Vous êtes sur la page 1sur 145

Université Cadi Ayyad

Faculté des Sciences Semlalia


Département de Physique

Cours

« INTEGRATION DES SYSTEMES SOLAIRES,


PHOTOVOLTAIQUES ET THERMIQUES »

Amin BENNOUNA - Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc - 16/12/2009 - 15:58:55


Page 2, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
A. INTRODUCTION - INTEGRATION DES SYSTEMES SOLAIRES ......................................... 1

B. SYSTEMES PHOTOVOLTAIQUES ......................................................................................... 2

B.1. Eléments de base communs............................................................................................................................................2


B.1.1. Norme de caractérisation........................................................................................................................................2
B.1.2. Les rendements absolu et relatif d’un module.................................................................................................2
B.1.3. Déficits de rayonnement et stockage sur batteries ........................................................................................3

B.2. Systèmes autonomes.........................................................................................................................................................4


B.2.1. Systèmes photovoltaïques sans stockage........................................................................................................4
B.2.2. Systèmes de pompage ............................................................................................................................................5
B.2.3. Systèmes photovoltaïques avec stockage........................................................................................................7
B.2.4. Systèmes hybrides avec stockage ......................................................................................................................8

B.3. Systèmes connectés au réseau ................................................................................................................................... 10


B.3.1. Systèmes photovoltaïques connectés au réseau ........................................................................................ 10

B.4. Contraintes du dimensionnement............................................................................................................................... 11


B.4.1. Modules photovoltaïques..................................................................................................................................... 11
B.4.2. Support des modules ............................................................................................................................................ 11
B.4.3. Câbles alimentation ............................................................................................................................................... 12
B.4.4. Régulateur de charge de batterie ...................................................................................................................... 13
B.4.5. Batterie d’accumulateurs standard................................................................................................................... 13
B.4.6. Convertisseurs ........................................................................................................................................................ 13
B.4.7. Fusibles ..................................................................................................................................................................... 13
B.4.8. Inverseur de source ............................................................................................................................................... 14
B.4.9. Pompes solaires et leur tuyauterie ................................................................................................................... 14

B.5. Simulation horaire ............................................................................................................................................................ 18


B.5.1. Principe de calcul ................................................................................................................................................... 18
B.5.2. Méthode de calcul .................................................................................................................................................. 18
B.5.3. Résultats attendus d'un tel calcul ..................................................................................................................... 18

B.6. Durées de vie, prix, installation & maintenance...................................................................................................... 18


B.6.1. Durée de vie des composants des systèmes ................................................................................................ 18
B.6.2. Prix des composants des systèmes................................................................................................................. 19
B.6.3. Impact des prix sur le coût de l’énergie .......................................................................................................... 19
B.6.4. Précautions d’installation .................................................................................................................................... 20
B.6.5. Maintenance préventive ....................................................................................................................................... 23

B.7. Particularités...................................................................................................................................................................... 24
B.7.1. Systèmes redondants ........................................................................................................................................... 24
B.7.2. Systèmes de poursuite du soleil ....................................................................................................................... 24
B.7.3. Systèmes sous concentration............................................................................................................................ 25

C. SYSTEMES HYDROTHERMIQUES ......................................................................................26

C.1. Eléments de base communs......................................................................................................................................... 26


C.1.1. Normes de caractérisation .................................................................................................................................. 26
C.1.2. Relation entre les deux normes et utilité de chacune................................................................................. 28
C.1.3. Déficit de rayonnement et appoint d’énergie................................................................................................. 28

C.2. Kits de chauffe-eau solaires non-forcés ................................................................................................................... 30


C.2.1. Schéma de la partie solaire ................................................................................................................................. 30
C.2.2. Sources d’énergie d’appoint communément utilisées ............................................................................... 30
C.2.3. Exigences de la commande et de la protection ............................................................................................ 31
C.2.4. Kit auto-stockeur .................................................................................................................................................... 31
C.2.5. Kit de chauffe-eau solaire en thermosiphon.................................................................................................. 32

C.3. Systèmes en circuit forcé .............................................................................................................................................. 33

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page i


C.3.1. Schéma de la partie solaire ................................................................................................................................. 34
C.3.2. Sources d’énergie d’appoint communément utilisées ............................................................................... 34
C.3.3. Systèmes avec stockage de préparation ........................................................................................................ 34
C.3.4. Systèmes sans stockage de préparation........................................................................................................ 36
C.3.5. Systèmes avec circuit de recyclage de l’eau chaude ................................................................................. 37

C.4. Contraintes du dimensionnement............................................................................................................................... 38


C.4.1. Auto-stockeur .......................................................................................................................................................... 38
C.4.2. Capteurs .................................................................................................................................................................... 38
C.4.3. Supports des capteurs ou du kit ....................................................................................................................... 39
C.4.4. Ballon, éventuellement équipé d’un échangeur interne............................................................................. 40
C.4.5. Hydraulique de la boucle de captage ............................................................................................................... 42
C.4.6. Thermique de la boucle de captage.................................................................................................................. 46
C.4.7. Régulateur thermique différentiel et ses sondes.......................................................................................... 50
C.4.8. Programmateur horaire journalier (avec réserve) ........................................................................................ 51
C.4.9. Vannes ....................................................................................................................................................................... 51
C.4.10. Local technique....................................................................................................................................................... 51
C.4.11. Chauffage solaire des piscines.......................................................................................................................... 51

C.5. Simulation horaire ............................................................................................................................................................ 53


C.5.1. Principe de calcul ................................................................................................................................................... 53
C.5.2. Méthode de calcul .................................................................................................................................................. 53
C.5.3. Résultats attendus d'un tel calcul ..................................................................................................................... 54

C.6. Durées de vie, prix, installation & maintenance...................................................................................................... 54


C.6.1. Durée de vie des composants des systèmes ................................................................................................ 54
C.6.2. Prix des composants des systèmes................................................................................................................. 54
C.6.3. Impact des prix sur le coût de l’énergie .......................................................................................................... 55
C.6.4. Précautions d’installation .................................................................................................................................... 55
C.6.5. Maintenance préventive ....................................................................................................................................... 58

C.7. Particularités...................................................................................................................................................................... 59
C.7.1. Choix d'un système solaire thermique ............................................................................................................ 59
C.7.2. La Garantie des Résultats Solaires (GRS)...................................................................................................... 59

D. SOLAIRE THERMODYNAMIQUE..........................................................................................60

D.1. Introduction ........................................................................................................................................................................ 60

D.2. La concentration............................................................................................................................................................... 61
D.2.1. La filière parabolique............................................................................................................................................. 61
D.2.2. La filière « centrale à tour » ................................................................................................................................. 62
D.2.3. La filière cylindro-parabolique............................................................................................................................ 64

D.3. La réception du rayonnement....................................................................................................................................... 65


D.3.1. La filière parabolique............................................................................................................................................. 65
D.3.2. La filière « centrale à tour » ................................................................................................................................. 66
D.3.3. La filière cylindro-parabolique............................................................................................................................ 68

D.4. Le transport et le stockage de la chaleur.................................................................................................................. 68


D.4.1. La filière parabolique............................................................................................................................................. 68
D.4.2. La filière « centrale à tour » ................................................................................................................................. 69
D.4.3. La filière cylindro-parabolique............................................................................................................................ 70

D.5. La transformation thermoélectrique de l’énergie récoltée .................................................................................. 71


D.5.1. Le cycle à vapeur.................................................................................................................................................... 71
D.5.2. Le cycle combiné.................................................................................................................................................... 72
D.5.3. Le cycle Stirling....................................................................................................................................................... 72

E. ELEMENTS D’ANALYSE FINANCIERE................................................................................74

E.1. Coûts fixes et coûts variables ...................................................................................................................................... 74


E.1.1. Coûts fixes................................................................................................................................................................ 74

Page ii, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


E.1.2. Coûts variables ....................................................................................................................................................... 74

E.2. Coûts d’investissement et coûts récurrents............................................................................................................ 74


E.2.1. Investissement – Valeur résiduelle - Amortissement.................................................................................. 74
E.2.2. Coûts récurrents..................................................................................................................................................... 75

E.3. Actualisation ...................................................................................................................................................................... 75


E.3.1. Taux d’actualisation............................................................................................................................................... 75
E.3.2. Coefficient d’actualisation ................................................................................................................................... 75

E.4. Tableau d’amortissement comparatif ........................................................................................................................ 75


E.4.1. Investissement net ................................................................................................................................................. 76
E.4.2. Coûts (ou revenus) récurrents nets.................................................................................................................. 76
E.4.3. Net cash flow ........................................................................................................................................................... 76
E.4.4. Valeur actuelle ......................................................................................................................................................... 77
E.4.5. Valeur actuelle nette .............................................................................................................................................. 77
E.4.6. Taux de rentabilité interne ................................................................................................................................... 78

F. CONCEPTION OPTIMALE DE SYSTEMES SOLAIRES PAR CORRELATION .................79

F.1. Concepts de base de la méthode ................................................................................................................................ 79


F.1.1. Notations, appellations et points de départ ................................................................................................... 79
F.1.2. Ratio du besoin à la ressource, B/G ................................................................................................................. 79
F.1.3. Les besoins en énergie Bi (Eutile)....................................................................................................................... 80
F.1.4. La ressource solaire disponible Gβi .................................................................................................................. 80
F.1.5. Bi/Gβi et synchronisation des besoins à la ressource................................................................................. 80

F.2. Solutions optimales adaptées aux besoins ............................................................................................................. 81


F.2.1. Quatre stratégies techniques de dimensionnement ................................................................................... 82
F.2.2. Deux stratégies financières sans surproduction ......................................................................................... 82
F.2.3. Une stratégie de dimensionnement combinant technique et financier................................................. 83

F.3. Modèles simples donnant les rendements ηi .......................................................................................................... 83


F.3.1. Généralités sur les rendements globaux système ηi .................................................................................. 83
F.3.2. Systèmes photovoltaïques avec stockage..................................................................................................... 84
F.3.3. Systèmes photovoltaïques sans stockage..................................................................................................... 84
F.3.4. Performances typiques du solaire photovoltaïque...................................................................................... 86
F.3.5. Systèmes solaires sans appoint - Capteurs vitrés....................................................................................... 88
F.3.6. Systèmes solaires en maintien - Capteurs vitrés ......................................................................................... 90
F.3.7. Systèmes solaires sans appoint - Capteurs tubulaires.............................................................................. 91
F.3.8. Systèmes solaires en maintien - Capteurs tubulaires ................................................................................ 93
F.3.9. Systèmes solaires de piscine en maintien ..................................................................................................... 94
F.3.10. Performances typiques du solaire thermique ............................................................................................... 96
F.3.11. Récapitulatif des modèles énergétiques simples......................................................................................... 97

G. BESOINS – SYSTEMES PV A STOCKAGE......................................................................98

G.1. Consommation de certains appareils ........................................................................................................................ 98

G.2. Dimensionner sur la base de besoin quotidien ...................................................................................................... 99

H. BESOINS – EAU CHAUDE SANITAIRE .............................................................................101

H.1. Méthode de calcul des besoins énergétiques ....................................................................................................... 101

H.2. Températures moyennes de l’eau froide................................................................................................................. 101

H.3. Besoins en eau chaude sanitaire .............................................................................................................................. 102


H.3.1. Température de l’eau chaude ........................................................................................................................... 102
H.3.2. Quantité d’eau chaude sanitaire ...................................................................................................................... 103
H.3.3. Fluctuation d’utilisation de l’eau chaude et risques financiers liés au surdimensionnement ..... 103

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page iii


I. BESOINS – PISCINES .........................................................................................................106

I.1. Pertes d’énergie d’une piscine................................................................................................................................... 106


I.1.1. Pertes par convection .............................................................................................................................................. 106
I.1.2. Pertes par évaporation............................................................................................................................................. 106
I.1.3. Pertes par rayonnement .......................................................................................................................................... 106
I.1.4. Pertes par conduction.............................................................................................................................................. 107

I.2. Apports d’énergie à la surface d’une piscine ........................................................................................................ 107


I.2.1. Apports solaires directs à la surface de la piscine ......................................................................................... 107
I.2.2. Apports solaires volontairement par les capteurs.......................................................................................... 107

I.3. Apports d’énergie à la surface d’une piscine ........................................................................................................ 107


I.3.1. Bilan énergétique....................................................................................................................................................... 107
I.3.2. Dimensionnement ..................................................................................................................................................... 108

J. TECHNO – HYDRAULIQUE APPLIQUEE...........................................................................109

J.1. Bases de l’hydrodynamique ....................................................................................................................................... 109


J.1.1. Densité du fluide................................................................................................................................................... 109
J.1.2. Charge hydraulique (ph) ..................................................................................................................................... 109
J.1.3. Perte de charge dans les circuits hydrauliques.......................................................................................... 109
J.1.4. Pertes de charge modulaires............................................................................................................................ 110
J.1.5. Pression totale et hauteur manométrique totale (HMT)............................................................................ 111
J.1.6. Puissance hydraulique ....................................................................................................................................... 111

J.2. Electropompes ................................................................................................................................................................ 111


J.2.1. Groupes électropompes hydrauliques .......................................................................................................... 111
J.2.2. Moteurs électriques des pompes .................................................................................................................... 112
J.2.3. Pompes hydrauliques ......................................................................................................................................... 112
J.2.4. Choix d’une pompe.............................................................................................................................................. 113
J.2.5. Calcul d’un moteur de pompe .......................................................................................................................... 114

J.3. Conduites.......................................................................................................................................................................... 115


J.3.1. Dimensionnement des tuyauteries ................................................................................................................. 115

K. TECHNO – BALLONS DE SURPRESSION .......................................................................117

L. TECHNO – VASES D’EXPANSION .....................................................................................118

M. TECHNO – SECTION DES CABLES ...............................................................................120

M.1. Tensions continues 12, 24 et 48 V............................................................................................................................. 120

M.2. Tensions alternatives 65, 127 et 220V ...................................................................................................................... 121

N. TECHNO – FAQ DES SYSTÈMES SOLAIRES D'EAU SANITAIRE..................................122

N.1. Matériaux utilisés dans la fabrication des systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire.............. 122

N.2. Installation des systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire................................................................ 125

N.3. Problèmes d'ordre général liés aux systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire ......................... 127

N.4. Performance des systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire ............................................................ 129

N.5. Questions liées aux données météorologiques ................................................................................................... 131

O. DONNEES – METEO DU MAROC ...................................................................................134

Page iv, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


O.1. Ensoleillement global horizontal ............................................................................................................................... 134

O.2. Ensoleillement global face Sud incliné à 45° ......................................................................................................... 134

O.3. Températures moyennes mensuelles ...................................................................................................................... 134

O.4. Vitesses du vent moyennes mensuelles................................................................................................................. 135

O.5. Durées du jour ................................................................................................................................................................. 136

O.6. Modèles sinusoïdaux de journées « typiques ».................................................................................................... 136

P. DONNEES – GAZ A EFFET DE SERRE .............................................................................137

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page v


A. INTRODUCTION - INTEGRATION DES
SYSTEMES SOLAIRES
La réalisation de systèmes complets ayant une fonction donnée à partir d’éléments constitutifs est
un métier appelé « intégration ». Dans les métiers du solaire, il est courant de parler de « sociétés
d’intégration » qui sont des entreprises qui n’ont pas nécessairement de fonction de production
industrielle mais dont le but essentiel est de concevoir des « packages » ayant une fonction
donnée, qui peuvent être réels (kits physiquement emballés) ou virtuels (kits sur catalogue
matérialisés à la demande du client). Le but de ce cours est de faire une synthèse des systèmes
« intégrés » connus et fonctionnant à ce jour puis d’en faire la description. « Intégrer un système
solaire » ne se limite pas simplement à l’adaptation de la partie solaire au reste du système mais
aussi à choisir l’ensemble des équipements pour que l’ensemble fonctionne dans de bonnes
conditions.
Comme les principes de base du gisement solaire, la physique des éléments constitutifs des
systèmes solaires, qu’ils soient photovoltaïques (modules, batteries, convertisseurs) ou solaires
thermiques (capteurs, ballons, régulateurs thermiques) est déjà acquise dans les autres modules
de la formation. Seul leur principe de fonctionnement est repris dans ce document pour expliquer
leur intégration dans l’ensemble du système. Il n’empêche que la connaissance de la physique
des éléments constitutifs est un pré-requis incontournable de ce cours. Bien que nombre
d’applications ne puissent être faites sérieusement sans l’aide d’outils informatiques adaptés (les
travaux dirigés s’en inspireront), même l’utilisation de certains logiciels professionnels exige
souvent les connaissances de ce cours.
Ce cours privilégie l’ordre pédagogique, fût-ce au détriment de l’ordre d’importance ou de la
diffusion des différents systèmes qui y sont abordés. Ainsi, les systèmes les plus utilisés ne se
trouvent pas nécessairement au début de chaque chapitre.
Dans la « zoologie » la plus courante, les systèmes solaires sont répartis en fonction de leur
destination. Nous avons préféré regrouper les systèmes ayant le même principe de
fonctionnement et / ou schéma de base.
Un plan-type a été adopté pour la présentation de chaque famille de système (photovoltaïques ou
solaires thermiques), cela facilite la vision synthétique et le retour rapide vers les informations.
On ne sera pas surpris par la présence d’une introduction à l’analyse financière. En effet, les
technologies des énergies renouvelables ont surtout besoin d’une décision d’investissement, dès
lors qu’elles deviennent matures, ce qui est le cas le solaire thermique et photovoltaïque ainsi que
l’éolien. Un technicien qui ignorerait un minimum de ses concepts serait faible pour convaincre le
client investisseur, si petit fût-il… Cette partie n’est pas présentée sous une forme orthodoxe, loin
s’en faut, mais elle va directement au minimum vital à savoir.
En outre, ce cours contient quelques « Annexes » qui en font partie intégrante. Elles ont été
classées comme telles pour ne pas perturber une lecture linéaire du cœur du cours. Ces
Annexes incluent les éléments liés à l’évaluation des besoins pour certaines applications
(électrification et pompage pour le photovoltaïque, eau chaude sanitaire et chauffage pour le
solaire thermique).
On trouvera à la fin du document des compléments technologiques utiles (électropompes, ballons
de surpression, vases d’expansion, section des câbles) et certaines données (météorologiques et
gaz à effet de serre).

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 1


B. SYSTEMES PHOTOVOLTAIQUES
B.1. Eléments de base communs
B.1.1. Norme de caractérisation
Deux conditions sont définies par la norme internationale CEI 61215 pour tester les modules :
1- Les conditions STC (“standard test conditions“) se définissent par un ensoleillement
I = 1’000W/m² type AM1.5, cellules maintenues à θc = 25 °C. La puissance maximale de la
caractéristique puissance – tension I(V) mesurée dans ces conditions s’appelle puissance
crête (ou puissance STC) PSTC et a pour unité le Watt-crête (Wc) :
PSTC = PMax, STC = (V.I)Max, STC → V(PMax, STC) = V(PSTC)
Cette partie de la norme est électrique puisqu’elle définit les conditions dans lesquelles les
caractéristiques électriques « standard » doivent être mesurées. Cette partie de la norme
définit aussi le courant de court-circuit Icc et la tension de circuit ouvert Vco ainsi que leur
coefficient de variation en fonction de la température à température et rayonnement
constants (∆Icc/Icc) et (∆Vco/Vco). Analytiquement :
(∆PSTC/PSTC) ≈ (∆Icc/Icc) + (∆Vco/Vco)
La quasi-totalité des modules ont (∆Icc/Icc) = +0,1%/K et (∆Vco/Vco) = -0,5%/K.
Initialement consensuelle, le Watt-crête est devenu l’unité conventionnelle de référence de
tout le commerce mondial des modules qui est désormais basé sur l’unité de puissance crête
(en €/WC, US$/WC, ou bien Dh/WC).
2- Les conditions NO (normal operating) se définissent par un ensoleillement I = 800W/m² type
AM2.0, la température ambiante étant θA = 20 °C et la vitesse du vent de 1 m/s. Dans ces
conditions, la température du module s‘appelle NOCT (CT pour “cell temperature”). Cette
partie de la norme est thermique. Si le module a un coefficient de transfert thermique U :
θC = θA + (1/U).I → NOCT = 20°C + (1/U).800
La quasi-totalité des modules ont un NOCT compris entre 44 et 47°C.
3- Tolérance de fabrication : la norme internationale CEI 61215 permet aux fabricants
d’afficher une puissance PSTC avec une tolérance de fabrication tant que ceux-ci ont une
puissance réelle ± 5%, soit, une « moyenne basse » de 97.5% de la puissance.
Correction pour tolérance de fabrication = CTF = 97.5% de la puissance
B.1.2. Les rendements absolu et relatif d’un module
B.1.2.1. La puissance crête et le rendement « absolu »
Effet de l’intensité du rayonnement solaire
Les caractéristiques pour un module de 75Wc formé de 36 cellules carrées de 125 mm en
silicium polycristallin maintenues à 25°C, sont montrées dans le graphique ci-dessous :
courant(tension) - I(V), courbes décroissantes (échelle de gauche) et puissance(tension) - P(V).
6A 80 W
1000W/m²
tc = 25°C 800W/m²
600W/m²
400W/m² 60 W
200W/m²
4A

40 W

2A
20 W

0A 0W
0V 5V 10 V 15 V 20 V 25 V

Le rendement STC (absolu) des modules photovoltaïques est obtenu par :


ηa(STC) = (Puissance STC / Surface du module) / 1'000 W/m²
Sa valeur variera : - de 5 à 7% pour les modules amorphes ou en couches minces,
- de 10 à 15% pour les modules en silicium polycristallin,
Page 2, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
- de 15 à 20% pour les modules en silicium monocristallin.
En réalité, on trouvera deux rendements légèrement différents selon que l’on prenne :
- la surface nette (quantité et dimensions cellules seules du module),
- ou bien la surface brute (dimensions totales hors tout du module, cadre compris).
Mais ce rendement ηa n’intéresse plus que les industriels aujourd’hui car un fabricant dont les
cellules sont plus performantes achètera moins de matière première pour vendre un WC.
Effet de la température
Ce graphique montre l’effet de la température ambiante à rayonnement constant (1000 W/m²).
6A 80 W

60 W
4A

40 W

2A
1000W/m² - ta=25°C
20 W
1000W/m² - ta=45°C

0A 0W
0V 5V 10 V 15 V 20 V 25 V

B.1.2.2. Le rendement « relatif moyen » rapporté à la puissance crête


On appelle « rendement relatif » d’un module ηR le rapport de son rendement absolu à son
rendement dans les conditions STC (ou celui de la puissance qu’il produit à PSTC) :
ηR = P(produite) / PSTC
la puissance produite dépendant des conditions effectives (météo et couplage avec la charge).
Le module en silicium polycristallin dont les caractéristiques I(V) sont représentées ci-dessus a
une surface brute de 0,707m² et montre les résultats suivants :
Ensoleillement reçu 1000 W/m² 800 W/m² 600 W/m² 400 W/m² 200 W/m²
Pmax sur P(V, tC=25°C) 75,9 WC 59,3 W 43,0 W 27,3 W 12,5 W
ηa(brut, tC=25°C) 10,7% 10,5% 10,1% 9,6% 8,8%
ηR = ηa(brut, tC=25°C) / ηSTC 100,00% 98,13% 94,39% 89,72% 82,24%
Du tableau ci-dessus, on déduit, qu’à température de cellules constante (ici 25°C), le rendement
varie quelque peu (-1/10e de sa valeur maximale dans les moments où ≥ 400W/m²).
Ses cellules étant maintenues à 25°C, on peut modéliser le rendement du module ci-dessus
rapporté à sa surface hors tout en fonction de l’intensité de rayonnement solaire par :
ηa(tC=25°C) = 1,85%.I + 8,90%*(1-exp(-I/0,07))
où l’intensité du rayonnement solaire I est exprimée en kW/m²
Présentée sous forme de rendement relatif, cette formule devient quasiment universelle et
applicable à tous les modules en silicium mono ou polycristallin :
ηR = ηa(brut, tC=25°C) / ηSTC = 17,3%.I(kW/m²) + 83,2%*(1- exp(-I(kW/m²)/0,654))
Lorsqu’on exprime le rendement absolu en fonction de la température ambiante, la température
des cellules va dépendre de l’ambiante et de l’intensité du rayonnement solaire :
12%

10%

8%
Rendemnt absolu

Rendement(I,Tamb=0°C)
Rendement(I,Tamb=20°C)
Rendement(I,Tamb=40°C)
6%

4%

2%

0%
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
Intensité du rayonnement solaire (kW/m²)

B.1.3. Déficits de rayonnement et stockage sur batteries


Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 3
Le stockage d’énergie à prévoir dépend des fluctuations :
- des besoins, notamment de leurs pointes, à traiter au cas par cas,
- de la ressource, notamment de ses déficits sur un nombre de jours successifs donnés.
Afin de pouvoir dimensionner le stockage d’énergie dans les accumulateurs, il faut connaître les
déficits maximums de rayonnement que peut connaître une séquence de jours consécutifs pour
chaque mois de l’année (en réalité le maximum annuel suffit), tels que montrés sur la table ci-
après pour l’ouest de Marrakech.
Déficits de rayonnement sur un période successive (exprimés en jours de rayonnement)
31,5°N – 8,5°W Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Déc
1 jour 0,74 0,86 0,75 0,72 0,57 0,7 0,52 0,68 0,68 0,95 0,91 0,79
3 jours 1,78 1,24 1,7 1,79 1,27 1,11 0,95 0,99 1,16 1,72 1,65 1,84
7 jours 2,67 1,93 2,9 1,71 2,47 1,78 1,51 1,4 2,11 2,55 2,39 2,44
14 jours 3,12 3,01 3,35 2,59 3,01 2,10 1,65 1,65 2,75 2,87 3,51 2,39
21 jours 3,46 3,62 2,90 2,5 2,82 3,10 1,57 2,15 2,66 3,6 4,32 1,84
1 mois 3,45 3,31 3,80 2,08 2,03 2,28 1,27 2,40 1,8 3,26 5,33 1,31
Maximums 3,46 3,62 3,80 2,59 3,01 3,10 1,65 2,40 2,75 3,60 5,33 2,44
Annuel 5,33
Ainsi, si les besoins en énergie sont constants et si l’on souhaite qu’un système soit autonome
avec un minimum de risque de rupture de service, il faudra, pour la zone géographique du
tableau ci-dessus, stocker 5,33 jours de ces besoins en énergie, on dit 5,33 jours d’autonomie.
B.2. Systèmes autonomes
B.2.1. Systèmes photovoltaïques sans stockage
B.2.1.1. Schéma

Soleil Modules Convertisseur Service


PV CC-CC CC

Convertisseur Service
~ CA
CC-CA
Remarquons que le système peut être composé de l’une, l’autre ou les deux branches
horizontales ci-dessus.
B.2.1.2. Composition de la partie génératrice du système
Modules
Supports de modules et accessoires de fixation
Câblage de la partie génératrice
Convertisseur CC-CC (s’il y a lieu)
Convertisseur CC-CA (s’il y a lieu)
Boîtier, connecteurs et fusibles
B.2.1.3. Principe de fonctionnement
B.2.1.3.1. En couplage direct (continu seul)
1- Le courant continu produit par les modules solaires alimente directement une charge à
courant continu, en ne passant par aucun convertisseur intermédiaire. On ne peut produire
que du courant continu (CC). Le convertisseur CC ci-dessus en pointillé est supprimé et la
branche inférieure n’existe pas. Le courant et la tension du point de fonctionnement sont
obtenus par l’intersection entre les deux caractéristiques courant tension I(V) :
a. de la charge
b. du module dans les conditions d’ensoleillement et de température de l’instant.
B.2.1.3.2. A travers un convertisseur (continu ou alternatif)

Page 4, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


1- Le courant continu produit par les modules solaires alimente une charge à courant continu
à travers un convertisseur à CC. Le rôle du convertisseur CC est d’améliorer le transfert de
puissance entre le générateur et la charge :
a. Par adaptation d’impédance,
b. Par poursuite du point de puissance maximum maximale (MPPT).
La puissance maximum fournie par les modules est modulée par le rendement de
conversion du convertisseur CC.
2- Lorsqu’on a besoin de courant alternatif (CA), on passe par un convertisseur de CC en CA
(onduleur). Le convertisseur CC-CC est assemblé dans le même boîtier que le
convertisseur CC-CA. Comme dans la plupart des applications, il s’agira d’alimenter un
moteur, le convertisseur CC-CA devra fournir une fréquence variable pour que le moteur
tourne proportionnellement à l’ensoleillement reçu (courant continu produit). Si ce n’est
pas le cas, le moteur risquera de fonctionner en oui ou non.
La puissance maximum fournie par les modules est limitée par le rendement de
conversion du convertisseur CC-CA.
B.2.1.4. Exigences du circuit de commande
Si le convertisseur CC-CC est un MPPT (« maximum peak power tracking »), son circuit de
commande travaille sur la tension et le courant d’entrée.
Si le convertisseur CC-CC est un convertisseur d’impédance, il va adapter sa propre impédance
d’entrée vue par le module à son impédance de sortie vue par la charge.
Le convertisseur CC-CA (onduleur) doit adapter sa fréquence de sortie à la puissance électrique
qu’il reçoit à son entrée.
B.2.1.5. Domaines d’application
En dehors du réseau électrique, les systèmes photovoltaïques sans stockage sur batterie ne
peuvent être utilisés que lorsque les besoins sont en phase avec la ressource solaire, ce qui en
fait une restriction majeure. A l’exception des systèmes de pompage, qui stockent de l’eau et que
nous verrons séparément, les systèmes solaires photovoltaïques sans stockage n’ont que peu
d’applications car ils n’alimentent que les charges ne nécessitant de l’électricité que le jour et en
quantités variables au fil du soleil :
- ventilation de locaux d’élevage,
- alimentation de la pompe en circuit forcé d’un système solaire thermique.
B.2.2. Systèmes de pompage
B.2.2.1. Schéma
Le stockage d’électricité coûtant plus cher que celui de l’énergie potentielle mécanique dans de
l’eau placée en hauteur on préférera construire un réservoir ou un château d’eau (A) plutôt que
d’équiper un système de pompage avec des batteries.
On peut pomper de l’eau sous diverses façons.

A- atmosphérique B- fermé sur réservoir C- sous pression au fil du soleil


- surface libre du réservoir à la - pression de sortie limitée dans - l’utilisation directe avec pression
pression atmosphérique le réservoir par un pressostat de sortie fonction du débit

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 5


P≥atm
Eau
Soleil Modules Convertisseur Pompe
Moteur
PV CC-CA ou CC à CC ou CA

Eau
B.2.2.2. Composition
Modules
Supports de modules et accessoires de fixation
Câblage de la partie génératrice (submersible)
Boîtier, connecteurs et fusibles
Convertisseur CC-CC ou CC-CA
Pompe, support de pompe
Tuyauterie et accessoires hydrauliques (codes, tés et vannes)
En cas de système en pression (pas ouvert sur la pression atmosphérique) :
pressostat, vase de surpression et manomètre.
B.2.2.3. Principe de fonctionnement
Le moteur entraîne une pompe qui, elle-même :
- aspire l’eau par l’orifice d’aspiration (si immergée) ou le tube d’aspiration (sinon),
- refoule l’eau par le tube de sortie.
B.2.2.3.1. En couplage direct (continu seul)
Sans passer par aucun convertisseur intermédiaire, le courant continu produit par les modules
solaires alimente directement le moteur à courant continu. Le convertisseur CC ci-dessus en
pointillé est supprimé. On ne peut pas utiliser de moteur à courant alternatif dans ce cas. Le
courant et la tension du point de fonctionnement sont obtenus par l’intersection entre les deux
caractéristiques courant tension I(V) :
a. de la charge
b. du module dans les conditions d’ensoleillement et de température de l’instant.
B.2.2.3.2. A travers un convertisseur (continu ou alternatif)
Le courant continu produit par les modules solaires alimente un convertisseur qui alimentera
électriquement le moteur de l’électropompe :
- si la pompe est à courant continu, le convertisseur CC-CC aura pour rôle d’améliorer le
transfert de puissance entre le générateur et le moteur, mais réduira ce transfert à
cause d’un rendement propre.
- si le moteur de la pompe est à courant alternatif, le convertisseur CC-CA aura pour rôle
de réaliser la conversion avec une fréquence variable proportionnellement à la
puissance fournie par le générateur, mais réduira cette conversion à cause d’un
rendement propre.
B.2.2.4. Exigences du circuit de commande
L’électropompe doit cesser de fonctionner :
- dès lors qu’elle risque de fonctionner à sec hors de l’eau :
• par un interrupteur à flotteur ou un relais de niveau dans le puit,
• par un interrupteur à capteur de pression coupant en cas de descente en
dessous de 0,5 bar (50 cm d’eau) existant dans la pompe ou monté extérieur,
• par un relais de niveau

Page 6, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Interrupteur magnétique à flotteur Interrupteur électronique à capteur de pression
- dès lors qu’un réservoir :
• ouvert risque de déborder (par un interrupteur à flotteur dans le réservoir),
• de surpression risque d’éclater (par un pressostat)

Pressostat et cuve de surpression Pressostat électromécanique


Le convertisseur doit cesser de fonctionner dès lors :
- que la puissance à l’entrée devient trop grande (autoprotection),
- que la puissance à l’entrée devient trop faible d’un onduleur à fréquence variable (une
fréquence de sortie trop faible risque de dégrader le moteur à courant alternatif).
B.2.2.5. Domaines d’application
Adduction d’eau (prise sur réservoir en hauteur ou sous pression).
Irrigation (sur réservoir en hauteur ou au fil du soleil).
B.2.3. Systèmes photovoltaïques avec stockage
B.2.3.1. Schéma

Soleil Modules Régulateur Limiteur Service


Charge HVD déchrg. LVD CC

Batterie Convertisseur Service


d’accumulateurs CC-CA ~ CA

B.2.3.2. Composition de la partie génératrice du système


Modules
Supports de modules et accessoires de fixation
Câblage de la partie génératrice
Régulateur de charge de batteries (HVD et LVD)
Batteries d’accumulateurs
Boîtier, connecteurs et fusibles
Convertisseur CC-CA (s’il y a lieu)
B.2.3.3. Principe de fonctionnement
Le courant continu produit par les modules solaires charge une batterie d’accumulateurs
électriques à travers un chargeur HVD*. La batterie alimente la charge en CC à travers un limiteur
de décharge LVD*. Le chargeur HVD et le limiteur de décharge LVD sont assemblés dans un
boîtier communément appelé « régulateur de charge de batterie » ou simplement « régulateur ».
La puissance maximum fournie par les modules est limitée par les rendements de conversion :
• Du chargeur HVD
• De la charge de la batterie
• De la décharge de la batterie
• Du limiteur de décharge LVD

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 7


Si les besoins l’exigent, on peut passer à travers un convertisseur CC-CA qui produira le courant
alternatif nécessaire.
* Les rappels ci-dessous renvoient au cours de régulation. :
1- Le régulateur de charge HVD a pour but de protéger la batterie contre une surcharge :
a. Il fonctionne selon l’un des modes « ON-OFF » ou « PWM »
b. Il comporte une coupure série ou parallèle.
Il stoppe la charge de la batterie dès lors que la batterie monte au-dessus d’un état de
charge caractérisé par une tension appelée HVD (high voltage disconnect, entre 14,1 et
14,5V pour les batteries au Plomb de 12V). L’atteinte de la tension HVD se fait :
c. soit par coupures suivies de relaxations successives (ON-OFF)
d. soit par impulsions de durées modulées par la tension batterie (PWM).
2- Le limiteur de décharge LVD a pour but de protéger la batterie contre une décharge
profonde. Il stoppe la sortie de courant dès lors que la batterie descend en dessous d’un
état de charge caractérisé par une tension appelée LVD (low voltage disconnect, entre
11,1 et 11,7V pour les batteries au Plomb de 12V). La coupure ne peut avoir lieu qu’en
série selon le mode ON-OFF.
B.2.3.4. Exigences du circuit de commande
Afin que le régulateur de charge de batterie fonctionne correctement, il doit en permanence
connaître l’état de charge de la batterie. Bien que celui-ci nécessite la combinaison des mesures :
- de la densité de l’électrolyte,
- de la température,
- de la tension aux bornes de la batterie,
le circuit de commande se contente souvent de cette dernière seule (en réalité une comparaison
à des tensions de référence fixes pou le mode ON-OFF ou en dents de scie pour le mode PWM).
Dans les régulateurs de charge de batterie de bonne qualité, les valeurs de HVD et LVD sont
corrigées en fonction d’une sonde de température qui peut être soit :
- à l’intérieur du régulateur de charge de batterie (correction basée sur la température
ambiante),
- à l’extérieur du régulateur de charge de batterie (correction plus précise basée sur la
température effective des batteries).
Dans les régulateurs de charge de batterie à commande numérique les plus récents, les valeurs
de HVD et LVD sont même corrigées en fonction du courant débité à l’instant où la coupure est
effectuée, selon que la batterie est en charge ou en décharge.
B.2.3.5. Domaines d’application
Les systèmes photovoltaïques avec stockage sur batterie ont été très largement utilisés en
dehors du réseau électrique lorsque les besoins ne sont pas en phase avec la ressource solaire :
- Dans les projets d’électrification rurale domestique des pays en voie de développement
en dehors du réseau électrique, le système alimente essentiellement des charges en
CC et sa puissance va de 11 à 100 Wc (Maroc, Mali, Mauritanie, Kenya, Inde,
Indonésie, Philippines, etc.…) et même 200 Wc (Tunisie).
- Dans les projets d’électrification rurale domestique des pays développés en dehors du
réseau électrique, le système alimente essentiellement des charges en CA et sa
puissance va de 500 à 2000 Wc (Guadeloupe, Nouvelle-Calédonie, Australie, Etats-
Unis, etc.…).
- L’alimentation de divers relais et antennes de télécommunication (TV, téléphonie,
transmissions professionnelles, etc.…) nécessite des systèmes de puissance très
variable (20Wc à 20’000Wc).
- L’alimentation de systèmes de signalisation et de secours routiers (panneaux éclairés,
téléphones de secours, etc.…) ainsi que l’éclairage public de voies isolées nécessite
des systèmes de quelques dizaines de Wc par unité.
- La conservation de vaccins de dispensaires ruraux dans des réfrigérateurs
électriquement efficaces et physiquement bien isolés (faible consommation
énergétique).
B.2.4. Systèmes hybrides avec stockage
Page 8, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
B.2.4.1. Schéma
Source électrique
alternative

Inverseur
Convertisseur de source
CA-CC

Chargeur Limiteur
HVD déchrg LVD CC

Soleil Modules
CA2
PV
Batterie Convertisseur
d’accumulateurs CC-CA ~ CA1

B.2.4.2. Composition de la partie génératrice du système


Modules
Supports de modules et accessoires de fixation
Inverseur de source
Câblage de la partie génératrice
Régulateur de charge de batteries
Batteries d’accumulateurs
Boîtier, connecteurs et fusibles
Convertisseur CC-CA (s’il y a lieu)
B.2.4.3. Principe de fonctionnement
Le courant continu produit :
- soit par les modules solaires photovoltaïques,
- soit par l’autre source d’électricité continue (éolienne, groupe électrogène, etc.…),
charge une batterie d’accumulateurs électriques qui alimente le système en courant continu.
Si les besoins l’exigent :
- on passe à travers un convertisseur CC-CA qui produira le courant alternatif
nécessaire (CA1),
- si la source de courant est composée d’une source alternative redressée, on peut avoir
une sortie alternative auxiliaire (CA2) qui n’est alimentée que lorsque la source
fonctionne.
Le reste de la description du principe de fonctionnement, ci-dessus, des systèmes
photovoltaïques avec stockage reste valable.
B.2.4.4. Exigences du circuit de commande
Les exigences du circuit de commande des systèmes photovoltaïques avec stockage, ci-dessus,
restent valables mais, en plus, la commutation entre les sources d’électricité doit être
commandée :
- soit par programmation horaire privilégiant systématiquement le solaire le jour,
- soit par priorité systématique :
• privilégier systématiquement le solaire tant que disponible,
• privilégier systématiquement l’autre source tant que disponible.
- soit par action manuelle de l’inverseur à la demande,
- soit par mélange des modes de commutation ci-dessus.
B.2.4.5. Domaines d’application
Alimentations électriques qui nécessitent :
- soit lorsque deux sources d’énergie différentes présentent elles-mêmes une
intermittence inacceptable pour l’alimentation continue,
- soit une sécurité d’approvisionnement en énergie sans faille, notamment pour les
systèmes éloignés du réseau électrique,

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 9


- soit dont l’utilisation appelle deux niveaux de puissance nettement distincts selon le
moment de la journée.
B.3. Systèmes connectés au réseau
B.3.1. Systèmes photovoltaïques connectés au réseau
B.3.1.1. Schéma

~
~

Réseau
~

~
~

Soleil Modules Onduleur Réseau


PV (fréq. & phase)

B.3.1.2. Composition de la partie génératrice du système


Modules
Supports de modules et accessoires de fixation
Convertisseur CC-CA à accord de phase
Câblage de la partie génératrice
Boîtier, connecteurs et fusibles
B.3.1.3. Principe de fonctionnement
Le courant continu produit par les modules solaires alimente le réseau électrique interconnecté à
travers un onduleur. Ce dernier inclut qui inclut un convertisseur CC-CC dont le rôle est
d’améliorer le transfert de puissance entre le générateur et la charge (ici c’est l’onduleur) :
1- Par adaptation d’impédance,
2- Par poursuite du point de puissance maximum maximale (MPPT).
La puissance maximum fournie par les modules est modulée par le rendement de conversion du
convertisseur CC-CA.
La puissance maximum fournie par les modules est limitée par le rendement de conversion du
convertisseur CC-CA.
B.3.1.4. Exigences du circuit de commande
Le réseau n’est pas une simple charge passive, il contient un certain nombre de générateurs
alternatifs fonctionnant en mode synchrone. Le convertisseur CC-CA doit donc être parfaitement
adapté au réseau interconnecté en termes :
1- de qualité de signal (sinusoïdale compatible avec le secteur),
2- de fréquence (osciller à la même fréquence que le secteur),
3- d’amplitude (tension maximale),
4- termes de synchronisation de phase (extremums synchronisés avec le secteur).
B.3.1.5. Domaines d’application
A cause de la composition même du système, il n’y a qu’un seul domaine d’application qui se
résume à l’injection (publique ou privée) d’électricité dans le réseau.
L’installation de générateurs photovoltaïques en terminaison des réseaux de distribution permet
de maintenir la qualité de l’électricité pendant le temps de l’injection et donc d’éviter des
investissements de maintien de celle-ci (« booster »).

Page 10, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Un projet expérimental (46 kWc) a été réalisé à Casablanca en 2007. En 2008, le système le plus
grand au monde (10 MWc) est en phase de réalisation au Portugal.
B.4. Contraintes du dimensionnement
On se référera aux Annexes spécifiques au solaire photovoltaïque.
Souvent on confond le dimensionnement d’une installation avec celle des modules, ce qui est loin
d’être complet, bien que les modules soient presque toujours l’élément le plus cher d’une
installation solaire photovoltaïque (40 à 80% du prix total).
B.4.1. Modules photovoltaïques
Dimensionner des modules consiste à trouver la puissance nominale STC adaptée à des besoins
donnés. Le dimensionnement des modules se fait selon l’un des 2 cas suivants :
1- Lorsqu’on utilise des batteries, on peut utiliser un modèle énergétique : la moyenne
quotidienne de l’énergie produite par les modules doit être supérieure ou égale aux
besoins d’énergie pondérés par les rendements énergétiques moyens des appareils qui se
trouvent en aval. Dans les systèmes hybrides, on décide, sur la base de « prévisions
objectives » de la quote-part des besoins d’énergie à réserver au système photovoltaïque.
2- Lorsqu’on n’utilise pas de batteries, on doit utiliser un modèle instantané ou « horaire » où
c’est la puissance fournie par les modules qui doit être supérieure ou égale aux appels de
puissance pondérés par les rendements instantanés des appareils qui se trouvent en aval.
Globalement, ceci se traduit par deux modèles :
1- Modèle énergétique simple : Déduction faite des pertes moyennes dans les
« convertisseurs » (modules, batteries en charge puis en décharge, régulateur,
convertisseurs CC-CC ou CC-CA) la moyenne quotidienne de l’énergie électrique utile
produite est donnée par :
Énergie crête Convertisseurs Énergie électrique
Modules
et autres Récepteurs
(rendement ηR )
(STC) (rendement η0) utile (besoins )

2- Modèle instantané ou « horaire » : C’est un modèle que l’on utilise surtout lorsqu’il n’y a
pas de stockage et que l’on ne peut faire que par simulation. Les pertes dans les
convertisseurs varient dans le temps au cours d’une même journée. Le besoin en
puissance électrique utile est donné par le produit V.I du point de fonctionnement du
récepteur. Selon qu’il y ait couplage direct ou pas, ce point est donné par :
a. L’intersection entre les caractéristiques I(V) du récepteur et IM(VM) des modules
donne leur puissance instantanée par le produit VM.IM.
Ensoleillement Modules Récepteur
caractéristiques caractéristique
Température IM (V M) I(V)

b. L’intersection entre la caractéristique I(V) du récepteur et de la sortie du


convertisseur IS(VS), conditionne sa caractéristique d’entrée IE(VE) dont l’intersection
avec la caractéristique IM(VM) des modules donne leur puissance instantanée VM.IM.
Modules Convertisseur
Ensoleillement Récepteur
caractéristiques caractéristiques
caractéristique
IM (V M) IS(VS ) et IE(VE )
Température I(V)

Le modèle instantané est basé sur des simulations de modules préalablement choisis.
Se référer aux Annexes concernant le photovoltaïque.
B.4.2. Support des modules
Le support des modules doit d’abord et avant tout être adapté aux dimensions géométriques des
modules (longueur, largeur, entraxes des trous).
Le support des modules est essentiellement dimensionné en terme de résistance mécanique :

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 11


- de la structure elle-même (support des poids des modules). C’est un problème qui se
pose plus souvent en termes de flèche de la structure (esthétique) que de résistance.
La conception de la structure doit limiter la sollicitation des fixations.
Support sur potence (possibilité d’inclinaison Support sur triangle (inclinaison complexe mais
variable mais mauvaise résistance au vent) bonne résistance au vent)

FV VENT FV
VENT

FA
FA
R
R
- des fixations contre l’arrachement. C’est souvent le problème le plus important. En
considérant la masse volumique de l’air (1,2 kg/m³) la pression dynamique (ρV²/2)
exercée par des vents de différentes vitesses sur une surface perpendiculaire au vent
est indiquée sur le tableau ci-dessus :
Vitesse du vent Pression dynamique Equivalent en poids
20 km/h 18,5 N/m² 1,9 kgf/m²
40 km/h 74,1 N/m² 7,6 kgf/m²
60 km/h 166,7 N/m² 17,0 kgf/m²
80 km/h 296,3 N/m² 30,2 kgf/m²
100 km/h 463,0 N/m² 47,2 kgf/m²
120 km/h 666,7 N/m² 68,0 kgf/m²
140 km/h 907,4 N/m² 92,5 kgf/m²
160 km/h 1 185,2 N/m² 120,8 kgf/m²
D’ailleurs, il faut prendre d’autant plus de précautions avec les fixations :
- que la force du vent peut être démultipliée avec des bras de levier,
- que, l’inclinaison aidant, le vent provenant de l’arrière peut arracher bien plus.
Exemple de support avec forte force d’arrachement :
Un support est formé d’une potence verticale soudée
sur un pied de petite taille lui-même vissé sur un
socle en béton. Les modules (4 de 0,5m²) sont
montés articulés sur un longeron articulé sur la
potence et la rotation est contrôlée par une tige
FV VENT horizontale. Le couple exercé par la force du vent FV
autour du point R est contrebalancé par un couple
opposé engendré par les forces d’appui FA exercées
par les vis à l’arrière du pied. Le système étant en
équilibre, les forces sont dans les rapports inverses
des bras de levier (distance entre les points d’appui
FA des forces et le point R). Avec, par exemple, un
R facteur 1/6 dans les bras de levier , la force FA est 6
fois plus grande que la force FV, soit, lorsque le
module est incliné de 45° l’équivalent de
6x2m²xsin45°x68kgf/m²=577 kgf sous un vent de
120km/h!!!
B.4.3. Câbles alimentation
Il faut que la section des câbles soit choisie afin que leur résistance n’induise pas de chute de
tension trop importante.

Page 12, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Résistance électrique linéique des câbles électriques à deux conducteurs
Cu (mm²) 2 x1 2 x 1.5 2 x 2.5 2x4 2x6 2 x 10 2 x 16
R (Ω/m) 0.04000 0.02740 0.01642 0.01018 0.00678 0.00390 0.00248
Quelques exemples pour des chutes de potentiel de 3% sont montrés en annexe pour différentes
tensions nominales (Attention aux tronçons de câble successifs dont les chutes de potentiel
s’additionnent).
B.4.4. Régulateur de charge de batterie
Pour un régulateur de charge de batterie :
- son entrée, chargeur HVD, doit supporter au moins le courant maximum généré par les
modules (ICC),
- sa sortie, limiteur LVD, doit supporter au moins le courant appelé par la totalité des
récepteurs branchés sur la sortie utilisation.
B.4.5. Batterie d’accumulateurs standard
Le stockage d’énergie à prévoir dépend des fluctuations :
- de l’évolution annuelle des ratios besoins / ensoleillement,
- de la ressource, notamment de ses déficits sur un nombre de jours successifs donnés.
Afin de pouvoir dimensionner le stockage d’énergie dans les accumulateurs, il faut connaître les
déficits maximums de rayonnement que peut connaître une séquence de jours consécutifs pour
chaque mois de l’année (en réalité le maximum annuel suffit), tels que montrés sur la table ci-
après pour la région ouest de Marrakech.
Maximum des déficits de rayonnement sur un période successive (en jours de rayonnement)
31,5°N – 8,5°W Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Déc
Maximums 3,46 3,62 3,80 2,59 3,01 3,10 1,65 2,40 2,75 3,60 5,33 2,44
Annuel 5,33
Ainsi, si les besoins en énergie sont constants et si l’on souhaite qu’un système soit autonome
avec un minimum de risque de rupture de service, il faudra, pour la zone géographique du
tableau ci-dessus, stocker 5,33 jours de ces besoins en énergie, on dira 5 jours d’autonomie.
Estockage = 5 x B (où B = besoins en énergie = Eutile)
Cstockage = 5 x B / Vbatterie
Pour les installations professionnelles, les coefficients de sécurité atteignent 140%, ce qui mène
à dimensionner des alimentations de télécommunication avec jusqu’à 7 jours de stockage.
Notons qu’en photovoltaïque, la capacité la plus appropriée pour le dimensionnement est C20,
bien que indications soient en C100. Ces dernières sont normalisées de valeurs courantes :
- en 12V : 10 Ah, 20 Ah, 40 Ah, 60 Ah, 75 Ah, 80 Ah, 100 Ah, 120 Ah, 150 Ah, 200 Ah
- en 2V : 100 Ah, 120 Ah, 150 Ah, 200 Ah, 400 Ah, 600 Ah, 800 Ah, 1000 Ah
B.4.6. Convertisseurs
La règle à respecter pour le dimensionnement de tout convertisseur est très simple : sa
puissance nominale (en général c’est la sortie qui est indiquée) doit être supérieure à la
puissance appelée par les récepteurs. La puissance des modules ne devant pas dépasser celle-
ci au rendement près.
Toutefois, il convient de noter que, pendant la seconde du démarrage, certains récepteurs à
courant alternatif appellent beaucoup plus de puissance que leur valeur nominale :
- les circuits capacitifs au moment de leur première charge
• les télévisions appellent 5 fois celle-ci pendant 0,1 seconde,
- le démarrage des moteurs asynchrones en charge :
• les compresseurs de réfrigération, jusqu’à 10 fois celle-ci pendant 1 seconde,
• les pompes d’adduction d’eau, jusqu’à 5 fois celle-ci pendant 1 seconde.
Mais comme ces appels de courant ont des durées très courtes, il suffira en général de prendre
des onduleurs ayant une puissance nominale 2 à 3 fois plus puissante. En effet, les onduleurs
supportent en transitoire des puissances 3 à 4 fois leur puissance nominale. Les fabricants de
bons onduleurs donnent les durées de survie de ceux-ci en fonction du niveau de dépassement
de la puissance nominale.
B.4.7. Fusibles
Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 13
Un coupe-circuit fusible ou à réarmement (disjoncteur) doit normalement protéger :
- Tout générateur contre un débit de courant dépassant le nominal. Le courant de court
circuit (ICC) des modules étant défini et limité, il n’y a donc pas besoin de protection par
fusible à l‘entrée d’une installation photovoltaïque.
- Tout récepteur contre une entrée excessive de courant. Ainsi, les convertisseurs
doivent être protégés des deux côtés.
Fusible cartouche Fusible céramique avec Disjoncteur Fusible auto
en verre son porte-cartouche monopolaire

Les courants des fusibles sont normalisés : 500 mA, 1 A, 6 A, 10 A, 16 A, 20 A, 25 A, 32 A.


B.4.8. Inverseur de source
L’inverseur de source est en fait un interrupteur (si inversion manuelle) ou un relais (si inversion
automatique) à 3 voies. Son contact doit pouvoir supporter le courant qui doit le traverser, sinon,
on peut utiliser un contacteur.
L’inverseur de source est parfois intégré dans des onduleurs qui privilégient la source
conventionnelle dès qu’elle est active.
B.4.9. Pompes solaires et leur tuyauterie
Une pompe solaire avec groupe immergé ouvert sur la pression atmosphérique comporte :
¾ Modules solaires, Produisent l’électricité, leur rendement
ηmax varie entre 6 (tension) et 18% (Si-mono)
¾ Convertisseur, Adapte l’impédance et, éventuellement
ondule le courant, son ηmax varie entre 90 et 95%
¾ Câble électrique étanche, Section à dimensionner pour
chute de potentiel <= 3% de la tension nominale du
moteur.
¾ Moteur électrique, Entraîne mécaniquement la pompe,
fait souvent corps avec celle-ci, ηmax varie entre 90 et 95%
¾
¾ Pompe hydraulique, Refoule sous une pression égale à
(hydrostatique + pertes de charge), ηmax entre 45 et 70%
¾ Puits, Surface est à la pression atmosphérique, le niveau
piézométrique baissant avec le débit extrait (rabattement)
¾ Circuit hydraulique d’exhaure, Diamètre à dimensionner
pour perte de charge <= 15% de la pression hydrostatique.
¾ Château d’eau, Réservoir d’énergie lorsque placé en
hauteur. Sa surface est à la pression atmosphérique.

B.4.9.1. Electropompes
A cause de la complexité des éléments entrant en jeu, d’ordre :
- chronologique (notamment, la variation de l’ensoleillement dans une même journée),
- hydrodynamique (la non-linéarité de la performance des pompes)
- électromécanique (seuils de puissance électrique de démarrage en charge),
- hydrologique (le débit de régénération du puits cause une hauteur de rabattement
variable dans la journée),
les électropompes alimentées par énergie solaire ne sont pas simples à dimensionner (se référer
à l’Annexe relative au pompage PV).
B.4.9.2. Tuyauterie
Hauteur manométrique totale (HMT) : H = p/ρ.g = Z + (τ/ρ.g).q²

Page 14, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Le diamètre de la conduite doit être suffisamment grand (τ suffisamment petit) pour qu’au débit
maximal, le deuxième terme (τ/ρ.g).q², partie dynamique de la hauteur manométrique totale, soit
inférieur à 10% ou 15% du premier terme, la partie statique.
Alors, la pression de pompage moyenne journalière : p ≈(≤) ρ.g.Z.115%
Et la hauteur manométrique totale moyenne journalière (HMT moyenne) : H ≈(≤) Z.115%
L’énergie hydraulique moyenne journalière pour un débit journalier Q (en m³/jour) :
Eh ≈(≤) p.Q = ρ.g.Z.115%.Q
B.4.9.3. Débit instantané en fonction de la puissance électrique
• Courbes fournies pas le constructeur
Les deux graphiques qui suivent sont utilisés lorsque l’on exige un débit instantané maximum
qMAX préalablement défini, ils représentent la variation du débit instantané en fonction de la
puissance électrique alimentant l’ensemble (convertisseur + moteur + pompe) pour une hauteur
manométrique totale donnée :
- une pompe volumétrique avec diamètre de sortie de 1”¼ (gauche).
- une motopompe centrifuge de 7 étages avec diamètre de sortie de 2” (droite),
Notons que les deux graphiques incluent l’intercalation d’un convertisseur adapté à chaque
pompe (CC-CC pour celle de gauche et CC-CA pour la figure de droite) : la puissance en
abscisse est donc la puissance électrique continue entrant dans chaque convertisseur.

Remarquons :
1- que pour les deux pompes il y a un seuil de puissance :
i. sous lequel le débit est nul,
ii. qui augmente avec la hauteur manométrique,
iii. dont la variation avec la hauteur manométrique n’est pas linéaire.
2- qu’au delà de ce seuil le débit varie :
i. quasi-linéairement avec la puissance pour la volumétrique (gauche),
ii. de façon moins linéaire pour la centrifuge (droite).
Pour le choix à l’aide de ces graphiques, on cherche sur la courbe de HMT appropriée à quelle
puissance (abscisse) correspond le débit maximum qMAX désiré sachant que (voir Annexe) :
H = HMT = charge hydraulique + pertes de charge (< 15% de la charge hydraulique)
H = p/ρ.g = Z + (τ/ρ.g).qMAX² (inférieure à 115% Z)
Une fois la puissance électrique dépendant de (q, H) trouvée, il diviser par le rendement relatif
des modules (ηR ≈ 85%) pour tenir compte des pertes en amont.
B.4.9.4. Débit journalier en fonction de la puissance photovoltaïque installée
• Courbes fournies pas le constructeur
En utilisant les performances instantanées ci-dessus, lorsque l’on simule le fonctionnement
horaire d’une pompe sous HMT fixe, sur plusieurs journées de durée fixe (11 heures, dans
l’exemple ci-dessous) mais avec un rayonnement solaire artificiellement variable (sur ordinateur) :
1- on peut tracer la variation du débit d’eau journalier (en m³/jour) obtenu par simulation en
fonction de l’énergie solaire fournie par les modules (en kWh/jour). Les graphiques
obtenus retrouvent bien sûr les allures de ceux montrés ci-dessus, notamment :
- un seuil d’énergie solaire reçue par les modules (dû au seuil de puissance),
- une accentuation des effets de non-linéarité induits par la variation d’ensoleillement.
Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 15
2- par ailleurs, pour chacune des journées simulées, l’énergie solaire fournie par les modules
(en kWh/jour) est elle-même directement proportionnelle :
- au rayonnement solaire reçue par les modules (en kWh/m².j)
- à la puissance crête de l’installation (en Wc).

On peut donc tracer une abaque comme montrée dans cette figure dans laquelle l’axe horizontal,
non désigné puisque inutile, correspond à l’énergie solaire fournie par les modules.
A partir de moyennes journalières données :
- de la HMT,
- de l’ensoleillement,
l’abaque donne une liaison directe entre :
- la puissance crête à installer,
- le débit journalier voulu.
• Réalisation d’un abaque approximative
Il se trouve que les abaques constructeurs ne sont pas toujours disponibles et il peut arriver qu’on
ait besoin d’un dimensionnement très approximatif à partir des considérations qui suivent. Si :
- HM est la HMT moyenne journalière, rabattement inclus (en m)
- Q est le débit journalier (en m³/jour),
l’énergie hydraulique Eh nécessaire quotidiennement serait :
Eh = ρ.g.HM.Q
Et, si : - ηMP est le rendement énergétique moyen de l’électropompe (voisin de 40%),
- ηC est le rendement énergétique moyen du convertisseur (voisin de 90%),
alors l’énergie électrique Ee nécessaire quotidiennement serait :
Ee = Eh / (ηC.ηMP) = ρ.g. HM.Q / (ηC.ηMP)
soit, Q ≈ [(ηC.ηMP)/(ρ.g. HM].Ee
Or, si ηR est le rendement relatif des modules (voisin de 85%) et G est l’ensoleillement journalier
(en kWh/m².j), la puissance crête des modules PC (en W C) s’écrit :
PC = 1000.ηR.Ee / G = (1000.ηR / G).Ee
Les deux expressions de Q et PC contenant la substituable Ee, le problème est analytiquement
très simple mais pour la compréhension de ce qui va suivre nous résoudrons le problème
graphiquement en créant une abaque comme celle qui suit.

Page 16, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


5 m 10 m 20 m 30 m 40 m 50 m
10 0 m ³/j

8 0 m ³/j

6 0 m ³/j

4 0 m ³/j

2 0 m ³/j

00Wc
m ³/j
0 ,0 kWh/j 2 ,0 kWh/j 4 ,0 kWh/j 6 ,0 kWh/j 8 ,0 kWh/j 10 ,0 kWh/j

En erg ie électrique (kWh/jo ur)


-400 Wc

-800 Wc

-1200 Wc

-1600 Wc
3,5 kWh/m² 4,0 kWh/m² 4,5 kWh/m² 5,0 kWh/m² 5,5 kWh/m²
6,0 kWh/m² 6,5 kWh/m² 7,0 kWh/m² 7,5 kWh/m²

Cette abaque s’utilise comme suit : d’une exigence de 50 m³/jour on part horizontalement jusqu’à
la HMT moyenne de 20 m qui sous 5 kWh/m².j nécessiterait approximativement 1280 Wc, ce qui,
comme nous allons le voir n’est pas correct car ce modèle, trop simple et sans aucune précision
chiffrable, ne présente qu’un intérêt didactique.
• Réalisation d’un abaque tenant compte d’un seuil linéaire
On peut, à la lumière des enseignements tirés des simulations basées sur les vraies
caractéristiques, améliorer le dimensionnement linéarisé ci-dessus en y introduisant au moins les
effets de seuils. Bien qu’il soit vrai que les seuils :
- soient parmi les éléments qui distinguent les pompes les plus performantes des autres,
- que les variations de l’ensoleillement peuvent avoir des effets mitigés,
on améliore le dimensionnement linéarisé approximatif ci-dessus en introduisant sur un seuil SH
empiriquement proportionnel à la hauteur manométrique qui est un minimum de l’énergie
électrique Eh nécessaire quotidiennement pour que le débit quotidien Q ne soit pas nul à une
profondeur Z (HMT = Z pour un débit nul) donnée. L’énergie hydraulique Eh nécessaire
quotidiennement serait :
Eh = ρ.g.HM.Q
alors l’énergie électrique nécessaire quotidiennement qui fait tourner le moteur (Ee – SH) serait :
(Ee – SH) = Eh / (ηC.ηMP) = (ρ.g.HM.Q) / (ηC.ηMP)
soit, Q ≈ [(ηC.ηMP)/(ρ.g.HM].(Ee – SH)
qui n’est valable que si l’énergie fournie est suffisante, soit (Ee – SQ) ≥ 0, sinon le débit est nul.
Le résultat représenté dans l’abaque ci-dessous est calculé avec des valeurs de rendements
identiques à celles utilisés plus haut (ηMP = 40%, ηC = 90%, ηR = 85%,) et
SH = 80 Wh/mètre de HMT (valable pour pompes centrifuges).
2m 5m 7m 10 m 15 m 20 m 30 m 40 m 50 m
100 m³/j

80 m³/j

60 m³/j

40 m³/j

20 m³/j

-2000 Wc
m³/j
0,0 kWh/j 2,0 kWh/j 4,0 kWh/j 6,0 kWh/j 8,0 kWh/j 10,0 kWh/j

Energie électrique (kWh/jour)


-600 Wc

-1000 Wc

-1400 Wc

-1800 Wc
3,5 kWh/m² 4,0 kWh/m² 4,5 kWh/m² 5,0 kWh/m² 5,5 kWh/m²
6,0 kWh/m² 6,5 kWh/m² 7,0 kWh/m² 7,5 kWh/m²

A titre de comparaison, ce modèle donne environ 1560 Wc pour 50 m³/j pompés sous 20 mètres
et un ensoleillement de 5kWh/m².j alors que l’abaque constructeur donne environ 1660 Wc dans

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 17


les mêmes conditions. La précision de ce modèle arrive donc à être meilleure que ± 10% mais,
pour une pompe donnée, le dimensionnement avec rendement et seuil linéarisés reste insuffisant
dans les conditions « extrêmes », c’est-à-dire aux voisinage des conditions d’utilisation hautes ou
basses.
B.5. Simulation horaire
Pour les systèmes photovoltaïques avec stockage sur batteries, il est inutile de procéder à
un dimensionnement par simulation horaire car les résultats des méthodes énergétiques
simples sont suffisamment précis (c’est la constance du rendement de charge / décharge
de la batterie qui prédomine). Il n’en va pas de même pour les systèmes sans stockage.
B.5.1. Principe de calcul
B.5.2. Méthode de calcul
B.5.3. Résultats attendus d'un tel calcul
B.6. Durées de vie, prix, installation & maintenance
B.6.1. Durée de vie des composants des systèmes
B.6.1.1. Module
On peut considérer comme voisine de 30ans la durée de vie d’un module photovoltaïque, à
condition toutefois de ne pas oublier qu’il perdra autour de 10% de performance tous les 10ans,
tous les fabricants le garantissent. Bien que les fabricants n’offrent qu’un an de garantie contre
les défauts de fabrication, les taux de retour sont négligeables. Les seuls ennemis des modules
sont : le vol, le jet de pierres de grande taille ou les très gros grêlons.
B.6.1.2. Support
Un support de module en acier galvanisé à chaude peut durer 15 ans (grâce à la galvanisation).
B.6.1.3. Régulateur de charge de batterie
Un régulateur de charge de batterie a une durée de vie moyenne de 10 ans mais les écarts
peuvent s’échelonner entre 8 et 15 ans selon la qualité de fabrication. Les vices de fabrication
sont minimes mais garantis pendant 2 ans.
B.6.1.4. Batteries
Une batterie a une durée de vie moyenne de 4 à 5 ans (7 à 8 ans pour les batteries
professionnelles 3 fois plus chères). Les vices de fabrication, garantis pendant 6 mois, sont
autour de 1% mais peuvent atteindre 7% pour les batteries de mauvaise qualité.
En réalité les choses sont un peu plus compliquées car les durées de vie de batteries ne
dépendent pas seulement de leur nature mais diminuent avec la profondeur de décharge
qu’elles subissent quotidiennement comme indiqué sur le tableau ci-dessous.
Type de batterie
Profondeur
Automobile, Solaire, ouverte, Etanche, à gel, Stationnaire,
de décharge
ouverte, électrode électrode plane électrode plane ouverte, électrode
quotidienne
plane mince épaisse épaisse tubulaire
10% 3 à 4 ans 5 à 7 ans 6 à 8 ans plus de 10 ans
20% 2 à 3 ans 4 à 5 ans 5 à 6 ans 10 ans
30% 1,5 à 2 ans 3 à 4 ans 4 à 5 ans 6 ans
50% 6 mois à 1 an 1 à 2 ans 2 à 3 ans 4 ans
80% 2 mois 3 à 6 mois 1 à 2 ans 2 ans
B.6.1.5. Onduleurs
Un onduleur de bonne qualité a une durée de vie moyenne de 10 ans mais les écarts peuvent
s’échelonner entre 2 et 15 ans selon la qualité de fabrication. Les vices de fabrication sont
minimes mais garantis pendant 2 ans.
B.6.1.6. Electropompes
Une électropompe est un récepteur et sa durée de vie n’intervient pas dans le coût de l’énergie
mais elle intervient dans le coût du m³ d’eau pompé. Sa durée de vie moyenne est de 7 ans
mais les écarts peuvent s’échelonner entre 5 et 10 ans selon la qualité de fabrication. Les vices
de fabrication existent mais garantis pendant 1 ans.
Page 18, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
B.6.1.7. Luminaires
Un luminaire est un récepteur et sa durée de vie n’intervient pas dans le coût de l’énergie
produite mais elle intervient dans le coût du kit en tant que service alternatif aux solutions
traditionnelles (bougies, butane, pétrole lampant, etc.…). Un luminaire fluorescent est formé
d’une partie électronique (le ballast) et du tube qui peut être cylindrique ou torsadé. Un ballast a
une durée de vie moyenne de 6 à 8 ans (moins pour les ballasts de mauvaise qualité). Les
vices de fabrication, garantis pendant 6 mois, sont autour de 2% mais peuvent atteindre 10%
pour les ballasts de mauvaise qualité.
B.6.2. Prix des composants des systèmes
Désignation Prix
Support des modules 2 Dh/Wc
Modules photovoltaïques 65 Dh/Wc
Câbles alimentation (10m) 12V 2 Dh/Wc
24V 1 Dh/Wc
48V 0,50 Dh/Wc
65V 0,40 Dh/Wc
Boîtier, connecteurs et fusibles à adapter
Régulateur de charge de batterie 12 Dh/Wc
Batterie accumulateurs standard 0,75 Dh/Wh
tubulaires 2 Dh/Wh
tubulaires à gel 2,5 Dh/Wh
Convertisseur CC-CC 10 à 20 Dh/W
Convertisseur CC-CA Hacheur 2 Dh/W
Sinus modifié 3 Dh/W
Sinusoïdal 7 Dh/W
Fréq. variable 10 Dh/W
Sinus accordé 12 Dh/W
Autre source d’électricité continue à adapter
Inverseur de source à adapter
Electropompes à adapter
B.6.3. Impact des prix sur le coût de l’énergie
Comme nous allons le voir ci-dessous, l’électricité d’origine solaire photovoltaïque est encore
chère. En effet, sur la base d’une l’électricité au tarif régie 1,20Dh par kWh au Maroc, on peut
faire les estimations ci-dessous.
B.6.3.1. Modules seuls
Un module solaire de 50Wc dure plus de 20 ans pendant lesquels il peut produire autour de :
20ans x 365j/an x (50Wcx75%)W x 5hc/j =1368kWh.
Pour un coût voisin de 3’250Dh, cela représente :
2,37Dh/kWh soit environ 198% du tarif de l’électricité régie au Maroc sans dépréciation.
B.6.3.2. Supports seuls
Un support de module de 50Wc peut durer 10 ans pendant lesquels le module produit :
10 x 365j/an x (50Wcx75%)W x 5hc/j = 684kWh.
Pour un coût approximatif de 150Dh par module de 50Wc, cela représente :
0,22Dh/kWh soit environ 18% du tarif de l’électricité régie au Maroc sans dépréciation.
B.6.3.3. Batteries seules
Une batterie de 80Ah sous 12V peut stocker
80Ah x 12V = 960Wh =0,96kWh.
Si on veut la faire durer 5 ans, on ne la décharge pas quotidiennement plus de 20%, soit :
5 x 365j/an x (0,960x20%)kWh/j = 350kWh.
Pour un coût voisin de 1’000Dh, cela représente :
2,85Dh/kWh soit environ 237% du tarif de l’électricité régie au Maroc sans dépréciation.
B.6.3.4. Régulateur de charge de batteries seul
Un régulateur de charge de batterie de 10A utilisé avec un module de 50Wc peut durer 12 ans
pendant lesquels le module produit :
12ans x 365j/an x (50Wcx75%) x 5hc/j = 821kWh.
Pour un coût voisin de 600Dh, cela représente

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 19


0,73Dh/kWh soit environ 61% du prix de l’électricité régie au Maroc sans dépréciation.
B.6.3.5. Onduleurs seuls
Il convient de distinguer si l’on a un système d’électrification, de pompage ou connecté réseau.
B.6.3.5.1. Pour systèmes d’électrification
Pour les systèmes d’électrification, il est impossible d’estimer le coût rapporté au kWh
consommé car ceci dépendra fortement de la puissance de l’onduleur et de son taux
d’utilisation. Il n’y a pas de corrélation possible entre le prix de l’onduleur (sa puissance) et
l’énergie qu’il délivre.
B.6.3.5.2. Pour systèmes de pompage
Si un système de pompage solaire à courant alternatif fonctionne toute l’année, un onduleur à
fréquence variable pour pompe photovoltaïque peut durer 10 ans pendant lesquels un module
de 50Wc produit :
10ans x 365j/an x (50Wcx75%)W x 5hc/j = 684kWh.
Pour un coût approximatif de 16’000Dh pour 1’000Wc (en réalité entre 8’000 et 1'800 Wc à
cause de la variabilité de la taille du système), cela représente :
1,16Dh/kWh soit environ 97% du tarif de l’électricité régie au Maroc sans dépréciation.
B.6.3.5.3. Pour systèmes connectés au réseau
Si un système connecté au réseau fonctionne toute l’année, un onduleur synchronisé pour
injection réseau peut durer 10 ans pendant lesquels un module de 50Wc produit :
10ans x 365j/an x (50Wcx75%)W x5hc/j = 684kWh.
Pour un coût approximatif de 12'000Dh pour 1’000Wc, cela représente :
0,88Dh/kWh soit environ 73% du tarif de l’électricité régie au Maroc sans dépréciation.
B.6.3.6. Electropompes seules
Une électropompe est un récepteur et sa durée de vie n’intervient pas dans le coût de l’énergie
produite mais elle intervient dans le coût du m³ d’eau pompé qui lui-même dépend de la
profondeur à laquelle on va chercher l’eau. Si un système de pompage fonctionne toute
l’année, une électropompe avec son convertisseur coûtant environ 25'000 Dh peut durer 7 ans
pendant lesquels les 1660Wc qui l’alimentent donnent 50m³/jour sous une HMT de 20m :
1- Imputation énergétique :
7ans x 365j/an x (1660Wcx75%)W x 5hc/j = 15,9MWh.
Soit, 1,57Dh/kWh et environ 130% du tarif de l’électricité régie au Maroc sans dépréciation.
2- Imputation hydraulique :
7ans x 365j/an x 50m³/j x 20m = 2,55.106m4.
Soit environ 0,01Dh/m4 sans dépréciation (0,16 m4/Wh d’électricité produite).
B.6.4. Précautions d’installation
B.6.4.1. Supports
Chercher un emplacement :
- bien ensoleillé et sans aucune ombre portée (arbres, murs, antennes, lignes
téléphoniques ou fils à linge, etc.…), le module devant être monté face sud (dans
l’hémisphère Nord) et face Nord (dans l’hémisphère sud),
- limitant la distance entre les modules et les batteries,
- évitant les dépôts de poussière trop importants,
- assurant un accès facile et sécurisé pour son nettoyage et maintenance,
- limitant, dans la mesure du possible, le vol et le vandalisme.
Par ailleurs, lorsque les panneaux de modules sont montés sur plusieurs rangées, la distance
entre les supports doit être suffisante pour qu’il n’a ait pas d’ombre dans les pires conditions.

Page 20, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


La hauteur H est mesurée entre le point
le plus haut de l’arrière du panneau avant
et le point le plus bas de l’avant du
NORD panneau arrière (ici hémisphère nord).
La distance D qui va imposer la distance
entre les rangées doit être telle que le
panneau avant fasse le moins d’ombre
H possible au panneau arrière.
α
D

Compte tenu de : D/H = cotg(h) = cotg[Arc sin(sin ϕ.sin δ + cos ϕ.cos δ.cos ω)]
où - ϕ est la latitude du lieu concerné,
- δ est la déclinaison solaire au jour concerné (le plus court de l’année, le 21/12 au Nord),
- ω est l’angle horaire de l’heure concerné (à choisir),
- h est la hauteur solaire au lieu concerné et au moment concerné.
Hauteur du soleil au 21 décembre
à 9h30 à 10h0 à 10h30 à 11h0 à 12h0
2,6

2,2
cotg(h)

1,8

1,4

1,0
23 °N 25 °N 27 °N 29 °N 31 °N 33 °N 35 °N

La flèche montre comment à Marrakech (ϕ = 31.5°) :


- si l’on choisit que les panneaux à l’arrière soient complètement dégagés le 21
décembre au moins entre 10h et 14h solaires, D/H > 1,88 mètre par mètre de hauteur,
- si α dépasse la hauteur solaire à midi (ω = 0) le 21 décembre, le capteur arrière ne sera
jamais complètement dégagé. La limite D/H > 1,43 est donnée par la formule générale :
α > [90°-(ϕ–23,45°)], (D/H) > 1 / tg(66,55°- ϕ)
B.6.4.2. Modules
Brancher les câbles en s’assurant que toute infiltration d’eau ou d’insectes soit impossible à
l’intérieur de la boîte de jonction.
Monter les modules sur les supports en s’assurant, si possible, que la boîte de jonction est en
partie haute.
Protéger le câble de la lumière du soleil.
Il est parfois judicieux de fixer les modules sur la structure avant de monter la structure sur sa
destination finale (en toiture ou sur poteau).
Montage en parallèle
Le montage de modules solaires photovoltaïques en parallèle :
- conserve la différence de potentiel,
- additionne les courants.

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 21


12V - 4,5A

12V - 4,5A

12V - 4,5A
12V - 4,5A
12 Volts
18 Amps

Le montage de modules en parallèle ne pose aucun problème, du moment que la tension


nominale est la même, on peut placer en parallèle même des modules de puissance (courant de
court-circuit très différent).
Montage en série
Le montage de modules solaires photovoltaïques en série :
- additionne les différences de potentiel,
- conserve le courant.
12V - 4,5A

12V - 4,5A

12V - 4,5A
12V - 4,5A

48 Volts
4.5 Amps

Le montage de modules en série ne peut être fait que si les courants de court-circuit sont très
voisins, ce qui exige un triage des modules à assembler en série. Si ce n’est pas le cas, certains
modules pourraient avoir des « hot spots » après quelques mois de fonctionnement.
B.6.4.3. Batteries (essentiellement au plomb)
Placer les batteries dans un lieu à l’abri du soleil.
Seulement si les batteries sont livrées chargées sèches :
- vérifier que les tensions aux bornes des batteries sont nulles,
- vérifier la conformité de la densité de l’électrolyte à celle de la documentation de la
batterie (1,24 à 1,28 g/cm³),
- nettoyer le dessus de la batterie, enlever les bouchons et remplir l’électrolyte avec un
entonnoir,
- laisser l’électrolyte se relaxer 30minutes, la batterie va chauffer (c’est normal !) puis
vérifier que la tension à ses bornes est bien supérieure à la valeur nominale (ex : 12 V),
- compléter avec l’électrolyte, replacer les bouchons et nettoyer le dessus de la batterie.
Ne jamais placer les batteries à même le sol mais sur support en bois ou dans boîte à batterie.
Enduire les bornes et cosses de batterie avec de la vaseline.
Montage en parallèle
Le montage de batteries en parallèle :
- conserve la différence de potentiel,
- additionne leurs capacités et les courants qu’elles débitent.

+

ELECTRA ELECTRA ELECTRA ELECTRA ELECTRA ELECTRA

Le montage de batteries en parallèle pose un grand problème : les batteries mises en parallèle
doivent être absolument identiques, ce qui est encore possible quand elles sont neuves mais
elles ne vieillissent pas de la même façon. Un banc formé de trop de batteries en parallèle vieillira
d’autant plus vite qu’il y a de batteries.
Page 22, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
Montage en série
Le montage de batteries en série :
- additionne les différences de potentiel,
- conserve leurs capacités et les courants qu’elles débitent.


ELECTRA ELECTRA ELECTRA ELECTRA ELECTRA ELECTRA
+

Sur le long terme, le montage de batteries en série ne pose de problèmes que si les batteries
sont très différentes.
B.6.4.4. Régulateur de charge de batterie
Placer le régulateur dans un lieu à l’abri du soleil.
Choisir l’endroit le moins éloigné possible des batteries.
Commencer par la fixation mécanique à 1,5 m du sol (yeux) sans avoir branché électriquement.
S’il y a lieu, vérifier que le régulateur est ajusté au type de batteries (ouvertes ou étanches).
Toujours procéder dans l’ordre :
- commencer par brancher les batteries sur le régulateur avant les modules,
- brancher les modules sur le régulateur
- vérifier que les indications du régulateur sont normales,
- brancher les charges en dernier.
B.6.4.5. Onduleurs
Placer l’onduleur dans un lieu à l’abri du soleil.
Choisir l’endroit le moins éloigné possible du régulateur (ou au moins de la basse tension
continue), le câblage basse- tension continue doit être le plus court possible par rapport à la
sortie alternative.
Commencer par la fixation mécanique à 1,5 m du sol (yeux) sans avoir branché électriquement.
S’il y a lieu, vérifier que la tension d’entrée de l’onduleur est ajustée à l’existante.
Toujours procéder dans l’ordre :
- commencer par alimenter l’entrée,
- vérifier que les indications de l’onduleur,
- brancher les charges en dernier.
Bien que les onduleurs incluent un limiteur LVD, sa tension est trop basse pour la majorité
d’entre eux (10,5 V pour 12 V nominal). Préférer l’alimentation par le régulateur.
B.6.4.6. Electropompes
Pour toutes les pompes immergées, ne pas oublier pas oublier d’installer un câble de
sustentation. En cas de rupture de la tuyauterie, la pompe ne pourrait plus être remontée.
Le puits doit être nettoyé avant d’installer la pompe.
Il ne faut pas construire de local technique au-dessus du puits et si l’on devait le faire, vérifier
que la pompe peut être sortie.
Les éléments de raccordement électriques qui vont dans le puits doivent être bien étanches.
Il faut monter un clapet anti-retour à la sortie de la pompe dans le puits pour éviter la descente
d’eau dans la colonne montante à chaque arrêt de la pompe.
En cas de montage de moteur continu, vérifier les bonnes polarités avant le branchement.
En cas de montage de moteur alternatif triphasé, tester l’ordre de branchement des phases qui
permet le bon sens de rotation avant de descendre la pompe dans le puits.
B.6.5. Maintenance préventive
B.6.5.1. Module
Essuyer et laver au besoin (en évitant savon et détergents), la fréquence dépend de :
- l’angle d’inclinaison (un angle plus grand est plus favorable à l’auto nettoyage),
- la propreté de l’atmosphère (un air poussiéreux n’est pas favorable),
- la saison (les pluies peuvent favoriser l’auto nettoyage).
Vérifier annuellement et sous un ensoleillement comparable :
Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 23
- le courant de court-circuit (ICC),
- la tension de circuit ouvert (VCO).
Vérifier régulièrement :
- l’absence d’ombre sur les modules, existante ou potentielle (nouvelles plantes),
- l’état du câblage (le module étant en terrasse, les câbles sont exposés),
- les modules pour bris du verre ou délaminage,
- les cellules pour changement de couleur (prévention des « hot spots »),
- l’étanchéité des boîtes de jonction,
- l’encombrement à l’arrière par des nids d’oiseaux ou d’insectes.
B.6.5.2. Support
Vérifier l’état d’oxydation et s’assurer de la non transmission de rouille au cadre du module.
Vérifier, nettoyer et serrer la visserie.
Vérifier que les modules sont correctement fixés, orientés et inclinés.
Vérifier la continuité de la mise à la terre du support (si elle existe).
B.6.5.3. Batterie
Vérifier annuellement :
- la tension de la batterie,
- la densité de l’électrolyte des différents éléments (doit être la même pour tous),
- que leurs valeurs sont dans la plage définie lors de l’installation (notice constructeur).
Vérifier le niveau d’électrolyte et le compléter éventuellement avec de l’eau distillée.
Ne jamais ajouter ni d’acide ni d’eau distillée dans une batterie déchargée, la charger d’abord.
Vérifier, nettoyer et serrer les bornes (refaire leur graissage éventuellement).
Vérifier tout bris ou fuite des bacs de batterie.
Vérifier l’étanchéité des boîtes à batteries.
B.6.5.4. Régulateur de charge de batterie
Supprimer poussière et nids d’insectes en nettoyant le coffret du régulateur.
S’assurer de la bonne fixation du boîtier de régulateur.
Vérifier que les commandes de délestages de charge et de décharge sont fonctionnelles.
Vérifier les affichages.
Vérifier, nettoyer et serrer les bornes.
Vérifier les seuils.
B.6.5.5. Onduleurs
Supprimer poussière et nids d’insectes en nettoyant le coffret de l’onduleur.
S’assurer de la bonne fixation du boîtier de l’onduleur.
Vérifier les affichages.
Vérifier, nettoyer et serrer les bornes.
B.6.5.6. Electropompes
Au moins une fois tous les deux ans :
- couper l’alimentation de la pompe et la sortir de l’eau,
- désaccoupler le moteur de la pompe,
- nettoyer la pompe, les parties accessibles du moteur et le système d’accouplement.
Vérifier que le puits est propre.
B.7. Particularités
B.7.1. Systèmes redondants
Un système redondant est un système dont une partie des éléments sont dupliqués mais la
duplication ne consiste pas nécessairement à avoir deux fois le générateur photovoltaïque
assurant les besoins du système mais à couper en deux les éléments qui doivent l’être afin que
l’on puisse déconnecter une partie du générateur (en général moitié) pour faire une intervention
de maintenance. C’est surtout utile pour les générateurs photovoltaïques alimentant les systèmes
de télécommunication qui ne peuvent souffrir d’une rupture de service.
B.7.2. Systèmes de poursuite du soleil
Sur plan énergétique, le gain à être en permanence face au soleil réside dans le fait d’utiliser le
rayonnement global normal GN et non pas le rayonnement global fixe (c’est une position que
Page 24, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
adoptons spontanément lorsque nous cherchons à mieux bronzer en été ou à mieux nous
réchauffer à l’extérieur en hiver).
Un héliostat est un dispositif qui permet aux modules de pointer le soleil de sorte à ce que les
rayons solaires soient perpendiculaires à celui-ci. Il existe deux types d’héliostat :
- les héliostats à un axe dont l’axe de rotation tourne autour d’une même inclinaison (en
général la latitude du site) mais ils tournent d’est en ouest pour suivre le soleil :
• le pointé est forcément à +-23,45° près à cause de l’inclinaison de l’axe de
rotation de la Terre,
• la rotation peut être commandée par un système de positionnement ou une
simple horloge.

- les héliostats à deux axes qui font une poursuite en deux angles (azimut et site) :
• le pointé est précis et ils peuvent servir aux systèmes sous concentration,
• les deux rotations peuvent être commandée par un système de positionnement
ou une simple horloge.

L’utilisation d’héliostats représente un coût supplémentaire d’investissement de 15 à 25% de la


valeur des modules pour un gain d’énergie à peine supérieur et surtout des coûts de
maintenance additionnels de la mécanique de l’héliostat. A cause de ceci, il vaut souvent mieux
prévoir des modules supplémentaires plutôt que d’utiliser des héliostats. A cause des seuils de
puissance des pompes, les gains en eau pompée peuvent atteindre 40% et l’usage d’héliostats
se justifie mieux pour les systèmes de pompage : en effet, la puissance dépasserait le seuil plus
rapidement dans la matinée et se maintiendrait plus tard en fin de journée.
B.7.3. Systèmes sous concentration
Il est évident que les systèmes qui travaillent sous concentration des rayons solaires doivent être
pointés face à celui-ci, donc montés sur un héliostat.

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 25


C. SYSTEMES HYDROTHERMIQUES
C.1. Eléments de base communs
C.1.1. Normes de caractérisation
Ceci constitue un rappel résumé du cours sur les capteurs solaires thermiques.
C.1.1.1. Surfaces utilisées dans les calculs du rendement des capteurs
Lorsqu’on parle de la « surface » d’un capteur, encore faut-il préciser de quoi il est question :
- la surface brute Sb est obtenue par les dimensions hors tout du capteur, à l’extérieur du
cadre de celui-ci, les anglo-saxons l’utilisent intensivement,
- la surface d’ouverture So est celle qui utilise les dimensions excluant le cadre et
l’isolation latérale, les européens de la méditerranée l’utilisent intensivement,
- la surface active Sa est la « vraie » surface de captation qui exclut même l’éventuel jeu
qu’il peut y avoir entre l’isolation latérale et le capteur (dans un capteur tubulaire elle ne
diffère pas de la surface d’ouverture puisqu’il n’y a pas d’isolant), mais elle est la moins
utilisée par les professionnels.
Or, dès lors que l’on parle de rendement, on a forcément utilisé l’énergie solaire incidente qui est
proportionnelle à la « surface ». La puissance produite par un capteur étant définie, on a :
η(Sb).Sb = η(So).So = η(Sa).Sa
On peut monter que, chez la plupart des fabricants, il y a en général un facteur 0,9 entre Sb et So.
C.1.1.2. Les points communs aux normes américaine et européenne
Il existe actuellement deux normes (voir ci-après) pour représenter le rendement instantané η des
capteurs solaires thermiques, elles partent toutes deux d’un bilan thermique sur le capteur et
aboutissent à une expression du type :
η = a – b.(∆θ/I)
- la variable x = (∆θ/I) représente l’écart d’une température « T » (K, voir plus bas), à la
température ambiante (T-Tamb), divisé par l’intensité du rayonnement solaire incident (W/m²),
- a est le rendement lorsque la variable x = (∆θ/I) est nulle ; indépendant de l’écart de
température ∆θ, il diminue un peu avec la vitesse du vent et est donc formé de 2 éléments :
a = {α0 - αV.V}
• α0 est la partie constante de celui-ci (sans dimension), entre 0,70 et 0,85 pour
les capteurs vitrés, elle monte entre 0.85 et 0.92 pour ceux sans vitrage,
• αV (en s/m) décrit la baisse de a avec le vent V (en m/s), son effet est :
o pratiquement nul pour les capteurs vitrés (a = α),
o faible mais non nul pour les capteurs sans vitrage utilisés pour les faibles
températures (comme pour chauffer les piscines) ; pour ceux-ci, αV varie
entre 0,030 et 0,050 s/m, ce qui revient à diminuer a entre 0,06 et 0,10
pour un vent de 2m/s.
- b caractérise la décroissance du rendement η depuis l’origine avec la variable x = (∆θ/I), il
équivaut à un coefficient de transfert de chaleur (pertes en W/m².K) qui est formé de 3 éléments :
b = {β0 + βT.∆θ + βV.V}
• β0 est la partie constante de celui-ci,
o entre 0,7 et 3 W/m².K pour les capteurs tubulaires sous vide,
o entre 4 et 6 W/m².K pour les capteurs plans vitrés,
o entre 10 et 15 W/m².K pour ceux sans vitrage,
• βV décrit l’augmentation des pertes avec le vent V, son effet est :
o pratiquement nul pour les capteurs vitrés presque insensibles au vent,
o important pour les capteurs sans vitrage utilisés pour les faibles
températures (piscines) : pour ceux-ci, βV varie entre 3 et 15 W.s/m3.K,
soit apporter une contribution additionnelle aux pertes entre 6 et
30 W/m².K pour un vent de 2m/s.
• βT (W/m².K²) décrit l’augmentation des pertes avec la température, son effet est :

Page 26, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


o souvent faible mais non nul pour les capteurs vitrés ; pour ceux-ci, βT
varie entre 0 et 0,005 W/m².K², soit apporter une contribution aux pertes
entre 0 et 0,01 W/m².K pour une différence de température de 20°C,
o souvent faible mais non nul pour les capteurs sans vitrage utilisés pour
les faibles températures (piscines) ; pour ceux-ci, βT varie entre 0,005 et
0,01 W.s/m².K², soit apporter une contribution aux pertes entre 0,025 et
0,05 W/m².K pour une différence de température de 5°C.

Caractéristiques de différents types de capteurs Dépendance au vent des capteurs sans vitrage
La température de stagnation est celle qui, pour un rayonnement solaire et une ambiante
donnée, donne un rendement nul, soit :
η = a – b.(∆θ/I) = 0 ⇒ (∆θ/I) = (a / b)
Le tableau ci-dessous décrit l’effet qu’a chacun de ces paramètres sur une caractéristique η = f(x)
qui serait purement linéaire, du type η = a + b.x où a et b seraient constants.
Cause Vitesse du vent β varie avec ∆θ
Type de Capteur effet sur a (αV) effet sur b (βV) effet sur b (βT)
- quasiment nul - - très faible - - faible -
Vitré effet invisible pour des courbe un peu la
effet invisible
vents modérés variation de η avec x
- significatif - - important - - faible -
Sans vitrage abaisse la valeur de η abaisse la température courbe un peu la
à l’origine x = 0 de stagnation variation de η avec x
La différence entre la norme américaine et l’européenne réside dans l’écriture de ∆θ.
C.1.1.3. La norme américaine
Dans la cadre de la norme américaine (ISO 9806-1, -2 et -3 selon ANSI/ASHRAE Standard 93-
1986), on exprime le rendement rapporté à la surface brute Sb en fonction de la différence entre
la température à l’entrée des capteurs Tin et l’ambiante Tamb, soit (voir détails dans cours
capteurs) :
η = FR(τα) – FRUL.[(Tin–Tamb)/I]
- FR(τα) est l'efficacité optique du capteur soit le rendement η lorsque la température du
fluide à l’entrée est égale à l’ambiante,
- FRUL décrit les pertes thermiques du capteur en fonction de (Tin–Tamb)/I,
Les paramètres FR(τα) et FRUL subissent les variations décrites ci-dessus avec le vent et la
température mais lorsqu’elles sont négligées, η se réduit à une droite :
η ≈ FR(τα)0 – FRUL 0.[(Tin–Tamb)/I]
C.1.1.4. La norme européenne
Dans la cadre de la norme européenne (EN 12975-1, -2 et -3), on exprime le rendement rapporté
à la surface d’ouverture So en fonction de la différence entre la température moyenne du fluide
dans le capteur Tm et l’ambiante Tamb, soit :
η = ηopt – K.[(Tm–Tamb)/I]
- ηopt est le rendement optique, valeur de η lorsque le capteur est en équilibre thermique
avec l’ambiante,
- la température moyenne du fluide dans le capteur est calculée par Tm = (Tout + Tin) / 2 ,
où Tout est la température du fluide à la sortie du capteur,
- K décrit les pertes thermiques du capteur exprimées en fonction de (Tm–Tamb)/I.

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 27


Les paramètres ηopt et K subissent les variations décrites ci-dessus avec le vent et la température
mais lorsqu’elles sont négligées, η se réduit à une droite :
η ≈ ηopt 0 – K 0.[(Tm–Tamb)/I]
C.1.2. Relation entre les deux normes et utilité de chacune
La connaissance de la température du fluide à la sortie du capteur Tout exige la connaissance du
débit car la puissance fournie au fluide contribue à échauffer un débit d’eau donné :
S.η.I = (dm/dt).c.(Tout - Tin) ⇒ Tout = Tin + I.η.[(dm/dt).c]
- S est la surface du capteur ayant un rendement η,
- I est l’intensité de rayonnement solaire tombant sur le capteur de surface S,
- (dm/dt) est le débit massique (masse parcourant le capteur par unité de temps),
- c est la chaleur massique de l’eau (voisine de 4185 J/kg.K ou 1,1625 kWh/kg.K).
Ainsi, bien que la norme européenne paraisse plus « satisfaisante pour l’esprit » (car elle
considère que les pertes du capteur varient avec la température moyenne de celui-ci), elle
comporte une difficulté majeure pour être utilisée car elle exige, non seulement la température du
fluide à l’entrée du capteur Tin, qui peut être estimée par la température de sortie du stockage
(elles sont strictement égales sans pertes dans la tuyauterie), mais aussi celle de la sortie qui
exigerait la connaisse du débit (dm/dt).
On peut montrer que, dans un capteur où circule un débit massique (dm/dt), on a :
Fr(τα) = f[ηopt, K, (dm/dt)]
FrUL = g[ηopt, K, (dm/dt)]
C.1.3. Déficit de rayonnement et appoint d’énergie
C.1.3.1. Nécessité d’appoint d’énergie
Dans le stockage d’énergie thermique dans la masse, on utilise le fait qu’un matériau, liquide pour
le solaire hydrothermique (souvent de l’eau), ait une chaleur massique suffisante pour stocker de
l’énergie. Toutefois, à moins de sacrifier à des coûts d’isolation excessifs, on ne peut maintenir de
l’eau chaude à température plus de 36 heures, ce qui signifie que les excédents de rayonnement
solaire ne peuvent être conservés plus de 1,5 jours pour compenser les déficits ultérieurs.
Maximums des déficits d'insolation (31,5°N - 8,5°W)
6
Equivalent jours d'insolation

0
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec

Or, comme le montre le graphique, les maximums mensuels des déficits, exprimés en jours de
rayonnement, dépassent régulièrement 3 jours d’insolation et peuvent même dépasser 5 jours.
Contrairement au photovoltaïque pour lequel la durée de vie du stockage dans les accumulateurs
est bien plus élevée que quelques jours, un système solaire thermique ne peut pas encore être
autonome sans appoint. Un système solaire thermique est « hybride » par nécessité.
C.1.3.2. Propriétés et prix des sources d’énergie d’appoint
Le tableau qui suit montre les pouvoirs calorifiques inférieurs des diverses sources d’énergie
disponibles au Maroc, leur prix (avril 2006) et leur rendement selon la configuration du brûleur
ainsi que le coût final de l’énergie thermique utile.

Page 28, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Source d'énergie PCI Prix Prix de Rendement Prix de
commercial l'énergie brute typique l'énergie utile
(Dh/kWh)

Electricité - Réservoir conventionnel 1,00 kWh/kWh 1,20 Dh/kWh 1,20 Dh/kWh 88% 1,36 Dh/kWh
Electricité - Réservoir haut rendement 1,00 kWh/kWh 1,20 Dh/kWh 1,20 Dh/kWh 94% 1,28 Dh/kWh
Electricité – Instantané 1,00 kWh/kWh 1,20 Dh/kWh 1,20 Dh/kWh 94% 1,28 Dh/kWh
Electricité – Pompe à chaleur 1,00 kWh/kWh 1,20 Dh/kWh 1,20 Dh/kWh 190% 0,63 Dh/kWh
Essence – Typique 9,36 kWh/litre 10,51 Dh/litre 1,12 Dh/kWh 60% 1,87 Dh/kWh
Gasoil – Réservoir conventionnel 9,98 kWh/litre 7,46 Dh/litre 0,75 Dh/kWh 50% 1,50 Dh/kWh
Gasoil - Réservoir haut rendement 9,98 kWh/litre 7,46 Dh/litre 0,75 Dh/kWh 60% 1,25 Dh/kWh
Gasoil - Sans réservoir 9,98 kWh/litre 7,46 Dh/litre 0,75 Dh/kWh 40% 1,87 Dh/kWh
Propane - Réservoir conventionnel 12,86 kWh/kg 8,91 Dh/kg 0,69 Dh/kWh 65% 1,07 Dh/kWh
Propane - Réservoir haut rendement 12,86 kWh/kg 8,91 Dh/kg 0,69 Dh/kWh 50% 1,39 Dh/kWh
Propane – Instantané 12,86 kWh/kg 8,91 Dh/kg 0,69 Dh/kWh 70% 0,99 Dh/kWh
Propane - Sans réservoir 12,86 kWh/kg 8,91 Dh/kg 0,69 Dh/kWh 80% 0,87 Dh/kWh
Propane - Tirage induit / conventionnel 12,86 kWh/kg 8,91 Dh/kg 0,69 Dh/kWh 48% 1,44 Dh/kWh
Propane - Tirage induit / haut rendement 12,86 kWh/kg 8,91 Dh/kg 0,69 Dh/kWh 55% 1,26 Dh/kWh
Propane - A condensation 12,86 kWh/kg 8,91 Dh/kg 0,69 Dh/kWh 86% 0,81 Dh/kWh
Charbon – Typique 6,61 kWh/kg 3,33 Dh/kg 0,50 Dh/kWh 55% 0,92 Dh/kWh
Kérosène – Typique 10,16 kWh/litre 5,00 Dh/litre 0,49 Dh/kWh 60% 0,82 Dh/kWh
Gaz naturel – Typique 10,33 kWh/m³ 5,00 Dh/m³ 0,48 Dh/kWh 65% 0,74 Dh/kWh
Butane – Typique 12,64 kWh/kg 3,75 Dh/kg 0,30 Dh/kWh 65% 0,46 Dh/kWh
Fuel industriel - Typique 11,53 kWh/kg 3,31 Dh/kg 0,29 Dh/kWh 60% 0,48 Dh/kWh
C.1.3.3. Classification des chauffe-eau solaires
Système avec ballon unique Système avec ballon d’appoint

chaud
chaud
préparation

d’appoint
appoint Ballon de appoint

Ballon
Ballon solaire
solaire
froid
froid

Solaire & appoint en compétition programmée Appoint en complément du solaire


Le solaire contribue à alimenter le recyclage éventuel Alimentation solaire du recyclage nulle
Possible pour applications sanitaire et/ou chauffage Le solaire ne chauffe que l’eau sanitaire

Chauffe-eau solaire en kit thermosiphon Système en circuit forcé


C
C
F

220Vac R

B
F
P

Ballon placé au-dessus du capteur Tous choix de position du ballon (B)


Circulation naturelle de l’eau chaude Circulation par pompe (P) régulée (R)
Les ballons doivent rester en terrasse (petits besoins) Incontournable pour les grands besoins
Produit jusqu’à 800 kWh/an.m² de capteur Produit jusqu’à 650 kWh/an.m² de capteur
Chaque fois que possible, il faut privilégier la solution à gauche.

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 29


Boucle ouverte : ballon sans échangeur Boucle fermée : ballon avec échangeur

L’eau du réseau circule dans le capteur L’eau du capteur est en boucle fermée
Le dépôt calcaire sur le capteur est continu Le calcaire du circuit s’épuise, le capteur est protégé
Chaque fois que possible, il faut privilégier la solution à gauche.
On a donc, en théorie, 2³=8 possibilités mais quand on a le choix, il faut toujours préférer l’option
de gauche sur chacune.
C.2. Kits de chauffe-eau solaires non-forcés
C.2.1. Schéma de la partie solaire
Soleil Capteur
(source Thermosiphon
QC

Travail
chaude)

Échangeur Ballon Eau


Fluide QF de chaleur (source chaude
(eau ou autre)
froide)

Du point de vue de la stricte définition thermodynamique, une telle machine est un moteur ! Mais
il est vrai que l’énergie utile est la chaleur transférée au ballon (source froide) et non le travail
fourni, bien que, sans celui-ci la poussée thermosiphon serait absente, l’eau ne monterait pas
dans le ballon par thermosiphon et le chauffe-eau solaire ne fonctionnerait pas.
Dans les installations ne l’exigeant pas, l’échangeur est absent (rendement ≡ 100%).
C.2.2. Sources d’énergie d’appoint communément utilisées
Dans les chauffe-eau solaires sans circuit forcé, on ne peut utiliser qu’une seule énergie
d’appoint, l’électricité, dont le prix au Maroc voisine 1,20 Dh en 2006.
Une mauvaise programmation peut donner une priorité à l’énergie conventionnelle et rendre un
achat d’équipement d’énergie solaire complètement inutile.
C.2.2.1. Appoint d’énergie sans échangeur : résistance submersible
La majorité des kits en thermosiphon utilisent une résistance électrique immergée dans le liquide.
Elle est constituée d’une résistance électrique inséré dans un tube de cuivre et isolée de celui-ci
par une poudre d’isolant électrique. L’ensemble est monté sur une bride métallique vissée
directement sur le ballon.

C.2.2.2. Appoint d’énergie avec échangeur dans le ballon (« interne ») :

Page 30, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Dans les kits, le seul exemple connu d’appoint avec échangeur est la résistance dite « stéatite »
fonctionnant à sec qui est insérée dans un tube d’acier dans le ballon qui joue le rôle
« d’échangeur ».

C.2.3. Exigences de la commande et de la protection


1- Le chauffe-eau solaire en thermosiphon ne peut comporter qu’un appoint électrique qui
nécessite un simple thermostat qui n’actionne l’appoint électrique que si l’eau n’est pas
suffisamment chaude (en général ≤ 60°C).

2- Un programmateur horaire pourra être ajouté, notamment si des besoins impératifs se


manifestent la matin. On fait alors l’appoint à l’aube pour couvrir les éventuels déficits. Les
programmateurs peuvent être analogiques (modèle de gauche) ou numériques (modèle de
droite), avec ou sans batterie de réserve (pour maintenir l’heure en cas de coupure
d’électricité)

3- L’eau a un coefficient thermoélastique non négligeable : la pressurisation isochore. Ainsi, si


l’on empêche l’eau échauffée de se détendre, sa pression va augmenter au risque de faire
éclater les parties les plus sensibles du circuit hydraulique. Le chauffe-eau solaire doit donc
impérativement être protégé par un groupe de sécurité qui, réglé sur 5 à 7 bars, libère
quelques gouttes pour éviter la montée de pression.

C.2.4. Kit auto-stockeur

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 31


C.2.4.1. Composition du système
Système auto-stockeur avec son support
Groupe de sécurité
Vanne de sortie eau chaude
Si besoin, câblage d’alimentation de l’appoint
Si besoin, programmateur horaire journalier (avec réserve de batterie)
C.2.4.2. Principe de fonctionnement
Un auto-stockeur est le chauffe-eau solaire le plus simple que l’on peut concevoir. Il s’agit en fait
d’un réservoir (ou deux) supportant la pression du réseau, peint en noir avec une peinture
résistante aux haute températures, qui est placé dans une boîte dont l’arrière et les côtés sont
thermiquement isolés et dont les faces intérieures sont courbées et réfléchissantes. La boîte est
recouverte d’un vitrage qui crée un effet de serre à l’intérieur.
L’auto-stockeur a la particularité :
- de chauffer l’eau avec une efficacité acceptable compte tenu de son faible coût,
- de se refroidir progressivement pendant la nuit au point de revenir à la température
ambiante bien avant l’aube.
Un auto-stockeur trop petit n’aurait pas suffisamment d’inertie et se refroidirait trop vite en fin de
journée. A l’inverse, la manutention d’un auto-stockeur trop grand serait trop compliquée. A cause
de cela, les rares auto-stockeurs du marché ont une capacité de 150 à 200 litres pour une
ouverture légèrement inférieure à 2 m².
C.2.4.3. Domaines d’application
Compte tenu de sa conception, l’auto-stockeur n’est recommandable que lorsque les besoins en
eau chaude sont situés dans la fin de l’après-midi. C’est notamment le cas pour les douches à
usage professionnel mis à la disposition du personnel pour un usage exclusif à la fin d’une
journée de travail (minoteries, cimenteries, etc.).
C.2.5. Kit de chauffe-eau solaire en thermosiphon

C.2.5.1. Composition du système


Kit thermosiphon composé de :
- Support du kit thermosiphon
- Ballon
• résistance et thermostat inclus
• soupape de sécurité incluse si échangeur
- Capteurs (avec raccords si plusieurs)
- Kit de tuyauterie de raccordement ballon - capteur(s)
Groupe de sécurité
Vanne de sortie eau chaude
Câblage d’alimentation de l’appoint
Si besoin, programmateur horaire journalier (avec réserve)
C.2.5.2. Principe de fonctionnement
Un réservoir thermiquement isolé (ballon) est placé en hauteur par rapport aux capteurs :
- un tube relie la partie basse du ballon à l’entrée basse des capteurs,
- un autre tube relie un point plus haut du ballon à la sortie haute des capteurs.
Les capteurs constituent la source chaude. Exposés au soleil sous effet de serre ils s’échauffent
et transfèrent une partie de la chaleur qu’ils reçoivent au fluide (eau ou autre) qui s’échauffe à son
Page 32, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
tour, devenant plus léger et montant par convection dans la partie haute du ballon, en aspirant
l’eau froide provenant de la partie basse du ballon vers l’entrée basse du capteur (le fluide qui
monte ne pouvant laisser de vide derrière lui).
Un chauffe-eau solaire en thermosiphon est donc une machine dans laquelle un fluide prend la
chaleur dans une source chaude (le capteur) pour la céder à une source froide (le ballon) en
produisant un travail mécanique (la puissance hydrodynamique appelée poussée thermosiphon).
C.2.5.2.1. Sans échangeur
Le ballon peut être autant horizontal que vertical mais il est vrai que la nécessité de placer le
ballon au-dessus du capteur limite le nombre de fabricants qui proposent des ballons verticaux.
Positions possibles du ballon
Horizontal Vertical

Avantages : pas de pertes d'énergie dues à la présence d'un échangeur


Inconvénients : risque d'entartrage des capteurs lorsque l'eau est très calcaire
C.2.5.2.2. Avec échangeur dans le ballon (« interne »)
Positions possibles du ballon
Horizontal Vertical

Lorsque le chauffe-eau solaire comporte un échangeur, il comporte toujours un circuit de


remplissage (en général, deux simples orifices permettant de remplir à la main à l’aide d’un
entonnoir. Ce circuit hydraulique en contact avec le capteur est appelé circuit primaire.
Une soupape de sécurité doit impérativement protéger le circuit primaire afin d’empêcher qu’une
surpression ne fasse éclater les parties les plus sensibles de celui-ci.
Avantages : faible risque d'entartrage des capteurs, même lorsque l'eau est très calcaire
Inconvénients : pertes d'énergie dues à la présence d'un échangeur
C.2.5.3. Domaines d’application
Les kits en thermosiphon :
- ne nécessitent pas d’apport d’énergie pour l’accumulation de l’eau chaude,
- permettent un stockage sur 24 à 36 heures,
- se prêtent parfaitement aux utilisations n’exigeant pas plus de 1000 litres d’eau chaude
par jour.
C.3. Systèmes en circuit forcé
On appelle système en circuit forcé tout système pour lequel on force l’eau, à l’aide d’une pompe.
Le besoin de ce « forçage », se fait presque toujours lorsque l’on a besoin du chemin inverse de
la poussée thermosiphon (faire descendre l’eau chaude au lieu de la faire monter).

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 33


Lorsque la différence de température entre la
sonde chaude C et la sonde froide F est
supérieure à une valeur préréglée (entre 6 et
10°C), le régulateur thermique différentiel R
alimente la pompe P qui va refouler de l’eau
froide en provenance du bas du ballon B vers
le bas du capteur tout en aspirant de l’eau
chaude en provenance du haut du capteur vers
le haut du ballon B. Le régulateur coupe
l’alimentation de la pompe dès lors que la
différence de température entre la sonde
chaude C et la sonde froide F passe sous une
valeur préréglée (entre 2 et 4°C).

C.3.1. Schéma de la partie solaire


Soleil Capteur Pompe
(source circulation
QC

chaude)

Échangeur Ballon Eau


Fluide QF (source
(eau ou autre) de chaleur chaude
froide)
Du point de vue de la stricte définition thermodynamique, une telle machine n’est pas répertoriée
car elle reçoit de la chaleur d’une source chaude (capteur) et du travail de l’extérieur (pompe) !
Ce n’est utile que si l’on veut envoyer le fluide vers le bas (sens inverse du thermosiphon)
Dans les installations ne l’exigeant pas, l’échangeur est absent (rendement ≡ 100%).
C.3.2. Sources d’énergie d’appoint communément utilisées
Dans les chauffe-eau solaires en circuit forcé, on peut utiliser toutes les sources d’énergie
d’appoint possibles :
- électricité par effet joule (résistance) ou chaleur générée par une pompe à chaleur,
- gaz naturel, butane, ou propane,
- fuel domestique, gasoil,
- charbon, bois ou autres combustibles solides.
C.3.3. Systèmes avec stockage de préparation
On classera dans cette catégorie toutes les installations dont le rôle est d’alimenter un système
de chauffage à source conventionnelle par de l’eau chaude préchauffée à l’énergie solaire au lieu
d’apporter de l’eau froide directement dans celui-ci. L’eau chaude solaire provient alors d’un
stockage dit stockage dit « de préparation ». Le nombre de ballons n’est pas un critère !

Ainsi, dans tous les schémas de la section « Systèmes avec stockage de préparation », l’appoint
d’énergie est fait sur une partie qui n'est pas représentée après la sortie d’eau chaude solaire
« EC ».
C.3.3.1. Principe de fonctionnement de la partie solaire
C.3.3.1.1. Sans échangeur

Page 34, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


C’est le même fluide qui traverse les capteurs
et est stocké dans le ballon.
Ceci a pour énorme avantage d’éviter les
échangeurs, leurs inconvénients et aussi leur
éventuel mauvais rendement.
Par contre un tel système ne doit être utilisé
qu’avec une eau de très bonne qualité, les
eaux de puits ou autres eaux dures
risqueraient d’entartrer les capteurs en 1 à 2
ans (même moins avec des eaux de très
mauvaises qualités).

C.3.3.1.2. Avec échangeur dans le ballon (« interne »)


Le fluide qui traverse les capteurs n’est pas le
même que celui qui est dans le ballon,
l’échangeur les sépare chimiquement mais
permet le transfert de chaleur entre les deux.
L’échangeur interne immergé donne de très
bons rendements tout en évitant que circule
dans le capteur une eau dont le calcaire serait
sans cesse renouvelé. Une fois déposée la
quantité de calcaire qui se trouve dans le
volume de fluide du circuit primaire, il n’y a plus
renouvellement (manque le vase d’expansion).
Pour le circuit primaire, les éléments facilitant
le remplissage (vanne de remplissage et
purgeur) et la sécurité (vase d’expansion et
soupape de sécurité) doivent être prévus.
C.3.3.1.3. Avec échangeur extérieur au ballon (« externe »)
Ce système n’est représenté que pour illustrer
l’usage d’un échangeur « externe » (à
l’extérieur du ballon). En solaire, le ratio
(volume de stockage solaire / puissance
solaire) est suffisamment grand pour ne pas
s’opposer à l’usage d’échangeurs « internes »
beaucoup plus efficaces que les externes
(manque le vase d’expansion).
L’échangeur externe est à réserver aux cas où
il est insubmersible à cause de :
- sa constitution,
- sa taille, rapport (volume / puissance).
C.3.3.2. Appoint d’énergie
Les systèmes avec stockage de préparation ne sont pas prévus pour recevoir d’appoint puisque
l’eau chaude qu’ils produisent est destinée à alimenter un système conventionnel (chaudière,
pompe à chaleur) mais on peut toujours imaginer, pour appoint de secours, une résistance
électrique immergée à l’intérieur du ballon commandée par thermostat.
C.3.3.2.1. Programmation de l’appoint d’énergie
Dans les systèmes avec stockage de préparation l’appoint se fait dans un réservoir séparé mais
en cas d’ajout d’appoint électrique de secours, il faut le programmer de façon à ce qu’il ne rentre
pas en compétition avec le solaire produit.

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 35


L’essentiel de la programmation se fera dans le système conventionnel qui sera alimenté par le
système solaire.
C.3.3.3. Exigences de la commande et de la protection
1- L’eau a un coefficient thermoélastique non négligeable : la pressurisation isochore. Ainsi, si
l’on empêche l’eau échauffée de se détendre, sa pression va augmenter au point de faire
éclater les parties les plus sensibles du circuit hydraulique. Le chauffe-eau solaire doit donc
impérativement être protégé par un groupe de sécurité qui, réglé sur 5 à 7 bars, libère
quelques gouttes pour éviter la montée de pression.
C.3.3.4. Composition du système
Capteurs (avec raccords si plusieurs)
Supports des capteurs
Sondes de température
Régulateur thermique différentiel
Pompe de circulation entre capteur et ballon
Ballon (si besoin, avec résistance et thermostat inclus)
Groupe de sécurité
Tuyauterie de raccordement
Vannes
Câblages pour les sondes
Câblages d’alimentation
Si pas d’échangeur, purgeur automatique
Si échangeur, vanne de remplissage, purgeur, soupape de sécurité et vase
d’expansion
Si besoin, échangeur externe et sa pompe de circulation avec le ballon
Si besoin, programmateur horaire journalier (avec réserve de batterie)
C.3.3.5. Domaines d’application
Les systèmes avec stockage de préparation :
- ne sont sollicités que lorsque l’usager tire de l’eau chaude,
- ne peuvent pas contribuer à alimenter une boucle de recyclage d’eau chaude,
- ne nécessitent qu’un effort minime pour « greffer du solaire» sur une installation
conventionnelle existante (remplacer l’arrivée d’eau froide du système par l’eau chaude
solaire).
C.3.4. Systèmes sans stockage de préparation
On classera dans cette catégorie les installations pour lesquelles toutes les sources d’énergie
(solaire et conventionnelles) concourent dans un seul stockage. Le nombre de ballons n’est pas
un critère !

C.3.4.1. Principe de fonctionnement de la partie solaire

Pour l’illustration, on a représenté ci-dessus un système sans stockage de préparation avec :

Page 36, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


- échangeur interne sur la partie solaire,
- échangeur externe sur la partie conventionnelle (Chaudière Ch).
Parfois les chaudières intègrent leur propre pompe de circulation (2) et même l’échangeur (1).
Le tableau ci-dessous montre quelques commentaires des diverses combinaisons possibles sur
la partie solaire et sur l’appoint par énergie conventionnelle.
Sans échangeur Echangeur interne Echangeur externe
Energie solaire Meilleur rendement Pour limiter le dépôt Préférer les autres
quand possible calcaire sur capteurs alternatives
Conventionnelle
Meilleur rendement (répandu en appoint
Sans échangeur
électrique)
Volume du ballon
Possible sur appoint suffisant pour
Echangeur interne Eviter
pas trop puissant accueillir 2
échangeurs
Obligatoire sur les chaudières très
Echangeur externe
puissantes
C.3.4.2. Appoint d’énergie
Ici, l’unique stockage reçoit les deux énergies (solaire et conventionnelle). Toutes les sources
d’énergie conventionnelles peuvent être utilisées.
C.3.4.2.1. Programmation de l’appoint d’énergie
Comme pour le kit en thermosiphon, une mauvaise programmation peut donner une priorité à
l’énergie conventionnelle et rendre un achat d’équipement d’énergie solaire complètement inutile.
C.3.4.3. Exigences de la commande et de la protection
1- L’eau a un coefficient thermoélastique non négligeable : la pressurisation isochore. Ainsi, si l’on
empêche l’eau échauffée de se détendre, sa pression va augmenter au point de faire éclater les
parties les plus sensibles du circuit hydraulique. Le chauffe-eau solaire doit donc impérativement
être protégé par un groupe de sécurité qui, réglé sur 5 à 7 bars, libère quelques gouttes pour
éviter la montée de pression.
C.3.4.4. Composition du système
Même liste que pour les systèmes avec stockage de préparation.
C.3.4.5. Domaines d’application
Les systèmes sans stockage de préparation :
- sont sollicités dès lors que le stockage perd de la température,
- peuvent contribuer à alimenter une boucle de recyclage d’eau chaude,
- présentent plus de difficulté pour « greffer du solaire» sur une installation
conventionnelle existante (ajouter une nouvelle boucle dans un ballon déjà existant).
C.3.5. Systèmes avec circuit de recyclage de l’eau chaude
Lorsque le puisage de l’eau est trop éloigné du réservoir, il est nécessaire de prévoir un « circuit
de recyclage » de l’eau chaude qui permet d’avoir accès à l’eau chaude sans attente. Ce
recyclage consomme lui-même de l’énergie puisque l’eau échange de la chaleur pendant sa
rotation dans la tuyauterie. Les montages possibles avec le solaire sont montrés ci-après.
Un seul ballon
Les deux sources d’énergie (solaire et
EC conventionnelle) contribuent à
apporter de l’énergie pour
compenser :
Ballon

- le puisage d’eau chaude,


appoint - les pertes du circuit de recyclage.
puisage

Mais, comme nous l’avons vu, le


rendement du solaire sera altéré par
solaire une température de retour plus élevée.

EF recyclage
P
Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 37
Ballon de préparation avec recyclage revenant dans le ballon d’appoint
EC L’énergie solaire ne fait que
préchauffer l’eau puisée.

préparation
L’énergie conventionnelle apporte

Ballon de

d’appoint
Ballon
l’énergie pour compléter la
appoint température de l’eau, mais aussi la

puisage
totalité de l’énergie nécessaire pour
compenser les pertes du circuit de
solaire recyclage.
EF recyclage Le rendement du solaire est le
P meilleur.

Ballon de préparation avec recyclage revenant dans le ballon de préparation


EC Les deux sources d’énergie (solaire et
conventionnelle) contribuent à
apporter de l’énergie pour
préparation
Ballon de

d’appoint

compenser :
Ballon

appoint - le puisage d’eau chaude,


puisage
- les pertes du circuit de recyclage.
Le rendement du solaire est moins
solaire altéré que lorsque l’on utilise qu’un
EF seul ballon.
recyclage
P
C.4. Contraintes du dimensionnement
On se référera aux Annexes spécifiques au solaire thermique.
C.4.1. Auto-stockeur
Un auto-stockeur doit avoir une surface suffisante pour produire suffisamment d’eau chaude et
capacité suffisante pour la stocker. Avec un rendement de ηC (voisin de 45%), et un
ensoleillement G, un auto-stockeur permettrait de produire, à la fin de la journée seulement (car il
se refroidit pendant la nuit) :
ηCaptation x G (kWh/m².j rapporté à l’ouverture de capteur).
C.4.2. Capteurs
C.4.2.1. Choix du type de capteur
Le graphique ci-dessous montre, la variation du rendement de différents types de capteurs (sans
vitrage, vitrés classique et sous vide) en fonction de la différence de température. Ce type de
graphique permet de choisir le type de capteur à utiliser selon la différence de température (les
deux graphiques sont calculés avec des rayonnements incidents différents).
Compte tenu de la position relative des courbes, il est recommandé :
- soit le capteur plan sans vitrage (a, « absorber ») pour le chauffage des piscines
(« swimming-pool »),
- soit le capteur plan vitré (b, « flat plate ») pour l’eau chaude sanitaire (« home water »),
- soit le capteur tubulaire sous vide (c, « evacuated tube ») pour le chauffage par
radiateurs (« home heating »).

Page 38, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


C.4.2.2. Choix du type de capteur
Des modèles informatiques de dimensionnement quotidiens et horaires existent mais en tout état
de cause, les capteurs doivent avoir une surface (brute ou d’ouverture) suffisante pour produire
l’énergie prévue (voir Annexes).
C.4.2.3. Productivité du système en fonction de la surface de capteurs
Plus un système solaire thermique est appelé à assurer un taux de couverture élevé (rapport de
l’énergie solaire produite aux besoins), plus la température moyenne de l’aller vers les capteurs
sera élevée et donc plus le rendement sera baissé. Il s’ensuit que la productivité annuelle (rapport
de l’énergie solaire produite annuellement à la surface de capteurs) se dégrade progressivement
quand on augmente le taux de couverture, comme montré dans la figure ci-après.
TAUX DE COUVERTURE & PRODUCTIVITES ANNUELS
Taux de couverture Productible (kWh/m².an)
100% 1 000 kWh/m².an

90% 900 kWh/m².an

80% 800 kWh/m².an

70% 700 kWh/m².an

60% 600 kWh/m².an

50% 500 kWh/m².an

40% 400 kWh/m².an

30% 300 kWh/m².an

20% 200 kWh/m².an

10% 100 kWh/m².an

0% 0 kWh/m².an
0 m² 100 m² 200 m² 300 m² 400 m² 500 m² 600 m² 700 m²
Surface de capteurs

C.4.3. Supports des capteurs ou du kit


Ce qui va être dit ci-dessous concerne surtout les systèmes en circuit forcé puisque les kits
arrivent en général complets avec leurs accessoires.
Le support des capteurs doit d’abord et avant tout être adapté au poids et aux dimensions
géométriques des capteurs (longueur, largeur, entraxes des trous).
Le support des capteurs est essentiellement dimensionné en terme de résistance mécanique :
- de la structure elle-même (support des poids des capteurs). C’est un problème qui se
pose plus souvent en termes de flèche de la structure (esthétique) que de résistance.
La structure doit être conçue de sorte à assurer des fixations solides.
- des fixations contre l’arrachement. C’est le problème le plus important. En comptant la
masse volumique de l’air à 1,2 kg/m³ la pression dynamique (ρV²/2) exercée par des
vents de différentes vitesses sur une surface perpendiculaire est indiquée sur le
tableau ci-dessus :

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 39


Vitesse du vent Pression dynamique Equivalent en poids
20 km/h 18,5 N/m² 1,9 kgf/m²
40 km/h 74,1 N/m² 7,6 kgf/m²
60 km/h 166,7 N/m² 17,0 kgf/m²
80 km/h 296,3 N/m² 30,2 kgf/m²
100 km/h 463,0 N/m² 47,2 kgf/m²
120 km/h 666,7 N/m² 68,0 kgf/m²
140 km/h 907,4 N/m² 92,5 kgf/m²
160 km/h 1 185,2 N/m² 120,8 kgf/m²
D’ailleurs, il faut prendre d’autant plus de précautions avec les fixations :
- que la force du vent peut être démultipliée avec des bras de levier,
- que, l’inclinaison aidant, le vent provenant de l’arrière peut arracher bien plus.
Exemple :
Un support est fait de trois cornières soudées formant
un triangle rectangle lui-même vissé sur un socle en
béton. Le capteur (2m²) est incliné à 45° sur deux de
ces triangles par des longerons en cornière vissés
FV sur les triangles. Le couple exercé par la force du
VENT vent FV autour du point R est contrebalancé par un
couple opposé engendré par les forces d’appui FV
exercées par les vis à l’arrière du pied. Le système
étant en équilibre, les forces sont dans les rapports
inverses des bras de levier (distance entre les points
FA d’appui des forces et le point R). Avec un facteur 3/2
(RA/RV) dans les bras de levier, la force FA devient
2/3 de la force FV, soit l’équivalent de
R (2/3)xsin45°x2x120=113 kgf à 160 km/h.
C.4.4. Ballon, éventuellement équipé d’un échangeur
interne
En vue de compenser les jours d’un rayonnement trop faible, les ballons de stockage solaires
contiennent environ 1 à 2 fois le besoin quotidien en volume d’eau chaude et sont donc plus
grands que les ballons d’eau sanitaire habituels (électriques ou autre).
Les ballons d’eau chaude sanitaire doivent tous être protégés contre la corrosion par une anode
interne en magnésium qui doit être changée tous les 2 à 4 ans. Ils peuvent être :
- en acier galvanisé à chaud (à éviter à cause de sa faible durée de vie),
- en acier émaillé à chaud (850°C),
- en acier dont l’intérieur est protégé d’un revêtement thermoplastique ou à base de
résine thermodurcissable,
- en acier inoxydable.
Choisir un ballon s’entend de plusieurs points de vue :
- localisation, les pertes thermiques dépendent de la température extérieure du ballon,
- disposition, nommément de la configuration verticale à préférer à l’horizontale,
- isolation, les pertes thermiques en dépendent,
- capacité, la productivité énergétique annuelle du système (en kW/m².an) en dépend.
C.4.4.1. Localisation
Il faut, quand c’est possible, préférer en intérieur dans un local technique plutôt qu’en extérieur.
Les pertes thermiques étant proportionnelles entre la différence de température entre l’intérieur
et l’extérieur du ballon, une installation en intérieur ne pourra que réduire les pertes thermiques.
C.4.4.2. Disposition
Il faut tant que possible, préférer une disposition verticale plutôt qu’horizontale. La stratification
de l’eau (eau chaude dans le haut du ballon) se manifeste mieux lorsque le ballon est vertical.
C.4.4.3. Isolation
L’isolation thermique :

Page 40, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


– doit être constituée d’un isolant d’épaisseur suffisante (75 à 125 mm selon le
volume) lui-même recouvert ou non d’une feuille métallique,
– peut comporter l’ajout d’une jaquette extérieure souple ou métallique.
On choisira la nature et l’épaisseur de l’isolant pour limiter les pertes thermiques. Le tableau ci-
dessous montre les conductivités thermiques de quelques isolants courants.
Conductivité thermique
Isolant
(W/m².°C)
Liège aggloméré λ =0,048
Liége expansé pur λ =0,043
Laine de verre λ =0,041
Polystyrène conforme à la norme NF T 56-201 Classe V λ =0,037
Isolant à cellules fermées (type Armaflex ou autre) λ =0,035
Mousse rigide de polyuréthanne expansée en continu λ =0,024
La qualité de l’isolation va conditionner le refroidissement dans le ballon pendant le temps où il
n’y a pas d’apport d’énergie. La constante de refroidissement CR du ballon est l’énergie
consommée sans soutirage d’eau en 24 heures par degré de différence de température avec
l’extérieur et par litre (énergie/K.litre.jour). Plus sa valeur est faible, plus le produit est performant
car il limite les déperditions et donc la consommation d’énergie. CR est donc inversement
proportionnel à la surface d’échange par litre (V2/3). Pour les ballons bien conçus et bien isolés
(jaquette métallique et mousse de polyuréthane), on peut estimer la constante de refroidissement
par la formule empirique suivante :
CR = 0,04 + 5,46/V2/3
La norme française RT 2000 emploie la “constante de refroidissement” tandis qu’une autre (NF
Électricité Performance) utilise la “consommation d’entretien” qui est l’énergie consommée (en
kWh/24h) pour maintenir l’eau à 62°C (protocole NFC 73221). Il va de soi que les deux grandeurs
sont directement liées par le biais de la surface extérieure d’échange du ballon, ce qui donne une
formule de conversion de l’un vers l’autre.
C.4.4.4. Capacité
Il s’agit de définir le volume de stockage dans le ballon.
C.4.4.4.1. Capacité de stockage des kits en thermosiphon
Les kits lient directement un ballon à une surface de capteur. Un survol des produits disponibles
au Maroc et pays d’ensoleillement similaire, montre les combinaisons suivantes :

1.5 à 1.8 à 2à 1.8 à 1.8 à


1.8m2 2.0m2 2.5m2 2m2 2m2

Pour le Maroc, les volumes de stockage spécifique se situent globalement entre 65 et 100 litres
de réservoir / m² de capteur.
C.4.4.4.2. Capacité de stockage des systèmes en circuit forcé
Le graphique ci-dessous montre le résultat de la simulation du fonctionnement d’un système de
18 m² en circuit forcé dans 3 villes du Maroc. Il représente la productivité énergétique annuelle
(en kWh/m².an) en fonction du volume spécifique de stockage, par m² de capteur.

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 41


Productivité en fonction de la taille du stockage
(capteurs 18m² pour étage de résidence universitaire)

560 kWh/m².an Marrakech


Rabat
Tanger

520 kWh/m².an

480 kWh/m².an
Au dessous de cette flèche,
la productivité diminue
rapidement avec le stockage

440 kWh/m².an

400 kWh/m².an
0 lit/m² 20 lit/m² 40 lit/m² 60 lit/m² 80 lit/m²

Mis à part le fait que les villes les plus ensoleillées produisent plus, il faut retenir qu’un système
ayant un stockage spécifique en dessous de 40 à 50 litres de réservoir / m² de capteur voit sa
productivité annuelle baisser dangereusement (trop baisser le stockage spécifique est inefficace).
On retiendra que pour le Maroc, un stockage inférieur à 50 litres / m² sera moins productif.
Si le système est prévu pour recevoir peu d'appoint, il faut prévoir un stockage équivalent à 1 à
1,5 jours de besoins en volume d'eau chaude (ce que est en général supérieur aux 50 litres / m²
ci-dessus.
Divers programmes de simulation (RETSCREEN, SOLO2000, SIMSOL) permettent de suivre
l’évolution de la productivité du système en fonction du volume d’eau à stocker par simulations
successives.
Le tableau ci-dessous montre quelques caractéristiques physiques de ballons solaires
destinées aux installations en circuit forcé.
Pression Diamètre Hauteur Échangeur Échangeur
Capacité Isolation Poids
chauffage nettoyage nettoyage haut bas
(litres) (Bar) (mm) (mm) (mm) (kg) (m²) (m²)
300 3 100 700 1338 65 1.2
400 3 100 850 1368 80 1.4
500 3 100 850 1618 88 2.3
800 3 125 1000 1693 161 1.8 2.8
1000 3 125 1000 2043 170 2.4 3.0
1250 3 125 1150 2020 176 2.4 3.0
1500 3 125 1200 2148 185 2.4 3.6
2000 3 125 1300 2352 211 2.8 4.2
3000 3 125 1450 2717 300 3.0 4.2 / 60
4000 3 125 1600 2835 380 5
5000 3 125 1800 2949 450 6 / 100
C.4.5. Hydraulique de la boucle de captage
On appelle « boucle de captage » d’une installation solaire le circuit hydraulique primaire formé :
- par un ensemble de « récepteurs hydrauliques » :
o capteurs solaires,
o tuyauterie entre les capteurs et le ballon,
o de l’échangeur, éventuellement,
- dans lesquels la circulation du fluide est assurée par une pompe de circulation qui
évacue l’énergie fournie par les capteurs.
Eau
Tuyauterie
retour

Echangeur chaude
Capteurs
ou Solaires
Ballon thermiques
Tuyauterie
aller

direct
Eau
Pompe de
froide circulation

Page 42, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


On ne s’intéressera ici qu’aux aspects permettant le calcul hydraulique de la boucle de captage,
bien que son calcul hydraulique ne soit pas complètement découplé du calcul thermique.
Ce qui suit ci-dessous concerne essentiellement les systèmes en circuit forcé puisque les kits
en thermosiphon sont fournis complets par les fabricants.
C.4.5.1. Débit de la boucle de captage
On utilise pour cela la norme « européenne » (EN12975) pour laquelle le rendement est rapporté
à la différence entre la température moyenne du fluide dans le capteur et l’ambiante.
o Pour les capteurs préalablement choisis, on définit le paramètre x(∆θ) = ∆θ (°C) / I (W/m²)
pour une intensité de rayonnement I donné et une différence de température ∆θ « typique ».
Application numérique : une température ambiante à 25°C et un capteur à 44°C de température
moyenne donnent x = 0,0238 m².K/W pour ∆θ = 19°C et 800 W/m².
o En utilisant la caractéristique des capteurs prévus, on doit ensuite déterminer le rendement :
- comme indiqué dans le graphique,
- ou bien en calculant avec les paramètres B et K du capteur.

Application numérique : le calcul donne (pas le graphique) : η ≈ 62% pour ∆θ = 19°C, 800 W/m²
et un capteur dont B = 75% et K = 5,5 W/m².K.
o Puis on calcule la puissance solaire thermique pour une surface S de capteurs :
Pth-MAX = I(en W/m²).S.η(∆θ)
Application numérique : si S = 52 m², on trouve : Pth-MAX ≈ 25'766 W pour ∆θ = 19°C et 800 W/m².
o Le débit massique µ0 (en kg/s) ou bien volumique q0 (en m³/s) est capable d’évacuer cette
puissance dans un fluide de chaleur spécifique massique c est donné par :
Pth-MAX = µ.c.∆θ = (ρ.q0).c.∆θ ⇒ q0 = Pth-MAX / (ρ.c.∆θ)
Application numérique : on trouve : q ≈ 1,17 m³/h pour ∆θ = 19°C et 800 W/m².
L’exemple traité peut être résumé sur le tableau suivant :
Paramètre Symbole Résultat
Température ambiante extérieure Te 25 °C
Température moyenne du capteur Tfm 44 °C
Différence de température ∆θ 19 °C
Rayonnement Ι 800 W/m²
∆θR / I X 0,0238 K.m²/W
Rendement capteurs η(x) 62%
Surface des capteurs 52 m²
Puissance thermique dans ces conditions Pth-MAX 25 766 W
Débit d’eau q0 1,17 m³/h
C.4.5.2. Caractéristique des « récepteurs » hydrauliques
Du point de vue hydraulique, l’ensemble formé des « récepteurs » hydrauliques se caractérise
par une perte de charge ∆p (ou ∆H) dépendant du débit selon l’équation :
∆p = ∆pcap + ∆ptuy+ ∆péch = ∆p(q) = τ.q²
∆H = ∆Hcap + ∆Htuy+ ∆Héch = ∆H(q) = (τ/ρ.g).q²
où ∆pcap, ∆ptuy et ∆péch se rapportent respectivement aux capteurs, à la tuyauterie et à
l’échangeur, les ∆H(q) étant les équivalents exprimés en mètres de fluide de masse volumique ρ.
C.4.5.2.1. Pertes de charge dans les capteurs solaires
Les capteurs introduisent une perte de charge dépendant du débit selon l’équation :
∆pcap = ∆pcap(q) = τcap.q²
Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 43
∆Hcap = ∆Hcap(q) = (τcap/ρ.g).q²
où (τcap/ρ.g) caractérise la variation de la perte de charge de l’ensemble des capteurs avec le
débit pour le fluide de masse volumique ρ. Il faut :
- soit utiliser le coefficient de perte de charge fourni par le fabricant du capteur,
- soit l’estimer à partir de la constitution de sa propre tuyauterie (pertes de charge
linéiques et singulières).
C.4.5.2.2. Pertes de charge dans la tuyauterie
La tuyauterie introduit une perte de charge dépendant du débit selon l’équation :
∆ptuy = ∆ptuy(q) = τtuy.q²
∆Htuy = ∆Htuy(q) = (τtuy/ρ.g).q²
où (τtuy/ρ.g) caractérise la variation de la perte de charge de toute la tuyauterie avec le débit pour
le fluide de masse volumique ρ, elle inclut les pertes de charge (voir Annexe) :
- linéiques, dépendant de la nature et la longueur de la tuyauterie,
- singulières, dépendant du nombre de changement de direction (coudes et tés),
- modulaires (vannes, appareils divers).
C.4.5.2.3. Pertes de charge dans l’échangeur
L’échangeur introduit une perte de charge dépendant du débit selon l’équation :
∆péch = ∆péch (q) = τéch.q²
∆Héch = ∆Héch (q) = (τéch/ρ.g).q²
où (τéchangeur/ρ.g) caractérise la variation de la perte de charge de l’échangeur avec le débit pour
le fluide de masse volumique ρ :
- s’il s’agit d’un échangeur à tube à l’intérieur du ballon, son diamètre et sa longueur
donneront la perte de charge à l’aide des tableaux et graphique figurant en Annexe,
- s’il s’agit d’un échangeur externe, les éléments de calcul de la perte de charge sont
donnés par la notice du constructeur.
C.4.5.3. Choix, caractéristique et point de fonctionnement de circulateur
o Compte tenu du fait :
- que les fabricants d’électropompes de circulation (aussi appelées « circulateurs »)
fournissent toujours les caractéristiques
HP = f(qP)
de la pression délivrée par chaque pompe (en fait l’équivalent HP en hauteur d’eau)
pour un débit qP donné (voir Annexe).

-que les récepteurs hydrauliques se caractérisent par une courbe d’équation :


H(q) = HMT(q) = ∆p(q)/ρ.g = (τ/ρ.g).q²
on choisira la pompe de circulation dont l’intersection entre la courbe caractéristique de la pompe
HP = f(qP) et celle du circuit récepteur H = f(q) donne un débit q0 tout en se trouvant, de
préférence dans la zone centrale du débit délivré par la pompe comme indiqué sur la graphique
ci-dessous.

Page 44, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Courbes circulateur
120
Pompe Courbe circuit
100
80

∆ P (kPa)
60
40
20
0
0 10 20 30
3
qv (m /h)

C.4.5.4. Accessoires hydrauliques importants de la boucle de captage


Ce qui va être dit ci-dessous concerne surtout les systèmes en circuit forcé puisque les kits
arrivent en général complets avec leurs accessoires.
C.4.5.4.1. Vase d’expansion
Les méthodes applicables à la protection des installations solaires concernent essentiellement les
méthodes applicables aux circuits fermés.
La capacité utile du vase d’expansion doit être au moins égale au volume correspondant à la
dilatation du fluide caloporteur du circuit primaire entre 0 °C et 110 °C (soit environ 10 % du
volume du circuit primaire).
Pour les vases fermés, cette condition doit être réalisée en respectant la pression maximale
d’utilisation, en tous points de l’installation.
Lorsque le vase d’expansion comporte une membrane, celle-ci doit être compatible avec le
liquide caloporteur.
Aucune vanne ne doit être fermée en fonctionnement sur les éléments de tuyauteries situés entre
le vase d’expansion et le circuit primaire
L’expansion du liquide caloporteur dans l’installation doit être compensée par le vase et le volume
Vn du vase doit être légèrement plus grand que le volume d’expansion du liquide. Il est déterminé
à partir du volume total de l’installation par la relation :
Vn = Ve.Kd.P2/(P2-P1)
dans laquelle :
• Ve est le volume total du fluide caloporteur (litres),
• Kd est le coefficient de dilatation, sans dimension, à la température maximale d’utilisation
(température de stagnation des capteurs),
• P1 : pression absolue de gonflage du vase
• P2 : pression absolue d’ouverture des soupapes du vase, où la maximale désirée.
C.4.5.4.2. Purgeurs
Ce qui va être dit ci-dessous concerne surtout les systèmes en circuit forcé puisque les kits
arrivent en général complets avec leurs accessoires.
Chaque point haut du circuit primaire doit être équipé de purgeurs (purgeurs automatiques ou
bouteilles de purge). Un soin particulier doit être apporté aux purges des points hauts en
chaufferie. Avec des purgeurs automatiques, les pompes devront être installées de manière à
maintenir l’ensemble du circuit à purger en surpression.
C.4.5.4.3. Soupapes
Ce qui va être dit ci-dessous concerne surtout les systèmes en circuit forcé puisque les kits
arrivent en général complets avec leurs accessoires.
Les soupapes de sécurité (norme française NFP 52-001) doivent être tarées à une pression
inférieure à la pression maximale de service de l’installation.
Elles seront placées directement sur le collecteur de sortie des capteurs, sans organe
d’obstruction entre les capteurs et la soupape.
S’il n’existe pas d’autre protection contre les surchauffes, et pour éviter toute surpression dans
une installation fermée, la soupape de sécurité devra être choisie de telle manière qu’elle puisse
évacuer un débit de vapeur correspondant à la pression maximum reçue par les capteurs, sans
Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 45
que la surpression effective par rapport à la pression nominale de service dans les absorbeurs
puisse dépasser 0,5 bar.
Le diamètre intérieur minimal du tube de sécurité peut être calculé en fonction de la puissance
maximale P reçue par le champ de capteurs, par la relation :
d (mm) = 15 + 1,4P
Avec : d > 26 mm et P en kW
Les groupes et soupapes de sécurité doivent limiter la pression au-dessous de la valeur la plus
basse admise par les différents éléments composant l’ensemble du circuit hydraulique.
C.4.6. Thermique de la boucle de captage
On appelle « boucle de captage » d’une installation solaire le circuit hydraulique primaire formé :
- des capteurs solaires,
- de la tuyauterie entre les capteurs et le ballon,
- de l’échangeur, éventuellement.
On ne s’intéressera ici qu’aux aspects éléments permettant le calcul thermique de la boucle de
captage, bien que son calcul thermique ne soit pas complètement découplé du calcul
hydraulique. Ce qui suit ci-dessous concerne essentiellement les systèmes en circuit forcé
puisque les kits en thermosiphon sont fournis complets par les fabricants.
C.4.6.1. Thermique de la tuyauterie de raccordement
Choisir une tuyauterie de raccordement s’entend de plusieurs points de vue :
- matériau, conditionné par sa résistance à la température et sa durabilité,
o en acier galvanisé (de moins en moins utilisé),
o en cuivre,
o en plastique supportant l’eau chaude (polyéthylène réticulaire, CPC, etc…).
- isolation, conditionnée par la limitation des déperditions,
- diamètre, conditionné par la capacité à transporter une puissance donnée.
Les deux derniers ne sont pas indépendants car, pour une puissance de pompe donnée, un
diamètre plus petit transportera un débit plus faible de fluide plus chaud qui causera donc plus
de déperditions thermiques lors de son transport.
C.4.6.1.1. Isolation
Une mauvaise isolation des tuyauteries peut dégrader de manière notable les performances
d’une installation solaire. Pour limiter les pertes thermiques, les tuyauteries doivent être les plus
courtes possibles. On évitera, en tout état de cause, que les déperditions thermiques dans la
tuyauterie ne dépassent 20% de l’énergie produite par les capteurs (5% serait correct) ce qui se
traduit en général par ne pas dépasser 3 à 5 m linéaires par m² de capteur solaire.
1- Epaisseur de l’isolant
A cet effet, l’épaisseur de l’isolant thermique des tuyauteries est choisie en fonction de ses
propriétés thermiques. La résistance thermique du calorifugeage doit être au moins égale à celle
d’un matériau de conductivité thermique λ = 0,04 W/m².°C, dont l’épaisseur sans finition est
indiquée dans le tableau suivant.
Epaisseur de l’isolant (mm)
Diamètre de la tuyauterie (mm)
avec λ = 0,04 W/m².°C
<60 30
70 à 114 40
139 à 250 50
>250 60
2- Nature de l’isolant
L’isolant le plus courant est l’Armaflex qui est une mousse noire isolante. Il a une conductivité
thermique λ entre 0,025 et 0,03 W/m².°C et, pour la tuyauterie, existe sous forme :
- de tuyaux fendus (avec fermeture auto-adhésive ou non) ou non fendus,
- brute ou recouvert d’une feuille d’aluminium.

Page 46, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


C.4.6.1.2. Diamètre
Une fois calculé le débit maximum de la pompe, le diamètre doit être choisi de manière à ce
que la tuyauterie d’expansion permette l’écoulement du débit de fluide caloporteur correspondant
à la dilatation la plus rapide, avec une vitesse inférieure à 0,1 m/s. Le diamètre nominal d
(en mm) de la tuyauterie d’expansion peut être calculée par la formule empirique approchée (voir
cours de solaire thermique de Tecsol) :
d(mm) = 120.A.P(kW) / (ρ.Cp)
avec :
• P : puissance maximale du champ de capteur (ici en kW),
• A : coefficient de dilatation volumique du fluide caloporteur qui doit être calculé pour la
température maximale d’utilisation (température de stagnation des capteurs ≈ 100°C), voir
Annexe
• ρ : masse volumique du fluide caloporteur à la température maximale d’utilisation et à la
pression correspondante, voir Annexe
• Cp : capacité calorifique du fluide caloporteur (J/kg), voir Annexe.
Des logiciels professionnels gratuits et assez simples (http://www.xpair.com/) permettent
aujourd’hui de calculer le diamètre de la tuyauterie d’expansion.
C.4.6.2. Echangeurs
C.4.6.2.1. Echangeurs internes à tubes
L’échangeur thermique pour le circuit solaire se situe normalement dans la zone inférieure du
ballon de stockage solaire, tandis celui pour le chauffage d’appoint se trouve dans la zone
supérieure du ballon. Dans la zone de chauffage d’appoint, l’eau du ballon peut donc être
maintenue à la température constante souhaitée (50 à 60°C), et l'installation solaire peut fournir
son énergie à la zone inférieure du ballon. Même les jours couverts, lorsque les températures
fournies par le capteur solaire n'atteignent pas 50°C l’installation solaire permet de préchauffer
la zone inférieure du ballon de stockage de 15 à 40°C. Le chauffage d’appoint peut alors limiter
sa contribution aux 10 °C manquants.
Ballons verticaux avec ou sans échangeurs

sans échangeur ni trappe sans échangeur et avec avec échangeur pour le avec double échangeur
de visite trappe de visite solaire et trappe de visite (solaire, appoint) et trappe
Quand l’échangeur thermique solaire chauffe l’eau dans la zone inférieure du ballon de
stockage, l'eau monte et se mélange avec l'eau du ballon, ce qui produit un léger
refroidissement de l'eau chaude. Pour éviter que se produise cet effet, on a développé des
ballons à stratifications, dans lequel l’énergie solaire est exactement injectée dans la
stratification qui a la même température que le fluide caloporteur du circuit solaire. Ceci évite un
mélange des différentes stratifications de l’eau contenue dans le ballon et crée des
stratifications d'eau de différentes températures. Le ballon est alimenté par un tuyau disposant
de plusieurs décharges à différentes hauteurs closes par des clapets en plastique. L’eau

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 47


chaude montant dans le tuyau sortira par le clapet de la stratification de la même densité ou
aussi de la même température. L’énergie solaire peut être utilisée de manière plus efficace
sans mélange des différentes stratifications dans le ballon de stockage, étant donné que la
zone supérieure fournit toujours de l'eau chaude tandis que dans la zone inférieure du ballon,
l’eau reste plus froide.
L’échangeur interne (en général tube en hélice) doit avoir une surface d’échange suffisante
pour transférer sa chaleur à l’eau du ballon. Celle-ci est conditionnée par la puissance
thermique maximale de l’installation solaire, autrement dit par :
- le débit d’eau dans le circuit primaire,
- la différence de température entre l’entrée et la sortie de l’échangeur.
La surface d’échange S des échangeurs internes à serpentin en cuivre destiné à l’énergie
solaire peut être dimensionnée en utilisant :
S (m²) = 0,1 (m²/kW) x Puissance maximum capteurs (kW)
La surface d’échange S d’un échangeur interne à serpentin étant donnée par le produit du
périmètre (2πR) par la longueur L, dimensionner l’échangeur revient, pour un diamètre donné à
choisir la longueur ou inversement.
Les réservoirs commerciaux pré équipés d’un échangeur interne à serpentin en cuivre destiné à
l’énergie solaire sont pour la plupart dimensionnés en utilisant la formule semi empirique de la
surface d’échangeur solaire interne :
S (m²) = [0,0015 (m²/litre) x Volume ballon (litre)] +1,1 (m²)
C.4.6.2.2. Echangeurs externes
Ce qui va être dit ci-dessous concerne surtout les systèmes en circuit forcé puisque les kits
arrivent en général complets avec leurs accessoires à monter en terrasse.
Échangeurs double tube
Ces échangeurs sont constitués par des éléments rectilignes de deux tubes concentriques
raccordés à leurs extrémités par des coudes. Les divers éléments sont tous assemblés par des
raccords à démontage rapide, et un remplacement des tubes est possible. Les problèmes de
dilatation thermique et d'étanchéité entre le tube intérieur et le tube extérieur sont résolus par
l'utilisation de presse étoupe ou de joint torique.

Ces appareils sont intéressants pour les facilités qu'ils offrent pour le démontage et l'entretien.
Ils peuvent fonctionner en contre courant pur, ce qui permet d'obtenir de bons rendements. Par
contre, ils présentent les inconvénients suivants :
• risque de fuites aux raccords.
• flexion du tube intérieur si la longueur est importante.
• surface d'échange faible pour le volume global de l'appareil par suite du rayon minimal des
coudes reliant les longueurs droites des tubes.
Ces échangeurs utilisés depuis l'origine conviennent aux produits sales, pour des débits faibles,
des températures et des pressions élevées.
Échangeurs à faisceau et calandre
Ce type d'échangeurs est de loin le plus répandu dans les unités de transformations des
industries chimiques et pétrochimiques. Un faisceau de tubes est situé à l'intérieur d'une calandre
dans laquelle circule le deuxième fluide. Cette conception se retrouve également dans les
condenseurs, les rebouilleurs et les fours multitubulaires.
Le faisceau est monté en deux plaques en communication avec des boîtes de distribution qui
assurent la circulation du fluide à l'intérieur du faisceau en plusieurs passes. Le faisceau muni de
chicanes est logé dans une calandre possédant des tubulures d'entrée et de sortie pour le

Page 48, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


deuxième fluide circulant à l'extérieur des tubes du faisceau selon un chemin imposé par les
chicanes.
Tous les éléments entrant dans la construction de ces échangeurs ont fait l'objet d'une
normalisation, tant par la T.E.M.A. (Tubular Exchangers Manufacturer's Association) que
l'A.S.M.E. (American Society of Mechanical Engineers) ou l'A.P.I. (American Petroleum Institute).
Dans les ouvrages généraux consacrés au transfert de chaleur, on trouvera les schémas des
principaux types d'échangeurs à faisceau et calandre.
La calandre est généralement réalisée en acier au carbone et les brides portant les boîtes de
distribution et le couvercle sont soudées. Les tubes du faisceau répondent à des spécifications
très sévères. Le choix du matériau dépend de l'utilisation :
• acier au carbone pour usage courant.
• laiton amirauté pour les appareils travaillant avec l'eau de mer.
• aciers alliés pour les produits corrosifs et les températures élevées.
• aluminium et cuivre pour les très basses températures.
Les tubes sont fixés dans les plaques par mandrinage et la perforation des trous dans les plaques
est réalisée selon une disposition normalisée, soit au pas triangle, soit au pas carré. Le pas
triangle permet de placer environ 10 % de plus de tubes que le pas carré sur une plaque tubulaire
de diamètre donné, mais, en contre partie, la disposition des tubes rend difficile le nettoyage des
tubes par insertion de grattoirs.
Les chicanes qui permettent d'allonger le chemin du fluide circulant dans la calandre sont souvent
constituées par un disque de diamètre légèrement inférieur à celui de la calandre comportant une
section libre représentant 20 à 45 % de la section.

Les boîtes de distribution et de retour sont cloisonnées. Ce cloisonnement permet au fluide de


traverser successivement plusieurs sections du faisceau, ce qui a pour objet d'accroître la
vitesse du fluide et d'augmenter le coefficient de transfert à l'intérieur des tubes. Cette
disposition correspond toujours à un nombre pair de passages (ou passes) dans le faisceau.

Échangeurs à plaques
Les échangeurs à plaques se présentent sous diverses formes :
• les échangeurs à plaques hélicoïdales.
• les échangeurs à plaques planes.
• les échangeurs à plaques munies d'ailettes.
Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 49
• les échangeurs à tubes munis d'ailettes.
Dans tous ces échangeurs, les surfaces d'échange sont très supérieures à celles des échangeurs
à faisceau et calandre, pour un encombrement géométrique donné. En outre, les écoulements
secondaires et les pertes de charge correspondantes sont éliminés ainsi que les problèmes de
court circuit et de dilatation différentielle. Cependant leur réalisation est beaucoup plus délicate et
onéreuse et ils ne sont généralement utilisés que pour des échanges ne nécessitant pas en
valeur absolue de très grandes surfaces d'échange.
Les échangeurs à spirale sont formés par une paire de plaques enroulées selon une hélice
délimitant deux espaces annulaires rectangulaires où les fluides circulent à contre-courant. Ce
type d'échangeur peut être très compact. Ainsi un échangeur de l m de diamètre, de 1,5 m de
long avec une spirale de 30 m, conduit à une surface d'échange de 100 m2. On peut nettoyer les
espaces annulaires en enlevant leur couvercle. Ces échangeurs sont réalisés en acier
inoxydable, en Inconel et en nickel.
Les échangeurs à plaques planes sont constitués de plaques disposées sur un bâti selon une
disposition voisine des plaques des filtres presses. Les plaques d'échange sont désormais
standardisées et elles sont réalisées en acier inoxydable, en Inconel, en nickel, et également en
bronze et en cupronickel. De tels échangeurs peuvent être très polyvalents et on peut en
particulier faire circuler des fluides de très grandes viscosités. On ne peut cependant dépasser
des pressions supérieures à 30 atmosphères et des températures supérieures à 150°C. Par
rapport à un échangeur à faisceau en acier inoxydable, les échangeurs à plaques planes
construits dans le même matériau et à surfaces d'échange identiques sont moins onéreux. Un
échangeur ayant des plaques carrées de 0,85 m d'arête, de 3,80 m de long et comportant
416 plaques permet une surface d'échange minimum de 416 m2.
Les échangeurs à plaques munies d'ailettes (ou à plaques fines) sont fabriqués à partir de tôle
emboutie entre deux plaques planes soudées aux deux extrémités par des rainures permettant le
passage des fluides. Des échangeurs se sont développés durant la dernière guerre mondiale
pour des échanges thermiques à basses températures, nécessités par le fractionnement des
mélanges gazeux. La pression ne peut pas dépasser 50 atmosphères à 35°C. Les plaques sont
généralement réalisées en aluminium et leur association constitue un échangeur
économiquement rentable lorsque les surfaces d'échange deviennent supérieures à 370 m2.
Dans les échangeurs tubulaires à ailettes, des ailettes planes soudées sur des tubes cylindriques
permettent d'augmenter le rapport de la surface externe du tube à la surface interne d'un facteur
allant de 1 à 40.
Signalons enfin l'existence d'échangeurs à blocs de graphite. Chaque bloc de graphite est percé
de rangées de trous traversés de manière appropriée par le fluide chaud et le fluide froid.
L'association de plusieurs blocs permet l'obtention d'échangeurs très performants.
C.4.7. Régulateur thermique différentiel et ses sondes
C.4.7.1. Régulateur thermique différentiel
La pompe de circulation du circuit solaire est commandée par une régulation électronique. Celle-
ci mesure la différence de température entre la sortie du capteur solaire et la température du
ballon de stockage à mi-hauteur de l’échangeur thermique solaire. La pompe de circulation
s’enclenche dès que la différence de température dépasse une valeur réglée habituellement
entre 4 et 8 °C. La pompe se déclenche à nouveau dès que la température chute à nouveau sous
la différence minimale. La différence entre les températures d’enclenchement et de
déclenchement est appelée hystérésis. Sa valeur doit être adaptée à l'installation, notamment à la
longueur des tuyauteries (plus la tuyauterie est longue plus les pertes thermiques dans celle-ci
sont élevées). Certains régulateurs « intelligents » optimisent ces valeurs automatiquement.
Le régulateur thermique différentiel doit pouvoir supporter, en puissance, de commander la
pompe de circulation choisie :
- La commande peut être en ON-OFF, c’est-à-dire que le régulateur va alimenter le
circulateur ou non selon que la température est supérieure à la consigne haute ou
s’arrêter si la température est inférieure à la consigne basse.
- La commande peut être en vitesse variable, notamment à cause du besoin variable en
puissance (tableau ci-dessus). A cet effet, il existe des régulateurs thermiques qui
Page 50, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
possèdent une sortie vitesse variable. Il suffit de vérifier que la puissance commandée
soit supérieure ou égale à celle du moteur de la pompe. Le débit baisse lors d’un
rayonnement plus faible et augmente lors d’un rayonnement plus élevé.
C.4.7.2. Sondes de température
Sur le fond, les sondes de température sont la plupart du temps des thermistances (résistances
variables avec la température) et il en existe deux types :
- les sondes à base de semi-conducteur ont un coefficient de température négatif (CTN),
- les sondes à base de métal (notamment le platine) ont un coefficient de température
positif (CTP), les sondes au platine PT100 et les PT1000 ayant respectivement 100 et
1000 Ω de résistance à 20°C étant les plus connues.
Il n’y a pas de besoin particulier de dimensionnement des sondes qui, en général, sont fournies
par le fabricant avec le régulateur. Il faut toutefois prêter attention à ce que la section du câble
soit suffisante pour ne pas ajouter de résistances électriques qui tromperaient la mesure.
C.4.8. Programmateur horaire journalier (avec réserve)
La plupart des programmateurs journaliers ne peuvent commander plus de 10 à 15A. Si le
courant est trop fort, il faut utiliser le programmateur pour alimenter une bobine de contacteur (ou
de relais) qui lui permettra l’alimentation ou non.
C.4.9. Vannes
Les vannes doivent être du même diamètre que la tuyauterie sur laquelle elles sont montées. Les
vannes ¼ de tour, à bille ou à papillon, offrent une perte de charge minimale, elles sont à
privilégier dans la mesure du possible.
Dans les installations en thermosiphon, le groupe de sécurité comporte souvent une vanne qui se
trouve donc à l’entrée du ballon mais il vaut toujours mieux en placer une à la sortie aussi pour la
maintenance et le diagnostic d’un éventuel disfonctionnement.
Dans les grandes installations, il faut placer chaque appareil entre deux vannes d’isolement qui
permettent de démonter l’appareil seul sans avoir à vidanger l’ensemble de l’installation.
C.4.10. Local technique
Ce qui va être dit ci-dessous concerne surtout les systèmes en circuit forcé puisque les kits
arrivent en général complets avec leurs accessoires à monter en terrasse.
Le local technique doit être suffisamment grand pour contenir tous les équipements du système
solaire (sauf les capteurs) : le ballon de stockage, l’échangeur de chaleur, les pompes et
accessoires des circuits hydrauliques, l’armoire électrique et l’équipement de régulation. La
proximité du local technique à la batterie de capteurs peut avoir une influence importante sur le
coût de l’installation .
C.4.11. Chauffage solaire des piscines
Dans les piscines, les capteurs non vitrés se trouvent être plus efficaces que les vitrés, à
condition que le vent ne soit pas trop élevé. En effet, le graphique ci-dessous montre le
rendement typique d’un capteur non vitré dont la variation avec x=∆θ/I (en °C.m²/W) et la vitesse
du vent (en m/s) est décrit par la formule approchée suivante :
η = 92% - (x + 0,004).(4,26.v + 11,77)

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 51


Rendement des capteurs non-vitrés et vitesse du vent
v=0,00 m/s v=1,00 m/s v=2,00 m/s v=3,00 m/s

80%

Rendment capteur
60%

40%

20%

0%
0 0,01 0,02 0,03 0,04
(Tfm-Ta)/I

Considérant qu’une piscine perd peu d’énergie par ses parois latérales, les pertes par conduction
sont négligeables et l’essentiel des pertes se fait par sa surface supérieure. Au terme d’une
journée son bilan énergétique peut s’écrire :
Pertes thermiques non compensées = Apports d’énergie
qe + qc + qray = qsol + qn
où l’on a considéré que la température de l’eau moyenne est atteinte par l’équilibre :
- entre les pertes :
o qe, par évaporation (forcée par le vent) dominantes,
o qc, par convection (forcée par le vent),
o qray, par rayonnement,
- et les apports :
o qsol, d’une fraction du rayonnement solaire global horizontal reçue par l’eau,
o qn , d’énergie apportées volontairement par un système de chauffage.
* Considérant la réflexion due à l’indice de réfraction de l’eau et un angle d’incidence moyen
journalier, il est courant de considérer qsol = 87% H.
* Il est vrai qu’à que les pertes sont des fonctions complexes de la température de l’eau et de l’air.
Toutefois, la température d’une piscine, même chauffée, reste toujours au voisinage de la
température de l’air et dans cette faible zone de variation, l’ensemble des pertes peut être
linéarisé en fonction :
- de la différence de température entre l’eau de la piscine et l’air,
- de la vitesse du vent.
Le graphique ci-dessous montre les pertes thermiques non compensées quotidiennes (en
kWh/m².j) d’une piscine en fonction de la différence de température moyenne (Teau - Tair) entre
l’air et l’eau pour différentes vitesses de vent :
Pertes thermiques non-compensées d'une piscine
v=0,00 m/s v=1,00 m/s v=2,00 m/s v=3,00 m/s v=5,00 m/s
25 kWh/m².jour

20 kWh/m².jour

15 kWh/m².jour

10 kWh/m².jour

5 kWh/m².jour

0 kWh/m².jour
-4 °C 0 °C 4 °C 8 °C 12 °C 16 °C 20 °C
(Teau-Tair)
Elles forment un réseau de droites d’équation :
qe + qc + qray = (1,673.v + 1,898) + (0,283.v + 0,344).(Teau - Tair)
Page 52, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
soit qe + qc + qray = [1,635 + 0,283.(Teau - Tair)].v +[1,898 + 0,344(Teau - Tair)]
De ce graphique peuvent être tirées deux remarques :
- à cause de l’évaporation, une piscine peut être plus froide que l’ambiante si l’apport
solaire (87%H) est insuffisant,
- pour qu’une piscine ne se refroidisse pas sans chauffage,
qe + qc + qray = 87%H pour (Teau - Tair) = 0
l’apport solaire minimal doit être d’autant plus grand que la vitesse du vent est grande :
H (kWh/m².j) = 1,92 + 2,18.v(m/s)
Les besoins en énergie pour atteindre une différence de température moyenne ∆T donnée sous
un vent v, sont donnés par qn que l’on peut définir comme suit :
- on souhaite Teau = 25°C pour une journée typique d’un mois donné pour laquelle
Tair = 15°C, v = 1m/s et le rayonnement global horizontal est H = 4,5 kWh/m².j,
- pour (Teau - Tair) = 10°C, le graphique donne une perte de 9,85 kWh/m².j dont il faut
déduire l’apport en rayonnement solaire à la piscine 87%H = 3,91,
- il faut donc apporter à l’eau une énergie quotidienne de 9,85 − 3,91 = 5,93 kWh/m².j.
C.5. Simulation horaire
C.5.1. Principe de calcul
Le principe de calcul est basé sur le bilan énergétique horaire du ballon schématisé ci-après :

Pertes Puisage
Qp(tn) Qec(tn)

Stockage
Capteur Utile Qsto(tn) Appoint
Qc(tn) Qu(tn) Qa(tn)

Pertes
Qb(tn)
A un instant tn suivant un intervalle ∆t = tn – tn-1, l’énergie stockée dans le ballon est :
Stockage = [Apports (Capteur + Appoint)] – [Pertes (Boucle + Ballon + Puisage eau chaude)]
Qsto(tn) = [Qc(tn) + Qa(tn)] – [Qb(tn) + Qp(tn) + Qec(tn)]
L’apport net de l’appoint est à programmer pour optimiser le système (puissance proposée par le
programme en fonction des besoins et du volume de stockage).
C.5.2. Méthode de calcul
Dans les formules qui suivent, on utilise θs(tn-1), température moyenne du fluide dans le réservoir
à l’instant tn-1 au lieu de θs(tn), celle à l’instant tn pour pouvoir résoudre le problème.
Les pertes ballon dépendent de UAS, coefficient de perte du ballon (valeurs standard proposées
par le programme). La puissance perdue par le stockage Qp à l’instant courant tn :
Qp(tn) = UAs.[θs(tn-1) – θamb,s(tn)]
où - θamb,s(tn) est la température ambiante du lieu de stockage (extérieure ou intérieur).
L’apport du capteur dépend du site d’implantation de celui-ci ainsi que de son type, son
orientation, et son inclinaison. Les pertes boucle dépendent de UAc, coefficient de perte de la
boucle (valeurs proposées par le programme selon l’épaisseur d’isolant choisi). La puissance utile
Qu à l’entrée du stockage après pertes thermiques de tuyauterie :
Qu(tn) = Scap.{FR(τα).Gg(tn) – FRUL.[θs(tn-1) – θamb(tn)]} – UAc.[θs(tn-1) – θamb(tn)]
où - FR(τα) et FRUL sont les deux paramètres caractérisant le rendement du capteur,
- Gg(tn) est l’intensité solaire reçue par le capteur après correction d’angle d’incidence,
- θamb(tn) est la température ambiante,
L’énergie extraite par le puisage d’eau chaude dépend des besoins journaliers et de la nature des
besoins qui affectent le puisage horaire. La puissance extraite par l’eau chaude Qec :
Qec(tn) = {[ρ.c. V&tiré(tn)].[θs(tn-1) – θef]
où - ρ et c désignent la masse volumique et la chaleur massique du fluide,
Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 53
- V&tiré(tn) est le débit d’eau chaude extrait,
- θef est la température de l’eau froide (supposée constante pour la journée),
Température moyenne du stockage θs :
θs(tn) = θs(tn-1) + {[Qu(tn) – Qp(tn) – Qec(tn) + Qap(tn)]. ∆t / [(ρ.c.Vballon)]}
où - Vballon désigne le volume du réservoir.
L’énergie stockée ∆Esto à l’instant courant tn,
∆Esto(tn) = (ρ.c.Vballon).[θs(tn) – θs(t0)]
En stationnaire, la température moyenne du stockage revient à la même valeur que celle de la
veille au même instant, ceci peut être obtenu par itération jusqu’à ce que ∆Esto après 24 heures
soit le plus petit possible (par exemple 0.01% de son maximum sur la journée considérée).
C.5.3. Résultats attendus d'un tel calcul
z Variation horaire de la température moyenne du stockage
z Productible solaire mensuel = N(jour/mois) × ΣnQu(tn).∆tn
z Rendement solaire mensuel = Productible solaire mensuel / Rayonnement mensuel reçu
z Taux mensuel de couverture des besoins = Productible solaire mensuel / Besoins mensuels
z Productivité solaire mensuelle = Productible solaire mensuel / Scap
z Emissions évitées de gaz à effet de serre en fonction de la nature de l’appoint
z Analyse financière succincte : Montant de l’investissement, valeur actuelle nette,
amortissement simple, rentabilité interne, coût du kWh solaire simple et actualisé.
C.6. Durées de vie, prix, installation & maintenance
C.6.1. Durée de vie des composants des systèmes
C.6.1.1. Kits en thermosiphon
Un kit en thermosiphon de bonne qualité (cuivre ou acier inoxydable et ballon émaillé ou
inoxydable) a une durée de vie moyenne de 10 ans (en fait les ballons durent moins que les
capteurs), les écarts pouvant s’étaler entre 7 et 12 ans. Sa durée de vie dépendra
essentiellement de la qualité de l’eau utilisée et des éventuelles surchauffes dues à un faible
soutirage d’eau. Les vices de fabrication sont minimes et garantis 1 an.
C.6.1.2. Capteurs
Un capteur de bonne qualité (cuivre ou acier inoxydable) a une durée de vie moyenne de
12 ans, les écarts pouvant s’étaler entre 10 et 15 ans. Sa durée de vie dépendra
essentiellement de la qualité de l’eau utilisée et des éventuelles surchauffes dues à un faible
soutirage d’eau. Les vices de fabrication sont minimes et garantis 1 an.
C.6.1.3. Support
Un support de capteur en acier galvanisé à chaude peut durer 15 ans (grâce à la galvanisation).
C.6.1.4. Ballon
Selon son revêtement intérieur, et la qualité de l’eau utilisée, la durée de vie d’un ballon pourra
être très variable :
- acier galvanisé (de moins en moins utilisé), 3 à 5 ans
- acier émaillé à chaud à 850°C, 6 à 8 ans
- acier inoxydable, 8 à 12 ans
La durée de vie du ballon sera d’autant plus longue que la protection anodique contre la
corrosion est renouvelée fréquemment : en général une anode en magnésium est à l’intérieur
des ballons et son renouvellement doit être fait tous les 2 à 4 ans , selon la dureté de l’eau.
C.6.1.5. Régulateur thermique différentiel
Un régulateur thermique différentiel a une durée de vie moyenne de 10 ans mais les écarts
peuvent s’échelonner entre 8 et 15 ans selon la qualité de fabrication. Les vices de fabrication
sont minimes mais garantis pendant 2 ans.
C.6.2. Prix des composants des systèmes
Comme nous allons le voir ci-dessous, l’énergie solaire thermique permet d’atteindre environ
deux tiers du prix de l’électricité domestique au Maroc. En effet, sur la base d’une l’électricité au

Page 54, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


tarif régie 1,20Dh par kWh au Maroc, et sur la base du tableau des prix ci-dessous, on peut
faire les estimations qui suivent.
Désignation Prix
Auto-stockeur de 200 litres/2m² 8'000 Dh
Kit thermosiphon de 200 litres/2m² 11'500 Dh
Kit thermosiphon de 300 litres/4m² 17'000 Dh
Capteurs (avec raccords si plusieurs) 1'500 à 2'500 Dh/m²
Supports des capteurs 150 à 250 Dh/m²
Ballon (avec résistance et thermostat inclus) 20 à 30 Dh/litre
Sondes de température 250 à 350 Dh/unité
Régulateur thermique différentiel 1'200 à 2'500 Dh/unité
Pompe de circulation 20 à 25 Dh/W
Groupe de sécurité 100 à 300 Dh/unité
Tuyauterie de raccordement 20 à 60 Dh/m
Vannes 50 à 100 Dh/unité selon φ
Câblages pour les sondes 2 à 4 Dh/m
Câblages d’alimentation 2 à 4 Dh/m
Echangeur externe Dh/W
Purgeur automatique 50 Dh/unité
Soupape de sécurité 50 Dh/unité
Vase d’expansion Dh/litre
Programmateur horaire journalier (avec réserve) 350 Dh/unité
C.6.3. Impact des prix sur le coût de l’énergie
C.6.3.1. Kits en thermosiphon
Un kit en thermosiphon de 200lit/2m² dure 10 ans pendant lesquels il peut produire autour de :
10ans x 365j/an x (5kWh/m².jx50%) x 2m² = 18’250kWh.
Pour un coût voisin de 11’500Dh, cela représente :
0,63Dh/kWh soit environ 53% du tarif de l’électricité régie au Maroc sans dépréciation.
C.6.3.2. Capteur seul
Un capteur de 2 m² dure 12 ans pendant lesquels il peut produire autour de :
12ans x 365j/an x (5kWh/m².jx50%) x 2m² = 21’900kWh.
Pour un coût voisin de 5’000Dh, cela représente :
0,23Dh/kWh soit environ 19% du tarif de l’électricité régie au Maroc sans dépréciation.
C.6.3.3. Ballon seul
Un ballon en acier émaillé pour un capteur de 2 m² dure 7 ans pendant lesquels le capteur
produit autour de :
7ans x 365j/an x (5kWh/m².jx50%) x 2m² = 12’775kWh.
Pour un coût voisin de 200 litres x 30Dh/litre= 6'000 Dh, cela représente :
0,47Dh/kWh soit environ 39% du tarif de l’électricité régie au Maroc sans dépréciation.
Sans surprise, c’est encore le stockage qui a l’impact le plus élevé sur le prix de l’énergie.
C.6.3.4. Support seul
Un support pour un capteur de 2 m² dure 15 ans pendant lesquels le capteur produit autour de :
15ans x 365j/an x (5kWh/m².jx50%) x 2m² = 27’375kWh.
Pour un coût voisin de 500Dh, cela représente :
0,018Dh/kWh soit environ 1,5% du tarif de l’électricité régie au Maroc sans dépréciation.
C.6.3.5. Régulateur thermique différentiel seul
Un régulateur thermique différentiel utilisé avec un système de 10 m² (minimum pour un
système à convection forcé) peut durer 10 ans pendant lesquels les capteurs produisent :
10ans x 365j/an x (5kWh/m².jx50%) x 10m² = 91’250kWh.
Pour un coût voisin de 1’200Dh, cela représente
0,013Dh/kWh soit environ 1,1% du tarif de l’électricité régie au Maroc sans dépréciation.
C.6.4. Précautions d’installation
C.6.4.1. Capteurs
Montage en parallèle de capteurs ou chauffe-eau solaires
Le montage de capteurs ou de chauffe-eau solaires en parallèle :
- conserve la différence de température

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 55


- augmente le débit.

Le montage de capteurs ou de chauffe-eau solaires en parallèle ne pose qu’un problème de


savoir-faire de montage. On peut placer en parallèle même des capteurs de marque et de modèle
différents, à condition que la résistance à l’écoulement (perte de charge) soit exactement
identique pour toutes les branches sinon certains marcheront plus que d’autres. Notez le
croisement de l’entrée et de la sortie sur le schéma.
Montage en série de capteurs ou chauffe-eau solaires
Le montage de capteurs ou de chauffe-eau solaires en série :
- augmente la différence de température
- conserve le débit.

Limitation numérique : le montage série de capteurs ou chauffe-eau ne peut être fait que si l’on
ne dépasse pas 2 capteurs ou 2 chauffe-eau en série (le rendement du dernier devient plus faible
et il vaudrait mieux que le deuxième capteur ait double vitrage.
Le graphique ci-dessous montre les rendements (rapportés à la surface d’ouverture) d’un même
capteur couvert par 1, 2 ou 3 vitres anti-réfléchissantes ou bien par une vitre normale. On voit
bien que la perte de rendement due à un doublement de (Tm-Ta) ne peut être que partiellement
compensée par l’usage de vitrage multiple.

Remarquons que, à cause de la remontée d’eau chaude entre les 2 capteurs, le montage série
ne peut se faire que si le système est en circuit forcé.
C.6.4.2. Support
C.6.4.2.1. Généralités
Page 56, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
Les capteurs devant être montés face sud (dans l’hémisphère Nord) et face Nord (dans
l’hémisphère sud), une légère orientation sud-est ou sud-ouest conviendra aussi. il faut
chercher un emplacement :
- bien ensoleillé et sans ombre portée d’objets de grande taille (arbres, murs, etc.…),
- réduisant la distance entre les capteurs et le stockage,
- évitant les dépôts de poussière trop importants,
- assurant un accès facile et sécurisé pour son nettoyage et maintenance,
- limitant, dans la mesure du possible, le vol et le vandalisme.
C.6.4.2.2. Implantation
b) Toiture terrasse, sol
Les capteurs solaires peuvent être installés sur le toit terrasse d’un immeuble ou sur un
emplacement réservé au sol. Dans tous les cas, cet emplacement doit être dégagé vers le Sud
sans ombres portées par des arbres ou d’autres bâtiments pendant toute l’année. La liaison
hydraulique entre la batterie de capteurs et le local technique doit être aussi courte que possible,
afin de réduire les déperditions thermiques et les frais de plomberie.
Implantation d’une installation solaire

Légende :
A. Hauteur du soleil en hiver
B. Hauteur du soleil en été
C. Implantation de capteurs en toiture terrasse
D. Implantation de capteurs au sol
E. Local technique
F. Liaison entre capteurs et local technique

c) Toiture inclinée
Les capteurs solaires implantés sur un toit incliné seront mieux perçus s’ils sont intégrés dans la
toiture même. Ainsi, les capteurs solaires peuvent même remplacer la couverture traditionnelle.

Légende :
A. Tuiles ou ardoise
B. Vitrage intégré dans la couverture du toit
C. Absorbeur du capteur solaire
D. Isolation thermique
E. Couverture intérieure traditionnelle
F. Arrivée d’eau froide
G. Départ d’eau chaude

d) Distance entre les rangées de capteurs


Par ailleurs, lorsque les capteurs sont montés sur plusieurs rangées, la distance entre les
supports doit être suffisante pour qu’il n’a ait pas d’ombre dans les pires conditions.

H est entre le point le plus haut de l’arrière du


capteur avant et le point le plus bas de l’avant
NORD
du capteur arrière (ici hémisphère nord).
H
La distance D qui va imposer la distance
entre les rangées doit être telle que le capteur
α avant fasse le moins d’ombre possible au
panneau arrière.
D

Compte tenu de : D/H = cotg(h) = cotg[Arc sin(sin ϕ.sin δ + cos ϕ.cos δ.cos ω)]

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 57


où - ϕ est la latitude du lieu concerné,
- δ est la déclinaison solaire au jour concerné (le plus court de l’année, le 21/12 au Nord),
- ω est l’angle horaire de l’heure concernée (à définir),
- h est la hauteur solaire au lieu concerné et au moment concerné.
Hauteur du soleil au 21 décembre
à 9h30 à 10h0 à 10h30 à 11h0 à 12h0
2,6

2,2
cotg(h)

1,8

1,4

1,0
23 °N 25 °N 27 °N 29 °N 31 °N 33 °N 35 °N

La flèche montre comment à Marrakech (ϕ = 31.5°) :


- si l’on choisit que les panneaux à l’arrière soient complètement dégagés le 21
décembre entre 10h00 et 14h00 solaires, D/H > 1,88 mètre par mètre de hauteur,
- si α dépasse la hauteur solaire à midi (ω = 0) le 21 décembre, le capteur arrière ne sera
jamais complètement dégagé. La limite D/H > 1,43 est donnée par la formule générale :
α > [90°-(ϕ–23,45°)], (D/H) > 1 / tg(66,55°- ϕ)
C.6.4.3. Ballon
C.6.4.4. Régulateur thermique différentiel
C.6.4.5. Pompe de circulation
Le circulateur doit être installé en refoulement, en respectant son sens, sur la sortie du ballon,
soit la partie « aller » de la boucle de captage refoulant l’eau froide vers les capteurs.
C.6.5. Maintenance préventive
Un contrôle général de l’installation devra être réalisé tous les trimestres et consigné sur un
cahier d’entretien qui sera laissé dans le coffret électrique du local technique.
Lors de chacun de ces contrôles seront effectués,
C.6.5.1. En local technique
• la vérification de la pression du circuit primaire sur le manomètre installé à proximité du
vase d’expansion et de la soupape de sécurité, (pression normale > 2 bars à froid),
• la manœuvre de la soupape de sécurité du circuit primaire (manœuvre, rapide pour
éviter toute baisse de pression du circuit, destinée à décoller éventuellement le clapet),
• l’inversion des moteurs des circulateurs doubles primaire (P1/P2) et secondaire (P3/P4)
avec purge éventuelle du circulateur.
• la mesure de la pression différentielle du circulateur primaire,
• la mesure du débit du circuit primaire sur le compteur et à l’aide d’une montre,
• la lecture des températures à l’échangeur (primaire et secondaire), et aux ballons,
• le contrôle des purgeurs d’air automatique,
• la manœuvre de toutes les vannes en les remettant aussitôt en position initiale,
• la manœuvre des soupapes 7 bars à l’entrée de chaque ballon,
• la vérification du des compteurs volumétriques (rotation en période de circulation),
• d’une manière générale l’absence de fuites et le bon fonctionnement de tous les organes
et notamment l’absence de bruit anormaux (bruits des circulateurs).
C.6.5.2. Au lieu d’implantation des capteurs
• contrôle général des capteurs, notamment la propreté des vitrages et des absorbeurs.
• contrôle des purgeurs d’air automatique,
• contrôle, en période d’ensoleillement au moyen d’un thermomètre à contact ou plus
simplement à la main de la température de sortie de chaque batterie de capteur,

Page 58, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


• vérification positionnement des vannes de réglage et manœuvre des vannes ¼ de tour.
• vérification et nettoyage éventuel des purgeurs d’air automatiques (équipés d’un clapet
qui permet démontage et nettoyage éventuel sans vider l’installation).
C.7. Particularités
C.7.1. Choix d'un système solaire thermique

C.7.2. La Garantie des Résultats Solaires (GRS)


La garantie de résultats solaires thermiques (GRS) repose sur l'établissement d'un contrat
signé avant la réalisation d'une installation solaire, dans lequel le fournisseur s'engage vis-à-vis
du client à ce que l’installation fournisse annuellement une certaine quantité d'énergie solaire.
Une installation en GRS suppose des mesures à effectuer en permanence (débits et
températures) qui permettront de connaître :
- l’énergie solaire utile, égale au produit du débit par l’écart de température entre la
sonde chaude et la sonde froide de la partie solaire,
- l’énergie d’appoint utilisée, égale au produit du débit par l’écart de température entre
la commande d’appoint et la température de la sonde chaude.
La mesure de la température des capteurs et le contrôle de l’état des circulateurs primaire et
secondaire permettront de vérifier le fonctionnement de l’installation.
Le contrat de GRS Thermique comprend 2 phases :
1- Une phase de vérification (1 an à compter de la date de l'installation) pendant laquelle
l'installation doit délivrer une quantité annuelle d'énergie prévue d’origine solaire.
Si, au terme de cette phase, la production est inférieure aux engagements initiaux, l'entreprise
doit réaliser à ses frais, les améliorations permettant de remédier à cette situation.
Si, au contraire, les objectifs sont atteints, un constat d'admissibilité est dressé.
2- Une phase de confirmation (1 à 2 ans à compter de la date d'acceptation du constat
d'admissibilité) destinée à confirmer la production de l'installation.
Si à l'issue de cette phase, la productivité des équipements, n'a pas atteint ces objectifs, le
fournisseur est alors tenu de dédommager le client en fonction du déficit énergétique constaté
de façon à conserver le temps de retour de l'investissement prévu au départ.

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 59


D. SOLAIRE THERMODYNAMIQUE
BRUNO RIVOIRE, « GROUPE D’EVALUATION SCIENTIFIQUE THEMIS » (1982-1987),
D.1. Introduction
On désigne par « solaire thermodynamique » l'ensemble des techniques qui visent à
transformer l'énergie rayonnée par le soleil en chaleur à température élevée, puis celle-ci en
énergie mécanique (et électrique) à travers un cycle thermodynamique.
Ces techniques sont encore, pour l’essentiel, dans un état expérimental. Le présent
chapitre a pour objet de décrire et de commenter l’importante campagne de travaux de
développement qui a été menée sur ces sujets depuis 1980 dans les pays industrialisés.
Après un bref historique, nous passerons en revue les techniques explorées, puis nous
exposerons rapidement les caractéristiques du gisement à exploiter et les données
environnementales concernées. Enfin nous commenterons le résultat des expériences et les
perspectives qu’elles offrent.
Donc, au début des années 80, dans l'inquiétude générale des pays industrialisés de
manquer de pétrole à bon marché, plusieurs projets de centrales électrosolaires voient le jour,
lancés par des états ou par des organismes internationaux :
¾ CRS à Almeria en Espagne, centrale à sodium liquide (1981, 3’700m2 de miroirs1[1]),
¾ SUNSHINE à Nio Town, centrale à eau-vapeur, (Japon, 1981, 12’900m2 de miroirs),
¾ EURELIOS à Adrano en Sicile, centrale à eau-vapeur, (CEE, 1981, 6’200m2 de miroirs),
¾ SOLAR ONE à Barstow, centrale à eau-vapeur, (Californie, USA,1982, 71’500m2 de miroirs),
¾ THEMIS à Targasonne, centrale à sel fondu, (France, 1982, 11’800m2 de miroirs),
¾ CESA 1 à Almeria, centrale à eau-vapeur, (Espagne, 1983, 11’900m2 de miroirs),
¾ SPP-5 à Shchelkino, centrale à eau-vapeur, (Crimée, Ukraine, 1985, 40’000m2 de miroirs).
Tous ces projets mettent en œuvre des « centrales à tour » (voir ci-dessous) et ont pour
objet d'explorer les possibilités technico-économiques de cette filière imaginée depuis longtemps
mais jamais expérimentée auparavant.
A la même époque (1979) est constituée à l'aide de capitaux israéliens une société privée,
Luz, qui se propose de construire et d'exploiter en Californie, à la faveur de règles fiscales
avantageuses, plusieurs centrales électrosolaires de grande taille avec appoint de combustible
fossile (du gaz en l’occurrence). Celles là seront basées sur la technique des miroirs cylindro-
paraboliques d'orientation nord-sud et utiliseront les champs de miroirs les plus importants (de
106000 à 480000m2) .
Enfin, divers organismes de recherche des pays industrialisés lancent des actions variées
dans le domaine de l'utilisation des miroirs paraboliques (de 50 à 400m2) utilisés individuellement
(ou quasi individuellement) pour la génération d'électricité par des unités de faible puissance.
Vingt ans plus tard, après que « Solar One » ait été transformée en centrale à sel fondu à
l’image de Thémis et ait fonctionné sous le nouveau nom de Solar Two pendant trois ans (1996-
1999), il n'existe plus de centrale à tour en fonctionnement, tandis que les centrales « Luz »
continuent à produire de l'électricité partiellement solaire bien qu'elles aient changé de main après
la faillite de la société. Les expériences d'utilisation des paraboles élémentaires continuent (USA,
Espagne, Allemagne, Australie), principalement sous la forme de générateurs à moteur
« Stirling » , mais restent, comme ce générateur, au stade de rêve d'ingénieur.
Toutes ces réalisations ont eu un caractère expérimental prononcé et leur production est
restée très modeste (centrales Luz) sinon marginale (centrales à tour).
Toute installation thermodynamique solaire doit remplir les mêmes fonctions pour transformer
l’énergie du rayonnement incident en énergie électrique avec la meilleure efficacité possible. On
les examine ci-après dans l’ordre suivant :
¾ la concentration du rayonnement sur l’entrée du récepteur,
¾ son absorption sur les parois du récepteur et la transformation de son énergie en chaleur,

1
Dans cet exposé, nous caractériserons toujours la taille d’une installation par sa surface de miroirs qui donne la mesure de
l’énergie productible, et jamais par la puissance électrique installée qui, elle, dépend de multiples facteurs et ne représente donc
rien de précis. Ce faisant, nous ne faisons qu’imiter les hydro-électriciens qui sont les inventeurs de ce langage.

Page 60, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


¾ le transport et, éventuellement, le stockage de cette chaleur,
¾ sa délivrance à un cycle thermodynamique associé à un alternateur pour la production
d’électricité.
D.2. La concentration
Pour transformer le rayonnement solaire en chaleur, il suffit en principe de le réceptionner
sur une plaque noire. Mais un tel capteur, même parfaitement absorbant, doit supporter les pertes
que son propre échauffement provoque au bénéfice de l'air ambiant. Ces pertes sont, en
première approximation, proportionnelles à cet échauffement et à la surface développée.
Pour travailler à température élevée, ce qui est nécessaire ici pour alimenter un cycle
thermodynamique performant, il faut diminuer fortement la surface de réception pour maintenir,
en proportion, ces pertes à un niveau raisonnable. C'est ce que l'on fait en disposant devant le
récepteur une optique qui concentre sur celui-ci le rayonnement capté sur une surface bien
supérieure. On caractérise la performance du système par le chiffre de sa « concentration » qui
est le rapport de la surface de collecte sur la surface du capteur.
Dans la pratique cette optique est systématiquement constituée de miroirs. C'est la nature
géométrique des surfaces réfléchissantes mises en œuvre qui va définir la « filière » utilisée.
D.2.1. La filière parabolique

Les principes
Cette filière est un peu la référence en ce sens qu'elle met en œuvre la meilleure surface
réfléchissante possible : une parabole de révolution. Avec ce miroir, tout rayon incident parallèle à
l’axe optique passe, après réflexion, par un même point. On appelle ce point le « foyer ». Pour
fonctionner correctement, un tel miroir doit viser en permanence le soleil (dont l’image se forme
alors au foyer). On y parvient en animant son axe d'une double rotation. Mais ceci implique, on
s'en doute, une limitation de taille, la surface de collecte ne pouvant guère dépasser ici quelques
centaines de mètres carrés dans des conditions économiques raisonnables. C'est là que réside la
spécificité de la filière qui n'a d’intérêt que si l'on parvient à utiliser le faible débit de chaleur
récolté dans une installation compacte, mobile avec le miroir (et si possible sans liaison avec
l'extérieur autre qu'électrique) et installée dans une position voisine du foyer.
L'optique peut ici, théoriquement, délivrer des concentrations supérieures à 10000, ce qui
est énorme. Dans la pratique, on réalise éventuellement des miroirs moins performants (en
s'autorisant des marges d'erreur sur la qualité géométrique des surfaces mises en œuvre). Ils
peuvent alors être économiques tout en délivrant des concentrations d'un excellent niveau.
Plusieurs réalisations récentes de qualité délivrent ainsi des concentrations de l’ordre de 4000.
La technologie
Il y a de tout dans les réalisations de ces vingt dernières années en matière de surface
réfléchissante, de structure, ou de contrôle - commande. Nous ne parlerons pas de ces deux
derniers points qui seront traités au titre des héliostats des centrales à tour (la problématique est
la même dans ce dernier cas).
Par contre, la réalisation de surfaces réfléchissantes paraboliques de révolution pose des
problèmes particuliers auxquels il est possible d’apporter des réponses variées. Presque toutes
sont aujourd’hui basées sur la mise en œuvre de verre argenté en face arrière comme surface
réfléchissante. C’est de loin celle qui présente le meilleur rapport qualité / prix : excellent
coefficient de réflexion, bonne tenue aux intempéries, prix modéré d’un produit industriel

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 61


d’utilisation massive et ancienne.
La mise en œuvre de ce matériau en vue de réaliser une parabole de révolution peut être
effectuée selon deux voies principales :
¾ juxtaposition de nombreux trapèzes plans pour approcher au mieux la surface parabolique
théorique,
¾ utilisation de verre mince cintré en double courbure qui permet, théoriquement, d’obtenir une
parabole parfaite.
La première solution n’est valable que si elle est plus économique car elle est
obligatoirement moins performante.
Dans les deux cas, un problème central sera le collage des miroirs élémentaires sur la
surface support qui leur imposera la géométrie et le positionnement adéquat. En effet, il y a de
difficiles problèmes de compatibilité chimique entre les colles et les vernis qui protègent
l’argenture des miroirs.
Une alternative apparemment séduisante et bon marché à cette solution a souvent été
étudiée. Il s’agit de mettre en œuvre comme matériau réfléchissant une feuille ultra mince de
mylar aluminisé. Il est aisé de la mettre en forme de parabole en la tendant sur un tambour et en
la soumettant à un vide partiel sur sa face arrière. On tient là une solution ultra légère, très bon
marché, et en principe performante dans la mesure où la géométrie obtenue est très proche de
l’idéal théorique. Le prix dont il faut malheureusement payer ces qualités est une fragilité telle
qu’elle en devient rédhibitoire.
Une variante intéressante de cette technique a toutefois été développée plus récemment :
on met en forme parabolique par dépression arrière (ou par surpression avant) une tôle mince
d’acier inoxydable et on la recouvre de miroirs minces cintrés et collés. On bénéficie ainsi d’une
mise en forme précise obtenue par des moyens simples et de la bonne tenue aux intempéries
des miroirs en verre.
Les recherches technologiques en la matière, encore foisonnantes aujourd’hui, en sont toutes
restées au stade expérimental et il n’est pas facile de projeter le type de solution qui serait optimal
en cas de développement industriel. On peut toutefois prédire l’abandon des solutions à facettes
planes car la mise en œuvre de verre mince cintré en double courbure ne pose pas de problème
particulier tant que les rayons de courbure dépassent les cinq mètres, ce qui est le cas général.
Elle ne devrait donc pas être plus chère que l’alternative en conditions industrielles tout en
amenant à des performances meilleures. On peut ajouter qu’elle présenterait probablement une
longévité plus importante dans la mesure où les miroirs élémentaires sont beaucoup plus grands
que dans la solution alternative, diminuant d’autant la longueur des frontières entre miroirs qui
sont le siège de toutes les fragilités (dégradation de la colle, dégradation de l’argenture).
D.2.2. La filière « centrale à tour »

Les principes
Ici, on ambitionne d'emblée de déployer des surfaces de miroir très importantes. On
renonce donc à utiliser une vraie parabole (qui devrait être mobile ce qui est inimaginable en
grande taille) et on la remplace par une pseudo-parabole, à foyer fixe, d'une taille pouvant
atteindre plusieurs centaines de milliers de mètres carrés, et constituée de centaines ou de
milliers de miroirs plans orientables. On appelle ces miroirs « héliostats » (en grec : qui fixe le
soleil). Leur ensemble constitue le « champ d'héliostats ». On utilise ici l’image de la pseudo-
parabole parce que, à chaque instant, les rayons solaires atteignant le centre de chaque héliostat
sont réfléchis par le dispositif en direction d’un point unique, fixe dans le temps, et qui joue donc
Page 62, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
le rôle du foyer de la parabole. La surface réfléchissante de cette « parabole » étant fatalement
déployée au sol, son « foyer » se trouve en altitude. Pour y disposer le récepteur, on est amené à
construire une tour de grande hauteur qui donne son nom à la filière.
Pour faire fonctionner ce dispositif, il faut réaliser un « tir croisé » des héliostats et pour
cela animer chaque miroir d'un mouvement de suivi du soleil particulier. Comme dans le cas
précédent, ce mouvement peut être obtenu par la combinaison de deux rotations.
Il faut encore avoir optimisé la position des miroirs (ou plutôt la distribution de leur densité
sur le terrain), la hauteur du foyer (qui conditionne la hauteur de tour et donc son coût) et la
géométrie de l'ouverture du récepteur. A travers un calcul difficile, on minimise le rapport coût
d’investissement/rendement thermo-optique de l’ensemble champ d’héliostats récepteur. Les
optima trouvés, en particulier en ce qui concerne l’altitude du foyer, se traduisent par des courbes
très plates qui laissent pas mal de liberté au concepteur (autrement dit, il peut faire varier dans
une large fourchette la hauteur de tour sans dégrader gravement le rendement).
Si ce travail a été bien mené, et si l'ouverture du récepteur est située dans le plan focal de
l'optique, on peut obtenir par ce moyen des concentrations de l'ordre de 700 (cas de Thémis par
exemple à 42,5° de latitude). Cette dernière condition n'est pas facilement remplie dans le cas de
champs circulaires (la tour est située au milieu du champ d'héliostats et non au sud comme à
Thémis). Dans ce cas, les concentrations atteintes sont plus faibles (235 à Solar One par
exemple), mais la formule a d'autres avantages (essentiellement, une hauteur de tour diminuée
pour une taille de champ donné) qui peuvent être déterminants aux basses latitudes. C'est la
solution mise en œuvre à Barstow ou à Nio pour des latitudes proches de 35° mais également à
Shchelkino implantée plus haut que Thémis en latitude (à 45°) ce qui montre bien que les optima
recherchés ne sont pas déterminés avec une rigueur mathématique.
La technologie
On va donc mettre en œuvre ici des héliostats qui sont des miroirs plans animés d’un
mouvement continu obtenu à partir d’une double rotation.
La première question qui se pose lors de leur conception est celle de leur taille. Sur le plan
optique, on peut démontrer que les performances d’une pseudo-parabole s’améliorent avec la
finesse de son découpage en miroirs élémentaires. On a donc de ce point de vue intérêt à
construire des héliostats de petite taille. Du point de vue structurel, les petits héliostats sont
également avantageux dans la mesure où les efforts qu’ils supportent (et qui sont essentiellement
ceux dus au vent) sont proportionnels au cube des dimensions linéaires de l’appareil : cela
signifie qu’ils augmentent proportionnellement plus vite que la surface développée, et donc que la
rigidité de la structure (pour une tolérance donnée sur sa déformation relative) doit augmenter
avec la taille. Autrement dit, les petits héliostats peuvent être construits plus « souples » que les
grands et mettre en œuvre moins de matériau au mètre carré. De ce point de vue, ils devraient
être plus économiques.
Comme souvent, ce point de vue ne peut guère s’exprimer dans la pratique car il est
contrarié par deux séries de contraintes : le coût relatif (rapporté au mètre carré de miroir) de
l’héliostat est au contraire bien plus favorable aux grandes tailles en ce qui concerne leur
fondation et plus encore leur motorisation et leur commande. Dans la pratique, depuis vingt cinq
ans, c’est la recherche des grandes tailles d’héliostat qui a primé (on propose en général des
tailles supérieures à 50m²), justifiée surtout par le fait qu’on n'a pas trouvé le moyen de mettre en
œuvre des motorisations et des commandes bon marché. Des innovations sur ce plan pourraient
amener à un renversement de tendance et à la conception de petits héliostats (c’est à dire de
moins de 10m²) à manœuvre rapide et à commande simplifiée (c’est à dire sans les gestions de
trajectoire qu’il est indispensable de prévoir pour gérer les transitoires des grands héliostats lents
à la manœuvre).
Ce choix étant fait, on détermine le système d’axes de l’héliostat. Théoriquement toutes les
configurations sont possibles. Dans la pratique seule la configuration « altazimutale » (un axe
vertical et un axe horizontal) a été utilisée en raison de sa facilité de construction. La configuration
« équatoriale » (un axe parallèle à l’axe du monde et un axe perpendiculaire) garde néanmoins
des partisans dans la mesure où elle simplifie le mouvement (une rotation de vitesse uniforme de
l’axe principal et une rotation très lente, qui peut à la rigueur rester manuelle, de l’autre).

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 63


On choisit ensuite le type de miroir à utiliser. Le choix est à peu près le même que dans le
cas précédent. On veillera à ce que le coefficient de réflexion soit le plus élevé possible en
choisissant d’utiliser du verre mince en face avant du miroir (quitte à rigidifier ce dernier en le
contre collant sur un verre arrière, constituant ainsi un miroir sandwich). On pourra aussi
améliorer le coefficient de réflexion en utilisant, toujours en face avant, un verre sans fer, plus
coûteux, mais plus transparent. C’est qu’en effet le paramètre principal du coefficient de réflexion
du miroir est ici la transparence du verre. Il peut le faire varier de 80% (verre ordinaire de 6mm
d’épaisseur) à près de 95% ( verre sans fer de 1mm d’épaisseur).
On conçoit alors les structures adaptées aux choix faits (soit celle du « pied » et celle du
panneau mobile). Ces structures sont le plus couramment réalisées en construction
mécanosoudée et sont plus ou moins rigides selon les constructeurs. C’est la conséquence du
manque de maturité d’un domaine technique où l’on ne sait pas poser les termes d’un calcul
d’optimisation technico-économique de la rigidité de l’héliostat.
On peut encore noter l’expérience unique faite à Thémis d’un héliostat réalisé en béton
moulé (avec les méthodes de la préfabrication lourde en BTP). Cette technique très performante
(rigidité exceptionnelle de l’héliostat et absence de jeu des articulations « posées » de l’appareil
constitué de pièces lourdes posées les unes sur les autres) pourrait aussi se révéler
particulièrement économique pour des niveaux de production industriels. Elle garde toute sa
pertinence tant qu’existent de grands industriels capables de la maîtriser (ce qui est tout
particulièrement le cas en France) même si l’expérience n’a pas été reprise ailleurs.
Il reste maintenant à motoriser et à piloter les axes. En dépit de l’utilisation de vérins
hydrauliques dans la première réalisation d’héliostats modernes (four solaire d’Odeillo, 1968)
cette technique n’a pratiquement plus été utilisée par la suite. Les héliostats de toutes les
centrales à tour ont en effet été équipés de mouvements électriques à réducteurs et à moteurs à
courant continu ou pas à pas. C’est une solution sûre et performante, mais coûteuse.
Le pilotage de ces axes est aujourd’hui systématiquement effectué en « boucle ouverte »
par coordonnées calculées. On entend par là que l’automate de pilotage calcule la position que
doit avoir l’axe de l’héliostat sur la seule base de l’heure qui lui est donnée par son horloge
interne et qu’il ne contrôle pas le résultat obtenu en vérifiant la direction du rayon réfléchi (d’où
l’expression « boucle ouverte »). S’il commande des moteurs à courant continu, il se contente de
vérifier l’exécution de ses ordres par l’intermédiaire d’un codeur de position angulaire de l’axe. S’il
dialogue avec des moteurs pas à pas, le comptage de ses ordres suffit pour effectuer ce contrôle.
L’axe est alors dépourvu de codeur de position.
Cela fonctionne bien mais coûte cher comme nous venons de le dire. C’est la raison
principale pour laquelle on construit des héliostats de plus en plus grands.
Il reste à évoquer les problèmes, généraux et mal résolus, de la salissure des miroirs et de
leur résistance aux agressions météorologiques en général (et des vents de sable en particulier).
Ils ne se sont pas posés avec beaucoup d’acuité lors de la période expérimentale qui vient de
s’écouler. Mais ils prendraient une réelle importance si des champs de miroirs de tous types
devaient être installés sous tous les climats favorables, incluant en particulier les zones arides
soumises à des vents de sables violents sinon fréquents. Pour les héliostats plans, il existe une
solution radicale à ces problèmes : elle consiste à concevoir des miroirs pliants comme un livre et
dont la surface réfléchissante peut être mise à l’abri de toute agression si nécessaire (pluie ou
vent poussiéreux). Une telle solution, à coup sûr efficace, poserait cependant de difficiles
problèmes de complexité et donc de coût. Son existence constitue néanmoins un avantage
important pour les miroirs plans, les seuls à pouvoir être perfectionnés de la sorte, et donc, pour
la filière « centrale à tour ». Elle n’a jamais encore été expérimentée.
D.2.3. La filière cylindro-parabolique

Page 64, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Les principes
On va donc mettre en œuvre ici des miroirs cylindro-paraboliques d’orientation est-ouest
(dans ce cas le mouvement de suivi du soleil se limite à une rotation si lente qu’elle peut être
assurée sans automatisme), ou nord-sud, ce qui suppose toujours une rotation unique, mais à
plus grande vitesse et qui doit donc être automatisée.
Les avantages recherchés portent surtout sur la simplification de la motorisation et de la
commande du mouvement. En substance, le passage de deux axes à un seul.
Les inconvénients de la formule sont cependant importants. En premier lieu, le passage
d’une focalisation ponctuelle telle que réalisée dans les deux filières précédentes à une
focalisation linéaire fait chuter la concentration aux environs de 80 (au mieux, c’est à dire dans les
réalisations de Luz les plus récentes). En second lieu, la surface des miroirs est plus inclinée par
rapport au vecteur soleil quand celui-ci est bas sur l’horizon, et ce qu’on appelle le « rendement
cosinus » du champ de miroirs en est dégradé2.
C’est surtout le premier de ces éléments qui caractérise la filière. On l’utilisera de ce fait à
des températures modérées, quitte à perdre en rendement de conversion thermomécanique.
La technologie
Là encore, tout est envisageable en matière de surface réfléchissante et de pilotage de
l’unique axe. Nous décrirons ici les techniques utilisées dans les dernières centrales « Luz » qui
sont les plus abouties.
Le miroir cylindro-parabolique est ici constitué de panneaux en verre sans fer relativement
épais, cintrées en forme à chaud, argentés et vernis en face arrière. Ils sont largement
autoportants, ce qui permet de les assembler sur une charpente relativement légère . Celle ci est
supportée par des pylônes en charpente métallique fondés au sol. Dans leur dernière version, la
plus évoluée et la moins chère, ces miroirs sont assemblés par éléments de 99m de long et de
5,76m d’ouverture, présentant une surface frontale de réflexion de 545m². Ce « bloc » est mis en
mouvement par des motorisations hydrauliques réparties sous le contrôle d’un senseur solaire
unique.
La performance technico-économique est ici surtout le fait du verrier allemand qui a réussi
à produire à bas coût (on peut tout au moins le supposer) et en grandes quantités des panneaux
de miroirs de très belle qualité (ils sont donnés pour un coefficient de réflexion de 94%).
D.3. La réception du rayonnement
Il faut maintenant absorber le rayonnement concentré sur une surface noire (ou dans un
volume semi-transparent, noir dans son épaisseur), et de ce seul fait absorbante pour le spectre
visible (et donc pour le spectre solaire qui en est énergétiquement très proche), et transférer la
chaleur ainsi générée à un fluide caloporteur.
D.3.1. La filière parabolique
Nous nous limiterons ici à quelques exemples des solutions développées pour la filière à
générateur Stirling.
Dans ce cas, le récepteur est une chaudière à gaz (hydrogène ou hélium) fonctionnant
entre 600°C et 800°C. Plusieurs réalisations mettent en œuvre de telles chaudières à ouverture

2
On peut combattre ce défaut, dans le cas d’une orientation nord-sud, en inclinant les lignes de miroirs par rapport à l’horizontale.
Mais ce remède est coûteux et a été peu utilisé.

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 65


étroite (autorisée par le haut niveau de concentration de l’optique) et à surface d’échange
généreuse, condition indispensable au transfert des calories des parois de réception du
rayonnement vers le gaz, même si le coefficient d’échange convectif de ce dernier est d’un
niveau exceptionnellement élevé pour du gaz à cause de sa haute pression et de sa grande
vitesse. Les plus classiques, qui sont aussi les plus au point, sont des chaudières à tubes
métalliques de tout petit diamètre (typiquement : 3mm). Mais des recherches portant sur
l’utilisation de caloducs au sodium sont en cours. Ils introduisent un fluide intermédiaire entre le
soleil et le gaz du cycle mais autorisent une bien meilleure tolérance aux inégalités de
température des différentes parties du récepteur en cas de moteur multicylindres (ce qui est le
cas général). Cette technique est aujourd’hui considérée comme celle de l’avenir.
Il existe encore des réalisations expérimentales portant sur la mise au point d’une
chaudière céramique « volumétrique » derrière un hublot en quartz. Cette solution sophistiquée
est relativement facile à mettre en œuvre en petite taille et consiste à réchauffer le gaz par
léchage d’une céramique poreuse et semi-transparente soumise au flux solaire, le tout se
produisant dans l’enceinte étanche fermée par le hublot. On devrait y gagner une température de
surface du récepteur abaissée, et donc des pertes diminuées. Malheureusement, ce principe,
bien adapté à l’alimentation d’une turbine à gaz, ne l’est pas à priori à celle d’un générateur
Stirling qui met en œuvre un gaz à très haute pression (couramment supérieure à 100 bars).
Certains néanmoins ne désespèrent pas de parvenir à l’utiliser ici aussi.
D.3.2. La filière « centrale à tour »
Dans cette filière, au moins quatre fluides caloporteurs sont susceptibles d’être utilisés :
l’eau-vapeur, les sels fondus, les métaux liquides et l’air. Les récepteurs à utiliser sont différents
dans ces quatre cas et nous les passons en revue.
2.1. Le récepteur à eau-vapeur
Dans ce cas, on utilise un récepteur à tubes qui est alimenté en eau à haute pression.
Cela pose déjà un problème de sollicitation mécanique des tubes bien connu dans le cas des
chaudières à vapeur classiques : leur entretien est coûteux car l’éclatement, et donc le
changement d’un tube de chaudière, est ici un événement courant. De plus, les possibilités
d’extraction des calories sont très différentes dans les parties des panneaux qui sont « en eau »
et dans celles qui sont « en vapeur ». La conduite d’un tel récepteur est donc délicate car elle
implique que la cartographie des flux solaires soit contrôlée en permanence, une mauvaise
répartition de ceux-ci entraînant une surchauffe et une fusion du tube. Dans la pratique elle
impose une conduite sophistiquée des héliostats impliquant le calcul et la mise en œuvre de
dépointages fins en permanence. Voilà deux des raisons de l’abandon aujourd’hui avéré du
recours à la vapeur d’eau.
Notons aussi la nécessité de disposer de tubes les plus « noirs » possibles pour assurer le niveau
d’absorptivité le plus élevé. Ce problème est général et concerne tous les récepteurs surfaciques,
mais il est plus aigu pour les chaudières « ouvertes » (celles qu’on met en œuvre le plus souvent
dans le cas de la formule optique du champ circulaire). Il est au contraire moins important dans
les cas d’utilisation de chaudières en cavité telles que celles qui viennent d’être étudiées au
paragraphe précédent : dans ce cas, l’ « effet cavité » est efficace et a vite fait d’augmenter le
coefficient d’absorption apparent du récepteur dès lors que la surface développée par ses
panneaux est nettement plus grande que la surface de son ouverture. Dans tous les cas, on met
en œuvre une peinture noire « haute température » qui n’est en rien sélective et se dégrade
assez facilement : le problème de ce revêtement absorbant n’est donc que partiellement résolu
aujourd’hui.
2. 2. Le récepteur à sel fondu
On utilise ici des solutions qui ressemblent à la précédente (chaudières à tubes) avec les
différences suivantes :
¾ le sel est toujours liquide et sans pression, ce qui sollicite peu la résistance mécanique des
tubes (ils peuvent donc être fins),
¾ il doit parcourir son circuit à grande vitesse pour que soient favorisés les échanges
thermiques avec la paroi, ce qui provoque de fortes pertes de charge,
¾ les tubes sont soumis à une corrosion qui peut devenir galopante si leur température n’est

Page 66, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


pas maintenue au dessous d’une valeur critique,
¾ ils doivent être réchauffés à une température suffisante avant leur remplissage par le sel
toujours figeable (au-dessus de 140°C à Thémis, et de 220°C à Solar Two).
Le récepteur à sel fondu est un appareil robuste car, étant parcouru sur toute sa surface
par un liquide à grande vitesse, il est assez tolérant aux variations naturelles de la cartographie
des flux. La rupture d’un de ses tubes peut être considérée comme un événement tout à fait
exceptionnel, d’où un entretien à priori peu coûteux. De plus, le contrôle de cette cartographie
peut être abandonné, surtout dans le cas d’une chaudière en cavité à la surface de réception
généreuse (cas de Thémis). Il est donc facile à conduire.
Il doit être réchauffé avant remplissage. Il l’est par « traçage » électrique. Cette technique
est bien adaptée et a donné de bons résultats quand elle était bien réalisée. A contrario des
malfaçons dans la réalisation peuvent provoquer des surchauffes corrosives galopantes. Ainsi
des pannes sont advenues tant à Thémis qu’à Solar Two. Dans les deux cas, elles étaient dues à
des sur longueurs anormales de traceurs électriques.
Par contre, son fonctionnement entraîne des pertes de charge sévères qui nécessitent la
mise en œuvre de pompes de circulation puissantes. Celles-ci entraînent une consommation
électrique interne importante qui pénalise le rendement de conversion de la centrale.
A cet égard, il serait bien préférable d’absorber le rayonnement solaire dans la masse
même du fluide en circulation plutôt que sur une paroi métallique intermédiaire : il serait alors
inutile de provoquer ces coûteuses pertes de charge. Un prototype de récepteur à sel de ce type
a été essayé par les « Sandia Laboratories » sur leur site d’Albuquerque. Il s’agissait d’un
récepteur dans lequel on créait une lame de sel épaisse quasi verticale par écoulement en
cataracte sur une tôle légèrement inclinée par rapport à la verticale. Cette tentative n’a pas eu de
suite sans doute du fait de la dégradation chimique du sel provoqué par son contact cyclique
avec de l’air neuf lors de sa traversée du récepteur.
2. 3. Le récepteur à métal fondu
L’intérêt d’utiliser un métal fondu comme fluide caloporteur vient de ce qu’il est très bon
conducteur de la chaleur et qu’en conséquence il présente des coefficients d’échange thermique
avec la paroi particulièrement favorables. De ce fait, un récepteur à métal liquide (typiquement : le
sodium) peut présenter au flux une surface bien moindre que celle nécessaire à un récepteur à
sel. Il pourra par exemple s’inscrire directement dans le plan focal sans avoir besoin de se
développer en cavité pour augmenter ses surfaces d’échange. Une des conséquence de ce fait
est que, à puissance thermique égale, un récepteur à sodium présentera bien moins de pertes de
charge qu’un récepteur à sel. La théorie indique également qu’il devrait être plus économique à
construire. Malheureusement la pratique d’un métal aussi facilement inflammable impose de tels
dispositifs de sécurité que les conclusions de la théorie s’avèrent tout à fait exagérées. Si on y
ajoute le fait que le développement en cavité de la chaudière, qui renchérit le coût de l’appareil,
peut néanmoins présenter un avantage du point de vue de son absorptivité et que le sodium est
un calostockeur très médiocre en comparaison du sel fondu, on peut conclure que cette solution
aux atouts brillants n’est guère prometteuse.
C’est à peu près l’opinion générale aujourd’hui après qu’une centrale de ce type ait été
étudiée et construite à Almeria (centrale CRS de l’AIE), et qu’elle ait été partiellement détruite par
un incendie de sodium.
Au-delà de toutes ces différences, la conception d’une telle chaudière répond aux même
critères que dans le cas précédent et met en œuvre à peu près les mêmes solutions.
2. 4. Le récepteur à air
Aucune centrale à tour n’a été construite autour de ce choix. Mais de nombreuses
propositions de chaudière à air haute température ont été faites dans l’ambition de rendre
possible la mise en œuvre d’un cycle combiné et de pouvoir profiter de ses hauts rendements.
La plus élaborée de ces propositions, et de loin, est le concept « GAST » devenu plus tard
« PHOEBUS » étudié par les équipes allemandes de la DLR et ayant donné lieu à l’étude
détaillée d’au moins un projet. De plus, des expérimentations poussées d’éléments de sa
chaudière volumétrique ont été réalisées par l’équipe germano-espagnole d’Almeria. Bien que
jamais mise en œuvre, cette variante de la filière est souvent considérée comme une alternative

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 67


crédible à la centrale à sel fondu et mérite donc qu’on s’y arrête.
Le récepteur doit ici réchauffer de l’air à une température très élevée (typiquement :
800°C). Des tentatives ont été menées à bien pour obtenir ce résultat à partir d’un absorbeur
métallique à paroi (citons en particulier l’expérience « Sirocco » entreprise par le CNRS au grand
four solaire d’Odeillo au début des années 80 et qui mettait en œuvre une paroi métallique
gaufrée en « boite à œufs » pour augmenter sa surface d’échange). C’était d’ailleurs l’option
envisagée lors des premières esquisses de Gast. Mais de telles solutions, chères et fragiles,
présentent en plus l’inconvénient d’offrir des surfaces de pertes à température plus élevée que
celle de l’air chaud produit (du fait du gradient de température existant dans la paroi métallique).
Les concepteurs de Phoebus ont été d’emblée plus ambitieux en prévoyant d’utiliser une
chaudière volumétrique dont le principe a été précisé plus haut. Mais comme il est irréaliste de
prétendre fermer une telle chaudière de grande taille par une fenêtre en quartz, ce choix les
contraint à alimenter leur cycle thermodynamique par de l’air aspiré, à pression atmosphérique,
depuis la face avant de l’absorbeur (on parle ici de récepteur volumétrique « ouvert » ou de
chaudière « à aspiration »). Dans le projet Phoebus de 1994, ce récepteur est tout simplement
constitué d’un volume de laine métallique suffisamment lâche pour que le rayonnement solaire y
pénètre profondément et y soit progressivement absorbé sur toute l’épaisseur. La température de
l’air chaud produit est limitée à 750°C. Par la suite d’autres formules ont été testées mettant en
œuvre par exemple des volumes en nid d’abeille de céramique, ces matériaux permettant de
produire de l’air encore plus chaud puisque les 1000°C ont été atteints.
On verra plus loin que cette solution présente de graves inconvénients, mais elle est la
seule qui permette d’abaisser significativement les pertes chaudière (qui risquent ici d’atteindre
un niveau élevé à cause de la haute température de travail) en diminuant sensiblement la
température apparente du récepteur.
D.3.3. La filière cylindro-parabolique
Le récepteur est ici complètement différent des précédents à beaucoup de points de vue et
d’abord parce qu’il est linéaire au lieu de surfacique. Ensuite parce que, disposé au foyer d’un
système optique peu performant, on le fait travailler, comme nous l’avons déjà signalé, à
température modérée (inférieure à 400°C), ce qui permet d’utiliser comme fluide caloporteur une
huile de synthèse (l’avantage de ce fluide étant qu’il n’est pas figeable et qu’il ne nécessite donc
pas de dispositif de traçage). Enfin parce que, pour la même raison, il est protégé de pertes
thermiques par deux dispositions originales et efficaces :
¾ l’enfermement de l’absorbeur dans un tube de verre sans fer vidé de son air, ce qui supprime
radicalement les pertes convectives et limite les pertes radiatives.
¾ le revêtement du tube chaudière d’une couche de cermet (il s’agit d’un composite
céramique/métal projeté par plasma) qui joue le rôle d’un absorbeur sélectif (96%
d’absorptivité pour 20% d’émissivité à la température de travail) bien plus performant que la
peinture utilisée dans les cas précédents ; cette disposition est rendue possible ici par la mise
sous vide de l’environnement du tube chaudière (le cermet ne résisterait pas à la présence
d’oxygène). Cet ultime perfectionnement n’est présent que sur la dernière version des
centrales Luz, celles qui sont équipées des capteurs LS3.
On a là un système sophistiqué, à priori cher et fragile, qu’il est tout à l’honneur de la
société Luz d’avoir développé à un point tel qu’on peut supposer qu’il est devenu solide et bon
marché. Il a en effet été construit et mis en œuvre dans ses versions successives en très grandes
quantités en Californie et donne apparemment satisfaction à ses exploitants depuis 15 ans.
La mise au point de l’enveloppe à vide est particulièrement remarquable en ce qu’elle
suppose la mise en œuvre de quantités impressionnantes de joints d’étanchéité et de joints de
dilatation (soufflets inox) qui tous assurent leurs fonctions dans un environnement météorologique
non protégé.
D.4. Le transport et le stockage de la chaleur
D.4.1. La filière parabolique
Ces fonctions sont réduites au minimum ici puisque le fluide caloporteur se confond avec
le fluide thermodynamique (sauf dans le cas d’emploi de caloducs) et que la fonction de stockage

Page 68, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


n’est pas assurée.
D.4.2. La filière « centrale à tour »
Là encore il nous faudra distinguer les cas des différents fluides caloporteurs utilisés.
2. 1. Cas de vapeur d’eau
On est encore dans le cas où le fluide caloporteur et le fluide thermodynamique se
confondent et il n’y a donc pas de commentaire particulier à faire à propos du transport de la
chaleur. Mais, contrairement à ce qu’il vient d’être dit pour la filière parabolique, on ne peut
ignorer ici la fonction de stockage qui doit être assurée avec un minimum d’autonomie pour
permettre un fonctionnement correct de la turbine à vapeur (elle ne supporterait pas un régime de
fonctionnement trop haché). C’est là l’autre gros problème de la filière car le stockage de la
vapeur vive est particulièrement malaisé. Son contenu énergétique volumique est
dramatiquement faible, ce qui oblige à mettre en œuvre des réservoirs à pression de grande
taille. On conçoit qu’on atteigne vite les limites raisonnables de capacité de ce stockage. On
utilisera donc cette technique pour réaliser des stockages dits « nébulaires » qui sont
dimensionnés au plus juste : ils assurent uniquement les conditions de régularité à très court
terme de la production de vapeur qui assurent un fonctionnement correct de la turbine.
Si l’on veut aller plus loin en autonomie, on est tenu de concevoir une boucle de stockage
séparée réalisée avec un fluide plus approprié qui échangera ses calories soit avec la vapeur
pour en épuiser le contenu énergétique, soit au contraire avec l’eau pour la vaporiser en cas
d’absence de soleil. Un tel concept a été utilisé à Solar One. La boucle de stockage y a été
réalisée avec une huile de synthèse comme fluide caloporteur et un lit de cailloux pour le
stockage proprement dit. Cette installation, qui dégradait le rendement thermodynamique du
cycle en cas de déstockage (à cause de la température relativement basse à laquelle était assuré
le stockage, 304°C, au lieu de 515°C pour la vapeur produite en chaudière), a fonctionné pendant
le temps d’expérimentation de Solar one. Mais celle-ci s’est précisément arrêtée le jour où le bac
de stockage a pris feu, détruisant évidemment toute la boucle. Cet événement a sans doute signé
l’arrêt de mort de cette formule au niveau international car depuis cette date (1988), on n’a plus
entendu parler de projet de centrale à tour à eau-vapeur.
2. 2. Cas du sel fondu
Cette filière résout particulièrement bien le problème du stockage de l’énergie. Le sel fondu
présente en effet une bonne capacité calorifique volumique (2,4 joule/°C cm3 pour le Hitec de
Thémis, à comparer aux 4,18 de l’eau) et ne présente pas de difficulté particulière de
manipulation si l’on excepte la nécessaire mise en œuvre d’un réchauffage par traçage électrique
lors du remplissage des tuyauteries. Il assure aussi le transport de la chaleur récoltée dans de
bonnes conditions bien que sa haute densité puisse apparaître comme un inconvénient (elle rend
en effet coûteux en énergie le transport du sel froid en haut de tour). Il faut cependant noter les
différences qui séparent le sel à trois composants utilisé à Thémis (« Hitec ») du sel à deux
composants de Solar Two (« Draw-salt ») : le Hitec fond à 140°C mais ne peut guère être chauffé
à plus de 500°C tandis que le Draw-salt fond à 220°C et peut être utilisé jusqu’à 570°C.
Deux formules de stockage sont envisageables : celle qui met en œuvre un seul bac
vertical de grand allongement (c’est le stockage dit « à stratification » où le sel chaud flotte sur le
sel froid), et celle qui utilise deux bacs ayant chacun la pleine capacité de rétention du sel en
circulation. Dans ce cas, l’un des bacs contient le sel « froid » (aux alentours tout de même de
200°C à Thémis, de 290°C à Solar Two) et l’autre le sel chaud. La première formule est en tout
point préférable (capacité géométrique et surface de pertes divisées pratiquement par deux). Elle
présente pour certains l’inconvénient de permettre le mélange thermique des couches chaude et
froide : à leur interface, il se crée une couche « tiède » dont l’épaisseur augmente avec le temps.
Cet inconvénient est toutefois plus apparent que réel car il n’entraîne pas en lui-même de perte
thermique mais seulement une légère baisse de capacité de stockage par rapport à sa capacité
géométrique.
Elle n’a pourtant été choisie ni à Thémis ni à Solar Two, essentiellement en raison de la
difficulté de construire un bac vertical de grande hauteur pour contenir un liquide dense (la
densité du Hitec utilisé à Thémis atteint presque 2). On peut probablement y ajouter la raison plus
conjoncturelle que l’analyse de la situation énergétique de la machine est plus facile dans le cas

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 69


d’un stockage en deux bacs et que, pour une centrale expérimentale, cela constitue un avantage.
2. 3. Cas du sodium
On a dit plus haut que le sodium, excellent caloporteur, était un mauvais calostockeur. On
peut en effet évaluer sa capacité calorifique dans les conditions de température adéquates aux
environs de 1,2 J/°C cm3, soit à la moitié de celle du sel fondu.
A cette importante différence près, un stockage de sodium sera conçu selon les mêmes
principes qu’un stockage de sel fondu.
2. 4. Cas de l’air

570kW

SCHEMAS COMPARES
D'UNE CENTRALE
A SEL FONDU
De

De
pu

ET D'UNE CENTRALE

pu
is

is
le

le
ch

ch
am

A AIR

am
p

p
d 'h

d'h
éli

é
os

lio
250°C

450°C
ta

sta
ts

ts

185°C

800°C
140kW

stockage chaud

Stockage sur
Echangeur Générateur de Vers groupe

cailloux
pied de tour vapeur turbo-alternateur Générateur de
vapeur
stockage froid Vers groupe
turbo-alternateur
290kW

720kW

L’air ne constitue pas un caloporteur très efficace dans la mesure où sa capacité


calorifique volumique est très faible. On calcule par exemple que le débit volume d’air chaud
(185-800°C) nécessaire pour transporter l’énergie thermique récoltée par un récepteur est
environ 2000 fois plus grand que celui du sel fondu à 250-500°C qui assurerait la même fonction.
On calcule également, dans le cas étudié, que les tuyauteries à sel de 32 cm de diamètre
devraient être remplacées, pour véhiculer l’air, par des conduites de 4,60m de diamètre [2]. C’est
là une très réelle faiblesse des filières à air qui entraîne coût et déperditions. Mais il en est une
autre, plus subtile, qui affecte le circuit d’air non dans sa partie chaude, mais dans sa partie
froide. On a vu plus haut qu’une grande chaudière volumétrique ne pouvait guère être fermée et
qu’on était donc contraint de l’alimenter en air extérieur. Par ailleurs, dans la filière Phoebus
comme dans toute autre filière à air, les calories dont se charge le caloporteur lors de son
passage dans le récepteur ne peuvent pas être épuisées par les besoins du cycle
thermodynamique : il doit être renvoyé vers la chaudière à une température encore notable (par
exemple : 185°C et il contient encore à cette température 22% de l’enthalpie acquise en
chaudière). Si cette chaudière est ouverte, et c’est la seule alternative envisagée aujourd’hui, il
sera impossible de recycler complètement cet air tiède (bien que dans les projets en cause on
s’efforce de le « cracher » dans l’ouverture de la chaudière), et on aura à subir là une nouvelle
perte qu’on peut chiffrer au minimum à 4% de l’énergie rayonnée par le champ d’héliostats. En
conséquence de ces deux remarques, il faut considérer que le transport des calories constitue le
point faible des centrales à air.
Par contre, même si l’air à haute température ne se stocke pas facilement, il est facile et
bon marché de le débarrasser de ses calories et de les stocker sur un lit de billes de céramiques
ou même de cailloux. On tient là un solide avantage pour la même filière.
D.4.3. La filière cylindro-parabolique
Les différentes réalisations classées dans cette filière ont toutes, jusqu’à aujourd’hui, utilisé
comme fluide caloporteur (et éventuellement calostockeur) des huiles de synthèse ou des huiles
minérales de différentes provenance et de différentes performances. Toutes ces huiles ont en
commun les qualités suivantes :
¾ état liquide pour toutes les températures utiles,

Page 70, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


¾ capacité calorifique convenable autorisant le stockage à chaleur sensible dans de bonnes
conditions,
¾ viscosité suffisamment faible pour un pompage aisé sous climat chaud.
Par contre, elles présentent les défauts suivants :
¾ conductivité thermique faible entraînant des capacités modestes au transfert thermique
depuis les parois chaudes,
¾ inflammabilité dangereuse comme l’incendie du stockage en huile de « Solar One » l’a
illustré,
¾ viscosité parfois gênante pour le pompage en climat froid (climat d’altitude),
¾ température de travail limitée par la décomposition de l’huile,
¾ prix élevé.
Pour illustrer les performances des différents produits disponibles, le paramètre le plus
intéressant est celui de la température chaude admise : 295°C pour le Santotherm utilisé pour le
DCS d’Almeria au début des années 80, 310°C pour l’ESSO 500 utilisé dans les premières
centrales Luz (1983), 340°C pour le Gilotherm mis en œuvre sur les expériences « maquette »
d’Odeillo en 1979 et « THEK » de Targasonne en 1983, 393°C pour l’huile Dowtherm A utilisée
dans les dernières réalisations de Luz (1988).
Ces remarques faites, il n’y a rien à ajouter à ce qui a déjà été dit, en particulier au sujet
des stockages en sel fondu, stockage à chaleur sensible comme ceux qui ont été mis en œuvre
ici, et donc soumis aux même règles.
Mais dans l’esprit des artisans de cette filière, l’avenir doit être recherché dans l’envoi de
vapeur d’eau directement dans le tube récepteur. On y gagnerait l’économie des échangeurs
huile-eau ou huile-vapeur, mais surtout, on échapperait à la limitation des conditions de vapeur
imposées par la mise en œuvre de l’huile. La difficulté de cette solution réside dans le transport
de vapeur d’eau sous forme diphasique qu’elle suppose, problème bien connu et dont la solution
est difficile. Un important travail d’expérimentation et de mise au point sur ce sujet était en cours
chez Luz, à Jérusalem, lorsque, en 1991, cette société a dû déposer son bilan. Il s’agissait de la
mise au point du collecteur LS4.
D.5. La transformation thermoélectrique de
l’énergie récoltée
Cette transformation se fait le plus souvent de manière tout à fait conventionnelle grâce à une
turbine à vapeur d’eau couplée à un alternateur. Nous avons cependant signalé la voie originale
du générateur Stirling, étudiée pour les petites unités autonomes, et fait allusion à l’utilisation
possible d’un cycle combiné dans la filière « centrale à tour » à air. Il faut encore signaler la
tentative faite à la fin des années 70 en France de mettre en œuvre une turbine à vapeur de fréon
(centrale à capteurs « COS » de Vignola, près d’Ajaccio).
Nous allons ici passer en revue la signification et les potentialités de ces différentes voies. Toutes
sont avant tout à la recherche du rendement. En principe, celui-ci augmente avec la température
haute du cycle (c’est à dire avec la température de travail du récepteur solaire), mais la réalité
n’est pas si simple.
D.5.1. Le cycle à vapeur
Ce cycle qui, en eau, est limitée en température haute à 565°C (au-delà, des problèmes
d’incompatibilité chimique apparaissent entre la vapeur et les aciers), est néanmoins capable
d’excellents rendements. C’est certainement le transformateur thermomécanique le mieux connu
parce que le plus anciennement mis en œuvre par l’industrie moderne. Il a été utilisé
exclusivement dans les réalisations dont il est question ici au chapitre des filières « centrale à
tour » et longueurs
Les performances atteintes ne sont cependant pas toutes du même niveau. En effet, elles
dépendent beaucoup des conditions de vapeur mises en œuvre (pression, température), de la
sophistication du cycle (resurchauffe de la vapeur ou non) et encore, et peut-être surtout, de la
taille du groupe. Cela est en effet moins connu, mais les performances de ce genre de machine
sont dégradées par les fuites de vapeur entre étages. Celles-ci sont elles-mêmes provoquées par
les indispensables jeux mécaniques qu’il faut ménager entre rotor et stator pour autoriser les
Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 71
dilatations différentielles lors de la mise en température de la machine. Or ces jeux sont
proportionnellement moins importants pour les grosses machines que pour les petites et
entraînent la chute des performances de ces dernières3[3]. C’est ce type de dégradation
qu’envisageait de combattre la société Bertin en proposant la mise en œuvre à Vignola d’une
turbine à vapeur de toute petite puissance (500kW) où l’eau était remplacée par le fréon.
Pour illustrer ces propos, on peut passer en revue les caractéristiques et les performances de
quelques-uns des groupes qui ont été utilisés dans les centrales solaires en cause ici :
¾ Thémis : 2,5 MWe, vapeur surchauffée à 430°C – 50 bars, rendement nominal 28%,
¾ Solar One : 12,5 MWe, vapeur surchauffée à 515°C – 100 bars, rendement nominal 35%,
¾ SEGS VII de Luz : 30MWe. vapeur resurchauffée à 371°C – 100 bars, rendement nominal.
37,5%,
¾ SEGS IX de Luz : 80Mwe, vapeur resurchauffée à 371°C – 100 bars, rendement nominal
37,6%.
On voit que la taille du groupe est un paramètre essentiel puisque celui de Solar one,
alimenté en vapeur d’excellente qualité, est moins performant que ceux des centrales Luz
alimentés en vapeur médiocre, mais beaucoup plus puissants (et, il est vrai, à resurchauffe).
On peut pronostiquer un rendement supérieur à 40% pour le groupe d’une centrale à tour
à Draw-salt, produisant de la vapeur au meilleur niveau de performance (soit à 565°C), dotée
d’un circuit de resurchauffe, si sa taille peut atteindre ou dépasser les 30MW.
D.5.2. Le cycle combiné
Le cycle combiné est constitué par une cascade des deux cycles suivants :
¾ un cycle à gaz (cycle de Brayton) qui épuise les calories du caloporteur entre la température
maximum, supposée élevée, et une température intermédiaire compatible avec les exigences
du cycle suivant,
¾ un cycle à vapeur apte à épuiser au mieux les calories restantes en même temps que de
recycler les pertes du cycle de tête.
Un tel cycle est capable d’atteindre des rendements dépassant les 50% s’il dispose d’une
source de chaleur à plus de 700°C. On reconnaît là des caractéristiques qui pourraient être celles
du projet Phoebus. Ce serait en effet la logique d’utiliser un cycle combiné dans ce dernier cadre
taillé sur mesure pour lui. Si les équipes allemandes qui étudient cette filière n’ont pas, jusqu’à ce
jour, franchi le pas et en sont restées à l’utilisation du seul cycle à vapeur (ce qui, en pratique,
disqualifie la formule par manque de performance), c’est que l’introduction d’un cycle à gaz de
tête et son alimentation par l’air caloporteur à pression atmosphérique pose bien des problèmes
dont le moindre n’est pas l’échange des calories entre le caloporteur et l’air du cycle.
Le cycle combiné, à cause de son excellent rendement, est donc l’avenir de la filière
« centrale à tour », mais on peut légitimement se demander si, comme dit l’humoriste, il n’est pas
destiné à le rester.
D.5.3. Le cycle Stirling
Comme on le sait, ce transformateur thermomécanique est considéré depuis plus d'un
siècle comme le meilleur des moteurs thermiques tant son rendement théorique est élevé. C’est
ainsi que la première tentative de construire une « parabole Stirling » date de 1887. Il s’agit d’un
moteur à piston à chauffage externe, utilisant couramment l’hélium ou l’hydrogène comme fluide
thermodynamique.
Dans la pratique, ce générateur conserve bien des atouts dont celui de pouvoir être réalisé
en petite taille sans perdre trop en rendement. C’est ce qui en fait le candidat idéal pour
l’exploitation des calories récoltées avec une excellente efficacité mais à faible débit par les
concentrateurs paraboliques (on met en œuvre aujourd’hui aux foyers de telles paraboles des
générateurs Stirling qui se situent dans la gamme des 5-50 kWe et dont les rendements
thermomécaniques varient de 30 à 45%). En conséquence, l’inertie thermique de l’appareil est
faible et on peut envisager de soumettre son alimentation en calories aux caprices

3 [3]
Notons ici l’existence des turbines coplanaires au lieu de coaxiales proposées par le groupe ABB, qui présentent sur ce plan
un net avantage par rapport aux turbines classiques. Malheureusement, elles fonctionnent selon le mode contra-rotatif et, de ce
fait, mettent en œuvre deux alternateurs au lieu d’un. En conséquence, elles sont chères et peu utilisées.

Page 72, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


météorologiques. C’est une caractéristique importante de ces générateurs installés au droit de
foyers mobiles qu’il n’est pas question d’équiper d’un stockage thermique. Le résultat est là
puisque, dans un exemple récent (10kWe), on obtient un rendement instantané net (soleil-réseau
électrique) de 22%, ce qui peut être considéré comme excellent. A plus grande puissance
(25kWe), on friserait les 30%.
Malheureusement, le défaut congénital de ces machines réside dans l’improbable tenue
des joints d’étanchéité de leurs pistons soumis à des conditions très dures. Ce problème peut
probablement être surmonté mais a interdit jusqu’à aujourd’hui le développement industriel de la
machine (c’est à dire son utilisation par l’industrie automobile). Sans doute faut-il voir là un des
freins principaux au développement de cette filière solaire.
Bibliographie
[1] « Centrale expérimentale Thémis. Résultats et projections » B. Bonduelle, B. Rivoire, 1987
[2] « Centrale à sel ou centrale à air ? » L’expérience française » B. Bonduelle, B. Rivoire, 1991
[3] « Les centrales solaires LUZ » F. Pharabod, C. Philibert, Comité d’action pour le solaire,
1991.
[4] « Solar energy concentrating systems. Applications and technologies » W. Meinecke, DLR
(Germany), M. Bohn NREL (USA), 1994.
[5] Compte rendu du « 9th SolarPACES International Symposium » tenu à Font-Romeu, 1998.
[6] « Review : Status of Markets for Solar Thermal Power Systems » W.P. Teagan, 2001.

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 73


E. ELEMENTS D’ANALYSE FINANCIERE
Les exemples ont un but d’illustration du cours. On évitera de prendre les résultats de ces
exemples pour des affirmations définitives, d’autant plus que l’analyse dépend fortement des
hypothèses de départ dont l’origine n’est pas explicitée.
E.1. Coûts fixes et coûts variables
E.1.1. Coûts fixes
E.1.1.1. Définition
On appelle coûts fixes (CF) les montants à payer indépendamment de la taille des opérations à
mener (ou leur quantité).
E.1.1.2. Remarques et Exemples
La variation des coûts fixes imputés à l’unité produite (ou exécutée) est une hyperbole (CF/unités)
Coûts fixes par unité

Nombre d'unités

qui a fondamentalement les propriétés suivantes :


- l’avantage des coûts fixes réside dans les projets de grande taille, lorsque les coûts
fixes unitaires baissent,
- le danger des coûts fixes réside dans les projets de grande taille (où lorsque l’on ne
réalise pas ses objectifs), puisque les coûts fixes unitaires augmentent
Exemples :
- partie fixe des salaires,
- investissements fixes
- abonnements
- consommables indépendant de la production (comme les bus urbains)
- frais fixes de licences de brevets.
E.1.2. Coûts variables
E.1.2.1. Définition
On désigne par coûts variables les montants a payer qui augmentent avec la production ou la
taille d’un projet.
E.1.2.2. Remarques et Exemples
La réalité d’un projet peut faire que les coûts variables unitaires peuvent :
- être constants par unité,
- augmenter (mauvais), en général signe d’outils inadaptés aux grandes quantités,
- ou diminuer (bon), en général signe d’outils inadaptés aux petites quantités.
Coûts variables par unité

Nombre d'unités

E.2. Coûts d’investissement et coûts récurrents


E.2.1. Investissement – Valeur résiduelle - Amortissement
E.2.1.1. Définitions
1- On appelle investissement un montant (ou un équipement ayant cette valeur) immobilisé
pendant toute la durée d’un projet.
L’investissement peut être :
- corporel ou incorporel,
- récupéré en totalité ou en partie à la fin de la durée du projet.
Page 74, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
2- On appelle valeur résiduelle la valeur de l’investissement en fin de projet.
3- On appelle amortissement simple le montant de l’investissement divisé par la durée du projet,
elle-même exprimée en unité appelée « périodes » (années, mois, semaines ou autres selon
le projet).
E.2.1.2. Remarques et Exemples
L’amortissement est aussi la quote-part légalement reconnue d’un investissement qu’une
entreprise peut passer en charges (coûts) sur sa comptabilité annuelle. A cet effet, les services
fiscaux limitent légalement par le bas la durée d’amortissement la plus petite que l’on peut
adopter selon la nature d’un investissement (3, 5 ou 10 ans selon la nature des équipements,
20 ans pour les constructions).
E.2.2. Coûts récurrents
E.2.2.1. Définition
Les coûts récurrents sont les coûts qui, de nature, ont tendance à se reproduire dans le temps,
même s’ils ne se reproduisent pas nécessairement en valeur.
E.2.2.2. Remarques et Exemples
Voici une liste non exhaustive de coûts récurrents :
- récurrentes et fixes : partie fixe des salaires, loyers, abonnements, redevances
régulières de toute nature, carburants de véhicules faisant des parcours obligatoires…
- récurrentes et variables : partie variable des salaires (commissions et primes), matières
premières industrielles, consommables divers, carburants de véhicules de livraison…
E.3. Actualisation
E.3.1. Taux d’actualisation
E.3.1.1. Définition
On appelle actualisation le fait de ramener à sa valeur d’aujourd’hui un montant du passé ou du
futur. Lorsque l’actualisation a pour effet :
- de baisser les montants, on dit qu’on a dépréciation,
- de monter les montants, on dit qu’on a inflation (ou appréciation).
Le taux d’actualisation est le taux qui, pour une période donnée (en général un an), permet de
faire l’actualisation.
Si Vι sont les valeurs considérées à la période ι et TN le taux d’actualisation relatif à la période N :
VN+1 = VN.(1+TN)
Si M est le nombre de périodes que dure le projet et N la période de référence (« aujourd’hui ») :
π
VN+M = VN.(1+TN).(1+TN+1).…………...(1+TN+M-1) = VN.M ι=1 (1+TN+i-1)
Lorsque tous les taux d’actualisation Tj sont constants et égaux à T : VN+M = VN.(1+T)M.
E.3.1.2. Remarques et Exemples
E.3.2. Coefficient d’actualisation
E.3.2.1. Définition
On appelle coefficient d’actualisation, le coefficient multiplicateur qui permet de ramener une
valeur d’une période M à la période de référence (N). Mathématiquement, il se traduit pour une
période M par le rapport :
π
(VN /VN+M) = 1 / {(1+TN).(1+TN+1).…………...(1+TN+M-1)} = 1 / {M ι=1 (1+TN+i-1)}
E.3.2.2. Remarques et Exemples
Le taux d’actualisation est une notion certes précise, mais qui doit être adaptée au cas par cas :
- pour choisir entre un achat personnel aujourd’hui ou demain, on utilisera le taux
d’inflation, ou bien celui qui se rapporte au produit que l’on acheter en particulier,
- pour analyser l’opportunité d’un placement immobilier, on utilisera la croissance de
l’indice des prix de la construction,
- pour choisir entre un investissement et un autre, on utilisera le taux de rentabilité de
notre investissement (voir ci-dessous).
E.4. Tableau d’amortissement comparatif
Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 75
Une table d’amortissement comparatif est un outil qui permet de comparer deux projets différents.
C’est l’outil d’analyse privilégié lorsque l’on souhaite comparer un investissement en énergies
renouvelables à une solution traditionnelle.
E.4.1. Investissement net
E.4.1.1. Définition
On appelle investissement net la différence entre les investissements de deux projets ayant la
même finalité : les décaissements sont considérées dépenses pour l’un et économie pour le
concurrent (dépense évitées).
E.4.1.2. Remarques et Exemples
1- Pour analyser l’opportunité d’achat d’une motocyclette (6'500 Dh supposés) face au transport
en commun avec une carte de réduction (25 Dh supposés), l’investissement net de la table
d’amortissement comparatif est donné par 6’500-25 = 6'475 Dh.
2- Pour analyser l’opportunité d’achat d’un chauffe-eau solaire (12’000Dh supposés) dans un
bâtiment en construction qui pourrait alternativement être équipé d’un chauffe-eau électrique
(2'500 Dh supposés), l’investissement net de la table d’amortissement comparatif est donné
de 12'000 - 2’500 = 9'500 Dh.
3- Faire la même analyse pour quelqu’un qui devrait abandonner (sans le vendre) un chauffe-
eau électrique existant, installé et en état de marche donnerait un investissement net de
12'000 Dh (il n’y a pas d’économie d’achat de chauffe-eau électrique).
E.4.2. Coûts (ou revenus) récurrents nets
E.4.2.1. Définition
Pour chaque période, on appelle coût récurrent net la différence entre les coûts récurrents de
deux projets ayant la même finalité : les décaissements sont considérées dépenses pour l’un et
économie pour le concurrent (dépense évitées).
E.4.2.2. Remarques et Exemples
1- Pour analyser l’opportunité d’achat d’une motocyclette (1’960 Dh de coûts récurrents
supposés par an) face au transport en commun avec une carte de réduction (2’800 Dh de
tickets supposés par an), les coûts récurrents nets sont de 2’800-1960 = 840 Dh par an
(économisés, donc traités comme un revenu).
2- Pour analyser l’opportunité d’achat d’un chauffe-eau solaire (500 Dh de coûts récurrents
supposés par an) face à un chauffe-eau électrique (3’600 Dh de coûts récurrents supposés
par an), les coûts récurrents nets sont de 3’600 - 500 = 3'100 Dh par an (économisés, donc
traités comme un revenu).
E.4.3. Net cash flow
E.4.3.1. Définition
Les Net Cash Flow (NCF) d’un projet sont représentés par une série de flux financiers nets qui
commence l’année « zéro » où les investissements considérés sont réalisés. Pour chaque
période, les flux nets sont :
- négatifs lorsque décaissés,
- ou bien positifs lorsque encaissés ou bien économisés.
E.4.3.2. Remarques et Exemples
1- Pour analyser l’opportunité d’achat d’une motocyclette :
Investi Récurrent Investi Récurrent Investi Récurrent
Année NCF
"moto" "moto" "bus" "bus" NET NET
0 -6 500 +25 -6 475 +0 -6 475
1 -1 960 +2 800 +0 +840 +840
2 -1 960 +2 800 +0 +840 +840
3 -1 960 +2 800 +0 +840 +840
2- Pour analyser de l’opportunité d’achat d’un chauffe-eau solaire :
Investi Récurrent Investi Récurrent Investi Récurrent
Année NCF
"solaire" "solaire" "électrique" "électrique" NET NET
0 -12 000 +2 500 -9 500 +0 -9 500
1 -500 +3 600 +0 +3 100 +3 100
2 -500 +3 600 +0 +3 100 +3 100
3 -500 +3 600 +0 +3 100 +3 100

Page 76, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


E.4.4. Valeur actuelle
E.4.4.1. Définition
La valeur actuelle correspond à la somme que représente aujourd'hui un ensemble de
remboursements futurs. La valeur actuelle est le montant de l'emprunt pour le prêteur.
π
VA = ΣM(NCFM)/{M ι=1 (1+Tι-1)}
E.4.4.2. Remarques et Exemples
On vous propose un investissement de 600’000 Dh rapportant 5’000 Dh à la fin de chaque mois
pendant 20ans. Le taux d'intérêt du marché est de 8% par an pour lequel le calcul de la VA sur la
suite de mensualités de 5’000 Dh donne 597’771,50Dh qui est légèrement inférieure à la somme
que vous devez payer (600'000 Dh) pour réaliser cet investissement. Il n'est donc pas intéressant
de souscrire à la proposition tant que vous pouvez trouver 8% sur le marché.
E.4.5. Valeur actuelle nette
E.4.5.1. Définition
C’est la valeur actuelle nette (VAN) d'un investissement en utilisant un taux d’actualisation et une
série de décaissements (négatifs) et d'encaissements (positifs) futurs. Son calcul s'appuie sur des
flux financiers futurs commençant à la période 0 mais si le premier flux intervient au début de la
première période, la première valeur doit être ajoutée au résultat de la VAN, et non incluse dans
les valeurs. Si pour une série de périodes ι, des flux financiers NCFι sont actualisés à Tι, on a :
π
VAN = Σι(NCFι)/{M ι=1 (1+Tι-1)}, qui devient VAN = Σι(NCFι)/(1+T) ι lorsque T est constant
La différence entre la VA et la VAN réside dans le fait que, dans la VA, les flux financiers peuvent
commencer indifféremment au début ou à la fin de la période. En revanche, si la valeur des flux
de VAN peut varier, celle des flux de VA doit rester constante pendant toute la durée.
E.4.5.2. Remarques et Exemples
1- Selon le taux d’actualisation choisi, l’analyse de l’opportunité d’achat d’une motocyclette,
exploitée pendant 10 ans montre :
a. avec une dépréciation de 3%, la VAN du projet est à peine excédentaire (+690Dh)
b. avec une dépréciation de 8%, la VAN du projet est déficitaire (-839Dh)

Coefficient à Coefficient à
Année NCF NCF à 3% Année NCF NCF à 8%
T = 3,0% T = 8,0%
0 -6 475 1,00 -6 475 0 -6 475 1,00 -6 475
1 +840 0,9709 +816 1 +840 0,9259 +778
2 +840 0,9426 +792 2 +840 0,8573 +720
3 +840 0,9151 +769 3 +840 0,7938 +667
4 +840 0,8885 +746 4 +840 0,7350 +617
5 +840 0,8626 +725 5 +840 0,6806 +572
6 +840 0,8375 +703 6 +840 0,6302 +529
7 +840 0,8131 +683 7 +840 0,5835 +490
8 +840 0,7894 +663 8 +840 0,5403 +454
9 +840 0,764 +644 9 +840 0,5002 +420
10 +840 0,7441 +625 10 +840 0,4632 +389
VAN = +690 VAN = -839
2- Selon le taux d’actualisation choisi, l’analyse de l’opportunité d’achat d’un chauffe-eau solaire,
exploité pendant 7 ans montre :
a. avec une dépréciation de 10%, la VAN du projet est à peine excédentaire (+5592Dh)
b. avec une dépréciation de 30% (très élevé), la VAN du projet est déficitaire (-813Dh)

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 77


Année NCF Coefficient à NCF à 10% Année NCF Coefficient à NCF à
T = 10,0% T = 30,0% 30%
0 -9 500 1,00 -9 500 0 -9 500 1,00 -9 500
1 +3 100 0,9051 +2 818 1 +3 100 0,7692 +2 385
2 +3 100 0,8264 +2 562 2 +3 100 0,5917 +1 834
3 +3 100 0,7513 +2 329 3 +3 100 0,4552 +1 411
4 +3 100 0,6830 +2 117 4 +3 100 0,3501 +1 085
5 +3 100 0,6209 +1 925 5 +3 100 0,2693 +835
6 +3 100 0,5645 +1 750 6 +3 100 0,2072 +642
7 +3 100 0,5132 +1 591 7 +3 100 0,1594 +494
VAN = +5 592 VAN = -813
E.4.6. Taux de rentabilité interne
E.4.6.1. Définition
Le taux de rentabilité interne (TRI) :
- donne la rentabilité interne d'un investissement, sans tenir compte des coûts de
financement et des plus-values de réinvestissement,
- est le taux d'actualisation correspondant à une valeur actuelle nette nulle (VAN=0).
Les mouvements de trésorerie sont représentés par des nombres non actualisés. Contrairement
aux annuités (de crédit, par exemple). Pas nécessairement constants, ils doivent avoir lieu à
intervalles réguliers. Le taux de rentabilité interne équivaut au taux d'intérêt perçu pour un
investissement à remboursements (valeurs négatives) et revenus (valeurs positives) réguliers.
E.4.6.2. Remarques et Exemples
Les valeurs doivent contenir au moins une valeur positive et une valeur négative pour permettre
le calcul du taux de rentabilité interne.
1- L’investissement dans une motocyclette exploitée pendant 10 ans montre un TRI de 5% :
Coefficient à NCF
Année NCF
T = 5,0% actualisé
0 -6 475 1,00 -6 475
1 +840 0,95 +800
2 +840 0,91 +761
3 +840 0,86 +725
4 +840 0,82 +690
5 +840 0,78 +657
6 +840 0,74 +625
7 +840 0,71 +596
8 +840 0,67 +567
9 +840 0,64 +540
10 +840 0,61 +514
VAN = -0
2- L’investissement dans un chauffe-eau solaire exploité pendant 7 ans montre un TRI de 26% :
Coefficient à NCF
Année NCF
T = 26,3% actualisé
0 -9 500 1,00 -9 500
1 +3 100 0,79 +2 455
2 +3 100 0,63 +1 945
3 +3 100 0,50 +1 541
4 +3 100 0,39 +1 220
5 +3 100 0,31 +967
6 +3 100 0,25 +766
7 +3 100 0,20 +606
VAN = -0

Page 78, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


F. CONCEPTION OPTIMALE DE SYSTEMES
SOLAIRES PAR CORRELATION
Le dimensionnement du générateur solaire consiste à trouver la quantité de modules
photovoltaïques ou capteurs solaires thermiques à installer afin de répondre à un ensemble de
besoins donnés. Cela revient à s'affranchir d'une triple fluctuation :

SYSTEME
RESSOURCE (fluctuation BESOINS
(fluctuation d’ensoleillement) de rendement) (fluctuation de consommation)

¾ RESSOURCE : inclinaison et orientation des panneaux étant fixées, le rayonnement


solaire fluctue avec les saisons et pas forcément dans le sens où on le souhaiterait,
¾ BESOINS : les besoins peuvent fluctuer avec les saisons (le cahier des charges imposé
par une demande énergétique donnée peut comporter des variations saisonnières),
¾ SYSTEME : dépendant de plusieurs facteurs, le rendement du système peut fluctuer,
notamment à cause des conditions météorologiques.
La simulation se distingue du dimensionnement par le sens dans lequel se font les opérations :
- soit on simule les performances de sortie d’un système prédéfini, mais simuler prend du
temps.
- soit on dimensionne le système assurant des performances données, mais dimensionner
est imprécis.
Dimensionner suppose avoir, à l’avance, simulé les performances de l’ensemble des systèmes
possibles et les corréler à un minimum de données d’entrée sans affecter significativement la
fiabilité du résultat.
Le concept de la méthode sera présenté d’abord, les détails technologiques à la fin.
F.1. Concepts de base de la méthode
F.1.1. Notations, appellations et points de départ
Nous noterons Minι(Mβι) la matrice colonne formée des plus petites valeurs des lignes β d’une
matrice Mβι et par Minβ(Mβι) celles de ses colonnes ι. Pour les plus grandes valeurs, l’opérateur
« Max » remplace « Min ».
Nous appliquerons indistinctement l’appellation « générateur » aux capteurs (pour le solaire
thermique) ou aux modules (pour le solaire photovoltaïque).
L’appellation « système » est appliquée à l’ensemble du système solaire, incluant la chaîne de
convertisseurs ou d’éléments de stockage d’énergie qui permettent de répondre à un cahier des
charges décrit par des besoins Bι (en kWh/jour), pour chaque journée représentative d’un mois ι.
Le générateur dispose d’une ressource, ensoleillement Gβι(a) (en kWh/m².jour) dépendant de
l’angle d’inclinaison β et de l’orientation azimutale a, supposée fixée :
- si on peut la choisir, on place le générateur face à l’équateur (0° dans l’hémisphère Nord et
180° au Sud), pour qu’il produise un maximum d’énergie,
- si on ne peut pas la choisir, on a une contrainte géographique de terrain qui l’impose.
Concrètement, tous les éléments sont discrétisés sous forme de matrices : 91 lignes
d’inclinaisons β (par pas de 1° compris entre 0 et 90°) et 12 colonnes pour les journées typiques
des mois ι.
F.1.2. Ratio du besoin à la ressource, B/G
Définition : On appelle Tableau des rapports B/G celui qui est formé de treize colonnes (une pour
chaque jour typique de chaque mois plus une colonne pour la moyenne annuelle) et des lignes
suivantes (éventuellement précédées des éléments ayant permis de les calculer) :
¾ besoin en énergie pour chaque jour typique d'un mois donné,
¾ radiation solaire pour chaque jour typique d'un mois donné,

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 79


Moyenne
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Déc
Annuelle
Lignes de données nécessaires pour calculer besoins et ressources
Besoin en
énergie B1 B2 B3 B4 B5 B6 B7 B9 B9 B10 B11 B12 <B>
(kWh/jour)
Ressource
solaire Gβ1 Gβ2 Gβ3 Gβ4 Gβ5 Gβ6 Gβ7 Gβ9 Gβ9 Gβ10 Gβ11 Gβ12 <Gβ>
(kWh/m².j)
Ratio <B/G> =
B/G B1/Gβ1 B2/Gβ2 B3/Gβ3 B4/Gβ4 B5/Gβ5 B6/Gβ6 B7/Gβ7 B8/Gβ9 B9/Gβ9 B10/Gβ10 B11/Gβ11 B12/Gβ12
(m²) ΣBi/ΣGβi

Les manuels d’énergie solaire donnent des méthodes corrélatives pour calculer Gβι, pour une
latitude, une orientation et une radiation globale horizontale Hι (en kWh/m².jour) donnés, en
fonction de l’inclinaison β et du jour représentatif d’un mois ι. Chaque rapport Bι/Gβι représente
alors la surface sβι (en m²) que devrait avoir le générateur incliné d’un angle β pour répondre aux
besoins Bι si le système pouvait avoir un rendement idéal de 100% : sβι = Bι / Gβι.
F.1.3. Les besoins en énergie Bi (Eutile)
Les besoins en énergie Bi représentent la base du « cahier des charges énergétiques » que l'on
va s'imposer pour satisfaire les besoins d’un utilisateur donné. Selon que le système soit
photovoltaïque ou thermique, on calculera ceux-ci au cas par cas. Lorsqu'on calcule les Bi, il ne
faut pas oublier des détails importants, comme par exemple :
¾ la durée d'éclairage est plus longue en hiver, pour les systèmes PV alimentant un
éclairage,
¾ la surface de la nappe phréatique peut être plus basse en été, pour les systèmes de
pompage
¾ la température de l'eau est plus froide en hiver, pour les systèmes thermiques,
¾ les besoins en eau peuvent être plus grands en hiver qu'en été, pour les systèmes
thermiques, etc...
La variation saisonnière des besoins est justement ce qui est supposé connu à l’avance.
F.1.4. La ressource solaire disponible Gβi
La ressource solaire disponible Gβi est la quantité d'énergie disponible par unité de surface à
l'entrée du système solaire. Par exemple, cela pourra être le rayonnement global tombant sur la
surface inclinée de capteurs solaires thermiques plans ou sur celle de modules PV classiques.
Lorsqu'on calcule les Gβi, il ne faut pas oublier qu'ils dépendent de :
¾ la variation saisonnière de la radiation solaire, etc…
¾ l'orientation et l'inclinaison des générateurs (collecteurs thermiques ou modules PV), etc...
La variation saisonnière de la ressource solaire a été traitée en cours de gisement solaire.
F.1.5. Bi/Gβi et synchronisation des besoins à la ressource
Définition : Pour un mois i, le rapport Bi/Gβi correspond à la surface de générateurs solaires qui
serait nécessaire pour répondre au besoin Bi si le système avait un rendement de 100%. La
variation de ce ratio dans une année décrit la désynchronisation entre les besoins et la ressource
solaire.
Rappel de mathématiques statistiques : L'écart type σ est une mesure de la dispersion des
valeurs par rapport à leur valeur moyenne <x>. Il évalue l'écart quadratique moyen d'une
population de variables x en se basant sur un échantillon de n valeurs de cette population. En
l'occurrence, si l'on remplace x par Bi/Gβi, on obtient :
<B/G>β = (ΣBi/ΣGβi) et σ= {[n.Σ(B /G )² – (ΣB /G )²] / [n.(n - 1)]}1/2
i βi i βi

Les deux grandeurs ont une l’unité d’une surface. Le rapport [σ / <B/G>β] donne la fluctuation
relative par rapport à la moyenne (elle n’a de sens que si la moyenne n’est pas nulle, ce qui est
notre cas). Lorsque les surfaces (Bi/Gβi) ne fluctuent pas, cette fluctuation relative est nulle. Ainsi,
on définit le complément à l'unité de cette fluctuation relative :
Syn = [1 - σ / <B/G>β] exprimée en pourcentage (%)

Page 80, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


« Syn » est appelé taux de synchronisation entre les besoins et la ressource, il est égal à 100%
lorsque les besoins et la ressource sont parfaitement en phase, la désynchronisation l’annule.
Besoins et ressources fluctuant même pour une inclinaison β donnée, les 12 valeurs de sβι
associées se caractérisent par une moyenne <sβι> et un écart-type σ(sβι) qui permettent de définir
un taux de synchronisation des besoins à la ressource par le coefficient de variation τBRβ = 1 -
σ(sβι) / <sβι>.
En première approximation, on peut déjà prévoir que l’inclinaison qui permettrait :
- de couvrir, sans autre source d’énergie, le maximum des besoins Bι, avec un minimum de
surface de générateur correspondrait à celle dont la surface sβι est la plus petite le long de
β parmi les maximums le long de ι, soit le minimum de Maxι(sβι),
- de couvrir, à l’inverse, le minimum des besoins Bι, avec une moindre surface de
générateur (alimentation hybride) correspondrait à celle dont la surface sβι est la plus petite
(le long de β) parmi les minimums Minι(sβι),
- un compromis optimal entre les deux avec un minimum de surface correspondrait à celle
dont le taux de synchronisation des besoins à la ressource τBRβ est le plus élevé.
C’est en s’arrêtant à ce niveau que l’on peut donner des inclinaisons génériques,
technologiquement neutres. Mais ceci n’est qu’approximatif car le rendement du système η peut,
lui aussi, présenter de légères variations saisonnières.
F.2. Solutions optimales adaptées aux besoins
Dimensionner en utilisant des performances approximatives ne présente de valeur ajoutée que si
l’on pose une stratégie de dimensionnement à priori, c’est-à-dire l’attente de la « meilleure »
solution conformément au vœu de l’investisseur, le prescripteur ou le fournisseur. Selon sa
motivation, sa stratégie de dimensionnement peut être :
- arrêtée à un niveau technique, répondant des besoins ayant une fluctuation donnée,
- se prolonger vers un niveau économique, traduite par une exigence financière,
- combiner les deux.
Quelle que soit la stratégie adoptée, il en est toujours attendu une solution optimale qui, en
énergie solaire, mène toujours à la surface ou puissance installée minimale répondant à ladite
stratégie.
Nous proposons une méthode de dimensionnement optimisé applicable aux technologies
connues des systèmes solaires (thermiques ou photovoltaïques) en :
- imposant dès le départ une stratégie de dimensionnement (technique ou financière),
- limitant le nombre de données d’entrée à celles qui sont facilement disponibles,
- paramétrant, en fonction de celles-ci, les performances des technologies solaires par un
modèle universel.
En phase de préfaisabilité, il s’agit, avant toute simulation, d’adapter aux besoins et à la stratégie
de dimensionnement le couple (βo, So) pour le thermique ou (βo, Po) pour le photovoltaïque, formé
par l’angle d’inclinaison et la surface ou la puissance du générateur. Si le rendement ηo des
composants ne produisant pas d’énergie est supposé constant :
- Solaire thermique : La surface Sβι de capteurs couvrant les besoins Bι du mois ι est
donnée par :
Sβι = (Bι / Gβι) / (ηβι . ηo)
où ηβi est le rendement absolu moyen journalier des capteurs thermo solaires.
- Solaire photovoltaïque : Utilisée comme norme de référence, la puissance crête Pβi des
modules (en Wc) couvrant les besoins Bι du mois ι est donnée par :
Pβι = 1000 . (Bι / Gβι) / (ηRβι . ηo)
R
où η βi est le rendement relatif moyen journalier rapporté à l’énergie crête que les modules
pourraient produire dans les conditions STC avec un rayonnement journalier Gβi.
- Fluctuations inter saisonnières : Pour une inclinaison β donnée, les 12 valeurs de Sβι (ou
Pβι), se caractérisent par une moyenne <Sβι>, ou <Pβι>, et un écart-type σ(Sβι), ou σ(Pβι),
définissant un taux de synchronisation des productibles à la ressource par le
coefficient de variation τPRβ :
Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 81
τPRβ = 1 - σ(Sβι) / <Sβι> ou τPRβ = 1 - σ(Pβι) / <Pβι>
F.2.1. Cinq stratégies techniques de dimensionnement
Cinq matrices de 91 lignes peuvent être créées pour :
- les maximums de surface (ou puissance) de la ligne β, Maxι(Sβι) ou Maxι(Pβι),
- les minimums de surface (ou puissance) de la ligne β, Minι(Sβι) ou Minι(Pβι) pour lesquels
on calcule :
o les taux de synchronisation τPRβ,
o les taux de couverture annuels Cβ (en %) à surproduction minimale (Ni = nombre de
jours du mois ι) :
Cβ = Minι(Sβι).Σi=112 Ni . Gβi . (ηβι . ηo) / Σi=112 Ni . Bi ou Cβ = Minι(Pβι).Σi=112 Ni . (Gβi / 1000) . (ηRβι . ηo) / Σi=112 Ni . Bi
o les productivités annuelles pβ (en kWh/m² ou kWh/Wc annuels) à surproduction
minimale :
pβ = Σi=112 Ni . Gβi . (ηβι . ηo) ou pβ = Σi=112 Ni . (Gβi / 1000) . (ηRβι . ηo)
Dans tout ce qui suit, les surfaces So et Sβι peuvent être remplacées par les puissances
photovoltaïques Po et Pβι.
Les 5 matrices ci-dessus mènent à 5 stratégies techniques de dimensionnement :
1.1.1. Une stratégie technique avec minimum de surproduction d’énergie
So = Minβ[Maxι(Sβι)], minimale des plus grandes surfaces (puissances) à une inclinaison donnée
A. Pour satisfaire les besoins dans les conditions solaires les défavorables avec minimum de
surproduction :
βο est l’inclinaison pour laquelle Maxι(Sβι), ou Maxι(Pβι), est minimum
Cette stratégie est la seule assurant chaque mois un productible au moins égal aux
besoins. On l’adopte lorsqu’on n’a pas accès à une autre source d’énergie, comme pour
alimenter un émetteur en site isolé. Ne pas mélanger surproduction et sous-production
saisonniers, mène à utiliser Minι(Sβι) en dehors de cette stratégie.
1.1.2. Quatre stratégies techniques sans surproduction d’énergie
So = Minβ[Minι(Sβι)], minimale des plus petites surfaces (puissances) à une inclinaison donnée
B. Pour satisfaire les besoins dans les conditions solaires les plus favorables sans
surproduction d’énergie :
βο est l’inclinaison pour laquelle Minι(Sβι), ou Minι(Pβι), est minimum
Cette stratégie minimaliste ne confie au solaire que la couverture des besoins plancher.
On peut toutefois l’adopter lorsque l’autre source d’énergie est bon marché ou peu fiable.
C. Pour synchroniser au mieux les productibles à la ressource sans surproduction d’énergie,
compromis optimum entre les deux stratégies précédentes (A et B) :
βο est l’inclinaison pour laquelle τPRβ est maximum
Cette stratégie lisse, au mieux, la contribution solaire aux besoins donc aussi les appoints
conventionnels.
D. Pour assurer un taux de couverture des besoins par le solaire le plus élevé sans
surproduction d’énergie :
βο est l’inclinaison pour laquelle Cβ est maximum
Cette stratégie peut être motivée par des raisons environnementales.
E. Pour assurer la productivité solaire la plus élevée sans surproduction d’énergie :
βο est l’inclinaison pour laquelle pβ est maximum
Cette stratégie est valable lorsque la production d’énergie annuelle prédomine sa
répartition saisonnière.
F.2.2. Deux stratégies financières sans surproduction
L’investissement Iβ réalisé comporte une part fixe IF (en Dh) et variable IV (en Dh/m², ou /Wc) :
Iβ = IF + Sβ . IV ou Iβ = IF + Pβ . IV.
L’investissement permet de réaliser des économies d’énergie dont la valeur annuelle EAβ dépend
de l’énergie utile générée annuellement, de la nature de la source d’énergie évitée ainsi que de
sa technologie d’exploitation (par exemple, le coût de l’énergie thermique extraite de l’électricité
dépend de l’usage ou non d’une pompe à chaleur).
3 nouvelles matrices de 91 lignes peuvent être créées pour :
Page 82, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
- les temps d’amortissement simple (en mois) pour chaque inclinaison (ligne) β :
Aβ = 12 . Iβ / EAβ
- les taux de rentabilité interne (en %) pour chaque inclinaison (ligne) β :
TRIβ = TRI (-Iβ, EAβ, EAβ, …, EAβ), EAβ étant reporté n fois
- les valeurs actuelles nettes (en Dh actuels) pour chaque inclinaison (ligne) β, calculées
pour un taux d’actualisation t (en % par an) sur un projet durant n années :
VANβ = -Iβ + Σj=1n [EAβ / (1+t)j] = -Iβ + EAβ . [1 / (1+t)] . {1 - [1 / (1+t)]n} / {1 - [1 / (1+t)]}
Ce qui mène aux 2 stratégies financières, favorites des investisseurs professionnels :
F. Pour minimiser le temps d’amortissement et maximiser le taux de rentabilité ainsi que le
coût du kWh sans surproduction d’énergie :
βο est l’inclinaison pour laquelle Aβ est minimum (et TRIβ maximum)
On peut démontrer la coïncidence entre le minimum du premier et le maximum du
deuxième. Cette stratégie s’applique le profit le plus rapide est recherché. La solution de
cette stratégie se placera au voisinage de celle dont la productivité est la plus élevée (E).
G. Pour assurer de gagner le plus d’argent possible sans surproduction d’énergie :
βο est l’inclinaison pour laquelle VANβ est maximum
Consistant à gagner le plus d’argent possible (et non pas le plus vite possible), la solution
de cette stratégie ne peut pas être la même que la précédente et dépend du taux
d’actualisation t imposé par l’investisseur.
F.2.3. Une stratégie de dimensionnement combinée
Une nouvelle matrice de 91 lignes peut être créée pour les temps d’amortissement simple (en
mois) pondérés au taux de couverture pour chaque inclinaison β :
Aβ / Cβ
Ce qui mène à une nouvelle stratégie mélangeant des critères techniques et financiers :
H. Pour assurer un amortissement le plus rapide et un maximum de couverture sans
surproduction d’énergie :
βο est l’inclinaison pour laquelle (Aβ / Cβ) est maximum
La solution aura tendance à se placer au voisinage de celle de la valeur actuelle nette la
plus élevée.
F.3. Modèles simples donnant les rendements ηi
F.3.1. Généralités sur les rendements globaux système ηi
Les rendements globaux du système ηi sont, de loin, les éléments dont la variation saisonnière
est, d'un mois à l'autre, la plus difficile à appréhender, sans doute plus encore pour les systèmes
solaires thermiques que pour les photovoltaïques :
¾ pour les systèmes solaires photovoltaïques, ces rendements dépendent des conditions
météorologiques (la caractéristique des modules en dépend) et des points de
fonctionnement sur les caractéristiques courant tension qui dépendent eux-mêmes du type
de couplage,
¾ pour les systèmes solaires thermiques, ces rendements dépendent des pertes dans la
boucle et dans le stockage, ainsi que des points de fonctionnement sur la courbe de
rendement des capteurs qui dépendent du rayonnement solaire, de la température
ambiante mais aussi de la température d'entrée de l'eau dans les collecteurs (qui dépend
elle-même du volume du réservoir de stockage et des horaires du tirage de l'eau chaude).
Ainsi, les rendements ηi ne sont pas, à proprement parler, des « données d'entrée » mais plutôt
des « résultats » conséquence du fonctionnement du système dans des conditions particulières.
Celles-ci peuvent être simulées par ordinateur mais on peut, malgré tout, dimensionner sans
simuler en introduisant, quoique avec précaution, des rendements moyens mensuels, eux-
mêmes issus de « simulations ».
Pour traiter la variation saisonnière de ηi, nous allons chercher à établir une relation entre ceux-ci
et 2 paramètres accessibles ou calculables pour les sites :
- Rayonnement : Effet de la valeur moyenne journalière de l’intensité du rayonnement
solaire <I> reçu par le système sur une journée de durée Dj :
Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 83
<I>(kW/m²) = G (kWh/m².j) / Dj (h)
- Température : En prenant une amplitude « typique » de 6°C, (Tmax - Tmin) = 6°C, effet
de la valeur moyenne de la température ambiante Tamb sur 24 heures :
Tamb = (Tmax + Tmin) / 2
Par ailleurs, les rendements globaux du système intègrent aussi les éléments annexes
(équipements) qui sont en aval de la génération d’énergie :
¾ pour les systèmes solaires photovoltaïques, les rendements des convertisseurs et du
stockage (batterie),
¾ pour les systèmes solaires thermiques, les rendements de la boucle solaire et du stockage
(réservoir).
Les rendements de ces éléments annexes (équipements) seront considérés constants et nous ne
traiterons ici que de la variation saisonnière de la génération d’énergie.
Pour pouvoir appliquer les stratégies ci-dessus, on cherche, par simulation horaire pour une
technologie donnée, un rendement journalier ηβι qui ne dépende que de l’angle d’inclinaison β et
de la journée typique du mois ι. La variation journalière de l’intensité du rayonnement solaire (en
W/m²) est modélisée par une sinusoïde nulle au lever et au coucher et maximale à midi. La
variation journalière de la température ambiante est modélisée par une sinusoïde minimale au
lever et maximale à mi-parcours de l’après-midi, l’amplitude gardée constante (6°C) puisqu’elle
ne mène qu’à une dissymétrie de performance entre matin et après-midi sans grande altération
de la performance journalière.
Que deviennent donc les rendements système en moyenne sur une journée typique d’un mois ?
F.3.2. Systèmes photovoltaïques avec stockage
F.3.2.1. Bases du modèle énergétique simple
Quel que soit le rendement absolu d’un module photovoltaïque, sa baisse est toujours due à la
tension, et non au courant. Ainsi, pour l’ensemble (module + batterie) :
- le module photovoltaïque, en tant que générateur de courant (au sens de Norton), de
courant quasiment linéaire au flux incident (coefficient de +0,1% par °C négligeable),
- branché sur un générateur de tension (au sens de Thévenin), de tension sensiblement
constante et inférieure à celle que lui délivre le module,
aura un rendement relatif ηr donné par le rapport :
- de la tension effective moyenne de l’utilisation des batteries (12,5V pour de 6 éléments
en série au Pb, 12V nominaux)
- à la tension de la puissance maximale dans les conditions STC des modules (17V pour
36 cellules en série au Si, 12V nominaux).
ηBatterie ≈ 12,5 / 17 ≈ 73,5%
Cette valeur, bien que légèrement inférieure au rendement réel tant que le module fournit une
tension supérieure à la force électromotrice de la batterie, peut être considérée constante toute
l’année. De ce fait, les systèmes PV avec stockage sont, de loin, les systèmes les plus simples à
simuler sur l’année (voir l’Annexe qui y est dédiée).
Pour trouver le rendement relatif à l’énergie produite dans les conditions STC, on ramène la
correction du rendement module à la tolérance de fabrication CTF et on applique le produit :
ηBatterie x CTF
où CTF est le facteur de correction du à la tolérance de fabrication.
F.3.3. Systèmes photovoltaïques sans stockage
Bien que les conditions STC n’existent pratiquement pas sur site, la référence PV caractéristique
reste le Watt-crête (WC) et il devient dès lors légitime de considérer qu’un module solaire
photovoltaïque est un dispositif à « convertir de la puissance crête » avec un rendement relatif.
F.3.3.1. Bases du modèle énergétique simple
Les coefficients de température sont « typiquement » voisins de :
• +0,1% par °C d’échauffement pour le courant I,
• –0,5% par °C d’échauffement pour la tension V,
d’où un coefficient de température de –0,4% par °C d’échauffement pour la puissance :
∆P/P = (∆V/V) + (∆I/I)
Page 84, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
Ces valeurs sont typiques des cellules de la majorité des modules. Si l’on prend un module en
silicium polycristallin « typique » de surface brute de 0,707m² dont la température est maintenue
à 25°C présente les performances suivantes :
Ensoleillement reçu 1000 W/m² 800 W/m² 600 W/m² 400 W/m² 200 W/m²
Pmax sur P(V, tC=25°C) 75,9 WC 59,3 W 43,0 W 27,3 W 12,5 W
ηa(brut, tC=25°C) 10,7% 10,5% 10,1% 9,6% 8,8%
ηR = ηa(brut, tC=25°C) / ηSTC 100,00% 98,13% 94,39% 89,72% 82,24%
Avec un NOCT de 45°C (température typique des cellules de la majorité des modules dans les
conditions NO, 800 W/m², Tamb = 20°C, vent de 1m/s), le rendement en fonction de la
température ambiante aurait l’allure représentée par le graphique ci-dessous.
12%

10%

8%
Rendemnt absolu

Rendement(I,Tamb=0°C)
Rendement(I,Tamb=20°C)
Rendement(I,Tamb=40°C)
6%

4%

2%

0%
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
Intensité du rayonnement solaire (kW/m²)

On utilise la formule « typique » universelle à tous les modules en silicium mono ou polycristallin :
ηR(tC=25°C) = ηa(tC=25°C) / ηSTC = 17,3%.I(kW/m²) + 83,2%.(1-EXP(-I(kW/m²)/0,654))
que l’on corrige en fonction de la température en utilisant les valeurs « typiques » du NOCT à
45°C et du coefficient de température à -0,4%/K (voir cours de normalisation PV) :
ηR(tamb) = ηR(tC=25°C).(1 - 0,4%.((tamb + ((NOCT - 20) / 800).I) - 25))
Si l’on cherche une proportionnalité entre l’énergie produite par le module et le rayonnement reçu
par celui-ci (kWh/m².j), il faut prévoir une correction que nous allons estimer.
Ce tableau montre ce que Rendement
heure T (°C) I(W/m²) E(Wh)
produirait un module du type: ηa(I,Tc=25°C)
PSTC = 75,9 Wc 6,00 h 20,0 0 0,00%
Surface = 0,707 m² 7,00 h 21,0 207 8,73% 12,8
NOCT = 45,00 °C 8,00 h 22,1 400 9,24% 26,1
une journée de 12h pointant à 9,00 h 23,0 566 9,32% 37,3
800W/m² avec (température 10,00 h 23,9 693 9,35% 45,8
et rayonnement sinusoïdaux) 11,00 h 24,6 773 9,35% 51,1
<Tambiante> = 20,00 °C 12,00 h 25,2 800 9,33% 52,8
Amplitude = 6,00 °C 13,00 h 25,6 773 9,31% 50,8
Les résultats donnent : 14,00 h 25,9 693 9,26% 45,4
hc = 6,08 h 15,00 h 26,0 566 9,20% 36,8
Ejour(Wh) = 397,2 16,00 h 25,9 400 9,10% 25,7
Ejour / hc = 65,4 Wc 17,00 h 25,6 207 8,57% 12,5
/ PSTC = 86,1% 18,00 h 25,2 0 0,00%
L’après-midi, le rendement du module est légèrement plus faible que le matin, à cause de la
température plus élevée dans le milieu de l’après-midi. L’énergie produite aux extrêmes de la
journée est plus faible que l’énergie produite quand le soleil est autour du zénith (rendement et
intensité de rayonnement solaire étant tous deux plus faibles).

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 85


Photovoltaïque
I(W/m²) Rendement ha(I,Tc=25°C)

800 W/m² 9,50%

600 W/m² 9,25%

400 W/m² 9,00%

200 W/m² 8,75%

0 W/m² 8,50%

6h 8h 10 h 12 h 14 h 16 h 18 h

Pour une température ambiante moyenne donnée, lorsque l’on refait la simulation ci-dessus pour
des journées différentes, la correction Ejour / (hc.PSTC), augmente :
• en augmentant la radiation G, à durée du jour Dj constante,
• en diminuant la durée du jour Dj, à G radiation constante.
Il s’ensuit qu’à profil de rayonnement solaire sensiblement identique, nous supposons que cette
correction dépend de la valeur moyenne l’intensité solaire <I>. En limitant celle-ci à des valeurs
d’ensoleillement « raisonnables » évitant les pôles du globe terrestre, on obtient la corrélation
quasi-linéaire montrée dans le graphique à gauche ci-dessous.
Correction de variation d'intensité de rayonnement à (NOCT=45°C) Coefficients déterminant le facteur de correction PV (NOCT=45°C)
Tamb = 0°C 10 °C 20 °C 30 °C 40 °C Constante Coefficient de I
1
95%
y = 0,1077x + 0,8799

0,8 y = -0,0032x + 0,8799


90%
y = 0,0977x + 0,8476

0,6

85% y = 0,0876x + 0,8154

0,4
y = 0,0776x + 0,7831
80%
y = 0,0675x + 0,7509 0,2

y = -0,001x + 0,1077

75%
0,3 kW/m² 0,4 kW/m² 0,5 kW/m² 0,6 kW/m² 0,7 kW/m² 0
0 °C 5 °C 10 °C 15 °C 20 °C 25 °C 30 °C 35 °C 40 °C 45 °C
Intensité moyenne du rayonnement solaire dans la journée Température ambiante moyenne sur 24h

Ainsi, pour une température ambiante donnée, la correction a la forme :


Correction de variation d’intensité du rayonnement = CI(Tamb) ≈ a(Tamb).<I> + b(Tamb)
De plus, lorsque l’on représente les deux coefficients a(Tamb) et b(Tamb) en fonction de la
température ambiante, on trouve qu’ils sont eux-mêmes linéaires à cette température (à droite ci-
dessus), d’où l’on déduit finalement :
a(Tamb) = -0,0010.Tamb + 0,1077
b(Tamb) = -0,0032.Tamb + 0,8799
Pour trouver le rendement relatif à la puissance STC, on applique le produit des corrections.
ηRi = CIi(Tamb) x CTF
où CIi(Tamb) et CTF sont respectivement les facteurs de correction dus :
- au site pour le mois i (rayonnement et température),
- à la tolérance de fabrication.
F.3.4. Performances typiques du solaire photovoltaïque
F.3.4.1. Intégration du modèle sous le « Tableau des rapports B/G »
Nous travaillons avec le rendement relatif moyen sur la journée rapporté à la l’énergie produite
dans les conditions STC pour lequel que le bilan énergétique est donné par :
B = ESTC x ηR x η0 = (PSTC x hC) x ηR x η0
d'où PSTC = B / (hC x ηR x η0)
où : - B et ESTC sont les besoins en énergie utile et l’énergie dans les conditions STC,
- PSTC est la puissance nominale des modules dans les conditions STC,
- hC est le nombre d’heure d'ensoleillement crête : G (Wh/m².j) / 1'000 (W/m²),
- ηR est le rendement relatif sur la puissance STC,
- η0 est le rendement du reste des équipements, η0 = ηB.ηC :
ƒ ηC est le rendement proprement dit des convertisseurs,

Page 86, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


ηB est le rendement du stockage / déstockage : 73,5% (comme expliqué plus
ƒ
haut pour les systèmes PV à stockage), il et égal à 100% sans stockage.
Le tableau ci-dessus doit être calculé en fonction des équipements et des conditions effectives en
considérant ce qui a été dit plus haut. Pour les systèmes solaires photovoltaïques, on prolonge le
« tableau des rapports B/G » ci-dessus avec les lignes qui suivent :
Moyenne
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Déc
Annuelle
Tableau des rapports B/G ci-dessus
Tamb Ta1 Ta2 Ta3 Ta4 Ta5 Ta6 Ta7 Ta8 Ta9 Ta10 Ta11 Ta12 <Ta>
(°C)
η relatif ηR1.η0 ηR2.η0 ηR3.η0 ηR4.η0 ηR5.η0 ηR6.η0 ηR7.η0 ηR8.η0 ηR9.η0 ηR10.η0 ηR11.η0 ηR12.η0 <η>
(%)
Puissance B1/ B1/ B1/ B1/ B1/ B1/ B1/ B1/ B1/ B1/ B1/ B1/
<B/hc>.ηR
requise (hc1.ηR (hc1.ηR (hc1.ηR (hc1.ηR (hc1.ηR (hc1.ηR (hc1.ηR (hc1.ηR (hc1.ηR (hc1.ηR (hc1.ηR (hc1.ηR
(Wc) .η0)
.η0) .η0) .η0) .η0) .η0) .η0) .η0) .η0) .η0) .η0) .η0) .η0)
Les températures ambiantes plus basses améliorent le rendement global du système en hiver.
η0 est le rendement global du reste des équipements : batteries, convertisseurs, etc.
Si l'on souhaite qu'un système solaire photovoltaïque :
z assure seul la couverture des besoins (sans autre source d'énergie), on doit choisir la
puissance STC trouvée la plus grande en la majorant, éventuellement, par un coefficient
de sécurité (Cs), entre 100 et 120%; on dit alors qu'on dimensionne pour le mois le plus
défavorable,
z ne couvre que le minimum des besoins en énergie (avec l'appoint d'une autre source
d'énergie dans le cadre d'un système hybride), on doit choisir la puissance STC trouvée la
plus petite, on dit alors qu'on dimensionne pour le mois le plus favorable,
z couvre partiellement les besoins en énergie (avec l'appoint d'une autre source d'énergie
dans le cadre d'un système hybride), on peut prendre une autre valeur (entre la plus petite
et la plus grande), selon des critères de disponibilité de l'autre source ou économiques.
Il faut notamment se rappeler que le rayonnement solaire moyen journalier varie avec l’orientation
et l’inclinaison. En gardant une orientation plein Sud, on peut jouer sur l’inclinaison pour optimiser
l’inclinaison (trouver sa valeur qui minimise la puissance requise, qu’on travaille en favorable ou
en défavorable.
Le productible solaire annuel est donné par la quantité : Prod = ΣPSTC.hci.ηRi.η0i.Ni (Ni étant le
nombre de jours du mois i et hci la durée d’ensoleillement crête hci = Gi(Wh/m².j)/1000(W/m²).
F.3.4.2. Comportement moyen annuel
Quand on a besoin d’une moyenne annuelle pour un site donné, par exemple Marrakech pour
laquelle G(annuel, Sud, incliné à 45°) = 5,35 kWh/m² et Tamb(annuel) = 19,3°C, on considérera :
<I> = 0,445 kW/m², obtenu par G/12
a(Tamb) = 0,0883 et b(Tamb) = 0,8176, obtenus par les formules ci-dessus
Ci(Marrakech, annuel) ≈ 85,6%
Dans les conditions sus mentionnées de la « journée typique » pour Marrakech :
• si le système ne comporte pas de batterie ηR ≈ 83,5% (voir plus haut), obtenu par le
produit (97.5% x 85,6),
• si le système comporte une batterie ηR ≈ 97.5% car l’usage de celle-ci sous une tension
fixe, en dessous de la tension du point de puissance maximale (voir plus haut), ne
nécessite que la correction tolérance de fabrication.
Pour Marrakech, on obtiendrait les différents scénarios suivants :

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 87


Système
solaire Sans convertisseur Avec convertisseur
Photovoltaïque
ηR ≈ 83,5% ηR ≈ 83,5%
ηB ≈ 100% (inexistant) ηB ≈ 100% (inexistant)
Sans batterie
ηC ≈ 100% (inexistant) ηC au cas par cas (≈ 90%)
(couplage direct) ηsystème = ηR.ηC.ηB ≈ 75%
ηR ≈ 97,5% ηR ≈ 97.5%
ηB ≈ 73,5% ηB ≈ 73,5%
Avec batterie
ηC ≈ 100% (inexistant) ηC au cas par cas (≈ 90%)
ηR(système) = ηR.ηC.ηB ≈ 72% ηR(système) = ηR.ηC.ηB ≈ 64%
Le montage sans convertisseur ni batterie ne correspond qu'à très peu de cas concrets.
F.3.5. Systèmes solaires sans appoint - Capteurs vitrés
Pour tous les systèmes solaires thermiques qui suivent, et jusqu’à la fin de ce chapitre, on
n’utilisera que la norme ISO9806 (américaine). Conformément à celle-ci, on a :
η = FR(τα) – FRUL.{(Tin–Tamb)/I}
Selon valeurs de (Tin–Tamb), η doit rester dans la limite [0, FR(τα)].
Si l’on néglige l’abaissement de température dans la tuyauterie de la boucle solaire, la
température moyenne du fluide à l’entrée du capteur <Tin> est proche de la température moyenne
de l’eau dans le réservoir <Tsto> durant la journée <Tin> ≈ <Tsto>.
Bien qu’atteindre un rendement égal à FR(τα) soit impossible (différence de température nulle ou
rayonnement infini), nous travaillerons par référence à ce rendement et il devient dès lors légitime
de considérer qu’un capteur solaire thermique est un dispositif à « convertir l’efficacité optique »
avec un facteur de conversion relatif à FR(τα). Cette normalisation à FR(τα) n’est pas
conventionnelle, elle n’a pour but que de maintenir la cohérence avec la méthode adoptée en
solaire photovoltaïque.
F.3.5.1. Bases du modèle énergétique simple
On peut considérer que le réservoir d’un système fonctionnant sans appoint commence la
journée à la température de l’eau froide Tef et la termine à une température chaude Tec désirée.
Le système fonctionne en échauffement. Partant de cette hypothèse, la température moyenne de
l’eau dans le réservoir durant la journée peut être prise comme étant <Tsto> ≈ (Tef + Tec) / 2.
En utilisant un capteur solaire thermique plan vitré « typique » tel que FR(τα) = 0,75 et
FRUL = 4,75 W/m².K, on veut monter la température de l’eau froide de Tamb (saisonnier) à
Tec = 58°C, cela donne <Tin> ≈ <Tsto> = (Tamb + 58°C) / 2.
Echauffement progressif de 20 à 58°C
80%

70%

60%
Rendement / FR(τα)

50%

40%

30%

20% Rendement(I,Tamb=0°C)
Rendement(I,Tamb=20°C)
10% Rendement(I,Tamb=40°C)

0%
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
Intensité du rayonnement solaire (W/m²)

Si l’on cherche une relation entre l’énergie produite par le capteur et le rayonnement reçu par
celui-ci (kWh/m².j), il faut prévoir une correction à FR(τα) que nous allons estimer.
Lorsque le système travaille en échauffement depuis 20 jusqu’à 58°C :

Page 88, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Rendement[I,
Ce tableau montre ce que Ti=Moyenne(T
heure T (°C) I(W/m²) E(Wh)
produirait un capteur du type: a,58°C),
Ta=20°C]
FR(τα) = 75% 6,00 h 20,0 0 0,00%
FRUL = 4,750 7,00 h 21,0 207 33,80% 70,0
une journée de 12h pointant à 8,00 h 22,1 400 54,87% 219,5
800W/m² avec (température et 9,00 h 23,0 566 61,56% 348,3
rayonnement sinusoïdaux) 10,00 h 23,9 693 64,62% 447,7
<Tambiante> = 20,00 °C 11,00 h 24,6 773 66,15% 511,1
Amplitude = 6,00 °C 12,00 h 25,2 800 66,80% 534,4
Ti = 39,0 °C 13,00 h 25,6 773 66,79% 516,1
14,00 h 25,9 693 66,02% 457,4
Les résultats donnent :
15,00 h 26,0 566 64,08% 362,5
Gjour(kWh/m²) = 6,08 16,00 h 25,9 400 59,45% 237,8
Ejour(kWh/m²) = 3,80 17,00 h 25,6 207 44,35% 91,8
<ηa> / FR(τα) = 83,3% 18,00 h 25,2 0 0,00%
L’après-midi, le rendement du capteur est légèrement meilleur le matin, à cause de la
température plus élevée dans le milieu de l’après-midi. L’énergie produite aux extrêmes de la
journée est plus faible que l’énergie produite quand le soleil est autour du zénith (rendement et
intensité de rayonnement solaire étant tous deux plus faibles).
Themique sans appoint
I(W/m²) Rendement[I, Ti=Moyenne(Ta,58°C), Ta=20°C]

800 W/m² 68,00%

600 W/m² 64,00%

400 W/m² 60,00%

200 W/m² 56,00%

0 W/m² 52,00%

6h 8h 10 h 12 h 14 h 16 h 18 h

Pour une température ambiante moyenne donnée, lorsque l’on refait la simulation ci-dessus pour
des journées différentes, la correction FR(τα), augmente :
• en augmentant la radiation G, à durée du jour Dj constante,
• en diminuant la durée du jour Dj, à G radiation constante.
Il s’ensuit qu’à profil de rayonnement solaire sensiblement identique, la correction dépend de la
valeur moyenne l’intensité solaire <I>. En limitant celle-ci à des valeurs d’ensoleillement
« raisonnables » évitant les pôles, on obtient la corrélation quasi-linéaire montrée dans le
graphique à gauche ci-dessous.
Correction de variation d'intensité de rayonnement à (FRUL=4,75W/m².K) Coefficients du facteur de correction PV (FRUL=4,75W/m².K) - Sans appoint
Sans appoint Constante Coefficient de I
Tamb = 0°C 10 °C 20 °C 30 °C 40 °C 1
100%
y = 0,1292x + 0,8797
0,8
y = 0,2709x + 0,7478 y = 0,0132x + 0,3521
90%
y = 0,4126x + 0,6159 0,6

y = 0,5543x + 0,484

80% y = 0,696x + 0,3521 0,4

y = -0,0142x + 0,696
0,2
70%

60%
-0,2

50% -0,4
0,3 kW/m² 0,4 kW/m² 0,5 kW/m² 0,6 kW/m² 0,7 kW/m² 0 °C 5 °C 10 °C 15 °C 20 °C 25 °C 30 °C 35 °C 40 °C 45 °C
Intensité moyenne du rayonnement solaire dans la journée Température ambiante moyenne sur 24h

Ainsi, pour une température ambiante donnée, la correction a la forme :


Correction de variation d’intensité du rayonnement = CI(Tamb) ≈ a(Tamb).<I> + b(Tamb)
De plus, lorsque l’on représente les deux coefficients a(Tamb) et b(Tamb) en fonction de la
température ambiante, on trouve qu’ils sont eux-mêmes linéaires à cette température (à droite ci-
dessus), d’où l’on déduit finalement que, sans appoint :
Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 89
a(Tamb) = -0,01420.Tamb + 0,6960
b(Tamb) = +0,0132.Tamb + 0,3521
F.3.6. Systèmes solaires en maintien - Capteurs vitrés
Les premières phrases précédant le « Modèle énergétique simple » des « Systèmes solaires
d’eau sanitaire sans appoint » restent valables.
F.3.6.1. Bases du modèle énergétique simple
On peut considérer que le réservoir d’un système fonctionnant avec un appoint branché en
permanence se trouve, pratiquement toute la journée à la température de consigne imposée par
le thermostat Tec. Partant de cette hypothèse, la température moyenne de l’eau dans le réservoir
durant la journée peut être prise comme étant <Tsto> ≈ Tec. Le système fonctionne en maintien.
On veut donc maintenir la température dans le réservoir à 58°C (par solaire ou appoint), cela
donne <Tin> ≈ <Tsto> = <Tec> = 58°C, en utilisant un capteur solaire thermique plan vitré
« typique » tel que FR(τα) = 0,75 et FRUL = 4,75 W/m².K (identique à sans appoint).
Maintien de la température à 58°C
80%

70%

60%

Rendement / FR(τα)
50%

40%

30%

20% Rendement(I,Tamb=0°C)
Rendement(I,Tamb=20°C)
10% Rendement(I,Tamb=40°C)

0%
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
Intensité du rayonnement solaire (W/m²)

Si l’on compare le graphique ci-dessus avec celui qui est obtenu sans appoint, on peut remarquer
que le rendement est un peu plus faible. Ainsi, lorsque le système travaille en maintien à 58°C :
Rendement[I,
Ce tableau montre ce que
heure T (°C) I(W/m²) Ti=58, E(Wh)
produirait un capteur du type:
Ta=20°C]
FR(τα) = 75% 6,00 h 20,0 0 0,00%
FRUL = 4,750 7,00 h 21,0 207 0,00% 0,0
une journée de 12h pointant à 8,00 h 22,1 400 32,31% 129,2
800W/m² avec (température et 9,00 h 23,0 566 45,61% 258,0
rayonnement sinusoïdaux) 10,00 h 23,9 693 51,59% 357,4
<Tambiante> = 20,00 °C 11,00 h 24,6 773 54,47% 420,9
Amplitude = 6,00 °C 12,00 h 25,2 800 55,52% 444,2
Ti = 58,0 °C 13,00 h 25,6 773 55,11% 425,8
14,00 h 25,9 693 53,00% 367,2
Les résultats donnent :
15,00 h 26,0 566 48,13% 272,3
Gjour(kWh/m²) = 6,08 16,00 h 25,9 400 36,89% 147,6
Ejour(kWh/m²) = 2,82 17,00 h 25,6 207 0,76% 1,6
<ηa> / FR(τα) = 62,0% 18,00 h 25,2 0 0,00%
L’après-midi, le rendement du capteur est légèrement meilleur le matin, à cause de la
température plus élevée dans le milieu de l’après-midi. L’énergie produite aux extrêmes de la
journée est plus faible que l’énergie produite quand le soleil est autour du zénith (rendement et
intensité de rayonnement solaire étant tous deux plus faibles).
Thermique avec appoint
I(W/m²) Rendement[I, Ti=58, Ta=20°C]

800 W/m² 56,00%

600 W/m² 52,00%

400 W/m² 48,00%

200 W/m² 44,00%

0 W/m² 40,00%

6h 8h 10 h 12 h 14 h 16 h 18 h

Page 90, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Comme pour les systèmes sans appoint, lorsqu’on refait la simulation ci-dessus pour une
température ambiante moyenne donnée et des journées différentes, on obtient, une corrélation
quasi-linéaire montrée dans le graphique à gauche ci-dessous.
Correction de variation d'intensité de rayonnement à (FRUL=4,75W/m².K) Coefficients du facteur de correction PV (FRUL=4,75W/m².K) - Avec appoint
Avec appoint à 58°C Tamb = 0°C 10 °C 20 °C 30 °C 40 °C Constante Coefficient de I
1,2
90%
y = 0,3843x + 0,6423
1
y = 0,6313x + 0,3987
y = -0,0177x + 1,1323
y = 0,8015x + 0,2014 0,8
70%
y = 0,9701x + 0,0157
0,6
y = 1,1013x - 0,1436

50% 0,4

0,2 y = 0,0195x - 0,168

30% 0

-0,2

10% -0,4
0,3 kW/m² 0,4 kW/m² 0,5 kW/m² 0,6 kW/m² 0,7 kW/m² 0 °C 5 °C 10 °C 15 °C 20 °C 25 °C 30 °C 35 °C 40 °C 45 °C
Intensité moyenne du rayonnement solaire dans la journée Température ambiante moyenne sur 24h

Ainsi, pour une température ambiante donnée, la correction a la forme :


Correction de variation d’intensité du rayonnement = CI(Tamb) ≈ a(Tamb).<I> + b(Tamb)
De plus, lorsque l’on représente les deux coefficients a(Tamb) et b(Tamb) en fonction de la
température ambiante, on trouve qu’ils sont eux-mêmes linéaires à la température (à droite ci-
dessus), d’où l’on déduit finalement, avec appoint permanent :
a(Tamb) = -0,0177.Tamb + 1,1323
b(Tamb) = +0,0195.Tamb - 0,1680
F.3.7. Systèmes solaires sans appoint - Capteurs tubulaires
Pour tous les systèmes solaires thermiques qui suivent, et jusqu’à la fin de ce chapitre, on
n’utilisera que la norme ISO9806 (américaine). Conformément à celle-ci, on a :
η = FR(τα) – FRUL.{(Tin–Tamb)/I}
Selon valeurs de (Tin–Tamb), η doit rester dans la limite [0, FR(τα)].
Si l’on néglige l’abaissement de température dans la tuyauterie de la boucle solaire, la
température moyenne du fluide à l’entrée du capteur <Tin> est proche de la température moyenne
de l’eau dans le réservoir <Tsto> durant la journée <Tin> ≈ <Tsto>.
Bien qu’atteindre un rendement égal à FR(τα) soit impossible (différence de température nulle ou
rayonnement infini), nous travaillerons par référence à ce rendement et il devient dès lors légitime
de considérer qu’un capteur solaire thermique est un dispositif à « convertir l’efficacité optique »
avec un facteur de conversion relatif à FR(τα). Cette normalisation à FR(τα) n’est pas
conventionnelle, elle n’a pour but que de maintenir la cohérence avec la méthode adoptée en
solaire photovoltaïque.
F.3.7.1. Bases du modèle énergétique simple
On peut considérer que le réservoir d’un système fonctionnant sans appoint commence la
journée à la température de l’eau froide Tef et la termine à une température chaude Tec désirée.
Le système fonctionne en échauffement. Partant de cette hypothèse, la température moyenne de
l’eau dans le réservoir durant la journée peut être prise comme étant <Tsto> ≈ (Tef + Tec) / 2.
En utilisant un capteur solaire thermique tubulaire « typique » tel que FR(τα) = 0,70 et
FRUL = 2,25 W/m².K, on veut monter la température de l’eau froide de Tamb (saisonnier) à
Tec = 58°C, cela donne <Tin> ≈ <Tsto> = (Tamb + 58°C) / 2.
Echauffement progressif de 20 à 58°C
80%

70%

60%
Rendement / FR(τα)

50%

40%

30%

20% Rendement(I,Tamb=0°C)
Rendement(I,Tamb=20°C)
10% Rendement(I,Tamb=40°C)

0%
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
Intensité du rayonnement solaire (kW/m²)

Si l’on cherche une relation entre l’énergie produite par le capteur et le rayonnement reçu par
celui-ci (kWh/m².j), il faut prévoir une correction à FR(τα) que nous allons estimer.
Lorsque le système travaille en échauffement depuis 20 jusqu’à 58°C :
Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 91
Rendement[I,
Ce tableau montre ce que Ti=Moyenne(T
heure T (°C) I(W/m²) E(Wh)
produirait un capteur du type: a,58°C),
Ta=20°C]
FR(τα) = 70% 6,00 h 20,0 0 0,00%
FRUL = 2,250 7,00 h 21,0 207 50,49% 104,5
une journée de 12h pointant à 8,00 h 22,1 400 60,47% 241,9
800W/m² avec (température et 9,00 h 23,0 566 63,64% 360,0
rayonnement sinusoïdaux) 10,00 h 23,9 693 65,08% 450,9
<Tambiante> = 20,00 °C 11,00 h 24,6 773 65,81% 508,5
Amplitude = 6,00 °C 12,00 h 25,2 800 66,12% 528,9
Ti = 39,0 °C 13,00 h 25,6 773 66,11% 510,9
14,00 h 25,9 693 65,75% 455,5
Les résultats donnent :
15,00 h 26,0 566 64,83% 366,7
Gjour(kWh/m²) = 6,08 16,00 h 25,9 400 62,64% 250,5
Ejour(kWh/m²) = 3,89 17,00 h 25,6 207 55,48% 114,9
<ηa> / FR(τα) = 91,5% 18,00 h 25,2 0 0,00%
L’après-midi, le rendement du capteur est légèrement meilleur le matin, à cause de la
température plus élevée dans le milieu de l’après-midi. L’énergie produite aux extrêmes de la
journée est plus faible que l’énergie produite quand le soleil est autour du zénith (rendement et
intensité de rayonnement solaire étant tous deux plus faibles).
Themique sans appoint
I(W/m²) Rendement[I, Ti=Moyenne(Ta,58°C), Ta=20°C]

800 W/m² 68,00%

600 W/m² 64,00%

400 W/m² 60,00%

200 W/m² 56,00%

0 W/m² 52,00%
6h 8h 10 h 12 h 14 h 16 h 18 h

Pour une température ambiante moyenne donnée, lorsque l’on refait la simulation ci-dessus pour
des journées différentes, la correction FR(τα), augmente :
• en augmentant la radiation G, à durée du jour Dj constante,
• en diminuant la durée du jour Dj, à G radiation constante.
Il s’ensuit qu’à profil de rayonnement solaire sensiblement identique, la correction dépend de la
valeur moyenne l’intensité solaire <I>. En limitant celle-ci à des valeurs d’ensoleillement
« raisonnables » évitant les pôles, on obtient la corrélation quasi-linéaire montrée dans le
graphique à gauche ci-dessous.
Correction de variation d'intensité de rayonnement à (FRUL=2,25W/m².K) Coefficients du facteur de correction PV (FRUL=2,25W/m².K) - Sans appoint
Sans appoint Tamb = 0°C 10 °C 20 °C 30 °C 40 °C Constante Coefficient de I
1,2
100%
y = 0,0656x + 0,9389 1
y = 0,1375x + 0,872
y = 0,2094x + 0,8051 0,8
y = 0,0067x + 0,6712
y = 0,2813x + 0,7381
90% y = 0,3532x + 0,6712 0,6

0,4

y = -0,0072x + 0,3532
0,2
80%
0

-0,2

-0,4
70%
0 °C 5 °C 10 °C 15 °C 20 °C 25 °C 30 °C 35 °C 40 °C 45 °C
0,3 kW/m² 0,4 kW/m² 0,5 kW/m² 0,6 kW/m² 0,7 kW/m²
Température ambiante moyenne sur 24h
Intensité moyenne du rayonnement solaire dans la journée

Ainsi, pour une température ambiante donnée, la correction a la forme :


Correction de variation d’intensité du rayonnement = CI(Tamb) ≈ a(Tamb).<I> + b(Tamb)
De plus, lorsque l’on représente les deux coefficients a(Tamb) et b(Tamb) en fonction de la
température ambiante, on trouve qu’ils sont eux-mêmes linéaires à cette température (à droite ci-
dessus), d’où l’on déduit finalement que, sans appoint :
Page 92, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
a(Tamb) = -0,00719.Tamb + 0,3532
b(Tamb) = +0,00667.Tamb + 0,6712
F.3.8. Systèmes solaires en maintien - Capteurs tubulaires
Les premières phrases précédant le « Modèle énergétique simple » des « Systèmes solaires
d’eau sanitaire sans appoint » restent valables.
F.3.8.1. Bases du modèle énergétique simple
On peut considérer que le réservoir d’un système fonctionnant avec un appoint branché en
permanence se trouve, pratiquement toute la journée à la température de consigne imposée par
le thermostat Tec. Partant de cette hypothèse, la température moyenne de l’eau dans le réservoir
durant la journée peut être prise comme étant <Tsto> ≈ Tec. Le système fonctionne en maintien.
On veut donc maintenir la température dans le réservoir à 58°C (par solaire ou appoint), cela
donne <Tin> ≈ <Tsto> = <Tec> = 58°C, en utilisant un capteur solaire thermique tubulaire
« typique » tel que FR(τα) = 0,70 et FRUL = 2,25 W/m².K (identique à sans appoint).
Maintien à 58°C (FR(τα)=0,7 - FRUL=2,25W/m².K)
80%

70%

60%

Rendement / FR(τα)
50%

40%

30%

20% Rendement(I,Tamb=0°C)
Rendement(I,Tamb=20°C)
10% Rendement(I,Tamb=40°C)

0%
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
Intensité du rayonnement solaire (kW/m²)

Si l’on compare le graphique ci-dessus avec celui qui est obtenu sans appoint, on peut remarquer
que le rendement est un peu plus faible. Ainsi, lorsque le système travaille en maintien à 58°C :
Rendement[I,
Ce tableau montre ce que
heure T (°C) I(W/m²) Ti=58, E(Wh)
produirait un capteur du type:
Ta=20°C]
FR(τα) = 70% 6,00 h 20,0 0 0,00%
FRUL = 2,250 7,00 h 21,0 207 29,84% 61,8
une journée de 12h pointant à 8,00 h 22,1 400 49,78% 199,1
800W/m² avec (température et 9,00 h 23,0 566 56,08% 317,2
rayonnement sinusoïdaux) 10,00 h 23,9 693 58,91% 408,2
<Tambiante> = 20,00 °C 11,00 h 24,6 773 60,27% 465,8
Amplitude = 6,00 °C 12,00 h 25,2 800 60,77% 486,2
Ti = 58,0 °C 13,00 h 25,6 773 60,58% 468,1
14,00 h 25,9 693 59,58% 412,8
Les résultats donnent :
15,00 h 26,0 566 57,27% 324,0
Gjour(kWh/m²) = 6,08 16,00 h 25,9 400 51,95% 207,8
Ejour(kWh/m²) = 3,42 17,00 h 25,6 207 34,83% 72,1
<ηa> / FR(τα) = 80,5% 18,00 h 25,2 0 0,00%
L’après-midi, le rendement du capteur est légèrement meilleur le matin, à cause de la
température plus élevée dans le milieu de l’après-midi. L’énergie produite aux extrêmes de la
journée est plus faible que l’énergie produite quand le soleil est autour du zénith (rendement et
intensité de rayonnement solaire étant tous deux plus faibles).
Thermique avec appoint
I(W/m²) Rendement[I, Ti=58, Ta=20°C]

800 W/m² 60,00%

600 W/m² 56,00%

400 W/m² 52,00%

200 W/m² 48,00%

0 W/m² 44,00%
6h 8h 10 h 12 h 14 h 16 h 18 h

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 93


Comme pour les systèmes sans appoint, lorsqu’on refait la simulation ci-dessus pour une
température ambiante moyenne donnée et des journées différentes, on obtient, une corrélation
quasi-linéaire montrée dans le graphique à gauche ci-dessous.
Correction de variation d'intensité de rayonnement à (FRUL=2,25W/m².K) Coefficients du facteur de correction PV (FRUL=2,25W/m².K) - Avec appoint
Avec appoint à 58°C Tamb = 0°C 10 °C 20 °C 30 °C 40 °C Constante Coefficient de I
0,9
100%
0,8
y = 0,195x + 0,8184

90% y = 0,3389x + 0,6846 0,7


y = 0,4827x + 0,5507
0,6
y = 0,6097x + 0,426 y = 0,0125x + 0,3091
80% 0,5
y = 0,703x + 0,3205
0,4
70%
0,3 y = -0,0129x + 0,7232

0,2
60%
0,1

0
50%
0,3 kW/m² 0,4 kW/m² 0,5 kW/m² 0,6 kW/m² 0,7 kW/m² 0 °C 5 °C 10 °C 15 °C 20 °C 25 °C 30 °C 35 °C 40 °C 45 °C
Température ambiante moyenne sur 24h
Intensité moyenne du rayonnement solaire dans la journée

Ainsi, pour une température ambiante donnée, la correction a la forme :


Correction de variation d’intensité du rayonnement = CI(Tamb) ≈ a(Tamb).<I> + b(Tamb)
De plus, lorsque l’on représente les deux coefficients a(Tamb) et b(Tamb) en fonction de la
température ambiante, on trouve qu’ils sont eux-mêmes linéaires à la température (à droite ci-
dessus), d’où l’on déduit finalement, avec appoint permanent :
a(Tamb) = -0,01287.Tamb - 0,7232
b(Tamb) = +0,0125.Tamb + 0,3091
F.3.9. Systèmes solaires de piscine en maintien
Les premières phrases précédant le « Modèle énergétique simple » des « Systèmes solaires
d’eau sanitaire sans appoint » restent valables.
Hypothèses spécifiques au piscines
L’application de modèles énergétiques simples appliqués à une piscine peut être contestable,
notamment à cause des faits :
- que les besoins à assurer sont les pertes thermiques de la piscine qui dépendent elles-
mêmes des conditions météorologiques instantanées, on dit alors que les besoins sont
complètement couplés aux conditions météorologiques,
- que les capteurs sans vitrage ont des pertes très grandes (FRUL) donc une variation
trop rapide avec la différence de température (Tin – Tamb).
Il est illusoire d’imaginer estimer le rendement moyen journalier en chauffage hors d’une
simulation horaire.
Par ailleurs, les piscines chauffées sont souvent couvertes une partie de la journée et les besoins
en énergie de chauffage s’en trouvent réduits.
Ceci n’empêche que les calculs ci-dessous, limités au maintien constant de température piscine
permettront d’avoir une estimation correcte des rendements que l’on pourrait attendre, bien que
légèrement surestimée car le maintien à température constante demande plus de performances
que la montée progressive en température.
Température de la piscine
Nous allons supposer que si la piscine n’était pas chauffée sa température serait, en moyenne
sur une journée, en équilibre avec l’air ambiant, ce qui n’est pas tout à fait exact puisque
l’évaporation de l’eau à la surface libre de la piscine peut abaisser celle-ci en dessous de la
température ambiante.
La température idéale d’une piscine se trouve entre 26°C (voisine de celle de la peau humaine) et
28°C (au-dessus, la baignade perd son caractère tonique et rafraîchissant).
F.3.9.1. Bases du modèle énergétique simple
Dans un système de chauffage de piscine, le réservoir est constitué par la piscine elle-même. On
désire maintenir sa température au voisinage d’une valeur désirée Tec. Partant de cette
hypothèse, la température moyenne de l’eau dans la piscine durant la journée peut être prise
comme étant <Tsto> ≈ Tec = 28°C. On réalise cela en utilisant un capteur solaire thermique sans
vitrage « typique » exposé à un vent de vitesse V = 1m/s tel que :
FR(τα) = 0,88 − (0,04xV) et FRUL = 12 W/m².K + (5,0xV).

Page 94, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Piscine maintenue à 28°C
90%

80%

70%

60%

Rendement / FR(τα)
50%

40%

30%

20% Rendement(I,Tamb=16°C)
Rendement(I,Tamb=20°C)
10% Rendement(I,Tamb=24°C)

0%
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
Intensité du rayonnement solaire (W/m²)

Si l’on compare le graphique ci-dessus avec celui qui est obtenu pour les capteurs plans vitrés en
maintien, on peut remarquer que le rendement est un peu plus élevé. Ainsi, lorsque le système
travaille en maintien à 28°C :
Rendement[I,
Ce tableau montre ce que
Ti=Moyenne(T
produirait un capteur non-vitré du heure T (°C) I(W/m²) E(Wh)
a, 28°C),
type:
Ta=20°C]
Vent (m/s) = 1 6,00 h 20,0 0 0,00%
FR(τα) = 84% 7,00 h 21,0 207 26,87% 55,6
FRUL (W/m².K) = 17,000 8,00 h 22,1 400 58,72% 234,9
une journée de 12h pointant à 9,00 h 23,0 566 68,97% 390,2
800W/m² avec (température et 10,00 h 23,9 693 73,83% 511,5
rayonnement sinusoïdaux) 11,00 h 24,6 773 76,51% 591,2
<Tambiante> = 20,00 °C 12,00 h 25,2 800 78,04% 624,3
Amplitude = 6,00 °C 13,00 h 25,6 773 78,80% 609,0
Ti = 28,0 °C 14,00 h 25,9 693 78,87% 546,4
Les résultats donnent : 15,00 h 26,0 566 77,99% 441,2
Gjour(kWh/m²) = 6,08 16,00 h 25,9 400 75,11% 300,5
Ejour(kWh/m²) = 4,44 17,00 h 25,6 207 64,61% 133,8
<ηa> / FR(τα) = 87,0% 18,00 h 25,2 0 0,00%
L’après-midi, le rendement du capteur est légèrement meilleur le matin, à cause de la
température plus élevée dans le milieu de l’après-midi. L’énergie produite aux extrêmes de la
journée est plus faible que l’énergie produite quand le soleil est autour du zénith (rendement et
intensité de rayonnement solaire étant tous deux plus faibles).
Themique sans appoint
I(W/m²) Rendement[I, Ti=28°C, Ta=20°C]

800 W/m² 80%

600 W/m² 70%

400 W/m² 60%

200 W/m² 50%

0 W/m² 40%
6h 8h 10 h 12 h 14 h 16 h 18 h

Lorsqu’on refait la simulation ci-dessus pour une température ambiante moyenne donnée et des
journées différentes, on a la corrélation quasi-linéaire à gauche ci-dessous.
Correction de variation d'intensité de rayonnement à (FRUL=17W/m².K) Coefficients du facteur de correction PV (FRUL=17W/m².K) - En maintien
En maintien Constante Coefficient de I
Tamb = 16°C 18 °C 20 °C 22 °C 24 °C 1,2
100%
y = 0,0498x + 0,9536
y = 0,1413x + 0,8685 1

90% y = 0,3156x + 0,7036


0,8 y = 0,0141x + 0,4156

y = 0,465x + 0,5528
0,6
80% y = 0,6076x + 0,4074
0,4

70% 0,2 y = -0,0144x + 0,6037

0
60%
-0,2

50% -0,4
0,3 kW/m² 0,4 kW/m² 0,5 kW/m² 0,6 kW/m² 0,7 kW/m² 0 °C 5 °C 10 °C 15 °C 20 °C 25 °C 30 °C 35 °C 40 °C 45 °C
Intensité moyenne du rayonnement solaire dans la journée Température ambiante moyenne sur 24h

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 95


Ainsi, pour une température ambiante donnée, la correction a la forme :
Correction de variation d’intensité du rayonnement = CI(Tamb) ≈ a(Tamb).<I> + b(Tamb)
De plus, lorsque l’on représente les deux coefficients a(Tamb) et b(Tamb) en fonction de la
température ambiante, on trouve qu’ils sont eux-mêmes linéaires à la température (à droite ci-
dessus), d’où l’on déduit finalement pour la piscine maintenue à température constante :
a(Tamb) = -0,0144.Tamb + 0,6037
b(Tamb) = 0,0141.Tamb + 0,4156
F.3.10. Performances typiques du solaire thermique
F.3.10.1. Intégration du modèle sous le « Tableau des rapports B/G »
On rappelle que le bilan énergétique pour les systèmes solaires thermiques, est donné par :
B = G x S x ηsystème = G x S x (ηC x η0) = G x S x (ηC x ηb x ηE x ηsto)
==> S = B / (G x ηC x ηB x ηE x ηS) où :
− B est le besoin en énergie utile (Wh),
− G est l'ensoleillement reçu G (Wh/m².j),
− ηsystème est le rendement global du système,
− S est la surface des capteurs (brute ou d'ouverture) à laquelle se rapporte le
rendement de génération des capteurs ηC = FR(τα).CI :
ƒ FR(τα) est l’efficacité optique du capteur,
ƒ CI est le facteur de correction de l’efficacité optique ci-dessus (adapté).
− η0 est le rendement proprement dit des autres équipements : η0 = ηb.ηsto.ηE
ƒ ηb rendement de la boucle (pour les installations bien dimensionnées, ≈ 85%
pour l’eau chaude sanitaire et ≈ 90% pour l’eau des piscines),
ƒ ηE rendement de l’échangeur (pour les installations bien dimensionnées ≈
75%, 100% si absent),
ƒ ηsto rendement du stockage (≈ 85% pour les installations d’eau chaude
sanitaire bien dimensionnées alors que les pertes de stockage constituent
les besoins pour les piscines).
Le tableau ci-dessus doit être recalculé si les équipements et les conditions s’écartent de celles
qui ont été considérées plus haut. Pour les systèmes solaires thermiques, on prolonge le
« tableau des rapports B/G » ci-dessus comme suit :
Moyenne
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Déc
Annuelle
Tableau des rapports B/G ci-dessus
η système η1 η2 η3 η4 η5 η6 η7 η9 η9 η10 η11 η12 <η>
(%)
Surface B1/ B2/ B3/ B4/ B5/ B6/ B7/ B8/ B9/ B10/ B11/ B12/
requise <Gβ/η.B>
(m²) η1Gβ1 η2Gβ2 η3Gβ3 η4Gβ4 η5Gβ5 η6Gβ6 η7Gβ7 η8Gβ8 η9Gβ9 η10Gβ10 η11Gβ11 η12Gβ12

A température d’entrée <Tin> identique, les températures ambiantes plus élevées améliorent le
rendement global du système de l’été.
Si l'on souhaite qu'un système solaire thermique :
z assure seul la couverture des besoins (sans autre source d'énergie, bien que la durée de
vie du stockage thermique ne le permette pas), on choisit la surface la plus grande (le
mois le plus défavorable) en la majorant, éventuellement, par un coefficient de sécurité
(Cs), entre 100 et 120%,
z ne couvre que le minimum des besoins en énergie (avec l'appoint d'une autre source
d'énergie), on choisit la surface la plus petite (le mois le plus favorable),
z couvre partiellement les besoins en énergie (avec l’appoint), on peut prendre une autre
valeur, selon des critères de disponibilité de l'autre source ou économiques.
Il faut notamment se rappeler que le rayonnement solaire moyen journalier varie avec l’orientation
et l’inclinaison. En gardant une orientation plein Sud, on peut jouer sur l’inclinaison pour optimiser
l’inclinaison (trouver sa valeur qui minimise la surface requise, qu’on travaille en favorable ou en
défavorable.
Le productible solaire annuel est donné par la quantité : Prodβ = ΣGβi.ηi.Ni (Ni étant le nombre de
jours du mois i) et la production spécifique par unité de surface Prods = Prod / Scapteurs.

Page 96, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


F.3.10.2. Comportement moyen annuel
Quand on a besoin d’une moyenne annuelle pour un site donné, par exemple Marrakech pour
laquelle G(annuel, Sud, incliné à 45°) = 5,35 kWh/m² et Tamb(annuel) = 19,3°C, on considérera :
<I> = 0,445 kWh/m², obtenu par G/12
a(Tamb) = 0,8176 et b(Tamb) = 0,0883, obtenus par les formules ci-dessus
Ci(Marrakech, annuel) ≈ 85,6%
Dans les conditions sus mentionnées pour Marrakech :
• le rendement moyen des capteurs peut s'établir aux environs de ηC ≈ 61% pour la surface
d'ouverture (multiplier par 0,9 pour la surface brute) des capteurs plans vitrés et 70% pour
les capteurs sans vitrage mais seulement si la température de l'eau à leur entrée n'est pas
additionnellement chauffée par un appoint, s'il c'est le cas, considérer ηC ≈ 48% (ou 66%
pour les capteurs sans vitrage) est plus raisonnable,
• si le système est en thermosiphon, la longueur de la boucle solaire est faible et l'on peut
considérer un rendement ηB de celle-ci voisin de 100% mais il faudra baisser ηB à 85%
pour les systèmes en circuit forcé.
• si le système comporte un échangeur dans sa partie solaire il faudra qu'il soit dimensionné
de sorte à avoir un bon rendement, voisin ou meilleur que ηE ≈ 75% (à porter à 100% en
l'absence d'échangeur),
• on pourra considérer qu'un stockage correctement conçu perd environ 15% par jour soit
un rendement ηS ≈ 85%,
Pour Marrakech, on obtiendrait les différents scénarios suivants :
Système
Capteurs plans vitrés Capteurs plans vitrés Piscine
solaire
Thermosiphon Circuit forcé Circuit forcé
Thermique
ηcapteurs ≈ 61% ηcapteurs ≈ 61% ηcapteurs ≈ 70%
Solaire dans
ηboucle ≈ 100% ηboucle ≈ 85% ηboucle ≈ 90%
ballon de
ηéchangeur ≈ 75 à 100% ηéchangeur ≈ 75 à 100% ηéchangeur ≈ 100%
préparation sans
appoint ηstockage ≈ 85% ηstockage ≈ 85% pertes stockage = Besoins
ηsystème ≈ 39 à 52% ηsystème ≈ 33 à 44% ηsystème ≈ 63%
Solaire et appoint ηcapteurs ≈ 48% ηcapteurs ≈ 48% ηcapteurs ≈ 66%
dans un même ηboucle ≈ 100% ηboucle ≈ 85% ηboucle ≈ 90%
réservoir ηéchangeur ≈ 75 à 100% ηéchangeur ≈ 75 à 100% ηéchangeur ≈ 100%
(maintien) ηstockage ≈ 85% ηstockage ≈ 85% pertes stockage = Besoins
ηsystème ≈ 31 à 41% ηsystème ≈ 26 à 35% ηsystème ≈ 59%
F.3.11. Récapitulatif des modèles énergétiques simples
Tant que les modules photovoltaïques ou capteurs solaires thermiques ont des caractéristiques
proches des valeurs que nous avons prises, on pourra considérer le tableau suivant :
Correction CI(Tamb) = a(Tamb).<I> + b(Tamb)
Type de système solaire a(Tamb) = a1.Tamb + a0 b(Tamb) = b1.Tamb + b0
a1 a0 b1 b0
PV avec stockage CI = 100% (la batterie contrôle le rendement)
PV sans stockage -0,0010 +0,1077 -0,0032 +0,8799
Thermique sans appoint – Plan vitrés -0,0142 +0,6960 +0,0132 +0,3521
Thermique en maintien – Plan vitrés -0,0177 +1,1323 +0,0195 -0,1680
Thermique sans appoint – Tubulaires -0,0072 +0,3532 +0,0067 +0,6712
Thermique en maintien – Tubulaires -0,0129 +0,7232 +0,0125 +0,3091
Piscine en maintien -0,0144 +0,6037 +0,0141 +0,4156
Quand on s’écarte des valeurs « typiques » que nous avons considéré plus haut, il convient :
- d’affecter le résultat final du dimensionnement (puissance STC ou surface de capteurs)
d’un coefficient de sécurité si l’écart (défavorable) n’est pas trop grand,
- de reprendre les tableaux de calcul pour cet autre cas,
- de faire appel à un logiciel de dimensionnement spécifique (horaire ou autre).

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 97


G. BESOINS – SYSTEMES PV A STOCKAGE
EVALUATION DES BESOINS & DIMENSIONNEMENT
G.1. Consommation de certains appareils
Eclairage
Flux Rendement
Type de lampe Puissance
lumineux luménique
à incandescence 25 W 230 lum 9 lum/W
40 W 430 lum 11 lum/W
60 W 730 lum 12 lum/W
75 W 940 lum 13 lum/W
100 W 1 300 lum 13 lum/W
15 W 225 lum 15 lum/W
halogène 20 W 350 lum 18 lum/W
50 W 950 lum 19 lum/W
à tube fluo. (avec réactance) 23 W 770 lum 33 lum/W
28 W 1 080 lum 39 lum/W
50 W 2 800 lum 56 lum/W
fluocompacte (avec réactance) 5W 240 lum 48 lum/W
7W 350 lum 50 lum/W
9W 500 lum 56 lum/W
11 W 550 lum 50 lum/W
13 W 900 lum 69 lum/W
6
Prix Emission Coût de 10
Type de lampe Consom Durée Prix de l'énergie Relatif
(complet) lumineuse lumen.h
Luminaires utilisés sur le réseau électrique
Incandescence 25 W 1 000 h/U 1,05 Dh/kWh 5 Dh/U 9 lum/W 138,89 Dh 100%
Incandescence 40 W 1 000 h/U 1,05 Dh/kWh 5 Dh/U 11 lum/W 106,82 Dh 77%
Incandescence 60 W 1 000 h/U 1,05 Dh/kWh 5 Dh/U 12 lum/W 94,44 Dh 68%
Incandescence 75 W 1 000 h/U 1,05 Dh/kWh 5 Dh/U 13 lum/W 85,90 Dh 62%
Incandescence 100 W 1 000 h/U 1,05 Dh/kWh 5 Dh/U 13 lum/W 84,62 Dh 61%
Fluocompacte 5W 5 W 4 000 h/U 1,05 Dh/kWh 35 Dh/U 48 lum/W 58,33 Dh 42%
Fluocompacte 7W 7 W 4 000 h/U 1,05 Dh/kWh 40 Dh/U 50 lum/W 49,57 Dh 36%
Fluocompacte 9W 9 W 4 000 h/U 1,05 Dh/kWh 40 Dh/U 52 lum/W 41,56 Dh 30%
Fluocompacte 11W 11 W 4 000 h/U 1,05 Dh/kWh 45 Dh/U 56 lum/W 37,01 Dh 27%
Fluocompacte 16W 16 W 4 000 h/U 1,05 Dh/kWh 50 Dh/U 58 lum/W 31,57 Dh 23%
Fluocompacte 20W 20 W 4 000 h/U 1,05 Dh/kWh 55 Dh/U 62 lum/W 28,02 Dh 20%
Tube fluorescent 15W 23 W 8 000 h/U 1,05 Dh/kWh 70 Dh/U 33 lum/W 43,35 Dh 31%
Tube fluorescent 20W 28 W 8 000 h/U 1,05 Dh/kWh 80 Dh/U 39 lum/W 36,08 Dh 26%
Tube fluorescent 40W 50 W 8 000 h/U 1,05 Dh/kWh 120 Dh/U 56 lum/W 24,11 Dh 17%
Luminaires utilisés hors réseau électrique (quelques valeurs extraites du livre de A.Benallou)
Bougie 8,00 h/U 0,50 Dh/U 1 lum 62 500 Dh 100%
Torche à 2piles R20 10,00 h/U 4,00 Dh/U 7 lum 57 143 Dh 91%
Lumogaz (cartouche) 5,50 h/U 16,00 Dh/U 300 lum 9 697 Dh 16%
Lampe tempête à pétrole 33 h/litre 7,00 Dh/lit 45 lum 4 714 Dh 8%
Lampe portable solaire 5 W 4 000 h/U 0,25 Dh/h 1 000 Dh/U 48 lum/W 1 047 Dh 2%

Page 98, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Conservation d’aliments
Réfrigérateurs Congélateurs
Consommation Consommation
Type de coffre Isolation spécifique (pour spécifique (pour
100 litres) 100 litres)
Mince (2cm) 0,65 kWh/jour 0,70 kWh/jour
Moyenne (4cm) 0,55 kWh/jour 0,60 kWh/jour

Bonne (6cm) 0,45 kWh/jour 0,50 kWh/jour


Armoire
Moyenne (4cm) 0,45 kWh/jour 0,50 kWh/jour
Bonne (6cm) 0,33 kWh/jour 0,38 kWh/jour

Bahut Très bonne (8 cm) 0,20 kWh/jour 0,25 kWh/jour

Télévision
Type Taille Consommation Consommation Consommation
minimale courante maximale
Cathodique 14 '' 35 W 55 W 75 W
20 '' 50 W 79 W 107 W
24 '' 60 W 94 W 129 W
26 '' 65 W 102 W 139 W
29 '' 73 W 114 W 155 W
Plasma 32 '' 160 W
42 '' 280 W
LCD 32 '' 140 W
36 '' 180 W
42 '' 240 W

Divers
Appareil Puissance Consommation d'énergie spécifique
typique
Chauffe-eau électrique 1 000 W 55 Wh/litre chauffé de 20 à 60°C
Four à micro-ondes 800 W 133 Wh/litre de 20 à 60°C
Grille-pain 600 W 15 Wh/tartine grillée
Fer à repasser 1 000 W 50 Wh/unité repassée
Machine à laver le linge 2 500 W 250 Wh/kg de linge
Chauffage rayonnant 800 W par tube de quartz rayonnant
Chauffage soufflant 600 W appareil de petite taille pour salle de bains

G.2. Dimensionner sur la base de besoin quotidien


Pour les systèmes d’électrification (avec stockage), les besoins sont exprimés en type
d’appareils et en nombre d’heures de leur utilisation. On fait alors appel à des tableaux du
type indiqué ci-dessous. Si les besoins énergétiques sont variables d’un mois à l’autre, il
faudra autant de tableaux que de mois différents.

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 99


Rendement de conversion CC-CA à considérer [1] %
Puissance Durée Puissance Puissance
Désignation Type Quantité Simultanéité Energie
unitaire par jour continue alternative
[2] [3] [4] [7] [10]
[5] [6] [8] [9]
W h % W W Wh
Appareil i CC ou CA Ni pi W ti h Si % pcci W pcai W ei Wh
W h % W W Wh
W h % W W Wh
PCC = Σ pCC PCA = Σ pCA Ej = Σ ej
[11] [12] [13]
Vcc Vac Vcc
Tensions nominales de fonctionnement
[14] [15] [14]
A A Ah
Courants débités
[16] [17] [18]
[1] : Rendement énergétique considéré pour la conversion en courant alternatif ηCA.
[2] : Désignation de l’appareil (d’indice i) et son éventuelle sa localisation (permet, par exemple
de distinguer deux appareils identiques utiliser dans deux endroits différents).
[3] : Indication de la nature du courant, continu ou alternatif, consommé par l’appareil i (permet
de définir s’il y a lieu d’utiliser le rendement de conversion ou non).
[4] : Quantité Ni des appareils i.
[5] : Puissance unitaire pi consommée par chaque appareil i.
[6] : Durée de fonctionnement moyenne journalière ti de chaque appareil i.
[7] : Le coefficient de simultanéité Si traduit la nécessité d’utiliser simultanément deux appareils :
il est égal à 100% pour les appareils pouvant parfaitement être allumés avec les autres (à deux
appareils utilisés en alternance on affecte 50% et 50%).
[8] : Sous total des puissances pCCi = Ni x pi x Si / {ηCAi(si CA) ; 100%(si CC)}.
[9] : Sous total des puissances en alternatif seul pCAi = Ni(quantité) x pi(unitaire) / ηCAi.
[10] : Sous total des énergies ei = Ni x pi x ti.
[11] : Puissance totale appelée par l’installation PCC en courant continu, somme des sous totaux
pCci (sert à dimensionner le régulateur).
[12] : Puissance totale alternative appelée par l’installation PCA, somme des sous totaux pCai (sert
à dimensionner le convertisseur CC-CA).
[13] : Energie totale journalière nécessaire à l’installation : Ei, somme des ei, (sert à dimensionner
les modules photovoltaïques).
[14] : Tension nominale de fonctionnement de la partie en courant continu.
[15] : Tension nominale de fonctionnement de la partie en courant alternatif.
[16] : Courant continu appelé par l’ensemble de l’installation (sert à dimensionner le régulateur).
[17] : Courant alternatif appelé par la partie alternative de l’installation (sert à dimensionner le
convertisseur CC-CA).
[18] : Equivalent du besoin énergétique journalier en capacité batterie.

Page 100, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


H. BESOINS – EAU CHAUDE SANITAIRE
EVALUATION DES BESOINS & DIMENSIONNEMENT
H.1. Méthode de calcul des besoins énergétiques
Les étapes du calcul sont les suivantes :
¾ étape 0 : calcul des besoins totaux d’eau chaude sanitaire et/ou de chauffage du bâtiment
¾ étape 1 : calcul du taux de couverture solaire mensuel pour le chauffage et l’eau chaude
¾ étape 2 : calcul des pertes de transmissions entre le stockage et l’appoint
¾ étape 3 : calcul des pertes de stockage du ou des ballons
¾ étape 4 : calcul de la consommation des auxiliaires du système solaire
¾ étape 5 : calcul des pertes potentiellement récupérables de l’appoint
H.2. Températures moyennes de l’eau froide
La température de l’eau froide fournie par le réseau municipal permet de calculer les besoins
d’énergie pour chauffer à la température désirée la quantité d’eau chaude voulue.
Nous adopterons une méthode, proposée par Sous total et expérimentalement validée, de
calcul de la température d’eau froide, à partir des valeurs mensuelles de température ambiante.
La diffusion monodimensionnelle de la chaleur dans le sol obéit à l’équation de la chaleur :
(∂²T/∂z²) = (1/α) x (∂T/∂t)
où T indique la température du sol, t représente le temps, α la diffusivité thermique du sol (en
m²/s) et z la profondeur dans le sol. Pour un sol semi-fini avec une fluctuation périodique dans
le temps de sa température de surface :
T(0, t) = T0.exp (iωt)
où T0 est l’amplitude de la fluctuation de la température à la surface et ω sa fréquence pour le
mois i. La solution de l’équation permet d’obtenir la température T(z, t) à une profondeur z et à
un temps t, simplement par :
T(z, t) = T0.exp [-(1+i)z/σ].exp(iωt)
où σ est une dimension caractéristique définie par :
σ = (2.α/ω)½
En d’autres termes, les fluctuations saisonnières d’amplitude ∆T à la surface seront ressenties
à une profondeur z avec une amplitude ∆T(z) = ∆T.exp(-z/σ) et avec un retard ∆t = z / σω.
Le modèle :
- suppose que la température de l’eau froide dans la tuyauterie est égale celle du sol à
la même profondeur,
- prend
• α = 0,52×10-6 m²/s (qui correspond à un sol lourd et sec ou encore léger et
humide, selon ASHRAE Applications Handbook; voir ASHRAE, 1991),
• z = 2 m, profondeur à laquelle sont supposés être enfouis les réseaux
municipaux d’eau potable.
Ceci conduit à : - σ = 2,28 m
- ∆T(z) = ∆T(0).0,42
- ∆t = 51 jours arrondis à 2 mois
CANMET (organisation canadienne s’occupant d’énergie renouvelables) a testé ce modèle
théorique sur la ville de Toronto (Ontario, Canada) mais, considérant le niveau d’approximation
des hypothèses faites dans le modèle, il a été nécessaire de corriger les valeurs théoriques ci-
dessus à partir de données expérimentales obtenues :
- un facteur de 0,35 est plus approprié qu’une valeur de 0,42,
- un décalage dans le temps de 1 mois donnerait une meilleure représentation des
températures réelles qu’un décalage 51 jours.
Les résultats obtenus pour le Maroc sont montrés dans ce tableau.

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 101


Ville Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Déc Moyenne
Agadir 17,0 16,8 17,2 17,7 18,0 18,6 19,0 19,6 19,7 19,5 19,0 18,1 18,3 °C
Al Houceima 14,8 14,3 14,8 15,3 15,8 16,9 18,3 20,1 20,2 19,4 17,4 15,8 16,9 °C
Benguerir 16,8 16,5 17,1 18,0 18,6 20,0 20,8 22,2 22,4 21,2 19,9 18,1 19,3 °C
Beni-Mellal 16,3 15,8 16,6 17,5 18,0 19,1 20,6 22,2 22,1 21,3 19,4 17,7 18,9 °C
Casablanca 16,0 15,6 15,9 16,3 16,8 17,5 18,4 19,1 19,2 18,9 18,1 16,9 17,4 °C
Ceuta 14,2 13,9 14,1 14,3 14,8 15,6 16,7 17,6 17,8 17,1 16,1 14,9 15,6 °C
Dakhla 19,8 19,4 19,6 20,0 19,9 20,1 20,5 20,8 21,1 21,2 21,1 20,6 20,3 °C
El Ayoun 18,6 18,1 18,5 19,0 19,4 19,9 20,6 21,7 21,9 21,5 20,6 19,6 20,0 °C
El Jadida 16,7 16,2 16,2 16,4 16,6 17,1 17,8 18,6 18,9 18,8 18,1 17,3 17,4 °C
Errachidia 16,0 15,7 16,7 18,1 19,1 20,4 22,4 23,6 23,4 22,0 19,7 17,5 19,6 °C
Essaouira 16,5 16,1 16,4 16,7 17,1 17,6 18,4 19,5 19,7 19,4 18,3 17,4 17,8 °C
Fes 14,8 14,5 15,1 15,9 16,4 17,8 19,2 20,4 20,4 19,4 17,6 16,1 17,3 °C
Ifrane 9,1 8,9 9,2 9,7 10,2 11,6 13,0 14,8 14,9 13,7 11,8 10,2 11,4 °C
Kasba-Tadla 15,8 16,0 16,4 17,0 17,7 19,4 20,7 22,4 22,4 21,0 19,5 17,3 18,8 °C
Kenitra 16,1 15,8 16,0 16,8 17,2 17,9 18,8 19,4 19,6 19,1 18,3 17,1 17,7 °C
Khenifra 15,4 14,9 15,1 15,5 15,8 16,5 17,5 18,8 19,1 18,6 17,3 16,1 16,7 °C
Larache 16,5 16,1 16,4 16,7 17,1 17,6 18,4 19,5 19,7 19,4 18,3 17,4 17,8 °C
Marrakech 16,9 16,6 17,2 18,1 18,8 19,9 21,0 22,5 22,5 21,4 19,9 18,2 19,4 °C
Meknes 14,6 14,4 14,8 15,5 16,1 17,0 18,3 19,7 19,7 18,9 17,5 15,8 16,9 °C
Melilla 16,5 16,3 16,5 16,6 17,1 18,0 19,0 20,1 20,4 19,7 18,5 17,2 18,0 °C
Midelt 12,3 11,8 12,6 13,6 14,0 15,1 16,9 18,3 18,3 17,0 15,0 13,4 14,8 °C
Nador 15,4 14,8 15,2 15,7 16,3 17,2 18,6 20,3 20,5 19,7 17,9 16,3 17,3 °C
Nouasser 16,1 15,5 15,8 16,0 16,3 16,9 17,7 18,8 19,0 18,8 17,8 16,8 17,1 °C
Ouarzazate 15,5 15,5 16,3 17,5 18,6 19,9 21,5 22,7 22,4 20,9 19,1 17,0 18,9 °C
Oujda 15,0 14,3 14,9 15,5 16,1 16,9 18,5 19,8 19,9 19,2 17,6 16,1 17,0 °C
Rabat 16,2 15,7 16,0 16,5 16,9 17,4 18,4 19,2 19,3 19,1 18,2 17,3 17,5 °C
Safi 17,1 16,6 17,0 17,6 17,8 18,5 19,3 20,3 20,5 20,2 19,2 18,2 18,5 °C
Sidi Ifni 18,1 17,9 18,0 18,4 18,5 18,9 19,1 19,5 19,7 19,7 19,6 19,1 18,9 °C
Sidi Slimane 17,1 16,8 17,1 17,8 18,4 19,6 20,5 21,5 21,7 20,9 19,7 18,1 19,1 °C
Tan Tan 17,7 17,2 17,9 18,6 19,2 20,0 20,9 22,2 22,4 21,8 20,3 19,0 19,8 °C
Tanger 16,4 15,7 16,0 16,5 16,8 17,6 18,7 19,7 19,8 19,7 18,5 17,3 17,7 °C
Taza 15,8 15,3 16,0 16,8 17,2 18,3 20,1 21,5 21,6 20,7 18,7 17,0 18,3 °C
Tétouan 14,3 13,8 14,3 14,9 15,4 16,5 18,0 19,9 20,0 19,1 16,9 15,3 16,5 °C

H.3. Besoins en eau chaude sanitaire


Les besoins énergétiques utiles pour chauffer une masse d’eau m (kg) de la température froide
θF à la température chaude θC s’écrivent :
B = m.c.(θC−θF) = m.c. ∆(TC−TF) où B = besoins en énergie = Eutile
où c est la chaleur spécifique massique de l’eau (4185 J/kg.K).
H.3.1. Température de l’eau chaude
Dans la plupart des approches d’évaluation des besoins énergétiques, on considère que la
température d’eau chaude θC est fixe (55 à 60°C) quelle que soit la température d’eau froide.
Toutefois, si la température de l’eau chaude peut effectivement être fixée par un thermostat, la
quantité d’eau chaude que l’on mélangera avec la froide dépend de la température de celle-ci !
Les installations d’eau sanitaire se caractérisent essentiellement par de l’utilisation d’eau tiède à
température θT entre 37,5 et 38,5°C qui devrait, normalement, s’obtenir par mélange de débits
voisins d’eau (deux masses voisines par unité de temps). Donc, si pendant un temps donné on
doit mélanger une masse m d’eau froide avec la même masse m d’eau froide :
m.c.(θC - θF) = 2m.c.(θT - θF) qui donne θC = θF + 2(θT - θF)
Si ceci n’est pas fait, alors on tire plus d’eau chaude pour compenser, ce qui est le même du
point de vue de l’apport énergétique.
Pour différentes villes du Maroc, le tableau ci-dessous montre les températures d’eau chaude
nécessaires pour qu’un mélange de volume égaux de chaud et froid donnent une eau tiède à
θT = 38°C.

Page 102, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Ville Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Déc Moyenne
Agadir 59,0 59,2 58,8 58,3 58,0 57,4 57,0 56,4 56,3 56,5 57,0 57,9 57,7 °C
Al Houceima 61,2 61,7 61,2 60,7 60,2 59,1 57,7 55,9 55,8 56,6 58,6 60,2 59,1 °C
Benguerir 59,2 59,5 58,9 58,0 57,4 56,0 55,2 53,8 53,6 54,8 56,1 57,9 56,7 °C
Beni-Mellal 59,7 60,2 59,4 58,5 58,0 56,9 55,4 53,8 53,9 54,7 56,6 58,3 57,1 °C
Casablanca 60,0 60,4 60,1 59,7 59,2 58,5 57,6 56,9 56,8 57,1 57,9 59,1 58,6 °C
Ceuta 61,8 62,1 61,9 61,7 61,2 60,4 59,3 58,4 58,2 58,9 59,9 61,1 60,4 °C
Dakhla 56,2 56,6 56,4 56,0 56,1 55,9 55,5 55,2 54,9 54,8 54,9 55,4 55,7 °C
El Ayoun 57,4 57,9 57,5 57,0 56,6 56,1 55,4 54,3 54,1 54,5 55,4 56,4 56,0 °C
El Jadida 59,3 59,8 59,8 59,6 59,4 58,9 58,2 57,4 57,1 57,2 57,9 58,7 58,6 °C
Errachidia 60,0 60,3 59,3 57,9 56,9 55,6 53,6 52,4 52,6 54,0 56,3 58,5 56,4 °C
Essaouira 59,5 59,9 59,6 59,3 58,9 58,4 57,6 56,5 56,3 56,6 57,7 58,6 58,2 °C
Fes 61,2 61,5 60,9 60,1 59,6 58,2 56,8 55,6 55,6 56,6 58,4 59,9 58,7 °C
Ifrane 66,9 67,1 66,8 66,3 65,8 64,4 63,0 61,2 61,1 62,3 64,2 65,8 64,6 °C
Kasba-Tadla 60,2 60,0 59,6 59,0 58,3 56,6 55,3 53,6 53,6 55,0 56,5 58,7 57,2 °C
Kenitra 59,9 60,2 60,0 59,2 58,8 58,1 57,2 56,6 56,4 56,9 57,7 58,9 58,3 °C
Khenifra 60,6 61,1 60,9 60,5 60,2 59,5 58,5 57,2 56,9 57,4 58,7 59,9 59,3 °C
Larache 59,5 59,9 59,6 59,3 58,9 58,4 57,6 56,5 56,3 56,6 57,7 58,6 58,2 °C
Marrakech 59,1 59,4 58,8 57,9 57,2 56,1 55,0 53,5 53,5 54,6 56,1 57,8 56,6 °C
Meknes 61,4 61,6 61,2 60,5 59,9 59,0 57,7 56,3 56,3 57,1 58,5 60,2 59,1 °C
Melilla 59,5 59,7 59,5 59,4 58,9 58,0 57,0 55,9 55,6 56,3 57,5 58,8 58,0 °C
Midelt 63,7 64,2 63,4 62,4 62,0 60,9 59,1 57,7 57,7 59,0 61,0 62,6 61,2 °C
Nador 60,6 61,2 60,8 60,3 59,7 58,8 57,4 55,7 55,5 56,3 58,1 59,7 58,7 °C
Nouasser 59,9 60,5 60,2 60,0 59,7 59,1 58,3 57,2 57,0 57,2 58,2 59,2 58,9 °C
Ouarzazate 60,5 60,5 59,7 58,5 57,5 56,1 54,5 53,3 53,6 55,1 56,9 59,0 57,1 °C
Oujda 61,0 61,7 61,1 60,5 59,9 59,1 57,5 56,2 56,1 56,8 58,4 59,9 59,0 °C
Rabat 59,8 60,3 60,0 59,5 59,1 58,6 57,6 56,8 56,7 56,9 57,8 58,7 58,5 °C
Safi 58,9 59,4 59,0 58,4 58,2 57,5 56,7 55,7 55,5 55,8 56,8 57,8 57,5 °C
Sidi Ifni 57,9 58,1 58,0 57,6 57,5 57,1 56,9 56,5 56,3 56,3 56,4 56,9 57,1 °C
Sidi Slimane 58,9 59,2 58,9 58,2 57,6 56,4 55,5 54,5 54,3 55,1 56,3 57,9 56,9 °C
Tan Tan 58,3 58,8 58,1 57,4 56,8 56,0 55,1 53,8 53,6 54,2 55,7 57,0 56,2 °C
Tanger 59,6 60,3 60,0 59,5 59,2 58,4 57,3 56,3 56,2 56,3 57,5 58,7 58,3 °C
Taza 60,2 60,7 60,0 59,2 58,8 57,7 55,9 54,5 54,4 55,3 57,3 59,0 57,7 °C
Tétouan 61,7 62,2 61,7 61,1 60,6 59,5 58,0 56,1 56,0 56,9 59,1 60,7 59,5 °C

H.3.2. Quantité d’eau chaude sanitaire


La consommation d'eau chaude sanitaire est une des données cruciale qui détermine tous les
résultats de dimensionnement. Si la consommation d’eau chaude sanitaire (ECS) est connue il
vaut beaucoup mieux travailler avec celle-ci. Par contre, n'étant pas toujours connue de
l'utilisateur, la consommation d'ECS peut être estimée en fonction du nombre d'occupants et du
taux d'occupation indiqués au départ. Le tableau ci-dessous montre quelques besoins d’ECS
selon le type de construction.
Type de logement Consommation d'eau chaude à 60°C
Logement individuel 30 l/occupant
Logement social 25 l/occupant
Immeuble de 4 à 15 logements 40 l/occupant
Immeuble de plus de 15 logements 35 l/occupant
Centre résidentiel pour handicapés 80 l/occupant
Hôpital 65 l/occupant
Maison de repos 50 l/occupant
Maison de repos et de soins 85 l/occupant
H.3.3. Fluctuation d’utilisation de l’eau chaude et risques
financiers liés au surdimensionnement
Nous illustrerons les bases théoriques avec un exemple.
Soit trois Hôtels de même capacité (400 lits) et de même occupation moyenne, 220 Pax par jour
(Pax = nuitée dans le secteur touristique). Les trois Hôtels ne se distinguent que par la fluctuation
de leur occupation. Ainsi, pendant 68% des jours de l’année :
¾ l’Hôtel 1 accueille entre 190 et 250 Pax (le plus régulièrement fréquenté),
¾ l’Hôtel 2 accueille entre 160 et 280 Pax,
¾ l’Hôtel 3 accueille entre 130 et 310 Pax (le moins régulièrement fréquenté).
Le graphique ci-dessus montre leur fréquentiel d’occupation.

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 103


Hotel 1 Hotel 2 Hotel 3
15,0%

Fréquentiel d'occupation
10,0%

5,0%

0,0%
0 pax/j 50 pax/j 100 pax/j 150 pax/j 200 pax/j 250 pax/j 300 pax/j
occupation

Le graphique ci-dessous montre le pourcentage des jours où les trois Hôtels accueillent moins
d’un niveau donné.
Hotel 1 Hotel 2 Hotel 3
100,0%
% des jours avec occupation

80,0%
inférieure à

60,0%

40,0%

20,0%

0,0%
0 pax/j 50 pax/j 100 pax/j 150 pax/j 200 pax/j 250 pax/j 300 pax/j 350 pax/j
occupation

Ce pourcentage représente la probabilité qu’une occupation soit supérieure à un niveau donné,


donc la probabilité pour qu’un investissement collectif soit amorti.
Les économies brutes réalisables par période grâce aux équipements solaires sont données par
la différence entre les coûts récurrents de l’installation classique (gaz, gasoil, électricité) et les
coûts de l’installation solaire sur la même période (mois ou année) :
Economies Réalisables = Coûts installation classique – Coûts installation solaire
Toutefois, toute production éventuelle d’eau chaude doit être modulée par la probabilité,
(graphique ci-dessus), qu’elle soit effectivement utilisée. Il en résulte une économie effective :
Economies Effectives = Economies Brutes x Probabilité associée de les réaliser
On doit porter sur les tables d’amortissement l’Economie Effective et pas l’Economie Réalisable.
Le graphique ci-dessous, qui ne passe pas par l’origine, montre le coût total du système avec les
hypothèses suivantes :
¾ charges fixes à 50'000 Dh, capteurs à 3’250 Dh/m² et le reste 250 Dh/m².
1 200 000 Dh

1 000 000 Dh
Coût du système complet

800 000 Dh

600 000 Dh

400 000 Dh

200 000 Dh

0 Dh
0 l/j 2 000 l/j 4 000 l/j 6 000 l/j 8 000 l/j 10 000 l/j 12 000 l/j
eau chaude solaire à produire

Le graphique ci-dessous montre le temps d’amortissement attendu pour les trois Hôtels en
fonction de l’eau chaude solaire produite avec les hypothèses suivantes :
¾ combustible : fuel à 7,00 Dh le litre,
¾ 50 litres d’eau chaude / Pax nécessitant 1 m² de capteur pour être produits.

Page 104, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Hotel 1 Hotel 2 Hotel 3
120 mois

temps d'amortissement (mois)


100 mois

80 mois

besoins moyens
60 mois

40 mois

20 mois

0 mois
0 l/j 2 000 l/j 4 000 l/j 6 000 l/j 8 000 l/j 10 000 l/j 12 000 l/j
eau chaude solaire à produire

Si l’on ne souhaite pas dépasser un temps d’amortissement donné (exemple, 60 mois) :


¾ l’Hôtel 1 ne doit pas produire plus de 9'500 litres d’eau chaude solaire par jour,
¾ l’Hôtel 2 ne doit pas produire plus de 7'700 litres d’eau chaude solaire par jour,
¾ l’Hôtel 3 ne doit pas produire plus de 6'500 litres d’eau chaude solaire par jour.
Les hypothèses, même modérément révisées, ne changent pas le fond de qui est ci-dessus.
Rappelant que tous trois ont le même besoin moyen de 11'000 litres d’eau chaude par jour
(220 Pax x 50 litres/Pax), on peut exprimer la fraction des besoins moyens à couvrir par GRS :
¾ GRS à 85% du besoin moyen pour l’Hôtel 1, le plus régulièrement fréquenté,
¾ GRS à 70% du besoin moyen pour l’Hôtel 2,
¾ GRS à 60% du besoin moyen pour l’Hôtel 3, le moins régulièrement fréquenté.
Bien que, pour les besoins moyens, le temps d’amortissement soit le même pour les trois genres
(plus élevé que l’optimum), un équipement produisant 9'500 litres (limite à 60 mois pour l’Hôtel 1)
installé dans l’Hôtel 3 ne serait amortie qu’en 80 mois au lieu de 60.
Malgré un nombre de nuitées annuelles identiques, une confusion des genres peut mener à des
temps d’amortissements prévisionnels trop élevés, au point de faire changer d’avis sur
l’investissement.
Au Maroc, on trouve des Hôtels qui ont des écart-types d’occupation qui vont de l’Hôtel 1 (13.5%
de la moyenne) à l’Hôtel 3 (41% de la moyenne).
En conclusion, les investissements improductifs influencent la rentabilité aux deux extrêmes :
¾ pour les installations sous dimensionnées, les charges fixes dues aux éléments
énergétiquement improductifs (tuyauteries de raccordement, pompes, vannes, système
de mesure et télésurveillance GRS, etc.…) allongent le temps d’amortissement,
¾ pour les installations surdimensionnées, les capteurs solaires dont l’utilisation est
pondérée par la probabilité d’utilisation allongent le temps d’amortissement,
¾ entre ces deux zones extrêmes, se trouve une large zone de rentabilité optimale dont la
limite supérieure est fortement tributaire de l’écart type de l’occupation, qui traduit la
fluctuation de celle-ci.
En règle générale, la théorie montre que l’investissement solaire à prévoir ne doit jamais servir
plus du minimum moyen de clients (égal à la moyenne moins l’écart type de la fréquentation).

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 105


I. BESOINS – PISCINES
EVALUATION DES BESOINS & DIMENSIONNEMENT
I.1. Pertes d’énergie d’une piscine
Aucune démonstration analytique ne sera faite, le lecteur doit se référer à un cours de transfert
thermique et de gisement solaire à cet effet.
I.1.1. Pertes par convection
Les différences de température entre l’eau et l’air étant relativement faibles, on peut considérer
que les pertes par convection par unité de surface de piscine qc (en W/m²) sont proportionnelles à
la différence entre la température de l’eau et la température de l’air, soit :
qc = hc.(Teau – Tamb)
• Teau et Tamb sont respectivement les valeurs de la température de l’eau et de l’air.
• hc est le coefficient de transfert de chaleur par convection (W/m².K). Il est forcé par la
vitesse du vent Vv (en m/s) selon la relation :
hc = 4,1077.Vv + 3,1056
I.1.2. Pertes par évaporation
Les pertes par évaporation par unité de surface de piscine qe (en W/m²) sont dominantes. On
peut considérer qu’elles sont proportionnelles à la quantité d’eau que peut admettre l’air à la
température considérée, soit :
qe = (hc/b).[psat(Teau) – pa(Teau)] = (hc/b). psat(Teau).[1 - Hr]
• hc est le coefficient de transfert de chaleur par convection (W/m².K) et b est une
constante voisine de 61.4 N/m².K (Pa ≡ N/m²),
• psat est la pression de vapeur saturante de l’eau à la température Teau (Pa ≡ N/m²),
Pression (Pa) 101 325
Pression Pression Pression de vapeur saturante de l'eau à 1 atmosphère
Temp. vapeur Temp. vapeur 9 000 Pa
saturante saturante
°C Pa °C Pa 3 2
1 657 21 2 486
8 000 Pa y = 0,0622x + 0,3759x + 54,747x + 586,47
2 705 22 2 642
3 757 23 2 808
7 000 Pa
4 813 24 2 982
5 872 25 3 166 6 000 Pa
6 935 26 3 360
7 1 001 27 3 564 5 000 Pa
8 1 072 28 3 779
9 1 147 29 4 004
4 000 Pa
10 1 227 30 4 242
11 1 312 31 4 491
12 1 402 32 4 754 3 000 Pa
13 1 497 33 5 029
14 1 597 34 5 318 2 000 Pa
15 1 704 35 5 622
16 1 817 36 5 940 1 000 Pa
17 1 936 37 6 274
18 2 063 38 6 624
0 Pa
19 2 196 39 6 991
20 2 337 40 7 375 0 °C 5 °C 10 °C 15 °C 20 °C 25 °C 30 °C 35 °C 40 °C 45 °C

• pa(Teau) est la pression partielle absolue d’eau dans l’air juste au-dessus de la piscine à
la température Teau (Pa ≡ N/m²), donnée par pa = Hr.psat.
I.1.3. Pertes par rayonnement
Les pertes par rayonnement par unité de surface de piscine qray (en W/m²) sont données par la
différence entre le rayonnement thermique émis par l’eau et reçu par celle-ci (Stephan-
Boltzmann), soit :
qray = εeau.σ.[(Teau)4 – (Tciel)4]
• εeau est l’émissivité de l’eau que l’on on peut considérer voisine de 0.96,

Page 106, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


• σ est la constante de Stefan-Boltzmann (5,669.10-8 W/m².K),
• Teau (en K) est la température absolue de l’eau,
• Tciel (en K) est la température absolue apparente du ciel, calculée à l’aide des relations
comme suit : il faut d’abord calculer les rayonnements thermiques du ciel par temps clair
Lclair et nuageux Lnuageux, lorsque l’ambiante est à Tamb, puis calculer celle d’un ciel
couvert à un degré c et enfin calculer la température absolue apparente du ciel Tciel
comme s’il était un corps noir.
On a Lclair = 5,31.10-13.(Tamb)6 et Lnuageux = 0,96.σ.(Tamb - 5)4
si c = (Kd – 0,165) / (1 – 0,165), alors Lciel = (1 – c).Lclair + c.Lnuageux = σ.(Tciel)4
d’où Tciel = {[(1 – c).Lclair + c.Lnuageux] / σ}1/4
I.1.4. Pertes par conduction
Dans une piscine tous les échanges par conduction, à travers le fond, les parois latérales, et la
surface supérieure, sont faibles devant les autres types échanges :
- par évaporation à travers sa surface supérieure,
- par convection à travers sa surface supérieure,
- par rayonnement à travers sa surface supérieure.
Plutôt que de calculer en détail les pertes par conduction, il est courant de majorer les autres
pertes de 5% pour tenir compte des pertes de par conduction.
I.2. Apports d’énergie à la surface d’une piscine
I.2.1. Apports solaires directs à la surface de la piscine
Considérant la réflexion due à l’indice de réfraction de l’eau (voisin de 1.33) et un angle
d’incidence moyen journalier, il faut considérer le coefficient de correction d’incidence mais il est
très courant de considérer Qsol = 87% H (radiation globale horizontale).
I.2.2. Apports solaires volontairement par les capteurs
Pour le chauffage solaire des piscines, compte tenu de la faible différence de température entre
l’eau à l’entrée des capteurs et l’ambiante, les capteurs non vitrés se trouvent être plus efficaces
que les vitrés, à condition toutefois que le vent ne soit pas trop élevé. Le graphique ci-dessous
montre le rendement typique d’un capteur non vitré dont la variation avec l’abscisse x = (Ti -Ta)/I
(en °C.m²/W) et la vitesse du vent (en m/s) est décrit par la formule approchée suivante :
η = 0,92 - (x + 0,004).(4,26.v + 11,77)
Rendement des capteurs non-vitrés et vitesse du vent
v=0,00 m/s v=1,00 m/s v=2,00 m/s v=3,00 m/s
90%

80%

70%
Rendment capteur

60%

50%

40%

30%

20%

10%

0%
0 0,005 0,01 0,015 0,02 0,025 0,03 0,035 0,04 0,045
(Ti-Tamb)/I

Les apports des capteurs solaires par unité de surface de piscine qn (en W/m²) sont donnés :
qn = G.η.(Scapteurs/ Spiscine), où
• G est le rayonnement solaire reçu par les capteurs
• le ratio des surfaces (Scapteurs/ Spiscine) est appelé « couverture solaire » de la piscine.
I.3. Apports d’énergie à la surface d’une piscine
I.3.1. Bilan énergétique
Le bilan énergétique s’écrit :
Pertes thermiques non compensées + Stockage = Apports d’énergie

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 107


Où, pour la piscine l’on doit considérer l’équilibre :
- entre les pertes par évaporation, convection et rayonnement et l’énergie stockée,
- et les apports solaires, directs à la surface et volontairement apportés par les capteurs.
Ce qui donne :
• en puissance (en W/m²) : qe + qc + qray + qsto = qsol + qn,
• en énergie (en Wh/m²) : Qe + Qc + Qray + Qsto = Qsol + Qn, où Qi = ∫qi(t).dt ∀ i
Si l’on ne considère que les états stationnaires, c’est-à-dire que si la température de la piscine
revient à sa même valeur au terme d’un cycle de 24 heures, l’énergie stockée est nulle (Qsto = 0)
et on a Qe + Qc + Qray = Qsol + Qn qui n’est valable qu’en énergie et sur un cycle stationnaire.
La température moyenne de l’eau dans la journée est celle qui permet d’atteindre cet équilibre.
I.3.2. Dimensionnement
Il est vrai qu’à que les pertes sont des fonctions complexes de la température de l’eau et de l’air.
Toutefois, la température d’une piscine, même chauffée, reste toujours au voisinage de la
température de l’air et dans cette faible zone de variation, l’ensemble des pertes peut être
linéarisé en fonction :
- de la différence de température entre l’eau de la piscine et l’air,
- de la vitesse du vent.

Page 108, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


J. TECHNO – HYDRAULIQUE APPLIQUEE
Dans la suite, on désignera par :
• ρ, la masse volumique du liquide pompé, soit 1000 kg/m³ pour l’eau
• g, l’accélération de la pesanteur 9,81 m/s²
• q, le débit instantané, en m³/s
• p, la pression, en N/m² (Pascal)

J.1. Bases de l’hydrodynamique


Pour véhiculer un liquide d'un endroit à un autre, la pompe doit fournir une certaine pression
appelée hauteur manométrique totale qui dépend des conditions d'aspiration et de refoulement.
J.1.1.Densité du fluide
Sur une hauteur verticale identique, un liquide plus lourd exige une plus grande force pour
véhiculer le fluide. Pour une pression identique, le graphique ci-dessous compare les hauteurs de
liquides ayant des densités différentes. Une colonne d'eau de 100 m (1000kg/m³) exerce une
pression de 9,81 bars, alors qu'une colonne de 83 m de saumure (liquide plus lourd) et une
colonne 133 m d'essence (liquide plus léger) sont nécessaires pour exercer la même pression.

J.1.2.Charge hydraulique (ph)


La pression hydrostatique (ou charge hydraulique) est le poids par unité de surface de la
colonne d’eau de hauteur Z (statique+ rabattement); elle est donné par :
phyd = ρ.g.Z

où Z est la hauteur géométrique totale (en mètre d'eau) incluant aspiration, refoulement (descente
de liquide, voir schéma) et le rabattement éventuellement créé par la pompe elle-même.
J.1.3.Perte de charge dans les circuits hydrauliques
La perte de charge est la perte de pression dans le circuit hydraulique de section S et où la
vitesse moyenne du liquide est V :
∆p = K.(ρV2/2) = {(χ / 2S²).ρ}.q2 = τ.q²
• le terme (ρV²/2) est la pression dynamique du fluide.
• χ (sans dimensions) et τ contiennent les causes de perte de charge dans la conduite :

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 109


ƒ pertes de charge linéaires ∆pL (frottements avec la tuyauterie droite),
ƒ pertes de charge singulières ∆pS (coudes, tés, etc.)
ƒ pertes de charge modulaires ∆pM (changements de section, appareils, etc.).
J.1.3.1. Pertes de charge linéaires
Le calcul de la perte de charge linéaire dans un conduit rectiligne, est donné par :
∆pL = (ΛL/D).(ρV2/2)
• ∆pL = perte de charge linéaire en Pa
• Λ = coefficient de perte de charge linéique (nombre sans dimension)
• L = longueur du tube en m
• V = vitesse d’écoulement en m/s
• D = diamètre hydraulique du tube en m
Variation de τ/ρg ( en s²/m6) pour un mètre de tuyauterie de nature et diamètre (en mm) donnés :
∆ptuy = ∆ptuy(q) = τ.q² - ∆Htuy = ∆Htuy(q) = (τ/ρ.g).q² - q en m³/s
Coefficient de perte de charge linéique (τ/ρg, m par m)
1E+8
τ/ρg
1E+7
(s²/m6)
1E+6

1E+5

1E+4
Plastique Acier
y = 3,55.1012.d-5,13

1E+3 y = 2,86.1012.d-5,21

1E+2

1E+1
0 mm 20 mm 40 mm 60 mm 80 mm 100 mm 120 mm 140 mm 160 mm
Diamètre intérieur de la conduite

J.1.3.2. Pertes de charge singulières


Les pertes de charges singulières correspondant aux accidents de parcours sont :
∆pS = K.(ρV2/2)
• ∆pS = perte de charge singulière en Pa
• K = coefficient dépendant de la nature de la résistance locale (module de perte de charge)
Graphique de l’équivalent linéaire des pertes de charge singulières. Chaque cause de perte de
charge singulière est exprimée en son équivalent en longueur de tuyauterie.
Equivalent linéique des pertes de charge singulières
Coudes à 90°, vannes tiroir Tés et clapets anti-retour
10 m
Longueur de conduite équivalente

y = 0,0351x + 3,3352
8m

6m

4m

y = 0,0097x + 0,8361
2m

0m
0 mm 20 mm 40 mm 60 mm 80 mm 100 mm 120 mm 140 mm 160 mm
Diamètre intérieur de la conduite

J.1.4. Pertes de charge modulaires


Les pertes de charge modulaires sont classées en 2 catégories :

Page 110, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


• Celles qui sont à valeur constante quel que soit le diamètre du réseau utilisé, tel que les
changements de section (réductions, entrées et sorties de canalisations)
• Celles qui varient en fonction du diamètre de réseaux, dont la perte de charge est due
essentiellement par frottement et turbulence se produisant (exemple : dans une vanne).
J.1.5.Pression totale et hauteur manométrique totale (HMT)
La pression instantanée de pompage est donnée par : p = ρ.g.Z + τ.q² = phyd + τ.q²
La hauteur manométrique totale (HMT) est l’équivalent en hauteur de liquide la pression
produite par la pompe : HMT = p/ρ.g = Z + (τ/ρ.g).q²
Si l’on désigne :
- les pertes de charges par : Jasp sur la conduite d'aspiration en Pa
Jrefou. sur la conduite de refoulement en Pa
- la pression résiduelle ou pression de service par pr (pr est une pression relative)
On peut dénombrer trois cas avec des pressions relatives p1 et p2 différentes :

1 : HMT = phyd + Jasp. + Jrefou.


2 : HMT = phyd + Jasp. + Jrefou. + (p2 - p1) si p1 > pression atmosphérique
3 : HMT = phyd + Jasp. + Jrefou. + pr + (patm - p1) si p1 < pression atmosphérique
4 Dans une installation en circuit fermé, pour les installations de chauffage avec
dispositifs d'expansion fermé, les pompes hydrauliques sont déterminées selon :
HMT = Perte de charge du circuit hydraulique = (τ/ρ.g).q²
J.1.6.Puissance hydraulique
La puissance hydraulique instantanée de pompage est donnée par :
Phyd = p.q = ρ.g.Z.q + τ.q³ = phyd.q + τ.q³
Une électropompe hydraulique est formée de deux parties distinctes et accouplées
mécaniquement :
- Un moteur électrique
- Une pompe hydraulique
E

Électricité Moteur Accouplement Pompe


Eau

J.2. Electropompes
J.2.1.Groupes électropompes hydrauliques
Une pompe hydraulique peut être immergée ou non :
• immergée, fonctionne exclusivement en refoulement.
Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 111
• de surface, fonctionne en aspiration (inférieur à 7 mètres) et en refoulement,
Le moteur peut être immergé ou non.
• Lorsque l’ensemble est immergé, on l’appelle groupe immergé et le moteur est étanche.
• Lorsque l’ensemble est hors de l’eau, on l’appelle groupe de surface.
• Parfois seule la pompe est immergée et pas le moteur : pompes immergées à
entraînement mécanique de surface (manuel, par moteur électrique, thermique ou par
éolienne).
J.2.2.Moteurs électriques des pompes
Les moteurs électriques comportent une partie fixe (stator) et une partie tournante (rotor). Deux
types actionnement les pompes :
1- Moteurs à courant continu : Ils sont alimentés par un courant dont le sens est permanent
(source : batteries, alimentation à courant continu, modules photovoltaïques).
ω(rotation) = f(tension de fonctionnement)
o à aimants permanents : ne nécessitent pas d’entretien
o à balais : nécessitent le remplacement des balais.
2- Moteurs asynchrones à courant alternatif : Ils sont alimentés par un courant qui varie
sinusoïdalement avec le temps (source : réseau électrique, sortie d’un onduleur).
ω(rotation) = f(fréquence d’alimentation)
o monophasés : alimentation par une phase et un neutre (+ terre)
o triphasés : alimentation par trois phases et un neutre (+ terre)
J.2.3.Pompes hydrauliques
Il existe deux catégories de pompes hydrauliques : les centrifuges et les volumétriques.
1- Pompes centrifuges
Formées de roues à ailettes ou à aubes qui véhiculent le liquide sous l’effet de la force centrifuge
de rotation.
Hauts débits mais pressions moins importantes que les volumétriques.
V(eau) = f(hauteur manométrique, diamètre de la roue)
o radiales : dégagent le liquide selon le rayon de la pompe
o axiales : dégagent le liquide selon l’axe de rotation de la pompe.
2- Pompes volumétriques
Déplacent à chaque cycle de la pompe (par aller-retour ou par tour) une quantité constante de
liquide.
Hauts débits mais pressions moins importantes que les volumétriques.
V(eau) = f(vitesse de rotation, section du piston)
o alternatives : actionnées par un mouvement de va-et-vient
o rotatives : actionnées par un mouvement de rotation
J.2.3.1. Quelques pompes centrifuges

Page 112, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Technologie Avantages Inconvénients Utilisations
Débit stable Pas d’auto-amorçage
Débits importants de liquides purs
Faible prix Débit et pression
Général avec suspensions
Encombrement réduit interdépendants
Fiable Faible rendement

Sensible aux suspensions Liquides purs, toxiques, corrosifs


A entraînement Pas de système d’étanchéité
Température de service limitée et dangereux
magnétique Pas de pollution du liquide
Puissance limitée

Liquides purs, toxiques, corrosifs


Pas de système d’étanchéité
A rotor noyé Sensible aux suspensions et dangereux
Pas de pollution du liquide

J.2.3.2. Quelques pompes volumétriques


Alternative ou rotative, une pompe volumétrique comporte toujours une pièce mobile dans une
pièce creuse qui déplace le liquide en variant le volume contenu dans la pièce creuse.
ALTERNATIVES
à membrane à piston

ROTATIVES
à vis excentrique (pompe & moteur)

à engrenages à lobes
Type

Technologie Avantages Inconvénients Utilisations


Débit par à-coups
Débit réglable et précis Liquides purs, peu corrosifs et
Prix élevé
Alternatives

À piston Rendement élevé pas dangereux


Sensible aux suspensions
P < 100 Bars - q < 20 m3/h
Sensible à la corrosion
Débit réglable et précis
Débit par à-coups Liquides chargés, corrosifs et
Rendement élevé
A membrane Prix élevé dangereux
Résistante aux liquides
Température de service limitée P < 20 Bars - q < 30 m3/h
corrosifs et aux suspensions
Débit réglable, régulier et Sensible aux suspensions
A engrenage
précis Sensible à la corrosion Liquides purs et visqueux
A vis
Rendement élevé Mécanique compliquée P < 100 Bars - q < 200 m3/h
A lobes
Encombrement réduit
Rotatives

Débit réglable et précis


Débit par à-coups
Péristaltiques Résistante aux liquides Liquides corrosifs et chargés
Température de service limitée
A piston oscillant corrosifs et aux suspensions P < 4 Bars - q < 20 m3 /h
Usure du tuyau ou membrane
Possibilité d’auto-amorçage
Encombrement important
Débit réglable
Température de service limitée Liquides chargés et visqueux
A vis excentrique Résistante aux suspensions
Usure du stator P < 10 Bars - q < 150 m3/h
Stator facile à remplacer
Sensible à la corrosion

J.2.4.Choix d’une pompe


Dimensionnement classique sur abaque hydrodynamique
La pompe doit être capable de fonctionner dans les pires conditions de pression et de débit
prévues. Le moteur doit être suffisamment puissant pour entraîner la pompe.
Pour le choix à l’aide de caractéristiques classiques :

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 113


1. On prend les caractéristiques pression - débit des électropompes fournies par les
constructeurs (l’exemple ci-dessous correspond à un même moteur monté sur une
pompe à 4, 5, 8, 12, 17, 21 ou 25 étages).

2. On trace sur celle-ci la caractéristique H(q) de la conduite (voir ci-dessous)


H = HMT = charge hydraulique + pertes de charge (< 15% de la charge hydraulique)
H = p/ρ.g = Z + (τ/ρ.g).q² (inférieure à 115% Z)
et on cherche la pompe dont le point de fonctionnement donne le débit à fournir (Qf sur
le graphique ci-dessous).

3. On cherche sur la caractéristique rendement-débit le rendement escompté de la


pompe.

J.2.5.Calcul d’un moteur de pompe


L'énergie mécanique nécessaire à une pompe est toujours supérieure à l'énergie effectivement
transmise au fluide, suite aux différents frottements des organes de rotation :
- centrifuges, énergie dégradée échauffe le liquide pompé.
- alternatives, énergie dégradée l'est dans les transmissions mécaniques.
Les rendements généralement admis sont :
• Pompes à piston = 0,6 à 0,7
• Pompes centrifuges = 0,4 à 0,8
J.2.5.1. Motorisation
Lors du choix du moteur, c'est la puissance absorbée par la pompe qui détermine la puissance
délivrée par le moteur et donc aussi la puissance absorbée au réseau. Il faut donc prendre garde
à ce que le moteur ait une puissance suffisante pour satisfaire toutes les situations de
fonctionnement de l'installation.

Page 114, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Prenons le cas d'une pompe ayant une puissance absorbée de 8.5 kW. Le moteur fournira ces
8.5 kW, indépendamment du fait qu'il soit conçu pour 7 kW ou 10 kW. Un moteur de 7 kW, devant
fonctionner à 40°C, serait donc toujours surchargé de 21.5 %. La conséquence directe d'une
surcharge du moteur est une augmentation de la température du bobinage. Lorsqu'elle dépasse
la température limite prévue selon la classe d'isolation choisie correspondant à une durée de vie
acceptable (30’000 h), la durée de vie de l'isolation diminue. Un dépassement de la température
limite de 8-10°C, diminue la durée de vie de l'isolation d'environ la moitié. Des dépassements de
20°C signifie un raccourcissement de 75 %.
Les moteurs de construction standard sont prévus pour une utilisation à température ambiante
maximale de 40°C (et une altitude maximale du site de 1’000 m). Tout écart nécessite une
correction des puissances nominales.
J.2.5.2. Exemple de calcul
Pour un débit d'eau de 200 m³/h, une hauteur manométrique totale de 3 bar et un rendement de
la pompe de 54%, la puissance absorbée sur l'arbre moteur est de 30,86 kW. La puissance
nominale du moteur doit être supérieure ou égale à cette valeur, les puissances motrices étant
normalisées.
Le dimensionnement de l'installation électrique sera effectué avec :
• une puissance nominale moteur sera prise à 37 kW (valeur normalisée > 30.86 kW),
• un cosϕ minimum de 0,8 mène à une puissance apparente disponible de 46,25 kVA,
• en triphasé 380 V + terre, les câbles doivent être déterminés sur la base de 70,27 A.
La pompe ne nécessitant que 30,86 kW, le moteur ne fonctionnera pas à pleine charge mais
seulement à 83% de sa puissance nominale.
Cela est bien entendu q'une évaluation (les rendements des pompes varient selon les fabricants),
mais ces données seront très utiles lors d'un avant projet ou d'une estimation de prix.

J.3. Conduites
J.3.1.Dimensionnement des tuyauteries
Pour diminuer l'ensemble des pertes de charge dans une canalisation afin de diminuer les coûts
de fonctionnement dus aux pompes, il faut :
• diminuer la longueur de canalisation, le nombre d'accidents sur la canalisation et le débit
de circulation,
• utiliser des canalisations de faible rugosité et de plus grand diamètre.
J.3.2.Tableaux de pertes de charge des tuyauteries
Dans les tableaux de pertes de charge ci-dessus :
- Le chiffre indique la perte de charge en mètres par 100 mètres de tuyauterie.
- Les pertes de charge dans les coudes, vannes, tés et clapets anti-retour équivalent
aux mètres de tuyauterie droite décrits dans les deux dernières lignes de la table.

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 115


Pertes de charge dans les tuyauteries ordinaires
Quantité d'eau
Diamètres, nominal [pouces] et intérieur de la tuyauterie [mm]
½" ¾" 1" 1¼" 1½" 2" 2½" 3" 3½" 4" 5" 6"
M³/h lit/min lit/sec
15,75 21,25 27,00 35,75 41,25 52,50 68,00 80,25 92,50 105,00 130,00 155,50
0,60 10 0,17 9,91 2,41 0,78
0,90 15 0,25 20,1 4,86 1,57 0,42
1,20 20 0,33 33,5 8,04 2,59 0,68 0,35
1,50 25 0,42 49,9 11,9 3,83 1 0,51
1,80 30 0,50 69,3 16,5 5,28 1,38 0,7 0,22
2,10 35 0,58 91,5 21,8 6,95 1,81 0,91 0,29
2,40 40 0,67 27,7 8,82 2,29 1,16 0,37
3,00 50 0,83 41,4 13,1 3,4 1,72 0,54 0,16
3,60 60 1,00 57,7 18,3 4,72 2,38 0,75 0,22
4,20 70 1,17 76,5 24,2 6,23 3,13 0,99 0,29 0,13
4,80 80 1,33 30,9 7,94 3,99 1,25 0,36 6,16
5,40 90 1,50 38,3 9,83 4,93 1,55 0,45 0,2
6,00 100 1,67 46,5 11,9 5,97 1,88 0,54 0,24 0,12
7,50 125 2,08 70,4 17,9 8,97 2,8 0,81 0,37 0,19 0,101
9,00 150 2,50 25,1 12,5 3,9 1,12 0,51 0,26 0,14
10,50 175 2,92 33,3 16,7 5,18 1,49 0,67 0,34 0,184
12,00 200 3,33 42,8 21,4 6,62 1,9 0,86 0,43 0,234 0,084
15,00 250 4,17 64,9 32,3 10 2,86 1,28 0,65 0,35 0,126
18,00 300 5,00 45,5 14 4,01 1,79 0,9 0,488 0,175 0,074
24,00 400 6,67 78,2 24 6,83 3,05 1,53 0,829 0,294 0,124
30,00 500 8,33 36,7 10,4 4,62 2,32 1,254 0,445 0,187
36,00 600 10,00 51,8 14,6 6,51 3,26 1,757 0,623 0,26
42,00 700 11,67 19,5 8,69 4,36 2,345 0,831 0,347
48,00 800 13,33 25,2 11,2 5,58 3,009 1,066 0,445
54,00 900 15,00 31,5 14 6,98 3,762 1,328 0,555
60,00 1 000 16,67 38,4 17,1 8,52 4,595 1,616 0,674
75,00 1 250 20,83 26,1 13 7,01 2,458 1,027
90,00 1 500 25,00 37 18,4 9,892 3,468 1,444
105,00 1 750 29,17 24,8 13,3 4,665 1,934
120,00 2 000 33,33 31,9 17,16 5,995 2,496
150,00 2 500 41,67 26,26 9,216 3,807
Coudes à 90°. Vannes tiroir 1 1 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 1,7 1,7 2 2,5
Tés et clapets anti-retour 4 4 4 5 5 5 6 6 6 7 8 9

Pertes de charge dans les tuyauteries en plastique


Quantité d'eau
Diamètres, nominal et intérieur de la tuyauterie [mm]
PELM (PN 10) PEH (PN 10)
m³/h lit/min lit/sec 25 32 40 50 63 75 90 110 125 140 160 180
20,4 26,2 32,6 40,8 51,4 61,4 73,6 90 102 115 131 147
0,60 10 0,17 1,8 0,66 0,27 0,09
0,90 15 0,25 4 1,14 0,6 0,18 0,63
1,20 20 0,33 6,4 2,2 0,9 0,28 0,11
1,50 25 0,42 10 3,5 1,4 0,43 0,17 0,07
1,80 30 0,50 13 4,6 1,9 0,57 0,22 0,09
2,10 35 0,58 16 6 2 0,7 0,27 0,12
2,40 40 0,67 22 7,5 3,3 0,93 0,35 0,16 0,06
3,00 50 0,83 37 11 4,8 1,4 0,5 0,22 0,09
3,60 60 1,00 43 15 6,5 1,9 0,7 0,32 0,13 0,05
4,20 70 1,17 50 18 8 2,5 0,83 0,38 0,17 0,07
4,80 80 1,33 25 10,5 3 1,2 0,5 0,22 0,08
5,40 90 1,50 30 12 3,5 1,3 0,57 0,26 0,09 0,05
6,00 100 1,67 39 16 4,6 1,8 0,73 0,3 0,12 0,07
7,50 125 2,08 50 24 6,6 2,5 1,1 0,5 0,18 0,1 0,06
9,00 150 2,50 33 8,6 3,5 1,4 0,63 0,24 0,13 0,08
10,50 175 2,92 38 11 4,3 1,8 0,78 0,3 0,18 0,09
12,00 200 3,33 50 14 5,5 2,4 1 0,4 0,22 0,12 0,07
15,00 250 4,17 21 8 3,7 1,5 0,57 0,34 0,18 0,11 0,06
18,00 300 5,00 28 10,5 4,6 1,95 0,77 0,45 0,25 0,13 0,09
24,00 400 6,67 19 8 3,6 1,4 0,78 0,44 0,23 0,15
30,00 500 8,33 28 11,5 5 2 1,2 0,63 0,33 0,21
36,00 600 10,00 37 15 6,6 2,6 1,5 0,82 0,45 0,28
42,00 700 11,67 47 24 8 3,5 1,9 1,1 0,6 0,4
48,00 800 13,33 26 11 4,5 2,6 1,4 0,81 0,48
54,00 900 15,00 33 13,5 5,5 3,2 1,7 0,95 0,58
60,00 1 000 16,67 40 16 6,7 3,9 2,2 1,2 0,75
75,00 1 250 20,83 25 9 5 3 1,6 0,95
90,00 1 500 25,00 33 13 8 4,1 2,3 1,4
105,00 1 750 29,17 44 17,5 9,7 5,7 3,2 1,9
120,00 2 000 33,33 23 13 7 4 2,4
150,00 2 500 41,67 34 18 10,5 6 3,5

Page 116, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


K. TECHNO – BALLONS DE SURPRESSION
Dans une installation en pression permanente, on a besoin que la pompe se déclenche quand la
pression est insuffisante et qu’elle s’arrête dès lors que la pression dépasse une valeur maximale.
Ceci est rendu possible grâce à l’usage combiné de deux appareils et d’un manomètre :
1. Un pressostat, appareil de commande électro-hydraulique
monté en série sur la sortie sur l’alimentation en eau qui :
- coupe la pompe lorsque la pression monte au-dessus
d’une valeur basse pcut-in,
- la remet en route lorsque la pression descend en
dessous d’une valeur haute pcut-in,
La différence entre la pression haute de coupure pcut-out et la
pression basse de pcut-in de remise en route (pcut-out - pcut-in) est
appelée hystérésis (en général préréglée d’usine à 1,5 Bar
soit 14 mètres en colonne d’eau).
2. Un réservoir de surpression monté en série sur l’alimentation
en eau qui est constitué d’une enceinte métallique contenant
une vessie en caoutchouc que l’on peut pré gonfler à la
pression voulue ppre. Il permet, sans réalimenter la pompe :
- de fournir les petites quantités d’eau que l’on peut tirer,
- de pallier aux mini fuites du circuit hydraulique.
3. L’ajout d’un manomètre permet de réaliser les réglages sur
site.
¾ La pression minimale désirée pmin doit être
supérieure (selon le cas) a l’hydrostatique
du point le plus élevé de l’installation,
symbolisé par le robinet sur cette figure.
¾ La pression de pré gonflage du réservoir ppre
doit être plus faible que la pression minimale
désirée pmin (en général 90% de pmin).
¾ La pression de remise en route pcut-in doit
être légèrement plus grande que la pression
minimale désirée pmin (en général 1 mètres
d’eau ou 0,1 Bar au dessus).
¾ La pression de coupure est fixée par la
valeur d’hystérésis (pcut-out - pcut-in).

Le volume du réservoir dépend de la pression minimale désirée pmin et du débit maximum appelé.
Le tableau ci-dessous présente des volumes minimum à prévoir.
Débit maximum de pompage requis (m³/h)
pmin ppre pcut-in pcut-out
0,6 0,8 1,0 1,2 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 4,5 5,0 5,5 6,0 6,5 7,0 7,5 8,0
(m) (m) (m) (m)
Volume du réservoir de surpression (lites)
25 8 8 18 18 18 18 24 33 33 50 50 50 50 80 80 80 80 80 22,5 26 40
30 8 8 18 18 18 24 33 33 50 50 50 50 80 80 80 80 80 27,0 31 45
35 8 18 18 18 18 24 33 33 50 50 50 80 80 80 80 80 31,5 36 50
40 8 18 18 18 18 24 33 50 50 50 80 80 80 80 80 36,0 41 55
45 8 18 18 18 24 33 33 50 50 50 80 80 80 80 40,5 46 60
50 8 18 18 18 24 33 50 50 50 80 80 80 80 45,0 51 65
55 18 18 18 18 24 33 50 50 50 80 80 80 49,5 56 70
60 18 18 18 18 24 33 50 50 80 80 80 80 54,0 61 75
65 18 18 18 24 24 33 50 50 80 80 80 80 58,5 66 80

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 117


L. TECHNO – VASES D’EXPANSION
L'eau possède un coefficient de dilatation isobare α voisin de 3,5.10-4 K-1, soit 0,035%.K-1, c’est-à-
dire que pour un échauffement isobare de 20 à 100°C, l’augmentation relative de volume est de
2,8%. Donc, si l’on veut éviter l’augmentation excessive de pression dans les installations en
circuit fermé, il faut laisser l’eau se dilater pour éviter l’éclatement des conduites et réservoirs,
d’où le rôle des vases d’expansion.
Mais le volume du vase d'expansion n’est pas exclusivement déterminé en fonction du volume
d'expansion du système hydraulique et de la pression d'air du vase d'expansion, il agit également
comme réservoir d'eau servant à compenser des pertes dues aux fuites sur le système
hydraulique sur une certaine période de temps.
Avec le vase d'expansion ouvert traditionnel, le remplacement des pertes d'eau a lieu
automatiquement par remplissage (système analogue à une chasse d’eau) alors que dans le cas
d'un réservoir fermé à membrane, le volume d'air tampon de l'autre côté du diaphragme doit
compenser les pertes d'eau dans les conditions normales, ce qui n’est possible que si :
• Une réserve d'eau suffisante complémentaire est accordée dans la détermination du
dimensionnement du vase d'expansion.
• La pression du système hydraulique même lorsque le système est froid est toujours plus
importante que la pression statique.
• La relation entre la pression dans le système hydraulique et le diaphragme du réservoir
d'expansion est telle que quelles que soient les conditions de fonctionnement, il y aura
toujours de l'eau disponible dans le réservoir d'expansion même en cas de fuite d'eau
dans système hydraulique.
Afin de réaliser cette situation, le système de chauffage exige en conséquence l'installation d'un
vase d'expansion plus grand et doit même dans l'état de l'installation à froid être rempli à une
pression plus élevée que la pression d'air initiale dans le vase d'expansion.
Les figures 1 et 2 expliquent les méthodes incorrectes précédentes de remplissage qui ne
fournissent pas un bon approvisionnement en eau du réservoir.

1. La pression de remplissage dans l'installation et la pression d’air initiale sont identiques. Il


n'y a aucune possibilité d'un approvisionnement du réservoir.
2. La pression initiale de remplissage de l'installation est plus grande que la pression d'air. La
perte d'eau est automatiquement substituée.
Quelle taille le réservoir de l'eau devrait-il être?
Il est recommandé que le réservoir contienne plus de 1% du volume entier de l'eau (2,8% est
l’extrême) avec un minimum de 2 ou 3 litres quel que soit le cas du type de système hydraulique.
Etant donné que la pression d’air initiale n'est pas toujours identique à la pression statique du
système hydraulique, il faut que soit :
• la pression du système hydraulique soit augmentée à la valeur de la pression du volume
d'azote,
• la pression d'azote soit ajustée ou réduite à la pression de la hauteur statique du système
hydraulique.
La première méthode est recommandée, car elle n'exige aucun outil spécial.
Le calcul du diaphragme d'un vase d'expansion peut être effectué très facilement en appliquant la
formule suivante selon le volume d'eau du système hydraulique (Ve) :
Vn = Sup{3%.Ve, (Kd.Ve).[P2/(P2-P1)]}
• Vn = volume nominal minimum du vase d'expansion (en litres)
• Ve = volume d'eau dans le système hydraulique (en litres)
• P1= pression initiale en bar absolu :
o hauteur statique du système de chauffage
o ou bien pression initiale choisie dans le vase d'expansion
• P2 = pression finale en bar absolu

Page 118, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


• Kd = coefficient, sans dimension, d'expansion de l'eau dans le système hydraulique qui doit
être calculé pour la température maximale d’utilisation (température de stagnation des
capteurs) à l’aide de :
Kd = [(ρ1-ρ2)/ ρ2]
o ρ1 = masse volumique de l'eau à la température de remplissage en kg/m3
o ρ2 = masse volumique de l'eau à la température de fonctionnement en kg/m3
Pour l’eau, le résultat de cette formule de calcul peut être obtenu avec le tableau ci-dessous.
Masse Chaleur
Viscosité
Temp. (°C) volumique massique
3 (µPa.s)
(g/cm ) (J/g.K)
0 0,99984 4,2176 1793,0
10 0,99970 4,1921 1307,0
20 0,99821 4,1818 1002,0
30 0,99565 4,1784 797,7
40 0,99222 4,1785 653,2
50 0,98803 4,1806 547,0
60 0,98320 4,1843 466,5
70 0,97778 4,1895 404,0
80 0,97182 4,1963 354,4
90 0,96535 4,2050 314,5
100 0,95840 4,2159 281,8

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 119


M. TECHNO – SECTION DES CABLES
M.1. Tensions continues 12, 24 et 48 V
Voltage: 12 Voltage Drop: 3%
Section (mm2) 1,5 2,5 4 6 10 16 25 32
Amps Watts Longeur développée entre Source et Appareil (m)
1 12 12,2 20,3 32,5 48,8 81,3 130,0 203,2 260,1
2 24 6,1 10,2 16,3 24,4 40,6 65,0 101,6 130,0
4 48 3,0 5,1 8,1 12,2 20,3 32,5 50,8 65,0
6 72 2,0 3,4 5,4 8,1 13,5 21,7 33,9 43,3
8 96 1,5 2,5 4,1 6,1 10,2 16,3 25,4 32,5
10 120 1,2 2,0 3,3 4,9 8,1 13,0 20,3 26,0
15 180 0,8 1,4 2,2 3,3 5,4 8,7 13,5 17,3
20 240 - 1,0 1,6 2,4 4,1 6,5 10,2 13,0
25 300 - - 1,3 2,0 3,3 5,2 8,1 10,4
30 360 - - 1,1 1,6 2,7 4,3 6,8 8,7
40 480 - - - 1,2 2,0 3,3 5,1 6,5
50 600 - - - 1,0 1,6 2,6 4,1 5,2
100 1200 - - - - 0,8 1,3 2,0 2,6
Voltage: 24 Voltage Drop: 3%
Section (mm2) 1,5 2,5 4 6 10 16 25 32
Amps Watts Longeur développée entre Source et Appareil (m)
1 24 24,4 40,6 65,0 97,5 162,6 260,1 406,4 520,2
2 48 12,2 20,3 32,5 48,8 81,3 130,0 203,2 260,1
4 96 6,1 10,2 16,3 24,4 40,6 65,0 101,6 130,0
6 144 4,1 6,8 10,8 16,3 27,1 43,3 67,7 86,7
8 192 3,0 5,1 8,1 12,2 20,3 32,5 50,8 65,0
10 240 2,4 4,1 6,5 9,8 16,3 26,0 40,6 52,0
15 360 1,6 2,7 4,3 6,5 10,8 17,3 27,1 34,7
20 480 - 2,0 3,3 4,9 8,1 13,0 20,3 26,0
25 600 - - 2,6 3,9 6,5 10,4 16,3 20,8
30 720 - - 2,2 3,3 5,4 8,7 13,5 17,3
40 960 - - - 2,4 4,1 6,5 10,2 13,0
50 1200 - - - 2,0 3,3 5,2 8,1 10,4
100 2400 - - - - 1,6 2,6 4,1 5,2
Voltage: 48 Voltage Drop: 3%
Section (mm2) 1,5 2,5 4 6 10 16 25 32
Amps Watts Longeur développée entre Source et Appareil (m)
1 48 48,8 81,3 130,0 195,1 325,1 520,2 812,8 1040,3
2 96 24,4 40,6 65,0 97,5 162,6 260,1 406,4 520,2
4 192 12,2 20,3 32,5 48,8 81,3 130,0 203,2 260,1
6 288 8,1 13,5 21,7 32,5 54,2 86,7 135,5 173,4
8 384 6,1 10,2 16,3 24,4 40,6 65,0 101,6 130,0
10 480 4,9 8,1 13,0 19,5 32,5 52,0 81,3 104,0
15 720 3,3 5,4 8,7 13,0 21,7 34,7 54,2 69,4
20 960 - 4,1 6,5 9,8 16,3 26,0 40,6 52,0
25 1200 - - 5,2 7,8 13,0 20,8 32,5 41,6
30 1440 - - 4,3 6,5 10,8 17,3 27,1 34,7
40 1920 - - - 4,9 8,1 13,0 20,3 26,0
50 2400 - - - 3,9 6,5 10,4 16,3 20,8
100 4800 - - - - 3,3 5,2 8,1 10,4

Page 120, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


M.2. Tensions alternatives 65, 127 et 220V
Voltage: 65 Voltage Drop: 3%
Section (mm2) 1,5 2,5 4 6 10 16 25 32
Amps Watts Longeur développée entre Source et Appareil (m)
1 65 66,0 110,1 176,1 264,1 440,2 704,4 1100,6 1408,8
2 130 33,0 55,0 88,0 132,1 220,1 352,2 550,3 704,4
4 260 16,5 27,5 44,0 66,0 110,1 176,1 275,2 352,2
6 390 11,0 18,3 29,3 44,0 73,4 117,4 183,4 234,8
8 520 8,3 13,8 22,0 33,0 55,0 88,0 137,6 176,1
10 650 6,6 11,0 17,6 26,4 44,0 70,4 110,1 140,9
15 975 4,4 7,3 11,7 17,6 29,3 47,0 73,4 93,9
20 1300 - 5,5 8,8 13,2 22,0 35,2 55,0 70,4
25 1625 - - 7,0 10,6 17,6 28,2 44,0 56,4
30 1950 - - 5,9 8,8 14,7 23,5 36,7 47,0
40 2600 - - - 6,6 11,0 17,6 27,5 35,2
50 3250 - - - 5,3 8,8 14,1 22,0 28,2
100 6500 - - - - 4,4 7,0 11,0 14,1
Voltage: 127 Voltage Drop: 3%
Section (mm2) 1,5 2,5 4 6 10 16 25 32
Amps Watts Longeur développée entre Source et Appareil (m)
1 127 129,0 215,0 344,1 516,1 860,2 1376,3 2150,4 2752,5
2 254 64,5 107,5 172,0 258,1 430,1 688,1 1075,2 1376,3
4 508 32,3 53,8 86,0 129,0 215,0 344,1 537,6 688,1
6 762 21,5 35,8 57,3 86,0 143,4 229,4 358,4 458,8
8 1016 16,1 26,9 43,0 64,5 107,5 172,0 268,8 344,1
10 1270 12,9 21,5 34,4 51,6 86,0 137,6 215,0 275,3
15 1905 8,6 14,3 22,9 34,4 57,3 91,8 143,4 183,5
20 2540 - 10,8 17,2 25,8 43,0 68,8 107,5 137,6
25 3175 - - 13,8 20,6 34,4 55,1 86,0 110,1
30 3810 - - 11,5 17,2 28,7 45,9 71,7 91,8
40 5080 - - - 12,9 21,5 34,4 53,8 68,8
50 6350 - - - 10,3 17,2 27,5 43,0 55,1
100 12700 - - - - 8,6 13,8 21,5 27,5
Voltage: 220 Voltage Drop: 3%
Section (mm2) 1,5 2,5 4 6 10 16 25 32
Amps Watts Longeur développée entre Source et Appareil (m)
1 220 223,5 372,5 596,0 894,0 1490,1 2384,1 3725,2 4768,2
2 440 111,8 186,3 298,0 447,0 745,0 1192,0 1862,6 2384,1
4 880 55,9 93,1 149,0 223,5 372,5 596,0 931,3 1192,0
6 1320 37,3 62,1 99,3 149,0 248,3 397,3 620,9 794,7
8 1760 27,9 46,6 74,5 111,8 186,3 298,0 465,6 596,0
10 2200 22,4 37,3 59,6 89,4 149,0 238,4 372,5 476,8
15 3300 14,9 24,8 39,7 59,6 99,3 158,9 248,3 317,9
20 4400 - 18,6 29,8 44,7 74,5 119,2 186,3 238,4
25 5500 - - 23,8 35,8 59,6 95,4 149,0 190,7
30 6600 - - 19,9 29,8 49,7 79,5 124,2 158,9
40 8800 - - - 22,4 37,3 59,6 93,1 119,2
50 11000 - - - 17,9 29,8 47,7 74,5 95,4
100 22000 - - - - 14,9 23,8 37,3 47,7

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 121


N. TECHNO – FAQ DES SYSTÈMES
SOLAIRES D'EAU SANITAIRE
Extrait de : SOL-MED II - Commission européenne - Direction générale de l'Energie et des
Transports - Contrat NNE5/2002/86 – Rédigé par Exergia

Ce document était destiné à être utilisé comme guide pour la préparation de matériel
d'information / formation sur les Systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire par les
fabricants, promoteurs, importateurs, etc. Il s'adresse aux détaillants et installateurs de
systèmes de chauffage de l'eau sanitaire et à tous ceux qui sont en contact direct avec les
utilisateurs finaux (c'est-à-dire les consommateurs). Ils sont confrontés à de nombreuses
questions de la part des acheteurs éventuels et doivent être formés pour répondre
correctement à toutes.
Ce document comprend cinq catégories différentes de questions concernant les systèmes de
chauffage de l'eau sanitaire dans les domaines suivants :
* matériaux utilisés pour la fabrication des systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire ;
* installation des systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire ;
* problèmes d'ordre général liés aux systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire ;
* performance des systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire ;
* données météorologiques.
N.1. Matériaux utilisés dans la fabrication des
systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire
1 Couverture transparente du capteur
Pourquoi utilise-t-on du verre trempé de 4 mm à faible teneur en oxydes de fer pour
fabriquer les capteurs solaires ?
Le verre trempé, de 4 mm d'épaisseur, a une durée de vie très nettement supérieure à celle du
verre ordinaire, ce qui élimine quasiment la possibilité de bris. De plus, dans ce cas très rare, il
vole en très petits éclats inoffensifs (comme le pare-brise d'une voiture), ce qui offre une sécurité
contre les accidents.
La couleur verte du verre ordinaire (vu latéralement) est due à la présence d'oxydes de fer, le
verre à faible teneur en oxydes de fer, présente un facteur de transmission de l'irradiation solaire
plus élevé que le verre ordinaire, améliorant la performance des capteurs solaires, surtout FR(τα).
2 Revêtement sélectif des absorbeurs
Quel avantage offre le revêtement sélectif d'un absorbeur ?
Les principaux composants d'un capteur solaire sont le cadre, l'isolant, la couverture transparente
et l'absorbeur. L'absorbeur est la partie située à l'intérieur du capteur, composée de la plaque
absorbante noire (ailettes) et des tubes en cuivre, solidement fixés aux ailettes.
Lorsqu'un capteur solaire est exposé au soleil, le rayonnement solaire qui tombe dessus pénètre
le verre et est absorbé par la plaque noire des ailettes, qui est alors chauffée. Ensuite, le fluide
caloporteur (de l'eau, ou de l'eau additionnée d'antigel, etc.), qui se trouve dans les tubes de
l'absorbeur, est aussi chauffé et transfère cette énergie à l'eau du ballon de stockage.
Lorsqu'il y a du soleil et que le capteur solaire est en fonctionnement, la plaque absorbante noire
(ailettes) est chaude. Comme toute surface noire chaude, l'absorbeur émet un rayonnement
thermique vers l'environnement immédiat, ce qui correspond à une perte thermique de la
couverture transparente du capteur solaire et réduit par conséquent sa performance.
Le revêtement sélectif utilisé sur l'absorbeur réduit considérablement ces pertes de rayonnement
thermique et augmente le rendement du capteur solaire, car son coefficient d’émission est bien
inférieur à celui d'un absorbeur noir chaud quelconque. On peut souligner que le revêtement
sélectif absorbe le rayonnement solaire de la même façon qu'une surface noire.
Les capteurs solaires dont l'absorbeur a un revêtement sélectif fonctionnent avec un meilleur
rendement dans les zones à rayonnement solaire relativement faible (Europe du Nord). Ils sont

Page 122, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


plus efficaces pour chauffer l'eau à des températures supérieures à 60-70oC, utilisées
principalement dans l'industrie.
Le revêtement sélectif est appliqué à la surface de l'absorbeur par un procédé chimique (il ne
s'agit pas d'une peinture). Le coût d'un absorbeur à revêtement sélectif est supérieur à celui d'un
absorbeur à peinture noire.
3 Matériaux d'isolation pour capteurs solaires
Pourquoi emploie-t-on deux types d'isolants thermiques (laine de roche et polyuréthane)
dans les capteurs ?
Les capteurs solaires font partie des systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire. Lorsque
l'eau qui se trouve dans le système n'est pas utilisée (périodes de vacances, etc.), l'eau du ballon
de stockage atteint une température élevée. La température de l'absorbeur du capteur, pendant
la journée, est supérieure à celle de l'eau du ballon. Dans ces conditions, les absorbeurs à
peinture noire peuvent atteindre des températures de l'ordre de 150o C, jusqu’à 200°C dans un
absorbeur à revêtement sélectif. La température élevée (température de "stagnation") que peut
atteindre un capteur est prise en compte pour le choix de l'isolant approprié.
La combinaison de polyuréthane et de laine de roche est considérée comme la meilleure :
- Le polyuréthane est un matériau très isolant et offre une isolation équivalente pour une
épaisseur moindre. De plus, il n'est pas affecté par l'humidité et est léger. La résistance du
polyuréthane en température dépend de son type, mais est inférieure à 150o C.
- La laine de roche est un matériau isolant qui résiste très bien à des températures très
élevées. Elle est insérée entre l'absorbeur et le polyuréthane pour réduire la température à
laquelle le polyuréthane est exposé.
4 Utilisation du cuivre dans la fabrication de l'absorbeur
Pourquoi utilise-t-on du cuivre dans la fabrication de l'absorbeur d'un capteur solaire ?
L'absorbeur d'un capteur solaire peut être composé d'une vaste gamme de matériaux. Les
absorbeurs de type sandwich sont faits de feuilles d'acier. Dans d'autres cas, on utilise des tubes
en cuivre ou en acier avec ailettes en cuivre, aluminium ou acier.
Le cuivre présente les meilleures propriétés de transfert thermique de tous les matériaux
mentionnés. Par conséquent, la construction d'un absorbeur demande peu de cuivre, c'est-à-dire
que le poids et le coût sont réduits.
L'utilisation de cuivre pour la construction d'un absorbeur donnent un produit d'une fiabilité et
d'une espérance de vie meilleures, car le cuivre peut résister à l'action corrosive de l'eau chaude
(tubes en cuivre) ou à d'autres environnements corrosifs (ailettes).
Un capteur à absorbeur en acier de type sandwich est lourd. Outre les problèmes de transport et
de manutention dus à son poids, cela entraîne une réduction de la performance thermique du
système solaire de chauffage de l'eau sanitaire.
Ce problème est dû au mode de fonctionnement de ce type de système solaire. Le matin, le
rayonnement solaire chauffe d'abord l'absorbeur, puis l'eau du ballon de stockage. Vers la fin de
la journée, la masse de l'absorbeur se refroidit et le rayonnement thermique associé est émis et
perdu dans l'environnement proche. Par conséquent, plus la masse du capteur est importante,
plus il faut d'énergie solaire pour le chauffer, et plus elle est perdue dans l'environnement.
Le même processus a lieu au cours d'une journée où alternent soleil et nuages.
5 Matériaux d'isolation pour ballons de stockage d'eau chaude
Pourquoi utilise-t-on du polyuréthane pour l'isolation des ballons de stockage d'eau chaude ?
Le polyuréthane est un matériau très isolant et offre une isolation équivalente pour une épaisseur
moindre. De plus, il n'est pas affecté par l'humidité, il est léger et rigide. Les types courants de
polyuréthane peuvent supporter la température élevée de la surface extérieure du ballon
d'eau chaude.
Il faut noter que de nombreux ballons possèdent une cuve double qui fait fonction d'échangeur de
chaleur. La température de la surface extérieure du ballon, dans ce cas, peut être supérieure à
100o C, pendant le fonctionnement du système solaire.
Tous les fabricants emploient du polyuréthane pour l'isolation des ballons d'eau chaude, avec des
épaisseurs variant de 50 à 70 mm. Une épaisseur de 50 mm est considérée comme

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 123


convenable. La forme circulaire du ballon est très pratique pour la construction des moules
nécessaires à relativement faibles coûts.
6 Protection des ballons de stockage d'eau chaude contre la corrosion
Comment les ballons de stockage d'eau chaude sont-ils protégés contre la corrosion ?
Les ballons de stockage d'eau chaude des systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire
doivent pouvoir résister à la pression de l'eau du réseau et à l'action corrosive de l'eau chaude
sanitaire.
Utilisation d'acier doux et de verre émaillé
L'acier doux est le matériau le plus couramment utilisé pour la construction des ballons de
stockage d'eau chaude, en raison de sa résistance aux exigences de pression (6 bars au
minimum) pour une épaisseur de paroi de ballon de 2-3mm à un coût raisonnable.
La protection contre la corrosion du côté eau du ballon est assurée par l'utilisation d'un
revêtement en verre émaillé, à condition que :
• l'acier soit adapté à l'émaillage du verre,
• la soudure soit appropriée à l'émaillage (les soudures doivent être lisses du côté eau),
• la fabrication du ballon de stockage soit adaptée au procédé d'émaillage,
• l'application de l'émaillage du verre suive scrupuleusement toutes les procédures requises,
• une protection cathodique soit mise en place.
Il convient de noter que l'émaillage est appliqué en deux couches. La couche de base assure
l'adhésion avec l'acier et la couche de couverture forme écran à l'action corrosive de l'eau
chaude.
De nombreuses années d'expérience ont montré que les ballons de stockage d'eau chaude
correctement construits et émaillés, avec une anode de magnésium comme protection
cathodique (elle protège les zones qui ne doivent pas être émaillées) sont des produits fiables à
longue durée de vie (plusieurs dizaines d'années). Il faut seulement inspecter régulièrement la
fonction de l'anode (particulièrement au début).
Utilisation d'acier inoxydable
L'utilisation d'acier inoxydable exige le choix de la bonne qualité d'acier et d'un procédé de
soudure sophistiqué, sans quoi il existe un danger de fissuration sous contrainte. La fissuration
d'un ballon de stockage est due à deux facteurs :
- la pression qui règne à l'intérieur du ballon due au réseau d'alimentation d'eau, qui crée une
contrainte sur l'acier inoxydable,
• la présence dans l'eau de différents éléments corrosifs, actifs uniquement lorsque le ballon
est sous pression.
Ainsi, l'argument selon lequel "les ballons de stockage en acier inoxydable n'ont pas de
défaillance, tout comme les casseroles" est réfutable, parce que les casseroles ne sont pas sous
l'influence de la pression.
Utilisation d'acier doux et d'une cuve interne en matériau résistant à la corrosion.
La protection contre la corrosion des ballons de stockage d'eau chaude en acier doux peut aussi être
assurée par l'utilisation d'une cuve interne en matériaux résistants à la corrosion. De minces feuilles de
cuivre (Europe du Nord) et des polymères (Europe, Etats-Unis) ont été utilisés pour la construction de
la cuve interne.
La forme extérieure de la cuve interne est similaire à la forme intérieure du ballon en acier doux. La
pression de l'eau chaude dans la cuve interne est transférée au ballon extérieur en acier. Celui-ci n'est
pas en contact avec l'eau chaude et est donc protégé de son action corrosive.
Le matériau la cuve interne doit pouvoir résister aux températures élevées attendues de l'eau chaude,
être physiologiquement inerte et être agréé pour contact alimentaire direct.
Des mesures spéciales doivent être prises afin d'éviter le développement de vide dans la cuve
interne quand on utilise de l'eau chaude. Il peut s'agir de l'installation d'un reniflard dans la
conduite d'alimentation en eau froide.
Utilisation du cuivre
L'utilisation du cuivre est une alternative coûteuse pour la fabrication des ballons de stockage, qui
doivent résister à la pression de l'eau du réseau d'alimentation. Du cuivre de 1 mm d'épaisseur a
été utilisé, notamment à Chypre, dans des cas où le système solaire de chauffage de l'eau

Page 124, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


sanitaire est alimenté par de l'eau provenant d'un ballon à ciel ouvert situé légèrement plus haut
que celui-ci, ce qui cause des problèmes esthétiques.
N.2. Installation des systèmes solaires de
chauffage de l'eau sanitaire
1 Systèmes solaires pour utilisateurs des étages inférieurs des immeubles
Est-il possible à un occupant d'un appartement situé à un étage bas d'un immeuble
d'utiliser un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire ?
Considérons le cas d'un immeuble de quatre étages et d'un consommateur qui habite au premier
étage. Lorsqu'il ouvre un robinet d'eau chaude, en fonction de la longueur totale de la tuyauterie,
il s'écoulera d'abord environ 3 à 6 litres d'eau avant qu'il obtienne de l'eau chaude (au premier
étage). Cette quantité d'eau est relativement faible par rapport à la consommation d'eau de la
salle de bains, du lavage du linge ou de la vaisselle.
Evidemment, pour un autre usage d'eau en plus petite quantité, 3 à 6 litres peuvent sembler
beaucoup. Le problème est moindre lorsque les tuyauteries d'eau chaude sont bien isolées. Dans
le cas d'appartements à des étages encore inférieurs, la quantité d'eau initiale est un peu plus
importante.
Par conséquent, il est possible d'utiliser un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire aux
étages inférieurs des immeubles. Cependant, le vendeur a l'obligation d'informer le
consommateur de la consommation d'eau initiale avant que l'eau chaude atteigne l'appartement.
2 Re-circulation de l'eau chaude sanitaire
Qu'est-ce que la re-circulation de l'eau chaude et est-elle recommandée ?
Certains systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire (du type à thermosiphon) sont installés
(capteurs et ballon de stockage d'eau chaude) sur le toit (généralement plat) des maisons ou des
immeubles. Dans ce cas, l'eau chaude est obtenue directement à partir du ballon.
D'autres ont des capteurs installés sur le toit, mais le ballon de stockage d'eau chaude à un
niveau inférieur, comme le rez-de-chaussée ou le sous-sol. Dans ce cas, il faut une pompe pour
transférer l'énergie du capteur au ballon de stockage, tandis qu'un thermostat différentiel
(système de contrôle) contrôle le fonctionnement de la pompe. Généralement, ce type de
système de chauffage de l'eau sanitaire a une plus grande capacité (superficie du capteur plus
importante, ballon plus grand) qu'un système simple à thermosiphon.
Dans le cas où le ballon est installé dans le sous-sol, il est courant d'utiliser des ballons à triple
énergie (chaudières), qui peuvent être reliés
• aux capteurs solaires,
• au système de chauffage sanitaire par convection (chauffage auxiliaire lorsque le
chauffage domestique est en marche),
• au courant électrique (chauffage auxiliaire lorsque le chauffage domestique est en
marche).
Avec ces ballons à triple énergie, il est possible d'utiliser une autre pompe, qui envoie l'eau
chaude (utilisée pour des besoins domestiques) aux divers points de consommation de la maison
puis la renvoie au ballon par un système de tuyauteries approprié. Ainsi, le consommateur a de
l'eau chaude immédiatement sans avoir à attendre. Ce système (pompe, tuyauteries) de
distribution d'eau chaude, également appelé système de re-circulation, est utilisé dans les hôtels
et autres installations similaires de grande dimension.
La circulation permanente de l'eau chaude sanitaire dans le réseau de distribution entraîne des
pertes de chaleur. Les calculs qui ont été fait dans les petits et grands hôtels ont montré
qu'environ 20-30% de l'énergie totale consommée pour le chauffage de l'eau sont perdus dans le
réseau de distribution. De plus, dans de nombreux cas, lorsque l'hôtel n'était que partiellement
occupé, les pertes dans le réseau de distribution ont atteint jusqu'à 50% de l'énergie totale.
Dans les cas où un système de distribution d'eau chaude avec pompe de re-circulation est utilisé
ou va être installé, il doit y avoir
• une bonne isolation de la tuyauterie de distribution d'eau chaude,
• une limitation dans le temps de l'utilisation de la pompe de re-circulation (interrupteur ou
autre méthode) dans la mesure du possible.
Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 125
Il est du devoir du "concepteur" ou de l'installateur/vendeur d'informer le consommateur sur les
pertes considérables qui existent dans le réseau de distribution d'eau chaude, pour que celui-ci
puisse se décider ou non pour l'installation d'un système de re-circulation.
3 Orientation des capteurs solaires
On sait que les capteurs d'un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire doivent être
orientés vers le sud (dans l'hémisphère nord). Que se passe-t-il lorsque cela n'est pas
possible? De combien peut être la divergence par rapport au sud avant que les niveaux de
rendement deviennent trop bas ?
Une divergence allant jusqu'à 20o de l'orientation vers le sud crée une très faible réduction de la
quantité de rayonnement solaire sur la plaque du capteur. Pour une divergence plus importante,
allant jusqu'à 45o, cette réduction est de l'ordre de 15% pendant les mois d'hiver et relativement
faible (5% environ) pendant les mois d'été.
4 Inclinaison des capteurs solaires
La majorité des systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire ont des capteurs
orientés selon un angle de 45o par rapport à l'horizontale. Si l'on veut installer des
capteurs sur un toit avec une inclinaison moins ou plus élevée (généralement les
systèmes à pompe), y aura-t-il des problèmes fonctionnels ou une baisse de rendement ?
Lorsque l'inclinaison se trouve dans la zone de 25o à 50o, il y a un changement du gain d'énergie
annuel, qui ne dépasse cependant pas 5%. Il est donc possible d'installer des capteurs sur des
toits avec des pentes présentant généralement une inclinaison de 25 à 50o sans rencontrer de
réels problèmes de rendement ou de dysfonctionnement.
5 Vacances d'été
En été, les occupants d'une maison partent en vacances pendant un certain temps. Est-il
alors nécessaire de couvrir le capteur d'un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire
?
Lorsque l'eau d'un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire n'est pas utilisée pendant l'été,
la température de l'eau dans le ballon de stockage atteint de hauts niveaux (de l'ordre de 90-
95oC). Ces systèmes sont conçus pour résister à ces températures élevées. Par conséquent, le
consommateur n'est pas obligé de couvrir le capteur de son système solaire lorsqu'il s'en va.
Cependant, couvrir le capteur empêche la température de l'eau d'atteindre des niveaux aussi
élevés dans le ballon de stockage.
6 Gel
La météo prévoit des gelées dans ma région. Que dois-je faire pour protéger mon système
solaire de chauffage de l'eau sanitaire?
Le consommateur n'a rien à faire lorsqu'il gèle dans sa région s'il possède un système à boucle
fermée. L'installateur a mis une solution d'eau et de liquide antigel en proportion appropriée (pour
la région spécifique) à l'intérieur de la boucle fermée, au moment de l'installation ou pendant la
maintenance régulière.
Dans les régions où les gelées sont rares, il est possible d'installer un système solaire de
chauffage de l'eau sanitaire à boucle ouverte. Si un système de vidange est prévu, le
consommateur doit vidanger le système solaire suivant les instructions de l'installateur. Si un tel
système n'existe pas, le consommateur doit contacter le représentant local du fournisseur du
système solaire et lui demander conseil.
7 Problèmes potentiels avec les systèmes à boucle fermée
Une solution d'eau et d'antigel est utilisée dans la boucle fermée. Que se passe-t-il si la
boucle présente une fuite vers l'eau chaude? Cela représente-t-il une menace pour la santé
des utilisateurs de l'eau ?
Une solution d'eau et de liquide antigel est utilisée dans la boucle fermée. La proportion d'antigel
dépend de la température ambiante minimale qui règne en hiver dans la région où le système
solaire de chauffage de l'eau sanitaire est installé.
La pression à l'intérieur de la boucle fermée des capteurs est, en règle générale, toujours
inférieure à la pression à l'intérieur du ballon de stockage d'eau chaude (pression du réseau
d'alimentation). Ainsi, si la boucle fermée se fissure, la solution n'infiltrera pas l'eau à usage
domestique. En revanche, le contraire peut se produire. Même si la pression du réseau

Page 126, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


d'alimentation baisse et que la solution d'eau et d'antigel infiltre les tuyauteries, cela ne posera
pas de problèmes, puisque le liquide antigel utilisé n'est pas toxique.
N.3. Problèmes d'ordre général liés aux systèmes
solaires de chauffage de l'eau sanitaire
1 Normes relatives à la performance et à la fiabilité des produits solaires
Existe-t-il des normes ou des standards pour la performance, la fiabilité et la fabrication
des produits solaires ?
Il existe des normes internationales et européennes concernant la performance, la fiabilité et la
fabrication des capteurs solaires et des systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire.
La norme (ISO 9459-2 ou EN 12976-2) relative à la performance des systèmes solaires de
chauffage de l'eau sanitaire prévoit une série d'essais, de mesures et de calculs. De plus, elle
impose la publication d'un Rapport d'essais, qui comprend des données comme
• l'énergie procurée au consommateur,
o
• le volume d'eau chaude de température spécifique (35 et 40 C) disponible,
• la température maximale de l'eau chaude,
que le système solaire de chauffage de l'eau fournit pendant tous les mois d'une même année.
Ce Rapport d'essais renferme aussi des informations utiles pour le fabricant (et pas seulement
pour lui) concernant la performance de ce système solaire (profils d'eau de soutirage - de
température, pertes de chaleur du ballon pendant la nuit, existence de conditions propices à
l'écoulement inversé).
Deux autres normes (ISO 9806-1 et EN 12975-2) concernent le rendement des capteurs utilisés
dans les systèmes de chauffage de l'eau sanitaire. Les méthodes pertinentes pour déterminer la
performance thermique des capteurs solaires en conditions stabilisées (essais en extérieur par
rayonnement solaire naturel ou à l'intérieur par rayonnement simulé) sont presque identiques
dans les deux normes.
La norme (ISO 9806-2 ou EN 12975-2) concernant les essais de fiabilité prévoit que les capteurs
solaires doivent subir une série d'essais (pénétration de la pluie, exposition au soleil pendant une
période relativement longue, autres). Leur fiabilité peut être évaluée dans les rudes conditions
climatiques extérieures auxquelles ils sont généralement exposés.
De plus, il existe un certain nombre de normes concernant la conception du ballon de stockage
d'eau chaude, les méthodes de protection contre la corrosion et les matériaux utilisés dans la
fabrication des composants des systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire.
2 Utilisation d'eau chaude dans une maison, y compris lavage de la vaisselle et du linge
Où l'eau chaude fournie par un système de chauffage de l'eau sanitaire peut-elle être
utilisée dans une maison ?
L'eau chaude est utilisée dans les maisons afin de couvrir les besoins
• de la cuisine, essentiellement du lave-vaisselle (20-25% des besoins en eau chaude),
• du lavage du linge, essentiellement au lave-linge (30-35% des besoins en eau chaude),
• des bains / douches.
L'utilisation d'eau chaude solaire à partir d'un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire
présente quelques difficultés pour le lavage de la vaisselle et du linge. Ces difficultés sont
exposées ci-dessous et accompagnées de recommandations pour les surmonter.
Lavage de la vaisselle
L'eau chaude provenant d'un système solaire d'eau sanitaire ne peut pas être utilisée
directement dans un lave-vaisselle, car le fabricant de ces appareils spécifie une température
maximale pour l'eau d'alimentation, généralement de l'ordre de 60oC. Un système solaire d'eau
sanitaire peut développer, en été, une température de l'eau supérieure à 60oC (elle peut atteindre
90oC) dans certaines conditions (usage limité de l'eau chaude).
Un mélangeur installé à la sortie d'eau chaude du système solaire d'eau sanitaire peut contrôler
la température de l'eau chaude afin qu'elle ne dépasse pas 60oC. Dans ces conditions, l'eau
chaude solaire peut être utilisée dans un lave-vaisselle. En même temps, l'utilisateur d'eau
chaude est protégé des températures d'eau supérieures à 60oC.

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 127


Les mélangeurs sont utilisés dans de nombreuses applications de l'eau chaude dans les grosses
installations, mais ils sont relativement chers. Il existe des mélangeurs simples et bon marché qui
peuvent être utilisés dans les systèmes solaires domestiques. Leur coût est inférieur à 50 euros.
Lavage du linge
L'eau chaude provenant d'un chauffe-eau solaire d'eau sanitaire peut être utilisée dans un lave-
linge si celui-ci possède deux tuyaux d'alimentation, un pour l'eau chaude et un pour l'eau
froide. Ces lave-linge existent et ne coûtent pas plus chers que des lave-linge à une seule arrivée
d'eau (froide). Leur cycle de lavage est plus rapide, car le temps de chauffage de l'eau est nul.
La promotion de l'usage des lave-linge à deux tuyaux d'alimentation (eau chaude, eau froide)
peut augmenter la fourniture d'énergie d'un système solaire d'eau sanitaire. Le cycle de lavage
plus rapide est un avantage supplémentaire.
1 Consommation d'eau chaude par personne
Quelle quantité d'eau chaude une personne utilise-t-elle chaque jour ?
Il a été établi (par des mesures), chez les consommateurs équipés de systèmes solaires de
chauffage de l'eau sanitaire, que la consommation moyenne d'eau chaude par personne et par
jour était de l'ordre de 40 litres. Cette quantité de 40 litres par jour et par personne concerne l'eau
chaude que le consommateur utilise directement à partir du ballon de stockage du système
solaire avant de la mélanger à l'eau froide. Elle comprend le lavage de la vaisselle et du linge à
l'eau chaude à partir du système solaire domestique.
2 Systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire à circuit direct (à boucle ouverte) et à circuit
indirect (à boucle fermée)
Il existe des systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire à circuit direct (à boucle
ouverte) et à circuit indirect (à boucle fermée). Quelle est la différence entre les deux et
lequel me recommanderiez-vous pour ma maison ?
Systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire à circuit indirect (à boucle fermée)
L'utilisation d'un échangeur de chaleur dans le ballon de stockage d'eau chaude d'un système
solaire de chauffage de l'eau sanitaire à boucle fermée permet l'utilisation d'un fluide caloporteur
"séparé" (de l'eau chaude) pour transporter la chaleur du capteur solaire au ballon de stockage.
Dans ce cas, l'eau chaude de consommation ne passe pas par le capteur.
Dans le système à boucle fermée, un antigel peut être ajouté au fluide caloporteur. Il est ainsi
possible, en le dosant correctement, de protéger efficacement le système solaire des gelées dans
la région où il a été installé.
En règle générale, il est recommandé d'utiliser un système à boucle fermée.
Systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire à circuit direct (à boucle ouverte).
Dans les systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire à boucle ouverte, l'eau de
consommation passe dans le capteur. Dans ce cas, il y a deux problèmes.
• Ce système n'est pas automatiquement protégé contre le gel. Le consommateur doit le
vidanger (à l'aide de vannes et d'une évacuation d'air appropriées, qui doivent être
installées en même temps que le système).
• Des dépôts, dans les zones où l'eau est très calcaire, peuvent bloquer les tubes de cuivre
de l'absorbeur. Par conséquent, il y a une diminution constante du rendement du système.
Un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire à boucle ouverte ne peut être utilisé que dans
des régions où il ne gèle pas souvent. Dans les rares cas de gel, il est recommandé de prévoir
des vannes et une évacuation d'air pour vidanger (vider) le système. Le problème des dépôts en
cas d'eau calcaire n'est pas facile à régler.
3 Principe de fonctionnement d'un thermosiphon
Comment fonctionne un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire simple, monté sur
le toit plat d'une maison ?
Un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire se compose d'un ou plusieurs capteurs
solaires et du ballon de stockage d'eau chaude, installé au-dessus des capteurs.
Les principaux composants du capteur solaire (comme indiqué plus haut) sont le cadre, l'isolant,
la couverture transparente et l'absorbeur. L'absorbeur est la partie qui se trouve à l'intérieur du
capteur et se compose d'ailettes noires et de tubes en cuivre (ailettes et tubes en cuivre sont
solidement fixés les uns aux autres).

Page 128, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Lorsqu'un capteur solaire est exposé au soleil, le rayonnement solaire qui tombe dessus pénètre
le verre et est absorbé par les ailettes noires, qui sont alors chauffées. Ensuite, le fluide
caloporteur (de l'eau, ou de l'eau additionnée d'antigel, etc.), qui se trouve dans les tubes de
l'absorbeur, est aussi chauffé et transfère cette énergie à l'eau du ballon de stockage.
Le fluide circule automatiquement dans les tubes en cuivre de l'absorbeur et dans l'échangeur de
chaleur du ballon de stockage. Sa circulation est basée sur le fait que l'eau, quand elle est
chauffée, devient plus légère. Cet écoulement de fluide dans les systèmes solaires de chauffage
de l'eau sanitaire est appelé écoulement naturel ou thermosiphonique.
Pour le bon fonctionnement d'un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire, il est nécessaire
que le ballon de stockage se trouve au-dessus du capteur. Si la différence de hauteur appropriée
n'est pas respectée, on a observé que le système perd en température pendant la nuit. Cela est
dû à un phénomène appelé écoulement inverse, c'est-à-dire que des conditions sont réunies pour
permettre au fluide du capteur de se déplacer à l'intérieur des conduits de l'absorbeur dans la
direction opposée à celle du fonctionnement normal. Ainsi, le fluide chaud coule vers le capteur,
où il finit par se refroidir.
4 Principe de fonctionnement des systèmes à circulation forcée
Qu'est-ce qu'un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire avec pompe (système à
circulation forcée) ?
Outre les systèmes solaires de chauffage de l'eau sanitaire qui fonctionnent avec une circulation
naturelle, il existe aussi des cas où les capteurs solaires sont installés sur le toit, mais où le ballon
de stockage d'eau chaude est situé ailleurs, par exemple au rez-de-chaussée ou dans le sous-sol
d'une maison. Dans ce cas, il faut une pompe pour faire circuler le fluide caloporteur. De plus, un
système de contrôle (généralement un thermostat différentiel) est nécessaire pour faire marcher
la pompe uniquement quand cela est nécessaire (lorsqu'il y a du soleil, etc.).
Ces systèmes sont appelés systèmes solaires de chauffage de l'eau à circulation forcée. Ils sont
installés dans les maisons individuelles, les hôtels, les entreprises, etc..
5 Vase d'expansion dans les systèmes à boucle fermée
Pourquoi un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire à boucle fermée a-t-il besoin
d'un vase d'expansion ?
Le matin, lorsqu'un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire à boucle fermée commence à
fonctionner, le fluide caloporteur est progressivement chauffé jusqu'à ce que, à un certain
moment de l'après-midi, il atteigne sa température maximale. Cependant, en raison de
l'augmentation de sa température, le fluide de la boucle fermée se dilate et son volume augmente
(la dilatation des mélanges eau-antigel est plus importante que celle de l'eau ordinaire). Le vase
d'expansion "reçoit" cette augmentation volumétrique du fluide de la boucle fermée, et évite le
développement de haute pression dans cette boucle.
N.4. Performance des systèmes solaires de
chauffage de l'eau sanitaire
1 Profil typique de soutirage
Un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire est exposé au soleil une journée
entière. Lorsque nous soutirons de l'eau chaude à la fin de la journée, comment sa
température varie-t-elle ? Quelle est l'influence de la saison (été, hiver...) dans ce
phénomène ?
Au cours de l'après-midi d'une journée ensoleillée, lorsqu'on soutire de l'eau chaude d'un système
solaire de chauffage de l'eau sanitaire, on observe que la température de l'eau chaude reste
constante au début pour une certaine proportion du volume total du ballon de stockage.
Des mesures ont montré que la température de l'eau chaude sanitaire d'un système solaire
typique, pendant le soutirage, restait constante pour 70-80% du volume d'eau du ballon de
stockage. Ce pourcentage dépend de la saison.
La Figure 4.1 présente un diagramme typique de température de l'eau chaude d'un système
solaire de chauffage de l'eau sanitaire (profil de température de soutirage). La même Figure 4.1
indique aussi la température de l'eau du réseau d'alimentation qui alimente le système solaire.

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 129


80
70
Hot water out
60

Temperature ( oC)
50 Cold water in
40
30
20
10
0
0 100 200 300 400

Drawn off water volume (litres)

Figure 4.1 : Température de l'eau chaude d'un système solaire de chauffage de l'eau
sanitaire avec ballon de 160 litres
Il apparaît clairement d'après la Figure 4.1 que la température de l'eau chaude reste plus élevée
que celle de l'eau froide jusqu'à un volume de 300 litres (le volume du ballon est de 160 litres).
Cela est dû au mélange, pendant le soutirage, de l'eau chaude du ballon avec l'eau froide entrant
dans le ballon.
La température maximale de l'eau chaude que nous fournit un système solaire de chauffage de
l'eau sanitaire un jour spécifique dépend de
- l'énergie solaire disponible ce jour particulier,
- la température de l'air ambiant et
- la température de l'eau froide le matin de ce jour particulier.
Ainsi, si le système est rempli d'eau froide du réseau d'alimentation le matin, on peut s'attendre à
ce que l'eau chaude atteigne une température de l'ordre de
• 55-65°C pendant une journée ensoleillée de printemps / d'été et
• 35-40°C pendant une journée ensoleillée d'hiver.
Si le ballon de stockage contient de l'eau chaude de la veille, on peut même s'attendre à des
températures supérieures.
Les diagrammes comme celui de la Figure 4.1 sont inclus dans le Rapport d'essais d'un système
de chauffage de l'eau sanitaire, testé selon la norme relative à sa performance (ISO 9459-2 ou
EN 12976-2). Voir aussi paragraphe 3.1.
2 Pertes thermiques d'un ballon de stockage pendant la nuit
De combien de degrés la température de l'eau chaude d'un système solaire de chauffage
de l'eau sanitaire chute-t-elle pendant la nuit ?
Il reste souvent de l'eau chaude dans le ballon de stockage d'un système solaire de chauffage de
l'eau sanitaire pendant la nuit. Cela arrive quand l'eau chaude n'est pas utilisée ou quand on se
sert d'un chauffage électrique d'appoint (tarifs de nuit de l'électricité, etc.).
Il est normal, pendant la nuit, lorsque la température de l'air ambiant est basse, que se produisent
des pertes de chaleur du ballon de stockage, et donc une baisse de la température de l'eau.
S'il reste de l'eau à une température de 50-60oC à l'intérieur du ballon d'un système solaire de
chauffage de l'eau sanitaire typique le soir, la température de l'eau le lendemain matin aura chuté
de 4-6oC, selon la saison.
Des informations sur les pertes thermiques d'un ballon de stockage d'eau chaude la nuit sont
données dans le Rapport d'essais d'un système de chauffage de l'eau sanitaire, testé selon la
norme relative à sa performance (ISO 9459-2 ou EN 12976-2).
3 Rendement thermique d'un capteur solaire
Qu'est-ce que le rendement thermique d'un capteur solaire ?
Un capteur solaire est destiné à absorber le rayonnement solaire et à transférer l'énergie
absorbée à un fluide caloporteur avec un minimum de pertes de chaleur. Le rendement
thermique du capteur est défini comme le rapport de l'énergie transférée au fluide sur l'énergie
solaire correspondante.
Le rendement thermique d'un capteur solaire est élevé quand sa température de fonctionnement
est basse. A l'inverse, son rendement est faible quand sa température de fonctionnement est
Page 130, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
élevée. Dans ce dernier cas, un capteur à une température élevée perd de l'énergie vers
l'environnement immédiat par tous ses côtés, en particulier par la couverture transparente.
Des informations sur le rendement thermique d'un capteur solaire sont données dans le Rapport
d'essais en fonction de la norme relative à sa performance (ISO 9806-1 ou EN 12975-2).
Lorsque l'eau chaude d'un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire a été utilisée pendant
une journée, le lendemain matin, quand le rayonnement solaire commence à augmenter, le
capteur solaire fonctionne à basse température (en tenant compte du fait que l'eau du ballon de
stockage est relativement froide). Le rendement est donc élevé. Au contraire, dans l'après-midi,
lorsque l'eau du ballon de stockage a été chauffée, le capteur fonctionne à des températures
élevées et donc avec un rendement plus faible, mais il a déjà chauffé l'eau. Si, dans l'intervalle,
on soutire de l'eau chaude, le capteur aura finalement une sortie d'énergie supérieure à la fin de
la journée.
Si on met la main sur la couverture transparente du capteur et qu'on la trouve chaude, cela
signifie qu'il fonctionne à une température élevée, par conséquent avec un mauvais rendement.
Dans ce cas, ou bien l'eau du ballon de stockage est déjà chaude ou bien le système à boucle
fermée ne fonctionne pas correctement. En conséquence, le capteur ne produit pas d'énergie.
4 Du bon usage du soleil
Comment puis-je utiliser mon système solaire de chauffage de l'eau sanitaire plus
efficacement ?
Un capteur solaire a un rendement thermique élevé lorsque sa température de fonctionnement
est basse. Par conséquent, le principe essentiel est que l'eau du ballon de stockage doit être à
basse température le matin, quand le rayonnement solaire commence à augmenter.
Ainsi, s'il y a besoin d'utiliser le chauffage électrique d'appoint pendant la nuit, il est recommandé
de se servir de l'eau chaude le lendemain matin. De cette manière, le capteur solaire pourra
commencer à fonctionner à basse température et donc avec un bon rendement.
Un autre conseil est d'utiliser l'eau chaude au cours de la journée et pas massivement le soir ou
le lendemain matin. Dans ce cas, on a mesuré des augmentations du rendement de l'ordre de 20-
25%.
5 Performance annuelle attendue
Quelle est l'énergie qui peut être fournie par un système solaire de chauffage de l'eau
sanitaire sur une année ? Quelles sont les hypothèses pertinentes ?
La norme (ISO 9459-2 ou EN 12976-2) concernant la performance des systèmes solaires de
chauffage de l'eau sanitaire donne dans le Rapport d'essais correspondant des prévisions sur
• l'énergie qu'ils peuvent fournir,
o
• la quantité d'eau chaude d'une température spécifique de 35-40 C disponible,
• la température maximale de l'eau chaude,
pendant tous les mois de l'année, en général pour trois villes d'un pays particulier.
La production d'énergie (par mois, par an) est déterminée dans le Rapport d'essais pour un seul
soutirage en fin de journée et pour les trois conditions de charge suivantes :
- soutirage d'un volume de ballon ;
- soutirage jusqu'à ce que la température de l'eau chaude atteigne 35°C ;
- soutirage jusqu'à ce que la température de l'eau chaude atteigne 40°C.
Avec ces hypothèses, la fourniture d'énergie attendue est de l'ordre de 500kWh à 800 kWh par
an et par mètre carré de superficie du capteur. Des informations supplémentaires sont incluses
dans le Rapport d'essais pertinent disponible auprès du fabricant du système solaire de
chauffage de l'eau sanitaire.
N.5. Questions liées aux données météorologiques
Un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire est alimenté par l'eau du réseau d'alimentation
et, avec l'aide du soleil, chauffe l'eau pour qu'elle serve aux besoins d'une famille.
1 Température de l'eau du réseau d'alimentation
Comment la température de l'eau du réseau d'alimentation varie-t-elle au cours de
l'année ? Comment cela influence-t-il le fonctionnement de mon système de chauffage de
l'eau sanitaire ?

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 131


La température de l'eau du réseau d'alimentation ne reste pas stable au cours de l'année.
Pendant l'hiver, elle est plutôt tandis qu'elle peut dépasser 25oC pendant les mois d'été.
La Figure 5.1 ci-dessous donne les valeurs mensuelles moyennes de la température de l'eau du
réseau d'alimentation pour une ville d'Europe.
Température de l'eau
Température souhaitée
50
45
40

Température (oC)
35
30
25
20
15
10
5
0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Mois

Figure 5.1 Valeurs mensuelles moyennes de la température de l'eau du réseau


d'alimentation pour une ville quelconque
L'eau doit être à une température de l'ordre de 45oC pour servir aux besoins d'une famille. Ainsi,
en hiver, sa température doit être augmentée de 30-35oC, et de 15-20oC en été, soit la moitié de
ce qui est nécessaire en hiver.
La température qu'atteint finalement l'eau d'un système solaire de chauffage de l'eau sanitaire à
la fin d'une journée ensoleillée dépend aussi de la température de l'eau le matin, c'est-à-dire de la
température de l'eau du réseau d'alimentation. Plus la température initiale de l'eau est élevée,
plus sa température finale sera élevée.
Si l'on considère deux villes d'un même pays, l'une au nord et l'autre au sud, l'eau du réseau
d'alimentation de la ville du nord sera généralement la plus froide. Dans ces conditions, le
système de chauffage de l'eau sanitaire situé dans le sud produira de l'eau plus chaude et
semblera avoir un meilleur rendement. Mais il se peut que les deux systèmes solaires d'eau
sanitaire fournissent à l'eau la même quantité d'énergie en provenance du soleil.
2 Energie solaire
Comment l'énergie solaire varie-t-elle au cours d'une année ?
Un système de chauffage de l'eau sanitaire chauffe l'eau à l'aide de l'énergie solaire. L'énergie
solaire disponible varie au cours de l'année. Elle est élevée en été mais faible en hiver, 1/3
environ de ce qu'elle est en été.
La Figure 5.2 donne les valeurs mensuelles moyennes de l'énergie solaire quotidienne sur le
capteur plan pour une ville quelconque européenne.
Irradiation à 45°
25
Irradiation (MJ/m2/jour)

20

15

10

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Mois
Figure 5.2. Valeurs mensuelles moyennes de l'énergie solaire quotidienne (inclinaison du
capteur 45o) pour une ville quelconque européenne
En observant les Figures 5.1 et 5.2, on peut remarquer qu'en hiver, lorsque l'eau est froide, il y a
peu d'énergie solaire disponible. Au contraire, en été, lorsque l'eau du réseau d'alimentation est
plus chaude, il y a une énergie solaire abondante.
Page 132, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc
Il est évident qu'en hiver l'utilisation d'un chauffage d'appoint électrique est nécessaire, surtout
par temps nuageux. Les jours ensoleillés, la contribution solaire au chauffage de l'eau est
considérable.
3 Température ambiante
Comment la température de l'air ambiant varie-t-elle au cours de l'année ? Comment cela
influence-t-il le fonctionnement de mon système de chauffage de l'eau sanitaire?
Un autre paramètre concernant le fonctionnement d'un système solaire de chauffage de l'eau
sanitaire est la température de l'air ambiant. Plus elle est basse, plus les pertes de chaleur du
capteur solaire et du ballon de stockage d'eau chaude dans l'environnement immédiat seront
élevées. Cela signifie qu'en hiver, les basses températures de l'air ambiant contribuent à réduire
l'énergie produite par ce système solaire.
La Figure 5.3 donne les valeurs mensuelles moyennes de la température de l'air ambiant
quotidienne au cours de la journée pour une ville quelconque.

Température ambiante de l'air


35
Température ( °C)

30
25
20
15
10
5
0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Mois

Figure 5.3 Valeurs mensuelles moyennes de la température quotidienne de l'air ambiant


pendant la journée dans une ville quelconque

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 133


O. DONNEES – METEO DU MAROC
O.1. Ensoleillement global horizontal
Ville janv févr mars avr mai Juin Juil août sept oct nov déc Moyenne
Agadir 3,67 4,52 5,55 6,50 6,82 6,59 6,64 6,04 5,50 4,65 3,73 3,32 5,30 kWh/m²
Al Houceima 2,83 3,51 4,61 5,47 6,33 6,83 6,89 6,35 5,18 3,99 2,94 2,58 4,80 kWh/m²
Beni Mellal 3,28 4,01 4,95 5,80 6,61 7,39 7,73 7,15 5,93 4,63 3,51 2,99 5,34 kWh/m²
Casablanca 2,70 3,57 4,69 5,83 6,39 6,72 6,89 6,37 5,42 4,04 3,01 2,38 4,84 kWh/m²
Dakhla 4,07 4,87 5,76 6,53 7,08 6,59 6,14 6,13 5,70 4,76 4,01 3,77 5,45 kWh/m²
El Ayoun 3,83 4,88 5,66 6,36 6,88 6,87 6,73 6,44 5,67 4,96 4,19 3,47 5,50 kWh/m²
El Jadida 2,78 3,51 4,94 5,69 6,71 6,69 6,02 5,88 5,25 4,05 3,12 2,63 4,78 kWh/m²
Errachidia 3,60 4,62 5,64 6,48 7,28 7,62 7,31 6,65 5,92 5,05 4,00 3,55 5,65 kWh/m²
Essaouira 3,30 4,09 5,07 6,02 6,54 6,77 6,97 6,49 5,51 4,38 3,27 2,95 5,12 kWh/m²
Fes 2,88 3,52 4,48 5,32 6,46 6,65 7,53 6,98 5,76 4,21 3,06 2,60 4,96 kWh/m²
Ifrane 2,97 3,67 4,54 5,42 6,51 7,23 7,76 7,03 5,76 4,28 3,14 2,63 5,09 kWh/m²
Khenitra 2,62 3,41 4,56 5,83 6,59 6,88 7,13 6,64 5,49 3,94 2,89 2,34 4,87 kWh/m²
Larache 2,52 3,26 4,56 5,69 6,51 6,92 7,09 6,48 5,41 4,01 2,91 2,32 4,81 kWh/m²
Marrakech 3,45 4,16 5,12 5,92 6,59 7,26 7,50 6,95 5,85 4,59 3,56 3,18 5,35 kWh/m²
Meknes 2,82 3,63 4,55 5,61 6,53 7,17 7,66 7,04 5,71 4,24 3,06 2,51 5,05 kWh/m²
Midelt 3,53 4,38 5,53 6,46 7,00 7,39 7,24 6,77 5,90 4,15 3,68 3,30 5,45 kWh/m²
Nador 2,70 3,44 4,88 5,74 6,27 6,77 6,69 5,97 5,05 3,89 3,19 2,47 4,76 kWh/m²
Nouasser 3,11 3,75 4,89 5,68 6,45 6,81 7,27 6,86 5,55 4,29 3,48 2,74 5,08 kWh/m²
Ouarzazate 3,86 4,77 5,98 7,06 7,49 7,78 7,43 6,79 6,01 5,03 3,99 3,57 5,82 kWh/m²
Oujda 2,89 3,68 4,63 5,68 6,57 7,15 7,57 6,78 5,64 4,26 3,10 2,65 5,06 kWh/m²
Rabat-Sale 2,79 3,56 4,51 5,77 6,51 6,76 7,03 6,54 5,47 4,17 3,16 2,54 4,91 kWh/m²
Safi 3,13 4,00 5,07 6,23 6,84 6,95 7,22 6,79 5,71 4,43 3,36 2,87 5,22 kWh/m²
Sidi Ifni 3,42 4,20 5,22 5,60 5,49 4,95 4,97 4,93 4,96 4,50 3,74 3,24 4,60 kWh/m²
Sidi Slimane 2,95 3,45 4,49 5,38 6,66 7,03 6,99 6,40 5,20 3,95 3,21 2,59 4,87 kWh/m²
Tanger 2,53 3,26 4,43 5,67 6,69 7,19 7,55 7,01 5,64 4,08 2,86 2,29 4,94 kWh/m²
Tan Tan 3,40 4,32 5,24 5,65 5,52 4,79 4,83 4,87 4,97 4,40 3,48 3,28 4,56 kWh/m²
Taza 2,93 3,75 4,71 5,73 6,72 7,33 7,59 6,91 5,76 4,25 3,17 2,67 5,13 kWh/m²
Tétouan 2,57 3,14 4,26 5,29 6,19 6,86 6,83 6,33 4,87 3,73 2,79 2,42 4,61 kWh/m²

O.2. Ensoleillement global face Sud incliné à 45°


Ville janv févr mars avr mai juin Juil août sept Oct Nov déc Moyenne
Agadir 4,81 5,30 5,68 5,85 5,56 5,13 5,29 5,18 5,33 5,19 4,71 4,45 5,21 kWh/m²
Al Houceima 3,81 4,52 5,28 5,62 6,00 6,22 6,38 6,33 5,75 5,04 4,14 3,88 5,25 kWh/m²
Beni Mellal 4,33 5,06 5,52 5,80 6,08 6,47 6,86 6,90 6,46 5,75 4,87 4,36 5,71 kWh/m²
Casablanca 3,35 4,46 5,27 5,89 5,97 6,04 6,28 6,25 5,92 4,96 4,08 3,29 5,15 kWh/m²
Dakhla 4,71 5,60 5,94 6,01 5,92 5,39 5,19 5,52 5,67 5,27 4,88 4,83 5,41 kWh/m²
El Ayoun 4,70 5,90 6,05 6,06 6,00 5,78 5,78 5,95 5,83 5,77 5,47 4,67 5,66 kWh/m²
El Jadida 3,46 4,35 5,58 5,74 6,22 6,00 5,55 5,77 5,71 4,96 4,27 3,75 5,12 kWh/m²
Errachidia 4,92 5,99 6,37 6,46 6,61 6,61 6,50 6,41 6,41 6,33 5,72 5,43 6,15 kWh/m²
Essaouira 4,27 5,11 5,62 5,98 5,97 5,95 6,21 6,24 5,91 5,30 4,35 4,19 5,43 kWh/m²
Fes 3,74 4,42 5,04 5,39 6,04 6,00 6,82 6,86 6,37 5,26 4,23 3,77 5,33 kWh/m²
Ifrane 3,88 4,62 5,08 5,47 6,06 6,43 6,97 6,88 6,34 5,32 4,32 3,78 5,43 kWh/m²
Khenitra 3,28 4,28 5,16 5,94 6,17 6,20 6,52 6,56 6,07 4,88 3,94 3,28 5,19 kWh/m²
Larache 3,17 4,11 5,21 5,84 6,15 6,28 6,54 6,45 6,03 5,06 4,07 3,33 5,19 kWh/m²
Marrakech 4,57 5,24 5,69 5,88 6,02 6,32 6,63 6,66 6,31 5,62 4,88 4,65 5,71 kWh/m²
Meknes 3,62 4,60 5,12 5,69 6,10 6,40 6,92 6,91 6,31 5,29 4,22 3,59 5,40 kWh/m²
Midelt 4,88 5,68 6,29 6,49 6,42 6,49 6,50 6,57 6,44 5,06 5,22 5,04 5,92 kWh/m²
Nador 3,53 4,40 5,64 5,89 5,94 6,16 6,20 5,95 5,58 4,86 4,60 3,64 5,20 kWh/m²
Nouasser 4,12 4,74 5,51 5,73 6,00 6,09 6,57 6,70 6,08 5,33 4,93 3,97 5,49 kWh/m²
Ouarzazate 5,28 6,11 6,70 6,96 6,71 6,65 6,52 6,48 6,45 6,19 5,56 5,32 6,24 kWh/m²
Oujda 3,87 4,75 5,28 5,81 6,18 6,45 6,91 6,72 6,29 5,42 4,40 3,98 5,51 kWh/m²
Rabat-Sale 3,58 4,50 5,08 5,86 6,08 6,09 6,42 6,44 6,03 5,20 4,41 3,65 5,28 kWh/m²
Safi 4,02 5,05 5,67 6,23 6,27 6,13 6,45 6,56 6,19 5,44 4,58 4,12 5,56 kWh/m²
Sidi Ifni 4,22 5,09 5,67 5,46 5,03 4,49 4,56 4,73 5,18 5,31 4,95 4,48 4,93 kWh/m²
Sidi Slimane 3,93 4,33 5,07 5,47 6,23 6,32 6,40 6,32 5,72 4,88 4,54 3,78 5,25 kWh/m²
Tanger 3,26 4,15 5,08 5,85 6,34 6,53 6,96 7,02 6,37 5,21 4,04 3,34 5,35 kWh/m²
Tan Tan 4,09 5,21 5,65 5,47 5,02 4,34 4,42 4,64 5,14 5,11 4,45 4,48 4,83 kWh/m²
Taza 3,88 4,81 5,34 5,83 6,28 6,55 6,89 6,81 6,40 5,35 4,45 3,95 5,55 kWh/m²
Tétouan 3,33 3,93 4,84 5,43 5,89 6,26 6,35 6,33 5,39 4,65 3,88 3,58 4,99 kWh/m²

O.3. Températures moyennes mensuelles

Page 134, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


Ville Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Déc Moyenne
Agadir 13,9 15,0 16,6 17,5 19,0 20,2 21,8 22,1 21,6 20,2 17,7 14,5 18,3 °C
Al Houceima 9,4 10,8 12,2 13,8 16,8 20,8 26,0 26,4 24,0 18,3 13,8 10,9 16,9 °C
Benguerir 11,4 13,0 15,6 17,3 21,3 23,6 27,5 28,1 24,8 21,1 15,9 12,3 19,3 °C
Beni-Mellal 10,0 12,4 14,9 16,4 19,5 23,8 28,3 28,1 25,8 20,4 15,6 11,6 18,9 °C
Casablanca 12,4 13,0 14,4 15,7 17,7 20,2 22,3 22,7 21,7 19,3 16,0 13,3 17,4 °C
Ceuta 10,8 11,4 11,9 13,4 15,7 18,7 21,2 22,0 19,8 16,9 13,7 11,7 15,6 °C
Dakhla 17,8 18,2 19,3 19,0 19,8 20,8 21,8 22,4 22,8 22,4 21,0 18,7 20,3 °C
El Ayoun 14,6 15,7 17,2 18,3 19,9 21,9 24,8 25,5 24,5 21,9 19,0 16,2 20,0 °C
El Jadida 14,0 14,1 14,6 15,2 16,6 18,5 20,8 21,6 21,4 19,3 17,1 15,4 17,4 °C
Errachidia 8,5 11,5 15,5 18,3 22,1 27,6 31,1 30,5 26,4 19,9 13,8 9,5 19,6 °C
Essaouira 12,9 13,8 14,8 15,8 17,4 19,6 22,6 23,2 22,5 19,4 16,8 14,3 17,8 °C
Fes 9,2 10,9 13,2 14,8 18,7 22,7 26,1 26,3 23,3 18,3 13,9 10,1 17,3 °C
Ifrane 4,1 5,2 6,6 8,0 11,8 15,9 21,2 21,4 17,9 12,5 7,8 4,7 11,4 °C
Kasba-Tadla 10,9 12,0 13,6 15,6 20,5 24,2 29,2 29,0 25,1 20,7 14,4 10,3 18,8 °C
Kenitra 12,2 13,0 15,1 16,4 18,4 20,9 22,6 23,1 21,7 19,4 16,0 13,2 17,7 °C
Khenifra 11,4 12,2 13,1 14,1 16,2 19,0 22,8 23,4 22,2 18,3 15,0 12,9 16,7 °C
Larache 12,9 13,8 14,8 15,8 17,4 19,6 22,6 23,2 22,5 19,4 16,8 14,3 17,8 °C
Marrakech 11,4 13,2 15,7 17,7 20,7 23,9 28,3 28,2 25,1 20,9 15,9 12,1 19,4 °C
Meknes 9,8 10,9 12,9 14,7 17,4 21,0 25,0 25,1 22,6 18,6 13,9 10,4 16,9 °C
Melilla 13,2 13,8 14,0 15,5 17,9 21,0 23,9 25,0 22,8 19,4 15,7 13,7 18,0 °C
Midelt 6,1 8,4 11,4 12,3 15,6 20,6 24,6 24,6 21,0 15,3 10,7 7,5 14,8 °C
Nador 10,2 11,3 12,6 14,3 17,1 21,1 25,9 26,3 24,0 18,9 14,5 11,7 17,3 °C
Nouasser 12,6 13,2 14,0 14,8 16,6 18,8 21,9 22,5 21,9 18,9 16,2 14,2 17,1 °C
Ouarzazate 9,1 11,6 14,8 17,9 21,7 26,2 29,7 29,0 24,6 19,4 13,6 9,2 18,9 °C
Oujda 9,4 11,0 12,8 14,5 16,8 21,2 24,9 25,3 23,3 18,8 14,6 11,2 17,0 °C
Rabat 12,2 13,2 14,7 15,7 17,3 20,1 22,3 22,6 22,1 19,4 16,8 13,8 17,5 °C
Safi 13,0 14,2 16,0 16,5 18,4 20,6 23,5 24,2 23,4 20,5 17,5 14,5 18,5 °C
Sidi Ifni 16,0 16,5 17,6 17,7 18,9 19,6 20,7 21,2 21,3 20,9 19,4 16,6 18,9 °C
Sidi Slimane 12,5 13,5 15,6 17,1 20,6 23,1 25,9 26,6 24,2 20,7 16,2 13,4 19,1 °C
Tan Tan 12,4 14,3 16,5 18,1 20,4 22,9 26,8 27,3 25,5 21,4 17,6 14,0 19,8 °C
Tanger 12,0 12,9 14,1 15,0 17,3 20,5 23,5 23,7 23,4 19,8 16,6 13,9 17,7 °C
Taza 9,8 11,8 14,2 15,2 18,5 23,4 27,5 27,7 25,3 19,6 14,8 11,3 18,3 °C
Tétouan 8,6 10,2 11,8 13,4 16,5 20,6 26,2 26,4 23,9 17,7 13,0 10,2 16,5 °C

O.4. Vitesses du vent moyennes mensuelles


Ville Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Déc
Agadir 2,40 2,81 2,80 3,03 2,99 2,83 2,20 2,22 2,37 2,44 2,32 2,29
Al Houceima 1,98 2,24 2,57 2,58 2,43 2,58 2,47 2,33 2,18 2,01 1,91 1,93
Beni-Mellal 1,07 1,22 1,33 1,49 1,64 1,87 1,94 1,92 1,68 1,37 1,12 1,03
Casablanca 2,38 2,71 2,87 3,10 3,15 2,97 2,88 2,70 2,49 2,50 2,39 2,58
Dakhla 5,69 6,16 6,66 7,96 8,30 9,41 9,43 8,85 7,83 6,37 5,53 5,17
El Ayoun 5,24 5,73 6,03 6,36 6,79 7,28 8,45 7,95 6,71 5,33 4,85 4,46
Errachidia 1,29 1,66 2,37 3,21 3,45 3,53 3,14 2,97 2,57 1,80 1,44 1,16
Essaouira 3,43 4,09 4,42 4,83 4,90 4,72 5,30 5,10 4,16 3,88 3,72 3,87
Fes 2,89 3,18 3,03 3,09 2,97 2,87 2,94 2,94 2,85 2,78 2,90 3,02
Ifrane 2,83 4,29 3,99 3,13 3,27 3,27 3,00 2,96 2,80 2,97 2,88 2,82
Larache 1,95 2,48 2,41 2,73 2,82 2,62 2,65 2,59 2,38 2,18 1,92 1,96
Marrakech 1,90 2,21 2,59 2,68 2,79 2,86 2,73 2,66 2,44 2,12 1,87 1,86
Meknes 1,88 2,17 2,35 2,22 2,19 2,09 1,95 1,99 1,95 1,88 1,96 2,04
Midelt 3,35 4,29 4,18 4,21 3,60 2,82 2,57 2,46 2,47 2,89 3,22 3,36
Nador 3,16 3,72 3,87 3,74 3,91 4,02 3,80 3,52 3,63 3,13 3,25 2,99
Nouasser 3,05 3,42 3,51 3,66 3,69 3,74 3,95 3,87 3,47 3,27 3,18 3,17
Ouarzazate 2,08 2,80 3,27 4,04 3,95 3,72 3,50 3,34 2,91 2,64 2,12 2,01
Oujda 3,50 3,56 3,49 3,58 3,55 3,56 3,60 3,44 3,14 3,11 3,37 3,88
Rabat 2,73 2,86 2,93 3,13 3,02 2,86 2,77 2,69 2,66 2,78 2,81 2,84
Safi 3,27 3,54 3,96 4,09 4,20 4,07 4,47 4,42 3,83 3,57 3,42 3,39
Sidi Ifni 3,32 3,72 3,40 3,51 3,54 3,17 3,00 2,87 2,64 2,59 3,11 3,38
Sidi Slimane 2,25 2,78 3,29 2,87 2,90 2,96 2,88 3,14 2,53 2,50 2,25 2,41
Tan Tan 5,10 5,44 5,71 5,29 5,34 5,40 5,41 5,00 5,11 5,25 5,04 5,16
Tanger 4,93 6,16 6,12 6,50 7,38 7,50 7,70 7,03 6,32 5,15 5,11 4,76
Taza 2,38 2,85 2,81 2,68 2,77 2,70 2,40 2,09 2,22 2,58 2,41 2,79
Tetouan 4,56 5,00 4,90 4,68 4,93 5,09 4,91 4,48 4,56 4,30 4,19 4,31

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 135


O.5. Durées du jour
Villes janv févr mars avr mai juin juil août sept oct nov déc
Agadir 10,27 10,97 11,81 12,74 13,53 13,93 13,75 13,08 12,17 11,24 10,46 10,07
Al Houceima 9,92 10,76 11,77 12,89 13,85 14,33 14,11 13,29 12,21 11,09 10,14 9,67
Beni-Mellal 10,13 10,88 11,80 12,80 13,66 14,09 13,90 13,16 12,19 11,18 10,33 9,91
Casablanca 10,04 10,83 11,79 12,84 13,74 14,19 13,99 13,22 12,20 11,14 10,25 9,81
Dakhla 10,71 11,22 11,86 12,56 13,15 13,44 13,31 12,81 12,13 11,43 10,84 10,56
El Ayoun 10,49 11,10 11,83 12,65 13,34 13,68 13,53 12,94 12,15 11,34 10,65 10,32
El Jadida 10,07 10,84 11,79 12,83 13,72 14,16 13,96 13,20 12,19 11,15 10,27 9,84
Errachidia 10,16 10,90 11,80 12,79 13,63 14,05 13,86 13,14 12,18 11,19 10,36 9,95
Essaouira 10,19 10,92 11,80 12,78 13,61 14,02 13,83 13,12 12,18 11,21 10,38 9,98
Fes 10,01 10,81 11,78 12,85 13,76 14,22 14,02 13,23 12,20 11,13 10,22 9,78
Ifrane 10,05 10,83 11,79 12,84 13,74 14,18 13,98 13,21 12,20 11,14 10,25 9,82
Khenifra 9,98 10,80 11,78 12,87 13,79 14,25 14,04 13,25 12,20 11,12 10,20 9,75
Larache 9,92 10,76 11,77 12,89 13,85 14,33 14,11 13,29 12,21 11,09 10,14 9,67
Marrakech 10,19 10,91 11,80 12,78 13,61 14,03 13,84 13,13 12,18 11,20 10,38 9,98
Meknes 10,02 10,82 11,78 12,85 13,76 14,22 14,01 13,23 12,20 11,13 10,23 9,79
Midelt 10,11 10,87 11,79 12,81 13,68 14,12 13,92 13,18 12,19 11,17 10,31 9,89
Nador 9,92 10,76 11,77 12,89 13,85 14,33 14,11 13,29 12,21 11,09 10,14 9,68
Nouasser 10,06 10,84 11,79 12,84 13,73 14,17 13,97 13,21 12,19 11,15 10,26 9,83
Ouarzazate 10,23 10,94 11,81 12,76 13,57 13,97 13,79 13,10 12,18 11,22 10,42 10,03
Oujda 9,95 10,77 11,78 12,88 13,82 14,30 14,08 13,28 12,21 11,10 10,16 9,71
Rabat 10,00 10,81 11,78 12,86 13,77 14,23 14,02 13,24 12,20 11,12 10,22 9,77
Safi 10,14 10,89 11,80 12,80 13,65 14,08 13,89 13,16 12,19 11,18 10,33 9,92
Sidi Ifni 10,34 11,01 11,82 12,71 13,47 13,85 13,68 13,03 12,17 11,27 10,52 10,15
Sidi Slimane 9,99 10,80 11,78 12,86 13,78 14,25 14,04 13,25 12,20 11,12 10,20 9,76
Tan Tan 10,40 11,04 11,82 12,69 13,43 13,79 13,63 13,00 12,16 11,29 10,56 10,21
Tanger 9,87 10,73 11,77 12,91 13,89 14,38 14,16 13,32 12,21 11,07 10,10 9,62
Taza 9,99 10,80 11,78 12,86 13,78 14,25 14,04 13,25 12,20 11,12 10,20 9,76
Tetouan 9,88 10,74 11,77 12,91 13,88 14,37 14,15 13,31 12,21 11,07 10,11 9,64

O.6. Modèles sinusoïdaux de journées « typiques »


Rayonnement : Dans ce modèle, valable seulement plein face à l’équateur, le maximum (Imax) est
atteint à midi solaire et le minimum, nul, aux lever et coucher. Sur une journée de durée Dj, la
valeur moyenne de l’intensité de rayonnement solaire (kW/m²) est <I> = G / Dj. L’énergie
journalière reçue G (kWh/m²) est associée à une durée crête hc = G / 1’000W/m².
Modèle de variation journalière d’intensité de rayonnement solaire I :
I = Imax.cos{[(2π/(2Dj).(t – 12)]} = (πG/2Dj).cos{[(2π/(2Dj).(t – 12)]}
où t est l’heure en temps solaire vrai, la 2e égalité venant du fait que, sur une journée entre
t = (12−Dj/2) et (12+Dj/2), on a : G = ∫I.dt = (2Dj/π).Imax.
Température : Dans ce modèle, non valable la nuit, le maximum de température ambiante est
atteint au milieu de l’après-midi à (12+Dj/4) alors que le minimum se situe au lever du soleil, à
(12-Dj/2). La température ambiante moyenne (sur 24 h) est <Tamb> = (Tmax + Tmin) / 2, où Tmax et
Tmin désignent le maximum et minimum de température de la journée (sur 24h).
Modèle de variation diurne de température Tamb :
Tamb = <Tamb> + Amp.cos{[2π/(3Dj/2)].[t – (12+Dj/4)]}
où Amp = (Tmax - Tmin) / 2 est l’amplitude de température (prendre 6°C si elle est inconnue).
Vent : Dans ce modèle, valable 24h, le maximum de vitesse du vent, atteint au milieu de l’après-
midi à (12+Dj/4), est le double de la valeur minimale située 12h plus tard dans la nuit.
Modèle de variation journalière de la vitesse du vent V :
V = <V> + (<V>/3).cos{(2π/24).[t – (12+Dj/4)]}
où <V> est la moyenne journalière de la vitesse du vent.

Page 136, Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc


P. DONNEES – GAZ A EFFET DE SERRE
1. Emissions des combustibles
Energie Rendement EMISSIONS
(1) (2) CO2 SO2 NOx
Combustible kWh/kg % g/kWh g/kWh g/kWh
CHARBON 7.23 60% 588 4.20 2.10
FUEL LOURD 11.12 60% 468 11.98 1.50
FUEL DOMESTIQUE 11.68 60% 450 0.85 0.60
GAZ NATUREL 13.90 75% 273 n.s 0.81
BOIS 3.34 60% 600 n.s 1.20
ORDURES MENAGERES 1.95 60% 660 1.20 1.37
(1) Energie thermique de combustion
(2) Rendement moyen de chauffage de l'eau
2. Emissions dues à la production d'électricité
Rendement EMISSIONS
(1) CO2 SO2 NOx
Source de production
% g/kWh g/kWh g/kWh
(rendement de production: 33 %)
100% charbon 90% 1 177 8.40 4.20
100% fuel 90% 937 23.97 3.00
100% gaz 90% 900 n.s 0.20
30% nucléaire + 70% charbon 90% 824 5.88 2.94
80% nucléaire + 20% charbon 90% 235 1.68 0.84
(1) Rendement moyen de chauffage de l'eau
3. Coût des émissions selon l'énergie remplacée
- La valeur du CO2 évité est basée sur un coût de 19 €/tonne (base: 68,6 €/tonne de carbone)
- L'exemple type correspond au chauffage de 200 litres d'eau de 15 à 55 °C, soit 9.3 kWh/jour.
Valeur Exemple Exemple
CO2 évité
€/MWh kg/an €/an
CHARBON 11.18 1 997 38
FUEL LOURD 8.90 1 590 30
FUEL DOMESTIQUE 8.55 1 528 29
GAZ NATUREL 5.19 928 18
BOIS 11.40 2 037 39
ORDURES MENAGERES 12.54 2 240 43
ELECTRICITE : selon source
100% charbon 22.36 3 994 76
100% fuel 17.80 3 180 60
100% gaz 17.10 3 055 58
30% nucléaire + 70% charbon 16.65 2 796 57
80% nucléaire + 20% charbon 4.47 799 15

Cours Systèmes Solaires - Version 9.doc, Page 137