Vous êtes sur la page 1sur 108

Université de Gafsa

République Tunisienne Ecole Nationale d’Ingénieurs de Gafsa

Ministère de l’Enseignement Supérieur Projet de fin d'études


et de la Recherche Scientifique

Projet de fin d'études soutenu à


L’École Nationale d’Ingénieurs de Gafsa

En vue de l’obtention du grade de :


Ingénieur en génie énergétique et technologies de l’environnement

Présenté par :
Hend MANSOUR

Encadré par :
Encadrant universitaire Encadrant industriel
ed
M Ammar ABBASSI Ali GRIRA

Sujet du PFE :

Etude et dimensionnement d’une station de pompage


d’eau brute à fonctionnement automatique

Soutenu le jeudi 06 Juillet 2017 devant le jury composé de:

Kamel RABHI Maître de conférences à l’Ecole Président


Nationale D’Ingénieurs de Gafsa
Lazhar AYED Maître de conférences à l’Ecole Rapporteur
Nationale D’Ingénieurs de Gafsa
Med Ammar ABBASSI Maître assistant à l’Ecole Nationale Encadrant
D’Ingénieurs de Gafsa
Rached NECIRI Ingénieur à la Compagnie des Invité
Phosphates de Gafsa

Année universitaire
2016-2017
Remerciements

À l’occasion de mon projet de fin d’études, je souhaite tout d’abord remercier


profondément mon encadrant au sein de la société, monsieur Ali GRIRA, qui a veillé sur
mon travail durant ces quelques derniers mois et pour sa précieuse aide, ainsi que tous les
membres du bureau d’étude pour leur aide considérable et leur accueil très chaleureux, et
spécialement monsieur Riadh BEN MARZOUG pour ses nombreux conseils et le temps
qu’il m’a accordé pour m’aider à mieux avancer.

Je tiens aussi à présenter toute ma gratitude envers mon encadrant universitaire


monsieur Mohamed Ammar ABBASSI que j’ai un peu embêté vers le début pour l’avoir pour
encadrant cette année encore et qui m’a présenté de très bon conseils pour pouvoir avancer de
mon mieux tout au long de ce processus. Je remercie aussi tous les professeurs que j’ai eu
l’honneur d’avoir dans l’école d’ingénieurs pour leur dévouement au cours de ce cycle ainsi
que leur professionnalisme et leur enseignement de qualité qui m’a permis d’être là en ce
moment même et je présente mes plus sincères salutations envers tous les membres de
l’administration pour leur amabilité et leur jovialité.

Et enfin je présente toute ma gratitude et mes remerciements à ma famille qui m’a


toujours eue sur le dos et qui m’as poussée vers l’avant malgré tous les obstacles et toutes les
difficultés, sans qui je n’aurais jamais pu être ce que je suis maintenant, et seul Dieu sait à
quel point ces dernières années ont été délicates pour nous tous mais cela ne nous fait pas
faiblir car les liens qui nous unissent sont plus forts que tout.

J’embrasse très fort tous mes amis qui m’ont été d’un très grand soutien moral et qui
m’ont soit aidée, soit fait garder le sourire jusqu’à la fin, et aussi un petit clin d’œil très
spécial à mes colocataires qui ont joué un grand rôle dans tout cela.
Résumé
Ce travail a été réalisé dans le cadre d’un projet de fin d’études au sein de la société
MERI. Il consiste à dimensionner une station de pompage d’eau à fonctionnement
automatique se trouvant en amont d’une station d’assainissement. En premier lieu, un
dimensionnement des différents éléments de la station a été établi : pompes, diamètres des
conduites, épaisseurs des canaux selon les normes adéquates dans chaque calcul. Ensuite, le
choix des différents éléments constituant la station a été fait, suivi d’une simulation
hydraulique pour voir le comportement de l’eau pompée dans les tuyaux. Enfin, un système
de fonctionnement automatique a été créé afin d’assurer l’autonomie de la station.

Mots clés : pompage, dimensionnement, simulation, automatisme.

Abstract
This work is a part of a graduation project that took place in the company MERI. It
consists in sizing an automatic water pumping station located upstream a wastewater
treatment plant. First of all, the sizing of the different components of the station took place:
pumps, pipe diameters and thickness according to specific norms to each calculation. Then,
the choice of the different components of the station took place, followed by a fluid flow
simulation whose purpose is to have a better understating of the water’s behavior pumped in
the ducts. And finally, an automatic operating system was created to ensure the autonomy of
the pumping station.

Key words: pumping, sizing, simulation, automatism.

‫ملخص‬
‫ ويهدف إلى تصميم و تحجيم محطة ضخ مياه‬MERI ‫أجري هذا العمل في إطار مشروع تخرج في شركة‬
‫ تقع هذي المحطة عند مدخل محطة معالجة مياه الصرف الصحي‬،‫من وادي مجردة و جعلها آلية العمل‬
‫ سمك القنوات‬،‫ أقطار األنابيب‬،‫ مضخات‬: ‫ تم تحجيم العناصر المختلفة للمحطة‬،‫ أوال‬٠ ‫حيث سيتم تطهيرها‬
‫ تليه المحاكاة‬،‫ثم تم اختيار مختلف العناصر المكونة للمحطة‬. ‫وفقاً للمعاير المطابقة في كل حساب‬
‫ تم إنشاء نظام التشغيل اآللي لضمان‬،‫ وأخيرا‬.‫الهيدروليكية لمعرفة سلوك المياه التي يتم ضخها في األنابيب‬
.‫استقالل المحطة‬

.‫ عمل أوتوماتيكي‬،‫ محاكاة‬،‫ ضخ‬،‫ تحجيم‬:‫الكلمات المفاتيح‬


Sommaire

Introduction générale .............................................................................................................................1

Chapitre 1 : Présentation de la société .................................................................................................3


Introduction .........................................................................................................................................4
I. Présentation de l’entreprise .........................................................................................................4
II. Engagements de l’entreprise .....................................................................................................4
III. Activités de MERI ....................................................................................................................5
IV. Organisation ..............................................................................................................................5
V. Clientèle ....................................................................................................................................6
Conclusion...........................................................................................................................................7

Chapitre 2 : Etude bibliographique .....................................................................................................8


Introduction .........................................................................................................................................9
I. Les stations de pompage ..........................................................................................................9
1. Définition .......................................................................................................................................9
2. Types des stations de pompage ......................................................................................................9
2.1. Stations immergées ..............................................................................................................9
2.2. Stations en cale sèche.........................................................................................................10
3. Etude du terrain ............................................................................................................................11
4. Equipements.................................................................................................................................11
4.1. Tuyauteries.........................................................................................................................11
4.2. Equipements électriques ....................................................................................................12
4.3. Pompes hydrauliques .........................................................................................................13
4.4. Bâche d’aspiration .............................................................................................................13
4.5. Dégrilleur ...........................................................................................................................13
4.6. Système d’agitation ............................................................................................................13
4.7. Outils de mesure ................................................................................................................14
4.8. Ballons d’air .......................................................................................................................14
4.9. Système d’aération .............................................................................................................14
5. Fonctionnement............................................................................................................................14
6. Dimensionnement ........................................................................................................................14
7. Maintenance et mesures de sécurité .............................................................................................15
II. Station de traitement des eaux ...............................................................................................15
1. La coagulation ...........................................................................................................................15
2. La floculation .............................................................................................................................15
3. La décantation............................................................................................................................15
4. La flottation ...............................................................................................................................15
5. Un traitement chimique ou biologique ......................................................................................16
III. Les pompes hydrauliques ......................................................................................................16
1. Définition des pompes hydrauliques ............................................................................................16
2. Classification des pompes hydrauliques ......................................................................................17

2.1. Pompes volumétriques ........................................................................................................17


2.2. Les pompes centrifuges .......................................................................................................20
3. Comparaison entre les différents types de pompes ......................................................................21
4. Caractéristiques des pompes hydrauliques ...................................................................................23
4.1. La HMT (Hauteur Manométrique Totale) .........................................................................23
4.2. Le NPSH (Net Positive Suction Head) .............................................................................23
4.3. Le débit .............................................................................................................................24
4.4. La puissance hydraulique..................................................................................................24
4.5. Le rendement ....................................................................................................................24
4.6. La cylindrée ......................................................................................................................24

5. Montage des pompes ....................................................................................................................25


6. Couplage des pompes...................................................................................................................25

7. Problèmes rencontrés avec les pompes ........................................................................................26


7.1. La cavitation de vapeur .......................................................................................................26
7.2. Les pertes de charge ............................................................................................................26
7.3. Le coup de bélier .................................................................................................................26
Conclusion.........................................................................................................................................26

Chapitre 3 : Etude hydraulique de la station de pompage ...............................................................27


Introduction .......................................................................................................................................28
I. Présentation du projet ...........................................................................................................28
II. Choix des pompes ................................................................................................................28
III. Dimensionnement des conduites ..........................................................................................29
1. Choix du matériau .....................................................................................................................29
2. Acheminement des conduites ....................................................................................................29
3. Diamètre optimal économique ..................................................................................................30
3.1. Vitesse d’érosion .................................................................................................................31
3.2. Calcul du diamètre optimal .................................................................................................32
3.3. Comparaison entre les différentes méthodes de calcul du diamètre ....................................33
3.4. Choix du diamètre ...............................................................................................................34
4. Calcul des épaisseurs des conduites ..........................................................................................34
5. Calcul des pertes de charge .......................................................................................................35
6. Calcul de la HMT ......................................................................................................................37
7. Calcul du NPSH ........................................................................................................................38
8. Equipement et accessoires .........................................................................................................38
9. Simulation du fonctionnement ..................................................................................................39
Conclusion.........................................................................................................................................44

Chapitre 4 : Automatisation de la station de pompage .....................................................................45


Introduction .......................................................................................................................................46
I. Philosophie de fonctionnement ............................................................................................46
II. Schéma tuyauterie et instrumentation P&ID ........................................................................47
III. Grafcet ..................................................................................................................................48
IV. Automatisme ........................................................................................................................49
Conclusion.........................................................................................................................................53

Conclusion générale .............................................................................................................................54

Webographie .........................................................................................................................................58

Bibliographie.........................................................................................................................................59

Annexes .................................................................................................................................................61
Liste des figures

Figure 1 : Logo de MERI…………………………………………………… Page 4

Figure 2 : Organigramme de MERI…………………………………………. Page 6

Figure 3 : Schéma d’une station de pompage immergée……………………. Page 9

Figure 4 : Schéma d'une station de pompage en cale sèche………………… Page 10

Figure 5 : Exemple de tuyaux en série……………………………………… Page 11

Figure 6 : Exemple de tuyaux en parallèle………………………………….. Page 11

Figure 7 : Exemple de tuyaux ramifiés……………………………………… Page 11

Figure 8 : Schéma des différentes formes des conduites……………………. Page 12

Figure 9 : Exemple d'une station de traitement d'eau……………………….. Page 16

Figure 10 : Pompe à palettes…………………………………………………. Page 17

Figure 11 : Pompe à engrenages……………………………………………… Page 18

Figure 12 : Pompe à rotor hélicoïdal excentré……………………………….. Page 18

Figure 13 : Pompe péristaltique………………………………………………. Page 19

Figure 14 : Pompe à piston…………………………………………………… Page 19

Figure 15 : Pompe à membrane………………………………………………. Page 20

Figure 16 : Pompe centrifuge………………………………………………… Page 21

Figure 17 : Pompe montée en aspiration……………………………………... Page 25

Figure 18 : Pompe montée en charge………………………………………… Page 25

Figure 19 : Couplage des pompes……………………………………………. Page 25

Figure 20 : Acheminement des conduites……………………………………. Page 29

Figure 21 : Diamètre optimal économique…………………………………… Page 31


Figure 22 : Schéma de procédé de la station de pompage……………………. Page 39

Figure 23 : Modèle 3D de la station de pompage créé sur « Solidworks »…... Page 40

Figure 24 : Conditions aux limites de la station de pompage………………… Page 41

Figure 25 : Maillage du volume d’eau……………………………………….. Page 42

Figure 26 : Lignes de courant………………………………………………… Page 42

Figure 27 : Profil de vitesse en m/s…………………………………………... Page 43

Figure 28 : Profil de pression en Pa…………………………………………... Page 43

Figure 29 : Schéma P&ID de la station de pompage…………………………. Page 47

Figure 30 : Grafcet de fonctionnement……………………………………….. Page 48

Figure 31 : Pupitre relié au grafcet…………………………………………… Page 49

Figure 32 : Noms des variables du grafcet…………………………………… Page 49

Figure 33 : La carte Arduino…………………………………………………. Page 50

Figure 34 : La carte Raspberry Pi…………………………………………….. Page 50

Figure 35 : Configuration de la carte…………………………………………. Page 51

Figure 36 : Interface de contrôle……………………………………………... Page 52

Figure 37 : Première partie de l’aperçu du code……………………………… Page 53

Figure 38 : Deuxième partie de l’aperçu du code…………………………….. Page 54

Figure 39 : Troisième partie de l’aperçu du code…………………………….. Page 54


Liste des tableaux

Tableau 1 : Avantages et inconvénients de chaque type de station…………... Page 10

Tableau 2 : Avantages et inconvénients de chaque pompe…………………… Page 21

Tableau 3 : Consommation électrique des pompes…………………………… Page 29

Tableau 4 : Les longueurs des différentes lignes……………………………... Page 30

Tableau 5 : Les angles des différents coudes…………………………………. Page 30

Tableau 6 : La différence de hauteur des lignes……………………………… Page 30

Tableau 7 : Les différents diamètres obtenus………………………………… Page 33

Tableau 8 : Eléments de calcul de l’épaisseur………………………………... Page 35

Tableau 9 : Les éléments du calcul du nombre de Reynlds…………………... Page 36

Tableau 10 : Valeurs des coefficients de pertes de charge singulières……….... Page 37

Tableau 11 : Les pertes de charge dans les différents éléments des conduites… Page 37

Tableau 12 : Eléments du calcul de la HMT…………………………………… Page 37

Tableau 13 : Paramètres du calcul de la pression en amont de l'aspiration……. Page 38

Tableau 14 : Paramètres du calcul du NPSH disponible………………………. Page 38


Liste des annexes

Annexe 1 : Fiche technique des pompes…………………………………….. Page 62

Annexe 2 : API RP 14 E : vitesse d’érosion………………………………….. Page 67

Annexe 3 : Codeti : calcul d’épaisseur……………………………………….. Page 69

Annexe 4 : Plans de la station de pompage…………………………………... Page 76

Annexe 5 : Symboles des instruments………………………………………... Page 79

Annexe 6: Caractéristiques de l’acier………………………………………... Page 85

Annexe 7 : Schéma P&ID de la station de pompage…………………………. Page 87

Annexe 8 : Calcul des coefficients de pertes de charges……………………... Page 89

Annexe 9 : Code de l’automate………………………………………………. Page 92


Liste des références

1: http://nte-serveur.univ-lyon1.fr/pfcp/lcp/commun/pompe_palettes/pompe_a_palettes.htm

2: http://motors2and4wheels.wixsite.com/motors/page-rotatif

3: http://gpip.cnam.fr/ressources-pedagogiques-ouvertes/hydraulique/co/3grain_pompeMoineau.html

4: http://www.ptc-geneve.ch/fr/produits/pompes-peristaltiques

5: http://gpip.cnam.fr/ressources-pedagogiques-ouvertes/hydraulique/co/3grain_pompePiston.html

6: http://une-petite-eolienne-de-pompage.over-blog.com/pages/La_Pompe-8483211.html

7: http://www.maxicours.com/soutien-scolaire/mecanique-industrielle/bac-pro/134540.html
Introduction générale

Représentant la majorité de la structure de notre planète, plus exactement 72% de son


ensemble, l’eau est une source de vie et de survie capitale que ce soit pour l’homme, la faune
en général ou pour la flore, elle est d’une importance incontournable et indiscutable. De nos
jours, elle représente l’une des préoccupations les plus primordiales de la vie moderne car elle
se raréfie chaque instant qui passe à cause des usages excessifs et non suivis, du gaspillage
ainsi que de la pollution, tout cela par les particuliers autant que par les industries.

Ses sources se diversifient, bien que malgré leur abondance, l’eau n’y est pas présente
en grandes quantités. On peut la trouver à la surface de la terre, comme on peut la trouver
enfouie dans des nappes en dessous du sol, la recherche de l’eau est un sujet encore
d’actualité, car toutes ces sources ne sont pas facilement accessibles ou directement
exploitables.

Cependant, l’être humain ne peut s’en passer, encore moins avec tous les progrès qu’il
rencontre et son précieux rôle dans presque tous les domaines qu’il exerce. Ainsi, pour
faciliter son accès et son usage surtout dans les lieux lointains ou isolés, on procède à
l’installation de stations de pompage qui permettent de la collecter d’une source vers un seul
endroit pour ensuite la traiter dans des stations spécialisées pour ce fait avant de procéder à sa
distribution, l’eau est alors purifiée et sa consommation ou son utilisation deviennent
possibles.

C’est dans ce contexte que mon projet de fin d’études intitulé « Dimensionnement
d’une station de pompage automatique » prend part, il témoignera aussi de l’achèvement de
mon cursus universitaire au sein de l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Gafsa où j’ai étudié

1
durant ces trois dernières années. Ce projet se situe en amont d’une station de traitement des
eaux après laquelle l’eau sera distribuée pour un usage domestique ou autre.

Tout d’abord, un premier chapitre sera consacré à la présentation de l’entreprise où


s’est déroulé le stage de quatre mois, à ses principales activités et son domaine de travail tout
en passant par son organisation et ses plus importants clients.

Ensuite, dans le but de pouvoir cerner le sujet encore mieux et d’en comprendre les
envergures, une étude bibliographique concernant les stations de pompages, les pompes en
général sans oublier les stations d’assainissement des eaux sera faite.

Après cela viendra l’étude hydraulique du projet où les différents éléments de la


station seront dimensionnés ou choisis selon les besoins, une étude suivie par une simulation
de l’écoulement de l’eau pour en découvrir le comportement.

Enfin, pour clore l’ensemble de ce travail, un automatisme contrôlant l’intégralité de la


station sera créé suivant une philosophie de fonctionnement bien précise et détaillée afin
d’assurer l’autonomie de la station et de prévoir un éventuel dysfonctionnement, une partie
qui sera suivie par une conclusion générale marquant la fin du travail.

2
Chapitre premier :
Présentation de la société

Résumé :

Durant ce chapitre, une brève introduction de l’entreprise qui a accueilli ce stage de fin
d’études et qui a proposé le sujet traité dans ce rapport sera établie, on verra aussi les raisons
qui ont permis à MERI de se distinguer parmi tant d’autres sociétés grâce à une organisation
bien étudiée et structurée de façon stratégique, des engagements prometteurs et innovants, un
domaine d’activité diversifié et large lui permettant ainsi d’offrir un grand nombre de services
qui satisfait plusieurs clients importants à la fois, ce qui a conduit à son épanouissement et à
son progrès.

3
Introduction :
Comme dans chaque histoire qui commence par une préface, le début de ce rapport
sera consacré à une légère présentation de la société qui a servi d’hôte lors de la réalisation de
ce projet tout au long de ce premier chapitre, les engagements auxquels elle se consacre, sans
oublier de citer son domaine d’activité et ses principales actions, tout en passant par ses plus
importants clients.

I. Présentation de l’entreprise :
Fondée en 1999 et dont le siège se situe à Megrine dans le gouvernorat de Ben Arous,
MERI, ou Mondiale des Etudes et Réalisations Industrielles, est une société accompagnant le
développement de ses clients nationaux et internationaux dans divers domaines
essentiellement dans la pétrochimie, l’énergie et l’environnement, elle leur offre ainsi des
produits et des projets clés en main visant leur satisfaction absolue.
MERI s’engage ainsi à fournir des services d’étude et de réalisation de projets conformes aux
attentes des clients pour accroître leur complaisance et cela en améliorant continuellement le
niveau de compétences.

Figure 1 : Logo de MERI

II. Engagements de l’entreprise :


MERI a pour politique d’assurer un objectif principal « zéro accident » en maîtrisant
les risques professionnels liés aux activités de la société surtout sur le niveau des chantiers,
garantir la sécurité la santé et le bien-être des employés et des collaborateurs, respecter les
exigences légales et autres, diminuer ses propres consommations énergétiques, préserver
l’environnement et prévenir contre la pollution en intégrant les considérations
environnementales dans ses projets et en améliorant la gestion de ses déchets.

4
III. Activités de MERI :
MERI est dotée d’un large domaine d’activité caractérisé par sa remarquable diversité
et le grand choix qui s’y offre, il touche primordialement aux six secteurs suivants :

 Ingénierie.
 Projets clé en main de dépôt d’hydrocarbures et de gaz.
 Chaudronnerie.
 Charpente métallique.
 Pipeline et tuyauterie.
 Montage industriel.

Ses activités se partagent entre ces principales professions :

 Pétrole et gaz :
- Distribution.
- Centre de stockage et de production.
- Equipements de process et traitement.
- Installation de systèmes à vapeur sous pression.
 Industrie métallique :
- Charpentes métalliques.
- Centre de stockage et de production.
- Etude et construction de structures pipes racks, supports et abris.
 Appareils à pression :
- Conception et construction des appareils à pression : réservoirs, anti-béliers, filtres
gaz, filtres à panier, séparateurs et gares racleurs pour les hydrocarbures.
- Conception et construction des skids de comptage et de filtration huile et gaz.
 Génie civil :
- Conception et réalisation des ouvrages de GC fondations, cuvettes, murs de
rétention, murs pare-feu.
 Electricité :
- Etude et construction des tableaux électriques de commande et de télégestion.
 Environnement :
- Etude et installation de stations de pompage, d’épuration et de traitement des eaux.

IV. Organisation :
La réussite et le succès de toute entreprise commence par une bonne organisation
claire où les tâches sont réparties de façon équitable et en tenant compte des capacités, des
compétences et du savoir de chaque individu constituant cet ensemble, dans MERI, les rôles
sont distribués comme suit :

5
Figure 2 : Organigramme de MERI

V. Clientèle :
Meri compte de nombreux et très prestigieux clients qui sont :

 Office national de l’assainissement.  Oilibya.  Total.


 Le ministère de la défense.  Sonede.  Agil.
 Vivo energy.  Staroil.  CPG.
 Air liquide.  Naftal.  SGP.
 Sonatrach.  STEG.  GTP.
 Tankmed.  STIR.  Teci.
 Sonacop.  Snim.  TPS.
 Butagaz.  Shell

6
Conclusion :
Grâce à son secteur d’activité et ses multiples projets diversifiés touchant à plusieurs
secteurs d’actualité à la fois, et également grâce à sa structure bien organisée et une politique
de travail visant à se conformer aux dernières lois ainsi qu’aux nouvelles technologies, MERI
a réussi à se créer un nom et à se positionner aussi bien sur un plan national que sur une
échelle internationale, ceci a été bien démontré dans ce chapitre, quant au chapitre suivant, il
sera consacré à une étude bibliographique sur les stations de pompage, sur les stations de
traitement des eaux ainsi que sur les pompes.

7
Chapitre second :
Etude bibliographique

Résumé :

Le second chapitre sera dédié à une étude bibliographique dont le but est de servir
d’appoint pour le reste du travail afin d’introduire les notions les plus importantes. Ce chapitre
débutera par une partie introductive sur les stations de pompage en général en énumérant leurs
types, les équipements qui y sont nécessaires, le mode de fonctionnement et tout ce qu’il faut
savoir dessus. Ensuite il y aura une introduction sur les différents types de pompes tout en
passant par une comparaison entre leur fonctionnement et leurs caractéristiques les plus
importantes pour finir avec une partie sur les stations d’épuration des eaux et les différents
procédés dont on s’y sert.

8
Introduction :
Au cours de ce second chapitre, une présentation bibliographique concernant les
stations de pompage des eaux -de la définition au mode de fonctionnement tout en passant par
les équipements majeurs qui la composent - ensuite les stations de traitement des eaux et plus
essentiellement les différentes étapes de l’assainissement, ainsi que les pompes hydrauliques -
caractéristiques, dimensionnement et montage- sera établie, et cela dans le but d’éclaircir
certaines notions importantes qui seront utilisées plus tard dans le développement du travail et
pour aussi pouvoir être initié à l’étude entière.

I. Les stations de pompage :


1. Définition :
Les stations de pompage sont des stations où l’eau est collectée avant d’être distribuée
vers différentes destinations dans un réseau de canalisations après son extraction de
différentes profondeurs et de multiples sources. En plus de servir à approvisionner les canaux
en eau, elles servent aussi à pomper les eaux usées pour les dégager. Dans un différent cas
d’usage, les stations de pompage servent à faire circuler d’autres fluides que de l’eau, tels que
les huiles ou le pétrole, la nature du fluide entre en jeu dans le choix de l’équipement et dans
la partie du dimensionnement car certains fluides sont plus lourds et plus visqueux que
d’autres, donc leur pompage est moins aisé.

2. Types des stations de pompage :


 Il existe deux types d’installation des stations de pompage :
a. Stations immergées :

Dans ce type de stations, la pompe est généralement montée verticalement en ayant le


corps entièrement immergé dans l’eau à un niveau en-dessous inférieur à celui de l’eau qu’il
faudra pomper.

Figure 3 : Schéma d'une station de pompage immergée

9
b. Stations en cale sèche :

Dans ce genre de stations, il n’y a pas de restrictions quant au montage de la pompe,


qu’il soit horizontal ou vertical, elle est juste placée dans un compartiment appelé chambre
des pompes qui est isolé du réservoir d’eau.

Figure 4 : Schéma d'une station de pompage en cale sèche

 Comparaison entre les deux types :

Tableau 1 : Avantages et inconvénients de chaque type de station

Avantages Inconvénients
 Instabilités et défauts d’étanchéité.
 Conception plus simple, donc des  Standardisation de fosses très
frais d’investissement moindres. étroites par rapport aux conditions
 Utilisation d’un équipement de haute réelles d’usage.
qualité.  Consommation énergétique élevée
 Equipement hydraulique moins du fait que le rendement global est
Stations compliqué (absence de tuyauterie plus faible.
immergées d’aspiration).  Non-respect des conditions de
 Moins de bruit lors du sécurité et d’hygiène.
fonctionnement des pompes.  Nécessité d’un système de
 Levage plus simplifié de la pompe, ventilation en cas d’intervention
ce qui facilite les interventions de dans la fosse.
maintenance.  Maintenances et réparations plus
coûteuses.
 Exploitation plus aisée et plus
 Installation plus coûteuse.
hygiénique vu la facilité de l’accès.
 Etanchéité obligatoirement requise,
 Equipement électrique à l’abri et
donc plus de précautions prises au
éloigné des risques de détérioration.
croisement des parois et des
 Intervention sur le matériel plus conduites.
facile et plus aisée.
Stations en  Nécessité de l’installation d’un
 Faible consommation énergétique
cale sèche groupe auxiliaire pour le
grâce au rendement global élevé.
dégagement des eaux d’infiltration,
 Plus de souplesse lors de la de suintement ou d’inondation.
résolution des anomalies
 Equipement hydraulique plus cher.
hydrauliques.
 Nécessité de ventiler la fosse.
 Bonne adaptation des protections
anti-bélier.

10
3. Etude du terrain :
L’étude du terrain entre essentiellement dans la partie du génie civil. Elle consiste à
établir une analyse des lieux où la station de pompage sera construite afin de prévoir les
matériaux nécessaires pour lutter contre une éventuelle érosion du sol, l’enfoncement de la
station dans la terre ou encore son instabilité, sans oublier l’humidité aux environs à cause des
quantités d’eau qui s’y trouvent ce qui pourrait avoir une mauvaise influence sur l’intégralité
de la station, donc il faudra prévoir des constructions adaptées à ces conditions.

4. Equipements :
4.1. Tuyauteries :

Ou aussi canalisations ou conduites, on peut différencier les tuyauteries d’aspiration et


aussi de refoulement. Dans les deux cas, elles servent à faire véhiculer l’eau d’un point à un
autre. Les conduites peuvent être disposées en série, en parallèle, en ramification ou alors en
combinant plusieurs dispositions ensemble.

Figure 5 : Exemple de tuyaux en série

Figure 6 : Exemple de tuyaux en parallèle

Figure 7 : Exemple de tuyaux ramifiés

11
Les caractéristiques dont dépendent les conduites sont la longueur, le diamètre, la
rugosité et aussi le matériau dont elles sont composées.

Les tuyauteries installées demandent certaines pièces spéciales ainsi que des
accessoires de raccordement divers :

 Des conduites aux formes particulières : On trouve les tés, les coudes et les cotes de
réduction (les convergents et les divergents).

Figure 8 : Schéma des différentes formes des conduites

 Des manchettes de traversée : Elles sont utilisées pour relier le réseau au bâtiment
lorsqu’ils se croisent.
 Les raccords mécaniques : Ce sont des liaisons mécaniques entre les conduites qui
habilitent le passage de l’eau dedans sans qu’il n’y ait de fuites.
 Des joints : Ils assurent l’étanchéité des canalisations, ils s’assemblent avec les raccords
mécaniques car leurs diamètres sont identiques.
 Des appareils de robinetterie : Il y a les vannes qui, selon leur état fermé ou ouvert,
permettent de laisser passer l’eau dans les canalisations ou de l’en empêcher. Il y a aussi
les clapets anti-retour (ou clapets de refoulement) qui, quant à eux, empêchent la
circulation de l’eau dans le sens inverse de celui de son écoulement dans les canalisations
en cas d’arrêt des machines ou de fermeture des vannes, ces clapets peuvent être placés
avant et après la pompe.

4.2. Equipements électriques :

Parmi les équipements électriques les plus importants qu’on peut trouver dans une
station de pompage, on distingue essentiellement :

 Une alimentation électrique : C’est un système qui procure de l’énergie électrique au


reste des éléments de la station de pompage de façon stable et continue.

12
 Un soft-starter ou démarreur : C’est un dispositif électronique qui limite la pointe de
courant lors du démarrage d’un moteur électrique pour protéger le reste de
l’équipement.
 Des armoires électriques : Il s’agit de boîtiers contenant un réseau de distribution
électrique dont la majeure partie est des circuits électriques et des câblages pour les
protéger et les conserver intactes.
 Des pupitres de commandes : Ils affichent l’état de fonctionnement des éléments du
système grâce à des capteurs et permet la commande de leur manœuvre.
 Des alarmes : Très souvent sonores, elles servent à avertir et à alerter en cas de panne
ou de dysfonctionnement d’un élément de la machine ou s’il y a un risque de danger
afin d’éviter un éventuel incident.
 Un variateur de fréquence : Il permet de régler le débit d’eau pompée en fonction du
niveau dans le réservoir en faisant varier la vitesse de rotation du moteur de la pompe.
 Un manostat ou un pressostat : C’est un dispositif qui maintient la pression à une
valeur constante désirée.
 Des câbles : Ils assurent la liaison entre les différents équipements électriques.

4.3. Pompes hydrauliques :

C’est l’élément de la station qui permet de faire passer l’eau d’un niveau à un niveau
supérieur. Les pompes de secours servent d’appoint si les pompes principales s’arrêtent de
fonctionner suite à une panne ou à une opération de maintenance. Elles seront décrites dans la
seconde partie de ce chapitre.

4.4. Bâche d’aspiration :

Il s’agit d’un réservoir ouvert sur l’air atmosphérique où l’eau est collectée et stockée
avant d’être aspirée par les pompes. Cette bâche est reliée directement à la source
d’alimentation de la station de pompage et aussi à la station même.

4.5. Dégrilleur :

Le dégrilleur permet de retenir les débris ou les cailloux de grandes tailles pour qu’ils
ne s’infiltrent pas dans les pompes au risque de les abimer ainsi que dans le reste des
canalisations qu’ils pourraient boucher. Les dégrilleurs sont faciles à maintenir et peuvent être
nettoyés à la main. Pour éliminer des éléments plus fins, l’usage d’un dessableur ou de filtres
est alors pleinement recommandé.

4.6. Systèmes d’agitation :

Il s’agit d’un système qui agite l’eau dans le réservoir afin d’éviter la sédimentation
des éléments en suspension au fond dans le but d’empêcher les infections et la formation de
bactéries et également de moisissures.

13
4.7. Outils de mesure :

Ces outils de mesures ont plusieurs utilités, on trouve :

 Les débitmètres : Ils permettent d’indiquer la valeur du débit de l’eau pompée ou dans les
canalisations.
 Les manomètres : Ils affichent la valeur de la pression de l’eau dans les conduites.
 Les indicateurs de niveau : Ces indicateurs montrent le niveau de l’eau dans les réservoirs,
tels que les flotteurs à poires de niveau.

4.8. Ballons d’air :

Les coups de bélier présentent un problème d’une grande ampleur dans les
installations hydrauliques, et dans le but de protéger l’équipement, un système anti-bélier est
installé, qui est les ballons d’air qui absorbent les ondes de chocs que le coup de bélier créé.

4.9. Système d’aération :

Les systèmes d’aération dans une station de pompage ont un rôle essentiel dans le
renouvellement de l’air pour empêcher la formation de mauvaises odeurs et de bactéries dues
à l’emplacement de la station et à la qualité de l’eau aspirée.

5. Fonctionnement :
Pendant la marche de la station de pompage, l’eau qui se situe dans la bâche
d’aspiration est aspirée par les groupes motopompes et est acheminée vers un autre bassin
d’eau brute relié à une station de traitement des eaux où celle-ci sera purifiée et ensuite
distribuée vers un réseau externe d’utilisation tel que les maisons ou d’autres bâtiments.
Quand l’eau dans le bassin atteint un niveau bas, dit aussi niveau de marche, les pompes sont
actionnées et commencent à aspirer l’eau jusqu’à ce que le niveau de l’eau remonte pour
atteindre un niveau haut appelé aussi niveau d’arrêt qui stoppe le fonctionnement des pompes.

6. Dimensionnement :

Le dimensionnement d’une station de pompage se fait par diverses étapes. La première


est d’évaluer les besoins en eau, c’est-à-dire le débit d’eau que la station devra refouler vers la
fin du processus entier, la quantité d’eau dégagée varie d’une station à une autre. Suite à cela,
il faudra déterminer le volume utile de la bâche de relèvement, le volume utile est situé entre
les niveaux bas et haut d’enclenchement de la pompe. Ensuite, une évaluation de l’énergie
hydraulique nécessaire est essentielle pour dimensionner les groupes motopompes à utiliser
avec leurs différentes caractéristiques. Vient après le dimensionnement des tuyauteries, les
diamètres de raccordement et les sections de passage des pompes. Enfin, on établit la mesure
des équipements à installer dans la station entière tels que les dégrilleurs, les anti-béliers…

14
7. Maintenance et mesures de sécurité :

Afin d’assurer le bon fonctionnement de la station, il faudra mettre en cours des


opérations de maintenance d’une manière périodique afin de protéger l’intégralité du matériel
utilisé et autres composants de la station. Pour cela, il faudra posséder un dossier technique
contenant les caractéristiques des éléments, il faudra aussi effectuer certaines mesures telles
que sur la consommation énergétique, les éventuelles fuites en eau ou une mesure du
rendement des équipements. Les mesures de sécurité consistent à prévoir des solutions à un
éventuel incident tel qu’un incendie en mettant à disposition des moyens d’atténuer la gravité
de la situation.

II. Station de traitement d’eau :


Après le pompage de l’eau, celle-ci est amenée vers une station de traitement où elle
sera purifiée des impuretés qu’elle contient pour ensuite être distribuée vers le réseau ou tout
simplement stockée, elle passe alors par un processus entier qui se compose de plusieurs
opérations qui se succèdent, sachant qu’elle a déjà eu un prétraitement en traversant la totalité
des dégrilleurs en amont de la station de pompage. Parmi les procédés de traitement de l’eau,
on trouve :

1 . La coagulation :

Il s’agit de l’addition d’un réactif chimique appelé coagulant qui permet de rassembler
les matières en suspension de tailles très réduites qui s’agglomèrent afin de former des
particules de tailles plus importantes.

2. La floculation :

Les colloïdes formés suite à la coagulation restent d’assez faible diamètre et ne


peuvent passer aux étapes de traitement suivantes, dans ce cas, on ajoute un polymère nommé
floculant qui permet de rassembler les colloïdes ensemble pour augmenter leur volume en
même temps que leur masse.

3. La décantation :

S’effectuant le plus souvent dans des bassins de forme conique, la décantation est un
procédé de séparation mécanique entre l’eau et les impuretés qui y sont mélangées. Le
mélange eau-polluant reste au repos jusqu’à ce que les phases soient séparées sous l’effet de
la pesanteur où la phase polluante se rassemble au fond du décanteur puis sera raclée sous
forme de boues.

4. La flottation :

Son principe est le même que la décantation, il s’agit d’un procédé de traitement
mécanique, sauf que les polluants émergent à la surface de l’eau pour être ensuite évacués.

15
5. Un traitement chimique ou biologique :

Les opérations précédentes restent insuffisantes et limitées à cause de la présence de


nombreux polluants de différentes natures dans l’eau, dans ce cas on procède à un traitement
soit chimique qui consiste à ajouter des produits chimiques dans l’eau pour éliminer les
polluants, soit biologique par l’admission de bactéries qui purifieront l’eau.

Figure 9 : Exemple d'une station de traitement d'eau (réalisé avec Edraw)

III. Les pompes hydrauliques :


1. Définition des pompes hydrauliques :
Les pompes sont considérées comme étant l’élément central d’une station de pompage.
Ce sont des appareils mécaniques qui aspirent des liquides (eau comme dans notre cas, huiles,
essence, liquides alimentaires…) à une pression initiale pour les faire véhiculer et ensuite les
refouler à une pression finale plus élevée dans un endroit voulu. Ainsi, les pompes sont
considérées comme étant des génératrices de débit ou de puissance qui transforment l’énergie
mécanique qui les alimente en énergie hydraulique. L’aspiration des liquides se fait à travers
un orifice d’aspiration et leur refoulement par un orifice de refoulement qui est relié au reste
du réseau. Les pompes doivent obéir à la norme API 610.

16
2. Classification des pompes hydrauliques :
Les pompes peuvent être réparties en différents types en tenant compte :

 Des mouvements mécaniques.


 Du mode de fonctionnement.
 Du mode de déplacement du fluide.
 Du domaine d’utilisation.

Et elles sont choisies en fonction des paramètres et des caractéristiques du circuit


d’écoulement du liquide ainsi que son débit.

Mais généralement, les pompes faisant circuler des liquides se divisent en deux
catégories importantes selon leur mode de fonctionnement, on retrouve :

2.1. Les pompes volumétriques :

Elles utilisent une variation périodique du volume intérieur de la pompe grâce au


mouvement d’un élément mobile à l’intérieur du corps de la pompe parfaitement fermé.

2.1.1. Pompes volumétriques rotatives :

La pièce mobile de la pompe décrit un mouvement rotatif, on peut trouver dans ce cas
les types suivants :

2.1.1.1. Pompes à palettes libres ou rigides :

Elles sont composées de palettes coulissant dans les fentes du rotor et sont maintenues
en contact avec ses parois par un jeu de ressorts et la force centrifuge. Le mouvement du rotor
fait varier les différences de capacités entre le stator et les palettes et produit de cette façon
l’aspiration du liquide d’une part et son refoulement d’une autre.

Figure 10 : Pompe à palettes 1

1
http://nte-serveur.univ-lyon1.fr/pfcp/lcp/commun/pompe_palettes/pompe_a_palettes.htm

17
2.1.1.2. Pompes à engrenages :

Ces pompes sont constituées de deux engrenages tournant en sens inverses à l’intérieur
du corps, le premier est relié à l’arbre tandis que le second est libre. En tournant, les dents de
chaque engrenage s’éloignent les unes des autres, la pression à cet espace formé diminue et le
liquide est aspiré entre deux dents consécutives des engrenages et est passé vers la section de
refoulement.

Figure 11 : Pompe à engrenages 2

2.1.1.3. Pompes à rotor hélicoïdal excentré :

Elles sont composées d’un rotor et d’un stator hélicoïdaux insérés l’un à l’intérieur de
l’autre, formant ainsi une chaîne de cavités étanches ou alvéoles. Lors de la rotation du rotor
dans le stator, les alvéoles se déplacent invariablement tout au long de l’axe de la pompe,
transportant ainsi le liquide de la voie d’admission vers le refoulement.

Figure 12 : Pompe à rotor hélicoïdal excentré 3

2
http://motors2and4wheels.wixsite.com/motors/page-rotatif
3
http://gpip.cnam.fr/ressources-pedagogiques-ouvertes/hydraulique/co/3grain_pompeMoineau.html

18
2.1.1.4. Pompes péristaltiques :

Le pompage se fait par la compression d’un tube en élastomère par des galets fixés sur
le rotor, le liquide est refoulé sans turbulence ni cisaillement. Le contact entre les liquides et
les pompes est absent.

Figure 13 : Pompe péristaltique 4

2.1.2. Pompes volumétriques alternatives :

Le mouvement de rotation est transformé en mouvement rectiligne alternatif, on


distingue dans ce cas les sous-classifications suivantes :

2.1.2.1. Pompes à piston :

Lors du déplacement d’un piston dans un cylindre, le volume de la chambre de


pompage varie, provoquant ainsi l’aspiration du liquide dans un sens et le refoulement dans
l’autre. Ces pompes ont un fonctionnement alternatif et nécessitent des clapets ou des
soupapes pour assurer chacune des deux phases du pompage.

Figure 14 : Pompe à piston 5

4
http://www.ptc-geneve.ch/fr/produits/pompes-peristaltiques
5
http://gpip.cnam.fr/ressources-pedagogiques-ouvertes/hydraulique/co/3grain_pompePiston.html

19
2.1.2.2. Pompes à membrane :

Ces pompes utilisent également un piston qui comprime un fluide secondaire ou


auxiliaire incompressible, causant la déformation d’une membrane qui comprime ainsi le
liquide pompé.

Figure 15 : Pompe à membrane 6

2.1.2.3. Pompes doseuses :

Elles sont généralement à piston ou à membrane et servent essentiellement à des


dosages fins de produits chimiques ou à l’injection du carburant pour les véhicules
automobiles. Le dosage se fait par réglage direct du débit sur la pompe en faisant varier la
vitesse de rotation du moteur ou la course du mobile de pompage piston-membrane.

2.2. Les pompes centrifuges :

Ayant un domaine d’application et d’exploitation assez étendu, les pompes centrifuges


sont les pompes les plus utilisées ainsi que les plus répandues dans les industries. Comme leur
nom l’indique, ce type de pompes utilise la force centrifuge afin de faire circuler les liquides
et leur fonctionnement peut être divisé en trois étapes : L’aspiration, l’accélération et le
refoulement. La rotation du moteur entraîne avec elle la rotation d’une composante tournante
appelée rotor, le liquide est aspiré au centre de la pompe à travers une ouverture appelée
distributeur, ou encore œil, qui l’achemine depuis la conduite jusqu’à la section d’entrée du
rotor, la vitesse du fluide admis augmente et ainsi la pression dans l’œil décroît et cause ainsi
l’aspiration du liquide. L’énergie mécanique appliquée à l’arbre de la pompe est transformée
par le rotor en énergie cinétique, à sa sortie, le liquide est projeté dans la volute sous l’effet de
la force centrifuge où il est collecté et ramené à la section de sortie qui s’élargit et se
comporte comme un divergent, et là son énergie cinétique se convertit en une énergie de
pression.

Dans le but d’augmenter la hauteur de refoulement, plusieurs étages d’aubages


peuvent être juxtaposés sur l’arbre, chaque étage transmet l’eau à l’étage suivant en élevant la
pression jusqu’à l’étage final.
6
http://une-petite-eolienne-de-pompage.over-blog.com/pages/La_Pompe-8483211.html

20
Par contre, ces pompes doivent être amorcées avant la mise en marche, l’air contenu
doit être dégagé, c’est-à-dire qu’elles doivent être pleines de liquide avant. Pour éviter son
désamorçage à chaque redémarrage, on peut utiliser un clapet anti-retour au bout de la
canalisation d’aspiration.

Figure 16 : Pompe centrifuge 7

3. Comparaison entre les différents types de pompes :


Tableau 2 : Avantages et inconvénients de chaque pompe

Avantages Inconvénients
 Le moteur fournit une vitesse  Ces pompes ne peuvent
rapide et constante. s’amorcer seules.
 Ces pompes s’adaptent à de petits  Elles ne fonctionnement pas
forages et permettent de capter les avec des liquides trop visqueux
nappes profondes, surtout les ou ne supportant pas la très
pompes à étages multiples. grande agitation de la pompe.
 La construction des pompes est  Elles ne peuvent pas être
simple et elles demandent peu utilisées comme pompes
d’entretien. doseuses au risque d’être
 Les prix des pompes sont entraînées hors de leurs
modérés et les coûts de caractéristiques optimales.
Pompes maintenance sont faibles.  Elles nécessitent des dispositifs
centrifuges
 Les matériaux de construction d’équilibrage : disque, montage
sont très variés pour pouvoir de roues dos à dos sur l’arbre,
s’adapter au liquide utilisé. perçage de trous près du moyeu
 Les pompes peu encombrantes. de façon à équilibrer les
 Le rendement est bon. pressions sur la paroi. Car l’axe
 Le débit que ces pompes du rotor tend à se mouvoir lors
procurent est continu. de la dépression qui peut le
 La pompe ne subit aucun détériorer.
dommage en cas de colmatage.  Les pressions de refoulement
 Elles peuvent admettre les sont moins importantes que
suspensions chargées de solides. celles d’autres pompes.

7
http://www.maxicours.com/soutien-scolaire/mecanique-industrielle/bac-pro/134540.html

21
 Il n’y a ni brassage, ni dispersion  Le corps s’use par frottement
du liquide pompé. des palettes.
Pompes à palettes
 Le débit est régulier.  Les produits visqueux sont
libres
 Le fonctionnement de la pompe difficiles à pomper.
est réversible.
 Le débit est régulier.  Les pièces d’usure sont
 La pompe est réversible. nombreuses, ce qui cause des
 La pompe tolère des liquides de fuites.
viscosité élevée.  Elles ne supportent pas les
 Les clapets sont facultatifs. liquides abrasifs.
Pompes à  La pompe peut tourner  Le pompage des particules
engrenages rapidement. solides est impossible sous peine
d’user le mécanisme et de
diminuer l’étanchéité entre le
corps et les dents.
 Elles ne doivent pas fonctionner
à sec.
 Le débit est régulier.  Elles ne doivent pas tourner à
 Elle est adaptée à une gamme de sec.
Pompes à rotor produits importante.  Elles ne supportent pas des
hélicoïdal  Elle tolère les particules solides, températures élevées.
excentré les produits abrasifs et fragiles,  La maintenance est difficile et
les boues et les liquides visqueux. coûteuse.
 La pompe est réversible.  Elles sont encombrantes.
 Elles sont adaptées aussi bien à de  Le débit est limité.
faibles débits qu’à des débits  Le refoulement est saccadé.
importants, en fonction de  La température d’utilisation est
l’usage. faible.
Pompes
 Elles permettent de pomper des
péristaltiques
liquides abrasifs et chargés.
 Leur entretien est facile.
 Le fonctionnement à sec ne les
endommage pas.
 Elles sont auto-amorçantes.  Elles sont très encombrantes.
 Leur rendement est bon.  Elles n’utilisent que des liquides
 Les pressions au refoulement sont de viscosité faible.
élevées.  Le pompage de particules
Pompes à piston
 Elles peuvent fonctionner avec solides est impossible.
des produits corrosifs, abrasifs ou  Le débit est pulsatile et limité.
acides.
 Elles sont robustes.
 Elles sont auto-amorçantes.  Elles sont limitées en
 Elles permettent le pompage de température.
liquides corrosifs et volatiles.  Leur débit est limité.
Pompes à  Le liquide pompé reste  Elles n’admettent que des
membrane absolument propre. liquides de faible viscosité.
 Elles peuvent fonctionner à sec.  Le débit est pulsatile
 Elles sont étanches.

22
 Leurs débits sont faibles.

 Elles sont auto-amorçantes.


 Elles procurent des pressions  Elles n’acceptent que des
Pompes doseuses élevées au refoulement. liquides à faibles viscosités.
 Leurs températures d’utilisation
sont limitées.

4. Caractéristiques des pompes hydrauliques :


4.1. La HMT (Hauteur Manométrique Totale) :

C’est la différence de pression pour une pompe entre son point d’aspiration et son
point de refoulement, exprimée généralement en mètres de colonne d’eau et donnée par la
formule suivante :

HMT  (Zaspirationrefoulement    g )  P (2.1)

Avec :
 HMT : la hauteur manométrique totale (mCE).
 ΔZ aspiration-refoulement : la différence de hauteur entre l’aspiration et le
refoulement (m).
 ρ : la masse volumique (kg/m3).
 g : l’accélération de pesanteur (m/s²).
 ΔP : la perte de charge dans les conduites (Pa).

On peut considérer aussi que c’est la force qui permet le passage de l’eau dans les
tuyaux et son utilisation dans le point le plus haut de l’installation.

4.2. Le NPSH (Net Positive Suction Head) :

C’est une valeur qu’on détermine pour voir s’il y a cavitation de vapeur lors du
fonctionnement de la pompe ou pas. Pour éviter la formation de vapeur, il faut que la valeur
de NPSH disponible (la hauteur du liquide réellement présent au-dessus de l’aspiration) soit
supérieure à celle de NPSH requis (hauteur minimale de liquide nécessaire au-dessus de
l’aspiration) donné par le fabriquant de la pompe. On a :

P amont  Pv ,sat v2
NPSH d   (2.2)
g 2 g
Avec :

 NPSHd : Net Positive Suction Head disponible (m).


 Pamont : la pression en amont de l’aspiration (Pa).
 Pv,sat : la pression de vapeur saturante (Pa).
 ρ : la masse volumique (kg/m3).
 g : l’accélération de la pesanteur (m/s²).
 v : la vitesse d’écoulement (m/s).

23
La pression en amont de l’aspiration est donnée comme suit :

Pamont  Patm    g  h (2.3)

Où on a :

 Patm : la pression atmosphérique (Pa).


 h : la hauteur géométrique du pompage (m).
 ρ : la masse volumique (kg/m3).
 g : l’accélération de la pesanteur (m/s²).

4.3. Le débit :

Il s’agit du volume de liquide refoulé par la pompe pendant son fonctionnement durant
une période de temps bien déterminée.

4.4. La puissance hydraulique :

Il s’agit de la puissance fournie par la pompe afin de faire déplacer le liquide, elle est
donnée par la relation suivante :

Ph  q    g  h (2.4)

Où :

 Ph : la puissance hydraulique (W).


 q : le débit volumique (m3/s).
 ρ : la masse volumique (kg/m3).
 g : l’accélération de pesanteur (m/s²).
 h : la hauteur géométrique (m).

4.5. Le rendement :

Le rendement d’une pompe est le rapport entre la puissance utile de la pompe, ou la


puissance hydraulique, et la puissance absorbée. Il est exprimé comme suit :

𝑝𝑢𝑖𝑠𝑠𝑎𝑛𝑐𝑒 ℎ𝑦𝑑𝑟𝑎𝑢𝑙𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑝𝑜𝑚𝑝𝑒


𝜂= (2.5)
𝑝𝑢𝑖𝑠𝑠𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑎𝑏𝑠𝑜𝑟𝑏é𝑒 𝑝𝑎𝑟 𝑙 ′ 𝑎𝑟𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑝𝑜𝑚𝑝𝑒

4.6. La cylindrée :

Elle correspond au volume de fluide que la pompe refoule par tour ou par cycle.

24
5. Montage des pompes :
Une pompe est dite montée en charge si elle se situe en-dessous du bac d’aspiration,
dans ce cas, lorsque tout le circuit est correctement installé, elle se remplit toute seule du
liquide à aspirer. Une pompe est montée en aspiration s’il s’agit du contraire, et là, elle est
initialement vide de tout liquide, elle doit se remplir ou être remplie avant la mise en marche.

Figure 17 : Pompe montée en aspiration Figure 18 : Pompe montée en charge

6. Couplage des pompes :


Au cas où les caractéristiques des pompes ne sont pas suffisantes aux besoins
présentés, l’association des pompes est possible soit en série, soit en parallèle. L’association
en série des pompes permet d’augmenter la hauteur manométrique totale pour une même
valeur du débit, tandis que l’association en parallèle augmente le débit en gardant la hauteur
manométrique identique.

Le couplage des pompes peut aussi avoir un avantage économique si les pompes
associées valent moins cher qu’une seule pompe qui leur est équivalente, et permet aussi de
gagner du temps.

Figure 19 : Couplage des pompes

25
7. Problèmes rencontrés avec les pompes :
7.1. La cavitation de vapeur :

Au cours du fonctionnement de la pompe, les différences entre les pressions peuvent


engendrer une diminution de la pression du liquide en dessous de sa tension de vaporisation
ce qui entraîne la formation de bulles ou de poches de vapeur qui sont transportées dans des
zones à fortes pressions où elles se condensent et implosent brusquement, le liquide qui les
entoure comble le vide crée et frappe ainsi les composantes de la pompe à une vitesse
importante, causant ainsi l’érosion du matériau, des bruits et des vibrations gênants ainsi que
la chute des performances de la pompe.

7.2. Les pertes de charges :

Elles représentent la chute de pression totale du liquide suite à son frottement avec les
parois des conduites, le changement de forme des tuyaux ou la rencontre d’un obstacle. Elles
peuvent être calculées en utilisant des formules appropriées selon l’obstacle ou la déformation
qu’il peut rencontrer et en tenant compte de la rugosité, ou alors en utilisant des abaques.

7.3. Le coup de bélier :

Lors de la fermeture ou de l’ouverture brusque d’une vanne, d’un robinet ou de la


pompe, la variation brutale de la vitesse provoque à son tour une variation imminente de la
pression, causant ainsi une onde de choc qui peut causer la rupture de l’installation suite à de
fortes vibrations, le coup de bélier se distingue aussi par un bruit très violent.

Conclusion :
Dans ce chapitre, une étude bibliographique a été mise en œuvre se résumant sur les
stations de pompage regroupant leurs types, l’ensemble des équipements et la méthode de
fonctionnement, ensuite les pompes, obéissant à la norme API 610, qu’on y utilise et les
critères de sélection ainsi que les stations d’épuration où l’eau est introduite à travers de
nombreux procédés d’assainissement pour ensuite être amenée vers d’autres lieux où elle sera
utilisée ou consommée.

26
Chapitre troisième :
Etude hydraulique de la station de pompage

Résumé :

Le troisième chapitre de ce travail va porter sur l’intégralité de l’étude hydraulique de


la station de pompage étudiée. Le choix des pompes à utiliser sera fait selon le débit total dont
on a besoin ainsi que la HMT et le NPSH calculés, après cela se tiendra le dimensionnement
des diamètres des conduites et leurs épaisseurs pour finir par la simulation du fonctionnement
de cette station grâce à un logiciel adéquat, tout en passant par la présentation des accessoires
choisis pour ce projet.

27
Introduction :
Pour tout bon fonctionnement d’un projet, une étude détaillée est plus qu’essentielle
au début, et dans ce cadre, une étude hydraulique relative à la station de pompage sera établie
durant ce troisième chapitre afin de pouvoir procéder au bon dimensionnement des éléments :
diamètres des conduites par différentes manières puis le calcul de leur épaisseur ainsi que le
dimensionnement des pompes qui se fera suite au calcul du débit de la station de la HMT et
du NPSH, suite auquel une simulation du fonctionnement sera faite pour s’assurer de la
convenance des résultats obtenus.

I. Présentation du projet :
La station de pompage, sur laquelle porte ce travail, est située à Belli au gouvernorat
de Nabeul, l’eau est extraite du canal Majerda pour ensuite être conduite à la station de
pompage où elle sera envoyée vers un bac de stockage d’une capacité de 600m3.

Ce bac est relié directement à une station de traitement des eaux où l’eau pompée va
être traitée et purifiée pour être ensuite distribuée à la SONEDE (Société Nationale
d’Exploitation Et de Distribution des Eaux).

II. Choix des pompes :


Le débit total d’eau extrait du bac de stockage atteint une valeur de 2500 l/s en aval de
la station de pompage, donc le débit pompé ne doit pas être en dessus de cette valeur, et le
choix des pompes va se faire selon ce critère en premier lieu et en tenant compte de la
consommation des pompes choisies.

Deux choix s’offrent lors de ce travail selon les pompes imposées et qu’utilise la
société lors de ses projets, qui sont :

 Les pompes RDLO 400-665 A SC P F dont le débit est de 700 l/s, et dans ce cas on
devra en utiliser quatre ce qui donne un débit total de 2800 l/s, plus une cinquième
pompe de sécurité.
 Les pompes RDLO 400-665 A SC G F dont le débit est de 1100 l/s, et là l’utilisation
de trois pompes est essentielle pour avoir un débit de 3300 l/s, sans oublier la
quatrième pompe qui servira d’appoint.

Les pompes choisies doivent être du même type et doivent avoir le même débit pour
éviter qu’une pompe aspire ce que l’autre refoule et tourne ainsi dans le sens inverse.

28
Le premier critère de sélection est présent dans les deux cas où nous obtenons un débit
qui excède le débit demandé, maintenant, dans le tableau suivant seront présentées les
consommations des pompes et cela servira de critère de choix final, on a :

Tableau 3 : Consommation électrique des pompes

Consommation électrique Consommation électrique


d’une pompe seule du réseau de pompes
Débit de 700 l/s par pompe 521,51 kW 2086,04 kW
Débit de 1100 l/s par pompe 1488,7 kW 4466,1 kW

D’après le tableau, opter pour un réseau de pompes composé de quatre pompes de


débit égal à 700 l/s et montées en parallèle est le meilleur choix à faire pour avoir une
moindre consommation électrique lors du fonctionnement et pour continuer le travail.

III. Dimensionnement des conduites :


1. Choix du matériau :

Le matériau utilisé pour la fabrication des conduites est le S235RJ, connu aussi sous le
nom d’acier noir. Ce choix a été fait en tenant compte du fait que cet acier est soudable car les
conduites vont être faites selon les diamètres nécessaires et non achetées toutes prêtes, en plus
de cela c’est un acier qui est fiable et auquel la société a toujours recours.

2. Acheminement des conduites :

La prise d’eau en amont de la station de pompage se fait à partir du fleuve Majerda à


Belli dans le gouvernorat de Nabeul.

Figure 20 : Acheminement des conduites

29
L’ensemble de la tuyauterie est divisé en trois parties linéaires de longueurs différentes
comme décrit dans le tableau suivant :

Tableau 4 : Les longueurs des différentes lignes

Ligne Longueur (m)


Ligne 1 170
Ligne 2 1130
Ligne 3 200
Ces conduites forment des coudes deux à deux d’angles variés comme montré dans le
tableau qui suit :

Tableau 5 : Les angles des différents coudes

Coude Angle (°)


Coude 1 90
Coude 2 45
En plus des irrégularités qu’elles contiennent, les conduites ont des hauteurs
différentes chacune par rapport à la surface du sol, on trouve alors :

Tableau 6 : La différence de hauteur des lignes

Ligne Différence de hauteur (m)


Ligne 1 0
Ligne 2 38
Ligne 3 47

3. Diamètre optimal économique :

Le dimensionnement des conduites basé sur des considérations économiques est


nécessaire dans presque tout type d’installation hydraulique.

La démarche du choix du diamètre d’une conduite peut dépendre d’un facteur


économique qui se résume dans le coût du transport de l’eau, c’est-à-dire le coût de
l’installation de la tuyauterie d’acheminement toute entière ainsi que le coût du pompage en
lui-même et de la consommation des pompes hydrauliques. Plusieurs corrélations et
diagrammes relatifs à ce sujet établis en tenant compte d’équations modifiées et ajustées
comprenant un facteur de coût sont disponibles, et il a été constaté que les valeurs obtenues à
partir de ces diagrammes se rapprochent étroitement des valeurs obtenues par des calculs.

La méthode du diamètre optimal économique est exploitée pour contrebalancer les


coûts fixés des conduites avec le coût énergétique annuel du pompage, la consommation peut
ainsi être réduite à un optimum ce qui économisera de l’énergie et épargnera ainsi des
dépenses inutiles.

30
Figure 21 : Diamètre optimal économique

3.1.Vitesse d’érosion :

La vitesse d’érosion est définie comme étant la vitesse d’écoulement de l’eau dans les
conduites qu’il serait préférable de ne pas dépasser afin d’éviter la corrosion de la paroi
interne de la tuyauterie et éviter ainsi sa détérioration. Elle est donnée comme suit selon la
norme API RP 14 E :

c
ve  (3.1)

Avec :

 ve : la vitesse d’érosion (ft/s).


 c : une variable empirique qui prend soit la valeur de 100 si le fonctionnement est
continu soit 125 pour un fonctionnement intermittent suivant la norme API 14 E.
 ρ : la masse volumique (lbs/ft3).

Dans ce cas, on a :

c = 100

ρ = 998 kg/m3 = 62,3 lbs/ft3

 ve = 12,67 lbs/ft3 = 3,86m/s

 On fixe une vitesse moyenne de l’écoulement de l’ordre de 2 m/s.

31
3.2. Calcul du diamètre optimal :

Dans toute la partie suivante, la même notation dans l’une des formules correspond au
même élément dans le reste des équations.

3.2.1. Formule du débit :

Le débit d’écoulement de l’eau dans une conduite dépend de la section de passage de


l’eau ainsi que de sa vitesse, on a alors la formule suivante :

v    D2
Q (3.2)
4
D’où la relation :

4Q
D (3.3)
v 
Avec :

 Q : le débit volumique (m3/s).


 D : le diamètre de la conduite (m).
 v : la vitesse d’écoulement (m/s).

Le débit total de la station de pompage est de 2,8 m3/s pour une vitesse désirée égale à
2 m/s dans les conduites suite à une recommandation du client.

3.2.2. Formule de Bresse :

La formule de Bresse est basée sur le principe du coût total minimum des tuyauteries
et elle est la plus couramment utilisée, le diamètre est donné par :

D  1,5  Q (3.4)

Avec :

 Q : le débit volumique (m3/s).


 D : le diamètre de la conduite (m).

3.2.3. Formule de Bonnin :

Le calcul du diamètre optimal selon la formule de Bonnin est présenté comme suit :

D Q (3.5)

32
Avec les mêmes paramètres que dans la formule précédente (3.4).

3.2.4. Formule de Vibert :

La formule de Vibert tient en compte les coûts de l’électricité ainsi que celui du
matériau utilisé, elle est donnée par :
0,154
e
D  1,35     Q 0,46 (3.6)
f 
Où :

 Q : le débit volumique (m3/s).


 D : le diamètre de la conduite (m).
 e : le prix du kWh (TND).
 f : le prix d’un kilogramme du matériau des conduites (TND).

Le prix du kWh est fixé par la STEG (Société Tunisienne d’Electricité et de Gaz) et
vaut 0,162 TND pour de fortes consommations d’électricité. En ce qui concerne la tuyauterie,
le matériau utilisé est le S235JR dont le prix est de 1,5 TND le kilogramme.

3.2.5. Formule de Munier :

D  1  0, 02  n   Q (3.7)
Avec :

 n : le nombre d’heures de pompage par jour. Dans notre cas, la durée du pompage est
estimée à environ 8 heures par jour.

3.3. Comparaison entre les différentes méthodes de calcul du diamètre :

Tableau 7 : Les différents diamètres obtenus

Diamètre de la conduite (m)


Formule du débit 1,330
Formule de Bresse 2,500
Formule de Bonnin 1,670
Formule de Vibert 1,540
Formule de Munier 1,940

33
3.4. Choix du diamètre :

Dans le but d’obtenir un écoulement satisfaisant de l’eau dans les canalisations et pour
ajuster les résultats obtenus aux exigences du client ainsi que la disponibilité des conduites et
leur standardisation dans le marché, le diamètre à utiliser sera de 1,400 m, ce qui correspond à
une vitesse de 1,8 m/s.

4. Calcul des épaisseurs des conduites :

Après avoir fait le choix du diamètre des conduites, on procédera à la détermination de


l’épaisseur minimale tolérée conformément aux recommandations de la norme CODETI sans
surépaisseur ni tolérance ajoutées et dépendamment du procédé de fabrication. Elle est donnée
comme suit :

P  Di
e (3.8)
2 f  z  P

Avec :

 e : l’épaisseur de la conduite (mm).


 P : la pression de calcul, c’est aussi la pression maximale retenue pour le
dimensionnement d’un élément (MPa).
 Di : le diamètre intérieur de la conduite (mm).
 f : la contrainte nominale de calcul (MPa).
 z : le coefficient de soudure.

La contrainte nominale de calcul f est donnée par :

 Rtp 0,2   Rm  


f  f1  MIN   ,   (3.9)

 1,5   2, 4  

Avec :

 Rtp0,2 : la valeur minimale spécifiée de la limite conventionnelle d’élasticité à 0,2% à


la température de calcul t.
 Rm : la valeur minimale spécifiée de la résistance à la traction à la température
ambiante.

Dans le cas étudié au cours de ce projet, les conduites sont faites à partir du S235JR
soudé longitudinalement, donc :

34
Tableau 8 : Eléments de calcul de l'épaisseur

Paramètre Valeur numérique


Rtp0,2 (MPa) 235
Rm (MPa) 340
P (MPa) 1,6
Di (mm) 1400
z 0,85
t
R p0,2 / 1,5 (MPa) 156,67
Rm / 2,4 (MPa) 141,67
f (MPa) 141,67

 L’épaisseur e obtenue alors vaut 9,36 mm, ce qui est considéré comme étant approprié
et raisonnable pour le cas étudié et dans les applications industrielles courantes.

5. Calcul des pertes de charge :

Les pertes de charges dans les conduites sont de deux types : les pertes de charges
linéaires dues au frottement du fluide avec la paroi interne de la conduite et les pertes de
charges singulières causées par les irrégularités dans ces conduites.

Les pertes de charge linéaires sont données comme suit :

   v2
Pl   L (3.10)
D 2
Avec :

 ΔPl : les pertes de charge linéaires (Pa).


 λ : le coefficient de pertes de charge linéaires, il dépend de l’écoulement.
 D : le diamètre interne de la conduite (m).
 ρ : la masse volumique (kg/m3).
 v : la vitesse d’écoulement de l’eau dans les conduites (m/s).
 L : la longueur de la conduite (m).

Au cas où la conduite présente une différence de hauteur entre son début et sa fin,
l’obtention des pertes de charges se fait par l’équation suivante :

   v2
Pl    L  (   g  z) (3.11)
D 2
35
Où :

 g : l’accélération de pesanteur (m/s²).


 z : la différence de hauteur de la conduite (m).

Par contre, les pertes de charge singulières dues aux coudes sont données par :


Ps  k  (3.12)
2 g
Avec :

 k : le coefficient de pertes de charge singulières.

Tout d’abord, pour le calcul de pertes de charge linéaires, on calcule un nombre appelé
le nombre de Reynolds dont la valeur révèle la nature de l’écoulement pour connaître les
corrélations exactes à suivre pour le reste du calcul, il est donné comme suit :

v D 
Re  (3.13)

Avec :

 µ : la viscosité dynamique de l’eau (kg/(m².s)).

Dans le cas étudié, ces paramètres ont pour valeur :

Tableau 9 : Les éléments du calcul du nombre de Reynlds

Paramètre Valeur
v (m/s) 1,8
D (m) 1,4
ρ (kg/m3) 998
µ (kg/(m².s)) 0,001003

 Le nombre de Reynolds alors obtenu est : 25×105, ce qui correspond à un écoulement


turbulent rugueux car il est supérieur à 105.

Dans ce cas-là, le coefficient de pertes de charge linéaires λ est donné par :


  0, 79  (3.14)
D
Où ε correspond à la rugosité du matériau utilisé, elle est égale à 0,015×10-3 m pour
l’acier S235JR. Alors :

 λ = 2,585×10-3.

36
Quant aux coefficients de pertes de charge singulières k, ils sont obtenus par des
abaques car ils dépendent de l’irrégularité même, dans ce cas ils dépendent de l’angle du
coude, on trouve alors :

Tableau 10 : Valeurs des coefficients de pertes de charge singulières

Irrégularité Valeur de k
Coude 1 0,294
Coude 2 0,147
Les pertes de charges alors obtenues sont indiquées dans le tableau suivant :

Tableau 11 : Les pertes de charge dans les différents éléments des conduites

Elément de la conduite Valeur de la perte de charge (Pa)


Ligne 1 0,00507×105
Ligne 2 3,75407×105
Ligne 3 0,88710×105
Coude 1 0,0485
Coude 2 0,0240
Au final, la perte de charge totale est la somme de toutes les pertes de charges, du coup :

 ΔP = 4,64624×105 Pa.

6. Calcul de la HMT :
L’une des caractéristiques les plus importantes d’une pompe est son HMT afin de
s’assurer que l’eau pompée atteint le point désiré, son calcul se fait conformément à
l’équation (2.1) du chapitre 2 : étude bibliographique.

Les éléments qui serviront à ce calcul sont cités dans le tableau qui suit :

Tableau 12 : Eléments du calcul de la HMT

Elément de calcul Valeur numérique


ΔZ (m) 42,45
ρ (kg/m3) 998
g (m/s²) 9,81
ΔP (Pa) 4,64624×105
La valeur alors obtenue de la HMT est égale à :

 HMT = 8,80225×105 PA.


 HMT = 89,76 mCE.

37
7. Calcul du NPSH :
Afin de s’assurer que lors du fonctionnement des pompes il n’y a pas de cavitation de
vapeur, on procède au calcul du NPSH donné par l’installation, qui doit être alors supérieur au
NPSH donné par le fournisseur.

Tout d’abord, il faut calculer la pression en amont de l’aspiration comme indiqué dans
l’équation (2.3) dans le chapitre 2.

Tableau 13 : Paramètres du calcul de la pression en amont de l'aspiration

Grandeur et unité Valeur numérique


Patm (Pa) 105
ρ (Kg/m3) 998
g (m/s²) 9,81
h (m) 4,725
5
 Pamont = 1,46260×10 Pa.

Par suite, conformément à l’équation (2.2) du même chapitre, on a pour le calcul du


NPSH disponible :

Tableau 14 : Paramètres du calcul du NPSH disponible

Grandeur et unité Valeur numérique


Pamont (Pa) 1,46260×105
Pv,sat (Pa) 2300
ρ (Kg/m3) 998
g (m/s²) 9,81
v (m/s) 1,8
On obtient finalement :

 NPSHdisponible = 14,9m.

La valeur obtenue du NPSHdisponible est supérieure à celle du NPSHrequis, donc on n’a


pas de cavitation de vapeur lors du fonctionnement de la station.

8. Equipement et accessoires:
Le choix des pompes et de l’installation est suivi d’un choix des différents accessoires
pour assure un bon fonctionnement du système et une aisance lors des opérations de
maintenance ou pendant le changement d’une pièce ou une partie des canalisations. Chaque
élément de la station est devancé et suivi d’un joint de démontage pour faciliter l’isolement

38
d’une pièce durant les interventions. Juste après la prise d’eau se trouve une vanne à passage
directe qu’on privilégie car elle ne cause aucune perte de charge lors de son ouverture, ce qui
ne risque pas de provoquer ni une agitation de l’écoulement, ni une cavitation de la vapeur, on
utilise ce même type de vanne avant chacune des pompes. En aval des pompe, des vannes
papillons sont utilisées car même si elles provoquent des pertes de charges, cela n’influence
pas négativement notre écoulement et ne provoque aucun problème lors du pompage, on se
permet de les utiliser quand cela est possible pour leur plus faible coût par rapport aux autres
vannes et la facilité de leur montage, d’ailleurs, on isole avec tout le reste des éléments de la
stations tels que l’anti-bélier, le soutirage de l’eau, le bac de stockage et la station de
traitement des eaux usées.

Ceci est montré plus en détails dans le schéma de procédé suivant, appelé aussi
schéma PFD (Process Flow Diagram) :

Figure 22 : Schéma de procédé de la station de pompage

9. Simulation du fonctionnement :
Après avoir procédé aux différents calculs relatifs à la station de pompage, une
simulation de l’écoulement de l’eau à son intérieur est nécessaire afin de visualiser le bon
fonctionnement de l’équipement et pour pouvoir avoir une idée sur le comportement du fluide
dans les canaux dans le but de prévoir un éventuel problème ou une correction si cela est
nécessaire.

Tout d’abord, un modèle tridimensionnel a été conçu à ces fins conformément aux
plans en deux dimensions de la station de pompage fournis par la société et déjà mis en œuvre

39
dans un autre projet de génie civil, sans oublier évidemment les résultats obtenus des calculs
faits concernant les canalisations dans les parties précédentes.

Le logiciel qui a permis la modélisation de la station porte le nom de « Solidworks »


qui est un logiciel de conception assistée par ordinateur en 3D fonctionnant sous
« Windows », reconnu pour sa simplicité d’usage et les différents avantages qu’il offre.

Le modèle est présenté dans la figure qui suit, la pompe de secours n’ayant pas été
prise en considération afin de simplifier le travail et vu son inutilité durant la simulation car
son fonctionnement est relié au fait que l’une des pompes principales ne fonctionne pas, chose
qui sera discutée plus en détails dans le prochain chapitre. Il est composé par une construction
représentant la prise d’eau reliée directement au canal Majerda, d’où sort une conduite déjà
dimensionnée précédemment reliée à d’autres canalisations de plus faible diamètre en amont
des pompes, leurs diamètres ont été définis par rapport au diamètre de raccord des pompes et
l’espacement entre ceux-ci a été choisi dans le but d’éviter tout encombrement ou aussi pour
faciliter une éventuelle opération de maintenance ou de réparation où des ouvriers devraient
pouvoir passer, trouver assez d’espace pour poser leur matériel et ainsi travailler avec aisance,
il faut aussi prévoir assez d’espace lors du démontage ou du changement des pompes.

La modélisation a donné le résultat suivant :

Figure 23 : Modèle 3D de la station de pompage créé sur « Solidworks »

40
Dans un second modèle créé également sur « Solidworks », seul le volume d’eau
présent dans la station a été pris en considération car c’est uniquement de cela que dépendra
réellement toute la simulation, tout le reste est superflu et a été effectué pour le simple objectif
de clarifier le système étudié tel qu’il est réellement.

Avant de commencer la simulation, il faut déterminer les conditions aux limites dont
dépend le fonctionnement en entier, qui sont :

 En entrée (inlet), le débit massique d’arrivée de l’eau est de 2800 kg/s.


 Une ouverture (opening) en contact avec l’air ambiant, ce qui donne alors une
pression égale à la pression atmosphérique en haut de la prise d’eau, soit 105 Pa.
 Quatre sorties identiques (outlet) se caractérisant par une pression de refoulement
égale à 6.66×105 Pa.
 Le reste des parois sera défini comme étant un mur (wall).

Ainsi, toutes les conditions aux limites ont été fixées et elles sont montrées sur la
figure suivante qui représente le volume en eau de la station :

Figure 24 : Conditions aux limites de la station de pompage

Le modèle créé ainsi est importé dans le logiciel qui servira pour la simulation du nom
de « COMSOL multiphysics » qui est une plate-forme logicielle générale permettant la
conception et la simulation d’applications physiques multiples dont des applications
électriques, mécaniques, chimiques et hydrauliques en utilisant l’ensemble des équations
adéquates dans tous les modèles étudiés.

41
Suite à l’import du modèle précédemment créé et après avoir choisi l’étude qu’on
désire faire, ici ce sera un écoulement fluide et une étude qui dépend du temps, les conditions
aux limites sont alors introduites, puis on procède au maillage du volume d’eau de la station.

Figure 25 : Maillage du volume d'eau

Suite à cela, toutes les étapes sont remplies pour pouvoir lancer le calcul qui donnera
par la suite tout ce qu’on désire visualiser.

Parmi les choses qu’on peut alors voir pendant la simulation se trouve le profil des
lignes de courant de l’eau dans la station, on note alors l’absence générale de turbulences dans
l’écoulement donc le pompage peut avoir lieu en toute sécurité sans la présence de risques
d’endommagement de l’installation, les quelques turbulences présentes sont dues à des
obstacles qui ne causent réellement pas de grands problèmes.

Figure 26 : Lignes de courant

42
Le profil de vitesse obtenu est présenté dans la figure suivante :

Figure 27 : Profil de vitesse en m/s

On remarque que les zones aux valeurs les plus élevées de vitesse, de teintes
rougeâtres, pouvant dépasser de peu les 25 m/s, correspond à l’emplacement des pompes ou la
vitesse subit une élévation causée par le fonctionnement de ces pompes en question. En
dehors de ces zones, la vitesse se rapproche à celle calculée précédemment.

Ensuite, le profil de pression, similaire au profil de vitesse, est montré dans la figure
suivante :

Figure 28 : Profil de pression en Pa

43
Les zones à plus hautes pressions, en rouge aussi, représentent le pompage où la
pression subit une élévation jusqu’à atteindre la pression de refoulement des pompes indiquée
initialement comme condition à la sortie, pour le reste du système, on remarque une faible
variation de la pression par rapport à la pression atmosphérique en raison de la faible
profondeur du bassin, donc les pressions ne varient pas beaucoup.

Conclusion :
Tout au long de ce chapitre, une étude hydraulique du projet a été établie, elle d’abord
commencé par la présentation du projet suivie du choix des pompes à utiliser, après cela il y a
eu le dimensionnement des canalisations qui a pu donner le diamètre et l’épaisseur à utiliser
par la suite. Ce calcul a été suivi par la détermination des pertes de charges qui permet de
calculer la HMT, après on a cherché le NPSH pour avoir ainsi toutes les caractéristiques
nécessaires du pompage. Enfin, la dernière partie a été consacrée à une simulation de
l’écoulement de l’eau dans la station pour pouvoir s’assurer que la station peut fonctionner
sans difficultés et on a pu voir que le pompage se fait sans aucune cavitation de vapeur.

Ainsi, on peut passer à la prochaine étape de l’étude qui sera dédiée à la réalisation
d’un automatisme de fonctionnement qui rendra la station autonome lors de sa marche.

44
Chapitre quatrième:
Automatisation de la station de pompage

Résumé :

Le quatrième et dernier chapitre de ce travail est réservé à la mise en œuvre d’un


automatisme de fonctionnement pour la station de pompage qui la rendra autonome et
indépendante, permettant ainsi d’éviter de graves problèmes liés à d’éventuels
dysfonctionnements, pour pouvoir mieux comprendre tout cela, une philosophie de
fonctionnement sera présentée et sur laquelle va se baser le reste du travail dont la création du
grafcet et du programme par la suite, et un schéma tuyauterie et instrumentation sera présenté
contenant l’ensemble des éléments qui serviront aussi à la création de l’automatisme.

45
Introduction :
Le but primordial de ce quatrième et dernier chapitre dans ce rapport est de concevoir
un système de fonctionnement automatique pour rendre la station de pompage autonome
durant son cycle de marche après l’avoir entièrement dimensionnée et choisi tous les éléments
qui la composent précédemment, tout d’abord une philosophie de fonctionnement a été
élaborée suivant laquelle sera créé un grafcet qui la schématisera et la rendra ainsi plus
compréhensible. Enfin, ce chapitre se terminera par l’écriture du programme qui fera
fonctionner la station.

I. Philosophie de fonctionnement :
Le démarrage du cycle de fonctionnement de la station de pompage se fait
manuellement, il est préférable de vérifier le niveau d’eau dans le bassin de prise d’eau ainsi
que celui dans le bac de stockage avant de mettre en marche les pompes et de s’assurer que
toutes les vannes sont ouvertes, excepté la vanne de la conduite du soutirage (bypass).

Après l’appui sur le bouton de marche, les pompes se mettent en marche l’une après
l’autre après un court laps de temps pour permettre au régime final d’écoulement de s’établir
petit à petit sans provoquer une grande agitation dans le système tout entier.

Le nombre des pompes mises en marche dépend du niveau d’eau dans le bac de
stockage, à un niveau faible dit niveau bas, les quatre pompes fonctionnent et au fur et à
mesure que le niveau de l’eau monte dans le réservoir, le nombre des pompes en
fonctionnement diminue jusqu’à s’annuler lorsque le niveau atteint un niveau appelé niveau
haut pour ne pas causer de débordement d’eau

Le niveau d’eau varie dans le bassin de stockage en fonction du débit extrait par la
station de traitement qui lui est directement reliée.

En cas d’absence d’eau dans le réservoir de prise, les pompes ne se mettent pas en
marche car un risque de cavitation de vapeur est alors omniprésent.

Lors d’une élévation anormale de la pression, la vanne du soutirage s’ouvre pour faire
évacuer l’eau jusqu’à la prise d’eau pour faire chuter la pression, si celle-ci continue son
ascension jusqu’à atteindre une valeur de 16 bars, les pompes s’arrêtent de fonctionner.

Un automate mis en place permet l’indépendance et l’autonomie de la station lors de


son fonctionnement sauf si le mode automatique est basculé vers le mode manuel qui
nécessite une intervention humaine. Le mode automatique nécessite aussi une certaine
vigilance car il ne peut pas être parfaitement fiable.

46
Une table de contrôle munie d’indicateurs sonores et lumineux est installée afin de
visualiser l’état de fonctionnement de la station de pompage, elle indique aussi si une
défaillance a eu lieu. Elle peut être munie d’une mémoire de stockage afin de sauvegarder les
données mesurées.

En cas d’appuis sur un bouton d’arrêt d’urgence, toutes les fonctionnalités de la station
prennent instantanément.

Dans chaque cas de dysfonctionnement, une alarme s’enclenche afin d’avertir les
employés de la station de pompage d’une anomalie.

II. Schéma tuyauterie et instrumentation P&ID :


La station de pompage est équipée d’un capteur de niveau ultrasonique placé dans la
prise d’eau et un autre placé dans le bac de stockage, elle est aussi munie d’indicateurs de
pression et de débitmètres pour pouvoir contrôler le fonctionnement des pompes, sans oublier
que les vannes placées sont motorisées.

Un schéma tuyauterie et instrumentation dit aussi P&ID (Piping and Instrumentation


Diagram, ou encore Process and Instrumentation Diagram) a été réalisé comme suit.

Figure 29 : Schéma P&ID de la station de pompage

Le P&ID n’était pas très clair dans la figure ci-dessus, il sera placé en annexe à la fin
du rapport pour assurer la clarté des détails.

47
III. Grafcet :
Après avoir rédigé la philosophie de fonctionnement de la station et choisi les
instruments à utiliser, la réalisation d’un grafcet devient alors possible, sa création a été
réalisée grâce au logiciel « Automgen » spécialisé en création de programmes avec des
langages normalisés et en simulation de programmes et d’automates sur ordinateur.

Le grafcet obtenu est le suivant :

Figure 30 : Grafcet de fonctionnement

48
Un pupitre créé également sur « Automgen » permet de suivre le fonctionnement du
grafcet en observant la signalisation qu’il procure.

Figure 31 : Pupitre relié au grafcet

La figure suivante montre les noms des variables dont est constitué le grafcet, leurs
natures ainsi que leurs significations :

Figure 32 : Noms des variables du grafcet

IV. Automatisme :
Dans cette partie j’ai voulu valoriser le savoir annexe reçu en participant au club de
robotique de notre école d’ingénieurs de Gafsa. Nous avons lors des différentes rencontres au
sein du club manipulé la programmation des cartes Arduino (Uno, Mega) et leurs interfaçages
avec le monde extérieur grâce aux capteurs et différents actionneurs, par la suite nous nous

49
sommes un peu penchés sur la carte Raspberry Pi qui est totalement différente de la carte
ARDUINO.

La carte ARDUINO est une carte qui comporte un microcontrôleur de la famille AVR,
des entrées et sorties analogiques et numériques (PWM, ADC,..). La programmation se fait à
partir d’un IDE téléchargeable à partir du site de l’éditeur. Le programme réalisé est transféré
à partir du même IDE à la carte Arduino via le port USB. L’extension des fonctionnalites de
l’Arduino se fait grâce à des cartes supplémentaires appelées SHIELDS qui s’enfichent
directement sur l’Arduino (shields moteurs et servomoteurs, afficheurs, ethernet, wifi….).

Figure 33 : La carte Arduino

Le Raspberry Pi est plutôt un mini-pc tournant sous LINUX, possédant deux ou quatre
ports USB selon les versions, un port HDMI, un port audio, port LAN, Wifi et Bluetooth
intégrés dans le dernier modèle Raspberry Pi 3 modèle B (pour les autres modèles il suffit
d’ajouter une clé Wifi ou Bluetooth sur le port USB) et enfin des connecteurs pour
s’interfacer avec d’autres équipements. Le système d’exploitation réside sur une carte SD.

Figure 34 : La carte Raspberry Pi

 Choix de l’environnement de travail :

Le choix s’est penché sur le Raspberry Pi pour plusieurs raisons dont la principale est
la possibilité d’installer un serveur WEB plus facilement sous LINUX qu’avec Arduino
auquel il faut aussi ajouter une SHIELD ethernet, étant donné que le but est de visualiser l’état
de la station de pompage et d’agir sur les commandes à distance.

50
 Préparation de la carte SD :

Pour cela je me suis basée sur un logiciel Pibakery qui permet de préparer la
configuration de la carte SD grâce à des blocs qui s’enfichent les uns aux autres et qui
définissent les actions à entreprendre lors du premier démarrage telles que la configuration
wifi, l’installation du serveur WEB, de la base de données, la configuration des droits et plus
en exécutant des scripts. Une fois le choix fait le logiciel transfère le système d’exploitation
RASBIAN basé sur Linux sur la carte SD avec la configuration voulue.

Figure 35 : Configuration de la carte

 Configuration de l’environnement de travail :

Pour que le serveur WEB puisse communiquer avec les ports GPIO il faut au préalable
faire des ajustements sur la configuration de base en installant une bibliothèque « WiringPi ».

Pour installer cette bibliothèque il faut procéder comme suit :

- Mettre à jour le système.


$ sudo apt-get install git-core
$ sudo apt-get update
$ sudo apt-get upgrade

- Prendre le projet avec cette commande.


$ git clone git://git.drogon.net/wiringPi

51
- Changer de répertoire et prendre le code.
$ cd wiringPi
$ git pull origin

- Compiler le code.
$ ./build

Les étapes de cette configuration ont été prises du site :


http://raspberrywebserver.com/gpio/

 Création de l’interface WEB :

Pour réaliser cette partie je me suis basée sur un projet déjà existant sur internet qui
constitue une bonne base pour démarrer cette partie d’automatisation de la station de pompage
mais qui ne remplit pas les fonctionnalités voulues.
http://www.framboise314.fr/une-interface-web-simple-et-intuitive-pour-le-raspberry-pi-12/

La prise en main et la modification du code m’ont permis d’arriver à contrôler la


station de pompage et de visualiser les différents états de fonctionnement des pompes et des
capteurs.

Figure 36 : Interface de contrôle

52
 Programmation :

Le programme est divisé en trois parties qui interagissent entre elles :

- 1ère partie : « index.php » c’est le programme principal à son lancement il va lire


l’état des ports GPIO et de générer la première page.
- 2ème partie : « gpio.php » met à jour et lit les ports GPIO du Raspberry Pi.
- 3ème partie : « script.js » écrit en javascript il interagit avec les deux autres parties,
pour mettre à jour la page d’accueil et contrôler l’état des ports GPIO. La
communication entre la partie 1 et 2 passe par ce script.

 Aperçu du code :

Les figures suivantes montrent un aperçu du programme :

Figure 37 : Première partie de l’aperçu du code

53
Figure 38 : Deuxième partie de l’aperçu du code

Figure 39 : Troisième partie de l’aperçu du code

54
Conclusion :
Ce quatrième et dernier chapitre a servi à établir la philosophie de fonctionnement de
la station de pompage en tenant compte des éléments et des instruments qui la composent
parmi lesquels on compte les indicateurs de niveau, les pressostats et les manomètres, comme
montré dans le schéma P&ID, tout en comptant les vannes motorisées, pour pouvoir créer par
la suite un grafcet expliquant encore plus la démarche du travail et bien adéquat duquel on va
tirer le programme de l’automatisme qui contrôlera la station de pompage et la rendra ainsi
autonome pendant son cycle de marche, dans le but d’avoir une régulation permanente et
éviter de graves cas de dysfonctionnement ou d’anomalies pendant le pompage.

55
Conclusion générale

Prenant une part important dans le cursus universitaire surtout durant son terme, et
dans le but d’exercer tout le savoir acquis durant les études et de le tester, d’enrichir les
connaissances professionnelles et de s’initier au le monde du travail, ce projet de fin d’études
a donc eu lieu. Il ne s’agit pas uniquement de tester ses prouesses cérébrales mais aussi de
pousser limites auxquelles on est habitué, car même si les stages d’été servent aussi
d’initiation à la vie professionnelle où on apprend à s’intégrer dans un nouveau groupe dont
l’ambiance est différente de celle d’une classe et où on apprend aussi l’assiduité, le projet de
fin d’études est une épreuve et un challenge d’un tout autre niveau.

Ce projet m’a permis de mieux comprendre le fonctionnement d’une équipe où chaque


membre est spécialisé dans un domaine précis rendant ainsi leurs travaux et leurs
compétences complémentaires, leur permettant ainsi de partager leurs diverses connaissances
sur un seul sujet et d’apporter plus de perspectives.

Le sujet qu’on m’a attribué, le dimensionnement d’une station de pompage


automatique, touche également à plusieurs secteurs à la fois, ce qui m’a donné la chance
d’approfondir au mieux mes connaissances, de me ressourcer et de faire plus de recherches
concernant des disciplines qui sont plus ou moins différentes de la mienne. Cela a du bon car
il ne faut pas oublier que le plus important dans un ingénieur est la polyvalence.

Ce rapport a débuté par une présentation de l’entreprise pour pouvoir découvrir


approximativement et en théorie le cadre dans lequel j’ai été mise le temps de m’habituer à
l’intégralité de l’environnement.

Ensuite, il y a eu la nécessité d’établir une recherche bibliographique sur une


importante partie du projet dans le but de mieux comprendre l’envergure du sujet qui m’a été
attribué et de découvrir plus profondément les plus importantes notions qui le composent et
ainsi les maîtriser dans le reste du travail pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté ou de confusion
dans tout ce que je fais.

Après cela, on touche au cœur du sujet qui est le dimensionnement de la station de


pompage en lui-même, cette partie m’a été très bénéfique car elle m’a permis de découvrir de

56
nouvelles notions, de découvrir essentiellement les normes qu’on utilise en industries, les
différents schémas dont on se sert aussi, ça m’a donné la chance de pouvoir ajouter une note
de professionnalisme dans mes activités. Le plus grand bienfait de cette étape est la partie de
la simulation car j’ai pu m’entraîner encore plus sur les logiciels de conception assistée par
ordinateur ou de simulation, ce qui m’a aidé à obtenir une certaine fluidité et aisance pendant
leur utilisation.

Enfin, et comme on garde très souvent le meilleur pour la fin, vient la partie de
l’automatisme qui m’a servi de révision pour tout ce que j’ai pu étudier durant les années
précédentes durant les cours d’automatique et qui m’a aidé à mettre en pratique le savoir que
j’ai eu pendant mes activités au sein du club de robotique appartenant à notre école, elle m’a
aussi aidée à découvrir un nouvel aspect de l’automatique que j’espère avoir la possibilité de
perfectionner dans un futur très proche.

Le sujet traité tout au long de ce chapitre est bien assez développé, par contre, pour sa
finition, il y aurait besoin de l’intervention d’autres filières car sa complétion est compliquée
et nécessite des connaissances bien plus diversifiées que cela puisqu’il touche à l’énergétique,
à l’hydraulique, à la mécanique, au génie civil ainsi qu’à l’électrique.

57
Webographie

http://www.meri.com.tn/

http://gpip.cnam.fr/ressources-pedagogiques-ouvertes/hydraulique/co/0module_hydraulique.html

http://genie.industriel.iaa.free.fr

www.eurekaindus.fr

http://pravarini.free.fr/Hydrodynamic2.htm

www.almohandiss.com

www.PDHcenter.com

http://www.mecaflux.com/

https://www.thermexcel.com/french/

http://res-nlp.univ-lemans.fr/NLP_C_M02_G02/co/Module_NLP_C_M02_C02.html

http://raspberrywebserver.com/gpio/

http://www.framboise314.fr/une-interface-web-simple-et-intuitive-pour-le-raspberry-pi-12/

58
Bibliographie

[1] J. DELCOURT, « Equipement d’une station de pompage», Revue de statistique appliquée,


tome 7, n°2 (1959), p. 77-86.

[2] Simon GOUDOU, « Modélisation des systèmes de pompage et détermination du point


d’équilibre par méthodes numériques », Ecole polytechnique de Thiès, département de génie
civil (1991).

[3] GRUNDFOS ASSAINISSEMENT, « Le manuel de pompage en assainissement».

[4] Ecodit Inc, « Manuel d’exploitation et de maintenance de la station de traitement des eaux
usées de Drarga », (2002).

[5] « ANNEXE : pompes centrifuges », note de cours mécaniques des fluides.

[6] « Pompes volumétriques », IFP Training.

[7] « Les pompes », genie.industriel.iaa.free.fr.

[8] « Machines à fluide hydrauliques », gunt Hamburg.

[9] A. BEDJAOUI, Pr. B. ACHOUR, M. T. BOUZIANE, « Nouvelle approche pour le calcul


du diamètre économique dans les conduites de refoulement », Laboratoire de recherche en
hydraulique souterraine et de surface (LARHYSS), département d’hydraulique, Université
Med Khider-Biskra.

[10] Richard MARHIEU, « Les pompes », G.I. D4, 13/ chapitre 1c.

[11] Anne ZIMMER, Daniel FERNEX, Antoine GRIERE, « Etude préliminaire des pompes
centrifuges », (2012).

[12] Francis MOIREZ, « Pertes de charge », 270V2 MAJ 11, (2009).

[13] Francis MOIREZ, « Pompes centrifuges », (2007).

[14] FLOWSERVE, « Le pompage de l’eau ».

[15] Alain LUNDAHL, « Pompes centrifuges : les courbes et le point de fonctionnement »,


(2008).

[15] Alain LUNDAHL, « Comprendre et éviter la cavitation des pompes », (2006).

[16] Francis MOIREZ, « Pompes volumétriques », (2007).

59
[17] STRELING FLUID SYSTEM GROUP, « Basic principles for the design of centrifugal
pump installations ».

[18] Florent Guhl, « Guide méthodologique d’études anti-bélier pour les réseaux d’eau »,
FNDAE n°27, document technique.

[19] KSB, « Le coup de bélier ».

[20] KSB, « Détermination des pompes centrifuges ».

[21] Commission distribution de l’eau de l’A.G.H.T.M., « Les stations de pompage d’eau ».

[22] Georges CHEVALIER, « Eléments normalisés pour tuyauteries sous pressions ».

[23] ENSPM « Tuyauterie-robinetterie-matériel de stockage ».

[24] WILO, « Principes fondamentaux de la technologie des pompes ».

[25] Joël M. ZINSALO, « Pompes et stations de pompage », 1ère édition.

[26] M. BENAZZOUZ, « Stations de pompage et relevage des eaux usées ».

[27] A. HADJ ARAB, M. BENGHANEM, A. GHARBI, « Simulation of flow through a


pump sump and its validation », Civil Engineering Department, M.A.N.I.T, Bhopal, (2010).

[28] Ed PRESTMON, « Pump station design requirements », (September 2012).

[29] G. K. ROY, « Prediction of optimum economic pipe diameter by nomograph », the


journal of institution of engineers (India), volume 68 part CH3 (1993).

[30] Randall W. WHITESIDES, « Selecting the optimum pipe size », PHD Course M270.

60
Annexes

61
Annexe 1 :
Fiche technique des pompes

62
63
64
65
66
Annexe 2 :
API RP 14 E
Vitesse d’érosion

67
68
Annexe 3 :
CODETI
Calcul d’épaisseur

69
70
71
72
73
74
75
Annexe 4 :
Plans de la station de pompage

76
77
78
Annexe 5 :
Symboles des instruments

79
80
81
82
83
84
Annexe 6 :
Caractéristiques de l’acier

85
86
Annexe 7 :
Schéma P&ID de la station de pompage

87
88
Annexe 8 :
Calcul des coefficients de pertes de charges

89
90
91
Annexe 9 :
Code de l’automate

92
93
94
95
96
97