Vous êtes sur la page 1sur 35

Burkina Faso

Ministère de l’Eau, des Aménagements Unité – Progrès - Justice


Hydrauliques et de l’Assainissement

Direction Générale de l’Assainissement


des Eaux Usées et Excreta (DGAEUE)

Document de procédure détaillée,


concertée et harmonisée entre les acteurs
étatiques et non étatiques pour promouvoir
l'assainissement en milieu rural

Avec la collaboration de :

MS,
MENA,
MATD

promouvoir
PROCEDURE l'assainissement en milieu REVISION : 0 PRO 01-00
rural
Décembre 2013
Sigles et abréviations

ABS Appui Budgétaire Sectoriel


AEPA Approvisionnement en Eau Potable et d’Assainissement
AEPHA Approvisionnement en Eau Potable, d’Hygiène et d’Assainissement
CBCT Circulaire Budgétaire des Collectivités Territoriales
CDC Cadre Départemental de Concertation
CF Contrôleur Financier
CGCT Code Général des Collectivités Territoriales
CSPS Centre de Santé et de Promotion Sociale
CTI Comité Technique Interministériel de la décentralisation
CTR Comité Technique Régional
CVD Conseil Villageois de Développement
DAF Direction Administrative et Financière
DAO Dossier d’Appel d’Offre
DGAEUE Direction Générale de l’Assainissement des Eaux Usées et Excrétas
DGB Direction Générale du Budget
DGCMEF Direction Générale du Contrôle des Marchés et des Engagements Financiers
DGEB Direction Générale de l’Education de Base
DGRE Direction Générale des Ressources en Eau
DGS Direction Générale de la Santé
DREAHA Direction Régionale de l’Eau, des Aménagements Hydrauliques et de l’Assainissement
DRPM Direction Régionale de Passation de Marchés
DRS Direction Régionale de la Santé
DRT Direction Régionale du Trésor
EAA Eau et Assainissement pour l’Afrique (Ex CREPA)
ECOSAN Ecological Sanitation
IEC Information, Education et Communication
MATD Ministère de l’Aménagement Territorial et de la Décentralisation
MEAHA Ministère de l’Eau, des Aménagements Hydrauliques et de l’Assainissement
MEF Ministère de l’Economie et des Finances
OMD Objectifs du Millénaire pour le Développement
ONEA Office National de l’Eau et de l’Assainissement
ONG Organisme Non Gouvernemental
OSA Opérationnalisation de la Stratégie d’Assainissement
PCD Plan Communal de Développement
PCD-AEPA Plan Communal de Développement-Approvisionnement en Eau Potable et
d’Assainissement
PEA-GIZ Programme Eau et Assainissement – Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit
PFC Panier de Financement Commun
PTF Partenaire technique et financier
PV Procès-Verbaux
SPM Service de Passation des Marchés
UNICEF Fond des Nations Unies pour l’Enfance et l’éducation
VIP Ventilated Improved Pit

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 2
TABLE DES MATIERES
Sigles et abréviations .............................................................................................................................................. 2
Préambule ............................................................................................................................................................... 5
I. Généralités ...................................................................................................................................................... 6
II. Objectifs du document de procédure .............................................................................................................. 7
II.1 Objectif général....................................................................................................................................... 7
II.2 Objectifs spécifiques ............................................................................................................................... 7
III. Stratégies d’intervention des acteurs du secteur ......................................................................................... 8
III.1 Approches conceptuelles d’IEC/CCC..................................................................................................... 8
III.2 Constats sur les pratiques des acteurs en IEC ......................................................................................... 9
III.2.1 Stratégies d’animation .................................................................................................................... 9
III.3 Stratégies de mise en œuvre de la subvention ...................................................................................... 12
III.4 Rôle des acteurs .................................................................................................................................... 13
III.5 Difficultés rencontrées .......................................................................................................................... 15
IV. Stratégie harmonisée ................................................................................................................................. 16
IV.1 Stratégie IEC ......................................................................................................................................... 16
IV.1.1 Démarche IEC.............................................................................................................................. 16
IV.1.2 Renforcement des capacités des acteurs locaux ............................................................................. 20
IV.2 Stratégie de mise en œuvre de la subvention ........................................................................................ 21
IV.3 Rôles des acteurs dans la mise en œuvre de la stratégie harmonisée .................................................... 22
V. Transfert des ressources financières aux communes .................................................................................... 24
V.1 Procédures de transfert.......................................................................................................................... 25
V.2 Rôles des acteurs dans le transfert et la gestion des ressources financières aux communes................. 26
V.2.1 Rôles des acteurs dans le transfert et la gestion des ressources financières de l’Etat aux
communes ..................................................................................................................................................... 26
V.2.2 Rôles des ONG/Associations dans le transfert et la gestion de leurs ressources financières aux
communes ..................................................................................................................................................... 28
VI. Risques liés à la mise en œuvre de la stratégie harmonisée ...................................................................... 29
VII. Mécanismes de mise en œuvre de la phase pilote pour le transfert des subventions de l’Etat aux
communes ............................................................................................................................................................. 30
VII.1 Critères de sélection des communes pilotes pour le transfert ........................................................... 30
VII.2 Caractéristiques de l’échantillon ....................................................................................................... 31
VII.3 Planning d’étape pour le démarrage de la phase pilote ..................................................................... 32
VIII. Système de suivi-évaluation de la mise en œuvre de la stratégie ............................................................. 33
VIII.1 Le suivi ............................................................................................................................................. 33
VIII.1.1 Suivi de l’application des procédures harmonisées par les acteurs étatiques et non étatiques . 33
VIII.1.2 Suivi de la mise en œuvre de la stratégie de transfert ............................................................... 34
VIII.1.3 Suivi de la gestion des subventions par les communes ............................................................. 34
VIII.1.4 Suivi des réalisations des ouvrages ........................................................................................... 35
VIII.1.5 Suivi du changement de comportements .................................................................................. 35
VIII.2 L’évaluation ...................................................................................................................................... 35

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 3
Liste des Tableaux

 Tableau 1 : stratégie de subvention des acteurs ............................................................................................ 12


 Tableau 2: rôles des acteurs .......................................................................................................................... 13
 Tableau 3 : Utilisation des outils PHAST ..................................................................................................... 19
 Tableau 4 : revue des étapes et outils du PHAST et de l’ATPC ................................................................... 19
 Tableau 5 : assainissement familial .............................................................................................................. 21
 Tableau 6 : assainissement autonome institutionnel ..................................................................................... 22
 Tableau 7 : assainissement autonome public ................................................................................................ 22
 Tableau 8 : acteur et leur rôle ....................................................................................................................... 22
 Tableau 9 : principaux risques et leurs mesures d’atténuation ..................................................................... 29
 Tableau 10 : critère de sélection des communes pilotes pour le transfert ..................................................... 30
 Tableau 11 : planning d’étape pour le démarrage de la phase pilote du transfert des fonds Assainissement
32

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 4
Préambule
Selon le Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT), les communes ont compétence pour :
l’assainissement, la lutte contre l’insalubrité, les pollutions et nuisances diverses, l’enlèvement et
l’élimination des déchets ménagers, la prise de mesures d’hygiène et de salubrité, le contrôle de
l’application des règlements sanitaires, la production et la distribution de l’eau potable, la réalisation et
la gestion de puits, de forages et de bornes fontaines.
La situation de grand déficit de capacités au niveau des communes notamment rurales a conduit l’Etat
à adopter une approche progressive du transfert des compétences et des ressources en ce qui concerne
l’Approvisionnement en Eau Potable et l’Assainissement (AEPA) au moyen d’un dispositif
règlementaire et de stratégies d’appui à la maîtrise d’ouvrage communale.
Ce dispositif règlementaire comprend en substance le Décret N°2009-
107/PRES/PM/MATD/MAHRH/MEF/MFPRE portant transfert de compétences et des ressources
de l’Etat aux communes dans le domaine de l’AEPA, un Arrêté interministériel N°2009-
019/MATD/MEF/MAHRH portant dévolution du patrimoine de l’Etat aux communes et un
protocole type d’opération du transfert des compétences et des ressources signé entre l’Etat,
représenté par le Gouverneur de Région et la commune représentée par le Maire.
La vision de la décentralisation en matière d’Approvisionnement en Eau Potable, d’Hygiène et
d’Assainissement (AEPHA) est que la Maîtrise d’Ouvrage Communale (MOC) doit se traduire par
l’organisation et la pérennisation au niveau communal, avec l’appui de l’Etat, d’une fonction de
développement des services de base en AEPHA. Cette fonction doit permettre d’assurer efficacement
l’accès durable à l’eau potable, aux ouvrages d’assainissement de base et la promotion soutenue des
pratiques d’hygiène pour un changement de comportement.
Dans le domaine de l’assainissement, plusieurs approches sont mises en œuvre dans les communes par
différents acteurs avec une implication insuffisante des autorités communales. Ce qui a pour
conséquences, la non-pérennisation des actions après les projets, la non-appropriation des projets au
niveau communal et l’insuffisance de capitalisation et de réplication des projets réussis dans d’autres
communes.
Afin d’apporter des solutions appropriées à cette situation, le Ministère de l’Eau, des Aménagements
Hydrauliques et de l’Assainissement (MEAHA) a élaboré ce document en vue d’harmoniser les
interventions, de renforcer les compétences des acteurs et de rendre effective la synergie des actions
pour une utilisation optimale des différents financements attribués au volet assainissement familial
dans le but d’améliorer sensiblement les indicateurs.
Ce document est également un manuel de référence pour le transfert effectif des responsabilités pour
l’assainissement rural aux communes conformément aux dispositifs du Code Général des Collectivités
Territoriales.
Le processus d’élaboration dudit document a suivi les étapes ci-après :
1. La mise en place d’un comité restreint composé des représentants de la DGAEUE/MEAHA, de
la DGEB/MENA, de la DGS/MS, du PEA/GIZ, de l’ONEA et de EAA-Burkina afin de
conduire les travaux d’élaboration du document de procédure détaillée, concertée et
harmonisée entre les acteurs étatiques et non étatiques pour promouvoir l’assainissement en
milieu rural ;
2. L’organisation d’un atelier de préparation du document qui a regroupé les membres du comité,
des représentants de Plan Burkina, de Action Contre la Faim (ACF), de l’Association pour la
Paix et la Solidarité (ONG-D/APS), de Welthungerhilfe, des communes rurales de Zitenga et

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 5
de Méguet dans le Plateau Central. L’atelier a eu lieu au siège du PEA/GIZ à Ouagadougou du
12 au 13 août 2013 ;
3. L’organisation d’un atelier d’élaboration du document du 19 au 23 août 2013 à Kaya, a
regroupé uniquement les membres du comité restreint ;
4. L’organisation d’un atelier de présentation et de finalisation du draft du document avec le
groupe d’acteurs restreint de l’atelier du 02 Septembre 2013.
5. L’organisation d’un atelier de validation et adoption du document en présence de tous les
acteurs du sous-secteur. Cet atelier qui s’est déroulé le 16 Décembre 2013 à Ouagadougou, a
regroupé les membres du comité ainsi que des personnes ressources y compris des
représentants de quelques communes rurales ;
6. La validation du document par le CNP du PN-AEPA avant la signature du document par le
Ministre de l’eau, des aménagements hydrauliques et de l’assainissement.

I. Généralités
Le Programme National d'Approvisionnement en Eau Potable et d'Assainissement (PN-AEPA) adopté
en décembre 2006, constitue l'instrument par lequel le Burkina Faso vise à atteindre les Objectifs du
Millénaire pour le Développement (OMD) dans le secteur AEPA. Il s’agit de réduire de moitié d'ici fin
2015 la proportion de personnes, en milieu urbain et rural, n'ayant pas un accès adéquat à l'eau potable
et à l'assainissement en 2005, selon les critères, normes et indicateurs adoptés en la matière. Il s'intègre
parfaitement dans la Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCADD), avec
une mise en œuvre selon l’approche Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE).
En milieu rural, les activités du PN-AEPA comprennent les trois composantes : infrastructures eau
potable, infrastructures assainissement et cadre unifié d’intervention. Le PN-AEPA est mis en œuvre
en milieu rural, par les Directions Régionales de l’Eau, des Aménagements Hydrauliques et de
l’Assainissement (DREAHA) sous la coordination de la Direction Générale des Ressources en Eau
(DGRE) et de la Direction Générale de l’Assainissement des Eaux Usées et Excréta (DGAEUE).
En milieu urbain il y a deux composantes : infrastructures eau potable et infrastructures
assainissement. En milieu urbain, la mise en œuvre du PN-AEPA est assurée par l’Office National de
l’Eau et de l’Assainissement (ONEA).

En 2007, le secteur de l’eau et de l’assainissement s’est doté d’un document de Politique et de


Stratégie Nationales d’Assainissement (PSNA) pour la gestion des eaux usées et excreta. En phase
avec le Cadre Unifié d’Intervention (CUI), un document d’opérationnalisation de la stratégie de mise
en œuvre de la composante « Infrastructure d’assainissement en milieu rural du PN-AEPA » a été
produit et adopté en 2009. Il constitue un outil d’orientation et d’harmonisation au niveau national des
actions sur les options technologiques, les méthodes d’animation pour la promotion de l’hygiène et de
l’assainissement et le mécanisme d’opérationnalisation en matière d’assainissement des eaux usées et
excreta.

En 2010, l’enquête nationale sur l’accès des ménages aux ouvrages d’assainissement familial (ENA) a
apporté une réponse aux besoins d’information statistique du sous-secteur de l’assainissement pour le
pilotage du PN-AEPA. L’enquête a été réalisée par la Direction Générale de l’Assainissement des
Eaux Usées et Excreta (DGAEUE et l’Office National de l’Eau et de l’Assainissement (ONEA avec
l’appui technique de l’Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD).

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 6
Le taux d’accès à l’assainissement familial est de 3,1 % au niveau national selon les résultats de
l’enquête. Ce taux, inférieur aux estimations faites jusqu’à présent, masque une importante disparité
selon le milieu d’habitation avec près de 10% d’accès de ménages vivant en milieu urbain et moins de
1% de ménages résidant en milieu rural. Selon l’enquête, l’utilisation de la nature comme lieu
d’aisance était une pratique répandue au Burkina Faso, elle concerne 6 ménages sur 10. La situation
s’est présentée différemment selon le milieu d’habitation. En milieu rural, 8 ménages sur 10 n’utilisent
pas de latrines.
Pour rehausser le taux d’accès à l’assainissement en milieu rural, le gouvernement et ses Partenaires
Techniques et Financiers (PTF) ont décidé d’accompagner les populations en proposant des options
technologiques appropriées d’ouvrages d’assainissement et en subventionnant leur réalisation.
Cependant, les constats faits sur le terrain font ressortir plusieurs approches de subventions, de
stratégie d’IEC et un non-respect des normes en vigueur dans certains cas pour la construction des
ouvrages d’assainissement autonome ainsi que la faible responsabilisation des communes dans la mise
en œuvre des actions.
Le Programme National d’Approvisionnement en Eau Potable et d’Assainissement (PN-AEPA)
confère pourtant aux communes, conformément aux dispositions du Code Général des Collectivités
Territoriales (CGCT), un rôle principal dans la planification, la programmation, le développement et la
gestion du service public de l’eau et de l’assainissement à travers l’élaboration des Plans Communaux
de Développement sectoriel d’AEPA (PCD-AEPA).
Si depuis 2010, ce transfert est effectif en matière d’approvisionnement en eau potable, on note par
contre un retard dans le transfert des responsabilités de l’assainissement des eaux usées et excreta aux
communes.

II. Objectifs du document de procédure


II.1 Objectif général
L’objectif général est de disposer d’une stratégie appropriée, concertée et harmonisée
d’intervention des acteurs ainsi qu’une procédure de transfert des ressources aux communes
pour la mise en œuvre de l’assainissement des eaux usées et excreta.

II.2 Objectifs spécifiques


De façon spécifique, le document vise à :
‐ harmoniser les approches et les outils d’intervention des acteurs de l’assainissement en
vue d’un meilleur suivi des activités ;
‐ opérationnaliser le transfert progressif des ressources aux communes pour la promotion
de l’assainissement en milieu rural ;
‐ contribuer à la consolidation du leadership des communes, maîtres d’ouvrage, dans la
promotion d’un service durable d’assainissement ;
‐ accroître l’efficience de la subvention de l’assainissement rural, accordée par l’État et ses
partenaires ;
‐ disposer d’un mécanisme de suivi-évaluation de la mise en œuvre de la stratégie
harmonisée ;
‐ disposer d’un plan d’étape pour le démarrage de la phase pilote.

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 7
III. Stratégies d’intervention des acteurs du secteur
Dans le cadre de la promotion de l’assainissement en milieu rural, les acteurs mettent en œuvre entre
autres actions, la mobilisation sociale pour l’adhésion et le changement de comportement des
populations, l’organisation des acteurs, le renforcement des capacités des acteurs locaux, les
réalisations d’ouvrages, le suivi etc. Les différents intervenants se basent sur l’approche participative
en impliquant l’ensemble des acteurs tout le long de la mise en œuvre des projets. Chaque acteur joue
un rôle bien précis dans la mise en œuvre des activités. Cependant, il faut constater que les méthodes
sont disparates d’un partenaire à un autre surtout en matière d’IEC et de subvention des ouvrages.
Cette partie présente un état des lieux des pratiques et des difficultés.

III.1 Approches conceptuelles d’IEC/CCC


Dans le cadre de la promotion de l’assainissement en milieu rural, le Plan Stratégique de
Communication du PN-AEPA recommande l’approche de l’IEC. L’IEC se définit :
– selon l’OMS comme un processus systématique et planifié ayant pour but de sensibiliser les gens,
de promouvoir le changement volontaire de comportement considéré comme néfaste pour la santé
grâce à la transmission d’informations nécessaires à la compréhension réciproque et à la
motivation.
– Selon l’UNICEF, c’est le processus d’apprentissage par lequel des individus et des communautés
adoptent volontairement et maintiennent des comportements bénéfiques à leur santé.
De par son sigle, l’IEC signifie :
I = Information : fait de porter à l’attention d’un individu ou d’un public, des connaissances, des faits, des
idées ou des problèmes que celui-ci ignorait auparavant dans l’espoir qu’il les exploitera
de manière positive. C’est la transmission d’un message d’une personne à une autre ou
d’une personne à un groupe de personnes.
E = Education : fait de faire acquérir à un individu ou à un groupe, des connaissances, des attitudes ou des
pratiques jugées désirables, de manière systématisée et souvent progressive. Elle permet
de rendre capable. C’est la transmission d’un savoir, d’un savoir-faire et/ou d’un savoir
être à une personne ou à un groupe de personnes.
C = Communication : fait de motiver et convaincre un individu ou un groupe afin qu’il adopte le
comportement souhaité en prenant en compte ses besoins, sa perception, sa culture, son
expérience et ses moyens à travers un processus basé sur la participation, l’échange et le
respect mutuel.
CCC= Communication pour le Changement de Comportement.
L’IEC vise à introduire l’acquisition des connaissances, de changements d’attitudes et de pratiques des
communautés cibles en matière d’hygiène et d’assainissement. Autrement dit, la communication a pour
objectif d’amener les populations cibles à comprendre les risques liés aux mauvaises pratiques et à adopter
les bonnes pratiques qui permettent de prévenir les risques liés au péril fécal. C’est un processus long qui
comporte des étapes.
Etape de la connaissance
Il est nécessaire d’avoir des connaissances par rapport à un sujet, un objet ou une chose avant de changer
son comportement vis-à-vis de ce sujet, cet objet ou cette chose. Cette étape englobe tous ce que l’on
connaît, apprend ou comprend. Les résultats de la plupart des enquêtes montrent que les populations ont

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 8
des connaissances sur le lien entre les maladies et l’eau insalubre. Il en est de même pour le lien entre les
maladies et les excréta et les eaux usées.
Etape d’approbation, d’acceptation
Pour adopter un nouveau comportement, il faut d’abord l’accepter. Cette étape concerne essentiellement
les attitudes (on est pour ou contre le changement recherché, on soutient oui ou non un processus). Les
résultats d’enquête sur les comportements des populations montrent que malgré leurs connaissances sur le
lien entre les maladies et l’environnement insalubre de manière générale, ces personnes n’ont pas toujours
des comportements favorables à l’hygiène.
Etape de prise de décision
Elle traduit l’intention d’agir dans le sens souhaité. Pour ce faire, il faut un programme de sensibilisation à
l’endroit des populations cibles.
Etape d’action
Elle contient, en son sein, plusieurs petites étapes à savoir l’essai, le maintien ou le rejet de l’acte et enfin,
en cas de succès, l’adoption du comportement. On voit bien que cette étape est fondamentale. Pour pousser
un individu à essayer, il faut le convaincre du bienfait de cette chose par tous les moyens possibles. C’est à
ce stade qu’il faut utiliser tous les arguments pour promouvoir le nouveau comportement et enfin s’assurer
du succès en mettant à la disposition de cette personne le produit souhaité.
Etape d’incitation des autres pour agir dans le même sens
Etant convaincue de l’importance de ces nouveaux comportements, la personne essaie de démontrer aux
autres les bienfaits autour de son comportement. Il devient en ce moment lui-même promoteur de ce
nouveau comportement.
III.2 Constats sur les pratiques des acteurs en IEC
Les différents acteurs dans leurs interventions s’appuient sur les méthodes et techniques d’IEC qui
suivent en vue d’un changement de comportement et d’une adhésion des populations à leurs différents
projets d’assainissement.

III.2.1 Stratégies d’animation


III.2.1.1 Méthodes d’animation
Les méthodes d’animation les plus utilisées pour la mobilisation sociale sont le PHAST et l’ATPC.
La mobilisation sociale se définit comme étant « Un processus planifié d’activités visant l’obtention
de la participation volontaire, bénévole, significative et continue de tous les acteurs d’un quartier, d’un
village, d’un terroir villageois… pour la mise en œuvre d’un projet d’intérêt commun ».
Le processus est une succession d’étapes, itinéraire à suivre, donc une suite d’étapes à franchir, à
réaliser. La planification quant à elle, est une démarche visant à atteindre un objectif, ce qui nécessite
une projection des actions dans un temps déterminé avec des ressources pour un échéancier bien
défini.
 La méthode PHAST
Le PHAST (Participatory Hygiene and Sanitation Transformation) en français, la Participation à la
Transformation (amélioration) de l'Hygiène et de l’Assainissement, est une adaptation du SARAR (Self-
esteem, Associative strengths, Ressources fullness, Action planning and Responsibility) dans le
domaine de l’hygiène et de l’assainissement. Il vise à encourager la participation communautaire dans

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 9
l'amélioration des comportements en matière d’hygiène, de gestion des ouvrages d’eau, d’hygiène et
d’assainissement.
Le PHAST part du principe que les communautés possèdent une expérience et des connaissances dans
le domaine de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement. Les populations doivent déterminer leurs
priorités en matière d’eau, d'hygiène et d’assainissement. Cependant, elles n'agissent que lorsqu'elles
comprennent le bien fondé et les avantages.
Des outils pratiques et théoriques sont développés pour améliorer ou veiller au bon comportement de
l’Agent de Développement Communautaire (ADC) vis à vis des autres acteurs du projet.
Tous ces outils sont rangés dans une trousse et servent de supports d’animation dans les domiciles, les
groupes de personnes au niveau des quartiers.

 L’approche ATPC

L’ATPC (Assainissement Total Piloté par la Communauté) a pour objectif d’aboutir au consensus sur
l’arrêt de la défécation à l’air libre au sein d’une communauté. L’ATPC a deux principes cardinaux
qui sont :
- La non-subvention pour la construction des latrines ;
- La non-prescription technologique (type de latrine à construire).
L’approche vise principalement à susciter un changement dans le comportement sanitaire plutôt qu’à
construire uniquement des toilettes. Cela passe par un processus de sensibilisation sociale stimulé par
des facilitateurs à l’intérieur et à l’extérieur de la communauté. L’approche est communautaire plutôt
qu’individuelle. En effet, les avantages collectifs découlant de l’arrêt de la défécation à l’air libre
peuvent encourager une approche plus coopérative. Les gens décident ensemble de la manière dont ils
vont créer un environnement propre et hygiénique qui profite à tous.
Par ailleurs, la solidarité sociale, l’entraide et la coopération sont des éléments cruciaux de l’approche.
Les autres caractéristiques essentielles sont l’apparition spontanée de leaders naturels dans le
processus, les innovations locales en matière de modèles de toilettes utilisant des matériaux locaux et
enfin des systèmes de récompenses, de sanctions, de diffusion et d’amélioration de l’ATPC. Au
Burkina Faso, le processus de déclenchement est suivi souvent par l’octroi de subventions facilitant la
réalisation des latrines par les ménages. La mise en œuvre de l’ATPC suit des phases avec des outils à
chaque niveau.

 Le marketing social

C’est un ensemble de méthodes et de techniques utilisées pour valoriser un projet comme un produit
social. Il s’agit d’assurer une bonne visibilité des services offerts au niveau des zones cibles. Le
marketing social permet aux populations de s’approprier la communication sociale des activités
d’éducation à l’assainissement auprès des différents publics internes et externes.
Le marketing consiste à prendre en considération les attentes et les besoins des bénéficiaires pour
essayer de les satisfaire au mieux à l’aide de moyens adaptés (Lendrevie et Lindon, 20001).
Les cibles du marketing social sont :
– Publics internes à la communauté : populations, associations, groupements de femmes, comités
de développement du quartier ou du village, écoles, structures de santé, ONG ;
– Publics externes : presse écrite et audiovisuelle, missions résidentes des partenaires au
développement, ONG diverses, instituts de recherche, leaders politiques, société civile, etc.

1
Théories et nouvelles pratiques du marketing, octobre 2000
Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 10
 Le plaidoyer
C’est une série d’actions entreprises par un groupe d’individus ou d’organisations travaillant de
concert afin de :
– établir un consensus ;
– obtenir un appui (politique, institutionnel, technique, matériels, financiers) ;
– créer un environnement favorable pour introduire ou changer des politiques, des stratégies ou
des programmes spécifiques.

III.2.1.2 Techniques d’animation


Il s’agit d’un ensemble de moyens utilisés par l’agent de développement communautaire pour amener
le maximum de personnes à prendre des décisions et entreprendre des actions pour améliorer leur
environnement. Pour mener à bien ses activités, quelques stratégies d’animation communautaires ont
été proposées afin de mieux atteindre sa cible que représentent les communautés.

 Les réunions communautaires


Ces réunions sont utiles pour apporter l’information quand l’agent chargé du développement
communautaire arrive dans sa zone d’intervention. Cette technique permet de toucher le maximum de
personnes et d’avoir une idée assez précise de leurs besoins.
Cette activité doit être précédée de visites aux autorités administratives, locales, religieuses,
coutumières, etc.

 Les visites à domicile


Les visites à domicile (VAD) visent à :
 connaître la situation en matière d’hygiène et d’assainissement des ménages (diagnostic / étude
CAP) ;
 inciter les ménages à améliorer leur situation sanitaire si elle est jugée défavorable ;
 appuyer les populations en matière de prise en charge et de suivi ;
 identifier les difficultés ;
 appuyer à la recherche de solutions ;
 entretenir des rapports étroits entre les acteurs du programme et les populations ;
 renforcer les actions menées auprès des populations particulièrement l’IEC ;
 accompagner dans la prise de décisions pour la réalisation d’un ouvrage d’eau et / ou
d’assainissement.

 Les séances de causeries éducatives


Ce sont des échanges structurés entre l’agent chargé du développement communautaire et un groupe
restreint d’individus pour apporter un message spécifique.
Il est préalable de planifier les causeries périodiquement en fonction des préoccupations de la
communauté sur les problèmes d’assainissement et de santé que l’agent chargé du développement
compte résoudre.

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 11
III.3 Stratégies de mise en œuvre de la subvention

La mise en œuvre de la subvention diffère d’un acteur à un autre. Donc pour chaque acteur et pour
chaque type d’ouvrage, il existe plusieurs options de la subvention comme présentées dans le tableau
ci-dessous :
 Tableau 1 : stratégie de subvention des acteurs
Structures Type d’ouvrages Eléments subventionnés Contribution du ménage
Etat - Dalle - Fouille,
- 80 briques pleines pour la fosse - sac de ciment et main d’œuvre
- Main d’œuvre du maçon pour non qualifiée,
l’ensemble de l’ouvrage - agrégat pour la stabilisation de la
- Claustras pour la cheminée fosse
ventilation - Briques et matériaux pour la
Latrines Sanplat construction de la superstructure
améliorées / - Toiture
VIP 1 Fosse - Eau
- Fouille, - Briques et matériaux pour la
- stabilisation de la fosse avec les construction de la superstructure,
briques pleines, - Main d’œuvre du maçon pour la
- confection et pose de la dalle superstructure
- Claustras pour la cheminée - Toiture
ventilation - Eau
ONG / - Ciment et fer pour la dalle, - Fouille,
Associations - Ciment pour la construction de la - Briques et matériaux pour la
/ Projets bordure de la fosse. construction de la superstructure,
- cheminées de ventilation, - Agrégat,
- tôle, - eau
- porte,
- main d’œuvre du maçon pour
l’ensemble de l’ouvrage
- Apport en ciment pour stabiliser les - Fouille,
fosses, - Agrégat,
- Ciment et fer pour la dalle, - eau
- cheminées de ventilation, - Briques et matériaux pour la
Latrines Sanplat
- grillage anti-mouche construction de la superstructure
améliorées /
VIP 1 Fosse - main d’œuvre du maçon pour - toiture
l’ensemble de l’ouvrage
- Apport en ciment pour stabiliser les - Fouille,
fosses, - Agrégat pour la dalle et les
- Ciment et fer pour la dalle, briques pleines
- cheminées de ventilation - Eau
- tôle, - Briques et matériaux pour la
- porte construction de la superstructure
- main d’œuvre du maçon pour
l’ensemble de l’ouvrage
- Apport en ciment pour stabiliser les - Fouille,
fosses, - Agrégat,
- Ciment et fer pour la dalle, - eau
- cheminées de ventilation, - Briques et matériaux pour la

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 12
Structures Type d’ouvrages Eléments subventionnés Contribution du ménage
- main d’œuvre du maçon pour la construction de la superstructure
confection des briques et dalles et - Toiture
stabilisation de la fosse. - Main d’œuvre du maçon pour la
superstructure
- ciment et fer pour la construction de - Briques et matériaux pour la
la sous-structure, construction de la superstructure
- tôles et portes, - main d’œuvre du maçon pour la
- cheminée de ventilation, superstructure
- main d’œuvre du maçon - Agrégat
Latrines EcoSan - trappes ; - Eau
- bidons
- ciment et fer pour la construction de - Briques et matériaux pour la
la sous-structure, construction de la superstructure
- tôles et portes, - Agrégat
- cheminée de ventilation, - Eau
- main d’œuvre du maçon pour tout - bidons
l’ouvrage
NB : - la main d’œuvre du maçon varie de 5,000 FCFA à 20,000 FCFA en fonction du type d’ouvrage et
d’un acteur à un autre.
- D’autres options de subventions à savoir la contribution financière des ménages à hauteur d’un
certain pourcentage du coût de l’ouvrage sont adoptées par certains acteurs.

Pour les latrines institutionnelles (écoles et CSPS) et publiques (gares, lieux de culte, marchés…), la
subvention est totale quel que soit l’intervenant. Néanmoins, il arrive que certains intervenants
demandent aux populations de contribuer en agrégats et en eau.

III.4 Rôle des acteurs


Le PN-AEPA oriente et coordonne les interventions de tous les acteurs du secteur eau et
assainissement, à savoir les acteurs publics, les ONG, la coopération décentralisée et le secteur privé.
Les rôles de chaque acteur sont indiqués dans le tableau ci-après :

 Tableau 2: rôles des acteurs


Acteurs Rôles
L’Etat à travers ses structures centrales et déconcentrées impliquées dans le PN-
AEPA :
- fait le plaidoyer auprès des partenaires
- coordonne les activités IEC dans l’ensemble des 13 régions à travers les plans
d’actions
Etat (MEAHA, MS - accompagne les communes dans l’élaboration du PCD - AEPA et dans sa mise en
MENA, MEDD et œuvre
MATD) - assure l’élaboration des documents harmonisés
- assure la formation/recyclage des acteurs
- assure le suivi/évaluation
- Veille à l’application des politiques et stratégies sectorielles
- Assure le leadership dans le pilotage des plans d’action
- Réalise la mise en œuvre des actions d’assainissement
Conseil municipal :
- Participation à la définition des orientations du projet, choix des villages,
Communes planification,
- Elaboration des plans Annuels d’Investissement
- Elaboration et mise à jour du PCD-AEPA
Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 13
Acteurs Rôles
- centralisation et transmission des besoins en matériaux pour la réalisation des latrines,
- suivi des activités et organisation des rencontres périodiques
Conseillers municipaux :
- Contribuent à la mobilisation des populations pour les activités du projet, sensibilisent
et participent à la réception et à la remise des matériaux aux bénéficiaires ;
- aident à résoudre les problèmes rencontrés sur le terrain par les animateurs et les
techniciens.
Points focaux :
- font le suivi, l’appui, la capitalisation des réalisations au compte de la commune et
appuient à l’identification des bénéficiaires.
- assurent la remontée des informations au niveau du Maire, appuient et facilitent
la tâche des animateurs et des techniciens sur le terrain.
Conseil Villageois de Développement (CVD) :
- organise la communauté pour la planification, l’exécution, le suivi et l’évaluation des
activités du projet,
- collabore avec les Conseillers municipaux, appui à l’organisation des AG, appui à
l’identification des bénéficiaires, appui à l’exécution des VAD et la sensibilisation pour
la mobilisation de la part contributive des bénéficiaires.
Hygiénistes / Animateurs endogènes :
- Sensibilisent les populations au changement de comportement en faveur de
l’hygiène et de l’assainissement, à l’utilisation et à l’entretien des ouvrages
réalisés.
- participent au suivi de l’utilisation et de l’entretien des latrines.
Leaders Naturels
Communauté - appuient à la sensibilisation des populations
- facilitent le déroulement des séances d’animation auprès des populations
- donnent l’exemple devant en décidant d’adopter les bonnes pratiques d’hygiène et
d’assainissement
Maçons :
- implantent les fosses pour les ménages ;
- veillent à la qualité des agrégats ;
- réalisent les latrines et assurent les réparations.
Bénéficiaires :
- expriment la demande de latrines selon la procédure déterminée par la commune
- entretiennent régulièrement les ouvrages
- mobilisent leur contribution pour la réalisation des latrines.
Partenaires techniques et financiers :
- Apportent leur appui technique et financier pour la mise en œuvre des projets et
des programmes
- Assurent la supervision des activités sur le terrain
- contribuent à l’élaboration des politiques et stratégies du secteur
- participent au pilotage du PN-AEPA.
ONG / Associations :
Partenaires
- Font le plaidoyer auprès des leaders d’opinion
- élaborent des documents de formation des acteurs de l’IEC au niveau communal
(autorités communales, CVD, hygiénistes, maçons, etc.) et assurent leur formation
- Tiennent des séances d’animation dans les villages
- Assurent la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation du programme au niveau de la
commune en étroite collaboration avec les services techniques ;
- Mobilisent des ressources et mettent en œuvre des projets d’assainissement.

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 14
Acteurs Rôles
bureaux d’études et entreprises de travaux
- exécutent les travaux de réalisation d’ouvrages d’assainissement
- réalise les études
- font l’IEC

III.5 Difficultés rencontrées


Nombreux sont les acteurs qui mettent en œuvre des projets auprès des communautés ; ces
interventions sont souvent émaillées d’un certain nombre de difficultés qui se situent à plusieurs
niveaux.
 Au niveau de l’Etat
• Absence de méthodologie pour le ciblage des personnes vulnérables ;
• Non-respect des normes dans la prise en compte de la politique nationale genre ;
• Lourdeur administrative dans la procédure de passation des marchés entrainant une faible
absorption des ressources déjà mobilisées ;
• lenteur dans l’application des textes régissant le transfert des compétences ;
• non effectivité du transfert des ressources aux communes en matière d’assainissement ;
• Insuffisance du suivi des activités des acteurs sur le terrain ;
• Insuffisance des ressources (financières, humaines et matérielles) nécessaires pour l’atteindre des
OMD ;
• Approche non fixe et définitive pour la réalisation des ouvrages d’assainissement familial.
 Au niveau des communes
• La faible implication des communes dans la mise en œuvre et le suivi de certains projets ;
• L’insuffisance dans le respect des critères de compétence et de disponibilité dans le choix des
points focaux ;
• l’insuffisance de compétences en assainissement dans les communes ;
• La faiblesse des ressources communales (humaines, financières et matérielles) ;
• La faible capacité des entreprises locales à approvisionner en quantité suffisante en matériaux ;
• La non- affectation de fonds à la ligne budgétaire destinée à l’assainissement ;
• Le non-respect des critères de compétence et de disponibilité définis dans le choix des maçons.
 Au niveau des partenaires (ONG/Associations)
• La lourdeur administrative dans la procédure de passation des marchés entraînant des retards dans
la satisfaction des demandes des bénéficiaires en ouvrages d’assainissement ;
• Le manque d’harmonisation des approches des acteurs sur le terrain ;
• La non-implication des communes par certains acteurs dans leurs activités ;
• L’insuffisance de concertation entre les différents acteurs de terrain ;
• Le non-respect des normes technologiques en matière de construction d’ouvrages d’assainissement
par certaines ONG ;
• L’insuffisance dans le renforcement des capacités des maçons, des animateurs et des hygiénistes ;
• L’incapacité de certaines ONG à refuser des financements ayant des exigences contraires aux
normes du pays ;
• Le manque de compétence spécifique au niveau du personnel de certaines ONG pour le montage et
la mise en œuvre des projets ;
• Le retard dans le déblocage des fonds alloués aux ONG/Associations par les partenaires financiers.
 Au niveau des maçons
Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 15
• La faible professionnalisation des artisans au niveau local
• La faible maîtrise de la technique de construction des latrines (recyclage indispensable)
• L’abandon des constructions des latrines pour d’autres activités plus lucratives (sites d’orpaillages,
travail à l’étranger, construction d’édifices)
• Les modalités de paiement de la main d’œuvre du maçon non favorables
 Au niveau des bénéficiaires
• La faible ressource des ménages entraînant une lenteur dans la mobilisation de leur contrepartie ;
• La non- disponibilité de certains agrégats/matériaux sur le terrain;
• Le manque de motivation de certains bénéficiaires à mobiliser leurs contreparties;
• la migration des populations vers les sites d’orpaillage ;
• les pesanteurs socioculturelles dans certaines localités ne favorisant pas toujours la mise en œuvre
des activités d’assainissement ;
• Le non-respect des délais de mobilisation de leurs contreparties ;
• L’insuffisante prise de conscience de l’importance et de l’utilisation des latrines ;
• La faible priorité accordée à l’assainissement.

 Bureaux d’études et entreprises de travaux

• le non-respect des délais de contractualisation


• la mauvaise exécution des travaux
• la faible maitrise des techniques de construction des ouvrages
• la faible maitrise de l’organisation de plusieurs chantiers de réalisation des latrines

IV.Stratégie harmonisée
Au regard de toutes les difficultés rencontrées, il s’avère nécessaire d’harmoniser les approches pour
une efficacité dans les interventions pour l’atteinte des OMD en assainissement. Cette stratégie doit
être appliquée par tous les acteurs sur le terrain.

IV.1 Stratégie IEC


Les méthodes d’animation retenues sont l’ATPC à travers le déclenchement suivi du PHAST.
Il s’agira d’utiliser les outils de déclenchement de l’ATPC pour aboutir à un engagement de toute la
communauté et l’élaboration d’un plan d’actions en vue de l’éradication de la défécation à l’air libre.
A l’issue du déclenchement, les outils du PHAST seront utilisés dans l’accompagnement et le suivi de
la communauté afin de maintenir la motivation et poursuivre la sensibilisation sur les différents
aspects de l’hygiène et de l’assainissement (entretien, utilisation des ouvrages et lavage des mains au
savon).

IV.1.1 Démarche IEC


L’approche participative reste la base de toute la démarche de mise en œuvre dans la zone des projets.
Cette stratégie participative permettra l’atteinte d’objectifs durables, favorisera le renforcement des
capacités des organisations communautaires qui sont impliquées et des ménages pour la recherche de
solutions aux problèmes auxquels ils sont confrontés. Les différentes étapes de la mise en œuvre de la
stratégie d’intervention s’articulent autour de :

 Etape 1 : activité préliminaire

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 16
 les activités d’information /mobilisation/plaidoyer
Elles se feront à travers une organisation de rencontres de définition du cadre de collaboration entre les
partenaires. Il est nécessaire de prévoir des rencontres ou une organisation d’ateliers de plaidoyer tant
au niveau national que local, dans le but d’obtenir le soutien et l’engagement des leaders d’opinion.
 l’état des lieux
La connaissance du milieu dans lequel on travaille est capitale pour appréhender les connaissances,
attitudes et les pratiques (CAP) des communautés / ménages en matière d’hygiène et d’assainissement.
Cette situation de référence permettra de dégager les problèmes liés au manque d’hygiène et
d’assainissement.
 élaboration des outils et messages essentiels pour arriver à un changement de
comportement adéquat.
Ces outils et messages essentiels permettront d’arriver à un changement de comportement des
populations. Ces outils permettront un plan d’actions qui va décliner les différentes actions à mettre en
œuvre après l’engagement des populations à mettre fin à la défécation à l’air libre.

 Etape 2 : activité pour l’engagement collectif


Le déclenchement se fera de manière progressive en partant d’un groupe restreint de villages en tenant
compte des moyens disponibles. Cela, en vue d’atteindre des résultats avant de progresser vers
d’autres villages de la commune.

Le pré-déclenchement
Ce qu’il faut faire à cette phase :
Choisir une communauté : une étape cruciale, à concevoir avec un soin particulier par rapport
aux conditions : favorables ou à défi (ci-après) ;
S’assurer de la représentativité des participants à la rencontre de « déclenchement » ;
Expliquer que l’absence de personnes provenant de toutes les catégories pourrait affaiblir le
pouvoir collectif de la décision de « déclenchement » ;
S’assurer de la disponibilité de la logistique nécessaire et prendre contact avec les acteurs du
secteur.
Le déclenchement
Le déclenchement se base sur la stimulation d’un sentiment collectif de dégoût et de honte
parmi les membres de la communauté ;
Il résulte de la prise de conscience collective des conséquences de la défécation à l’air libre et
de ses impacts sur la communauté tout entière.
Le principe de base est qu’aucun être humain ne peut rester indifférent une fois qu’il a appris
qu’il ingère le ‘’caca’’ de ses semblables.
 Les outils de déclenchement
Les principaux outils utilisés sont :
1. La cartographie des aires de défécation ;
2. La marche transversale dans les zones de défécation ;
3. L’estimation des matières fécales ;
4. Le calcul des dépenses médicales ;
5. Les voies de contamination fécale ;
6. L’exercice du verre d’eau (test de contamination)

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 17
Le résultat attendu du déclenchement est que toute la population s’engage à abandonner la défécation
à l’air libre et pour cela elle doit élaborer un plan d’action et le mettre en œuvre. Cependant il n’est pas
toujours évident que la majorité de la population s’engage immédiatement pour mettre fin à la
défécation à l’air libre. Aussi, le suivi post-déclenchement (cf. manuel ATPC) sera fonction du résultat
obtenu.
 Etape 3 : suivi et évaluation des activités
A ce niveau, en plus des activités du post-déclenchement de l’ATPC, les outils du PHAST seront
utilisés en vue de maintenir la motivation et sensibiliser les populations sur la promotion de l’hygiène
et de l’assainissement (PHA).

Le post-déclenchement

C’est une étape très importante d’encouragement, de soutien, d’engagement extérieur en faveur de la
dynamique déclenchée au sein de la communauté à travers des visites.
Cette étape permet d’accompagner la communauté dans la décision de changement de comportement
pour :
parfaire la planification des actions à mener ;
suivre leur mise en exécution.
Les visites ont le mérite de stimuler le moral et de renforcer l’action.

Le suivi va s’effectuer à plusieurs niveaux :


- suivi des ménages par les hygiénistes ou leaders naturels pour rappeler les engagements,
constater le niveau de réalisations des engagements et l’utilisation et de l’entretien des
ouvrages ;
- suivi par les Communes à travers les points focaux pour constater les améliorations ;
- suivi technique des réalisations par les techniciens des services déconcentrés ou des ONG/
Associations ;
- suivi par les élus et les autorités administratives dans le but d’encourager les populations à
accomplir leurs engagements.
Comme mesures d’accompagnement, des concours primés seront souvent organisés pour promouvoir
les bonnes pratiques en matière d’hygiène et d’assainissement.
Des lettres de félicitations adressées par les autorités locales aux villages / structures qui se seraient
distinguées dans la réalisation, l’utilisation et l’entretien des ouvrages d’assainissement.
Les villages qui auront atteint l’état de Fin de Défécation à l’Air Libre (FDAL) seront certifiés et
célébrés au niveau national.
• Les étapes du PHAST
Le PHAST est organisé en 7 étapes qui sont :
1- Identification des problèmes globaux ;
2- Analyse des problèmes spécifiques ;
3- Élaboration des solutions ;
4- Choix d'options ;
5- Nouvelles installations et changements de comportements ;
6- Organisation des activités de surveillance et d'évaluation ;
7- Évaluation participative.

La réalisation du déclenchement selon l’ATPC permet de prendre en compte l’étape 1 à 5 du PHAST

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 18
étant donné qu’on aboutit à un plan d’action à mettre en œuvre.
L’utilisation des outils PHAST se fera au cours de la mise en œuvre et du suivi du plan d’action
(étape 6 du PHAST).
 Tableau 3 : Utilisation des outils PHAST
OUTILS THEMES OBJECTIFS
Inconvénients de - Réduction du risque de transmission des Renforcer l’engagement des populations
déféquer dans la maladies liées au péril fécal pour l’éradication de la défécation à l’air
nature et - Préservation de l’intimité libre
avantages de - Prestige de la famille
disposer d’une - Réduction des risques d’accident (serpent,
latrine scorpion)
- Confort des usagers notamment personnes
âgées et handicapées (intempéries)
Echelle - Présentation et choix des options Permettre aux populations de faire un
d’assainissement technologies choix avisé parmi la gamme de
technologies homologuées par le PN-
AEPA dans la phase de finalisation des
plans d’actions

Classement en - Utilisation des latrines, Amener les populations à mettre en


trois piles - entretien des latrines, pratique les règles d’hygiène et
- lavage des mains au savon, d’assainissement
- utilisation des pots par les enfants
NB : pour l’utilisation de tous ces outils se référer au manuel du PHAST.
 Tableau 4 : revue des étapes et outils du PHAST et de l’ATPC
OUTILS
ETAPES PHAST ACTIVITES OUTILS PHAST ETAPES ATPC
ATPC
Pré-
déclenchement
1- Histoires communautaires 1. Affiches à séquence libre Calcul des
1- Identification
2- Problèmes de santé dans dépenses de
du problème 2. Infirmière Tanaka
la communauté santé
1- Réalisation d’une carte 1- Carte de la communauté Cartographie
des installations d’AEPHA des zones de
de la communauté 2- Classement en trois piles défécation

2- Bons et mauvais 3- Tableau à poches Déclenchement Calcul des


2- Analyse du comportements d’hygiène cacas
problème 3- Examen des pratiques 4- Voies de transmission Marche de la
communautaires honte
4- Modes de transmission de
la maladie Voies de
transmission
1- Arrêter la propagation de 1- Barrage des voies de Plan d’action
la maladie contamination
3- Elaboration de 2- Choix de moyens de
solutions barrage 2- Matrice de barrage
3- Tâches des hommes et 3- Analyse des rôles par
des femmes de la sexe
communauté
4- Choix 1- Choix d’amélioration en 1-Possibilités
d’options matière d’assainissement

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 19
2- Choix d’amélioration en d’assainissement
matière de comportements
2- Classement en trois piles
d’hygiène
3- Temps pour des questions 3- Boîte à questions
5- Nouvelles 1- Planifier le changement 1- Affiches de planning
installations 2- prévoir qui fait quoi
2- Boîte à problèmes
et changements 3- Identifier les risques
de d’échec
comportements
prévus
6- Organisation 1- Prévoir un contrôle des 1- Tableau de surveillance Suivi post -
des activités de progrès accomplis déclenchement
surveillance
7- Evaluation 1- Contrôle des progrès 1- Choix d’outils Evaluation
participative accomplis certification

IV.1.2 Renforcement des capacités des acteurs locaux

Le renforcement des capacités est essentiel en vue de permettre aux acteurs de remplir leur rôle de
façon efficace. Cela passe par l’élaboration ou l’adaptation des modules et la formation des acteurs.
 Elaboration / adaptation des différents modules de formation
A partir des problèmes identifiés dans la situation de référence, il faut déterminer les aspects à prendre
en compte pour renforcer les connaissances et les pratiques des communautés. Ce document de base
permettra de dérouler la formation.
 Formation des acteurs
Les formations concerneront les différents acteurs qui interviendront dans le processus de mise en
œuvre de la stratégie.
 les services déconcentrés en charge de l’assainissement (MS, MEAHA, MEDD, MENA)
Ils seront formés sur la stratégie harmonisée en vue de jouer pleinement leur rôle régalien.

 Les communes
Les acteurs communaux (conseillers municipaux, points focaux AEPA, techniciens communaux
AEPA, etc.) seront formés sur la stratégie harmonisée afin d’être aptes à participer efficacement aux
différentes phases de la mise en œuvre et au suivi des activités sur le terrain. Ils contribueront à la
résolution des problèmes, à la mobilisation et à la sensibilisation des populations.
Les acteurs communaux seront aussi formés pour assurer la maîtrise d’ouvrage communale
notamment par rapport à la gestion des subventions de l’assainissement.

 Animateurs
Ils seront formés en approches participatives, techniques d’animation et communication pour un
changement de comportements, sur les technologies appropriées et aussi sur les maladies liées à l’eau,
au manque d’hygiène et d’assainissement.
Ils seront dotés de kits d’animation (PHAST / ATPC) sur diverses thématiques à savoir l’hygiène de
l’eau de boisson, de la promotion des latrines familiales et l’hygiène de l’habitat.
 Relais communautaires (Hygiénistes / Animateurs Endogènes)

Ils seront identifiés en collaboration avec la commune et formés par les animateurs en approches
participatives.
Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 20
 Techniciens
De niveau minimum du BEPC, ils seront formés pour le suivi contrôle des travaux de constructions
des ouvrages d’assainissement.

 Maçons
Ils seront formés et équipés pour implanter les fosses pour les ménages et contribuer à la vérification
de la quantité et de la qualité des agrégats (sable, gravier) mobilisés par les bénéficiaires.
Ils seront chargés de réaliser les latrines et assurer la maintenance (réhabilitation, réparation diverse
etc.).
 Les bénéficiaires

Pour les latrines EcoSan, les bénéficiaires seront formés à l’utilisation et à l’entretien de la latrine ainsi
que sur l’utilisation des sous-produits.
IV.2 Stratégie de mise en œuvre de la subvention
Des subventions seront accordées aux ménages pour faciliter la réalisation des ouvrages. Ces
réalisations seront assurées par les maçons formés et trois types de technologies ont été retenus sur la
base des expériences des différents acteurs. Cette stratégie harmonisée invite tous les acteurs à
s’aligner sur les aspects de la subvention des ouvrages d’assainissement conformément aux tableaux
ci-après :
 Tableau 5 : assainissement familial
Type d’ouvrages Eléments à subventionner Contribution du ménage
Latrines SanPlat - ciment pour stabiliser les fosses, - Fouille,
améliorées / VIP 1 - ciment et fer pour la dalle - agrégats,
Fosse - cheminées de ventilation, - main d’œuvre non qualifiée,
- briques en banco ou en parpaing pour
- main d’œuvre du maçon pour
la réalisation de la superstructure
l’ensemble de l’ouvrage - tôle,
- grillage anti-mouches - porte de la superstructure (au choix)
VIP 2 Fosses - ciment pour stabiliser les fosses, - Fouille,
(zones loties des - ciment et fer pour les dalles, - agrégats,
communes rurales) - cheminées de ventilation, - main d’œuvre non qualifiée,
- main d’œuvre du maçon pour la - briques en banco ou en parpaing pour
confection des briques et dalles et la réalisation de la superstructure
la stabilisation des fosses, pose des - Main d’œuvre du maçon pour la
dalles ; construction de la superstructure
- grillage anti-mouches - tôle
- porte de la superstructure (au choix)
Latrines EcoSan - Construction de la sous-structure, - agrégats,
- Ciment et fer pour les dalles - main d’œuvre non qualifiée,
- tôles et portes, - briques en banco ou en parpaing pour
- grillage anti-mouches la réalisation de la superstructure
- cheminée de ventilation, - bidons
- main d’œuvre du maçon pour
l’ensemble de l’ouvrage
- trappes
NB : - la subvention est totale pour les personnes vulnérables à identifier selon les localités.
– la contribution des ménages pourra être en nature ou numéraire selon les contextes.

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 21
 Tableau 6 : assainissement autonome institutionnel
Pour les latrines institutionnelles2 (écoles et CSPS), la subvention est totale quel que soit
l’intervenant.

Ecoles Centres de santé


Filles Garçons Enseignants Maternités Dispensaires
- 1 bloc de latrine - 1 bloc de latrine - 1 bloc de latrine - 1 bloc de latrine VIP - 1 bloc de latrine VIP
VIP à 4 cabines VIP à 4 cabines VIP à 2 cabines à 2 cabines pour à 2 cabines pour
dont 1 cabine dont 1 cabine dont une pour hommes et femmes hommes et femmes
spacieuse pour spacieuse pour enseignante respectivement respectivement
handicapés handicapés - 1 dispositif de - 1 douche-lavoir- - 1 douche-puisard
- 1 dispositif de - 1 bloc urinoir lavage des mains puisard - 1 aire de lavage
lavage des - 1 dispositif de - 1 aire de lavage - 1 dispositif de lavage
mains lavage des mains - 1 dispositif de lavage des mains
des mains
 Tableau 7 : assainissement autonome public
Pour les latrines publiques 3(gares, lieux de culte, marchés…), la subvention est totale quel que soit
l’intervenant.
Lieux de culte Marchés, gares
Hommes Femmes Hommes Femmes
- 1 bloc de latrine VIP ou - 1 bloc de latrine VIP ou - 1 bloc de latrine VIP - 1 bloc de latrine VIP ou
TCM à 4 cabines dont 1 TCM à 4 cabines dont 1 ou TCM à 4 cabines TCM à 4 cabines dont 1
cabine pour handicapés cabine pour handicapées dont 1 cabine pour cabine pour handicapées
- 1 dispositif de lavage des - 1 dispositif d’ablution handicapés - 1 dispositif de lavage
mains - 1 dispositif de lavage - 1 dispositif de lavage des mains
- 1 dispositif d’ablution des mains des mains
- 1 bloc urinoir - 1 bloc urinoir

IV.3 Rôles des acteurs dans la mise en œuvre de la stratégie harmonisée


 Tableau 8 : acteur et leur rôle
Acteurs Rôles
- Diffusion du document harmonisé d’intervention auprès des acteurs intervenant sur le
terrain ;
- plaidoyer auprès des PTF pour une adhésion à la stratégie et son financement ;
- coordination des activités IEC dans l’ensemble des 13 régions à travers les plans
d’actions ;
- accompagnement des communes dans l’élaboration, la mise à jour et la mise en œuvre du
Etat (MEAHA, PCD-AEPA ;
MS, MENA, - contribution à l’actualisation des documents harmonisés tout au long de leur mise en
MEDD et MATD) œuvre ;
- élaboration de modules de formation harmonisés sur la stratégie ;
- formation/recyclage des acteurs ;
- supervision et suivi/évaluation de la stratégie.
- Supervision et suivi-control des activités
- Capitalisation des expériences dans la perspective de la mise à jour des documents
harmonisés
2
Volet 2 du document de l’Opérationnalisation de la Stratégie de mise en œuvre de la composante « infrastructures
d’assainissement en milieu rural » du PN-AEPA
3
Volet 2 du document de l’Opérationnalisation de la Stratégie de mise en œuvre de la composante « infrastructures
d’assainissement en milieu rural » du PN-AEPA
Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 22
Acteurs Rôles
Conseil municipal :
- participation à la définition des orientations des projets et programmes ;
- choix des villages, planification ;
- valorisation des PCD/AEPA par des recherches de financement ;
- mise en place et animation des cadres de concertations sur l’assainissement ;
- gestion de la subvention ;
- coordination des interventions sur le ressort de la commune ;
- supervision et suivi/évaluation de la stratégie.
- Veiller à la gestion des latrines institutionnelles en responsabilisant les responsables des
écoles, des centres de santé, des APE, des COGES
- Veiller à la gestion des latrines publiques en contractualisant avec des exploitants tout en
contrôlant le service.
Conseillers municipaux :
- contribution à la mobilisation des populations pour les activités d’assainissement ;
- sensibilisation et participation à la réception et à la remise des matériaux aux
Communes bénéficiaires ;
- aide à la résolution des problèmes rencontrés sur le terrain par les animateurs et les
techniciens.
Techniciens communaux :
- Suivi, appui à la réalisation des ouvrages
- Veille au respect des normes et prescriptions techniques de réalisations des ouvrages
- Renforcement des capacités des acteurs locaux
- Appui à la sensibilisation des populations
- Appui à la gestion des subventions
Points focaux AEPA
- suivi, appui, la capitalisation des réalisations au compte de la commune ;
- appui à l’identification des bénéficiaires ;
- collecte des informations sur les réalisations d’ouvrages d’assainissement de la
commune ;
- appui et facilitation de la tâche des animateurs et des techniciens sur le terrain.
CVD :
- mobilisation de la communauté pour la planification ;
- appui à l’exécution, au suivi/évaluation des activités d’assainissement ;
- appui les points focaux pour la collecte des informations sur l’assainissement ;
- collaboration avec les Conseillers municipaux ;
- appui à l’organisation des AG ;
- appui à l’identification des bénéficiaires ;
- sensibilisation pour la mobilisation de la part contributive des bénéficiaires.
Hygiénistes :
- Sensibilisation des ménages à l’utilisation, à l’entretien et à la maintenance des
ouvrages d’assainissement ;
- appui les CVD à la mobilisation communautaire.
Communautés
Leaders communautaires :
- Contribution à la prise de décision par les populations
- Contribution à veiller au respect des engagements des populations
- Facilitation des séances d’animation
Animateurs endogènes :
- Contribution à la sensibilisation des populations ;
- participation au suivi de l’utilisation et de l’entretien des latrines.
Maçons :
- implantation des fosses et des ouvrages ;
- vérification de la qualité et de la quantité des agrégats ;
- vérification de la conformité des fosses ;
- contribution à la sensibilisation des bénéficiaires pour la mobilisation de leur
Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 23
Acteurs Rôles
contrepartie ;
- réalisation et maintenance des latrines.
Bénéficiaires :
- expression de la demande de latrines selon la procédure déterminée par la commune ;
- mobilisation de leur contribution dans les délais pour la réalisation des latrines ;

Partenaires techniques et financiers :


- appui technique et financier pour la mise en œuvre des projets et des programmes ;
- supervision des activités sur le terrain ;
- contribution à l’élaboration des politiques et stratégies du secteur ;
- participation au pilotage du PN-AEPA.
ONG/Associations :
- plaidoyer auprès des leaders d’opinion ;
- Participation à la relecture ou mise à jour de la stratégie harmonisée’’
Partenaires - participation à l’élaboration des modules harmonisés sur la stratégie ;
- utilisation des modules harmonisés pour la formation des acteurs sur la stratégie
harmonisée au niveau communal (autorités communales, CVD, hygiénistes, maçons,
etc.) ;
- mise en œuvre, le suivi/évaluation de la stratégie harmonisée au niveau de la commune
en étroite collaboration avec les services techniques ;
- collaboration avec les points focaux AEPA des communes pour la collecte des
informations sur l’assainissement au fur et à mesure des réalisations ;
- contribution à la mise à jour du document de stratégie harmonisée.

NB : par souci d’harmonisation et de durabilité, l’animation de proximité sera assurée par les hygiénistes
membres des Associations des Usagers de l’Eau (AUE) ou des Agents de Santé Communautaire (ASC)
qui sont encadrés par les structures de la santé, de l’eau et de l’assainissement. Cependant dans le cas des
villages sans AUE ni agent de santé communauté, on pourrait former des hygiénistes qui joueront ce rôle.

V. Transfert des ressources financières aux communes


Le transfert des ressources financières aux communes au profit de l’assainissement familial transparaît
à quatre (4) niveaux du cadre institutionnel :
– Les textes juridiques régissant le transfert des fonds ;
– Les procédures de transfert des fonds aux communes ;
– Les procédures de gestion des fonds par les communes ;
– Le dispositif de suivi-évaluation de la mise en œuvre du transfert.
Les textes qui régissent le transfert des ressources aux communes sont quasi-identiques pour le sous-
secteur de l’Approvisionnement en Eau Potable et celui de l’assainissement. Ce sont entre autres le
Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT) et ses modifications, le Décret n°2009-
107/PRES/PM/MATD/MAHRH/MEF/MFPRE du 03 mars 2009 portant transfert de compétences et
des ressources de l’Etat aux communes dans le domaine de l’approvisionnement en eau potable et de
l’assainissement et les Circulaires Budgétaires des Collectivités territoriales.
Cependant quelques modifications sont nécessaires sur ces textes pour prendre en compte la question
de l’assainissement des eaux usées et excreta à savoir sur l’intitulé et l’Article 2 de l’Arrêté conjoint
interministériel portant transfert des ressources et sur la Circulaire Budgétaire des Collectivités
Territoriales (CBCT).
Une fois que le transfert des fonds est effectif dans le compte communal, leur gestion par les
communes comporte trois grandes phases, à savoir la prévision des dépenses, l’engagement des

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 24
dépenses et la liquidation des dépenses4. Aussi, faut-il que les dispositions et mécanismes prévus dans
le dispositif de suivi-évaluation soient bien fonctionnels et que la procédure de transfert soit maitrisée
et bien suivie jusqu’au bout dans les délais.

V.1 Procédures de transfert

 Transfert des fonds du budget de l’état


La procédure de transfert de fonds à suivre est classique et se passe entre les Ministères en charge de
l’assainissement, de l’économie et des finances (tutelle économique) et celui en charge des
collectivités territoriales (tutelle administrative).
Dans la perspective du transfert annuel des fonds aux communes pour la promotion de
l’assainissement familial, la Direction Générale de l’Assainissement des Eaux Usées et Excreta
(DGAEUE) doit :
– saisir les moments de révision annuelle de la CBCT pour une prise en compte de ses
préoccupations inhérentes à la gestion des ressources transférées par les communes ;
– saisir les processus d’élaboration de la loi de finances pour communiquer, en temps opportun au
Ministère de l’Economie et des Finances (MEF) via la DAF du MEAHA le montant global
qu’elle voudrait transférer aux communes l’année suivante ;
– saisir le Comité Technique Interministériel (CTI) de la décentralisation, en ce qui concerne la
faisabilité d’une opération spécifique.
Les procédures de transfert se résument principalement :
– à l’évaluation annuelle des ressources à transférer ;
– à la validation des montants à inscrire dans le budget de l’État sur la base des montants du Cadre
de Dépenses à Moyens Termes (CDMT) des ministères sectoriels ;
– à la budgétisation à la section 98 des ministères sectoriels ;
– à l’élaboration des projets d’arrêtés interministériels de répartition conjointement avec les
ministères sectoriels ;
– à la mise à disposition des montants répartis aux communes pour la budgétisation ;
– à la transmission des arrêtés aux communes ;
– au déblocage des fonds au profit des communes sur la base des arrêtés interministériels ;
– à l’assistance technique des communes dans l’exécution des ressources transférées ;
– au suivi de tout le processus.
Dans le cadre de la gestion des ressources financières liées aux compétences transférées aux
communes, il a été créé la section 98 dans le budget de l’État. Toutes les ressources transférées y sont
logées.
La DGAEUE identifie les communes bénéficiaires (en partenariat avec les DREAHA) puis, veille à
l’inscription du montant dans le budget ministériel et dans la loi de finances par le biais de la DAF et
de la Direction Générale des Etudes et des Statistiques Sectorielles (DGESS) du MEAHA.
Parallèlement à cela, la DGAEUE communique à la DGCT qui notifie à son tour les communes des
montants qui leurs seront alloués afin qu’elles les prennent en compte dans leurs budgets de l’année N
élaborés en octobre de l’année N-1.
Cette étape préalable et primordiale doit se faire au plus tard en Novembre de l’année N-1. Une fois la
loi de finances adoptée et son Décret promulgué, la DGAEUE initie un projet d’Arrêté interministériel
(MEAHA, MEF, MATD) où l’objet est clairement précisé et portant répartition du montant inscrit par

4
Cf feuille de route transfert progressif de la subvention à l’Assainissement familial aux communes d’ici à 2015
Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 25
commune bénéficiaire. Cet Arrêté doit être signé par les trois ministres (MEAHA, MEF, MATD) au
plus tard en Février de l’année d’exercice en cours (année N). Une fois cet Arrêté signé, la Direction
Générale du Budget s’occupe de la mise en disponibilité des fonds au niveau de ces receveurs par
l’entremise de ces directions régionales et provinciales. Ces derniers, à travers une lettre de recette,
notifient à la commune que son compte est approvisionné pour une dépense bien précise. C’est la
dernière étape du transfert qui doit se faire impérativement en début Mars.
Cependant, il est nécessaire qu’une Circulaire soit élaborée par la DGAEUE et soumise en
approbation au MEF et au Ministère de l’Aménagement du Territoire et de la Décentralisation
(MATD), afin de fournir une base objective aux communes et aux Contrôleurs Financiers du MEF
pour une meilleure gestion des ressources transférées. La Circulaire a pour objet de donner des
indications et des précisions sur les composantes de la promotion de l’assainissement familial, la
structure par composante et les principales modalités de leur mise en œuvre.

 Transfert des fonds des partenaires financiers aux communes

Selon le Décret n°2013- 290/PRES/PM/MEF/MATS du 16 Avril 2013 portant signature de convention


entre les collectivités territoriales et les Associations/ONG internationales, les ONG et Associations
sont à mesure de signer des conventions avec les communes leur permettant de transférer des fonds
directement à celles-ci. Ces ONG peuvent demander au MEF une autorisation pour ouvrir un compte
Spécial au niveau du trésor au nom des communes afin que celles-ci disposent de l’argent à tout
moment pour les travaux d’assainissement en évitant les lourdeurs des procédures étatiques.
Egalement la DGAEUE pourrait contacter certains partenaires financiers qui vont mettre en commun
des financiers pour former un panier de financement commun. Ce Panier de Financement Commun
sera mis à la disposition de la DGAEUE qui va se charger de mettre à la disposition des communes ces
fonds pour la mise en œuvre de l’assainissement au niveau communal. Cela permettra d’éviter les
blocages dans les paiements des artisans locaux dû à la complexité des procédures administratives au
niveau de l’état.

V.2 Rôles des acteurs dans le transfert et la gestion des ressources financières
aux communes

V.2.1 Rôles des acteurs dans le transfert et la gestion des ressources financières de l’Etat aux
communes

Le rôle de l’état se situe à deux (02) niveaux :


- Le niveau central ;
- Le niveau régional avec les services déconcentrés.

 Au niveau central :

La DGAEUE / MEAHA : Elle joue le rôle de structure centrale et doit :


- veiller à la sélection des communes pilotes, l’estimation annuelle du montant des ressources à
transférer, l’inscription budgétaire dans le budget ministériel jusqu’à l’adoption de l’Arrêté
interministériel portant sur le transfert ;
- informer à temps la DGCT des montants alloués aux communes;
- apporter un appui technique (fournir aux communes des DAO types, contrats types, PV types,
etc. ou tout autre document portant sur la politique et stratégies nationales mis en œuvre).

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 26
La DAF/MEAHA, elle se charge de :
- consolider en temps opportun les prévisions des fonds à transférer par la DGAEUE dans le
budget global du Ministère ;
- inscrire les fonds alloués dans le budget ministériel pour adoption dans la loi des finances.
- suivre la prise en compte des prévisions à transférer par la DGAEUE dans la loi de finances.
La Direction Générale du Budget (DGB), est le maillon incontournable et garant de la réussite de
l’opération de la chaîne. Elle a en est charge :
- l’étude avant approbation des budgets et comptes des communes ;
- la définition des orientations budgétaires en dépenses ;
- l'élaboration du budget de la dépense ;
- la préparation des projets de décrets et des arrêtés de virement de crédits.
La Direction Générale des Collectivités Territoriales, elle est chargée :
- d’informer à temps la commune de l’allocation budgétaire qui lui est accordée pour la
préparation de son projet de budget ;
- d’appuyer la DGAEUE dans la préparation du projet d’Arrêté interministériel portant transfert de
ressources aux communes ;
- d’apporter un appui dans le suivi financier du processus dans son ensemble avec tous les acteurs
impliqués.

 Au niveau régional :

La DREAHA doit intervenir dans :


- l’identification des communes bénéficiaires en tenant compte de la dotation pour la région
(déterminée par la DGAEUE) et des autres interventions sur le terrain ;
- le suivi des communes pour l’inscription des dotations dans leur budget dès que celles-ci sont
validées par le ministère en charge des collectivités territoriales;
- l’assistance rapprochée à la maitrise d’ouvrage (montage des dossiers, sélection des prestataires,
suivi de l’exécution et des réceptions, gestion des ouvrages réalisés).
La Direction Régionale du Contrôle et des Marchés / DGCMEF. Sous son contrôle, deux niveaux
d’intervention se dégagent :
Les contrôleurs financiers sont chargés de :
- vérifier forcément toute dépense de la part de la commune pour l’éligibilité et la conformité aux
procédures ;
- vérifier que les dépenses sont décomptées sur le bon chapitre ou ligne budgétaire. Dès lors qu’il
détecte une illégalité, il a pouvoir de rejeter le paiement décidé par l’ordonnateur (le Maire).
Les spécialistes des passations des marchés, ils sont chargés de :
- vérifier la pertinence du plan de passation des marchés au regard du budget communal adopté et
la conformité des DAO vis à vis du code des marchés publics ;
- procéder à la publication officielle, par la DGCMEF dans le journal des marchés publics, des
offres de marchés et des attributions de marchés par les communes.
La Direction Régionale du Trésor est chargée de :
- réceptionner les fonds transférés du niveau central au bénéfice des communes et de créditer leur
compte respectif du montant stipulé dans les Arrêtés de transfert ;
- intervenir également dans la phase de paiement des mandats (prise en charge comptable et
règlement) ;
Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 27
- Elaborer et diffuser à temps le compte de gestion de la commune.
Le Percepteur opère et réside au niveau communal. Il a en charge :
- d’assurer la gestion des comptes des différents acteurs, dont celui de la commune ;
- de notifier mensuellement au maire, la situation du compte par des certificats de recettes (entrées
d’argent dans le compte) et de dépenses (décaissements opérés) ;
- d’informer le maire sur les disponibilités financières de la commune ;
- d’assurer le paiement des mandats (prise en charge comptable et règlement).
Les Communes :
La commune est le maître d’Ouvrage et se place au cœur du dispositif. Elle a en charge de :
- inscrire sa dotation dans son budget dès que celle-ci est communiquée par la DGCT;
- identifier les ménages bénéficiaires de la subvention ;
- gérer le processus de recrutement des prestataires (le lancement des appels d’offre, la sélection,
l’attribution des marchés conformément aux délibérations de la commission communale chargée
de l’attribution des marchés) ;
- gérer les contrats établis ;
- suivre et participer à la mise en œuvre de l’IEC
- veiller au suivi-contrôle des travaux ;
- procéder à la réception provisoire et définitive des travaux ;
- appuyer la mise en place du dispositif de gestion des ouvrages ;
- Elaborer et diffuser à temps le compte administratif de la commune ;
- suivre la gestion et l’entretien des ouvrages d’assainissement institutionnels et publics.

V.2.2 Rôles des ONG/Associations dans le transfert et la gestion de leurs ressources financières
aux communes

Selon le Décret n°2013- 290/PRES/PM/MEF/MATS du 16 Avril 2013 portant signature de convention


entre les collectivités territoriales et les Associations/ONG internationales, les ONG et Associations
sont à mesure de signer des conventions avec les communes leur permettant de transférer des fonds
directement à celles-ci.
Ils veillent aux aspects suivants :
- décider des fonds et subventions à allouer aux communes ;
- formaliser la collaboration avec les communes ;
- apporter un appui dans le suivi financier des fonds qu’ils allouent à travers un système
opérationnel de suivi à tous les niveaux.
- renforcer les capacités des communes à gérer directement les fonds mis à disposition dans son
compte pour recruter et payer toutes les prestations ;
- apporter un appui technique depuis l’étape de conception-projet, jusqu’à celle de bonne fin, en
passant par les phases identification des besoins, budgétisation, préparation des DAO (avec des
DAO types préconçus), lancement, appui des communes au recrutement des prestataires, à la
supervision et à la réception des ouvrages ;
- Évaluer les performances des communes et apporter les corrections nécessaires.

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 28
VI. Risques liés à la mise en œuvre de la stratégie harmonisée
Dans la mise en œuvre de la stratégie harmonisée, quelques risques sont à craindre et voici quelques
solutions pour remédier à cela. Ci-dessous les principaux risques avec une proposition de mesure de
mitigation :

 Tableau 9 : principaux risques et leurs mesures d’atténuation

Les principaux risques Les mesures d’atténuation


1. Le désintérêt / le manque d’engagement et de 1. Implication de l’AMBF et le MATD dans le
soutien des acteurs communaux ; choix des communes
2. La non-adhésion des communes par rapport à 2. Rédiger des procédures de mise en œuvre en
la démarche progressive ; aidant les maires dans leur choix des villages

1. Le désintérêt / le manque d’engagement et de 1. Faire un plaidoyer à l’endroit des PTF pour


soutien des PTF montrer le bien-fondé et la démarche de mise en
œuvre du transfert aux communes ;
1. Le retard dans le déblocage des fonds ; 1. Informer les acteurs chargés du déblocage de
2. La faiblesse des ressources transférées par l’importance de la tenue du calendrier du
l’Etat ; transfert ;
2. Bien budgétiser et faire un plaidoyer pour
l’octroi de fonds consistant pour les travaux au
vue des objectifs à atteindre.
1. L’insuffisance de renforcement des capacités des
1.Bien identifier les besoins de renforcement des
acteurs locaux ; capacités des acteurs locaux
2. La non-utilisation des compétences locales ; 2.Promouvoir les compétences locales en demandant
3. La mauvaise gestion de la subvention au niveau aux prestataires d’en utiliser ;
communal ; 3.Mettre en place un système de suivi-control de la
gestion
1. La non-appropriation du processus de la 1. Responsabiliser les acteurs à tous les niveaux par
stratégie par les communes et les acteurs ; rapport à leur rôle préalablement défini dans le
2. Le non-respect du suivi à différents niveaux ; document
3. Le manque / insuffisance de coordination des 2. Prévoir dans les fonds transférés une partie pour la
réalisation et une autre pour le suivi
interventions des acteurs.
3. Tenir régulièrement les cadres de concertations et
superviser les interventions des différents acteurs

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 29
VII. Mécanismes de mise en œuvre de la phase pilote pour le transfert des subventions de l’Etat
aux communes

L’opérationnalisation de la stratégie de transfert des subventions de l’Etat aux communes rurales pour
l’assainissement familial ne peut se faire d’un seul coup dans toutes les communes rurales. Plusieurs
raisons expliquent cela :
- les capacités opérationnelles des communes sont assez hétérogènes ;
- les fonds programmés annuellement ne suffiront pas à couvrir toutes les communes de façon à
réaliser assez d’ouvrages pour un impact sensible. Cette option est à écarter si on veut éviter le
saupoudrage.
Tenant compte de ce qui précède, la DGAEUE et ses partenaires adopteront une démarche progressive
de façon à tirer les leçons des premières expériences, pour améliorer la stratégie avant sa diffusion à
grande échelle. Le choix de ces communes pilotes sera fait sur la base des critères précis.

VII.1 Critères de sélection des communes pilotes pour le transfert


Pour une première expérience, le choix des critères se fera de façon à avoir des communes ayant les
capacités pour une réussite de l’opération. Mais, il faut aussi se rappeler que nous apprenons plus de
nos échecs que de nos réussites. Pour cela, il serait important que les critères retenus permettent aussi
que des communes qui n’ont pas de grandes capacités institutionnelles aient la chance de faire partie
de l’échantillon, quitte à avoir un suivi et un accompagnement plus important pour cette catégorie de
communes. Les leçons tirées seront en ce moment assez diversifiées pour servir de base pour le
renforcement des capacités des autres communes dans le cadre du passage à l’échelle.
Aussi, les critères suivants ont-ils été retenus en tenant compte de deux catégories de
communes rurales :
- Les communes en avance du point de vue institutionnel ;
- Les communes qui sont moins avancées du point de vue institutionnel.

 Tableau 10 : critère de sélection des communes pilotes pour le transfert

COMMUNES EN AVANCE DU POINT DE VUE INSTITUTIONNEL


Compétences
Conditions de base Observations
souhaitées
- Existence de - Disposer d’un PCD-AEPA à jour - Dans l’échantillon, les
techniciens - Avoir Collaboré avec une ONG/Associations intervenant communes les plus
communaux dans le domaine de l’assainissement avancées doivent être en
- Avoir un taux d’engagement des fonds transférés d’au grand nombre par rapport
- Avoir une moins 50% ; aux communes les moins
administration - Etre une commune Rurale avancées
fonctionnelle - Avoir affecté des fonds à la ligne budgétaire allouée à - Entre plusieurs
l’assainissement communes satisfaisant
- Avoir une - Avoir une expérience en promotion de l’assainissement aux autres critères, on
capacité en familial ; privilégiera celles à faible
gestion financière - Avoir réussi sur les trois dernières années, un taux moyen taux de couverture
et administrative d’exécution annuel de son budget d’au moins 60% ;
- Avoir un faible taux de couverture communal en
ouvrages d’assainissement familial.

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 30
COMMUNES LES MOINS AVANCEES DU POINT DE VUE INSTITUTIONNEL
Compétences
Conditions de base Observations
souhaitées
- Disposer d’un PCD-AEPA à jour - Affecter un minimum de
- Collaboration avec une ONG/Associations intervenant moyen aux communes les
dans le domaine de l’assainissement moins avancées
- Avoir une expérience dans la gestion des fonds - Entre plusieurs communes
transférés satisfaisant aux autres
- Etre une commune Rurale critères, on privilégiera
- Avoir un faible taux d’équipement communal en celles à faible taux de
ouvrages d’assainissement familial. couverture

VII.2 Caractéristiques de l’échantillon

La réalisation de toute expérience pilote nécessite un suivi intensif et rapproché afin de pouvoir,
documenter le processus, identifier les problèmes et apporter des correctifs nécessaires. De ce fait, il
est important, que l’échantillon retenu ait certaines caractéristiques :
- être représentatif sans toutefois que la taille de l’échantillon ne dépasse les capacités de suivi de la
DGAEUE et que les fonds qui seront transférés annuellement à chaque commune puissent être
absorbés tout en permettant de réaliser assez d’ouvrages pour des effets visibles et un impact
sensible à long terme. Pour la première année vingt (20) communes seront sélectionnées pour
bénéficier en moyenne de trente (30) millions F CFA pour réaliser au minimum quatre cent(400)
latrines familiales ;
- comporter des communes proches les unes des autres (ne pas embrasser toutes les régions à la
fois) afin de faciliter le suivi par la DGAEUE ;
- comporter des communes avancées et moins avancées sur le plan institutionnel, mais avec un
pourcentage plus faible pour les communes moins avancées.

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 31
VII.3 Planning d’étape pour le démarrage de la phase pilote

 Tableau 11 : planning d’étape pour le démarrage de la phase pilote du transfert des fonds Assainissement

Année préparatoire 2014 Exercice budgétaire année 2015


Activités

Aoû.

Aoû.
Mai.

Mai.
Nov.

Nov.
Avr.

Juin

Avr.

Juin
Mar

Mar
Juil.

Juil.
Déc.

Déc.
Fév.

Fév.
Oct.

Oct.
Jan.

Sep.

Jan.

Sep.
Identification par les DREAHA des communes
x x x
bénéficiaires pour l’année 2015
Consolidation de la liste des communes
x x
bénéficiaires par la DGAEUE
Inscription des fonds dans le CDMT / loi de
x x x
Finance par la DAF/MEAHA
Demande annuelle Modification du CBCT par
x
la DGAEUE
Notification aux communes pour la prise en
x
compte dans leur budget des fonds à transférer
Adoption de la loi de finance x x
Signature de l’arrêté interministériel x
Elaboration de la circulaire budgétaire et
x x x
signature dudit document
Transfert des crédits par la DGB dans les
x x
comptes des communes pour l’année 2015
Mise à disposition de la circulaire au niveau des
x x
contrôleurs financiers
Notification aux communes de
x x x
l’approvisionnement de leur compte par la DGB
Notification aux DREAHA par le receveur de
x x x x x x x x x x x
l’ordre de recette

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 32
VIII. Système de suivi-évaluation de la mise en œuvre de la stratégie
VIII.1 Le suivi
Le défi majeur qui se profile à l’horizon par rapport au suivi de la mise en œuvre de la stratégie, est de
pouvoir établir la situation financière des fonds transférés, de façon indexée à celle des engagements et
des liquidations opérées, et ce, en lien avec l’évolution des réalisations d’ouvrages. Il y a également la
difficulté de faire la part des choses entre différentes sources de financement reçus par les communes.
Aussi, le suivi qui se fera à différents niveaux prendra-t-il en compte ces préoccupations.
Au niveau national
Au niveau central, la DGAEUE renforcera sa collaboration au sein du MEAHA avec la DAF en
charge des aspects financiers. Il importe également que la DGAEUE puisse développer la concertation
avec les structures techniques du MATD et du MEF. Le suivi sera fait trimestriellement par la
DGAEUE.
Au niveau Régional
Au niveau régional, il est indispensable que la DGAEUE développe une collaboration étroite avec
les DREAHA qui ont pour vocation d’apporter un appui conseil technique aux communes. La
collaboration entre les structures déconcentrées du MEF et les DREAHA permettra de faire le suivi
financier de la mise en œuvre de la stratégie.
Par ailleurs, la dynamisation des revues à mi-parcours au niveau régional permettra à la DGAEUE de
cerner l’implication des acteurs et l’évolution d’ensemble des situations. Le suivi sera mensuel.
Au niveau communal
Au niveau communal, la DGAEUE, via la DREAHA, mettra à la disposition des administrations
municipales des outils simples permettant la consignation de l’état d’avancement de la mise en
œuvre des interventions.

VIII.1.1 Suivi de l’application des procédures harmonisées par les acteurs étatiques et non
étatiques
Afin de s’assurer que les procédures harmonisées sont appliquées par les acteurs du sous-secteur
assainissement, la DGAEUE organisera avec l’appui des partenaires techniques et financiers des
rencontres d’information des acteurs sur les procédures harmonisées. Elle veillera également à ce
qu’un texte légal soit pris pour rendre obligatoire l'application des normes techniques prescrites dans
les procédures harmonisées.
A l’issue de ces étapes, un suivi spécifique de terrain sera assuré par la DGAEUE de manière
périodique et pour cela, les actions suivantes devront être réalisées :
- la définition des mécanismes de suivi des interventions des acteurs ;
- l’élaboration et l’exécution d’un plan de suivi ;
- l’élaboration et la diffusion d’un rapport de suivi annuel sur l'alignement des acteurs à la
politique nationale d'assainissement ;
- l’organisation d’une rencontre de plaidoyer auprès des PTF pour une prise de décision par
rapport aux futurs financements des projets d'assainissement sur la base des rapports annuels
de suivi des interventions des acteurs.

Ces suivis donneront l’occasion à la DGAEUE de vérifier l'implication des communes dans la mise
en œuvre des actions d'assainissement sur leurs territoires communaux et d’appuyer la concertation
communale et régionale dans le but d’améliorer la coordination de la mise en œuvre de la stratégie
harmonisée d'assainissement en milieu rural.

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 33
VIII.1.2 Suivi de la mise en œuvre de la stratégie de transfert

Pour réussir le transfert des fonds aux communes pour la réalisation des ouvrages d’assainissement
familiaux, plusieurs conditions doivent être réunies :
- l’élaboration des budgets communaux dans les normes et dans les délais requis ;
- la notification aux communes des montants à transférer par la DGAEUE ;
- l’inscription des fonds à transférer pour l’assainissement dans les budgets communaux ;
- l‘adoption des budgets communaux en temps opportun ;
- la transmission des budgets communaux (intégrant les fonds à transférer pour l’assainissement)
en temps opportun à la DGAEUE ;
- la communication en temps opportun au MEF par la DGAEUE du montant global à transférer
aux communes l’année suivante pour une prise en compte dans la loi de finances qui est en
général adoptée en décembre ;
- le transfert en temps opportun des fonds pour l’assainissement aux communes.

Pour s’assurer de l’effectivité de l’existence de ces conditions et de l’efficacité du mécanisme de


transfert, les indicateurs suivants sont proposés afin que des données soient collectées pour les vérifier.

Les indicateurs à vérifier lors du suivi


- Pourcentage de communes rurales ayant reçu une notification de la DGCT sur le montant à
transférer par la DGAEUE à travers la DREAHA ;
- Pourcentage de communes rurales ayant inscrit les fonds à transférer pour l’assainissement dans
les budgets communaux ;
- Pourcentage de communes rurales ayant transmis leurs budgets communaux (intégrant les fonds
à transférer pour l’assainissement) en temps opportun à la DREAHA ;
- Respect des délais de transmission au MEF par la DAF/MEAHA du montant global à transférer
aux communes l’année suivante pour une prise en compte dans la loi de finances ;
- Pourcentage de communes rurales ayant leurs fonds transférés en temps opportun.

Pour les communes rurales moins avancées sur le plan institutionnel, un suivi des risques identifiés
sera indispensable. Cf. principaux risques au point VI.

VIII.1.3 Suivi de la gestion des subventions par les communes


Une fois que les fonds seront transférés aux communes, il est important de faire un suivi afin de
s’assurer de leur bonne gestion. Les indicateurs ci-après permettront de faire un suivi efficace sur le
terrain.

Les Indicateurs à vérifier


- Niveau d’absorption des fonds transférés ;
- Niveau de traçabilité des fonds (système de suivi des réalisations faites avec le fonds transférés –
pourcentage d’ouvrages référencés) ;
- Nombre de communes disposant d’outils de base (tableaux de bord ou fiches récapitulatives)
pour consigner les informations sur les réalisations faites avec les fonds transférés ;
- Pourcentage de communes ayant engagé les dépenses liées à l’assainissement ;
- Pourcentage de communes disposant d’un plan de passation de marchés ;
- Pourcentage de communes dont les DAO sont acceptés à la première soumission ;
- Pourcentage de communes qui notifient dans le délai les prestataires sélectionnés ;
Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 34
- Pourcentage de communes qui réalisent à temps les opérations de réception provisoire et
définitive ;
- Pourcentage de communes qui notifient à temps les résiliations des contrats des prestataires
défaillants ;
- Pourcentage de communes ayant liquidé à temps leurs dépenses ;
- Pourcentage de communes qui disposent des bases de données à jour relatives à l’exécution
budgétaire assortie d’une indexation aux réalisations physiques ;

VIII.1.4 Suivi des réalisations des ouvrages


Une fois que les fonds sont transférés aux communes, il est important de faire un suivi afin de
s’assurer de l’avancement des réalisations des ouvrages d’assainissement et du respect des
prescriptions techniques. Les indicateurs ci-après permettront de faire un suivi efficace sur le terrain.

Les indicateurs à vérifier

- Taux d’achèvement des ouvrages dans les délais ;


- Pourcentage de latrines réalisées selon les prescriptions techniques ;
- Nombre de communes ayant mis à jour à temps la base de données des ouvrages réalisés.

VIII.1.5 Suivi du changement de comportements


Le but de l’action des Communes bénéficiaires n’est pas de consommer uniquement le budget alloué
pour réaliser des latrines familiales. Mais d’aller au-delà de cela en sensibilisant les populations à
utiliser et à entretenir ces latrines de sorte à mettre fin à la défécation à l’air libre. Par conséquent, il
sera institué le suivi des aspects de promotion de l’hygiène et de l’assainissement à travers un
concours annuel intercommunal.

Les indicateurs à vérifier


- Pourcentage de ménages qui disposent de latrines
- Pourcentage de ménages qui utilise les latrines ;
- Pourcentage de personnes qui se lavent les mains après les toilettes
- Pourcentage de ménages qui entretiennent leurs latrines

VIII.2 L’évaluation
L’évaluation de la phase pilote interviendra à la fin de l’année fiscale 2015. Elle sera assurée par une
équipe externe et portera un regard critique sur le déroulement du processus de transfert, les difficultés
rencontrées et les leçons tirées. Les recommandations issues de cette évaluation permettront de
renforcer la stratégie.

Document de procédure concertée et harmonisée pour la promotion de l’Assainissement en milieu rural Page 35