Vous êtes sur la page 1sur 468

ANALYSE REELLE

COURS ET EXERCICES
CORRIGES
PREPARATION AUX GRANDES
ECOLES
PREMIERE ANNEE MATHS ET
INFORMATIQUE

*
PROFESSEUR BENZINE RACHID
7 février 2016

1
Table des matières

I SEMESTRE 1 : NOMBRES REELS. SUITES. FONC-


TIONS D’UNE VARIABLE REELE : LIMITE, CONTI-
NUITE, DERIVEE, FORMULES DE TAYLOR ET
DEVELOPPEMENTS LIMITES 10
1 L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 11
1.1 DEFINITION GENERALE ET APERCU HISTORIQUE . . . 11
1.1.1 Construction des ensembles N; Z; Q; R en utilisant les
équations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.1.2 Nombres irrationnels. Nombres algébriques. Nombres
transcendans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.2 Le nombre fascinant : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
1.2.1 Contribution des civilisations anciennes dans le calcul
approximatif de . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
1.2.2 Irrationalité de . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
1.2.3 Transcendance de . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
1.2.4 Représentation décimale . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
1.3 Dé…nition axiomatique des nombres réels . . . . . . . . . . . . 25
1.3.1 Relation d’ordre, Minorants, Majorants, Sup, inf, Maxi-
mum, Minimum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
1.3.2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

1.3.3 Introduction axiomatique des nombres réels . . . . . . 31


1.3.4 Propriété caractéristique du sup . . . . . . . . . . . . . 33

1.4 Propriétés caractéristiques de l’ensemble des nombres réels . . 37


1.4.1 Propriété d’Archimède et densité de Q et de RnQ dans R 37
1.4.2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

1.4.3 Partie entière d’un réel . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39


1.4.4 Valeur absolue d’un nombre réel . . . . . . . . . . . . . 39
1.4.5 Ensembles particuliers de R . . . . . . . . . . . . . . . 41

2
TABLE DES MATIÈRES 3

2 SUITES REELLES 52
2.1 NOTIONS GENERALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
2.1.1 NOTE HISTORIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
2.1.2 Exemples d’utilisations des suites dans la vie courante . 55
2.2 Dé…nitions et exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
2.2.1 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
2.2.2 Dé…nition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
2.2.3 Notations et vocabulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
2.3 Di¤érentes façons de dé…nir une suite . . . . . . . . . . . . . . 58
2.3.1 Par une dé…nition explicite du terme d’indice n . . . . 58
2.3.2 Par récurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
2.4 Sens de variation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

2.4.1 Dé…nitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
2.4.2 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
2.4.3 Cas d’une suite dé…nie par un = f (n) . . . . . . . . . . 61
2.5 Suites arithmétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
2.5.1 Dé…nitions et exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
2.5.2 Relations entre les termes . . . . . . . . . . . . . . . . 62
2.6 Suites géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
2.6.1 Dé…nitions et exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
2.6.2 Relations entre les termes . . . . . . . . . . . . . . . . 64
2.7 CONVERGENCE DES SUITES REELLES . . . . . . . . . . 65
2.7.1 Introduction et dé…ntion . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
2.7.2 Théorèmes de convergence . . . . . . . . . . . . . . . . 73
2.8 SUITES RECURRENTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
2.8.1 Dé…nition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
2.8.2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86

2.8.3Rôle joué par la condition f (D) D dans l’étude de


suites récurentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
2.8.4 Etude de la monotonie . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
2.8.5 Etude de la convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
2.9 SUITES DE CAUCHY . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
2.10 THEOREME DE BOLZANO-WEIERSTRASS. GENERALI-
SATION DE LA NOTION DE LIMITE . . . . . . . . . . . . 103

3 FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LI-


MITE ET CONTINUITE 133
3.1 NOTE HISTORIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
3.2 GENERALITES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
TABLE DES MATIÈRES 4

3.2.1 Fonction numérique, fonction réelle d’une variable réelle 134


3.2.2 Graphe d’une fontion réelle d’une variable réelle. . . . . 134
3.2.3 Fonctions paire, impaire . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
3.2.4 Fonction périodique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
3.2.5 Fonctions bornées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
3.2.6 fonctions monotonnes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
3.2.7 Opérations algébriques sur les fonctions . . . . . . . . . 138
3.3 LIMITE D UNE FONCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
3.3.1 Idée intuitive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
3.3.2 Dé…nitions. Limite …nie en un point x0 . Limite à gauche,
limite à droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
3.3.3 Interprétation graphique . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
3.3.4 Exemple de fonction sans limite . . . . . . . . . . . . . 142

3.3.5 Cas où x0 devient in…ni . . . . . . . . . . . . . . . . . 143


3.3.6 Limite in…nie avec x0 2 R (f ini) . . . . . . . . . . . . 143
3.3.7 Limite in…nie avec x0 = +1 ou x0 = 1 . . . . . . . 144
3.4 OPERATIONS SUR LES LIMITES . . . . . . . . . . . . . . . 144
3.4.1 Somme, produit et quotient . . . . . . . . . . . . . . . 144
3.4.2 Limite d’une fonction composée . . . . . . . . . . . . . 145
3.5 COMPARAISON DES FONCTIONS AU VOISINAGE D’UN
POINT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
3.5.1 FORMES INDETERMINEES . . . . . . . . . . . . . . 146
3.6 FONCTIONS CONTINUES. DEFINITIONS . . . . . . . . . . 152
3.6.1 Note historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
3.6.2 Dé…nitions : fonctions continues en un point . . . . . . 152
3.7 OPERATIONS SUR LES FONTIONS CONTINUES . . . . . 156
3.8 THEOREMES SUR LES FONCTIONS CONTINUES SUR
UN INTERVALLE FERME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
3.8.1 Fonctions continues sur un intervalle férmé et borné . . 158
3.8.2 Théorème des valeurs intérmédiaires . . . . . . . . . . 161
3.9 FONCTION RECIPROQUE D UNE FONCTION CONTI-
NUE STRICTEMENT MONOTONE. . . . . . . . . . . . . . 163
3.9.1 Applications : Fonction réciproques des fonctions cir-
culaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166

4 FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 191


4.1 Note historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
4.2 Dé…nitions et propriétés des fonctions dérivables . . . . . . . . 192
4.2.1 Dérivée d’une fonction en un point . . . . . . . . . . . 192
4.2.2 Di¤érentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
TABLE DES MATIÈRES 5

4.2.3 Dérivabilité et continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . 198


4.2.4 Dérivée sur un intervalle. Fonction dérivée. . . . . . . . 199
4.3 Opérations sur les fonctions dérivables . . . . . . . . . . . . . 200
4.3.1 Somme, produit et quotient de fonctions dérivables . . 200
4.3.2 Dérivée n-ième d’un produit (formule de Leibniz) . . . 202
4.3.3 Dérivée d’une fonction composée. . . . . . . . . . . . . 202
4.3.4 Dérivée d’une fonction réciproque . . . . . . . . . . . . 203
4.3.5 Optimum local . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
4.4 Théorème de Rolle et des accroissements …nis . . . . . . . . . 206
4.4.1 Théorème de Rolle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206
4.4.2 Théorème des accroissements …nis . . . . . . . . . . . . 209
4.4.3 Théorème des accroissements …nis généralisé . . . . . . 210
4.5 Quelques applications de la notion de dérivée et du théorème
des accroissements …nis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212
4.5.1 Etude de la variation des fonctions . . . . . . . . . . . 212
4.5.2 Regle de l’Hopital et applications . . . . . . . . . . . . 213
4.5.3 Optimisation di¤erentiable dans R . . . . . . . . . . . 218

4.5.4 Condition su¢ sante d’optimalité . . . . . . . . . . . . 220

5 FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES242


5.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242
5.2 FORMULES DE TAYLOR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243

5.2.1 Formule de Taylor avec reste de Lagrange . . . . . . . 243


5.2.2 Formule de Taylor MacLaurin . . . . . . . . . . . . . . 246
5.2.3 Formule de Taylor Young . . . . . . . . . . . . . . . . . 246
5.2.4 Développement de Taylor et Maclaurin-Young des fonc-
tions usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 248
5.3 Applications de la formule de Taylor . . . . . . . . . . . . . . 250
5.3.1 Application de la formule de Taylor au calcul d’optimums250
5.3.2 Application de la formule de Taylor au calcul des li-
mites des fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
5.4 DEVELOPPEMENTS LIMITES . . . . . . . . . . . . . . . . 254
5.4.1 Développement limité d’odre n au voisinage de 0 . . . 255
5.4.2 Développements limités usuels obtenus par la formule
de Maclaurin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 258
5.4.3 Opérations sur les développements limités . . . . . . . 260
TABLE DES MATIÈRES 6

II SEMESTRE II : INTEGRALE ET PRIMITIVE.


EQUATIONS DIFFERENTIELLES D’ORDRE 1 ET
2. FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES : LI-
MITE, CONTINUITE, DERIVEES PARTIELLES,
FORMULE DE TAYLOR, OPTIMISATION DIFFE-
RENTIABLE 279
6 INTEGRALE ET PRIMITIVE 280
6.1 L’INTEGRALE DE RIEMANN . . . . . . . . . . . . . . . . . 280
6.1.1 NOTE HISTORIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280
6.1.2 Dé…nition de l’integrale de Riemann . . . . . . . . . . . 281
6.1.3 Propriétés de l’integrale de Riemann . . . . . . . . . . 286
6.2 Primitives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 289
6.2.1 Dé…nition. Lien entre deux primitives . . . . . . . . . . 289

6.2.2 Primitives d’une fonction continue . . . . . . . . . . . . 290


6.3 Calcul de primitives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291
6.3.1 Primitives des fonctions usuelles . . . . . . . . . . . . . 291
6.3.2 Formules générales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291
6.4 Calculs d’intégrales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 292
6.4.1 Expression d’une intégrale à partir d’une primitive . . 292
6.4.2 Intégration par parties . . . . . . . . . . . . . . . . . . 293
6.5 CALCUL DES FONCTIONS PRIMITIVES . . . . . . . . . . 294
6.5.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 294
6.5.2 Tableau des primitives usuelles . . . . . . . . . . . . . 295
6.5.3 Changement de variables . . . . . . . . . . . . . . . . . 297
6.5.4 Integration par parties . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300
6.5.5 Intégration de certaines expréssions contenant les tri-
nômes ax2 + bx + c . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301
6.5.6 Fractions rationnelles. Fractions rationnelles élémen-
taires et leur intégration . . . . . . . . . . . . . . . . . 306
6.5.7 Décomposotion des fractions rationnelles en éléments
simples. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 312
6.5.8 Intégration des fractions rationnelles . . . . . . . . . . 314

7 EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE335


7.1 Note Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 335
7.1.1 Histoire des équations di¤érentielles du premier ordre . 335
7.1.2 Histoire de l’équation de Riccati . . . . . . . . . . . . . 336
7.1.3 Un aperçu sur Le Mathématicien Jacques Bernoulli . . 336
7.1.4 Histoire des équations linéaires . . . . . . . . . . . . . 337
TABLE DES MATIÈRES 7

7.1.5 Histoire des théorèmes d’existence et d’unicité des équa-


tions du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . 338
7.2 Modèle physique conduisant à une équation di¤érentielle . . . 339
7.3 Dé…nitions générales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 340
7.4 Notions générales sur les équations di¤érentielles du premier
ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 341
7.4.1 Dé…nitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 341
7.4.2 Existence et unicité des solutions des équations di¤é-
rentielles du premier ordre résolubles en y’ . . . . . . . 342
7.5 Equations à variables séparées et séparables . . . . . . . . . . 347
7.5.1 Equations à variables séparées . . . . . . . . . . . . . . 347
7.5.2 Equations à variables séparables . . . . . . . . . . . . . 349
7.6 Equations homogènes du premier ordre . . . . . . . . . . . . . 350
7.6.1 Dé…nitions et exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . 350
7.6.2 Résolution de l’équation homogène . . . . . . . . . . . 351
7.7 Equations se ramenant aux équations homogènes . . . . . . . 353
7.8 Equations linéaires du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . 357
7.8.1 Dé…nitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 357
7.8.2 Résolution de l’équation linéaire . . . . . . . . . . . . . 357
7.9 Equation de Bernoulli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 361
7.9.1 Dé…nition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 361
7.9.2 Résolution de l’équation de Bernoulli . . . . . . . . . . 361

8 EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU SECOND ORDRE370


8.1 Note Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 370
8.2 Equations linéaires homogènes. Dé…nitions et propriétés géné-
rales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 371
8.2.1 Dé…nitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 371
8.2.2 Propriétés générales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 372
8.3 Equations linéaires homogènes du second ordre à coé¢ cients
constants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 378
8.3.1 I. Les racines de l’équation caractéristique sont réelles
et distinctes : k1 6= k2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 380
8.3.2 II. Les racines de l’équation caractéristique sont com-
plexes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 380
8.3.3 III L’équation caractéristique admet une racine réelle
double . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 382
8.4 Equations di¤érentielles linéaires homogènes d’ordre n à coef-
…cients constants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 383
8.4.1 Dé…nition. Solution générale . . . . . . . . . . . . 383
TABLE DES MATIÈRES 8

8.4.2 Méthode générale de calcul de n solutions linéai-


rement indépendentes de l’équation homogène
(23) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 384
8.5 Equations liéaires non homogènes du second ordre . . . . . . . 385
8.5.1 Méthode de la variation des constantes arbi-
traires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 387
8.6 Equations linéaires non homogènes du second ordre à coé¢ -
cients constants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 389
8.6.1 Cas où le second membre est de la forme f (x) =

Pn (x) e x . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 389
8.6.2 Cas où le second membre est de la forme f (x) =
P (x) e x cos x + Q (x) e x sin x . . . . . . . . . . . . 390
8.6.3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 395

8.6.4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 397

9 FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES. NOTIONS DE


LIMITE, CONTINUITE, DERIVEES PARTIELLES, DIF-
FERIENTIABILITE 405
9.1 Note historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 405
9.1.1 Note historique sur les fonctions de plusieurs variables 405
9.1.2 Note historique sur la vie et les travaux de James Gregory406
9.2 Domaine de dé…nition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 407
9.3 Notion de limite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 407
9.3.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 407
9.3.2 Notion de voisinage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 409
9.3.3 Dé…nition de la limite d’une fonction de deux variables 409
9.3.4 Ne pas confondre limite suivant une direction et limite 411
9.3.5 Comment démontrer que la limite d’une fonction de 2
variables n’existe pas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 413
9.4 Continuité des fonctions de deux variables . . . . . . . . . . . 414
9.5 Dérivées partielles d’ordre un . . . . . . . . . . . . . . . . . . 415
9.5.1 Dé…nition des dérivées partielles d’ordre un d’une fonc-
tion de 2 variables en un point (x0 ; y0 ) . . . . . . . . . 415
9.5.2 La fonction dérivée partielle . . . . . . . . . . . . . . . 416
9.5.3 Dérivées partielles d’ordre deux . . . . . . . . . . . . . 417
9.5.4 Continuité et existence des dérivées partielles @f @x
et @f
@y
418
9.6 Fonctions di¤érentiables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 418
9.6.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 418
TABLE DES MATIÈRES 9

9.6.2 Dé…nition des fonctions di¤érentiables. Cas des fonc-

tions d’une variable réelle f : R ! R . . . . . . . . . . 419


9.6.3Dé…nition des fonctions di¤érentiables. Cas des fonc-
tions de deux variables f : R2 ! R . . . . . . . . . . . 420
9.6.4 Relation entre fonction di¤erentiable et existence des
dérivées partielles @f
@x
et @f
@y
. . . . . . . . . . . . . . . . 420
9.6.5 Relation entre di¤erentiabilité et continuité . . . . . . . 422
9.7 Notion de di¤erentielle d’une fonction de deux variables . . . . 423
9.7.1 Comment démontrer que la limite d’une fonction de 2
variables n’existe pas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 434

10 DERIVEES PARTIELLES DES FONCTIONS COMPOSEES.


FORMULES DE TAYLOR ET OPTIMISATION DES FONC-
TIONS DE 2 VARIABLES 447
1 2
10.1 Fonctions de classe C ou C . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 447
10.1.1 Ensemble ouvert dans R2 . . . . . . . . . . . . . . . . . 447
10.1.2 Fonctions de classe C 1 ou C 2 . . . . . . . . . . . . . . . 448
10.2 Dérivées partielles des fonctions composées . . . . . . . . . . . 448
10.2.1 Fonctions composées de type 1 . . . . . . . . . . . . . . 448
10.2.2 Fonctions composées de type 2 . . . . . . . . . . . . . . 449
10.2.3 Dérivées partielles des fonctions composées du type 1 . 449
10.2.4 Dérivées des fonctions composées du type 2 . . . . . . 450
10.3 Formule de taylor des fonctions de 2 variables . . . . . . . . . 450
10.3.1 Dérivées partielles d’ordre n; n > 2 . . . . . . . . . . . 450
10.4 Notations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 451
10.5 Optimisation di¤érentiable dans R2 . . . . . . . . . . . . . . . 452
10.5.1 Dé…nitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 452
10.5.2 Conditions nécéssaires d’optimalité . . . . . . . . . . . 453
10.5.3 Conditions su¢ santes d’optimalité . . . . . . . . . . . 454
Première partie

SEMESTRE 1 : NOMBRES
REELS. SUITES.
FONCTIONS D’UNE
VARIABLE REELE : LIMITE,
CONTINUITE, DERIVEE,
FORMULES DE TAYLOR ET
DEVELOPPEMENTS
LIMITES

10
Chapitre 1

L’ENSEMBLE DES
NOMBRES REELS

1.1 DEFINITION GENERALE ET APERCU


HISTORIQUE
1.1.1 Construction des ensembles N; Z; Q; R en utilisant
les équations.
a)L’ensemble des entiers naturels N
Supposons que l’on connaisse l’ensemble des entiers naturels N = f0; 1; 2; 3; ::; n; ::g.
Historiquement les entiers naturels f1; 2; 3; :::; g étaient les premiers nombres
réels à être utilisés en pratique par l’homme (-2000 par les Babyloniens, les
grecs,...). Le nombre 0 fût découvert et utilisé beaucoup plus tard par les
indiens et les Arabes (+628).
b) L’ensemble des entiers relatifs Z
Etant donnés deux entiers naturels a et b , il n’existe pas toujours un
élément x de N tel que :

a + x = b: 1.1
Par exemple l’équation
x+2=0
n’admet pas de solution dans N: L’équation précédente modélise bien une
réalité économique quotidienne. Une personne endettée de 2 millions de di-
nards est modélisée par l’équation (1.1). Notons par x l’avoir ou le solde de
cette personne. Puisque cette personne est endettée de 2 millions, son solde
véri…e le fait suivant : si on lui ajoute 2 millions, la personne en question

11
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 12

n’aura rien et ne sera plus endettée, c’est à dire que x véri…e l’équation

x+2=0

En 628, l’indien Brahmagupta décrit les propriétés du zéro et des nombres


qu’il appelle les biens et les dettes (nombres positifs et négatifs). Voici, ce
que l’on peut trouver dans ses écrits : Lorsque le zéro est ajouté à un nombre
ou enlevé à ce dernier, celui-ci demeure inchangé. Zéro moins zéro est nul.
Une dette retranchée de zéro est un bien alors qu’un bien retranché de zéro
est une dette.
Par un procédé de symétrisation, on plonge l’ensemble N dans un en-
semble plus grand dans lequel toute équation du type (1:1) admet une so-
lution. Cet ensemble noté Z est appelé l’ensemble des entiers relatifs. Cet
ensemble est représenté par

Z = f::; n; ::; 3; 2; 1; 0; 1; 2; 3; ::; n; ::g ;


et on a N Z:

c) L’ensemble des nombres rationnels Q


Essayons de modéliser maintenant une autre situation qu’on rencontre
tous les jours. Considérons deux personnes associés dans un commerce. Sup-
posons qu’ils ont réussi à faire ensemble un béné…ce net de 300001dinards.
Si on note x le béné…ce de chacun, alors x est solution de l’équation

x + x = 2x = 300001 (1.2)

Il n’existe aucun entier relatif solution de l’équation (1.2). Plus générale-


ment, étant donnés deux entiers relatifs a 2 Z (a 6= 0) et b 2 Z; tels que a ne
divise pas b; alors il n’existe aucun entier relatif x 2 Z véri…ant

ax = b (1.3)

Celà veut dire que les nombres relatifs ne su¢ sent pas pour modéli-
ser mêmes pas des réalités économiques quotidiennes. D’où la nécessité de
construire un ensemble plus grand que Z; et dont les équations du type (1.3)
admettent toujours une solution.
Par symétrisation on construit un ensemble noté Q tel que Z Q et
dans lequel les équations du type (1:3) admettent toujours des solutions. Les
éléments de l’ensemble Q sont appelés les nombres rationnels.

p
Q= tels que p 2 Z; q 2 Z; q 6= 0
q
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 13

d) L’ensemble des nombres réels R


l’ensemble Q aussi, n’est pas su¢ sant pour modéliser des situations
concrètes, ou même pour exprimer des longueurs réelles. Considérons par
exemple le triangle rectangle isocèle dont chacun des cotés de l’angle droit
est égal à 1: Notons L la longueur de l’hypothénuse. En utilisant le théorème
de Phytagore, L est solution de l’équation

L2 = 12 + 12 = 2:

La longueur L est donc solution de l’équation

x2 = 2 (1.4)

Montrons à présent que l’équation (1:4) n’a pas de solution dans Q: En


p
d’autres termes, il n’existe aucun nombre rationnel r = 2 Q ; tel que
q

p2
r2 = =2
q2
Enonçons et démontrons celà.
Proposition 1.1 L’équation

x2 = 2 (1.5)

n’admet pas de solutions dans Q


CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 14

Preuve de la Proposition 1.1


Pour le prouver, nous supposerons qu’i il existerait une fraction irreduc-
p
tible r = ;solution de (1.5).
q
De l’équation (1:5) on a :
p2 = 2q 2 : (1.6)

Nous verrons que cette proposition conduit à une contradiction et ne peut


ëtre vraie. En e¤et.
1. Remarquons d’abord que si un entier naturel m est impair alors m2 est
impair. Il résulte de ceci que si m2 est pair alors m est pair. En e¤et, si m
etait impair, m2 serait impair.
2. Puisque p2 = 2q 2 ; alors p2 est pair et par conséquent p est pair. Posons
donc
p = 2m
Donc
4m2 = 2q 2
ou encore
q 2 = 2m2 :
Ceci implique que q 2 est pair, et par la suite q est pair. Nous avons abouti
p
à p et q pairs. Ceci est en contradiction avec le fait que la fraction est
q
irreductible.
On voit donc que malgré que L existe physiquent (longueur de l’hypoté-
nuse), on ne peut pas trouver de nombre r = pq 2 Q, qui mesure exactement
la longueur de L: D’où la necessité de plonger l’ensemble Q dans un en-
semble plus vaste appelé ensemble des nombres réels et noté R; tel que les
équations du type (1.4) admettent une solution. Le schémas suivant modélise

les ensembles vus précédemment et qui véri…ent :

N Z Q R
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 15

1.1.2 Nombres irrationnels. Nombres algébriques. Nombres


transcendans
Comme on l’a remarqué avant, l’ensemble des nombres réels qu’on note
R , est composé de la réunion de deux sous ensembles : les nombres ration-
nels (nombres qui appartiennent à Q) et les nombres irrationnels (nombres
qui appartiennent à R et qui n’appartiennent pas à Q). On note par RnQ
l’ensemble des nombres irrationnels. Donc par dé…nition

p
Q= tels que p 2 Z; q 2 Z; q 6= 0
q

RnQ = fx 2 R et x 2
= Qg
R = fQg [ fRnQg
Les nombres rationnels possèdent la représentation de périodicité sui-
vante :
Proposition 1.2 Les nombres rationnels ont une representation décimale
périodique, c’est à dire qu’on peut les representer sous la forme suivante

x = a; a1::::: ap a1::::: ap a1::::: ap a1::::: ap ::: (1.7)


| {z }| {z }| {z }| {z }
periode periode periode periode
p 2 N; f ini; 0 ai 9
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 16

Nombres algébriques
Dé…nition 1.1 Les nombres réels algébriques sont les nombres réels qui
sont solutions d’une certaine équation algébrique ou polynomiale à coé¢ cients
relatifs de la forme :

a0 + a1 x + ::: + an xn = 0; a0 ; :::; an 2 Z (1.8)

Un au moins des ai est non nul.


Exemple 1.1 Tout nombre réel rationnel est algébrique. En e¤et, si x =
p
q
; alors xq = p et xq p = 0: Donc x = pq est solution d’une équation
algébrique (n = 1; a0 = p; a1 = q). p
Exemple
p 1.2 Le nombre irrationnel x = 2 est algébrique. En e¤et,
x = 2 est bien sur solution de l’équation algébrique x2 2 = 0 (n =
2; a0 = 2; a1 = 0; a2 = 1).

Nombres transcendants
Dé…nition 1.2 Les nombres réels transcendants sont les nombres réels
qui ne sont pas algébriques, c’est à dire qu’ils ne sont solutions d’aucune
équation algebrique ou polynomiale de la forme (1:8):
Contrairement aux nombres rationnels qui jouissent de la repressention
de periodicité (7); les nombres transcendants n’ont aucune periodicité dans
leur représentation décimale, et s’écrivent de façon presque aléatoire. Ce qui
rend leur étude trés di¢ cile et compliquée.

Histoire des nombres transcendants


Leibniz fut probablement la première personne à croire en l’éxistence des
nombres qui ne satisfont pas les polynômes à coe¢ cients rationnels. Le nom «
transcendants » vient de Leibniz dans sa publication de 1682 où il démontra
que sin(x) n’est pas une fonction algébrique de x. L’existence des nombres
transcendants fut prouvée pour la première fois en 1844 par Joseph Liouville,
qui montra des exemples, incluant la constante de Liouville.
Johann Heinrich Lambert, dans son article prouvant l’irrationalité de ;
conjectura que et e étaient des nombres transcendants.
Le premier nombre à avoir été démontré transcendant sans avoir été
construit spécialement pour cela fut e, par Charles Hermite en 1873.
En 1882, Ferdinand von Lindemann publia une démonstration de la trans-
cendance de . La transcendance de a permis la démonstration de l’impos-
sibilité de plusieurs constructions géométriques anciennes avec le compas et
la règle, incluant le plus célèbre d’entre eux, la quadrature du cercle.
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 17

En 1900, David Hilbert a posé une importante question à propos des


nombres transcendants, connue sous le nom de septième problème de Hilbert :
« Si a est un nombre algébrique non nul et di¤érent de 1 et si b est un nombre
algébrique irrationnel, alors le nombre ab est-il nécessairement transcendant ?
» La réponse, a¢ rmative, fut donnée en 1934 par le théorème de Gelfond-
Schneider. On ppeut obtenir facilement des nombres transcendants grâce à lui,
par exemple 2 2

Hermite Hilbert(1862 1943)

Apport de l’analyse dans la construction des nombres réels


Si l’existence des nombres négatifs apparaît très tôt dans l’histoire (ma-
thématiques indiennes), il faut attendre 1770 pour qu’ils obtiennent grâce à
Euler un vrai statut de nombre et perdent leur caractère d’arti…ce de calcul.
Mais il faut attendre encore un siècle pour voir l’ensemble des réels associé
à l’ensemble des points d’une droite orientée, appelée droite réelle.

Euler (1707 1789)

Après 2200 ans : la solution


L’analyse permet une intuition de plus en plus précise sur la topologie des
nombres. Un siècle sera alors su¢ sant pour permettre de construire rigou-
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 18

reusement les nombres réels c’est-à-dire boucher les trous. Comme parfois en
mathématiques, une fois le problème arrivé à maturité, ce n’est pas un, mais
deux penseurs qui résolvent la di¢ culté.
Le premier à avoir dé…ni un concept permettant de résoudre la probléma-
tique de la construction des nombres réels est Augustin Louis Cauchy. Son
approche est restée la plus fructueuse. Elle s’applique à bien d’autres cas que
celui des nombres réels. Son idée est la suivante : une suite de nombres de-
vrait converger (c’est-à-dire avoir une limite), si, au bout d’un certain temps,
tous les éléments de la suite sont à une distance les uns des autres aussi pe-
tite que l’on veut. Cette idée est formalisée dans l’article "suites de Cauchy".
Considérons la suite fxn gn=0;1;2;::: dé…nie par :

x0 = 1; x1 = 1:4; x2 = 1:41; x3 = 1:414; x4 = 1:4142; x5 = 1:41421; x6 = 1:414213; x7 = 1:41421


p
et ainsi de suite en alignant une par une toutes les décimales de 2. Cette
suite véri…e le critère de Cauchy. Sa limite est un bon candidat pour re-
présenter la racine carrée de 2 et cette approche permet de construire les
nombres réels. Ce n’est que vers la …n du XIXe siècle que cette idée permet
une construction rigoureuse de l’ensemble des réels qui est réalisée par deux
mathématiciens Cantor en 1872 et Méray en 1869.

Cauchy Cantor

Richard Dedekind proposa en 1872, dans son ouvrage "Was sind und
was sollen die Zahlen" (Ce que sont et ce que doivent être les nombres) une
méthode plus simple en étudiant la relation d’ordre sur les fractions. Son idée
consiste à considérer les coupures.
Il existe une autre méthode de construction des nombres réels réalisée à
partir des développements décimaux. Cependant l’addition puis la multipli-
cation ne sont pas des opérations simples à dé…nir. C’est probablement cette
raison qui fait que cette approche fut la moins populaire.
Ces méthodes construisent toutes le même ensemble, celui des nombres
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 19

réels.

Dedekind

1.2 Le nombre fascinant :


est un nombre, que l’on représente par la lettre grecque du même nom :
. C’est le rapport entre la circonférence d’un cercle et son diamètre. On
peut également le dé…nir comme le rapport entre la super…cie d’un cercle et
le carré de son rayon.
Sa valeur approchée arrondie est :

3:141592653589793238462643383279502884197169399375105820974944592307

en écriture décimale.
De nombreuses formules, de physique, d’ingénierie et bien sûr de mathé-
matiques, impliquent , qui est une des constantes les plus importantes des
mathématiques.

1.2.1 Contribution des civilisations anciennes dans le


calcul approximatif de
Il semble que, très tôt, les mathématiciens aient été convaincus qu’il exis-
tait un rapport constant entre le périmètre du cercle et son diamètre, ainsi
qu’entre l’aire du disque et le carré du rayon.

a) Contribution des Babylonniens


Des tablettes babyloniennes datant de -2 000, présentent des calculs d’aires
1
conduisant à une valeur de égale à 3 + 835 .
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 20

b) Contribution des grecques


C’est dans le traité d’Archimède (-287 , -212 ) intitulé : "De la mesure du
cercle", que l’on peut lire une démonstration liant l’aire du disque et l’aire du
triangle ayant une base de longueur, le périmètre du cercle et pour hauteur
le rayon, démontrant ainsi qu’une même constante apparaît dans le rapport
entre aire du disque et carré du rayon et entre périmètre et diamètre.
Méthde géométrique de calcul de utilisée par Archimède
Pour trouver la valeur du nombre ; Archimède inscrit dans un cercle de
rayon 1 un triangle équilatéral dont il calcule le perimètre. Puis en doublant
le nombre de côtés, il calcule le périmètre d’un hexagone (6 côtés), puis celui
d’un dodécagone (12 côtés) et ainsi de suit, indé…niment. Il obtient ainsi une
suite illimitée de nombres connus dont la limite est 2 et qui fournissent une
bonne approximation de :

Archimede utlise les suites pour calculer des approximations de

Il démontre ainsi que 3 + 10/71 < < 3 + 1/737. La moyenne de ces


CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 21

deux valeurs est d’environ 3,14185. Archimède s’arrête à 96 côtés car les
calculs qu’il est amené à e¤ectuer, avec valeurs approchées, sont déjà longs
pour l’époque. Mais il met en place ainsi une méthode qui sera reprise par
ses successeurs et qui peut être, théoriquement, poursuivie indé…niment.

c) Contribution des chinois


Si les calculs pratiques peuvent se faire avec une bonne précision en uti-
lisant la valeur 3,14 comme approximation de , la curiosité des mathémati-
ciens les pousse à déterminer ce nombre avec plus de précision. Au IIIe siècle,
en Chine, Liu Hui, commentateur des Neuf chapitres, propose comme rap-
port entre le périmètre et le diamètre la valeur pratique de 3 mais développe
des calculs proches de ceux d’Archimède mais plus performants et fournit
une approximation de de 3,141639. Le mathématicien chinois Zu Chongzhi
donne une approximation rationnelle encore plus précise de : 355/113
(dont les développements décimaux sont identiques jusqu’à la 6e décimale,
3,141 592 6 et 355/113 3,141 592 9) et montre que 3,1415926 < <
3,141592741, en utilisant l’algorithme de Liu Hui appliqué à un polygone à
12 288 côtés.

d) Contribution du monde musulman


Vers l’an 800, Muhammed ibn Musa Al Khowaerizmi (aussi orthographié
Al’Khwarizmi ou Al-Huwarizmi, et dont le nom est à l’orgine du mot al-
gorithme), né à KHuwarizm (aujourd’hui Khiva en Ouzbékistan), utilise la
valeur 3.1415 pour approximer :

AlKhowaerizmi
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 22

Vers 1450, Al-Kashi (ou Ibn Muhammed al-Kuchdki), astronome à Sa-


markand (aujourd’hui au Turkestan) dont il dirige l’observatoire, calcule
avec 14 décimales par la méthode des polygones d’Archimède Plus pré-
cisément, il utilise la formule de récurrence qui donne le côté d’un polygone
à p côtés :
q p
s(6) = 1; s(2p) = 2 4 s2 (p)
Il mène son calcul en utilisant 27 fois la formule, ce qui à considérer la péri-
mètre d’un polygone de 3 228 côtés. Al Kashi calcule dans le système sexagé-
cimal et trouve 2 = 6:165928013451461450 soit = 3:082944004725530725.
Cette valeur est exacte jusqu’à la dixième position. C’est la première fois
dans l’histoire de l’humanité que l’on obitent plus de 10 décimales de .

El Kachi

e) Temps modernes
Pour 100 décimales, il faudra attendre le XVIIIème siécle, et le XXeme siécle
pour 1000 décimales. En fait, au XXéme siécle, on atteindra aussi 10 000 dé-
cimales, puis 100 000 décimales, puis un million de décimales et même(en
1989) un milliard de décimales.

1.2.2 Irrationalité de
Le nombre est irrationnel, ce qui signi…e qu’on ne peut pas écrire =p/q
où p et q seraient des nombres entiers. Al-Khawarizmi, au IXe siècle, est
persuadé que est irrationnel. Ce n’est cependant qu’au XVIIIe siècle que
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 23

Johann Heinrich Lambert prouve ce résultat. Au cours du XXe siècle, d’autres


démonstrations furent trouvées, celles-ci ne demandant pas de connaissances
plus avancées que celle du calcul intégral. L’une d’entre elles, due à Ivan
Niven, est très largement connue. Une preuve similaire, version simpli…ée de
celle de Charles Hermite, avait été trouvée quelque temps auparavant par
Mary Cartwright.

1.2.3 Transcendance de
est aussi un nombre transcendant, c’est-à-dire non algébrique. En d’autres
termes il n’existe pas de polynôme à coe¢ cients relatifs dont soit une ra-
cine.
C’est au XIXe siècle que ce résultat est démontré. En 1873, Hermite
prouve que la base du logarithme népérien, le nombre e, est transcendant. En
1882, Ferdinand von Lindemann généralise son raisonnement en un théorème
(le théorème d’Hermite-Lindemann) qui stipule que, si x est algébrique et
di¤érent de zéro, alors ex est transcendant. Or ei n’est pas transcendant
(puisqu’il est égal à -1). Par contraposée, i n’est pas algébrique donc (comme
i, lui, est algébrique) est transcendant.
Une conséquence importante de la transcendance de est que celui-ci
n’est pas constructible. En e¤et, le théorème de Wantzel énonce en particu-
lier que tout nombre constructible est algébrique. En raison du fait que les
coordonnées de tous les points pouvant se construire à la règle et au com-
pas sont des nombres constructibles, la quadrature du cercle est impossible ;
autrement dit, il est impossible de construire, uniquement à la règle et au
compas, un carré dont la super…cie serait égale à celle d’un cercle donné.

1.2.4 Représentation décimale


On a vu que le nombre est irrationnel, c’est-à-dire qu’on ne peut pas
l’exprimer comme un rapport de deux nombres entiers ; ceci entraîne que
son écriture décimale n’est ni …nie, ni périodique. Les 16 premiers chi¤res de
l’écriture décimale de sont 3,141 592 653 589 793.
Alors qu’en 2007, on connaît plus de 1012 décimales de , de nombreuses
applications n’ont besoin que d’une dizaine de chi¤res, comme l’estimation
de la circonférence d’un cercle. Par exemple, la représentation décimale de
tronquée à 39 décimales est su¢ sante pour estimer la circonférence d’un cercle
dont les dimensions sont celles de l’univers observable avec une précision
comparable à celle du rayon d’un atome d’hydrogène.
Étant donné que est un nombre irrationnel, sa représentation décimale
n’est pas périodique et ne prend pas …n. La séquence des décimales de a
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 24

toujours fasciné les mathématiciens et les amateurs, et beaucoup d’e¤orts ont


été mis en œuvre a…n d’obtenir de plus en plus de décimales et d’en rechercher
certaines propriétés. Malgré les importants travaux d’analyse e¤ectués et
les calculs qui ont réussi à déterminer plus de 200 milliards de décimales
de , aucun modèle simple n’a été trouvé pour décrire la séquence de ces
chi¤res. Les chi¤res de la représentation décimale de sont disponibles sur
de nombreuses pages web, et il existe des logiciels de calcul des décimales de
qui peuvent en générer des milliards et qu’on peut installer sur un ordinateur
personnel.
Par ailleurs, le développement décimal de ouvre le champ à d’autres
questions, notamment celle de savoir si est un nombre normal, c’est-à-
dire que ses chi¤res en écriture décimale sont équirépartis. On peut aussi se
demander si est un nombre univers, ce qui signi…e qu’on pourrait trouver
dans son développement décimal n’importe quelle suite …nie de chi¤res. En
2006, il n’existait pas de réponse à ces questions.
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 25

Tableau récapitulatif

Civilisation(Mathématicien) Date Valeur app. de décimales exactes après 3


Babylonniens 2000 3: 001 2 0
Grecques (Archimede) 250 3; 14185 3
Musulmans (El Khawarizmi) 800 3:1415 4
Musulmans (El Kaschi) 1450 3:1415926535 10
Europe (Viete) 1579 3:141592653589 12
Europe (Adrien Romain) 1591 3:141592653589793 15
Europe (John Machin) 1706 3:141592653589793::: 100
Europe (Johann Dase) 1844 3:141592653589793::: 200
Europe (WilliamShanks) 1900 3:141592653589793::: 700
Europe (John von Neumann ) 1949 3:141592653589793::: 2037(avec un ordinateur)
Europe (Brent et Salamin) 1973 3:141592653589793::: 1000000
Japon (Yasumasa Kanada) 1999 3:141592653589793::: 206 158 430 000
Japon-USA(Kanada) 2010 3:141592653589793::: 5 000 milliards

1.3 Dé…nition axiomatique des nombres réels


Dans cette partie on va dé…nir l’ensemble des nombres réels de façon
axiomatique. C’est à dire que l’on appellera ensemble des nombres réels, tout
ensemble qui veri…era certaines propriétés qu’on nommera axiomes. Comme
on le verra plus tard, on de…nit R à partir de quinze axiomes. Parmi les
quinze axiomes, Q en véri…e quatorze. L’ensemble des rationnels Q ne véri…e
pas le 15ème axiome. Ce dernier axiome introduit la notion de Minorants,
Majorants, Sup, inf. C’est ce que nous allons dé…nir maintenant.

1.3.1 Relation d’ordre, Minorants, Majorants, Sup, inf,


Maximum, Minimum
Relation d’ordre
Dé…nition 1.3 Une relation binaire R sur un ensemble E (c’est à dire
une correspondance entre des couples (x,y) de E) est dite relation d’ordre si
elle est :
# re‡exive, c’est à dire 8x 2 E : xRx
# transitive, c’est à dire 8x; y; z 2 E : (xRy et yRz) =) xRz
# antisymetrique, c’est à dire 8x; y 2 E : (xRy et yRx) =) x = y
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 26

Exemple 1.3 Dans l’ensemble Q des nombres rationnels, la relation


dé…nie par
xRy , x y
est une relation d’ordre.

Remarque 1.1
Dans toute la suite, on note xRy par x y et par x < y si (x y et
x 6= y): En général une relation d’ordre sur un ensemble E; ne permet pas
de comparer tous les éléments de E:

Dé…nition 1.4 Soit E un ensemble muni d’une relation d’ordre qu’on


note ; E est dit totalement ordonné ou que la relation d’ordre est totale,
si quels que soient les éléments x et y de E tels que x 6= y; on a toujours :
(x < y) ou (y < x)
Si un ensemble ordonné n’est pas totalement ordonné, on dit qu’il est partiel-
lement ordonné.

Minorants, Majorants, Sup, inf, Max, Min


Dé…nition 1.5 Soit E un ensemble ordonné (par la relation d’ordre )
et A une partie non vide de E:

– On dit que M 2 E est un majorant de A si et seulement si pour tout


x 2 A; on a x M: On dira aussi que A est majorée par M:

– On dit que m 2 E est un minorant de A si et seulement si pour tout


x 2 A; on a x m: On dira aussi que A est minorée par m:

– Lorsque "M " est un majorant de A et appartient à A, on l’appelle dans


ce cas le maximum de A: On le note
M = max (A) :

– Lorsque "m" est un minorant de A et appartient à A, on l’appelle dans


ce cas le minimum de A: On le note
m = min (A) :
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 27

– Lorsque A est majorée et si l’ ensemble de ses majorants a un plus


petit élément ; alors est appelé la borne supérieure de A: La borne
supérieure est donc le plus petit des majorants. Dans ce cas on écrit

= min fM 2 E : M majorant de Ag = sup A: (1.9)

– Lorsque A est minorée et si l’ ensemble de ses minorants a un plus


grand élément ; alors est appelé la borne inférieure de A: La
borne inférieure est donc le plus grand des minorants. Dans ce cas on
écrit

= max fm 2 E : m minorant de Ag = inf A: (1.10)

– Si A est à la fois majorée et minorée, on dit alors que A est bornée.

Exemple 1.4
Prenons E = N, A = f0; 1; 2; 3; 4g : M = 4 ou M = 5 ou M = 6:::sont
tous des majorants de A:En e¤et, puisque A contient 5 éléments, il su¢ t de
véri…er la dé…nition pour ces 5 éléments. Puisqu’on a

0 4; 1 4; 2 4; 3 4; 4 4:

Donc on a la proposition suivante :

9M = 4 tel que 8x 2 A; x M

Donc M = 4 est un majorant de A: L’ensemble A est donc majoré. Notons


par M l’ensemble de tous les majorants de l’ensemble A:

M = fx 2 N tels que x 4g = f4; 5; 6; 7; :::g :

On a bien sur :

8x 2 M : x 4 et 4 appartient a l0 ensemble M.

Donc 4 est le plus petit élément de M. Par dé…nition :

4 = sup(A):

D’autre part, 4 appartient aussi à l’ensemble A: Donc par dé…nition :

4 = sup(A) = max(A):
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 28

On fait le même raisonnement, on obtient :

0 = inf(A) = min(A):

Exemple 1.5
Considérons E = Z et A = fa 2 Z : a2 25g :

A = f 5; 4; 3; 2; 1; 0; 1; 2; 3; 4; 5g

Il n’est di¢ cile de trouver au moins un majorant M de l’ensemble A: On


peut prendre M = 5ou M = 6 ou M = 7:::On peut véri…er facilement que
par exemple M = 5 est un majorant de A: En e¤et. On a

5 5; 4 5; 3 5; 2 5; 1 5; 0 5; 1 5; 2 5; 3 5; 4 5; 5 5:

Donc on a la proposition suivante :

9M = 5 tel que : 8x 2 A; x M

Donc M = 5 est un majorant de A et par conséquent l’ensemble A est donc


majoré. Notons par M l’ensemble de tous les majorants de l’ensemble A:

M = fx 2 Z tels que x 5g = f5; 6; 7; :::g :

On a bien sur :

8x 2 M : x 5 et 5 appartient a l0 ensemble M.

Donc 5 est le plus petit élément de M. Par dé…nition :

5 = sup(A):

D’autre part, 5 appartient aussi à l’ensemble A: Donc par dé…nition :

5 = sup(A) = max(A):

Notons par N l’ensemble des minorants de A:

N = fx 2 Z tels que x 5g = f:::; 8; 7; 6; 5g

D’autre part 5 2 N . Donc le plus grand élément de N est 5. Par consé-


quent :
5 = inf(A) = min(A):
Exemple 1.6
E = N; A = fx 2 N : 5 x2 25g :
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 29

0 < 5 =) 0 2=A
2
1 = 1 < 5 =) 1 2 =A
22 = 4 < 5 =) 4 2=A
2
3 = 9 > 5 et 9 < 25 =) 3 2 A
42 = 16 > 5 et 16 < 25 =) 4 2 A
52 = 25 > 5 et 25 = 25 =) 5 2 A
62 = 36 > 5 mais 62 = 36 > 25 =) 6 2=A
Donc
A = f3; 4; 5g
Notons par M l’ensemble de tous les majorants de l’ensemble A:

M = fx 2 N tels que x 5g = f5; 6; 7; :::g :

Le plus petit élément de cet ensemble est 5: Donc et par dé…nition

sup(A) = max(A) = 5

Notons par N l’ensemble des minorants de A:

N = fx 2 N tels que x 3g = f0; 1; 2; 3g

Le plus grand élément de N est 3 et 3 2 A: Par conséquent :

3 = inf(A) = min(A):

Exemple 1.7
E = Z, A = fx 2 Z : x2 36g :
0; 1; 2; 3; 4; 5 n’appartiennent pas à A car leur carré est inferieur ou egal
à 25
1; 2; 3; 4; 5 n’appartiennent pas à A car leur carré est inferieur
ou egal à 25
Si x 6 =) x2 36 ) x 2 A
Si x 6 ) x2 36 ) x 2 A
Par conséquent

A = f::::; 8; 7; 6; 6; 7; 8; :::g

L’ensemble A n’est pas majoré et n’est pas minoré. Donc sup(A) et inf(A)
n’existent pas. On pose par convention

sup(A) = +1 et inf(A) = 1

Remarque 1.2 (importante)


CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 30

Nous avons vu dans l’exemple 1.4, un ensemble dans Z qui n’a pas de
majorant. Dans ce cas on ne peut pas parler de sup. Nous verrons qu’il existe
des ensembles dans Q qui ont des majorants dans Q, mais n’admettent pas
de sup dans Q. En d’autres termes l’ensemble M de tous les majorants n’a
pas de plus petit élément.
La proposition suivante nous fournit l’exemple qui prouve celà
Proposition 1.3 Soit A = fr 2 Q : r2 < 2g : Alors sup(A) et inf(A)
n’existent pas dans Q.

Preuve de la Proposition 1.3

On a
8r 2 A : 2 < r < 2:
L’ensemble A est donc majoré et minoré. Supposons maintenant que sup(A)
existe et que
p
sup(A) = 2 Q
q
sup(A) est un majorant et par dé…nition de l’ensemble A, on a :

8r 2 A : r2 < 2 et r2 (sup(A))2

Comme l’équation x2 = 2 n’a pas de solutions dans Q (voir Proposition 1.1),


il en résulte deux possibilités pour sup(A) :

p2 p2
sup(A)2 = <2 ou bien sup(A)2 = >2:
q2 q2
Supposons par exemple que
p2
<2:
q2
Montrons d’abord que pour tout n 2 N véri…ant
2p
q
+1
n>
p2
2 q2

on a :
2
p 1
+ < 2: (1.11)
q n
En e¤et :
2
p 1 p2 p 1 p2 p 1
+ = 2
+2 + 2 2
+2 + :
q n q qn n q qn n
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 31

p 1
La relation (1.11) implique que q
+ n
2 A: D’autre part, puisque on a
toujours
p p 1
< + ;
q q n
on a
p p 1
sup(A) = < + 2 A:
q q n
2
Notre hypothèse pq2 < 2 nous a permis de trouver un élément de l’ensemble
A qui dépasserait strictement le sup de A: Ceci est en contradiction avec la
dé…nition du sup(A) qui est un majorant de A; donc véri…erait normalemant :
8r 2 A : sup(A) r:
p2
Conclusion l’hypothèse q2
< 2 est impossible. On démontre de la même
2
manière que l’hypothèse pq2 > 2 est impossible aussi. Puisque, d’après la
2
proposition 1.1 pq2 = 2 est impossible, on conclut que l’ensemble A ne peut
avoir de sup rationnel.
Dé…nition 1.6 On dit qu’un ensemble E posséde la propriété de la borne
supérieure, si toute partie non vide majorée de E admet une borne supérieure.
Remarque 1.2 (bis)
D’après la proposition 1.3, l’ensemble Q ne possède pas la propriété de la
borne sup car on peut trouver dans Q un ensemble majoré ne possédant pas
de sup.
Nous allons donc plonger Q dans un ensemble plus vaste nommé ensemble
des nombres réels et noté R; dans lequel les défauts rencontrés dans les propo-
sitions 1.1 et 1.3 disparaitront. En d’autres termes, dans R; on aura toujours
les deux faits caractéristiques suivants :
a) L’équation x2 = 2 a toujours une solution
b) Tout sous ensemble non vide et majoré de R, admet un sup
appartenant à R:
Dé…nissons donc l’ensemble des nombres réels R, de façon axiomatique
de sorte que le point b) soit véri…é.

1.3.2

1.3.3 Introduction axiomatique des nombres réels

Dé…nition 1.7 (axiomes des nombres réels) Le corps des nombres


réels est un ensemble noté R; dans lequel sont dé…nies deux lois l’addition
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 32

notée + et la multiplication notée ( :)

(x; y) ! x + y (addition)
(x; y) ! x:y (multiplication)

et une relation d’ordre notée (ou ); satisfaisant les axiomes (A1 ) ; (A2 ) ; (A3 ) ; (A4 ) ; (A5 ) ; (A
(A15 ) suivants :
Axiomes de l’addition
Axiome (A1 ) : (commutativité de l’addition)
x + y = y + x , pour tout x; y appartenant à R
Axiome (A2 ) : (associativité de l’addition)
x + (y + z) = (x + y) + z , pour tout x; y; z appartenant à R
Axiome (A3 ) : il existe un élèment neutre noté 0; pour l’addition véri…ant
: 0+x=x+0=x
Axiome (A4 ) : pour tout x appartenant à R; il existe un élèment noté
x 2 R véri…ant : x + ( x) = 0
Axiomes de la multiplication
Axiome (A5 ) : x:y = y:x pour tout x; y appartenant à R (commutativité
de la multiplication)
Axiome (A6 ) x:(y:z) = (x:y) :z pour tout x; y; z appartenant à R
(associativité de la multiplication)
Axiome (A7 ) il existe un élément neutre pour la multiplication noté
1 6= 0, véri…ant : 1:x = x:1 = x pour tout x appartenant à R
Axiome (A8 ) pour tout x 6= 0, il existe un élément inverse noté x 1 tel
que x:x 1 = 1
Axiome (A9 ) x:(y + z) = x:y + y:z (disitributivité), pour tout x; y; z
appartenant à R
Axiomes associés à la relation d’ordre
Axiome (A10 ) : x y et y z =) x z (transitivite); pour tout
x; y; z appartenant à R
Axiome (A11 ) : x y et y x =) x = y (Antisymetrie); pour tout
x; y appartenant à R
Axiome (A12 ) : pour deux élèments quelconques x; y appartenant à R,
on a : x y ou bien y x ; (Ordre total)
Axiome (A13 ) : x y =) x+z y+z, pour tout x; y; z appartenant
àR
Axiome (A14 ) : 0 x et 0 y =) 0 x:y; pour tout x; y;
appartenant à R
Axiome de la borne supérieure (spéci…que à R)
(A15 ) Toute partie non vide et majorée de R admet un sup.
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 33

Remarque 1.3
La question naturelle qui se pose est la suivante. Peut on construire un en-
semble muni de deux lois de composition internes + et :; véri…ant les axiomes
A1 à A15 : La réponse est a¢ rmative. En fait l’ensemble Q muni de l’addition
et de la multiplication classique, véri…e les axiomes A1 à A14 : Ce qui caracté-
rise R de Q c’est l’axiome de la borne supérieure (A15 ) : Les mathématiciens
ont fait beaucoup de constructions de R. Citons deux très célèbres, celle de
Dedekind qui utilisa les coupures de Dedekind et celle de Cauchy qui utilisa
les limites de suites dites de cauchy. Nous n’aborderons pas ces questions
dans ce cours.

Remarque 1.3 (bis)


Nous supposerons dans ce cours qu’il existe un ensemble véri…ant les
axiomes (A1 ) ; (A2 ) ; (A3 ) ; (A4 ) ; (A5 ) ; (A6 ) ; (A7 ) ; (A8 ) ; (A9 ) ; (A10 ) ; (A11 ) ; (A12 ) ; (A13 ) ; (A
Toutes les autres propriétés de l’ensemble des nombres réels seront une
conséquence des axiomes (A1 ) ::: (A15 ) :

1.3.4 Propriété caractéristique du sup

Soit E un sous ensemble de R non vide et majoré. D’après l’axiome


(A15 ) ; il existe un nombre M0 2 R tel que

M0 = sup(E)

La question qui se pose est la suivante : Comment calculer sup(E): En


mathématiques les problèmes d’existence et de calcul sont deux problèmes
di¤érents. IL est di¢ cile en utilisant la dé…nition de démontrer qu’un nombre
réel M0 est le sup de l’ensemble E: Si on connait un majorant M0 de E, il n’est
pas facile de prouver que tout autre majorant M de E véri…e : M M0 (en
d’autres termes M0 est le plus petit des majorants de E:)
Le théorème 1.1 suivant va nous faciliter un peu la tache. Si un nombre
réel M0 véri…e les deux propositions a) et b) du théorème 1.1, alors M0 est
le sup de l’ensemble E: La réciproque est aussi vraie.

Théorème 1.1 Soit E R un ensemble non vide et majoré et M0 un


nombre réel. Alors si
a) 8x 2 E : x M0 et b) 8" > 0 9x0 2 E tel que M0 " < x0 , alors
M0 = sup(E)
Réciproquement si M0 = sup(E); alors a) 8x 2 E : x M0 et b) 8" >
0 9x0 2 E tel que M0 " < x0
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 34

Preuve du Théorème 1.1

a) ) M0 est un majorant de E:
b) ) M0 est le plus petit des majorants. En e¤et. Supposons le contraire.
Alors
9M1 : majorant de E tel que M1 < M0 : (#)
M0 M1
Utilisons maintenant l’a¢ rmation b): Prenons " = 2
> 0; d’après le
point b), il existe x0 2 E; tel que
M0 M1 2M0 M0 + M1 M0 + M1
x0 > M 0 = =
2 2 2
or d’après (#), on a
M0 + M1 M0 M1 M 1 M1
= + > + = M1
2 2 2 2 2
Résumons. Si M0 n’est pas le plus petit des majorants de E; alors il existe
x0 2 E et un majorant M1 de E tels que

x0 > M 1 (##)

(##) est en contradiction avec le fait que M1 est un majorant de E:


a) et b) ) M0 = sup(E):

Réciproquement
M0 = sup(E) ) (par def inition) : M0 est un majorant de E ) 8x 2
E : x M0 ) a)
M0 = sup(E) ) (par def inition) : M0 est le plus petit des majorants de
E, c’est à dire que, si M est un majorant quelconque de E; alors

M M0 : (i)

Soit " > 0 quelconque. Considérons M1 = M0 ": On a bien sur

M0 " < M0 ; (ii)

i) et ii) impliquent que M1 n’est pas un majorant de E: Par conséquent et


en écrivant la négation de la proposition suivante :

non (8x 2 E : x M1 = M0 "):

On obtient : il existe x0 2 E tel que : x0 > M1 = M0 "; d’où b):

Comme corollaire du théorème1.1, on obtient


CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 35

Théorème 1.2 Soit E R un ensemble non vide et minoré et m0 un


nombre réel. Alors on a
8 9
< a0 ) 8x 2 E : x m0 =
m0 = inf(E) , et
: ;
b0 ) 8" > 0 9x0 2 E : m0 + " > x0

Preuve du théorème 1.2 :


Elle est semblable à celle de la preuve du théorème1.1. Voir série de TD1

Comment appliquer le théorème1.1 et le théorème 1.2


Nous allons montrer dans les deux exemples suivants comment le théo-
rème1.1 et le théorème 1.2 nous simpli…ent la tache pour montrer qu’un
nombre réel M ou m est le sup ou l’inf d’un ensemble.

Exemple 1.8
Soit A = 1; 21 ; 13 ; 14 ; :::: = n1 ; n = 1; 2; :::
i) Montrez que A est un ensemble non vide, majoré et minoré.
ii) Montrez en utilisant le théorème1.1 que sup (A) = max(A) = 1
iii) Montrez en utilisant le théorème1.2 que inf (A) = 0
iv) Montrez que min (A) n’existe pas.

Solution
i) A = n1 ; n = 1; 2; ::: : On a

1
P our tout n verif iant : n 1; on a : 1:
n
1 est donc un majorant de A: D’autre part on a
1
P our tout n verif iant : n 1 on a : > 0:
n
0 est donc un minorant de A: A est non vide car 12 2 A:
ii) sup(A) et inf(A) existent d’après l’axiome de la borne supérieure.
Montrons que sup (A) = 1: Pour celà utilisons le théorème1. Le point a) a
été démontré. Reste à prouver le point b).
Prenons " > 0 quelconque. Montrons qu’il existe x0 2 A; tel que :

x0 > 1 ": (*)


CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 36

En e¤et, prenons x0 = 1 2 A: Puisque 1 > 1 " pour tout " > 0:Donc
x0 = 1 véri…e la relation (*). D’autre part x0 = 1 2 A; donc
1 = sup(A) = max(A)
iii) Montrons que inf(A) = 0: Utilisons le théorème1.2. Le point a’) a été
démontré. Reste à prouver le point b’). Prenons " > 0 quelconque. Montrons
qu’il existe x0 2 A; tel que :
0 + " > x0
les éléments de A s’écrivent sous la forme n1 ; notre problème revient donc à
trouver n 2 N tel que
1 1
"> ou encore n > :
n "
Pour " > 0; choisissons d’abord n 2 N telle que n > 1" (par exemple si
" = 0:01; on peut prendre n = 101 ou 102 ou 103; ::): Une fois n 2 N choisi,
on prend x0 = n1 . Avec ces choix, on a
1
0 + " > x0 =
n
La relation (b’) est véri…ée pour m0 = 0: Donc
inf(A) = 0:
iv) On a :
1
8n > 0 =) 0 2
1: = A:
n
Par conséquent min(A) n’existe pas.

Exemple 1.9
Montrez en utilisant les théorèmes 1.1 et 1.2 que :
i) sup ([1; 2[) = 2
ii) inf (]1; 2[) = 1
Solution
i) Par dé…nition
8x 2 [1; 2[ : 1 x < 2 =) 8x 2 [1; 2[ : x 2:
Donc le point a) du théorème1.1 est véri…é. Reste à démontrer le point b) du
théorème1.1, c’est à dire montrons que :
8" > 0; 9x0 2 [1; 2[ tel que 2 " < x0 :
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 37

En e¤et Soit " > 0 quelconque. On a deux cas :


Cas1 : " > 1
Alors " < 1 et 2 " < 1: Puisque tout x 2 [1; 2[ véri…e x 1: Donc

8x 2 [1; 2[ on a : 2 "<1 x:

Par conséquent, 8" > 0; 9x0 2 [1; 2[ (on peut prendre n’importe quel point
x 2 [1; 2[) tel que
2 " < x0 :
Cas2 0 < " < 1
Alors 1 < " < 0 =) 1 < 2 " < 2: Il su¢ t donc de prendre n’importe
quel point x0 tel que :
2 " < x0 < 2
Ceci étant, on a bien sur : x0 2 [1; 2[ et 2 " < x0 :

ii) On procède de la manière pour inf (]1; 2[) = 1:


Notations courantes
R = fx 2 R : x 6= 0g = Rn f0g :
R+ = fx 2 R : x 0g :
R+ = fx 2 R : x > 0g :
R = fx 2 R : x 0g :
R = fx 2 R : x < 0g :

1.4 Propriétés caractéristiques de l’ensemble


des nombres réels
1.4.1 Propriété d’Archimède et densité de Q et de RnQ
dans R
Théorème 1.3 le corps R est archimédien, c’est à dire :

(8x 2 R+ ; 8y 2 R) (9n 2 N ) tel que : y < nx: (1.12)

Preuve du théorème 1.3


Soit x 2 R+ et y 2 R; alors on a deux cas :
Cas 1 : y 0 alors la propriété est véri…ée pour tout n 2 N :
Cas 2 : Si y > 0; on raisonne par l’absurde. Donc supposons donc qu’il
existe x > 0 tel que
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 38

(8n 2 N ) ; nx y: (1.13)
Dans ce cas, considérons l’ensemble A suivant :

A = fnx : n 2 N g = fx; 2x; 3x; :::; nx; :::g :

On a bien sûr :
a) A est non vide (x 2 A)
b) A est majorée par y:
D’après l’axiome de la borne supérieure, A admet une borne supérieure
:
Par ailleurs, x 2 A et x > 0: Donc

0<x sup(A) = :

Donc > 0: Puisque sup(A) est le le plus petit des majorants, alors

8" > 0; 9x0 2 A : x0 > ": (1.14)


1
Prenons dans (1.14) : " = : Alors il existe un n0 2 N tel que
2
1
n0 x > ; (1.15)
2
ce qui implique
2n0 x > :
Ceci est absurde car est la borne supérieure de A. (En e¤et d’après la
dé…nition du sup, qui est un majorant, on aurait du avoir pour l’élément
x0 = 2n0 x; la relation : 2n0 x )

Corollaire 1.1 L’ensemble N n’est pas majoré.

Preuve du corollaire 1.1


Prenons dans le théorème 1.3, x = 1. On obtient

8y 2 R; 9n 2 N tel que : n > y

C’est exactement la négation de : N est majoré.

Dé…nition 1.8 On dit qu’une partie non vide A R est dense dans R
si et seulement si pour tout nombre x 2 R et pour tout nombre y 2 R tels
que x < y; il existe r 2 A tel que x < r < y:
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 39

Théorème 1.4 L’ensemble Q est dense dans R:


Preuve du théorème 1.4
La preuve du théorème 4 sort du cadre de ce cours.

Ce théorème veut dire qu’entre deux nombres réels quelconques, on peut


insérer un nombre rationnel

Théorème 1.5 L’ensemble des nombres irrationnels RnQ est dense dans
R:
Preuve du théorème 1.5
La preuve du théorème 1.5 sort du cadre de ce cours.

Ce théorème veut dire qu’entre deux nombres réels quelconques, on peut


insérer un nombre irrationnel

1.4.2

1.4.3 Partie entière d’un réel

Théorème 1.6 Pour tout réel ; il existe un unique 2 Z tel que


< + 1:

Dé…nition 1.9 Soit x 2 R; l’entier 2 Z tel que x < + 1;


s’appelle partie entière de x et on le note E (x) ou encore [x] :

Exemple 1.10
Trouvons les parties entières de 1:5 et de 3:5; c’est à dire : E(1:5) et
E( 3:5)
(a) Puisque 1 1:5 < 2 ) [1:5] = 1:
(b) Puisque 4 3:5 < 3 ) [ 3:5] = 4

1.4.4 Valeur absolue d’un nombre réel


Dé…nition 1.10 A tout nombre réel x; on peut lui associer un nombre
positif noté jxj appelé valeur absolue de x et dé…ni par
8
< x si x > 0
jxj = 0 si x = 0 (1.16)
:
x si x < 0
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 40

On résume les propriétés de la valeur absolue dans le théorème suivant.

Théorème 1.7
(i) jxj a () a x a
(ii) 8x 2 R; 8y 2 R; jxyj = jxj jyj :
(iii) 8x 2 R; 8y 2 R; ; jx + yj jxj + jyj :

Preuve du théorème 1.7


i) Rappelons que par dé…nition

x si x 0;
jxj =
x si x 0:
Evidemment
jxj x jxj :
On a
jxj a () jxj a;
d’où
jxj a () a jxj x jxj a:
ii) On a quatre cas :
Cas1 x 0 et y 0:
D’après l’axiome A14 ;

x 0 et y 0 =) x:y 0:

D’après la dé…nition de la valeur absolue

x:y 0 =) jxyj = xy
x 0 et y 0 =) jxj = x et jyj = y

Donc
jxyj = jxj jyj
Cas2 x 0 et y 0:
On a
y 0 et x ( y) = (xy) > 0

Dans ce cas on a :

jxyj = (xy) = x( y) = jxj jyj :

Cas3 x 0 et y 0
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 41

On utilise dans ce cas la relation

( x) ( y) = xy:

iii) Utilisons i) pour démontrer iii). D’après i), iii) est équivalente à (en
posant dans i) a = jxj + jyj)

jx + yj jxj + jyj , (jxj + jyj) jx + yj (jxj + jyj)

Donc prouvons que

(jxj + jyj) jx + yj (jxj + jyj)

On a
jxj x jxj
et
jyj y jyj :
D’après A13 ; ajoutons membre à membre les 2 dernières inégalités, on obtient

jxj jyj x+y jxj + jyj ;

d’où le résultat.
Théorème 1.8
(i) 8x 2 R; jxj = max ( x; x) :
(ii) 8x 2 R; 8y 2 R+ ; ( y x y , jxj y) :
(iii) 8x 2 R; 8y 2 R; jjxj jyjj jx yj :
Preuve du théorème 1.8
La preuve est laissée à titre d’exercice (voir série de TD1).

1.4.5 Ensembles particuliers de R


Dé…nition 1.11 Soit a; b 2 R : a < b:
– On appelle intervalle ouvert et on note ]a; b[ ; l’ensemble fx 2 R; a < x < bg :
– On appelle intervalle fermé et on note [a; b] ; l’ensemble fx 2 R; a x bg :
– On appelle intervalle semi ouvert à droite et on note [a; b[ ; l’ensemble
fx 2 R; a x < bg :
– On appelle intervalle semi ouvert à gauche et on note ]a; b] ; l’ensemble
fx 2 R; a < x bg :
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 42

SERIE DE TD N 1
CHAPITRE 1 : NOMBRES REELS

Exercice 1.1 : Montrez en utilisant les axiomes A1 A15 des nombres


réels que

a) x y () x + z y + z
b) jxj a () a x a

Solution
Ces relations sont des conséquences de l’axiomes A13 :
Montrons par exemple a). Rappelons l’axiome A13 :

8x; y; z 2 R : x y =) x + z y + z:

Donc il su¢ t de montrer que

8x; y; z 2 R : x + z y + z =) x y

En apliquant A13 à x + z y + z; on obtient :

x+z y + z =) (x + z) + ( z) (y + z) + ( z) :

D’après A2 et A3 , on a

(x + z) + ( z) = x et (y + z) + ( z) = y;

donc
x+z y + z =) x y;
d’où la relation a).
Montrons b). Rappelons que par dé…nition

x si x 0;
jxj =
x si x 0:

Evidemment
jxj x jxj :
On a
jxj a () jxj a;
d’où
jxj a () a jxj x jxj a:
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 43

Exercice 1.2 : Montrez que 8x; y 2 R

a) jx + yj jxj + jyj
b) jjxj jyjj jx + yj
c) jx yj = jxj jyj

Solution
a) D’après l’exercice1 b), on a :

jx + yj jxj + jyj () (jxj + jyj) (x + y) jxj + jyj

Ajoutons menbre à membre les relations

jxj x jxj et jyj y jyj ;

ce qui est légitimes d’après A13 : On aura

jxj jyj x+y jxj + jyj ;

d’où le résultat.
b) D’après linégalité triangulaire

jxj = jx + y yj jx + yj + jyj =) jxj jyj jx + yj

De même

jyj = jx + y xj jx + yj + jxj =) jyj jxj jx + yj

On obtient donc :

(jx + yj) jxj jyj jx + yj

En prenant en considération la relation de l’exercice 1b), les relations précé-


dentes sont équivalentes à

jjxj jyjj jx + yj :
c)
Ceci est évident, si x 0; y 0; d’après A14 et la dé…nition de la valeur
absolue.
Si x > 0 et y < 0; on a :

y > 0 et x ( y) = (xy) > 0


CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 44

L’a¢ rmation en résulte, car dans ce cas on a :

jxyj = (xy) = x( y) = jxj jyj :

De façon analogue on considère le cas x < 0; y < 0, en se servant de la


relation ( x) ( y) = xy:

Exercice 1.3 : Montrez en utilisant l’axiome de la borne supérieure que


toute partie non vide et minorée E R admet une borne inférieure et que

inf(E) = sup ( E) :
Solution
Soit m un minorant de E. Alors par dé…nition on a :

8x 2: x m =) x m:

Ceci implique que le nombre m est un majorant de l’ensemble

E = f x : x 2 Eg :

D’après l’axiome A15 ; sup ( E) existe. Montrons que

inf E = sup ( E) :

En e¤et, pour tout x 2 E on a

x sup ( E) ;

soit
x sup ( E) ;
donc sup ( E) est un minorant de E. Reste à montrer que sup ( E)
est le plus grand des minorants de E; c’est à dire qu’on doit montrer la
propriété suivante :

8" > 0; 9x0 2 E tel que : x0 < sup ( E) + ":

En e¤et. Soit " > 0 quelconque. Par dé…nition sup ( E) est le plus petit des
majorants de l’ensemble ( E) : Donc sup ( E) " perd sa propriété d’être
un majorant de ( E) ; c’est à dire qu’il existe y0 2 E ( y0 = x0 ; x0 2 E),
tel que :
y0 > sup ( E) ":
Soit en remplaçant :

8" > 0; 9x0 2 E tel que : x0 > sup ( E) ";


CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 45

ou encore

8" > 0; 9x0 2 E tel que : x0 < sup ( E) + ":

C’est exactement la relation cherchée.

Exercice 1.4 : Soit E R une partie majorée et non vide montrez que :

a) 8x 2 E : x M0 et
M0 = sup (E) =)
b) 8" > 0 : 9x0 2 E tel que M0 " < x0
et
a) 8x 2 E : x m0 et
m0 = inf (E) ,
b) 8" > 0 : 9x0 2 E tel que m0 + " > x0

Solution Exercice 4
Nécessité :)
M0 = sup(E) ) (par def inition) : M0 est un majorant de E ) 8x 2
E : x M0 ) a)
M0 = sup(E) ) (par def inition) : M0 est le plus petit des majorants de
E, c’est à dire que, si M est un majorant quelconque de E; alors

M M0 : (#)

Soit " > 0 quelconque. Considérons M1 = M0 ": On a bien sur

M0 " < M0 ; (##)

#) et ##) impliquent que M1 n’est pas un majorant de E: Par conséquent


et en écrivant la négation de la proposition suivante :

non (8x 2 E : x M 1 = M0 "):

On obtient : il existe x0 2 E tel que : x0 > M1 = M0 "; d’où b):


Su¢ sance
a) ) M0 est un majorant de E:
b) ) M0 est le plus petit des majorants. En e¤et. Supposons le contraire.
Il existe M1 majorant de E tel que M1 < M0 : Prenons " = M0 2 M1 ; d’après
le point b), il existe x0 2 E; tel que

M0 M1 2M0 M0 + M1 M0 + M1
x0 > M 0 = = > M1 ) M1 n’est pas un majorant de E.
2 2 2
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 46

a) et b) ) M0 = sup(E):

Exercice 1.5 : Montrez en utilisant l’exercice 4 que :

i) sup ([1; 2[) = 2


ii) inf (]1; 2[) = 1

Solution Exercice5
i) Par dé…nition

8x 2 [1; 2[ : 1 x < 2 =) 8x 2 [1; 2[ : x 2:

Donc le point a) de l’exercice4 est véri…é. Reste à démontrer le point b) de


l’exercice 4, c’est à dire montrons que :

8" > 0; 9x0 2 [1; 2[ tel que 2 " < x0 :

En e¤et Soit " > 0 quelconque. On a deux cas :


Cas1 : " > 1
Alors " < 1 et 2 " < 1: Puisque tout x 2 [1; 2[ véri…e x 1: Donc

8x 2 [1; 2[ on a : 2 "<1 x:

Par conséquent, 8" > 0; 9x0 2 [1; 2[ (on peut prendre n’importe quel point
x 2 [1; 2[) tel que
2 " < x0 :
Cas2 0 < " < 1
Alors 1 < " < 0 =) 1 < 2 " < 2: Il su¢ t donc de prendre n’importe
quel point x0 tel que :
2 " < x0 < 2
Ceci étant, on a bien sur : x0 2 [1; 2[ et 2 " < x0 :

ii) On procède de la manière pour inf (]1; 2[) = 1:

Exercice 1.6 : Soit A = 1; 12 ; 13 ; 14 ; :::: = n1 ; n = 1; 2; :::


6.1) Montrez que A est un ensemble non vide, majoré et minoré.
6.2) Montrez que sup (A) = max(A) = 1
6.3) Montrez que inf (A) = 0
6.4) Montrez que min (A) n’existe pas.
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 47

Solution Exercice6
6.1) A = n1 ; n = 1; 2; ::: : On a
1
P our tout n verif iant : n 1; on a : 1:
n
1 est donc un majorant de A: D’autre part on a
1
P our tout n verif iant : n 1 on a : > 0:
n
0 est donc un minorant de A: A est non vide car 12 2 A:
6.2) sup(A) et inf(A) existent d’après l’axiome de la borne supérieure.
Montrons que sup (A) = 1: Pour celà utilisons l’exercice 1.4. Le point a) a
été démontré. Reste à prouver le point b).
Prenons " > 0 quelconque. Montrons qu’il existe x0 2 A; tel que :

x0 > 1 ":

En e¤et, prenons x0 = 1: Remarquons d’abord que x0 = 1 véri…e la relation


précédente, car on a toujours pour tout " > 0 :

1>1 "

D’autre part 1 2 A: Donc :

1 = sup(A) = max(A)

6.3) Montrons que inf(A) = 0: Utilisons l’exercice 4. Le point a) a été


démontré. Reste à prouver le point b). Prenons " > 0 quelconque. Montrons
qu’il existe x0 2 A; tel que :
0 + " > x0
les éléments de A s’écrivent sous la forme n1 ; notre problème revient donc à
trouver n 2 N tel que
1 1
"> ou encore n > :
n "
Pour " > 0; si on prend x0 = n1 , avec n > 1" ; on aura nécessairement : x0 2 A
et 0 + " > x0 : La relation (b) est véri…ée. Donc

inf(A) = 0:

6.4) On a :
1
8n 1: > 0 =) 0 2
= A:
n
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 48

Par conséquent min(A) n’existe pas.


Exercice 1.7 : Démontrez que le carré d’un entier impair est impair.

Solution Exercice 7
Tout nombre impair s’écrit sous la forme = 2m + 1; m 2 N. Alors
2
= (2m + 1)2 = 4m2 + 4m + 1

Comme 4m2 + 4m = 2 (2m2 + 2m) = 2k; k 2 N . Donc


2
= 2k + 1
2
Par conséquent est impair.

Exercice 1.8 : On considère l’équation x2 = 2 . Montrez que cette


équation n’a pas de solution dans Q:

Solution Exercice 8
Supposons le contraire, c’est à dire qu’il existe un nombre rationnel pq
dont le carré vaut 2, où nous supposons que pq est irréductible, c’est-à-dire
que p et q n’ont pas de diviseurs communs entiers autre que 1 (on dit aussi
que p et q sont premiers entre eux).
Alors
2
p p2
= 2 =2
q q
ou encore
p2 = 2q 2 :
Par conséquent p2 est pair. Remarquons que

p2 pair =) p pair.

En e¤et. Si p est impair, alors p2 est impair d’après l’exercice 7. Ainsi on


peut écrire p = 2m:
Remplaçons p = 2m dans p2 = 2q 2 ; on obtient

4m2 = 2q 2 () q 2 = 2m2 :

il s’ensuit que q 2 est pair et q aussi:


p et q sont pairs, sont donc tous les deux multiples de 2: Ceci est en
contradiction avec l’hypothèse : p et q sont premiers entre eux.
Il n’existe donc pas de nombre rationnel dont le carré est égale à deux.

Exercice 1.9 : Soient a 2 Q et b 2 Q: tel que a < b: Montrez qu’il existe


toujours un nombre c 2 Q strictement compris entre a et b:
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 49

a+b
Aide : considerez c = 2
, montrez que c 2 Q et que a < c < b:

Solution Exercice 9
Soient a et b deux nombres rationnels. Montrons que a+b
2
est un nombre
rationnel compris strictement entre a et b.
En e¤et. Supposons que a < b: En addionnant a de chaque coté, on a
a+b
2a < a + b et a < :
2
De même en ajoutant b de chaque côté,
a+b
a + b < 2b et < b:
2
Par conséquent
a+b
a< < b:
2
a+b
Prouvons maintenant que 2
est nombre rationnel. En e¤et, soient
p r
a= et b = ; ou p; q; r; s
q s
sont des entiers, avec
q 6= 0; s 6= 0:
Alors
a+b 1 p r 1 ps + qr
= + =
2 2 q s 2 2qs
est un nombre rationnel.
p
3
p
Exercice 1.10 : Montrez que 2+ 3 est algébrique.

Solution Exercice
p p 10
Soit x0 = 3 2 + 3: Il faut montrer que x0 est solution d’une équation
algébrique de la forme

a0 + a1 x + ::: + an xn = 0; ai 2 Z

En e¤et, p p p p
3 3
x0 = 2+ 3 () x0 3= 2
En élévant à la puissance 3; les deux côtés et en simpli…ant, nous trouvons
p 3
x0 3 =2
CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 50
p 3
Soit en calculant x0 3 , on trouve
p 3 p p
x0 3 = x30 3x20 3 + 9x0 3 3
p 3
L’équation x0 3 = 2 donne donc
p p
x30 3x20 3 + 9x0 3 3 2 = 0;

ou encore p
x30 + 9x0 2 = 3 3 1 + x20 :
Si on élève les deux membres de cette équation au carré, on obtient :

2 p 2
x30 + 9x0 2 = 3 3 1 + x20

Après calcul, on obtient :

x60 + 18x40 4x30 + 81x20 36x0 + 4 = 27x40 + 54x20 + 27


Soit en simpli…ant, on a

x60 9x40 4x30 + 27x20 36x0 23 = 0

En d’autres termes, x0 est solution de l’équation algébrique

x6 9x4 4x3 + 27x2 36x 23 = 0

Remarquons que dans ce cas :

n = 6; a0 = 23; a1 = 36; a2 = +27; a3 = 9; a5 = 0; a6 = 1: 4; a4 =


p p
Comme c’est une équation à coe¢ cients entiers, il s’ensuit que 3 2 + 3,
qui est une solution, est un nombre algébrique.

Exercice 11 : Soient a1 ; a2 ; :::; an et b1 ; b2 ; :::; bn des nombres réels


quelconques. Démontrez que :

(a1 b1 + a2 b2 + ::: + an bn )2 a21 + a22 ::: + a2n b21 + b22 + ::: + b2n

Solution Exercice 11
Pour tout nombre réel , nous avons

(a1 + b1 )2 + (a2 + b2 )2 + ::: + (an + bn )2 0


CHAPITRE 1. L’ENSEMBLE DES NOMBRES REELS 51

En dévellopant et en groupant il s’ensuit


2
A2 + 2C + B 2 0 (1)

A2 = a21 +a22 +:::+a2n ; B 2 = b21 +b22 +:::+b2n ; C = a1 b1 +a2 b2 +:::+an bn (2)

Maintenant (1) s’écrit :


2
2 2C B2 C B2 C2
+ + 0 ou + + 0 (3)
A2 A2 A2 A2 A4

Mais la dernière inégalité est véri…ée pour tout réel si et seulement si

B2 C2 A2 B 2 C 2
0 () 0 () C 2 A2 B 2
A2 A4 A4
ce qui donne l’inégalité proposée en utilisant (2).
Chapitre 2

SUITES REELLES

2.1 NOTIONS GENERALES


2.1.1 NOTE HISTORIQUE
Les suites numériques sont liées à la mathématique de la mesure (me-
sures d’un phénomène prises à intervalles de temps réguliers) et à l’analyse
(une suite numérique est l’équivalent discret d’une fonction numérique). La
notion de suite est présente dès qu’apparaissent des procédés illimités de cal-
cul. On en trouve, par exemple, dans la mathématique babylonienne, chez
Archimède, spécialiste des procédés illimités d’approximation (séries géomé-
triques de raison 1/4) pour des calculs d’aires et de volumes, ou en Égypte
vers -1700 et plus récemment au 1er siècle dans le procédé d’extraction d’une
racine carrée par la méthode de Héron d’Alexandrie : Pour extraire la ra-
cine carrée de A , choisir une expression arbitraire a non nulle, et prendre la
moyenne entre a et Aa et recommencer aussi loin que l’on veut le processus
précédent.
En notation moderne, cela dé…nit la suite de nombres (un ) telle que :

1 A
u0 = a; un+1 = un + ; n = 0; 1; :::
2 un

Archimède et les suites


Une des premières utilisations d’une suite de nombres est due à Archi-
mède. Pour trouver la valeur du nombre ; il inscrit dans un cercle de rayon
1 un triangle équilatéral dont il calcule le perimètre. Puis en doublant le
nombre de côtés, il calcule le périmètre d’un hexagone (6 côtés), puis celui
d’un dodécagone (12 côtés) et ainsi de suit, indé…niment. Il obtient ainsi une

52
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 53

suite illimitée de nombres connus dont la limite est 2 et qui fournissent une
bonne approximation de :

Archimede utlise les suites pour calculer des approximations de

Moyen âge et renaissance

Les suites sont d’abord connues pour calculer des sommes in…nies de
nombres, appelées séries. Par exemple, dans la somme :

1 + x + x2 + :::: + xn + :::

si on pose
s1 = 1; s2 = 1 + x; s3 = 1 + x + x2 ; :::; etc:::
La somme chérchée est la limite de la suite fsn g : En 1598 Viète (1540, 1603)
prouve que cette somme est égale à 1 1 x :
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 54

A la renaissance, les suites sont utilisées pour calculer par approximations


succssives les solutions d’équations de la forme

f (x) = x

Temps modernes
Les suites sont devenues un outil indispensable de l’Analyse, mais ne
furent guère utilisées avant Cauchy. La maitrise de cet outil a été grandement
facilitée par l’utilisation, au XIXème sciècle, de la notation indicielle qui
consiste à noter chaque nombre d’une suite par une même lettre a¤ectée d’un
indice. Et aussi par le point de vue de Péano qui dé…nit une suite numérique
comme une fonction de l’ensemble N dans R:
A la …n du XIXème sciècle, Dedeckind (1888), puis Péano (1889), pro-
posent des axiomatiques trés voisines de l’ensemble N: C’est à dire qu’ils
dressent la liste des énoncés considérés sans démonstration comme vrais dans
l’ensemble N (les axiomes), en nombre minimal, à partir desquels on démontre
toutes les propriétés vraies dans N: La récurence fait partie de ces axiomes.

P eano (1854 1932) Dedeckind (1831 1916)

Henri Poincarré, expliquant dans un article la nature du raisonnement


mathématique, avait conclu lui aussi que le raisonnement par récurence doit
être pensé comme un axiome.
Cependant, le raisonnement par récurrence était déjà très largement uti-
lisé par les mathématiciens : il …gure déjà implicitement dans " les éléments
d’Euclide ” (vers -300). Le raisonnement par récurrence se trouve explici-
tement dans le livre " Problèmes plaisants et delectables qui se font par les
nombres” , paru en 1612 et clairement formulé par Pascal dans son " Traité
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 55

du triangle arithmétique ” vers 1654.

P oincarre(1854 1912)

2.1.2 Exemples d’utilisations des suites dans la vie cou-


rante

Une suite est une liste ordonnée de nombres.

# Dans la vie courante, on utilise fréquemment de telles suites. Par


exemple :
a) Pour étudier l’évolution du prix de vente d’un produit. On notera p0
le prix initial, p1 le prix au bout d’un mois,..., pn le prix au bout de n mois.
On construit ainsi une suite

p0 ; p1 ; p2 ; p3 ; :::pn ; :::

que l’on note (pn )


b) Le biologiste qui étudie l’évolution d’une population de bactéries, no-
tera N0 l’e¤ectif initial, N1 l’e¤ectif au bout d’une heure,..., Np l’e¤ectif au
bout de pieme heure. On construit ainsi la suite suivante :

N0 ; N1 ; N2 ; N3 ; :::; Np ; :::

qu’on note (Np )

# En Mathématiques, les suites considérées sont illimitées. Ainsi elles


pourront servir à l’étude éventuelle de toute situation concrète. En particu-
lier, elles permettent de trouver des approximations aussi …nes que l’on veut
de nombres ou de grandeurs inconnues.

Exemple 2.0
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 56

Un biologiste souhaite étudier l’évolution d’une population de bactéries.


Il a e¤ectué les relevés suivants :

heure 10h 10h20 10h40 11h 11h20


nombre 1000 2100 4000 7900 16000

Ce tableau fait apparaitre une évolution assez régilière. Pour pratiquer des
prévisions, le biologiste modélise l’évolution en a¢ rmant que la population
double toutes les 20 minutes. Pour véri…er la validité de son hypothèse, il
fait un nouveau relevé à midi. Il constate que la population est alors environ
65000.
Question1 : Le biologiste peut il valider son modèle ?
Réponse1 : oui, le bilogiste peut valider son modèle. En e¤et si on suit le
modèle précédent, la population doublerait à 11h40 et passerait à 32000 et à
12h00 elle deviendrait 64000. C’est le chi¤re qu’on a observé par expérience.
Donc on peut retenir le modèle.
Question2 : On admet maintenant que le modèle est retenu, c’est à dire
que la population doublerait toutes les 20 minutes. Par quel nombre est elle
multipliée au bout d’une heure ? au bout de 2 heures ?
Réponse2 : Dans une heue il y’a 3 fois 20 minutes. Donc la population
augmenterait de 2 2 2 = 23 = 8 fois la population initiale. 2 heures
contiennent 6 fois 20 minutes. Donc la population augmenterait de 2 2
2 2 2 2 = 26 = 64 fois la population initiale.
Question3 : On note p0 la population initiale, p1 la population à 10h20
et ainsi de suite. Comment noter la population à 12h ?, à 14h ?. Exprimez pn
en fonction de l’entier n: Le biologiste revient demain à 10h. Estimez alors
la population prélevée.
Réponse3 p0 la population initiale à 10h, p1 la population après 1 f ois 20 minutes.
A 12h : 6 f ois 20 minutes se seront écoulées. On obtiendra donc le terme
p6 : A 14 heures ça sera : 12 f ois 20 minutes et on obtiendra donc le terme
p12 : On aura donc :

p0
p1 = 2p0
p2 = 2p1 = 2 2p0 = 22 p0
:::::
pn = 2 pn 1 = 22 pn 2 = ::: = 2n p0
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 57

Si le biologiste revient le lendemain à 10 heures, alors 24 heures se seront


écoulées, c’est à dire qu’on aura 24 60 = 1440 minutes, soit 72 tranches de
20 minutes. La population mesurée à 10 heures le lendemain sera donc :

p72 = 272 p0 = 272 1000 = 4722 366 482 869 645 213 696000:

2.2 Dé…nitions et exemples


2.2.1 Exemples
Fabriquer une suite (un ), c’est associer à chaque entier n un réel noté
u(n) ou un :

Exemple 2.1 : Associons à chaque entier n 2 N son double. On obtient


une suite in…nie de nombres réels (les entiers pairs). Le double de 0 est
u0 = 2 0 = 0; :::; le double de 15 est u15 = 2 15 = 30: Le double d’un
entier quelconque n est un = 2 n:

Exemple
p 2.2 Associons à chaque entier naturel n (n 7); le nombre
vn = n 7: On dé…nit ainsi une suite (vn ) de nombres réels :
p p p
v7 = 0; v8 = 1; v9 = 2; v10 = 3; v11 = 2:::; v2005 = 1998; :::

Remarquons que cette suite n’est dé…nie que pour n 7:

2.2.2 Dé…nition
Dé…nition 2.1 Une suite réelle est une fonction à valeurs réelles, dont
l’ensemble de dé…nition est l’ensemble N des entiers naturels ou N privé des
entiers 0; 1; 2; :::; n0 (n0 étant un entier naturel …ni, n0 = 7 dans l’exemple
2.2)

2.2.3 Notations et vocabulaire


un se lit u indice n ou u...n: On dit que un est le terme d’indice n de la
suite notée u ou (un ) ou (un )n2N
Une suite est une fonction. On a l’habitude de noter les fonctions par les
symboles f; g; h:::: Dans le cas des suites on note ces fonctions par u; v; w:::
Suppososons qu’on note u une fonction suite. L’image d’un nombre x
devrait être u(x); mais pour rappeler que u opère sur des nombres entiers,
on note ces naturels n; m; p; :::
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 58

Ainsi, u(n) est l’image de n par la suite u: L’usage veut que le nombre
u(n) se note un et que la suite se note (un ) ou (un )n2N ou (un )n 1 ; plutot
que u:

Remarque 2.1 Si m 6= p; les termes um et up de la suite (un ) sont vus


comme des termes di¤érents, même si um = up :Une suite a une in…nité de
termes. Tous ses termes peuvent être égaux comme la suite

(1; 1; 1; :::; 1; :::) ; un = 1 8n:

De telles suites s’appellent suites constantes. Une suite peut aussi avoir la
propriété suivante :

un = C; C = constante 8n N0 ; N0 est un entier,

c’est à dire que la suite devient constante à partir d’un certain rang N0 :

2.3 Di¤érentes façons de dé…nir une suite


2.3.1 Par une dé…nition explicite du terme d’indice n
Dans ce cas, on peut calculer directement un à partir de n

Exemple 2.3

a) un = 5n + 3
2n 1
b) vn =
n+1
c) wn = 2n

Dans les deux premiers exemples, le terme général un est l’image de l’entier
n par une fonction usuelle dé…nie au moins sur l’ensemble des réels positifs.

a) un = f (n) avec f : x ! 5x + 3
2x 1
b) vn = g(n) avec g : x !
x+1
De manière générale, si f est une fonction dé…nie au moins sur l’intervalle
[0; +1[; on dé…nit une suite (un ) en posant :

un = f (n) pour tout n:


CHAPITRE 2. SUITES REELLES 59

2.3.2 Par récurrence


Dans ce cas on ne peut pas calculer un à partir de n: Pour calculer un
il faut auparavant calculer tous les termes qui le précedent. Une relation de
récurence lie n’importe quel terme de la suite à celui qui le précède.
La donnée du terme u0 et d’une relation (dite de récurrence) qui permet
de calculer un terme de la suite, à partir du précedent, détermine une suite.
Exemple 2.4
u0 = 5; un+1 = 3un 2
Ces données permettent de calculer de proche en proche les termes de la
suite :
u1 = (3 5) 2 = 13
u2 = (3 13) 2 = 37
u3 = (3 37) 2 = 109
:::::::::::
un+1 est l’image de un par une fonction usuelle dé…nie sur l’ensemble des
réels.
un+1 = f (un ) avec f : x ! f (x) = 3x 2
Exemple 2.5
La relation de récurence un+1 = f (un ) permet de dé…nir une suite lorsque
u0 est dans un intervalle I tel que pour tout x de I; f (x) est aussi dans I:
En d’autres termes on devrait avoir
f (I) I
Si on considère la suite dé…nie par
p
u0 = 5 et un+1 = un 1
La fonction associée à cette suite est la fonction
p
f :x! x 1
Cette fonction est dé…nie dans l’intervalle I = [1; +1[; u0 = 5 2 I: Malheu-
reusement, il exite des points x 2 I pour lesquels f (x) 2
= I: Exemple le point
x = 1 2 I; mais f (1) = 0 2= I = [1; +1[: Celà ne permet pas de calculer tous
les termes de la suite. Dans notre exemple on a
u0 = 5
p
u1 = 5 1=2
p
u2 = 2 1=1
p
u3 = 1 1=0
p
u4 = 0 1 qui n0 existe pas
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 60

2.4 Sens de variation

2.4.1 Dé…nitions
Dé…nition 2.2 Une suite (un ) est dite strictement croissante si pour tout
naturel n on a
un < un+1 :
La suite (un ) est dite strictement décroissante si pour tout naturel n on a

un > un+1

(un ) est dite constante si pour tout naturel n on a

un = un+1 :

On dé…nit de même une suite croissante (décroissante) lorsque on a pour


tout entier naturel n
un un+1 (un un+1 )
Une suite (un ) est dite monotone si elle soit croissante, soit décroissante.
Si elle est strictement croissante ou strictement décroissante, on dit qu’elle
est strictement monotone. Une suite (un ) est dite monotone (strictement
monotone) à partir de l’indice N0 ; si les inégalités précédentes sont seulement
vraies pour n N0 et non pas pour tout entier naturel n:

Remarque 2.2
Pour étudier le sens de variation d’une suite (un ) ; on compare pour tout
entier n; les termes un+1 et un , soit en étudiant le signe de la di¤érence
un+1 un ; soit, lorsque les termes un sont strictement positifs, en comparant
le rapport
un+1
un
et le nombre 1:

2.4.2 Exemples
Exemple 2.6
Considérons la suite (un ) dé…nie par :

un = n 2 n 2
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 61

un+1 un = (n + 1)2 (n + 1) 2 n2 n 2 = 2n:


Puisque 2n > 0 pour n > 0: Donc la suite (un ) est strictement croissante à
partir de l’indice N0 = 1:
Exemple 2.7
Considérons la suite (un ) dé…nie par :
2n
un =
3n
On a
2n
> 0; 8n 2 N
3n
un+1
celà nous donne la possibilité d’étudier le rapport un

2n+1
un+1 3n+1 2n+1 3n 2
= 2n = n+1 n
= < 1:
un 3n
3 2 3

Donc
un+1 < un :
La suite (un ) est donc strictement décroissante.

2.4.3 Cas d’une suite dé…nie par un = f (n)

Dans ce cas on a le théorème suivant :

Théorème 2.1 Soit f une fonction réelle dé…nie sur [0; +1[ et (un ) une
suite dé…nie par
un = f (n)
Si f est strictement croissante (strictement décroissante), alors la suite (un )
est strictement croissante (strictement décroissante).

Preuve du théorème 2.1


Soit n un entier naturel quelconque. Puisque n < n+1: Si f est strictement
croissante, alors
f (n) < f (n + 1):
Soit en remplaçant :
un < un+1 ;
par conséquent (un ) est strictement croissante.
Même démonstration si f est strictement décroissante.
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 62

2.5 Suites arithmétiques


2.5.1 Dé…nitions et exemples
Dé…nition 2.3 Une suite (un ) est dite suite arithmétique s’il existe un
nombre réel r , appelé raison de la suite (un ) tel que :

un+1 = un + r; pour tout entier n:

Exemple 2.8
a) La plus naturelle des suites arithmétiques est la suite des entiers na-
turels
0; 1; 2; 3; :::; :::
de premier terme 0 et de raison 1:
b) Considérons la suite des nombres pairs

0; 2; 4; 6; :::; :::

c’est une suite arithmétique de premier terme 0 et de raison 2:


c) La suite des termes impairs

1; 3; 5; 7; :::; :::

est de premier terme1 et de raison 2:


d) Considérons la suite (un ) suivante :

un = 5n 2:

On a

un+1 = 5 (n + 1) 2 = 5n + 5 2 = (5n 2) + 5 = un + 5;

c’est donc une suite arithmétique de raison 5:

2.5.2 Relations entre les termes


Théorème 2.2 Considérons une suite arithmétique (un ) de premier terme
u0 et de raison r: Alors on a
a) pour tout entier naturel n 1

un = u0 + nr: ( )
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 63

b) quels que soient les entiers naturels m et p :

um up = (m p) r

Preuve du théorème 2.2


a) La relation ( ) est vraie pour n = 1: En e¤et puisque (un ) est une
suite arithmétique. Donc
u1 = u0 + r:
Supposons que la relation ( ) soit vraie pour le rang p: On aura

up = u0 + pr ( )

Montrons que celà implique que la relation ( ) reste vraie pour le rang p + 1:
En e¤et, puisque (un ) est une suite arithmétique, alors

up+1 = up + r;

soit en utilisant la relation ( ), on obtient :

up+1 = (u0 + pr) + r = u0 + pr + r = u0 + r (p + 1) :

Donc la relation ( ) est vraie pour tout n:


b) En e¤et, d’aprés le point précedent a) , um = u0 + mr, up = u0 + pr ;
d’où :

um up = mr pr = (m p)r:

2.6 Suites géométriques


2.6.1 Dé…nitions et exemples
Dé…nition 2.4 Une suite (un ) est dite suite géométrique, s’il existe un
nombre réel q , appelé raison de la suite (un ) tel que :

un+1 = un q; pour tout entier n:

Exemple 2.9
a) La suite des puissances successives de 2

1; 2; 4; 8; 16; 32; 64; :::; :::


CHAPITRE 2. SUITES REELLES 64

est une suite géométrique de premier terme 1 et de raison 2.


b)Considérons la suite de terme général

un = ( 1)n = (1; 1; 1; 1; ::::; ::::)

est une suite géométrique de premier terme 1 et de raison 1:


c) Considérons la suite de terme général

un = 2 3n :

On a
un+1 = 2 3n+1 = 2 3n 3 = (2 3n ) 3 = un 3:
Par conséquent la suite (un ) est une suite géométrique de raison 3:

2.6.2 Relations entre les termes


Théorème 2.3 Considérons une suite géométrique (un ) de premier terme
u0 et de raison q 6= 0: Alors on a :
a) pour tout entier naturel n 1

a) un = u0 qn; ( )

b) quels que soient les entiers naturels m et p (m > p) :

um = u p qm p; ( )

Preuve du théorème 2.3


a) Comme dans le théorème 2.2, la démonstration se fait par récurence.
La proposition ( ) est vraie pour n = 1: En e¤et (un ) étant géométrique,

u1 = q u0 :

Supposons que la relation ( ) soit vraie pour le rang p: On aura

u p = u0 qp ( )

Montrons que celà implique que la relation ( ) reste vraie pour le rang
p + 1: En e¤et, puisque (un ) est une suite arithmétique, alors

up+1 = up q;

soit en utilisant la relation ( ), on obtient :

up+1 = up q = (u0 qp) q = u0 + q p+1 :


CHAPITRE 2. SUITES REELLES 65

Donc la relation ( ) est vraie pour tout n:


b) En e¤et, d’aprés le point précedent a) , um = u0 q m , up = u 0 qp.
Donc, puisque q 6= 0;
up
u0 = p
q
et par conséquent :
up
um = q m = up qm p:
qp

2.7 CONVERGENCE DES SUITES REELLES


2.7.1 Introduction et dé…ntion
Introduction
Etudier la convergence d’une suite, c’est se demander ce que deviennent
les nombres un lorsque n prend des valeurs de plus en plus grandes, vers +1:
Plus précisément, c’est s’intéresser aux questions suivantes.
- Les nombres un se dispersent-ils ? …nissent-ils par être de plus en plus
grands (éventuellent en valeur absolue) ?
- Les nombres un …nissent-ils par s’accumuler près d’un nombre …xe ` ?
C’est cette dernière quetion qui nous intéresse ici.

Idée intuitive de la notion de limite d’une suite réelle


Nous allons étudier d’abord un exemple

Exemple 2.10
Considérons la suite (un ) dé…nie par :
1
un =
n
Ecrivons la liste des termes de la suite (un ) :

(1surn)

1 7:pdf

Il est clair que les termes …nissent par s’accumuler autour de zéro.
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 66

Comment traduire cette idée d’accumulation ?


Une façon intuitive est de dire que les termes un …nissent par être très
proches de zéro, de plus en plus proches. Mais cette formulation est trop
vague : que veut dire “…nissent”? Que signi…e exatement “être proche de
zéro”?
Pour préciser, on est obligé de dire “un est proche de 0 à " près”,(" reel; " > 0),
c’est-à-dire que un est dans l’intervalle I = ] "; "[ de centre zéro, de rayon ":
Prenons pas exemple " = 0; 000 01 = 10 5 , alors I contient presque tous
les un , plus précisément, il contient tous les termes un dont l’indice n est
superieur à 105 : En e¤et
1
n > 105 ) < 10 5
) un 2 I" = 10 5 ; +10 5
:
n
Remarquons que seulement un nombre …ni de termes un se trouvent à
l’exterieur de l’intervalle I" = ] 10 5 ; +10 5 [ : En e¤et si
1
n 105 ) 10 5
) un 2
= I" =] 10 5 ; +10 5 [;
n
c’est à dire que les termes qui se trouvent à l’exterieur de l’intervalle I" =
] 10 5 ; +10 5 [ sont
u1 ; u2 ; :::; u105 1
(1surnII)

1 8:pdf

Ce qui a été fait avec " = 10 5 et avec l’intervalle I10 5 = ] 10 5 ; +10 5 [


peut être fait avec " quelconque, aussi petit que l’on veut, c’est à dire que
tout intervalle ouvert de centre 0 et de rayon " quelconque contient tous les
un ; sauf un nombre …ni d’entre eux. En e¤et soit " > 0 quelconque. Si
1
n>
"
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 67

alors
1
un = < ":
n
Par conséquent
un 2 I" = ] "; +"[
Remarque 2.3
1
"
peut ne pas appartenir à l’ensemble des entiers naturels N: Pour " > 0 au
lieu de considerer le nombre 1" , on prend le premier nombre entier supérieur
à 1" ; c’est à dire E( 1" ) + 1 2 N: Dans ce cas si
1
n > E( ) + 1;
"
alors
1
n>
"
et par conséquent
un 2 I" = ] "; +"[ :
Résumons la situation étudiée dans l’exemple2.1

Résumé : Pour tout " > 0 donné (ou pour tout intervalle I" = ] "; +"[),
il existe un entier naturel qu’on note N0 (N0 dépend en général de "; N0 =
E( 1" ) + 1 dans notre exemple) tel que : pour tout n N0

un 2 I" = ]0 "; 0 + "[ ou encore jun 0j < ":

On dit alors que la suite (un ) a pour limite 0 quand n “tend”vers l’in…ni.
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 68

Cas général. Dé…nition

La situation décrite dans l’exemple précedent pour la suite (un ) avec un =


1
n
,et pour la limite ` = 0; peut être généralisée pour une suite quelconque
(un ) et une limite ` 2 R:
Dé…nition 2.5 Dire qu’un réel ` est la limte d’une suite (un ) ; signi…e
que tout intervalle ouvert de centre ` et de rayon " : I" =]` "; `+"[ , contient
tous les termes de la suite à partir d’un certain indice N0 ou encore que tous
les termes de la suite (un ) se trouvent dans l’intervalle I" sauf un nombre
…ni d’entre eux.

La dé…nition 2.5 est équivalente à la dé…nition 2.5 bis suivante :


Dé…nition 2.5 bis Soit (un ) une suite réelle et ` 2 R: ` est la limte de
la suite (un ) si et seulement si :
8" > 0; 9N0 2 N tel que : pour tout n N0 : jun `j < ":

Notation :
Le nombre ` est appelé limite de la suite (un ) : On note
lim (un ) = `:
n!1

On dit que la suite est convergente ou bien qu’elle converge vers `:


CHAPITRE 2. SUITES REELLES 69

Limite in…nie

Dé…nition 2.6 Une suite (un ) a pour limite +1 ou 1 si les termes


jun j deviennent de plus en plus grands quand n ! 1; c’est à dire que tout
intervalle ouvert de la forme ]A; +1[ (pour + 1) ou ] 1; A[ (pour
1); contient tous les termes de la suite (un ) à partir d’un indice N0 :

La dé…nition 2.6 est équvalente à la dé…nition 2.6 bis suivante

Dé…nition 2.6 bis On dit qu’une suite (un ) tend vers +1 (resp. 1)
si, quel que soit le nombre positif arbitraire A; il existe un entier naturel N0
tel que pour tout n > N0 ; on ait :

un > A (resp: un < A)

On notera
lim (un ) = +1 (resp: lim (un ) = 1)
n!1 n!1

Nous avons vu deux situations concenant la notion de convergence de


suite. La situation …gurant dans la dé…nition 2.5 ou 2.5 bis est la situation
idéale. La deuxième situation, …gurant dans la dé…nition2.6 ou 2.6 bis, nous
renseigne malgré tout que la suite (un ) possède un certain ordre qui est le fait
de grandir indé…niment en valeur absolue. Reste une troisième situation dans
laquelle la suite (un ) est totalement désordonnée. Elle ne converge pas vers
une limite …nie et ses termes ne grandissent pas indé…niment quand n ! 1:
On dit dans ce cas que tout simplement que la suite (un ) n’admet pas de
limite. Nous allons donner un exemple sur ce cas dans ce qui suit :

Exemple de suite sans limite

Considérons la suite (un ) dé…nie par :

un = ( 1)n = (1; 1; 1; 1; 1; 1; :::) :

Remarquons d’abord que si cette suite admet une limite `, alors

` = 1 ou ` = 1:

Montrons par exemple que ` = 1 n’est pas la limite de la suite (un ) : En


e¤et, prenons " = 0:1: L’intervalle ouvert

I" = ]1 "; 1 + "[ ;


CHAPITRE 2. SUITES REELLES 70

contient une in…nité de termes de la suite (un ) ( tous ceux d’indices pairs).
En e¤et, puisque

x0 = x2 = x6 = x8 = ::: = x2k = ::: = 1;

alors
8k 2 N; x2k 2 ]1 "; 1 + "[ :
Par conséquent l’intervalle ]1 "; 1 + "[ contient une in…nité de termes de
la suite (un ) : D’autre part une in…nité de termes de la suite se trouvent à
l’exterieur de l’intervalle ]1 "; 1 + "[ : En e¤et, puisque

x1 = x3 = x5 = x7 = ::: = x2k+1 = ::: = 1;

alors (pour " = 0:1)

8k 2 N; x2k+1 2
= ]1 0:1; 1 + 0:1[

Conclusion : On a ainsi trouvé un intervalle I0:1 = ]1 0:1; 1 + 0:1[ dont


une in…nité de termes de la suite (un ) se trouvent à l’exterieur: Les termes
de la suite ne s’accumulent donc pas autour d’une seule valeur, mais plutot
autour de deux points distincts 1 et 1: Ainsi une suite n’a pas nécessairement
de limite.

Unicité de la limite

Théorème 2.4 La limite d’une suite, lorsqu’elle existe, est unique.

Preuve du théorème 2.4


Supposons qu’il existe deux limites di¤érentes. On aura donc

lim un = ` et lim un = `0 avec ` 6= `0 :


n!1 n!1
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 71

Suppons que par exemple ` < `0 et posons `0 ` = 2h = h + h:On a alors

`0 h = ` + h: (2.1)

Puisque lim un = `:Pour " = h; on aura par dé…nition


n!1

9N1 2 N : si n > N1 alors ` h < un < ` + h (2.1bis)

De même et puisque lim un = `0 ; alors pour " = h; on aura par dé…nition


n!1

9N2 2 N : si n > N2 alors `0 h < un < ` 0 + h (2.1tris)

Les relations (2.1bis) et (2.1tris) seront particulièrement vraies pour tout


n > N = max (N1 ; N2 ). On aurait donc

n > N ) un < ` + h et un > `0 h;

ce qui constitue une contradiction avec l’hypothèse (2.1) : ` + h = `0


h (Un nombre réel ne peut pas être en même temps strictement inferieur et
strictement inferieur à un autre nombre réel …xe).

Suites bornées
Dé…nition 2.7 Soit (un ) une suite réelle. On dit que (un ) est majorée
(resp. minorée) s’il existe un nombre réel M (resp:m 2 R) tel que, pour tout
naturel n
un M: (resp: un m)
Le nombre M s’appelle majorant de la suite (un ) (resp. le nombre m
s’appelle minorant de la suite (un )):
Une suite à la fois minorée et majorée est dite bornée.

Exemple 2.11
1) La suite (un ) dé…nie par un = cos (n) est majorée et minorée, donc
bornée car, pour tout n;
1 cos(n) 1
2) La suite (un ) dé…nie par un = n2 est minorée par 0 mais n’est pas
majorée.

Théorème 2.5 Toute suite convergente est bornée.

Preuve du théorème 2.5


CHAPITRE 2. SUITES REELLES 72

Fixons un nombre " > 0: Par dé…nition, il existe N0 tel que, pour tout
entier n > N0 on a :
l " < un < l + " (2.2)
Notons par M1 ; m1 et M les quantités suivantes :
M1 = max u1 ; u2 ; :::uN0 1 ; uN0 ; m1 = min(u1 ; u2 ; :::uN0 1; uN0 ); (2.3)
M = max(M1 ; l + "); m = min(m1 ; l ")
(2.2) et (2.3) impliquent bien sur que
8n 2 N : m un M:
Donc (un ) est majorée et minorée et par conséquent bornée.

Remarque 2.3
La réciproque de ce théorème est fausse. Prenons par exemple la suite
(un ) ; dé…nie par un = ( 1)n : Bien sur cette suite est bornée mais comme
on l’a vu avant, n’est pas convergente.

Remarque 2.4
La négation logique de cette proposition est la suivante : si une suite n’est
pas bornée, elle n’est pas convergente.

Sous suite.
Pour plus de commodité, on notera (un )n2N la suite noté auparavant (un ) :
Dé…nition 2.7 Soit (un )n2N une suite réelle et N1 N un sous ensemble
in…ni de N composé d’une suite stritement croissante d’entiers naturels. La
suite (un )n2N1 est dite sous suite (ou suite extraite) de la suite (un )n2N :

Exemple 2.12
Soit (un )n2N une suite réelle. Considérons l’ensemble N1 N, comme
étant l’ensemble des entiers naturels pairs
N1 = f0; 2; 4; 6; ::::2k; :::g = f2k : k = 0; 1; :::g :
La sous suite de la suite (un )n2N sera donc
(un )n2N1 = (u0 ; u2 ; u4 ; u6 ; u8 ; :::; u2k;::: )
On peut aussi considérer d’autres ensembles N1 N et d’autres sous suites
(un )n2N1 :Prenons par exemple
N1 = f1; 3; 5; 7; ::::2k + 1; :::g = f2k + 1 : k = 0; 1; :::g
(un )n2N1 = (u1 ; u3 ; u5 ; u7; u9 ; :::; u2k+1;::: )
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 73

N1 = f0; 3; 6; 9; ::::3k; :::g = f3k : k = 0; 1; :::g


(un )n2N1 = (u0 ; u3 ; u6 ; u9 ; :::; u3k;::: )

Remarque 2.5
On montre facilement que toute sous-suite d’une suite convergente est
convergente et a même limite. La réciproque n’est pas vraie : une suite di-
vergente, peut admettre des sous suites convergentes.
Exemple : La suite (un ) ; dé…nie par un = ( 1)n est divergente. Cepen-
dant si on considère la sous suite composée d’indices pairs (un )n2N1 , elle sera
évidement la suite constante : :

(un )n2N1 = (1; 1; 1; :::; 1:::)

qui est bien sûr convergente et de limite 1:

2.7.2 Théorèmes de convergence

On étudiera d’abord la convergence des suites monotones.

Théorème de convergence des suites monotones

Le théorème suivant est fondamental

Théorème 2.6
a)Toute suite croissante et majorée est convergente. Sa limite qu’on note
` véri…e :
` = lim un = sup fun : n 2 Ng
n!1

b) Toute suite décroissante et minorée est convergente. Sa limite qu’on


note `0 véri…e :
`0 = lim un = inf fun : n 2 Ng
n!1

Preuve du théorème 2.6


Soit fun g une suite croissante et majorée. D’après l’axiome de la borne
sup des nombres réels, l’ensemble des nombres un admet une borne superieure
`: Montrons que ` = sup fun : n 2 Ng est la limite recherchée. En d’autres
termes, montrons que

` = sup fun : n 2 Ng = lim un


n!1
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 74

En e¤et. Soit " > 0; arbitrairement petit. D’après le théorème de caractéri-


sation de la borne sup (Chapitre1), il existe au moins un élément uN0 de la
suite (un )n2N tel que :
` " < uN0 `; (2.4)
ou encore
0 ` uN0 < ": (2.5)
Puisque (un )n2N est croissante, donc pour tout n > N0 on a

un u N0 ) un u N0 (2.6)

et par conséquent la relation (2.5) et (2.6) impliquent

` un ` uN0 < "; pour tout n > N0 :

On a ainsi trouvé un nombre N0 tel que pour tout n > N0 , on ait

j` un j = ` un < ";

ce qui, d’apres la dé…nition de la limite, entraîne

lim un = `
n!1

Démonstrations analogue pour (un )n2N décroissante et minorée. On montre


dans ce cas que
`0 = inf fun : n 2 Ng = lim un :
n!1

Exemple 2.13
soit fun g une suite récurrente dé…nie par la donnée de u0 (ju0 j 1) et la
relation
1 + u2n
8n 2 N; un+1 = :
2
Par récurrence, on montre que la suite est croissante et majorée par 1 ;
elle admet donc une limite l, qui, on le verra plus loin, doit véri…er

1 + l2
l= ; ce qui exige l = 1:
2
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 75

Propriétés des suites convergentes

Dé…nissons d’abord la somme et le produit de deux suites ainsi que la


multiplication d’une suite par un scalaire réel

Dé…nition 2.7 Soient (un )n2N et (vn )n2N deux suites réelles et k 2 R:
La suite (sn )n2N dé…nie par
sn = u n + v n : n 2 N
s’appelle somme des deux suites (un )n2N et (vn )n2N : On dé…nit de même la
suite produit (pn )n2N des suites (un )n2N et (vn )n2N par la relation suivante :
p n = un vn : n 2 N
La multiplication d’une suite (un )n2N par un scalaire réel k est la suite notée
(rn )n2N , dé…nie par la relation suivante :
rn = k un : n 2 N
Si vn 6= 0; 8n; la suite quotient de la (un )n2N par la suite (vn )n2N qu’on note
(qn )n2N ; dé…nie par la relation suivante :
un
qn = : n2N
vn

Ceci étant, on obtient le théorème suivant :


Théorème 2.7
Soient fun g et f n g deux suites convergentes ayant pour limites respec-
tives ` et `0 et k un nombre réel quelconque:Alors
a) La suite (rn )n2N (multiplication de la suite (un )n2N par le scalaire réel
k ) est convergente et sa limite est égale à

lim rn = k : lim rn = k:`


n!1 n!1

b) La suite (sn )n2N (somme des deux suites (un )n2N et (vn )n2N ) est
convergente et sa limite est égale à

lim sn = lim un + lim vn = ` + `0


n!1 n!1 n!1

c) La suite (pn )n2N (produit des deux suites (un )n2N et (vn )n2N ) est
convergente et sa limite est égale à

lim pn = lim un : lim vn = `:`0


n!1 n!1 n!1
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 76

d) Si la limite `0 ; de la suite (vn )n2N est non nulle, alors la suite (qn )n2N (quotient
des deux suites (un )n2N et (vn )n2N ) est convergente et sa limite est égale à :

lim un `
n!1
lim qn = =
n!1
lim vn `0
n!1

Preuve du théorème 2.7


On traitera simultanément les deux problèmes (convergence et calcul de
la limite).
a) Démontrons que la suite (rn )n2N = k (un )n2N converge vers le
nombre k:`
En e¤et. Soit " > 0 un nombre arbitraire donné. Associons à " le nombre
"
"0 =
jkj
(un )n2N converge vers `: Donc il existe N0 ("0 ) associé à "0 tel que, pour tout
n > N0 , on a
"
jun `j < "0 =
jkj
ou encore
jkj jun `j < ":
Ce qui donne aussi
jkun k`j < ":
Donc, pour " > 0 queconque donné, on a trouvé un rang N0 ; tel que pour
tout n > N0
jkun k`j < "
Ceci veut dire exactement que la suite (rn )n2N = k (un )n2N converge vers
le nombre k:`:
b) Démontrons que la suite (sn )n2N = (un )n2N + (vn )n2N , converge
vers la limite ` + `0 :
En e¤et. Remarquons d’abord que

(un + n) (` + `0 ) = (un `) + ( n `0 ) :

Donc
j(un + n) (` + `0 )j jun `j + j n `0 j : (2.7)
D’autre part et par hypothèse on a :

lim un = `:
n!1
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 77

Donc " > 0 donné, associons le nombre "0 = 2" : Pour "0 ; il existe 9N1 ( 2" ) tel
que :
" "
8n : n > N1 ( ) =) jun `j < : (2.8)
2 2
De même et par hypothèse on a :

lim vn = `0 :
n!1

Donc " > 0 donné, associons le nombre "0 = 2" : Pour "0 ; il existe 9N2 tel
que :
" "
8n : n > N2 ( ) =) jvn `0 j < : (2.9)
2 2
Prenons maintenant
N = max(N1 ; N2 ):
Bien sur si n > N , alors n > N1 et n > N2 : Par conséquent on a pour tout
n>N :
" "
jun `j < et jvn `0 j < : (2.10)
2 2
Finalement on a pour tout n > N :
" "
j(un + n) (` + `0 )j jun `j + j n `0 j < + = ": (2.11)
2 2
Ce qui veut dire exactement que la suite (sn )n2N = (un )n2N + (vn )n2N ,
converge vers la limite ` + `0 :

c) Démontrons que la suite (pn )n2N = (un vn )n2N converge vers


la limite ` `0
En e¤et les suites (un )n2N et (vn )n2N étant convergentes sont bornées (voir
théorème 2.5). Notons par M1 un majorant de (jun j)n2N et M2 un majorant
de (jvn j)n2N et
M = max(M1 ; M2 ; `; `0 ) (2.12)
Bien sur (2.12) implique que

8n : jun j M; jvn j M; ` M et `0 M: (2.13)

D’autre part remarquons que

un vn ``0 = (un `) :vn + ` (vn `0 ) ;

par conséquent :

jun vn ``0 j j(un `)j jvn j + j`j jvn `0 j : (2.14)


CHAPITRE 2. SUITES REELLES 78

Soit " > 0 quelconque. Associons à " le nombre


"
"0 = :
2M
Puisque lim un = ` et lim vn = `0 ; alors, pour "0 ; on peut associer deux
n!1 n!1
entiers N1 et N2 tels que
"
8n : n > N1 =) jun `j < "0 = (2.15)
2M
"
8n : n > N2 =) jvn `0 j < "0 = : (2.16)
2M
Si on prend N = max(N1 ; N2 ); alors (2.15) et (2.16) impliquent que
"
8n : n > N =) jun `j < (2.17)
2M
et
"
8n : n > N =) jvn : `0 j < (2.18)
2M
Ceci étant, on aura en prenant en considération (2.14), (2.17) et (2.18)
" " " "
8n : n > N =) jun vn ``0 j M + M = + = ":
2M 2M 2 2
Finalement, " > 0 quelconque donné, on a montré qu’il existe un entier N
tel que
8n : n > N ) j(un vn ) ``0 j < ";
qui veut dire exactement que

lim un vn = ` `0 :
n!1

un 1
Le quotient n
est le produit de un par n
: Compte tenu de la limite d’un

produit, il su¢ t de véri…er (sous la restriction `0 6= 0) que 1n ! `10 .


d) Démontrons que si lim vn = `0 et si `0 6= 0; alors lim v1n = `10 :
n!1 n!1
En e¤et. Remarquons que j`0 j > 0: Puisque lim vn = `0 , alors pour le
n!1
j`0 j
nombre 2
; il existe N1 tel que

j`0 j
8n : n > N1 ) jvn `0 j < : (2.19)
2
D’autre part, puisque

jvn j = j`0 + (vn `0 )j j`0 j j(vn `0 )j ;


CHAPITRE 2. SUITES REELLES 79

alors et en tenant en compte de (2.19), on a

j`0 j j`0 j
8n : n > N1 : jvn j j`0 j = : (2.19bis)
2 2
Soit " > 0 donné. A " associons le nombre
1 02
= j` j ":
2
Puisque lim vn = `0 , alors pour le nombre = 21 j`0 j2 "; il existe N2 tel que
n!1

1 02
8n : n > N2 ) jvn `0 j < = j` j ": (2.20)
2
Si on prend N = max(N1 ; N2 ); alors (2.19bis) et (2.20) impliquent que
1 02 1 1
8n : n > N : jvn `0 j < j` j " et j`0 j
: (2.21)
2 jvn j
2

D’autre part et puisque

1 1 `0 vn 1 1
= = j`0 vn j ;
vn `0 vn `0 jvn j j`0 j

alors

!
1 1 1 02 1 1
8n : n > N : j` j " j`0 j
= ":
vn `0 2 j`0 j
2

On a donc démontré que " > 0 donné, il existe un entier N tel que

1 1
8n : n > N : < ";
vn `0

c’est à dire que


1 1
lim = 0
n!1 vn `

e) Démontrons que lim uvnn = ``0 :


n!1
En e¤et
un 1
= un :
vn vn
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 80

D’après le point c) et d)

un 1 1 `
lim = lim un lim =` =
n!1 vn n!1 n!1 vn `0 `0

Proposition 2.1

si un ! `; alors jun j ! j`j :

Preuve de la Proposition 2.1 :


Remarquons d’abord que

jjun j j`jj jun `j (voir theoreme 1:6): (2.22)

Soit " > 0 donné. un ! `; donc il existe un rang N tel que

8n : n > N : jun `j < " : (2.23)

(2.22) et (2.23) impliquent que

8n : n > N : jjun j j`jj jun `j < ": (2.24)

(2.24) implique que


lim jun j = j`j :
n!1

Proposition 2.2

si (un )n2N converge vers ` et si un 0 (resp:un 0 ) ; alors ` 0 (resp: ` 0):

Preuve de la Proposition 2.2


En e¤et, supposons que (un )n2N converge vers ` et que un 0; pour tout
n. Supposons le contraire, c’est à dire que ` < 0. Soit " = j`j
2
; le nombre
j`j ` `
` + " = ` + 2 = ` 2 = 2 est négatif. On a donc (sauf pour un nombre …ni
de valeurs de n)
` " < un < ` + " < 0:
un serait donc strictement négatif sauf pour un nombre …ni de valeurs
de n. Ceci est contraire à l’hypothèse : un 0: Donc l’hypothèse ` < 0 est
fausse. Par conséquent ` 0:

En considérant la suite fun ng ; il en résulte le corrollaire suivant :

Corrollaire 2.1
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 81

Soient (un )n2N et (vn )n2N deux suites convergentes véri…ant pour n assez
grand, l’inégalité un n . Alors

lim un lim n :
n!1 n!1

Preuve du corrollaire 2.1


C’est une conséquence directe de la proposition 2.2. En e¤et. Considérons
la suite (wn )n2N dé…nie par :

wn = un vn :

un n ) wn 0
D’après le théorème 2.7

lim wn = lim un lim n


n!1 n!1 n!1

or d’après la proposition 2.2

lim wn 0:
n!1

Par conséquent
lim un lim n :
n!1 n!1

Remarque 2.5
On remarquera que l’inégalité srticte un < n n’entraîne généralement
pas l’inégalité stricte lim un < lim n . Par exemple, pour tout n 2 N ; on
a
1 1
<
n n
alors que
1 1
lim = lim = 0
n n
Donc, seules les inégalités larges se conservent par passage à la limite.

Proposition 2.3
Soient (un )n2N et (vn )n2N deux suites convergentes et ont la même limite
`: Soit (wn )n2N véri…ant à partir d’un certain rang l’inégalité suivante :

un wn n; (2.25)

alors la suite (wn )n2N converge vers la même limite `:


CHAPITRE 2. SUITES REELLES 82

Preuve de la proposition 2.3


lim un = `: Donc 8" > 0; 9N1 tel que
n!1

8n : n > N1 : ` " < un < ` + ":

D’autre part lim vn = `: Donc 8" > 0; 9N2 tel que :


n!1

8n : n > N2 : ` " < vn < ` + ":

Si on prend N = max(N1 ; N2 ); on aura :

8n : n > N : ` " < un (2.26)

et
8n : n > N : vn < ` + ": (2.27)
(2.25), (2.26) et (2.27) impliquent

8n : n > N : ` " < un wn vn < ` + ":

Par conséquent :
8n : n > N : ` " < wn < ` + " (2.28)
La relation (2.28) veut dire exactement que

lim wn = `
n!1

Remarque 2.6
On se sert souvent de la proposition précedente pour prouver la conver-
gence d’une suite. Supposons qu’on veuille démontrer que la suite (wn )n2N
converge vers une limite l et qu’il est di¢ cile d’arriver à ce but, surtout par
l’utilisation de la dé…nition. Il su¢ t dans ce cas d’encadrer la suite (wn )n2N
par deux suites (un )n2N et (vn )n2N possédant les propriétés suivantes :
a) un wn n; n > N0
b) lim un = lim n
n!1 n!1
c)Le calcul de lim un ou lim n est facile.
n!1 n!1
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 83

SUITES ADJACENTES

Dé…nition 2.8 Deux suites (un )n2N et (vn )n2N sont dites adjacentes si
on a :
a) (un )n2N est croissante et (vn )n2N est décroissante ou (un )n2N est
décroissante et (vn )n2N est croissante.
b) la suite ( n un )n2N est convergente et admet la limite 0; c’est à dire
qu’on a
lim ( n un ) = 0
n!1

Remarque 2.7 (importante)


# Si les suites (un )n2N et (vn )n2N sont convergentes et ont la même
limite `; alors d’après le théorème 2.7, on a

lim ( n un ) = lim ( n) lim(un ) = ` `=0


n!1 n!1 n!1

# La réciproque est en général fausse. En d’autres termes si deux suites


(un )n2N et (vn )n2N véri…ent

lim ( n un ) = 0
n!1

ceci n’implique pas que (un )n2N et (vn )n2N ont la même limite `: Pour prou-
ver celà, considérons le contre exemple suivant. Considérons les deux suites
(un )n2N et (vn )n2N suivantes :

(un )n2N : un = ( 1)n = (1; 1; 1; 1; ::::)


(vn )n2N : vn = ( 1)n = (1; 1; 1; 1; ::::)

La suite ( n un )n2N est la suite constante identiquement nulle

( n un )n2N = (0; 0; 0; ::::0; ; ; ; ):

On a donc
lim ( n un ) = 0;
n!1

mais, comme on l’a vu avant, les deux suites (un )n2N = (( 1)n )n2N et
(vn )n2N = (( 1)n )n2N sont divergentes.

Remarque 2.8 (importante)


CHAPITRE 2. SUITES REELLES 84

Nous avons vu dans la remarque 2.6 bis que la condition lim ( n un ) = 0


n!1
n’implique pas la convergence des suites (un )n2N et (vn )n2N : Quelle condition
su¢ sante faut il rajouter à la condition lim ( n un ) = 0 pour avoir la
n!1
convergence des suites (un )n2N et (vn )n2N : La condition est la suivante dite
de monotonie :
Condition de monotonie : (un )n2N est croissante et (vn )n2N est dé-
croissante ou (un )n2N est décroissante et (vn )n2N est croissante.
Les deux conditions réunies : lim ( n un ) = 0 et Condition de mo-
n!1
notonie veulent dire exactement que les suites (un )n2N et (vn )n2N sont
adjacentes (voir dé…nition 2.8)

On démontrera dans le théorème suivant que deux suites adjacentes sont


convergentes vers la même limite.
:
Théorème 2.8
Deux suites adjacentes sont convergentes et admettent la même limite `.

Preuve du théorème 2.8


Supposons par exemple que (un )n2N est croissante et (vn )n2N est décrois-
sante et que lim ( n un ) = 0:
n!1
Montrons que la suite ( n un )n2N est décroissante. En e¤et

( n+1 un+1 ) ( n un ) = ( n+1 n) (un+1 un ) 0:

D’autre part la suite ( n un )n2N est convegente de limite ` = 0. Donc,


d’après le théorème 2.6, ( n un )n2N est minorée. Sa limite ` = 0 véri…e
donc
` = 0 = inf f ( n un ) : n 2 Ng :
Puisque l’inf est un minorant particulier, alors on a

n un inf f ( n un ) : n 2 Ng = ` = 0 8n;

ou encore
n un ; 8n
: On a ainsi

u1 u2 ::: un 1 un n n 1 ::: 2 1: (*)

D’après (*), la suite (un )n2N est donc croissante et majorée (par 1 ).
D’après le théorème 2.6, (un )n2N est convergente. De même la suite ( n )n2N
étant décroissante et minorée (par u1 ), est convergente.
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 85

En notant
lim un = ` et lim vn = `0
n!1 n!1
on a :
lim ( n un ) = `0 `;
or
lim ( n un ) = 0;
donc
` = `0 :
Exemple 2.14
(un )n2N et (vn )n2N sont deux suites dé…nies par :
un +2vn
u0 = 1 un+1 = 3
et; pour tout entier n; un +3vn
v0 = 12 vn+1 = 4

1) Démontrez que la suite (vn un )n2N est géométrique. Trouvez sa


limite.
2) Démontrez que les suites (un )n2N et (vn )n2N sont adjacentes.
3) Démontrez que la suite (tn ) dé…nie pour tout n; par

tn = 3un + 8vn

est constante.
Que pouvez-vous en déduire pour les suites (un )n2N et (vn )n2N ?

Solution
1) Pour tout entier n;
3un + 9vn 4un + 8vn 1
vn+1 un+1 = = (vn un ) :
12 12 12
1
La suite (vn un ) est donc géométrique de raison 12 et de limite nulle
1
puisque 1 < 12 < 1:
De plus, v0 u0 = 11, donc pour tout n; vn un > 0:
2) un+1 un = un +2v 3
n 3un
3
= 32 (vn un ) > 0; donc la suite (un ) est
(strictement) croissante.
vn+1 vn = un +3v
4
n 4vn
4
= 31 (un vn ) < 0; donc la suite (vn ) est (stric-
tement) décroissante.
Puisque de plus, d’après la question 1), lim (vn un ) = 0; les suites(un )n2N et (vn )n2N
n!1
sont adjacentes et convergent vers la même limite `:
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 86

3) Pour tout entier n;

tn+1 = 3un+1 + 8vn+1 = (un + 2vn ) + 2 (un + 3vn )


= 3un + 8vn = tn ;

donc la suite (tn ) est constante.


Donc pour tout n; tn = t0 = 3 1 + 8 12 = 99:
Puisque les trois suites sont convergente, les règles opératoires nous per-
mettent d’a¢ rmer que :

lim tn = 3 lim un + 8 lim vn ;


n!+1 n!+1 n!+1

soit
99
99 = 3` + 8` = 11` =) ` = = 9:
11
Les suites(un )n2N et (vn )n2N convergent donc vers la même limite ` = 9:

2.8 SUITES RECURRENTES


Dans ce paragraphe, on supposera connues quelques notions élémentaires
sur les fonctions numériques (monotonie, continuité).

2.8.1 Dé…nition
Dé…nition 2.9
Soit f : D R ! R. On appelle suite récurrente une suite (un )n2N
dé…nie par la donnée de u0 2 D et de la relation

8n 2 N : un+1 = f (un ) : (2.28a)

On supposera f (D) D:

2.8.2

2.8.3 Rôle joué par la condition f (D) D dans l’étude


de suites récurentes

Dans l’études des suites récurentes, on supposera toujours que f (D)


D : Nous allons expliquer pourquoi on pose cette condition et que se passe t’il
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 87

si cette condition n’est pas véri…ée. Quelle condition plus faible que f (D)
D peut on alors exiger pour que l’étude des suites récurentes soit possible.
Proposition 2.3a
Si la condition f (D) D est véri…ée, la suite récurente (un )n2N dé…nie
par (2.28a) est bien dé…nie.
Preuve de la Proposition 2.3a
On démontre cette proposition par récurence. En e¤et. u0 2 D =)
f (u0 ) = u1 est bien dé…ni. Puisque f (u0 ) 2 f (D) et f (D) D; alors
f (u0 ) 2 D: Donc u1 2 D et par conséquent u2 = f (u1 ) est aussi bien dé…ni.
Supposons maintenant que uk est bien dé…ni. Puisque uk = f (uk 1 ) ; donc
uk 1 2 D: D’autre part uk 1 2 D et puisque f (D) D; alors uk 2 D:
Maintenant
fuk 2 D =) uk+1 = f (uk ) est bien dé…ni.
On a démontré donc que si uk est bien dé…ni, alors uk+1 est aussi bien dé…ni.
Donc uk est bien dé…ni pour tout k:
Question1 : Supposons que la condition " f (D) D " n’est pas véri…ée.
Existe t’il une autre condition, di¤érente de la condition " f (D) D " avec
laquelle la suite récurente (un )n2N dé…nie par (2.28a), est bien dé…nie.
Réponse question1
La réponse est a¢ rmative. La condition " f (D) D " implique que la
la suite récurente (un )n2N (2.28a) est bien dé…nie pour tout u0 2 D . Soit
D1 D: La condition est la suivante :

" f (D1 ) D1 " (2.28b)

Avec la condition (2.28b), la suite récurente (un )n2N (2.28a) est bien dé…nie
pour tout u0 2 D1 .

Question2 : Donnez une condition plus faible que la condition " f (D)
D " avec laquelle la suite récurente (un )n2N (28a) est bien dé…nie.
Réponse Question2
La réponse est a¢ rmative. Considérons la condition suivante :

8n 2 N : si un 2 D alors f (un ) 2 D (2.28c)

La condition (2.28c) est plus faible que la condition " f (D) D " car

" f (D) D" =) (28c):

Bien sur, si la condition (2.28c) est véri…ée, alors la suite récurente (un )n2N
(2.28a) est bien dé…nie.

Proposition 2.3b
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 88

S’il existe n0 2 N; tel que un0 2


= D; la suite récurente (un )n2N (28a) n’est
pas bien dé…nie et par conséquent, on ne pourra pas parler de la notion de
limite.
Preuve de la Proposition 2.3b
Elle est évidente, car si un0 2
= D, alors

un0 +1 = f (un0 ) n0 existe pas:

Par conséquent
un n’existe pas pour tout n > n0 :

Exercice résolu 1
Considérons la suite récurente (un )n2N ; dé…nie par
2 p
u0 > et un+1 = f (un ) = 3un 2; n = 0; 1; 2; :::
3
1) Détérminez le domaine de dé…nition de lapfonction f qui dé…nit la suite
récurente (un )n2N ; dé…nie par un+1 = f (un ) = 3un 2un+1 et Montrez que
la condition f (D) D n’est pas véri…ée.
2) Si la condition f (D) D n’est pas véri…ée, montrez que la suite
(un )n2N n’est pas dé…nie pour des choix particuliers de u0 . Prendre par
exemple u0 = 0:99 et calculez u1 ; u2 ; u3 ; u4 ; u5 ; u6
3) Que peut on conclure ?

Solution de l’Exercice résolu 1


1) p
Considérons la fonction f : x 7 ! 3x 2:On a
2
D = [ ; +1[; f (D) = [0; +1[:
3

Remarquons que l’ensemble f (D) = [0; +1[ est plus grand que l’ensemble
D = [ 23 ; +1[: La condition " f (D) D" n’est pas véri…ée dans cet exemple.
2) Prenons u0 = 0:99 2 D et calculons les 6 premiers éléments de la
suite (un )n2N : On obtient
u0 = 0:99
u1 = f (0:99) = 0:984 89
u2 = f (0:984 89) = 0:977 07
u3 = f (0:977 07) = 0:964 99
u4 = f (0:964 99) = 0:946 03
u5 = f (0:915 47) = 0:863 95
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 89

u6 = f (0:863 95) = 0:769 32


u6 = f (0:769 32) = 0:554 94
u6 2
= D; n0 = 6: On ne peut pas calculer un ; n > 6; c’est à dire u7 ; u8 ; u9 ; :::
3) Celà veut dire qu’il est possible qu’en démarrant d’un point u0 2 D;
on ait f (u0 ) 2
= D . Ou encore qu’il existe n0 2 N; tel que un0 1 2 D mais
un0 2= D . Dans les deux cas la suite (un )n2N n’est pas dé…nie pour tout
n 2 N:
Malgré celà, on peut faire des bons choix de u0 pour lesquels la suite
(un )n2N est bien dé…nie pour tout n 2 N:

3
f 0 (x) = p ;
2 3x 2
f est donc dérivable et strictement croissante sur 32 ; +1 : Si la suite (un )n2N
est
p dé…nie, elle serait nécessairement monotone. Il faut comparer u0 et u1 =
3u0 2: On a

p
u1 = 3u0 2 u0 () u20 3u0 + 2 0 (car u0 > 0) :
p
u1 = 3u0 2 u0 () u20 3u0 + 2 0 (car u0 > 0) :
On aura les résultats suivants :
a) 32 u0 < 1 : la suite (un ) est décroissante
b) 1 < u0 < 2 : la suite (un ) est croissante.
c) u0 > 2 : la suite (un ) est décroissante.
d) u0 = 1; ou u0 = 2 : la suite (un ) es constante.

Puisque f est continue, la limite de la suite (un ) ; si elle existe, est


nécessairement solution de l’équation
p
= f ( ) () = 3 2

ou encore
2
3 + 2 = 0 () = 1 ou =2
2)
La condition " f (D) D" n’est pas véri…ée dans cet exemple. Celà veut
dire qu’il est possible qu’en démarrant d’un point u0 2 D; on ait f (u0 ) 2
=D
. Ou encore qu’il existe n0 2 N; tel que un0 1 2 D mais un0 2 = D . Dans les
deux cas la suite (un )n2N n’est pas dé…nie pour tout n 2 N:
Montrons que si 23 < u0 < 1; alors il existe n0 2 N; tel que un0 2
= D:
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 90

2
En e¤et. 3
u0 < 1 : la suite (un ) si elle existe est décroissante, donc
(un ) véri…e
8n : un < u0 < 1
Montrons que (un ) si elle existe n’est pas minorée par 32 : En e¤et. Si on
suppose le contraire, (un ) serait convergente et sa limite véri…erait
2
u0 < 1
3
Ceci est impossible car = 1 ou = 2: En conclusion (un ) n’est pas minorée
par 32 : Donc il existe n0 2 N t.q.

2
un0 < :
3
Par conséquent un0 2
= D: Puisque (un ) est décroissante, donc
2
8n > n0 : un < un0 < :
3
p
Or si un < 23 ; alors 3un 2 < 0; et par conséquent un+1 = 3un 2 ne
pourra pas être calculé pour tous les un : n > n0 : La suite (un )n2N n’est pas
dé…nie pour tout n 2 N:
Quelques calculs numériques

2.8.4 Etude de la monotonie

L’étude de la monotonie de la suite revient à celle de la fonction f .

Cas où f est croissante

Proposition 2.4 Soit D R et f : D ! R et (un )n2N une suite


récurrente dé…nie par la donnée de u0 2 D et de la relation

8n 2 N : un+1 = f (un ) :

On supposera f (D) D (un est donc dé…nie pour tout n) et que f est
croissante. Alors la suite (un )n2N est monotone.
a) Si
f (u0 ) = u1 > u0 : (2.29)
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 91

Alors la suite (un )n2N est croissante.


b) Si
f (u0 ) = u1 < u0 : (2.30)
Alors la suite (un )n2N est décroissante.

Preuve de proposition 2.4

a) On démontre la proposition par récurrence. Montrons que

un+1 un : 8n (2.31)

(2.29) implique que est vraie pour n = 0: Supposons que (2.31) soit vraie
pour le rang p, c’est à dire que

up+1 up

et montrons qu’elle reste vraie pour le rang (p + 1): En e¤et, prouvons que

up+2 up+1 :

On a
up+2 = f (up+1 ) ;
f croissante et up+1 up ; impliquent

up+2 = f (up+1 ) f (up ) = up+1 :

La même preuve pour le cas f (u0 ) = u1 < u0 :

Cas où f est décroissante


si f est décroissante, un+1 un est alternativement positif et négatif.
Nous allons dans ce cas considérer la fonction g = f f:

Proposition 2.5 Soit D R et f : D ! R et (un )n2N une suite


récurrente dé…nie par la donnée de u0 2 D et de la relation

8n 2 N : un+1 = f (un ) :

On supposera f (D) D (un est donc dé…nie pour tout n) et que f est
décroissante. Alors
a) La fonction g = f f est croissante.
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 92

b) Les suites (u2n )n2N et (u2n+1 )n2N dé…nies par


u2 = f (f (u0 )) = g (u0 ) ; u2n+2 = g (u2n ) = f (f (u2n )) ; n = 1; 2; :::
u1 = f (u0 ) ; u2n+1 = f (f (u2n 1 )) = g (u2n 1 ) ; n = 1; 2; :::; u0 donne
sont toutes deux monotones et varient en sens inverse.

Preuve de la Proposition 2.5


a) En e¤et. Supposons que x y: Puisque f est décroissante, donc
f (x) f (y) et f (f (x)) f (f (y))
par conséquent
g(x) g(y)
donc g est croissante.

b) g étant croissante, on obtient d’après la proposition 2.4 que les deux


suites (u2n )n2N et (u2n+1 )n2N sont monotones.
Montrons que si l’une est croissante, alors l’autre est décroissante et in-
versement. En e¤et. Supposons par exemple que
u2 = f (f (u0 )) = g (u0 ) > u0 (2.32)
alors la suite (u2n )n2N est croissante d’après la proposition 2.4. Considérons
maintenant l’expression
u3 = g (u1 ) ;
Puisque f est décroissante, alors (2.32) implique
f (u2 ) < f (u0 ) ;
c’est à dire
u3 < u 1 : (2.33)
La fonction g est croissante et u3 = g(u1 ) < u1 implique, d’après la propo-
sition 2.4 que la suite (u2n+1 )n2N est décroissante. De même si on suppose
que
u2 = f (f (u0 )) = g (u0 ) < u0 ;
on obtient par un raisonnement analogue que
u3 = g(u1 ) > u1 ;
et par conséquent (u2n )n2N serait décroissante et (u2n+1 )n2N serait croissante.
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 93

2.8.5 Etude de la convergence

On admettera le lemme suivant qui sera démontré au chapitre 3


Lemme 2.1 Une fonction f est continue en un point ` 2 R si et seule-
ment si pour toute suite (un )n2N véri…ant
lim un = `;
n!+1

alors
lim f (un ) = f (`)
n!+1

En d’autres termes on a

lim f (un ) = f lim un


n!+1 n!+1

Remarque 2.9
Remarquons qu’on a deux suites réelles distinctes : la suite (un )n2N et la
suite des images (f (un ))n2N : Si la suite (un )n2N converge vers une limite `:
Si f n’est pas continue au point `; alors la suite des images (f (un ))n2N peut
converger vers un nombre `0 6= `:

Lemme 2.2 Soit D R et f : D ! R et (un )n2N une suite récurrente


dé…nie par la donnée de u0 2 D et de la relation
8n 2 N : un+1 = f (un ) :
On supposera f (D) D (un est donc dé…nie pour tout n) et que f est
monotone et continue sur D.
Si la suite (un )n2N converge vers ` 2 D, cette limite est solution de l’équa-
tion : x = f (x):En d’autres termes ` véri…e
` = f (`)
Preuve du lemme 2.1
La suite (un )n2N véri…e
un+1 = f (un )
par passge à la limite on obtient
lim un+1 = lim f (un ) (#)
n!+1 n!+1

or d’après le lemme 2.1

lim f (un ) = f lim (un ) = f (`): (##)


n!+1 n!+1
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 94

En…n remarquons que

lim un+1 = lim un = `: (###)


n!+1 n!+1

(#), (##) et (###) implique que la limite ` véri…e

` = f (`):

Méthode pratique d’étude des suites récurentes quand f est


continue et croissante.
Etudier le signe de f (u0 ) u0
Cas 1 f (u0 ) u0 > 0
(un )n2N est croissante.
1.1 La suite (un )n2N est majorée
alors (un )n2N est convergente de limite `: Le calcul de ` s’obtient en résol-
vant l’équation x = f (x): Si l’équation x = f (x) une solution unique, alors
cette solution est la limite de la suite (un )n2N : Si l’équation x = f (x) admet
plusieurs solutions, alors l’une des solutions est égale à la limite `:
1.2 La suite (un )n2N n’est pas majorée
alors (un )n2N n’est pas convergente et

lim un = sup fun : n 2 Ng = +1


n!1

Cas 2 f (u0 ) u0 < 0


(un )n2N est décroissante.
2.1 La suite (un )n2N est minorée
alors (un )n2N est convergente de limite `0 : Le calcul de `0 s’obtient en
résolvant l’équation x = f (x): Si l’équation x = f (x) une solution unique,
alors cette solution est la limite de la suite (un )n2N : Si l’équation x = f (x)
admet plusieurs solutions, alors l’une des solutions est égale à la limite `0 :
2.2 La suite (un )n2N n’est pas minorée
alors (un )n2N n’est pas convergente et

lim un = inf fun : n 2 Ng = 1


n!1

Exemple 2.15. Etude de la suite (un )n2N dé…nie par


p
un+1 = un + 2; u0 = a 0:

On a p
f (x) = x + 2; D = [ 2; + 1[
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 95

Dans ce cas f (x) 0: Donc f (D) [0; + 1[ [ 2; + 1[ = D: Par


conséquent on a bien
f (D) D

1
f 0 (x) = 2px+2 : Alors f est continue et strictement croissante sur ]
2; +1[. la suite (un )n2N est donc bien dé…nie et monotone.
Pour étudier la croissancepou la décroissance de la suite (un )n2N , il faut
étudier le signe de u1 u0 = a + 2 p a
Puisque a 0; alors a + 2 0 et a + 2 0: Par conséquent

u1 u0 0 , u1 u0 () a + 2 a2 , a2 a 2 0 () a 2 [ 1; +2]

et

u1 u0 0 , u1 u0 () a+2 a2 , a2 a 2 0 () a 2] 1; 1][[2; +1[:

Donc, si on prend en considération le fait que a 0; on a :


a) 0 < a < 2
On a u1 > u0 : Par conséquent la suite (un )n2N est strictement croissante.
Montrons par récurence que (un ) est majorée par 2: En e¤et.

u0 = a < 2:
p p
Supposons que un 2. Alors un + 2 4 et un + 2 4 = 2: Par consé-
quent un+1 2:
(un ) est donc strictement croissante et majorée. Donc elle est convergente.
Notons par ` sa limite. Puisque f est continue, ` est nécessairement solution
de l’équation x = f (x) ou en remplaçant
p
x = x + 2 () x2 = x + 2 () x2 x 2 = 0 () x = 1 ou x = 2

D’autre part on pour tout n

un 0 =) ` 0

Donc la seule possibilité pour ` est ` = 2: Finalement on obtient

0 < a < 2 =) lim un = 2


n!1

b) a > 2
On a u1 < u0 : Par conséquent la suite (un ) est strictement décroissante.
On peut montrer facilement par récurence, comme dans le cas a), que (un )
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 96

est minorée par 2: (un )n2N étant strictement décroissante et minorée, est
convergente.
Notons par `0 sa limite. Puisque f est continue, `0 est nécessairement
solution de l’équation x = f (x). Comme dans le cas a), les possibilités pour
`0 sont `0 = 1 ou `0 = 2:Puisque

un 0 =) `0 0

la seule limite possible est donc `0 = 2: Donc

a > 2 =) lim un = 2
n!1

c) a = 2
On peut montrer facilment par récurence, que un = 2; 8n: la suite (un )
est constante, de limite l = 2:

Représentation graphique de la suite (un )n2N


Pour l’étude des suites recurrentes, il est souvent plus commode de repré-
senter dans un plan euclidien rapporté à un repère orthonormé les courbes
représentatives des fonctions x 7! g(x) = x et x 7! f (x) et de placer dans ce
plan les points de coordonnées (un ; un+1 = f (un )) ; n = 0; 1; 2; :::
La limite ` de le suite (un )n2N véri…e l’équation f (x) = x: Géométriquement
c’est l’un des points d’intersection de la droite d’équation y = x et le graphe
de la fonction f (x):
Calculons les 15 premiers éléments de la suite (un )n2N en partant du point
initial u0 = 0 2 D:
u0 = 0 p
u1 = f (u0 ) = f (0)
p = 2 = 1: 414 213 562 373 095 048 8
u2 = f (u1 ) = f ( 2) = 1: 847 759 065 022 573 512 3
u3 = f (u2 ) = f (1: 847 759 065 022 573 512 3) = 1: 961 570 560 806 460 898 3
u4 = f (u3 ) = f (1: 961 570 560 806 460 898 3) = 1: 990 369 453 344 393 772 5
u5 = f (u4 ) = f (1: 990 369 453 344 393 772 5) = 1: 997 590 912 410 344 785 4
u6 = f (u5 ) = f (1: 997 590 912 410 344 785 4) = 1: 999 397 637 392 408 440 2
u7 = f (u6 ) = f (1: 999 397 637 392 408 440 2) = 1: 999 849 403 678 289 081 8
u8 = f (u7 ) = f (1: 999 849 403 678 289 081 8) = 1: 999 962 350 565 202 285 3
u9 = f (u8 ) = f (1: 999 962 350 565 202 285 3) = 1: 999 990 587 619 152 343
u10 = f (u9 ) = f (1: 999 990 587 619 152 343) = 1: 999 997 646 903 403 819 9
u11 = f (u10 ) = f (1: 999 997 646 903 403 819 9) = 1: 999 999 411 725 764 438
3
u12 = f (u11 ) = f (1: 999 999 411 725 764 438 3) = 1: 999 999 852 931 435 702
3
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 97

u13 = f (u12 ) = f (1: 999 999 852 931 435 702 3) = 1: 999 999 963 232 858 587
6
u14 = f (u13 ) = f (1: 999 999 963 232 858 587 6) = 1: 999 999 990 808 214 625
8
u15 = f (u14 ) = f (1: 999 999 990 808 214 625 8) = 1: 999 999 997 702 053 655
1

Remarquons que numériquent les éléments de la suite (un )n2N s’approchent


de plus en plus de 2:

suitesrecurentes

2 2:pdf

Exercice résolu 2
1) Etudiez la monotonie de la suite (un )n2N quand (un )n2N est bien dé…nie.
2) Trouvez les valeurs possibles de la limite ` de la suite (un )n2N
2) Montrez que si 32 < u0 < 1; alors (un )n2N n’est pas dé…nie. En d’autres
termes, montrez que si 23 < u0 < 1; alors il existe n0 2 N tel que pour tout
n > n0 : un n’est pas dé…ni.
3) Montrez que si u0 > 1; alors (un )n2N est bien dé…nie.
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 98

4) Etudiez la suite (un )n2N et trouvez sa limite suivant les valeurs de u0 :

Solution Exercice 2.7


1)
3
f 0 (x) = p ;
2 3x 2
f est donc dérivable et strictement croissante sur 32 ; +1 : Si la suite (un )n2N
est
p dé…nie, elle serait nécessairement monotone. Il faut comparer u0 et u1 =
3u0 2: On a

p
u1 = 3u0 2 u0 () u20 3u0 + 2 0 (car u0 > 0) :
p
u1 = 3u0 2 u0 () u20 3u0 + 2 0 (car u0 > 0) :
On aura les résultats suivants :
a) 1 < u0 < 2 : la suite (un ) est croissante.
b) u0 > 2 : la suite (un ) est décroissante.
c) u0 = 1; ou u0 = 2 : la suite (un ) est constante.
d) Pour 32 u0 < 1 : la suite (un ) n’est pas dé…nie (voir preuve dans 3))

2)
Puisque f est continue, la limite ` de la suite (un ) ; si elle existe, est
nécessairement solution de l’équation
p
` = f (`) () ` = 3` 2

ou encore
`2 3` + 2 = 0 () ` = 1 ou ` = 2
3)
La condition " f (D) D" n’est pas véri…ée dans cet exemple. Celà veut
dire qu’il est possible qu’en démarrant d’un point u0 2 D; on ait f (u0 ) 2
=D
. Ou encore qu’il existe n0 2 N; tel que un0 1 2 D mais un0 2 = D . Dans les
deux cas la suite (un )n2N n’est pas dé…nie pour tout n 2 N:
Montrons que si 23 < u0 < 1; alors il existe n0 2 N; tel que un0 2
= D:
2
En e¤et. Comme ça a été démontré au 1) 3 u0 < 1 : la suite (un ) si
elle existe est décroissante, donc (un ) véri…e

8n : un < u0 < 1
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 99

Montrons que (un ) si elle existe n’est pas minorée par 23 : En e¤et. Si on
suppose le contraire, (un ) serait convergente et sa limite ` véri…erait
2
` u0 < 1
3
Ceci est impossible car ` = 1 ou ` = 2: En conclusion (un ) n’est pas minorée
par 32 : Donc il existe n0 2 N t.q.

2
un0 < :
3
Par conséquent un0 2
= D: Puisque (un ) est décroissante, donc
2
8n > n0 : un < un0 < :
3
p
Or si un < 23 ; alors 3un 2 < 0; et par conséquent un+1 = 3un 2 ne
pourra pas être calculé pour tous les un : n > n0 : La suite (un )n2N n’est pas
dé…nie pour tout n 2 N:
3) Considérons l’intervalle D1 = [1; +1[: Puisque f est continue et stric-
tement croissante sur [1; +1[: Donc

f ([1; +1[) = [f (1); lim f (x)[ = [1; +1[ = D1 :


x!+1

Par conséquent, on a la relation

f (D1 ) D1

La condition f (D1 ) D1 implique que pour tout u0 2 [1; +1[; la suite


(un )n2N ; donnée par
p
u0 2 [1; +1[ et un+1 = 3un 2; n = 0; 1; 2; :::
est bien dé…nie pour tout n 2 N:

Quelques calculs numériques


u0 = 1:01
u1 = f (1:01) = 1: 014 9
u2 = f (1:0149) = 1: 022 1
u3 = f (1: 022 1) = 1: 032 6
u4 = f (1: 032 6) = 1: 047 8
u5 = f (1: 047 8) = 1: 069 3
u6 = f (1: 069 3) = 1: 099
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 100

4) Etude de la limite
a) 1 < u0 < 2: On a vu que dans ce cas, la suite (un ) est croissante.
8 9
>
> u0 < 2 >
>
< =
un+1 = f (un )
=) 8n 2 N : un 2
>
> f croissante > >
: ;
f (2) = 2

La suite (un ) est donc croissante et majorée, donc convergente. Sa limite est
soit ` = 1 ou ` = 2: Puisque

u0 > 1 =) f (u0 ) = u1 > 1 = f (1):

La suite (un ) étant strictement croissante, donc

8n : un > u1 > u0 > 1:

Donc
lim un u1 > 1
n!+ 1

Par conséquent
lim un 6= 1
n!+ 1

et
lim un = 2
n!+ 1

c) u0 > 2 : la suite (un ) est décroissante.


8 9
>
> u0 > 2 >
>
< =
un+1 = f (un )
=) 8n : un > 2
>
> f% >
>
: ;
f (2) = 2

(un ) étant décroissante et minorée, donc convergente. Notons = lim un ;


n!+ 1

= 1 ou = 2:

Puisque
8n : un > 2 =) un 2
donc = 1 est impossible. Par conséquent

lim un = 2
n!+ 1
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 101

2.9 SUITES DE CAUCHY

Commençons d’abord par démontrer le théorème suivant

Théorème 2.9 Soit (un )n2N une suite convergente. Alors (un )n2N pos-
sède la propriété suivante dite critère de Cauchy.
8" > 0; 9N entier tel que pout tout couple d’entiers p et q supérieurs à
N , on ait
jup uq j < ":
Preuve du théorème 2.9

Soit ` la limite de la suite. On a

jup uq j = jup `+` uq j jup `j + j` uq j :

La suite (un )n2N a pour limite `. Donc par dé…nition, pour tout " > 0;
on peut associer un entier N , tel que pour tout p > N , on ait jup `j < 2"
et pour tout entier q > N; on a juq `j < 2" : On a donc pour tout couple
d’entiers p; q supérieurs à N ,
" "
jup uq j < + = ":
2 2
Ceci nous ramène à donner la dé…nition suivante.

Dé…nition 2.11 On dit qu’une suite (un )n2N est une suite Cauchy, si
elle possède la propriété suivante dite critère de Cauchy :
A tout " > 0, on peut associér un entier naturel N; tel que pour tout
couple d’entiers p; q supérieurs à N , on ait

jup uq j < ";


ou, bièvement,

8" > 0; 9N; 8p; 8q; [p; q > N =) jup uq j < "] :

Remarque
a) Remarquons que pour véri…er qu’une suite (un )n2N véri…e le critère de
Cauchy, on a seulement besoin de connaître les termes de la suite (un )n2N :
b) Si une suite (un )n2N véri…e le critère de Cauchy, celà veut dire intuiti-
vement que les termes de la suite (un )n2N deviennent de plus en plus proches
les uns des autres, quand n devient tres grand.
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 102

Le théorème suivant est fondamental en Analyse. C’est une propriété que


possède l’ensemble des nombres réels mais qui fait défaut à l’ensembles des
nombres rationnels.

Théorème 2.10 Toute suite de Cauchy de nombres réels est convergente


vers un nombre réel `(on dira que R est complet).

Preuve du théorème 2.10

Considérons la suite (un )n2N dans R véri…ant la condition


8" > 0; 9N tel que p > N et q > N enta^{ne jup uq j < ":
Montrons d’abord qu’elle est bornée : " étant …xé, N est l’entier associé
pour que la condition soit satisfaite. En choisissant p = N + 1, on constate
que les valeurs prises par un sont u1 ; u2 ; :::; uN et des points de
]uN +1 "; uN +1 + "[ :
La suite est donc bornée.
Soit An la partie de R formée par les uk tels que k n. On a montré
que An est bornée ; elle admet donc une borne inferieure an et une borne
supérieure bn , et
An+1 An =) [an+1 ; bn+1 ] [an ; bn ] :
Les intervalles [an ; bn ] sont donc emboîtés. Pour n …xé, supérieur à N , il
résulte de la dé…nition des bornes

9p n tel que up < an + ";


9q n tel que uq > bn ";
d’où en écrivant
bn an = (bn uq ) + (uq up ) + (up an ) :
bn an (bn uq ) + (uq up ) + (up an ) < 3":
Ainsi
8" > 0; 9N tel que 8n > N : jbn an j < 3":
Les suite fan g et fbn g sont donc adjacentes. Elles sont donc convergentes
vers la même limite ` 2 R (voir le théorème 2.8): D’autre part et puisque
an un bn 8n
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 103

la suite fun g est aussi convergente et on a

lim un = lim an = lim bn = `:


n!+ 1 n!+ 1 n!+ 1

Remarque importante
Le Théorème 2.10 est très important. Il nous fournit un critère de
convergence, dit critère de Cauchy, permettant de reconnaître qu’une suite
de nombres réels est convergente sans avoir besoin de connaître a priori sa
limite.

En tenant compte de la proposition précédente, on peut énoncer la pro-


position générale suivante :

Théorème 2.11 Pour qu’une suite de nombre réels converge dans R il


faut et il su¢ t, qu’elle véri…e le critère de Cauchy.

Remarque.- On pourra également savoir si la suite ne converge pas en


prenant la négation logique. On obtient alors :
pour que la suite fun g ne soit pas convergente il faut, et il su¢ t que
la suite (un )n2N véri…e la proposition suivante dite négation du critère de
Cauchy.

9" > 0; 8N; 9p; 9q; [p; q > N et jup uq j > "] :

2.10 THEOREME DE BOLZANO-WEIERSTRASS.


GENERALISATION DE LA NOTION
DE LIMITE

Nous avons démontré (théorème 2.5 ) que toute suite convergente est
bornée. La réciproque du théorème 2.5 est fausse comme le montre le contre
exemple suivant. Considérons la suite (un )n2N ; dé…nie par un = ( 1)n

(un )n2N = (1; 1; 1; 1; 1; 1; :::; ( 1)n ; ::::)

Bien sur, cette suite est bornée car

8n 2 N : 1 un +1
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 104

mais comme on l’a vu avant, (un )n2N n’est pas convergente. Malgré celà, on
peut tirer quelques propriétés intéressantes de la suite (un )n2N : Considérons
les deux sous suites (u2n )n2N et (u2n+1 )n2N (suites d’indices pairs et impaires).
On a
(u2n )n2N = (1; 1; 1; 1; :::; ( 1)2n ; :::) ! 1
(u2n+1 )n2N = ( 1; 1; 1; 1; :::; ( 1)2n+1 ; :::) ! 1
On a donc pu extraire deux sous suites (u2n )n2N (suites à indices pairs) et
(u2n+1 )n2N (suite à indices impairs) qui sont convergentes. Ceci n’est spéci-
…que à la suite (un )n2N = (1; 1; 1; 1; 1; 1; :::; ( 1)n ; ::::); mais c’est un
résultat général. C’est l’objet du théorème suivant, dit théorème de Bolzano
Weistrass. On énonce ce théorème sans preuve.

Théorème de Bolzano-Weierstrass. Toute suite bornée de nombres


réels admet au moins une sous-suite convergente.

Dé…nition 2.12 Un nombre a est dit valeur (ou point) d’adhérence d’une
suite (un )n2N s’il existe une sous-suite (un )n2N1 de (un )n2N ; convergente vers
a.

Exemple 2.17

. - Considérons la suite (un )n2N dé…nie par


8 1
< 3
pour n = 3k; k 2 N
1
un = 1 + k pour n = 3k + 1; k 2 N
:
2 pour n = 3k + 2; k 2 N

La suite (un )n2N est évidemment divergente mais les trois sous-suites

1 1 1 1
(u3k )k2N = (u0 ; u3 ; u6 ; u9 ; u12 ; u15 ; :::; u3k ; :::) = ; ; ; :::; ; :::
3 3 3 3
1 1 1 1
(u3k+1 )k2N = (u4 ; u7 ; u10 ; u13 ; u16 ; :::; u3k+1 ; :::) = 2; 1 + ; 1 + ; 1 + ; :::; 1 + ; :::
2 3 4 k
(u3k+2 )k2N = (u2 ; u5 ; u8 ; u11 ; u14 ; :::; u3k+2 ; :::) = (2; 2; 2; ::: ; 2; :::)
Les suites (u3k )k2N ; (u3k+1 )k2N et (u3k+2 )k2N sont des sous suites de la suite
(un )n2N et elles ont pour limites respectives 13 ; 1 et 2: Les nombres 31 ; 1 et 2
sont des valeurs d’adhérence (les seules) de la suite (un )n2N :

Dé…nition 2.13 Soit (un )n2N une suite déléments de R. Notons Ad (un )n2N
l’ensemble de ses valeurs d’adhérence de la suite (un )n2N . On appelle limite
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 105

supérieure (resp.inferieure) de (un )n2N ; la borne supérieure (resp. inferieure)


de Ad (un )n2N . On notera

lim un = sup Ad (un )n2N ;


lim un = inf Ad (un )n2N :

Exemple 2.18
- La suite fun g de l’exemple précedent n’est pas convergente ; ses valeurs
d’adhérence sont 31 ; 1 et 2: On a donc

1 1 1
lim (un )n2N = inf( ; 1; 2) = min ( ; 1; 2) =
3 3 3
1 1
lim (un )n2N = sup( ; 1; 2) = max ( ; 1; 2) = 2:
3 3
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 106

ECOLES PREPARATOIRES AUX GRANDES ECOLES


ANALYSE. SERIE N 2
SUITES REELLES

Exercice 2.1(oligatoire)
(un ) est une suite croissante ; (vn ) est la suite dé…nie pour tout naturel
n > 0 par
u1 + u2 + ::: + un
vn = :
n
Démontrez que la suite (vn ) est croissante.

Corrigé exercice2.1
u1 + u2 + ::: + un+1 u1 + u2 + ::: + un
8n > 0; vn+1 vn =
n+1 n
(nu1 + nu2 + :::nun ) + nun+1 (nu1 + nu2 + :::nun ) u1 u2 ::: un
n (n + 1)
u1 u2 ::: un + nun+1 (un+1 u1 ) + (un+1 u2 ) + ::: + (un+1 un )
= = :
n (n + 1) n (n + 1)

Or la suite (un ) étant croissante, donc pour tout entier k; k = 1; 2; :::n; uk


un+1 et donc vn+1 vn 0 : la suite (vn ) est croissante.
Exercice 2.2(oligatoire)
(un ) est une suite géométrique de premier terme u1 = 3 et de raison
r= 2
a) Détérminez les réels pn et qn pour que l’équation x2 + pn x+ qn = 0 ait
pour solutions un et un+1
b) On note (vn ) la suite de terme general
pn
vn =
qn

Démontrez que (vn ) est une suite géométrique dont vous préciserez le
premier terme et la raison.
Corrigé exercice2.2
1. (un ) est une suite géométrique de premier terme u1 = 3 et de raison
r = 2: Donc d’après le théorème 2.3 a)

un = ( 2) 3n 1
et un+1 = ( 2) 3n ;
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 107

Puisque un et un+1 sont solutions de l’équation x2 + pn x + qn = 0: Alors


on aura (voir la relation entre les racines d’une équation du second degré)
pn
un + un+1 = = pn
1
qn
un un+1 = = qn
1
Soit en remplaçant

un + un+1 = 2 3n 1
+ ( 2 3n ) = 2 3n 1
(1 + 3) = 8 3n 1

un un+1 = 2 3n 1
( 2) 3n = 4 32n 1 :

D’où
pn = 8 3n 1
et qn = 4 32n 1 :
2. n
pn 8 3n 1
2 1
vn = = = n =2 :
qn 4 32n 1 3 3
La suite (vn ) est géométrique de premier terme v1 = 2 et de raison 13 :

Exercice2.3(oligatoire) : Soit (un ) la suite dé…nie par :


n+1
un =
2n
On admet que la suite (un ) a pour limite 12 :
a)Trouvez un entier N0 2 N tel que tous les termes un ; d’indice n >
N0 sont dans l’intervalle I = ]0:49; 0:51[

Solution exercice 2.3


1
Remarquons d’abord que l’intervalle I = ]0:49; 0:51[ est de centre 2
et
de rayon 0:51 0:5 = 0:5 0:49 = 0:01
“un appartient à I” signi…e en terme de distance :

1 1
un <
2 100:

Or
1 n+1 1 1
un = = :
2 2n 2 2n
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 108

Cette di¤érence est positive quel que soit l’entier non nul n. Donc un
appartient à I équivaut à
1 1
<
2n 100
:
n étant srictement positif, cela èquivaut à

2n > 100

donc
n > 50:
Tous les termes de la suite d’indice supérieurs à N0 = 50 sont dans I.
Remarque
Pour montere la convergence on doit remplacer l par un intervalle de
centre 1=2 et de rayon , ou est un réel srictement positif dooné mais non
précisé. En fait, on utilise des théorèmes sur les limites plus puissants.

Exercice 2.4(oligatoire)

1. On considère la suite (un ) dé…nie pour n 1:


1
un = p
n n
On admet que
lim un = 0
n!1
Trouvez un entier n0 tel que si n > n0 , alors un est dans l’intervalle ouvert
] 10 3 ; 10 3 [ :

2. On considère la suite (un ) dé…nie pour n 1:


p
un = n n

On admet que
lim un = 1
n!1
Trouvez un entier n0 tel que si n > n0 ; alors un est dans l’intervalle ouvert
6
]10 ; + 1[ :

Solution exercice 2.4


1. L’intrvalle I = ] 10 3 ; 10 3 [ est de centre 0 et de rayon 10 3 : Puisque
un > 0; n = 1; 2; :::; le problème revient à chercher n0 tel que si n > n0 ;
alors
un < 10 3 :
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 109

Soit en remplaçant
1
p < 10 3 ;
n n
ou encore p
n n > 103
ceci est équivalent à p
n3 > 103
ou encore p 3
n > 103
ce qui donne p
n > 10 ) n > 100:
Finalement
n0 = 100:
2. un est dans l’intervalle ouvert ]106 ; + 1[ implique
p
n n > 106 ;

ceci est équivalent à


p 3 3 p
n > 102 ) n > 102 ) n > 104 :

Donc si n > n0 = 104 , alors un est dans l’intervalle ouvert ]106 ; + 1[ :

Exercice 2.5(facultatif)

Pour tout n non nul,


1 1 1
un = 1 + + + ::: + :
2 3 n
1. Démontrez que la suite (un ) est croissante.

2. a) calculez u2n un :
b) Déduisez-en que u2n un 21 :
3. Démontrez, par récurrence, que pour tout n non nul,
n
u 2n
2
4. la suite (un ) a t’-elle une limite réelle ?

Solution exercice 2.5


CHAPITRE 2. SUITES REELLES 110

1.
1
un+1 un = > 0:
n+1
Donc la suite (un ) est croissante.
1 1 1
2. a) u2n un = n+1 + n+2 + ::: + 2n
b)
1 1
n + 1 < 2n ) >
n+1 2n
1 1
n + 2 < 2n ) >
n+2 2n
:::::::::::::::
1 1
2n 1 < 2n ) >
2n 1 2n
Ceci implique que
1 1 1 1 1 1
+ + ::: + + >n =
n+1 n+2 2n 1 2n 2n 2
3. u21 = u2 = 32 1
2
: La proposition est vraie pour n = 1.
Supposons qu’elle soit vraie pour l’ordre n. On aura donc :
n
u 2n
2
Alors :

u2n+1 = u2n+1 u2n + u2n = u2N u N + u 2n avec N = 2n :

D’aprés la question 2. et l’hypothèse de récurrence :


1 n n+1
u2n+1 + = :
2 2 2
La proposition est donc vraie pour n + 1. Donc, pour tout n 1;
n
u 2n :
2
4. La suite (un ) est croissante non majorée, donc :

lim un = + 1:
n!+ 1

Exercice 2.6 (oligatoire)


CHAPITRE 2. SUITES REELLES 111

3
Etudier la suite (un ) dé…nie par u0 > 2
et
p
un+1 = 2un + 3:

Solution Exercice 2.6


p (un ) est une suite récurente dé…nie par un+1 = f (un ) avec f : x !
2x + 3. Puisque
1
f 0 (x) = p
2x + 3
3
f est dé…nie, continue et croissante sur 2
;+ 1 . D’autre part

3 3
f ;+ 1 = ]0; +1[ ;+ 1 :
2 2

Donc (un ) est bien dé…nie. Puisque f est croissante, la suite (un ) est
monotonne.
Si u1 u0 alors (un ) est croissante
Si u1 u0 alors (un ) est décroissante

p (u0 0) ou
u1 = 2u0 + 3 u0 () (1)
(u0 0; u20 2u0 3 0) ;

Le trinôme du second degré u20 2u0 3 a deux racines u01 = 1 et


u02 = 3 et

Si u0 2 ] 1; 3[ alors u20 2u0 3 < 0


Si u0 2 ] 1; 1[ [ ]3; +1[ alors u20 2u0 3>0

En prenant en considération (1), on en en déduit :


la suite (un ) est donc croissante, si

1 < u0 < 3;

la suite (un ) est décroissante si

u0 > 3;

pour u0 = 3; la suite est constante.


La croissance de f assure que

un 3 =) un+1 = f (un ) f (3) = 3;


CHAPITRE 2. SUITES REELLES 112

de même,
un 3 =) un+1 = f (un ) f (3) = 3
En conclusion,
a) 32 u0 < 3 : (un ) est croissance, majorée par 3, donc convergente.
Notons
` = lim un
n!+ 1

Puisque (un ) est une suite récurente, donc ` véri…e


p
` = f (`) = 2` + 3

ou ecore ` est solution de l’équation

`2 = 2` + 3

Les solutions de cette équation sont

`1 = 3 ou `2 = 1

f étant croissante. Donc

8n : un 3 =) ` 3

et
un 1 =) ` 1
c’est à dire
1 ` 3:
Finalement, puisque `2 = 1 est exclue, on a

1 < u0 < 3 =) lim un = 3


n!+ 1

b) u0 > 3 : (un ) est décroissante et minorée par 3, donc convergente.


Notons cette limite. est bien sur solution de l’équation
p
= f ( ) = 2 + 3:

Comme on l’a vu avant les solutions de cette équation sont

1 = 3 ou 2 = 1

u0 > 3 =) 8n : un 3 ) lim un 3:
n!+ 1
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 113

Donc 2 = 1 est à exclure. Finalement

lim un = 3:
n!+ 1

Exercice 2.7(oligatoire) p
Etudier la suite dé…nie par u0 > 32 et un+1 = 3un 2:
Solution Exercice 2.7 p
Etude analogue à la précédente ; avec f : x 7 ! 3x 2: Puisque
f (1:01) = 1: 014 9

f (1:5) = 1: 581 1
f (1:5811) = 1: 656 3
f (1: 656 3) = 1: 723
f (1: 723) = 1: 780 2
f (1:780 2) = 1: 827 7

:/Users/sony/AppData/Local/Temp/graphics/swp00002 3:pdf

3
f 0 (x) = p ;
2 3x 2
alors f est dé…nie continue et croissante dans 32 ; +1 , la suite (un ) est donc
monotone,
p
u1 = 3u0 2 u0 () u20 3u0 + 2 0 (car u0 > 0) :

a) 32 u0 < 1 : la suite (un ) est décroissante


b) 1 < u0 < 2 : la suite (un ) est croissante.
c) u0 > 2 : la suite (un ) est décroissante.
d) u0 = 1; ou u0 = 2 : la suite (un ) es constante.
Etude de la limite
Etudions chaque cas. La limite si elle existe est nécessairement solution
de l’équation p
= f ( ) () = 3 2
ou encore
2
3 + 2 = 0 () 1 = 1 ou 2 =2
2
a) 3
u0 < 1 : la suite (un ) est décroissante, donc (un ) véri…e

8n : un < u0 < 1
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 114

Montrons que (un ) n’est pas minorée par 32 : En e¤et, sinon (un ) serait conver-
gente et sa limite véri…erait
2
u0 < 1
3
Ceci est impossible car = 1 ou = 2: En conclusion (un ) n’est pas minorée
par 32 : Donc il existe n0 2 N t.q.

2
un0 < :
3
Puisque (un ) est décroissante, donc
2
8n > n0 : un < un0 < :
3
p
Or si un < 23 ; alors 3un 2 < 0; et par conséquent un+1 = 3un 2 ne
pourra pas être calcule pour tous les un : n > n0
b) 1 < u0 < 2: On a vu que dans ce cas, la suite (un ) est croissante.
8 9
>
> u 0 < 2 >
>
< =
un+1 = f (un )
=) 8n 2 N : un 2
>
> f croissante >>
: ;
f (2) = 2

La suite (un ) est donc croissante et majorée, donc convergente. Sa limite est
soit = 1 ou = 2: Puisque

u0 > 1 =) f (u0 ) = u1 > 1 = f (1):

La suite (un ) étant strictement croissante, donc

8n : un > u1 > u0 > 1:

Donc
lim un u1 > 1
n!+ 1

Par conséquent
lim un 6= 1
n!+ 1

et
lim un = 2
n!+ 1
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 115

c) u0 > 2 : la suite (un ) est décroissante.


8 9
>
> u0 > 2 >
>
< =
un+1 = f (un )
=) 8n : un > 2
>
> f% >
>
: ;
f (2) = 2

(un ) étant décroissante et minorée, donc convergente. Notons = lim un ;


n!+ 1

= 1 ou = 2:

Puisque
8n : un > 2 =) un 2
donc = 1 est impossible. Par conséquent

lim un = 2
n!+ 1

Exercice 2.8(facultatif) p
Etudier la suite dé…nie par u0 2 et un+1 = 2 un :
Solution Exercice 2.8
p Comme dans les exercices précédents (un ) est récurente avec f : x 7 !
2 x: Puisque
1
f 0 (x) = p
2 2 x
f est dé…nie, continue, décroissante sur ] 1; 2[ ; les suites extraites
(u2n ) et (u2n+1 ) sont donc monotones. La suite (vn ) = (u2n ) est dé…nie
par
q p
v0 = u0 et vn+1 = g (vn ) ou g = f f : x 7 ! 2 2 x;

Puisque
1
g 0 (x) = p p p
4 2 x 2 2 x
f f est croissante et dé…nie sur I = ] 2; +2[ : Les limites possible d’une
telle suite sont données par
q
p p
l= 2 2 l () l 0; 2 l = 2 l2
p
() 0 l 2; l4 4l2 + l + 2 = 0 ;
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 116

mais
l4 4l2 + l + 2 = l2 + l 2 l2 l 1
p ! p !
1+ 5 1 5
= (l 1) (l + 2) l l
2 2
ou encore
p p
1+ 5 1 5
l = 1 ou l = 2 ou l = 1: 618 ou l = 0:618 03
2 2
p
N’oublions pas la condition 0 l 2: Finalement la seule possibilité pour
l est l = 1:
Etude de (vn = u2n )
Puisque vn+1 = g(vn ) et g est croissante, donc (vn ) est monotone. Etu-
dions le signe de v1 v0

q
p p
v1 = 2 2 v0 v0 () (v0 0) ou v0 0; 2 v0 2 v02
p
() (v0 0) ou 0 v0 2; v04 4v02 + v0 + 2 0 :

i ph p
1+ 5 1 5
v04 4v02
+ v0 + 2 0, la Solution est : ] 1; 2] [ 2
; 1 [ [ 2
; 1[
Rappelons que v0 = u0 et que f f est croissante et dé…nie sur I =
] 2; +2[
a) 2 u0 < 1
La suite (vn = u2n ) est croissante. majorée par 1 (voir exrercices 6 et 7),
donc convergente, de limite l = 1.
La suite (wn = u2n+1 ) ; avec w0 = u1 et wn+1 = g(wn ); c’est à dire u2n+3 =
f f (u2n+1 ) est décroissante (voir le cours) car w1 < w0 : Ceci revient à
montrer que u3 < u1 : En e¤et
8 9
>
> w 1 = u 3 = f (u 2 ) >
>
< =
(u2n ) %
) w1 = u3 = f (u2 ) < f (u0 ) = u1 = w0 :
>
> f& >
>
: ;
u2 > u 0
Par conséquent
8 9
< wn+1 = g(wn ) =
g% ) (wn = u2n+1 ) est decroissante
: ;
w1 < w0
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 117

(wn ) est décroissante. Montrons que (wn ) est minorée par 1.

u0 < 1
) f (u0 ) = u1 = w0 > f (1) = 1:
f&

D’autre part

w0 > 1
=) g(w0 ) = w1 > g(1) = f (f (1)) = f (1) = 1:
g%

Par conséquent, et en procédant par récurence on a

8n : wn > 1

La suite (wn = u2n+1 ) est décroissante, minorée par 1, est convergente, de


limite l = 1 (l = 1 est la seule limite possible). En conclusion les deux sous
suites (u2n ) et (u2n+1 ) sont adjacentes convergentes vers la même limite l = 1.
Ceci implique que (un ) est convergente vers l
b) 1 < u0 2 p
La condition 0 u0 2 entraîne que

u0 solution de u40 4u20 + u0 + 2 0:

Dans ce cas
v1 v0
Par conséquent la suite (vn ) = (u2n ) est décroissante. Elle est aussi minorée
par 1, car
u0 > 1 =) f (u0 ) = u1 < f (1) = 1
On a donc u1 < 1 =) f (u1 ) = u2 > f (1) = 1: Par conséquent

v1 > 1:

En procédant ainsi, on peut démontrer par récurence que

8n : vn > 1

(vn ) = (u2n ) est décroissante, minorée, donc convergente. La seule limite


possible est l = 1:
La suite (u2n+1 ) est au contraire croissante, majorée de limite 1: (un )
converge vers l = 1:
c) u0 = 1 : la suite (un ) est constante.

Exercice 2.9(facultatif)
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 118

Etudier la suite dé…nie par u0 > 0 et un+1 = 2u23+1 :


n
Solution Exercice 2.9
La suite (un ) est une suite récurente dé…nie à partir de la fonction :
3
f : x 7!
2x2 +1
3 3
g(x) = (f f )(x) = 2 = 18
2 3
+1 4x4 +4x2 +1
+1
2x2 +1

Puisque
12x
f 0 (x) =
(2x2 + 1)2
f est dé…nie, continue, décroissante sur [0; +1[ ; les limites possibles de la
suite sont données par les solutions de l’équation :
3
l=
2l2 +1
ou
2l3 + l 3 = (l 1) 2l2 + 2l + 3 = 0:
Cette équation a pour seule solution réelle l = 1: Par conséquent la seule
limite possible est l = 1:
La suite (vn ) = (u2n ) est monotone puisque dé…nie par la fonction crois-
sante
2
3 (2x2 + 1)
g = f f : x 7! = 3 ;
2 (2x29+1)2 + 1 (2x2 + 1)2 + 18
les limites possibles de (vn ) sont données par
2
3 (2l2 + 1)
l= , 2l3 + l 3 2l2 6l + 1 = 0
(2l2 + 1)2 + 18
p ! p !
3+ 7 3 7
, 2 (l 1) l l 2l2 + 2l + 3 = 0;
2 2
soit p
3 7
l = 1 ou l = :
2
3
v1 v0 , 18 v0 0:
4v04 +4v02 +1
+1
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 119

3
Etudions le signe de 18 v0
4 +4v 2 +1 +1
4v0 0

p " p #
3 3 7 3+ 7
18 v0 0 () v0 2] 1; ] [ 1;
4v04 +4v02 +1
+1 2 2

et

" p # p " "


3 3 7 3+ 7
18 v0 0 () v0 2 ;1 [ ; +1 :
4v04 +4v02 +1
+1 2 2

Ceci
p étant, on obtientp donc en prenant en considération que v0 0 et que
3 7 3+ 7
2
0:177 12 etp 2 2: 822 9
3 7
0 u0
a) p 2
: la suite (u2n ) est croissante. De plus (u2n ) est majorée
3 7
par 2 : En e¤et
p p p
u0 3 2 7 3 7 3 7
=) u2 = (f f )(u0 ) f (f ( )) = :
(f f ) % 2 2

En procédant par récurence, on démontre que


p
3 7
8n : u2n
2
p
3 7
Donc (u2n ) est convergente de limite l = 2
:
La suite (u2n+1 ) est décroissante.
p p ! p
3 7 3 7 3+ 7
u0 2 =) f (u0 ) = u1 f = :
f& 2 2

On peut raisonner par récurence et montrer que


p
3+ 7
8n : u2n+1 :
2
p
La suite (u2n+1 ) est donc convergente vers la limite l = 3+2 7 : p
lapsuite (un ) n’est pas convergente mais a deux valeurs d’adhérence : 3 2 7
et 3+2 7 . p p p
Les autres cas : b) 3+2 7 u0 et c) 3 2 7 u0 < 1 et d) 1 < u0 3+2 7 ,
se résolvent de la même manière.
e) u0 = 1, la suite (un ) est constante, donc convergente.
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 120

Exercice 2.10(oligatoire)
Les suites (un ) et (vn ) sont dé…nies pour tout entiers n non nul par
1 2 n
un = sin 2
+ sin 2 + ::: + sin 2
n n n
et
1 2 n
vn = 2
+ 2 + ::: + 2 :
n n n
1
1. Prouvez que la suite (vn ) converge vers 2 :
2.
2.a) Prouvez que chacune des fonctions

f (x) = x sin x;
x2
g(x) = 1+ + cos x;
2
x3
h(x) = x+ + sin x
6
ne prend que des valeurs positives ou nulles sur l’intervalle [0; +1[ : (Vous
pouvez utiliser les variations de chacune de ces fonctions).
2.b) Justi…ez que, pour tout n 1 :

13 + 23 + ::: + n3 n4 :

Déduisez du 2.a) l’inégalité :


1 1
vn un vn
6 n2
pour tout n non nul.
2.c) Prouvez que la suite (un ) est convergente.
Quelle est sa limite ?

Solution Exercice 2.10


1.

1 1 n (n + 1)
vn = (1 + 2 + ::: + n) =
n2 n2 2
2 1
n +n 1+ n
= 2
= ; ( pour n 6= 0) ;
2n 2
et donc,
1
lim vn = :
n!+ 1 2
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 121

2. a)
Pour tout x 0; f 0 (x) = 1 cos x: Puisque

cos(x) 1 =) 1 cos x 0; 8x 2 R

et f est croissante. Or f (0) = 0; donc pour tout x 0; f (x) f (0) = 0:


g 0 (x) = x sin x = f (x) 0 donc g est croissante. Puisque g (0) = 0;
pour tout x 0; donc g (x) 0:
h0 (x) = cos x + 21 x2 1 = g(x) 0; donc h est croissante. Puisque
h (0) = 0; donc, pour tout x 0; h (x) 0:
2.b) On a
13 + 23 + 33 + ::: + n3 n n3 = n4 :
Pour x 0 , d’après 2.a), on a

x sin x 0 =) sin(x) x

et
x3 x3
h(x) 0, + sin x
x+ 0 () x sin(x):
6 6
On obtient …nalement pour tout x 0

x3
x sin(x) x:
6
k
Prenons maintenant pour k entier ; 1 k n; x = n2
; on obtient

k k3 k k
sin :
n2 6n6 n2 n2

En sommant pour k de 1 à n; on obtient

1 2 n 1 3
2
+ 2 ::: + 2 6
(1 + 23 + ::: + n3 )
n n n 6n
1 2 n
sin 2
+ sin + ::: + sin 2
n n2 n
1 2 n
2
+ 2 ::: + 2
n n n
Soit en remplaçant, on obtient
1 3
vn (1 + 23 + ::: + n3 ) un vn
6n6
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 122

or,

(13 + 23 + ::: + n3 ) 1
(13 + 23 + ::: + n3 ) n4 =) :
6n6 6n2
On obtient donc
1 (13 + 23 + ::: + n3 )
vn vn un vn ;
6n2 6n6
ou encore
1
vn un v n :
6n2
1
2.c) lim 2 = 0 donc lim vn 6n1 2 = lim vn = 1
et lim un =
n!+ 1 n n!+ 1 n!+ 1 2 n!+ 1
1
2
:

Exercice 2.11(facultatif)
Moyenne aritmétique et géométrique
a et b sont deux réels tels que 0 < a < b: Les suites (un ) et (vn ) sont
dé…nies par u0 = a; v0 = b et pour tout entiers n :
p un + v n
un+1 = un vn et vn+1 = :
2
Note : un+1 est la moyenne géométrique de un et de vn ; et vn+1
la moyenne arithmétique de un et de vn ;
1. prouvez que, pour tout n; un et vn sont strictement positifs.
2. Prouvez que, pour tout n; un vn :
3.
3.a) Démontrez que, pour tout n;
1
vn+1 un+1 (vn un ) :
2
p p
v u
Aide : vous pouvez utiliser la majoration pvnn +punn 1:
3.b) Déduisez-en que vn un 21n (b a) :
4. Prouvez que les suites (un ) et (vn ) sont adjacentes.
5. On suppose ici que a = 2 et b = 5:
Utilisez le résultat de la question 3. pour déterminer une valeur approchée
de la limite commune ` des suites (un ) et (vn ) à 10 3 près.

Solution Exercice 2.11


1. Notons Pn la proposition : “un > 0 et vn > 0”.
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 123

u0 = a > 0 et v0 = b > 0 donc P0 est vraie.


Supposons Pn vraie.
Alors
p un + vn
un+1 = un vn > 0 et vn+1 = > 0;
2
donc Pn+1 est vraie et pour tout n; un et vn sont bien strictement positifs.

2.

(vn un ) (vn + un ) = vn2 u2n


(un 1 + vn 1 )2
= un 1 v n 1
4
u2n 1 + vn2 1 + 2un 1 un 1
= un 1 v n 1
4
u2 + vn2 1 + 2un 1 un 1 4un 1 vn 1
= n 1
4
2 2
un 1 + vn 1 2un 1 un 1 (un 1 vn 1 )2
= = 0
4 4
donc
(un 1 vn 1 )2
(vn un ) (vn + un ) = 0:
4
Or d’après 1. vn + un > 0: Donc vn un 0 et vn un :
3. a)
p p p 2
vn + un 2 un vn un vn
vn+1 un+1 = =
2 2
p p p p p p
vn un vn un vn + un
= p p
2 v n + un
p p
1 vn un 1
= p p (vn un ) (vn un ) :
2 vn + un 2
car p p
p p p p p vn un
vn un < vn < vn + un =) p p <1
v n + un
1
3.b) Notons Pn la proposition : “vn un 2n
(b a)”. On a

1
v0 u0 = b a= (b a) ;
20
donc P0 est vraie.
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 124

On suppose Pn vraie. Alors


1 1 1 1
vn+1 un+1 (vn un ) (b a) = (b a) :
2 2 2n 2n+1
1
Donc Pn+1 vraie: Par conséquent, pour tout n; vn un 2n
(b a) :

4. On a d’après ce qui précéde


1
8n : 0 vn un (b a) :
2n
Donc
1
lim (vn un ) = lim (b a) = 0:
n!+ 1 n!+ 1 2n
tous les temes considérés sont strictement positifs ; donc étudions
p p p
un+1 un vn vn
= =p 1 car vn un donc un+1 un
un un un

et la suite (un ) est croissante.

vn+1 vn = un +v 2
n
v n = un 2 v n 0; car un vn ; donc la suite (vn )
est décroissante et les suites (un ) et (vn ) sont adjacentes.

5. vn un 21n (5 2) :
Il su¢ t d’avoir 23n < 1013 soit 2n > 3000:
Or, 211 = 2048 et 212 = 4096, donc v12 u12 10 3 :
3
En fait, le calcul de u3 et v3 su¢ t pour a¢ rmer que ` = 3; 328 a 10
près par défaut.

Exercice 2.12(oligatoire)
Les suites (un ) et (vn ) sont dé…nies pour tout entier n non nul par
1 1 1 p
un = p + p + ::: + p 2 n+1
1 2 n
1 1 1 p
et vn = p + p + ::: + p 2 n:
1 2 n

Montrez que les deux suites sont adjacentes.

Solution Exercice 2.12


CHAPITRE 2. SUITES REELLES 125

1 p p
un+1 un = p 2 n+2 n+1
n+1
pp p p
1 n+1n+2 n+2+ n+1
= p 2 p p
n+1 n+2+ n+1
p p p
1 (n + 2 n 1) n+2+ n+1 2 n+1
= p 2 p p = p p p
n+1 n+2+ n+1 n+1 n+2+ n+1
p p
n+2 n+1
= p p p >0
n+1 n+2+ n+1

un+1 un > 0; alors la suite (un ) est croissante.


1 p p
vn+1 vn = p 2 n+1+2 n
n+1
p p
n n+1
= p p p <0:
n+1 n+2+ n

la suite (vn ) est décroissante


p p 2
vn un = 2 n+1 n =p p :
n+1+ n
p p
lim n+1+ n = + 1 donc lim (vn un ) = 0:
n!+ 1 n!+ 1

Les suites (un ) et (vn ) sont adjacentes.

Exercice 2.13(oligatoire)
La suite (un ) est dé…nie par :

u0 = 0

et pour tout entier n


2un + 1
un+1 = :
un + 2
1. Démontrez par récurrence, que :
1.a) pour tout n; un 0;
1.b) pour tout n; un < 1:
2. Démontrez que la suite (un ) est monotone et convergente.
3.La suite (vn ) est dé…nie pour tout entier n par
un 1
vn = :
un + 1
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 126

Démontrez que (vn ) est une suite géométrique.


Précisez la raison et le premier terme.
4.Exprimez vn puis un en fonction de n et trouvez lim un :
n!+1
5. Trouvez un entier N tel que, pour tout n > N :

un > 0; 99:

Solution Exercice 2.13


1. a) u0 = 0, donc la propriété un 0 est vraie au rang 0:
Supposons-la vraie au rang n. Puisque un 0; 2un + 1 et un + 2 sont
positifs et, donc, leur quotient un+1 aussi. Donc tous les termes de la suite
(un ) sont bien positifs.
1.b) u0 = 0, donc la propriété un < 1 est vraie au rang 0. Supposons-la
vraie au rang n:
un + 2 + u n 1 un 1
un+1 = =1+ ;
un + 2 un + 2
donc
un 1
un+1 1=
un + 2
et puisque 0 un < 1 (hypothèse de récurence vraie à l’ordre n); donc
un+1 1 < 0 et un+1 < 1: Pour tout n, un < 1 et la suite (un ) est majorée
par 1 et minorée par 0.
2.
2un + 1 2un + 1 u2n 2un 1 u2n
un+1 un = un = =
un + 2 un + 2 un + 2
Puisque 0 un < 1; 1 u2n > 0 et un+1 un > 0 : la suite (un ) est donc
croissante. (un ) étant croissante, majorée, donc convergente.
3.
2un + 1
un+1 =
un + 2
2un +1 2un +1 un 2
un+1 1 un +2
1 un +2 2un + 1 un 2
vn+1 = = 2un +1 = 2un +1+un +2 =
un+1 + 1 un +2
+1 un +2
2un + 1 + un + 2

un+1 1 2un + 1 un 2
vn+1 = =
un+1 + 1 2un + 1 + un + 2
un 1 1 un 1 1
= = = vn :
3un + 3 3 un + 1 3
1
La suite (vn ) est géométrique de raison 3
et de premier terme v0 = 1:
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 127

1 n 1
4. vn = ( 1) 3
= 3n
. D’autre part :

un 1
vn (un + 1) = (un + 1) = un 1 () vn un un = 1 vn
un + 1
soit
un (vn 1) = 1 vn
et
1
1 + vn 1 3n
un = = 1 ;
1 vn 1+ 3n

lim 1n = 0 (suite géométrique et 1< 1


< 1), donc lim un = 1:
n!+ 1 3 3 n!+ 1
5.
un > 0; 99 , 1 un < 0; 01

1 31n 1
, 1 1 <
1 + 3n 100
2 1 1 1
, n < +
3 100 100 33
1; 99 1
, n
< , 199 < 3n:
3 100
Donc N = 5 car 34 = 81 et 35 = 243:

Exercice 2.14(facultatif)
Etude simultanée de deux suites
a et b sont deux réels tels que 0 < a < b:
Les suites (un ) et (vn ) sont dé…nies par u0 = a et v0 = b et pour tout
entier n;
2un vn un + v n
un+1 = et vn+1 = :
un + v n 2
1.
1.a) Prouvez que pour tout n; un vn = ab:
1.b) Montrez que pour tout n; un > 0 et vn > 0:
2.
Montrez que :

un (vn un ) un vn
un+1 un = et vn+1 vn = :
un + v n 2
3.
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 128

Calculez vn+1 un+1 et déduisez-en la monotonie des suites (un ) et (vn ) :


4. On se propose de prouvez que lim (vn un ) = 0:
n!+1
4.a) Prouvez que pour tout n :
1
vn+1 un+1 vn+1 un (vn un ) :
2
4.b) Déduisez-en par récurrence que pour tout n;
1
vn un (v0 u0 ) :
2n
4.c) Déduisez-en que les suites (un ) et (vn ) sont convergentvers la même
limite `:
4.d) Déterminez `:

Solution Exercice 2.14


1. a)
2un vn un + v n
un+1 vn+1 = = un vn :
un + v n 2
Et ceci quel que soit n, donc, de proche en proche,
un+1 vn+1 = un vn = u0 v0 = ab:
1.b) Par hypothèse, u0 et v0 sont strictement positifs : la proposition P0
est vraie. Supposons Pn vraie et étudions le signe de un+1 et de vn+1 :
un vn > 0 et un + vn > 0; donc un+1 > 0 et vn+1 > 0: Pour tout n; un > 0
et vn > 0:
2.
2un vn un (un + vn )
un+1 un =
un + v n
un vn u2n un (vn un )
= =
un + v n un + v n
un + vn 2vn un vn
vn+1 vn = = :
2 2
3. a)
un + vn 2un vn
vn+1 un+1 =
2 un + vn
2
(un + vn ) 4un vn u2 + vn2 + 2un vn 4un vn
= = n
2 (un + vn ) 2 (un + vn )
2 2 2
u + vn 2un vn (un vn )
= n = 0:
2 (un + vn ) 2 (un + vn )
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 129

Donc, pour tout n;


un (vn un ) un vn
un+1 un = et vn+1 vn =
un + v n 2
vn un
Puisque
un (vn un )
un+1 un = ; un > 0; vn > 0:
un + v n
Donc
un+1 un
et par conséquent (un ) est croissante. On a aussi
un vn
vn+1 vn = ; un > 0; vn > 0:
2
Ceci implique
vn+1 vn 0:
La suite (vn ) est décroissante.

4. a) (un ) étant croissante, donc

un+1 un ) un+1 un

soit en ajoutant aux deux membres de l’inégalité vn+1

vn+1 un+1 vn+1 un

Maintenant
un + v n 2un 1
vn+1 un = = (vn un ) :
2 2 2
Par conséquent
1
vn+1 un+1 (vn un ) :
2
1
4.b) Au rang 0; v0 u0 20
(v0 u0 ) = v0 u0 : P0 est vraie. Supposons
Pn soit vraie : (vn un ) 21n (v0 u0 ) : d’après a) :

1
vn+1 un+1 (vn un )
2
Soit en prenant en considération que Pn est vraie, on obtient
1 1
vn+1 un+1 (v0 u0 ) ;
2 2n
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 130

ou encore
1
vn+1 un+1 (v0 u0 ) :
2n+1
Pn est vraie, donc, pour tout n;
1
vn un (v0 u0 ) :
2n
4.c) On a montré en 3. a) que

vn un 0:

On obtient donc en prenant en considération 4.b)


1
0 vn un (v0 u0 ) :
2n
Or
1
lim (v0 u0 ) = 0:
n!+ 1 2n

Donc
lim (vn un ) = 0:
n!+ 1

La suite(un ) est croissante et (vn ) est décroissante. lim (vn un ) = 0: Donc


n!+ 1
Les suites (un ) et (vn ) sont adjacentes. Elles convergent donc vers la même
limite `:
4.d) Le produit un vn converge donv vers `2 . Or, pour tout n;

un vn = ab

donc
`2 = ab:
Cette équation admet deux solutions
p p
` = ab ou ` = ab:

De plus, les suites (un ) et (vn ) sont à termes strictement positifs (voir 1a)),
donc
lim un = lim vn 0:
n!+ 1 n!+ 1

Par conséquent p
lim un = lim vn = ab:
n!+ 1 n!+ 1

Exercice 2.15(oligatoire)
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 131

Considérons la suite fun gn2N dé…nie par un = ( 1)n = f1; 1; 1; 1; ::::g


15.a) Montrez que la suite fun gn2N est majorée et minorée.
15.b) Montrez que la suite fun gn2N n’est pas de Cauchy dans R
15.c) Montrez que la suite fun gn2N est divergente
15.d) Peut on appliquer le théorème de Bolzano-Weistrass à cette suite ?
15.e) Trouvez toutes les valeurs d’adhérence de la suite fun gn2N
15.f) Trouvez lim un et lim un
n!1 n!1
Solution Exercice 2.15
15.a) Il est évident de voir que

8n 2 N : un 1

et
8n 2 N : un 1:
Donc fun gn2N est majorée et minorée.
15.b) Si une suite fun gn2N véri…ait le critère de Cauchy on aurait

8" > 0; 9N; 8p; 8q; [p; q > N =) jup uq j < "] ;

fun gn2N dé…nie par un = ( 1)n ne véri…e pas le critère de Cauchy doit véri…er
la négation de la proposition précédente :

9" > 0; 8n 2 N; 9p; 9q; [p; q > N et jup uq j "] :


1
En e¤et, prenons " = 2
et n 2 N quelconque. Associons à n, p = 2n et q =
2n + 1: On a bien sur
1
p > n et q > n; mais jup uq j = ju2n u2n+1 j = j1 ( 1)j = 2 > :
2
Donc la suite fun gn2N n’est pas de Cauchy dans R:
15.c) Toute suite convergente véri…e le critère de Cauchy (voir théorème
du cours). Si on note par

(P ) : fun gn2N est convergente


(Q) : fun gn2N véri…e le critère de Cauchy

D’après le théorème du cours, on a :

(P ) =) (Q):

Puisque
non(Q) =) non(P )
CHAPITRE 2. SUITES REELLES 132

alors la suite fun gn2N ne véri…ant pas le critère de Cauchy est nécessairement
divergente.
Remarque : D’après le cours on a

(P ) () (Q):

15.d) Puisque la suite est bornée, on peut lui appliquer le théorème de


Bolzano-Weistrass qui a¢ rme que de cette suite on peut extraire au moins
une sous suite convergente.
15.e) Pour trouver toutes les valeurs d’adhérence de la suite fun gn2N , on
doit d’abord trouver toutes les sous suites convergentes de la suite fun gn2N
et calculer leurs limites.
De la suite fun gn2N , on peut extraire deux sous suites convergentes, la
sous suite des termes pairs et la sous suite des termes impairs :

fu2n gn2N = fu0 ; u2 ; u4 ; u6 ; ::; u2n ; :::g = f1; 1; 1; :::; 1; :::g ! 1


n!1

et

fu2n+1 gn2N = fu1 ; u3 ; u5 ; u7 ; ::; u2n+1 ; :::g = f 1; 1; 1; :::; 1; :::g ! 1


n!1

Si on note par Ad fun gn2N l’ensemble des valeurs d’adhérence de la suite


fun gn2N : Alors d’après ce qui précède

Ad fun gn2N = f 1; +1g

15.f) Par dé…nition

lim fun g = sup Ad fun gn2N = f 1; +1g = max f 1; +1g = +1


n!1

lim un = inf Ad fun gn2N = inf f 1; +1g = min f 1; +1g = 1


n!1
Chapitre 3

FONCTIONS REELLES
D’UNE VARIABLE REELLE.
LIMITE ET CONTINUITE

3.1 NOTE HISTORIQUE


A la …n du XVIIéme siècle, la création du calcul di¤èrentiel est achevée. La
necessité d’en donner un exposé rigoureux conduit à repenser l’ordre logique
de la construction de l’analyse et à préciser sans ambiguïté les concepts de
base : fonction, limite, in…niment petit ...
Cauchy sera celui qui traduira, en France, le plus rigoureusement pour
son époque, l’idée de limite d’une fonction. Son cours d’"Analyse algébrique",
écrit en 1821, est le premier traité d’Analyse "moderne". Les lignes suivantes
en sont extraites : "Lorsque les valeurs attribuées successivement à une va-
riable s’approchent indé…niement d’une valeur …xe, de mannière à …nir par
en di¤érer aussi peut que l’on voudra, cette dernière est appelée la limite
de toutes les autres. [...] Nous indiquerons la limite par l’abrévation lim (en

133
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

italique) placée devant la variable."

Cauchy

3.2 GENERALITES
3.2.1 Fonction numérique, fonction réelle d’une variable
réelle
On appelle fonction numérique sur un ensemble E; toute application de
E dans l’ensemble R des nombres réels. Si E est lui-même une partie de R,
on dit que f est une fonction numérique d’une variable réelle, ou encore, une
fonction réelle d’une variable réelle. On notera l’application

f :E!F ou x 7 ! f (x) :

On distinguera la fonction désignée par f; de l’image de x par f , désignée


par f (x). Comme on n’étudie que les fonctions réelles d’une variable réelle,
on omettra souvent, a…n d’alléger l’écriture, de préciser que x et f (x) sont
des éléments de R; et l’on dira fonction au lieu de fonction réelle d’une
variable réelle.

3.2.2 Graphe d’une fontion réelle d’une variable réelle.


Le graphe (f ) d’une fonction f : E ! R; E R; est une partie de R2
dé…nie par
(f ) = (x; f (x) 2 R2 : x 2 E :
! !
Considérons le plan euclidien P rapporté à un repère cartésien O; i ; j :On
représente (f ) dans P en associant à tout couple (x; f (x)) un point M
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

! ! !
unique de coordonnées x et y = f (x) ; tel que OM = x i + y j : L’en-
semble de ces points M (pour x 2 E) est appelé représentation graphique
(ou également graphe de la fontion f .

3.2.3 Fonctions paire, impaire


Une fonction f , dé…nie sur un intervalle I symétrique par rapport à 0, est
dite paire (resp. impaire) si

8x 2 I : f ( x) = f (x) (resp: f ( x) = f (x)) :

Exemple. - Les fonctions x 7 ! x2 et x 7 ! cos x sont paires, les


fonctions x 7 ! x3 et x 7 ! tg x sont impaires. Lorsque la fonction f est
paire, les points M (x0 ; f (x0 )) et M 0 ( x0 ; f ( x0 )) sont symétriques par
rapport à l’axe y 0 Oy: Losque la fontion f est impaire, les points M (x0 ; f (x0 ))
et M 0 ( x0 ; f ( x0 )) sont symétriques par rapport à l’origine. Si la fonction
est paire ou impaire, il su¢ t donc de l’étudier pour les valeurs positives de
la variable, c’est-à-dire dans l’ensemble R+ \ I . Le graphe pour R+ \ I se
déduit alors par symétrie.

3.2.4 Fonction périodique


Une fonction f : R 7 ! R est dite périodique s’il existe P > 0 tel que :

8x 2 R : f (x + P ) = f (x) :

Si P est une période pour f , tout nombre de la forme kP (k 2 N ) est


aussi une période pour f: Dans les cas usuels, il existe souvent une période
plus petite que toutes les autres ; c’est ce nombre que l’on apelle gènèrale-
ment période de la fonction f . Mais il existe des fonctions périodiques (non
constantes) n’admettant pas de plus petite période. Par exemple, la fonction
f dé…ne par
1 si x 2 Q;
f (x)
0 si x 2 = Q;
admet pour une période tout nombre rationnel r positif. En e¤et, (x + r) est
rationnel (resp. irrationnel) si x est rationnel (resp. irrationnel). Il n’existe pas
dans ce cas de période plus petite que toutes les autres. Lorsqu’une fonction
est périodique, il suu…t de l’étudier sur un intervalle d’amplitude égale à la
période : [x0 ; x0 + P ] et d’en tracer le graphe. Le graphe complet se déduit
du graphe précedent par des translations de vesteurs (kP; 0) (k 2 Z) ; x0 sera
choisi de façon à pro…ter d’éventuelles particularités de la fonction (parité ou
imparité par exemple).
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

3.2.5 Fonctions bornées


Soit f ; E ! R: Rappelons que f (E) R; f (E) est l’ensemble de toutes
les valeurs de f .
f (E) = ff (x) : x 2 Eg
On dira que
1. f est majorée si l’ensemble f (E) est majoré,
2. f est minorée si l’ensemble f (E) est minoré,
3. f est bornée si l’ensemble f (E) est borné.
Posons

supf (x) = sup f (E) 2 R; inf f (x) = inf f (E) 2 R:


x2E x2E

Les valeurs supf (x) et inf f (x) s’appellent respectivement borne supé-
x2E x2E
rieure et borne inférieure de la fonction f sur l’ensemble E et se notent
encore sup (f ), inf (f ), ou, s’il n’y a pas de confusion, sup f et inf f: On dira
E E
que sup f inf f est l’oscillation de f sur E:
On a évidemment les équivalences suivantes :
f est majorée , sup f < + 1;
f est minorée , inf f > 1;
f est borrée , 1 < inf f et sup f < + 1 , sup jf j < + 1:
Si F E, on posera par dé…nition

supf = supf (x) :


F x2F

On notera, en vertu du théorème 1.1 (voir chapitre1), que la relation


supf = M < + 1 est équivalente à
E

8x 2 E : f (x) M;
8" > 0; 9x0 2 E : f (x0 ) > M ":

Remarque analogue pour inf f:


E
Remarque.- Une fonction réelle n’est pas nécéssairement bornée. Par exemple,
la fonction f : R ! R dé…nie par
1
x
si x 6= 0;
f (x) =
0 si x = 0;

n’est pas bornée.


CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

3.2.6 fonctions monotonnes.


Dé…nition 3.0
Une fonction f dé…nie sur une partie E de R est dite monotone crois-
sante (resp. décroissante) dans E, si

8x; y 2 E : x y ) f (x) f (y) (resp: f (x) f (y)) :

On dira que f est strictement croissante (resp. srictement décroissante)


si les inégalités ont lieu au sens strict, i.e.

8x; y 2 E : x < y ) f (x) < f (y) (resp: f (x) > f (y)) :

Dé…nition 3.0 bis


Une fonction f dé…nie sur une partie E de R est dite injective dans E,
si
8x; y 2 E : x 6= y ) f (x) 6= f (y)
ou de façon équivalente

f (x) = f (y) =) x = y

Théorème 3.0
Si f est strictement monotone, alors f est injective.

Preuve du théorème 3.0


Supposons que f est strictement monotone. Suppososons que f est
strictement croissante.
8 8
< x1 < x 2 < f (x1 ) < f (x2 )
x1 6= x2 ) ou =) ou =) f (x1 ) 6= f (x2 )
: :
x1 > x 2 f (x1 ) > f (x2 )

et f est donc injective.


Si f est strictement décroissante.
8 8
< x1 < x 2 < f (x1 ) > f (x2 )
x1 6= x2 ) ou =) ou =) f (x1 ) 6= f (x2 )
: :
x1 > x 2 f (x1 ) < f (x2 )

et f est donc injective.


CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

3.2.7 Opérations algébriques sur les fonctions


Soit E R: Notons par F (E; R) l0 ensemble de toutes les fonctions dé…-
nies sur E et à valeurs dans R: Soit f et g deux fonctions dé…nies sur une
partie E de R. On appelle somme des deux fonctions et l’on note f + g, la
fonction x 7 ! f (x) + g (x). Pour 2 R, on dé…nit la fonction f par
( f ) (x) = f (x).
Dé…nissons le produit de deux fonctions par (f g) (x) = f (x) g (x).
Les deux opérations, l’addition et la multiplication, font alors de l’ensemble; (F (E; R) ; +; )
un anneau commutatif et unitaire.
L’ensemble F (E; R) peut être ordonné de façon natuelle en posant, par
dé…nition,
f g , 8x 2 E : f (x) g (x) :
On posera également

f < g , 8x 2 E : f (x) < g (x) :

3.3 LIMITE D UNE FONCTION


3.3.1 Idée intuitive
Commençons par étudier deux exemples. Considérons les fonctions

sin(x)
f (x) =
x
et
1
g(x) = sin( )
x
ces deux fonctions sont dé…nies dans tout intervalle ] "; +"[ n f0g : Dans
les tableaux 1 et 2 suivants, on va calculer les valeurs de f (x) = sin(x)
x
et
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

g(x) = sin( x1 ) pour des valeurs de x de plus en plus proches de zéro. On a

x f (x) = sin(x)
x
1
10 0:998 334 166 468 281 523 07
2
10 0:999 983 333 416 666 468 25
3
10 0:999 999 833 333 341 666 67
4
10 0:999 999 998 333 333 334 17
5
10 0: 999 999 999 983 333 333 3
6
10 0: 999 999 999 999 833 333 3
7
10 0: 999 999 999 999 998 333 3
8
10 0: 999 999 999 999 999 983 3
9
10 0: 999 999 999 999 999 999 8
Tableau 1

x g(x) = sin( x1 )
1
10 0:544 021 110 889 369 813 4
2
10 0:506 365 641 109 758 793 66
3
10 0:826 879 540 532 002 560 26
4
10 0:305 614 388 888 252 141 36
5 2
10 3: 574 879 797 201 650 931 6 10
6
10 0:349 993 502 171 292 952 12
7
10 0:420 547 793 190 782 491 3
8
10 0:931 639 027 109 726 008 03
9
10 0:545 843 449 448 699 564 25
10
10 0:487 506 025 087 510 691 48
20
10 0:645 251 284 489 096 737 08
30
10 0:287 903 316 665 065 294 78
35
10 0:623 844 399 358 629 626 49
39
10 0:343 028 415 370 831 163 04
Tableau 2

Commentaires sur le tableau 1


a) On remarque que lorsque la variable x prend des valeurs de plus en plus
proches de zéro, les valeurs de la fonction f (x) = sin(x)
x
prennent des valeurs
de plus en plus proches de 1: En d’autres termes, les valeurs de la fonction
f (x) = sin(x)
x
tendent vers 1; quand les valeurs de la variable x tendent vers 0
b) La fonction f (x) = sin(x)
x
n’est pas dé…nie au point x = 0:
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

c) On peut calculer les valeurs de la fonction f (x) = sin(x)


x
pour tous les
x appartenant à un voisinage de 0; en l’occurence un intervalle de la forme
] "; +"[ n f0g :

Commentaires sur le tableau 2


a) Contrairement au tableau 1, on remarque que dans le tableau 2, il
n’existe aucune valeur réelle …xe ` 2 R autour de laquelle les valeurs de la
fonction g(x) = sin( x1 ) s’accumulent, lorsque la variable x prend des valeurs
de plus en plus proches de zéro.
b) Quand la variable x prend des valeurs de plus en plus proches de zéro,
les valeurs de la fonction g(x) = sin( x1 ) oscillent entre les valeurs 0:64 et
0:93.
c) Quand la variable x prend des valeurs de plus en plus proches de zéro,
les valeurs de la fonction g(x) = sin( x1 ) prend des valeurs trés di¤érentes
les unes des autres et la di¤érence entre deux valeurs quelconque est assez
grande.

Comment décrire mathématiquent et de façon précise l’dée sui-


vante : f (x) tend vers ` quand x tend vers x0 ?
Dire que f (x) tend vers ` quand x tend vers x0 ou que ` est limite de
la fonction f lorsque x tend vers x0 , que l’on note : lim f (x) = `; signi…e que
x!x0
les valeurs f (x), prises pour tous les x proches de x0 , …nissent par s’accumuler
"autour" de `.
Puisqu’il y’a accumulation des valeurs de f (x) autour de `; pour tous les
x proches de x0 ; celà veut dire que tout intervalle I" = ]` "; ` + "[ de
centre ` et de rayon "; contient toutes les valeurs f (x) prises par f pour x
proches de x0 :
En d’autres termes, si l’on prend un intervalle quelconque I" = ]` "; ` + "[
de centre ` et de rayon "; aussi petit soit il, alors on peut trouver un intervalle
]x0 ; x0 + [; tel que
8x : x 2]x0 ; x0 + [ n fx0 g =) f (x) 2 ]` "; ` + "[ :
Remarquons que
fx 2]x0 ; x0 + [ n fx0 gg = fx : 0 < jx x0 j < g
ff (x) 2 ]` "; ` + "[g () jf (x) `j < "
Donc, on obtient la dé…nition suivante : lim f (x) = ` si et seulement si pour
x!x0
tout intervalle ]` "; ` + "[ ; on peut trouver un intervalle ]x0 ; x0 + [; tel
que
8x : si 0 < jx x0 j < alors jf (x) `j < ":
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

3.3.2 Dé…nitions. Limite …nie en un point x0 . Limite à


gauche, limite à droite

Dé…nition 3.1.
Soit Ix0 R un intervalle ouvert de centre x0 et f une foction réelle
dé…nie dans Ix0 sauf peut être au point x0 :
a) On dit que f (x) tend vers ` [qu’on note : f (x) ! `] quand x tend
vers x0 si, pour nombre " > 0; il existe un nombre > 0 tel que pour tout
x 6= x0 véri…ant : jx x0 j < on ait : jf (x) `j < ":On écrit aussi

lim f (x) = `
x!x0

En abrégé :

lim f (x) = ` , 8" > 0 9 > 0 : 8x [0 < jx x0 j < ) jf (x) `j < ":]
x!x0

b) On dit que f a une limite à droite au point x0 si ,

8" > 0; 9 > 0 : 8x : x0 < x < x0 + ) jf (x) `j < ":

On notera
lim f (x) = l:
x!x0 ; x>x0

c) On dé…nit de manière analogue la limite quand x tend vers x0 par

valeurs < x0 qui s’appelle limite de f; à gauche, au point x0 :


Remarque 3.1
Si la limite existe, il est évident que la limite à droite et la limite à gauche
existent aussiet elles sont égales à cette limite. Réciproquement si la limite à
droite et la limite à gauche existent et elles sont égales, alors la limite de f
au point x0 existe et elle est égale à la valeur commune des deux limites.

3.3.3 Interprétation graphique


Quel que soit l’intervalle ouvert I centré en l, et aussi petit soit-il, on
peut trouver un intervalle ouvert J centré en x0 ; tel que la représentation
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

graphique de f restreinte à J est dans la partie I (voir …g1)

3.3.4 Exemple de fonction sans limite

Considérons la fonction f : R 7 ! R dé…nie par :


8
< 1 si x < 2
f (x) = 3 si x > 2
:
2 si x = 2

Cette fonction n’admet pas de limite au point x0 = 2: Remarquons d’abord


que lorsque la variable x s’approche de x0 = 2; les valeurs f (x) ne s’accu-
mulent autour d’aucun point réel `: En e¤et lorsque x s’approche de x0 = 2
à gauche, toutes les valeurs f (x) sont égales à +1: Lorsque x s’approche de
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

x0 = 2 à droite, toutes les valeurs f (x) sont égales à +3: (voir f ig2)

3.3.5 Cas où x0 devient in…ni


Dé…nition 3.2
Si f est dé…nie dans un intervalle ]d; +1[, on écrit

lim f (x) = `
x!+1

si
8" > 0; 9A > 0 tel que : x > A ) jf (x) lj < ":
On dé…nit de manière analogue la notion de limite quand x ! 1:

8" > 0; 9A > 0 tel que x < A ) jf (x) lj < ":

3.3.6 Limite in…nie avec x0 2 R (f ini)


Dé…nition 3.3
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Soit x0 2 R: on défnit lim f (x) = +1 et lim f (x) = 1 comme


x7 !x0 x7 !x0
suit :

lim f (x) = +1 , 8A > 0; 9 > 0 tel que 0 < jx x0 j < ) f (x) > A
x7 !x0

lim f (x) = 1 , 8A > 0; 9 > 0 tel que 0 < jx x0 j < ) f (x) A


x7 !x0

3.3.7 Limite in…nie avec x0 = +1 ou x0 = 1


Dé…nition 3.4
Si x0 = +1 ou x0 = 1; on défnit lim f (x) = +1 , lim f (x) =
x7 !+1 x7 ! 1
+1 , lim f (x) = 1; lim f (x) = 1 comme suit :
x7 !+1 x7 ! 1

lim f (x) = +1 , 8A > 0; 9B > 0 tel que x > B ) f (x) > A


x7 !+1

lim f (x) = +1 , 8A > 0; 9B > 0 tel que x < B ) f (x) > A


x7 ! 1

lim f (x) = 1 , 8A > 0; 9B > 0 tel que x > B ) f (x) < A


x7 !+1

lim f (x) = 1 , 8A > 0; 9B > 0 tel que x < B ) f (x) < A


x7 ! 1

3.4 OPERATIONS SUR LES LIMITES


3.4.1 Somme, produit et quotient

Soient f1 et f2 , deux fonctions dé…nies dans un intervalle Ix0 ; de centre


x0 :
Théorème 3.1
Si
lim f1 (x) = l1 ; et lim f2 (x) = l2 ;
x!x0 x!x0

alors
lim (f1 + f2 ) (x) = l1 + l2 :
x!x0
0
Démonstration Soit " > 0: Il existe ; > 0 tels que
"
jx x0 j < et x 6= x0 ) jf1 (x) l1 j ;
2
0 "
jx x0 j et x 6= x0 ) jf2 (x) l2 j :
2
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Soit " = inf ( ; 0 ). On a


"
jf1 (x) l1 j 2
;
jx x0 j et x 6= x0 ) "
jf2 (x) l2 j 2

" "
) jf1 (x) + f2 (x) (l1 + l2 )j = j(f1 (x) l1 ) + (f2 (x) l2 )j jf1 (x) l1 j+jf2 (x) l2 j < + =
2 2
On démontre sans peine, comme celà a été fait dans le chapitre des suites,
les théorèmes suivants :
Théorème 3.2.
Si
lim f1 (x) = l1 et lim f2 (x) = l2 ;
x!x0 x!x0

alors
lim f1 (x) f2 (x) = l1 l2 ;
x!x0

Théorème 3.3.
Si
lim f1 (x) = l1 et lim f2 (x) = l2 et l2 6= 0;
x!x0 x!x0

alors
f1 (x) l1
lim = :
x!x0 f2 (x) l2
Théorème 3.4. Soient f1; f2 deux fontions réelles telle que

lim f1 (x) = l1 ; lim f2 (x) = l2 :


x!x0 x!x0

Si f1 (x) f2 (x) pour tout x (ou même seulement pour tout x assez
voisin de x0 et distinct de x0 ), alors l1 l2 : C’est ce qu’on appelle le passage
à la limite dans les inégalités.

3.4.2 Limite d’une fonction composée


Théorème 3.5
Soient f et g deux fonctions. On suppose que

lim f (x) = y0 ; lim g (y) = l:


x!x0 y7 !y0

On suppose de plus que

lim g (y) = l = g(y0 )


y7 !y0
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Alors
lim g (f (x)) = l:
x!x0

Démonstration. Soit " > 0: Puisque lim g (y) = l = g(y0 ); alors Il


y7 !y0
existe 1 > 0 tel que

8y 6= y0 : [jy y0 j 1 ) jg (y) g(y0 )j < ":]

De même, étant donné que lim f (x) = y0 ; alors pour 1 > 0 donné, Il
x!x0
existe > 0 tel que

0 < jx x0 j ) jf (x) y0 j 1:

Alors

8x : 0 < jx x0 j < ) jf (x) y0 j 1 ) jg (f (x)) g(y0 )j < ":

Remarque 3.2
Si la condition
lim g (y) = l = g(y0 )
y7 !y0

n’est pas véri…ée, alors le théorème est faux.

3.5 COMPARAISON DES FONCTIONS AU


VOISINAGE D’UN POINT
3.5.1 FORMES INDETERMINEES
Il existe pour les foctions comme pour les suites, les formes indéterminées
suivantes : 1 1; 0:1; 00 ; 1 1
. Par exemple, étudions un produit f (x)
g (x) quand x ! x0 par valeurs 6= a : si f (x) ! 0 et g (x) ! +1; on a une
forme indéterminée 0:1:
Théoriquement, on peut toujours se ramener à la forme 00 (mais, prati-
quement, ce n’est pas toujours le plus commode). En e¤et :
1
f (x) f g
1. soit g(x)
; avec f (x) ! + 1; g (x) ! + 1: On écrit g
= 1 et
f
1
l’on a g
! 0; f1 ! 0:
f
2. soit f (x) g (x) ; avec f (x) ! 0; g (x) ! + 1: On écrit f g = 1
g

et l’on a f ! 0; g1 ! 0:
3. soit f (x) g (x) ; avec f (x) ! + 1; g (x) ! + 1. On écrit
f g = f 1 fg :
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

On lève d’abord la forme indéterminée fg ( si possible) ; supposons que


g
f
! a. Alors 1 fg ! 1 a: Si a 6= 1; le problème est resolu. Si a = 1; on
est ramené à une forme indéterminée 0:1:

EQUIVALENCE.
Dé…nition3.5
Soient f et g deux fontions réelles. On dit que f et g sont équivalentes
quand x tend vers x0 ; s’il existe une fontion h, dé…nie pour jx x0 j su¢ sa-
ment petit, telle que

f (x) = g (x) h (x) ; h (x) ! 1 quand x ! x0 :

On écrit alors
f g (x ! x0 ) :
Remarque 3.3
Si g (x) 6= 0 pour jx x0 j assez petit, la dé…nition précédente signi…e que

f (x)
lim =1
x!x0 g(x)

Exemple 3.1
On a :
sin x x (x ! 0) :
En e¤et, posons h (x) = sinx x pour x 6= 0; et h (0) = 1. Alors sin x h (x)
pour tout x, et l’on sait que

lim h (x) = 1:
x!0

Exemple 3.2
Soit P (x) = an xn + an 1 xn+1 + ::: + a0 (ou an 6= 0) un plynôme de
degrés n. On a
P (x) an xn (x ! 1) :
En e¤et, pour x 6= 0, on a
an 1 1 an 2 1 a0 1
P (x) = an xn 1+ + 2
+ ::: +
an x an x an x n
et la parenthèse tend vers 1 quand x ! 1:
Théorème 3.6
La relation
f g (x ! x0 )
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

est une relation d’équivalence.

Démonstration.
Re‡exivité de
Il est clair que f f: En e¤et il su¢ t de prendre la fonction h(x) = 1;
On a
f = f:h et lim h (x) = 1:
x!x0

Donc est ré‡exive.


Symetrie de
Si f g, alors g f: En e¤et, si f = gh avec h ! 1; on a h 6=
0 pour jx x0 j assez petit. D’autre part g = f h 1 et h 1 ! 1 1 = 1:
Transitivité de
Si f g et g h alors f h. En e¤et supposons que f g; alors
il existe k telle que k ! 1 et f = kg: D’autre part si g h, alors il existe
k 0 telle que k 0 ! 1 et g = k 0 h: On a donc en prenant en considération les
relations précédentes :
f = kk 0 h = Kh
avec
K = kk 0 ! 1 1 = 1:
Par conséquent f h:

Théorème 3.7
Si f et g ont une même limite l quand x ! x0 et si l est …nie et non
nulle, alors f g quand x ! x0 :
Démonstration
Remarquons que lim g (x) = l 6= 0: Alors g (x) 6= 0 dans un voisinage de
x!x0
x0 : Ceci nous autorise à dé…nir la fonction h de la façon suivante :
f
h= :
g
Bien sur
f = hg
et
l
lim h (x) = = 1:
x!x0 l
Par conséquent f g quand x ! x0 :
Corollaire 3.1
Supposons que
lim f (x) = l; l 6= 0:
x!x0
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Alors
f l (x ! x0 ):
Preuve :
C’est une application directe du théorème 3.7 en cosidérant f et g comme
dans le théorème 3.7, avec
g(x) l:
Bien sur on a dans ce cas
lim f (x) = lim g (x) = l; l 6= 0:
x!x0 x!x0

Remarque 3.4
Le théorème précédent serait en défaut si l’on n’imposait pas l 6= 0; l 6=
1. Les exemples suivants vont le montrer :
1. f (x) = x; g (x) = x2 ; x ! 0 par valeurs 6= 0. On a f ! 0; g ! 0;
et pourtant fg ! + 1:
1 1
2. f (x) = x2
; g (x) = x2
; x ! 0 par valeurs 6= 0. On a f ! + 1,
et portant fg ! 0:
Théorème 3.8
Si f g quand x ! x0 et si f (x) ! l (quand x ! x0 ); alors g (x) !
l (quand x ! x0 ) (même si l est nul ou in…ni).
Démonstration
f g quand x ! x0 :Donc on a g = f h avec h ! 1. Par conséquent
lim g (x) = lim f (x) lim h (x) = l 1 = l:
x!x0 x!x0 x!x0

Remarque 3.5
Quand on cherche la limite d’une fonction f , on peut remplacer f par
une fonction équivalente. Ceci sera très pratique, car nous allons donner des
règles de calcul sur l’équivalence.

Théorème 3.9
f f1
Si f f1 et g g1 ( quand x !x 0 ); alors f g f1 g1 et g g1
( quand
x ! x0 ):

Démonstration.
f f1 et g g1 : Donc il existe h et k telles que f = f1 h: g = g1 k; avec
h ! 1; k ! 1: On a donc
f g = f1 g1 (hk) ;
f f1 h
=
g g1 k
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

et
h
hk ! 1; ! 1:
k
Par conséquent
f f1
fg f1 g1 et :
g g1
Remarque 3.6
Le résutat s’étend aux produits de plusieurs facteurs. Donc, si f g
(quand x ! x0 ); alors on a

f2 g2; f 3 g 3 ; :::f n g n (quand x ! x0 ):

Exemple 3.2
Trouvons l’équivalent de tan(x) (x ! 0) : Remarquons que

sin(x) x (x ! 0) :

Puisque
lim cos (x) = cos(0) = 1 6= 0;
x!0

alors
cos(x) 1 (x ! 0):
Soit en appliquant le théorème 3.7, on obtient :
sin x x
tan(x) = = x:
cos x 1
Par conséquent
tan(x) x (x ! 0) :
Exemple 3.3
Trouvons l’équivalent de f (x) = 1 cos x (quand x ! 0): Remarquons
que
x
1 cos x = 2 sin2 ( ):
2
Puisque
x x
sin( ) ; (x ! 0) ;
2 2
donc
x x 2 x2
2 sin2 ( ) 2: = :
2 2 2
Par conséquent
x2
1 cos x (x ! 0) :
2
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

LES NOTATIONS o ET O.
Dé…nition 3.6
Soient f et g deux fonctions dé…nies dans un voisinage du point x0 :
On dit que f est négligeable devant g quand x ! x0 et on note f =
o (g) (x ! x0 ) ; s’il existe une fonction h, dé…nie pour jx x0 j assez petit,
telle que
f (x) = g (x) h (x) ; h (x) ! 0 quand x ! x0
Remarque 3.7
Si g (x) 6= 0 pour jx x0 j assez petit, la dé…nition précedente signi…e que

f (x)
lim =0
x!x0 g(x)

Exemple 3.4
n; m sont des entiers tel que n > m, alors on a

xn = o (xm ) quand x ! 0 :

Exemple 3.5
log x = o(x); ( x ! + 1):
Remarque 3.8
Dire qu’une fonction est négligeable devant 1 signi…e qu’elle tend vers
zéro. On pourra donc noter o (1) une fonction

qui tend vers zéro.

Dé…nition 3.7
Soient f et g deux fonctions dé…nies dans un voisinage du point x0 : On
dit que f domine g dans un voisinage du point x0 et on note f = O (g) (x !
x0 ); s’il existe une fonction h dé…nie et bornée pour jx x0 j assez petit, telle
que
f (x) = g (x) : h (x) :
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Remarque 3.9
Si g (x) 6= o pour jx x0 j assez petit, la dé…nition précédente signi…e que
f
g
est bornée pour jx x0 j assez petit.

3.6 FONCTIONS CONTINUES. DEFINITIONS


3.6.1 Note historique
Intuitivement, une fonction est continue sur un intervalle si sa courbe est
composée d’un seul morceau. Cette notion, qui parait simple, n’a cependant
pas été explicitement isolée avant Bolzano et Cauchy aux environs de 1820.
En e¤et les fondateurs de l’analyse moderne ont rencontré dans les débuts
de l’analyse, des fonctions continues, données par des formules algébriquesou
d’origine géométrique ou cinématique.
L’un des théorèmes les plus importants de la théorie des fonctions conti-
nues est le le théorème des valeurs intermédiaires. Ce théorème est dû à Bol-
zano en 1817. Il est important par ses conséquences. En pratique par exemple
pour prouver l’existence de solutions de l’équation f (x) = 0: On se sert de
ce théorème aussi pour démontrer que toute fonction continue et strictement
monotone admet une fonction réciproque. Ceci permet d’agrandir la classe
des fonctions usuelles.

3.6.2 Dé…nitions : fonctions continues en un point


Dé…nition 3.8
1. Soit une fonction f : I ! R; I étant un intervalle quelconque de R:
on dit que f est continue en x0 2 I si

lim f (x) = f (x0 ) ;


x!x0

c’est-à-dire :

8" > 0; 9 > 0; 8x I [jx x0 j < =) jf (x) f (x0 )j < "] :

De façon analogue on dira que


2. f est continue à droite en x0

lim f (x) = f (x0 ) ;


x!x0 ; x>x0

c’est-à-dire si

8" > 0; 9 > 0; 8x I [x0 x < x0 + =) jf (x) f (x0 )j < "] :


CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

On note la limite à droite par :

lim f (x) = f (x0 + 0) :


x!x0 ; x>x0

De même la limite à gauche est notée par :

lim f (x) = f (x0 0)


x!x0 ; x<x0

3. De même, on dira que f est continue à gauche en x0 si

lim f (x) = f (x0 ) ;


x!x0 ; x<x0

c’est-à-dire si

8" > 0; 9 > 0; 8x I [x0 x < x0 =) jf (x) f (x0 )j < "] :

Remarque 3.10
Evidemment, la continuité de f à droite et à gauche en x0 entraîne la
continuité de f en x0 : On peut également exprimer la continuité en utilisant
la relation entre la limite d’une fontion et les suites convergentes.

Théorème 3.10
f est continue au point x0 I si, et seulement si, quelle que soit la suite
fxn g de I convergeant vers x0 , la suite ff (xn )g converge vers f (x0 ) :
Preuve du Théorème 3.10
La preuve du théorème1 est simple. On la laisse comme exercice.

Fonctions continues sur un intervalle.


Dé…nition 3.9
Une fonction dé…nie sur un intervalle I est dite continue sur I si elle est
continue en tout point de I. L’ensemble des fontions continues sur I se note
C (I) :

Exemples de fonctions continues


Exemple 3.6
Une fonction constante sur R est continue sur R: En e¤et, à tout " > 0; on
peut associer pour nombre ; n’importe quel nombre positif ( = "; par exemple).
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Exemple 3.7
La fonction f : x 7! x est continue sur R: En e¤et, à tout " > 0, on peut
associer le nombre = ":
Exemple 3.8
La fonction f (x) = sin x est continue en tout point x0 R. En e¤et,
écrivons
x x0 x + x0
jsin x sin x0 j = 2 sin cos ; (1)
2 2
Puisque
8 2 R : sin j j j j (2)
alors (1) et (2) impliquent :

x x0
jsin x sin x0 j 2 sin jx x0 j ;
2

à tout " > 0, on peut associer = " tel que

jx x0 j < =) jsin x sin x0 j < ":

On démontrerait de même la continuité de la fonction cosinus.

Exemples de fonctions discontinues


Une fonction qui n’est pas continue en un point est dite discontinue en
ce point.
Di¤érentes formes de discontinuités
Cas1 : f est discontinue partout
Exemple 3.9
Considérons la fonction f : R ! R

0 si x est rationnel;
f (x) =
1 si x est irrationnel:

Cette fonction est discontinue en tout point x0 2 R (voir exercice TD)


Cas2 : f (x) ! +1 ou f (x) ! 1; quand x ! x0 .
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Exemple 3.10
Considérons la fonction f : R ! R dé…nie par :
1
x
pour x 6= 0;
f (x) =
1 pour x = 0;

f n’est pas continue à l’origine car

lim f (x) = +1 et lim f (x) = 1


x!x0 x!x0
x>x0 x<x0

Cas3 : lim f (x) et lim f (x) existent avec lim f (x) = lim f (x); mais
x!x0 x!x0 x!x0 x!x0
x>x0 x<x0 x>x0 x<x0

lim f (x) = lim f (x) 6= f (x0 )


x!x0 x!x0
x>x0 x<x0

Exemple 3.11
Considérons la fonction f : R ! R dé…nie par :

1 si x 6= 0
f (x) =
0 si x = 0

Bien sur on a
lim f (x) = lim f (x) = 1 6= f (0)
x!0 x!0
x>0 x<0

Cas4 : lim f (x) et lim f (x) existent, mais lim f (x) 6= lim f (x): On
x!x0 x!x0 x!x0 x!x0
x>x0 x<x0 x>x0 x<x0

dira dans ce cas que


0 le point 1
x0 est
0 un point
1 de discontinuité de première

espèce. Le nombre @ lim f (x)A @ lim f (x)A est appelé saut de la fonction
x!x0 x!x0
x>x0 x<x0

f au point x0 .
Exemple 3.12
Considérons la fonction f : R ! R dé…nie par :
8
< 1 si x < 0;
f (x) = 2 si x > 0
:
0 si x = 0

Bien sur on a
lim f (x) = 2; lim f (x) = 1
x!0 x!0
x>0 x<0
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT
! !
Le saut de f au point x0 = 0 est égal à lim f (x) lim f (x) =2 1=1
x!0 x!0
x>0 x<0

Cas5 : L’une des deux limites à gauche ou à droite lim f (x) ou lim f (x)
x!x0 x!x0
x>x0 x<x0

n’existe pas. Dans ce cas, on dit que x0 est une discontinuité de seconde espèce
de f
Cas6 lim f (x) n’existe pas (Les limites à gauche et à droite n’existent
x!x0
pas)
Exemple 3.13
Considérons la fonction f : R ! R dé…nie par :
sin x1 si x 6= 0;
f (x) =
0 si x = 0:

:/Users/sony/AppData/Local/Temp/graphics/swp00002 7:pdf

La fonction f (continue pour tout x 6= 0) est discontinue à l’origine, car


lorsque x ! 0; sin x1 oscille entre 1 et +1 sans admettre de limite : le graphe
de f ‹‹s’écrase ›› sur [ 1; +1] quand x ! 0: Dans ce cas aussi, x0 est une
discontinuité de seconde espèce de f .

3.7 OPERATIONS SUR LES FONTIONS CONTI-


NUES
Théorème 3.11
Soient f et g deux fonctions dé…nies sur un même intervalle I, et conti-
nues au point x0 2 I et R: Alors les fonctions

f; f + g; f g; et jf j
f
sont aussi continues au point x0 . Si g (x0 ) 6= 0; alors g
est aussi continue
au point x0 :

Preuve du théorème 3.11


La preuve est une conséquence directe des propriétés des limites des fonc-
tions. Supposons par exemple que f et g sont continues au point x0 2
I: Alors
lim f (x) = f (x0 ) et lim g (x) = g (x0 )
x!x0 x!x0

Puisque
lim (f + g) (x) = f (x0 ) + g(x0 ) = ((f + g)(x0 ):
x!x0
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Donc f + g est continue au point x0 :


La même preuve pour f; f g; fg (si g (x0 ) 6= 0) et jf j :

Remarque 3.11
Les trois premières propriétés confèrent à l’ensemble des fonctions conti-
nues une structure d’anneau et une structure d’espace vectoriel sur R.
Remarque 3.12
La fonction f : x 7! x étant continue sur R, il en est de même de f : x 7!
xn (n N) et donc de toute fonction polynôme

X
n
x 7! ak x k :
k=0

P (x)
De même, toute fraction rationnelle f : x 7! Q(x)
est continue en tout
point x0 de R où Q (x0 ) 6= 0:

Continuité de la fonction composée.


Théorème 3.12
Soient deux fonctions f : I ! I 0 ; g : I 0 ! R; I; I 0 étant deux intervalles
quelconques de R. Si f est continue en x0 2 I et si g est continue au point
y0 = f (x0 ), alors la fonction composée g f : I ! R est continue en x0 :
Preuve du théorème 3.12
Soit f continue en x0 I et soit g dé…nie sur un intervalle I 0 contenant
le point y0 = f (x0 ) et continue au point y0 :
La continuité de g s’ecrit
0
8" > 0; 9 >0

tel que

y I0 et jy y0 j < 0
=) jg (y) g (y0 )j < ";
0 0
f étant continue au point x0 , on peut associer à ce nombre (" = ) un
nombre > 0 tel que
0
x I et jx x0 j < =) jf (x) f (x0 )j < :

Comme x I; alors f (x) I 0 , il en résulte que

8" > 0; 9 >0


CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

tel que

x I; jx x0 j < =) jg [f (x)] g [f (x0 )]j < ";

et, par suite g f est continue en x0 :


Ces résultats permettent en général de ramener l’étude de la continuité
d’une fonction quelconque f à celle de quelques fonctions élémentaires (fonc-
tion puissance, fonction trigométriques,etc...) à partir desquelles f est construite,
soit par des opérations classiques, soit par composition.

3.8 THEOREMES SUR LES FONCTIONS


CONTINUES SUR UN INTERVALLE FERME
3.8.1 Fonctions continues sur un intervalle férmé et
borné
Dé…nition 3.10
Soit f : I ! R; I R est un intervalle quelconque (férmé, ouvert,
semi ouvert, borné ou non borné). f est dite majorée sur I si l’ensemble
ff (x) : x 2 Ig R est majoré. De même f est dite minorée sur I , si l’en-
semble ff (x) : x 2 Ig R est minoré. f est dite bornée dans I , si f est à
la fois majorée et minorée sur I:
Si f est majorée sur I et si ff (x) : x 2 Ig est non vide, par dé…ni-
tion sup f = sup ff (x) : x 2 Ig : De même si f est minorée sur I et si
ff (x) : x 2 Ig est non vide, par dé…nition inf f = inf ff (x) : x 2 Ig : S’il
existe x0 2 I tel que sup ff (x) : x 2 Ig = f (x0 ) ; alors sup f s’appelle valeur
maximale de f sur I et x0 s’appelle maximum ou solution maximale de f sur
I: De même s’il existe x1 2 I tel que inf ff (x) : x 2 Ig = f (x1 ) ; alors inf f
s’appelle valeur minimale de f sur I et x1 s’appelle minimum ou solution
minimale de f sur I:
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Théorème 3.13
Soit f : I ! R; I R est un intervalle quelconque, f étant bornée sur
I: Alors :
8
< 8x 2 I : f (x) M
M = sup ff (x) : x 2 Ig () et
:
8" > 0; 9e
x 2 I; M " < f (e
x)

De même
8
< 8x 2 I : f (x) m
m = inf ff (x) : x 2 Ig () et
:
8" > 0; 9b
x 2 I; m + " > f (b
x)

Preuve du théorème 3.13


La preuve est évidente en considérant les propriétés de la notion de sup
et inf dans le chapitre1.

Théorème 3.14
Soit I = [a; b] un intervalle férmé et borné et f : [a; b] ! R continue sur
[a; b] . Alors f est bornée sur [a; b].

Preuve du théorème 3.14


Supposons le contraire, c’est-à-dire f continue et non bornée sur [a; b].
Dans ce cas,
8n N; 9xn [a; b] : jf (xn )j > n: (3)
La suite fxn gn2N [a; b], donc fxn gn2N est bornée. D’après le théorème de
Bolzano Weistrass, fxn gn2N admet une sous-suite fxn gn2N1 ; N1 N; conver-
gente . Evidemment
lim xn = x [a; b] : (4)
n!1; n2N1

La relation (3) implique

lim jf (xn )j = +1: (5)


n!1; n2N1

Or la fonction jf j étant continue, on a nécessairement

lim jf (xn )j = jf (x)j < +1 (6)


n!1; n2N1

Ceci est en contradiction avec (5).


CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Remarque 3.13
Le théorème 2 tombe à défaut, si l’intervalle est non fermé ou non borné.
Ainsi, la fonction x 7! tg x est continue mais non bornée sur
i h
;+ :
2 2
Théorème 3.15
Toute fonction continue sur un intervalle fermé et borné [a; b] ; atteint au
moins une fois ses bornes, autrement dit, il existe x1 ; x2 [a; b] tels que

f (x1 ) = sup f (x) = max f (x) et f (x2 ) = inf f (x) = min f (x) :
x [a;b] x [a;b] x [a;b] x [a;b]

Preuve du théorème 3.15


Soit M = sup f (x). On a bien sur :
x [a;b]

8x [a; b] : f (x) M (7)

Supposons qu’il n’existe aucun point x [a; b] tel que

f (x) = M = sup f (x) (8)


x [a;b]

(7) et (8) imliquent :


8x [a; b] : f (x) < M: (9)
La fonction g (x) = M 1f (x) est alors continue sur [a; b] ; et donc bornée sur
[a; b] (théorème3). Soit C = sup g(x). Puisque
x [a;b]

g(x) > 0 : 8 x [a; b] (10)

(10) implique que C > 0: (Sinon si C 0; alors g(x) sup g(x)


x [a;b]
0; contraire à (10)). D’autre part :

8x [a; b] : g (x) C;

soit en remplaçant :
1 1
8x [a; b] : C,8x [a; b] : M f (x)
M f (x) C
ou encore :
1
8x [a; b] : f (x) sup f (x) ; (11)
x [a;b] C
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

1
(11) implique que sup f (x) C
est un majorant de ff (x) : x [a; b]g :Puisque
x [a;b]

1
sup f (x) < sup f (x) ; (12)
x [a;b] C x [a;b]

(12) est en contradiction avec la dé…nition de sup f (x) qui est le plus petit
x [a;b]
des majorants de ff (x) : x [a; b]g :
Démonstration analogue pour la borne infèrieure.

Remarque 3.14
L’hypothèse intervalle fermé est indispensable. Par exemple, la fonction
f (x) = x, dé…nie dans [0; 1[ est continue et bornée (m = 0; M = 1) : Elle
atteint sa borne inférieure 0 (pour x = 0) mais elle n’atteint pas sa borne
superieure 1.

3.8.2 Théorème des valeurs intérmédiaires


Théorème 3.16
Soit f : [a; b] ! R; une fonction continue sur [a; b]. Si f (a) et f (b) sont
de signes contraires c’est à dire : f (a):f (b) < 0, alors il existe au moins un
point c 2 ]a; b[ tel que f (c) = 0:
Preuve du Théorème 3.16
Supposons par exemple que f (a) > 0 et f (b) < 0: Considérons l’ensemble
E suivant :
E = fx [a; b] : f (x) > 0g :
L’ensemble E est non vide car a 2 E (f (a) > 0): E est majoré car E [a; b] :
Donc sup E existe. Notons c = sup E et montrons que f (c) = 0. En e¤et.
On a bien sur :
a c b:
Montrons que
a < c < b:
Puique f (a) > 0 et f est continue au point a, donc il existe h > 0 tel que
f (a + h) > 0; par conséquent a + h 2 E et a + h c d’où

a < c:

D’autre part si c = b; on aura b = sup(E): Puisque 8x 2 E : f (x) > 0 et f


est continue sur [a; b] ; alors f (c) = f (b) 0; ceci est contraire à f (b) < 0:
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Si f (c) 6= 0, vu que f est continue au point c; il existe alors un intervalle


]c ; c + [, où f conserve le signe de f (c) . Or ceci est en contradiction
avec l’hypothèse c = sup E. En e¤et.
Si
f (x) > 0 dans ]c ; c + [ ; alors c + E;
2
donc on a réussi à trouver un élément de E, en l’occurence c + 2 ; qui
est strictement supérieur à c: Ceci imlpique que c n’est pas un majorant de
E: Ce qui est absurde, puisque c = sup E est par dé…nition le plus petit des
majorants de E:
Si f (x) < 0 dans ]c ; c + [, on a alors c = sup E c , ce qui est
encore impossible.
Ainsi f (c) = 0:

Exemples d’applications du théorème 6


Le théorème 6 peut être utilisé pour encadrer les solutions d’une équation.
Considérons par exemple l’équation

f (x) = x5 3x + 1:

On a f (0) = 1 et f (1) = 1: La continuité de f permet de conclure à


l’éxixtence d’une ou plusieurs solutions appartenant à ]0; 1[. Des valeurs de
substitution permettraient de réduire cet intervalle.
Le théorème 6 a pour conséquence immédiate le théorème suivant appelé
théorème des valeurs intermédiaires.

Théorème 3.17 (théorème des valeurs intermédiaires)


Soit f : I ! R une fonction continue, I étant un intervalle quelconque
(férmé, ouvert, semi ouvert). Soient x1 ; x2 appartenant à I; x1 < x2 et
f (x1 ) ; f (x2 ) deux valeurs quelconques distinctes de f . Alors, pour tout réel
c strictement compris entre f (x1 ) et f (x2 ), il existe x0 ]x1 ; x2 [ tel que
f (x0 ) = c:
Preuve du théorème 3.17
Pour …xer les idées, on supposera f (x1 ) < f (x2 ). Soit donc c tel que :

f (x1 ) < c < f (x2 ) :

Considérons la fonction g : [x1 ; x2 ] ! R dé…nie par g (x) = c f (x).

g est continue sur [x1 ; x2 ]


g(x1 ) = c f (x1 ) > 0; g(x2 ) = c f (x2 ) < 0
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

g véri…e les hypothèses du théorème 6. il existe donc un point x0 ]x1 ; x2 [


tel que g(x0 ) = 0; c’est à dire f (x0 ) = c: Le théorème est démontré.

Corrollaire 3.2
Soit I un intervalle quelconque de R (férmé, ouvert, semi ouvert) et f :
I ! R une fonction continue. Alors f (I) (ensemble des valeurs de f ) est un
intervalle.
Preuve du Corrollaire 3.2
Soit y1 ; y2 f (I) ; y1 = f (x1 ); y2 = f (x2 ); y1 < y2 : D’après le théorème7
des valeurs intermédiaires, pour tout y; y1 < y < y2 , il existe x 2 I tel que
y = f (x); c’est à dire y 2 f (I). Il en résulte que [y1 ; y2 ] f (I), donc f (I)
est un intervalle.

Le théorème 6 permet de préciser le résultat du corrolaire lorsque I est


fermé :

Corrollaire 3.3
Soit I un intervalle férmé de R et f : I ! R une fonction continue.
Alors f (I) (ensemble des valeurs de f ) est un intervalle férmé (pouvant
éventuellement se réduire à un point).

Remarque 3.15
Si I n’est pas fermé ; l’intervalle f (I) n’est pas nécessairement de même
nature que I. Par exemple, l’image de l’intervalle ouvert ] 1; +1[ par x 7! x2
est l’intervalle semi ouvert [0; 1[ et l’image par x 7! sin x de l’intervalle ouvert
] ; + [ est l’intervalle fermé [ 1; +1] :

3.9 FONCTION RECIPROQUE D UNE FONC-


TION CONTINUE STRICTEMENT MO-
NOTONE.
Théorème 3.18
Soit f : [a; b] ! R une fonction continue strictement croissante. Alors
f est une application bijective de [a; b] sur [f (a) ; f (b)]. L’application réci-
proque f 1 , qui est dé…nie sur [f (a) ; f (b)] et admet [a; b] pour ensemble des
valeurs, est continue et strictement croissante.

Preuve du théorème 3.18


a) f est injective. En e¤et. Si x et y sont deux éléments distincts de
[a; b] ; f (x) et f (y) sont distincts [car si par exemple x < y, on a f (x) < f (y)].
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

b) f est surjective. Pour celà il su¢ t de démontrer que : f ([a; b]) =


[f (a) ; f (b)].
Si a x b, on a : f (a) f (x) f (b), donc f ([a; b]) [f (a) ; f (b)].
Soit 2 [f (a) ; f (b)] : D’après le théorème des valeurs intermédiaires, il
existe c 2 [a; b] ; tel que : f (c) = ; c’est à dire 2 f ([a; b]) : Par conséquent
[f (a) ; f (b)] f ([a; b]). Donc f ([a; b]) = [f (a) ; f (b)].
Donc f est une application bijective de [a; b] sur [f (a) ; f (b)]. Posons
g = f 1:
c) Montrons que g = f 1 est strictement croissante.
Soient u; des nombres de [f (a) ; f (b)], avec u < . Soient x = g (u) ; y =
g ( ). On a u = f (x) ; = f (y). Si l’on avait y x , on en déduirait
f (y) f (x), c’est-à-dire u; contrairement à l’hypothèse. Donc x < y,
c’est-à-dire g (u) < g ( ). Donc g est strictement croissante.
d) Montrons que g = f 1 est continue en tout point y0 de [f (a) ; f (b)].
Nous ferons la démonstration pour f (a) < y0 < f (b)
[la démonstration pour y0 = f (a) ou f (b) est analoque et même plus simple] :
Posons x0 = g (y0 ). On a

a < x0 < b; et f (x0 ) = y0 :

Soit " > 0. Il existe des nombres ; tels que

a < x0 < b; (13)

jx0 xj "; jx0 j ": (14)


Posons = f ( ); = f ( ) : D’après (13),

f (a) < y0 < f (b) :

Pour y , on a x g (y) , donc jg (y) g (y0 )j " d’après


(14).
jy y0 j ) y ) jg (y) g (y0 )j ";
ce qui prouve la continuité de g en y0 .

En changeant f en f , on obtient :

Théorème 3.19
Soit f : [a; b] ! R une fontion continue strictement décroissante. Alors
f est une application bijective de [a; b] sur [f (b) ; f (a)]. L’application réci-
proque f 1 , qui est dé…nie sur [f (b) ; f (a)] et admet [a; b] pour ensemble
des valeurs, est continue et strictement décroissante.
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Graphe de g = f 1

Le graphe de f est l’ensemble des points (x; f (x)) de R2 pour x dans [a; b].
Le graphe de g est l’ensemble des points (y; g (y)) pour y dans [f (a) ; f (b)]
ou, ce qui revient au même, l’ensemble des points (f (x) ; x) pour x dans
[a; b] :
Les points (x; f (x)) et (f (x) ; x) sont symétriques par rapport à la pre-
mière bissectrice (si l’on a pris une base orthonormale). Donc les deux graphes
sont symétriques par rapport à la première bissectrice.

Extensions
On a des résultats analoques au théorème 8 et théorème 9, quand on
a part d’une fontion continue strictement monotone sur un intervalle non
nécessairement fermé et non nécessairement borné. Nous allons traiter un
cas à titre d’exemple.
Soit f : [a; b[ ! R une fontion continue et strictement croissante. Elle a
une limite, …nie ou non, quand x tend vers b par valeurs inferieures. Supposons
que
lim f (x) = + 1:
x!b;x<b

On va voir que f est une application bijective de [a; b] sur [f (a) ; + 1[ et


que f 1 est continue strictement croissante.
Si a x < b, on a f (a) f (x), donc f ([a; b[) [f (a) ; + 1[. Montrons
que f ([a; b[) = [f (a) ; + 1[. Soit y un nombre de [f (a) ; + 1[. Comme
lim f (x) = + 1, il existe c dans [a; b[ tel que f (c) y. Dans [a; c] ; f
x!b;x<b
prend toute valeur intermédiaire entre f (a) et f (c), et en particulier prend
la valeur y. Donc f ([a; b[) = [f (a) ; + 1[. Le fait que f est injective, et que
f 1 est continue strictement croissante, se démontre exactement comme au
théorème 8.
Dans le tableau ci-dessous, a et b désignent soit des réels, soit +1, soit,
1:

L’image de I par f est l’intervalle


Si I = f strict croiss sur I f stri decro sur I
[a; b] [f
i (a) ; f (b)] i [fh (b) ; f (a)] h
]a; b] lim f (x) ; f (b) f (b) ; lim f (x)
hx!a h i x!a i
[a; b[ f (a) ; limf (x) limf (x) ; f (a)
i x!b h ix!b h
]a; b[ lim f (x) ; limf (x) limf (x) ; lim f (x)
x!a x!b x!b x!a
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

3.9.1 Applications : Fonction réciproques des fonctions


circulaires.
Fonction : y = Arc sin x:
La fonction y = sin x est continue dans R mais n’est pas strictement
croissante. Reistreignons-là à ; . Alors, elle est continue et srtictement
2 2
croissante. D’après le théorème 8, y = sin x est une bijection de ;
2 2
sur
sin( 2 ); sin 2 = [ 1; +1] :
Il existe une fonction réciproque, dé…nie de [ 1; +1] ! ; , continue
2 2
et strictement croissante. Elle se note : y = arcsin x:
Le graphe s’obtient par symétrie à partir du graphe de la fonction x 7 !
sin x 2
x 2 :
Graphe de la fonction y = Arc sin x

(56)

2 8:jpg

Un tableau de valeurs s’obtient en lisant à l’envers un tableau de valeurs


de la fonction sin x dans ; :
2 2
p p p p
3 2 1 1 2 3
x 1 2 2 2
0 2 2 2
1
y = arcsin x 2 3 4 6
0 6 4 3 2

On a aussi :
x = sin y
y = Arc sin x ,
2
y 2
:
En d’autres termes : Arc sin est l’arc, compris entre 2
et 2
, dont le
sinus est x:
Il résulte de là que Arc sin ( x) = Arc sin x:
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Fonction y = Arc cos x:


La fonction y = cos x, reistreinte à [0; ], est continue et strictement
décroissante de 1 à 1. Elle admet une fonction réciproque, dé…nie dans
[ 1; +1], continue et strictement décroissante de à 0 ; cette fonction note :
y = Arc cos x:
Graphe de la fonction y = Arc cos x

(57)

2 9:jpg

Un tableau de valeurs s’obtient en lisant à l’envers un tableau de valeurs


de cos x dans [0; ] :
p p p p
3 2 1 1 2 3
x 1 2 2 2
0 2 2 2
1
5 3 2
y = Arc cos x 6 4 3 2 3 4 6
0

On a aussi :
x = cos y;
y = Arc cos x ,
0 y :
Arc cos x est l’arc, compris entre 0 et , dont le cosinus est x:
Il résulte de là que Arc cos ( x) = Arc cos :

Remarque 3.16
Soit
y = Arc sin x et z = y:
2
On a :
x = sin y et y ;
2 2
Donc x = cos z et 0 z , donc z = Arc cos x. D’où la formule

Arcsinx + Arccosx = 2 :
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Fonction : y = Arctgx:
La fonction y = tgx est continue et strictement croissante de 2 ; + 2
dans ] 1; + 1[ : Donc elle admet une fonction réciproque, dé…nie dans
] 1; + 1[, continue et strictement croissante ; cette fonction se note y =
Arctgx:
Graphe de la fonction y = Arctgx:

(58)

3 0:jpg

Tableau des valeurs de la fonction y = Arctgx:


On a
p p
3
p p
x 3 1 3
0 33 1 3
y = Arc cos x - 3 -4 -6 0 6 4 3

x = tg y;
y = Arctgx ,
2
< y < 2:
Arctgx est l’arc, compris entre 2 et 2 , dont la tangente est x.
Il résulte de là que Arctg ( x) = Arctgx:
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

DEPARTEMENT MATHS ET INFORMATIQUE


SERIE TD N 3: LIMITE ET CONTINUITE.
EXERCICES ET SOLUTIONS.

Exercice N 1 Démontrez en utilisant la dé…nition, que la fonction


f (x) = 3x 2 a pour limite 1 quand x tend vers 1:

Corrigé Exercice N 1
Remarquons d’abord que

jf (x) 1j = j(3x 2) 1j = j3x 3j = j3 (x 1)j :


Donc
"
jf (x) 1j < " , jx 1j < :
3
" "
D’où 8" > 0; 9 = 3
tel que si jx 1j < ( = 3 ) alors jf (x) 1j < ":

4x 5
Exercice N 2 Considérons la fonction f dé…nie par f (x) = 2x+3
. On
admettera que : lim f (x) = 2 .
x7 !+1
Trouvez A > 0 tel que : x > A ) f (x) est dans l0 intervalle I de centre
2 suivant : I = ]1:95; 2:05[ .

Corrigé Exercice N 2
4x 5
1:95 < f (x) < 2:05 , 1:95 < < 2:05:
2x + 3
x > 0 ) 2x + 3 > 0: Par conséquent

1:95(2x + 3) < 4x 5 < 3:05(2x + 3) , 0:1x + 5:85 < 5 < 0:1x + 6:15:

Il en résulte que

0:1x < 10:85 et 0:1x > 11:5;

c’est à dire
x > 108:5 et x > 111:5
Don si x > 108:5 , alors
1:95 < f (x) < 2:05:
On peut donc prendre A = 108:5 ou n’importe quel nombre strictement
supérieur à 108:5:
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Exercice N 3 (f acultatif )
f est la fonction dé…nie par f (x) = (x 12)2
1. Etudier la limite de f en 2:
2. Trouver un intervalle l de centre 2 tel que pour tout x de l; di¤érent
de 2; f (x) > 100:

Corrigé Exercice N 3
1. lim f (x) = +1
x7 !2
2. Dire que f (x)>100 signi…e que (x 2)2 < 0:01. p
p La fonction racine carrée étant croissante, cela signi…e que (x 2)2 <
0:01 donc que jx 2j < 0:1 ou encore 0:1 < x 2 < 0:1. Il en résulte que
si le réel x, x 6= 2, est dans l’intervalle ]1:9; 2:1[ alors f (x) > 100:

Exercice N 4(f acultatif )


Soit f (x) = x2 : Démontrez en utilisant la dé…nition que lim f (x) = 4:
x7!2

Corrigé Exercice N 4
Nous devons montrez que, étant donné " > 0; il existe > 0 (dépendent
en général de ") tel que 0 < jx 2j < implique jx2 4j < :
Choisissons 1: Alors 0 < jx 2j < 1 donne

0 < jx 2j < 1 () 1 < x < 3; x 6= 2:

Alors

x2 4 = j(x 2) (x + 2)j = jx 2j jx + 2j < jx + 2j < 5 :

Soit = inf (1; "=5) : Nous avons alors jx2 4j < " quand 0 < jx 2j < ,
ce qui démontre le résultat.
Il est intéressant de considérer des valeurs numériques. Par exemple, nous
souhaitons avoir jx2 4j < 0; 05; nous devons choisir = "=5 = 0; 05 = 0; 01:
Montrons que ce choix convient si 0 < jx 2j < 0; 01; alors 1; 99 < x < 2; 01
et x 6= 2 d’où

3; 9601 < x2 < 4; 0401;


0; 0; 0399 < x2 4 < 0; 0401
et
2
x 4 < 0; 05 x2 6= 4 :

Le fait que ces inégalités soient véri…ées au point x = 2 est une simple
coincidence.
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Si nous désirons avoir jx2 4j < 6; nous devons choisir = 1 et nous en


déduisons le résultat.

Exercice N 5
Démontrez en utilisant la dé…nition que

2x4 6x3 + x2 + 3
lim = 8:
x!1 x 1

Corrigé Exercice N 5
Nous devons montrer que pour tout " > 0; il existe > 0; tel que

2x4 6x3 + x2 + 3
( 8) < "
x 1
quand 0 < jx 1j < : Comme x 6= 1; nous pouvons écrire

2x4 6x3 + x2 + 3 (2x3 4x2 3x 3)(x 1)


= = 2x3 4x2 3x 3
x 1 x 1
en simpli…ant par le facteur commun (x 1) 6= 0: Alors nous devons
démontrer que pour tout " > 0; il existe > 0 tel que j2x3 x2 3x + 5j <
" quand 0 < jx 1j < : Choisissons 1; nous avons

0 < jx 1j < =) 0 < jx 1j < 1 () 1 < x 1 < 1 et x 6= 1 () 0 < x < 2; et x 6= 1:

D’où :

2x3 4x2 3x + 5 = jx 1j 2x2 2x 5 < 2x2 2x 5 < 2x2 + j2xj + 5 < (8 + 4 +

Pour = inf (1; =17), nous obtenons le résultat demandé.

Exercice N 6 (f acultatif )
Soit :
jx 3j
; x 6= 3;
f (x) = x 3 ;
0; x=3
(a) Construisez le graphe de f ;
(b) Montrez en utilisant la dé…nition que lim+ f (x) = 1;
x!3
(c) Trouvez lim f (x) ;
x!3
(d) Montrez que lim f (x) n’existe pas:
x!3

Corrigé Exercice N 6
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

(a) Pour x > 3; jxx 33j = xx 33 = 1:


Pour x < 3; jxx 3j
3
= x(x 33) = 1:
Le graphe est formé des deux demi-droites y = 1 si x > 3 et y = 1 si x <
3; et du point (3; 0) :
(b) Quand x ! 3+ ; f (x) ! 1 d0 ou lim+ f (x) = 1. Pour le voir nous
x!3
devons montrer que pour tout " > 0 il existe > 0 tel que jf (x) 1j < ";
quand 0 < x 3 < :
Comme f (x) = 1 pour x > 1 on a trivialement j1 1j < " quand 0 <
x 3< :
(c) Quand x ! 3 ; f (x) ! 1 donc lim f (x) = 1:Démonstration
x!3
analogue a celle de (b).
(d) Comme lim+ f (x) 6= lim f (x) ; alors lim f (x) n’existe pas.
x!3 x!3 x!3

Exercice N 7 (f acultatif )
Démontrez en utilisant la dé…nition que
1
lim x sin = 0:
x!0 x

Corrigé Exercice N 7

Nous devons montrer que pout tout " > 0, il existe > 0 tel que
jx sin 1=x 0j < "; quand 0 < jx 0j < :
Si 0 < jxj < ; alors

jx sin 1=xj = jxj jsin 1=xj jxj < car jsin 1=xj 1 pour tout x 6= 0:

Choisissons = "; alors :


1
x sin < " quand 0 < jxj <
x
Exercice N 8 (f acultatif )
Montrez en utilisant la dé…nition que :
2
lim+ 1=x
= 2:
x!0 1+e

Corrigé Exercice N 8

Quand x ! 0+ ; 1=x croît indé…niment, alors e1=x croît indé…niment,


e 1=x ! 0 et 1 + e 1=x ! 1, donc la limite serait 2:
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Démontrons ceci. Soit " > 0, nous devons trouver > 0 tel que
2
1=x
2 < " quand 0 < x <
1+e
d’où
2 2 2e 1=x
2 2e 1=x
1=x
2 = =
1+e 1 + e 1=x 1 + e 1=x
2e 1=x 2 2
= 1=x
= 1=x 1=x 1=x
= <"
1+e e e +e 1 + e1=x
Alors
e1=x + 1 1 2
> ; ou encore e1=x > 1;
2 " "
d’où
1 2
> Log 1 ;
x "
en supposant 0 < " < 2; nous trouverons
1
0<x< 2
Log "
1

Choisissons :
1
= 2
;
Log "
1
nous avons donc le résultat dans le cas où 0 < " < 2: Si " 2, toute valeur
de > o convient, car l’on a
2
< " pour tout x > 0
e1=x +1
:
Exercice N 9 (f acultatif )
Considérons la fonction f (x) = sin(x): Montrez que lim sin(x) n’existe
x!+1
pas.
Corrigé Exercice N 9
Raisonnons par l’absurde. Supposons que cette limite en +1 existe et
notons-la l. Puisque quelque soit x réel, 1 sin x 1, l est dans I = [ 1; 1].
Considérons un intervalle ouvert J, centré en l et de rayon 41 .
J, de longueur 12 , ne peut contenir à la fois 1 et 1. Supposons que 1
n’est pas dans J.
Par dé…nition de la limite, J doit contenir toutes les valeurs de sin x pour
x "assez grand".
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Or quelque soit le réel A, et aussi grand soit-il, on peut trouver des réels
x > A tels que sin x = 1
(ce sont tous les x qui s’écrivent :
x = 2 + 2k avec 2 + 2k > A):
Donc pour toutes ces valeurs de x, sin x n’est pas dans l’intervalle J.
Donc l ne peut pas être la limite de la fonction sinus.
La démonstration est analogue si 1 n’est pas dans J : la fonction sinus
n’a pas de limite en +1(ni en 1).
De même, la fonction cosinus n’a pas de limite en +1 et en 1:
Exercice N 10 (f acultatif )
1 Démontrez que si lim f (x) = l; f (x) prend le signe de l pour jx x0 j
x!x0
assez petit.
2 En déduire que
a) si ' (x) > 0 et si lim ' (x) = ; alors 0;
x!x0
b) si f (x) < g (x) et si f et g tendent respectivement vers l et l0
quand x ! x0 , alors l l0 :
Corrigé exercice N 10
1 jx x0 j < ) l " < f (x) < l + ":
Si l > 0 par exemple, on peut choisir " de façon que l " > 0; donc
f (x) > 0:
2 a) Si < 0; alors ' (x) < 0 pour x assez voisin de x0 d’après la première
qustion, ce qui est en contradiction avec l’hypothése.
b) S’en déduit immédiatement en posant ' (x) = g (x) f (x) :

Exercice 11 (facultatif)
Montrez que
a): tgx x (x ! 0) :
2
x
b): 1 cos x (x ! 0)
2
Solution Exercice11
sin x
a). tgx = cos x
: D’autre part sin x x et cos x 1 (quand x ! 0)
x
tgx = x (quand x ! 0)
1
x 2 x2
b). 1 cos x = 2 sin2 ( x2 ) 2: 2
= 2
( quand x ! 0): Par
conséquent
x2
1 cos x (x ! 0)
2
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Exercice12
Determinez un équivalent simple de la fonction f dé…nie par

f (x) = ln(cos2 (x))

au point x0 = 0:

Corrigé Exercice12
Pour x au voisinage de 0, on a

ln(cos2 (x)) = ln 1 + cos2 (x) 1 = ln [1 + (cos(x) 1) (cos(x) + 1)] :

Remarquons que

lim cos(x) + 1 = 2 =) (cos(x) + 1) 2:


x!0 0

D’autre part
x2
(cos(x) 1) :
0 2
Par conséquent
(cos(x) 1) (cos(x) + 1) x2 :
0

Puisque
lim (cos(x) 1) (cos(x) + 1) = 0;
x!0

on aura donc

ln(cos2 (x)) (cos(x) 1) (cos(x) + 1) x2 :


0 0

Exercice 13(facultatif)
Determinez un équivalent simple de la fonction f dé…nie par

f (x) = ln(tan(x))

au point x0 = 4
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Corrigé Exercice 13
Posons t = x 4 : Si x appartient à un voisinage de 4 , alors t appartient
à un voisinage de 0: On a
h i tan(t) + 1
f (x) = ln(tan(x)) = ln tan(t) + = ln
4 1 tan(t)
1 tan(t) + 2 tan(t) 2 tan(t)
= ln = ln 1 + :
1 tan(t) 1 tan(t)
Or
2 tan(t)
lim = 0:
t!0 1 tan(t)
Donc
2 tan(t) 2 tan(t) 2t
ln 1 + = 2t:
1 tan(t) 0 1 tan(t) 0 1
Finalement on a
f (x) 2 x = 2x :
4 4 2

Exercice 14
Determinez un équivalent simple de la fonction f dé…nie par
r
x5
f (x) = x2
x 1
au point x0 = +1
Corrigé Exercice 14
Pour x > 1; on a
r r r
x5 2 x4 :x 2 2 x
f (x) = x = x =x 1
x 1 x 1 x 1
s ! " 1
#
2 1 2 1 2
= x 1 1 =x 1 1:
1 x
x

Or si u est dans un voisinage de 0 et si 2 R, alors


(1 + u) 1 + u =) (1 u) 1 u =) (1 u) 1 u::
0 0 0

Dans notre cas posons u = x1 et = 21 : Si x appatient à un voisinage de


l’in…ni, u appartient à un voisinage de 0: Donc
" 1
#
1 2 1 1 1 1 1 x
x2 1 1: = 2 [1 u] 2 1 u = = :
x u 0 2 u2 2u 2
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Par conséquent r
x5 x
f (x) = x2 :
x 1 +1 2
Exercice 15(facultatif)
Calculez en utilisant les équivalences la limite suivante
p3
1+x 1
lim
x!0 sin(x)
Corrigé Exercice 15
Puisque
p3 x
1+x 1 (x ! 0)
3
sin(x) x (x ! 0)

donc p
3
1+x 1 1
(x ! 0)
sin(x) 3
et par conséquent p
3
1+x 1 1
lim = :
x!0 sin(x) 3
Exercice16
Déterminer les limites suivantes en utilisant des équivalences simples des
fonctions.
x
sin (7x) x sin x 1
a) lim ; b)lim ; c) lim 1 +
x!0 x x!0 x + sin x x!+1 x
Solution Exercice16
a)
sin (7x) 7x sin (7x)
= 7 donc lim = 7:
x 0 x x!0 x
On rappelle que des fonctions équivalentes au voisinage d’un point tendent
vers une même limite en ce point (ou ne tendent ni l’une ni l’autre vers quoi
que ce soit). On a utilisé ici l’équivalent de référence sin t t ainsi que la
0
compatibilité de l’équivalence avec le quotient.
b) Pour x 6= 0 :
x sin x 1 sinx x
= ;
x + sin x 1 + sinx x
or
sin x x:
0
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Donc
sin x sin x
lim 1 + = 2 et lim 1 = 0:
x!0 x x!0 x
Par conséquent
x sin x
lim = 0:
x!0 x + sin x
1 x 1
c) Pour x > 0 : 1 + x
= exp x ln 1 + x
:
Or
1
lim = 0 et ln (1 + t) t;
x!+1 x 0

donc
1 1
ln 1 +
x +1 x
et ainsi
1 1
x ln 1 + x = 1:
x +1 x
Cela assure que :
1
lim x ln 1 + =1
x!+1 x
et donc que
1
lim exp x ln 1 + = exp (1) :
x!+1 x
On a ainsi x
1
lim 1+ = e:
x!+1 x
Remarque
On utilise en fait, pour la composition de limites, la continuité de la
fonction exponentielle en 1.
On a aussi utilisé le fait que, pour ` 6= 0;

lim (f (x)) = ` () f (x) `:


x!0 a

Exercice17(facultatif)
Déterminer la limite suivante en utilisant des équivalences simples des
fonctions.
h x
i
lim (1 + ln x)tan 2
x!1

Solution Exercice17
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Tous les équivalents dont on dispose sont au voisinage de 0 : pour traiter


convenablement la limite en 1 qui nous est demandée, on va donc se ramener
en 0 en posant t = x 1:
Pour x au voisinage de 1 ( et di¤érent de 1:), on pose t = x 1 : t est au
voisinage de 0:
(1+t)
x tan
tan 2
(1 + ln x) 2 = (1 + ln (1 + t)) :

Or
(1 + t) t 1
tan = tan + = t
:
2 2 2 tan 2
Ainsi
(1+t) 1
1
(1 + ln (1 + t))tan 2 = (1 + ln (1 + t)) tan 2t
= exp t ln (1 + ln (1 + t)) :
tan 2

Or en 0, on a
sin u u
tan u = = u et ln (1 + u) u:
cos u 0 1 0

Ainsi
1 1 2
t t = ;
tan 2
0
2
t
de plus
ln (1 + t) ! 0;
t!0

donc
ln (1 + ln (1 + t)) ln (1 + t) t:
0 0

On a d’abord écrit ln +u u avec u = ln (1 + t) ; puis on utilise la


0
transivité de la relation d’équivalence.
On obtient donc :
1 2 2
t ln (1 + ln (1 + t)) t= :
tan 2
t ;

On a
1 2
lim t ln (1 + ln (1 + t)) =
t!0 tan 2
;
et ainsi
1 2
lim exp t ln (1 + ln (1 + t)) =e ;
t!0 tan 2
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

c’est-à-dire h x
i
tan 2
lim (1 + ln x) 2 =e :
x!1

Exercice 18 (facultatif)
Montrez que
1
a) = 1 + x + (x) (x ! 0)
1 x
1 1 1
b) = + O( 2 ) (x ! +1)
1 x x x
Corrigé exercice 18
En e¤et : a)

1 1 x
lim (1 + x) = lim =0
x!0 x 1 x x!0 1 x

b)
1 1
lim x2 + = 1
x!+1 1 x x
Exercice19
Montrez en utilisant la dé…nition que la fonction f (x) = sin(x) est conti-
nue en tout point x0 2 R
Corrigé exercice19
La fonction f (x) = sin x est continue en tout point x0 R. En e¤et,
écrivons
x x0 x + x0
jsin x sin x0 j = 2 sin cos : (1)
2 2
Puisque
8 2 R : sin j j j j (2)
alors (1) et (2) impliquent :

x x0
jsin x sin x0 j 2 sin jx x0 j ;
2

à tout " > 0, on peut associer = " tel que

jx x0 j < =) jsin x sin x0 j < ":


CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Exercice20
x: sin x1 ; x 6= 0
On considère la fonction f (x) =
5; x=0
a) Montrez en utilisant la dé…nition que lim f (x) = 0: En déduire que
x!0
f n’est pas continue au point x = 0;
b) Pouvez vous dé…nir f (0) pour que f soit continue en x = 0 ?

Corrigé exercice 20
(a)Démontrons que lim f (x) = 0: Pour celà, montrons que pour tout
x!0
" > 0; il existe > 0 tel que jx sin 1=x 0j < "; quand 0 < jx 0j < : En
e¤et, il su¢ t de prendre = ": Avec ce choix on a :

jxj < = " ) jx sin 1=xj jxj < ":

Mais cette limite n’est pas égale à f (0) = 5, donc f est discontinue en 0:
(b) En redé…nissant f (x), avec f (0) = 0; cette nouvelle fonction est
continue, en donnant simplement en ce point la valeur de la limite. On dit
que l’on a prolongé f (x) par continuité.

Exercice21(facultatif) p
Considérons la fonction f dé…nie sur [0; +1[ par f (x) = x:
Démontrez en utilisant la dé…nition que f est continue à droite au point
x0 = 0:

Solution exercice21
1) Il s’agit de s’assurerpque lorsque x prend des valeurs de plus en plus
proches de 0, les nombres x correspondants s’accumulent vers 0:
Plus précisément, il s’agit de montrer quel que soit le réel > 0; il existe
> 0 tels que :
p
pour tout x appartenant a [0; [ alors x est dans [0; [ :
p
En e¤et 0 x < équivaut à 0 x < p2 . Donc il s¢ t de prendre
= 2 pour avoir la relation précédente.
p Ainsi x est dans [0; [ pour tout
x de [0; 2 [, ce qui sini…e que lim x = 0.
x!0+
p
Ainsi f a une limte en zéro égale à f (0) car 0 = 0::: donc f est conti-
nue en 0.

Exercice22
f est la fonction dé…nie sur R par f (x) = x3 2x2 1:
Démontrez que l’équation f (x) = 0 admet une solution unique dans
[2; 3] et donnez un encadrement de d’amplitude 10 1 :
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Corrigé Exercice 22
Pour démontrez que l’équation f (x) = 0 admet une solution unique dans
l’intervalle [a; b], il su¢ t de prouver que f est continue et strictement mono-
tone sur [a; b] et que f (a) et f (b) sont de signes contraires. En e¤et si f est
continue sur [a; b] et si f (a) et f (b) sont de signes contraires, alors d’après
le théorème des valeurs intermédiaires, il existe au moins c 2 [a; b] tel que
f (c) = 0: Si on rajoute l’hypothèse que f est continue et strictement mono-
tone sur [a; b] ; alors est bijective sur [a; b] : Par conséquent il existe c 2 [a; b] ;
unique tel que f (c) = 0:
L’étude de la fonction continue f conduit à :

f (2) = 1 et f (3) = 8 donc f (2) f (3) < 0, et f est strictement crois-


sante sur [2; 3] donc l’équation f (x) = 0 a une solution unique dans [2; 3]
.
Le tableau montre également que pour tout x < 2; f (x) < 0 et pour
tout x > 3; f (x) > 0. Donc l’équation f (x) = 0 n’admet dans R que la
solution :
Avec la calculatrice on trouve :

f (2:2) < 0 et f (2:3) > 0; donc 2:2 < < 2:3

Exercice23 (facultatif)
Soit f la fonction dé…ne sur R par f (x) = x3 x4 :
Démontrez que l’équation f (x) = 1 n’a pas de solution.
Solution exo 23
f est une fonction polynôme de degré 4. Nous n’avons pas de méthode de
résolution d’une telle équation.
f étant continue, dire qu’elle ne prend jamais la valeur 1 signi…e graphi-
quement que sa courbe représentative est tout entière au-dessus de la droite
d d’équation y = 1, ou alors, toute entière en dessous de d.
Etudions les variations de la fonction f:
Pour tout x; f est dérivable. f 0 (x) = 3x2 4x3 = x2 (3 4x) ;
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

d’où le tableau de variations :

27
Le maximum de f sur R est donc 256
, celà veut par dé…nition :

27
8x 2 R : f (x) < 1:
256
Par conséquent le graphe de f se trouve entièrement en dessous de la droite d
d’équation y = 1: La fonction f ne prend donc jamais de valeur 1 et l’équation
f (x) = 1 n’a pas de solution.

Exercice 24(facultatif)
La fonction f est dé…nie par :
p
x2 +1
f (x) = 1 x
si x 6= 0
f (0) = m

Quelle valeur faut-il donner à m pour que la fonction f soit continue sur
R?
Solution Exo14

Pour chercher la limite lorsque x tend vers 0, on utilise l’expression conju-


guée.

1 (x2 + 1) x
f (x) = p = p et lim f (x) = 0:
x 1 + x2 + 1 1 + x2 + 1 x!0

f est continue en 0 équivaut à dire que f (0) = 0: D’autre part, f est


continue car composée de fonctions continues (polynôme, racine carré, somme
et quotient). Donc f est continue sur R équivaut à m = 0:
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Exercice 25
f est la fonction dé…nie sur R f 1g par :

x3
f (x) = :
x+1

1. Démontrez que f est strictement croissante sur l’intervalle 23 ; 1 :


3
2. Complétez le tableau de variations de f sur 2
; 1 :
3
3. Déterminez f 2
; 1 et déduisez que l’
équation f (x) = 10 a une
3
solution unique dans 2
; 1 :

Solution Exo25
1.
(3x2 )(x + 1) (x3 ) 3x3 x3 + 3x2 2x3 + 3x2 2x2 x + 23
f 0 (x) = = = = :
(x + 1)2 (x + 1)2 (x + 1)2 (x + 1)2
3 3
Si x > 2
; f 0 (x) > 0: Donc f est strictement croissante sur 2
; 1 :
2.

3.
3 27
f ; 1 = ; +1 ;
2 4
3
f est continue et strictement croissante sur 2
; 1 ; 10 appartient à
27
4
; +1 ; donc l’équation f (x) = 10 a une solution unique dans l’intervalle
3
2
; 1 :

Exercice 26(facultatif)
f est la fonction dé…nie sur I = [0; 3] par :

f (x) = x2 2x 3:

Trouvez f (I) :
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Solution Exo 26
f 0 (x) = 2x 2;

f est continue sur I. Donc f atteint son maximum et son minimum sur
I: Dans ce cas

M ax ff (x) : x 2 [0; 3]g = f (1) = 4 et M in ff (x) : x 2 [0; 3]g = f (3) = 0:

D’après le théorème des valeurs intermédiaires, on a :

8 2 [ 4; 0] ; 9c 2 [0; 3] : f (c) = :

Par conséquent
f (I) = [ 4; 0] :
Exercice 27(facultatif)
Partie A.
f est la fonction dé…nie sur R par :

f (x) = ax3 + bx2 + cx + d

où a; b; c et d sont quatre réels (a 6= 0) :


1. Etudiez suivant le signe de a, la limite en +1 et en 1 de f (x) :
2. prouvez que f (R) = R:
3. Déduisez-en que toute équation du troisième degré admet au moins
une solution dans R:
Partie B.
Dans cette partie, f (x) = 2x3 x 1:
1. Etudiez les variation de f:
2. Justi…ez que l’équation 2x3 = x + 1 admet une unique solution réelle.
3. Donnez la valeur exacte de cette solution.
Partie C.
Dans cette partie, f (x) = x3 6x2 + x + 1:
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

1. Prouvez que l’équation f (x) = 0 admet (au moins) une solution dans
l’intervalle I = [0; 1] :
2. Etudiez les variations de f .
3. Justi…ez que l’équation f (x) = 0 admet une unique solution dans
l’intervalle I.
4. Calculez f 21 . Que pouvez-vous en déduire pour le réel ?
5. Donnez une valeur approchée de à 10 3 près.
Solution Exo 27
Partie A
1. Si
a > 0; lim f (x) = +1 et lim f (x) = 1;
x!+1 x! 1
et si
a < 0; lim f (x) = 1 et lim f (x) = +1:
x!+1 x! 1

2. f étant continue, les limites trouvées dans la question 1, permettent


d’a¢ rmer que ,

a > 0; f (R) = lim f (x) = 1; lim f (x) = +1 = R


x! 1 x!+1

a < 0; f (R) = lim f (x) = 1; lim f (x) = +1 = R


x!+1 x! 1

Donc, quelque soit a non nul


f (R) = R:
3. f est continue sur R et f (R) = R: 0 2 f (R) = R; d’après le théorème
des valeurs intermédiaires, il existe au moins c 2 R tel que f (c) = 0. Par
conséquent toute équation du troisième degré admet au moins une solution
dans R.

Partie B
1. pour tout réel x; f est dérivable et f 0 (x) = 6x2 1:
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

2. Résoudre l’équation 2x3 = x + 1 revient à résoudre l’équation équiva-


lente f (x) = 0:
p ! p
6 6
f = 1<0:
6 9
i p p h
6
D’après le tableau de variation précédent, f est décroissante sur 6
; 66 :
p p
6 6
Donc : f 6
<f 6
< 0:
i h
p
6
Pour tout x de 1; 6 ; f (x) < 0 : l’équation f (x) = 0 n’a pas de
solution sur cet intervalle. p
Puisque f est continue et strictement croissante sur [ 66 ; +1[; alors d’après
le théorème des valeurs intermédiaires
p ! " p ! "
6 6
f [ ; +1[ = f ; +1 = [ ; +1[ ; < 0:
6 6
Par conséquent
p ! " p ! "
6 6
02f [ ; +1[ = f ; +1 :
6 6
hp h
Sur l’intervalle 66 ; +1 ; f est continue. Le théorème des valeurs intermé-
diaires nous permet d’a¢ rmer que l’équation f (x) = 0 admet au moins une
solution réelle. En plus
h p d’etre hcontinue, f est strictement croissante, alors f
est une bijection sur 66 ; +1 : Conclusion l’équation f (x) = 0 admet une
solution unique réelle.
3. x = 1 est solution évidente de l’équation 2x3 = x + 1:
Partie C
1. f (0) = 1 et f (1) = 3. De plus f est continue sur R: Donc, d’après
le théorème des valeurs intermédiaires, l’équation f (x) = 0 admet au moins
une solution dans I.
2. f est dérivable sur R et pour tout réel x,
f 0 (x) = 3x2 + 12x + 1:
p p
f 0 s’annule pour x1 = 6 33 et x2 = 6 + 33:
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

Sur [0; x1 [ f est strictement croissante et f (0) = 1: Puisque f est stricte-


ment croissante
f (x1 ) > f (0) > 0:
Donc f ne s’annule pas sur [ 1; x1 [
Sur [x1 ; 1] ; f est continue, strictement décroissante et f (x1 ) f (1) < 0 :
l’équation f (x) = 0 admet une unique solution dans l’intervalle I.
3. f 21 = 81 donc f 12 f (1) < 0 ) 2 21 ; 1 :
4. = 0; 528 à 10 3 près par défaut.

Exercice 28
On considère la fonction

f : [0; 1] ! R : f (x) = x

a) Trouvez
M = max f (x) ; m = min f (x)
x [0;1] x [0;1]

Existe t’il x0 ; x1 [0; 1] t:q:

f (x0 ) = M0 et m0 = f (x1 )

b) On considère maintenant :

f : ]0; 1[ ! R

Trouvez
M1 = sup et inf f (x) = m1 ;
x ]0;1[ x ]0;1[

existe t’il

x0 et x1 ]0; 1[ tel que M1 = f (x0 ) ; m1 = f (x1 )

Solution exo 28

a)

M = max f (x) = 1 = f (1); m = min f (x) = 0 = f (0)


x [0;1] x [0;1]

b)
M1 = sup f (x) = 1 et inf f (x) = m = 0
x ]0;1[ x ]0;1[
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

On démontre ceci en utilisant la caractérisation su sup et du inf (voir Chapitre


1) . En e¤et :

" > 0 donné. Sans nuire à la généralité, suppososons que 0 < " < 2: On
aura donc :
" " "
" < 2) <1) > 1)1 >0
2 2 2
" "
" > 0) <0)1 < 1:
2 2
"
e=1
Par conséquent, si on prend x 2
; e 2 ]0; 1[ : D’autre part :
alors x
" " "
"> ) "< )1 "<1 e:
=x
2 2 2
"
Finalement on a donc démontré : 8" > 0; 9e e=1
x 2 ]0; 1[ : x 2
tel que :
1 "<x e;. Ceci implique que :

sup f (x) = 1 :
x ]0;1[

Si " 2: Alors 1 " e 2 ]0; 1[ quelconque. Bien sûr :


1 < 0: Prenons x

1 e:
"<x

Non il n’existe pas de points x0 et x1 ]0; 1[ tels que :

sup f (x) = f (x0 ) et inf f (x) = f (x1 )


x ]0;1[ x ]0;1[

car l’ensemble ]0; 1[ n’est pas férmé.

Exercice 29
On considère la fonction

f :R!R f (x) = x2 :

a) Montrez que f n’admet pas de fonction réciproque.


b) On note f1 la réstriction de f sur [0; +1[ : Montrez que f1 admet une
fonction réciproque qu’on note g1 : Dé…nir g1 et tracez son graphe.
c) On note f2 la restriction de f sur [ 1; 0[ : Montrez que f2 admet une
fonction réciproque qu’on note g2 et tracez son graphe.

Solution Exo 29
CHAPITRE 3. FONCTIONS REELLES D’UNE VARIABLE REELLE. LIMITE ET CONTINUIT

a) f n’admet pas de fonction réciproque car f n’est pas injective sur R.


En e¤et il existe

x1 2 R; x2 2 R t:q: x1 6= x2 et f (x1 ) = f (x2 )

Prenons par exemple

x1 = 1 x2 = 1 f (1) = f ( 1) = 1:

b) f est continue sur [0; +1[ et f est strictement croissante sur [0; +1[
. En e¤et
8 x1 ; x2 [0; +1[ si x1 > x2 =) x21 > x21
Donc f est une bijection de [0; +1[ sur

f (0) ; lim f (x) = [0; +1[ :


x!+1

Pour trouver la fonction réciproque de f1 , c’est-à-dire g1 , nous devons


résoudre l’équation d’inconnue x, c’est-à-dire trouver x tel que
8
< y = f (x) = x2 () y x2 = 0
p p
() y x y+x =0
: p p
() x = y ou x = y

N’oublions pas que x 2 [0; +1[ : Donc la seule solution est

g1 : [0; +1[ ! [0; +1[


p
x ! g1 (x) = x

Son graphe est symétrique au graphe de f (x) = x2 ; par rapport à la


droite y = x:
c) Le meme raisonnement s’applique au cas de f2 :
Chapitre 4

FONCTIONS DERIVABLES
ET APPLICATIONS

4.1 Note historique


A la …n du 16ème sciècle, savants et philosophes s’intéressent à deux
grands domaines de recherche alors inéxploités : la cinématique (étude des
trajectoires et des vitesses de mobiles en mouvement) et la géométrie analy-
tique pour la détérmination des tangentes à une courbe et des extremums.
De ces travaux naîtra le calcul in…nitisimal ou calcul di¤érentiel et integral.
Newton et Leibniz sont considérés comme les fondateurs de ce calcul.
Newton expose ses résultats dans son ouvrage intitulé : " Méthodes des
‡uxions et des suites in…nies " qu’il a achevé en 1671 et qu’il a publié en
1736.
A la …n du 17ème sciècle s’achève l’ère des pionniers. Les démarches es-
sentielles de ce calcul sont dégagées. Il faudra attendre encore plus de cent
ans pour que soient dé…nies avec toute la précision nécessaire les idées de
fonctions et de limites.
Comme on l’a signalé auparavant, le calcul di¤érentiel (The calculus pour
les anglo-Saxon) a pour origine la recheche de solutions à trois grands types de
problèmes : détermination des tangentes à une courbe, des extremums d’une
fonction, des vitesses instantanées d’un mobile en mouvement. Newton (1642-
1727) et Leibniz (1646-1716), bien qu’ils aient travaillé sans se concerter et
adopté des points de vue di¤érents, sont considérés comme les fondateurs de
ce calcul.
Mais c’est Lagrange qui, en 1797 dans son livre : "Théorie des fonctions
analytiques ", introduit le mot ‹‹dérivée›› et la notation f 0 (x) qu’il dé…nit
comme limite du taux de variation.

191
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 192

Pour donner au calcul di¤érentiel des bases rigoureuses, leurs successeurs


devront élucider complètement les notions de fonction, de limite, d’in…niment
petit.... Les nombres réels, les fonctions, les limites de fonctions, deviendront
alors, dans cet ordre, les notions de base de l’analyse mathématique.

4.2 Dé…nitions et propriétés des fonctions dé-


rivables
4.2.1 Dérivée d’une fonction en un point
Dé…nition
Dé…nition1 Soit I un intervalle ouvert de R; x0 un point de I et
f : I ! R une fonction numérique. On dit que f est dérivable au point x0 ;
si la limite (…nie)
f (x) f (x0 )
lim
x!x0 x x0
existe. Cette limite qui est alors unique, est appelée dérivée de f au point
x0 et notée f 0 (x0 ) :

On utilise parfois les notations suivantes pour désigner la dérivée de f en


x0 :
df dy
Df (x0 ) ; (x0 ) ; (ou y = f (x)) :
dx dx x=x0
Remarque1.
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 193

La dé…nition précedente permet d’écrire


f (x) f (x0 )
= f 0 (x0 ) + "(x) avec lim " (x) = 0;
x x0 x!x0

d’où l’écriture équivalente de la dérivabilité de f en x0 :

f (x) f (x0 ) = (x x0 ) [f 0 (x0 ) + " (x)] ; avec lim " (x) = 0:


x!x0

Exemples
1.Si f est constante, on a f 0 (x) = 0; 8x R:
2. Si f (x) = sin x; f 0 (x0 ) est la limite du rapport

sin (x0 + 2h) sin x0 cos (x0 + h) sin h


= ! cos x0 lorsque h ! 0;
2h h
donc f 0 (x0 ) = cos x0 :
De même f (x) = cos xp= sin x + 2 donne f 0 (x) = sin x:
3. Dérivée de f (x) = x en x0 = 1
p
f (x) f (1) x 1 1 1
= =p ! lorsque x ! 1;
x 1 x 1 x+1 2

donc f 0 (1) = 12 :
4. Dérivée de f (x) en x0 = 0; avec

x2 2 + sin x1 si x 6= 0;
f (x) =
0 si x = 0:

On a
f (x) f (0) 1
= x 2 + sin :
x 0 x
Comme
f (x) f (0)
3 jxj ;
x 0
donc
f (x) f (0)
0 3 jxj :
x 0
Ceci implique
f (x) f (0)
! 0 quand x ! 0;
x 0
par conséquent : f 0 (0) = 0:
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 194
p
5. La fonction f (x) = x n’est pas dérivable en x0 = 0: En e¤et :
p p
f (x) f (0) x x 1 f (x) f (0) 1
= = p p = p ) lim = lim p = +1
x 0 x x: x x x!0 x 0 x!0 x

6) La fonction f dé…nie par


x sin x1 si x 6= 0
f (x) =
0 si x = 0
n’est pas dérivable en en x0 = 0; car le rapport
f (x) f (0) 1
= sin
x 0 x
n’admet pas de limite lorsque x ! 0; car
1 1
! 1 et sin oscille entre 1 et + 1
x x
Remarque2
Pendant longtemps les mathématiciens se sont posés le problème suivant :
Existe t’il une fonction f : R ! R véri…ant les conditions suivantes :
a) f est dé…nie et continue en tout point x0 2 R:
b) f n’est dérivable dans aucun point x0 2 R:
Weistrass a répondu de façon positive à ce problème et a donné l’exemple
d’une fonction véri…ant les conditions a) et b). Cet exemple ne pourra pas
être donné dans ce cours, vu sa complexité et les outils mathématiques qu’il
utilise, et qu’on ne dispose pas encore.

Dérivée à droite, dérivée à gauche


Dé…nition2
Si le rapport f (x)x xf 0(x0 ) admet une limite (…nie) à droite (resp. à gauche),
on dit que f est dérivable à droite (resp. à gauche) de f au point x0 et on
note f 0 (x0 + 0) (resp. f 0 (x0 0)). En d’autres termes :
f (x) f (x0 ) f (x) f (x0 )
f 0 (x0 + 0) = lim et f 0 (x0 0) = lim
x ! x0 ; x x0 x ! x0 ; x x0
x > x0 x < x0
Remarque3
Pour que f soit dérivable en x0 il faut, et il su¢ t, que f 0 (x0 + 0) et
f 0 (x0 0) existent, et que f 0 (x0 + 0) = f 0 (x0 0). On a alors
f 0 (x0 ) = f 0 (x0 + 0) = f 0 (x0 0) :
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 195

Exemples de fonctions dérivables seulement à droite ou à gauche.


1. La fonction x 7! jxj dé…nie sur R a au point x0 = 0; une dérivée
à droite égale à +1 et une dérivée à gauche égale à 1. En e¤et,
f (x) f (0)
si x > 0; f (x) = x; d0 ou lim = 1;
x!0+ x 0
f (x) f (0)
si x < 0; f (x) = x d0 ou lim = 1:
x!0 x 0
La fonction f (x) = jxj n’est donc pas dérivable au point 0.

Interprétation géométrique
Soit AP QB (voir …gure ci dessous) la courbe représentant le graphe de
la fonction y = f (x): Le rapport :
f (x0 + h) f (x0 ) f (x0 + 4x) f (x0 ) QR
= = = tan( )
h 4x PR
est la pente de la droite joignant le point P (x0 ; f (x0 )) au point Q((x0 + h) ; f (x0 + h)); sur
la courbe.
Quand h ! 0(4x ! 0); cette droite tend vers la tangente P S à la courbe,
au point P (x0 ; f (x0 )): On obtient donc :
f (x0 + h) f (x0 ) SR
f 0 (x0 ) = lim = tan( ) =
h!0 h PR
est la pente de la tangente à la courbe au point P (x0 ; f (x0 )):
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 196

L’équation de la tangente à la courbe y = f (x), au point P (x0 ; f (x0 )),


est
y f (x0 ) = f 0 (x0 )(x x0 )
Les dérivées à gauche et à droite s’interprètent également en considérant
les demi-tangentes à gauche et à droite du point P (x0 ; f (x0 )) ; si elles ne sont
pas égales, le graphe de f présente alors un point anguleux en P (x0 ; f (x0 )):

Exemple. p
Soit la fonction x 7! f (x) = x3 + x2 dé…nie sur [ 1; +1[. Pour étudier
l’
péxistence de pla dérivée à l’origine,
p écrivons f (x) sous la forme : f (x) =
x3 + x2 = x2 (1 + x) = jxj 1 + x. Puisque f (0) = 0; on a alors

f (x) f (0) p
Si x ]0; +1[ ; = 1+x!1 lorsque x ! +0;
x 0
f (x) f (0) p
Si x ] 1; 0[ ; = 1 + x ! 1 lorsque x ! 0:
x 0
Au point 0, les dérivées à gauche et à droite sont respectivement égales à
1; et + 1, et, par conséquent, f n’y est pas dérivable.
La dé…nition de la dérivée peut être étendue en considérant les limites
in…nies. Si
f (x) f (x0 )
! +1 (ou 1) lorsque x ! x0 ;
x x0
on dira que f a une dérivée égale à +1 (ou 1). Sur le graphe de f ,
cela entraîne l’existence d’une tangente verticale en (x0 ; f (x0 )).

4.2.2 Di¤érentielles
Soit f une fonction dérivable en x0 : Notons par "(x) la fonction suivante :

f (x) f (x0 )
"(x) = f 0 (x0 ) ;
x x0

alors
lim " (x) = 0:
x!x0
f (x) f (x0 )
Donc on peut écrire x x0
sous la forme :

f (x) f (x0 )
= f 0 (x0 ) + "(x); avec lim " (x) = 0;
x x0 x!x0
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 197

ou encore :

f (x) f (x0 ) = (x x0 ) [f 0 (x0 ) + "(x)] ; avec lim " (x) = 0: (1)


x!x0

Si on pose
x = x0 + h ) x x0 = h
et la relation (1) devient :

f (x0 + h) f (x0 ) = h:f 0 (x0 ) + h:"(h); avec lim " (h) = 0: (2)
h!0

Soit dx ou 4x l’accroissement donné à x: Alors l’accroissement 4y = 4f


(x) ; de f , quand on passe de x à x + dx ou x + 4x est

4y = 4f (x) = f (x + dx) f (x)

Si f est dérivable au point x; alors l’accroissement f (x + dx) f (x) est égal


en considérant la relation (2) :

4y = 4f (x) = f (x + dx) f (x) = f 0 (x):dx+dx:"(x); avec lim " (x) = 0:


dx!0
(3)
0
Dé…nition3 Soit f une fonction dérivable au point x: l’expression f (x):dx,
qu’on note df (x) ou dy s’appelle di¤erentielle de f au point x:
Remarque4 : Pour x …xé, et pour toute fonction f dérivable en x; la dif-
férentielle df (x) est une application linéaire de R ! R de coé¢ cient directeur
f 0 (x): En d’autres termes :

df (x) : R ! R; h ! df (x)(h) = f 0 (x):h

Remarque5 4f (x) 6= df (x); mais si dx est tres petit, on peut approxi-


mer 4f (x) par df (x) = f 0 (x):dx:
Exemple :
Trouvons df (x) et 4f (x) pour la fonction f (x) = x2 pour des valeurs x
et dx arbitraires puis pour le cas particulier : x = 20 et dx = 0:1
4f (x) = f (x + dx) f (x) = (x + dx)2 x2 = x2 + 2x:dx + (dx)2 x2 =
2x:dx + (dx)2
df (x) = f 0 (x):dx = 2x:dx
Pour x = 20 et dx = 0:1 on a :
4f (x) = 2 20 0:1 + (0:1)2 = 4:01
df (x) = 2 20 0:1 = 4:00
Calculons l’erreur commise en remplaçant 4f (x) par df (x)
4f (x) df (x) = 4:01 4:00 = 0:01
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 198

Dans beaucoup de problèmes on peut considérer que cette erreur est né-
gligeable.
Remarque6
On utilise souvent l’expression (3) pour calculer numériquement certaines
fonctions. En e¤et (3) implique :

f (x + dx) = f (x) + f 0 (x):dx + dx:"(x); avec lim " (x) = 0:


dx!0

Donc si dx est petit on peut écrire :

f (x + dx) ' f (x) + f 0 (x):dx (4)

Exemple :
Soit f (x) = sin(x); f 0 (x) = cos(x): La relation (4) donne dans ce cas :

sin(x + dx) ' sin(x) + cos(x):dx (5)

Utilisons la relation (5) pour calculer une valeur approchée de sin(46 ): En


e¤et :
46 = 45 + 1 = +
4 180
Donc
sin(46 ) = sin( + ) ' sin + : cos
4 180 4 180 4
ou encore
p p
2 2
sin(46 ) ' + : = 0; 7071 + 0; 7071 0; 0175 = 0; 7194
2 180 2

4.2.3 Dérivabilité et continuité


Théorème1
Soit f une fonction dérivable en un point x0 , alors f est continue en ce
point.
Preuve du Théorème1
Soit f une fonction dérivable en x0 ; alors d’après (1), on a :

f (x) f (x0 ) = (x x0 ) (f 0 (x0 ) + " (x)) avec lim " (x) = 0;


x!x0

donc

lim [f (x) f (x0 )] = lim (x x0 ) [f 0 (x0 ) + " (x)] = 0: f 0 (x0 ) = 0;


x!x0 x!x0

donc
lim f (x) = f (x0 ) :
x!x0
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 199

Ce qui signi…e que f est continue en x0 :


De même, si f a une dérivée à droite f 0 (x0 + 0) (resp. à gauche f 0 (x0 0)),
f est continue à droite (resp. à gauche) au point x0 :

Remarque7
La réciproque de ce théorème est inéxacte. Une fonction peut être dé…nie
et continue enp un point sans être dérivable en ce point. Par exemple, la
fonction x 7! x est continue en x0 = 0 mais n’est pas dérivable en ce point.
La fonction
x: sin x1 ; si x 6= 0
f (x) =
0; si x = 0
est continue en x0 = 0 , mais n’est pas dérivable en ce point.

4.2.4 Dérivée sur un intervalle. Fonction dérivée.


Dé…nition4 Une fonction f dé…nie sur un intervalle I est dite dérivable
sur I si elle est dérivable en tout point de I. L’application I ! R : x 7! f 0 (x)
est appelée fonction dérivée ou tout simplement dérivée de la fonction f et
df
notée : f 0 ou dx
Dé…nition5 (Dérivées d’ordre supérieur)
Si la fonction f 0 admet à son tour une fonction dérivée, celle-ci est dite
dérivée seconde ou dérivée d’ordre 2 de f et est notée f 00 (on dira que f 0 est
la dérivée première de f ). On dé…nit par récurrence les dérivées successives
de f : la dérivée n-ième ou dérivée n de f , notée f (n) , est la dérivée de la
fonction x 7! f (n 1) (x) :
0
f (n) = f (n 1)
n
On utilise aussi les notations Dn f; ddxnf ou y (n) si l’on écrit y = f (x),
pour f (n) :
Remarque8
On conviendra que la dérivée d’ordre 0 est la fonction elle-même, c’est à
dire f (0) = f .

Exemple
On véri…e, par récurrence, que

sin(n) (x) = sin x + n et cos(n) (x) = cos x + n :


2 2
Dé…nition6 (Fonctions de classe C n )
Soit n un entier naturel non nul. On dit qu’une fonction f dé…nie sur
l’intervalle I est de classe C n ou n fois continûment dérivable si elle est n
fois dérivable et si f (n) est continue sur I.
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 200

On dit qu’une fonction est de classe C 0 si elle est continue sur I, et de


classe C 1 si elle est indé…niment dérivable sur I (c’est-à dire si f (n) existe
pour tout n). On notera C n (I) l’ensemble des fonctions de classe C n et
C 1 (I) l’ensemble des fonctions de classe C 1 sur I.

Avec ces notations on obtient la proposition suivante :


Proposition1
C n (I) C n 1 (I)
Preuve de la Proposition1
Il faut montrer que si f 2 C n (I) alors f 2 C n 1 (I) : En e¤et, f 2 C n (I)
implique par dé…nition que f (n) existe sur I et que f (n) est continue sur I:
Notons
g = f (n 1) :
Alors par dé…nition on a :
a) g est dérivable sur I
b) g 0 est continue sur I:
a) implique que
a’) f (n 1) existe sur I
b’) f (n 1) est continue sur I (car g dérivable sur I ) g continue sur I)
a’) et b’) veulent dire exactement que f 2 C n 1 (I) :

4.3 Opérations sur les fonctions dérivables


4.3.1 Somme, produit et quotient de fonctions déri-
vables
Théorème2
Soit I un intervalle ouvert de R, x0 I et R. Soient f; g : I ! R des
fonctions dérivable en x0 . Alors
a) f est dérivable en x0 et l’on a en ce point ( f )0 (x0 ) = :f 0 (x0 )
b) f + g est dérivable en x0 et l’on a en ce point (f + g)0 (x0 ) = f 0 (x0 ) +
g 0 (x0 )
c) f g est dérivable en x0 ; et l’on a en ce point

(f g)0 (x0 ) = f 0 (x0 ) :g (x0 ) + f (x0 ) :g 0 (x0 )


f
d)Si g (x0 ) 6= 0; alors g
est dérivable en x0 et l’on a en ce point
0
f [f 0 (x0 ) g (x0 )] [f (x0 ) g 0 (x0 )]
(x0 ) = :
g g (x0 )2
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 201

Preuve du Théorème2
a) et b) sont immédiates en appliquant les théorèmes sur les limites en
un point.
c) Pour la dérivée du produit en un point x0 ; rappelons la dé…nition de
(f g)0 (x0 )
f (x) g (x) f (x0 ) g (x0 )
(f g)0 (x0 ) = lim :
x!x0 x x0
Pour celà remarquons que :
f (x) g (x) f (x0 ) g (x0 ) f (x) f (x0 ) g (x) g (x0 )
= g (x) + f (x0 ) :
x x0 x x0 x x0
Lorsque x ! x0 ; g (x) ! g (x0 ) car g est continue puisque dérivable en
x0 ; donc
f (x) f (x0 ) g (x) g (x0 )
g (x) ! f 0 (x0 ) g (x0 ) et f (x0 ) ! f (x0 ) g 0 (x0 ) :
x x0 x x0
La dérivée de f g au point x0 est donc
f 0 (x0 ) g (x0 ) + f (x0 ) g 0 (x0 ) :
La dérivée est donc
f 0 (x0 ) g (x0 ) + f (x0 ) g 0 (x0 ) :
d) Pour étudier la dérivée de fg ; il su¢ t d’étudier la dérivée de g1 et d’ap-
pliquer le résultat sur la dérivée d’un produit. Soit x0 un point de l’intervalle
où g1 est dé…nie et où g (x0 ) 6= 0: On a
1 1
" g(x0 ) g(x) #
0 (x) (x )
1 g g 0 g(x)g(x0 )
(x0 ) = lim = lim x x0
g x!x0 x x0 x!x0
1
1 g (x) g (x0 )
= lim :
x!x0 g (x) g (x0 ) x x0
0
g (x0 )
= lorsque x ! x0 ;
g (x0 )2
0
1 1 g0
g
est donc dérivable et l’on a g
= g2
: Maintenant en appliquant le
point c) au produit f: g1 ; on obtient :
0 0 0
f 1 1 1 f0 g0
= f: = f 0 : + f: = +f
g g g g g g2
0 0 0 0
f fg f g fg
= = :
g g2 g2
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 202

4.3.2 Dérivée n-ième d’un produit (formule de Leib-


niz)
Thèorème3
Si f et g admettent des dérivées n-ième au point x0 , alors la fonction f g
admet une dérivée n-ième au point x0 , et l’on a en ce point
(f g)(n) = f (n) g + Cn1 f (n 1) g 0 + ::: + Cnp f (n p) (p)
g + ::::
+Cnn 1 f 0 g (n 1) + Cnn f g (n) :
Preuve du Thèorème3
Ce résultat se démontre par réccurence.
La relation est vraie pour n = 1. En e¤et, en appliquant la règle de
dérivation d’un produit, on a bien (f g)0 = f 0 g + f g 0 :
Supposons la relation véri…ée pour (f g)(n 1) ; soit

(f g)(n 1)
= f (n 1)
:g+Cn1 1 f (n g +:::+Cnp
2) 0 1
1 f (n p) (p 1)
g +:::+Cnn 11 :f:g (n 1)
;

et montrons qu’elle est vraie pour (f g)(n) . En dérivant la relation précé-


dente, on obtient :
(f g)(n) = f (n) g + Cn1 1+ 1 f (n g + ::: + Cnp
1) 0
1 + Cnp 1
1 f (n p)
g + :::
+ Cnn 11 + Cnn 12 0 n 1
fg + Cnn 11 fg (n)
:

La formule de Leibniz s’en déduit en remarquant que Cnp 1 +Cnp 1


1 = Cnp :

4.3.3 Dérivée d’une fonction composée.


Théorème4
Soit f : I ! R une fonction dé…nie sur un intervalle I; g : J ! R une
fonction dé…nie sur un intervalle J contenant f (I), et x0 un point de I. Si
f est dérivable en x0 et g est dérivable en f (x0 ), alors g f est dérivable en
x0 et l’on a
(g f )0 (x0 ) = g [f (x0 )] :f 0 (x0 ) :
Preuve du Théorème4
f étant dérivable en x0 , alors on a :
f (x) f (x0 ) = (x x0 ) [f 0 (x0 ) + "1 (x)] avec lim "1 (x) = 0: (6)
x!x0

g étant dérivable en y0 = f (x0 ) ; on a


g (y) g (y0 ) = (y y0 ) [g 0 (y0 ) + "2 (y)] ; avec lim "2 (y) = 0 et y f (I) :
y!y0
(7)
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 203

En remarquant que y y0 = f (x) f (x0 ), on a alors en prenant en


consdération (6) et (7)

(g f ) (x) (g f ) (x0 ) = g [f (x)] g [f (x0 )] = g(y) g(y0 )


= (y y0 ) [g 0 (y0 ) + "2 (y)]
= (x x0 ) [f 0 (x0 ) + "1 (x)] [g 0 (y0 ) + "2 (y)] ;

ou encore

(g f ) (x) (g f ) (x0 ) = (x x0 ) [g 0 (y0 ) f 0 (x0 ) + "]

avec
" = "1 g 0 (y0 ) + "2 f 0 (x0 ) + "1 "2 :
Le théorème en résulte puisque " ! 0 quand x ! x0 :

4.3.4 Dérivée d’une fonction réciproque


Théorème5
Soit f : I ! J une application bijective et continue d’un intervalle I
sur un intervalle J, dérivable en un point x0 de I et telle que f 0 (x0 ) 6= 0.
Alors la fonction réciproque f 1 est dérivable au point f (x0 ) et admet pour
dérivée
0 1
f 1 [f (x0 )] = 0 :
f (x0 )
Preuve du Théorème5
1
Notons par h la fonction réciproque f et y0 = f (x0 ) : Pour y 6= y0 , on
a
1 0 h(y) h(y0 )
f (y0 ) = h0 (y0 ) = lim
y!y0 y y0
h (y) h (y0 ) x x0
= avec x = h (y) et y = f (x):
y y0 f (x) f (x0 )
y ! y0 , f (x) ! f (x0 ) , h(f (x) ! h(f (x0 )) , x ! x0
h(y) h(y0 )
Chercher la limite, lorsque y ! y0 , de la fonction y 7! y y0
; revient
a chercher la limite lorsque x ! x0 , de la fonction
x x0 1 1
' : x 7! = f (x) f (x0 )
= :
f (x) f (x0 ) (x)
x x0
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 204

Remarquons que
1
'(x) = et que lim (x) = f 0 (x0 ) 6= 0:
(x) x!x0

Par conséquent
1
lim '(x) =
x!x0 f0 (x0 )
La fonction h est continue ; le résultat sur la composition des limites
s’applique et, par suite,

h (y) h (y0 )
= ' [h (y)]
y y0
1 1
tend vers f 0 [h(y 0 )]
= f 0 (x 0)
lorsque y tend vers y0 :
Exemple :
1
Soit f : R ! [ 1; +1] : x ! f (x) = y = sin(x) f : [ 1; +1] ! R :
y ! f 1 (y) = x = arcsin(y);
On veut calculer (f 1 )0 D’après le théorème 5 on a :

1 0 1
(f ) (y) =
f 0 (x)
y = f (x) = sin(x)
x = f 1 (y) = arcsin(y)

Dans ce cas
f 0 (x) = cos(x)
On a bien sur
p
cos2 (x) + sin2 (x) = 1 = cos2 (x) + y 2 = 1 =) cos(x) = 1 y2

Ceci implique que


1 0 1
(f ) (y) = p
1 y2
Donc :
1
arcsin0 (y) = p ; y 2 [ 1; +1]
1 y2
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 205

4.3.5 Optimum local


Dé…nitions
Dé…nition7
Soit f : I ! R , une fonction dé…nie sur un intervalle I et x0 un point
de I.
a) On dit que x0 est un maximum local de f dans I (resp. x0 est un
minimum local de f dans I); s’il existe un intervalle I = ]x0 ; x0 + [
I; ( > 0), tel que
8x I = ]x0 ; x0 + [ : f (x) f (x0 ) (resp:f (x) f (x0 )) :
Dans ce cas, la valeur f (x0 ) est dite valeur maximale locale de f dans
I(resp.valeur minimale locale de f dans I).
On dit que f admet un extrémum en x0 si f admet en x0 un maximum
local ou un minimum local. Le point x0 s’appelle aussi solution optimale locale
de f
b) On dit que f admet dans I un maximum global au point x0 ;(resp.

minimum global au point x0 ) si on a :


8x I : f (x) f (x0 ) (resp:f (x) f (x0 ))
Une condition nécessaire d’éxistence d’un extrémum pour les fonctions
dérivables est donnée par le théorème suivant :

Théorème6
Si f a un extrémum au point x0 et si f 0 (x0 ) existe, alors f 0 (x0 ) = 0:

Preuve du théorème6
Supposons qu’il s’agisse d’un maximum local, alors il existe un intervalle
I = ]x0 ; x0 + [ ( > 0), tel que
8x I = ]x0 ; x0 + [ : f (x) f (x0 ) :
On a donc :
f (x) f (x0 ) f (x) f (x0 )
8x 2 ]x0 ; x0 + [ : 0 =) f 0 (x0 + 0) = lim 0;
x x0 x!x0
x>x
x x0
0

(8)
de même
f (x) f (x0 ) f (x) f (x0 )
8x 2 ] x0 ; x0 [ : 0 =) f 0 (x0 0) = lim 0;
x x0 x!x0
x<x
x x0
0

(9)
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 206

L’existence de f 0 (x0 ) entraîne l’existence et l’égalité des dérivées à gauche et


à droite f 0 (x0 0) et f 0 (x0 + 0). On obtient donc

f 0 (x0 + 0) = f 0 (x0 0) = f 0 (x0 ) : (10)

(8), (9) et (10) impliquent

f 0 (x0 ) 0 et f 0 (x0 ) 0 (11)

(11) implique que f 0 (x0 ) = 0:

4.4 Théorème de Rolle et des accroissements


…nis
Le paragraphe précédent traite des dé…nitions et des propriétés locales,
c’est-à-dire dans un intervalle ouvert assez petit contenant un point x0 . Nous
allons maintenant étudier les propriétés résultant de l’existence des dérivées
sur tout un intervalle.

4.4.1 Théorème de Rolle


Enoncé du théorème
Théorème7 (Théorème de Rolle)
Soit f : [a; b] ! R Une fonction continue sur [a; b], dérivable sur ]a; b[ et
telle que f (a) = f (b) : Alors il existe un point c ]a; b[ tel que f 0 (c) = 0:
Preuve du théorème7
Si f est constante sur [a; b], ce résultat est trival : 8x [a; b] : f 0 (x) = 0:
Supposons que f n’est pas constante. f étant continue sur [a; b], donc elle
est bornée. Soit M = sup ff (x) : x 2 [a; b]g et m = inf ff (x) : x 2 [a; b]g : On
peut supposer que l’une au moins des constantes M ou m est distincte de
f (a) = f (b). Sinon on aura

M = m = f (a) = f (b) (13)

(13) implique

8x 2 [a; b] : f (x) f (a) = f (b) et 8x 2 [a; b] : f (x) f (a) = f (b) (14)

(14) implique
8x 2 [a; b] : f (x) = f (a) = f (b) = cte:
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 207

On peut donc supposer que f atteint M en un point c di¤érent de a; et c


di¤érent de b: Il existe alors un point c ]a; b[ tel que f (c) = M: La valeur
f (c) est donc un maximum relatif et, puisque f 0 (c) existe, on a d’après le
théorème6 : f 0 (c) = 0:

Cas particulier
Si f (a) = f (b) = 0 le théorème de Rolle s’énonce ainsi : entre deux zéros
de la fonction f dérivable, il existe au moins un zéro de la fonction dérivée
f 0:

Interprétation géométrique
Géométriquement, le théorème dit que sur la partie AB correspond à
l’intervalle [a; b] du graphe de f , il existe au moins un point C, distinct de A
et B, pour lequel la tangente à la courbe est parallèle à la droite AB:
(11)

4 0:jpg

Hypothèses optimales pour appliquer le théorème de Rolle


Nous allons voir à travers les exemples suivants, que les hypothèses du
théorème de Rolle sont optimales, c’est à dire que si l’on a¤aiblit une des hy-
pothèses du théorème de Rolle, il deviendrait faux. Voyons quelles hypothèses
pourrait on a¤aiblir.
Hypothèse1 : f : [a; b] ! R continue sur [a; b] ; f dérivable sur ]a; b[,
f (a) = f (b)
Hypothèse1 a¤aiblie : f : [a; b] ! R continue sur [a; b] n fx0 g (f est
continue dans [a; b] mais discontinue en x0 2 [a; b])
Conclusion1 : Le résultat du théorème de Rolle n’est plus garanti, c’est
à dire il n’existe aucun point c 2 ]a; b[ tel que : f 0 (c) = 0
Contre exemple1 :
Considérons la fonction : f : [0; 1] ! R dé…nie par :
1 x si x 6= 0;
f (x) =
0 si x = 0;
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 208

véri…e toutes les conditions du théorème sauf la continuité au point 0. Il


n’existe pas de point c ]0; 1[tel que f 0 (c) = 0; car

8x 2 ]0; 1[ : f 0 (x) = 1 6= 0

(13)

4 1:jpg

Hypothèse2 : f : [a; b] ! R continue sur [a; b] ; f dérivable sur ]a; b[,


f (a) = f (b)
Hypothèse2 a¤aiblie : f : [a; b] ! R continue sur [a; b] ; dérivable sur
]a; b[ n fx0 g (f est continue dans [a; b] ; dérivable sur ]a; b[ sauf en x0 2 ]a; b[)
Conclusion2 : Le résultat du théorème de Rolle n’est plus garanti, c’est
à dire il n’existe aucun point c 2 ]a; b[ tel que : f 0 (c) = 0
Contre exemple2 :
La fonction f dé…nie sur [ 1; 1] par f (x) = jxj satisfait toutes conditions
du théorème sauf la dérivabilité au point 0. Il n’existe pas de point c ] 1; 1[
tel que f 0 (c) = 0:

(12)

4 2:jpg

Hypothèse3 : f : [a; b] ! R continue sur [a; b] ; f dérivable sur ]a; b[,


f (a) = f (b)
Hypothèse3 a¤aiblie : f : [a; b] ! R continue sur [a; b] ; dérivable sur
]a; b[ n fx0 g (f est continue dans [a; b] ; dérivable sur ]a; b[ sauf en x0 2 ]a; b[)
Conclusion3 : Le résultat du théorème de Rolle n’est plus garanti, c’est
à dire il n’existe aucun point c 2 ]a; b[ tel que : f 0 (c) = 0
Contre exemple3 :
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 209

- La fonction f dé…nie sur [0; 1] par f (x) = x satisfait toutes les


conditions du théorème sauf l’hypothèse f (a) = f (b). Il n’existe aucun point
c ]0; 1[ tel que f 0 (c) = 0 car

8x 2 ]0; 1[ : f 0 (x) = 1 6= 0

4.4.2 Théorème des accroissements …nis


C’est un corrolaire du théorème de Rolle. On considère une fonction f
continue sur [a; b] dérivable sur ]a; b[ mais ne véri…ant pas nécessairement
la condition f (a) = f (b). Géométriquement, on remarque qu’ il existe un
point C du graphe de f où la tangente est parallèle à la droite passant par
A = (a; f (a)) et B = (b; f (b)).

(14)

4 3:jpg

De façon plus précise, on obtient :


Théorème8 (Théorème des accroissements …nis)
Soit f : [a; b] ! R une fonction continue sur [a; b] et dérivable sur ]a; b[.
Alors il existe c ]a; b[ tel que

f (b) f (a) = (b a) f 0 (c) (f ormule des accroissements f inis):

Preuve du Théorème8
Considérons la fonction ' : [a; b] ! R, dé…nie comme suit :

f (b) f (a)
' (x) = f (x) f (a) (x a) :
b a
' est continue dans [a; b], dérivable dans ]a; b[ et ' (a) = ' (b) = 0. Le
théorème de Rolle implique l’existence d’un point c ]a; b[ tel que

f (b) f (a)
'0 (c) = f 0 (c) = 0:
b a
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 210

ce qui s’écrit
f (b) f (a) = f 0 (c) (b a) :
Corrolaire
Soit f : I ! R une fonction dérivable ( I étant un intervalle quel-
conque). Alors pour tous points distincts x1 ; x2 I, on a (formule des ac-
croissements …nis)

f (x2 ) f (x1 ) = f 0 (c) (x2 x1 ) ;

où c est un point srictement compris entre x1 ; x2 :


Preuve du corollaire
f étant dérivable sur l’intervalle I: Puisque x1 ; x2 I, alors : f : [x1 ; x2 ] !
R véri…e toutes les conditions du théorème des accroissements …nis, c’est à
dire :
a) f est continue sur [x1 ; x2 ]
b) f est dérivable sur ]x1 ; x2 [
Alors il existe c 2 ]x1 ; x2 [ tel que : f (x2 ) f (x1 ) = f 0 (c) (x2 x1 ) :

Remarque
Il est facile de voir que tout point c strictement compris entre x1 ; x2 s’écrit
de façon unique sous la forme

c = x1 + (x2 x1 ) ; ou 0 < < 1:

Avec cette notation la formule des accroissements …nis peut s’écrire

f (x2 ) f (x1 ) = f 0 [x1 + (x2 x1 )] (x2 x1 ) :

Il est parfois commode de l’écrire sous la forme suivante :

f (x + h) f (x) = hf 0 (x + h) ; 0< < 1:

4.4.3 Théorème des accroissements …nis généralisé


Si l’on applique le théorème des accroissements …nis respectivement à
deux fonctions f et g, on aboutit à l’existence de deux points c1 2 ]a; b[ et
c2 2 ]a; b[ tels que :

f (b) f (a) = (b a)f 0 (c1 ) et g(b) g(a) = (b a)g 0 (c2 ):

Si g 0 ne s’annule pas sur ]a; b[ ; alors


1 1
= :
g(b) g(a) (b a)g 0 (c2 )
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 211

On aura …nalement :
f (b) f (a) f 0 (c1 )
= 0 : (15)
g (b) g (a) g (c2 )
La nouveauté dans le théorème qui va suivre est qu’on peut exprimer le
rapport (15), en faisant intervenir un seul point c.

Théorème9
Soient f; g deux fonctions continues sur l’intervalle [a; b] et dérivables sur
]a; b[. Si g 0 ne s’annule pas sur ]a; b[, alors il existe un point c de ]a; b[ tel que:

f (b) f (a) f 0 (c)


= 0
g (b) g (a) g (c)

Preuve du théorème9
Notons d’abord que g 0 (x) = 0; 8x ]a; b[ ) g (b) 6= g (a) :
Considérons la fonction ' dé…nie par

' (x) = f (x) kg (x)

où k est une constante, choisie telle que ' (a) = ' (b), soit :

f (a) kg(a) = f (b) kg(b) =) f (b) f (a) = k(g(b) g(a)

ou encore :
f (b) f (a)
k= :
g (b) g (a)
' satisfait les conditions du théorème de Rolle ; il existe alors un point c
de ]a; b[ tel que '0 (c) = 0. Or,

f (b) f (a) 0
'0 (x) = f 0 (x) g (x) ;
g (b) g (a)

d’où
f (b) f (a) 0 f (b) f (a) 0
f 0 (c) g (c) = 0 =) f 0 (c) = g (c)
g (b) g (a) g (b) g (a)
ou encore
f (b) f (a) f 0 (c)
= 0
g (b) g (a) g (c)
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 212

4.5 Quelques applications de la notion de dé-


rivée et du théorème des accroissements
…nis
4.5.1 Etude de la variation des fonctions
Théorème10
Soit f : I ! R; I étant un intervalle quelconque. On suppose que f est
dérivable sur I: Alors :
a) f 0 (x) = 0 ; 8x 2 I , f est constante sur I.
b) Si f 0 (x) 0; 8x 2 I (f 0 (x) 0; 8x 2 I ); alors f est croissante sur
I (f est décroissante sur I)

Preuve du théorème10
a) En e¤et, la dérivée d’une fonction constante est nulle.
Réciproquement, soit f 0 = 0 [c’est-à-dire f 0 (x) = 0 pour tout x I] :
Fixons un x0 I. Alors d’après la formule des accroissements …nis, on a

8x I : f (x) f (x0 ) = f 0 [x0 + (x x0 )] (x x0 ) = 0:

Donc :8x 2 I; 8x0 I; f (x) = f (x0 ) =) f est constante sur I:

b) Soient x1 2 I et x2 2 I quelconques, Supposons que x1 < x2 : D’après


le théorème des accroissements …nis :

f (x2 ) f (x1 ) = f 0 (c) (x2 x1 ) ; c 2 ]x1 ; x2 [ :

Puisque f 0 (c) 0; alors f (x2 ) f (x1 ) 0: Nous avons donc démontré


l’implication suivante :

[x1 < x2 =) f (x1 ) f (x2 )] =) f est croissante.

Théorème11
Soit f : I ! R; I étant un intervalle quelconque. On suppose que f est
dérivable sur I: Alors :
Si f 0 (x) > 0; 8x 2 I (f 0 (x) < 0; 8x 2 I ); alors f est strictement
croissante sur I (f est strictement décroissante sur I):
Preuve du théorème11
La preuve est la même que celle du théorème9 en remplaçant les inégalités
larges par des inégalités strictes.
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 213

Soient x1 2 I et x2 2 I quelconques, Supposons que x1 < x2 : D’après le


théorème des accroissements …nis :

f (x2 ) f (x1 ) = f 0 (c) (x2 x1 ) ; c 2 ]x1 ; x2 [ :

f 0 (c) > 0; alors f (x2 ) f (x1 ) > 0: Par conséquent f est strictement
croissante.

Remarque :
La réciproque du théorème 10 et celle du théorème 11 est aussi vraie.

4.5.2 Regle de l’Hopital et applications


Limite du rapport de deux in…niments peits : vraie valeur des in-
determinations de la forme 00
Avant d’énoncer et de démontrer le théorème de l’Hopital, démontrons le
théorème suivant dont les hypothèses sont plus fortes que celles du théorème
de l’Hopital.
Théorème12
Soient f; g : [a; b] ! R et x0 2 ]a; b[ telles que :
a) f; g sont continues sur [a; b]
b) f; g sont dérivables sur ]a; b[
c) g 0 (x) 6= 0 : 8x 2 ]a; b[
d) f (x0 ) = g (x0 ) = 0
Alors
f (x) f 0 (x0 )
lim = 0
x!x0 g (x) g (x0 )
Preuve du Théorème12 .
Prenons x 2 ]a; b[ ; x 6= x0 : On a
f (x) f ( x0 )
f (x) x x0 '(x) f (x) f ( x0 ) g (x) g ( x0 )
= g(x) g( x0 )
= ; ou '(x) = ; (x) = :
g (x) (x) x x0 x x0
x x0

Remarquons que

lim '(x) = f 0 (x0 ) ; lim (x) = g 0 (x0 ) 6= 0:


x!x0 x!x0

Donc
lim '(x)
f (x) '(x) x!x0 f 0 (x0 )
lim = lim = = 0 :
x!x0 g (x) x!x0 (x) lim (x) g (x0 )
x!x0
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 214

Exemple de fonctions f et g véri…ant les conditions du théo-


rème12
Soit à calculer
log(1 + x)
lim
x!0 x
Dans cet exemple :
1
x0 = 0; f (x) = log(1 + x) =) f 0 (x) =
1+x
g(x) = x =) g 0 (x) = 1; =) g 0 (0) = 1 6= 0
f et g véri…ent donc toutes les conditions du théorème12. Par conséquent :
log(1 + x) f 0 (0) 1
lim = 0 = = 1:
x!0 x g (0) 1
Exemple de fonctions f et g ne véri…ant pas les conditions du
théorème12
Supposons qu’on a à calculer :
1 cos(x2 )
lim :
x!0 x4
On a x0 = 0
f (x) = 1 cos(x2 ) =) f 0 (x) = 2x: sin(x2 )
g(x) = x4 =) g 0 (x) = 4x3 =) g 0 (0) = 0
Puisque g 0 (0) = 0; on ne peut pas appliquer le théorème12. Il faut a¤aiblir
les hypothèses du théorème12 et ne plus exiger la dérivabilité de de g en
x0 : C’est l’objet du théorème suivant, dit règle de L’Hopital danslequel on
n’exige plus la dérivabilité de g au point x0 ; mais seulement la dérivabilité
de g dans un voisinage du point x0 de la forme ]x0 ; x0 [ [ ]x0 ; x0 + [.
Théorème12 bis (Régle de l’Hopital)
Soient f; g : [a; b] ! R deux fonctions continues sur l’intervalle [a; b] et
dérivables sur ]a; b[ n fx0 g, x0 2 ]a; b[ : On suppose que f (x0 ) = g (x0 ) = 0
0 (x)
et g 0 ne s’annule pas sur ]a; b[ n fx0 g. Si fg0 (x) admet une limite ` au point
f (x)
x0 , alors g(x)
admet la même limite ` au point x0 .

Preuve du Théorème12 bis .


Prenons x 2 ]a; b[ ; x 6= x0 : Si x > x0 ; le théorème9 appliqué à f sur
[x0 ; x] donne
f (x) f (x) f ( x0 ) f 0 (c)
= = 0 avec c ]x0 ; x[ :
g (x) g (x) g (x0 ) g (c)
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 215

f 0 (c)
Si x ! x0+ , alors c ! x0+ et, par suite lim g 0 (c)
= `, autrement dit
x!x0+

f (x) f (x) f (x0 ) f 0 (c)


lim = lim = lim 0 =`:
x!x0+ g (x) x!x0+ g (x) g (x0 ) x!x0+ g (c)

Si x < x0 ; le théorème9 appliqué à f sur [x; x0 ] donne


f (x) f (x) f ( x0 ) f 0 (c)
= = 0 avec c ]x; x0 [ :
g (x) g (x) g (x0 ) g (c)
f 0 (c)
Si x ! x0 , alors c ! x0 et, par suite lim g 0 (c)
= `, autrement dit
x!x0

f (x) f (x) f (x0 ) f 0 (c)


lim = lim = lim 0 =`:
x!x0 g (x) x!x0 g (x) g (x0 ) x!x0 g (c)

On obtient donc
f (x) f (x) f (x)
lim = lim = ` =) lim =`:
x!x0+ g (x) x!x 0 g (x) x!x 0 g (x)

Applications de la règle de l’Hopital

Le théorème12bis permet de lever les indeterminations 00 ; sans exiger la


condition g dérivable en g (x0 ) en x0 et g 0 (x0 ) 6= 0:
Exemple
Supposons qu’on a à calculer :
1 cos(x2 )
lim :
x!0 x4
On est en présence d’une forme indéterminée 00 : Appliquons le théorème12is
à cet exemple. On a

f (x) = 1 cos(x2 ) =) f 0 (x) = 2x: sin(x2 )


g(x) = x4 =) g 0 (x) = 4x3
x0 = 0

On a :
f (x) f (0) 1 cos(x2 )
=
g (x) g (0) x4
f 0 (x) 2x: sin(x2 ) 1 sin(x2 ) 1
0
= 3
= 2
!
g (x) 4x 2 (x ) x!0 2
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 216

Donc en appliquant la règle de l’Hopital :


1 cos(x2 ) 1
lim 4
= :
x!0 x 2
Exemple3
Soit à calculer
ex e x 2x
lim :
x!0 x sin(x)
Dans cet exemple :
f (x) = ex e x 2x =) f 0 (x) = ex + e x
2
g(x) = x sin(x) =) g 0 (x) = 1 cos(x)
x0 = 0
0 x x
Dans ce cas lim fg0 (x)
(x)
= lim e1 +ecos(x)2 est assi une forme indeterminée de la
x!0 x!0
forme 00 . On applique une deuxième fois la règle de l’Hopital aux fonctions
f 0 (x) et g 0 (x): On aura :
f 0 (x) = ex + e x 2 =) f 00 (x) = ex e x

g 0 (x) = 1 cos(x) =) g 00 (x) = sin(x)


f 00 (x) ex e x 0
lim 00 = lim = :
x!0 g (x) x!0 sin(x) 0
00
Par conséquent lim fg00 (x)
(x)
est aussi une forme indeterminée. On applique la
x!0
règle de l’Hopital à f 00 (x) et g 00 (x) , on obtient :
f 000 (x) = ex + e x

g 000 (x) = cos(x)


et
f 000 (x) ex + e x 2
lim = lim = = 2:
x!0 g 000 (x) x!0 cos(x) 1
En conclusion
ex e x 2x ex + e x 2 ex e x ex + e x
lim = lim = lim = lim = 2:
x!0 x sin(x) x!0 1 cos(x) x!0 sin(x) x!0 cos(x)

Remarque
La réciproque du théorème12is (règle de l’Hopital) est inéxacte comme le
montre l’exemple suivant :
x2 sin x1 si x 6= 0
f (x) =
0 si x = 0;
g (x) = sin x et x0 = 0:
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 217

On a
f (x) x2 sin x1 x 1
lim = lim = lim lim x sin = 0;
x!0 g (x) x!0 sin x x!0 sin x x!0 x

alors que
f 0 (x) 1 1 1
0
= 2x sin cos
g (x) cos x x x
n’admet pas de limite lorsque x ! 0:

Limite du rapport de deux in…niments grands : vraie valeur des


indeterminations de la forme 1
1

Considérons maintenant le problème de la limite du rapport de deux


fonctions f (x) et g(x) telles que : lim f (x) = lim g(x) = 1
x!x0 x!x0
Théorème13
Soient f; g deux fonctions continues sur I = ]x0 ; x0 + [ et dérivables
sur I n fx0 g = ]x0 ; x0 + [ n fx0 g : On suppose que g 0 ne s’annule pas sur
I n fx0 g = ]x0 ; x0 + [ n fx0 g. Si

lim f (x) = lim g(x) = 1:


x!x0 x!x0

et si
f 0 (x)
lim =A existe;
x!x0 g 0 (x)

f (x)
alors lim existe aussi et de plus :
x!x0 g(x)

f (x) f 0 (x)
lim = lim 0 =A:
x!x0 g(x) x!x0 g (x)

Preuve du théorème13
La preuve du théorème 13 est une conséquence du théorème12bis en ef-
fectuant un changement de variables approprié.

Exemple
Etudiez la limite suivante :
tan(x)
lim
x! 2 tan(3x)
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 218

Dans cet exemple : f (x) = tan(x) et lim f (x) = 1; g(x) = tan(3x) et


x! 2
1
lim g(x) = 1: On a donc une forme indeterminée 1
:
x! 2

1
f (x) = tan(x) =) f 0 (x) =
cos2 (x)
3
g(x) = tan(3x) =) g 0 (x) = 2
cos (3x)
1
0 2
lim fg0 (x)
(x)
= lim cos2 (x)
3 = lim 13 cos (3x)
cos2 (x)
est aussi une forme indétérminée de la
x! 2 x! 2 cos2 (3x) x! 2
00
forme 1
1
: Considérons donc la limite du rapport : lim fg00 (x)
(x)
x! 2

f 00 (x) 1 2:3 cos(3x) sin(3x) cos(3x) sin(3x)


lim 00 = lim = lim : lim
x! 2 g (x) x! 2 3 2 cos(x) sin(x) x! 2 cos(x) x! 2 sin(x)

Analysons séparément ces deux limites.

sin(3x) 1
lim = = 1:
x! 2 sin(x) 1
cos(3x)
cos(x)
est une forme indeterminée 00 : Appliquons encore une fois la règle de
l’Hopital :
cos(3x) sin(3x) 1
lim = lim 3 = 3: :
x! 2 cos(x) x! 2 sin(x) 1
Par conséquent :
tan(x)
lim =3 ( 1) = 3:
x! 2 tan(3x)

4.5.3 Optimisation di¤erentiable dans R

Soit f : I ! R; I est un intervalle quelconque, pouvant être ] 1; +1[ :


On suppose que f est 1fois ou deux fois dérivable sur I: Ceci étant, on
s’interesse au problème (P 1) ou (P 2) suivant :

(P 1) T rouver M in ff (x) : x 2 Ig
(P 2) T rouver M ax ff (x) : x 2 Ig
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 219

Dé…nitions
Sans nuire à la généralite on va considérer le problème (P 1)
Nous allons reprendre la dé…nition7
Dé…nition
a) Tout point x 2 I s’appelle solution réalisable ou admissible du pro-
blème (P 1):
b) Soit xb 2 I une solution admissible. On dit que x b est une solution
optimale locale ou un solution minimale locale, si il existe un intervalle ouvert
I b; I = ]b
I; centré en x x b + [ tel que :
; x

8x 2 I : f (x) f (b
x)

x) s’appelle valeur optimale locale.


f (b
b 2 I une solution admissible. On dit que x
c) b) Soit x b est une solution
optimale globale sur I ou une solution minimale globale sur I, si on a :

8x 2 I : f (x) f (b
x)

x) s’appelle valeur optimale ou valeur minimale globale associée au


f (b
problème (P 1)

Conditions nécessaires d’optimalité du second ordre


On a déjà donné une condition nécessaire d’optimalité utilisant la déri-
vée première (voir théorème6). Dans ce théorème on utilise aussi la dérivée
seconde.
Théorème14
Si x0 est une solution minimale locale (solution maximale locale) et si
00 00 00
f (x0 ) et f (x0 ) existent, alors f 0 (x0 ) = 0 et f (x0 ) 0 ( f (x0 ) 0)
0

Remarque
La réciproque de ce théorème est fausse. Celà veut dire que la condition
f 0 (x0 ) = 0 est seulement nécessaire mais pas su¢ sante.
Un contre exemple :
Considérons la fonction

f :R!R x ! f (x) = x3 ; x0 = 0

On a
f 0 (x) = 3x2 et f 0 (0) = 0:
Par contre au point x0 = 0; la fonction f (x) = x3 n’admet ni un maximum
local ni un minimum local. En e¤et soit I" =] "; +"[ un intervalle quelconque
contenant le point x0 = 0: Prenons le point x b = 2" qui véri…e :
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 220

b 2 I" =] "; +"[


a) x
3
x) = "8 < 0 = f (x0 )
b) f (b
On a démontré la proposition (P ) suivante :
(P ) : Quelque soit l’intervalle I" =] "; +"[ contenant le point x0 = 0; il
existe au moins un point x b 2 I" =] "; +"[ (b x = 2" ), tel que f (b
x) < f (x0 ):
La proposition (P ) est exactement la négation de la proposition (Q) sui-
vante :
(Q) : Il existe un intervalle ouvert I = ]x0 ; x0 + [ I; ( > 0), tel
que
8x I = ]x0 ; x0 + [ : f (x) f (x0 ) :
Or (Q) veut dire que f admet en x0 un minimum local. Par conséquent,
puisque on a non (P ); f n’admet aucun minimum local en x0 . On démontre
de la même manière que f n’admet aucun maximum local en x0 :

Utilité du théorème14 Nous avons vu que le théorème14 et le théorème6

ne nous permettent pas de con…rmer que le point x0 est solution optimale


locale. Cependant ces théorèmes nous permettent d’a¢ rmer que si le point
x0 ne véri…e pas l’une des conditions :
00 00
f 0 (x0 ) = 0 ou f (x0 ) 0 (f 0 (x0 ) = 0 ou f (x0 ) 0);

alors x0 n’est pas solution optimale locale.

Remarque importante Remarque


Une fonction f peut présenter un extrémum en x0 ; sans être dérivable en
x0 .
La fonction x 7! jxj présente un minimum local au point x0 = 0 alors
qu’elle n’est pas dérivable en ce point. En e¤et, soit I = ]0 ;0 + [ =
] ; [ quelconque. Alors :

8x 2 I = ] ; [ : f (x) = jxj 0 = f (0) (12)

(12) veut dire exactement que la fonction f : x 7! jxj présente un minimum


local au point x0 = 0: Bien sur la fonction f : x 7! jxj n’est pas dérivable au
point x0 = 0:

4.5.4 Condition su¢ sante d’optimalité


Cette partie est importante, car elle nous permet de con…rmer si un point
x0 véri…ant f 0 (x0 ) = 0 est solution optimale locale. Ce sera l’objet du théo-
rème14 et théorème15.
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 221

Théorème14
Soit f (x) une fonction continue dans un intervalle contenant le point
critique x0 ; c’est à dire véri…ant f 0 (x0 ) = 0; et dérivable en tout point de cet
intervalle.
a) Si on a
f 0 (x) > 0 pour x < x0
f 0 (x) < 0 pour x > x0
alors x0 est un maximum local
b) Si on a
f 0 (x) < 0 pour x < x0
f 0 (x) > 0 pour x > x0
alors x0 est un minimum local.

x < x0 f 0 (x0 ) x > x0 N ature du point critique


+ 0 Maximum Local
0 + Minimum Local
+ 0 + Ni maximum, ni minimum, f est croissante
0 Ni maximum, ni minimum, f est decroissante

Théorème15
Soit f (x) une fonction dérivable dans un voisinage du point critique x0 ;
c’est à dire véri…ant f 0 (x0 ) = 0: On suppose aussi que f 00 existe et soit
continue dans un voisinage du point critique x0 : Alors :
a) Si f 00 (x0 ) > 0 alors x0 est un minimum local.
b) Si f 00 (x0 ) < 0 alors x0 est un maximum local.

f 0 (x0 ) f 00 (x0 ) N ature du point critique


0 - Maximum local
0 + Minimum local
0 0 Non determiné

Exemples
Exemple1
Trouvons les maximums et les minimums locaux de la fonction suivante :
x3
f (x) = 2x2 + 3x + 1
3
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 222

Trouvons les points critiques de f


f 0 (x) = x2 4x + 3
f 0 (x) = 0 , x1 = 1; x2 = 3
Signe de f 0 (x) au voisinage de x1 = 1 :
f 0 (x) = (x 1)(x 3)
x < 1 =) f 0 (x) > 0
x > 1 ) f 0 (x) < 0
Donc le point x1 = 1 est un maximum local
Signe de f 0 (x) au voisinage de x1 = 3 :
x < 3 =) f 0 (x) < 0
x > 3 ) f 0 (x) > 0
Donc le point x2 = 3 est un minimum local (voir …g. ci dessous)
107page182

4 4:jpg
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 223

Exemple2
Trouvons les maximums et les minimums locaux de la fonction suivante :

f (x) = 2 sin(x) + cos(2x)

La fonction étant périodique de période 2 : Il su¢ t d’étudier le compor-


tement de f sur [0; 2 ] : Calculons la dérivée

f 0 (x) = 2 cos(x) 2 sin(2x) = 2 [(cos(x) 2 sin(x) cos(x)] = 2 cos(x) [1 2 sin(x)]

Calcul des points critiques de f


5 3
f 0 (x) = 0 () x1 = ; x2 = ; x3 = ; x4 =
6 2 6 2
Calcul de la dérivée seconde f 00

f 00 (x) = 2 sin(x) 4 cos(2x)

Etude du signe de f 00 (x1 ); f 00 (x2 ); f 00 (x3 ); f 00 (x4 );


f 00 (x1 ) = f 00 ( 6 ) = 3 < 0 =) x1 = 6 est un maximum local
f 00 (x2 ) = f 00 ( 2 ) = 2 > 0 =) x2 = 2 est un minimum local
f 00 (x3 ) = f 00 ( 56 ) = 3 < 0 =) x3 = 56 est un maximum local
f 00 (x4 ) = f 00 ( 32 ) = 6 > 0 =) x4 = 32 est un minimum local

109page186

4 5:jpg
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 224

Recherche de solutions optimales globales ou plus petite et plus


grande valeur d’une fonction
Soit f : [a; b] ! R: On s’interesse au problème (P 1) ou (P 2) suivant :

(P 1) T rouver M in ff (x) : x 2 [a; b]g


(P 2) T rouver M ax ff (x) : x 2 [a; b]g

b 2 [a; b] est appelée solution maximale globale sur [a; b]


On rappelle que x
(resp. solution minimale globale sur I), si on a :

8x 2 [a; b] : f (x) x) (resp: 8x 2 I : f (x)


f (b f (b
x))

x) est donc la plus petite ou la plus grande valeur que prend f sur
f (b
b 2 [a; b] et x
[a; b] : Si f est continue sur [a; b] ; alors il existe x e 2 [a; b] tels
que :

M in ff (x) : x 2 [a; b]g = f (b


x)
M ax ff (x) : x 2 [a; b]g = f (e
x)

Remarque :
Contrairement à une solution optimale locale qui appartient à ]a; b[ ; une
b ou x
solution optimale globale peut appartenir à [a; b] ; c’est à dire que x e
peuvent véri…er :

b = a ou x
x b = b; e = a ou x
x e=b

Exemple :
b = 0; x
f : [0; 1] ! R : x ! f (x) = x; x e=1

Une méthode de calcul de la plus petite ou la plus grande valeur


d’une fonction
Raisonnons par exemple sur la plus petite valeur de la fonction f: Notons
b la solution minimale globale, c’est à dire que x
donc par x b véri…e :

8x 2 [a; b] : f (x) f (b
x) (13)

Comme on l’a signalé avant, et d’après un théorème celèbre sur les fonctions
continues (voir chapitre5 : Fonctions continues), il existe [a; b] véri…ant la
condition (13). Bien sur si x b 2 [a; b] véri…e (13), alors x
b est solution du
b véri…e :
problème (P 1); c’est à dire x

x) = min ff (x) : x 2 [a; b]g


f (b (14)
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 225

Supposons que la fonction f a un nombre …ni de points critiques sur [a; b] :


Deux cas peuvent se présenter : ou bien a) La solution minimale globale
est atteinte en un point interieur : x b 2 ]a; b[ ou bien b) La solution
minimale globale est atteinte en un point : x b 2 [a; b] : La méthode de
recherche sera legerement di¤érente selon qu’on a le cas a) ou b). La méthode
est résumée ci dessous
Méthode de calcul de la plus petite ou la plus grande
valeur d’une fonction
a)La solution minimale globale est atteinte en un point inter-
ieur : x b 2 ]a; b[
Dans ce cas la recherche de la solution optimale globale revient à trouver
en appliquant le théorème (14) ou (15), toutes les solutions minimales locales
bi ; i = 1; 2; :::p, c’est à dire que x
x bi ; i = 1; 2; :::p véri…ent

f 0 (b
xi ) = 0; i = 1; 2; :::p

bi ; i = 1; 2; :::p véri…ent les conditions du théorème (14) ou (15), puis cal-


et x
culer leurs valeurs optimales et en…n en choisir la plus petite valeur optimale,
c’est à dire choisir x b véri…ant :

x) = min f f (b
f (b x1 ) ; :::; f (b
xp )g

b)La solution minimale globale est atteinte en un point : x b 2 [a; b]


Dans ce cas : xb 2 ]a; b[ ; ou x b = a; ou x
b = b:
Pour trouver la plus petite valeur de la fonction f sur [a; b] ; on procède
comme suit :
b1) On calcule commme on l’a fait au point a) toutes les solutions mi-
bi ; i = 1; 2; :::p
nimales locales x
b2) On calcule les valeurs optimales f (b xi ) ; i = 1; 2; :::p
b3) On calcule f (a) et f (b)
b4) On choisit x b véri…ant :

x) = min f f (a); f (b); f (b


f (b x1 ) ; :::; f (b
xp )g (15)

On procède de la même manière pour calculer la plus grande valeur.

Exemple : Déterminer la plus grande valeur et la plus petite


valeur de la fonction f (x) = x3 3x + 3 sur l’intervalle 3; 32 :
Solution: Trouvons tous les points critiques de f sur 3; 32 ; c’est à
3 0
dire, trouvons tous les points x 2 3; 2 tels que : f (x) = 0:

f 0 (x) = 3x2 3; f 0 x) = 0 () x1 = 1 ou x2 = 1
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 226

Pour appliquer le théorème 15, calculons f 00 (1); f 00 ( 1)

f 00 (x) = 6x =) f 00 (1) = 6 > 0 =) x1 = 1 est un minimum local


f 00 ( 1) = 6 < 0 =) x2 = 1 est un maximum local

Calcul de la plus petite valeur de f


Pour trouver la plus petite valeur on doit calculer les valeurs de f aux
extrémités 3 et 23 de l’intervalle 3; 23 ; puis les comparer avec la aleur
minimale locale f (1); c’est à dire calculer :

3 15
min f (1); f ( 3); f ( ) = min 1; 15; = 15 = f ( 3)
2 8

Donc la solution minimale globale est atteinte au point x b = 3 qui est


3
l’extrémité gauche de l’intervalle 3; 2 et la valeur minimale globale est
égale en ce point : f ( 3) = 15
Calcul de la plus grande valeur de f
Pour trouver la plus grande valeur de f sur 3; 23 , on doit calculer les
valeurs de f aux extrémités 3 et 23 de l’intervalle 3; 32 ; puis les comparer
avec la valeur maximale locale f ( 1); c’est à dire calculer :

3 15
min f ( 1); f ( 3); f ( ) = min 5; 15; = 5 = f ( 1)
2 8

Donc la solution maximale globale est atteinte au point x b = 1 qui est


3
un point interieur de l’intervalle 3; 2 et la valeur maximale globale ou
3
plus grande valeur de f sur 3; 2 est égale en ce point : f ( 1) = 5 (voir
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 227

…g ci dessous)

113page187

4 6:jpg
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 228

Serie TD N 4 : FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS

Exercice 1
Soit f (x) = 3+x
3 x
, x 6= 3. Calculez f 0 (2) en utilisant la dé…nition.
Solution
f (2 + h) f (2) 1 5+h 1 6h 6
f 0 (2) = lim = lim ( 5) = lim = lim =6
h!0 h h!0 h 1 h h!0 h 1 h h!0 1 h
Exercice 2 p
Soit f (x) = 2x 1. Calculer f 0 (5) en utilisant la dé…nition.
Solution

p
0 f (5 + h) f (5) 9 + 2h 3
f (5) = lim = lim
h!0
p h p
h!0 h
9 + 2h 3 9 + 2h + 3
= lim p
h!0 h 9 + 2h + 3
9 + 2h 9 2 1
= lim p = lim p =
h!0 h( 9 + 2h + 3) h!0 9 + 2h + 3 3

Exercice 3
x sin x1 ; x 6= 0
Soit f (x) = .
0; x=0
Etudiez la dérivabilité de f (x) au point x = 0

Solution

f (0 + h) f (0) f (h) f (0) h sin( h1 ) 0 1


f 0 (0) = lim = lim = = lim sin
h!0 h h!0 h h h!0 h
qui n’exsite pas.

Exercice 4
x2 sin 1=x; x 6= 0
Soit f (x) = :
0; x=0
a) Montrez que f est dérivable au point x = 0
b) Etudiez la continuité de f 0 au point x = 0.
Solution

a)
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 229

f (0 + h) f (0) h2 sin 1=h 0 1


f 0 (0) = lim = lim = lim h sin =0
h!0 h h!0 h h!0 h
Donc f est dérivable au point x = 0 et f 0 (0) = 0:

b) D’aprés les calculs élémentaires en dérivés

d 2 1 d 1 1 d 2
f 0 (x) = (x sin ) = x2 (sin ) + sin (x )
dx x dx x x dx
1 1 1 1 1
= x2 cos + sin (2x) = cos + 2x sin
x x2 x x x

Car

1 1
lim f 0 (x) = lim cos + 2x sin
x!0 x!0 x x
n’exsite pas (parce que limx!0 cos 1=x n’existe pas), f 0 (x) ne peut pas être
continue en x = 0, malgré le fait que f 0 (0) existe.
Ceci montre, que l’on ne peut pas calculer f 0 (0) simplement en calculant
0
f (x) et en posant x = 0, comme on le suppose fréquemment dans des calculs
élémentaires. C’est seulement quand la dérivée de la fonction est continue au
point, que ce procédé donne la bonne réponse. Ceci est véri…é pour la plupart
des fonctions intervenant en calcul élémentaire.

Exercice 5
Soit f (x) = x2
a) Démontrez en utilisant la dé…nition que f est dérivable sur ]0; 1[:
b) Etudiez la dérivabilité a gauche de 0 et à droite de 1
Solution
Soit x0 un point quelconque tel que 0 < x0 < 1. Alors

f (x0 + h) f (x0 ) (x0 + h)2 x20


f 0 (x0 ) = lim = lim = lim (2x0 + h) = 2x0
h!0 h h!0 h h!0

Au point frontière x = 0,

f (0 + h) f (0) h2 0
f+0 (0) = lim+ = lim+ = lim+ h = 0
h!0 h h!0 h h!0

A l’autre point frontière x = 1;


CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 230

f (1 + h) f (1) (1 + h)2 1
f 0 (1) = lim+ = lim+ = lim+ (2 + h) = 2
h!0 h h!0 h h!0

Alors f est dérivable sur [0; 1]. Nous pouvons écrire f 0 (x) = 2x pour tout
x de cet intervalle.
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 231

Exercice6
Soit y = f (x) = x3 6x, trouvez
(a) y,
(b)dy,
(c) y dy

Solution
(a)

y = f (x + x) f (x) = (x + x)3 6(x + x) x3 6x


= x3 + 3x2 x + 3x( x)2 + ( x)3 6x 6 x x3 + 6x
= (3x2 6) x + 3x( x)2 + ( x)3

(b) dy =partie principale de y = (3x2 6) x = (3x2 6)dx, car par


dé…nition x = dx.
Notons que f 0 (x) = 3x2 6 et dy = (3x2 6)dx,
(c) D’aprés (a) et (b) y dy = 3x( x)2 + ( x)3 = x, où =
2
3x x + ( x)
Remarquons que ! 0 quand x ! 0, c’est à dire x xdx ! 0, quand
x ! 0. Donc, y dy est in…nitésimal d’odre supérieur à x. Donc si x
est petit, dy et y sont approximativement égaux.

Exercice7 p
Calculer, approximativement 3 25 en utilisant les di¤èrentielles.
Solution
Si x est petit,
p (x + x) fp(x) f 0 (x) x.
y = fp
1
Soit f (x) = x: Alors 3 x + x
3 3
x 3
x 2=3 x (où signi…e "ap-
proximativement égal à ou peu di¤èrent de").

Si x = 27 et x= 2 nous obtenons :

p
3
p
3 1 2=3 1 1 2 2
27 2 27 (27) ( 2) = 2: p3
= 2p p
3
= p
3
=
3 3: 272 3
27: 272 273 27
càd :
p
3
25 3 2=27 2; 926

Il est interessant de constater que (2; 926)3 = 25; 05, ce qui est une très
bonne approximation.
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 232

Exercice8
Véri…er le théorème des acroissement …nis pour f (x) = 2x2 7x + 10,
a = 2, b = 5.
Solution
f (2) = 4, f (5) = 25, f 0 ( ) = 4 7:Le théorème des accroissement …nis
donne 4 7 = (25 4)=(5 2) ou = 3; 5: Comme 2 < < 5, le théorème
est véri…é.

Exercice9
En utilisant la règle de l’Hopital, calculez

e2x 1 1 + cos x Log cos 3x


(a) lim ; (b) lim (c) lim+
x!0 x x!1 x2 2x + 1 x!0 Log cos 2x
Solution
Ces limites sont toutes des "formes indéterminées" 0/0.

(a)

e2x 1 2e2x
lim = lim =2
x!0 x x!0 1

(b)
2 2
1 + cos x sin x cos x
lim = lim = lim =
x!1 x2 2x + 1 x!1 2x 2 x!1 2 2
Remarque : Ici, nous appliquons deux fois la règle de l’Hospital car la
première application redonne la "forme indéterminée" 0=0 et les hypothèses
de la règle de l’Hospital sont encore véri…ées.

(c)

Log (cos 3x) ( 3 sin 3x)=(cos 3x) 3 sin 3x cos 2x


lim+ = lim+ = lim+
x!0 Log (cos 2x) x!0 ( 2 sin 2x)=(cos 2x) x!0 2 sin 2x cos 3x

sin 3x 3 cos 2x 3 cos 3x 3


= lim+ lim+ = lim+
x!0 sin 2x x!0 2 cos 3x x!0 2 cos 2x 2
3 3 9
= =
2 2 4
Remarquons que dans la quatrième égalité ci-dessus, nous avons utilisé
un théorème sur les limites pour simpli…er les calculs.
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 233

Exercice10
En utilisant la règle de l’Hopital, calculez :

3x2 x + 5 log(tg 2x)


(a) lim ; (b) lim x2 e x ; (c) lim+
x!1 5x2 + 6x 3 x!1 x!0 log(tg 3x)

Solution

Ces limites sont toutes les "formes indéterminées" 1=1.

3x2 x + 5 6x 1 6 3
(a) lim = lim
= lim =
x!1 5x2 + 6x 3 x!1 10x + 6 x!1 10 5
2
x 2x 2
(b) lim x2 e x = lim x = lim x = lim x = 0
x!1 x!1 e x!1 e x!1 e
Log(tg 2x) (2= cos2 2x)=tg 2x 2 cos2 3x tg 3x
(c) lim+ = lim+ = lim
x!0 Log(tg 3x) x!0 (3= cos2 3x)=tg 3x x!0+ 2 cos3 2x tg 2x

2 cos2 3x tg 3x 2 3 cos2 2x
= lim+ lim = lim =1
x!0 3 cos2 2x x!0+ tg 2x 3 x!0+ 2 cos2 3x

Exercice11
Calculez

1 1
lim
x!0 sin2 x x2
Réponse
Ceci a la forme indéterminée 1 1. En écrivant cette limite

x2 sin2 x
lim
x!0 x2 sin2 x

la règle de l’Hospital semble applicable. La limite demandée peut s’écrire :

x2 sin2 x x2 x2 sin2 x
lim = lim
x!0 x4 sin2 x x!0 x4
car

x2 x 2
lim = lim =1
x!0 sin2 x x!0 sin x
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 234

Maintenant, par application successives de la règle de L’Hospital,

x2 sin2 x 2x 2 sin x cos x 2x sin 2x


lim = lim = lim
x!0 x4 x!0 4x3 x!0 4x3
2 2 cos 2x 4 sin 2x
= lim = lim
x!0 12x2 x!0 24x
8 cos 2x 1
= lim =
x!0 24 3

Exercice12
1=x2
; x 6= 0
e
Soit f (x) = . Démontrez en utilisant la règle de l’Hopital
0; x = 0
que : (a) f 0 (0) = 0, (b) f 00 (0) = 0
Solution
(a)
1=h2 1=h2
f (h) f (0) e 0 e
f+0 (0) = lim+ = lim+ = lim+
h!0 h h!0 h h!0 h
1
Si h = u
, en utilisant la règle de l’Hospital, la limite est égale à
1=h2
e u u2u2
lim+ = lim ue
u 2 = lim 1=2ue = lim
=0
h!0 h e u!1 u!1 u!1

De même en remplaçant : h ! 0+ par h ! 0 et u ! 1, par u ! 1,


nous trouvons f 0 (0) = 0

(b)

1=h2 1=h2
f 0 (h) f 0 (0) e 2h 3
0 2e 2u4
f+00 (0) = lim+ = lim+ = lim+ = lim+ =0
h!0 h h!0 h h!0 h4 h!0 eu2
par applications successives de la règle de l’Hospital.
De même, f 00 (0) = 0 et donc f 00 (0) = 0:
En général f (n) (0) = 0 pour n = 1; 2; 3; :::.

Exerice13
Calculez les dérivées des fonctions suivantes :
a) f (x) = log tan x
2
b) f (x) = log(sinq x)
1+sin x
c) f (x) = log 1 sin x
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 235

d) f (x) = log(tan( 4 + x2 ))
q
e) f (x) = Log 1+x1 x
p p
a2 +x2
f) f (x) = log(x + x2 + a2 ) x
g) f (x) = xsin x
x x
h) f (x) = arctan e 2e
1
i) y = log 1+x
1 x
4 1
2p
arctan(x)
3x 12
j) f (x) = 3x3 + log 1 + x2 + arctan x
k) f (x) = 13 log( pxx+1
2 x+1 ) +
p1 arctan( 2x
3
p 1)
3
Réponses

a) f 0 (x) = sin22x
b) f 0 (x) = 2 cot(x)
c) f 0 (x) = cos1 x
d) f 0 (x) = cos1 x
e) f 0 (x) = 1 1x2
p
2 2
f) f 0 (x) = xx2+a
g) f 0 (x) = xsin x ( sinx x + log x cos x)
2
h) f 0 (x) = ex +e x
0 x2
i) f (x) = 1 x4
5 +1
j) f 0 (x) = xx6 +x 4
0 1
k) f (x) = x3 +1

Exercice 14
Calculer l’accroissement et la di¤érentielle de la fonction suivante :
a) y = f (x) = 2x2 x; pour x = 1, x = 0; 01.
Réponse :
y = 0; 0302; dy = 0; 03
Exercice 15
Soit y = f (x) = x3 + 2x . Calculer dy pour x = 3 ; x = 18
Réponse
dy = 36 = 0:0873
Exercice 16
Déterminer les maximums et les minimums locaux de la fonction :

y = f (x) = 1 x4
Solution
1) Trouvons les points critiques :
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 236

f 0 (x) = 4x3 ; 4x3 = 0 () x = 0


2) Déterminons le signe de la dérivée seconde au point x = 0 :

f 00 (x) = 12x2 ; (f 00 )x=0 = 0


Par conséquent, nous ne pouvons pas dans ce cas déterminer la nature
du point critique considéré à l’aide du signe de la dérivée seconde.

3) Etudions la nature du point critique en employant le signe des dérivées


premières au point critique 0

(f 0 (x))x<0 > 0; (f 0 (x))x>0 < 0


La fonction a donc un maximum local au point x = 0. La valeur de la
fonction en ce point est :

(f )(0) = 1

Exercice17

Déterminer les maximums et les minimums locaux de la fonction

f (x) = x6
Solution
1) f 0 (x) = 6x5 ; 6x5 = 0; () x = 0;
2) f 00 (x) = 30x4 ; (f 00 )x=0 = 0:
Par conséquent, nous ne pouvons pas dans ce cas déterminer la nature
du point critique considéré à l’aide du signe de la dérivée seconde.

3) Etudions la nature du point critique en employant le signe des dérivées


premières au point critique 0

(f 0 )x<0 < 0; (f 0 )x>0 > 0


Par conséquent, la fonction a un minimum local au point x = 0.

Exercice 18
En utilisant le théorème de la dérivée d’une fonction réciproque, montrez
que :
1
arccos0 (x) = p
1 x2
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 237

Réponse
La fonction arccos est la fonction réciproque de la fonction cos et elle est
dé…nie comme suit :
f : R ! [ 1; 1] : x ! f (x) = y = cos (x)
f 1 : [ 1; 1] ! R : y ! f 1 (y) = arccos (y)
D’après le théorème de la dérivée d’une fonction réciproque, on a :

1 0 1
f (y) =
f0 (x)
Donc
1
(arccos)0 (y) =
sin (x)
Puisque :
2 2 2
p sin (x) + cos (x) = 1 =) sin x = 1 cos2 (x) = 1 y 2 =) sin (x) =
1 y 2 : Par conséquent :
1
(arccos)0 (y) = p
1 y2

Exercice 19
En utilisant le théorème de la dérivée d’une fonction réciproque, montrez
que :
1
arctan0 (x) =
1 + x2
Réponse
La fonction arctan est la fonction réciproque de la fonction tan et elle est
dé…nie comme suit :
f: 2
; + 2 ! R : x ! f (x) = y = tan (x) =) f 0 (x) = cos12 (x)
f 1:R! 2
; + 2 : y ! f 1 (y) = x = arctan (y)
D’après le théorème de la dérivée d’une fonction réciproque, on a :

1 0 1 1
f (y) = = 1 = cos2 (x) (1)
f0 (x) cos2 (x)

D’autre part on a :

sin (x) sin2 (x) 1 cos2 (x) 1


tg (x) = =) tg 2 (x) = = = 1:
cos (x) cos2 (x) cos2 (x) cos2 (x)
Donc
1 1 1
tg 2 (x) + 1 = =) cos2 (x) = =
cos2 (x) tg 2 (x) + 1 1 + y2
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 238

Soit en considérant (1), on obtient :


1
arctan0 (y) =
1 + y2
Exercice20
En utilisant le théorème de la dérivée d’une fonction réciproque, calculez
la dérivée de la fonction suivante :
f (x) = arccos (tan (x))
Réponse
a) f 0 (x) =
1 1 1
f 0 (x) = q : (tan)0 (x) = q 2
1 [tan (x)]2 1 [tan (x)]2 [cos(x)]

Exercice21
En utilisant le théorème de la dérivée d’une fonction réciproque, calculez
la dérivée de la fonction suivante :
g(x) = (arctan (x))4
Réponse
1
g 0 (x) = 4 (arctan (x))3 : arctan0 (x) = 4 (arctan (x))3 :
1 + x2

Exercice 22
La portée R = 0A d’un projentile lancé (dans le vide) avec une vitesse
initiale 0 sous un angle ' avec l’horizon est donnée par la formule
2
0 sin 2'
R=
g
g étant l’accélération de la pensateur). Pour une vitesse initiale donnée
0 déterminer pour quelle valeur de l’angle ' la portée sera la plus grande.
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 239

Solution. La grandeur R est une fonction de l’angle '. Etudions les


maximums de cette fonction sur le segment 0 ' 2 :

dR 2 20 cos 2'
= ;
d' g
2 20 cos 2'
= 0 () ' =
g 4
la valeur critique est ' = 4 ; d’autre part,

d2 R 4 2
0 sin 2'
= ;
d'2 g
et
d2 R 4 20
= < 0:
d'2 '= 4 g
La fonction R présente, par conséquent, un maximum local pour la valeur
'= 4
2
0
(R)'= = :
4 g
Les valeurs de la fonction R aux estrémités du segment 0; 2
sont :

(R)'=0 = 0; (R)'= = 0:
2

Le maximum cherché est donc :


2 2
0 0
max ; 0; 0 =
g g
2
Le maximum trouvé est bien g
0
et il est atteint avec l’angle : ' = 4 :

Exercice 23
Considérons un cylindre de hauteur h et dont la base a un rayon r: On
rappelle que la surface S du cylindre est donnée par la formule :

S = 2 r2 + 2 rh:

On supose que le cylindre a un volume …xe. Quelles doivent être les


dimensions h et r du cylindre de volume ; pour que sa surface totale S soit
minimale ?
f ig
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 240

Solution. r est le rayon de la base du cylindre et par h la hauteur, nous


avons :
S = 2 r2 + 2 h:
Le volume étant donné et …xé, s’exprime en fonction de r et h par la
formule
= r2 h;
d’où
:
h=
r2
En substituant cette valeur de h dans l’expression de S, nous avons :

S = 2 r2 + 2 r = 2 r2 + 2
r2 r
ou
S=2 r2 +
:
r
est ici un nombre …xe donné. Par conséquent, nous avons exprimé S en
fonction d’une seule variable indépendante r:
Trouvons la plus petite valeur de cette fonction dans l’intervalle 0 < r <
1:
dS
=2 2 r ;
dr r2
r
3
2 r = 0 =) 3 = 2 =) r = =) r1 = 3 ;
r2 r 2 2
p
r1 = 3 2 est un point critique. Voyons en appliquant le théorème 4 ou 5,
p
si r1 = 3 2 est solution minimale locale. Pour celà calculons et étudions le
d2 S
signe de dr2
r=r1
d2 S 2
=2 2 + :
dr2 r3
On a donc
d2 S 2 2
=2 2 + =2 2 + = 12 > 0:
dr2 r=r1 2 2

Par conséquent, la fonction S a un minimum au point r = r1 : Remarquons


que
limS = 1 et lim S = 1;
r!0 r!1
CHAPITRE 4. FONCTIONS DERIVABLES ET APPLICATIONS 241

c’est à dire que la surface S devient in…nie quand r ! 0 ou r ! 1: Puisque


S n’atteint pas sa valeur minimale aux extrémités p de l’intervalle [0; 1[; elle
atteint donc ce minimum au point interieur : r1 = 3 2 : La valeur de h est :
r
h= =23 = 2r:
r2 2
Conclusion : La surface totale d’un cylindre, pour un volume donné, sera
minimale, si la hauteur du cylindre est égale au diamètre de la base.
Chapitre 5

FORMULES DE TAYLOR.
DEVELOPPEMENTS
LIMITES

5.1 INTRODUCTION
On a vu au chapitre 6 que si une fonction f est 1 fois dérivable dans un
voisinage V (x0 ) d’un point x0 ; il est alors possible de l’écrire sous la forme
suivante :

8x 2 V (x0 ) : f (x) = f (x0 )+(x x0 ):f 0 (x0 )+(x x0 ):"(x); avec lim " (x) = 0:
x!x0

En d’autres termes, on peut écrire f sous la forme suivante :

f (x) = P1 (x) + R1 (x);

avec P1 (x) = f (x0 ) + (x x0 ):f 0 (x0 ) est un polynôme de degré1 et R1 (x) =


(x x0 ):"(x), véri…ant : lim R1 (x) = 0: On verra dans ce chapitre que
x!x0
ce résultat pourra se généraliser à une fonction f n fois dérivable dans un
voisinage V (x0 ) d’un point x0 ; il est alors possible de l’écrire sous la forme
suivante :
f (x) = Pn (x) + Rn (x) (1)
où Pn (x) est un polynôme de dgré n et Rn (x) véri…e : lim Rn (x) = 0: En
x!x0
d’autres termes si x est assez proche de x0 , on peut approximer f par le
polynôme Pn (x); c’est à dire :

f (x) Pn (x); pour x assez proche de x0 :

242
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES243

Dans beaucoup de spécialités de Mathématiques (calcul integral, équations


di¤érentielles, approximation), L’utilisation de Pn (x) au lieu de f simpli…e
beaucoup de problèmes et de calculs.

5.2 FORMULES DE TAYLOR

5.2.1 Formule de Taylor avec reste de Lagrange


La formule de Taylor avec reste de Lagrange est donnée par le théorème
suivant :
Théorème1
Soit f : [a; b] ! R; n fois dérivable dans [a; b] et dont la dérivée d’ordre
n qu’on note f (n) véri…e les conditions a) et b) suivantes :
a) f (n) est continue dans [a; b]
b) f (n) est dérivable dans ]a; b[ (f (n+1) existe dans ]a; b[):
Alors il existe 2]a; b[ tel que :
f 0 (a) f 00 (a) f (3) (a) f (n) (a) f (n+1) ( )
f (b) = f (a)+ (b a)+ (b a)2 + (b a)3 +:::+ (b a)n + (b a)n+1
1! 2! 3! n! (n + 1)!
Preuve du théorème1
On démontre ce théorème en appliquant le théorème de Rolle à la fonction
H(x) suivante :
f 0 (x) f 00 (x) f (3) (x) f (n) (x)
H(x) = f (b) f (x) (b x) (b x)2 (b x)3 ::: (b x)n (b x)n+1 :A
1! 2! 3! n!
(2)
Le terme A est à determiner de sorte que la fonction H véri…e les conditions
du théorème de Rolle. Remarquons d’abord que H(b) = 0 car
f 0 (b) f 00 (b) f (3) (b) f (n) (b)
H(b) = f (b) f (b) (b b) (b b)2 (b b)3 ::: (b b)n (b b)n+1 :A = 0
1! 2! 3! n!
Trouvons maintenant A de sorte que la deuxième condition du théorème de
Rolle H(a) = 0; soit réalisée.
f 0 (a) f 00 (a) f (3) (a) f (n) (a)
H(a) = f (b) f (a) (b a) (b a)2 (b a)3 ::: (b a)n (b a)n+1 :A =
1! 2! 3! n!
(3) implique :
f 0 (a) f 00 (a) (3) (a) f (n) (a)
f (b) f (a) 1!
(b a) 2!
(b a)2 f 3!
(b a)3 ::: n!
(b a)n
A= :
(b a)n+1
(4)
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES244

Bien sur avec A véri…ant la relation (4), on

H(a) = H(b) = 0: (5)

Les conditions a) et b) du théorème1 impliquent que :


a’) H est continue dans [a; b]
b’) H est dérivable dans ]a; b[
D’après le théorème de Rolle, il existe 2 ]a; b[ tel que H 0 ( ) = 0: D’après
(2)
f 00 (x) 2
H 0 (x) = [ f 0 (x) + f 0 (x)] + (b x) + f 00 (x)(b x) + (6)
1! 2!
(3)
f (x) 3
(b x)2 + f (3) (x)(b x)2 (5.1)
2! 3!
(4)
f (x) 4
+ (b x)3 + f (4) (x)(b x)3 + :::
3! 4!
(n)
f (x) n
+ (b x)n 1 + f (n) (x)(b x)n 1 (5.2)
(n 1)! n!
f (n+1) (x)
(b x)n + (n + 1)(b x)n A:
(n)!

En remarquant que p!p = (p 11)! ; les termes entre crochets de la relation (6)
sont toutes nulles et H 0 (x) devient :

f (n+1) (x)
H 0 (x) = (b x)n + (n + 1)(b x)n A
(n)!
et
0 n f (n+1) ( )
H ( ) = 0 () (n + 1)(b ) A= (b )n
(n)!
d’où
f (n+1) ( )
A=
(n + 1)!
soit en remplaçant A par sa valeur dans (4), on obtient :
f 0 (a) f 00 (a) (3) (a) f (n) (a)
f (b) f (a) 1!
(b a) 2!
(b a)2 f 3!
(b a)3 ::: n!
(b a)n f (n+1) ( )
=
(b a)n+1 (n + 1)!
ou encore :
f 0 (a) f 00 (a) f (3) (a) f (n) (a) f (n+1) ( )
f (b) = f (a)+ (b a)+ (b a)2 + (b a)3 +:::+ (b a)n + (b a)n+1 :
1! 2! 3! n! (n + 1)!
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES245

Théorème2
Soit f : [a; b] ! R; n fois dérivable dans [a; b] et dont la dérivée d’ordre
n qu’on note f (n) véri…e les conditions a) et b) suivantes :
a) f (n) est continue dans [a; b]
b) f (n) est dérivable dans ]a; b[ (f (n+1) existe dans ]a; b[):
Considérons x0 et x 2]a; b[ quelconques tels que : x0 < x.
Alors il existe 2]x0 ; x[ tel que :

f 0 (x0 ) f 00 (x0 ) f (3) (x0 )


f (x) = f (x0 ) + (x x0 ) + (x x0 )2 + (x x0 )3 +(7)
:::
1! 2! 3!
f (n) (x0 ) f (n+1) ( )
+ (x x0 )n + (x x0 )n+1
n! (n + 1)!
Preuve du théorème2
C’est une application directe du théorème1. En e¤et :
8
< x0 ; x 2]a; b[
(n)
f est continue dans [a; b]
: (n)
f est derivable dans ]a; b[

alors
(n)
f est continue dans [x0 ; x]
(n)
f est derivable dans ]x0 ; x[ :
D’après le théorème1, il existe 2]x0 ; x[ tel que :

f 0 (x0 ) f 00 (x0 ) f (3) (x0 )


f (x) = f (x0 ) + (x x0 ) + (x x0 )2 + (x x0 )3 + :::
1! 2! 3!
f (n) (x0 ) f (n+1) ( )
+ (x x0 )n + (x x0 )n+1 :
n! (n + 1)!
Remarque1
Grace à la formule (7), on pourra écrire f (x) pour x assez proche de x0
sous la forme suivante :

f (x) = Pn (x) + Rn (x)

avec :
f 0 (x0 ) f 00 (x0 ) 2 f
(3)
(x0 ) 3 f (n) (x0 )
Pn (x) = f (x0 )+ (x x0 )+ (x x0 ) + (x x0 ) +:::+ (x x0 )n
1! 2! 3! n!
et
f (n+1) ( )
Rn (x) = (x x0 )n+1 ;
(n + 1)!
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES246

qui véri…e bien sur :


lim Rn (x) = 0:
x!x0

En d’autres termes, on pourra approximer f (x) par Pn (x) pour x assez proche
de x0 :
f (x) Pn (x) : pour x assez proche de x0
Dé…nition1
La formule (7) s’appelle développement de Taylor de la fonction f; au
voisinage du point x0 ; avec reste de Lagrange. Le développement de Taylor
est formé d’une partie polynomiale Pn (x) et d’un reste Rn (x); c’est à dire
que :
f (x) = Pn (x) + Rn (x)
avec
f 0 (x0 ) f 00 (x0 ) f (3) (x0 ) f (n) (x0 )
Pn (x) = f (x0 )+ (x x0 )+ (x x0 )2 + (x x0 )3 +:::+ (x x0 )n
1! 2! 3! n!
et
f (n+1) ( )
Rn (x) = (x x0 )n+1 ;
(n + 1)!
appelé reste de Lagrange et qui véri…e :
lim Rn (x) = 0:
x!x0

5.2.2 Formule de Taylor MacLaurin


Si x0 = 0; la formule de Taylor (7) s’appelle formule de Taylor Mac Lauren
avec reste de Lagrange et prend alors la forme suivante :
f 0 (0) f 00 (0) 2 f (3) (0) 3 f (n) (0) n f (n+1) ( ) n+1
f (x) = f (0)+ x+ x+ x +:::+ x + x ; 2 ]0; x[
1! 2! 3! n! (n + 1)!

5.2.3 Formule de Taylor Young


On a¤aiblit les hypohothèses du théorème 1 ou 2 et on suppose dans le
théorème suivant que seulement f (n) (x0 ) existe. Remarquons comme même
que l’existence de f (n) (x0 ) nécessite que que f est dé…nie dans un intervalle
centré en x0 ; f admet sur cet intervalle des dérivées jusqu’à l’ordre (n 1) et
que f (n 1) est dérivable au point x0 : On obtient un développement semblable
à celui de la formule (7), le reste Rn (x) est moins précis que celui de la formule
(7). Tout ce qu’on sait de Rn (x), c’est qu’il véri…e
Rn (x) = o((x x0 )n ) = (x x0 )n "(x); avec : lim "(x) = 0
x!x0
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES247

c’est à dire :
Rn (x)
lim = 0:
x!x0 (x x0 )n
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES248

Théorème3
Soit f : I = ]x0 ; x0 + [ ! R: Supposons que f (n) (x0 ) existe. Alors :
8x 2 I

f 0 (x0 ) f (n) (x0 )


f (x) = f (x0 ) + (x x0 ) + ::: + (x x0 )n + (x x0 )n "(x);
(8)
1! n!
avec : lim "(x) = 0
x!x0

La formule (8) s’appelle formule de Taylor Young.

Remarque
Si x0 = 0, la formule (8) s’appelle formule de Maclaurin-Young et prend
la forme suivante :
f 0 (0) f (n) (0) n
f (x) = f (0) + x + ::: + x + xn "(x); (9)
1! n!
avec : lim "(x) = 0
x!0

5.2.4 Développement de Taylor et Maclaurin-Young


des fonctions usuelles
Développement de la fonction f (x) = ex

f (x) = ex =) f (0) = 1
f 0 (x) = ex =) f 0 (0) = 1
:::::::::::::::::
f (x) = ex =) f (n) (0) = 1
(n)

On obtient ainsi le développement de Maclaurin-Young de la fonction f (x) =


ex
x x2 xn
8x 2 R : ex = 1+ + +:::+ +xn "(x); lim "(x) = 0 (F ormule M aclaurin Y oung)
1! 2! n! x!0
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES249

Développement de la fonction f (x) = sin(x)

f (x) = sin(x) =) f (0) = 0


f 0 (x) = cos(x) = sin(x + ) =) f 0 (0) = 1
2
f 00 (x) = sin(x) = sin(x + 2 ) =) f 00 (0) = 0
2
f 000 (x) = cos(x) = sin(x + 3 ) =) f 000 (0) = 1
2
f (4) (x) = sin(x) = sin(x + 4 ) =) f (4) (0) = 0
2
:::::::::::::::::::::::::::
f (n) (x) = sin(x + n ) =) f (n) (0) = sin(n )
2 2
f (n+1) (x) = sin(x + (n + 1) ) =) f (n+1)
( ) = sin( + (n + 1) )
2 2

On obtient ainsi la formule de Taylor ou Maclaurin-Young associée à la


fonction f (x) = sin(x)

x3 x5 x7 x9 xn
sin(x) = x + + ::: + sin(n ) + xn "(x); lim "(x) = 0
3! 5! 7! 9! n! 2 x!0
(F ormule M aclaurin Y oung)

x3 x5 x7 x9 xn xn+1
sin(x) = x + + ::: + sin(n ) + sin( + (n + 1) );
3! 5! 7! 9! n! 2 (n + 1)! 2
(F ormule T aylor M aclaurin)

Représentation graphique de f (x); et des polynômes approximants


P1 (x) , P3 (x) et P5 (x)

P1 (x) = x
x3
P3 (x) = x
6
x3 x5
P5 (x) = x +
6 120
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES250

Développement de la fonction f (x) = cos(x)

En procédant comme pour la fonction sin(x); on obtient la formule de


Taylor ou Maclaurin-Young associée à la fonction f (x) = cos(x)
x2 x4 x6 x8 xn
cos(x) = 1 + + ::: + cos(n ) + xn "(x); lim "(x) = 0
2! 4! 6! 8! n! 2 x!0
(F ormule M aclaurin Y oung)

x2 x4 x6 x8 xn xn+1
cos(x) = 1 + + ::: + cos(n ) + cos( + (n + 1) );
2! 4! 6! 8! n! 2 (n + 1)! 2
(F ormule T aylor M aclaurin)

5.3 Applications de la formule de Taylor


5.3.1 Application de la formule de Taylor au calcul
d’optimums
Nous avons vu au chapitre 6 des conditions nécessaires et des conditions
su¢ santes sur la dérivée première et la dérivée seconde de f en x0 ; pour que
f admette en x0 un maximum ou un minimum local. Nous nous interessons
surtout sur la condition su¢ sante qu’on rappelle ici :
Si f 0 ( x0 ) = 0 et si f 00 ( x0 ) 6= 0; alors x0 est un optimum local (x0 est un
maximum local si f 00 ( x0 ) < 0; x0 est un minimum local si f 00 ( x0 ) > 0):
Si f 00 ( x0 ) = 0; on ne peut pas conclure avec le théorème du chapitre6.
La formule de Taylor nous permet d’approfondir l’étude dans le cas où
f 00 ( x0 ) = 0: On calcule les autres dérivées f 000 ( x0 ); :::Soit n le premier indice
tel que :
f (n) (x0 ) 6= 0
Si n est pair, alors x0 est un optimum local (x0 est un maximum local si f (n) (
x0 ) < 0; x0 est un minimum local si f (n) ( x0 ) > 0). Si n est impair, alors x0
n’est ni un maximum local, ni un minimum local. Tout celà est résumé dans
le théorème suivant :

Théorème4
Soit f : I = ]x0 ; x0 + [ ! R; telle que f est n fois dérivable dans le
voisinage I du point x0 et la dérivée d’ordre n : f (n) soit continue dans I :
On suppose que

f 0 (x0 ) = f 00 (x0 ) = f (n 1)
(x0 ) = 0 et f (n) (x0 ) 6= 0 (10)
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES251

Alors f admet un optimum local si et seulement n est pair. Plus précisément :


a) f admet un maximum local en x0 ; si et seulement n est pair et
f (n) (x0 ) < 0
b) f admet un minimum local en x0 ; si et seulement n est pair et f (n) (x0 ) >
0

Preuve du Théorème4
Compte tenu des hypothèses du théorème4, la formule de Taylor permet
d’écrire au voisinage de x0

f 0 (x0 ) f 00 (x0 ) 2 f (n 1) (x0 ) n 1 f (n) (x0 + h) n


f (x0 +h) = f (x0 )+ h+ h +:::+ h + h ; 0< <1
1! 2! n! n!
(11)
Si on prend en considération la condition (10), (11) devient :

f (n) (x0 + h) n
f (x0 + h) f (x0 ) = h ; 0< <1 (13)
n!
a) Supposons que f (n) (x0 ) < 0 et n pair
f (n) étant continue en x0 : Donc :

lim f (n) (x0 + h) = f (n) (x0 ) < 0:


h!0

Donc il existe > 0 tel que :

f (n) (x0 + h) < 0 : <h< (14)

D’autre part si n est pair, alors

hn > 0 : pour tout h : <h< (15)

(14) et (15) impliquent donc : il existe > 0 tel que :

f (n) (x0 + h) n
f (x0 + h) f (x0 ) = h <0: <h< :
n!
Ceci implique que x0 et un maximum local de f:
On procedera de la même manière pour démontrer le point b).

Si n est impair :
hn > 0 si h > 0
hn < 0 si h < 0

Par conséquent x0 n’est ni un maximum local de f; ni un minimum local


de f:
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES252

Exemple1
f (x) = x3 ; x0 = 0: On a

f 0 (x) = 3x2 =) f 0 (0) = 0


f 00 (x) = 6x =) f 00 (0) = 0
f 000 (x) = 6 6= 0

Dans cet exemple n = 3; impair: Donc x0 = 0 n’est ni un maximum local


de f; ni un minimum local de f:

Exemple2
f (x) = x4 ; x0 = 0: On a

f 0 (x) = 4x3 =) f 0 (0) = 0


f 00 (x) = 12x2 =) f 00 (0) = 0
f 000 (x) = 24x
f (4) (x) = 24 6= 0

Dans cet exemple n = 4; pair et f (4) (x) = 24 < 0: Donc x0 = 0 est un


minimum local de f:

5.3.2 Application de la formule de Taylor au calcul des


limites des fonctions
Nous avons appliqué la règle de l’Hopital pour lever les indeterminations
de la forme : 00 et 1
1
: On verra dans cette partie qu’on pourra aller encore
plus loin dans le calcul des limites grâce aux équivalents des fonctions.

Théorème5
Supposons que f admet un développement de Taylor-Young au voisinage
du point 0 de la forme suivante :

f 0 (0) f (n) (0) n


f (x) = Pn (x) + xn "(x) = f (0) + x + ::: + x + xn "(x)
1! n!
avec lim "(x) = 0: Alors :
x!0

f (x)
f (x) Pn (x) (x ! 0) : c0 est a dire : lim =1
x!0 Pn (x)

Preuve du théorème5
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES253

D’après le développement de Taylor-Young, on a pour x appartenant à


un voisinage du point 0

f 0 (0) f (n) (0) n


f (x) = f (0) + x + ::: + x + xn "(x) : lim "(x) = 0
1! n! x!0

f (x) xn
=1+ "(x)
Pn (x) Pn (x)
et
f (x) xn n!
lim = 1 + lim f (n) (0) "(x) = 1 + lim (n) "(x) = 1:
x!0 Pn (x) x!0 x!0 f (0)
xn
n!

Remarque :
Le même théorème et la même démonstration restent valables si on consi-
dère x0 au lieu de 0:

Comment appliquer la formule de Taylor au calcul des limites


des fonctions
On utilise le théorème suivant (voir Chapitre4)

Théorème6
Soient f et g deux fonctions dé…nies au voisinage d’un point x0 , telles
que :
f g (x ! x0 )
Si lim f (x) = `: Alors
x!x0
lim g(x) = `
x!x0

En d’autres termes, deux fonctions équivalentes ont la même limite.


D’autre part si
f1 f2
f1 f2 et g1 g2 alors f1 g1 f2 g2 et
g1 g2
Preuve du théorème 6
voir Chapitre4

Conclusion
Supposons qu’on à calculer lim H(x) où
x!x0

f1 (x) f2 (x) ::: fr (x)


F (x) =
g1 (x) g2 (x) ::: gs (x)
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES254

Si

f1 P1 ; f2 P2 ; :::; fr Pr
g1 Q1 ; f2 Q2 ; :::; fs Qs

Alors en utilisant le théorème 5 et le théorème 6, on a :


P1 P2 ::: Pr
H
Q1 Q2 ::: Qs
et
P1 P2 ::: Pr
lim H(x) = lim
x!x0 x!x0 Q1 Q2 ::: Qs

Exemples
Exemple1
Calculez en utilisant les équivalences la limite suivante
p3
1+x 1
lim
x!0 sin(x)
Puisque
p
3 x
1+x 1 (x ! 0)
3
sin(x) x (x ! 0)

donc p
3
1+x 1 1
(x ! 0)
sin(x) 3
et par conséquent p
3
1+x 1 1
lim = :
x!0 sin(x) 3

5.4 DEVELOPPEMENTS LIMITES


Nous avons vu lors de l’étude la formule de Taylor que certaines fonctions
pouvaient être approchées par des polynômes. Plus précisément, l’existence
de la dérivée f (n) (x0 ) entraînant celle d’un polynôme Pn de degré n tel
qu’on ait au voisinage de x0 ,

f (x) = Pn (x) + o(x x0 )n = Pn (x) + (x x0 )n "(x) : lim "(x) = 0


x!0
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES255

Un tel polynôme peut toutefois exister sans que f (n) (x0 ) existe et même
sans que f soit continue en x0 . Ceci nous amène à introduire la notion de
développement limité.

5.4.1 Développement limité d’odre n au voisinage de 0


Dé…nition
Soit f une fonction dé…nie sur un voisinage de 0, sauf peut-être en 0.
On dit que f admet un développement limité d’ordre n au voisinage de 0,
s’il existe un interval ouvert I de centre 0 et des constantes a0 ; a1 ; ::: ; an
tels que pour tout x 6= 0 appartenant à I, on a :

f (x) = a0 + a1 x + ::: + an xn + xn "(x)


où " est une fonction dé…nie dans I, telle que

lim "(x) = 0
x!0

On écrit aussi :

f (x) = a0 + a1 x + ::: + an xn + o(xn )


Le polynôme Pn (x) = a0 + a1 x + ::: + an xn est dit partie régulière du
développement et xn "(x) s’appelle reste ou terme complémentaire.

Exemple :
Pour x 6= 1, on obtient par division suivant les puissances croissantes à
l’ordre n

1 xn+1 x
= 1 + x + x2 + ::: + xn + = 1 + x + x2 + ::: + xn
1 x 1 x 1 x
x 1
or, "(x) = 1 x
! 0 quand x ! 0, d’où le développement limité de 1 x

1
= 1 + x + x2 + ::: + xn "(x)
1 x

Remarques
a) L’existence du développement limité de f implique

lim f (x) = a0
x!0
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES256

Pour que le développement limité de f existe au voisinage de 0, il est donc


nécessaire que f tende vers une limite …nie quand x ! 0 ; ceci n’implique
pas la continuité de f en 0 puisque f (0) peut ne pas exister.
b) Si l’on a f (0) = a0 , on peut écrire f (x)x f0 (0) = a1 + a2 x + ::: + an xn 1 +
xn 1 "(x) ! a1 lorsque x ! 0, ce qui montre que f est non seulement continue
mais aussi dérivable en x = 0.
c) En un point di¤èrent de 0, f est dérivable, si et seulement si, " est
dérivable. Ce qui n’est pas exigé par la dé…nition.

Unicité

Théorème7
Si f admet un développement limité d’ordre n au voisinage de 0, ce dé-
veloppement est unique.

Preuve du Théorème7
Suppposons que l’on puisse écrire pour tout x non nul appartenant à
I (intervalle ouvert de centre 0)
f (x) = a0 + a1 x + ::: + an xn + xn "1 (x), avec lim "1 (x) = 0;
et
f (x) = b0 + b1 x + ::: + bn xn + xn "2 (x), avec lim "2 (x) = 0;
on a alors pour tout x 2 Inf0g

(a0 b0 ) + (a1 b1 )x + ::: + (an bn )xn = xn ["2 (x) "1 (x)]:

En calculant la limite au point 0, on a :

lim [(a0 b0 ) + (a1 b1 )x + ::: + (an bn )xn ] = lim [xn ["2 (x) "1 (x)]] :
x!0 x!0

On obtient donc :

a0 b0 = 0
on a alors pour tout x 2 Inf0g

(a1 b1 )x + ::: + (an bn )xn = xn ["2 (x) "1 (x)];


soit

(a1 b1 ) + ::: + (an bn )xn 1


= xn 1 ["2 (x) "1 (x)];
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES257

en prenant de nouveau la limite au point 0, on obtient a1 = b1 . En pour-


suivant l’opération, on obtient pour tout x 2 Inf0g

an bn = "2 (x) "1 (x) d’où an bn = lim ["2 (x) "1 (x)] = 0;
x!0

donc an = bn et "2 (x) = "1 (x):

Le théorème suivant est trés important :

Théorème 8
Si f (n) (0) existe, alors f admet le développement limité (unique)

f 0 (0) f (n) (0) n


f (x) = f (0) + x + ::: + x + xn "(x)
1! n!
avec : limx!0 "(x) = 0:

Preuve du Théorème 8 :

Le théorème résulte de l’application de la formule de Maclaurin avec reste


de Young et de l’unicité du développement limité.

Théorème 9
Si f (n) (0) existe et si f admet un développement limité d’ordre n

f (x) = a0 + a1 x + ::: + an xn + xn "(x)


alors

f 0 (0) f (n) (0)


a0 = f (0); a1 = ; :::; an =
1! n!
Preuve du Théorème 9
C’est une conséquence directe du théorème 8 et du théorème de l’unicité.

Autrement dit, si l’on sait que f admet n dérivées successives au point 0;


et si on sait former par un procédé indirect son développement limité d’ordre
n, le théorème précédent permet l’identi…cation des coe¢ cients.

Remarque
Le théorème 9 permet le calcul des dérivées à partir d’un développement
limité.
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES258

Exemple
On sait que la fonction :
1
x 7! f (x) =
1 x
est indé…niment dérivable dans Rnf1g. On a vu que pour tout n 0

1
= 1 + x + x2 + ::: + xn + xn "(x) ("(x) ! 0 quand x ! 0)
1 x
Puisque dans cet exemple :

an = 1

et d’autre part :
f (n) (0)
an = :
n!
Donc :
8n 0 : f (n) (0) = n!

Remarque
Si l’existence des dérivées n’est pas prévue par une autre voie, elle ne
résulte pas de l’existence d’une développement limité. Autrement dit, si le
développement de Maclaurin existe, tout autre développement est identique,
mais un développement limité peut exister sans que la formule de Maclaurin
soit applicable.

5.4.2 Développements limités usuels obtenus par la for-


mule de Maclaurin

Comme nous l’avons déja remarqué, la formule de Maclaurin-Young four-


nit un développement limité d’ordre n; pour toute fonction f telle que f (n) (0)
existe.

x 0 xn (n)
f (x) = f (0) + f (0) + ::: + f (0) + xn "(x); avec : lim "(x) = 0:
1! n! x!0

Par ce procédé, on obtient les développements limités des fonctions usuelles


au voisinage de l’origine.
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES259

1. f (x) = sin x : f (p) (x) = sin x + p 2 ; f (2p+1) (0) = ( 1)p ; f (2p) (0) =
0;

x3 x5 x2n+1
sin x = x + + :::( 1)n + o(x2n+2 )
3! 5! (2n + 1)!
2. f (x) = cos x : f (p) (x) = cos x + p 2 ;

x2 x4 n x
2n
cos x = 1 + + ::: + ( 1) + o(x2n+1 ):
2! 4! (2n)!
3. f (x) = ex : f (p) (x) = ex ;

x x2 xn
ex = 1 + + + ::: + + o(xn )
1! 2! n!
4. f (x) = (1 + x) ; ( 2 R); à condition que (1 + x) > 0; soit x > 1:

f 0 (x) (1 + x) 1 =) f 0 (0) =
=
f 00 (x) ( = 1)(1 + x) 2 =) f 00 (0) = ( 1)
f 000 (x)( = 1)( 2)(1 + x) 3 000
=) f (0) = ( 1)( 2)
f (4) (x) ( = 1)( 2)( 3)(1 + x) 4 =) f (4) (0) = ( 1)( 2)( 3)
::::::::::::::::::::::::
(p)
f (x) = ( 1)( 2)( 3):::[ (p 1)](1 + x) p
= ( 1)( 2)( 3):::( p + 1)(1 + x) p :

Donc :
f (p) (0) = ( 1)( 2)( 3):::( p + 1):
Soit en remplaçant

( 1) ( 1):::( n + 1)
(1 + x) = 1 + x + x2 + ::: + xn + o(xn ):
2! n!
Remarquons que si est un entier positif et n au moins égal à , la
partie régulière du développement précédent reproduit le développement du
binôme.
La dernière formule écrite successivement pour = 12 et = 12 donne :

p x x2 1 1:3:5:::(2n 3) n
1+x=1+ + ::: + ( 1)n x + o(xn )
2 2:4 2:4: ::: (2n)
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES260

1 x 1:3 2 1:3:5: ::: (2n 1) n


p =1 + x + ::: + ( 1)n x + o(xn ):
1+x 2 2:4 2:4:6 ::: (2n)
p
Les développements de 1 x et p1 s’obtiennent en faisant le change-
1 x
ment x 7! x:

5.4.3 Opérations sur les développements limités

Même si la formule de Maclaurin-Young est théoriquement possible, elle


n’est commode que si l’on sait calculer rapidement les dérivées successives
de f au point 0. Le plus souvent, on formera de nouveaux développements à
partir des précédents par des opréations algébriques.

Développements limités obtenus par restriction

Théorème 10 (Développements limités obtenus par restriction)

Si la fonction f admet, au voisinage de O, un développement limité


d’ordre n, alors pour tout p n elle admet un développement limité d’ordre
p.
Preuve du théorème 10
En e¤et :

f (x) = a0 + a1 x + ::: + an xn + xn "(x); avec : limx!0 "(x) = 0;


L’expression peécedente peut s’écrire :

f (x) = a0 + a1 x + ::: + ap xp + xp (ap+1 x + ::: + an xn p


+ xn p "(x));

donc

f (x) = a0 + a1 x + ::: + ap xp + xp "1 (x);


où "1 (x) = ap+1 x + ::: + an xn p
+ xn p "(x); limx!0 "1 (x) = 0:

Théorème11 (Opréations algébriques sur les développements li-


mités)
Soit f; g deux fonctions admettant des développements limités de même
ordre n au voisinage de l’origine. Alors les fonctions f + g et f g admettent
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES261

des développements limités d’odre n en 0, et il en est de même de f =g si


limx!0 g(x) 6= 0: De plus,
- la partie régulière du développement limité de f + g est la somme des
parties régulières des développements limités de f; g ;
- la partie régulière du développement limité du produit f g s’obtient en ne
gardant dans le produit des parties régulières que les termes de degré inférieur
ou égal à n;
- la partie régulière du développement limité du quotient f =g est le quo-
tient à l’ordre n dans la division suivant les puissances croissantes de la
partie régulière de f par la partie régulière de g.

Preuve du Théorème11

Etablissons par exemple le premier résultat. Soit donc les développements


de f et g :

f (x) = Pn (x) + xn "1 (x); lim "1 (x) = 0


x!0
g(x) = Qn (x) + xn "2 (x); lim "2 (x) = 0
x!0

f (x) + g(x) = Pn (x) + Qn (x) + xn ("1 (x) + "2 (x)) = Hn (x) + xn "(x);
avec :
Hn (x) = Pn (x) + Qn (x) et "(x) = "1 (x) + "2 (x):
Bien sur on a :

lim "(x) = 0 puisque : lim "1 (x) = 0 et lim "2 (x) = 0:


x!0 x!0 x!0

Les autres points du théorèmes se démontrent en procédant d’une manière


semblable.

Exemple :
On sait que
1
= 1 + y + ::: + y n + y n n (y) pour jyj < 1; (1)
1 y
avec lim n (y) = 0:
y!0
Soit g une fonction dé…nie au voisinage de 0 et admettant le développe-
ment limité
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES262

g(x) = 2 + x + x2 "(x) (2)


1
Cherchons le développement limité d’odre 2 de la fonction g
(développe-
ment qui existe puisque lim g(x) = 2 6= 0):
x!0
Ecrivons
1 1 1
= x
où "0 (x) = "(x):
g(x) 2 1+ 2
+ x2 "0 (x) 2
x
En posant y = 2
+ x2 "0 (x) dans (1), on a pour jxj > 0 su¢ samment
x 2 0
petit pour h2 + x " (x) < 1 i
1 1 x 2 2
g(x)
= 2
1 2
+ x2 "0 (x) + x2 + x2 "0 (x) + x2 + x2 "0 (x) x
2( 2 + x2 "0 (x))
1 1 x 2
g(x)
= 2 4
+ x8 + x2 "1 (x); avec lim "1 (x) = 0:
x!0
- Considérons encore la fonction g dont le développement limité est dé…ni
par (2), une fonction f dont le développement limité est dé…ni par

f (x) = 3x x2 + x2 "2 (x);


et cherchons le développement limité d’ordre 2 de la fonction fg . On a :

f (x) 1 1 x x2
= f (x) = (3x x2 + x2 "2 (x)) + + x2 "1 (x) ;
g(x) g(x) 2 4 8
d’où :

f (x) 3x 5 2
= x + x2 "3 (x); avec lim "3 (x) = 0:
g(x) 2 4 x!0

Développement limité de la copmosée de deux fonctions

Théorème 12 (Développement limité de la composée de deux


fonctions)
Soit f; u deux fonctions admettant au voisinage de 0 des développements
limités d’ordre n; de parties régulières fn ; un : Si u(0) = 0, la fonction com-
posée f u admet alors un développement limité d’ordre n au voisinage de 0 ;
sa partie régulière s’obtient en substituant dans la partie régulière du dévelop-
pement de f; la partie régulière du développement de u et en ne conservant
que les puissances de x d’ordre n:
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES263

Exemple
Développement de la fonction x ! ecos x , à l’ordre 5, au voisinage de 0.

u2 u 3 u4 u5
ecos x = e:ecos x 1
=e 1+u+ + + + + u5 "1 (u) ;
2 6 24 120
x2 x4
avec u = cos x 1= 2
+ 24
+ x5 "2 (x)
Il en résulte

x2 x4 1:x4
ecos x = e 1 + + + + x5 "(x)
2 24 2:4
x2 x4
= e 1 + + x5 "(x)
2 6
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES264

Série TD5 : Formules de Taylor et Applications avec solutions

Exercice1
a) Ecrire le développement de Taylor-Maclaurin de la fonction f (x) = ex ,
jusqu’à l’ordre n = 8:
b) Montrez que pour jxj 1; on a l’estimation du reste :
5
R8 < 10

c) Utilisez a) et b) pour calculer en prenant 6 chi¤res après la virgule,


une valeur approximative du nombre transcendant e: Quelle conclusion peut
on tirer après ce calcul.
d) Soit x 2 R et n 2 N . Soit Rn (x) le reste de Lagrange associé à la
fonction f (x) = ex : Montrez qu’on peut écrire Rn (x) sous la forme suivante :

xn+1
Rn (x) = e x; avec 0 < < 1:
(n + 1)!
x
e) Montrez que pour x …xé, fe :0< < 1g est borné.
f) Montrez que pour x …xé,

xn+1
lim =0
n!1 (n + 1)!

g) Montrez que que pour x …xé,

lim Rn (x) = 0
n!1

h) Que peut on conclure ?

Solution Exercice1
a) Développement de la fonction f (x) = ex ; au voisinage de zéro :
En calculant les dérivées successives de f (x), nous avons :

f (x) = ex ; f (0) = 1;

f 0 (x) = ex ; f 0 (0) = 1;

f (n) (x) = ex ; f (n) (0) = 1:


CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES265

En substituant les expréssions trouvées dans la formule nous avons :


x x2 x3 xn
ex = 1 + + + + + + Rn (x)
1 2! 3! n!
avec :
xn+1
Rn (x) = e; 2 ]0; x[
(n + 1)!
n = 8; on obtient :
x x2 x3 x8
ex = 1 + + + + + + R8 (x)
1 2! 3! 8!
avec
x9
R8 (x) = e ; 2 ]0; x[
9!
b) La fonction ex est croissante. Donc si 2 ]0; x[ et x 1; alors
e e < 3: Donc
1
R8 < 3 = 0; 000008 < 10 5 :
9!
c) La formule obtenue en posant x = 1 permet de calculer la valeur
approché du nombre e :
1 1 1
e=1+1+ + + + :
2! 3! 8!
Si l’on e¤ectue les calculs en prenant 6 chi¤res après la virgule, puis,
arrondissant le résultat, en conservant 5 chifres, on trouve :
e = 2; 71828:
Les quatres premiers chi¤res après la vigule sont exacts puisque l’erreur
n’exède pas le nombre 9!3 ou 0; 00001: En e¤et la vraie valeur de e (avec 20
chi¤res après la virgule) est :
e = 2; 718281828459045235360287
d) Le reste de Lagrange est :
xn+1
Rn (x) = e; 2 ]0; x[
(n + 1)!
2 ]0; x[ : Donc il existe 2 ]0; 1[ tel que = 0 + (x 0); c’est à dire :
= x: Finalement, pour x 2 R; et n = 1; 2; :::; le reste de Lagrange s’écrit
sous la forme suivante :
xn+1
Rn (x) = e x; avec 0 < < 1:
(n + 1)!
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES266

e) En e¤et, puisque < 1, la quantité e x est bornée, pour x …xé (elle est
plus petite que ex si x > 0 et plus petite que 1 si x < 0):

f) Montrons que :

xn+1
!0 quand n ! 1:
(n + 1)!

En e¤et,
xn+1 x x x x x
= : : : : : :
(n + 1)! 1 2 3 n n+1
Si x est un nombre …xé, il existe alors un entier positif N (on peut prendre
N = E(x) + 1) tel que
jxj < N:
Posons jxj
N
= q. Alors, compte tenu de ce que 0 < q < 1, nous pouvons
écrire pour n = N + p;

xn+1 x x x x x
= : : : : :
(n + 1)! 1 2 3 n n+1
x x x x x x x
= : : : : : : : :
1 2 3 N 1 N N +p N +p+1
N 1
x x x x x
< : : : : :q:q: :q = q p+2 ;
1 2 3 N 1 (N 1)!
xN 1
n ! 1 () p ! 1. Puisque (N 1)!
est constant, donc

xN 1 p+2
lim q =0
p!1 (N 1)!
et par conséquent :
xn+1
lim =0
n!1 (n + 1)!
xn+1 xn+1
g) Rn (x) = (n+1)!
e x: Puisque lim = 0 et e x
ne dépend pas de
n!1 (n+1)!
n; alors :
lim Rn (x) = 0 pour tout x 2 R …xé.
n!1

h) Puisque

x x2 x3 xn
ex = 1 + + + + + + Rn (x)
1 2! 3! n!
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES267

Donc :
x x2 x3 xn
ex (1 ++ + + + ) = Rn (x)
1 2! 3! n!
lim Rn (x) = 0 pour tout x 2 R …xé, implique donc :
n!1

x x2 x3 xn
lim ex (1 + + + + + ) = 0:
n!1 1 2! 3! n!
Pour x 2 R …xé, la dernière relation implique qu’on peut approximer ex par
2 3 n
le polynôme (1 + x1 + x2! + x3! + + xn! ) avec n’importe quelle précision, en
choisissant n assez grand. En e¤et. Supposons qu’on veuille approximer ex
2 3 n
par le polynôme Pn (x) = 1 + x1 + x2! + x3! + + xn! avec une erreur inférieure
à " = 10 7 par exemple: Puisque

lim (ex Pn (x)) = 0;


n!1

donc pour " = 10 7 ; il existe N (10 7 ) 2 N; n > N (10 7 ) on a :

(ex Pn (x)) < " = 10 7 :

Donc à partir de n > N (10 7 ); on obtient l’approximation de ex avec la


précision voulue. On peut prendre " aussi petit qu’on veut.

Exercice2
Considérons la fonction f (x) = sin(x):
a) Calculez puis représenter sur le même graphique : f (x) et les polynômes
approximants P1 (x) , P3 (x) et P5 (x) de f (x) = sin(x):
P1 (x) , P3 (x) et P5 (x) véri…ant :

Rn (x)
sin(x) = Pn (x) + Rn (x); n = 1; 3; 5 lim =0
x!0 xn

Que peut on conclure ?


b) On pose
xn+1
Rn (x) = sin( + (n + 1) )
(n + 1)! 2
Montrez que pour tout x 2 R …xé, on a

lim Rn (x) = 0
n!1

Que peut on conclure ?


c) Utilisez les questions précédentes pour donner une valeur approchée
de sin(20 ) = sin( 9 ); puis évaluez l’erreur commise.
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES268

Solution Exercice2
a)

P1 (x) = x
x3
P3 (x) = x
6
x3 x5
P5 (x) = x +
6 120

D’après ce graphique on voit bien que si x est assez proche de zéro, les
valeurs de f (x) = sin(x); P1 (x); P2 (x); P3 (x) sont trés proches. Si x est assez
loin de zéro, les valeurs de ces quatres fonctions peuvent di¤erer et l’écart
peut etre trés grand. Pour x …xe quelconque, et pour rendre l’écart entre
f (x) = sin(x) et Pn (x) trés petit, on doit choisir n assez grand, à condition
que
lim [sin(x) Pn (x)] = lim Rn (x) = 0
n!1 n!1

b) Montrons que :

xn+1
lim Rn (x) = lim sin( + (n + 1) ) = 0
n!1 n!1 (n + 1)! 2
En e¤et. Puisque

xn+1
lim = 0 (voir exercice1)
n!1 (n + 1)!

et comme sin (n + 1) 2
1;alors :

lim Rn (x) = 0
n!1

pour toutes les valeurs de x.


c) Appliquons la formule ainsi trouvée au calcul de la valeur approchée
de sin 20 : Posons n = 3, c’est-à-dire que nous ne considérons que les deux
premiers termes du développement :

x3
sin(x) x
6
soit en remplaçant :
1 3
sin 20 = sin = 0; 342:
9 9 6 9
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES269

Evaluons l’erreur commise qui est égale au reste :

x4 x4
R3 = sin( + 4 ) = sin( + 2 )
4! 2 4!
soit en remplaçant :
4 1 4 1
jR3 j = sin ( + 2 ) = 0; 0006 < 0; 001:
9 4! 9 4!
L’érreur commise est donc inférieure à 0; 001;c’est-à-dire que sin 20 =
0; 342 à 0; 001 près.

Exercice3
On considère la fonction f (x) = (1 + x) ; 2 R; x 2 ] 1; +1[ :
a) Montrez que f véri…e les hypothèse du théorème de Maclaurin Young.
b) Ecrire la formule de Maclaurin Young associée à f (x) = (1 + x) ; au
voisinage de 0:

Solution Exercice3
a)
ln(1+x)
f (x) = (1 + x) = e :
Si x 2 ] 1; +1[ ; 2 R; f est indé…niment dérivable. Elle véri…e les
hypothèse du théorème de Taylor Maclaurin.
b) Appliquons la formule de Maclaurin avec reste de young au voisinage
de 0 :

f 0 (x) (1 + x) 1 =) f 0 (0) =
=
f 00 (x) ( = 1)(1 + x) 2 =) f 00 (0) = ( 1)
f 000 (x)( = 1)( 2)(1 + x) 3 000
=) f (0) = ( 1)( 2)
f (4) (x) ( = 1)( 2)( 3)(1 + x) 4 (4)
=) f (0) = ( 1)( 2)( 3)
::::::::::::::::::::::::
(p)
f (x) = ( 1)( 2)( 3):::[ (p 1)](1 + x) p
= ( 1)( 2)( 3):::( p + 1)(1 + x) p :

Donc :
f (p) (0) = ( 1)( 2)( 3):::( p + 1):
Soit en remplaçant

( 1) ( 1):::( n + 1)
(1 + x) = 1 + x + x2 + ::: + xn + o(xn ):
2! n!
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES270

Exercice4
Trouvez en appliquant l’exercice 3, le développement de Taylor avec reste
de Young au voisinage du point x0 = 1; avec n = 3 de la fonction :
p
f (x) = x

Solution Exercice4 p
b) On peut écrire f (x) = x sous la forme suivante :
p 1
f (x) = x = (1 + y) 2 ; y = x 1

Si x appartient à un voisinage du point x0 = 1; alors y = x 1 appartient


à un voisinage
p du point y0 = 0: On obtient en appliquant l’exercice 3 à la
fonction 1 + y = 12 : On obtient :

p y 1 1
1 2 12 21 1 12 2 3
1+y = 1+ + 2 2 y + y + o y3
2 2! 3!
y y2 y3
= 1+ + + o y3
2 8 16
p
d’où le développement de f (x) = x au voisinage du point x0 = 1 :

p x 1 (x 1)2 (x 1)3
x=1+ + + (x 1)3 "(x); avec lim "(x) = 0:
2 8 16 x!1

Exercice5
Soit f (x) = xn ; n 2 N ; n 2; n pair
a) Montrez en utilisant la dé…nition que f admet au point x0 = 0; un
minimum local.
b) Montrez par une autre méthode que f admet au point x0 = 0; un
minimum local.

Solution Exercice5

a) Montrons qu’il existe I = ] ; + [ tel que :

8x 2 I = ] ; + [ : f (x) f (0):

En e¤et, prenons I = ] 1; +1[ : Puisque n est pair, donc

8x 2 R : xn 0 = f (0) =) 8x 2 I : f (x) f (0):


CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES271

b) On applique le théorème4 du chapitre7. Supposons que n > 2: On a

f 0 (x) = nxn 1
=) f 0 (0) = 0
f 00 (x) = n(n 1)xn 2 ) f 00 (0) = 0

Pour 2 < p < n

f (p) (x) = n(n 1):::(n (p 1))xn p


) f (p) (0) = 0

Si p = n 1

f (n 1)
(x) = n(n 1)::: 2:x ) f (n 1)
(0) = 0

Si p = n

f (n) (x) = n(n 1)::: 2 1:xn n


= n! =) f (n) (0) = n! 6= 0

Puisque :

f 0 (0) = f 00 (0) = ::: = f (n 1)


(0) = 0 et f (n) (0) = n! 6= 0 et n est pair;

alors le point x0 = 0 est un optimum local. Démontrons que x0 = 0 est un


minimum local. Ceci est évident puisque : f (n) (0) = n! > 0 (voir théorème4,
Chap7 )

Exercice6
Soit f (x) = xn ; n 2 N ; n impair
a) Montrez en utilisant la négation de la dé…nition, que x0 = 0; n’est ni
un minimum local ni un maximum local pour f .
b) Montrez par une autre méthode que x0 = 0; n’est ni un minimum local
ni un maximum pour f .

Solution Exercice6
a) Démontrons que x0 = 0 n’est pas un minimum local. En e¤et considé-
rons la proposition (P ) suivante :
(P ) Il existe un voisinage I = ] ; + [ du point x0 = 0 tel que :

8x 2 I = ] ; + [ : f (x) f (0)

(P ) est la dé…nition de x0 = 0 est un minimum local. Soit (Q) la négation


de la proposition (P ); c’est à dire si (Q) est vraie, alors x0 = 0 n’est pas un
minimum local.
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES272

(Q) : Pour tout intervalle I" = ] "; +"[ de centre 0; il existe au moins un
e 2 I" = ] "; +"[ tel que :
point x

f (e
x) < f (0)

En e¤et. Soit I" = ] "; +"[ un intervalle quelconque de centre 0: Considérons


e = 2" : Bien sur x
x e 2 I" = ] "; +"[ et puisque n est impair, on a :

"n "n
f (e x)n = ( 1)n
x) = (e = < 0 = f (0)
2n 2n
De la même façon on démontre que x0 = 0 n’est pas un maximum local.
En e¤et. Soit I" = ] "; +"[ un intervalle quelconque de centre 0: Considérons
b = 2" : Bien sur x
x b 2 I" = ] "; +"[ et on a :

"n
f (b x)n =
x) = (b > 0 = f (0)
2n
b) On applique le théorème4 du chapitre7. Supposons que n > 1: On a

f 0 (x) = nxn 1
=) f 0 (0) = 0
f 00 (x) = n(n 1)xn 2 ) f 00 (0) = 0

Pour 1 < p < n

f (p) (x) = n(n 1):::(n (p 1))xn p


) f (p) (0) = 0

Si p = n 1

f (n 1)
(x) = n(n 1)::: 2:x ) f (n 1)
(0) = 0

Si p = n

f (n) (x) = n(n 1)::: 2 1:xn n


= n! =) f (n) (0) = n! 6= 0

Puisque :

f 0 (0) = f 00 (0) = ::: = f (n 1)


(0) = 0 et f (n) (0) = n! 6= 0 et n est impair;

alors d’après le théorème 4, chap.7, le point x0 = 0 n’est ni un maximum


local ni un minimum local.
Exercice7
Trouvez, s’ils existent, les maximums et les minimums locaux de la fonc-
tion f suivante :
f (x) = x4 4x3 + 6x2 4x + 1
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES273

Solution Exercice7
Cherchons les valeurs critiques de la fonction

f 0 (x) = 4x3 12x2 + 12x 4 = 4 x3 3x2 + 3x 1 :

f 0 (x) = 0 () 4 x3 3x2 + 3x 1 =0
L’unique solution de l’équation précedente est :

x=1

f 00 (x) = 12x2 24x + 12 =) f 00 (1) = 0


f (3) (x) = 24x 24 =) f (3) (1) = 0
f (4) (x) = 24 > 0 quel que soit x:
En appliquant le théorème 4, et puisque

f 0 (1) = f 00 (1) = f (3) (1) = 0 et f (4) (1) > 0; n = 4 est pair;

par conséquent, la fonction f (x) a un minimum local au point x = 1:

Exercice8
Calculez en utilisant les développements limités et les équivalences, la
limite de la fonction suivante :
(1 cos(x)): arctan(x)
lim
x!0 x: sin2 (x)
Solution Exercice8

On a :
x2 x2
cos(x) = 1 + 0:x3 + x3 "1 (x) =) 1 cos(x)
2! 2
sin(x) = x + 0:x + x "2 (x) =) sin (x) = x + x "3 (x) ) sin2 (x)
2 2 2 2 2
x2

D’autre part :
sin2 (x) x2
=) x: sin2 (x) x2 :x = x3
x x

Trouvons maintenant un équivalent de la fonction : arctan(x) au voisinage


de zéro.
arctan(x) = arctan(0) + arctan0 (0):x + x"(x)
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES274

arctan(0) = y () tan(y) = 0 () y = 0
1
arctan0 (x) = 2
=) arctan0 (0) = 1
1+x
Finalement on a :

arctan(x) = x + x"(x) =) arctan(x) x

Avec ces équivalences on a :


x2
(1 cos(x)): arctan(x) 2
x 1
=
x: sin2 (x) x3 2
Donc
(1 cos(x)): arctan(x) 1
lim 2 =
x!0 x: sin (x) 2
Exercice9
Calculez en utilisant les développements limités et les équivalences, la
limite de la fonction suivante :
r !
p 3 3
lim x2 + x 1 x3 + x2 + 1 x : 2R
x!1 2

Solution Exercice9
Cette expression s’écrit pour x > 0
r r ! " 1 1
#
1 1 3 1 1 1 2 3 1 3
+1
x2 (1 + 2
) x3 (1 + + 3) x = 1+ 1+ + 3 x
x x 2x x x x2 2x x
" #
2 2
+1 1 1 1 1 1 1 1 3 1 1 3 1
x 1+ 1 + 3 + + 3
2 x x2 8 x x2 3 2x x 9 2x x

+1 1 1 1 1 3 1
x + = x
x2 2 8 4 8
On a donc : si =1
r !
p 3 3 3
lim x2 + x 1 x3 + x2 + 1 x =
x!1 2 8

si >1:
r !
p 3 3
lim x2 + x 1 x3 + x2 + 1 x = 1
x!1 2
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES275

si <1:
r !
p 3 3
lim x2 + x 1 x3 + x2 + 1 x = 0
x!1 2

Exercice10
Soit f et g deux fonctions dé…nies au voisinage de 0 et admettant les
développements limités d’ordre 2 au voisinage de zéro, suivants :

f (x) = 3x x2 + x2 "1 (x) : lim "1 (x) = 0


x!0
2
g(x) = 2 + x + x "2 (x) : lim "2 (x) = 0
x!0

Trouvez le développement limité d’ordre 2 au voisinage de zéro de la


fonction fg ,
Solution Exercice10
Remarquons d’abord que

lim g(x) = 2 6= 0
x!0

Donc la condition nécessaire d’existence du développement limité de fg est


véri…ée (voir théorème11). Considérons les deux polynômes P et Q; parties
régulières des développements de f et g respectivement. D’après le théo-
rème11, la partie régulière du développement de fg s’obtient en faisant la
division suivant les puissances croissantes de x jusqu’à l’ordre 2, de P par Q:
On obtient :
3x x2 2+x
3 2 3
3x 2 x 2
x 45 x2
5 2
0 2
x
5 2 5 3
2
x 4
x
5 3
0 4
x
f
Donc le polynôme cherché est : 32 x 5 2
4
x et le développement de g
sera :

f 3 5 2
(x) = x x + x2 "(x) : avec lim "(x) = 0
g 2 4 x!0

Exercice11
Trouvez de deux manières di¤érentes le développement limité à l’ordre 5,
de la fonction f (x) = tan(x); au voisinage de zéro.

Solution Exercice11
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES276

Le développement limité de tg x à l’ordre 5, au voisinage de l’origine,


s’obtient à partir des développements à l’ordre 5 de sin x et cos x :

x3 x5 x2 x4
sin(x) = x + + o(x6 ) et cos(x) = 1 + + o(x5 ):
6 120 2 24
La division suivant les puissances croissantes donne :

x3 2x5
tan( x) = x + + + o(x5 )
3 15
Une autre méthode consiste à calculer les dérivées de tan( x) et appliquer
la formule de Taylor :
tan0 (0) tan00 (0) 2 tan000 (0) 2 tan(4) (0) 2 tan(5) (0) 5 5
tan( x) = tan(0)+ x+ x+ x+ x+ x +x "(x)
1! 2! 3! 4! 5!
En faisant le calcul on retrouve la formule précédente.
Exercice12
Trouvez le développement limité à l’ordre 4, de la fonction f (x) = x cot(x); au
voisinage de zéro.
Solution Exercice12
x2 x4
cos x = 1 + + x4 "1 (x)
2 24
x3 x5
sin x = x + 0:x4 + + x5 "2 (x)
6 120
sin x x2 x4
= 1 + + x4 "2 (x)
x 6 120
Notons
x2 x4
R(x) = 1 +
2 24
x2 x4
S(x) = 1 +
6 120
sin x
les parties régulières de cos x et de x : D’après le théorème11, la partie
régulière du développement de x cot(x) = x cos x
1 sin x s’
obtient en faisant la di-
vision suivant les puissances croissantes de x jusqu’à l’ordre 4, de R par S:
On obtient : 2 4 2 x4
+1 x2 + x24 1 x6 + 120
2 x4 4
1 + x6 120
1 13 x2 x45
1 2 4
0 3
x + x30
4 x6
+ 13 x2 x18 + 360
x4 x6
0 45
+ 360
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES277

1 2 x4
Donc le polynôme cherché est : 1 3
x 45
et le développement de x cot(x) =
cos x
x 1 sin x
sera :

cos x x2 x4
x cot(x) = =1 + x4 "(x) : avec lim "(x) = 0
x 1 sin x 3 45 x!0

Exercice13

Trouvez le développement limité à l’ordre 5, de la fonction f (x) = ecos(x) ; au


voisinage de zéro.
Solution Exercice13
On applique le théorème 12 (Développement limité de la composée de
deux fonctions) . On a :
ecos x = e:ecos x 1 :
Posons u = cos x 1: Si x appartient à un voisinage de 0; alors u appartient
aussi à un voisinage de 0: On a :

x2 x4
u = cos x 1= + + x5 "1 (x)
2 24
et
u2 u3 u 4 u5
eu = 1 + u + + + + + u5 "2 (u)
2 6 24 120
Donc

cos x cos x 1 u2 u 3 u4 u5
e = e:e =e 1+u+ + + + + u5 "1 (u) ;
2 6 24 120
2 3 4 5 2 4
Dans l’expression 1 + u + u2 + u6 + u24 + 120
u
; on remplace u = x2 + x24 et
on ne garde que les termes de degré inferieur ou égale à 5. Il est clair qu’on
3 4 u5
enlève les termes u6 ; u24 et 120 (on obtient x6 ; x7 :::), et on utilise seulement
2
1 + u + u2
u2 1 x2 x4 2 1 x4 x6 x8
= ( + ) = + 2
2 2 2 24 2 4 24 24
On ne garde dans cette expression que le terme de degré 5; en l’occurence
4
le terme : x8 : On obtient donc :

u2 x2 x4 x4 x2 4x4 x2 x4
1+u+ =1 + + =1 + =1 +
2 2 24 8 2 24 2 6
Il en résulte
CHAPITRE 5. FORMULES DE TAYLOR. DEVELOPPEMENTS LIMITES278

x2 x4
ecos x = e:ecos x 1
=e 1 + + x5 "(x)
2 6
ou encore :
e 2 e 4
ecos x = e x + x + x5 "(x) : avec : lim "(x) = 0
2 6 x!0
Deuxième partie

SEMESTRE II : INTEGRALE
ET PRIMITIVE. EQUATIONS
DIFFERENTIELLES
D’ORDRE 1 ET 2.
FONCTIONS DE PLUSIEURS
VARIABLES : LIMITE,
CONTINUITE, DERIVEES
PARTIELLES, FORMULE DE
TAYLOR, OPTIMISATION
DIFFERENTIABLE

279
Chapitre 6

INTEGRALE ET PRIMITIVE

6.1 L’INTEGRALE DE RIEMANN


6.1.1 NOTE HISTORIQUE
Le calcul intégral au sens moderne du terme est inventé indépendament
par Newton et par leibniz. Newton montrant que le cacul d’aires (intégration)
est le problème inverse de la dérivation.
Le calcul intégral de Riemann, dévelloppé vers 1850, est le point de dé-
part de toute les généralisations ultérieures, notament celle de Lebesque au
XXe siecle. Dépassant les calculs d’aires, de volumes, de centres de gravité,...,
elle permettront le développement considérable de la physique et des proba-
bilités.
Le fait suivant mérite d’être souligné. Jusqu’au XVIIe siècle, tout est ex-
posé géométriquement, sans doute sous l’in‡uence des mathématiques grecs.
L’invention du Calcul di¤érentiel et intégral, les e¤orts faits pour l’assoir sur
des bases claires et l’exposer rigoureusement font qu’a partir du XIXe siecle,
ce n’est plus la géométrie qui fonde l’analyse. C’est l’analyse qui permet de
dé…nir avec précision ce qu’est la longueur d’une courbe, l’aire d’une surface...

280
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 281

(5)

4 8:jpg

6.1.2 Dé…nition de l’integrale de Riemann


Dé…nition utilisant les sommes de Riemann
L’introduction d’une intégrale est souvent motivé par le désir de calculer
l’aire limitée par une courbe y = f (x) ; l’axe des x et les droites x = a; x = b.
On voit que géométriquement cette aire peut être approximée par les quan-
tités suivantes :
Partageons l’intervalle [a; b] en n sous-intervalles d’extrémités les points
x1 ; x2 ; :::; xn 1 choisis arbitrairement.
L’ensemble d = fa = x0 ; x1 ; x1 ; :::xn 1 ; xn = bg s’appelle une subdivision
de [a; b] :
Dans chacun des intervalles (a; x1 ) ; (x1 ; x2 ) ; :::; (xn 1 ; b), prenons des points
= f 1 ; 2 ; :::; n g tels que : 1 2]x0 = a; x1 [; 2 2]x1 ; x2 [; :::; n 2]xn 1 ; xn =
b[.
Dé…nition1
On appelle somme de Riemann associée à la fonction f; à la subdi-
vision d = fa = x0 ; x1 ; x1 ; :::xn 1 ; xn = bg ; et à l’ensemble de points =
f 1 ; 2 ; :::; n g ; la somme notée R (f; d; ) suivante :

R (f; d; ) = f ( 1 ) (x1 a)+f ( 2 ) (x2 x1 )+f ( 3 ) (x3 x2 )+:::+f ( n ) (b xn 1 )


(1)
En posant, x0 = a; xn = b et xk xk 1 = xk , R (f; d; ) s’écrit aussi :
X
n X
n
R (f; d; ) = f ( k ) (xk xk 1 ) = f ( k ) xk (2)
k=1 k=1
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 282

Géométriquement, cette somme représente l’aire de tous les rectangles de


la …gure ci-dessus.

Remarque1
On voit que géométriquement R (f; d; ) approxime l’aire limitée par une
courbe y = f (x) ; l’axe des x et les droites x = a; x = b. Plus on augmente
le nombre de subdivisions, plus cette approximation est meilleure. Ceci nous
ramène à la dé…nition suivante :

Dé…nition2
Soit f : [a; b] ! R: Nous dirons que f est integrable au sens de Riemann
sur [a,b], si la somme de Riemann R (f; d; ) a une limite, quand n ! 1 (ou
ce qui revient à que que chaque xk ! 0) , et ceci indépendament du choix
de la subdivision d = fa = x0 ; x1 ; x1 ; :::xn 1 ; xn = bg ; et de l’ensemble de
points = f 1 ; 2 ; :::; n g : cette limite quand elle existe s’appelle integrale de
Rb
Riemann de f sur [a,b] et on la note : a f (x) dx : En d’autres termes :
Augmentons le nombre n de points de la subdivision de telle façon . d et de
, nous dirons que f noterons cette limite
Z b
f (x) dx = lim R (f; d; ) (3)
a n!1

Voyons maintenant R b sous quelles conditions su¢ santes l’integrale de Rie-


mann de f sur [a,b], a f (x) dx existe.

Théorème1
Soit f : [a; b] ! R telle que f est continue ou continue par morceaux sur
Rb
[a; b]. Alors l’integrale de Riemann de f sur [a,b], a f (x) dx existe.
Remarque2 Rb
Géométriquement, la valeur de l’intégrale a f (x) dx représente l’aire li-
mitée par la courbe y = f (x), l’axe des x et les droites verticales x = a et
x = b seulement si f (x) 0: Si f (x) prend des valeurs positives et négatives,
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 283

l’intégrale représente la somme algébrique des aires au-dessus et en dessous


de l’axe de x, en considérant comme positives les aires au-dessus de l’axe des
x et négatives celles en dessous de l’axe des x:

Dé…nition utilisant les fonctions en escalier


Intégrale d’une fonction en escalier

Dé…nition de l’integrale d’une fonction constante sur un intervalle


Dé…nition3
f est une fonction dé…nie sur [a; b] telle que pour tout x dans [ a; b]; f (x) =
c: Les valeurs de f (a) et f (b) peuvent être di¤érentes de c: Par dé…nition,
l’intégrale de f sur l’intervalle [a; b] est le réel I (f ) tel que :

I (f ) = (b a) c:

Interprétation géométrique
Si c > 0; l’intégrale est l’aire du rectangle de cotés (b a) et c.
Si c < 0; alors (b a) c < 0. L’intégrale est l’opposée de l’aire du rectangle
de cotés (b a) et c

Dé…nition de l’integrale d’une fonction en escalier sur un intervalle


Dé…nition4
f est une fonction dé…nie sur [a; b] : f est dite fonction en escalier sur
l’intervalle [a; b] ; lorsqu’il existe n + 1 réels xi de [a; b] tels que

x0 = a; xn = b et x0 < x1 < ::: < xn

et tel que f est constante sur chaque intervalle ouvert ]xi 1 ; xi [ :


Si pour tout x de ]xi 1 ; xi [, on pose f (x) = ci , alors par dé…nition,
l’intégrale de f sur l’intervalle [a; b] est le réel I (f ) dé…ni comme suit :

I (f ) = (x1 x0 ) c1 + (x2 x1 ) c2 + ::: + (xn xn 1 ) cn :

Notation et vocabulaire
L’intégrale I (f ) sur [a; b] est notée :
Z b Z b Z b
f (t) dt; f (x) dx; f (u) du; :::
a a a
R
Cette notation est due à Leibniz. Le symbole est un S stylisé pour
signaler que l’on e¤ectue une somme intégrale.
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 284

Intégrale d’une fonction continue


Nous admettrons le théorème suivant :

Théorème2
Soit f : [a; b] ! R telle que f est continue sur [a; b]. Alors il existe deux
suites de fonctions en escaliers (gn ) et (hn ) telle que :
a) pour tout n de N et tout t de [a; b] ; gn (t) f (t) hn (t)
b) les suites I (gn ) et I (hn ) sont convergentes et ont même limite `
c) si (sn ) et (tn ) sont deux suites de fonctions en escalier qui encadrent
f et telles que les suites I (sn ) et I (tn ) aient une limite commune `0 alors
` = `0 :

Dé…nition 4
Soit f : [a; b] ! R telle que f est continue sur [a; b]. La limite
commune ` véri…ant les conditions a), b) et c) du théorème 2 s’appelle
l’intégrale de Riemann de f sur [a; b]. On la note
Z b
`= f (t) dt:
a

Exemple Cas d’une fonction f continue, positive et décroissante


sur [0; 1]
Indiquons dans ce cas comment trouver des fonctions en escalier gn et hn :
Pour tout n, on subdivise régulièrement [0; 1] en 2n sous-intervalles et on
considère les fonctions gn et hn qui encadrent f:
On peut dé…nir gn et hn sur chaque sous intervalle [xi 1 ; xi ]; i = 1; 2; :::; n; comme
suit :

hn (t) = f (xi 1 ) = M ax ff (x) : x 2 [xi 1 ; xi ]g (4)


gn (t) = f (xi ) = M in ff (x) : x 2 [xi 1 ; xi ]g

Bien sur les fonctions gn et hn sont des fonctions en escalier sur [a,b] et
d’après (4),

pour tout n de N et tout t de [a; b] ; gn (t) f (t) hn (t)


CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 285

Les dessins ci-dessous illustrent la situation lorsque n = 0; n = 1; n = 2:

(3)

5 0:jpg

Posons un = I (gn ) et vn = I (hn ) : Par exemple :

1 1
u0 = f (1) ; u1 = f + f (1) ;
2 2
1 1 1 3
u2 = f +f +f + f (1) ; :::
4 4 2 4

v0 = f (0) ;
1 1
v1 = f (0) + f ;
2 2
1 1 1 3
v2 = f = (0) + f +f +f ; :::
4 4 2 4

Il n’est pas di¢ cile de montrer que


(un ) est croissante.
(vn ) est décroissante.
lim (un vn ) = 0:
Les suites (un ) et (vn ) sont alors adjacentes, donc ont une limite commune
qui par dé…nition, est l’intégrale de f sur [0; 1] ; ainsi :

1 1 2
I (f ) = lim un = lim f + + ::: + f (1) :
n!+1 n!+1 2n 2n 2n

Aire et intégrale
Dans l’exemple ci-dessus, on conçoit que lorsque n augmente indé…niment
‹‹les domaines colorés tendent à recouvrir intégralement le domaine sous la
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 286

courbe ››. Il est alors légitime de dé…nir l’aire de ce domaine comme


étant I (f ) :

(4)

5 1:jpg

Extension et premières propriètés

Extension de la dé…nition à a et b quelconques On a dé…ni l’in-


tégrale d’une fonction en escalier ou continue sur un intervalle [a; b] ;ce qui
suppose a < b: Maitenant, si f est une fonction continue sur un intervalle
I; si a et b sont deux réels de I tels que a b; on suppose par dé…ni-
tion : lorsque a > b :
Z b Z a Z a
f (t) dt = f (t) dt; et lorsque a = b; f (t) dt = 0:
a b a

6.1.3 Propriétés de l’integrale de Riemann


Relation de Chasles
Théorème3
f est une fonction continue sur un intervalle I: Alors quels que soient les
réels a; b et c dans I;
Z b Z c Z c
f (t) dt + f (t) dt = f (t) dt:
a b a

Preuve du théorème3
C’est une conséquence directe de la dé…nition.

Linéarité de l’intégration
Théorème4
f et g sont deux fonctions continues sur un intervalle I; est un réel
quelconque.
Quels que soient les réels a et b dans l’intervalle I :
Z b Z b Z b Z b Z b
f (t) dt = f (t) dt et (f + g) (t) dt = f (t) dt + g (t) dt:
a a a a a
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 287

Donc l’intégrale de la fonction f est fois l’intégrale de f et l’intégrale


de la somme de deux fonctions est la somme de leurs intégrales.

Encadrement. Valeur moyenne


Signe de l’intégrale, encadrement Théorème 4
f et g sont deux fonctions continues sur un intervalle I; a et b sont deux
réels de I: Rb
1. Si a b et si, pour tout t de [a; b] ; f (t) 0, alors a f (t) dt 0:
Rb
2. Si a b et si, pour tout t de [a; b] ; f (t) g (t), alors a f (t) dt
Rb
a
g (t) dt:

Démonstration.
1. f 0 sur [a; b] ; alors les sommmes de Riemann R (f; d; ) sont
positives pour toute subdivision d = fa = x0 ; x1 ; x1 ; :::xn 1 ; xn = bg ; et pour
tout ensemble de points = f 1 ; 2 ; :::; n g : Puisque la limite d’une suite
Rb
positive ou nulle est positive ou nulle, alors I(f ) = a f (t) dt 0:
2. De l’hypothèse f g; on déduit g f 0 sur [a; b] ; d’où
I (g f ) 0;
soit en utilisant la linéarité de l’intégration,on obtient : I (g) I (f ) 0;
donc I (f ) I (g) :

Théorème 5
f est une fonction continue sur un intervalle I; m et M sont deux réels ;
a et b sont deux réels de l’intervalle I tels que aR b:
b
Si m f M sur [a; b] ; alors m (b a) a
f (t) dt M (b a) :

Démonstration.
Pour tout t dans [a; b] ;

m f (t) M (5)

Les fonctions t ! m et t ! M sont constantes sur [a; b] donc


Z b Z b
m dt = (b a) m et M dt = (b a) M:
a a

Puisque a b, on peut intégrer (5) sur [a; b], d’où :


Z b Z b Z b Z b
m dt f (t) dt M dt soit m (b a) f (t) dt M (b a) :
a a a a
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 288

Valeur moyenne d’une fonction


Théorème 6
f est une fonction continue sur un intervalle I; a et b sont deux réels
distincts de l’intervalle I:
Alors il existe un réel c entre a et b tel que
Z b
f (t) dt = (b a) f (c) :
a

1
Rb
Le nombre b a a
f (t) dt est appelé valeur moyenne de f entre a et
b:

Démonstration.
On fera la preuve dans le cas où la fonction f est monotone, par exemple
f croissante.
1er cas a < b: puisque f est croissante ;, pour tout x dans [a; b] ; f (a)
f (x) f (b) :
D’après le théorème 4,
Z b
f (a) (b a) f (t) dt f (b) (b a)
a

et, puisque
Z b
1
b a > 0; alors : f (a) f (t) dt f (b) :
b a a
Rb
Le réel b 1 a a f (t) dt est dans l’intervalle [f (a) ; f (b)], donc il existe c1
dans [a; b] tel que
Z b
1
f (t) dt = f (c1 ) ;
b a a
(voir théorème des valeurs intermédiaires), d’où le résultat.
Rb Ra
2eme cas : a > b: Alors a f (t) dt = b
f (t) dt, et puisque b < a,
d’après le cas précédent, il existe c2 dans [a; b] tel que
Z a
f (t) dt = (a b) f (c2 ) :
b

On en déduit que :
Z a
f (t) dt = (b a) f (c2 )
b
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 289

et donc Z b
f (t) dt = (b a) f (c2 ) :
a
Cas général, f quelconque :
La preuve est la meme dans le cas géneral. En e¤et. Puisque f est continue
sur l’intervalle I; alors f ([a; b]) = [m; M ] où

m = M in ff (x) : x 2 [a; b]g ; M = M ax ff (x) : x 2 [a; b]g :

f est continue sur l’intervalle [a; b]; donc il existe x0 2 [a; b]; x1 2 [a; b]; tels
que : f (x0 ) = m; f (x1 ) = M: Par conséquent :

8x 2 [a; b] : f (x0 ) f (x) f (x1 )

D’après le théorème 4,
Z b
f (x0 ) (b a) f (t) dt f (x1 ) (b a)
a

Ceci implique : Z b
1
f (x0 ) f (t) dt f (x1 ):
b a a

Le théorème des valeurs intermédiaires implique, il existe c 2 [x0 ; x1 ] [a; b]


tel que : Z b
1
f (t) dt = f (c)
b a a
ou encore : Z b
f (t) dt = f (c)(b a):
a

6.2 Primitives
Nous allons démontrer, grâce au calcul intégral, que toute fonction conti-
nue f sur un intervalle I, est la dérivée d’une fonction F; qui sera appelée
primitive de f:

6.2.1 Dé…nition. Lien entre deux primitives

Dé…nition 5
f est une fonction dé…nie sur un intervalle I. Une primitive de f sur I est
une fonction F dérivable sur I, telle que pour tout x dans I; F 0 (x) = f (x) :
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 290

La connaissance d’une primitive d’une fonction f sur un intervalle I per-


met de les trouver toutes, c’est ce qu’a¢ rme le théorème qui suit.
Théorème 7
f est une fonction dé…nie sur un intervalle I. Si F est une primitive de
f sur I, alors f admet une in…nité de primitives. Toute autre primitive de
f sur I est dé…nie par G (x) = F (x) + k où k est une constante réelle.
Démonstration.
F est dérivable sur I et F 0 = f . La fonction G est aussi dérivable sur I
avec G0 = F 0 = f: Donc G est une primitive de f sur I:
Inversement, si G est une primitive de f sur I alors G0 = f = F 0 d’où
G0 F 0 = 0: La dérivée de G F est nulle sur l’intervalle I donc G F est
constante sur I : il existe un réel k tel que pour tout x dans I; G (x) F (x) =
k; d’où le résultat.
Corrolaire2
x0 est un réel donné dans I et y0 est un réel quelconque. Alors il existe
une primitive et une seule G de f sur I telle que G (x0 ) = y0 :
Preuve : En e¤et, si F est une primitive de f sur I, tout autre primitive
G est dé…nie par G (x) = F (x) + k avec k réel. Or la condition initiale
G (x0 ) = y0 équivaut à k = y0 F (x0 ). La valeur de k est unique, d’où le
résultat.

6.2.2 Primitives d’une fonction continue


Théorème 8
f est une fonction continue sur un intervalleRI; a est un réel de I.
x
Alors la fonction F dé…nie sur I par F (x) = a f (t) dt est l’unique
primitive de f sur I telle que F (a) = 0:
Démonstration.
Prouvons d’abord que F est dérivable en tout point x0 de I et que
0
F (x0 ) = f (x0 ) :
Pour cela, étudions la limite en x0 de la fonction T dé…nie pour tout réel
h 6= 0 tel que x0 + h est dans I par
F (x0 + h) F (x0 )
T (h) = :
h
Or
Z x0 +h Z x0 Z a Z x0 +h Z x0 +h
F (x0 + h) F (x0 ) = f (t) dt f (t) dt = f (t) dt+ f (t) dt = f (t) dt
a1 a x0 a x0
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 291

et d’après le théorème 6, il existe c entre x0 et x0 + h tel que :


Z x0 +h
f (t) dt = (x0 + h x0 ) f (c) = hf (c) donc T (h) = f (c) :
x0

Or lorsque h tend vers o; c tend vers x0 et puisque f est continue, f (c),


et donc T (h), tend vers f (x0 ). Ainsi lim T (h) = f (x0 ) ; donc F est dérivable
h!0
en x0 et F 0 (x0 ) = f (x0 ) :
L’unicité résulte ensuite du corrolaire2, puisque F (a) = 0:

6.3 Calcul de primitives


6.3.1 Primitives des fonctions usuelles
Les opérations sur les fonctions dérivables et la dé…nition d’une primitive
conduisent immédiatement aux résultats suivants.
Si F et G sont des primitives des fonctions f et g sur un intervalle I,
alors F + G est une primitive de f +g sur I:
Si F est une primitive de la fonction f sur un intervalle I et un réel,
alors F est une primitive de f sur I:
De même, les résultats connus sur les dérivées des fonctions usuelles
donnent ‹‹par lecture inverse›› le tableau de primitives suivant :

fonction f primitive F sur l’intervalle I = :::


a (constante) ax R
xn+1
xn (n Z f 1g) R si n 0 ] 1; 0[ ou ]0; +1[ si n < 1
p
n+1
p1 2 x ]0; +1[
x
1
x
ln(x) ]0; +1[
x
e ex R
sin x cos x R
cos x sin x R
1
1 + tan2 = cos2 x
tan x 2
+ k ; 2
+ k (k Z)

6.3.2 Formules générales


Le tableau suivant résume divers cas d’exploitation de la dérivée d’une
fonction composée, pour l’expression d’une primitive.
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 292

Dans chaque cas, u est une fonction dérivable sur un intervalle I:

fonction f primitive F remarques


1
u0 un (n Z f 1g) n+1
un+1 n < 1; 8x 2 I; u (x) 6= 0:
u0 p
p
u
2 u u > 0 sur I
u0
u
ln(u) ln ( u) u > 0 sur I u < 0 sur I
0 u
ue eu
x 7! u (ax + b) (a 6= 0) x 7! a1 U (ax + b) U primitive de u sur I

6.4 Calculs d’intégrales


6.4.1 Expression d’une intégrale à partir d’une primi-
tive
Théorème 9
f est une fonction continue sur un intervalle I; F est une primitive
quelconque de f sur I; a et b sont deux réels de I: Alors :
Z b
f (t) dt = F (b) F (a) :
a

Démonstration Rx
D’après le théorème 8, la fonction x 7! a f (t) dt est la primitive G de f
sur I; telle que G (a) = 0: Si F est une primitive quelconque de f sur I; alors
il existe une constante réelle k telle que pour toutRx de I; G (x) = F (x) + k.
x
Or G (a) = 0; donc k = F (a) ; et ainsi : G(x) = a f (t) dt = F (x) F (a).
Rb
En choisissant x = b; on obtient G (b) = a f (t) dt = F (b) F (a) :
Remarque3
On écrit souvent la di¤érence F (b) F (a) : sous la forme condensée
[F (t)]ba :
Ainsi Z b
f (t) dt = [F (t)]ba = F (b) F (a) :
a
Exemple
Sur R; x 7! cos x a pour primitive x 7! sin x d’où :
Z
cos t dt = [sin t]0 = sin sin 0 = 0:
0
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 293

6.4.2 Intégration par parties


Théorème10
u et v sont deux fonctions dérivables sur un intervalle I; telles que leurs
dérivées u0 et v 0 sont continues sur I: Alors pour tous réels a et b de I :
Z b Z b
0 b
u (t) v (t) dt = [u (t) v (t)]a u0 (t) v (t) dt:
a a

Démonstration
La fonction u :v est dérivable sur I avec (u v)0 = u0 v + u v 0 :
Ainsi
u v 0 = (u v)0 u0 v
Puisque u v 0 ; (u v)0 et u0 v sont continue sur I, on déduit que
Z b Z b
0
(u v ) (t) dt = (u v)0 (t) (u0 v) (t) dt:
a a

D’après la linéarité de l’intégration :


Z b Z b Z b
0
(u v ) (t) dt = (u v)0 (t) (u0 v) (t) dt:
a a a

Or u v est une primitive de (u v)0 sur I, donc


Z b
(u v)0 (t) = [u (t) v (t)]ba :
a

On obtient donc :
Z b Z b
u (t) v 0 (t) dt = [u (t) v (t)]ba u0 (t) v (t) dt:
a a

ExempleR
1
calcul de 0 t et dt
R1 t
0
t e dt est de la forme
Z 1
u (t) v 0 (t) dt; avec u (t) = t et v 0 (t) = et :
0

Alors u0 (t) = 1 et v (t) = et : (Les fonctions u et v sont dérivables sur [0; 1]


et leurs dérivées u0 et v 0 continue sur [0; 1].) D’après la formule d’intégration
par parties :
Z 1 Z 1
t t 1 1 1
t e dt = te 0 1 et dt = tet 0 et 0 = e (e 1) = 1:
0 0
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 294

6.5 CALCUL DES FONCTIONS PRIMITIVES


6.5.1 Introduction
Soit f : [a; b] ! R. Nous avons introduit au chapitre :8, la notion d’in-
Rb
tégrale de Riemann : a f (x)dx et nous avons vu que si f est continue sur
[a; b]; alors :
Z b
f (x)dx = F (b) F (a)
a

F : [a; b] ! R
est une primitive de la fonction f , c’est à dire que F véri…e :
F 0 (x) = f (x) : x 2 [a; b]:
Rb
Le calcul de a f (x)dx revient donc à connaitre une des primitives de f:
Les mathématiciens ont développé beaucoup de techniques qui permettent
de calculer les primitives des fonctions continues, lorsque celà est possible.
Nous verrons dans ce chapitre les plus importantes techniques de calcul des
primitives des fonctions continues.
Notation R
L’ensemble de toutes les primitives de f se note : f (x)dx. On le nomme
integrale indé…nie de f .
Remarque1 Rb R
Il faut bien faire la di¤érence entre a f (x)dx et f (x)dx.
Rb
a
f (x)dx est un nombre réel, limite d’une suite de nombre réels (les
sommes
R de Riemann)
f (x)dx est un ensemble de fonctions qui di¤érent d’une constante. Si F
est une primitive de la fonction f , alors :
Z
f (x)dx = fF + C; C 2 Rg

Remarque2
Il existe des fonctions élémentaires dont les primitives existent mais ne
sont pas des fonctions élémentaires.
Exemples de fonctions dont les primitives existent mais ne sont
pas des fonctions élémentaires.
2
Exemple1 f (x) = e x = ex12 , f est dé…nie et continue sur R: Donc f
admet une pritive dans R; c’est à dire il existe :
x2
F : R ! R telle que : F 0 (x) = e : 8x 2 R:
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 295

Cependant il n’existe aucune fonction élémentaire, grâce à laquelle on pour-


rait exprimer F:
Exemple2 f (x) = sin(x) x
est continue sur ]0; +1[ :Donc f admet une
pritive dans ]0; +1[ ; c’est à dire il existe :

sin(x)
G : ]0; +1[ ! ]0; +1[ telle que : G0 (x) = : 8x 2 ]0; +1[ :
x
Il n’existe aucune fonction élémentaire, avec laquelle on pourrait exprimer
G:

6.5.2 Tableau des primitives usuelles


Voici le tableau des primitives usuelles :
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 296

Z
xm+1
1: xm dx = + C; m 6= 1;
m+1
Z
dx
2: = log jxj + C;
x
Z
3: cos x dx = sin x + C;
Z
dx
4: = tgx + C;
cos2 x
Z
5: ch x dx = sh x + C;
Z
dx
6: = arctg x + C;
1 + x2
Z
0 dx 1 x
6: = arc tg + C;
a2 + x2 a a
Z
dx
7: p = arc sin x + C;
Z 1 x2
0 dx x
7: p = arc sin + C;
a2 x2 a
Z
8: ex dx = ex + C;
Z
9: sin x dx = cos x + C;
Z
dx
10: 2 = cotg x + C;
Z sin x
11: sh x dx = ch x + C;
Z
dx 1 1+x
12: 2
= log + C;
1 x 2 1 x
Z
0 dx 1 a+x
12 : = log + C;
a2 x2 2a a x
Z p
dx
13: p = log x + x2 + a2 + C;
Z x 2 + a2
0 dx p
13 : p = log x + x2 a2 + C;
x2 a2
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 297

6.5.3 Changement de variables


Premier type de changement de variables
Dé…nition1 Soit I et J deux intervalles et h : J ! I . On dit que
h 2 C 1 (J), si h dérivable et h0 est continue dans J:
Théorème1
soit f : I ! R une fonction continue et h : J ! I telle que :
a) h est une bijection
b) h 2 C 1 (J) et h 1 2 C 1 (I). Alors
Z Z
0 1
2 (f h) h dt =) h 2 f dx:

En d’autres termes si est une primitive de (f h) h0 , alors h 1 est


une primitive de f
Preuve du Théorème1
Elle résulte immédiatement du théorème de la dérivée des fonctions com-
posées et du théorème de la dérivée d’une fonction réciproque
1 0 0 1 1 0
h (x) = h (x) : h (x)
1 1
= f h h (x) h0 h 1
(x) : = f (x) :
h0 (h 1 (x))

Application pratique
R du théorème 1
Soit à calculer f dx; f 2 C (I). Il peut être utile de chercher une fonction
h : J ! I; véri…ant les conditions du théorème1, de sorte que le calcul de
Z
f (h (t)) h0 (t) dt = (t) + C

1
soit plus facile. D’après le théorème1, la fonction h est une primitive
de la fonction f: En d’autres termes :
Z
f dx = h 1 (x) + C

Règle pratique R :
Soit à calculer f dx; f : I ! R continue.
1.On construit h : J ! I bijective, h 2 C 1 (J) et h 1
2 C 1 (I)
2. On pose x = h(t)
3.dx = h0 (t)dt
4.f (x) = f (h(t))
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 298

5.f (x)dx = f (h(t))h0 (t)dt


6.On calcule une primitive de la fonction g(t) = f (h(t))h0 (t); c’est à dire
on calcule Z Z
g(t)dt = f (h (t)) h0 (t) dt = (t) + C

7. On remplace dans l’expression (t) + C : t; par h 1 (x):


8. Une primitive F quelconque de f (x) s’écrit donc : F (x) = (h 1 (x)) +
C
Exemple3
Calculons Z p
1 x2 dx:
p
Considérons la fonction f (x) = 1 x2 sur I = ] 1; 1[, f 2 C(I) (continue
sur I). Soit
i h
h : J= ; ! ] 1; +1[ : h(t) = sin(t) = x
2 2i h
h 1 : ] 1; +1[ ! ; : h 1 (x) = arcsin(x) = t
2 2
Rp
Les hypothèses du théorème1 sont véri…ées. Pour calculer 1 x2 dx; on
applique la démarche 1,2,3,4,...,8
On aura
f (x)dx = f (h(t))h0 (t)dt
Calculons :
p
g(t) = f (h(t))h0 (t) = 1 sin2 t (sin t)0 = cos2 t:
Calculons
Z Z Z Z
2 1 + cos 2t 1 1
cos t dt = dt = dt + cos 2t dt
2 2 2
t sin 2t t sin t cos t
= + +C = + +C
2 4 2 2
= (t) + C
Finalement
Z
1 1
f dx = h 1 (x) + C = arcsin(x) + x cos(arcsin(x))
2 2
1 1 p
= arcsin(x) + x 1 x2
2 2
Donc : Z p
1h p i
1 x2 dx = arcsin(x) + x 1 x2
2
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 299

Deuxième type de changement de variables


Etudions d’abord un exemple :
Exemple4 R R
Soit à calculer : '(t)dt = cos3 t dt; '(t) = cos3 t
On a :

'(t)dt = cos3 t:dt = cos2 t : cos t:dt = 1 sin2 t (sin)0 (t)dt


= f (h(t))h0 (t)dt = f (x)dx

avec :

x = h(t) = sin(t)
f (x) = 1 x2
R R
Pour caluler '(t)dt = (t); on calcule f (x)dx = F (x) + C: Puis on
remplace dans F (x) + C; x par h(t); c’est à dire :
Z
'(t)dt = F (h(t)) + C:

Appliquons celà à notre exemple :


Z Z
x3
f (x)dx = (1 x2 )dx = x + C = F (x) + C
3
x3
F (x) = x
3
Finalement :
Z Z
'(t)dt = cos3 t dt = F (h(t)) + C = F (sin(t)) + C

sin3 (t)
= sin(t) +C
3

Conclusion R
On a vu à travers cet exemple qu’on avait une intégrale '(t)dt, di¢ cile
à calculer. On a essayé d’écrire la fonction '(t) sous la forme suivante :
'(t) = f (h(t))h0 (t); c’est dire qu’on a consideré un changement de variables :
h : I ! J, h 2 C 1 (I) où on pose x = h(t): Avec ces notations ona :

'(t)dt = f (h(t))h0 (t)dt = f (x)dx


CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 300
R R
Le calcul de '(t)dt revient donc au calcul de f (x)dx: Si est une
primitive de f . Alors une primitive de ' sera h: Ceci revient à remplacer
la variable x dans (x); par h(t): En d’autres termes :
Z
'(t)dt = (h(t)) + C

Exemple4’ R R
Soit à calculer : '(t)dt = t22t+3
+3t+5
dt; '(t) = t22t+3
+3t+5
On va essayer d’écrire la fonction '(t) sous la forme suivante : '(t) =
f (h(t))h0 (t)
2t + 3
'(t) = 2
t + 3t + 5
Si on pose
1
x = h(t) = t2 + 3t + 5 et f (x) =
x
Alors
'(t) = f (h(t))h0 (t)
et
Z Z Z Z
0 1
'(t)dt = f (h(t))h (t)dt = f (x)dx = dx = log jxj+C = log t2 + 3t + 5
x

6.5.4 Integration par parties


Théorème3 Soient f , g : I ! R telles que :
a) f et g sont dérivables sur I
b) f 0 et g 0 sont continues sur I.
Alors : Z b Z b
0 b
f g dx = [f g]a f g 0 dx
a a
Preuve du Théorème3
On a :
Z b Z b Z b
0 0 0 0 0
(f:g) = f g + f g =) (f:g) (x)dx = (f g) (x)dx + (f g 0 ) (x)dx:
a a a
Or Z b
(f:g)0 (x)dx = f g(b) f g(a) = [f g]ba
a

Exemple5
Z Z Z
x x x
xe dx = x de = xe + e x dx = xe x
e x
+ C:
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 301

6.5.5 Intégration de certaines expréssions contenant


les trinômes ax2 + bx + c
R dx
Calcul des integrales du type I1 = ax2 +bx+c
:

Considérons l’intégrale
Z
dx
I1 = :
ax2 + bx + c
Transformons tout d’abord le dénominateur en le mettant sous la forme
d’une somme ou d’une di¤érence de carré

b c
ax2 + bx + c = a x2 + x + =
a a
" #
2 2
b b c b
= a x2 + 2 x + + =
2a 2a a 2a

" # " #
2 2
b c b2 b 4ac b2
= a x+ + =a x+ +
2a a 4a2 2a 4a2
8 h i
< b 2 4ac b2
a x + 2a + k 2 si b2 4ac < 0 : k 2 = 4a2
= h i
: b 2 2 b2 4ac
a x + 2a k si b2 4ac > 0 : k 2 = 4a2

Donc on rajoute k 2 si le trinome ax2 + bx + c n’admet pas de racines


réelles et on soutrait k 2 si le trinome ax2 + bx + c admet des racines réelles.
L’intégrale I1 peut donc être mise sous la forme
Z Z
dx 1 dx
I1 = 2
= h i:
ax + bx + c a 2
x+ b k2 2a

E¤ectuons un changement de variable en posant


b
x+ = t; dx = dt:
2a
Nous avons alors Z
1 dt
I1 = 2
:
a t k2
C’est justement les intégrales 6’et 12’de la table
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 302

Exemple6 Soit calculer l’intégrale


Z
dx
2
:
2x + 8x + 20
Solution.
Z Z
dx 1 dx
I= 2
= =
2x + 8x + 20 2 x2 + 4x + 10
Z
1 dx 1 dx
= = :
2 x2 + 4x + 4 + 10 4 2 (x + 2)2 + 6
Faisons le changement de variable x+2 = t; dx = dt. Après substitution
dans I, nous retrouvons une intégrale de la table d’intégrales
Z
1 dt 1 1 t
I= 2
= p arc tg p + C:
2 t +6 2 6 6
Remplaçons t par son expression en fonction de x; nous avons en dé…ni-
tive :
1 x+2
I = p arctg p + C:
2 6 6
R Ax+B
Calcul des integrales du type I2 = ax2 +bx+c
dx:

Mettons la fonction à intégrer sous la forme suivante


Z Z A Ab
Ax + B 2a
(2ax + b) + B 2a
I2 = dx = dx:
ax2 + bx + c ax2 + bx + c
Cette intégrale peut être mise sous la forme d’une somme de deux in-
tégrales et, en sortant les facteurs constants de sous le signe somme, nous
avons :
Z Z
A 2ax + b Ab dx
I2 = dx + B :
2a ax2 + bx + c 2a ax2 + bx + c
La seconde intégrale est justement I1 que nous savons calculer. E¤ectuons
un changement de variable dans la première intégrale en posant

ax2 + bx + c = t; (2ax + b) dx = dt:

Par conséquent,
Z Z
(2ax + b) dx dt
2
= = log jtj + C = log ax2 + bx + c + C:
ax + bx + c t
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 303

Nous avons donc en dé…nitive :


A Ab
I2 = log ax2 + bx + c + B I1
2a 2a

Exemple 7. Soit à calculer l’intégrale


Z
x+3
I= 2
dx:
x 2x 5
Utilisons le procédé que nous venons d’indiquer :
Z Z 1
x+3 2
(2x 2) + 3 + 12 2
I= dx = dx =
x2 2x 5 x2 2x 5
Z Z
1 (2x 2) dx dx 1
= 2
+4 2
= log x2 2x 5 +
2 x 2x 5 x 2x 5 2
Z p
dx 1 6 (x 1)
+4 2 = log x2 2x 5 + 2 p log p + C:
(x 1) 6 6 6 + (x 1)

R dx
Calcul des integrales du type p
ax2 +bx+c
:
h i
b 2 4ac b2
Ecrivons ax2 + bx + c = a x + 2a
+ 4a2
1) a > 0 et b2 4ac < 0
2s 3
p 2
p b 4ac b2
ax2 + bx + c = a4 x+ + 5
2a 4a2
2s 3
2
p b 4ac b2
= a4 x+ + k25 : k2 =
2a 4a2

Si on pose
b
t=x+ =) dt = dx
2a
et Z Z
dx 1 dt
p =p p
2
ax + bx + c a t + k2
2
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 304

C’est une integrale du type 11.


Z p
1 dt 1
p p = p log t + t2 + k 2 + C
a t2 + k 2 a
s
2
1 b b 4ac b2
= p log x + + x+ + +C
a 2a 2a 4a2

2)a > 0 et b2 4ac > 0


2s 3
p 2
p b b2 4ac 5
ax2 + bx + c = a4 x+
2a 4a2
2s 3
2
p b b2 4ac
= a4 x+ k25 : k2 =
2a 4a2

En procédant de la meme manière que dans 1), on obtient

Z Z p
dx 1 1 dt
p = p = p log t + t2
p k2 + C
2
ax + bx + c a t2 k 2 a
s
2
1 b b b2 4ac
= p log x + + x+ +C
a 2a 2a 4a2

3) a < 0; b2 4ac > 0


2s 3
p 2
p b2 4ac b
ax2 + bx + c = a4 x+ 5
4a2 2a
p
= a k2 t2
avec
b2 4ac b
k2 = ; t=x+
4a2 2a
On obtient après changement de variables, une intégrale du type
Z
dt
p ;
k 2 t2
c’est une integrale du type 13’, qu’on sait calculer.
4) a < 0; b2 4ac < 0
2
Il est inutile
p d’étudier ce cas car : ax + bx + c < 0 : 8x 2 R, et par
conséquent ax2 + bx + c n’existe pas.
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 305
R
Calcul des integrales du type p Ax+B dx:
ax2 +bx+c

L’intégrale du type

Z
Ax + B
p dx
ax2 + bx + c
peut être calculée à l’aide de transformation analogues à celles considérées
au points précédents :
Z A
Ax + B (2ax + b) + B Ab
2a 2a
p dx = p dx =
ax2 + bx + c 2
ax + bx + c
Z Z
A 2ax + b Ab dx
= p dx + B p :
2a 2
ax + bx + c 2a 2
ax + bx + c
E¤ectuons dans la première intégrale un changement de variable, en po-
sant
ax2 + bx + c = t; (2ax + b) dx = dt;
nous avons :
Z Z p p
(2ax + b) dx dt
p = p = 2 t + C = 2 ax2 + bx + c + C:
ax2 + bx + c t
La seconde intégrale a déjà été calculée au paragraphe précédent.
Exemple 8.
Z Z 5
5x + 3 2
(2x + 4) + (3 10)
p dx = p dx =
2
x + 4x + 10 x2 + 4x + 10
Z Z
5 2x + 4 dx
= p dx 7 q =
2 2
x + 4x + 10 (x + 2)2 + 6
p q
= 5 x2 + 4x + 10 7 log x + 2 + (x + 2)2 + 6 + C =
p p
= 5 x2 + 4x + 10 7 log x + 2 + x2 + 4x + 1 + C:
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 306

6.5.6 Fractions rationnelles. Fractions rationnelles élé-


mentaires et leur intégration
Comme nous l’avons signalé, ce ne sont pas toutes les fonctions élémen-
taires qui s’intègrent à l’aide de fonctions élémentaires. C’est pourquoi il est
très important de dé…nir les classes de fonctions dont les intégrales peuvent
être exprimées à l’aide de fonctions élémentaires. Parmi ces classes, la plus
simple est celle des fonctions rationnelles.
Dé…nition
On appelle fonction rationnelle R(x); toute fonction qui peut être mise
sous forme de fraction rationnelle, c’est-à-dire sous forme de quotient de
deux polynômes :

Q (x) B0 xm + B1 xm 1
+ ::: + Bm
R(x) = = :
f (x) A0 x n + A1 x n 1 + ::: + An

Nous pouvons supposer, sans restreindre la généralité, que ces polynômes


n’ont pas de racines communes. Si le degré du numérateur est inférieur à
celui du dénominateur, on dit alors que la fraction est régulière, dans le cas
contraire on dit qu’elle est irrégulière.

Remarque
Si la fraction est irrégulière, en divisant le numérateur par le dé-
nominateur (suivant la règle de la division euclidienne des polynômes), on
peut représenter la fraction initiale comme la somme d’un polynôme et d’une
fraction régulière :

Q (x) F (x)
R(x) = = M (x) + ;
f (x) f (x)
F (x)
où M (x) est un polynôme et f (x)
est une fraction régulière.
Exemple 9. Soit
x4 3
x2 + 2x + 1
une fraction rationnelle irrégulière.
Divisons le numérateur par le dénominateur (suivant la règle de la
division euclidienne des polynômes), nous avons :
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 307

x4 3 x2 + 2x + 1
x4 2x3 x2 x2 2x + 3
0 2x3 x2 3
+2x3 + 4x2 + 2x
0 + 3x2 + 2x 3
3x2 6x 3
0 4x 6
Donc
x4 3 = x2 + 2x + 1 x2 2x + 3 + ( 4x 6)
et par conséquent
x4 3 4x + 6
2
= x2 2x + 3 2
:
x + 2x + 1 x + 2x + 1
L’intégration des polynômes ne présentant aucune di¢ culté, notre
tâche consiste donc à intégrer les fractions rationnelles régulières.

Eléments simples du type I, II, III et IV


Dé…nition2. Les fractions rationnelles régulières du type :
I.
A
;
x a
II.
A
(k est un nombre entier positif 2) ;
(x a)k
III.
Ax + B P2
les racines du dénominateur sont complexes, c’est-à-dire q<0
x2 + px + q 4
IV.
Ax + B
(x2 + px + q)k
(k est un entier positif 2 ; les racines du dénominateur sont complexe),
sont appelé respectivement éléments simples de types I, II, III, et IV.
Il est connu (voir cours d’Algèbre), que toute fraction rationnelle peut
être mise sous forme de la somme d’éléments simples de types I, II, III, et
IV.. Pour cette raison, nous considérons d’abord les intégrales des éléments
simples.
L’intégration des éléments simples des types I, II et III ne présente
pas de grandes di¢ cultés.
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 308

Intégration des éléments simples de type I


Z
A
dx = A log jx aj + C:
x a

Intégration des éléments simples de type II


Z Z
A
k
dx = A (x a) k dx
(x a)
(x a) k+1 A
= A +C = + C:
k+1 (1 k) (x a)k 1

Intégration des éléments simples de type III


Z Z
Ax + B (2x + p) + B Ap
A
2 2
2
dx = dx
x + px + q x2 + px + q
Z Z
A (2x + p) Ap dx
= 2
dx + B
2 x + px + q 2 x2 + px + q
A Ap
= I+ B J
2 2

Calculons les integrales I et J:


Calcul de I
Pour calculer I, on pose t = x2 + px + q ) dt = (2x + p) et I devient :
Z
dt
I= = log jtj = log x2 + px + q
t
Calcul de J
Z Z
dx dx
J= =
x2 + px + q (x + p2 )2 + q p2
4

p
On pose t = x + 2
=) dt = dx; et J devient :
Z Z
dx dt 2 p2 4q p2
J= = ; k = q = > 0 (racines complexes)
x2 + px + q t2 + k 2 4 4
Or Z
dt 1 t
= arctan( ) + C:
t2 +k 2 k k
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 309

Finalement !
2 2x + p
J=p arctan p
4q p2 4q p2
et
Z !
Ax + B A Ap 2 2x + p
dx = log x2 + px + q + B p arctan p
x2+ px + q 2 2 4q p2 4q p2

Intégration des éléments simples de type IV L’intégration des


éléments simples du type IV est liée à des calculs plus compliqués. Soit à
calculer une intégrale :
IV . Z
Ax + B
dx:
(x + px + q)2
2

E¤ectuons les transformations :


Z A Ap
Ax + B 2
(2x + p) + B 2
dx = dx
(x2 + px + q)k (x2 + px + q)k

Z Z
A 2x + p Ap dx
= k
dx + B
2 (x2 + px + q) 2 (x2 + px + q)k
A Ap
= Mk + B Nk
2 2

Calcul de l’intégrale Mk
Pour calculer l’intégrale Mk ; on procède par un changement de variable
en posant
t = x2 + px + q ) dt = (2x + p) dx
et Z Z Z k+1
2x + p dt t
dx = = t k dt = +C =
(x2 + px + q)k tk 1 k
1
= + C:
(1 k) (x2 + px + q)k 1

Calcul de l’intégrale Nk
Z Z Z
dx dx dt
Nk = = h ik =
(x2 + px + q)k x+ p 2
+ q p2 (t2 + m2 )k
2 4
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 310

où l’on a posé

p p2
x+ = t; dx = dt; q = m2
2 4
(par hypothèse, les racines du dénominateur sont complexes et, par consé-
2
quent, q p4 > 0).
Procédons ensuite de la manière suivante :
Z Z 2
dt 1 (t + m2 ) t2
Nk = = dt
(t2 + m2 )k m2 (t2 + m2 )k
Z Z
1 dt 1 t2
= 2 dt: (1)
m (t2 + m2 )k 1 m2 (t2 + m2 )k
Transformons cette dernière intégrale :
Z Z
t2 t:t dt
k
dt =
(t2 + m2 ) (t2 + m2 )k
Z Z !
1 d (t2 + m2 ) 1 1
= t = td :
2 (t2 + m2 )k 2 (k 1) (t2 + m2 )k 1

En intégrant par parties , nous trouvons :


Z " Z #
t2 dt 1 1 dt
k
= t :
2
(t + m ) 2 2 (k 1) (t + m2 )k
2 1
(t2 + m2 )k 1

Substituant cette expression dans l’égalité (1), nous avons :


Z Z
dt 1 dt
Nk = k
= 2 +
(t2 + m2 ) m (t2 + m2 )k 1
" Z #
1 1 t dt
+ 2 =
m 2 (k 1) (t2 + m2 )k 1 (t2 + m2 )k 1
Z
t 2k 3 dt
= + :
2m2 (k 1) (t2 + m2 ) k 1 2
2m (k 1) (t + m2 )k
2 1

L’intégrale qui …gure dans le second membre est du même type que Nk ;
à cette di¤èrence que le degré du dénominateur de la fonction à intégrer est
inférieur d’une unité : (k 1) ; nous avons donc exprimé Ik en fonction de
Ik 1 :
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 311

En appliquant successivement ce procédé, on arrive à l’intégrale connue :


Z
dt 1 t
N1 = 2 2
= arc tg + C:
t +m m m
En remplaçant ensuite t et m par leurs expressions correspondantes en
fonction de x, on obtient l’expression de l’intégrale IV en fonction de x; A; B; p; q:
Exemple10.
Z Z 1
x 1 2
(2x + 2) + ( 1 1)
2 dx = dx =
(x2 + 2x + 3) (x2 + 2x + 3)2
Z Z
1 2x + 2 dx 1
= 2 dx 2 2 = M2 2N2
2 (x2 + 2x + 3) (x2 + 2x + 3) 2
a) Calcul de M2
On pose t = x2 + 2x + 3 =) dt = (2x + 2) dx: Par conséquent :
Z Z
dt 1 1
M2 = 2
= t 2 dt = t 2+1 = t 1 =
t 2+1 t
1
=
(x2 + 2x + 3)
b) Calcul de N2
Z Z
dx dx
N2 = =
(x2 + 2x + 3)2 (x + 1)2 + 2
2

Posons dans cette dernière intégrale : t = x + 1 =) dt = dx


Z Z 2
dt 1 (t + 2) t2
N2 = = dt
(t2 + 2)2 2 (t2 + 2)2
=
Z Z Z
1 dt 1 t2 1 1 1 1 t2 dt
= dt = p arc tg p :
2 t2 + 2 2 (t2 + 2)2 2 2 2 2 (t2 + 2)2
R 2 dt
Considérons maintenant la dernière intégrale : (t2t +2) 2

Z Z
t2 dt 1 2t
2 = t dt
2
(t + 2) 2 (t2 + 2)2
Calculons cette intégrale en utilisant une integration par parties en posant :
u(t) = t =) u0 (t) = 1
2t 1
v 0 (t) = =) v(t) = :
(t + 2)2
2 (t2 + 2)
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 312

Donc :
Z Z
t2 dt t 1
= + dt
(t2 + 2)2 2
(t + 2) 2
(t + 2)
t 1 t
= 2
+ p arctan p
(t + 2) 2 2
Par conséquent :
Z
dx
N2 =
(x + 2x + 3)2
2

1 x+1 1 x+1 1 x+1


= p arctan p + p arctan p :
2 2 2 2 2 (x2 + 2x + 3) 2 2 2
En regroupant tous les termes, on obtient en dé…nitive :

Z p
x 1 x+2 2 x+1
dx = arctan p + C:
(x2 + 2x + 3)2 2
2 (x + 2x + 3) 4 2

6.5.7 Décomposotion des fractions rationnelles en élé-


ments simples.
On démontre dans le cours d’Algèbre que toute fraction rationnelle
régulière peut être mise, et cela d’une manière unique, sous la forme d’une
somme d’éléments simples. D’une façon plus précise on a le théorème suivant :
Théorème (Décomposition d’une fraction rationnelle régulière en élé-
ments simples)
Soit
F (x)
f (x)
une fraction rationnelle régulière. Nous supposerons que les coé¢ cients des
polynômes qui la composent sont réels et qu’en outre la fraction est irréduc-
tible (c’est-a-dire que le numérateur et le dénominateue n’ont pas de racines
communes). Si

f (x) = (x a) ::: (x b) x2 + px + q ::: x2 + lx + s ;

avec :
p2 4q < 0; c’est à dire que le polynôme (x2 + px + q) admet deux
racines complexes conjuguées de multiplicité chacune,...,
l2 4s < 0; c’est à dire que le polynôme (x2 + lx + s) admet deux racines
complexes conjuguées de multiplicité chacune.
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 313

F (x)
Alors la fraction rationnelle régulière f (x)
peut être décomposée de façon
unique, de la manière suivante :
F (x) 9
f (x)
= (xA1a) + (xA2a)2 + ::: + (xAa) + > >
>
>
::::::::::::::::::::::::::::::::::::: >
>
>
>
B1 B2
+ (x b) + (x b)2 + ::: + (x b) +
B =
(5)
+ (xM21+px+q)
x+N1
+ (xM2 +px+q)
2 x+N2
2 + ::: >
>
>
>
::: + (x2 +px+q) + ::: + (x2 +lx+s) + >
M x+N P1 x+Q1
>
>
P2 x+Q2 P x+Q
>
;
+ (x2 +lx+s)2
+ ::: +
(x2 +lx+s)
:

On peut déterminer les coé¢ cients

A1 ; A2 ; :::A ; B1 ; B2 ; :::B ; :::; M1; N1 ; :::; M ; N ; :::;


:::; P1 ; Q1 ; :::; P ; Q ;

en tenant compte des considérations suivantes. L’égalité précédente est une


identité, par conséquent, si nous réduisons ces fractions au même dénomi-
nateur, nous aurons aux numérateurs à droite et à gauche des polynômes
identiquement égaux. En égalant les coe¢ cients des mêmes puissances de x,
nous trouvons un système d’équations pour déterminer les coé¢ cients incon-
nus :

A1 ; A2 ; :::A ; B1 ; B2 ; :::B ; :::; M1; N1 ; :::; M ; N ; :::;


:::; P1 ; Q1 ; :::; P ; Q ;
x +2 2
Exemple11. Soit à décomposer la fraction (x+1) 3
(x 2)
en éléments simples.
En vertu de la formule précédente, nous avons :

x2 + 2 A1 A2 A3 B1
= + 2 + 3 + :
(x + 1)3 (x 2) (x + 1) (x + 1) (x + 1) x 2

Mettons les fractions au dénominateur commun et égalons les numérateurs.


Nous trouvons

x2 +2 = A3 (x 2)+A2 (x + 1) (x 2)+A1 (x + 1)2 (x 2)+B1 (x + 1)3 (6)

ou

x2 + 2 = (A1 + B1 ) x3 + (A2 + 3B1 ) x2


+ (A3 A2 3A1 + 3) x + ( 2A3 2A2 2A1 + B1 ) :
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 314

En égalant les coe¢ cients de x3 ; x2 ; x1 ; x0 ; nous trouvons un système


d’équations pour déterminer les coe¢ cients :

0 = A1 + B1

1 = A2 + 3B1 ;
0 = A3 A2 3A1 + 3B1 ;
2= 2A3 2A2 2A1 + B1 :
La résolution de ce système donne :
1 2 2
A3 = 1; A2 = ; A1 = ; B1 = :
3 9 9
On aurait pu également déterminer certains coe¢ cients à partir des équa-
tions que l’on obtient de l’égalité (6) qui est une identité en x, en donnant à la
variable x certaines valeurs paticulières. Ainsi posons x = 1, nous trouvons
3 = 3A3 ou A3 = 1; posons x = 2; nous trouvons 6 = 27B1 ; B1 = 92 :
Si nous ajoutons à ces deux équations deux autres obtenues en égalant les
coé¢ cients de mêmes puissances de x; nous aurons quatre équations à quatre
inconnues pour déterminer les coe¢ cients. nous avons en dé…nitive la décom-
position :

x2 + 2 2 1
= +
(x + 1)3 (x 2) 9 (x + 1) 3 (x + 1)2
1 2
3 + :
(x + 1) 9 (x 2)

6.5.8 Intégration des fractions rationnelles


Q(x)
Soit à calculer l’intégrale de la fraction rationnelle f (x)
, c’est-à-dire l’in-
tégrale Z
Q (x)
dx:
f (x)
Si la fraction donnée est irrégulière, nous la mettons sous la forme d’une
somme d’un polynôme M (x) et d’une fraction rationnelle régulière Ff (x) (x)
.
Nous mettons ensuite la fraction Ff (x)
(x)
sous la forme d’une somme d’éléments
simples. Ainsi, l’intégration d’une fraction rationnelle arbitraire se ramène à
l’intégration d’un polynôme et de plusieurs éléments simples.
Nous avons vu que ces éléments étaient dé…nis par les racines du déno-
minateur f (x) : Les di¤érents cas sont possibles.
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 315

1er cas. Les racines du dénominateur sont réelles et di¤érentes, c’est-à-


dire
f (x) = (x a) (x b) ::: (x d) :
F (x)
Dans ce cas la fraction f (x)
se décompose en éléments simples du premier
type :

F (x) A B D
= + + ::: +
f (x) x a x b x d
et alors
Z Z Z Z
F (x) A B D
dx = dx + dx + ::: + dx =
f (x) x a x b x d

= A log jx aj + B log jx bj + ::: + D log jx dj + C:


2eme cas. Les racines du dénominateur sont toutes réelles mais certaines
sont multiples :

f (x) = (x a) (x b) ::: (x d) :

Dans ce cas, la fraction Ff (x)


(x)
peut être décomposée en éléments simples
des types I et II.
Exemple12
Z Z Z Z
x2 + 2 dx 1 dx 2 dx
3 dx = 3 + 2 +
(x + 1) (x 2) (x + 1) 3 (x + 1) 9 x+1
Z
2 dx 1 1 1 2
+ = 2 log jx + 1j +
9 x 2 2 (x + 1) 3 (x + 1) 9
2 2x 1 2 x 2
+ log jx 2j + C = 2 + log + C:
9 6 (x + 1) 9 x+1
3eme cas. Le dénominateur a des racines complexes simples (c’est-à-dire
di¤érentes) :

f (x) = x2 + px + q ::: x2 + lx + s (x a) ::: (x d) :

Dans ce cas, la fraction Ff (x)


(x)
se décompose en éléments simples des types
I, II, III.
Exemple13. Soit à calculer l’intégrale
Z
x dx
2
:
(x + 1) (x 1)
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 316

Décomposons la fraction qui …gure sous le signe d’intégration en éléments


simples
x Ax + B C
2
= 2 + :
(x + 1) (x 1) x +1 x 1
Par conséquent,

x = (Ax + B) (x 1) + C x2 + 1 :

Posons x = 1; nous trouvons : 1 = 2C; C = 21 ;


Posons x = 0;nous trouvons : 0 = B + C; B = 12 :
1
En égalant les coe¢ cients de x2 ;nous avons 0 = A + C; d’où A = 2
:
Ainsi,
Z Z Z
x dx 1 x 1 1 dx
= dx + =
(x2 + 1) (x 1) 2 x2 + 1 2 x 1
Z Z Z
1 x dx 1 dx 1 dx
= + + =
2 x2 + 1 2 x2 + 1 2 x 1
1 1 1
= log x2 + 1 + arctan x + log jx 1j + C:
4 2 2
e
IV cas. Le dénominateur comporte également des racines complexes
multiples :
v
f (x) = x2 + px + q ::: x2 + lx + s (x a) ::: (x d) :

Dans ce cas, les éléments simples du type IV entrent aussi dans la dé-
composition de la fraction Ff (x)
(x)
:
Exemple14. Soit à calculer l’intégrale
Z 4
x + 4x3 + 11x2 + 12x + 8
dx:
(x2 + 2x + 3)2 (x + 1)

Solution. Décomposons la fraction en éléments simples :

x4 + 4x3 + 11x2 + 12x + 8 Ax + B Cx + D E


2 = 2 + 2
+ ;
2
(x + 2x + 3) (x + 1) 2
(x + 2x + 3) (x + 2x + 3) x + 1

d’où
x4 + ax3 + 11x2 + 12x + 8 = (Ax + B) (x + 1) +
2
+ (Cx + D) x2 + 2x + 3 (x + 1) + E x2 + 2x + 3 :
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 317

En combinant les deux méthodes données pour la détermination des co-


e¢ cients, nous trouvons :

A = 1; B= 1; C = 0; D = 0; E = 1:

On a ainsi :
Z 4 Z
x + 4x3 + 11x2 + 12x + 8 x 1
2 dx = dx+
2
(x + 2x + 3) (x + 1) (x + 2x + 3)2
2

Z p
dx x+2 2 x+1
+ = 2 arc tg p + log jx + 1j + C:
x+1 2
(x + 2x + 3) 4 2
Il ressort de l’étude e¤ectuée que l’intégrale d’une fonction rationnelle
quelconque peut être exprimée par des fonctions èlèmentaire en nombre …ni :
1) par des logarithmes si les éléments simples sont du types I ;
2) par des fonctions rationnelles si les éléments simples sont du type
II ;
3) par des logaritmes et des arcs tangents si les éléments simples sont
du type III ;
4) par des fonctions rationnelles et des arcs tangents si les éléments
simples sont du type IV.
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 318

SERIE TD N 6: INTEGRALE ET PRIMITIVE

6.1 L’INTEGRALE DE RIEMANN


Exercice1 R1
En utilisant les sommes de Riemann, calculez 0 x2 dx
Solution exercice1
Ici f (x) = x2 , est continue sur [0; 1] : On divise l’intervalle [0; 1] en n par-
ties égales de longueur n1 , c’est à dire qu’on considère la subdivision uniforme

1 2 3 n 1
dn = fx0 = 0; x1 ; x2 ; :::; xn 1 ; xn = 1g 0; ; ; ; :::; ;1 :
n n n n

On choisit les points = 1 ; 2 ; 3 ; :::; n 1; n comme suit :

1 2 3 n 1 1
1 = ; 2 = ; 3 = ; :::; n 1; = =1 ; n =1
n n n n n
c’est à dire ;
k
k = ; k = 1; 2; :::; n
n
alors
k
f ( k) = f = (k=n)2 = k 2 =n2 ; k = 1; 2; :::; n
n
La somme de Riemann Rn (f; dn ; ) associée à la fonction f et la subdivision
dn ; et aux points est égale à :
X
n Xn
k2 1 1 X k2
n
Rn (f; dn ; ) = f ( k ) (xk xk 1 ) = = :
k=1 k=1
n2 n n k=1 n2

D’où Z
1 X k2
1 n
2
x dx = lim
0 n!1 n
k=1
n2
Ceci peut s’écrire :
Z 1
1 12 22 n2 12 + 22 + ::: + n2
x2 dx = lim + + ::: + = lim
0 n!1 n n2 n2 n2 n!1 n3

Or
n (n + 1) (2n + 1)
12 + 22 + ::: + n2 =
6
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 319

Donc
Z 1
n (n + 1) (2n + 1) (1 + 1=n) (2 + 1=n) 1
x2 dx = lim 3
= lim = :
0 n!1 6n n!1 6 3

Exercice2
f est la fonction x 7! x2 restreinte à l’intervalle [0; 1]. Le but de cet
exercice est de construire une suite de fonctions en escalier fgn g et fhn g qui
encadrent f pour tout n; c’est à dire :

8n; 8x 2 [0; 1] : gn (x) f (x) hn (x)

et dontRles integrales I (gn ) et I (hn ) convergent vers une valeur commune


1
qui est 0 x2 dx:
Commecer par faire un graphique pour n = 5; puis géneraliser.

Solution Exercice2
Pour tout entier n; n 2, on partage l’intervalle [0; 1] en n sous-intervalles
de même longueur.
1 2 3 n 1
[0; 1] = [x0 = 0; x1 ; x2 ; :::; xn 1 ; xn = 1] = [0; ; ; ; :::; ; 1]
n n n n
En d’autres termes on partage [0; 1] en n sous-intervalles de même longueur
[xk 1 ; xk ] de la forme :

k 1 k
[xk 1 ; xk ] = ; ; k = 1; 2; :::; n
n n

La fonction f (x) = x2 est strictement croissante sur l’intervalle [0; 1]


Fixons n et dé…nissons les fonctions en escalier fgn g et fhn g de la façon
suivante :
2
k 1 k 1 k 1 k
gn (x) = f = si x 2 ; ; k = 1; 2; :::; n
n n n n
et
2
k k k 1 k
hn (x) = f = si x 2 ; ; k = 1; 2; :::; n
n n n n

1. Cas n = 5
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 320

Sur la …gure ci-contre, les fonctions en escalier g5 et h5 véri…ent : g5


f h5 sur [0; 1] :

(2)

5 2:jpg

1 1 2 3 4
I (g5 ) = f (0) + f +f +f +f
5 5 5 5 5
1 1 2 3 4 5
I (h5 ) = f +f +f +f +f
5 5 5 5 5 5

Puisque f (x) = x2 est strictement croissante sur l’intervalle [0; 1] ; f est


strictement croissante sur chaque sous intervalle k n 1 ; nk ; k = 1; 2; :::; n: Par
conséquent :
2 2
k 1 k k 1 k
x =) gn (x) = f (x) hn (x) = ;
n n n n
c’est à dire que

8n 2; 8x 2 [0; 1]; gn (x) f (x) hn (x)

Pour n 2, notons I (gn ) et I (hn ) les integrales des fonctions sur [0,1], des
fonctions en escalier gn et hn : Bien sur le calcul des integrales des fonctions
en escalier est tres simple. On a :
1 1 1 1 n 1
I (gn ) = f (0) + f + ::: + f
n n n n n
X k k 1
n
k 1
2
1X k 1
n 2
= ( ): =
k=1
n n n n k=1 n
1 X (k 1)2 1X
n n
1 2
= = (k 1)2 = 1 + 22 + ::: + (n 1)2
n k=1 n2 n3 k=1 n3
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 321

Puisque

[(n 1)][(n1 + 1)][2(n 1) + 1]


12 + 22 + ::: + (n 1)2 =
6
n(n 1)(2n 1)
=
6
Alors
1 1 1 1
n(n 1)(2n 1) n3 (1 n
)(2 n
) (1 n
)(2 n
)
I (gn ) = = =
6n3 6n3 6
Par conséquent
1
lim I (gn ) =
n!1 3

1 1 1 2 1
I (hn ) = f + f ::: + f (1)
n n n n n
Xn
k k 1 k 1X
n
k
2
1 X k2
n
= ( ): = =
k=1
n n n n k=1 n n k=1 n2
1X 2
n
1 2
= k = 1 + 22 + ::: + n2
n3 k=1 n3

Commme
n (n + 1) (2n + 1)
12 + 22 + ::: + n2 = ;
6
donc :
n (n + 1) (2n + 1) n3 1 + n1 (2 + n1 ) 1+ 1
n
(2 + n1 )
I (hn ) = 3
= 3
=
6n 6n 6
Par conséquent :
1
lim I (hn ) =
n!1 3
On en conclut :
Z 1
1
x2 dx = lim I (hn ) = lim I (gn ) = :
0 n!1 n!1 3

Exercice3
1 1 1
Calculer lim n+1 + n+2
+ ::: + n+n
:
n!1
Solution exercice3
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 322

La limite demandée s’écrit :

1X 1
n
1 1 1 1
lim 1 + 2 + ::: + n = lim
n!1 n 1+ n
1+ n
1+ n
n!1 n
k=1
1 + nk
Z 1
dx
= = [log (1 + x)]10 = log 2
0 1+x

Exercice4
Démontrer que

1 t 2t (n 1) t 1 cos t
lim sin + sin + ::: + sin = :
n!1 n n n n t

Solution exercice4
On a : Z 1
1X
n
kt
lim sin = sin x dx = 1 cos t
n!1 n n 0
k=1

d’où
1X
n 1
kt 1 cos t
lim sin =
n!1 n n t
k=1

en utilisant le fait que lim sinn t = 0:


n!1
Exercice5
On considère la suite dé…nie sur N par
Z 1 n
t
un = 2
dt:
0 1+t

Prouvez que (un ) est une suite décroissante à termes positifs.


Solution exercice5
tn
Pour tout naturel n, la fonction t 7! 1+t 2 est positive sur [0; 1] donc,
R 1 tn
0 1+t2
dt 0; soit un 0:
Pour étudier le sens de variation de (un ), comparons un et un+1 c’est-à-
dire Z 1 n Z 1 n+1
t t
2
dt et 2
dt:
0 1+t 0 1+t

Or pour tout t dans [0; 1] ;

tn+1 tn
tn+1 tn et 1 + t2 > 0 d0 ou :
1 + t2 1 + t2
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 323

donc Z Z
1 1
tn+1 tn
dt dt; soit un+1 un :
0 1 + t2 0 1 + t2
Ainsi la suite (un ) est décroissante.
Remarque : Puisqu’elle est décroissante et minorée par 0; (un ) converge.
Autre solution. On peut étudier le signe de
Z 1 n+1
t tn
un+1 un = dt:
0 1 + t2
Puisque
Z 1 n+1
n+1 n t tn
0 t 1; t t 0 donc dt 0 et un+1 un:
0 1 + t2
Exercice6
On admet que la fonction f : x 7! e1x + e x est décroissante sur [0; +1[.
Pour tout entier naturel, om pose :
Z n+1
ln = f (x) dx:
n

Prouvez que pour tout naturel n; f (n 1) ln f (n), puis deduisez-en


que la suite (ln ) est convergente.
Solution exercice6
f est décroissante sur tout intervalle jn = [n; n + 1] donc pour tout x de
jn ;
f (n + 1) f (x) f (n) :
L’inégalité de la moyenne appliquée avec a = n; b = n + 1; m = f (n + 1)
et M = f (n) s’écrit :
Z n+1
f (n + 1) (n + 1 1) f (x) dx f (n) (n + 1 n)
n

d’où
f (n + 1) ln f (n)
Or lim f (n) = 0 et lim f (n + 1) = 0 donc, d’après le théorème
n!+1 n!+1
d’encadrement, la suite (ln ) converge vers 0:
Exercice7
Pour chacune des fonctions f continues sur l’intervalle l indiqué, trouvez
une primitive F sur l:
1) f (x) = (3x 1)6 ; l = R
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 324

2) f (x) = (2x 1 1)4 ; l = 21 ; +1 :


3) f (x) = x2x 1 ; l = ]1 1[ :
4) f (x) = px3x 2 +1 ; l = R:
Solution exercice7
1) La présence d’un exposant oriente vers la forme u0 un (n > 0) :
Posons u (x) = 3x 1; u est dérivable sur R et u0 (x) = 3:
Ainsi f (x) = 13 3 (3x 1)6 ; donc f = 31 u0 u6 :
Une primitive R est F = 31 71 u7 = 21 1 7
u , d’où F (x) = 21 1
(3x 1)7 :
2) L’exposant au dénominateur incite à la forme u0 un avec n négatif.
Posons u (x) = 2x 1; u est dérivable sur l et u0 (x) = 2:
Ainsi f (x) = 12 2 (2x 1) 4 ; donc f = 21 u0 u 4 :
Une primitive l est F = 12 1
3
u 3 = 6u1 3 u7 , d’où F (x) = 6(2x 11)3 :
3) Dans ce quotient de deux polynômes, la comparaison de leurs degrés
u0
conduit à rechercher la forme u
:
2
Posons u (x) = x 1; u est dérivable sur l et u0 (x) = 2x:
0
Ainsi f (x) = 2 x2 1 ; donc f = 12 uu . En outre, u < 0 sur l, donc une
1 2x

primitive F = 21 ln ( u) ; d’où F (x) = 12 ln (1 x2 ) :


0
4) La présence d’un radical incite à rechercher la forme f (x) = puu :
Posons u (x) = x2 + 1; u > 0 et u est dérivable sur R avec u0 (x) = 2x:
u0
Ainsi f (x) = 23 px2x 2 1 ; donc f = 2
3 p
u
.
3 p p p
Une primitive sur R est F = 2 2 u = 3 u; d’où F (x) = 3 x2 + 1:

Exercice8 R1
Calculez l’intégrale K = 0 (1 x) e x dx:
Solution exercice8
Les formules connues sur le calcul des primitives ne permettent pas d’ob-
tenir directement une primitive de f : x 7! (1 x) e x sur R:
Mais f est un produit
R 1 de fonctions d’où l’idée d’intégrer par parties.
K est de la forme 0 u (x) v (x) dx avec u (x) = 1 x et v 0 (x) = e x :
0

Posons

u (x) = 1 x; u0 (x) = 1;
v 0 (x) = e x ; v (x) = e x :

u et v sont deux fonctions dérivables, de dérivées u0 et v 0 continues sur R;


donc d’après le théorème 9 :
Z 1 Z 1
x 1 x
k = (1 x) e 0 ( 1) e dx = 1 e x dx
0 0
x 1 1 1
k = 1 e 0
=1 e + 1 donc k = e :
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 325

Exercice9
Trouver une primitive sur ]0; +1[ de f : x 7! ln x:
Solution exercice9
Les ‹‹formules ›› ne permettent pas un tel calcul ; maisR puisque ln est
x
une fonction continue sur ]0; +1[ , la fonction F : x 7! 0 ln t dt est la
primitive nulle en 1 de f sur ]0; +1[ R:
x
Notons qu’on peut écrire F : x = 0 1 ln t dt et intégrons par parties.
Posons :
1
u (t) = ln t; u0 (t) = ;
t
v 0 (t) = 1; v (t) = t:

u et v sont dérivables, de dérivées u0 et v 0 continues sur ]0; +1[ ; donc


d’après le théorème 9 :
Z x Z x
x 1
F (x) = [t ln t]1 t d t = x ln x 1dt
1 t 1
F (x) = x ln x [t] = x ln x x + 1:

Ainsi la fonction F : x 7! x ln x x + 1 est la primitive de f sur ]0; +1[


telle que F (1) = 0:

6.2 CALCUL INTEGRAL

Changement de variables et integration par parties

Exercice10
Calculez : Z p
sin x cos x dx

Solution Exercice10

E¤ectuons le changement de variable t = sin x;alors dt = cos x dx et par


conséquent,
Z p Z p Z
1 2t 3 2 3
sin x cos x dx = tdt = t 2 dt = 2 + C = sin 2 x + C:
3 3
Exercice11 :
Calculez Z
x dx
1 + x2
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 326

Solution Exercice11
Posons
t = 1 + x2 ;
alors
Z Z
x dx 1 dt 1 1
dt = 2x dx et 2
= = log t + C = log 1 + x2 + C:
1+x 2 t 2 2
Exercice12
Calculez : Z
dx
a2 + x2
Solution Exercice12
Z Z
dx 1 dx
= 2 :
2
a +x 2 a x 2
1+ a

Posons
x
t= ; alors dx = a dt;
a
Z Z Z
dx 1 adt 1 dt 1 1 x
2 2
= 2 2
= 2
= arctan(t)+C = arctan( )+C
a +x a 1+t a 1+t a a a
Exercice13
Calculez : Z
dx
p
a 2 x2

Solution Exercice13
Z Z
dx 1 dx
p = q :
a 2 x 2 a x 2
1 a

Posons
x
t= ; alors dx = a dt;
a
Z Z Z
dx 1 a dt dt x
p = p = p = arc sin t + C = arc sin + C
a 2 x 2 a 1 t 2 1 t 2 a
(nous supposons ici que a > 0):
Exercice14
Calculez : Z
(log x)3
dx
x
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 327

Solution Exercice14
Posons
dx
t = log x; alors dt = ;
x
Z Z
dx
3 t4 1
(log x) = t3 dt = + C = (log x)4 + C:
x 4 4
Exercice15
Calculez : Z
x dx
1 + x4
Solution Exercice15
Posons
t = x2 ; alors dt = 2x dx;
Z Z
xdx 1 dt 1 1
4
= 2
= arctg t + C = arc tg (x2 ) + C:
1+x 2 1+t 2 2

Exercice16
Calculez Z Z +1
2
(arc sin x) dx et (arc sin x)2 dx
1
Solution Exercice16
une intégration par partie donne
Z Z
x
(arc sin x)2 dx = x (arc sin x)2 2 p arc sin x dx
1 x2
et une deuxième intégration par parties donne
Z p Z p
x 1 x2
arc sin x: p dx = arc sin x: 1 x2 + p dx
1 x 2 1 x2
p
2
= x arc sin x 1 x + C1 ;

d’où
Z p
(arc sin x)2 dx = x (arc sin x)2 + 2 1 x2 arc sin x 2x + C:

La connaissance de cette primitive donne alors


Z +1 2
(arc sin x)2 dx = 4:
1 2
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 328

Exercice17
Calculez Z
p
3
arctan x dx:

Solution Exercice17 p
Le changement de variable 3 x = t; soit x = t3 , puis une intégration par
parties conduisent à
Z Z Z
p3 2 3 t3
arctan x dx = arctan t:3t dt = t arctan t dt;
1 + t2

E¤ectuons maintenant la division euclidienne de t3 par 1 + t2

t3 1 + t2
3
t t t
0 t

On obtient :
t3 t
t3 = 1 + t2 t t =) =t
1 + t2 1 + t2
Soit en intégrant :
Z Z Z Z
t3 t t
dt = t dt = tdt dt
1 + t2 1 + t2 1 + t2
t2 1
= ln 1 + t2 + C
2 2
et, …nalement, en revenant à la variable x,
Z
p p 1 2 1 2
arc tg 3 x dx = x arctan 3 x + ln 1 + x 3 x 3 + C:
2 2
Exercice18
Calculez Z
x2 ln x
dx (x > 0) :
(x3 + 1)3
Solution Exercice18
Posons, pour une intégration par parties,

0 x2 1
u (x) = ln x; (x) = ; soit (x) = ;
(x3 + 1)3 6 (x3 + 1)2
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 329

on a Z Z
x2 ln x ln x 1 dx
dx = 2 + :
(x3 + 1)3 3
6 (x + 1) 6 x (x3+ 1)2
Le changement de variable x3 + 1 = t donne ensuite
Z Z Z
dx 1 dt 1 1+t 1 dt
2 = 2
= 2
dt +
3
x (x + 1) 3 (t 1) t 3 t 3 t 1
1 1 t 1
= + ln + C1 ;
3t 3 t
d’où, en revenant à la variable x;
Z
x2 ln x ln x 1 x3 1
3 dx = 2 + ln + + C:
(x3 + 1) 6 (x3 + 1) 18 x3 + 1 18 (x3 + 1)

Exercice19
Calculez par recurrence
Z
Im;n (x) = xm (ln x)n dx;


m 2 R; n 2 N;
Solution Exercice19
Une intégration par parties conduit à la récurrence
Z
xm+1 n n
Im;n (x) = (ln x) xm (ln x)n 1
dx
m+1 m+1
m+1
x n
= (ln x)n Im;n 1 (x) :
m+1 m+1
A partir de Z
xm+1
Im;0 (x) = xm dx = + C1 ;
m+1
on obtient donc
xm+1 n n (n 1)
Im;n (x) = (ln x)n (ln x)n + 1
2 (ln x)
n 2
m+1 m+1 (m + 1)
#
n 1 n
( 1) n! ( 1) n!
::: + n 1 ln x + +C
(m + 1) (m + 1)n

Exercice20
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 330

Calculez Z
P (x) eax dx;

où P est une fonction polynôme de degré n. Appliquez à


Z
x3 e2x dx:

Solution Exercice20
Une intégration par parties donne
Z Z
eax P 0 (x) ax
P (x) eax dx = P (x) e dx;
a a
d’où, par une récurrence immédiate,
Z 00
P (x) P 0 (x) P (x) P (n) (x)
ax
P (x) e dx = e ax
+ ::: + ( 1)n + C;
a a2 a3 an+1
par exemple,
Z
x3 3x2 6x 6
x3 e2x dx = e2x + +C
2 4 8 16
La même méthode s’applique aux intégrales de la forme
Z Z
P (x) cos ax dx et P (x) sin ax dx:

INTEGRATION DES FONCTIONS RATIONNELLES

Exercice21
Calculez
Z Z
x x4 + 4x
a) dx; b) dx;
x3 3x + 2 (x2 1)3
Solution Exercice 21
a) Les racines de x3 3x + 2 sont réels et simples : x = 1 et x = 2: La
décomposition de x3 x3x+2 en éléments simples donne :

x x 1 1 2 1 2 1
= 2 = 2 + ;
x3 3x + 2 (x 1) (x + 2) 3 (x 1) 9x 1 9x+2
Z
x 1 1 2 x 1
3
dx = + ln + C;
x 3x + 2 3x 1 9 x+2
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 331

primitive valable sur

] 1; 2[ ; ou ] 2; 1[ ; ou ]1; +1[ :

b) Les pôles étant tous réels, on peut faire une décomposition en éléments
simples de premières espèce. On obtient :

x4 + 4x x4 + 4x A B C
3 = 3 3
= 3
+ 2
+ +
(x2 1) (x 1) (x + 1) (x 1) (x 1) (x 1)
D E F
+ + +
(x + 1)3 (x + 1)2 (x + 1)

On pourra calculer les constantes : A; B; C; D; E; F par identi…cation puis on


integre les éléments simples. On peut aussi proceder integration par parties.
Z Z
x4 + 4x x
3 dx = x3 + 4 dx =
(x2 1) (x2 1)3
Z
1 x3 + 4 1 3x2
= + dx;
4 (x2 1)2 4 (x2 1)2

Z Z
x2 1 x 1 dx
dx = +
(x2 1)2 2x 2 1 2 x 2 1
1 x 1 1+x
= 2
ln + C1 ;
2x 1 4 1 x

d’où
Z
x4 + 4x 1 x3 + 4 1 x 1 1+x
dx = ln + C;
(x2 1)3 4 (x2 1)2 8 x2 1 16 1 x

valable sur

] 1; 1[ ; ou ] 1 + 1[ ; ou ]1; +1[ :

Exercice22
Calculez
Z
dx x3 + x2 + 2x
a) ; b) dx:
x4 + x2 + 1 x4 + 1
Solution Exercice22
Dans les deux cas, les racines des dénominteurs sont complexes, simples.
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 332

a)
2
x4 + x2 + 1 = x2 + 1 x2 = x2 + x + 1 x2 x+1 ;
1 x+1 x+1
= +
x4 + x2 + 1 2 (x2 + x + 1) 2 (x2 x + 1)
Z Z
x+1 1 (2x + 1) + 12
dx = dx
2x2 + x + 1 2 x2 + x + 1
Z Z
1 (2x + 1) 1 dx
= dx +
2 x2 + x + 1 2 1 2
+ 43
x+ 2
1 1 2x + 1
= ln x2 + x + 1 + p arc tg p + C1
2 3 3
On obtient …nalement
Z
dx 1 x2 + x + 1 1 2x + 1
4 2
= ln 2 + p arc tg p
x +x +1 4 x x+1 2 3 3
1 2x 1
+ p arc tg p + C:
2 3 3
b) La partie impaire peut s’intégrer facilement par un changement de
variable :
x2 = u =) du = 2x
Z Z
4x3 + 2x
dx = (2x2 + 1)2xdx
x4 + 1
Z Z Z
2u + 1 2u du
= 2
du = 2
du + 2
u +1 u +1 u +1
2
= ln u + 1 + arctan u + C1
= ln x4 + 1 + arctan x2 + C1 ;

la partie paire se décompose comme dans l’exercice précédent :


x2 1 x 1 x
= p p + p p ;
x4 + 1 2 2 x2 + x 2 + 1 2 2 x2 x 2+1
puis
Z p p
x2 1 x2 x 2 + 1 2 p
dx = p ln p + arctan x 2+1
x4 + 1 4 2 x2 + x 2 + 1 4
p
2 p
+ arctan x 2 1 + C2 :
4
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 333

Exercice23
Calculez par récurrence
Z
dx
In (x) = :
(x3 + 1)n
Solution Exercice23
Ecrivons
Z 3 Z Z
x + 1 x3 x3 + 1 x3
In (x) = n dx = dx dx
(x3 + 1) (x3 + 1)n (x3 + 1)n
Z Z
dx x3
= dx
(x3 + 1)n 1 (x3 + 1)n
Z
x3
= In 1 (x) dx
(x3 + 1)n
et e¤ectuons dans la dernière intégrale une intégration par parties :
Z Z
x2 x 1 dx
x 3 n dx = n 1 + ;
(x + 1) 3 (n 1) (x3 + 1) 3 (n 1) (x3 + 1)n 1
soit
x 3n 4
In (x) = + + In 1 (x) ; n 2;
3 (n 1) (x3 + 1)n 1
3n 3
avec
Z Z Z
dx 1 dx 1 2 x
I1 (x) = 3
= dx
x +1 3 x+1 3 x2
x+1
1 1 1 2x 1
= ln jx + 1j ln x2 x + 1 + p arc tg p + C1 ;
3 6 3 3
valable sur ] 1; 1[ et ] 1; +1[ :
Exercice24
Calculez
Z Z
7 x
a) 7 dx; b) dx:
(x + 1) x7 1 (x2 + x + 1)3
Solution Exercice24
a)
2
(x + 1)7 1 = 7x (x + 1) x2 + x + 1 ;
1 1 1 1 1
2 = + 2 + ;
2
x (x + 1) (x + x + 1) x x + 1 x + x + 1 (x + x + 1)2
2
CHAPITRE 6. INTEGRALE ET PRIMITIVE 334

les trois premiers termes ont une primitives immédiate ; pour le dernier
écrivons
2
2 1 3
x +x+1= x+ +
2 4
p
1 3
et faisons le changement de varaible x + 2
=t 2
:
Z p Z
dx 8 3 dt
2 =
2
(x + x + 1) 9 (t + 1)2
2

R dt
et, pour I2 (t) = (t2 +1)2
une méthode analogue à celle de l’exercice résolu
avant donne :
1 t
I2 (t) = I1 (t) + 2
+ C1 ;
2 2 (t + 1)
…nalement,
Z p
7dx x 10 3 2x + 1 2 2x + 1
= ln + arc tg p + C;
(x + 1)7 x7 x+1 9 3 3 x2 + x + 1

valable sur ] 1; 1[ ; ou ] 1; 0[ p
; ou ]0; +1[ :
b) le même changement x + 2 = t 23 donne
1

Z p Z p p
x 16 3 t 3 1 4 1 16 3
dx = dt = I3 (t) ;
2
(x + x + 1) 27 (t2 + 1)3 9 (t + 1)2
2 27

où I3 (t) se calcule comme précédemment :


3 1 t
I3 (t) = I2 (t) +
4 4 (t2 + 1)2
1 t 3 t 3
= 2 + 2 + arc tg t + C1
4 (t2 + 1) 8t +1 8

et …nalement, en revenant à la variable x;


Z
x 1 x+2
3 dx =
2
(x + x + 1) 6 (x + x + 1)2
2
p
1 2x + 1 2 3 2x + 1
2
arc tg p + C:
6x +x+1 9 3
Pour calculer l’intégrale I3 (t) on pouvait aussi faire le changement de
variable t = tg :
Chapitre 7

EQUATIONS
DIFFERENTIELLES DU
PREMIER ORDRE

7.1 Note Historique


7.1.1 Histoire des équations di¤érentielles du premier
ordre
Pour les équations di¤érentielles du premier ordre de la forme :

P (x; y)dx + Q(x; y)dy = 0

Alexis Clairaut utilise pour la première fois un multiplicateur, une fonc-


tion M (x; y); telle que le produit par l’équation en fasse une di¤érentielle
totale exacte, ce qui permet de l’intégrer sous la forme : dV (x; y) = 0. Euler
développera cette méthode.
Clairaut est le premier, en 1734, à remarquer, que pour l’équation :
y xy 0 + f (y 0 ) = 0, il existe une solution singulière. À la famille de droites :
y = Cx + f (C); qui est l’expression générale des courbes intégrales, il faut
adjoindre l’enveloppe de cette famille pour avoir toutes les solutions analy-
tiques de l’équation. D’Alembert, en 1748, trouve un second cas d’intégrale
singulière. Mais c’est Euler et Lagrange qui élucident ce qui se passe en gé-
néral en montrant que la courbe : C(x; y) = 0 obtenue en éliminant y 0 entre
@F
les deux équations : F (x; y; y 0 ) = 0 et @y 0 est en général le lieu des points

singuliers des courbes intégrales de l’équation :F (x; y; y 0 ) = 0: Si elle véri…e


l’équation y 0 @F
@y
+ @F
@x
= 0; la courbe :C(x; y) = 0 est solution singulière de
l’équation.

335
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE336

7.1.2 Histoire de l’équation de Riccati


En mathématiques, une équation de Riccati est une équation di¤érentielle
ordinaire de la forme :

y 0 = q0 (x) + q1 (x):y + q2 (x):y 2 ;

où q0 (x) , q1 (x) et q2 (x) sont trois fonctions, souvent choisies continues


sur un intervalle commun à valeurs réelles.
Elle porte ce nom en l’honneur de Jacopo Francesco Riccati (1676-1754)
et de son …ls Vincenzo Riccati (1707-1775).
Il n’existe pas, en général, de résolution par quadrature à une telle équa-
tion mais, il existe une méthode de résolution dès que l’on en connaît une
solution particulière.
En 1720, Francesco Riccati présente à son ami, Giovanni Rizzetti, deux
équations di¤érentielles qu’il cherche à résoudre

y 0 = ay 2 + bx + cx2 (eq1)

où a, b et c sont des constantes réelles

y 0 = ay 2 + bxm (eq2)

où a, b et m sont des constantes réelles


La première équation est issue de l’étude d’un mouvement plan.
La seconde équation, ne fut résolue que partiellement par son auteur
et par les Bernoulli (Nicolas 1er et Daniel tout particulièrement). Son …ls,
Vicenzo Riccati, en developpa une méthode de résolution par tractoire.

7.1.3 Un aperçu sur Le Mathématicien Jacques Ber-


noulli
L’équation dite de Bernouli est due au mathématicien Jacques ou Jakob
Bernoulli (27 décembre 1654, Bâle - 16 août 1705). C’est un mathématicien
et physicien suisse, frère de Jean Bernoulli et oncle de Daniel Bernoulli et
Nicolas Bernoulli.
Né à Bâle en 1654, il rencontre Robert Boyle et Robert Hooke lors d’un
voyage en Angleterre en 1676. Après cela, il se consacre à la physique et aux
mathématiques. Il enseigne à l’université de Bâle à partir de 1682, devenant
professeur de mathématiques en 1687. Il mérita par ses travaux et ses décou-
vertes d’être nommé associé de l’Académie des sciences de Paris (1699) et de
celle de Berlin (1701).
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE337

Sa correspondance avec Gottfried Wilhelm Leibniz le conduit à étudier le


calcul in…nitésimal en collaboration avec son frère Jean. Il fut un des premiers
à comprendre et à appliquer le calcul di¤érentiel et intégral, proposé par Leib-
niz, découvrit les propriétés des nombres dits depuis nombres de Bernoulli et
donna la solution de problèmes regardés jusque-là comme insolubles.
Son œuvre majeure est :
# Ars Conjectandi publiée après sa mort à Bâle en 1713, avec une pré-
face de son neveu Nicolas Bernoulli. Il y pose les principes du calcul des
probabilités et introduit les nombres de Bernoulli.
Il a aussi laissé des Mémoires, réunis sous le titre de Jacobi Bernouilli
Opera, Genève, 1744, 2 volumes in-4.

7.1.4 Histoire des équations linéaires


Si l’on sait, dès la …n du XVIIe siècle intégrer les équations di¤éren-
tielles linéaires du premier et du second ordre à coe¢ cients constants par
des sommes d’exponentielles, il faut attendre 1760 pour que la théorie vienne
à bout des équations di¤érentielles linéaires à coe¢ cients constants d’ordre
quelconque. En 1739, Euler rencontre une équation di¤érentielle linéaire à co-
e¢ cients constants du 4e ordre sur un problème de vibration des tiges qu’il
ne sait pas intégrer. C’est en 1743 qu’il forme ce qu’on appelle aujourd’hui
l’équation caractéristique : les solutions sont de la forme : erx où les r sont
solutions d’une équation polynomiale. Un peu plus tard, il trouve comment
obtenir toutes les intégrales lorsqu’une racine r de l’équation caractéristique
est multiple : il faut les chercher de la forme :

xk :erx

D’Alembert remarque que pour les équations di¤érentielles linéaires non


homogènes, l’adjonction d’une solution particulière à la solution générale de
l’équation homogène donne la solution générale de l’équation homogène. La-
grange démontre que la solution générale d’une équation di¤érentielle linéaire
d’ordre n est de la forme :
Xn
Ck yk
k=1

où les yk sont des solutions particulières convenablement choisis de l’équa-


tion. Lagrange introduit également la méthode de variation des constantes
pour résoudre par quadratures l’équation linéaire non homogène lorsque l’on
connaît la solution générale de l’équation homogène. D’Alembert, de son côté,
remarque que si l’on connaît une solution particulière y1 , en posant y = zy1 ,
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE338

on ramène l’intégration d’une équation linéaire d’ordre n homogène à une


équation du même type d’ordre n 1 en z : il y a abaissement de l’ordre.
Pour les équations linéaires, Euler utilise aussi des séries entières. Il re-
marque alors qu’il faut parfois des développements de la forme :

x S(x)

où S(x) est une série entière et un exposant non entier. Ceci près d’un
siècle avant les travaux de Fuchs et de Frobenius. Pour l’équation du second
ordre, il sait former l’équation déterminant ;et observe aussi, dans le cas où
est entier qu’il existe une second solution avec un terme logarithmique.

7.1.5 Histoire des théorèmes d’existence et d’unicité


des équations du premier ordre
Les mathématiciens du XVIIIe siècle admettent sans discussion l’exis-
tence de solutions des équations di¤érentielles ou aux dérivées partielles sans
chercher le domaine d’existence de ces solutions. Ils utilisent principalement
des séries entières par une méthode de coe¢ cients indéterminés quand ils
n’arrivent pas à intégrer l’équation par quadrature. Leur con…ance est placée
dans le théorème de Taylor et ils ne se posent pas la question de la conver-
gence de cette série. Ils savent, par contre, que la donnée d’un point et de
la fonction en ce point ainsi que ses n-1 dérivées détermine la solution de
l’équation di¤érentielle .
Il faut attendre Cauchy, vers 1820, pour que soit abordée l’existence d’une
solution à l’équation di¤érentielle :

y 0 = f (x; y)

où f est supposée continument di¤érentiable en chaque variable. Il s’agit


de prouver qu’étant donné un point (x0 ; y0 ) il existe une solution et une
seule qui satisfait à l’équation di¤érentielle et qui passe par ce point, cette
fonction étant dé…nie sur un petit intervalle autour de x0 . Évidemment, on
ne se pose encore pas la question des solutions complexes. Il s’agit donc
pour Cauchy, contrairement à ses devanciers, d’un problème d’existence et
d’unicité local puisqu’on ne sait pas jusqu’où la solution se prolonge. Pour cela
Cauchy reprend la méthode d’Euler à un pas h: Il calcule ainsi une solution
approchée, a¢ ne par morceaux, de l’équation et il peut, utilisant le théorème
de la moyenne, majorer la di¤érence entre deux solutions approchées pour
deux pas h et h0 di¤érents, en fonction de f et de x0 et y0 mais non du pas
la di¤érence.
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE339

Sans connaître les travaux de Cauchy, Lipschitz, en 1868, retrouve le


résultat de Cauchy mais, là où Cauchy avait supposé la di¤érentiabilité de f ,
Lipschitz remarque qu’elle n’est nullement nécessaire et qu’il su¢ t qu’il existe
un nombre k strictement positif tel que :

jf (x; y1 ) f (x; y2 )j < k jy1 y2 j :

C’est la condition de Lipschitz.

7.2 Modèle physique conduisant à une équa-


tion di¤érentielle
Problème physique posé :
On laisse tomber un corps de masse m d’une certaine hauteur. On de-
mande d’établir la loi de variation de la vitesse de chute v; si le corps éprouve
une résistance de freinage de la part de l’air, proportionnelle à la vitesse (le
coe¢ cient de proportionnalité étant k), c’est-à-dire de trouver v = f (t):
Modélisation du problème
En vertu de la seconde loi de Newton on a :
dv
m: = F;
dt
où dv
dt
est l’accélération du corps en mouvement (la dérivée de la vitesse
par rapport au temps) et F la force agissant sur le corps dans le sens du
mouvement. Cette force est constituée de deux forces : de la force de pesan-
teur mg et de la résistance de l’air : kv (on prend le signe moins car cette
force est opposée à la vitesse). Ainsi
dv
m = mg kv
dt
Nous avons donc une relation entre la fonction inconnue v et sa dérivée
dv
dt
,c’est-à-dire une équation di¤érentielle portant sur la fonction inconnue v.
(C’est l’équation du mouvement de certains types de parachutes).
Résoudre cette équation di¤érentielle, c’est chercher une fonction v = f (t)
la véri…ant identiquement. Il existe une in…nité de telles solutions. On véri…era
facilement que toute fonction de la forme
k
t mg
v = Ce m +
k
véri…e l’équation di¤érentielle : m dv
dt
= mg kv; quelle que soit la constante
C. Mais laquelle de ces fonctions donne la relation cherchée entre v et t ?
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE340

Pour la trouver, imposons une condition suplémentaire : une vitesse initiale


v0 (qui, notament, peut être nulle) a été communiquée au corps au départ ;
supposons que cette vitesse initiale est connue. Mais alors la fonction cherchée
v = f (t) doit être telle que l’on ait pour t = 0 (au début du mouvement)
k
v = v0 . Substituant t = 0; v = v0 dans la formule : v = Ce m t + mg k
, on
trouve :
mg
v0 = C + ;
k
d’où
mg
C = v0 :
k
Ainsi, la constante C est déterminée. La dépendance entre v et t s’exprime
donc :
mg k t mg
v = v0 e m + :
k k
Il découle de cette formule que pour t su¢ samment grands la vitesse v
dépend peu de v0 :
Notons que si k = 0 (c’est-à-dire si la résistance de l’air est nulle ou
négligeable), on retrouve un résultat connu en physique) :

v = v0 + gt

Cette fonction satisfait à l’équation di¤érentielle m dv


dt
= mg kv; et à la
condition initiale : v = v0 pour t = 0:

7.3 Dé…nitions générales


La modélisation de beaucoup de problèmes de physique, de chimie, de bio-
logie, de mécanique..., conduit à une équation dans laquelle …gure la variable
df 2
x, la fonction y = f (x), et les fonctions dérivées y 0 = dx ; y 00 = ddxf2 ; :::; y (n) =
dn f
dxn
: Ce type d’équations s’appellent équations di¤érentielles ordinaires.
Dé…nition1
On appelle équation di¤érentielle une équation établissant une relation
entre la variable indépendante x, la fonction y = f (x), et les fonctions déri-
df 2 n
vées y 0 = dx ; y 00 = ddxf2 ; :::; y (n) = ddxnf : On peut écrire sympboliquement cette
équation comme suit :

F (x; y; y 0 ; y 00 ; :::; y (n) ) = 0 (1)

ou
df d2 f dn f
F (x; f (x); ; 2 ; :::; n ) = 0: (2)
dx dx dx
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE341

On appelle ordre d’une équation di¤érentielle, l’ordre de de la dérivée la


plus élevée contenue dans cette équation.
Exemples
1. L’équation y 0 2xy 2 + 5 = 0 est une équation di¤érentielle d’ordre 1
2. L’équation y 00 + ky 0 by + 5 sin(x) = 0 est une équation di¤érentielle
d’ordre 2
Dé…nition2
On appelle solution ou intégrale d’une équation di¤érentielle, toute fonc-
tion y = f (x) véri…ant identiquement cette équation.
Exemples
1. Considérons l’équation di¤érentielle : y 00 + y = 0: Toute fonction y =
f (x) = C1 sin(x) + C2 cos(x); C1 ; C2 des constantes arbitraires, est solution
de cette équation. En e¤et on a :

y 0 = C1 cos(x) C2 sin(x)
y 00 = C1 sin(x) C2 cos(x) = (C1 sin(x) + C2 cos(x)) = y

Par conséquent on a
y 00 + y = 0

7.4 Notions générales sur les équations di¤é-


rentielles du premier ordre
7.4.1 Dé…nitions
Dé…nition3
Une équation di¤érentielle du premier ordre est une équation de la forme :

F (x; y; y 0 ) = 0 (3)

On dit que l’équation di¤érentielle du premier ordre (3) est résoluble en


0
y , lorsqu’on peut mettre cette équation sous la forme

y 0 = g(x; y)

Exemples
1. l’équation di¤érentielle du premier ordre xy 0 + y = 0 est résoluble en
y 0 , car on a :
y
xy 0 + y = 0 =) xy 0 = y =) y 0 = ; avec x 6= 0;
x
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE342

Donc on a pu mettre l’équation xy 0 + y = 0 sous la forme :


y
y 0 = g(x; y) avec g(x; y) = ; x 6= 0:
x
Remarque1
Il existe des équations di¤érentielles du premier ordre qui ne sont pas
résolubles en y 0 : L’étude de ces équations est compliquée et sort du cadre de
ce cours.

7.4.2 Existence et unicité des solutions des équations


di¤érentielles du premier ordre résolubles en y’
Soit y 0 = g(x; y) une équation di¤érentielle du premier ordre résoluble
en y 0 : On se pose alors la question naturelle suivante : Quelles conditions
su¢ santes doit véri…er la fonction g(x; y); pour que l’équation y 0 = g(x; y)
admette une solution. On discutera aussi l’unicité d’une telle solution. Remar-
quons d’abord que g(x; y) est une fonction de deux variables, par conséquent
nous aurons besoin de dé…nir la notion de continuité et de dérivée partielle
des fonctions de deux variables.

Limite et continuité des fonctions de deux variables


Soit g : R2 ! R; Notons par Dg le domaine de dé…nition de la fonction
g; c’est à dire :
Dg = (x; y) 2 R2 : g(x; y) existe
Soient (x; y) 2 Dg et (x0 ; y0 ) 2 Dg : Dé…nissons la distance entre les points
(x; y) et (x0 ; y0 ) par :
q
d [(x; y); (x0 ; y0 )] = (x x0 )2 + (y y0 )2

Dé…nition4
Soit g : R2 ! R; (x0 ; y0 ) 2 Dg : On dit que g est continue au point (x0 ; y0 )
si par dé…nition :

8" > 0; 9 > 0 : d [(x; y); (x0 ; y0 )] < =) jg(x; y) g (x0 ; y0 )j < "

En d’autres termes g(x; y) s’approche de plus en plus de g (x0 ; y0 ) (dans R); quand
(x; y) s’approche de plus en plus de (x0 ; y0 ) (dans R2 ). Soit D un sous en-
semble de Dg : On dit que g est continue dans D; si g est continue en tout
point (x0 ; y0 ) 2 D:
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE343

Notions de dérivées partielles des fonctions de deux variables


Dé…nition5
Soit g : R2 ! R; (x0 ; y0 ) 2 Dg : On dit que g admet une dérivée partielle
par rapport à x; au point (x0 ; y0 ) ; si par dé…nition la limite suivante exite :

g (x0 + ; y0 ) g (x0 ; y0 )
lim
!0

@g
On note cette limite @x (x0 ; y0 ) :
On dé…nit de la même manière la dérivée partielle par rapport à y; au
point (x0 ; y0 ) :

@g g (x0 ; y0 + ) g (x0 ; y0 )
(x0 ; y0 ) = lim
@y !0

Théorème de Cauchy
En étudiant le modèle physique de la chute libre d’un corps de masse m;
nous avons établi une relation entre la vitesse du corps, en l’occurence v(t);
et la dérivée dv
dt
: Plus précisément nous avons obtenu l’équation di¤érentielle

dv
m = mg kv
dt
Cette équation admet une in…nité de solutions de la forme
k
t mg
v = Ce m + ; C2R
k
Une question naturelle se pose alors. Laquelle de ces fonctions donne la rela-
tion cherchée entre v et t ? Pour la trouver, nous devons imposer une condi-
tion suplémentaire : une vitesse initiale v0 a été communiquée au corps au
départ. Mais alors la fonction cherchée v = f (t) doit être telle que l’on ait
pour t = 0 (au début du mouvement) v = v0 . Avec cette condition initiale
supplémentaire on a trouvé une seule solution qui est :
mg k
t mg
v = v0 e m + :
k k
Cette condition supplémentaire rajoutée à l’équation di¤érentielle s’appelle :
condition initiale, c’est à dire qu’on cherche une fonction y = f (x), telle que
au point x0 : f (x0 ) = y0 : On a donc beaucoup de chances et sous certaines
conditions d’avoir une solution unique de l’équation di¤érentielle y 0 = g(x; y);
si on impose des conditions à la fonction g(x; y) et si on rajoute une condition
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE344

initiale à notre équation. C’est ce que verrons dans le théorème de Cauchy


suivant :
Théorème de Cauchy
Considérons l’équation di¤érentielle du premier ordre résoluble en y’:

y 0 = g (x; y) : (4)

On suppose que la fonction g(x; y) et sa dérivée partielle @f


@y
par rapport à
y sont continues dans un certain domaine D du plan Oxy: Soit (x0 ; y0 ) 2 D.
Alors il existe une solution unique y = f (x) ; de l’équation di¤érentielle (4),
satisfaisant à la condition y = y0 lorsque x = x0 :

Géométriquement, le théorème signi…e qu’il existe une fonction y = f (x)


et une seule dont la courbe représentative passe par le point (x0 ; y0 ).
Il résulte de ce théorème que l’équation (4) possède une in…nité de so-
lutions di¤érentes par exemple, la solution passant par le point (x0 ; y0 ) ; la
solution passant par le point (x0 ; y1 ) ; celle passant par le point (x0 ; y2 ), etc...
pourvu que ces points se trouvent dans le domaine D:
La condition que la fonction y doit prendre la valeur donnée y0 lorsque
x = x0 s’appelle condition initiale de de l’équation di¤érentielle (4). Souvent
on l’écrit sous la forme
y jx=x0 = y0 :
Exemple
Considérons l’équation di¤érentielle
y
y0 = (5)
x
Ici on a
y @g 1
g(x; y) = ; (x; y) =
x @y x
@g
Il est clair que les fonctions g(x; y) et @y (x; y) sont continues dans l’ensemble
D suivant :
D = (x; y) 2 R2 : x 6= 0; y 2 R = R R
D est plan xOy; privé de l’axe des y: D’après le théorème de Cauchy, et pour
tout point (x0 ; y0 ) 2 D; il existe une fonction unique y = f (x) solution de
l’équation di¤érentielle (5) et passant par le point (x0 ; y0 ) ; c’est à dire que
f (x0 ) = y0 : Bien sur (x; f (x)) 2 D:
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE345

Solution générale. Solution particulière


Dé…nition6
On appelle solution générale d’une équation du premier ordre une fonction

y = f (x; C) ;

dépendant d’une constante arbitraire C et satisfaisant aux conditions


suivantes :
a) elle satisfait à l’équation di¤érentielle quelle que soit la valeur
concrète de la constante C;
b) quelle que soit la condition initiale y = y0 lorsque x0 = y0 ; c’est-à-
dire (y)x=x0 = y0 , on peut trouver une valeur C = C0 telle que la fonction y =
f (x; C0 ) véri…e la condition initiale donnée. On suppose alors que les valeurs
x0 et y0 appartiennent au domaine des variations des variables x et y dans
lesquels sont observées les conditions du théorème d’existence et d’unicité de
la solution.
Exemple
Considérons l’équation di¤érentielle
y
y0 =
x
La fonction
C
y=
x
0 y C
est solution générale de l’équation y = x
: En e¤et, y = x
véri…e les deux
conditions (a) et (b).
a)

C C
y = ) y0 =
x x2
C y C
y = ) =
x x x2
Donc
y
8C 2 R : y 0 =
x
b) Soit
(x0 ; y0 ) 2 D ) x0 6= 0; y0 2 R:
Considérons l’équation
C
y0 = ) C = x0 :y0 :
x0
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE346

Si on pose C0 = x0 :y0 ; alors


x0 :y0
y= véri…e f (x0 ) = y0
x
Dé…nition7
On appelle solution particulière toute fonction y = f (x; C0 ) déduite de
la solution générale y = f (x; C), en posant dans cette dernière C = C0 .
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE347

Exemple.
Revenons à l’équation du premier ordre (5) :
y
y0 =
x
On a vu que cette équation a pour solution générale une famille de fonc-
tions y = Cx ;
Cherchons la solution particulière satisfaisant aux conditions initiales :
y0 = 1 lorsque x0 = 2. Substituant ces valeurs dans la formule y = Cx , on
obtient 1 = C2 ou C = 2: La solution particulière cherchée est donc la fonction
y = x2 :

Représentation géométrique
Du point de vue géomètrique, l’intégrale générale représente une famille
de courbes planes dépendant d’un paramètre C: Ces courbes sont appelées
les courbes intégrales de l’équation di¤érentielle donnée. Une intégrale parti-
culière est représentée par une courbe de cette famille passant par un point
donné du plan.
Ainsi, dans l’exemple considéré, l’intégrale générale est représentée géo-
métriquement par la famille d’hyperboles y = Cx et l’intégrale particulière,
dé…nie par la condition initiale donnée, est l’hyperbole passant par le point
M0 (2; 1).
Remarque
dy
L’équation dx = xy n’admet pas de solution passant par un point de l’axe
Oy. Ceci est dû à ce que le second membre de l’équation est indéterminé pour
x = 0 et, par conséquent, n’est pas continu.
Résoudre ou intégrer une équation di¤érentielle consiste à :
a) chercher sa solution générale ou son intégrale générale (si les conditions
initiales ne sont pas données) ou
b) chercher la solution particulière satifaisant aux conditions initiales (s’il
y en a).

7.5 Equations à variables séparées et sépa-


rables
7.5.1 Equations à variables séparées
Considérons une équation di¤érentielle de la forme :
dy
= f1 (x):f2 (y) (6)
dx
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE348

où f1 (x) dépend seulement de x et f2 (y) dépend seulement de y: Transformons


l’équation (6) comme suit (en supposant que f2 (y) 6= 0) :
dy
= f1 (x):dx (6’)
f2 (y)
Si on integre le premier membre de (6’) par rapport à y et le second par
rapport à x; on obtient :
Z Z
dy
= f1 (x):dx + C (6”)
f2 (y)
La relation (6”) est l’intégrale générale de l’équation di¤érentielle (6),
c’est à dire une relation implicite qu relie la solution y; la variable x; et une
constante C:
Remarque
Il n’est pas toujours possible de trouver explicitement la solution y par des
fonctions élémentaires connues. On réussit seulement à établir une relation
implicite qu relie la solution y; la variable x; et une constante C: On dit que
l’on a obtenu une intégrale générale de l’équation di¤érentielle.
Remarque
L’équation (6’) peut s’écrire sous la forme :
M (x)dx + N (y)dy = 0
Dé…nition8
On appelle équation di¤érentielle à variables séparées, une équation qui
s’écrit sous la forme :
M (x)dx + N (y)dy = 0 (7)
L’intégrale générale de l’équation (7) est :
Z Z
M (x)dx + N (y)dy = C (8)

Exemple
Considérons l’équation à variables séparées :
xdx + ydy = 0:
Son intégrale générale est :
x2 y 2
+ = C1
2 2
ou encore :
x2 + y 2 = 2C1
x2 + y 2 = C 2 avec : C 2 = 2C1 :
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE349

7.5.2 Equations à variables séparables


Dé…nition9
On appelle équation di¤érentielle à variables séparables, une équation de
la forme :
M1 (x):N1 (y):dx + M2 (x):N2 (y)dy = 0 (9)
Proposition
Toute équation di¤érentielle à variables séparables peut être transformée
en une équation di¤érentielle à variables séparées
Preuve
Divisons les deux membres de (9) par l’expression : N1 (y):M2 (x); on ob-
tient :
M1 (x) N2 (y)
dx + dy = 0: (9’)
M2 (x) N1 (y)
L’équation (9’) est une équation di¤érentielle à variables séparées.
Exemple
Soit l’équation
dy y
= (10)
dx x
Séparons les variables. (10) devient :

dy dx
= :
y x
On trouve par integration
Z Z
dy dx
= + C1
y x
soit
log jyj = log jxj + C1 ; C1 2 R (10’)
Puisque:
log : ]0; +1[ ! R
est bijective, (10’) devient

log jyj = log jxj + log jCj

ou
C
log jyj = log
x
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE350

d’où l’on déduit la solution générale :


C
y=
x
Exemple :
Consiérons l’équation à variables séparables :

(1 + x):y:dx + (1 y):x:dy = 0 (11)

Divisons les deux membres par l’expression : y:x; on obtient :

(1 + x) (1 y)
dx + dy = 0
x y
ou encore :
1 1
+ 1 dx + 1 dy = 0:
x y
On obtient en intégrant :

log jxj + x + log jyj y=C

ou
log jxyj + x y=C
qui est l’intégrale générale de l’équation di¤érentielle (11).

7.6 Equations homogènes du premier ordre


7.6.1 Dé…nitions et exemples
Dé…nition10
on dit que la fonction f (x; y) est une fonction homogène de degré n par
rapport aux variables x et y si l’on a pour tout
n
f ( x; y) = f (x; y) : (12)

Exemple p
La fonction f (x; y) = 3 x3 + y 3 est homogène et de degré 1, car
q p
f ( x; y) = ( x)3 + ( y)3 = 3 x3 + y 3 = f (x; y) :
3

Exemple
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE351

La fonction
f (x; y) = xy y2
est une fonction homogène de second degré, car :

f ( x; y) = x: y ( y)2 = 2
(x:y y2) = 2
f (x; y)

Exemple
La fonction
x2 y2
f (x; y) =
xy
est une fonction homogène de degré zéro, car
2 2 2 2 2
x y (x2 y 2 ) 0 x2 y2 0
f ( x; y) = = 2 = : = :f (x; y)
x: y :x:y xy
Dé…nition11
L’équation du premier ordre
dy
= f (x; y) (13)
dx
est dite homogène par rapport à x et y si la fonction f (x; y) est une
fonction homogène de degré zéro par rapport à x et y:

7.6.2 Résolution de l’équation homogène


On a par hypothèse f ( x; y) = f (x; y) : Posant dans cette identité
= x1 , on obtient :
y
f (x; y) = f 1; ;
x
c’est-à-dire qu’une fonction homogène de degré zéro dépend seulement du
rapport xy :
L’équation (13) s’écrit alors sous la forme
dy y
= f 1; : (14)
dx x
Faisons la substitution :
y
u= ; c0 est a dire y = ux:
x
On a alors
dy du
= u + x:
dx dx
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE352

Substituant cette expression de la dérivée dans l’équation (14), on obtient


du
u+x = f (1; u) : (14’)
dx
C’est une équation à variables séparables :
du du dx
x = f (1; u) u ou = :
dx f (1; u) u x
On trouve par intégration
Z Z
du dx
= + C:
f (1; u) u x
Substituant après intégration xy a u, on obtient l’intégrale de l’équation
(14).
Exemple
Soit l’équation
dy xy
= 2 :
dx x y2
On a dans le second membre une fonction homogène de degré zéro, donc
l’équation proposée est homogène. Faisons le changement de variables xy = u;
alors
dy du
y = ux; =u+x ;
dx dx
du u du u3
u+x = ; x = :
dx 1 u2 dx 1 u2
Séparons les variables, on a :
(1 u2 ) du dx 1 1 dx
3
= ; ou du = ;
u x u3 u x
et par intégration :
1
log juj = log jxj + log jCj
2u2
ou
1
= log juxCj :
2u2
Substituant u = xy , on obtient l’intégrale genérale de l’équation initiale

x2
= log jCyj :
2y 2
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE353

Il est impossible d’exprimer ici y en fonction de x au moyen des fonctions


élémentaires. Mais l’on exprime facilement x en fonction de y :
p
x=y 2 log jCyj :

Remaque
L’équation
M (x; y) dx + N (x; y) dy = 0
ne sera homogène que si M (x; y) et N (x; y) sont des fonctions homo-
gènes du même degré. Ceci résulte du fait que le rapport de deux fonctions
homogènes d’un seul et même degré est une fonction homogène de degré zéro.
Exemple
Les équations
(2x + 3y) dx + (x 2y) dy = 0;
x2 + y 2 dx 2xy dy = 0
sont homogénes.

7.7 Equations se ramenant aux équations ho-


mogènes
Se ramènent aux équations homogènes, les équations de la forme suivante :
dy ax + by + c
= : (15)
dx a1 x + b 1 y + c 1
Si c1 = c = 0, l’équation (15) est évidemment homogène. supposons main-
tenant que c et c1 (ou l’un deux) ne soient pas nuls. Faisons le changement
de variables :
x = x1 + h; y = y1 + k:
Alors
dy dy1
= : (16)
dx dx1
dy
Substituant dasn l’équation (16) ; les expressions des quantités x; y; dx ,
on obtient :
dy1 ax1 + by1 + ah + bk + c
= : (17)
dx1 a1 x 1 + b 1 y 1 + a1 h + b 1 k + c 1
Choisissons h et k de manière qu’ils véri…ent les équations
ah + bk + c = 0;
(18)
a1 h + b1 k + c1 = 0;
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE354

c’est-à-dire dé…nissons h et k en tant que solutions du système d’équation


(18). L’équation (17) devient alors homogène :

dy1 ax1 + by1


= :
dx1 a1 x1 + b1 y1
Résolvant cette équation et revenant aux anciennes variables x et y d’après
les formules (16) , on obtient la solution de l’équation (15) :
Le système (18) n’a pas de solution lorsque

a b
= 0;
a1 b 1

c’est-à-dire que ab1 = a1 b. Mais alors aa1 = b1


b
= ou a1 = a; b1 = b;
et l’équation (15) peut être mis sous la forme

dy (ax + by) + c
= : (19)
dx (ax + by) + c1

La substitution
x = ax + by (20)
ramène alors l’équation donnée à une équation à variables séparables.
En e¤et,
dz dy
=a+b ;
dx dx
d’où
dy 1 dz a
= : (21)
dx b dx b
Substituant les expressions (20) et (21) dans l’équation (19), on obtient

1 dz a z+c
=
b dx b z + c1
qui est une équation à variables séparables.
Le procédé utilisé pour intégrer l’équation (15) s’applique également à
l’intégration de l’équation

dy ax + by + c
=f ;
dx a1 x + b 1 y + c 1

où f est une fonction arbitraire continue.


Exemple
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE355

Soit l’équation
dy x+y 3
=
dx x y 1
.
Pour la ramener à une équation homogène, faisons la substitution x =
x1 + h; y = y1 + k. Alors
dy1 x1 + y1 + h + k 3
= :
dx1 x1 y1 + h k 1
Résolvant le système de deux équations

h+k 3=0
h k 1=0
on trouve
h = 2; k = 1:
On obtient ainsi l’équation homogène
dy1 x1 + y1
=
dx1 x1 y1
qu’on résout en faisant la substitution
y1
= u;
x1
on a :
dy1 du
y1 = ux1 ; = u + x1 ;
dx1 dx1
du 1+u
u + x1 = ;
dx1 1 u
et on obtient une équation à variables séparables :

du 1 + u2
x1 = :
dx1 1 u
Séparons les variables :
1 u dx1
2
du = :
1+u x1
On trouve en intégrant :
1
arctg u log 1 + u2 = log jx1 j + log jCj ;
2
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE356
p
arctg u = log Cx1 1 + u2
ou p
Cx1 1 + u2 = earctg u :
Substituant dans cette dernière égalité xy11 au lieu de u, on obtient :
q y
arctg x1
C x21 + y12 = e 1:

En…n passant aux variables x; y, on obtient en dé…nitive :


q
y 1
C (x 2)2 + (y 1)2 = earctg x 2 :

Exemple
Considérons l’équation :
2x + y 1
y0 = ;
4x + 2y + 5
On ne peut pas faire la substitution x = x1 +h; y = y1 +k dans l’équation
précédente car le systéme d’équations servant à dé…nir h et k est incompatible
2 1
(le déterminant des coe¢ cients des variables étant nul).
4 2
On peut ramener cette équation à une équation à variables séparables en
faisant la substitution :
2x + y = z:
On a alors y 0 = z 0 2 et l’équation devient
z 1
z0 2=
2z + 5
ou
5z + 9
z0 = :
2z + 5
On en déduit
2 7
z+ log j5z + 9j = x + C:
5 25
Comme z = 2x + y, on trouve …nalement la solution de l’équation donnée
sous la forme
2 7
(2x + y) + log j10x + 5y + 9j = x + C
5 25
ou
10y 5x + 7 log j10x + 5y + 9j = C1
c’est-à-dire la forme implicite.
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE357

7.8 Equations linéaires du premier ordre


7.8.1 Dé…nitions
Dé…nition12
On appelle équation linéaire du premier ordre une équation linéaire par
rapport à la fonction inconnue et à sa dérivée. Elle s’écrit
dy
+ P (x) y = Q (x) ; (22)
dx
où P (x) et Q (x) sont des fonctions continues de x données (ou des
consantes).

7.8.2 Résolution de l’équation linéaire

Nous allons chercher la solution de l’équation (22) sous la forme de


produit de deux fonctions en x :

y = u (x) v (x) (23)

On pourra prendre arbitrairement l’une de ces fonctions, l’autre sera dé-


…nie alors par (23):
Dérivons les deux membres de l’égalité (23), on trouve :

dy dv du
=u +
dx dx dx
dy
Substituant l’expression de la dérivée dx obtenue dans l’équation (22);
on aura
dv du
u + + P uv = Q
dx dx
ou
dv du
u + Pv + v = Q: (24)
dx dx
Choisissons la fonction de sorte que l’on ait
dv
+ Pv = 0 (25)
dx
Séparant les variables dans cette équation di¤érentielle en v, on trouve :
dv
= P dx:
v
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE358

On obtient en intégrant
Z
log jC1 j + log jvj = P dx

ou R
P dx
v = C1 e :
Comme il nous su¢ t d’avoir une solution quelconque non nulle de l’équa-
tion (25), nous prendrons pour fonction v (x) :
R
P (x)dx
v=e (26)
R
où P dx est une primitive quelconque. Il est évident que v (x) 6= 0:
Substituant la valeur trouvée de v (x) dans l’équation (24), on obtient
dv
(ayant en vue que dx + P v = 0) :
du
v(x) = Q (x)
dx
ou
du Q (x)
= ;
dx v(x)
d’où Z
Q (x)
u= dx + C:
v(x)
Substituant dans la formule (23), on obtient …nalement
Z
Q (x)
y = v(x) dx + C
v(x)
ou Z
Q (x)
y = v (x) dx + Cv (x) (27)
v(x)
Remarque
Il est évident qua l’expression (27) ne change pas si l’on prend au lieu de
la fonction v (x) dé…nie par (26) une fonction quelconque v1 (x) = Cv (x). En
e¤et, on obtient en substituant v1 (x) au lieu de v (x) :
Z
Q (x)
y = Cv (x) dx + CCv (x) :
Cv(x)

C disparaît du premier terme du second membre ; le produit CC du se-


cond terme est une constante arbitraire que l’on peut désigner simplement
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE359
R Q(x)
par C, et nous retrouverons l’expression (27). Si l’on pose v(x)
dx = ' (x),
l’équation (27) prend la forme

y = v(x)' (x) + Cv (x) :

Il est évident qu’on à là l’intégrale générale, car on peur choisir C de


manière que soit satisfaite la condition initiale :

y = y0 lorsque x = x

C est déterminer par l’équation

y0 = v (x0 ) ' (x0 ) + Cv (x0 ) :

Exemple
Résoudre l’équation
dy 2
y = (x + 1)3 :
dx x+1
Solution
Posons
y = uv;
on a
dy dv du
= u + v:
dx dx dx
dy
Substituant l’expréssion dx
dans l’équation donnée, on obtient :

dv du 2
u + v uv = (x + 1)3 ;
dx dx x+1
dv 2 du
u v +v = (x + 1)3 (28)
dx x+1 dx
Pour la détermination de v, on obtient l’équation
dv 2
v = 0;
dx x+1
c’est-à-dire
dv 2dx
= ;
v x+1
d’où
log jvj = 2 log jx + 1j
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE360

ou
v = (x + 1)3 :
Substituant l’expression de la fonction v dans l’équation (28), on obtient
pour la détermination de u l’équation
du
(x + 1)2 = (x + 1)3
dx
ou
du
= (x + 1) ;
dx
d’où
(x + 1)2
u= + C:
2
Par conséquent, l’intégrale générale de l’équation donnée s’écrit

(x + 1)4
y= + C (x + 1)2 :
2
La famille obtenue est la solution générale. Quelque soit la condition
initiale (x0 ; y0 ) ou x0 6= 1; on peut toujours choisir C de sorte que la
solution particulière correspondante satisfasse à la condition initiale donnée.
Ainsi la solution particulières satisfaisant à la condition y0 = 3 pour x0 = 0
est dé…nie comme suit :
(0 + 1)4 5
3= + C (0 + 1)2 ; C= :
2 2
Par conséquent, la solution particulière cherchée est :

(x + 1)4 5
y= + (x + 1)2
2 2
Toutefois, si l’on prend la condition initiale (x0 ; y0 ) de sorte que x0 = 1,
on ne peut en déduire une solution particulière satisfaisant cette condition.
2
Ceci provient de ce que la fonction P (x) = x+1 est discontinue au point
x0 = 1 et les conditions du théorème d’existence de la solution ne sont pas
observées.

Remarque
On rencontre souvent, dans les applications, les équations di¤èrentielles
à coe¢ cients constants
dy
+ ay = b (29)
dx
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE361

où a et b sont des constantes.


On peut résoudre cette équation à l’aide de la substituion (23) ou par une
séparation de variables
dy 1
dy = ( ay + b) dx; = dx; log j ay + bj = x + C1
ay + b a

log j ay + bj = (ax + C ) ; ou C = aC1 ;

(ax+C ) 1 (ax+C ) b
ay + b = e ; y= e +
a a
et …nalement
b ax
y = Ce
+ :
a
Cette expression dans laquelle C = a1 e C est la solution générale de
l’équation (29) :

7.9 Equation de Bernoulli


7.9.1 Dé…nition
Dé…nition13
On appelle équation de Bernoulli, une équation de la forme:
dy
+ P (x) y = Q (x) y n (30)
dx
où P (x) et Q (x) sont des fonctions continues de x (ou des constantes)
et n 6= 0; n 6= 1 (sinon on aurait une équation linéaire).

7.9.2 Résolution de l’équation de Bernoulli


Pour résoudre l’équation de Bernoulli, on se ramène à une équation li-
néaire par la transformation suivante.
Divisant tous les termes de l’équation par y n ; on obtient :

n dy n+1
y + Py =Q (31)
dx
Faisant ensuite la substitution :
n+1
z=y :
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE362

Alors
dz dy
= ( n + 1) y n :
dx dx
On obtient en substituant dans l’équation (31) :
dz
+ ( n + 1) P z = ( n + 1) Q:
dx
C’est une équation linéaire.
Calculant son intégrale générale et substituant à z son expression y n+1 ,
on obtient l’intégrale générale de l’équation de Bernoulli
Exemple
Résoudre l’équation
dy
+ xy = x3 y 3 (32)
dx
Solution
Divisant tous les termes par y 3 , on obtient :

y 3 y 0 + xy 2
= x3 (33)

Introduisons la nouvelle fonction

z = y 2;

on a alors
dz dy
= 2y 3 :
dx dx
On obtient en substituant dans l’équation (33) :
dz
2xz = 2x3 (34)
dx
C’est une équation linéaire.
Trouvons son intégrale générale :
dz dv du
z = uv; = u + v:
dx dx dx
dz
Substituons dans l’équation (34) ; les expressions de z et de dx
:

dv du
u + v 2xuv = 2x3
dx dx
ou
dv du
u 2xv + v = 2x3 :
dx dx
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE363

annulons l’expression entre parenthèses :


dv dv
2xv = 0; = 2x dx;
dx v
2
log jvj = x2 ; v = ex :
On obtient pour dé…nir u l’équation

2 du
ex = 2x3 :
dx
Séparons les variables :
Z
x2 3 x2 3
du = 2e x dx; u= 2 e x dx + C:

On trouve en intégrant par parties


x2 x2 2
u = x2 e +e + C; ; z = uv = x2 + 1 + Cex :

On a donc l’intégrale générale de l’équation donnée :


2 2
y = x2 + 1 + Cex

ou
1
y=p
x2 + 1 + Cex2
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE364

Remarque
Tout comme pour les équations linéaires, on démontre qu’on peut cher-
cher la solution de l’équation de Bernoulli sous forme de produit de deux
fonctions :
y = u(x) v(x);
où v(x) est une fonction arbitraire non nulle satisfaisant à l’équation
v 0 + P v = 0:
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE365

SERIE TD 7
Equations di¤érentielles du premier ordre

Equations à variables séparables

Exercice1
Trouver la solution ou l’intégrale générale de l’équation :

dx 1 + x2
=
dy 1 + y2
Solution de l’exercice1
L’intégrale générale est :
y+C
x=
1 Cy
Exercice2
Trouver la solution ou l’intégrale générale de l’équation :

p
(1 + x2 )dy 1 y 2 dx = 0

Solution de l’exercice2
L’intégrale générale est :

arcsin(y) arctan(x) = C

Exercice3
Considérons l’équation di¤érentielle :

2x2 y 0 + y 2 = 1 (1)

a) Dans quel domaine D R2 , et sous quelles conditions peut on appli-


quer le théorème de Cauchy
b) Trouver la solution ou l’integrale générale de l’équation (1)
c) Trouver la solution particulière passant par le point (x0 ; y0 ) 2 R2 tel
que :
x0 6= 0; y0 6= +1; y0 6= 1
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE366

Solution de l’exercice3
a) l’équation (1) s’écrit

1 y2
y 0 = g(x; y) = (2)
2x2
Appliquons le théorème de Cauchy au problème (2). La fonction g(x; y) =
1 y2
2x2
est continue dans l’ensemble

D = (x; y) 2 R2 : x 6= 0; y 2 R

@g y
(x; y) = 2
@y x
@g
La fonction @y (x; y) est aussi continue dans D: D’après le théorème de Cauhy
il existe une fonction et une seule y = f (x) solution de (2) et véri…ant la
condition initiale f (x0 ) = y0 : Bien sur (x0 ; y0 ) 2 D; c’est à dire x0 6= 0; y0 2 R
b) Remarquons que y = +1 ou y = 1 sont deux solutions constantes.
L’equation (1) s’écrit après séparation des variables :

dx 2dy
2
=
x 1 y2
on a
1 1+y
= ln +c
x 1 y
soit
1+y 1
= Ce x (3)
1 y
ou 1
Ce x 1
y= 1
Ce x +1

c) Remplaçons dans (3) x par x0 et y par y0 ; on obtient :


1 + y0 x1
C= :e 0
1 y0
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE367

Equations homogènes

Exercice4
Integrer l’équation di¤érentielle suivante :

xy 2 dy = x3 + y 3 dx

Solution Exercice4
p
y = x 3 3 log(Cx)
Exercice5
Integrer l’équation di¤érentielle suivante :
y y
x cos (ydx + xdy) = y sin (xdy ydx)
x x
Solution Exercice5
y
xy cos =C
x

Equations se ramenant aux équations homogènes

Exercice6
Integrer l’équation di¤érentielle suivante :

(x + 2y + 1)dx (2x + 4y + 3)dy = 0

Solution Exercice6

log(4x + 8y + 5) + 8y 4x = C

Exercice7
Integrer l’équation di¤érentielle suivante :

(3y 7x + 7)dx (3x 7y 3)dy = 0

Solution Exercice7

(x + y 1)5 (x y 1)2 = C
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE368

Equations linéaires

Exercice8
Integrer l’équation di¤érentielle suivante :
2y
y0 = (x + 1)3
x+1
Solution Exercice8

2y = (x + 1)4 + C(x + 1)2

Exercice9
Integrer l’équation di¤érentielle suivante :

(x x3 )y 0 + (2x2 1)y ax3 = 0

Solution Exercice9
p
y = ax + Cx 1 x2

Exercice10
Integrer l’équation di¤érentielle suivante :

y0 + y = e x

Solution Exercice10
ex y = x + C
Exercice11
Integrer l’équation di¤érentielle suivante :
ydx xdy
xdx + ydy =
x2 + y 2
Solution Exercice11
x
x2 + y 2 2 arctan =C
y
CHAPITRE 7. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU PREMIER ORDRE369

Equation de Bernoulli

Exercice12
Integrer l’équation di¤érentielle suivante :

y 0 + xy = x3 y 3

Solution Exercice12
2
y 2 x2 + 1 + Cex =1

Exercice13
Integrer l’équation di¤érentielle suivante :

(y log x 2) ydx = xdy

Solution Exercice13

y(Cx2 + log x2 + 1) = 4
Chapitre 8

EQUATIONS
DIFFERENTIELLES DU
SECOND ORDRE

8.1 Note Historique


Si l’on sait, dès la …n du XVIIe siècle intégrer les équations di¤éren-
tielles linéaires du premier et du second ordre à coe¢ cients constants par
des sommes d’exponentielles, il faut attendre 1760 pour que la théorie vienne
à bout des équations di¤érentielles linéaires à coe¢ cients constants d’ordre
quelconque. En 1739, Euler rencontre une équation di¤érentielle linéaire à co-
e¢ cients constants du 4e ordre sur un problème de vibration des tiges qu’il
ne sait pas intégrer. C’est en 1743 qu’il forme ce qu’on appelle aujourd’hui
l’équation caractéristique : les solutions sont de la forme : erx où les r sont
solutions d’une équation polynomiale. Un peu plus tard, il trouve comment
obtenir toutes les intégrales lorsqu’une racine r de l’équation caractéristique
est multiple : il faut les chercher de la forme :

xk :erx

D’Alembert remarque que pour les équations di¤érentielles linéaires non


homogènes, l’adjonction d’une solution particulière à la solution générale de
l’équation homogène donne la solution générale de l’équation homogène. La-
grange démontre que la solution générale d’une équation di¤érentielle linéaire
d’ordre n est de la forme :
Xn
Ck yk
k=1

370
CHAPITRE 8. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU SECOND ORDRE371

où les yk sont des solutions particulières convenablement choisis de l’équa-


tion. Lagrange introduit également la méthode de variation des constantes
pour résoudre par quadratures l’équation linéaire non homogène lorsque l’on
connaît la solution générale de l’équation homogène. D’Alembert, de son côté,
remarque que si l’on connaît une solution particulière y1 , en posant y = zy1 ,
on ramène l’intégration d’une équation linéaire d’ordre n homogène à une
équation du même type d’ordre n 1 en z : il y a abaissement de l’ordre.
Pour les équations linéaires, Euler utilise aussi des séries entières. Il re-
marque alors qu’il faut parfois des développements de la forme :
x S(x)
où S(x) est une série entière et un exposant non entier. Ceci près d’un
siècle avant les travaux de Fuchs et de Frobenius. Pour l’équation du second
ordre, il sait former l’équation déterminant ;et observe aussi, dans le cas où
est entier qu’il existe une second solution avec un terme logarithmique.

8.2 Equations linéaires homogènes. Dé…nitions


et propriétés générales
8.2.1 Dé…nitions
Dé…nition 1
Une équation di¤érentielle d’ordre n est dite linéaire si elle est du premier
dégré par rapport à la fonction inconnue y et ses dérivées y:::y (n 1) ; y (n) ,
c’est-à-dire si elle est de la forme
a0 y (n) + a1 y (n 1)
+ ::: + an y = f (x) (1)
où a1 +:::an et f (x) sont des fonctions données de x ou des constantes, et
a0 6= 0 quel que soit x dans le domaine de dé…nition de l’équation (1). Nous
supposerons par la suite que les fonctions a0 ; a1 ; :::; an et f (x) sont continues
pour toute les valeurs de x et que a0 = 1 (sinon il su¢ ra de diviser tous les
termes par a0 ). La fonction f (x) est appelée le second membre de l’équation.
Si f 6= 0, l’équation est dite non homogène ou encore avec second membre.
Si f = 0, l’équation s’écrit
y (n) + a1 y (n 1)
+ ::: + an y = 0 (2)
et elle est dite homogène ou sans second membre (le premier membre
de cette équation est une fonction homogène du premier degré par rapport à
y; y 0 ; y n ; :::; y (n) ).
CHAPITRE 8. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU SECOND ORDRE372

8.2.2 Propriétés générales


Etablissons quelques propriétés fondamentales des équations linéaires ho-
mogènes, en nous bornant aux équations du second ordre.

Théorème1
Si y1 et y2 sont deux solutions particulières de l’équation linéaire homo-
gène du second ordre
00
y + a1 y 0 + a2 y = 0 (3)
y1 + y2 est aussi solution de cette équation.

Démonstration
Etant donné que y1 et y2 sont solutions de l’équation proposée, on a
00
y1 + a1 y10 + a2 y1 = 0;
00 (4)
y2 + a1 y20 + a2 y2 = 0:

Substituant la somme y1 + y2 dans l’équation (3) et prenant en considé-


ration les identité (4), on aura
00
(y1 + y2 ) + a1 (y1 + y2 )0 + a2 (y1 + y2 )
00 00
= y1 + a1 y10 + a2 y1 + y2 + a1 y20 + a2 y2 = 0 + 0 = 0

ce qui montre que y1 + y2 est solution de l’équation.


Théorème2
Si y1 est solution de l’équation (3) et si C est une constante, Cy1 est
aussi une solution de cette équation.

Démonstration
Substituant dans l’équation (3) l’expréssion Cy1 , on obtient :
00 00
(Cy1 ) + a1 (Cy1 )0 + a2 (Cy1 ) = C y1 + a1 y10 + a2 y1 = C:0 = 0;

et le théorème est démontré.


Dé…nition 2
Deux solutions y1 et y2 de (3) sont dites linéairement indépendantes sur le
segment [a; b] ; si leur rapport n’est pas constant sur ce segment, c’est-à-dire
si
y1
6= const:
y2
CHAPITRE 8. EQUATIONS DIFFERENTIELLES DU SECOND ORDRE373

Sinon, les solutions sont dites linéairement dépendantes. En d’autres termes,


deux solutions y1 et y2 sont dites linéairement dépendantes sur le segment
[a; b] ; s’il existe une constante telle que
y1
=
y2
pour
a x b:
On a alors
y1 = y 2 :
Dé…nition 3
y1 et y2 étant des fonctions de x, le déterminant
y1 y2
W (y1 ; y2 ) = = y1 y20 y10 y2
y10 y20
est appelé déterminant de Wronski ou wronskien des fonctions y1 et y2 .
Théorème 3
Si les fonctions y1 et y2 sont linéairement dépendantes sur le segment [a; b],
alors leur wronskien est identiquement nul sur ce segment.

Preuve
En e¤et. Si y2 = y1 ; ou = const; alors y20 = y10 et
y1 y2 y1 y1 y1 y1
W (y1 ; y2 ) = = = = 0:
y10 y20 y10 y10 y10 y10
Théorème 4
Si le déterminant de Wronski W (y1 ; y2 ) des solutions y1 et y2 de l’équation
linéaire homogène (3) n’est pas nul en un point x = x0 du segment [a; b] où
les coé¢ cients de l’équation sont continus, il ne s’annule nulle part sur ce
segment.

Démonstration
y1 et y2 étant deux solutions de l’équation (3), on a :
y