Vous êtes sur la page 1sur 1

La norme DVB-T2 est une évolution de la norme DVB-T, conçue pour partie en France, qui est

actuellement utilisée pour la diffusion de la télévision. Selon les premières estimations


disponibles, elle garantirait un débit légèrement supérieur à 35 Mbit/s, soit une augmentation de
près de 40% par rapport à une diffusion en DVB-T. Ces évaluations doivent être complétées
dans la mesure où la réalité dépendrait des paramétrages qui seraient retenus eu égard aux
spécificités de la diffusion en France.
Le DVB-T2, caractérisé par un débit numérique élevé, une plus grande robustesse du signal et
une meilleure flexibilité de configuration, permettrait de diffuser par exemple : dix chaînes par
multiplex en définition standard en MPEG 2 au lieu de six ; dix-sept chaînes par multiplex en
25
définition standard en MPEG 4 au lieu de dix ; quatre chaînes par multiplex en haute définition
au lieu de trois.
Avec la norme DVB-T, l’adjonction de deux nouveaux multiplex aux six existants permettrait de
diffuser seulement 24 chaînes en haute définition, alors qu’il existe actuellement 28 chaînes
nationales sur la TNT (outre la ressource attribuée pour les télévisions locales et les seconds
décrochages de France 3). Faute de fréquences suffisantes, cela reviendrait à établir une
discrimination entre les chaînes diffusées en haute définition et celles qui seraient condamnées à
rester, contre leur gré, en définition standard. Cela interdirait aussi la création de chaînes
supplémentaires. Il en résulterait un paysage audiovisuel français à la fois appauvri et figé, sans
réelle perspective de développement. C’est pourquoi la plupart des professionnels, avec plus ou
moins d’enthousiasme, estime inéluctable une généralisation à terme de la norme DVB-T2 pour
optimiser la ressource radioélectrique disponible. Il sera dès lors possible, avec huit multiplex
portant chacun quatre chaînes en haute définition, de garantir le passage de l’ensemble des
chaînes existantes à la haute définition, tout en créant deux chaînes supplémentaires, peut- être
trois si la nouvelle norme présentait de meilleures performances ou si le débit attribué à chaque
chaîne était réduit. Il serait cependant impératif que les caractéristiques techniques de la norme
DVB-T2 « à la française » puissent, comme le demande le « Forum HD », permettre la
conservation des actuels pylônes d’émission et ne pas imposer le changement des antennes de
réception.
Si le choix d’une nouvelle norme de diffusion ne devrait pas soulever de difficultés excessives
dans son principe, il n’en irait pas de même du calendrier de sa mise en service. Comme sur
d’autres sujets, les auditions ont fait ressortir l’existence de deux approches aux arguments
également structurés : la première est fondée sur une introduction immédiate et progressive de la
norme DVB-T2, tandis que la seconde repose sur un basculement général qui n’aurait pas lieu
avant plusieurs années.