Vous êtes sur la page 1sur 4

IV

16 MARS 2018

COURS & MARCHES

Productions végétales

 

CÉRÉALES

   

13 mars

   

ALIMENTATION ANIMALE

N : nominal ; C : camion ; TC : train complet ; P : péniche ; A : acheteur ; V : vendeur ; T : traité

     

9 mars

Blé tendre

   

Récolte 2017

   

SONS ET ISSUES

 

/ t

   

Échéance

         

Sons fins - départ région parisienne

 

116-118

Rendu

Spécifications

Euro/tonne

Observations

TOURTEAUX

   

Rouen

76/220/11

 

mars

 

154,00

N

 

Soja Lorient

 

376

Fob

 

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

     

Tournesol Saint Nazaire

 

173

Colza - Rouen

 

245

Moselle

meunier

 

mars-juin

 

151,00

N

 

PULPES BETTERAVES

   

Départ

 

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

     

Aisne

 

-

   

Somme - Oise

   
           

-

Eure/Eure-et-Loir

BPMF 76 kg/hl

 

mars-juin

 

146,00

NC

Marne

 

155

Marne

BPMF

 

mars-mai

 

146,00

NC

 

LUZERNE DESHYDRATEE

   

Maïs

       

Récolte 2017

   

Départ Marne

 

170

PSC

 

Rendu

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

     

Manioc Lorient

 

-

Bordeaux

   

mars-juin

 

150,00

 

N

   

Corn gluten feed - Lestrem

 

-

 

Fob

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

       

PAILLES ET FOURRAGES

Rhin

 

mars-sept.

165,00

N

 

9

mars

Départ

 

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

       

PAILLES DE BLE

   

Centre Bassin Parisien : Atitre indicatif

   

Eure/Eure-et-Loir

 

mars-juin

 

145,00 à 146,00

NC

 

Balle rectangulaire sous abri 300-400 kg

 

75,00 à

Orge fourragère

       

Récolte 2017

   

80,00 /t

Balles pickup (départ champ) 25 kg

 

n.p.

Rendu

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

     

Nord-Est :

   

Rouen

62-63 kg/hl

 

mars

 

159,00

N

 

Balles de 20-25kg sous abri

 

inc.

 

Échéance

       

Grosses balles rectangulaires de 300-400 kg

 

inc.

 

Fob

Spécifications

 

Euro/tonne

 

N

sans abri

 

Moselle

sans limit. d’orgettes 61/62 kg/hl

 

mars-juin

 

148,00

N

 

Grosses balles rectangulaires de 300-400 kg sous abri

 

80,00à

 

Échéance

         

95,00 /t

Départ

Spécifications

 

Euro/tonne

   

Aisne

62/63 kg/hl

 

mars-juin

 

142,00

NC

   

SUCRE

 

Eure/Eure-et-Loir

63 kg/hl mini

 

mars

 

147,50

NC

 

(Londres)

   

13 mars

Marne

62/63 kg/hl

 

mars-juin

 

141,00

NC

 

Terme mai 2018 : 436,58 F/T

 

OLÉO-PROTÉAGINEUX

     

CHEZ NOS VOISINS

 

Colza

     

Récolte 2017

   

9

mars

Rendu

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

 

Observations

   

PAYS-BAS CAF Hollande (en E/tonne) :

Rouen

   

mars-juin

 

332,00

 

N

   

Blé tendre

 

Avril

   

174,00

Fob

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

 

Observations

   

Mai-juin

   

174,00

Moselle

         

mars

 

344,00

N

Septembre-décembre

   

173,00

Pois

     

Récolte 2017

 

Janvier-juin

   

177,00

Départ

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

     

Orge UE

 

Marne

fourrager

 

mars-avril

 

170,00

TC

 

Avril

 

172,00

Aisne

fourrager

   

inc.

C

 

Mai-juin

   

172,00

PRIX DU LIN TEILLÉ EN FRANCE

   

Juillet-août

   

160,00

Août-décembre

   

167,00

   

Récolte 2017

   

Récolte 2016

   

Mois de :

   

238,1

           

7

mars

 

Mini : 130 Maxi : 300

   

206,2

   

Décembre 2017

 

(-6,1)

BELGIQUE En euro/tonne CAF Belgique

 
   

235,8

     

Récolte complète

 

Mini : 110 Maxi : 300

   

212,9

 

Blé meunier (76/220/12) :

   

170,00

(+1,6)

Prix en Euros/100 kg de Fibres longues - base Comptabilités Matières Mini/maxi fibres longues - base Factures de vente Comptabilités Matières

 

Blé fourrager (72/73kg/hl) :

   

165,00

 

(source Cipalin)

Orge (62/63kg/hl kg) :

   

167,00

MATIF BLÉ MEUNIER

 

MATIF COLZA - PARIS

 

1 lot : 50 tonnes. Prix en Euros par tonne.

 

1 lot : 50 tonnes. Prix en Euros par tonne.

 

Echéance

02/03/18

05/03/18

06/03/18

07/03/18

08/03/18

 

Echéance

02/03/18

05/03/18

06/03/18

07/03/18

08/03/18

Mars 2018

163,5

 

164,25

163

 

161

163

Mai 2018

355,25

354

351,75

348,5

 

350

Mai 2018

164,75

165,75

165,5

 

164

164,5

Août 2018

351,5

351

348,75

346

 

347,5

Sept. 2018

169,75

170,75

170,5

 

169,5

170,5

Nov. 2018

354

354

351,75

349,5

 

351

Déc. 2018

173,5

 

174,25

174

 

173,25

174

Févr. 2019

357,75

357,25

355

353

   

354,25

Mars 2019

176,5

 

177

177

 

176

177

Mai 2019

359,75

359,25

357

355

   

355,75

Mai 2019

 

178

178,5

178,25

 

177,25

178,5

Août 2019

350,25

349,5

348,75

346,25

 

350,75

Sept. 2019

 

176

176,5

175,25

 

175,5

175,75

Nov. 2019

353,75

353

350,5

350,75

 

355,25

Déc. 2019

178,5

 

179

178,25

 

178,25

178,25

Févr. 2020

344,25

343,5

341

338,25

 

342,75

Mars 2020

179,25

181,5

179

 

178,25

178,25

Mai 2020

349

348,25

345,75

343

   

347,5

Mai 2020

181,75

184

182,25

 

181,25

178,25

Août 2020

349

348,25

345,75

343

   

347,5

Volume

73 052

39

060

27 209

 

27

985

30

851

Volume

8

089

5

919

7

840

6

322

 

9

043

PO

309 872

310

715

284 532

 

281

689

275

389

PO

97

816

97

689

96

632

96

811

 

95

549

> Evolution du cours du blé

811   95 549 > Evolution du cours du blé > Evolution du cours du soja
> Evolution du cours du soja et du colza
> Evolution du cours du soja et du colza
cours du blé > Evolution du cours du soja et du colza > Evolution du cours
> Evolution du cours du maïs
> Evolution du cours du maïs
> Evolution du cours du sucre
>
Evolution du cours du sucre

Blé tendre : globalement en recul Après avoir progressé entre le vendredi 2 et le lundi 5 mars (155,50 /t puis 156 /t pour le blé tendre rendu Rouen, par exemple), les cours des blés français et en Europe ont eu tendance à céder du terrain la semaine passée, tant sur les marchés physiques que sur les marchés à terme. Le rendu Rouen cotait 154 /t le vendredi 9 et le lundi 12 mars alors que sur Euronext, le contrat à terme échéance mars atteignait 157 /t le 12 mars (contre 160 /t le 9 mars et 164,25 le lundi 5 mars). Petite exception, le marché de Chicago qui, d’abord à la hausse (502,25 cts$/boisseau) le lundi 5 mars a ensuite baissé jusqu’à 489 cts$/boisseau vendredi 9 mars avant de

se ressaisir un peu lundi 12 mars, à 489,75 cts$/boisseau. Outre-Atlantique,

les informations concernant la sécheresse des terres (notamment au Kansas,

dans l’Oklahoma et au Texas) continuent d’impressionner les opérateurs, ce qui explique la légère remontée des cours. «La période courant de novembre à février n’a jamais été aussi sèche dans certaines zones du sud de la région des Plaines depuis 1895», expliquait un cabinet d’analyse.

Plaines depuis 1895», expliquait un cabinet d’analyse. Orge de mouture : recul et stabilisation Les prix

Orge de mouture : recul et stabilisation

Les prix de l’orge de mouture sur le marché physique français ont poursuivi leur baisse, reculant de 161 /t à 159 /t en une semaine, avant de rester sur ce niveau de cours le lundi 13 mars. Les primes portuaires reculent

un peu et l’offre est épuisée dans le Sud.

reculent un peu et l’offre est épuisée dans le Sud. Orges de brasserie : stagnation Les
reculent un peu et l’offre est épuisée dans le Sud. Orges de brasserie : stagnation Les

Orges de brasserie : stagnation Les cours des orges de brasserie de printemps (variété Sebastian) n’ont pas bougé cette semaine et cotent toujours 182 /t.

Maïs : raffermissement des cotations La bourse des céréales de Buenos Aires a noté un léger mieux quant aux conditions de cultures (surfaces en bonnes conditions en légère hausse, mais sur un niveau très bas ; légère amélioration aussi des conditions hydriques), mais les prévisionnels de production argentine sont revus à la baisse de 5 Mt, à 34 Mt. Le ministère américain de l’agriculture (USDA) a abaissé aussi sa prévision à 36 Mt pour le maïs argentin. Idem pour la pro- duction brésilienne estimée désormais à 87 Mt par l’USDA, contre 98 Mt l’an passé. La petite surprise est venue des stocks américains : attendus en légère hausse, ils sont finalement revus en baisse, de 4 Mt. En Europe, il s’avère que l’Ukraine a exporté un peu moins que l’année dernière à la même époque et l’USDA augmente de 1 Mt sa prévision de production pour l’UE à 28 (61 Mt). En France, les prix Fob redeviennent compétitifs face notamment aux maïs

ukrainiens. Sur la bourse de Chicago, le boisseau de maïs pour livraison en mai a fini lundi 12 mars à 3,9075 $ contre 3,9050 $ vendredi 9 mars. Sur Eu- ronext, le contrat cotait 163,75 /t lundi 12 mars, contre 157 /t lundi 5 mars.

€ /t lundi 12 mars, contre 157 € /t lundi 5 mars. Colza : les cours

Colza : les cours poursuivent leur baisse Les cotations du colza sur le marché physique français ont pour- suivi leur baisse cette semaine. Le rendu Rouen cotait 332 /t lundi 12 mars contre 340 /t une semaine plus tôt. La même tendance est constatée sur le marché à terme d’Euronext. En fait, ces cours suivent ceux de l’huile de colza sur Rotterdam, qui suit la tendance baissière du canola à Winnipeg, voire de l’huile de palme à Kuala Lumpur. Ce mouvement est renforcé par le repli du pétrole.

Lumpur. Ce mouvement est renforcé par le repli du pétrole. Tournesol : hausse des cotations Même

Tournesol : hausse des cotations

Même si les cours du tournesol sur le marché physique français (rendu Saint Nazaire) sont restés stables ces derniers jours, la semaine se tra- duit par une hausse. Le cours s’établissait à 312 /t les 2 et 5 mars et a grimpé à 317,50 /t les vendredi 9 et lundi 12 mars.

a grimpé à 317,50 € /t les vendredi 9 et lundi 12 mars. Soja : encore

Soja : encore en hausse Comme dans le cas du blé états-unien, la crainte d’une sécheresse persistante sur une partie du pays, mais aussi du côté de l’Argentine, a poussé le boisseau de soja pour l’échéance de mai à la hausse. Il a clôturé à 10,4100 $ lundi 12 mars contre 10,3925 $ vendredi 9 mars. Un rebond technique, selon certains opérateurs, expliquerait aussi cette légère reprise du cours puisque la tendance était plutôt baissière sur les quatre séances précédentes à Chi- cago.

sur les quatre séances précédentes à Chi- cago. Déshydratés : statu quo Les prix des luzernes
sur les quatre séances précédentes à Chi- cago. Déshydratés : statu quo Les prix des luzernes

Déshydratés : statu quo Les prix des luzernes et des pulpes déshydratées sur le marché physique fran- çais n’ont pas bougé d’une mercuriale sur l’autre, faute d’affaires en récolte 2017. On note cependant une petite activité sur la prochaine campagne.

Pailles et fourrages : progression dans le nord-est

de la France

Les cours des pailles ont bien progressé sur le nord-est de la France, tirés par la demande nord-communautaire. Ailleurs, statu quo.

par la demande nord-communautaire. Ailleurs, statu quo. Sucre : retour à la baisse Des informations sont

Sucre : retour à la baisse Des informations sont venues étayer l’hypothèse d’une «offre abondante». Du coup, mercredi, la livre de sucre brut a touché 12,76 cts$ à New York, à son plus bas depuis neuf mois. L’Association indienne des raf- fineries de sucre (ISMA) a publié un chiffre de prévision de production qui devrait s’envoler en mars, à 29,5 Mt. L’UE est aussi en attente d’une produc- tion qualifiée d’abondante. Même la probabilité d’une production moindre du numéro 1 mondial, le Brésil, n’a pas altéré ce sentiment. Il se confirme par ailleurs que, dans ce pays, «les raffineries de canne vont privilégier l’étha- nol au sucre». Dernièrement, l’Organisation internationale du sucre (Iso) a ainsi reconnu dans son rapport mensuel que «les fondamentaux du marché ne sont pas encourageants et une hausse significative des prix est peu pro- bable».

et une hausse significative des prix est peu pro- bable». Coproduits : recul des drêches de

Coproduits : recul des drêches de maïs Les cours des poudres de lait et de lactosérum sont reconduits cette semaine sur un marché bien calme en spot, actuellement. Les prix des drêches de maïs ont évolué dans le rouge entre le 1 er et le 8 mars, suivant l’évolution baissière des tourteaux (colza spécialement). En corn gluten feed, c’est le statu quo, faute d’élément nouveau. En paille, les cotations sur le nord-est de la France ont bien progressé, tirées vers le haut par la demande nord-com- munautaire. C’est le statu quo par ailleurs.

16 MARS 2018

Fruits et légumes

Pomme de terre À destination de l’industrie, des besoins spécifiques en bintje de qualité se sont fait ressentir en surplus de contrat avec, en parallèle, un marché toujours ré- gulier vers l’épluchage sur une base de prix plus ferme. Les cours sont pour le moment inchangés malgré un courant d’affaire et une demande plus soutenue concernant la Fontane qui suscite plus d’intérêt. On observe parfois des reports de commande de certaines variétés comme Challenger vers la Fontane pour des raisons de qualités. L’épisode de froid a sensiblement redynamisé le mar- ché du frais malgré les vacances scolaires, et des commandes de rattrapage ont parfois été nécessaires suite aux perturbations qui ont pu impacter certaines livraisons. Le commerce export s’est lui aussi montré plus actif, quelle que soit la destination (Est, Italie, Moyen-Orient ainsi que l’Espagne et le Portugal) dans un contexte de marché très concurrentiel et négocié. Les cours restent cependant diversement orientés selon la destination.

Source : FranceAgriMer - Réseau des nouvelles des marchés (RNM) centre de Lille

Carotte : hausse des prix Les difficultés d’arrachages, dans certaines parcelles, avec les pluies, l’aug- mentation du taux de pertes et le gros travail de tri en station ont eu pour effet d’entraîner un manque de disponibilités sur le marché, se soldant par une hausse des prix. Cette semaine, le déficit d’offre restera d’actualité. Un contexte qui devrait conforter la tendance haussière actuelle des prix.

Chou-fleur : réajustements Bien qu’en progression - 644 900 têtes, vendredi -, la production bretonne est restée globalement mesurée et correctement absorbée, notamment par la demande export. Les prix ont été néanmoins réajustés, vu les hauts niveaux atteints. La reprise des volumes, cette semaine, devrait s’accompagner de nouveaux ajustements tarifaires, dans un contexte néanmoins attendu un peu plus actif, avec la fin des vacances notamment.

Concombre : développement L’offre nationale a continué de s’étoffer, en semaine 10 (91 000 colis, commer- cialisées en Centre-Est), face à une demande régulière, soutenue par la mise en place de promotions en GMS. Les prix ont légèrement reculé. Cette semaine, la poursuite du développement des référencements du produit français et la progression de la mise en consommation de ce légume sont des facteurs susceptibles de soutenir le marché et d’atténuer le mouvement de recul des prix.

Poireau : déclin des productions Le déclin progressif de productions régionales et quelques difficultés d’arra- chages dans certaines zones, avec les pluies, ont limité les mises en marché, favorisant ainsi la fermeté des prix. Cette semaine, la persistance d’engagements en GMS et le déclin global des disponibilités sur le marché devraient contribuer à tenir les prix, malgré le probable recul progressif de la consommation.

Salade : relative stabilité Le marché français est resté équilibré, en semaine 10. À l’export, un bon flux de vente a été enregistré, à des prix cependant plus disputés.

Tomate : démarrage français La saison française s’est amorcée (212 t en Bretagne et 85 t en Provence, ven- dredi), sur un marché encore aéré, l’offre espagnole demeurant mesurée et la logistique marocaine perturbée par la météo. Cette semaine, l’offre nationale va progresser. Les référencements français aussi, ce qui devrait permettre d’atténuer le recul des prix, lié à la plus forte pression des apports (français et étrangers).

J.-L.C

0,4 0,3 0,2 0,1 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
0,4
0,3
0,2
0,1
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
0,4 0,3 0,2 0,1 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

ENDIVES

Cours relevés par le Réseau des Nouvelles des Marchés centre de Lille

NORD / PICARDIE Expédition Hebdo - Valeur moyenne quotidienne. Les prix sont en Euros.

Date

05-03

06-03

07-03

08-03

09-03

Moyenne

Cat.I 2 x 500 g :

Cat.I 6/9 fruits sachet 1 kg : le kg

Cat.I colis 5 kg : le kg

Cat.I sachet 1 kg : le kg

Extra colis 5 kg : le kg

Extra plateau 1 rg : le kg

le kg

1,17

1,07

0,92

0,92

1,11

1,23

1,17

1,07

0,91

0,91

1,09

1,23

1,19

1,08

0,92

0,92

1,09

1,24

1,20

1,10

0,93

0,93

1,14

1,26

1,25

1,14

0,96

0,96

1,16

1,28

1,20

1,09

0,93

0,93

1,12

1,25

MIN DE RUNGIS

Prix au kg sauf précision

13 mars

 

Moyen

Carottes cat. 1 - sac 10 kg

0,55

Choux verts cat. 1 - colis 6

6,50

Choux-fleur cat. 1 - colis de 6

9,00

Champignons de Paris cat. 1 - plateau

1,90

Epinards

2,00

Laitue - Batavia cat. 1 - colis de 12

8,00

Navets violet rond

1,25

Charlotte cat. 1

0,60

Chérie cat. 1

0,65

Poireaux France cat. 1

1,00

Radis - la botte

0,90

Endives extra Nord-Picardie colis de 5 kg

1,20

Endives Nord-Picardie colis de 5 kg

1,05

Pommes Granny Smith cat. 1 201-270 g

1,50

Pommes Golden cat.1 201-270 g plateau 1 rg

1,40

Pommes Golden cat.1 170-220 g plateau 2 rg

1,10

MIN DE LOMME

Cours relevés par le Réseau des Nouvelles des Marchés centre de Lille - 13 mars

 

Prix

Prix

Prix

Les prix sont en «Euro/kg» (sauf indications contraires)

mini

maxi

moyen

(Euro)

Salades

LAITUE Feuille de chêne blonde France cat.I colis de 12 (la pièce)

0,70

0,80

0,75

LAITUE pommée France cat.I colis de 12 (la pièce)

0,65

0,90

0,80

Légumes et herbes aromatiques

ÉCHALOTEFrance cat.I

0,70

0,90

0,80

OIGNONrouge France cat.I 60-80mmsac 5kg

0,70

0,75

0,70

Légumes fruits et graines

TOMATE anciennes Noire de Crimée France cat.I colis 3kg

3,50

4,10

3,90

TOMATEronde France grappe extra

2,30

2,80

2,50

CAROTTEFrance cat.I botte (la botte)

0,95

1,20

1,05

CAROTTEFrance extra colis 12kg

0,65

0,75

0,70

NAVETrondviolet France

1,20

1,40

1,25

POMME DE TERRE CHAIR FERME Charlotte France lavée cat.I grenaille carton12,5kg

0,90

1,00

0,95

POMME DE TERRE CHAIR NORMALE div.var.cons Bassin Nord lavée cat.I 55-75mmsac 5kg

0,20

0,30

0,25

POMME DE TERRE div.var.cons Bassin Nord lavée cat.I 40-70mm sac 10kg

0,22

0,30

0,30

RADISFrance botte (la botte)

0,80

1,00

0,90

ASPERGEblanche France cat.I 16-22mmplateau

12,00

ASPERGEviolette France cat.I 16-22mmplateau

10,80

CHOU DE BRUXELLES France cat.I

NC

NC

1,50

ENDIVENord-Picardie cat.I colis 5kg

1,00

1,20

1,10

ÉPINARDFrance cat.I

2,00

2,30

2,20

POIREAUFrance cat.I plateau5kg

0,85

0,90

0,90

POIREAUFrance cat.I plateau5kg 0,85 0,90 0,90 V COURS ET MARCHES MARCHE A TERME DE LA POMME

V

COURS ET MARCHES

MARCHE A TERME DE LA POMME DE TERRE

12 mars

/ 100 kg

Francfort industrie (25 t) 40 mm +

avril 2018

5,20

juin 2018

7,30

nov. 2018

9,30

avril 2019

14,40

POMME DE TERRE DE CONSOMMATION

13 mars

Source : FranceAgriMer - Réseau RNM

Cours hors taxe en euro

 

Bas

Haut

Moy.

Var.

AGATA

       

France lavée cat. I 50-75 mm carton 12,5 kg

320

400

345

=

France lavée cat. I 50-75 mm filet 2,5 kg

290

400

340

=

BINTJE

       

France non lavée cat. II 40-75 mm filet 10 kg

90

110

105

=

France non lavée cat. II 40-75 mm filet 25 kg

80

100

95

=

France non lavée cat. II 50-75 mm filet 10 kg

100

160

115

=

France non lavée cat. II 50-75 mm filet 25 kg

90

150

105

=

France non lavée cat. II 60-75 mm filet 25 kg

110

210

140

-10

CHARLOTTE

       

France lavée cat. I +35 mm carton 12,5 kg

350

550

430

=

France lavée cat. I +35 mm filet 2,5 kg

310

520

430

=

VARIÉTÉS DE CONSERVATION

       

Bassin Nord non lavée cat. II 40-75 mm filet 10 kg

100

120

115

=

Bassin Nord non lavée cat. II 40-75 mm filet 25 kg

90

110

105

=

Bassin Nord non lavée cat. II 50-75 mm filet 10 kg

110

140

125

=

Bassin Nord non lavée cat. II 50-75 mm filet 25 kg

100

130

115

=

Bassin Nord non lavée cat. II 60-75 mm filet 25 kg

120

200

160

=

France lavée cat. I +35 mm carton 12,5 kg

350

450

390

=

France lavée cat. I +35 mm filet 2,5 kg

300

450

380

=

France lavée cat. I 40-75 mm filet 10 kg

110

240

170

+5

France lavée cat. I 40-75 mm filet 5 kg

120

250

180

+5

France lavée cat. I 50-75 mm filet 10 kg

120

250

180

+5

France lavée cat. I 50-75 mm filet 5 kg

130

260

190

+5

ÉPIDERMEROUGE

       

France lavée cat. I +35 mm carton 12,5 kg

350

450

390

=

France lavée cat. I +35 mm filet 2,5 kg

300

450

380

=

POMME DE TERRE INDUSTRIE

13 mars

Les prix constatés concernent une marchandise livrable au plus tard dans la quinzaine qui suit sa publication initiale. Vrac départ Hors Taxes. Attention : Les prix sont affichés en Euro/Tonne, pour toutes les cotations en pommes de terre.

 

Prix

Prix

Prix

Varia.

Les prix sont en EUROS

mini

maxi

moyen

Moy.

BINTJE

BassinNordnonlavée 360g sous eau +35mmFritable : la tonne

20,00

25,00

20,00

=

CHAIR NORMALE

div.var.cons BassinNordnonlavée 360g sous eauindustrie Tout venant 35mm et + Fritable : la tonne

30,00

50,00

45,00

=

POMME DE TERRE Floconable : la tonne

   

NC

FONTANE

+35mmvrac Fritable : la tonne

30,00

40,00

30,00

=

Vous pouvez retrouver la cotation quotidienne de la pomme de terre au stade expédition ou
Vous pouvez retrouver la cotation quotidienne de la pomme
de terre au stade expédition ou industrie :
- sur le site internet :
www.Rnm.franceagrimer.fr, en souscrivant un abonnement
directement sur ce site,
Par fax ou mail en souscrivant un abonnement auprès du
centre de Lille au 03 62 28 40 49.
Vous pouvez également obtenir la cotation quotidienne de
la pomme de terre au stade expédition par un simple coup de
téléphone sur audiotel au 08 92 68 67 82 (coût : 0,34€ la mn).
Début de semaine
calme. La demande
est peu présente pen-
dant cette période de
vacances scolaires et
les températures éle-
vées dans le sud. Les
producteurs sont en pleine coupe. Le commerce est plus
actif en fin de semaine et notamment grâce aux actions
misent en place pour le week-end, le marché est plus
soutenu. Les cours sont reconduits jusqu’en milieu de
semaine puis se raffermissent.
• Vous pouvez retrouver la cotation quotidienne
de l’endive Nord Picardie au stade expédition :
-
sur le site internet :
www.Rnm.franceagrimer.fr, en souscrivant un
abonnement directement sur ce site,
Par fax ou mail en souscrivant un abonnement
auprés du centre de Lille au 03 62 28 40 49.
-
• Vous pouvez également obtenir la cotation quo-
tidienne de l’endive Nord Picardie au stade expé-
dition par un simple coup de téléphone sur audio-
tel au 08 92 68 67 82 (coût : 0,34€ la mn).
Source : FranceAgriMer Réseau des nouvelles des marchés (RNM) centre de Lille
S. LEITENBERGER

VI

➜

Productions animales

GROS BOVINS ENTREE-ABATTOIR BASSIN NORD-EST

16 MARS 2018

COURS ET MARCHES

GROS BOVINS VIFS COTATION EUROP

du 5 au 11 mars Au kg net : JEUNES BOVINS 12 A 24 MOIS
du 5 au 11 mars
Au kg net :
JEUNES BOVINS 12 A 24 MOIS
BŒUF
GENISSES
VACHES
Viande hors
BI/Parth.
- 10 ans
+ 350 kg
Bl. Aqu.
Parth.
- 10 ans
+ 350 kg
Charolaise
Limousine
En
Viande
Viande hors
Bl. Aqu.
€/kg
Mixte
Lait
Viande
Mixte
Lait
mixte
Mixte
Lait
BI/Parth.
Parth.
Viande
+ 350 kg
RETHEL 5 mars
Bœufs R 3,40 (=) - Génisses U 3,90 (+0,05) ; R 3,45 (+0,05) -
Vaches U 3,55 (+0,05) ; R 3,25 (+0,05) ; O 2,85 (+0,05) - Jeunes bovins U - (-)
ARRAS 1 er mars
Bœufs E 4,90 (=) ; U 3,70 (=) ; R 3,40 (=) - Génisses E 5,40 (=) ;
net
lait
- 10 ans
+ 350 kg
- 10 ans
+ 350 kg
U
3,85 (=) ;
R 3,45 (=) ; Vaches E 5,30 (=) ; U 3,75 (=) ; R 3,40 (=) ;
Jeunes bovins U 3,92 (=)
E
-
-
-
-
-
-
-
-
-
- -
-
-
-
-
SANCOINS 7 mars
Génisses U 3,70 (=) ; R 3,60 (=) - Vaches U 3,55 (=) ; 0 - (-)
U+
4,01 (-0,02)
4,30 (+0,02)
-
-
-
-
-
-
-
- -
-
-
-
-
FORGES-LES-EAUX 1 er mars
Bœufs U - (-) ; R - (-) - Génisses U - (-) ; R - (-) ; O - (-) – Vaches U 3,76 (=) ;
U=
3,99 (-0,02)
4,25 (=)
-
-
-
-
-
4,52 (-0,05)
-
- 4,89
-
-
-
-
R
3,39 (=) - Jeunes bovins U - (-) ; R - (-)
U-
3,96 (+0,01)
4,16 (+0,01)
-
-
-
-
-
4,17 (-0,07)
-
3,85 (+0,07)
4,41 (-0,02)
3,72 (+0,08)
4,18
-
-
LE CATEAU -
Vaches U 3,48 (=) ; R 3,28 (=) - Génisses U 3,68 (=) ; R 3,35 (=) -
R+
3,91 (-0,02)
-
-
-
-
-
-
3,86 (=)
-
3,65 (+0,03)
-
3,63 (+0,06)
-
-
-
Bœufs R 3,13 (=)
CHOLET 5 mars
R=
3,77 (=)
-
-
-
-
-
-
3,60 (-0,04)
-
3,53 (+0,05)
-
3,50 (+0,03)
-
-
-
Bœufs U - (-) ; R - (-) - Génisses E 5,55 (=) ; U 4,29 (+0,02) ; R 3,66 (+0,03) ;
Vaches E 4,85 (+0,02) ; U 4,08 (+0,03) ; R 3,61 (+0,04) ; O 3,35 (+0,05)
R-
- -
-
-
-
-
-
-
-
3,40 (+0,01)
-
-
-
-
-
Jeunes bovins E 4,11 (=) ; U 3,94 (=) ; R 3,81 (=)
Blondes d’Aquitaine :
COURS NON PARVENUS
O+
- -
3,61
-
-
3,32 (+0,03)
-
-
-
- -
-
-
3,24 (-0,06)
-
Génisses plus de 350 kg : E 5,15-5,90-5,55 (=) ; U 3,78-5,05-4,29 (+0,02) ;
R
3,51-4,12-3,66 (+0,03)
O=
- -
-
3,41 (+0,02)
-
3,30 (+0,02)
3,10 (=)
-
-
- -
-
-
3,22 (-0,07)
2,93 (+0,01)
Vaches plus de 350 kg moins de 10 ans : E 4,80-5,05-4,85 (+0,02) ;
U
4,05-4,69-4,42 (=) ; R 3,55-4,00-3,70 (+0,03)
O-
- -
-
3,39 (=)
-
- 3,10 (+0,03)
-
-
- -
-
-
- 2,90 (+0,03)
Jeunes bovins : E 4,20-4,55-4,22 (=) ; U 4,02-4,18-4,12 (=)
P+
- -
-
3,38 (+0,04)
-
- 3,09 (+0,02)
-
-
- -
-
-
- 2,90 (+0,03)
BROUTARDS MOULIN-ENGILBERT
6 mars
P=
- -
-
- -
- 3,08 (+0,05)
-
-
- -
-
-
- 2,85 (+0,01)
< 200 kg :
E
-
U
-
R
- ;
- 200-250 kg :
E
-
U
3,12-3,35
R
- ;
P-
- -
-
- -
- -
-
-
- -
-
-
-
250-300 kg :
E
-
U
3,02-3,17
R
3,00-3,07 ;
Légende : Niveaux d’engraissements retenus pour les jeunes bovins, bœufs, génisses et vaches : conformations E et U : niveaux 2 et 3 ; conformations R, O et P : niveau 3
Vaches limousines : l’insuffisance des effectifs ne permet pas d’effectuer des cotations selon les critères de FranceAgriMer.
L’ensemble des cotations nationales et régionales est disponible sur le site de France Agrimer à www.RNM.franceagrimer.fr
300-350 kg :
E
-
U
2,84-3,02
R
2,73-2,80 ;
350-400 kg :
E
-
U
2,69-2,92
R
2,65-2,68 ;
400-450 kg :
E
-
U
2,60-2,89
R
2,59-2,71 ;
450-500 kg :
E
-
U
2,48-2,67
R
-.
BOVINS MAIGRES
VEAUX DE BOUCHERIE
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
Cotation de référence
(e/Kg/vif)
Limousins mâle 6-12 mois (250 kg)
Limousins mâle 6-12 mois (300 kg)
Limousins mâle 6-12 mois (350 kg)
Limousins femelle 6-12 mois (270 kg)
Charolais mâle 6-12 mois (300 kg)
Charolais mâle 6-12 mois (350 kg)
Charolais mâle 6-12 mois (400 kg)
Charolais mâle 12-24 mois (450 kg)
du 5 au 11 mars
Prix moyen pondéré aux 100 kg net : 598,6(+2,9)
du 5 au 11 mars (€/Kg/carcasse)
E 3
U 3
R 3
O 3
BLANC
ROSE TRÈS CLAIR
ROSE CLAIR
ROSE
ROUGE
3,22
3,01
2,60
E U
R O
P
E
U
R
O
P
E
U
R
O
P
E
U
R
O
P
E U
R
O
P
3,04
2,85
2,47
Nord
- -
- -
-
-
7,86
6,79
5,92
4,94
-
7,31
6,49
5,93
5,01
-
5,78
5,20
4,64
3,36
- -
4,20
3,62
2,96
2,89
2,70
2,25
2,79
2,70
2,20
Sud
- -
- -
-
-
8,44
6,61
6,12
5,18
9,04
7,82
6,50
6,06
5,13
-
6,21
5,57
5,51
4,63
- -
-
-
-
2,86
2,55
Cotation nationale
- -
- -
-
9,58
8,25
6,73
6,02
5,08
9,00
7,56
6,49
5,98
5,05
-
6,02
5,34
5,12
3,75
- -
4,40
3,89
3,19
2,76
2,64
LE CATEAU EN CAMBRESIS
MARCHÉ AU CADRAN
2,51
Effectif total : 21 - Tendances - observations :
Charolais mâle 12-24 mois (500 kg)
Charolais femelle 6-12 mois (270 kg)
Charolais femelle 12-24 mois (400 kg)
Croisés mâle 6-12 mois (300 kg)
Croisés mâle 6-12 mois (350 kg)
Croisés mâle 6-12 mois (400 kg)
Croisés femelle 6-12 mois (270 kg)
Croisés femelle 12-24 mois (400 kg)
2,39
-
Cotation des veaux
14
mars
cours reconduits.
de plus de 10 jours
2,62
2,45
Croisé Mixte Mixte/Mixte Mixte/Viande
Veaux Engraissement
2,45
Mâles Standard
50
à 60 kg 340-380-350 ;
45
à 50 kg 160-220-200 ;
59 - Avesnes-sur-Helpe - Desvres
2,78
2,50
40
à 45 kg NC
2,85
2,67
2,40
Amenés 172 à Haut Lieu.
Femelles Standard
50
à 60 kg 200-250-225 ;
45
à 50 kg 100-150-120 ;
2,60
2,37
A la pièce
40
à 45 kg 50-150-120.
2,47
2,18
Laitier
2,30
2,05
Veaux race Bleue et Croisés
200-360
Mâles Standard
50
à 60 kg 80-95-85 ;
45
à 50 kg 45-65-60 ;
40
à 45 kg 55-60-50 ;
< 40 kg 10-40-30.
VEAUX DE 8 JOURS A 4 SEMAINES
Gros veaux indemnes IBR
100-140
Femelles Standard
50
à 60 kg 20-40-30 ;
45
à 50 kg 10-20-15 ;
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
Très bons veaux non indemnes
100-120
< 40 kg inc.
du 5 au 11 mars
Croisé Laitier Lait/Lait Lait/Viande Lait/Mixte
Bons
80-100
Moyennes nationales constatées sur le Foirail
Mâles Standard
50
à 60 kg NC ;
45
à 50 kg NC ;
• Mâle type viande : 229 (+2) ; Femelle type viande : 146 (-2)
40
à 45 kg NC ;
Moyens
30-60
COURS NON PARVENUS
• Mâle type lait 40-45 kg : 56 (+2) ; 45-50 kg : 99 (+1) ; 50-60 kg : 127 (+1)
Femelles Standard
> 60 kg NC ;
< 50 kg NC.
50
à 60 kg NC ;
• Femelle type lait 40-45 kg : — ; 45-50 kg : — ; 50-60 kg : —
Petits
inv.
E/Tête
Mâles
Femelles
supérieur
>
70 kg
<
60 kg
60-70 kg
supérieur
>
70 kg
<
60 kg
60-70 kg
PORCS
Charolais
Limousin
Blondd'Aquitaine
Rouge des Prés
474
446
257
351
436
384
189
303
542
510
240
412
491
439
194
342
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
475
450
285
360
455
400
210
310
€/Kg/Carcasse
Classe E
du 3 au 8 mars
Classe S
supérieur
<
60 kg
70-80 kg
60-70 kg
supérieur
<
50 kg
60-70 kg
50-60 kg
Bretagne
1,31
1,39
Croisé race à viande
440
250
410
300
340
140
290
215
Centre, Haute et Basse-Normandie, Pays-de-Loire, Poitou-Charentes
1,37
1,47
Nord, Pas-de-Calais, Picardie, Ile-de-France, Lorraine, Alsace, Champagne, Ardennes
1,36
1,45
supérieur
50-65 kg
45-50 kg
40-45 kg
supérieur
50-65 kg
45-50 kg
40-45 kg
Mixte Montbéliard
269
209
138
49
Cotations régionales du porc charcutier classe E - Entre parenthèses, évolution par rapport à la semaine précédente.
Mixte Normand
168
137
106
55
Classe E (nouvelle définition) : teneur en viande maigre (TMP) de 55% à moins de 60% (antérieurement : TMP de 55% et plus).
Classe S (introduite comme classe obligatoire par le réglement (UE) n°1308/2013) : teneur en viande maigre (TMP) supérieure ou égale à 60%.
supérieur
<
40 kg
50-60 kg
45-50 kg
40-45 kg
supérieur
<
40 kg
50-60 kg
40-45 kg
40-45 kg
Croisé mixte
467
336
382
241
235
255
167
140
COTATIONS RÉGIONALES PORC-DÉCOUPE NORD-PICARDIE
Lait
148
20
127
99
56
MARCHÉ DU PORC BRETON
22 - Plérin
8
mars
Cours relevés par le Réseau des Nouvelles des Marchés centre de Lille
du 26 février au 3 mars
Présentés : 29 625
Prix net de ristourne, départ salle de découpe, hors taxes aux 100 kg.
supérieur
>
60 kg
<
50 kg
50-60 kg
supérieur
>
60 kg
<
50 kg
50-60 kg
1,239E (+0,002)
Pièces provenant de carcasses de porc dont le pourcentage de muscle oscille entre
Croisé race laitière
332
261
103
196
234
161
64
107
49 et 60 pour cent. Quantités exprimées en tonnes.
Lorsque seul le prix moyen est indiqué, il s’agit de la moyenne pondérée des prix relevés
1,259 E
PORCELETS
Prix
Prix
Variations
Prix
1,232 à 1,245 E
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
Les prix sont en «euro/kg»,
les quantités sont en «tonne»
Apport
mini
maxi
moyennes
moyen €
(sauf indications contraires)
1,330 E
Région : Nord - Picardie Note de conjoncture Tendance
-
Coches 180 vendues.
Les quantités sont exprimées en têtes.
Lorsque seul le prix moyen est indiqué, il s’agit de la moyenne des prix qui nous sont communiqués.
Epaule : Ronde, sans gorge,
brute non élaborée poids compris
entre 5,5 et 6,5 kg
- 1,76
2,17
1,89
+0,05
0,878 E (+0,009)
0,863 à 0,886 E
Les prix sont en «€/kg»,
les quantités sont en «la pièce»
(sauf indications contraires)
Prix
Prix
Prix
Var.
Apport
0,870 E (+0,007)
mini €
maxi €
moyen €
moy.€
Jambon : Sans mouille, sans crosse,
0,867 à 0,873 E
- 2,17
2,57
2,24
-0,10
PORCELET 25 KG
Nord-Picardie : le kg
PORCELET POST SEVRAGE
7 kg Nord-Picardie “pièce”
poids 10 kg environ
NC
NC
NC
NC
-
12 mars
Présentés : 7 010
COURS NON COMMUNIQUES
Longe : sans palette, sans travers,
-
NC
NC
NC
-
1,240E (+0,001)
avec pointe, poids compris entre
9,5 et 10,5 kg
- 2,65
2,94
2,72
-0,10
Cours relevés par le Réseau des Nouvelles des Marchés centre de Lille
1,260 E
La grande majorité des informations contenues dans ces pages sont réalisées
avec le concours du quotidien «Les Marchés» et l’hebdomadaire «La Dépêche». Toutes reproductions
et communications sont interdites
Poitrine : Brute de coupe avec mouille,
sans plat de côtes d’épaule,
poids compris entre 5,5 et 6,5 kg
1,237 à 1,244 E
- 2,01
2,58
2,03
-0,02
1,329 E

16 MARS 2018

Productions animales

OVINS

Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer

Zone Nord

 

du 5 au 11 mars

BREBIS

 

Ciré

Couvert

Couvert

U

-

-

-

-

30 kg

   

+ 30 kg

2,53

 

O

2,05

2,17

-

AGNEAUX

 

Ciré

Couvert

Couvert

 

16

U

7,63

7,47

19 à

7,50

à 19 kg

   

22 kg

6,76

O

5,81

5,98

5,94

Parthenay

 

7 mars

BREBIS

 

U

1,00

=

plus de

1,30

=

moins de 60 kg

 

60

kg

1,00

=

O

-

-

-

-

AGNEAUX

 

E

Variation

E

Variation

E

-

-

-

-

 

38

à

3,75

+0,10

-

38 kg

R

3,35

+0,10

44 kg

3,25

+0,10

   

-

-

Gras U.R.O

Sancoins

 

7 mars

brebis de réforme

 

U

1,01

-0,08

plus de

1,13

-0,01

-

60 kg

 

60

kg

-

-

 

O

-

-

-

-

AGNEAUX

 

E

Variation

E

Variation

E

-

-

-

-

 

-38 kg

 

38

à

3,51

+0,03

 

R

3,28

+0,07

44 kg

3,45

+0,09

  R 3,28 +0,07 44 kg 3,45 +0,09 - - CHEVAUX Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer   du

- -

CHEVAUX

Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer

 

du 5 au 11 mars

(E/Kg/Carcasse)

Extra

Bon

Animaux jeunes

Laitons légers clair

Poulains lourds foncé

Chevaux d’âges

Races légères < 360 kg

 

Races lourdes > 360 kg

* Prix rendu à la frontière italienne. Entre parenthèses, variation par rapport à la semaine précé- dente. Moyenne nationale des prix des carcasses. Origine France entrée abattoir (Hors taxe)

ŒUFS

Rungis

13 mars

Sont pris en compte les œufs de la produc- tion communautaire de la catégorie «A» en colis de 360, sauf pour le calibre TG (+73 g). Cours hors taxe en Euro/.

Très gros (+73 g) les 100 pièces

11,51 e

Moyens (53-63 g) les 100 pièces

10,24 e

VOLAILLES

Marché de Deinze

 

-

Prix e/100 kg Evolution Poulets (belplume y compris) - - Poules blanches - - Tous
Prix e/100 kg
Evolution
Poulets (belplume y compris)
-
-
Poules blanches
-
-
Tous les prix sont côtés hors TVA
Min de rungis
prix HT kg/net
13 mars
Mini e
Maxi e
Pintades label France
4,70
5,70
Poulets entier France
COURS NON PARVENUS
2,20
2,50
standard prêts à
cuire
Poules France standard
1,90
2,15
Canards entier de Barbarie
3,50
4,00

3 kg et +

> Ces pages de cours et cotations sont une co-pro- duction des journaux de Picardie (l’Agriculteur de l’Aisne, l’Oise Agricole, l’Action Agricole Picarde) ; Champagne-Ardenne (Agri-Ardennes, la Marne Agricole, la Revue Agricole de l’Aube, l’Avenir Agricole et Rural de Haute Marne) ; Centre Ile-de- France (Horizons éditions Eure-et-Loir, Loir-et-Cher,

Seine-et-Marne, Ile-de-France) ; et du Nord-Pas-de-

Calais (Le Syndicat Agricole).

La grande majorité des informations contenues dans ces pages sont réalisées avec le concours du quotidien «Les Marchés» et l’hebdomadaire «La Dépêche». Toutes reproductions et communications sont interdites

VII

COURS ET MARCHES

Analyses des marchéset communications sont interdites VII COURS ET MARCHES Œuf : cours fermes en calibrés, haussiers à

Œuf : cours fermes en calibrés, haussiers à l’industrie

Le marché est resté fluide la se- maine dernière. En œuf calibré, la demande était régulière, encou- ragée par le début de mois et la fin des vacances pour deux zones sur trois, tandis que l’offre s’avé- rait à peine suffisante, en particu- lier en calibre M. Cours fermes. Le mouvement haussier restait

de mise en œufs tout venant pour le conditionnement, faute de vo- lumes étoffés surtout alors que se

profilent des opérations de pro- motions pour certains centres. En œufs tout venant pour l’indus- trie, la bonne tenue du marché de l’œuf pour conditionnement limitait les disponibilités aux entreprises d’ovoproduits. Ainsi, malgré des besoins globalement modérés, les acheteurs n’ont pas pu contenir leurs prix d’achat qui ont repris de l’altitude.

Laure-Anne Lefebvre (Les Marchés)

repris de l’altitude. Laure-Anne Lefebvre (Les Marchés) Commentaires FNB de la situation et des perspectives de

Commentaires FNB de la situation et des perspectives de marché

Bovins finis ATTENTION : pas de commentaire FNB de la situation et des perspec- tives de marché gros bovins finis cette semaine.

INFORMATION : les éleveurs dénoncent toujours les modalités de formation des prix qui ont pour seul objectif de conserver des niveaux de cotations les plus bas possibles. Ces modalités consistent à déterminer un prix de base (communiqué à FranceAgriMer pour les cotations) puis un complément de prix versé plusieurs semaines après l’abat- tage (non communiqué à FranceAgriMer). Elles s’appliquent tout particulièrement aux bovins valorisés «Eleveur & Engagé». Les cotations publiées par FranceAgriMer ne re- flètent donc pas la réalité de la valorisation des bovins à l’entrée abattoir.

Bovins maigres (au 12 mars) : cours facilement reconduits. Le marché est plus dyna- mique et plus ferme pour les animaux légers.

Analyses des marchés des productions animalesest plus dyna- mique et plus ferme pour les animaux légers. Tous les fromages ne sont

Tous les fromages ne sont pas égaux face aux changements d’usage

Les Français restent de grands amateurs de fromages, mais toutes les spécialités ne profitent pas de la même façon de l’évo- lution des modes de consom- mation. Les pâtes pressées ont le vent en poupe tandis que la consommation de pâtes molles marque le pas. La France a fabriqué 1,87 million de tonnes de fromages en 2017, selon FranceAgriMer, dont une écrasante majorité de fromages au lait de vache (92 %). Les fro- mages au lait de chèvre représen- taient 5 % des volumes totaux et ceux au lait de brebis 3 %. Selon Noëlle Paolo, respon- sable des études consommation au Cniel, «90 % des Français consomment du fromage». Au peloton de tête des fromages les plus consommés, on trouve l’em- mental râpé, le camembert, le Brie, le fromage de chèvre, l’em- mental et le comté. Mais ce clas- sement national cache de fortes disparités régionales. Maroilles, bleu, munster ou roquefort étant bien plus appréciés dans leur ter- roir d’origine que sur l’ensemble

de la France. Les goûts évoluent aussi avec l’âge. Ainsi, les plus jeunes consomment plus occa- sionnellement du fromage que les plus âgés qui sont plus réguliers. Selon les fromages, les écarts gé- nérationnels sont plus ou moins marqués. Camembert et chèvre séduisent ainsi plus les adultes que les enfants, tandis que pâtes pressées cuites font l’unanimité et que les fromages fondus sont plé- biscités par les plus jeunes. Quant aux pâtes persillées, les Français ne commencent à les apprécier que vers 35 ou 40 ans. «Après une bonne progression en 2016, les ventes de fromages AOP se sont maintenues en 2017», explique Bruno Roney, expert des marchés au Cniel. C’est le comté qui est lea- der du secteur avec 32 300 t ven- dues dans la grande distribution, suivi par le roquefort, 8 200 t, et le camembert de Normandie, 400 tonnes. Seules 7 % des ventes de camemberts sont sous origine protégée. Une part qui pourrait se développer fortement avec l’assouplissement du cahier des charges annoncé par l’INAO.

Le marché des fromages sous appellation devrait rester bien orienté dans les années qui viennent, grâce à des valeurs de terroir, local, soutien aux produc- teurs en accord avec les préoccu- pations du moment des consom- mateurs. De plus, alors que le plaisir reste un des moteurs de la consommation, les fromages sous appellation en sont syno- nymes.

Les usages évoluent «Il y a une dizaine d’années, 80 % du fromage consommé en France l’était en fin de re- pas, le reste étant de l’emmental râpé», détaille Noëlle Paolo. Au- jourd’hui, c’est presque la moitié du fromage qui est consommé autrement qu’en fin de repas. «Dans les nouveaux usages, l’incorporation dans les plats chauds est majoritaire, mais il y a aussi les salades, les tartines ou les dés pour l’apéritif», com- plète Noëlle Paolo. Tous les fro- mages ne sont pas égaux face à ces nouveaux modes de consom- mation, car certains s’y prêtent

bien plus que d’autres. Selon Kantar Worldpanel, les achats des ménages de raclette ont ain- si bondi de 10,6 % en 2017 par rapport à 2016. La hausse atteint même 12,4 % pour la mozzarel- la. Parmesan et feta affichent aussi des croissances impor- tantes. Parmi les fromages plus traditionnels, ceux qui se prêtent au jeu des gratins, dés pour apé- ritif et autres utilisations en tant qu’ingrédients, parviennent à

résister et affichent des ventes en volume à peu près stables :

+ 0,4 % pour les pâtes pressées non cuites et - 0,3 % pour les pâtes pressées cuites en 2017, selon Iri. En revanche, pour les fromages à pâtes molles, qui se consomment surtout en fin de re- pas, la tendance est moins favo- rable, comme l’illustre la baisse de 4,6 % des volumes de coulom- miers.

Virginie Pinson (Les Marchés)

est moins favo- rable, comme l’illustre la baisse de 4,6 % des volumes de coulom- miers.
est moins favo- rable, comme l’illustre la baisse de 4,6 % des volumes de coulom- miers.
est moins favo- rable, comme l’illustre la baisse de 4,6 % des volumes de coulom- miers.