Vous êtes sur la page 1sur 7

Ces adresses qui font mâle !

Page 1 of 7

Ces adresses qui font mâle ! 


Colette Monsat avec Anne-Charlotte de Langhe, Alexandra Michot, Elodie Rouge, Hugo
de Saint-Phalle et Sylvain Vérut (Figaroscope)
10/11/2009 | Mise à jour : 17:45 | Ajouter à ma sélection

Crédits photo : © Marlene Awaad

N'y cherchez pas le végétal ou le vaporeux. Elles revendiquent au


contraire du plantureux, du calorique, avec un goût affiché pour les
viandes rouges et les abats. Tables testostéronées, testées pour vous.

BONNE CHASSE

L'Ami Jean

Le repaire : dans une ambiance tout bois, entre le drapeau basque et les
jambons suspendus, la bistronomie tutoie les sommets, au rythme des
conversations animées d'une clientèle multilingue et des cris du chef Stéphane
Jégo, titilleur de papilles en chef.

Coup de fourchette : le menu carte blanche à 55 € ou comment calmer les


appétits les plus féroces en une dizaine de services avec une cuisine à la fois
solide et subtile, où la terre côtoie la mer, le saumon, le pop-corn et le ris de
veau, la citronnelle. Autre option, l'exploration de la carte XXL qui tire à tout-
va : gibier (colvert, grouse, palombe), bœuf, canard, veau, agneau… Choix
cornéliens garantis.

Bravo : l'atmosphère, le service efficace, la carte des vins et… le riz au lait, servi
dans son énorme saladier.

http://www.lefigaro.fr/sortir-paris/2009/11/11/03013-20091111ARTFIG00011-ces-adresses-qui-font-male... 23-Nov-09
Ces adresses qui font mâle ! Page 2 of 7

Dommage : la difficulté à obtenir une table, le soir.

L'Ami Jean, 27, rue Malar, VIIe. Tél. : 01 47 05 86 89. Tlj. sf dim. et lun.
Formules : 35 € et 55 €. À la carte, environ 50 €.

PLANQUE GOURMANDE

Le Villaret

Le repaire : sur une placette du Paris populaire (là où la rue Neuve-Popincourt


est trustée par des phalanstères de brocanteurs), un bistrot en pierres grattées
et lambris blonds, sans fausse note ni déco ravageuse. Un bistrot lambda dont
on perçoit cependant assez vite que les clients, serviettes au cou, ne sont pas là
par hasard.

Coup de fourchette : des « plats de gueule » qui attrapent au vol la saison


(actuellement pigeon, perdreau et lièvre sont de la fête), mais aussi de superbes
déclinaisons canailles comme le pied de veau désossé, céleri-rave en rémoulade,
le fromage de tête maison, la poêlée de sot-l'y-laisse et poivrade à la coriandre.

Bravo : l'épatant menu déjeuner à 25 € taillé dans la carte du soir (l'un des
meilleurs plans du moment), la fantastique sélection de vins, autre point fort de
l'établissement.

Dommage : disons, histoire de bémoler un peu, le cadre en mode mineur.

Le Villaret , 13, rue Ternaux, XI e . Tél. : 01 43 57 89 76. Tlj. sf sam. midi et


dim. Menu déj. à 25 €, menu- dégustation à 50 €. Carte env. 50-60 €.

BISTROT A VINS

Aux Provinces

Le repaire : un ex-PMU repris il y a un mois par un ancien de la presse, cela


alimente la gazette ! Voici donc une bonne tête de bistrot doublé d'un caviste, où
l'on choisit sur le mur tapissé de bouteilles son flacon pour la maison ou le repas
sur table (majoré alors d'un droit de bouchon de 8 €). Malin !

Coup de fourchette : si la terrine de porc, servie en entrée à volonté, est en


passe de devenir culte, les viandes rouges (dont une côte de bœuf de Salers
d'un kg pour deux personnes et son os à moelle, 50 €) escortées de frites
maison font dans le sérieux et le généreux. Comme toute la carte d'ailleurs, qui
va droit dans le buffet.

Bravo : les vins plus qu'abordables, issus des différents terroirs (marcillac
domaine de Cantagrel 2006 à 13,10 € + 8 €, bourgogne domaine Monthelie
2006 à 25,70 € + 8 €) ; la possibilité de repartir avec sa bouteille entamée.

Dommage : ce jour-là, un petit coup de chauffe sur les très bonnes frites.

http://www.lefigaro.fr/sortir-paris/2009/11/11/03013-20091111ARTFIG00011-ces-adresses-qui-font-male... 23-Nov-09
Ces adresses qui font mâle ! Page 3 of 7

Aux Provinces, 37, rue Cambronne, XVe. Tél. : 01 47 34 62 27. Tlj. sf sam.
midi et dim. Au déj., formule à 18 €, menu à 24 €. Le soir, formule à 26 €, menu
à 34 €.

TRIPES AU TOP

Ribouldingue

Le repaire : adeptes des abats hauts en saveur, réjouissez-vous ! Dans ce


cocon coquet, la patronne prouve sans peine, avec des préparations
ultraléchées, que « les tripes, c'est chic ».

Coup de fourchette : heureux ceux qui, comme les clients d'ici, salivent devant
la salade de tétines croustillantes, les pieds de cochon en parmentier, la langue
de veau en carpaccio, l'os à moelle rôti, les ris de veau poêlés sur une aérienne
mousseline de panais…

Bravo : la formule très « good trip » à 32 € (entrée + plat ou plat + dessert).


Les vins au verre à 4, 6 (costières de Nîmes, Les Grimaudes 2006 : impeccable)
ou 8 €.

Dommage : un peu triste (voire quasi vide) au déjeuner, alors que l'adresse est
très animée le soir.

Ribouldingue , 10, rue Saint-Julien-le-Pauvre, Ve. Tél. : 01 46 33 98 80. Tlj. sf


dim. et lun. Formule à 32 € et menu dégustation à 45 €.

CHIC PÂTE

Les Terrines Gérard Vié

Le repaire : mot d'ordre : sobriété. La maison assume sans en rajouter ses airs
de bistro contemporain avec les incontournables chaises en bois, l'ardoise
engageante, le comptoir et les discussions qui montent dans les décibels. Coude-
à-coude de rigueur, mais moins oppressant qu'à l'accoutumée.

Coup de fourchette : les terrines, évidemment ! À la table voisine, des « Oooh


» saluent l'entrée de celle aux harengs marinés, servie en portion extralarge. La
terrine de pieds de porc aux haricots arrive tiède et pimpante avec ses airs de
minicassoulet alors que celle à la volaille débarque allongée, mais pas endormie,
sur un lit de sauce ravigote.

Bravo : le reste de la carte, à la hauteur des terrines, notamment le paleron de


bœuf et son jus bien lié ; la formule déjeuner à 19 €.

Dommage : les suppléments qui peuvent faire monter la note.

Les Terrines Gérard Vié , 97, rue du Cherche-Midi, VIe. Tél. : 01 42 22 19 18.
Tlj. sf dim. et lun. Formules : 19 € (déj.) et 34 €.

http://www.lefigaro.fr/sortir-paris/2009/11/11/03013-20091111ARTFIG00011-ces-adresses-qui-font-male... 23-Nov-09
Ces adresses qui font mâle ! Page 4 of 7

III e MI-TEMPS

Le Volant

Le repaire : véritable musée du sport avec sa collection de maillots (jaune d'un


cycliste du Tour de France, rose d'un rugbyman du Stade Français…) et de
photos, ce petit bistrot semble d'attaque pour une 3e mi-temps à chaque
service. Il a même trouvé la place d'accrocher aux murs un écran géant diffusant
en continu une chaîne sportive : dommage !

Coup de fourchette : avec son discret accent basque, cette adresse de la


galaxie des (nombreux !) copains d'Yves Camdeborde propose sur planche une
parfaite côte de bœuf à partager, accompagnée d'une remarquable polenta
crémeuse (qui mérite un repas à elle seule !), d'une purée de pommes de terre
et d'un riz sauté moins enivrant… Et toute une série de desserts grand-mère
plutôt bien ficelés dont un incontournable riz au lait.

Bravo : les assiettes aussi finaudes que solides, les additions raisonnables,
l'accueil amical.

Dommage : l'absence de menu au déjeuner, l'écran plat inutile en dehors des


retransmissions d'événements sportifs.

Le Volant , 13, rue Béatrix-Dussane, XVe. Tél. : 01 45 75 27 67. Tlj. sf dim.


Carte env. 40 €.

RIPAILLE CHIC

Chez Pierrot

Le repaire : un véritable bistrot, élégant mais authentique qui évite le double


piège : Damidot-déco low-Costes ou l'effet troquet cracra en vogue. Zinc et
ardoise stylisés, chouettes banquettes adaptées pour les tête-à-tête comme les
immenses tablées de la jolie faune trentenaire dorée du quartier.

Coup de fourchette : entrées toutes fraîches de midinettes ; carpaccio de


daurade au citron avant la tentation de la ripaille chic et la bidoche top. Mention
très spéciale pour les rognons sauce moutarde et pommes de terre sautées à la
graisse d'oie, à tomber.

Bravo : la régularité du lieu, le monde sans la foule, la bonne humeur


systématique des clients, le service attentif et une assiette comme on l'attendait.

Dommage : les prix du vin qui grimpent un peu trop facilement.

Chez Pierrot, 18, rue Étienne-Marcel, IIe. Tél. : 01 45 08 00 10. Tlj. sf dim.
Carte env. 45 €.

PORTEFEUILLES VENTRUS

http://www.lefigaro.fr/sortir-paris/2009/11/11/03013-20091111ARTFIG00011-ces-adresses-qui-font-male... 23-Nov-09
Ces adresses qui font mâle ! Page 5 of 7

D'Chez Eux

Le repaire : des saucissons au plafond en guise de stalactites, des nappes


épaisses façon torchon rouge et blanc, des serviettes immenses prêtes à être
nouées autour du cou… Et sûrement la plus belle concentration de « club des
Cent », habitués dont la ligne est à l'évidence le dernier des soucis !

Coup de fourchette : l'épaisse tranche de saucisson offerte en signe de


bienvenue donne le « la » et la suite est à l'unisson. Les chariots de hors-
d'œuvre et de desserts « à discrétion » sont gentiment laissés à portée de
fourchette. Quant à la sélection de viandes de chez Desnoyer, elle s'avère aussi
généreuse qu'onéreuse (90 € la côte de bœuf pour 2, ou 45 € la côte de veau
parfaitement cuite à peine rosée…).

Bravo : la très belle carte des vins, la générosité des assiettes, l'accueil et le
service aux petits oignons.

Dommage : les additions d'avant la crise.

D'Chez Eux, 2, avenue Lowendal, VIIe. Tél. : 01 47 05 52 55. Tlj. sf dim. et lun.
Carte env. 80-100 €.

AUX CROCS DE BOUCHER

La Maison de l'Aubrac

Le repaire : institution régionale sur les Champs-Élysées où les titis, de père en


fils, se plaisent à aimer leur idée du bon goût de la province : une vraie viande
AOC, le décor fermette et les boiseries, le service un peu bourru et jovial à
souhait, les desserts terroir.

Coup de fourchette : total look Aubrac, l'aligot, traditionelle purée au fromage


et starlette locale, s'agrémente d'une bonne bête aveyronnaise (tartare, faux
filet, entrecôte, saucisse, côte de bœuf, pièce du boucher)…

Bravo : une carte des vins de qualité pour la caution « Maison sérieuse ». Mais
encore ? Un des rares lieux ouverts jusqu'aux aurores qui cultive le snobisme
chéri des biquets parisiens : assouvir leur appétit de dandys en sortant du Baron
au petit matin.

Dommage : 6 € le supplément aligot pour goûter la spécialité maison, ça frise


l'arnaque touristes.

La Maison de l'Aubrac , 37, rue Marbeuf, VIIIe. Tél. : 01 43 59 05 14. Tlj.


Carte env. 45-50 €.

La Mascotte

Le repaire : une brasserie cossue des Ternes sans pedigree excessif, hormis

http://www.lefigaro.fr/sortir-paris/2009/11/11/03013-20091111ARTFIG00011-ces-adresses-qui-font-male... 23-Nov-09
Ces adresses qui font mâle ! Page 6 of 7

l'accueil affable, qui vous prend par la main et vous installe avec égards. Public
averti de cols blancs en mal de viandes rouges, de gaillards assumant des
appétits extravertis.

Coup de fourchette : sur une carte en dédicace carnassière (onglets, filets de


bœuf, tartares minute…), l'entrecôte Mascotte, son os à moelle et ses frites
(maison, forcément maison) est LA grande spécialité. Bien persillée,
parfaitement cuite selon la demande, elle mérite sa réputation.

Bravo : les charcuteries de Laborie à Parlan (Cantal), le gâteau de riz crème


anglaise à se rouler par terre, le swing gourmand.

Dommage : l'absence de menu, le prix de certains vins au verre.

La Mascotte , 270, rue du Faubourg-Saint-Honoré, VIIIe. Tél. : 01 42 27 75 26.


Tlj. sf sam. soir et dim. Carte env. 50-55 €.

Chez Papinou

Le repaire : de la pierre brute, des bibelots tout à trac et des fauteuils ou bancs
en bois dépareillés… dont les mâles se moquent bien. Par le liège alléchés, ceux-
ci commencent toujours par descendre d'un cran, dans la cave voûtée de cet
antre rustique. Là, ils choisissent leur bouteille (tous cépages confondus) à
même le casier.

Coup de fourchette : l'entrecôte de 700 g bien sûr ! Servie pour deux ogres,
elle peut l'être pour un, fière sur sa planche de bois, couronnée de persil frais et
d'échalote hachée. Facturée 58 €, elle se déplace avec un saladier de frites et un
bon bol de salade verte… pour faire glisser.

Bravo : la planche de cochonnailles à 18 €, un toaster toujours à portée de pain,


et la possibilité de ripailler à même la cave.

Dommage : ces satanées serviettes en papier tissé, très peu commodes pour se
débarbouiller du gras.

Chez Papinou , 26, rue du Château, Neuilly 92. Tél. : 01 55 24 90 40. Tlj. sauf
sam. midi et dim. À la carte, env. 45 €.

RIS, PIEDS, ROGNONS & CO

Novembre, le mois des produits tripiers

Risotto aux ris de veau, pho de joue de porc, foie de génisse, jus à la réglisse…
C'est le bal des abats en ce mois de novembre et les produits tripiers mettent les
bouchées doubles pour démontrer qu'ils sont follement BCBG (bon coût, bon
goût). Ils sont donc à l'honneur chez les restaurateurs, de l'étoilé au bistrot de
proximité, chez les bouchers, tripiers et dans les grandes surfaces. Des produits
hauts en saveur, à forte personnalité, tels qu'on les aime tous, même s'ils font

http://www.lefigaro.fr/sortir-paris/2009/11/11/03013-20091111ARTFIG00011-ces-adresses-qui-font-male... 23-Nov-09
Ces adresses qui font mâle ! Page 7 of 7

un peu mâle !

Tout le programme avec la liste des restaurants à Paris et IdF participant à


l'opération sur www.produitstripiers.com

PASSE-PLATS

Nos découvertes, nos coups de coeur et bonnes pioches de la semaine !

Pour les ris de veau, à l'honneur durant tout le mois de novembre chez
Granterroirs, 30, rue de Miromesnil, VIIIe. Tél. : 01 47 42 18 18 (et 27, rue
Carnot, 92 Levallois).

Pour le rognon de veau pané aux noisettes, petites crêpes de pomme de terre
et salade d'herbes, Casa Olympe, 48, rue Saint-Georges, IXe. Tél. : 01 42 85
26 01.

Pour le pâté en croûte de canard sauvage et foie gras, la Terrasse Mirabeau,


5, place de Barcelone, XVIe. Tél. : 01 42 24 41 51.

» A lire aussi : les nouveautés de la semaine testées par Emmanuel Rubin: Le


Comptoir des mers(IVe), La Fabbrica (XIIe), Le K-Mart (IIè), Le Passage
obligé (IVe), Tico (VIIIè).

Imprimer Partager

Envoyer S'abonner

http://www.lefigaro.fr/sortir-paris/2009/11/11/03013-20091111ARTFIG00011-ces-adresses-qui-font-male... 23-Nov-09