Vous êtes sur la page 1sur 21

N° T.001.

01/03F

FIBRACOLOR

PLAQUES COMPOSITES PROFILEES


POUR COUVERTURE ET BARDAGE

-1-
SOMMAIRE

Page
• Introduction 3
• Généralités 3
• Résistance chimique 3
• Mise en oeuvre couverture 3
- Sens de pose 3
- Pente minimale 3
- Recouvrement longitudinal 3
- Recouvrement transversal 4
- Compléments d’étanchéité 4
- Ecartement des appuis 5
- Charges 5
- Fixations 5
* Sur panne bois 5
* Sur panne métallique 6
* Fixations de couture 7
* Accessoires de fixations 7
* Nombre de fixations 9
* Position des fixations 9
- Accessoires de couverture en polyester 10
- Accessoires de couverture en acier inoxydable revêtu 10
- Accessoires de couverture en polyéthylène 10
- Eclairement naturel en couverture 10
- Ouvrages particuliers de couverture 11
* Egout 11
* Faitage 11
* Rive 12
* Elements de raccord 12
* Pénétrations discontinues 12
- Réalisation d’une isolation thermique 12
-Ventilation de la sous-face de la couverture 12
-Régulateur de condensation 13
- Définition de l’hygrométrie des locaux 16
- Condition d’usage et d’entretien 16
- Sécurité du personnel 17
• Mise en oeuvre bardage 17
- Sens de pose 17
- Recouvrement longitudinal 17
- Recouvrement transversal 17
- Charges de vent 17
- Fixations 17
* Nombre de fixations 17
* Position des fixations 17
* Accessoires de fixations 19
* Fixations de couture 19
- Accessoires de bardage 19
- Ouvrages particuliers de bardage 19
- Eclairement naturel en bardage 20
- Coupe des plaques 20
- Stockage 20
- Manutention 20
- Documents de référence 21

-2-
INTRODUCTION
Ce document définit les conditions techniques auxquelles doivent satisfaire les travaux de couverture et de bardage en
plaques profilées FIBRACOLOR pour l’obtention de la garantie décennale. Il s’applique à tous les bâtiments d’une
hauteur maximale de 20 mètres, d’une longueur de rampant maximum de 40 mètres, et d’hygrométrie faible ou
moyenne, réalisés en Europe, implantés à une altitude au plus égale à 900 m, quelle que soit leur destination.

GENERALITES
Se reporter à la documentation commerciale n°C.004 F 09/2001.

RESISTANCE CHIMIQUE
Les plaques FIBRACOLOR ont d’excellentes propriétés de résistance aux attaques chimiques notamment au contact
de la plupart des acides. Le tableau ci-dessous résume le comportement en fonction du temps de stratifiés
FIBRACOLOR immergés dans différents réactifs chimiques à température ambiante.

RESISTANCE
REACTIFS Concentration Excellente Bonne Faible
Acide acétique 25% x
Acide chlorhydrique 10% x
Acid citrique x
Acide nitrique 5% x
Acide nitrique 50% x
Acide sulphurique 10% x
Acide sulphurique 25% x
Acide sulphurique 50% x
Acide phosphorique 25% x
Acide phosphorique 50% x
Acide lactique 1% x
Ammoniaque 5% x
Ammoniaque 28% x
Eau x
Chlorure de sodium 10% x
Chlorure de potassium x
Alcool méthylique x
Essence x
Kérosène x
Benzène x
Acétone 25% x
Tétrachlorure de carbone x

MISE EN OEUVRE COUVERTURE


Les principaux critères à prendre en considération sont : l’étanchéité, la résistance aux vents et aux charges de neige.
En raison de la faible épaisseur des plaques (≤ 2.0 mm), il est inutile de pratiquer la coupe des coins.

Sens de pose
La pose doit être effectuée de l’égoût vers le faîtage par files verticales. Les plaques sont posées avec les ondes ou
nervures parallèles à la ligne de plus grande pente du toit en commençant par le côté opposé aux vents dominants.

Pente minimale
La pente minimale à adopter est de 7 % pour une altitude inférieure à 900 m. Cette valeur est susceptible d’être
augmentée en fonction de la configuration de la couverture et des zones et situations climatiques où sont érigés les
bâtiments.

Recouvrement longitudinal (plaques ondulées)


Le recouvrement longitudinal est toujours réglé à l’aide d’un gabarit qui permet d’éviter le chevauchement des plaques.

Vent →
Gabarit de pose∗

* à réaliser avec un échantillon de plaque FIBRACOLOR .

-3-
Recouvrement longitudinal (plaques nervurées)
Le recouvrement longitudinal est donné par l’emboîtement de la nervure de rive « emboîtante » sur la nervure de rive
« emboîtée » de la plaque nervurée précédente. Il est effectué dans le sens opposé aux vents dominants.

Recouvrement transversal
Il se fait toujours au droit d’un appui.
La valeur du recouvrement transversal ne doit pas
être inférieure à 200 mm

Compléments d’étanchéité
Des compléments d’étanchéité transversaux et longitudinaux doivent être interposés aux recouvrements dans les
conditions de pentes, de zones et de situations définies dans le tableau ci-après.

Tableau des pentes

Zone I Zone 2 Zone I et 2


Pente Recouvrement Situations protégées Situations protégées Situation exposée et
minimal (mm) et normales et normales Zone 3 toutes situations
7 à 20 % inclus 200 C.E. C.E. C.E.
20 à 25 % inclus 200 - C.E. C.E.
25 à 34 % inclus 200 - - C.E.
C.E. : Complément d’étanchéité.

L’interposition de compléments d’étanchéité longitudinaux et transversaux est également nécessaire, en plus des
prescriptions du tableau des pentes :
- Pour assurer l’étanchéité à l’eau compte tenu des conditions de pose des plaques ;
- En vue d’obtenir l’étanchéité à la neige poudreuse.

Pose des compléments d’étanchéité


Ils doivent se poser sur des surfaces propres et sèches aux emplacements ci-après.

Complément d’étanchéité transversal


Le cordon d’étanchéité d’épaisseur continue est appliqué
suivants les ondulations ou nervures de la plaque.
Il se place entre 80 et 100 mm du bord supérieur
de la plaque à recouvrir, donc 30 à 50 mm au dessous
des trous de fixation.

-4-
Complément d’étanchéité longitudinal (plaques ondulées)
Le complément d’étanchéité longitudinal se place à 15 mm au maximum du bord de l’onde relevée de la plaque à
recouvrir. Les matériaux utilisés comme complément d’étanchéité relèvent de la norme NF P 30.305.

Complément d’étanchéité longitudinal (plaques nervurées)


Se référer au tableau des pentes précédent.

Ecartement des appuis


L’écartement entre axes des appuis qui est fonction du recouvrement et des charges appliquées à la couverture ne doit
en aucun cas être supérieur à 1.50 m.

Charges
Le tableau suivant donne les charges descendantes maximales admissibles sur 2 appuis en daN/m². Les valeurs
indiquées correspondent au tiers de la charge de ruine (coefficient de sécurité 3).

Portée en m
Profil Epaisseur
en mm 1.50 1.75∗ 2.00∗

5.207.35 1.7 140 93 60

5.207.35 2.0 180 120 75

177x51 1.7 170 110 72

177x51 2.0 217 140 92


∗ bardage uniquement.

Charges de vent et neige


Se reporter au DTU P06-002 avril 2000 : règles définissant les effets de la neige et du vent sur les constructions et
annexes (édition 2001).

FIXATION DES PLAQUES FIBRACOLOR


Elles doivent être conformes à la norme NFP 34.205.1 (DTU 40.35). La nature des matériaux devra être adaptée aux
contraintes d’environnement de chaque site.

Sur panne bois


1. Tirefonds à visser
De type LR ETANCO code LBT2 CH (acier galvanise à chaud) /LBT X 2 (acier inoxydable) ou équivalent.
Dimensions : minimum ∅ 8 mm
longueur telle que la profondeur d’ancrage soit d’au moins 50 mm.
Nature : acier selon NFA 35.053 (FR8), galvanise à chaud selon NFA 91.121 (450 g/m² minimal).
ou acier inoxydable (austénitique A2) selon E 25.033.
Résistance : ≥ 230 daN.

2. Vis à bois autoperceuse – pointe foreuse (sans avant-trou)


De type LR ETANCO ZACROVIS BOIS 2C ou équivalent.
Dimensions : minimum ∅ 6.5 mm
longueur telle que la profondeur d’ancrage soit d’au moins 50 mm.
Nature : Acier de cémentation selon NFA 35.551 avec revêtement métallique renforcé et revêtement superficiel
complémentaire permettant d’obtenir une résistance minimale à la corrosion de 12 cycles Kesternich selon NFT 30.055.
ou acier inoxydable (austénitique A2) selon E 25.053.
Résistance : ≥ 230 daN

-5-
Sur panne métallique
1. Boulons-crochets
Dimensions : minimum ∅ 8 mm
longueur en fonction de la plaque et du support à assembler.
Crochet et étrier de forme adaptée au support..
Nature : acier de résistance minimale 500 N/mm², galvanise à chaud en continu selon NFA 91.121 (classe B), et avec
protection complémentaire des filets et des extrémités (peinture riche en zinc)
ou acier inoxydable (austénitique A2) selon E 25.033.
Résistance : ≥ 230 daN

1.1 Agrafe à rabattre


Dimensions : largeur minimale 28 mm.
épaisseur minimale 1.5 mm pour ailes ≤ 65 mm.
2.0 mm pour ailes > 65 mm.
Nature : acier galvanisé selon NFEN 10142 (Z275), de type LR ETANCO code 41012 ou équivalent.
ou acier inoxydable selon NFEN 10088.2 (X9CrNi18.8) de type LR ETANCO code 41210 ou équivalent.
Boulon tête ronde – collet carré ∅ 7 mm – bout pointu, en acier galvanise à chaud - type LR ETANCO TRRCC
POINTU/ZB ou équivalent.
ou en acier inoxydable type LR ETANCO TRRCC PLAT/IN ou équivalent.

1.2 Ecrou
De type LR ETANCO Hu/ZG en acier selon NFA 35053 (FR8), galvanisé à chaud selon NFA 91.121 (450 g/m² minimal).
ou de type LR ETANCO Hu/IN code 68840 ou équivalent, en acier inoxydable (austénitique A2) selon E25.033.

2. Vis autotaraudeuses avec préperçage du support


De type LR ETANCO ZACROFAST (revêtement renforcé), FAST-INOX (acier inoxydable), ou équivalent.
Dimensions : minimum ∅ 6,3 mm
longueur telle que le dépassement sous la panne support après pose soit au moins égal au diamètre
de la vis.
Nature : acier de cémentation selon NFA 35.551, revêtement métallique renforcé et revêtement superficiel
complémentaire permettant d’obtenir une résistance minimale à la corrosion de 12 cycles Kesternich selon NFT 30.055.
ou acier inoxydable (austénitique A2) selon E 25.033.
Résistance : ≥ 230 daN

-6-
3. Vis autoperceuse – pointe foreuse (sans avant trou)
De type LR ETANCO ZACROVIS S.R. (revêtement renforcé), DRILLNOX T.H. + Rd (acier inoxydable), ou équivalent.
Dimensions : minimum ∅ 5,5 mm
longueur telle que le filetage de la vis soit visible sous le support après pose.
Nature : acier de cémentation selon NFA 35.551, revêtement métallique renforcé et revêtement superficiel
complémentaire permettant d’obtenir une résistance minimale à la corrosion de 12 cycles Kesternich selon NFT 30.055.
ou acier inoxydable (austénitique A2) selon E 25.033.
Résistance : ≥ 230 daN

Fixations de couture
Les plaques sont couturées tous les 500 mm (tous les 400 mm si la pente de la couverture est inférieure à 10°)
À leurs recouvrements longitudinaux à l’aide de fixations par vis et douille de serrage avec rondelle métallique et
rondelle d’étanchéité incorporée.
De type LR ETANCO PLASTICOUTURE code 337000 (aluminium), ou PLASTINOX code 605218 (acier inoxydable), ou
équivalent.
Douille de diamètre 9 mm environ en élastomère selon NFP 85.301.
Vis et rondelle en aluminium ou acier inoxydable (austénitique A2 selon E 25.033), avec écrou noyé dans la douille.
Rondelle d’étanchéité en élastomère selon NFP 85.301.

Accessoires de fixations
Plaquettes en sommet d’onde (profils 177 x 51-92 et 177 x 51-110)
De type LR ETANCO code 70310 ou équivalent, en tôle d’acier galvanisé selon P34.301 1994, ou code 70210 ou
équivalent, en acier inoxydable selon NFEN 10088.2 (X9CrNi18.8), dimensions 40 x 40 mm, épaisseur 0,8 mm, et de
diamètre de trou 9 mm.

Cavaliers en sommet de nervure (profil 5.207.35)


De type LR ETANCO code 112900 ou équivalent, en tôle d’acier galvanise selon P34.301 1994, ou code 112920 ou
équivalent, en acier inoxydable selon NFEN 10088.2 (X9CrNi18.8), épaisseur 0,8 mm, et de diamètre de trou 8,5 mm.

Rondelle d’étanchéité
De type LR ETANCO code 417390-000 ou équivalent
Dimensions : minimum ∅ 18 mm.
épaisseur minimale 3 mm.
Le diamètre du trou de passage est au plus égal au diamètre de tige (partie lisse) de la fixation.
Nature : élastomère rigide selon NFP 83.301 (dureté 55 à 65 DIDC)

Rondelle métallique solidaire de la rondelle d’étanchéité pour vis autotaraudeuse


Rondelle métallique : en acier inoxydable, nuance Z12CN17-08, de forme conique, de diamètre extérieur 29 mm et
d’épaisseur 1 mm.
Rondelle d’étanchéité : en polychloroprène, de dureté DIDC comprise entre 55 et 65, de même diamètre que la rondelle
métallique, d’épaisseur 3 mm et selon NFP 85.301.

-7-
Serrage des rondelles
Le serrage doit être tel que la rondelle d’étanchéité soit légèrement écrasée. L’emploi de systèmes de serrage
automatiques implique une vérification régulière du bon fonctionnement des limiteurs de couple ou course, afin d’éviter
un serrage excessif.

Pontet
Pour éviter l’écrasement des plaques par serrage excessif, il est nécessaire de prévoir des pontets en plastique de type
LR ETANCO code 450510 (profils 177 x 51-92 / 177 x 51 -110)
code 450350 (profil 5.207.35)
ou équivalent dans les cas suivants :
En rive de bâtiment si les plaques n’ont pas de pied d’onde.
Au recouvrement des plaques FIBRALEX sous les plaques FIBRACOLOR.
Au recouvrement des plaques FIBRALEX sur les plaques FIBRACOLOR.
Au recouvrement longitudinal des plaques FIBRALEX sur les plaques FIBRALEX.
Au recouvrement sur accessoires en polyester.
Avec le mode de fixation par vis autotaraudeuse.
Pour les bâtiments localisés en zone climatique III et situation exposée en zone I et II.

En fonction du type de fixations ou de l’environnement corrosif, il est possible d’utiliser des pontets en acier inoxydable:

-8-
Nombre de fixations
Il depend :
• Des caractéristiques de mise en oeuvre des plaques.
• Des efforts de dépression calculés selon les règles NV en vigueur sur les plaques.
• Des résistances des fixations.

Position des fixations


Les fixations sont toujours posées en sommet d’onde ou de nervure.
Sur les pannes de recouvrement la fixation est située à 50 mm du bord supérieur de la plaque recouverte.

Conditions particulières aux appuis


La pose ne peut avoir lieu que si les surfaces d’appui sont planes et parallèles au plan de la couverture en partie
courante, continues et sans saillies. La largeur d’appui minimale est de 40 mm sur les éléments de charpente
métallique et de 60 mm sur les éléments de charpente en bois.

Cintrage
Il n’est pas recommandé de cintrer les plaques FIBRACOLOR.

Débords
Le porte à faux ne doit pas dépasser 300 mm lorsque la toiture ne comporte pas de gouttière et 200 mm lorsqu’elle en
comporte une. Le porte à faux se mesure entre l’axe du trou de fixation sur la pièce extrême de charpente (sablière ou
autre) et l’extrémité de la plaque. La gouttière ne doit en aucun cas se fixer directement sur les plaques.

Trous de fixations
Le perçage des trous de fixation doit se faire au moyen d’un foret : l’emploi du marteau, du poinçon ou du tirefond est
interdit. Le diamètre du foret doit être supérieur de 2 mm au diamètre des fixations.

-9-
Accessoires de couverture en polyester opaque

La méthode de fabrication de certains accessoires est susceptible de produire de petits écarts sur les tolérances et sur
les coloris. Il est recommandé de réaliser la pose avec un joint d’étanchéité.

Accessoires de couverture en polyéthylène


Closoirs
- Profils B : sous les plaques, en égout par exemple.
- Contre-profils A : posés sur les plaques en faîtage par exemple.

Option : protection en polypropylène non tissé. Ce grillage préserve les closoirs contre la dégradation des différents
prédateurs.

Eclairement en couverture
Il est obtenu par des plaques FIBRALEX en polyester armé de fibres de verre de même profil que les plaques
FIBRACOLOR. Les plaques FIBRALEX sont conformes aux normes EN 1013-1 et EN 1013-2. Un certificat de
résistance aux chocs de 1200 Joules est fourni sur demande.

Réaction au feu :
Classement M1 FIBRALEX SP SE : procès verbal L.N.E. n° 5030421-DMAT/1
Classement M4 FIBRALEX SP 120 : procès verbal L.N.E. n° 6120022-DMAT/1

Mise en oeuvre
La mise en oeuvre de ces plaques doit être conforme au cahier des charges des travaux de couverture :
DTU n° 40.35 (plaques nervurées en polyester renforcé fibres de verre).
à l’exception des pentes minimales, recouvrements et compléments d’étanchéité conformément au présent document.
Il ne doit pas y avoir de plaques FIBRALEX en rive latérale de toiture.

-10-
L’écartement entre axes des appuis qui est fonction du recouvrement et des charges appliquées à la couverture ne doit
en aucun cas être supérieur à 1.50 m. Le tableau ci-dessous indique les charges descendantes maximales admissibles
sur 2 appuis en daN/m². Les valeurs indiquées correspondent au tiers de la charge de ruine (coefficient de sécurité 3).

Profils FIBRALEX Epaisseur Portée


en mm 1,50 m
177 x 51 1.3 110
177 x 51 1.7 170
5.207.35 1.7 118

Ouvrages particuliers de couverture


L’exécution des ouvrages particuliers de la couverture se fait généralement au moyen de pièces de raccordement en
polyester renforcé de fibres de verre.

Egout
L’égout est traité par débordement avec closoir ou par raccord d’enveloppe convexe.

Faîtage
Les faîtières sont du type :
à charnière à bords ondulés ou nervurés.
à charnière à bord plat.
angulaire.
Elles doivent être fixées en trois points à la première, troisième, et à la cinquième onde avec les fixations de la rangée
supérieure des plaques ondulées et avec le même recouvrement. Les éléments des faîtières doubles à charnières
doivent être assemblés deux par deux au moyen de boulons en acier inoxydable munis de doubles rondelles. La pose
des faîtières se fait dans le même sens que la pose des plaques ondulées ou nervures. Les compléments d’étanchéité
sont requis dans les mêmes conditions que pour les plaques en partie courante.

-11-
Rives
Les rives de pignon sont réalisées par des pièces en polyester opaque. La fixation est obtenue par boulons et équerres
dans le cas de pannes métalliques, ou par vis sur planches ou chevrons de rive dans le cas de pannes en bois. Dans
tous les cas, la rive doit être réalisée de manière à rejeter les eaux dans la première onde ou nervure complète.

Eléments de raccord
Raccordement avec une paroi verticale sur maçonnerie.

Pénétrations discontinues
Des plaques spéciales telles que les plaques à châssis permettent la mise en place de dispositifs de ventilation ou le
passage de conduits divers. Ces plaques servent de costières au matériel correspondant.

La réalisation d’un chevêtre est nécessaire pour reprendre les efforts ou les vibrations exercées sur la plaque. Lorsque
les plaques ne supportent que des dispositifs statiques sans entretien pour ventilation ou exutoire de fumée dont une
dimension (largeur ou longueur) est inférieure à 400 mm, on peut se dispenser de ce chevêtre. Les plaques sont
réalisées en polyester opaque renforcé de fibres de verre. Leur pose se fait selon les mêmes règles que celles des
plaques éclairantes FIBRALEX en polyester renforcé de fibres de verre. Le chevêtre est indispensable dans les
mêmes cas

Réalisation d’une isolation thermique


Les documents particuliers du marché doivent préciser les caractéristiques de l’isolation. La couche isolante peut être
disposée :
entre pannes
suspendue sous les pannes (parallèlement aux rampants, ou horizontalement).
Cette disposition réduit la déperdition due aux ponts thermiques. Il y a lieu de prévoir une barrière de vapeur disposée
en sous-face de l’isolant.

Ventilation de la sous-face de la couverture


Cette ventilation est nécessaire pour préserver la charpente et pour limiter les condensations. Les dispositions à retenir
dépendent de la destination du bâtiment, de l’hygrométrie des locaux sous-jacents et du type de toiture. Dans certains
cas, il est nécessaire de prévoir un revêtement anti-condensation en sous face des plaques FIBRACOLOR.

-12-
Régulateur de condensation
Traitement des sous-faces de couverture
1) Condensation
La condensation qui se produit dans l’ensemble des bâtiments provoque de graves dommages tels que :
• Corrosion par la rouille des supports métalliques.
• Détérioration par l’humidité des denrées alimentaires stockées.
• Humidification et destruction des supports papier et carton.
• Apparition d’eau ruisselant dans les faux plafonds et les cloisons engendrant moisissures, mauvaises odeurs
et tâches sur les peintures.

L’air est un mélange de gaz qui contient en particulier de la vapeur d’eau. Le poids de vapeur d’eau rapporté au volume
d’air est l’humidité absolue de l’air W, en g/m3. W ne peut dépasser une valeur maximum Ws dite limite de saturation
(fonction croissante de la température). Au-delà de cette limite Ws, l’excès de vapeur se transforme en eau à l’état
liquide (formation de gouttelettes) : c’est la condensation. A la limite de saturation correspond une température de l’air
appelée point de rosée.
Dès que la température superficielle de la paroi en contact avec l’air est inférieure ou égale au point de rosée, il y a
condensation.
L’humidité relative Hr est le rapport de l’humidité absolue à la limite de saturation (W/Ws) exprimé en pourcentage.
(voir abaque en annexe).

2) Destination
Le régulateur de condensation est un produit appliqué en sous-face des plaques FIBRACOLOR®.
Il agit par absorption et stockage des condensats qui se forment en sous face de la couverture lorsque le point de rosée
est dépassé, en fonction notamment des données météorologiques locales. Le régulateur de condensation restitue à
l’atmosphère l’eau stockée lorsque les conditions hygrométriques s’inversent. Ceci implique que le régulateur de
condensation soit en contact avec une lame d’air ou un volume ventilé dans une atmosphère saine sans émanation
(poussières, vapeurs, gaz corrosifs,…), en vue d’un fonctionnement durable.

3) Définition
Le régulateur de condensation est essentiellement composé de charges minérales ayant une très grande capacité
d’absorption d’eau, liées à une émulsion vinylique. Il est totalement incombustible.
Le régulateur de condensation est projeté manuellement en sous-face des plaques FIBRACOLOR®, puis séché au four.
Ces opérations sont réalisées uniquement en usine.
Le régulateur de condensation se présente comme un revêtement granuleux, d’aspect mat et de teinte uniforme sable.

4) caractéristiques techniques
Densité 1,05 +/- 0,05
Extrait sec (poids) 28% + /- 2%
Absorption d’eau 300 g/m²
Réaction au feu MO (P.V. CSTB n°89.28687)
Teinte sable

(1) Absorption maxi en 40 secondes.


(2) Désorption totale en 3 heures.(ces temps varient avec la température et l’humidité relative).
Le principe de fonctionnement du régulateur de condensation consiste à absorber l’eau suite à un point de rosée, à la
conserver, puis à la restituer en partie ou en totalité, par évaporation (désorption) quand les conditions climatiques à
l’intérieur des locaux le permettent.

En plus de ses performances hygrométriques, le régulateur de condensation possède les propriétés suivantes :
• anti-vibration acoustique
• anti-corrosion
• fongicide et bactéricide

5) Conseils d’utilisation
Ventilation
La ventilation de la couverture doit être strictement conforme aux prescriptions du DTU 40.35. Le régulateur de
condensation ne pourra remplir parfaitement son rôle que si l’hygrométrie des locaux est faible ou moyenne, si
l’ambiance est saine et sèche, et si une ventilation de la sous-face est assurée.
Dans le cas d’une installation d’un faux plafond, il faudra laisser un espace suffisant entre celui-ci et la sous-face afin de
garantir une bonne circulation de l’air ambiant.

-13-
Pente de la couverture
Les limites et prescriptions sont indiquées dans le DTU 40.35. Il est déconseillé d’utiliser le régulateur de condensation
dans le cas de fortes pentes : l’eau de condensation a tendance à s’écouler et n’est plus conservée par le revêtement.

Appuis
Eviter le contact du régulateur de condensation avec d’autres matières absorbantes. Dans le cas d’une pose sur des
pannes en bois, il est nécessaire de protéger leur face supérieure avec une bande de feutre bitumé ou autre matériau
similaire.

Manutention
Manipuler les plaques FIBRACOLOR® avec précaution. Il est important d’éviter les rayures sur le revêtement en sous-
face car elles risquent de perturber le fonctionnement du régulateur de condensation.

Stockage
Les plaques FIBRACOLOR® traitées avec le régulateur de condensation devront obligatoirement être stockées sous
abri afin de les protéger du gel, du soleil, de la chaleur, et de l’humidité.
Tout élément accidentellement humidifié devra être impérativement séché avant sa pose afin d’éviter un arrachement
du revêtement.
Prévoir une inclinaison des fardeaux d’environ 15° et réaliser un bâchage correct.

-14-
-15-
Définition de l’hygrométrie des locaux
Locaux à forte hygrométrie
Locaux où le mode d’occupation, forte densité et production de vapeur résultant de l’usage, les conditions de chauffage
(chauffage homogène mais plus ou moins continu) et de renouvellement de l’air sont telles que la quantité de vapeur
sera supérieure en moyenne pendant la saison froide de plus de 5 g/m3 à l’humidité extérieure.
Peuvent être compris dans cette catégorie, sans que cette liste soit limitative, les locaux suivants :
- locaux avec forte concentration humaine ou animale (locaux scolaires, certains bureaux et salles de réunion,
bâtiments d’élevage agricole, manages couverts de chevaux, certains ateliers...);
- locaux avec forte production de vapeur d’eau (piscines, saunas, bains turcs, conserveries, teintureries, papeteries,
laiteries industrielles, ateliers de lavage de bouteilles, brasseries, ateliers de polissage, cuisines collectives, salles
d’eau, blanchisserie industrielles, ateliers de tissage, filatures...);
- locaux à atmosphère humide contrôlée pour les besoins de la fabrication des produits (boulangeries et pâtisseries
industrielles, fabrication du contreplaqué à chaud, tannage des cuirs, ateliers de peinture, de photographie, ateliers de
traitement des tabacs).
Locaux à faible ou moyenne hygrométrie
Ce sont les locaux où la production de vapeur d’eau généralement faible et le renouvellement d’air font que la quantité
de vapeur à l’intérieur est en moyenne pendant la saison froide voisine de celle de l’extérieur, et en tout cas ne dépasse
pas plus de 5 g/m3 l’humidité extérieure.

Dispositions relatives aux locaux à faible ou moyenne hygrométrie


Sections de ventilation
1. Bâtiments fermés non isolés
Pour chaque versant de toiture à ventiler, la section minimale de chaque série d’ouverture (entrée ou sortie d’air) est
égale au moins au 1/500 de la surface projetée du versant considéré sans toutefois dépasser 400 cm² par mètre
linéaire.

2. Bâtiments isolés sous pannes


Pour chaque versant de toiture à ventiler, la section minimale de chaque série d’ouvertures (entrée ou sortie d’air)
dépend de l’hygrométrie du local sous-jacent et de la surface projetée du versant considéré. Pour chaque versant
considéré, les sections minimales de chaque série d’ouvertures (par rapport à la surface projetée) à adopter sont :

Pour les bâtiments à faible hygrométrie :


1/2000 pour les entrées d’air.
1/2000 pour les sorties d’air.

Pour les bâtiments à moyenne hygrométrie :


1/1000 pour les entrées d’air.
1/1000 pour les sorties d’air.

La section de chaque série d’ouverture ne dépasse pas 400 cm² par mètre linéaire.
L’épaisseur de la lame d’air continue entre l’isolant et la sous-face du support de couverture est au moins de 4 cm.
Certains isolants peuvent présenter des possibilités de foisonnement, il y a lieu d’en tenir compte dans le
dimensionnement de la lame d’air pour la ventilation

3. Réalisation de la ventilation
Les ouvertures de ventilation peuvent être constituées par des dispositifs tels que faîtage ventilé, chatières, ondes des
plaques ondulées, nervures des plaques nervurées à condition d’avoir les sections minimales de ventilation en fonction
des configurations courantes de la toiture et du système utilisé pour limiter la condensation sous la couverture.
En haut de versant, les ouvertures de ventilation peuvent être disposes en partie haute de pignons si ceux-ci ne sont
pas distants de plus de 12 m. Lorsque la plus petite dimension des ouvertures de ventilation est supérieure à 20 mm,
un grillage à mailles fines peut être disposé pour s’opposer à l’intrusion de petits animaux.

Dans le cas de bâtiments à forte hygrométrie, mention doit en être faite aux documents particuliers du marché. Une
étude particulière doit être réalisée.

Conditions d’usage et d’entretien


La condition de durabilité des toitures en plaques FIBRACOLOR ne peut être pleinement satisfaite que si les plaques
sont entretenues et si leur usage est normal.
L’entretien des toitures comporte notamment :
- L’enlèvement périodique des feuilles, herbes, mousses et autres objets étrangers.
- Le maintien en bon état de fonctionnement des évacuations d’eaux pluviales.
- Le maintien en bon état des ouvrages qui contribuent à l’étanchéité de la couverture tels que raccords de mur, bandes
de rive, ...
- Le maintien en bon état du support de la couverture et de sa ventilation.
Il est recommandé de nettoyer les plaques avec une solution diluée de détergent.

-16-
Sécurité du personnel
Les dispositions constructives de la couverture doivent permettre de satisfaire aux exigences réglementaires
concernant la protection contre les chutes du personnel amené à travailler et à circuler sur la toiture.
Ces exigences figurent dans le décret 65-48 du 8 janvier 1965 complété par le décret 81-989 du 30 octobre 1981 et
modifié par les décrets 92-767 du 29 juillet 1992 et 93-41 du 11 janvier 1993 concernant l’exécution des dispositions du
Livre II du code du Travail (titre II « Hygiène et sécurité des travailleurs »).
Le personnel ne doit en aucun cas prendre appui directement sur les plaques de couverture FIBRACOLOR ou sur les
plaques translucides d’éclairement naturel FIBRALEX . Il doit utiliser des échafaudages, plates-formes, planches,
échelles, ou chemins de circulation.

MISE EN OEUVRE BARDAGE


Le bardage se distingue de la couverture par son inclinaison. Au delà d’une inclinaison de 30° par rapport à la verticale,
il s’agit d’une couverture. Dans ce cas voir le chapitre « mise en œuvre couverture ».
Les principaux critères à prendre en considération sont l’étanchéité et la résistance aux vents.
Il est recommandé de poser les plaques FIBRACOLOR verticalement, avec les fixations en creux d’ondes ou en fond
de nervures. La pose se fait sur support bois ou métallique.

Sens de pose
Les plaques sont posées directement sur les lisses en commençant par le côté opposé aux vents dominants.

Recouvrement longitudinal (plaques ondulées)


Le recouvrement longitudinal est toujours réglé à l’aide d’un gabarit qui permet d’éviter le chevauchement des plaques.

* à réaliser avec un échantillon de plaque FIBRACOLOR .

Recouvrement longitudinal (plaques nervurées)


Le recouvrement longitudinal est donné par l’emboîtement de la nervure de rive « emboîtante » sur la nervure de rive
« emboîtée » de la plaque nervurée précédente. Il est effectué dans le sens opposé aux vents dominants.

Recouvrement transversal
Il se fait toujours au droit d’un appui
et ne doit pas être inférieur à 100 mm, et supérieur à 300 mm.

Charges de vent
Se reporter au DTU P06-002 avril 2000 : règles définissant les effets
de la neige et du vent sur les constructions et annexes (édition 2001).

Fixations :voir chapitre mise en oeuvre couverture.

Nombre de fixations
Il dépend : des caractéristiques de mise en œuvre des plaques ;
des efforts de dépression calculés selon les règles NV en vigueur sur les plaques ;
des résistances des fixations.

Position des fixations


Les fixations sont posées en creux d’onde ou en fond de nervure. Sur les lisses de recouvrement la fixation est située à
50 mm du bord supérieur de la plaque recouverte.

-17-
Sur lisse de recouvrement

-18-
Accessoires de fixations
Plaquettes en creux d’onde (profils 177 x 51-92 / 177 x 51-110)
De type LR ETANCO code 70020 ou équivalent en acier galvanisé, ou code 70220 ou équivalent, en acier inoxydable
selon NFEN 10088.2 (X9CrNi18.8), de dimensions 50 x 40 mm, d’épaisseur 0,8 mm, et de diamètre de trou de 9 mm.
Elles possèdent un embouti permettant le logement de la rondelle d’étanchéité décrite dans le chapitre mise en œuvre
couverture.

Plaquettes en fond de nervure (profil 5.207.35)


De type LR ETANCO code 128020 ou équivalent en acier galvanisé, ou code 128320 ou équivalent, en acier inoxydable
selon NFEN 10088.2 (X9CrNi18.8), de diamètre extérieur 25 mm, d’épaisseur 0,8 mm, et de diamètre de trou de 8,5
mm. Elles possèdent un embouti permettant le logement de la rondelle d’étanchéité décrite dans le chapitre mise en
œuvre couverture.

Fixations de couture
Les plaques profilées sont couturées tous les 500 mm à leurs recouvrements longitudinaux à l’aide de fixations par vis
et douille de serrage avec rondelle métallique et rondelle d’étanchéité incorporée.
De type LR ETANCO PLASTICOUTURE code 337000 (aluminium), ou PLASTINOX code 605218 (acier inoxydable), ou
équivalent.
Douille de diamètre 9 mm environ selon NFP 85.301.
Vis et rondelle en acier inoxydable austénitique A2 selon E 25.033), avec écrou noyé dans la douille.
Rondelle d’étanchéité en élastomère selon NFP 85.301.

Ouvrages particuliers de bardage


L’exécution des ouvrages particuliers de bardage se fait généralement au moyen de pièces en polyester renforcé de
fibres de verre, ou en tôle d’acier inoxydable revêtu.

-19-
Les plaques ne doivent pas reposer sur le sol. Il est nécessaire de prévoir un dispositif tel que le raccord bas de
bardage, permettant l’évacuation des eaux de ruissellement à l’extérieur du bâtiment.

Eclairement en bardage
Il est obtenu par des plaques translucides FIBRALEX en polyester armé de fibres de verre de même profil que les
plaques FIBRACOLOR. Les plaques FIBRALEX sont conformes aux normes EN 1013-1 et EN 1013-2.
Réaction au feu :
Classement M1 FIBRALEX SP SE : Procès-verbal L.N.E. n° 5030421-DMAT/1.
Classement M4 FIBRALEX SP 120 : Procès-verbal L.N.E. n° 6120022-DMAT/1.

L’écartement entre axes des appuis et le recouvrement des plaques FIBRALEX sont identiques à ceux de la plaque
FIBRACOLOR.

Coupe des plaques


La coupe des plaques FIBRACOLOR doit se faire au sol, à l’aide d’une scie ou d’une tronçonneuse à disque. Elle peut
être réalisée soit en atelier, soit sur chantier.

Stockage
Le stockage des plaques FIBRACOLOR doit être fait à plat sous abri ventilé (magasin couvert, bâche). Les colis sont
légèrement inclinés sur l’horizontale pour favoriser leur séchage, et séparés du sol par l’intermédiaire d’un calage
permettant une bonne aération et évitant toute déformation permanente des plaques. Il ne faut pas superposer les
plaques au-delà d’un poids de 1000 kg par palette.

Manutention
Les plaques FIBRACOLOR seront manutentionnées de préference à deux personnes. Les plaques de grande longueur
sont soutenues par leur milieu. Utiliser des élingues souples pour le levage afin d’éviter toute détérioration.
En cas de vent, prendre des précautions particulières pour la manutention des plaques FIBRACOLOR.

-20-
REFERENCES

NFP 92-501 décembre 1995


Sécurité contre l’incendie - Bâtiment - Essais de réaction au feu des matériaux.

NF EN 1013-1 mai 1998


Plaques profilées éclairantes en matière plastique pour couverture en simple paroi - Partie 1 : exigences générales et
méthodes d’essai - Indice de classement P38 301-1.

NF EN 1013-2 janvier 1999


Plaques profilées éclairantes en matière plastique pour couverture en simple paroi - Partie 2 : exigences spécifiques et
méthode d’essai pour plaques en résine polyester renforcée de fibres de verre (PRV)
- Indice de classement P38 301-2.

XP P 38.504 octobre 2000


Plaques profilées éclairantes en matière plastique pour couverture en simple paroi. Essais de flexion statique sous
charge répartie.

DTU P06-002 avril 2000


Règles définissant les effets de la neige et du vent sur les constructions et annexes (édition 2001).

XP P 38.505 juin 1998


Couverture de bâtiments - Plaques profilées translucides en polyester renforcé de fibres de verre. Résistance à la
traversée d’un corps mou de grandes dimensions. Essai et spécification.

NFP 30.305 décembre 1995


Couverture de bâtiment - Compléments d’étanchéité préformés pour couverture métallique. Spécifications. Essais.

NFP 34-205-1 mai 1997 Référence DTU 40.35


Travaux de bâtiments. Couverture en plaques nervurées issues de tôles d’acier revêtues.
Partie 1 : cahier des clauses techniques.

Les informations fournies dans cette documentation sont le résultat de notre expérience et de nos recherches. Elles ne
sont délivrées qu’à titre indicatif pour l’utilisation de nos produits et ne sauraient en aucun cas engager notre
responsabilité en cas de litige. En tout état de cause, les recommandations contractuelles doivent être respectées
(spécifications techniques, etc.).

-21-