communication pour les compétences de production et de réception,


stratégies d’accompagnement et niveaux d’exigence
• Les activités de communication sont très variées et tiennent compte :
- des expériences vécues par les apprenants, pour qu’ils cernent leurs besoins immédiats et leurs centres d’intérêt. Elles répon-
dent aux besoins de motivation du groupe et d’implication de chacun de ses membres.
- des compétences plus générales des apprenants, puisque les adultes peuvent transposer de nombreuses stratégies et de
nombreux savoirs, savoir-être et savoir-faire qui les aideront à acquérir une langue étrangère.
- des variations entre profils d’apprenants. Par conséquent, certaines activités font plus particulièrement appel à la réflexion,
d’autres à l’imagination, au jeu… Certaines requièrent un abord global, d’autres un abord plus analytique.
• Elles sont liées les unes aux autres, des compétences de réception à celles de production, de l’oral à l’écrit (et vice-versa) et
elles mettent en valeur les spécificités de chaque texte à comprendre ou à produire.
• Elles sont reliées à des stratégies spécifiques d’accompagnement qui sont introduites à intervalles réguliers pour chaque com-
pétence de communication. Elles sont accompagnées des niveaux d’exigence requis pour chacune de ces compétences (par
exemple, compréhension sélective de consignes à suivre dans des cas de perte ou vol de papiers, compréhension d’itinéraires
pour se rendre dans un endroit précis…).
• Le professeur-utilisateur les trouvera répertoriées dans les 3 sections Faire le point (Portfolio, p. 9-10, 15-16, 21-22) qui offrent
aux apprenants la possibilité de savoir ce qu’ils ont appris et d’auto-évaluer leur degré d’acquisition.

5. Activités langagières privilégiées


PRODUCTION ORALE

a) Activités

Interactions
• Participation à des conversations spontanées, à l’intérieur de petits groupes ou en grand groupe et sur l’ensemble des sujets
familiers ou d’intérêt plus général.

6 //// AVANT-PROPOS
668905Intro.qxd 2/12/04 18:57 Página 7

• Participation à des jeux de rôles préparés, avec des contraintes fixées à l’avance.
• Participation à des jeux et activités ludiques diverses.
• Lecture à voix haute de textes poétiques et / ou expressifs et de chansons.
• Participation à des débats, pour donner son opinion et des arguments.
• Élaboration de projets assez complexes portant sur des tâches concrètes et « réalistes »…

Monologues suivis
• Spontanés, pour décrire, raconter, exposer…
• Préparés, pour raconter un événement, une anecdote, des souvenirs, pour décrire une photo…

b) Stratégies accompagnant ces activités de production orale (interactions et monologues)

• Évaluer et noter l’expression orale.


• Préparer des jeux de rôles.
• Structurer et planifier des monologues.
• Adapter son discours au contexte.

c) Niveau d’exigence requis

• Il est explicité à deux moments bien distincts de la progression : dans les critères d’évaluation proposés dans la leçon 2 et
dans les critères de notation proposés dans la leçon 8.
• Ces critères de notation de la compétence d’expression orale proposés dans la deuxième partie du manuel (il y a en tout
12 leçons) sont assez complexes puisqu’ils prennent en compte :
- la communication (longueur, précision et richesse du discours),
- le vocabulaire (contrôle, richesse, variation),
- la grammaire (correction, variation, présence d’erreurs),
- la prononciation (intelligibilité, intonation, rythme, débit, erreurs ponctuelles).
Ces critères seront repris et précisés dans C’est la vie ! 3.
• Le niveau d’exigence est auto-évalué de manière précise et progressive dans les sections Faire le point et dans le Passeport
(Portfolio, p. 23-24).

PRODUCTION ÉCRITE

a) Activités

• Les activités de production écrite sont, à ce niveau, plus variées, plus riches et plus personnelles qu’au niveau « survie ».
• Le professeur-utilisateur trouvera :
- différents types de lettres : amicales, officielles, de motivation personnelle, de réclamations…
- différents types de documents : feuille de constat d’accident, critiques d’activités culturelles, messages écrits et prise en
notes de messages oraux,
- écrits créatifs pour présenter, commenter des faits, raconter une histoire…

b) Stratégies accompagnant ces activités de production écrite


• Planifier des textes écrits.
• Évaluer un texte écrit.
• Élaborer un texte écrit créatif.

c) Niveau d’exigence requis


• Il est explicité dans les sections Faire le point et plus particulièrement dans le Passeport (Portfolio, p. 23-24).
• L’apprenant est appelé à s’auto-évaluer sur le critère suivant : « Je peux écrire des textes de longueur moyenne, bien struc-
turés et de registre standard ».

AVANT-PROPOS //// 7
668905Intro.qxd 2/12/04 18:57 Página 8

COMPRÉHENSION ORALE

a) Activités
• Le professeur-utilisateur trouvera de très nombreuses activités de compréhension orale, graduelles et variées.
• Il s’agit de textes (2 par leçon) servant de « déclencheurs », situés au début de la leçon (rubrique Situations) et / ou dans
la rubrique Compétences. Ces textes appartiennent à des typologies variées et utilisent des registres de langue différents.

Interactions
• Intervention des autres membres du groupe et du professeur à l’intérieur du grand groupe et des sous-groupes.
• Conversations « semi-authentiques » et parfois authentiques (à 2, 3 ou 4) sur les situations de chaque leçon, en tenant
compte des légers changements de registre de langue, des contenus pragmatiques et culturels.
• Enquêtes et interviews, en direct et en différé.
• Débats radiophoniques « semi-authentiques ».
• Chansons.

Monologues suivis
• Récits de vie.
• Discours publics.
• Annonces, instructions orales et bulletins radiophoniques courts en relation avec des thèmes familiers.

b) Stratégies accompagnant ces activités de compréhension orale

• Réflexion sur les différents processus de compréhension : globale, sélective, fine.


• Observation des marques de l’affectivité et de l’expression des sentiments.
• Recherche du fil conducteur de textes assez longs et assez complexes.

c) Niveau d’exigence requis

• Compréhension globale de documents assez longs et assez complexes traitant de thèmes familiers.
• Compréhension sélective de documents contenant des informations utiles pour l’apprenant (indications touristiques, mar-
chandes…).
• Compréhension globale (pour le plaisir) de certains textes littéraires et contes.
• Compréhension de certains aspects culturels et pragmatiques.

COMPRÉHENSION ÉCRITE

a) Activités

• Le professeur-utilisateur trouvera des textes très différents les uns des autres :
- cartes postales, invitations diverses,
- petites annonces, formulaires, plans de diverses villes,
- enquêtes, extraits de journaux, de revues et de guides touristiques (« semi-authentiques »),
- extraits de textes littéraires.

b) Stratégies accompagnant les activités de compréhension écrite

• Réflexion sur la compréhension de mots nouveaux, sur la compréhension d’articles de presse, sur l’utilisation d’un diction-
naire bilingue.

c) Niveau d’exigence requis

• Il est plus détaillé et formulé différemment que dans C’est la vie ! 1, qui n’envisageait que la compréhension de textes dis-
persés et très ciblés sur les besoins immédiats.

8 //// AVANT-PROPOS
668905Intro.qxd 2/12/04 18:57 Página 9

• On peut le décrire de cette manière :


- « Je peux comprendre des textes authentiques assez longs et en langue standard ou familière. Plus précisément, je peux
comprendre des textes des domaines : personnel, administratif, professionnel et commercial. »
- « Je peux comprendre assez précisément des extraits de textes « semi-authentiques » et plus précisément des textes du
domaine de la littérature et des médias ».

6. Activités sociolinguistiques et pragmatiques

a) Activités
• Dans C’est la vie ! 2, les activités linguistiques sont envisagées en relation avec les activités sociolinguistiques et pragma-
tiques. Comportement langagier, marques de l’affectivité, registres de langue, différences comportementales et relationnelles
(amicales et sociales), certains rites et habitudes culturelles… sont abordés dans les documents écrits et oraux de toutes les
rubriques et ils sont repris comme partie intégrante des activités de la rubrique Compétences.
• Les sujets de civilisation abordés dans ces documents sont introduits de façon explicite et très globale dans la rubrique
Civilisation des leçons correspondantes. Ils sont introduits généralement dans la perspective de la francophonie et sont très
variés (caractéristiques nationales francophones, structures de l’enseignement, humour, transports, traditions, festivals de
cinéma, structures de protection sociale, médias, environnement, inventions).
• Ils ont comme objectif de :
- sensibiliser d’emblée les apprenants aux dimensions socioculturelle et pragmatique de la communication,
- leur donner les informations de base pour comprendre globalement les comportements et les références culturelles de
leurs interlocuteurs francophones dans des échanges simples, tout en percevant les différences existantes entre celles-ci et
les leurs.
- leur permettre de s’adapter légèrement à ces comportements, s’ils le désirent.
• Le professeur-utilisateur trouvera dans ce Livre du professeur des informations sur ces sujets et des indications pour les déve-
lopper dans la classe.

b) Stratégies accompagnant les activités de compréhension écrite


• À ce niveau, elles se limitent à des observations faites durant le déroulement des activités d’exploitation : en réception, pour
mieux comprendre, ou en production, pour enrichir les interventions.
c) Niveau d’exigence requis
• Il est explicite dans le Passeport de C’est la vie ! 2 alors qu’au niveau précédent, il n’était pas mentionné indépendamment
des activités langagières.
• Il peut être décrit de cette manière : « Je suis sensible aux différences les plus significatives entre les pays francophones et
mon pays en ce qui concerne :
- certaines habitudes, traditions, manifestations culturelles,
- les structures des systèmes éducatif, sanitaire et social,
- les médias (radio, télévision, presse),
- certaines démarches à effectuer dans le cadre de séjours en France. »
• Il n’est pas encore explicite dans les critères d’évaluation des productions écrites et orales.

7. Les textes et les activités liées aux textes

LES TEXTES

• Ils ont été choisis en fonction des domaines et des situations de communication, en fonction des activités de communication
et des tâches que l’apprenant devra réaliser, en fonction de la motivation qu’ils peuvent faire naître et enfin selon un degré de
longueur, de difficulté et de complexité discursive croissant.
• Ils ont été choisis aussi pour se compléter d’une compétence à l‘autre et pour former ainsi un tout cohérent et ouvert, répon-
dant aux besoins réels des utilisateurs de ce niveau.
• Ils revêtent tous - même si, principalement dans les débuts, ils ont été inventés, modifiés et remaniés - un aspect d’authenti-
cité de plus en plus évident.

AVANT-PROPOS //// 9
668905Intro.qxd 2/12/04 18:57 Página 10

• Ce sont des documents « complets », présentant une structure assez complexe correspondant à des conversations, des discours,
des conférences, des émissions de radio…
• Ils constituent des modèles ou des stimulus pour les productions ultérieures orales et écrites.

a) Textes écrits
• Des extraits de revues, de journaux, de BD et de livres. Les styles sont descriptif, narratif ou informatif. Ce sont des extraits
de documents authentiques (parfois « semi-authentiques »), choisis en fonction de leur intérêt linguistique, de leur adéqua-
tion aux situations de communication traitées, de leur richesse culturelle et pragmatique, et parfois en fonction de leur
dimension ludique.
• Des documents variés et authentiques (constats d’accident, formulaires, questionnaires, modes d’emploi, brochures, pros-
pectus, notices d’utilisation…), dont la connaissance sera utile au cours d’un séjour assez long en pays francophone.

b) Textes oraux
• Ils sont inventés à partir de documents authentiques existants.
• Ils ressemblent de près aux documents authentiques. À partir de la leçon 7, ils acquièrent une longueur et une complexité
discursive plus grandes. Les bruits de fond et les interventions sporadiques de nombreux interlocuteurs différents donnent
la complexité et l’aspect du réel.
• Les conversations amicales, professionnelles ou sociales, ainsi que les discussions (à 2 ou à 3), les monologues et les débats
(à 4) sont travaillés très systématiquement.
• Les conversations en direct ou par téléphone, les émissions radiophoniques en direct ou en différé, les discours de rue, les
messages sur répondeur et par haut-parleur… permettent d’introduire les principaux supports que les apprenants sont appe-
lés à utiliser.

ACTIVITÉS
• Elles sont variées, pour tenir compte à la fois des publics et des profils d’apprenants, de la diversité des domaines et des situa-
tions traités.
• Elles sont étroitement liées au type de texte choisi (des notices d’utilisation d’appareils amènent à utiliser cet appareil, des sou-
venirs évoqués incitent à écrire une lettre pour reprendre contact avec des gens…).
• Elles sont également respectueuses du processus d’apprentissage : les contenus sont d’abord découverts, ensuite ils sont tra-
vaillés implicitement, puis explicitement moyennant une conceptualisation ; ils sont enfin repris, brassés et réintroduits de façon
systématique avec de nouveaux contenus. Cette progression en spirale se retrouve dans les quatre compétences et aux niveaux
linguistique, sociolinguistique et pragmatique.
• De très nombreuses activités demandent la participation ludique des apprenants : représentations, jeux, recherches diverses en
sous-groupes différents. Certaines de ces activités sont des tâches complexes à réaliser partiellement dans des sous-groupes.
Elles font intervenir le corps, l’affectivité et la « tête » :
- De très nombreux jeux de rôles sont prévus où l’utilisation du geste, du mouvement, de la voix … est requise expressément.
- Des conversations et des débats improvisés sur des sujets intéressants pour de jeunes adultes ou relevant de leur propre expé-
rience sont proposés dans chacune des leçons.
- La motivation, l’implication du groupe et de chacun de ses membres ont servi de base pour ces activités.
• L’ensemble de ces activités vise deux modes d’apprentissage : l’apprentissage individualisé, voire autonome (pour lequel l’ap-
prenant trouve un matériel complémentaire très important dans le Cahier d’exercices), et l’apprentissage en groupe puisque de
nombreuses phases des activités renvoient au groupe-classe et aux sous-groupes.
• Le professeur-utilisateur trouvera dans ce Livre du professeur des indications utiles pour l‘exploitation de ces activités, ainsi que
les corrigés correspondants.

8. Compétences communicatives langagières


• Vocabulaire, morpho-syntaxe et prononciation ont été introduits selon une perspective volontairement « classique » et donc pré-
sentés séparément dans des rubriques différentes. Plusieurs raisons nous ont poussées à faire ce choix : la possibilité pour l’ap-
prenant de travailler de manière autonome, les habitudes d’apprentissage profondément ancrées chez les adultes, le style de
nombreuses épreuves d’examens…
• Le professeur-utilisateur trouvera les contenus explicités dans le Livre de l’élève dans le Tableau des contenus. Ils sont égale-
ment présents sur la première page de chaque unité.

10 //// AVANT-PROPOS
668905Intro.qxd 2/12/04 18:57 Página 11

• Ils sont évalués de deux manières :


- à l’intérieur du Livre de l’élève, ils font l’objet de bilans,
- à l’intérieur des évaluations qui se trouvent dans le Portfolio de l’élève, toutes les deux unités, ils acquièrent toute leur dimen-
sion au sein des compétences communicatives langagières.
• Ils sont auto-évalués dans les trois questionnaires de Faire le point, déjà mentionnés.

VOCABULAIRE
• L’imput de vocabulaire nous semble encore plus important au niveau « seuil » qu’au niveau « survie » : pour permettre d’acqué-
rir progressivement une réelle richesse linguistique, pour obtenir des compétences de compréhension et d’expression nuancées
et précises, pour faire prendre conscience de la nécessité d’acquérir du vocabulaire.
• Il a été introduit en fonction des activités à réaliser, parfois par champ lexical et / ou par champ sémantique et en tenant de
plus en plus compte des registres de langue et des synonymes et antonymes. Le registre standard y est bien sûr privilégié mais
une sensibilisation au registre familier et aux langues de spécialité existe dès les premières leçons. L’apprenant, à la fin de
C’est la Vie ! 2, est amené à choisir entre certaines expressions et certains éléments lexicaux pour adapter son discours à celui
des interlocuteurs et à la situation dans laquelle il se trouve.
• Il est accompagné d’activités spécifiques de mémorisation et de réemploi, et fait l’objet d’un bilan à la fin de chaque unité.
• Le professeur-utilisateur trouvera dans ce Livre du Professeur des indications sur le moment et la manière de l’introduire.

MORPHOSYNTAXE
• Elle est présentée de manière très claire, précise et pratique pour que l’apprenant puisse, en cas de besoin, la travailler en soli-
taire.
• Elle découle directement des documents déclencheurs et, par conséquent, elle est observée ou expliquée à partir d’une situa-
tion de communication déterminée.
• Sa présentation souligne les similitudes et les différences existant entre les langues latines, et tient compte des particularités du
public hispanophone (insistance sur les points qui sont particulièrement difficiles pour lui, par exemple).
• Elle s’appuie sur les acquis grammaticaux antérieurs de l’apprenant en langue maternelle ou en français.
• Une réflexion accompagne toujours les éléments grammaticaux, qui sont d’abord observés puis manipulés, ce qui contribue à
l’autonomisation des apprenants.
• Elle aussi est accompagnée d’activités spécifiques de réemploi et fait l’objet d’un bilan à la fin de chaque unité.
• Un précis grammatical reprend l’ensemble des points traités (ou révisés) à la fin du manuel.

PRONONCIATION
• Elle reprend la prosodie de la phrase et la réalisation du système phonologique dans son ensemble, déjà abordées au niveau
précédent.
• L’apprentissage de l’alphabet phonétique international offre la possibilité, dès l’Unité 0, de chercher dans le dictionnaire la pro-
nonciation des mots inconnus.
• Elle est présente dans chaque leçon et fait l’objet d’approches variées : exercices de discrimination, activités ludiques, jeux et
chansons.

C. POINTS D’ANCRAGE DE C’EST LA VIE ! 2


1. L’apprentissage
• Il est progressif, en spirale et global (il s’appuie sur le corps, l’affectivité et le raisonnement).
• Il favorise l’action et propose des tâches sous forme de résolutions de problèmes.
• Il fait appel, après une phase de découverte et de réemploi, à la réflexion explicite.
• Il s’appuie sur deux grands types de motivation : ludique ou directement centrée sur la réponse à des besoins ou des intérêts.
• Il est organisé en courtes séquences de travail individuel ou en groupes de tailles différentes.

AVANT-PROPOS //// 11
668905Intro.qxd 2/12/04 18:57 Página 12

APPRENTISSAGE ET AUTONOMISATION

• Le professeur-utilisateur observera dès le premier abord que l’apprentissage est considéré comme un contenu à traiter de
manière explicite.
• Deux types de démarches sont envisagées :
a) Activités de réflexion à faire individuellement ou en petits groupes. Ce sont les recherches d’objectifs, la réflexion sur les rela-
tions entre la langue cible et l’apprenant (« Comment je me sens », les trois Faire le point, le Passeport, dans le Porfolio).
Ces activités apparaissent à intervalles réguliers et servent à rendre explicites des faits, des aspects et / ou des résultats de
l’apprentissage. Elles constituent des sortes de paliers.
b) Activités d’utilisation de stratégies diverses pour acquérir plus facilement et plus rapidement une compétence communicative
en langue étrangère. Elles se situent dans la section Compétences (Écouter - Lire - Parler - Écrire) du Livre de l‘élève.
- Elles sont introduites au moment où les activités proposées les rendent nécessaires.
- Elles s’appuient sur les stratégies des apprenants en langue maternelle qu’elles aident à transposer en langue étrangère.
- Elles sont variées : apprendre à utiliser un dictionnaire bilingue, chercher le fil conducteur d’un document, évaluer sa pro-
duction et celle des autres…
- Elles tiennent compte des difficultés d’apprentissage spécifiques des adultes et offrent un renforcement dans des domaines
tels que la structuration et la planification d’un texte.
c) Des grilles d’auto-évaluation partielles (Faire le point) donnent aux apprenants la possibilité de mesurer leurs résultats et leur
progression, ainsi que les efforts qu’ils ont à faire dans telle ou telle compétence, en mettant à leur portée des solutions et
les aides dont ils disposent.
• Nous incitons les professeurs à introduire ces activités et à leur donner tout leur poids car, loin de ralentir le rythme des cours,
elles offrent aux apprenants une aide importante qui aura à court terme une répercussion sur leurs résultats et leur progression.

APPRENTISSAGE ET ÉVALUATION

• Le professeur-utilisateur observera que l’évaluation est présente à tout moment de l’apprentissage, sous forme d’auto-évaluation
et de co-évaluation (tout au moins au cours d’une ou de plusieurs des phases de chaque activité).
- L’évaluation initiale est centrée sur le niveau de départ dans les quatre compétences (Unité 0 et Portfolio, activité 2) et sur la
recherche des objectifs de l’apprenant (Portfolio, activité 1). Les apprenants apprennent à se fixer des priorités dans leurs
objectifs et à tenir compte de leur contexte culturel et linguistique pour apprendre la langue étrangère. À la fin du manuel, les
apprenants reviennent sur cette recherche d’objectifs pour déterminer si leurs objectifs initiaux ont changé et en quoi.
- L’évalution formative se fait à travers les trois questionnaires de Faire le point dont nous avons parlé à plusieurs reprises, qui
mentionnent de manière très précise les éléments évaluables des compétences générales et langagières.
- En guise d’évaluation sommative, les apprenants feront les six Bilans-langue et les six Bilans-communication (des quatre com-
pétences) qu’ils conserveront et dont ils garderont les notes pour avoir un suivi fiable de leur progression, par rapport au groupe
et par rapport à eux-mêmes.
- Finalement le Passeport offre aux apprenants la vision globale de toute la matière de l’apprentissage, leur permet de s’évaluer
par rapport à celle-ci et de se situer par rapport au Cadre Européen Commun de Référence et aux niveaux qu’il a fixés.
• Ces activités d’auto-évaluation et de réflexion sur l’apprentissage étant lentes et parfois peu valorisées par les apprenants, nous
conseillons aux professeurs-utilisateurs de les aborder à des moments où la nécessité s’en fait ressentir, de les exploiter dans
des activités variées (individuelles, par deux, par petits groupes, en grand groupe) et de manière souple (exhaustivement ou
partie par partie ou en privilégiant certaines rubriques).

2. La progression spécifique pour chaque compétence

• Cette progression a été dessinée pour chacune des compétences et dans la relation de chaque compétence par rapport aux
autres (après un léger retour sur la progression de C’est la vie ! 1 durant la première unité).

RÉCEPTION

• Pour la réception, le professeur-utilisateur trouvera envisagée systématiquement et reprise à différents moments du manuel
chacune des typologies textuelles fixées pour ce niveau (conversations, discussions, débats, interviews, discours de rue, confé-
rences, messages, récits de vie).

12 //// AVANT-PROPOS
668905Intro.qxd 2/12/04 18:57 Página 13

a) À l’oral

• Dans la première moitié du manuel, l’apprenant est appelé à reprendre les éléments travaillés au niveau 1 pour consolider
sa stratégie d’accès au sens :
- les composantes non-verbales pour induire le sens d’un discours,
- les grandes questions sur la situation de communication (QUI ?, OÙ ?, QUAND ?, QUOI ?, POURQUOI ?) pour la compré-
hension globale de ce discours,
- l’objectif du discours pour la compréhension sélective des éléments d’information nécessaires,
- les éléments simples d’organisation et de structuration du discours.
• Ce retour sur les différents types de compréhension se fait parallèlement :
- au travail systématique de découverte des typologies textuelles dont nous venons de parler,
- à la découverte des différences existant entre documents en direct et en différé. Les documents en différé, même s’ils
sont souvent abordés pour des raisons de longueur comme des extraits d’un ensemble plus complexe (partie d´émis-
sion de radio entre deux pauses publicitaires, par exemple) sont traités comme un tout global, ayant une cohérence
interne.
• Cette manière de procéder permet, dès la leçon 6, d’amorcer un travail systématique et dans des textes progressivement
plus longs sur :
- la recherche du fil conducteur du document,
- la recherche des idées principales et des idées secondaires,
- l’intention de communication du /des locuteur(s) et l’implicite du discours.
Ce sont principalement ces derniers aspects qui seront repris, développés et consolidés dans C’est la vie ! 3.

b) À l’écrit

• L’apprenant est appelé à un travail sur le texte écrit beaucoup plus important que dans C’est la vie ! 1 :
- Des textes écrits sont abordés en parallèle avec les textes oraux. Cette approche contrastive permet à l’apprenant de mieux
saisir la spécificité de la langue écrite.
- Ces textes seront traités après le travail proposé dans la rubrique Lexique où sont filtrés les contenus lexicaux minimaux sur
chaque sujet. Cette approche progressive permet de mieux accéder au sens du texte bien au-delà de la compréhension
du vocabulaire.
- Les textes sont de types extrêmement variés (articles de journaux, de revues, textes de fiction, chansons…). Cette approche
permet de sensibiliser l’apprenant aux spécificités de chacun : structure interne, style et, le cas échéant, argumentation uti-
lisée.
• L’apprenant sera amené à mettre en œuvre tout un éventail de stratégies :
- stratégies abordées au niveau 1, comme la transposition de l’oral à l’écrit des grandes questions sur la situation de com-
munication, la mobilisation des compétences de lecture en langue maternelle (par exemple, déchiffrage de l’organisation
graphique d’un texte, des titres et sous-titres, des caractères graphiques, des paragraphes, des mots clés…),
- découverte de nouvelles stratégies facilitant la compréhension de mots nouveaux et utilisation de dictionnaires bilingues.
• Des activités spécifiques sont proposées à l’apprenant centrées sur l’accès au sens, la structure du texte et son fil conduc-
teur, les idées principales et secondaires et l’intention de communication. Toutes sont conçues en fonction des types de
textes présentés.
Ce sont ces derniers points essentiellement qui seront repris, développés et consolidés dans C’est la vie ! 3.
• Dans ce guide, le professeur trouvera des indications sur la manière de compléter et d’enrichir ces activités de réception.

PRODUCTION

• Elle a été envisagée par rapport aux types de textes présentés pour la réception. Toutes les composantes et les éléments obser-
vés durant les activités de réception sont introduits progressivement : les apprenants devront d’abord suivre des modèles puis
s’exprimer de plus en plus librement.
• Tous les éléments transposables de l’oral à l’écrit sont mis en relief pour faciliter l’approche des apprenants.

AVANT-PROPOS //// 13
668905Intro.qxd 2/12/04 18:57 Página 14

a) À l’oral

• L’apprenant est appelé, dans un premier temps, à reprendre tous les éléments travaillés au niveau 1 pour consolider sa com-
pétence de production en ce qui concerne :
- l’utilisation des composantes non-verbales du discours,
- son respect des modèles fournis,
- son respect des critères d’évaluation,
- les éléments simples d’organisation et de structures du discours.
• Dans la deuxième partie du manuel, l’apprenant s’éloigne de plus en plus de la reproduction, reflet fidèle des modèles pro-
posés pour :
- développer une expression libre et personnelle (encore simple, il est vrai, mais assez fluide, riche et correcte),
- la développer aussi bien dans des dialogues que dans des monologues ou des débats.
• L’apprenant devra maintenant :
- conjuguer des techniques de préparation et de planification (individuelle ou en petits groupes) et des stratégies d’impro-
visation,
- adapter légèrement son discours à la situation de communication.

b) À l’écrit

• L’apprenant est appelé, dans un premier temps, à reprendre les éléments travaillés dans C’est la vie 1 et qui sont :
- la construction de phrases courtes et correctes, reliées par des connecteurs simples pour former des paragraphes,
- la structuration et l’écriture de textes courts de types différents, d’après des modèles,
- l’écriture de textes courts, libres et personnels.
• Dans la deuxième partie du manuel, l’apprenant est amené à :
- aller plus avant dans les éléments travaillés (utiliser un plus grand nombre de connecteurs, rallonger ses textes…),
- parallèlement, écrire des textes cohérents avec tout ce qu’il a découvert ou produit auparavant ; des textes qui le mettent
dans l’obligation d’utiliser les éléments grammaticaux nouvellements découverts,
- se sensibiliser légèrement mais systématiquement à la notion de style : travail sur la synonymie et l’antonymie (pour la
richesse du style), recours au dictionnaire (pour la précision du style) ; réflexion sur l’intention de communication et les
registres de langue (pour l’adéquation du style à la situation et à la tâche),
- s’habituer à évaluer des productions écrites à l’aide de critères d’observation et de notation axés sur la communication, le
lexique, la grammaire et l’orthographe.
• Nous recommandons au professeur-utilisateur de fixer le cadre pratique des activités de production : le temps donné pour la
préparation et la réalisation de la tâche et, pour la production écrite, le nombre de mots.
• Chaque activité d’évaluation doit également, selon nous, s’inscrire dans un temps déterminé et (pour la production) tenir
compte d’un nombre de mots préalablement fixé en fonction de l’acte de communication requis mais nous estimons qu’à
ce niveau, il revient au professeur de nuancer ces consignes, en fonction du / des groupe(s) et des objectifs fixés.

D. CONCLUSION
1. Le professeur-utilisateur et le matériel d’apprentissage de C’est la vie ! 2
• Le professeur a à sa disposition le Livre de l’élève dont nous avons déjà longuement parlé et qui offre un matériel riche et abon-
dant, prévu pour environ 120 heures de cours. Il s’agit du matériel de base pour couvrir les objectifs et les contenus d’appren-
tissage fixés. 12 leçons, 6 bilans, 2 projets et un précis grammatical très complet constituent ce matériel.
• Dans le Livre du professeur, les activités d’exploitation sont parfois enrichies et d’autres sont proposées pour renforcer et appro-
fondir le travail de chaque leçon. Le professeur pourra choisir celles qui lui conviennent et il trouvera les réponses types aux
exercices, ainsi qu’une série d’indications utiles pour chaque activité.

14 //// AVANT-PROPOS
668905Intro.qxd 2/12/04 18:57 Página 15

• Le Cahier d’exercices est construit sur le modèle exact du Livre (il a exactement les mêmes rubriques, excepté celle de
Civilisation) et il est accompagné d’un CD pour les activités de compréhension orale et autres.
Le professeur peut recourir à ce Cahier d’exercices pendant ses cours pour compléter ou renforcer certains aspects mais l’ap-
prenant peut aussi l’utiliser comme et quand il le veut. Ce Cahier contient, en effet, des activités parfaitement utilisables dans
des contextes différents : individuellement et en pratiquant l’auto-correction grâce aux corrigés très complets se trouvant à la fin
du Cahier) ; en classe, en grand groupe ou en petits groupes. Ces activités ont le même degré de difficulté que celles du Livre
et les documents utilisés reprennent, rebrassent et développent très légèrement les contenus introduits dans le Livre.
• Le Livre de l’élève est accompagné d’un Portfolio. On trouve dans celui-ci :
- 6 Bilans Communication qui reprennent rigoureusement les contenus et démarches établis dans les leçons.
L’ensemble du Portfolio offre aux apprenants la possibilité de garder des traces concrètes de leur apprentissage : le professeur-
utilisateur peut leur conseiller d’y conserver, en plus des Bilans Communication notés, des devoirs, des enregistrements de pro-
ductions corrigés et marquant leur progression, des productions particulièrement réussies, ainsi que quelques brouillons corri-
gés leur permettant des comparaisons avec les devoirs définitifs et l’analyse de leur manière de se corriger.
- Les activités d’auto-évaluation de Faire le point, que nous incitons vivement à introduire dès les premiers cours.
- Le Passeport (p. 23-24), qui pourra déconcerter les apprenants à cause de sa présentation (une liste toute simple de savoir-
faire), mais que nous recommandons d’exploiter durant la dernière leçon. Effectivement, les apprenants peuvent cocher ou
marquer de couleurs différentes selon leurs réponses les espaces prévus à cet effet pour chaque rubrique, en consultant les
parties Faire le point s’ils hésitent sur certaines formulations. Ils leur est recommandé de garder ce Passeport qui constitue un
témoignage de ce qu’ils ont appris mais surtout de ce qu’ils seront capables de faire en situation de communication réelle.

2. Le professeur-utilisateur et le Livre du professeur


• Le professeur trouvera dans ce Livre du professeur des propositions pour l’exploitation de chacune des 12 leçons, toutes les
corrections et la transcription des documents sonores ne figurant pas dans le Livre de l‘élève ni dans le Cahier d’exercices.
• Les objectifs et les contenus de chaque unité sont repris et explicités.
• Pour chaque leçon, toutes les rubriques sont reprises et apportent les explications, les informations et les corrigés nécessaires.
• Un itinéraire est proposé dans chaque leçon pour introduire les rubriques Vocabulaire, Grammaire et Civilisation en fonction
des Situations et des Compétences.
• La section Civilisation offre des pistes et des activités destinées à simplifier le travail de recherche et de préparation du profes-
seur. Des sites d’informations sur Internet sont proposés pour ceux qui veulent approfondir leurs recherches.
• Toutes les pistes d’exploitation des activités ne sont ni exhaustives ni d’utilisation obligatoire. Nous faisons des propositions que
le professeur peut accepter, modifier ou remplacer par d’autres. Nous considérons, en effet, que seul le professeur est à même
de savoir comment introduire, développer et enrichir les activités proposées en fonction des groupes et des contextes d’ap-
prentissage. Les documents choisis sont suffisamment riches, ouverts et motivants pour que beaucoup d’autres activités d’ex-
ploitation soient envisageables, en fonction du groupe ou de nombreux autres critères.
En conclusion, nous pouvons dire que cette méthode de français présente une double caractéristique :
• Le Livre de l’élève et le Cahier d’exercices ont été conçus pour être d’un abord facile, d’où une présentation extrêmement claire.
Les rubriques reviennent de manière régulière et sont signalées par des repères évidents. Il s’agit de ne pas effrayer l’élève
adulte et de l’aider dans son adaptation à l’utilisation du matériel d’apprentissage.
• Les contenus et tout particulièrement ceux liés à l’apprentissage et à la progression de la compétence de communication, sont
profondément novateurs.
Cette double caractéristique est le fruit d’une démarche rigoureuse liée à la recherche, à l’expérimentation et à l’intuition que nous
donne notre longue expérience de l’enseignement / apprentissage pour grands adolescents et adultes, un public motivé et moti-
vant, porteur de capacités et de caractéristiques très marquées.

AVANT-PROPOS //// 15
C'est la vie ! 2 GUÍA PORTADILL 2/12/04 18:59 Página 16
668905U0.qxd 2/12/04 19:00 Página 17

UNITÉ

0 Démarrage
OBJECTIFS

Prendre contact.
Faire connaissance et communiquer avec les membres de la classe (par groupes et individuellement).
Auto-évaluer ses capacités de compréhension orale et d’expression écrite.
Parler de soi (profession, goûts, tendances).
Découvrir l’alphabet phonétique international.

COMMENTAIRES
• En ce début de deuxième niveau, l‘Unité 0, atypique dans une activité de photolangage, activité que l’on retrouvera
la méthode, permet à l’apprenant de faire le point sur ses tout au long de ce niveau 2.
capacités de compréhension et d’expression. Dans le cas de la publicité, on travaillera les divers para-
• Une place essentielle est accordée au temps. La bonne mètres du message pour détecter à qui il s’adresse, dans
gestion du temps revêt une grande importance pour les quel but (qu’il s’agisse d’une publicité directe ou impli-
activités de groupe, particulièrement lors de l’élaboration cite) et enfin, s’il y a lieu, on essaiera de démystifier le
d’un projet. Les apprenants prennent alors connaissance message.
des objectifs d’une activité et évaluent le temps nécessaire • L’alphabet phonétique international permet une plus
pour la réaliser. Il est également important d‘apprendre à grande autonomisation de l’apprentissage phonétique ;
travailler en temps limité. Enfin, l‘urgence donne parfois les apprenants sont maintenant capables de répertorier
de bons résultats dans la mesure où elle oblige à un cer- les sons de la langue française et de pouvoir retrouver la
tain rythme. prononciation d’un mot dans un dictionnaire.
• Un diagnostic de la compréhension orale est proposé à • Enfin, une activité du Portfolio a logiquement sa place ici,
travers une Situation dont les éléments lexicaux et lin- au terme de cette unité diagnostique. Cet autre outil de la
guistiques ont été abordés au niveau 1. Il s’agit d’une méthode permet aux apprenants de s’auto-évaluer, de
situation où plusieurs jeunes s’apprêtent à faire une ran- renforcer leur apprentissage amorcé au niveau 1 et selon
donnée, certains se connaissent, d’autres pas ; ils parlent les mêmes principes. Il s’agit, pour l’instant, de se situer
d’eux-mêmes, de ce qu’ils ont fait, de ce qu’ils font et de dans son propre apprentissage en associant les besoins
ce qu’ils vont faire. De cette manière, on introduit directe- personnels aux outils de la méthode, mais aussi de se
ment toutes les conjugaisons déjà étudiées au niveau 1, situer les uns par rapport aux autres dans un processus
ce qui permettra d’évaluer si les apprenants repèrent bien d’échange, tant au niveau de la motivation que des stra-
les différents temps. À travers cette activité, on évaluera tégies. C’est peut-être l’occasion d’expliquer et / ou de
également les techniques d’écoute et d’accès au sens et rappeler le fonctionnement de la méthode, fondé sur le
on en fera une petite récapitulation à partir des difficultés travail des quatre compétences avec priorité donnée à
évoquées par les apprenants. l’oral et renforcement de l’écrit à partir de modèles de
• Le diagnostic de compréhension écrite se fera à travers plus en plus ouverts.
une nouvelle typologie : la lecture d’une page web, fic- • Le professeur pourra décider de l’ordre des activités de
tive, avec photo à l’appui. Cette page web fonctionne éga- l’Unité 0, selon ce qu’il perçoit à travers les réactions des
lement comme modèle de présentation personnelle à étudiants (intérêt plus marqué pour une activité, pro-
l’écrit. On travaille ici la relation texte / image, on aborde blèmes de spontanéité, difficultés d’expression orale…).

UNITÉ 0 //// 17
668905U0.qxd 2/12/04 19:00 Página 18

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 8-9

U0

Pour se connaître
Activité 1 - Je suis très pressé, vite, vite, s’il vous plaît ! / Soyez plus
précis, s’il vous plaît ! Alerter sur la situation, gérer le
Activité de dynamique de groupe permettant aux apprenants temps.
de définir le français comme langue de la classe, d’évaluer - Qui veut être porte-parole ? / Qui peut résumer ? / Qui
leur capacité à communiquer à l’oral (questions pour mieux sait comment on dit … en français ? Négocier et
se connaître et parler de soi). répartir les tâches.
Ce jeu permet aux apprenants de faire connaissance et au • Mettre les résultats en commun.
professeur de les connaître dans un contexte ludique. Il - S’il n’y a pas de difficultés particulières au niveau des
permet aussi de donner des règles et d’acquérir des habi- conjugaisons, les porte-parole pourront présenter leur
tudes en sous-groupes avec 3 critères importants : compte rendu : 5 personnes pensent que…, 3 per-
apprendre à négocier, à ne pas perdre de temps, à entrer sonnes préfèrent…
en contact. - Noter les résultats sur le tableau, commenter les tendances
Ce jeu présente 6 séries de 3 questions, que le professeur (les plus fortes et les plus faibles, les plus intéressantes,
photocopie et distribue (la fiche avec les questions se trouve les moins intéressantes…) et proposer éventuellement un
dans ce Livre du professeur, à la fin de la leçon, p. 22). débat.
• Faire observer la page 8, essayer de faire deviner en quoi
consiste le jeu, puis faire compléter librement les débuts
de questions. Ensuite, faire formuler spontanément toutes
sortes de questions, ce qui permettra au professeur d’éva-
Activités 2 et 3
luer la capacité des apprenants à s‘exprimer librement.
• Distribuer une série de questions par groupe et vérifier qu’il Auto-évaluation de l’expression orale, prise de conscience
n’y a pas de problèmes de compréhension (toutes les des difficultés mais aussi mise en confiance à partir de ce
questions abordent divers sujets traités au niveau 1). que les apprenants savent ou des moyens dont ils disposent
- Donner des numéros ou des couleurs aux groupes pour pour apprendre.
savoir de qui et à qui on parle. À travers les différents points proposés à la réflexion, ils sont
- Déterminer qui pose les questions : une ou plusieurs per- à même d’évaluer la mémorisation, la fluidité, la prononcia-
sonnes, ou à tour de rôle. Désigner aussi un(e) secrétai- tion, la compréhension, les moyens lexicaux et linguistiques.
re qui note les réponses et un porte-parole qui fera, à la • Le professeur pourra comparer son propre diagnostic avec
fin, le compte rendu au groupe-classe. celui des apprenants et commenter avec eux tous les
• Demander aux élèves sur quoi portent les questions en moyens dont ils disposent pour renforcer leur apprentis-
général (sur l’identité physique, psychologique et sociale, sage.
les goûts, les tendances et les opinions). Si le professeur le • Il pourra, soit maintenant, soit après la compréhension
juge utile, il pourra mettre cette activité en relation avec la orale qui suit, revoir l’interrogation (vue à la leçon 3 du
présentation de Fabien Florentini (p. 11). niveau 1) en allant du moins formel au plus formel.
Pour obtenir des réponses à ces questions, les apprenants
devront les transformer et les poser directement à leurs
camarades (Est-ce que tu préfères / vous préférez…) pour
ensuite pouvoir répertorier les réponses.
• Expliquer le déroulement du jeu en insistant sur la gestion
du temps et l’utilisation de la langue d’apprentissage. Les
apprenants pourront circuler dans la classe pour poser
leurs questions et le professeur passera dans les groupes
afin de rectifier, si besoin est, la formulation des questions
et afin d’encourager les apprenants à se corriger eux-
mêmes ou entre eux.
• Les inciter aussi à « se débrouiller » en français, en ayant
recours à divers supports ou procédés. Par exemple, leur
faire prendre connaissance de la « boîte à phrases », pro-
noncer ces phrases et les faire prononcer en soignant l’in-
tonation. Demander à quoi elles servent.
- Excusez-moi,… / Pouvez-vous me dire si… / Je voudrais
savoir si… / J’ai besoin de savoir si… / Je dois vous
demander si… Pour entrer en contact.

18 //// UNITÉ 0
668905U0.qxd 2/12/04 19:00 Página 19

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 10

U0

Randonnée dans les bois


Diagnostic de la compréhension orale d’une conversation.
Parler de soi, donner des nouvelles des uns et des autres.
Emploi de différents temps : passé composé, présent, futur simple, futur proche.
Travail sur l’interrogation (au présent et au passé) : reformulation.
Rappel des techniques de compréhension orale.

COMMENTAIRES Activité 2
• Faire une description ou demander aux apprenants ce
qu’évoque l’illustration et pourquoi. Dans cette activité, il s’agit de reformuler des questions de la
• Expliquer ou rappeler le mot randonnée et l’abréviation Situation au présent et au passé.
rando, puis demander quelles sont les autres abréviations • Demander aux apprenants de lire la transcription p.10 en
courantes en français : prof, sympa, fac, bac, etc. même temps qu’ils réécoutent le dialogue.
• Demander aux apprenants s’ils font parfois des randon- • Après une troisième écoute, faire compléter la Situation,
nées ; si c’est le cas, de combien de kilomètres, à quelle individuellement, avec les questions qui manquent.
saison… • Procéder à une mise en commun et corriger avec le groupe-
classe.

Solutions
Activité 1
Les questions du dialogue sont :
1) C’est qui ? 2) Comment il est ? 3) Et alors, il a aimé
L’ensemble du lexique et de la grammaire a été vu au niveau 1.
le concert ? 4) Tu as fait ta formation où ? 5) Et toi, qu’est-
Il recouvre la description, la profession, la formation, les goûts,
ce que tu fais ? 6) Et ton père, comment il a réagi ?
les passe-temps, la météo, la formulation des questions, ainsi
que les temps présent, passé et futur.
• Faire écouter l’enregistrement et demander aux appre-
nants, après une première écoute, de noter les informa- Activité 3
tions qui leur semblent importantes. Ce n’est que dans un
deuxième temps que les apprenants prendront connais- Cette auto-évaluation permet de rappeler les techniques
sance des questions de compréhension fine. d’écoute et de réfléchir à partir des difficultés.
• Demander aux apprenants de répondre aux questions indi- • Le professeur prendra connaissance du score des appre-
viduellement, puis procéder à une mise en commun des nants et essaiera de savoir comment ils ont procédé pour
réponses. accéder au sens.
• Il rappellera les différents procédés facilitant la compré-
hension :
Solutions
- mettre en relation l’illustration et le titre, pour le cadre de
1) Ils se retrouvent pour faire une randonnée. la Situation ;
2) Il parle de Pierrick, parce qu’il l’a rencontré vendredi et - poser les questions de compréhension globale : Qui ?
qu’il va venir à la randonnée. (voix, intonations) / Où ? (bruits, mots) / Quoi ? (intona-
3) Il dit qu’il est grand, pas très gros, blond frisé avec des tions) / Pourquoi ? ;
lunettes, toujours en short. - se baser sur les points d’appui (intonation, voix, bruits,
4) Il est jardinier. mots connus ou « transparents », indices grammaticaux).
5) Ils parlent de leur formation scolaire et de leur métier.
6) Il a fait du droit.
7) Il a d’abord été avocat mais il n’a pas aimé, alors il a
arrêté.
8) Il intervient pour les presser de commencer la randon-
née.

UNITÉ 0 //// 19
668905U0.qxd 2/12/04 19:00 Página 20

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 11

U0

Fiche d’identité
Compréhension écrite diagnostique : consultation d’une page web d‘un personnage de fiction célèbre
(informations biographiques, goûts, tendances, passe-temps).
Description physique et déductions psychologiques à partir d’une photographie.
Relation texte / image : détection du message, implicites et démystification.
Modèle pour faire sa propre présentation à l’écrit.

Activité 1 • Deux exemples d‘adresses sur le sujet :


http : // www.isworld.com/astrologie/
• Demander aux apprenants de décrire le personnage à par- http : // www.astrologie.fr
tir de la photographie et d’imaginer son caractère et sa vie
en se basant uniquement sur son physique (Il a l’air…, il
semble…, on dirait que…).
• Faire lire la page web : Le portrait correspond-il à ce que Activité 3
suggérait la photo ?
• Diviser la classe en deux et faire récapituler les informations Présentation d‘une page web personnelle.
sur ce personnage : un groupe pose des questions (Quand • Les apprenants réfléchiront à toutes les rubriques envisa-
est-il né ? */ Combien mesure-t-il ? etc.) et l’autre groupe geables (identité, alimentation, passe-temps, sports, idoles,
y répond. langues, tendances, vie privée, relations avec les autres, tra-
• Demander aux apprenants de faire un petit résumé de vail…) avant de se lancer dans la rédaction.
cette présentation (physique, caractère, activités). Ils présenteront les différentes rubriques dans l’ordre de
*Attention ! Une erreur s‘est glissée dans le Livre de l‘élève : leur choix et pourront même en ajouter ou en supprimer,
la date de naissance de Fabien Florentini n‘est pas le 15 selon leur expérience personnelle.
novembre 1972 mais le 15 juillet 1972. (S‘il était né le 15 On peut accepter un certain degré de fantaisie dans la pré-
novembre, il serait Scorpion et aurait un tout autre caractère !) sentation afin qu‘elle soit plus amusante (âge, surnom, cer-
taines excentricités, notes d’humour et le fait de chercher
implicitement à se faire de la publicité).
Solutions
• Afficher toutes les productions et faire un compte rendu
1) C‘est un homme jeune, d‘environ 30 ans, assez beau.
avec le groupe-classe sur les âges, les tendances, les
Il a les cheveux châtains, plutôt frisés ; de grands yeux,
goûts, les photographies (si elles sont représentatives de la
un nez droit, etc.
personne…), etc.
Il s‘appelle Fabien Florentini. Il est né le 15 juillet 1972.
• Organiser éventuellement un petit débat sur l’importance
Il mesure 1,83 m. Il pèse 78 kg. Etc.
du « paraître » ou de l’image que l’on donne de soi dans la
2) Il est cinéaste, metteur en scène, sans doute.
société, par exemple.
Ce n‘est pas dit expressément, mais à la fin de sa fiche
de présentation, on parle de sa filmographie.
3) Si les personnes nées sous le signe du Cancer ont pour
qualités l‘imagination, la sensibilité, la rêverie et le goût
du merveilleux, on peut dire que oui : Fabien Florentini
est un artiste qui correspond assez bien à son signe.

Activité 2
Les signes du zodiaque fournissent ici une occasion d’élargir
le lexique de la description psychologique.
• Les apprenants pourront procéder de diverses manières :
soit en donnant leur signe et le groupe-classe devinera le
caractère et les tendances de chacun à partir de ce que l’on
dit communément sur ce signe, soit en se définissant eux-
mêmes et le groupe-classe devra deviner et justifier de
quel signe est la personne.

20 //// UNITÉ 0
668905U0.qxd 2/12/04 19:00 Página 21

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 12

U0

Alphabet phonétique international


Apprendre l’alphabet phonétique international (A.P.I.) pour être capable de prononcer un mot trouvé dans
le dictionnaire.
Récapitulation de tous les sons en français.

COMMENTAIRES Activité 2
• À partir de l’observation de cet alphabet, faire définir ce
qu’est l’alphabet phonétique international (A.P.I.) et dire à Exercice de reconnaissance de l’alphabet phonétique et
quoi il sert. L’A.P.I. est un ensemble de symboles permet- mémorisation.
tant de classer, sur des critères articulatoires, tous les sons • En se basant sur les signes des tableaux, les apprenants
ayant une fonction phonologique dans les langues par- doivent retrouver les sons cachés et à partir de là, recons-
lées. Cet alphabet, dont on fait remonter l’origine à 1896, tituer les phrases.
est actuellement mis à jour par l’Association Internationale • Afin de mémoriser les signes phonétiques, on peut s’amu-
de Phonétique. ser, en petits groupes, à écrire des mots chiffrés à l’aide de
Il permet de répertorier tous les sons d’une langue (pour ces signes, puis les faire deviner aux autres.
d’autres langues, il y aura d’autres sons et donc d’autres
signes), dont les signes établis sont internationaux. Solutions
Être capable de déchiffrer ces signes permet de déchiffrer 1) Qu’est-ce que ça veut dire ?
la prononciation de n’importe quel mot sans même 2) Nous avons fini l’exercice.
l’avoir entendu. 3) Comment on dit en français ?
4) Tu peux épeler, s’il te plaît ?
5) Je crois qu’il n’y a pas d’accent.
Activité 1 6) Nous n’avons pas compris.

• Les voyelles
- Faire récapituler les voyelles que les apprenants connais-
sent en français puis leur demander d’observer celles qui
sont présentées dans le tableau.
Les voyelles sont-elles identiques à celles qu’ils ont dans
leur langue maternelle ? Quelles sont celles qui n’existent
pas dans leur langue ?
- Faire écouter et lire en même temps les exemples de
voyelles du tableau.
- Insister sur le fait qu’un même son peut avoir diverses
graphies (o, eau, au, ô…) et qu’une même graphie peut
avoir différents sons (bottes, lot…).
• Les semi-voyelles
Elles sont aussi appelées semi-consonnes, car elles ont
une fonction de consonne.
- Les faire écouter et prononcer.
- Faire établir une comparaison avec la langue maternelle
des apprenants.
• Les consonnes
- Les faire comparer avec celle de la langue maternelle :
Lesquelles n’existent pas ?
- Procéder à l’écoute des exemples et travailler la pronon-
ciation.
- Faire donner d’autres mots pour chaque série.

UNITÉ 0 //// 21
668905U0.qxd 2/12/04 19:00 Página 22

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 8-9

U0

Pour se connaître
Dans la classe, combien de personnes ont les yeux noirs
et les cheveux châtains ?
Dans la classe, combien de personnes aiment beaucoup
l’omelette et en mangent souvent ?
Qui est-ce qui pense que les objets volants non identifiés
(OVNI) existent réellement et qu’ils proviennent d’autres
planètes ?

Y a-t-il dans la classe des personnes qui se connaissent


déjà ? Si oui, combien ?
Combien de personnes de la classe aiment beaucoup un
parfum qu’elles portent toujours ?
Qui pense qu’il vaut mieux vivre simplement et paisible-
ment plutôt que de gagner beaucoup d’argent et d’être
stressé(e) ?

Combien de personnes de la classe portent un vêtement


ou un accessoire rouge ?
Combien de personnes de la classe préfèrent le vin blanc
au vin rouge ?
Qui préfère voyager seul et partir à l’aventure plutôt que
de participer à un voyage organisé ?

Y a-t-il des prénoms portés par plusieurs personnes de la


classe ? Si oui, lesquels ?
Combien de personnes dans la classe font du sport 2 fois
par semaine ou plus ? De quels sports s’agit-il ?
Qui aime beaucoup les langues étrangères et en parle
régulièrement plusieurs avec des ami(e)s ou des col-
lègues ?

Combien de personnes de la classe portent-elles plus de


2 boucles d’oreilles ?
Combien de personnes de la classe font des études et
travaillent en même temps ?
Qui pense qu’un jour il n’y aura plus de guerre dans le
monde et que tous les hommes seront heureux ?

Y a-t-il des personnes de la classe qui habitent dans le


même quartier ? Si oui, dans lequel ?
Combien de personnes de la classe parlent plus d’une
langue étrangère ? De quelles langues s’agit-il ?
Qui pense que les villes ne sont pas agréables à vivre et
qu’elles doivent être réaménagées ?

Photocopie autorisée. C‘EST LA VIE ! 2.


© 2004, Hélène Augé, Claire Marlhens, Llúcia Molinos, Mª Dolors Cañada.
© 2004, Santillana Educación S.L.

22 //// UNITÉ 0
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 23

UNITÉ

1 Au fil des jours


OBJECTIFS

Communiquer en contexte professionnel, familial et amical (registres formel, standard et familier).


Caractériser et commenter des aspects psychologiques de groupes sociaux.
Raconter et commenter des faits et des activités passés.
Comprendre et écrire des textes informatifs du domaine professionnel.
Comprendre des récits autobiographiques et rédiger une lettre amicale évoquant le passé.
Utiliser des stratégies de compréhension orale globale et des critères d’évaluation de l’expression orale.

CONTENUS

L1 LEÇON 1 L2 LEÇON 2
Communicatifs : rechercher des informations ; introduire, Communicatifs : évoquer des souvenirs personnels ; décri-
soutenir une conversation ; offres d’emploi ; lettre profes- re des photos ; récits autobiographiques ; lettre amicale.
sionnelle. Grammaticaux : l’imparfait et le plus-que-parfait ; le pronom
Grammaticaux : les pronoms interrogatifs et démonstratifs ; relatif dont.
les adverbes. Lexicaux : le monde de l’école, des jeux et des activités sco-
Lexicaux : le monde du travail : statuts, rapports, qualités, laires.
formations, carrière. Phonétiques : les voyelles (révision).
Phonétiques : l’accent d’insistance dans la phrase. Culturels : l’enseignement en France et informations sur
Culturels : caractéristiques nationales de quelques pays l’éducation dans certains pays francophones.
francophones ; clichés culturels.

COMMENTAIRES

• Dans cette unité, les documents de départ ne sont pas des plus en plus riches ou complexes. Ici, on revient sur les
situations orales et le deuxième document de chaque techniques d’écoute abordées au niveau 1. Puis dans la
leçon est écrit : dans la 1re leçon, il s’agit d’un test pour leçon 2, à la rubrique Compétences, on fournit une grille
savoir quel type d’Européen on est et qui permet de tra- d’évaluation de l’expression orale qui consiste à parler de
vailler la formulation des questions ; dans la 2e leçon, il ses souvenirs à partir d’une photographie.
s‘agit d’un extrait de roman abordant le thème du souvenir. • Jusque-là, on avait fait primer l’oral ; maintenant on essaie
• La vie professionnelle est abordée dès le début (Situation 1) : d’établir l’écrit, toujours à partir de modèles qui seront de
on sensibilise aux différents registres en les contrastant, en plus en plus ouverts. Dans cette unité, il s’agit de
faisant porter l’accent sur les différences. La vie profession- répondre à une annonce et de confectionner un curricu-
nelle est traitée également à travers le lexique et le travail lum à partir de modèles.
sur les offres d’emploi dans les Compétences. Tandis que • Il convient de signaler que, si dans le Livre de l’élève les
le monde de l’école est abordé par le biais du souvenir à la différentes rubriques suivent toujours le même ordre, les
leçon 2, afin d’introduire l’imparfait et le plus-que-parfait, les activités peuvent se faire « à la carte ». Le professeur y
rubriques Lexique et Civilisation donnent les moyens de opère ses propres choix selon ses goûts, le niveau, la
s’exprimer dans ce domaine. motivation et la dynamique du groupe. Puisqu’il s’agit
• On reprend et on réfléchit sur les stratégies d’apprentis- d’un enseignement qui fonctionne en spirale, on peut se
sage sur lesquelles il est important d’insister puisque ce permettre de donner une priorité à certaines activités ou
sont elles qui permettent d’accéder au sens de textes de de passer plus rapidement sur d’autres.

UNITÉ 1 //// 23
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 24

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 14-15

U1 L1 SITUATIONS

Situation 1 > Nouvel emploi


Compréhension orale d’une conversation assez longue : accueillir une nouvelle personne dans le cadre
du travail, se présenter et la présenter.
Parler de son travail, s’inquiéter et rassurer.
Présentation des adverbes, introduction des pronoms démonstratifs, détection de différents temps (présent /
futur).
Détection des différents registres présentés par contraste (familier et standard).
Sensibilisation aux implicites, repérage d’informations précises.

COMMENTAIRES • Faire réaliser l’activité nº1, p. 19, en s’aidant du vocabulaire


• Avant d’aborder cette première leçon, il pourrait être utile du puzzle.
de commencer par la page Lexique, présentée ici sous
forme de questionnaire personnalisé. Cela permettrait
aux apprenants d’assimiler le lexique de façon directe et Activités 1 et 2
de favoriser les échanges à travers une mise en commun
et ainsi de mieux se connaître les uns les autres. • Faire observer les illustrations et demander aux apprenants
de les décrire ou d’émettre des hypothèses. Faire deviner
l’âge, la profession, les relations entre les personnes (hié-
LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 18-19 rarchie, degré de familiarité, vouvoiement / tutoiement,
LEXIQUE etc.) ; autant d’éléments qui prépareront les apprenants à
entrer dans la situation.
Le monde du travail • Saisir l’occasion pour présenter le vocabulaire de la situa-
Le thème de cette page 18 constitue une introduction directe tion : blouse blanche, infirmier / infirmière, médecin (qui
à la Situation 1. n’a pas de féminin : parler à l’occasion de cet aspect pour
• Le professeur pourra former des groupes de 2 afin que les certaines professions, comparer éventuellement avec la
apprenants puissent discuter entre eux de leurs difficultés de langue maternelle), malade, patient(e), etc.
compréhension ou émettre ensemble des hypothèses sur le • Procéder à une première écoute de la première séquence.
sens, à partir de ce qu’ils connaissent déjà, à partir du contexte Puisqu’il s’agit d’une situation assez longue, le professeur
ou en se basant sur la « transparence » des mots. pourra la faire écouter en deux fois (la première séquence
• Faire lire les questions du puzzle et faire éventuellement s’arrêterait à C’est pas mal ; la seconde commencerait
répondre aux questions par 2 (Je suis employé / J’ai un juste après cela et irait jusqu’à la fin).
emploi stable / le plus important pour moi, c’est… / - Encourager les apprenants à utiliser les techniques d’ac-
Je suis… / J’ai le sens de… etc.) cès à la compréhension orale, en s’appuyant d’abord sur
• Former ensuite des groupes de 5 ou 6 apprenants et pro- les éléments non linguistiques (voix, intonations, bruits),
céder à une mise en commun au sein de ces groupes. ainsi que sur les mots connus ou « transparents ». Faire,
- Pour varier la manière de travailler, l’apprenant peut, au lieu si nécessaire, une petite récapitulation collective de ces
de se décrire lui-même, présenter son voisin (il est… / appuis, vus au niveau 1.
il travaille…) ; ce à quoi ce dernier peut apporter des Combien de personnes parlent ? 2 (voix).
précisions ou des rectifications. Où sont-elles ? Dans le hall d’un hôpital.
- Saisir l’occasion pour mettre en relief les points communs Quelles sortes d’intonations reviennent le plus souvent ?
ou susciter l’intérêt des uns par rapport aux autres. Interrogations, exclamations.
- Il est important de vérifier que les apprenants utilisent - Demander aux apprenants de dire tout ce qu’ils ont com-
bien dès le départ le français comme langue de la classe pris sous forme d’hypothèses et sur quoi ils se basent
et qu’ils travaillent à un bon rythme. pour répondre (mots, répétitions, intonations).
• On pourra, si on veut aller plus loin, faire établir un compte - Faire anticiper ensuite sur la deuxième séquence : Qu’est-
rendux des tendances de chaque groupe à l’ensemble de ce qu‘il va se passer ? Le médecin-chef va poser des
la classe et présenter au tableau un profil professionnel questions à Nerida, lui présenter des malades, lui faire
de la classe en utilisant des pourcentages. remplir une fiche, signer un papier, avoir un entretien
• Pour pouvoir utiliser le vocabulaire, déboucher éventuelle- avec elle ?
ment sur un petit débat tel que Le travail idéal, qu’est-ce • Faire écouter la deuxième séquence et vérifier les hypo-
que c’est ? thèses émises.

24 //// UNITÉ 1
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 25

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 14-15


SITUATIONS U1 L1

• Demander aux apprenants de lire le questionnaire puis


5) Oui, il veut avoir un entretien avec elle. (Indice gram-
d’écouter la Situation en entier afin de pouvoir répondre
matical : futur ; expression de temps : à tout à l’heure.)
aux questions de cette activité. Ils compareront après leurs
6) Elle veut savoir quand elle va les rencontrer. (Expression
réponses avec celles de leur voisin(e).
de l’inquiétude ressentie à travers l’intonation.)
• Procéder à une autre écoute suivie de la Situation dans le
7) Elle va établir ses horaires de travail. (Implicites : Mme
but de faire vérifier les réponses.
Santini est sans doute la secrétaire de M. Vautier, elle
• Faire lire la transcription individuellement et noter les infor-
lui donnera ses horaires et peut-être lui fera remplir
mations supplémentaires qu’apporte la lecture (temps des
ou signer des papiers.)
verbes, précisions ou nuances apportées par les adverbes,
8) Non, Michel emploie un ton plus familier. (Les per-
découverte des démonstratifs…).
sonnes parlent en fonction de leur âge et de leur posi-
• Le professeur peut demander à plusieurs apprenants de tion hiérarchique, donc dans un langage plus ou
lire à tour de rôle un passage de la Situation. Le début, par moins familier.)
exemple, est intéressant du point de vue de l’intonation
(ton interrogatif, inquiet, rassurant…). Pour ce faire, il peut
faire imiter le rythme et le ton de l’enregistrement ou pro-
poser une petite préparation aux apprenants, par groupes LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 16-17
de 5 ou 6 personnes, qui s’entraîneront à marquer les GRAMMAIRE
pauses, à trouver l’intonation, à améliorer la prononciation.
Une ou deux personnes de chaque groupe pourra ensuite Les adverbes
proposer sa lecture à l’ensemble de la classe.
L’entraînement à la lecture oralisée de phrases longues • Faire repérer les adverbes dans la Situation, mettre en
est l’occasion de trouver les pauses, de se rappeler que commun ce que les apprenants ont relevé et à partir de
l’accent tonique est sur la dernière syllabe et de travailler leurs observations, essayer de définir collectivement ce
le rythme. qu’est un adverbe, puis comparer éventuellement avec
• Ce peut être aussi le moment d’aborder la section la langue maternelle.
Prononciation qui porte sur l’accent d’insistance, afin que • Faire observer la page 16 et demander aux apprenants ce
les apprenants s’entraînent à le repérer dans cette qu’ils remarquent : beaucoup d’adverbes (de manière)
Situation, soit lors de l’écoute de l’enregistrement, soit lors se terminent en -ment, mais pas tous.
de la lecture. • Faire reformuler la définition de l’adverbe : Un adverbe
• Rappeler qu’en France, quand on ne connaît pas une per- est un mot invariable qui complète, soit un adjectif, soit
sonne on commence par la vouvoyer puis, si on se sent un verbe, soit un autre adverbe, qui sert à apporter des
autorisé (âge, condition, sympathie réciproque, autorisa- précisions ou des nuances (sur le lieu, le temps, la
tion, choix réciproque…), on change de registre. Dans manière, la quantité) et à donner son opinion.
cette situation, on remarque que Michel et Nerida passent Quels adverbes a-t-on tendance à oublier ? Oui, si,
du vouvoiement au tutoiement dès que le contact est d’abord, mal…
établi, dès qu’ils savent qu’ils vont travailler dans le même Si les apprenants ont du mal à les repérer, ils peuvent
hôpital. C’est aussi une question d’âge et de hiérarchie. les classer dans leur catégorie (donner son opinion…).
• Étudier la formation des adverbes en -ment :
Solutions Généralement, l’adverbe se forme à partir du fémi-
1) Elles sont dans un centre hospitalier. (Mots clés, nin de l’adjectif correspondant, auquel on ajoute le suf-
expressions : travailler ici, infirmier, médecin-chef, fixe -ment.
centre hospitalier… Les deux jeunes sont ensemble - Cependant, il y a quelques exceptions comme genti-
dans le hall de l’hôpital, tandis que le troisième se ment, vraiment, poliment.
trouve un peu plus loin.) - Par ailleurs, les adjectifs terminés en -ent ou -ant ne
2) Michel est infirmier, Nerida est socio-esthéticienne et suivent pas la même règle.
M. Vautier est médecin-chef. (Noms de profession ; Exemples : prudent prudemment, indépendant
indices grammaticaux : masculin / féminin, tutoie- indépendamment, suffisant suffisamment, courant
ment / vouvoiement en fonction de l’âge et de la hié- couramment, lent lentement.
rarchie ; mots : premier emploi, nouvelle ; aussi, voix • Insister sur la place de l’adverbe.
peu assurée, ton inquiet.) - L’adverbe se place devant l’adjectif et devant l’adverbe
3) Il parle de son poste de travail et du médecin. (La (Il est très sympa / Elle parle très lentement).
jeune femme cherche M. Vautier, il lui montre qui - Il se place après le verbe conjugué à un temps simple
c’est –description– ; indices grammaticaux : démons- et entre l’auxiliaire et le participe passé dans le cas
tratifs pour montrer le médecin qui se trouve un peu d’un temps composé (Elle mange beaucoup / Il a
plus loin.) beaucoup mangé).
4) Non, Nerida va travailler comme socio-esthéticienne. • Faire faire l’activité n°1, p. 16.

UNITÉ 1 //// 25
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 26

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 14-15

U1 L1 SITUATIONS

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 18-19


Solutions LEXIQUE
fréquemment / sérieusement / franchement / mécham-
ment / confusément / difficilement / naïvement / Le monde du travail
violemment / sagement / chaleureusement • Faire faire l’activité nº2, p. 19, en recommandant l‘utilisa-
tion d‘adverbes de manière, pour plus de précision. En
interrogeant les étudiants sur les photographies, le profes-
seur aura l‘occasion d‘employer et de faire réemployer les
Les pronoms interrogatifs (1) interrogatifs.

• Établir la liste des pronoms et adverbes interrogatifs que


les apprenants connaissent (qui, que, quand, où, pour-
quoi, comment).
• Les faire comparer avec les pronoms que l’on trouve
dans la Situation et dans le questionnaire de l’activité 1,
puis compléter s’il y a lieu : lesquels connaissent-ils le
moins ou lesquels présentent le plus de difficultés et
pourquoi ? lequel, que / quoi, parce qu’ils varient
selon leur fonction ou leur construction.
• Faire construire des phrases interrogatives avec les pro-
noms : qui / que / quoi, en utilisant plusieurs manières
de poser la question (allant du plus formel au moins
formel).
Exemples : Qui cherchez-vous ? / Qui est-ce que vous
cherchez ? / Vous cherchez qui ? ; Que voulez-vous ? /
Qu’est-ce que vous voulez ? / Vous voulez quoi ?, etc.
• Faire observer le tableau et récapituler la règle d’emploi
des pronoms qui / que / quoi.
Qui est sujet, que est C.O.D. , quoi s’utilise à la place de
que s’il est placé après le verbe ou une préposition (Tu
feras quoi ? / Tu joues avec quoi ?, etc.).
• Faire remarquer la construction avec est-ce que : qui
est-ce qui / qui est-ce que.
Qui (dans est-ce qui) est sujet (Qui est-ce qui cherche
le directeur ?) ; il devient que s’il est C.O.D. (Qui est-ce
que tu cherches ?)
• Le professeur pourra reporter l’étude des pronoms
lequel / laquelle… à plus tard (après la Situation 2 où
ils sont introduits de façon plus explicite).
• Faire réaliser l’activité nº2, p. 17.

Propositions
1) Qu’est-ce que tu manges ?
2) Qui Marie cherche-t-elle ?
3) Est-ce que tu veux te reposer un moment ?
4) Qu’est-ce que c’est ?

26 //// UNITÉ 1
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 27

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 14-15


SITUATIONS U1 L1

Situation 2 > Quel type d’Européen êtes-vous ?


Questionnaire test : situation directe de la classe.
Compréhension écrite : lire pour répondre à un test et se situer en tant qu’Européen.
Expression orale : exploitation de ce test et élargissement au débat.
Travail sur l’interrogation avec le pronom interrogatif lequel et sur les pronoms démonstratifs.

COMMENTAIRES - L’Europe, c’est d’abord une union politique et écono-


• Laisser les apprenants s’interroger et s’exprimer rapide- mique : Que sait-on des liens culturels de l’Europe
ment sur le titre du questionnaire, qui surprend peut-être. actuelle (théâtre, ciné, éducation) ? Quelles sortes
Posée d’une autre façon, la question pourrait être : Vous d’échanges ont lieu ? Quel est le point de vue des étu-
sentez-vous européen ? diants par rapport à cela ?
- Qu’est-ce qui, d’après les apprenants, fait qu’on est - On pourra conseiller aux apprenants de consulter le site
européen ? La monnaie, les frontières ouvertes, la de la Commission européenne, à la page suivante :
géographie, le commerce… http://www.europa.eu.int/comm/index_fr.htm
- Essayer de faire en sorte que les apprenants découvrent
leurs relations avec l’Europe et les Européens, qui sont
parfois inconscientes ; faire dire éventuellement pour LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 16-17
qui il est plus facile de se sentir européen (mariages GRAMMAIRE
mixtes, séjours dans des pays européens, liens fami-
liaux, affectifs, goûts personnels, langues…). Les pronoms interrogatifs (2)
- Que savent-ils de l’Europe, qu’est-ce qui les intéresse le
plus, le moins, de l’Union européenne ? • Faire relire le questionnaire sur L’Europe : Quel pronom
interrogatif est le plus employé dans ce questionnaire ?
Lequel, laquelle, lesquels, lesquelles.
En fonction de quoi varie-t-il ? Du genre et du nombre
Activités 1 et 2 du mot qu’il remplace.
• Faire observer le tableau récapitulatif de ce pronom et
• Faire lire et répondre au test individuellement, puis faire expliciter la formation ou l’orthographe de ses diffé-
comparer les réponses à 2 pour donner l’occasion aux rentes formes.
apprenants de mieux se connaître et de parler de leurs dif- • Prendre des exemples dans la classe et faire inventer
férences. des phrases : Il y a deux tableaux sur le mur, lequel
Quels aspects de l’Europe sont abordés dans ce test ? vous préférez ? Etc.
Le monde professionnel, la possibilité de travailler et • Faire faire l’activité n°3, p. 17.
d’étudier dans un autre pays d’Europe, les pays les plus
« cotés », le problème des langues, les grands change-
Solutions
ments européens (la monnaie, les frontières), la vision
1) lequel 2) laquelle 3) lesquelles 4) lesquels
que l’on a de l’Europe et de ses hommes politiques.
• Faire lire les résultats et établir un profil de la classe en
notant les différentes catégories sur le tableau.
• Organiser un débat à partir des questions ou des réponses
au test et faire justifier les réponses.
- Parler des avantages de chaque catégorie de personnes.
- Parler de l’usage des langues : l’anglais passe-partout ou,
dans les pays du Sud, la « transparence » des langues
latines, le français dans les pays francophones (France,
Belgique, Suisse, Luxembourg), etc.
L’apprentissage d’une langue européenne est-elle un
facteur pour se sentir plus européen ?

UNITÉ 1 //// 27
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 28

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 14-15

U1 L1 SITUATIONS

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 19
Les pronoms démonstratifs PRONONCIATION
• Demander aux apprenants de chercher les pronoms
L’accent d’insistance
démonstratifs du test page 15.
• Faire réaliser les activités nº1, nº2, nº3 et nº4, p. 19.
• Faire observer le tableau de la page Grammaire :
• Après l‘activité 1, demander aux étudiants de dire eux-
- Le pronom démonstratif prend le genre et le nombre
mêmes les phrases sur différentes intonations.
du nom qu’il remplace.
• Expliquer le dessin humoristique et le triple sens de
- Il est toujours accompagné d’un adverbe, s’il est seul
l‘homonyme [pjØ] : piquet, lit (familier) et dévot.
(celui-ci / celui-là…), d’une proposition relative (celui
• Demander aux apprenants s‘ils connaissaient déjà Philippe
qui, celles que…) ou de la préposition de (celle de,
Geluck célèbre dessinateur de BD, né à Bruxelles en 1954.
ceux de…).
Éventuellement, apporter ou leur faire apporter des échan-
- Au féminin, il se prononce de la même manière au
tillons où apparaît son célèbre personnage : le chat.
singulier et au pluriel.
www.brusselsbdtour.com/bio_geluck.htm
- Il sert à désigner des personnes et des objets, et à évi-
ter des répétitions.
• Insister sur l’emploi du pronom démonstratif neutre. Transcription et solutions
- On observe que sa forme varie selon qu‘il est 1. 1) Pierre vient ici ? / Pierre, viens ici ! / Pierre vient ici.
employé seul (en fonction de sujet ou de complé- 2) Il arrive demain ! / Il arrive demain ? / Il arrive
ment) ou suivi d‘une relative. Attention aux amal- demain.
games du type cela que. 3) Elles l’ont reconnu ? / Elles l’ont reconnu. / Elles
- Preciser qu‘il n‘y a pas de véritable différence de sens l’ont reconnu !
entre ceci et cela, hormis une réminiscence de la 2. 1) a) Je ne sors pas, je suis très fatigué.
notion de proximité (ceci = ce + [i]ci) et d‘éloigne- b) Je ne sors pas, je suis très fatigué.
ment (cela = ce + là). 2) a) Il parle sept langues étrangères.
• Faire réaliser les activités nº4 et nº5, p. 17. b) Il parle sept langues étrangères.
3) a) Tu veux toujours avoir raison.
b) Tu veux toujours avoir raison.
Transcription
4) a) C’est mon mari.
4. 1) Je préfère celle-ci, elle est plus rapide.
b) C’est mon mari.
2) On va regarder celui que tu aimes.
3. 1) Ils ne veulent jamais venir dîner à la maison.
3) Nous allons écouter ceux que tu m’as offerts.
2) Julien est vraiment très radin.
4) J’aime beaucoup celles de Normandie.
3) Moi, je n’ai pas envie de le connaître.
4) Son père a dépensé 300 euros cette semaine.
5) Tu pourras aller là-bas après.
Solutions
4. 1b 2a 3a 4c
5. 1) celle 2) ce 3) ceux 4) ce

28 //// UNITÉ 1
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 29

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 20
CIVILISATION U1 L1

Pour une hôtellerie à la page !


Lecture d’un extrait de brochure destinée aux professionnels du tourisme.
Étude des caractéristiques des habitants de pays francophones (Belges, Suisses, Canadiens), étude de leur
vision de la France et des Français.
Démystification de certains clichés.

• Demander aux apprenants la vision qu’ils ont des Français, les États-Unis (44,5), l’Italie (39,1 millions) et la Chine
des Suisses, des Belges et des Canadiens. (33,2 millions).
• Faire lire la brochure puis poser les questions suivantes : Les touristes les plus nombreux sont les Allemands, suivis
- Qui a édité cette brochure, à qui s’adresse-t-elle et pour- des Britanniques, des Néerlandais et des Belges.
quoi ? C’est la Direction du tourisme français qui a • Les régions les plus visitées par les étrangers :
publié cette revue, pour les professionnels du tourisme, afin - Paris (environ 25 millions de touristes par an).
de les aider à donner un accueil de qualité aux touristes. - La Vallée de la Loire, célèbre pour ses châteaux.
- Qu’est-ce qui, dans la forme et le contenu du texte, en - La région Provence-Alpes-Côte d’Azur (P.A.C.A.), grâce
atteste ? Le texte est simple, en style télégraphique, les au climat méditerranéen.
rubriques sont claires, le langage est concis et positif. - La région Nord-ouest (Normandie, Bretagne, Vendée),
- Y a-t-il des aspects qui étonnent les apprenants ? pour la beauté de ses côtes.
• Susciter les commentaires et faire répondre aux questions. - Les Alpes, pour les sports d’hiver.
- Le Sud-ouest, pour ses plages, les sports de glisse,
Solutions le tourisme religieux (Lourdes) et la gastronomie.
1. Ressemblances et différences : Les vacances des Français
- Les Belges et Suisses ont le sens pratique et celui de • Les destinations :
l’organisation, ce qui se dénote en particulier dans le - On recherche de plus en plus la qualité, la diversité et le
travail. Ils se serrent souvent la main. changement, c’est-à-dire des vacances où l’on peut
- Les Belges et Canadiens sont conviviaux et partagent concilier repos et activité tout en profitant d’une certaine
le sens de la fête. Canadiens et Suisses ont un sens autonomie. C’est pourquoi, seuls 20 % des voyageurs
de l’écologie très développé. font appel aux professionnels du voyage.
- Autrement dit, les Belges allient le sérieux des - Le fractionnement des vacances et la possibilité d’avoir
Suisses et le caractère plus joyeux des Canadiens. des week-ends prolongés grâce aux RTT (réduction du
Par contre, ils ne semblent pas aussi sensibles aux temps de travail) a accentué la fréquentation des grands
problèmes écologiques que ceux-ci. parcs de loisirs : Disneyland Paris (34 % des visites), le
2. Vision de la France et des Français : Futuroscope de Poitiers (22 %), le parc Astérix (18 %) et
- Belges, Suisses et Canadiens ont en gros une même la Cité des Sciences et de l’Industrie (17 %).
vision de la France : ils mettent au premier plan la - On remarque également un engouement croissant pour
diversité géographique et surtout gastronomique de les croisières, ainsi que pour le tourisme fluvial. Par
la France. Belges et Suisses apprécient tout particu- ailleurs, les vacances de santé sont aussi de plus en plus
lièrement son climat ensoleillé. recherchées (thermalisme, thalassothérapie, sports, etc.).
- Ce sont les Suisses et les Canadiens qui semblent - En ce qui concerne les sports d’hiver, ils accueillent
attacher aussi beaucoup d’importance au côté cultu- encore un public restreint, soit 1 Français sur 15, issu
rel : les Canadiens, surtout. d’un milieu urbain et ayant de bons revenus.
- En ce qui concerne les Français, tous coïncident pour - La première destination des Français, c’est la France,
les trouver particulièrement extravertis. Quelques bien que les séjours à l’étranger aient tendance à aug-
nuances : pour les Canadiens, cela signifie qu’ils les menter (12 %). La plupart se font en Europe, avec
sentent comme de la famille ; pour les Suisses et les l’Espagne en tête, suivie de la Grande-Bretagne et de
Belges pointe une critique : ils sont plutôt égocen- l’Italie. Autrement, les Français vont en Afrique du Nord,
triques (tout en restant polis, d’après les Suisses). aux États-Unis, en Asie du Sud-est, aux Antilles…
• L’hébergement : 50 % des hébergements ont lieu dans
Le tourisme en France la famille ou chez des amis, 11 % en résidence secondai-
• Les chiffres : La France a accueilli 76,5 millions de tou- re, 11 % à l’hôtel, 6 % au camping, 5 % en location.
ristes étrangers en 2001, contre 75 millions en 2000 et Même si l’on ne dispose pas de données précises, on sait
52 millions en 1990. Elle reste la première destination aussi que les chambres d’hôtes et les gîtes ruraux attirent
touristique du monde, devant l’Espagne (49,5 millions), de plus en plus de vacanciers.

UNITÉ 1 //// 29
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 30

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 21-23

U1 L1 COMPÉTENCES

Écouter -
-
8 ans.
Très bien. Alors, tu as deviné ?
- Bon, enfin, je pense. C’est la grand-mère ?
Compréhension orale d’un jeu radiophonique : com-
- Bravo ! C’est qu’ils ont très bien expliqué, Sonia, Karim
préhension globale puis détaillée, à travers un ques-
et Loïc. Tu veux essayer avec la deuxième personne ?
tionnaire.
- Oui.
Réutilisation des éléments linguistiques introduits
- Alors, Sonia. C’est ton tour !
dans la leçon 1.
- Oui… Je l’aime bien, elle me fait dessiner.
Test d’évaluation et entraînement à l’autocorrection à
- Maintenant, c’est Karim…
partir de la transcription.
- Il est gentil, mais je l’aime pas quand il me donne des
lignes à copier.
- Ah ! ça ! Loïc…
Activités 1 et 2 - Ben, c’est quelqu’un qui aide ceux qui ne savent pas
faire quelque chose. Quand on ne travaille pas ou
Il s’agit de répondre par vrai ou faux à un questionnaire d’in- qu’on n’est pas gentils, il nous gronde.
duction à la compréhension fine. - Alors, Florine, tu sais que, si tu devines, tu gagnes une
• Faire écouter le dialogue en entier et laisser les apprenants PlayStation ?
développer leurs stratégies d’écoute, qu’ils devront explici- - Oui, maman me l’a dit.
ter lors de l’activité Réfléchissons. - Très bien. Alors, c’est qui ?
• Faire lire les questions, procéder à une deuxième écoute - C’est la maîtresse ?
puis faire répondre aux questions. - Exact ! La maîtresse ou le maître !
• Si les étudiants éprouvent des difficultés pour répondre à Florine, tu as gagné ta PlayStation, tu es contente ?
toutes les questions, le professeur procédera à une écoute - Très !
supplémentaire lors de l’activité 3. - Alors, on te fait une grosse bise. Ne raccroche pas,
hein ?

Transcription
- Bienvenue à « Devinettes », notre jeu de l’été.
Solutions
Aujourd’hui, nous avons des invités un peu particuliers
Vrai : 2, 4
car ils ont moins de 9 ans. Voici Sonia, Karim et Loïc,
Faux : 1, 3, 5, 6
qui vont nous définir une personne qu’ils connaissent
bien. Vous, les enfants, si vous connaissez la réponse,
téléphonez tout de suite au 04 68 35 21 12. On com-
mence par la plus petite. Bonjour Sonia.
- Bonjour. Activité 3
- Tu es prête ?
- Oui. • Avant de réécouter ce dialogue, les apprenants peuvent
- Alors, tu commences. comparer leurs réponses et en discuter en français avec
- Elle me dit toujours que je suis comme maman. leur voisin(e). Ils expliqueront sur quoi ils s’appuient et
- Ah ! Ça, c’est très bien. Maintenant, c’est le tour de s’autocorrigeront.
Karim. • Pendant ce temps, le professeur passe dans les groupes et
- Euh… elle me raconte des histoires, elle m’emmène écoute la façon dont les apprenants s’y prennent, intervient
au zoo et elle me fait des câlins. éventuellement pour poser des questions ou reconduire
- C’est génial, le zoo. N’est-ce pas ? certaines stratégies et vérifie que les apprenants s’autocor-
- Ouais. rigent.
- Et notre dernière définition pour cette personne, c’est • Demander aux apprenants de lire la transcription et de dire
Loïc qui va la faire. ce qu’apporte l’enregistrement et que n’apporte pas l’écrit
- C’est la dame qui nous garde quand maman a des (voix, intonations, bruits,…) et vice-versa, ce qu’apporte
trucs à faire. l’écrit et que n’apporte pas l’oral (mots plus « transparents »
- C’est très important, ça… alors maintenant qu’on a les à l’écrit, ponctuation, temps des verbes plus faciles à repé-
trois définitions… Oui ? On a un appel de… Florine. rer…).
Allô ! Florine, bonjour ? • Mettre les réponses en commun et commenter les diffi-
- Bonjour. cultés.
- Tu appelles d’où ? Les difficultés proviennent peut-être de la longueur de la
- De Nîmes. Situation, du débit des interlocuteurs, de certains mots
- Quel âge tu as ? inconnus comme câlins, certainement plus faciles à com-
prendre à l’écrit, aux marques de l’oral…

30 //// UNITÉ 1
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 31

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 21-23


COMPÉTENCES U1 L1

grammaticaux (temps des verbes, féminin / mascu-


Solutions
lin…).
La grand-mère : elle trouve que l’enfant ressemble à sa
- Le point 8 est lié aux deux points précédents : les notes
mère, elle raconte des histoires, elle emmène les enfants
se prennent en fonction du repérage des mots clés et ils
au zoo et les garde quand leur maman est occupée, elle
permettent de reformuler ensuite les informations sans
leur fait des câlins.
oublis, de les discuter ou de les vérifier à travers diffé-
La maîtresse ou le maître : il / elle fait faire des dessins,
rentes écoutes.
donne des lignes à copier, aide les enfants, les gronde
- Le point 9 concerne les mots « transparents », qui peu-
quand ils ne vont pas assez vite ou ne sont pas gentils.
vent être reconnus grâce à des mots d’autres langues
d’apprentissage (anglais, italien, allemand, latin…). Il
s’agit de s’appuyer sur ce que l’on sait et, dans le cas
contraire, de ne pas se laisser bloquer par un mot ou une
Réfléchissons ! expression inconnus et difficilement déchiffrables. Il faut
émettre des hypothèses sur le sens à partir du contexte
Entraînement à l’application des stratégies de com- et s’en tenir d’abord au sens global du texte.
préhension orale globale. - Le point 10, le dernier, est celui que l’on développera plus
Prise de conscience des ressources personnelles et particulièrement tout au long de ce niveau 2 : il reflète
renforcement de celles-ci. une tendance naturelle de l’individu à transposer sa
propre expérience.
• Faire faire l‘activité individuellement puis la faire commen- Il s’agit ici de se servir de sa propre expérience, pour avoir
ter en français par groupes de 5 ou 6 personnes. Chaque confiance en ce que l’on sait ou projette ; de comparer
groupe désignera un porte-parole pour la mise en com- avec sa langue et son pays d’origine pour mieux se repré-
mun. senter mentalement des situations.
• Avec le groupe-classe, commenter les réponses puis • Discuter des autres procédés que proposent les appre-
chaque point de la liste. nants : mots connus, sonorités, répétition, intuition, relaxa-
Quelles stratégies les apprenants utilisent-ils le moins ? Y tion (élément important car parfois la crispation empêche
a-t-il un ordre particulier dans ces techniques ? La liste suit- l’oreille de bien fonctionner), hypothèses sur le sens, etc.
elle un ordre méthodique ou bien les apprenants en Après ce test, les apprenants sont en mesure de préciser
voient-ils un autre ? (Par exemple, prendre des notes dès les stratégies qu’ils ont laissées de côté, d’évaluer l’impor-
le début.) tance des premiers points pour pouvoir passer aux sui-
- Les 2 premiers points concernent le cadre de la Situation : vants, de dire s’ils ont le réflexe de la compréhension glo-
support visuel et sonore, qui complètent l’enregistrement bale, de dire s’ils se bloquent et pourquoi…
du dialogue. On peut éluder le support visuel et partir du
support sonore pour le retrouver.
Les apprenants sont-ils sensibles aux bruits en tant qu’in-

Lire
dices ou les voient-ils comme ajoutés, voire gênants ?
- Les points 3 et 4 concernent les voix des interlocuteurs
qui renseignent sur divers éléments : âge, sexe, caractère
(grâce aux intonations), le type de relations qu’ils ont
entre eux, d’où l’importance de prendre les voix comme Compréhension écrite : renforcement du lexique du
point d’appui pour comprendre la Situation. monde du travail dans une situation concrète d’an-
- Le point 5 redonne les paramètres de la compréhension nonce (lecture d’offres d’emploi variées).
globale et inclut les premiers points. À ce stade de l’ap- Recherche d’informations précises qui serviront
prentissage, on doit pouvoir passer rapidement sur ces 5 pour répondre par écrit à ces annonces, avec un
premiers points qui ont été travaillés tout au long du modèle.
niveau 1. Ils sont un passage obligé pour se repérer dans
la Situation et pour pouvoir accéder ensuite à une com-
préhension plus fine, voire exhaustive.
- Les points 6 et 7 peuvent paraître plus difficiles et ils le Activités 1, 2 et 3
seront si, au préalable, on n’a pas suivi l’itinéraire de la
compréhension globale qui est souvent le résultat d’une • Faire lire les annonces dans l’ordre que les apprenants pré-
écoute préalable. féreront.
Souvent, les questions de l’activité guident la recherche • Faire répondre aux questions par groupes de 2.
de ces informations et permettent de cibler l’écoute. • Mettre les réponses en commun et les commenter.
Ce qui est important ensuite, c’est le repérage des Quelle annonce les apprenants ont-ils d’abord lue et pour-
mots clés qui mènent aux informations, des mots quoi ? (Ordre de la page, goût, intérêt, mots qui sautent aux
« charnières » (expressions de temps…) ou des indices yeux… ?)

UNITÉ 1 //// 31
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 32

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 21-23

U1 L1 COMPÉTENCES

Solutions expressions pour...


1. 1) 1 : être dynamique, ouvert(e) et organisé(e)
4 : être exigeant(e) professionnellement
Mémorisation des mots ou expressions travaillés
5 : autonomie
dans la leçon, applicables à une situation
2) 2, 3, 4, 5
donnée.
3) 3, 4, 5
Réemploi de ces expressions dans les situations
4) 1, 4
orales de cette rubrique.
2. 1, 3, 5
3. 1) 2, 3, 5
2) 2 : rédaction de procès-verbaux, prise en charge de • Cette activité consiste à fabriquer des « boîtes à expressions »
sinistres 4 : achat de pièces électromécaniques, dans lesquelles on puisera pour la confection des dialogues
élaboration de la politique d’achat demandés dans les canevas de l’activité suivante. On pourra
3) 3 : logé et nourri 5 : maîtrise de Windows et Internet fabriquer des panneaux pour inclure ces contenus commu-
nicatifs, les afficher dans la classe et les compléter au fur et à
mesure de l’apprentissage.
• Comme les apprenants auront mémorisé les dialogues de la

Écrire leçon, on pourra faire une exploitation d’abord orale de cette


activité et compléter ensuite les « boîtes à expressions » en
relisant les transcriptions des dialogues. On pourra ajouter
Entraînement à l’écriture fonctionnelle : répondre à des expressions entendues dans la classe.
une offre d’emploi d’après un modèle.
- Accueillir quelqu’un : Bonjour. Vous cherchez quelque
Analyse de ce modèle et réemploi du lexique lié au
chose ? / Ah, c’est toi la nouvelle. / Bienvenue dans le
monde du travail.
service. / Voilà Nerida, le nouveau premier emploi. / Je
vais vous présenter…
• Faire lire la lettre et demander aux apprenants d’analyser - Faire préciser / Préciser : Lequel ? / Celui de gauche… /
son contenu. Tu vois ce type là-bas en blouse blanche ? / Ceux du
1) Présentation : âge, formation, recherche. Nord…
2) Choix et justification. - Parler de son travail : Je suis infirmier. / C’est mon pre-
3) Demande d’informations supplémentaires. mier emploi. / Je vais m’occuper du physique des
4) Disponibilité. malades…
5) Formule de politesse pour prendre congé. - Donner une appréciation : Ce n’est pas évident. / C’est
• Quels paragraphes peut-on intervertir sans altérer l’objet pas mal. / C’est très bien ! …
de la lettre ? - Rassurer : T’inquiète pas, tout se passera bien !
• Fournir d’autres formules de politesse. - Exprimer la peur : J’ai un peu le trac. / Ce n’est pas évi-
• Faire suivre ce schéma pour la production écrite. dent.
- Caractériser : Il est très bien… / celui de gauche, (…)
Une lettre de motivation est toujours manuscrite en fran-
l’air sérieux…
çais. Elle donne ainsi à l’employeur l’occasion de connaître
- Féliciter : Très bien !
l’écriture du candidat et cela ajoute une dimension plus
personnelle à la candidature.

Parler
Le nom et les coordonnées du / de la candidat(e) sont tou-
jours en haut à gauche. En haut à droite, on écrit le nom et
les coordonnées du destinataire. La date, toujours à droite,
peut être indifféremment au-dessus ou au-dessous des
Petits jeux de rôles.
coordonnées du destinataire.
Réemploi des éléments linguistiques et lexicaux vus
dans la leçon.

Activité 1

Dans cette activité, il s’agit d’accueillir et de présenter une


nouvelle personne sur son lieu de travail et / ou à l’école.
Les apprenants devront se présenter, poser des questions en
rapport avec le travail et / ou l’emploi du temps scolaire et
exprimer leurs inquiétudes propres à une situation nouvelle
de ce genre.

32 //// UNITÉ 1
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 33

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 21-23


COMPÉTENCES U1 L1

• On pourra, dès cette leçon 1, revoir les stratégies d‘organi- Activité 3


sation d’un jeu de rôle vues au niveau 1, leçon 5.
• Former des groupes de 2 et donner à chacun d’entre eux Activité ludique : élaboration de devinettes basées sur la
une situation à préparer. Ils peuvent d’ailleurs s’inspirer de caractérisation d’une personne (profession, comportement,
la Situation 1. caractère, lien affectif, image, relations, clichés…).
• Faire passer quelques groupes devant la classe qui sera à • Proposer de prendre comme modèle le jeu enregistré de
même de « co-évaluer » leurs productions selon les critères la section Écouter qui consiste à faire le portrait d’une per-
vus précédemment. sonne en trois définitions, puis à faire découvrir son identi-
té. Les apprenants pourront choisir également d’autres
exemples et laisser libre cours à leur originalité.
• Faire collectivement une petite réflexion sur les éléments
Activité 2 qui peuvent contribuer à définir une personne : ses ten-
dances, son caractère, ses attitudes, parfois un vêtement,
Cette activité constitue un entraînement au monologue où les clichés qui l’entourent et le rendent reconnaissable, le
l’on travaille le lexique du travail, les questions, les échanges masculin ou féminin dans certains cas, des adjectifs, des
réels entre apprenants… verbes spécifiques (par exemple, promettre pour l’homme
• Tout le monde sera invité à préparer cette activité et dans politique), les liens affectifs ou les sentiments qu’il éveille
les deux sens, puis chacun fera le compte-rendu devant la chez les autres, etc.
classe. • Former de petits groupes et laisser quelques minutes aux
• On essaiera de trouver un moyen de classer les informa- apprenants afin qu’ils inventent les devinettes en trois défi-
tions pour établir un profil professionnel de la classe. La nitions. Pendant ce temps-là, le professeur passera dans
page Lexique offre beaucoup de suggestions dans ce les groupes et corrigera les énoncés avant que les appre-
sens. nants ne les proposent au groupe-classe.
• Procéder à une brève évaluation collective de ces défini-
tions en fonction des indices donnés pour pouvoir y
répondre.

UNITÉ 1 //// 33
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 34

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 24-25

U1 L2 SITUATIONS

Situation 1 > C’était comment, avant ?


Compréhension orale d’une conversation assez longue et assez complexe.
Parler des habitudes du passé : récit autobiographique à l’imparfait, expressions pour évoquer des souvenirs
personnels.
Introduction de l’imparfait et du pronom relatif dont.
Registre familier entre membres d’une même famille.

COMMENTAIRES Activité 1
• Comme entrée en matière de cette première leçon, il
• Procéder à la première écoute suivie du dialogue et poser les
pourrait être utile de commencer par la page Lexique, où
questions de compréhension globale.
l’on aborde le monde scolaire et les jeux mais aussi une
• Rappeler rapidement les techniques d’écoute exposées
classe verte, ce qui permettra de présenter le monde de
dans les Compétences, leçon 1.
la ferme et le récit de souvenirs liés à l’école et aux
• Faire lire les questions puis faire écouter à nouveau la
vacances.
Situation pour que les apprenants puissent répondre.
• Pour introduire le lexique propre à la Situation, on pourra
• Demander ensuite de comparer les réponses par groupes
demander aux apprenants s’ils ont déjà eu l’occasion de
de 2 et faire écouter une troisième fois, si nécessaire, avec
faire les vendanges ou de travailler à la cueillette de fruits.
prise de notes.
Demander également qui aime aller en vacances à la
• Enfin, commenter et corriger les réponses.
campagne, qui fait du camping à la ferme et ce qui attire
les apprenants dans cette formule de vacances : les ani-
maux, le monde rural, les activités de la ferme ? Solutions
Citer plusieurs activités propres à la campagne : les ven- 1) Les personnages sont Benjamin, un enfant, et son
danges, la moisson, la chasse, les cueillettes… grand père (il l’appelle « papi »).
• On pourra aussi se servir des illustrations (Livre, p. 24) et L’enfant est chez ses grands-parents et il bavarde avec
les commenter, avant d’aborder la Situation. Ce sont des son grand-père. C’est mercredi après-midi (pas d’école
photos datant d’une époque révolue, ce qui permettra en France).
d’introduire l’imparfait : Regardez ces photos, c’était 2) Le grand-père répond aux questions de l’enfant. Il lui
quand ? À cette époque, comment étaient les voitures ? parle de son enfance, de ce qu’il faisait autrefois
Est-ce que les gens allaient à la plage ? Etc. (imparfait).
3) Il s’amusait avec ses amis, il avait des vaches, un che-
val, il faisait du vélo, il allait ramasser des champi-
gnons, chasser des lièvres… Pendant les vacances, il
LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 28-29
LEXIQUE partait en colonie ou restait à la ferme…
4) Réponses libres.
À l‘école 5) Oui, il aime être avec ses grands-parents parce qu’il
fait des activités avec son grand-père et que sa grand-
• Faire lire la page Lexique. Les questions y sont d’ordre mère lui prépare son gâteau préféré.
personnel et permettent d’établir des échanges à deux et
d‘utiliser en situation directe le lexique proposé à travers
diverses rubriques.
• Procéder à une mise en commun avec toute la classe. Si Activité 2
certains éléments sont laissés de côté, le professeur pose-
• Faire lire la transcription de ce dialogue et procéder ensuite
ra des questions sur ceux-ci, par exemple Personne ne
à une nouvelle écoute, avec le texte sous les yeux.
jouait à la marelle ? (introduisant ainsi l’imparfait).
• Demander aux apprenants de chercher les marques de
l’oral (Oh ben, … tu sais… / c’est super…) et faire lire cer-
Solution de la charade tains passages par plusieurs personnes. Insister sur l’im-
car-table Æ
cartable portance de soigner l’intonation, de s’entraîner à parler
avec les marques de l’oral (élisions, mots abrégés, pauses
marquant l’hésitation…).
• Commenter les difficultés rencontrées lors de la compré-
hension orale et de la lecture de vérification : temps du
passé, vocabulaire, construction de dont…

34 //// UNITÉ 1
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 35

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 24-25


SITUATIONS U1 L2

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 26-27


GRAMMAIRE Le pronom relatif dont

• Faire observer les exemples donnés à la page 27, puis


L’imparfait faire récapituler rapidement les pronoms déjà vus au
niveau 1 (qui, que, où).
Quel temps du passé les apprenants savent-ils conju-
Les pronoms relatifs servent à relier deux phrases qui
guer ? Le passé composé.
ont un élément commun (l’antécédent). Ils varient
À quoi sert-il ? À présenter des actions du passé, ter-
selon leur fonction dans la phrase :
minées au moment où l’on parle.
La femme qui passe : sujet.
• À la lecture de la transcription de la Situation 1, faire repé-
La femme que tu vois là-bas : C.O.D.
rer l’imparfait (reconnaissable grâce aux terminaisons).
L’endroit où j’ai rencontré cette femme : C.C. lieu.
À quoi il sert ? À décrire des actions en train de se
Le jour où elle m’a parlé : C.C. temps.
dérouler dans le passé, à décrire des situations dans le
• Expliquer que le pronom relatif dont permet de rempla-
passé et à évoquer des habitudes passées.
cer un substantif précédé de la préposition de et peut
• Faire observer le tableau de conjugaisons et faire le
être complément du nom, du verbe ou de l’adjectif.
point sur la formation de l’imparfait.
• Faire faire les exercices 4 et 5, page 27.
- Le radical se forme à partir du radical de la première per-
sonne du pluriel au présent de l’indicatif auquel on ajoute
les terminaisons : -ais / -ais / -ait / -ions / -iez / -aient. Solutions
- À l’oral, ce temps est facile à mémoriser car les trois 4. 1) J’ai une nouvelle voiture dont je suis très content.
personnes du singulier et la troisième personne du 2) Elle a enfin trouvé la jupe dont elle rêvait.
pluriel se prononcent de la même façon. 3) Voilà les clés dont tu avais besoin.
- Faire remarquer que la terminaison des deux pre- 4) Il a obtenu une note dont il est très fier.
mières personnes du pluriel commencent par un « i ». 5) J’avais une fiancée dont le père était instituteur.
Cela signifie que, si le radical comprend déjà un « i », 6) Il va me présenter la fille dont il m’a montré la
il faut rajouter celui de la terminaison de l’imparfait. photo.
C’est le cas des verbes en -ier comme étudier. Par 7) Elle est amoureuse de Vladislas dont la mère est
exemple, étudi + ions nous étudiions. Sans ce polonaise.
redoublement du « i », il n’y aurait plus de différence 8) Il m’a parlé de son professeur de yoga dont la
entre le présent et l’imparfait. femme travaille avec moi.
- Seul le verbe être est irrégulier. 9) Nous sommes descendus à l’hôtel dont Rémi
• Faire réaliser les activités nº1 et nº2, p. 26. nous avait parlé.
10) J’ai oublié le titre du film dont tu m’as parlé.
11) Nous avions des voisins très sympas dont le père
Solutions
était un célèbre journaliste.
1. C’était midi. Il faisait chaud. Les gens marchaient vite.
12) Je n’aime pas ce quartier dont les rues sont très
J’étais très fatiguée et j’avais très envie de rentrer chez
larges.
moi. Paul marchait à côté de moi. Nous ne parlions
5. Réponses libres.
pas. Nous n’avions plus rien à nous dire. Notre histoire
d’amour s’achevait.
2. a) habitude b) description c) habitude d) descrip-
tion e) habitude f) description

UNITÉ 1 //// 35
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 36

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 24-25

U1 L2 SITUATIONS

Situation 2 > Tu te souviens ?


Compréhension écrite sur les souvenirs : imparfait et plus-que-parfait.
Registre familier entre personnes qui se connaissent bien.
Détection des éléments implicites liés aux sentiments et aux souvenirs.
Expression des sentiments et de l’émotion.

Activité 1 - À quand remontent ces souvenirs et de quoi s’agit-il ?


Il y a longtemps (à l’époque de la sortie du film Grease),
• Faire observer l’illustration, la décrire et la commenter. elle avait 10 ans et lui aussi sans doute, ils n’allaient pas
Anna Gavalda est née en décembre 1970 à Boulogne- à l’école ensemble car ils habitaient loin l’un de l’autre
Billancourt. Elle a fait hypokhâgne et a obtenu sa maîtrise (« 42 francs pour aller te voir »), apparemment ils se ren-
de Lettres à la Sorbonne. contraient l’été (« maillot de bain ») dans un lieu de
Sa première rencontre avec le succès date de 1992, année vacances, sans doute une colonie.
où elle est lauréate de La plus belle lettre d’amour pour - Quels sentiments ressentaient-ils autrefois ? Lui était
France Inter. Puis elle reçoit le prix RTL-Lire pour son pre- sans doute amoureux (il se souvient très bien d’elle, il
mier recueil de nouvelles : Je voudrais que quelqu’un l’observait, la guettait, l’attendait…). Elle, elle est sans
m’attende quelque part, traduit en une trentaine de doute étonnée, elle ne devait pas se douter qu’il était
langues. En 2002, elle publie son premier roman : Je l’ai- amoureux d’elle.
mais et en est à son quatrième : Ensemble, c’est tout. - Quels sentiments éprouvent-ils actuellement ? De la
• Faire lire le texte en silence puis demander aux apprenants camaraderie avec du recul : il ose lui dire combien il se
de donner leurs premières impressions en vrac (surprise, souvient d’elle et il prend sans doute plaisir à lui racon-
rôle de la répétition, étrangeté de la précision des souve- ter ses souvenirs avec une grande précision.
nirs, rapports entre interlocuteurs…).
• Leur demander d’émettre des hypothèses sur sens ou de
Solutions
deviner, d’après le contexte, les mots ou expressions non
1) On pourrait éventuellement défendre l‘inverse mais
comprises.
dans le livre, c’est un homme qui raconte ses souve-
• Faire répondre aux questions individuellement, puis faire
nirs à une femme.
commenter les réponses par 2.
2) Cette conversation se produit des années plus tard,
• Procéder ensuite à une mise en commun avec le groupe-
peut-être par hasard.
classe et commenter certains points.
3) Ces deux personnes se sont connues quand elles
- De quel type est ce texte, d’où provient-il ? Il s’agit d’un
avaient à peu près 10 ans, sûrement en colonie de
dialogue entre deux personnes, tiré d’un recueil de nou-
vacances car de nombreux détails prouvent qu’elles ont
velles intitulé J’aimerais que quelqu’un m’attende
vécu ensemble une certaine période et qu’ils ont eu des
quelque part et publié en 1999. Le titre du recueil est
activités en commun hors de l’environnement habituel.
assez significatif et pourrait être commenté par les appre-
4) Elles allaient ensemble à la piscine ou à la mer, à des
nants. La nouvelle d‘où est tiré ce passage s‘intitule «
boums et à des spectacles.
Permission ».
5) Elles se connaissaient bien car les détails sont très
- Quel est le registre de langue utilisé ? Familier (tu te
nombreux et très précis.
souviens de quoi ? / t’avais 10 ans / t’habitais… / oh là
6) Le garçon semble avoir été amoureux de la fille ( / la
là / c’est pas possible) Pourquoi ce registre ? Parce
fille semble avoir été fascinée par sa copine).
qu’ils se connaissent bien, et depuis l’enfance.
7) De la surprise, de l’émotion et de la joie : la femme
- Faire remarquer que dans le questionnaire on demande
semble contente de savoir que cet homme / cette
d’« imaginer » les réponses : pourquoi ? Parce que les
femme a tant de souvenirs d’elle.
réponses ne sont pas données directement dans le texte ;
il faudra le plus souvent déduire les non-dits.
- Pourquoi y a-t-il tant d’implicites ? Parce qu’on est
dans l’expression des sentiments et qu’il s’agit d’un
passé commun que les lecteurs sont censés reconnaître. Activité 2
- Dans le dialogue, de quoi les personnages parlent-ils ?
De leurs souvenirs (le mot souviens revient très sou- • Former des groupes de 4 ou 5 personnes qui se conseille-
vent et l’imparfait décrit des actions et des habitudes ront mutuellement sur la prononciation, l’intonation et les
passées). pauses.

36 //// UNITÉ 1
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 37

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 24-25


SITUATIONS U1 L2

- Chaque membre du groupe s’entraînera à lire au moins LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 29


PRONONCIATION
une partie du texte et le groupe pourra ensuite déléguer
une ou deux personnes pour faire une proposition de lec-
Les voyelles : révision
ture devant le groupe-classe.
• Faire réaliser les activités de cette section.
- On pourra faire lire deux personnes de chaque groupe
• Demander à plusieurs apprenants de lire les mêmes mots
ou faire partager le texte à plusieurs personnes qui liront
et les inciter à se corriger mutuellement ou à s’autocorriger.
l‘une après l‘autre, chacune se basant sur le rythme du
lecteur précédent.
• Faire faire des commentaires sur les manières de lire de Transcription
chaque groupe en privilégiant les éléments positifs. 2. a) pote b) lu c) l’arrache d) avise e) port
• Rappeler les règles de phonétique selon les difficultés 3. a) pot - pont - pote - peau
rencontrées dans cette lecture. En ce qui concerne les b) lit - loupe - lu - loup
voyelles, on pourra se reporter à la page Prononciation c) l’orage - la rage - l’arrache - l’orange
de cette leçon, qui porte sur la révision de l’ensemble de d) avis - habite - avise - habit
celles-ci. e) port - pur - porte - père
• Demander aux apprenants d’analyser les temps du texte. 4. a) 1) Elles s’appellent Dominique. 2) Elles s’appellent
C’est l’imparfait qui domine, mais on découvre un nou- Dominique. 3) Elles appellent Dominique.
veau temps : le plus-que-parfait. b) 1) Prends ce kiwi et mange-le. 2) Prends ces kiwis
• Faire différencier l’imparfait du plus-que-parfait et passer à et mange-les. 3) Prends ces kiwis et mange-les.
l’étude de ce temps à la page 26. c) 1) Ils partent en vacances. 2) Il part en vacances.
3) Ils partent en vacances.
d) 1) Francis arrivera demain. 2) Francis arriverait
LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 26-27
demain. 3) Francis arrivera demain.
GRAMMAIRE e) 1) Je choisis un cadeau. 2) J’ai choisi un cadeau.
3) J’ai choisi un cadeau.
Le plus-que-parfait
Solutions
• Faire relever tous les verbes au plus-que-parfait dans le
2. a) pote b) lu c) l’arrache d) avise e) port
texte et demander aux apprenants de quoi ils sont
4. 1c 2a 3b
constitués pour leur faire découvrir la règle de forma-
tion du plus-que-parfait.
- Il s’agit d’un temps composé qui se forme avec les
auxiliaires être ou avoir à l’imparfait (selon les verbes)
et le participe passé. On en profitera pour revoir
l‘emploi des auxiliaires.
- Il indique une situation antérieure à une situation pas-
sée (exprimée à l’imparfait) ou un fait antérieur à un
fait passé (exprimé au passé composé).
• Faire observer les explications du Livre puis faire réali-
ser l’activité nº3, p. 27.

Solutions
1) J’étais très fier du vélo que mon père avait acheté. Il
était vieux mais je l’avais repeint.
2) L’après-midi, quand nous avions terminé nos devoirs,
nous allions jouer avec nos amis. Ma mère nous
appelait quand elle avait fini de préparer le dîner.
3) Ma sœur sortait avec un jeune homme qu’elle avait
connu chez des amis. Il était belge mais il avait vécu
en Espagne jusqu’à l’âge de 20 ans.
4) Ma grand-mère nous préparait des sandwiches avec
le pain qu’elle avait fait.
5) Ma mère passait ses vacances à la campagne, dans la
maison où avait grandi son père.
6) En été, nous faisions une promenade quand nous
avions fini de dîner.

UNITÉ 1 //// 37
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 38

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 30

U1 L2 CIVILISATION

Quelques informations sur l’enseignement


en France et dans d’autres pays francophones
Lecture de petites informations : le système français de l’école primaire et secondaire.
Comparaison avec d’autres pays francophones.
Comparaison avec le pays des apprenants et opinion personnelle.

COMMENTAIRES - L’enseignement supérieur :


a) Les universités offrent une très large gamme de disci-
L’enseignement en France
plines. Dans les universités d’enseignement général, le
• Histoire et principes
D.E.U.G. (Diplôme d’Études Universitaires Générales)
C’est pendant la Révolution française que l’on commence
sanctionne les deux premières années du premier cycle
à établir les grands principes de l’école et à en faire une
universitaire. En troisième et quatrième année (2e
affaire publique. Bien plus tard, en 1882, Jules Ferry fait
cycle), on passe respectivement la licence et la maîtrise.
voter l’obligation scolaire, sa laïcité et sa gratuité. Ces trois
Ensuite, au cours du 3e cycle, on peut passer un D.E.A.
grands principes sont encore en vigueur, avec cependant
(Diplôme d’Études Approfondies), un D.E.S.S. (Diplôme
quelques modifications comme, par exemple, l’école obli-
d’Études Supérieures Spécialisées) et / ou un doctorat.
gatoire jusqu’à 16 ans, au lieu de 12 ans.
Dans les I.U.T. (Instituts Universitaires de Technologie),
L’enseignement est gratuit dans le primaire et le secon-
on passe le D.U.T. (Diplôme Universitaire de
daire. L’inscription à l’université est payante mais son coût
Technologie), avec deux ans d’études orientées vers
est peu élevé et des bourses peuvent être attribuées.
des professions. Une modification de cette organisa-
Il existe aussi des écoles privées qui sont payantes et sou-
tion est cependant en voie d‘implantation.
vent religieuses. Elles suivent les programmes établis par
b) Les grandes écoles : pour s’y inscrire, il faut passer un
l’État. Un élève sur six fréquente ces établissements.
concours d’entrée. Les étudiants aspirant à entrer dans
• Le système
une grande école s’inscrivent généralement dans des
Le système scolaire français se divise en 3 grands
classes préparatoires (cycle de 2 ou 3 ans) afin de se
groupes : l’enseignement du premier degré, l’enseigne-
préparer à ce concours. Dans ces grandes écoles, on
ment secondaire et l’enseignement supérieur.
forme les cadres supérieurs les plus sollicités.
- Le Premier degré :
• Le calendrier scolaire
a) L’école maternelle (de 2/3 à 5 ans) n’est pas obli-
Les élèves du premier degré passent généralement toute
gatoire. Il existe 3 niveaux : la petite, la moyenne et
la journée à l’école, sauf le mercredi après-midi. Les élèves
la grande section (qui débouche sur l’école pri-
en France ont généralement cours le samedi matin.
maire).
Quant aux vacances, elles sont réparties : une semaine à
b) L’école primaire (de 6 à 10 ans) comprend : un an de
la Toussaint, 15 jours à Noël, 15 jours en hiver (février),
cours préparatoire (CP), deux ans de cours élémen-
15 jours au printemps (avril) et 2 mois en été (juillet et
taire (CE1 / CE2) et deux ans de cours moyen (CM1 /
août). Les vacances d’hiver et de printemps ne tombent
CM2).
pas aux mêmes dates dans toute la France ; elles dépen-
- L’enseignement secondaire :
dent de la zone (A, B ou C) dans laquelle on réside. La
a) Le collège (de 11 à 14 ans), comprend les classes sui-
répartition des zones dépend des académies et non pas
vantes : 6e, 5e, 4e et 3e (année sanctionnée par le
des régions ou des départements.
Brevet des Collèges). C’est à ce moment-là que l’on
Pour plus d’information, consulter les pages suivantes :
décide de l’orientation ; soit les élèves continuent leurs
www.education.fr ; www.education.gouv.fr/syst/default. htm
études générales au lycée, soit ils vont dans un lycée
professionnel pour préparer des diplômes techniques
(BEP, CAP, BT ou Bac pro).
b) Le lycée (de 15 à 18 ans) se compose des classes de Activités 1 et 2
Seconde, Première et Terminale (année du baccalau-
réat). • Faire comparer point par point avec le pays de l’apprenant.
Les baccalauréats de la filière générale sont le bac L • Faire répondre aux questions et échanger des opinions per-
(littéraire), le bac S (scientifique), le bac ES (écono- sonnelles sur l’enseignement en général (l’âge de la scola-
mique et social). Le « bac » permet l’accès aux études rité obligatoire, les matières importantes, l’adéquation de
supérieures. l’enseignement à la vie professionnelle, etc.).

38 //// UNITÉ 1
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 39

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 31-33


COMPÉTENCES U1 L2

expressions pour...
• Par groupes de 5 ou 6, ou par 2, demander aux appre-
Mémorisation des mots ou expressions travaillés nants de préparer le récit oral à partir des photographies,
dans la leçon, applicables à une situation puis proposer à quelques volontaires de le présenter
donnée. devant le groupe-classe.
Réemploi de ces expressions dans les situations • Faire reconnaître les photographies correspondant aux
proposées dans la rubrique Parler. récits. Il s’agit d’une sorte de test : si les apprenants se sont
exprimés clairement et avec suffisamment de précision, il
• Demander aux apprenants de fournir oralement les expres- sera facile de retrouver les photographies.
sions demandées sur un rythme alerte. On pourra évi- • Procéder enfin à l’évaluation : faire justifier et comparer les
demment en ajouter d’autres, vues précédemment. notes avec l’évaluation du professeur.
• Faire relire ou parcourir rapidement les Situations et éven-
tuellement d’autres textes de la leçon pour vérifier que l’on
n’a rien oublié.
Activité 2
- Évoquer des souvenirs : Je me souviens.
- Comparer le présent et le passé : Quand j’étais petit / • Par groupes de 2, les apprenants échangent leurs souve-
À l’époque / C’était pas du tout comme maintenant / nirs tandis que le professeur passe dans les groupes pour
C’était différent… écouter des fragments de conversation et résoudre les
- Situer dans un temps passé : Avant / autrefois / l’an- éventuelles difficultés des apprenants.
née d’avant / T’avais dix ans / quand j’avais 7 ans… À la fin de l’activité, il peut demander de raconter ce qui a
- Manifester sa joie, son enthousiasme : C’est super ! … pu surprendre dans cet échange ou encore s’il y a eu des
- Demander de confirmer : Quand j’étais petit ? / Pendant points communs entre les récits.
les vacances ? / C’est vrai que tu te souviens pas de
moi ? / Tu t’en souviens ? …

Activité 3

Parler • Procéder de la même façon que pour l’activité précédente.


• Le professeur pourra, s’il le souhaite, organiser un débat
Monologue au passé : parler de soi quand on était avec le groupe-classe sur l’état de la campagne aujourd’hui
petit à partir d’une photo d’enfance en se basant sur par rapport à autrefois.
un modèle.
Dialogue et récit de souvenirs : comparaison entre
l’époque passée et l‘époque actuelle.
Écouter
Test de compréhension orale à partir d’un Q.C.M.
Activité 1 Entraînement et évaluation de la compréhension orale
d‘un document assez long : dialogue à l’imparfait et
• Faire lire le texte de Marc Lambron. au plus-que-parfait.
Quelles sortes d’informations donne-t-il ? Il décrit une Reprise des éléments linguistiques introduits dans
photo sur laquelle il pose. Il se décrit lui-même et il décrit cette leçon : langue des sentiments, registre familier,
ses vêtements, ses relations avec ses parents, le lieu sensibilisation à divers accents.
de la photo, l’époque, la situation de l’époque dans l’his-
toire.
• Avant la préparation du monologue, faire prendre connais-
sance du tableau d’évaluation globale. Quels points sont Activité 1
traités ?
- La construction du discours : valeur et contenu. Cette activité a valeur d’entraînement à la compréhension
- Le vocabulaire et les mots de liaison. orale mais aussi de test et d’évaluation personnelle. Si le
- La grammaire correcte et les structures appropriées. professeur le juge nécessaire, il rappellera l’importance des
- La prononciation et l’intonation. techniques d’écoute vues à la leçon 1, l’importance de par-
Quels points les apprenants comprennent-ils le plus faci- tir du sens global pour aller vers une compréhension de plus
lement ou le plus difficilement ? en plus fine, voire exhaustive.
Éclaircir les points qui ont posé problème. Pour ce genre de Situation, afin de franchir plus facilement
• Faire préparer individuellement un petit monologue à par- l’obstacle de la longueur et de suivre plus aisément le fil des
tir du modèle, en reprenant les mêmes points et en les conversations, il est utile de s‘imaginer en contexte : Quand
adaptant à la photographie que chacun aura apportée. on se retrouve entre anciens élèves, après de nombreuses

UNITÉ 1 //// 39
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 40

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 31-33

U1 L2 COMPÉTENCES

années, qu’est-ce qu’on fait ? De quoi parle-t-on ? Quelles


- Oui, Stéphanie habite maintenant en Nouvelle-
sont les relations entre les différentes personnes ? Com-
Calédonie, c’est trop loin pour venir, on s’est téléphoné
ment répond-on à un compliment ?
il y a 3 jours, je l’ai mise au courant de tout, elle va bien
• Faire observer et commenter l’illustration qui permet de
et elle était désolée de ne pas être là. J’ai plusieurs
donner le cadre de la Situation.
messages de sa part.
• Procéder à une première écoute pour la compréhension
- On t’écoute, raconte.
globale (qui, où, quand, quoi, pourquoi ?). Les apprenants
- D’abord un grand bravo à Ange pour son prix de photo
émettront des hypothèses que le groupe-classe vérifiera
amateur et félicitations à Adeline pour la médaille de
par la suite.
natation !
• Faire prendre connaissance du questionnaire avant de pas-
- Pour Ange et Adeline, hip, hip, hip hourrah !
ser l’enregistrement une deuxième fois.
- Ce n’est pas fini, elle envoie tous ses vœux de bonheur à
• Demander aux apprenants de répondre individuellement
ceux et celles qui se sont mariés ou qui ont eu des enfants.
puis de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin(e).
- Stéphanie est géniale, transmets-lui un grand bonjour
• Procéder à une troisième écoute en guise de vérification.
de tout le monde et plein de bises.
• Mettre les réponses en commun, corriger et expliquer ou faire
expliquer collectivement tout ce qui n’a pas été compris.
• Faire énumérer les difficultés : longueur, accents, rapidité du
débit, mots inconnus, implicites, langue familière (mots Solutions
familiers, élisions des négations et de tu, mots « béquilles », 1b 2c 3b 4b 5a 6c 7c
abréviations, etc.)
• Faire lire la transcription et inciter les apprenants à s’auto-
corriger : qu’est-ce que l’écrit a permis de comprendre ?

Lire
• Faire faire un résumé de la Situation.

Transcription
- Bon, tout le monde est là ? Je lève mon verre à nos Lecture d’un CV type constituant un modèle pour écrire
retrouvailles, 20 ans après l’école. Tchin, tchin ! son propre CV.
- À l’époque, Loïc, c’était celui qui organisait les jeux dans Analyse du type d’informations et de la structure.
la cour de récré, un peu trop turbulent pour nous, les
filles ! Il n’a pas changé !
Solutions
- Toi, par contre, tu as trouvé ton style, et quel style, quel-
1. Coordonnées et informations personnelles, formation,
le classe !
langues pratiquées, expérience professionnelle, divers.
- Merci, merci, ça veut dire quoi ? Que j’étais une petite
2. L’ordre peut s’adapter légèrement à la situation du
fille banale ?
candidat : ici, par exemple, les langues sont présen-
- Mais non, enfin, c’était Chloé, ma préférée. Tu te rap-
tées avant l’expérience professionnelle. Cependant,
pelles quand on était allés voir l’expo Nature à la gare
l’état civil, les coordonnées et la formation vont géné-
de la Bastille, où il y avait des vaches, des vraies… en
ralement dans cet ordre.
plein Paris, tu voulais les dessiner, c’était rigolo !
3. Voir le texte.
- Tu dis ça toi maintenant mais, t’avais peur, tu tenais la
main de la maîtresse.
- Mais non ! Toi, je t’aimais bien mais c’était de la maî-
tresse, de Mlle Chevallard, dont j’étais amoureux, en fait.
Quand elle me caressait la tête pour me féliciter ou
m’encourager, mon cœur faisait boum, boum !
- 20 ans après, Latif révèle : « J’étais fou de mon instit ».
Écrire
C’est vrai, elle ne se fâchait jamais et elle savait jouer Rédaction d’un CV à partir d’un modèle, en l’adaptant
avec nous ! à sa propre situation.
- Vous savez qui n’est pas là ? Stéphanie Levasseur…
- Oui, c’est vrai, mais Agnès doit avoir des nouvelles, • Inciter les apprenants à mettre en valeur les éléments liés
n’est-ce pas Agnès ? au poste demandé.
• Faire échanger les CV et les faire corriger entre apprenants.

40 //// UNITÉ 1
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 41

BILAN B1

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 34
LANGUE - Cette photo ? Eh bien, c’est une photo du mariage de
ton cousin Philippe.
Grammaire - Ah bon ! Je ne me rappelais plus du tout ce mariage…
En quelle année c’était, déjà ?
- En… 1978, je crois… oui, c’est ça… regarde derrière :
1 Choisissez la bonne réponse.
22 juillet 1978, mariage de Philippe, à Guitres.
- Toute la famille y était ?
1a 2a 3b 4c 5c 6b 7a 8b 9a 10c 11b 12c 13a - Oui, bien sûr. J’en garde un très bon souvenir. Il faisait
14c 15c très beau. Après la cérémonie, il y a eu un apéritif suivi
d’un grand déjeuner dans la ferme des grand-parents

Lexique de la fiancée… C’était très agréable. Tu ne t’en sou-


viens pas ?
- Un peu mais pas de tout… Tu sais, en 1978, j’avais
2 Placez les mots suivants dans le texte ci-dessous. seulement 5 ans… La chose dont je me souviens le
Attention, 6 mots sont en trop. plus, c’est de ma robe qui était neuve et de la tarte à la
crème… je n’en avais jamais vu d’aussi grosse et je
1) cantine 2) habile 3) récréation 4) marelle 5) devoirs l’avais trouvée délicieuse… Mais dis, qui c’est au milieu
6) esprit d’équipe 7) résistant 8) conditions de travail de la photo, la fille aux cheveux longs ?
9) touche 10) faire des économies 11) campagne - Celle qui sourit ?
12) apprendre 13) champs 14) paysans 15) ferme - Oui, celle-là… Elle me fait penser à quelqu’un… mais
Mots en trop : rivière - esprit d’initiative - horaires de tra- à qui ?
vail - valorisant - garderie - payer comptant - Eh bien, c’était Maryse, la meilleure copine de ta cousi-
ne Cécile… Elle était venue passer quelques jours à
la maison après son bac. Elles étaient inséparables
Prononciation à ce moment-là… elles préparaient un voyage au
Portugal… Cette Maryse, elle était vraiment très amu-
3 Indiquez si les phrases suivantes correspondent à sante ! Je me rappelle que pour ce mariage, elle avait
l’enregistrement. bu et elle avait dansé toute la nuit et qu’après, elle avait
dormi deux jours sans interruption… Eh bien, tu sais
quoi ? À la fin de ses études, elle est partie en Afrique
Transcription
et elle n’a plus donné de ses nouvelles. Cécile en était
a) Elle l’a laissé sous le pot. b) J’ai fini à l’heure ? c) Il a
toute triste.
pas envie de le rencontrer. d) Elle me l’a dit. e) Il a peint
- Et les autres ? Le garçon, là, à droite ?
l’orage. f) Ils s’aiment beaucoup.

Solutions Solutions
Oui : b, e, f Non : a, c, d 1c 2a 3c 4c 5c 6c 7c 8a 9c 10b

Lire
PORTFOLIO, p. 5
COMMUNICATION
2 Présentez Cécile et Coralie (âge, état civil, nombre
d’enfants, profession, lieu de résidence).
Écouter
Propositions
1 Écoutez la conversation, puis choisissez l’option Cécile : 13 ans de plus que Coralie (autour de 50 ans ?),
correcte. mariée, professeur au Lycée Français de Tahiti.
Coralie : 35-40 ans (hypothèses à partir de l’âge des
Transcription enfants petits en 1998 : 7-8 ans en 2004 ?, mariée,
- Dis, tante Claire, et cette photo, de quand elle est ? Je 2 enfants, travaille dans une banque, réside dans la ban-
ne reconnais personne ! lieue d’Agen.

UNITÉ 1 //// 41
668905U1.qxd 2/12/04 19:01 Página 42

U1 BILAN

3 Répondez aux questions suivantes.

Solutions
a) D’abord, parce qu’elle a traversé une époque difficile
(déprime, chômage, solitude pour élever ses enfants
en bas âge) ; ensuite, simplement parce que le temps
a passé et l’habitude du silence épistolaire s’est ins-
tallée.
b) Parce que, chez leur tante Claire, Cécile s’occupait
beaucoup d’elle, malgré la différence d’âge.
c) Parce que, après avoir regardé des photos chez sa
tante Claire, les souvenirs de son enfance sont remon-
tés à la surface.
d) Parce qu’elle veut les voir et les inviter chez elle.

42 //// UNITÉ 1
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 43

UNITÉ

2 Temps, contretemps
OBJECTIFS

Communiquer dans des contextes privé, officiel et touristique (registres standard et familier).
Interroger sur la nature, les caractéristiques et l’évolution de personnes, de lieux et d’objets ; répondre au même type
de questions.
Exposer ses goûts, ses préférences sur des lieux ou des activités.
Donner des explications sur des faits, des activités, des comportements et des opinions.
Comprendre et écrire des textes explicatifs et argumentatifs : domaines administratif et personnel.
Réfléchir à des stratégies de compensation à l’oral et de compréhension de textes à l’écrit.
Élaborer son profil d’apprenant et faire le point sur son apprentissage.

CONTENUS

L3 LEÇON 3 L4 LEÇON 4
Communicatifs : raconter, commenter des incidents ; Communicatifs : messages radio, sur répondeur ; conver-
plaindre, imputer une responsabilité, s’inquiéter ; constat sations (tourisme) ; extrait d’encyclopédie ; chanson ; lettre
d’accident ; faits divers. officielle.
Grammaticaux : accord du participe passé dans les temps Grammaticaux : expression du temps ; futur antérieur.
composés ; alternance passé composé, imparfait ; adjectifs Lexicaux : transformation des personnes, paysages et
et pronoms indéfinis. objets.
Lexicaux : incidents et accidents divers. Phonétiques : les consonnes en position finale.
Phonétiques : [b], [d], [g]. Culturels : les transports en France et leur évolution.
Culturels : aperçu de l’humour francophone.

COMMENTAIRES
• On rappelle à nouveau l’importance de fixer dans la classe extrêmement variés. On traite ici le sujet du changement
la langue d’apprentissage au moyen des consignes et des et de l’évolution et on étudie surtout les verbes.
demandes d’explication et en renforçant les techniques • Dans cette unité, on aborde l’humour sous différentes
d’accès au sens, tant à l’oral qu’à l’écrit. formes, ce qui permet de travailler certains implicites cul-
• Les documents oraux sont plus longs dans leur ensemble ; turels.
c’est pourquoi il faudra s’appliquer à mettre en relation les - À la leçon 3, on livre quelques échantillons de l’humour
paroles des locuteurs avec la situation, en se représentant francophone, en guise de sensibilisation aux différents
dans la situation. Quand les documents sembleront trop référents et implicites.
longs pour la capacité d‘attention des étudiants, le profes- - À la leçon 4, on traite d’humour critique et de fantaisie
seur pourra procéder par séquences, sans oublier cependant à travers une chanson de Boris Vian.
que l’entraînement à la longueur fait partie des objectifs • On vise à réfléchir sur l’expression orale et plus préci-
(longueur de la phrase, mais aussi longueur du texte, à l’oral sément sur les moyens de compensation quand il
comme à l’écrit). devient difficile de s‘exprimer dans la langue d’appren-
• La détection des différents registres se fait toujours par tissage.
contraste. C’est le cas, par exemple, de la Situation 2 • Pour l’écrit, on commence à aborder la structure du récit,
(leçon 3) entre l’inspecteur et le petit délinquant. en l’occurrence de faits divers ou d’événements histo-
• Les conversations, ainsi que tous les autres types de textes riques, pour lesquels les connecteurs temporels ont leur
oraux, sont très diversifiées : elles se déroulent dans le cadre importance, mais surtout on insiste sur la compréhension
de la famille, des relations amicales, professionnelles ou tou- globale pour éviter de se laisser bloquer par un mot, une
ristiques. expression.
• Du point de vue du lexique, on renforce la description • À la fin de l’étude de cette unité, on trouvera le bilan et le
appliquée à des personnes, des objets ou des situations Projet 1.

UNITÉ 2 //// 43
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 44

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 36-37

U2 L3 SITUATIONS

Situation 1 > Plus de peur que de mal !


Compréhension orale d’une conversation à propos d‘un petit accident sans gravité.
S’inquiéter, demander des précisions, des nouvelles.
Alternance passé composé, imparfait ; accord du participe passé.
Sensibilisation à la langue familière : hypothèses sur le sens de certains mots familiers à partir du contexte
et de la situation.
Appui visuel : illustration du cadre de la situation.
Apprendre à se repérer dans une situation en s‘appuyant sur son vécu.

COMMENTAIRES - Faire décrire rapidement les 4 vignettes de la BD (qui, où,


quoi…).
• Avant d’aborder la Situation 1, on pourra travailler la page - Demander aux apprenants de raconter l’incident et de
Lexique qui permet d’introduire le lexique lié aux acci- commenter la réaction de Gaston.
dents, qu’on retrouve dans le dialogue de cette Situation. - En quoi consiste l’humour ? Au lieu de trouver une
Cette page constitue par ailleurs une bonne mise en train solution, Gaston crée un problème. Le résultat inattendu
pour dynamiser la classe. provoque un coup de théâtre et on assiste à une situa-
On pourra également faire observer les panneaux illustrés tion « tarte à la crème » quand le collègue de Gaston
dans les deux rubriques. reçoit tout le contenu de la poubelle sur la figure.
L’humour traite aussi du ridicule de la situation.
- Les apprenants connaissent-ils des cas d’inventeurs
comme Gaston ?
LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 40-41 - Leur demander de raconter des situations drôles liées à
LEXIQUE des incidents domestiques ou de raconter une courte
scène d’un film comique.
Catastrophes et délits
• Traiter les activités nº 1, nº2 et nº3, p. 40, qui permettent
Solutions
un échange assez important entre les apprenants. Il s’agit
4. Dessin 1 (casserole) : 7c / Dessin 2 (chaise) : 6d /
de questions personnalisées permettant le réemploi du
Dessin 3 (fer à repasser) : 1f / Dessin 4 (robinet) : 3a /
lexique à travers de petits récits oraux et l’expression de
Dessin 5 (marteau) : 5b-g / Dessin 6 (prise électrique-
l’opinion.
mâle) : 8e / Dessin 7 (assiette et verre) : 2f / Dessin 8
- Former des groupes de 4 ou 5 personnes afin que chacun
(couteau) : 4g
s’exprime et réutilise le vocabulaire. Une des personnes du
groupe peut prendre des notes, et faire ensuite un compte
rendu au groupe-classe.
- Lors du compte rendu, demander un ou deux récits d’ac-
cidents. Activités 1 et 2
On pourra, si on le juge utile, demander à chaque groupe
de rédiger le récit d‘un accident, qui sera ensuite soumis • Faire observer et décrire l’illustration, demander aux appre-
à la correction du professeur. nants ce qu’il s’est passé.
• Faire réaliser l’activité nº4, p. 40. Profiter des différentes interprétations de l’illustration pour
• Dans l’activité nº5, p. 41, on aborde le comique de situa- réemployer le lexique lié aux accidents (doubler, heurter,
tion à partir d’une BD de Gaston Lagaffe. On y voit des renverser…), en guise de mémorisation.
situations incongrues de la vie et de petits incidents. • Procéder à une première écoute suivie de toute la Situation
De nombreux films, dessins animés ou scènes de théâtre et poser les questions de compréhension globale habi-
comiques partent fréquemment de là. tuelles : Qui ? Deux jeunes : un garçon et une fille. /
- Présenter Gaston Lagaffe : personnage créé par Franquin Quand ? Juste après un accident. / Quoi ? Le garçon
pour le magazine Spirou en 1957. C’est en 1962 qu’il pose des questions sur ce qui s’est passé et la jeune fille
commence à paraître sous forme d’album, avec à chaque raconte les faits (l’accident, la réaction du conducteur, le
page une histoire différente. Gaston est un personnage comportement des témoins, la police). / Est-ce grave ?
paresseux et maladroit qui accumule gaffe sur gaffe. Ses Non (expliquer le titre).
inventions et ses expériences se terminent toujours par - Faire dire, sous forme d’hypothèses, tout ce qui a pu être
une catastrophe. compris après cette première écoute.

44 //// UNITÉ 2
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 45

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 36-37


SITUATIONS U2 L3

- Demander quels sont les mots clés (accident, témoins,


6) La mobylette doit être réparée, c’est l’assurance du
police, conducteur, véhicules…) et ce qui facilite le repé-
conducteur qui paiera la réparation.
rage de ces mots.
• Passer à une deuxième écoute fragmentée :
a) Séquence 1 (du début jusqu’à déchirée) : récit des cir-
constances.
b) Séquence 2 (de Oh là là jusqu’à ça l’a calmé) : réac- Activité 3
tion du conducteur et des gens.
c) Séquence 3 (de Ça oui jusqu’à la fin) : la police, les • Demander aux apprenants de donner l’équivalent de mots
témoins et la mobylette. familiers ou argotiques à partir du contexte ou par déduc-
• Demander aux apprenants de lire les questions de l’acti- tions.
vité et d’y répondre par groupes de 2. • Expliquer les expressions ou les mots non compris et élargir
• Faire écouter le dialogue en entier une dernière fois avec éventuellement le vocabulaire.
la transcription, pour vérifier. - Préciser que les mots demandés ont d’autres équivalents
Faire dire ce qu’apporte la lecture de la transcription par familiers très utilisés, surtout au cinéma, qu’il est utile de
rapport à l’écoute. connaître.
• Procéder à une mise en commun des réponses et faire Exemples : un type un gars, un mec ; les flics les
énumérer les difficultés rencontrées lors de l’activité : lon- keufs, les poulets ; une bagnole une caisse, une tire ;
gueur des phrases, mots inconnus, erreurs de temps un pot un coup.
verbaux, nombre d’interlocuteurs, etc.
Solutions
• Expliquer ou faire deviner la différence entre les questions le type = l’homme ; les flics = les policiers ; la bagnole =
Qu’est-ce qui se passe ? (ou Qu’est-ce qu’il se passe ?) la voiture ; un pot = un verre
et Qu’est-ce qu’il t’arrive ?
- Qu’est-ce qui se passe ? S’emploie quand on veut
interroger sur la situation en général.
- Qu’est-ce qu’il t’arrive / vous arrive ? : S’emploie LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 38-39
quand on veut savoir ce qui est arrivé à la personne à GRAMMAIRE
qui l’on parle, c’est une question personnelle.
- Préciser la construction indirecte de cette expression : L’accord du participe passé
arriver quelque chose à quelqu’un.
• Le récit des circonstances permet de sensibiliser à l’alter- • Faire un rappel de la formation du passé composé.
nance imparfait / passé composé. - La plupart des verbes se conjuguent avec l’auxiliaire
• Guider cette alternance en posant des questions plus pré- avoir.
cises, par exemple : Où était Marianne au moment de - Demander aux apprenants de récapituler les verbes se
l’accident ? Qu’est-ce qu’elle faisait ? Qu’est-ce qui s’est conjuguant avec l’auxiliaire être :
passé à ce moment-là ? a) verbes pronominaux.
• Noter les actions au tableau à l’aide d’un schéma qui b) verbes intransitifs (dont beaucoup sont de déplace-
montre le cadre de la situation et les actions ponctuelles ment et vont souvent par paires de contraires : aller /
ou les séries d’actions terminées au moment de l’action venir ; partir / arriver ; entrer / sortir ; descendre /
suivante. monter ; passer).
• Faire faire un résumé de la situation en veillant au bon c) verbes exprimant le changement : tomber, naître,
emploi de l’alternance passé composé / imparfait. mourir, devenir, ou le contraire du changement :
rester.
- Rappeler que certains verbes peuvent être transitifs ou
Solutions
intransitifs ; s’ils sont transitifs, ils se conjuguent avec
1) Marianne a eu un petit accident, mais ce n’est pas
l’auxiliaire avoir.
grave.
Exemples : J’ai monté le courrier, il a descendu la
2) Ils étaient à un carrefour, une voiture a tourné sans
poubelle, j’ai rentré la voiture et j’ai sorti le chien, j’ai
mettre son clignotant, Marianne a freiné mais elle n’a
passé la soirée chez moi, etc.
pas pu éviter la voiture qui l’a renversée.
• Faire observer le tableau de la page 38.
3) Le conducteur a dit qu’elle était dans son tort et un
• Demander aux apprenants de relever les participes pas-
témoin est intervenu.
sés des 2 Situations et d’essayer de déduire la règle :
4) La police a contrôlé les papiers d’identité ; Marianne
- Avec l’auxiliaire être, le participe passé s’accorde en
et le conducteur ont fait le constat.
genre et en nombre avec le sujet.
5) Un couple a accepté d’être témoin et lui a offert un
- Avec l’auxiliaire avoir, il s’accorde avec le C.O.D. uni-
pot.
quement si celui-ci est placé avant le verbe.

UNITÉ 2 //// 45
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 46

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 36-37

U2 L3 SITUATIONS

• Faire prononcer les participes passés de l’encadré


Attention à la prononciation ! au féminin.
Le changement de prononciation n’a lieu qu’avec les
participes passés se terminant par une consonne au
masculin (mis, pris, dit, écrit, ouvert, souffert, couvert,
peint, craint, atteint, mort, joint…).
• Passer à la réalisation des activités nº1, nº2 et nº3,
p. 38.
En ce qui concerne l’activité nº3, les apprenants pour-
ront essayer de mémoriser le poème en le répétant sur
différents tons ou en procédant par effacement pro-
gressif.

Solutions
1. 1) entendues 2) prêté 3) regardée 4) écrite / gagné
5) visitée 6) gardés 7) envoyé 8) rencontrée
2. (Propositions) 1) la chanson 2) la photo 3) les roses
4) les chaussures 5) la voiture 6) les cadeaux
7) le mur 8) les enfants

46 //// UNITÉ 2
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 47

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 36-37


SITUATIONS U2 L3

Situation 2 > Racket


Compréhension orale d’un dialogue : interrogatoire d’un jeune au commissariat.
Compréhension globale : relation dialogue / articles de journaux ; entraînement au résumé.
Questions de compréhension fine et reformulation.
Demander des explications, imputer la responsabilité à quelqu’un d’autre.
Alternance imparfait / passé composé ; accord des participes passés.
Repérage par contraste des registres familier et standard.

Activité 1 - à l’alternance passé composé / imparfait (Je n’ai pas


compris que c’étaient des flics […] j’ai eu peur […], j’ai
• Procéder à une première écoute du dialogue. cru qu’ils voulaient m’attaquer.)
Faire dire aux apprenants tout ce qu’ils ont compris à par-
tir de mots clés et poser les questions habituelles de com-
Solutions
préhension globale :
1) Il dit qu’il se baladait. Il est passé devant l’école parce
Qui ? Un jeune et un inspecteur. / Où ? Au com-
qu’il allait chercher un copain au métro Odéon.
missariat. / Quoi ? Le policier interroge un jeune. /
2) Il dit que quelqu’un a dû les lui mettre dans ses
Pourquoi ? Il est soupçonné de racket.
poches et dans son sac.
• Essayer de faire reconstituer approximativement quelques
3) Il dit qu’il a eu peur des policiers.
questions du policier (veiller à l‘utilisation correcte des
temps imparfait / passé composé).
• Faire lire les deux extraits de journaux a) et b), ce qui per-
mettra de vérifier la compréhension globale.
Activité 3
Solutions
C’est le b) parce que le jeune a été vu en train de rôder • Faire écouter le dialogue une troisième fois et demander
près de l’école depuis 15 jours et parce que des parents de repérer les mots familiers prononcés par Pierrot.
ont porté plainte. Ce n’est pas le a) parce que le suspect L’ensemble du dialogue ne comporte pas de difficultés
n’a pas 15 ans, parce qu’il n’a pas été arrêté en posses- lexicales hormis les mots familiers auxquels les appre-
sion de baskets ni de blouson et parce qu’on ne sait pas nants vont vraisemblablement se heurter. Ils auront sans
s’il a été remis en liberté. doute tendance à relever les mots qu’ils ne connaissent
pas.
• Lors de la correction, faire remarquer que le policier traduit
à plusieurs reprises la langue familière de Pierrot, ce qui
facilite la compréhension (Je me baladais / Tu te prome-
Activité 2 nais ; Je cherche du boulot / Tu cherches du travail).

• Faire lire les questions de l’activité avant de réécouter le


Solutions
dialogue.
1) une balade : une promenade 2) un boulot : un tra-
• Demander aux apprenants d’y répondre par groupes de 2
vail 3) un pote : un copain, un ami 4) passer (quelque
avant de procéder à la correction avec le groupe-classe.
chose) : mettre 5) un gamin : un jeune garçon 6) un
• Étudier les difficultés rencontrées par les apprenants, qui flic : un policier
peuvent être dues :
- aux contradictions de Pierrot. Là encore, il est important
de se replacer dans ce type de situation ; on peut
d’ailleurs penser à une séquence de film ou de roman Activité 4
policier. Si les apprenants ont du mal à répondre aux
questions, faire reprendre les mots clés et reconstruire • Demander aux apprenants de lire la transcription en même
le récit à l’aide de ces mots. temps qu’ils réécoutent le dialogue et de dire si la trans-
- à la reformulation : place du pronom complément et de cription est fidèle à l’enregistrement.
la négation, accord du participe passé (Ce n’est pas lui - À l’oral et surtout dans la langue familière, on a tendance à
qui les a mises, quelqu’un a dû les lui passer…). supprimer des lettres ou des particules.

UNITÉ 2 //// 47
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 48

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 36-37

U2 L3 SITUATIONS

C’est le cas ici de Pierrot qui supprime le ne de la néga- Adjectifs et pronoms indéfinis
tion (Je sais pas / J’ai rien vu / C’est pas…) et parfois le
pronom personnel je (Sais pas / Comprends pas). • Faire observer les exemples et essayer de faire détermi-
- On trouve aussi d’autres marques orales familières dans ner quelle sorte de notion ils expriment dans chaque cas
ce dialogue, comme par exemple Y’en avait trois, à la (quantité ? ressemblance ? différence ? individualité ?
place de Il y en avait trois. totalité ?).
• Commenter le tableau avec le groupe-classe et préciser
• Expliquer la différence de registre de langue entre les
que :
deux personnages.
- Les adjectifs et pronoms qui indiquent la ressem-
C’est Pierrot qui utilise les mots familiers. Le fait que l’ins-
blance et la différence sont précédés d’un déterminant.
pecteur les traduise en langue standard comporte des
- Les adjectifs indiquant la totalité sont suivis d’un article.
implicites : il veut marquer la distance entre eux, lui signi-
- Personne, rien, et aucun sont des négations.
fier qu’il ne parle pas correctement.
• Demander aux apprenants d’inventer des phrases avec
Par ailleurs, l’inspecteur choisit à certains moment de se
des adjectifs et des pronoms indéfinis.
placer sur le même terrain que lui en le tutoyant et en uti-
Exemples : Tous les étudiants observent le tableau de
lisant délibérément quelques mots familiers (type,
grammaire. / Chaque étudiant a son livre…
gamin). C’est une façon implicite de lui prouver qu’il n’est
• Faire faire l’activité nº5, p. 39.
pas dupe, qu’il ne croit pas à son histoire et cela lui per-
met de l’intimider.
• Proposer aux apprenants de mémoriser une partie du dia- Solutions
logue afin de jouer la scène. Pour cela, répartir le texte 1) Plusieurs / Quelques-uns 2) un autre 3) Chaque /
entre plusieurs apprenants, faire imiter le ton des person- le même 4) quelque chose / rien 5) Quelqu’un / per-
nages (mensonges du jeune, ironie du policier…). sonne 6) toute

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 38-39 LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 41


GRAMMAIRE PRONONCIATION

[b], [d], [g]


L’alternance passé composé / imparfait
• Faire réaliser les activités nº1, nº2, nº3 et nº4, p. 41.
• Faire observer l’encadré de la page 39 et faire relever des • En ce qui concerne l’activité nº3, on pourra faire répéter les
exemples de l’alternance de ces deux temps dans les phrases lentement, puis de plus en plus vite.
Situations.
• Récapituler la règle : le passé composé présente des faits Transcription
passés ponctuels ou terminés au moment de l’action sui- 1. a) pierre - bière b) potée - beauté c) parage - barrage
vante ; l’imparfait présente le cadre de l’action, la situa- d) toit - doigt e) tousse - douce f) tête - dette
tion, les circonstances. g) cacher - gâcher h) quand - gant i) coûte - goutte
• Faire faire l’activité nº4, p. 39. 2. 1) balai / le balai 2) bonté / la bonté 3) bœuf / le
bœuf 4) dos / le dos 5) duchesse / la duchesse
Solutions 6) dîner / le dîner 7) galette / la galette 8) garçon /
Il faisait beau. Il y avait beaucoup de gens dans les rues. le garçon 9) goûter / le goûter
J’ai décidé d’aller me promener au bois de Vincennes. 3. 1) Le bébé boit son biberon dans le cabaret.
J’ai téléphoné à Richard et je lui ai demandé s’il voulait 2) L’abbé est décédé à midi dans son abbaye.
m’accompagner. Il était trop fatigué, il avait envie de se 3) Au Congo et au Sénégal, les spaghettis sont rigolos.
reposer. Je suis sorti(e) de la maison et j’ai pris le métro
à Odéon. Les rames étaient vides, la climatisation ne
Solutions
marchait pas. J’avais très chaud.
4. 1) bonbon 2) candidat 3) debout 4) égaux 5) jam-
bon 6) magasin 7) méditer 8) rideau 9) vagabond

48 //// UNITÉ 2
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 49

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 42
CIVILISATION U2 L3

C’est pour rire


Compréhension écrite de textes courts représentatifs de l’humour francophone.
Analyse des éléments propres à l’humour et prise de parole.

• Faire lire les textes dans l’ordre que les apprenants pré- téristique est ce que l’on appelle l’humour « gaulois »,
fèrent et leur demander quelles histoires ils trouvent la plus d’une franche gaieté, parfois grivois.
et la moins drôle. Par groupes de 5 ou 6, ils commenteront En France, une place spéciale est accordée aux humo-
chaque histoire afin de répondre à la question 1. ristes qui jouent un rôle particulier dans la société, en
• Procéder à une mise en commun avec le groupe-classe : mettant en évidence ses inégalités et ses injustices et en
analyser les ressorts de l’humour en étudiant sur quoi il est critiquant le système politique et ses représentants.
basé (jeux de mots, absurde, critique). • Les grands humoristes francophones
• Apporter des compléments d’information sur chaque texte. Parmi les grands comiques qui ont marqué toute une
- Le dicton du jour : celui-ci, en l’occurrence, recom- époque, on peut citer Raymond Devos, Coluche, Thierry
mande la gaîté plutôt que la tristesse. Le Luron et plus récemment Valérie Lemercier, les
Dans ce dicton, on trouve deux expressions mélangées : Inconnus, les Nuls, Laurent Gerra, Virginie Lemoine, etc.
« pleurer comme une madeleine » qui fait référence à - Raymond Devos est né en Belgique en 1922. Auto-
la figure biblique de Marie-Madeleine qui pleurait sur didacte, il a une passion incommensurable pour la
la crucifixion du Christ et « rire comme une baleine », langue française et la musique. Il monte son premier
qui signifie rire en ouvrant la bouche toute grande. one-man-show en 1956. Dès lors, il écrit ses propres
L’humour est donc basé ici sur le croisement des deux textes où il excelle à jongler avec les mots. Poésie, ten-
expressions. dresse et naïveté simulée, humour, cirque et jeux de
- Perle d’une compagnie d’assurance : dans ce contexte, mots sont les ingrédients de ses spectacles.
« perle » signifie une erreur grossière et ridicule. C’est la Pour en savoir plus :
maladresse dans la construction de la phrase qui produit www.ifrance.com/aubonsketch/ DEVOS.htm
l’absurde. On pourra demander aux apprenants de rectifier - Coluche (1944-1986) fait ses débuts comme comé-
la phrase (Ça faisait 38 ans que je conduisais sans pro- dien au Café de la Gare, café-théâtre de variétés parisien.
blèmes, mais ce jour-là, je me suis endormi au volant). En 1974, il se lance dans le one-man-show et le public
- Un proverbe africain : ce proverbe reste mystérieux et découvre un personnage haut en couleur dont l’humour
on a du mal à en saisir l’implicite. Il signifie peut-être corrosif n’épargne ni les politiciens, ni les anciens com-
qu’on n’a pas grand mérite à ramer dans le sens du cou- battants, ni les racistes. Il fait montre d’un humour trucu-
rant et que le crocodile ironique représente la nature à lent qui s’apparente à l’esprit gaulois. Il devient très
laquelle rien n’échappe. populaire et, dans un esprit de provocation, il va même
- Humour français : jeu de mots avec verres (de lunettes) jusqu’à se présenter aux élections présidentielles de
et verres (d’alcool), critique gentille et ironique de l’al- 1981, mais se retire finalement de la campagne avant
coolisme des Français. que les élections n’aient lieu. Profondément humain, il
- Humour suisse : critique de la lenteur des Suisses. est révolté contre les injustices et c‘est ce sentiment de
- Humour québécois : il consiste à prendre une expres- solidarité qui le pousse à créer les Restaurants du cœur.
sion au pied de la lettre. Il meurt dans un accident de moto à l’âge de 42 ans.
- Humour tunisien : critique sociale et humour à ses Site Internet à ne pas manquer : www.coluche.fr
propres dépens, reflétant la pauvreté du Tunisien qui doit - Thierry Le Luron est né en 1952 à Paris. À 20 ans, il
vivre aux dépens des autres. commence une carrière frénétique, se retrouve dans tous
- Une histoire dans la cour de récré : jeux de mots basés les grands galas où il fait des imitations en caricaturant
sur les constructions grammaticales, où on se moque de des personnages médiatiques de l’époque. Il innove
la police. dans ses imitations par son audace, son humour corrosif
• Faire raconter des histoires drôles en français. et pratique de façon brillante l’autodérision. Pourtant, il ne
se veut pas méchant et on le retrouve régulièrement à la
COMMENTAIRES table de ses propres victimes. Cependant, quand il
attaque férocement Laurent Fabius, premier ministre de
• L’humour en France Mitterrand, on l’interdit de télévision. À l’âge de 34 ans, il
Les Français adorent jouer avec leur langue, créer des meurt d’un cancer des cordes vocales.
néologismes, faire des jeux de mots, employer des Voir :
expressions argotiques ou imagées… Un autre trait carac- http://www.ifrance.com/aubonsketch/LELURON.htm

UNITÉ 2 //// 49
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 50

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 43-45

U2 L3 COMPÉTENCES

expressions pour...
• Veiller à ce que la personne qui écoute interrompe son
Mémorisation des mots ou expressions travaillés
interlocuteur afin de lui demander des précisions, de mani-
dans la leçon, applicables à une situation
fester sa surprise ou son inquiétude, de le plaindre…
donnée.
• Échanger les rôles pour que chaque apprenant ait l’occa-
Réemploi de ces expressions dans les situations
sion de parler.
orales de cette rubrique.

• Cette activité consiste à fabriquer des « boîtes à expressions »


Réfléchissons !
dans lesquelles on puisera pour la confection des dialogues
demandés dans les canevas de l’activité suivante. On pourra
Renforcement de ses stratégies personnelles d’expres-
fabriquer des panneaux pour inclure ces éléments linguis-
sion orale.
tiques, les afficher dans la classe et les compléter au fur et à
mesure de l’apprentissage. • Faire lire l‘activité et y répondre individuellement.
• Comme les apprenants auront mémorisé les dialogues de la • Commenter les résultats : quelles stratégies reviennent le
leçon, on pourra faire une exploitation d’abord orale de cette plus souvent, lesquelles sont peu utilisées ? Toutes les
activité et compléter ensuite les « boîtes à expressions » en stratégies présentées sont utiles, si on n’en abuse pas, et
relisant les transcriptions des dialogues. On pourra ajouter surtout si on ne se sert pas toujours des mêmes.
des expressions entendues en classe. • Demander aux apprenants de compléter la liste avec leurs
propres stratégies.
- Demander de raconter / Raconter des incidents et des
anecdotes : Mais qu’est-ce qu’il t’est arrivé ? / Tu es sûre que
tout va bien ? / Alors, raconte… / Bon, je t’explique : j’arri-
vais… j’allais… / J’ai eu de la chance, rien de cassé. Activité 2
- Demander de donner des précisions sur un événement :
Et alors, elle t’a renversée ? / Ben, comme tu peux voir… / Il s’agit d’interroger un proche sur le motif de son retard.
Et la bagnole ? / Personne n’a réagi ? / Et le conducteur, • Les apprenants, si besoin est, pourront relire et / ou s’ins-
qu’est-ce qu’il a dit ? … pirer de la Situation 2.
- Demander / Donner la confirmation d’un fait : C’est toi ? / • Ils utiliseront ici seulement le langage familier.
Oui, c’est moi. / T’es pas blessée, au moins ? / Oui. / Ça oui…
- Commenter des faits : Je suppose que… / C’est sympa ! /
Non, en ce moment, justement…
Activité 3
- Exprimer son ignorance ou sa connaissance d’un fait :
Je comprends pas. / Je sais pas, je vous dis. / Quelqu’un
• Scène semblable à celle de l’activité nº1 où les apprenants
a dû…
doivent raconter un incident ayant eu lieu en voiture sur la
- Refuser / Imputer à quelqu’un la responsabilité d’un
route.
fait : C’est pas moi qui… / Je vous assure… / C’est pas
de ma faute ! / C’est le conducteur qui paiera…
- Plaindre quelqu’un : Ma petite Marianne ! / Je te plains,

Écrire
moi…
- Manifester de l’inquiétude / Dire de ne pas s’inquiéter :
T’es pas blessée, au moins ? / J’ai rien, t’inquiète pas. / J’ai
eu peur… Rédaction d’un constat amiable : se familiariser avec
un formulaire français.
Élaboration d’un message court pour informer d’un

Parler
retard, à partir d‘un modèle.
Récit des circonstances d’un accident, avec illustration
à l’appui.

Raconter un incident.
Donner des précisions sur un événement.
Activité 1

• Faire deviner le sens de l’adjectif amiable. Dans amiable,


Activité 1 on retrouve ami. Un constat amiable est une « déclara-
tion d’accident de la circulation établie d’un commun
Cette activité consiste à raconter un incident survenu lors accord par les conducteurs, quand il n’y a pas de dom-
d’un séjour à l’étranger. mages corporels ». (Le nouveau petit Robert)

50 //// UNITÉ 2
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 51

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 42-45


COMPÉTENCES U2 L3

Il existe l’expression à l’amiable, c’est-à-dire par voie de


- Déroulement : il est retourné dans le même magasin
conciliation, sans procès et qui s’applique généralement à
pour réclamer le manuel d’utilisation, (prétendant qu’il
un arrangement, un divorce…
avait reçu cette machine d’un ami qui venait de perdre
• On peut faire réaliser cette activité par groupes de 2 ou 3
sa femme).
personnes, qui représenteront les différents conducteurs.
- Fin : le magasin a découvert le vol, le voleur s’est enfui,
• Les apprenants doivent remplir le formulaire :
la police l’a rattrapé.
- À partir du croquis, ils doivent cocher les phrases corres-
- Structure du texte : on commence par la situation fi-
pondant aux circonstances de l’accident et essayer de
nale, puis on expose les faits.
comprendre les mots inconnus à partir du contexte, de la
transparence ou par hypothèses. Fait divers 2
- Ensuite, ils doivent rédiger le récit des faits. Même si les - Sujet : accident de la route.
phrases relatives aux circonstances sont à l’imparfait sur le - Début : une voiture est tombée dans un lac.
constat, les apprenants devront changer les temps ver- - Déroulement : les blessés graves ont été conduits à
baux en fonction du déroulement des événements (alter- l’hôpital.
nance passé composé / imparfait). - Fin : le conducteur, indemne, est arrêté par la police
• Demander à des volontaires de lire leur récit au groupe. pour conduite en état d’ivresse.
- Structure du texte : le fait divers suit le déroulement des
événements.

Activité 2

• Faire analyser ce message avant d’en rédiger un : ne pas


oublier d’annoncer le retard, le motif de ce retard, d’ajou- Activité 2
ter des excuses et des salutations. Le modèle donne une
idée de la longueur requise. • Faire faire cette activité par groupes de 2, ou individuelle-
ment.
• Lors de la mise en commun, demander aux apprenants

Lire comment ils ont procédé et sur quoi ils se sont fondés
pour reconstituer le fait divers.
• Faire des commentaires sur le choix des réponses :
Lecture de plusieurs faits divers, analyse de leur struc- - Signaler l’importance du titre Son lave-linge récalcitrant
ture et conceptualisation. l‘a conduit en prison qui résume la situation et peut indi-
Reconstitution d’un fait divers donné dans le désordre : quer le point de départ.
repérage des connecteurs temporels. - Ensuite, on peut procéder par élimination : les phrases A,
B et E ont des connecteurs temporels (puis, une fois, par
la suite) et ne peuvent donc pas constituer le début.
Activité 1 - Il ne reste que les phrases C et D, dont on peut facile-
ment identifier le début (D) et la fin (B).
• Faire lire les faits divers et rappeler éventuellement le sens - Après D vient B : après le connecteur, on retrouve le
de « fait divers » (nouvelle peu importante dont l’objet est même sujet (elle) que dans la première phrase.
divers : accident, incident, vol…). - Après B vient E : le technicien a effectué la réparation et
• Par groupes de 2, faire répondre aux questions, puis faire il porte plainte.
observer le parallélisme (ou non) entre le déroulement des - C aborde de la situation finale, la conséquence de la
faits et la structure du texte. plainte du technicien.
• Procéder à une mise en commun. - A constitue la fin du fait divers où sont expliqués les
- Quels sont les éléments communs aux deux textes ? motifs de cette femme.
Les lieux et les indications de temps sont précisés. - Le récit suit le déroulement des faits et conclut par les
- Faire observer les chapeaux. motifs qui ont poussé la dame à agir de la sorte.
Il rapporte… : expose le fait qui va déclencher la fin.
Totalement ivre : donne la cause de la situation finale. Solutions
D/B/E/C/A
Solutions
Fait divers 1
- Sujet : vol d’objet.
- Début : l’homme a volé une machine à coudre dans un
magasin.

UNITÉ 2 //// 51
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 52

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 46-47

U2 L4 SITUATIONS

Situation > Découverte de Fribourg


Compréhension orale d’une situation de communication : visite touristique guidée.
Détection des implicites et identification du registre de langue : les relations entre le guide et les touristes.
Introduction du futur antérieur ; expressions de temps.

Activité 1 Activité 2
• Préciser que Fribourg est une ville suisse située sur les bords de • Procéder à une troisième écoute du dialogue en entier.
la Sarine, fondée en 1157 et qui conserve encore des vestiges • Demander aux apprenants leurs impressions en ce qui
de l’ancienne muraille. concerne le registre.
• Faire observer les illustrations puis rappeler et / ou introduire - Il s’agit d’un registre standard ; certains le trouveront
le vocabulaire nécessaire à la compréhension de la Situation peut-être légèrement soutenu, mais c’est le registre stan-
(ponts et maisons suspendus, hôtel de ville, tilleul, falaise…) dard qui correspond au code de politesse dans ce genre
• Procéder à une première écoute en entier. de relations (Si vous voulez bien me suivre… / Nous
Encourager les apprenants à utiliser des techniques de avons pris beaucoup de plaisir à vous écouter…).
compréhension globale, en s’appuyant d’abord sur les élé- - D’autre part, pour rendre l’information claire, la guide doit
ments non linguistiques (voix, intonations, bruits), puis sur structurer d’autant mieux son discours. Les phrases sont
les mots connus ou « transparents » et les habituer à se donc assez structurées et s’apparentent davantage à l’écrit
poser des questions sur la situation de communication. qu’à l’oral (Un homme est parti […] on a planté le tilleul.).
• Avant de passer à une deuxième écoute, demander aux - Par contre, certains touristes emploient un registre légè-
apprenants de prendre connaissance des questions. rement familier, plus propre à l’oral (Mais tout le monde
• Faire lire le questionnaire avant la deuxième écoute, puis sait ça).
laisser les apprenants y répondre individuellement, après • Faire lire la transcription et comparer.
le nombre d’écoutes que le professeur jugera nécessaires. Qu’apprend-on de plus ? Quelles ont été les difficultés de
Puisqu’il s’agit d’une Situation assez longue, le professeur compréhension ? (Noms propres, dates, longueurs, nom-
pourra, s’il le souhaite, la faire écouter en deux fois (la pre- bre d’informations précises, etc ?)
mière partie s’arrêterait à falaise ; la seconde commence- • Faire remarquer la manière suisse et belge de dire les
rait juste après et irait jusqu’à la fin). nombres : septante au lieu de soixante-dix, nonante au
• Demander aux apprenants de comparer leurs réponses lieu de quatre-vingt-dix.
avec leur voisin puis procéder à une mise en commun. • Demander aux apprenants de résumer les informations
données par la guide.
Solutions
1) Fribourg.
2) Trois personnes s’adressent au guide (qui est une LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 48-49
femme) / à la guide (plus familier). L’une d’entre elles GRAMMAIRE
est un peu désagréable.
3) Au début, elle est patiente puis, petit à petit, elle est Le futur antérieur
agacée.
4) Elle parle de l’hôtel de Ville, construit il y a cinq siècles, • Faire chercher ce temps verbal dans la Situation 1 (Dès
du tilleul planté en 1476 en honneur de la victoire de que nous aurons terminé…).
Morat, des ponts, du pont de Zähringen inauguré en • Demander aux apprenants de lire la bande dessinée et
1834, des falaises. Elle évoque la fondation de la ville d’observer la formation de ce temps : auxiliaire (avoir
au XIIe siècle par le duc de Zähringen, l’homme qui est ou être) au futur + participe passé du verbe conjugué.
venu annoncer la victoire à Fribourg en 1476. - Il sert à exprimer une action antérieure à une action
5) Ils sont très contents de leur visite et des explications future et aussi à faire des prévisions.
du / de la guide. • Faire conjuguer plusieurs verbes au choix et les faire
6) Elle recommande de visiter la ville de Gruyère et l’une employer dans des exemples tirés de la situation de la
de ses fromageries. classe (Quand nous aurons terminé le cours, que ferez-
vous ? / Quand nous aurons étudié le français pendant
3 ans, nous pourrons nous débrouiller en France, etc.).
• Faire réaliser les activités nº4 et nº5, p. 49.

52 //// UNITÉ 2
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 53

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 46-47


SITUATIONS U2 L4

Solutions
4. Propositions
1) Quand j’aurai pris ma décision, je te ferai signe.
2) Lorsqu’il sera revenu de son voyage, il organi-
sera une fête.
3) Quand elle aura son diplôme, elle cherchera un
boulot.
4) Je commencerai les cours lorsque je me serai ins-
crite.
5) Quand tu auras terminé tes devoirs, tu joueras
avec tes amis.
6) Quand j’aurai fini mon travail, j’irai au gymnase.
7) Il sortira prendre un verre lorsqu’il aura appelé
l’agence.
8) Quand on aura fini le livre, on te le prêtera.
9) Lorsque je serai rentrée de vacances, je vous télé-
phonerai.
10) Quand tu seras rentrée à la maison, tu feras la
sieste.
5. 1) Quand tu auras fini tes devoirs, tu iras chercher le
pain.
2) Dès que nous serons rentrés, nous vous télépho-
nerons.
3) Ils iront au cinéma quand ils auront fini leur jour-
née de travail.
4) J’organiserai une soirée dès que nous aurons
emménagé.

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 50-51


LEXIQUE

• L‘activité 5, p. 50, sur la ville et les quartiers pourra être


proposée après le travail sur la Situation 1.

UNITÉ 2 //// 53
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 54

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 46-47

U2 L4 SITUATIONS

Situation > Le progrès


Observation d’une illustration représentant des objets fous : créativité, critique sociale implicite dans l’esprit
de la chanson La complainte du progrès.
Expression orale spontanée : interprétation libre du sens de ces objets.
Présentation des noms composés : techniques d’accès au sens.
Compréhension orale et écrite d’une chanson de Boris Vian sur le progrès : humour et critique sociale,
implicites, jeux de langage.
Comparaison passé, présent ; travail du lexique à l’aide du dictionnaire : mots composés, compléments
du nom.

Activité 1 C’est le cas de cet objet pensé comme un doigtier. Selon


l’auteur, il permet également de « pénétrer plus aisément
Comme avant-goût de la chanson de Boris Vian, on pré- dans la cavité buccale », mais on peut se demander si
sente ici des objets fous datant de la même époque et rele- c’est bien hygiénique !
vant du même humour, qui consiste à inventer des objets Dans ces objets, on retrouve les mêmes éléments que
ou des noms dans un esprit de dérision et de critique socia- dans les histoires drôles vues à la leçon précédente : l’ab-
le de la croyance dans le progrès. surde, la critique sociale ou la critique du progrès. Ce sont
• Faire observer les dessins sans lire les légendes et deman- donc des objets humoristiques, des objets « fous » et leur
der aux apprenants quels sont, d’après eux, les objets les « inutilité » en fait en quelque sorte des objets d’art qui
plus explicites et les plus amusants. contiennent plusieurs idées ou implicites culturels.
• Faire dire ce qu’ils ont de commun : ils prétendent cumu- • Les apprenants diront tous à leur manière ce qu’ils voient
ler plusieurs fonctions, parfois très éloignées les unes des dans chaque objet et on pourra synthétiser l’ensemble des
autres, voire contradictoires et surréalistes puisqu’un fonc- idées ou opinions dans un résumé oral ; le professeur aidera
tionnement en empêche un autre. éventuellement à construire certaines structures et enchaî-
• À partir d’une description de chaque objet, essayer de faire nements de phrases en utilisant ce que les apprenants
dire en quoi ils sont fantaisistes et ce qu’ils peuvent signi- savent.
fier.
• Commenter les objets illustrés.
- Le landau-télévision : avec cet objet, muni d’un télévi-
seur et d’une antenne, on peut regarder la télé en pro- Activité 2
menant bébé. Ce dessin date d’une époque où la télévi-
sion venait juste d’apparaître. Cette activité représente également une amorce de La com-
On peut demander aux apprenants quelles connotations plainte du progrès, puisque le travail sur la chanson sera
leur suggère aujourd’hui cet objet (On regarde plus la essentiellement un travail de lexique, en particulier sur des
télé qu‘on ne regarde les propres enfants. / Ce sont noms inventés à l’image des objets fous vus précédem-
les enfants qui sont toujours devant la télé. / La télé ment.
empêche la famille de communiquer…). • Faire dire en vrac ce que suggèrent les objets cités, quels
- L’outil de ménage Le Gaulois : l’objet représente une mots ou radicaux on peut reconnaître.
carte de France (d’où le nom Le Gaulois), dont les - La pelle à gâteau : spatule qui sert à prendre une part
découpes constituent divers instruments dont un hachoir de gâteau.
manuel pour hacher la viande ou émincer les oignons, un - Le pistolet à gaufres : pulvérisateur qui sert à garnir les
coupe-ficelle, un grill pour griller la viande ou le poisson, gaufres.
une fourchette, un décapsuleur ou ouvre-bouteille et un - L’aérateur : dont le radical « aér » (air) nous suggère un
pied-de-biche (levier à tête fendue servant à arracher des objet qui donne de l’air.
clous). L’objet est muni d’un manche de couteau, ce qui • Observer comment les apprenants se débrouillent pour
facilite son maniement. parler de ces objets, faire remarquer leur construction simi-
Ici, l’orgueil du progrès se mêle à l’orgueil d’être français laire avec la préposition à, pour pelle à gâteau et pistolet
(objet en forme de carte de France) : c’est en fait une cri- à gaufres.
tique sympathique du progrès et du chauvinisme. On expliquera plus tard la formation des noms composés.
- La brosse à dents sans manche : quand le progrès n’est • Demander aux apprenants s’ils connaissent d’autres mots
pas technique, il peut consister dans le gain de place. composés formés sur ce modèle (machine à laver…).

54 //// UNITÉ 2
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 55

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 46-47


SITUATIONS U2 L4

Activités 3 et 4 - Repasse-limaces : à première vue on a affaire à un


assemblage de mots incongrus, surréalistes, si l’on s’en
• Avant d’aborder la chanson, présenter Boris Vian (1920- tient au sens propre de limace (mollusque gastéropode
1959). terrestre sans coquille), répugnant même. Or, dans la
Écrivain, ingénieur, trompettiste et critique de jazz, parolier langue populaire limace veut dire chemise, il est vrai, très
et compositeur, il fut une figure du Saint-Germain-des-Prés peu employé dans ce sens : on lui préfère liquette.
de l’après-guerre. Ses poèmes (Cantilènes en gelée), ses - Tabouret à glace : ici, le sens reste ambigu, ce peut être
romans (l’Automne à Pékin, l’Écume des jours) et ses un tabouret avec un miroir ou un tabouret qui produit de
pièces de théâtre, d’une grande invention verbale, tiennent la glace !
à la fois de l’humour et de l’absurde. - Chasse-filous : le mot filou veut dire escroc, tricheur,
Pour plus d’informations, consulter le site Internet : voleur. Ici, Vian termine sur ce mot inventé. C’est peut-
www.rfimusique.com être une manière de signer la chanson : le filou, ce serait
• Le professeur pourra procéder à une première écoute de lui, voleur de mots (au sens poétique ou ludique), qui
la chanson, sans que les apprenants ne lisent le texte, pour trompe le monde parce qu’il parle d’objets qui n’existent
le plaisir de la découverte. pas. C’est une façon de terminer par une pirouette où il
• Leur demander leurs premières impressions sur le ton de révèle son jeu.
la chanson, le texte, le sujet… et ce qu’ils ont compris. • Faire remarquer que les mots composés (nom + verbe)
• Lors de la deuxième écoute, avec le texte sous les yeux, ils sont utilisés pour désigner des objets par leur fonction :
commenteront la chanson à partir du titre. chasse-mouches, ouvre-bouteille…
- Complainte veut dire plainte, mais c’est aussi un genre • Préciser que les prépositions accompagnant les complé-
de chanson populaire sur un ton plaintif. ments de nom varient en fonction de ce qu’ils expriment :
- Pourquoi Boris Vian se plaint du progrès ? Dans cette on utilise en pour évoquer la matière (four en verre…) et
période d’après-guerre, le matérialisme a tout envahi et à pour expliquer la fonction (pelle à gâteau, pistolet à
l’avènement des électroménagers a changé beaucoup gaufres, machine à laver…)
de choses. Son ton n’est pas plaintif mais plutôt aigre ou
grinçant, il se veut ironique et dérangeant.
- De quelle manière se plaint-il ? En comparant le
passé et le présent, en procédant à une liste intermi- Activité 4
nable d’objets réels ou inventés, en ironisant sur l’accu-
mulation d’objets dont on s’entoure. La plainte n’est • Demander aux apprenants de s’exprimer librement et
jamais directe mais plutôt implicite. d’émettre des hypothèses sur les intentions de l’auteur.
• Par groupes de 4 ou 5, faire émettre des hypothèses sur Vian a inventé ces objets dans un esprit créatif, il s’amuse à
le sens et l’usage des objets cités dans la chanson puis jouer avec les mots. Avant d’inventer des objets, il invente
vérifier avec un dictionnaire. des mots qui pourraient éventuellement donner des idées
- Quels sont les objets réels et ceux inventés par Boris mais cela lui permet surtout de se moquer des bienfaits du
Vian ? (Four en verre, tourniquette, armoire à cuillères, cire- progrès.
godasses, repasse-limaces, tabouret à glace, chasse-filous).
• Commenter ces objets.
- Four en verre : objet qui, à l’époque de Vian, ne pouvait
pas fonctionner car le verre aurait explosé avec la chaleur. Activité 5
On n’avait pas encore fabriqué du verre résistant à la cha-
leur. • Faire discuter les élèves sur leurs interprétations et leur
- Tourniquette : tourniquet existe, c’est un appareil formé demander de justifier leurs réponses.
d’une croix tournant autour d’un pivot. En l’occurrence, il Exemple : c’est une vision ironique du progrès.
peut s’agir d’un instrument ressemblant au mixeur. D’après Vian, le progrès consiste à accumuler des objets soi-
L’auteur ridiculise l’objet et invente le féminin de ce mot disant utiles : longue liste d’objets parmi lesquels beaucoup
pour le faire rimer avec vinaigrette. sont inventés à partir de jeux de mots qui se veulent iro-
- Armoire à cuillères : une armoire sert le plus souvent à niques. Ce matérialisme fait que les gens sont devenus plus
ranger le linge ou les vêtements, son volume est impor- égoïstes, ils n’expriment plus leurs sentiments.
tant, ce qui fait qu’ici le contenant (armoire) est énorme Autrefois n’est pas si loin, c’est quand il n’y avait pas toutes
par rapport au contenu (cuillères). C’est une façon de ces inventions, en l’occurrence les électroménagers, c’est-
caricaturer l’entassement d’objets auquel nous pousse la à-dire les décades précédentes. Maintenant, c’est l’époque
vie moderne. de Vian, les années cinquante (qu’on pourrait étendre jus-
- Cire-godasses : Vian compose lui-même le mot sur le qu’à nos jours).
modèle verbe + nom, et le nom ici est argotique ; • Les apprenants sont-ils d’accord avec cette vision du pro-
godasses est préféré à chaussures dans un esprit de déri- grès ? On peut parler du progrès actuel, des nouvelles
sion. technologies, par exemple, et aboutir à un petit débat.

UNITÉ 2 //// 55
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 56

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 46-47

U2 L4 SITUATIONS

• Faire écouter la chanson plusieurs fois avant de la faire LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 50-51
chanter.
LEXIQUE
• Pour s’amuser et jouer avec les mots, faire écrire une pe-
Changements en tous genres
tite strophe à la manière de Vian, par groupes de 2 ou 3
• À partir des illustrations de la rubrique Lexique ou de
personnes, en inventant des mots.
Situations, demander aux apprenants d‘imaginer les chan-
gements qui se seront produits dans dix ans.

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 48-49


GRAMMAIRE
LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 51
PRONONCIATION
L’expression du temps
Les consonnes en position finale
• Faire une petite récapitulation orale des expressions que • Faire réaliser les activités nº1, nº2, nº3, nº4 et nº5, p. 51.
les apprenants connaissent puis les faire comparer avec
le tableau de la page 48.
• Faire utiliser ces expressions dans des phrases, à raison Transcription
d’une expression par élève, à tour de rôle. Par exemple : 1. a) cou / coupe b) soupe / sous c) tube / tu d) bon /
Aujourd’hui, il fait beau. / En 1492, il y a eu… bombe e) vogue / vos f) vague / vas g) mec / mais
• Faire faire l’activité sur l’antériorité et la postériorité avec h) pas / Pâques i) doute / doux j) pot / pote
les temps verbaux. k) coude / coup l) fête / fait
Phrase 1 : avons marché (passé composé) / avons 2. madame poème costume tram femme régime
besoin (présent). 3. a) haut - homme b) plu - plume c) mais - même
Phrase 2 : sommes allés (passé composé) / avait d) si - cime e) bout - boum f) rat - rame
recommandé (plus-que-parfait) ; avait conseillé (plus- 4. a) laid b) lent c) sot d) long e) tout f) blond
que-parfait) / n’avons pas eu (passé composé). g) chaud h) peint
Phrase 3 : aurons terminé (futur antérieur) / irons 5. a) il met b) elle sent c) il part d) elle finit e) elle
(futur simple) ; aurons vu (futur antérieur) ; rentrerons obtient f) il sert g) elle dort
(futur simple).
• Demander aux apprenants d’observer les expressions et
d‘essayer de déduire la différence existant entre les Solutions
deux notions de durée. 1. a) cou : 1 / coupe : 2 b) soupe : 1 / sous : 2
- La durée absolue dure tout le temps de l’action. c) tu : 2 / tube : 1 d) bombe : 2 / bon : 1 e) vos :
- La durée relative donne un point de départ et se situe 2 / vogue : 1 f) vague : 1 / vas : 2 g) mais : 2 /
par rapport au présent du locuteur. mec : 1 h) pas : 1 / Pâques : 2 i) doux : 2 /
• Faire réaliser les activités nº1, nº2 et nº3, p. 48-49. doute : 1 j) pot : 1 / pote : 2 k) coup : 2 / coude :
1 l) fait : 2 / fête : 1
2. madame / poème / costume / tram / femme /
Solutions
régime
1. 1) depuis 2) pour 3) En 4) jusqu’à 5) Ça fait / que
4. a) laide b) lente c) sotte d) longue e) toute f) blonde
6) pendant 7) Dans 8) de / à 9) Ça fait / que
g) chaude h) peinte
10) jusqu’à 11) Dans 12) Pendant
5. a) ils mettent b) elles sentent c) ils partent d) elles
2. Les solutions dépendent de la langue maternelle des
finissent e) elles obtiennent f) ils servent g) elles
apprenants.
dorment
3. 1) passé 2) futur 3) passé 4) présent 5) futur

56 //// UNITÉ 2
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 57

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 52
CIVILISATION U2 L4

Les transports au fil du siècle


Présentation de certains moyens de transport emblématiques à travers une planche de timbres édités
par la Poste française.

• Présenter brièvement la place de la France dans le domaine sion du bicentenaire de la naissance de Napoléon, la
des transports. Croisière autour du monde 72 (partant du Havre, passant
- La France occupe une place de premier choix dans le par New York, Tahiti… avant de rentrer en France) et la
domaine des transports avec l’Airbus, le TGV et sa fabri- Croisière autour du monde 74 (passant par New-York,
cation de voitures (Renault, Citroën et Peugeot). Rio de Janeiro, Hong Kong, Dakar, Cannes…) restent les
- Elle réussit aussi dans la construction de métros (Mexico, plus marquantes.
Montréal, Le Caire, Athènes, Rio ont un métro français). Le 9 juillet 1974, le Gouvernement annonça la suppres-
- Elle est le troisième constructeur mondial en aéronau- sion des subventions du France, dont l’exploitation était
tique, elle a réalisé Ariane, le premier lanceur de fusée déficitaire. Finalement, le France a été racheté par un
européen. armateur norvégien.
• Demander dans le groupe-classe si quelqu’un collectionne - Le Concorde a vu le jour dans un hangar de Toulouse en
des timbres. Si c’est le cas, sur quel thème en particulier ? 1967. En mars 1969, il effectua son premier vol et obtint
Depuis quand ? Profiter au passage pour préciser que l’art son certificat de navigabilité en 1975.
de collectionner des timbres s’appelle la philatélie. Sa puissance était de 160 000 CV et il pouvait parcourir
• Faire observer les timbres et laisser les apprenants les com- 100 km en 3 minutes, étant ainsi le seul avion commer-
menter librement. cial capable de franchir le mur du son.
• Nommer chaque véhicule : le Concorde (avion superso- Air France et la British Airways furent les deux seules com-
nique), le TGV (train à grande vitesse), la mobylette, la 2 pagnies à l’exploiter.
CV (deux chevaux), le paquebot France, le métro (abré- Le Concorde effectua son vol d’adieu en octobre 2004 à
viation de métropolitain). cause de son manque de rentabilité et du grand tort que
• Faire lire les légendes et demander aux apprenants ce lui causa l’accident survenu à Paris en 2000, qui coûta la
qu’ils ont appris de plus. vie à plus d’une centaine de passagers et à quatre per-
• Faire réaliser les activités et lancer un débat. sonnes au sol.
• Donner des précisions sur certains moyens de transports. - Le TGV (Train à grande vitesse) a vu le jour en 1981. Le
- La 2 CV (deux chevaux) est aussi surnommée deuch(e), 22 septembre, la première ligne en France (275 km)
deudeuche, dodoche, titine… est inaugurée par le président de la République, François
Cette voiture, de marque Citroën, a vu le jour en 1937 et Mitterrand. Il roule à une vitesse commerciale de 270
est apparue comme la voiture bon marché et populaire km / h.
par excellence. Après dix-huit mois d’exploitation, le TGV accueille son 10
Elle est devenue par la suite une voiture culte, symbole millionième passager ; c’est un succès fantastique. La
d’austérité, d’économie (bon point pour ceux qui se SNCF a gagné son pari, la grande vitesse au quotidien est
réclament de l’écologie). Compte tenu de son succès, devenue réalité.
elle a été fabriquée jusqu’en 1991. Depuis, le réseau en France n’a cessé de se développer.
Aujourd’hui, elle est considérée « voiture de collection » et Exemples : Paris-Lyon : 1h 55 (460 km) / Paris-Nantes :
il existe même des rallyes internationaux en 2 CV 2h (385 km) / Paris-Bordeaux : 2h 55 (582 km) / Lille-
(www.dakar.deuche.free.fr/index.htm). Perpignan : 6h (1 075 km)
- Le France fut construit par la Compagnie Générale Le 6 mai 1994, l’inauguration du tunnel sous la Manche
Transatlantique à une époque où la question des grandes ouvre la voie à l’Eurostar, premier TGV reliant deux capi-
traversées se posa, vu l’essor de l’aviation. On voulut croi- tales européennes.
re que les paquebots continueraient à avoir leur fonction, Fruit d’une coopération internationale, l’Eurostar est
tout en étant un moyen de transport complémentaire. Ce conçu pour circuler indifféremment sur les réseaux fran-
fut le plus long cargo du monde mis en chantier en 1956, çais, britannique et belge (Paris-Londres : 2h 30 /
doté des équipements les plus modernes et d’une stabi- Bruxelles-Londres : 2h 30). Il circule à 300 km / h sur les
lité remarquable. lignes nouvelles à grande vitesse, 220 km / h sur les
Pour des questions de rentabilité, de nombreuses croi- lignes classiques aménagées et 160 km / h dans le
sières furent organisées : la Croisière impériale, à l’occa- Tunnel sous la Manche.

UNITÉ 2 //// 57
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 58

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 53-55

U2 L4 COMPÉTENCES

Écouter 4. Dans deux jours, les grands départs du mois d’août !


Voici les conseils de Bison fûté !
N’empruntez pas obligatoirement les grands axes rou-
Activité de compréhension sélective : repérage d’infor-
tiers. Certaines routes départementales sont beau-
mations importantes pour faire un résumé, détection
coup moins chargées que les nationales ou que les
du canal et de la typologie d‘un document.
autoroutes !
Évitez l’autoroute Lyon-Côte d’Azur : en raison de
quelques travaux sur la chaussée, on prévoit des
Activités 1 et 2 ralentissements et des bouchons sur plusieurs kilo-
mètres ! Prenez l’itinéraire bis.
• Faire écouter chaque document et faire faire un résumé Ne roulez pas trop vite sur les périphériques.
oral par groupes de 4 ou 5 personnes. Nous vous recommandons la plus grande prudence.
• Passer ensuite à une mise en commun avec le groupe- Arrêtez-vous souvent, vous avez des aires de repos
classe et commenter les éventuelles difficultés de com- très bien équipées ! Et souvenez-vous : Mieux vaut
préhension. arriver tard que jamais !

Transcription
1. Mais bien sûr madame, nous avons l’appartement Propositions
dont vous avez besoin. … Voyons… je vous propose 1) Un agent immobilier essaie de persuader une cliente
un 5 pièces… Effectivement… oui, … un F5 très lumi- de louer l’appartement qu’il lui propose. Il la presse
neux, totalement rénové et modernisé, … oui… il de se décider et il veut prendre rendez-vous avec elle
donne sur la rue des Abbesses mais il est au dernier le soir même.
étage d’un petit immeuble, alors il est très silencieux… 2) Enrico appelle Lulu pour lui expliquer que le livre qu’il
de plus, il a une petite terrasse qui donne sur lui avait emprunté est tout abîmé. Il lui présente ses
Montmartre. … Oui, il a une vue magnifique. … S’il excuses et lui dit qu’il va tout faire pour en trouver un
est en bon état ? Totalement ! Il vient d’être repeint et autre.
on a refait aussi toute l’installation électrique ! Je vous 3) Une fille raconte à son amie qu’elle a vu dans la rue
le recommande. Une très bonne affaire, le loyer une célèbre présentatrice de télévision.
demandé est vraiment modeste pour le quartier ! Il 4) Pour les départs du mois d’août, Bison futé recom-
vaudrait mieux faire vite ! Que penseriez-vous de ce mande de prendre les routes secondaires qui sont
soir ? Mais bien sûr madame, prenez le temps de moins encombrées, et de redoubler de prudence.
réfléchir ! Vous pouvez me contacter ici, à l’agence
jusqu’à midi trente. … Entendu madame, bonne jour-
née et à ce soir, j’espère ! Je vous promets que vous
ne serez pas déçue !
Activité 3
2. Lulu… écoute, c’est moi, Enrico. Je ne sais pas trop
comment te le dire… Voilà… tu sais, le livre que tu • Faire écouter les documents une nouvelle fois puis demander
m’as prêté… le mois dernier… eh ben, il est tout aux apprenants de répondre aux questions, par 2 ou indivi-
abîmé… je l’ai oublié dehors, il a plu et il s’est duellement.
mouillé… Mais il y a un autre problème… je l’ai • Vérifier les réponses avec le groupe-classe.
demandé en librairie, mais il paraît que l’édition est
épuisée depuis six mois… on m’a recommandé de le
Solutions
demander un peu partout… En tout cas, je te promets
1d : On n’entend que la partie qui correspond à l’agent
que, quand je l’aurai trouvé, je te le rendrai immédia-
immobilier mais les pauses indiquent qu’il s’agit d’une
tement. Je regrette vraiment. Mais je te promets que je
conversation téléphonique.
le cherche ! Je te rappelle !
2b : Bruit de répondeur, pas de réaction de l’interlocuteur
3. - Tu sais pas qui j’ai rencontré hier dans la rue ? Tu ne
à qui on s’adresse.
l’imagineras jamais ! Tu sais, la présentatrice du
3c : Conversation directe, les deux interlocutrices sont
Journal de 20 heures sur France 3, pas celle de main-
dans un bar.
tenant, celle qui le présentait il y a deux ans… Eh ben
4a : Voix posée, à la radio, conseils de prudence sur la
oui, je l’ai vue avec un type pas mal du tout… elle sor-
route.
tait de sa voiture… mais elle, je t’assure, elle était
bien mieux qu’a la télé, elle a rajeuni, minci.
- Mais de qui tu parles enfin ?

58 //// UNITÉ 2
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 59

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 53-55


COMPÉTENCES U2 L4

Activité 4

• Procéder comme dans l’activité précédente.


Lire
Lecture d’un texte extrait d’un dictionnaire historique
Solutions des rues de Paris.
1d : Il propose un appartement et donne les informa- Mise en relation texte / image ; description à travers le
tions utiles : description, emplacement, prix. temps.
2c : Répétition du mot excuse, hésitations, intonations. Lecture informative : mise en ordre et structuration
3a : Anecdote et description, emploi du tutoiement, dia- des éléments informatifs.
logue direct et familier. Repérage des connecteurs temporels et entraînement
4b : Emploi du mot conseils et de l’impératif N’em- au résumé.
pruntez pas.

Activités 1 et 2
expressions pour...
• Faire observer les photos, les décrire, faire faire des hypo-
Mémorisation des expressions, entraînement thèses sur leur ordre chronologique et commenter les
pour trouver des outils dans la méthode. transformations.
• Demander aux apprenants de lire le texte et de répondre aux
questions suivantes : De quoi parle-t-il ? À qui s’adresse-
• On pourra faire faire cette activité par groupes, à l’oral, puis t-il ? Quelle est son intention ? Sa relation avec les photos ?
faire une mise en commun et vérifier dans la leçon si on Quelles sont les différentes phases de transformation ?
n’a rien oublié. On pourra aussi ajouter des expressions
entendues dans la classe.
Solutions
Se présenter / Prendre congé : Bonjour, je me présente… / 1) et 2) La photo 1 représente la place quand elle s’ap-
Notre promenade s’achève… / Bonne journée et à ce soir, pelait Place du Château-d’eau en raison de la fontaine
j’espère ! inaugurée le 15 août 1811, de 13 mètres de diamètre et
Faire des recommandations : Je vous recommande… / de 5 mètres de haut, formée de 3 bassins concentriques
Vous savez, il vaudrait mieux faire vite ! / Arrêtez-vous sou- et de 8 lions couchés crachant de l’eau. / La photo 2 cor-
vent… respond aux deux derniers paragraphes du texte (bassin
Faire des compliments : Bravo ! et statue de la République).
Demander des compléments d’information ou des pré- 3) Propositions : Avant 1765, la place n’était qu’un grand
cisions : La promenade dure longtemps ? / Septante-six, carrefour. / À partir de 1811, elle s’appelle Place du
c’est… ? / Il y a combien de kilomètres ? … Château-d’eau en raison de la fontaine construite par
Exprimer des intentions, une volonté ou des promesses : Girard. / Cette fontaine est souvent visitée par les jeunes
D’abord, nous allons commencer… / Ensuite, dès que nous conscrits de 1815 à 1830 et elle est souvent dessinée à
aurons… / Mais je te promets que je le cherche ! … cette époque par Daumier. / Entre 1856 et 1865, elle
Confirmer une information : Bravo, Monsieur a lu son prend sa forme et son emplacement actuel, elle possè-
guide. / Je suis tout à fait d’accord avec vous. / Mais bien de une nouvelle fontaine / et reçoit la statue de la
sûr, madame. / Entendu… République. / En 1879, elle reçoit son nom actuel.

Parler Réfléchissons !
Décrire une personne, un lieu ou une illustration et Entraînement à la compréhension écrite globale à tra-
commenter des changements. vers un texte assez complexe.
Activité pour faire prendre conscience de ses propres
stratégies et les renforcer.

Activités 1, 2 et 3 • Faire faire l‘activité individuellement, puis demander aux


apprenants de comparer leurs réponses dans des groupes
• On pourra répartir les deux premières situations entre toute de 5 ou 6 personnes.
la classe et faire la troisième par groupes de trois. • Passer à une mise en commun des stratégies et les com-
• Pendant ce temps-là, le professeur passera dans les groupes. menter avec le groupe-classe.

UNITÉ 2 //// 59
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 60

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 53-55

U2 L4 COMPÉTENCES

• Inciter les apprenants à renforcer leurs stratégies et à les


utiliser toutes, en leur montrant comment les appliquer
dans le texte de la Place de la République.
Écrire
- Le sens global : où, quand, quoi, qui, comment, pour- Décrire un lieu qui va connaître de nombreuses trans-
quoi ? formations dans l‘avenir.
- L’intention : À qui le texte s’adresse-t-il ? Le texte
s’adresse à des gens qui veulent connaître l’histoire de la
place et les transformations de celle-ci.
- Le contexte peut faire deviner le sens d’un mot.
Activités 1 et 2
- La fonction grammaticale : nom, adjectif, adverbe, verbe,
temps des verbes, prépositions, connecteurs… Ici, l’ex- • Organiser une petite discussion préalable pour trouver des
pression de temps aide à repérer la structure du texte. idées sur le sujet : Qu’est-ce qu’on peut transformer ?
- La formation du mot nouveau et sa ressemblance, éven- Les rues, le tracé, les aménagements, les espaces verts,
tuellement, avec d’autres mots d’autres langues. les matériaux. On peut moderniser, penser à de nouvelles
- L’illustration : faire coïncider les éléments de l’illustration technologies, etc.
avec le texte, comme on l’a fait dans cet exercice. • Les apprenants pourront aussi s’inspirer du texte de l’acti-
- La proximité avec la langue maternelle : attention aux vité précédente pour l’articulation des idées et le lexique lié
faux-amis. à la transformation, mais ils devront faire attention aux
temps verbaux puisqu’il s’agit d’un projet pour « dans 10
ans ».
• Faire rédiger une proposition, individuellement.
• Procéder aux lectures : on choisit, par exemple, le meilleur
texte de chaque groupe, puis on le lit à l’ensemble de la
classe.

60 //// UNITÉ 2
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 61

BILAN B2

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 56
LANGUE 4) 1c 2b 3d 4a
5) Expliquer les idées qu‘il vient d‘avoir pour rénover son
Grammaire château.
6) c
7) b
1 Complétez ces trois petits textes à l’aide des mots
8) b
qui vous sont proposés dans le désordre.

1) Hier 2) avait prêtée 3) ce mois-ci 4) une autre


5) demain 6) as offert 7) le même 8) Ça fait 9) per- Écouter
sonne 10) depuis 11) dans 12) Autrefois 13) main-
tenant 14) quelqu’un 15) aura quitté 1 Écoutez l’interview du baron faite par un journaliste,
puis répondez aux questions suivantes.

Lexique Transcription
- La parole est maintenant à monsieur le baron Camille
2 Ça change ! Complétez ces phrases. Lartagnan de Grandmoulin, victime de vols dans son
château. Monsieur le baron, quand vous avez décidé
Propositions de convoquer cette conférence de presse, à la suite de
1) au premier plan 2) au fond 3) a démoli 4) a brûlé cette affaire, quelle était votre intention ?
5) blessés 6) avons fait des travaux 7) avons installé - J’avais un double objectif : d’une part, mettre en garde
8) restaurer / réparer 9) s’est tapé 10) pansement les autres propriétaires de châteaux, car nous avons eu
11) changements 12) a grandi 13) est devenu 14) cou- affaire à des cambrioleurs professionnels et, d’autre
leur de cheveux 15) voler part, présenter mon grand projet de rénovation.
- Pouvez-vous, monsieur le baron, le présenter pour nos

Prononciation
auditeurs ?
- Bien volontiers. Notre association « Les amis du châ-
teau de Grandmoulin » a élaboré ce projet avec les
3 Écoutez et indiquez la phrase qui correspond à l’en- meilleurs spécialistes. Nous voulons, entreprendre, cet
registrement. été, la restauration de la tour. Mais cela représente des
frais considérables en matériaux et en main d’œuvre et
Transcription et solutions nous faisons donc appel à tous les bénévoles amateurs
Il cherche un balai. de vieilles pierres.
Tu as dit vide ? - Pouvez-vous nous définir les conditions de participation
Il a peint un radeau. à ce chantier ?
Je vais acheter une case. - Il est ouvert à tous et on a pas besoin de formation spé-
Ils sont un peu fades. cialisée. Il fonctionnera tout l’été. Nous demandons aux
participants 10 jours minimum de présence.
- Pouvez-vous nous dire un mot sur les détails pratiques ?
- Oui, j’y viens. Nous offrons les repas et l’hébergement
PORTFOLIO, p. 7-8 au château en contrepartie de leur travail.
COMMUNICATION - Quel sera le rythme de travail ?
- Nous prévoyons une moyenne de 6 heures de travail
Lire par jour sur 5 jours par semaine. Mais on prévoit des
activités de loisirs et un programme de visites le week-
1 Lisez cet article de journal, puis répondez aux ques- end pour faire connaître ce chantier.
tions. - Très bien. Une dernière question : lors de votre confé-
rence, vous avez mis en cause le Patrimoine National et
Solutions Régional et vous avez insisté sur sa part de responsabi-
1) Descendant authentique des Camille Lartagnan de lité. C’est une grave accusation, vous ne trouvez pas ?
Grandmoulin. Il habite à Tours. - J’en suis tout à fait conscient et je l’assume car c’est la
2) Trois semaines environ (voir date de l’article). stricte vérité.
3) Un délinquant habituel de 21 ans qui imitait le com- - Mais vous n’avez pas peur de vous faire des ennemis ?
portement d‘un fantôme pendant que ses complices - Oh non, vous savez, je dis simplement tout haut ce que
dérobaient le mobilier et les objets de valeur. beaucoup pensent tout bas !

UNITÉ 2 //// 61
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 62

U2 BILAN

- Eh bien, merci beaucoup, monsieur le baron. J’espère


que vous trouverez de nombreux adhérents à votre
projet.
Nous avons maintenant en ligne le premier auditeur…

Solutions
1) Il veut mettre en garde les autres propriétaires de châ-
teaux et parler de son projet de rénovation.
2) Il fait appel à des bénévoles parce que le projet coûte
cher.
3) Le baron met en cause la responsabilité du Patrimoine
National et Régional.
4) Il sait que c’est une grave accusation mais il dit que
c’est la vérité et que beaucoup de gens pensent
comme lui.
5) Il répond sur un ton amusé.

2 Voici la fiche d’information sur le projet de rénova-


tion. Complétez-la.

Date : été 2004 / Objectif : restauration de la tour /


Public : ouvert à tout public bénévole / Formation : pas
de formation spéciale / Durée minimum de participa-
tion : 10 jours / Rythme de travail : 6 heures par jour, 5
jours par semaine / Hébergement et repas : au château,
gratuits / Activités annexes : activités de loisirs et visites.

62 //// UNITÉ 2
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 63

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 57-60


PROJET P1

Détente !
Entraînement à l’utilisation du français lors des diverses phases du projet (consignes, répartition des tâches,
négociations, évaluation).
Connaître davantage la gastronomie française et exprimer ses goûts.
Se connaître autrement dans une situation de classe où entrent en jeu des ressources personnelles
différentes : cuisiner et déguster des plats, chanter.
Émulation des compétences sous forme de concours.
Activité culturelle : chanson francophone présentée librement par chaque groupe.
Pause humoristique en français.

COMMENTAIRES • Poser des questions personnelles aux apprenants sur


• Faire feuilleter les pages correspondant au projet et leurs goûts en matière de gastronomie. Quels sont leurs
demander aux apprenants d’expliquer en quoi il consiste. plats préférés ? Qu’est-ce qu’ils aiment cuisiner ?
- L’objectif de ce projet est d’organiser un concours culi- Ce sera aussi l’occasion de commencer à former des
naire de dégustation en français dans une ambiance de groupes selon les goûts ou compétences.
chansons. • Demander aux apprenants s’ils connaissent des plats fran-
- Le projet se déroulera en plusieurs phases : çais et expliquer quelques recettes typiques, dont celles
a) lecture et compréhension d’une recette de cuisine représentées sur les photos : choucroute, cassoulet, blan-
visant à l’élaboration d’un plat. quette de veau, bouillabaisse, bœuf bourguignon, quiche
b) mise au point d’une grille d’évaluation pour choisir lorraine…
les meilleurs plats et leur présentation.
c) présentation d’un plat avec recette à l’appui, à partir
de modèles.
d) choix d’une chanson qu’on veut faire connaître lors Activité 1
de la dégustation des plats cuisinés.
e) présentation orale de la biographie du chanteur. • Faire commenter le sous-titre Des recettes à s’en lécher les
• Expliquer brièvement comment peuvent s’organiser les babines !
apprenants pour réaliser ce projet et se répartir les tâches. Les babines sont les lèvres pendantes de certains ani-
- Ils formeront des groupes de 4 ou 5 personnes, ce qui maux, comme les chiens, par exemple. À s’en lécher les
permettra de réaliser 5 ou 6 plats différents (pour une babines veut dire se réjouir à la pensée d’une chose
classe d’environ 30 élèves) et de présenter le même délectable. Une autre expression équivalente serait
nombre de chansons. À partir du nombre de groupes et mettre l’eau à la bouche.
de plats, il faudra évaluer la quantité et savoir pour com- • Former les groupes, demander aux apprenants de se répar-
bien de personnes on cuisine, tout en restant dans les tir les tâches et de réaliser les activités.
limites de la dégustation. - Pour le choix du plat, chacun aura apporté quelques
- Ensuite, les groupes pourront se répartir les différentes recettes en français, parues dans une revue ou provenant
tâches : par exemple, écrire la recette, réaliser le plat, d’une page web, comme par exemple : www.marmiton.org.
écrire la biographie, s’occuper de la décoration. Les plus créatifs, par contre, pourront inventer une recette
Chaque groupe se mettra d’accord pour établir la liste s’ils s’en sentent capables.
des courses à faire (avec les quantités précises) et déci- - En ce qui concerne la rédaction de la fiche pour le jury, les
dera qui fera les courses et comment on s’organisera. apprenants pourront s’inspirer de la recette de la tarte Tatin.
- Le nombre de juges devra être raisonnable et ne pas • Faire lire la recette en silence et commenter avec le groupe-
dépasser 5 personnes. classe ce qui n’a pas été compris.
Les juges devront établir une fiche technique avec des - La faire relire et faire récapituler, de tête, tous les ingré-
critères de jugement définis à l’avance, qui seront expo- dients nécessaires en essayant de préciser les quantités,
sés avant la réalisation du projet, pour que les appre- même si elles sont approximatives.
nants sachent sur quoi et comment ils seront jugés. Un • Enfin, faire élaborer par écrit les critères d’évaluation du
barème devra être appliqué ; s’il y a 5 critères, par concours (présentation, originalité, simplicité, exotisme…)
exemple, on pourra choisir une note sur 20. Le mot et faire choisir les meilleures recettes en veillant à ce que
concours doit stimuler ; il s’agit de rivaliser en cuisine et les jurys justifient leurs choix.
en bon goût pour la présentation des plats et de la fiche • Faire lire d’autres recettes apportées par le professeur ou
recette (illustration, écriture spéciale…) les apprenants eux-mêmes.

PROJET 1 //// 63
668905U2.qxd 2/12/04 19:02 Página 64

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 57-60

U2 PROJET

• Leur demander d’expliquer des recettes qu’ils connaissent • Faire chanter la chanson.
bien et corriger leur expression orale, au fur et à mesure. • Passer ensuite à la lecture de la biographie du chanteur et
poser des questions.
- En quoi consistent les informations importantes, souli-
Activité 2 gnées dans le texte ? Elles soulignent les étapes
importantes de sa carrière.
La façon la plus simple de découvrir une chanson, c’est de - Quelles sont les autres informations ? Ses goûts, ses
l’écouter dans un moment de détente, pour le plaisir ; c’est influences, ses rencontres, son entourage.
pourquoi on invite les apprenants à présenter des chansons • Enfin, les apprenants choisiront une chanson de leur choix,
de leur choix pendant la dégustation. ils chercheront des informations concernant son interprète,
• Faire écouter la chanson proposée par le Livre, puis rédigeront une biographie et la présenteront au groupe-
demander aux apprenants de donner leurs premières classe.
impressions. S’ils ont le support, ils pourront l’apporter et faire écouter
• Après la deuxième écoute, faire énoncer les phrases qui se la chanson.
répètent : Et si tu crois que… (faire compléter ce début de
phrase de façons différentes) / Fais comme si j’avais pris
la mer…
• Faire lire le texte et vérifier la compréhension : Activité 3
- Qui parle ? Une personne qui apparemment vient de
rompre une relation sentimentale. L’humour a été abordé au fil de la méthode ; on a eu l’oc-
- À qui ? À la personne qu’elle vient de quitter. casion récemment de donner quelques échantillons de l’hu-
- Qu’explique-t-elle ? Elle explique qu’elle est partie mour francophone, d’en analyser les ressorts et de soulever
pour prendre un peu de recul mais que leur relation les problèmes de traduction dans certains cas.
n’est pas finie. • Inviter les apprenants à naviguer sur Internet pour trouver
- Demander aux apprenants de citer les phrases clés (Je des blagues en français ou leur faire raconter des histoires
donne des vacances à mon cœur / c’est juste une drôles qu’ils connaissent, mais attention aux jeux de mots
pause…). qui sont intraduisibles d’une langue à l’autre.

64 //// PROJET 1
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 65

UNITÉ

3 Terre des hommes


OBJECTIFS

Exprimer sentiments, sensations et désirs.


Interviewer des personnes (activités professionnelles et autres).
(S‘)informer sur des activités culturelles diverses.
Demander et donner des opinions et des conseils (activités culturelles).
Découvrir des extraits d’émissions sportives (radio).
Comprendre et écrire des présentations de films ou autres activités culturelles.
Réfléchir sur les stratégies d’expression des sentiments et des sensations à l’oral.
Réfléchir sur l’utilisation d’un dictionnaire bilingue.

CONTENUS

L5 LEÇON 5 L6 LEÇON 6
Communicatifs : marques d’expressivité ; identifier, décrire Communicatifs : donner et réfuter un avis (activités cultu-
des sensations, des états, des sentiments ; le courrier des relles) ; manifestations culturelles, programmes (cinéma,
lecteurs. télévision), critiques (livres, musique, cinéma).
Grammaticaux : les pronoms possessifs ; le subjonctif pré- Grammaticaux : alternance indicatif, subjonctif ; la néga-
sent. tion.
Lexicaux : sensations et sentiments. Lexicaux : le monde de la culture et des médias.
Phonétiques : les voyelles nasales (1). Phonétiques : les voyelles nasales (2).
Culturels : Mariage et traditions en Francophonie. Culturels : les festivals de cinéma francophones.

COMMENTAIRES
• Comme dans les unités précédentes, on continue à pré- • Ce passage plus systématique de l’oral à l’écrit permet de
senter les typologies les plus variées et à pratiquer la comparer progressivement les deux systèmes et d’abor-
langue dans les contextes les plus divers, que ce soit dans der plus concrètement les marques de l’oral authentique.
le monde professionnel, culturel, ou dans l’entourage • La réflexion porte, d’une part, sur les stratégies à l’oral pour
familial et affectif. exprimer des sentiments et des sensations (on y souligne la
• Le canal radio est présent et servira à l’objectif final du valeur de l’intonation, des pauses, du rythme de la phrase
projet de la leçon 12 qui consiste à créer des émissions mais aussi de l’expression ou des attitudes) ; d’autre part, la
de radio sur des thèmes variés (culture, sport, société, réflexion sur l’expression écrite (toujours guidée par des
sentiments…). modèles plus ouverts ou plus diversifiés) reprend les élé-
• On renforce l’expression des goûts et de l’opinion déjà ments sur lesquels on devra insister tout au long de cette
abordée au niveau 1, mais de façon plus complexe (cri- unité, à savoir sur le bon choix des éléments lexicaux et
tiques de livres, de films, de concerts), dans le but de s’in- grammaticaux (les différentes conjugaisons, le genre, la
former, de négocier et de faire des choix. syntaxe) et sur la bonne utilisation de la méthode et du
• On passe plus systématiquement de l’oral à l’écrit et de dictionnaire bilingue.
l’écrit à l’oral ; il s’agit, par exemple, de lire et d’écouter des • La grammaire est toujours une grammaire en situation où
textes littéraires, d’écouter un reportage sur une foire aux l’on aura besoin de savoir choisir entre indicatif et sub-
livres, de rédiger des questions d’enquête sur un thème jonctif pour exprimer ses goûts, opinions, doutes, etc.
culturel, ainsi que les résultats de cette enquête. Enfin, il • La civilisation est toujours présentée dans le cadre de la
s’agit de lire et de commenter des critiques pour critiquer Francophonie, ce qui permet de sensibiliser à certains
à son tour une production culturelle à l’oral et à l’écrit. implicites socioculturels.

UNITÉ 3 //// 65
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 66

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 62-63

U3 L5 SITUATIONS

Sentiments…
Lecture et écoute de textes littéraires enregistrés : projection affective à la lecture.
Prise de parole : expression des sentiments et des sensations par rapport à ces textes.
Repérage de diverses typologies : poème, lettre, conte.
Comparaison écrit / oral, réflexion sur la manière de dire les textes : voix, tons, pauses, expression
des sentiments…
Entraînement à la lecture oralisée : prononciation, intonation, pauses, transmission des sentiments,
par imitation ou par choix.

Activité 1 Texte 1 :
La typologie du texte peut être prétexte à discussion, vu que
• Faire écouter les textes à la suite et demander aux appre- le poème prend ici la forme d’un dialogue.
nants de noter rapidement leurs impressions au fur et à - Qu’est-ce qui justifie qu’on parle ici d’un poème ? Ce
mesure (ils ne les transmettront que lorsqu’ils auront écou- n’est pas un dialogue quotidien, le sujet est difficile à
té et lu tous les textes). déterminer, on parle plutôt de l’identité philosophique,
• Avant le passage à la lecture, faire noter également quelle voire poétique, que de l’identité sociale. Le sujet est traité
est, selon les apprenants, la typologie de chaque texte, de façon particulière, l’homme se définit davantage par
étant donné qu’à l’écoute il peut y avoir une ambiguïté sur ses sentiments que par ses attributs ou appartenances.
le genre (exemple : poème sous forme de dialogue) et - À qui s’adresse-t-on dans ce poème / dialogue ? À un
qu’il serait intéressant d’en discuter en relation avec l’écrit. homme énigmatique, à un étranger.
• Faire écrire également ce qu’apporte la lecture : décou- - Dans quel sens parle-t-on d’étranger ? Dans le sens
verte des mots écrits, ponctuation (les pauses orales ne d’« étrange », de « différent » des autres, de quelqu’un qui
correspondent pas nécessairement à la ponctuation), la n’est pas d’ici dans la mesure où il ne partage pas les
lecture silencieuse prend un rythme personnel ou à l’in- idées des autres ou les lieux communs (famille, patrie…).
verse, elle manque de rythme ; elle donne peut-être une - L’autre voix, comment peut-on la définir ? Il s’agit d’une
dimension plus imaginative, ou au contraire, le manque de voix neutre, impersonnelle ; ce pourrait, par exemple, être
sonorité lui enlève de la couleur… un chœur.
• Le professeur devra privilégier l’approche globale des textes - Les mots évocateurs donnent un ton poétique au texte
et n’expliquer le vocabulaire que s’il constitue une entrave (latitude, beauté, déesse, nuages, extraordinaire, énigma-
à la compréhension. Il incitera plutôt les apprenants à com- tique, immortelle, merveilleux…), de même que l’étrange-
prendre d’après le contexte. té de la réponse finale (les nuages qui passent… les mer-
veilleux nuages !).
- La volonté poétique de l’auteur insinue que la vérité ou la
réalité est plutôt d’ordre poétique que philosophique ou réel.
Activités 2 et 3
Texte 2 :
• Faire répondre aux deux premières questions de l’activité La typologie de ce texte relève du conte philosophique ou
nº2 (préférences et justification). moral. Le petit prince est universellement connu : c’est l’his-
- Pour cela, former des groupes de 5 ou 6 personnes, toire d’un personnage qui vient d’une planète inconnue et
désigner un porte-parole qui retransmettra à l’ensemble qui apporte la vision d’un être pur, innocent, dénonçant le
de la classe ce qu’il aura recueilli du groupe et demander monde des adultes et apportant une philosophie ou un mes-
à tous les membres de collaborer : il s’agit de trouver des sage : L’essentiel est invisible pour les yeux. / Tu deviens res-
mots pour retransmettre les impressions et les senti- ponsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé, etc.
ments. Texte 3 :
- Au besoin, faire chercher ces mots dans un dictionnaire Il s’agit d’une lettre extraite d’un roman.
bilingue, ou faire utiliser la page Lexique ou encore inciter - Faire commenter le titre : Que suggère l’adjectif affanchi ?
les apprenants à demander au professeur. S’agit-il d’un amour libre ? Il s’agit ici de l’expression du
- Par exemple, les impressions dominantes pour le texte 1 sentiment amoureux, de l’éblouissement de la rencontre
pourront être l’étrangeté, la surprise, la philosophie, la auquel on pourrait rattacher les mots suivants : coup de
simplicité… foudre, passion, élan, fougue, force, joie de vivre, liberté,
• Commenter la typologie de chaque texte. amour partagé, révélation.

66 //// UNITÉ 3
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 67

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 62-63


SITUATIONS U3 L6

- Faire parler les apprenants sur le coup de foudre ou le sen- Pour plus d’informations, se reporter à la page Internet :
timent amoureux, ce qui les déclenche, comment on se www.saint-exupery.org.
sent, s’ils durent… (Se reporter aussi à la page Lexique à - Michel Mohrt, éditeur, essayiste, romancier et historien
laquelle on peut parfaitement rattacher ce thème.) de la littérature, est né dans le Finistère en 1914. Il
• Faire répondre à la question 3 : susciter des commentaires combat dans les Alpes en 1939 et travaille ensuite
sur la façon de dire les textes et commenter les éléments comme avocat au barreau de Marseille.
sur lesquels on peut se baser : voix, ton employé, rythme, C’est là qu’il rencontre Robert Laffont, qui le prend dans
pauses, musique, interprétation, expression des senti- son équipe éditoriale à la Libération.
ments, sonorités, etc. En 1946, après un an comme lecteur aux éditions
Robert Laffont, il accepte un poste de direction littéraire
• Présenter les auteurs de ces œuvres littéraires. dans une maison d’édition franco-canadienne à
- Charles Baudelaire, héritier du romantisme et fidèle à Montréal.
la prosodie traditionnelle, exprime à la fois le tragique de De 1947 à 1952, il enseigne dans différentes universi-
la destinée humaine et une vision de l’univers, où il tés et collèges des États-Unis.
découvre de secrètes « correspondances ». Conférencier de l’Alliance française, il a fait de nom-
Il est né à Paris en 1821, perd son père à l’âge de 6 ans breuses communications aux États-Unis et en Europe.
et déteste l’homme que sa mère épouse, l’année sui- En 1952, il entre aux éditions Gallimard où il est chargé
vante. du département des littératures anglo-saxonnes.
À partir de 1840, il se lie avec des poètes et entretient Membre du comité de lecture, il assume cette fonction
dans le Quartier latin une vie considérée scandaleuse. depuis lors.
C’est pourquoi, pressé par sa famille, il s’embarque vers Critique littéraire au Figaro, il y a aussi tenu la rubrique
les Indes (juin 1841 - février 1842). De fait, son voyage de critique cinématographique, puis de télévision.
s’arrête à l’île Maurice où il écrit des poèmes tels que À Michel Mohrt a reçu le grand prix du roman de
une dame créole, L’albatros et Parfum exotique. l’Académie Française, en 1962, pour La prison maritime,
Il fait ses débuts littéraires en 1843. ainsi que le prix Bretagne.
En 1857, il publie Les fleurs du mal, recueil mondiale- En 1970, le grand prix de la critique littéraire pour L’air du
ment connu, qui lui vaudra un procès pour cause d’im- large, recueil d’essais sur des romans étrangers ; en
moralité. Son éditeur et lui seront condamnés à des 1983, le grand prix de littérature de l’Académie Française
amendes et six poèmes (aujourd’hui regroupés sous le pour l’ensemble de son œuvre ; en 1990, le grand prix
titre des Pièces condamnées et réunis dans Les épaves) du roman de la Ville de Paris.
devront être retirés. Il est élu à l’Académie Française en 1985.
En 1860, il publie Les paradis artificiels. Ce recueil Conseiller la page Internet suivante :
témoigne de l’importance, pour lui, du monde des sen- www.academie-francaise.fr/immortels/index.html.
sations ainsi que de son « goût de l’infini ».
Il s’installe ensuite à Bruxelles où il finira ses jours en
1867, atteint d’aphasie.
En 1868, Le spleen de Paris et Curiosités esthétiques Activité 4
sont publiés à titre posthume.
Pour en savoir plus, consulter la page Internet : • Faire réécouter les textes, si on veut imiter le ton des locu-
www.poetes.com/baud/ teurs puis faire éventuellement remarquer les pauses
- Antoine de Saint-Exupéry, né à Lyon en 1900 et mort orales qui ne sont pas toujours les mêmes qu’à l’écrit.
en 1944, était aviateur, mathématicien et écrivain. • Individuellement, les apprenants choisissent le texte qu’ils
Il fut pilote militaire de 1921 à 1924, puis dans préfèrent. Avant de le lire, ils peuvent réfléchir aux senti-
l’Aéropostale. ments qu’ils voudront y refléter, aux nuances et au rythme.
Tous ses écrits sont inspirés de son expérience et de ses
aventures en tant qu’aviateur. Ses romans et ses récits
symboliques cherchent à définir le sens de l’action et
des valeurs humanistes dans une société vouée au pro-
grès technique.
Parmi ses œuvres, on peut citer : Courrier-sud (1927),
Vol de nuit (1931), Pilote d’essai (1933), Terre des
hommes (1939).
En 1941, il se fait pilote de guerre.
Il meurt en 1944, pendant la guerre, près de Marseille,
à bord de son avion qui disparaît sous le feu ennemi.
Son œuvre post-mortem, Le petit prince, est publiée en
1947.

UNITÉ 3 //// 67
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 68

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 62-63

U3 L5 SITUATIONS

Sentiments !
Observation de photographies de personnes dont l’expression du visage reflète un sentiment.
Expression orale : repérage des marques d’expressivité et détection des sentiments.
Compréhension orale : écoute de monologues ou de dialogues exprimant divers états et sentiments :
mise en relation paroles / photos ; identifier, décrire des sensations et des sentiments.
Analyse : détection des implicites ; récit au passé.

Activité 1
Transcription
1. - Moi, mes parents, bof ! Ils peuvent toujours dire que
• Faire observer les photos et faire dire en vrac ce que les
je suis insupportable, je m’en fiche, ça m’est com-
apprenants en déduisent.
plètement égal. Bah ! Ils disent aussi que je n’écou-
Quels sentiments peut-on prêter à chaque visage ? Dans
te rien, que ça rentre par une oreille et que ça sort
quel cas y a-t-il une ambiguïté ?
par l‘autre, j’en ai rien à faire ! Et les tiens, ils ne sont
Certaines expressions de visage sont ambivalentes et on
pas comme ça ?
pourra leur attribuer divers sentiments proches et qui, du
2. - Mais tu peux pas faire attention à ce que tu dis. Zut !
point de vue de l’expression, peuvent être assez sem-
t’es plus un enfant !
blables (exemple : rancune et jalousie).
- Ah, je suis désolé, je ne savais pas, je ne recom-
mencerai pas !
- C’est trop facile, chaque fois c’est la même chose, il
Activité 2 y en a assez maintenant, j’en ai marre, tu com-
prends, plus que marre, je veux plus que tu te
• Faire écouter chaque item une première fois et faire iden- conduises comme ça, tu m’entends ? C’est la der-
tifier le sentiment correspondant à une photographie. nière fois !
• Faire dire en vrac aux apprenants tout ce qu’ils ont compris 3. - On a divorcé il y a quelques mois et maintenant on a
à partir de cette seule écoute ou attendre la deuxième chacun notre vie, mais j’ai du mal à accepter qu’elle
écoute pour expliciter le contexte de la situation. refasse la sienne, c’est plus fort que moi, je ne sup-
• Après la deuxième écoute, faire répondre aux questions en porte pas l’idée qu’elle puisse être heureuse avec un
se justifiant. autre que moi.
• Procéder à une mise en commun avec le groupe-classe. 4. - Tu connais la grande nouvelle ? On a enfin donné un
- Écrire au tableau les sentiments dominants de chaque poste de travail ici à Sandrine, c’est fantastique, non ?
situation avec les indices correspondants à la situation Elle me l’a annoncé hier soir, je l’ai regardée, elle était
pour pouvoir réaliser l’activité nº3 plus facilement. sur un petit nuage! Elle flottait, elle avait les yeux qui
- Demander aux apprenants ce qui a été difficile à com- brillaient, elle en pleurait presque.
prendre, s’ils identifient tous les temps verbaux, quelles 5. - On est partis faire de l’escalade, juste quand on arri-
sont les conjugaisons qui ne leur semblent pas si fami- vait au passage difficile, l’orage a éclaté, Guillaume a
lières. glissé, aïe ! aïe ! aïe ! On a eu peur que la corde
• Aborder succinctement la question du subjonctif présent, casse, on a eu des sueurs froides, mais on a pu s’en
que l’on systématisera ensuite à la page de Grammaire. sortir, ouf !
Exemples : J’ai du mal à accepter qu’elle refasse la sien- 6. - Ils n’ont pas voulu que les enfants aillent dormir avec
ne, […] je ne supporte pas l’idée qu’elle puisse être heu- les leurs, chez eux, après la fête de la Musique. Tout
reuse… / Ils n’ont pas voulu que les enfants aillent dormir était prévu et au dernier moment, ils ont changé
avec les leurs… / […] je veux bien que tu dormes dans d’avis et ils ont dit non. Personne n’a compris pour-
ma chambre… quoi. Ça m‘a fait mal de voir les enfants dans cet
Demander aux apprenants quel est, d’après eux, l’emploi état, ils faisaient une tête…, ils ont pleuré. On se
de ce temps, en le comparant éventuellement avec leur connaît bien, alors pourquoi ?
langue. 7. - Ça alors ! Je lui prête ma moto, il me la casse et en
prime, il me traite d’imbécile et de mauvais prêteur,
alors je vais te dire, j’ai la haine, pas question qu’il
remette les pieds ici, je te jure, ah là, je lui en veux !
Faut pas qu’il me cherche, il va me trouver !

68 //// UNITÉ 3
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 69

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 62-63


SITUATIONS U3 L5

Attention, avec le verbe espérer, on n’emploie pas le


8. - Oh, t’es une gentille mamie, je veux bien que tu subjonctif.
dormes dans ma chambre avec moi ; et mon papa, - Il est toujours précédé de que.
il dit qu’il dort avec ma maman parce qu’il l’aime, - Le radical du subjonctif présent se forme à partir de la
alors nous deux, c’est pareil ! C’est dommage que tu base de la 3e personne du pluriel du présent de l’in-
viennes pas plus souvent, mamie, c’est bien quand dicatif, à laquelle on ajoute les terminaisons -e, -es, -e,
t’es là ! On fait un câlin, dis ? -ions, -iez, -ent, sauf pour les verbes être et avoir.
- Remarques :
a) Les deux premières personnes du pluriel coïnci-
Solutions dent toujours avec l’imparfait quand il s’agit de
1. Indifférence : intonation désabusée, lexique : je m’en verbes réguliers.
fiche / ça m’est égal / rien à faire, interjections : b) En ce qui concerne les verbes à une base, l’indi-
bof, Bah. Expliquer que bof exprime du mépris ou de catif et le subjonctif coïncident, sauf aux deux pre-
la lassitude. mières personnes du pluriel.
Situation : dialogue entre deux adolescents (les tiens) c) Il existe des verbes irréguliers, mais ils sont peu
au sujet des parents. nombreux.
2. Colère : ton ironique, expression en avoir marre. • Faire faire l’activité nº3, p. 65.
Situation : dialogue entre un frère et une sœur.
3. Jalousie : ton de plainte, expressions : j’ai du mal… /
Propositions
c’est plus fort que moi… / je ne supporte pas…
a) Lève-toi, il faut que tu ailles travailler.
Situation : un homme divorcé se confie à un ami.
b) Ma mère souhaite que vous veniez à la maison.
4. Joie : bonne nouvelle, exclamations d’enthousiasme
c) Je suis content que sa mère fasse ce voyage.
fantastique / yeux qui brillaient…
d) Nous avons peur qu’ils aient un accident.
Situation : quelqu’un annonce une bonne nouvelle à
e) Nadine préfère que nous lui rendions visite un autre
propos d’une copine qui a trouvé du travail.
jour.
5. Peur : intonations, interjections : aïe ! aïe ! aïe ! / ouf,
f) Mes enfants veulent que je les laisse sortir le soir.
lexique : On a eu peur… / sueurs froides.
Situation : un orage a éclaté pendant que des gens fai-
saient de l’escalade, juste à un moment délicat.
6. Déception : intonations, lexique : Personne n’a com-
pris… / Ils faisaient une tête… Activité 3
Situation : des enfants devaient aller dormir chez des
amis mais les parents de ceux-ci ont refusé au dernier • S’assurer que les apprenants comprennent ce qu’on leur
moment. demande de faire avant d‘écouter l’enregistrement. Ils doi-
7. Rancune : intonations, exclamations, répétitions du vent retrouver les réactions des interlocuteurs des per-
même sentiment à travers des expressions diverses : sonnes qui parlaient dans l’activité précédente et les faire
J’ai la haine / je lui en veux / faut pas qu’il me correspondre.
cherche, il va me trouver… • Faire lire les répliques puis faire une pause après l’écoute
Situation : quelqu’un raconte à un(e) ami un incident de chaque item, afin que les apprenants aient le temps de
désagréable. répondre.
8. Tendresse : intonation câline, lexique : aime(e) / câlin.
Situation : un petit garçon manifeste son affection à sa
Solutions
grand-mère.
Intervention 1 : 6b Intervention 2 : 2a Intervention 3 : 4b
Intervention 4 : 1a Intervention 5 : 3a Intervention 6 : 7a
Intervention 7 : 5b Intervention 8 : 8b
LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 64-65
GRAMMAIRE

Le subjonctif présent
Réfléchissons !
• Expliquer l’emploi et la formation du subjonctif.
- C’est un mode qui sert à exprimer principalement la Prise de conscience par les apprenants de leurs stra-
subjectivité, c’est pourquoi on le trouve après beau- tégies pour exprimer leurs sentiments.
coup d’expressions de souhait (je veux bien que, j’ai-
merais que, je voudrais que…), de sentiments (j’ai • Après avoir réalisé les activités précédentes, faire dire en
peur que, je suis heureux que…) ou d’obligation (il vrac ce qui permet d’exprimer les sentiments, puis faire
faut que…). comparer ensuite avec les stratégies présentées.

UNITÉ 3 //// 69
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 70

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 62-63

U3 L5 SITUATIONS

• Parler de l’implication du corps dans la langue et donner Dans l’activité nº2, on présente de façon ludique et humo-
des exemples avec des gestes à l’appui (Par exemple, faire ristique une Carte du Tendre actuelle.
le geste approprié pour l’expression en avoir marre). • Expliquer tout d’abord l’histoire de celle qui a été établie au
Il y a des gestes particuliers, mais aussi des positions du XVIIe siècle.
corps particulières : plus fermées pour des sentiments de C’est une figuration graphique des relations sociales élé-
frustration (tristesse, déception…) et plus ouvertes pour gantes et des itinéraires du parfait amour dressée par
des sentiments de vitalité (colère, joie, enthousiasme…) ; Mlle de Scudéry dans son roman Clélie (1654-1660).
ainsi que des rythmes d’élocution différents (très rapide La carte représente une contrée imaginaire que l’amant
pour la colère, assez lent pour la tristesse…). doit explorer pour y effectuer une sorte de voyage initia-
• Faire faire éventuellement des mimiques ou prendre des tique au pays de l’amour. Les toponymes s’accordent avec
positions spéciales pour exprimer des sentiments et faire le vocabulaire de la casuistique amoureuse telle qu’elle
deviner aux autres apprenants les sentiments qu’on a était définie dans les salons précieux.
voulu exprimer. Cette carte fut imaginée par badinage dans le salon de Mlle
• Préciser qu’il y a un code de gestes différents selon les cul- de Scudéry, un samedi de novembre de l’année 1653.
tures, selon que l’on est oriental ou occidental. Mettre en Pellisson en élabora l’histoire, et la carte fut publiée en
commun par exemple ce que le groupe-classe sait à ce 1654 dans le livre I de la première partie du roman de Mlle
sujet. de Scudéry, Clélie. Grâce à cette publication, la Carte du
• Profiter de ce moment pour étudier la page de Lexique, qui Tendre passa à la postérité comme le témoignage essentiel
présente une gamme de manifestations physiques liées des divertissements littéraires si prisés par la société pré-
aux sentiments ou émotions. cieuse.
• Par groupes de deux, faire observer et comparer la nouvel-
le Carte du Tendre avec l’originale qui se trouve sur
LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 66-67
Internet, à la page www.ac-ouen.fr/pedagogie/equipes/
LEXIQUE lettres/tendre/tendre.html.
• Faire commenter les différentes étapes, celles par où tout
Les Cartes du Tendre : l’ancienne et la nouvelle le monde souhaiterait passer, celles qu’on voudrait éviter à
Dans l’activité nº1, on aborde le lexique des sentiments liés tout prix…
à l’amour à travers des chansons populaires devenues des • Ensuite, les apprenants présentent mutuellement leur itiné-
classiques. raire personnel, imaginaire ou idéal, ou s’ils le souhaitent,
• Faire lire les extraits, demander aux apprenants s’ils en ils peuvent retracer l’itinéraire d’un personnage célèbre ou
connaissent certains et les laisser s’exprimer librement. légendaire.
- Le premier extrait Non, je ne regrette rien est une chan- • Demander à des volontaires de présenter leur parcours au
son emblématique qu’interprétait Édith Piaf. groupe-classe. Pour cela, chercher des verbes appropriés et
- Plaisirs d’amour, le deuxième extrait, est une chanson très veiller à ce que les temps des verbes soient corrects.
ancienne qui fait partie du répertoire populaire. L’activité nº3 présente le lexique des qualités et des
- Le troisième extrait, Les feuilles mortes, a été écrit par le défauts.
poète Jacques Prévert et interprété par la plupart des • Faire parler des défauts présentés en soulignant leurs aspects
grands noms de la chanson française (Gréco, Montand, positifs et négatifs et faire dire si on est d’accord avec les pro-
Mouloudji…) positions de l’activité. Lesquelles semblent intéressantes, sur-
• Ces chansons peuvent être écoutées et chantées à diffé- prenantes… ? Que pourrait-on y ajouter, éventuellement ?
rents moments. Où est la frontière entre les défauts et les qualités ?
• Faire deviner le sens de chagrin (peine, affliction, tristesse), • Faire réaliser l’activité nº4, par groupes de deux. Elle per-
à partir du contexte ; il prend ici un sens spécifique dans met de reconnaître un sentiment ou une émotion à partir
l’expression chagrin d’amour. d’un comportement.

70 //// UNITÉ 3
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 71

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 62-63


SITUATIONS U3 L5

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 64-65 LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 67


GRAMMAIRE PRONONCIATION
Les voyelles nasales (1)
Les pronoms possessifs
• Faire réaliser les activités nº1, nº2 et nº3, p. 67.
Commenter l’importance de la discrimination de ces sons ;
• Faire récapituler les différentes façons d’exprimer la
dans certains cas, le manque de discrimination entraîne
possession en français.
des erreurs de sens ou des confusions.
a) Avec les adjectifs possessifs.
• Faire inventer des phrases avec les différents sons :
Ils ont été vus au niveau 1 mais on peut rappeler leurs
Exemples : Tu as raison de manger du raisin. / Elle passe
difficultés, propres au français :
sur le pont le pain sous le bras.
- L’adjectif est différent selon le nombre de posses-
seurs (son / leur…).
- Au pluriel, il n’y a pas de distinction entre masculin et Transcription
féminin. 1. a. 1) marrant - marrant 2) lent - long 3) blond - blanc
- Devant un mot féminin commençant par une voyelle 4) marchand - marchons 5) ton - temps 6) gronde -
ou un h muet, ma, ta, sa deviennent mon, ton, son. gronde 7) tremper - tromper 8) content - comptons
b) Avec les prépositions à et de. b. 1) marin - marron 2) lin - lin 3) bain - bon 4) rai-
c) Avec le lexique. sin - raison 5) pont - peint 6) frein - front 7) vin -
• Faire observer l’encadré en haut à droite (p. 64) et vin 8) mon - main
demander aux apprenants de dire ce que remplacent 2. a. 1) afghan 2) catalan 3) musulmane 4) occitan
les pronoms possessifs dans les exemples. (Les appre- 5) persane 6) roman
nants peuvent relire les phrases de la Situation, si b. 1) breton 2) gasconne 3) bourguignonne 4) nip-
nécessaire.) pon 5) wallonne 6) anglo-saxon
les tiens : tes parents ; la sienne : sa vie ; les leurs : 3. 1) ton - tonnerre 2) cordon - cordonnier 3) bon -
leurs enfants. Ils remplacent des noms précédés bonheur 4) don - donner 5) pardon - pardonner
d’adjectifs possessifs. 6) abandon - abandonner 7) son - sonner 8) font -
• Expliquer la formation de ces pronoms. phonétique
- Ils se composent d’un article défini et d’un pronom
possessif qui s’accordent en genre et en nombre.
- Quand il y a plusieurs possesseurs, il n’y a pas de dif- Solutions
férences entre le masculin et le féminin. 1. a. = : 1 et 6 ≠ : 2, 3, 4, 5, 7, 8
- Insister sur l’importance de déterminer le nombre de b. = : 2 et 7 ≠ : 1, 3, 4, 5, 6, 8
possesseurs (les siens / les leurs). 2. a. masculin : 1, 2, 4, 6 féminin : 3, 5
• Passer à l’observation du tableau et faire comparer la b. masculin : 1, 4, 6 féminin : 2, 3, 5
formation et les accords de ces pronoms avec ceux de
la langue maternelle.
Faire remarquer, par exemple, que le vôtre s’applique
tantôt à une personne qu’on vouvoie, tantôt à plusieurs
personnes qu’on tutoie.
• Faire réaliser les activités nº1 et nº2, p. 64.
• Expliciter la blague, si nécessaire, puis demander éven-
tuellement à des apprenants de la raconter à nouveau
sans support écrit.

Solutions
1. 1) Sa fille Nathalie a le même âge que la nôtre.
2) Tes problèmes ne sont pas plus importants que les
miens.
3) Notre appartement est beaucoup plus petit que le
leur.
4) Le mari de Laura est plus jaloux que le tien ?
5) Mes enfants partent en colonie de vacances, et les
vôtres, ils ne partent pas ?
6) Ma femme travaille beaucoup, et la vôtre ?
2. 1) les miens 2) la mienne 3) le leur 4) les tiennes
5) du mien 6) la nôtre

UNITÉ 3 //// 71
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 72

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 68

U3 L5 CIVILISATION

Le mariage et les traditions


Interpréter des statistiques, faire des comparaisons et donner son opinion.
Lecture de brefs textes informatifs sur les coutumes propres au mariage dans différents pays francophones.
Questions de compréhension exhaustive (implicites).

COMMENTAIRES - La propension des individus à se marier avec une per-


sonne issue d’un milieu social identique ou proche
• Présenter l’évolution des mariages en France. reste très élevée. Par exemple, la moitié des filles de
- Le mariage en France, qui avait connu un fort déclin cadres épousent des cadres et plus de la moitié de
dans les années 70-80, est à nouveau en hausse celles d’ouvriers restent avec des ouvriers.
depuis les années 1990. On compte, en 2001, - L’endogamie, qui consiste à épouser une personne
305 500 mariages (625 000 en 1920) et les rema- proche de son lieu de résidence, reste répandue mais
riages représentent à peu près 15 % du nombre total diminue.
des mariages par an. - Enfin, les lieux de rencontre des époux ont également
- On peut dire que le regain d’intérêt pour le mariage a changé. Si avant les bals ou le voisinage favorisaient les
des causes sociales, administratives et économiques. rencontres, aujourd’hui il semble que ce sont les moyens
Les mesures administratives et fiscales, en vigueur de communication (Internet) et les lieux publics (disco-
depuis 1996, ont rendu le mariage plus attrayant sur un thèques, cafés…) qui font office d’agences matrimoniales.
plan financier et successoral que l’union libre.
L’engouement pour le mariage dans les années 1998-
2000 traduisait également le sentiment d’une amélio-
ration économique et sociale. Ce phénomène s’est Activité 1
aussi accru avec le changement de siècle et de millé-
naire, propice à une réflexion sur l’avenir. Enfin, il est la • Faire commenter au groupe-classe le titre de cette page :
conséquence d’une volonté plus grande d’engagement Le mariage est-il en perte de vitesse ? Quelles en sont les
des couples. Pour beaucoup, le mariage permet de raisons ? Est-ce seulement une institution ou représente-
construire une famille sur des bases plus solides. t-il autre chose ? Etc.
Malgré l’augmentation significative de l’union libre, le • Faire une étude des statistiques présentées dans les deux
mariage reste de loin le mode de vie préféré en couple tableaux.
le plus fréquent : 85 % des adultes vivant en couple - Les mariages du siècle
sont mariés et 58 % des Français de 18 à 35 ans ont Depuis 1920, les mariages ont diminué de moitié. On
l’intention de se marier. observe, après la chute vertigineuse due à la Deuxième
- Ce qui a radicalement changé, c’est que le mariage Guerre mondiale (1939-1945), une hausse considérable
n’est plus considéré comme le moyen de débuter une dès la fin des hostilités (1945-50). Cette hausse est éga-
vie en couple. La vie de couple commence générale- lement à l’origine du baby-boom. Ensuite, on assiste à
ment par l’union libre, puis se transforme parfois en nouveau à une baisse qui s’est stabilisée dans les années
mariage. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles 1960. Un bref regain dans les années 1970 est sans doute
l’âge du mariage a considérablement reculé (28 ans lié à l’idéalisme professé lors des manifestations de 1968
pour les femmes, 30 ans pour les hommes). prônant l’amour et la paix et à une certaine confiance dans
Un mariage sur trois concerne des couples ayant des l’avenir. Le mariage a finalement chuté de 30 % entre les
enfants lorsqu’ils se marient. Environ 150 000 enfants années 1975 et la fin des années 1980. On assiste à une
ont ainsi assisté au mariage de leurs parents en 2001. légère hausse au milieu des années 1990, due à certaines
- Le mariage légal est le mariage civil ; il peut être suivi lois sociales (voir plus bas).
du mariage religieux qui, lui, est en perte de vitesse - L’union de plus en plus libre
(50 %). On observe une hausse continue de l’union libre, qui a
- En 2001, 30 000 mariages mixtes (avec au moins un d’ailleurs tendance à augmenter depuis les années 1980.
étranger) ont été célébrés. Entre 1996 et 2001, la pro- Les lois sur la contraception (1967), sur le divorce d’un
portion a progressé plus vite que celle des couples fran- commun accord (1975) et sur l’interruption volontaire de
çais. La proportion d’étrangers dans les mariages est grossesse (IVG) en 1975 ont contribué à bouleverser
donc supérieure à leur part dans la population, estimée l’image de la famille traditionnelle et à déplacer le rôle du
à 6 %. mariage.

72 //// UNITÉ 3
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 73

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 68
CIVILISATION U3 L5

Activité 2
Solutions
1) En Nouvelle-Calédonie, on se marie en dehors de la
• Faire lire les textes, demander les premières impressions et saison de culture de l’igname ; au Québec, on sus-
les implicites qui s’en dégagent. pend un chapelet sur une corde à linge pour avoir
• Faire situer les pays cités sur une mappemonde ou sur une une belle journée ; aux Comores, la femme reçoit des
carte et profiter de l’occasion pour expliciter leur situation. parcelles de terre vivrières le jour de son premier
Exemples : mariage.
- La Nouvelle-Calédonie, territoire français, est située à 2) Il reflète la liberté sexuelle et l’importance des
l’est de l’Australie et au nord de la Nouvelle-Zélande. anciens.
- La Polynésie Française se trouve au milieu de l’océan 3) Réponse libre.
Pacifique, entre l’Australie et l’Amérique du sud. 4) La plupart semblent très éloignées, mais dans
- Les Comores sont des îles situées entre le nord-ouest de notre société il existe encore des mariages arran-
Madagascar et le littoral africain. gés.
• Faire répondre aux questions. 5) Réponse libre.
• Expliquer le vocabulaire, si nécessaire.

UNITÉ 3 //// 73
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 74

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 69-71

U3 L5 COMPÉTENCES

Écouter - Faire deviner le lexique d’après le contexte.


Bouillir : action de porter l’eau à ébullition ; bouillir le
linge, c’est le laver à très haute température parce qu’il est
Compréhension orale globale d’une chanson sur très sale ou pour tuer les microbes.
l’amour. Tabasser : terme argotique qui signifie battre.
Sensations et sentiments à l’écoute de cette chanson. Ravoir : formé de re + avoir. Ce préfixe veut dire avoir à
Filtrage des mots et techniques d’accès au sens par la nouveau (on peut combiner la plupart des verbes avec ce
compréhension globale, implicites. préfixe : recommencer, refaire, redire, etc.).
• Faire répondre aux questions de l’activité nº3.
• Faire chanter la chanson à plusieurs reprises, d’abord en
suivant le chanteur, puis seuls.
Activités 1, 2 et 3
• Alain Souchon
• Faire écouter la chanson et après cette première écoute, Français, né en 1944 à Casablanca, Souchon s’installe en
demander aux apprenants les sentiments et les sensations France à l’âge de 6 mois.
qu’ils ont perçus, puis les faire justifier (mots, ton, Dès l’adolescence, il s’intéresse beaucoup à la musique
musique…). et très peu aux études. Ses idoles font partie des grands
• Après la deuxième écoute, demander de noter les mots ou de la chanson française (Brel, Barbara, Brassens…)
expressions relevant des sentiments. Faire remarquer l’utili- Il se lance dans la chanson en 1974, comme auteur com-
sation des couleurs et parler de leur symbolisme. positeur. Depuis, il ne cesse d’accumuler les albums et
• Par groupes de 2, faire comparer les réponses et tenter de les succès. Ses différents albums sont : J’ai dix ans
reconstruire le texte en répondant au QCM. (1974), Bidon (1976), Jamais content (1977), Toto, Rien
• Passer ensuite à la lecture de la transcription et s’auto- que du malheur (1978), Rame (1980), On avance
corriger. (1983), C’est comme vous voulez (1985), Ultra moder-
• Commenter la chanson avec le groupe-classe. ne solitude (1988), Nickel (1990), C’est déjà ça (1993),
- Que pensent les apprenants de la comparaison de Défoule sentimentale (1995), Au ras des pâquerettes
l’amour avec du linge ? Connaissent-ils l’expression laver (1999).
son linge sale en famille ? Y a-t-il un équivalent dans leur Entre-temps, il tourne dans quelques films (Je vous aime,
langue maternelle ? À quoi correspondent les couleurs Tout feu tout flamme, L’été meurtrier, Le vol du sphinx,
évoquées ? L’homme aux yeux d’argent, Comédie et La fête des
- Comment peut-on interpréter, dans la dernière strophe, pères), compose pour d’autres artistes et fait des tour-
les mains noires (l’amour meurt inéluctablement). nées, dont certaines à but humanitaire.
Pourquoi fait-on allusion à Matisse ? (Matisse, 1869- Tout au long de sa carrière, il s’est entouré d’artistes tels
1954, est le peintre de la couleur pure, du fauvisme.) que Laurent Voulzy ou Michel Jonasz… qui ont eu une
- Faire parler sur le symbolisme de ces couleurs en procé- grande influence sur son travail.
dant par associations d’idées : Début 94, la chanson, L’amour à la machine, est un nou-
la blancheur : la pureté de l’amour, le début, la page veau succès. Il est d’ailleurs récompensé par deux
blanche, les illusions, l’innocence… Victoires de la Musique, celles de la Meilleure Chanson
le rose : le romantisme, la facilité du début (la vie en de l’année et du Meilleur Artiste masculin.
rose), la fleur, le symbole d’amour… Pour plus d’informations, consulter le site Internet de l’ar-
le bleu : l’idéal, toujours associé à l’azur, la couleur du tiste, créé par son fils : www.alainsouchon.net.
ciel, le paradis, la tranquillité…
le rouge : la passion, l’exaltation, l’amour fou, le sang Solutions
associé à la blessure, le danger de toute passion… 1a 2b 3b
le noir : la mort, le deuil, la fin, la tristesse, la déception,
le pessimisme (voir tout en noir / broyer du noir)…

74 //// UNITÉ 3
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 75

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 69-71


COMPÉTENCES U3 L5

expressions pour...
Pour l’activité nº1, faire des groupes de 2, puis demander à
Réactivation des connaissances, mise en 2 ou 3 apprenants de raconter les relations de leur ami(e)
commun. telles qu’il / elle les lui a commentées.
Récapitulation des actes de parole mobilisés Dans l’activité suivante, on fera représenter la conversation
dans les activités d‘expression suivantes. téléphonique par quelques volontaires devant le groupe-
classe.
• Dans cette leçon, il y a beaucoup d’actes de parole variés,
exprimant toutes sortes de sentiments ou sensations ; il
sera bon d’observer comment les apprenants s’y prennent
Activité 3
pour les rechercher dans leur livre.
• Former des groupes et faire réaliser cette activité d’abord
• Former des groupes de 5 ou 6 personnes où chaque
oralement, en partant des expressions déjà mémorisées,
apprenant, à tour de rôle, récitera son monologue. Pendant
puis vérifier dans le livre s’il y en a d’autres. On pourra ajou-
ce temps-là, les autres, selon le critère du professeur, aide-
ter des expressions déjà connues qui ne figurent pas dans
ront à enrichir ou à corriger l’expression.
cette leçon.
• Le professeur passera dans les groupes pour veiller à ce
Faire des reproches : Tu ne peux pas faire attention… / que les apprenants réutilisent les nouveaux savoirs.
C’est la dernière fois que… / Tu te prends pour qui ! / T’es
pas ma mère ! Etc.

Lire
Exprimer l’indifférence : Je n’ai ni père, ni mère. / Je l’ignore. /
Je m’en fiche. / Ça m’est complètement égal. / J’en ai rien à
faire…
Exprimer sa colère : Je le hais. / Tu te prends pour qui ? /
Tu ne peux pas faire attention… / J’ai la haine. / Pas ques- Lecture de courrier de lecteurs, adressé à un maga-
tion que… / Je lui en veux. / Il ne faut pas qu’il me zine.
cherche… Compréhension globale à partir du choix d’un titre
Exprimer la rancune : C’est vraiment pas chic de leur part. / proposé.
J’en ai marre. / Personne n’a compris pourquoi… Intentions de la lettre, sentiments.
Exprimer la difficulté : C’est un arrachement de te quitter. /
Ça doit être terrible. / J’ai du mal à accepter qu’elle refasse
sa vie. / Je ne supporte pas l’idée que… / On a eu peur Activité 1
que…
Exprimer la joie / la tristesse : Que j’étais bien ! / Il y avait
• Faire lire les textes et demander d’associer un titre à
bien longtemps que je n’avais connu un pareil bonheur. /
chaque texte.
Tu m’apportes la joie de vivre… / Tu connais la nouvelle ? /
• Les apprenants comparent ensuite leurs réponses à celles
Elle était sur un petit nuage / Quelle déception ! / Je ne
de leur voisin(e) et les justifient d’après le lexique, les indices
supporte pas. / Ça m’a fait mal. / Ils faisaient une tête…
grammaticaux (genre, nombre, temps des verbes)…
Exprimer le regret : Je regrette. / Je ne l’ai pas fait exprès. /
• Procéder à une mise en commun avec le groupe-classe et
Je suis désolé ! / Je ne savais pas. / Je ne recommencerai
commenter éventuellement les articles.
pas…
• Préciser que l’expression travailler à son compte est plus
Plaindre quelqu’un : Je connais ça, je te plains. / Ça doit
courante que travailler pour son compte, employée par la
être terrible ! / M’en parle pas !
personne qui écrit (cf. premier texte).
Interdire quelque chose : Je ne veux plus que… / Pas
question que…
Solutions
Texte 1 : a Texte 2 : d Texte 3 : f Texte 4 : g Texte 5 : c

Parler
Exprimer des sentiments et des sensations. Activité 2

• Les apprenants devront trouver les sentiments qu’exprime


chaque lettre en se justifiant avec des exemples des textes.
Activités 1 et 2 • À l’issue de cette activité, on pourra proposer de faire un
résumé très court de chaque lettre. Cet exercice constitue-
On pourra répartir les deux premiers dialogues entre toute la ra en quelque sorte un entraînement à la production de
classe. phrases longues.

UNITÉ 3 //// 75
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 76

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 69-71

U3 L5 COMPÉTENCES

1) Un couple, dont le mari est au chômage, ne peut pas Pour cela, ils chercheront dans leur livre les expressions qui
faire face aux frais du mariage de leur fils, qu’ils leur manquent, utiliseront aussi un dictionnaire et poseront
n’avaient pas prévus. La femme déprime face à l’intran- des questions au professeur.
sigeance de son fils et de sa belle-fille qui ne tiennent • Ensuite, ils confronteront leurs réponses avec le modèle de
pas compte de leurs difficultés financières. réponse présenté à l’activité suivante qu’ils pourront analyser.
2) Une femme parle de son fils qui est au chômage, marié • À l’issue de cette préparation, chaque groupe exposera ses
et père de famille. Elle est inquiète parce qu’il ne fait solutions et le groupe-classe pourra intervenir à la fin pour
rien pour s’en sortir. compléter ou discuter les solutions, s’il y a lieu.
3) Une jeune voudrait aider son amie à communiquer
avec le garçon qu’elle aime, par amitié et solidarité. Solution
4) Un homme se plaint parce que les branches de l’arbre Cette réponse est à mettre en rapport avec la lettre sur
de son voisin tombent chez lui. Il en a marre d’attendre la phobie des chiens.
que son voisin se décide à les couper et se demande
s’il doit faire justice lui-même.
5) Une dame a une phobie des chiens depuis l’enfance et
voudrait y remédier car elle souffre et se sent com-
plexée.
Écrire
Solutions
Texte 1 : tristesse, incompréhension (Je déprime…) Rédiger une lettre : exposer un problème, proposer
Texte 2 : inquiétude (J’ai peur…) une solution.
Texte 3 : amitié, solidarité (Je voudrais savoir comment
je pourrais l’aider.)
Texte 4 : mécontentement, impatience (Faut-il que je Activités 1 et 2
fasse justice moi-même…)
Texte 5 : panique, impuissance (Je souffre…) • Tout d’abord, les apprenants devront choisir un thème (li-
tige, amitié, amour, argent…) puis ils rédigeront leur lettre
chez eux.
• Le professeur corrigera les productions avant l’affichage
des lettres.
Activités 3 et 4 • Afin que tout le monde puisse avoir une réponse, on pour-
ra organiser un tirage au sort pour déterminer à quelle
• Former des groupes de 5 ou 6 personnes et distribuer une lettre chaque apprenant devra répondre.
lettre à chacun d’entre eux, afin qu’ils proposent une solu- • Analyser ensuite l’ensemble des réponses et réfléchissez
tion au problème exposé. au lexique employé (Est-il correct, adéquat, varié… ?).

76 //// UNITÉ 3
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 77

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 72-73


SITUATIONS U3 L6

Situation 1 > Radio sport


Expression orale à partir des photos : introduction du lexique lié au sport.
Compréhension orale : extraits d’émissions de radio à caractère sportif, plus ou moins longues (détection du
canal de communication, identification de la typologie du message, du sujet et des personnes concernées).
Lexique du monde des médias.
Emploi des différents temps déjà étudiés : indicatif et subjonctif.

Activité 1
- C’est vrai, oui, c’est vrai que j’ai peut-être une constitu-
tion un peu exceptionnelle, c’est vrai que j’ai jamais été
• Faire observer les illustrations et poser les questions sui-
blessé, bon, j’ai jamais eu de problème de genoux, à
vantes : Quel en est le thème commun ? Quelles sont les
part les ménisques, mais bon, j’ai jamais eu de grosses
disciplines présentées (fournir le lexique s’il y a lieu) ?
blessures ; donc c’est vrai, j’aurais été cassé, c’est sûr…
Dans quelles disciplines les apprenants se projettent-ils le
on aurait toujours tendance à vouloir s’arrêter plus tôt,
plus, ou avec laquelle ont-ils un lien ?
bon, mais j’ai eu la chance… eh ben, je touche du bois,
• Profiter de l’occasion pour introduire tout le vocabulaire
j’ai eu la chance de jamais me blesser dans ma carrière.
que l’on trouvera dans les émissions de radio que les
- Une question bateau, mais c’est quoi le plus beau sou-
apprenants vont écouter : coureur, maillot, match, etc.
venir de votre carrière, même si elle a été longue ? Plus
• Procéder à une écoute suivie des trois extraits enregistrés,
de vingt ans, c’est quelque chose !
puis faire répondre à la première série de questions de
- Le plus beau souvenir, c’est la demi-finale en Afrique
compréhension globale.
du Sud, la coupe du monde 95, même si on la perd
mais bon c’est vrai que c’était une belle aventure…
Transcription - Claude Padirac, vous êtes en direct avec nous, alors dites-
Extrait nº1 nous un peu le programme de samedi parce que ça va
- Vous avez intérêt à assurer, hein, parce qu’on est derrière, être un jubilé, je crois qu’il y a quatre matchs au total ?
hein ! ? - Ouais, ouais, il y a quatre matchs.
- C’est vrai que… Comment ? - Alors Claude, un beau jubilé, on vous le souhaite à la
- Oui, vous devez assurer parce qu’on est derrière vous, hauteur de votre immense carrière, on espère qu’à la
hein ? manière un peu anglo-saxonne, notamment le public
- Exact, je sais qu’il va y avoir beaucoup de personnes Berjallien-Ysérois viendra vous exprimer sa gratitude. Et
derrière moi qui vont regarder mes résultats, qui vont puis des remerciements aussi pour tout ce que vous
m’attendre, mais je préfère ça parce que, quand j’ai avez apporté au rugby. Alors, bon jubilé, Claude, et sur-
couru pour le Tour l’année dernière, j’étais presque tout, merci d’avoir été avec nous. Dans un instant on va
anonyme quoi… y avait que mes parents, ma copine parler de voile.
qui savaient, que j’étais là. Et cette année y aura beau- Extrait nº3
coup de monde, mais je suis, je vais être très fier de - Loïc Ploumer, vous avez pas peur qu’il s’attaque un peu
porter le maillot bleu, blanc, rouge et je vais… pendant à votre trophée Jules Verne, un de ces quatre ?
trois semaines j’aimerais y aller, quoi ! - Ben, au contraire, j’espère bien qu’il va s’y mettre. Il
- Eh bien, ça, ça nous fait plaisir d’entendre un jeune devait y aller cette année avec nous, il n’y a pas été,
cycliste avec autant de modestie, autant d’envie, qui va donc l’hiver prochain, je pense qu’il fera partie de la
s’élancer sur le Tour de France avec le maillot tricolore. bande qu’il va s’attaquer à notre score, avec Olivier, avec
Sachez que beaucoup, beaucoup, beaucoup de Français les Anglais. Il risque d’y avoir trois ou quatre géants sur
sont derrière vous, Matthieu. Merci beaucoup ! le Jules Verne, l’année prochaine et un an après, c’est
- Ben, de rien. vrai. Et ça, c’est de très très bon augure pour la suite !
- Merci d’avoir été avec nous. Bonsoir !
Extrait nº2
- Vous avez joué très tard, si je ne dis pas de bêtise, jus-
qu’à 39 ans, non ? Solutions
- Ouais, jusqu’à 40 ans. 1) Ce sont des interviews.
- Oh là là ! Bon, oui, c’est assez exceptionnel, quand 2) On les entend à la radio.
même, de tenir aussi longtemps dans ce sport, parce que 3) Le thème commun est le sport.
c’est quand même un sport rude hein, j’invente rien ? 4) Il y a un cycliste, un joueur de rugby et un navigateur.

UNITÉ 3 //// 77
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 78

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 72-73

U3 L6 SITUATIONS

Activité 2 Activités 4 et 5

• Faire écouter les documents un par un et inciter les appre- • Faire lire les transcriptions à la page 163 du Livre de l’élève
nants à prendre des notes, s’ils le désirent. puis faire remarquer ce que l’écrit permet de mieux com-
• Faire répondre aux questions. prendre dans certains cas et grâce à quoi (ponctuation,
transparence de certains mots à l’écrit, on échappe à la
Solutions vitesse du débit, aux bruits, on peut s’arrêter, relire…).
Extrait 1 : c • Commenter ensemble les difficultés de compréhension
Extrait 2 : 1c 2b orale : débit, phrases hachées, non terminées, mots
Extrait 3 : b « béquilles », élisions, pauses, mots familiers…
• Faire lire et écouter simultanément l’enregistrement.
Pour entraîner à une meilleure assimilation de l’oral authen-
tique, on pourra éventuellement faire faire un play-back de
quelques phrases, lors d’une deuxième écoute et de la lec-
Activité 3 ture simultanée, en faisant suivre le débit et le rythme du
locuteur. Ensuite, faire lire des extraits aux apprenants soit
• Faire mettre les réponses en commun avec le voisin. en imitant le rythme et le débit de l’enregistrement, soit en
• Le professeur considérera s’il doit refaire écouter les extraits lisant de façon lente au départ puis en accélérant le rythme
une troisième fois avant de passer au résumé, ou tout sim- au cours de diverses lectures.
plement effectuer cette troisième écoute pour vérifier les
doutes.
• Faire réfléchir sur la technique du résumé : Quels sont les
éléments importants ?
On y retrouve les éléments qui servent à la compréhension
globale. Le résumé est en fait une synthèse articulée des
réponses aux questions.

78 //// UNITÉ 3
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 79

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 72-73


SITUATIONS U3 L6

Situation 2 > Une enquête au salon du livre


Entraînement à la compréhension d’une situation : projection personnelle dans le même genre
de situation.
Lexique du monde de la culture et des médias.
Expression de l’opinion.

Activité 1
Solutions
Réactions de la plus favorable à la moins favorable : la
Le professeur jugera lui-même la manière dont il travaillera
jeune fille, l’adolescent, le premier homme, le deuxième
la longueur du dialogue, selon ses propres critères et le pro-
homme et la dame.
fil des apprenants.
• Procéder à une écoute suivie du dialogue en entier afin de
déterminer le cadre de la situation, le type de dialogue, le
profil des interlocuteurs ainsi que le thème (qui, où, quoi,
pourquoi).
• Faire dire ce que les apprenants ont compris et, en cas de
Activités 3 et 4
grandes difficultés, rappeler les techniques d’écoute et
d’accès au sens revues dans les leçons précédentes. • Avant de faire l‘activité 3, on pourra faire lire la transcrip-
• Passer à une deuxième écoute, éventuellement fragmen- tion en guise de vérification et faire relever les expressions
tée. Cependant, on pourra aussi choisir de travailler sur d’opinion : Je (ne) pense (pas) que… / Je doute… / Il se
l’ensemble du dialogue pour inciter les apprenants à se peut que… / c’est possible…
projeter dans ce genre de situation et à procéder par hypo- • Demander aux apprenants de donner leur opinion sur le
thèses de sens, ou alors on pourra aussi choisir d’appro- livrel en utilisant les formules ci-dessus et les aider à alter-
fondir la compréhension d’une seule partie du dialogue. ner les temps verbaux (subjonctif / indicatif).
On peut par exemple faire faire cette activité de la façon
suivante : un journaliste passe dans la classe pour poser
Solutions différentes questions sur ce sujet et les personnes interro-
1) Il fait son enquête sur le livre électronique. gées donnent leur opinion.
2) Il trouve ça intéressant, mais il pense que ce n’est pas • Le professeur notera les arguments au tableau car ils peu-
encore au point et que les livres ne vont pas disparaître. vent servir dans l’activité suivante.
3) Elle n’aime pas lire sur l’écran, elle trouve que c’est • Former des groupes de 3 ou 4 personnes et faire trouver
mauvais pour la vue. d’autres avantages et inconvénients du livrel (3 ou 4 argu-
4) Elle aime aller à la bibliothèque car elle peut choisir, ments par groupe).
feuilleter les livres et voir les nouveautés. Les apprenants s’auto-corrigeront, tant du point de vue de
5) La dame n’a pas l’intention de changer ses habitudes, la prononciation que de la syntaxe.
mais l’homme semble plus disposé. • Analyser avec le groupe-classe les difficultés de compré-
6) Elle est enthousiaste, elle trouve ça fabuleux. hension et de reformulation (subjonctif / indicatif, néga-
7) Parce qu‘il trouve que, même si c’est une grande tions…).
invention, elle a ses limites. La jeune fille lui demande
de s‘expliquer.
8) Non, il préfère lire les BD sur papier.

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 74-75


GRAMMAIRE

Activité 2 L’alternance indicatif / subjonctif dans


les complétives
• Faire réécouter le dialogue et inciter les apprenants à noter
les mots clés ou expressions qui leur permettront de justi- • Faire récapituler ce que les apprenants savent déjà sur
fier ensuite leurs réponses. le subjonctif et aborder les nouvelles notions de cette
• Faire analyser les réactions de chaque visiteur et caractéri- situation : l’opinion, le doute, la possibilité et l’éventua-
ser leur ton. lité.

UNITÉ 3 //// 79
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 80

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 72-73

U3 L6 SITUATIONS

- Quelles expressions connaissent-ils pour exprimer ces La négation


notions ? Je pense que… / Je ne pense pas que… /
Je crois… / Je ne crois pas que… / Je doute… / Il est • Demander aux apprenants de récapituler tout ce qu’ils
possible que… / Il se peut que… / Il est impossible savent sur la négation.
que… - Ils connaissent ne … pas / ne … jamais / ne … plus /
- Dans quel cas utilise-t-on l’indicatif ? Avec les ne … personne / personne … ne / ne … rien / rien …
verbes d’opinion à la forme affirmative. À la forme ne.
négative, ils expriment le doute et se mettent au sub- - Le premier terme de la négation ne / n’ disparaît par-
jonctif. fois à l’oral, mais jamais le deuxième.
• Observer les constructions impersonnelles qui impli- - En ce qui concerne la place de la négation, dans un
quent le subjonctif : Il est possible que… / Il est impos- temps simple, le premier terme suit le sujet et le
sible… / Il se peut que… (Elles expriment l’incertitude). deuxième suit le verbe. Par contre, dans un temps
D’autres expressions impersonnelles acceptent tantôt composé, la place du deuxième terme est entre l’auxi-
l’indicatif, tantôt le subjonctif, selon le degré de certitu- liaire et le participe passé, sauf pour personne. (Il n’est
de : Il est évident que… + indicatif / Il n’est pas évident pas venu. / Je n’ai vu personne.)
que… + subjontif. Rien et personne peuvent être sujets ; dans ce cas, ils
• Faire lire l’encadré de la page 74 et éclaircir les doutes. sont placés avant le verbe. (Rien ne va plus. /
• Passer aux activités nº1, nº2, nº3 et nº4, p. 74 et 75. Personne ne m’aime.)
• Comme activité complémentaire et ludique, le profes- • Étudier les points nouveaux.
seur pourra affirmer des faits que les apprenants - Quelles négations les apprenants viennent-ils de
devront démentir ou discuter. découvrir à travers les situations de cette leçon ?
Exemples : Je vais au cinéma tous les jeudis. Je ni … ni / ne … nulle part / ne … aucun, aucune.
doute que vous alliez au cinéma tous les jeudis. (Aucun s’accorde avec le nom qu’il précède, il fonc-
tionne comme un adjectif.)
Solutions - Pour répondre négativement à une question affirma-
1. 1) Je ne trouve pas qu’il soit bien pour son âge. tive, on utilise non. Par contre, pour répondre affirmati-
2) Pour éviter les problèmes, il ne faut pas que tu lui vement à une question négative, on emploie si.
dises la vérité. - Devant un nom ou un pronom, on utilise pas. (Pas
3) Ils ne pensent pas que les jeunes aient la vie facile. moi !)
4) Je n’imagine pas qu’il veuille plaisanter. - Pour renforcer la négation, on utilise les expressions
5) Nous ne sommes pas sûrs que vous le fassiez très suivantes : pas du tout / pas question / hors de ques-
bien sans notre aide. tion / absolument pas.
6) Elle ne croit pas qu’il puisse arriver à l’heure. - Expliciter la différence entre moi aussi et moi non plus
et revoir les pronoms, si nécessaire.
• Faire faire l’activité nº5, p. 75.
Propositions
2. 1) Il se peut que la majorité civile soit fixée à 16 ans. Solutions
2) Je doute qu’il n’y ait plus de publicité à la télé. 1) Il n’a ni argent ni amis, il est tout seul.
3) Les gens partiront peut-être en vacances sur la 2) Il n’aime ni la plage, ni la campagne, en été il reste
lune. chez lui.
4) Il est impossible que tous les vaccins soient gra- 3) Je ne connais ni Verlaine ni Rimbaud. Moi, la poésie…
tuits. 4) Elle ne prend ni café ni thé. Elle ne boit que des
5) Je suis persuadé que les femmes au foyer touche- tisanes.
ront un salaire pour leur travail. 5) Nous sommes végétariens, nous ne mangeons ni
3. 1) Il faut que tu m’aides à rédiger ce rapport. viande ni poisson.
2) Je ne crois pas qu’elle veuille venir avec nous.
3) Je suis sûr que vous reviendrez bientôt.
4) Elle déteste qu’on parle en même temps qu’elle.
5) On voudrait que vous partiez maintenant.
4. 1) Quand elle était petite, ma fille avait peur que je LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 76-77
parte sans elle. LEXIQUE
2) Tu es fatigué, il vaut mieux que tu ailles te coucher.
3) Le studio est petit, je ne crois pas qu’on le vende Petit dictionnaire de la culture
très cher. • Faire découvrir la page de Lexique individuellement.
4) Ton père a la grippe, tu n’es pas sûr que son • Former des groupes de 5 et 6 personnes qui exposeront
voyage ait lieu. leurs goûts et répondront aux questions personnelles de la
page 76.

80 //// UNITÉ 3
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 81

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 72-73


SITUATIONS U3 L6

• Commenter les réponses avec le groupe-classe. Lors de la correction de l’activité nº1, si on le juge oppor-
- Quelles sont les activités les plus courantes ? Et les moins tun, on pourra faire remarquer les différentes graphies pour
courantes ? Pourquoi ? un même son. Rappeler aussi que la consonne finale ne se
- Inciter les apprenants à utiliser ce qu’ils ont étudié dans prononce pas dans la plupart des cas.
les situations précédentes (alternance des temps ver-
baux, négation, expression de l’opinion…). Transcription
- Poser des questions plus précises afin de réemployer le 1. 1) étang - éteint 2) enfant - enfin 3) matin - matin
maximum de vocabulaire présenté à cette page. 4) teinte - tante 5) plein - plein 6) marin - marrant
Quand les apprenants vont au cinéma ou au théâtre, 7) ceintre - ceintre 8) pense - pince
est-ce qu’ils lisent les critiques avant ? Quel est le dernier 2. a) 1) marocain 2) africain 3) norvégien 4) euro-
film qu’ils ont vu ? Le dernier livre qu’ils ont lu ? Etc. péenne 5) italien 6) roumain
• Passer à l’activité de la page 77. c) 1) cubains 2) brésiliens 3) algériens 4) indiens
Argumenter les choix d’émission à partir de la boîte à 5) américains 6) péruviens
expressions, et en donner d’autres, si besoin est. 3. 1) intéressant 2) examen 3) orphelin 4) seringue
Le lexique de la critique est également abordé à la page de 5) ainsi 6) invitation 7) bilingue 8) tunisien
Civilisation, à travers les festivals de cinéma et dans la sec-
tion Lire des compétences.

Solutions
LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 77 1. Identiques : 3, 5, 7 / Différents : 1, 2, 4, 6, 8
PRONONCIATION 2. a) Masculin : 1, 2, 3, 5 et 6 / Féminin : 4.
b) 1) cubains 2) brésiliens 3) algériens 4) indiens
Les voyelles nasales (2) 5) américains 6) péruviens
• Faire réaliser les activités nº1, nº2 et nº3, p. 77 et expli- 3. Début : 1, 5, 6 / Milieu : 4, 7 / Fin : 2, 3, 8
quer éventuellement le sens des mots.

UNITÉ 3 //// 81
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 82

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 78

U3 L6 CIVILISATION

Pleins feux sur les festivals de cinéma


Vie culturelle : les festivals de cinéma francophones.
Lecture de petits textes informatifs sur des événements culturels ponctuels.
Prise de parole : parler de festivals de cinéma dans le monde, d’un point de vue subjectif ou informatif,
partager un savoir, échanger des opinions.

• Demander aux apprenants ce qu’ils savent du festival de • Pour en savoir plus, consulter le site Internet :
Cannes, situer la ville sur une carte et faire dire à quelle www.fespaco.bf.
époque il a lieu… Leur demander également s’ils connais- Le cinéma français
sent d’autres festivals francophones ? • Il occupe la première place en Europe, avec 180 millions de
• Faire lire les textes et répondre aux questions par groupes spectateurs, 160 films produits par an et 4 000 salles. Les
de 2. films français représentent 41,5 % des entrées de cinéma.
• Compléter les festivals présentés avec des informations Le cinéma en France a une grande importance, de nom-
supplémentaires et retracer l’histoire du cinéma français. breuses revues s’y consacrent (Première / Studio / les
Le festival de Cannes Cahiers du cinéma…) et il est au cœur de nombreux
• En 1939, le gouvernement français décide la création du débats.
« Festival International du Film ». La ville de Cannes est • En 1895, les frères Lumière offrent la première séance de
désignée pour accueillir la manifestation étant donné son cinéma payant.
ensoleillement et son cadre. La guerre diffère sa première • Dans les années 1930-1940, on offre à la fois un cinéma
édition mais, malgré les difficultés de l’époque, le festival réaliste et poétique (Quai des brumes - 1938 / Les
de Cannes, première grande manifestation culturelle inter- enfants du paradis - 1945).
nationale de l’après-guerre, s’ouvre le 20 septembre 1946. • Au début des années 1960, naît la « nouvelle vague » qui va
• À l’exception de 1948 et de 1950 où il n’a pas lieu faute révolutionner les concepts esthétiques du cinéma avec Truffaut
de budget, le Festival s’est tenu tous les ans depuis sa créa- (Jules et Jim - 1961), Godard (À bout de souffle - 1960),
tion, d’abord en septembre, puis à partir de 1951, en mai. Chabrol (Le boucher - 1970), Lelouch (Un homme et une
• Au début, le Festival prend l’allure d’une manifestation tou- femme - 1966) et Resnais (Hiroshima mon amour - 1959).
ristique et mondaine : les fêtes se succèdent dans les • Après 1968, ce sont les problèmes sociaux et politiques qui
palaces de la Croisette et dans les villas de Cannes. dominent, sous la direction de Sautet, Pialat et Tavernier.
• Le Festival devient bientôt le rendez-vous des profession- • Pendant les années de crise économique, qui sont aussi
nels du cinéma qui trouvent là l‘occasion de se rencontrer, des années de doute, on en revient au cinéma d’inspira-
de monter des projets et de traiter leurs affaires avec des tion littéraire (Cyrano, La reine Margot…), au cinéma à
partenaires venus de pays de plus en plus nombreux. spectacle (Le grand bleu, La guerre du feu…) et à la
• À l’écoute du talent et des artistes, le Festival préfigure comédie (Trois hommes et un couffin).
autant qu’il reflète l’évolution et les tendances des cinéma- • Dans les années 1980 le cinéma chute de 30 % et il fau-
tographies, en s’attachant à privilégier ce qu’on a appelé, dra attendre 1993 pour apprécier une nette amélioration.
en une formule célèbre, le « cinéma d’auteur pour grand • En 2001, Le fabuleux destin d’Amélie Poulain a battu tous
public ». les records : 18 millions d’entrées, dont 50 % à l’étranger.
• Pour plus d’information, consulter la page Internet :
www.cannes.fr. Solutions
Fespaco et JCC 1) Réponses libres.
• Les débuts du cinéma africain ont lieu au moment de la 2) La Palme d’or est un symbole de victoire. Elle peut
décolonisation dans les années 1960. aussi évoquer le paysage de la Croisette, la prome-
• Le premier festival africain est celui de Carthage (JCC). nade de Cannes bordée de palmiers (palme signifie
• En 1972, en Haute-Volta (Burkina Faso actuel), le festival feuille de palmier).
FESPACO voit le jour en février ; il a lieu en alternance avec 3) Les Césars rendent hommage à deux hommes (à
celui de Carthage. On essaie d’y faire avancer la cause du l’acteur Raimu et au sculpteur César). Les Bayards
cinéma africain, avec toujours un thème comme fil conduc- d’Or et l’étalon de Yennenga font référence à des
teur. Il y a une volonté politique d’appuyer le cinéma afri- légendes du passé et les Tanit à la culture carthagi-
cain, c’est pourquoi le Burkina Faso possède 70 salles noise.
nationalisées. Le JCC et le FESPACO sont basés sur une 4) Ils représentent tous les deux un cheval.
même politique dans laquelle on lutte pour un cinéma 5) Réponse libre.
d’auteur.

82 //// UNITÉ 3
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 83

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 79-81


COMPÉTENCES U3 L6

Activité 1
expressions pour...
• Après la préparation à 2, on pourra demander à quelques
Réactivation des connaissances, mise en volontaires de représenter la conversation devant le groupe-
commun. classe.
Récapitulation des actes de parole mobilisés
dans les activités d‘expression suivantes.

Activité 2
• La plupart des expressions demandées servent à donner
son opinion ou à argumenter. Pour les utiliser, les appre- • Former des groupes de 4 ou 5 personnes qui élaboreront
nants doivent connaître les règles de l’alternance entre l’in- un questionnaire sur un sujet de leur choix.
dicatif et le subjonctif. • Les membres de chaque groupe se déplaceront ensuite
• Former des groupes de 5 ou 6 apprenants, qui feront dans la classe pour poser leurs questions et recueillir les
d’abord un exercice de mémoire pour retrouver les expres- réponses à ces questions.
sions demandées, puis vérifieront ensuite dans la leçon • Faire une synthèse à l’écrit des résultats de l’enquête et les
qu’ils n’ont rien oublié. lire à l’ensemble de la classe.

Demander / Donner son avis : Vous n’avez pas peur


que… / Je peux vous demander ce que vous en
pensez ? / Vous pouvez nous donner votre avis sur… /
Et pour vous ? / Dites-nous un peu… / À mon avis… /
Tout à fait d’accord ! / Je peux vous dire que personnelle-
Lire
ment… / En aucun cas ! / Je suis moins catégorique. / Lecture et compréhension écrite de textes critiques sur
Oui, c’est possible. / Je suis convaincu que… / C’est pas des produits culturels (livres, cinéma, musique).
pareil. / Je doute que… Lire et s’informer pour choisir : repérage des implicites
Donner une opinion positive / négative sur quelque (références culturelles…).
chose : C’est intéressant. / C’est vraiment fabuleux. / C’est Expression de l’opinion et des sentiments.
plat ! / C’est une grande invention. / Quel beau film ! / C’est
un navet ! / C’est magnifique, insignifiant, nul, ennuyeux,
original, drôle, banal…
Nuancer son opinion : C’est intéressant, mais… / Je suis
Activités 1, 2 et 3
moins catégorique. / Il se peut que… / Il est possible que… /
Il n’est pas impossible que… / C’est possible… • Faire lire les textes et demander aux apprenants de réaliser
Demander de justifier / Argumenter une opinion : Pour les activités nº2 et nº3.
quelle raison ? / C’est vrai que… / Comment ? / J’invente • Leur faire évoquer le thème de chacun d’entre eux et les
rien. / Vous ne pensez pas que… commenter ensemble.
Montrer partiellement son accord : Certes, mais… / Je - Texte 1 : Le thème du roman est la maladie d’Alzheimer.
suis moins catégorique. / C’est intéressant. / C’est possible. / Ça pourrait être un thème déprimant, mais la façon dont
Je sais, mais… / C’est pas mal… il est écrit est surprenante. L’auteur de la critique présente
Réfuter un argument : En aucun cas. / Pas du tout ! / Pas le livre de façon à intéresser le lecteur.
question ! Etc. Critique positive : les adjectifs tendre et pétillant… ; la
Exprimer le doute : Ce n’est pas encore pour demain ! / Je dernière phrase joue aussi sur cette opposition : désopi-
ne pense pas que… / Je ne crois pas que… / Je doute lant opposé à poignant et lucide opposé à dénué de
que… pathos.
Exprimer la possibilité : C’est possible. / Il se peut que… / - Texte 2 : Il s’agit d’une critique positive du groupe Paris
Ce n’est pas impossible que… Combo : nous régalent, rempli de malice, mélodies
pleines d’entrain, cadrait bien avec l’image qu’ils ont de
la France.
La référence à Amélie Poulain est une référence de suc-
cès concernant l’exportation d‘un film qui représente bien

Parler la France.
Faire remarquer aussi le titre avec le mot inventé
adooorent, très évocateur.
Exposer ses arguments, exprimer ses goûts, faire une - Texte 3 : Le texte présente un film policier français.
critique et négocier au téléphone. Critique positive : sincère, bénéficie, convaincant.
Faire une enquête sur le thème des médias et le Critique négative : la conduite du récit laisse à désirer,
monde de la culture. Flash backes ratés, séquences trop allusives.

UNITÉ 3 //// 83
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 84

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 79-81

U3 L6 COMPÉTENCES

- Texte 4 : même démarche


Critique positive : l‘enthousiasme de Max est contagieux,
allègre, acteur épatant et actrice à la grâce naturelle,
Écrire
générosité. Présenter un produit culturel (livre, film…).
Critique négative : bancal.
• Faire deviner le sens des mots inconnus ou les faire cher- • Avant de se lancer dans la rédaction, les apprenants choi-
cher dans le dictionnaire. siront ce qu’ils présenteront (livre, film, concert…) et struc-
tureront leurs idées.
Ils n’oublieront pas de parler des aspects positifs et néga-
Solutions
tifs des produits choisis et des sentiments qu’ils font
1) Texte 4 2) Texte 2 3) Texte 3 4) Texte 3 5) Texte 4
éprouver au public.
6) Texte 1 7) Texte 1 8) Texte 2

Activité 4 Réfléchissons !

• Susciter les interactions entre les apprenants. Activité visant au renforcement de ses propres tech-
• Commenter, éventuellement, le film Le fabuleux destin niques d’écriture.
d’Amélie Poulain que beaucoup d’apprenants auront peut-
être déjà vu. • Faire faire l‘activité individuellement et demander aux
• Faire énoncer également les difficultés de compréhension apprenants, en groupes de 5 ou 6 personnes, de com-
qu’ils ont rencontrées au cours de la lecture de ces textes menter leurs démarches personnelles puis de les compa-
(lexique riche et varié, registre familier dans certains cas, rer avec les stratégies proposées.
style…). • Procéder à un compte rendu avec le groupe-classe.

84 //// UNITÉ 3
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 85

BILAN B3

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 82 PORTFOLIO, p. 11-12


LANGUE COMMUNICATION

Grammaire Lire
1 Complétez le texte avec les verbes suivants. 1 Lisez l’article ci-dessous, puis répondez aux ques-
tions suivantes.
1) mangiez 2) évitiez 3) fassiez 4) essayiez 5) per-
drez 1) C‘était désert. Le public n‘y venait pas. Le désordre
régnait dans le système de prêt et il y avait une atmo-
sphère d‘ennui dans les salles.
2 Complétez la lettre ci-dessous avec les mots ou 2) Elle a pu proposer la gratuité absolue du prêt, grâce
expressions suivants. aux subventions allouées par la municipalité.
3) Elle a monté des animations très variées pour motiver
les jeunes à lire.
1) Les miens 2) Les siens 3) pas question 4) aussi
4) Elle désire offrir aux 7-16 ans des cours de soutien
5) qu’on sorte 6) non plus 7) risque 8) Je doute que
scolaire et des soirées-contes. Elle espère aussi ouvrir
9) aient 10) il n’est pas impossible
des salles de lecture silencieuses, gaies et bien amé-
nagées.
5) Oui, mais elle dit que la société doit être décidée à
3 Complétez le texte.
tout faire pour que les jeunes lisent.

1) chaîne 2) proposons 3) grand 4) réalisateur


5) journal 6) aventure 7) dangereux 8) perdre 9) série
10) ennuyeuse 11) ont 12) ennui 13) amour
14) banal 15) jouer
Écouter
1 Écoutez l’émission de radio sur les activités propo-
Prononciation sées par la bibliothèque Astérix, puis répondez par
Vrai ou Faux. Justifiez vos réponses.
4 Écoutez et cochez les cases selon que les phrases
enregistrées contiennent une ou plusieurs des
Transcription
voyelles nasales indiquées.
- Bonjour à tous, avec nous aujourd’hui quelques-uns
des intervenants de la bibliothèque Astérix. Alors, on va
Transcription commencer par Charlie. Bonjour, Charlie, qu’est-ce que
1) C’est une question indiscrète, je ne réponds pas. vous nous proposez comme activité à la bibliothèque ?
2) Ton cousin n’arrête pas de tomber ! - Un atelier Cartes Postales, qui s’adresse aux 7 à 12
3) C’est une occasion unique de rencontrer les comé- ans et dont l’objectif est de stimuler l’imagination et la
diens. créativité des enfants. L’idée, c’est qu’ils fassent une
4) Nous la reverrons demain matin. carte postale-invitation : ça peut être destiné à un
copain, par exemple, une invitation à lire une histoire
que l’enfant a aimée et qu’il illustre par la même occa-
Solutions sion.
1 2 3 4 - Mais ce n’est pas uniquement en rapport avec la lec-
[ɑ̃] + ture ?
- Non, ça dépend aussi de ce qui se passe à la bibli. La
[ɔ̃] + + + +
semaine prochaine, par exemple, il s’agira de créer une
[ε̃] + + + + carte pour inviter une personne à l’exposition Au fil de
l’eau.
- Et ça marche ?
5 Soulignez, dans chacune des listes suivantes, - Oui, pas mal. Les gamins sont ravis de faire des cartes
les mots qui se prononcent de la même façon et qu’on réponde à leur invitation. La bibliothèque se
que celui de gauche. charge de poster les cartes et on s’aperçoit que les
gens viennent. Ça met de la couleur dans la vie.
1) pond, ponds 2) rend 3) plain 4) thon 5) pin, peint - Eh bien, bonne continuation, Charlie. Je me tourne
6) an, ans maintenant vers Yacine, vous êtes conteur et c’est vous

UNITÉ 3 //// 85
668905U3.qxd 2/12/04 19:03 Página 86

U3 BILAN

qui inaugurez les soirées « contes du jeudi » de ce tri-


mestre, c’est bien ça ?
- Oui, c’est bien ça, avec un répertoire qui reprend des
contes issus de la tradition orale de mon pays, je suis
né en pays berbère, et du Languedoc où je vis mainte-
nant.
- Dites-moi, Yacine, c’est facile d’être conteur ?
- Oh, il faut apprendre à mettre de la couleur dans les
mots, pour reprendre l’expression de Charlie, et pour y
arriver, on travaille la voix, les gestes, les mimiques, le
rythme… C’est tout un art, mais quand on perçoit que
les gens vous écoutent, retiennent leur respiration,
réagissent, alors c’est gagné.
- Yacine, merci, j’espère que nos auditeurs seront nom-
breux à venir vous entendre. Et vous, Marine, vous avez
une grande nouvelle à nous annoncer, non ?
- Oui, mais pour ça, on sort de la bibliothèque. C’est le
démarrage du Bibliobus. En quelques années, la ville
s’est étendue, alors ce bibliobus va permettre aux lec-
teurs des quartiers les plus éloignés d’avoir un service
de prêt à domicile.
- Et c’est facile à mettre en place ?
- Non, ce n’est pas simple, mais ça y est, tout est prêt.
- Eh bien, merci Marine et longue vie au Bibliobus.

Solutions
Vrai : 2, 3, 9, 10
Faux : 1, 4, 5, 6, 7, 8

86 //// UNITÉ 3
668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 87

UNITÉ

4 Planète techno
OBJECTIFS

Communiquer face à face et par téléphone (registre standard).


Comprendre une conférence, un discours public (langue technique).
Comprendre et faire des réclamations (domaines commercial et touristique).
Comprendre et exprimer des désirs et des souhaits.
Faire des hypothèses.
Comprendre des argumentations et argumenter.
Montrer son accord ou désaccord (thèmes de société).
Comprendre / Écrire des textes narratifs littéraires.
Stratégies de planification du monologue oral et critères d’évaluation de l’expression orale.

CONTENUS

L7 LEÇON 7 L8 LEÇON 8
Communicatifs : exprimer des désirs, des souhaits ; donner Communicatifs : douter ; se fâcher ; (se) calmer ; (se) jus-
et refuser des arguments ; texte de science-fiction, BD ; mes- tifier ; vanter / dénoncer le fonctionnement d’un appareil ;
sages personnels. extrait de roman ; lettre de réclamation.
Grammaticaux : le conditionnel présent ; l’expression de la Grammaticaux : le conditionnel passé ; l’expression de l’hy-
condition et de la cause. pothèse et de la conséquence.
Lexicaux : l’environnement et la société du futur. Lexicaux : « modes d’emploi » de produits alimentaires et
Phonétiques : les groupes consonantiques. d’appareils ménagers.
Culturels : la protection de l’environnement. Phonétiques : les semi-voyelles.
Culturels : le bricolage et les inventions.

COMMENTAIRES
• On continue à présenter des typologies de plus en plus oralement. Dans la BD Titeuf, on voit comment on repro-
variées et complexes dans des cadres divers : commercial, duit à l’écrit la façon de parler familière ou enfantine, ainsi
touristique, professionnel, amical ou familial. Le fil conduc- que la prononciation.
teur de cette unité est le progrès et l’environnement. • La page de Civilisation aborde d’une part, les problèmes
• On insiste davantage sur l’entraînement à comprendre d’environnement traités parfois avec humour –ce qui per-
des textes assez longs. met de s’entraîner à la détection des implicites– et d’autre
• Parallèlement, on s’entraîne aussi à la compréhension et part, les inventions où le lexique et en particulier les
à la production de phrases longues à travers l’expression verbes ont leur importance.
d’opinions et d’argumentations où entrent les notions de • Pour la co-évaluation à l’oral, de nouveaux critères sont
cause et de conséquence. introduits : on commence à insister sur la longueur de la
• Dans cette unité, on s’appliquera à repérer les paramètres phrase et du texte, la précision et la richesse du vocabulaire,
du message, si variés ou si longs soient-ils (conférence, dis- le bon usage de la grammaire qui, devenant plus complexe,
cours, messages téléphoniques, texte de science-fiction du exige plus de contrôle, sur l’aisance qu’il convient d’acqué-
XIXe siècle, BD actuelle, lettre formelle, etc.) afin de pouvoir rir dans la prononciation, le rythme et le débit.
les appliquer dans des productions orales ou écrites. • L’autonomie de l’apprentissage est travaillée à partir d’une
• Là encore, la frontière entre l’oral et l’écrit n’est pas absolu- réflexion sur l’utilisation de la méthode et du dictionnaire
ment nette. Par exemple, la conférence est à mi-chemin bilingue, le partage des savoirs et le travail en groupe. À
entre l’oral et l’écrit, mais on montre aussi comment, dans la fin de cette unité, on abordera la rubrique Faire le point
la vie quotidienne, on peut aller de l’un à l’autre, en passant du Portfolio, qui permet à l’apprenant de s’auto-évaluer
tout simplement d’une conversation entre amis à de petits et de voir comment il a intégré les nouveaux savoirs intro-
messages rapides écrits évoquant certains aspects abordés duits dans les Unités 3 et 4.

UNITÉ 4 //// 87
668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 88

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 84-85

U4 L7 SITUATIONS

Situation 1 > Pour ou contre le progrès ?


Compréhension orale d’une situation dialoguée assez longue avec appui visuel (cadre
de la situation).
Compréhension globale et sélective d’informations sur chacun des personnages.
Questions de compréhension fine : exprimer des désirs et des souhaits (conditionnel) ; expression
de l’hypothèse (présent / futur), de l’opinion (accord / désaccord) et de la cause (arguments).

Activité 1
Transcription
- Tiens, salut, je n’ai pas pu vous téléphoner hier… vrai,
• Demander aux apprenants d’observer l’illustration et
pas un moment de libre.
d’émettre des hypothèses sur le cadre et les personnages :
- Salut !
Quelle relation ont-ils ? Que font-ils ? De quoi parlent-ils ?
- C’est pas la peine de te justifier ! On te connaît ! Tu pro-
Pourquoi ont-ils un dépliant de voitures sous les yeux ? Etc.
mets et après, tu ne tiens jamais !
• Introduire le lexique nouveau de la Situation (dépliant,
- Mais si, je vous assure, en ce moment je suis dé-
bagnole, planche, frein, dépannage…) et celui lié aux voi-
bordé… Qu’est-ce que vous regardez ? Des pubs de
tures (la carrosserie, le capot, les portières, le tableau de
voitures ? Pour vous ?
bord…).
- Ah, si tu savais !
• Faire parler les apprenants sur les voitures en général et
- On sort du salon de l’automobile et on est sous le choc !
leur demander éventuellement de décrire la voiture de
- Sous le choc de quoi ?
demain.
- Marco et moi, on vient d’essayer la voiture de nos rêves,
Ont-ils des préférences quant aux marques ? Sur quoi se
la vraie voiture intelligente, et c’est hallucinant !
basent-ils au moment d’acheter une voiture : consomma-
- Géniale ! Oh, ce que j’aimerais la conduire ! À côté de
tion d’essence, prix, marque, espace, confort, accessoires ?
notre vieille bagnole qui en plus est trop petite pour nos
• Procéder à une première écoute de l’enregistrement dans
skis et nos planches !
sa totalité et vérifier la compréhension des apprenants en
- Vous parlez sérieusement ? Vous voudriez avoir une voi-
les faisant répondre aux deux premières questions.
ture « tech-no-lo-gique » ?
• Avant de faire réécouter le dialogue, préciser que les ques-
- Écoute ! Plus de clés, plus de frein à main, tout fonc-
tions suivantes sont des questions de compréhension fine
tionne grâce à une petite carte ! Un espace et un
qui incluent le travail de l’expression de la cause.
confort incroyables ! Un énorme écran sur lequel s’affi-
Si la longueur constitue un obstacle, on effectuera une
chent toutes les informations ! Des prestations que
écoute par séquences, étant donné que les questions sui-
t’imagines pas ! J’adorerais…
vantes vont dans l’ordre chronologique.
- Eh ben moi, je vous assure que, même si un jour j’ai de
• Faire répondre aux questions 3, 4 et 5 et insister sur l’ex-
l’argent, c’est pas ça qui me fera craquer !
pression de la cause : Pourquoi Marco et Patricia veulent
- Oh, tu dis ça, mais tu verras ! Si t’obtiens ton poste de
changer de voiture ? Pourquoi dit-on de la nouvelle voi-
travail…
ture qu’elle est intelligente ? Etc.
- Eh ben quoi ? Qu’est-ce que je ferai ?
• Faire lire la transcription pour vérifier la compréhension.
- Tu changeras d’avis.
- Quelles ont été les difficultés ? La longueur, le lexique,
- Non ! Impossible !
la syntaxe, le débit, le fait qu’ils parlent de beaucoup de
- Pourquoi, impossible ?
choses à la fois (les qualités de la voiture, leur situation
- Parce que je me refuse à entrer dans cette stupide course
personnelle, leur travail…), les différents temps des
à la consommation ! Je suis décidé à garder mon vélo ! Et
verbes… ?
je n’ai pas l’intention de changer ! Mais vous, sans blague,
- Qu’est-ce qui a aidé à s’y retrouver ? Le cadre de la
vous pensez vraiment acheter cette bagnole ?
situation (l’identification avec cette situation), la compré-
- Oh, on ne sait pas encore ! Si je change de travail et que
hension globale, les mots clés… ?
Marco obtient une augmentation, on se décidera peut-être !
• Faire relever l’expression du désir et de l’hypothèse (j’ai-
Avec un bon financement ! Tu sais, il y a même un ordina-
merais… / j’adorerais… / Si Marco obtient… / Je n’ai pas
teur de route, dernière génération et un radar anti-collision !
l’intention de…).
- Vous êtes fous… s’endetter à cause d’une voiture qui
• Faire observer comment est exprimée l’opinion (Je vous
vous empêche de réfléchir ! Et si un jour, tout votre sys-
assure que…/ Je me refuse à… / Vous êtes fous et si… /
tème de navigation tombe en panne, qu’est-ce que
Je suis pour).
vous ferez, hein ?

88 //// UNITÉ 4
668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 89

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 84-85


SITUATIONS U4 L7

Message c)
- Mais ça ne peut pas arriver ! Il y a un système de
- Il s’agit d’un registre de langue standard et même sou-
dépannage incorporé et puis, que veux-tu ? c’est le pro-
tenu : la personne utilise le conditionnel de politesse
grès : on est pour ou contre ! Et moi, je suis pour !
(Seriez-vous…), le vouvoiement, une formule de politesse
pour conclure (Avec mes remerciements et…) et elle
signe avec son nom de famille.
Solutions - C’est Marco qui écrit à son chef à propos d’une augmen-
1) Patricia et Marco sont un couple jeune. Ils ont une tation de salaire qui serait la bienvenue pour payer la voi-
vieille voiture, ils font du ski et de la planche. Ils ado- ture intelligente à laquelle il faisait allusion dans la
rent les nouvelles technologies, ils aspirent à amélio- Situation.
rer leur statut socioprofessionnel et ne sont pas
contre les achats à crédit avec un bon financement.
2) José est un ami du couple. Il est débordé en ce Solutions
moment et attend une réponse d’embauche. a) Patricia écrit une note à Marco pour lui dire que le prêt
Il ne partage pas l’enthousiasme de ses amis en ce qu’ils ont demandé à la banque est accepté et qu’ils
qui concerne la course à la consommation et les nou- doivent maintenant entamer les démarches ; elle lui
velles technologies. rappelle aussi leur rendez-vous au restaurant.
3) Ils la trouvent vieille et trop petite pour y mettre leurs b) José écrit apparemment à la personne avec qui il vit
skis et leurs planches. pour la prévenir qu’il sera en retard car il va porter son
4) C’est une voiture qui fonctionne sans clés, sans frein à vélo (dont les freins ont à nouveau lâché) chez
main, avec une petite carte. Elle est équipée d’un ordi- Jacques et Frères pour qu’on le lui répare. Il suggère
nateur de route, d’un radar anti-collision et d’un sys- aussi à cette personne de préparer un petit dîner
tème de dépannage. sympa.
5) Il ne voit pas l’intérêt de s’endetter pour une voiture c) Marco envoie un e-mail à son chef pour lui demander
qui empêche de réfléchir et il est sceptique quant à la de lui accorder un court entretien le lendemain, au
fiabilité du système, même si la voiture est munie sujet de son éventuelle augmentation de salaire.
d’un système de dépannage.

Activité 3
Activité 2
• Former des groupes de 5 ou 6 et demander aux appre-
• Faire lire les différents messages et répondre aux questions nants de faire des listes d’arguments pour ou contre les
posées en se justifiant. maisons ou les voitures intelligentes.
Message a) • Demander ensuite à 2 groupes de 2 personnes d’entamer
- Au niveau grammatical, on détecte d’emblée le féminin une discussion sur ce sujet devant le groupe-classe.
dans le participe passé écrit (suis allée), donc on sait que
c’est Patricia qui écrit. On / Nous se rapporte au couple
qu’elle forme avec Marco.
- En ce qui concerne le lexique, C’est d’accord pour le prêt LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 86-87
fait référence à la Situation où ils envisageaient de
GRAMMAIRE
demander un prêt pour acheter la voiture intelligente.
- On peut dégager plusieurs implicites comme la relation Le conditionnel présent
sentimentale qu’ils ont entre eux (mon poussin / Bises
tout plein) ou le fait qu’ils apprécient leur banquier (tou- • Faire éventuellement réécouter la Situation afin que les
jours si marrant). apprenants relèvent les verbes conjugués au condi-
Message b) tionnel. Ils peuvent repérer également ceux des mes-
- Il n’y a aucun indice grammatical permettant de savoir si sages écrits.
cette note s’adresse à un homme ou à une femme. • À partir de cette liste de verbes, faire observer la for-
- Au niveau du lexique, la mésaventure avec le vélo nous mation du conditionnel.
permet de comprendre que c’est José qui écrit puisque - À quoi peut-on comparer le radical et les terminai-
dans la Situation, il expliquait qu’il se déplaçait à vélo. sons ? C’est le même radical que celui du futur et
- En ce qui concerne les implicites, on ne peut pas deviner les terminaisons sont identiques à celles de l’impar-
exactement à qui il s’adresse. Aucun mot ne permet d’af- fait. Il y a des verbes irréguliers mais ils sont peu
firmer qu’il a une relation sentimentale avec la personne, nombreux et faciles à mémoriser car ce sont les
mais on imagine une relation familière puisqu’il se plaint mêmes qu’au futur (le radical reste celui du futur
(J’en ai marre / Pas de pot). irrégulier).

UNITÉ 4 //// 89
668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 90

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 84-85

U4 L7 SITUATIONS

• Faire observer les exemples pour déterminer dans


L‘expression de la condition
quels cas on l’utilise et faire étudier l’encadré de la
page de Grammaire. • Faire chercher dans la Situation des expressions expri-
• Le conditionnel s’emploie pour formuler poliment une mant la condition et introduites par si.
demande, exprimer des souhaits, faire des suggestions, Elles sont construites avec si + présent + phrase prin-
donner des conseils, présenter une information non cipale au futur ou au présent.
vérifiée et émettre des hypothèses (cf. Leçon 8). Remarques :
• Faire comparer avec la langue maternelle, s’il y a lieu, Dans la phrase principale, on pourra aussi trouver
et mettre en relief les similitudes afin d’aider à la l’impératif (S’il est tard, ne m’attends pas.) et, à la
mémorisation et à la conceptualisation. place du futur simple, on peut également trouver le
• Faire réaliser les activités nº3 et nº4, p. 87. futur proche (S’il n’est pas trop tard, je vais passer
la voir.).
Solutions • Faire faire l’activité nº1, p. 86.
3. a) voudraient b) pourrais c) n’existerait pas d) serais /
serais Propositions
4. (Propositions) 1) […] vous allez vous ennuyer pendant votre séjour.
1) Tu devrais faire un peu du sport. 2) […] j’apporterai des fleurs.
2) Vous devriez prendre des vacances. 3) […] je resterai à la maison demain soir.
3) Vous devriez leur dire de faire moins de bruit. 4) […] appelle-moi pour me prévenir.
4) Vous pourriez faire aménager plus d’espaces verts. 5) […] renseignez-vous sur les conditions de rapatrie-
5) Tu devrais te renseigner à la mairie. ment.
6) Tu devrais essayer de te réconcilier. 6) […] prends une aspirine.
7) Tu ne devrais pas fumer. 7) […] nos parents nous offriront une voiture.
8) Tu devrais demander des subventions. 8) […] nous ferons un grand voyage.

90 //// UNITÉ 4
668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 91

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 84-85


SITUATIONS U4 L7

Situation 2 > La gestion des déchets ménagers


Compréhension orale d’un nouveau type de monologue : la conférence.
Analyse des idées principales et de la construction du plan du discours.
Lexique de l’écologie.

Activité 1
Solutions
1) C’est un problème pris très au sérieux et qui concerne
• Présenter le vocabulaire de la conférence : tri, ordures,
tout le monde.
déchets, poubelle, jeter, fûts… afin de pouvoir répondre
2) Plus de 400 kg d’ordures ménagères sont jetées
aux questions de l’activité.
par an et par habitant, soit plus d’un kilo par jour et par
• Faire parler les apprenants sur la gestion des déchets dans
personne.
leur ville. Leur demander quelle est leur attitude face à ce
3) Les Français ont pris l’habitude de trier les ordures,
problème : Est-ce qu’ils trient les déchets ? Sont-ils sen-
c’est-à-dire de jeter les bouteilles ou les papiers dans
sibles au problème du recyclage ? Etc.
des containers spéciaux.
4) Cela permet de limiter les ponctions de nos res-
sources naturelles et d’éviter les effets toxiques dans
Activité 2 l’atmosphère.
5) Si on trie les déchets organiques, on peut les récupé-
• Procéder à une première écoute du document. rer pour faire du compost et produire du biogaz.
- Le professeur décidera s’il préfère faire écouter la confé- 6) Ils prévoient une augmentation des déchets munici-
rence en entier ou seulement la première partie (par paux de 43 %.
exemple, jusqu’à la fin du premier paragraphe de la 7) Non, elle va présenter un cas concret.
conférencière), ce qui, pour l’instant, sera suffisant pour
répondre aux questions de l’activité.
- Cela dit, il pourra aussi choisir de faire écouter le docu-
ment en entier pour entraîner les apprenants à la lon-
Activité 4
gueur. Il sera donc à même d’évaluer ce que les appre-
nants sont capables de retenir après une seule écoute • Avant d’aborder la lecture de ce document, les apprenants
d’un document aussi long (s’ils ont le réflexe de se baser lisent la consigne de l’activité et prennent connaissance
sur la compréhension globale, jusqu’où ils peuvent des différents points du plan qu’ils vont devoir retrouver
répondre aux questions et entrer dans une compréhen- dans le texte et classer dans l’ordre.
sion plus fine ou sélective). • Faire réaliser l’activité individuellement ou par 2.
• S’assurer que les apprenants séparent bien l’introduction
du développement.
Solutions
On verra, dans ce cas précis, que l’introduction est assez
Il s’agit d’une conférence. Il y a un présentateur et une
longue et qu’elle donne des exemples sur la situation
éco-conseillère qui participe aux journées sur l’environ-
actuelle. Quant au développement, il commence à partir
nement et qui va parler de la gestion des déchets.
des exigences pour l’avenir, c’est donc un message qui vise
à améliorer la gestion des déchets.

Activité 3 Solutions
2, 6, 4, 1, 5, 3, 7
• Avant de passer à une deuxième écoute du document,
faire lire le questionnaire.
• Lors de l’écoute, les apprenants prennent des notes,
répondent aux questions et comparent leurs réponses Activité 5
avec leur voisin(e).
• Faire écouter la conférence une autre fois, si nécessaire, • Faire retrouver les expressions pour introduire chaque partie.
avant de passer à la mise en commun des réponses On pourra, si on le juge utile, faire trouver d’autres for-
devant le groupe-classe. mules équivalentes, comme par exemple : D’abord / En

UNITÉ 4 //// 91
668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 92

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 86-87

U4 L7 SITUATIONS

premier lieu / Nous reparlerons de… / Je terminerai / En LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 88-89


conclusion…
LEXIQUE

Le futur ! Parlons-en !
Solutions
- Plan de la conférence : Je vais vous parler d’un problè-
me… / Après cette longue entrée en matière, je vais,
Activités 1, 2, 3 et 4
dans un premier temps… / nous reviendrons sur la
situation… / Puis, mon intervention se centrera… /
• Faire commenter le titre et le sous-titre de cette rubrique et
Enfin, nous verrons…
demander aux apprenants ce qu’ils pensent du choix de
- Synonyme d’introduction : entrée en matière
ces titres.
- Le titre est une invitation à parler du futur, mais l’expres-
sion Parlons-en ! peut aussi avoir le sens implicite de pro-
testation, annonçant que l’on va parler de quelque chose
LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 86-87 qui n’est pas très clair ou agréable.
GRAMMAIRE - Le sous-titre fait référence aux événements de mai 1968 :
sous la dure réalité, on peut trouver l’évasion, le bien-être
L’expression de la cause et le bonheur.
• Faire faire les activités nº1, nº2 et nº3, p. 88, par groupes
• Exprimer la cause c‘est mettre en relation deux faits de 5 ou 6 personnes puis procéder à une mise en com-
dont l’un est l’origine de l’autre. L‘expression de la mun.
cause permet aussi d’expliquer ou de justifier ce que - Pour l’activité 3, afficher éventuellement les résultats en
l’on affirme. Elle peut être implicite ou explicite. pourcentages comme après un sondage ou susciter un
• Faire réfléchir sur la valeur de chaque conjonction et débat après les discussions préliminaires dans les diffé-
préposition du tableau de la page 86. rents groupes.
- Parce que répond à pourquoi et la subordonnée suit - Encourager à utiliser un dictionnaire et tout ce qui peut
la principale : Je ne travaille pas parce que je suis favoriser l’autonomisation des apprenants.
malade. - Insister sur l’importance d’avoir des verbes à disposition
- Dans une phrase avec puisque, la cause est déjà pour pouvoir s’exprimer sur un sujet précis.
connue de l’interlocuteur et en général, la principale • Lors de la réalisation de l’activité nº4, toujours par groupes
précède la subordonnée : Je le garde pour moi puisque de 5 ou 6, inciter les apprenants à commencer par une
tu n’en veux pas. description minutieuse des photographies, puis à les
- Comme insiste moins que puisque sur la cause déjà commenter abondamment en réutilisant au maximum
connue, mais il est pratiquement équivalent. Dans ce le lexique introduit dans les activités précédentes.
cas, la subordonnée précède toujours la principale : • Procéder à une mise en commun de tous les groupes.
Comme il fait beau, on peut manger dehors.
- Car et en effet s’utilisent surtout à l’écrit, ce sont des
mots de liaison introduisant la cause. LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 89
- En raison de est suivi d’un nom, il n’a aucune conno- PRONONCIATION
tation positive ou négative, à l’inverse de grâce à +
nom (cause positive) ou de à cause de + nom Les groupes consonantiques
(cause négative). • Faire réaliser les activités nº1, nº2, nº3 et nº4, p. 89.
• Faire faire l’activité nº2, p. 87.
Transcription
Propositions 2. 1) excellent 2) exercice 3) exotique 4) excès
1) La couche d’ozone s’amincit à cause de l’utilisation 5) exception 6) exagérer 7) exact 8) exprès
fréquente d’aérosols. 4. 1) scandale 2) escargot 3) scolarité 4) espèce
2) Les poissons meurent dans les rivières parce que les 5) stagiaire 6) sculpture 7) escalator 8) estonien
usines y déversent leurs déchets. 9) spontané 10) spécialiste
3) Les couples stériles peuvent avoir des enfants grâce à
la recherche médicale qui avance considérablement.
4) Comme il y a beaucoup de voitures dans les villes, les Solutions
taux de pollution sont très élevés. 1. [ks] : a ct ion, le x ique, o cc ident, e x poser
5) Le bon fonctionnement des téléphones portables [gz] : e x amen, he x agone, e x il, zi gz ag
n’est pas assuré parce qu’en été, le nombre d’habi- 2. [ks] : 1, 4, 5, 8 / [gz] : 2, 3, 6, 7
tants des villages touristiques augmente. 4. Voyelle : 2, 4, 7, 8 / Consonne : 1, 3, 5, 6, 9, 10

92 //// UNITÉ 4
668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 93

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 90
CIVILISATION U4 L7

On en parle, ils ont dit, elles accusent


Lecture de plusieurs documents courts de types divers : chanson, slogan, humour, paroles d’écrivain, dont le
message est commun.
Détection des implicites et des paramètres du message.

• Faire lire tous les documents, par groupes de 2, puis - Contrebasse, batterie, percus, piano, accordéon, claviers,
demander aux apprenants de répondre aux questions. violon, alto, guitare viennent s’associer à six voix aux tes-
• Procéder à une mise en commun et commenter avec le situres et aux timbres variés.
groupe-classe les différents types de textes. - Sur scène, les Castafiore Bazooka ne donnent pas de
- Quelles sont les impressions des apprenants à la lecture concerts, mais de véritables spectacles où danse, cla-
de ces documents ? quettes, musique, comédie, mime et animations vien-
• Faire réfléchir sur le slogan et sur les citations. nent surprendre la curiosité du public.
- Dans le slogan, vert rime avec enfer et l’expression affec- - Henri Monnier, écrivain et caricaturiste français (1799-
tive Mon ami prouve que l’arbre est précieux. Quant à 1877). Fonctionnaire, il s’inspire de son métier pour réa-
l’enfer, il peut représenter l’enfer du feu. liser ses albums de lithographies coloriées, Les mœurs
- Les apprenants ont-ils saisi l’humour de la phrase administratives (1828). Ses illustrations des Chansons
d’Henri Monnier ? de Béranger l’encouragent au dessin satirique.
- La phrase de Mauriac critique la conquête de l’espace et - François Mauriac, écrivain français (1885-1970). Il s’ins-
les contradictions du progrès. talle à Paris en 1906 où il décide de se consacrer à la lit-
- La phrase de Guy Bedos est un clin d’œil à la célèbre térature. Il connaît son premier grand succès grâce à son
comédie musicale Singing in the rain, ici prétexte à un œuvre Le baiser au lépreux (1922). Ses romans les plus
humour acide. célèbres sont: Génitrix (1923), Thérèse Desqueyroux
- La phrase de Charles Elton vise à démystifier le mot écolo- (1927) et le nœud de vipères (1932). Il a été également
gie, en disant que l’homme a toujours combattu la nature. un journaliste et un polémiste célèbre.
• Faire écouter la chanson et la commenter. - Guy Bedos est né à Alger en 1934. Humoriste célèbre, il
- Faire remarquer les mots qui reviennent sans cesse : les est connu pour avoir également joué dans des films de
apprenants pourront se baser sur l‘écoute seulement ou Marcel Carné et de Claude Berri, entre autres.
s‘aider de la transcription des paroles de la chanson. - Charles Elton, écologiste britannique (1900-1991). Il
- Les apprenants comprennent-ils l’expression s’en foutre ? établit la théorie selon laquelle la diversité confère une
- Faire repérer le jeu entre s’en fout et fou, ainsi que les plus grande stabilité aux communautés écologiques.
sonorités en général. Il a dirigé un des centres d’études écologiques les
- Qu’évoque le nom du groupe ? Que peut suggérer l’as- plus importants du monde (Bureau of Animal Popula-
semblage de ces deux mots disparates quant au style du tion).
groupe ? Castafiore est le nom de la cantatrice dans
la BD Les bijoux de la Castafiore (Les Aventures de Tintin
de Hergé). Un bazooka est un lance-roquettes anti- Solutions
char, terme emprunté à l’artillerie militaire. 1) Tous ces documents traitent du problème de l’écolo-
• Faire réécouter la chanson et la faire chanter. gie et de l’environnement.
• Quelques mots sur les auteurs des textes et citations : 2) Réponse libre. (Il s’agit d’une campagne de sensibili-
- Castafiore Bazooka est un groupe composé de six sation contre le feu et les incendies.)
femmes. On en parle comme d’une sorte de cabaret 3) Dans la chanson, on fait allusion à la pollution de
féminin, excentrique, baroque, qui mélange les genres l’air.
de musique et fait dans la critique sociale. 4) Les Bazooka font allusion à un homme irresponsable,
- Ces six chanteuses mettent en scène leur poésie et leurs sans conscience écologique.
désillusions, leurs rêves et leur colère. Elles accusent, 5) Elles craignent que la Terre ne soit plus vivable, qu’elle
dénoncent, adorent et se moquent. Leur univers est oni- devienne un enfer ou un cimetière.
rique et théâtral sans pour autant être tout rose, et sous 6) Réponse libre.
leurs dehors émoustillants, elles savent sortir griffes,
crocs… et bazookas.

UNITÉ 4 //// 93
668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 94

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 91-93

U4 L7 COMPÉTENCES

Lire Activité 3
• Présenter la BD et son créateur.
Compréhension écrite de 2 types différents de docu- Le personnage de Titeuf fut créé en 1992 par Zep (alias
ments (texte littéraire de science-fiction du XIXe siècle et Philippe Chappuis), né en Suisse en 1967. Titeuf s’inspire
BD actuelle sur le thème du progrès et de l’écologie). des souvenirs d’enfance de l’auteur. Ce personnage emblé-
matique de la revue Tchô collec est devenu une vedette de
la BD actuelle, sorte de héros témoin des maux de notre
époque.
Activités 1 et 2 En mai 2000, Titeuf est le premier personnage de BD à
faire son apparition dans les romans de la Bibliothèque
• Faire lire le texte et demander aux apprenants de donner Rose chez Hachette Jeunesse. Depuis avril 2001, Titeuf est
leurs premières impressions. devenu le héros d’une série de dessins animés. Il a même
Qui écrit ? À qui ? De quoi et pourquoi ? Que savent les donné naissance à un jeu vidéo et à de nombreux produits
apprenants sur Jules Verne ? dérivés. Enfin, en 2002 et 2003, Titeuf a été choisi par
• Présenter brièvement l’auteur. Handicap International pour devenir le totem des 20 ans
Jules Verne (Nantes 1828 - Amiens 1905) est un écrivain de cette ONG co-Prix Nobel de la Paix. Zep a été récom-
français qui a inauguré le genre du roman scientifique d’an- pensé de nombreuses fois pour Titeuf.
ticipation. Passionné de sciences et de géographie, il a • Demander aux apprenants de donner leurs premières
commencé à écrire à 20 ans. impressions sur le style de dessin et leur demander s’ils ont
Parmi ses œuvres les plus célèbres, on peut citer Cinq déjà entendu parler de Titeuf.
semaines en ballon (1863), Voyage au centre de la Terre Les apprenants connaissent-ils la BD ? Que peuvent-ils en
(1864), De la Terre à la Lune (1865), Vingt mille lieues dire ? Quelles sont ses caractéristiques ? Le dessin par-
sous les mers (1870), Le Tour du Monde en quatre-vingts ticulier, le style et le langage des personnages, etc.
jours (1873) et Michel Stroggoff (1876). • Faire observer la BD, vignette par vignette et, à partir du
• Faire répondre aux questions de l’activité nº1. dessin, faire anticiper l’histoire en posant des questions de
• Procéder à une mise en commun des réponses et engager compréhension globale.
un débat au sein du groupe-classe à partir des questions • Ensuite, faire lire les bulles et répondre aux questions.
7, 8 et 9.
• Faire faire l’activité nº2. Solutions
- Une maîtresse a emmené ses élèves dans un parc afin
Solutions de leur donner un cours d’écologie sur le terrain : il
1. 1) Il s’agit d’un texte de science-fiction (il parle d’une s’agit de ramasser les boîtes en aluminium qui traînent
société du XXIXe siècle). par terre pour les recycler.
2) Il leur reproche de ne pas apprécier à leur juste - La maîtresse est un peu âgée, elle porte de très
valeur les progrès de la société. grandes lunettes et elle est habillée de façon un peu
3) Elles sont modernes. Elles ont des voies larges de démodée. Les enfants sont divisés en deux groupes :
cent mètres, des maisons hautes de trois cents, à les élèves « sérieux » et dévoués, et les garnements.
la température toujours égale. Titeuf est jaloux du « chouchou » et il n’a pas très bien
4) C’étaient des bourgades mal aérées et boueuses, compris le but de leur action ni ce que signifie l’écolo-
où circulaient des caisses cahotantes, traînées par gie. Finalement, il rejoint le groupe des garnements qui
des chevaux ; les paquebots et les chemins de fer ne sont pas à court d’idées pour arriver à leurs fins,
fonctionnaient mal, ils étaient lents, dangereux et sans le moindre effort.
chers, etc. - L’humour réside d’une part dans la manière de parler
5) Il met en valeur les aéro-trains, les tubes pneuma- des enfants : t’ au lieu de tu, z pour marquer la liaison :
tiques jetés à travers les océans, allant à une vitesse la transcription pô de l’oral, au lieu de pas, pôv au lieu
de 1500 km/h, le téléphone et le télépote. de pauvre. Par ailleurs, l’utilisation maladroite de mots
6) C’est certainement un moyen de communication. ayant un sens écologiste (couche d’ozone, nucléaire,
7) Réponse libre. irradiés) fait sourire. Mais le plus drôle est sans doute
8) Réponse libre. l’astuce que les élèves ont découverte, se croyant plus
9) Réponse libre. malins que les autres, et le résultat : Ils sont malades et
2. 1b 2c 3a 4a 5c 6b 7a 8b « irradiés !!! ».

94 //// UNITÉ 4
668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 95

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 91-93


COMPÉTENCES U4 L7

considération comme la longueur et la complexité des


expressions pour… phrases, le registre et les marques de l’oral, la variété
des intonations, la rapidité du débit, la variété des conju-
Réactivation des connaissances, mise en gaisons…
commun.
Récapitulation des actes de parole mobilisés
dans les activités d‘expression suivantes.
Activité 2

• Faire rechercher les expressions par groupes de 5 ou 6 per- • Les apprenants pourront proposer d’autres sujets s’ils le
sonnes et leur demander de les classer selon le registre préfèrent.
(familier ou standard) ou de les adapter pour passer d’un • Cette activité pourra être réalisée de deux façons diffé-
registre à l’autre. rentes :
• Les apprenants pourront compléter la liste avec d’autres - en faisant d’abord réfléchir et discuter les apprenants sur
expressions déjà connues. les stratégies à employer pour élaborer le monologue et
en faisant comparer ensuite avec les stratégies proposées
Exprimer des désirs et des souhaits : Que j’aimerais… ! / dans Réfléchissons ! (on se rappeller a le travail d’analy-
Vous voudriez… / J’adorerais… / Je n’ai pas l’intention de se de la conférence, Situation 2).
changer. - en faisant faire l’activité individuellement.
Se justifier / Refuser une justification : Je n’ai pas pu. /
Pas un moment de libre. / Je vous assure, en ce moment,
je suis débordé. / C’est pas la peine de te justifier. / Tu pro- Réfléchissons !
mets et après tu ne tiens jamais. / Tu dis ça, mais après tu
verras… / Tu changeras d’avis… Prise de conscience par les apprenants de leurs stra-
Vanter les mérites de quelque chose : On est sous le tégies personnelles pour préparer un monologue.
choc ! / La vraie voiture intelligente, c’est hallucinant ! /
• On pourra revenir sur la Situation 2 afin d’y puiser des
Plus de clés, plus de… / Un espace et un confort
exemples.
incroyables ! / Des prestations que t’imagines pas ! / Il y
• Mettre en commun le résultat de l‘activité et voir quelles
a même un ordinateur de route, dernière génération et un
stratégies sont les moins utilisées et pourquoi.
radar anti-collision ! / La voiture de nos rêves.
- Insister sur la fonction de modèle : à ce stade de l’ap-
Demander / Donner des conseils : Qu’est-ce que je peux
prentissage, on ne peut pas inventer la langue ; il s’agit au
faire ? / Tu devrais faire un peu plus de sport. / Vous pour-
départ de la copier, de l’imiter puis de l’enrichir au fur et
riez aménager plus d’espaces verts.
à mesure en réfléchissant à chaque fois sur la construc-
Manifester une opinion favorable / défavorable : C’est
tion des phrases, des paragraphes et du texte, en vérifiant
pas ça qui me fera craquer. / Vous êtes fous… / C’est le
que l’on utilise bien les outils dont on dispose.
progrès ! / On est pour ou on est contre, et moi je suis
- Insister sur l’importance de la planification du texte : les
pour… / Tu changeras d’avis…
exemples servent à argumenter, à donner du poids et exi-
gent une recherche de vocabulaire. Le lexique et les
verbes en particulier doivent être précis et variés (la

Parler méthode fournit de nombreux outils que les apprenants


sauront rechercher à l’endroit qui convient ; ils pourront
également utiliser un dictionnaire bilingue et s’entraider).
Exprimer ses désirs, conseiller et manifester son opinion. - Parler également de l’importance des mots ou expres-
Entraînement au monologue : construction de l’argu- sions d’articulation vus dans la Situation 2, pour l’agence-
mentation et réflexion sur les stratégies. ment des différents paragraphes. L’argumentation
implique la construction de phrases plus complexes et
plus longues où l’emploi des différents temps devra être
Activité 1 adéquat et où on pourra mettre en application certaines
notions comme ici la cause ou l’hypothèse.
• Faire préparer le dialogue par groupes de 2.
• Rappeler éventuellement les techniques de représentation
vues au niveau 1 (intonation, gestes, mouvements, ryth-
me, silences, caractérisation des personnages, etc.).
• Demander à plusieurs groupes de jouer la scène devant la
Écrire
classe. Écrire des messages.
• Procéder à une co-évaluation des productions et ajouter, si Co-évaluation et réflexion sur les paramètres du mes-
on le juge utile, des éléments nouveaux à prendre en sage.

UNITÉ 4 //// 95
668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 96

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 91-93

U4 L7 COMPÉTENCES

Activité 1 Activité 2

• Répartir ces différents messages à écrire dans toute la classe • Former des groupes de 5 ou 6, faire examiner plusieurs
et demander un travail individuel ou les faire rédiger par petits messages à partir des points donnés dans cette activité,
groupes. puis demander de comparer plusieurs messages ayant le
• Le professeur fournira aux apprenants le lexique necés- même sujet.
saire si besoin est.

96 //// UNITÉ 4
668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 97

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 94-95


SITUATIONS U4 L8

Situation 1 > Une affaire à ne pas manquer


Compréhension orale d’une situation assez longue : le monologue (description et mode d’emploi d’un
appareil).
Entraînement au monologue : analyse du plan.
L’hypothèse et le conditionnel passé.

Activité 1
Solutions
1) Le vendeur s’adresse à un public de consommateurs ou
• Faire décrire l’illustration et commenter avec les apprenants
de clients à qui il veut vendre un robot multi-fonctions.
l’attitude des vendeurs que l’on rencontre sur les marchés,
2) Le robot est rapide, moderne, fonctionnel, facile à
dans les supermarchés, ou celle des bonimenteurs sur les
l’emploi, c’est le meilleur.
foires : Comment interpellent-ils les clients ? Que disent-ils ?
3) Fonctions : faire des jus de fruits, couper des frites,
Quelles sortes d’arguments utilisent-ils ? Ils exagèrent
battre.
souvent les mérites des produits qu’ils vendent, ils
4) La balance, elle est intégrée, elle permet de gagner du
essaient de faire réagir les clients en les amadouant, en
temps et elle ne prend pas de place.
leur forçant la main…
5) La femme veut savoir s’il y a un batteur et l’homme
• Procéder à une première écoute suivie de la Situation, puis
le prix du robot. Le vendeur dit que le batteur existe
vérifier que les apprenants l’ont comprise globalement.
en option et que le robot coûte 280 €.
- Qui parle ? Un bonimenteur.
6) En supplément : deux cadeaux, le minuteur électro-
- De quoi ? Il veut vendre un robot multi-fonctions.
nique pour mesurer le temps de cuisson et la baguette
- Où ? Sur un marché.
magnétique pour soulever les objets métalliques.
• Faire lire les questions avant de passer à une deuxième
7) Oui, le couple achète le robot. Le vendeur a un ton
écoute.
convaincant.
• Les apprenants prendront des notes au fur et à mesure,
8) L’argument final : que plus tard les gens vont regret-
répondront aux questions et compareront leurs résultats
ter l’occasion perdue.
avec leur voisin(e).
• Procéder à une troisième écoute, si nécessaire, et faire une
mise en commun des réponses.
• Commenter les difficultés avec le groupe-classe.
Activité 2
- Les apprenants peuvent se heurter à la vitesse du débit
du bonimenteur mais aussi à la difficulté que présentent
• Faire faire écouter à nouveau la Situation afin que les
certains mots ou expressions.
apprenants prennent des notes au fur et à mesure et
- Le professeur doit habituer les apprenants à écouter des
répondent aux questions.
situations longues et il doit les encourager à se baser sur
ce qu’ils connaissent déjà, au lieu de se laisser bloquer
par ce qu’ils ne comprennent pas. Solutions
- Arguments concernant l’appareil :
• Demander de retrouver de façon approximative les a) caractéristiques : superbe, rapide, moderne, fonction-
expressions qu’utilise le vendeur pour convaincre les nel, facile à l’emploi.
clients d’acheter : une occasion à ne pas rater / qui b) diverses fonctions : fait du jus de fruit, coupe des
aurait imaginé qu’il trouverait aujourd’hui même la frites, bat et est muni d’une balance intégrée.
réponse à ses besoins en cuisine ? - Arguments concernant le prix : 10 % moins cher qu’en
• Faire remarquer l’importance de la démonstration : non magasin, payable en trois fois, garanti 18 mois.
seulement le vendeur prouve aux clients qu’il ne les - Arguments concernant l’utilisateur : il va connaître une
trompe pas car il leur fait une démonstration en temps vraie révolution dans sa vie car cuisiner devient un jeu
réel, mais en plus il utilise des aliments que les assis- d’enfant ; il gagne du temps, de la place, du confort et
tants, quel que soit leur profil socio-économique, utili- il a tout à portée de main.
sent.

UNITÉ 4 //// 97
668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 98

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 94-95

U4 L8 SITUATIONS

Activité 3 Activité 4

• Faire remplir la fiche et commenter les réponses avec le • Faire répondre à la question de l’activité et faire une mise
groupe-classe. en commun des résultats.
• Évaluer les difficultés rencontrées : lexique, longueur du
monologue, formes verbales… Solutions
• Avant de passer à l’activité 4, faire lire la transcription (Livre, b, e, a, c, d
p. 164) et expliquer ce que les apprenants ne compren-
nent pas.
• Activité complémentaire : faire lire le texte et imiter l’en-
registrement à plusieurs voix ou faire improviser un
Solutions monologue par groupes de 3 ou 4 personnes (quand
Appareil : robot ménager multi-fonctions l’une flanche, quelqu’un peut prendre la relève) à partir
Fonctions : centrifuge, coupe, pèse, bat des fiches établies dans les activités 2 et 3.
Accessoires : balance
Prix : 280 €, payable en trois fois
Garantie : 18 mois

98 //// UNITÉ 4
668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 99

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 94-95


SITUATIONS U4 L8

Situation 2 > Conversations téléphoniques


Compréhension orale de conversations téléphoniques : détection du canal de communication
et des intentions.
Réclamer, exprimer son mécontentement et sa colère, calmer quelqu’un.
Entraînement au monologue.
L’hypothèse, le conditionnel passé.

Activité 1 • Faire réécouter les conversations afin de transcrire les phrases


demandées dans l’activité 4. À la lumière de ces répliques
• Faire une écoute suivie des trois appels, faire répondre à la finales, les apprenants changent-ils d’opinion ?
question de l’activité et faire dire tout ce qui a pu être compris.
- De quoi s’agit-il ? De réclamations faites par téléphone.
- Comment le savons-nous ? Par le ton de protestation,
la colère, les interrogations, les exclamations et également Activité 5
par l’emploi du vouvoiement et du registre standard.
Dans cette activité, les apprenants donneront leur opinion et
analyseront les répliques finales. Les solutions apportées
leur paraissent-elles les plus adéquates ? Pourrait-il y en
Activité 2 avoir d’autres ?
• Faire répondre par groupes de 3 ou 4.
Il s’agit, dans cette activité, d’analyser chaque message pour • Lors de la mise en commun, insister sur les différents tons
retrouver le problème exposé, l’intention et la réponse. employés par les interlocuteurs (nerveux, aimable) et faire
• Faire écouter item par item, puis faire répondre aux quatre relever les implicites.
points proposés. Les apprenants comparent ensuite leurs
réponses avec celles de leur voisin(e).
Solutions
• Procéder alors à une mise en commun.
1) L’employé a un ton dégagé, il ne se sent pas concer-
né, ne donne pas de solutions, ne tient pas à
Solutions connaître les problèmes du client.
a) 1 : service après-vente défecteux 2 : mauvais fonc- 2 ) La cliente exagère parce qu’elle ne sait pas si c’est le
tionnement du téléphone portable 3 : la clim ne magasin où le portable a été acheté ; l’employé est cor-
marche pas rect tout en étant ironique et distant, il ne donne pas de
b) 1 : réparation d’un appareil photo 2 : le téléphone solution mais il remet poliment la cliente à sa place.
portable se décharge tout le temps 3 : la clim ne 3) La réclamation est fondée et c’est l’hôtel qui est dans
marche pas son tort ; le ventilateur est une solution de rechange
c) 1 : se faire rendre son appareil 2 : faire changer le por- pas vraiment convaincante mais les deux interlocu-
table 3 : faire marcher la clim teurs restent aimables et compréhensifs.
d) 1 : réclamation au chef de section 2 : porter le télé-
phone directement à une succursale de la marque
3 : donner un ventilateur

Activité 6

Activités 3 et 4 • Pour réaliser cette activité, rappeler aux apprenants les


techniques du monologue étudiées dans la Leçon 7. Les
L’activité 3 permet aux apprenants d’échanger leurs opinions inciter également à employer différents temps du passé :
et sensations sur les textes. passé composé / imparfait, plus-que-parfait.
• Faire discuter les apprenants par groupes de 5 ou 6 per- • Donner un temps de préparation puis demander aux
sonnes. Quelles impressions a laissé chaque message ? apprenants qui le désirent de raconter une anecdote simi-
Pourquoi ? Les problèmes exposés sont-ils pris au sérieux laire à celles étudiées dans la Situation.
par les interlocuteurs ? Comment se comportent les inter- • Après l’intervention d’un apprenant, les autres peuvent lui
venants ? poser des questions pour en savoir plus sur son aventure.

UNITÉ 4 //// 99
668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 100

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 94-95

U4 L8 SITUATIONS

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 96-97


GRAMMAIRE Propositions
1) […] elles seraient très encombrées.
2) […] je pourrais y aller.
Le conditionnel passé
3) […] tu pourrais voir cette émission.
4) […] les médecins seraient au chômage.
• Formation : il se forme avec un auxiliaire (être ou
5) […] je ferais de nombreux voyages.
avoir) au conditionnel + le participe passé du verbe
6) […] il ne serait pas venu.
que l’on conjugue.
7) […] je t’aurais fait un cadeau.
• Faire conjuguer deux verbes au choix, l’un avec l’auxi-
8) […] ils ne se seraient pas disputés.
liaire avoir, le deuxième avec l’auxiliaire être. Exemples :
9) […] un autre l’aurait découverte.
J’aurais demandé. / Je serais allé(e).
10) […] il ne serait pas fâché avec toi.
• Ce temps sert à :
- faire des reproches : Tu aurais pu…
- exprimer des regrets : J’aurais dû…
L‘expression de la conséquence
- présenter une information non vérifiée : Elle serait
sortie à 8 h. • La conséquence met en relation deux faits dont l’un
- faire des hypothèses : Si j’avais su, je ne serais pas est le résultat réel de l’autre.
venue. - Si la principale présente une conséquence, la subor-
• Faire relever des conditionnels passés dans les donnée introduit une cause.
Situations et faire dire quel en est l’emploi : reproche, - Si la principale présente une cause, la subordonnée
hypothèse, etc… Exemples : Vous auriez pu le dire introduit une conséquence.
quand nous avons pris cette chambre ! (reproche) / Exemples : Je ne sors pas parce qu’il pleut (cause). /
Si nous avions su qu’il n’y avait pas de clim, nous ne Il pleut donc je ne sors pas (conséquence).
serions pas descendus ici ! (hypothèse) • L’expression de la conséquence permet d’expliquer ou
• Faire formuler des reproches : Tu aurais dû téléphoner. / de justifier ce que l’on affirme.
Vous auriez pu me parler. • On peut exprimer des conséquences de façon implicite
• Faire faire l’activité nº1, p. 96. ou explicite : Je n’ai pas d’argent. Je ne pars pas en
vacances. / Je n’ai pas d’argent donc je ne pars pas
Solutions en vacances.
1) J’aurais dû 2) me serais présenté 3) serions partis • Par groupes de 2, faire retrouver comment sont reliées,
4) aurais pu 5) aurais pu 6) aurions dû 7) aurait dans les Situations, les phrases proposées à la page
préféré 8) seraient venus 9) J’aurais dû 10) j’aurais Grammaire. Quelles conjonctions de coordination ser-
appelé vent à exprimer la conséquence ? Donc, alors, par
conséquent.
• Faire faire les activités nº3 et nº4, p. 97.
L‘expression de l‘hypothèse
Propositions
• Dans la Leçon 7, nous avons étudié l’expression de la 3. 1) Ma mère a acheté un robot ménager c’est pour-
condition, introduite par la conjonction de subordina- quoi mon père gagnera du temps dans la cuisine.
tion si + présent + phrase principale au futur ou au 2) Nous n’avons pas pris la voiture par conséquent
présent. nous avons évité les embouteillages.
- On parle d’expression de la condition quand il y a 3) On m’a offert un zoom pour mon appareil photo
une probabilité, une possibilité de réalisation entre- alors je pourrai zoomer sur les détails.
vue du point de vue de l’interlocuteur. 4) La batterie de ton portable est sous garantie donc
- Par contre, on parle d’expression de l’hypothèse tu peux la rapporter chez Ducrot.
quand cette condition est considérée comme impro- 5) Je déteste conduire c’est pourquoi je suis venu en
bable, voire impossible. train.
• Faire observer les phrases proposées à la page 6) Mes enfants sont grands donc je peux les laisser
Grammaire. seuls le soir.
- La structure si + imparfait + phrase principale au 4. 1) […] il ne réussira pas son examen.
conditionnel présent sert à exprimer l’éventualité, le 2) […] ils n’ont pas pu arriver à l’heure.
souhait. On parle dans ce cas d’hypothèse impro- 3) […] il est tombé et s’est fracturé la cheville.
bable. 4) […] qu’elle a rompu avec son fiancé.
- La structure si + plus-que-parfait + phrase principale 5) […] elle ne va jamais aux sports d’hiver.
au conditionnel passé sert à exprimer des regrets, à 6) […] on est allés ailleurs.
faire des reproches. On parle dans ce cas d’hypothèse 7) […] il n’y a personne pour vous informer.
irréelle. 8) […] qu’il s’est retrouvé au chômage.
• Faire faire l’activité nº2, p. 97.

100 //// UNITÉ 4


668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 101

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 94-95


SITUATIONS U4 L8

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 98-99 Acheter ou installer un appareil


LEXIQUE

Quelques conseils d’utilisation…


Activité 1

• Faire réaliser l’activité par groupes de 2 puis procéder à une


Activités 1, 2 et 3
mise en commun.
• Dans cette activité, il est important de montrer qu’à chaque
• Faire lire le titre de cette rubrique, observer la page et
démarche correspond un verbe ou une expression bien
demander aux apprenants de quoi on va parler. De
particuliers.
conseils et de modes d’emploi d’appareils et de produits
alimentaires.
• Demander aux apprenants s’ils lisent les modes d’emploi
des appareils qu’ils achètent et s’ils pensent que c’est Activité 2
important de le faire.
• Faire faire les activités nº1, nº2 et nº3 par groupes de 2 • Cette activité ludique sera l’occasion de constater si les
puis procéder à la mise en commun. Lors de cette dernière, apprenants ont bien intégré la structure servant à exprimer
les apprenants donneront les termes qui leur ont permis de l’hypothèse. Ce sera aussi un bon moyen de réemployer
découvrir le produit. tout le vocabulaire découvert dans cette page de Lexique.
• On fera remarquer que, pour donner des conseils, on • Faire réaliser l’activité par petits groupes. Le professeur
emploie l’impératif ou l’infinitif. passe d’un groupe à l’autre et corrige les apprenants s’il y
lieu.
Solutions
1. Pâtés, foie gras ou autres. / Confiture ou produit de
consommation lente. / Produit congelé à faire cuire. LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 99
2. Fer à repasser, micro-ondes, radio-cassette. PRONONCIATION
3. Il y a de bons et de mauvais gestes. (On fera remar-
quer l’emploi de la négation ou de termes comme Les semi-voyelles
attention pour parler des mauvais gestes.) • Faire réaliser les activités nº1, nº2 et nº3, p. 99.

Transcription
2. 1) Louis - lui 2) oui - oui 3) pied - puer 4) lueur -
lueur 5) pile - pille 6) fille - fille 7) mieux - mien
Activité 4
8) miel - miel
3. 1) suisse 2) ouate 3) soie 4) cuisse 5) huile
• Faire réaliser cette activité par groupes de 4 ou 5 puis pro-
6) abeille 7) chouette 8) oreille
céder à la mise en commun.
• Encourager les apprenants à utiliser un dictionnaire bilingue
ou monolingue et tout ce qui peut favoriser leur autono-
mie. Solutions
• Le lexique trouvé pourra être noté sur des fiches et classé 2 = : 2, 4, 6, 8 / ≠ : 1, 3, 5, 7
par catégories grammaticales puis affiché dans la classe. 3 [j] : 6, 8
[y] : 1, 4, 5
[w] : 2, 3, 7

UNITÉ 4 //// 101


668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 102

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 100

U4 L8 CIVILISATION

Concours Lépine : ingéniosité et astuce toujours


Compréhension écrite d’un texte informatif sur des inventions récentes présentées au Concours Lépine.
Description d’objets ou d’appareils singuliers et de leur fonction. Renforcement du lexique.
Prise de parole : expression des goûts et opinions, emploi du conditionnel présent et passé.

• Faire lire le texte par groupes de 2 puis demander aux • Louis Lépine, fondateur du Concours Lépine est né à
apprenants de répondre aux questions. Lyon en 1846. Après des études complètes dans sa ville
- Quelles sont les impressions des apprenants à la lecture natale, puis à Paris, il est envoyé deux ans en Allemagne
de ce document ? Que pensent-ils des inventions ? où il suit les cours des universités d’Heidelberg et de
Laquelle leur semble la plus étonnante ? La moins utile ? Berlin. Il termine à Paris ses études de droit lorsque la
Laquelle leur plaît le plus ? Laquelle pourrait avoir un guerre de 1870 éclate.
grand succès ? Une fois la paix signée, il retourne à Lyon où il exerce la
- Les apprenants comprennent-ils bien en quoi consistent profession d’avocat jusqu’en 1877. Puis il entre dans
toutes les inventions ? l’administration et en gravit rapidement les échelons suc-
- En quoi consistent certaines d’entre elles ? cessifs. En 1893, il est Préfet de la Seine-et-Oise mais il
- Que suggère le logo de la Foire de Paris aux apprenants ? ne reste à Versailles que quelques jours car il est nommé
Que pensent-ils de l’affiche ? La trouvent-ils curieuse, sur- Préfet de Police le 11 juillet 1893.
prenante ? En 1901, devant le marasme des petits fabricants de
• Faire réaliser l’activité nº5 par petits groupes. jouets et d’articles de Paris, dû à la concurrence étrangère,
- Chaque groupe pense à une invention puis la présente il crée un concours-exposition, le Concours Lépine.
au reste de la classe. Pour que l’effet soit encore plus réa- Depuis sa création, le Concours Lépine, célèbre dans le
liste, chaque groupe peut réaliser un dessin de son inven- monde entier, est toujours d’actualité. Il y a d’ailleurs
tion et le présenter d’une façon plus scientifique en expli- depuis peu un Salon des Jeunes Créateurs qui connaît
quant le mode d’emploi, schéma à l’appui. chaque année un franc succès.
- Lors de l’exposition, recommander aux apprenants d’em- Pour plus d’information, on peut consulter la page
ployer le conditionnel ou le conditionnel passé ainsi que Internet : www.concours.lepine.com.
les hypothèses. Exemple : Si nous parvenions à fabriquer
cette brosse à dents révolutionnaire, nous n’aurions plus
besoin d’aller si souvent chez le dentiste. Etc.
- Si les dessins sont amusants ou étonnants, on pourra les
afficher dans la classe avec un descriptif de leur emploi.

Solutions
1) Des inventeurs venus de 12 pays.
2) Actuellement, on réalise des gadgets et astuces plus
ou moins utiles mais qui pourront peut-être s’imposer
dans notre vie quotidienne.
3) Réponse libre.
4) Réponse libre.
(Le logo représente l’étiquette d’un produit de
consommation et la phrase cité des envies suggère
l’idée d’un endroit où l’on peut réaliser ses désirs de
nouveautés, etc.
L’affiche est moderne. Le dessin central rappelle la
tour Eiffel mais comme si elle était vivante. L’image du
ciel fait référence à ce qui n’est pas encore tout à fait
connu et est à inventer.)

102 //// UNITÉ 4


668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 103

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 101-103


COMPÉTENCES U4 L8

expressions pour… Activités 1 et 2

• Faire préparer les dialogues par groupes de 2.


Réactivation des connaissances, mise en
• Rappeler éventuellement les techniques de représentation
commun.
vues au niveau 1 (importance de l’intonation, du débit…).
Récapitulation des actes de parole mobilisés
Insister sur l’emploi de la phrase longue (cause, hypothè-
dans les activités d‘expression suivantes.
se, opinion, etc.).
• Demander à plusieurs groupes de jouer la scène.
• Faire rechercher les expressions par groupes de 5 ou 6 • Procéder à une co-évaluation des productions.
personnes et demander aux apprenants de les adapter à
des situations précices, par exemple : vanter les qualités
d’une voiture.
• Les apprenants pourront compléter la liste avec d’autres Activité 3
expressions déjà connues.
• Faire préparer cette activité par groupes de 2. Les appre-
Inciter quelqu’un à faire quelque chose : Approchez… / C’est nants répéteront à tour de rôle. S’appuyer sur le travail du
décidé ? Vous me le prenez ? / Alors, sautez sur l’occasion… / monologue proposé à la Leçon 7, page Compétences pour
N’hésitez plus ! / Demandez à la personne… / Téléphonez réaliser la production.
directement au service après-vente. / Regardez sur la garan- • Faire faire la co-évaluation en suivant les critères proposés.
tie… / Vous n’avez pas de ventilateur à nous monter ? Si on le juge utile, on pourra, au préalable, faire expliciter
Vanter les qualités d’un objet : La réponse à vos besoins ces critères, en demandant aux apprenants, par anticipa-
en cuisine. / Ce superbe… qui va révolutionner votre vie. / tion, ce qui entrera dans les différents points : communi-
Il n’a pas son pareil dans le monde. / Rapide, moderne, effi- cation, vocabulaire, grammaire, prononciation. Faire com-
cace, fonctionnel, facile à l’emploi. / Ça devient un jeu d’en- parer ensuite avec les items proposés.
fant. / Très pratique.
Faire constater le mauvais fonctionnement d’un appareil : • Faire réfléchir sur la fiche de co-évaluation :
La clim ne fonctionne pas. / Je n’arrive pas à la mettre en - Quand on parle de communication, les apprenants, face
marche. / Il marche très mal. / Il se décharge continuelle- à leur production ou à celle des autres, doivent se poser
ment. / Je suppose que c’est la batterie, etc. des questions par rapportà à la longueur, la précision,
Exprimer sa colère ou son mécontentement : Mais l’intelligibilité, la richesse et la construction du mono-
madame… / Portez-le vous-même ! / Eh bien, franche- logue.
ment, vous auriez pu le dire ! / Si nous avions… nous n’au- - Pour le vocabulaire, il s’agit d’évaluer la variété et l’adé-
rions pas… / J’attends toujours ! / Je suis fatigué de répé- quation des termes employés.
ter la même chose tous les trois jours à quelqu’un de - En ce qui concerne la grammaire, on notera si les
différent ! / C’est pas mon problème… / Vous vous rendez expressions sont variées, si la langue maternelle n’a pas
compte si… / J’ai jamais vu ça ! / Il y a un désordre et un une trop grande influence sur la construction des
manque de sérieux épouvantables ! phrases, si les erreurs ne sont pas un trop gros obstacle
Essayer de calmer la colère de quelqu’un : Ce n’est pas pour la compréhension.
la peine de vous énerver, ça ne changera rien ! / Si on pou- - La prononciation sera également évaluée, sans oublier
vait… / Je vous passe le responsable… / C’est que je ne l’intonation, le rythme et le débit qui doivent être de
voulais pas… / Je pensais que vous pourriez m’aider… / plus en plus appropriés.
Non, non, c’est normal. / Ne vous inquiétez pas, on va… / • À ce stade de l’apprentissage, on commence à insister sur
Si j’en avais un… / Je… Excusez-moi. les points suivants :
Indiquer l’incertitude par rapport à un fait : Je suppose - la longueur de la phrase et du texte en général ;
que c’est… / Je ne sais pas vraiment… / Voyons, je ne crois - la richesse et variété du lexique puisqu’on dispose
pas que nous en ayons de disponible ! maintenant d’un éventail plus large ;
- le contrôle grammatical, étant donné qu’on commence
à aborder des structures plus complexes et qu’il est pré-

Parler
férable de les gérer de la meilleure façon possible ;
- le rythme de l’élocution, qui commence à acquérir une
certaine importance et est lié à la mélodie de la phrase
(rappeler les règles de l’accent tonique), et le débit qui
Exprimer son mécontentement. Faire des réclama-
doit aussi être plus rapide.
tions.
Vanter les qualités de quelque chose. Inciter quel-
qu’un à acheter quelque chose.
Monologue sur le modèle de la Situation 1. Co-éva-
luation.

UNITÉ 4 //// 103


668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 104

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 101-103

U4 L8 COMPÉTENCES

Lire collaboration au bon fonctionnement du magasin. Les


compensations qu’il propose à la cliente sont de plus en
plus embarassantes pour elle, puisqu’il la rend responsable
Compréhension écrite : lecture d’un fragment de texte
de la perte du poste de travail de Malaussène. / Non, ce
littéraire contemporain assez difficile.
n’est pas normal. La preuve en est la fin de l’histoire où l’on
Enrichissement du lexique.
peut deviner que c’est un coup monté. 5) Elle passe de la
Importance de la compréhension globale pour
colère à la fatigue, puis à l’embarras, ensuite à la compas-
aborder un texte assez difficile. Mots clés. Détection
sion et elle finit par se sentir coupable parce que Lehman
des implicites.
lui a répété que c’est Noël et qu’elle va être responsable
de la perte du poste de travail de Malaussène.
• Faire lire le texte puis demander aux apprenants de
répondre aux questions individuellement. Les encourager à
ne pas se laisser rebuter par la difficulté. Les questions qui • Daniel Pennac, qui est né au Maroc en 1944, a passé son
traitent de compréhension globale (qui ? ou quoi ?) et du enfance dans des garnisons d’Afrique et d’Asie. Professeur
repérage des implicites (comparaison avec une situation de français et lecteur passionné, il écrit tout d’abord des
standard) les aideront à entrer plus à fond dans la lecture. livres burlesques pour les enfants.
• Demander aux apprenants de comparer leurs réponses - En 1985, son premier roman paraît : Au bonheur des
avec celles de leur voisin(e). ogres. C’est le début d’une saga policière aux person-
• Procéder à la mise en commun. Quelles sont les difficultés nages fantasques et attachants. À travers cinq romans (Au
que les apprenants ont pu rencontrer ? Savoir qui parle bonheur des ogres, La fée carabine, La petite marchande
et de quoi, à cause des phrases longues, des enchaîne- de prose, Monsieur Malaussène, Des Chrétiens et des
ments rapides, de la grande variété de vocabulaire et de Maures), on découvre la vie mouvementée de Benjamin,
l’alternance entre discours direct et indirect. un homme ordinaire que le destin a choisi pour être une
- Pour résoudre ces difficultés, il est important de se sorte de malchanceux perpétuel.
concentrer sur la ponctuation et de se baser, dès le - Pour plus d’information sur l’auteur, une adresse à
départ, sur la compréhension globale. consulter :
- Il est également essentiel de se replacer dans ce genre www.unikassel.de/fb8/privat/kerdelhue/internautes/
de situation : quand on fait une réclamation, le vendeur pennac/pennac.html-23k-
essaie généralement de relativiser cette réclamation et de
s’en tenir au strict minimum accordé au préalable, et ce,

Écrire
dans l’intérêt du commerce. Ici, le magasin doit fournir un
autre réfrigérateur, ce qui est tout à fait normal. Quant au
remboursement des aliments prévus pour Noël, il est
intéressant de voir comment agit le vendeur. Il utilise un
Expression écrite : rédiger une lettre à un service
subterfuge : il prétend les faire payer à l’employé et
municipal à partir de la réponse.
menace de le renvoyer ; il profite du fait que c’est Noël,
Compréhension écrite : analyse de la réponse, modèle
quand les gens sont plus indulgents (implicites).
implicite.
- Il faut aussi repérer les mots ou phrases clés et enfin
Expression de souhaits, de désirs.
séparer les digressions des idées principales (ex-sous
Inciter quelqu’un à faire quelque chose, réclamer.
off… Riesling).
• Pour la question 5, susciter une discussion au sein du grou- • Faire lire la lettre-réponse par groupes de 2.
pe-classe pour savoir comment les apprenants réagiraient • Poser des questions de compréhension. Qui écrit ? Les
face à une situation de ce genre. services de la mairie. À qui ? À Antoinette Fontaine. Quoi
? Ils donnent une réponse à sa demande de mieux net-
Solutions toyer la voie publique (éliminer les déjections canines). Qui
1) Les personnages sont : Malaussène (un employé du va écrire ? Antoinette. À qui ? À la mairie.
magasin), une cliente, un chef, Théo, ami de Malaussène ; • Faire réfléchir ensemble sur les points à traiter dans la lettre
le chef a un ton autoritaire envers l’employé ; la cliente, au demandée. Il faudra :
départ, a un ton coléreux. 2) Pour répondre à la plainte de - rédiger l’entête ;
la cliente qui a protesté parce que le réfrigérateur qu’elle a - remercier pour l’entretien du quartier ;
acheté est tombé en panne et a abîmé les aliments desti- - faire une réclamation à propos des déjections canines,
nés au repas de Noël. 3) À Noël, la veille de Noël, proba- donner des précisions : quand, où, comment, causes et
blement. 4) Il essaye de donner un ton professionnel à conséquences, etc. ;
son intervention, accuse ouvertement Malaussène d’être le - rédiger la formule de politesse finale.
responsable de la situation et l’oblige à compenser la cliente • Avant de faire réaliser la lettre par groupes de 2, rappeler
de sa poche. Il félicite la cliente de son attitude et de sa l’emploi du registre standard et soutenu pour ce genre de
lettres.

104 //// UNITÉ 4


668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 105

BILAN B4

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 104 PORTFOLIO, p. 13-14


LANGUE COMMUNICATION

Lexique Lire
1 Dites le contraire des mots suivants. 1 Lisez cet article de la revue Top-actualité, puis
répondez aux questions au dos de la page.
a) moderne
b) réchauffer Solutions
c) débrancher 1) Les organismes et associations organisent des cam-
d) éteindre pagnes écologiques pour que les citoyens se rendent
e) garder compte qu’un petit geste peut avoir de grandes consé-
quences pour l’avenir de la Terre.
2) Les exemples proposés sont très simples et faciles à
2 Donnez les substantifs dérivés des verbes suivants.
réaliser dans notre vie quotidienne, si on désire faire un
« bon geste pour la planète ». Il s’agit en effet de se dou-
a) vente cher au lieu de prendre un bain, d’arroser le jardin le
b) pollution soir plutôt que le matin, de trier ses poubelles, etc.
c) réparation 3) L’article propose de réduire la consommation d’eau et
d) recyclage d’énergie électrique.
e) arrosage 4) Les paragraphes Trier ses poubelles et Question d’em-
ballage parlent de recyclage. On peut recycler les bou-
3 Complétez avec un seul mot par espace. teilles en plastique, par exemple, car elles permettront
de fabriquer des cartes téléphoniques. On peut, en fai-
sant nos courses, veiller à choisir des produits dont
1) débordé 2) nettoyer 3) cassée 4) marchait 5) rendre
l’emballage est recyclable : carton, papier, etc.
5) On parle de récupération dans Cultiver son jardin. Si

Grammaire l’on récupère les résidus du jardin et les matières orga-


niques, on peut fabriquer de l’engrais naturel qui, ainsi,
entretiendra le sol.
4 Complétez le dialogue ci-dessous.

1) aimerais 2) Alors 3) avais fait 4) aurais pu 5) Parce


que 6) par conséquent 7) continues 8) vais 9) aidais
Écouter
10) aurions 11) Mais 12) voudrais 13) Grâce à 1 Écoutez cette émission de radio sur l’écologie, puis
14) trouvais 15) changerais établissez sa fiche : donnez les informations deman-
dées ou choisissez l’option correcte parmi celles qui
sont proposées.
Prononciation
Transcription
5 Écoutez et dites si les phrases suivantes correspon- - RTU info. Il est six heures dix. Raymond Labène est tou-
dent à l’enregistrement. jours à l’antenne et le sujet du jour est : les éco-gestes,
- tous ces petits gestes simples que nous pouvons faire
Transcription sans même nous en rendre compte - et qui, nous dit-on,
1) C’est lui qui l’a fait. 2) Regarde l’alouette. 3) Quelle auraient une grande répercussion sur l’environnement si
jolie ruelle ! nous étions nombreux à les faire…
Nous vous rappelons que la revue Top-actualités vient de
sortir un dossier intitulé « Un bon geste pour la planète » et
que nous voulons contribuer au débat qu’elle a lancé.
Solutions
Allô ! Oui ! Léa va nous donner son opinion : elle nous
1) Non 2) Oui 3) Oui
appelle de l’Indre et Loire. Bonjour Léa ! Qu’est-ce que
vous voulez nous dire, là ?
6 Chassez l’intrus. Écoutez et soulignez le mot qui ne - Moi… eh ben… heu, je suis complètement d’accord
correspond pas à la série. avec vous… Je pense qu’il est très facile de changer ses
habitudes d’arrosage… mais aussi pourquoi ne pas
1) exhaustif 2) dictionnaire 3) escalope choisir pour nos jardins des plantes de terrains plus secs ?

UNITÉ 4 //// 105


668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 106

PORTFOLIO, p. 15-16

U4 BILAN B4

2 Les intervenants ont-ils le même âge et la même


Pourquoi ne pas planter des arbustes plus résistants ? Il y
situation de famille ? Justifiez votre réponse.
en a beaucoup, vous savez, qui sont très jolis. C’est à
cause de cette question qu’avec mon mari, l’année der-
Solutions
nière, nous avons inventé un nouveau type de jardin,
Les intervenants n‘ont pas tous le même âge ni la même
plus exotique, plus… Si nous pouvions tous être
situation de famille. En effet, Sandra a 17 ans et vit avec
conscients de ça, nous économiserions…
ses parents ; par contre, Léa nous parle d’elle et de son
- Vous avez totalement raison, Léa ! Je crois que vous
mari. Elle est donc plus âgée et mariée.
venez de dire quelque chose de très important ! Par
conséquent, nous reviendrons très vite sur ce thème…
Nous allons laisser la parole maintenant à Franck, de
Grenoble. Franck, vous nous entendez ? Oui ? Que pen-
sez-vous, vous, des éco-gestes ?
- D’abord bonjour… Alors, moi, je voudrais insister sur ce
fait que… que… il est facile de s’organiser pour regrou-
per… séparer nos ordures en raison des types de
déchets… nous avons hélas une énorme quantité d’em-
ballages, de sacs, de boîtes… il est facile de les trier et de
les jeter dans des poubelles différentes.
- Alors là, Franck, vous avez raison, ce n’est pas si com-
pliqué que ça! Mais Sandra demande la parole, de
Marseille… Sandra, bonjour ! Vous avez 17 ans ?
- Bonjour, oui, tout à fait ! Moi je voudrais dénoncer… une
chose dont on ne parle pas souvent, c’est le gaspillage
d’énergie… Par exemple, à la maison, nous sommes
cinq, nous habitons en banlieue… alors nous avons trois
voitures… Si on était restés dans le centre de Marseille,
on n’aurait pas eu besoin de toutes ces voitures ! En plus,
quand nous sommes tous à la maison, il y a deux télévi-
seurs branchés, un ordinateur… ça, c’est moi, j’adore
surfer sur le Net… un lecteur de CD et parfois une
radio… C’est incroyable ! Dans toutes les pièces de la
maison, il y a un appareil qui marche ! Mon petit frère
allume la télé dès qu’il rentre de l’école et il ne l’éteint
que pour dîner à cause de ma mère qui se met en colè-
re… Si toutes les familles font comme nous, je pense
qu’il ne restera bientôt plus assez d’énergie pour tous.
- Eh oui Sandra ! Vous venez de dire quelque chose d’es-
sentiel ! Il y a quelque chose de très injuste là ! Bon, nous
allons revenir immédiatement sur ces sujets essentiels.
En attendant, voici les nouvelles.

Solutions
PROGRAMME
1) RTU info 2) Six heures dix 3) b
ANIMATEUR
1) Raymond Labène 2) c
INTERVENANTS
Première intervenante :
1) Léa – Mariée 2) c
Deuxième intervenant :
1) Franck – On ne sait pas 2) Trier des déchets
Troisième intervenante :
1) Sandra – 17 ans 2) Lutte contre le gaspillage d’éner-
gie

106 //// UNITÉ 4


668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 107

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 105-108


PROJET P2

Série noire
Compréhension écrite d’extraits de romans policiers.
Prise de parole pour négocier, définir des paramètres divers au sujet des textes à écrire.
Rédaction d’une histoire policière.
Compréhension orale d’un texte littéraire dialogué.
Lecture oralisée et représentation.

COMMENTAIRES
relation avec le titre Dix jours qui peut être la durée de
• Demander au groupe-classe d’observer le titre de cette l’enlèvement), la voiture qui passe réveille sa panique
section et les photos : à quoi font penser les titres des car elle croit que ce sont eux qui sont à sa recherche.
livres présentés et de quoi parlent-ils ? - Le texte oscille entre une description très précise de
• Entamer un débat avec les apprenants sur leurs goûts en l’instant qu’elle vit et l’imprécision des autres éléments
matière de roman ou de film policier (ce qui leur plaît, s’ils qui entrent en jeu (avant / après, les autres), cela
en lisent, en regardent, lesquels, etc.) contribue à renforcer le mystère.
• Faire feuilleter les pages du projet et faire expliciter son - Les sentiments dominants, ce sont la peur et la
objectif : écrire deux extraits de roman policier à partir de panique. Ils sont exprimés dans la description minu-
modèles ouverts (l’un descriptif, l’autre dialogué) et enfin, tieuse des manifestations physiques et morales (fris-
les représenter. sonne, battements de cœur, douleur secrète, s’est
• Résumer les activités en explicitant les différentes étapes : redressée, tétanisée, incapable de penser, d’agir, un
a) sonder les éléments contribuant à créer une atmo- animal pris au piège).
sphère d’intrigue à travers un extrait de roman policier. - La phrase elle est toujours vivante signifie qu’elle vient
b) choisir les personnages de l’extrait que l’on va écrire, d’échapper à un grand danger.
les caractériser et expliciter leurs relations. - Les infinitifs qui ont valeur d’impératif et la répétition de
c) déterminer le nœud de l’intrigue. la négation ne pas indiquent que cette femme doit faire
d) situer l’action dans un lieu spécifique, qui déterminera un très gros effort pour dominer sa peur (ne pas pen-
aussi l’atmosphère. ser… / ne pas laisser… / se concentrer / remplir…).
e) décider d’un dénouement ou d’une conclusion que les - Il existe aussi une tension entre l’attente qu’elle doit
autres apprenants devront deviner à partir de la repré- s’infliger et ce qu’elle doit accomplir pendant cette
sentation. attente (les mots elle attend, répété). La tension se
trouve également dans la contradiction qu’il y a entre
les mots ou expressions : se concentrer / lentement /
Activité 1 il sera temps et il faut quelle se lève / qu’elle aille écri-
re le témoignage / le temps joue contre elle.
• Demander à des groupes de quatre ou cinq personnes - Enfin, on peut remarquer une tension entre la solitude
de préparer une lecture oralisée de ce texte afin d’en qu’elle s’impose et l’appel au secours qu’elle doit lancer.
refléter l’ambiance. Il s’agira d’établir les pauses et le ryth- En conclusion, on peut dire que le moment présent est
me, de mettre en relief certains mots et de trouver le ton décrit très minutieusement, tandis que tout ce qui vient
adéquat. de se passer est mystérieux. Aucun indice ne nous est
• À partir des lectures proposées, faire réaliser l’activité puis donné sur la suite des événements, mais l’état de l’hé-
passer à une mise en commun des réponses avec le grou- roïne fait craindre le pire.
pe-classe.

Solutions
- Le titre de l’extrait et le titre du livre.
- L’emploi de ils est mystérieux car on ne sait pas de qui
Activité 2
il s’agit.
- L’histoire a lieu une nuit. • Les apprenants s’aideront des dessins afin de choisir leurs
- Cette femme est poursuivie, on la cherche, on ne sait protagonistes mais ils pourront, s’ils préfèrent, proposer
pas pourquoi. On peut imaginer qu’elle vient d’échap- d’autres descriptions. Celles-ci devront être minutieuses,
per à un enlèvement (Disparition / trouvée à mettre en même si tous les éléments ne servent pas directement à
l’écriture des textes.

PROJET 2 //// 107


668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 108

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 105-108

U4 PROJET

- Les apprenants choisiront aussi un profil pour chaque - Dès le début, les adjectifs contribuent à donner cette
personnage : victime, criminel, complice, suspect, policier, sensation (froide, pleine, inhabituel, insolite).
détective, témoin... - De nombreux verbes décrivent les nombreux va-et-vient
- Afin de brosser un portrait intéressant, ils décriront éven- (montaient / descendaient / résonnait / allait ouvrir /
tuellement leurs habitudes, leurs manies ou certains devaient passer / remontait / circulait / arrivait / parut /
détails qui accentuent l’intrigue. s’arrêta).
- Enfin, ils expliciteront la relation entre les différents per- - Pour renforcer cette atmosphère d’envahissement et
sonnages : s’ils se connaissent ou non, la nature de leur d’étrangeté que vivrent les occupants de la maison, on
relation... ne désigne pas les gens qui y entrent, on dit des gens
• Faire choisir éventuellement d’autres personnages qui qu’on ne connaissait pas, ce n’est qu’après que l’on
pourront intervenir. Ce sera peut-être plus facile d’inventer dévoile qu’il y a des gens de la police. Il y a sans doute
ces personnages secondaires après avoir défini le nœud de une enquête parce qu’il s’y est passé quelque chose de
l’intrigue ou son dénouement. grave.
- On montre aussi la maison vue du dehors, attirant la
curiosité des domestiques des autres maisons. Cela
indique qu’on se trouve dans un quartier de gens ayant
Activité 3
une bonne position sociale. Cela indique aussi que la
maison s’est convertie en centre d’intérêt à cause des
• Demander aux apprenants de définir le problème auquel
allées et venues inhabituelles qui y ont lieu.
sont confrontés les personnages qu’ils ont choisis. L’intrigue
Les personnages :
dépend logiquement de leur profil ; par exemple, s’il s’agit
- Loursat, le père de Nicole, sans doute le maître de mai-
d’un criminel, il tentera de fuir, d’effacer ses empreintes,
son, a l’air de faire comme chez lui et comme si rien ne
d’échapper à la police, etc.
s’était passé (remontait en soufflant de la cave, / indif-
Les apprenants pourront choisir une illustration et décrire le
férent). Il a sans doute un certain âge (soufflant).
problème en question ou en inventer un autre, s’ils ont de
- Nicole. Elle apparaît avec un manque de naturel (très
l’imagination.
grande, très droite, d’une impassibilité exagérée). Son
apparition soudaine crée une surprise.
- Ducup. Sa description se veut assez intrigante, comme si
Activité 4 on voulait attirer l’attention sur lui : tiré à quatre épingles
(très bien habillé et impeccable), calamistré (gominé),
• Les apprenants devront choisir le lieu de l’action en fonc- avec sa tête de rat malade. Il y a d’ailleurs une contra-
tion des illustrations ou de leur choix (ville, bidonville, pays diction entre tiré à quatre épingles et calamistré. Tiré à
exotique, station service, lieu futuriste, etc.) et le décrire (s’il quatre épingles contraste avec rat malade.
est désert ou non, ce qu’on y voit, etc.). • Demander aux apprenants d’émettre des hypothèses sur
les relations entre les personnages :
- Nicole et son père ? On ne sait rien de précis. Nicole
Activité 5 s’arrête instinctivement devant son père, s’agit-il de res-
pect ? Recherche-t-elle une protection ? Veut-elle le ras-
• Faire résumer la clé de l’énigme en incitant les apprenants surer ou être rassurée ?
à soigner particulièrement la précision et la cohérence des - Ducup et Nicole ? Ducup est peut-être l’inspecteur qui
faits. vient de l’interroger car ils apparaissent ensemble et le
portrait qu’en fait Simenon est assez ironique.
- On parle d’un assassin qui se serait trouvé dans la mai-
son. Qui est Gros Louis ? La victime ? Un domestique ?
Activité 6 - Le ton des questions et leur précision pourraient faire
penser qu’il s’agit d’un policier qui interroge un témoin,
Dans cette activité, il s’agit de prendre exemple sur deux
mais le texte dit pendant que vous montiez, donc la per-
extraits d’un même roman afin de rédiger les parties narrati-
sonne en question est une personne familière de la
ve (personnages, lieux, récit) et dialoguée de l’histoire qu’ils
maison. De même j’étais venu vous demander de ne
vont inventer.
pas déclarer que j’étais ici, montre qu’ils se connaissent.
• Faire analyser éventuellement, par groupes de 3 ou 4, les Il pourrait s’agir de Loursat, le père de Nicole. Alors
éléments significatifs de chaque extrait. Ducup pourrait être l’inspecteur qui venait d’interroger
Le lieu : L’action se passe dans une maison où se Nicole.
concentre une activité dense. - Le témoin connaît Nicole, il l’a laissée au seuil de sa
- La description de la maison veut transmettre une atmo- chambre : quelle genre de relation ont-ils ?
sphère d’étrangeté et d’activité fébrile où seule l’attitude - Les gens de la maison et le témoin ne sont pas du
dégagée du maître de maison fait contraste. même milieu social (nous ne sommes pas riches).

108 //// PROJET 2


668905U4.qxd 2/12/04 19:05 Página 109

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 105-108


PROJET P2

- De quoi s’agit-il ? D’un interrogatoire de police pour Activité 7


savoir qui est l’assassin.
- De quel type sont les questions ? Elles sont précises, • Réfléchir avec le groupe-classe sur la façon de dire le
insidieuses, dignes d’un professionnel. monologue et le dialogue et répartir les rôles.
- De quel type sont les réponses ? Ce sont celles de - Le texte narratif pourra être lu par deux personnes, soit
quelqu’un qui semble sur la défensive, qui se contredit de façon alternée, soit l’une à la suite de l’autre.
(il n’a pas vu l’assassin mais il dit que c’est un - Utiliser éventuellement des objets, faire des bruitages ou
homme). choisir des musiques appropriées qui pourront contribuer
- Le témoin justifie sa nervosité en disant qu’il n’est pas à créer l’atmosphère voulue.
riche et que tout va retomber sur lui, il dit qu’il ne vou- - Une grande importance devra être donnée à l’intonation
lait pas déclarer qu’il était sur les lieux car il a peur des et au rythme de la phrase.
conséquences. Il semble ne pas faire confiance à la jus-
tice du fait de sa condition sociale (nous ne sommes
pas riches). Le fait qu’il n’ait pas cherché Gros Louis
(qu’on suppose en danger) pourrait le désigner comme Activité 8
coupable. Son attitude en général pourrait en faire un
suspect. L’objectif de cette activité est la co-évaluation des produc-
• Faire imaginer un dénouement éventuel. tions. Elle implique que le groupe-classe soit attentif aux
• Faire rédiger les textes par groupes de 4 ou 5 personnes, représentations.
les faire corriger par le professeur avant de préparer la • Avant de juger les productions, les groupes se réuniront
représentation. pour trouver le dénouement de chaque histoire.
• À partir de là, ils seront en mesure de juger les productions
• Présenter l’auteur de ce roman. sur la base des critères proposés.
Georges Simenon est né à Liège (Belgique) en 1903 et il On pourra en définir d’autres : prononciation, intelligibilité,
est mort à Lausanne (Suisse) en 1989. D’abord journalis- richesse de l’expression, etc.
te, il est l’auteur de nombreux romans policiers populaires. Toute appréciation devra être justifiée.
Simenon invente le personnage de Maigret, un policier qui
se veut « médecin des âmes » et non justicier. Il a fait l’ob-
jet d’une longue et obscure genèse dans laquelle vingt-
sept personnages ont contribué à préparer et à préciser sa
personnalité, et avec lui, apparaît un type nouveau de
roman policier, non plus axé sur le problème à résoudre,
mais sur un criminel à comprendre, à prendre en charge.
De nombreux épisodes de Maigret ont été portés à l’écran
et les trois acteurs français ayant incarné le rôle de Maigret
sont Jean Gabin, Jean Richard et Bruno Crémer.
Simenon a écrit en langue française 200 romans, 155
nouvelles et 25 textes autobiographiques.
Pour en savoir plus, proposer de consulter le site Internet :
www.toutsimenon.com

PROJET 2 //// 109


C'est la vie ! 2 GUÍA PORTADILL 2/12/04 18:59 Página 110
668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 111

UNITÉ

5 Dans tous ses états


OBJECTIFS

Prendre la parole dans des débats (registres standard et familier).


Comprendre et participer à une interview dans le domaine professionnel.
Comprendre et raconter des accidents et incidents.
Intervenir dans une conversation ou un débat (donner et défendre son opinion, accepter l’opinion des autres ou la refuser).
Comprendre et raconter des faits divers.
Écrire des lettres amicales d’excuses.
Réfléchir à des stratégies de compréhension d’articles de journaux.
Utiliser des stratégies de planification de l’écrit.

CONTENUS

L9 LEÇON 9 L10 LEÇON 10


Communicatifs : exprimer son (dés)accord, son indigna- Communicatifs : intervenir dans une conversation ; cher-
tion, insistance ; demander et établir un diagnostic médical ; cher ses mots ; féliciter et accuser quelqu’un ; rappeler
demander et donner des explications ; journal intime ; lettre quelque chose à quelqu’un ; articles de journaux, faits divers.
amicale. Grammaticaux : l’expression du but ; la forme passive.
Grammaticaux : l’expression de la concession ; le style indirect. Lexicaux : les accidents et les catastrophes.
Lexicaux : le corps ; les maladies ; les animaux. Phonétiques : le [2] caduc.
Phonétiques : les liaisons. Culturels : les médias : revues et journaux français.
Culturels : la protection sociale en France.

COMMENTAIRES

• Nous voici dans la dernière ligne droite avant le Projet final sent des problèmes, etc. Cela permet de travailler l’emploi
de la Leçon 12 ; il est maintenant important de consolider des divers temps, les connecteurs, l’expression complexe
les savoirs et savoir-faire. (celle des sentiments, par exemple) et aussi d’apprendre à
• On continue à présenter des types de documents variés exposer des faits ou des informations concrètes requérant
et de plus en plus complexes, qui permettent de rebras- un lexique précis.
ser continuellement les savoirs, de les approfondir et • On entre plus profondément dans l’interprétation des
d’acquérir plus de souplesse dans leur maniement. implicites : définir un caractère, un tempérament, à partir
• Aux documents radiophoniques s’ajoutent dans cette des paroles du locuteur mais aussi du registre qui joue un
unité les articles de journaux. rôle déterminant.
• On observera par ailleurs, que les documents radiopho- • Le point Réfléchissons porte sur l’expression écrite dont
niques sont souvent à mi-chemin entre l’oral et l’écrit : en les modèles sont de plus en plus ouverts et variés ; il
effet, un fait divers peut être transposé de l’oral à l’écrit et s’agit de savoir exploiter ces modèles et particulièrement
inversement, un locuteur de radio peut se servir de ses de s’entraîner à faire un plan.
notes pour exposer un sujet, rendre compte d’un fait • Les savoir-faire visent le Projet final qui consiste à réaliser
divers, etc. Ce passage de l’oral à l’écrit et de l’écrit à l’oral des émissions de radio. On travaille le débat ou l’émis-
est travaillé dans de nombreuses activités qui se font sion à thème dans la rubrique Compétences. Il faudra
écho. apporter un soin tout particulier à ces productions où
• Le récit adopte ici différentes formes : faits divers à la radio devront se refléter tous les savoirs et savoir-faire, et tout
ou dans les journaux, texte littéraire sur la maladie, interview particulièrement, comme il s’agit de radio, bien travailler
d’un vétérinaire, émission de radio où les auditeurs expo- la prononciation, le débit, le rythme et la mélodie.

UNITÉ 5 //// 111


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 112

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 110-111

U5 L9 SITUATIONS

Situation 1 > Problème de santé


Compréhension écrite d'un extrait de roman reproduisant une conversation téléphonique.
Lexique lié au corps, à la maladie et à son diagnostic.
Grammaire : la concession.
Dépassement de la lecture subjective et compréhension sélective d’informations.
Sensibilisation au passé simple propre au langage littéraire.

COMMENTAIRES
Solutions
• Avant d’entamer la lecture de cet extrait, présenter briè- a) Delphine b) À une amie : Pauline. c) De sa maladie.
vement l’auteur. d) Non, il s’agit d’une conversation par téléphone. e) Del-
Jacqueline Harpman est née en Belgique en 1929. De phine avertit son amie qu’elle est malade et qu’elle ne
1940 à 1946, elle étudie les langues modernes dans un pourra pas aller la voir comme convenu ni lui apporter les
collège du Maroc, où elle développe une véritable pas- livres demandés. f) Letellier est le médecin de famille.
sion pour la grammaire, la syntaxe et les « Classiques » de
la littérature française. De retour à Bruxelles, elle s’inscrit
à l’université, en médecine. Elle s’adonne totalement à
l’écriture et publie L’amour et l’acacia en 1958 et Activités 2 et 3
L’Apparition des esprits en 1960. Outre des émissions
radiophoniques et des critiques théâtrales, elle travaille • Procéder à une deuxième lecture pour répondre à ces
sur son troisième roman, Les Bons Sauvages. Déçue par questions.
la nouvelle politique de sa maison d’édition, elle arrête • Pour une compréhension plus fine, le professeur pourra
d’écrire et entame des études de psychologie. En 1980, aider à faire comprendre les implicites :
elle se consacre en tant que psychanalyste confirmée à - Les apprenants détectent-ils l’humour dans le style
l’interprétation de cas et rédige des articles pour la qu’emploie la jeune femme pour parler de son état de
« Revue belge de psychanalyse ». Tout en poursuivant ses santé (oreilles qui fonctionnent à l’envers… / Je n’ai
activités de psychanalyse, elle entame une seconde même pas droit au mot plus noble de grippe…),
période littéraire en 1987 avec la publication de La humour auquel fait écho son interlocutrice (…c’est une
Mémoire trouble, La Fille démantelée (1990), La Plage grande consolation… que la maladie ait un nom poé-
d’Ostende (1991), La Lucarne (1992)… Elle obtient le tique) ?
prix Médicis en 1996 pour Orlanda. Parmi ses titres les - Ont-ils eu l’occasion de repérer chez certains malades ou
plus récents, on peut citer En quarantaine (2001) et La d’employer eux-mêmes ce recours quand ils ont été
dormition des amants (2002). malades ?
- Comment peut-on interpréter les métaphores employées
par Delphine : cataclysme / raz de marée / fin du
monde ? Elles démontrent son état d’anéantissement.
Activité 1 • L’activité 3 invite à filtrer le lexique de la maladie pour
dégager les symptômes et confirmer la contradiction
Le lexique du corps pourra éventuellement être abordé avant entre le diagnostic du médecin (un rhume) et l’état de la
la lecture de la Situation. malade.
• Poser des questions aux apprenants : Qu’est-ce qu’on sent
quand on a un gros rhume ou une forte grippe ? Etc. Solutions
• Faire lire le texte et répondre aux questions individuelle- 2. On peut penser qu’elle souffre d’une maladie grave
ment, puis demander aux apprenants de comparer leurs mais elle n’a qu’un rhume.
réponses avec celles de leur voisin(e). 3. Symptômes : nez qui coule, yeux qui pleurent, bouche
desséchée, oreilles qui bourdonnent, sifflent et crissent,
• Faire observer l’emploi du passé simple dans le texte.
toux qui lacère la poitrine, gorge qui brûle, transpiration,
Quelle valeur a-t-il ? La même valeur que le passé
manque d’appétit.
composé.
Signaler que le passé simple n’est plus en usage dans
la langue courante, mais qu’on le trouve dans la langue
littéraire.

112 //// UNITÉ 5


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 113

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 110-111


SITUATIONS U5 L9

Activités 4 et 5 LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 112-113


GRAMMAIRE
• Faire relever les implicites qui traduisent l’état de santé de
Delphine. L’expression de la concession
- L’allusion à La femme de 30 ans, héroïne de Balzac aux
prises avec la maladie, montre l’humour de Delphine • Faire observer les phrases proposées à la page
mais laisse voir aussi qu’elle ne pense pas au pire puis- Grammaire et répondre aux questions. Les mots
qu’elle pense « seulement » à une pneumonie. qui permettent d’opposer des faits ou des affirmations
- Le sens de vilain (pas beau) montre que le médecin sont : mais / malgré / même si / cependant / bien
n’aime pas l’aspect de son poumon, il pense que c’est que.
grave. • Faire lire le tableau.
- Je voudrais bien : réponse elliptique qui prouve que le - Mais est une conjonction de coordination qui sert à
médecin écarte la possibilité de cette maladie, sûrement relier deux phrases.
parce qu’il craint quelque chose de plus grave. - Cependant et pourtant sont des adverbes qui servent
- Qu’est-ce qui aide à deviner que c’est sans doute très aussi à relier deux phrases.
grave ? Le titre du livre : Récit de la dernière année. - Malgré est une préposition.
• Procéder à une mise en commun des difficultés : - Bien que est une conjonction de subordination qui
- Ambigüité de la typlologie du texte littéraire où le récit fait implique l’emploi du subjonctif.
place à des dialogues (conversation téléphonique entre - Même si est une conjonction de subordination qui est
les deux amies et dialogue direct entre la patiente et le suivie de l’indicatif.
médecin). • Demander aux apprenants d’utiliser les mots d’opposi-
On passe du récit au dialogue sans transition : le narrateur tion qui viennent d’être vus dans une phrase en relation
(première phrase) n’annonce pas la conversation entre l’hé- avec la Situation 1.
roïne et son amie ; on comprend la situation au milieu du Exemples : Elle a les symptômes de la grippe mais elle
texte quand l’amie de Delphine lui propose de venir lui tenir n’a pas de fièvre. / Elle se sent mal, pourtant
compagnie (Veux-tu que je vienne ?). Et c’est seulement à elle ne perd pas son sens de l’humour. / Bien qu’elle
la fin de leur conversation (Delphine raccrocha) que l’on se sente affreusement mal, elle ne perd pas son
trouve l’élément lexical qui permet de confirmer qu’elles sens de l’humour. / Malgré son état, elle a encore
parlent au téléphone. la force de téléphoner. / Même si le médecin veut la
- Plus loin, dans un même paragraphe narratif, on fait deux rassurer, elle sent bien que ce n’est pas normal.
sauts dans le temps : […] elle se rendormit. / Elle s’at- • Faire faire les activités nº1 et nº2, p. 112.
tendait chaque fois à se réveiller guérie […] / Il la fit pas-
ser derrière un écran à radioscopier. Solutions
- Il est également difficile de se dégager d’une première 1. 1a 2b 3a 4a 5b
lecture globale pour saisir les contradictions du texte et 2. Propositions
interpréter les implicites (humour, métaphores, etc.). 1) […] mes problèmes de santé.
• La difficulté du texte et les implicites constants fournissent 2) […] on lui en a offert un pour son anniversaire.
l’occasion d’introduire la notion de concession. 3) […] les animaux en captivité nous font de la peine.
Quels mots de concession les apprenants connaissent-ils ? 4) […] elle est toujours en forme et de bonne humeur.
Mais, cependant… 5) […] nous n’irons pas à la plage aujourd’hui.
• À partir de cette Situation, on pourra aussi revenir sur le 6) […] il n’a pas voulu.
discours indirect au présent pour justifier certaines 7) […] ça n’a servi à rien.
réponses ou vérifier la compréhension. 8) […] le mauvais état des routes.
Exemples : Que raconte Delphine à son amie ? Elle lui 9) […] je n’aime pas qu’on me conseille de prendre
raconte qu’elle se sent mal. Elle lui dit qu’elle tousse beau- des antibiotiques.
coup. 10) […] je n’ai pas de place chez moi pour un aqua-
rium.
Solutions 11) […] il n’est pas apprécié par son chef.
4. Non, une amélioration ne se produit pas dans son état 12) […] il a toujours vécu modestement.
de santé (« elle se rétablissait mal, gardait une toux dou- 13) […] elle a décidé de changer d’orientation.
loureuse et un sentiment de faiblesse »). 14) […] tu dois finir ton travail aujourd’hui.
5. On peut penser qu’elle est très malade et qu’elle va sans 15) […] ils sont arrivés en retard.
doute mourir. 16) […] ils ne se ressemblaient absolument pas.

UNITÉ 5 //// 113


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 114

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 110-111

U5 L9 SITUATIONS

LEXIQUE
LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 114-115 Activité 4

• Par groupes de 2, faire réaliser l’activité, qui consiste à


Le corps et l’état de santé
mettre en relation les symptômes et la maladie.
• Procéder à la mise en commun.

Solutions
Activités 1 et 2 1) la grippe 2) les oreillons 3) la varicelle 4) une infec-
tion intestinale.
• Faire lire le titre puis le lexique donné sous chaque tableau
de Van Gogh.
• Réaliser les activités, par groupes de 2, en employant le
lexique du corps et les adjectifs correspondant à la descrip-
Activité 5
tion du celui-ci : jeune / vieux, ridé / lisse, fin / gros, etc.
• Procéder à une mise en commun. En profiter pour étendre
• Par groupes de 5 ou 6 personnes, les apprenants raconte-
encore plus le vocabulaire, afin de pouvoir réaliser l’activité
ront une anecdote en rapport avec un problème de santé.
suivante.
• Les encourager à réemployer le plus de mots vus dans
cette page et les expressions proposées.

Activité 3

• Cette activité ludique va permettre aux apprenants de


réemployer et mémoriser le lexique qui vient d’être étudié.
• Explication du jeu : il s’agit pour le joueur de deviner un
mot choisi au préalable (par celui qui dessinera le pendu
en accord avec le professeur) dans le champ lexical pro-
posé.
À chaque fois que le joueur se trompe de mot, on dessine
un élément du pendu : tête, cou, corps, bras, jambes. Le
pendu est accroché à un gibet figuré par un trait horizontal
et un vertical. Il y a donc 9 éléments en tout. Le joueur
peut se tromper au maximum 9 fois (ce qui donne l’occa-
sion de dire plusieurs mots), au terme de quoi il a perdu.

114 //// UNITÉ 5


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 115

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 110-111


SITUATIONS U5 L9

Situation 2 > Consultation vétérinaire


Compréhension orale d'une émission de radio assez longue, avec des interventions au téléphone. Détection du
canal de communication.
Le lexique des animaux.
Le style indirect.

Activités 1 et 2
- Eh bien d’abord, je voudrais insister sur un fait évident
et qui pourtant n’est pas pris en compte… il faut savoir
• Première écoute de l’émission portant sur des questions
que, quand vous achetez un chien, vous vous engagez
de compréhension globale : Combien de personnes par-
pour plus de dix ans de vie commune… que c’est un
lent ? Qui sont les intervenants ? De quoi s’agit-il ?
animal très sensible, très fidèle et qui s’attache pour
• Demander aux apprenants de répondre individuellement
toujours à ses maîtres. Alors… malgré toute la publi-
avant de commenter leurs réponses avec leur voisin.
cité actuelle qui nous présente la famille idéale accom-
L’activité 2 a aussi pour objectif de préparer les apprenants
pagnée de son caniche ou autre, je le dis très claire-
au Projet de la Leçon 12 car elle leur demande de faire des
ment… si vous n´êtes pas sûrs de supporter un chien
descriptifs précis d’émissions de radio dont ils pourront
chez vous, n’en ayez pas ! J’ai déjà indiqué avant la
s’inspirer lors de l’exécution du Projet.
pause qu’un chien donnait du travail, exigeait des soins
• Commenter les réponses avec le groupe-classe et faire dire
et modifiait le style des vacances de ses maîtres… Je le
tout ce que les apprenants ont compris (hypothèses que
répète encore une fois…
l’on vérifiera par la suite) après cette seule écoute.
- C’est vrai ! il faut en finir avec cette situation lamentable :
• Faire comparer cette émission avec d’autres du même
tous les étés, des centaines de chiens sont abandonnés
genre où un spécialiste répond également aux questions
sur les routes ou les autoroutes parce qu’ils sont devenus
des auditeurs qui téléphonent. Le sujet de l’émission
gênants… Ceci dit, ce n’est pas parce que certains traitent
pourra être varié : sport, bricolage, vie sentimentale, édu-
injustement leurs chiens qu’il faut généraliser…
cation, enfants, etc.
Justement, une auditrice demande la parole… Allô…
- Faire citer ces émissions, expliquer en quoi elles consis-
oui… Marielle Lecœur, de Bruxelles… Bonjour !
tent, donner son opinion, raconter éventuellement une
- Bonjour… oui… euh…d’abord… vous avez raison, je
anecdote surprenante qui a eu lieu au sein d’une émis-
pense qu’on devrait punir sévèrement ceux qui ne
sion de ce genre.
prennent pas soin de leurs animaux… Ensuite…
- Si les apprenants ne sont pas amateurs de radio, on
euh…voilà… en fait… je téléphone parce qu’on m’a
pourra élargir la question à des émissions de télévision
conseillé d’offrir un chien à mon petit garçon de 9 ans,
conçues sur le même modèle.
qui est très renfermé… Pourriez-vous me donner
• Le professeur veillera à ce que les apprenants utilisent le
quelques conseils pratiques pour choisir l’animal adé-
français comme langue de classe au sein des groupes.
quat ?
• Procéder à une mise en commun.
- Oui, bien sûr… Voyons… d’abord… c’est fondamen-
Un porte-parole de chaque groupe rapporte ce qui a été
tal… choisissez une race qui convient à vos conditions
dit. Le professeur, si besoin est, guidera l’emploi du dis-
de vie… certaines races sont très remuantes, par contre
cours indirect au fur et à mesure.
d’autres ont un caractère plus stable, démontrent plus
facilement leur affection, sont plus patientes avec les
Transcription enfants… Ensuite… ne vous précipitez pas, adressez-
- Nous re-voilà sur Radio Avenir, vous pouvez faire les vous à un bon éleveur, spécialisé et sérieux… et enfin,
consultations que vous désirez sur vos animaux fami- quand vous trouverez l’animal qui vous plaît vraiment,
liers… Pour cela, téléphonez-nous au 36 58 58. cherchez à savoir comment il a été élevé. C’est très
Nous avons avec nous, je vous le rappelle, le profes- important… Il faut que le chien ait passé au moins un
seur Khalef, responsable d’une clinique vétérinaire de mois avec sa mère pour être bien socialisé… Assurez-
Liège… Alors professeur… on nous a demandé juste vous aussi que l’animal n’a pas peur du bruit ni de la
avant la publicité ce qu’il fallait… quels critères nous présence humaine.
devions suivre pour acheter un chiot… Quels - Oui, oui mais, je voudrais surtout savoir ce qu’il faut
conseils pratiques pouvez-vous donner à nos audi- observer… quelles parties du corps de l’animal il
teurs ? faut examiner pour s’assurer qu’il est sain.

UNITÉ 5 //// 115


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 116

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 110-111

U5 L9 SITUATIONS

- Eh bien… ce n’est pas tant un problème de membres c) Le vétérinaire répond à la première intervenante
courts ou longs ou maigres… c’est plutôt une question qu’il ne faut pas se précipiter. Il lui dit qu’elle doit
de comportement et… d’aspect général… Un chiot en observer le poil et les yeux de l’animal pour savoir
bonne santé a un poil brillant… ses yeux ne pleurent s’il est en bonne santé. Il lui conseille surtout d’ob-
pas, son nez ne coule pas… il a envie de jouer, de server le comportement général du chiot.
bouger. Et assurez-vous aussi qu’il accepte votre autori- Il conseille au deuxième auditeur d’essayer un trai-
té… c’est-à-dire, par exemple… qu’il lèche vos mains tement homéopathique pour calmer son chat.
quand vous le manipulez ou que vous l’immobilisez…
C’est le plus important.
- Un auditeur maintenant, de Louvain-la-Neuve : Alain,
bonjour ! Je crois que vous voulez parler de votre chat ?
Activité 5
- Eh ben oui… il est très nerveux en voiture… il miaule
continuellement, il nous griffe dès que nous l’appro-
Le débat proposé ici est une avant-première du débat
chons, bien que ce soit un animal affectueux normale-
demandé à la page Compétences.
ment. Je voudrais savoir quel traitement lui donner…
• Faire faire l’activité par groupes de 5 ou 6 personnes.
- Essayez un traitement homéopathique, il y en a de très
- Inciter les apprenants à réutiliser au maximum les res-
bons sur le marché… Parlez-en à votre vétérinaire pour
sources dont ils disposent pour enrichir leur expression.
qu’il établisse son diagnostic et rassurez-vous, ça peut
- Faire référence à l’expression complexe (cause, consé-
très bien se soigner.
quence, opposition).
- Alors maintenant, une pause publicité, dans deux
• Chaque groupe exposera ensuite ses conclusions au groupe-
minutes, nous revenons à l’antenne !
classe.
• Le professeur, à l’issue de cette activité, pourra reprendre
certains éléments du débat ou certaines idées et les faire
Solutions
enrichir par l’ensemble de la classe.
C’est une émission de radio en direct où les auditeurs
appellent pour demander des conseils à un vétérinaire au
sujet de leur animal domestique.
LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 112-113
GRAMMAIRE

Le style indirect
Activités 3 et 4
Le style indirect sert à rapporter les paroles d’autrui.
• Faire écouter la première partie du document et demander Il a déjà été abordé au niveau 1, Unité 4, Leçon 8, p. 99.
aux apprenants de répondre aux questions de compré- Ici, on aborde le discours indirect au passé.
hension fine. • Faire faire une petite révision du discours indirect au
• Procéder de la même façon pour l’activité 4. présent en récapitulant les verbes introducteurs.
Pour répondre aux questions b et c, demander aux appre- • Faire donner des exemples de phrases au discours indi-
nants d’utiliser le discours indirect au présent puis essayer rect et faire observer les constructions :
de les faire évoluer vers le passé pour mesurer leurs diffi- - Phrase déclarative : Elle dit que les élèves sont dis-
cultés sur ce point de grammaire qui va ensuite être traits.
étudié. - Phrase interrogative : Elle demande si le temps sera
beau.
- Phrase interrogative avec qu’est-ce que : Elle demande
Solutions ce que ce mot veut dire.
3. Ils insistent sur le fait que prendre un animal chez soi - Phrase impérative : Elle demande de + infinitif.
est un engagement pour une dizaine d’années ; il faut • Faire observer le tableau de la page Grammaire, p. 113
donc être sûr de son choix car un animal exige des et faire faire collectivement, en se basant sur les
soins et modifie les habitudes de son maître. exemples, un tableau récapitulatif de la concordance
Ils critiquent l’abandon des animaux domestiques, en des temps quand le verbe introducteur est au passé.

Æ
particulier des chiens.
4. a) On parle d’un chien et d’un chat. Style direct Style indirect
(ce qui est dit) (ce qui est rapporté)
b) Marielle Lecœur demande au vétérinaire de lui
Présent Æ Imparfait
Æ
donner des conseils pour acheter un chiot.
Alain lui demande de lui indiquer un bon traitement Passé composé Plus-que-parfait
pour son chat qui est très nerveux en voiture.
Futur Æ Conditionnel présent

116 //// UNITÉ 5


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 117

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 110-111


SITUATIONS U5 L9

• Faire donner des exemples aux apprenants. Activité 2


• Faire réaliser les activités nº1 et nº2, p. 113.
• Faire réaliser l’activité collectivement.
Solutions
1. 1a 2b Solutions
2. Propositions Lapin, souris, lion, flamant rose, hérisson, rhinocéros,
1) Le présentateur a demandé à Sonia comment elle papillon, renard, écureuil, éléphant.
réagissait quand elle entendait cela.
2) Jonathan a reconnu qu’on soignait les signes exté-
rieurs des maladies mais il s’est demandé si on s’at-
taquait aux vraies causes.
3) Sonia a avoué qu’elle ne voyait pas bien où LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 115
Jonathan voulait en venir. PRONONCIATION
4) Jonathan lui a répondu qu’il allait lui donner une
bonne raison. Les liaisons
• Faire réaliser les activités nº1 et nº2, p. 115.

Solutions
1. Non, on ne prononce pas de la même façon les mots
LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 114-115 soulignés.
LEXIQUE
Quand le mot souligné est suivi d’un mot qui com-
Nos amis les animaux mence par une consonne, la dernière consonne écrite
ne se prononce pas. Quand il est suivi d’un mot qui
commence par une voyelle (ou par un h muet), on
Activité 1 doit prononcer la dernière consonne.
2.
• Faire lire la liste d’animaux, par groupes de 2, puis faire 1) Quelles_admiratrices veut_il rencontrer ?
répondre aux questions. 2) Si vous_achetez un chien, vous vous_engagez
- Pour répondre, en particulier à la question 2, les appre- pour dix_ans.
nants pourront deviner le sens des mots inconnus (trans- 3) Je voudrais acheter un_animal à mon_enfant pour
parence) ou utiliser un dictionnaire bilingue. son_anniversaire.
- Pour la question 3, les sous-ensembles peuvent être variés : 4) Les auditeurs nous_appellent, nous_avons un pre-
insectes, animaux de la ferme, animaux marins, mammi- mier coup de fil de Stéphane.
fères, etc.

UNITÉ 5 //// 117


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 118

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 116

U5 L9 CIVILISATION

La protection sociale en France


Lecture de petits textes informatifs en rapport avec la santé : compréhension sélective d’informations.
Comparaison entre le système de son pays et le système français.

Activités 1 et 2 si le patient se rend chez un médecin conventionné. Les


Français ne sont pas tenus de se rendre dans un dis-
• Faire lire tous les textes individuellement. pensaire de la Sécurité sociale pour bénéficier des soins
• Faire répondre aux questions des activités par groupes de et des remboursements, ils peuvent choisir librement
2 puis procéder à une mise en commun. leur médecin conventionné (lié à la Sécurité sociale par
une convention de tarifs).
Les aides de l’État
Solutions
- En 2001, environ 10 % des ménages bénéficiaient
1. AF : Allocations Familiales
d’une allocation.
CAF : Caisse d’Allocations Familiales
- Le revenu minimum d’insertion (RMI) a été créé en
CMU : Couverture Maladie Universelle
1988, pour aider à la survie des ménages durant les
RMI : Revenu Minimum d’Insertion
périodes de chômage, ainsi qu’à leur réinsertion profes-
2. a) Laure dispose de la CMU.
sionnelle. Son montant est de 417,88 € par mois pour
b) Hubert dispose de la Carte vitale.
une personne seule.
c) Hassan dispose de l’aide médicale État.
- L’allocation parent isolé est, quant à elle, de 513 € par
mois pour une femme enceinte sans enfant, de 684 €
pour un parent isolé avec un enfant, avec 171 € par
enfant supplémentaire.
Activités 3 et 4 - L’allocation d’adulte handicapé s’élève à 569 € par mois.
- L’allocation minimum vieillesse est de 6 833 € par an
Il s’agit dans ces activités de résumer les informations qu’on pour une personne seule, 12 257 € pour un couple.
vient de lire et de comparer le système de santé français - Des allocations familiales peuvent en bénéficier les
avec celui du pays des apprenants. personnes résidant en France ayant au moins deux
• Avant de procéder au résumé des informations, on pourra enfants à charge ; ceux-ci doivent être âgés de moins
susciter parmi les apprenants des commentaires libres sur de vingt ans. Le montant des allocations familiales
ces informations. pour l’année 2004 est de : 112,59 € par mois, si vous
avez deux enfants ; 256,83 € par mois, si vous avez
COMMENTAIRES trois enfants ; il faudra ajouter 144,24 € par mois par
• Quelques informations sur la protection sociale en enfant en plus.
France. - L’allocation de rentrée scolaire : l’enfant doit être âgé de
La Sécurité sociale 4 à 18 ans pour pouvoir en bénéficier. Le montant est
- Tous les Français sont couverts par la Sécurité sociale. le même pour chaque enfant ; pour la rentrée scolaire
Près de neuf Français sur dix disposent d’une assurance 2004-2005, il était de 257,61 € avec un plafond de res-
complémentaire maladie ou d’une mutuelle. Ces assu- sources à ne pas dépasser pour les parents.
rances couvrent 10 % des dépenses totales de santé et - Pour plus d’informations sur le système de santé fran-
s’ajoutent aux remboursements de la Sécurité sociale. çais, proposer, par exemple, les sites Internet suivants :
- La « Sécu » rembourse généralement à hauteur de 70 % www.sfsp.info (site de la Société française de santé
(ce pourcentage peut varier selon la catégorie sociopro- publique : SFSP), www.hcsp.ensp.fr (site du Haut
fessionnelle de l’individu) les frais médicaux de consul- comité de santé publique : HCSP) et le site
tation et de pharmacie. Ce remboursement sera effectif www.sante.gouv.fr/htm/minister/systsan.htm.

118 //// UNITÉ 5


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 119

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 117-119


COMPÉTENCES U5 L9

Écouter - Ça, je ne conteste pas que dans certains cas…, mais


pour les maladies graves, enfin moi je crois plus à l’effi-
cacité de la médecine occidentale, elle a fait des progrès
Compréhension orale d’un débat à la radio sur la
considérables : rendez-vous compte ! les traitements au
médecine : médecine traditionnelle et alternatives.
laser, les thérapies cardio-vasculaires, les greffes d’or-
Donner son opinion, s’opposer, exprimer son accord
ganes, c’est beaucoup de vies humaines qu’on sauve !
ou son désaccord.
- Oui, il faut bien le reconnaître, ça, Jonathan. On a dû
Entraînement au débat et à l’argumentation.
déjà vous demander ce que vous en pensiez ou si vous
Repérage du lexique lié à la médecine.
estimiez qu’on pouvait arriver à d’aussi bons résultats
avec la médecine naturelle, non ?
- Oui, un naturopathe peut obtenir de très bons résultats
Activité 1 comme stopper la progression d’un cancer, par
exemple. Et je ne suis pas le seul à le croire : les gens
• Faire une écoute suivie et commencer à répondre aux autour de moi qui se sont fait soigner par l’homéopa-
questions. Il s’agit d’un sujet assez actuel : les apprenants thie, l’ostéopathie, etc., en sont tous très satisfaits.
pourront se fier à ce qu’ils savent en la matière pour dépas- Attention, même si je défends cette médecine, je ne
ser la difficulté de la longueur. suis pas totalement contre la médecine occidentale, ni
• Faire une seconde écoute avec prise de notes pour com- contre ses acquis ou ses progrès. Je vais même plus
pléter les réponses au questionnaire. loin, je pense qu’elles sont compatibles. La preuve aussi
c’est qu’à l’heure actuelle, des médecins traditionnels
s’intéressent à l’autre médecine.
Transcription
- Vous voyez ! Moi, je dis qu’on peut faire confiance à
- Nous reprenons, je vous rappelle que l’heure du forum notre médecine, elle est efficace, moderne.
vous propose aujourd’hui un débat sur la médecine. - Bien, qu’en pensent nos auditeurs ? Nous allons
Alors, Jonathan, vous nous avez dit avant la pause que prendre tout de suite un premier appel.
vous étiez plutôt pour les médecines naturelles, pour-
quoi cette préférence ?
- Eh bien, je vais vous donner une bonne raison : les
médecines alternatives ont une approche plus globale, Solutions
moins partielle du malade, et puis elles proposent des 1. 1) À une émission, l’heure du forum, où on fait un
soins, une hygiène de vie et aussi, très important, la débat sur la médecine.
possibilité pour le malade de se prendre en charge et 2) C’est le journaliste. Dans cette situation de débat, il
de s’impliquer dans le processus pour guérir. C’est un joue le rôle d’arbitre. Il ne prend pas position et
état d’esprit différent. Par contre, la médecine officielle essaie de ménager les deux points de vue.
s’intéresse plus à la maladie et à ses symptômes qu’au 3) Jonathan parle de médecine alternative, de méde-
malade lui-même. cine douce ou médecine naturelle. Il les défend.
- Vous, Sonia, quand vous entendez ça, comment vous 4) Il parle d’approche plus globale, de prise en charge
réagissez ? du malade, de prévention et de qualité de vie.
- Je crois qu’il faut faire la différence entre la médecine Il dit que ce sont des médecines où l’on s’intéres-
en tant que science et les médecins. Vous ne me direz se plus au malade qu’à la maladie.
pas que les médecins de famille s’occupent plus de la 5) Sonia n’est pas d’accord. Elle pense que les méde-
maladie que du patient, ils les connaissent, leurs cins de famille connaissent très bien leurs patients
malades, et c’est eux qu’ils soignent, pas la maladie. et que la médecine traditionnelle est très efficace
- Oui, je vous l’accorde… certains généralistes… peut- en cas de maladie grave.
être… mais de quelle manière ? Car une chose est
sûre, c’est que les médecines douces sont beaucoup
moins agressives pour l’organisme et qu’elles tiennent
compte de notre rythme biologique. Tenez, l’exemple
d’une voisine. Son petit garçon faisait otite sur otite, Activité 2
alors le médecin lui a conseillé de le faire opérer, mais
elle hésitait : une opération c’est une violence pour le • Pour répondre à ces questions, les apprenants devront
corps, non ? Elle s’est décidée à consulter un homéo- interpréter les implicites et élaborer le profil des interve-
pathe, le gamin a suivi un traitement homéopathique et nants en fonction de leurs choix et arguments.
finies les otites ! • Ils donneront leur opinion et essaieront de la justifier.
• Faire ensuite une récapitulation de tout ce qui a été dit.

UNITÉ 5 //// 119


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 120

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 117-119

U5 L9 COMPÉTENCES

Demander et donner des conseils : Assurez-vous que… /


Solutions
Vérifiez que… / Cherchez à savoir… / Choisissez… /
2. 1) Sonia fait partie du corps médical, elle parle de tech- Essayez… / Il convient que… / Ne vous précipitez pas… /
niques précises, dit notre médecine. Ne prenez pas… / Pourriez-vous me donner quelques
Jonathan n’en fait pas partie parce qu’il n’en parle conseils… / Je voudrais surtout savoir…
pas comme d’une expérience directe. Il cite des cas Mettre en valeur une idée, une opinion : C’est profondé-
dans son entourage immédiat. Il parle de généralités. ment vrai. / Je suis convaincue que… / C’est fondamen-
2) On peut imaginer que c’est une personne qui tal… / C’est très important… / Il souffre énormément. /
prend sa santé en charge. Il doit, pour cela, soigner Rendez-vous compte ! / Je vais vous donner une bonne rai-
son alimentation (manger bio), faire de l’exercice. son… / Je voudrais insister sur… / Il faut savoir que… / Ce
Par extension, il peut aussi s’intéresser à l’écologie, n’est pas tant… c’est plutôt… / Moi, je crois plus à… / Je
il aime sans doute la nature, ce n’est pas un scien- vous assure…
tifique. Expliquer les symptômes d’un problème de santé : J’ai le
3) Question personnelle : importance des arguments. nez qui coule… / la toux me lacère la gorge… / la gorge
qui brûle…
Manifester son indignation : C’est une honte ! / Ça me
révolte ! / Je suis indigné.
Activité 3

Cette activité permettra d’élargir le lexique lié au domaine de


la médecine.
• Procéder à une troisième écoute et faire répondre aux
Parler
questions par groupes de 2. Exprimer ses préférences. Argumenter.
• Procéder à une mise en commun. Entraînement au débat sur un sujet donné : préparation
de l’intervention.
Solutions Argumentation. Opposition.
3. 1) et 2) Médecine naturelle, alternative, douce / offi-
cielle, occidentale, traditionnelle, conventionnelle.
3) Médecin de famille, généraliste / homéopathe, Activité 1
naturopathe.
4) Traitements : opération, traitement homéopathique, Les jeux de rôles proposés permettent de réutiliser tout le
traitement au laser, thérapies cardio-vasculaires, lexique lié au corps et à la maladie étudié dans cette leçon.
greffes d’organes. • Répartir les jeux de rôles 1 et 2 dans toute la classe. Les
faire préparer par groupes de 2, puis demander à 3 ou 4
groupes de les représenter devant le groupe-classe.
• Dans ces jeux de rôles, on attend des élèves qu’ils respec-
expressions pour… tent le profil du rôle qu’ils auront choisi. Ceci veut dire, par
exemple, qu’il faudra veiller à ce que, dans le premier jeu
Réactivation des connaissances, mise en de rôle, le vétérinaire et le client aient un rapport assez
commun. familier. Il s’agit d’un entraînement à l’expression des sen-
Récapitulation des actes de parole mobilisés timents et à l’utilisation d’un langage plus familier dans ce
dans les activités d‘expression suivantes. cas. Dans d’autres cas, c’est le contraire : il faut savoir res-
ter très formel.

• Faire rechercher les expressions par groupes de 5 ou 6 per-


sonnes.
• Les apprenants pourront compléter la liste avec d’autres Activités 2 et 3
expressions déjà connues.
• Faire préparer le débat par groupes de 3 ou 4.
Montrer partiellement son accord : Je ne conteste pas • Faire lire l’encadré en jaune et demander aux apprenants
que… / Je ne suis pas totalement contre. / Non, évidem- de bien suivre les consignes données pour le déroulement
ment, il ne s’agit pas de ça, mais… / Vous avez raison de… du débat.
mais… / Je vous l’accorde… mais… / Peut-être… On pourra pour cette production s’inspirer largement des
Illustrer sa manière de penser : Tenez, je vais vous donner modèles offerts tout au long de la leçon.
un exemple. / Prenons un exemple… / Pour citer un • Faire représenter le débat devant le groupe-classe.
exemple… / C’est-à-dire, par exemple… / Je crois qu’il faut • Suivre les mêmes étapes que précédemment pour l’émis-
faire la différence… sion de radio de l’activité 3.

120 //// UNITÉ 5


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 121

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 117-119


COMPÉTENCES U5 L9

- Pour mieux préparer l’émission, les apprenants pourront


se documenter sur Internet.
Ces deux débats à la radio sont des avant-premières du
Lire
Projet final. Il s’agit, ici, d’employer un registre oral soute- Compréhension écrite globale et sélective d’un texte
nu, à mi-chemin entre l’oral et l’écrit ; on pourra avoir des littéraire.
notes sous les yeux pour parler. Interprétation des implicites.
- L’important, c’est de s’entraîner à la prononciation, à
sélectionner des phrases correctes, etc.
Activités 1, 2, 3 et 4

• Faire lire le texte individuellement.

Écrire • Faire donner les premières impressions (hypothèses) puis


faire déterminer quelles sont les informations utiles que
l’on peut tirer de ce texte.
Écrire une lettre à un(e) ami(e) pour s’excuser de • Faire comparer avec les informations demandées dans le
n’avoir pas répondu à son mail. questionnaire.
• Faire répondre aux questions individuellement puis deman-
• Faire réaliser l’activité individuellement, puis demander aux der aux apprenants de comparer les résultats avec leur voi-
apprenants sur quoi ils se sont appuyés pour rédiger leur sin(e).
lettre : modèles de lettres, divers textes de la Leçon traitant • Procéder à une mise en commun qui fournira l’occasion
du même sujet, etc. d’interpréter certains implicites du texte :
• Passer ensuite à la co-évaluation des lettres en demandant le tu qu’emploie la narratrice dans tout le texte peut décon-
aux apprenants de lire au préalable la rubrique certer dans un rapport médecin-secrétaire médicale. Cela
Réfléchissons ! montre qu’elle s’adresse directement à lui ; il s’agit d’un pro-
cédé littéraire où le destinataire virtuel n’a pas forcément
connaissance du message. Pourquoi emploie-t-elle le tu ?
Il s’agit sans doute d’un journal où elle ose le tutoyer
en secret… Elle éprouve peut-être de l’amour pour lui…
Réfléchissons !
(hypothèses).
Test de co-évaluation. Réflexion sur les stratégies, ren-
forcement de ces stratégies. Solutions
1. 1) La narratrice : c’est la secrétaire d’un médecin
• Par groupes de 5 ou 6 personnes, analyser les productions (c’est une femme : j’étais contente).
à partir des critères énoncés. 2) Son travail : elle répond au téléphone, note les ren-
• Expliciter ces critères, si besoin est. dez-vous, tient le cabinet médical, range les instru-
1) Communication : ments, etc. L’évolution qu’elle constate : au début, il
- les paramètres du message : Qui écrit ? À qui ? y avait peu de patients, les gens étaient préoccupés,
Pourquoi et dans quel but ? ; mais petit à petit le médecin s’est fait sa clientèle.
- les caractéristiques de la lettre : en-tête, formules 3) Ses craintes : elle est inquiète car le médecin
finales, registre familier parce qu’on s’adresse à un(e) semble depuis quelque temps nerveux, irritable et
ami(e) ; elle a peur qu’il perde sa clientèle et de se retrou-
- le plan : clarté, utilisation de connecteurs ; ver sans travail.
- les objectifs : décrire son état de santé, s’excuser, 4) La personne dont on parle : le médecin pour lequel
expliquer le motif de son silence, demander des nou- elle travaille. Qualités : d’après les patients, le méde-
velles. cin les écoute bien, explique, rassure. État d’esprit :
2) Lexique : depuis quelque temps, il est nerveux, irritable, silen-
Connaissance et utilisation du lexique approprié (réuti- cieux ; il n’a plus autant de patience, répond sèche-
lisation de la page Lexique de la leçon, dictionnaire ment, n’est pas content et est souvent triste.
bilingue). 2. (Proposition) : il peut avoir des soucis personnels, il
3) Grammaire : est de plus en plus fatigué.
Réutilisation des connaissances acquises dernièrement, 3. Bourg : gros village ou petite ville qui est le centre com-
construction de phrases longues (expression de la mercial de la région environnante. Canton : division
cause, de la conséquence et de l’opposition), soin administrative territoriale, subdivision de l’arrondissement
apporté à l’orthographe et réflexion sur les règles. en France et chaque état de la confédération en Suisse.
• Faire réfléchir sur les difficultés et se demander comment Cela veut dire qu’il s’agit d’un médecin de province.
les surmonter, comment utiliser les différentes ressources 4. C’est un docteur plutôt optimiste.
dont on dispose.

UNITÉ 5 //// 121


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 122

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 120-121

U5 L10 SITUATIONS

Faits divers
Observation d’illustrations en rapport avec des faits divers, commentaires.
Compréhension orale de faits divers assez brefs (flashes d'informations à la radio).
Entraînement au résumé et au repérage de l’idée principale.
Entraînement à l’analyse des divers éléments constitutifs du fait divers.
Reformulation et entraînement à l’analyse grammaticale.
L’expression du but.
La voix passive.

Activité 1 • Faire écouter chaque fait divers et faire répondre au fur et


à mesure. Les apprenants pourrront prendre des notes et
• Faire observer et commenter les photos : une manifesta- comparer leurs réponses avec leur voisin(e).
tion ou un piquet de grève / une course de motos / une
avalanche. Ces trois types d’événements font partie de ce Transcription
que l’on appelle, dans les médias, les faits divers. 1) Un homme de soixante-cinq ans a été tué par une ava-
• Comparer avec la définition d’un dictionnaire : Les événe- lanche au-dessus de la Grave, dans les Hautes-Alpes.
ments du jour (ayant trait aux accidents, délits, crimes) Ce montagnard averti effectuait seul une randonnée sur
sans lien entre eux, faisant l’objet d’une rubrique dans les un sommet qui domine la station. Il a été emporté
médias. sur plus de deux cents mètres par une plaque de neige
• Faire reconstituer les phrases de chaque fait divers, par et a chuté sur plusieurs barres rocheuses.
groupes de 2. 2) Hold-up spectaculaire hier à Lisses, dans l’Essonne.
• À partir des erreurs éventuelles ou de l’observation des Une douzaine d’hommes armés a attaqué le siège de
solutions, faire énoncer l’ordre de la phrase en français. l’ATD, une société spécialisée dans les transports de
Sujet, verbe, COD, COI. fonds. Une bétonnière a été utilisée pour défoncer la
Les sujets et compléments peuvent être accompagnés porte d’entrée, puis de la dynamite pour faire sauter
d’adjectifs et de compléments du nom et de l’adjectif. la porte de la salle des coffres. Tandis qu’ils tenaient
Les verbes peuvent être accompagnés d’un autre verbe à en respect le personnel, les gangsters ont été surpris
l’infinitif et, dans ce cas, ils se suivent directement. par l’arrivée d’un fourgon blindé. Ils ont ouvert le feu.
Des projectiles ont même percé le blindage du véhi-
Solutions cule. L’un des vigiles a riposté. Le commando a fina-
- Fait divers nº 1 : Une avalanche dans les Hautes-Alpes lement pris la fuite en emportant un butin estimé à
a provoqué la mort d’un promeneur de soixante ans. plusieurs milliers d’euros.
- Fait divers nº 2 : Des gangsters ont attaqué avec une 3) Les pompiers d’Orthez n’ont vraiment pas apprécié
bétonnière une société spécialisée dans les transports les plaisanteries du jeune Alexis. Insultes ou fausses
de fonds. alertes, depuis la cabine téléphonique, devant son
- Fait divers nº 3 : Un jeune garçon de douze ans s’amu- collège, l’adolescent de douze ans appelait régulière-
sait à insulter les pompiers du village. ment le numéro d’urgence des sapeurs. Mais Alexis a
- Fait divers nº 4 : Une voiture de course a provoqué de été démasqué par son proviseur. Les pompiers ont
graves blessures à un garçon de huit ans. choisi la punition : brosser et cirer les trentes paires de
bottes de la caserne.
4) Un mort et trois blessés lors d’une sortie de route au
rallye national de l’Ariège, hier après-midi. Une moto
en compétition a fauché plusieurs spectateurs. Un
enfant de 5 ans est dans le coma, un autre de 8 ans
Activité 2 a été grièvement blessé. Selon les premières consta-
tations, toutes les mesures de sécurité avaient pour-
Dans cette activité, il s’agit d’écouter et de détecter les diffé- tant été respectées. Les spectateurs se trouvaient bien
rents éléments qui constituent un fait divers : Qui ? Quoi ? en retrait à quatre mètres du bord de la route. La
Où ? Quand ? Comment ? course a bien sûr été immédiatement arrêtée et les
• Faire lire les questions avant de passer à la première dernières étapes annulées.
écoute.

122 //// UNITÉ 5


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 123

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 120-121


SITUATIONS U5 L10

Activité 4
Solutions
Fait divers nº1 : Cette activité permet de constater l’importance de la chro-
1) Un homme de soixante-cinq ans. 2) Faire une ran- nologie dans un fait divers.
donnée / être emporté / chuter. 3) Dans les Hautes- • Faire réécouter le fait divers nº2 puis remettre en ordre les
Alpes / Au sommet qui domine la station, au-dessus de faits évoqués.
Grave 2000. 5) À cause d’une avalanche. On pourra utiliser les connecteurs : d’abord, puis, ensuite,
Fait divers nº2 : tout à coup, enfin, etc.
1) Une douzaine d’hommes armés / Le personnel / Un • Observation et commentaires :
vigile. 2) Attaquer le siège de l’ATD / Défoncer la porte - En premier lieu, on présente le fait divers en général, puis
d’entrée / Tenir en respect / Ouvrir le feu / Percer le blin- on raconte le déroulement des faits chronologiquement.
dage du véhicule / Riposter / Prendre la fuite en emportant Est-ce que cette chronologie est présente dans tous les
un butin. 3) À Lisses, dans l’Essonne, au siège de l’ATD. faits divers ?
4) Hier. 6) Le butin est estimé à plusieurs milliers d’euros. - Parfois, dans l’introduction, on parle aussi des consé-
Fait divers nº3 : quences.
1) Les pompiers d’Orthez / Un adolescent de 12 ans, - Après l’exposition des faits, on parle aussi parfois des
Alexis. 2) Insulter / Démasquer quelqu’un / Brosser et cirer causes (fait divers nº4).
des bottes. 3) À Orthez. / L’adolescent appelait depuis une
cabine téléphonique, devant son collège. 5) Alexis faisait
des plaisanteries aux pompiers. 6) Conséquence : punition Solutions
des pompiers. 3, 1, 4, 5, 2
Fait divers nº4 :
1) 2 enfants de 5 ans et 8 ans / Plusieurs spectateurs.
2) Faucher des spectateurs / Arrêter la course. 3) Arriège :
sur la route du rallye national. 5) Une moto a fauché plu- Activité 5
sieurs spectateurs. 6) Conséquences : un mort et trois bles-
• Faire répondre à la question par groupes de 2 et procéder
sés / course arrêtée.
à la mise en commun. Si les apprenants ont du mal à
mettre de l’ordre dans leurs idées, leur demander de se
baser sur les activités précédentes.
Qu’est-ce qu’on a fait à travers les activités proposées ?
Activité 3 On a résumé ou dégagé les lignes directrices du fait divers,
énoncé les éléments constitutifs du fait divers.
Il s’agit dans cette activité de compléter les phrases pour per- Le plan du fait divers suit, la plupart du temps, le déroulement
mettre une compréhension plus exhaustive des faits divers. des faits, la chronologie, mais il annonce généralement parfois
• Faire faire une deuxième écoute et compléter les phrases les causes ou les conséquences dès l’introduction.
au fur et à mesure. Demander aux apprenants de compa- Quelles difficultés les apprenants ont-ils rencontrées ?
rer leurs phrases avec celles de leur voisin(e). Trouver l’idée principale ? Ne pas se perdre dans les détails ?
• Lors de la mise en commun, on acceptera les solutions La voix passive ?
correctes grammaticalement, même si elles ne reprodui- • Profiter de tout le travail réalisé dans cette Situation pour
sent pas dans leur exactitude les phrases du texte. passer à l’étude de la voix passive.
Les erreurs de construction seront autant d’occasions de
réfléchir et de rappeler certaines règles.
LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 122-123
GRAMMAIRE
Solutions
1) Ce montagnard averti effectuait seul une randonnée
sur un sommet de la station.
La voix passive
2) Les malfaiteurs ont utilisé une bétonnière pour défon-
• Faire observer les phrases proposées dans le tableau et
cer la porte d’entrée, puis de la dynamite pour faire
faire réaliser l’activité.
sauter la porte de la salle des coffres.
- Que doit-on faire pour transformer une phrase de la
3) Insultes ou fausses alertes : depuis la cabine télépho-
voix active à la voix passive ? Il faut repérer le COD
nique, devant son collège, l’adolescent de douze ans
et le sujet. S’il n’y a pas de COD, la transformation
appelait régulièrement le numéro d’urgence des sapeurs.
passive n’est pas possible.
4) Selon les premières constatations, toutes les mesures
Lors de la transformation, le COD devient sujet et le
de sécurité avaient pourtant été respectées. Les spec-
sujet complément d’agent.
tateurs se trouvaient bien en retrait à quatre mètres
- Quelle préposition permet d’introduire le complé-
du bord de la route.
ment d’agent ? La préposition par.

UNITÉ 5 //// 123


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 124

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 120-121

U5 L10 SITUATIONS

- Quant au verbe à la voix passive, il est formé avec le


3) Henri Le Noir aurait pu passer une grande partie
verbe être conjugué au temps qui convient, suivi du
de sa vie en prison si son innocence n’avait pas été
participe passé.
prouvée par l’ADN.
• À quoi sert la voix passive ?
4) Ludovic Perez, blessé la semaine dernière lors du
À faire porter l’attention sur l’information considérée
match contre les Girondins, sera remplacé par
comme primordiale : Un mort et trois blessés lors
François Alpin.
d’un accident sur l’autoroute A6.
5) Les élèves d’un collège de la banlieue parisienne
À mettre en relief l’élément devenu sujet : L’enfant
ont été reçus par le président de la Républi-
est maltraité par ses parents.
que.
À éviter le pronom on : Ils ont été mal reçus.
4. 1) La juge d’instruction, Dominique Josse, avait enten-
À ne pas mentionner l’auteur de l’action : Elle a été
du, mi-novembre, à Nice, les dirigeants de la socié-
assassinée.
té SMP.
• Faire réaliser les activités nº3 et nº4, p. 123.
2) On a retrouvé sain et sauf un bébé d’origine
vietnamienne, enlevé mercredi à Boulogne-
Solutions
Billancourt.
3. 1) Une enquête a été ouverte par la police criminelle
3) Le président du club de foot OMC a accepté la
après la découverte d’un cadavre non identifié sur
démission de l’entraîneur.
un terrain vague.
4) La police analyse actuellement les indices retrou-
2) L’ambassade de la Côte d’Ivoire à Paris est sacca-
vés hier soir dans la maison du suspect.
gée par des opposants ivoiriens.

124 //// UNITÉ 5


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 125

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 120-121


SITUATIONS U5 L10

Situation > Interview


Compréhension orale exhaustive d'une interview radiophonique assez longue.
Questionnaire à choix multiples pour mettre en évidence les différents paramètres du message, le canal,
le sujet (Quoi ? Où ? Pourquoi ? Qui ? Dans quel but ?).
L’expression de la cause et du but. La voix passive.
Sensibilisation à la caducité du e selon l’origine géographique du locuteur et le style plus ou moins formel
employé.

COMMENTAIRES - Pour ce faire, ils devront se rappeler le travail sur la phrase,


abordé à la Situation 1.
• On pourra travailler la page Lexique avant d’étudier la
- Ils devront également être sensibles à l’expression com-
Situation, afin de pouvoir introduire le vocabulaire lié aux
plexe (la cause, la conséquence, l’opposition et égale-
catastrophes, en l’occurrence les incendies, dont il est
ment le but) et se baser sur ce qu’ils en connaissent pour
question ici.
construire correctement leurs phrases.
- Ils devront aussi pouvoir reconnaître la voix passive, étu-
diée lors de la Situation 1.

Activités 1 et 2
Solutions
1) Il y a toujours un tas de hasards qui font qu’on choi-
• Faire faire une écoute suivie de l’interview en demandant
sit un métier. 2) J’ai été habitué, depuis tout petit, à
aux apprenants de prendre des notes.
aimer et à faire attention à la forêt. 3) Les qualités… eh
• Commencer à faire répondre aux questions et voir jusqu’où
bien… le sang froid… il faut être très calme, très discipli-
on peut aller après cette seule écoute.
né. 4) Il suffit de très, très peu pour que le maquis s’en-
• Procéder à une deuxième écoute, puis compléter le ques-
flamme. 5) Une fois, j’étais petit, on a dû évacuer la mai-
tionnaire.
son de peur que le feu nous encercle, alors, forcément…
• Passer à une mise en commun.
ça te marque ! 6) On est chargé de la surveillance rap-
• À partir des réponses au questionnaire, faire raconter l’in-
prochée de la forêt.
terview, puis faire réaliser l’activité nº2.

Solutions
1. 1b 2b 3a 4c 5a
LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 122-123
2. Selon l’avis de Kevin, pour être pompier forestier, il GRAMMAIRE
faut avoir du sang froid, être calme et discipliné. Il faut
un grand esprit d’équipe et aussi aimer les risques et
L’expression du but
avoir le sens de la solidarité.
• Faire observer les phrases proposées comme exemples
et faire répondre aux questions. Les mots qui servent
à introduire le but sont pour, pour que, de peur que,
afin de.
Activité 3 • Faire classer ces mots ou expressions selon qu’ils sont
suivis d’un verbe à l’indicatif ou au subjonctif, puis
Cette activité a pour but de montrer qu’on peut formuler une comparer avec le tableau récapitulatif de la page
même idée de différentes façons et elle permet aussi Grammaire.
une compréhension exhaustive de la situation. • Faire réaliser les activités nº1 et nº2, p. 122.
Les phrases proposées dans l’activité ne suivent pas l’ordre
de l’enregistrement. Il faudra donc deux écoutes au moins
Solutions
pour que les apprenants puissent relever les phrases équi-
1. 1d de peur que 2c pour que 3b afin de 4f de peur
valentes.
de 5e pour 6g dans le but de 7a pour que
• Par groupes de 2, les apprenants essaieront de reformuler
2. Propositions
les phrases de façon approximative, à partir des mots 1. […] afin de préparer mon examen de chimie.
repérés.

UNITÉ 5 //// 125


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 126

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 120-121

U5 L9 SITUATIONS

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 125


2) […] pour que Mamie soit contente. PRONONCIATION
3) […] de peur qu’il n’oublie d’aller la chercher au lycée.
4) […] afin que je n’emprunte plus la leur. Le [2] caduc
5) […] de peur de trouver des embouteillages. • La chute du [2] dépend de l’origine géographique du locu-
6) […] pour éviter que cela recommence. teur (les locuteurs du sud de la France le maintiennent
7) […] dans le but d’obtenir un prêt. davantage que ceux du nord) et du style plus ou moins
8) […] pour que leurs collègues ne perdent pas leur
formel que l’on emploie (il se maintient davantage dans le
emploi.
langage soutenu).
9) […] de peur qu’il ne leur arrive quelque chose.
10) […] afin de se reposer. • Faire réaliser les activités nº1, nº2, nº3 et nº4, p. 125.
11) […] afin de mieux préparer leur examen.
12) […] de peur qu’il pleuve. Transcription
2. 1) Je le vois souvent. 2) Tu le penses vraiment ? /
3) Vous l(e) mettez par terre. 4) Tu le choques faci-
lement. 5) Je l(e) prononce assez bien. 6) Nous l(e)
LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 124-125 rendons au propriétaire. 7) Vous le demandez à Jean-
LEXIQUE Pascal.
3. 1) Je le prends. / Je l(e) prends. 2) Je le fais. / Je l(e)
Accidents, catastrophes… fais. 3) Je le change. / Je l(e) change. 4) Je le vends. /
Je l(e) vends. 5) Je bois. / J(e) bois. 6) Je pense. / J(e)
pense. 7) Je tombe. / J(e) tombe. 8) Je trouve. /
J(e) trouve.
Activités 1, 2, 3, 4 et 5

• Le page 124 présente tout le lexique lié aux catastrophes


provoquées par les quatre éléments : air, feu, terre, eau et Solutions
par les défaillances humaines. 2. Oui : 1, 2, 4, 7 / Non : 3, 5, 6
• Faire découvrir le lexique par groupes de 2, puis commen-
ter en commun les illustrations à l’aide de ce lexique.

Activité 1

• Pour réaliser cette activité, les apprenants pourront consul-


ter à la Leçon 4, Unité 2, le lexique nécessaire pour décrire
une photographie. On pourra aussi confectionner ensemble
une boîte à mots à utiliser dans l’ordre où les mots sont reti-
rés ou dans l’ordre que les apprenants désirent.
• Inciter les apprenants à faire une description exhaustive et
à parler des conséquences probables de ces catastrophes.

126 //// UNITÉ 5


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 127

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 126


CIVILISATION U5 L9

La presse en France
Présentation de la presse française et des habitudes des Français par rapport à cette dernière.
Recherche d’informations d’intérêt général, lexique.
Comparaison avec son propre pays.

Activités 1, 2, 3 et 4 COMMENTAIRES
• Quelques informations sur la presse en France :
Cette page Civilisation va permettre aux apprenants d’ap- Presse quotidienne
profondir leur connaissance sur un autre média, aussi impor- - Un Français sur trois lit un quotidien tous les jours,
tant que la radio : la presse. cependant la lecture de la presse quotidienne a beau-
• Faire observer les photographies. Que montrent-elles ? coup diminué depuis les années 70.
• Faire répondre à la question de l’activité 1 en demandant - La presse quotidienne nationale est lue par 16,8 % des
aux apprenants quels journaux ou magazines ils connais- 15 ans et plus, soit 8 millions de personnes.
sent. En ont-ils déjà feuilleté certains ? Lesquels ? L’Équipe est le 1er quotidien national (1,9 millions de
- Saisir l’occasion pour introduire le vocabulaire lié à la lecteurs) et traite des événements sportifs. Trois autres
presse : quotidien, hebdomadaire, mensuel, la une, etc. journaux dépassent le million de lecteurs : Le Parisien-
- Parler des différentes rubriques que l’on peut trouver Aujourd’hui, Le Monde et Le Figaro. Deux quotidiens
dans un journal : actualité politique, sociale, économique, économiques, Les Echos et La Tribune comptent res-
faits divers, sports, culture, télévision, etc. pectivement 513 000 et 324 000 lecteurs.
• Faire lire le texte et le tableau du sondage, les faire com- - La presse quotidienne régionale est, quant à elle, lue par
menter et faire relever les informations importantes. Faire quatre Français sur dix.
répondre aux questions des activités 2 et 3. Il existe plus de 80 quotidiens régionaux disponibles.
Demander aux apprenants quelles sont les rubriques qui Ouest France est le 1er quotidien régional (2,1 millions
les intéressent le plus, le moins et pourquoi. de lecteurs), mais également le 2e quotidien français
• L’activité 4 offre l’occasion d’organiser un petit débat sur la derrière L’Équipe. Les autres grands quotidiens régio-
presse écrite : Va-t-elle disparaître ? Est-elle objective ? naux dépassant le million de lecteurs sont Le Parisien,
A-t-on le temps de lire le journal ? Quel est le moyen d’in- La Voix du Nord et Sud-Ouest.
formation préféré ? Magazines
Que révèlent les résultats de l’enquête ? Les gens s’in- - Les Français sont de gros lecteurs de magazines. Chaque
téressent à ce qui touche leur environnement. Le choix du jour, 31 millions de personnes lisent au moins un titre.
journal dépend aussi du niveau socio-culturel. - Les différents titres cherchent à toucher un maximum
• Faire réaliser le sondage dans la classe et commenter les de personnes en abordant tous les centres d’intérêt du
résultats. lecteur. En 2001, le plus vendu des hebdomadaires
• On peut également faire parler les apprenants sur la presse généraux était Paris-Match (4,2 millions), suivi du
en ligne : Est-ce qu’ils visitent habituellement les sites Nouvel Observateur (2,4 millions).
Internet des journaux ou des revues ? Ils préfèrent la presse Les hebdomadaires féminins les plus vendus en 2001
écrite ou la presse en ligne ? Pourquoi ? étaient Marylin et Femme Actuelle (respectivement 9,2
• Proposer éventuellement les sites des journaux ou des et 8,1 millions de lecteurs).
revues francophones les plus connus. Par exemple, - Par ailleurs, il existe une multitude de titres disponibles
www.giga-presse.com (le guide des meilleurs journaux du concernant l’automobile, la décoration / maison / jardin
Net), www.lemonde.fr, www.lefigaro.fr, www.liberartion.fr, ou les loisirs. Notons les 13 millions de lecteurs de TV
www.elle.fr, www.santemagazine.fr, etc. Magazine, diffusé à travers de nombreux quotidiens
régionaux ou les 4,6 millions de lecteurs de Géo.

UNITÉ 5 //// 127


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 128

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 127-129

U5 L10 COMPÉTENCES

personnages est importante pour le choix du registre et


expressions pour… le ton.
• Suggérer également aux apprenants d’écrire certaines
Réactivation des connaissances, mise en phrases difficiles pour fixer leur construction, de s’entraîner
commun. à les prononcer, à leur donner un bon rythme, la mélodie
Récapitulation des actes de parole mobilisés qui convient, etc.
dans les activités d‘expression suivantes. • Faire réaliser l’activité par groupes de 3 ou 4 personnes :
un(e) présentateur / trice et deux ou trois invité(e)s qui
Rappeler quelque chose à quelqu’un : Je vous rappelle témoignent.
que… / Vous êtes, comme je viens de le dire, … Les apprenants pourront garder leurs notes sous les
Éviter de donner son opinion : Eh bien… je ne sais pas… / yeux. On peut faire remarquer de nouveau qu’à la radio,
C’est pas évident de répondre à cette question. l’oral est à mi-chemin entre l’écrit et l’oral et qu’on peut
Résumer une opinion, une idée : En gros, on peut dire parfaitement s’appuyer sur des notes, à condition de les
que… / En résumant… rendre vivantes.
Féliciter quelqu’un : Mes félicitations pour votre travail et • Souligner l’importance de ne pas laisser trop de silences
votre dévouement. pendant l’interview, étant donné que la radio ne le permet
Accuser quelqu’un de façon implicite : Ce montagnard pas.
averti effectuait seul une randonée sur un sommet… • Représenter toutes les productions, les co-évaluer et en
Chercher ses mots : Eh ben… / Euh… faire enregistrer éventuellement des extraits choisis.
• Lors de la préparation, le professeur passe dans les
groupes pour aider à gérer le temps de préparation, corri-

Parler
ger, canaliser les idées, travailler la prononciation, le débit,
le rythme, etc.

Raconter un fait divers, donner son opinion, parler de


risques, accuser quelqu’un. Activité 3
Entraînement à faire de la radio : raconter un accident,
une catastrophe, un fait divers. • Faire préparer le monologue individuellement.
Perfectionnement du monologue. • Le faire réaliser en groupes de 5 ou 6 personnes et le faire
corriger éventuellement à l’intérieur de chacun des
groupes.

Activité 1

On nous propose ici un jeu de rôle : Activité 4


A raconte un fait divers, donne son opinion, accuse.
B raconte ses exploits de skieur, parle des risques. Cette conversation permet de réutiliser le lexique des acci-
• Répartir les rôles, les faire préparer par groupes de 2, puis dents et de réemployer le passé.
demander à quelques groupes de les représenter devant • Faire réaliser l’activité par groupes de 2. Le professeur pas-
le groupe-classe. sera de groupe en groupe pour aider, si besoin est, et pour
• Après les représentations, on pourra faire une mise en vérifier le bon emploi du passé et des différentes structures
commun et parler des erreurs qui ont été commises. grammaticales.

Activité 2 Lire
Cette activité est une sorte de préparation au Projet final, Entraînement à la compréhension écrite de deux articles
Unité 6, Leçon 12, où il s’agira de faire de la radio. On trouve de presse : articles d’un journal national et d’un jour-
ici un remake de la Situation 2 : on doit raconter un accident nal régional traitant d’une même catastrophe.
ou une catastrophe, tirés de la rubrique des faits divers. Comparaison entre deux articles.
• Avant de commencer l’activité, faire lire les conseils de pré- Interprétation des sentiments, des chiffres, des consé-
paration donnés dans le tableau : la caractérisation des quences, des marques typographiques.

128 //// UNITÉ 5


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 129

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 127-129


COMPÉTENCES U5 L10

Activités 1 et 2
semaine après. Entre 9 000 et 10 000 personnes sont
privées de téléphone et le seront deux semaines de
• Faire lire les articles et faire dire ce qui a été compris et
plus. Beaucoup de routes secondaires sont encore
retenu après cette simple lecture.
impraticables. On estime à 3 200 le nombre de maisons
• Souligner l’importance de la date de chaque article : celui
sinistrées, beaucoup d’animaux ont trouvé la mort.
du Monde est du 13 septembre et celui du journal régio-
Une trentaine de personnes n’a pas encore pu récu-
nal du 16, soit trois jours après, ce qui entraîne une modi-
pérer son logement. Il y a des problèmes d’eau
fication dans les informations ; il y a plus de recul, le bilan
potable et d’approvisionnement. La déclaration d’état
est plus complet pour le second.
de catastrophe naturelle est prévue pour mercredi.
• Faire répondre aux questions, éventuellement par groupes
2) L’article du Monde parle du sentiment d’abandon
de 2.
d’abord ressenti par les habitants. Puis il souligne la
- La question 1 demande d’extraire les informations princi-
solidarité qui est née après le drame, la satisfaction
pales de chaque article à partir desquelles on pourra faire
aussi de se sentir utile dans de telles circonstances.
un résumé des faits.
3) devraient… / selon une première estimation… / le
À partir des réponses, on peut établir une comparaison
nombre d’habitations touchées n’a pas encore été
entre les deux articles. La date de l’article, le rapport de
chiffré… / Environ 171 tonnes… / les évaluations se
proximité en sont les éléments décisifs.
poursuivent…
- La question 2 conduit à repérer comment sont traduits
4) Caractères gras : titres et sous-titres. / Italique :
les sentiments de la population. En effet, la presse, sur-
paroles rapportées au style direct. / Guillemets : pour
tout quand il s’agit de drame ou de catastrophe, exploite
encadrer les paroles. / Majuscules : début de phrases,
particulièrement le côté sentimental du fait divers pour
noms propres, titres, sigles. / Crochets : coupures
accrocher les lecteurs et faire en sorte qu’ils s’identifient
dans le texte.
davantage aux événements. C’est une question qui peut
5) Les chiffres servent à donner des informations objec-
faire l’objet d’un débat, car il y a parfois certains abus en
tives.
la matière.
- Quantités précises : chiffres précis, par exemple :
Là encore, une comparaison peut s’établir entre les deux
15 000 repas, 65 000 litres d’eau.
articles, puisque le deuxième article se limite davantage
- Quantités imprécises : des dizaines / quelque 3 200
aux données objectives.
maisons / de 500 à 600 / entre 9 000 et 10 000 /
- La question 3 cherche à faire relever les informations non
des centaines / environ 171…
confirmées, en analyser la forme.
Les quantités sont précises quand les chiffres ont été
- La question 4 veut sensibiliser à la typographie.
arrêtés, imprécises quand l’évaluation n’est pas défi-
- La question 5 traite de la fonction des chiffres et de leur
nitive ou pas possible parce qu’il s’agit d’une estima-
interprétation dans ce genre d’article.
tion.
- La question 6 veut provoquer une réflexion sur les stra-
6) Faire parler des difficultés et demander aux appre-
tégies de lecture et d’accès au sens.
nants de rappeler les stratégies de compréhension
• Mise en commun des réponses et commentaires :
écrite qu’ils ont appliquées pour ces textes.
- Parler des difficultés : la longueur des articles, le lexique,
le temps des verbes, la quantité d’informations, les quan-
tités précises / imprécises, etc.
- Les commentaires pourront porter sur les points suivants :
comparaison entre les deux articles, rôle des sentiments
dans la presse, rôle des chiffres, problème de l’objectivité
(pouvoir discerner entre informations objectives et inter-
Écrire
prétations), accès au sens et stratégies de lecture.
Rédaction d’un fait divers.

Solutions Les apprenants pourront choisir un autre sujet à condition


1) Article 1 : La ville d’Alès a été coupée du monde pen- qu’il traite aussi d’une catastrophe et de trouver le titre
dant 48 heures. Il y a eu 5 morts. 2 000 automobi- approprié.
listes ont été bloqués, des autocars les ont finalement Tout au long de la leçon, on dispose de modèles sur les-
secourus. La mairie a dû reloger 600 familles sinis- quels s’appuyer ainsi que de stratégies découvertes grâce au
trées. Manque de matériel. Solidarité : beaucoup de travail d’analyse réalisé sur les faits divers.
gens participent au nettoyage de la ville. • Avant d’écrire, faire rappeler les critères de l’évaluation de
Article 2 : Les écoles ont été fermées une semaine. Le l’écrit présentés p. 118.
déblayage et le nettoyage ne sont pas encore finis, une • Faire écrire le fait divers individuellement puis demander à
chaque apprenant d’évaluer sa production.

UNITÉ 5 //// 129


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 130

U5 BILAN

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 130


LANGUE 3) Oui, puisqu’ils sont donnés par un organisme officiel
(FAO).
Grammaire 4) Non, d’autres causes entraînent la pauvreté : l’instabi-
lité politique des pays qui souffrent de la faim, les
problèmes qui découlent du jeu des politiques mon-
1 Choisissez la bonne réponse pour compléter le texte
diales et, en particulier, des politiques agraires mises
suivant.
en place dans les différents continents.
5) Oui, car on peut imaginer une alliance internationale
1b 2b 3a 4c 5b 6a 7b 8b 9c 10a contre la faim qui est actuellement favorisée par les
avancées scientifiques et le processus de mondialisa-

Lexique tion de la planète.


6) Offrir un soutien à l’agriculture des pays du sud
(ouverture des marchés à leurs exportations, forma-
2 Les brèves. tion des cadres techniques des pays concernés,
meilleure utilisation de l’eau…). Réguler au niveau
1) orages 2) victime 3) secours 4) dégâts 5) endom- mondial l’offre des produits agricoles, afin d’éviter les
magés 6) main 7) singe 8) emmené 9) va mieux excédents trop abondants.
10) guérir 11) maladie 12) antibiotiques En ce qui concerne la limitation de la production, la
solution semble possible car différentes possibilités
ont déjà été expérimentées dans l’Union Européenne.

Prononciation
3 Écoutez. Dites les phrases qui correspondent à
l’enregistrement. Écouter
Transcription 2 Écoutez l’interview de Viviane, puis répondez aux
1) Il est passionné par ces auteurs. questions.
2) Elle oublie toujours son anniversaire.
3) Il n’a pas retrouvé des haches. Transcription
4) Et finalement, il faut ajouter deux héros. - Bonjour à tous et à toutes, aujourd’hui nous recevons
5) Je prononce en faisant les liaisons. Viviane. Vous travaillez à Médecins Sans Frontières.
6) Tu le trouves dans le dictionnaire ? C’est un sujet qui intéresse beaucoup nos auditeurs.
Merci donc à vous d’être ici sur l’antenne pour en par-
ler avec nous. Alors, Viviane, comment ça a commencé
Solutions pour vous, Médecins Sans Frontières ?
1) Oui 2) Non 3) Non 4) Non 5) Non 6) Oui - En fait, c’est assez récent, ça remonte à deux ans,
même si j’exerce la médecine depuis 15 ans. Un jour,
j’ai rencontré un médecin de MSF, il revenait d’une
mission, il était de passage ici et ce jour-là on a pas mal
PORTFOLIO, p. 17-18
discuté. J’y avais déjà pensé et lui, il était passionné par
COMMUNICATION ce qu’il faisait.
- Et vous vous êtes dit « pourquoi pas ? » et vous vous

Lire êtes décidée ?


- Exactement. En plus, au niveau personnel, j’étais dispo-
nible. J’ai pris contact avec eux et, là, tout a été très rapide,
1 Lisez cet article, puis répondez aux questions sui- parce qu’à ce moment-là, il y avait la famine en Angola et
vantes en trois ou quatre lignes environ et en justi- MSF avait besoin de volontaires pour faire face à l’urgen-
fiant vos réponses. ce de la situation.
- Alors vous êtes partie pour votre première mission ?
Solutions - On ne part pas comme ça. Avant le départ en mission,
1) Non, il ne s’agit pas d’un article complet (points de on suit toujours une formation : cette fois-là c’était axé
suspension entre crochets à la fin du texte). Cet article sur la malnutrition et les programmes nutritionnels,
est tiré d’un quotidien (correspondant habituel). mais on nous a donné aussi des informations sur le
2) Non, cet article essaie de donner des solutions au pays, la situation sanitaire et puis sur les activités de
problème. MSF là-bas.

130 //// UNITÉ 5


668905U5.qxd 2/12/04 19:06 Página 131

BILAN B5

- Et une mission, ça dure combien de temps ? - Oui mais on résiste, malgré les conditions de travail
- Tout dépend de la situation sur place et du type d’aide souvent précaires. Vous savez, on s’y met, on agit et ça
qu’apporte MSF aux populations, pour ma part, je suis compte, on sauve des vies. C’est ça, l’important.
restée presque un an en Angola.
- Alors, là-bas, comment ça s’est passé, votre première
expérience ? Ça n’a pas dû être très facile ? Solutions
- Oh non ! Ça a été un choc, surtout de voir l’état de 1) Dans le cadre d’une émission de radio. Elle est
dénutrition des enfants. Au début, beaucoup mou- médecin à Médecin Sans Frontières.
raient, c’était très dur ! 2) Elle a rencontré un jour (il y a deux ans) un méde-
- Oui, j’imagine. La faim, c’est un sujet préoccupant, on cin de MSF qui revenait d’une mission et elle a
en parle beaucoup dans la presse dernièrement, vous beaucoup parlé avec lui ; c’est ainsi qu’elle a pris sa
avez remarqué ? décision.
- Oui, je trouve ça plutôt bien, c’est malheureusement 3) Elle a suivi une formation sur la malnutrition et les
encore une réalité en ce début de XXIe siècle… mais sur programmes nutritionnels. Elle a également reçu
laquelle on devrait pouvoir agir. Enfin, notre rôle à nous, des informations sur le pays où elle devait se rendre.
médecins, c’est de réalimenter ces personnes, souvent 4) Sa première mission s’est déroulée en Angola où la
aussi de les réhydrater et tout cela demande beaucoup famine sévissait. Elle y est restée presque un an.
de précautions et un contrôle médical constant. 5) Ça a été un choc à cause de l’état de dénutrition des
- Et alors pour cela, vous vous êtes organisés comment, enfants. Beaucoup mouraient et c’était très dur.
sur place, en Angola ? 6) Viviane pense qu’il est très triste que la faim soit
- Eh bien, on avait une tente hôpital dans le village et un encore une réalité au XXIe siècle. Elle croit que l’on
centre de nutrition thérapeuthique. Je travaillais avec un doit agir pour lutter contre ce problème.
infirmier, on passait tôt le matin dans la tente hôpital 7) Son rôle de médecin était de réalimenter les per-
pour les soins, après c’était la distribution des vivres aux sonnes souffrant de la faim et aussi de les réhydrater.
enfants et d’eau potable à la population. Mais il faut 8) Elle disposait d’une tente hôpital et d’un centre de
faire face à beaucoup de choses. nutrition. Elle travaillait tôt le matin avec un infirmier
- Comme quoi, par exemple ? pour donner des soins dans la tente hôpital, puis
- Par exemple, beaucoup d’enfants étaient très fragiles, elle distribuait des vivres aux enfants et de l’eau
dans une situation médicale critique. Certains souf- potable à la population.
fraient de paludisme cérébral et de rougeole, alors on 9) Pour elle, malgré les conditions de travail précaires,
s’est aussi chargés d’une campagne de vaccination elle est satisfaite car elle sauve des vies et c’est cela
contre la rougeole. qui importe.
- Et il faut tenir le coup malgré tout. 10) Famine, malnutrition, dénutrition, réalimenter.

UNITÉ 5 //// 131


C'est la vie ! 2 GUÍA PORTADILL 2/12/04 18:59 Página 132
668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 133

UNITÉ

6 Faits et merveilles
OBJECTIFS

Utiliser la langue de la classe comme outil de travail permanent.


Communiquer dans des échanges très variés (domaine administratif).
Comprendre, raconter des contes, des anecdotes.
Demander et donner des informations, appréciations et explications.
Demander et proposer de l’aide, remercier, rassurer et réconforter.
Comprendre intégralement une chanson d’auteur.
Écrire un texte créatif.
Comprendre précisément un document oral et adapter son discours au contexte.

CONTENUS

L11 LEÇON 11 L12 LEÇON 12-PROJET


Communicatifs : exprimer l’hésitation, l’empressement, le Objectifs :
chagrin, le découragement ; les registres soutenu, standard et - Élaborer un projet en commun, exposer des idées et des
familier. préférences, négocier.
Grammaticaux : le participe présent et le gérondif ; la tour- - Découvrir des centres d’intérêt en relation avec la culture
nure présentative. francophone.
Lexicaux : le lexique du récit ; le lexique administratif. - Faire le point sur son apprentissage et évaluer son bagage
Phonétiques : révision. linguistique.
Culturels : les contes francophones ; les traditions cultu-
relles.

COMMENTAIRES

• Nous voici arrivés à la dernière unité qui contient le Projet comprenant toutes sortes de sons, et à la page
final et qui permet de réutiliser les savoirs et les savoir- Compétences, à travers la découverte d’une chanson de
faire étudiés dans cette méthode. Jacques Brel, Madeleine, où l’on pourra faire un travail
• À ce stage de l’apprentissage, la langue étudiée est spécifique d’interprétation des implicites.
devenue la langue de la classe à travers toutes les activi- • À la page Compétences, en compréhension orale, on
tés faites par les apprenants. revient au récit de vie quotidienne qui frôle l’extraordinai-
• En cette fin de parcours, on tient à renouveler la motiva- re, ce qui l’apparente au conte et qui permet d’enrichir
tion, à susciter un certain dynamisme qui rend plus enclin l’expression.
à exercer ses habiletés. Pour ce faire, dès le départ, on • La Leçon 12 est constituée par le projet final. La plupart
entre dans le merveilleux grâce à la lecture d’un conte des activités qui la composent présentent des modèles
écrit à la manière traditionnelle. À partir de ce texte, les qui permettront aux apprenants de revoir des points étu-
apprenants pourront exercer leur créativité en élaborant la diés au cours de la méthode et de pouvoir réaliser le pro-
fin du conte. jet dans les meilleures conditions possibles, en adaptant
• La partie ludique de l’apprentissage se trouve à la page leur discours au contexte à travers le choix du registre, du
Prononciation, où l’on s’amusera à réciter des comptines ton, du lexique et de la syntaxe qui conviennent.

UNITÉ 6 //// 133


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 134

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 132-133

U6 L11 SITUATIONS

Conte du bon vieux temps


Compréhension écrite d’un conte narré à la manière traditionnelle.
Questionnaire de compréhension globale et exhaustive : étude des éléments constitutifs du conte.
Présentation du participe présent et du gérondif.
Les présentatifs.
Invention d’un texte créatif : la fin du conte.

COMMENTAIRES • Faire relire le conte et répondre avec précision aux ques-


tions.
• En guise d’introduction au conte, le professeur pourra, s’il
• À partir des réponses, faire raconter le conte avec plus de
le préfère, aborder la page Civilisation avant cette Situation.
précisions par groupes de 4 ou 5 personnes.
• Poser des questions aux apprenants sur leur expérience
• Induire les apprenants à se corriger mutuellement et à enri-
concernant les contes : Quels contes les apprenants
chir leur expression au moyen des savoirs acquis.
connaissent-ils ? Lesquels préfèrent-ils ? Pourquoi ?
• Chaque groupe racontera sa version la plus travaillée, du
Quelle est leur relation avec le conte ? (Ils en ont lu pen-
point de vue de la correction et de la richesse du vocabu-
dant leur enfance, leurs parents leur en lisaient, ils conti-
laire et de la syntaxe, au groupe-classe.
nuent à en lire, ils vont écouter des conteurs, etc.)
• On verra ensuite, collectivement, comment on peut rendre
• Expliquer que c’est Charles Perrault (1628-1703) qui, au
éventuellement plus correctes et plus riches les reproduc-
XVIIe siècle, crée le conte en tant que genre littéraire.
tions orales du conte (maniement du passé, expressions
Les Contes de Perrault sont un recueil de contes posthu-
qui indiquent le temps, la cause, la conséquence, l’opposi-
me, composés de huit contes en prose, publiés en 1697
tion, le but, etc.).
sous le titre Contes de ma mère l’Oye ou Histoires et
contes du temps passé (la Belle au bois dormant, le Petit
• Faire remarquer que l’auteur, implicitement, représente
Chaperon rouge, Barbe Bleue, le Chat botté, les Fées,
les habitants de la Lente-Heure comme étant plus heu-
Cendrillon, Riquet à la houppe, le Petit Poucet) et de trois
reux que les autres, parce qu’ils prennent le temps de
contes en vers (Grisélidis, Les Souhaits ridicules, Peau
vivre, parce qu’ils goûtent plus véritablement le présent.
d’âne).
Ce conte se veut, en fait, une critique du rythme effréné
• Proposer éventuellement aux apprenants de découvrir les
de la société actuelle.
sites Internet suivants :
• Faire observer les éléments propres au conte :
- www.expositions.bnf.fr/contes/pedago/atelier/ (atelier
- la formule de départ : Il était une fois ;
d’écriture de contes)
- l’époque située au bon vieux temps, un temps lointain,
- www.site.ifrance.com/hibouq/contes_nouvelles/Contes/
avec, par conséquent, l’emploi du passé : passé simple
Perrault/Perrault.html (biographie et textes intégraux de
littéraire et imparfait ;
Charles Perrault)
- le lieu inventé ;
- les noms inventés (villages) ;
- la rupture dans le cours des choses qui est interrompu
Activité 1 par un incident (qui, dans ce cas, n’est pas drama-
tique) : le ballon du petit garçon passe dans l’autre vil-
• Pour réaliser cette activité, deux types de lecture peuvent lage ;
être proposées : - le désir du jeune garçon de conquérir la petite fille a une
- une lecture silencieuse et individuelle du conte ; fonction précise dans le conte : il permet d’entrevoir que
- une lecture à haute voix faite par le professeur lui-même, l’enfant va devoir affronter des obstacles, subir des
tandis que les apprenants ont le texte sous les yeux. épreuves (autres éléments constitutifs des contes) pour
• Faire dire aux apprenants ce qu’ils ont compris après cette atteindre son but.
première lecture. - la fin du conte devra être une fin heureuse, dans le style
• On notera au tableau les principaux éléments que les de la formule consacrée : Ils furent heureux et eurent
apprenants auront retenus, par exemple, le lieu, les per- beaucoup d’enfants.
sonnages, etc. • À ce stade de l’étude du conte, nous conseillons de
On pourra ensuite comparer ces éléments de réponse consulter la page Lexique afin de trouver le vocabulaire et
avec les questions de l’activité 1, afin de voir ce qu’il les expressions pour présenter les éléments qui viennent
manque dans les réponses. d’être énoncés.

134 //// UNITÉ 6


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 135

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 132-133


SITUATIONS U6 L11

• Faire lire l’activité nº2 puis faire répondre aux questions.


Solutions
• Après une mise en commun, faire continuer le jeu.
1) Au bon vieux temps, au royaume de Temporellie.
2) Lavavite est un village où tout va très vite et la Lente-
Heure est un village qui prend son temps et fait les Solutions
choses lentement. 2 1) à un distributeur automatique 2) une réclamation
3) Pour Lavavite, on parle des agriculteurs, de leurs cul- 3) une déclaration de perte ou de vol 4) un constat
tures et des animaux ; pour la Lente-Heure, on cite 5) un garagiste 6) à la préfecture 7) dans une agence
comme exemples deux artisans, l’ébéniste et le tis- immobilière 8) le permis de conduire
serand.
4) Ils les menacent de les envoyer en punition dans
l’autre village s’ils ne se comportent pas comme tout
le monde.
Activité 2
5) Leur conception du temps, leur manière de faire les
choses.
Cette activité consiste à paraphraser les phrases proposées.
6) Phil Hardy.
• Faire réaliser l’activité par groupes de 2 puis faire une mise
7) Il est très curieux, très remuant, toujours en mouve-
en commun.
ment.
8) Un ballon de football qui a atterri dans l’autre village.
9) Il tombe amoureux d’une petite Lente-Heureuse. Solutions
10) Il se propose de conquérir la petite fille et peut être 1) Deux villages proches l’un de l’autre mais ennemis.
aussi tout le village. 2) Tout le village vivait à ce rythme rapide.
3) Soudain, il a vu une petite fille aux yeux bruns qui l’a
regardé très surprise.

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 136-137


LEXIQUE
Activité 3
Pour raconter des contes et des histoires
• Faire lire la page 136, individuellement, puis demander aux
• Par groupes de 5 ou 6 apprenants, faire imaginer la fin de
apprenants de comparer certaines expressions avec celles
l’histoire à partir des éléments constitutifs du conte analy-
de leur langue maternelle.
sés plus haut.
• Rajouter des expressions imagées.
• Faire récapituler rapidement et collectivement les éléments
Rusé comme un renard.
de base à respecter :
Bête comme une oie.
- Qui ? Le garçon. Quoi ? Conquérir le cœur de la
Fier comme un paon.
petite fille. Où ? Dans l’autre village.
Prendre ses jambes à son cou.
- Les obstacles ou épreuves : les deux villages sont oppo-
Être bouche bée.
sés et le feront s’affronter à des obstacles ou lui deman-
Avoir les yeux plus grands que le ventre.
deront de passer des épreuves (chaque groupe imagine-
Avoir une peur bleue.
ra lesquels).
Voir rouge.
- Les atouts du héros : la rapidité, l’agilité, l’esprit d’inven-
• On pourra également recommander de consulter l’ouvrage
tion, la curiosité, l’innocence, l’amour, etc.
de Claude Duneton La puce à l’oreille (Éditions L. G. F.,
- La morale : le héros apprend à prendre son temps. Les
Collection de Livre de poche), qui est une sorte de réper-
villages deviennent amis, etc.
toire de toutes ces expressions et qui en explique l’origine.
• Faire lire la recette donnée dans la pomme puis faire inven-
ter un conte collectif en réutilisant le vocabulaire proposé :
LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 134-135
un apprenant donne la phrase d’introduction, le suivant GRAMMAIRE
fournit une deuxième phrase et ainsi de suite.

Pour vivre dans des pays francophones Le participe présent et le gérondif


Ces activités offrent un lexique utile pour réaliser des démarches
administratives dans un pays francophone. Le participe présent
• Faire lire l’activité nº1 et faire formuler des hypothèses sur • Faire observer les phrases de la colonne correspondan-
le sens des mots nouveaux ou demander aux apprenants te et répondre aux questions.
de les chercher dans un dictionnaire bilingue. - Le participe présent de la première phrase se rappor-
Ce lexique pourra être réutilisé dans le prolongement pro- te au mot agriculteurs et celui de la deuxième au mot
posé à l’activité suivante. village. Ces mots sont sujets dans la phrase.

UNITÉ 6 //// 135


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 136

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 132-133

U6 L11 SITUATIONS

• Avant de répondre à la question À quoi ça sert ?


essayer de faire transformer les phrases proposées. Les 2. 1) J’ai fait le ménage en écoutant de la musique.
apprenants pensent-ils à la construction avec le pro- 2) Vous prenez votre petit-déjeuner en regardant les
nom relatif qui ? dessins animés ?
• On forme le participe présent à partir de la base de la 3) Ils ont traduit ce texte en utilisant un bon diction-
1re personne du pluriel du présent de l’indicatif + ant. naire bilingue.
Les exceptions sont : 4) Malika lisait la lettre de son copain en riant.
être étant 5) Détendons-nous en respirant profondément.
avoir ayant 6) Il n’arrive pas à lire en écoutant de la musique.
savoir sachant 7) Loïc ! Ne joue pas en mangeant !
• Le participe présent sert à remplacer une proposition 8) Cette nuit, tu as parlé en dormant.
relative introduite par qui : Pierre, qui voulait réussir son 3. 1) Mon fils s’est brûlé en jouant avec un briquet.
concours, travaillait jour et nuit. Pierre, voulant réus- 2) Amandine fait ses devoirs en regardant la télé,
sir son concours, travaillait jour et nuit. imagine le résultat !
• Attention ! Il ne faut pas confondre le participe présent 3) Le professeur de français corrige les élèves pro-
qui est invariable et l’adjectif verbal en -ant qui s’accor- nonçant le s final.
de en genre et en nombre : intéressant(e), capti- 4) Je ne supporte pas les hommes se croyant supé-
vant(e), charmant(e), etc. rieurs.
5) Nous nous sommes rendu compte de notre oubli
Le gérondif en rentrant à la maison.
• Faire observer les phrases de l’autre colonne et deman- 6) Il lui est difficile de connaître des gens ayant les
der de répondre aux questions. mêmes goûts que lui, il est tellement bizarre !
- Le participe présent de s’approcher est s’approchant 7) On dit souvent que l’appétit vient en mangeant.
et celui de ramasser est ramassant. Si on les compa- 8) Je me suis tordu la cheville en courant pour ne
re aux gérondifs des phrases, on constate qu’ils sont pas rater le bus.
précédés de en. 9) Il est parti en claquant la porte, tellement il était
- Quelle est la différence entre le gérondif et le partici- en colère.
pe présent du point de vue de la forme ? Le géron- 10) Elle veut un mari sachant cuisiner.
dif est un participe présent précédé de en.
• Faire lire le paragraphe À quoi ça sert ? et répondre aux
questions. Le gérondif, dans les deux phrases, se
rapporte à la petite fille. Les sujets des deux proposi- La tournure présentative c’est qui / c’est que
tions sont les mêmes.
• le gérondif sert à marquer divers rapports circonstan- • Faire observer les phrases proposées à la page 135
ciels : temps, simultanéité, manière : puis faire répondre aux questions.
- Temps : En entrant dans la classe, je me suis rappe- On remarque, dans les deux cas, l’emploi de c’était
lé que j’avais oublié mon livre. = Quand je suis entré en début de phrase et l’emploi de qui ou de que.
dans… L’emploi de qui ou de que dépend de la catégorie
- Simultanéité : Je travaille en écoutant de la musique. grammaticale à laquelle appartiennent les éléments
= Je travaille et j’écoute de la musique en même mis en valeur (sujet / complément).
temps. • La tournure présentative c’est qui / c’est que sert à
- Manière : Elle s’est coupé le doigt en épluchant des mettre en valeur un élément en le plaçant en début de
carottes. (Répond à la question comment ?). phrase.
• Faire faire les activités nº 1, nº 2 et nº 3, p. 134-135. • Attention ! Quand on met en relief un pronom person-
nel, on utilise le pronom tonique.
Solutions • Faire faire les activités nº 4 et nº 5, p. 135.
1. 1) Je cherche un appartement ayant une jolie terrasse. Préciser éventuellement que l’emploi du pronom qui
2) Un ancien camarade de classe, vivant au japon avec l’expression avoir peur (activité nº5, phrase 5) est
depuis des années, m’a téléphoné hier soir. très familier. Les apprenants étudieront plus tard cette
3) Un garçon de 12 ans, conduisant une voiture volée, tournure avec le pronom dont.
a été arrêté près d’ici.
4) J’ai toujours gardé l’image de Mamie nous racon- Solutions
tant de belles histoires avant de nous coucher. 4. 1) C’est elle qui a répondu au téléphone ?
5) Ce directeur veut un acteur chantant, dansant et 2) C’est moi qui suis arrivée la première.
parlant couramment l’allemand. 3) C’est eux qui m’ont dit que j’avais tort.
6) Je cherche une personne sachant conduire pour 4) C’est lui que tu as rencontré au restau ?
garder mes enfants. 5) C’est toi que j’aime.

136 //// UNITÉ 6


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 137

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 132-133


SITUATIONS U6 L11

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 137


6) C’est vous qui l’avez voulu. PRONONCIATION
7) C’est moi qui ai téléphoné.
8) C’est nous qui avons écrit ce livre. Révision
5. 1) Monsieur Lustucru, c’est mon petit minet que j’ai Cette activité propose de réviser des sons à travers la récita-
perdu. tion de comptines.
2) C’est le géant qui a bu la potion magique et qui • Faire écouter les comptines puis faire faire un ou deux play-
a disparu. back en suivant l’enregistrement.
3) C’est son trésor que la sorcière a caché sous un • Travailler la prononciation de ces comptines par groupes de
énorme peuplier. 5 ou 6 personnes. Faire soigner le rythme, le ton et indui-
4) À l’époque, c’était les gens du village qui ado- re les apprenants à se corriger mutuellement.
raient la fée de la source. • Le professeur passera dans les groupes pour aider à une
5) C’est d’être ensorcelés qu’ils avaient peur. meilleure prononciation.
6) C’est un conte que je lis à mes enfants avant de • Faire faire des commentaires sur les productions.
les coucher. • Résoudre les problèmes éventuels de compréhension.
7) De tous les contes, c’est le Chat botté que mon
fils préfère.
8) C’était l’arrivée de l’ogre que les habitants du châ-
teau craignaient.
9) C’est les contes de Perrault que mes enfants ado-
rent.
10) C’est la sorcière qui a le mauvais rôle dans beau-
coup de contes.

UNITÉ 6 //// 137


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 138

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 138

U6 L11 CIVILISATION

L’heure du conte francophone


Sensibilisation à diverses traditions de contes à partir de débuts de contes.
Motivation à la lecture de contes.
Retrouver des titres de contes célèbres.

COMMENTAIRES Pour en savoir plus sur ce sujet, on peut consulter La


Morphologie du conte, ouvrage de Vladimir Propp
• Le conte a toujours existé dans toutes les civilisations. Il fait (1895-1970), théoricien du récit, dans lequel il systé-
partie de la tradition orale, il s’inspire des mythes et matise la structure des contes.
légendes, il contient toujours des éléments de la nature. Il
représente un enseignement, une initiation et est une
mine pour comprendre l’idiosyncrasie de certains peuples.
Le conte est resté ancré dans certaines traditions plus que Activité 1
dans d’autres.
• En Occident, au Moyen Âge, on aimait beaucoup les • Demander aux apprenants ce qu’ils savent sur les contes
contes ; c’était généralement un serviteur qui racontait francophones puis passer à la réalisation de l’activité.
régulièrement des contes à ses maîtres. Ici, il s’agit de retrouver les éléments constitutifs du conte
• Dans la bourgeoisie du XVIIIe siècle, on a commencé à et son origine.
considérer que les contes étaient destinés aux enfants • Faire lire les textes par groupes de 2 et répondre aux ques-
et on les a transformés en conséquence, même si, tions de l’activité.
parallèlement, le conte a survécu dans les classes popu- • Faire une mise en commun.
laires. • Après la lecture de ces textes, demander aux apprenants ce
• Par contre, au XIXe siècle, le conte était l’apanage des gens qui, à leur avis, peut varier d’un pays à l’autre ? Les pay-
de la campagne. sages, le climat, les noms, les expressions imagées, les
• À partir de l’époque romantique, on a commencé à dis- métaphores, etc.
tinguer deux tendances : le merveilleux et le fantastique.
Dans les contes de fées, la magie intervient à tout Solutions
moment ; ils sont peuplés de dragons, de génies et
Conte 1 : en Suisse, imaginaire (pays de Gruyère).
d’elfes. Ils ne nous inquiètent pas vraiment car il y a tou-
Conte 2 : au Québec, peut être réel ; le conte se passe
jours la promesse d’un dénouement heureux. Dans le
dans un clan.
conte fantastique, l’irrationnel peut faire irruption de façon
Conte 3 : à Tahiti, en Polynésie française, il peut être réel
brutale dans le réel ; la mort, les fantômes, les vampires
ou imaginaire ; les expressions imagées se rapportent
contribuent à un climat d’angoisse et le dénouement peut
toutes à la nature.
être fatal.
Conte 4 : à Paris, en France, imaginaire (sorcière).
• Aujourd’hui, on commence à se rendre compte de la
perte immense de ce patrimoine, c’est pourquoi l’étude
du conte et l’art de raconter sont remis au goût du jour et
rencontrent un vif succès.
• Le conteur a le plus souvent son propre répertoire. Il se Activité 2
sert de la voix mais aussi de gestes et se veut proche du
public. L’art de raconter est principalement développé • Faire réaliser l’activité par groupes de 2.
dans trois milieux : • Demander aux apprenants s’ils connaissent ces contes et
• Les communautés de travailleurs itinérants (marins, quels autres contes sont propres à leur culture.
bûcherons, etc.) ; les contes utilisés sont souvent très
longs, ils peuvent durer plusieurs jours, voire plusieurs Solutions
semaines. 1) La chèvre de Monsieur Seguin.
- Les communautés de séjours forcés (prisons, hôpitaux) ; 2) La Belle au bois dormant.
les contes sont souvent spécifiques et se rapportent aux 3) Boucle d’Or et les trois ours.
difficultés du milieu. 4) Peau d’Âne.
- Les communautés de travail ou de loisirs (stage, 5) Jacques et les haricots magiques.
camps).

138 //// UNITÉ 6


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 139

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 139-141


COMPÉTENCES U6 L11

expressions pour…
Activités 3 et 4
Réactivation des connaissances, mise en
commun.
• Faire réaliser les activités par groupes de 2.
Récapitulation des actes de parole mobilisés
• Faire lire le tableau Pour préparer votre intervention, déjà
dans les activités d’expression suivantes.
étudié dans l’unité précédente, avant de commencer à tra-
vailler. Conseiller également aux apprenants de se reporter
• À ce stade de l’apprentissage, les apprenants pourront com- aux situations de réclamation de l’Unité 4, Leçon 8, pour
pléter les expressions demandées par toutes celles qu’ils faciliter leur tâche.
connaissent et ne se trouvent pas nécessairement dans la • Le professeur insistera pour qu’ils s’entraînent avant de
leçon. représenter leur production devant le groupe-classe.

- Demander à quelqu’un de rendre un service /


Proposer de rendre un service : Est-ce que tu pourrais
m’aider à… / Peux-tu venir me chercher ? / Tu veux que
je t’aide ? / Si tu veux, je passe te prendre…
- Rassurer / Encourager : Ne t’inquiète pas, tout ira bien. /
Écouter
Tu verras, tu le feras très bien. Compréhension orale exhaustive d’un récit dialogué
- Promettre de l’aide : Je te promets de venir vous aider à assez long.
préparer le dîner. / Vous pouvez compter sur moi… Expression orale soutenue : résumé et élaboration
- Manifester des sentiments intenses : se tournaient le d’un dénouement possible.
dos / s’ignoraient superbement / effrayés par cette hor- Sensibilisation au registre.
rible perspective / il devint passionné de / son cœur s’em-
brasa / qu’un désir en tête / conquérir le cœur de…
- Exprimer la rapidité / lenteur d’une action : Tout le
monde courait dans tous les sens. / Le mouvement était Activités 1 et 2
perpétuel. / prendre en vitesse / Tout allait très vite. / hop…
hop… / en un clin d’œil / vibrait de la même hâte / Rien • Faire écouter une première fois l’enregistrement.
ne semblait bouger. / à un rythme qui coulait comme • Demander aux apprenants de dire ce qu’ils ont compris
la rivière / prendre le temps de vivre / Personne n’était (hypothèses) puis faire lire le questionnaire et y faire
pressé… répondre individuellement après une deuxième écoute.
- Exprimer son hésitation : Heu… / peut-être / Je ne sais • Procéder à une troisième écoute, si besoin est.
pas si… • Faire lire la transcription pour vérifier la compréhension et
s’auto-évaluer.
• Procéder à une mise en commun.

Parler
Parler des résultats du Q.C.M. Quelles ont été les diffi-
cultés ? Mettre en relation ces difficultés avec le point
Réfléchissons.
Parler des contes de son enfance. • Faire réaliser l’activité nº2.
Raconter une anecdote au passé. Pour le résumé, demander aux apprenants d’utiliser les
Entreprendre une démarche administrative. temps du passé. Pour le dénouement, inciter les appre-
Faire une réclamation. nants à imaginer trois fins possibles.

Transcription
- Si tu savais ce qui m’est arrivé hier… j’en suis encore
Activité 1
toute bouleversée, en plus j’ai honte mais… j’ai telle-
ment besoin qu’on me réconforte !
• Faire réaliser l’activité par groupes de 3 ou 4 puis deman-
- Ben, c’est vrai, tu as l’air toute drôle aujourd’hui !
der aux apprenants de se corriger mutuellement.
Qu’est-ce que tu as ? Raconte…
• Procéder à une mise en commun.
- J’y vais… mais s’il te plaît, ne te moque pas trop de moi !
- Mais non, Marie ! Qu’est-ce qui s’est passé ? T’as fait une
bêtise ? Tu sais, tu n’es pas seule à en faire… des bêtises !
Activité 2 - Eh ben voilà… Figure-toi qu’hier je sors à midi du
congrès, tu sais « Les soins dentaires chez les jeunes
• Le professeur passe dans les groupes pour écouter la qua- enfants », j’étais en pleine banlieue Sud que je ne
lité du français et corriger, si nécessaire. connais pas du tout… J’étais loin du boulot et de chez
• Demander à quelques volontaires de raconter leur anec- moi, alors j’ai décidé d’avaler un sandwich dans un petit
dote au reste de la classe.

UNITÉ 6 //// 139


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 140

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 139-141

U6 L11 COMPÉTENCES

Activités 3 et 4
bistro. Au moment de payer, je me rends compte que
je n’avais pas d’argent sur moi, pas de carnet de • Faire réaliser ces activités par petits groupes. Pour ce faire,
chèques, même pas de carte bancaire… l’horreur quoi ! conseiller aux apprenants de travailler à partir du contexte
J’avais changé de sac et voilà… le patron du bar, pas ou de la transparence des mots.
très aimable au début… il croyait que je voulais res-
quiller… me propose de garder ma carte d’identité en
attendant que je le rembourse. J’accepte, j’avais pas Solutions
d’autre solution, et je pars en courant… pour avoir le 3. être bouleversé : être ému, être perturbé. / récon-
temps d’aller chez moi, de repartir au bistro et de ne forter : redonner du courage, de la force à quel-
pas arriver trop en retard au rendez-vous que j’avais à qu’un. / avoir honte : se sentir mal car on a pas su agir
l’hôpital avec un représentant prothésiste… tu vois comme il fallait / foncer sur : se précipiter sur. / se
l’histoire… Bon, je reviens chez moi, je prends mon faire traiter de tous les noms d’oiseaux : se faire traiter
porte-monnaie, mes cartes, je fonce au distributeur du d’imbécile. / se prendre la tête : s’inquiéter, être obsé-
coin pour retirer de l’argent… et je reprends le métro à dé par quelque chose. / avoir la pêche : avoir le moral,
toute vitesse. En sortant du métro, truc horrible, impos- être en forme
sible de me rappeler où se trouvait mon bistro, ni com- 4. Registre standard : être bouleversé / réconforter /
ment il s’appelait, ni comment il était, ni à l’extérieur ni avoir honte
à l’intérieur… Le trou total… Tu sais quoi ? J’ai marché Registre familier : foncer sur / se faire traiter de tous
pendant une heure, je suis rentrée dans plein de bis- les noms d’oiseaux / se prendre la tête / avoir la
tros et je n’ai pas pu le retrouver… impossible… pêche
comme volatilisé… Finalement , je suis partie à toute
vitesse à mon rendez-vous, le type… il était furieux de
m’avoir attendue si longtemps et sur le point de repar-
tir et voilà… je n’ai toujours pas retrouvé mon bistro, ni
ma carte !
- Quelle histoire ! Mais, c’est vraiment incroyable ! Et Réfléchissons !
qu’est-ce que tu vas faire ?
Réflexion sur les stratégies à acquérir pour bien com-
- Je ne sais pas… Chercher à nouveau ce maudit café
prendre un document oral.
mais je ne sais pas où… je suis complètement décou-
ragée, j’ai l’impression d’avoir sillonné toute la ban-
• On pourra faire faire l'activité individuellement et noter
lieue… et si je ne le trouve pas, eh ben, j’irai au com-
l’ordre préférentiel des stratégies.
missariat pour déclarer la perte de ma carte. Tu me vois
• Faire commenter les réponses en petits groupes et procé-
en train de raconter cette histoire à un flic… Je vais me
der à une mise en commun.
faire traiter de tous les noms d’oiseaux ! En plus, je
Il n’y a, naturellement, pas un ordre chronologique qui
venais juste de la faire renouveler !
impère absolument car, selon les personnalités ou tempé-
- Tu crois qu’il va falloir la faire refaire ?
raments ou le profil des apprenants (plus visuel / plus audi-
- Je suppose… Quand je pense aux queues qui m’at-
tif), on trouvera des classements différents. Cependant, il
tendent, à toutes les formalités et à tous les papiers
est recommandé de partir toujours du global pour aller vers
qu’on va me faire remplir, je deviens folle ! Je t’assure,
le détail.
hein… j’en suis malade !
- Certaines stratégies peuvent aussi se chevaucher les
- Écoute, n’y pense pas… pas encore… attends quelques
unes les autres ; d’autres peuvent demeurer implicites
jours pour t’inquiéter… Tiens, ce soir, j’ai du temps, je
ou inconscientes ou devenir plus automatiques (par
t’accompagne. On va rentrer dans tous les bars, systé-
exemple, la compréhension globale).
matiquement, tu verras on va la retrouver, ta carte !
- L’important, ici, c’est que chaque apprenant, en fonction
de son auto-évaluation de la compréhention orale précé-
dente, puisse prendre conscience de ce qu’il doit renfor-
Solutions cer dans sa stratégie personnelle.
1. 1b 2c 3c 4a 5c 6a 7a 8c 9c 10b
2. Propositions
1) Elles retrouvent le soir même le bar en question et
tout s’arrange.
2) Le patron du bar arrive à la joindre car il a son nom
et son adresse.
3) Elle doit faire renouveler sa carte, ce qui la contra-
rie beaucoup.

140 //// UNITÉ 6


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 141

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 139-141


COMPÉTENCES U6 L11

Chanson En 1957, il obtient le prix Charles Cros. Pendant plu-


sieurs années, il passe de nombreuses fois à l’Olympia.
En 1969, il commence à travailler pour le cinéma en
Écouter une chanson pour le plaisir : expression de l’opi- tant qu’acteur (Les risques du métier). Dans les années
nion et des sentiments. 70, il dirigera aussi deux films (dont Franz avec la
Détection des implicites. chanteuse Barbara). En 1969, il crée, au Théâtre des
Champs-Élysées, une version musicale de Don
Quichotte, l’Homme de la Mancha.
En 1974, il quitte l’Europe et navigue sur les océans. Il
Activités 5 et 6 finit par s’installer aux Îles Marquises.
Il meurt, en 1978, d’un cancer du poumon.
• Faire écouter la chanson et parler des premières impres- C’est l’un des plus grands de la chanson française. De
sions qu’elle suscite. nombreux titres de ses chansons ont été repris par une
• Procéder à une deuxième écoute, avec le texte sous les multitude de chanteurs : Ne me quitte pas, Les vieux
yeux. Qu’est-ce qui a été le mieux compris ? amants, Quand on n’a que l’amour, Amsterdam, La
• Faire répondre aux questions des activités. Fanette, Le plat pays, etc.
- Les questions c et d se réfèrent aux implicites sur le carac- Pour en savoir plus : www.paroles.net
tère du narrateur, sur sa vie.
- Il y a beaucoup d’interprétations possibles vu le nombre Propositions
d’implicites (par exemple, on peut imaginer que les c) Le narrateur est un provincial. Il vit sans doute en
divers cousins cités dans la chanson sont des hommes France (les noms sont français) ou en Belgique (pays
qui connaissent bien Madeleine, peut-être ses amants), d’origine de Jacques Brel). Son amour est irréel, il le
ce qui donne une bonne occasion de parler. sait et n’en attend pas grand chose. L’espoir de voir
• Passer plusieurs fois la chanson et la faire chanter. Madeleine chaque semaine et de lui faire plaisir le
rend heureux.
• Présenter l’auteur de la chanson. Les apprenants le d) L’homme n’est pas très malin, les autres se moquent de
connaissent-ils ? lui facilement (trop bien pour moi) et il le sait. Pour lui,
Jacques Brel est né en 1929 en Belgique. En 1953, il Madeleine est toute sa vie, tout ce qu’il peut désirer
se rend à Paris avec sa guitare et réalise son premier mais il sait aussi qu’elle ne répondra pas à son amour.
disque.

UNITÉ 6 //// 141


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 142

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 142-148

U6 L12 PROJET

Un hit-parade pas comme les autres !


Réalisation d’émissions de radio.
Application des savoirs et savoir-faire entraînés au Niveau 2.
Travail de groupe : entraide et complémentarité.
Adéquation des actes de parole et du registre.
Enrichissement de la langue au niveau de la grammaire et du lexique.

COMMENTAIRES Qu’est-ce qui devra être privilégié dans ce genre de pro-


duction ? la prononciation, le rythme, la mélodie et
La Leçon 12 constitue le Projet final avec quelques inter- l’enrichissement de la phrase (plus longue et plus com-
mèdes ludiques. plexe).
Ce projet prétend refléter le niveau de compétence acqui- • Signaler, dès le départ, qu’il est important que les
se lors de l’apprentissage des Niveaux 1 et 2. groupes choisissent des émissions différentes et variées.
Il permet de faire le point sur l’ensemble des typologies
orales ou écrites abordées à travers ces deux niveaux.
Dans ce projet, c’est le style radiophonique qui est mis en
valeur, style qui est en réalité un oral soutenu, entre l’écrit
Activité 1
et l’oral.
On pourra donc préparer des notes pour la mémorisation de
• En guise d’introduction, faire récapituler tous les types
phrases types, formules, phrases longues et complexes. Ces
d’émissions de radio vus lors de l’apprentissage dans la
notes seront un support pour la réalisation des productions,
méthode (interview, bulletin météo, émission à thème
qui peuvent être variées : fait divers, interview, reportage,
–médecine, astrologie, etc.– faits divers, concours, infor-
jeu, concours, météo, etc.
mation routière, récit de vie, actualité…).
• L’objectif du projet est de préparer et de réaliser une
Cette récapitulation pourra être reprise lors de l’activité 7,
émission de radio en petits groupes. Les apprenants
puis comparée.
pourront jeter un coup d’œil rapide sur les activités pro-
• Faire dire aux apprenants les émissions qu’ils ont préférées
posées.
et faire justifier leur réponse.
Cette activité, pour des raisons pratiques, pourra se faire
On pourra également faire cette activité à l’issue de l’acti-
en direct et pourra être enregistrée à ce moment-là dans
vité 2, où l’on aura des éléments supplémentaires pour
la classe. On pourra aussi pré-enregistrer les productions
échanger les goûts et opinions.
pour les présenter à la classe, ce qui permettra de les
• Veiller, lors de cette discussion, à faire produire des phrases
améliorer. Le professeur décidera avec ses élèves ce qui
assez longues (cause, conséquence, opposition, but, etc.).
est le plus pratique. De toute façon, il sera intéressant
Pour ce faire, le professeur pourra guider l’expression orale
d’enregistrer les productions afin que les apprenants puis-
à travers des questions précises (Pourquoi ? Comment ?
sent s’écouter ou se réécouter lors de la co-évaluation.
Etc.) et reprendre, de temps en temps, les paroles des
• L’ensemble des activités propose des supports ou
apprenants dans des phrases complexes, articulées.
modèles (titres d’émissions, noms de stations de radio,
références à des émissions déjà travaillées, formules,
etc.) ou une réflexion sur la conduite du projet (définition
des paramètres du discours, canal, public, registre, etc.).
• Ce projet de réalisation d’émissions de radio veut s’ins- Activité 2
crire dans le cadre d’un concours, le GPER, calqué sur
d’autres concours existants, dont les règles seront Comme entrée en matière, on propose ici un test sur la
autant de points de repère pour évaluer les productions radio afin de fournir l’occasion d’échanger des connais-
finales. sances sur ce sujet.
• Pour réaliser ces émissions, on aura besoin d’établir les Ce test cherche à aiguiser la curiosité. Il donnera, au profes-
paramètres du message, à savoir le profil du public (à qui seur et à l’ensemble de la classe, l’occasion de connaître la
on s’adresse ?), la station de radio et le type d’émission relation des apprenants avec la radio.
(le canal), le type de locuteur (qui parle ?), le registre à • Faire faire le test et résoudre la devinette et le rébus par
utiliser et les formules à employer, et le sujet (de quoi on groupes de 2, puis comparer les réponses dans des
parle ?), ce qui oblige à utiliser le lexique approprié, les groupes de 4 ou 5 personnes.
verbes adéquats, etc. • Procéder à une mise en commun.

142 //// UNITÉ 6


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 143

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 142-148


PROJET U6 L12

• Entamer, entre tous, une discussion ou un débat sur la - Point 5 : Parler des diverses composantes demandées et
radio en général. de leur quotas : culturelle (chansons, musique, etc.)
Après cette activité, les apprenants commenceront à être informative (éléments d’informations sur le thème choi-
en mesure de choisir leurs partenaires pour former des si), ludique (devinettes, blagues, concours). Si on le juge
groupes de travail autour du choix d’une émission. opportun, on pourra apporter des modifications à ces
quotas, mais il faudra l’établir clairement, dès le départ.
Solutions - Point 6 : Musiques d’Afrique ou d’ailleurs, penser à tous
a) Test : 1b 2b 3b 4c 5b 6c 7a 8a 9c 10a les pays francophones que l’on a abordés dans la métho-
b) Devinette : le transistor de. Faire en sorte d’éveiller la curiosité et de faire faire des
Rébus : île - haie - an - train - dé - cou - T - 1 - champ recherches sur la musique de certains pays (Québec,
- son. Il est en train d’écouter une chanson. Antilles, etc.).
- Point 7 : Il est important de savoir improviser et de le faire
de façon naturelle.
- Point 8 : S’entraîner suffisamment avant d’enregistrer ou
de réaliser en direct, afin de d’éviter les hésitations, les
Activité 3 trous, les lenteurs à s’exprimer, les problèmes de pro-
nonciation.
Dans cette activité, il s’agit de faire un sondage dans la classe
pour évaluer le type de public auquel on s’adressera.
• Faire rédiger les questions, puis faire passer le question-
naire dans toute la classe.
Activité 5
Pour le point 5, faire imaginer d’autres questions.
• Procéder à une mise en commun des réponses. Établir des
Il s’agit, dans cette activité, d’associer chaque émission de
pourcentages et les afficher au tableau.
radio à la description qui lui correspond. Pour ce faire, il faudra
Cette activité donne des points de repère pour savoir à qui
en trouver le thème dominant.
on s’adresse et pour pouvoir choisir des types d’émissions
• Faire prendre connaissance des textes descriptifs.
en fonction des motivations du groupe-classe. Elle peut
• Répartir les textes entre plusieurs groupes puis demander à
aussi donner des idées.
quelques apprenants de les lire à voix haute.
• Faire répondre aux questions. S’il y a des difficultés à trouver
la correspondance avec le titre, faire procéder par élimina-
Activité 4 tion, en commençant par ce qui est le plus facile.
• Faire justifier les réponses et commenter la manière de pré-
Dans cette activité, on prend connaissance des règles du senter chaque émission.
concours, éléments de référence pour la co-évaluation.
• Faire lire le réglement collectivement et le commenter. Solutions
- Point 1 : Les apprenants sont tous des amateurs. Faire a) 1c : Il faut ici mettre en relation le mot économique
observer ce mot amateur où il y a le mot aimer. Le fait avec le mot affaires. À noter que le mot menu
que le concours soit francophone admet la diversité des signifie programme et que le mot mordu, du
accents. registre familier, veut dire passionné de.
- Point 2 : Que veut dire en français ? En français correct 2h : Les mots et expressions blues du dimanche
(il faudra donc veiller à utiliser la grammaire et le lexique (soir) et voiture sont à mettre en relation avec le
adéquats). mot retour (du week-end) du titre de l’émission.
- Point 3 : Le véritable objectif du projet, c’est l’expression L’animateur est comparé à un routier de la radio,
orale. L’important sera la prononciation, le rythme, le un vieux routier, c’est-à-dire un homme habitué à
débit, la mélodie de la phrase mais aussi l’intonation. faire son travail, qui connaît son métier.
Rappeler que des notes écrites pourront servir de support 3d : Les Années Lumière sont à mettre en relation
et qu’à partir de ces notes, on pourra s’entraîner à la qua- avec l’astronomie et l’espace où les distances
lité de l’expression orale. s’évaluent en années lumière. Lumière est géné-
- Point 4 : La longueur demandée (20 mn) peut sembler ralement associé à savoir.
excessive. Qu’est-ce qui permet de faire des pauses ? 4i : Le mot nuit se trouve à la fois dans le titre et la
La musique, les chansons, la publicité, les infos brèves, la description. L’émission s’adresse à un public adul-
météo, les blagues (on peut utiliser jusqu’à quatre chan- te, qui aime se coucher tard et qui a des goûts
sons, ce qui correspond plus ou moins à 8 minutes variés.
d’écoute, à condition qu’elles ne soient pas placées les 5a : La langue française évolue est à rapprocher de
unes à la suite des autres). Si le professeur juge que ce linguistique. Avec pour le meilleur et pour le
temps est trop long, il pourra le réduire selon son propre pire ? on veut dire que les médias n’utilisent pas
critère.

UNITÉ 6 //// 143


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 144

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 142-148

U6 L12 PROJET

toujours correctement la langue, bien au contrai- 2) - Dans le nord et à l’est, le temps aujourd’hui est typi-
re. Infliger une bonne correction signifie donner quement hivernal ; il a neigé au-dessus de 1 800
une leçon ; le but de l’émission est sans doute de mètres et le verglas est abondant ! Températures
« remettre dans le droit chemin », c’est-à-dire en baisse sur toute la moitié nord de la France.
de montrer les incorrections pour pouvoir les Attention aux grippes et aux rhumes, prenez man-
corriger. teaux, gants et écharpes pour sortir ! La pluie et le
6g : Le mot livres est à mettre en relation avec bou- vent sont au rendez-vous sur la façade ouest. Sur la
quin (du registre familier) qui vient de book en partie sud, tendance à l’amélioration. Températures
anglais. Bouquinville est un mot poétique fabri- en légère hausse dans l’après-midi : 11/12 degrés !
qué à partir de bouquin et de ville. 3) Excusez-moi de vous interrompre, c’est l’heure de
7b : Les tensions de la semaine sont à mettre en rela- la publicité… Pendant ce temps, chers auditeurs
tion avec pas pressé. Dans cette émission, on et auditrices, la question est toujours : « Que pen-
veut créer une ambiance de samedi détendue et sez-vous de la mode actuelle ? » Prenez la parole,
variée, pour faire oublier les soucis de la semaine. appelez Sandrine à notre standard et donnez-lui
8e : Ici, on mettra en relation utopies et décrocheurs votre avis !
d’étoiles. Cette émission s’adresse aux idéalistes 4) - Alors Janine, tu sais que si tu devines, tu gagnes une
et aux rêveurs. console vidéo ?
9f : C’est une émission où le personnage invité est à - Oui, maman me l’a dit.
chaque fois différent, c’est pourquoi le titre de - Très bien, alors c’est qui ?
l’émission est Devine qui vient nous voir, qui est - C’est la maîtresse ?
une référence au célèbre film : Devine qui vient - Exact ! La maîtresse ou le maître… Janine, tu as
dîner ce soir avec Sydney Poitiers. gagné ta Play Station. Tu es contente ?
b) culturelle : 5, 6, 9 / informative : 8 / sur l’économie : - Très.
1 / musicale : 2, 4,7 / divulgation scientifique : 3. - Alors on te l’envoie ! Ne raccroche pas, hein ?
5) - Eh bien, écoutez. Ça nous fait plaisir d’entendre un
jeune cycliste avec autant de modestie, autant d’en-
vie de s’élancer sur le Tour de France avec le maillot
tricolore. Sachez que beaucoup, beaucoup, beau-
Activité 6
coup de Français ont derrière vous, Matthieu. Merci
beaucoup !
Les modèles de noms de stations de radio francophones
6) - RTU Info. Il est six heures dix. Raymond Labène est
présentés dans cette activité vont permettre aux apprenants
toujours à l’antenne et le sujet du jour sont les éco-
de choisir le nom de leur propre station.
gestes, tous ces petits gestes simples que nous pou-
• Faire lire les titres et dire ce qu’ils suggèrent, par exemple,
vons faire sans même nous rendre compte et qui,
Radiogag est sûrement une émission d’humour, un gag
nous dit-on, auraient une grande répercussion sur
étant une blague.
l’environnement si nous étions nombreux à les
Il y a certains noms de station qui ne sont pas très trans-
faire… Nous vous rappelons que la revue TOP
parents en ce qui concerne le contenu de leurs émissions
Actualité vient de sortir un dossier intitulé « Un bon
(exemple : Radio France) mais ils ont l’avantage de don-
geste pour la planète » et que nous voulons contri-
ner plus de liberté dans le choix.
buer au débat qu’elle a lancé.
Allô ! Oui ! Léa va nous donner son opinion : elle
nous appelle de l’Indre-et-Loire. Bonjour Léa !
Activité 7 Qu’est-ce que vous voulez nous dire, là ?
- Moi… eh ben… heu, je suis complètement d’ac-
Cette activité est un rappel d’émissions de radio travaillées cord avec vous.
lors des deux niveaux qui pourront être des modèles pour 7) - Merci bien, Kevin, merci beaucoup… Je sais que
les productions. vous devez partir immédiatement … votre équi-
• Fairer répondre aux questions par groupes de 2 puis pro- pe vous attend… alors félicitations pour votre travail
céder à une mise en commun. et votre dévouement… Bonne journée et bon
courage…
Transcription 8) - Un homme de 60 ans a été tué par une avalanche
1) - Dans le cadre de notre émission Une vie, une his- au-dessus de La Grave dans les Hautes-Alpes. Ce
toire nous allons écouter l’enregistrement que nous montagnard averti effectuait seul une randonnée
a envoyé Madame Juliette Skoudy. sur un sommet qui domine la station. Il a été
- Eh ben voilà, je m’appelle Juliette et j’ai 50 ans. J’ai emporté sur plus de 200 mètres par une plaque de
eu pendant 48 ans une vie tout à fait normale… neige et a chuté sur plusieurs barres rocheuses.

144 //// UNITÉ 6


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 145

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 142-148


PROJET U6 L12

• Faire écrire les parties les plus complexes (présentation du


Solutions
sujet, argumentation) afin de pouvoir s’appuyer sur les
a) 1. 1) Témoignage de vie ; auditeurs des tranches
notes.
horaires de la journée.
• Pour la distribution des rôles, chaque groupe donnera la
2) Bulletin météo ; tout public.
possibilité à chacun de ses membres d’essayer divers rôles
3) Émission de débat avec participation du public ;
afin qu’il puisse choisir celui qui lui convient le mieux.
auditeurs de la journée ou de la soirée.
• Induire les apprenants à s’aider mutuellement pour la pro-
4) Jeu radiophonique ; fin d’après-midi.
nonciation, l’intonation, choix du registre en relation avec le
5) Interview durant l’émission sportive ; fin d’après-
personnage incarné.
midi, après le travail.
6) Émission de débat avec intervention du public ; PAUSE-DÉTENTE
tout public. • Il est temps de faire une pause avant d’entrer directement
7) Interview ; auditeurs de la journée. dans l’élaboration du projet.
8) Faits divers ; auditeurs du journal radio. • Faire réaliser les jeux par groupes de 2.
2. 1) début 2) cours de l’émission 3) interruption
pour publicité 4) fin d’interview 5) fin d’interview Solutions
6) reprise de l’émission après la pause 7) fin de 1. Horizontalement : hit-parade - écoute - tube - anima-
l’émission 8) fait divers, juste avant la conclusion teur - ondes - infos - sonore - enquête - enregistre-
3. 1) Raconter sa vie 2) Présenter la météo 3) Débattre ment - journaliste
sur la mode actuelle 4) Faire gagner une console Verticalement : chansons - antenne - son - émission -
5) Encourager un coureur cycliste 6) Parler des éco- top - studio - fréquence - publicité - interview - repor-
gestes 7) Interviewer quelqu’un 8) Présenter un fait tage
divers 2. 1) radio-amateur 2) radiocassette 3) radiographie
b) 1) Saluer : Alors, on te fait une grosse bise ! (4) / 4) radio-messagerie 5) radio-réveil 6) radio-taxi
Bonjour Léa ! (6) 3. Les posters n’ont pas le même numéro : 60 / 70.
2) Se présenter / présenter quelqu’un : Je m’appelle - Sur la 2e illustration, sur la table, il manque un micro.
Juliette et j’ai 50 ans. (1) / Raymond Labène est - Sur la 2e illustration, autour de la table, il y a un fau-
toujours à l’antenne… / Léa va nous donner son teuil supplémentaire. - Sur la 2e illustration, il y a un
opinion… (6) disque posé sur le plateau. - Sur la 2e illustration, au
3) Présenter une émission : Dans le cadre de notre mur, il y a deux papiers. - Le dessin du tableau qui se
émission une vie, une histoire nous allons écou- trouve à droite, sur les deux illustrations, est différent.
ter… (1) / C’est l’heure de la publicité… (3) - Les chaînes Hi-Fi, à droite, sont aussi différentes.
4) Situer dans l’espace et dans le temps : Dans le
nord et à l’est… (2) / Elle nous appelle de l’Indre-
et-Loire. (6) / Il est six heures dix. (6) / Au-dessus
de La Grave, dans les Hautes-Alpes. (8)
Activité 10
5) Encourager les auditeurs à intervenir / faire quelque
chose : Prenez la parole, appelez Sandrine à notre
• Avant de lire les conseils de l’activité, essayer de faire don-
standard et donnez-lui votre avis ! (3) / Ne rac-
ner ces conseils par la classe elle-même et comparer avec
croche pas, hein ? (4)
les points proposés dans le tableau.
6) Donner la parole à quelqu’un : Bonjour Léa !
• Commenter ces points avec le groupe-classe.
Qu’est-ce que vous voulez nous dire, là ? (6)
Par exemple, comment susciter l’intérêt de l’auditoire ?
7) Prendre congé : On te fait une grosse bise !
En parlant clairement, de façon vivante (intonation), en
(4) / Bonne journée et bon courage… (7)
donnant des informations intéressantes, en étant chaleu-
reux, en faisant un peu d’humour, etc.
Comment être naturel ? En n’ayant pas peur de se
tromper, en étant détendu, en réalisant cette activité
Activités 8 et 9 comme s’il s’agissait d’un jeu, en s’exprimant avec convic-
tion aussi, etc.
Dans ces activités, les apprenants vont définir les paramètres
de leur émission, se repartir les tâches par groupes et prépa-
rer le contenu.
• À partir des questions proposées dans l’activité nº8, faire éla- Activités 11 et 12
borer aux apprenants une fiche technique afin de choisir le
genre d’émission qu’il vont réaliser. • Faire réaliser les émissions par chaque groupe.
• Lors de la préparation du contenu, (activité nº9) on pourra • Après la réalisation des émissions, réunir les différents
chercher dans des revues françaises ou sur Internet des groupes, règlement en main, et faire évaluer en fonction
développements sur les thèmes choisis. des critères donnés à l’activité 11.

UNITÉ 6 //// 145


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 146

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 142-148

U6 L12 PROJET

• Les points 4 et 5 pourront être discutés au préalable. Ils Dans les années 60, il enregistre quelques disques qui
veulent vérifier que les apprenants ont bien assimilé tous n’ont guère de succès.
les savoirs introduits au niveau 1 et au niveau 2, qu’ils ont C’est en 1977 que se situe le tournant dans la vie de
su progressé, qu’ils ont une aptitude à réutiliser les nou- Michel Jonasz avec la sortie d’un album où l’on trouve
veaux savoirs. deux chansons qui deviendront célèbres : Du blues, du
blues, du blues et J’veux pas qu’tu t’en ailles.
À partir de cette année-là, les succès s’enchaînent.
Dans la musique de Michel Jonasz on retrouve toujours
Activité 13 les trois rythmes qui l’ont marqué depuis l’enfance : la
chanson française (Brel, Brassens), le jazz et la musique
• Faire écouter la chanson une première fois. tzigane.
• Faire donner les impressions, dire les mots retenus ou qui Grand voyageur, ce chanteur aime chercher l’inspiration
se répètent. Demander de quoi on parle. dans d’autres pays et, comme il le dit lui-même faire de
• Faire une deuxième écoute avec le texte sous les yeux. la musique comme des vagues.
• Commenter les interprétations personnelles des appre- - La musique funky : c’est un style musical où se mêle l'in-
nants. tensité du soul et un grand sens du rythme. Il s'est déve-
• Parler de l’auteur / interprète de la chanson et de la mu- loppé dans les années 1960 avec James Brown aux
sique funky. États-Unis. Il a influencé le jazz-rock et des musiciens
- Michel Jonasz est né le 21 janvier 1947 à Drancy dans la comme David Bowie et les Rolling Stones. Prince en est
banlieue parisienne. Il est issu d’une famille juive hongroi- le représentant dans les années 1980.
se. Pendant son enfance, le dimanche, il va avec les siens • Faire chanter la chanson ou l’écouter plusieurs fois.
chez ses grands-parents pour écouter de la musique tzi- • Rappeler aux apprenants qu’il leur serait bénéfique, à ce
gane. La musique fait donc partie de sa vie depuis toujours stade de l’apprentissage, de « faire le point » à l’aide de leur
et il ne tardera pas à se décider à en faire son métier. Portfolio (pages 21-22).

146 //// UNITÉ 6


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 147

BILAN B6

LIVRE DE L’ÉLÈVE, p. 149


LANGUE Transcription
- Tiens, Bertrand, salut, comment tu vas ?
Grammaire et lexique - Moi, ça va pas mal et toi, Christelle, qu’est-ce que tu
deviens ? Depuis que tu ne travailles plus en soirée, on
ne se voit plus…
1 Complétez le texte suivant en choisissant l’option (a,
- Pour moi ça va, tu vois, pas de changement, je présen-
b, c) qui convient.
te toujours les infos. Dis donc, c’est plutôt rare de te
rencontrer le matin. Qu’est-ce que tu fais par ici ?
1a 2c 3b 4b 5a 6c 7c 8b 9b 10a 11c 12b 13a
- C’est vrai, je sors de chez Hector, pour une fois c’est pas
14c 15a 16c 17b 18b 19c 20a 21a 22b
moi le présentateur, je suis l’invité.
- Ah bon, mais qu’est-ce qu’il te veut ?

Prononciation - Il veut m’interviewer sur mon émission, c’est encore en


projet. Il voulait savoir si j’acceptais, alors je suis passé
le voir pour discuter un peu. T’as cinq minutes, on va
2 Écoutez et dites combien de fois vous entendez les
prendre un café ?
sons suivants.
- Bonne idée, j’ai un peu de temps devant moi avant les
infos de 11 heures, on va à la cafèt ?
Transcription - D’accord, il n’y a pas beaucoup d’animation le matin !
1) Chimène a un petit logement près de la plage où elle - Non, c’est spécial, quand tu es habitué(e) à travailler en
se sent vraiment chez elle. soirée, ça surprend, c’est calme la maison le matin mais
2) Les lunettes de Lucie ne sont pas sur son lit, regarde j’ai fini par m’habituer. On se met là ?
sous les couvertures. - Oui, qu’est-ce que tu prends ? Je t’invite.
3) Les dessins que vous avez exposés sont très réussis. - Merci, merci, pour moi ce sera un café noisette… Alors,
4) Le temps n’est pas bon, il fait un vent épouvantable comme ça, tu vas passer à l’émission Origine, Original ?
et le village est encore loin. - Oui, tu connais Hector ! L’interview porterait sur com-
5) C’est pour eux que je veux ce morceau de beurre. ment est née l’émission, ce qui m’a donné l’idée de la
faire, etc…
- Qu’est-ce que tu lui as dit ?
Solutions
- Ce que je dis toujours, parcourir le monde quand on est
1) [∫] 2 fois 2) [y] 4 fois 3) [s] 3 fois 4) [ã] 4 fois
reporter, ça fait connaître d’autres gens, d’autres réali-
5) [ø] 2 fois
tés, on commence à voir le monde autrement d’où le
nom que j’ai choisi D’autre part, et aussi parce que,
malgré tous les grands discours sur la mondialisation,
PORTFOLIO, p. 19-20 on ne vit pas de la même manière sur toute la planète,
COMMUNICATION donc mon idée c’était de mettre à la portée des audi-
teurs une autre façon de voir, de provoquer des discus-
Lire sions aussi sur le droit à la différence.
- Arrête, arrête, je ne suis pas en train de t’interviewer.
1 Lisez cet article, puis retrouvez, dans la liste qui suit, - Excuse, tu sais, mais, quand on me branche sur un sujet
six affirmations qui correspondent à ce que dit le qui me passionne… L’émission tient maintenant depuis
texte. 6 mois mais je me demande si je ne vais pas la modi-
fier un peu…
Solutions - Pourquoi ça ? Tu as reçu des critiques ?
1, 2, 4, 7, 9, 10 - Bon, des critiques, j’en ai eu et j’en aurai encore, plus
sur le fond que sur la forme, d’ailleurs. En fait, on me
reproche souvent de m’intéresser plus à ce qui se
2 Dans le texte précédent, quelle définition correspond passe ailleurs qu’à ce qu’on fait en France mais le retour
aux mots et expressions suivants ? que j’ai avec les auditeurs qui interviennent, ça m’incite
plutôt à continuer, il y a une audience pour ça.
Solutions - T’as raison, moi tu sais, j’ai surtout entendu des échos
b, c, b favorables, mais de toute façon si j’étais toi, je change-
rais quelque chose…
- Quoi ? Explique-toi, ça m’intéresse !

Écouter - Tu sais, ton idée de répondeur pour que les auditeurs


se manifestent et qu’on les écoute après à l’antenne,
c’est bien, mais tu pourrais aller plus loin.
1 Écoutez le dialogue, puis répondez aux questions.

UNITÉ 6 //// 147


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 148

U6 BILAN B6

- Voilà, t’as tout compris, c’est ça que je veux changer jus-


tement, tu ferais quoi, toi ?
- Écoute, j’ai plus le temps, il faut que j’y aille, on en
reparle quand tu veux.
- Oui, oui, d’accord, allez bon courage.

Solutions
1) Bertrand et Christelle travaillent tous les deux à la
radio. Elle, elle présente les informations et lui, il
anime le soir une émission intitulée D’autre part. Ils
sont surpris de se rencontrer le matin, car ils avaient
l’habitude de se voir le soir. Mais Christelle présente
maintenant les infos du matin et Bertrand vient d’avoir
un entretien avec le présentateur d’une autre émis-
sion.
2) Le registre de langue employé est familier : c’est pas
moi, cafèt, infos…
3) C’est Hector qui va interviewer Bertrand. Il présente
l’émission Origine, Original et veut demander à
Bertrand de lui expliquer comment est née son émis-
sion.
4) L’émission de Bertrand s’appelle D’autre part. Il a
choisi ce titre car, étant reporter, il a connu d’autres
pays, d’autres cultures, d’autres gens et réalités.
5) Il fait cette émission pour permettre aux auditeurs de
découvrir d’autres façons de vivre et aussi pour pro-
voquer des discussions sur le droit à la différence.
6) Il en parle avec passion.
7) L’émission est bien acceptée, en général. Cependant,
on reproche souvent à Bertrand de s’intéresser plus à
ce qui se passe ailleurs qu’à ce qu’on fait en France.
8) Bertrand et Christelle pensent tous les deux qu’il faut
apporter un petit changement à l’émission. Ils ne peu-
vent pas en parler en détail car Christelle doit
reprendre le travail.

148 //// UNITÉ 6


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 149

PASSEPORT C’EST LA VIE ! 1

Écouter
Cadre Européen Commun de Référence : A1

JE SUIS CAPABLE DE...

Comprendre des consignes d’activités, les questions Comprendre des présentations de personnes
ou explications simples du professeur ou des autres (physique et caractère) et des descriptions
étudiants. d’activités quotidiennes.
Comprendre globalement des dialogues Comprendre des informations météo simples.
pédagogiques courts.
Comprendre des informations utiles dans des
Comprendre différentes salutations et différentes monologues et des conversations personnelles,
formules de politesse. professionnelles ou liées au tourisme.
Comprendre quelques formules pour appeler
et répondre au téléphone.

Parler
JE SUIS CAPABLE DE...

Poser des questions pour demander des explications, dire Dire ce que j’aime et ce que je n'aime pas.
que je ne comprends pas, commenter des activités simples
Parler du temps qu'il fait.
et habituelles avec les personnes du groupe et avec le
professeur. Demander mon chemin et répondre à des
questions sur ce thème.
Saluer, (me) présenter, utiliser des formules de politesse,
tutoyer et vouvoyer. Demander un service ou un produit courant.
Demander à quelqu'un de ses nouvelles et réagir. M'exprimer en phrases simples dans une
conversation en faisant répéter, expliquer
Utiliser quelques formules simples pour parler et répondre
et reformuler quand je ne comprends pas.
au téléphone.
Dire qui et comment je suis, ce que je fais habituellement à
la maison, au travail, pendant les vacances, parler des gens
que je connais et leur poser des questions sur ces thèmes.

Lire
JE SUIS CAPABLE DE...

Comprendre les consignes d’activités ou les explications Comprendre des annonces immobilières.
du livre.
Comprendre un plan, un itinéraire et des
Comprendre des textes très courts : petites annonces indications écrites.
et e-mails.
Comprendre globalement des textes informatifs
Comprendre des cartes d’invitation ou de vœux, courts et très simples qui parlent de la vie familiale,
des cartes postales. professionnelle ou de loisirs.

Écrire
JE SUIS CAPABLE DE...

Remplir des formulaires : état civil, inscription Écrire des annonces immobilières (appartements
à des organismes. et maisons).
Écrire des petites annonces et des e-mails sur Écrire une liste de courses.
des thèmes personnels.
Écrire de courts textes présentant des personnes
Écrire des cartes d’invitation ou de vœux, des cartes et leurs activités.
postales.

PASSEPORT 1 //// 149


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 150

PASSEPORT C’EST LA VIE ! 1

Écouter
Cadre Européen Commun de Référence : A2

JE SUIS CAPABLE DE...


Comprendre les explications et les commentaires Comprendre des propositions, des conseils, des
du professeur et des personnes du groupe sur besoins et des ordres.
les activités, les résultats, l'apprentissage.
Comprendre des conversations personnelles ou
Comprendre des explications, des informations, commerciales qui parlent de voyages (hôtels
des comparaisons, des appréciations sur des produits ou autres logements, transports, santé).
ou des services.
Comprendre les points clé dans des émissions
Comprendre de façon précise des prix, des modes de radio (météo, débat, reportage sur la vie de
de paiement, des quantités. quelqu’un).
Comprendre suffisamment des opinions diverses pour Comprendre des informations sur la vie présente
intervenir dans une conversation ou discussion sur et passée d’une personne.
des thèmes courants.

Parler
JE SUIS CAPABLE DE...
Demander des informations sur les cours et des Demander et donner des renseignements sur
conseils pour mon apprentissage, parler assez la météo, l’hygiène de vie, les états de santé.
facilement avec les autres personnes du groupe
Parler de la vie passée, raconter quelques souvenirs.
quand nous faisons des activités ensemble.
Dire si je suis d’accord ou non, ce que je préfère,
Demander la parole, demander des explications
ce que je n'aime pas du tout.
sur ce que je ne comprends pas.
Demander des informations et parler d’aliments,
Parler de façon simple dans des conversations, des
de produits et de services, en indiquant leur prix, leurs
monologues ou des débats sur des thèmes abordés
caractéristiques, et en les comparant.
en classe.
Parler de projets, expliquer mes goûts, mes désirs,
Demander et donner des renseignements sur
mes habitudes, donner mon opinion, mon accord...
des endroits, des itinéraires, des quartiers, des villes.
dans le cadre d’un grand projet commun (voyage).

Lire
JE SUIS CAPABLE DE...
Comprendre des tests d’autoévaluation. Comprendre des menus, des recettes.
Comprendre de courtes lettres personnelles parlant Comprendre des tests psychologiques de revue.
d’activités quotidiennes, de vacances, de voyages.
Comprendre globalement des chansons et des
Comprendre des lettres formelles de demande textes descriptifs ou narratifs simples (contes,
de services (réservation d’une chambre d’hôtel, biographies).
recherche d’un appartement…).
Comprendre des textes instructifs (modes d’emploi,
Comprendre un texte court de brochure touristique conseils d’utilisation).
sur un quartier, une ville, une région et des extraits
de guides touristiques donnant des informations sur
le logement, le transport, la santé.

Écrire
JE SUIS CAPABLE DE...
Écrire de courtes lettres amicales qui parlent Écrire des e-mails et des lettres formelles de
d’activités quotidiennes ou de vacances. demande de services : réservation d’une chambre
d’hôtel, confirmation...
Écrire un court texte avec des connecteurs simples
pour décrire un endroit, une ville, une région. Écrire des menus, des recettes.
Écrire un court texte avec des connecteurs pour Écrire ou prendre en note des messages personnels,
raconter un événement simple et pour donner d’excuse et de demandes diverses.
des éléments biographiques.
Écrire des textes créatifs simples et bien organisés sur
des thèmes variés (loisirs, activités, famille, goûts...).

150 //// PASSEPORT 1


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 151

PASSEPORT C’EST LA VIE ! 2

Écouter
Cadre Européen Commun de Référence : A2

JE SUIS CAPABLE DE...


Comprendre les explications et les commentaires Comprendre les points principaux dans des
du professeur et des personnes du groupe sur émissions de radio (extraits de jeux, messages).
les activités, les résultats, l'apprentissage.
Comprendre l’essentiel d’une communication
Comprendre des explications, des informations, téléphonique (conversations, messages).
des appréciations sur des lieux ou des services.
Comprendre des informations sur la vie présente
Comprendre suffisamment des opinions diverses et passée d’une personne.
pour intervenir dans une conversation sur des sujets
courants.
Comprendre l’essentiel des conversations dans les
domaines touristique, professionnel, amical et familial.

Parler
JE SUIS CAPABLE DE...
Demander des informations sur les cours et des Décrire brièvement des personnes, des lieux
conseils pour mon apprentissage, et parler assez et des photos.
facilement avec les autres quand nous faisons
Demander des informations et des opinions sur
des activités ensemble.
des activités culturelles et les commenter.
Demander la parole, demander des explications
Commenter de façon simple des impressions
ou des éclaircissements.
et des préférences.
Parler de façon simple dans des conversations,
Raconter en termes simples des incidents, des
des monologues ou des débats sur des sujets
anecdotes de la vie quotidienne, des souvenirs.
familiers.

Lire
JE SUIS CAPABLE DE...
Comprendre des tests d’autoévaluation. Comprendre de courts articles de presse (articles
de divulgation, faits divers, propositions culturelles).
Comprendre des textes appartenant au domaine
personnel (messages, lettres). Comprendre le fil conducteur de récits (souvenirs
et incidents de la vie quotidienne).
Comprendre des CV et des lettres de motivation.
Comprendre des textes courts appartenant
aux domaines professionnel (offres d’emploi)
et administratif (brochure, constat d’accident).

Écrire
JE SUIS CAPABLE DE...
Écrire de courtes lettres amicales parlant d’activités Écrire un texte court avec des connecteurs simples
quotidiennes ou de vacances. pour raconter un événement de la vie présente ou
passée.
Écrire un texte court avec des connecteurs simples
pour décrire un endroit, une ville, une région. Écrire un CV et une courte lettre de motivation.
Écrire ou prendre en note des messages personnels,
pour m’excuser ou demander quelque chose.

Je suis sensible aux différences les plus significatives entre les pays francophones et mon
pays en ce qui concerne :
• certaines habitudes, traditions et formes d’humour
• la structures des systèmes éducatifs

PASSEPORT 2 //// 151


668905U6.qxd 2/12/04 19:07 Página 152

PASSEPORT C’EST LA VIE ! 2

Écouter
Cadre Européen Commun de Référence : B1

JE SUIS CAPABLE DE...


Comprendre les points principaux et certains points Comprendre de manière satisfaisante des
de détail de conversations en direct ou à la radio sur chansons sur des sujets familiers.
des sujets familiers.
Comprendre globalement la situation et l’intention
Comprendre les points principaux des extraits de communication des locuteurs, ainsi que leurs
d’émissions de radio portant sur des sujets d’actualité émotions.
(faits divers ou de société, interviews).
reconnaître le(s) registre(s) de langue utilisé(s)
Comprendre des monologues d’une certaine en relation avec le contexte.
longueur (extrait de conférence, expériences
personnelles, discours de promotion commerciale).
Comprendre l’essentiel des arguments utilisés dans
des débats en direct ou à la radio sur des sujets
courants.

Parler
JE SUIS CAPABLE DE...
Utiliser de manière assez satisfaisante le français Raconter des anecdotes, des accidents et parler
comme langue de classe. de catastrophes naturelles.
Exprimer simplement et spontanément ce que Commenter des aspects de la vie professionnelle,
je veux dire dans un dialogue, un monologue sur des problèmes sociaux.
des sujets connus.
Décrire simplement des produits et donner mon
Prendre la parole et me reprendre, si nécessaire, opinion sur leurs qualités, faire des réclamations.
dans les mêmes situations.
Participer à une discussion sur des sujets familiers
Commenter et décrire, avec une certaine expressivité, en expliquant assez clairement mon point de vue.
mes sensations, mes émotions, mes sentiments.

Lire
JE SUIS CAPABLE DE...
Comprendre le contenu informatif et les points Comprendre avec l’aide d’un dictionnaire des
principaux d’un document assez long en français articles de presse sur des sujets généraux.
standard sur des sujets familiers.
Comprendre de manière satisfaisante des extraits
Comprendre assez précisément des modes d’emploi de textes littéraires variés.
et d’utilisation simples.

Écrire
JE SUIS CAPABLE DE...
Écrire des textes personnels de longueur moyenne, Écrire des textes courts pour exposer une opinion
bien structurés et de registre standard. sur un sujet d’actualité ou sur une activité culturelle.
Quand je parle
Écrire des lettres et quand
pour j’écris
expliquer une situation, Écrire des faits divers.
demander un service ou faire une réclamation.

Je suis sensible aux différences les plus significatives entre les pays francophones et mon
pays en ce qui concerne :
• certaines habitudes, traditions et manifestations culturelles
• les structures du système sanitaire et social
• les médias (radio, télévision, presse)
• certaines démarches à faire dans le cadre de séjours en France

152 //// PASSEPORT 2