Vous êtes sur la page 1sur 3

Le bénéfice net est un terme économique qui désigne pour une entreprise la différence

entre les produits et les charges (d'exploitations, financières et exceptionnelles, ainsi que
l'impôt sur les sociétés) engagés sur une même période. Il est également
appelé résultat net.
Jusqu'aux années 1980, le bénéfice net était l'indicateur de référence permettant de
mesurer le niveau de performance d'une entreprise. Désormais, ce n'est plus vraiment le
cas.

Qu’est-ce qu’un résultat net ?


Le résultat net (aussi appelé résultat net comptable) est le dernier indicateur
financier du compte de résultat et des soldes intermédiaires de gestion (SIG). Il
figure également dans les capitaux propres du bilan comptable, au passif.
Concrètement, il mesure la richesse créée au cours d’une période (généralement
l’exercice comptable).

Il prend en compte toutes les activités de l’entreprise : activités opérationnelles,


activités financières (politique de financement c’est-à-dire endettement et
placements) et activités exceptionnelles (ventes de matériel de production,
perception de subventions d’investissement…).

S’il est supérieur à zéro, on parle de bénéfice net. Dans le cas contraire, c’est une
perte nette ou un déficit.
Le résultat net a vocation à rémunérer les associés et actionnaires sous forme de
dividendes et/ou à être placé en report à nouveau, en réserves ou incorporé au
capital. Certaines personnes le confondent, à tort, avec la trésorerie. Pour
comprendre la distinction entre les deux : quelle est la différence entre le résultat et
la trésorerie ?
Comment calculer un résultat net ?
Le résultat net est la somme de trois sous-résultat : le résultat d’exploitation,
le résultat financier et le résultat exceptionnel. Mais il peut faire l’objet
d’un calcul beaucoup plus simple puisqu’il représente tout simplement la différence
entre les produits et les charges d’une entreprise.
Calcul du résultat net à partir des trois sous-résultats

Résultat net = Résultat d’exploitation ± Résultat financier ± Résultat exceptionnel – Participation d


Impôts sur les bénéfices
Une méthode alternative (mais qui n’a aucun impact sur le calcul présenté ci-dessus)
consiste à le calculer à partir du résultat courant avant impôt, addition du résultat
d’exploitation et du résultat financier. Généralement, le recours à cette méthode est
effectué en cas de calcul à partir du compte de résultat.
Calcul du résultat net à partir d’une balance

Résultat net = Ventes de produits fabriqués, prestations de services, marchandises (comptes 70)
stockée (comptes 71) + Production immobilisée (comptes 72) + Subventions d’exploitation (compte
produits de gestion courante (comptes 75) + Produits financiers (comptes 76) + Produits exception
77) + Reprises sur amortissements et provisions (comptes 78) + Transferts de charges (comptes
(comptes 60) – Services extérieurs (comptes 61) – Autres services extérieurs (comptes 62) – Imp
versements assimilés (comptes 63) – Charges de personnel (comptes 64) – Autres charges de ges
(comptes 65) – Charges financières (comptes 66) – Charges exceptionnels (comptes 67) – Dot
amortissements et aux provisions (comptes 68) – Participation des salariés, impôts sur les bénéfice
(comptes 69)
Ce calcul est réalisé de manière assez rapide à partir d’une balance comptable.
Les intérêts de calculer un résultat net
Pourquoi calculer un résultat net ?
Le résultat net mesure la performance globale d’une entreprise. Il s’agit donc
d’un indicateur important. C’est d’ailleurs ce résultat qui :
 Est retraité pour parvenir au résultat fiscal (base de calcul de l’impôt sur les
bénéfices),
 Fait l’objet d’une affectation chaque année par l’assemblée générale ordinaire
annuelle,
 Et qui est diffusé au tiers par le biais du dépôt des comptes annuels.
Il convient toutefois de souligner que la portée de cet indicateur, de par sa nature
globale, doit être relativisée puisqu’il est altéré par les éléments de nature financière
et surtout par les événements exceptionnels. De plus, il mesure un résultat et non
pas un flux (la traduction en terme de trésorerie peut donc différer de manière assez
significative). Dans le cadre d’une démarche d’analyse du compte de résultat, il est
conseiller de s’appuyer sur d’autres données complémentaires comme le chiffre
d’affaires (et sa variation), le résultat d’exploitation, l’excédent brut d’exploitation,
etc. Par ailleurs, le résultat net comptable constitue la base de calcul de nombreux
autres indicateurs et ratios financiers (comme la capacité d’auto-financement par
exemple).
Quand calculer un résultat net ?
Le calcul du résultat net est effectué dans les cas suivants :
 Lorsqu’une entreprise est créée : le résultat net mesure la rentabilité future et
globale de l’entreprise. C’est une donnée indispensable figurant dans le compte de
résultat prévisionnel et dans le bilan prévisionnel qui sera étudiée par tous les
lecteurs du business plan même si ce n’est pas la plus essentielle ;
 Lorsqu’une entreprise est rachetée : le résultat net informe sur la santé
financière et économique de l’entreprise ciblée. Il peut servir de base de calcul en
matière d’évaluation du fonds de commerce mais cette méthode est généralement
déconseillée. Chaque sous-résultat doit être analysé avec précaution ;
 Lorsqu’une entreprise clôture son exercice : le résultat net est une donnée du
compte de résultat et du bilan, documents comptables devant être établis à la
clôture de chaque exercice. On parle, dans ce cas, de résultat net de l’exercice.
Quels sont les ratios financiers calculés à partir du résultat net ?
Le résultat net constitue la base de calcul de nombreux ratios financiers. En
pratique, voici les principaux d’entre eux :
Taux de rentabilité net = résultat net / chiffre d’affaires
Rentabilité des capitaux propres (return on equity) = Résultat net / Capitaux
propres
Valeur ajoutée revenant à l’entreprise = Résultat net / Valeur ajoutée
Bénéfice par action (BPA) = résultat net / Nombre de titres
Conclusion : Le résultat net mesure la performance globale d’une entreprise en
incluant, non seulement le résultat de ses activités opérationnelles mais
également ceux résultant de sa politique de financement et des événements
exceptionnels.