Vous êtes sur la page 1sur 58

LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E

BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE


PRODUCTIQUE

RAPPORT DE PROJET
DE FIN D’ETUDE
ETUDE ET CONCEPTION D’UN
ETAU UNIVERSEL

Réalisation : ELASSRI Encadrant : Amine AAKKA


Abdelilah Amine LBIED
GARSIFI Mohamed
OUABDERRAZAK Zakarya
NJIMA Amine mohamed

GROUPE : A 1
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

R E M E RC I E M E N T S

I l est pour nous un agréable devoir et un grand honneur


d’exprimer nos vifs remerciements à tous ceux qui ont
contribué de prés ou de loin à la réalisation de ce
projet.

N ous tenons à remercier notre encadrant Mr. AKKA et


Mr.LBIED pour le soutien et l’aide qu’il nous a apporté
tout au long des étapes de ce projet et qui n’as pas
épargné d’effort pour nous aider et nous éclairer la
voie.

N ous ne saurons omettre de remercier à tous les


professeurs pour leurs conseils durant les jours de notre
projet, des conseils qui ont contribué à la réussite de ce
travail.

Merc
i

GROUPE : A 2
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

SOMMAIRE

INTRODUCTION GENERALE

CAHIER DES CHARGES

PREMIÈRE PARTIE : ANALYSE FONCTIONNELLE

1. Introduction...........................................................................8
2. Outils d’analyse.....................................................................9
3. Etude critique pour le choix des solutions
..............................................................................................
13
4. Le croquais
..............................................................................................
14
5. Conclusion
.............................................................................................................
15

DEUXIÈME PARTIE : ETUDE STATIQUE ET CINEMATIQUE.

1......................................................................................................................Etud
e cinématique.........................................................................................17
2......................................................................................................................Etud
e statique.................................................................................................23
TROISIÈME PARTIE : CONCEPTION.

1. Choix des matériaux


..............................................................................................................
27
2. Les tableaux des contraintes

GROUPE : A 3
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

..............................................................................................................
32
3. Les dessins de définition
..............................................................................................................
34
QUTRIEME PARTIE : DOSSIER DE FABRICATION.
1. Elaboration des brutes
..............................................................................................................
41
2. Les gammes d’usinage
..............................................................................................................
42

CINQUIEME ETAPE : GESTION DU PROJET


1. Gestion du temps de projet
..............................................................................................................
48
2. Etude économique
..............................................................................................................
49

SIXIEME PARTIE : MAQUETTE SOLIDWORKS

ABREVIATIONS

GROUPE : A 4
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

INTRODUCTION GENERALE

L'atelier est incontestablement un local à risque parce que les


outils manuels ou électriques peuvent occasionner des blessures
dangereuses.

Pour travailler en toute sécurité, il faut prendre un certain


nombre de précautions et respecter scrupuleusement les modes
d'emploi des machines-outils, préconisés par les fabricants.

Ceci s’applique surtout aux tours parallèles, car l’oubli de la clé


de serrage dans le mandrin peut provoquer des dégâts matériels
au niveau de l’équipement, mais aussi des dégâts humains
résultants des blessures corporels fatales.

Dans ce cadre, notre projet de fin d’étude a comme objectif de


concevoir et réaliser six clés éjectables afin d’en équiper chaque
tours parmi ceux présent à l’atelier génie mécanique et éviter les
accidents qui proviennent des clés classiques.

Par conséquent, projet de fin d’étude permettra d’assurer la


sécurité des élèves techniciens dans les prochaines années
pendant les travaux pratiques qui accompagnent les études
théoriques.

Notre travail est divisé en six parties :

 Première Partie : Analyse fonctionnelle.

 Deuxième Partie : Etude statique et cinématique.

 Troisième Partie : Conception.

 Quatrième Partie : Dossier de Fabrication.

 Cinquième Partie : Gestion du Projet.

GROUPE : A 5
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

 Sixième Partie : Maquette SolidWorks.

Cahier des charges


Les étaux sont un moyen usuel de prise de pièces, on
distingue, les étaux a commande manuel, a commande
hydraulique et a commande oléopneumatique.

Ils sont d’une utilité et d’une diversité remarquables en ce qui


concerne le domaine de la fabrication mécanique.

Cependant, on se propose de faire l’étude d’un étau universel a


commande manuel selon le cahier de charge suivant :

• Première partie qui sera consacrée à faire :

 L’étude de conception de l’étau universel en utilisant les


différents moyens de l’analyse fonctionnelle.

 Une étude statique pour déterminer a quelles conditions


angulaires et dimensionnelles relatives aux liaisons
correspondent les inconnues hyperstatiques.

• Deuxième partie qui sera destinée à mettre en œuvre le


dossier de fabrication de chaque élément constituant le
sujet de l’étude.

• Troisième partie qui sera dédie à la modélisation de


l’étau a l’aide du modeleur 3D SolidWorksTapez une équation
ici..

Il est a noter que l’établissement d’une gamme de control des


spécifications géométriques présentes au niveau des

GROUPE : A 6
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

principales parties de l’étau sera tenue en compte lors de


l’attribution de la note finale.

GROUPE : A 7
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

PREMIÈRE PARTIE :

ANALYSE
FONCTIONNELLE

GROUPE : A 8
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

1. Introduction

Selon le programme du BTS Productique au


Lycée Qualifiant Youssef Ben Tachefine, les
étudiants sont amenés à faire, soit des travaux
pratiques afin d’enrichir leurs acquis théoriques,
comme c’est le cas pour les étudiants de la
première année, soit la réalisation de leurs projets
de fin d’étude pour ceux en deuxième année.

La nécessité de faire ces travaux pratiques


amène les étudiants à avoir un contact qui n’est
pas toujours sécurisé avec les machines.

La MIP et le MAP des pièces sur les


machines de fraisage et de perçage est l’un des
causes principales des accidents qui
accompagnent l’apprentissage pédagogique dans
les ateliers, malgré les sanctions que les
professeurs affectent aux étudiants qui négligent
l’une des premières règles de sécurité aux
ateliers.

GROUPE : A 9
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

2. Outils de l’analyse
fonctionnelle
Diagramme bête à corne

Objectif : déterminer la fonction globale de l’Etau


universel.

Technicien La pièce

Etau
Universel

Permettre la MIP et le MAP des pièces


prismatiques et cylindriques.

Figure 1 : Diagramme bête à corne

GROUPE : A 10
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

Diagramme S.A.D.T.
Objectif : Permettre de comprendre pourquoi un système
existe, ou doit être conçu, quelles fonctions il doit remplir et
enfin, comment elles sont réalisées. Et cela, quelle qu'en soit
la complexité.
Niveau A-0 :

Reglage Energie mécanique

Assurer la MIP et le
Coupeaux
Pièce non MAP de la pièce a
usinée A0
usiner
Pièce usinée

Etau universel
Niveau A0 :

Pièce
non Assurer la MIP et le MAP La pièce
usinée des pièces prismatiques
A1 en position

Assurer la MIP et
le MAP
A2
des pièces
cylindriques Pièce
Pièce non usinée
usinée

Niveau A1 :

A1
1

GROUPE : A 11
Mors A1
2
mobile
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

Pièce Assurer la MIP des pièces


non prismatiques pièce positionnée
usinée
Assurer le MAP
des
pièces
Prismatiques Pièce

usinée

Butée Mors fixe Bati

Niveau A2 :

Pièce Assurer la MIP des


non pièces cylindriques pièce positionnée
usinée Assurer le MIP
des
pièces
A2
Cylindriques Pièce 1

A2
Usinée
2

Vé fixe


mobile

Diagramme d’association (diagramme pieuvre)

Objectif : déterminer les fonctions principales et les


fonctions complémentaires de l’Etau Universel compte tenu du
milieu opérationnel.

GROUPE : A 12
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

Outil Pièce
Technici
en
Fp1
Fp2

Fc1

Etau Fc5
universel
Fc2
Magasin
Coupeau de
x Fc3 Fc4

machine
Lubrifian
t
Figure 2 : Diagramme d’association

 Fonction principale
 Fp1 : Permettre au technicien la mise et le maintient
en position de la pièce.
 Fp2 : Permettre à l’outil d’accéder a la pièce sans
conflit.
 Fonctions complémentaires
 Fc1 : Etre facilement manipulable par l’utilisateur
(poids léger).
 Fc2 : Permettre l’évacuation du coupeaux.
 Fc3 : Permettre l’évacuation du fluide.
 Fc4 : Etre adaptable à tout sort de table de machine.
 Fc5 : Etre facilement stockable.

Diagramme F.A.S.T.

Objectif : Présenter une traduction rigoureuse de chacune


des fonctions de service en fonctions techniques, puis
matériellement en solutions constructives.

Figure 3 : Diagramme F.A.S.T

Assurer la mise et le Assurer la mise et Eliminer les Mors fixe.


maintient en position des le maintient en 6 degrés de
position des liberté.
pièces prismatiques et pièces
Assurer la mise et Le bâti.
cylindrique. prismatiques.
le maintient en
Mettre la GROUPE : A 13
position des Serrer la
pièces pièce en Butée.
pièce.
cylindriques. position. Mors

Mandrin.
Deux
adaptable.
mobile.
mobile.
pointes.
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

3. Etude critique pour


le choix des solutions.

On constate que la MIP et MAP des pièces prismatiques ne posse


pas de problème alors que pour les pièces cylindrique on est obligé
de choisir la meilleur solution qui nous donnera la MIP et le MAP les
plus efficaces.

Solution. Avantage. Inconvénient.


• Manipulation facile. • Nécessite un espace
important.
• Valable pour des
Mandrin • Lord.
différents
diamètres. • Difficile à réaliser.

Vé • Manipulation facile. • Perte de temps lors du


montage et du démontage.
• Leger.

GROUPE : A 14
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

• Facilité de
démontage. • Problèmes des diamètres.
• Réalisation facile.

• Problème de flexion de la
pièce.

• Mise et maintient de la
pièce selon un seul axe
• Leger.
(axe passant par les deux
Pointes
• Manipulation facile. sommets des pointes).

• Désaxage.

• Nécessité d’un centrage de


la pièce.

Le Choix
d’après le tableau précédent on constate que les Vé est la solution
idéale pour assurer la MIP et le MAP des pièces cylindriques.

Et pour les pièces prismatiques il suffit de changes les Vés par des
plaques (mobile et fixe) qu’on fait monter sur les deux mors.

4. Le croquais.

Mais avant de passer à la deuxième étape de notre projet


l’équipe a pu réaliser un croquis à main levée pour mieux étudier
l’étau universel et avoir une idée sur les différents composants
de notre étau.

GROUPE : A 15
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

4. Conclusion.

Cette première partie a éclairci ce dont les


Fraiseuse de l’atelier mécanique ont besoin.
Donc, on va se baser sur les informations et
les données citées dans cette partie pour répondre
à notre cahier des charges et par suite étudier et
concevoir l’étau universel.

GROUPE : A 16
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

GROUPE : A 17
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

DEUXIÈME PARTIE :

ETUDE STATIQUE
ET CINEMATIQUE

1. Etude cinématique.

GROUPE : A 18
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

1.1. Pourquoi ce projet ?


On désire réaliser un étau universel à commande manuelle
qui nous permettra de réaliser le montage des pièces
prismatiques et cylindriques.
Chaque système mécanique présente divers inconvénients et
divers risques : alors notre groupe est sensé de faire l’étude des
déférents composants de notre étau universel, dans le but
d’éliminer toutes erreur possible qui puisse mettre l’operateur en
danger, et réaliser un bon montage des pièces à usiner.
Pour cela on va fabriquer si c’est possible un étau universel qui
contient un système qui lui permettra la rotation sur deux axes
pour permettre à l’opérateur de réaliser des formes plus
complexes.

Ce système est constitué d’un Bâti qui joue le rôle d’un


appui sur la table de la machine, avec un support lie avec la bâti
par une liaison pivot suivant l’axe Z ce qui permet la rotation de
l’étau sur l’axe Z, et qui permet au mors fixe d’effectuer une
rotation sur l’axe Y ; et ce dernier permet va son tour au mors
mobile de translater suivant l’axe X, pour permettre le serrage de
la pièce a usiner.

2.1.1. Étude cinématique et statique.


On se basant sur le croquais réalisé on est arrivé à réaliser le
schéma cinématique dédié a l’étau universel qui répond au
critère imposés dans le cahier des charges.

GROUPE : A 19
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

Y X

Figure 4 : Schéma cinématique de l’étau universel

GROUPE : A 20
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

Le schéma cinématique précédent nous a permet de réaliser le


graphe des liaisons associé a notre étau universel, ce graphe qui
est d’une grande utilité dans la suite de notre étude cinématique
et statique qui va suivre.

S4
S5

S3

S2

S0 S1

Figure 8 : Graphe des liaisons

Le système est constitué de 6 solides réunis par 7 liaisons


donc le nombre de chaines continues fermées indépendants est
de :

deux chaines fermées indépendantes

GROUPE : A 21
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

D’après le graphe des liaisons précèdent on aura :


0 0
1 0 1
0 0
A
A
1 0

0 0
2 1 2 ß2 0
B
B 0 0

α3 Pα3
3 2 3
0 0
C
C 0 0

α4 0
4 D 3 4 0 0
D
0 0

0 U5
5 2 4 0 0
E
E
0 0

α6 0
6 4 4 0 V6
F F
0 W6

α7 0
7 2 5 0 V7
G G 0 W7

GROUPE : A 22
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

GROUPE : A 23
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

Pour les chaines Fermées


1)-La première chaine fermée :

S2 S3 S4 S2

On aura :

3 + 4 + 5 =0

D’où

proj / X : α3+α4+0=0 proj / X : pα3+U5+0 =0

proj / Y : 0+0+0=0 proj / Y : 0+0+0 =0

proj / Z : 0+0+0=0 proj / Z : 0+0+0 =0

2)-la deuxième chaine fermée :

S2 S4 S5 S2

On aura:

5 + 6 + 7 =0

D’ou :
proj / X : α6+α7+0=0 proj / X : 0+U5+0 =0

proj / Y : 0+0+0=0 proj / Y : V6+V7+0 =0

proj / Z : 0+0+0=0 proj / Z : W6+W7+0 =0

N.B cette étude a été fait pour la MIP et le MAP des pièces prismatiques

GROUPE : A 24
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

Et pour la chaine ouverte :

S0 S1 S2

On aura ;

e =σ i R
0 0 0 0
= 1 + 2 = 0 0 + ß2 0
γ1 0 0 0

0 0
e = ß2 0
γ1 0

la liaison équivalente est la liaison rotule a doit d’axe ( oy )


y

le degré d’hyperstatisme est (h=0)


degré de mobilité m=Nc=2.

GROUPE : A 25
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

GROUPE : A 26
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

D’aprèsle graphe desliaisons on aura : Pour les deux chaines fermées

X1 L1
1 S0 1
Y1 M1
A
A
Z1 0

X2 L2
2 1 2 Y2 0
B
B Z2 N2

0 0
3 2 3
Y3 M3
C
C Z3 N3

X4 0
4 D 3 4 Y4 M4
D
Z4 N4

0 L5
5 2 4 Y5 M5
E
E
Z5 N5

X6 0
6 4 4 0 M6
F
F
0 N6

X7 0
7 2 5 0 M7
G G 0 N7

L’operateur exerce un effort sur la tige filetée (S3) d’entrée, donc on aura :

Xe Le
Op 3 Ye Me
e
Ze Ne

GROUPE : A 27
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

et que s’exerce sur la pièce une action de sortie définir par

Xs Ls
S
Outil
5
Ys Ms
Zs Ms

Application du principe fondamentale de la statique.


On Isole : (S1)

1 - 2 =0
on aura.
Efforts : proj/ X : X1-X2 =0 et pour les moments proj/ X : L1-L2 =0
proj/ Y : Y1-Y2 =0 proj/ Y : M1 =0
proj/ Z: Z1-Z2 =0 proj/ Z: N2 =0

On Isole : (S2)

2 - 3 - 5 - 7 =0
on aura.
Efforts : proj/ X : X2-X7 =0 et pour les moments proj/ X : L2-L5 =0
proj/ Y : Y2-Y3-Y5=0 proj/ Y : -M3-M5-M7 =0
proj/ Z: Z2-Z3-Z5 =0 proj/ Z: N2-N3-N5-N7 =0

On Isole : (S3)

3 - 4 + e =0
on aura.
Efforts : proj/ X : Xe-X4 =0 et pour les moments proj/ X : Le =0
proj/ Y : Ye+Y3-Y4 =0 proj/ Y : Me+M3-M4 =0
proj/ Z: Ze+Z3-Z4 =0 proj/ Z: Ne+N3-N4 =0

GROUPE : A 28
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

On Isole : (S4)

5 + 4 - 6 =0
on aura.
Efforts : proj/ X : X4-X6 =0 et pour les moments proj/ X : -L5 =0
proj/ Y : Y4+Y5 =0 proj/ Y : M4+M5 =0
proj/ Z: Z4+Z5 =0 proj/ Z: N4+N5 =0

On Isole : (S5)

5 + 6 + 7 =0
on aura.
Efforts : proj/ X : X5+X6+X7 =0 et pour les moments proj/ X : -L5 =0
proj/ Y : Y5 =0 proj/ Y : M5+M6+M7 =0
proj/ Z: Z5 =0 proj/ Z: N5+N6+N7 =0

En résume les 5 torseursinconnus correspondent en trois degré de liberté.

1- une translation du mors mobile suivant l’axe (OX) par rapport au mors fixe.
2- une rotation du support d’axe (OZ) sur le bâti.
3-une rotation du mors fixe d’axe (OY) par rapport au support.

Pour la chaine ouverte


on constate que :

eq = i

donc

X1 L1 X2 L2 Xe Le
Y1 M1 = Y2 0 = Ye 0
Z1 0 Z2 N2 Ze 0

La liaison équivalente est sphérique à doit d’axe (OY)

GROUPE : A 29
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

TROISIEME PARTIE :

CONCEPTION

1. Choix des matériaux


GROUPE : A 30
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

Avant d’attaquer cette partie on doit tout d’abord réaliser


un tableau qui classe chaque constituant de notre étau
universel d’après la sollicitation qui subie durant sont
fonctionnement, et ce tableau ce présente comme c’est dessus.

Pièce Sollicitation possible


Le bâti Compression causé par le poids de l’étau
et celui de l’effort de coupe.

Mors fixe Flexion causé par le poids de la pièce en


plus de celui de l’effort de coupe.

Mors Mobile Arc-boutement : la liaison glissière entre


le mors fixe et le mors mobile.

On remarque que la compression du bâti est plus


importante que les deux autres sollicitations, donc l’étude sera
basée sur la compression du bâti.

Alors on peut négliger les deux autres sollicitations sans


toucher a l’efficacité de nous calcules.

Fc+Petau

GROUPE : A 31
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

F table

On a la contrainte de compression est exprimée par :

N
σ=
S

A raison de la sécurité et l’efficacité de notre étude on prendra


la contrainte maxi pour éviter les risques.

N max i
Donc : σ max i =
S min i

d’après le PFS

N max i = F table = (Fc + P étau) + P bâti

et
( D − d )² ×π
S min i =
4

Alors d’après les 3 équations précédentes on aura :

(1)

GROUPE : A 32
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE


4 × Ftable
σ max i =
( D − d )² × π

l’objectif de notre étude est de minimiser le poids de l’étau, on jouant sur


la masse du matériau et la géométrie des composants.
Sachant que :

m =V ×ρ

Alors,

m = S ×h ×ρ

π ( D − d )² × h ×(2)
ρ
m=
4

Les variables libres dans l’équation (1) et (2) sont,


• Le matériau ρ

• Section (D - d)

Pour la Performance (1) et (2) on aura

N max i × h × ρ
m=
σ max i

( Fc + Petau + Pbati ) × h × ρ
m=
σ max i

GROUPE : A 33
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

Conclusion : σ max i
ρ
donc pour minimiser le poids de l’étau, on doit maximiser

,
en agissant sur ρ.

Alors notre choix doit vérifier la condition


précédente, et selon la carter des matériaux, on trace la droite
∆=
Cette droite va nous deviser la carte en deux partie une
parties.

GROUPE : A 34
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

Figure 10 : carte des materiaux

D’après cette carte les matériaux qui feront l’affaire sont :


-Les aciers moyens carbones
-Diamant
-Alumine
-Fibre de carbone de silicium

Notre choix de matériaux a été fait en fonction de ces


critères cités, et en fonction de sa disponibilité dans le magasin
de stock de l’atelier.

Alors on a choisi comme matériaux pour les composants de


notre étau, les aciers (fer+0.08 a 1.67 % du carbone).

• 40 Cr Mo 16

C’est un acier faiblement alliée qui contient 0.40% du


carbone, 4 % du Chrome, et le molybdène en une faible teneur.

GROUPE : A 35
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

2. Tableau des contraintes

GROUPE : A 36
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

De la même façon on réalise les tableaux des autres


pièces constituants notre projet afin de déterminer les
différentes spécifications géométriques, et compléter les
dessins de définitions de chaque composant.

GROUPE : A 37
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

3. Dessins de définition
3.1. Le Bâti.

GROUPE : A 38
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

3.2. Le Support.

GROUPE : A 39
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

3.3. Le Mors Fixe.

GROUPE : A 40
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

3.4. Le Mors Mobile.

GROUPE : A 41
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

3.5. La tige.

GROUPE : A 42
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

3.6. Dessin d’ensemble.

GROUPE : A 43
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

GROUPE : A 44
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

QUTRIEME PARTIE :

DOSSIER DE
FABRICATION

GROUPE : A 45
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

1. Elaboration du brute.

Pièce Procède d’obtention du Justification


brute
Le Bâti Le moulage en sable. -C’est une pièce
simple qui ne
contient pas de
formes complexe ou
des spécifications
serrées.
-moins cher.

Support Le moulage en sable. -moins cher.


tournant. -c’est une pièce
simple, et on peut
réaliser les formes de
cette pièce avec ce
procède sans
problème.
Le Mors fixe Le moulage en cire - cette pièce contient
perdu. des formes complexes
qu’on ne peut pas
réaliser avec des
simples procèdes.
-des exigences trop
serrées.
Le Mors Le moulage en cire -cette pièce contient
mobile perdu. des formes complexes
qu’on ne peut pas
réaliser avec des
simples procèdes.
-des spécifications
trop serrées.
La tige. Usinage lord. -une pièce simple qui
n’exige pas de formes
spéciales ou bien des
spécifications
serrées.
-disponibilité de la
matière première
dans le marché.
(tube de ø 12 mm)

GROUPE : A 46
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

2. Gammes d’usinage.
2.1. Le Bâti.
Rep. Désignation Matière Brut N°
1 Le BATI. 40 Cr Mo 16 Ø 143.57
AVANT-PROJ ETD’ETUDES DE FABRICATION
PHASE

DESIGNATION DES PHASES MACHINE APPAREILLAGE CROQUIS DE LA PIECE LORS DE LA


ETDES OPERATIONS UTILISEE OUTILS PHASE D’USINAGE
VERIFICATEURS
Scie
00 Contrôle de brut : alternative Réglet

Tournage :
MISE EN POSITION - Outil à
dresser
• Appui plan sur A
• Centrage court sur C
-Centreur
Tour// -Foret
10 Op1 : Dressage B
Op2 : Chan -freinage de B
Op3 : Perç age de D -Outil à
Op4 : Perçage de E aléser Int.
Up1 : 38 mm
Up2 : 32.5 mm -Comparateur
Up3 : 7.5 mm
Up4 : ø75 mm - Pied à
Up5 : ø90 mm coulisse

Tournage
- Outil à
MISE EN POSITION
dresser
• Centrage court sur D1
20 • Butée sur F1 -Centreur
Tour// -Foret
Op1 : Dressage de A
Op2 : percage de F -Outil à
aléser
Up1 : 38mm
Up2 : ø30 mm - Pied à
coulisse

30 Contrôle final : --- ---

GROUPE : A 47
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

2.2. Le Support.

Rep. Désignation M atière Brut N°


2 Le SUPPORT. 40 Cr Mo 16 Ø 143.57
AVANT-PROJ ETD’ETUDES DE FABRICATION
PHASE

DESIGNATION DES PHASES MACHINE APPAREILLAGE CROQUIS DE LA PIECE LORS DE LA


ETDES OPERA TIONS UTILISEE OUTILS PHASE D’USINAGE
VERIFIC ATEURS
Scie
00 Contrôle de brut : alternative Réglet

Tournage : H
MISE EN POSITION - Outil à
dresser G
• Appui plan sur G
• Centrage court sur H K
-C entreur
Tour // -Foret
10 Op1 : Dressage J
Op2 : Chariotage de K J
Op3 : Dressage de I -Outil à
aléser Int.
Up1 : 20 mm
Up2 : 8 mm
Up3 : ø75 mm -Comparateur
Up4 : ø90 mm
- Pied à I
c oulisse

30 Contrôle final : --- ---

2.3. Le mors fixe.

GROUPE : A 48
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

Rep. Désignation Matière Brut N°


3 Le mors fixe . 40 Cr Mo 16
AVANT-PROJ ETD’ETUDES DE FABRICATION
PHASE

DESIGNATION DES PHASES MACHINE APPAREILLAGE CROQUIS DE LA PIECE LORS DE LA


ETDES OPERATIONS UTILISEE OUTILS PHASE D’USINAGE
VERIFICATEURS
Scie
00 Contrôle de brut : alternative Réglet

Fraisage :
MISE EN POSITION - Fraise 2
tailles ø 30
• Appui plan sur O
• Appui linière sur P
• Buté.
-Centreur
Fraiseuse -Foret ø 10
10
Ernault-
Op1 : Surfaçage de L.
Op2 : Surfaçage de M. Somua
Op3 : Surfaçage de N.
Op4 : Surfaçage des trois
-Comparateur
surfaces de l’écrou.
Op5 : Perçage de l’écrou .
- Pied à
coulisse
Up1 : 10 mm
Up2 : 70 mm
Up3 : 30 mm
Up4 : 20 mm
Up5 : ø10 mm

Fraisage :
- Outil à
MISE EN POSITION
dresser
• Appui plan sur M
20 • Appui linière sur N -Centreur
• Butée. Fraiseuse -Foret
Ernault-
Op1 : Surfaçage de O. Somua -Outil à
Op2 : Surfaçage de Q. aléser
Op3 : Surfaçage de L.
- Pied à
coulisse
Up1 : 10mm
Up2 : 70 mm

30 Contrôle final : --- ---

GROUPE : A 49
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

2.4. Le mors mobile.

Rep. Désignatio n M atière Brut N°


4 Le morsmobile. 40 Cr Mo 16
AVANT-PRO J ET D’ETUDES DE FABRIC ATIO N
PHASE

DESIG NATIO N DES PHASES M AC HINE APPAREILLAG E C RO QUIS DE LA PIEC E LO RS DE LA


ETDES O PERA TIO NS UTILISEE O UTILS PHASED’USINAGE
VERIFIC ATEURS
Scie
00 Contrôlede brut: alternative Réglet

Fraisage:
MISE EN POSITION - Fraise 3
tailles ø 30
• Appui plan surV
• Appui linièresur U
• Buté.
-C entreur
Fraiseuse -Foret ø 10
10
Ernault- -Foret ø 06
O p1 : Surfaç age deW.
O p2 : Surfaç age deR, S Somua
e t T.
O p3 : Perç age de trou
-Co mpa ra teur
c entral.
O p4 :Perç age des deux
- Pied à
trous de fixation.
c oulisse
Up1 : 10 mm
Up2 : 5 mm
Up3 : 50 mm
Up4 : ø 6 mm
Up5 : ø10 mm

30 Contrôlefinal : - -- ---

GROUPE : A 50
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

2.5. La tige.

Rep. Désignation M atière Brut N°


5 La tige. 40 Cr Mo 16 Ø 12
AVANT-PROJ ETD’ETUDES DE FABRICATION
PHASE

DESIGNATION DES PHASES MACHINE APPAREILLAGE CROQUIS DE LA PIECE LORS DE LA


ETDES OPERA TIONS UTILISEE OUTILS PHASE D’USINAGE
VERIFIC ATEURS
Scie
00 Contrôle de brut : alternative Réglet

Tournage :
MISE EN POSITION - Outil à
dresser
• Centrage court
• Pointe
• Contre pointe
-C entreur
Tour //
10
Op1 : dressage fac e -Outil à
d’attaque C harioter.
Op2 : Chariotage Ø 10
Op3 : Gorgeage Ø 8
-Outil
Op4 : fieltage M10
coudé.
Up1 : Ø 10 mm
Up2 : Ø 08 mm - Pied à
c oulisse

Fraisage :
- Fraise 2
MISE EN POSITION
tailles
• Centrage Long
20 • pointe
Fraiseuse -Diviseur
Op1 : surfaç age Ernault-
Somua - Pied à
Up1 : 06mm c oulisse

30 Contrôle final : --- ---

GROUPE : A 51
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

CINQUIEME PARTIE :

GESTION DU
PROJET

GROUPE : A 52
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

1. Gestion du temps du projet


Un projet doit être géré en définissant une suite logique
des activités (ou tâche) pour obtenir un déroulement cohérent du
programme voulu en utilisant une méthode bien définie.
Donc, il faut réaliser les tâches au bon moment en disposant des
moyens (ressources) nécessaire à leur exécution.
Or, il y’a plusieurs contraintes qui peuvent agir sur le temps de
réalisation de chaque tâche. Par conséquent, il est nécessaire de
connaître les techniques d’organisation et de contrôle qui doivent
être mis en œuvre pour résoudre le problème du respect du délai.
Pour atteindre nos objectifs nous avons élaboré un diagramme
d’ordonnancements qui décompose le projet en plusieurs tâches.
Le diagramme dans la page suivante donne l’ordre chronologique
des tâches qu’on a effectué.

Soutenance
Rapport
Dessins
Conception
Etude des solutions
Développement des
idées
Recherche
Etude du CDCF
Semaines 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1 1 1 1 1 1
0 1 2 3 4 5

Figure 13 : Tableau d’ordonnancement des tâches

GROUPE : A 53
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

2. Etude économique

2.1. Objectif
Afin d’avoir une idée sur le coût de la réalisation des de notre
Etau Universel nous allons compléter l’étude économique par une
estimation réelle des frais de l’étude plus le coût de fabrication.
Dans l’étude des projets il est nécessaire d’élaborer une partie
qui concerne la gestion du projet et son étude économique pour
déterminer les coûts et par conséquent le degré de sa rentabilité.
Généralement, pour déterminer le coût de notre Etau Universel
nous sommes amenés à déterminer :
 Le coût de l’étude.

 Le coût de la matière première.

 Le coût des éléments standards (vis, écrous, …).

 Le coût de la réalisation. (le coût des machines


utilisées plus le coût de la main d’œuvre)

2.2. Calcul des coûts

2.2.1. Détermination du coût de l’étude


Nous avons supposé qu’un technicien supérieure s’occupe de
l’étude de ce projet et reçoit un salaire mensuel de 4000 DH, s’il
travaille 8 heures par jour le coût d’une heure de l’étude sera
donc :
Si on retire les jours fériés (samedi, dimanche) il reste 26
Coût de l’étude = 4000 / (8× 26) = ????? DH / heure.
Sachant que cette étude a duré un mois, par un groupe de quatre
personnes, d’une moyenne de deux heures par jour.
Le coût total de l’étude sera donc :

GROUPE : A 54
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

Coût total = ??????

1 Donc, le coût total de l’étude est  :?????? DH

2.2.2. Détermination du coût de la matière première


Pour pouvoir réaliser cet étau universel nous aurons besoin de la
matière brute. Le tableau suivant résume les besoins brutes
nécessaire :

Matière Coût en DH/Kg


40 Cr Mo 16 17

Le poids totale de notre Etau Universel est estimé a 15 Kg


Donc, le coût total de la matière première est  :
2
255DH

2.2.3. Détermination du coût des éléments standards


Dans notre conception, nous avons utilisé des éléments
standards, normalisés qu’on a acheté.
Le tableau suivant résume les éléments adoptés et leurs prix :
Les
Matière Nb Prix unitaire (Dh) Prix (Dh)
éléments
Cerclipse XC65 1 24.00 24.00
vis XC48 4 2.00 8.00
standards
m6
coût total (DH) 32.00

Donc, le coût total des éléments standards est  :


3
32.00DH

GROUPE : A 55
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

2.2.4. Détermination du coût de la réalisation


Dans cette partie nous avons partagé le coût de la réalisation en
deux parties :
 Le coût des machines utilisées
 Le coût de la main d’œuvre.

Coût des machines utilisées:


Le coût horaire des machines est donné par le tableau suivant :

Légende : F.U : Fraiseuse universelle.


S.A : Scie alternative.
T.P : Tour parallèle.
P : Perceuse.

Le tableau ci-dessous représente le coût de la réalisation de


chaque pièce en fonction de la durée qui correspond à chaque
machine.

Pièce F.U T.P S.A P Nombr totaux


e
Bâti - 30 min - 15 min 1 45 min
Support - 30 min - - 1 30 min
Mors fixe 1 h 30 - - - 1 1 h 30
min min
Mors 1h - - 30 min 1 1 h 30
mobile min
Tige 20 min 30 min - - 1 50 min

GROUPE : A 56
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

Total 2 h 50 1 h 30 - 45 min
min min
Cout total 226 DH 105 DH - 32.25 363.25 DH
(DH) DH

N.B : Les temps estimés sont en fonction de l’avance et la longueur usinée.

Coût de la main d’œuvre:


On a passé environ 5 semaines pour la réalisation de réalisation
en moyenne de 6,5 heures dans la semaine (une seule journée
réservée pour la réalisation Projet de Fin d'étude chaque
semaine), donc on a un total des heures de travail de 5 h 20× 1
= 5 heures 20 minutes.
Si un ouvrier qualifié s’occupe de ce travail et reçoit un salaire
de 14 DH/heure, le coût de la main d’œuvre sera donc :
Le coût de la main d’œuvre = 5 h 20 min× 14 =74.62 DH.

• Coût de l’élaboration des brutes:


Le cout des procèdes cités dans le tableau de l’élaboration des
pièces brute ce différant en fonction du procède choisi est en
fonction du poids de la pièce.
Le cout de l’élaboration des brutes = ?????
Et le cout total de la réalisation sera donc : la somme des coûts
de la main d’œuvre et des machines utilisées et le cout de
l’élaboration des pièces brutes = 363.25+= 1715DH

Donc, le coût total de la réalisation est  :


4
1715.00DH
Le coût total du projet est : 1 2 + 3 +4 +

4091.40 +
214.16 + 156.00 + 1715.00
Donc, le coût total du projet est 
: 6176.56DH

2.3. Conclusion
Durant toutes les étapes de notre projet, la planification et
l’ordonnancement des travaux nous ont permis de bien gérer

GROUPE : A 57
LYC E E Q U A L I F I A N T YO U S S E F B E N TA C H E F I N E
BRUVEE TECHNICIEN SPECIALISE
PRODUCTIQUE

notre projet. Mais, nous avons eu plusieurs conflits de


ressources, au niveau de matériel de fabrication. En effet, le
nombre de machine qui est opérationnel à l’atelier est insuffisant
pour tous les étudiants.
Nous avons eu également un manque de budget. Par conséquent,
il y a eu un retard par rapport au planning fixé, mais nous avons
prévu une marge qui nous a permis de rattraper le manque.
On ce qui concerne la partie économique du projet, nous avons
essayé de réduire au maximum le coût du projet afin de
respecter la devise suivante : « Produire le maximum dans le
temps minimum pour un coût minimum ».

GROUPE : A 58

Vous aimerez peut-être aussi