Vous êtes sur la page 1sur 4

Victor Leconiat

Trouvaille d'une Allée couverte, aux Jeannetières,


arrondissement de Dinan, commune de Plédéliac (Côtes-du-
Nord)
In: Bulletin de la Société préhistorique de France. 1912, tome 9, N. 1. pp. 85-87.

Citer ce document / Cite this document :

Leconiat Victor. Trouvaille d'une Allée couverte, aux Jeannetières, arrondissement de Dinan, commune de Plédéliac (Côtes-du-
Nord). In: Bulletin de la Société préhistorique de France. 1912, tome 9, N. 1. pp. 85-87.

doi : 10.3406/bspf.1912.6377

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1912_num_9_1_6377
SOCIÉTÉ PREHISTORIQUE FJIANÇAISE 85
G. Courty. — Les pétroglyphes de Seine-et-Oise. Bull. Soc. préhist. de France,
7 déc. 1904.
— — Sur les pétroglyphes armoricains. Лес. préhist. [Annales de Palethn. ~\,
n° 3 mars 1907.
— — Sur les pétroglyphes à travers le monde. Bull. Soc. Anihropol.,
Paris, 4 avril (note lue en séance le 20 déc. 1906).
— — Note sur un rocher gravé des environs d'Etampes. Bull, du
seum, n° 1, p. 90, Ann. 1907.
— — Sur la signification présumée de quelques pétroglyphes de Seine-
et-Oise, A. F. A. S., Reims, 1907.
— — Nouvelles preuves de l'âge néolithique des pétroglyphes de Seine-
et-Oise (France), de la Grande-Bretagne, et de l'Irlande. Rev.
préhist. [Annal, de palethn.], n° 1, janvier 1908.
- — Les pétroglyphes préhistoriques et leur interprétation. Revue
préhist. [Ann. de palethn.], n° 4 avril 1909.
— — A propos d'une découverte récente de pétroglyphes néolithiques au
Pays chartrain. Homme préhist., 8e Année, n° 2.
— — Ecriture préhistorique : genèse de sa découverte, son
tion, : « Les Jeux », VII» Congrès préhistorique de France.
Nîmes, 1911.
— — Le Chariot et les charrues à l'époque préhistorique. Bull. Soc.
Anthropol., Ь oct. 1911.
— — La Hutte à l'époque préhistorique. Bull. Soc. Anthropol., 7 déc.
1911.

Trouvaille d'une Allée couverte,


aux Joannetièree, arrondissement de Dinan,
commune de IMédeliae (Côtee du-I\Tord).
PAR
V. LE G ONI AT (Trégomar, Côtes- du-Nord).

Les restes de Y Allée Couverte des Jeannetières sont situés sur le


territoire de la commune de Plédéliac. Ils se trouvent à environ
300 mètres Est du village du Lié, sur le bord d'un chemin creux, qui
conduit au bourg de Trégomar, en suivant la direction Ouest, et au
bourg de Plédéliac en allant vers l'Est.
Le monument se trouve à la partie supérieure du plateau cote 87,
carte de 1 Etat-major au 80. 000e Un ruisseau, la rivière de Saint-
Rieul, coule dans le val à environ 200 mètres des Jeannetières.
Pour s'y rendre, en quittant le bourg de Trégomar, laisser le port
ail de l'église à gauche, suivre le chemin d'exploitation qui traverse
le village de La Providence et se dirige directement vers le sud ; laisser
le moulin à vent à sa droite. A environ 200 mètres à gauche de ce
moulin, se trouve le village de la Fosse-aii-Loup et à droite, celui de
La Villéon. La route passe entre eux deux; continuer à la suivre
toujours vers le sud pendant environ 350 mètres. Là on se trouve à
un carrefour, tourner à gauche et à peu de distance on rencontre
l'ouverture d'un chemin profondément encaissé qui conduit directe
mentau village du Lié, perché au sommet du coteau, et à environ
8Г) SOCIÉTÉ PUÉHISTORIQUE FRANÇAISE
300 mètres, des restes du monument. Distance de Trégomar aux
Jeannetières, environ 2 kilomètres.
Les pierres restantes, qui sontau nombre de sept, servent de limite
à deux pièces de terre nommées : Les Jeannetières d'en haut et les
Grandes Jeannetières (Fig. 1).
Une autre pierre se trouve sur le bord du chemin, à l'entrée des
Grandes Jeannetières Cette pierre a-t-elle appartenu à l'Allée cou
verte ? Je l'ignore ; et personne n'a pu me renseigner à ce sujet.
C'est en construisant le talus qui sépare les deux champs, que les
piliers de l'alignement Ouest ont été brisés, en partie. Il m'a semblé
reconnaître leurs restes dans le mur de clôture d'un champ situé de
l'autre côté du chemin creux, à environ 60 mètres de l'Allée couverte.

Fig. 1. — Allée couverte de Jeannetières, à Plédéliac :Côtes-du-Nord). — Vue Est.

Le monument est orienté Nord-sud; les piliers en place et l'une des


tables sont de forme très irrégulière.
Les dimensions de chacun des piliers sont en allant du Sud au
Nord :
1er Pilier: Hauteur, lm60; largeur au milieu, lm10; épaisseur, 0ш60.
2 Pilier: Hauteur, Г"20 ; largeur au sommet, 0m50, à la base,0m80;
épaisseur au sommet, 0m45. (Il est impossible de déterminer son
épaisseur à la base, tellement il y a de ronces).
3e Pilier: Hauteur, lm10 ; largeur, 2m25; épaisseur moyenne, ()'"35.
4e Pilier: Hauteur, 0ш90; largeur, lm70; épaisseur, variant de 0m80
(Nord) à 0œ20 (Sud).
Pilier situé à l'entrée du champ. — Hauteur, 0m80; largeur, lm30 ;
épaisseur moyenne, 0ш50.
Deux autres piliers sont pris dans les terres du talus et entourés
d'un tel fouillis de ronces et autres plantes, qu'il m'a été impossible
SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE 87

d'en prendre les dimensions. Ils sont dans la deuxième rangée des
piliers de l'allée et à environ lm20 des antres blocs.
Une des tables de. recouvrement gît sur le sol. Elle a l'"42 de lon
gueur; 0'"80 de largeur, sur une épaisseur moyenne de 0m54.
On voit également une deuxième table à demi-renversée, reposant
sur le sol, mais enfouie vers la terre du talus qui occupe toute la
longueur de la chambre, puisqu'il passe dans l'axe du monument.
La longueur occupée par les sept blocs, formant groupe, est de
10 mètres. La distance du premier pilier à la table qui gît sur le sol,
est de 1Ш55; celle du 2e au 3e pilier, de 0m75.
Entre la dernière pierre, au Nord, et le pilier du bord du chemin,
11 y a 16m40.
Le talus a été établi entre les deux champs à une époque déjà
lointaine ; aussi les personnes les plus âgées du village n'ont pu me
dire, si lors de la démolition partielle de l'Allée couverte, on y a
découvert des armes préhistoriques. Aucune légende ne se rattache
à l'Allée.
Ce monument a-t-il été fouillé ? Je ne puis me prononcer, personne
dans le pays, même parmi les vieilles gens, n'ayant jamais vu cette
Allée que dans l'état où elle est.
Dans les champs aux environs, jamais on n'a trouvé de haches
polies, ni quoi que ce soit.
C'est en 1895 que j'ai trouvé ce monument. Je l'ai signalé en 1896
à la Société d'Emulation des Côtes du-Nord; et il n'a jamais été publié
jusqu'à ce jour. Eloigné des grandes voies de communication
actuelles, il est certainement inédit.

Xote sur une forme spéciale de Hache.


PAR
ROSEVILLE DES GROTTES (Lasseube, B.-Pyr ).

Je présente à mes collègues une hache de forme tout à fait spéciale


récoltée à El Golea (Sahara). Cet instrument est du même type que
certaines haches plates en bronze, de provenance égyptienne, et dont
un spécimen typique a été décrit dans la revue L'Homme Préhisto
rique (n° 4, du 1er avril 1905) : « Hache en bronze de la Nécropole
de Kkozan, Egypte ».

Cet outil est trop déformé par l'érosion, pour que l'on puisse se
rendre compte de son tranchant, ni du deg/é de polissage qu'il avait
pu atteindre.