Vous êtes sur la page 1sur 57

CHAPITRE 4

La décharge électrique
A. Décharge électrique dans les gaz
a. Mécanismes de décharge
b. Tension disruptive, loi de Paschen
c. Décharge luminescente, effet de couronne
d. Arc électrique

B. Claquage dans les liquides et les solides


C. Décharge électrique dans le « vide »
D. La foudre

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


1
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz

A. Décharge dans
les gaz

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


2
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz

Définitions
Une décharge électrique est un canal conducteur se formant, sous certaines
conditions, entre deux électrodes, à travers un milieu normalement isolant.

Une décharge est dite non autonome lorsque l’émission des électrons doit être
provoquée par apport d’énergie thermique (cathode chauffée) ou par irradiation.
La décharge non autonome cesse en l’absence de l’agent ionisant extérieur.

 Dans certaines configurations, il se peut que l’irradiation naturelle


(par les rayons cosmiques ou les rayons UV) suffise à obtenir la
décharge non autonome.

La décharge est dite autonome lorsqu’elle se maintient sans agent ionisant


extérieur.

 La décharge autonome est aussi appelée décharge indépendante.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


3
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz

Définitions
La décharge luminescente est une décharge autonome dans laquelle la plupart
des porteurs de charge sont des électrons produits par émission électronique
secondaire.

L’émission électronique primaire consiste en une émission thermoélectronique,


une photoémission ou une émission par effet de champ.

L’émission électronique secondaire consiste en une émission électronique due


au bombardement de la surface émettrice par des électrons ou des ions.

 Pour que des électrons quittent la cathode, il faut qu’ils reçoivent


suffisamment d’énergie pour franchir la barrière énergétique que
constitue la frontière avec le milieu extérieur.

L’arc électrique est une décharge à fort courant.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


4
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > a. Mécanisme de décharge

Mécanismes de décharge dans les gaz


Divers phénomènes se produisent entre deux électrodes séparées
par un intervalle de gaz et soumises à une différence de potentiel.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


5
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > a. Mécanisme de décharge

Décharge de collection simple

Le courant augmente avec la


tension puis se sature autour
de la centaine de picoampères

Soit deux électrodes baignant dans un gaz et soumises


à une différence de potentiel Uo. En l’absence de pro-
duction d’électrons, aucun courant ne circule. Mais si,
par exemple, la cathode est chauffée ou si un rayonne-
ment provoque une ionisation du gaz, alors un courant I commence à circuler,
selon une loi du type : I  (Uo ) avec  = 1, 5 ~ 2 (selon la pression du gaz)
Le courant est limité par la quantité d’électrons produits par unité de temps.

 Ce type de décharge est invisible.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


6
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > a. Mécanisme de décharge

Décharge avec multiplication

e– + Z  Z+ + 2 e–
Le mécanisme décrit ici est principalement
valable dans les gaz comme l’azote ou le CO2 ,
qui ne sont pas trop fortement électronégatifs.
L’énergie des électrons accélérés devient suffisante
pour ioniser le gaz, d’où une multiplication d’électrons
disponibles pour contribuer au courant d’anode.
On a alors une avalanche exponentielle d’électrons.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


7
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > a. Mécanisme de décharge

Premier coefficient de Townsend

Ian  Io ed

ln 2


Us  (p  d)

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


8
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > a. Mécanisme de décharge

Capture électronique
Dans les gaz fortement électronégatifs, comme l’hexafluorure de
soufre (SF6), un électron peut être capturé par une molécule du gaz
pour former un ion négatif stable :

e– + Z  Z –
Dans ces conditions, les électrons disponibles pour produire l’avalanche sont
un peu moins nombreux que dans le cas précédent, une certaine fraction 
d’entre eux étant capturée par les molécules du gaz.
 est appelé coefficient d’attachement et le courant à l’anode est donné par
la relation :
   
Ian  Io   e()d 
      

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


9
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > a. Mécanisme de décharge

Décharge avec émission secondaire


L’émission secondaire est une émission d’électrons à la cathode,
due au bombardement par les ions positifs.
Pour une tension assez élevée, les ions formés au cours des collisions avec
les électrons sont accélérés en direction de la cathode, avec une énergie
suffisante pour provoque l’émission d’une nouvel électron, dit électron
secondaire.
Avec le processus d’émission secondaire, le courant à l’anode est
donné par : ed
Ian  Io
1  g (ed  1)
g est le second coefficient de Townsend ; il dépend principalement
de la nature du gaz et de l’état de surface des électrodes.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


10
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > b. Tension disruptive, loi de Paschen

Décharge disruptive
Lorsqu’on cherche à imposer une tension
croissante, on aboutit à une décharge
disruptive ou claquage diélectrique.
En pratique, on observe une brusque aug-
mentation du courant et une chute de la
tension : l’impédance du milieu gazeux
s’effondre.
Ce phénomène crée un canal ionisé à travers
le matériau et s’accompagne de divers effets
lumineux, sonores, chimiques, etc.

 Dans les gaz ou les liquides, l’apparition d’une décharge disruptive est souvent
appelée claquage ou amorçage.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


11
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > b. Tension disruptive, loi de Paschen

Loi de Paschen
La limite à laquelle le courant d’anode tend vers l’infini correspond à
la rupture diélectrique du gaz (ou claquage).
Lors du claquage, la décharge devient fortement lumineuse et l’impédance du
canal ionisé tombe subitement : le courant augmente fortement et la tension
s’effondre.
Compte tenu de la relation donnant  à partir de la théorie cinétique des gaz,
on obtient la Loi de Paschen donnant la tension disruptive en fonction du
produit de la pression p du gaz par l’écartement d des électrodes :
(p  d)
Ud  k
ln  A(p  d)  C
k, A et C : constantes dépendant du
gaz et de la température.
[20]

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


12
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > b. Tension disruptive, loi de Paschen

Courbes de Paschen

Courbe de Paschen dans le SF6

Courbe de Paschen dans l’air

Source : CEI 60052

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


13
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > b. Tension disruptive, loi de Paschen

Statistique des claquages en choc


Lorsqu’un choc de tension est appliqué
sur un intervalle d’air, on observe que :
- Au-dessous d’une certaine valeur de crête
de tension, il n’y a pas de claquage.
- Au dessus de ce seuil, la probabilité
d’amorçage passe de 0% à 100% quand
la tension s’accroît.
On caractérise l’intervalle d’air par sa
tension Ud,50 : valeur de crête de la
tension pour laquelle la probabilité
d’amorçage est de 50%.
Cette valeur est déterminée par
interpolation, dans un diagramme
gausso-arithmétique.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


14
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > c. Décharge luminescente

Décharge luminescente
Dans un tube fluorescent (gaz à basse pression, entre 100 et 5000 Pa) ou dans les
ampoules à gaz à haute pression (xénon, krypton, mercure, sodium : 105 – 106
Pa), le dépassement de la limite disruptive conduit à une décharge luminescente,
caractérisée par :
 l’augmentation du courant
 l’augmentation de la surface émissive
de la cathode (régime normal), puis…
 l’augmentation de la tension lorsque
toute la surface cathodique est
devenue émissive (régime anormal).

 Dans la décharge luminescente,


la cathode reste froide.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


15
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > c. Effet de couronne

Effet de couronne
Définition : L’effet de couronne consiste en l’apparition d’aigrettes et d’effluves
autour d’un conducteur porté à un potentiel élevé.

On appelle effluve, la décharge électrique faiblement lumineuse et ne produisant


pas de bruit particulier. Les effluves correspondent à la fin de la zone de
Townsend 2, proche du claquage.
On appelle aigrette la décharge électrique intermittente en forme de houppe
mobile. Elle est généralement accompagnée d’un sifflement ou d’un crépitement.
Les aigrettes constituent un état instable de la décharge, sous forme d’aller et
retour entre la zone de Townsend 2 et la zone de claquage.

 L’effet de couronne peut être indésirable (par exemple autour des lignes à haute
tension), ou au contraire mis à profit dans certaines applications : générateurs
électrostatiques, traitement de surface, xérographie, production d’ozone, etc.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


16
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > c. Effet de couronne

Effet de couronne sur ligne coaxiale


Lorsqu’on applique une tension croissante à une ligne coaxiale de
rayons R1 et R2 , la décharge disruptive survient à partir d’un seuil
de tension, UC .
Deux cas sont à distinguer :
R1 < R2/e Apparition d’une zone ionisée, de rayon croissant, autour du
conducteur central ; puis amorçage d’une étincelle.
R1 > R2/e Amorçage d’une étincelle sans effet de couronne.
Correction de Peek
 0, 03   R2 
UC  Edo K m 1   1 
R ln 
 K  R1  1
R
Edo : champ disruptif standard.
K et m : facteurs de correction [21]

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


17
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > c. Effet de couronne

Lignes mono- et triphasées


Pour une ligne monophasée, avec une distance D entre les conducteurs
de rayon R, la valeur efficace de la tension d’apparition de l’effet de
couronne est donnée par :
 0, 03  D
UC  2 E do K m 1   R ln  
 KR  R

Pour une ligne triphasée symétrique dans laquelle les trois conducteurs
sont disposés en triangle équilatéral, l’effet de couronne apparaît dès
que les tensions simples atteignent la valeur :

Km 0, 03  D
UC  Edo  1   R ln  
3  KR  R

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


18
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > c. Effet de couronne

Effet de couronne dans les réseaux


Les lignes électriques sont dimensionnées pour éviter l’effet de
couronne. Celui-ci se produit toutefois dans différents cas:
- par temps pluvieux ou par brouillard. Les gouttes ou gouttelettes d’eau
favorisent l’apparitions d’aigrettes autour des conducteurs ;

 Ce sont bien les gouttes qui produisent cet effet; l’humidité a normalement l’effet
inverse, sauf quand elle produit de la condensation sur les conducteurs.

- lorsque les conducteurs ou les isolateurs de la ligne commencent à être


pollués, comme cela finit forcément par arriver après un certain nombre
d’années ;
- lorsqu’un conducteur ou un isolateur est devenu défectueux, à la suite
d’une rupture mécanique localisée. Dans ce cas, les perturbations
engendrées par l’effet de couronne peuvent servir à localiser le défaut.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


19
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > c. Effet de couronne

Pertes dues à l’effet de couronne


Pour US  1,8  UC , les pertes de puissance active par phase, dues à
l’effet de couronne, sont données par la formule de Peek :
f [Hz]  25 R
P  2, 41109 (US  UC )2
K D
P′ : perte de puissance active par unité de longueur [W/m = kW/km]
f : fréquence du réseau
US : tensions simples

 L’expérience montre cependant que les pertes varient fortement selon l’état de
surface des conducteurs, qui lui-même dépend de facteurs climatiques, ainsi
que du vieillissement des conducteurs.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


20
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > c. Effet de couronne

Pertes dues à l’effet de couronne


Pour US < 1,8  UC , les pertes de puissance active par phase, dues à
l’effet de couronne, sont données par la formule de Peterson :

2.25 1016 E do f US2


P  F
2
ln  D R  

Le facteur F dépend du rapport US / UC :

US / UC 1 1,2 1,4 1,6 1,8


F 0,05 0,08 0,3 1 3,5

 Les pertes dues à l’effet de couronne deviennent négligeables, par rapport aux
pertes par effet Joule, pour les lignes de grandes longueurs.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


21
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > c. Effet de couronne

Perturbations électromagnétiques
L’effet de couronne engendre un rayonnement électromagnétique

Exemples de variation du champ électrique


perturbateur, tirés de la norme CISPR 18-1

 Une différence de 20 dB est régulièrement observée entre les niveaux


des champs électriques perturbateurs mesurés par temps sec et par
temps pluvieux.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


22
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > c. Effet de couronne

Perturbations acoustiques
Les fréquences sonores émises par l’effet de couronne dans le réseau
électrique sont principalement comprises entre 2 et 15 kHz.

Exemple de spectre sonore


enregistré sur une installation
moyenne tension.

Source : CIRED 19th International Conference on Electricity Distribution Vienna, 21-24 May 2007, Paper 0516.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


23
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > c. Effet de couronne

Production d’ozone
La production d’ozone autour des lignes à haute tension est
généralement modérée.
Des mesures réalisées sous des lignes haute tension ont montré des
concentration d’ozone de l’ordre de 0,004 ppm d’ozone par temps sec et
jusqu’à 0,009 ppm par temps pluvieux.
Source : Nadine May, Eco-balance of a Solar Electricity Transmission from North Africa to Europe (Thèse)
Technical university of Braunschweig (2005).

Les seuils de toxicité de l’ozone, pour des effets réversibles (sensibilité


bronchitique) correspondent à 0,1 ppm pendant 7 heures ou 0,35 ppm
pendant 1 heure. Dose létale : 50 ppm pendant 30 minutes.
Source : Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail.

 La limite admise dans l’atmosphère (en Suisse) est de 120 mg/m3,


soit un peu moins de 1 ppm.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


24
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > c. Effet de couronne

Utilisation de l’effet de couronne


Production d’ozone
• pour purifier : élimination des bactéries dans l’eau et dans l’air, oxydation
des métaux lourds dans les rejets industriels.
• pour blanchir : aliments, papier, textiles…

Production d’ions
• pour (dé)charger : élimination des charges statiques, xérographie.
• pour séparer : analyse chimique, élimination de poussière…
• pour la santé : ioniseurs d’airs.

Générateur corona

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


25
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > d. L’arc électrique

L’arc électrique
Définition : L’arc électrique est une décharge électrique autonome transportant
un fort courant sous une faible différence de potentiel.

 Avec l’arc, la cathode


devient chaude. Caractéristique I – U d’un arc dans l’azote à 2,2 atm.,
entre des électrodes en cuivre distantes de 3 mm.
Source : Jose Gonzalez-Aguilar et al., A Theoretical Study of a Cutting Air Plasma Torch,
IEEE Transactions on plasma science, vol. 27, no. 1, février 1999, p. 264.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


26
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > d. L’arc électrique

Caractéristiques de l’arc
Contrairement à la décharge
luminescente :
 l’arc n’occupe qu’une zone très
limitée sur la cathode et sur l’anode
(spots anodique et cathodique)
 les électrodes sont chaudes et
l’émission des électrons à la cathode
est due en partie à l’effet
thermoélectronique.
 l’émission par effet de champs
joue aussi un rôle - du fait du 1 . Charge d’espace ionique. 2. Zone cathodique.
fort gradient de tension près 3. Colonne positive. 4. Zone anodique
des électrodes – et devient 5. Charge d’espace électronique
prépondérante dans les applications
où les électrodes sont refroidies. Échelle de Jacob: [Clip-1]

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


27
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > d. L’arc électrique

Stabilité de l’arc
Dans un circuit électrique simple, l’arc a deux points d’équilibre, un
stable et l’autre instable.

Le point A est un point de


fonctionnement instable,
alors que B est stable.

[22]

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


28
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > d. L’arc électrique

Stabilisation de l’arc

Stabilisation par rotation


Par le mouvement de Stabilisation par vortex
rotation, le gaz froid Stabilisation par colonne
L’arc est stabilisé par injec-
(lourd) est rejeté vers la tion tangentielle d’eau. L’arc est confiné dans un
périphérie, tandis que le cylindre dont les parois
Application : arcs de
plasma (beaucoup plus peuvent être refroidies à l’eau.
grande longueur (découpe,
léger) se trouve confiné Application : lampe à arc
vitrification, traitement
au centre. (cylindre de confinement est
des déchets).
Application : recherche en quartz).

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


29
4. La décharge électrique > A. Décharge électrique dans les gaz > d. L’arc électrique

Déstabilisation de l’arc
On cherche à déstabiliser l’arc :

- dans les systèmes où l’arc est utilisé


indirectement, pour produire des
tensions transitoires, par exemple,
afin de limiter l’érosion des électrodes ;

- dans les systèmes de coupure, pour


assurer l’extinction.

Quelques photos de décharges [23]

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


30
4. La décharge électrique > B. Décharge électrique dans les liquides et les solides

B. Décharge dans les


liquides et les solides

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


31
4. La décharge électrique > B. Décharge électrique dans les liquides et les solides

Claquage dans les liquides


Le courant qui s’établit dans un
liquide isolant, en fonction de la
tension (ou du champ E) passe
schématiquement par 3 étapes,
avant le claquage.

 Le courant ohmique qui s’établit à


faible champ est essentiellement
tributaire des impuretés présentes
dans le liquide.

 Il n’existe pas de « Loi de Paschen »

[24]
dans les liquides.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


32
4. La décharge électrique > B. Décharge électrique dans les liquides et les solides

Claquage dans les solides


Divers processus peuvent conduire au claquage dans un solide.
Le claquage thermique dû à l’élévation de la température par effet Joule (à basse
fréquence) ou par résonance avec la polarisation par orientation (autour du MHz).
Le claquage électromécanique dû aux forces de compression provoquée par le
champ électrique.
Le claquage par streamer dû au déclenchement d’une avalanche électronique.
Le claquage par érosion dû essentiellement à l’effet des décharges partielles sur le
long terme.

 Dans les isolants solides, la décharge disruptive est appelée :


 perforation, lorsqu’elle traverse le matériau en y produisant
souvent des dégâts irréversibles.
 contournement, lorsque l’arc ne traverse pas l’isolant mais [25]
suit sa surface externe ou un chemin extérieur.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


33
4. La décharge électrique > C. Décharge électrique dans le vide

C. Décharge dans
le « vide »

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


34
4. La décharge électrique > C. Décharge électrique dans le vide

Haute tension sous « vide »


Des intervalles « vides » soumis à des hautes tensions sont utilisés
dans différents domaines :
 Dispositifs de coupure sous vide  Canon à électrons, microscopes
 Séparateurs, purificateurs électroniques
 Tubes à rayons X, spectromètre  Tubes à vide, klystrons, gyrotrons,
magnétrons.
 Accélérateurs de particules

Les dispositifs de coupure Dans les autres applications :


sous vide :  la rupture diélectrique de
 sont conçus pour l’intervalle est un accident
supporter des arcs ; destructeur ;
 travaillent principalement  Les tensions utiles sont
en AC. continues ou impulsionnelles.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


35
4. La décharge électrique > C. Décharge électrique dans le vide

Claquage dans le « vide »


La tension de claquage d’un intervalle « vide » dépend de nombreux
facteurs :
Le type et de la pression des gaz résiduels, les matériaux et l’état de surface des
électrodes, leur température et les impuretés qui s’y trouvent, la nature des
matériaux formant l’enceinte à vide, etc.
Dans le vide, l’émission par effet de champ joue un rôle étonnamment
important.
Selon l’équation de Fowler-Nordheim, la densité de courant J émise à la surface
de l’électrode vaut, en fonction du champ électrique E et de l’énergie
d’extraction des électrons Wél :

E2  Wél1,5 
JA  exp  B  avec : A = 1,5410-6 ; B = 6,83109
Wél  E 
Une évaluation numérique montre que le champ à la surface des électrodes
devrait être au moins 100 fois supérieur au champ homogène, ce qui n’est pas
complètement élucidé.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


36
4. La décharge électrique > C. Décharge électrique dans le vide

Claquage dans le « vide »


Les tests de rigidité diélectrique d’un intervalle « vide » ne sont
généralement pas reproductibles.

Chaque claquage modifie la


composition du gaz et l’état de
surface des électrodes.
 Importance du conditionne-
ment, avant la mise en service.

Source : Cahier technique n°198 du groupe


Schneider Electric :
La coupure du courant électrique dans le vide

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


37
4. La décharge électrique > C. Décharge électrique dans le vide

Dispositifs de coupure
Lors de l’ouverture d’un disjoncteur, des ponts métalliques sont
vaporisés.
Tant que le disjoncteur est fermé, les électrodes sont écrasées l’une contre
l’autre. Dans les premiers instants de la séparation des électrodes, la pression
qui les maintenait ensemble diminue, la séparation ne s’effectue pas
instantanément sur toute la surface: il reste des ponts métalliques dans
lesquels se concentre le courant qui, de ce fait, les chauffe puis les vaporise.

Disjoncteur fermé Disjoncteur en train de s’ouvrir

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


38
4. La décharge électrique > C. Décharge électrique dans le vide

Autres applications
Caractéristiques tension – courant d’un intervalle « vide ».
Dans les applications où l’on veut éviter le claquage diélectrique,
l’enregistrement des prédécharges peut servir de signal d’alarme.

Apparition de prédécharges
dans un intervalle « vide »,
en DC.
Pression résiduelle :
A : 10-7 Pa
B : 10-4 Pa

Source : Rod Latham, The operational


characteristics of practical HV gaps,
dans : High Voltage vaccum insulation,
Academic Press (1995), p. 25.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


39
4. La décharge électrique > D. La foudre

D. La foudre

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


40
4. La décharge électrique > D. La foudre

La foudre
Les cumulonimbus
Ces énormes nuages se chargent en général
positivement en haut.
Les éclairs peuvent être du type nuage-sol,
intranuage ou internuages.
On parle de coup de foudre positif lorsque
c’est la partie positive du nuage qui se
décharge. Les coups de foudre négatifs sont
beaucoup plus fréquent sous nos latitudes
(environ 80-90%).

Profil de champ électrique au niveau


du sol, sous un cumulonimbus

Source : Claude Gary, Les propriétés diélectriques de l’air


et les très hautes tensions, Eyrolles (1984) p.107

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


41
4. La décharge électrique > D. La foudre

Éclairs ascendants et descendants


Coup de foudre ascendant
Un traceur part d’une aspérité en direction du nuage en se ramifiant.
Chaque fois qu’une ramification atteint le nuage, un arc en retour se
produit. Tous les arcs en retour visible sur la photo sont en réalité
légèrement décalés dans les temps.

Source : Site web The Bad Pets Lists

Coup de foudre descendant


Les coups de foudre descendants sont plus fréquents sur sol plat. Le
traceur part du nuage et se propage par bonds.

Source : Site web de Northern Arizona Wind & Sun

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


42
4. La décharge électrique > D. La foudre

Le courant de la foudre

Source : Davide Pavanello, Electromagnetic Radiation from


Lightning Return Strokes to Tall Structures, thèse de doctorat
de l’école polytechnique fédérale de Lausanne, n° 3713
(2007) p. 94.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


43
4. La décharge électrique > D. La foudre

Protection contre la foudre


La protection des bâtiments et des lignes électriques, contre les
chocs de foudre directs, est obtenue à l’aide d’un conducteur de
protection.
Le paratonnerre
Les bâtiments sont protégés d’un choc de foudre direct par un
paratonnerre dont on peut évaluer l’efficacité en le modélisant par une
tige conductrice verticale, reliée à la terre à son extrémité inférieure.

Le câble de garde
Les lignes aériennes du réseau électrique sont protégées d’un choc direct
par un ou plusieurs conducteurs , placé(s) parallèlement aux conducteurs
de phase et au-dessus d’eux. Il est relié à la terre par l’intermédiaire de
chaque pylône.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


44
4. La décharge électrique > D. La foudre

Le modèle électrogéométrique
Un modèle relativement simple, applicable aux chocs de foudre
descendants négatifs, est largement utilisé pour évaluer l’efficacité
des conducteurs de protection contre la foudre.

Le modèle est fondé sur l’existence d’une


relation donnant la distance d’amorçage d
en fonction du courant de foudre I :

d [m]  2 I [kA]  30 1  eI [kA]/6,8 

Par définition, l’éclair éclate sur un


objet mis à la terre, dès que le traceur
par bond arrive à une distance de cet
objet inférieure à d.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


45
4. La décharge électrique > D. La foudre

Zone de capture d’une tige verticale


Pour une distance d donnée, une tige verticale est entourée d’une
zone dans laquelle un traceur sera capté par la pointe de la tige.
Surface de capture : surface S du plus grand cercle appartenant à la
zone de S   d 2
capture, soit : siSd< H x 2
lim
si d > H

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


46
4. La décharge électrique > D. La foudre

Zone de capture d’une tige de 30 m


La surface de capture est d’autant plus faible que le courant de
foudre est plus faible.
Courant de foudre [kA] 7 10 30 50 80 100
Zone de capture [m] 33 41 67 83 102 114

Éclair de faible intensité.


Le point P est à l’extérieur
de la zone de capture

Éclair de forte intensité.


Le point P est à l’intérieur
de la zone de capture

C’est un fait souvent vérifié dans la pratique, que les éclairs


les plus faibles sont les moins bien captés par les paratonnerres.
EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1
47
4. La décharge électrique > D. La foudre

Protection d’une ligne


1. Dans une ligne à haute tension, il faut considérer le conducteur le plus
exposé (en rouge sur les figures ci-dessous).

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


48
4. La décharge électrique > D. La foudre

Protection d’une ligne


2. Évaluation du courant critique : valeur de courant au-dessus de laquelle
un court-circuit se produit entre phases ou entre une phase et la terre.

Courant de foudre inférieur au courant Courant de foudre supérieur au courant


critique : amorçage sur une protection critique : court-circuit sur un isolateur

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


49
4. La décharge électrique > D. La foudre

Impact sur conducteur horizontal


3. À un courant critique donné correspond une distance d’amorçage
critique dc . Ceci permet de construire un arc de cercle sur lequel devrait
se trouver le conducteur de garde, de manière à assurer la protection du
conducteur de phase le plus exposé.
La croix bleue indique une
position possible du conducteur
de garde, soit sur l’axe du pylône
(cas de gauche), soit en dehors
de l’axe (cas de droite), selon les
caractéristiques de l’installation.
En effet, on voit sur la figure de
gauche que tous les points de la
zone III sont au-dessus de la
bissectrice de l’angle AMB, qui

[26]
est aussi la médiatrice du
segment AB. Ils sont donc plus
proches de B que de A.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


50
4. La décharge électrique > D. La foudre

Protection des bâtiments


Densité de foudroiement [coup / an / km2]

1. Surface de capture [ km2 ]
=
Probabilité de foudroiement [coup / an ]

La surface de capture se compose de :


- l’emprise au sol
- une bande de largeur = 2  la hauteur

Surface de capture : 0,0035 km2


Densité de foudroiement : 3
Probabilité de foudroiement : 0,0105 coup / an
 1 coup tous les 95 ans

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


51
4. La décharge électrique > D. La foudre

Densité de foudroiement

Source : Site web National Weather Service

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


52
4. La décharge électrique > D. La foudre

Protection des bâtiments


Niveau de protection :
I  99.5 % (dépôts de carburant, de munition; centres de calculs)
2. II  95 % (salles de spectacle, hôtels, hôpitaux, églises, musées)
III  85 % (grands bâtiments: immeubles, fermes ; cabanes)
IV  70 % (non soumis à l’obligation de protection en Suisse)

1 coup tous les 95 ans


Niveau III }  1 coup tous les 633 ans

a. Système Franklin : protection par des pointes


 hauteur des pointes
3. b. Système Faraday : protection par des mailles
 taille des mailles

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


53
4. La décharge électrique > D. La foudre

3a. Protection « Franklin »

Angles de protection en
fonction de la hauteur au-
dessus du plan de référence
et du degré de protection

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


54
4. La décharge électrique > D. La foudre

3a. Protection « Franklin »

Niveau Rayon R [m]


I 20
II 30
III 45
IV 60

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


55
4. La décharge électrique > D. La foudre

3b. Protection « Faraday »


Niveau Mailles [m]
I 5x5
II 10 x 10
III 15 x 15
IV 20 x 20

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


56
4. La décharge électrique > D. La foudre

Distribution des courants

Niveau de Courant de Distance de Rayon de


protection foudre capture la sphère
souhaité minimal minimale fictive

 Les éclairs ayant les courants les plus faibles ne seront pas captés.

EPFL – STI – SEL. Cours de haute tension , Master semestre 1


57