Vous êtes sur la page 1sur 5

École : Tripoli –Haddadine Exam moy – Physique Le Fév 2018

Nb :2033
Note : 27.5 Durée :3 h
SG
Pro. Fawaz Obeid

Exercice 1 : 7points Oscillateurs et formes d’énergie


Partie A : Un solide (S) de masse m = 50 g est attaché à l'extrémité d'un ressort (R) de raideur k ,
dont l'autre extrémité est maintenue fixe.
S O
On suppose que le mouvement du solide (S) s'effectue
𝑥
le long d'un axe (0𝑖⃗) et qu'à l'équilibre,le centre de gravité du solide se trouve à l'origine O.

On désigne par x , l'abscisse du centre de gravité du


𝑥 cm
solide où x(t) =xmsin(𝜔ot + 𝜑).

Se référer au graphe x(t) pour :

1) déterminer la valeur de la période propre T0.


Déduire la valeur de k.
2) déterminer la valeur de l'énergie potentielle Epe
à l'instant t0=0.
3) déterminer la valeur de l'énergie cinétique Ec à
l'instant t1 où Ec=Epe.
4) Écrire l’équation horaire x(t), en précisant la valeur de chaque terme dans cette équation.

Partie B : Un camion, de masse m1 = 10 tonnes, se déplace sur une route rectiligne et horizontale à
⃗⃗⃗⃗1 de valeur V1 = 54 km/h.
la vitesse 𝑉

Il percute une voiture, de masse m2 = 2000 kg,


au repos. Les deux mobiles restent accrochés
après le choc.

1) Déterminer la valeur v de la vitesse du


centre d'inertie du système {camion-voiture} juste après le choc.
𝑎𝑝
2) Déterminer les énergies cinétiques 𝐸𝐶𝑎𝑣 et 𝐸𝐶 du système, juste avant et juste après le choc.
Ce choc est-il élastique ?

Partie C :

Un fusil de masse m1=1,5kg, initialement horizontal et immobile, lance une balle de masse
⃗⃗⃗⃗1 de module V1 =750 m/s.
m2 = 15 g avec une vitesse 𝑉
⃗⃗⃗⃗2 la vitesse de l'arme juste après le tir.
Soit 𝑉
1) Montrer que la vitesse 𝑉 ⃗⃗⃗⃗2 ne peut pas être nulle et qu'elle
est de sens opposé à 𝑉⃗⃗⃗⃗1 .

⃗⃗⃗⃗2 .
2) Déterminer le module de 𝑉

3) Expliquer pourquoi le recul est moins sensible en cas où le


fusil a une masse importante.

Exercice 2 : 7 points Phénomènes de charge et de décharge électriques


R1
Considérons le montage d’un circuit électrique,
A
réalisé avec les éléments principaux suivants : C
B
Une pile idéale de f.é.m. E = 6V ; un condensateur E R2
+
neutre , de capacité C=50mF ; une lampe L de L

résistance R=10Ω ; deux conducteurs ohmiques K


(1) (2)
identiques de résistance 5Ω chacun.

Un commutateur est utilisé pour fermer le circuit de la pile ou pour fermer l’autre circuit.

Partie A : Lame de K au plot (1).

On fait basculer la lame du commutateur K au plot (1) à t=0.

1) Quel est le phénomène qui a lieu pour ce choix ?


2) Montrer sur le schéma le sens du courant électrique et le signe des charges électrique
sur chacune des armatures A et B du condensateur.
3) Décrire l’état de l’éclairage de la lampe L dès qu’on a basculé le commutateur.
4) Comment évolue la tension électrique aux bornes du conducteur R1 au cours de cette
phase : augmente ou diminue ?
5) Établir l’équation différentielle qui régit l’évolution de la charge électrique q de
l’armature B du condensateur au cours du temps.
−𝑡
6) Soit q = b𝑒 𝜏 + a , la solution de cette équation différentielle. Déterminer a,b et τ.
7) Identifier la constante τ et dire quel est l’interêt du terme 5τ ? Que nomme-t-on le
régime qui précède la date t=5τ ; ainsi que celui qui correspond à t > 5τ ?
8) Tracer l’allure du graphe de la tension uR1 aux bornes de R1 en fonction du temps.

Partie B : Lame de K au plot (2).

On fait basculer la lame du commutateur K au plot (2) à t=0.

1) Calculer, en indiquant sa forme, l’énergie stokée dans le condensateur à t=0 ?


2) Décrire l’état de l’éclairage de la lampe L dès qu’on a basculé le commutateur.
3) Comment évolue la tension électrique aux bornes du condensateur au cours de cette
phase : augmente ou diminue ?
4) Établir l’équation différentielle qui régit l’évolution de la tension électrique uC aux
bornes du condensateur au cours du temps.
5) La solution de cette équation différentielle a la forme générale uC = A𝑒 𝜆𝑡 .
Déterminer les constantes A et λ .
6) Déduire l’expression qui donne l’évolution, avec le temps, de la tension uR2 aux
bornes du conducteur ohmique R2 .
7) Définir le teme 𝜏 ´ = R´C , caractérisant le circuit durant cette phase,et donner la
valeur de R´ .
8) Tracer l’allure du graphe de la tension uC en fonction du temps et montrer, sur le
graphe, la tangente à la courbe à t=0.
9) Vérifier, en utilisant l’équation différentielle, que cette tangente coupe l’axe de temps
à la date t1 = 𝜏 ´ .
B 𝑖
Exercice 3 : 6points Identification d'un dipôle
On voudrait exploiter un oscillogramme
et identifier un dipôle (D) de grandeur
caractéristique X. (D) peut être :
R
- un conducteur ohmique de résistance X = R
- ou un condensateur de capacité X = C
D
- ou une bobine d'inductance X = L et de résistance
négligeable. A C
Dans ce but, on branche (D) en série avec un conducteur Figure 1
ohmique de résistance R = 40  et un générateur délivrant
entre ses bornes une tension alternative sinusoïdale :
ug = uAB = 4 √2sin(100 t), (u en V et t en s)
(fig.1). 2,8 uAB
Le circuit est alors parcouru par un courant uCB
alternatif sinusoïdal d’intensité i.
Un oscilloscope, convenablement branché,
donne l'oscillogramme représentant l’évolution,
en fonction du temps, de la tension ug sur la
voie 1 et celle de la tension uR aux bornes
du conducteur ohmique sur la voie 2 (fig.2). Même sensibilité
1) Reproduire la figure 1 en montrant les verticale sur Y1 et Y2
branchements de l’oscilloscope. Fig.2
2) 2.1) Calculer la valeur de la période T de la tension ug.
2.2) Vérifier que la sensibilité horizontale choisie est 5ms/div.
3) 3.1) Indiquer,en justifiant, l'oscillogramme qui représente "l'image" de l'intensité i.
3.2) Préciser, en justifiant, la nature du dipôle (D).
4) 4.1) Déterminer le déphasage entre uAB et uCB.
4.2) Vérifier que la sensibilité verticale est 2V/div.
4.3) Déterminer la valeur maximale I m de l'intensité i.
4.4)- Écrire l'expression de i en fonction du temps.
π
5) Montrer que uAC peut s’écrire sous la forme : uAC = 10πX cos(100 t - )
4
6) En appliquant la loi d’additivité des tensions, déterminer la valeur de X en donnant à t
une valeur particulière.

Exercice 4 : 7.5points Oscillations mécaniques


Le but de cet exercice est d'étudier la réponse d'un pendule simple aux excitations imposées par un
pendule composé de période réglable.
O
Dans ce but, on dispose d'un pendule simple (R) et d'un pendule composé (E).

(R) est muni d'une plaque, de masse négligeable, permettant de régler


a
l'amortissement dû à l'air. (E) est constitué d'une tige homogène de x

longueur  = 1 m, de masse M et de section négligeable, le long de G


(S)
laquelle peut coulisser un solide (S), supposé ponctuel et de

masse M' = M.

(E) peut osciller autour d'un axe horizontal (  ) perpendiculaire à la tige et passant par son extrémité
supérieure O (figure) . G est le centre de gravité du pendule composé ainsi constitué et I le moment
d'inertie de ce pendule par rapport à (). On pose OG = a et on désigne par x la distance entre la
position de (S) et O.

Prendre : g = 10 m/s2 ; 2 = 10 ; sin   rad pour  ≤ 100.


A- Étude théorique
Le pendule (E) est écarté de sa position d'équilibre stable d'un petit angle puis il est abandonné à
lui-même, sans vitesse initiale, à la date t0 = 0. (E) commence à osciller de part et d'autre de sa
position d'équilibre stable. On néglige tous les frottements.
À une date t, OG fait avec la verticale passant par O un angle  et (E) possède une vitesse angulaire
'. Le niveau de référence de l'énergie potentielle de pesanteur est le plan horizontal passant par O.
1- Montrer que l'expression de l'énergie mécanique du système [(E)-Terre] s'écrit :
1
Em = I θ2 - 2Mgacos .
2
2- Déterminer l'équation différentielle du second ordre en  qui régit le mouvement de (E) pour
les petites oscillations ( ≤10o).
  2x
3- 3.1) Montrer que l'expression de a s'écrit : a = .
4
2
3.2) Le moment d'inertie de la tige seule par rapport à (  ) est: I1 = M .
3
M( 2  3x 2 )
Montrer que l'expression du moment d'inertie I s'écrit: I = .
3
4- Montrer que l'expression de la période propre T de (E) , en fonction de x, peut se mettre sous
8(1  3x 2 )
la forme T  .
3(1  2x )
B- Étude expérimentale
1- Le pendule (R) est considéré seul. On l'écarte d'un angle faible, à partir de sa position
d'équilibre, et on le lâche sans vitesse initiale. La mesure de la durée t1 de 10 oscillations
donne t1= 16,6 s.
Calculer la durée T' d'une oscillation.

2- On réalise maintenant, à l'aide d'un ressort, un couplage entre (E) et (R) qui sont initialement
au repos. Pour chaque valeur de x, le pendule (E) est écarté d'un angle faible de sa position
d'équilibre et puis il est abandonné sans vitesse initiale ; il fait alors osciller (R). On suppose
que (E) oscille avec une période égale à sa période propre T.
En faisant varier x, on constate que l'amplitude m des oscillations de (R) varie.
2.1) Les oscillations de (R) sont dites forcées. Comparer alors, pour chaque valeur de x, la
période des oscillations de (R) à celle de (E).
2.2) 2.2.1) On donne à x la valeur 0,3 m. En régime permanent, (R) effectue des oscillations
de période T1 et d’amplitude m1 . Calculer la valeur de T1.
2.2.2) On donne à x la valeur 0,65 m. En régime permanent, (R) effectue
des oscillations de période T2 = 1,62 s et d'amplitude m2. Comparer, en
le justifiant, m1 et m2.
2.3) Pour une certaine valeur de x, et en régime permanent, (R) oscille avec une amplitude
maximale m(max).
2.3.1) Nommer le phénomène mis alors en évidence.
2.3.2) Déterminer la valeur de x.
2.4) Tracer l'allure de la courbe donnant les variations de l'amplitude m des oscillations de (R) en
fonction de la période T de (E).
2.5) La plaque de (R) est disposée de façon à augmenter légèrement le frottement avec l'air.
Tracer, sur le même système d'axes de la question (d), l'allure de la courbe donnant les
variations de l'amplitude m des oscillations de (R) en fonction de la période T de (E).