Vous êtes sur la page 1sur 2

A36 r e v u e n e u r o l o g i q u e 1 7 1 S ( 2 0 1 5 ) A29–A52

1 Bretonneau, neurologie, 2, boulevard Tonnelé, 37000 Tours, France Objectifs Essayer de dégager les principaux facteurs de
2 Bretonneau, neuroradiologie, 37000 Tours, France risque de chute chez l’hémiplégique vasculaire.
3 Bretonneau, neuroradiologie interventionnelle, 37000 Tours, Méthodes Il s’agit d’une étude rétrospective réalisée chez
France 20 patients d’âge supérieur à 65 ans ayant une hémiplégie
∗ Auteur correspondant. vasculaire colligées dans le service de médecine physique
Adresse e-mail : coline.d@club-internet.fr (C. Duwicquet) du CHU Ibn Rochd de Casablanca du 1er janvier 2010 au 1er
janvier 2012, étaient exclus de l’étude les patients ayant
Introduction Nous rapportons le cas d’une hémorragie sous
un antécédent de maladie neurologique, trouble sensoriel et
arachnoïdienne (HSA) amenant à la découverte retardée d’un
locomoteur.
anévrisme disséquant de type « blister-like » de la carotide
Résultats L’âge moyen était de 74,5 ans, 13 sont de sexe fémi-
interne (CI) droite.
nin, 18 patients avaient une hémiplégie gauche, 18 avaient un
Observation Un homme de 55 ans, aux antécédents d’HTA
accident vasculaire cérébrale ischémique, la durée moyenne
se présente aux urgences pour des céphalées brutales, sui-
de séjour est de 116,05 jours, le nombre moyen de chute est
vies d’un malaise avec perte de connaissance. Le TDM réalisé
de 2,5, les troubles cognitifs sont dominés par l’anosognosie
retrouve une HSA au niveau des citernes de la base et des
(10 cas), les troubles sensitifs sont notés chez neuf patients,
vallées sylviennes avec inondation tétraventriculaire (grade
la spasticité est supérieur à 2 chez 12 patients, la mesure
WFNS 1, Fisher 3) compliquée d’une hydrocéphalie débu-
de l’indépendance fonctionnelle (MIF) moyenne est de 71,6 à
tante. L’artériographie initiale ne montre pas d’anévrisme ni
l’admission et de 93,7 à la sortie.
de malformation artério-veineuse, mais retrouve une discrète
Discussion La chute chez l’hémiplégique est relativement
ectasie de la CI droite en aval de l’artère ophtalmique. Il est
fréquente, ses conséquences peuvent être parfois grave, prin-
alors adressé dans notre service de neurologie pour HSA sur
cipalement marquées par la survenue de fractures du col du
dissection carotidienne. Malgré la nette régression radiolo-
fémur, les principaux facteurs prédictifs de chute selon cette
gique du saignement sous arachnoïdien, de l’hydrocéphalie
étude sont MIF basse, déficience du tonus postural, prise de
et l’amélioration clinique des céphalées, le patient présente
sédatif et la négligence spatiale, l’importance des troubles de
cinq jours plus tard, une paralysie du 6ème nerf crânien,
la sensibilité et de la spasticité.
sans signes d’hypertension intracrânienne. Une angioIRM
Conclusion Nos résultats sont conformes aux données de la
cérébrale révèle alors un anévrisme « blister-like » de la ter-
littérature, les facteurs prédictifs de chute chez l’hémiplégique
minaison carotidienne, entrant en contact avec le sommet de
sont essentiellement corrélés à la gravité de l’AVC.
la loge caverneuse. Un traitement endovasculaire est réalisé,
Mots clés Hémiplegie ; Chute ; Réeducation
avec mise en place de deux stents de type flow diverter sous
Déclaration d’intérêts Les auteurs n’ont pas transmis de
couvert d’une double anti-agrégation plaquettaire, puis d’un
déclaration de conflits d’intérêts.
troisième stent quatre jours plus tard devant la persistance
d’un anévrisme à l’artériographie. http://dx.doi.org/10.1016/j.neurol.2015.01.076
Discussion Les anévrismes « blister-like » sont rares (1 %
des anévrismes intracrâniens, 0,9–6,5 % de ceux de la CI) R20
et mal connus. Ils naissent généralement des zones de
Angiopathie amyloïde de forme
non-bifurcation de la portion supraclinoïdienne de la CI.
Ils proviendraient d’une dissection intracrânienne. Leur inflammatoire. Un diagnostic
rupture est spontanée et associée à une forte morbi- méconnu
mortalité. Ils passent fréquemment inaperçu sur les premières Guillaume Ballan 1 , Olivier Flabeau 1,∗ , Stéphanie Bannier 1 ,
imageries. La fragilité de leur paroi rend le traitement Patricia Bernady 1 , Julia Potenza 1 , Charles Laurent 2 ,
très risqué. Emmanuel Ellie 1
1 Hôpital de Bayonne, neurologie, 64109 Bayonne, France
Conclusion Devant une HSA inexpliquée, la répétition des
2 Hôpital de Bayonne, radiologie, 64109 Bayonne, France
imageries à la recherche d’un anévrisme « blister-like » est
∗ Auteur correspondant. Service de neurologie, hôpital de Bayonne,
nécessaire. Une irrégularité de calibre de la CI supraclinoï-
dienne avec un aspect de dissection doit le faire évoquer. 13, avenue de l’interne Jacques-Loëb, 64100 Bayonne, France.
Mots clés Dissection artérielle ; Anévrisme artériel Adresse e-mail : oflabeau@ch-cotebasque.fr (O. Flabeau)
intracrânien ; Hémorragie méningée Introduction La présence de microbleeds sous-corticaux est
Déclaration d’intérêts Les auteurs n’ont pas transmis de évocatrice, après 55 ans, d’une angiopathie amyloïde (AA).
déclaration de conflits d’intérêts. Celle-ci peut se révéler par la survenue d’une angéite inflam-
http://dx.doi.org/10.1016/j.neurol.2015.01.075 matoire réactionnelle (a-beta-related angiitis ou ABRA).
Objectifs Évaluer la fréquence des formes inflammatoires
R19 d’AA, au sein du recrutement hospitalier et de la consultation
mémoire d’un CHG.
Facteurs prédictifs de chute chez Méthodes Étude rétrospective sur la période de 2008 à 2014.
l’hémiplégique vasculaire en milieu Nous avons recensé tous les cas d’AA, sur la base du codage
rééducatif : à propos de 20 cas des pathologies (PMSI) et étendu notre recherche aux cas de
Naima El Amrani ∗ , Samira Lahrabli , Aziza Nait Khachat , démences vasculaires recensés dans la base de données Cal-
Fatima Lmidmani , Abdellatif El Fatimi liope (consultations « mémoire »). Afin de vérifier le diagnostic
Chu Ibn rochd Casablanca maroc, service de medecine physique et d’AA, nous avons appliqué les critères de Boston modifiés
readaptation fonctionnelle, rue sebta quartier des hopitaux, 20100 et les critères proposés par Chung et al. pour le diagnostic
Casablanca, Maroc d’ABRA.
∗ Auteur correspondant. Résultats Soixante-huit cas d’AA probables et 2 cas d’AA
Adresse e-mail : nima.amrani@gmail.com (N.E. Amrani) possibles furent recensés, à partir du PMSI, ainsi que 35 autres
cas d’AA probables, à partir des 156 cas de démences vascu-
Introduction Les patients hémiplégiques vasculaires, admis
laires issus de la base de données Calliope. Parmi eux, 6 cas
en milieu rééducatif après la phase initiale peuvent être sujet
d’ABRA furent identifiés. Les signes d’appel étaient les sui-
à de nombreuses complications parmi celles-ci, une des plus
vants : crises comitiales (2 cas), confusion/troubles du langage
fréquentes est la chute.
(2 cas), céphalées/gêne visuelle (1 cas) et confusion/trouble
r e v u e n e u r o l o g i q u e 1 7 1 S ( 2 0 1 5 ) A29–A52 A37

visuel (1 cas). L’évolution a toujours été spontanément favo- les manifestations hémorragiques typiques de la première
rable. semaine de la maladie. Nos observations méritent d’être
Discussion La fréquence de l’ABRA n’est pas connue. En confirmées sur un plus grand nombre de cas.
2014, 94 cas étaient recensés dans la littérature. Des critères Conclusion L’échodoppler transcranien pourrait être un ins-
cliniques (début aigu, pas d’autre cause, âge ; 40 ans, cépha- trument utile dans l’évaluation clinique des patients à
lée/trouble cognitif ou du comportement/crise ou déficit focal) la phase précoce d’un SVCR, ainsi qu’une aide vers une
et radiologiques (AA avec hypersignal asymétrique en FLAIR) meilleure compréhension de la physiopathologie de cette
ont été proposés (Chung et al.). Si un traitement est souvent maladie.
proposé, certaines formes sont d’évolution spontanément Mots clés Céphalées ; Doppler ; Vasodilatation
favorable. Déclaration d’intérêts Les auteurs n’ont pas transmis de
Conclusion Une confusion, une crise comitiale, un trouble déclaration de conflits d’intérêts.
visuel ou du langage chez un patient souffrant d’une AA doit http://dx.doi.org/10.1016/j.neurol.2015.01.078
faire rechercher une ABRA. La fréquence de cette affection
paraît sous-estimée, mais reste à déterminer.
R22
Informations complémentaires Cette étude n’a pas bénéficié de
financement particulier. Incidence de l’épilepsie chez les
Mots clés Vascularite ; Angiopathie amyloïde ; Fréquence patients victimes d’accident
Déclaration d’intérêts Les auteurs n’ont pas transmis de vasculaire cérébral à Parakou
déclaration de conflits d’intérêts. Dismand Houinato 1,∗ , Thierry Adoukonou 2 ,
http://dx.doi.org/10.1016/j.neurol.2015.01.077 Donald Accrombessi 2 , Francis Tognon 2
1 UER neurologie, faculté des sciences de la santé, université

R21 d’Abomey-Calavi, BP 188 Cotonou, Cotonou, Bénin


2 UER neurologie, faculté de médecine, université de Parakou, 03 BP
Réduction des vitesses circulatoires 10, Parakou, Bénin
à la phase précoce d’un syndrome ∗ Auteur correspondant.

de vasoconstriction cérébrale Adresse e-mail : dshouinato@gmail.com (D. Houinato)


réversible (SVCR) : corrélation entre Introduction Les AVC constituent un facteur de risque de
paramètres radiologiques, l’épilepsie. Peu de données sont disponibles sur l’incidence
hémodynamiques et de l’épilepsie après un AVC en Afrique.
physiopathologie Objectifs Estimer l’incidence de l’épilepsie chez les patients
victimes d’AVC à Parakou.
Aurélien Hacquard ∗ , Alessandro La Porta , Eric Schluck ,
Méthodes Étude de cohorte dynamique ayant inclus
Laura Paz , Elie Cohen
203 patients victimes d’AVC et hospitalisés dans l’une
Neurologie, hôpital Émile-Muller, 20, avenue du Docteur
des cinq structures de soins principales de Parakou. Les
René-Laennec, 68100 Mulhouse, France
∗ Auteur correspondant. patients aux antécédents d’épilepsie étaient exclus du suivi.
Les patients étaient suivis sur une période de 21mois du 1er
Adresse e-mail : aurel.hacquard@gmail.com (A. Hacquard)
janvier 2013 au 30 septembre 2014. L’épilepsie était définie
Introduction Le SVCR est une vasoconstriction diffuse et selon les critères de la Ligue internationale contre l’épilepsie.
réversible des artères cérébrales. Cette vasoconstriction est Les sujets décédés étant considérés comme non à risque. Les
probablement précédée par une phase de vasodilatation, ce facteurs associés à la survenue.
qui pourrait expliquer certaines manifestations de la maladie. Résultats Ils étaient âgés de 18 à 99 ans avec une moyenne
Observation Les objectifs étaient d’étudier les paramètres de 58,4 ans ± 14,2 ans. Le délai moyen de consultation après
hémodynamiques et radiologiques et d’établir une corréla- l’installation des symptômes était de 54,3 h (± 112,9 h).
tion avec les manifestations cliniques à la phase précoce Les AVC ischémiques représentaient 45,8 %, les hémorra-
d’un SVCR. Nous avons utilisé l’IRM cérébrale comme ima- giques 31 % et 23,2 % d’indéterminés. L’incidence cumulée
gerie (avec séquence 3D-TOF) et l’échodoppler transcranien de l’épilepsie était de 17. La densité d’incidence de
(TCD) pour les paramètres hémodynamiques. Une évaluation l’épilepsie était de 13,5 pour 100 personnes-années. Les fac-
a éte faite a j3, j12, j90 sur les mêmes appareils dans le même teurs associés à la survenue de l’épilepsie étaient le niveau
centre. Étude à partir d’un cas clinique d’une patiente de d’instruction.
36 ans présentant un tableau évocateur d’un SVCR à 7 jours du Discussion Pendant la période 72 patients étaient décédés
post-partum avec apparition brutale de céphalées (jO) durant avec une mortalité globale de 35,5 %. La mortalité à un mois
3 jours. Au 3e jour elle présente une hémiparésie droite et était de 17,7 %. La prise en compte de ces facteurs dans les
des troubles phasiques (j3). L’IRM à j3 montre 2 hématomes stratégies thérapeutiques initiales pourrait réduire le risque
intraparechymateux, (frontal et pariétal gauche) et une hyper- de l’épilepsie post-AVC. Les facteurs tels que le siège de l’AVC
intensité sur la sylvienne gauche en FLAIR (FVH), pas de signes et le la sévérité du déficit non retrouvés ici peut s’expliquer
de vasoconstriction sur les gros troncs artériels en TOF. Au par un manque de puissance et par la forte proportion d’AVC
TCD : ralentissement significatif des vitesses sur l’ACM gauche indéterminé (sans TDM).
par rapport au coté controlatéral où les vitesses sont normales. Conclusion L’incidence de l’épilepsie reste très élevée et la
À j12 : signes de vasoconstriction sur l’ensembles des artères prise en compte des facteurs associés dans les stratégies de
intracrâniennes, disparition du FVH et nette accélération des prise en charge pourrait permettre de réduire sa charge glo-
vitesses au TCD compatibles avec des vasospasmes. À j90 : dis- bale.
parition des signes de vasoconstriction et normalisation des Mots clés Incidence ; Épilepsie ; Accident vasculaire
vitesses au TCD. cérébral
Discussion Le ralentissement du flux visible à l’IRM et la Déclaration d’intérêts Les auteurs n’ont pas transmis de
baisse des vitesses au TCD pourrait concorder avec la phase déclaration de conflits d’intérêts.
de dilatation qui précède la vasoconstriction évoquée dans
http://dx.doi.org/10.1016/j.neurol.2015.01.079
la littérature. Cette vasodilatation pourrait expliquer certains
symptômes comme la céphalée « en coup de tonnerre » et