Vous êtes sur la page 1sur 41

REMERCIEMENTS

En préambule de ce projet, nous tenons exprimer notre gratitude à tous les acteurs
ayant collaboré de près ou de loin pour la réalisation de ce projet tuteuré. Ce dernier, effectué à
Vohimana - Ambavaniasy a été un travail d’un grand ensemble d’individus et d’entités
différentes. Nous tenons donc à adresser nos vifs remerciements :

- Au Responsable de la Mention Communication, Médiations, Média et


Organisations (COMMO), Monsieur Tantely RAVELONJATOVO qui a accordé
l’accomplissement de ce projet tuteuré avec le grand thème défini pour l’année académique ;

- Au Responsable de la COMTE, Madame Tamby HAGASOA pour


l’accompagnement régulier dans nos travaux ;

- A l’Organisation Non Gouvernemental l’Homme et l’Environnement, qui nous


a accepté comme stagiaire en son sein ;

- Au Chef de Site de Vohimana – Ambavaniasy, ANDRIATSITOHERINA Erito, qui


nous accueilli chaleureusement et hébergé durant nos travaux sur terrain

- A notre tuteur pofessionnel, RAJAONARISON Julien, pour nous avoir


orientés et épaulés durant les travaux sur le territoire ;

- A tous les enseignants de la mention ayant accordé leur temps pour la préparation
tant bien scientifique qu’organisationnelle de ce projet tuteuré ;

- Aux Personnels Administratifs et Techniques (PAT) de la mention

- Toutes les personnes ressources, en termes d’informations et de partenariats.

1
SOMMAIRE
Remerciement
Liste des acronymes
Liste des tableaux et des figures
Glossaire
Fintina
Résumé
Abstract
Introduction
PREMIERE DIVISION : LE PROJET TUTEURE

PARTIE I : PRESENTATION ET CADRAGE DU PROJET

1.1. CONTEXTUALISATION
1.2. A PROPOS DU PROJET
1.3. JUSTIFICATION DU CHOIX DE PROJET

PARTIE II : METHODOLOGIE ET THEORIES MISES EN LIEN

2.1. LES CONCEPTS MOBILISES


2.2. DEMARCHES METHODOLOGIQUES et THEORIES

PARTIE III : RESULTATS OBTENUS ET DISCUSSION

3.1. RESULTATS OBTENUS


3.2. RESOLUTION DES PROBLEMES RENCONTRES
3.3. DISCUSION ET ANALYSE SWOT

DEUXIEME DIVISION: LE PRODUIT INFO-COMMUNICATIONNELLE

I. PRESENTATION DU PRODUIT
II. CONTEXTUALISATION
III. LES ENJEUX DU PRODUIT
IV. PROPOS SUR L’ATELIER
V. RESULTAT DU TEST DE PRODUIT
VI. CONTINUITE DU PROJET

Conclusion
Annexes
Table des matières

2
LISTE ACRONYMES

MIFID : MIhetsika hoan’ny Fampandrosoana Ifotony Daholo


COMTE : Communication Territoriale
PTU : Projet Tutoré Universitaire
ONG : Organisation Non Gouvernementale
H&E : Homme et Environnement
OMD : Objectifs du Millénaire pour le Développement
ODD : Objectifs de Développement Durable
EPP : Ecole Primaire Publique
RN : Route Nationale
PK : Point Kilométrique
PND : Plan National de Développement
FFOM : Forces Faiblesses Opportunités Menaces
SWOT : Strength Weakness Opportunity Threat

3
LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX

FIGURES
Cartographie des acteurs
Arbre conceptuel du domaine
Système des acteurs autour déforestation
Les enjeux de l’utilisation des forêts au quotidien

TABLEAUX
Tableau des approches des acteurs
Analyse FFOM du projet
Déroulement de l’atelier
Tableau récapitulatif des travaux sur terrain

4
GLOSSAIRE

MALAGASY FRANÇAIS ANGLAIS

Ala : Forêt :
Hazo betsaka mivondrona, Ensemble d’arbres abritant des Forest
iangonan’ireo karam-biby sy diverses espèces de flores et de
zava-maniry maro samihafa. faunes spécifiques à un territoire.
Atelier :
Atrikasa :
Session de travail pour la mise en Workshop
Vondron’olona miara miasa
place d’un programme d’activité ou
manangana tetikasa.
projet.
Famerenana ny ala :
Fambolena hazo amina Reforestation :
toerana iray izay efa nisy ala Reboisement d’une surface défraichis Reforestation
fongatra ka mitondra any par l’homme dont le but est la
amin’ny famoronana ala recréation d’une nouvelle forêt.
vaovao.

Fandraisana andraikitra : Participation :


Mandray ny adidy sahaza ny Prendre des responsabilités vis-à-vis Contribution
tena manoloana ny zava-misy des situations existantes et exprimer
na atrehana ses opinions la concernant.

Déforestation :
Fandripahana ala :
Action de détruire ou d’exploiter Deforestation
Fanimbana na fanapotehana
massivement les ressources
tsy ara-drariny ny ala
naturelles d’une forêt.

Fanetsehana : Mobilisation :
Fomba entina madrisika Action de faire bouger une
mpisehatra hanova fitondran- communauté dans un but de Mobilisation
tena amin’ny fandraisana responsabiliser et d’adopter un
andraikitra. comportement souhaité.
Fikoloana :
Fikarakarana ary fanarahana Gestion :
maso zavatra iray mba ho Faire le suivi et l’entretien d’une Management
vanona sy ho tafita activité jusqu’à sa réussite finale
hatramin’ny farany.

Fitsijonvana : Préservation :
Fikajaiana zavatra iray mba Sauvegarde et pérennisation d’une Conservation
haharitra chose ou d’un état.

5
Fomba fanao :
Pratiques :
Fitambarana hay sy traikefa Convenient
Manière de procéder dans la
entina manatanteraka zavatra
réalisation d’une action ou activité.
iray izay efa fanao.
Serasera :
Communication :
Fitambaran’ny fomba sy
Ensemble de processus par lequel Communication
fitaovana izay ampiasaina
l’information est partagée,
hifampizarana sy hanodinana
véhiculée…
toro isan-karazany.
Tetikasa : Projet :
Fitambarana asa maromaro, Ensemble d’activités planifiées dont Project
nametrahana tanjona, izay les objectifs sont posés dès le
mitondra mankany amin’ny commencement, visant à un
fiovana fitondran-tena. changement de comportement.
Toro :
Information :
Angon-kevitra voahodina sy Information
Données interprétées qui prennent
nohalalinina mikasika toe-
sens dans un contexte donné.
javatra na zavatra iray.
Vondron’olona ifotony :
Fitambaran’ireo mpisehatra Communauté locale : Local
ao amina toerana iray izay community
Groupement d’individus œuvrant
miara-miasa mba hanatratra
ensemble pour sa réalisation
tanjona iray na maromaro
iombonana.

6
FINTINA

Ny tetikasa MIFID – na MIhetsika hoan’ny Fampandrosoana Ifotony Daholo – dia


tetikasa iray entina mampihetsika ireo mpianatra ao amin’ny ambaratonga faharoa mba hijery
manokana ny tontolo iainan’izy ireo ary hikajy izany amin’ny alalan’ny fananganana tetikasa
vanona sy maharitra mifanaraka amin’izany. MIFID dia mamaly tanteraka ny filàn’ny politika
fampandrosoana maharitra, izay ao anatin’ny ODD, nankatoavin’ny Madagasikara tamin’ny
taona 2016. Mitsangana ny tetikasa MIFID, noho ny fahitana ny faharipahan’ny ala amin’izao
fotoana izao sy ny fahatsapana fa mananana andraikitra daholo ny rehetra amin’ny fiarovana
izany. Inona no antony mety ahatonga ireo mpisehatra handray ho fahazarana ny fambolen-kazo
eo amin’ny fiainany andavanandro ? Ny fidinana an-tsehatra natao tany Vohimana manko dia
nampiseho fa ireo mpikambana lehibe ao amin’ny fikambanana Zanatany ihany no vatsian’ny
H&E eo amin’ny resaka fambolen-kazo fa ny fanentana ny mpianatra ny EPP dia mijanona ao an-
jaridainanan’ny sekoly fotsiny. Ity farany izay vetivety foana dia potika noho ny tsy fandraisana
azy ho an’ny tena. Ny fananganana ity tetikasa ity dia nila fidinana an-tsehatra maromaro ary
fanadihadihana lalina momban’ny fifandraisan’ny fiarahamonin’ny Vohimana amin’ny ala
manodidina azy. Nivohitra tamin’ireo asa tany an-toerana moa ny fisafidianana ny “Atelier” na
Atrikasa, atao miaraka amin’ny mpianatry ny EPP, 28 isa, mba hanomezana sehatra azy ireo
hanambara malalaka ny fomba hananganany ny hoaviny amin’ny alalan’ny fambolena hazo
fihinam-boho. Marihina fa niaraka niasa tamin’ny H&E ny tenanay nandritran’io atrikasa io.

7
RESUME

Conçu dans le cadre de la préservation de l’environnement, politique nationale de


développement durable à Madagascar inscrit dans les Objectifs de Développement Durable de
2016, le projet MIFID a pour but d’encourager les initiatives personnelles de chaque individu à
considérer les activités de reboisement comme faisant partie de leur quotidien. De ce fait, le
développement durable d’une communauté aura lieu que si la connaissance des états actuels de
l’environnement ne reste pas seulement une culture théorique du papier ou des médias mais se
transforme en savoir-faire et agir pour sa durable préservation. En quoi la reforestation pourrait-
elle être une source de mobilisation sociale pour le développement d’une communauté ? D’après
les enquêtes sur le terrain de Vohimana, aucun des 28 élèves de l’Ecole Primaire Publique du
territoire n’ont participé à des reboisements or des membres de l’association Zanatany sont
financés par l’ONG l’Homme et l’Environnement pour les effectués. Ces élèves ne sont juste
sollicités que lors des jardins potagers de l’école, très vite saccagés à cause du sentiment de non
non-appartenance et de sa mauvaise gestion. C’est dans cette optique d’appropriation que ce
projet prend place pour mobiliser les acteurs principaux à développer leur communauté à travers
leurs projets personnels dans le domaine environnemental. Afin de mener à bien donc ce projet
MIFID, nous avons choisis d’opter des ateliers d’animation et d’échange périodiques, une grande
nouveauté pour les élèves de l’EPP de Vohimana, dans les objectifs sont de les informer des
enjeux de la reforestation et de générer des réactions en chaine quant à sa réalisation.

8
ABSTRACT

The MIFID project is conceived in the context of environment’s preservation which is


inside the national policy sustainable development in Madagascar inscribed in the ODD of 2016.
The project’s aim is to encourage the personal initiatives of each entity to consider the activities
of Reforestation as being part of their daily lives. But, the sustainable development of a
community will only take place if the knowledge of the current States of the environment moves
from theoretical culture of paper or media to transformed know-how and action for its durability
preservation. How could reforestation be a source of social mobilization for
Vohimana’community? According to the field surveys, only adult members of the Zanatany
Association participate in reforestations funded by the NGO Man and the Environment; and the
EPP’s students are only solicited for the school gardens. This last quickly vandalized because of
the lack of properly management and the sense of non-belonging. It is in this context of
appropriation that this project takes place to mobilize the main actors to develop their community
through their own projects in the environmental field. In order to carry out MIFID, we have
chosen to opt for periodic workshops of animation and exchange, a great novelty for the students
of the EPP of Vohimana. Its objectives are to inform them of the stakes of the reforestation and to
generate chain reactions as to its realization.

9
INTRODUCTION

Le développement du Millénaire à Madagascar de 2015 se poursuit à travers les


Objectifs de Développement Durable. Faisant partie des pays ayant signé l’accord pour son
développement du millénaire d’ici 2030, Madagascar intègre dans son PND, des politiques de
gestion durable et de protection de l’environnement. Une polémique s’était même instaurée au
début de l’année 2017 concernant la liaison entre le retard de la pluie et la dégradation de
l’environnement

En vue de l’obtention de la Licence 3, les étudiants de la COMMO ont axé leurs


projets sur « L’environnement et la santé », grand thème de cette année universitaire, à travers
des sous-thèmes différents de leurs choix.

Malgré le fait que l’Etat malgache fournit de grands efforts pour l’application de ces
programmes de développement, l’intégration de ces politiques dans le quotidien des populations
locales ne passe pas. En effet, les travaux effectués sur le territoire nous ont montré que les
acteurs ne connaissaient pas le véritable fondement des actions de préservation et ses importances
au quotidien et que les reboisements sont faits par ordre de l’ONG. D’où, d’après nos constats, la
négligence de responsabilité de la part des individus de Vohimana.

C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de réaliser le projet MIFID dans ce
territoire et dont l’objectif global est de mobiliser les élèves de l’EPP à mettre en place des projets
personnels concernant la reforestation. En quoi celle-ci pourrait-elle donc être une source de
mobilisation sociale pour le développement d’une communauté ?

Afin de le savoir, nous avons opté, comme produit PTU, un atelier d’animation et
d’échanges avec les élèves de l’EPP de Vohimana dont le but est la conception de projets
personnels de reforestation par l’intermédiaire du travail en équipe.

Pour mieux expliciter notre projet, ce présent ouvrage se divise en trois grandes
rubriques : d’abord, la présentation du cadre de l’étude. Ensuite, les méthodologies de travail sur
le terrain. Enfin, une discussion sur les résultats obtenus.

10
Il est nécessaire « d'attribuer des significations à des phénomènes sur lesquels on
focalise, que l’on inscrit dans un continuum des pratiques sociales tout en mobilisant d’autres
phénomènes qu’on choisit de faire entrer dans le champ mais qui ne sont pas au centre de la
focale »1.

1.1. CONTEXTES
La contextualisation aide à la compréhension d'une situation ou d'un fait et permet
d'éviter les fausses interprétations. De ce fait il faut le resituer dans son contexte historique,
social, économique et politique...

La Conférence des Nations Unis sur l’environnement et le développement de 2012 à Rio


de Janeiro s’est conclu par le lancement d'un processus conduisant à l’établissement de plusieurs
politiques de développement durable ou ODD ; dont une axée sur la préservation de
l’environnement et la consommation prudente des ressources naturelles.
« Les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement
durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature. »2 « Pour parvenir à
un développement durable, la protection de l’environnement doit faire partie intégrante du
processus de développement et ne peut être considéré isolément ».3
Par conséquent, l’excroissance de la population malgache ainsi que les surexploitations
des forêts de son territoire ont amené Madagascar a signé cet accord et à intégrer dans son Plan de
Développement National une notion concernant la gestion durable des ressources naturelles et la
protection de l’environnement.
Cette action est la poursuite des OMD de 2015 vu que Madagascar n’a atteint aucun des
objectifs fixés auparavant. La principale raison est que les collectivités territoriales ont du mal à
intégrer ces politiques de développement imposés, contraire au mode de vie et culture de leurs
individus. Une polémique s’étant même instaurée au début de l’année 2017 concernant la liaison
entre le retard de la pluie et la dégradation de l’environnement.

1.2. PROPOS SUR LE PROJET


La conduite de ce projet a nécessité l’établissement des paramètres suivants :
1.2.1. Dénomination du projet

MIFID, acronyme pour MIhetsika hoan’ny Fampandrosoana Ifotony Daholo signifie


S’activer Ensemble pour le Développement de la Communauté. Son sigle MIFID renvoie à un
choix, à la manière dont on veut procéder pour évoluer ensemble dans une communauté sans
pression ou forcing d’adaptation d’une quelconque politique de développement durable. Un de
ces buts est d’encourager les territoires à réaliser leurs projets de développement et à les gérer
convenablement.

1
Philippe BLANCHET & Marielle RISPAIL La Contextualisation : Enjeux épistémologiques et méthodologiques
pour la recherche en didactique des langues et des cultures.
2
Principe 1 de « La déclaration de Rio sur l’environnement et le développement »
3
Principe 4 de « La déclaration de Rio sur l’environnement et le développement »
11
Action de : Mobilisation des projets personnels des élèves de l’EPP de Vohimana à contribuer à
la reforestation

1.2.2. Les objectifs


L’objectif global de ce projet est de « Mobiliser les élèves à contribuer à la reforestation à
travers des initiatives personnelles ».
Ses objectifs spécifiques sont :
 Informer les acteurs principaux sur des enjeux majeurs de la présence des forêts dans la vie.
 Encourager les initiatives personnelles concernant la reforestation.
 Générer une réaction en chaine entre les acteurs à propos du thème

1.2.3. Justification du choix des acteurs cibles


Acteurs cibles : Elèves de l’EPP Vohimana entre 7 et 14 ans
D’abord, d’après les observations sur terrains et l’interprétation des données obtenues, les
(adultes) autres catégories d’acteurs ne se mobilisent que lorsqu’il y a compensation financière à
la clé. Or, les enfants sont plus curieux dès qu’il s’agit d’une nouvelle manifestation et rencontre
avec les étrangers.
Ensuite, dans cette tranche d’âge, les enfants apprécient de plus en plus les échanges à
travers des activités collectives et sont capable de bâtir un projet et de l'exécuter.4 L’approche de
cette catégorie d’acteur donc l’idéal vu que l’initiation à des projets de développement dès le
jeune âge favorise la motivation des élèves à être plus responsable aux changements qui s’opèrent
autour d’eux.
Enfin, le choix de l’EPP s’est imposé d’elle-même car le site étudié ne dispose pas d’autre
forme de structure d’apprentissage des élèves que l’établissement public.

1.2.4. Carte des acteurs


La mise en place d’une carte identifiant les acteurs mobilisés dans ce projet est important
puisque l’aboutissement des recherches dépendantes en partie d’eux, surtout en matière de
collecte de d’informations.
(Voir annexe 4. page 31)
1.2.5. Résultats attendus

 Collaboration avec l’ONG H&E dans la réalisation du projet.


 Besoin en informations du territoire à propos du thème.
 Application du produit PTU.
 Organisation du reboisement avec les acteurs cibles et les entités locales à partir des projets
conçus durant l’atelier.

4
animation.dodo.over-blog.com/article-20227541.html
12
1.2. POURQUOI AVOIR CHOISI LE PROJET DE REFORESTATION ?
Lorsqu’on parle reforestation, on parle forêt. Et qui dit forêt dit relation entre les êtres vivants et
les ressources naturels qu’elles renferment. Avant d’entamer une discussion sur des initiatives de
projets de reforestation, il est primordial de connaitre les principaux enjeux que représentent les
forêts dans la vie quotidienne de l’Homme.
 L’eau que nous utilisons dans notre vie de tous les jours provient des forêts
(Voir annexe 7.a : Schéma du cycle de l’eau)
 Les forêts jouent un rôle important dans le filtrage des rayons solaires et la purification
de l’air que nous respirons.
(Voir annexe 7.a : Schéma de la photosynthèse)
 Des forêts dépendent 80% de nos activités, sources de revenus et d’emploi
(Voir annexe 7.b : Schéma récapitulatif de l’utilisation des forêts)
 En bref, il est nécessaire de connaitre les rôles que jouent les forêts dans notre vie
quotidienne
(Voir annexe 7.b : Schéma récapitulatif des enjeux des forêts)

13
« Le besoin d’information traduit l’état de connaissance dans lequel un chercheur se
trouve lorsqu’il est confronté à l’exigence d’une information qui lui manque, d’une information
qui lui est nécessaire pour poursuive un travail de recherche. » C’est pourquoi il fut nécessaire de
mettre en place des démarches méthodologiques pour récolter les informations utiles à
l’élaboration du projet.

2.1. DEMARCHE METHODOLOGIQUE


« Le besoin d’information correspond à un manque de connaissance d’un individu (ou
communauté) dans une situation, ce manque de connaissance l’empêchant de comprendre ou
d’agir de façon optimale dans la situation ».5
2.1.1. Elaboration des questionnements de départ
Les questions de départ permettent d’orienter et de justifier l’élaboration des premiers outils
conceptuels et technique de la recherche.6 C’est pourquoi nous avons établis des questions afin de
nous orienter dans nos recherches sur terrain :
 Quelles sont les caractéristiques du territoire ?
 Quelles sont les relations que la communauté entretient avec les forêts environnantes ?
 Quelles informations circulent autour de la déforestation et du reboisement ?
 Quelles sont les formes de système de communication du territoire et sa situation actuelle ?
 Quel est le problème du territoire en termes d’info-com ?
 Quelle disposition dans les politiques nationales d’information et de communication pour
accéder à changement de comportement ?
 En quoi rallié les centres d’intérêts des acteurs avec la reforestation est-elle utile pour monter
le produit de mon projet ?

2.1.2. Faire l’état des lieux du territoire


Connaitre son territoire d’étude facilite la compréhension et l’interprétation de la relation
qu’entretient la communauté avec son milieu d’évolution.
a) Localisation
Vohimana – Ambavaniasy se trouve sur la route RN 2, PK 145 km. Il fait partie des sites
d’intervention de l’ONG de l’Homme et l’Environnement dont les principales activités sont
l’écotourisme, l’artisanat locale et la vente des produits locaux avec les autres populations
externes (Andasibe, Moramanga…).
b) Spécificités
Le territoire de Vohimana se distingue par sa/ses :
 Région à forte couverture forestière.
 Activités du territoire, basées sur l’exploitation de la forêt et de ses ressources naturelles.
 80% des infrastructures (écoles, habitations, Fokontany…) travaillés avec du bois.

5
André Tricot. La prise de conscience du besoin d’information : une compétence documentaire fantôme ?
6
André Tricot. La prise de conscience du besoin d’information : une compétence documentaire fantôme ?
14
2.1.3. Identification des acteurs
La mise en place d’une carte des acteurs nous a aidés à déterminer les individus à approcher
durant nos études sur terrain.
(Consulter l’annexe 4 ; page 31)

2.1.4. Observation et lecture de la communauté


D’abord, selon nos recherches, nous avons remarqué que le déboisement intempestif des
forêts environnantes avait lieu à cause des besoins alimentaires et des activités quotidiennes et que la
survie de la population locale dépendait entièrement de l’exploitation de ses forêts. L’explication de
ces faits sont plus simple à comprendre sous forme de schéma, d’où la construction du système des
acteurs pratiquant la déforestation. (Voir annexe n°3 ; page 30)
Ensuite, nous avons observé les formes d’interaction des individus dans leur communauté et
par rapport à l’extérieur afin de connaitre leurs cultures en matière de rencontre et pour aussi mieux
l’intégrer. D’autant plus que la présence de l’ONG H&E sur le territoire nous a permis de voir ses
rapports avec les membres de la communauté de Vohimana. Ces liens se reflétant à travers des
soutiens financiers et des projets d’écotourisme, d’artisanat, et de culture d’exportation…
Enfin, nos observations (directes et participantes), nous ont aidé à identifier le problème
info-communicationnel de la communauté à propos des informations circulants autour des enjeux
de la préservation des forêts et des responsabilités de chacun dans sa protection.

2.1.5. Approches et échanges avec les acteurs

Acteurs Lieu d’interaction Activités Actes

Cercle ronde autour - Participation au


Mères de foyers
du pilonnage du riz
pilonnage de riz
- Parler des travaux de
Coordinateur du
Bureau de l’H&E - Observation participante chacun au sein de la
site
- Echanges de savoir-faire communauté
Charbonnier Forêt - Discussions - Parler de soi et de son
- Approches des cercles de projet universitaire
2 vendeurs et 3 réunion - Echange de bons
Marché
clients-vendeurs procédés lors du jour de
- Enquête sur les pratiques
Zamadinika Dehors en plein jeu des individus concernant marché.
(enfants entre 6 et de marelle - Discussion sur les
l’utilisation des forêts
13 ans) potentialités de la région
- Discuter des règles ou
lois régissant l’utilisation et les projets de
2 mères de foyers Dans leurs maisons l’organisation sur le
des forêts et leurs
appropriations par la territoire.
population locale. - Discuter des
Chef Fokontany Bureau FKT
informations qu’ils
possèdent concernant la
2 membre de préservation de leur
Près du bâtiment de
l’association milieu naturel.
l’H&E
« Zanatany »

15
2.2. THEORIES MISES EN LIEN

Une des méthodes scientifiques pour appuyer les études sur terrain est la mise en lien
théorique dans les explications écrites du projet. C’est pourquoi nous avons mobilisé ces quelques
concepts.

Une communauté se définit comme un groupe d’individus ayant un objectif commun et


œuvrant ensemble pour sa réalisation. Dans le cas du territoire de Vohimana, nous avons constaté que
les individus se divisent en plusieurs associations locales afin de gérer et d’exploiter les ressources
naturelles qu’offrent leur milieu de vie. Ceci dans le but de développer économiquement le village.
Par exemple, la promotion des diversités biologiques est assurée par l’écotourisme et la réserve
expérimentale de Vohimana. Mais bien que la gestion du territoire se fasse à plusieurs, la présence de
l’ONG H&E favorise la communication entre ses associations et partage les informations avec ses
membres.

Une des stratégies adoptées par notre projet est l’approche institutionnelle. Elle nous permet
en même temps de récolter des données sur la relation qui existe entre l’entité et la population locale
mais aussi de voir le degré d’influence qu’elle possède. Du coup, si l’objectif de notre
communication est le changement de comportement (CCC), MIFID se doit donc d’être le plus
influent possible auprès de ses acteurs et ne pas négliger l’interaction entre les individus de sa
communauté. En un mot, chaque acteur est susceptible de déclencher d’une certaine façon un
changement de comportement chez d’autres acteurs avec qui ils entretiennent des relations.

Cependant, modifier les habitudes et les pratiques d’une communauté est très difficile
puisqu’elle a développé son propre système de protection pour pallier à des nouveautés. Ceci
s’explique dans le territoire de Vohimana qui a entièrement fondé ses activités de survie sur
l’exploitation des forêts. Du coup, leur interdire d’y toucher ou d’abandonner définitivement n’est
pas la solution (comme le cas des nombreuses sensibilisations ayant déjà eus lieu sur place). Par
conséquent, les études de motivation, de style de vie, d’opinion et d’attitude s’imposent afin de
percer ce miroir culturel qui reflète toute les lumières qu’on y apporte et orienter petit à petit les
pratiques vers un autre domaine de production.

C’est dans ce sens que nous avons conçu notre produit PTU (atelier). Il encourage la prise de
conscience individuelle et collective des membres d’une communauté sur un fléau ou un problème
les concernant, dans ce cas la déforestation. Au lieu de subir des programmes inappropriés à leur vie
quotidienne, MIFID prône la conception personnelle des projets de reforestation, étroitement liés aux
activités futures de ces acteurs. Tout cela dans le but de ne pas bouleverser trop rapidement les
pratiques de la population locale.

16
3.1. ANALYSE DES RESULTATS OBTENUS

Les études et recherches sur le territoire nous ont permis d’obtenir les résultats suivants :
 Application réussite du produit.
 Organisation du programme de reboisement avec l’H&E et les acteurs cibles
 Expériences en matière de travaux de recherches sur terrain et d’organisation
 Amélioration du système de réseautage.
 Informations qui circulent autour de la reforestation

Explication et interprétation
D’un côté, les acteurs dans le territoire considèrent que seuls les (adultes) membres de
l’association locale ZANATANY ont le droit de participer aux reboisements périodiques de
l’ONG. Cette dernière se focalise seulement sur la sensibilisation des adultes, membres
d’association à protéger les forêts et à faire des reforestations et non à promouvoir des actions de
mobilisation auprès de toute la communauté. Par conséquent, les acteurs ne voient dans les
activités de l’H&E qu’une manière de gagner de l’argent et n’envisagent aucun projet sans
compensation financière.
D’un autre côté, par rapport à ces activités de reforestation, au sein de l’association
ZANATANY, ses membres sont convaincus que le reboisement n’est qu’un travail comme un
autre, source de revenu au foyer avant tout, puis destiné à améliorer le paysage éco-touristique de
la région. S’en découle alors un désintéressement des vrais raisons préservation de
l’environnement mais simplement pour la rentrée d’argent.
Comme nous l’avons mentionné précédemment, la faible participation des acteurs aux
reboisements et sa périodicité régulière ne suffisent plus à couvrir les activités de déboisement
dans le territoire. Et c’est même cette régularité dans ses pratiques qui poussent le territoire à
pensée que leurs exploitations forestières seront toujours couvertes par les reforestations. Ce
stéréotype est même appuyé par une expression malgache circulant au sein de la communauté
« Rahoviana vao ahalany ny ala Atsinanana ». De plus, les individus du territoire attendent
l’apport extérieur pour son évolution surtout de la motivation financière provenant des étrangers
qui participent gratuitement au développement du secteur éco-touristique de la région.
Chaque année, l’EPP d’Ambavaniasy – Vohimana effectue des activités de jardin potager
(culture de légumineuses, fleurs…). Cependant, d’après le Chef du site et les observations faites
sur les le territoire, ce geste de reforestation s’est révélé être un échec car non seulement au bout
de quelques mois, il ne restait presque plus rien du jardin à cause de l’abandon de gestion dû au
sentiment de non-appartenance de la part de ses acteurs mais aussi du fait de son emplacement, se
trouvant à l’orée d’un terrain de foot.
En bref, l’atelier d’échanges et d’animation permettra à la communauté de Vohimana de
connaitre :
 Les enjeux que représentent les forêts pour le quotidien de l’Homme.
 Les opportunités que leurs offrent leur territoire en matière de projet environnemental.
 Les potentialités des ressources humaines de la communauté.
 L’accompagnement et l’aide dont l’ONG H&E peut fournir pour le développement local.
 Monter des projets adaptés à leur situation.

17
3.2. RESOLUTION DES PROBLEMES RENCONTRES SUR LE TERRAIN

3.2.1. Communication à travers le langage


L’observation des faits qui entourent la réalité sur le langage facilite l’appréhension et
l’acquisition d’un langage spécifique. Il ne suffit pas seulement de comprendre le langage
Betsimisaraka, usité par les acteurs du territoire Ambavaniasy – Vohimana mais de le pratiquer à
travers les discussions et les échanges entre les membres de cette communauté. De ce fait, il est
nécessaire d’établir une relation dialectique entre la communauté étudié afin d’intégrer leur
monde.7
3.2.2. Complexité de la situation
Le système est complexe car selon les données récoltées sur le terrain, les activités des
acteurs dépendent de l’exploitation forestière que cela soient dans la consommation domestique
ou les revenus financiers. Or un des objectifs de ce projet est d’orienter ces pratiques de
déboisement vers l’intégration dans l’habitude du territoire la reforestation périodique selon les
besoins et les attentes de la population.

3.3. ANALYSE SWOT OU FFOM DU PROJET


La gestion d’un projet requiert l’évaluation des divers aspects de son champ d’action afin
d’appréhender les obstacles et les avantages menaçant/aidant (à) sa réussite.

FORCES FAIBLESSES

 MIFID est un projet qui encourage la


participation des acteurs à concevoir leurs
propres projets. De ce fait, il y a dynamisation
de toute communauté locale.
 Suivie et évaluation sérieuse de la part de
 Projet très courant, déjà traité par de
l’ONG l’H&E quant à la réalisation et la réussite
nombreuses organisations.
du projet.
 Projet couteux en termes de réalisation.
 Partage des acquis des acteurs principaux
durant l’atelier avec leur cercle familial et leurs  Seuls quelques individus ont vraiment
proches. contribué au projet de reforestation et les acteurs
restants ont juste à approuver les choix des
 Suivi des plantations et octroie d’aide pour
autres.
la gestion durable du projet auprès des acteurs
de la part de l’ONG H&E.  Taux de participation faible.
 Possibilité de délocalisation de l’atelier
vers un autre territoire pour faire la
dynamisation locale d’une autre communauté à
partir de ses membres.
 Produit réalisé en collaboration avec
l’Homme et l’Environnement.

7
« Recherche anthropologique : techniques et méthodes » SERGE GENEST
18
OPPORTUNITES MENACE

 Occasion de collaborer
professionnellement avec des organisations
comme l’H&E pour la réalisation de projet.  Oublier du projet au fil du temps et
 Donne la possibilité aux acteurs cibles poursuite active des activités de déforestation
d’exprimer leurs projets de développement local par les acteurs.
à travers des supports qu’ils auront choisis et des  Que les projets établis en fin d’atelier
moyens pour y parvenir. restent sur table et que les acteurs oublient très
 Espace de partage et de discussion pour vite les objectifs qu’ils se sont fixés au fil du
que chacun puisse avoir l’occasion de travailler temps.
en équipe et de découvrir les autres acteurs ayant
les mêmes ambitions.

3.4. COUP BUDGETAIRE DU PROJET

 Frais de déplacement : 40 000 Ar


 Restauration : 20 000 Ar
 Ressources humaines : 20 000 Ar
 Matériaux et outils : 20 000 Ar
Coup total = 100 000 Ar

19
Le produit PTU est la matérialisation du projet, servant à résoudre partiellement le
problème info-communicationnel du territoire et de motiver les acteurs bénéficiaires à pérenniser
leurs activités en rapport avec leurs convictions et attentes du projet.

1. CONTEXTUALISATION

1.1. Contexte
La communauté de Vohimana - Ambavaniasy évolue dans une région à forte couverture
forestière. Cet atelier sur la mobilisation pour l’adoption de la reforestation coïncide avec les
réalités observées lors des travaux de terrain. Nous y avons pu constater que c’est cette
abondance même de la forêt qui pousse les acteurs du déboisement à continuer ses pratiques ainsi
que la compensation financière que l’ONG octroie seulement aux adultes durant les projets
périodiques de reboisement.
1.2. Faits existants auparavant
L’ONG a déjà effectué des actions sensibilisations au niveau du territoire concernant les
problèmes de la déforestation aigue des forêts de la région. De plus, les acteurs concernés ont
seulement été les adultes, membres de l’association ZANATANY et non la totalité de la
population locale du village.
1.3. En quoi ce produit est-il innovant ?
Déjà sur le plan de la réalisation, d’après les registres historiques de l’ONG, c’est une grande
première pour le site d’intervention de cette dernière que de donner la parole aux enfants (élèves
de l’EPP) de son village afin qu’ils avancent eux-mêmes leurs besoins futures et ce qu’ils
attendent de cette reforestation.
1.4. Intérêts des produits
- Responsabilisation des acteurs principaux à être plus attentif aux changements autour d’eux
dès leurs plus jeunes âges.
- Développement de l’imagination à déjà envisager des projets de développement durables.
- Rappeler quotidiennement les acteurs de leurs engagements dans un projet.

2. LES ENJEUX DU PRODUIT


Ce produit présente plusieurs enjeux.
2.1. Economique
- Création d’opportunité de travail pour les acteurs
- L’entrée d’argent financera les diverses activités pour le développement du territoire

2.2. Info-communicationnel
- Responsabilisation des acteurs principaux à être plus attentif aux changements autour d’eux
dès leurs plus jeunes âges.

20
2.3. Relationnel
Initiateur du projet avec acteurs principaux
Utiliser le moteur de motivation (l’argent) du territoire pour engager des activités de
reforestation. En expliquant aux acteurs les potentialités de leur région, il est possible qu’ils
s’impliquent d’eux-mêmes dans des projets adéquats à leur situation. Ceci dans le but d’attirer
leur attention sur les intérêts qu’ils pourraient en bénéficier.
Acteurs principaux aux autres acteurs bénéficiaires
Après la rencontre avec l’initiateur du projet PTU de reforestation, les acteurs principaux
vont partager avec les autres parties prenantes les acquis qu’ils ont eus et discuter des possibilités
des activités à faire. Ils vont se consulter mutuellement et partager les connaissances qu’ils
disposent à propos du domaine. Cette interaction des acteurs va alors décider des mesures à
prendre pour commencer à entreprendre le projet.
D’un autre coté, l’ONG l’Homme et l’environnement pourra jouer son rôle, c'est-à-dire
faire un suivie et une évaluation des arbres fruitiers plantés et offrir une formation de gestion des
nouvelles plantations. Elle est également une opportunité pour le territoire afin d’élargir ses
relations en termes de commerce ou connaissance de base en transformation des produits (ou
autres).
2.4. Professionnel
- Contribution de tous les acteurs lorsque de futurs projets se présentent
- Motivation des acteurs à déjà envisager des projets de développement durables pour leur
territoire.

3. FICHE TECHNIQUE DU PRODUIT


3.1. Produit
Atelier d’animation et de partage
3.2. Description du produit
C’est une autre manière (un outil) d’approcher et d’interagir avec des acteurs principaux afin de
leur donner la possibilité d’exprimer d’eux-mêmes leurs manières de contribuer à la préservation
des forêts.
3.3. Concept du produit
L’idée est que les besoins d’accomplir une reforestation émanent des attentes et des besoins
futurs du territoire en fonction des spécificités du terrain et de ses possibilités.
3.4. Objectifs
Objectif global
Mobiliser les acteurs cibles à prendre part à des projets de reforestation
Objectifs spécifiques
 Générer une réaction en chaine entre les acteurs à propos du thème
 Informer les acteurs principaux sur les enjeux autours de la reforestation.
 Encourager les initiatives personnelles sur la plantation d’arbre.

21
3.5. Les acteurs
 Acteurs cibles : Elèves de l’EPP d’Ambavaniasy – Vohimana / CP1 et 6ème (de 7 à 14 ans)
 Organisateurs
- L’Homme et l’Environnement
- L’étudiant COMTE
- Le Chef du site d’intervention
 Lieu de déroulement : Ambavaniasy – Vohimana
 Durée : Matinée de 8h à 12h (4h)
 Animateur durant l’atelier : L’étudiant COMTE
 Acteurs bénéficiaires
- ONG l’H&E
- L’EPP
- Les Parents / tuteurs
- Les associations du village (KANTO, Merci Vohimana, Zanatany)
- Les fournisseurs de jeunes pousses d’arbres
- Les institutions relatives aux acteurs principaux (association religieuse, ONG…)
- L’étudiant : Organisateur et animateur du produit

3.6. Périodicité
Organisation d’atelier tout les 3 mois pour un aperçu des projets en cours et la construction
d’autres projets en relation avec ce projet de reforestation.
Par exemple : Comment convaincre les acteurs de transformer les produits issus de leurs arbres
fruitiers ?
Comment inciter les acteurs à gérer durablement leurs projets ?
3.7. Activités

- Expliquer les possibilités de projets que le territoire peut offrir à ces acteurs en termes de
reforestation et de préservation des forêts environnantes.
- Organiser des devinettes se rapportant au thème de l’environnement lors des pauses. Ceci afin de
faire appel aux connaissances déjà acquises des acteurs et d’en discuter du sens et de la raison qui
ont en fait son fondement.
- Exposer orale des attentes des acteurs principaux si on leur octroyer des pousses d’arbres fruitiers
- Concrétisation en image ou caricature sur des emballages de ces petits futurs projets personnels ou
de groupe.

22
4. DEROULEMENT DE L’ATELIER

Action Activités Actes Objectifs/Résultats

- Discuter de la session de travail


ensemble qui aura lieu le lendemain.
- Tour de table pour les présentations.
- Approches des acteurs cibles. - Etirement des muscles et détente des - Réaction en chaines des élèves
- Identification des acteurs participants de articulations. encourageant à la participation.
l’atelier. - Faire des dessins et des schémas - Connaissance des acteurs
- Initiation à des petits exercices de relaxation mettant en situation un des acteurs - Mise en forme et à l’aise des
- Echanges d’idées et de procéder concernant dans sa vie quotidienne. acteurs.
l’utilisation des ressources naturelles. - Inciter les acteurs à partager leurs - Savoir les usages et pratiques des
- Explication des rapports entre l’Homme et expériences ou vécus par des individus vis-à-vis des forêts.
Informer - Prise en compte des apports des
les forêts dans les travaux au quotidien. dialogues.
- Questionnement sur les activités - Discuter des centres d’intérêts et des forêts dans le déroulement d’une
institutionnelles ou familiales à propos de la passions des acteurs. journée ordinaire.
préservation de l’environnement. - Parler du rôle de l’ONG H&E dans la - Savoir dans quelle forme
- Présentation de l’H&E et de ses objectifs. communauté de Vohimana et les construire le projet afin de les
- Exposer des futures occupations de chaque opportunités que l’organisation leur motiver à les réaliser. (dans leur
individu en relation avec le projet à monter offre. cas le dessin)
- Prise de parole pour parler des
attentes et besoins par rapport au
projet
- Inviter les participants à faire des - Stimuler l’esprit de recherche et
- Divertissement charades et devinettes en rapport avec d’imagination des élèves.
- Attribution des outils de travail leur environnement. - Enrichir les connaissances des
- Conception des projets personnels de - Partage des équipes de travail autres participants.
Mobilisation reforestation. - Octroi des noms d’équipe selon leur - Appropriation des projets
- Immortalisation des projets choix avec explication du terme - Vaincre la timidité de prendre la
choisi. parole en publique.
- Cogiter en groupe pour une décision - Peaufinage des dessins avant la
commune du projet à faire. retranscription finale à

23
- Mettre en brouillons les réflexions. l’emballage.
- Exposer oral par groupe des projets. - Connaitre les attentes des acteurs
- Retranscription sur emballage des et leurs besoins par rapport à
projets de groupe. l’atelier.
- Capture en numérique des projets - Mobiliser les savoirs-faires et
d’équipe avec leurs initiateurs. connaissance de base des élèves
enseignés à l’école à propos de la
préservation de l’environnement.

- Discuter des ressentis des acteurs - Avoir des feed-back de la part des
- Résumé la matinée de travail quant à la construction d’un projet. acteurs ayant participés à l’atelier
- Organisation du programme de reboisement - Parler des savoirs acquis durant (très positif et souhait de refaire
Capitalisation - Etablissement du planning d’activités avec l’atelier. un autre atelier)
l’H&E. - Fixer la date des activités et les lieux - Prévention des imprévus et des
de plantation disponibilités de chaque acteur.

24
5. RESULTAT DU TEST DE PRODUIT
 Construction des projets personnels par équipe sur papier emballage.
 Réalisation du reboisement menant vers une action de reforestation, avec la collaboration de
l’ONG H&E et l’évaluation-suivie du coordinateur du territoire.

6. CONTINUITE DU PROJET
Les diverses projets issus de cet atelier ainsi que les activités de reboisement accomplies avec
l’ONG seront utiles pour motiver un autre public.
Accomplir des expositions photos sur les activités du projet de reforestation de Vohimana –
Ambavaniasy afin d’inciter les collégiens des Marmailles, Antsirabe. En voyant cela, ils pourront
eux aussi envisager des initiatives de reforestation.

25
CONCLUSION

En guise de conclusion, nous pouvons dire que ce projet a été enrichissant tant du
point de vue recherche qu’expériences professionnelles car nous avons pu voir que les acteurs
cibles ont réagi positivement aux séances de rencontre et ont collaboré ensemble dans la
conception de leurs projets personnels de reforestation. Nous estimons que MIFID avoir atteint
l’objectif global de ce projet qui est de mobiliser les élèves de l’EPP de Vohimana à contribuer à
des projets de préservation des forêts de leur territoire. Pour ce faire, il a fallu dans un premier
temps, faire des recherches concernant les sujets relatifs au thème choisi et les termes l’entourant.
Dans un second temps, identifier les questionnements de départ afin d’orienter correctement les
travaux de terrain. Et dans un dernier temps, nous avons établi des démarches méthodologiques,
dont la définition des concepts mobilisés et les techniques de récolte et interprétation des données
sur le terrain. La réalisation du test du produit et l’enthousiasme des acteurs cibles quant au
prochain atelier démontre des résultats encourageants. De plus, les photos durant toute la durée
du projet ainsi que celles du reboisement serviront de base de données pour le montage d’un autre
projet, pouvant être délocalisé, et ayant comme prochain objectif : mobilisation des efforts pour la
gestion durable d’un projet. La question qui se pose alors est les autres acteurs cibles d’un
territoire différent montreront-ils de l’intérêt concernant la mise en place de projet de
reforestation ?

26
SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES

Ouvrages et articles

 Mai 2004. La rédaction d’un mémoire : Guide pratique pour l’étudiant.


 Jean Marie SECA. (2005). Les représentation sociales. Edition ARMAND COLIN
 2007. Les méthodes en sociologie.
 Armand et Michèle MATTELART. (2002). Histoire des théories de la communication. Edition
La Découverte. Paris.
 LEBRATY Jean-Fabrice. Comprendre le concept d’information pour mieux appréhender les
Technologies de l’Information et de la Communication
 (Avril 2001). L’analyse des systèmes d’acteurs : Diagnostics de territoires. Edition CERTU.
Lyon
 (Juin 2014). La communication des collectivités territoriales. Edition Bruno DETRIE Conseil.
 Bernard CATHELAT. (2001). Publicité et société. Edition PAYOT ET RIVAGE.
 Eric DACHEUX. (2000). La communication : définition.
 CROZIER M. & FRIEDBERG E. (1977). L'acteur et le système. Editions SEUIL. Paris
 L’HOMME ET L’ENVIRONNEMENT (Octobre 2013). Manuel de procédure. Version 08.
Webographies

 http://www.mg.undp.org/content/madagascar/fr/home/presscenter/pressreleases/2016/06/03/les
-objectifs-de-d-veloppement-durable-madagascar-une-deuxi-me-consultation-nationale-pour-
prioriser-et-int-grer-les-odd-dans-les-strat-gies-et-politiques-de-d-veloppement.html
Les Objectifs de Développement Durable à Madagascar : Une deuxième consultation nationale pour
prioriser et intégrer les ODD dans les stratégies et politiques de développement
 http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/objectifs-de-developpement-durable/
Les objectifs de Développement Durable
 http://www.memoireonline.com/03/11/4353/m_Place-des-questions-denvironnement-dans-les-
journaux-televises-de-RTNC1-et-de-Numerica1.html
Se questionner sur l’environnement
 https://www.groasis.com/fr/plantation/pouvez-vous-planter-des-arbres-et-des-legumes-dans-
les-zones-seches
Comment combattre la désertification avec le reboisement
 http://www.initiativesclimat.org/Toutes-les-initiatives/Reboisement-et-developpement-durable
Reboisement et développement durable à Madagascar
 http://bandedecom.com/projet-et-pratiques-de-la-communication/
Pilotage d’un projet de communication
27
 http://stg974.over-blog.com/pages/Analyse_dune_situation_de_communication-1460512.html
Analyse d’une situation de communication

 http://www.fao.org/docrep/Communication pour le développement.htm


Conception et mise en œuvre de politiques nationales d’information et de la communication
 http://www.revue-interrogations.org/La-mise-en-oeuvre-d-un-protocole,172
La mise en œuvre d’un protocole de recherche exploratoire en sociologie

Personnes ressources
 Erito (Coordinateur du site de Vohimana)
 Maman’i Dera
 Tsilavo et Nadia

28
ANNEXES 1 : Les savoirs obtenus
1. Savoir-être

 Ce projet m’a ouvert à de nouveaux horizons que je n’avais pas pensé vivre. En effet, j’ai du
m’adapter aux modes de vie de la population locale de Vohimana – Ambavaniasy concernant la
répartition de la journée et le stockage d’énergie. Par exemple, il faillait réserver sa place aux bornes
fontaines pour pouvoir s’approvisionner en eau et négocier avec les épiciers ayant des plaques
solaires pour la recharge des téléphones.
 Se conformer aux horaires de la communauté. Par exemple, le réveil aux aurores est essentiel
pour rencontrer des catégories d’acteurs que l’on ne peut accoster qu’à ce moment là de la journée
ou tard le soir pour pouvoir faire l’étude des acteurs préférant agir la nuit.
 Indépendante et responsable de soi lors des déplacements en solo. En effet, vu que l’ONG
dans laquelle j’effectuais mon stage ne prenait en charge les dépenses de mes activités, je devais
organiser la manière de me rendre à Vohimana – Ambavaniasy et trouver un moyen de financer mon
séjour par moi-même.

2. Savoir-faire
 Méthodologie pour la réalisation d’un atelier
 Gestion du temps
 Technique de mobilisation des enfants entre 7 et 16 ans
 Evolution dans un quotidien très différent du sien

3. Savoir connaissance
 Les formes de rencontres des individus de la communauté de Vohimana
 Système des acteurs exploitant la forêt
 Assimilation de certains accents sur le langage Betsimisaraka à l’écoute
 Les activités de l’Homme et l’Environnement dans leur site d’intervention.

29
ANNEXE 2 : Arbre conceptuel du domaine sur le thème

ANNEXE 3 : Système des acteurs pratiquant la déforestation

30
ANNEXE 4 : Carte des acteurs

31
ANNEXE 5 : Session de travail avec les acteurs pendant l’atelier à Ambavaniasy –
Vohimana

Organisation des équipes par futur projet Petite séance de relaxation avant le début de l’atelier

Travail en équipe de chaque groupe pour la conception du projet de reforestation

32
ANNEXE 6 : a) Projets personnels de chaque équipe

Projet personnel de l’équipe « SOKATRA »

Projet personnel de l’équipe « RANO »

33
ANNEXE 6 : b) Projets personnels de chaque équipe

Projet personnel de l’équipe « AKOHO »

Projet personnel de l’équipe « KISOA »

Projet personnel de l’équipe « GISA »

34
ANNEXE 7 a) : Les enjeux des forêts au quotidien
1. Des forêts dépendent nos ressources en eau

Schéma du cycle de l’eau8

2. Les forêts purifient l’air que nous respirons

Schéma de la photosynthèse9

8
http://www.zombiesworld.com/eau-et-survie-dossier-complet-tout-savoir/
9
http://www.allo-olivier.com/Elagage/Arbre_4.html
35
ANNEXE 7 b) : Les enjeux des forêts au quotidien
3. Des forêts dépendent 80% de nos activités, sources de revenus et d’emploi

Schéma récapitulatif de l’utilisation des forêts 10

4. Synthèse des enjeux

Schéma récapitulatif des enjeux des forêts11

10
http://www.fibois.com
11
http://www.fikbois.com
36
ANNEXE 8 : Tableau récapitulatif des activités du projet

DATES ACTION ACTEURS ACTIVITES ACTES RESULTATS


Avant
 Se documenter sur le  Consulter les archives de
thème et les faits qui y sont l’ONG.
relatifs.  Rechercher d’informations  Compréhension des
 Se renseigner sur le sur internat et auprès des personnes concepts mobilisés
territoire de travail. ressources.  Connaissances
 Profilage des acteurs du  Voir les spécificités des théoriques et géographiques du
projet. acteurs et sa liaison avec le thème. lieu.
 Carte des acteurs.
 Observer le contexte  Arbre conceptuel du
Travaux sur terrain d’évolution des acteurs par rapport domaine.
au thème  Informations nécessaires
 Identification des  Comparer et interpréter à la mise en place du produit
Mi-juin
(s’) Etudiant : initiateur spécificités du territoire.  Discuter avec les acteurs PTU.
à mi-
Information du projet  Observation directe des  S’acquérir la cartographie  Appréhension des
Juillet
formes d’interaction des individus de la région réalités sur le territoire.
dans leur milieu et avec les
 Echanger les informations  Opinions des acteurs sur
individus extérieurs. thème
sur le thème et les terrains
 Identification du fait de
 Noter les spécificités du
départ relatif au thème choisi sur
terrain.
le territoire.
Après
 Capitalisation des  Saisie des documents sous
données obtenues format numériques
 Confrontation des  Impression sous format Projet PTU
informations papier
 Rédaction du projet et du
produit

37
 Préparation pour les
L’ONG l’Homme descentes
 Adaptation physique et
et  Identifier les outils de
mentale face aux changements
l’Environnement : travail dont on aurait besoin sur
de milieu et de modes de vie
établissement de Organisation du planning place
 Savoir-faire dans
stage et  Consulter les documents de
l’organisation des travaux de
collaborateur du l’ONG
terrain.
projet  Contacter les ressources
humaines sur place.
DATES ACTION ACTEURS ACTIVITES ACTES REPONSES
 Sensibilisation à la
protection des forêts pour
Erito : Coordinateur
l’écotourisme
du site et employé
 Attente d’une
de l’ONG  Discuter et échanger des
compensation financière après
idées et opinions
chaque activité
 Questionner
 Enquêter. Couper du bois pour le
Mère de foyer
Approches des acteurs  Savoir les supports de chauffage et la cuisson
communication présents sur le
Chef Fokotany :
territoire.
premier entité Appréhension de la
 Intégrer les différents
responsable du déforestation à travers des
Mi- groupes de discussions par
village et de ses lois et des règlementations
juillet à Mobilisation catégories d’acteurs.
activités
mi-août
Charbonnier et Exploitation des forêts pour
menuisier la rentrée d’argent.

 Rapport des activités de


travail.
 Suggestion pour
Encadreur :
l’amélioration du projet et du  Forme du produit PTU
employé de l’ONG
Discussions et échanges produit.  Techniques d’animation
et tuteur
 Discuter du déroulement et de mobilisation territoriale
professionnel
des descentes
 Echanger les informations
sur le thème et les terrains
38
 Projets personnels par
équipes
 Discussion et échanges  Présentation individuelle  Reboisement des arbres
28 élèves de l’EPP  Questionnements  Echanger les informations forestiers
(entre CP1 et  Observation participante sur le thème et les terrains  Les centres d’intérêt des
CM2) : dans leur milieu d’évolution  acteurs
Acteurs cibles  Application du produit  Partage des équipes.  Réussite de la première
 étape du projet.
 Les besoins en
information dont le territoire

39
TABLES DES MATIERES
Remerciement………………………………………………………………………………….…1
Sommaire………………………………………………………………………………………....2
Liste des acronymes……………………………………………………………………………....3
Liste des tableaux et des figures ………………………………………………………………...4
Glossaire………………………………………………………………………………………...5-6
Fintina……………………………………………………………………………………………..7
Résumé…………………………………………………………………………………………….8
Abstract…………………………………………………………………………………………...9
Introduction………………………………………...…………………………………………...10
DIVISION I : LE PROJET TUTEURE

PARTIE I : PRESENTATION ET CADRAGE DU PROJET

1.1. CONTEXTUALISATION……………………………………………………………...….11

1.1.1. Contexte global………………………..…………………………..………………………...11

1.1.2. Contexte spécifique………………………..……………………..…………………….……11

1.2. PROPOS DU PROJET………….…………………………………………………….11-12

1.2.1. Dénomination du projet……….……………..……….…………………..…………………11


1.2.2. Les objectifs…………………..………………………………………..…………………….12
1.2.3. Justification du choix des acteurs cibles ………………….……..………………………….12
1.2.4. Carte des acteurs…………………………………………….………………..……………...12
1.2.5. Résultats attendus….….……………………………………………..………………………12
1.3. JUSTIFICATION DU CHOIX DE PROJET………………………..……...……………13
1.3.1. Des forêts dépendent nos ressources en eau…………….……………………………….…13
1.3.2. Les forêts purifient l’air que nous respirons ……….………………………………………13
1.3.4. Enjeux des forêts……………………………………………………………………..……..13

PARTIE 2 : METHODOLOGIE ET THEORIES MISES EN LIEN

6.1. DEMARCHES METHODOLOGIQUES et THEORIES…..…….………………….14-15

2.1.1. Elaboration des questionnements de départ ………………………….....…………………14


2.1.2. Faire l’état des lieux du territoire…………………...………………..………………….…14
2.1.3. Observation et lecture de la communauté………………………………………………….14
2.1.4. Identification des acteurs…………………………….……………………………..……..15
2.1.5. Approches des acteurs………………………………………..…..………………..………15

6.2. LES CONCEPTS MOBILISES……………………..………..…………………………..16


40
PARTIE 3 : RESULTATS OBTENUS ET DISCUSSION

3.1. RESULTATS OBTENUS…………………………………………..………………….17


3.2. RESOLUTION DES PROBLEMES RENCONTRES………………………………18
3.2.1. Communication à travers le langage…………………………………………………18
3.2.2. Complexité de la situation……………………………………………………………18
3.3. ANALYSE SWOT DU PROJET……………………………..……………………18-19
3.4. BUDGETISATION…………………………………………………………………….19

DIVISION II : LE PRODUIT INFO-COMMUNICATIONNELLE

1. CONTEXTUALISATION……………………………………………………………….20
2. LES ENJEUX DU PRODUIT…………………………………………………………20-21
3. FICHE TECHNIQUE DU PRODUIT…………….……………………………….…21-22
4. DEROULEMENT DE L’ATELIER..…………………….…………………….……22-23
5. RESULTAT DU TEST DE PRODUIT………………………………………………….23
6. CONTINUITE DU PROJET………………………………………..……………………23

Conclusion……………………………………………………………………………………….26
Sources bibliographiques……………………………………………………………….…..27-28
Annexes……………………………………………………………………………………….29-30
Annexe 1 : Savoirs acquis……………………………………………………………..…………29
Annexe 2 : Arbre conceptuel du domaine……………………………………………..…………30
Annexe 3 : Système des acteurs autour de la déforestation……………………………………....30
Annexe 4 : Carte des acteurs……………………………………………………………………...31
Annexe 5 : Photos durant l’atelier ……………………………………………………………….32
Annexe 6 : Photos des projets de chaque équipe…………………….………………….…….33-34
Annexe 7 : Les enjeux des forêts……………………………………………..……………….35-36
Annexe 8 : Tableau récapitulatif des activités sur terrain ………………………….……..37-38-39

Table des matières…………………………..……………………………………….………40-41

41

Vous aimerez peut-être aussi