Vous êtes sur la page 1sur 109

Marché des capitaux

Prof: Hassan BASSIDI


Les marchés financiers
et boursiers
les marchés des valeurs mobilières
Allouer
des
capitaux

Marché Marché
primaire secondaire
Les marchés financiers :
organisation et fonctionnement
Les marché financiers permettent la confrontation de
l’offre et de la demande de capitaux. In fine, la demande
de capitaux émane des entreprises pour le financement
de leurs investissements, de l’Etat et des collectivités
locales pour les mêmes raisons et pour la couverture des
déficits publics, tandis que l’offre de capitaux émane
essentiellement des ménages qui assurent leur
consommation future par l’épargne qu’ils constituent et
qu’ils apportent au système financier.
Les marchés financiers : organisation
et fonctionnement
Les marchés de capitaux peuvent être donc considérés
comme un système industriel de collecte, de
transformation et d’allocation de ressources financières. Il
est donc essentiel qu’ils jouent effectivement leur rôle,
c’est-à-dire que leur fonctionnement soit aussi peu
coûteux que possible, et que les prix des titres qui s’y
négocient aussi proches de leur « vrai valeur » que
possible.
Les fonctions des marchés financiers
! Dans la mesure où certain agents économiques investissent plus
qu’ils n’épargnent – et donc besoin de recourir à un financement
externe – alors que d’autres épargnent plus qu’ils n’investissent – et
donc une capacité de financement à mettre à la disposition de ceux
qui en ont besoin – il est nécessaire que s’organisent des transferts
des uns vers les autres.
! Ces transferts s’opèrent par l’intermédiaire du système financier en
général qui comprend à la fois les institutions financières
(institutions de crédits monétaire et non monétaire, entreprises
d’assurance) et le marché financier.
! Le marché financier constitue donc un circuit de financement
spécialisé: c’est sa fonction de marché primaire. En dehors de celle-ci,
il assure trois autres fonctions: de marché secondaire, de valorisation
des actifs financiers et de mutation des structures industrielles.
Marché financier

Marché primaire: Marché secondaire:


Marché des émissions Bourse
Ou marché du « neuf » Marché de l’occasion
Marché primaire
! En tant que marché primaire, le marché financier
permet de lever du capital et de transformer
directement l’épargne des ménages en ressources
longues pour les collectivités publiques et privés; en
contrepartie des capitaux qu’elles recueillent sur ce
marché, les collectivités émettent des valeurs
mobilières qui matérialisent les droits acquis par ceux
qui ont apporté ces capitaux.
Les différentes catégories de titres
et leurs caractéristiques
Jusqu’à une époque récente, les valeurs mobilières
étaient représentées par deux catégories de titres :

! Les valeurs à revenu variable, les actions qui confèrent


à leurs possesseurs la qualité d’associé;

! Les valeurs à revenu fixe, les obligations.


Les actions
Un titre de participation dans une société de
capitaux qui confère à son possesseur la qualité
d’associé et, sauf exception, lui donne un droit
proportionnel sur la gestion de l’entreprise, sur
les bénéfices réalisés et sur l’actif social.
Les actions
! Droit à la gestion, dans la mesure où l’assemblée des
actionnaires élit et contrôle l’organe responsable de la
gestion de la société;
! Droit à l’information, dans la mesure où les actionnaires ont
droit à la communication des documents indispensables à
leur information sur l’activité et les résultats de la société;
! Droit sur les bénéfices, qui sont répartis entre la mise en
réserve et les actionnaires de la société.
! Droit sur l’actif net de la société, c’est-à-dire sur l’ensemble
de son patrimoine, déduction faite de ses dettes
Les obligations
! Ces titres donnent à leurs détenteurs la qualité de
créancier de la collectivité émettrice qui s’engage à les
rembourser à une échéance déterminée et à leur
verser un intérêt annuel fixe, d’où leur nom de
valeurs à « revenu fixe »;
! Les caractéristiques principales de chaque obligations
sont décrites dans le « contrat d’émission » qui précise
le prix d’émission, l’intérêt ou coupon versé chaque
année, le prix de remboursement et ses modalités.
Les formes hybride
! Les actions de préférence;
! Les actions à vote double;
! Les actions à dividende prioritaire;
! Les certificats d’investissement
! Les obligations à taux variable;
! Les obligations indexées;
! Les titres participatifs;
! Les obligations coupon zéro;
! Les obligations convertibles;
! Les obligations à bons de souscription;
Les marchés financiers
et boursiers
Organisation et fonctionnement de la BVC
Les premières introductions
Nombre Val, nom.
Date Cours
Valeurs titres en franc
d'introd. d’introd
introd. marocain
Anciens Ets buissons 07/11/29 12000 25 7
Comptoir français au 07/11/29 14000 500 -
Maroc
Vigie marocaine 07/11/29 5000 100 -
Comptoir des mines et 07/11/29 10000 500 -
des grands travaux du
Maroc
Ateliers et magasins du 07/11/29 2400 500 525
Sebou
Cie des tramways et 07/11/29 30000 100 110
autobus de Casa
Sud auto 07/11/29 10000 100 160
Établissements Henri 07/11/29 3600 500 1400
Bernard
Marocaine 07/11/29 10000 100 275
d'automobiles
Cie générale de transport et de tourisme au Maroc 07/11/29 80000 250 1000
15
Historique de la BVC
! La Bourse de Casablanca a initié, le 07 novembre 1929, sa
première séance de cotation. En 80 années d'existence,
l'institution a connu trois importantes réformes.
! La première, en 1948, a attribué à la Bourse de Casablanca la
personnalité morale. La seconde, en 1967, a permis de la
réorganiser, juridiquement et techniquement, et de la
définir comme un établissement public. Enfin, en 1993, la
promulgation d'un ensemble de textes de loi portant
réforme du marché financier, a doté la Bourse de
Casablanca du cadre réglementaire et technique nécessaire
à son émergence.
Historique de la BVC
! SEPTEMBRE 1993
! Promulgation de trois textes de loi sur le marché financier :
! Dahir portant loi n°1-93-211 relatif à la Bourse des Valeurs.
! Dahir portant loi n°1-93-212 relatif au Conseil Déontologique des
Valeurs Mobilières et aux informations exigées des personnes
morales faisant appel public à l'épargne.
! Dahir portant loi n°1-93-213 relatif aux Organismes de Placements
Collectifs en Valeurs Mobilières.
! AOÛT 1995
! Création de la Société de la Bourse des Valeurs de
Casablanca "SBVC".
Historique de la BVC
! JANVIER 1997
! Promulgation de la loi n° 34-96 modifiant et complétant le dahir portant loi n° 1-93-211
relatif à la Bourse de Casablanca.
! Promulgation de la loi n° 35-96 relative à la création d'un dépositaire central et à
l'institution d'un régime général de l'inscription en compte de certaines valeurs.
! MARS 1997
! Démarrage du Système de Cotation Électronique.
! OCTOBRE 1998
! Démarrage de l'activité du dépositaire central Maroclear.
! NOVEMBRE 1998
! Mise en place du Marché Central et du Marché de Blocs en remplacement du Marché
Officiel et du Marché des Cessions Directes.



Historique de la BVC
! DÉCEMBRE 2000
! La SBVC devient "la Bourse de Casablanca", Société Anonyme à
Conseil de Surveillance et Directoire, conformément à la nouvelle loi
sur la S.A, et obéit à un cahier des charges.
! JANVIER 2001
! Délocalisation de la négociation électronique dans les locaux des
sociétés de bourse.
! MAI 2001
! Réduction du délai de dénouement théorique des opérations réalisées
en bourse de J+5 à J+3.
! JANVIER 2002
! Lancement des nouveaux indices de la Bourse de Casablanca :MASI®,
MADEX®, indices sectoriels, indices de rentabilité et indices en
devises.
Historique de la BVC
! MARS 2002
! Démarrage du système de garantie de bonne fin des opérations
boursières.
! Suppression de la cote de la Bourse de Casablanca du Marché des
Pièces d'Or.
! AVRIL 2004
! Entrée en vigueur de la loi 52-01 amendant le dahir n° 1-93-211 relatif
à la Bourse des Valeurs, simplifiant les conditions d'introduction en
bourse et mettent en place 5 marchés de cotation: 3 marchés actions,
le marché des obligations et le marché des fonds. 
! DÉCEMBRE 2004
! Adoption de la capitalisation boursière flottante dans le calcul des
indices.
! Amendement du Règlement Général.
Historique de la BVC
! JANVIER 2005
! Application de nouveaux critères de séjour à la cote.
! MAI 2007
! Promulgation des nouvelles lois relatives au dahir portant loi n°1-93-211
relative à la Bourse des Valeurs, la loi n°1-93-212 relative au Conseil
Déontologique des Valeurs Mobilières et aux informations exigées des
personnes morales faisant appel public à l’épargne et la loi 26-03 relative aux
offres publiques.
! JUIN 2007
! Promulgation de l'arrêté du ministre de l'Economie et des Finances n°1137-07
ayant modifié l'article 3.7.8 du Règlement Général de la Bourse des Valeurs.
! AOÛT 2008
! Publication de l'arrêté du Ministre de l'Economie et des Finances n° 1268-08
ayant approuvé le Règlement Général de la Bourse de Casablanca.
Fonctionnement de la BVC
BVC

Marché central Marché de blocs

1er 2nd 3ème Marché décentralisé et délocalisé


compartiment compartiment compartiment Marché de gré à gré
Fonctionnement de la BVC
! La Bourse de Casablanca dispose de deux marchés ;
le marché central et le marché de blocs.

! Ces deux marchés, avec le système de cotation


électronique, font partie de la nouvelle architecture
de la Bourse et se substituent respectivement au
marché de la criée et à celui des cessions directes.
Marché central
! Marché centralisé, gouverné par les ordres et animé
par les sociétés de bourse. C'est aussi un marché
informatisé, dans lequel certaines valeurs sont cotées
au continu et d'autres au fixing.

! Gouverné par les ordres Marché où les ordres d'achat


et de vente des investisseurs sont directement
confrontés ;
Marché central
! Centralisé : Tous les ordres sont transmis au même
endroit où s'effectuent les échanges (l'ordinateur
central). La centralisation se traduit par l'existence
d'un seul prix de transaction au même moment
pour un titre déterminé : c'est le prix d'équilibre
entre offre et demande de titres ;
! Animé par les sociétés de bourse La loi du 21
Septembre 93 a habilité seules les sociétés de
bourse à exécuter les transactions sur valeurs
mobilières
Les marchés de cotation
! En vertu des nouvelles dispositions de la loi 52-01, la
Bourse de Casablanca dispose, depuis le 26 avril
2004, de 5 marchés de cotation à savoir ; 

! Trois Marchés Actions.


! Un Marché Obligataire.
! Un Marché des Fonds. 
Les marchés actions
Le marché obligataire
Le marché des fonds
Négociation électronique
! Toutes les valeurs sont traitées sur le système de
cotation électronique à partir des stations de
négociation mises à la disposition des sociétés de
bourse.
! La saisie des ordres au moyen d'une station de
négociation ne peut être remplie que par des
négociateurs agissant pour le compte de la société
de bourse. Les ordres saisis sont automatiquement
enregistrés dans la feuille de marché sans
provoquer de transaction.
Marché de Blocs
! Réservé aux transactions portant sur des quantités
importantes d'un même titre. ce marché est ouvert
aux transactions respectant un seuil minimum.

! Ce seuil est calculé Pour chaque valeur régulièrement


par la Société Gestionnaire de la Bourse de
Casablanca.
Marché de Blocs
! Taille minimum de blocs
! La taille minimum de blocs (TMB) est déterminée en fonction de
critères liés la moyenne des titres échangés, le cours moyen
constaté et le volume minimum échangé.(Minimum: 1000 titres)

! Fourchette moyenne pondérée


! C’est l’intervalle à l’intérieur duquel doit se situer le cours auquel
une opération de bloc doit être traitée. Les deux bornes de la
fourchette sont définie comme le prix moyen pondéré par les
quantités, des ordres d’achat et de vente affichés sur le marché
central
Marché de blocs
! Les opérations doivent:
! Porter sur un nombre de titres au moins égal à la taille
minimum de blocs (TMB), définie par la bourse de
Casablanca pour chaque valeur par référence au volume
de transactions historiques ;

! Etre conclues à un cours inclus dans la fourchette


moyenne pondérée (FMP) des prix issus de la feuille de
marché.
Marché de Blocs
! La FMP de chaque valeur est calculée:
! automatiquement en temps réel pour les valeurs cotées
en continu tout au long de la séance,

! et à l'ouverture pour celles cotée au fixing.

! l’identité des parties au contrat n’est pas déclinée par


opposition à la transparence qui sévit sur le marché
central
Conditions d’introduction
1er 2nd 3ème
Désignation
compnt compnt compnt

Min 5 MDH
Minimum Minimum Réaliser une aug de k d’un min
Capital social libéré
15 MDH 10 MDH de 3 MDH

40% du k dont 50% au moins doit


provenir de l’aug du k
Diffusion des titres dans Au moins Au moins
Engagement des actionnaires à
le public 20% du k 15% du k
conserver pendant 5 ans 60% des
Actions détenues.
Conditions d’introduction
Désignation 1er compnt 2nd compnt 3ème compnt

Titres éligibles Titres de capital Titres de capital Titres de capital

K social Entièrement libéré Entièrement libéré Entièrement libéré

Diffusion des • Titres d’un mtt d’au


• Titres d’un mtt d’au • Titres d’un mtt d’au
titres dans le moins 75 MDH
moins 25 MDH moins 10 MDH
public ou mtt min • Un nbre min de
de titres • Un nbre min de • Un nbre min de 30.000
250.000 titres.
100.000 titres. titres.
Conditions d’introduction
Désignation 1er compt 2nd compt 3ème compt

Capitaux propres Avoir des capitaux Avoir réalisé au cours Les actionnaires
ou chiffre d’un min de 50 MDH du dernier exce , un détenant la majorité des
d’affaire CA min de 50 MDH Actions doivent les
conserver pendant 3 ans.

Exercices certifiés •3 derniers excercices; •2 derniers exces; •dernier exce avt la


•Les e/ses ayant des •Avoir conclu avec demande d’admission;
filiales doivent une société de bourse • Avoir conclu avec une
présenter des cptes une convention d’une société de bourse une
consolidés selon la année pour convention de 3 ans pr la
législation en vigueur l’animation du marché préparation des docts
ou à défaut selon les de ses titres d’info du public et pr
normes internationales l’animation de ses titres.
Les méthodes de cotation
! Sur le Marché Central, les valeurs mobilières sont
négociées en fonction de leur liquidité :

! Les valeurs moins liquides sont cotées au fixing ;

! Les valeurs moyennement liquides sont cotées au continu.

La répartition des valeurs entre chaque mode de cotation est


déterminée par la Bourse de Casablanca. 
La séance de cotation au fixing
! La pré-ouverture :
! Pendant cette phase, les ordres introduits, par les sociétés de
bourse, sur le système de cotation électronique sont
automatiquement enregistrés dans la feuille de marché sans
provoquer de transactions.
! L’ouverture :
! A l’heure de l’ouverture, le système de Cotation Electronique
confronte, pour chaque valeur, les ordres présents sur la
feuille de marché. Si cette confrontation le permet, un cours
d’ouverture est dégagé donnant lieu à l’échange d’un
maximum de titres.
En fonction du degré de liquidité, plusieurs ouvertures peuvent être
programmées par jour de bourse.
La séance de cotation en continu
! Elle concerne les valeurs liquides. Elle comprend cinq
phases. En plus de la pré-ouverture et de l’ouverture, la
séance de cotation au continu inclut :
! La séance : Durant cette phase, tout ordre introduit dans
le Système de Cotation Electronique peut instantanément
engendrer une ou plusieurs transactions, à condition que
le marché le permette. Ainsi, les valeurs qui sont cotées
au continu peuvent être traitées à plusieurs cours
pendant la même séance de cotation.
! La pré- clôture : Les ordres s’accumulent sur la feuille de
marché sans provoquer de transactions.
La séance de cotation en continu
! La clôture : A l’heure de la clôture, le Système de
Cotation Electronique confronte, pour chaque valeur,
les ordres présents sur la feuille de marché. Si cette
confrontation le permet, un cours de clôture est dégagé.
! La cotation au dernier cours (TAL) : Durant cette
phase, il est possible de saisir des ordres et de les
exécuter au dernier cours traité, ou à défaut au cours
de référence et à ce cours seulement.
Les horaires de cotation
Les horaires de cotation
! Les groupes retenus pour la cotation des valeurs
sont :
! Groupe 01 : Actions cotées en continu.
! Groupe 03 : Actions cotées au multifixing.
! Groupe 06, 07 et 08 : Obligations cotées au fixing.
! Groupe 11 : Lignes secondaires rattachées aux valeurs
du Groupe 01 cotées aux fixing.
! Groupe 13 : Lignes secondaires rattachées aux valeurs
du Groupe 03 cotées au fixing.
Cours de Marché des
Capitaux
Prof: Hassan BASSIDI
Cours de Marché des
Capitaux
Prof: Hassan BASSIDI
3ème année Management

2
Intervenants sur le marché
! L'autorité Marocaine des Marchés des Capitaux

(AMMC)

! Société de la Bourse de Casablanca 

! Sociétés de Bourse

! Dépositaire Central (Maroc Clear)


AMMC
! Etablissement public doté de la personnalité morale
et de l’autonomie financière. Sous la tutelle du
Ministère des finances. Il est chargé d’assurer la
protection de l’épargne investie en valeurs mobilières
en veillant à la transparence et à la sécurité des
marchés portant sur ces titres
AMMC
! Administré par un Conseil d’Administration composé
du :
! Président représenté par le premier ministre ou
l’autorité gouvernementale déléguée
! Ministre des Finances ou son représentant
! Ministre de la justice ou son représentant
! Gouverneur de BAM ou son représentant,
! Trois personnalités désignés par le ministre des finances
pour un mandat de 4 ans renouvelable une fois
AMMC
! Les ressources du AMMC sont constituées de :
! Dotations et subventions de l’Etat ;
! Produit de la commission perçue à l’occasion des
demandes de visas sur les notes d’information des
personnes morales faisant appel public à l’épargne

! Produit de la commission annuelle sur l’actif net des


OPCVM dont le taux est plafonné à 0.1%
SBVC
! Statut juridique La société gestionnaire de la Bourse de
Casablanca est une société anonyme privée. Elle est passée
d'un statut d'établissement public à celui de société privée
dans le cadre d'une concession approuvée par le Ministère
des Finances
! Capital social: Il est à noter que le capital minimum de la
SBVC est fixé par le Ministre des Finances à 10 000 000 Dhs.
Ce capital se monte à 13.546.000 distribué en parts égales
entre les différentes sociétés de bourse de la place qui sont
au nombre de 12. Dans le cas d'un retrait d'une société de
bourse, la quote-part de la société retirée est répartie en parts
égales entre les autres sociétés de bourse qui sont tenues de
les racheter.
SBVC
! Dans le cas contraire, c'est à dire l'adjonction d'une
nouvelle société de bourse, le capital de la SBVC est
augmenté du montant apporté par celle-ci. Les prix
de souscription ou de rachat étant fixés par le
AMMC.
Mission de la SBVC
! Gérer la bourse
! Prononcer l'introduction des valeurs leur radiation
Veiller à la conformité des opérations effectuées par
les sociétés de bourse au regard des lois et
règlement applicables à ces opérations
! Porter à la connaissance du AMMC toutes
infractions qu'elle aura relevées dans l'exercice de
sa mission
! Suspendre la cotation d'une ou de plusieurs valeurs
mobilières
Mission de la SBVC
! Suspendre la cotation d'une ou de plusieurs valeurs
mobilières lorsque les jours de celle-ci connaissent
pendant une même séance de bourse une variation à la
hausse ou à la baisse excédant un seuil de 6% fixé par le
Ministère des Finances
! Suspendre momentanément l'accès d'une société de
bourse au marché si les agissements de celle-ci sont de
nature à mettre en cause la sécurité et l'intégrité du
marché. Elle alerte alors le AMMC qui doit statuer dans
un délais de 2 jours de bourse et en informe
l’Association Professionnelle des Sociétés de Bourse
Mission de la SBVC
! Veiller au respect de la procédure de déclaration de
franchissement des seuils(5%, 10%, 20%, 50%,
66,66%) par les actionnaires de sociétés cotées.
! Prendre toutes dispositions utiles à la sécurité du
marché et intervenir notamment en limitant les
positions d'un opérateur sur un titre donné, si la
situation du marché sur ce titre l'exige. Elle
motive ses décisions et en informe le AMMC
Mission de la SBVC
! Annuler un cours coté et en conséquence
l'ensemble des transactions effectuées sur ce
cours ou encore annuler une transaction
! Enregistrer les transactions portant sur les
valeurs mobilières le jour même de ces opérations
! Organiser les séances de compensation -
livraison et de règlement des titres.
SDB
! Monopôle de l'intermédiation en bourse.
! Leur objet principal
! exécution des transactions sur titres.
! placement de titres émis
! garde des titres,
! gestion des portefeuilles de valeurs en vertu d'un mandat,
! conseil clientèle pour l'acquisition ou l'aliénation de valeurs
mobilières.
Dépositaire central
! Exerce les missions suivantes :
! Opère tous virements entre les comptes courants sur
instruction de ses affiliés, soit directement, soit dans le cadre
d'un processus de règlements contre livraisons de titres, et
concomitamment aux livraisons des titres . Ces règlements
s'effectuent dans les C/C espèces ouverts au nom des affiliés
de Bank Al Maghreb ;
! Met en œuvre toutes procédures en vue de faciliter à ses
affiliés l'exercice des droits et l'encaissement des produits qu'ils
génèrent
! Exerce les contrôles sur la tenue de la comptabilité titres des
teneurs de compte et vérifie en particulier les équilibres
comptables, dans le cadre de régime général de l'inscription en
compte.
Dépositaire central
! Il assure toutes activités connexes permettant de
faciliter la réalisation de ses missions et notamment la
codification des valeurs admises à ses opérations.
Organisation et
fonctionnement de la BVC
Raisons d’introduction en bourse
Organisation et
fonctionnement de la BVC
Raisons d’introduction en bourse

17
Elargissement de la gamme des
sources de financement
Fonds des
Crédits bancaires
actionnaires

L’entreprise

L’introduction en bourse
Amélioration de l’image et de la
notoriété de la société
! Révéler la société au public;

! Renforcer la réputation de la société et affirmer sa


notoriété;

! Renforcer sa crédibilité auprès de ses partenaires.


Motivation du personnel
! Association du personnel au capital de l’e/se (stocks
options, augmentation de capital réservé aux
salariés…) ;

! Participation et motivation des salariés (fierté


d’appartenance);

! Meilleure GRH par le renforcement de la cohésion


interne.
Valorisation et diversification du
patrimoine des actionnaires
! Valorisation du patrimoine;

! Protection des droits des actionnaires;

! La réalisation ultérieure de toute augmentation de


capital sans la participation des anciens actionnaires.
L’inscription de la société dans une
dynamique de croissance et
d’investissement
! L’introduction en bourse ouvre la voie à des opérations
de croissance externe (fusions…);

! Elle ouvre à l’e/se des perspectives de développement;

! Les capitaux levés permettent aux dirigeants un confort


pour envisager l’avenir avec plus de sérénité.
Une mobilité du capital et une
pérennité de l’Entreprise
! Faciliter la sortie partielle ou totale des
actionnaires et l’entrée d’autres
actionnaires;

! Faciliter la négociation des actions cotées.

23

30/11/2009 Prof Hassan BASSIDI


Introduction en bourse étapes et
délais
Délais variables selon le cas Étape préliminaire
❑Accord des actionnaires sur le projet d’introduction.
❑Détermination du montant de l’émission
❑Présélection des intermédiaires financiers (banques
d’affaires, conseillers financiers…).

J – 180 Choix des intermédiaires obligatoires


❑Désignation d’un ou plusieurs intermédiaires
financiers habilités (sociétés de bourse).
J – 60 Dépôt officiel du dossier
au AMMC et à la Bourse de Casablanca

Maximum deux mois Instruction du dossier


Par la Bourse de Casablanca et le AMMC avec les
dirigeants, les établissements introducteurs et les
commissaires aux comptes.
Introduction en bourse étapes et
délais
J – 21 La décision d’admission
❑La décision d’admission à l’un des 3 marchés est prise par la Bourse de
Casablanca sur la base d’un rapport préparé par ses services.
❑Sauf opposition, le AMMC donne son visa sur la note d’information.

J – 15 L’information du marché
❑Avis de la Bourse de Casablanca présentant les modalités de l’opération
❑Diffusion des documents d’information
❑Pré-marketing auprès des investisseurs et prescripteurs
❑Publicité financière et institutionnelle
Jour J Première Cotation
❑Centralisation des ordres d’achat à la Bourse de Casablanca, détermination
éventuelle des prix d’introduction et allocation des titres.
❑Publication d’un avis de la Bourse de Casablanca qui reprend les résultats
techniques de l’opération.

Dès Le suivi quotidien du marché


cotation ❑ Il est effectué par une société de bourse sélectionnée par la société.
Le marché
des changes
Le marché des changes

• Le marché des changes fournit:


– La structure physique et institutionnelle
permettant l’échange de la devise d’un pays
dans la devise d’un autre pays
– La détermination du cours ou du taux de
change d’une monnaie contre l’autre
– la livraison physique d’une monnaie contre
l’autre.

2
Le marché des changes

• Le change (Foreign exchange) englobe les


devises des autres pays; englobe les
encaisses des banques, les chèques, les effets
de commerce et les billets de banques en
devises étrangères.
• Une transaction de change est un accord
entre un acheteur et un vendeur selon lequel
un montant fixé d’une devise sera livré en
échange d’une autre devise selon un taux de
change défini d’avance.
3
Etendue géographique

• Marché des changes recouvre toute la


planète, ouvert à chaque heure ouvrable de
la semaine avec des prix fluctuant à chaque
instant.
• Les transactions de change menées
continument à travers le monde au gré de
l’ouverture et la fermeture des centres
financiers.

4
Variations du volume d’activité du marché des
changes: moyenne horaire du nombre de
transactions électroniques

5
Fonctions du marché des changes

• Le marché des changes = ensemble des


mécanismes permettant de:
– transférer du pouvoir d’achat entre pays
– obtenir ou donner du crédit pour les transactions de
commerce international
– minimiser l’exposition au risque de change (risque
de variations des cours de change)

6
Acteurs du marché des changes

• Le marché des changes comprend 2 sections:


– Le marché interbancaire ou marché de gros (montants pour des
multiples de 1 mio $US ou l’équivalent dans d’autres devises)
– Le marché au détail ou des particuliers: plus petits montants

• 5 catégories générales opèrent sur ces 2 segments du


marché:
– banques commerciales et institutions financières à travers leur
cambistes (dealers);
– courtiers (brokers) de change;
– particuliers et entreprises;
– speculateurs et arbitragistes;
– banques centrales et trésors publics.

7
Banques commerciales et
établissements financiers
• Cambistes en change (dealers) des banques et des investisseurs
institutionnels opèrent à la fois sur marché interbancaire et marché
au détail
• Tirent leur profit à partir des achats de devises étrangères à un
cours acheteur (“bid”) et de leur vente à un cours vendeur (“ask”)
légèrement plus élevé.
• Cambistes en change de grandes banques internationales
fonctionnent souvent comme teneurs de marché (“market makers”)
• Ces cambistes sont en permanence prêts à acheter et vendre ces
devises et maintiennent donc des positions de change (stock) dans
les limites autorisées par leur banque.
• Activités de change représentent environ 10 à 20% des profits de
banques

8
Les 20 banques les plus présentes

9
Les 20 banques les plus présentes

10
Particuliers et entreprises

• Particuliers (ex: touristes) et les entreprises


(importateurs, exportateurs, multinationales, …)
utilisent le marché des changes pour conduire
leurs transactions économiques internationales
• Recours au marché des changes nécessaire mais
néanmoins secondaire par rapport à leur activité
commerciale et financière de base.
• Certains participants utilisent le marché pour
couvrir le risque de change (voir ch.8)

11
Spéculateurs et arbitragistes

• Spéculateurs et arbitragistes visent à profiter des


activités de change elles-mêmes
• Ils opèrent pour leur propre compte, sans obligation de
servir des clients ou d’assurer un service continu.
• Alors que les cambistes tirent profit du spread
(différence entre cours acheteur et cours vendeur), les
spéculateurs cherchent à profiter des variations de
change
• Arbitragistes cherche à profiter des possibilités
d’arbitrage, càd des disparités simultanées de cours
entre différents marchés (voir supra p.ex. arbitrage
triangulaire).

12
Banques centrales et Trésors publics

• Les banques centrales et les trésors utilisent le marché des


changes pour acquérir ou vendre des réserves de change ainsi
que d’influencer le cours de change (“interventions”).
• Ils peuvent agir pour soutenir (ou affaiblir) leur propre devise soit
à cause des politiques menées au niveau national, soit à cause
d’engagements dans le cadre d’accords multilateraux tels que par
exemple le Système Monétaire Européen.
• Ex: France; de 1958-1971, interventions pour soutenir le franc
dans la limite de +-0.75% (Bretton Woods); après 1979,
interventions dans la cadre du SME (+-2.25%); en août 1993,
élargissement des bandes à +-15%
• L’objectif n’est pas de faire du profit mais plutôt d’influencer leur
devise dans la direction profitable à l’économie nationale.
• Les banques centrales et les trésors ont des motivations
différentes des autres acteurs (OK pour encourir des pertes)

13
Courtiers de change (brokers)

• Courtiers (brokers) de change sont des agents qui


facilitent l’échange entre cambistes sans prendre part
directement à la transaction.
• Ils reçoivent une commission pour ce service.
• Le travail du broker est de savoir à tout moment
exactement quels dealers veulent acheter ou vendre
quelle devise et à quel prix.
• Les dealers (cambistes) utilisent les brokers
– pour leur vitesse d’information
– pour rester anonyme dans la mesure ou l’identité des
participants n’est pas connue et que ceci pourrait influencer les
cotations.

14
Transactions 

sur le marché interbancaire
• Une transaction au comptant sur le marché
interbancaire consiste en l’achat d’une devise avec
livraison et paiement à la date du deuxième jour
ouvrable après la conclusion de la transaction.
• La date d’accord est appelée la date (de) valeur.
• Les transactions en dollars et autres grandes devises
sont compensées par intermédiaire du CHIPS (Clearing
House Interbank Payments Systems), basé à New York
qui établit les soldes avant 18h00.

15
Transactions 

sur le marché interbancaire
• Une transaction à terme sec (outright forward
transaction) (appelé souvent “terme” ou “forward”)
implique la livraison à une date future pour un montant
spécifié dans une autre devise.
• Le taux de change est établi au moment de l’accord, mais
le paiement et la livraison ne se font pas avant la maturité.
• Les taux de change à terme sont habituellement quotés
pour des dates-valeur de 1, 2, 3, 6 et 12 mois mais des
contrats particuliers en matière d’échéance peuvent être
négociés.
• Pour une même transaction, on va acheter à terme la
monnaie X (contre Y) et en même temps vendre à terme
monnaie Y (contre X).

16
Transactions 

sur le marché interbancaire
• Une transaction swap sur le marché
interbancaire est l’achat et la vente simultanés
d’un montant donné de change pour 2 dates
d’échéance différentes.
• Exemple: swap comptant contre terme: achat au
comptant et vente simultanée à terme
• En avril 2001: swaps représentaient 57% des
transactions sur le marché des changes

17
Transactions 

sur le marché interbancaire
• Les différents types de swaps:
– Spot against forward ou Forward-Forward; exemple : un
cambiste vend 20 mios de GBP contre USD pour livraison au
comptant (ou dans 2 mois)(ex:1.6870 USD/GBP) et rachète
même somme pour une livraison dans 3 mois à 1.6820 USD/
GBP. Il empoche la différence qui correspond au différentiel
d’intérêt à trois mois (1 mois) entre les 2 pays
– Contrats à terme non livrables (Nondeliverable Forwards
(NDF)): identiques mais ne sont exécutés qu’en dollars et
devise de contrepartie n’est jamais livrée; utilisé dans les pays
émergents qui ont des devises à faible liquidité → permettent
d’obtenir des prêts en USD sans être sujet à la legislation de
ces pays.

18
Taille du marché des changes

• En avril 2001, l’enquête triennale de la BRI estimait que


volume quotidien des opérations des changes était estimé à
1210 Mia de USD.
• Première baisse depuis le début des enquêtes 1980 mais en
Mars 2004, estimation de 1900 Mias de USD: à nouveau en
hausse.
• Baisse de l’importance des transactions au comptant et hausse
des transactions à terme et swaps: voir histogramme
• Importance de la place de Londres et de New York:voir
histogramme
• Importance du dollar mais part croissante de l’Euro:voir
histogramme

19
Figure 4.2: Volume global des opérations du marché
des changes (moyennes quotidiennes)

Spot
Forwards
Swaps

Source: Bank for International Settlements, “Central Bank Survey of Foreign Exchange and Derivatives
Market Activity in April 2001,” October 2001, www.bis.org.

20
Figure 4.3 Distribution géographique des volumes des
opérations de change (moyennes quotidiennes en avril, Mias
de USD)
United States United Kingdom Japan
Singapore Germany

Source: Bank for International Settlements, “Central Bank Survey of Foreign Exchange and Derivatives
21
Market Activity in April 2001,” October 2001, www.bis.org.
Figure 4.4 (Répartition par devise dans les volumes du
marché des changes; pourcentage du total, avril 2001)

US dollar
euro
Deutshemark
French franc
EMS currencies
Japanese yen
Pound sterling
Swiss franc

Because all exchange transactions involve two currencies, percentage shares total to 200%
Source: Bank for International Settlements, “Central Bank Survey of Foreign Exchange and Derivatives Market
22
Activity in April 2001,” October 2001, www.bis.org.
Cours de change et cotations

• Un taux de change est le prix d’une


devise exprimé en terme d’une autre
devise.
• Une quotation de change est l’expression
d’un désir d’acheter ou de vendre à un
taux annoncé.

23
Cours de change et cotations

• La plupart des transactions impliquent le dollar (voir


figure 4.4).
• Les dealers et brokers peuvent utiliser deux types de
cotations:
– Le prix de la devise en dollar (pour un dollar):
cotation en termes européens ou cotation au certain;
ex: 1,6000 CHF/USD; 118,32 JPY/USD
– Le prix en dollar pour une unité de devise étrangère
cotation à l’américaine ou à l’incertain; 0,6250
USD/CHF;

24
Cotations des taux de change

• Exemple USD - Francs suisses:


– CHF 1.6000/$ (à l’Européenne); à l’incertain en $, au certain
en francs suisses
• Cotation inverse (à l’américaine):
– $0.6250/CHF ; à l’incertain en francs suisses, au certain en $.
• La plupart des devises cotées à l’européenne; 2 exceptions
importantes: Euro et GBP; ex: 1,2315 USD/Euro.
• Cotation à l’américaine aussi utilisée :
– pour les contrats d’options et de futures
– pour le marché au détail

25
Taux de change et cotations

• Les cotations peuvent être spécifiées comme étant directes or


indirectes.
• Ceci indique quelle est la monnaie étrangère et la monnaie
domestique.
• Une cotation directe donne le cours de la monnaie nationale d’une
unité de devise étrangère.
• Une cotation indirecte donne le prix en devise d’une unité de la
monnaie nationale
• Exemple récapitulatif:
– 1,6000 CHF/USD: cotation à l’européenne; à l’incertain en
Suisse, au certain aux E-U; directe pour les suisses et indirecte
pour les américains

26
Cours à l’achat et à la vente

• Les cotations interbancaires impliquent un cours


d’achat (bid) et de vente (ask)
• Le cours d’achat (bid) est le cours en une devise auquel
le cambiste est prêt à acheter une autre devise
• Le cours de vente (ask) est le cours en une devise
auquel le cambiste est prêt à vendre une autre devise
• Les cambistes achètent à un prix et vendent à un prix
supérieur (différence=spread), tirant profit du spread
entre le cours d’achat et de vente
• Un prix d’achat pour une devise implique le prix de
vente pour l’autre.

27
Cotations à terme et taux de
change
• Les taux à terme sont typiquement cotés en termes de points et ne
sont pas des taux de change tels quels
• Ces points sont appelés “cash” ou “swaps” selon l’échéance
• Ils indiquent la différence entre le taux à terme et le taux au
comptant
• le point est le dernier chiffre du cours, le nombre de chiffres après
la virgule étant usuellement de 4 → un point vaut alors 0.0001;
exceptions: ex: le yen: seulement 2 chiffres décimaux
• exemple: YEN; les cours à terme (3 mois) sont :
– à l’achat: 118,27-1,43=116,84
– à la vente: 118,37-1,40=116,97

28
Cours au comptant et à terme pour
l ’Euro et le YEN

29
Cours à terme en %

• Les cotations forward peuvent être


exprimées aussi en déviations (en %) par
rapport au taux au comptant
• Cette méthode facilite la comparaison des
primes (reports et déports) avec les
différentiels de taux d’intérêt
correspondant à l’échéance.

30
Cours à terme en pourcentages

• Les cotations en pourcentages= écart du taux à terme


par rapport au taux au comptant sur base annuelle.
• Pour cotations directes:
– F=(comptant-terme)×360/n ×100 avec n= nombre de
jours jusqu’à l’échéance
– exemple : si comptant est 105,65 JPY/USD et si le terme
à 3 mois est 105,04, alors: F=(105,65-105,04)/105,04
×360/90 ×100 =+2,32% → le terme se vend avec une
prime annuelle ou report qui est directement comparable
avec le différentiel de taux d’intérêt (Japon-Etats Unis) à
3 mois
• Idem pour cotations indirectes : faites le calcul !

31
Cotations dans les journaux
financiers
• Beaucoup de journaux tels que le Wall Street Journal et
le Financial Times reproduisent les cours de change
• Les cours reportés ne sont pas les mêmes en raison des
décalages horaires
• Le FT indique différents éléments, tels que les
variations au cours de la journées, les taux à terme en
pourcentages , …
• Le WSJ donne le cours de la GBP en USD, à
l’américaine et à l’européenne; ne donne que les cours
de vente (ask)

32
33
Cours croisés

• Certaines monnaies sont moins activement


échangées entre elles → calcul intermédiaire
via le cours par rapport à une grande devise :
cours croisés
• exemple: yen/peso; 121,13 JPY/USD; 0,1900
MXN/USD →13,1806 JPY/MXN ou 0,0759
MXN/JPY
• Cours croisés reportés sous forme de matrices

34
Principaux cours croisés de
monnaie, 18 octobre 2001

35
Cours croisés et arbitrage
triangulaire
• Cours croisés peuvent être utilisés pour tirer
profit d’opportunités d’arbitrage (triangulaire)
• Cette situation apparaît parce que la cotation de
Dresdner en €/£ n’est pas la même que le cours
croisé calculé à partir de la cotation de Barclay
($/£) et celle de Citibank ($/€)
• → opportunité d’arbitrage : dans ce cas, vendre
livre chez Dresdner qui va payer plus cher que
le couple Dresdner-Barclays

36
Cours croisés et arbitrage
triangulaire

• Citibank quote - $/€ $0.9045/€


• Barclays quote - $/£ $1.4443/£
• Dresdner quote - €/£ €1.6200/£
• Cross rate calculation: =
$1.4443/£
= € 1.5968/£
$0.9045/€

37
Arbitrage triangulaire

38
Arbitrage triangulaire

39
Arbitrage triangulaire

• Arbitrage possible que si on dispose d’un accès


instantané aux cours et si on peut donner rapidement
des ordres d’achat et de vente → affaire de spécialistes
et impossible pour les particuliers
• Transactions passées sans argent liquide en caisse:
exécutées sur leur réputation et celle de leur institution
→ seuls les soldes donnent lieu en fin de journée à des
transferts de fonds

40
Mesure de la variation du taux au
comptant
• %Var=(tx final-tx début)/tx début×100
• exemple: taux final : 0,78125 USD/CHF
• taux initial : 0,6400 USD/CHF
• %Var=+22,07%
• Le franc suisse s’est apprécié de 22,07%
sur cette période

41