Vous êtes sur la page 1sur 5
REPUBLIQUE TUNISIENNE . Concours Nationaux d’Entrée aux Ministére de I'Enseignement Cycles de Formation d’Ingénieurs Supérieur Session : Juin 2002 Concours en Mathématiques et Physique Epreuve de physique Date: Jeudi 06 juin 2002 Heure: 8H Durée: 4H Nb pages : 5 Baréme: 1: 12/20 (LA:3,1B:4,1C:5) ; Wi 4/20 ; Il: 4/20 L'usage d'une calculatrice ( non-programmable ) est autorisé. ‘Si au cours de léprewve, un candidat rep2re ce qu ui semble ére une erreur d’énoneé, il le signale sur sa copie et ‘poursuit sa composition en indiquant les raisons des initiatives qu'il est amené & prendre Ce probléme propose une tude des phénoménes impliqués dans le chauffage dun alliage daluminiur. 1! comporte trois parties indépendantes quoique relies entre elles par le méme phénoméne :* induction élecromagnStique ° Le chauffage sans déformation par induction est rs répandu en métallurgie. 11 permet de transférer une énergie lectrique & une masse métallique dans laquelle "énergie dissipée par effet Joule est transformée en chaleur. Lavantage de ce provédé est de permettre le transfert de énergie produite sans contact, par un champ magnétique variable dans le temps directement a l'intérieur du métal. Données : On utilise dans tout le probléme la base (ii, ip iZ, ) relative aux coordonnées cylindriques (r 8,2). Les relations suivantes seront utiles pour la résolution = + F(M)=F,i, + Fyiiy + Fi, 0 F= (0,2) = 160,2- qa) . pair =H, 1a, E i, ,o8 Fest un champ scalaire. Q) « raib-[t Me), oA, (ACE 2) ws 100 & a a)’ rl ® 00 * Dans le cas particulier d'un champ scalaire & symétrie cylindrique, le laplacien se réduit 4 : anya Lue 4s dP ordr + Foi(rot F) = grad (div F*)- A(#), 03 A est opérateu lplacien vectorit (S) 1/ Chauffage du métal par induction Tous les phénoménes électromagnétiques envisages ici seront trait approximation des régimes quasi-stationnaires (ARQS). s dans le cadre de LA / Etude préliminaire: Le but de cette partie du probléme est de calculer dans le vide le champ magnétique B, (Mt) eréé par Vinducteurformé d'un solénotde circulaire de rayon a, d'axe Oz et de longueur ! tres grande par rapport 4a (figure 1). On adopte, pour cette bobine, le modéle d'un solénotde Epreave de Physique “Page WS illimité formé de n spires jointives par unité de longueur parcourues par le courant sinusoidal dintensité i(t) = i, cos(@t), avec une fréquence f= Figl: Coupe longitudinale 7m dusolénoide ~ -@-8-8-2-8-8-8-8-8.© 10" ast Le vide est caracté Patt et i, 36 1.A.1) Donner la condition sur a et / validant le modéle adopté pour la bobine. 1.A.2) Quelles sont les deux équations locales satisfaites par le champ magnétique 5, (M,). Donner leurs formes intégrales et commenter. 1.A.3) Par des considérations de symétrie, donner la direction de B, (M,t). Montrer également que le module de B, ne dépend pas de @ et de z. 1.A.4) En appliquant le théoréme d'Ampére, déduire expression du champ B,(M,t) en fonction de B, (r=0,t) et des données du probléme, pour: ra. L.A.5) Sachant que le champ magnétique a une distance infinie de 'axe Oz est nul, montrer que le champ B, (r,t) A Vintérieur du solénoide s'écrit B, (t,) = B, cos at it, ; Donner l'expression de B, en fonction des données du probléme. 1.A.6) Déterminer lexpression de l'inductance propre L de cette bobine. LA.7) En assimilant le solénoide précédent & une nappe cylindrique de courants de densité surfacique j, = j #, donner l'expression de B, en fonction de js et vérifier qu'elle obéit aux conditions aux limites. 1.B/ Four a induction ‘On place a l'intérieur du solénoide étudié dans I.A un creuset qui contient un alliage a chauffer.de forme cylindrique d'axe Oz, de rayon R= 3 cm et-de longueur h tres grande par rapport & R (figure 2). Cet alliage est considéré comme un conducteur électriquement neutre, caractérisé par les constantes du vide ¢, , 1, et par sa conductivité y= 5.10° Q"'m'. * Courants_induits dans I' d'un chamy Dans cette partie, on suppose que le courant variable i(Q) du solénotde erée dans le conducteur un champ magnétique uniforme : B,(t)=B, cos at i, ( partie ILA). Ce champ B, induit dans ce cylindre métallique un champ électrique E,(M,t) et un courant volumique j, (M,t). En premiére approximation on considére que le champ magnétique B, créé par J, est négligeable devant le champ inducteur B,(1). Cette méthode de détermination du champ magnétique total dans le conducteur (B approximations successives en s'arrétant a lordse le plus bas. Sappelle méthode des L.Bu) Décrire le phénoméne qui permet de faire fondre éventuellement le métal. 1.B.2) En négligeant les effets de bord, montrer par des arguments de symétrie que le champ induit £,(M,t) dans le métal ne dépend que de la variable spatiale r. Déduire que ce champ est orthoradial (c'est & dire porté par ij) et que E,(r=0,) =0. 1.B.3) En utilisant !'équation de Maxwell-Faraday, calculer le champ électrique E, (r,t). 1.B.4) Retrouver lexpression de ,(.t) 4 pattir du potentiel veeteur 4,(M,t) associé au champ uniforme 8, (t) par la relation : Aas) =5 8,0 0 ON A partir de la loi d'Ohm locale déduire expression du vecteur densité de courant j,. Ce courant induit est appelé courant de Foucault. LB.5) Déterminer la puissance moyenne

, dissipée par effet Joule a l'intérieur du métal. 1.B.6) Pour améliorer lefficacité du chauffage vaut-il micux utiliser un courant ¢'alimentation i(t) de fréquence faible ou de fréquence élevée. * Limite de validité de approximation Dans tout ce qui suit, on continuera 4 appliquer a lalliage considéré, méme pour des fréquences élevées : - la loi d’'Ohm du régime continu avec la conduetivité donnée précédemment. ~ Ie équiations de Maxwell en régime quasi-stationnaire (ARQS). En particulier, dans Téquation de Maxwell-Ampére, on négligera le courant de déplacement vis a vis du courant de conduction. L West plus négligéable lorsque la fréquence devient assez élevée. a) En négligeant tout effet de bord montrer, par des considérations de symétrie, que B,(M,t) est de la forme : B, (Mt) = By (r,t) @, . b) Calculer B,(r,t) en admettant que B,(r=R ,t)= 6. ¢) A quelle condition le champ B,(r = 0,t) est-il négligeable devant B,? ( On prendra 7) On se place maintenant dans le cas oit le champ magnétique B,, qui se superpose a B,, [Be =o] ld ). A partir de quelle fréquence fix peut-on dire que cette approximation nest En négligeant tout effet de bord (h >> R ), on suppose que la température a I'intérieur du métal n'est fonction que de r en régime permanent, avec T(r =0)=T1, T(r=R)=T2 et T2> R ), on suppose que la température & l'intérieur du métal n'est fonction que de ren régime permanent, avec T(r=0)=T), T(r=R)=T2 et T2