Vous êtes sur la page 1sur 2

Organes de machines

Introduction
par René BOUDET
Professeur à l’Université Paul-Sabatier, Toulouse
et à l’École Nationale Supérieure des Techniques Avancées, Paris

ette rubrique « Organes de machines » concerne les systèmes mécaniques.


C On convient de faire une distinction entre une machine qui assure la
conversion d’une forme d’énergie dans une autre forme et les mécanismes ou
systèmes mécaniques qui ne concernent que la même forme d’énergie. Un
système mécanique est un ensemble de solides liés par des liaisons. Ces
dernières définissent la nature du mouvement relatif des solides qu’elles lient et
participent à la transmission d’efforts. On les caractérise donc sur un plan ciné-
matique et au sens des interefforts.
Face à un projet ou une avarie de système mécanique, la première question
à se poser est : « Comment cela fonctionne-t-il ? » Cela sera validé par le test
cinématiquement admissible.
La deuxième question est : « Suis-je capable de définir les caractéristiques des
composants mécaniques qui y interviennent ? » Cela correspond à l’étude des
interefforts et des systèmes isostatiques ou hyperstatiques.
Nous étudierons ensuite finement les composants qui permettent de réaliser
les liaisons.
On a une trilogie.
■ On peut réaliser les liaisons par contact direct de matériaux compatibles au
glissement sous charge : c’est le domaine des fortes pressions de contact et
faibles vitesses de glissement. Pour l’augmentation des performances (vitesse),
le glissement au contact étant un handicap, on peut agir de différentes façons.
● Supprimer le glissement. On le remplace par du roulement sans glissement :
ce sont les composants à éléments roulants (roulement, guide à billes, à
rouleaux). L’augmentation constante des vitesses de rotation des machines,
correspondant au souci d’augmenter les puissances massiques des dispositifs,
entraîne à très haute vitesse à nouveau l’apparition de glissement au contact pour
certains types de roulement.
● Supprimer le contact. On interpose un fluide qui sera le siège d’une distribu-
tion de pression due :
— au mouvement et à la géométrie ; c’est le domaine de la lubrification aéro-
dynamique pour un gaz, hydrodynamique pour un liquide ;
— à l’injection sous pression :
7 - 1997

• d’un gaz : aérostatique,


• d’un liquide : hydrostatique.
● Utiliser la sustentation magnétique. L’instabilité des positions d’équilibre
conduit alors à créer des asservissements en position, d’où la notion d’axes.
Bien sûr, il faut guider le lecteur, chaque solution technologique relevant de
critères de choix. On traitera ainsi des paliers radiaux ou des butées, des
BM 5 002

glissières.
■ Le solide est alors déformable, l’objectif est de le dimensionner. Il faut, par
conséquent, déterminer les contraintes, se préoccuper de mécanique de la
rupture, afin de choisir un matériau et de pouvoir interactivement dimensionner
la pièce. Toutes ces notions sont présentes.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Génie mécanique BM 5 002 − 1
ORGANES DE MACHINES ________________________________________________________________________________________________________________

Le cas des « machines » tournantes est évoqué avec les arbres. Le modèle
poutre est développé, les notions de concentration de contraintes précisées, le
comportement dynamique avec le phénomène de fatigue aux nœuds des modes
propres de même que les remèdes constitués par l’isolation vibratoire sont
traités.
■ Les pièces peuvent être métalliques et nous traiterons du choix des matériaux
et des traitements thermiques ou thermomécaniques ou superficiels associés,
mais elles peuvent être aussi en matériaux composites fibrés. Les méthodes de
calcul et les modes d’obtention seront présents, le cas des « plastiques » relève
du traitement spécialisé.
■ Bien sûr, les liaisons par contact supposent une usure, que l’on peut atténuer
par l’emploi de lubrifiants adaptés, et des risques de détérioration par fatigue
des surfaces.
■ Nous présentons ensuite les grandes fonctions du génie mécanique.
● La transmission de puissance est une préoccupation essentielle, car il s’agit
de rendre compatibles les caractéristiques d’un moteur et d’un récepteur ; cette
transmission est susceptible de différentes solutions :
— électrique : elle n’est pas traitée dans cette rubrique ;
— mécanique : l’engrènement, les réducteurs à axes fixes, à axes mobiles, les
boîtes de vitesses à commandes manuelle ou automatique, les transmissions par
lien flexible (chaîne, courroies) ont été développés. On trouve aussi des articles
sur l’accouplement direct par joints rigides ou élastiques métalliques ou vulca-
nisés, sur les joints homocinétiques et les joints de cardan ; sans oublier les cames
et coulisses ;
— hydraulique : c’est le domaine des transmissions hydrostatiques aux très
forts couples ou efforts, avec aussi le développement des asservissements
électrohydrauliques ; bien sûr, la constitution des circuits et les problèmes de
filtration et de lubrifiant sont évoqués.
● La fonction étanchéité est traitée avec toute la gamme de composants per-
mettant le contrôle des débits de fuite. Les garnitures mécaniques font l’objet
d’un développement particulier.
● Le freinage est présent ; on s’intéresse aux valeurs clefs des puissances
dissipées de sorte à pouvoir transposer les solutions de domaines spécifiques
(avion...) à d’autres situations.
● Les techniques d’obtention des pièces ou de sous-systèmes mécaniques ne
sont pas dans l’état actuel toutes représentées. On peut, bien évidemment,
distinguer différents procédés d’obtention des pièces :
— par mise en forme ou déformation plastique (qui n’est pas traitée dans cette
rubrique) ;
— par changement d’état :
• fonderie, traitée à propos de fonction carter,
• matériaux composites,
• plastique ;
— par assemblage de sous-ensembles :
• soudure,
• collage,
• par obstacle ou éléments filetés ;
— par usinage dans la masse (non traité ici).
■ Tout cela suppose des méthodes et analyse, le respect du cahier des charges
et, également, des normes.
Dans cette rubrique, on trouve des articles sur les outils informatiques actuels
de la conception :
— les différents niveaux de la conception assistée par ordinateur et du devenir
à moyen terme de cet outil qui bouleverse les comportements des bureaux
d’études ;
— les logiciels éléments finis avec leur classification en familles.
Les notions de qualité en conception et des éléments de maintenance ne sont
pas oubliées.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
BM 5 002 − 2 © Techniques de l’Ingénieur, traité Génie mécanique

Vous aimerez peut-être aussi