Vous êtes sur la page 1sur 8

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

moyens de l’archéologie, de l’architecture, de la


reconstitution sonore ou visuelle, pour cartographier
Contre-enquêtes sur des crimes d’Etat
PAR JOSEPH CONFAVREUX
des destructions d’habitations bédouines dans le désert
ARTICLE PUBLIÉ LE JEUDI 15 MARS 2018 du Negev, reconstituer une fusillade dans les territoires
occupés, détailler une frappe de drone sur un bâtiment
au Pakistan, reconstituer virtuellement un centre de
détention secret en Syrie à partir des souvenirs
The Gaza Platform (An interactive map of attacks by Israeli forces
de survivants, ou encore enquêter sur la violence
on Gaza from 8 July – 26 August) 2014. © Forensic Architecture environnementale et le changement climatique au
À la jonction de l’architecture, de la topographie, de Guatemala.
l’expertise judiciaire et à la croisée de l’art et de La « forensic architecture », ou en français
la politique, l’agence Forensic Architecture, fondée « l’architecture d’investigation », répond plus
par Eyal Weizman, reconfigure l’activisme des droits particulièrement à l'urbanisation de la guerre. La
humains et la contre-investigation sur les crimes plupart des gens qui sont tués dans les guerres civiles
d’État. meurent en effet à l'intérieur des bâtiments et ces
Quand des architectes, des réalisateurs, des ingénieurs derniers peuvent devenir des preuves pour le type de
du son, des graphistes et des artistes inventent une violence qui est infligé à la ville et à ses habitants.
nouvelle discipline pour reconfigurer la politique des Forensic Architecture cherche ainsi à constituer les
droits humains et redéfinir les notions de preuve et paysages et les bâtiments en « capteurs » politiques,
de crime d’État, cela prend le nom de « forensic en « diagrammes des champs de force qui s’exercent
architecture ». autour » d’eux et en « outils d’investigation » au
L’agence Forensic Architecture a ainsi inventé service des droits humains, notamment en situation de
une discipline innovante de recherche scientifique et guerre et de conflits.
artistique et d’action politique. Et ces dernières années, En observant les crimes d’État d’un point de
elle a mis sur pied de nouvelles méthodes de recherche vue citoyen, en mobilisant un savoir aussi bien
pour entreprendre des investigations dans le domaine topographique, balistique que sonore ou architectural,
des droits humains et des abus commis par des États Forensic Architecture est donc emblématique de la
ou des entreprises. manière dont la vérité, appuyée notamment sur des
outils numériques, peut devenir une arme au service
des citoyens.
Eyal Weizman vient de signer un ouvrage richement
documenté et passionnant, aussi bien théoriquement
qu’empiriquement, qui restitue le travail effectué par

Le groupe produit des preuves pour des


tribunaux internationaux, des organisations non
gouvernementales ou même l’ONU. Il utilise les

1/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

Forensic Architecture depuis des années. Il s’intitule forum. Il exprime donc une pratique politique. Pour
Forensic Architecture. Violence at the Threshold of nous, le technico-légal (forensics) ne peut pas se passer
Detectability et est publié par les éditions Zone Books. de la mise en question publique (forensis).
Je pense qu’il est nécessaire d’arracher ce mot de la
gueule de la bête et de s’en servir comme d’un terme
appartenant au vocabulaire de la société civile et à la
contre-investigation.
Je suis bien conscient que ces deux termes,
« forensics » mais aussi « architecture », nous
parviennent avec une connotation autoritaire. Ces
deux mots, mis ensemble, peuvent même ressembler à
un vrai cauchemar.
Mais je pense que mettre ces deux mots ensemble
permet aussi de déstabiliser chacun d’entre eux.
« Forensics » exige des architectes qu’ils deviennent
des investigateurs et des figures publiques prenant
part aux débats publics. Et « architecture » exige
des experts en crimes qu’ils s’intéressent aux lieux
Il avait auparavant publié, parmi d’autres, deux et à l’environnement des crimes. Cela permet de
livres importants, The Least of All Possible Evils. s’intéresser à la manière dont les choses se sont
A Short History of Humanitarian Violence (Verso, effectivement déroulées, à reconstruire le parcours qui
2011, 2017) et Hollow Land: Israel’s Architecture of a mené du pistolet à la pièce où le coup a été tiré.
Occupation (Verso, 2007), dont un chapitre avait été
traduit en français aux éditions La Fabrique sous le Est-il possible de combler l’avance que les
titre À travers les murs. L’architecture de la nouvelle États peuvent avoir pour de telles expertises et
guerre urbaine (2007). Entretien. analyses technico-légales ?
Pourquoi avez-vous choisi le terme « forensic » En tout cas, nous devons essayer. Il me paraît
pour désigner à la fois votre activité et l’agence que absolument essentiel de bâtir des moyens de contre-
vous avez fondée ? investigation, d’au moins deux façons. D’abord, la
contre-investigation consiste à connaître les moyens
Eyal Weizman : Parce que je vois dans ce terme à la de surveillance des États pour pouvoir se camoufler.
fois des problèmes et des potentialités. Le problème
principal est que l’activité recouvrée par ce terme de
forensics, telle qu’elle est aujourd’hui pratiquée, est
un moyen pour les États, les polices ou les agences
gouvernementales de superviser et surveiller leurs
populations.
Mais historiquement, l’origine du terme désigne
quelque chose de très différent. Alors que « forensics »
désigne désormais le recours à l’expertise scientifique
dans la sphère juridique, le mot vient de forensis, un
terme qui, en latin, renvoie à la place publique, au fait
d’amener une question ou une réclamation jusqu’au

2/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

Le camouflage, tel que je l’entends, ne désigne pas laboratoire (lab) où l’information est traitée et le
seulement celui peint sur les uniformes ou les blindés troisième est le forum, où les choses sont montrées et
de la Seconde Guerre mondiale. présentées.
Le technico-légal étatique et gouvernemental va, de
manière constante, chercher à conserver son avance et
ses avantages dans ces trois domaines. Par exemple, le
cordon qui entoure une scène de crime est une manière
d’exclure quiconque est jugé illégitime par l’État de
l’endroit où le crime a été commis. Cela transforme
le territoire où le crime a été commis en zone de
souveraineté étatique exclusive, sans autre regard que
le sien, celui de ses experts ou techniciens.
Dans le laboratoire, l’avantage de l’État est lié, depuis
le tournant technico-légal du début du XXe siècle
initié notamment grâce aux travaux du criminologue
français Alphonse Bertillon, à l’idée que l’État doit
voir et savoir plus et mieux que les individus qu’il
poursuit. Ce différentiel est ce qui permet d’inculper
La technologie de camouflage la plus importante les criminels, parce que vous maîtrisez les archives, les
aujourd’hui est celle qui vise à se protéger de l’œil données, les signaux, les visions, les optiques…
des machines qui nous entourent et des algorithmes, L’avantage des États, pour ce qui concerne le forum,
notamment ceux qui cherchent à développer la est un contrôle complet du protocole de présentation :
reconnaissance faciale, grâce à des caméras de qui peut s’autoriser à parler des faits et qui en est
surveillance. On a ainsi pu voir des migrants brûler empêché ?
ou lacérer leurs empreintes digitales pour éviter
La contre-investigation doit donc être en mesure de
de pouvoir être identifiés. À l’origine, la contre-
briser ces trois monopoles. Elle doit ainsi d’abord être
investigation (« counter-forensics ») constitue donc
capable de franchir le cordon de police. Quand il y a
une façon d’entraver la collecte de signaux par les
une guerre à Gaza et que je devrais m’y rendre, l’État
États.
israélien ne va pas me permettre d’y aller. Il y a, en cas
Mais la contre-investigation désigne aussi la tentative de guerre à Gaza, un cordon policier tout autour de la
de combler l’écart entre les moyens d’information dont zone de crime qu’est la bande de Gaza. Ni les ONG, ni
disposent les États et les grandes sociétés et ceux dont les enquêteurs de l’ONU, ni les groupes de la société
disposent la société civile et les citoyens. Nous devons, civile ne peuvent franchir ce cordon étatique.
pour cela, à la fois développer des outils spécifiques, et
savoir utiliser les outils qui existent déjà, et qui étaient
autrefois accessibles seulement aux États, par exemple
les images satellites. Il faut, pour cela, combiner un
The Gaza Platform (An interactive map of attacks by Israeli forces
certain esprit journalistique avec une démarche propre on Gaza from 8 July – 26 August) 2014. © Forensic Architecture
aux groupes de défense des droits humains ou des Bien sûr, il existe des moyens pour la société civile
activistes politiques. de briser le cordon. Il y a d’abord les fuites. Quelque
Mais la difficulté est que l’investigation (forensics) chose qui se trouvait alors dans le domaine réservé de
opère dans trois domaines. Le premier est l’espace l’État franchit le cordon de l’intérieur vers l’extérieur.
(field) où le crime a eu lieu, le deuxième est le Ou bien, certaines personnes à l’intérieur du cordon, en

3/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

l’occurrence les habitants de Gaza, peuvent fournir des La seconde est que le problème, pour les enquêteurs
informations, enregistrer des images, mettre en ligne et les analystes travaillant pour la défense des droits
des données… humains, a longtemps été le manque de données.
Pour ce qui concerne le laboratoire, l’État israélien Aujourd’hui, le problème est aussi que nous avons
dispose, pour poursuivre avec cet exemple de parfois beaucoup trop de données pour les appréhender
Gaza, d’immenses données, des enregistrements et les analyser sans un travail non seulement de
téléphoniques, des images, alors que nous avons, en collecte, mais aussi de mise en forme et en relation des
comparaison, très, très peu. Nous n’aurons jamais des données.
ressources financières ou technologiques équivalentes Nous utilisons alors des modèles architecturaux, ce
à celles des États. que nous désignons en anglais par l’architecture data
Mais nous avons la possibilité de transformer le complex pour croiser les sources, comprendre, penser
laboratoire qu’on ne pourra jamais obtenir en studio et construire des récits au milieu d’immenses quantités
multidisciplinaire, avec des professionnels de l’image, de données.
des réalisateurs de films, des ingénieurs du son, Par exemple, le 1er août 2014, lors du bombardement
des architectes et bien sûr aussi des avocats et des de Rafah à Gaza par l’armée israélienne, nous avions
scientifiques, pour établir – nous aussi, même si c’est plus de 7 200 vidéos collectées ici ou là. Il fallait
souvent avec des outils différents – des faits et produire réussir à mettre en lien ce que chacune d’elles montrait
des actions légales et politiques à partir des vérités avec un seul point de vue sur la guerre qui se déroulait
ainsi établies. alors. Nous avons donc bâti un modèle virtuel de la
Pour ce qui concerne le forum, il n’est pas possible de cité, qui nous a permis d’intégrer toutes les images,
mettre en procès, dans les tribunaux israéliens, ceux tous les blessés, toutes les destructions, tous les morts
qui commettent les crimes qui se déroulent à Gaza. que nous avions pu repérer sur différentes images.
Mais nous avons pu, dans certains cas, bâtir des forums Un autre exemple : nous avons travaillé sur la
alternatifs à ceux des États pour mettre en lumière disparition et la mort de 43 étudiants de l’École
des preuves de crimes et l’implication de criminels, normale rurale d’Ayotzinapa dans la ville d’Iguala,
en travaillant pour cela avec des journalistes ou des au Mexique, en 2014. Nous avons des milliers et des
institutions culturelles ou artistiques. milliers de données numériques. Et c’est seulement en
C’est essentiel, parce que si des preuves ou des étant capable de les mettre ensemble, dans un modèle
éléments de preuve ne deviennent pas publics, ils chronogéographique, que certaines choses devenaient
n’existent pas. Nous devons donc trouver des forums visibles.
qui ne sont pas seulement ceux des tribunaux pour
rendre publics ces éléments de preuve.
Dans quelle mesure l’architecture peut-elle être un
moyen d’enquêter sur les violences et les crimes The Ayotzinapa Case (A Cartography of Violence). © Forensic Architecture

d’État ? Nous avons ainsi pu mettre en relation les coups de


La première réponse est très simple. L’architecture, téléphone entre la police locale et l’armée, et le fait
ou le bâti en général, est aujourd’hui l’endroit où la qu’immédiatement après ces coups de téléphone, des
plupart des conflits armés se déroulent. Le terrain de coups de feu ont été tirés en différents endroits de
guerre des drones en Afghanistan ou au Pakistan est la ville, de façon simultanée. Il était ainsi possible
constitué par des villes et des villages. C’est aussi le de cartographier et de mettre en évidence qu’il y
cas en Palestine, en Syrie ou au Mexique. Nous parlons avait eu un ordre de donné, qui émanait de structures
bien de phénomènes avant tout urbains. étatiques, alors que la version officielle accusait

4/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
5

les narcotrafiquants d’être les seuls responsables de avoir des débats sur ce que ça signifie. Nous pouvons
ce qui s’était passé. Nous avons pu ainsi prouver trouver une manière partagée de regarder des objets ou
l’implication de l’État mexicain. des faits.
L’architecture est également un outil important d’une
autre manière, qui peut se définir comme un art
mnémotechnique, comme la possibilité de faire appel
à la mémoire de témoins pour reconstituer des faits
quand il n’y a pas de données téléphoniques, d’images,
d’enregistrements…
Nous avons ainsi pu reconstituer l’intérieur d’un centre
de torture secret en Syrie, Saydnaya, auquel personne
n’avait eu accès, à l’exception de ceux qui y avaient
été détenus, à partir des témoignages de survivants
réfugiés en Turquie. Et ce alors même que beaucoup
d’entre eux n’avaient même pas une vision des lieux
puisqu’ils avaient des bandeaux sur les yeux.

La vérité est ainsi une sorte de bien commun, de


ressource commune, comme l’air, l’eau, la planète, et
Saydnaya (Inside a Syrian Torture Prison). © Forensic Architecture
il arrive que ce bien commun soit pollué, que ce soit
En travaillant avec des ingénieurs du son sur la par des politiciens ou des industriels qui introduisent
mémoire sonore, sur l’acoustique, en recoupant les des toxines dans cette ressource partagée.
témoignages, nous avons pu les aider à se souvenir
Qu’une usine déverse des produits toxiques dans
de détails importants qu’ils avaient pu oublier.
une rivière ne signifie pas que l’eau de cette rivière
L’architecture peut être un point d’entrée essentiel
n’existe plus. C’est la même chose pour la vérité. Des
dans la mémoire, souvent traumatisée en situation de
politiciens peuvent manipuler la vérité, mais cela nous
guerre.
oblige surtout à nous battre ensemble pour débarrasser
Que voulez-vous dire en définissant votre position cette ressource commune de ces pollutions.
comme de « l’objectivité engagée » (engaged
« L’objectivité engagée » est une manière de dire
objectivity) ?
que les connaissances et les savoirs sont situés, et
Nous pensons que l’objectivité ne consiste pas à notamment que les communautés qui subissent des
défaire des situations ou des positions subjectives. violences sont souvent les plus aptes à comprendre les
L’objectivité peut être considérée comme un bien situations et à fournir les analyses pour les décrire et
commun. Nous pouvons nous mettre d’accord sur ce éventuellement les combattre.
que nous voyons ensemble, même si nous pouvons
En prenant parti, en ne prétendant pas à une fausse
neutralité, en faisant preuve de solidarité, on peut
produire des recherches et des données plus précises
qu’en demeurant dans une situation surplombante
quand il y a conflit.

5/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
6

Faire de la politique n’est pas antithétique avec dans les années 1970 pour retrouver un sous-marin
le fait de produire des savoirs, au contraire, cela nucléaire russe qui avait coulé ? L’épisode avait
peut énergiser la production de données et de donné lieu à ce qu’on désigne désormais sous le
connaissances. Sans s’intéresser à la politique, il me terme de « Glomar Response », à savoir que les
paraît difficile de trouver la vérité. agences américaines « ne confirment ni n’infirment
Ayant dit cela, nous ne dissimulons rien. Si nous ni l’existence ni la non-existence » des objets ou des
trouvons quelque chose que nous n’avons pas prévu situations au sujet desquels des questions leur sont
ou imaginé, nous le rendons public, mais nous le posées… Doit-on alors combattre de la même façon
considérons à partir de notre position ou de notre ces différentes manières de nier certains faits ?
engagement politique. Tout déni n’est pas seulement un acte rhétorique.
Que signifie le sous-titre de votre livre, « violence Il dépend des technologies sur lesquelles il est
au seuil de détectabilité » ? susceptible de s’appuyer. Il dépend des lois, de ce
Le seuil de détectabilité définit pour moi l’avantage que la loi vous oblige à révéler ou de ce qu’elle
des États en termes de connaissances, de savoirs et vous interdit de dire. Il dépend aussi de son mode
de moyens d’obtenir des informations en situation de d’apparition. La loi, la technologie, la politique, les
guerre. La résolution d’un drone, au moment où il faits : tout cela cadre l’équation dans laquelle le
tue, est de quelques millimètres par pixel. Les groupes déni est formulé et parfois utilisé comme moyen de
issus de la société civile qui surveillent ces frappes gouvernement.
de drone ne disposent que d’une résolution de 50 Dans cette mesure, la négation, le déni et la
centimètres par pixel. « glomarization » articulent de manière différente les
technologies, la loi, la politique et la rhétorique. La
« glomarization » consiste à refuser de se prononcer,
de dire oui ou non. C’est une contre-technologie
Drone Strikes (Investigating covert operations
qui s’oppose à la liberté d’information, mais cela
through spatial media). © Forensic Architecture peut révéler, même dans le refus d’infirmer ou de
Cette différence entre la résolution dont dispose l’État confirmer, qu’il y a eu une décision de prise.
pour tuer et la résolution dont dispose la société civile La négation, dans le sens qu’a pu lui donner le
pour surveiller constitue l’espace du crime. Le crime négationniste Robert Faurisson, consiste pour moi à
se déroule toujours à l’intérieur de cette zone, parce refuser par exemple à un témoin le droit de dire
que les crimes d’État ont besoin d’être niés et déniés. quelque chose, au motif que l’épistémologie choisie
Il y a, simultanément, un crime contre des personnes pour accéder à la vérité serait elle-même erronée.
ou des choses et un crime contre la vérité. La violence La négation s’attaque donc moins aux faits eux-
d’État tend donc à se déployer en dessous du seuil de mêmes, comme c’est le cas dans le déni, qu’à la
détectabilité, qui peut prendre la forme de résolutions manière dont ceux-ci sont exprimés et relatés. Il s’agit
d’images ou se définir par le fait d’exclure des groupes d’une lutte sur la manière dont la vérité et les faits sont
de la société civile des terrains que l’on veut conserver produits, sur l’épistémologie elle-même.
secrets. Le secret est essentiel au déploiement de
Si l’on prend l’exemple du réchauffement climatique,
la violence. La contre-investigation citoyenne doit
on peut ainsi distinguer ceux qui affirment que celui-
donc trouver le moyen de passer sous ce seuil de
ci n’existe pas et ceux qui affirment que la science n’a
détectabilité.
pas les moyens de se prononcer de manière exacte ou
Faut-il distinguer la négation, le déni, et ce que fondée sur le sujet.
vous appelez la « glomarization », du nom du
Glomar Explorer, un bateau construit par la CIA

6/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
7

En conséquence, les réponses que l’on peut faire à faits doivent toujours être composés. Tout acte de
ces formes de déni dépendent des situations et des recherche, de composition ou de restitution est à la fois
articulations entre les faits, les lois, les rhétoriques politique et esthétique, et nous rapproche des faits plus
et les manières dont les dénis se formulent et qu’il ne nous en éloigne.
apparaissent. Mais c’est vrai qu’un avocat a pu m’expliquer que,
Vous décrivez votre travail comme à la fois devant un tribunal, je ne devais jamais employer le
politique et esthétique, mais vous racontez terme « esthétique » au risque de voir tout le monde
l’exemple d’un avocat britannique qui vous a sortir de la salle…
expliqué que l’esthétique était antithétique avec la Quelles différences faites-vous entre votre travail et
conception juridique et légale de la vérité, perçue celui de journalistes d’investigation ?
comme simple et objectivement donnée. Comment
Je viens de l’histoire et de la théorie de l’architecture.
faire avec ça ?
Il existait un débat en Israël parmi les opposants à
Tout scientifique connaît l’importance des faits et l’occupation des Palestiniens sur les manières d’agir
des signes qui les manifestent, mais aussi de la contre celle-ci, et je faisais partie de ceux qui pensaient
manière dont ceux-ci sont mis ensemble, composés ou qu’il fallait bâtir une machine théorique mariant les
recomposés, que ce soit pour convaincre leurs pairs outils de la philosophie et ceux du journalisme pour se
ou obtenir des financements. Mais aucun scientifique donner des armes afin de lutter contre l’occupation.
n’admettrait que la beauté de leurs restitutions peut
Forensic Architecture est une tentative de ce
jouer un rôle dans cela.
genre, consistant à entrer dans la microphysique
Dans l’investigation technico-légale, tout le monde des événements, l’ombre portée de l’histoire et
sait que la manière de restituer, la puissance de la des processus culturels sur les situations politiques
rhétorique, la qualité des images, la puissance de présentes, les habitudes, les théories…
la cartographie, la façon de composer des modèles
Je ne m’intéresse pas au journalisme sans faire
spatiaux ou de réaliser des films, sont essentielles.
de philosophie ou à la philosophie sans aspects
Mais en dépit de ça, nous gardons l’idée qu’il
journalistiques. La tâche d’une activité théorique
existe une pureté des faits et que les actes de
et politique aujourd’hui me paraît être d’unir ces
médiation et de représentation seraient nécessairement
approches.
des manipulations.

RAFAH: BLACK FRIDAY (Report on the war operations of


1-4 August 2014, in Rafah, Gaza). © Forensic Architecture

Nous affirmons pourtant que les gestes de traduction,


de médiation et de représentation font partie des
faits, et ne nous éloignent pas d’eux, parce que les

7/8
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
8

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Directeur éditorial : François Bonnet Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, Thierry Wilhelm. Actionnaires peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
directs et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Marie-Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Société des Amis de Mediapart. Paris.

8/8