Vous êtes sur la page 1sur 10

Devoir surveillé d’Energétique des Machines

Année scolaire 2014-2015


(4 pages dont celle-ci)

Tous documents autorisés


Calculatrice autorisée

On prendra g = 9,81 m.s-2.


Les notations sont les notations habituelles du cours.

Barème indicatif :
Exercice 1 : 14 points
Exercice 2 : 6 points

1/4
Exercice 1 : Régulation d’une pompe d’adduction d’eau
La caractéristique de fonctionnement d’une pompe est donnée par le tableau constructeur suivant pour une vitesse
de 1450 t/min. Les débits sont donnés en litres par seconde (l/s) :
Débit volumique Qv (l/s) 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Hauteur nette hn (m) 129 139 145 147 145 139 129 116 98 77 51
Rendement global (%) 0 9.3 21.8 36.1 50.4 63.4 73.4 78.9 78.4 70.2 53
NPSH (m) 3 2.8 2.9 3.1 3.3 3.5 4 4.2 4.8 5 5.2
1) En utilisant un tableur, les caractéristiques de la pompe sont approximées par les polynômes suivant :
Hauteur nette (hn en m et Qv en l/s) Rendement global exprimé en % ( Qv en l/s )
hn  0.0196  Qv  1.1801  Qv  129.1 %  2,57 10 4  Qv 3  0,0238  Qv 2  0.7195  Qv
2

Vérifier pour la hauteur nette et le rendement global que les différences entre les valeurs fournies par les
polynômes et celles du le tableau constructeur pour les débits de 10 et 50 l/s sont inférieures à 1%.
2) Cette pompe permet de transvaser de l’eau d’un réservoir A vers un réservoir B par une canalisation
cylindrique composée d’une partie aspiration et d’une partie refoulement (caractéristiques fournies dans le
tableau suivant). Les surfaces libres des deux réservoirs sont à la pression atmosphérique (égale à 1 bar) et la
différence d’altitude entre les deux réservoirs est de 50 m. On admet un coefficient de pertes de charge
régulières =0.02 dans toutes les conduites. Déterminer le point de fonctionnement et la puissance sur
l’arbre de la pompe. La pression de vapeur saturante étant égale à 4600 Pa vérifier que la pompe ne
cavite pas.
Schéma du circuit Circuit de refoulement
somme des pertes de charges singulières du circuit de
refoulementrefoulement=10
(diamètre) DR=200 mm ; (longueur) LR=1500 m
Circuit d’aspiration
clapetclapet=2
filtre : filtre=2
(diamètre) DA= 230 mm ; (longueur) LA= 3 m

3) On désire réguler le débit de la pompe pour obtenir un débit de 10 l/s et un débit de 50 l/s. Pour cela on utilise
une vanne placée sur la conduite de refoulement. Déterminer les coefficients de perte de charge de la
vanne permettant d’obtenir ces deux débits. Déterminer pour ces deux points de fonctionnement la
puissance sur l’arbre de la pompe.
4) On effectue une régulation de débit de la pompe par variation de sa vitesse de rotation. Déterminer les
vitesses de rotation de la pompe (en t/min) permettant d’obtenir les débits : 10 l/s et 50 l/s. Déterminer
pour chaque vitesse la puissance sur l’arbre de la pompe. Montrer que cette solution de régulation du
débit est bien meilleure énergétiquement que la précédente.
5) Le constructeur de la pompe déconseille fortement d’utiliser la partie montante de la caractéristique de la
pompe (points dans la zone grisée, texte en italique, du tableau constructeur). Montrer que le point de
fonctionnement obtenu en faisant varier la vitesse de rotation dans la question précédente pour le débit
de 10 l/s appartient à cette zone interdite de la caractéristique de la pompe.
6) Pour éviter de se trouver dans la zone interdite de la caractéristique de fonctionnement, on décide de faire
varier la vitesse de la pompe et de placer une conduite de dérivation de diamètre 0,1 m entre l’entrée et la
sortie de la pompe (voir figure ci dessous). Déterminer la vitesse minimale de rotation pour obtenir un
débit de 10 l/s dans la conduite principale avec un point de fonctionnement correspondant au point
homologue de débit 40 l/s du tableau constructeur.
En déduire la puissance sur l’arbre de la pompe et montrer que cette méthode de
réglage, pour ce débit de 10 l/s dans le réseau, est la plus efficace énergétiquement.
Quel est la valeur du débit dans la conduite de dérivation ?
Déterminer le coefficient de perte de charge singulière de la vanne du circuit de
dérivation. Pour cela on négligera dans la conduite de dérivation toutes les pertesCasde2 charge Cas 3
autres que celles engendrées par la vanne.

2/4
Exercice 2 : Banc d’essai échangeur
Un ventilateur centrifuge est utilisé dans un banc de test d’échangeur. Le ventilateur aspire de l’air dans une
conduite dans laquelle est inséré un échangeur de chaleur. Le circuit est présenté sur la figure suivante. Le
ventilateur permet une aspiration de l’air qui est à une pression égale à la pression atmosphérique, et véhicule cet
air dans une conduite de section carré de manière à obtenir un champ de vitesse pratiquement plat, c'est-à-dire
avec une vitesse quasi-constante dans la conduite. Cet air passe ensuite dans un échangeur où il est chauffé à une
température constante et homogène. L’air est ensuite véhiculé dans une conduite circulaire et passe par un organe
déprimogène (débitmètre) qui permet la mesure du débit volumique de l’écoulement d’air. En amont de ce
débitmètre on mesure la pression statique et la température de l’air. L’air est enfin refoulé à la pression
atmosphérique à la sortie du ventilateur. La pression atmosphérique est égale à 1 bar. La température de l’air à
l’entrée du banc d’essai est égale à 20 °C. La masse volumique normale de l’air est égale à 1,293 kg/nm3
(conditions normales = 0°C et 101325 Pa).

1. La prise de pression statique à l’amont du débitmètre indique une pression relative de -1000 Pa. Un capteur
de température placé au même endroit que la sonde de pression indique une température de l’air de 50 °C. le
débitmètre mesure un débit de 3000 m3/h. Déterminer la vitesse d’air que l’on a à l’entrée de l’échangeur
dans la conduite carrée de 500 mm de côté.
2. La caractéristique de fonctionnement de ce ventilateur est fournie sur la page suivante. Le ventilateur
fonctionne à une vitesse de 3000 T/min. Placer le point de fonctionnement sur la courbe du ventilateur et en
déduire le rendement global et la différence de pression totale amont/aval ventilateur.
3. En supposant que le coefficient de perte de charge singulière à la sortie du ventilateur est égal à 1 (=1),
déterminer la pression statique à la sortie du ventilateur.
4. En supposant que les vitesses d’air à l’entrée et à la sortie du ventilateur sont égales, Déterminer la pression
statique effective à l’entrée du ventilateur.
5. La courbe caractéristique du ventilateur donnée par le constructeur est donnée pour une masse volumique du
fluide de 1,2 kg/m3. La masse volumique de l’air qui circule dans le ventilateur est différente du fait de la
variation de la température et de la pression du fluide. Montrer à l’aide de la similitude restreinte (le
coefficient de travail net est fonction du coefficient de débit ; le rendement global est une fonction du
coefficient de débit) des turbomachines que cette différence de masse volumique du fluide n’a pas
d’influence sur le débit volumique qui passe dans le ventilateur mais modifie la différence de pression
totale entrée sortie du ventilateur de manière proportionnelle au rapport de masse volumique.

3/4
4/4
CORRECTION

Exercice 1 : Régulation d’une pompe d’adduction d’eau


1. En utilisant un tableur, les caractéristiques de la pompe sont approximées par les polynômes suivant :
Hauteur nette (hn en m et Qv en l/s) Rendement global exprimé en % ( Qv en l/s )
hn  0.0196  Qv  1.1801  Qv  129.1 %  2,57 10 4  Qv 3  0,0238  Qv 2  0.7195  Qv
2

Vérifier pour la hauteur nette et le rendement global que les différences entre les valeurs approximées par
les polynômes et celles fournies par le tableau constructeur pour les débits de 10et 50 l/s sont inférieures à
1%
Débit [m3/h] 10 50
hn [m] 139 139
Rendement global 9.3 063.4
Hn équation (m) 138.951 139.11
Rendement global équation 9.318 63.35
Différences sur hn en % 0,04% 0.08%
Différences sur rendement en % 0,2% 0.08%
2. : Déterminer l’équation de la caractéristique du réseau. Déterminer par calcul le point de
fonctionnement de la pompe. Déterminer la puissance absorbée par la pompe
 L        
H    filtre   clapet     A    8         LR    8   Qv 2  50
 D    2  D 4  g    D     2  D 4  g 
    asp      ref 

  3     
  2  2  0 ,02     2
8    10  0 ,02   1500   8   Qv 2  50  Qv en m 3 / s
 
4  
   0 ,23  9 ,82        0 ,2  9 ,82 
2 4
 0 ,23 0 ,2

H  8388.4  Qv  50  Qv en m 3 / s
2

H  0.008388  50  Qv en l / s

hn  0.0196  Qv 2  1.1801  Qv  129.1  0.008388  Qv 2  50   2 ,57  10 4  Qv 3  0.0238  Qv 2  0.7195  Qv  78.9%


hn  0.0196  Qv  1.1801  Qv  129.1  101.39 m
2
 0.027988  Qv 2  1.1801  Qv  79.1  0
  1.3926  4  0.027988  79.1  10.248
Pn   g  hn  Qv 1000  9,81  101.39  78.27 1000 
Pa   
 1.1801  10.248   0.789
Qv   78.27 l / s
2  0.027988
 98.7 kW

Pa  Pvs
NPSHdispo   hauteuraspiration  Haspiration
g
Pa  Pvs   L  8 Qv 2 
  2   filtre  clapet     A   2 4  
g    DA    D g 


Pa  Pvs 
 2   2  2  0 ,02  
 3 
  2
8

78.27 1000 2 

g    0 ,23    0 ,23
4
9 ,82 
NPSHdispo  7 ,72  0.77  6 m

NPSHrequis  4.8 m
La pompe ne cavite pas

3. On désire réguler le débit de la pompe pour obtenir un débit de 10 l/s et un débit de 50 l/s. pour cela on utilise
une vanne placée sur la conduite de refoulement. Cette vanne a un coefficient de perte de charge qui varie en
fonction de son ouverture. Déterminer le coefficient de perte de charge de la vanne permettant d’obtenir ces
deux débits.

5/4
 L     L   
H    filtre   clapet     A    8         R    8   Qv 2  50
 D     2  D 4  g   vanne  D     2  D 4  g 
    asp      ref 

   3     
  2  2  0 ,02     2
8     vanne  10  0 ,02   1500   8   Qv 2  50  Qv en m 3 / s

   
 0 ,23    0 ,23  9 ,82   
4
 0 ,2    0 ,2  9 ,82 
2 4

  
H Qv  0.01 m 3 / s  hn Qv  10 l / s   8388.45  Qv 2   2
8   vanne 
  Qv 2  50  139 Qv en l / s
   0 ,2  9 ,82 
4

 vanne 
139  50  8388.45  0.01   2 2
 0 ,2 4  9 ,82
 17054
0.01  8 2

 vanne 

139  50  8388.45  0.05     2  0 ,2 4  9 ,82
2
 526
0.05 2  8

Pn   g  hn  Qv 1000  9,81 139  10 1000 


Qv  10 l / s  Pa     146.623 kW
  0.093
Pn   g  hn  Qv 1000  9,81 139  50 1000 
Qv  50 l / s  Pa     107.5 kW
  0.634

4. On détermine la parabole de similitude permettant de fonctionner au débit de 10 l/s et 50 l/s. Cette courbe est
de la forme

H  Ks  Qv
2
il faut déterminer les Ks (coefficient de la parabole de similitude) pour les différents débit

H Hreseau Qv 
Ks  
Qv 2 Qv 2

Qv 10 50
reseau 50.83 70.97
Ks 0.5083 0.0284
Et calculer le débit correspondant à l’intersection de la parabole de similitude avec la courbe de la pompe :
 10 l/s

hn  0.0196  Qv 2  1.1801  Qv  129.1  0.5083  Qv 2


 0.5279  Qv 2  1.1801  Qv  129.1  0
  1.3926  4  0.5279 129.1  274
 1.1801  274
Qv   16.8 l / s
2  0.5279

 50 l/s
hn  0.0196  Qv  1.1801  Qv  129.1  0.0284  Qv 2
2

 0.048  Qv  1.1801  Qv  129.1  0


2

  1.3926  4  0.048  129.1  26.18


 1.1801  26.18
Qv   65.6 l / s
2  0.048

A partir de ces deux débits on calcule aisément les deux nouvelles vitesses de rotation pour obtenir les débits de
10 et 50 l/s

6/4
N 10 10
  N  1450   863 t / min
1450 16.8 16.8
N 50 50
  N  1450   1104 t / min
1450 64 65.6

Pour calculer les puissances sur l’arbre on utilise le rendement des points homologues appartenant à la parabole
de similitude.
Qv  16.8 l / s  %  2 ,57  10 4  16.8 3  0 ,0238  16.8 2  0.7195  16.8  17.6 %
Qv  65.6 l / s  %  2 ,57  10 4  65.6   0 ,0238  65.6   0.7195  65.6  77 %
3 2

Pn   g  hn  Qv 1000  9,81  50.83  10 1000 


Qv  10 l / s  Pa     28.3 kW
  0.176
Pn   g  hn  Qv 1000  9,81  70.97  50 1000 
Qv  50 l / s  Pa     45.2 kW
  0.77

5. Le constructeur de la pompe déconseille fortement d’utiliser la partie montante de la caractéristique de la


pompe (points dans la zone grisée du tableau de la pompe). Montrer que le point de fonctionnement obtenu
en faisant varier la vitesse de rotation dans la question précédente pour le débit de 10 l/s appartient à cette
zone interdite de la caractéristique de la pompe.
Le point de réglage à 10 l/s et correspondant à une vitesse de rotation de 863 t/min correspond au point
homologue sur la courbe initiale à 1450 t/min au débit de 16.8 l/s. Ce point correspond bien à la zone grisée
de la caractéristique de la pompe et il ne faut donc pas utiliser un point de fonctionnement dans cette zone.
6. Déterminer dans un premier temps la vitesse minimale de rotation pour obtenir un débit de 10 l/s dans
la conduite principale avec un point de fonctionnement correspondant au point homologue de débit 40
l/s du tableau initial.
Le principe est de faire fonctionner la pompe à une vitesse de rotation qui lui permet de vaincre les pertes de
charge du circuit initial avec un débit de 10 l/s tout en restant dans la partie de la caractéristique autorisée
correspondant au point 40 l/s du tableau initial (voir schéma)

On détermine la parabole de similitude qui passe par le point à 40 l/s de la caractéristique de la pompe à la vitesse
de 1450 t/min :
Qv  40l / s hn  145 m  K  0.0906

A partir de la connaissance de cette parabole on sait que le point de fonctionnement de la pompe doit vaicre les
pertes de charge du réseau initial avec un débit de 10 l/s ce qui nous donne la hauteur nette de la pompe à la
vitesse réduite. Avec cette hauteur nette on détermine la vitesse de rotation de la pompe :

7/4
Hréseau 10 l / s   N 
2 2
hn 50.83  N 
Qv  40 l / s        N  858 t / min
hn 1450 hn 1450  1450  145  1450 

Pour la puissance dur l’arbre, le point de fonctionnement correspond au point homologue au point à 40 l/s à la
vitesse de 1450 t/min donc le débit est égal à :
Qv 858 858
Qv  40 l / s   Qv  40   23.7 l / s
40 1450 1450
g  0.504

Pn   g  hn  Qv 1000  9,81  50.83  23.7 1000 


Qv  10 l / s  Pa     23.45 kW
  0.504

Le débit dans la conduite de dérivation est égal à la valeur du débit qui circule dans la pompe moins la valeur du
débit dans le réseau initial :
Qv dérication  23.7  10  13.7 l / s

Pour le coefficient de perte de charge de la vanne on égalise la perte de charge du circuit de dérivation avec la
perte de charge du circuit initial avec un débit de 10 l/s :
2
   13.7 
Hréseau  0.0083886 10 2  50  vanne    2
8
 

   0.1  g   1000 
4

vanne  327

8/4
Exercice 2 : Banc d’essai échangeur
1. La prise de pression statique à l’amont du débit mètre indique une pression relative de -1000 Pa.
Un capteur de température placé au même endroit que la sonde de pression indique une température de
l’air de 50 °C. le débitmètre mesure un débit de 3000 m3/h. Déterminer la vitesse d’air que l’on a à l’entrée
de l’échangeur dans la conduite carrée de 500 mm de côté.
Il faut calculer à l’aide du débit volumique mesuré, la pression statique et la température, le débit massique d’air
100000  1000 273.15
air  deébitmètr e  N     1.068 kg / m3
101325 273.15  50 
Qm  air  deébitmètr e  3000 / 3600   0.89 kg / s
La vitesse d’air se calcule à partir du débit massique de la masse volumique de l’air à l’entrée de la section de
passage.
100000 273.15
 air entrée   N    1.189 kg / m 3
101325 273.15  20 
Qm 1
Vair entrée    3m/ s
1.189 0.5 2

2. 2La caractéristique de fonctionnement de ce ventilateur est fournie sur la page suivante. Le ventilateur
fonctionne à une vitesse de 3000 T/min. Placer le point de fonctionnement sur la courbe du ventilateur
et en déduire le rendement global et la différence de pression totale amont/aval ventilateur.
On donne le débit qui est mesuré par le ventilateur => 3000 m3/h=>
Courbe rend global=>78,5%

diff pression totale 1050 Pa

3. En supposant que le coefficient de perte de charge singulière à la sortie du ventilateur est égal à 1
(=1) déterminer la pression statique à la sortie du ventilateur 3.
Bernouilli entre la section de sortie est l’atmosphère (on notera que la vitesse dans le local à la sortie du
ventilateur est de grande dimension donc la vitesse est nulle):
v2 v2
Psortie    Patm    Psortie  Patm
2 2

4. En supposant que les vitesses d’air à l’entrée et à la sortie du ventilateur sont égales, Déterminer la
pression statique effective à l’entrée du ventilateur La pression totale à la sortie du ventilateur est donc égale
à:

9/4
v2 v2
Psortie    Patm  
2 2
 v 2   v2 
Pt  1050   Patm      Pentrée     Patm  Pentrée  Pentrée  Patm  1050  99850 Pa  1050 Pa pression relative

 2   2 

5. La courbe du constructeur est donnée pour une masse volumique du fluide de 1,2 kg/m3. La masse
volumique de l’air qui circule dans le ventilateur est différente du fait de la variation de la température
et de la pression du fluide. Montrer à l’aide de la similitude restreinte (le coefficient de travail net est
fonction du coefficient de débit) des turbomachines que cette différence de masse volumique n’a pas
d’influence sur le débit volumique qui passe dans le ventilateur mais modifie la différence de pression
totale entrée sortie du ventilateur de manière proportionnelle au rapport de masse volumique.
La similitude restreinte nous dit que le coefficient de travail net est une fonction du coefficient de débit et que
le rendement global est une fonction du coefficient de débit :
Wn  Q 
   f v 3 
  r2
2 2
 r 
 Qv 
g  f  
 r 
3

Le rayon de la machine et la vitesse de rotation ne varie pas donc :


 Pt   P 
 Q  Pt     t 
 f  v 3   Wn  f Qv    f Qv     
Wn
    2
  r2
2 2
 r   1
Qv1  Qv 2
 Qv 
g  f     g1   g 2
 r 
3

10/4

Vous aimerez peut-être aussi